Présence d amiante à l école J.F. Kennedy : évaluation des risques à la santé et recommandations Avis de santé publique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Présence d amiante à l école J.F. Kennedy : évaluation des risques à la santé et recommandations Avis de santé publique"

Transcription

1 Présence d amiante à l école J.F. Kennedy : évaluation des risques à la santé et recommandations Avis de santé publique Monique Beausoleil, M.Sc., toxicologue 14 mai 2012 École J.F. Kennedy École située au 3030 rue Villeray, Montréal Commission scolaire english de Montréal Enseignement secondaire et école commerciale Environ 900 étudiants Mise en contexte En avril 2012, un employé d une firme privée chargé de changer les filtres des deux salles de ventilation (situées au 2 ème étage) a observé de la poussière blanche dans le local et en a informé la direction de l école. Des tests effectués sur un échantillon de poussières prélevées en vrac le 4 avril 2012 ont révélé la présence d amosite à 75-80% dans la poussière des salles de ventilation (résultats reçus le 10 avril) (tableau 1). L amiante était appliqué sur la presque totalité des murs et sur le plafond des deux salles de ventilation sous forme de plâtre. La fin de semaine suivante, la ventilation a été arrêtée et les voies d entrée vers les conduits de ventilation ont été scellées. Le désamiantage des salles a été fait selon les règles qui régissent les travaux en présence d amiante. Après les travaux, un scellant a été appliqué sur les surfaces de béton qui avaient été en contact avec les fibres d amiante. Des tests d air réalisés dans la zone des travaux ont confirmé que les concentrations de fibres d amiante dans l air étaient inférieures à 0,01 f/ml, ce qui constitue la limite exigée avant de démanteler un chantier de désamiantage (tableau 1). 1

2 Tableau 1. Concentrations d amiante mesurées dans le matériau isolant des salles de ventilation et dans l air de ces locaux après le désamiantage (école J.F. Kennedy) Local Concentrations d'amiante mesurées dans le matériau isolant dans l'air après le désamiantage* B % Amosite B202 ou B212 < 0,01 f/ml amosite B202 ou B212 < 0,01 f/ml amosite * Analysé en microscopie optique à contraste de phase Les deux systèmes de ventilation alimentent tous les locaux des deux sections de l école J.F. Kennedy (école secondaire et école commerciale). Les sorties d air dans ces locaux sont situées sur le rebord des fenêtres. Afin de vérifier si l amiante présente dans les salles de ventilation a pu se déplacer dans les conduits de ventilation, des échantillons de poussières ont été prélevés à l intérieur de ces conduits au début du mois de mai à l aide d une pompe à haut débit et de cassettes. Ces échantillons de poussières ont été prélevés dans la section des conduits de ventilation à partir du rebord des fenêtres. Les analyses en laboratoire, effectuées le 8 mai, ont démontré des concentrations d amosite variant de <1% à 1-5% dans les 6 échantillons de poussières. Des de chrysotile ont également été observées dans un de ces échantillons (tableau 2). Les étudiants et le personnel ont alors été retirés de l école les 10 et 11 mai. Le 10 mai, des échantillons de poussières de surface (recueillies par aspiration sur le mobilier et le plancher) et des échantillons d air ont été réalisés dans 6 classes des deux sections de l école et analysés en laboratoire. Dans 5 des 6 classes évaluées, les poussières déposées sur les surfaces (mobilier et plancher) contenaient des quantités d amiante variant de à <1% d amosite et/ou de chrysotile (tableau 2). Ces données doivent cependant être interprétées avec prudence. Les concentrations d amiante mesurées dans l air de 4 classes (sans la présence des étudiants mais avec les systèmes de ventilation en marche) étaient toutes inférieures à la limite de détection (<0,008 à <0,010 f/ml) (tableau 2). Comme les analyses ont été réalisées en microscopie optique à contraste de phase (MOCP), toutes les fibres identifiées dans les échantillons ne doivent pas être interprétées comme étant des fibres d amiante. En effet, ces résultats comportent généralement des fibres de tissus, de papier, etc. 2

3 Tableau 2. Concentrations d amiante mesurées dans les locaux de l école J.F. Kennedy Local les poussières des conduits de ventilation Concentrations d'amiante mesurées dans les poussières déposées sur le mobilier et le plancher l'air des locaux * A-107 #SA-RDC-C1 1-5 % amosite #PA-107 < 1 % amosite < 0,009 f/ml A-220 #SA-E1-C1 < 1 % amosite #PA-220 n.d. amosite A-320 #SA-E2-C1 1-5 % amosite A-322 ** #PA-322 C-119 ** #SC-RDC-C1 1-5 % amosite #PC-119 amosite chrysotile amosite chrysotile C-221 *** #SC-E1-C1 < 1 % amosite #PC-221 chrysotile C-320 #SC-E2-C1 < 1 % amosite chrysotile < 0,010 f/ml < 0,009 f/ml #PC-320 < 1 % chrysotile < 0,008 f/ml Extérieur **** n.d. : non détecté * Analysé en microscopie optique à contraste de phase ** Pas de matériau contenant des fibres d amiante suspecté dans cet espace *** Certaines tuiles de plancher (225 mm x 225 mm) pourraient contenir de l amiante (chrysotile présumé) **** Densité de 2 f/mm² sur le filtre; volume non présenté Évaluation de la situation En 1998, une vaste opération de prévention a été réalisée dans les écoles primaires et secondaires du Québec afin d assurer une gestion sécuritaire du flocage d amiante (amiante friable appliqué sur les plafonds et autres surfaces) présent dans certains bâtiments scolaires. Cette opération a permis d identifier les écoles où il y a des flocages d amiante, d évaluer l état de conservation de ces flocages et d effectuer les correctifs nécessaires. Dans les années qui ont suivi, les commissions scolaires ont également réalisé des inventaires afin d identifier la présence d autres sources d amiante friable (isolant de la tuyauterie) et non friable (tuiles, plâtres, etc.). Ces inventaires permettent de s assurer i) que ces matériaux demeurent en bon état et ii) que les travaux de réparation ou de rénovation qui doivent être réalisés au fil du temps soient exécutés de façon sécuritaire. Or, la source d amiante découverte à l école J.F. Kennedy est différente. L amiante amosite présent sur les murs et le plafond des deux salles de ventilation s est détérioré avec le temps, s est introduit dans les conduits de ventilation et s est retrouvé dans les locaux de l école. On ne connaît pas exactement les niveaux d amiante dans l air ambiant de ces locaux lorsque les occupants étaient présents et que le mouvement de leurs allers et venues a pu remettre en suspension les fibres d amiante identifiées dans les poussières de surface des locaux. 3

