Banque de données régionale ovine en région Lorraine

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Banque de données régionale ovine en région Lorraine"

Transcription

1 Banque de données régionale ovine en région Lorraine Lorraine SYNTHÈSE 2014 DES APPUIS TECHNIQUES OVINS VIANDE REPRISE DE LA PROGRESSION DES RÉSULTATS ÉCONOMIQUES En 2014, l amélioration technique conjuguée à une augmentation du prix de vente des agneaux a permis de faire progresser la marge brute par de 20 %. Et ceci, malgré une augmentation des charges opérationnelles de 8 % par rapport à Sur les 5 dernières années, elles ont progressé de 42 %! Une fois de plus, les s les plus performants sont à rechercher dans les systèmes avec une production d agneaux d herbe où le coût alimentaire est mieux maîtrisé. 1 UN ÉCHANTILLON REPRÉSENTATIF DES ÉLEVAGES DE LA RÉGION Tableau 1 : Localisation et effectifs des s de la BDR 2014 Départe ment Élevages Uta Sau Bre bis En 2014, 170 exploitations issues de l appui technique ont été analysées dans le cadre de la Banque de Données Régionale. Cet échantillon représente 31 % des s demandant l aide ovine et 52 % des bénéficiant de l aide en 2014, ce qui lui confère une bonne représentativité. À échantillon constant, l atelier ovin est resté stable sur les 3 dernières années (510 et 63 ha de Surface Fourragère Ovine), par contre les surfaces en cultures progressent de 16 % (+ 10 ha). Le chargement moyen est de 8 par ha de SFP ovine, soit 1,2 UGB/ha SFP. 2 LES SYSTÈMES RENCONTRÉS UGB ovine Graphique 1 : Répartition des systèmes en région Lorraine SAU /Uta Total Brebis Aide Ovine 2014 Échan tillon / dpt % % % % % % % % Lorraine % % grand Est % % En région Lorraine, les systèmes spécialisés herbagers représentent 34 % des exploitations et 37 % des. Les systèmes ovins cultures représentent ¼ des exploitations. Les systèmes mixtes ovins-bovins rassemblent 42 % des exploitations, avec une dominante d exploitations mixtes ovins-bovins + cultures.

2 Dans l échantillon enquêté, 32 % des s ont plus de 500, ce qui correspond à 59 % des animaux. Peu de petits s ont été enquêtés, seulement 21 % des s ont moins de 200. Le système de reproduction avec un agnelage de printemps est plus présent dans les petites troupes que dans les grandes. Graphique 2 : Répartition des exploitations selon la taille de la troupe 3 DES AMÉLIORATIONS POSSIBLES SUR LA MORTALITÉ DES AGNEAUX Le taux de mortalité des agneaux baisse encore par rapport aux deux années précédentes. Avec une moyenne à 14,5 % et un objectif à 13 %, des marges de progrès existent sur ce critère. Graphique 3 : Répartition des exploitations selon le taux de mortalité des agneaux Une baisse de 3 points de la mortalité agneaux sur un troupeau de 500 représente un gain net de Graphique 4 : Répartition des exploitations selon le taux de productivité zootechnique 2

3 Le taux de mise bas est en baisse significative de 5 points rapport à 2013, alors que le taux de prolificité progresse de 7 points. Au final, la productivité numérique progresse de 6 points. La rigueur dans la conduite de la troupe est une des clés de la réussite en production ovine, avec une attention particulière sur les critères de réforme des, l amélioration génétique, la conduite alimentaire des et des béliers. Tableau 2 : Bilans de reproduction classés sur la productivité Groupe Nombre d s productivité zootechnique mise bas prolificité mortalité Tiers Supérieur Tiers Médian Tiers Inférieur Lorraine Grand Est Les s du groupe «tiers inférieur» produisent 0,54 agneau par de moins que ceux du tiers supérieur soit l équivalent de 240 agneaux non commercialisés par exploitation! La productivité numérique est correcte et progresse. Avec un objectif à 130 % pour la majorité des systèmes de production, c est plus de agneaux qui pourraient être commercialisés par les éleveurs lorrains. Tableau 3 : Bilan de reproduction par mode de conduite de la reproduction Mode de conduite de la reproduction automne hiver printemps 2 périodes Nombre d s productivité zootechnique Taux de mise bas prolificité mortalité Total Lutte permanente agnelages en 2 ans Autre système accéléré Lorraine Grand Est Les objectifs de «taux de productivité» sont de 1,25 agneau / en système herbe (agnelage de printemps) et de 1,30 agneau / en système bergerie (agnelage d automne). 3

4 4 BILAN TECHNICO-ÉCONOMIQUE Le prix des aliments toujours à la hausse Tableau 4 : Analyse de l aliment concentré consommé (groupe classé sur le SCA* par ) Groupe SCA/ Productivité Agneau/ Kg d agneau / Kg de concentré consommé Par Par kg agneau Coût en de concentré consommé Par Par kg agneau Tiers Supérieur Tiers Médian Tiers Inférieur Lorraine Grand Est MB/an Automne MB/an Hiver MB/an Printemps périodes MB/an * Solde sur Coût Alimentaire : vente d agneaux - coûts des concentrés totaux et achats de fourrage. Ce critère est un bon indicateur de la marge brute. La quantité de concentré par kg d agneau reste à un niveau élevé (8,3 kg), elle est stable par rapport à De même que le coût par à plus de 45. Avec l augmentation de la productivité et une prédominance de système bergerie, la quantité de concentré par atteint 184 kg. Grâce à l augmentation du produit (productivité par et prix des agneaux), le Solde sur Coût Alimentaire est en forte hausse et atteint 87 par. Le cours des agneaux à plus de 6 en moyenne Tableau 5 : Évolution pluriannuelle des agneaux vendus Agneaux lourds bergerie Agneaux lourds herbe Campagne Poids moyen (kg carc.) Prix moyen (en ) Prix au kg carc (en ) Poids moyen (kg carc.) Prix moyen (en ) Évolution 2014/2013 Prix au kg carc (en ) -0.4 % 5.9 % 6.3 % -1.2 % 3.3 % 4.6 % Le prix de l agneau est en hausse de 6 % pour les agneaux de bergerie et de presque 5 % pour les agneaux d herbe. En moyenne, un agneau se commercialise 115,5, en augmentation de 5 par rapport à la campagne précédente. La conjoncture internationale avec la baisse des importations néo-zélandaises est favorable au prix de l agneau français. En revanche, depuis 2 ans les agneaux sont plus légers avec 18,8 kg de carcasse en moyenne. 4

