La stratégie de la marque dans la stratégie de l entreprise : de la création à la transmission. Jeudi 5 février 2015 de 11h30 à 13h00

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La stratégie de la marque dans la stratégie de l entreprise : de la création à la transmission. Jeudi 5 février 2015 de 11h30 à 13h00"

Transcription

1 La stratégie de la marque dans la stratégie de l entreprise : de la création à la transmission Jeudi 5 février 2015 de 11h30 à 13h00

2 Intervenants Marie-Claire BERSON Expert-comptable, Commissaire aux comptes, Présidente du comité Evaluation du Conseil Supérieur de l Ordre des Experts-Comptables (CSOEC) Frédéric LECOMTE Avocat associé du cabinet STEHLIN & ASSOCIES Antoine LEGOUX Expert-comptable, Commissaire aux comptes, Membre du comité Evaluation du Conseil Supérieur de l Ordre des Experts-Comptables (CSOEC) Géraldine MICHEL Professeur de Marketing à l IAE de Paris Directeur de la chaire Marques & Valeurs 2

3 Témoin Michel de ROVIRA Directeur Général de la Société Michel et Augustin 3

4 NAISSANCE, CROISSANCE ET TRANSMISSION D UNE MARQUE : LE ROLE DES VALEURS Par Géraldine MICHEL, Professeur de Marketing à l IAE de Paris et Directeur de la chaire Marques & Valeurs

5 Une marque au-delà d un nom et d un logo Attachement Engagement Amour Identification Expérience 5

6 Une marque existe quand elle porte des valeurs, du sens

7 POURQUOI SURTOUT LES ENTREPRENEURS DOIVENT-ILS CRÉER UNE MARQUE?

8 Elle crée de la valeur pour les collaborateurs elle permet de dépasser l histoire personnelle de l entrepreneur pour mieux s en inspirer elle permet de fédérer, d entraîner, de guider, d unifier une marque c est l âme de l entreprise

9 POURQUOI développer UNE MARQUE?

10 Elle crée de la valeur pour les consommateurs

11 Ce n est pas parce qu on est petit qu on ne doit pas signer ce que l on fait, au contraire

12 De «FCI Microconnexions» à Linxens Leader mondial dans la conception et la fabrication de connecteurs pour cartes à puce

13 COMMENT?

14 Penser son identité de marque EMBLEMES SYMBOLES PERSONNALITE IDEOLOGIE

15 Penser à son EMBLEME

16 Penser à ses SYMBOLES

17 Penser à sa PERSONNALITE

18 Penser à son IDEOLOGIE

19 Penser le noyau central de la marque, pour mieux connaître son territoire d expression Noyau Système périphérique

20 Image de la marque Enfant Confiture Compote Bonne humeur Jus de fruits Fruit Variété des parfums Plaisir Naturel Vitamine Pratique Famille

21 Image de la marque Simple Plaisir Tissu vichy rouge Dessert Lié à l enfance Fait maison Qualité Biscuits Mousse au chocolat Confiture

22 Une démarche accessible En termes de budgets, de ressources Mais besoin de temps 22

23 LA MARQUE STRATEGIE ET PROTECTION Les bons réflexes à adopter pour protéger efficacement un actif devenu essentiel Par Frédéric LECOMTE, Avocat associé du cabinet STEHLIN & ASSOCIES

24 Thèmes abordés Un constat : la marque est devenu un actif stratégique des entreprises. Une conséquence : il faut désormais adopter une stratégie raisonnée d exploitation et de protection, et acquérir les bons réflexes à chaque étape de la vie de la marque : La marque, un actif stratégique les raisons du succès les racines de la convoitise Définition d une marque Bref rappel Qui, quand, comment? Les questions incontournables à se poser avant le dépôt Vie de la marque nécessité d en faire un usage effectif, investir, octroyer des licences Faire face au risque d usages illicites ou non-désirés de la marque 24

25 LA MARQUE, UN ACTIF STRATEGIQUE Les raisons du succès Les racines de la convoitise

26 LA MARQUE, UN ACTIF STRATEGIQUE La marque constitue l un des premiers leviers de l action commerciale des entreprises Elle est à la fois l identité, l image de l entreprise et de ses produits Elle donne une visibilité à l entreprise La perception de la marque a muté La globalisation des marchés, la prise en compte d un contexte de compétition intense et l usage massif des technologies numériques ont rendu les entreprises plus visibles et donc plus vulnérables Cette nouvelle perception a imposé aux entreprises la nécessaire élaboration de «stratégies de marques» La marque est ainsi devenue un actif d importance stratégique Mais il n en a pas toujours été ainsi 26

27 LA MARQUE, UN ACTIF STRATEGIQUE Il y a 30 ans La visibilité et la zone d influence d une marque étaient souvent limitées à un marché régional ou national Seules quelques marques notoires jouissaient réellement d une visibilité à l échelle mondiale La protection de la marque ne s imposait donc pas comme un enjeu stratégique à la différence des brevets qui, gages d innovation, étaient alors les actifs les plus valorisés Ce constat n est plus vrai La marque est désormais un actif essentiel au même titre que les autres actifs immatériels. La marque peut désormais, à elle seule, incarner l innovation 27

28 DEFINITION D UNE MARQUE Bref rappel

29 DEFINITION D UNE MARQUE Une marque renferme deux composantes principales qui permettent de la définir D une part, la marque est un signe distinctif (verbal, visuel, sonore) qui permet de garantir l origine d un produit ou d un service et donc d identifier le producteur ou le fournisseur du service D autre part, la marque constitue un droit d usage monopolistique renouvelable indéfiniment, sur un territoire défini, pour désigner des biens ou services limitativement énumérés Une marque permet donc de protéger, sur un territoire déterminé, un signe distinctif qui désigne des biens ou services 29

30 QUI, QUAND, COMMENT? Les questions incontournables avant le dépôt

31 QUI? QUAND? Qui doit déposer une marque? Le dépôt doit se faire au nom de l entreprise pour des raisons évidentes de protection et de valorisation Dans la mesure du possible il faut éviter : de déposer la marque en son nom sous prétexte que la société n est pas constituée, de déposer la marque en indivision avec un ami, un conjoint, un partenaire, La question de la création d une structure dédiée à la détention des marques peut parfois se poser Quand déposer? Une demande de dépôt de marque est possible à tout moment En pratique il faudra déposer sa demande de marque dès le début de l exploitation ou juste avant. On évitera de le faire trop en amont pour éviter un risque potentiel de révélation ou pour éviter une déchéance 31