4 L exposition à l amiante des étudiants et du personnel des écoles, des employés d édifices publics et de la population urbaine représente un risque de cancer du poumon et de la plèvre (mésothéliome) qui est considérablement plus faible que les risques élevés observés chez certaines catégories de travailleurs (mineurs, travailleurs de la transformation de l amiante, de l industrie de la construction et de la rénovation, et de l entretien d édifices) (annexe 1). Dans le cas de l école J.F. Kennedy, quelques semaines supplémentaires seraient nécessaires afin d évaluer de façon plus précise la situation en regard de l amiante, à cause des délais exigés par certaines méthodes d analyse et pour éventuellement effectuer certains travaux de nettoyage. Or, les étudiants et le personnel ont déjà été retirés de l école depuis le 10 mai dernier. De plus, il faut considérer que c est actuellement la période de fin d année scolaire et que certains examens importants doivent être faits très prochainement et dans les meilleures conditions possibles de réussite pour les étudiants. Recommandations C est pourquoi, après discussion avec la direction de l école J.F. Kennedy et la Commission scolaire english Montréal, la Direction de santé publique de l Agence de la santé et des services sociaux de Montréal (DSP) recommande : De ne pas réintégrer les étudiants et le personnel à l école J.F. Kennedy et de les relocaliser dans un autre établissement afin de terminer l année scolaire en cours; De permettre aux étudiants et aux professeurs de venir reprendre leurs effets scolaires et personnels (environ 1 heure par groupe de chaque niveau scolaire); De poursuivre les investigations sur la présence d amiante dans l école J.F. Kennedy et d effectuer le nettoyage qui s avérera nécessaire, tout en prenant toutes les mesures de protection pour les travailleurs impliqués; La DSP et d autres intervenants de santé publique seront disponibles pour soutenir la direction d école et la CSEM dans ces interventions. La DSP tient toutefois à indiquer aux étudiants, à leurs parents et au personnel que même si on ne connaît pas exactement les niveaux d amiante dans l air ambiant de ces locaux lorsque les occupants étaient présents, les risques de développer une maladie en lien avec une exposition à l amiante sont faibles à l école J.F. Kennedy. De plus, les risques de développer ce type de maladie sont beaucoup plus faibles que le risque de décéder d un accident de bicyclette ou en jouant au football à l école, par exemple (détails présentés à l annexe 1). 4

5 Annexe 1. Risques à la santé reliés à l amiante Le risque de développer des maladies en lien avec une exposition à l amiante est considéré comme faible en ce qui concerne les étudiants et le personnel des écoles. Les populations les plus à risque sont les travailleurs des mines, les travailleurs de la transformation d amiante, les travailleurs de la construction et de la rénovation, par exemple. Les maladies associées à l exposition à l amiante en milieu de travail sont le cancer du poumon, le cancer de la plèvre (mésothéliome) et l amiantose; cette dernière maladie n est cependant observée que dans les milieux de travail. Le risque de développer un cancer du poumon ou un mésothéliome augmente avec la concentration d amiante dans l air et la durée d exposition à l amiante. La durée de latence de ces maladies est de 20 à 40 ans. Le risque de cancers a été démontré chez les travailleurs exposés à des concentrations d amiante très élevées (de 2 à 500 f/ml) et lors d expérimentations animales. A des niveaux d exposition plus faibles, le risque de cancers est beaucoup plus incertain. Dans les édifices publics où il y a présence d amiante par exemple, on utilise des modèles de risques pour estimer la probabilité de développer un cancer à partir des données observées chez les travailleurs très exposés. On considère que les populations à haut risque pour l amiante sont les travailleurs des mines, les travailleurs de la transformation d amiante, les travailleurs de la construction et de la rénovation et les travailleurs d entretien (système de chauffage). Les populations à faible risque sont les étudiants et le personnel des écoles, les employés des édifices publics et la population urbaine (voir leurs niveaux d exposition à l amiante au tableau 3). L utilisation de ces modèles permet de quantifier, de façon très approximative, les niveaux de risques de cancers estimés suite à l exposition à l amiante dans les édifices publics. Au tableau 4, on constate que les niveaux de risques de maladies reliées à l amiante estimés pour les étudiants et le personnel de l école J.F. Kennedy (en supposant que leur exposition était semblable à l exposition moyenne dans des écoles floquées endommagées) sont considérablement plus faibles que celui de travailleurs de l amiante exposés à 1 f/ml (tableau 4). Ces niveaux de risques estimés annuellement sont également plus faibles que les taux de mortalité observés dans la population et associés aux accidents de bicyclettes chez les jeunes de 10 à 14 ans et aux blessures des étudiants du secondaire au football (tableau 5). 5

6 Tableau 3. Concentrations d amiante dans l air de différents milieux Milieux Concentrations d amiante dans l'air (f/ml) Commentaires Travailleurs 2 à 500 Milieux à niveau de risques élevés 0,0031 moyenne écoles - matériaux floqués dégradés Édifices publics < 0,008 à < 0,010 école J.F. Kennedy * 0,0002 à 0,0005 écoles, résidences, autres Extérieur 0,0001 milieux urbains 0,00001 milieux ruraux * Les mesures effectuées dans l air de l école J.F. Kennedy doivent cependant être interprétées avec prudence car l analyse a été réalisée en microscopie optique à contraste de phase et les conditions d échantillonnage ne reflétaient pas les conditions habituelles de fréquentation de l école. Tableau 4. Risque de développer un cancer du poumon ou un mésothéliome durant toute la vie Exposition Concentration d amiante (f/ml) Durée d exposition Risque/ Travailleurs de l amiante 1 20 ans Personnel (écoles floquées endommagées) 0, ans 6 Étudiant (écoles floquées endommagées) 0, ans 1,7 Tableau 5. Comparaison entre les risques annuels de décès dû à une exposition à 0,0031 f/ml chez les étudiants et le personnel des écoles floquées endommagées et les taux annuels de mortalité dans la population Exposition Taux mortalité / / année Accident de bicyclette (10 14 ans) 1,5 Chez les Blessure au football (école secondaire) 1,0 étudiants : 0,02 Risque mortalité/ / année Chez le personnel : 0,08 6

Amiante dans les bâtiments au Québec Nouvelles exigences règlementaires

Amiante dans les bâtiments au Québec Nouvelles exigences règlementaires Amiante dans les bâtiments au Québec Nouvelles exigences règlementaires Van Hiep Nguyen, ing., M.Sc.A., M.A Vanhiep.nguyen@exp.com Les Services exp. Inc. Ordre de la présentation Historique de l amiante

Plus en détail

1336, Sainte Hélène, Longueuil (Québec) J4K 3S6 Tél. : (450) 928-0573 Fax : (450) 928-2063

1336, Sainte Hélène, Longueuil (Québec) J4K 3S6 Tél. : (450) 928-0573 Fax : (450) 928-2063 Longueuil, le 15 novembre 2010 Ville de Beloeil 1000, rue Dupré Beloeil (Québec) J3G 4A8 Monsieur Alain Boisvert-Surintendant Division bâtiments électricité et mobiliers urbains. Monsieur, Objet : Résultat

Plus en détail

La réglementation sur la gestion sécuritaire de l amiante

La réglementation sur la gestion sécuritaire de l amiante La réglementation sur la gestion sécuritaire de l amiante COLLOQUE ASP MINES SEPT-ÎLES 22 OCTOBRE 2013 par: Guy Chénard, inspecteur CSST Plan de la présentation Généralités sur le nouveau règlement Section

Plus en détail

La réglementation sur la gestion sécuritaire de l amiante

La réglementation sur la gestion sécuritaire de l amiante La réglementation sur la gestion sécuritaire de l amiante GRAND RENDEZ-VOUS 2013 MONTRÉAL, 5 NOVEMBRE 2013 par : Alain L Épicier, B.Sc., D.E.S.S., conseiller expert en prévention-inspection, Direction

