ÉTUDE SUR LA TRAÇABILITÉ DANS L INDUSTRIE DE LA TRANSFORMATION AGROALIMENTAIRE AU QUÉBEC - Les faits saillants -

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ÉTUDE SUR LA TRAÇABILITÉ DANS L INDUSTRIE DE LA TRANSFORMATION AGROALIMENTAIRE AU QUÉBEC - Les faits saillants -"

Transcription

1 ÉTUDE SUR LA TRAÇABILITÉ DANS L INDUSTRIE DE LA TRANSFORMATION AGROALIMENTAIRE AU QUÉBEC - Les faits saillants - La traçabilité a été et est encore aujourd hui au cœur des discussions au niveau provincial, national et également international. En 2001, le Canada a mis en place un système national d identification obligatoire du bétail et des bisons. Quant au gouvernement du Québec, il a décidé, cette même année, de mettre en place et réglementer la traçabilité dans toute la filière bovine, de l étable jusqu à la table et également au niveau de la production porcine, ovine et une production horticole pour l année Afin d établir le portrait de la situation actuelle du secteur de la transformation agroalimentaire au Québec par rapport à la traçabilité et d identifier les besoins de cette industrie pour la mise en place de tels systèmes, le Comité technique de la transformation sur la traçabilité a décidé de mener une étude auprès des usines québécoises de transformation et surtransformation agroalimentaires. Cette dernière a été réalisée entre le 24 janvier et le 4 mars 2003 par la firme Zins Beauchesne et associés. Les faits saillants des résultats de l étude sont exposés ci-après et permettront de prendre des décisions éclairées pour aider le secteur de la transformation dans la connaissance et la mise en place de systèmes adaptés au contexte québécois et sans affecter la compétitivité des entreprises. BILAN DE L ÉTUDE SUR LA TRAÇABILITÉ Remerciements 2 Méthodologie et participation 3 Portrait du secteur de la transformation agroalimentaire 4 Niveau de connaissance et d implantation de la traçabilité 5 Politique qualité 6 Traçabilité et logistique interne 7 Besoins et commentaires 7 Conclusion 8 Recommandations du Comité technique 9 Annexe : tableau récapitulatif 10 Faits saillants de l étude sur la traçabilité dans le secteur de la transformation agroalimentaire au Québec 1

2 REMERCIEMENTS Cette étude a été réalisée grâce au soutien, à l aide et au travail des organisations et comités suivants : Agropur coopérative Association des abattoirs avicoles du Québec (AAAQ) Association québécoise des industries de nutrition animale et céréalière (AQINAC) Comité technique de la transformation sur la traçabilité Conseil de l industrie laitière du Québec (CILQ) Conseil de la boulangerie du Québec (CBQ) Conseil de la transformation agroalimentaire et des produits de consommation (CTAC) Conseil des viandes du Canada section Québec Coopérative fédérée de Québec (CFQ) Fonds québécois d adaptation des entreprises agroalimentaires (FQAEA) Ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation du Québec (MAPAQ) Zins Beauchesne et associés La réalisation et le financement de cette étude ont été rendus possibles grâce au programme du Fonds canadien d adaptation et de développement rural d Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC), par l intermédiaire du conseil régional d adaptation, le Fonds québécois d adaptation des entreprises agroalimentaires (FQAEA). Fonds Québécois d adaptation des entreprises agroalimentaires inc Cette synthèse a été réalisée par le Fonds québécois d adaptation des entreprises agro-alimentaires à partir du rapport de l étude sur la traçabilité dans l industrie de la transformation agroalimentaire au Québec présenté par Zins Beauchesne et associés. Faits saillants de l étude sur la traçabilité dans le secteur de la transformation agroalimentaire au Québec 2

3 MÉTHODOLOGIE ET PARTICIPATION Méthodologie utilisée pour la réalisation de l étude Élaboration et finalisation du questionnaire de l étude Informatisation du questionnaire et prétest téléphonique pour s assurer de sa bonne compréhension par les usines interrogées Création d une liste d usines du secteur de la transformation au Québec par la compilation de listes existantes (listes du ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l alimentation du Québec, du Centre de recherche industrielle du Québec, de l Agence canadienne d inspection des aliments, des associations représentant l industrie et des coopératives agroalimentaires) Envoi aux usines d une lettre d information sur l étude Administration des questionnaires par entrevues téléphoniques Codification et saisie des données, validation et traitement statistique Rédaction d un rapport final remis au Fonds québécois d adaptation des entreprises agroalimentaires inc. (FQAEA) Excellent taux de participation : 69,4% L objectif de l étude était d obtenir 1000 entrevues complétées c est-à-dire 1000 questionnaires exploitables aux fins du traitement et de l analyse des résultats d enquête. Il a été atteint puisque le taux de participation a été excellent. En effet, sur une liste initiale de 1445 usines du secteur de la transformation et surtransformation agroalimentaires au Québec, 1003 ont répondu et complété le questionnaire de l étude. Bonne représentation de tous les secteurs de la transformation Tous les secteurs de la transformation alimentaire ont été représentés avec une légère surreprésentation du secteur de la viande. Le schéma ci-dessous montre que le panel d usines interrogées est représentatif du secteur de la transformation alimentaire au Québec. Répartition sectorielle des usines interrogées 25,3% 3,9% 11,1% 3,7% 9,0% Répartition des entreprises de transformation alimentaire (1999, source MAPAQ) 20,1% 6,4% 16,5% 1,6% 8,0% 9,8% 15,1% 22,0% Aliments pour animaux Mouture de céréales et de graines oléagineuses Mise en conserve de fruits et légumes Produits laitiers Produits de viande Boulangerie et tortillas Autres aliments Boissons et tabac 22,1% 17,4% 7,9% Faits saillants de l étude sur la traçabilité dans le secteur de la transformation agroalimentaire au Québec 3

4 PORTRAIT DU SECTEUR DE LA TRANSFORMATION AGROALIMENTAIRE AU QUÉBEC À PARTIR DES DONNÉES DE L ÉTUDE Taille et chiffres d affaires des usines Les usines sont très diversifiées au point de vue du nombre d employés et du chiffre d affaires lié aux activités de transformation comme le montre le schéma suivant : Nombre d employés Chiffre d affaires lié aux activités de transformation 25,5% 2,4% 33,4% 19,5% 39,4% 12,9% 18,7% Moins de 10 employés Entre 10 et 19 employés Entre 20 et 49 employés 50 employés et plus Sans réponse 19,9% 28,2% Moins de 1 millions $ Entre 1 et 10 millions $ Plus de 10 millions $ Sans réponse Appartenance à une association représentant l industrie Plus de la moitié des usines interrogées (54,7%) sont membres d une association représentant l industrie. Exportations Un peu moins de la moitié des usines (44,4%) exportent hors du Québec. Dans ce cas, en moyenne, un cinquième de leur production est exportée vers les autres provinces et un quart vers d autres pays. Exportations hors du Québec 0,8% 44,4% 38,8% 16,1% N'exporte pas et n'envisage pas d'exporter Envisage d'exporter hors du Québec d'ici 3 ans Exporte hors du Québec Sans réponse Faits saillants de l étude sur la traçabilité dans le secteur de la transformation agroalimentaire au Québec 4

