Comite Social Paris Ile de France

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Comite Social Paris Ile de France"

Transcription

1 Comite Social Paris Ile de France Délégué régional : Laurent MENAGER Comment optimiser de la rémunération du chef d entreprise? IR ou IS? Quel statut? Faut il en changer? Rémunération ou dividendes? Paris, le 5 mars 2009

2 Formation organisée par animée par partenaire du Philippe MONDIN Conseiller technique de La FRANCE Assurances Membre du Collège Technique du Comité Social

3 Première question : IR ou IS? Entreprise individuelle Eurl à l IR Sociétés de personnes ou Eurl à l IS Sarl Sa, Sas

4 Si l on raisonne à partir du revenu économique d une entreprise - Ce revenu va constituer pour l entrepreneur individuel son revenu professionnel d activité - Pour pouvoir faire une comparaison à termes identiques, nous allons, dans un premier temps, éliminer le phénomène IS en supposant que le gérant majoritaire s alloue la même rémunération ( fixe + prime de fin d exercice ) sur laquelle il acquitte personnellement ses cotisations sociales Hypothèse : résultat = 0, IS = 0 Le revenu net de cotisations sociales et d IR du gérant majoritaire sera toujours supérieur à celui de l entrepreneur individuel

5 Cette différence résulte - du fait que le gérant majoritaire bénéficie sur son revenu imposable d un abattement forfaitaire de 10 % pour frais professionnels comme les salariés - du fait que cet abattement fiscal est aussi un abattement social : il diminue l assiette de calcul des cotisations sociales et donc leur montant ( ce qui n est absolument pas le cas des salariés ) - du fait de la réintégration du montant des cotisations sociales obligatoires dans l assiette de calcul de la CSG / CRDS, si celui est inférieur, le montant dû au titre de la CSG / CRDS le sera aussi mécaniquement.

6 Entrepreneur individuel Assiette de calcul des cotisations sociales : Revenu brut - Cotisations sociales obligatoires - CSG déductible - Cotisations Madelin = Revenu fiscal case JA / KA ou PA + Cotisations Madelin case LB ou PB = Revenu fiscal + cotisations Madelin Gérant majoritaire Assiette de calcul des cotisations sociales : Rémunération brute - Cotisations sociales obligatoires - CSG déductible - Cotisations Madelin = Revenu fiscal - 0,10 ( Rém brute - Cotis Soc Oblig - CSG déductible - Cotisations Madelin )* = 0,9 Revenu fiscal case RA + Cotisations Madelin case RB = 0,9 Revenu fiscal + cotisations Madelin Assiette de calcul CSG / CRDS : = Assiette de calcul des cotisations sociales + case TA = Cotisations sociales obligatoires + abondements Epargne salariale + intéressement

7 CALCUL DU GAIN pour un commerçant, marié avec 1 enfant Revenu net après cotisations sociales et IR Revenu brut Entrepr indiv Gérant majo Ecart % , , , , , ,65

8 L écart est significatif s agissant de revenu net Objections : - Coût supplémentaire - L entrepreneur a droit à la déduction des frais réels mais celle-ci est très limitée - Contribution Sociale de Solidarité des Sociétés ( C3S ) = 0,16 % du CA si CA > HT ) - en revanche, les sociétés passibles de l IS dont le CA majoré des produit financiers n excède pas ne sont plus assujetties à l IFA ( dû si IS = 0 ) à compter de 2009 ( entre et , suppression au Au delà de , suppression au ) Plus le revenu brut est important, plus le choix de l IS s impose

9 2 ) Une entreprise à l IR ne peut pas stocker du résultat et d éviter des cotisations sociales et un impôt sur ce revenu très élevés les «bonnes» années. Les investissements ultérieurs devront être financés en «ressortant» un revenu ayant supporté ces cotisations sociales et cet IR Dans le cas étudié, le prélèvement moyen est de 35,5 % pour un revenu brut de * Une société à l IS peut bénéficier d un taux d IS réduit à 15 % sur la part de son résultat inférieur à , montant lui permettant d incorporer en réserves, chaque année, pour financer un développement ultérieur.

10 3 ) L entreprise à l IR ne permet pas de profiter de la réforme de la fiscalité des dividendes ( suppression de l avoir fiscal et du précompte ). Nous démontrerons ultérieurement que la distribution de dividendes prélevés sur la partie du résultat imposé à 15 % est particulièrement intéressante. 4 ) Les dispositifs d exonération des plus values de cessions de titres de sociétés imposées à l IS sont les plus favorables car elles permettent les exonérations les plus importantes en terme de portée ( la valeur du titre reflète la valeur globale de l entreprise quelles que soient ses composantes ) et de montant et sont les plus simples : exonération totale au bout de huit années de détention ( aux 2/ 3 au bout de sept années, au 1/3 au bout de six années ) ; les années étant décomptées à partir du 1er janvier 2006 exonération totale au bout de huit années de détention en cas de départ en retraite dans l année qui suit ou qui précède la cession ; les années étant décomptées à partir du début effectif de leur détention

11 Loi de modernisation de l'économie du 4 août 2008 Faculté d opter pour l IR pour les Sa, Sas et Sarl Elle vise surtout les sociétés dites en «amorçage» qui nécessitent des investissements tels qu elles sont systématiquement en perte lors de leurs premiers exercices d activité. Le régime des sociétés de personnes permet aux associés d imputer immédiatement leurs déficits professionnels sur leurs autres sources de revenus alors que le régime de l IS ne permet qu un report sur les exercices bénéficiaires ultérieurs. L option pour l IR nécessite de recueillir l accord de tous les associés et doit être formulée dans les 3 premiers mois du premier exercice au titre duquel elle prend effet. Elle sera valable 5 ans, sauf renonciation anticipée à cette faculté. En cas de sortie anticipée de l IR, l option ne sera plus possible ultérieurement.

12 Deuxième question : Est il plus intéressant d exercer en tant que non salarié ou en tant que salarié? Gérant majoritaire ou président de SAS?

13 Un premier préalable méthodologique toujours raisonner à prélèvement identique sur le résultat avant IS à partir du même revenu économique ( avant toutes rémunérations ) de l entreprise qui doit être considéré comme un invariant Pour le gérant majoritaire, sa rémunération brute globale constitue le prélèvement sur le résultat avant IS. Cela neutralise complètement le fait de savoir si les cotisations sociales sont payées par la société ou par le gérant 1er cas : rémunération brute globale = rémunération versée en espèces + cotisations sociales prises en charge par la société*. 2ème cas : rémunération brute globale = rémunération versée en espèces Pour le président, le prélèvement sur le résultat avant IS = Salaire brut + charges sociales patronales correspondantes.

14 Le taux de charges patronales d un dirigeant ( hors Assedic* ) d une entreprise de moins de dix salariés est de : - 39,15 % sur la tranche A - 37,486 % sur la tranche B - 36,15 % sur la tranche C - 23,33 % au delà En conséquence, un salaire de dirigeant assimilé salarié de..équivaut à une rémunération de gérant majoritaire de salaire rémunération En conséquence, une rémunération de gérant majoritaire de.. équivaut à une rémunération de dirigeant assimilé salarié de.. rémunération salaire

15 Un deuxième préalable méthodologique toujours raisonner toutes choses égales par ailleurs à protection sociale identique Se limiter au calcul et à la comparaison des charges sociales : un risque pour l Expert comptable. Le client ne voit que les économies il ne voit pas le reste c est à dire ce à quoi il renonce pour lui même et pour sa famille ( épouse, enfants ) et les conséquences de ces renoncements en termes de protection sociale ( retraite et prévoyance ). Le client est roi, c est lui qui décide encore faut il qu il puisse décider en toute conscience, en toute connaissance de causes mais surtout de conséquences : cette condition n est, en général, pas remplie dans le domaine qui nous préoccupe.

16 Les objectifs de la méthode toutes choses égales par ailleurs Permettre à l Expert Comptable de pouvoir poser et peser, a priori et de façon indiscutable, tous les éléments de la prise de décision afin que son client puisse les comprendre et les apprécier : éviter les intuitions hasardeuses et les illusions perdues. Permettre aussi à l Expert Comptable de conserver, a posteriori, une trace écrite des éléments sur lesquels son client a pris sa décision et ce, pour prévenir une éventuelle mise en cause de sa responsabilité professionnelle pour défaut de conseil. Cette méthode doit être systématiquement mise en œuvre lors des études de changement de statut gérant minoritaire gérant majoritaire.

