Guide des Bonnes Pratiques des Affaires du Groupe Legrand

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Guide des Bonnes Pratiques des Affaires du Groupe Legrand"

Transcription

1 Guide des Bonnes Pratiques des Affaires du Groupe Legrand NOTRE CULTURE, NOS ENGAGEMENTS

2

3 La diffusion de bonnes pratiques des affaires s inscrit plus largement dans une volonté permanente de respecter nos clients, fournisseurs et partenaires commerciaux L éthique du comportement est une des valeurs fondamentales de notre Groupe. Elle s incarne notamment dans le respect par chacun d entre nous de bonnes pratiques des affaires au sein de notre Groupe. En adoptant la Charte de la Concurrence, le Groupe a réaffirmé l importance d une concurrence saine et loyale et le présent guide vise à préciser les règles sur les bonnes pratiques commerciales telles qu évoquées dans notre Charte des Fondamentaux. La diffusion de bonnes pratiques des affaires s inscrit plus largement dans une volonté permanente de respecter nos clients, fournisseurs et partenaires commerciaux et de ne pas les impliquer dans des formes de relations commerciales qui ne seraient pas conformes à l éthique des affaires. Le Groupe Legrand est donc intransigeant en matière de corruption ou de fraude : aucune forme n est tolérée. Cela suppose l implication de chacun des collaborateurs du Groupe dans le respect des principes de ce guide. Chacun doit en être le relais auprès de ses collaborateurs et partenaires. Il est également possible à tout moment de se référer aux responsables administratifs et financiers et correspondants éthiques présents au sein du Groupe. Je souhaite donc sensibiliser chacun d entre vous à l importance du respect des bonnes pratiques des affaires mentionnées tout au long de ce guide et vous remercie de bien vouloir en prendre acte. En comptant sur votre implication, Gilles Schnepp Président Directeur Général

4 Guide des Bonnes Pratiques des Affaires du Groupe Legrand

5 Sommaire 1. Introduction Comment utiliser ce guide 5 Pourquoi ce guide Les pratiques à proscrire La corruption : -Lacorruption dans les relations avec les pouvoirs publics 10 -Lacorruption dans les relations avec les clients, fournisseurs et partenaires 10 La fraude 12 Le blanchiment d argent 13 Le non-respect des sanctions économiques et financières, embargos et liste noires 14 SOMMAIRE 3. Les pratiques dont la licéite dépend du contexte juridique local ou des circonstances Les paiements de facilitation 17 Le lobbying et les contributions politiques 18 Les cadeaux et services 18 Les repas 19 Les divertissements 20 Les dons à des œuvres caritatives Recommandations pratiques : les situations concrètes devant éveiller votre vigilance La collaboration avec des partenaires commerciaux 23 Les situations de possible conflit d intérêt Conclusion 25

6

7 Le guide apporte des conseils pratiques pour aider les collaborateurs àfairefaceà des situations potentiellement à risque 1. Introduction n Comment utiliser ce guide? Ce guide des bonnes pratiques des affaires met l accent sur la prévention de la corruption et la lutte contre la fraude. Il est une déclinaison thématique de la Charte des Fondamentaux visant à apporter des références légales et des conseils pratiques pour aider les collaborateurs à faire face à des situations potentiellement à risque. La diffusion des bonnes pratiques des affaires du Groupe présentes dans ce guide et leur respect relève de la responsabilité des Directions de toutes les entités du Groupe. De manière générale, elles s appliquent à tous les collaborateurs du Groupe et de ses filiales. Elles valent également pour les agents, consultants et autres tiers agissant au nom du Groupe, ainsi que pour les fournisseurs, partenaires et autres entités avec lesquelles le Groupe traite. Il incombe à chaque collaborateur du Groupe, quel que soit son niveau hiérarchique, d appliquer, dans la limite de ses fonctions et de ses responsabilités, les règles énoncées ci-après, et de veiller à ce que celles-ci soient également appliquées au sein de son équipe ou par les personnes qui sont sous sa responsabilité. Enfin, il convient de rappeler qu un certain nombre de règles énoncées dans le présent guide résultent d obligations légales ou réglementaires, dont le non-respect est susceptible d entraîner la responsabilité civile, voire pénale du collaborateur y contrevenant et/ou du Groupe. Nous attirons l attention sur le fait que ce guide ne saurait être considéré comme exhaustif et que les règles qui y sont décrites devront, selon le cas, être aménagées en fonction des législations et des réglementations locales. Par ailleurs, en cas de doute ou d incompréhension de certains points, les collaborateurs ne doivent pas hésiter à s adresser à leur supérieur hiérarchique direct, à leur responsable administratif et financier ou à leur correspondant éthique afin d obtenir la position à suivre. En cas de divergence entre les règles du présent guide et certains usages constatés localement, les règles de ce guide doivent primer. 5 IntROduCtIOn

8 L adoption de bonnes pratiques commerciales s inscrit dans la ligne des engagements pris par le Groupe auprès des organisations supranationales 6 IntROduCtIOn n Pourquoi ce guide? Les lois et les normes de société l exigent L adoption de bonnes pratiques commerciales et leur strict respect au sein de l ensemble du Groupe répond à nos Principes Fondamentaux, conformément aux exigences nouvelles des dix dernières années qui ont fait leur apparition en matière de transparence et d éthique des affaires. Elles s inscrivent dans la ligne des engagements pris par le Groupe auprès des organisations supranationales et dans le cadre des textes de référence internationaux notamment : - la Convention de l OCDE sur la lutte contre la corruption d agents publics étrangers dans les transactions commerciales internationales, - les principes directeurs de l OCDE à l intention des entreprises multinationales, - la Convention des Nations Unies sur la corruption, - le Pacte mondial des Nations Unies dont le 10ème principe concerne la lutte contre la corruption, - différentes lois nationales ou locales sur la lutte contre la corruption. Ratifiées par un grand nombre de pays, la convention de l OCDE sur la lutte contre la corruption d agents publics étrangers dans les transactions commerciales internationales et la convention des Nations Unies contre la corruption font de la corruption internationale un acte criminel réprimé dans de nombreux pays. Aujourd hui, le non-respect des lois et règlements internationaux et nationaux en matière de bonnes pratiques commerciales et notamment de lutte anti-corruption peut exposer le Groupe, ses dirigeants et ses représentants à des sanctions pénales et civiles graves. Ainsi, les collaborateurs du Groupe peuvent être passibles d amendes et de peines d emprisonnement. Ces peines peuvent également être assorties de peines complémentaires (interdiction de droits civiques, par exemple) en fonction des législations. L enjeu n est pas seulement pénal : une entreprise peut être sanctionnée commercialement Des sanctions commerciales, financières ou administratives peuvent également être prononcées à l encontre du Groupe en cas de violation des réglementations précitées. Une entreprise condamnée pour corruption pourra être exclue des appels d offres publics. Elle pourra être déclarée inéligible aux soutiens publics

9 (financement et garanties COFACE par exemple) aux financements privés (banques d affaires) et bannie des projets financés par les institutions internationales (Banque Mondiale, Banque Régionale de Développement) par son inscription sur des listes noires. Une entreprise pénalement condamnée peut également se voir interdire l appel public à l épargne. Par ailleurs, l ensemble des acteurs des marchés sur lesquels nous intervenons demandent désormais des garanties en matière d éthique et de transparence avant d engager toute transaction commerciale. Les clients exigent qu elle respecte un code de bonne conduite des affaires incluant des dispositions anticorruption. Les investisseurs peuvent être amenés à auditer ces questions lors des opérations de fusions-acquisitions. Des comportements déviants ou un simple défaut de transparence risquent de barrer l accès du Groupe à la majorité des marchés. Le risque pour la réputation de l entreprise est très élevé Les risques en termes d image et de réputation de la révélation d un acte de corruption ou de fraude doivent être soulignés. Des préjudices irréversibles peuvent apparaître sitôt que les malversations présumées sont rendues publiques et ce même en l absence de jugement. La suspicion de corruption peut quant à elle seule ébranler la confiance des investisseurs, des banques, des clients et des fournisseurs et ainsi nuire à la performance du Groupe. La mise en place d une politique de lutte contre la corruption et la fraude est donc fondamentale pour la pérennité du Groupe. Son strict respect doit lui permettre de valoriser sa relation avec ses clients et ses partenaires, de renforcer son image sur le marché et de diminuer les risques de mise en cause de sa responsabilité juridique et de celle de ses collaborateurs. 7 IntROduCtIOn

