Promotion des partenariats public-privé africains auprès des investisseurs GUIDE DE PRÉPARATION DE PROJETS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Promotion des partenariats public-privé africains auprès des investisseurs GUIDE DE PRÉPARATION DE PROJETS"

Transcription

1 Promotion des partenariats public-privé africains auprès des investisseurs GUIDE DE PRÉPARATION DE PROJETS

2 Promotion des partenariats public-privé africains auprès des investisseurs Guide de préparation de projets

3

4 Promotion des partenariats public-privé africains auprès des investisseurs Guide de préparation de projets

5 2009 The International Bank for Reconstruction and Development / The World Bank 1818 H Street NW Washington DC Téléphone : Site web : Courriel : Tous droits réservés Cet ouvrage est l œuvre des services de la Banque internationale pour la reconstruction et le développement/banque mondiale. Les observations, interprétations et conclusions qui y sont exprimées ne reflètent pas nécessairement les vues du Conseil des administrateurs de la Banque mondiale, ni des pays qu ils représentent. La Banque mondiale ne garantit pas l exactitude des données présentées dans cette publication. Les frontières, les couleurs, les dénominations et toute autre information figurant sur les cartes du présent ouvrage n impliquent de la part de la Banque mondiale aucun jugement quant au statut juridique d un territoire quelconque et ne signifient nullement que la Banque reconnaît ou accepte ces frontières. Droits et licences Le contenu de cette publication fait l objet d un dépôt légal. Aucune partie du présent ouvrage ne peut être reproduite ou transmise sans l autorisation préalable de la Banque mondiale. La Banque internationale pour la reconstruction et le développement/banque mondiale encourage la diffusion de ses études et, normalement, accorde sans délai l autorisation d en reproduire des passages. Pour obtenir cette autorisation, veuillez adresser votre demande, en fournissant tous les renseignements nécessaires, au Copyright Clearance Center, Inc., 222 Rosewood Drive, Danvers, MA (É-U) ; téléphone : ; télécopie : ; site web : Pour tout autre renseignement sur les droits et licences, y compris les droits dérivés, envoyez votre demande par courrier à l adresse suivante : Office of the Publisher, World Bank, 1818 H Street NW, Washington, DC ; par télécopie au ; ou par courrier électronique à ISBN : e-isbn : DOI : / La Bibliothèque du Congrès des États-Unis a catalogué comme suit l édition anglaise de cette publication : Attracting investors to African public-private partnerships : a project preparation guide. p. cm. This guide was commissioned by the Infrastructure Consortium for Africa (ICA) and funded by a grant from the Public-Private Infrastructure Advisory Facility (PPIAF)." Includes bibliographical references and index. ISBN ISBN (electronic) 1. Public works Africa Finance. 2. Infrastructure (Economics) Africa. 3. Public-private sector cooperation Africa. 4. Investments, Foreign Africa. I. Infrastructure Consortium for Africa. II. Public-Private Infrastructure Advisory Facility. III. World Bank. HD4338.A '224--dc Couverture : Naylor Design, Inc.

6 TABLE DES MATIÈRES AUTEURS ABRÉVIATIONS ix xi 1. INTRODUCTION 1 Rôle des partenariats public-privé 2 Contenu et portée du guide 4 Limites de ce guide 4 2. DÉFINITION DES PARTENARIATS PUBLIC-PRIVÉ 7 Contrats de privatisation et de gestion 7 Types de partenariats public-privé 8 3. CADRE GÉNÉRAL D UN PPP 13 Raison d être stratégique 14 Cadre juridique 15 Cadre d investissement 16 Cadre opérationnel 17 Résumé 19 v

7 4. SÉLECTION DES PROJETS 21 Portée du projet et besoins mis en jeu 23 Exprimer les projets en termes de résultats 24 Possibilité de mettre en œuvre le projet sous forme de PPP 24 Rapport qualité-prix du projet 31 Évaluation initiale du marché 33 Enseignements tirés de la participation du secteur privé à des projets en Afrique PRÉPARER LES PROJETS POUR LE MARCHÉ 39 Gestion du processus 42 Financement pour la préparation des projets 46 Propositions spontanées 47 Évaluation des projets CONSEILLERS DU PROJET 51 Rôle des conseillers 51 Quand utiliser les conseillers 53 Engagement des conseillers 54 Rôle des unités chargées des partenariats public-privé 54 Gestion des conseillers GÉRER L INTERFACE AVEC LE SECTEUR PRIVÉ 57 Préparation d un sondage du marché 58 Phase préalable au lancement du projet 60 Perception du projet 60 Rôle des institutions de financement du développement (IFD), des investisseurs régionaux, et des bailleurs de fonds 62 Passage au stade de la passation GÉRER LA PASSATION DE MARCHÉ 67 Résultat attendu de la phase de passation 68 Rôle des conseillers 68 vi Table des matières

8 Rôle des institutions de financement du développement 68 Étapes de l appel d offres 69 Lancement du projet 69 Présélection 71 Demande de propositions 76 Choix du soumissionnaire retenu et bouclage financier AU-DELÀ DE LA SIGNATURE DU CONTRAT 81 ANNEXES A. Base de données de la Banque mondiale et du PPIAF sur 87 la participation du secteur privé aux projets d infrastructure B. Exemple d extrait de registre des risques liés à la gestion 91 des projets de partenariat public-privé C. Sites web consacrés aux partenariats public-privé 93 D. Présentation de cinq projets de partenariat public-privé 97 entrepris en Afrique Usine de traitement de Songas en Tanzanie 98 Port de Maputo au Mozambique 101 Station de dessalement de Skikda en Algérie 103 Hôpital national central du Lesotho 105 Fourniture de services d eau et d électricité au Gabon 107 BIBLIOGRAPHIE 109 ENCADRÉS 5.1 Exemples de problèmes fréquents en matière de gouvernance 45 des projets 5.2 Erreurs fréquemment commises en matière de préparation 46 de projets 7.1 Comment réussir un sondage du marché : 10 règles de base Principaux sujets de préoccupation des entrepreneurs 63 et investisseurs 7.3 Principaux sujets de préoccupation des organismes prêteurs Mémorandum d information sur le projet Conférence des soumissionnaires 73 Table des matières vii

9 8.3 Présentation sommaire d un modèle de demande de qualification 75 utilisé par le Gouvernement indien pour les projets PPP 9.1 Conseils divers en matière de gestion de contrat 83 FIGURES 1.1 Ventilation des projets PPI par région ( ) Phases clés d un projet de partenariat public-privé Étapes de la sélection des projets Éléments d un plan de gestion des risques Structure contractuelle type d un PPP Ventilation, par secteur et type, des projets PPI entrepris 35 en Afrique ( ) 4.5 Ventilation sectorielle des projets de transport pour 37 l Afrique subsaharienne recensés dans la base de données des projets PPI de la Banque mondiale (nombre de projets, période ) 5.1 Processus de préparation du projet Présentation schématique d une structure de gouvernance 43 pour un projet 8.1 Présentation schématique du processus de passation de marché Présentation schématique de la phase de présélection Présentation schématique de la phase de demande 77 de propositions et de bouclage financier 9.1 Structure de gestion des contrats 84 TABLEAUX 4.1 Exemple d exigences de résultats pour un PPP 25 de type fourniture de locaux 6.1 Rôle des conseillers extérieurs Liste de contrôle préalable au lancement de la phase 65 de passation viii Table des matières

10 AUTEURS Ce guide a été rédigé par le Secrétariat de l ICA avec le concours de Partnerships UK (PUK), partenariat public-privé (PPP) établi par le Gouvernement britannique afin de servir de centre permanent d excellence pour la mise en place de PPP (voir le site pour en savoir plus à ce sujet). Sa publication a été commanditée par le Consortium pour les infrastructures en Afrique (ICA ; pour plus d informations, voir et financée par un don du Fonds de conseil en infrastructure publique-privée (PPIAF), organisme d assistance technique constitué par plusieurs bailleurs de fonds et destiné à aider les pays en développement à améliorer la qualité de leur infrastructure en y associant le secteur privé (pour plus d informations, voir ix

