mon maïs fourrage, (GNIS) rassemble toutes les parties prenantes de la filière semences française, soit 72 entreprises de sélection,

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "mon maïs fourrage, (GNIS) rassemble toutes les parties prenantes de la filière semences française, soit 72 entreprises de sélection,"

Transcription

1 Ma vache, mon maïs fourrage, et moi 50 ans de progrès! Depuis maintenant 50 ans, le maïs fourrage a bénéficié avec succès du progrès génétique et de l innovation variétale. Il a su s inscrire durablement dans les systèmes d exploitation des éleveurs et leur apporter une sécurité dans l approvisionnement en fourrage. L année 2014 est l occasion de retracer l amélioration variétale du maïs fourrage à travers ses grandes étapes et ses dates clés. Le progrès génétique du maïs fourrage a eu deux bénéfices majeurs : augmenter le rendement énergétique à l hectare (Unité Fourragère lait/ha) et augmenter la production laitière du troupeau (Kg de lait/ vache). Ces avancées s inscrivent dans un mouvement plus général d innovations dans l alimentation animale et en machinisme agricole. >>>> rendez-vous en page centrale Jean-François Alary GAEC de l espérance - Aveyron, 240 ha, 63 ha de maïs fourrage, 160 VL, 9000 kg/vl, 13 kg de lait/jdv «Nous avons toujours évolué avec le maïs fourrage, il est aujourd hui la plante d avenir de notre production laitière. C est 60% de la ration journalière. Dans nos conditions c est à la fois la plante la plus productive et la plus nutritive.» sommaire Les éleveurs sont les premiers partenaires et acteurs des progrès enregistrés par le maïs fourrage. Ils sont au cœur de cette évolution. C est grâce à leur confiance dans le maïs fourrage comme pilier de l alimentation de leur troupeau que cette culture fourragère s est développée et est aujourd hui familière de nos paysages. Des éleveurs ont accepté de témoigner et partager leur success story : «Ma vache, mon maïs fourrage et moi». Catherine Lamboley, Présidente de la section maïs UFS Pierre Pagesse, Président de la section maïs GNIS Union Française des Semenciers L Union française des semenciers (UFS) est l organisation professionnelle qui représente 130 entreprises semencières implantées en France et qui ont pour activités la création de variétés végétales, la production et la mise en marché de semences pour l agriculture, les jardins et les paysages. Groupement National Interprofessionnel des Semences et plants Le Groupement national interprofessionnel des semences et plants (GNIS) rassemble toutes les parties prenantes de la filière semences française, soit 72 entreprises de sélection, 249 entreprises de production, agriculteurs multiplicateurs, points de vente ainsi que les utilisateurs, agriculteurs et transformateurs. >>>> pages 2/3 50 ans de progrès! >>>> pages 4/5/6/7 ma vache, mon maïs fourrage, et moi...

2 50 ans de progrès! 1785, Antoine Parmentier (1) imagine le maïs «Le maïs pourrait aussi très bien mériter une place parmi les plantes que l on peut employer en prairie momentanée. Les vaches mangent ce fourrage avec avidité, et il leur donne beaucoup de lait» Premières variétés précoces et tolérantes aux basses températures Les premiers maïs sont ensilés mécaniquement, avec l apparition des ensileuses à couteaux. Le maïs fourrage conquiert de plus en plus de surfaces. Ce succès rapide est dû aux bons résultats de conservation de l ensilage de maïs, mais également grâce au développement et à la mise sur le marché d hybrides précoces l essor du maïs fourrage ha 1852, Auguste Goffart (2) précurseur du maïs ensilage Premiers essais d ensilage de maïs en Sologne «Ma conviction profonde est que la culture et l ensilage de maïs sont destinés à provoquer une révolution agricole complète. Elle permettra en dix ans de 1979 Le maïs fourrage atteint doubler le nombre d animaux élevés sur notre sol». Claude Alary, éleveur à Vors (Aveyron) dans les années 60 Le maïs récolté et conservé sous forme d ensilage devient la plante de la révolution fourragère des années 1970 grâce au développement de nouvelles variétés de maïs cultivables dans les zones septentrionales. L essor de cette culture entraîne un bouleversement et une modernisation de toute la chaîne de récolte du maïs fourrage. Ce développement considérable de l ensilage de maïs a favorisé simultanément celui de l ensilage d herbe. le million d hectares 1986, Création du catalogue maïs fourrage 1 ère année où des essais ensilage sont réalisés pour l inscription au catalogue officiel français L énergie, nouveau critère à l inscription 1989, Le maïs atteint son plateau avec 1.6 million d hectares Les conditions de sécheresse des années ont entrainé des transferts de maïs grains vers le maïs fourrage. Prise en compte du critère de valeur énergétique UFL pour l inscription des variétés au catalogue français. Le but est de favoriser la concentration énergétique UFL / kg MS (Matière Sèche) de la plante entière dans les objectifs de sélection. Premières inscriptions au catalogue français prenant en compte la valeur énergétique UFL Le maïs fourrage partenaire de l éleveur Depuis quelques années, la surface moyenne en maïs fourrage est de ha. L avenir du maïs fourrage va de pair avec l évolution de l élevage laitier. La recherche de l optimum économique et des temps de travail sur les ateliers de production est compatible avec un fourrage stocké comme le maïs fourrage. Sous l effet de la suppression des quotas laitiers, de l augmentation de la productivité des ateliers et/ou de la taille des troupeaux, la part du maïs fourrage pourrait augmenter dans l alimentation des ruminants. Simple de culture et d utilisation, le maïs est le partenaire idéal des légumineuses dans le système fourrager par sa concentration énergétique élevée et stable. De plus, sa capacité de substitution dans les usages de la plante récoltée (grain/fourrage) participe à une gestion souple de la sécurité d approvisionnement. (1) Antoine Augustin Parmentier est un pharmacien militaire, agronome, nutritionniste et hygiéniste français connu pour ses travaux sur la pomme de terre (2) Industriel belge et auteur du «Manuel de la culture et de l ensilage des maïs et autres fourrages verts»

