La place et le rôle du Records management dans les besoins d archivage d un établissement public : le cas de l Institut National de la Consommation

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La place et le rôle du Records management dans les besoins d archivage d un établissement public : le cas de l Institut National de la Consommation"

Transcription

1 La place et le rôle du Records management dans les besoins d archivage d un établissement public : le cas de l Institut National de la Consommation Solène Mouette To cite this version: Solène Mouette. La place et le rôle du Records management dans les besoins d archivage d un établissement public : le cas de l Institut National de la Consommation. domain shs.info.docu <mem > HAL Id: mem Submitted on 11 Apr 2008 HAL is a multi-disciplinary open access archive for the deposit and dissemination of scientific research documents, whether they are published or not. The documents may come from teaching and research institutions in France or abroad, or from public or private research centers. L archive ouverte pluridisciplinaire HAL, est destinée au dépôt et à la diffusion de documents scientifiques de niveau recherche, publiés ou non, émanant des établissements d enseignement et de recherche français ou étrangers, des laboratoires publics ou privés.

2 CONSERVATOIRE NATIONAL DES ARTS ET METIERS INSTITUT NATIONAL DES TECHNIQUES DE LA DOCUMENTATION MEMOIRE pour obtenir le Titre professionnel "Chef de projet en ingénierie documentaire" INTD niveau I présenté et soutenu par Solène Mouette le 23 octobre 2007 La place et le rôle du Records management dans les besoins d archivage d un établissement public : le cas de l Institut National de la Consommation Jury : Eve-Marie Davy, responsable du service documentation à l Institut National de la Consommation Brigitte Guyot, maître de conférences HDR à l INTD Cycle supérieur Promotion XXXVII

3 Remerciements Je remercie ma responsable de stage Eve-Marie Davy pour sa disponibilité et ses conseils. Merci également à toutes les personnes de l Institut National de la Consommation qui m ont reçue dans le cadre de mon enquête pour leur accueil, leur disponibilité et leurs explications. Merci à Agnès D Angio-Barros, responsable du service des archives économiques et financières du ministère des Finances, pour l orientation qu elle a donnée à ma mission de stage et à mon mémoire. Enfin, je remercie Brigitte Guyot qui m a aidée à déterminer mon sujet et pour ses précieux conseils. 2

4 Notice MOUETTE Solène. La place et le rôle du Records management dans les besoins d archivage d un établissement public : le cas de l Institut National de la Consommation p. Mémoire, INTD, Ce mémoire présente la manière dont le Records management s intègre aux besoins d archivage d un organisme public. Le Records management est comparé et situé par rapport aux autres formes de management de l information, comme le Knowledge management. Les enjeux du Records management et de l archivage sont présentés. Une enquête auprès des acteurs de l entreprise a permis d établir leurs rôles au sein des systèmes d information et d archivage. La construction de la mémoire de l entreprise repose à la fois sur la gestion des connaissances et sur celle des documents. Le Records management et l archivage participent à cette construction à l aide d un management humain et d outils techniques. Records management ; Archives ; Politique d archivage ; Mémoire d entreprise ; Gestion des connaissances ; Gestion des documents ; Entreprise publique 3

5 Table des matières NOTICE... 3 TABLE DES MATIERES... 4 LISTE DES TABLEAUX... 7 LISTE DES FIGURES... 8 INTRODUCTION LA PLACE DU RECORDS MANAGEMENT DANS LA MEMOIRE DE L ENTREPRISE DEFINITION DES CONCEPTS Document, record, archive Le document Le record ou document d archives Les archives Le cycle de vie de l information Origine du Records management et conséquences de la norme ISO sur les besoins d archivage Un concept ancien mais une discipline récente La norme ISO en réponse aux besoins d archivage Principes et enjeux de la dématérialisation et de l archivage électronique PLACE DU RECORDS MANAGEMENT PAR RAPPORT AUX AUTRES FORMES DE MANAGEMENT DE L INFORMATION DANS L ENTREPRISE Management des records et de l information Management des records, des connaissances et de la mémoire Stockage, management des records et des archives PRINCIPES ET ENJEUX DU RECORDS MANAGEMENT DANS UN SYSTEME D ARCHIVAGE Des acteurs variés Principes de gestion des records et des archives Implication du Records management et de l archivage dans les activités de l entreprise Evaluation des documents Problèmes de gestion et de conservation des archives Accès à l information Enjeux du Records management et de l archivage Enjeux du Records management Enjeux de l archivage

6 2 ENQUETE SUR LES BESOINS D ARCHIVAGE D UN ETABLISSEMENT PUBLIC CADRE, OBJECTIFS ET METHODE D ENQUETE Cadre et objectifs de l enquête Contexte réglementaire de la gestion des archives publiques Typologie des services et acteurs rencontrés Déroulement de l enquête RESULTATS DE L ENQUETE Problèmes constatés et quelques bonnes pratiques Absence de politique globale d archivage Espace de stockage et élimination Logique de stockage défaillante Absence d outils de recherche Besoins de l organisme en matière d archivage STRUCTURE INFORMATIONNELLE EXISTANTE Typologie des documents Organisation actuelle des documents et des archives PROPOSITIONS DE SOLUTIONS POUR LA MISE PLACE D UN SYSTEME DE RECORDS MANAGEMENT LA GESTION DE L INFORMATION PAR LES ACTEURS DE L ORGANISME Fonctions et rôles des acteurs La distribution des rôles La rétention d information Gestion hétérogène des systèmes d archivage CONSTRUCTION D UNE MEMOIRE D ENTREPRISE Le rôle des connaissances dans l entreprise Des solutions à la gestion des connaissances Constitution des archives historiques La culture de l information LES OUTILS DE MISE EN PLACE DU RECORDS MANAGEMENT La charte d archivage et les procédures Le plan de classement Le tableau de gestion Les outils informatiques INSTAURER LE RECORDS MANAGEMENT A L INC CONCLUSION BIBLIOGRAPHIE

7 ANNEXES ANNEXE 1 GUIDE D ENTRETIEN ANNEXE 2 TYPOLOGIE DES DOCUMENTS PRODUITS ET REÇUS PAR L INC ANNEXE 3 TABLEAU DE GESTION ANNEXE 4 ANALYSE FONCTIONNELLE DES TYPES DE DOCUMENTS ANNEXE 5 GLOSSAIRE

8 Liste des tableaux Tableau 1 : Typologie des services et des acteurs rencontrés...38 Tableau 2 : Récapitulatif des propositions pour la gestion des connaissances et la mise en place du Records management..64 7

9 Liste des figures Figure 1 : Le cycle de vie de l information, deux approches culturelles 16 Figure 2 : Le cycle de vie des archives. 60 8