10

11 Les pots de vins, les commissions et les paiements illicites, les manœuvres frauduleuses, le blanchiment d argent et les infractions aux lois sur le contrôle des exportations, sur les embargos ou les listes noires sont considérés comme les violations les plus graves 2. Les pratiques à proscrire n La corruption : Est considéré comme un acte de corruption le fait, par quiconque, de proposer, sans droit, à tout moment, directement ou indirectement (par l intermédiaire d un agent, consultant, sous-traitant ou toute autre personne agissant en son nom), à une personne du secteur public ou privé, des offres, des promesses, des dons, des présents ou des avantages quelconques pour elle-même ou pour autrui, afin qu elle accomplisse ou s abstienne d accomplir un acte de sa fonction. Constitue également un acte de corruption le fait, par quiconque, de céder à une personne qui sollicite, dans les mêmes conditions, un avantage quelconque. Les lois punissent également le trafic d influence qui vise à obtenir d une personne qu elle abuse de son influence réelle ou supposée en vue de faire obtenir une quelconque décision favorable et l extorsion qui consiste à conditionner l octroi d un marché (ou d un contrat, d une décision administrative) à la réalisation d une contrepartie indue, l entreprise qui subit la pratique n a alors aucune alternative si elle veut conclure l affaire. La corruption peut donc concerner des relations avec des partenaires commerciaux comme avec des agents publics. Certaines lois ne visent que la corruption exercée dans le secteur public mais la politique de lutte contre la corruption du Groupe s applique également au secteur privé. Ainsi, les actes de corruption peuvent s opérer directement ou indirectement par l intervention, la complicité d un tiers. L incitation à commettre des actes de corruption ou la complicité dans de tels actes constitue également des actes de corruption. Ces infractions sont punies d amendes ou de peines de prison. Les réflexes à adopter 9 LES PRAtIquES A PROSCRIRE Chaque salarié doit consulter son supérieur hiérarchique direct, son responsable administratif et financier ou son correspondant éthique, pour tout problème relatif à des exigences éthiques ou légales liées aux affaires. En agissant ainsi, chaque salarié donne la possibilité au Groupe d étudier le point qui lui est signalé et le cas échéant d y remédier, avant qu une infraction ne soit avérée.

12 Le versement de pots de vin est strictement interdit 10 LES PRAtIquES A PROSCRIRE La corruption dans les relations avec les pouvoirs publics La nature internationale des activités du Groupe peut conduire certains des collaborateurs à entrer en relation avec des agents publics ou administrations. Les réglementations locales peuvent toutefois être plus restrictives que les règles exposées ci-dessous. En règle générale, il convient de ne jamais rien proposer à un agent de la fonction publique directement ou par l intervention d un intermédiaire en échange d un traitement de faveur. Il est important de noter que les personnes employées par des sociétés, universités, entités publiques ou autres organisations contrôlées en tout ou partie par un Etat ou un gouvernement peuvent également être considérées comme des agents publics. Une vigilance accrue s impose lorsqu on entre en relation avec de telles personnes. Il est nécessaire de se mettre en relation avec le responsable administratif et financier afin qu il vous éclaire sur les règles existantes et sur la manière de les respecter dans toutes les situations impliquant des rapports avec les agents publics ou personnes assimilées. - Les pots de vins Un pot de vin est l appellation couramment donnée pour désigner quelque chose de valeur que l on offre à un agent public ou que l on donne pour influencer une décision discrétionnaire. Un pot de vin peut notamment consister en un paiement effectué pour inciter à attribuer ou à continuer à attribuer un marché ou bien pour influencer le résultat d une vérification ou d une inspection d une autorité de vérification ou de contrôle. De nombreux pays ont promulgué des lois qui criminalisent la corruption des fonctionnaires et interdisent le versement de pots de vins. Les sanctions peuvent être très sévères, comprenant des condamnations pénales importantes pour les personnes physiques et morales et, notamment des peines d emprisonnement. La corruption dans les relations avec les clients, fournisseurs et partenaires - Les commissions et paiements illicites Toute entreprise se doit de conclure des transactions loyales et dans le parfait respect du droit applicable. Que ce soit avec des fournisseurs, des soustraitants, des intermédiaires ou avec des clients, les relations commerciales doivent être saines et fondées sur un cadre contractuel bien défini (conditions générales ou particulières, contrat spécifique ) et faisant état de

13 toutes les formes de corruption, active ou passive, sont bannies au sein du Groupe Legrand l exhaustivité des aspects de la relation commerciale. Les commissions occultes et les paiements illicites sont formellement proscrits au sein du Groupe. En vertu de ce principe, ne doivent être rémunérées que des prestations permises par la loi et réelles. La rémunération doit toujours être la contrepartie d un service effectivement rendu et ne pas être disproportionnée. En outre, il est nécessaire que chaque paiement soit effectué après présentation d une facture, validée par le responsable de l approbation du paiement, en priorité par virement bancaire sur le compte bancaire du partenaire et pour le montant figurant sur la facture conformément aux dispositions contractuelles. Les versements à des sociétés qui ne sont pas les acheteurs directs des produits ou les fournisseurs des services ainsi que les paiements dans des pays différents de ceux de l entité acheteuse ou du prestataire doivent être évités. Toute remise et ristourne doit être accordée dans un intérêt commercial tel que défini dans la politique commerciale de l entité considérée, conformément aux procédures Groupe et selon un cadre commercial contractuel bien défini (conditions générales ou particulières de vente, accord commercial spécifique...) Il est important de noter que les principes visés dans cette section s appliquent aussi bien aux transactions relatives à l achat de biens et services, qu à celles relatives à la vente de biens ou services. Les réflexes à adopter 11 LES PRAtIquES A PROSCRIRE La rémunération d un tiers doit toujours être la contrepartie d un service effectivement rendu. Elle doit être raisonnable et proportionnée. Afin de pouvoir justifier de tous les paiements octroyés à un tiers ou reçu d un tiers, il est nécessaire d être extrêmement vigilant sur les avantages accessoires ou les dépenses supplémentaires occasionnées par un contrat. Ils devront tous être justifiés et traçables. Les paiements en chèques ou en espèces doivent être réalisés dans le respect de la législation locale, autorisés par le niveau hiérarchique requis et demeurer exceptionnels.

14 toutes les formes de fraude sont bannies au sein du Groupe Legrand 12 LES PRAtIquES A PROSCRIRE n La fraude : La fraude consiste à tromper délibérément autrui pour obtenir un bénéfice illégitime ou pour se soustraire à une obligation légale. Un comportement frauduleux suppose donc un élément intentionnel et un procédé de dissimulation de l agissement non autorisé. En pratique, la fraude peut être une action ou une omission. Elle repose le plus souvent sur des falsifications de documents et peut se traduire notamment par des détournements de fonds, l utilisation détournée de matériel ou par des informations ou une comptabilité erronée. Les manœuvres frauduleuses sont toujours sanctionnées par la loi sous forme d infractions spécifiques : vol, escroquerie, détournement de fonds, abus de biens sociaux et abus de confiance, faux et usage de faux, dissimulation de preuve ou de revenus. La fraude peut également consister à assister un tiers, en toute connaissance de cause, dans la commission de l infraction, par exemple en enregistrant des fausses facturations ou en falsifiant des inventaires, de sorte de dissimuler quand, où et pour quelle raison la transaction a été réalisée. Ces infractions sont punies d amendes ou de peines d emprisonnement. Toutes les formes de fraude sont bannies au sein du Groupe Legrand Tout acte frauduleux expose aux sanctions prévues par la législation internationale et/ou locale applicable et par les règles internes du Groupe.