5 5 GESTION TECHNICO-ÉCONOMIQUE 1 La marge brute hors primes par progresse en moyenne de 10 /, elle dépasse les 50 comme en 2011 et En système bergerie, les marges progressent peu (+5 par ), l augmentation des charges alimentaires ayant consommé une partie de l augmentation du produit. Pour les systèmes avec une production d agneaux d herbe ou mixte herbe et bergerie, l augmentation de la marge brute varie entre 8 et 15 par. Cette augmentation est permise par une meilleure maîtrise des charges opérationnelles. La marge brute avec primes ovines est d environ 73 / et de 83 / avec toutes les aides de l atelier (primes ovins + MAE + ICHN). Tableau 6 : Les marges brutes par mode de conduite de la reproduction Systèmes de reproduction Nombre d s Marge brute hors primes/ ( ) Produit brut hors primes/ ( ) Charges opérationnelles/ ( ) Dont alimentation directe Dont frais divers MB ovine atelier / UTAO Lutte permanente printemps 3 agnelages en 2 ans automne 2 périodes Autre système accéléré hiver Lorraine Grand Est Le prix des aliments toujours à la hausse Tableau 7 : Évolution pluriannuelle des marges brutes par Campagne Marge brute Produit brut Charges Dont Dont Nombre / hors hors primes/ opérationnelles / alimentation frais d s primes( ) ( ) ( ) directe divers Évolution N/N-1 0 % 24 % 16 % 8 % 4 % 16 % Les charges d alimentation ont continué à progresser en 2014, même si elles semblent se stabiliser à un niveau élevé de 50 /. Elles ont augmenté de 45 % par rapport à Analyse économique en prenant en compte toutes les charges opérationnelles de l atelier ovin 5

6 Tableau 8 : Analyse des marges brutes par groupes classés sur la marge brute hors primes par Groupe Nombre d s Marge brute ovine Hors primes / ( ) Hors primes ( ) Produit brut hors primes/ ( ) Charges opérationnelles/ ( ) Tiers Supérieur Tiers Médian Tiers Inférieur Lorraine Pour une troupe de 500, l écart de marge brute hors prime avec le tiers médian se traduit par un manque à gagner de pour les éleveurs du tiers inférieur. La marge brute hors prime varie du simple au quintuple du tiers inférieur au tiers supérieur. Une amélioration est possible en agissant sur la productivité du troupeau et la maîtrise des charges d alimentation directe. 11 ANNÉES DE RÉSULTATS D APPUI TECHNIQUE EN LORRAINE À échantillon constant, les s ovins de Lorraine ont une troupe qui reste stable avec un peu plus de 500 (510 en 2014). La productivité numérique est en progression, avec une moyenne de 120 % sur les 4 dernières années. Graphique 5 : Évolution de la taille des troupeaux et de leur productivité Source : Appuis techniques ovins viande Lorraine, 2014 Graphique 6 : Évolution des modes de reproduction Source : Appuis techniques ovins viande Lorraine,

7 Le mode de reproduction avec 2 périodes de mise bas par an est en progression. Le groupe avec des mises bas de printemps est stable, mais avec une part plus importante en 2014, au détriment des systèmes avec une mise bas en hiver. Les troupeaux avec 2 périodes de mise bas ou avec accélération ont une taille supérieure à la moyenne (600 ). Graphique 7 : Évolution des résultats de reproduction Source : Appuis techniques ovins viande Lorraine, 2014 La mortalité des agneaux baisse en 2014, mais elle reste en forte augmentation et pour une majorité d exploitation au-delà des objectifs. Elle pénalise la productivité numérique qui n augmente que légèrement grâce à une augmentation de la prolificité. Graphique 8 : Évolution du poids et du prix de vente des agneaux Source : Appuis techniques ovins viande Lorraine, 2014 Le prix des agneaux est en constante augmentation. À moins de 100 avant 2010, il dépasse en 2014 les 115 de moyenne. Le prix des agneaux de bergerie est un peu supérieur à celui des agneaux d herbe. Le poids de vente a tendance à diminuer, en particulier les années où le prix du concentré est très élevé. 7

8 Graphique 9 : Évolution des résultats économiques Le prix moyen de l agneau augmente de façon régulière, pour atteindre presque 6 / kg de carcasse en Les charges d alimentation sont en hausse quasi régulière! Elles dépassent les 50 / en La marge brute hors prime par a progressé de 2008 à 2012 grâce au prix de l agneau, pour atteindre 75 de marge par. Après une baisse en 2013, ce niveau est à nouveau dépassé en Document édité par l Institut de l Élevage 149 rue de Bercy Paris Cedex 12 Septembre 2015 ISBN : Référence Idele : Réalisation : Florence Benoit Impression : Imprimerie Centrale de Lens LENS Cedex Crédit photos : Institut de l Élevage, Chambres d agriculture Document réalisé par les équipes des Réseaux de Références des Chambres d Agriculture de Lorraine : L. KELLER CA 54 P. CARILLET CA 55 C. VAILLANT CA 57 D. CANDAU CA 88 G. SAGET Institut de l Élevage Réalisation des appuis techniques par : JP. FERRY COBEVIM A. BINON COBEVIM S. ROUSSELOT BNE O. BALLING EMC2 Élevage A. FAIGLE APAL B. RYON BNE INOSYS RÉSEAUX D ÉLEVAGE Un dispositif partenarial associant des éleveurs et des ingénieurs de l Institut de l Élevage et des Chambres d agriculture pour produire des références sur les systèmes d s. Ce document a reçu l appui financier du CASDAR et de FranceAgriMer, du GIE Lorraine Élevage, des Conseils Généraux de la Meurthe et Moselle, de la Meuse, des Vosges et du Conseil Régional de Lorraine.

TRAITEMENT DE LA BANQUE DE DONNÉES RÉGIONALE OVINS VIANDE DE L EST

TRAITEMENT DE LA BANQUE DE DONNÉES RÉGIONALE OVINS VIANDE DE L EST RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION RÉSULTATS ANNUELS TRAITEMENT DE LA BANQUE DE DONNÉES RÉGIONALE OVINS VIANDE DE L EST CAMPAGNE 2011 ALSACE, LORRAINE, CHAMPAGNE-ARDENNE FRANCHE-COMTÉ

Plus en détail

CONSOMMATION D ÉNERGIE DES EXPLOITATIONS OVINES ALLAITANTES DU SUD OUEST

CONSOMMATION D ÉNERGIE DES EXPLOITATIONS OVINES ALLAITANTES DU SUD OUEST CONSOMMATION D ÉNERGIE DES EXPLOITATIONS OVINES ALLAITANTES DU SUD OUEST Références 2010 Réseaux d Élevage Ovins Allaitants Aquitaine et Midi Pyrénées Face à l épuisement progressif des réserves d énergies

