Sommaire La restauration rapide ne ralentit pas sa croissance TPE/PME et couverture santé : disparités des secteurs

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "www.publi-news.fr Sommaire La restauration rapide ne ralentit pas sa croissance TPE/PME et couverture santé : disparités des secteurs"

Transcription

1 N 233 Octobre e année Artisans, L commercants, professions libérales, agriculteurs, associations Sommaire Partenariats n MAAF et les Éco artisans, Matmut et les sapeurs-pompiers...2 Ni ch e s n Neuflize OBC vise les amateurs d art...2 Retraite n Travailleurs non salariés, les réponses de Vaillance I n t e r n a t i o n a l Le gouvernement du Royaume-Uni crée une banque d économie mixte pour PME-TPE Le ministre en charge des Affaires, de l Innovation et du Savoir-faire du gouvernement britannique a annoncé le 24 septembre 2012 la création d une nouvelle banque dédiée aux PME et TPE. «Depuis de nombreuses années, les entreprises britanniques manquent d une source de financement à long terme qui est pourtant accessible dans d autres pays. Nous avons besoin d une banque dédiée à ce marché, dont le bilan soit bon et qui dispose d un mandat pour développer rapidement une activité de prêts», a expliqué Vincent Cable. Le fonctionnement de cette nouvelle banque, qui sera précisé en décembre, serait d économie mixte. Suite page 3 M é t i e r La restauration rapide ne ralentit pas sa croissance Certains banquiers interrogés en octobre 2012 évoquent un tassement d activité de la restauration rapide. Cette analyse ressort du ralentissement de leurs propres financements. Pourtant, les dernières statistiques qui datent de deux ans indiquent une forte croissance. En 2010, il s est créé entreprises de restauration rapide, contre seulement en Parallèlement, l indice de leurs loyers commerciaux (ICA) s est inscrit à 166,9 en 2010, en comparaison d une base 100 en Il en résulte deux possibilités. Soit la restauration rapide a effectivement fléchi en Soit son financement par capital privé est mésestimé. Deux éléments appuient cette dernière hypothèse : le tarissement du crédit des banques dû à leur besoins en fonds propres et, inversement, le faible recours au capital privé attribué aux PME en France en moyenne moins de 30 % du financement contre plus de 60 % au Royaume-Uni. Suite page 4 C r é d o c TPE/PME et couverture santé : disparités des secteurs Le Crédoc, Centre de recherche pour l étude et l observation des conditions de vie, vient de publier les résultats d une étude réalisée à la demande du CTIP, Centre technique des institutions de prévoyance. L objectif de l enquête : faire le point sur les couvertures santé des TPE. L étude a été menée auprès de 900 responsables d entreprise réparties en trois strates : de 1 à 9 salariés, de 10 à 49 salariés et de 50 à 249 salariés. L échantillon de population sondé a été réparti de façon égale par secteur et par situation géographique. Il en ressort que sur l ensemble des entreprises de 1 à 249 salariés, près des trois quarts (74 %) ont mis en place une couverture santé au bénéfice de leurs salariés. Autre constat, plus la taille de l entreprise est importante, plus le nombre de salariés couverts est grand. Suite page 6 CGPI L UFF lance un réseau de 150 conseillers patrimoniaux indépendants «Avec CGP Entrepreneurs, nous proposons aux CGPI les avantages de la liberté et le bénéfice d un réseau convivial sans les inconvénients de l isolement», explique Bruno Dell Oste, directeur général de cette nouvelle filiale de l UFF (Union Financière de France). L UFF revient à ses racines. La banque patrimoniale s était distinguée lors de sa création en 1968 comme la première nantie d un réseau de conseillers de gestion de patrimoine indépendants (CGPI). Dans les années 1970, l UFF a opté pour un plus classique réseau de salariés. Celui-ci compte désormais 860 conseillers pour un turn-over de 10,5 %. Aujourd hui, l UFF combine les deux approches pour accroître ses parts sur la clientèle patrimoniale aisée : la banque a lancé fin septembre 2012 un second réseau, CGP Entrepreneurs, composé de CGPI. Suite page 8

2 A c t u a l i t é s ARTISANAT MAAF aux Éco artisans : et votre responsabilité? La Confédération de l artisanat et des petites entreprises du bâtiment (Capeb) et MAAF Assurances s engagent, pour trois ans, autour d un «panel d actions» tournées vers les Éco artisans indépendants engagés dans la performance énergétique du bâtiment. Tout tourne autour d une information centrée bien sûr sur la responsabilité même de l entreprise artisanale et les solutions assurancielles qui y répondent. Pour la confédération, cette alliance avec un assureur particulier, au-delà d un partenariat qui pourrait prendre l allure d une prospection de clientèle, répond à sa mission de facilitation auprès de ses adhérents : «Sur le plan pratique, nous avons pris la décision de garantir les engagements pris par les artisans dans le cadre de la démarche Éco artisan sans supplément de cotisation», explique Laurent Pigelet, directeur de la communication et du marketing de MAAF Assurances. Le partenariat, signé le 19 septembre 2012 avec la filiale de la Capeb, Béranger Développement, conduit les représentants de la MAAF à intervenir sur ces thématiques au cours des «Jeudis Éco artisans» organisés par certaines Capeb à l échelon départemental. Des kits d information différenciés selon l activité des entreprises artisanales seront créés par l assureur. Patrick Liébus, président de la Capeb, y voit le double avantage de servir ses adhérents comme de favoriser la garantie de leurs clients. PARTENARIATS Matmut aux sapeurs-pompiers : et vos polices? C est un peu dans le même esprit que la Matmut vient de signer un nouveau partenariat avec la Mutuelle nationale des sapeurs-pompiers (MNSP) le 16 e accord du genre avec une mutuelle. À la clé, offre de bienvenue de 25 pour un adhérent de la Fédération nationale des sapeurs-pompiers, assortie d un versement de 30 à l Œuvre des pupilles orphelins et Fonds d entraide des SP de France de la part d AMF Assurances, filiale du groupe Matmut (l Assurance mutuelle des fonctionnaires s est rapprochée de la Matmut en 2007). Plus un mois d assurance gratuite pour un contrat supplémentaire dans certains domaines. Daniel Havis, PDG de la Matmut, ne manque pas de tirer de l accord l évocation des valeurs liées aux missions «des soldats du feu». BNP Paribas signe avec la Confédération des commerçants de France Joli accord que vient de signer Jérôme Delaunay, directeur commercial de BNP Paribas, avec une personnalité du commerce de détail français, Charles Melcer, président de la puissante Confédération des commerçants de France (15 fédérations nationales, plus de entreprises). Il consiste en un accompagnement des fédérations adhérentes et leurs adhérents pour le financement de la création/reprise, la protection de l outil de travail, de la famille, du dirigeant, etc. Au passage, BNP Paribas consolide son ancrage dans le commerce de détail avec une confédération qui Encaissement par CB à 4 par mois Démarche cohérente, BNP Paribas a créé Forfait Access pour l encaissement par CB moyennant 4 mensuels (transactions monétiques en nombre illimité). Une seule condition : que ces commerçants ou artisans ne réalisent pas plus de TTC d encaissements par CB par an. À titre promotionnel, ce Forfait Access sera gratuit pendant trois mois. Côté terminal d encaissement, BNP Paribas propose TépéO, location avec maintenance, sur 36 ou 48 mois (technologie sans contact, courte portée, haute fréquence dans un rayon de l ordre de dix centimètres. «pèse» quelque 21 % des commerces indépendants de proximité. Cette dynamique intervient au sortir d un été torride pour la banque plus que jamais ancrée sur les PME. Avec six engagements financement, crédit, activation des leviers de croissance l enveloppe de crédits à destination des PME, artisans, commerçants s élève à 5 Md pour projets entre 2012 et ART Neuflize OBC : de l art d accompagner les pros du marché de l art Voilà vingt ans que le banquier privé expert des clientèles patrimoniales sectorielles a créé son département dédié aux professionnels du marché de l art qu il accompagne dans leurs projets d entreprise. Galeries, antiquaires, maisons de vente, décorateurs, institutionnels (syndicats et musées) trouvent à qui parler au sein de la banque : exactement six conseillers spécialisés sous la houlette de Stéphane Mathelin- Moreaux. Lequel affirme que les 170 professionnels qui leur confient la gestion de leurs flux de trésorerie, le co-financement des stocks, d exceptionnels crédits-relais et le financement d avances sur ventes constituent pour son département un taux de pénétration de 80 % (pour un encours de crédits de 100 M ). Très naturellement, la banque intervient dans la gestion patrimoniale des pros de l art et de leurs familles. Guère étonnant, dès lors, de voir Neuflize OBC développer une «offre globale et surmesure» à destination des amateurs d art (non-professionnels), pour lesquels le patrimoine se confond essentiellement avec les œuvres qu ils possèdent (bénéficiaires d avantages importants). C est l affaire de Neuflize OBC Art, avec ses services de gestion matérielle (stockage d œuvres), mise en valeur des collections, expertise et valorisation, assurances, transmission. 2

