La stratégie de la marque dans la stratégie de l entreprise : de la création à la transmission. Jeudi 5 février 2015 de 11h30 à 13h00

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La stratégie de la marque dans la stratégie de l entreprise : de la création à la transmission. Jeudi 5 février 2015 de 11h30 à 13h00"

Transcription

1 La stratégie de la marque dans la stratégie de l entreprise : de la création à la transmission Jeudi 5 février 2015 de 11h30 à 13h00

2 Intervenants Marie-Claire BERSON Expert-comptable, Commissaire aux comptes, Présidente du comité Evaluation du Conseil Supérieur de l Ordre des Experts-Comptables (CSOEC) Frédéric LECOMTE Avocat associé du cabinet STEHLIN & ASSOCIES Antoine LEGOUX Expert-comptable, Commissaire aux comptes, Membre du comité Evaluation du Conseil Supérieur de l Ordre des Experts-Comptables (CSOEC) Géraldine MICHEL Professeur de Marketing à l IAE de Paris Directeur de la chaire Marques & Valeurs 2

3 Témoin Michel de ROVIRA Directeur Général de la Société Michel et Augustin 3

4 NAISSANCE, CROISSANCE ET TRANSMISSION D UNE MARQUE : LE ROLE DES VALEURS Par Géraldine MICHEL, Professeur de Marketing à l IAE de Paris et Directeur de la chaire Marques & Valeurs

5 Une marque au-delà d un nom et d un logo Attachement Engagement Amour Identification Expérience 5

6 Une marque existe quand elle porte des valeurs, du sens

7 POURQUOI SURTOUT LES ENTREPRENEURS DOIVENT-ILS CRÉER UNE MARQUE?

8 Elle crée de la valeur pour les collaborateurs elle permet de dépasser l histoire personnelle de l entrepreneur pour mieux s en inspirer elle permet de fédérer, d entraîner, de guider, d unifier une marque c est l âme de l entreprise

9 POURQUOI développer UNE MARQUE?

10 Elle crée de la valeur pour les consommateurs

11 Ce n est pas parce qu on est petit qu on ne doit pas signer ce que l on fait, au contraire

12 De «FCI Microconnexions» à Linxens Leader mondial dans la conception et la fabrication de connecteurs pour cartes à puce

13 COMMENT?

14 Penser son identité de marque EMBLEMES SYMBOLES PERSONNALITE IDEOLOGIE

15 Penser à son EMBLEME

16 Penser à ses SYMBOLES

17 Penser à sa PERSONNALITE

18 Penser à son IDEOLOGIE

19 Penser le noyau central de la marque, pour mieux connaître son territoire d expression Noyau Système périphérique

20 Image de la marque Enfant Confiture Compote Bonne humeur Jus de fruits Fruit Variété des parfums Plaisir Naturel Vitamine Pratique Famille

21 Image de la marque Simple Plaisir Tissu vichy rouge Dessert Lié à l enfance Fait maison Qualité Biscuits Mousse au chocolat Confiture

22 Une démarche accessible En termes de budgets, de ressources Mais besoin de temps 22

23 LA MARQUE STRATEGIE ET PROTECTION Les bons réflexes à adopter pour protéger efficacement un actif devenu essentiel Par Frédéric LECOMTE, Avocat associé du cabinet STEHLIN & ASSOCIES

24 Thèmes abordés Un constat : la marque est devenu un actif stratégique des entreprises. Une conséquence : il faut désormais adopter une stratégie raisonnée d exploitation et de protection, et acquérir les bons réflexes à chaque étape de la vie de la marque : La marque, un actif stratégique les raisons du succès les racines de la convoitise Définition d une marque Bref rappel Qui, quand, comment? Les questions incontournables à se poser avant le dépôt Vie de la marque nécessité d en faire un usage effectif, investir, octroyer des licences Faire face au risque d usages illicites ou non-désirés de la marque 24

25 LA MARQUE, UN ACTIF STRATEGIQUE Les raisons du succès Les racines de la convoitise

26 LA MARQUE, UN ACTIF STRATEGIQUE La marque constitue l un des premiers leviers de l action commerciale des entreprises Elle est à la fois l identité, l image de l entreprise et de ses produits Elle donne une visibilité à l entreprise La perception de la marque a muté La globalisation des marchés, la prise en compte d un contexte de compétition intense et l usage massif des technologies numériques ont rendu les entreprises plus visibles et donc plus vulnérables Cette nouvelle perception a imposé aux entreprises la nécessaire élaboration de «stratégies de marques» La marque est ainsi devenue un actif d importance stratégique Mais il n en a pas toujours été ainsi 26