10 Introduction 9

11 Les thèmes liés à la conservation de la mémoire et des archives sont de plus en plus importants dans notre société. Aujourd hui, aucun organisme, qu il soit public ou privé, ne peut se passer de ses archives. En effet, elles sont le fruit de son fonctionnement et lui permettent de conserver une trace de ses activités. La base d une gestion responsable suppose que l activité soit documentée de manière économique et efficace. Même à court terme, l absence d archives affecte l efficacité d une activité en provoquant de mauvaises interprétations des faits, et en ne fournissant pas les preuves capables de justifier les décisions controversées. Ces défaillances peuvent provoquer des pertes considérables tant au niveau financier que pour la mémoire de l entreprise. De plus, les entreprises sont de plus en plus soumises à une réglementation contraignante entraînant des risques juridiques importants si les documents ne sont pas conservés selon des règles. Pour autant, aucun organisme ne peut se permettre de conserver indéfiniment la totalité de sa production documentaire, les contraintes financières et d espace étant très fortes. De nos jours, l inflation documentaire semble incontrôlable, surtout depuis l arrivée de la documentation électronique. Les organismes sont donc contraints de trier, classer, ranger, jeter pour s assurer une gestion documentaire saine. Le Records management, c est donc la gestion rationalisée et la maîtrise de l information et des documents internes à l organisme. L information n ayant de valeur que si elle est utilisée, elle doit être exploitée efficacement pour être accessible et lisible par ceux qui en ont besoin. Le Records management est une des formes du management de l information. La gestion de l information regroupe à la fois la gestion des connaissances et la gestion des documents. Le Records management en application avec d autres formes de gestion de l information, dont fait partie l archivage qui se situe à l extrémité de cette gestion, permet d élaborer des politiques de gestion de l information performantes en assurant le transfert des connaissances et donc la préservation de la mémoire de l entreprise. L Institut National de la Consommation (INC), établissement public à caractère industriel et commercial, fêtera à la fin de l année 2007 ses 40 ans d existence. Cet organisme a une mission de service public définie : soutenir les associations de consommateurs et dans un second temps, informer les consommateurs à travers le magazine 60 millions de consommateurs. Une autre mission, moins «officielle», lui incombe, celle de valoriser son patrimoine documentaire à destination des chercheurs et des historiens. Pour cela, il souhaite se doter d une politique d archivage. L archivage est l'ensemble des actions, outils et méthodes mis en œuvre pour stocker et conserver à moyen ou long terme des informations dans le but de les exploiter. L archivage possède ainsi des points communs avec le Records management. 10

12 Dans quelle mesure le Records management a-t-il une place et un rôle dans les besoins d archivage d un établissement public, dans le cas présent l INC? Le Records management sera abordé dans ses aspects organisationnels et techniques, à travers les questions suivantes : Comment est créée et émise l information dans un organisme? Où loge l information créée ou reçue? Comment l information est-elle conservée une fois utilisée? La notion d archivage sera abordée à travers les notions d enregistrement, de traçabilité et de mémoire. Ces deux notions seront comparées aux autres formes de management de l information. Un glossaire (Annexe 5) explique les principales notions abordées. Pour répondre à la problématique, nous étudierons d abord la manière dont le Records management s inscrit dans la mémoire de l entreprise, notamment au travers de la problématique de capitalisation des connaissances. Puis, une enquête auprès de l ensemble des acteurs de l INC permettra d analyser quels sont les besoins d archivage d un organisme public n ayant jamais pratiqué une réelle politique d archivage. Enfin, nous donnerons des propositions de solutions à l intégration éventuelle d un système de Records management au sein de cet organisme au vu de ses besoins d archivage. 11

13 Première partie La place du Records management dans la mémoire de l entreprise 12

14 1 La place du Records management dans la mémoire de l entreprise 1.1 Définition des concepts Document, record, archive Le document Le Conseil International des Archives définit le document comme «une information enregistrée, générée, collectée ou reçue dans le cadre de la mise en œuvre de la réalisation ou de l achèvement d une activité institutionnelle ou personnelle et qui englobe le contenu, le contexte et la structure suffisants pour constituer une preuve ou évidence de l activité.» [2, Borde] Ainsi, le document est une entité physique constituée par un support individualisé sur lequel sont fixées des informations. Tant qu il n est pas perçu dans sa dimension de trace d une activité, de preuve et de témoignage d un acte ou d un événement que l on peut localiser et dater, le document ne peut être qualifié d archives. Tous les documents ne sont donc pas des archives ou destinés à être archivés. Cette différence tient à la nature du document et à la manière dont il est utilisé. De plus, un document peut changer de statut au cours de sa vie. Il peut être un simple support à l action et disparaître lorsque celle-ci s achève ou alors être une preuve à mémoriser dès sa création Le record ou document d archives Selon la norme ISO sur le Records management, le record désigne le document créé, reçu et préservé à titre de preuve et d information par une personne physique ou morale dans l exercice de ses obligations légales ou la conduite de son activité. [19, Chabin] Il inclut tous les types de documents quel que soit leur support, papier ou électronique. Il possède trois caractéristiques distinctives : le contenu (message) qui est accompagné de métadonnées, la structure (format) et le contexte dans lequel le record a été créé, reçu ou utilisé (provenance, destinataire, objet, circonstances, date) [41, Gunnlaungsdottir]. C est ce contexte qui différencie le document du record. 13

15 Les records peuvent avoir une valeur primaire ou une valeur secondaire. La première se rapporte à la raison immédiate pour laquelle les records ont été créés. Cette valeur primaire peut être divisée en trois catégories : valeur administrative : valeur relative au rôle que les records jouent dans les activités quotidiennes de l organisme. Par exemple : la correspondance courante ; valeur fiscale : valeur en rapport avec les activités financières. Par exemple : les records relatifs aux revenus et aux coûts, qui ont une valeur administrative au cours de leur utilisation, mais qui ont une valeur fiscale dans le cadre d un audit ; valeur judiciaire : valeur en tant que preuve de conformité à des exigences réglementaires et légales. Par exemple : les contrats. La valeur secondaire se rapporte à une utilisation potentielle dans l avenir de différent type : valeur événementielle, informationnelle et patrimoniale. En plus d avoir une valeur, les records peuvent être classés selon une échelle de valeur qui facilite leur sélection lors du tri au moment de l archivage. [14, Hare] Les records vitaux sont essentiels à la pérennité du fonctionnement de l organisme et sont irremplaçables. Par exemple : le statut de constitution de l organisme. Les records importants sont essentiels à la pérennité du fonctionnement de l organisme mais sont remplaçables. Par exemple : les comptes. Les records utiles permettent le fonctionnement normal de l organisation et leur perte entraînerait des anomalies de fonctionnement mais ils sont remplaçables. Par exemple : la correspondance. Les records non essentiels n ont aucune valeur courante et doivent être éliminés. Par exemple : les notes de service Les archives Selon le Code du patrimoine de 2004, «les archives sont l ensemble des documents quels que soient leur date, leur forme et leur support matériel, produits ou reçus par toute personne physique ou morale, et par tout service ou organisme public ou privé, dans l exercice de ses activités. Leur conservation est organisée dans l intérêt public tant pou les besoins de la gestion et de la justification des droits des personnes physiques ou morales, publiques ou privées, que pour la documentation historique de la recherche.» 14