11

12 ABRÉVIATIONS BLT BNA BOO BOT BROT CDC DBFO ICA IFD MPDC PAT PIM PFI PPA PPI Build, lease, and transfer / (Contrat de) construction-locationtransfert Banque Nationale d Algérie Build, own, and operate / (Contrat de) construction-possessionexploitation Build, operate, and transfer / (Contrat de) constructionexploitation-transfert Build, rehabilitate, operate, and transfer / (Contrat de) construction-réhabilitation-exploitation-transfert Commonwealth Development Corporation Design, build, finance, and operate / (Contrat de) conceptionconstruction-financement-exploitation Infrastructure Consortium for Africa / Consortium pour les infrastructures en Afrique Institution de financement du développement Maputo Port Development Company PanAfrican Tanzania Limited Project information memorandum / Mémorandum d information sur le projet Private Finance Initiative Power purchase agreement / Accord d achat d énergie Private participation in infrastructure / Participation privée à l infrastructure xi

13 PPIAF Public-Private Infrastructure Advisory Facility / Fonds de conseil en infrastructure publique-privée PPP Public-private partnership / Partenariat public-privé PPS Project for the provision of services / Projet pour la fourniture de services PUK Partnerships UK SMART Specific, measurable, achievable, realistic, and timely / spécifiques, mesurables, atteignables, réalistes et temporellement appropriés RLT Rehabilitate, lease or rent, and transfer / (Contrat de) réhabilitation-bail/location-transfert ROT Rehabilitate, operate, and transfer / (Contrat de) réhabilitationexploitation-transfert SEEG Société d énergie et d eau du Gabon TANESCO Tanzania Electric Supply Company TPDC Tanzania Petroleum Development Corporation xii Abréviations

14 1. INTRODUCTION Par quel moyen un projet de partenariat public-privé (PPP) qui n était au départ qu un intéressant concept figurant dans la «liste de vœux» de tel ou tel gouvernement finit-il par se présenter comme une attrayante possibilité d investissement aux yeux d un éventuel partenaire privé? En réponse à cette interrogation, le présent ouvrage vise à optimiser les perspectives de partenariats efficaces entre secteur public et privé en examinant un des aspects qui font le plus obstacle à la réussite des projets PPP, à savoir la nécessité d avoir au bon moment l information voulue à fournir aux partenaires appropriés sur les projets présentant un intérêt. La base de données 1 des projets d infrastructure avec participation du secteur privé (PPI) de la Banque mondiale et du PPIAF laisse penser que les autres régions en développement ont à ce jour plus progressé que l Afrique pour ce qui est d associer le secteur privé au développement de leurs infrastructures (voir figure 1.1), bien que la période ait vu une forte hausse des engagements à cet égard. Compte tenu des taux de croissance impressionnants affichés ces derniers temps par un certain nombre de pays africains et du niveau de la demande d investissement potentielle (38 milliards de dollars par an, selon les estimations), ce n est probablement pas une faible demande d infrastructure qui est à l origine du relatif manque d activité en matière de partenariat public-privé 1 La base de données PPI englobe des projets qui ne sont pas des PPP au sens de la définition adoptée ici par exemple, les projets de privatisation, ou les investissements dans des secteurs réglementés tels que la téléphonie mobile (voir annexe A) ; elle ne comprend pas non plus les projets PPP d infrastructures sociales comme les hôpitaux, les écoles, les prisons, etc. 1

15 Figure 1.1 Ventilation des projets PPI par région ( ) Source : Base de données des projets PPI de la Banque mondiale. en Afrique 2. De même, au vu de l essor que connaissent sur l ensemble du continent des secteurs comme la téléphonie mobile, ce n est peut-être pas l aptitude et la propension des habitants à payer pour des infrastructures de meilleure qualité qui fait obstacle. Autrement dit, l effort nécessaire doit probablement porter sur les facteurs affectant les projets PPP au niveau de l offre, et notamment tout ce qui fait obstacle à la mobilisation de ressources du secteur privé. C est pourquoi ce guide examine spécifiquement ce qu il convient de faire, et quand, au niveau des interactions avec le secteur privé dès les premiers stades du cycle de mise en œuvre des projets. Il ne s agit pas d un manuel de préparation de projet, mais il traite pour une bonne part des aspects qui se rapportent à cela, car la préparation de projet et l interface avec le secteur privé doivent aller de pair. Rôle des partenariats public-privé Beaucoup de pays se tournent vers le secteur privé pour concevoir, construire, financer et exploiter des ouvrages d infrastructure relevant jusqu ici du secteur public. Les PPP offrent à leurs responsables une occasion d améliorer 2 Sur les dix dernières années, 17 pays africains ont enregistré une croissance annuelle de plus de 5 % (Africa Partnership Forum 2007). Les données relatives à la demande potentielle sont fondées sur les conclusions préliminaires d une étude de la Banque mondiale intitulée Africa Infrastructure Country Diagnostic Study. 2 Promotion des partenariats public-privé africains auprès des investisseurs

16 les prestations de services et la gestion des infrastructures. L autre avantage est que cela permet la mobilisation de capitaux privés : les estimations de la demande d investissement dans les services publics révèlent que les ressources publiques et même celles émanant des bailleurs de fonds sont bien inférieures aux besoins mis en jeu. C est pour cette raison que l accès aux capitaux privés peut accélérer la mise en place d infrastructures publiques. Les gouvernements ont aussi recours aux partenariats avec le secteur privé comme moyen d assurer une meilleure passation des marchés de services publics. Dans leur application, les PPP nécessitent généralement la divulgation du véritable coût à long terme des services à fournir, ce qui aboutit à une discussion plus réaliste au moment du choix des projets. Ils permettent aussi de mieux identifier et répartir les risques à long terme d un projet entre les secteurs public et privé, ce qui favorise une utilisation plus rationnelle des ressources. Le caractère contractuel des PPP incite fortement à concrétiser dans la pratique cette optique de long terme, le secteur public ne pouvant plus faire l acquisition d infrastructure en omettant d assurer convenablement leur maintenance. Pour sa part, le secteur privé est incité, en exposant son capital à des critères de performance, à concevoir et mettre en place les ouvrages en question en tenant compte de leurs coûts de maintenance et de rénovation à plus long terme. Les PPP exigent des gouvernements qu ils adoptent des conceptions et des comportements nouveaux, qui nécessitent des compétences nouvelles. Ils peuvent servir d outil pour la réforme des marchés publics et des prestations de services publics, et pas seulement de moyen pour mobiliser les ressources du secteur privé. Ces partenariats sont plus que de simples transactions financières ponctuelles avec le secteur privé. Ils doivent reposer sur des bases politiques solides et sur un engagement des responsables à long terme. Les partenaires privés tiennent compte de cela au moment de décider de soumettre ou non une offre dans le cadre d un projet donné. Pour les gouvernements, un autre problème tient au fait que les ressources nécessaires pour établir les fondations d un PPP réussi sont en général moins aisément disponibles que celles nécessaires au développement d un projet donné. Cependant, si les politiques, institutions et procédures appropriées ne sont pas en place, les transactions qui suivent risqueront d échouer dans bien des cas. Bien que les diverses formes de PPP mettent pour la plupart en jeu une relation contractuelle entre partenaires publics et privés, ces contrats engendrent aussi, de par leur caractère à long terme, une forte mutualité d intérêts dans cette même perspective de long terme. Les PPP ne sont pas qu une simple étape du processus de passation de marchés, et diffèrent des marchés Introduction 3