3 50 ans de progrès! ma vache mon maïs fourrage Le monde de l élevage, et notamment la production laitière, a connu de très grandes évolutions ces 50 dernières années. L amélioration génétique des troupeaux et sa diffusion par l insémination artificielle promues par la loi sur l élevage en 1966 marquera les élevages. Dans le même temps, la modernisation des exploitations avec l apparition des stabulations libres suivies des logettes et des salles de traites dans les années 70 continuera de faire croître la productivité des élevages. Ces mutations ont été accompagnées par une meilleure connaissance de l alimentation, de l équilibre des rations et d une maîtrise de la conservation des fourrages. Entre 1974 et 2014, on constate ainsi une augmentation de la production laitière de 4500 kg/vache/an due à l amélioration de l ensemble de ces facteurs. Production moyenne de lait (kg/vache/an) kg de lait En près de 40 ans, la production moyenne annuelle de lait par vache a progressé 4500 kg. (3908) 1974 (8415) Evolution de la production de lait par vache et par an (kg) Source : France Conseil Elevage «La performance laitière moyenne est passée de l ordre de 3900 kg/vl (1974) à près de 8400 kg en La qualité a suivi avec des TB et des TP plus élevés. Ces évolutions sont aussi liées à la qualité de conduite des troupeaux.» / C. Bousquet Depuis les années 50, et l obtention des premières variétés hybrides modernes, la génétique n a pas cessé d être source de progrès sur le rendement, la précocité, la valeur agronomique (résistance à la verse, aux maladies, ) et, depuis 1998, sur la valeur alimentaire (UFL). Aujourd hui encore, le gain annuel mesuré en terme de rendement est de l ordre de +1%. Simultanément la valeur énergétique moyenne est passée de 0,88 UFL à 0,91/0,93 sur les 20 dernières années, La culture issue des variétés récentes est homogène, saine, facile à récolter : plus régulières, les variétés d aujourd hui sont plus rustiques que celles d hier. Rendement en t/ha Un rendement de + 1 % par an sur 30 ans Moyenne ajustée des variétés Modèle linéaire Evolution du rendement dans le réseau des essais variétés post-inscription série SB Source : Arvalis, Institut du végétal Année d inscription des variétés 5 «Le maïs fourrage avec plus de 1,4 millions d hectares est devenu en 50 ans la base de l alimentation du troupeau français. Sa formidable capacité de rendement en toutes conditions et sa conduite maitrisée explique largement ce succès.»

4 et moi... Jean-François Alary GAEC de l espérance Aveyron, 240 ha, 63 ha de maïs fourrage non irrigué 160 VL Prim Holstein, 9000 kg/vl, 13 kg de lait/jdv «Le maïs fourrage a révolutionné notre exploitation» Le maïs fourrage est arrivé chez nous par hasard dans les années 60. Mon père Claude, avec ses voisins, avait semé du maïs, récolté à la moissonneuse lieuse, en gerbes de plantes entières. Les maïs ont été entassés les uns sur les autres, le tas s est mis à fumer et peu à peu les maïs ont fermenté. Le tassement s est fait par son propre poids et un jour, ils se sont aperçus que les vaches appréciaient ce nouveau fourrage : le maïs fourrage avait fait son entrée dans notre élevage. C est à partir de 1972, que le maïs prend vraiment sa place et depuis sa part dans la ration n a fait qu augmenter. Nous avions trouvé notre voie. En 1991, je rejoins mon père sur l exploitation qui devient, après son départ en retraite, le GAEC de l Espérance avec l arrivée successive de plusieurs familles. Le GAEC de l Espérance c est plus qu une équipe, c est un état d esprit. «J ai amélioré mon rendement» «J ai gagné en rusticité» «Nous avons toujours évolué avec le maïs fourrage, il est aujourd hui la plante d avenir de notre production laitière. C est 60% de la ration journalière. Dans nos conditions, c est à la fois la plante la plus productive et la plus nutritive.» GAEC de l espérance : (de gauche à droite) Laurent Enjalbert, Jean-François Alary, Laurent Monteillet et Joël Pouget. DDans nos conditions de sols silico-argileux et à 800 m d altitude, nous devons compter avec le climat, les gelées tardives et précoces à la récolte surtout dans les fonds de vallées. Avec des parcelles très différentes entre elles, nous gérons aujourd hui nos choix variétaux grâce aux différences de précocité et leur capacité à résister au stress. Nous sommes maintenant arrivés à une très bonne maîtrise du désherbage et une très nette amélioration des levées avec les traitements de semences spécifiques. Sur les 30 dernières années nous avons gagné plus de 3 tonnes à l hectare. «La qualité de mon maïs fourrage est bien supérieure» Les premiers maïs que nous avons semés n ont rien à voir avec les variétés d aujourd hui. A l époque, nous n avions qu un choix limité de variétés. Au début nous recherchions le volume : plus les plantes étaient «géantes», plus nous étions satisfaits, mais nous devions énormément complémenter en énergie et n étant pas dans une région céréalière, les coûts s en ressentaient. Du coup pour augmenter la teneur en grain, nous coupions les maïs plus haut à 30 ou 40 cm, mais cela faisait du «gâchis», et nous n étions pas très à l aise avec ça. Nous nous sommes rendus compte que la qualité devait être au rendez-vous et notre choix s est porté naturellement vers les meilleures variétés, en fait vers les variétés «grain». Là encore nous avons rencontré des difficultés à corriger les rations trop acidogènes et trop fibreuses, peu appréciées par nos laitières. Puis sont arrivées les variétés maïs fourrage, plus performantes et répondant mieux à nos besoins, avec des feuilles et des tiges encore vertes à la récolte et avec des rapports épi/plante équilibrés. Les teneurs en UFL ont évolué et nous dépassons souvent les 0,90 de moyenne. Nous avons également énormément progressé en technique de récolte et en conservation, tout est lié.» «Avec 9000 kg/vl et 160 VL, nous avons gagné en sécurité» / C. Bousquet Pour le GAEC, le maïs fourrage a été le partenaire de notre évolution : nous sommes passés de moins de 5000 à plus de 9000 kg de lait/vl et ce en près de 25 ans. Aucune autre culture ne nous aurait permis cette progression. Le GAEC fait vivre 4 familles et il nous faut assurer à la fois notre revenu et notre avenir. Nous trouvons la sécurité dans la formidable capacité du maïs à produire de tels volumes en seulement 4 à 5 mois. C est aussi la plante avec la valeur alimentaire la plus régulière et la plus prédictible.