5 NIVEAUX DE CONNAISSANCE ET D IMPLANTATION DE LA TRAÇABILITÉ Connaissance du concept de traçabilité Presque les deux tiers des usines interrogées ont entendu parler du concept de traçabilité grâce à la mise en place de système qualité ou par des revues et journaux. Projets provinciaux et fédéraux en matière de traçabilité peu connus Ils sont en général peu ou pas connus par les usines. Mise en place de la traçabilité Presque la moitié des usines interrogées (48,9%) ont mis ou sont en train de mettre en place un système de traçabilité. Le support papier et informatique est utilisé dans plus de la moitié des cas. La certification des systèmes de la traçabilité Les répondants ayant mis, sont en train ou vont mettre en place un système de traçabilité sont divisés sur la question de la certification par une tierce partie : 46,1% l envisagent, 49,0% non. Ces derniers travailleraient surtout avec l Agence canadienne de l inspection des aliments (ACIA) ou à l intérieur des normes HACCP. Bilan du niveau de connaissance et d'implantation de la traçabilité dans le secteur de la transformation agroalimentaire 1,0% 35,4% 37,5% 13,6% 5,7% 6,9% Aucune connaissance sur la traçabilité Pas de système et aucun projet de mise en place Projets de mise en place (dans 1 à 5 ans et plus) Système en cours de réalisation Système traçabilité implanté Ne sait pas Faits saillants de l étude sur la traçabilité dans le secteur de la transformation agroalimentaire au Québec 5

6 Mise en place du HACCP POLITIQUE QUALITÉ Un peu moins de la moitié des usines (45,9%) ont mis ou sont en train de mettre en place un système HACCP. Reconnaissance du système HACCP La majorité des usines où le système HACCP est implanté sont reconnues par l agence canadienne d inspection des aliments (ACIA) (78,8% des cas). Les autres organismes les plus fréquemment cités sont le Bureau de normalisation du Québec (BNQ) et ANAC/SGS. Mise en place des normes ISO Peu d usines ont mis ou sont en train de mettre en place un système ISO (9,2%). Certification des systèmes ISO Les usines sont certifiées par des organismes variés. Sélection des fournisseurs Presque deux tiers des usines (61,6%) ont un système de sélection des fournisseurs. En moyenne, les fournisseurs sont sélectionnés d après des critères de qualité, de salubrité / innocuité, de système d identification des produits et de système de traçabilité. Politique de retrait de produits Plus de deux tiers des usines (71,2%) ont une politique de retrait de produits. Parmi ces usines, plus de la moitié (54,3%) ne font pas de simulation de retrait de produits. Autres projets qualité réalisés ou en cours de réalisation Parmi ces projets, ceux qui retiennent le plus l attention des usines sont la déclaration d allergènes, la mise en place d un programme de biosécurité et la déclaration d organismes génétiquement modifiés (OGM). 21,1% Implantation HACCP 0,4% Bilan politique qualité Implantation des normes ISO 3,8% 5,4% 0,4% 24,8% 53,6% Système de sélection des fournisseurs 2% 37% Aucun (e) En cours de réalisation Implanté Sans réponse 90,4% Politique de retrait de produits 0,8% 22,6% 61% 71,2% 5% Faits saillants de l étude sur la traçabilité dans le secteur de la transformation agroalimentaire au Québec 6

7 TRAÇABILITÉ ET LOGISTIQUE INTERNE Gestion des matières premières Identification des matières premières En moyenne, une très faible proportion (4,6%) des matières premières reçues (incluant les ingrédients principaux, secondaires et les emballages) n est pas identifiée par le fournisseur. Enregistrement des matières premières à la réception 76,8% des usines enregistrent la quantité et la description du produit et 64,9% le lot correspondant. Gestion de fabrication Lots de fabrication et système d identification 69% des usines ont défini des lots de fabrication et 72% un système d identification des lots sur les produits finis. Enregistrement des ingrédients utilisés 73% des usines enregistrent les matières premières et leur code pour les ingrédients principaux, 57,9% pour les ingrédients secondaires et 40,2% pour les emballages. Gestion des produits finis Enregistrement en inventaire Plus de la moitié des usines enregistrent la quantité, la description ainsi que le lot correspondant. Enregistrement des produits expédiés En général, la quantité et la description du produit ainsi que le nom et l adresse du client sont enregistrés. Un peu moins de la moitié (47,6%) n enregistrent pas le lot correspondant. BESOINS ET COMMENTAIRES Outils pour une meilleure information sur la traçabilité et sa mise en place Voici les réponses obtenues les plus fréquentes : Un guide (44,5%) Un bulletin d information (38,7%) La standardisation de l information (34,5%) De la formation (33,4%) Des modèles génériques (28,6%) Commentaires 22,6% des usines interrogées ont eu des commentaires à formuler sur la traçabilité dont : Des craintes liées aux coûts, à la difficulté, à la lourdeur ou à l inutilité de la mise en place de systèmes de traçabilité Plusieurs ont fait remarquer que la traçabilité était une bonne chose Certaines ont souligné le manque d information sur la traçabilité et les projets des différents gouvernements Faits saillants de l étude sur la traçabilité dans le secteur de la transformation agroalimentaire au Québec 7

8 CONCLUSION Un environnement favorable et réceptif à la traçabilité Bonne réceptivité du secteur de la transformation agroalimentaire face à la traçabilité Le taux de réponse de 69,4% de participation à l étude ainsi que la volonté d avoir plus d information sur la traçabilité et sa mise en place indique la bonne réceptivité de l industrie de la transformation agroalimentaire au Québec face à la thématique de la traçabilité. Niveaux de connaissance et de mise en place de la traçabilité élevés 62,4% des usines interrogées connaissent la traçabilité et 48,9% l ont implanté ou sont en cours de mise en place. Association fréquente de la traçabilité avec les autres systèmes qualité La moitié des usines ayant entendu parler de la traçabilité l ont été lors de la mise en place d un système qualité et plusieurs répondants veulent faire certifier leur système traçabilité avec l HACCP, indiquant qu ils font un parallèle entre la reconnaissance HACCP et les programmes de traçabilité. cependant, plusieurs facteurs restent à prendre en compte Disparités dans la connaissance et la mise en place des politiques qualité L étude a révélé un écart important entre les grandes usines, celles ayant l agrément fédéral ou appartenant à une association représentant l industrie et les autres types d usines surtout de petite taille. Besoins importants d information L étude a révélé d importants besoins d information sur la traçabilité et sa mise en place ainsi que sur les projets des gouvernements provincial et fédéral. Préoccupations des usines Les usines ont formulé des craintes sur les coûts et la complexité de la mise en place de systèmes de traçabilité. Faits saillants de l étude sur la traçabilité dans le secteur de la transformation agroalimentaire au Québec 8