Plus en détail

Exposition à l amiante chez les travailleurs de la construction au Québec. Principales maladies reliées à l amiante

Exposition à l amiante chez les travailleurs de la construction au Québec. Principales maladies reliées à l amiante Exposition à l amiante chez les travailleurs de la construction au Québec Louise De Guire, M.D., M.Sc. Institut national de santé publique du Québec Pierre Sirois, ing., M.Sc. Commission de la santé et

Plus en détail

AMIANTE PAS FORME PAS TOUCHER

AMIANTE PAS FORME PAS TOUCHER AMIANTE PAS FORME PAS TOUCHER Où trouve-t-on de l amiante? Interdit en France depuis 1997, l'amiante est toujours présente dans les bâtiments construits avant cette date. Des dizaines de millions de mètres

Plus en détail

Maîtriser les risques de l amiante

Maîtriser les risques de l amiante Maîtriser les risques de l amiante Santé environnementale et santé au travail Santé publique Ontario Photo reproduite avec l aimable autorisation de l Association de santé et sécurité dans les infrastructures

Plus en détail

Campagne de mesures d exposition aux fibres d amiante par microscopie électronique à transmission analytique (META)

Campagne de mesures d exposition aux fibres d amiante par microscopie électronique à transmission analytique (META) Campagne de mesures d exposition aux fibres d amiante par microscopie électronique à transmission analytique (META) Synthèse des résultats et recommandations F. CLERC 1, C. EYPERT- BLAISON 1, M. GUIMON

Plus en détail

GESTION SÉCURITAIRE DE L AMIANTE NOUVELLES DISPOSITIONS RÉGLEMENTAIRES

GESTION SÉCURITAIRE DE L AMIANTE NOUVELLES DISPOSITIONS RÉGLEMENTAIRES GESTION SÉCURITAIRE DE L AMIANTE NOUVELLES DISPOSITIONS RÉGLEMENTAIRES CONFÉRENCE AU 35 e CONGRÈS DE L AQHSST 2 MAI 2013 Par Alain L Épicier, B.Sc., D.E.S.S., Conseiller expert en préventioninspection,

Plus en détail

LES FIBRES D AMIANTE DANS L AIR AMBIANT AU QUÉBEC ANALYSE DES DONNÉES DISPONIBLES

LES FIBRES D AMIANTE DANS L AIR AMBIANT AU QUÉBEC ANALYSE DES DONNÉES DISPONIBLES LES FIBRES D AMIANTE DANS L AIR AMBIANT AU QUÉBEC ANALYSE DES DONNÉES DISPONIBLES NOVEMBRE 2007 MINISTÈRE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DE L ENVIRONNEMENT ET DES PARCS (MDDEP), 2007. Les fibres d amiante dans

Plus en détail

Règlement sur la gestion sécuritaire de l amiante

Règlement sur la gestion sécuritaire de l amiante Règlement sur la gestion sécuritaire de l amiante Petits-déjeuners rencontre CPQ 19 et 20 novembre 2013 Par : Claude Sicard et Louise Gravel Plan de la présentation Contexte Objectifs du règlement Fondement

Plus en détail

L amiante Désamiantage Gestion des déchets Sécurité/santé

L amiante Désamiantage Gestion des déchets Sécurité/santé CCW_DD02 L amiante Désamiantage Gestion des déchets Sécurité/santé De nombreuses entreprises sont confrontées à des matériaux amiantés lors de rénovations ou de démolition de bâtiments. Ces matériaux,

Plus en détail

Élaboration et mise en œuvre de normes de décontamination pour le complexe de grillage à la mine Giant, Yellowknife, T.N.-O.

Élaboration et mise en œuvre de normes de décontamination pour le complexe de grillage à la mine Giant, Yellowknife, T.N.-O. Élaboration et mise en œuvre de normes de décontamination pour le complexe de grillage à la mine Giant, Yellowknife, T.N.-O. Cathy Corrigan AECOM Richard Mathieson Golder Associates Ltée. Gordon Woollett

Plus en détail

La protection des travailleurs contre les risques liés à l exposition à l amiante

La protection des travailleurs contre les risques liés à l exposition à l amiante La protection des travailleurs contre les risques liés à l exposition à l amiante Elke De Vits Inspectrice sociale Contrôle du bien-être au travail (CBE) Direction Bruxelles-Capitale 1. Cadre légal q Loi

Plus en détail

REGLEMENT TECHNIQUE D EVALUATION DIAGNOSTIC IMMOBILIER EPREUVE AMIANTE

REGLEMENT TECHNIQUE D EVALUATION DIAGNOSTIC IMMOBILIER EPREUVE AMIANTE REGLEMENT TECHNIQUE D EVALUATION DIAGNOSTIC IMMOBILIER EPREUVE AMIANTE page 1/6 GENERALITES La personne physique candidate à la certification démontre qu elle possède les connaissances requises par des

Plus en détail

Fibres courtes et fines

Fibres courtes et fines Fibres courtes et fines d amiante: quels risques? 30 EME JOURNÉES NATIONALES DE SANTE AU TRAVAIL DANS LE BÂTIMENT & LES TRAVAUX PUBLICS BLOIS, JEUDI 11 JUIN 2009 Pr Ch PARIS U954 Nutrition, génétique et

Plus en détail

Amiante. On se protège! Aide-mémoire sur les dangers d exposition à l amiante et sur les mesures de prévention

Amiante. On se protège! Aide-mémoire sur les dangers d exposition à l amiante et sur les mesures de prévention Amiante On se protège! Aide-mémoire sur les dangers d exposition à l amiante et sur les mesures de prévention Le Québec est un important producteur et exportateur d amiante, un minerai reconnu pour ses

Plus en détail

B u r e a u d e x p e r t i s e s. Le Trési 3-1028 Préverenges - tél: 021 802 08 11 fax: 021 802 08 12 Contact et info: www.batiscan.

B u r e a u d e x p e r t i s e s. Le Trési 3-1028 Préverenges - tél: 021 802 08 11 fax: 021 802 08 12 Contact et info: www.batiscan. B u r e a u d e x p e r t i s e s Le Trési 3-1028 Préverenges - tél: 021 802 08 11 fax: 021 802 08 12 Contact et info: www.batiscan.ch B u r e a u d e x p e r t i s e s Créé en 2005 par Jean-Marc Fragnière

Plus en détail

Amiante : risques, prévention et formation

Amiante : risques, prévention et formation Entreprises artisanales de plomberie-chauffage Amiante : risques, prévention et formation L amiante c est quoi? L amiante est un matériau : Naturel Minéral Fibreux Utilisé massivement pendant plus de 130

Plus en détail

ENTREPRENEUR GÉNÉRAL ET SPÉCIALISÉ EN DÉCONTAMINATION DE L AMIANTE

ENTREPRENEUR GÉNÉRAL ET SPÉCIALISÉ EN DÉCONTAMINATION DE L AMIANTE ENTREPRENEUR GÉNÉRAL ET SPÉCIALISÉ EN DÉCONTAMINATION DE L AMIANTE TRAVAUX DE DÉCONTAMINATION ET D ENLÈVEMENT DE MATIÈRES DANGEREUSES Amiante, Vermiculite, Pyrite, Moisissures Les travaux de décontamination