3 A c t u a l i t é s AFFACTURAGE Crédit Agricole Leasing et Factoring à La Réunion L événement ne pouvait que mobiliser entrepreneurs et décideurs réunionnais : Crédit Agicole groupe et sa caisse régionale, avec CAL&F, viennent de lancer l activité d affacturage, clé de développement pour l île. Elle complète les offres de financement des investissements en crédit-bail depuis longtemps activées sur l île. La première banque de La Réunion quasiment tous les agriculteurs en sont les clients rassemble un Réunionnais sur trois. Avec les 32 agences CA à La Réunion et l île de Mayotte, CAL&F leader de l affacturage en France ne pouvait pas ne pas aborder sur l île de l océan Indien. SANTÉ L assurance santé de PRO BTP reconnue dans un climat très négatif L enquête Net Promoter Industry Benchmark* a révélé sans surprise une «extrême volatilité» des clients des assurances santé (son Net Promoter Score «maison» lui attribue une valeur négative de 18 points). En 2012, cette enquête de Satmetrix de taux de fidélité des consommateurs des grandes enseignes s est pour la première fois concentrée sur le secteur de l assurance santé. Dans ce contexte, le groupe paritaire de protection sociale PRO BTP (à but non lucratif) réservé au Bâtiment et travaux publics retraite, prévoyance, santé, épargne, assurance, action sociale tire son épingle du jeu avec un taux de reconnaissance positif (+42 points). n * 1 er semestre 2012, consommateurs français interrogés sur 10 grands groupes acteurs de l assurance santé. INTERNATIONAL L américain Well Fargo crée un paiement garanti en un jour ouvrable avec Direct Pay Cette solution Direct Pay s adresse aux clients professionnels amenés à payer dans l urgence ou désireux d optimiser les dates débitrices sur leur compte et les dates créditrices sur le compte de bénéficiaires. «L objectif est notamment de maximiser le cash flow en réalisant des paiement importants le jour ouvrable suivant», explique la banque. Cette solution en ligne destinée aux règlements domestiques à l intérieur des États-Unis garantit un paiement en J+1 ouvrable pour les fournisseurs, les agents commerciaux et les employés moyennant un abonnement mensuel de 10 $. La facturation par opération se monte à 3 $ vers des comptes d entreprise et à 0,5 $ vers des comptes personnels de banques tierces. Ce virement en 24 heures ouvrables est gratuit vers les comptes personnels Well Fargo. Monte dei Paschi di Siena choisit le taux variable pour les crédits de grands vins L italien Monte dei Paschi di Siena a opté pour des prêts à taux variable pour financer la garde des «grands vins» et des «vins d élite». Ces taux variables «conçus spécialement» pour le financement de la maturation des vins sont proposés, selon le crû, en moyen terme ou long terme. Par exemple, explique la banque, un «grand vin» comme un Nero d Avola exige un crédit de trois ans, tandis qu un «vin d élite» comme un Marsala suppose un financement à taux variable sur cinq ans. Les échéanciers sont aussi pensés en fonction de la saisonnalité des ventes. Ainsi, Monte dei Paschi di Siena propose au début une période «de grâce» où ne sont acquittés que les intérêts, puis un paiement tous les six mois. Parallèlement, la troisième et plus ancienne (1472) banque d Italie propose des crédits à taux variable sur dix ans pour accompagner le replantage de vignes dans une logique d amélioration du cépage. De la même façon, Monte dei Paschi di Siena propose une période de grâce consacrée aux seuls paiements des intérêts, suivi d un échéancier plus classiquement remboursé sur un rythme mensuel. Cette seconde offre s adresse aussi aux plantations forestières. Le gouvernement du Royaume-Uni crée une banque d économie mixte pour PME-TPE Suite de la page 1 La nouvelle banque recevra 1 Md de dotation de l État pour son démarrage. Passé ce lancement, la banque devra servir d intermédiaire «pour débloquer des investissements institutionnels» jusqu ici inaccessibles pour des petites et moyennes entreprises une indication que cette entreprise sera avant tout tirée par le secteur privé. «L ambition est que l argent investi par l État, qui doit venir de budget existants et non de recettes supplémentaires, sera dépassé par le montant d argent venu du secteur privé», explique mortgageintroducer.com. L objectif de la nouvelle banque est de disposer à terme de 10 Md de ressources pour financer les PME et TPE via un guichet unique. «La nouvelle banque se financera sur les marchés de banque de gros, n aura pas d agences et à ce titre ne provoquera aucune réorganisation de réseaux de banques existantes», poursuit mortgageintroducer.com. Son fonctionnement sera «professionnel et d une logique commerciale» autre indice qui montre que cette banque ne sera pas de culture étatique. L objectif est de faciliter la distribution de prêts aux entreprises, y compris les crédits à long terme, notamment en réalisant de l intermédiation entre les entreprises à la recherche de prêts et les banques et les institutions financières du secteur concurrentiel. «Cette banque pourrait jouer aussi un rôle majeur en packageant et vendant les dettes des PME, ce qui offrirait à ces entreprises un accès d importance vitale sur le marché financier», a commenté John Cridland, DG de CBI, le principal syndicat de dirigeants britanniques. n 3

4 LES ARCHIVES de toutes nos publications sur M é t i e r La restauration rapide ne ralentit pas sa croissance Malgré un frein des prêts bancaires, le secteur de la restauration rapide poursuit sa dynamique tirée par de nouveaux concepts de franchise. Suite de la page 1 Un autre paramètre se révèle en revanche sans équivoque. Les banquiers financent plus volontiers les candidats à la franchise que les postulants à l installation indépendante. «Il existe un a priori favorable pour les franchisés, indique Paul-Victor Sanchez, direction du marché des professionnel, responsable du département prescriptions et partenariats à la Caisse d Épargne (CE) Aquitaine Poitou-Charentes. Le franchiseur est connu de la banque. Il a lui-même sélectionné rigoureusement le candidat. Ce postulant est donc valorisé car un franchiseur examine des dizaines de candidatures avant de se décider.» Cette sélection des franchiseurs apparaît en filigrane dans le ratio des dossiers traités : pour seulement 40 demandes de financement de candidats à la franchise, la CE Aquitaine Poitou-Charentes procède parallèlement à l examen de 160 dossiers d indépendants. Demande de prêt simplifiée Pour négocier avec la banque, le candidat franchisé de la restauration rapide part donc avec un avantage sur les indépendants au métier similaire (lire encadré). Il bénéficie d un traitement simplifié pour sa demande de financement. «À cette fin, les banques actualisent environ tous les six mois leur données sur les franchiseurs», indique Alain Todini, président du courtier La lettre d information BANQUES DES PROFESSIONNELS est éditée par Publi-News s.a. 23 bis, rue Danjou Boulogne-Billancourt Tél. : Fax : Site Internet : Siren : / ISSN : Numéro de commission paritaire : 0914T85261 en prêts professionnels Credixia. Cette approche différenciée franchisé/ indépendant vaut aussi pour le type d installation et le cursus requis pour le candidat. «Nous finançons d abord la création d un restaurant initial du candidat, puis occasionnellement un second restaurant, indique Paul-Victor Sanchez. Les reprises sont assez rares.» «Les franchisés s orientent essentiellement vers les créations, confirme Nicole Mercier, responsable franchise et création d entreprise à la Banque Populaire Bourgogne Franche Comté ( BPLC). Les indépendants se limitent le plus souvent aux reprises. Pour un franchisé, nous regardons avant tout la capacité à manager 5 à 10 salariés qui eux-mêmes connaissent la restauration. Pour les indépendants, nous nous intéressons davantage à leur expertise en restauration.» Fonds de commerce incertain Dans le segment des franchisés, cette forte prépondérance de la création sur la reprise produit un effet collatéral : l incertitude de l évaluation du fonds de commerce. Pour la CE Aquitaine Poitou-Charentes, ce fonds s évalue à 90 % du CA dans le centre-ville de Bordeaux, et à 65 % du CA à Roquefort. Mais l écart risque de se montrer bien plus important. Creditprofessionnel.com et un courtier à Nice avancent respectivement Impression : Un Point et Plus 24, rue du Maine Asnières-Sur-Seine Lettre mensuelle - Dépôt légal à parution Président et Directeur des Publications : Marc Laufer Rédaction : Victor Clerc, Georges Chelhod, Chloé Consigny, Stéphane Demazure, Olivier Magnan Les candidats indépendants doivent venir de la restauration Les indépendants doivent miser sur d autres éléments que la marque, le concept et le back-office du franchiseur pour assurer leur viabilité : savoir-faire culinaire, localisation sur un emplacement avec faible concurrence et beaucoup de passage, style école, bureau ou siège social de grande entreprise. Ils doivent aussi viser de faibles charges et salaires, par exemple en travaillant en couple. «La restauration rapide est un secteur à risque lorsqu il n existe pas d encadrement d un franchiseur», indique Laurent Delauney, responsable des marchés des Professionnels au Crédit Agricole Mutuel Pyrénées Gascogne. «Il s avère utile qu ils soient accompagnés par des chambres consulaires ou des structures comme France Initiative et France Active», note Bernard Landry de la BPLL. À titre incitatif, cet accompagnement peut générer des diminutions de frais bancaires durant les 24 premiers mois d activité. des différences de valorisation de 40 à 110 % du CA et de 50 à 120 % du CA. Cette incertitude tient au faible marché de la reprise. Elle s explique aussi par les schémas de certains franchiseurs dont la formule n intègre pas la notion de fonds de commerce. McDonald s acquiert le terrain et construit le lieu de vente, le franchisé signe, lui, un contrat de location-gérance, et non pas de franchise. Également atypique, Restaurant Del Arte propose un contrat location-gérance ou un contrat de franchise «investisseur» comprenant une prise de capital dans les murs. «Un franchisé en location-gérance ne choisit généralement pas sa ville d implantation. Elle lui est désignée. Au moment du départ, il sera dans le meilleur des cas Maquette : Sylvie Vermeille Prix au numéro : 61 TTC Service abonnement Copyright : Banques des Professionnels ne peut être reproduit en tout ou partie, qu avec l accord écrit de la société éditrice, Publi-News 4

