Comite Social Paris Ile de France

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Comite Social Paris Ile de France"

Transcription

1 Comite Social Paris Ile de France Délégué régional : Laurent MENAGER Comment optimiser de la rémunération du chef d entreprise? IR ou IS? Quel statut? Faut il en changer? Rémunération ou dividendes? Paris, le 5 mars 2009

2 Formation organisée par animée par partenaire du Philippe MONDIN Conseiller technique de La FRANCE Assurances Membre du Collège Technique du Comité Social

3 Première question : IR ou IS? Entreprise individuelle Eurl à l IR Sociétés de personnes ou Eurl à l IS Sarl Sa, Sas

4 Si l on raisonne à partir du revenu économique d une entreprise - Ce revenu va constituer pour l entrepreneur individuel son revenu professionnel d activité - Pour pouvoir faire une comparaison à termes identiques, nous allons, dans un premier temps, éliminer le phénomène IS en supposant que le gérant majoritaire s alloue la même rémunération ( fixe + prime de fin d exercice ) sur laquelle il acquitte personnellement ses cotisations sociales Hypothèse : résultat = 0, IS = 0 Le revenu net de cotisations sociales et d IR du gérant majoritaire sera toujours supérieur à celui de l entrepreneur individuel

5 Cette différence résulte - du fait que le gérant majoritaire bénéficie sur son revenu imposable d un abattement forfaitaire de 10 % pour frais professionnels comme les salariés - du fait que cet abattement fiscal est aussi un abattement social : il diminue l assiette de calcul des cotisations sociales et donc leur montant ( ce qui n est absolument pas le cas des salariés ) - du fait de la réintégration du montant des cotisations sociales obligatoires dans l assiette de calcul de la CSG / CRDS, si celui est inférieur, le montant dû au titre de la CSG / CRDS le sera aussi mécaniquement.

6 Entrepreneur individuel Assiette de calcul des cotisations sociales : Revenu brut - Cotisations sociales obligatoires - CSG déductible - Cotisations Madelin = Revenu fiscal case JA / KA ou PA + Cotisations Madelin case LB ou PB = Revenu fiscal + cotisations Madelin Gérant majoritaire Assiette de calcul des cotisations sociales : Rémunération brute - Cotisations sociales obligatoires - CSG déductible - Cotisations Madelin = Revenu fiscal - 0,10 ( Rém brute - Cotis Soc Oblig - CSG déductible - Cotisations Madelin )* = 0,9 Revenu fiscal case RA + Cotisations Madelin case RB = 0,9 Revenu fiscal + cotisations Madelin Assiette de calcul CSG / CRDS : = Assiette de calcul des cotisations sociales + case TA = Cotisations sociales obligatoires + abondements Epargne salariale + intéressement

7 CALCUL DU GAIN pour un commerçant, marié avec 1 enfant Revenu net après cotisations sociales et IR Revenu brut Entrepr indiv Gérant majo Ecart % , , , , , ,65

8 L écart est significatif s agissant de revenu net Objections : - Coût supplémentaire - L entrepreneur a droit à la déduction des frais réels mais celle-ci est très limitée - Contribution Sociale de Solidarité des Sociétés ( C3S ) = 0,16 % du CA si CA > HT ) - en revanche, les sociétés passibles de l IS dont le CA majoré des produit financiers n excède pas ne sont plus assujetties à l IFA ( dû si IS = 0 ) à compter de 2009 ( entre et , suppression au Au delà de , suppression au ) Plus le revenu brut est important, plus le choix de l IS s impose

9 2 ) Une entreprise à l IR ne peut pas stocker du résultat et d éviter des cotisations sociales et un impôt sur ce revenu très élevés les «bonnes» années. Les investissements ultérieurs devront être financés en «ressortant» un revenu ayant supporté ces cotisations sociales et cet IR Dans le cas étudié, le prélèvement moyen est de 35,5 % pour un revenu brut de * Une société à l IS peut bénéficier d un taux d IS réduit à 15 % sur la part de son résultat inférieur à , montant lui permettant d incorporer en réserves, chaque année, pour financer un développement ultérieur.

10 3 ) L entreprise à l IR ne permet pas de profiter de la réforme de la fiscalité des dividendes ( suppression de l avoir fiscal et du précompte ). Nous démontrerons ultérieurement que la distribution de dividendes prélevés sur la partie du résultat imposé à 15 % est particulièrement intéressante. 4 ) Les dispositifs d exonération des plus values de cessions de titres de sociétés imposées à l IS sont les plus favorables car elles permettent les exonérations les plus importantes en terme de portée ( la valeur du titre reflète la valeur globale de l entreprise quelles que soient ses composantes ) et de montant et sont les plus simples : exonération totale au bout de huit années de détention ( aux 2/ 3 au bout de sept années, au 1/3 au bout de six années ) ; les années étant décomptées à partir du 1er janvier 2006 exonération totale au bout de huit années de détention en cas de départ en retraite dans l année qui suit ou qui précède la cession ; les années étant décomptées à partir du début effectif de leur détention

11 Loi de modernisation de l'économie du 4 août 2008 Faculté d opter pour l IR pour les Sa, Sas et Sarl Elle vise surtout les sociétés dites en «amorçage» qui nécessitent des investissements tels qu elles sont systématiquement en perte lors de leurs premiers exercices d activité. Le régime des sociétés de personnes permet aux associés d imputer immédiatement leurs déficits professionnels sur leurs autres sources de revenus alors que le régime de l IS ne permet qu un report sur les exercices bénéficiaires ultérieurs. L option pour l IR nécessite de recueillir l accord de tous les associés et doit être formulée dans les 3 premiers mois du premier exercice au titre duquel elle prend effet. Elle sera valable 5 ans, sauf renonciation anticipée à cette faculté. En cas de sortie anticipée de l IR, l option ne sera plus possible ultérieurement.

12 Deuxième question : Est il plus intéressant d exercer en tant que non salarié ou en tant que salarié? Gérant majoritaire ou président de SAS?

13 Un premier préalable méthodologique toujours raisonner à prélèvement identique sur le résultat avant IS à partir du même revenu économique ( avant toutes rémunérations ) de l entreprise qui doit être considéré comme un invariant Pour le gérant majoritaire, sa rémunération brute globale constitue le prélèvement sur le résultat avant IS. Cela neutralise complètement le fait de savoir si les cotisations sociales sont payées par la société ou par le gérant 1er cas : rémunération brute globale = rémunération versée en espèces + cotisations sociales prises en charge par la société*. 2ème cas : rémunération brute globale = rémunération versée en espèces Pour le président, le prélèvement sur le résultat avant IS = Salaire brut + charges sociales patronales correspondantes.

14 Le taux de charges patronales d un dirigeant ( hors Assedic* ) d une entreprise de moins de dix salariés est de : - 39,15 % sur la tranche A - 37,486 % sur la tranche B - 36,15 % sur la tranche C - 23,33 % au delà En conséquence, un salaire de dirigeant assimilé salarié de..équivaut à une rémunération de gérant majoritaire de salaire rémunération En conséquence, une rémunération de gérant majoritaire de.. équivaut à une rémunération de dirigeant assimilé salarié de.. rémunération salaire

15 Un deuxième préalable méthodologique toujours raisonner toutes choses égales par ailleurs à protection sociale identique Se limiter au calcul et à la comparaison des charges sociales : un risque pour l Expert comptable. Le client ne voit que les économies il ne voit pas le reste c est à dire ce à quoi il renonce pour lui même et pour sa famille ( épouse, enfants ) et les conséquences de ces renoncements en termes de protection sociale ( retraite et prévoyance ). Le client est roi, c est lui qui décide encore faut il qu il puisse décider en toute conscience, en toute connaissance de causes mais surtout de conséquences : cette condition n est, en général, pas remplie dans le domaine qui nous préoccupe.

16 Les objectifs de la méthode toutes choses égales par ailleurs Permettre à l Expert Comptable de pouvoir poser et peser, a priori et de façon indiscutable, tous les éléments de la prise de décision afin que son client puisse les comprendre et les apprécier : éviter les intuitions hasardeuses et les illusions perdues. Permettre aussi à l Expert Comptable de conserver, a posteriori, une trace écrite des éléments sur lesquels son client a pris sa décision et ce, pour prévenir une éventuelle mise en cause de sa responsabilité professionnelle pour défaut de conseil. Cette méthode doit être systématiquement mise en œuvre lors des études de changement de statut gérant minoritaire gérant majoritaire.