17 Remarque générale : Depuis vingt ans, les cotisations sociales obligatoires des non salariés ont considérablement augmenté. L écart en terme de coût avec les salariés a considérablement diminué. En contrepartie, les différences en terme de niveau de protection sociale se sont aussi considérablement restreintes même s il en subsiste ( Ndlr : pour exemple, on ne peut considérer le régime des IJSS des non salariés comme identique à celui des salariés ). Il n existe que deux différences fondamentales : - la retraite - la prévoyance

18 8 P 4 P 1,70 5,00 8,00 Art 83 Régime de base Arrco Agirc Organic compl Cancava compl 10,00 Mad 3 P 15,00 7,50 Mad 16,24 1 P 6,50 14,95 6,00 16,65 16,65 7,10 Dir Cadre Commerçant Artisan Madelin

19 Ce tableau illustre bien la situation Régime de base Depuis la loi Fillon, il n y a plus de différences quant aux prestations du régime de base ( d où meilleure efficacité pour les TNS car cotisation totalement plafonnée ). Attention, Il subsiste néanmoins un inconvénient souvent méconnu au changement de statut : les «meilleures années» sont calculées dans chaque régime 81 trim en tant que salarié puis 80 trim en tant que non salarié Retraite de base = SMP x 81 : RMP x 80 : 161 Avant 2004, le SMP était calculé sur les 25 meilleures années de salariat ( donc la totalité ) et le RMP sur les 25 meilleures années de non salariat ( donc la totalité ).ce qui ne donne pas le même résultat que les 25 meilleures années d une carrière unique..d autant plus que les années à faible revenu n ayant pas donné lieu à validation d un trimestre entraient dans le calcul du SMP

20 La Loi Fillon a atténué cet inconvénient mais elle ne l a pas supprimé totalement Décret n du 13 février 2004 ( Art R du CSS ) «en multipliant le nombre d années fixé dans le régime considéré par le rapport entre la durée d assurance accomplie dans ce régime et le total des durées d assurance accomplies dans les régimes susvisés» Soit, dans notre exemple, Régime salarié = 25 x 81 / 161 = 12,6 arrondis à 13 Régime commerçant = 25 x 80 / 161 = 12,4 arrondis à 12 On ne prend plus la totalité des années salarié mais les 13 meilleures années, on ne prend plus la totalité des années non salarié mais les 12 meilleures mais ceci ne donne toujours pas le même résultat que les 25 meilleures années d une carrière unique. De plus, seules les années ayant donné lieu à validation d au moins un trimestre rentrent désormais dans le calcul du SMP ou du RMP Ndlr : autre conséquence les années à très forte inflation ( fin des années 70, début des années 80 ) sont très pénalisantes en matière d indexation et, dans ce cas, elles seront prises en compte pour la première partie de la carrière salarié.

21 Régimes complémentaires La création des régimes complémentaires obligatoires artisans et commerçants a complètement changé la donne. Il n y a plus de différence entre un artisan / commerçant et un salarié lorsque le revenu est inférieur ou égal au plafond SS. Les différences se créent au dessus du plafond. Plus le revenu est élevé, plus elles sont importantes. Plus le revenu est élevé, plus le taux de remplacement du salarié sera Favorable par rapport à celui des non salariés. En ce sens, les nouvelles règles de déductibilité fiscale Madelin sont d une grande logique puisque que plus le revenu est élevé, plus la capacité d épargne retraite défiscalisée est importante car plus le revenu est élevé, plus la chute du taux de remplacement est importante ( Ndlr : taux de remplacement = Σ retraites / dernier salaire ou revenu d activité ) Plus le revenu est élevé, plus l écart entre le revenu de remplacement du non salarié et celui du salarié se creuse.mais plus aussi ce dernier «chute» d où la même logique pour les plafonds de défiscalisation Art 83 )

22 Pour bien comprendre les dispositions Madelin, il faut inverser la rédaction de l article 154 bis du CGI «15 % de la fraction du revenu professionnel imposable comprise entre une fois et huit fois le montant annuel du plafond SS auxquels s ajoutent 10 % supplémentaires de ce revenu pour la partie qui n excède pas huit fois le montant annuel du plafond». La première enveloppe n existait pas dans le projet de loi Elle a été introduite sous la pression de parlementaires qui faisaient remarquer que pour les salariés, la loi Fillon avait introduite la déductibilité intégrale des cotisations Agirc. Elle doit être comprise comme «l Agirc des non salariés» : même assiette, pratiquement le même taux. Pour l Expert comptable, c est cette enveloppe qui doit servir à équilibrer la retraite d un dirigeant non salarié par rapport à celle d un dirigeant salarié. La cotisation correspondante n est pas obligatoire mais elle est nécessaire. La seconde enveloppe vise le quatrième étage facultatif de l immeuble retraite, le sur-complémentaire = le supplémentaire. Elle est l équivalent de l enveloppe Article 83 des salariés.

23 Pour conforter ce raisonnement, notons que lorsque le législateur a défini les règles de calcul de l enveloppe de défiscalisation PERP, il a décidé que : - Les cotisations Madelin Retraite versées dans le cadre de la première enveloppe ne s imputent pas sur l enveloppe PERP ( tout comme les cotisations Agirc pour les salariés ) - Les cotisations Madelin Retraite versées dans le cadre de la seconde enveloppe s imputent sur l enveloppe PERP ( tout comme les cotisations Art 83 pour les salariés )

24 L équilibrage Retraite Il faut évaluer les besoins : - On est encore jeune à 60 ans!! Maintien des habitudes de consommation, refus d une chute brutale du niveau de vie. Retraite moyenne d un cadre = Coefficient de remplacement = 61 % ( dernier salaire d activité = environ ) mais rapidement ( 1P à 3 P = 45 % ) - Besoins du conjoint ( réversion + droits propres ) La loi Fillon a fait de la réversion du régime de base une mesure de solidarité nationale en faveur des plus défavorisées. Ce n est plus un droit. Elle est désormais soumise à une condition de ressources très restrictive. L Organic vient de mettre la réversion de son nouveau régime complémentaire obligatoire sous condition de ressources. - Financement des enfants «tardifs» - Financement de ses propres parents ( dépendance ).

25 Néanmoins, la méthode toutes choses égales par ailleurs part d une hypothèse d école : le régime de retraite des cadres est suffisant. Il convient donc d étudier, en cas de passage de gérant minoritaire à gérant majoritaire, l effort d épargne supplémentaire nécessaire pour préserver ce niveau de prestations.

26 L effort d épargne dépend de la date à laquelle a lieu le changement de statut : nous le supposerons à 20 ans de la liquidation de la retraite Evaluation de la retraite complémentaire Cadres : Arrco : cotisations hors taux d appel = 6,00 % sur Tr A salaire de référence 2008 = 13,9684 Agirc : cotisations hors taux d appel = 16,24 % sur Tr B + Tr C salaire de référence 2008 = 4,8727 Salaire * Agirc Assiette * Cotisations 731 * 731 * Nb points 120 p* 120 p 523 p 1.356,2 p 2.189,4 p 3.855,85 p Total points p p p p p p* Arrco Assiette Cotisations Nb points 107 p 147,35 p 147,35 p 147,35 p 147,35 p 147,35 p Total points p p p p p p

27 Evaluation de la retraite complémentaire non salariés Organic : cotisations = 6,50 % jusqu à 3 PASS revenu de référence 2008 = 14,809 Cancava : cotisations = 7,10 % jusqu à 1 PASS, 7,50 % de 1 à 4 PASS revenu de référence 2008 = 4,207 Salaire Rém Gérant Commerçant Assiette * Cotisations * Nb points 99,6 p 138,65 p 202,5 p 313,7 p 424,9 p 451,8 p Total points p p p p p p Artisan Assiette * Cotisations * Nb points 379,7 p 528,9 p 782,6 p 1.230,9 p 1.679,1 p 2.413,9 p Total points p p p p p p