5 indemnisé par le franchiseur en fonction de sa durée d exploitation et de façon discrétionnaire. Il ne pourra pas prétendre à la revente d un fonds de commerce», estime un banquier. Quatre segments culinaires Creditprofessionnel.com distingue quatre segments de cuisine : la restauration américaine dominée par McDonald s et Quick, la restauration à la française, souvent en concurrence directe de la boulangerie, représentée par Pomme de pain ou Brioche dorée, le segment des produits plus respectueux de l environnement et celui de la «nourriture ethnique» italienne, japonaise ou indienne beaucoup tourné vers la livraison au bureau et à domicile. «Les besoins varient de 150 k à 200 k pour une sandwicherie de 40 à 50 m² à 800 k à 900 k pour un restaurant à thème de 400 m²», note Paul-Victor Sanchez. «De 25 k pour un petit emplacement à 800 k pour de la restauration à thème», confirme Bernard Landry, responsable clientèle commerce, franchise et création d entreprise à la Banque Populaire Loire et Lyonnais (BPLL). Certains franchiseurs ont un quasi-monopole sur certaines spécialités, note Nathalie Mercier. Pour se différencier, les nouveaux franchisés doivent décliner des concepts thématiques. C est le cas de Memphis Coffee, dont le style américain années 1950 se développe actuellement dans des implantations plutôt universitaires et méridionales.» Dans tous les cas, l apport personnel se monte à 30 ou 40 % des fonds pour une première installation. Le professionnel aura aussi intérêt à recourir aux dispositifs publics : prêt Nacre à 0 % jusqu à 10 k, prêt Oséo de création d entreprise à remboursement différé (6 mois) plafonné à 7 k, prêt Oséo pour la modernisation de la restauration (PMR) à 0 % jusqu à 10 k et accompagnement Oséo limitant à 50 % la caution personnelle. Ensuite, le volume restant à financer Les boulangers, les traiteurs et les superettes sont d importants concurrents En termes de concurrence externe, la situation de la restauration rapide s inscrit en demiteinte. «Il existe une forte compétition des boulangeries et des traiteurs, explique Nathalie Mercier de la BPLC. La restauration rapide a été facilement intégrée par les boulangeries et les superettes comme une activité d appoint. Leur investissement sur ce créneau est minime, ce qui signifie que leur marge est probablement supérieure à celle des professionnels réalisant exclusivement cette activité», note Laurent Delauney responsable marchés des professionnels au Crédit Agricole Mutuel Pyrénées Gascogne. Un secteur spécifique pâtit en revanche du développement de la restauration rapide : celui des cafés. Entre 2000 et 2010, en région parisienne, les cafés ont vu leur nombre reculer de 34 % alors que le nombre des établissements de restauration rapide progressait de 74 %. «Les cafés ont refusé de se mettre à la vente à emporter et souffrent d une image vieillotte», explique Bénédicte Gualbert, chargée d étude au Crocis (Centre régional du commerce, de l industrie et des services) de la CCI de Paris. dépend de la formule choisie, sachant que la chambre froide et la cuisine font assez souvent l objet d un leasing. VOLUMÉTRIE w entreprises en 2010, un total qui inclut créations et défaillances durant cet exercice. w CA global (2009) : 10,429 Md w CA moyen (2009) : 148 K (source : Creditprofessionnel.com) Fonds de roulement RATIOS MOYENS négatif Marge brute (en % du CA) 64,95 % Le fonds de roulement Excédent brut d exploitation (en % du CA) 21,74 % n est en Rotation des stocks (en jours de CA) 3 principe nécessaire Crédit clients (en jours de CA) 3 qu à l ouverture. Crédit fournisseurs (en jours de CA) 39 Il est donc intégré dans le financement Besoin en fonds de roulement (en jours de CA) - 28 initial à titre indicatif, (source : Creditprofessionnel.com) pour une petite structure. Ensuite, le franchisé n a pas besoin d avance de trésorerie : il est payé au comptant (ou à trois jours pour les cartes bancaires) par ses clients alors qu il règle en contrepartie ses fournisseurs à 30 jours ou plus. Pour optimiser son exploitation au quotidien, le franchisé doit aussi concrétiser sa promesse de restauration rapide. «Le temps du repas impacte la consommation, indique Nicole Mercier. La durée moyenne est de 22 minutes, contre 1 h 38 il y a vingt ans. En revanche, la TVA de 7 % en vente à emporter contre 19,5 % en restauration sur place n influe pas réellement sur l achat.» En termes de monétique, «l équipement de restauration rapide comprend souvent un terminal de paiement électronique (TPE) sans contact et portable. Son panier moyen oscille entre 7 et 10», indique Bernard Landry. Les commissions de carte et de TPE sont négociées à l échelle du franchisé plutôt qu à celle du franchiseur, note Paul-Victor Sanchez. Les attentes des exploitants s orientent aussi vers des solutions pour consolider en temps réel les flux de plusieurs points de vente. «L e-commerce monte aussi en importance, indique Nicole Mercier. Il permet de découvrir la carte et le restaurant.» Dans le cas de la restauration rapide livrée, le paiement en ligne devait connaître un essor soutenu en alternative au téléphone. Georges Chelhod 5

6 Découvrez nos publications sur S a n t é TPE/PME et couverture santé : disparités des secteurs 74 % des Très petites entreprises et des entreprises moyennes (TPE, sous-ensemble des petites et moyennes entreprises de moins de 250 salariés) ont mis en place une couverture santé au bénéfice de leurs employés. Des disparités existent néanmoins selon les secteurs, les zones géographiques et la taille des entreprises. Suite de la page 1 Ainsi, 88 % des entreprises de 50 à 249 salariés ont mis en place une couverture santé, contre 73 % pour les entreprises de 1 à 9 salariés. Si, en moyenne, 68 % des salariés de l ensemble des entreprises sont couverts par une complémentaire commerce et 66 % dans les entreprises du secteur industriel. L explication tient, notamment, à la mise en place d accords de branche collectifs au sein des professions agricoles. Les entreprises de la région parisienne sont globalement mieux place de la couverture santé émane, dans six cas sur dix, d une décision prise à l échelon de l entreprise, hors accord de branche. La mise en place d une couverture santé via un accord collectif de branche reste minoritaire dans l ensemble (entre trois et quatre cas sur dix selon la taille de l entreprise). Le secteur agricole fait néanmoins exception puisque 54 % des couvertures santé ont été mises en place à la suite d un accord de branche collectif. Un financement des cotisations partiellement assuré par l entreprise Au global, 94 % des entreprises qui ont santé, ils sont 81 % à l être au sein des entreprises de 50 à 249 salariés (le taux de couverture des salariés est calculé en divisant le nombre de salariés couverts déclarés par l entreprise par le nombre total de salariés). Les agriculteurs, les Franciliens, et les salariés des entreprises de plus de 50 salariés sont les plus équipés L enquête révèle également de grandes disparités selon les secteurs d activité et les zones géographiques. La part des salariés couverts au sein des petites entreprises agricoles est de 87 % alors qu elle n atteint que 70 % au sein des entreprises de couvertes (80 %) que les entreprises de province (73 %). Indépendamment du secteur ou de la taille de l entreprise. La taille des entreprises semble également jouer un rôle dans la souscription à une couverture santé. Plus elle est importante, plus les complémentaires santé concernent un grand nombre de salariés : au sein des entreprises de 50 à 249 salariés qui ont mis en place une complémentaire santé, 85 % des établissements proposent une complémentaire santé couvrant l ensemble des salariés. Cette proportion ne dépasse pas 80 % pour l ensemble des entreprises de 1 à 249 salariés. Il ressort également que la mise en mis en place une complémentaire santé participent à son règlement et financent en moyenne 53 % du coût total. Les entreprises agricoles ne participent qu à hauteur de 39 % tandis que les groupes de constructions et les sociétés de services participent en moyenne à 55 % du montant des frais. Seules 12 % des entreprises financent l intégralité de la couverture santé proposée à leurs salariés. Enfin, dans plus de neuf cas sur dix, la complémentaire santé couvre également les ayants-droit. Cette couverture est proposée sans surcoût dans la moitié des dossiers. Chloé Consigny 6