17 Remarque générale : Depuis vingt ans, les cotisations sociales obligatoires des non salariés ont considérablement augmenté. L écart en terme de coût avec les salariés a considérablement diminué. En contrepartie, les différences en terme de niveau de protection sociale se sont aussi considérablement restreintes même s il en subsiste ( Ndlr : pour exemple, on ne peut considérer le régime des IJSS des non salariés comme identique à celui des salariés ). Il n existe que deux différences fondamentales : - la retraite - la prévoyance

18 8 P 4 P 1,70 5,00 8,00 Art 83 Régime de base Arrco Agirc Organic compl Cancava compl 10,00 Mad 3 P 15,00 7,50 Mad 16,24 1 P 6,50 14,95 6,00 16,65 16,65 7,10 Dir Cadre Commerçant Artisan Madelin

19 Ce tableau illustre bien la situation Régime de base Depuis la loi Fillon, il n y a plus de différences quant aux prestations du régime de base ( d où meilleure efficacité pour les TNS car cotisation totalement plafonnée ). Attention, Il subsiste néanmoins un inconvénient souvent méconnu au changement de statut : les «meilleures années» sont calculées dans chaque régime 81 trim en tant que salarié puis 80 trim en tant que non salarié Retraite de base = SMP x 81 : RMP x 80 : 161 Avant 2004, le SMP était calculé sur les 25 meilleures années de salariat ( donc la totalité ) et le RMP sur les 25 meilleures années de non salariat ( donc la totalité ).ce qui ne donne pas le même résultat que les 25 meilleures années d une carrière unique..d autant plus que les années à faible revenu n ayant pas donné lieu à validation d un trimestre entraient dans le calcul du SMP

20 La Loi Fillon a atténué cet inconvénient mais elle ne l a pas supprimé totalement Décret n du 13 février 2004 ( Art R du CSS ) «en multipliant le nombre d années fixé dans le régime considéré par le rapport entre la durée d assurance accomplie dans ce régime et le total des durées d assurance accomplies dans les régimes susvisés» Soit, dans notre exemple, Régime salarié = 25 x 81 / 161 = 12,6 arrondis à 13 Régime commerçant = 25 x 80 / 161 = 12,4 arrondis à 12 On ne prend plus la totalité des années salarié mais les 13 meilleures années, on ne prend plus la totalité des années non salarié mais les 12 meilleures mais ceci ne donne toujours pas le même résultat que les 25 meilleures années d une carrière unique. De plus, seules les années ayant donné lieu à validation d au moins un trimestre rentrent désormais dans le calcul du SMP ou du RMP Ndlr : autre conséquence les années à très forte inflation ( fin des années 70, début des années 80 ) sont très pénalisantes en matière d indexation et, dans ce cas, elles seront prises en compte pour la première partie de la carrière salarié.

21 Régimes complémentaires La création des régimes complémentaires obligatoires artisans et commerçants a complètement changé la donne. Il n y a plus de différence entre un artisan / commerçant et un salarié lorsque le revenu est inférieur ou égal au plafond SS. Les différences se créent au dessus du plafond. Plus le revenu est élevé, plus elles sont importantes. Plus le revenu est élevé, plus le taux de remplacement du salarié sera Favorable par rapport à celui des non salariés. En ce sens, les nouvelles règles de déductibilité fiscale Madelin sont d une grande logique puisque que plus le revenu est élevé, plus la capacité d épargne retraite défiscalisée est importante car plus le revenu est élevé, plus la chute du taux de remplacement est importante ( Ndlr : taux de remplacement = Σ retraites / dernier salaire ou revenu d activité ) Plus le revenu est élevé, plus l écart entre le revenu de remplacement du non salarié et celui du salarié se creuse.mais plus aussi ce dernier «chute» d où la même logique pour les plafonds de défiscalisation Art 83 )

22 Pour bien comprendre les dispositions Madelin, il faut inverser la rédaction de l article 154 bis du CGI «15 % de la fraction du revenu professionnel imposable comprise entre une fois et huit fois le montant annuel du plafond SS auxquels s ajoutent 10 % supplémentaires de ce revenu pour la partie qui n excède pas huit fois le montant annuel du plafond». La première enveloppe n existait pas dans le projet de loi Elle a été introduite sous la pression de parlementaires qui faisaient remarquer que pour les salariés, la loi Fillon avait introduite la déductibilité intégrale des cotisations Agirc. Elle doit être comprise comme «l Agirc des non salariés» : même assiette, pratiquement le même taux. Pour l Expert comptable, c est cette enveloppe qui doit servir à équilibrer la retraite d un dirigeant non salarié par rapport à celle d un dirigeant salarié. La cotisation correspondante n est pas obligatoire mais elle est nécessaire. La seconde enveloppe vise le quatrième étage facultatif de l immeuble retraite, le sur-complémentaire = le supplémentaire. Elle est l équivalent de l enveloppe Article 83 des salariés.

23 Pour conforter ce raisonnement, notons que lorsque le législateur a défini les règles de calcul de l enveloppe de défiscalisation PERP, il a décidé que : - Les cotisations Madelin Retraite versées dans le cadre de la première enveloppe ne s imputent pas sur l enveloppe PERP ( tout comme les cotisations Agirc pour les salariés ) - Les cotisations Madelin Retraite versées dans le cadre de la seconde enveloppe s imputent sur l enveloppe PERP ( tout comme les cotisations Art 83 pour les salariés )

24 L équilibrage Retraite Il faut évaluer les besoins : - On est encore jeune à 60 ans!! Maintien des habitudes de consommation, refus d une chute brutale du niveau de vie. Retraite moyenne d un cadre = Coefficient de remplacement = 61 % ( dernier salaire d activité = environ ) mais rapidement ( 1P à 3 P = 45 % ) - Besoins du conjoint ( réversion + droits propres ) La loi Fillon a fait de la réversion du régime de base une mesure de solidarité nationale en faveur des plus défavorisées. Ce n est plus un droit. Elle est désormais soumise à une condition de ressources très restrictive. L Organic vient de mettre la réversion de son nouveau régime complémentaire obligatoire sous condition de ressources. - Financement des enfants «tardifs» - Financement de ses propres parents ( dépendance ).

25 Néanmoins, la méthode toutes choses égales par ailleurs part d une hypothèse d école : le régime de retraite des cadres est suffisant. Il convient donc d étudier, en cas de passage de gérant minoritaire à gérant majoritaire, l effort d épargne supplémentaire nécessaire pour préserver ce niveau de prestations.

26 L effort d épargne dépend de la date à laquelle a lieu le changement de statut : nous le supposerons à 20 ans de la liquidation de la retraite Evaluation de la retraite complémentaire Cadres : Arrco : cotisations hors taux d appel = 6,00 % sur Tr A salaire de référence 2008 = 13,9684 Agirc : cotisations hors taux d appel = 16,24 % sur Tr B + Tr C salaire de référence 2008 = 4,8727 Salaire * Agirc Assiette * Cotisations 731 * 731 * Nb points 120 p* 120 p 523 p 1.356,2 p 2.189,4 p 3.855,85 p Total points p p p p p p* Arrco Assiette Cotisations Nb points 107 p 147,35 p 147,35 p 147,35 p 147,35 p 147,35 p Total points p p p p p p

27 Evaluation de la retraite complémentaire non salariés Organic : cotisations = 6,50 % jusqu à 3 PASS revenu de référence 2008 = 14,809 Cancava : cotisations = 7,10 % jusqu à 1 PASS, 7,50 % de 1 à 4 PASS revenu de référence 2008 = 4,207 Salaire Rém Gérant Commerçant Assiette * Cotisations * Nb points 99,6 p 138,65 p 202,5 p 313,7 p 424,9 p 451,8 p Total points p p p p p p Artisan Assiette * Cotisations * Nb points 379,7 p 528,9 p 782,6 p 1.230,9 p 1.679,1 p 2.413,9 p Total points p p p p p p