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DÉPOSÉ AU CONSEIL DES COMMISSAIRES

RAPPORT ANNUEL DÉPOSÉ AU CONSEIL DES COMMISSAIRES RAPPORT ANNUEL DÉPOSÉ AU CONSEIL DES COMMISSAIRES POUR L ANNÉE SCOLAIRE 2012-2013 Préparé le 4 septembre 2013 Déposé le 11 septembre 2013 En vertu de l article 220.2 de la Loi sur l instruction publique

Plus en détail

Direction générale de la Santé

Direction générale de la Santé Présentation du décret d n n 2011-629 du 3 juin 2011 relatif à la protection de la population contre les risques sanitaires liés à une exposition à l'amiante dans les immeubles bâtis Commission de l hygiène,

Plus en détail

Législation amiante dans les milieux scolaires. Différents types d amiante Inventaire légal Inventaire immobilier Gestion des déchets

Législation amiante dans les milieux scolaires. Différents types d amiante Inventaire légal Inventaire immobilier Gestion des déchets Législation amiante dans les milieux scolaires Différents types d amiante Inventaire légal Inventaire immobilier Gestion des déchets Différentes variétés d amiante Serpentines: Chrysotile (amiante blanc.)

Plus en détail

Intervention du 16/03/06. Lieu d intervention : SIEGE GYMNASTIQUE SURIEUX. Mail Emile Dufour. Avenue S.Allende 38130 ECHIROLLES

Intervention du 16/03/06. Lieu d intervention : SIEGE GYMNASTIQUE SURIEUX. Mail Emile Dufour. Avenue S.Allende 38130 ECHIROLLES BUREAU VERITAS Inovallée 405, rue Lavoisier MONTBONNOT SAINT MARTIN 38334 SAINT ISMIER CEDEX Tél : 04 76 24 00 26 Fax : 04 76 62 94 14 SIEGE GYMNASTIQUE SURIEUX Mail Emile Dufour Avenue S.Allende 38130

Plus en détail

Guide de prévention du risque amiante dans la gestion des bâtiments. Présentation aux CHSCT Septembre 2014

Guide de prévention du risque amiante dans la gestion des bâtiments. Présentation aux CHSCT Septembre 2014 Guide de prévention du risque amiante dans la gestion des bâtiments Présentation aux CHSCT Septembre 2014 PLAN I - HISTORIQUE II - GESTION COURANTE DES BÂTIMENTS III - GESTION DES OPERATIONS DE TRAVAUX

Plus en détail

Dossier Technique Amiante

Dossier Technique Amiante Dossier Technique Amiante Depuis 1998 un DTA (Dostier Technique Amiante) est suivi sur le site. Il est revu tous les trois ans. Il consiste à faire un état des lieux des différentes structures composant

Plus en détail

A.- MÉTHODOLOGIE ET OBSERVATIONS

A.- MÉTHODOLOGIE ET OBSERVATIONS Granby, le 29 avril 2013 Monsieur Jean François D Amour Municipalité de Sutton 11 rue Principale Sud Sutton (Québec) JOE 2KO Objet : Analyse de la qualité d air 2ième étage, Hôtel de Ville 11 rue Principale,

Plus en détail

Vers une approche structurée de la Ville de Montréal dans les dossiers d'immeubles contaminés par les moisissures

Vers une approche structurée de la Ville de Montréal dans les dossiers d'immeubles contaminés par les moisissures Vers une approche structurée de la Ville de Montréal dans les dossiers d'immeubles contaminés par les moisissures Plan de présentation Le contexte L inspection municipale La recherche d indices Les outils

Plus en détail

Quelles sont les conséquences de l'évolution de la réglementation pour les mesures d'empoussièrement amiante?

Quelles sont les conséquences de l'évolution de la réglementation pour les mesures d'empoussièrement amiante? Quelles sont les conséquences de l'évolution de la réglementation pour les mesures d'empoussièrement amiante? 7 novembre 2013 Mélanie JOURDAIN Référente nationale amiante Michel TOURON Chef de projets

Plus en détail

Guide de prévention du risque amiante dans la gestion des bâtiments

Guide de prévention du risque amiante dans la gestion des bâtiments Guide de prévention du risque amiante dans la gestion des bâtiments INTRODUCTION Nécessité d'une vigilance particulière dans la gestions des bâtiment depuis 1997, date de l'interdiction de l'amiante en

Plus en détail

Amiante et risques pour la population

Amiante et risques pour la population Séminaire médias Amiante Amiante et risques pour la population Paul Madelaine Secrétariat d Etat à l économie (Seco) Direction du travail, Inspection fédérale du travail Page 1 Fibres d amiante dans l

Plus en détail

Programme de gestion de l amiante

Programme de gestion de l amiante Programme de gestion de l amiante Université Concordia Environnement, santé et sécurité Mise à jour : décembre 2009 Lina Filacchione, Chef de service Hygiène industrielle et prévention EHS-DOC-014 v.3

Plus en détail

85 Bd de la République CS50002-17076 La Rochelle cedex 9 Tel. 05.46.27.47.00 Fax. 05.46.27.47.08 Courriel. cdg17@cdg17.fr Mise à jour le 17/02/2015

85 Bd de la République CS50002-17076 La Rochelle cedex 9 Tel. 05.46.27.47.00 Fax. 05.46.27.47.08 Courriel. cdg17@cdg17.fr Mise à jour le 17/02/2015 L amiante 85 Bd de la République CS50002-17076 La Rochelle cedex 9 Tel. 05.46.27.47.00 Fax. 05.46.27.47.08 Courriel. cdg17@cdg17.fr Mise à jour le 17/02/2015 I. Définition L amiante est un composé d origine

Plus en détail

Déroulement d une surveillance

Déroulement d une surveillance Les étapes de la pré-visite au rapport final : - Pré-visite sur site (questionnaire préliminaire) - Stratégie d échantillonnage - Représentativité temporelle - Détermination du nombre de mesures à effectuer

Plus en détail

Objectif. Être capable à faire la gestion sécuritaire de l amiante selon les modifications du RSST par rapport

Objectif. Être capable à faire la gestion sécuritaire de l amiante selon les modifications du RSST par rapport Gestion sécuritaire de l amiante Nouvelles : Échéance 6 juin 2015 Valérie Hensley Objectif Être capable à faire la gestion sécuritaire de l amiante selon les modifications du RSST par rapport aux inspections

Plus en détail

Ce guide s adresse aux syndicats aux prises avec de l amiante dans leur milieu de travail.