17 de type traditionnel qui sont assimilés à une culture «de contentieux» axée sur le court terme. Les premiers éléments d appréciation qui se dégagent des contrats en vigueur au titre de programmes de PPP établis de plus longue date montrent que, dans bien des cas, les parties peuvent reconnaître cet élément de partenariat sans que cela ait d incidence négative sur l aspect formel des mécanismes d incitation aux performances prévus dans le contrat. Contenu et portée du guide Ce guide commence par examiner la notion de partenariat public-privé (PPP), qui peut être difficile à cerner (chapitre 2), et se penche dans un deuxième temps sur les éléments fondamentaux de cette forme de participation avec le secteur privé (chapitre 3). Il traite ensuite des aspects relatifs à la sélection des projets (chapitre 4) et du processus consistant à préparer un projet pour le marché, notamment de la façon dont il doit être géré (chapitre 5). Le chapitre 6 aborde le sujet particulier que constitue le traitement des conseillers, et le chapitre 7 examine le type d interaction que le secteur public doit établir avec le secteur privé lors des phases de sélection et de préparation des projets, pour s assurer que les décisions prises au cours de ces phases s appuient sur une vision réaliste de ce que celui-ci peut fournir. Les deux derniers chapitres traitent brièvement des aspects relatifs aux relations avec le secteur privé au cours de l appel d offre (chapitre 8) et à la suite de la signature du contrat (chapitre 9). Bien que la signature soit souvent considérée comme la conclusion du processus, la réussite du projet dépendra vraiment de la prestation de services de qualité. La préparation correcte d un projet PPP peut paraître a priori difficile, mais on peut grandement se simplifier la tâche en décomposant celle-ci en une série d étapes et de processus bien définis (voir figure 1.2 ; pour beaucoup, ces étapes et processus peuvent aussi s appliquer aux projets d investissement public de type classique). On ne peut pas s attendre non plus à ce que le secteur public possède toutes les ressources nécessaires au plan interne. Des conseillers spécialisés dans divers domaines (juridique, technique, financier, environnemental, etc.) sont fréquemment employés tout au long du processus ; la difficulté consiste à faire le bon choix en la matière et à gérer ces conseillers de manière efficace. Limites de ce guide Il y a inévitablement des limites à l utilité que peut avoir un guide quelconque dans un domaine aussi complexe que la mise en place de projets PPP, surtout quand la portée de ces projets et les contextes dans lesquels ils s inscrivent varient énormément. Le présent ouvrage est un guide, pas un recueil de règles. Il a été conçu de façon à aider les responsables du secteur public 4 Promotion des partenariats public-privé africains auprès des investisseurs

18 Figure 1.2 Phases clés d un projet de partenariat public-privé Source : Auteurs. confrontés à la nécessité d entreprendre des projets d infrastructure et de veiller à ce que ceux-ci génèrent un degré d intérêt suffisant de la part du secteur privé dans le cadre d un appel à la concurrence. Il aspire cependant à fournir des principes généraux qui puissent contribuer à l élaboration de pratiques plus détaillées adaptées au contexte particulier de chaque projet. Introduction 5

19

20 2. DÉFINITION DES PARTENARIATS PUBLIC-PRIVÉ Le terme partenariat public-privé (PPP) n a pas de signification juridique et peut être employé pour décrire des dispositifs très divers mettant en jeu une certaine forme de collaboration entre secteur public et secteur privé. À l échelon des pays, les dirigeants ont inventé une ingénieuse série d appellations pour schématiser ce qu ils ont en vue. Dans ces conditions, il leur appartient de spécifier clairement pourquoi ils cherchent à nouer un partenariat avec le secteur privé, quelles formes de PPP ils envisagent, et comment ils prétendent concrétiser cette notion complexe. Contrats de privatisation et de gestion Selon beaucoup d analystes, les PPP se situent quelque part entre une privatisation (présentée comme une «implication maximale du secteur privé») et des contrats de service de courte durée (donnant lieu à une «implication minimale du secteur privé»). Mais cela peut prêter à confusion, car cela laisse penser qu une privatisation, par exemple, est une forme de PPP. Or, il y a une très nette différence entre les deux : dans un PPP, le secteur public conserve la responsabilité ultime vis-à-vis du citoyen pour la prestation du service public, tandis qu une privatisation revient à transférer cette responsabilité sur le partenaire privé. Cela peut avoir son importance quand un gouvernement cherche à familiariser et à rallier son opinion publique à la formule des PPP, et commence à déterminer les différents domaines de compétence et processus à mettre en œuvre. Certains pays ont délibérément cherché à désigner leurs programmes PPP d une façon qui les distingue d emblée d une privatisation : au Mexique, par exemple, certains projets PPP sont appelés PPS (projets pour la fourniture de services). 7

21 La distinction entre PPP et privatisation ressort aussi du fait qu une entreprise ou un secteur d activité privatisé peut être soumis aux réglementations juridiques générales (pour ce qui est par exemple des normes de services ou des rendements du capital), alors que ce type de régulation appliqué aux PPP se trouve généralement dans les termes mêmes du contrat conclu 1. À l autre extrême, les contrats de gestion ou les baux de plus courte durée donnant lieu à un investissement limité du secteur privé sont parfois décrits comme des PPP. Les projets d irrigation, de gestion des routes rurales ou d alimentation en eau et d égout prennent parfois cette forme. Ils ont quelques caractéristiques en commun avec les PPP à forte intensité de capital dont il est question dans ce guide, mais le transfert de risques sur le secteur privé est limité, ce qui a des implications pour le régime d incitations et la nature du partenariat. En particulier, le bénéfice du partenaire privé peut certes être soumis à des risques, mais une part seulement limitée de capital du secteur privé est aussi dans ce cas, de sorte que d importantes régulations figurant dans les PPP, telles que les mesures de vérification préalable («due diligence») incombant au prêteur et l obligation de performance qui en découle, ne figureront pas ici. Types de partenariats public-privé Bien que les PPP revêtent des formes variées, ce guide porte principalement sur ceux mettant en jeu un accord aux termes duquel un partenaire privé fournit des infrastructures publiques dans le cadre d un contrat de longue durée conclu avec un organisme du secteur public 2. Dans ce type d arrangement, d une manière générale, le partenaire privé accepte de prendre en charge les aspects suivants : Concevoir et construire, ou améliorer, l infrastructure publique Assumer des risques substantiels sur le plan financier, technique et opérationnel Recevoir une rémunération financière sous forme de paiements pendant la durée du contrat provenant des usagers, du secteur public, ou des deux Restituer l infrastructure au secteur public au terme du contrat (dans certains cas, le partenaire privé peut conserver la propriété de l actif). 1 Il est entendu toutefois que les prescriptions de la réglementation générale peuvent aussi s appliquer ou se refléter dans le contrat. 2 L expression «autorité publique» sera utilisée ici pour y faire référence. Il peut s agir d une administration centrale, régionale ou locale, ou d un organisme public autonome tel qu un office des routes. 8 Promotion des partenariats public-privé africains auprès des investisseurs

22 Des termes tels que BOT (construction-exploitation-transfert) ou DBFO (conception-construction-financement-exploitation) sont souvent utilisés pour décrire les dispositifs de ce type. Dans les cas où l infrastructure n est pas restituée au secteur public, on parle parfois de contrat BOO (construction-possession-exploitation). Différents secteurs pourront certes avoir leurs aspects particuliers, mais ces dispositifs peuvent s appliquer à toute une gamme de projets d infrastructure. Qu il s agisse de production d électricité, de routes, ou encore de mise en place d écoles ou d hôpitaux, ce qui caractérise le PPP au sens large, c est la question de savoir quels droits, obligations et risques sont assumés par les partenaires publics ou privés au sein du partenariat. À cet égard, on recense généralement deux principaux types de PPP : les PPP de type concession, et les PPP basés sur la disponibilité des services. PPP de type concession Dans un PPP de type concession, une autorité publique accorde à un partenaire privé le droit de concevoir, construire, financer et exploiter un élément d infrastructure appartenant au secteur public. Le contrat de concession est conclu pour une période déterminée (par exemple, ans) après laquelle la responsabilité de l exploitation revient à l autorité publique. Pour recouvrer ses coûts d investissement, d exploitation et de financement et dégager un bénéfice, le partenaire privé impose au public des redevances (par exemple, sous forme de péages). Ainsi, un des principaux éléments distinctifs est que le partenaire privé assume habituellement le risque lié à la demande d utilisation de l infrastructure, en plus des risques relatifs à la conception, au financement, à la construction et à l exploitation. En revanche, le risque lié à la demande peut être réparti de diverses façons : par exemple, l autorité publique peut en assumer une partie en garantissant un niveau d usage minimum. Les frais d utilisation peuvent être prescrits dans le contrat de PPP ou fixés par le concessionnaire. Les exemples les plus courants de ce type de PPP sont les routes à péage, les liaisons ferroviaires, les programmes de transport urbain, les ports et les aéroports. Les franchises sont une sous-catégorie de PPP de type concession. Elles consistent pour le secteur privé à reprendre des équipements d infrastructure publique existants, à les exploiter et à en assurer la maintenance dans le cadre d un contrat à durée déterminée, souvent assorti de l obligation de les améliorer. Les franchises sont courantes, par exemple, dans le secteur ferroviaire. Le partenaire privé verse souvent au départ une somme forfaitaire à l autorité publique pour acquérir la franchise. À l évidence, il n y a pas de ligne de démarcation bien déterminée entre franchises et concessions. Si un projet implique un investissement de départ important dans une infrastruc- Définition des partenariats public-privé 9