28 Nous avons considéré que le salaire / revenu du dirigeant suivra la même augmentation que le salaire / revenu de référence définissant le prix d achat d un point ( f de l évolution du salaire / revenu moyen ) nombre de points acquis en une année constant. Que vaudra la valeur du point dans 20 ans? En 2005, la valeur du point Arrco / Agirc a augmenté de 2 % En 2006, la valeur du point Arrco / Agirc a augmenté de 1,65 % En 2007, la valeur du point Arrco / Agirc a augmenté de 1,71 % En 2005, la valeur du point Organic a augmenté de 1,6 % En 2006, la valeur du point Organic a augmenté de 2 % En 2007, la valeur du point Organic a augmenté de 1,83 % Par prudence, nous retiendrons un chiffre moyen de 1,5 % La valeur du point Arrco en 2008 est de 1,1648 ce qui donne 1,5688 à horizon 20 ans. La valeur du point Agirc en 2008 est de 0,4132 ce qui donne 0,5565 à horizon 20 ans. La valeur du point Organic en 2008 est de 1,067 ce qui donne à horizon 20 ans. La valeur du point Cancava en 2008 est de 0,2977 ce qui donne 0,4010 à horizon 20 ans

29 Salarié Arrco Agirc Total Commerçant Organic Ecart Artisan Cancava Ecart

30 Quel est le capital constitutif de rente nécessaire pour combler un tel écart? Hypothèse : retraite à 60 ans en ( né en 1969 ), réversion à 60 % épouse de même age Pour un de K rente = 0, Commerçant Ecart Capital Artisan Ecart Capital

31 Quelle cotisation annuelle ( montant constant ) faut il verser ( à terme échu = fin d année ) dans un contrat Madelin Retraite ( pendant 20 ans ) avec comme hypothèse un rendement net de 4,5 % ( net de frais sur versement et de frais de gestion, la valorisation de l épargne ne supportant ni IR ni prélèvements sociaux ) Commerçant Capital Cotisation Artisan Capital Cotisation

32 Calculer l enveloppe Madelin : La rédaction de l article 154 bis issue de la loi de finances pour % de la fraction du bénéfice imposable posait un problème que nous avions soulevé dès les premières formations Fillon : comment calculer un plafond de cotisations à partir d un bénéfice imposable dont la détermination tient compte des dites cotisations? Cette anomalie rédactionnelle aboutissait à une impossibilité mathématique. Elle a été corrigée, un an plus tard, par l introduction d un nouvel article du CGI ( 41 DN bis ) «Le bénéfice imposable retenu pour la détermination des limites de déduction des cotisations ou primes mentionnées au II de l'article 154 bis du code général des impôts s'entend du bénéfice imposable avant déduction de ces mêmes cotisations ou primes». ndlr : cette nouvelle rédaction est très favorable aux non salariés mais elle aboutit à une définition de l enveloppe Madelin qui dépend d un «concept» qui ne correspond à aucune déclaration sociale et fiscale.

33 Il subsiste à ce jour un problème : comment calculer l enveloppe Madelin pour un gérant majoritaire Art 62? Une fois encore ( ils sont coutumiers du fait ), les rédacteurs les ont oubliés Ils sont imposés dans la catégorie des traitements et salaires ( comme les dirigeants salariés ) mais dépendent socialement du régime des non salariés. Ce vide juridique a laissé place à certaines interprétations De mon point de vue, celle qui s impose est de traduire bénéfice imposable par rémunération imposable pour les gérants majoritaires ( la rémunération brute décidée par l assemblée des associés diminuée des cotisations sociales obligatoires et de la CSG déductible versées ). Une version propose de traduire bénéfice imposable par résultat de la société soumis à l IS : elle ne résiste pas à l examen tant du point de vue juridique ( l article 154 bis traite de la déductibilité du revenu soumis à l IRPP des cotisations versées par un contribuable ) que de l absurdité des situations pratiques auxquelles elle aboutirait.

34 Impossibilité de cotiser dans un contrat Madelin malgré une rémunération imposable très élevée si le résultat de la société est négatif, nul ou très faible Possibilité de verser jusqu à de cotisations dans un contrat Madelin si le résultat de la société est «élévé» ( = ou > à 8 PASS soit ) malgré une rémunération imposable «moyenne», faible, très faible voire nulle ( redressements fiscaux assurés ). Pour clore le sujet, le législateur n a pas oublié les Art 62 dans la définition de l enveloppe de défiscalisation PERP : «Pour le calcul de la limite de déduction des cotisations versées au PERP, les rémunérations allouées aux gérants et associés de sociétés mentionnés à l article 62 du CGI sont retenues pour leur montant net des cotisations et primes mentionnées à l article 154 bis du CGI, notamment des cotisations et primes versées à titre facultatif aux contrats d assurance de groupe dits «Madelin» au titre de la retraite et de la prévoyance, et des frais professionnels*, déterminés selon les règles des traitements et salaires»

35 L autre différence majeure entre un dirigeant salarié et un dirigeant non salarié est que le premier bénéficie très souvent d une couverture prévoyance collective. Si chaque client a des besoins différents en matière de retraite selon sa situation patrimoniale et familiale, il a aussi des besoins différents en matière de prévoyance selon son âge, sa situation familiale ( marié ou non, épouse travaillant ou non, nombre d enfants ), son état de santé ou celui des membres de sa famille. Ces besoins sont ceux qu ils sont mais ils n ont aucune raison d être différents s il passe de gérant minoritaire à gérant majoritaire. Or beaucoup trop de dirigeants, à l occasion d un tel changement, supprime la protection sociale qu ils avaient estimée nécessaire auparavant, pour eux mêmes et leur famille!! L abandon d une couverture santé n est pas sans conséquences compte tenu du désengagement progressif de la Sécurité sociale mais elle est presque anecdotique par rapport aux conséquences catastrophiques de l absence de couverture en cas de décès prématuré ( capital décès et rentes éducation ) ou en cas d incapacité de travail de longue durée ( accident grave, maladie grave et / ou de longue durée )

36 Il est clair aussi que la nature de risques pour l assureur ne dépend pas de la situation juridique du client ; qu il possède 49 ou 51 % des parts, Il a le même âge, les mêmes antécédents le même taux de cholestérol ou de diabète!!! Dans les TPE, on voit des dirigeants assimilés salariés âgés de plus de 45 / 50 ans, renoncer, à l occasion d un changement de statut, à des contrats de prévoyance collective pour lesquels Ils ont cotisé pendant de longues années ( et dont ils sont le seul ou parmi les seuls bénéficiaires ) à la plus grande joie de leur assureur. Conseil : ne jamais le faire sans s être assuré au préalable s ils seront acceptés dans un régime non salarié Madelin!!! Et même s ils le sont, mieux vaut savoir, avant de résilier, à quel coût

37 L équilibrage Prévoyance 1 ) Il existe un contrat de prévoyance collective Nous allons prendre cette hypothèse avec une cotisation de 2 % sur la tranche A ( 1,5 % employeur et 0,5 % salarié ) et de 3 % sur la tranche B ( 2 % employeur et 1% salarié ). Faites chiffrer par votre assureur les cotisations nécessaires pour obtenir des garanties strictement identiques en matière de capitaux décès ( ou / et rente éducation ), incapacité de travail, invalidité et frais médicaux dans le régime non salarié. Le seul point essentiel est de vous assurer que les garanties soient strictement identiques ( comparaison toutes choses égales par ailleurs ) = nature et bénéficiaires. Pour les garanties équivalentes à ce contrat pour un salaire de , nous considérerons que ce chiffrage aboutit, dans le cadre d un contrat Madelin Prévoyance à une cotisation annuelle de fiscalement déductible.

38 2 ) Il n existe pas de contrat de prévoyance collective Faites chiffrer par votre assureur les cotisations nécessaires correspondant aux besoins exprimés en matière de capitaux décès ( ou / et rente éducation ), incapacité de travail, invalidité et frais médicaux à la fois dans le régime salarié et dans le régime non salarié ( garanties strictement identiques ) Modifier en conséquence les paramètres de calcul des cotisations salariales et patronales dans le régime salarié et intégrer dans la comparaison, pour le régime non salarié, le montant des cotisations Madelin obtenu Cette méthode peut être recommandée même lorsqu il existe un contrat de prévoyance collective. La perception par le client de ses besoins à l instant t de l étude est très importante : elle peut être très différente de celle qu il avait, il y a dix ans, lorsqu il a souscrit ce contrat et définit le niveau des garanties.