32 COMMENT? Choisir un signe disponible Vérifier la disponibilité d une marque ne constitue pas une obligation légale, mais ne pas le faire demeure risqué Il faut donc vérifier si le signe envisagé est susceptible d être confondu avec une marque ou un nom protégé existant Si la marque envisagée n est pas disponible, elle pourra être contestée à tout moment par les bénéficiaires d une antériorité Choisir un signe valable en tant que marque Le signe peut être verbal (mots, slogans), graphique (logos, couleurs, formes), une combinaison des deux, en 3D ou éventuellement sonore Le signe est librement choisi sous réserve de : ne pas comporter de mots trompeurs, élogieux ou décrivant uniquement les produits ou services ne pas être contraire à l ordre public, ni comporter des signes publics ou protégés, noms d AOC ou AOP, etc 32

33 COMMENT? Choisir les classes de produits ou services désignés dans l enregistrement La marque doit désigner effectivement des produits ou services qui sont ou seront offerts sur le marché. Une seule classe peut suffire et dans la plupart des cas un dépôt ne dépasse pas 5-6 classes En pratique: lors du dépôt, attention à ne pas commettre l erreur classique consistant à désigner souvent à tort, les services de «publicité» ou encore de «communication sur les réseaux». Ces classes ne doivent être utilisées que lorsque la marque désigne de tels services de publicité ou de communication (SFR, Havas, etc.) Choisir les territoires pertinents Il ne sert à rien de déposer systématiquement une marque sur des territoires qui ne sont pas ciblés par la société, Cela est coûteux et inutile En revanche, dès qu un marché étranger est envisagé, le dépôt de la marque sur ce marché s impose (marque internationale ou communautaire) 33

34 COMMENT? La question de la dénomination d une société La dénomination sociale, le nom commercial ou l enseigne sont protégés dès l immatriculation de la société au RCS. Un tiers ne pourra alors pas les déposer en tant que marque La société titulaire de ces noms envisagera leur dépôt en tant que marque si ces termes ont vocation à désigner les produits et services de la société Les noms de domaine L enregistrement des noms de domaine ne relève pas du droit des marques Il faut donc toujours penser à enregistrer les noms de domaine en parallèle de la marque Les conflits sont nombreux et l existence d un nom de domaine détenu par un tiers peut constituer un obstacle au dépôt d une marque Si vous possédez une marque mais pas le nom de domaine, il est possible de récupérer un nom de domaine s il n est pas exploité effectivement ou si le titulaire du domaine n agit que pour nuire 34

35 VIE DE LA MARQUE Nécessité d en faire un usage effectif, Possibilité de la céder, octroyer des licences

36 VIE DE LA MARQUE Le titulaire de la marque est en principe, le seul à pouvoir exploiter sa marque Il doit en faire un usage effectif s il ne souhaite pas prendre le risque d être déchu de sa marque Si la marque n'a pas été exploitée dans les 5 années qui ont suivi son enregistrement ou si son exploitation a été abandonnée depuis plus de 5 ans, les tribunaux peuvent prononcer sa déchéance totale ou partielle. Le titulaire peut aussi autoriser une ou plusieurs autres personnes à l exploiter. Plusieurs contrats sont possibles, parmi lesquels : La licence d'exploitation La Franchise Le titulaire peut également céder toute ou partie de sa marque 36

37 FAIRE FACE AUX USAGES ILLICITES

38 FAIRE FACE AUX USAGES ILLICITES La vigilance C est au titulaire de la marque de s assurer (ce peut être au travers de son réseau de licenciés ou franchisés) qu aucune personne nonautorisée ne porte atteinte, dans la vie des affaires, à l usage de sa marque dans le périmètre pour laquelle elle est protégée Les bonnes pratiques en amont consistent à suivre les utilisations de la marque par la mise en œuvre d opérations de veille, notamment sur internet (voir notamment la question des mot clé infra) La réaction Laisser faire pour diffuser sa marque à tout prix, ou bien Attaquer systématiquement les usages illicites Éviter les stratégies médianes Constituer les preuves préalablement à toute réaction précontentieuse ou contentieuse 38

39 FAIRE FACE AUX USAGES ILLICITES A retenir L usage de la marque par un tiers n est pas invariablement illicite. Certains usages ne peuvent pas être interdits. L interdiction n est possible que lorsqu il y a un «usage dans la vie des affaires». Hors de la vie des affaires, l usage d une marque peut être licite. L usage d une marque par un concurrent en tant que mot clé est possible. Les problèmes posés par l utilisation de mots clés comme le système Adwords sont subtiles et complexes. La CJUE suivie par la Cour de cassation ont cependant posé comme principe que l utilisation d une marque par un concurrent, en tant que mot-clé pour des annonces type «Adwords» est possible à la condition que son utilisation soit loyale et que l annonce ne crée donc pas de risque de confusion : entre l annonceur et le titulaire de la marque, ou sur l origine des produits commercialisés par les deux sociétés 39

40 EVALUATION DES MARQUES Par Antoine LEGOUX, Expert-comptable, Commissaire aux comptes, Membre du comité Evaluation du Conseil Supérieur de l Ordre des Experts-Comptables (CSOEC)

41 EVALUATION DES MARQUES Le capital immatériel constitue une part importante des actifs de la société mais également de la valeur d une entreprise Au cours des dernières années, les entreprises ont pris conscience de façon accrue de la nécessité d une gestion stratégique de leur portefeuille de marques Mais comme tout actif incorporel, il y a des particularités comptables au niveau de sa comptabilisation et elle est difficile à évaluer 41

42 EVALUATION DES MARQUES COMPTABILISATION DE LA MARQUE VALORISATION DE LA MARQUE 42

43 COMPTABILISATION DE LA MARQUE Marques acquises Marques créées en interne 43

44 COMPTABILISATION DE LA MARQUE Marques acquises Elles sont à comptabiliser en immobilisations au compte 205 «Concessions et droits similaires, brevets, licences, marques». En effet, l entité est alors titulaire d un droit légal lui permettant de remplir les critères de comptabilisation d une immobilisation incorporelle. L élément, pour être comptabilisé à l actif, doit : Être identifiable Générer une ressource que le titulaire contrôle, c est-à-dire qu il est capable d obtenir les avantages économiques futurs découlant de la marque et de restreindre l accès des tiers à ces avantages 44

