La Transition de l hôpital à la maison Prise en charge à Montréal (Le Rôle des Programmes Ambulatoires d IC)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La Transition de l hôpital à la maison Prise en charge à Montréal (Le Rôle des Programmes Ambulatoires d IC)"

Transcription

1 La Transition de l hôpital à la maison Prise en charge à Montréal (Le Rôle des Programmes Ambulatoires d IC) Anique Ducharme MD, MSc, Directrice de la Clinique d Insuffisance Cardiaque Institute de Cardiologie de Montréal Montréal, Canada

2 Montréal

3 Montréal (Canada) Quoi de pertinent pour cette audience? Population :1,886,481. 2e Française (Paris-Marseille) 32 hôpitaux (communautaires, Écoles de médecine (2) & tertiaire +) Système de santé canadien = Public & gratuit Accès Universel Couverture médicaments obligatoire Un patient avec IC = coût Admission Hospitalière : $ $ $ $ Pas de remboursement lié au diagnostic (DRG) Thérapies par dispositifs (ICD-TRC-DAV): plus de $ Aucune possibilité pour l hôpital de recouvrir certaines de ses pertes

4 Insuffisance cardiaque canadiens souffrent d IC nouveaux cas / an au Canada montréalais 65 ans souffrent d IC nouveaux cas / an à Montréal Mortalité à 5 ans = 50% 30% de 90 jours.

5 Options Traditionelles Options actuelles Modalités sur le comptoir - Dysfonction VG avancée - Rx Rx PAC/ AnVG RVM/ RVA Defib Myoplastie LVAD Transplantation Transplantation

6 Attentes lors du traitement avec -bloquants Months Am J Cardiol 1997;79:

7 Insuffisance cardiaque/paradoxe Incidence de la maladie: Vieillissement de la population de la survie post infarctus (thrombolyse, dilatation, IECA, ) Amélioration du traitement de l HTA Traitement pharmacologique qui mortalité Temps disponible pour traiter les patients: Favorise médecine «Mc Donald» Difficulté de suivi intensif

8 Syndrome de la porte tournante URGENCE URGENCE

9 facteurs affectant la transition de l hôpital à la maison : Structure des soins: Nécessite un effort coordonné parmi différents prestataires et organisations. Adoption des lignes directrices (education, Rx & dispositifs) Relatifs aux Patient : Participation et l engagement du patients et des familles son essentiels pour améliorer la coordination et l accès aux soins qui servent les besoins de l individu Au bon moment, Au bon endroit

10 Facteurs relatifs au patient L'insuffisance cardiaque est une maladie complexe qui nécessite modifications de style de vie traitements médicamenteux complexes, assurer un exercice adéquat et Surveillance alimentaire, et en gardant un œil sur les pesées quotidiennes La majorité des soins en IC est réalisée à domicile par le patient et la famille ou le soignant, Cependant, si ces personnes ne savent pas ce qui est nécessaire, ne parviennent pas à voir son importance, ou font face à des obstacles à l'engagement en matière de soins, ils ne participeront pas efficacement

11 Patients à risque élevé Insuffisance rénale Bas débit diabète Maladie pulmonaire obstructive chronique La persistance de classe NYHA III ou IV (stade C ou D HF) De fréquentes hospitalisations - toutes causes Multiple co-morbidités, Antécédents de dépression Troubles cognitifs Soutien social inadéquat Connaissance limitée en santé Non-observance persistante aux régimes thérapeutiques Lindenfeld et al. (HFSA 2010)

12 Premièrement, l administration vous réalisez Dr Ducharme, que si quelque chose tourne mal, l'hôpital niera toute connaissance de vos actions

13 CLIC-ICM: Projet de recherche Objectif: Évaluer deux modes de suivi clinique suite à une décompensation aiguë, traité IV 12 h (toute FEVG) suivi de 6 mois Pratique usuelle à l ICM (groupe contrôle = 115) versus Suivi multidisciplinaire (n=115) visite rapide après congé (24-96h) & Centré sur l infirmière clinicienne (1->4) + Cardiologues d IC (2->7) Nutritionniste (1) Kinesiologue (Centre ÉPIC : rehabilitation IC) Pharmaciens (2) TS & psy PRN A Ducharme et al. CMAJ 2005

14 Résultats à 6 Mois Consultations Qualité de vie * NS 321 hosp DU jours * contrôle Experimental * p début 6 mois * Contrôle Experimental 22% DELTA (%) Minnesota Living with Heart Failure Questionnaire Ducharme et al, CMAJ 2005; 173:40-45

15 Mortalité/Méta-analyse Exp Control Contrôle Experimental p = NS décès Ducharme et al, CMAJ 2005; 173:40-45

16

17 Étude de suivi: Méthodes Analyse rétrospective des deux bases de données du système Québécois Québec MEDECHO (hôpitaux) : diagnostic médicaux Régie de l Assurance Maladie du Québec (RAMQ) : honoraires et médicaments Suivi cessé après 3 ans V Nguyen, A Ducharme et al. J Cardiac Failure 2007;13(4):

18 V Nguyen, A Ducharme et al. J Cardiac Failure 2007;13(4):

19 HF Cardiology

20 CLIC ICM: Statistiques «Vraie vie» Nb patients 422 M:F 73.5 Age (moyenne SD) Nouveaux cas/réactivation 118 / 7 NYHA I- II-III-IV 13.3/ 64.8 / 20.9 / 1.1 % Etiologie: Ischémique 53.8% CMP 14.1% Valvulaire 11.0% FA 45.2% Co-morbidités Diabètes 41.9% IRC 40.0% MPOC 19.7% HTN 69.0 Obésité 21.8% Fin de l année fiscale, 31 mars 2012

21 CLIC ICM: Statistiques «Vraie vie» Nb visites medical 2223 nutritioniste 1108 Visites Infirmière 2373 contact téléphoniques 1340 Action après la visite: ajustement Rx 32.0% FEVG <40% BB (%) 97.1 IECA/ARA 91.3 Diuretiques 89.4 Ant. Aldosterone 65.2 Nitrates 55.8 Hydralazine 12.9 Digoxin 28.5 ICD/TRC+PMP (toutes FEVG), % 20.1/16.8% Furosemide IV (toutes FEVG), n 72 Fin de l année fiscale, 31 mars 2012