39 Marié, un enfant, commerçant : revenu net après IR Dirigeant salarié Gérant majoritaire méthode TCEPA méthode «brute» Entrepreneur individuel Gérant majoritaire Entrepreneur individuel Salaire Rémun brute Revenu brut Rémun brute Revenu brut * Charges soc Charges soc Charges soc Charges soc Charges soc Madelin Madelin après charges après charges après charges après charges après charges IR IR IR IR IR Net après IR Net après IR Net après IR Net après IR Net après IR Ecart

40 Marié, un enfant, artisan : revenu net après IR Dirigeant salarié Gérant majoritaire méthode TCEPA méthode «brute» Entrepreneur individuel Gérant majoritaire Entrepreneur individuel Salaire Rémun brute Revenu brut Rémun brute Revenu brut * Charges soc Charges soc Charges soc Charges soc Charges soc Madelin Madelin après charges après charges après charges après charges après charges IR IR IR IR IR Net après IR Net après IR Net après IR Net après IR Net après IR Ecart

41 RETRAITE Une seule loi : plus les sommes épargnées pendant la durée de l activité professionnelle seront importantes, plus la retraite sera importante, moins les sommes épargnées pendant la durée de l activité professionnelle seront importantes, moins la retraite sera importante. Reste la question : épargne dans le cadre profesionnelle ou épargne privée? ; objet d un autre module mais l incidence des rendements reste accessoire. Or le volume de l épargne dépend essentiellement de la durée de l épargne. C est la vraie différence entre régimes : les uns imposent une durée de cotisations, les autres non.

42 Arguments favorables au choix non salarié / Madelin - Personnes vivant seules Dans les régimes obligatoires, de base ou complémentaires, salariés ou non salariés, la réversion est imposée par le principe de la répartition donc ceux qui arrivent à la liquidation sans conjoint la financent. Les contrats Madelin permettent de définir le taux de réversion à la liquidation donc de choisir 0 % ce qui a, pour conséquence, d augmenter significativement le montant de la rente servie du fait de la durée de survie des veuves. - Personnes vivant maritalement Dans les régimes obligatoires, de base ou complémentaires, salariés ou non salariés, le bénéfice de la réversion ne concerne que les conjoints légitimes. En sont exclus les pacsés, les concubins même fiscalement reconnus et a fortiori les personnes vivant maritalement. Les contrats Madelin permettent de définir librement le bénéficiaire de réversion.

43 - Personnes divorcées récemment remariées Dans les régimes obligatoires, de base ou complémentaires, salariés ou non salariés, la pension de réversion doit être partagée, au prorata des années de mariage, avec les ex conjoints non remariés et, depuis la loi Fillon, remariés. Cette disposition ne concerne pas les contrats Madelin. Arguments favorables au choix salarié - Contrats collectifs obligatoires Certains contrats de retraite surcomplémentaire dits Article 83 bénéficient à la fois de la déductibilité fiscale et de l exonération des cotisations de Sécurité sociale. Cet avantage considérable tient à leur caractère collectif. Ils ne peuvent donc normalement pas être comparés à un contrat Madelin. Ils existent néanmoins des cas où ils peuvent être mis en place en toute légalité au seul bénéfice du dirigeant ( ou de sa famille ). Ce sont, alors, des solutions très performantes sans égale.

Fiche conseil DIRIGEANT : Quel statut social choisir? Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions :

Fiche conseil DIRIGEANT : Quel statut social choisir? Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : DIRIGEANT : Quel statut social choisir? Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Certifié ISO 9001 Comptables Fiscales Juridiques, Sociales, de

Plus en détail

4.2.3. Optimisation de la rémunération du dirigeant de société soumise à l IS

4.2.3. Optimisation de la rémunération du dirigeant de société soumise à l IS 4 4.2.3. Optimisation de la rémunération du dirigeant de société soumise à l IS Le dirigeant d une entreprise soumise à l IS dispose d une grande liberté pour construire sa rémunération, puisqu elle peut

Plus en détail

Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC

Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC Membre du Financial Planning Standards Board (FPSB) Association déclarée loi du 1 er juillet 1901 (et textes subséquents) EXAMEN

Plus en détail

Salon des Entrepreneurs Paris 2007-14ème Édition. Entreprise individuelle ou société? Gérant minoritaire ou majoritaire? Quel statut choisir?

Salon des Entrepreneurs Paris 2007-14ème Édition. Entreprise individuelle ou société? Gérant minoritaire ou majoritaire? Quel statut choisir? Salon des Entrepreneurs Paris 2007-14ème Édition Entreprise individuelle ou société? Gérant minoritaire ou majoritaire? Quel statut choisir? Intervenants Angèle CAMUS Expert-comptable Philippe SAUZE Gan

Plus en détail

THEMES ABORDES : Les statuts possibles selon la forme juridique de la société

THEMES ABORDES : Les statuts possibles selon la forme juridique de la société THEMES ABORDES : Les statuts possibles selon la forme juridique de la société : Assimilé salarié ou TNS Comparaison des deux statuts Les régimes facultatifs des TNS Le statut du conjoint du TNS Les statuts

Plus en détail

ARTISAN COMMERÇANT CONJOINT

ARTISAN COMMERÇANT CONJOINT ARTISAN COMMERÇANT CONJOINT Présentation Gan Prévoyance Un spécialiste de la protection sociale complémentaire Depuis plus de 65 ans, Gan Prévoyance est dédiée à la protection sociale, individuelle et

Plus en détail

PREAMBULE. Les 3 statuts possibles de l entrepreneur :

PREAMBULE. Les 3 statuts possibles de l entrepreneur : 1 PREAMBULE Les 3 statuts possibles de l entrepreneur : 1. Le «quasi salarié» : Le dirigeant de SA et de SAS ou le gérant minoritaire de SARL. Sa rémunération relève des traitements et salaires. Il peut

Plus en détail

Intervenants. Philippe SORIA. Gilles GOURMAND. Direction Technique GAN ASSURANCE VIE. Expert-Comptable

Intervenants. Philippe SORIA. Gilles GOURMAND. Direction Technique GAN ASSURANCE VIE. Expert-Comptable Intervenants Philippe SORIA Direction Technique GAN ASSURANCE VIE Gilles GOURMAND Expert-Comptable SOMMAIRE 1- Intérêt d une opération de changement de statut 2- Faisabilité 3- Régime social du dirigeant

Plus en détail

Réforme des cotisations sociales des TNS: Evolution ou révolution?

Réforme des cotisations sociales des TNS: Evolution ou révolution? Réforme des cotisations sociales des TNS: Evolution ou révolution? Constats LFSS 2014 : modification des taux obligatoires (TNS et salariés) Loi de finances 2013 : fiscalité des dividendes LFSS 2011 :

Plus en détail

LE STATUT SOCIAL DES TRAVAILLEURS NON SALARIES

LE STATUT SOCIAL DES TRAVAILLEURS NON SALARIES LE STATUT SOCIAL DES TRAVAILLEURS NON SALARIES THEMES ABORDES : Les statuts possibles selon la forme juridique de la société : Assimilé salarié ou TNS Comparaison des deux statuts Les régimes facultatifs

Plus en détail

Fiche Produit : Article 83 du C.G.I.