45 COMPTABILISATION DE LA MARQUE Marques créées en interne Leur comptabilisation à l actif est impossible En effet, les dépenses engagées pour créer une marque ne peuvent être distinguées de celles engagées pour développer l activité dans son ensemble : les critères de comptabilisation d une immobilisation incorporelle ne sont donc pas remplis. En cas de dépôt, comme en l absence de dépôt, tous les frais constitutifs du coût de production doivent être comptabilisés en charges : Les frais engagés avant le dépôt pour la création de la marque ainsi que les frais de recherche d antériorité. Par exemple : honoraires ou frais internes et externes de conception de logo ou de nom ; Les frais de dépôt de marque Les frais engagés postérieurement au dépôt de la marque : frais de défense et de surveillance, frais de renouvellement. 45

46 VALORISATION DE LA MARQUE L approche de valorisation par les revenus L approche de valorisation par le marché L approche de valorisation par les coûts 46

47 VALORISATION DE LA MARQUE L approche de valorisation par les revenus L approche par les revenus consiste à déterminer la valeur d un actif incorporel par une actualisation des flux de revenus attendus de son exploitation, après impôt, sur sa durée de vie estimée Cette approche nécessite d estimer les flux attendus de son exploitation, ainsi que les paramètres nécessaires à leur actualisation Les flux de revenus attribuables à un actif incorporel peuvent être estimés : Soit par référence aux redevances qui seraient perçues par son propriétaire s il était concédé ; Soit à partir du résultat opérationnel excédentaire, après déduction de la rémunération des autres actifs nécessaires à son exploitation ; Soit par comparaison avec les revenus qui seraient générés en l absence de cet actif 47

48 VALORISATION DE LA MARQUE L approche de valorisation par le marché L approche par le marché consiste à évaluer un actif incorporel par référence à des multiples de transactions intervenus sur des actifs comparables Sa mise en œuvre suppose d identifier des transactions pertinentes intervenues sur des marques en tant qu actifs et qui présentent des caractéristiques suffisamment similaires En pratique, de telles transactions sont extrêmement rares 48

49 VALORISATION DE LA MARQUE L approche de valorisation par les coûts L approche par les coûts consiste à estimer la valeur d un actif à partir des coûts qui ont été nécessaires à son développement (coûts historiques) ou des coûts qui seraient aujourd hui nécessaires pour développer un actif similaire (coûts de reconstitution) Il n existe pas toujours une corrélation entre le niveau des investissements nécessaires au développement de la marque et la valeur de cette dernière, d une part, et l estimation des coûts est un exercice particulièrement délicat d autre part Pour ces raisons, l approche par les coûts est rarement mise en œuvre 49

50 CONCLUSION SUR l EVALUATION DES MARQUES Chaque méthode d évaluation présente des limites intrinsèques et des difficultés de mise en œuvre, ce qui conduit l expert à formuler des hypothèses Par conséquent, pour une évaluation pertinente de la marque, il est préférable et ce dans la mesure du possible : De recourir à une pluralité de méthodes de valorisation De procéder à des tests de sensibilité par rapport aux principaux paramètres retenus 50

51 La stratégie de la marque dans la stratégie de l entreprise : de la création à la transmission Jeudi 5 février 2015 de 11h30 à 13h00

LA STRATEGIE DE LA MARQUE DANS LA

LA STRATEGIE DE LA MARQUE DANS LA LA STRATEGIE DE LA MARQUE DANS LA STRATEGIE DE L ENTREPRISE : CONSEILS ET BONNES PRATIQUES Mercredi 3 février 2016 Intervenants Marie-Claire BERSON o Expert-comptable, commissaire aux comptes, présidente

Plus en détail

ATTENTION Cette présentation est générale. Son application à toute situation particulière demande une analyse professionnelle.

ATTENTION Cette présentation est générale. Son application à toute situation particulière demande une analyse professionnelle. ATTENTION Cette présentation est générale. Son application à toute situation particulière demande une analyse professionnelle. Marques et marchés à l export: La Propriété Industrielle au cœur de votre

Plus en détail

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Document G Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Page 1 sur 7 Parmi les objectifs des Instituts de recherche technologique (IRT) figurent

Plus en détail

CHAPITRE 1 Audit rapide de la propriété intellectuelle existante... 9 1. La «check list»... 10 2. Analyse de la «check list»... 12

CHAPITRE 1 Audit rapide de la propriété intellectuelle existante... 9 1. La «check list»... 10 2. Analyse de la «check list»... 12 Table des matières Préface... 5 CHAPITRE 1 Audit rapide de la propriété intellectuelle existante... 9 1. La «check list»... 10 2. Analyse de la «check list»... 12 CHAPITRE 2 Outils de protection L intérêt

Plus en détail

développement innovation

développement innovation phases d un projet de recherche développement innovation Programme, projet et opération Programme : un ensemble de projets concourant à un même objectif. Projet : un ensemble finalisé d activités et d

Plus en détail

L évaluation financière des marques

L évaluation financière des marques L évaluation financière des marques Guy Jacquot Expert Judiciaire pré la Cour d Appel de Paris, Associé Sorgem Evaluation SFEV 13 mars 2014 Sorgem Evaluation 11, rue Leroux 75116 PARIS www.sorgemeval.com

Plus en détail

Plan Défi Biotech Santé

Plan Défi Biotech Santé Plan Défi Biotech Santé Positionnement Concurrentiel et Commercial Présentation de l opération 24 novembre 2011 24 novembre 2011 1/20 2011 Intervenants Denis le Bouteiller, responsable de la mission Expérience

Plus en détail

L allocation du prix d acquisition et la rationalisation du goodwill

L allocation du prix d acquisition et la rationalisation du goodwill Juin 2015 Offre de services H3P L allocation du prix et la rationalisation du goodwill Purchase Price Allocation / PPA H3P Audit & Conseil - 30 rue des mathurins 75008 Paris - contact@h3p.com - www.h3p.com

Plus en détail

La Master Franchise. Filière Franchise et Réseaux

La Master Franchise. Filière Franchise et Réseaux La Master Franchise Filière Franchise et Réseaux 2015 Définition d une Master Franchise et d un Master Franchisé La Master Franchise : La Master Franchise est un contrat conférant à un entrepreneur ou

Plus en détail

Etablir son plan de financement

Etablir son plan de financement OCTOBRE 2015 ENTREPRENEURS N 9 lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent FINANCEMENT LES MINI-GUIDES BANCAIRES & aveclespme.fr Le nouveau site pratique de la Fédération Bancaire

Plus en détail

Etablir son plan de financement

Etablir son plan de financement OCTOBRE 2015 ENTREPRENEURS N 9 FINANCEMENT LES MINI-GUIDES BANCAIRES Etablir son plan de financement 2 Ce mini-guide vous est offert par : Pour toute information complémentaire, nous contacter : info@lesclesdelabanque.com

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

2.1 - Le choix du signe. 2.2 - Le dépôt de marque.