Plus en détail

résultats TechNico-écoNoMiques 2010 du réseau de références PorciN de MarTiNique Programme Posei france

résultats TechNico-écoNoMiques 2010 du réseau de références PorciN de MarTiNique Programme Posei france RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION RÉSULTATS ANNUELS résultats TechNico-écoNoMiques 21 du réseau de références PorciN de MarTiNique Programme Posei france PORCINS les résultats

Plus en détail

TRAITEMENT DE LA BANQUE DE DONNÉES RÉGIONALE OVINS VIANDE DE L EST

TRAITEMENT DE LA BANQUE DE DONNÉES RÉGIONALE OVINS VIANDE DE L EST RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION RÉSULTATS ANNUELS TRAITEMENT DE LA BANQUE DE DONNÉES RÉGIONALE OVINS VIANDE DE L EST CAMPAGNE 2009 ALSACE, LORRAINE, CHAMPAGNE-ARDENNE FRANCHE-COMTÉ

Plus en détail

I n v e s t. Auvergne. Base de données d'appui technique ovin - Auvergne RESULTATS 2013 ET EVOLUTION SUR 24 ANNEES

I n v e s t. Auvergne. Base de données d'appui technique ovin - Auvergne RESULTATS 2013 ET EVOLUTION SUR 24 ANNEES I n v e s t Auvergne Base de données d'appui technique ovin - Auvergne RESULTATS 2013 ET EVOLUTION SUR 24 ANNEES Coordination Marie Miquel (Chambre d'agriculture d'auvergne) Réalisation de l'appui technique

Plus en détail

Faut-il investir pour faire plus de lait?

Faut-il investir pour faire plus de lait? Normandie Faut-il investir pour faire plus de lait? RÉFLÉCHIR L APRÈS-QUOTA A partir de 2015, les quotas laitiers en place depuis plus de 30 ans disparaissent. Pour beaucoup d éleveurs, ce changement représente

Plus en détail

LES COÛTS DE PRODUCTION EN ELEVAGE OVIN ALLAITANT DANS LE SUD-OUEST

LES COÛTS DE PRODUCTION EN ELEVAGE OVIN ALLAITANT DANS LE SUD-OUEST LES COÛTS DE PRODUCTION EN ELEVAGE OVIN ALLAITANT DANS LE SUD-OUEST Référentiel 2009-2010 des coûts de production des élevages ovin allaitants des Réseaux d Élevage en Aquitaine et Midi-Pyrénées La flambée

Plus en détail

L intérêt technico-économique. avec simulations à l'appui

L intérêt technico-économique. avec simulations à l'appui L intérêt technico-économique Titre de du l'engraissement diaporama des mâles avec simulations à l'appui Christèle PINEAU Institut de l'elevage Christele.Pineau@idele.fr Matthieu COUFFIGNAL ARVALIS, Institut

Plus en détail

CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS

CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS CLBV AQMP02 CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS 2 UMO sur 39 ha avec 200 chèvres produisant 160 000 litres de lait et engraissement de 40 génisses Ce système se rencontre principalement dans

Plus en détail

Comparaison Robot Salle de traite

Comparaison Robot Salle de traite Comparaison Robot Salle de traite Résultats technico-économiques (présentation similaire aux fiches repères du Réseau Bovins Lait) issus des 114 suivis coûts de production réalisés par les Chambres d agriculture

Plus en détail

TABLEAU DE BORD DE LA PRODUCTION BOVINE

TABLEAU DE BORD DE LA PRODUCTION BOVINE TABLEAU DE BORD DE LA PRODUCTION BOVINE Mars 2015 Points clés Au 1 er janvier 2015, le cheptel bovin en Pays de la Loire compte 2.599.805 têtes. Si la dynamique sur les effectifs de femelles laitières

Plus en détail

Coût de production d un cheval de sport en Normandie

Coût de production d un cheval de sport en Normandie Coût de production d un cheval de sport en Normandie RÉFÉrences - Réseau Économique de la Filière Équine Novembre 2013 Dans le cadre d une mise à jour, en 2010, du calcul des coûts de production portée

Plus en détail

ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie

ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie Capacité d adaptation des systèmes en Agriculture Biologique aux épisodes de sécheresse AUTONOMIE ALIMENTAIRE Maître d œuvre : Chambres d Agriculture

Plus en détail

Projet SYSTEMES : Des références actualisées en élevage AB sur le Massif Central (dont l Auvergne)

Projet SYSTEMES : Des références actualisées en élevage AB sur le Massif Central (dont l Auvergne) Projet SYSTEMES : Des références actualisées en élevage AB sur le Massif Central (dont l Auvergne) Les références technicoéconomiques : une nécessité Besoin exprimé par les acteurs de terrain Pour mieux

Plus en détail

Conjoncture Filière cheval N 19 Juin 2015

Conjoncture Filière cheval N 19 Juin 2015 Conjoncture Filière cheval N 19 Juin 215 L élevage : premières tendances 215 Course : hausse marquée des naissances enregistrées début 215 Selle et poney : légère hausse des naissances enregistrées en

Plus en détail

Coûts de production et stratégies gagnantes des élevages charolais

Coûts de production et stratégies gagnantes des élevages charolais Coûts de production et stratégies gagnantes des élevages charolais Les Chambres d agriculture de l Allier et du Puy-de-Dôme organisent des formations collectives d analyse des résultats économiques afin

Plus en détail

Bilan technico-économique 2014 des élevages ovins viande de. Rhône-Alpes UN ÉCHANTILLON D ÉLEVAGES RÉPARTIS SUR L ENSEMBLE DE LA RÉGION

Bilan technico-économique 2014 des élevages ovins viande de. Rhône-Alpes UN ÉCHANTILLON D ÉLEVAGES RÉPARTIS SUR L ENSEMBLE DE LA RÉGION Rhône-Alpes Bilan technico-économique 2014 des élevages ovins viande de Rhône-Alpes La mise en œuvre de conseils techniques pour les éleveurs d ovins viande de Rhône-Alpes se fonde sur la réalisation d

Plus en détail

CALCULER LE COÛT DE PRODUCTION EN ÉLEVAGE OVIN VIANDE

CALCULER LE COÛT DE PRODUCTION EN ÉLEVAGE OVIN VIANDE RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION THÉMA CALCULER LE COÛT DE PRODUCTION EN ÉLEVAGE OVIN VIANDE Méthode nationale développée par l Institut de l Elevage dans le cadre des Réseaux

Plus en détail

Référentiel économique des Réseaux d Élevage de l Est

Référentiel économique des Réseaux d Élevage de l Est Alsace Lorraine Champagne-Ardenne Référentiel économique des Réseaux d Élevage de l Est ANNEE 2014 SOMMAIRE 1 Références générales à l ensemble de l exploitation p 2 2 Références pour la filière bovins