9 RECOMMANDATIONS DU COMITÉ TECHNIQUE DE LA TRANSFORMATION SUR LA TRAÇABILITÉ Suite à l étude sur la traçabilité et en complément des conclusions précédentes, voici les recommandations du Comité technique de la transformation sur la traçabilité : Prendre en considération tout le secteur de la transformation agroalimentaire Ce qui va se faire pour la filière bovine servira de base en cas de réglementation pour les autres filières. Il est donc important de prendre en compte tout le secteur de l agroalimentaire de façon à connaître tous les enjeux et impacts de la traçabilité. Besoins de formation et d information L étude a révélé des besoins en formation et information, en particulier pour les plus petites usines qui sont en général plus démunies face aux nouvelles exigences. C est pourquoi, dans le plan d action sur la traçabilité, une étape concernant des sessions de formation et d information auprès de l industrie par le MAPAQ devrait être ajoutée. Prendre en compte les préoccupations des usines La réglementation devrait avoir comme objectif la mise en place d un système simple afin d éviter des coûts trop importants d implantation. Traçabilité versus HACCP La traçabilité est en partie un élément du système HACCP avec notamment le programme préalable sur les retraits de produits. Cependant, il faut souligner que la traçabilité, seule, ne garantit pas la salubrité des aliments. Un système HACCP ou une méthode équivalente conduit à la maîtrise des risques sur les produits alimentaires grâce à une analyse des dangers. L étude a démontré que 53,6% des usines n avaient aucun système basé sur les principes HACCP. Il serait donc important de prendre en compte cette information lors de l élaboration des différentes stratégies concernant l industrie agroalimentaire. Standardisation de l information La standardisation de l information est un des consensus obtenus lors du colloque du 6 décembre et est demandée par 35,4% des usines interrogées. Parmi les autres points mentionnés lors de cet événement, les résultats de l étude ont démontré la pertinence d une réglementation flexible basée sur des objectifs et non sur des moyens et également de la nécessité de la gestion des systèmes d information par les entreprises elles-mêmes. Prochaines actions du Comité technique de la transformation sur la traçabilité Élaboration d un guide d application de la future réglementation Nouvelles éditions du Traçabulletin Faits saillants de l étude sur la traçabilité dans le secteur de la transformation agroalimentaire au Québec 9

10 TABLEAU RÉCAPITULATIF (1) Faits saillants de l étude sur la traçabilité dans le secteur de la transformation agroalimentaire au Québec Connaissance du concept de la traçabilité Connaissance des projets provinciaux et fédéraux Agrément Fédéral Membre d une association Grosseur des usines (Taille et chiffre d affaires) Oui Non Oui Non Petite Moyenne Grande Viandes Poissons Fruits et légumes Secteurs d activité Produits laitiers Farines Céréales Alimentation animale (transformation) Système traçabilité installé - Support utilisé : papier et informatique Support utilisé : papier Objectifs de la traçabilité (1) - (2) Pour une certification de la traçabilité Pour une certification de la traçabilité avec l ACIA Pour une certification de la traçabilité avec l ANAC-SGS Système HACCP installé - Système HACCP en cours Pas de système HACCP Normes ISO implantées Sélection fournisseurs Audit régulier ou occasionnel des fournisseurs Politique de retrait Simulation de retrait de produits Autres projets implantés Déclaration d allergènes Autres (1) Les objectifs cités les plus importants sont : garantir l origine du produit, avoir ou améliorer la politique de retrait ou répondre à une réglementation. (2) L objectif mentionné est d obtenir un avantage concurrentiel. 10

11 TABLEAU RÉCAPITULATIF (2) Faits saillants de l étude sur la traçabilité dans le secteur de la transformation agroalimentaire au Québec Identification des matières premières par le fournisseur Attribution d un numéro de lot aux matières premières non - identifiées Enregistrement des matières premières à la réception: quantité, description, et lot Définition lot de fabrication et système d identification Enregistrement des ingrédients utilisés pour la fabrication d un lot Enregistrement des produits finis en inventaire Agrément Fédéral Membre d une association Grosseur des usines (Taille et chiffre d affaires) Oui Non Oui Non Petite Moyenne Grande Viandes Poissons - Fruits et légumes Secteurs d activité Produits laitiers Farines Céréales Alimentation animale (transformation) Enregistrement de la quantité, description et lot Enregistrement des produits expédiés - Nombre d éléments enregistrés Lot Exportations hors du Québec - Exportations vers les autres provinces canadiennes Exportations vers les autres pays Appartenance à une association représentant l industrie - Autres 11

HACCP et ISO 22000 au Québec et Canada,

HACCP et ISO 22000 au Québec et Canada, HACCP et ISO 22000 au Québec et Canada, bref apercu Christine Dupuis, christine.dupuis@bnq.qc.ca CRIQ-QC, 19 octobre 2006 Sommaire Contexte canadien et québécois pour HACCP Quelques chiffres Le programme

Plus en détail

Projet AgroMed Quality. Partie 4. Études de cas des entreprises agroalimentaires

Projet AgroMed Quality. Partie 4. Études de cas des entreprises agroalimentaires Projet AgroMed Quality Partie Études de cas des entreprises agroalimentaires La présente section reprend la méthodologie et les résultats d une enquête effectuée auprès des entreprises agricoles et/ou

Plus en détail

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca La recherche antérieure a montré que la majorité des consommateurs canadiens affichent une préférence marquée pour l achat de produits alimentaires canadiens par rapport aux produits d importation. Est-ce

Plus en détail

SERVICES DE CONSULTATION ALIMENTAIRE

SERVICES DE CONSULTATION ALIMENTAIRE Groupe EnvironeX SERVICES DE CONSULTATION ALIMENTAIRE labenvironex.com «Des conseils et diagnostics en agroalimentaire, de la ferme à la table!» Les laboratoires du Groupe EnvironeX disposent d une solide

Plus en détail

Transformation alimentaire

Transformation alimentaire Le secteur de la transformation alimentaire Selon les données du ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation (MAPAQ), le secteur de la transformation alimentaire compte quelque 2 100

Plus en détail

Observatoire Prospectif des Métiers et des Qualifications dans les Métiers de l'alimentation

Observatoire Prospectif des Métiers et des Qualifications dans les Métiers de l'alimentation Institut d Informations et de Conjonctures Professionnelles 11, rue Christophe-Colomb 75008 Paris Tél. 01 47 20 30 33 Fax 01 47 20 84 58 iplusc@iplusc.com.fr. Observatoire Prospectif des Métiers et des

Plus en détail

Enquête industrie Agroalimentaire

Enquête industrie Agroalimentaire [Texte] Enquête industrie Agroalimentaire La CCI de la Vendée a mené, courant 2013, une enquête auprès des entreprises industrielles vendéennes afin d analyser la structuration et l organisation de ces