16 Pour Marie-Anne Chabin 1, l archive présente cinq caractéristiques : un support, un contenu, un contexte, une pertinence, une appartenance à un fonds. C est cette dernière qui est caractéristique de l archive puisque le principe de provenance élargit la notion de contexte à la fois dans le temps et dans l espace [13, Drouhet]. Un document est toujours lié à d autres documents produits à des moments différents (temps), l ensemble constituant un dossier. Celui-ci peut être lié à d autres dossiers qui sont ne sont pas classés au même endroit (espace) Le cycle de vie de l information Le concept de cycle de vie de l information est basé sur l idée que «l information enregistrée a une «vie» semblable à celle d un organisme biologique, dans la mesure où elle naît (phase de création), vit (phase d utilisation) et meurt» 2. Le concept de cycle de vie est un élément clé à la fois du Records management et de l archivage. Il est particulièrement important pour les documents électroniques car il peut être difficile d en différencier les différentes versions (brouillon, en attente de validation, validée). Dans le Records management, c est la phase de création qui est la plus importante. C est en effet à ce moment là qu est fait le choix du support et du plan de classement facilitant ainsi la gestion du record tout au long de sa vie. Lorsque le record devient archive, celle-ci doit pouvoir être située dans son contexte pour en interpréter le contenu et en comprendre le sens. Il existe plusieurs approches du cycle de vie de l information. L approche française, ou théorie des trois âges des archives, insiste sur la localisation physique de l information et son utilisation : Archives courantes (ou actives) : documents créés, conservés et utilisés de manière habituelle par ceux qui les ont produits ou reçus pour les besoins de leur l activité. Archives intermédiaires (ou semi-actives) : documents qui ont cessé d être considérés comme archives courantes mais qui ne peuvent encore, en raison de leur intérêt administratif, faire l objet de tri ou d élimination. Archives définitives (ou historiques) : documents, qui à l issue de leur période d utilité administrative, ayant subi tri et élimination, sont conservés sans limitation de durée dans l intérêt de la documentation historique. 1 CHABIN Marie-Anne. La cinquième dimension de l archive numérique. Document numérique, 1997, vol.1, n 2, p PENN I.A, PENNIX G., GOULSON J. Records management handbook. 2 ed. Gower,

17 Cette théorie repose sur des passages associés aux changements de lieux de stockage : les archives courantes sont dans les bureaux, les archives intermédiaires dans des dépôts spécialisés et les archives définitives dans les services d archives. L approche anglo-saxonne est, quant à elle, axée sur le statut et la portée juridique de l information : Document : en cours de production ou d élaboration, non validé, géré par l utilisateur. Record : document validé, sélectionné pour être conservé, capturé dans un système, géré selon des règles préétablies, il n est pas modifiable. Archive : document à valeur historique, après l extinction de sa valeur de preuve ou d information pour le producteur. validation fixation échéance légale ou interne production des données T - 1 T0 stockage éloigné T1 T2 français archives courantes archives intermédiaires archives historiques anglais document record (current, non current) archive Figure 1 : Le cycle de vie de l information, deux approches culturelles [19, Chabin] A ces deux approches traditionnelles, reflet de deux cultures différentes, s ajoute une nouvelle vision du cycle de vie de l information. Compte tenu de l environnement de production, de diffusion et d utilisation de l information au XXIe siècle, Marie-Anne Chabin propose, en opposition à la théorie des trois âges des archives, une «théorie des trois statuts de l information». [18, Chabin] Le premier statut est un statut de production. L information quel que soit son support est entièrement gérée par ses rédacteurs qui l élaborent et la mettent en forme jusqu à sa validation et sa diffusion. Le deuxième statut est un statut de trace. L information validée, datée et figée est préservée aussi longtemps qu elle présente un intérêt de preuve, de gestion ou de mémoire pour son créateur. Le lien organique entre l information archivée et son auteur est essentiel. 16

18 Le troisième statut est un statut de source de connaissance. L information n est plus considérée d abord pour son lien organique avec son auteur mais en tant qu élément de connaissance pour un public afin d étudier, de s informer d un événement ou d une histoire. Toute information possède au minimum le premier statut. Par la suite, soit elle disparaît soit elle acquiert un statut de trace ou celui de source, ou les deux, successivement ou en même temps. Ainsi, l information est d abord gérée en fonction de sa valeur intrinsèque, puis en fonction de son utilisation. La gestion du cycle de vie de l information ou Information Lifecycle Management (ILM) est un concept né en La Storage Network Industry Association définit l ILM comme «l ensemble des règles, processus, pratiques et outils que l on déploie pour aligner au mieux la valeur métier des informations et l infrastructure qui les héberge, et ce depuis leur création jusqu à leur destruction». Cette démarche s adresse particulièrement aux données non structurées (bureautique, site Web, messagerie électronique) car leur gestion s avère plus difficile que les documents traditionnels. [25, Rietsch] Origine du Records management et conséquences de la norme ISO sur les besoins d archivage Un concept ancien mais une discipline récente De nombreux records ont été conservés des civilisations anciennes. Ils étaient produits par les pouvoirs publics ou d autres organismes dans la conduite de leurs affaires (les papyrus égyptiens par exemple). Le développement des technologies d enregistrement, de stockage et de copie de l information qui accompagne l évolution des civilisations et des activités gouvernementales, a provoqué l augmentation du volume de records produits. Au XIXe siècle, en Grande-Bretagne particulièrement, cette croissance entraîne la création d agences nationales et l introduction d une législation pour régulariser les pratiques, notamment pour assurer la conservation des records publics. Des politiques de gestions des records sont développées progressivement. En 1934, les Archives Nationales états-uniennes sont créées et inventent le concept de cycle de vie de l information, fondamental au Records management. 17

19 La Seconde guerre mondiale, période qui doit faire face au problème de l inflation des documents administratifs, constitue le facteur clé du développement de la discipline. En 1947, la commission Hoover, chargée par le président Truman d organiser cette inflation de documents, officialise la discipline par l obligation de créer un service de gestion des documents courants dans chaque agence fédérale et par la création d une division Records management au sein du National Archives and Records Service. Les conclusions de la commission sont théorisées quelques années plus tard par l archiviste Theodore Schellenberg. Il en ressort la distinction entre les documents validés et actifs dans les services (active records), les documents peu utilisés mais à valeur probante (semi-active records) et les documents qui ont perdu tout intérêt pour les services et qui sont soit détruits, soit traités comme archives (archives historiques). Le Records management s est par la suite essentiellement développé dans les pays anglosaxons, donnant naissance à une profession spécifique, le records manager, tandis que les pays latins conservent une double organisation des archives partagée entre les procédures administratives et les archivistes responsables des archives historiques La norme ISO en réponse aux besoins d archivage En 1996, une norme nationale australienne sur le Records management remporte un réel succès qui amène à sa présentation devant l International Standard Organization (Organisation international de normalisation). En 2001, après divers débats sur les problèmes de compatibilité du projet de la norme avec les droits nationaux des pays, la norme ISO est publiée. Elle est reprise en 2002 par l AFNOR (Association française pour la normalisation), sous le même titre NF ISO La définition du Records management de la norme est : «champ de l organisation et de la gestion en charge d un contrôle efficace et systématique de la création, de la réception, de la conservation, de l utilisation et du sort final des documents, y compris des méthodes de fixation et de préservation de la preuve et de l information liées à la forme des documents». Elle est à ce jour la seule norme sur l organisation et la gestion des archives courantes et intermédiaires. [16, Association des Archivistes Français.] Le Records management a pour objet l ensemble des documents à archiver, c est-à-dire les documents que l organisme a décidé de préserver à titre de preuve ou en raison de leur valeur informationnelle : il s agit des documents essentiels ou utiles dans la conduite de ses activités. Le périmètre du Records management est donc rarement exhaustif, il couvre une partie des documents produits ou reçus. Ceux-ci sont pris en compte dans leur version définitive (non modifiable). La norme précise que les archives définitives ne rentrent pas dans le champ du Records management. 18