27 LA MARQUE, UN ACTIF STRATEGIQUE Il y a 30 ans La visibilité et la zone d influence d une marque étaient souvent limitées à un marché régional ou national Seules quelques marques notoires jouissaient réellement d une visibilité à l échelle mondiale La protection de la marque ne s imposait donc pas comme un enjeu stratégique à la différence des brevets qui, gages d innovation, étaient alors les actifs les plus valorisés Ce constat n est plus vrai La marque est désormais un actif essentiel au même titre que les autres actifs immatériels. La marque peut désormais, à elle seule, incarner l innovation 27

28 DEFINITION D UNE MARQUE Bref rappel

29 DEFINITION D UNE MARQUE Une marque renferme deux composantes principales qui permettent de la définir D une part, la marque est un signe distinctif (verbal, visuel, sonore) qui permet de garantir l origine d un produit ou d un service et donc d identifier le producteur ou le fournisseur du service D autre part, la marque constitue un droit d usage monopolistique renouvelable indéfiniment, sur un territoire défini, pour désigner des biens ou services limitativement énumérés Une marque permet donc de protéger, sur un territoire déterminé, un signe distinctif qui désigne des biens ou services 29

30 QUI, QUAND, COMMENT? Les questions incontournables avant le dépôt

31 QUI? QUAND? Qui doit déposer une marque? Le dépôt doit se faire au nom de l entreprise pour des raisons évidentes de protection et de valorisation Dans la mesure du possible il faut éviter : de déposer la marque en son nom sous prétexte que la société n est pas constituée, de déposer la marque en indivision avec un ami, un conjoint, un partenaire, La question de la création d une structure dédiée à la détention des marques peut parfois se poser Quand déposer? Une demande de dépôt de marque est possible à tout moment En pratique il faudra déposer sa demande de marque dès le début de l exploitation ou juste avant. On évitera de le faire trop en amont pour éviter un risque potentiel de révélation ou pour éviter une déchéance 31

32 COMMENT? Choisir un signe disponible Vérifier la disponibilité d une marque ne constitue pas une obligation légale, mais ne pas le faire demeure risqué Il faut donc vérifier si le signe envisagé est susceptible d être confondu avec une marque ou un nom protégé existant Si la marque envisagée n est pas disponible, elle pourra être contestée à tout moment par les bénéficiaires d une antériorité Choisir un signe valable en tant que marque Le signe peut être verbal (mots, slogans), graphique (logos, couleurs, formes), une combinaison des deux, en 3D ou éventuellement sonore Le signe est librement choisi sous réserve de : ne pas comporter de mots trompeurs, élogieux ou décrivant uniquement les produits ou services ne pas être contraire à l ordre public, ni comporter des signes publics ou protégés, noms d AOC ou AOP, etc 32

33 COMMENT? Choisir les classes de produits ou services désignés dans l enregistrement La marque doit désigner effectivement des produits ou services qui sont ou seront offerts sur le marché. Une seule classe peut suffire et dans la plupart des cas un dépôt ne dépasse pas 5-6 classes En pratique: lors du dépôt, attention à ne pas commettre l erreur classique consistant à désigner souvent à tort, les services de «publicité» ou encore de «communication sur les réseaux». Ces classes ne doivent être utilisées que lorsque la marque désigne de tels services de publicité ou de communication (SFR, Havas, etc.) Choisir les territoires pertinents Il ne sert à rien de déposer systématiquement une marque sur des territoires qui ne sont pas ciblés par la société, Cela est coûteux et inutile En revanche, dès qu un marché étranger est envisagé, le dépôt de la marque sur ce marché s impose (marque internationale ou communautaire) 33

34 COMMENT? La question de la dénomination d une société La dénomination sociale, le nom commercial ou l enseigne sont protégés dès l immatriculation de la société au RCS. Un tiers ne pourra alors pas les déposer en tant que marque La société titulaire de ces noms envisagera leur dépôt en tant que marque si ces termes ont vocation à désigner les produits et services de la société Les noms de domaine L enregistrement des noms de domaine ne relève pas du droit des marques Il faut donc toujours penser à enregistrer les noms de domaine en parallèle de la marque Les conflits sont nombreux et l existence d un nom de domaine détenu par un tiers peut constituer un obstacle au dépôt d une marque Si vous possédez une marque mais pas le nom de domaine, il est possible de récupérer un nom de domaine s il n est pas exploité effectivement ou si le titulaire du domaine n agit que pour nuire 34

35 VIE DE LA MARQUE Nécessité d en faire un usage effectif, Possibilité de la céder, octroyer des licences

36 VIE DE LA MARQUE Le titulaire de la marque est en principe, le seul à pouvoir exploiter sa marque Il doit en faire un usage effectif s il ne souhaite pas prendre le risque d être déchu de sa marque Si la marque n'a pas été exploitée dans les 5 années qui ont suivi son enregistrement ou si son exploitation a été abandonnée depuis plus de 5 ans, les tribunaux peuvent prononcer sa déchéance totale ou partielle. Le titulaire peut aussi autoriser une ou plusieurs autres personnes à l exploiter. Plusieurs contrats sont possibles, parmi lesquels : La licence d'exploitation La Franchise Le titulaire peut également céder toute ou partie de sa marque 36