7 R e t r a i t e «Les TNS devraient hausser de 30 à 40 % leurs cotisations de retraite» Quelles sont solutions les plus compétitives en retraite, prévoyance et assurance crédit offertes aux professionnels? Les réponses du directeur général de Vaillance, Marc Saad. Marc Saad, Vaillance Comment qualifier la situation actuelle des indépendants en termes de retraite? 63 % des travailleurs non salariés (TNS) bénéficient d une «couverture Madelin». Mais 100 % d entre eux sont insuffisamment couverts par rapport à leur besoins. Il faudrait que ces TNS augmentent de 30 % à 40 % leurs cotisations pour l être convenablement. La loi Madelin impose un plafond complexe de déductibilité fiscale durant la cotisation. Lequel se monte à pour 2012 pour les bénéfices non commerciaux (BNC) les plus élevés. Le problème du maintien de revenu au moment de la retraite se pose pour certains indépendants, comme des avocats ou des chirurgiens, dont le BNC peut atteindre ou Cette difficulté sera partiellement contournée en débutant tôt ses cotisations, ce qui diminue d autant leur montant. par la table de mortalité unique obligatoire à partir du 21 décembre Pour les hommes, cette table de mortalité unique va dévaloriser de 10 à 15 % la retraite. En outre, les contrats qui n ont pas de taux techniques garantis risquent de se voir imposer un taux technique diminué au maximum, calé sur le faible coût actuel du loyer de l argent, soit environ 1 %. Quels contrats retraite particulièrement attractifs avez-vous envie de conseiller? Je pense à quatre contrats : Mondiale Retraite Professionnels (AG2R La Mondiale), La Retraite 08 (Generali), Swiss Life Retraite Sélection (Swiss Life) et le Far d Agipi (Fonds de pension Associatif pour la Retraite, Agipi). En prévoyance, quelles sont les formules les plus avantageuses? La règle de base est une lecture très attentive des conditions générales du contrat. Le point le plus important concerne les conditions de la garantie invalidité défi- nitive. C est cette garantie viagère qui jouera dans le cas du sinistre le plus grave. Inversement, les clauses concernant l arrêt de travail temporaire sont d une importance plus relative. Il faut préférer la solution forfaitaire paiement de ce qui est prévu contractuellement à la solution indemnitaire - paiement de ce qui est prévu contractuellement moins le versement de la caisse d assurance obligatoire. En contrats forfaitaires, nous conseillons Atoll de Generali. Pour les contrats indemnitaires, Prévoyance Indépendant de Swiss Life. Quel type d assurance suggérez-vous pour les biens professionnels? Il faut préférer la solution «capital restant», où le capital à assurer diminue régulièrement à chaque prime versée, à la solution «capital initial». Les primes diminuent d autant. Par contre, nous ne conseillons pas d offre spécifique. Chaque assureur propose des conditions variables qui sont dictées en fonction des risques qu il supporte en propre. La logique est que le type de risque le plus important en volume qu un assureur donné peut avoir en portefeuille sera aussi le risque qui sera pour lui le plus cher à assurer. Les assureurs doivent en effet équilibrer leurs risques divers et variés. Propos recueillis par Georges Chelhod Quels critères pour choisir la famille de retraite la plus intéressante? Nous nous trouvons aujourd hui face à deux familles de produits retraite sur le marché. Les solutions les plus intéressantes pour les hommes proposent une garantie de table de mortalité différenciée entre hommes et femmes. Ces solutions ne sont pas impactées par la décision de la Cour de justice de l Union européenne qui entrera en vigueur le 21 décembre 2012 [encadré]. Elles pourront garder une table de mortalité séparées homme-femme après cette date limite. Pour être attractives, les solutions doivent aussi conserver le taux technique de revalorisation annuelle qui se situe à 1,5 % en moyenne. En revanche, les contrats les moins intéressants n ont pas de table de mortalité garantie. Ils seront donc très probablement impactés «Les TNS doivent vérifier les garanties de retraite avant le 21 décembre 2012» La table de mortalité des contrats loi Madelin change le 21 décembre Ce changement fait suite à l arrêt rendu par la Cour de justice de l Union européenne (CJUE) dans l affaire C-236/09 le 1 er mars Cet arrêt réaffirme le principe de la directive 2004/113/ CE qui interdit toute discrimination fondée sur le sexe dans l accès à des biens de consommation et dans la fourniture de biens et services. Une dérogation à ce principe avait été prévue pour les services d assurance pour lesquels l utilisation de facteurs actuariels liés au sexe était très répandus au moment de l adoption de cette directive. Cette dérogation devient invalide au 21 décembre «Les titulaires de contrats de retraite Madelin dont la table de mortalité n est pas garantie pour toute la durée de vie du contrat vont donc se voir appliquer pour la conversion en rente de leur épargne une table de mortalité moins favorable, soit sur leurs versements effectués après 21 décembre 2012, soit sur la totalité de leur épargne retraite, avertit Marc Saad. La tendance actuelle chez la majorité des assureurs est l application d une table de mortalité féminine (TGF05) pour tous. L espérance de vie des femmes étant plus longues que celles des hommes, les premiers calculs des assureurs montrent une baisse des rentes pour les hommes jusqu à 15 %. Pour les hommes, il est urgent de souscrire un contrat qui garantisse la conversion de l épargne retraite en fonction d une table de mortalité masculine. Si un contrat existant n offre pas cette garantie, il faut le remplacer par un nouveau avant le 21 décembre 2012.» 7

8 CGPI L UFF lance un réseau de 150 conseillers patrimoniaux indépendants La banque lance une nouvelle filiale, CGP Entrepreneurs, qui vise à fédérer 150 cabinets de CGPI d ici à 5 ans. Ces CGPI (Conseillers en gestion de patrimoine indépendants) cibleront la même clientèle que le réseau des chargés de clientèle salariés de l UFF. L objectif est de collecter 1,5 Md d encours supplémentaires. Suite de la page 1 «Nous visons trois cibles : les cabinets de moins de sept ans, installés peu avant la crise et à la recherche d un nouveau souffle. Les cabinets performants dont le dirigeant envisage une cession prochaine. Et les conseillers patrimoniaux de banque qui sont tentés par le statut d indépendant en s adossant au savoir-faire d un spécialiste», poursuit Bruno Dell Oste. CGP Entrepreneurs veut se constituer un réseau de 150 CGPI d ici à Il devrait être constitué pour moitié de CGPI existants et pour moitié d ex-salariés de banque devenant des CGPI. CGP Entrepreneurs veut ainsi se différencier des réseaux franchisés de gestionnaires de patrimoines tels que FIP Patrimoine, Fiducée Gestion Privée ou Primonial. «L UFF a pour vocation à être un important «fabricant» de CGPI car nous leur offrons une relation innovante, illustre Bruno Dell Oste. Les modèles de groupement et franchises présents sur le marché CGP Entrepreneurs propose trois niveaux d accompagnement pour les CGPI apportent souvent de très bonnes réponses partielles aux CGPI. Mais ils offrent rarement une réponse globale aux besoins de la profession.» L UFF veut collecter 1,5 Mde en 5 ans Pour s appuyer sur le nom et les services de CGP Entrepreneurs, le CGPI acquittera une somme modique de annuels. En complément, l UFF se rémunérera sur les nouveaux encours. L objectif à cinq ans est de collecter 1,5 M d à raison de 10 M par CGPI. En contrepartie, la banque rétrocédera une partie du PNB de ces encours via une commission. À titre de comparaison, l UFF a déjà 6,6 Md d actifs sous gestion collectés par son réseau de salariés. «Le CGPI est un modèle qui peine à se développer, reconnaît Bruno Dell Oste pour justifier cet accompagnement. Le nombre des cabinets ne progresse pas. Les Les CGPI sont environ en France. Ils se regroupent en cabinets d une moyenne de 2,5 collaborateurs, dont le conseiller. Les cabinets de moins de sept ans représentent 50 % du marché, contre 30 % de cabinets oépationnels depuis sept à quinze ans, et 20 % les plus de quinze ans. L offre de l UFF à ces CGPI comprend des solutions d OPCVM, de SCPI (Société vivile de placement immobilier) et de programmes immobiliers. Ces CGPI sont associés à la sélection de ces produits par le biais d une commission ad hoc. En outre, l UFF vise trois types d accompagnements pour ces CGPI : aide commerciale, middle-office dédié et appui informatique. Le soutien commercial intègre des outils de relation client, des formations aux méthodes de vente et aux produits, de l entraînement commercial, une analyse des opportunités du portefeuille, une aide au développement de la prospection et un «parcours d intégration adapté à l antériorité professionnelle des CGPI». Cet appui comprend aussi l apport de la communication et de l image du groupe UFF, l organisation d opérations commerciales chaque quadrimestre, la mise à disposition de kits d opérations commerciales et l accompagnement à la création et l animation d un site Internet. fermetures sont en hausse. Ce modèle est aussi fragilisé par les nouvelles exigences des nouvelles directives sur les marchés d instruments financiers (MIF 2) et sur l intermédiation en assurance (DIA 2). Les jeunes cabinets recherchent de nouveaux relais de croissance et une meilleure maîtrise de leurs charges. L indépendance «pure» ne peut concerner que les cabinets bien structurés et déjà bien ancrés sur leur marché.» Georges Chelhod BULLETIN D ABONNEMENT À faxer au : Publi-News Service Abonnement Tél / OUI, je m'abonne à la lettre Banques des Professionnels pour 1 an (11 numéros) au tarif de 555 ttc Étranger + Dom Tom 592 Je paierai à réception de facture Nom... Prénom... Société... Fonction... Adresse... Code Postal... Ville... Pays :... Tél. :... Fax : Date : Signature BPRO 233 8

9 ÉTUDE PUBLI-NEWS CARTES INNOVANTES e édition Affinitaire, co-branding, personnalisation, prépayé, sans contact, paiement mobile, e-wallet, l'innovation dans le domaine des cartes et des paiements alternatifs est en pleine effervescence. Cette nouvelle étude en recense le meilleur à travers le monde. Un outil de travail unique pour les professionnels de la banque, de la distribution et de l'industrie des cartes. Quelles sont les dernières tendances? Les différenciations majeures? Quels enseignements tirer pour les émetteurs? Avec cette étude vous pourrez : Comparer vos cartes avec ce qui se fait de mieux dans le monde Identifier les meilleures idées pour enrichir vos cartes existantes et/ou en lancer de nouvelles Une couverture internationale : Une sélection des 500 offres de cartes bancaires "pures", co-brandées et affinitaires parmi les plus innovantes au monde Des innovations réparties dans 5 catégories : Fidélisation (cash back, points ou miles...) Services adossés (assurance, offres commerciales, services liés aux voyages...) Cartes prépayées Design, formes et visuels Technologies (sans contact, mobile, carte virtuelle, e-wallet...) Les photos des cartes et leur présentation détaillée Une analyse du marché Un index multicritères Pour en savoir plus, cliquez ici Publi-News - 23 bis rue Danjou Boulogne-Billancourt, France - Tél. : +33 (0) Fax : +33 (0) site web :

Groupama Banque : qui, que, quoi?