Plus en détail

Sondage sur les bulletins scolaires de la province Résumé des résultats

Sondage sur les bulletins scolaires de la province Résumé des résultats Sondage sur les bulletins scolaires de la province Résumé des résultats Présenté à la ministre de l Éducation et du Développement de la petite enfance par le Comité d examen des bulletins scolaires de

Plus en détail

L importance des audits énergétiques

L importance des audits énergétiques L importance des audits énergétiques Bureau de l efficacité et de l innovation énergétiques (BEIE) Geneviève Bélanger, ing. Octobre 2012 Plan de la présentation Historique Les analyses énergétiques et

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011 L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011 Baromètre annuel vague 7-1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel

Plus en détail

Programme de certification d aliments transformés avec contrôle optimal d allergènes

Programme de certification d aliments transformés avec contrôle optimal d allergènes Programme de certification d aliments transformés avec contrôle optimal d allergènes Par: Claire Dufresne AQAA Rencontre BNQ-AFNOR Octobre 2006 Mission de l AQAA Offrir du soutien et de l information,

Plus en détail

5. Information et accès aux moyens de paiement

5. Information et accès aux moyens de paiement 5. Information et accès aux moyens de paiement Cette dernière partie mobilise des méthodes d analyse des données, permettant de mieux comprendre comment s articulent d une part l accès aux différents services

Plus en détail

Faits saillants du sondage auprès de la population québécoise sur la consommation de produits biologiques

Faits saillants du sondage auprès de la population québécoise sur la consommation de produits biologiques Faits saillants du sondage auprès de la population québécoise sur la consommation de produits biologiques Préparé par Filière biologique du Québec Lévis (Québec) Mai 2013 1. Profil des répondants Un échantillon

Plus en détail

STRATÉGIE RÉGIONALE D EXAMEN Présentation à la Société canadienne d évaluation Charlottetown, 5 juin 2006 Daniel Gagnon, Gestionnaire int.

STRATÉGIE RÉGIONALE D EXAMEN Présentation à la Société canadienne d évaluation Charlottetown, 5 juin 2006 Daniel Gagnon, Gestionnaire int. STRATÉGIE RÉGIONALE D EXAMEN Présentation à la Société canadienne d évaluation Charlottetown, 5 juin 2006 Daniel Gagnon, Gestionnaire int. planification et examen Plan de la présentation Introduction Contexte

Plus en détail

Etude sur l équipement des TPE / PME. en complémentaire santé

Etude sur l équipement des TPE / PME. en complémentaire santé Département Évaluation des Politiques Sociales Etude sur l équipement des TPE / PME en complémentaire santé Synthèse des résultats Léopold GILLES Pauline JAUNEAU Juillet 2012 1 Contexte et objectifs Dans

Plus en détail

Dispositif de mesure de la qualité de service de la Lettre prioritaire et de la Lettre verte

Dispositif de mesure de la qualité de service de la Lettre prioritaire et de la Lettre verte Décembre 2014 Dispositif de mesure de la qualité de service de la Lettre prioritaire et de la Lettre verte Travaux d amélioration de la mesure mis en œuvre suite à l audit mené en 2013 par le cabinet Ernst

Plus en détail

L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse

L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse Observatoire des métiers des Professions Libérales 52-56 rue Kléber - 92309 LEVALLOIS-PERRET

Plus en détail

ISO 14001: 2015. Livre blanc des révisions à la norme ISO sur les systèmes de gestion environnementale JUILLET 2015

ISO 14001: 2015. Livre blanc des révisions à la norme ISO sur les systèmes de gestion environnementale JUILLET 2015 ISO 14001: 2015 Livre blanc des révisions à la norme ISO sur les systèmes de gestion environnementale JUILLET 2015 4115, Rue Sherbrooke Est, Suite 310, Westmount QC H3Z 1K9 T 514.481.3401 / F 514.481.4679

Plus en détail

Le programme Serving Safer Food Alberta

Le programme Serving Safer Food Alberta Le programme Serving Safer Food Alberta Michael Sidra MBA, CISP(C) Contrôleur HACCP agréé par l ASQ (American Society for Quality) Coordinateur du programme HACCP Services de santé de l Alberta Vue d ensemble

Plus en détail

Consultation publique

Consultation publique Consultation publique PROJET DE REDÉVELOPPEMENT DU SITE DES ANCIENS ATELIERS DU CN Mémoire déposé par le Club populaire des consommateurs de Pointe-Saint-Charles dans le cadre des consultations publique

Plus en détail

Étiquettes approuvées pour les porcs

Étiquettes approuvées pour les porcs Étiquettes approuvées pour les porcs Programme d identification et de traçabilité des animaux d élevage VERSION 1 1 er juillet 2014 Les étiquettes approuvées sous le programme national d'identification

Plus en détail

Promotion d une saine alimentation et de l activité physique : analyse des besoins de formation du réseau de santé publique

Promotion d une saine alimentation et de l activité physique : analyse des besoins de formation du réseau de santé publique Promotion d une saine alimentation et de l activité physique : analyse des besoins de formation du réseau de santé publique Karyne Daigle, stagiaire Maîtrise en santé communautaire MISE EN CONTEXTE Le

Plus en détail

Observatoire Ireb 2014 «Les Français et l alcool» : Alcool au travail : un quart des actifs consomme occasionnellement

Observatoire Ireb 2014 «Les Français et l alcool» : Alcool au travail : un quart des actifs consomme occasionnellement Institut de Recherches Scientifiques sur les Boissons Observatoire Ireb 2014 «Les Français et l alcool» : Alcool au travail : un quart des actifs consomme occasionnellement Paris, le 9 septembre 2014 L

Plus en détail

CA2, Systèmes d assurance et durabilité

CA2, Systèmes d assurance et durabilité CA2, Systèmes d assurance et durabilité Présenté aux Producteurs laitiers du Canada Pau Spooner, Division des politiques des Systèmes d'assurance et de l alimentation Ottawa, le 5 février 2014 Objet Présenter

Plus en détail

Audit des contrôles de base pour l Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec

Audit des contrôles de base pour l Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec Audit des contrôles de base pour l Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec Octobre 2013 Bureau du contrôleur général Pourquoi est-ce important? Les Canadiens s attendent

Plus en détail

Résumé : Deuxième Enquête panel sur le financement des PME en Suisse

Résumé : Deuxième Enquête panel sur le financement des PME en Suisse Département fédéral de l économie DFE Secrétariat d Etat à l économie SECO Communication Résumé : Deuxième Enquête panel sur le financement des PME en Suisse Date 20 novembre 2009 1. Introduction Dans

Plus en détail

LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS

LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS Novembre 11 Plus de la moitié des cadres en poste envisage une mobilité professionnelle dans un avenir proche, que ce soit un changement de poste dans

Plus en détail

INTRODUCTION. OCTOBRE 2012 «BILAN DE SANTÉ» Prise VI ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES

INTRODUCTION. OCTOBRE 2012 «BILAN DE SANTÉ» Prise VI ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES OCTOBRE 2012 «BILAN DE SANTÉ» Prise VI ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES Faits saillants du sondage 2 Méthode de sondage 3 Profil des répondants 3 Santé

Plus en détail

ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie

ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie Capacité d adaptation des systèmes en Agriculture Biologique aux épisodes de sécheresse AUTONOMIE ALIMENTAIRE Maître d œuvre : Chambres d Agriculture

Plus en détail

Elle aboutira à la rédaction d un cahier des charges pour le lancement d une campagne de communication.