37 FAIRE FACE AUX USAGES ILLICITES

38 FAIRE FACE AUX USAGES ILLICITES La vigilance C est au titulaire de la marque de s assurer (ce peut être au travers de son réseau de licenciés ou franchisés) qu aucune personne nonautorisée ne porte atteinte, dans la vie des affaires, à l usage de sa marque dans le périmètre pour laquelle elle est protégée Les bonnes pratiques en amont consistent à suivre les utilisations de la marque par la mise en œuvre d opérations de veille, notamment sur internet (voir notamment la question des mot clé infra) La réaction Laisser faire pour diffuser sa marque à tout prix, ou bien Attaquer systématiquement les usages illicites Éviter les stratégies médianes Constituer les preuves préalablement à toute réaction précontentieuse ou contentieuse 38

39 FAIRE FACE AUX USAGES ILLICITES A retenir L usage de la marque par un tiers n est pas invariablement illicite. Certains usages ne peuvent pas être interdits. L interdiction n est possible que lorsqu il y a un «usage dans la vie des affaires». Hors de la vie des affaires, l usage d une marque peut être licite. L usage d une marque par un concurrent en tant que mot clé est possible. Les problèmes posés par l utilisation de mots clés comme le système Adwords sont subtiles et complexes. La CJUE suivie par la Cour de cassation ont cependant posé comme principe que l utilisation d une marque par un concurrent, en tant que mot-clé pour des annonces type «Adwords» est possible à la condition que son utilisation soit loyale et que l annonce ne crée donc pas de risque de confusion : entre l annonceur et le titulaire de la marque, ou sur l origine des produits commercialisés par les deux sociétés 39

40 EVALUATION DES MARQUES Par Antoine LEGOUX, Expert-comptable, Commissaire aux comptes, Membre du comité Evaluation du Conseil Supérieur de l Ordre des Experts-Comptables (CSOEC)

41 EVALUATION DES MARQUES Le capital immatériel constitue une part importante des actifs de la société mais également de la valeur d une entreprise Au cours des dernières années, les entreprises ont pris conscience de façon accrue de la nécessité d une gestion stratégique de leur portefeuille de marques Mais comme tout actif incorporel, il y a des particularités comptables au niveau de sa comptabilisation et elle est difficile à évaluer 41

42 EVALUATION DES MARQUES COMPTABILISATION DE LA MARQUE VALORISATION DE LA MARQUE 42

43 COMPTABILISATION DE LA MARQUE Marques acquises Marques créées en interne 43

44 COMPTABILISATION DE LA MARQUE Marques acquises Elles sont à comptabiliser en immobilisations au compte 205 «Concessions et droits similaires, brevets, licences, marques». En effet, l entité est alors titulaire d un droit légal lui permettant de remplir les critères de comptabilisation d une immobilisation incorporelle. L élément, pour être comptabilisé à l actif, doit : Être identifiable Générer une ressource que le titulaire contrôle, c est-à-dire qu il est capable d obtenir les avantages économiques futurs découlant de la marque et de restreindre l accès des tiers à ces avantages 44

45 COMPTABILISATION DE LA MARQUE Marques créées en interne Leur comptabilisation à l actif est impossible En effet, les dépenses engagées pour créer une marque ne peuvent être distinguées de celles engagées pour développer l activité dans son ensemble : les critères de comptabilisation d une immobilisation incorporelle ne sont donc pas remplis. En cas de dépôt, comme en l absence de dépôt, tous les frais constitutifs du coût de production doivent être comptabilisés en charges : Les frais engagés avant le dépôt pour la création de la marque ainsi que les frais de recherche d antériorité. Par exemple : honoraires ou frais internes et externes de conception de logo ou de nom ; Les frais de dépôt de marque Les frais engagés postérieurement au dépôt de la marque : frais de défense et de surveillance, frais de renouvellement. 45

46 VALORISATION DE LA MARQUE L approche de valorisation par les revenus L approche de valorisation par le marché L approche de valorisation par les coûts 46

47 VALORISATION DE LA MARQUE L approche de valorisation par les revenus L approche par les revenus consiste à déterminer la valeur d un actif incorporel par une actualisation des flux de revenus attendus de son exploitation, après impôt, sur sa durée de vie estimée Cette approche nécessite d estimer les flux attendus de son exploitation, ainsi que les paramètres nécessaires à leur actualisation Les flux de revenus attribuables à un actif incorporel peuvent être estimés : Soit par référence aux redevances qui seraient perçues par son propriétaire s il était concédé ; Soit à partir du résultat opérationnel excédentaire, après déduction de la rémunération des autres actifs nécessaires à son exploitation ; Soit par comparaison avec les revenus qui seraient générés en l absence de cet actif 47