22 Conclusions Un programme de suivi pluridisciplinaire d IC est supérieur au suivi usuel re-admissions hôpital (nb-41% & durée-53%) Consultations aux urgences (35% - tendance) Améliore la qualité de vie des patients Permet une optimisation des traitements recommandés basés sur les évidences (pharmacologique et à l aide de dispositifs) Ces patients fragiles nécessitent un suivi à long-terme

23 Le futur Je n'ai pas utilisé de boule de cristal depuis des années

Prix AFPHB-Lilly Stage à l institut universitaire de Sherbrooke

Prix AFPHB-Lilly Stage à l institut universitaire de Sherbrooke Prix AFPHB-Lilly Stage à l institut universitaire de Sherbrooke Audrey Samalea Suarez Pharmacien hospitalier CHU de Liège Service de pharmacie clinique Plan Contexte Objectifs/ attentes du séjour Présentation

Plus en détail

Education thérapeutique du sujet âgé Un défi à relever. Sylvie LEGRAIN HAS 29 novembre 2012

Education thérapeutique du sujet âgé Un défi à relever. Sylvie LEGRAIN HAS 29 novembre 2012 Education thérapeutique du sujet âgé Un défi à relever Sylvie LEGRAIN HAS 29 novembre 2012 L ETP C est : acquérir des compétences pour mieux vivre avec sa(ses) maladie(s) chronique(s) au quotidien. L ETP

Plus en détail

Le compagnon en insuffisance cardiaque de la SCC : faire le lien entre les lignes directrices et votre pratique

Le compagnon en insuffisance cardiaque de la SCC : faire le lien entre les lignes directrices et votre pratique Le compagnon en insuffisance cardiaque de la SCC : faire le lien entre les lignes directrices et votre pratique Vous cherchez des réponses pratiques pour connaître les meilleures approches en soins de

Plus en détail

L expertise médicale : une ressource de gestion à connaître. Jean Mireault, M.D., M.Sc.

L expertise médicale : une ressource de gestion à connaître. Jean Mireault, M.D., M.Sc. L expertise médicale : une ressource de gestion à connaître Jean Mireault, M.D., M.Sc. Objectifs de la présentation Démontrer l importance de l utilisation des données dans l engagement médical Présenter

Plus en détail

Rôle et place de l infirmière référente dans le suivi de la maladie de Parkinson à ses différents stades d évolution

Rôle et place de l infirmière référente dans le suivi de la maladie de Parkinson à ses différents stades d évolution Rôle et place de l infirmière référente dans le suivi de la maladie de Parkinson à ses différents stades d évolution Cheffe de projet Brigitte itt Victor, infirmière iè responsable d unité, service de

Plus en détail

Insuffisance cardiaque

Insuffisance cardiaque Insuffisance cardiaque Dr Y Neuder Pôle cardiovasculaire et thoracique CHU de Grenoble 1 Définition de l insuffisance cardiaque syndrome clinique symptômes signes secondaires à des modifications circulatoires

Plus en détail

Prévenir l admission des patients atteints d insuffisance cardiaque L importance des cliniques d insuffisance cardiaque

Prévenir l admission des patients atteints d insuffisance cardiaque L importance des cliniques d insuffisance cardiaque Prévenir l admission des patients atteints d insuffisance cardiaque L importance des cliniques d insuffisance cardiaque Ronald Bourgeois, M.D. M.Sc., FRCPC Directeur médical, Clinique d insuffisance cardiaque

Plus en détail

INSUFFISANCE CARDIAQUE «AU FIL DES ANNEES»

INSUFFISANCE CARDIAQUE «AU FIL DES ANNEES» INSUFFISANCE CARDIAQUE «AU FIL DES ANNEES» v On ne guérit pas ( en général ) d une insuffisance cardiaque, mais on peut la stabiliser longtemps, très longtemps à condition v Le patient insuffisant cardiaque

Plus en détail

Bilan comparatif des médicaments. CSSS Jeanne-Mance

Bilan comparatif des médicaments. CSSS Jeanne-Mance Bilan comparatif des médicaments CSSS Jeanne-Mance Renée Claire Fox, B.A., M.Sc. Inf. 10 juin 2010 Objectifs d apprentissage Sensibiliser les participants à l importance d une approche systémique du BCM

Plus en détail

ACTIVITES PHYSIQUES ADAPTEES CHEZ LE PATIENT ATTEINT DE BPCO

ACTIVITES PHYSIQUES ADAPTEES CHEZ LE PATIENT ATTEINT DE BPCO INTERET D UN CARNET SIDIIEF DE MONTREAL SUIVI 2015 EN ACTIVITES PHYSIQUES ADAPTEES CHEZ LE PATIENT ATTEINT DE BPCO l di bi Claudine BUSSET Fabienne GRAVERON infirmières cadres de santé Etablissement MGEN

Plus en détail

Dr Azizi Fatima MG Rabat 11/04/2013

Dr Azizi Fatima MG Rabat 11/04/2013 Dr Azizi Fatima MG Rabat 11/04/2013 Introduction L anxiété fait partie du registre émotionnel normal de l être humain Le caractère pathologique doit être évalué à partir de critères diagnostiques aussi

Plus en détail

REPOUSSER LES LIMITES DE LA CHIRURGIE BARIATRIQUE DANS LES OBESITES MASSIVES AVEC COMORBIDITES

REPOUSSER LES LIMITES DE LA CHIRURGIE BARIATRIQUE DANS LES OBESITES MASSIVES AVEC COMORBIDITES Première Journée du Centre Intégré Nord Francilien de prise en charge de l obésité de l adulte et de l enfant REPOUSSER LES LIMITES DE LA CHIRURGIE BARIATRIQUE DANS LES OBESITES MASSIVES AVEC COMORBIDITES