15 n Le blanchiment d argent : Le blanchiment d argent est un délit qui consiste à dissimuler ou à convertir les fonds provenant d activités illégales. Le Groupe a adopté des procédures de contrôle interne visant à éviter que les transactions commerciales qu il réalise ne soient utilisées à des fins de blanchiment d argent ou de financement du terrorisme. Ces procédures permettent de détecter et de prévenir toute forme d implication dans un processus illicite. 13 LES PRAtIquES A PROSCRIRE Les réflexes à adopter Chaque salarié doit connaître et se conformer aux procédures de contrôle interne en vigueur au sein du Groupe en matière administrative et financière et signaler toute opération suspecte afin de permettre au Groupe d intervenir avant qu une infraction ne soit commise. Chaque entité du Groupe doit connaître et se conformer à la procédure «Know Your Customer» qui interdit toute transaction avec les personnes physiques ou morales «black-listées» par les Etats-unis (OFAC Sdn, OFAC PLC, section 311) ou l union Européenne.

16 Le Groupe doit veiller à la légalité de ses exportations 14 LES PRAtIquES A PROSCRIRE n Les infractions aux lois sur le contrôle des exportations : Le Groupe, par sa présence mondiale, se doit de respecter strictement l ensemble des lois et règlementations internationales qui lui sont applicables en matière de contrôle des exportations et notamment en matière d obtention de licences, de documents d expédition ou d importation. Il doit veiller à la légalité de chacune de ses activités et notamment de ses exportations en vérifiant que la nature, la destination ou l utilisation de ses produits ne font pas l objet de restrictions ou d interdictions. n Le non-respect des sanctions économiques et financières, embargos et listes noires : Outre les lois sur les contrôles des exportations, il arrive que des sanctions spécifiques soient prises à l encontre de certains pays (embargos) ou de certaines entités ou individus spécifiquement désignés (sanctions individuelles prises à l encontre de certaines entités), soit multilatéralement dans le cadre d une résolution des Nations Unies ou d un règlement de l Union Européenne, soit unilatéralement, par certains Etats. Ces sanctions peuvent prendre différentes formes, telles que des restrictions ou des interdictions sur : les opérations d importation ou d exportation avec les pays sanctionnés, les voyages vers ou depuis un pays sanctionné, les nouveaux investissements dans un pays sanctionné, les transactions financières et les négociations impliquant un pays sanctionné, et sont ainsi susceptibles de restreindre la capacité du Groupe à faire des affaires dans certains pays ou avec certaines entités ou individus. A titre d exemple, une mesure de sanction pourra stipuler l obtention d une autorisation préalable à l expédition ou bien l interdiction d exporter, selon la nature d un produit, l identité du client, l utilisation finale ou le pays de destination du produit. Les réflexes à adopter dans le cadre de toute activité commerciale, notamment en cas d exportation, chaque entité doit s assurer du respect des règles de contrôle interne relatives aux contrôles des exportations.

17 Dans le cadre d un projet faisant intervenir un partenaire commercial dans un pays tiers pour réaliser une prestation de consulting, de développement produit, d ingénierie ou de développement informatique par exemple, il est important de vérifier que le tiers, l entité ou l individu participant au projet, n est pas lui-même sujet à sanction, à mesure d embargo ou n est pas désigné sur une liste noire. Un tel individu ou une telle entité devra être exclu du projet. La violation de ces lois expose le Groupe et les collaborateurs impliqués à des sanctions sévères telles qu amendes, peines d emprisonnement ou suppression des droits d exportation. Actuellement, en raison des régimes de sanctions particulièrement stricts qui sont applicables dans certains pays, le Groupe a adopté des listes de pays dans lesquels il précise les restrictions liées à ses activités. Par ailleurs, le Groupe n effectue aucune transaction avec des personnes ou des entités répertoriées sur les listes noires établies par les Etats Unis ou par l Union Européenne. 15 LES PRAtIquES A PROSCRIRE Les réflexes à adopter Le Groupe Legrand a décidé de mettre en place des procédures internes relatives au risque pays, qui fixent les mesures prises au sein du Groupe en vue de s assurer que ses activités sont réalisées notamment en conformité avec les régimes de sanctions économiques et financières imposés par les Etats-unis et l union Européenne. Chaque entité doit se conformer à ces procédures.

18

19 Assurez-vous de connaître les législations et réglementations applicables 3. Les pratiques dont la licéité dépend du contexte juridique local ou des circonstances Certaines pratiques peuvent revêtir un caractère licite ou illicite selon le contexte juridique local ou les circonstances. Il est donc toujours nécessaire d obtenir des recommandations supplémentaires sur les règles locales existantes. dans la mesure où les activités peuvent impliquer l offre d un avantage quelconque, il peut être interdit d en faire bénéficier des agents publics ou personnes assimilées. Assurezvous de connaître les législations et réglementations applicables. n Les paiements de facilitation : Ces paiements sont utilisés pour faciliter ou accélérer la réalisation de procédures et formalités administratives obligatoires que les agents publics sont en principe tenus de réaliser par les voies légales normales. De tels paiements sont rigoureusement interdits dans de nombreuses législations et peuvent être tolérés dans d autres à de très strictes conditions. A titre d information, ces formalités administratives obligatoires peuvent inclure notamment : la délivrance d autorisations, de permis ou de visas ; le dédouanement de marchandises ; le traitement de documents étatiques. Il ne faut jamais tenter de dissimuler un paiement. Il convient de consulter le responsable administratif et financier afin qu il vous renseigne sur la légalité d un paiement de facilitation. Tout paiement dont la légalité aura été confirmée, devra être préalablement approuvé par le Directeur du Pays concerné. Enfin, le paiement ainsi que montant devront être correctement documentés. Les réflexes à adopter Il conviendra de vérifier la licéité de tout paiement en vue de l obtention d un service notamment dans le cadre des procédures administratives ou douanières. 17 LES PRAtIquES dont LA LICEItE depend du COntEXtE JuRIdIquE LOCAL Ou des CIRCOnStAnCES

20 Soyez particulièrement attentifs aux cadeaux, repas ou divertissements dans le cadre de relations d affaires 18 LES PRAtIquES dont LA LICEItE depend du COntEXtE JuRIdIquE LOCAL Ou des CIRCOnStAnCES n Le lobbying et les contributions politiques : Toute position en matière de politique publique qui pourrait avoir une incidence significative sur le Groupe ou ses opérations à l échelle nationale ou internationale devra être approuvée préalablement par la Direction du Groupe. Les relations avec les gouvernements, les groupes législatifs ou des organisations internationales (telles que l Union Européenne), le lobbyisme ou les contributions politiques sont approuvées préalablement et coordonnées par la Direction du Groupe. n Les cadeaux et services : Les cadeaux et la fourniture ou l acceptation de divers services sont des marques de courtoisie qui renforcent la relation commerciale. Il est reconnu que dans certaines cultures, une relation d affaires peut occasionner un échange de cadeaux ou de services. Cependant, les lois anti-corruption interdisent la fourniture de cadeaux, services ou toute autre chose de valeur à une personne dans le but d obtenir un avantage indu ou d influencer une décision commerciale ou de toute autre action. De la même façon, elles interdisent l acceptation de cadeaux, services ou toute autre chose de valeur en contrepartie de l octroi d un avantage indu ou d une décision commerciale ou de toute autre action. En général, toute offre, fourniture ou acceptation de cadeau ou de service doit être conforme aux principes suivants : elle est conforme à la loi locale ; la valeur du cadeau ou du service correspond aux usages commerciaux, est raisonnable et adaptée aux circonstances etàl occasion; elle reste exceptionnelle ; les circonstances et la valeur du cadeau ou du service nesontpasde nature à inspirer des soupçons de conflit d intérêt ; l offre, la fourniture ou l acceptation ducadeauouduservicenevisepasà obtenir un avantage indu ni à influencer une décision commerciale ou action officielle. Les réflexes à adopter toute action de lobbying et ce, y compris dans le cadre de la normalisation, ou contribution politique est réalisée dans le respect strict des réglementations nationales et internationales, en toute transparence et avec l accord préalable de la direction du Groupe.