Elle aboutira à la rédaction d un cahier des charges pour le lancement d une campagne de communication. Axe 1.1 : Création d une destination «Gironde» Action 1.1.1 : Lancement d une étude sur l image et le positionnement marketing de la Gironde La Gironde a des images, des sites touristiques Cependant, il

Plus en détail

PLAN DE LA PRÉSENTATION

PLAN DE LA PRÉSENTATION DES OUTILS POUR FAVORISER LE TRANSFERT DE FERME : RAPPORT D ÉTUDE Par Marie-Eve Bourdeau Colloque sur l établissement et le retrait en agriculture Le 18 mars 2015 PLAN DE LA PRÉSENTATION 1. Contexte 2.

Plus en détail

Faits saillants du sondage sur la consommation des produits biologiques au Québec

Faits saillants du sondage sur la consommation des produits biologiques au Québec Faits saillants du sondage sur la consommation des produits biologiques au Québec Préparé par Filière biologique du Québec Lévis (Québec) Juin 2011 1. Profil des répondants Un échantillon de 718 personnes

Plus en détail

Identification d Opportunités d EXportation pour les PME du Québec (IOEX) 30 janvier 2014

Identification d Opportunités d EXportation pour les PME du Québec (IOEX) 30 janvier 2014 Identification d Opportunités d EXportation pour les PME du Québec (IOEX) 30 janvier 2014 Identification d Opportunités d EXportation Questionnement Si, aujourd hui, vous voulez savoir exactement : le

Plus en détail

LA CERTIFICATION AGROENVIRONNEMENTALE

LA CERTIFICATION AGROENVIRONNEMENTALE LA CERTIFICATION AGROENVIRONNEMENTALE Contexte et état de situation au Québec par Claude Soucy, biologiste, M. Env. Direction de l environnement et du développement durable Plan de la présentation Le contexte

Plus en détail

Étiquettes approuvées pour les bisons

Étiquettes approuvées pour les bisons Étiquettes approuvées pour les bisons Programme d identification et de traçabilité des animaux d élevage VERSION 4 2014/03/31 Les étiquettes approuvées sous le programme national d'identification et de

Plus en détail

International Featured Standard. Champs obligatoires à compléter dans le rapport d audit IFS

International Featured Standard. Champs obligatoires à compléter dans le rapport d audit IFS International Featured Standard Champs obligatoires à compléter dans le IFS Champs obligatoires à compléter dans le IFS Avril 2009 Préface Les exigences suivantes, à compléter de manière systématique par

Plus en détail

TRANSFORMATION ALIMENTAIRE QUÉBEC

TRANSFORMATION ALIMENTAIRE QUÉBEC PROFIL SECTORIEL Fabrication des aliments pour animaux TRANSFORMATION ALIMENTAIRE QUÉBEC un réseau à la portée des entreprises Avril 2009 Profil sectoriel Fabrication des aliments pour animaux Faits saillants

Plus en détail

assurance et confiance Les programmes à la ferme offrent aux consommateurs

assurance et confiance Les programmes à la ferme offrent aux consommateurs Les programmes à la ferme offrent assurance et confiance aux consommateurs Les programmes à la ferme des PPC, Votre propre poulet et le Programme de soins aux animaux (PSA), ont été conçus pour répondre

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

Plus en détail

par CABiNET le 19 avril 2013

par CABiNET le 19 avril 2013 Présentation à Services partagés Canada (SPC) Table ronde sur l'infrastructure de la technologie de l information Comité consultatif sur les points de référence en matière d approvisionnement par CABiNET

Plus en détail

Fiche 04 COMPÉTITIVITÉ DES ENTREPRISES

Fiche 04 COMPÉTITIVITÉ DES ENTREPRISES La région de la Chaudière-Appalaches est reconnue pour la multitude de PME qu on retrouve sur son territoire. Dans le sondage mené par la CRÉ auprès d acteurs du développement de la région en janvier dernier,

Plus en détail

Répertoire des sources d information sur les secteurs d activité comparables

Répertoire des sources d information sur les secteurs d activité comparables Programme Initiative d appui aux conseillers agricoles Répertoire des sources d information sur les secteurs d activité comparables (IACA-525) Réalisé par Le Centre de référence en agriculture et agroalimentaire

Plus en détail

contrats en cours. 3 Les résultats présentés dans le présent rapport tiennent compte du chiffre d affaires des organismes sur le

contrats en cours. 3 Les résultats présentés dans le présent rapport tiennent compte du chiffre d affaires des organismes sur le Améliorer la lisibilité des contrats d assurance complémentaire santé : Engagements pris, engagements tenus! Première évaluation du dispositif instauré par les Fédérations membres de l UNOCAM 5 mars 2012

Plus en détail

Perceptions du grand public par rapport au gouvernement actuel et certains enjeux liés aux entreprises

Perceptions du grand public par rapport au gouvernement actuel et certains enjeux liés aux entreprises Montréal Québec Toronto Ottawa Edmonton Philadelphie Denver Tampa Perceptions du grand public par rapport au gouvernement actuel et certains enjeux liés aux entreprises 13574-008 Novembre 2009 www.legermarketing.com

Plus en détail

TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS?

TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS? TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS? INTRODUCTION Aujourd hui, dans un contexte de crises sanitaires et de concurrence internationale croissante au niveau du secteur

Plus en détail

Fiches de synthèse AGRICULTURE

Fiches de synthèse AGRICULTURE CERCAM Fiches de synthèse AGRICULTURE Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali Mars 2014 1- Secteur agricole au Sénégal Foncier Le foncier sénégalais appartient à 95 % au domaine national

Plus en détail

Pourquoi est-ce un bon choix?

Pourquoi est-ce un bon choix? Pourquoi est-ce un bon choix? CPAQ Aliments du Québec Présentation de l organisme et structure administrative Court historique La mission Les mandats Les marques Fonctionnement pour devenir membre (le

Plus en détail

Geoffroy Ménard, agr.