Plus en détail

Collaboration infirmières / diététiciennes dans la prise en charge du patient coronarien. Caroline Bravin Laetitia Gnaly Julie Lesaffre

Collaboration infirmières / diététiciennes dans la prise en charge du patient coronarien. Caroline Bravin Laetitia Gnaly Julie Lesaffre Collaboration infirmières / diététiciennes dans la prise en charge du patient coronarien Caroline Bravin Laetitia Gnaly Julie Lesaffre Nous n avons aucun conflit d intérêt avec l industrie pharmaceutique

Plus en détail

Les grandes études de télémédecine en France

Les grandes études de télémédecine en France Les grandes études de télémédecine en France Optimisation de la Surveillance ambulatoire des Insuffisants CArdiaques par Télécardiologie De Midi-Pyrénées au Sud de la France M Galinier, A Pathak Pôle Cardio-Vasculaire

Plus en détail

Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes

Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes Expérimentation sur un territoire cible : Baillif - Vieux-Habitants Bouillante Patrice RICHARD, Directeur général de l ARS

Plus en détail

10/04/2014. Atelier 2 Stéphane Belin. secours

10/04/2014. Atelier 2 Stéphane Belin. secours Atelier 2 Stéphane Belin secours 1 La personne âgée: Contexte sociétal Augmentation des P.A. d ici à 2050 : + 62,3 % pour les > de 60 ans. + 149,9 % pour les > de 80 ans Au cours des 15 prochaines années

Plus en détail

La télémédecine, complément nécessaire de l exercice médical de demain. Dr Pierre SIMON Président de l Association Nationale de Télémédecine (ANTEL)

La télémédecine, complément nécessaire de l exercice médical de demain. Dr Pierre SIMON Président de l Association Nationale de Télémédecine (ANTEL) La télémédecine, complément nécessaire de l exercice médical de demain Dr Pierre SIMON Président de l Association Nationale de Télémédecine (ANTEL) Angers FHF 13 septembre 2012 Ce qui a changé dans l exercice

Plus en détail

Dépression et les maladies cardiovasculaires

Dépression et les maladies cardiovasculaires Dépression et les maladies cardiovasculaires Jeffrey Rado, M.D. Assistant Professor of Internal Medicine and Psychiatry Rush University Medical Center Chicago, IL USA Les maladies cardiovasculaires sont

Plus en détail

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS Dr Mourot cardiologue Hôpital d Auxerre le 31 mars 2012 PLAN DE LA PRESENTATION ASSOCIATION

Plus en détail

Présentation de l outil. En collaboration avec : Union Nationale de l Aide, des Soins et des Services aux Domiciles

Présentation de l outil. En collaboration avec : Union Nationale de l Aide, des Soins et des Services aux Domiciles Présentation de l outil En collaboration avec : Union Nationale de l Aide, des Soins et des Services aux Domiciles Constats La dépression est très fréquente chez la personne âgée, mais négligée, méconnue

Plus en détail

Charte de Qualité. Engagement avec un accueil courtois, efficace et personnalisé

Charte de Qualité. Engagement avec un accueil courtois, efficace et personnalisé Charte de Qualité Engagement d assistance L équipe USF Valongo s engage à fournir des soins de santé humanisés et de proximité aux patients, contribuant pour l amélioration du niveau de santé de la communauté.

Plus en détail

PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES. Sommaire de la démarche de réorganisation

PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES. Sommaire de la démarche de réorganisation PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES Sommaire de la démarche de réorganisation SOMMAIRE Le programme régional Traité santé offre des services de réadaptation

Plus en détail

Malnutrition ou dénutrition de la personne âgée en médecine de ville

Malnutrition ou dénutrition de la personne âgée en médecine de ville Malnutrition ou dénutrition de la personne âgée en médecine de ville Dr C GIRES CHRU LILLE DU gérontologie CAS CLINIQUE N 1 Madame P 79 ans Antecédents: néoplasme sein droit opéré Arthrose invalidante

Plus en détail

Télémédecine et Soins primaires: quelques repères en 5 étapes. Pierre SIMON Président de l Association Nationale de Télémédecine (ANTEL)

Télémédecine et Soins primaires: quelques repères en 5 étapes. Pierre SIMON Président de l Association Nationale de Télémédecine (ANTEL) Télémédecine et Soins primaires: quelques repères en 5 étapes Pierre SIMON Président de l Association Nationale de Télémédecine (ANTEL) 1 ère étape : Identifier un besoin d améliorer la continuité des

Plus en détail

Forer plus loin : AQESSS Montréal (Québec) Jason Sutherland, Ph. D.

Forer plus loin : AQESSS Montréal (Québec) Jason Sutherland, Ph. D. Connaissez-vous vos données? Forer plus loin : les possibilités et les risques AQESSS Montréal (Québec) Le 11 novembre 2011 Jason Sutherland, Ph. D. Centre for Health Services and Policy Research Données

Plus en détail

Le Suivi Clinique Intelligent à Domicile au CSSS Jardins-Roussillon: des résultats tangibles

Le Suivi Clinique Intelligent à Domicile au CSSS Jardins-Roussillon: des résultats tangibles Le Suivi Clinique Intelligent à Domicile au CSSS Jardins-Roussillon: des résultats tangibles Sylvie Girard Adjointe à la direction des soins infirmiers et de la qualité Martin Langlois Conseiller en soins

Plus en détail

Association canadienne du diabète Lignes directrices de pratique clinique 2013. 10 défis pour le médecin de famille

Association canadienne du diabète Lignes directrices de pratique clinique 2013. 10 défis pour le médecin de famille Association canadienne du diabète Lignes directrices de pratique clinique 2013 10 défis pour le médecin de famille Divulgation de conflits d intérêt potentiel Modérateur / conférencier / comité aviseur

Plus en détail

À propos d un cas. Bernard Thibault Congrès de Médecine Interne 29 Mai 2010

À propos d un cas. Bernard Thibault Congrès de Médecine Interne 29 Mai 2010 À propos d un cas. Bernard Thibault Congrès de Médecine Interne 29 Mai 2010 Conflits d intérêts Consultant présentateur: Boston, Medtronic, Sorin, St- Jude Support financier pour des projets de recherche:

Plus en détail

L approche «patient partenaire» dans le cadre de l asthme et de

L approche «patient partenaire» dans le cadre de l asthme et de L approche «patient partenaire» dans le cadre de l asthme et de l épilepsie M.Generet Pharmacien Hospitalier Clinicien Hôpital Civil Marie curie Bruxelles 13 novembre 2015- Réseau CMP 1 Plan 1. L éducation

Plus en détail

Parcours de santé des diabétiques de type 2. Docteur Mustapha MOULLA Docteur Rémi UNVOIS

Parcours de santé des diabétiques de type 2. Docteur Mustapha MOULLA Docteur Rémi UNVOIS Parcours de santé des diabétiques de type 2 Docteur Mustapha MOULLA Docteur Rémi UNVOIS Parcours de santé des diabétiques de type 2 Le diabète :une maladie générale qui implique la plupart des Professionnels

Plus en détail

Qu est-ce que la fibrillation auriculaire? (FA)

Qu est-ce que la fibrillation auriculaire? (FA) Qu est-ce que la fibrillation auriculaire? (FA) Qu est-ce que la fibrillation auriculaire? La fibrillation auriculaire (FA) est le trouble du rythme le plus répandu. Certains signaux du cœur deviennent

Plus en détail

Mesure du transfert des connaissances dans les pratiques cliniques suite à un e-learning douleur

Mesure du transfert des connaissances dans les pratiques cliniques suite à un e-learning douleur Congrès SIDIIEF 2015 Montréal Mesure du transfert des connaissances dans les pratiques cliniques suite à un e-learning douleur Yolande KOTTELAT, inf, ICL Jenny GENTIZON, inf, MScSI Martine ROESSLI, responsable

Plus en détail

Le programme OMAGE dans une logique de parcours. Sylvie LEGRAIN Pascale Saint - Gaudens AFDET 13 février 2014

Le programme OMAGE dans une logique de parcours. Sylvie LEGRAIN Pascale Saint - Gaudens AFDET 13 février 2014 Le programme OMAGE dans une logique de parcours Sylvie LEGRAIN Pascale Saint - Gaudens AFDET 13 février 2014 Quelques chiffres Les 75+ : 57% ont une ALD 33% sont hospitalisés dans l année, dont 40% en

Plus en détail

PROGRESSEZ EN SPORT ET EN SANTÉ. Mieux vivre avec ma maladie chronique, Me soigner par l activité physique Programmes Santé

PROGRESSEZ EN SPORT ET EN SANTÉ. Mieux vivre avec ma maladie chronique, Me soigner par l activité physique Programmes Santé PROGRESSEZ EN SPORT ET EN SANTÉ Mieux vivre avec ma maladie chronique, Me soigner par l activité physique Programmes Santé À chacun son stade! Votre profil est unique, votre réponse à l exercice physique

Plus en détail

Programme personnalisé de soins (PPS)

Programme personnalisé de soins (PPS) Programme personnalisé de soins (PPS) Définition et objectifs - Le PPS est un outil opérationnel proposé aux professionnels de santé pour organiser et planifier le parcours de soins des personnes ayant

Plus en détail

Résumé mémoire master 2 sciences cliniques infirmières, spécialité coordination du parcours complexe du patient. Pierrette MEURY ; JUIN 2012

Résumé mémoire master 2 sciences cliniques infirmières, spécialité coordination du parcours complexe du patient. Pierrette MEURY ; JUIN 2012 Résumé mémoire master 2 sciences cliniques infirmières, spécialité coordination du parcours complexe du patient. Pierrette MEURY ; JUIN 2012 «2012: État des lieux et perspectives de la coordination par

Plus en détail

Cité générations Groupe médical d Onex Un nouveau modèle de soin pour la médecine ambulatoire

Cité générations Groupe médical d Onex Un nouveau modèle de soin pour la médecine ambulatoire Cité générations Groupe médical d Onex Un nouveau modèle de soin pour la médecine ambulatoire Né du souhait de mieux répondre aux grands défis de notre système de santé, Cité générations est un nouveau

Plus en détail

Thérèse Vergeot et Gaëtan Carin Infirmiers aux Urgences & Soins intensifs de l hôpital cardiologique du CHRU de Lille

Thérèse Vergeot et Gaëtan Carin Infirmiers aux Urgences & Soins intensifs de l hôpital cardiologique du CHRU de Lille Thérèse Vergeot et Gaëtan Carin Infirmiers aux Urgences & Soins intensifs de l hôpital cardiologique du CHRU de Lille SOMMAIRE I. L arrêt cardiaque extra-hospitalier. II. L arrêt cardiaque intra-hospitalier.

Plus en détail

De nouvelles pistes pour la prévention de la maladie d Alzheimer «Eude MAPT3»

De nouvelles pistes pour la prévention de la maladie d Alzheimer «Eude MAPT3» Dossier de Presse 12 Novembre 2008 De nouvelles pistes pour la prévention de la maladie d Alzheimer «Eude MAPT3» Contact : Professeur Bruno Vellas Responsable du Pôle Gériatie du CHU de Toulouse et du

Plus en détail

QUEL PROTOCOLE DE REENTRAINEMENT PROPOSER AUX PATIENTS INSUFFISANTS CARDIAQUES?