5 Le maïs fourrage demain Maïs et durabilité La base de la production fourragère repose aujourd hui essentiellement sur la production d herbe et de maïs fourrage. Ce dernier a trouvé sa place dans les systèmes fourragers français grâce à sa productivité naturelle et à ses nombreuses qualités (faible IFT, bonne valorisation des engrais de ferme, ). Il garantit à l éleveur une sécurité d approvisionnement de son troupeau tant en termes quantitatif que qualitatif (alimentaire et sanitaire) et lui permet d atteindre une meilleure stabilité dans la gestion de son stock fourrager. Maïs fourrage et innovation Le maïs fourrage présente tous les atouts pour participer à l amélioration des performances et à la qualité de vie des éleveurs comme il le fait depuis 50 ans : fourrage à haute concentration énergétique régulière, progression des rendements continue, sécurité agronomique, gain de temps Aujourd hui, les axes de recherche portent sur l augmentation des rendements et la tolérance au complexe parasitaire des grandes zones d élevage, pour un fourrage en quantité et au profil sanitaire sécurisant. Les enjeux économiques de demain rendent prioritaire l amélioration du maïs en rendement et valeur énergétique, mais aussi l augmentation de la digestibilité de la partie tige+feuilles, ou encore l amélioration des teneurs en protéine. UFS 17, rue du Louvre PARIS - GNIS 44, rue du Louvre Paris

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier Itinéraire cultural Type de sol et préparation avant semis Le sorgho grain sucrier est relativement peu exigeant par rapport au

Plus en détail

Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal

Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal GUIDE PRATIQUE DE L'ÉLEVEUR Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal avril 2011 BRETAGNE PAYS DE LA LOIRE SOMMAIRE Paroles d éleveurs 4 Quelle place donner à l herbe Le choix d un système fourrager 8

Plus en détail

Les prairies multi-espèces produisent plus que le RGA - TB

Les prairies multi-espèces produisent plus que le RGA - TB Les prairies multi-espèces produisent plus que le RGA - TB + 1,5 t MS/ha sur 3 essais Y compris sur sols profonds Rendement annuel (T MS/ha) 11 9 8 7 6 5 4 3 4,2 5,7 8,4,1 3,8 5,2 Essai 1 Essai 2 Essai

Plus en détail

Environnement, économie, société : le maïs sur tous les fronts

Environnement, économie, société : le maïs sur tous les fronts Environnement, économie, société : le maïs sur tous les fronts Millions t 3 000 2 500 2 000 1 500 1 000 La demande en grains va augmenter avec la population 500 MAÏS : +76% 0 2000 2010 2015 2020 2030 RIZ

Plus en détail

Fourrages et production de protéines

Fourrages et production de protéines A. Devouard (Prolea) Fourrages et production de protéines Huyghe C. Direction Scientifique Agriculture INRA - Paris En hommage à Jean-Claude Simon Pourquoi se préoccuper de protéines? Alimentation animale

Plus en détail

Le ray-grass anglais

Le ray-grass anglais Le ray-grass anglais Préface Le ray-grass anglais, pur ou associé à du trèfle blanc, est une des graminées fourragères les plus utilisées en France. C est la plante de pâturage par excellence des régions

Plus en détail

Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique

Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique Conjoncture retenue pour la construction des cas-types Prix de la viande bovine Conjoncture 1 er trimestre 2012 Prix des

Plus en détail

ORGES HYBRIDES. www.semencesdefrance.com

ORGES HYBRIDES. www.semencesdefrance.com ORGES HYBRIDES www.semencesdefrance.com Gamme Variйtale Semences de France Orges hybrides 6 rangs fourragиres PS Nouveautй GOODY 2014 (SY212.121) 5 (1/2 hiver 7 (précoce) 8 6 6 7 6 HOBBIT 2009 6 6 1/2

Plus en détail

Mise à l herbe, les années se suivent!

Mise à l herbe, les années se suivent! Mise à l herbe, les années se suivent! Les vaches laitières du centre de formation ont été mises à l herbe de-nouveau un jeudi. En 2010 c était le 1 er avril, cette année ce fut le 31 mars 2011. La mise

Plus en détail

6 bonnes raisons pour cultiver du sorgho

6 bonnes raisons pour cultiver du sorgho GUIde sorgho 2015 La Gamme sorgho 2015 17 % Besoins en eau limités Diversité de culture dans la rotation 46 % 6 bonnes raisons pour cultiver du sorgho Besoins en intrants faibles 12 % 10 % Dégâts sur la

Plus en détail

ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie

ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie Capacité d adaptation des systèmes en Agriculture Biologique aux épisodes de sécheresse AUTONOMIE ALIMENTAIRE Maître d œuvre : Chambres d Agriculture

Plus en détail

Bien choisir sa variété de maïs ensilage

Bien choisir sa variété de maïs ensilage Bien choisir sa variété de maïs ensilage Le maïs ensilage n est pas une culture difficile à cultiver. Pour choisir sa variété, l agriculteur dispose aujourd hui d une multitude de critères : attention

Plus en détail

La nutrition simple et rentable. Catalogue FORMATIONS. N Formateur : 83 63 04246 63

La nutrition simple et rentable. Catalogue FORMATIONS. N Formateur : 83 63 04246 63 La nutrition simple et rentable Catalogue FORMATIONS N Formateur : 83 63 04246 63 Introduction FORMATIONS Vous tenez dans vos mains le catalogue de formations BDM. Leader français du Conseil Indépendant

Plus en détail

Récolte ensilage immature ou Grains riches en protéines

Récolte ensilage immature ou Grains riches en protéines Guide Technique 2015 Récolte ensilage immature ou Grains riches en protéines Pour s affranchir du risque de sécheresse estivale OBJECTIF Cette pratique sécurise les stocks fourragers en diversifiant les

Plus en détail

Analyses et Perspectives

Analyses et Perspectives Analyses et Perspectives Références Systèmes Septembre 2013 N 1304 Complémentarité et autonomie en protéines en région Centre Potentiels et freins à lever La France importe aujourd hui 40% de ces besoins

Plus en détail

Diagnostic AUTONOMIE ALIMENTAIRE de l élevage caprin.

Diagnostic AUTONOMIE ALIMENTAIRE de l élevage caprin. Diagnostic AUTONOMIE ALIMENTAIRE de l élevage caprin. Ce document présente une méthode de conseil pour les éleveurs et conseillers caprins désireu de travailler sur la thématique de l autonomie alimentaire.