28 Nous avons considéré que le salaire / revenu du dirigeant suivra la même augmentation que le salaire / revenu de référence définissant le prix d achat d un point ( f de l évolution du salaire / revenu moyen ) nombre de points acquis en une année constant. Que vaudra la valeur du point dans 20 ans? En 2005, la valeur du point Arrco / Agirc a augmenté de 2 % En 2006, la valeur du point Arrco / Agirc a augmenté de 1,65 % En 2007, la valeur du point Arrco / Agirc a augmenté de 1,71 % En 2005, la valeur du point Organic a augmenté de 1,6 % En 2006, la valeur du point Organic a augmenté de 2 % En 2007, la valeur du point Organic a augmenté de 1,83 % Par prudence, nous retiendrons un chiffre moyen de 1,5 % La valeur du point Arrco en 2008 est de 1,1648 ce qui donne 1,5688 à horizon 20 ans. La valeur du point Agirc en 2008 est de 0,4132 ce qui donne 0,5565 à horizon 20 ans. La valeur du point Organic en 2008 est de 1,067 ce qui donne à horizon 20 ans. La valeur du point Cancava en 2008 est de 0,2977 ce qui donne 0,4010 à horizon 20 ans

29 Salarié Arrco Agirc Total Commerçant Organic Ecart Artisan Cancava Ecart

30 Quel est le capital constitutif de rente nécessaire pour combler un tel écart? Hypothèse : retraite à 60 ans en ( né en 1969 ), réversion à 60 % épouse de même age Pour un de K rente = 0, Commerçant Ecart Capital Artisan Ecart Capital

31 Quelle cotisation annuelle ( montant constant ) faut il verser ( à terme échu = fin d année ) dans un contrat Madelin Retraite ( pendant 20 ans ) avec comme hypothèse un rendement net de 4,5 % ( net de frais sur versement et de frais de gestion, la valorisation de l épargne ne supportant ni IR ni prélèvements sociaux ) Commerçant Capital Cotisation Artisan Capital Cotisation

32 Calculer l enveloppe Madelin : La rédaction de l article 154 bis issue de la loi de finances pour % de la fraction du bénéfice imposable posait un problème que nous avions soulevé dès les premières formations Fillon : comment calculer un plafond de cotisations à partir d un bénéfice imposable dont la détermination tient compte des dites cotisations? Cette anomalie rédactionnelle aboutissait à une impossibilité mathématique. Elle a été corrigée, un an plus tard, par l introduction d un nouvel article du CGI ( 41 DN bis ) «Le bénéfice imposable retenu pour la détermination des limites de déduction des cotisations ou primes mentionnées au II de l'article 154 bis du code général des impôts s'entend du bénéfice imposable avant déduction de ces mêmes cotisations ou primes». ndlr : cette nouvelle rédaction est très favorable aux non salariés mais elle aboutit à une définition de l enveloppe Madelin qui dépend d un «concept» qui ne correspond à aucune déclaration sociale et fiscale.

33 Il subsiste à ce jour un problème : comment calculer l enveloppe Madelin pour un gérant majoritaire Art 62? Une fois encore ( ils sont coutumiers du fait ), les rédacteurs les ont oubliés Ils sont imposés dans la catégorie des traitements et salaires ( comme les dirigeants salariés ) mais dépendent socialement du régime des non salariés. Ce vide juridique a laissé place à certaines interprétations De mon point de vue, celle qui s impose est de traduire bénéfice imposable par rémunération imposable pour les gérants majoritaires ( la rémunération brute décidée par l assemblée des associés diminuée des cotisations sociales obligatoires et de la CSG déductible versées ). Une version propose de traduire bénéfice imposable par résultat de la société soumis à l IS : elle ne résiste pas à l examen tant du point de vue juridique ( l article 154 bis traite de la déductibilité du revenu soumis à l IRPP des cotisations versées par un contribuable ) que de l absurdité des situations pratiques auxquelles elle aboutirait.

34 Impossibilité de cotiser dans un contrat Madelin malgré une rémunération imposable très élevée si le résultat de la société est négatif, nul ou très faible Possibilité de verser jusqu à de cotisations dans un contrat Madelin si le résultat de la société est «élévé» ( = ou > à 8 PASS soit ) malgré une rémunération imposable «moyenne», faible, très faible voire nulle ( redressements fiscaux assurés ). Pour clore le sujet, le législateur n a pas oublié les Art 62 dans la définition de l enveloppe de défiscalisation PERP : «Pour le calcul de la limite de déduction des cotisations versées au PERP, les rémunérations allouées aux gérants et associés de sociétés mentionnés à l article 62 du CGI sont retenues pour leur montant net des cotisations et primes mentionnées à l article 154 bis du CGI, notamment des cotisations et primes versées à titre facultatif aux contrats d assurance de groupe dits «Madelin» au titre de la retraite et de la prévoyance, et des frais professionnels*, déterminés selon les règles des traitements et salaires»

35 L autre différence majeure entre un dirigeant salarié et un dirigeant non salarié est que le premier bénéficie très souvent d une couverture prévoyance collective. Si chaque client a des besoins différents en matière de retraite selon sa situation patrimoniale et familiale, il a aussi des besoins différents en matière de prévoyance selon son âge, sa situation familiale ( marié ou non, épouse travaillant ou non, nombre d enfants ), son état de santé ou celui des membres de sa famille. Ces besoins sont ceux qu ils sont mais ils n ont aucune raison d être différents s il passe de gérant minoritaire à gérant majoritaire. Or beaucoup trop de dirigeants, à l occasion d un tel changement, supprime la protection sociale qu ils avaient estimée nécessaire auparavant, pour eux mêmes et leur famille!! L abandon d une couverture santé n est pas sans conséquences compte tenu du désengagement progressif de la Sécurité sociale mais elle est presque anecdotique par rapport aux conséquences catastrophiques de l absence de couverture en cas de décès prématuré ( capital décès et rentes éducation ) ou en cas d incapacité de travail de longue durée ( accident grave, maladie grave et / ou de longue durée )

36 Il est clair aussi que la nature de risques pour l assureur ne dépend pas de la situation juridique du client ; qu il possède 49 ou 51 % des parts, Il a le même âge, les mêmes antécédents le même taux de cholestérol ou de diabète!!! Dans les TPE, on voit des dirigeants assimilés salariés âgés de plus de 45 / 50 ans, renoncer, à l occasion d un changement de statut, à des contrats de prévoyance collective pour lesquels Ils ont cotisé pendant de longues années ( et dont ils sont le seul ou parmi les seuls bénéficiaires ) à la plus grande joie de leur assureur. Conseil : ne jamais le faire sans s être assuré au préalable s ils seront acceptés dans un régime non salarié Madelin!!! Et même s ils le sont, mieux vaut savoir, avant de résilier, à quel coût

37 L équilibrage Prévoyance 1 ) Il existe un contrat de prévoyance collective Nous allons prendre cette hypothèse avec une cotisation de 2 % sur la tranche A ( 1,5 % employeur et 0,5 % salarié ) et de 3 % sur la tranche B ( 2 % employeur et 1% salarié ). Faites chiffrer par votre assureur les cotisations nécessaires pour obtenir des garanties strictement identiques en matière de capitaux décès ( ou / et rente éducation ), incapacité de travail, invalidité et frais médicaux dans le régime non salarié. Le seul point essentiel est de vous assurer que les garanties soient strictement identiques ( comparaison toutes choses égales par ailleurs ) = nature et bénéficiaires. Pour les garanties équivalentes à ce contrat pour un salaire de , nous considérerons que ce chiffrage aboutit, dans le cadre d un contrat Madelin Prévoyance à une cotisation annuelle de fiscalement déductible.

38 2 ) Il n existe pas de contrat de prévoyance collective Faites chiffrer par votre assureur les cotisations nécessaires correspondant aux besoins exprimés en matière de capitaux décès ( ou / et rente éducation ), incapacité de travail, invalidité et frais médicaux à la fois dans le régime salarié et dans le régime non salarié ( garanties strictement identiques ) Modifier en conséquence les paramètres de calcul des cotisations salariales et patronales dans le régime salarié et intégrer dans la comparaison, pour le régime non salarié, le montant des cotisations Madelin obtenu Cette méthode peut être recommandée même lorsqu il existe un contrat de prévoyance collective. La perception par le client de ses besoins à l instant t de l étude est très importante : elle peut être très différente de celle qu il avait, il y a dix ans, lorsqu il a souscrit ce contrat et définit le niveau des garanties.