Plus en détail

Exploitation 9 : Système allaitant en agriculture biologique

Exploitation 9 : Système allaitant en agriculture biologique Exploitation 9 : Système allaitant en agriculture biologique Carte de visite : 1 personne + 1 salarié 1/3 temps 85 ha 47 PMTVA (60 vaches nourrices) Signe particulier : Système naisseur en plein air. Des

Plus en détail

Résultats 2015 des exploitations ovines allaitantes d Aquitaine

Résultats 2015 des exploitations ovines allaitantes d Aquitaine Aquitaine Résultats 215 des exploitations ovines allaitantes d Aquitaine Synthèse des données technico-économiques 215 des exploitations du Dispositif INOSYS-Réseaux d Élevage et du Réseau AUTOSYSEL (Autonomie

Plus en détail

PERFORMANCES ÉCONOMIQUES DES ÉLEVAGES BOVINS EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE ET INDICATEURS D ANALYSE

PERFORMANCES ÉCONOMIQUES DES ÉLEVAGES BOVINS EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE ET INDICATEURS D ANALYSE PERFORMANCES ÉCONOMIQUES DES ÉLEVAGES BOVINS EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE ET INDICATEURS D ANALYSE Programme Performances économiques des élevages bovins viande. Julien Belvèze Institut de l Elevage Evolution

Plus en détail

Création d un atelier ovin

Création d un atelier ovin RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION THÉMA Création d un atelier ovin Une réelle opportunité offerte aux exploitations Grâce à sa souplesse pour agneler à différentes périodes

Plus en détail

«Un outil réactif au service des gaveurs du Sud-Ouest»

«Un outil réactif au service des gaveurs du Sud-Ouest» Avec le soutien de : L INDICATEUR ECONOMIQUE «Un outil réactif au service des gaveurs du Sud-Ouest» SOMMAIRE 1. Introduction 2 SYNTHESE DU 1 ER SEMESTRE 2013 Descriptif de la situation de l Indicateur

Plus en détail

OVINE VIANDE PRODUIRE ET COMMERCIALISER DE LA EN CIRCUITS COURTS C E R D. entre tudes essources iversifi cation. d et de sur la

OVINE VIANDE PRODUIRE ET COMMERCIALISER DE LA EN CIRCUITS COURTS C E R D. entre tudes essources iversifi cation. d et de sur la PRODUIRE ET COMMERCIALISER DE LA VIANDE OVINE EN CIRCUITS COURTS Projet Lauréat CASDAR 2010 «Elaboration d un référentiel pour évaluer la performance technique, économique, sociale et environnementale

Plus en détail

DESAISONNER SON TROUPEAU INTERET ECONOMIQUE

DESAISONNER SON TROUPEAU INTERET ECONOMIQUE REFERENCES TECHNICO ECONOMIQUES : SAISONNALITE DE LA PRODUCTION DESAISONNER SON TROUPEAU INTERET ECONOMIQUE RESEAUX Rhône Alpes D ELEVAGE FACTEURS DE REUSSITE ET RISQUES DE DERIVES POURQUOI CETTE FICHE?

Plus en détail

REFERENTIEL AVICOLE ILE DE LA REUNION

REFERENTIEL AVICOLE ILE DE LA REUNION REFERENTIEL AVICOLE ILE DE LA REUNION Réseau de fermes de Références Conjoncture 2011 Sous l égide de l ODEADOM, du Ministère de l Agriculture et de l Outre-mer, le projet «Réseaux de Références» a été

Plus en détail

Des indicateurs pour analyser les résultats de l'exploitation caprine

Des indicateurs pour analyser les résultats de l'exploitation caprine Des indicateurs pour analyser les résultats de l'exploitation caprine (Article paru dans L égide n 23, juin 2001) L exploitation caprine est un tout. Sa réussite dépend essentiellement de la cohérence

Plus en détail

Pays de la Loire - Juillet 2013. Les références 2012 des entreprises agricoles en SARTHE, MAINE-ET-LOIRE. et LOIRE-ATLANTIQUE

Pays de la Loire - Juillet 2013. Les références 2012 des entreprises agricoles en SARTHE, MAINE-ET-LOIRE. et LOIRE-ATLANTIQUE Pays de la Loire - Juillet 213 Les références 212 des entreprises agricoles en SARTHE, MAINE-ET-LOIRE et LOIRE-ATLANTIQUE ETUDE DE GROUPE 212 Un reflet des Pays de la Loire Sarthe L étude a été élaborée

Plus en détail

LES CREDITS AU LOGEMENT CONSENTIS AUX MENAGES AU PREMIER SEMESTRE 1998

LES CREDITS AU LOGEMENT CONSENTIS AUX MENAGES AU PREMIER SEMESTRE 1998 LES CREDITS AU LOGEMENT CONSENTIS AUX MENAGES AU PREMIER SEMESTRE 1998 Les crédits de ce type mis en force au cours du premier semestre 1998 ont atteint 154,1 milliards de francs (données brutes non corrigées

Plus en détail

Coût de production en élevage ovin

Coût de production en élevage ovin Limousin Coût de production en élevage ovin REPÈRES ET MARGES DE PROGRÈS La production ovine connaît aujourd hui, un contexte plutôt favorable. Cependant les rémunérations permises par l atelier ovin varient

Plus en détail

FIN DES QUOTAS LAITIERS

FIN DES QUOTAS LAITIERS RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION THÉMA FIN DES QUOTAS LAITIERS Quel intérêt de produire plus de lait dans les systèmes de polyculture élevage avec du maïs et des taurillons?

Plus en détail

La vache normande : une signature régionale

La vache normande : une signature régionale Données Une publication de la Direction Régionale de l Alimentation, de l Agriculture et de la Forêt La vache normande : une signature régionale La Basse-Normandie a le plus grand cheptel de vaches de

Plus en détail

Élevage laitier. Conseils Références OBJECTIF RENTABILITÉ. Misez sur l efficacité durable

Élevage laitier. Conseils Références OBJECTIF RENTABILITÉ. Misez sur l efficacité durable Élevage laitier Conseils Références OBJECTIF RENTABILITÉ Misez sur l efficacité durable CONSEILS & RÉFÉRENCES Élevages L aitiers Sommaire PRÉSENTATION SYNERGIE DES EXPERTISES Pour un conseil global EBE

Plus en détail

Références CER France Chèvres laitières 2012 Réalisées par Charline Lochou en BTS ASCE au Lycée agricole de Coulounieix-Chamiers

Références CER France Chèvres laitières 2012 Réalisées par Charline Lochou en BTS ASCE au Lycée agricole de Coulounieix-Chamiers Références CER France Chèvres laitières 2012 Réalisées par Charline Lochou en BTS ASCE au Lycée agricole de Coulounieix-Chamiers EXPLOITATIONS CLASSES PAR ORDRE DE CHARGEMENT CROISSANT S.A.U. 37.50 50.80