Plus en détail

Lait biologique : des chiffres à découvrir

Lait biologique : des chiffres à découvrir Lait biologique : des chiffres à découvrir 2013-2014 Depuis 2003 les éleveurs laitiers biologiques du Nord Pas de Calais qui le souhaitent peuvent chaque année analyser leurs résultats. L outil GTE lait

Plus en détail

les cinq étapes pour calculer les jours d avance

les cinq étapes pour calculer les jours d avance À retenir l expérience, acquise grâce à ces outils, permet également une bonne évaluation de la ressource disponible. une fois les mesures réalisées, la quantité d herbe disponible pour le lot se calcule

Plus en détail

La prairie au cœur des systèmes de production de ruminants à hautes performances

La prairie au cœur des systèmes de production de ruminants à hautes performances La prairie au cœur des systèmes de production de ruminants à hautes performances Jean-Louis Peyraud, Inra DS Agriculture.01 UE-27 La prairie en Europe en quelques chiffres Une place majeure dans l occupation

Plus en détail

CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS

CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS CLBV AQMP02 CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS 2 UMO sur 39 ha avec 200 chèvres produisant 160 000 litres de lait et engraissement de 40 génisses Ce système se rencontre principalement dans

Plus en détail

Systèmes bovins laitiers en Poitou-Charentes

Systèmes bovins laitiers en Poitou-Charentes R E F E R E N C E S Systèmes bovins laitiers en Poitou-Charentes Avril 2008 Les cas-types... mode d emploi R E F E R E N C E S Vous avez dit cas-type? Un cas-type est une exploitation représentative d'un

Plus en détail

«Performance et production de protéines à la ferme»

«Performance et production de protéines à la ferme» Témoignage d une approche AEI en production laitière : «Performance et production de protéines à la ferme» Philippe Cadoret Gaec De Trémelin 8 UTH associé à Camors (56) Membre des réseaux Triskalia Agrosol

Plus en détail

Efficacité des systèmes pâturants

Efficacité des systèmes pâturants Efficacité des systèmes pâturants Yves Lefrileux 1 -Alain Pommaret 2 1 Institut de l Elevage 2 Ferme expérimentale Caprine du Pradel www.idele.fr 1 des craintes d une baisse de production avec le pâturage.

Plus en détail

L ensilage de maïs en Ardenne? D un point de vue alimentaire. Isabelle Dufrasne Ferme expérimentale Service de Nutrition FMV Université de Liège

L ensilage de maïs en Ardenne? D un point de vue alimentaire. Isabelle Dufrasne Ferme expérimentale Service de Nutrition FMV Université de Liège L ensilage de maïs en Ardenne? D un point de vue alimentaire Isabelle Dufrasne Ferme expérimentale Service de Nutrition FMV Université de Liège Plan L ensilage de maïs en général Caractéristiques anatomiques

Plus en détail

Développer toujours plus la production maraichère ou réinvestir dans l élevage laitier? Le parcours d un agriculteur de la plaine du Saïs

Développer toujours plus la production maraichère ou réinvestir dans l élevage laitier? Le parcours d un agriculteur de la plaine du Saïs (2) www.alternatives-rurales.org- Novembre 2014 Points de vue et témoignages Développer toujours plus la production maraichère ou réinvestir dans l élevage laitier? Le parcours d un agriculteur de la plaine

Plus en détail

FIN DES QUOTAS LAITIERS

FIN DES QUOTAS LAITIERS RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION THÉMA FIN DES QUOTAS LAITIERS Quel intérêt de produire plus de lait dans les systèmes de polyculture élevage avec du maïs et des taurillons?

Plus en détail

Grégory Loucougaray, Pierre Gos, Laurent Dobremez, Baptiste Nettier, Yves Pauthenet & Sandra Lavorel

Grégory Loucougaray, Pierre Gos, Laurent Dobremez, Baptiste Nettier, Yves Pauthenet & Sandra Lavorel Pratiques agricoles et propriétés agro-écologiques des prairies dans un processus d intensification écologique : le cas de l élevage bovin dans le Vercors Grégory Loucougaray, Pierre Gos, Laurent Dobremez,

Plus en détail

Raisonnement de la fertilisation des prairies

Raisonnement de la fertilisation des prairies Raisonnement de la fertilisation des prairies Un outil de caractérisation des pratiques de fertilisation : les indices de nutrition (analyses d herbe) Mise au point de l outil : l équipe ORPHEE de l INRA

Plus en détail

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Les essentiels du Réseau agriculture durable RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Réseau d information comptable agricole du Ministère de l Agriculture,

Plus en détail

Le séchage du foin en grange : principes de base

Le séchage du foin en grange : principes de base Le séchage du foin en grange : principes de base Cet article vous est proposé suite à une formation de deux jours suivie par D. Knoden en février 09 au CFPPA de Segré (Maine et Loire). L article proposé

Plus en détail

COÛT DE PRODUCTION DU LAIT

COÛT DE PRODUCTION DU LAIT RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION THÉMA COÛT DE PRODUCTION DU LAIT Des repères pour la gestion de mon atelier en Nord-Pas-de-Calais-Picardie Le coût de production du lait est

Plus en détail

Variétés Très Précoces (SA) Zone : BRETAGNE NORMANDIE NORD. Moy. rdt : 16.1 t MS/ha. Moy. % MS : 33.7 %

Variétés Très Précoces (SA) Zone : BRETAGNE NORMANDIE NORD. Moy. rdt : 16.1 t MS/ha. Moy. % MS : 33.7 % Maïs fourrage : préconisations des variétés pour les semis 2016 Voici une partie des résultats 2015 du réseau variétés maïs ARVALIS UFS ainsi que les choix variétaux des séries fourrage très précoce à

Plus en détail

Dossier de Presse 23 mai 2011

Dossier de Presse 23 mai 2011 Dossier de Presse 23 mai 2011 De la production à la mise en marché, de l organisation du travail au pilotage stratégique de l entreprise, des hommes et des femmes explorent des voies nouvelles et tracent

Plus en détail

RESULTATS DE L ESSAI TEST DE VARIETES DE SOJA EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE CAMPAGNE 2007-2008

RESULTATS DE L ESSAI TEST DE VARIETES DE SOJA EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE CAMPAGNE 2007-2008 C.R.E.A.B. MIDI-PYRENEES CENTRE REGIONAL DE RECHERCHE ET D EXPERIMENTATION EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE MIDI-PYRENEES RESULTATS DE L ESSAI TEST DE VARIETES DE SOJA EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE CAMPAGNE 2007-2008

Plus en détail

PAC. ce qui change. vraiment

PAC. ce qui change. vraiment PAC 2014 2020 ce qui change vraiment Dotée d un budget préservé de l ordre de 9,1 milliards par an, la nouvelle pac entrera pleinement en application en 2015 et sera le cadre commun de l agriculture européenne

Plus en détail

Comment stimuler la production de protéines en RW pour l alimentation des porcs?