48 VALORISATION DE LA MARQUE L approche de valorisation par le marché L approche par le marché consiste à évaluer un actif incorporel par référence à des multiples de transactions intervenus sur des actifs comparables Sa mise en œuvre suppose d identifier des transactions pertinentes intervenues sur des marques en tant qu actifs et qui présentent des caractéristiques suffisamment similaires En pratique, de telles transactions sont extrêmement rares 48

49 VALORISATION DE LA MARQUE L approche de valorisation par les coûts L approche par les coûts consiste à estimer la valeur d un actif à partir des coûts qui ont été nécessaires à son développement (coûts historiques) ou des coûts qui seraient aujourd hui nécessaires pour développer un actif similaire (coûts de reconstitution) Il n existe pas toujours une corrélation entre le niveau des investissements nécessaires au développement de la marque et la valeur de cette dernière, d une part, et l estimation des coûts est un exercice particulièrement délicat d autre part Pour ces raisons, l approche par les coûts est rarement mise en œuvre 49

50 CONCLUSION SUR l EVALUATION DES MARQUES Chaque méthode d évaluation présente des limites intrinsèques et des difficultés de mise en œuvre, ce qui conduit l expert à formuler des hypothèses Par conséquent, pour une évaluation pertinente de la marque, il est préférable et ce dans la mesure du possible : De recourir à une pluralité de méthodes de valorisation De procéder à des tests de sensibilité par rapport aux principaux paramètres retenus 50

51 La stratégie de la marque dans la stratégie de l entreprise : de la création à la transmission Jeudi 5 février 2015 de 11h30 à 13h00

Evaluation des marques

Evaluation des marques Evaluation des marques GUY JACQUOT / CNEJFD SEBASTIEN SANCHO / CNCC THIERRY VILLOTTE / GUY DEGRENNE (Président) Date Titre de la présentation 1 Sommaire La notion de marque Contextes d évaluation des marques

Plus en détail

des marques 4 L évaluation financière LA NOTION DE MARQUE

des marques 4 L évaluation financière LA NOTION DE MARQUE 4 L évaluation financière des marques Guy Jacquot, Compagnie nationale des experts judiciaires en finance et diagnostic (CNEJFD) Sébastien Sancho, Compagnie nationale des commissaires aux comptes (CNCC)

Plus en détail

reuteler & cie SA Chemin de la Vuarpillière 29 CH-1260 Nyon Switzerland Tel +41 22 363 79 40 Fax +41 22 363 79 49 mail@reuteler.

reuteler & cie SA Chemin de la Vuarpillière 29 CH-1260 Nyon Switzerland Tel +41 22 363 79 40 Fax +41 22 363 79 49 mail@reuteler. La marque - FAQs Délivrée par l autorité compétente, la marque enregistrée est un signe distinctif protégé permettant à une entreprise de différencier ses produits ou ses services de ceux d autres entreprises.

Plus en détail

Ressources APIE. La comptabilisation des actifs immatériels : enjeux et applications. immatériel. Pour comprendre. En bref

Ressources APIE. La comptabilisation des actifs immatériels : enjeux et applications. immatériel. Pour comprendre. En bref Ressources de l immatériel APIE Agence du patrimoine immatériel de l état La comptabilisation des actifs immatériels : enjeux et applications En bref L État est riche d un patrimoine immatériel inestimable.

Plus en détail

L évaluation des marques

L évaluation des marques Maurice Nussenbaum Expert Judiciaire agréé par la Cour de Cassation, professeur à l Université Paris IX Dauphine, Président de Sorgem Evaluation L évaluation des marques Guy Jacquot Expert Judiciaire pré

Plus en détail

CHAPITRE 3 10-1-1 CHAPITRE 3 : Règles d utilisation et de protection de la marque PEFC/Validé par AGE du 03.01.2012 37

CHAPITRE 3 10-1-1 CHAPITRE 3 : Règles d utilisation et de protection de la marque PEFC/Validé par AGE du 03.01.2012 37 CHAPITRE 3 10-1-1 37 CHAPITRE 3 RÈGLES D UTILISATION ET DE PROTECTION DE LA MARQUE PEFC A. UTILISATION DE LA MARQUE PEFC Les règles d utilisation de la marque PEFC figurent en annexe 16 du présent schéma

Plus en détail

- Décret n 2010-1706 du 29 décembre 2010 relatif à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée

- Décret n 2010-1706 du 29 décembre 2010 relatif à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée La loi n 2010-658 du 15 juin 2010 relative à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée (EIRL) : l essentiel à retenir pour procéder au dépôt de la déclaration d affectation du patrimoine auprès