Groupama Banque : qui, que, quoi? Groupama Banque : qui, que, quoi? - Une seule banque au service de tous les clients du Groupe - Un nouveau modèle bancaire, conçu dès sa création comme multicanal - L une des seules banques en France à

Plus en détail

ADMINISTRATEUR DE BIENS

ADMINISTRATEUR DE BIENS ADMINISTRATEUR DE BIENS SOMMAIRE LE MARCHÉ DE L'ADMINISTRATEUR DE BIENS... 2 LA RÉGLEMENTATION DE L'ADMINISTRATEUR DE BIENS... 5 L'ACTIVITÉ DE L'ADMINISTRATEUR DE BIENS... 7 LES POINTS DE VIGILANCE DE

Plus en détail

ADMINISTRATEUR DE BIENS

ADMINISTRATEUR DE BIENS ADMINISTRATEUR DE BIENS SOMMAIRE LE MARCHÉ DE L'ADMINISTRATEUR DE BIENS... 2 LA RÉGLEMENTATION DE L'ADMINISTRATEUR DE BIENS... 5 L'ACTIVITÉ DE L'ADMINISTRATEUR DE BIENS... 7 LES POINTS DE VIGILANCE DE

Plus en détail

CARTES INNOVANTES 2013

CARTES INNOVANTES 2013 ÉTUDE PUBLI-NEWS CARTES INNOVANTES 2013 8 e édition identifie pour vous les tendances majeures en matière de cartes bancaires innovantes n Une couverture mondiale : 500 cartes bancaires «pures», co-brandées

Plus en détail

NOS OUTILS POUR DÉVELOPPER VOTRE ACTIVITÉ.

NOS OUTILS POUR DÉVELOPPER VOTRE ACTIVITÉ. PROFESSIONNELS DU BÂTIMENT NOS OUTILS POUR DÉVELOPPER VOTRE ACTIVITÉ. www.bnpparibas.net/entrepros Banque impliquée dans le financement de l économie et de la création d entreprises, BNP Paribas a acquis

Plus en détail

RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE

RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 13 mars 2012 RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE Bonne résistance du PNB et du RBE en 2011, solidité financière confirmée, poursuite de la dynamique de développement

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

ENJEUX ET PERSPECTIVES DE LA GESTION PATRIMONIALE :

ENJEUX ET PERSPECTIVES DE LA GESTION PATRIMONIALE : DOSSIER ENJEUX ET PERSPECTIVES DE LA GESTION PATRIMONIALE : FOCUS SUR LES CGPI Après avoir connu un âge d or ces dix dernières années, le marché du Haut de Gamme a été particulièrement secoué par la crise

Plus en détail

Présentation Complémentaire Frais de santé CCN 66

Présentation Complémentaire Frais de santé CCN 66 Journée nationale d information Présentation Complémentaire Frais de santé CCN 66 Nadia TAMRABET Direction des accords collectifs Jeudi 18 juin 2015 SOMMAIRE 1. Présentation du Groupe AG2R LA MONDIALE

Plus en détail

Professionnels, Pointues les solutions pour les professions de santé

Professionnels, Pointues les solutions pour les professions de santé Un téléconseiller en ligne au : 6 jours sur 7, du lundi au vendredi de 8 h à 19 h et le samedi jusqu à 17 h Vos Solutions sur mesure INTERNET www.cmne.fr un maximum de services en un clic! Guichet automatique

Plus en détail

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants IStock - FredFroese Source de croissance de d opportunités, le vieillissement de la population française constitue cependant un défi pour notre pays.

Plus en détail

Perp. vous? est-il fait pour. Le très attendu. plan d épargne-retraite populaire,

Perp. vous? est-il fait pour. Le très attendu. plan d épargne-retraite populaire, Le très attendu plan d épargneretraite populaire est désormais disponible. Faut-il pour autant se jeter dessus? Réponse dans ce premier vrai banc d essai, avec des simulations exclusives selon votre âge

Plus en détail

Professionnels. MON business plan

Professionnels. MON business plan Professionnels MON business plan SOMMAIRE 1. MON PROJET...5 Présentation synthétique de mon projet Mes compétences Mes motivations Ma situation familiale et patrimoniale Mes associés 2. MON MARCHÉ...9

Plus en détail

Médiation du crédit aux entreprises

Médiation du crédit aux entreprises Médiation du crédit aux entreprises Gérard Rameix, Médiateur du crédit > Commission système financier et financement de l économie 7 novembre 2011 Sommaire 1. La Médiation du crédit au service des entreprises

Plus en détail

Carte d'identité Septembre 2011 BANQUE DE FINANCEMENT & D INVESTISSEMENT / ÉPARGNE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS

Carte d'identité Septembre 2011 BANQUE DE FINANCEMENT & D INVESTISSEMENT / ÉPARGNE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS Carte d'identité Septembre 2011 BANQUE DE FINANCEMENT & D INVESTISSEMENT / ÉPARGNE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS NATIXIS Rapport d'acivites 2010.indd 1 08/11/11 12:21 2 NATIXIS RAPPORT D ACTIVITÉ 2010

Plus en détail

Assurance Santé et Prévoyance. PACK PRO ENTREPRISE Exigez la référence.

Assurance Santé et Prévoyance. PACK PRO ENTREPRISE Exigez la référence. Assurance Santé et Prévoyance PACK PRO ENTREPRISE Exigez la référence. CIPRÉS vie Pack Pro Entreprise TNS Les solutions Prévoyance et Santé à la hauteur de vos ambitions. Ne choisissez plus entre performance

Plus en détail

Commissions nettes reçues ( M ) 159,3 142,2-11% Résultat d exploitation ( M ) 38,8 22,7-41% Résultat net consolidé ( M ) 25,3 15,2-40%

Commissions nettes reçues ( M ) 159,3 142,2-11% Résultat d exploitation ( M ) 38,8 22,7-41% Résultat net consolidé ( M ) 25,3 15,2-40% COMMUNIQUE de Presse PARIS, LE 18 FEVRIER 2013 Résultats 2012. L UFF enregistre un résultat net consolidé de 15,2 M et une collecte nette de 49 M Une activité stable, grâce à une bonne adaptation de l

Plus en détail

Banque FIDUCIAL FIDUCIAL Conseil Entreprendre avec vous

Banque FIDUCIAL FIDUCIAL Conseil Entreprendre avec vous Banque FIDUCIAL FIDUCIAL Conseil Entreprendre avec vous L offre globale de services aux entreprises Banque et Conseil financier Une offre cohérente au service de nos clients Nos domaines d'expertise Placements

Plus en détail

retraite Far Fonds de pension Associatif pour la Retraite Constituez-vous des revenus complémentaires à vie

retraite Far Fonds de pension Associatif pour la Retraite Constituez-vous des revenus complémentaires à vie retraite Far Fonds de pension Associatif pour la Retraite Constituez-vous des revenus complémentaires à vie Identifier votre besoin retraite L épargne-retraite est une épargne longue. Il est donc important

Plus en détail

DEESBANQUE Marché des professionnels Plan de cours et programmation indicatifs des séances

DEESBANQUE Marché des professionnels Plan de cours et programmation indicatifs des séances DEESBANQUE Marché des professionnels Plan de cours et programmation indicatifs des séances 2013 Fédération Européenne des Ecoles DEESBANQUE Marché des professionnels Plan de cours et programmation indicatifs

Plus en détail

ÉPARGNE PAtRimoNiAlE ChIffRES CLÉS

ÉPARGNE PAtRimoNiAlE ChIffRES CLÉS ÉPARGNE patrimoniale chiffres clés 2012 LE GROUPE AG2R LA MONDIALE* Un groupe d assurance de protection sociale, paritaire et mutualiste Un assureur complet de la personne : Prévoyance, Santé, Épargne,

Plus en détail

Mise en place de solutions individuelles et collectivespour

Mise en place de solutions individuelles et collectivespour Mise en place de solutions individuelles et collectivespour un TNS dans une TPE/PME Le paysage des solutions de retraite Produits individuels PERP Sortie en capital MADELIN Sortie en rente PEE PERCO Produits

Plus en détail

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * *

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * * Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 Le Crédit Agricole relève les défis Il s appuie sur le leadership de ses banques de proximité et des métiers qui leur sont associés Il renforce sa solidité

Plus en détail

PROFESSIONNELS VOUS NOUS

PROFESSIONNELS VOUS NOUS Particulier PROFESSIONNELS entreprises VOUS souhaitez préparer votre retraite NOUS vous accompagnons pour l optimiser tout au long de votre vie active Document non contractuel à caractère publicitaire.