Ce guide s adresse aux syndicats aux prises avec de l amiante dans leur milieu de travail. Ce guide s adresse aux syndicats aux prises avec de l amiante dans leur milieu de travail. L exposition à l amiante dans le secteur minier a été la cause de plusieurs maladies pulmonaires mortelles au

Plus en détail

Inventaire amiante du parc immobilier

Inventaire amiante du parc immobilier Inventaire amiante du parc immobilier Modèle du rapport d expertise Avril 2005 EPIQR Rénovation sàrl www.epiqr.ch Parc Scientifique de l'epfl PSE C CH 1015 Lausanne - +41 21/693.55.89 Sommaire 1.0 Responsabilités

Plus en détail

PLAN DE TRAVAIL - EXPLICATIF pour le retrait de plaques en amiante-ciment à l air libre au bâtiment non-occupés par du public lors des travaux

PLAN DE TRAVAIL - EXPLICATIF pour le retrait de plaques en amiante-ciment à l air libre au bâtiment non-occupés par du public lors des travaux GRAND-DUCHE DE LUXEMBOURG ITM-SST 1916.1. PLAN DE TRAVAIL - EXPLICATIF pour le retrait de plaques en amiante-ciment à l air libre au bâtiment non-occupés par du public lors des travaux VISA DE L ITM NON-REQUIS

Plus en détail

TECHNIQUE MESURES IMPORTANTES CONCERNANT L UTILISATION ET L AMÉNAGEMENT D UN SOUS-SOL NEUF

TECHNIQUE MESURES IMPORTANTES CONCERNANT L UTILISATION ET L AMÉNAGEMENT D UN SOUS-SOL NEUF GUIDE TECHNIQUE CONSOMMATEURS MESURES IMPORTANTES CONCERNANT L UTILISATION ET L AMÉNAGEMENT D UN SOUS-SOL NEUF Document préparé par le Service technique et inspection de chantiers de l Association provinciale

Plus en détail

La protection de la population : rappels sur la réglementation liée au code de la Santé Publique

La protection de la population : rappels sur la réglementation liée au code de la Santé Publique La protection de la population : rappels sur la réglementation liée au code de la Santé Publique Colloque Amiante mars 2015 Cadre réglementaire Décret du 3 juin 2011 relatif à la protection de la population

Plus en détail

L APSAM APSAM L AMIANTE : dangers et mesures de prévention ATTENTION. L APSAM Spécial amiante

L APSAM APSAM L AMIANTE : dangers et mesures de prévention ATTENTION. L APSAM Spécial amiante Travaux à risque élevé : friables, sauf si un sac à gants est utilisé ou si le volume de débris n excède pas 1 pi pour chaque rénovation mineure nettoyage ou enlèvement d un système de ventilation dans

Plus en détail

l amiante dans le BÂtiment

l amiante dans le BÂtiment prévention des risques l amiante dans le BÂtiment FR 2013 Conseil pour le Développement Economique de la Construction a.s.b.l. www.aaa.lu Institut de Formation Sectoriel du Bâtiment S.A. Avec la collaboration

Plus en détail

Gestion sécuritaire de l amiante. Dispositions réglementaires. www.csst.qc.ca/amiante

Gestion sécuritaire de l amiante. Dispositions réglementaires. www.csst.qc.ca/amiante Gestion sécuritaire de l amiante Dispositions réglementaires www.csst.qc.ca/amiante Afin de prévenir les expositions des travailleurs et de préserver leur santé, les dispositions sur la gestion sécuritaire

Plus en détail

CODE DE DIRECTIVES PRATIQUES POUR LA MANIPULATION DE MATÉRIEL CONTENANT DE L AMIANTE UNIVERSITÉ DE MONCTON, CAMPUS DE MONCTON

CODE DE DIRECTIVES PRATIQUES POUR LA MANIPULATION DE MATÉRIEL CONTENANT DE L AMIANTE UNIVERSITÉ DE MONCTON, CAMPUS DE MONCTON CODE DE DIRECTIVES PRATIQUES POUR LA MANIPULATION DE MATÉRIEL CONTENANT DE L AMIANTE UNIVERSITÉ DE MONCTON, CAMPUS DE MONCTON Le présent code de directives pratiques s inspire de celui de la province du

Plus en détail

L amiante en entreprise, quelles obligations?

L amiante en entreprise, quelles obligations? L amiante en entreprise, quelles obligations? DG Contrôle du bien-être au travail Direction de Namur-Luxembourg-Brabant wallon UWE Cellule Conseillers Environnement Wavre, 24 sept. 2013 1 I. Introduction

Plus en détail

INVENTAIRE AMIANTE. (CONFIDENTIEL) Objet: Evere Partie III Appartements DOSSIER: D08-1551 INVENTAIRE: P08-983

INVENTAIRE AMIANTE. (CONFIDENTIEL) Objet: Evere Partie III Appartements DOSSIER: D08-1551 INVENTAIRE: P08-983 DOSSIER: D08-1551 INVENTAIRE: P08-983 INVENTAIRE AMIANTE (CONFIDENTIEL) Objet: Evere Partie III Appartements Le Home Familial Bruxellois Appartements et Maisons - Evere Novembre 2008 FIBRECOUNT nv Page.1

Plus en détail

CONFÉRENCE Démystifier le plan de sécurité incendie

CONFÉRENCE Démystifier le plan de sécurité incendie CONFÉRENCE Démystifier le plan de sécurité incendie Karen Lamothe, T.P.I. Présidente www.gomesuresdurgence.com 514.799.3110 Congrès AQHSST 2011 Trois-Rivières 14 mai 2011 13h30 à 14h15 Plan de la conférence

Plus en détail

FORMATIONS AMIANTE. Encadrement technique. Encadrement de chantier/opérateur de chantier

FORMATIONS AMIANTE. Encadrement technique. Encadrement de chantier/opérateur de chantier Formateur amiante, plomb, moisissure, qualité de l air dans toute la France Email : contact@consultant-polluants-dubatiment.com Durée 1. Retrait amiante friable et non friable à risques particuliers (milieu

Plus en détail

Fibres damiante dans lair intérieur et extérieur ET Épidémiologie des maladies reliées à lexposition à lamiante au Québec *

Fibres damiante dans lair intérieur et extérieur ET Épidémiologie des maladies reliées à lexposition à lamiante au Québec * Fibres damiante dans lair intérieur et extérieur ET Épidémiologie des maladies reliées à lexposition à lamiante au Québec * RÉSUMÉ ET RECOMMANDATIONS DES RAPPORTS RÉSUMÉ En 1997, un Comité aviseur sur

Plus en détail

Obligations de formations pour les activités relevant uniquement de l'article Article R4412-139 du Code du Travail

Obligations de formations pour les activités relevant uniquement de l'article Article R4412-139 du Code du Travail Obligations de formations pour les activités relevant uniquement de l'article Article R4412-139 du Code du Travail Destiné aux entreprises réalisant des travaux susceptibles d'être en présence d'amiante

Plus en détail

Dossiers personnels de l élève

Dossiers personnels de l élève Dossiers personnels de l élève Pauline Ladouceur Octobre 2008 - 2 - Principes de base à respecter: La protection des renseignements personnels repose sur trois principes de base : le nombre de renseignements

Plus en détail

BÂTIMENT. Article publié dans Porc Québec Août 2001

BÂTIMENT. Article publié dans Porc Québec Août 2001 MAÎTRISER LA VENTILATION MINIMUM POUR DIMINUER LES COÛTS DE CHAUFFAGE Article publié dans Porc Québec Août 2001 BÂTIMENT FRANCIS POULIOT Ingénieur agricole Centre de développement du porc du Québec Avec

Plus en détail

Traçabilité des expositions professionnelles aux agents chimiques : les bases de données de l INRS