39 Marié, un enfant, commerçant : revenu net après IR Dirigeant salarié Gérant majoritaire méthode TCEPA méthode «brute» Entrepreneur individuel Gérant majoritaire Entrepreneur individuel Salaire Rémun brute Revenu brut Rémun brute Revenu brut * Charges soc Charges soc Charges soc Charges soc Charges soc Madelin Madelin après charges après charges après charges après charges après charges IR IR IR IR IR Net après IR Net après IR Net après IR Net après IR Net après IR Ecart

40 Marié, un enfant, artisan : revenu net après IR Dirigeant salarié Gérant majoritaire méthode TCEPA méthode «brute» Entrepreneur individuel Gérant majoritaire Entrepreneur individuel Salaire Rémun brute Revenu brut Rémun brute Revenu brut * Charges soc Charges soc Charges soc Charges soc Charges soc Madelin Madelin après charges après charges après charges après charges après charges IR IR IR IR IR Net après IR Net après IR Net après IR Net après IR Net après IR Ecart

41 RETRAITE Une seule loi : plus les sommes épargnées pendant la durée de l activité professionnelle seront importantes, plus la retraite sera importante, moins les sommes épargnées pendant la durée de l activité professionnelle seront importantes, moins la retraite sera importante. Reste la question : épargne dans le cadre profesionnelle ou épargne privée? ; objet d un autre module mais l incidence des rendements reste accessoire. Or le volume de l épargne dépend essentiellement de la durée de l épargne. C est la vraie différence entre régimes : les uns imposent une durée de cotisations, les autres non.

42 Arguments favorables au choix non salarié / Madelin - Personnes vivant seules Dans les régimes obligatoires, de base ou complémentaires, salariés ou non salariés, la réversion est imposée par le principe de la répartition donc ceux qui arrivent à la liquidation sans conjoint la financent. Les contrats Madelin permettent de définir le taux de réversion à la liquidation donc de choisir 0 % ce qui a, pour conséquence, d augmenter significativement le montant de la rente servie du fait de la durée de survie des veuves. - Personnes vivant maritalement Dans les régimes obligatoires, de base ou complémentaires, salariés ou non salariés, le bénéfice de la réversion ne concerne que les conjoints légitimes. En sont exclus les pacsés, les concubins même fiscalement reconnus et a fortiori les personnes vivant maritalement. Les contrats Madelin permettent de définir librement le bénéficiaire de réversion.

43 - Personnes divorcées récemment remariées Dans les régimes obligatoires, de base ou complémentaires, salariés ou non salariés, la pension de réversion doit être partagée, au prorata des années de mariage, avec les ex conjoints non remariés et, depuis la loi Fillon, remariés. Cette disposition ne concerne pas les contrats Madelin. Arguments favorables au choix salarié - Contrats collectifs obligatoires Certains contrats de retraite surcomplémentaire dits Article 83 bénéficient à la fois de la déductibilité fiscale et de l exonération des cotisations de Sécurité sociale. Cet avantage considérable tient à leur caractère collectif. Ils ne peuvent donc normalement pas être comparés à un contrat Madelin. Ils existent néanmoins des cas où ils peuvent être mis en place en toute légalité au seul bénéfice du dirigeant ( ou de sa famille ). Ce sont, alors, des solutions très performantes sans égale.

LA PROTECTION SOCIALE DU DIRIGEANT

LA PROTECTION SOCIALE DU DIRIGEANT LA PROTECTION SOCIALE DU DIRIGEANT 1 La protection sociale du dirigeant 1 - Qu est-ce que la Protection Sociale? 2 - Le Statut social des dirigeants - Salarié - Non Salarié (TNS) 3 Les garanties des régimes

Plus en détail

THEMES ABORDES : Les statuts possibles selon la forme juridique de la société

THEMES ABORDES : Les statuts possibles selon la forme juridique de la société THEMES ABORDES : Les statuts possibles selon la forme juridique de la société : Assimilé salarié ou TNS Comparaison des deux statuts Les régimes facultatifs des TNS Le statut du conjoint du TNS Les statuts

Plus en détail

PROFESSIONNELS INDEPENDANTS OPTIMISER LA PROTECTION DU CHEF D ENTREPRISE. Santé Prévoyance & Retraite

PROFESSIONNELS INDEPENDANTS OPTIMISER LA PROTECTION DU CHEF D ENTREPRISE. Santé Prévoyance & Retraite PRÉVOYANCE - RETRAITE PROFESSIONNELS INDEPENDANTS OPTIMISER LA PROTECTION DU CHEF D ENTREPRISE Santé Prévoyance & Retraite Matinale de l entrepreneur CCI 11 JUIN 2013 LE REGIME SOCIAL DES INDEPENDANTS

Plus en détail

GERANCE MINORITAIRE OU MAJORITAIRE : QUEL EST LE MEILLEUR STATUT?

GERANCE MINORITAIRE OU MAJORITAIRE : QUEL EST LE MEILLEUR STATUT? Réf. :DEV/O/FC/015/06-06/OC 1/9 Pendant longtemps, le statut de gérant majoritaire de SARL a été le plus défavorable des statuts de dirigeant, tant au niveau fiscal que social. A contrario, le statut de

Plus en détail

LE STATUT SOCIAL DES TRAVAILLEURS NON SALARIES

LE STATUT SOCIAL DES TRAVAILLEURS NON SALARIES LE STATUT SOCIAL DES TRAVAILLEURS NON SALARIES THEMES ABORDES : Les statuts possibles selon la forme juridique de la société : Assimilé salarié ou TNS Comparaison des deux statuts Les régimes facultatifs

Plus en détail

«Alerte sur la rémunération des gérants majoritaires»

«Alerte sur la rémunération des gérants majoritaires» 11 juin 2013 Les matinales de l entrepreneur : «Alerte sur la rémunération des gérants majoritaires» Intervenants : - Mrs Jean François GANNE, Maxime RICHARD et Jean Luc BLACHON (cabinet d expertise Comptable

Plus en détail

Intervenants. Philippe SORIA. Gilles GOURMAND. Direction Technique GAN ASSURANCE VIE. Expert-Comptable

Intervenants. Philippe SORIA. Gilles GOURMAND. Direction Technique GAN ASSURANCE VIE. Expert-Comptable Intervenants Philippe SORIA Direction Technique GAN ASSURANCE VIE Gilles GOURMAND Expert-Comptable SOMMAIRE 1- Intérêt d une opération de changement de statut 2- Faisabilité 3- Régime social du dirigeant

Plus en détail

Fiche conseil DIRIGEANT : Quel statut social choisir? Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions :

Fiche conseil DIRIGEANT : Quel statut social choisir? Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : DIRIGEANT : Quel statut social choisir? Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Certifié ISO 9001 Comptables Fiscales Juridiques, Sociales, de

Plus en détail

particuliers professionnels ENTREPRISES Face à face argumenté de vente

particuliers professionnels ENTREPRISES Face à face argumenté de vente particuliers professionnels ENTREPRISES Face à face argumenté de vente La prévoyance en France La prévoyance sociale obligatoire Les couvertures complémentaires Les prestations de base, complétées par

Plus en détail

Réforme des cotisations sociales des TNS: Evolution ou révolution?

Réforme des cotisations sociales des TNS: Evolution ou révolution? Réforme des cotisations sociales des TNS: Evolution ou révolution? Constats LFSS 2014 : modification des taux obligatoires (TNS et salariés) Loi de finances 2013 : fiscalité des dividendes LFSS 2011 :

Plus en détail

Rémunération du Dirigeant : Faut il transformer les SARL en SAS?

Rémunération du Dirigeant : Faut il transformer les SARL en SAS? Rémunération du Dirigeant : Faut il transformer les SARL en SAS? Quel est l'impact des nouvelles mesures au 1er janvier 2013 pour le DIRIGEANT TNS? Modifications sociales pour les TNS (Dirigeants assimilés

Plus en détail

4.2.3. Optimisation de la rémunération du dirigeant de société soumise à l IS

4.2.3. Optimisation de la rémunération du dirigeant de société soumise à l IS 4 4.2.3. Optimisation de la rémunération du dirigeant de société soumise à l IS Le dirigeant d une entreprise soumise à l IS dispose d une grande liberté pour construire sa rémunération, puisqu elle peut

Plus en détail

EN BREF. Ressources Sélection Vie II. Offrez à vos salariés une retraite plus sereine tout en optimisant votre politique sociale.