2.1 - Le choix du signe. 2.2 - Le dépôt de marque. Table des matières La marque 2 - La Vie D'une Marque. 2.1 - Le choix du signe. 2.2 - Le dépôt de marque. 2.2.1 - La marque est-elle distinctive, c'est à dire, permet-elle de distinguer les produits ou

Plus en détail

Liste usuelle des conseillers Les buts de cet outil sont de : Instructions :

Liste usuelle des conseillers Les buts de cet outil sont de : Instructions : Outil Liste usuelle des conseillers L outil Liste usuelle des conseillers vous aidera à faire du transfert de votre entreprise un projet collectif et favorisera le travail d équipe entre vos différents

Plus en détail

12 mai 2009. L évaluation financière et la gestion d un portefeuille de Propriété Industrielle

12 mai 2009. L évaluation financière et la gestion d un portefeuille de Propriété Industrielle 12 mai 2009 L évaluation financière et la gestion d un portefeuille de Propriété Industrielle PLAN I. Les actifs immatériels constituant le portefeuille de Propriété Industrielle II. Les opportunités associées

Plus en détail

en10 points L entrepreneur individuel à responsabilité limitée

en10 points L entrepreneur individuel à responsabilité limitée L entrepreneur individuel à responsabilité limitée en10 points Frédéric LEFEBVRE, Secrétaire d État chargé du Commerce, de l Artisanat, des Petites et Moyennes Entreprises, du Tourisme, des Services, des

Plus en détail

11-1 - Entrepreneur Individuel à Responsabilité Limitée (EIRL) Avec l EIRL Artisanat, tout ce que vous risquez c est de réussir!

11-1 - Entrepreneur Individuel à Responsabilité Limitée (EIRL) Avec l EIRL Artisanat, tout ce que vous risquez c est de réussir! 11-1 - Entrepreneur Individuel à Responsabilité Limitée (EIRL) Avec l EIRL Artisanat, tout ce que vous risquez c est de réussir! Av Depuis janvier 2011, les créateurs d entreprises artisanales ou artisans

Plus en détail

Boostez votre croissance grâce à la Propriété Intellectuelle!

Boostez votre croissance grâce à la Propriété Intellectuelle! Boostez votre croissance grâce à la Propriété Intellectuelle! Partageons des bonnes pratiques 1 l L innovation, la créativité, le savoir-faire sont les moteurs et la richesse de toute entité économique

Plus en détail

ENSEMBLE, MIEUX SERVIR VOS CLIENTS. SOCIAL CLUB la rencontre des expertises

ENSEMBLE, MIEUX SERVIR VOS CLIENTS. SOCIAL CLUB la rencontre des expertises ENSEMBLE, MIEUX SERVIR VOS CLIENTS SOCIAL CLUB la rencontre des expertises le social club, partenaire des expertscomptables Votre ambition : fournir le meilleur conseil social et patrimonial à vos clients.

Plus en détail

THÈME 4 : A QUELLES RÈGLES SONT SOUMISES LES ACTIVITÉS DE L ENTREPRISE SUR LE MARCHÉ?

THÈME 4 : A QUELLES RÈGLES SONT SOUMISES LES ACTIVITÉS DE L ENTREPRISE SUR LE MARCHÉ? THÈME 4 : A QUELLES RÈGLES SONT SOUMISES LES ACTIVITÉS DE L ENTREPRISE SUR LE MARCHÉ? CHAPITRE 4 : Les droits de propriété industrielle, instruments juridiques de la concurrence. Après avoir défini la

Plus en détail

Investissements dans la maturation de projets innovants

Investissements dans la maturation de projets innovants Investissements dans la maturation de projets innovants Préambule Créée en Janvier 2012, la SATT Conectus Alsace est une Société par Actions Simplifiées (SAS) de 1 million d euros de capital social dont

Plus en détail

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise?

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Les décideurs ont beaucoup à gagner de l intégration des données de gestion externes et internes, afin d assurer la disponibilité des informations

Plus en détail

Evaluation des marques

Evaluation des marques Evaluation des marques GUY JACQUOT / CNEJFD SEBASTIEN SANCHO / CNCC THIERRY VILLOTTE / GUY DEGRENNE (Président) Date Titre de la présentation 1 Sommaire La notion de marque Contextes d évaluation des marques

Plus en détail

Qu attendent les sociétés de conseil et les banques d affaires (M&A) des Experts Comptables? M. Matthieu Cassone

Qu attendent les sociétés de conseil et les banques d affaires (M&A) des Experts Comptables? M. Matthieu Cassone Qu attendent les sociétés de conseil et les banques d affaires M. Matthieu Cassone I. Tour d horizon i. Une Boutique M&A c est quoi? a. Des Experts en quoi? b. Quel est leur modèle économique? II. Méthodologie

Plus en détail

L ANALYSE COUT-EFFICACITE

L ANALYSE COUT-EFFICACITE L ANALYSE COUT-EFFICACITE 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? L analyse coût-efficacité est un outil d aide à la décision. Il a pour but d identifier la voie la plus efficace, du point de vue

Plus en détail

Liste usuelle des conseillers Les buts de cet outil sont de : Instructions :

Liste usuelle des conseillers Les buts de cet outil sont de : Instructions : Outil Liste usuelle des conseillers L outil Liste usuelle des conseillers vous aidera à faire du transfert de votre entreprise un projet collectif et favorisera le travail d équipe entre vos différents

Plus en détail

Techniques des prévisions de ventes

Techniques des prévisions de ventes Techniques des prévisions de ventes Introduction Les techniques des prévisions de ventes servent à : Anticiper, à éviter les risques et à maitriser au mieux l avenir dans un contexte concurrentiel. PLAN

Plus en détail

cartographie des parties prenantes Orange France Alain Liberge Directeur Environnement et Responsabilité sociale jeudi 24 novembre 2011

cartographie des parties prenantes Orange France Alain Liberge Directeur Environnement et Responsabilité sociale jeudi 24 novembre 2011 cartographie des parties prenantes Orange France Alain Liberge Directeur Environnement et Responsabilité sociale jeudi 24 novembre 2011 ordre du jour 1 - vision locale vs. vision globale 2 - historique

Plus en détail

COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE

COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE Fiche technique réglementaire Version du 18 juillet 2008 COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE 1. DEFINITION La comptabilité peut être définie comme une technique normalisée d enregistrement des flux (achats