23 ture nouvelle ou améliorée, on pourra parler de concession ; mais s il implique un investissement de départ limité (et même s il y a des obligations de maintenance à long terme), on pourra parler de franchise. PPP basés sur la disponibilité des services L autre principale forme de PPP est similaire à un PPP de type concession en ce sens qu il consiste également pour le partenaire privé à concevoir, financer, construire ou reconstruire et, par la suite, à exploiter et entretenir les éléments d infrastructure nécessaires. Mais dans ce cas, l autorité publique (au lieu des usagers) effectue les paiements au partenaire privé à partir du moment, et dans la mesure où, un service public (et non pas un élément d infrastructure) est fourni 3. De ce fait, le risque lié à la demande ou à l utilisation reste au niveau de l autorité publique. Ce PPP basé sur la disponibilité des services a trouvé sa forme initiale dans les accords d achat d énergie (PPA), dans le contexte des projets de production d électricité. Dans ce genre de partenariat, des investisseurs privés construisent une installation de production d électricité et concluent un accord par lequel ils s engagent à vendre leur production à une compagnie d électricité appartenant au secteur public 4. C est cette autorité publique qui assume le risque lié à la demande et qui effectue un paiement minimum en contrepartie de la mise à disposition (ou de la capacité) de la centrale électrique, que sa production soit nécessaire ou non. (Un paiement complémentaire est effectué en contrepartie de son utilisation, pour couvrir le coût des combustibles consommés par la centrale.) La structure du PPA peut s utiliser pour tout projet de type «centrale de transformation» basé sur le schéma d un produit qui entre et ressort à l autre bout de la chaîne, qu il s agisse de gaz servant à produire de l électricité ou de gaz acheminé dans un gazoduc. Le même principe peut être utilisé, par exemple, pour les usines de traitement des déchets. La structure du PPA peut aussi s appliquer aux projets d infrastructure sociale (écoles, hôpitaux, prisons, etc.), ou ceux mettant en jeu des bâtiments administratifs, ainsi qu à d autres projets qui ne sont pas «autofinancés», tels que les projets de routes rurales. Ce type de PPP s emploie en cas de four- 3 Une version hybride du PPP de type concession (paiement par l usager/risque lié à la demande) et du PPP basé sur la disponibilité du service (paiement par l autorité publique) est le recours aux «péages virtuels» dans les projets routiers : dans ce cas, le paiement est effectué par l autorité publique, mais sur la base du niveau de fréquentation de la route par les automobilistes. 4 Dans ce cas, l acheteur n a pas forcément besoin d être une autorité publique : dans les pays où le secteur de l électricité a été privatisé, une entreprise de distribution privée peut conclure le PPA à la place d une autorité publique. Mais on n est pas en présence d un PPP dans ce cas, car il ne met en jeu que des partenaires privés. 10 Promotion des partenariats public-privé africains auprès des investisseurs

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009)

Plus en détail

Services de travail temporaire

Services de travail temporaire Chapitre 4 Section 4.14 Ministère des Services gouvernementaux Services de travail temporaire Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.14 du Rapport annuel 2005 Chapitre 4 Section

Plus en détail

Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits

Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits Les répercussions pour le secteur des logiciels et des services infonuagiques Novembre 2014 L International Accounting Standards Board (IASB)

Plus en détail

Comment susciter l engagement du secteur privé dans des partenariats public-privé sur les marchés émergents

Comment susciter l engagement du secteur privé dans des partenariats public-privé sur les marchés émergents Comment susciter l engagement du secteur privé dans des partenariats public-privé sur les marchés émergents Edward Farquharson Clemencia Torres de Mästle et E.R. Yescombe avec Javier Encinas Comment susciter

Plus en détail

Guide de garantie des investissements

Guide de garantie des investissements Guide de garantie des investissements Agence multilatérale de garantie des investissements Groupe de la Banque mondiale La MIGA: des atouts uniques au service de ses clients L Agence multilatérale de garantie

Plus en détail

Interprétation IFRIC 12 Accords de concession de services

Interprétation IFRIC 12 Accords de concession de services Interprétation IFRIC 12 Accords de concession de services Références Cadre de préparation et de présentation des états financiers 1 IFRS 1 Première application des Normes internationales d information

Plus en détail

Fonds pour la recherche en Ontario

Fonds pour la recherche en Ontario Chapitre 4 Section 4.10 Ministère de la Recherche et de l Innovation Fonds pour la recherche en Ontario Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.10 du Rapport annuel 2009 Contexte

Plus en détail

Contrats à long terme

Contrats à long terme CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 99-10 Contrats à long terme 1. Définition et champ d'application des contrats à long terme 2. Constatation des produits et des charges. 3. Inventaire des produits

Plus en détail

S engager à agir pour le développement durable dans une période de changement

S engager à agir pour le développement durable dans une période de changement Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 13 avril 2015 Français Original: anglais E/ECE/1471/Rev.1 Commission économique pour l Europe Soixante-sixième session Genève, 14-16 avril 2015

Plus en détail

RENOUVELER ET RENÉGOCIER VOTRE PRÊT HYPOTHÉCAIRE

RENOUVELER ET RENÉGOCIER VOTRE PRÊT HYPOTHÉCAIRE SÉRIE L ABC DES PRÊTS HYPOTHÉCAIRES RENOUVELER ET RENÉGOCIER VOTRE PRÊT HYPOTHÉCAIRE Comment prendre de bonnes décisions en matière d hypothèques TABLE DES MATIÈRES Aperçu 1 Le processus de renouvellement

Plus en détail

Aperçu des 37 principes directeurs

Aperçu des 37 principes directeurs Département fédéral des finances DFF Administration fédérale des finances AFF Gouvernement d entreprise de la Confédération Aperçu des 37 principes directeurs Principe n o 1 En principe, il convient d

Plus en détail

ÉNONCÉ DE PRINCIPES LE COMMERCE ÉLECTRONIQUE DES PRODUITS D ASSURANCE

ÉNONCÉ DE PRINCIPES LE COMMERCE ÉLECTRONIQUE DES PRODUITS D ASSURANCE ÉNONCÉ DE PRINCIPES LE COMMERCE ÉLECTRONIQUE DES PRODUITS D ASSURANCE Le présent document reflète le travail d organismes de réglementation membres du CCRRA. Les opinions qui y sont exprimées ne doivent

Plus en détail

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances August 2014 ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances Résumé L Association canadienne de la construction (ACC) représente 20 000 entreprises membres

Plus en détail

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers IFRS 9 Chapitre 1 : Objectif 1.1 L objectif de la présente norme est d établir des principes d information financière en matière d

Plus en détail

Programme d appui aux investissements des PME

Programme d appui aux investissements des PME Programme d appui aux investissements des PME MIGA : apporter aux clients des atouts sans pareil L Agence multilatérale de garantie des investissements (MIGA) a pour mission de promouvoir l investissement

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE TRANS/WP.5/2003/7/Add.4 8 juillet 2003 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT. Note de projet

PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT. Note de projet www.unidroit.org PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT Le Guide UNIDROIT/FAO sur l agriculture sous contrat Note de projet SOMMAIRE Qu est-ce que l agriculture

Plus en détail

Investir dans des produits financiers

Investir dans des produits financiers En savoir plus sur les services financiers Investir dans des produits financiers La directive MiFID : guide du Consommateur Comité Européen des Régulateurs des Marchés de Valeurs mobilières Commission