Plus en détail

Cardif Retraite. Professionnels Plus. Donnez plus de vie à votre future retraite CONTRAT LOI MADELIN

Cardif Retraite. Professionnels Plus. Donnez plus de vie à votre future retraite CONTRAT LOI MADELIN Cardif Retraite Professionnels Plus CONTRAT LOI MADELIN Donnez plus de vie à votre future retraite BNP Paribas Cardif, La référence en partenariat d assurance Yves Durand 10 e assureur européen*, BNP Paribas

Plus en détail

INFIRMIER(E)S EN EXERCICE LIBÉRAL

INFIRMIER(E)S EN EXERCICE LIBÉRAL INFIRMIER(E)S EN EXERCICE LIBÉRAL À VOS CÔTÉS AVEC DES OFFRES DÉDIÉES ÉTUDES INSTALLATION DÉVELOPPEMENT DE VOTRE ACTIVITÉ RETRAITE Vous avez choisi de dédier votre vie professionnelle à la santé des autres,

Plus en détail

Les salaires des dirigeants de société et leur évolution à moyen terme (1993-2003)

Les salaires des dirigeants de société et leur évolution à moyen terme (1993-2003) Les salaires des dirigeants de société et leur évolution à moyen terme (1993-2003) Frédéric Brouillet Les dirigeants salariés ne constituent pas un ensemble homogène en termes de revenus : le domaine d

Plus en détail

Le CIC en 2014 Vitalité du réseau commercial, solidité financière confirmée

Le CIC en 2014 Vitalité du réseau commercial, solidité financière confirmée Paris, le 26 février 2015 Le CIC en 2014 Vitalité du réseau commercial, solidité financière confirmée Résultats au 31 décembre 2014 Produit net bancaire 4 410 M Un PNB stable 1 (-0,8%) Résultat net comptable

Plus en détail

Présentation des résultats 2006. 15 mars 2007

Présentation des résultats 2006. 15 mars 2007 Présentation des résultats 2006 15 mars 2007 Préambule Le intègre dans son périmètre la création de Natixis intervenue le 17 novembre. Les données financières présentées sont issues des comptes pro forma

Plus en détail

Swiss Relais Maintien des revenus

Swiss Relais Maintien des revenus Parce que vos ressources ne doivent pas dépendre de votre santé Swiss Relais Maintien des revenus Réservé aux professionnels indépendants Si chaque profession bénéficie des indemnités d un régime obligatoire,

Plus en détail

Négociez sereinement le virage de l ANI avec le Pack TNS APRIL. Vous êtes ici. BÉATRICE fleuriste JEAN kiné. CHANTAL coiffeuse.

Négociez sereinement le virage de l ANI avec le Pack TNS APRIL. Vous êtes ici. BÉATRICE fleuriste JEAN kiné. CHANTAL coiffeuse. BÉATRICE fleuriste JEAN kiné CHANTAL coiffeuse FABIEN notaire Vous êtes ici NATHALIE architecte ARNOLD fromager Négociez sereinement le virage de l ANI avec le Pack TNS APRIL Avec l arrivée prochaine de

Plus en détail

PARTENAIRES DES 30 MIN POUR CONVAINCRE

PARTENAIRES DES 30 MIN POUR CONVAINCRE UN VRAI REGIME DE CADRES APPLIQUE AUX NON SALARIES! 1- SECURISATION ET FIDELISATION DE VOS CLIENTS RODUIT Un partenariat qui protège vos clients Vous conservez si vous le souhaitez votre courtier. Pas

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE DE FINANCEMENT

DOSSIER DE DEMANDE DE FINANCEMENT Nom Prénom : Activité : Ecrivez dans les cases grises DOSSIER DE DEMANDE DE FINANCEMENT LA DEMANDE Prêt NACRE : Quel Montant? Quelle durée? Affectation? Prêt d honneur : Quel Montant? Quelle durée? Quel

Plus en détail

1. ACCESS CREDITS PRO Premier réseau national d experts en financement des Entrepreneurs

1. ACCESS CREDITS PRO Premier réseau national d experts en financement des Entrepreneurs Sommaire 1. ACCESS CREDITS PRO Premier réseau national d experts en financement des Entrepreneurs 1.1 Les fondateurs 1.2 Historique 1.3 ACCESS CREDITS PRO, les données clés 1.4 Les agences 2. ACCESS CREDITS

Plus en détail

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude localnova OBS Observatoire des finances locales des Petites Villes de France novembre # Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude financière prospective

Plus en détail

Stratégie d assurance retraite

Stratégie d assurance retraite Stratégie d assurance retraite Département de Formation INDUSTRIELLE ALLIANCE Page 1 Table des matières : Stratégie d assurance retraite Introduction et situation actuelle page 3 Fiscalité de la police

Plus en détail

Les atouts de la retraite Madelin :

Les atouts de la retraite Madelin : Les atouts de la retraite Madelin : Caractéristiques et calcul de la rente viagère Sylvain Grégoire & Michel Andréini Convention CGPC : 10 Octobre 2013 Les enjeux de la retraite en France Sommaire Un système

Plus en détail

COURTIER ET AGENT D ASSURANCE

COURTIER ET AGENT D ASSURANCE COURTIER ET AGENT D ASSURANCE SOMMAIRE LE MARCHÉ DU COURTIER ET AGENT D ASSURANCE... 2 LA RÉGLEMENTATION DU COURTIER ET AGENT D ASSURANCE... 4 L'ACTIVITÉ DU COURTIER ET AGENT D ASSURANCE... 7 LES POINTS

Plus en détail

Etude sur les garanties et services : les attentes des salariés et des entreprises

Etude sur les garanties et services : les attentes des salariés et des entreprises Etude sur les garanties et services : les attentes des et des entreprises Résultats du 10 ème Baromètre de la Prévoyance réalisé par le Crédoc pour le CTIP Méthodologie Deux enquêtes téléphoniques auprès

Plus en détail

CGP 50 ans, installé depuis 20 ans, dirigeant d un cabinet avec de jeunes associés ou collaborateurs. «Ensemble, donnons de l avenir au métier de CGP»

CGP 50 ans, installé depuis 20 ans, dirigeant d un cabinet avec de jeunes associés ou collaborateurs. «Ensemble, donnons de l avenir au métier de CGP» CGP 50 ans, installé depuis 20 ans, dirigeant d un cabinet avec de jeunes associés ou collaborateurs Vous êtes à la tête d un cabinet performant. Vous commencez à réfléchir à une cession dans les meilleures

Plus en détail

SOMMAIRE. Un acteur de référence en produits d épargne immobilière 3. Une équipe de professionnels de l immobilier 4.

SOMMAIRE. Un acteur de référence en produits d épargne immobilière 3. Une équipe de professionnels de l immobilier 4. SCPI OPCI CILOGER SOMMAIRE Un acteur de référence en produits d épargne immobilière 3 Une équipe de professionnels de l immobilier 4 Philosophie 5 Stratégie d investissement 6 Une gamme complète de produits

Plus en détail

Les Arènes du Patrimoine 2013. La Retraite Loi Madelin - PERP

Les Arènes du Patrimoine 2013. La Retraite Loi Madelin - PERP Les Arènes du Patrimoine 2013 La Retraite Loi Madelin - PERP Présentation Votre animateur Yannick BOUET (CGPI) Marie HIDALGO (Expert-Compable) Laurence DAGORNE (AVIVA) Laurent MULLER (CARDIF) Quelques

Plus en détail

RESTAURATION RAPIDE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1

RESTAURATION RAPIDE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1 RESTAURATION RAPIDE SOMMAIRE LE MARCHÉ DE LA RESTAURATION RAPIDE... 2 LA RÉGLEMENTATION DE LA RESTAURATION RAPIDE... 5 L'ACTIVITÉ DE LA RESTAURATION RAPIDE... 8 LES POINTS DE VIGILANCE DE LA RESTAURATION

Plus en détail

Coûts de transfert de compte bancaire

Coûts de transfert de compte bancaire LA MOBILITE BANCAIRE La concurrence ne peut fonctionner que si la mobilité du client est assurée. Avec 2 %, le marché français semble présenter un des taux les plus faibles d attrition au niveau des marchés

Plus en détail

Reprendre une entreprise: une stratégie avant des chiffres

Reprendre une entreprise: une stratégie avant des chiffres Reprendre une entreprise: une stratégie avant des chiffres Sommaire 1. Etre prêt pour l aventure 2. Créer ou reprendre? 3. Identifier la cible 4. Structurer votre projet d entreprise 5. Planifier votre

Plus en détail

infirmier kinésithérapeute AMPLI-INDEMNITÉS JOURNALIÈRES TNS avocat La protection de votre revenu, à la carte

infirmier kinésithérapeute AMPLI-INDEMNITÉS JOURNALIÈRES TNS avocat La protection de votre revenu, à la carte 2015 INDEMNITÉS JOURNALIÈRES Professions Libérales Artisans & Commerçants La mutuelle des professions libérales et indépendantes AMPLI-INDEMNITÉS JOURNALIÈRES TNS médecin La protection de votre revenu,

Plus en détail

Forum de la Création Reprise d entreprise du Cher

Forum de la Création Reprise d entreprise du Cher La naissance de l idée Activité Bilan personnel Contraintes Etude de marché Le marché et la concurrence La politique commerciale Construire son projet Les moyens commerciaux Les moyens de production Les