Plus en détail

LOI N 2010-658 DU 15 JUIN 2010 RELATIVE A

LOI N 2010-658 DU 15 JUIN 2010 RELATIVE A 5 juillet 2010 Service Juridique LOI N 2010-658 DU 15 JUIN 2010 RELATIVE A L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITEE (E.I.R.L.) (J.O. du 16 juin) Présentée comme une réforme fondamentale pour

Plus en détail

Labels, certifications

Labels, certifications Labels, certifications..... Interet pour l ameublement..... Labels, certifications..... sommaire..... introduction L intervenant definitions Termes utiles exemples Cas concrets A retenir Points importants

Plus en détail

Questions de révision Gestion de projet Janvier- février 2010

Questions de révision Gestion de projet Janvier- février 2010 CHAPITRE 1 1. Quel est le rôle du promoteur? Le promoteur est celui qui veut que le projet se réalise. C est lui qui conçoit l idée et qui détermine les paramètres clés du projet. Il doit aussi déterminer

Plus en détail

Exercice 5 sur les immobilisations incorporelles, frais de recherche et de développement, logiciels

Exercice 5 sur les immobilisations incorporelles, frais de recherche et de développement, logiciels Exercice 5 sur les immobilisations, frais de recherche et de développement, logiciels Enoncé La société Liouth est une société de fabrication de logiciels de type ERP (Enterprise resource planning) spécialisée

Plus en détail

2. Droit des sociétés

2. Droit des sociétés 2. Droit des sociétés Calendrier 2014 2.1 Acquisitions de sociétés ou de fonds de commerce 2.2 La vie juridique des sociétés 2.3 La motivation des salariés et des dirigeants 2.4 Les pactes 2.5 Les sociétés

Plus en détail

Sfev. Matinales de la SFEV. Bsar, stock options, management package les modèles d évaluation d options dans la pratique

Sfev. Matinales de la SFEV. Bsar, stock options, management package les modèles d évaluation d options dans la pratique Sfev Matinales de la SFEV Bsar, stock options, management package les modèles d évaluation d options dans la pratique Thomas Bouvet, Directeur Général délégué d Europe Offering Frédéric Dubuisson, Director

Plus en détail

L Entrepreneur Individuel (E.I.R.L)

L Entrepreneur Individuel (E.I.R.L) L Entrepreneur Individuel à Responsabilité Limitée (E.I.R.L) L EIRL Définition L EIRL : Pourquoi? Comment? Mise en garde Formalités Coûts des formalités Régime fiscal Définition Régime social Avantages

Plus en détail

LE FINANCEMENT D UN PROJET DE BIOMASSE : L ANALYSE DU BANQUIER

LE FINANCEMENT D UN PROJET DE BIOMASSE : L ANALYSE DU BANQUIER LE FINANCEMENT D UN PROJET DE BIOMASSE : L ANALYSE DU BANQUIER Colloque AQPER 2013 GÉRARD MOUNIER Directeur principal, Énergie et infrastructures Secteur Commercial 28 février 2013 SOMMAIRE La Banque Laurentienne

Plus en détail

[LE BUSINESS PLAN] Chambre de Commerce et d industrie de Lyon. Novacité

[LE BUSINESS PLAN] Chambre de Commerce et d industrie de Lyon. Novacité Chambre de Commerce et d industrie de Lyon Novacité [LE BUSINESS PLAN] Le Centre Européen d'entreprise et d'innovation Novacité (CEEI Novacité) est une structure animée par la Chambre de Commerce et d'industrie

Plus en détail

MESURE DE LA PERFORMANCE DE L ENTREPRISE. www.parlonsentreprise.com

MESURE DE LA PERFORMANCE DE L ENTREPRISE. www.parlonsentreprise.com MESURE DE LA PERFORMANCE DE L ENTREPRISE www.parlonsentreprise.com Objectifs de l atelier Prendre conscience des besoins des clients Apporter un service supplementaire utile a nos clients Presenter une

Plus en détail

Canon Business Services. Gestion des impressions

Canon Business Services. Gestion des impressions Canon Business Services Gestion des impressions 2 Gestion des impressions Aperçu du marché Le saviez-vous? Selon une étude IDC réalisée en 2012, la dépense globale en marketing et communication ne progressera

Plus en détail

Notions de marketing en restauration. Présentées par Katia Velayos et Jocelyn Grivaud

Notions de marketing en restauration. Présentées par Katia Velayos et Jocelyn Grivaud Notions de marketing en restauration Présentées par Katia Velayos et Jocelyn Grivaud Introduction Formation sur le marketing appliqué aux futurs métiers de nos élèves. L objectif est de vous aider dans

Plus en détail

Cours Magistral de Comptabilité de gestion ( Analytique) L3 Economie Gestion. Année Universitaire: 2011-2012. L3 Economie et gestion

Cours Magistral de Comptabilité de gestion ( Analytique) L3 Economie Gestion. Année Universitaire: 2011-2012. L3 Economie et gestion Cours Magistral de Comptabilité de gestion ( Analytique) L3 Economie Gestion Année Universitaire: 2011-2012 L3 Economie et gestion 1 SEANCE 1 Introduction : Comptabilité de gestion : historique, définitions

Plus en détail

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce Année Universitaire 2003 / 2004 Auditoire : Troisième Année Etudes Supérieures Commerciales & Sciences Comptables DECISIONS FINANCIERES Note de cours N 2

Plus en détail

La marque : clé du succès de la stratégie commerciale dans un marché global

La marque : clé du succès de la stratégie commerciale dans un marché global La marque : clé du succès de la stratégie commerciale dans un marché global Historique Les marques existent depuis les premiers échanges commerciaux et servaient essentiellement à authentifier l origine

Plus en détail

Votre entreprise a des trésors? Protégez-les!

Votre entreprise a des trésors? Protégez-les! Votre entreprise a des trésors? Protégez-les! Frédéric SALAGNAT, notaire Nathalie SPELTZ, avocat spécialisé PI-TIC Gérard MYON, conseil en propriété industrielle, LAVOIX PLAN Pourquoi la propriété industrielle?