Plus en détail

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Les essentiels du Réseau agriculture durable RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Réseau d information comptable agricole du Ministère de l Agriculture,

Plus en détail

> ÉDITION décembre 2014. Évaluation des capacités de stockage à la ferme 2014 en France métropolitaine LES ÉTUDES DE

> ÉDITION décembre 2014. Évaluation des capacités de stockage à la ferme 2014 en France métropolitaine LES ÉTUDES DE ÉDITION décembre 2014 Évaluation des capacités de stockage à la ferme 2014 en France métropolitaine LES ÉTUDES DE Résumé Les capacités de stockage à la ferme sont estimées par l'enquête réalisée par BVA

Plus en détail

Lait biologique : des chiffres à découvrir

Lait biologique : des chiffres à découvrir Lait biologique : des chiffres à découvrir 2013-2014 Depuis 2003 les éleveurs laitiers biologiques du Nord Pas de Calais qui le souhaitent peuvent chaque année analyser leurs résultats. L outil GTE lait

Plus en détail

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en La production de crédits nouveaux à l habitat, en croissance quasi continue depuis 1996 1, a atteint un niveau historiquement élevé en, avec des taux de

Plus en détail

Résultats technico-économiques des éleveurs et gaveurs de palmipèdes gras

Résultats technico-économiques des éleveurs et gaveurs de palmipèdes gras Résultats technico-économiques des éleveurs et gaveurs de palmipèdes gras Résultats 2006 1. Présentation de l échantillon 2006 Les données centralisées en 2006 en canards et en oies ont été fournies par

Plus en détail

OVINE VIANDE PRODUIRE ET COMMERCIALISER DE LA EN CIRCUITS COURTS. C entre et de R essources

OVINE VIANDE PRODUIRE ET COMMERCIALISER DE LA EN CIRCUITS COURTS. C entre et de R essources PRODUIRE ET COMMERCIALISER DE LA VIANDE OVINE EN CIRCUITS COURTS Projet Lauréat CASDAR 2010 «Elaboration d un référentiel pour évaluer la performance technique, économique, sociale et environnementale

Plus en détail

Consommations d'énergie et systèmes fourragers en bovins viande

Consommations d'énergie et systèmes fourragers en bovins viande Consommations d'énergie et systèmes fourragers en bovins viande Quelques leviers d'action Jean-Bernard MIS CA81 Siège Social 96 rue des agriculteurs BP 89 81003 ALBI Cedex Tél : 05 63 48 83 83 Fax : 05

Plus en détail

CONNAÎTRE SON COÛT DE PRODUCTION ET LE FAIRE BAISSER

CONNAÎTRE SON COÛT DE PRODUCTION ET LE FAIRE BAISSER RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION THÉMA CONNAÎTRE SON COÛT DE PRODUCTION ET LE FAIRE BAISSER Face à une conjoncture incertaine, les exploitations bovins viande ont besoin de

Plus en détail

AUTONOMIE ALIMENTAIRE : CEREALES OU HERBE?

AUTONOMIE ALIMENTAIRE : CEREALES OU HERBE? AUTONOMIE ALIMENTAIRE : CEREALES OU HERBE? réforme de la PAC comparaisons des rapports céréales/surface fourragère Bernadette Vignaud - Chambre d Agriculture de l Allier Jean-Marie Mouchard EDE du Puy-de

Plus en détail

Les résultats des élevages de porcs français en 2010

Les résultats des élevages de porcs français en 2010 Les résultats des élevages de porcs français en 10 L année 10 ne restera pas dans les annales. Similaire à 9, elle permet tout juste en moyenne d équilibrer le résultat des éleveurs. Il ne faut pas s y

Plus en détail

Intérêts de la luzerne sous forme déshydratée - zootechnique et économique -

Intérêts de la luzerne sous forme déshydratée - zootechnique et économique - Intérêts de la luzerne sous forme déshydratée - zootechnique et économique - Intervenant : Samuel MAIGNAN Zootechnie : Intérêt nutritionnel de la luzerne déshydratée Intérêt nutritionnel de la luzerne

Plus en détail

Quel système pour maximiser les résultats r économiques des exploitations d élevage allaitant ou laitier? Opt INRA

Quel système pour maximiser les résultats r économiques des exploitations d élevage allaitant ou laitier? Opt INRA Quel système pour maximiser les résultats r économiques des exploitations d élevage allaitant ou laitier? Opt INRA outil d aide à la décision par programmation linéaire Veysset P., Lherm M., Bébin D. Opt'INRA

Plus en détail

Analyse de certains paramètres pouvant influencer les résultats d insémination artificielle chez la brebis.

Analyse de certains paramètres pouvant influencer les résultats d insémination artificielle chez la brebis. Analyse de certains paramètres pouvant influencer les résultats d insémination artificielle chez la brebis. Un article de Jean-Loup Bister, Marianne Raes, Centre d Insémination et de Sélection Ovines Depuis

Plus en détail

Les dispositifs de Gestion technique (GTTT) et technico-économique (GTE) des élevages porcins

Les dispositifs de Gestion technique (GTTT) et technico-économique (GTE) des élevages porcins Les dispositifs de Gestion technique (GTTT) et technico-économique (GTE) des élevages porcins Alexia AUBRY IFIP-Institut du porc «L accès aux données pour la recherche & l innovation» Workshop ACTA 8 octobre

Plus en détail

Une offre de taureaux toujours en augmentation sur GENIVAL. Nombre de taureaux inscrits sur GENIVAL. novembre. mars 2011 mai 2011 2010

Une offre de taureaux toujours en augmentation sur GENIVAL. Nombre de taureaux inscrits sur GENIVAL. novembre. mars 2011 mai 2011 2010 Le GIE Elevage envoie aux partenaires GENIVAL une lettre d information sur l évolution de l outil et l offre en taureaux d élevage. Merci de la diffuser auprès de tous les techniciens et éleveurs de votre

Plus en détail

Exploitation individuelle 1.5 UMO. Système bovin viande. Vaches allaitantes Limousine. Système spécialisé en Veaux d'aveyron et du Ségala

Exploitation individuelle 1.5 UMO. Système bovin viande. Vaches allaitantes Limousine. Système spécialisé en Veaux d'aveyron et du Ségala Cas-type 71.1 Système spécialisé en Veaux d'aveyron et du Ségala En Ségala, la forte densité des exploitations et l'accés difficile et coûteux au foncier concourent au Conjoncture : 21 développement de

Plus en détail

ECTOR Logiciel de gestion du troupeau ovin allaitant objectifs, critères techniques retenus et méthodologie 1