20 Cependant, au regard de la réglementation archivistique française qui oblige les organismes du secteur public à gérer correctement leurs archives sur tout leur cycle de vie, les documents appelés à terme à devenir des archives historiques sont nécessairement couverts dès leur création par le Records management. [40, Groupe métiers AAF-ADBS Records management] La norme souligne le rôle et l importance d une politique de Records management au sein d un organisme en identifiant les responsabilités de chaque catégorie de personnel. Elle conforte l idée que l ensemble des collaborateurs a une part de responsabilité dans la gestion des records mais que certains ont des rôles plus spécifiques. Toutefois, cette norme s adresse principalement aux dirigeants, professionnels de l information et au records manager. Le Records management a pour finalité de permettre à l organisme de disposer à tout instant du document dont il a besoin pour conduire ses activités, répondre aux exigences légales et réglementaires, et se protéger en cas de contentieux. Les autres objectifs sont : d organiser la traçabilité des documents produits ou reçus, d encadrer la responsabilité de l organisme vis-à-vis de la loi, de déterminer les besoins de consultation et les délais de conservation en se conformant aux exigences légales et réglementaires, d évaluer les risques attachés à la non disponibilité de documents probants, de s assurer que les systèmes d information produisent des documents fiables en accord avec les normes qualité ISO 9001, ISO 9002 et environnementales ISO 14000, de s efforcer de gérer l information au meilleur coût. Ces objectifs se traduisent par le fait de garantir l existence du document, qu il soit accessible, traçable, authentique, fiable, intègre et exploitable Principes et enjeux de la dématérialisation et de l archivage électronique A la différence du papier, les nouvelles technologies rendent possibles la dissociation du matériel, du support, des données brutes et des logiciels utilisant ces données. La croissance des documents électroniques est exponentielle et bien que certains ne restent pas dans cette nature toute leur vie mais sont imprimés, leur conservation pose de nombreux problèmes : pérennité des supports, des appareils de lecture 19

21 Pourtant, il existe de réels avantages à l information numérique, notamment le partage de l information, le peu de place qu elle prend et l utilisation d outils de recherche. Ses inconvénients sont l équipement complexe qu elle requiert et la dissociation information - support pose le problème de garantie de l originalité de l information. Si la perspective de gain de place est en général une cause de projet de dématérialisation, les documents papier sont aussi souvent à conserver. Un des principaux atouts de la dématérialisation est alors la facilité de consultation des documents par l ensemble des collaborateurs en même temps. Dans le cas de supports audiovisuels analogiques, la numérisation est la seule voie possible pour préserver l information. Le support numérique de substitution est obtenu par défaut d autres solutions. Il est d usage d archiver l information sous la forme sous laquelle elle a été validée, soit archiver l original. La numérisation de substitution de documents s effectue lorsque l original a été détruit, et permet, grâce à une traçabilité très rigoureuse des opérations, d y substituer son image avec une garantie de fiabilité. Cependant, certains actes juridiques imposent d être établis par écrits sous peine de perdre toute validité et donc toute existence. [25, Rietsch] Selon la loi du 13 mars 2000 portant adaptation du droit de la preuve aux technologies de l information, un document électronique a la même valeur juridique qu un écrit sur support papier (principe d indépendance entre l écrit et son support) à condition que son auteur soit dûment identifié et que le document soit établi et conservé dans des conditions de nature à en garantir l intégrité. En pratique, l interprétation de ce texte pose de nombreuses difficultés. Bien que la question de la conservation des documents électroniques soit fondamentale, ni la loi du 13 mars 2000, ni la directive européenne sur la signature électronique ne fixent de critères précis relativement à l archivage des documents électroniques et les moyens à employer. Il existe un réel débat sur le support à privilégier pour l archivage. Le support papier peut être considéré comme plus pérenne que le support numérique mais des dégâts des eaux démentiront cette affirmation. Le support numérique peut être considéré comme peu fiable et peu pérenne pour la conservation des données mais il permet de faire des économies financières et de place sur du court terme. 20

22 1.2 Place du Records management par rapport aux autres formes de management de l information dans l entreprise Le Records management est une partie du management de l information et il s intègre dans la politique d information générale de l organisme Management des records et de l information Le management de l information est défini comme l application des principes de management à l acquisition, l organisation, le contrôle, la dissémination et l utilisation de l information et s intéresse à la valeur, la qualité et l utilisation de l information pour améliorer les performances de l organisme. L environnement de l information a six composantes : stratégie de l information, politiques de l information, comportements vis-à-vis de l information, équipe documentaire, processus et architecture de l information. [30, Wei Choo] La stratégie d information repose sur la question : que veut faire l organisme de l information qu il détient? Il existe un lien entre le management de l information et la capacité de l organisme à réaliser cette mission. La stratégie d information d un organisme est souvent exprimée sous la forme d un ensemble de principes de base. De même, il existe une stratégie d archivage dans le cadre du Records management. Elle repose sur la question : que veut faire l organisme de l information qu il stocke? Il a plusieurs options : la jeter, la conserver sans l utiliser, l archiver Dans les deux politiques, ces stratégies sont réfléchies et globales à l organisme pour être cohérentes avec la politique générale. Les politiques de l information résultent de la distribution du pouvoir que l information accorde et des modes de gestion pour son management et son utilisation. Différents modèles politiques sont identifiés : de ceux qui définissent eux-mêmes leurs besoins d information et récupèrent ceux dont ils ont besoin (féodalisme) à ceux qui établissent un consensus sur l utilisation de l information (fédéralisme). La politique de Records management repose sur une réelle prise en compte des besoins et rejoindrait une «politique fédérale». Les principaux comportements vis-à-vis de l information sont au nombre de trois : partager l information (rendre disponible l information aux autres), donner l information à la bonne personne au bon moment, et créer un vocabulaire commun à l organisme. Ce management repose sur la définition de droit d accès qui limite l accès des personnes aux informations qu elles sont autorisées à consulter et à quel moment elles y ont droit. 21

Groupe de travail «TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION» Réunion du 26 janvier 2006. L archivage électronique

Groupe de travail «TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION» Réunion du 26 janvier 2006. L archivage électronique Département Administration et Gestion Communale AP/DB N 11 Paris, le 25 janvier 2006 Groupe de travail «TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION» Réunion du 26 janvier 2006 L archivage électronique

Plus en détail

Politique de gestion des archives. Adoptée le 11 octobre 2011 par le conseil d administration (289 e assemblée résolution n o 2479)

Politique de gestion des archives. Adoptée le 11 octobre 2011 par le conseil d administration (289 e assemblée résolution n o 2479) Politique de gestion des archives Adoptée le 11 octobre 2011 par le conseil d administration (289 e assemblée résolution n o 2479) TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 3 1. OBJECTIFS DE LA POLITIQUE... 3 2.