Plus en détail

ENGAGEMENT DE L ENTREPRISE

ENGAGEMENT DE L ENTREPRISE TRAITEMENT COMPTABLE D11 ENGAGEMENT DE L ENTREPRISE Il n existe d engagement de l entreprise que dans le cadre d un régime à prestations définies ou d indemnités de fin de carrière. Les régimes à cotisations

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994 ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994 L année 1994 a été marquée par la poursuite de la baisse des taux d intérêt, mais à un rythme plus modéré et de manière moins continue qu en 1993

Plus en détail

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010 Gestion des cabinets d'expertise comptable Octobre 2010 Sommaire Avant-propos... 2 Synthèse en quelques chiffres... 2 Les cabinets sans salariés... 2 Les cabinets de 1 à 49 salariés... 2 Le chiffre d affaires

Plus en détail

PHOTOGRAPHE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1

PHOTOGRAPHE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1 PHOTOGRAPHE SOMMAIRE LE MARCHÉ DU PHOTOGRAPHE... 2 LA RÉGLEMENTATION DU PHOTOGRAPHE... 5 L'ACTIVITÉ DU PHOTOGRAPHE... 7 LES POINTS DE VIGILANCE DU PHOTOGRAPHE... 10 EN SAVOIR PLUS SUR CE SECTEUR... 12

Plus en détail

Professions libérales Artisans Commerç ants Petites entreprises Auto-entrepreneurs GÉRER VOTRE QUOTIDIEN

Professions libérales Artisans Commerç ants Petites entreprises Auto-entrepreneurs GÉRER VOTRE QUOTIDIEN Professions libérales Artisans Commerç ants Petites entreprises Auto-entrepreneurs GÉRER VOTRE QUOTIDIEN VOUS AVEZ DES BESOINS PROS NOUS AVONS DES SOLUTIONS PROS Parce que vous préférez consacrer toute

Plus en détail

Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance

Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance Septembre 2013 Contact: Frédéric Dabi 01 45 84 14 44 Frederic.dabi@ifop.com Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance pour Note méthodologique Etude réalisée pour:

Plus en détail

TABLEAU DE COMPARAISON ENTRE L EIRL, LA MICRO-ENTREPRISE ET LE REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR

TABLEAU DE COMPARAISON ENTRE L EIRL, LA MICRO-ENTREPRISE ET LE REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR TABLEAU DE COMPARAISON ENTRE L EIRL, LA MICRO-ENTREPRISE ET LE REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR Source : site Internet de l agence pour la création d entreprise (APCE) : http://www.apce.com/ SOMMAIRE : 1.

Plus en détail

COMMERCE DE DÉTAIL DE MEUBLES DE CUISINE

COMMERCE DE DÉTAIL DE MEUBLES DE CUISINE COMMERCE DE DÉTAIL DE MEUBLES DE CUISINE SOMMAIRE LE MARCHÉ DU COMMERCE DE DÉTAIL DE MEUBLES DE CUISINE... 2 LA RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DE DÉTAIL DE MEUBLES DE CUISINE... 5 L'ACTIVITÉ DU COMMERCE DE

Plus en détail

avocat architecte expert médecin chirurgien dentiste vétérinaire pharmacien infirmier kinésithérapeute étudiant avocat AMPLI-FAMILLE

avocat architecte expert médecin chirurgien dentiste vétérinaire pharmacien infirmier kinésithérapeute étudiant avocat AMPLI-FAMILLE 2015 INDEMNITES JOURNALIERES INVALIDITE PTIA OU DECES HOSPITALISATION RENTE EDUCATION RENTE DE CONJOINT La mutuelle des professions libérales et indépendantes Professions Libérales & Indépendantes AMPLI-FAMILLE

Plus en détail

Retraite 83 euro. Retraite 83 euro. La retraite supplémentaire des salariés en toute sécurité

Retraite 83 euro. Retraite 83 euro. La retraite supplémentaire des salariés en toute sécurité Retraite 83 euro La retraite supplémentaire des salariés en toute sécurité Retraite 83 euro Les contrats de retraite article 83 sont désormais ouverts aux versements individuels et facultatifs des salariés.

Plus en détail

RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE DU 6 JUIN 2013

RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE DU 6 JUIN 2013 ASSOCIATION POUR LES ASSURANCES MEDICALES 79, rue de Tocqueville - 75017 PARIS -Association régie par la Loi de 1901- RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE DU 6 JUIN 2013

Plus en détail

La Banque Postale, une banque unique et singulière - 1 -

La Banque Postale, une banque unique et singulière - 1 - La Banque Postale, une banque unique et singulière - 1 - LA BANQUE POSTALE, UNE BANQUE UNIQUE ET SINGULIERE Un peu d histoire Groupe La Banque Postale UNIQUE POUR RELEVER DES DEFIS MULTIPLES Activités

Plus en détail

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes N 2 bis du 2 avril 2009 C2008-77 / Lettre du ministre de l économie, de l industrie et de l emploi du 28 octobre

Plus en détail

La Caisse d Epargne affirme ses ambitions sur le marché de la gestion privée en lançant des espaces Gestion Privée en régions.

La Caisse d Epargne affirme ses ambitions sur le marché de la gestion privée en lançant des espaces Gestion Privée en régions. La Caisse d Epargne affirme ses ambitions sur le marché de la gestion privée en lançant des espaces Gestion Privée en régions. Paris, le 4 Février 2013 La Caisse d Epargne dispose depuis plus de vingt

Plus en détail

LOCATION IMMOBILIÈRE SOMMAIRE

LOCATION IMMOBILIÈRE SOMMAIRE LOCATION IMMOBILIÈRE SOMMAIRE LE MARCHÉ DE LA LOCATION IMMOBILIÈRE... 2 LA RÉGLEMENTATION DE LA LOCATION IMMOBILIÈRE... 5 L'ACTIVITÉ DE LA LOCATION IMMOBILIÈRE... 8 LES POINTS DE VIGILANCE DE LA LOCATION

Plus en détail

Retraite complémentaire (PERP, Plan d Epargne Retraite Populaire)

Retraite complémentaire (PERP, Plan d Epargne Retraite Populaire) Assurance Arrêts de travail Cette assurance s appelle aussi l assurance complément de revenus (ou assurance perte de revenus). En cas d arrêt de travail dû à la maladie, à un accident vous conserverez

Plus en détail

ENTREPRENDRE EN SOLO

ENTREPRENDRE EN SOLO ENTREPRENDRE EN SOLO Quand une personne se lance seule dans la création d entreprise, d un point de vue juridique, elle se demande d une manière générale s il vaut mieux l exploiter sous forme individuelle

Plus en détail

BANQUE POPULAIRE GESTION PRIVÉE. Investissez. dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine FRUCTIPIERRE

BANQUE POPULAIRE GESTION PRIVÉE. Investissez. dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine FRUCTIPIERRE BANQUE POPULAIRE GESTION PRIVÉE Investissez dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine FRUCTIPIERRE Investissez dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine L ordonnance

Plus en détail

Professions libérales Artisans Commerç ants Petites entreprises Auto-entrepreneurs FINANCER VOTRE ACTIVITÉ

Professions libérales Artisans Commerç ants Petites entreprises Auto-entrepreneurs FINANCER VOTRE ACTIVITÉ Professions libérales Artisans Commerç ants Petites entreprises Auto-entrepreneurs FINANCER VOTRE ACTIVITÉ VOUS AVEZ DES BESOINS PROS NOUS AVONS DES SOLUTIONS PROS Pour vos projets et vos investissements,

Plus en détail

Créez Vous trouverez dans votre agence les brochures suivantes : FINANCEZ PROTÉGEZ GÉREZ ÉPARGNEZ

Créez Vous trouverez dans votre agence les brochures suivantes : FINANCEZ PROTÉGEZ GÉREZ ÉPARGNEZ La Caisse d Epargne vous présente ses solutions professionnelles pour créer votre activité. Vous venez de consulter la brochure Créez Vous trouverez dans votre agence les brochures suivantes : FINANCEZ

Plus en détail

Modalités de financement des associations et fondations

Modalités de financement des associations et fondations Modalités de financement des associations et fondations Association Française des Trésoriers et Responsables d Associations (AFTA) le 13 décembre 2011 Plan de la présentation 1 2 Introduction... Frédéric

Plus en détail

Connaissez-vous GROUPAMA BANQUE?

Connaissez-vous GROUPAMA BANQUE? Groupama Banque - Direction de la communication externe - Groupama participe à la protection de l'environnement en utilisant un site imprim vert et des papiers issus des forêts gérées durablement et en

Plus en détail

Services Financiers Spécialisés Au cœur du développement des réseaux bancaires

Services Financiers Spécialisés Au cœur du développement des réseaux bancaires Services Financiers Spécialisés Au cœur du développement des réseaux bancaires Mars 2012 banque de financement & d investissement / épargne / services financiers spécialisés Trois métiers cœurs natixis

Plus en détail

ÉTUDE SILVER ÉCONOMIE La préparation au vieillissement

ÉTUDE SILVER ÉCONOMIE La préparation au vieillissement ÉTUDE SILVER ÉCONOMIE La préparation au vieillissement Frédéric ALBERT f.albert@institut-think www.institut-think.com 01 77 15 67 48 #RÉSULTATS #DISPOSITIF MÉTHODOLOGIQUE LA VISION DES INVESTISSEURS (GRAND

Plus en détail

DIFFUSEUR DE PRESSE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1

DIFFUSEUR DE PRESSE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1 DIFFUSEUR DE PRESSE SOMMAIRE LE MARCHÉ DU DIFFUSEUR DE PRESSE... 2 LA RÉGLEMENTATION DU DIFFUSEUR DE PRESSE... 5 L'ACTIVITÉ DU DIFFUSEUR DE PRESSE... 7 LES POINTS DE VIGILANCE DU DIFFUSEUR DE PRESSE...