QUEL PROTOCOLE DE REENTRAINEMENT PROPOSER AUX PATIENTS INSUFFISANTS CARDIAQUES? QUEL PROTOCOLE DE REENTRAINEMENT PROPOSER AUX PATIENTS INSUFFISANTS CARDIAQUES? Cliquez pour modifier le style des sous titres du masque MARIE CHRISTINE MERSCH MASSEUR KINESITHERAPEUTE Service de Réadaptation

Plus en détail

Diagnostic santé du Pays Charolais-Brionnais. : première étape vers une démarche territoriale de santé. Mai 2010

Diagnostic santé du Pays Charolais-Brionnais. : première étape vers une démarche territoriale de santé. Mai 2010 Diagnostic santé du Pays Charolais-Brionnais : première étape vers une démarche territoriale de santé Mai 2010 Sommaire La méthodologie Les caractéristiques des acteurs interrogés Les problématiques pointées

Plus en détail

l insuffisance cardiaque par télésurveillance Suivi de Contre Dr JF AUPETIT C H St Joseph. St Luc - Lyon

l insuffisance cardiaque par télésurveillance Suivi de Contre Dr JF AUPETIT C H St Joseph. St Luc - Lyon Suivi de l insuffisance cardiaque par télésurveillance Contre Dr JF AUPETIT C H St Joseph. St Luc - Lyon APPAC Biarritz - 6 juin 2014 Insuffisance cardiaque / Télésurveillance IC du sujet âgé : une épidémie

Plus en détail

Education Thérapeutique pour les patients coronariens et insuffisants cardiaques

Education Thérapeutique pour les patients coronariens et insuffisants cardiaques Education Thérapeutique pour les patients coronariens et insuffisants cardiaques L expérience de l équipe de Rééducation cardiaque du C.H.U. de Nîmes Intervention du 22/03/2012 à la Réunion de l Association

Plus en détail

TÉLÉMÉDECINE: UN PROJET MÉDICAL DE TERRITOIRE. Agence Nationale d Appui à la Performance des établissements de santé et médico-sociaux

TÉLÉMÉDECINE: UN PROJET MÉDICAL DE TERRITOIRE. Agence Nationale d Appui à la Performance des établissements de santé et médico-sociaux TÉLÉMÉDECINE: UN PROJET MÉDICAL DE TERRITOIRE Agence Nationale d Appui à la Performance des établissements de santé et médico-sociaux Télémédecine Contexte: National: loi, décret (définition de 5 actes,

Plus en détail

Hôpitaux pour personnes âgées en France

Hôpitaux pour personnes âgées en France Hôpitaux pour personnes âgées en France Evelyne GAUSSENS Directrice générale Hôpital Gériatrique «Les Magnolias» Ballainvilliers,Île de France, France Relever le «défi du vieillissement», c est avant tout

Plus en détail

Identification de la personne à inscrire Un seul formulaire par personne

Identification de la personne à inscrire Un seul formulaire par personne FORMULAIRE D INSCRIPTION AU GUICHET D ACCÈS À UN MÉDECIN DE FAMILLE CLIENTÈLE VULNÉRABLE ET ORPHELINE SANS MÉDECIN DE FAMILLE Identification de la personne à inscrire Un seul formulaire par personne Nom

Plus en détail

Parcours de santé des personnes âgées en situation de fragilité

Parcours de santé des personnes âgées en situation de fragilité Parcours de santé des personnes âgées en situation de fragilité Personnes âgées en risque de perte d autonomie (PAERPA) Claude JEANDEL Pôle de gérontologie CHU Montpellier Université Montpellier Inserm

Plus en détail

les télésoins à domicile

les télésoins à domicile Hiver 2013 Innovation en matière de prestation des soins de santé : les télésoins à domicile Innovation en matière de prestation des soins de santé : les télésoins à domicile Au Canada comme ailleurs dans

Plus en détail

REEDUCATION CARDIAQUE APRES POSE DE DAI ASSEMBLEE GENERALE APODEC 2011

REEDUCATION CARDIAQUE APRES POSE DE DAI ASSEMBLEE GENERALE APODEC 2011 REEDUCATION CARDIAQUE APRES POSE DE DAI ASSEMBLEE GENERALE APODEC 2011 cardiaque Ensemble des mesures permettant une approche GLOBALE du patient Processus personnalisé et coordonné Personne intégrée dans

Plus en détail

Les enjeux de la vaccination en EHPAD. Dr Christophe TRIVALLE Pôle Gériatrie. christophe.trivalle@pbr.aphp.fr gerontoprevention.free.

Les enjeux de la vaccination en EHPAD. Dr Christophe TRIVALLE Pôle Gériatrie. christophe.trivalle@pbr.aphp.fr gerontoprevention.free. Les enjeux de la vaccination en EHPAD Dr Christophe TRIVALLE Pôle Gériatrie christophe.trivalle@pbr.aphp.fr gerontoprevention.free.fr 11 ème Congrès National des Gériatres et Médecins Coordonnateurs d

Plus en détail

PRADO, le programme de retour à domicile. Insuffisance cardiaque

PRADO, le programme de retour à domicile. Insuffisance cardiaque PRADO, le programme de retour à domicile Insuffisance cardiaque Acteurs locaux CPAM/ELSM de Couverture Enjeux et objectifs du programme Répondre à une volonté croissante des patients Adapter et renforcer

Plus en détail

Continuité et coordination des soins: un défi

Continuité et coordination des soins: un défi Une région amie des aînés : les enjeux actuels et à venir entre le domicile et l hôpital Monthey, le 7 octobre 2010 Continuité et coordination des soins: un défi Dr. Stéfanie Monod Service de Gériatrie

Plus en détail

La démarche de diagnostic territorial de la Mutualité Sociale Agricole (MSA)

La démarche de diagnostic territorial de la Mutualité Sociale Agricole (MSA) La démarche de diagnostic territorial de la Mutualité Sociale Agricole (MSA) Colloque Mines ParisTech CGS Santé, 24 juin 2015 www.ccmsa.msanet LA MSA Deuxième régime de protection sociale gère la protection

Plus en détail

Appendix 1 (as supplied by authors):

Appendix 1 (as supplied by authors): Appendix 1 (as supplied by authors): Questionnaire used to study cannabinoid prescription for the management of chronic noncancer pain among physicians in the Abitibi-Témiscamingue region of Quebec Appendix

Plus en détail

L enjeu de l évaluation

L enjeu de l évaluation Joël Belmin Hôpital Charles Foix et Université Paris 6 Ivry-sur-Seine L enjeu de l évaluation Augmentation du coût de la santé Recentrer les dépenses sur les traitements efficaces Dé remboursement des