Geoffroy Ménard, agr. Geoffroy Ménard, agr. Photo: IGA Projet réalisé dans le cadre du Programme d appui à la mise en marché des produits biologiques (volet 1) du Ministère de l'agriculture, des Pêcheries et de l'alimentation

Plus en détail

CHOISIR SON ABATTOIR SELON LE MARCHÉ VISÉ

CHOISIR SON ABATTOIR SELON LE MARCHÉ VISÉ CHOISIR SON ABATTOIR SELON LE MARCHÉ VISÉ Patrick Tirard-Collet Conseiller en transformation alimentaire Direction de la transformation alimentaire et des marchés Plan de la présentation Principes de base

Plus en détail

Enquêtes auprès des éleveurs laitiers ayant installé un pré-refroidisseur dans le cadre du programme régional "éco énergie lait"

Enquêtes auprès des éleveurs laitiers ayant installé un pré-refroidisseur dans le cadre du programme régional éco énergie lait Enquêtes auprès des éleveurs laitiers ayant installé un pré-refroidisseur dans le cadre du programme régional "éco énergie lait" Juillet 2014 Rapport de résultats Avec le soutien et le partenariat de :

Plus en détail

Sécurité Sanitaire des Aliments. Saint-Pierre, le 19 novembre 2013. Olivier BOUTOU. Les outils de la qualité sanitaire dans les pays du sud

Sécurité Sanitaire des Aliments. Saint-Pierre, le 19 novembre 2013. Olivier BOUTOU. Les outils de la qualité sanitaire dans les pays du sud Sécurité Sanitaire des Aliments Saint-Pierre, le 19 novembre 2013 Olivier BOUTOU Les outils de la qualité sanitaire dans les pays du sud Faisons connaissance Missions au sein d AFNOR Animation de formation

Plus en détail

Quelles sont les obligations légales et réglementaires de conservation des données informatisées?

Quelles sont les obligations légales et réglementaires de conservation des données informatisées? Quelles sont les obligations légales et réglementaires de conservation des données informatisées? Intervenants : Valérie PAROT - AVOCAT Bruno DENIS - VIF SOMMAIRE Informatique et données de l entreprise?

Plus en détail

Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments

Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments Le respect des bonnes pratiques d hygiène de fabrication, par chaque opérateur, constitue le préalable à toute démarche de maîtrise de la sécurité

Plus en détail

Comment contrôler et surveiller le gluten Chantal Picard, Chef du Service de consultation LES LABORATOIRES D ANALYSES S.M. INC. Le 4 novembre 2014 Les Laboratoires d analyses S.M. Inc. Certifiés ISO 9001:2008

Plus en détail

Observatoire Prospectif des Métiers et des Qualifications dans les Métiers de l'alimentation

Observatoire Prospectif des Métiers et des Qualifications dans les Métiers de l'alimentation Institut d Informations et de Conjonctures Professionnelles 11, rue Christophe-Colomb 75008 Paris Tél. 01 47 20 30 33 Fax 01 47 20 84 58 iplusc@iplusc.com.fr. Observatoire Prospectif des Métiers et des

Plus en détail

Participez. Madame, Monsieur,

Participez. Madame, Monsieur, Participez Prix de l initiative agroalimentaire internationale Madame, Monsieur, RIA, Revue de l Industrie Agroalimentaire, lance la première édition des RIA Globes, prix de l initiative agroalimentaire

Plus en détail

Système de certification. Système officiel ou agréé de certification.

Système de certification. Système officiel ou agréé de certification. DIRECTIVES SUR L ÉLABORATION D ACCORDS D ÉQUIVALENCE RELATIFS AUX SYSTÈMES D INSPECTION ET DE CERTIFICATION DES IMPORTATIONS ET DES EXPORTATIONS ALIMENTAIRES SECTION 1 CHAMP D APPLICATION CAC/GL 34-1999

Plus en détail

La conduite sécuritaire : un engagement dans la bonne voie. Colloque Via Prévention Le 8 novembre 2012

La conduite sécuritaire : un engagement dans la bonne voie. Colloque Via Prévention Le 8 novembre 2012 La conduite sécuritaire : un engagement dans la bonne voie Colloque Via Prévention Le 8 novembre 2012 Déroulement de la conférence 1. Introduction 2. Profil de l entreprise 3. Historique en santé et sécurité

Plus en détail

La santé au travail des cheminots en région Bretagne Enquête pour le CER et la Mutuelle Entrain

La santé au travail des cheminots en région Bretagne Enquête pour le CER et la Mutuelle Entrain La santé au travail des cheminots en région Bretagne Enquête pour le CER et la Mutuelle Entrain Présentation des résultats de l enquête auprès des salariés Sommaire A- La démarche 1. Méthodologie de l

Plus en détail

AIDE FINANCIÈRE AUX ÉTUDES STATISTIQUES RAPPORT 2002-2003

AIDE FINANCIÈRE AUX ÉTUDES STATISTIQUES RAPPORT 2002-2003 AIDE FINANCIÈRE AUX ÉTUDES STATISTIQUES RAPPORT 2002-2003 AIDE FINANCIÈRE AUX ÉTUDES STATISTIQUES RAPPORT 2002-2003 Symboles et abréviations % : pourcentage $ : en milliers de dollars ou moins M $ : en

Plus en détail

Audit des contrôles de base de Diversification de l économie de l Ouest Canada

Audit des contrôles de base de Diversification de l économie de l Ouest Canada Audit des contrôles de base de Diversification de l économie de l Ouest Canada Octobre 2014 Bureau du contrôleur général du Canada Importance de l audit Aux termes de la Loi sur la gestion des finances

Plus en détail

Exportation wallonne et certification ISO

Exportation wallonne et certification ISO Exportation wallonne et certification ISO Janvier 2015 1 Contenu 1. Introduction... 3 2. Méthodologie d analyse... 3 3. Résultats chiffrés... 4 3.1. Au global... 4 3.2. Répartition par province... 4 3.3.

Plus en détail

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques Livret de suivi du parcours de développement des compétences Ce livret est obligatoire pour les contrats de professionnalisation conclus

Plus en détail

FORMATION EN HYGIÈNE ET SALUBRITÉ ALIMENTAIRES pour les gestionnaires d établissement et les manipulateurs d aliments

FORMATION EN HYGIÈNE ET SALUBRITÉ ALIMENTAIRES pour les gestionnaires d établissement et les manipulateurs d aliments FORMATION EN HYGIÈNE ET SALUBRITÉ ALIMENTAIRES pour les gestionnaires d établissement et les manipulateurs d aliments Le Règlement sur les aliments (RRQ, chap. P-29, r. 1) qui rend obligatoire la formation

Plus en détail

Contexte et objectifs

Contexte et objectifs Contexte et objectifs L arrivée massive des «baby-boomers» à la retraite est, depuis quelques années, au coeur des préoccupations de la société québécoise. Dans ce contexte, les personnes aînées sont souvent

Plus en détail

Les usages et besoins TIC des entreprises d Indre et Loire en 2012

Les usages et besoins TIC des entreprises d Indre et Loire en 2012 Les usages et besoins TIC des entreprises d Indre et Loire en 2012 Laure BERTHELEMY Mars 2013 L enquête : Le développement de l usage des Technologies de l Information et de la Communication (TIC) au sein

Plus en détail

Résultats du sondage réalisé par Sodie sur la mise en place du Conseil en Evolution Professionnelle (CEP) et du Compte Personnel de Formation (CPF)

Résultats du sondage réalisé par Sodie sur la mise en place du Conseil en Evolution Professionnelle (CEP) et du Compte Personnel de Formation (CPF) Résultats du sondage réalisé par Sodie sur la mise en place du Conseil en Evolution Professionnelle (CEP) et du Compte Personnel de Formation (CPF) Réalisé par le Service Etudes et Diagnostics de Sodie