Plus en détail

LE METIER DE SYNDIC. I) - Le cadre légal :

LE METIER DE SYNDIC. I) - Le cadre légal : 1 LE METIER DE SYNDIC Avec près de 8 millions de logements en Copropriété, la plupart des Français sont en relation avec un Syndic qui administre les parties communes de leur habitat collectif. Ils payent

Plus en détail

Expériences avec les contrats de la communauté dans les travaux d infrastructure urbaine

Expériences avec les contrats de la communauté dans les travaux d infrastructure urbaine v Renforcement des compétences opérationnelles dans le développement mené par la communauté 15 au 19 avril 2002 Washington, D.C. Expériences avec les contrats de la communauté dans les travaux d infrastructure

Plus en détail

RÈGLES DE CONDUITE DE BSI SA

RÈGLES DE CONDUITE DE BSI SA BANQUIERS SUISSES DEPUIS 1873 RÈGLES DE CONDUITE DE BSI SA MAI 2012 BSI SA (ci-après BSI ou la Banque ), soucieuse d accroître en permanence le niveau de qualité et d efficacité des services et produits

Plus en détail

Norme ISA 620, Utilisation par l auditeur des travaux d un expert de son choix

Norme ISA 620, Utilisation par l auditeur des travaux d un expert de son choix IFAC Board Prise de position définitive 2009 Norme internationale d audit (ISA) Norme ISA 620, Utilisation par l auditeur des travaux d un expert de son choix Le présent document a été élaboré et approuvé

Plus en détail

Informations pour les bénéficiaires de projets

Informations pour les bénéficiaires de projets L AGENCE AMÉRICAINE POUR LE COMMERCE ET LE DÉVELOPPEMENT Informations pour les bénéficiaires de projets L Agence Américaine pour le Commerce et le Développement (U.S. Trade and Development Agency) 1000

Plus en détail

Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales

Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales Introduction Une norme de pratique est une instruction sur le comportement attendu de l actuaire évoluant dans un contexte

Plus en détail

POLITIQUE EUROPÉENNE APPLIQUÉE AUX SITES INTERNET DES ENTREPRENEURS INDÉPENDANTS AMWAY

POLITIQUE EUROPÉENNE APPLIQUÉE AUX SITES INTERNET DES ENTREPRENEURS INDÉPENDANTS AMWAY BIEN- ÊTRE MAISON BEAUTÉ VOTRE ACTIVITÉ VOTRE ACTIVITÉ MAISON BEAUTÉ BIEN- ÊTRE VOTRE ACTIVITÉ MAISON BEAUTÉ POLITIQUE EUROPÉENNE APPLIQUÉE AUX BIEN- ÊTRE SITES INTERNET DES ENTREPRENEURS INDÉPENDANTS

Plus en détail

Info-assurance Séance d information de l IASB du 19 mars 2015

Info-assurance Séance d information de l IASB du 19 mars 2015 www.pwc.com/ca/insurance Info-assurance Séance d information de l IASB du 19 mars 2015 Puisque divers points de vue sont analysés lors des réunions de l IASB, et qu il est souvent difficile de décrire

Plus en détail

Conseil de recherches en sciences humaines du Canada

Conseil de recherches en sciences humaines du Canada Conseil de recherches en sciences humaines du Canada Annexe à la Déclaration de responsabilité de la direction englobant le contrôle interne en matière de rapports financiers (non vérifiée) Exercice 2011-2012

Plus en détail

Le Réseau de conciliation du secteur financier Un cadre pour la collaboration Le 10 Août, 2007

Le Réseau de conciliation du secteur financier Un cadre pour la collaboration Le 10 Août, 2007 Le Réseau de conciliation du secteur financier Un cadre pour la collaboration Le 10 Août, 2007 Page 1 sur 15 NOTE La présente note et les documents joints décrivent un cadre pour la collaboration continue

Plus en détail

ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES

ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES PPB-2006-8-1-CPA ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES Introduction 0. Base légale 1. Le contrôle interne 1.1. Définition et éléments constitutifs 1.2. Mesures

Plus en détail

Feuille d information sommaire 3 : Attribution des dépenses de financement au formulaire T3010B

Feuille d information sommaire 3 : Attribution des dépenses de financement au formulaire T3010B Feuille d information sommaire 3 : Attribution des dépenses de financement au formulaire T3010B L information suivante est organisée de façon à aider les organismes de bienfaisance à indiquer les dépenses

Plus en détail

Contrats d assurance vie avec droits acquis

Contrats d assurance vie avec droits acquis Contrats d assurance vie avec droits acquis Introduction Le budget fédéral de novembre 1981 proposait des modifications fondamentales à l égard du traitement fiscal avantageux accordé aux contrats d assurance

Plus en détail

ÉBAUCHE POUR COMMENTAIRE MODALITÉS RELATIVES AUX ADJUDICATIONS DES OBLIGATIONS À TRÈS LONG TERME DU GOUVERNEMENT DU CANADA

ÉBAUCHE POUR COMMENTAIRE MODALITÉS RELATIVES AUX ADJUDICATIONS DES OBLIGATIONS À TRÈS LONG TERME DU GOUVERNEMENT DU CANADA ÉBAUCHE POUR COMMENTAIRE Banque du Canada MODALITÉS RELATIVES AUX ADJUDICATIONS DES OBLIGATIONS À TRÈS LONG TERME DU GOUVERNEMENT DU CANADA 1. Par les présentes, le ministre des Finances donne avis que

Plus en détail

Accord d Hébergement Web Mutualisé

Accord d Hébergement Web Mutualisé Les Conditions qui suivent s appliquent aux services d hébergement Web mutualisé et aux services associés de Radiant achetés sur le site Web de Radiant ou sur les sites d autres partenaires. D autres services

Plus en détail

Mise en contexte PAR CONSÉQUENT, IL EST CONVENU CE QUI SUIT : 1. Objet

Mise en contexte PAR CONSÉQUENT, IL EST CONVENU CE QUI SUIT : 1. Objet TERMES ET CONDITIONS OUVERTURE DE COMPTE-CLIENT PRÉVOYANT L UTILISATION D UN TRANSPONDEUR, DESTINÉ AU PÉAGE DU PONT SERGE-MARCIL, VÉHICULES DE CATÉGORIE 1 ET 2 Mise en contexte Ces modalités contractuelles

Plus en détail

Consultation sur le projet de mise à jour des indicateurs PEFA, 7 août 2014

Consultation sur le projet de mise à jour des indicateurs PEFA, 7 août 2014 Consultation sur le projet de mise à jour des indicateurs PEFA, 7 août 2014 Madame, Monsieur Le Programme «Dépenses publiques et Responsabilité financière» (PEFA), lancé en 2001, a mis en place un cadre

Plus en détail

Document d information

Document d information Document d information Direction des finances municipales Janvier 2008 ISBN 978-2-550-51851-8 (PDF seulement) (3 e édition) ISBN 978-2-550-49637-3 (PDF seulement) (1 re édition) La consolidation des états

Plus en détail

Le rôle du courtier principal

Le rôle du courtier principal AIMA CANADA SÉRIE DE DOCUMENTS STRATÉGIQUES Le rôle du courtier principal Le courtier principal (ou courtier de premier ordre) offre aux gestionnaires de fonds de couverture des services de base qui donnent

Plus en détail

Annexe au document intitulé Communication relative à certaines questions de politique concernant le Bureau de Procureur : renvois et communications

Annexe au document intitulé Communication relative à certaines questions de politique concernant le Bureau de Procureur : renvois et communications Annexe au document intitulé Communication relative à certaines questions de politique concernant le Bureau de Procureur : renvois et communications La présente annexe au document de politique du Procureur

Plus en détail

APERÇU DES ACCORDS CONTRACTUELS DE TRANSFERT DE TECHNOLOGIE

APERÇU DES ACCORDS CONTRACTUELS DE TRANSFERT DE TECHNOLOGIE APERÇU DES ACCORDS CONTRACTUELS DE TRANSFERT DE TECHNOLOGIE I. Introduction 1. En substance, le transfert de technologie est le processus par lequel une technologie, des compétences, un savoir-faire ou