ECTOR Logiciel de gestion du troupeau ovin allaitant objectifs, critères techniques retenus et méthodologie 1 Cah. Tech. I.N.R.A., 2005 55, 45-60 ECTOR Logiciel de gestion du troupeau ovin allaitant objectifs, critères techniques retenus et méthodologie 1 Gabriel Laignel et Marc Benoît 2 La collecte de données

Plus en détail

Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2003

Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2003 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 23 Avec près de 96 milliards d euros de crédits nouveaux à l habitat distribués, l année 23 marque une nouvelle étape dans le cycle de hausse débuté en

Plus en détail

RÉSULTATS TECHNICO-ÉCONOMIQUES 2011 DU RÉSEAU DE RÉFÉRENCES PORCIN

RÉSULTATS TECHNICO-ÉCONOMIQUES 2011 DU RÉSEAU DE RÉFÉRENCES PORCIN RÉSEAUX DE RÉFÉRENCES COLLECTION RÉSULTATS ANNUELS RÉSULTATS TECHNICO-ÉCONOMIQUES 2011 DU RÉSEAU DE RÉFÉRENCES PORCIN DE MARTINIQUE Programme POSEI France PORCINS Les résultats technico-économiques 2011

Plus en détail

du lait à un coût maîtrisé un investissement rentable Pour AméLiorer DurAbLement Le résultat technico-économique De mon AteLier LAit

du lait à un coût maîtrisé un investissement rentable Pour AméLiorer DurAbLement Le résultat technico-économique De mon AteLier LAit La génétique, pari gagnant le pour pari produire gagnant du pour lait produire à un coût maîtrisé du lait à un coût maîtrisé un investissement rentable Pour AméLiorer DurAbLement Le résultat technico-économique

Plus en détail

Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes

Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes Le lycée des Eaux-Claires de Grenoble - Crédit photo : Juan Robert Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes Synthèse - Année 2012 266 lycées 236 sites 193 000 élèves 4,3 millions

Plus en détail

N 36. Isabelle GIRARD-LE GALLO

N 36. Isabelle GIRARD-LE GALLO D I R E C T I O N D E S S T A T I S T I Q U E S E T D E S É T U D E S N 36 Isabelle GIRARD-LE GALLO ÉVOLUTION DES DÉPENSES DE SOINS DE VILLE ENTRE 1999 ET 2001 DES PREMIERS BÉNÉFICIAIRES Entre 1999 et

Plus en détail

Evolution récente de l agriculture des DOM et des aides publiques dont elle bénéficie : comparaison avec la métropole 1

Evolution récente de l agriculture des DOM et des aides publiques dont elle bénéficie : comparaison avec la métropole 1 Evolution récente de l agriculture des DOM et des aides publiques dont elle bénéficie : comparaison avec la métropole 1 Jean-François BASCHET, Ministère de l agriculture et de la pêche, Direction des affaires

Plus en détail

22,7 % Industrie. Production passée et prévisions (en solde d opinions CVS)

22,7 % Industrie. Production passée et prévisions (en solde d opinions CVS) 22,7 % Poids des effectifs de l industrie par rapport à la totalité des effectifs (source : ACOSS-URSSAF-31/12/214)) Industrie La production industrielle a légèrement baissé au mois de septembre. La demande

Plus en détail

Revenu et coûts de production des exploitations du réseau Sud-Ouest en 2012

Revenu et coûts de production des exploitations du réseau Sud-Ouest en 2012 Revenu et coûts de production des exploitations du réseau Sud-Ouest en 2012 Benoît RÉMOND CA 40 TYPOLOGIE des exploitations suivies CARACTERISTIQUES générales : - main d œuvre - surfaces PRODUITS : - reproduction

Plus en détail

Enquêtes mensuelles. Indicateurs du Climat des Affaires

Enquêtes mensuelles. Indicateurs du Climat des Affaires Tendances régionales La conjoncture en Midi-Pyrénées Décembre 215 La production industrielle a légèrement progressé dans l ensemble des secteurs. Les carnets de commandes sont toujours jugés de bon niveau.

Plus en détail

Rencontre SENAT 31 Mai 2011

Rencontre SENAT 31 Mai 2011 Rencontre SENAT 31 Mai 2011 QUI NOUS SOMMES 1 ER RESEAU ASSOCIATIF DE CONSEIL ET D EXPERTISE COMPTABLE NOTRE METIER SPECIALISTE DU CONSEIL PLURIDISCIPLINAIRE AU CHEF D ENTREPRISE OU SOMMES-NOUS? 700 AGENCES

Plus en détail

VALORISER LES PRAIRIES

VALORISER LES PRAIRIES RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION THÉMA VALORISER LES PRAIRIES Autonomie alimentaire et valorisation des prairies dans les élevages ovins de l Ouest LA PLUPART DES SYSTÈMES

Plus en détail

ENQUETE REMUNERATION DES ACTUAIRES EN 2011

ENQUETE REMUNERATION DES ACTUAIRES EN 2011 ENQUETE REMUNERATION DES ACTUAIRES EN 2011 Département Carrières Conférence du 25 janvier 2013 Eclairer les risques, tracer l avenir 1 OBJECTIF INITIAL : Apporter des éléments de rémunération aux membres

Plus en détail

ETUDE BOVINS VIANDE BROUTARDS 2007

ETUDE BOVINS VIANDE BROUTARDS 2007 EXPLOITATIONS CLASSEES PAR ORDRE DE CHARGEMENT CROISSANT S.A.U. 116.61 102.50 97.00 S.F.P. 92.58 86.06 80.71 Ha. Mais ens / Ha. S.F.P. 3% 3% 1% U.G.B. 77.22 103.53 132.97 Nombre de vaches 59 74 96 U.G.B.

Plus en détail

Alimentation des ovins : rations moyennes et niveaux d autonomie alimentaire

Alimentation des ovins : rations moyennes et niveaux d autonomie alimentaire Juin 2014 Compte-rendu 00 14 301 027 collection résultats Carole Jousseins 1, Edmond Tchakérian 2, Catherine de Boissieu 3, Emmanuel Morin 4, Thomas Turini 5 1. Institut de l Élevage. Département Techniques

Plus en détail

VITICULTURE. Chambres d Agriculture. Associations de Gestion et de Comptabilité. Des Départements 49, 44, 72

VITICULTURE. Chambres d Agriculture. Associations de Gestion et de Comptabilité. Des Départements 49, 44, 72 VITICULTURE 125 126 GROUPE VITICULTURE Le groupe comprend 75 entreprises dont 47 en société (63 %). La vigne représente 88 % des produits, le complément étant apporté par des grandes cultures ou d autres

Plus en détail

Ovitel dispose de tous les atouts pour vous séduire!