EN BREF. Ressources Sélection Vie II. Offrez à vos salariés une retraite plus sereine tout en optimisant votre politique sociale. Ressources Sélection Vie II Offrez à vos salariés une retraite plus sereine tout en optimisant votre politique sociale. EN BREF Ressources Sélection Vie II est un contrat collectif d assurance sur la vie

Plus en détail

Plan d'epargne Retraite Populaire

Plan d'epargne Retraite Populaire Plan d'epargne Retraite Populaire Préparez votre retraite en bénéficiant d une fiscalité avantageuse (1) grâce au Plan d Épargne Retraite Populaire. EN BREF Le Plan d Épargne Retraite Populaire est un

Plus en détail

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant Janvier 2015 Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant France métropolitaine et D.O.M. (hors Mayotte) BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE ET ASSURANCE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS

Plus en détail

Dossier : - La loi Madelin

Dossier : - La loi Madelin Dossier : - La loi Madelin Ceci est un document à caractère publicitaire. Les informations sont fournies à titre indicatif en fonction de la réglementation en vigueur au moment de sa rédaction. Avant toute

Plus en détail

Julien Gled Expert-comptable, Cabinet FGPA Société inscrite au tableau de l ordre de la région Paris Ile de France 16 Av Georges Clémenceau 91 300

Julien Gled Expert-comptable, Cabinet FGPA Société inscrite au tableau de l ordre de la région Paris Ile de France 16 Av Georges Clémenceau 91 300 Julien Gled Expert-comptable, Cabinet FGPA Société inscrite au tableau de l ordre de la région Paris Ile de France 16 Av Georges Clémenceau 91 300 Massy 06 51 65 38 80 Eléments importants de la loi de

Plus en détail

Les Arènes du Patrimoine 2013. La Retraite Loi Madelin - PERP

Les Arènes du Patrimoine 2013. La Retraite Loi Madelin - PERP Les Arènes du Patrimoine 2013 La Retraite Loi Madelin - PERP Présentation Votre animateur Yannick BOUET (CGPI) Marie HIDALGO (Expert-Compable) Laurence DAGORNE (AVIVA) Laurent MULLER (CARDIF) Quelques

Plus en détail

Gérants majoritaires des SARL : du nouveau pour le calcul du disponible Madelin

Gérants majoritaires des SARL : du nouveau pour le calcul du disponible Madelin Gérants majoritaires des SARL : du nouveau pour le calcul du disponible Madelin Par GIE Factum Publié : 29 octobre 2009 Depuis plusieurs mois, les experts-comptables et les professionnels de l assurance

Plus en détail

Fiche Produit : Article 39 du C.G.I. Le contrat de retraite à prestations définies (Art. 39 du C.G.I)

Fiche Produit : Article 39 du C.G.I. Le contrat de retraite à prestations définies (Art. 39 du C.G.I) Le contrat de retraite à prestations définies (Art. 39 du C.G.I) Il s agit d un régime de retraite collectif par capitalisation à adhésion obligatoire souscrit par l entreprise en faveur de tout ou partie

Plus en détail

Fiche Produit : Article 83 du C.G.I.

Fiche Produit : Article 83 du C.G.I. LE CONTRAT DE RETRAITE À COTISATIONS DÉFINIES(ART. 83 DU C.G.I) Il s agit d un contrat collectif d assurance retraite par capitalisation à adhésion obligatoire souscrit par l entreprise en faveur de l

Plus en détail

N 6 : EPARGNE SALARIALE

N 6 : EPARGNE SALARIALE N 6 : EPARGNE SALARIALE Épargne salariale et rémunération périphérique Les dispositifs de l épargne salariale - Actionnariat salarié - Compte épargne temps - Participation - INTERESSEMENT - PEE PERCO -

Plus en détail

Salon des Entrepreneurs Paris 2007-14ème Édition. Entreprise individuelle ou société? Gérant minoritaire ou majoritaire? Quel statut choisir?

Salon des Entrepreneurs Paris 2007-14ème Édition. Entreprise individuelle ou société? Gérant minoritaire ou majoritaire? Quel statut choisir? Salon des Entrepreneurs Paris 2007-14ème Édition Entreprise individuelle ou société? Gérant minoritaire ou majoritaire? Quel statut choisir? Intervenants Angèle CAMUS Expert-comptable Philippe SAUZE Gan

Plus en détail

Simulateur EIRL Notice et exemple commenté

Simulateur EIRL Notice et exemple commenté Simulateur EIRL Notice et exemple commenté 1 er janvier 2011 1 Sommaire 1. Données relatives à l entreprise... 4 2. Renseignements relatifs au foyer fiscal... 5 3. Le comparatif... 6 4. Détails du calcul...

Plus en détail

PERSONNES POUVANT BENEFICIER DE LA LOI MADELIN. Relevant des bénéfices industriels et commerciaux

PERSONNES POUVANT BENEFICIER DE LA LOI MADELIN. Relevant des bénéfices industriels et commerciaux PERSONNES POUVANT BENEFICIER DE LA LOI MADELIN Les travailleurs non salariés percevant des revenus : Relevant des bénéfices industriels et commerciaux artisans commerçants Relevant des bénéfices non commerciaux

Plus en détail

Dossier pour réunion 6 avril 2007

Dossier pour réunion 6 avril 2007 Définition / objectif Option Capital / Rente Option Rente Produit de retraite de type «rente différée» à échéance 65 ans, Adhésion facultative 2 options à la souscription du contrat Option capital/rente

Plus en détail

L Actualité du Club Social +

L Actualité du Club Social + L Actualité du Club Social + S O M M A I R E : Réforme des retraites N 1 3 La Gazette Sociale de Mont Saint Aignan 2 D E C E M B R E 2 0 1 0 L O I N 2 0 1 0-1 3 3 0 D U 9 N O V E M B R E 2 0 1 0 P O R

Plus en détail

CABINET. Audit & Expertise Comptable.

CABINET. Audit & Expertise Comptable. CABINET Audit & Expertise Comptable. ASSURANCE COLLECTIVE Prévoyance Santé Retraite 2 1/ Prévoyance a/ Prévoyance Classique b/ Prévoyance Conventionnelle c/ Prévoyance 1,50 Cadres d/ Prestations e/ Fiscalité

Plus en détail

Emmanuel Jacques Almosnino

Emmanuel Jacques Almosnino Emmanuel Jacques Almosnino LE NOUVEAU REGIME DES COTISATIONS ET PRELEVEMENTS SOCIAUX SUR LES REMUNERATIONS La loi n 2012-1404 du 17 décembre 2012 de financement de la sécurité sociale pour 2013 augmente

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LE CADRE FISCAL ET SOCIAL DE L ÉPARGNE SALARIALE

TOUT SAVOIR SUR LE CADRE FISCAL ET SOCIAL DE L ÉPARGNE SALARIALE Crédit Photo : FANCY/Jupiterimages Septembre 2007 TOUT SAVOIR SUR LE CADRE FISCAL ET SOCIAL DE L ÉPARGNE SALARIALE 1. En un coup d œil... À l entrée, sur les versements de l entreprise À LA CHARGE DU BÉNÉFICIAIRE

Plus en détail

Bilan Protection Sociale & Rémunération. Etude réalisée pour Monsieur DUPONT. Le 25/04/2008

Bilan Protection Sociale & Rémunération. Etude réalisée pour Monsieur DUPONT. Le 25/04/2008 Bilan Protection Sociale & Rémunération Etude réalisée pour Monsieur DUPONT Le 25/04/2008 Contact : Madame MARTIN Casagande & Associés, Membre de PRAGMA 1 LES OBJECTIFS DE L ETUDE Votre système de rémunération

Plus en détail

Charges sociales obligatoires sur les salaires

Charges sociales obligatoires sur les salaires Affaires sociales et formation professionnelle Circulaire AS N 07.14 23/01/2014 Charges sociales obligatoires sur les salaires Taux au 1 er janvier 2014 Vous trouverez ci-dessous le tableau des charges

Plus en détail

face face Retraite Et si on parlait de votre retraite?

face face Retraite Et si on parlait de votre retraite? face à face Et si on parlait de votre retraite? K. Dodge / Masterfile Nous allons vivre longtemps... Espérance de vie à la naissance 100 90 80 70 60 63,4 69,2 74,6 82,9 82,7 L allongement de l espérance

Plus en détail

Régime social et fiscal des primes d intéressement

Régime social et fiscal des primes d intéressement Régime social et fiscal des primes d intéressement Les primes d intéressement constituent pour le salarié un complément de rémunération. Cependant, afin de favoriser la mise en place d un régime d intéressement

Plus en détail

REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES DE PREVOYANCE ET DE RETRAITE SUPPLEMENTAIRE

REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES DE PREVOYANCE ET DE RETRAITE SUPPLEMENTAIRE REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES DE PREVOYANCE ET DE RETRAITE SUPPLEMENTAIRE Contexte : Loi FILLON du 23 Août 2003 : - modification des limites d exonération, - fixation de nouvelles caractéristiques