Plus en détail

Commentaires sur le projet de lignes directrices (G3) pour l évaluation de la durabilité de la Global Reporting Initiative

Commentaires sur le projet de lignes directrices (G3) pour l évaluation de la durabilité de la Global Reporting Initiative Le 28 mars 2006 Commentaires sur le projet de lignes directrices (G3) pour l évaluation de la durabilité de la Global Reporting Initiative Nous sommes heureux d avoir l occasion de présenter nos commentaires

Plus en détail

CODE DE CONDUITE DES AGENTS IMMOBILIERS CHARTE DE DÉONTOLOGIE

CODE DE CONDUITE DES AGENTS IMMOBILIERS CHARTE DE DÉONTOLOGIE CODE DE CONDUITE DES AGENTS IMMOBILIERS ET CHARTE DE DÉONTOLOGIE 26 AVENUE VICTOR HUGO 75116 PARIS Tél.: 01-53-64-91-91 Fax.: 01-53-64-91-92 www.snpi.com PRÉAMBULE Le SNPI, organisme professionnel national

Plus en détail

AVIS DE RÉGLEMENTATION AUX MEMBRES RÔLES DE LA CONFORMITÉ ET DE LA SURVEILLANCE

AVIS DE RÉGLEMENTATION AUX MEMBRES RÔLES DE LA CONFORMITÉ ET DE LA SURVEILLANCE Personne-ressource : Paige Ward Avocate générale et vice-présidente, Politiques Téléphone : 416-943-5838 Courriel : pward@mfda.ca RM-0057 5 décembre 2006 (révisé le 6 février 2013) Introduction AVIS DE

Plus en détail

Document de recherche. Exigences de capital pour l assurance maladies graves

Document de recherche. Exigences de capital pour l assurance maladies graves Document de recherche Exigences de capital pour l assurance maladies graves Une recommandation de la Commission sur la gestion des risques et le capital requis de l ICA Juin 2011 Document 211060 This publication

Plus en détail

Cahier des charges. pour la réalisation d une étude. Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D

Cahier des charges. pour la réalisation d une étude. Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D Cahier des charges pour la réalisation d une étude Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D Sommaire Sommaire...2 Article 1 Objet du marché...3 Article 2 Contexte...3

Plus en détail

Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011

Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011 Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011 Texte adopté par la Commission du droit international à sa soixante-troisième session, en 2011, et soumis à l Assemblée générale dans le cadre de

Plus en détail

Norme comptable internationale 18 Produits des activités ordinaires

Norme comptable internationale 18 Produits des activités ordinaires Norme comptable internationale 18 Produits des activités ordinaires Objectif Les produits sont définis dans le Cadre pour la préparation et la présentation des états financiers 1 comme les accroissements

Plus en détail

Résumé du projet de loi n 43 visant à modifier la Loi sur les mines

Résumé du projet de loi n 43 visant à modifier la Loi sur les mines Actualité juridique Résumé du projet de loi n 43 visant à modifier la Loi sur les mines Juin 2013 Mines et ressources naturelles Le 29 mai dernier, madame Martine Ouellet, ministre québécoise des Ressources

Plus en détail

Bonnes pratiques de l'ocde pour la gestion des sinistres d assurance

Bonnes pratiques de l'ocde pour la gestion des sinistres d assurance DIRECTION DES AFFAIRES FINANCIERES ET DES ENTREPRISES Bonnes pratiques de l'ocde pour la gestion des sinistres d assurance Ces bonnes pratiques, préparée par le Comité des assurance de l'ocde, ont été

Plus en détail

Contrat de courtier. Entre : (ci-après nommée «Empire Vie») (ci-après nommé «courtier») Adresse civique : Ville ou municipalité :

Contrat de courtier. Entre : (ci-après nommée «Empire Vie») (ci-après nommé «courtier») Adresse civique : Ville ou municipalité : Contrat de courtier Entre : L EMPIRE, COMPAGNIE D ASSURANCE-VIE (ci-après nommée «Empire Vie») et (ci-après nommé «courtier») Adresse civique : Ville ou municipalité : Province : Code postal : Date d effet

Plus en détail

Organisation africaine de la Propriété Intellectuelle ***************

Organisation africaine de la Propriété Intellectuelle *************** Organisation africaine de la Propriété Intellectuelle *************** 2 TABLE DES MATIERES INTRODUCTION... 3 I PRESENTATION DE L OAPI... 4 II TERRITOIRE OAPI... 4 III - GENERALITES... 5 IV - DE LA CONSTITUTION

Plus en détail

BANQUE MONDIALE. DiRectives pour les décaissements applicables aux projets

BANQUE MONDIALE. DiRectives pour les décaissements applicables aux projets BANQUE MONDIALE DiRectives pour les décaissements applicables aux projets mai 2006 BANQUE MONDIALE DIRECTIVES POUR LES DÉCAISSEMENTS APPLICABLES AUX PROJETS DÉPARTEMENT DES PRÊTS 1 ER MAI 2006 Copyright

Plus en détail

Services de conciliation en assurance Cadre de collaboration et de surveillance. Approuvé par le CCRRA en juin 2015

Services de conciliation en assurance Cadre de collaboration et de surveillance. Approuvé par le CCRRA en juin 2015 Services de conciliation en assurance Cadre de collaboration et de Approuvé par le CCRRA en juin 2015 Mise à jour du Forum conjoint des autorités de réglementation du marché financier Réseau de conciliation

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation. Manuel. Gestion du Cycle de Projet. Programmation.

COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation. Manuel. Gestion du Cycle de Projet. Programmation. COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation Manuel Gestion du Cycle de Projet Programmation Evaluation Identification Mise en œuvre Instruction Financement Mars

Plus en détail

Mémoire prébudgétaire présenté par Imagine Canada. au Comité permanent des finances. de la Chambre des communes

Mémoire prébudgétaire présenté par Imagine Canada. au Comité permanent des finances. de la Chambre des communes Mémoire prébudgétaire présenté par Imagine Canada au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Novembre 2013 Recommandations Au nom des organismes de bienfaisance canadiens, Imagine Canada

Plus en détail

Règles concernant les avantages accessoires du secteur parapublic

Règles concernant les avantages accessoires du secteur parapublic Règles concernant les avantages accessoires du secteur parapublic Apprenez-en davantage au sujet de la Directive applicable aux avantages accessoires du secteur parapublic. Au sujet de la Directive applicable

Plus en détail

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Objectif L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des impôts sur le résultat. La question principale en matière

Plus en détail

COMMANDITÉ DE BROOKFIELD RENEWABLE ENERGY PARTNERS L.P. CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

COMMANDITÉ DE BROOKFIELD RENEWABLE ENERGY PARTNERS L.P. CHARTE DU COMITÉ D AUDIT COMMANDITÉ DE BROOKFIELD RENEWABLE ENERGY PARTNERS L.P. CHARTE DU COMITÉ D AUDIT Février 2015 Un comité du conseil d administration (le «conseil») du commandité (le «commandité») de Brookfield Renewable

Plus en détail

NORME INTERNATIONAL D AUDIT 550 PARTIES LIEES

NORME INTERNATIONAL D AUDIT 550 PARTIES LIEES Introduction NORME INTERNATIONAL D AUDIT 550 PARTIES LIEES (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe Champ d application de

Plus en détail

BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ. Vérification de la gouvernance ministérielle. Rapport final

BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ. Vérification de la gouvernance ministérielle. Rapport final BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ Vérification de la gouvernance ministérielle Division de la vérification et de l évaluation Rapport final Le 27 juin 2012 Table des matières Sommaire... i Énoncé d assurance...iii

Plus en détail

Conditions générales de prestations de services

Conditions générales de prestations de services Conditions générales de prestations de services Article 1 Objet Les présentes conditions générales (ci-après les «Conditions Générales») ont pour objet de préciser les modalités d intervention de GEVERS

Plus en détail

Réglementation des jeux de casino

Réglementation des jeux de casino Chapitre 4 Section 4.01 Commission des alcools et des jeux de l Ontario Réglementation des jeux de casino Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.01 du Rapport annuel 2010 Contexte