21 Des précautions supplémentaires doivent être prises si le bénéficiaire détient un pouvoir de décision ou d influence sur une action impactant les intérêts de l entreprise. A titre d information, les actions qui peuvent impacter les intérêts d une entreprise peuvent être notamment : l octroi d une autorisation, l octroi d une signature d un contrat, l octroi d un appel d offres. Tout cadeau ou service en faveur d un agent public ou assimilé détenant un pouvoir de décision ou d influence sur une action impactant les intérêts de l entreprise est strictement interdit. Tous les frais et justificatifs liés aux cadeaux et services doivent être consignés dans les registres comptables, en toute transparence. n Les repas : Il est reconnu que les repas d affaires sont une pratique courante dans le monde. En général, il est possible d accepter ou d offrir un repas à un partenaire commercial dans les conditions suivantes : lerepasapourbutl échange d informations professionnelles ; la fréquence des repas n excède pas ce qui est requis à titre professionnel ; la valeur du repas est raisonnable en fonction des circonstances et des usages locaux. Les réflexes à adopter Il convient de refuser et d expliquer poliment les règles du Groupe à tout client ou fournisseur qui ou solliciterait ou proposerait un cadeau dont la valeur ou la nature n est pas conforme aux règles précitées ou dans des circonstances que le Groupe n autorise pas. Il est également nécessaire de vous référer aux règles établies par votre direction avant d offrir ou d accepter tout cadeau ou service, ainsi que de veiller à ce que les règles applicables au sein de la société de votre partenaire soient respectées. Si pour des raisons de protocole ou de courtoisie, un collaborateur doit accepter ou proposer un repas en dehors des règles précitées, il est nécessaire d en informer préalablement son responsable hiérarchique et en cas de doute sur la justification de l invitation de consulter le responsable administratif et financier ou le correspondant éthique. 19 LES PRAtIquES dont LA LICEItE depend du COntEXtE JuRIdIquE LOCAL Ou des CIRCOnStAnCES

22 20 LES PRAtIquES dont LA LICEItE depend du COntEXtE JuRIdIquE LOCAL Ou des CIRCOnStAnCES n Les divertissements : Dans de nombreuses cultures, les activités de loisirs (par exemple, concerts ou évènements sportifs) font partie intégrante des affaires et permettent de renforcer les relations professionnelles. En général, une invitation à un divertissement est acceptable dans les conditions suivantes : Elle s inscrit en toute bonne foi dans le cadre d une rencontre ou d une réunion ayant pour objet de discuter des sujets d affaires ou de développer de meilleures relations commerciales ; Elle a une valeur raisonnable ; Le partenaire commercial participe luimême au divertissement ; Elle est exceptionnelle et correspond à ce qui est coutumier, à cet endroit, pour les divertissements liés aux affaires ; Elle est autorisée par la loi locale. Des précautions supplémentaires doivent être prises si le bénéficiaire détient un pouvoir de décision ou d influence sur une action impactant les intérêts de l entreprise. A titre d information, les actions qui peuvent impacter les intérêts d une entreprise peuvent être notamment : l octroi d une autorisation, l octroi d une signature d un contrat, l octroi d un appel d offres. Les divertissements en faveur des agents publics ou assimilés sont en principe interdits dans le Groupe. Exceptionnellement lorsqu ils sont légaux, ils pourront être autorisés dans le respect des procédures internes locales de chaque entité. Ils seront strictement interdits en faveur d un agent public ou assimilé détenant un pouvoir de décision ou d influence sur une action impactant les intérêts de l entreprise. Tous les frais et justificatifs liés aux divertissements doivent être consignés dans les registres comptables, en toute transparence. Les réflexes à adopter Il convient d être attentif à ces activités et de veiller au respect des règles précitées.

Ethics & Compliance. Instruction du Groupe relative aux Dons aux organisations caritatives

Ethics & Compliance. Instruction du Groupe relative aux Dons aux organisations caritatives Instruction du Groupe relative aux Dons aux organisations caritatives Ethics & Compliance 1/6 1. Préambule Le Code d Éthique d Alstom est essentiel. Il décrit la bonne conduite que les collaborateurs doivent

Plus en détail

Politique anti-corruption

Politique anti-corruption Politique anti-corruption 1. Introduction Notre compagnie attache une valeur importante à sa réputation et s engage à maintenir les normes les plus élevées en matière d éthique dans la gestion de ses affaires

Plus en détail

RELATIONS AVEC LES PARTENAIRES COMMERCIAUX

RELATIONS AVEC LES PARTENAIRES COMMERCIAUX RELATIONS AVEC LES PARTENAIRES COMMERCIAUX Politique Groupe Keolis - Mai 2015 - Document à usage interne et externe RE Rappels des principes fondamentaux posés par le GUIDE ETHIQUE DE CONDUITE DES AFFAIRES

Plus en détail

GDF SUEZ CODE DE CONDUITE A L USAGE DES FINANCIERS DU GROUPE

GDF SUEZ CODE DE CONDUITE A L USAGE DES FINANCIERS DU GROUPE CODE DE CONDUITE A L USAGE DES FINANCIERS DU GROUPE SOMMAIRE Préambule 1 Article 1 2 Conflits d Intérêts Article 2 3 Qualité de l information du Public Article 3 3 Respect des lois, règles et règlements

Plus en détail

Anti-Slavery International Politique anti-corruption d Anti-Slavery International

Anti-Slavery International Politique anti-corruption d Anti-Slavery International Anti-Slavery International Politique anti-corruption d Anti-Slavery International Introduction Le Conseil d administration et l équipe de direction d Anti-Slavery International s engagent à appliquer une

Plus en détail

CODE DE BONNE CONDUITE

CODE DE BONNE CONDUITE CODE DE BONNE CONDUITE CONCERNANT LES INTERACTIONS AVEC LES PROFESSIONNELS DE SANTÉ Déclaration de l ensemble des membres du COCIR Le COCIR se consacre à l avancement de la science médicale et à l amélioration

Plus en détail

DACHSER Code de conduite

DACHSER Code de conduite DACHSER Code de conduite 1. Préambule Toute action chez Dachser repose sur le respect des dispositions juridiquement contraignantes aux niveaux national et international ainsi que sur tous les engagements

Plus en détail

VILLE DE L ÎLE-DORVAL POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE

VILLE DE L ÎLE-DORVAL POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE VILLE DE L ÎLE-DORVAL POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE SECTION 1 DISPOSITIONS GÉNÉRALES (p. 2-3) 1. But 2. Portée 3. Objectifs 4. Définitions TABLE DES MATIÈRES SECTION II OBLIGATIONS DE L ADMINISTRATION

Plus en détail

Politique de lutte contre la corruption

Politique de lutte contre la corruption Politique de lutte contre la corruption Introduction Le RPC Group Plc («la Société») applique la tolérance zéro en matière de corruption dans ses opérations commerciales mondiales, tant dans le secteur

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE

POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE Section I : Dispositions générales 1. But La Ville de Kirkland établit par la présente politique des règles en matière de gestion contractuelle afin de favoriser la transparence,

Plus en détail

CODE D'ETHIQUE GROUPE CGR

CODE D'ETHIQUE GROUPE CGR CODE D'ETHIQUE GROUPE CGR Chaque salarié et dirigeant du groupe CGR s'engage à : RESPECTER LA PERSONNE ET SON ENVIRONNEMENT AVOIR UNE CONDUITE PROFESSIONNELLE ETHIQUEMENT IRREPROCHABLE AVOIR DES RELATIONS

Plus en détail

PROTÉGER ET CONSOLIDER LA RÉPUTATION DE LA SOCIÉTÉ

PROTÉGER ET CONSOLIDER LA RÉPUTATION DE LA SOCIÉTÉ IV L éthique dans vos relations d affaires Nos activités sont tributaires de la qualité des relations que nous entretenons avec les clients, la collectivité, diverses organisations et nos partenaires.