Ovitel dispose de tous les atouts pour vous séduire! Ovitel dispose de tous les atouts pour vous séduire! Fort de notre expérience avec Bovitel (logiciel de gestion pour l éleveur bovin), adopté par plus de 5 000 éleveurs bovins, nous élargissons notre gamme

Plus en détail

Indicateur n 14 : Pension moyenne

Indicateur n 14 : Pension moyenne Programme «Retraites» 47 Indicateur n 14 : Pension moyenne Sous-indicateur n 14-1 : de l ensemble des retraités Les évolutions des pensions moyennes (avantage principal de droit direct) brutes en euros

Plus en détail

Les cas-types ovins viande du Grand Est

Les cas-types ovins viande du Grand Est Lorraine, Alsace, Champagne- Ardenne, Franche- Comté Les cas-types ovins viande du Grand Est ACTUALISATION ÉCONOMIQUE 2014 Les 9 cas-types présentés dans ce document couvrent une grande part de la diversité

Plus en détail

REPÈRES ÉCONOMIQUES. Population des entreprises : 23 450 entreprises en 2006 2008-4. Valérie Deroin * SUR LE SECTEUR DES INDUSTRIES CULTURELLES

REPÈRES ÉCONOMIQUES. Population des entreprises : 23 450 entreprises en 2006 2008-4. Valérie Deroin * SUR LE SECTEUR DES INDUSTRIES CULTURELLES culture Secrétariat général Délégation au développement et aux affaires internationales Département des études, de la prospective et des statistiques 182, rue Saint-Honoré, 7533 Paris cedex 1 1 4 15 79

Plus en détail

Analyse du coût de production du lait biologique

Analyse du coût de production du lait biologique Analyse du coût de production du lait biologique Evolutions 2007 2009 Jérôme Pavie Institut de l Elevage Analyse des coûts de production en lait biologique Méthode Institut de l Elevage Réseaux d Elevage

Plus en détail

COÛT DE PRODUCTION DU LAIT

COÛT DE PRODUCTION DU LAIT RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION THÉMA COÛT DE PRODUCTION DU LAIT Des repères pour la gestion de mon atelier en Nord-Pas-de-Calais-Picardie Le coût de production du lait est

Plus en détail

L immobilier dans l économie

L immobilier dans l économie ETUDE EN BREF Janvier 29 L immobilier dans l économie Avec 2 % de la valeur ajoutée en 27 et 45 % de l investissement, l immobilier a une place prépondérante dans l économie française. Phénomène nouveau?

Plus en détail

Campagne de pomme de terre 2009/2010 : production française en hausse et commerce extérieur plutôt favorable

Campagne de pomme de terre 2009/2010 : production française en hausse et commerce extérieur plutôt favorable Agreste Synthèses Grandes cultures Pomme de terre Juin 211 n 211/148 Pomme de terre - Juin 211 Grandes cultures Synthèses n 211/148 Campagne 29/21 : production française en hausse et commerce extérieur

Plus en détail

Régularisation actif 1,3 Régularisation passif 0,1. Total actif 368,7 Total passif 368,7 Source : RICA 2009

Régularisation actif 1,3 Régularisation passif 0,1. Total actif 368,7 Total passif 368,7 Source : RICA 2009 1 Structure du bilan Le bilan décrit la situation patrimoniale de l exploitation à la clôture de l exercice. Il présente en regard l actif à gauche et le passif à droite, dont les cumuls sont par définition

Plus en détail

L e m a r c h é d e l i m m o b i l i e r d e n t r e p r i s e POINT MARCHE 2006

L e m a r c h é d e l i m m o b i l i e r d e n t r e p r i s e POINT MARCHE 2006 L e m a r c h é d e l i m m o b i l i e r d e n t r e p r i s e POINT MARCHE 2006 LE MARCHE DES BUREAUX EN ILE DE FRANCE Évolution annuelle de la demande placée 2 200 000 m 2 placés en 2005, soit une progression

Plus en détail

Tableau de bord «coûts de production»

Tableau de bord «coûts de production» Bassin Limousin Tableau de bord «coûts de production» RESULTATS MOYENS EN CONJONCTURE 213 DES ATELIERS BOVINS VIANDE DU BASSIN LIMOUSIN Dans un contexte réglementaire incertain, et face à de fortes variations

Plus en détail

La filière ovine du Grand Est dispose de deux dispositifs d accompagnement complémentaires :

La filière ovine du Grand Est dispose de deux dispositifs d accompagnement complémentaires : C H O I X D E S S Y S T È M E S E N L O R R A I N E Avant de se lancer dans le financement du projet, il est souvent judicieux de réaliser une étude au préalable pour évaluer la viabilité et à la cohérence

Plus en détail

La productivité du travail et le salaire moyen par tête à l horizon 2050

La productivité du travail et le salaire moyen par tête à l horizon 2050 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du mercredi 26 septembre 2007 à 9 h 30 «Actualisation des projections à long terme : les hypothèses» Document N 04 Document de travail, n engage pas

Plus en détail

ETUDE AUPRÈS DE PERSONNES EN SITUATION DE SURENDETTEMENT

ETUDE AUPRÈS DE PERSONNES EN SITUATION DE SURENDETTEMENT ASSOCIATION CRESUS ETUDE AUPRÈS DE PERSONNES EN SITUATION DE SURENDETTEMENT - Synthèse de l'institut CSA - N 1101469 Octobre 2011 2, rue de Choiseul BP 6571 75065 Paris cedex 02 CSA Politique-Opinion Tél.

Plus en détail

Repli du prix de porc au mois de juillet

Repli du prix de porc au mois de juillet Agreste Infos rapides Animaux de boucherie - Porcins Août n 7/11 Août Porcins n 7/11 E Animaux de boucherie Repli du prix de porc au mois de juillet Infos rapides n juillet, les abattages de porcins progressent

Plus en détail

Mesdames et Messieurs les Actionnaires,

Mesdames et Messieurs les Actionnaires, Achèvement des travaux de rénovation des chambres et résultat brut en augmentation de 15.6%. Les perspectives s annoncent positives pour le second semestre. Mesdames et Messieurs les Actionnaires, Voici

Plus en détail

Systèmes bovins laitiers en Poitou-Charentes

Systèmes bovins laitiers en Poitou-Charentes R E F E R E N C E S Systèmes bovins laitiers en Poitou-Charentes Avril 2008 Les cas-types... mode d emploi R E F E R E N C E S Vous avez dit cas-type? Un cas-type est une exploitation représentative d'un

Plus en détail

N 35. Isabelle GIRARD-LE GALLO LA CONSOMMATION MÉDICALE DES BÉNÉFICIAIRES DE LA CMU EN 2000

N 35. Isabelle GIRARD-LE GALLO LA CONSOMMATION MÉDICALE DES BÉNÉFICIAIRES DE LA CMU EN 2000 D I R E C T I O N D E S S T A T I S T I Q U E S E T D E S É T U D E S N 35 Isabelle GIRARD-LE GALLO LA CONSOMMATION MÉDICALE DES BÉNÉFICIAIRES DE LA CMU EN 2000 En 2000, un patient bénéficiaire de la CMU

Plus en détail

. Bâtiments : Système BREBIS PROLIFIQUE. 1 uta sur 75 ha avec 500 brebis. Les moyens de production UN SYSTÈME SOUPLE À CONTRE SAISON.