Plus en détail

GUIDE D ASSISTANCE CONSEIL AUX COMMUNES

GUIDE D ASSISTANCE CONSEIL AUX COMMUNES REPUBLIQUE DU BENIN MINISTERE DE LA DECENTRALISATION, DE LA GOUVERNANCE LOCALE, DE L ADMINISTRATION ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE GUIDE D ASSISTANCE CONSEIL AUX COMMUNES Elaboré par la Direction Générale

Plus en détail

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes N 9 bis du 25 novembre 2008 C2008-85 / Lettre du ministre de l économie, de l industrie et de l emploi du 15 septembre

Plus en détail

Règles de conduite pour négociants en valeurs mobilières applicables à l exécution d opérations sur titres Directives de l Association suisse des

Règles de conduite pour négociants en valeurs mobilières applicables à l exécution d opérations sur titres Directives de l Association suisse des Règles de conduite pour négociants en valeurs mobilières applicables à l exécution d opérations sur titres Directives de l Association suisse des banquiers du janvier 997 Préambule Les présentes règles

Plus en détail

PROJET DE TRAIN LÉGER SUR RAIL D OTTAWA ACCORD DE CONTRIBUTION AVEC LE MINISTÈRE DES TRANSPORTS DE L ONTARIO APERÇU DE LA STRUCTURE ET DU CONTENU

PROJET DE TRAIN LÉGER SUR RAIL D OTTAWA ACCORD DE CONTRIBUTION AVEC LE MINISTÈRE DES TRANSPORTS DE L ONTARIO APERÇU DE LA STRUCTURE ET DU CONTENU PROJET DE TRAIN LÉGER SUR RAIL D OTTAWA ACCORD DE CONTRIBUTION AVEC LE MINISTÈRE DES TRANSPORTS DE L ONTARIO APERÇU DE LA STRUCTURE ET DU CONTENU L accord de contribution (l «accord de contribution») a

Plus en détail

La création d une agence autonome présenterait les avantages et inconvénients suivants, recensés à travers l étude:

La création d une agence autonome présenterait les avantages et inconvénients suivants, recensés à travers l étude: RÉSUMÉ Contexte de l étude Le 4 septembre 2003, le Parlement européen a adopté une résolution contenant des recommandations à la Commission sur les langues européennes régionales et moins répandues les

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

SÉLECTION DE CONSULTANTS

SÉLECTION DE CONSULTANTS MODÈLE DE RAPPORT D ÉVALUATION SÉLECTION DE CONSULTANTS Banque mondiale Washington Octobre 1999 iii Préface 1 Les Consultants 2 qui sont employés par les Emprunteurs de la Banque mondiale et dont les

Plus en détail

II. Conclusion du contrat, parties au contrat, limitation des responsabilités contractuelles et prescription

II. Conclusion du contrat, parties au contrat, limitation des responsabilités contractuelles et prescription Conditions générales d exploitation I. Domaine d application 1. Les conditions générales d exploitation suivantes s appliquent à chaque location de chambres d'hôtel ainsi qu à toutes les autres prestations

Plus en détail

2008 Règles de conduite pour négociants en valeurs mobilières. applicables à l exécution d opérations sur titres

2008 Règles de conduite pour négociants en valeurs mobilières. applicables à l exécution d opérations sur titres 008 Règles de conduite pour négociants en valeurs mobilières applicables à l exécution d opérations sur titres Table des matières Préambule... 3 A Directives générales... 4 Art. Base légale... 4 Art. Objet...

Plus en détail

Rogers octroie au Client une licence pour chacune des vitrines des Services Shopify de Rogers que le Client a commandées.

Rogers octroie au Client une licence pour chacune des vitrines des Services Shopify de Rogers que le Client a commandées. Services Shopify offerts par Rogers Les modalités suivantes s'appliquent à votre adhésion aux Services Shopify offerts par Rogers. Ces services sont fournis par le fournisseur de Rogers, Shopify Inc. 1.

Plus en détail

PROJET. Accord cadre relatif à l activité de portage salarial

PROJET. Accord cadre relatif à l activité de portage salarial PROJET Accord cadre relatif à l activité de portage salarial Préambule Le présent accord cadre a pour finalité de fixer un cadre général de l activité du portage salarial et sera complété, en tant que

Plus en détail

SOMMAIRE DU RÉGIME RÉGIME FIDUCIAIRE D ÉPARGNE-ÉTUDES GLOBAL (le «Régime»)

SOMMAIRE DU RÉGIME RÉGIME FIDUCIAIRE D ÉPARGNE-ÉTUDES GLOBAL (le «Régime») SOMMAIRE DU RÉGIME RÉGIME FIDUCIAIRE D ÉPARGNE-ÉTUDES GLOBAL (le «Régime») Type de régime : Régime de bourses d études individuel Gestionnaire d investissement du fonds : Les actifs de croissance Global

Plus en détail

l utilisation opérationnelle des drones en Europe

l utilisation opérationnelle des drones en Europe Proposition de création de règles communes pour l utilisation opérationnelle des drones en Europe easa.europa.eu/drones septembre 2015 Proposition de création de règles communes pour l utilisation opérationnelle

Plus en détail

Restaurant Brands International Inc. Conseil d administration Lignes directrices sur la gouvernance. Adoptées le 11 décembre 2014

Restaurant Brands International Inc. Conseil d administration Lignes directrices sur la gouvernance. Adoptées le 11 décembre 2014 Restaurant Brands International Inc. Conseil d administration Lignes directrices sur la gouvernance Adoptées le 11 décembre 2014 Le conseil d administration (le «conseil») de Restaurant Brands International

Plus en détail

Vérification des procédures en fin d exercice

Vérification des procédures en fin d exercice Vérification des procédures en fin d exercice DIVERSIFICATION DE L ÉCONOMIE DE L OUEST CANADA Direction générale de la vérification et de l évaluation Décembre 2011 Table des matières 1.0 Résumé 1 2.0

Plus en détail

Agence canadienne de développement international (ACDI) 200, promenade du Portage Gatineau (Québec) K1A 0G4 Canada

Agence canadienne de développement international (ACDI) 200, promenade du Portage Gatineau (Québec) K1A 0G4 Canada Agence canadienne de développement international (ACDI) 200, promenade du Portage Gatineau (Québec) K1A 0G4 Canada Téléphone : (819) 997-5006 1 800 230-6349 (sans frais) Ligne pour les malentendants et

Plus en détail

Guide de rédaction pour une entente de gestion des CCTT

Guide de rédaction pour une entente de gestion des CCTT Guide de rédaction pour une entente de gestion des CCTT CCTT CENTRES COLLÉGIAUX DE TRANSFERT DE TECHNOLOGIE Guide de rédaction pour une entente de gestion des CCTT Septembre Pour tout renseignement sur

Plus en détail

assurer les investissements garantir les opportunités

assurer les investissements garantir les opportunités assurer les investissements garantir les opportunités LA MISSION DE LA MIGA Promouvoir l investissement direct à l étranger dans les pays en développement pour contribuer à la croissance économique, faire

Plus en détail

Politique et critères de performance de l IFC en matière de viabilité sociale et environnementale Examen et actualisation

Politique et critères de performance de l IFC en matière de viabilité sociale et environnementale Examen et actualisation Politique et critères de performance de l IFC en matière de viabilité sociale et environnementale Examen et actualisation Vue d ensemble du Processus de consultation et de participation Société financière

Plus en détail

Conseil d administration 310 e session, Genève, mars 2011 GB.310/PFA/12 PFA POUR DÉCISION

Conseil d administration 310 e session, Genève, mars 2011 GB.310/PFA/12 PFA POUR DÉCISION BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL Conseil d administration 310 e session, Genève, mars 2011 GB.310/PFA/12 Commission du programme, du budget et de l administration PFA POUR DÉCISION DOUZIÈME QUESTION À L

Plus en détail

la séparation totale des activités des postes et télécommunications;

la séparation totale des activités des postes et télécommunications; LE CADRE GENERAL D ASSISTANCE PAR CONSULTANTS POUR L ELABORATION ET LA MISE EN OEUVRE D UN CADRE LEGAL APPROPRIE POUR LE SECTEUR DES TELECOMMUNICATIONS CONTEXTE GENERAL Le Gouvernement [PAYS] a adopté,