Plus en détail

L évaluation financière des marques

L évaluation financière des marques L évaluation financière des marques Guy Jacquot Expert Judiciaire pré la Cour d Appel de Paris, Associé Sorgem Evaluation SFEV 13 mars 2014 Sorgem Evaluation 11, rue Leroux 75116 PARIS www.sorgemeval.com

Plus en détail

La propriété intellectuelle au service de vos créations

La propriété intellectuelle au service de vos créations La propriété intellectuelle au service de vos créations La propriété intellectuelle regroupe la propriété industrielle, d une part, et la propriété littéraire et artistique, d autre part. PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE

Plus en détail

Continent africain / Evaluation de préjudice Les économistes apportent des réponses à 360 degrés lors des procédures litigieuses

Continent africain / Evaluation de préjudice Les économistes apportent des réponses à 360 degrés lors des procédures litigieuses Tribune Paris, le 19 janvier 2015 Continent africain / Evaluation de préjudice Les économistes apportent des réponses à 360 degrés lors des procédures litigieuses Par Gildas de Muizon (Directeur associé)

Plus en détail

Régime fiscal de la marque

Régime fiscal de la marque 29 avril 2008 Régime fiscal de la marque Par Véronique STÉRIN Chargée d études et de recherche Institut de recherche en propriété intellectuelle-irpi et Valérie STÉPHAN Responsable du département fiscal-dgaepi

Plus en détail

L OPPOSITION CONTRE LES DEMANDES DE MARQUES FRANCAISES ET COMMUNAUTAIRES

L OPPOSITION CONTRE LES DEMANDES DE MARQUES FRANCAISES ET COMMUNAUTAIRES L OPPOSITION CONTRE LES DEMANDES DE MARQUES FRANCAISES ET COMMUNAUTAIRES Par Caroline WEHNER Juriste en Propriété Intellectuelle, REGIMBEAU Et par Evelyne ROUX Associée, Responsable du Département Marques

Plus en détail

L allocation du prix d acquisition et la rationalisation du goodwill

L allocation du prix d acquisition et la rationalisation du goodwill Juin 2015 Offre de services H3P L allocation du prix et la rationalisation du goodwill Purchase Price Allocation / PPA H3P Audit & Conseil - 30 rue des mathurins 75008 Paris - contact@h3p.com - www.h3p.com

Plus en détail

Les aspects prix de transfert des biens incorporels. Frédéric Lubczinski Avocat à la Cour Département Taxes

Les aspects prix de transfert des biens incorporels. Frédéric Lubczinski Avocat à la Cour Département Taxes Les aspects prix de transfert des biens incorporels Frédéric Lubczinski Avocat à la Cour Département Taxes Sommaire I- Le concept de prix de transfert II- Les biens incorporels III- Les réflexions actuelles

Plus en détail

Typologies sur la fraude fiscale

Typologies sur la fraude fiscale Typologies sur la fraude fiscale Les transactions suspectes et les anomalies dans le fonctionnement des comptes peuvent révéler des infractions sous-jacentes relevant tant de la fraude fiscale que d autres

Plus en détail

La Propriété Intellectuelle : QUELS COÛTS POUR QUELLE(S) STRATEGIE(S) CEEI Provence - 26 mars 2015

La Propriété Intellectuelle : QUELS COÛTS POUR QUELLE(S) STRATEGIE(S) CEEI Provence - 26 mars 2015 La Propriété Intellectuelle : QUELS COÛTS POUR QUELLE(S) STRATEGIE(S) CEEI Provence - 26 mars 2015 Sommaire Julien Jouve Expert-comptable - Commissaire aux Comptes +33 6 19 76 27 76 j.jouve@fidensconseil.fr

Plus en détail

2.1 - Le choix du signe. 2.2 - Le dépôt de marque.

2.1 - Le choix du signe. 2.2 - Le dépôt de marque. Table des matières La marque 2 - La Vie D'une Marque. 2.1 - Le choix du signe. 2.2 - Le dépôt de marque. 2.2.1 - La marque est-elle distinctive, c'est à dire, permet-elle de distinguer les produits ou

Plus en détail

Valorisation des actifs immatériels de l entreprise

Valorisation des actifs immatériels de l entreprise 1 Valorisation des actifs immatériels de l entreprise Identifier, chiffrer et exploiter les actifs en propriété Industrielle Joël Heslaut Avocat Associé 30 Mars 2010 Définir la stratégie de protection

Plus en détail

EIRL. Introduction. En 2010, les pouvoirs publics instaurent l EIRL avec un double objectif :

EIRL. Introduction. En 2010, les pouvoirs publics instaurent l EIRL avec un double objectif : EIRL Introduction Depuis plus de 30 ans, vos élus se sont battus pour atteindre un objectif : assurer la protection du patrimoine personnel de l entrepreneur individuel en cas de difficultés professionnelles

Plus en détail

développement innovation

développement innovation phases d un projet de recherche développement innovation Programme, projet et opération Programme : un ensemble de projets concourant à un même objectif. Projet : un ensemble finalisé d activités et d

Plus en détail

ATTENTION Cette présentation est générale. Son application à toute situation particulière demande une analyse professionnelle.