Plus en détail

Sommaire. Prologue. Préfaces

Sommaire. Prologue. Préfaces Sommaire Prologue Préfaces I. Prendre en charge les urgences cardiovasculaires 1. Principes de gestion de l'urgence cardiologique par le professionnel de santé au travail Rôle du professionnel de santé

Plus en détail

Le régime d assurances collectives prosanté

Le régime d assurances collectives prosanté signature privilège distinction prestige Le régime d assurances collectives prosanté LES AVANTAGES SIGNATURE Un régime, trois séries d avantages L une des préoccupations majeures des entreprises québécoises

Plus en détail

OPTIMISER LA PLANIFICATION DE CONGÉ: UNE RESPONSABILITÉ PARTAGÉE ENTRE LES INFIRMIÈRES ET LES MÉDECINS

OPTIMISER LA PLANIFICATION DE CONGÉ: UNE RESPONSABILITÉ PARTAGÉE ENTRE LES INFIRMIÈRES ET LES MÉDECINS OPTIMISER LA PLANIFICATION DE CONGÉ: UNE RESPONSABILITÉ PARTAGÉE ENTRE LES INFIRMIÈRES ET LES MÉDECINS Adele Ferrante, inf., M.Sc.(A). Directrice des soins infirmiers Dr Irwin Kuzmarov M.D. FRCS Directeur

Plus en détail

Résultats de l éducation thérapeutique dans l insuffisance cardiaque en milieu libéral

Résultats de l éducation thérapeutique dans l insuffisance cardiaque en milieu libéral Résultats de l éducation thérapeutique dans l insuffisance cardiaque en milieu libéral Pierre Raphaël, Cédric Pariset Clinique Saint-Gatien, Tours La Baule, le 13 septembre 2012 Descriptif de notre pratique

Plus en détail

LES TRANSFORMATIONS OCCASIONNÉES PAR L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE AU SEIN D UNE ÉQUIPE

LES TRANSFORMATIONS OCCASIONNÉES PAR L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE AU SEIN D UNE ÉQUIPE LES TRANSFORMATIONS OCCASIONNÉES PAR L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE AU SEIN D UNE ÉQUIPE Equipe du Service de Néphrologie Dialyse Centre Hospitalier Métropole Savoie Chambéry Stéphane BALLY, praticien hospitalier

Plus en détail

La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs

La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs Vivre avec une artérite des membres inférieurs Novembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre

Plus en détail

Qu est ce que l identitovigilance dans un établissement de santé?

Qu est ce que l identitovigilance dans un établissement de santé? Qu est ce que l identitovigilance dans un établissement de santé? P.FRESSY, Cellule Qualité, Vigilances et Gestion des risques liés aux soins, ARS d Auvergne Ambert 2011 L identitovigilance? De quoi parlons

Plus en détail

Attentes économiques et éléments de mesure pour les projets d intégration clinique.

Attentes économiques et éléments de mesure pour les projets d intégration clinique. Attentes économiques et éléments de mesure pour les projets d intégration clinique. Jean Lachaine, professeur agrégé, Faculté de pharmacie, Université de Montréal Pourquoi avoir des critères économiques

Plus en détail

Département de médecine Service de cardiologie. Consultations générales - Cardiologie

Département de médecine Service de cardiologie. Consultations générales - Cardiologie Consultations générales - Cardiologie Toutes les demandes de consultation autres que celles pour les cliniques surspécialisées. Responsable médical Dr Michel Nguyen Pour renseignement Agente administrative

Plus en détail

SMA³D : Soins médicaux aigus aux aînés à domicile : une alternative à l hospitalisation

SMA³D : Soins médicaux aigus aux aînés à domicile : une alternative à l hospitalisation FORMULAIRE DE PRÉSENTATION DU RAPPORT FINAL PROJET LEGG TITRE DU PROJET SMA³D : Soins médicaux aigus aux aînés à domicile : une alternative à l hospitalisation NOM(S) DE(S) L ÉTABLISSEMENT(S) CONCERNÉ(S)

Plus en détail

OBJET : Nouveautés touchant l exercice de consultation du rhumatologue et mises en places à partir du 1 er juillet 2013

OBJET : Nouveautés touchant l exercice de consultation du rhumatologue et mises en places à partir du 1 er juillet 2013 OBJET : Nouveautés touchant l exercice de consultation du rhumatologue et mises en places à partir du 1 er juillet 2013 CONTENU : - Modification du délai de consultation dans le cadre de l avis de consultant

Plus en détail

Stage obligatoire de médecine familiale à l externat

Stage obligatoire de médecine familiale à l externat Stage obligatoire de médecine familiale à l externat Cours MMD3507 Le stage obligatoire de médecine familiale à l externat n exige pas de stage préalable. Il peut donc prendre à chacune des périodes dans

Plus en détail

La prise en charge d e v o t r e a f f e c t i o n d e l o n g u e d u r é e

La prise en charge d e v o t r e a f f e c t i o n d e l o n g u e d u r é e La prise en charge d e v o t r e a f f e c t i o n d e l o n g u e d u r é e Comment fonctionne la prise en charge à 100 %? Quels sont les avantages pour vous? À quoi vous engagez-vous? Comment êtes-vous

Plus en détail

N.-B. 18 à 34 24,3 28,1 20,1 24,4. 35 à 54 36,7 23,0 31,6 49,3 55 à 64 18,7 18,7 21,3 16,9 65 et plus 20,3 30,2 26,9 9,4

N.-B. 18 à 34 24,3 28,1 20,1 24,4. 35 à 54 36,7 23,0 31,6 49,3 55 à 64 18,7 18,7 21,3 16,9 65 et plus 20,3 30,2 26,9 9,4 Profil démographique 1 18 à 34 24,3 28,1 20,1 24,4 Groupe d âge 35 à 54 36,7 23,0 31,6 49,3 55 à 64 18,7 18,7 21,3 16,9 65 et plus 20,3 30,2 26,9 9,4 Sexe Niveau de scolarité Homme 48,0 40,5 47,8 52,3