Traçabilité des expositions professionnelles aux agents chimiques : les bases de données de l INRS Cliquez pour ajouter la date Traçabilité des expositions professionnelles aux agents chimiques : les bases de données de l INRS Raymond VINCENT Direction Déléguée aux Applications, INRS, Centre de Lorraine

Plus en détail

L amiante dans. les bâtiments PERSONNEL D ENTRETIEN MÉNAGER ET TECHNIQUE

L amiante dans. les bâtiments PERSONNEL D ENTRETIEN MÉNAGER ET TECHNIQUE L amiante dans les bâtiments PERSONNEL D ENTRETIEN MÉNAGER ET TECHNIQUE Association paritaire pour la santé et la sécurité du travail du secteur affaires sociales > Mission Promouvoir la prévention en

Plus en détail

L amiante: une réglementation renforcée pour un danger toujours actuel. CNC ETGC 3 décembre 2014

L amiante: une réglementation renforcée pour un danger toujours actuel. CNC ETGC 3 décembre 2014 L amiante: une réglementation renforcée pour un danger toujours actuel CNC ETGC 3 décembre 2014 Le contexte Plus de 15 ans après l interdiction de son exploitation et de son utilisation, l amiante est

Plus en détail

Au-delà des apparences : Le risque, Les règles, les modes de prévention

Au-delà des apparences : Le risque, Les règles, les modes de prévention Association des gestionnaires de parcs immobiliers institutionnels PRÉSENTATION AGPI OCTOBRE 2014 PAR RICHARD TREMPE ARCHITECTE PATENAUDE TREMPE VAN DALEN Inspection et entretien des façades PARTIE 2 Au-delà

Plus en détail

Les différents type de recherche de MPCA

Les différents type de recherche de MPCA Les différents type de recherche de MPCA MÉTHODOLOGIE DE REPÉRAGE Objectifs et contenu des missions Objectif MPCA à rechercher Méthodologie Vente d'achat d'immeuble bâti Etablissement du Dossier Technique

Plus en détail

Risques à la santé associés à la présence de coliformes fécaux dans l eau du ruisseau St James

Risques à la santé associés à la présence de coliformes fécaux dans l eau du ruisseau St James Direction de santé publique Risques à la santé associés à la présence de coliformes fécaux dans l eau du ruisseau St James Monique Beausoleil, M.Sc., toxicologue 12 novembre 2014 MISE EN CONTEXTE Le 10

Plus en détail

Mél : Nom de l ACMO : Mél ACMO :

Mél : Nom de l ACMO : Mél ACMO : Etat des lieux en hygiène et sécurité dans un établissement scolaire Rectorat Inspection en Hygiène et sécurité Dossier suivi par M. Gilbert ROUSSEAU Téléphone 05 57 57 39 82 Fax 05 57 57 87 40 Mél: Gilbert.rousseau@acbordeaux.fr

Plus en détail

levenok.com Identification du lot sur le document four ni par le demandeur

levenok.com Identification du lot sur le document four ni par le demandeur levenok.com Architectes D.P.L.G. RAPPORT DE MISSION DE REPERAGE des matériaux et produits contenant de l'amiante pour l'établissement du constat établi à l'occasion de la vente d'un immeuble bâti REFERENCES

Plus en détail

Utilisation de Winbugs pour la calibration d'une nouvelle méthode de mesure d'exposition à des fibres d'amiante. Pascal Wild

Utilisation de Winbugs pour la calibration d'une nouvelle méthode de mesure d'exposition à des fibres d'amiante. Pascal Wild Utilisation de Winbugs pour la calibration d'une nouvelle méthode de mesure d'exposition à des fibres d'amiante. Pascal Wild 1 Contexte : l amiante L amiante est une famille de minéraux fibreux présents

Plus en détail

PROJET SIPA Bilan de l usage des ressources alternatives d hébergement Site Bordeaux-Cartierville

PROJET SIPA Bilan de l usage des ressources alternatives d hébergement Site Bordeaux-Cartierville CLSC désigné Centre Affilié Universitaire PROJET SIPA Bilan de l usage des ressources alternatives d hébergement Site Bordeaux-Cartierville INTRODUCTION Le présent document vise à apporter un éclairage

Plus en détail

Régie du Bâtiment du Québec Société pour la résolution des conflits Inc. Contrat no : 062041 Dossier : 051123001

Régie du Bâtiment du Québec Société pour la résolution des conflits Inc. Contrat no : 062041 Dossier : 051123001 Régie du Bâtiment du Québec Soreconi Société pour la résolution des conflits Inc. Contrat no : 062041 Dossier : 051123001 Excellence Construction Entrepreneur-appelant c. Jacques Fontaine Bénéficiaire-défendeur

Plus en détail

DONNEES POUR L ETABLISSEMENT DU RAPPORT

DONNEES POUR L ETABLISSEMENT DU RAPPORT DIAGNOSTIC AMIANTE ETABLI AVEC LA NORME NFX 46020 Dossier n : 13121.11 Fait le : 23.02.2011 DONNEES POUR L ETABLISSEMENT DU RAPPORT Localisation : 177, rue Pierre Cothenet 69220 SAINT JEAN D ARDIERES Objet

Plus en détail

RAPPORT. Consultation publique sur la révision du schéma de couverture de risques en sécurité incendie

RAPPORT. Consultation publique sur la révision du schéma de couverture de risques en sécurité incendie RAPPORT Consultation publique sur la révision du schéma de couverture de risques en sécurité incendie ARRONDISSEMENTS DE BOMPTON ET DE JACQUES-CARTIER Déposé au conseil municipal le 3 juillet 2012. Préambule

Plus en détail

REGLEMENT TECHNIQUE D EVALUATION DIAGNOSTIC IMMOBILIER EPREUVE CREP CERTIFICATION SANS MENTION

REGLEMENT TECHNIQUE D EVALUATION DIAGNOSTIC IMMOBILIER EPREUVE CREP CERTIFICATION SANS MENTION REGLEMENT TECHNIQUE D EVALUATION DIAGNOSTIC IMMOBILIER EPREUVE CREP CERTIFICATION SANS MENTION page 1/6 GENERALITES La personne physique candidate à la certification CREP démontre qu elle possède les connaissances

Plus en détail

Diagnostic Gaz. Objectifs. Formation. Programme. Sessions 2014 Contactez-nous. Méthode pédagogique. Application du diagnostic selon les domaines :

Diagnostic Gaz. Objectifs. Formation. Programme. Sessions 2014 Contactez-nous. Méthode pédagogique. Application du diagnostic selon les domaines : Diagnostic Gaz Application du diagnostic selon les domaines : Tuyauteries fixes Organe de coupure supplémentaire GPL en récipient Robinet de commande d appareil Les lyres GPL Volume, Ouvrant Ventilation

Plus en détail

La protection de la population : rappels sur la réglementation liée au Code de la Santé Publique

La protection de la population : rappels sur la réglementation liée au Code de la Santé Publique ½ journée amiante Dreal Bourgogne Dijon, le 20 novembre 2014 La protection de la population : rappels sur la réglementation liée au Code de la Santé Publique Énora PARENT, Cerema Ministère de l'écologie,

Plus en détail

exigences et RôLes de ChACUn des ACteURs A destination des : MAÎtRes d ouvrage MAÎtRes d ŒUVRe CooRdonnAteURs entreprises travailleurs intervenants

exigences et RôLes de ChACUn des ACteURs A destination des : MAÎtRes d ouvrage MAÎtRes d ŒUVRe CooRdonnAteURs entreprises travailleurs intervenants A destination des : MAÎtRes d ouvrage MAÎtRes d ŒUVRe CooRdonnAteURs entreprises travailleurs intervenants a exigences et RôLes de ChACUn des ACteURs Services de santé au travail que doivent faire Les

Plus en détail

VDIAGNOSTICS IMMOBILIER 9 rue Henri Matisse 76120 GRAND QUEVILLY Télécopie : 09 55 32 26 60 Portable : 06 18 60 62 96 Email : vdiagimmo@free.