Plus en détail

Expérimentation sur la valorisation des effacements de consommation sur les marchés de l'énergie (dispositif "NEBEF 1"): synthèse des propositions de

Expérimentation sur la valorisation des effacements de consommation sur les marchés de l'énergie (dispositif NEBEF 1): synthèse des propositions de Expérimentation sur la valorisation des effacements de consommation sur les marchés de l'énergie (dispositif "NEBEF 1"): synthèse des propositions de RTE 16 octobre 2013 Expérimentation sur la valorisation

Plus en détail

Exposé-sondage. Conseil des normes actuarielles. Avril 2013. Document 213018

Exposé-sondage. Conseil des normes actuarielles. Avril 2013. Document 213018 Exposé-sondage Révisions aux Normes de pratique applicables aux régimes de retraite Hypothèses pour les évaluations de liquidation hypothétique et de solvabilité Conseil des normes actuarielles Avril 2013

Plus en détail

Accord sur la sécurité incendie et la sécurité des bâtiments au Bangladesh

Accord sur la sécurité incendie et la sécurité des bâtiments au Bangladesh Accord sur la sécurité incendie et la sécurité des bâtiments au Bangladesh Les parties soussignées sont attachées à l objectif d une industrie du prêt-à-porter sûre et durable au Bangladesh où aucun travailleur

Plus en détail

Adoption prochaine au Canada des réformes de la réglementation mondiale du secteur de l assurance. kpmg.ca

Adoption prochaine au Canada des réformes de la réglementation mondiale du secteur de l assurance. kpmg.ca Adoption prochaine au Canada des réformes de la réglementation mondiale du secteur de l assurance kpmg.ca Adoption prochaine au Canada des réformes de la réglementation mondiale du secteur de l assurance

Plus en détail

Bureau du surintendant des institutions financières. Rapport de vérification interne sur le Groupe de l assurance-vie Conglomérats

Bureau du surintendant des institutions financières. Rapport de vérification interne sur le Groupe de l assurance-vie Conglomérats Bureau du surintendant des institutions financières Groupe de l assurance-vie Conglomérats Juin 2012 Table des matières 1. Contexte... 2 2. Objectif, portée et méthodologie... 3 3. Conclusion... 4 4. Réponse

Plus en détail

Obtenir le titre de prêteur. agréé. La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION

Obtenir le titre de prêteur. agréé. La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION Obtenir le titre de prêteur agréé La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION La SCHL aide les Canadiens à répondre à leurs besoins en matière de logement. En tant qu autorité en matière

Plus en détail

LA COMPTABILITÉ DU SECTEUR PRIVÉ EN PLEINE TRANSITION

LA COMPTABILITÉ DU SECTEUR PRIVÉ EN PLEINE TRANSITION Incidences du passage aux IFRS sur la comptabilité du secteur public PAR JIM KEATES, DIRECTEUR DE PROJETS, CONSEIL SUR LA COMPTABILITÉ DANS LE SECTEUR PUBLIC, L INSTITUT CANADIEN DES COMPTABLES AGRÉÉS

Plus en détail

L investissement en fonction du passif : qu en est-il de son usage à travers le monde?

L investissement en fonction du passif : qu en est-il de son usage à travers le monde? GROUPE DE RECHERCHE SUR LES PRATIQUES DE GESTION DES RÉGIMES DE RETRAITE L investissement en fonction du passif : qu en est-il de son usage à travers le monde? SOMMAIRE Le Groupe de recherche sur les pratiques

Plus en détail

Rapport 2012 de l Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne. Résumé

Rapport 2012 de l Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne. Résumé Rapport 2012 de l Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne Résumé 1 Rapport 2012 de l Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne Au cours de la dernière décennie,

Plus en détail

FORMULAIRE STANDARD DE LA GARANTIE, COMPAGNIE D ASSURANCE DE L AMÉRIQUE DU NORD ENTENTE SUR LES MESURES D ATTÉNUATION

FORMULAIRE STANDARD DE LA GARANTIE, COMPAGNIE D ASSURANCE DE L AMÉRIQUE DU NORD ENTENTE SUR LES MESURES D ATTÉNUATION CAUTIONNEMENTS FORMULAIRE STANDARD DE LA GARANTIE, COMPAGNIE D ASSURANCE DE L AMÉRIQUE DU NORD ENTENTE SUR LES MESURES D ATTÉNUATION À UTILISER AVEC LE DOCUMENT INTITULÉ CAUTIONNEMENT D EXÉCUTION HEADSTART

Plus en détail

Information et sensibilisation des consommateurs à l égard des risques importants liés aux produits hypothécaires

Information et sensibilisation des consommateurs à l égard des risques importants liés aux produits hypothécaires Information et sensibilisation des consommateurs à l égard des risques importants liés aux produits hypothécaires Le Conseil canadien des autorités de réglementation des courtiers hypothécaires (CCARCH)

Plus en détail

ANNEXE: RÈGLEMENT DU SERVICE «ZOOMIT ING» DES SERVICES HOME BANK

ANNEXE: RÈGLEMENT DU SERVICE «ZOOMIT ING» DES SERVICES HOME BANK ANNEXE: RÈGLEMENT DU SERVICE «ZOOMIT ING» DES SERVICES HOME BANK 1. OBJET DU RÈGLEMENT DU «SERVICE ZOOMIT ING» Le règlement du service Zoomit ING (ci-après dénommé le «Règlement») a pour objet de donner

Plus en détail

UV DIRECT MODALITÉS DU COMPTE

UV DIRECT MODALITÉS DU COMPTE UV DIRECT MODALITÉS DU COMPTE Les pages suivantes contiennent des renseignements importants au sujet de votre compte UV DIRECT dont vous devez prendre connaissance. Si vous avez des questions, nous serons

Plus en détail

Cession en garantie d un contrat d assurance vie détenu par un particulier

Cession en garantie d un contrat d assurance vie détenu par un particulier Cession en garantie d un contrat d assurance vie détenu par un particulier Introduction L assurance vie cédée en garantie d un prêt est une stratégie de planification financière qui utilise la valeur de

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE AUX LOIS ANTI CORRUPTION D ALCOA, INC.

POLITIQUE RELATIVE AUX LOIS ANTI CORRUPTION D ALCOA, INC. POLITIQUE RELATIVE AUX LOIS ANTI CORRUPTION D ALCOA, INC. CONTEXTE : Alcoa Inc. («Alcoa») et sa direction se sont engagés à mener toutes leurs activités dans le monde entier, avec éthique et en conformité

Plus en détail

C O N D I T I O N S G É N É R A L E S

C O N D I T I O N S G É N É R A L E S VERSION GLOBALE 13 novembre 20142 mai 2014 C O N D I T I O N S G É N É R A L E S D E S E R V I C E 1. INTRODUCTION VOLVO souhaite vous offrir les meilleurs Services disponibles (tels que définis au bas

Plus en détail

RÉPUBLIQUE DU BÉNIN ------------ PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE ----------- PLAN TIC - BÉNIN

RÉPUBLIQUE DU BÉNIN ------------ PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE ----------- PLAN TIC - BÉNIN RÉPUBLIQUE DU BÉNIN ------------ PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE ----------- PLAN TIC - BÉNIN FEUILLE DE ROUTE POUR L ASSAINISSEMENT, LE REDRESSEMENT ET LA DYNAMISATION DU SECTEUR DES TÉLÉCOMMUNICATIONS ET

Plus en détail

E-COMMERCE VERS UNE DÉFINITION INTERNATIONALE ET DES INDICATEURS STATISTIQUES COMPARABLES AU NIVEAU INTERNATIONAL

E-COMMERCE VERS UNE DÉFINITION INTERNATIONALE ET DES INDICATEURS STATISTIQUES COMPARABLES AU NIVEAU INTERNATIONAL E-COMMERCE VERS UNE DÉFINITION INTERNATIONALE ET DES INDICATEURS STATISTIQUES COMPARABLES AU NIVEAU INTERNATIONAL Bill Pattinson Division de la politique de l information, de l informatique et de la communication

Plus en détail