Plus en détail

COMMISSION SCOLAIRE DE LA BEAUCE-ETCHEMIN Page 1 de 7 POLITIQUE DE GESTION DES DOCUMENTS POLITIQUE DE GESTION DES DOCUMENTS

COMMISSION SCOLAIRE DE LA BEAUCE-ETCHEMIN Page 1 de 7 POLITIQUE DE GESTION DES DOCUMENTS POLITIQUE DE GESTION DES DOCUMENTS COMMISSION SCOLAIRE DE LA BEAUCE-ETCHEMIN Page 1 de 7 1.0 PRÉAMBULE La présente politique est fondée sur les éléments suivants : Tel que stipulé dans la Loi sur les archives, la Commission scolaire doit

Plus en détail

MINISTERE DE L HABITAT, DE L URBANISME ET DE LA POLITIQUE DE LA VILLE

MINISTERE DE L HABITAT, DE L URBANISME ET DE LA POLITIQUE DE LA VILLE MINISTERE DE L HABITAT, DE L URBANISME ET DE LA POLITIQUE DE LA VILLE JOURNEE PORTES OUVETRES Jeudi 27 septembre 2012 DEMATERIALISATION DES ARCHIVES Pour un meilleur accès à l information 1 PLAN Archivage

Plus en détail

SERVICES DU SECRÉTARIAT GÉNÉRAL POLITIQUE RELATIVE À LA GESTION DE DOCUMENTS

SERVICES DU SECRÉTARIAT GÉNÉRAL POLITIQUE RELATIVE À LA GESTION DE DOCUMENTS SERVICES DU SECRÉTARIAT GÉNÉRAL POLITIQUE RELATIVE À LA GESTION DE DOCUMENTS Numéro du document : 0601-08 Adoptée par la résolution : _484 0601 En date du : 5 juin 2001 Signature du directeur général Signature

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES DOCUMENTS ET DES ARCHIVES DE TÉLÉ-QUÉBEC

POLITIQUE DE GESTION DES DOCUMENTS ET DES ARCHIVES DE TÉLÉ-QUÉBEC POLITIQUE DE GESTION DES DOCUMENTS ET DES ARCHIVES DE TÉLÉ-QUÉBEC Table des matières PRÉAMBULE ----------------------------------------------------------------------------------------------- 3 1. DÉFINITIONS

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Atmosphères explosibles : ISM-ATEX, une nouvelle certification volontaire

Atmosphères explosibles : ISM-ATEX, une nouvelle certification volontaire Atmosphères explosibles : ISM-ATEX, une nouvelle certification volontaire Olivier Cottin, Emmanuel Tournebize To cite this version: Olivier Cottin, Emmanuel Tournebize. Atmosphères explosibles : ISM-ATEX,

Plus en détail

LA GESTION DOCUMENTAIRE ET DES ARCHIVES

LA GESTION DOCUMENTAIRE ET DES ARCHIVES POLITIQUE DE GESTION concernant LA GESTION DOCUMENTAIRE ET DES ARCHIVES CONSULTATION ADOPTION ET RESPONSABILITÉ Comité consultatif de gestion le : 6 février 2014 Adoptée le : 18 février 2014 Résolution

Plus en détail

RECUEIL POLITIQUE DES

RECUEIL POLITIQUE DES RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE DE GESTION INTÉGRÉE DES DOCUMENTS (PO-24) RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE DE GESTION INTÉGRÉE DES DOCUMENTS (PO-24) Adoptée par le Conseil d'administration

Plus en détail

Évolutions de la norme NF EN ISO/CEI 17020. De la version 2005 à la version 2012

Évolutions de la norme NF EN ISO/CEI 17020. De la version 2005 à la version 2012 Évolutions de la norme NF EN ISO/CEI 17020 De la version 2005 à la version 2012 Plan de la présentation L intervention sera structurée suivant les 8 chapitres de la norme. Publiée le 1 er mars 2012, homologuée

Plus en détail

Outil de documentation sur la réduction D : Système d archivage de l analyse de la réduction

Outil de documentation sur la réduction D : Système d archivage de l analyse de la réduction Outil de documentation sur la réduction D : Système d archivage de l analyse de la réduction A : Analyse des émissions sectorielles clés B : Dispositions institutionnelles pour les activités de réduction

Plus en détail

AUDIT DE LA PAIE ET DU PERSONNEL

AUDIT DE LA PAIE ET DU PERSONNEL AUDIT DE LA PAIE ET DU PERSONNEL PLAN : I. Introduction II. Définitions : 1) Fonction paie personnel 2) Audit paie personnel III. Démarche de l audit paie et personnel IV. audit cycle paie personnel 1)

Plus en détail

En quoi consiste la gestion des dossiers et de l information (GDI)?

En quoi consiste la gestion des dossiers et de l information (GDI)? OBJET Les dossiers et l information sont d importants biens stratégiques pour une organisation et, comme c est le cas d autres éléments organisationnels (ressources humaines, capital et technologie), ils

Plus en détail

Le modèle européen MoReq mars 2001

Le modèle européen MoReq mars 2001 Le modèle européen MoReq mars 2001 présentation de la version française Marie-Anne Chabin Réunion PIN 01/09/04 1 Model Requirements for the Management of Electronic Records Modèle d exigences pour l organisation

Plus en détail

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE Comment choisir un CRM qui répondra à toutes les attentes de vos commerciaux www.aptean..fr LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE

Plus en détail

L ILM, revue de presse 2006 Cycle de vie de l information et ILM Atouts et faiblesse de l ILM aujourd hui L ILM et la diplomatique numérique

L ILM, revue de presse 2006 Cycle de vie de l information et ILM Atouts et faiblesse de l ILM aujourd hui L ILM et la diplomatique numérique Marie-Anne Chabin, Archive 17 groupe PIN,11 mai 2006 L ILM, revue de presse 2006 Cycle de vie de l information et ILM Atouts et faiblesse de l ILM aujourd hui L ILM et la diplomatique numérique 1 L ILM,

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES DOCUMENTS ADMINISTRATIFS

POLITIQUE DE GESTION DES DOCUMENTS ADMINISTRATIFS 1. OBJET DE LA POLITIQUE La présente politique a pour objet l application d un ensemble de méthodes et de systèmes portant sur le classement, la conservation et la protection des informations contenues

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

Politique numéro 42 POLITIQUE DE GESTION DOCUMENTAIRE

Politique numéro 42 POLITIQUE DE GESTION DOCUMENTAIRE COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL MARIE-VICTORIN Politique numéro 42 POLITIQUE DE GESTION DOCUMENTAIRE Adoptée le 24-avril 2013 CA-13-184-1536 L usage du genre masculin inclut le genre féminin;

Plus en détail

NATO SANS CLASSIFICATION Communicable à l ALBANIE et à la CROATIE

NATO SANS CLASSIFICATION Communicable à l ALBANIE et à la CROATIE 6 février 2009 DOCUMENT Procédure d accord tacite : 2 mars 2009 18:00 POLITIQUE RELATIVE À LA CONSERVATION ET À LA DESTINATION FINALE DE L INFORMATION OTAN Note du secrétaire général 1. Au sommet de Riga,

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES DOCUMENTS

POLITIQUE DE GESTION DES DOCUMENTS MANUEL DE POLITIQUES, PROCÉDURES ET RÈGLEMENTS ADMINISTRATIFS POLITIQUE DE GESTION DES DOCUMENTS Code: Politique 2.8 Date d entrée en vigueur : Mai 2000 Nombre de pages: 9 Origine: Services juridiques

Plus en détail

FICHE DE FONCTION - 04

FICHE DE FONCTION - 04 FICHE DE FONCTION - 04 ANIMATEUR/EDUCATEUR de classe 1 INTITULE DE LA FONCTION : animateur/éducateur RELATIONS HIERARCHIQUES L animateur/éducateur de classe 1 exerce ses fonctions sous la responsabilité

Plus en détail

STAGE DE FORMATION ET DE RECYCLAGE SUR LES TECHNIQUES DOCUMENTAIRES ET LA GESTION ELECTRONIQUE DES DOCUMENTS. Organisé par