Plus en détail

COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE

COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE 4 MAI 2004 LA SITUATION DE L EMPLOI ET DE LA CONJONCTURE ECONOMIQUE EN REGION D ILE-DE-FRANCE

Plus en détail

Le besoin de trésorerie

Le besoin de trésorerie OCTOBRE 2015 ENTREPRENEURS N 3 lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent FINANCEMENT LES MINI-GUIDES BANCAIRES & aveclespme.fr Le nouveau site pratique de la Fédération Bancaire

Plus en détail

Commerçant, artisan, professionnel indépendant,

Commerçant, artisan, professionnel indépendant, Commerçant, artisan, professionnel indépendant, vous êtes l homme clé de votre entreprise et de votre foyer. Bien avisé, vous avez souscrit des assurances pour protéger votre voiture, votre domicile, votre

Plus en détail

Entrepreneur du paysage. non salarié (TNS) Dossier Santé - Prévoyance Retraite - Dépendance

Entrepreneur du paysage. non salarié (TNS) Dossier Santé - Prévoyance Retraite - Dépendance Entrepreneur du paysage non salarié (TNS) Dossier Santé - Prévoyance Retraite - Dépendance Entrepreneur du paysage non salariés (TNS), une protection sociale optimale Mutex vous propose, en partenariat

Plus en détail

Entrepreneur du paysage non salarié (TNS), et bien assuré

Entrepreneur du paysage non salarié (TNS), et bien assuré Entrepreneur du paysage non salarié (TNS), et bien assuré Travailleur non salarié vous protégez votre famille, votre revenu, votre avenir. Pourquoi ne pas aller plus loin et bénéficier, vous aussi de l

Plus en détail

Aujourd hui vous franchissez un grand pas : vous êtes décidé, «vous créez votre entreprise»!

Aujourd hui vous franchissez un grand pas : vous êtes décidé, «vous créez votre entreprise»! 1 Aujourd hui vous franchissez un grand pas : vous êtes décidé, «vous créez votre entreprise»! La démarche rationnelle qui vise à élaborer un projet de création ou de reprise d entreprise doit se traduire

Plus en détail

SCPI Fructipierre EN BREF

SCPI Fructipierre EN BREF SCPI Fructipierre Investissez indirectement dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine EN BREF FRUCTIPIERRE est une SCPI de taille importante détenant des actifs immobiliers représentant

Plus en détail

Fiche conseil DIRIGEANT : Quel statut social choisir? Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions :

Fiche conseil DIRIGEANT : Quel statut social choisir? Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : DIRIGEANT : Quel statut social choisir? Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Certifié ISO 9001 Comptables Fiscales Juridiques, Sociales, de

Plus en détail

PACA FORMATION THANATOLOGY

PACA FORMATION THANATOLOGY PACA FORMATION THANATOLOGY Quelle est la définition d assurance? 2 Définition d assurance L'assuranceest l'activité qui consiste à protéger moyennant une cotisation (prime) un individu, une association

Plus en détail

Notice prévue à l article 422-8 du règlement général de l Autorité des marchés financiers publiée au BALO n 101 le 22 août 2012.

Notice prévue à l article 422-8 du règlement général de l Autorité des marchés financiers publiée au BALO n 101 le 22 août 2012. SCPI Fructirégions Investissez indirectement dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine EN BREF FRUCTIREGIONS est une SCPI régionale détenant des actifs immobiliers représentant une

Plus en détail

ÉTUDE SILVER ÉCONOMIE La préparation au vieillissement

ÉTUDE SILVER ÉCONOMIE La préparation au vieillissement ÉTUDE SILVER ÉCONOMIE La préparation au vieillissement Frédéric ALBERT f.albert@institut-think www.institut-think.com 01 77 15 67 48 #RÉSULTATS #DISPOSITIF MÉTHODOLOGIQUE LA VISION DES INVESTISSEURS (GRAND

Plus en détail

Vous gagnez 86 000 euros. Carrières. les directeurs financiers. RÉMUNÉRATION - Ce que gagnent

Vous gagnez 86 000 euros. Carrières. les directeurs financiers. RÉMUNÉRATION - Ce que gagnent RÉMUNÉRATION - Ce que gagnent les directeurs financiers L Association Nationale des directeurs financiers et de contrôle de gestion (DFCG), le cabinet de recrutement Michael Page et Option Finance viennent

Plus en détail

L essentiel sur. Le crédit immobilier

L essentiel sur. Le crédit immobilier L essentiel sur Le crédit immobilier Emprunter pour devenir propriétaire Le crédit immobilier est, pour la plupart des ménages, le passage obligé pour financer l achat d un bien immobilier. C est un poste

Plus en détail

Diane Patrimoine. Assurance-vie à annuités variables. Janvier 2011

Diane Patrimoine. Assurance-vie à annuités variables. Janvier 2011 Diane Patrimoine Assurance-vie à annuités variables Janvier 2011 Sommaire 1 Enjeu de la retraite et environnement client 2 La solution retraite patrimoniale en 4 points clés Un revenu garanti à vie Performance

Plus en détail

UNE ÉVALUATION DU SEUIL DE RENTABILITÉ DE LA PRODUCTION DE CRÉDIT

UNE ÉVALUATION DU SEUIL DE RENTABILITÉ DE LA PRODUCTION DE CRÉDIT UNE ÉVALUATION DU SEUIL DE RENTABILITÉ DE LA PRODUCTION DE CRÉDIT Le seuil de rentabilité de la production de crédit est défini comme le taux en deçà duquel les établissements vendraient à perte leur production

Plus en détail

FIP RENDEMENT BIEN-ÊTRE N O 2

FIP RENDEMENT BIEN-ÊTRE N O 2 FIP RENDEMENT BIEN-ÊTRE N O 2 FISCALITÉ INCITANT À INVESTIR DANS LES PME Le FIP RENDEMENT BIEN-ÊTRE n o 2 vous offre la possibilité de bénéficier d une réduction d impôt et des avantages ci-dessous : a.

Plus en détail

TRAVAIL TEMPORAIRE SOMMAIRE

TRAVAIL TEMPORAIRE SOMMAIRE TRAVAIL TEMPORAIRE SOMMAIRE LE MARCHÉ DU TRAVAIL TEMPORAIRE... 2 LA RÉGLEMENTATION DU TRAVAIL TEMPORAIRE... 5 L'ACTIVITÉ DU TRAVAIL TEMPORAIRE... 7 LES POINTS DE VIGILANCE DU TRAVAIL TEMPORAIRE... 9 EN

Plus en détail

Nous sommes heureux d avoir conçu pour vous ce «business plan», support indispensable pour formaliser votre projet d entreprise.

Nous sommes heureux d avoir conçu pour vous ce «business plan», support indispensable pour formaliser votre projet d entreprise. MON business plan Nous sommes heureux d avoir conçu pour vous ce «business plan», support indispensable pour formaliser votre projet d entreprise. Ce modèle de business plan, mis à votre disposition par

Plus en détail

«Comment se faire payer par ses clients?»

«Comment se faire payer par ses clients?» «Comment se faire payer par ses clients?» Renforcer la trésorerie de son entreprise en limitant les frais financiers. Eviter les impayés grâce à des méthodes simples. 1 Vendredi 10 Octobre 2014 Comment

Plus en détail

prévoyance offre Protection sociale complémentaire réservée aux collectivités adhérentes à la convention de participation

prévoyance offre Protection sociale complémentaire réservée aux collectivités adhérentes à la convention de participation Mutuelle des agents territoriaux Protection sociale complémentaire offre prévoyance réservée aux collectivités adhérentes à la convention de participation Interiale, aujourd hui c est Une mutuelle experte

Plus en détail

Audit de Protection Sociale

Audit de Protection Sociale Audit de Protection Sociale Réunion Créateurs Réunion cabinet Réunion CCI Grenoble Présentation du groupe Présentation du groupe SGAM (crée en 2008) 1 er groupe de protection sociale en France Une offre

Plus en détail

L ENQUETE CGPME SUR LE FINANCEMENT BANCAIRE DES PME

L ENQUETE CGPME SUR LE FINANCEMENT BANCAIRE DES PME L ENQUETE CGPME SUR LE FINANCEMENT BANCAIRE DES PME Conditions de l enquête Du fait des difficultés économiques actuelles, la restriction de l accès au crédit pour les PME devient une préoccupation majeure.

Plus en détail

Le Club de Gestion. Le prêt participatif. www.club-gestion.fr. Le prêt participatif

Le Club de Gestion. Le prêt participatif. www.club-gestion.fr. Le prêt participatif J ai récemment rencontré Jérôme PRIGENT, Responsable de la région grand ouest de la société ISODEV ; il nous présente, dans ce dossier thématique, le prêt participatif. SOMMAIRE : Partie 1 : Description

Plus en détail