ATTENTION Cette présentation est générale. Son application à toute situation particulière demande une analyse professionnelle. ATTENTION Cette présentation est générale. Son application à toute situation particulière demande une analyse professionnelle. Marques et marchés à l export: La Propriété Industrielle au cœur de votre

Plus en détail

Les différentes formes de commerce en réseau. Filière Franchise et Réseaux

Les différentes formes de commerce en réseau. Filière Franchise et Réseaux Les différentes formes de commerce en Filière Franchise et Réseaux 2015 Les différentes formes de commerce en isolé intégré associé organisé Indépendance totale; pas d affiliation à un Pilotage centralisé;

Plus en détail

Algérie. Protection des marques

Algérie. Protection des marques Protection des marques Ordonnance n 03-06 du 19 juillet 2003 Titre 1 - Définitions et obligations générales Art.1.- La présente ordonnance a pour objet de définir les modalités de protection des marques.

Plus en détail

STATUTS D UNE SOCIETE CIVILE DE MOYENS

STATUTS D UNE SOCIETE CIVILE DE MOYENS STATUTS D UNE SOCIETE CIVILE DE MOYENS Modèle commenté de l Ordre national des infirmiers Rappel : La liberté contractuelle est un principe fondamental en droit civil français. Ainsi les parties qui envisagent

Plus en détail

Comment bien protéger une marque?

Comment bien protéger une marque? -Plats de consistance- Comment bien protéger une marque? M e Emmanuel Mouchtouris est avocat spécialisé en droit des affaires. Membre de la Chaire de régulation du droit de la Propriété Intellectuelle,

Plus en détail

S installer en Franchise. Mode d emploi

S installer en Franchise. Mode d emploi S installer en Franchise Mode d emploi Le principe de la franchise Le franchiseur Un concept franchisable qui s appuie sur 3 éléments de base : 1 / La propriété d une marque, d une enseigne, d une raison

Plus en détail

CREATIVE WORK VALORISATION DE LA PI

CREATIVE WORK VALORISATION DE LA PI CREATIVE WORK VALORISATION DE LA PI ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES REGION TOULOUSE MIDI-PYRENEES Julien DUFFAU, Expert-Comptable Les facteurs de croissance et de compétitivité de nos PME se déplacent aujourd

Plus en détail

marque REPèREs Tout ce qu il faut savoir avant de déposer une marque

marque REPèREs Tout ce qu il faut savoir avant de déposer une marque La marque REPèREs Tout ce qu il faut savoir avant de déposer une marque La marque Tout ce qu il faut savoir avant de déposer une marque sommaire Pourquoi déposer une marque? Une protection efficace de

Plus en détail

Protéger ses REPÈRES. créations. pour bien protéger ses créations

Protéger ses REPÈRES. créations. pour bien protéger ses créations Protéger ses créations REPÈRES Tout ce qu il faut savoir pour bien protéger ses créations Vous êtes à l origine d innovations, de créations esthétiques, d une nouvelle image ou d un nom pour votre entreprise?

Plus en détail

L Entrepreneur individuel à responsabilité limitée

L Entrepreneur individuel à responsabilité limitée L Entrepreneur individuel à responsabilité limitée Un nouveau statut juridique et fiscal A jour au 12 mai 2010 Sommaire de l intervention > Présentation de l EIRL > Pourquoi? > Pour qui? > Comment? > Quand?

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 138/5 Logiciels

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 138/5 Logiciels COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Avis CNC 138/5 Logiciels Introduction La Commission a consacré une étude approfondie au traitement comptable de la création ou de l acquisition d un logiciel par une entreprise,

Plus en détail

les États membres conservent la faculté de déterminer les effets de la déchéance ou de la nullité des marques;

les États membres conservent la faculté de déterminer les effets de la déchéance ou de la nullité des marques; II (Actes dont la publication n est pas une condition de leur applicabilité) CONSEIL PREMIÈRE DIRECTIVE DU CONSEIL du 21 décembre 1988 rapprochant les législations des États membres sur les marques (89/104/CEE)

Plus en détail

Comores. Loi relative aux marques

Comores. Loi relative aux marques Loi relative aux marques Loi n 64-1360 du 31 décembre 1964 [NB - Loi n 64-1360 du 31 décembre 1964 sur les marques de fabrique, de commerce ou de service] Titre 1 - Du droit de propriété des marques Art.1.-

Plus en détail

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises modifié par les règlements n 92 04 du 17 juillet 1992, n 95-04 du 21 juillet 1995,