STAGE DE FORMATION ET DE RECYCLAGE SUR LES TECHNIQUES DOCUMENTAIRES ET LA GESTION ELECTRONIQUE DES DOCUMENTS. Organisé par NOM DE VOTRE INSTITUTION (Logo de l institution) STAGE DE FORMATION ET DE RECYCLAGE SUR LES TECHNIQUES DOCUMENTAIRES ET LA GESTION ELECTRONIQUE DES DOCUMENTS Organisé par L Association Francophone des

Plus en détail

FICHE D IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE

FICHE D IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L'EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualification : 2001 01 89 0195 (Cette fiche annule et remplace, à compter du 9 janvier 2007, la précédente fiche d identité) FICHE D IDENTITÉ

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE

MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/SEC//BR/DS/PP/DSA/N 12-04 Danielle SOULAT 01 43 93 84 77 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : CHEF DE PROJET ARCHIVAGE ET SYSTEME D

Plus en détail

La formation professionnelle continue Formation externe / Formation interne

La formation professionnelle continue Formation externe / Formation interne La formation professionnelle continue Formation externe / Formation interne L intitulé «formation», qui peut être affiché dans un document publicitaire, n est pas suffisant pour garantir son financement

Plus en détail

Livret de suivi du candidat(outil B)

Livret de suivi du candidat(outil B) A chaque étape du parcours CQP, son outil : Branche de la Miroiterie, Transformation et Négoce du Verre CQP Animateur d équipe de 1 er niveau Livret de suivi du candidat(outil B) Document à remplir par

Plus en détail

INSPECTION ACADEMIQUE DE L AIN

INSPECTION ACADEMIQUE DE L AIN INSPECTION ACADEMIQUE DE L AIN TABLEAU DE GESTION DES ARCHIVES ARCHIVES DEPARTEMENTALES DE L AIN 2006 Ce tableau est fondé sur la circulaire conjointe des ministères de la Culture et de l Education parue

Plus en détail

PROGRAMME DE GESTION INTÉGRÉE DE DOCUMENTS

PROGRAMME DE GESTION INTÉGRÉE DE DOCUMENTS PROGRAMME DE GESTION INTÉGRÉE DE DOCUMENTS Conformément à la Politique sur la gestion de documents et des archives de l Université de Montréal (ajouter le numéro), et à la norme ISO 15489, la Division

Plus en détail

GESTION DES DOCUMENTS

GESTION DES DOCUMENTS 133 POLITIQUE GESTION DES DOCUMENTS OBJECTIFS Gérer les documents de la Commission scolaire en conformité avec la législation applicable et les besoins des usagers, dans un contexte de maximisation de

Plus en détail

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE CNUCED Division de l infrastructure des services pour le développement et l efficacité commerciale (SITE) Palais des Nations CH-1211 Genève 10

Plus en détail

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1 TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. INTRODUCTION A. Objet et objectifs Le Conseil d administration (le «Conseil») de la société par actions Tembec Inc. (la «Société») est responsable de

Plus en détail

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions.

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions. Ce glossaire a été élaboré dans un souci de clarification des notions et concepts clés communément utilisés en Gestion des Ressources Humaines, et notamment dans le champ de la gestion prévisionnelle des

Plus en détail

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Neuf pôles d activité La majorité des assistantes ont des activités couvrant ces différents pôles, à des niveaux différents, à l exception

Plus en détail

Préparation au CQPM Technicien en Industrialisation et en Amélioration des Processus TIAP (0049)

Préparation au CQPM Technicien en Industrialisation et en Amélioration des Processus TIAP (0049) Préparation au CQPM Technicien en Industrialisation et en Amélioration des Processus TIAP (0049) Public concerné Salariés ou futurs salariés des entreprises industrielles qui auront pour missions de participer

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION

PROGRAMME DE FORMATION F-5.04 : METHODOLOGIE D UN PROJET DE DEMATERIALISATION ET D ARCHIVAGE ELECTRONIQUE, APPLICATION AUX MAILS /// Objectifs pédagogiques Apporter aux participants les informations essentielles pour aborder

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE

CHARTE DE L AUDIT INTERNE CHARTE DE L AUDIT INTERNE Septembre 2009 Introduction La présente charte définit la mission et le rôle de l audit interne de l Institut National du Cancer (INCa) ainsi que les modalités de sa gouvernance.

Plus en détail

Conditions Générales d'utilisation - YOUSIGN SAS - SIGN2 CA

Conditions Générales d'utilisation - YOUSIGN SAS - SIGN2 CA Conditions Générales d'utilisation - YOUSIGN SAS - SIGN2 CA 1- Introduction 1.1 Présentation générale Ce document définit les Conditions Générales d Utilisation (CGU) des certificats délivrés dans le cadre

Plus en détail

Le Formateur en Institut de Formation en Soins Infirmiers

Le Formateur en Institut de Formation en Soins Infirmiers INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS Mission du formateur I.F.S.I. REDACTEUR : Christine BELOEIL : Directeur IFSI DATE : le 21 JANVIER 2005 MIS A JOUR LE 15 SEPTEMBRE 2005 MIS A JOUR LE 31 AOUT 2007

Plus en détail

L application doit être validée et l infrastructure informatique doit être qualifiée.

L application doit être validée et l infrastructure informatique doit être qualifiée. 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 Annexe 11: Systèmes informatisés

Plus en détail

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste OFFRE D EMPLOI 1 Introduction Définir une offre d emploi type n est pas un processus anodin à sous-estimer. En effet, l offre que l entreprise va communiquer représente la proposition d emploi vacant.

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

Nos formations sont conçues pour vous permettre de gagner en autonomie sur ces thématiques au coeur de votre quotidien :

Nos formations sont conçues pour vous permettre de gagner en autonomie sur ces thématiques au coeur de votre quotidien : Nouvelles technologies, nouvelles pratiques, nouvelles normes dans un environnement de plus en plus complexe, se former pour maîtriser les concepts clés de l archivage physique, numérique et de la dématérialisation

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION INTÉGRÉE DE L INFORMATION

POLITIQUE DE GESTION INTÉGRÉE DE L INFORMATION POLITIQUE DE GESTION INTÉGRÉE DE L INFORMATION Adoptée par le conseil des commissaires lors de sa séance du 16 mai 2012 par la résolution CC 2011-2012 numéro 107 1. Préambule La gestion quotidienne d

Plus en détail

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie.

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie. Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres-Energivie dans la mise en œuvre du service d accompagnement BIM DATA auprès des collectivités et des bailleurs sociaux Cette consultation a pour objectif

Plus en détail

AVIS DE VACANCE POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE MISSIONS

AVIS DE VACANCE POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE MISSIONS Direction des Ressources humaines AVIS DE VACANCE RESPONSABLE DE LA CELLULE DES FONDS PUBLICS OUVERTS POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE Direction : Direction de la Culture, du Sport et de la Jeunesse

Plus en détail

du point de vue organisationnel

du point de vue organisationnel La mise en œuvre du Records Management au sein de l Administration l valaisanne du point de vue organisationnel Association des archivistes suisses Journée professionnelle 2010 Un travail préalable d organisation

Plus en détail

Les principes et les thèmes PRINCE2

Les principes et les thèmes PRINCE2 31 Chapitre 3 Les principes et les thèmes PRINCE2 1. Les principes de la méthode PRINCE2 Les principes et les thèmes PRINCE2 Les principes de la méthode PRINCE2 définissent un cadre de bonnes pratiques

Plus en détail

ÉTAT DES LIEUX. Les questions que vous vous posez. Gardez juste l essentiel!