Plus en détail

Comptabilité et gestion Sujet n 3

Comptabilité et gestion Sujet n 3 Comptabilité et gestion Sujet n 3 CAS FERRALSA Ce cas est constitué de deux dossiers indépendants à traiter obligatoirement PREMIER DOSSIER Ce dossier comporte une annexe La société FERRALSA a pour activité

Plus en détail

Conseil Supérieur de l Ordre des Experts-Comptables

Conseil Supérieur de l Ordre des Experts-Comptables Convention de partenariat avec le Conseil Supérieur de l Ordre des Experts-Comptables Le 20 juin dernier, Agnès Bricard, présidente du Conseil Supérieur de l Ordre des Experts-Comptables (CSOEC) et Olivier

Plus en détail

L'étape de planification de votre projet technologique

L'étape de planification de votre projet technologique L'étape de planification de votre projet technologique Résumé : Pour gérer l ensemble des contraintes de votre projet - humaines, matérielles, temporelles et surtout financières et accroître ses chances

Plus en détail

Le nom de mon entreprise : comment le protéger? Dénomination sociale Nom commercial Enseigne

Le nom de mon entreprise : comment le protéger? Dénomination sociale Nom commercial Enseigne Le nom de mon entreprise : comment le protéger? Dénomination sociale Nom commercial Enseigne LE NOM DE MON ENTREPRISE : COMMENT LE PROTEGER? 1. S'IL S'AGIT D'UNE DENOMINATION SOCIALE... 4 1.1 - QUELLE

Plus en détail

Le Conseil canadien des consultants en immigration du Canada États financiers Pour la période du 18 février 2011 (date de création) au 30 juin 2011

Le Conseil canadien des consultants en immigration du Canada États financiers Pour la période du 18 février 2011 (date de création) au 30 juin 2011 Le Conseil canadien des consultants États financiers Pour la période du 18 février 2011 (date de création) au 30 juin 2011 Contenu Rapport d un vérificateur indépendant 2 États financiers Bilan 3 État

Plus en détail

Présentation de la solution SAP SAP Technology SAP Afaria. La mobilité d entreprise comme vecteur d avantage concurrentiel

Présentation de la solution SAP SAP Technology SAP Afaria. La mobilité d entreprise comme vecteur d avantage concurrentiel Présentation de la solution SAP SAP Technology SAP Afaria La mobilité d entreprise comme vecteur d avantage concurrentiel des périphériques et des applications des périphériques et des applications La

Plus en détail

Cours CCNA 1. Exercices

Cours CCNA 1. Exercices Cours CCNA 1 TD1 Exercices Exercice 1 : Décrivez les facteurs internes qui ont un impact sur les communications réseau. Les facteurs internes ayant un impact sur les communications sont liés à la nature

Plus en détail

Comment protéger vos idées?

Comment protéger vos idées? Eidgenössisches Institut für Geistiges Eigentum Institut Fédéral de la Propriété Intellectuelle Istituto Federale della Proprietà Intellettuale Swiss Federal Institute of Intellectual Property Comment

Plus en détail

contrats en cours. 3 Les résultats présentés dans le présent rapport tiennent compte du chiffre d affaires des organismes sur le

contrats en cours. 3 Les résultats présentés dans le présent rapport tiennent compte du chiffre d affaires des organismes sur le Améliorer la lisibilité des contrats d assurance complémentaire santé : Engagements pris, engagements tenus! Première évaluation du dispositif instauré par les Fédérations membres de l UNOCAM 5 mars 2012

Plus en détail

Chapitre V La mise en œuvre des stratégies

Chapitre V La mise en œuvre des stratégies Chapitre V La mise en œuvre des stratégies 1 Les forces dynamiques dans l évolution de l entreprise Base Base de de l l avantage concurrentiel dans dans l industrie Action stratégique Environnement de

Plus en détail

Stratégie d entreprise, politique immobilière et création de valeur : les cas Casino, Carrefour et Accor en France

Stratégie d entreprise, politique immobilière et création de valeur : les cas Casino, Carrefour et Accor en France Les nouveaux enjeux et défis du marché immobilier Chaire Ivanhoé Cambridge ESG UQÀM Stratégie d entreprise, politique immobilière et création de valeur : les cas Casino, Carrefour et Accor en France 1

Plus en détail

BDF Avocats AARPI Inter-Barreaux Nancy et Lyon

BDF Avocats AARPI Inter-Barreaux Nancy et Lyon Lettre d actualité en droit de la santé, droit de l entreprise médicale et sciences du vivant. Avril 2014 lettre n 1 Médecins / Cliniques Contrats d exercice libéral - Les nouveaux développements du contentieux

Plus en détail

Négociation et contractualisation de licences. Pauline Corbière -Juriste Propriété Intellectuelle et Contrats

Négociation et contractualisation de licences. Pauline Corbière -Juriste Propriété Intellectuelle et Contrats Négociation et contractualisation de licences Pauline Corbière -Juriste Propriété Intellectuelle et Contrats Définition Le contrat de licence est un contrat par lequel le titulaire d un droit de propriété

Plus en détail

Phase 3 : Les solutions adéquates à votre démarche entrepreneuriale

Phase 3 : Les solutions adéquates à votre démarche entrepreneuriale Phase 3 : Les solutions adéquates à votre démarche entrepreneuriale Une fois que vous avez défini les besoins de votre clientèle, il faut que vous sachiez répondre aux solutions convaincantes en adéquation

Plus en détail

Agriculteurs, comptez sur votre expert-comptable

Agriculteurs, comptez sur votre expert-comptable Agriculteurs, comptez sur votre Analyser un prix de revient, établir un budget, un plan de financement permet d aider au choix et à la mise en place d un statut social, juridique, de conseiller sur le

Plus en détail

Harmonisation des règles comptables

Harmonisation des règles comptables CONTEXTE À compter de l année 2007, l ensemble des municipalités appliqueront les principes comptables généralement reconnus (PCGR) recommandés par le conseil sur la comptabilité du secteur public (CCSP)

Plus en détail

Parcours développement stratégique commercial

Parcours développement stratégique commercial P01 Parcours professionnalisant de formation Parcours développement stratégique commercial Partenaires : Avec le soutien de : P02 Parcours professionnalisant de formation INTERVENANTS Sophie DESCHAMPS

Plus en détail

La marque pour les PME: Stratégie, protection, valorisation. Petit Déjeuner Promotion Economique 26.09.2014 FER, Genève

La marque pour les PME: Stratégie, protection, valorisation. Petit Déjeuner Promotion Economique 26.09.2014 FER, Genève La marque pour les PME: Stratégie, protection, valorisation Petit Déjeuner Promotion Economique 26.09.2014 FER, Genève Qui sommes-nous? Chantal Koller - Directrice Juriste (lic. jur. Université de Genève)