Plus en détail

Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises

Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des participations

Plus en détail

Norme comptable internationale 38 Immobilisations incorporelles

Norme comptable internationale 38 Immobilisations incorporelles Norme comptable internationale 38 Immobilisations incorporelles Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des immobilisations incorporelles qui ne sont pas spécifiquement

Plus en détail

Cabinet Claude BARANES

Cabinet Claude BARANES Cabinet Claude BARANES 27 Avenue de la Grande Armée 750116 Paris Port 06 49 73 46 51 Tel: 01 83 97 26 29 Fax: 01 53 64 0972 claudebaranes@avocat-baranes.fr www.avocat-baranes.fr N 53/ Janvier 2013 LETTRE

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

CHAPITRE 1 Audit rapide de la propriété intellectuelle existante... 9 1. La «check list»... 10 2. Analyse de la «check list»... 12

CHAPITRE 1 Audit rapide de la propriété intellectuelle existante... 9 1. La «check list»... 10 2. Analyse de la «check list»... 12 Table des matières Préface... 5 CHAPITRE 1 Audit rapide de la propriété intellectuelle existante... 9 1. La «check list»... 10 2. Analyse de la «check list»... 12 CHAPITRE 2 Outils de protection L intérêt

Plus en détail

Avis CNC 138-5 - Logiciels. 1. Introduction

Avis CNC 138-5 - Logiciels. 1. Introduction Avis CNC 138-5 - Logiciels 1. Introduction L'accroissement des applications informatiques dans le monde des entreprises a soulevé la question du traitement comptable de la création ou de l'acquisition

Plus en détail

Exercice 5 sur les immobilisations incorporelles, frais de recherche et de développement, logiciels

Exercice 5 sur les immobilisations incorporelles, frais de recherche et de développement, logiciels Exercice 5 sur les immobilisations, frais de recherche et de développement, logiciels Enoncé La société Liouth est une société de fabrication de logiciels de type ERP (Enterprise resource planning) spécialisée

Plus en détail

Bertrand Siffert LLM, Titulaire du brevet d'avocat Conseil en Propriété Intellectuelle

Bertrand Siffert LLM, Titulaire du brevet d'avocat Conseil en Propriété Intellectuelle Aperçu des questions liées au droit des marques au droit d'auteur et aux noms de domaine LLM, Titulaire du brevet d'avocat Conseil en Propriété Intellectuelle 28 - Petit Déjeuner des PME et des Start-up

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 4 C-4-03 N 84 du 9 MAI 2003 DISPOSITIONS DIVERSES (BIC, IS, DISPOSITIONS COMMUNES). FRAIS ET CHARGES. DEPENSES ENGAGEES LORS DE LA CREATION DE

Plus en détail

Ressources APIE. La comptabilisation des frais de R&D. de l immatériel. Pour agir. En bref. Agence du patrimoine immatériel de l État

Ressources APIE. La comptabilisation des frais de R&D. de l immatériel. Pour agir. En bref. Agence du patrimoine immatériel de l État Ressources de l immatériel APIE Agence du patrimoine immatériel de l État La comptabilisation des frais de R&D En bref Des moyens considérables sont alloués par les autorités publiques aux efforts de recherche

Plus en détail

Institut national de la. propriété. La marque. industrielle

Institut national de la. propriété. La marque. industrielle Institut national de la propriété La marque industrielle Caroline BIGOT Ingénieur INPI 20 juin 2013 - CAP DIGITAL Sommaire 1) L INPI 2) La marque 3) Procédures en France et à l étranger 4) Valorisation

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG UE6 FINANCE D ENTREPRISE - session 214 Proposition de CORRIGÉ 214 dcg-lyon.fr Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DOSSIER 1 DIAGNOSTIC FINANCIER - 1 points 1.

Plus en détail

LOI N 2010-658 DU 15 JUIN 2010 RELATIVE A

LOI N 2010-658 DU 15 JUIN 2010 RELATIVE A 5 juillet 2010 Service Juridique LOI N 2010-658 DU 15 JUIN 2010 RELATIVE A L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITEE (E.I.R.L.) (J.O. du 16 juin) Présentée comme une réforme fondamentale pour

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Projet d avis CNC 2012/X - Traitement comptable du tax shelter dans le chef de la société de production.