ÉTAT DES LIEUX. Les questions que vous vous posez. Gardez juste l essentiel! ÉTAT DES LIEUX Les nouvelles technologies annoncent depuis 15 ans le règne du zéro papier et du gain de temps. Dans la réalité, l entreprise et l administration ont vu leur consommation de papier exploser

Plus en détail

Politique relative au programme de gestion et de garde des documents semiactifs des professeurs et des organismes résidant

Politique relative au programme de gestion et de garde des documents semiactifs des professeurs et des organismes résidant Politique relative au programme de gestion et de garde des documents semiactifs des professeurs et des organismes résidant Mise à jour : Le 29 janvier 2007 TABLE DES MATIÈRES I. ÉNONCÉ 3 II. CHAMP D APPLICATION

Plus en détail

L entretien professionnel annuel

L entretien professionnel annuel L entretien professionnel annuel Informations-repères pour la mise en œuvre du décret du 17 septembre 2007 et de l arrêté du 10 avril 2008 portant sur l appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires

Plus en détail

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Le diagnostic financier»

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Le diagnostic financier» DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT «Le diagnostic financier» Points clés Etablir un diagnostic financier, c est analyser la situation - passée, présente et future - d une structure d utilité sociale ou

Plus en détail

OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE

OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE Commission paritaire nationale de l'emploi de la Métallurgie Qualification : MQ 2007 10 89 0264 FICHE D IDENTITE DE LA QUALIFICATION VALIDEE TITRE DE LA QUALIFICATION : Coordonnateur (trice) du développement

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES RELATIF A LA TENUE CONSERVATION DES COMPTES EN VALEURS MOBILIERES APPLICABLE AUX SOCIETES FAISANT APPEL PUBLIC A L EPARGNE

CAHIER DES CHARGES RELATIF A LA TENUE CONSERVATION DES COMPTES EN VALEURS MOBILIERES APPLICABLE AUX SOCIETES FAISANT APPEL PUBLIC A L EPARGNE CAHIER DES CHARGES RELATIF A LA TENUE CONSERVATION DES COMPTES EN VALEURS MOBILIERES APPLICABLE AUX SOCIETES FAISANT APPEL PUBLIC A L EPARGNE Article 1 : La société (émetteur ou intermédiaire en bourse

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : D Dernière modification : 30/04/2015 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Responsable d affaires I OBJECTIF PROFESSIONNEL

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

Conduire les entretiens annuels d évaluation

Conduire les entretiens annuels d évaluation Ce guide s adresse aux dirigeants et aux responsables en charge de la fonction ressources humaines qui envisagent de mettre en place des entretiens annuels. Il constitue un préalable à l instauration d

Plus en détail

1. Processus management et stratégie. Retour

1. Processus management et stratégie. Retour Retour Les principales fonctions du Siège social sont définies suivant un ensemble de processus dont la responsabilité est assurée par le Directeur Général de l Association. La mise en œuvre des activités

Plus en détail

Choisissez un pôle d activité ou un profil et cliquez

Choisissez un pôle d activité ou un profil et cliquez Organisation et planification des activités du service Gestion des ressources matérielles Gestion et coordination des informations Relations professionnelles Rédaction et mise en forme de documents professionnels

Plus en détail

Évaluation des apprentissages en formation professionnelle

Évaluation des apprentissages en formation professionnelle Évaluation des apprentissages en formation professionnelle L évaluation des apprentissages fait partie intégrante de l enseignement. L APEQ vous propose ici un document qui devrait vous permettre de clarifier

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

Moyen terme 2014-2018

Moyen terme 2014-2018 Moyen terme 2014-2018 ATTENTES DES UTILISATEURS POUR LA PERIODE 2014-2018 Selon les entretiens réalisés par le Cnis au 2 è semestre 2012 COMMISSION «SYSTEME FINANCIER ET FINANCEMENT DE L ECONOMIE» POUR

Plus en détail

ENTREPRISE CONTENT MANAGEMENT & RECORDS MANAGEMENT ECM & RM

ENTREPRISE CONTENT MANAGEMENT & RECORDS MANAGEMENT ECM & RM ENTREPRISE CONTENT MANAGEMENT & RECORDS MANAGEMENT PLAN Introduction Partie I : le records management Qu est ce que le RM? Les principes du RM Les objectifs du RM Les enjeux du RM Les étapes de la mise

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Directive de gestion des documents et des archives du cégep Édouard-Montpetit

Directive de gestion des documents et des archives du cégep Édouard-Montpetit Directive de gestion des documents et des archives du cégep Édouard-Montpetit Projet Version 1.5 Adoptée au Comité de direction 1 er Septembre 2015 Direction des communications, affaires publiques et relations

Plus en détail

LES ARCHIVES ELECTRONIQUES

LES ARCHIVES ELECTRONIQUES Les Petits Déjeuners Thématiques LES ARCHIVES ELECTRONIQUES Lundi 25 avril 2016 QUELQUES DEFINITIONS ARCHIVES NUMERIQUES : Scan d un document original papier ARCHIVES ELECTRONIQUES : Document natif électronique,

Plus en détail

Campus TKPF. Centre de compétences. Synthèse du projet

Campus TKPF. Centre de compétences. Synthèse du projet Campus TKPF Centre de compétences Synthèse du projet 1 UN ESPACE D INFORMATION, D ORIENTATION, D ACCOMPAGNEMENT & DE VALORISATION DE SON PARCOURS PROFESSIONNEL UNE INGENIERIE INTEGREE DU SYSTEME FORMATION

Plus en détail

MEILLEURE PRATIQUE EN GRECE CAS No 1 CENTRE NATIONAL DE L ADMINISTRATION PUBLIQUE. 1. Structure et fonctionnement

MEILLEURE PRATIQUE EN GRECE CAS No 1 CENTRE NATIONAL DE L ADMINISTRATION PUBLIQUE. 1. Structure et fonctionnement MEILLEURE PRATIQUE EN GRECE CAS No 1 CENTRE NATIONAL DE L ADMINISTRATION PUBLIQUE 1. Structure et fonctionnement Le Centre National d Administration Publique (National Center of Public Administration,

Plus en détail

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables COM(2013) 913 final - Ensemble vers une mobilité urbaine compétitive et économe

Plus en détail

Projet. Politique de gestion des documents et archives. Service du greffe (Avril 2012)

Projet. Politique de gestion des documents et archives. Service du greffe (Avril 2012) Projet Politique de gestion des documents et archives Service du greffe (Avril 2012) Ensemble des documents, quel que soit leur date, leur nature ou leur support, réunis (élaborés ou reçus) par une personne

Plus en détail

Partage des connaissances

Partage des connaissances Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.4 Directive Partage des connaissances Approbation de : Alain Le Roy, SGA aux opérations de

Plus en détail

CONVENTION INDIVIDUELLE D HABILITATION. «société d assurance indépendante» (Convention complète)

CONVENTION INDIVIDUELLE D HABILITATION. «société d assurance indépendante» (Convention complète) CONVENTION INDIVIDUELLE D HABILITATION «société d assurance indépendante» (Convention complète) Les parties à la convention - Le Ministre de l intérieur représenté par le Préfet de - Raison sociale : numéro

Plus en détail

POLITIQUE SUR LA GESTION DE DOCUMENTS ET SUR LES ARCHIVES

POLITIQUE SUR LA GESTION DE DOCUMENTS ET SUR LES ARCHIVES Date d entrée en vigueur : 19 janvier 2010 Remplace/amende : s. o. Origine : Secrétariat général Numéro de référence : SG-10 Remarque : Le masculin est utilisé pour faciliter la lecture. PRÉAMBULE Une

Plus en détail

Politique de sécurité de l information. Adoptée par le Conseil d administration

Politique de sécurité de l information. Adoptée par le Conseil d administration Politique de sécurité de l information Adoptée par le Conseil d administration Le 10 novembre 2011 Table des matières PRÉAMBULE 1. GÉNÉRALITÉS... 3 2. RÔLES ET RESPONSABILITÉS... 4 3. DÉFINITIONS... 8

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu.