VDIAGNOSTICS IMMOBILIER 9 rue Henri Matisse 76120 GRAND QUEVILLY Télécopie : 09 55 32 26 60 Portable : 06 18 60 62 96 Email : vdiagimmo@free. VDIAGNOSTICS IMMOBILIER 9 rue Henri Matisse 76120 GRAND QUEVILLY Télécopie : 09 55 32 26 60 Portable : 06 18 60 62 96 Email : vdiagimmo@free.fr RAPPORT DE MISSION DE REPERAGE DES MATERIAUX ET PRODUITS

Plus en détail

Bergeron. Thermographie. MG inc. G0N 1X0

Bergeron. Thermographie. MG inc. G0N 1X0 Bâtimentt évalué : 283, route Marie-Victorin, Saint-Nicolas Préparé par : Renaud Bergeron Rapport d'inspection Thermographie Infrarouge Experts Constructions MG inc. M. Mario Groleau, 104, rue de la Rivière,

Plus en détail

Février Mars 2012. Repérage avant travaux

Février Mars 2012. Repérage avant travaux Repérage avant travaux Repérage avant travaux (de rénovation, de réhabilitation et d entretien/maintenance) Il n y a pas encore de règlementation spécifique (code du travail ou code de la santé publique)

Plus en détail

PROVINCE DE QUÉBEC Municipalité de Cacouna RÈGLEMENT 58-13 RÈGLEMENT CONCERNANT LA CRÉATION DU SERVICE DE SÉCURITÉ INCENDIE

PROVINCE DE QUÉBEC Municipalité de Cacouna RÈGLEMENT 58-13 RÈGLEMENT CONCERNANT LA CRÉATION DU SERVICE DE SÉCURITÉ INCENDIE PROVINCE DE QUÉBEC Municipalité de Cacouna RÈGLEMENT 58-13 RÈGLEMENT CONCERNANT LA CRÉATION DU SERVICE DE SÉCURITÉ INCENDIE CONSIDÉRANT QUE suite au regroupement des municipalités de Cacouna, il s avère

Plus en détail

EXTRAIT DU DOSSIER TECHNIQUE AMIANTE

EXTRAIT DU DOSSIER TECHNIQUE AMIANTE EXTRAIT DU DOSSIER TECHNIQUE AMIANTE Groupe 0034 CLAIREFONTAINE III Local commercial "Tabac Journaux" 29 square de Montgeoffray 49300 CHOLET Propriétaire SEVRE LOIRE HABITAT 34 RUE DE ST CHRISTOPHE BP

Plus en détail

Modalités de l éco-conditionnalité des aides régionales aux bâtiments

Modalités de l éco-conditionnalité des aides régionales aux bâtiments Modalités de l éco-conditionnalité des aides régionales aux bâtiments Ce dispositif s applique aux dossiers de demande d aide déposés auprès des services du Conseil régional. Les critères d éco-conditionnalité

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT Arrêté du 21 novembre 2006 définissant les critères de certification des compétences des personnes

Plus en détail

Client : Câbles St-Fils Date : 2 décembre 2006 Site : 703, rue du Nord. Rapport produit par : Patrick Fortin Rapport vérifié par : Steve Sheedy

Client : Câbles St-Fils Date : 2 décembre 2006 Site : 703, rue du Nord. Rapport produit par : Patrick Fortin Rapport vérifié par : Steve Sheedy Client : Câbles St-Fils Date : 2 décembre 2006 Site : 703, rue du Nord Inspection effectuée Par : Patrick Fortin Pour informations : 450.521.7404 Courrier électronique : patrick.fortin@infratek.ca Rapport

Plus en détail

ADExpertises 67 Avenue de la Paix 28300 LEVES Téléphone : 02 37 36 00 76 - Télécopie : 02 37 21 45 77

ADExpertises 67 Avenue de la Paix 28300 LEVES Téléphone : 02 37 36 00 76 - Télécopie : 02 37 21 45 77 ADExpertises 67 Avenue de la Paix 28300 LEVES Téléphone : 02 37 36 00 76 - Télécopie : 02 37 21 45 77 RAPPORT DE MISSION DE REPERAGE DES MATERIAUX ET PRODUITS CONTENANT DE L AMIANTE N 120333 avant travaux

Plus en détail

amiante LA PROTECTION DE LA POPULATION

amiante LA PROTECTION DE LA POPULATION amiante LA PROTECTION DE LA POPULATION Le code de la santé publique Gestion du risque et protection de la population générale Localisation de l amiante Evaluation de l état de conservation Recommandations

Plus en détail

La ges durable des risques de l amiante. Charleroi - Juin 2013

La ges durable des risques de l amiante. Charleroi - Juin 2013 La ges durable des risques de l amiante Charleroi - Juin 2013 Contexte: l amiante en Belgique Minéral fibreux Propriétés: ininflammable et résistant à la chaleur chimiquement inerte (acides/bases) inusable

Plus en détail

Problématique de l amiante dans les bâtiments

Problématique de l amiante dans les bâtiments Chambre Immobilière Vaudoise Problématique de l amiante dans les bâtiments Séances d information du 11 janvier 2010 Jean-Louis Genre architecte EPIQR Rénovation Sàrl Définition de l amiante Substance minérale

Plus en détail

Adoptée : Le 28 septembre 1999 (CC-1999-406) En vigueur : Le 28 septembre 1999 Amendement : Le 12 avril 2011 (CC-2011-158)

Adoptée : Le 28 septembre 1999 (CC-1999-406) En vigueur : Le 28 septembre 1999 Amendement : Le 12 avril 2011 (CC-2011-158) Politique relative à la location ou au prêt de locaux et de biens meubles Adoptée : Le 28 septembre 1999 (CC-1999-406) En vigueur : Le 28 septembre 1999 Amendement : Le 12 avril 2011 (CC-2011-158) 1. Préambule

Plus en détail

DIRECCTE LORRAINE. Intervention sur les opérations sur Matériaux Contenant de l Amiante ( MCA) : Réglementation amiante sous-section 4

DIRECCTE LORRAINE. Intervention sur les opérations sur Matériaux Contenant de l Amiante ( MCA) : Réglementation amiante sous-section 4 Intervention sur les opérations sur Matériaux Contenant de l Amiante ( MCA) : Réglementation amiante sous-section 4 Éléments de contexte : - Évolution de la réglementation avec décret du 4 mai 2012 et