Plus en détail

CHARTE ETHIQUE ACHATS

CHARTE ETHIQUE ACHATS Page : 1/5 CHARTE ETHIQUE ACHATS LES ENJEUX Les conflits d intérêts sont aujourd hui un thème essentiel du débat de société. Il convient de garantir l intégrité des achats et la saine concurrence entre

Plus en détail

N'imprimez ce document que si nécessaire. Protégez l'environnement. Principes de Conduite ÉTHIQUE. des affaires. SPIE, l ambition partagée

N'imprimez ce document que si nécessaire. Protégez l'environnement. Principes de Conduite ÉTHIQUE. des affaires. SPIE, l ambition partagée Protégez l'environnement. N'imprimez ce document que si nécessaire Principes de Conduite ÉTHIQUE des affaires SPIE, l ambition partagée Les ENGAGEMENTS de SPIE LES 10 PRINCIPES DIRECTEURS COMPORTEMENT

Plus en détail

Politique de conformité relative à la lutte contre la corruption et la Loi sur les manœuvres frauduleuses étrangères

Politique de conformité relative à la lutte contre la corruption et la Loi sur les manœuvres frauduleuses étrangères Politique de conformité relative à la lutte contre la corruption et la Loi sur les manœuvres frauduleuses étrangères Crawford & Compagnie et toutes ses filiales à travers le monde sont soumises à certaines

Plus en détail

POLITIQUE. la Ville de La Pocatière

POLITIQUE. la Ville de La Pocatière POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE de la Ville de La Pocatière Février 2013 TABLE DES MATIÈRES 1. Objet... 3 2. Interprétation... 3 3. Mesures visant à assurer que tout soumissionnaire ou l un de ses représentants

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE I CHAMPS D APPLICATION ET INTERPRÉTATION...2

TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE I CHAMPS D APPLICATION ET INTERPRÉTATION...2 TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE I CHAMPS D APPLICATION ET INTERPRÉTATION...2 1. Objet...2 2. Interprétation...3 3. Champ d application...3 4. Définition...3 CHAPITRE II MESURES...3 Section I : Comité de sélection...3

Plus en détail

POLITIQUE EN MATIERE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS

POLITIQUE EN MATIERE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS POLITIQUE EN MATIERE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS Janvier 2014 KURMA PARTNERS 5/7 rue de Monttessuy F-75340 Paris cedex 07, France Agrément AMF n GP 09000027 Pour nous contacter Tel +33 (0)1 58 19

Plus en détail

Préambule. Charte de déontologie des Acteurs de la finance participative (Crowdfunding) en France

Préambule. Charte de déontologie des Acteurs de la finance participative (Crowdfunding) en France Automne 12 Charte de déontologie des acteurs de la finance participative (Crowdfunding) en France. Impulsée par l association Française de la Finance Participative en France. Il n existait pas de charte

Plus en détail

Politique de conflits d intérêts

Politique de conflits d intérêts Politique de conflits d intérêts Politique internationale de Novartis 1 er septembre 2015 Version GIC 101.V1.FR Introduction 1.1 Objectif Novartis s engage à conduire ses activités de manière à garantir

Plus en détail

Code d éthique et de conduite des affaires - Gestion des installations et services auxiliaires

Code d éthique et de conduite des affaires - Gestion des installations et services auxiliaires Code d éthique et de conduite des affaires - Gestion des installations et services auxiliaires Énoncé de valeurs La direction Gestion des installations et services auxiliaires (GISA) s est engagée à protéger

Plus en détail

Charte Achats et Responsabilité d Entreprise. www.thalesgroup.com

Charte Achats et Responsabilité d Entreprise. www.thalesgroup.com www.thalesgroup.com Charte Achats et Responsabilité d Entreprise Introduction Thales, leader mondial des systèmes d information critiques sur les marchés de l Aéronautique et de l Espace, de la Défense

Plus en détail

RÉSUMÉ DE LA POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D'INTÉRÊTS

RÉSUMÉ DE LA POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D'INTÉRÊTS RÉSUMÉ DE LA POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D'INTÉRÊTS INTRODUCTION Newedge Group (ci-après «Newedge») est un prestataire de service d investissement établi en France et ayant des succursales et filiales

Plus en détail

Le statut des sous-traitants est essentiellement régi par la loi n 75-1334 du 31 décembre 1975 relative à la sous-traitance.

Le statut des sous-traitants est essentiellement régi par la loi n 75-1334 du 31 décembre 1975 relative à la sous-traitance. RAPPEL Le statut des sous-traitants est essentiellement régi par la loi n 75-1334 du 31 décembre 1975 relative à la sous-traitance. Un décret du 21 novembre 2011 modifie le contenu de l'attestation que

Plus en détail

LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME

LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME Sommaire Introduction Cadre législatif et réglementaire applicable Extension de l obligation de déclaration Obligations des professionnels Textes

Plus en détail

CHARTE DE BONNES PRATIQUES DE LA SOUS-TRAITANCE

CHARTE DE BONNES PRATIQUES DE LA SOUS-TRAITANCE CHARTE DE BONNES PRATIQUES DE LA SOUS-TRAITANCE Cette charte a vocation à s appliquer lors de travaux effectués par une ou plusieurs entreprises, dites sous-traitantes, à l intérieur de l enceinte et des

Plus en détail

Code de conduite de la Banque de Développement du Conseil de l Europe

Code de conduite de la Banque de Développement du Conseil de l Europe Code de conduite de la Banque de Développement du Conseil de l Europe applicable au Gouverneur, aux Vice-Gouverneurs, aux membres du personnel et aux collaborateurs ou prestataires contractuels (Approuvé

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE

POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE DE LA VILLE DE SAINT-PASCAL 1. OBJECTIFS DE LA POLITIQUE La présente politique de gestion contractuelle instaure des mesures conformes à celles exigées en vertu de l

Plus en détail

POLITIQUE DE REFERENCEMENT DE TIERS

POLITIQUE DE REFERENCEMENT DE TIERS POLITIQUE DE REFERENCEMENT DE TIERS 1 Responsabilité juridique et responsabilité sociale Des tiers, avec lesquels Euromedic entretient des relations d affaires, peuvent avoir un impact important sur Euromedic,

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant l approbation de l accord entre le Gouvernement de la République française, le Conseil fédéral suisse et l Organisation européenne

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 OFFICE D INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSION («INVESTISSEMENTS PSP») Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 13 novembre 2014 PSP-Legal 1633578-1 Page 2 INTRODUCTION Le conseil d

Plus en détail

Politique de gestion des plaintes. La CSST place la satisfaction de sa clientèle au coeur de ses priorités

Politique de gestion des plaintes. La CSST place la satisfaction de sa clientèle au coeur de ses priorités Politique de gestion des plaintes La CSST place la satisfaction de sa clientèle au coeur de ses priorités PRÉAMBULE L administration gouvernementale québécoise place au cœur de ses priorités la qualité

Plus en détail

Objet: Mécanismes particuliers ayant pour but ou pour effet de favoriser la fraude fiscale dans le chef de tiers

Objet: Mécanismes particuliers ayant pour but ou pour effet de favoriser la fraude fiscale dans le chef de tiers Contrats d'assurance vie à primes flexibles - taux garanti, Provisions complémentaires d'assurances vie, Bases techniques de la tarification des contrats d'assurance vie Bruxelles, le 30 novembre 2001

Plus en détail

Politique sur le code de conduite et les conflits d intérêts à l intention des membres des conseils de section de l OCRCVM

Politique sur le code de conduite et les conflits d intérêts à l intention des membres des conseils de section de l OCRCVM Politique sur le code de conduite et les conflits d intérêts à l intention des membres des conseils de section de l OCRCVM Les membres des conseils de section (les «Membres») sont tenus de lire et de signer

Plus en détail

PROJET DE RECOMMANDATION DU CONSEIL CONCERNANT UN ACCORD MODELE OCDE POUR ENTREPRENDRE DES CONTROLES FISCAUX SIMULTANES

PROJET DE RECOMMANDATION DU CONSEIL CONCERNANT UN ACCORD MODELE OCDE POUR ENTREPRENDRE DES CONTROLES FISCAUX SIMULTANES PROJET DE RECOMMANDATION DU CONSEIL CONCERNANT UN ACCORD MODELE OCDE POUR ENTREPRENDRE DES CONTROLES FISCAUX SIMULTANES LE CONSEIL, Vu l article 5 (b) de la Convention relative à l Organisation de Coopération

Plus en détail

ASSURANCE INVESTISSEMENT

ASSURANCE INVESTISSEMENT ASSURANCE INVESTISSEMENT DEMANDE D ASSURANCE POUR UN INVESTISSEMENT DIRECT A L ETRANGER Réservé à Coface N DATE : 1 - PAYS D ACCUEIL DE L INVESTISSEMENT : 2 - DEMANDEUR : Raison sociale (uniquement s il