Comment stimuler la production de protéines en RW pour l alimentation des porcs? Comment stimuler la production de protéines en RW pour l alimentation des porcs? CARTRYSSE Christine, APPO (1), Centre Pilote CePiCOP (2) Unité de Phytotechnie des Régions Tempérées, ULG-Gembloux Agro-Bio

Plus en détail

Rennes Le 29 janvier 2015. Programme : SOS PROTEIN

Rennes Le 29 janvier 2015. Programme : SOS PROTEIN Programme : SOS PROTEIN 1 Qui sommes nous! Localisation & Financements 2 Démarche! 3 Comment travaille-t-on? 4 Quelques résultats PAO CLUSTERS Bba Dairy : 85 %. Lactalis, Danone, Bongrain,... ADRO-Ouest

Plus en détail

Potentiel de production protéique par les variétés de légumineuses à graines

Potentiel de production protéique par les variétés de légumineuses à graines Potentiel de production protéique par les variétés de légumineuses à graines Isabelle Chaillet, ARVALIS Judith Burstin, Gérard Duc, INRA UMR LEG Dijon Avec le concours de JM. Retailleau, GEVES Place des

Plus en détail

BELchanvre. Journée transfrontalière. Gembloux, le 19 juin 2013

BELchanvre. Journée transfrontalière. Gembloux, le 19 juin 2013 BELchanvre Journée transfrontalière Gembloux, le 19 juin 2013 La filière chanvre en Wallonie La société Coopérative : 29 agriculteurs (pers. physiques/morales) + CER Groupe intérêt d'autres producteurs

Plus en détail

««Enseigner la prairie»»

««Enseigner la prairie»» ««Enseigner la prairie»» Valorisation pédagogique des pratiques autour des prairies EPL de Bressuire(79), EPL du Valentin (26), EPL de Vire (14), EPL du Robillard (14), EPL de Limoges-Magnac Laval (87),

Plus en détail

La couverture des risques agricoles

La couverture des risques agricoles PACIFICA - ASSURANCES DOMMAGES La couverture des risques agricoles Patrick Degiovanni Directeur Général Adjoint Juillet 2013 Sommaire Les risques du métier en Agriculture L univers des risques les réponses

Plus en détail

Le séchage en grange du foin à l énergie solaire PAR MICHEL CARRIER AGR. CLUB LAIT BIO VALACTA

Le séchage en grange du foin à l énergie solaire PAR MICHEL CARRIER AGR. CLUB LAIT BIO VALACTA Le séchage en grange du foin à l énergie solaire PAR MICHEL CARRIER AGR. CLUB LAIT BIO VALACTA Séchage du foin en grange Séchage en grange Technique originaire des zones de montagnes Suisse Autriche Jura

Plus en détail

Trajectoires laitières

Trajectoires laitières Trajectoires laitières Yannick PECHUZAL Lot Conseil Elevage 13 mars 2014 Cantal 2100 producteurs de lait 1000 élevages mixtes 420 ML 5 AOP fromagères Filière Collecte : 360 Ml 60% SODIAAL et assimilés

Plus en détail

«Agri Smart Tech» Innov Action 2015. Plan de masse. 9 ateliers. Innov Action 2015. L intelligence artificielle au service de l agriculture

«Agri Smart Tech» Innov Action 2015. Plan de masse. 9 ateliers. Innov Action 2015. L intelligence artificielle au service de l agriculture «Agri Smart Tech» L intelligence artificielle au service de l agriculture Innov Action 2015 Innov Action 2015 Des agriculteurs de Vendée proposent une journée de découvertes et d échanges sur le thème

Plus en détail

Rue du Carmel 1, 6900 Marloie Tél. : +32 61 21 08 20 fax : +32 61 21 08 40 info@fourragesmieux.be. info@fourragesmieux.be. Juillet 2011 n 7.

Rue du Carmel 1, 6900 Marloie Tél. : +32 61 21 08 20 fax : +32 61 21 08 40 info@fourragesmieux.be. info@fourragesmieux.be. Juillet 2011 n 7. Rue du Carmel 1, 6900 Marloie Tél. : +32 61 21 08 20 fax : +32 61 21 08 40 info@fourragesmieux.be Juillet 2011 n 7 Sommaire 048. Les Journées internationales de la prairie à Ettelbrück 049. Les dégâts

Plus en détail

Démonstration d implantation des engrais verts après moisson

Démonstration d implantation des engrais verts après moisson Démonstration d implantation des engrais verts après moisson Mercredi 2 juillet 2014 14 h - Ittenheim Edouard Cholley Félix Meyer Gérald Huber Introduction Voir les couverts végétaux, comme un outil agronomique

Plus en détail

Essai de Plasticulture en Province de Luxembourg (SPIGVA-CIPF 2004) Collaboration SPIGVA Prov. De Luxembourg CIPF asbl

Essai de Plasticulture en Province de Luxembourg (SPIGVA-CIPF 2004) Collaboration SPIGVA Prov. De Luxembourg CIPF asbl Essai de Plasticulture en Province de Luxembourg (SPIGVA-CIPF 2004) Collaboration SPIGVA Prov. De Luxembourg CIPF asbl Lieu : Hemroulle Date de semis : le 28/04/04 Date de récolte : le 25/10/04 Variétés

Plus en détail

Mise en place d une unité de déshydratation collective à partir de la chaleur du site d incinération de Pontarlier

Mise en place d une unité de déshydratation collective à partir de la chaleur du site d incinération de Pontarlier Résultats de l étude de faisabilité : Mise en place d une unité de déshydratation collective à partir de la chaleur du site d incinération de Pontarlier A la base Des objectifs communs dans un groupe d

Plus en détail

Evolution des teneurs en humidité du maïs grain

Evolution des teneurs en humidité du maïs grain Evolution des teneurs en humidité du maïs grain Dans le cadre des activités du Centre agricole maïs, un réseau d avertissement fournissant des données sur l évolution des teneurs en humidité du grain a

Plus en détail

vous propose UNE FUMURE OPTIMALE la solution de l avenir!

vous propose UNE FUMURE OPTIMALE la solution de l avenir! vous propose UNE FUMURE OPTIMALE la solution de l avenir! Les principaux objectifs et avantages L agronomie En étudiant scientifiquement les critères biologiques, physiques et chimiques, elle joue un rôle

Plus en détail

Préconisations agronomiques pour les mélanges de semences pour prairies en France

Préconisations agronomiques pour les mélanges de semences pour prairies en France Association Française pour la Production Fourragère Préconisations agronomiques pour les mélanges de semences pour prairies en France - 2014 - PRÉAMBULE Les préconisations fournies ici constituent un guide

Plus en détail

Élevage laitier. Conseils Références OBJECTIF RENTABILITÉ. Misez sur l efficacité durable