Plus en détail

Coopération Médecin Pharmacien Une nouvelle gouvernance clinique de proximité

Coopération Médecin Pharmacien Une nouvelle gouvernance clinique de proximité Coopération Médecin Pharmacien Une nouvelle gouvernance clinique de proximité EA SIS 4128 V. Siranyan Docteur en pharmacie 1 M. Chanelière Docteur en médecine La relation Médecin- Pharmacien Au quotidien

Plus en détail

La Clinique Archimède L infirmière, un levier d excellence

La Clinique Archimède L infirmière, un levier d excellence La Clinique Archimède L infirmière, un levier d excellence Accessibilité Gestion de temps efficiente Sans rendez-vous planifié Utilisation optimale des ressources Autosoins Projet préparé par : Clinique

Plus en détail

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients Dr Serge Motte Bruxelles 24.11.12 - PLAN Points forts et points faibles des nouveaux anticoagulants Questions dans la pratique

Plus en détail

Le rôle de l infirmière dans l évaluation du donneur vivant de rein

Le rôle de l infirmière dans l évaluation du donneur vivant de rein Le rôle de l infirmière dans l évaluation du donneur vivant de rein Julie Guertin, Inf., BACC Scs. Inf., Infirmière clinicienne en don vivant rénale, Hôpital Notre-Dame, CHUM Collaboration de Isabelle

Plus en détail

Basse - Normandie. Hypothèses, Indicateurs et Démarche d évaluation médico économique

Basse - Normandie. Hypothèses, Indicateurs et Démarche d évaluation médico économique Basse - Normandie Hypothèses, Indicateurs et Démarche d évaluation médico économique Projets CICAT & TELAP «Suivi des plaies» Présentation réalisée par Dr JP Blanchère ARS de Basse Normandie Directeur

Plus en détail

Transition ville hôpital

Transition ville hôpital Transition ville hôpital P Jourdain Unité thérapeutique d insuffisance cardiaque Département d éducation thérapeutique Université Paris Descartes, CH R Dubos Pontoise France Le patient Est sauvé Est sous

Plus en détail

De meilleures données pour de meilleures décisions :

De meilleures données pour de meilleures décisions : De meilleures données pour de meilleures décisions : un appui pour des soins plus efficaces et appropriés Amélioration de l expérience client. Perfectionnement de la planification des programmes et capacité

Plus en détail

15/05/2013 CRITÈRES PHARMACOÉCONOMIQUES DANS L ÉLABORATION D UNE LISTE DE MÉDICAMENTS À REMBOURSER. L accès au médicament au Canada

15/05/2013 CRITÈRES PHARMACOÉCONOMIQUES DANS L ÉLABORATION D UNE LISTE DE MÉDICAMENTS À REMBOURSER. L accès au médicament au Canada INTRODUCTION À L ÉVALUATION ÉCONOMIQUE PLAN DU COURS CRITÈRES PHARMACOÉCONOMIQUES DANS L ÉLABORATION D UNE LISTE DE MÉDICAMENTS À REMBOURSER. L accès au médicament au Canada Rôle de l évaluation économique

Plus en détail

Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise

Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise Maud PERENNES interne en pharmacie Axel CARDE pharmacien chef de service Hôpital d Instruction d des Armées de Brest 17 novembre 2011 Centre Hospitalier

Plus en détail

Le patient insuffisant cardiaque : un patient à haut risque à très court terme

Le patient insuffisant cardiaque : un patient à haut risque à très court terme Le patient insuffisant cardiaque : un patient à haut risque à très court terme Pr M. GALINIER Pôle Cardio Vasculaire et Métabolique CHU Rangueil, Toulouse France L insuffisance cardiaque en France, un

Plus en détail

Rôle des infirmières. res dans l accompagnementl du patient insuffisant cardiaque

Rôle des infirmières. res dans l accompagnementl du patient insuffisant cardiaque Rôle des infirmières res dans l accompagnementl du patient insuffisant cardiaque Claire Savary: Sandrine Dias: CI IDE JFIC La Baule 15 et 16 sept 2011 Rôle des infirmières res dans l accompagnementl du

Plus en détail

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE TRANSPARENCE 9 mai 2001 METALYSE 10 000 unités, poudre et solvant pour solution injectable Flacon

Plus en détail

Quelle valorisation pour l acte de santé publique en pharmacie d officine Le point de vue syndical Marie Josée Augé-Caumon Présidente du CPOPH

Quelle valorisation pour l acte de santé publique en pharmacie d officine Le point de vue syndical Marie Josée Augé-Caumon Présidente du CPOPH Quelle valorisation pour l acte de santé publique en pharmacie d officine Le point de vue syndical Marie Josée Augé-Caumon Présidente du CPOPH Missions, nouvelles missions, nouveaux rôles du pharmacien

Plus en détail

Les enjeux de l utilisation des dispositifs d assistance ventriculaire à longue durée pour le traitement de l insuffisance cardiaque avancée au Québec

Les enjeux de l utilisation des dispositifs d assistance ventriculaire à longue durée pour le traitement de l insuffisance cardiaque avancée au Québec Les enjeux de l utilisation des dispositifs d assistance ventriculaire à longue durée pour le traitement de l insuffisance cardiaque avancée au Québec Présentation par webinaire 26 février 2013 L insuffisance

Plus en détail

LE POINT DE VUE DES PHARMACIENS D OFFICINE

LE POINT DE VUE DES PHARMACIENS D OFFICINE Continuité des traitements médicamenteux : LE POINT DE VUE DES PHARMACIENS D OFFICINE Coraline Claeys Pharmacien au Cercle Royal Pharmaceutique de l Arrondissement de Nivelles et en officine Faculté de

Plus en détail

Sollicitez l avis du Conseil d éthique clinique

Sollicitez l avis du Conseil d éthique clinique Conseil d éthique clinique (CEC) Que vous soyez soignant, patient ou proche, si vous êtes confronté à un problème éthique Sollicitez l avis du Conseil d éthique clinique Prestations proposées Consultation