. Bâtiments : Système BREBIS PROLIFIQUE. 1 uta sur 75 ha avec 500 brebis. Les moyens de production UN SYSTÈME SOUPLE À CONTRE SAISON. Système BREBIS PROLIFIQUE Limousin 1 uta sur 75 ha avec 500 brebis Dans le cadre du choix d une production de contre saison, ce système implique l utilisation de brebis désaisonnées et prolifiques Il peut

Plus en détail

Conjoncture Filière cheval N 15 Juin 2014

Conjoncture Filière cheval N 15 Juin 2014 Conjoncture Filière cheval N 15 Juin 214 L élevage : premières tendances 214 Course : baisse des juments saillies en galop, contrairement au trot Selle et poneys : la baisse des juments et ponettes saillies

Plus en détail

Bilan trimestriel de la commercialisation des logements neufs

Bilan trimestriel de la commercialisation des logements neufs DREAL Alsace Champagne-Ardenne Lorraine Service connaissance et développement durable Bilan trimestriel de la commercialisation des logements neufs Commercialisation des appartements neufs Résultats au

Plus en détail

L actualité en 12 graphiques

L actualité en 12 graphiques Point de conjoncture de la Région Ile-de-France L actualité en 12 graphiques Unité La croissance de la zone euro devrait accélérer progressivement en 2015 et s affermir en 2016 sous l effet de la baisse

Plus en détail

Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes

Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes Le lycée des Eaux-Claires de Grenoble - Crédit photo : Juan Robert Nouvel internat Lumière livré en 214 : Alexa Brunet Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes Synthèse - Année

Plus en détail

LES RÉFÉRENCES BOVINS VIANDE D AQUITAINE AU SERVICE DE LA FILIÈRE

LES RÉFÉRENCES BOVINS VIANDE D AQUITAINE AU SERVICE DE LA FILIÈRE RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION RÉFÉRENCES LES RÉFÉRENCES BOVINS VIANDE D AQUITAINE AU SERVICE DE LA FILIÈRE Note de conjoncture 2013 L'ÉLEVAGE BOVINS VIANDE D AQUITAINE

Plus en détail

Rapport final Analyse économique

Rapport final Analyse économique Rapport final Analyse économique Exploitation de la lumière naturelle dans les programmes de photopériode pour le contrôle de la reproduction chez les ovins (Projet #6266) Demandeur Organisme conjoint

Plus en détail

Centre financier aux entreprises. du Bas Saint Laurent. Dynaco Agriscar St Pamphile St Alexandre. La Matapédienne Purdel St Fabien Baie des Chaleurs

Centre financier aux entreprises. du Bas Saint Laurent. Dynaco Agriscar St Pamphile St Alexandre. La Matapédienne Purdel St Fabien Baie des Chaleurs Partenaires La Matapédienne Purdel St Fabien Baie des Chaleurs Dynaco Agriscar St Pamphile St Alexandre Collaborateurs Supporteurs Centre financier aux entreprises de la Côte du Sud du Bas Saint Laurent

Plus en détail

L OBSERVATOIRE. des marchés de l ancien L ENVIRONNEMENT DU MARCHÉ. Lettre de conjoncture - N 48. Avril 2007 +6.5 % DE HAUSSE

L OBSERVATOIRE. des marchés de l ancien L ENVIRONNEMENT DU MARCHÉ. Lettre de conjoncture - N 48. Avril 2007 +6.5 % DE HAUSSE L OBSERVATOIRE des marchés de l ancien Avril 2007 Lettre de conjoncture - N 48 E N B R E F +6.5 % DE HAUSSE DES PRIX DE L ANCIEN AU 1 ER TRIMESTRE 2007. Doucement, le rythme annuel de progression des prix

Plus en détail

Tendances et perspectives du marché de la viande ovine dans le monde et au Québec

Tendances et perspectives du marché de la viande ovine dans le monde et au Québec Tendances et perspectives du marché de la viande ovine dans le monde et au Québec Présentée par : Amina Baba-Khelil, M.Sc., agr, chargée de projet, FPAMQ 21 Février 2013 Production ovine En ouvelle-zélande

Plus en détail

1 - Salaires nets tous secteurs confondus

1 - Salaires nets tous secteurs confondus N 627 Résultats l enquête annuelle sur les s auprès s entreprises - Mai 2011 - L enquête annuelle sur les s auprès s entreprises, réalisée par voie postale par l ONS a donné les résultats présentés ci-ssous.

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de l Isère. Suivez l activité NETTE DÉGRADATION DE LA SITUATION. 1er trimestre 2014

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de l Isère. Suivez l activité NETTE DÉGRADATION DE LA SITUATION. 1er trimestre 2014 Suivez l activité des entreprises de l Isère NOTE DE CONJONCTURE 1er trimestre NETTE DÉGRADATION DE LA SITUATION L activité économique marque un véritable coup d arrêt sur ce 1 er trimestre pour l ensemble

Plus en détail

BILAN DES APPUIS TECHNIQUES OVINS VIANDE EN LANGUEDOC-ROUSSILLON

BILAN DES APPUIS TECHNIQUES OVINS VIANDE EN LANGUEDOC-ROUSSILLON BILAN DES APPUIS TECHNIQUES OVINS VIANDE EN LANGUEDOC-ROUSSILLON Campagne 2010 La mise en œuvre du conseil technique auprès éleveurs ovins vian du Languedoc- Roussillon inclut la réalisation d une Gestion

Plus en détail

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 décembre 2014 à 14 h 30 «Actualisation des projections» Document N 5 Document de travail, n engage pas le Conseil Tests de sensibilité des projections

Plus en détail

Des dirigeants de PME/ETI toujours moroses et sceptiques sur le crédit d impôt compétitivité et emploi

Des dirigeants de PME/ETI toujours moroses et sceptiques sur le crédit d impôt compétitivité et emploi Paris, le 20 décembre 2012 Des dirigeants de PME/ETI toujours moroses et sceptiques sur le crédit d impôt compétitivité et emploi La Banque Palatine, Banque des moyennes entreprises et des ETI au sein

Plus en détail