Élevage laitier. Conseils Références OBJECTIF RENTABILITÉ. Misez sur l efficacité durable Élevage laitier Conseils Références OBJECTIF RENTABILITÉ Misez sur l efficacité durable CONSEILS & RÉFÉRENCES Élevages L aitiers Sommaire PRÉSENTATION SYNERGIE DES EXPERTISES Pour un conseil global EBE

Plus en détail

http://www.allier.chambagri.fr/fileadmin/documents_ca03/divers_pdf/bon_usage_des_prdts_phyto.pdf A vos cultures

http://www.allier.chambagri.fr/fileadmin/documents_ca03/divers_pdf/bon_usage_des_prdts_phyto.pdf A vos cultures Février 2015 Service Agronomie, Territoire, Equipement Préconisation variétés maïs 2015 Cette plaquette fait partie du Guide annuel «A vos cultures». Celui-ci regroupe, dans un ensemble cohérent et global,

Plus en détail

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008 Fiche Technique Production Peu Développée en Languedoc-Roussillon Filière Maraichage Mais doux Septembre 2008 Rédigée par : Julien GARCIA Chambre Régionale d Agriculture du Languedoc-Roussillon Potentiel

Plus en détail

POURQUOI VISIOLYS? SOMMAIRE VOUS PROPOSE : Un monde qui bouge COMPRENDRE. Analyses et adaptations SE REPÉRER SE PROJETER ET CHOISIR

POURQUOI VISIOLYS? SOMMAIRE VOUS PROPOSE : Un monde qui bouge COMPRENDRE. Analyses et adaptations SE REPÉRER SE PROJETER ET CHOISIR POURQUOI VISIOLYS? EXPERTISE STRATÉGIE ÉCONOMIE Visiolys est né de la volonté commune des deux entreprises de conseil en élevage Clasel et Eilyps de se projeter dans un monde en pleine mutation, de permettre

Plus en détail

Comparaison Robot Salle de traite

Comparaison Robot Salle de traite Comparaison Robot Salle de traite Résultats technico-économiques (présentation similaire aux fiches repères du Réseau Bovins Lait) issus des 114 suivis coûts de production réalisés par les Chambres d agriculture

Plus en détail

Maintenir ses marges, tout en limitant l usage des intrants, des pistes existent!

Maintenir ses marges, tout en limitant l usage des intrants, des pistes existent! Maintenir ses marges, tout en limitant l usage des intrants, des pistes existent! Les essais présentés dans ce document font état des références actuellement disponibles sur les systèmes économes en intrants

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES. d animations sur le. Août 2015. Référence du marché : 2015-A260-1

CAHIER DES CHARGES. d animations sur le. Août 2015. Référence du marché : 2015-A260-1 CAHIER DES CHARGES - Création de films d animations sur le changement climatique Août 2015 Référence du marché : 2015-A260-1 Parc naturel régional des Grands Causses 71, boulevard de l Ayrolle - B.P. 50126

Plus en détail

Programme d'animation de la future convention GAB / CDA

Programme d'animation de la future convention GAB / CDA Programme d'animation de la future convention GAB / CDA Auteur : Claude TETTAMANTI 18/02/2013 Dans le cadre de la future convention GAB / CDA, nous avons bâti un programme d'animations par filière (viande,

Plus en détail

Le séchage en grange des fourrages en vrac : Une technique performante, économe et respectueuse de l'environnement

Le séchage en grange des fourrages en vrac : Une technique performante, économe et respectueuse de l'environnement Le séchage en grange des fourrages en vrac : Une technique performante, économe et respectueuse de l'environnement Yann CHARRIER - SGF Conseil Pré Grand - Rte D ALAYRAC 12 500 ESPALION. Tél. : 05-65-51-49-34

Plus en détail

L ASSURANCE DES PRAIRIES une démarche innovante pour la protection du revenu des éleveurs. Point presse 18 mai 2015

L ASSURANCE DES PRAIRIES une démarche innovante pour la protection du revenu des éleveurs. Point presse 18 mai 2015 L ASSURANCE DES PRAIRIES une démarche innovante pour la protection du revenu des éleveurs Point presse 18 mai 2015 1 L enjeu : protéger la production fourragère Pour les éleveurs : assurer la ration alimentaire

Plus en détail

EPREUVE ECRITE D ADMISSIBILITE

EPREUVE ECRITE D ADMISSIBILITE CONCOURS DE RECRUTEMENT DE PROFESSEURS DE LYCEE PROFESSIONNELS AGRICOLE (PLPA) SESSION 2011 Concours : INTERNE Section : Sciences économiques et sociales et gestion Option A : Sciences économiques et sociales

Plus en détail

Bovin viande biologique

Bovin viande biologique Bovin viande biologique Les points clefs Les fondements de l agriculture biologique Le lien au sol : les productions animales doivent contribuer à l équilibre des systèmes. Ainsi, l élevage hors sol est

Plus en détail

Changement climatique et adaptation de l agriculture de montagne

Changement climatique et adaptation de l agriculture de montagne Changement climatique et adaptation de l agriculture de montagne Claire Sérès - Suaci Alpes du Nord Maison du Parc Naturel Régional Haut-Jura Lajoux, le 10 février 2010 Un partenariat renforcé pour toujours

Plus en détail

Coût des fourrages du sol à l auge

Coût des fourrages du sol à l auge Coût des fourrages du sol à l auge Plan de l intervention Introduction Méthode de calcul Résultats et repères sur quelques cultures fourragères : - Maïs - Luzerne - Mélanges céréaliers Conclusion Introduction

Plus en détail

Prairies PRATIQUES. Définition générale de la pratique N 8

Prairies PRATIQUES. Définition générale de la pratique N 8 PRATIQUES N 8 Prairies Définition générale de la pratique Les prairies sont des associations végétales pérennes plus ou moins diversifiées qui peuvent se rencontrer sur l ensemble de nos territoires. Leur

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN NOTICE EXPLICATIVE Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN Ce bilan global de la fertilisation azotée est obligatoire pour toute exploitation située en zone vulnérable et qui a contractualisé

Plus en détail

En zones herbagères, un système spécialisé lait, tout herbe

En zones herbagères, un système spécialisé lait, tout herbe Cas type HL 1 En zones herbagères, un système spécialisé lait, tout herbe Rouen Évreux Amiens Beauvais Arras Lille Laon Culture à faible densité d'élevage Herbagère à forte densité d'élevage Mixte à moyenne