Plus en détail

Certification du club. Protocole d accord

Certification du club. Protocole d accord Certification du club Protocole d accord Un protocole d accord (MOU) officiel sera fourni par leur district aux clubs participant aux subventions de la Fondation Rotary. Cette feuille de travail détaille

Plus en détail

Politique de prévention, de détection et de gestion des conflits d intérêts

Politique de prévention, de détection et de gestion des conflits d intérêts Politique de prévention, de détection et de gestion des conflits d intérêts Octobre 2015 Validée par Mr Christophe Issenhuth 1 TABLE DES MATIERES I. CADRE GENERAL DU DISPOSITIF DE GESTION DES CONFLITS

Plus en détail

ASSURANCE CHANGE EXPORT

ASSURANCE CHANGE EXPORT ASSURANCE CHANGE EXPORT Demande d assurance change Demande initiale Complément à la garantie N Renouvellement de la garantie N 1 - EXPORTATEUR Raison sociale / Nom : N SIRET (14 chiffres) : Adresse (siège

Plus en détail

POLITIQUE SUR LES ACHATS

POLITIQUE SUR LES ACHATS POLITIQUE SUR LES ACHATS Adoption : Conseil d administration du RCDR, 24 février 2006 Dernière révision : Conseil d administration du RCDR, 19 mars 2014 1. OBJET Définir les responsabilités et les obligations

Plus en détail

Code de conduite des fournisseurs

Code de conduite des fournisseurs Code de conduite des fournisseurs Novembre 2014 1. Introduction La Société canadienne des postes (Postes Canada), une société d État fédérale, vise à maintenir la confiance de tous ses intervenants en

Plus en détail

Le droit. à la protection des droits économiques

Le droit. à la protection des droits économiques Le droit à la protection des droits économiques Le droit à la protection des droits économiques La loi 31-08 édictant des mesures de protection du consommateur comprend des dispositions permettant de protéger

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS 21 Juillet 2015 SOMMAIRE I. PREAMBULE... 3 II. LES ACTIVITES DE BCEE ASSET MANAGEMENT... 3 III. DEFINITION DU CONFLIT D INTERET... 3 IV. IDENTIFICATION DES

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES DE RÉSOLU À L INTENTION DES FOURNISSEURS

LIGNES DIRECTRICES DE RÉSOLU À L INTENTION DES FOURNISSEURS LIGNES DIRECTRICES DE RÉSOLU À L INTENTION DES FOURNISSEURS INTRODUCTION Chez Produits forestiers Résolu Inc. («Résolu»), nous attachons beaucoup d importance à nos relations avec nos clients, nos fournisseurs,

Plus en détail

POLITIQUE MONDIALE DE LUTTE ANTI-CORRUPTION

POLITIQUE MONDIALE DE LUTTE ANTI-CORRUPTION INTRODUCTION Chez Capital Safety, nous agissons toujours avec intégrité. Nous agissons de façon éthique et légale à tous les niveaux et dans tous les pays où nous sommes implantés, sans exception. Nos

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES Titre : POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES CODE : APPROUVÉ PAR : CONSEIL D'ADMINISTRATION RÉS. : CA-617-7747 10-12-2013 EN VIGUEUR : 10-12-2013 MODIFICATIONS : Note : Le texte que vous consultez est une

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE AUX LOIS ANTI CORRUPTION D ALCOA, INC.

POLITIQUE RELATIVE AUX LOIS ANTI CORRUPTION D ALCOA, INC. POLITIQUE RELATIVE AUX LOIS ANTI CORRUPTION D ALCOA, INC. CONTEXTE : Alcoa Inc. («Alcoa») et sa direction se sont engagés à mener toutes leurs activités dans le monde entier, avec éthique et en conformité

Plus en détail

DIRECTIVES ET NORMES EN MATIÈRE DE PRINCIPE

DIRECTIVES ET NORMES EN MATIÈRE DE PRINCIPE Les versions actuelles des documents approuvés sont mises à jour en ligne. Les copies imprimées ne sont pas contrôlées. Page 1 de 5 DIRECTIVES ET NORMES EN MATIÈRE DE PRINCIPE ADMINISTRATEURS, DIRIGEANTS,

Plus en détail

Annexe I CODE DE DÉONTOLOGIE ET RÈGLES D ÉTHIQUE DES ADMINISTRATEURS PUBLICS DE L ÉCOLE NATIONALE DES POMPIERS DU QUÉBEC (L ENPQ) Adopté par le conseil d administration 6 juin 2003 Code d éthique et de

Plus en détail

POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ

POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ Rue Saint-Jean 32-38 à 1000 Bruxelles Table des matières 1. Introduction 3 2. Réglementation 3 3. Rappel

Plus en détail

PREVENIR LA CORRUPTION

PREVENIR LA CORRUPTION PREVENIR LA CORRUPTION APPLICATION DE LA CONVENTION DES NATIONS UNIES CONTRE LA CORRUPTION TUNIS SEPTEMBRE 2012 Dr. JEAN PIERRE BUEB EXPERT INTERNATIONAL 1 - QUELLE CORRUPTION? Bien préciser de quoi l

Plus en détail

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE Cette note technique a été publiée par le Secrétariat international de l ITIE en collaboration avec GIZ (Coopération internationale allemande). L'objectif de cette note est de prodiguer des conseils aux

Plus en détail

CODE DE CONDUITE DU DISTRIBUTEUR

CODE DE CONDUITE DU DISTRIBUTEUR ALIMENTER L AVENIR CODE DE CONDUITE DU DISTRIBUTEUR 20 mars 2006 / Mise à jour Septembre 2012 TABLE DES MATIÈRES 11 12 13 14 15 16 17 18 19 10 Page Définitions 2 Interprétation 3 Objet 3 Règles de conduite

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CMF

CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CMF CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CMF Approuvée par le Collège du CMF en date du 3 juillet 2013 1 La présente charte définit officiellement les missions, les pouvoirs et les responsabilités de la structure

Plus en détail

La formation professionnelle continue Formation externe / Formation interne

La formation professionnelle continue Formation externe / Formation interne La formation professionnelle continue Formation externe / Formation interne L intitulé «formation», qui peut être affiché dans un document publicitaire, n est pas suffisant pour garantir son financement

Plus en détail

Conflits d intérêts Synthèse de la politique de BNP PARIBAS CARDIF Belgique

Conflits d intérêts Synthèse de la politique de BNP PARIBAS CARDIF Belgique Conflits d intérêts Synthèse de la politique de BNP PARIBAS CARDIF Belgique 1 Contents Introduction... 3 La politique de gestion des Conflits d Intérêt de BNP Paribas Cardif Belgique... 3 Conflits d intérêts...

Plus en détail

Politique de gestion contractuelle

Politique de gestion contractuelle Politique de gestion contractuelle Décembre 2010 (modifiée juin 2011) Table des matières SECTION 1 : Objectifs, définitions et champs d application...3 1.1 Objectifs...3 1.2 Éthique...3 1.3 Portée...4

Plus en détail

ACTE CONSTITUTIF du Groupement de Commandes «ENERGIES VIENNE» pour l achat d Energies

ACTE CONSTITUTIF du Groupement de Commandes «ENERGIES VIENNE» pour l achat d Energies ACTE CONSTITUTIF du Groupement de Commandes «ENERGIES VIENNE» pour l achat d Energies PREAMBULE Les tarifs réglementés de vente de gaz naturel et d électricité appliqués en France seront progressivement

Plus en détail

MiFID Markets in Financial Instruments Directive

MiFID Markets in Financial Instruments Directive MiFID Markets in Financial Instruments Directive MiFID Les principales dispositions de la directive Les objectifs de la Directive MiFID L objectif de l Union européenne en matière de services financiers

Plus en détail

A. Introduction. Chapitre 4 : Encadrer les services et produits proposés. Editions ENI - All rights reserved

A. Introduction. Chapitre 4 : Encadrer les services et produits proposés. Editions ENI - All rights reserved Chapitre 4 : Encadrer les services et produits proposés 65 A. Introduction Chapitre 4 : Encadrer les services et produits proposés Editions ENI - All rights reserved Acheter en ligne présente des risques