Fiche Produit : Article 83 du C.G.I. LE CONTRAT DE RETRAITE À COTISATIONS DÉFINIES(ART. 83 DU C.G.I) Il s agit d un contrat collectif d assurance retraite par capitalisation à adhésion obligatoire souscrit par l entreprise en faveur de l

Plus en détail

Le conjoint - un statut en mouvement

Le conjoint - un statut en mouvement Le conjoint - un statut en mouvement Constat De nombreuses femmes participent activement à l entreprise ou la société de leur conjoint, contribuant à sa mise en place et à son développement. Environs 85

Plus en détail

face face Retraite Et si on parlait de votre retraite?

face face Retraite Et si on parlait de votre retraite? face à face Et si on parlait de votre retraite? K. Dodge / Masterfile Nous allons vivre longtemps... Espérance de vie à la naissance 100 90 80 70 60 63,4 69,2 74,6 82,9 82,7 L allongement de l espérance

Plus en détail

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant Janvier 2015 Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant France métropolitaine et D.O.M. (hors Mayotte) BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE ET ASSURANCE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS

Plus en détail

«Alerte sur la rémunération des gérants majoritaires»

«Alerte sur la rémunération des gérants majoritaires» 11 juin 2013 Les matinales de l entrepreneur : «Alerte sur la rémunération des gérants majoritaires» Intervenants : - Mrs Jean François GANNE, Maxime RICHARD et Jean Luc BLACHON (cabinet d expertise Comptable

Plus en détail

Régimes complémentaires de retraite et prévoyance

Régimes complémentaires de retraite et prévoyance Régimes complémentaires de retraite et prévoyance Textes de référence : Article L242-1 et L 871-1 du code de la Sécurité sociale. Article D242-1, R 871-1 et R 871-2 du code de la Sécurité sociale. Loi

Plus en détail

PROFESSIONNELS INDEPENDANTS OPTIMISER LA PROTECTION DU CHEF D ENTREPRISE. Santé Prévoyance & Retraite

PROFESSIONNELS INDEPENDANTS OPTIMISER LA PROTECTION DU CHEF D ENTREPRISE. Santé Prévoyance & Retraite PRÉVOYANCE - RETRAITE PROFESSIONNELS INDEPENDANTS OPTIMISER LA PROTECTION DU CHEF D ENTREPRISE Santé Prévoyance & Retraite Matinale de l entrepreneur CCI 11 JUIN 2013 LE REGIME SOCIAL DES INDEPENDANTS

Plus en détail

PRESENTATION DU LOGICIEL

PRESENTATION DU LOGICIEL PRESENTATION DU LOGICIEL Le logiciel permet de réaliser des études précises, claires, accompagnées d un rapport détaillé à remettre à votre client dans les domaines suivants : Choix du statut social du

Plus en détail

Tout savoir sur le cadre fiscal et social de l épargne salariale

Tout savoir sur le cadre fiscal et social de l épargne salariale Janvier 2013 Tout savoir sur le cadre fiscal et social de l épargne salariale France métropolitaine et D.O.M. (hors Mayotte) BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS 1. En

Plus en détail

Dirigeants : quelles solutions de retraite, après la réforme, pour vous et vos salariés?

Dirigeants : quelles solutions de retraite, après la réforme, pour vous et vos salariés? Dirigeants : quelles solutions de retraite, après la réforme, pour vous et vos salariés? La réforme des retraites, au delà de la problématique du financement, consacre un titre entier à l'épargne retraite

Plus en détail

CABINET. Audit & Expertise Comptable.

CABINET. Audit & Expertise Comptable. CABINET Audit & Expertise Comptable. ASSURANCE COLLECTIVE Prévoyance Santé Retraite 2 1/ Prévoyance a/ Prévoyance Classique b/ Prévoyance Conventionnelle c/ Prévoyance 1,50 Cadres d/ Prestations e/ Fiscalité

Plus en détail

Dossier : - La loi Madelin

Dossier : - La loi Madelin Dossier : - La loi Madelin Ceci est un document à caractère publicitaire. Les informations sont fournies à titre indicatif en fonction de la réglementation en vigueur au moment de sa rédaction. Avant toute

Plus en détail

Tout savoir sur le cadre fiscal et social de l épargne salariale

Tout savoir sur le cadre fiscal et social de l épargne salariale Août 2012 Tout savoir sur le cadre fiscal et social de l épargne salariale France métropolitaine et D.O.M. (hors Mayotte) banque de financement & d investissement / épargne / services financiers spécialisés

Plus en détail

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal»

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Ce qu il faut retenir Article 74 de la loi de finances pour 2006 Dans la situation actuelle, il peut arriver que le montant total

Plus en détail

LA PROTECTION SOCIALE DU DIRIGEANT

LA PROTECTION SOCIALE DU DIRIGEANT LA PROTECTION SOCIALE DU DIRIGEANT 1 La protection sociale du dirigeant 1 - Qu est-ce que la Protection Sociale? 2 - Le Statut social des dirigeants - Salarié - Non Salarié (TNS) 3 Les garanties des régimes

Plus en détail

Travailleurs non salariés. Cotisations Taux Assiette Prestations

Travailleurs non salariés. Cotisations Taux Assiette Prestations Clients professionnels et petites entreprises Mémento 2015 ARTISANS Travailleurs non salariés Cotisation IJSS 6,50 % 0,70 % Invalidité Décès 1,30 % Sur l intégralité du revenu professionnel imposable Dans

Plus en détail

Fiche Produit : Article 39 du C.G.I. Le contrat de retraite à prestations définies (Art. 39 du C.G.I)

Fiche Produit : Article 39 du C.G.I. Le contrat de retraite à prestations définies (Art. 39 du C.G.I) Le contrat de retraite à prestations définies (Art. 39 du C.G.I) Il s agit d un régime de retraite collectif par capitalisation à adhésion obligatoire souscrit par l entreprise en faveur de tout ou partie

Plus en détail

GERANCE MINORITAIRE OU MAJORITAIRE : QUEL EST LE MEILLEUR STATUT?

GERANCE MINORITAIRE OU MAJORITAIRE : QUEL EST LE MEILLEUR STATUT? Réf. :DEV/O/FC/015/06-06/OC 1/9 Pendant longtemps, le statut de gérant majoritaire de SARL a été le plus défavorable des statuts de dirigeant, tant au niveau fiscal que social. A contrario, le statut de

Plus en détail

Rémunération du Dirigeant : Faut il transformer les SARL en SAS?

Rémunération du Dirigeant : Faut il transformer les SARL en SAS? Rémunération du Dirigeant : Faut il transformer les SARL en SAS? Quel est l'impact des nouvelles mesures au 1er janvier 2013 pour le DIRIGEANT TNS? Modifications sociales pour les TNS (Dirigeants assimilés

Plus en détail

Plan d'epargne Retraite Populaire

Plan d'epargne Retraite Populaire Plan d'epargne Retraite Populaire Préparez votre retraite en bénéficiant d une fiscalité avantageuse (1) grâce au Plan d Épargne Retraite Populaire. EN BREF Le Plan d Épargne Retraite Populaire est un

Plus en détail

NOTE D INFORMATION. Les principales mesures qui concernent votre patrimoine sont les suivantes : Gel du barème de l impôt sur le revenu

NOTE D INFORMATION. Les principales mesures qui concernent votre patrimoine sont les suivantes : Gel du barème de l impôt sur le revenu 36, rue de Monceau 75008 Paris 61, rue de la République 69002 Lyon www.seine-saone-finance.fr NOTE D INFORMATION Date : 14 janvier 2013 Objet : Loi de finances pour 2013, loi de finances rectificative

Plus en détail

Les Arènes du Patrimoine 2013. La Retraite Loi Madelin - PERP

Les Arènes du Patrimoine 2013. La Retraite Loi Madelin - PERP Les Arènes du Patrimoine 2013 La Retraite Loi Madelin - PERP Présentation Votre animateur Yannick BOUET (CGPI) Marie HIDALGO (Expert-Compable) Laurence DAGORNE (AVIVA) Laurent MULLER (CARDIF) Quelques

Plus en détail

Le statut du conjoint dans l entreprise

Le statut du conjoint dans l entreprise 12 Les fiches pratiques de législation Le statut du conjoint dans l entreprise Pour plus d informations 02 32 100 500 Chambre de Commerce et d Industrie de Rouen Quai de la Bourse BP 641 76007 ROUEN Cedex

Plus en détail

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent.

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles 75008 Paris Stéphane JACQUIN Karine LECOCQ Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. Octobre

Plus en détail

Comment conjuguer préparation de sa retraite et avantage fiscal?