Plus en détail

Le séchage solaire pour améliorer la qualité des produits agricoles

Le séchage solaire pour améliorer la qualité des produits agricoles Énergies renouvelables en milieu agricole Le séchage solaire pour améliorer la qualité des produits agricoles Exemples bourguignons Entreprise BRUNET EURL du Bon Accueil L exemple de l EARL du Bon Accueil

Plus en détail

La production de blé panifiable bio pour diversifier son assolement en polyculture-élevage

La production de blé panifiable bio pour diversifier son assolement en polyculture-élevage La production de blé panifiable bio pour diversifier son assolement en polyculture-élevage Filière blé panifiable Bio 6 Juin 2012 Matthieu BLIN Minoterie BLIN Jean-Pierre GAUME Agriculteur (53) Charlotte

Plus en détail

LUTTE CONTRE LES POLLUTIONS DIFFUSES SUR LE BASSIN VERSANT DE LA COISE : MISE EN PLACE DE 2 OUTILS AU GAEC DU MANIPAN

LUTTE CONTRE LES POLLUTIONS DIFFUSES SUR LE BASSIN VERSANT DE LA COISE : MISE EN PLACE DE 2 OUTILS AU GAEC DU MANIPAN LUTTE CONTRE LES POLLUTIONS 1 DIFFUSES SUR LE BASSIN VERSANT DE LA COISE : MISE EN PLACE DE 2 OUTILS AU GAEC DU MANIPAN MARC THIZY JUSTINE LAGREVOL Journée ARRA Eau et Agriculture 5 Novembre 2013 Le Bassin

Plus en détail

Sur nos captages... cultivons l eau des Vosges

Sur nos captages... cultivons l eau des Vosges Inconvénient Avantages Fiche n 29 Septembre 2012 Cette fiche technique, co-financée par l Agence de l Eau Rhin-Meuse, le Conseil Général des Vosges et le CASDAR, est destinée à vous apporter des informations

Plus en détail

DAIRYMAN aux Pays-Bas

DAIRYMAN aux Pays-Bas DAIRYMAN aux Pays-Bas Frans Aarts, Wageningen-UR 15 October 2013 Le secteur laitiers Néerlandais: Une place importante Une production intensive 65% des surfaces agricoles dédiées à la production laitière

Plus en détail

LES «PAIEMENTS COUPLES»

LES «PAIEMENTS COUPLES» cap sur La pac 2015 2020 LES «PAIEMENTS COUPLES» La réforme de la politique agricole commune (PAC) permet à la France d amplifier le montant des paiements couplés à une production (c est-à-dire liés à

Plus en détail

PAC 2014/2020 : Application des orientations annoncées le 2 octobre à Cournon. Relevé de décisions suite au CSO du 17 décembre 2013

PAC 2014/2020 : Application des orientations annoncées le 2 octobre à Cournon. Relevé de décisions suite au CSO du 17 décembre 2013 PAC 2014/2020 : Application des orientations annoncées le 2 octobre à Cournon Relevé de décisions suite au CSO du 17 décembre 2013 Le Président de la République a annoncé le 2 octobre à Cournon le cadre

Plus en détail

e P m r , é n I o n t c a é R o i SEMENCES et PROTÉAGINEUX 2014 / 2015 les variétés références

e P m r , é n I o n t c a é R o i SEMENCES et PROTÉAGINEUX 2014 / 2015 les variétés références SEMENCES et PROTÉAGINEUX les variétés références 2014 / 2015 Blé tendre d hiver Solehio Blé tendre filière Bologna Blé dur d hiver Alexis / Surmesur Orge d hiver Kws Salsa Escourgeons Laverda / Henriette

Plus en détail

Réaliser des économies d énergie chez nous afin de financer des projets pour améliorer les conditions de vie de populations défavorisées

Réaliser des économies d énergie chez nous afin de financer des projets pour améliorer les conditions de vie de populations défavorisées Réaliser des économies d énergie chez nous afin de financer des projets pour améliorer les conditions de vie de populations défavorisées Ecole En Sauvy, Ville de Lancy Suisse Carte du monde à l échelle

Plus en détail

ARVALIS - Institut du végétal

ARVALIS - Institut du végétal Implantation du maïs: quelles innovations pour quels bénéfices? R. LEGERE Arvalis Institut du Végétal Programme Les différents itinéraires techniques d implantation Focus sur les itinéraires très simplifiés:

Plus en détail

L ALIMENTATION ROBOTISÉE, POUR PRODUIRE PLUS ET MIEUX!

L ALIMENTATION ROBOTISÉE, POUR PRODUIRE PLUS ET MIEUX! L ALIMENTATION ROBOTISÉE, POUR PRODUIRE PLUS ET MIEUX! US -VO EZ IFI IE PL LA V SIM 1 DÉFINITION DE LA RECETTE ET DES SÉQUENCES DE CHARGEMENT/DÉCHARGEMENT VIA : L opérateur configure avec le logiciel «TMR

Plus en détail

AXEREAL, Un intérêt commun, le grain Des activités complémentaires. CA : 3,4 Milliards d euros - Une répartition équilibrée

AXEREAL, Un intérêt commun, le grain Des activités complémentaires. CA : 3,4 Milliards d euros - Une répartition équilibrée AXEREAL, Un intérêt commun, le grain Des activités complémentaires 1 Transformation : 25,1 % - 853 M Meunerie 176 M Nutrition Animale : 209 M Activités spécialisées : 2,6 % - 88 M Malterie : 467 M 42,5

Plus en détail

Agriculture biologique : cultiver la terre et non l exploiter

Agriculture biologique : cultiver la terre et non l exploiter Agriculture biologique : cultiver la terre et non l exploiter En 2007, un groupe d experts réunis par l Organisation des Nations Unies pour l alimentation et l agriculture (FAO) a publié un rapport soulignant

Plus en détail

Un expérience pluridisciplinaire de l intensification écologique en Agriculture Familiale

Un expérience pluridisciplinaire de l intensification écologique en Agriculture Familiale Le développement du semis-direct sous couverture végétale pour les agriculteurs des exploitations familiales des biomes Cerrados (2005-2009) et Amazonia (2008-2013) Un expérience pluridisciplinaire de

Plus en détail

Analyses de groupe Exploitations laitières en Agriculture Biologique Résultats année d exercice 2008 / 2009

Analyses de groupe Exploitations laitières en Agriculture Biologique Résultats année d exercice 2008 / 2009 Analyses de groupe Exploitations laitières en Agriculture Biologique Résultats année d exercice 2008 / 2009 Cette étude a été réalisée dans le cadre du projet transfrontalier «Améliorer les performances

Plus en détail

du lait à un coût maîtrisé un investissement rentable Pour AméLiorer DurAbLement Le résultat technico-économique De mon AteLier LAit

du lait à un coût maîtrisé un investissement rentable Pour AméLiorer DurAbLement Le résultat technico-économique De mon AteLier LAit La génétique, pari gagnant le pour pari produire gagnant du pour lait produire à un coût maîtrisé du lait à un coût maîtrisé un investissement rentable Pour AméLiorer DurAbLement Le résultat technico-économique

Plus en détail

La prairie : un atout majeur pour l élevage.