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES POLITIQUE # 1 PRÉVISIONS BUDGÉTAIRES PAGE 2 POLITQUE # 2 PROTOCOLE D ENTENTE PAGE 3

TABLE DES MATIÈRES POLITIQUE # 1 PRÉVISIONS BUDGÉTAIRES PAGE 2 POLITQUE # 2 PROTOCOLE D ENTENTE PAGE 3 Politiques financières ADOPTÉ : MODIFIÉ : 17/10/2010 (A.G.O) 09/12/2012 (A.G.E.) TABLE DES MATIÈRES POLITIQUE # 1 PRÉVISIONS BUDGÉTAIRES PAGE 2 POLITQUE # 2 PROTOCOLE D ENTENTE PAGE 3 POLITIQUE # 3 GESTION

Plus en détail

La Financial Supervisory Commission de La République de Corée. et la. Commission Bancaire de la République française

La Financial Supervisory Commission de La République de Corée. et la. Commission Bancaire de la République française La Financial Supervisory Commission de La République de Corée et la Commission Bancaire de la République française Considérant le fait que certaines banques et autres établissements financiers constitués

Plus en détail

Propositions et contributions reçues des gouvernements. Pérou: éléments à inclure dans la Convention des Nations Unies contre la corruption

Propositions et contributions reçues des gouvernements. Pérou: éléments à inclure dans la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies A/AC.261/IPM/11 Assemblée générale Distr.: Générale 12 novembre 2001 Français Original: Espagnol Réunion préparatoire informelle du Comité spécial chargé de négocier une convention contre

Plus en détail

CODE DE CONDUITE ET D ÉTHIQUE DES ADMINISRATEURS

CODE DE CONDUITE ET D ÉTHIQUE DES ADMINISRATEURS CODE DE CONDUITE ET D ÉTHIQUE DES ADMINISRATEURS Référence : Type de politique : Références juridiques : Autres références : INTRODUCTION Gouvernance autonome Code des professions, Code civil du Québec

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013)

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) (NOTE : Dans le présent document, le genre masculin est utilisé à titre épicène dans le but d alléger le texte.) TABLE DES MATIÈRES 1.

Plus en détail

CHARTE RSE FOURNISSEURS ET SOUS-TRAITANTS

CHARTE RSE FOURNISSEURS ET SOUS-TRAITANTS CHARTE RSE FOURNISSEURS ET SOUS-TRAITANTS Construire l avenir, c est notre plus belle aventure J e suis convaincu que la performance globale de Bouygues est intrinsèquement liée à celle de nos fournisseurs

Plus en détail

------------- ------------ DECRET N /PM DU portant Code de déontologie du secteur de l Audit, de Contrôle et de la Vérification.

------------- ------------ DECRET N /PM DU portant Code de déontologie du secteur de l Audit, de Contrôle et de la Vérification. REPUBLIQUE DU CAMEROUN PAIX TRAVAIL - PATRIE ------------- ------------ DECRET N /PM DU portant Code de déontologie du secteur de l Audit, de Contrôle et de la Vérification. LE PREMIER MINISTRE, CHEF DU

Plus en détail

DEONTOLOGIE. Règles de bonne conduite. professionnelle et personnelle

DEONTOLOGIE. Règles de bonne conduite. professionnelle et personnelle DEONTOLOGIE Règles de bonne conduite professionnelle et personnelle Fonds de Réserve pour les Retraites 56 rue de Lille 75007 Paris Tel : 01 58 50 99 12 Fax : 01 58 50 05 33 www.fondsdereserve.fr Le Président

Plus en détail

Olivier Huart Directeur Général

Olivier Huart Directeur Général J ai souhaité, dès mon arrivée à la tête du Groupe TDF, doter l entreprise de valeurs fortes pour rassembler les collaborateurs et créer la confiance de nos partenaires. Ces valeurs, au nombre de cinq

Plus en détail

POLITIQUE SUR LES OPÉRATIONS D INITIÉS

POLITIQUE SUR LES OPÉRATIONS D INITIÉS Page : 1 de 7 POLITIQUE SUR LES OPÉRATIONS D INITIÉS Page : 2 de 7 Table des matières 1. OBJET... 3 2. DÉFINITIONS... 3 3. OPÉRATIONS PAR UN INITIÉ SUR LES TITRES DE LA SOCIÉTÉ INTERDITES EN TOUT TEMPS...

Plus en détail

POLITIQUE-CADRE D ACCÈS AUX ARCHIVES DU CONSEIL DE LA NATION ATIKAMEKW

POLITIQUE-CADRE D ACCÈS AUX ARCHIVES DU CONSEIL DE LA NATION ATIKAMEKW POLITIQUE-CADRE D ACCÈS AUX ARCHIVES DU CONSEIL DE LA NATION ATIKAMEKW Adoptée le 18 mai 2006 par le Conseil d administration ATTENDU que les archives sont la propriété du Conseil de la Nation Atikamekw

Plus en détail

DOCUMENT PRÉLIMINAIRE

DOCUMENT PRÉLIMINAIRE DOCUMENT PRÉLIMINAIRE Principes universels de base de bonne gouvernance du Mouvement olympique et sportif 1. Vision, mission et stratégie p. 2 2. Structures, règlementations et processus démocratique p.

Plus en détail

CREDIT AGRICOLE DE PROVENCE COTE D AZUR RESUME DE LA POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS

CREDIT AGRICOLE DE PROVENCE COTE D AZUR RESUME DE LA POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS CREDIT AGRICOLE DE PROVENCE COTE D AZUR RESUME DE LA POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS de la CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE PROVENCE COTE D'AZUR et du GROUPE «CREDIT AGRICOLE»

Plus en détail

CODE DE CONDUITE CONFORMITÉ AUX EXIGENCES JURIDIQUES

CODE DE CONDUITE CONFORMITÉ AUX EXIGENCES JURIDIQUES CODE DE CONDUITE LE PRÉSENT CODE DE CONDUITE EST FONDÉ SUR LES VALEURS DE GMI- DISTRIBUTION. IL A POUR OBJET DE GARANTIR QUE L ENSEMBLE DES EMPLOYÉS, DES GESTIONNAIRES ET DES DIRIGEANTS DE GMI-DISTRIBUTION

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE. Section I : Dispositions générales

POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE. Section I : Dispositions générales POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE Section I : Dispositions générales 1. But La Ville de Mont-Royal établit par la présente politique des règles en matière de gestion contractuelle afin de favoriser la

Plus en détail

CODE OF CONDUCT. à l intention des fournisseurs et partenaires commerciaux

CODE OF CONDUCT. à l intention des fournisseurs et partenaires commerciaux CODE OF CONDUCT à l intention des fournisseurs et partenaires commerciaux Version : 2.0 Valable à partir du : 01/01/2015 Contact : MAN SE, Compliance Awareness & Prevention, Oskar-Schlemmer-Straße 19-21,

Plus en détail

RÈGLEMENT N O 20 SUR LA GESTION FINANCIÈRE

RÈGLEMENT N O 20 SUR LA GESTION FINANCIÈRE RÈGLEMENT N O 20 SUR LA GESTION FINANCIÈRE Adopté le 29 juin 2009 par le conseil d'administration (275 e assemblée résolution n o 2321) Modifié le 21 avril 2015 par le conseil d administration (310 e assemblée

Plus en détail

EN RÉSUMÉ. Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées

EN RÉSUMÉ. Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées Ottawa, le 7 janvier 2014 MÉMORANDUM D13-3-13 EN RÉSUMÉ Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées Les modifications supplémentaires liées à la

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE ET RÈGLES DE CONDUITE PROFESSIONNELLE À L INTENTION DU PERSONNEL. Force Financière Excel

CODE D ÉTHIQUE ET RÈGLES DE CONDUITE PROFESSIONNELLE À L INTENTION DU PERSONNEL. Force Financière Excel CODE D ÉTHIQUE ET RÈGLES DE CONDUITE PROFESSIONNELLE À L INTENTION DU PERSONNEL FORCE FINANCIÈRE EXCEL SYNONYME D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE Depuis son avènement sur le marché de l assurance des personnes,