Plus en détail

Patricia Lallement, MAAPRAT DGAl, Sous-direction de la sécurité sanitaire des aliments

Patricia Lallement, MAAPRAT DGAl, Sous-direction de la sécurité sanitaire des aliments C2 1/4 Paquet hygiène : actualités, enjeux Patricia Lallement, MAAPRAT DGAl, Sous-direction de la sécurité sanitaire des aliments Le «Paquet hygiène», composé de plusieurs textes législatifs adoptés par

Plus en détail

Programme MOUSSANADA Axe : Organisation Action d Accompagnement à la certification ISO 14001 TERMES DE RÉFÉRENCE

Programme MOUSSANADA Axe : Organisation Action d Accompagnement à la certification ISO 14001 TERMES DE RÉFÉRENCE Programme MOUSSANADA Axe : Organisation Action d Accompagnement à la certification ISO 14001 TERMES DE RÉFÉRENCE OBJECTIF... 2 RESULTATS... 2 INDICATEURS D IMPACT... 2 PRE-REQUIS... 2 ACTIVITES ET LIVRABLES...

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES ENTREPRISES DE L INDUSTRIE DE LA LANGUE AU CANADA

ENQUÊTE SUR LES ENTREPRISES DE L INDUSTRIE DE LA LANGUE AU CANADA ÉTUDE ÉCONOMIQUE ENQUÊTE SUR LES ENTREPRISES DE L INDUSTRIE DE LA LANGUE AU CANADA Traduction, interprétation et formation linguistique d après une enquête menée par Statistique Canada en 2005 Août 2006

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2006 MNE POUR DISCUSSION ET ORIENTATION. Initiative focale sur la responsabilité sociale des entreprises (RSE)

Conseil d administration Genève, mars 2006 MNE POUR DISCUSSION ET ORIENTATION. Initiative focale sur la responsabilité sociale des entreprises (RSE) BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.295/MNE/2/1 295 e session Conseil d administration Genève, mars 2006 Sous-commission sur les entreprises multinationales MNE POUR DISCUSSION ET ORIENTATION DEUXIÈME QUESTION

Plus en détail

L utilisation des TIC par le personnel enseignant. Marie-José Roy FRÉQUENCE D UTILISATION ET INTERNET

L utilisation des TIC par le personnel enseignant. Marie-José Roy FRÉQUENCE D UTILISATION ET INTERNET L utilisation des TIC par le personnel enseignant Marie-José Roy Depuis l apparition des micro-ordinateurs dans les années 1980, la tâche des enseignantes et enseignants s est vue modifiée à mesure que

Plus en détail

On dénombre, en 1998, 94 300 emplois en bioalimentaire dans la ville de Montréal, soit une part de 23% des emplois de ce secteur au Québec :

On dénombre, en 1998, 94 300 emplois en bioalimentaire dans la ville de Montréal, soit une part de 23% des emplois de ce secteur au Québec : GROUPE DE TRAVAIL Définition de l industrie L industrie bioalimentaire à Montréal L industrie bioalimentaire regroupe les secteurs d activités économiques suivants : L agriculture et activités de soutien

Plus en détail

Dossiers personnels de l élève

Dossiers personnels de l élève Dossiers personnels de l élève Pauline Ladouceur Octobre 2008 - 2 - Principes de base à respecter: La protection des renseignements personnels repose sur trois principes de base : le nombre de renseignements

Plus en détail

Table des matières. Page

Table des matières. Page Enquête salariale Table des matières Contexte et objectifs.... 2 Méthodologie. 3 Sommaire exécutif...... 4 Résultats détaillés... 10 Rémunération globale selon la fonction occupée 11 Rémunération globale

Plus en détail

Développement du secteur de chevreau de boucherie

Développement du secteur de chevreau de boucherie Consultants en économie, spécialisés en agriculture, en agroalimentaire et en énergie Développement du secteur de chevreau de boucherie Rapport final présenté au Syndicat des producteurs de chèvres du

Plus en détail

ISBN-13 : 978-2-922325-43-0 Dépôt légal : Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2009

ISBN-13 : 978-2-922325-43-0 Dépôt légal : Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2009 REMERCIEMENTS AUX PARTENAIRES Cette étude a été réalisée grâce à la participation financière de la Commission des partenaires du marché du travail et du ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport.

Plus en détail

PROGRAMME AGRI-MARKETING. Formulaire de demande 2009-2010

PROGRAMME AGRI-MARKETING. Formulaire de demande 2009-2010 PROGRAMME AGRI-MARKETING Formulaire de demande 2009-2010 6 avril 2009 1 Demande de financement pour 2009-2010 TABLE DES MATIÈRES A Coordonnées du demandeur et du représentant autorisé.. B Organisations

Plus en détail

Les taux de rendement actuels en agriculture canadienne par type d exploitation agricole

Les taux de rendement actuels en agriculture canadienne par type d exploitation agricole Séries sur l examen du renment s exploitations agricoles /Volume No. Les taux renment actuels en agriculture canadienne par type d exploitation agricole Introduction Ce bulletin présente nouvelles mesures

Plus en détail

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles aria DIRECCTE A Q U I T A I N E Collection «Études» N 09 Juin 2011 DIRECTION RÉGIONALE DES ENTREPRISES, DE LA CONCURRENCE, DE LA CONSOMMATION, DU TRAVAIL ET DE L EMPLOI SERVICE ÉTUDES, STATISTIQUES, ÉVALUATION

Plus en détail

L Indice Environnemental

L Indice Environnemental L Indice Environnemental Historique et position face à l hypothèse de Porter Corinne MERCADIE Responsable Environnement & Emballages 1ere expérience de collecte et de mesure environnementale 2008 à 2010

Plus en détail

Faits saillants du Sondage sur les travailleurs québécois de 25 à 44 ans et l épargne

Faits saillants du Sondage sur les travailleurs québécois de 25 à 44 ans et l épargne 2011 Faits saillants du Sondage sur les travailleurs québécois de 25 à 44 ans et l épargne Rédaction Marc-Olivier Robert Lambert Collaboration Francis Picotte Mise en page Nathalie Cloutier Révision linguistique

Plus en détail

LES BESOINS EN FORMATION DES ENTREPRISES ARDENNAISES

LES BESOINS EN FORMATION DES ENTREPRISES ARDENNAISES LES BESOINS EN FORMATION DES ENTREPRISES ARDENNAISES Enquêtes : AGEFOS-PME, CGPME, CCI des Ardennes Analyse : Observatoire économique - CCI des Ardennes Direction de la formation, des études économiques,

Plus en détail

CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO-

CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO- CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO- ALIMENTAIRE AU QUÉBEC RÉSULTATS D UNE CONSULTATION DES ACTEURS DU SECTEUR AGROALIMENTAIRE AU SUJET DE LEUR CONFIANCE ENVERS LEURS PERSPECTIVES FUTURES Préparé pour l Union