Comment conjuguer préparation de sa retraite et avantage fiscal? Comment conjuguer préparation de sa retraite et avantage fiscal? Joëlle DALBERA & Samuel ELIMBI Département Retraite Patrimoniale Direction du Développement Sommaire 01//LE MARCHE DU PERP 02// LES PRINCIPES

Plus en détail

Emmanuel Jacques Almosnino

Emmanuel Jacques Almosnino Emmanuel Jacques Almosnino LE NOUVEAU REGIME DES COTISATIONS ET PRELEVEMENTS SOCIAUX SUR LES REMUNERATIONS La loi n 2012-1404 du 17 décembre 2012 de financement de la sécurité sociale pour 2013 augmente

Plus en détail

particuliers professionnels ENTREPRISES Face à face argumenté de vente

particuliers professionnels ENTREPRISES Face à face argumenté de vente particuliers professionnels ENTREPRISES Face à face argumenté de vente La prévoyance en France La prévoyance sociale obligatoire Les couvertures complémentaires Les prestations de base, complétées par

Plus en détail

Cahier du patrimoine. Le contrat TNS comprendre la Loi «Madelin» sous l angle «Retraite» Août 2013

Cahier du patrimoine. Le contrat TNS comprendre la Loi «Madelin» sous l angle «Retraite» Août 2013 Cahier du patrimoine Le contrat TNS comprendre la Loi «Madelin» sous l angle «Retraite» Août 2013 LE CONTRAT TNS COMPRENDRE LA LOI «MADELIN» 3 Introduction Les objectifs Votée le 11 février 1994, cette

Plus en détail

Points clés de la fiscalité du chef d entreprise

Points clés de la fiscalité du chef d entreprise Points clés de la fiscalité du chef d entreprise Arnaud JAMIN Avocat Directeur Associé 1 Les plus-values de cession de valeurs mobilières ou droits sociaux 2 Les plus-values de cession de valeurs mobilières

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SARL

GUIDE PRATIQUE DE LA SARL PASCAL DÉNOS Diplômé d expertise-comptable et Commissaire aux Comptes DESS en Banques et Finances GUIDE PRATIQUE DE LA SARL et de l EURL Création et gestion de la SARL, de l EURL, de la SELARL, de la SELU

Plus en détail

LOI DE FINANCE 2013 22/01/2013. Aella Conseil 76 boulevard Exelmans 75016 Paris. Tél : 01 44 14 04 04 contact@aellaconseil.com

LOI DE FINANCE 2013 22/01/2013. Aella Conseil 76 boulevard Exelmans 75016 Paris. Tél : 01 44 14 04 04 contact@aellaconseil.com LOI DE FINANCE 2013 La loi de Finance 2013 apporte son lot de nouveautés. Nombre de régimes tant pour les entreprises que pour les particuliers sont impactés en profondeur. Ci-après la revue des principaux

Plus en détail

Morvilliers Sentenac Avocats

Morvilliers Sentenac Avocats Newsletter n 13... Février 2013 Morvilliers Sentenac Avocats Actualités fiscales Les lois de finance votées en fin d année modifient sensiblement le paysage fiscal en accroissant les charges fiscales pesant

Plus en détail

Contrats «Loi Madelin» article 154 bis du CGI

Contrats «Loi Madelin» article 154 bis du CGI LA RETRAITE suite Contrats «Loi Madelin» article 154 bis du CGI Objectif Plafonds Ces contrats d assurance de groupe permettent aux indépendants non agricoles et leur conjoint collaborateur de se constituer

Plus en détail

les retraites collectives

les retraites collectives Edition 2010 n 4 - Avril 2010 Pour comprendre les retraites collectives PERE, Article 83, Article 39,... Le sixième et le septième rapport du Conseil d Orientation des Retraites Depuis 2000, la mission

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3298 Convention collective nationale IDCC : 2104. THERMALISME AVENANT N 24 DU

Plus en détail

Julien Gled Expert-comptable, Cabinet FGPA Société inscrite au tableau de l ordre de la région Paris Ile de France 16 Av Georges Clémenceau 91 300

Julien Gled Expert-comptable, Cabinet FGPA Société inscrite au tableau de l ordre de la région Paris Ile de France 16 Av Georges Clémenceau 91 300 Julien Gled Expert-comptable, Cabinet FGPA Société inscrite au tableau de l ordre de la région Paris Ile de France 16 Av Georges Clémenceau 91 300 Massy 06 51 65 38 80 Eléments importants de la loi de

Plus en détail

Dossier pour réunion 6 avril 2007

Dossier pour réunion 6 avril 2007 Définition / objectif Option Capital / Rente Option Rente Produit de retraite de type «rente différée» à échéance 65 ans, Adhésion facultative 2 options à la souscription du contrat Option capital/rente

Plus en détail

Document non contractuel GUIDE DE MISE EN PLACE DE LA RENTE. Offre de Rente Personnalisée du contrat de retraite supplémentaire

Document non contractuel GUIDE DE MISE EN PLACE DE LA RENTE. Offre de Rente Personnalisée du contrat de retraite supplémentaire Document non contractuel GUIDE DE MISE EN PLACE DE LA RENTE Offre de Rente Personnalisée du contrat de retraite supplémentaire 2 - Tout ce que vous devez savoir sur les dispositifs d épargne-retraite Sommaire

Plus en détail

PERSONNES POUVANT BENEFICIER DE LA LOI MADELIN. Relevant des bénéfices industriels et commerciaux

PERSONNES POUVANT BENEFICIER DE LA LOI MADELIN. Relevant des bénéfices industriels et commerciaux PERSONNES POUVANT BENEFICIER DE LA LOI MADELIN Les travailleurs non salariés percevant des revenus : Relevant des bénéfices industriels et commerciaux artisans commerçants Relevant des bénéfices non commerciaux

Plus en détail

N 6 : EPARGNE SALARIALE

N 6 : EPARGNE SALARIALE N 6 : EPARGNE SALARIALE Épargne salariale et rémunération périphérique Les dispositifs de l épargne salariale - Actionnariat salarié - Compte épargne temps - Participation - INTERESSEMENT - PEE PERCO -

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LE CADRE FISCAL ET SOCIAL DE L ÉPARGNE SALARIALE

TOUT SAVOIR SUR LE CADRE FISCAL ET SOCIAL DE L ÉPARGNE SALARIALE Crédit Photo : FANCY/Jupiterimages Septembre 2007 TOUT SAVOIR SUR LE CADRE FISCAL ET SOCIAL DE L ÉPARGNE SALARIALE 1. En un coup d œil... À l entrée, sur les versements de l entreprise À LA CHARGE DU BÉNÉFICIAIRE

Plus en détail

M. BONUS Louis. mercredi 15 octobre 2014. Le 10/11/2014

M. BONUS Louis. mercredi 15 octobre 2014. Le 10/11/2014 M. BONUS Louis mercredi 15 octobre 2014 1 Sommaire Sommaire... 2 La méthode de raisonnement... 3 Le graphique... 4 Le tableau de synthèse... 4 Les données saisies... 19 Les tableaux intermédiaires de calcul...

Plus en détail

EPARGNE RETRAITE en ENTREPRISE

EPARGNE RETRAITE en ENTREPRISE EPARGNE RETRAITE en ENTREPRISE Réunion cabinet 1 Plan de la réunion Introduction AG2R LA MONDIALE en quelques chiffres Les constats Objectifs Quiz -Ateliers Cas pratique Conclusion 2 Présentation du Groupe

Plus en détail

CADRE FISCAL MADELIN ET MADELIN AGRICOLE FAR

CADRE FISCAL MADELIN ET MADELIN AGRICOLE FAR FAR SOMMAIRE RAPPEL : les professionnels concernés par le dispositif Madelin I. FISCALITÉ DES COTISATIONS A. RETRAITE Calcul du disponible Cas des contrats dits «Madelin agricole» Transfert Exercice décalé

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Assurance et Epargne long terme Sommaire 2009 N 1 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire I. Loi de finances pour 2009 Revalorisation des tranches du barème de l IR 2008 et des tranches du barème de l ISF

Plus en détail

En collaboration avec GROUPE ACTICONSEIL. Epargne salariale, assurances, retraite collective Quelles opportunités pour votre activité?