Plus en détail

POLITIQUE ANTI-CORRUPTION

POLITIQUE ANTI-CORRUPTION POLITIQUE ANTI-CORRUPTION 1. ÉNONCÉ ET OBJECTIF DE LA POLITIQUE Le CN croit qu une entreprise «honnête» est une entreprise durable, et il est déterminé à n utiliser que des pratiques commerciales qui sont

Plus en détail

CHARTE ETHIQUE DE WENDEL

CHARTE ETHIQUE DE WENDEL CHARTE ETHIQUE DE WENDEL Mars 2015 1 Message du Directoire Wendel est l une des toutes premières sociétés d investissement en Europe. Grâce au soutien d un actionnariat familial stable, Wendel a su se

Plus en détail

Brookfield Renewable Energy Partners L.P. POLITIQUE ANTI-POTS-DE-VIN ET ANTI-CORRUPTION

Brookfield Renewable Energy Partners L.P. POLITIQUE ANTI-POTS-DE-VIN ET ANTI-CORRUPTION Brookfield Renewable Energy Partners L.P. POLITIQUE ANTI-POTS-DE-VIN ET ANTI-CORRUPTION TABLE DES MATIÈRES APPLICATION DE LA POLITIQUE 1 ENGAGEMENT CONTRE LES POTS-DE-VIN ET LA CORRUPTION 1 INTERDICTION

Plus en détail

Code de conduite des fournisseurs de Bombardier

Code de conduite des fournisseurs de Bombardier Code de conduite des fournisseurs de Bombardier 1 À PROPOS DE BOMBARDIER Bombardier croit qu un solide engagement et une approche stratégique à l égard de la responsabilité d entreprise sont essentiels

Plus en détail

DEMANDE D ASSURANCE CHANGE CONTRAT

DEMANDE D ASSURANCE CHANGE CONTRAT ASSURANCE CHANGE EXPORT DEMANDE D ASSURANCE CHANGE 1 - EXPORTATEUR Raison sociale / Nom : N SIRET (14 chiffres) : Adresse (siège social) : Personne chargée de suivre le dossier : M. / Mme Tél. fixe : Tél.

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE DU FOURNISSEUR

CODE D ÉTHIQUE DU FOURNISSEUR CODE D ÉTHIQUE DU FOURNISSEUR 1. Introduction Le groupe Fluidra est fermement engagé dans le respect des principes établis en matière de droits de l homme, du travail, de l environnement et des pratiques

Plus en détail

RECOMMANDATIONS DU COMITE STRATEGIQUE DES FONDS DE DOTATION

RECOMMANDATIONS DU COMITE STRATEGIQUE DES FONDS DE DOTATION Le comité constate que les statuts des fonds de dotation sont d une grande diversité. Certains recopient dans le détail le statut type des fondations ou des associations reconnues d utilité publique. D

Plus en détail

CHARTE ÉTHIQUE GROUPE

CHARTE ÉTHIQUE GROUPE CHARTE ÉTHIQUE GROUPE L électricité n est pas un bien comme un autre : c est pourquoi la produire, la transporter, la distribuer et la commercialiser concourent à une mission d intérêt général. Cette mission

Plus en détail

Allocution du président- directeur général de la Régie de l assurance maladie du Québec. Monsieur Jacques Cotton

Allocution du président- directeur général de la Régie de l assurance maladie du Québec. Monsieur Jacques Cotton CSSS - 002M C.P. P.L. 92 Accroître les pouvoirs de la RAMQ VERSION RÉVISÉE Allocution du président- directeur général de la Régie de l assurance maladie du Québec Monsieur Jacques Cotton Commission de

Plus en détail

RÈGLEMENT D UTILISATION DES MOYENS INFORMATIQUES DE L ECOLE DES MINES DE SAINT-ETIENNE

RÈGLEMENT D UTILISATION DES MOYENS INFORMATIQUES DE L ECOLE DES MINES DE SAINT-ETIENNE RÈGLEMENT D UTILISATION DES MOYENS INFORMATIQUES DE L ECOLE DES MINES DE SAINT-ETIENNE 1. Domaines d application Ce règlement a pour fondement la loi du 6 janvier 1978 relative à l informatique, aux fichiers

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION Principales responsabilités ~~ Être responsable de l évaluation du rendement, de la rémunération et de

Plus en détail

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993, modifiée, relative à la protection des informations nominatives ;

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993, modifiée, relative à la protection des informations nominatives ; DELIBERATION N 2012-118 DU 16 JUILLET 2012 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT RECOMMANDATION SUR LES DISPOSITIFS D ENREGISTREMENT DES CONVERSATIONS TELEPHONIQUES MIS EN ŒUVRE

Plus en détail

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES Article 19 de la Constitution de l Organisation internationale

Plus en détail

Nº12-03 du 28 novembre 2012 relatif à la prévention et à la lutte contre le blanchiment d argent et le financement du terrorisme

Nº12-03 du 28 novembre 2012 relatif à la prévention et à la lutte contre le blanchiment d argent et le financement du terrorisme Nº12-03 du 28 novembre 2012 relatif à la prévention et à la lutte contre le blanchiment d argent et le [NB - Règlement de la Banque d Algérie n 12-03 du 28 novembre 2012 relatif à la prévention et à la

Plus en détail

La Commission des services juridiques du Nunavut. Champ d application du droit criminel et politique d admissibilité

La Commission des services juridiques du Nunavut. Champ d application du droit criminel et politique d admissibilité La Commission des services juridiques du Nunavut Champ d application du droit criminel et politique d admissibilité 2014 COMMISSION DES SERVICES JURIDIQUES DU NUNAVUT C. P. 125, Gjoa Haven, Nunavut X0B

Plus en détail

Deuxième Cycle d Evaluation. Addendum au Rapport de Conformité sur la Hongrie

Deuxième Cycle d Evaluation. Addendum au Rapport de Conformité sur la Hongrie DIRECTION GENERALE DES DROITS DE L HOMME ET DES AFFAIRES JURIDIQUES DIRECTION DES MONITORINGS Strasbourg, 11 juin 2010 Public Greco RC-II (2008) 4F Addendum Deuxième Cycle d Evaluation Addendum au Rapport

Plus en détail

REFERENTIEL- SODERN. Instruction permanente société. Charte de la relation entre SODERN et ses fournisseurs. Charte éthique des achats de SODERN

REFERENTIEL- SODERN. Instruction permanente société. Charte de la relation entre SODERN et ses fournisseurs. Charte éthique des achats de SODERN Classification: NC Page : 1/6 Autre référence / Other reference : Type : Description : Instruction permanente société. Titre du document / Title of document : Charte de la relation entre et ses fournisseurs

Plus en détail

Politique de Gestion des Conflits d Intérêts

Politique de Gestion des Conflits d Intérêts Politique de Gestion des Conflits d Intérêts Rédigé par : Olivier Ramé Signature : Autorisé par : Olivier Ramé (RCCI) Signature : Date de création : 23/03/2012 Diffusé le : 26/03/2012 auprès de : Collaborateurs

Plus en détail

ANNEXE B : ATTESTATION. Le (la) soussigné(e) atteste au meilleure de sa connaissance et croyance ce qui suit:

ANNEXE B : ATTESTATION. Le (la) soussigné(e) atteste au meilleure de sa connaissance et croyance ce qui suit: 1. ATTESTATION CONCERNANT LE LOBBYING ANNEXE B : ATTESTATION Le (la) soussigné(e) atteste au meilleure de sa connaissance et croyance ce qui suit: (1) Aucun fonds fédéral affecté n a été payé ni ne sera

Plus en détail

ANNEXE 01.01.18 - POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE VILLE DE REPENTIGNY

ANNEXE 01.01.18 - POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE VILLE DE REPENTIGNY ANNEXE 01.01.18 - POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE TABLE DES MATIÈRES 1. PRÉAMBULE... 3 2. CHAMP D APPLICATION... 4 3. PRINCIPES DIRECTEURS... 4 4. OBJECTIF POURSUIVI

Plus en détail