Plus en détail

Le point en recherche et développement

Le point en recherche et développement Le point en recherche et développement Lenettoyage desconduits 95-205sérietacimique Introduction Les entreprises de nettoyage de conduits soutiennent qu il est souhaitable de faire nettoyer régulièrement

Plus en détail

EXEMPLE DIAGNOSTIC AMIANTE AVANT TRAVAUX

EXEMPLE DIAGNOSTIC AMIANTE AVANT TRAVAUX EXEMPLE DIAGNOSTIC AMIANTE AVANT TRAVAUX CHEMICAL & CO 23 AVENUE DE SAINTE-CLOTILDE, 1205 GENEVE BÂTIMENT - ANIMALERIE RENOVATION DES LABORATOIRES ET DES WC Rapport imprimé le 20 janvier 2013 Référence

Plus en détail

DELEGATION DE SERVICE PUBLIC RELATIVE A LA GESTION DES LOCAUX D ACTIVITE

DELEGATION DE SERVICE PUBLIC RELATIVE A LA GESTION DES LOCAUX D ACTIVITE DIRECTION DE L ECONOMIE ET DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR RAPPORTEUR : M. HOULLEGATTE DÉLIBÉRATION D_2015_137 SÉANCE DU 26 JUIN 2015 DELEGATION DE SERVICE PUBLIC RELATIVE A LA GESTION DES LOCAUX D ACTIVITE

Plus en détail

INTRODUCTION A L'AMIANTE

INTRODUCTION A L'AMIANTE INTRODUCTION A L'AMIANTE LEGISLATION ACTUELLE ET FUTURE 5 MAI 2009 Service de toxicologie de l'environnement bâti () Samuel Martignier, ingénieur en environnement 04.05.2009 - Page 1 Direction générale

Plus en détail

Le risque amiante dans les écoles

Le risque amiante dans les écoles Le risque amiante dans les écoles Robert Flamia, Inspecteur santé et sécurité au travail Karen Salibur, Conseillère de prévention académique isst@ac-creteil.fr Tél : 01 57 02 60 09 Février 2015 1 Cadre

Plus en détail

SOMMAIRE Désignation de l immeuble :... 1 Désignation du demandeur :... 1 Désignation de l'accompagnateur: 2 Désignation de l'expert:...

SOMMAIRE Désignation de l immeuble :... 1 Désignation du demandeur :... 1 Désignation de l'accompagnateur: 2 Désignation de l'expert:... A.E.D.I Alpes Expertises en Diagnostics Immobiliers 5 rue Frédéric Mistral - 04200 Sisteron Téléphone : 06 45 74 78 54 Site : www.aediweb.fr E-mail : aedi.0405@free.fr RAPPORT DE MISSION DE REPERAGE DES

Plus en détail

BORDEREAU DES PRIX UNITAIRES ( BPU ) LOT N 1 AMIANTE DIAGNOSTICS LIES A DES IMPERATIFS DE SANTE PUBLIQUE

BORDEREAU DES PRIX UNITAIRES ( BPU ) LOT N 1 AMIANTE DIAGNOSTICS LIES A DES IMPERATIFS DE SANTE PUBLIQUE VILLE DE NICE DIRECTION GENERALE ADJOINTE CHARGEE DU CADRE DE VIE DIRECTION CENTRALE DU PATRIMOINE COMMUNAL SERVICE INTERVENTIONS TECHNIQUES MARCHE A PROCEDURE ADAPTEE ( M.A.P.A ) passé selon l article

Plus en détail

Pour votre projet de rénovation, BatiMAILAN France Partage avec vous ses

Pour votre projet de rénovation, BatiMAILAN France Partage avec vous ses Tél : 06.20.63.65.35 Pour votre projet de rénovation, BatiMAILAN France Partage avec vous ses 1 10 conseils de pros pour la bonne préparation de votre chantier 1- La première chose à faire est une étude

Plus en détail

INFORMATION AMIANTE. 8. Synthèse. Unité HSE - Olivier Prouteau - 160883. EDMS n.848384

INFORMATION AMIANTE. 8. Synthèse. Unité HSE - Olivier Prouteau - 160883. EDMS n.848384 INFORMATION AMIANTE 1. Généralités, 2. Les Matériaux, 3. Les Risques, 4. Les Effets sur la Santé, 5. La Prévention au CERN, 6. La Gestion des Travaux, 7. Votre rôle de TSO, Unité HSE - Olivier Prouteau

Plus en détail

Guide de conduite en présence d amiante

Guide de conduite en présence d amiante Guide de conduite en présence d amiante > L amiante en bref 4 > Historique 4 > Flocages* 6 > Faux plafonds* 6 > Revêtements de sol* 8 > Calorifugeages* 8 > Cartons* 10 > Joints* 10 > Revêtements de murs/plafonds*

Plus en détail

Identifier et manipuler correctement

Identifier et manipuler correctement Identifier et manipuler correctement les produits contenant Le travail en sécurité Qu est-ce que l amiante? L amiante désigne un groupe de fibres minérales naturelles. On en trouve à la surface du globe

Plus en détail

Recherche d amiante : de nouvelles obligations pour les propriétaires à compter du 1 er février 2012

Recherche d amiante : de nouvelles obligations pour les propriétaires à compter du 1 er février 2012 Novembre 2011 Recherche d amiante : de nouvelles obligations pour les propriétaires à compter du 1 er février 2012 La réglementation sur l amiante a fait l objet depuis de nombreuses années de plusieurs

Plus en détail

Date de la dernière année disponible au moment du traitement des données 44

Date de la dernière année disponible au moment du traitement des données 44 ORST Charentes - Baromètre régional Santé au travail 14. Synthèse Cette analyse, à visée descriptive, met en évidence la diversité dans le recueil comme dans l exploitation des données des accidents du

Plus en détail

Pôle partenariats Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) AMIANTE

Pôle partenariats Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) AMIANTE Pôle partenariats Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) Introduction AMIANTE Le rôle cancérigène de l'amiante a été établi au cours des années 1960 chez les populations

Plus en détail

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC Janvier 2014 AVANT-PROPOS Dans un service de sécurité incendie, il y a de nombreuses mesures par lesquelles nous pouvons évaluer l efficacité

Plus en détail

CIRCULAIRE N 1202 DU 16/08/2005

CIRCULAIRE N 1202 DU 16/08/2005 CIRCULAIRE N 1202 DU 16/08/2005 Objet : Gestion de la problématique amiante (asbeste) dans les bâtiments scolaires. A l'attention de(s) : Pour information : Mesdames et Messieurs les Directeurs des établissements

Plus en détail

RAPPORT SUR LE PROJET DE DÉCHIQUETAGE DES DÉCHETS AU L.E.T. DE SAINT-FLAVIEN

RAPPORT SUR LE PROJET DE DÉCHIQUETAGE DES DÉCHETS AU L.E.T. DE SAINT-FLAVIEN M.R.C de Lotbinière Mars 2004 RAPPORT SUR LE PROJET DE DÉCHIQUETAGE DES DÉCHETS AU L.E.T. DE SAINT-FLAVIEN PAR: Stéphane Larivée, ing. MRC de Lotbinière Mars 2004 Rapport sur le projet de déchiquetage

Plus en détail