En collaboration avec GROUPE ACTICONSEIL. Epargne salariale, assurances, retraite collective Quelles opportunités pour votre activité? HSBC Intervention du 18 janvier 2011 En collaboration avec GROUPE ACTICONSEIL Epargne salariale, assurances, retraite collective Quelles opportunités pour votre activité? Les enjeux sociaux et patrimoniaux

Plus en détail

La Lettre COFIGE Patrimoine Octobre 2013 - N 12. Projet de loi de finances 2014 Projet de loi de financement de la Sécurité Sociale 2014

La Lettre COFIGE Patrimoine Octobre 2013 - N 12. Projet de loi de finances 2014 Projet de loi de financement de la Sécurité Sociale 2014 Madame, Monsieur, Le projet de loi de finances pour 2014 a été présenté en Conseil des ministres le 25 septembre. Le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2014 a été quant à lui rendu

Plus en détail

CHOIX DU STATUT FISCAL ET SOCIAL

CHOIX DU STATUT FISCAL ET SOCIAL CHOIX DU STATUT FISCAL ET SOCIAL DU DIRIGEANT 5 février 2014 1 Les structures potentielles L entreprise individuelle Deux statuts particuliers peuvent être adoptés La société L auto-entrepreneur L entreprise

Plus en détail

L impôt sur le revenu des personnes physiques Calcul Plafonnement des Niches et Actions. Réunion CEGECOBA ASSAPROL 21 mai 2015.

L impôt sur le revenu des personnes physiques Calcul Plafonnement des Niches et Actions. Réunion CEGECOBA ASSAPROL 21 mai 2015. L impôt sur le revenu des personnes physiques Calcul Plafonnement des Niches et Actions Réunion CEGECOBA ASSAPROL 21 mai 2015 intervenante: Karine SALVAT CONSEILLER en INVESTISSEMENT FINANCIER 1 Objectif

Plus en détail

Fippatrimoine.com. Dossier page 2 à 6

Fippatrimoine.com. Dossier page 2 à 6 Votre Conseiller Newsletter d informations juridiques et fiscales N 55 Octobre 2013 ELEPHANT PATRIMOINE Gérard CHIQUOT 9 rue de Courtalin - Marne La Vallée 77700 MAGNY LE HONGRE 01 64 63 69 81 g.chiquot@fippatrimoine.com

Plus en détail

L EIRL Principes fonctionnement et opportunités

L EIRL Principes fonctionnement et opportunités L EIRL Principes fonctionnement et opportunités EXPERTISE COMPTABLE COMMISSARIAT AUX COMPTES 11, rue de Mogador F-75009 PARIS Téléphone +33 (0)1 42 601 606 Fax +33 (0)1 42 613 792 EXPERTISE COMPTABLE 16,

Plus en détail

DIRECTION DE LA SECURITE SOCIALE SDFSS BUREAU DE LA LEGISLATION FINANCIERE (5B)

DIRECTION DE LA SECURITE SOCIALE SDFSS BUREAU DE LA LEGISLATION FINANCIERE (5B) Ministère de la santé et des solidarités Ministère délégué à la sécurité sociale, aux personnes âgées, aux personnes handicapées et à la famille Document de travail 29 mars 2006 DIRECTION DE LA SECURITE

Plus en détail

Actualité de la retraite

Actualité de la retraite Actualité de la retraite Le 26 Octobre 2015 Thèmes Introduction : présentation du Groupe Audiens 1. Principes généraux de notre système de retraite 2. Les réformes et les modalités de départ en retraite

Plus en détail

Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC

Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC Membre du Financial Planning Standards Board (FPSB) Association déclarée loi du 1 er juillet 1901 (et textes subséquents) EXAMEN

Plus en détail

Attention aux salariés à temps partiel (voir exemple ci-après) A/Pour mémoire : situation jusqu au 31/12/2012

Attention aux salariés à temps partiel (voir exemple ci-après) A/Pour mémoire : situation jusqu au 31/12/2012 1/ La contribution patronale de la garantie frais de santé est imposable sur le revenu à effet rétroactif au 1 er Janvier 2013 dès le 1 er, plus : - 0.5% de la prévoyance patronale de l ETAM ; - 0.12%

Plus en détail

1 Dispositif relatif aux auto-entrepreneurs

1 Dispositif relatif aux auto-entrepreneurs Réf. > CC 8812 Groupe /Rubrique > Texte(s) > Questions sociales/406 Sécurité Sociale Loi n 2010-1594 du 20 décembre 2010 de financement de la Sécurité Sociale pour 2011 Objet > Loi de financement de la

Plus en détail

ENTREPRENEURS, CHOISISSEZ LE STATUT JURIDIQUE LE PLUS ADAPTE A VOTRE PROJET. SUPPORT DISPONIBLE SUR : www.assuredentreprendre.fr

ENTREPRENEURS, CHOISISSEZ LE STATUT JURIDIQUE LE PLUS ADAPTE A VOTRE PROJET. SUPPORT DISPONIBLE SUR : www.assuredentreprendre.fr ENTREPRENEURS, CHOISISSEZ LE STATUT JURIDIQUE LE PLUS ADAPTE A VOTRE PROJET SUPPORT DISPONIBLE SUR : www.assuredentreprendre.fr Le statut juridique conditionne le régime social du dirigeant I - Caractéristiques

Plus en détail

www.bredbanqueprivee.com

www.bredbanqueprivee.com www.bredbanqueprivee.com BRED Banque Populaire - Société anonyme coopérative de banque populaire régie par les articles L 512-2 et suivants du code monétaire et financier et l ensemble des textes relatifs

Plus en détail

Retraites et assurances

Retraites et assurances Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC* *Association déclarée loi du 1 er juillet 1901 (et textes subséquents) Membre du Financial Planning Standards Board (FPSB) EXAMEN

Plus en détail

info ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Déclaration des revenus 2014 au titre des revenus 2013 Opérations particulières concernant les coopérateurs

info ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Déclaration des revenus 2014 au titre des revenus 2013 Opérations particulières concernant les coopérateurs n 7 > 4 avril 2014 info Sommaire > Droit fiscal : déclaration des revenus 2014 au titre des revenus 2013 - opérations particulières concernant les coopérateurs ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Déclaration

Plus en détail

EN BREF. Ressources Sélection Vie II. Offrez à vos salariés une retraite plus sereine tout en optimisant votre politique sociale.

EN BREF. Ressources Sélection Vie II. Offrez à vos salariés une retraite plus sereine tout en optimisant votre politique sociale. Ressources Sélection Vie II Offrez à vos salariés une retraite plus sereine tout en optimisant votre politique sociale. EN BREF Ressources Sélection Vie II est un contrat collectif d assurance sur la vie

Plus en détail

Sérénivie. Le relais de votre protection sociale. Pourquoi Sérénivie? Couverture Prévoyance La réponse Sérénivie Avantages contrat

Sérénivie. Le relais de votre protection sociale. Pourquoi Sérénivie? Couverture Prévoyance La réponse Sérénivie Avantages contrat Quelques chiffres clés Pourquoi Sérénivie? Couverture Prévoyance La réponse Sérénivie Avantages contrat Glossaire Annexe Sérénivie Le relais de votre protection sociale Aujourd hui, vous bénéficiez d une

Plus en détail

Documents à disposition : Néant

Documents à disposition : Néant Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC Affiliée au Certified Financial Planner Board of Standards et à l'international Certified Financial Planners Council Association

Plus en détail

LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012

LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012 FM/AMA 25 janvier 2013 LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012 Les principales mesures de la Loi de Finances pour 2013 et des Lois de Finances rectificatives pour 2012, sont

Plus en détail

Présentation des dispositifs d épargne retraite individuelle et collective

Présentation des dispositifs d épargne retraite individuelle et collective CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 juin 2010-9 h 30 «L épargne retraite individuelle et collective» Document N 2 Document de travail, n engage pas le Conseil Présentation des dispositifs

Plus en détail

Bilan Protection Sociale & Rémunération. Etude réalisée pour Monsieur DUPONT. Le 25/04/2008

Bilan Protection Sociale & Rémunération. Etude réalisée pour Monsieur DUPONT. Le 25/04/2008 Bilan Protection Sociale & Rémunération Etude réalisée pour Monsieur DUPONT Le 25/04/2008 Contact : Madame MARTIN Casagande & Associés, Membre de PRAGMA 1 LES OBJECTIFS DE L ETUDE Votre système de rémunération

Plus en détail

Choix du statut de l entrepreneur individuel

Choix du statut de l entrepreneur individuel Choix du statut de l entrepreneur individuel Groupe Mornay 2010 Panorama des différentes formes juridiques Entreprise individuelle Entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée (EURL) Entrepreneur