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu. RAPPORT AU CSFPT SUR L APPLICATION DE L ARTICLE 76-1 DE LA LOI N 86-54 DU 26 JANVIER 1984 PORTANT DISPOSITIONS STATUTAIRES RELATIVES A LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Bilan de l expérimentation de la

Plus en détail

Les archives de l entreprise à l ère du numérique. Présentée par: HAMMA Mustapha

Les archives de l entreprise à l ère du numérique. Présentée par: HAMMA Mustapha Les archives de l entreprise à l ère du numérique Présentée par: HAMMA Mustapha Définition des archives Toute information enregistrée, produite ou reçue dans la conduite d'une activité institutionnelle

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

Archives et factures électroniques

Archives et factures électroniques Archives et factures électroniques Edito En 2001, le Conseil de l Union Européenne a publié la Directive 2001/115/CE relative à la facturation. Son objectif était de simplifier, de moderniser et d harmoniser

Plus en détail

ECOLE CONDUITE DE PROJET Présenter un dossier compétitif auprès d une agence

ECOLE CONDUITE DE PROJET Présenter un dossier compétitif auprès d une agence ECOLE CONDUITE DE PROJET Présenter un dossier compétitif auprès d une agence Paris, le 10-03-2010 Le Plan Qualité et le montage de projet Corinne JUFFROY Ecole Conduite de Projet - Paris - 10 mars 2010

Plus en détail

Les nouveaux métiers de l information-documentation. Quelques repères. Sylvie LAFON 12/12/2013

Les nouveaux métiers de l information-documentation. Quelques repères. Sylvie LAFON 12/12/2013 Soirée ADBS Midi-Pyrénées Les nouveaux métiers de l information-documentation Quelques repères Sylvie LAFON 12/12/2013 Une nouvelle cartographie des métiers 7 composantes pour la fonction «Information»

Plus en détail

PVP. «Préparation à la vie professionnelle» Faculté des sciences Université de Poitiers

PVP. «Préparation à la vie professionnelle» Faculté des sciences Université de Poitiers PVP «Préparation à la vie professionnelle» Faculté des sciences Université de Poitiers Frédéric BADAWI Professeur des Universités Directeur du CIES Centre Chargé de mission 1 Projet Mise en place d un

Plus en détail

PRÉSENTATION GÉNÉRALE

PRÉSENTATION GÉNÉRALE PRÉSENTATION GÉNÉRALE Cadrage institutionnel : Arrêté du 27 août 2013 fixant le cadre national des formations dispensées au sein des masters «métiers de l enseignement, de l éducation et de la formation»

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

AIDE FAMILIAL : STAGE D INTEGRATION

AIDE FAMILIAL : STAGE D INTEGRATION MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L'ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION AIDE

Plus en détail

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT www.imnrennes.fr ÉPREUVE E1 - CULTURE GÉNÉRALE ET EXPRESSION Coefficient 3 L objectif visé est de vérifier l aptitude des candidats à communiquer avec efficacité

Plus en détail

equalogic Qualité contact@equalogic.fr - www.equalogic.fr

equalogic Qualité contact@equalogic.fr - www.equalogic.fr equalogic Qualité contact@equalogic.fr - www.equalogic.fr Présentation générale equalogic Qualité est un logiciel de gestion de la qualité. Il s adresse à toute entreprise, certifiée ou non, soucieuse

Plus en détail

MODALITES DE CERTIFICATION DE LA PSE pour la session 2016

MODALITES DE CERTIFICATION DE LA PSE pour la session 2016 MODALITES DE CERTIFICATION DE LA PSE pour la session 2016 1. L épreuve de PSE au baccalauréat professionnel : 1.1. Les modifications : BO n 30 du 23 juillet 2015 À partir de la session 2016, l épreuve

Plus en détail

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES Article 19 de la Constitution de l Organisation internationale

Plus en détail

POLITIQUE D ARCHIVAGE

POLITIQUE D ARCHIVAGE DGAL 136 POLITIQUE D ARCHIVAGE 1. CONTEXTE...1 2. OBJECTIFS...2 3. ENVIRONNEMENT RÉGLEMENTAIRE POUR L ARCHIVAGE DE L INFORMATION TOUT AU LONG DE SON CYCLE DE VIE...2 4. MISE EN OEUVRE DE LA POLITIQUE D

Plus en détail

GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES OUTILS D EVALUATION DE COMPETENCES. AU SERVICE DES ENSEIGNANTS DU 1 er DEGRE SECONDAIRE

GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES OUTILS D EVALUATION DE COMPETENCES. AU SERVICE DES ENSEIGNANTS DU 1 er DEGRE SECONDAIRE GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES OUTILS D EVALUATION DE COMPETENCES AU SERVICE DES ENSEIGNANTS DU 1 er DEGRE SECONDAIRE I. CADRE LÉGAL Développer des compétences, telle est désormais la mission de l école. Le

Plus en détail

GUIDE DE L UTISATEUR POUR L AGREMENT

GUIDE DE L UTISATEUR POUR L AGREMENT GUIDE DE L UTISATEUR POUR L AGREMENT PAR BRUXELLES FORMATION D UN PLAN / PROGRAMME DE CIP Quels sont les documents nécessaires à l introduction d un dossier d agrément de plan / programme de CIP auprès

Plus en détail

RELATIF AUX FONCTIONS MANAGERIALES TRANSVERSES DU CADRE INTERMEDIAIRE

RELATIF AUX FONCTIONS MANAGERIALES TRANSVERSES DU CADRE INTERMEDIAIRE REFERENTIEL INTERMINISTERIEL DE FORMATION RELATIF AUX FONCTIONS MANAGERIALES TRANSVERSES DU CADRE INTERMEDIAIRE (DOCUMENT DE BASE : HORS RIME) Le présent référentiel est un référentiel interministériel

Plus en détail

Exemples d utilisation

Exemples d utilisation Exemples d utilisation Afin de vous donner une indication de la puissance de Librex, voici quelques exemples de la façon dont le logiciel peut être utilisé. Ces exemples sont des cas réels provenant de

Plus en détail

Conférence Salon ELUCEO 11 mars 2015. Animée par Francis MARQUANT EXPERT COMPTABLE et COMMISSAIRE AUX COMPTES

Conférence Salon ELUCEO 11 mars 2015. Animée par Francis MARQUANT EXPERT COMPTABLE et COMMISSAIRE AUX COMPTES Conférence Salon ELUCEO 11 mars 2015 Animée par Francis MARQUANT EXPERT COMPTABLE et COMMISSAIRE AUX COMPTES FDE / FEPC 19 RUE BEAUREPAIRE 75010 PARIS 1 SOMMAIRE 1. Les rôles et fonctions du commissaire

Plus en détail