Plus en détail

COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES»

COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES» COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES» Le système interprofessionnel de Sécurité Sociale est obligatoire : le

Plus en détail

Vous êtes retraité au titre d une activité salariée ou assimilée salariée (régime général)

Vous êtes retraité au titre d une activité salariée ou assimilée salariée (régime général) Vous êtes à la retraite et vous souhaitez créer une entreprise, les conséquences sur le versement de votre pension et sur votre protection sociale Si vous créez une entreprise, vous serez affilié et cotiserez

Plus en détail

Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC

Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC Membre du Financial Planning Standards Board (FPSB) Association déclarée loi du 1 er juillet 1901 (et textes subséquents) EXAMEN

Plus en détail

PREMIERE PARTIE : PRINCIPES GENERAUX DE L IMPOT SUR LE REVENU

PREMIERE PARTIE : PRINCIPES GENERAUX DE L IMPOT SUR LE REVENU COURS DE FISCALITE DES PERSONNES PHYSIQUES PREMIERE PARTIE : PRINCIPES GENERAUX DE L IMPOT SUR LE REVENU PLAN 1.Définition et caractéristiques 2. la territorialité 3.Les revenus imposables 31 Les revenus

Plus en détail

REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS

REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Guide juridique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Cette fiche vous présente le régime juridique des exonérations de cotisations de sécurité sociale

Plus en détail

ARTICLE 39 DU CGI : ASPECTS JURIDIQUES ET FISCAUX

ARTICLE 39 DU CGI : ASPECTS JURIDIQUES ET FISCAUX ARTICLE 39 DU CGI : ASPECTS JURIDIQUES ET FISCAUX OBJET DU CONTRAT SOUSCRIT DANS LE CADRE DE L'ARTICLE 39 CGI Sous forme d'un contrat d'assurance collective régi par le Code des assurances, il permet aux

Plus en détail

En tout état de cause, il faudra demander vos prestations le plus souvent au travers d un formulaire car elles ne sont pas automatiques.

En tout état de cause, il faudra demander vos prestations le plus souvent au travers d un formulaire car elles ne sont pas automatiques. Si vous remplissez certaines conditions vous pourrez avoir droit à l allocation veuvage, à la retraite de réversion, à certaines aides pour la famille et le logement. Faites attention aux possibles récupérations

Plus en détail

Attention aux salariés à temps partiel (voir exemple ci-après) A/Pour mémoire : situation jusqu au 31/12/2012

Attention aux salariés à temps partiel (voir exemple ci-après) A/Pour mémoire : situation jusqu au 31/12/2012 1/ La contribution patronale de la garantie frais de santé est imposable sur le revenu à effet rétroactif au 1 er Janvier 2013 dès le 1 er, plus : - 0.5% de la prévoyance patronale de l ETAM ; - 0.12%

Plus en détail

Contrats «Loi Madelin» article 154 bis du CGI

Contrats «Loi Madelin» article 154 bis du CGI LA RETRAITE suite Contrats «Loi Madelin» article 154 bis du CGI Objectif Plafonds Ces contrats d assurance de groupe permettent aux indépendants non agricoles et leur conjoint collaborateur de se constituer

Plus en détail

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014 5 novembre 2013 Experts Comptables Commissaires aux Comptes 43, rue de Liège 75008 Paris Tél. : 33 (0) 1 44 90 25 25 Fax 33 (0) 1 42 94 93 29 E-mail : contact@caderas-martin.com PROJET DE LOI DE FINANCES

Plus en détail

Travailleurs non salariés. Cotisations Taux Assiette Prestations

Travailleurs non salariés. Cotisations Taux Assiette Prestations Clients professionnels et petites entreprises Mémento 2015 ARTISANS Travailleurs non salariés Cotisation IJSS 6,50 % 0,70 % Invalidité Décès 1,30 % Sur l intégralité du revenu professionnel imposable Dans

Plus en détail

Revenus de remplacement : modalités déclaratives

Revenus de remplacement : modalités déclaratives Revenus de remplacement : modalités déclaratives Les revenus de remplacement sont destinés à compenser la perte de rémunération pendant une période d inactivité partielle ou totale. Sont notamment considérés

Plus en détail

Sérénivie. Le relais de votre protection sociale. Pourquoi Sérénivie? Couverture Prévoyance La réponse Sérénivie Avantages contrat

Sérénivie. Le relais de votre protection sociale. Pourquoi Sérénivie? Couverture Prévoyance La réponse Sérénivie Avantages contrat Quelques chiffres clés Pourquoi Sérénivie? Couverture Prévoyance La réponse Sérénivie Avantages contrat Glossaire Annexe Sérénivie Le relais de votre protection sociale Aujourd hui, vous bénéficiez d une

Plus en détail

Qu en est-il des contrats complémentaires facultatifs? Sont-ils concernés par le dispositif?

Qu en est-il des contrats complémentaires facultatifs? Sont-ils concernés par le dispositif? QUESTIONS SUR L OBJET DE LA PORTABILITE La mensualisation est-elle exclue du dispositif? L obligation de maintien de salaire à la charge de l employeur n est pas concernée : en effet, il ne s agit pas

Plus en détail

NOTE D INFORMATION. Les principales mesures qui concernent votre patrimoine sont les suivantes : Gel du barème de l impôt sur le revenu

NOTE D INFORMATION. Les principales mesures qui concernent votre patrimoine sont les suivantes : Gel du barème de l impôt sur le revenu 36, rue de Monceau 75008 Paris 61, rue de la République 69002 Lyon www.seine-saone-finance.fr NOTE D INFORMATION Date : 14 janvier 2013 Objet : Loi de finances pour 2013, loi de finances rectificative

Plus en détail

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer»

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer Avec le soutien de LOI DE FINANCES 2013 Revue des principales mesures

Plus en détail

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012 Suisse Suisse : le système de retraite en 212 Le système de retraite suisse comporte trois composantes.le régime public est lié à la rémunération, mais selon une formule progressive.il existe également

Plus en détail

Intitulé de la mesure Explication du dispositif Date d entrée en vigueur. à 150 000 par part de quotient familial.

Intitulé de la mesure Explication du dispositif Date d entrée en vigueur. à 150 000 par part de quotient familial. ! PARTICULIERS Article du projet de loi Article 3 Article 4 Intitulé de la mesure Explication du dispositif Date d entrée en vigueur Modifications apportées par l AN Création d une tranche création d une

Plus en détail

Morvilliers Sentenac Avocats

Morvilliers Sentenac Avocats Newsletter n 13... Février 2013 Morvilliers Sentenac Avocats Actualités fiscales Les lois de finance votées en fin d année modifient sensiblement le paysage fiscal en accroissant les charges fiscales pesant

Plus en détail

Le statut de votre conjoint

Le statut de votre conjoint Le RSI est votre interlocuteur social unique pour toute votre protection sociale personnelle obligatoire. votre CaissE Édition : Caisse nationale du RSI - Mise à jour : Parimage - Dépôt légal : février

Plus en détail

Les fiches thématiques Optimisation professionnelle Les mécanismes d épargne salariale

Les fiches thématiques Optimisation professionnelle Les mécanismes d épargne salariale Les fiches thématiques Optimisation professionnelle Les mécanismes d épargne salariale Il existe trois mécanismes d épargne salariale : La Participation : La participation des salariés aux résultats de

Plus en détail

SOMMAIRE. Mesures relatives aux travailleurs indépendants... 2. Cotisations sociales d assurance maladie : Déplafonnement de l assiette de calcul...

SOMMAIRE. Mesures relatives aux travailleurs indépendants... 2. Cotisations sociales d assurance maladie : Déplafonnement de l assiette de calcul... Nouvelles Mesures Loi de financement de la sécurité sociale pour 2013 Plus d informations sur www.apce.com Loi n 20121404 du 17 décembre 2012 SOMMAIRE Mesures relatives aux travailleurs indépendants...