La prairie : un atout majeur pour l élevage. La prairie : un atout majeur pour l élevage. Un article de Raymond Paquay FUNDP Namur En Belgique, les prairies représentent près de la moitié des surfaces agricoles utiles. Chez les éleveurs de moutons,

Plus en détail

Chambre d Agriculture des Vosges. Autoproduire des protéines sur mon exploitation, Un pas vers plus d autonomie

Chambre d Agriculture des Vosges. Autoproduire des protéines sur mon exploitation, Un pas vers plus d autonomie Chambre d Agriculture des Vosges Autoproduire des protéines sur mon exploitation, Un pas vers plus d autonomie Autoproduire des protéines sur mon exploitation, Un pas vers plus d autonomie Une culture

Plus en détail

Panorama de l Agriculture en Vienne 2012

Panorama de l Agriculture en Vienne 2012 Panorama de l Agriculture en Vienne 2012 Juillet 2013 Panorama de l agriculture en Vienne 2012 1 Sommaire Page Utilisation de l espace agricole... 1 Les surfaces agricoles en 2012... 2 Les exploitations

Plus en détail

Analyse du coût de production du lait biologique

Analyse du coût de production du lait biologique Analyse du coût de production du lait biologique Evolutions 2007 2009 Jérôme Pavie Institut de l Elevage Analyse des coûts de production en lait biologique Méthode Institut de l Elevage Réseaux d Elevage

Plus en détail

TCS, strip-till et semis direct

TCS, strip-till et semis direct Témoignage dethierry Lesvigne Polyculture Elevage Bovin Lait La Bernaudie 24 480 ALLES- SUR-DORDOGNE Depuis 2008, Thierry Lesvigne a choisi repenser l ensemble de son système agronomique et a arrêté définitivement

Plus en détail

Elaboration du cahier des charges pour le développement d un outil de simulation technico économique des exploitations laitières

Elaboration du cahier des charges pour le développement d un outil de simulation technico économique des exploitations laitières Elaboration du cahier des charges pour le développement d un outil de simulation technico économique des exploitations laitières 1 Benoit Rubin, Simon Fourdin, Luc Delaby, Jean-Louis Peyraud Service Action

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE DURABILITE du Réseau Agriculture Durable

DIAGNOSTIC DE DURABILITE du Réseau Agriculture Durable DIAGNOSTIC DE DURABILITE du Réseau Agriculture Durable Guide de l utilisateur 2010 Si vous êtes amenés à utiliser cet outil, merci d indiquer votre source. Réseau agriculture durable - Inpact Bretagne

Plus en détail

LES PRAIRIES A - CARACTÉRISTIQUES GÉNÉRALES DE LA PRODUCTION... 2. 1. Utilisation... 2. 2. Évolution des surfaces, productions, rendements...

LES PRAIRIES A - CARACTÉRISTIQUES GÉNÉRALES DE LA PRODUCTION... 2. 1. Utilisation... 2. 2. Évolution des surfaces, productions, rendements... LES PRAIRIES A - CARACTÉRISTIQUES GÉNÉRALES DE LA PRODUCTION... 2 1. Utilisation... 2 2. Évolution des surfaces, productions, rendements... 2 3. Répartition de la production sur le territoire... 5 B. BOTANIQUE

Plus en détail

Réussir ses récoltes de luzerne

Réussir ses récoltes de luzerne Réussir ses récoltes de luzerne Travaux 2012-2013 LUZFIL Dans le cadre du Projet régional LUZFIL* financé par : Partenaires : TERRENA, ARVALIS Institut du végétal, IDELE, Chambres d agricultures 44, 49,53

Plus en détail

DES INTERCULTURES À UTILISATION FOURRAGERE

DES INTERCULTURES À UTILISATION FOURRAGERE DES INTERCULTURES À UTILISATION FOURRAGERE TERRES d'avenir Les intercultures peuvent permettre un apport de fourrage complémentaire pour les exploitations d élevage. Un groupe de travail Chambre d Agriculture,

Plus en détail

Exploitation 9 : Système allaitant en agriculture biologique

Exploitation 9 : Système allaitant en agriculture biologique Exploitation 9 : Système allaitant en agriculture biologique Carte de visite : 1 personne + 1 salarié 1/3 temps 85 ha 47 PMTVA (60 vaches nourrices) Signe particulier : Système naisseur en plein air. Des

Plus en détail

L intérêt technico-économique. avec simulations à l'appui

L intérêt technico-économique. avec simulations à l'appui L intérêt technico-économique Titre de du l'engraissement diaporama des mâles avec simulations à l'appui Christèle PINEAU Institut de l'elevage Christele.Pineau@idele.fr Matthieu COUFFIGNAL ARVALIS, Institut

Plus en détail

2009 : l opportunité Sorgho

2009 : l opportunité Sorgho le Journal du Sorgho N 16 - Décembre 2008 / Janvier 2009 L A L E T T R E D I N F O R M A T I O N D E L A F I L I È R E S O R G H O Edito Ayez le déclic pour le Sorgho Les mauvais esprits se contenteront

Plus en détail

Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques. 21 et 23 février 2005

Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques. 21 et 23 février 2005 Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques 21 et 23 février 2005 Marc F. Clément, agronome Qui a bonnes plantes a bonnes vaches!

Plus en détail

Système Polyculture Elevage à dominante élevage (SPE)

Système Polyculture Elevage à dominante élevage (SPE) Réunion d information sur les mesures agro-environnementales et climatiques (MAEC) Système Polyculture Elevage à dominante élevage (SPE) Mise à jour 9 juin 2015 Adage 35 02,99,77,09,56 www.adage35.org

Plus en détail

REFERENTIEL BOVIN LAIT ILE DE LA REUNION

REFERENTIEL BOVIN LAIT ILE DE LA REUNION REFERENTIEL BOVIN LAIT ILE DE LA REUNION Réseau de fermes de Références Conjoncture 2011 Sous l égide de l ODEADOM, du Ministère de l Agriculture et de l Outre-mer, le projet «Réseaux de Références» a

Plus en détail