Plus en détail

MODE ET PROPRIETE INTELLECTUELLE

MODE ET PROPRIETE INTELLECTUELLE MODE ET PROPRIETE INTELLECTUELLE Emmanuel Gougé Avocat au Barreau de Paris Solicitor in England and Wales emmanuel.gouge@eg-avocats.com Cabinet EGAvocats 174, Boulevard Malesherbes 75017 Paris Tél: 01

Plus en détail

L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITE E.I.R.L. UN NOUVEAU STATUT JURIDIQUE ET FISCAL

L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITE E.I.R.L. UN NOUVEAU STATUT JURIDIQUE ET FISCAL L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITE E.I.R.L. UN NOUVEAU STATUT JURIDIQUE ET FISCAL 1. POURQUOI? Ce nouveau statut vient répondre à la principale préoccupation des entrepreneurs en nom propre

Plus en détail

La Franchise. Filière Franchise & Réseaux

La Franchise. Filière Franchise & Réseaux La Franchise Filière Franchise & Réseaux 2015 La Franchise et ses principes «La Franchise est un mode de collaboration entre deux entreprises juridiquement et financièrement indépendantes (Franchiseur

Plus en détail

Profil de l entreprise

Profil de l entreprise Profil de l entreprise Caron, Trépanier & associés inc., firme d experts comptables ayant sa place d affaires à Sherbrooke depuis plus de 25 ans, a pour mission : D offrir à sa clientèle, composée de petites

Plus en détail

L école éloignée en réseau. Organisation pour les commissions scolaires Des conditions pour faciliter le changement. Au plan administratif

L école éloignée en réseau. Organisation pour les commissions scolaires Des conditions pour faciliter le changement. Au plan administratif L école éloignée en réseau Organisation pour les commissions scolaires Des conditions pour faciliter le changement Au plan administratif La gestion et l organisation d un projet ÉÉR dans une commission

Plus en détail

DOSSIER VEILLE. SOURCES - Bonne pratique en matière d intelligence économique. Lucie NAAOUTCHOUE Janvier 2015

DOSSIER VEILLE. SOURCES - Bonne pratique en matière d intelligence économique. Lucie NAAOUTCHOUE Janvier 2015 DOSSIER VEILLE SOURCES - Bonne pratique en matière d intelligence économique - Introduction à la veille - Guide du routard Lucie NAAOUTCHOUE Janvier 2015 SOMMAIRE I - Définition et objectifs de la «veille»

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

Moyen terme 2014-2018

Moyen terme 2014-2018 Moyen terme 2014-2018 ATTENTES DES UTILISATEURS POUR LA PERIODE 2014-2018 Selon les entretiens réalisés par le Cnis au 2 è semestre 2012 COMMISSION «SYSTEME FINANCIER ET FINANCEMENT DE L ECONOMIE» POUR

Plus en détail

Gestion du risque d entreprise : solutions pratiques. Anne M. Marchetti

Gestion du risque d entreprise : solutions pratiques. Anne M. Marchetti Gestion du risque d entreprise : solutions pratiques Anne M. Marchetti Programme Aperçu général de la gestion des risques, de l évaluation des risques et du contrôle interne Contexte actuel Contrôle interne

Plus en détail

La Franchise en Corner La Franchise en Shop in Shop. Filière Franchise & Réseaux

La Franchise en Corner La Franchise en Shop in Shop. Filière Franchise & Réseaux La Franchise en Corner La Franchise en Shop in Shop Filière Franchise & Réseaux 2015 La Franchise en Corner et en Shop in Shop La Franchise en Corner ou Shop in Shop : C est l installation d un espace

Plus en détail

Cahier des Charges / formation «Mieux vendre avec le Plan d'actions Commerciales»

Cahier des Charges / formation «Mieux vendre avec le Plan d'actions Commerciales» Cahier des Charges / formation «Mieux vendre avec le Plan d'actions Commerciales» Entité : CARINNA (Agence pour la Recherche et l Innovation en Champagne- Ardenne) Contact : Franck MOREL Chargé d affaires

Plus en détail

Des experts à votre écoute pour mieux vous conseiller! SECOVAL Expertise & Conseils

Des experts à votre écoute pour mieux vous conseiller! SECOVAL Expertise & Conseils Des experts à votre écoute pour mieux vous conseiller! SECOVAL Expertise & Conseils Qui sommes-nous? Le cabinet SECOVAL Expertise & Conseils, fort d une expérience de plus de 35 ans sur Manosque et ses

Plus en détail

irigeants d associations

irigeants d associations esponsabilité personnelle des irigeants d associations Préservez votre patrimoine privé en cas de mise en cause de votre responsabilité personnelle Découvrez l'application iprev pour les TNS L assurance

Plus en détail

Norme internationale d information financière 6 Prospection et évaluation de ressources minérales

Norme internationale d information financière 6 Prospection et évaluation de ressources minérales Norme internationale d information financière 6 Prospection et évaluation de ressources minérales Objectif 1 L objectif de la présente norme est de préciser l information financière relative à la prospection

Plus en détail

S installer en Franchise. Mode d emploi

S installer en Franchise. Mode d emploi S installer en Franchise Mode d emploi Le principe de la franchise Le franchiseur Un concept franchisable qui s appuie sur 3 éléments de base : 1 / La propriété d une marque, d une enseigne, d une raison

Plus en détail

INTRODUCTION GENERALE AU MARKETING

INTRODUCTION GENERALE AU MARKETING INTRODUCTION GENERALE AU MARKETING 1. La notion de marché 2. La définition du Marketing et du Marketing - Mix 3. Les fonctions de l entreprise 4. La stratégie push ( fonction de production ) 5. La stratégie

Plus en détail

CONTRAT DE LICENCE DE REUTILISATION DES INFORMATIONS PUBLIQUES MONTPELLIER AGGLOMERATION EN ACCES LIBRE

CONTRAT DE LICENCE DE REUTILISATION DES INFORMATIONS PUBLIQUES MONTPELLIER AGGLOMERATION EN ACCES LIBRE CONTRAT DE LICENCE DE REUTILISATION DES INFORMATIONS PUBLIQUES MONTPELLIER AGGLOMERATION EN ACCES LIBRE Pour favoriser la création de nouveaux produits et services et contribuer au développement économique,

Plus en détail

DU Stratégie juridique et fiscale de l entreprise innovante Année universitaire 2015-2016 (96 Heures)

DU Stratégie juridique et fiscale de l entreprise innovante Année universitaire 2015-2016 (96 Heures) Membre de l équipe pédagogique* - Dominique Adenot, avocat-associé, Labonne & associés - Dominique Andrieux, Directeur juridique, Groupe Limagrain - Frédéric Bony, Collaborateur, Etude de Maître Vincent

Plus en détail

- Décret n 2010-1706 du 29 décembre 2010 relatif à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée

- Décret n 2010-1706 du 29 décembre 2010 relatif à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée La loi n 2010-658 du 15 juin 2010 relative à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée (EIRL) : l essentiel à retenir pour procéder au dépôt de la déclaration d affectation du patrimoine auprès

Plus en détail

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises modifié par les règlements n 92 04 du 17 juillet 1992, n 95-04 du 21 juillet 1995,

Plus en détail

Vos interlocuteurs. Edelsen propose d accompagner ses clients sur le chemin de la réussite.