Plus en détail

Rescrit Fiscal Portabilité et prévoyances complémentaires obligatoires

Rescrit Fiscal Portabilité et prévoyances complémentaires obligatoires Pégase 3 Rescrit Fiscal Portabilité et prévoyances complémentaires obligatoires Dernière révision le 23/12/2011 http://www.adpmicromegas.fr 1 / 13 Suivi de la notice 23 décembre 2011 Création de la notice

Plus en détail

Actualité fiscale / Novembre 2011

Actualité fiscale / Novembre 2011 Actualité fiscale / Novembre 2011 L année 2011 comporte un flot législatif important, ceci par quatre lois de finances rectificatives mais également le projet de loi de finance pour 2012 à venir. 1 e Loi

Plus en détail

Le plan d épargne entreprise (ou PEE)

Le plan d épargne entreprise (ou PEE) Pégase 3 Le plan d épargne entreprise (ou PEE) Dernière révision le 18/05/2009 http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas.fr Sommaire Versement des participants... 4 Versement de l intéressement sur le

Plus en détail

Prediagri Retraite. Préparer sa retraite, c est essentiel. Solutions Assurances Agriculteurs

Prediagri Retraite. Préparer sa retraite, c est essentiel. Solutions Assurances Agriculteurs Solutions Assurances Agriculteurs Complément de retraite Préparer sa retraite, c est essentiel. Votre retraite, c est à vous d en décider. Plus tôt vous la préparez, plus vous mettez d atouts de votre

Plus en détail

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME Une note de Riviera Family Office Mise à jour : juillet 2004 Les principaux avantages fiscaux des valeurs mobilières Aucune imposition sous

Plus en détail

Le statut du conjoint dans l entreprise

Le statut du conjoint dans l entreprise 12 Les fiches pratiques de législation Le statut du conjoint dans l entreprise Pour plus d informations 02 32 100 500 Chambre de Commerce et d Industrie de Rouen Quai de la Bourse BP 641 76007 ROUEN Cedex

Plus en détail

ffévrier 2011 Cumul emploi - retraite et régimes supplémentaires évrier 2011

ffévrier 2011 Cumul emploi - retraite et régimes supplémentaires évrier 2011 f évrier 2011 Cumul emploi - retraite et régimes supplémentaires Question 1: Tout d abord, pouvez-vous nous rappeler la situation du salarié au regard de son employeur? La libéralisation du cumul emploi

Plus en détail

LA PROTECTION SOCIALE DU DIRIGEANT

LA PROTECTION SOCIALE DU DIRIGEANT LA PROTECTION SOCIALE DU DIRIGEANT Christian RIEUTORT Didier TEXIER Conseils en Protection Sociale et Financière des Dirigeants 5-7, ave des Frères Lumière 93370 Montfermeil Protection sociale du Dirigeant

Plus en détail

Retraite des libéraux : 2015 l année de tous les changements

Retraite des libéraux : 2015 l année de tous les changements Décembre 2014 Retraite des libéraux : 2015 l année de tous les changements En cette fin d année 2014, le dossier des retraites demeure plus que jamais sur le devant de la scène, en particulier pour les

Plus en détail

Le Perp, plan d épargne retraite populaire ou patrimonial?

Le Perp, plan d épargne retraite populaire ou patrimonial? Le Perp, plan d épargne retraite populaire ou patrimonial? Invité expert : Alexis de Rozières, co-fondateur de 163x, plateforme dédiée au Perp pour les CGPI filiale de Debory Eres ASSURANCE RETRAITE A

Plus en détail

PARTICIPATION INTERESSEMENT PEE PERCO

PARTICIPATION INTERESSEMENT PEE PERCO Ingénierie Sociale Sommaire 1. Ingénierie Sociale 2. Qu est-ce que l épargne salariale? PARTICIPATION INTERESSEMENT PEE PERCO Les fonds solidaires La Gestion ISR 3. Les Indemnités de Fin de Carrière (IFC)

Plus en détail

LA LOI MADELIN PREAMBULE

LA LOI MADELIN PREAMBULE LA LOI MADELIN PREAMBULE Les TNS (travailleurs non salariés) sont une population particulièrement touchée par le soucis des revenus de retraites : leurs cotisations ne leur laissera en moyenne que 60%

Plus en détail

Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 :

Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 : I.S.F. Patrimoine taxable Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 : Vous êtes redevable de l ISF si votre patrimoine net taxable excède 1,3 million au 1 er janvier

Plus en détail

Sensibilité du rendement actuariel au nombre de trimestres rachetés

Sensibilité du rendement actuariel au nombre de trimestres rachetés IV.B.2.c. Sensibilité du rendement actuariel au nombre de trimestres rachetés L étude de sensibilité est réalisée pour les profils cadre et non-cadre n entrainant pas de réversion et n ayant élevé aucun

Plus en détail

LOI DE FINANCE 2013 22/01/2013. Aella Conseil 76 boulevard Exelmans 75016 Paris. Tél : 01 44 14 04 04 contact@aellaconseil.com

LOI DE FINANCE 2013 22/01/2013. Aella Conseil 76 boulevard Exelmans 75016 Paris. Tél : 01 44 14 04 04 contact@aellaconseil.com LOI DE FINANCE 2013 La loi de Finance 2013 apporte son lot de nouveautés. Nombre de régimes tant pour les entreprises que pour les particuliers sont impactés en profondeur. Ci-après la revue des principaux

Plus en détail

Pratique des techniques bancaires

Pratique des techniques bancaires Aurélien GIRAUD Pratique des techniques bancaires Banque et fiscalité du particulier Édition 2012, 2012 ISBN : 978-2-212-55293-5 Chapitre 3 Le compte titres ordinaire GÉNÉRALITÉS Le compte titres ordinaire

Plus en détail

LES DISPOSITIFS DE RETRAITE COLLECTIVE LA DIRECTION DU MARCHÉ DES ENTREPRISES 1

LES DISPOSITIFS DE RETRAITE COLLECTIVE LA DIRECTION DU MARCHÉ DES ENTREPRISES 1 LES DISPOSITIFS DE RETRAITE COLLECTIVE 1 Des solutions simples pour répondre à différents besoins Droits individualisés (compte individuel ouvert au nom de chaque salarié de l entreprise) 3 Contrat de

Plus en détail

MEDEF Loi de finances pour 2013

MEDEF Loi de finances pour 2013 MEDEF Loi de finances pour 2013 Commission fiscalité 1 octobre 2012 Loi de finances pour 2013 Fiscalité des personnes physiques Commission fiscalité 1 octobre 2012 Fiscalité du Patrimoine : ISF (1) Aujourd

Plus en détail

MODALITES DE LIQUIDATION DE LA RETRAITE, CUMUL EMPLOI RETRAITE ET INCIDENCE ISF

MODALITES DE LIQUIDATION DE LA RETRAITE, CUMUL EMPLOI RETRAITE ET INCIDENCE ISF MODALITES DE LIQUIDATION DE LA RETRAITE, CUMUL EMPLOI RETRAITE ET INCIDENCE ISF I - RETRAITE ET REPRISE D ACTIVITE La loi subordonne le versement d une pension de retraite par le régime général à la cessation

Plus en détail

DECISION UNILATERALE Instituant un Régime de Prévoyance Complémentaire «FRAIS DE SANTE»

DECISION UNILATERALE Instituant un Régime de Prévoyance Complémentaire «FRAIS DE SANTE» DECISION UNILATERALE Instituant un Régime de Prévoyance Complémentaire «FRAIS DE SANTE» Document remis à chaque salarié, pour la mise en place de garanties collectives couvrant les frais médicaux. Préambule

Plus en détail

M. BONUS Louis. mercredi 15 octobre 2014. Le 10/11/2014

M. BONUS Louis. mercredi 15 octobre 2014. Le 10/11/2014 M. BONUS Louis mercredi 15 octobre 2014 1 Sommaire Sommaire... 2 La méthode de raisonnement... 3 Le graphique... 4 Le tableau de synthèse... 4 Les données saisies... 19 Les tableaux intermédiaires de calcul...