Plus en détail

MEDEF Loi de finances pour 2013

MEDEF Loi de finances pour 2013 MEDEF Loi de finances pour 2013 Commission fiscalité 1 octobre 2012 Loi de finances pour 2013 Fiscalité des personnes physiques Commission fiscalité 1 octobre 2012 Fiscalité du Patrimoine : ISF (1) Aujourd

Plus en détail

LOI DE MODERNISATION DE L ECONOMIE (Du 6 AOUT 2008) Les principales mesures fiscales et sociales issues de cette loi concernent :

LOI DE MODERNISATION DE L ECONOMIE (Du 6 AOUT 2008) Les principales mesures fiscales et sociales issues de cette loi concernent : LOI DE MODERNISATION DE L ECONOMIE (Du 6 AOUT 2008) Les principales mesures fiscales et sociales issues de cette loi concernent : - la simplification du régime des micro-entreprises, - les droits de mutation

Plus en détail

NOTICE FISCALE DES CONTRATS D ASSURANCE VIE

NOTICE FISCALE DES CONTRATS D ASSURANCE VIE NOTICE FISCALE DES CONTRATS Cette notice est destinée à vous informer des principales dispositions fiscales actuellement en vigueur, s appliquant aux contrats individuels d assurance sur la vie (épargne,

Plus en détail

Gérants majoritaires des SARL : du nouveau pour le calcul du disponible Madelin

Gérants majoritaires des SARL : du nouveau pour le calcul du disponible Madelin Gérants majoritaires des SARL : du nouveau pour le calcul du disponible Madelin Par GIE Factum Publié : 29 octobre 2009 Depuis plusieurs mois, les experts-comptables et les professionnels de l assurance

Plus en détail

RÉGIMES DE LA CARMF (loi du 17 /01/1948 décret du 19/07/1948)

RÉGIMES DE LA CARMF (loi du 17 /01/1948 décret du 19/07/1948) RÉGIMES DE LA CARMF (loi du 17 /01/1948 décret du 19/07/1948) Médecin Régimes obligatoires Médecin Conjoint collaborateur La retraite : Base (1949) Complémentaire (1949) ASV (1972) La prévoyance : Invalidité-Décès

Plus en détail

Diane Patrimoine. L épargne salariale : outil d optimisation et de défiscalisation de la rémunération. Diane Patrimoine 1

Diane Patrimoine. L épargne salariale : outil d optimisation et de défiscalisation de la rémunération. Diane Patrimoine 1 Diane Patrimoine L épargne salariale : outil d optimisation et de défiscalisation de la rémunération Diane Patrimoine 1 Sommaire : Les dispositifs d épargne salariale et leurs principaux avantages Une

Plus en détail

NOTE D INFORMATION 2004/11

NOTE D INFORMATION 2004/11 NOTE D INFORMATION 2004/11 La paie des cadres : les grandes spécificités. La première difficulté consiste à définir ce qu est un cadre. Or, la définition change selon les problématiques juridiques à trancher

Plus en détail

Un contrat accessible

Un contrat accessible Octobre 2013 Un contrat accessible Minimum de versements programmés* : - 50 par mois - 100 par trimestre - 150 par semestre ou par an ou par versement libre *A conseiller, eu égard au traitement fiscal

Plus en détail

LA PROTECTION SOCIALE DU DIRIGEANT

LA PROTECTION SOCIALE DU DIRIGEANT LA PROTECTION SOCIALE DU DIRIGEANT Christian RIEUTORT Didier TEXIER Conseils en Protection Sociale et Financière des Dirigeants 5-7, ave des Frères Lumière 93370 Montfermeil Protection sociale du Dirigeant

Plus en détail

Revenus de remplacement : modalités déclaratives

Revenus de remplacement : modalités déclaratives Revenus de remplacement : modalités déclaratives Les revenus de remplacement sont destinés à compenser la perte de rémunération pendant une période d inactivité partielle ou totale. Sont notamment considérés

Plus en détail

Simulateur EIRL Notice et exemple commenté

Simulateur EIRL Notice et exemple commenté Simulateur EIRL Notice et exemple commenté 1 er janvier 2011 1 Sommaire 1. Données relatives à l entreprise... 4 2. Renseignements relatifs au foyer fiscal... 5 3. Le comparatif... 6 4. Détails du calcul...

Plus en détail

Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 :

Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 : I.S.F. Patrimoine taxable Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 : Vous êtes redevable de l ISF si votre patrimoine net taxable excède 1,3 million au 1 er janvier

Plus en détail

principales mesures du «paquet fiscal»

principales mesures du «paquet fiscal» principales mesures du «paquet fiscal» Loi en faveur du travail, de l emploi et du pouvoir d achat, publiée au Journal officiel le 22 août 2007. Les principales mesures en matière patrimoniale sont les

Plus en détail

Les mesures de recettes prévues dans le cadre de la réforme. des retraites de 2010. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Les mesures de recettes prévues dans le cadre de la réforme. des retraites de 2010. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 9 février 2011-9h30 «Rappel des principales mesures de la réforme de 2010 Préparation du rapport sur les transferts de compensation démographique»

Plus en détail

Comprendre la Loi Madelin

Comprendre la Loi Madelin CARNET A THEME Le contrat TNS Comprendre la Loi Madelin Septembre 2009 Le contrat TNS Comprendre la Loi Madelin Les objectifs Votée le 11 février 1994, cette loi a notamment pour objectif de réduire les

Plus en détail

Intitulé de la mesure Explication du dispositif Date d entrée en vigueur. à 150 000 par part de quotient familial.

Intitulé de la mesure Explication du dispositif Date d entrée en vigueur. à 150 000 par part de quotient familial. ! PARTICULIERS Article du projet de loi Article 3 Article 4 Intitulé de la mesure Explication du dispositif Date d entrée en vigueur Modifications apportées par l AN Création d une tranche création d une

Plus en détail

SOMMAIRE. Mesures relatives aux travailleurs indépendants... 2. Cotisations sociales d assurance maladie : Déplafonnement de l assiette de calcul...

SOMMAIRE. Mesures relatives aux travailleurs indépendants... 2. Cotisations sociales d assurance maladie : Déplafonnement de l assiette de calcul... Nouvelles Mesures Loi de financement de la sécurité sociale pour 2013 Plus d informations sur www.apce.com Loi n 20121404 du 17 décembre 2012 SOMMAIRE Mesures relatives aux travailleurs indépendants...

Plus en détail

ARTICLE 39 DU CGI : ASPECTS JURIDIQUES ET FISCAUX

ARTICLE 39 DU CGI : ASPECTS JURIDIQUES ET FISCAUX ARTICLE 39 DU CGI : ASPECTS JURIDIQUES ET FISCAUX OBJET DU CONTRAT SOUSCRIT DANS LE CADRE DE L'ARTICLE 39 CGI Sous forme d'un contrat d'assurance collective régi par le Code des assurances, il permet aux

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Septembre 2011 2011 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire I Petits-enfants venant à une succession par suite de la renonciation de leur auteur, enfant unique : impossibilité d appliquer l abattement

Plus en détail

Mécénat Comprendre les mécanismes de la fiscalité incitative Sommaire

Mécénat Comprendre les mécanismes de la fiscalité incitative Sommaire Mécénat Comprendre les mécanismes de la fiscalité incitative Mardi 15 juin 2010 Support de présentation Sommaire Introduction Différentes formes de la fiscalité incitative Principes régissant l imposition

Plus en détail

PERP LIGNAGE PLAN D ÉPARGNE RETRAITE POPULAIRE

PERP LIGNAGE PLAN D ÉPARGNE RETRAITE POPULAIRE PLAN D ÉPARGNE RETRAITE POPULAIRE PERP LIGNAGE Contrat d assurance sur la vie souscrit par le Groupement d Épargne Retraite Populaire ADRECO auprès d ORADEA VIE, compagnie d assurance vie et de capitalisation,

Plus en détail

L Actualité du Club Social +

L Actualité du Club Social + L Actualité du Club Social + S O M M A I R E : Réforme des retraites N 1 3 La Gazette Sociale de Mont Saint Aignan 2 D E C E M B R E 2 0 1 0 L O I N 2 0 1 0-1 3 3 0 D U 9 N O V E M B R E 2 0 1 0 P O R

Plus en détail