Vos interlocuteurs. Edelsen propose d accompagner ses clients sur le chemin de la réussite. Edelsen propose d accompagner ses clients sur le chemin de la réussite. Les fondateurs d Edelsen ont mis leur expérience au service d une nouvelle conception du rôle de l expert-comptable. Au-delà des

Plus en détail

Propriété intellectuelle démarches de protection

Propriété intellectuelle démarches de protection Propriété intellectuelle démarches de protection Stéphane TALIANA / Caroline CHAUBARD CCI LANGUEDOC-ROUSSILLON s.taliana@languedoc-roussillon.cci.fr Tél. : 04 67 13 68 39 Vanessa RIBERTY Déléguée territoriale

Plus en détail

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks CANEGE Leçon 12 Le tableau de bord de la gestion des stocks Objectif : A l'issue de la leçon l'étudiant doit être capable de : s initier au suivi et au contrôle de la réalisation des objectifs fixés au

Plus en détail

L évaluation des marques

L évaluation des marques Maurice Nussenbaum Expert Judiciaire agréé par la Cour de Cassation, professeur à l Université Paris IX Dauphine, Président de Sorgem Evaluation L évaluation des marques Guy Jacquot Expert Judiciaire pré

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE RÉUNION D INFORMATION SUR LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE EN MATIÈRE DE BASES DE DONNÉES

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE RÉUNION D INFORMATION SUR LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE EN MATIÈRE DE BASES DE DONNÉES OMPI DB/IM/7 ORIGINAL : anglais DATE : 18 novembre 1997 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE RÉUNION D INFORMATION SUR LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE EN MATIÈRE DE BASES DE DONNÉES

Plus en détail

Management des organisations et stratégies Dossier n 10 Veille et intelligence économique

Management des organisations et stratégies Dossier n 10 Veille et intelligence économique Management des organisations et stratégies Dossier n 10 Veille et intelligence économique.i. Les enjeux et domaines de la veille.ii. La mise en place d un processus de veille.iii. Illustration d une démarche

Plus en détail

La négociation d'un contrat de licence avec un grand acteur: comment se protéger? Ivan Cherpillod, Prof. UniL, avocat, BMP Associés

La négociation d'un contrat de licence avec un grand acteur: comment se protéger? Ivan Cherpillod, Prof. UniL, avocat, BMP Associés La négociation d'un contrat de licence avec un grand acteur: comment se protéger? Ivan Cherpillod, Prof. UniL, avocat, BMP Associés Pas de recette miracle Ni de baguette magique Le «grand acteur» Est solide

Plus en détail

des marques 4 L évaluation financière LA NOTION DE MARQUE

des marques 4 L évaluation financière LA NOTION DE MARQUE 4 L évaluation financière des marques Guy Jacquot, Compagnie nationale des experts judiciaires en finance et diagnostic (CNEJFD) Sébastien Sancho, Compagnie nationale des commissaires aux comptes (CNCC)

Plus en détail

Outil d évaluation de la FC pour les CIM MD

Outil d évaluation de la FC pour les CIM MD Façon d utiliser le présent document Cet outil est fourni pour aider les candidats aspirant au titre de (CIM MD ) à évaluer la pertinence de leurs activités de formation continue en ce qui a trait aux

Plus en détail

CRITERES DE QUALITE PRIORITAIRES

CRITERES DE QUALITE PRIORITAIRES L étude de marché Toute démarche de création d entreprise nécessite de vérifier qu il y a bien un marché potentiel donc suffisamment de travail pour l entreprise. Il est évident que vos chances de survie

Plus en détail

DIAGNOSTIC EXPORT. Mode d emploi. 17 février 2011

DIAGNOSTIC EXPORT. Mode d emploi. 17 février 2011 DIAGNOSTIC EXPORT Mode d emploi 17 février 2011 I.Introduction 1. 1. Les avantages de l export 2. 2. Les défis de l export 3. 3. Qu est ce qu un «Diagnostic Export»? II. Analyse de l entreprise 1. 1. Une

Plus en détail

Bertrand Siffert LLM, Titulaire du brevet d'avocat Conseil en Propriété Intellectuelle

Bertrand Siffert LLM, Titulaire du brevet d'avocat Conseil en Propriété Intellectuelle Aperçu des questions liées au droit des marques au droit d'auteur et aux noms de domaine LLM, Titulaire du brevet d'avocat Conseil en Propriété Intellectuelle 28 - Petit Déjeuner des PME et des Start-up

Plus en détail

Entreprendre en franchise

Entreprendre en franchise Imprimé avec des encres végétales sur du papier PEFC par une imprimerie détentrice de la marque Imprim vert, label qui garantit la gestion des déchets dangereux dans les filières agréées. La certification

Plus en détail

Le contrat de management

Le contrat de management Le contrat de management Check-list pour la négociation d un contrat de management AVERTISSEMENT : Nos check-lists ont pour but de vous aider à formuler certaines questions à se poser lorsque vous négociez

Plus en détail

SERVICE PROPRIETE INTELLECTUELLE

SERVICE PROPRIETE INTELLECTUELLE SERVICE PROPRIETE INTELLECTUELLE ÉTUDIER - CRÉER PROTÉGER - MONÉTISER é PNO Consultants sas 7 rue Rouget de L Isle 75001 Paris 01.44.77.91.00 france@pnoconsultants.com Introduction Qui est PNO? Créé en

Plus en détail

Gespx (Logiciel de gestion commerciale) Version 4. Propriété & Usage

Gespx (Logiciel de gestion commerciale) Version 4. Propriété & Usage Gespx (Logiciel de gestion commerciale) Version 4 Propriété & Usage Tout usage, représentation ou reproduction intégral ou partiel, fait sans le consentement de Im@gin Micro est illicite (Loi du 11 Mars

Plus en détail