Plus en détail

Le statut de votre conjoint

Le statut de votre conjoint Artisans, industriels, commerçants Le statut de votre conjoint Édition février 2015 Sommaire 03 Un statut obligatoire 04 Quel statut et quels droits pour votre conjoint? 06 Quelles cotisations? 08 Calcul

Plus en détail

P2C10 La participation, l'inte ressement et l'e pargne salariale

P2C10 La participation, l'inte ressement et l'e pargne salariale P2C10 La participation, l'inte ressement et l'e pargne salariale Dispositifs permettant d accorder des revenus supplémentaires aux salariés et de bénéficier d avantages sociaux et fiscaux. Permet aussi

Plus en détail

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal»

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Ce qu il faut retenir Article 74 de la loi de finances pour 2006 Dans la situation actuelle, il peut arriver que le montant total

Plus en détail

REUNION D INFORMATION 30 JUIN 2008 LES RETRAITES

REUNION D INFORMATION 30 JUIN 2008 LES RETRAITES REUNION D INFORMATION 30 JUIN 2008 LES RETRAITES Synthèse CPI-CNBF (maj 17 avril 2008) Documents de travail : Comparatif CPI et CNBF 25 ANS et 30K Comparatif CPI et CNBF 35 ANS 65K avec produit de retraite

Plus en détail

Les évolutions de pouvoir d achat des retraités depuis 1992 à partir des cas types du COR. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Les évolutions de pouvoir d achat des retraités depuis 1992 à partir des cas types du COR. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 14 octobre 2015 à 9 h 30 «Le pouvoir d achat des retraités» Document n 3 Document de travail, n engage pas le Conseil Les évolutions de pouvoir d

Plus en détail

CHOIX DU STATUT FISCAL ET SOCIAL

CHOIX DU STATUT FISCAL ET SOCIAL CHOIX DU STATUT FISCAL ET SOCIAL DU DIRIGEANT 5 février 2014 1 Les structures potentielles L entreprise individuelle Deux statuts particuliers peuvent être adoptés La société L auto-entrepreneur L entreprise

Plus en détail

Comment conjuguer préparation de sa retraite et avantage fiscal?

Comment conjuguer préparation de sa retraite et avantage fiscal? Comment conjuguer préparation de sa retraite et avantage fiscal? Joëlle DALBERA & Samuel ELIMBI Département Retraite Patrimoniale Direction du Développement Sommaire 01//LE MARCHE DU PERP 02// LES PRINCIPES

Plus en détail

Prévoyance des expertsexperts-comptables

Prévoyance des expertsexperts-comptables Prévoyance des expertsexperts-comptables Faire les bons choix Objectifs de l intervention Répondre aux questions des experts-comptables relevant de la Cavec Au titre de la prévoyance, est-il préférable

Plus en détail

ÉPARGNE RETRAITE : QUELLES SOLUTIONS PRIVILEGIER AUJOURD HUI?

ÉPARGNE RETRAITE : QUELLES SOLUTIONS PRIVILEGIER AUJOURD HUI? ÉPARGNE RETRAITE : QUELLES SOLUTIONS PRIVILEGIER AUJOURD HUI? Depuis deux décennies, la question des retraites occupe régulièrement le devant de la scène publique. Or, aujourd hui, face à l ampleur des

Plus en détail

France. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. France : le système de retraite en 2012

France. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. France : le système de retraite en 2012 France France : le système de retraite en 212 Dans le secteur privé, le système de retraite repose sur deux piliers obligatoires : un régime général lié à la rémunération et des dispositifs professionnels

Plus en détail

AVANTAGES EN NATURE 4 AVANTAGE EN NATURE REPAS 4 TITRES - RESTAURANT 4 AVANTAGE EN NATURE LOGEMENT (EVALUE FORFAITAIREMENT) 4

AVANTAGES EN NATURE 4 AVANTAGE EN NATURE REPAS 4 TITRES - RESTAURANT 4 AVANTAGE EN NATURE LOGEMENT (EVALUE FORFAITAIREMENT) 4 LETTRE D ACTUALITE SOCIALE GROUP S MANAGEMENT SERVICES DONNEES ET CHIFFRES CLES POUR 2015 SOCIAL : GENERALITES ET ELEMENTS DE COTISATIONS 2 SMIC ET MINIMUM GARANTI 2 PLAFOND DE LA SECURITE SOCIALE 2 FORFAIT

Plus en détail

Fiche pratique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS

Fiche pratique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Fiche pratique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Boite à outils - Juridique Cette fiche vous présente le régime juridique des exonérations de cotisations

Plus en détail

Régimes complémentaires de retraite et prévoyance

Régimes complémentaires de retraite et prévoyance Régimes complémentaires de retraite et prévoyance Textes de référence : Article L242-1 et L 871-1 du code de la Sécurité sociale. Article D242-1, R 871-1 et R 871-2 du code de la Sécurité sociale. Loi

Plus en détail

Les Journées Régionales de la Création & Reprise d Entreprise 8 ème ÉDITION

Les Journées Régionales de la Création & Reprise d Entreprise 8 ème ÉDITION Les Journées Régionales de la Création & Reprise d Entreprise 8 ème ÉDITION S.M.A.R.T. Production 2004-2005 - Tous droits de reproduction réservés. Par les mêmes organisateurs : 40 ateliers gratuits sur

Plus en détail

PACTE DE RESPONSABILITÉ

PACTE DE RESPONSABILITÉ PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ Loi de finances rectificative pour 2014 Loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 10 septembre 2014 1 LES PRINCIPALES MESURES SOCIALES DU

Plus en détail

REGIME DE PREVOYANCE CONVENTIONNEL OBLIGATOIRE

REGIME DE PREVOYANCE CONVENTIONNEL OBLIGATOIRE Votre centre de gestion CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE COMMISSION, DE COURTAGE ET DE COMMERCE INTRA-COMMUNAUTAIRE ET D IMPORTATION- EXPORTATION DE FRANCE METROPOLITAINE PERSONNEL CONCERNE

Plus en détail

jusqu'au 31/03/2012 à partir du 01/04/2012 Tranche A 2,36% 2,49% Tranche B 3,36% 3,54%

jusqu'au 31/03/2012 à partir du 01/04/2012 Tranche A 2,36% 2,49% Tranche B 3,36% 3,54% COMMUNICATION DE LA COMMISSION PARITAIRE DU 08/03/2012 ÉVOLUTION DU REGIME FRAIS DE SANTÉ ET PRÉVOYANCE DANS LA CONVENTION COLLECTIVE DES CAUE : CE QUI VA CHANGER LE 1 er AVRIL 2012. Les partenaires sociaux

Plus en détail

44 Taux de liquidation, calcul de la pension, décote, surcote, minimum garanti...

44 Taux de liquidation, calcul de la pension, décote, surcote, minimum garanti... FONCTIONNAIRES : FICHE 44 44 Taux de liquidation, calcul de la pension, décote, surcote, minimum garanti... Le principe de calcul de la pension de retraite repose sur trois éléments principaux : le nombre

Plus en détail

REUNION DU 10 DECEMBRE 2013 GERANT MAJORITAIRE : LA NOUVELLE DONNE FISCALE 2013

REUNION DU 10 DECEMBRE 2013 GERANT MAJORITAIRE : LA NOUVELLE DONNE FISCALE 2013 REUNION DU 10 DECEMBRE 2013 GERANT MAJORITAIRE : LA NOUVELLE DONNE FISCALE 2013 Timing de la réunion 1. Tour de table 2. Présentation 3. Questions 4. Une clôture conviviale 2 Sommaire 1. Quels avantages

Plus en détail

PREAMBULE. Les 3 statuts possibles de l entrepreneur :

PREAMBULE. Les 3 statuts possibles de l entrepreneur : 1 PREAMBULE Les 3 statuts possibles de l entrepreneur : 1. Le «quasi salarié» : Le dirigeant de SA et de SAS ou le gérant minoritaire de SARL. Sa rémunération relève des traitements et salaires. Il peut

Plus en détail

Gestion & Actualité. La note d information du CGL SOMMAIRE. Suppression d avantage Particuliers : quelques projets Un seuil relevé BTP intempéries

Gestion & Actualité. La note d information du CGL SOMMAIRE. Suppression d avantage Particuliers : quelques projets Un seuil relevé BTP intempéries EXTRAITS DU N 45 NOVEMBRE 2010 Gestion & Actualité La note d information du CGL SOMMAIRE Page 2 Page 3 Page 4 Suppression d avantage Particuliers : quelques projets Un seuil relevé BTP intempéries Des

Plus en détail

DOCUMENT 1 MODELE D ACCORD COLLECTIF D ENTREPRISE (REGIME DE RETRAITE A COTISATIONS DEFINIES)

DOCUMENT 1 MODELE D ACCORD COLLECTIF D ENTREPRISE (REGIME DE RETRAITE A COTISATIONS DEFINIES) DOCUMENT 1 MODELE D ACCORD COLLECTIF D ENTREPRISE (REGIME DE RETRAITE A COTISATIONS DEFINIES) ENTRE LES SOUSSIGNES : La Société/L Entreprise.., dont le siège social est situé., immatriculée au RCS de sous

Plus en détail