Plus en détail

POLITIQUE D'INVESTISSEMENT DE CAPITAL FINANCIÈRE AGRICOLE INC. FILIALE DE LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC

POLITIQUE D'INVESTISSEMENT DE CAPITAL FINANCIÈRE AGRICOLE INC. FILIALE DE LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC POLITIQUE D'INVESTISSEMENT DE CAPITAL FINANCIÈRE AGRICOLE INC. FILIALE DE LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC 10 avril 2014 2 MISSION La Financière agricole du Québec a constitué une filiale d investissement,

Plus en détail

premier pays producteur mondial de cacao avec environ 1, 4 million de tonnes chaque année, soit 40% de l offre mondiale

premier pays producteur mondial de cacao avec environ 1, 4 million de tonnes chaque année, soit 40% de l offre mondiale 10 ème ANNIVERSAIRE Contexte et justification L économie ivoirienne est basée sur son agriculture. Le secteur agricole qui comprend les productions végétales, animales et les industries agroalimentaires,

Plus en détail

Portrait des marchés des produits de la chèvre au Québec. Rapport final. Présenté à : Par :

Portrait des marchés des produits de la chèvre au Québec. Rapport final. Présenté à : Par : Portrait des marchés des produits de la chèvre au Québec Rapport final Présenté à : Par : Juillet 2007 Portrait des marchés des produits de la chèvre au Québec Rapport final Juillet 2007 Présenté à : Par

Plus en détail

Aperçu général IFS BRC

Aperçu général IFS BRC Aperçu général IFS BRC Il existe de très nombreux référentiels pour la maîtrise de la sécurité des denrées alimentaires DS3027 Aldi system Kraft food system ISO14001 EFSIS IFS Mc Donalds system AG9000

Plus en détail

Le tableau de bord gouvernemental des audits de modernisation

Le tableau de bord gouvernemental des audits de modernisation LE SUIVI DE LA MISE EN ŒUVRE DES AUDITS Les audits de modernisation, désormais installés dans les pratiques quotidiennes de l administration, permettent de systématiser la recherche du meilleur service

Plus en détail

Mémoire d Agri-Traçabilité Québec Présenté à la Commission sur l avenir de l agriculture et de l agroalimentaire québécois. Juin 2007 Gatineau

Mémoire d Agri-Traçabilité Québec Présenté à la Commission sur l avenir de l agriculture et de l agroalimentaire québécois. Juin 2007 Gatineau Présenté à la Commission sur l avenir de l agriculture et de l agroalimentaire québécois 1. ATQ : un bref historique Au Québec, c est lors de la Conférence sur l agriculture et l agroalimentaire québécois

Plus en détail

PROFIL DES COMPÉTENCES REQUISES DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÉVISION 2 (forme abrégée) APPROUVÉE PAR LE CONSEIL le 30 mars 2009

PROFIL DES COMPÉTENCES REQUISES DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÉVISION 2 (forme abrégée) APPROUVÉE PAR LE CONSEIL le 30 mars 2009 CONSTRUCTION DE DÉFENSE (1951) LIMITÉE PROFIL DES COMPÉTENCES REQUISES DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÉVISION 2 (forme abrégée) APPROUVÉE PAR LE CONSEIL le 30 mars 2009 (Modifie et abrège le profil en date

Plus en détail

Enquête sur l érosion dentaire

Enquête sur l érosion dentaire Octobre 2013 GSK N 111617 Contact : Damien Philippot 01 45 84 14 44 damien.philippot@ifop.com Sommaire 1 - La méthodologie 2 - Les résultats de l étude 3 - Les principaux enseignements Page 2 1 La méthodologie

Plus en détail

Résultats attendus et indicateurs

Résultats attendus et indicateurs ANNEXE I Résultats attendus et indicateurs Les indicateurs que la SCHL utilise en ce moment pour valider les résultats attendus de ses activités sont présentés ci-dessous. Ils sont en grande partie basés

Plus en détail

Etude sur les garanties et services : les attentes des salariés et des entreprises

Etude sur les garanties et services : les attentes des salariés et des entreprises Etude sur les garanties et services : les attentes des et des entreprises Résultats du 10 ème Baromètre de la Prévoyance réalisé par le Crédoc pour le CTIP Méthodologie Deux enquêtes téléphoniques auprès

Plus en détail

ÉVALUATION DES EFFETS DE LA RÉNOVATION DE L ENSEIGNEMENT PROFESSIONNEL

ÉVALUATION DES EFFETS DE LA RÉNOVATION DE L ENSEIGNEMENT PROFESSIONNEL Toulouse, le 11 juillet 2001 ÉVALUATION DES EFFETS DE LA RÉNOVATION DE L ENSEIGNEMENT PROFESSIONNEL À l issue de cette première année de généralisation de la rénovation de l Enseignement Professionnel,

Plus en détail

L observatoire de conjoncture et de compétitivité de l industrie alimentaire

L observatoire de conjoncture et de compétitivité de l industrie alimentaire Conseil National du Commerce Extérieur L observatoire de conjoncture et de compétitivité de l industrie alimentaire Anticiper Partager Agir 2005 www.cnce.org.ma CHAPITRE I : Sommaire LES INDICATEURS DE

Plus en détail

Étude de faisabilité pour le réseautage des entreprises biologiques dans la région de la Capitale-Nationale

Étude de faisabilité pour le réseautage des entreprises biologiques dans la région de la Capitale-Nationale Étude de faisabilité pour le réseautage des entreprises biologiques dans la région de la Capitale-Nationale Rapport final Réalisé par Marie-Claude Lapierre, agr. Centre de référence en agriculture et agroalimentaire

Plus en détail

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH Juillet 2012 Contexte Les prix et les bourses spéciales du Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) forment

Plus en détail

LA DÉMARCHE DE VEILLE S.A. MARCHAND PREMIERE PARTIE : AUDIT SUR LA COMMUNICATION INTERNE

LA DÉMARCHE DE VEILLE S.A. MARCHAND PREMIERE PARTIE : AUDIT SUR LA COMMUNICATION INTERNE LA DÉMARCHE DE VEILLE S.A. MARCHAND PREMIERE PARTIE : AUDIT SUR LA COMMUNICATION INTERNE La question posée s inscrit dans une démarche d amélioration de la circulation de l information. questionnaire d

Plus en détail

CENTRE DE RECHERCHE EN SCIENCES ANIMALES DE DESCHAMBAULT. Plan HACCP bœuf qualité plus pour les bovins de boucherie

CENTRE DE RECHERCHE EN SCIENCES ANIMALES DE DESCHAMBAULT. Plan HACCP bœuf qualité plus pour les bovins de boucherie CENTRE DE RECHERCHE EN SCIENCES ANIMALES DE DESCHAMBAULT Plan HACCP bœuf qualité plus pour les bovins de boucherie Voici le Programme de salubrité des aliments à la ferme pour le bœuf- Bœuf Qualité Plus-

Plus en détail