Plus en détail

présenté par Stéphane Besançon (Directeur programmes ONG Santé Diabète Mali)

présenté par Stéphane Besançon (Directeur programmes ONG Santé Diabète Mali) Diabète Au Mali présenté par Stéphane Besançon (Directeur programmes ONG Santé Diabète Mali) La situation du diabète au Mali - épidémiologie Le diabète est déjà un problème de santé publique au Mali Prévalence

Plus en détail

Grille «Identito-vigilance» pour l auto-évaluation dans le cadre du contrat 2013

Grille «Identito-vigilance» pour l auto-évaluation dans le cadre du contrat 2013 Grille «Identito-vigilance» pour l auto-évaluation dans le cadre du contrat 2013 Les questions sont rés en différentes rubriques se rapportant au thème identito-vigilance. Il est prévu que les différents

Plus en détail

Centre Jean PERRIN Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne. Oncogériatrie

Centre Jean PERRIN Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne. Oncogériatrie Centre Jean PERRIN Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne Clermont-Ferrand - France - Oncogériatrie Faut-il évaluer toutes les personnes âgées atteintes de cancer? Docteur Jean Goyard, UPCOG, Clermont-Ferrand

Plus en détail

Dossier de presse. AVC Une priorité nationale Des avancées en Bourgogne

Dossier de presse. AVC Une priorité nationale Des avancées en Bourgogne Dossier de presse AVC Une priorité nationale Des avancées en Bourgogne Contact presse Lauranne Cournault 03 80 41 99 94 lauranne.cournault@ars.sante.fr 1 COMMUNIQUE DE SYNTHESE La télémédecine au service

Plus en détail

Les Belges sont satisfaits de leur médecin Transparence et coûts restent cependant à améliorer

Les Belges sont satisfaits de leur médecin Transparence et coûts restent cependant à améliorer Les Belges sont satisfaits de leur médecin Transparence et coûts restent cependant à améliorer Annexe À l occasion du 50 ème anniversaire de l assurance soins de santé et indemnités, la MC a mené une enquête

Plus en détail

Promouvoir un système de soins intégrés dans le RLISS du Centre Toronto

Promouvoir un système de soins intégrés dans le RLISS du Centre Toronto Promouvoir un système de soins intégrés dans le RLISS du Centre Toronto L innovation perturbatrice pour favoriser l intégration à l échelle du système dans les populations complexes 10 octobre 2012 16h25

Plus en détail

Le pharmacien au cœur de la 1 re ligne montréalaise en action

Le pharmacien au cœur de la 1 re ligne montréalaise en action Le pharmacien au cœur de la 1 re montréalaise en action Jacques Ricard, M.D., M.Sc. Directeur général adjoint par intérim Directeur des services généraux et des maladies Assemblée générale annuelle du

Plus en détail

P atients S anté T erritoires

P atients S anté T erritoires H ôpital P atients S anté T erritoires L exercice regroupé dans les services de santé Une action coordonnée des professionnels en faveur des patients De plus en plus de professionnels de santé ont depuis

Plus en détail

ORDONNANCE COLLECTIVE

ORDONNANCE COLLECTIVE PROFESSIONNEL(S) VISÉ(S) : Infirmières exerçant à la clinique d insuffisance cardiaque (CIC) du CSSSL et au service d électrophysiologie médical de la Cité de la Santé de Laval (CSL). Pharmaciens communautaires

Plus en détail

SYSTEMES D INFORMATION EN SANTE Journée régionale du 12 janvier 2012 - Blois

SYSTEMES D INFORMATION EN SANTE Journée régionale du 12 janvier 2012 - Blois SYSTEMES D INFORMATION EN SANTE Journée régionale du 12 janvier 2012 - Blois La télémédecine au service des soins de 1 er recours et de l aménagement du territoire dominique.depinoy@acsantis.com Pourquoi

Plus en détail

Évaluation des besoins de la collectivité en matière de santé : St Stephen, St Andrews et collectivités avoisinantes

Évaluation des besoins de la collectivité en matière de santé : St Stephen, St Andrews et collectivités avoisinantes 01/08/2014 Évaluation des besoins de la collectivité en matière de santé : St Stephen, St Andrews et collectivités avoisinantes SOMMAIRE CRÉÉ PAR : HFHG CONSULTING INC., GRAND FALLS/GRAND-SAULT, NOUVEAU-BRUNSWICK

Plus en détail

La prise en charge des plaies du pied et des amputations chez la personne diabétique : Les données du Sniiram de 2008 à 2012

La prise en charge des plaies du pied et des amputations chez la personne diabétique : Les données du Sniiram de 2008 à 2012 La prise en charge des plaies du pied et des amputations chez la personne diabétique : Les données du Sniiram de 2008 à 2012 Anne Fagot-Campagna (endocrinologue, épidémiologiste), Pierre Denis, Christelle

Plus en détail

ORDONNANCE COLLECTIVE

ORDONNANCE COLLECTIVE ACTIVITÉS RÉSERVÉES Activité réservée aux inhalothérapeutes Administrer et ajuster des médicaments ou d autres substances, lorsqu ils font l objet d une ordonnance. Activités réservées aux infirmières

Plus en détail

Programmes d enseignement thérapeutique. Vous souffrez d obésité? Trouvons ensemble des solutions adaptées pour perdre du poids

Programmes d enseignement thérapeutique. Vous souffrez d obésité? Trouvons ensemble des solutions adaptées pour perdre du poids Programmes d enseignement thérapeutique Vous souffrez d obésité? Trouvons ensemble des solutions adaptées pour perdre du poids Pour qui? Quelles prestations? 3 Les programmes proposés par le service d

Plus en détail

Parcours du patient cardiaque

Parcours du patient cardiaque Parcours du patient cardiaque Une analyse HAS à partir de la base QualHAS, des Indicateurs Pour l Amélioration de la Qualité & Sécurité des Soins (IPAQSS)- Infarctus du myocarde Linda Banaei-Bouchareb,

Plus en détail