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Projet d avis CNC 2012/X - Traitement comptable du tax shelter dans le chef de la société de production. COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Projet d avis CNC 2012/X - Traitement comptable du tax shelter dans le chef de la société de production Avis du [ ] I. Introduction 1. Le présent avis envisage la façon

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE SESSION ORDINAIRE DE 2009-2010. Séances du mercredi 17 février 2010

ASSEMBLÉE NATIONALE JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE SESSION ORDINAIRE DE 2009-2010. Séances du mercredi 17 février 2010 Année 2010. N o 18 bis A.N. (C.R.) ISSN 0242-6765 Jeudi 18 février 2010 ASSEMBLÉE NATIONALE JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE XIII e Législature SESSION ORDINAIRE DE 2009-2010 Séances du mercredi

Plus en détail

La Franchise. Filière Franchise & Réseaux

La Franchise. Filière Franchise & Réseaux La Franchise Filière Franchise & Réseaux 2015 La Franchise et ses principes «La Franchise est un mode de collaboration entre deux entreprises juridiquement et financièrement indépendantes (Franchiseur

Plus en détail

AVICOM. 1, rue Miollis 75015 PARIS. Etats financiers au 20/09/2014. Dernier exercice de 9 mois et 20 jours

AVICOM. 1, rue Miollis 75015 PARIS. Etats financiers au 20/09/2014. Dernier exercice de 9 mois et 20 jours AVICOM 1, rue Miollis 75015 PARIS Etats financiers au 20/09/2014 Dernier exercice de 9 mois et 20 jours Etats financiers 20 septembre 2014 Page 1 sur 9 Sommaire 1) Bilan 4 2) Compte de résultat 6 3) Annexes

Plus en détail

Ressources. APIE Agence du patrimoine immatériel de l état. l immatériel. Marques publiques : comment les protéger? Cahier pratique.

Ressources. APIE Agence du patrimoine immatériel de l état. l immatériel. Marques publiques : comment les protéger? Cahier pratique. Ressources de l immatériel APIE Agence du patrimoine immatériel de l état Marques publiques : comment les protéger? En bref La marque est un actif qui revêt une importance grandissante dans le secteur

Plus en détail

Obligations des sociétés du groupe

Obligations des sociétés du groupe 4 Obligations des sociétés du groupe 76 Le processus d élaboration d une intégration fiscale se réalise en deux temps. Dans une première étape, chaque société, y compris la société mère, va devoir : déterminer

Plus en détail

A renvoyer au plus tard le 9 mars 2009 Par Mail : cerecamp@oec-toulousemp.org - Par fax : 05.61.55.33.29

A renvoyer au plus tard le 9 mars 2009 Par Mail : cerecamp@oec-toulousemp.org - Par fax : 05.61.55.33.29 ENQUÊTE PRÉALABLE A L ÉLABORATION DU CATALOGUE RÉGIONAL DE FORMATION CERECAMP 2009 2010 A renvoyer au plus tard le 9 mars 2009 Par Mail : cerecamp@oec-toulousemp.org - Par fax : 05.61.55.33.29 Nom, Prénom

Plus en détail

COMPTES ANNUELS CONSOLIDES 2015

COMPTES ANNUELS CONSOLIDES 2015 2015 BLUELINEA CONSOLIDE 6 rue Blaise Pascal 78990 ELANCOURT Tél. Fax. COFINGEC Société d'expertise Comptable inscrite au tableau de l'ordre de la Région Paris Ile de France 92100 BOULOGNE BILLANCOURT

Plus en détail

OPÉRATIONS DE CESSION

OPÉRATIONS DE CESSION OPÉRATIONS DE CESSION Anticipation des difficultés de mise en œuvre de la norme IFRS 5 «Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées» Paris le 23/09/2014 Sandra Dujardin Antoine

Plus en détail

MODE ET PROPRIETE INTELLECTUELLE

MODE ET PROPRIETE INTELLECTUELLE MODE ET PROPRIETE INTELLECTUELLE Emmanuel Gougé Avocat au Barreau de Paris Solicitor in England and Wales emmanuel.gouge@eg-avocats.com Cabinet EGAvocats 174, Boulevard Malesherbes 75017 Paris Tél: 01

Plus en détail

Rédaction et négociation des contrats de licences

Rédaction et négociation des contrats de licences Rédaction et négociation des contrats de licences Partenariat Modèle contractuelle Clauses juridiques standard Principe d évaluation du brevet Département De l idée au projet à sa mise sur le marché, les

Plus en détail

Comptes d immobilisations (Classe 2)

Comptes d immobilisations (Classe 2) Comptes d immobilisations (Classe 2) Les comptes d immobilisations sont débités, à la date d entrée des biens dans le patrimoine de l entité : de la valeur d apport ; du coût d acquisition ; du coût de

Plus en détail

L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITEE

L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITEE L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITEE Loi du 15 juin 2010 Décret du NC 1 LL-29 12 2010 1 Slide 4 Pourquoi rompre avec le principe de l unicité du patrimoine? Slide 5 Qui peut être Entrepreneur

Plus en détail

protéger ses REPÈRES créations Tout ce qu il faut savoir pour bien protéger ses créations

protéger ses REPÈRES créations Tout ce qu il faut savoir pour bien protéger ses créations protéger ses créations REPÈRES Tout ce qu il faut savoir pour bien protéger ses créations Vous êtes à l origine d innovations, de créations esthétiques, d une nouvelle image ou d un nom pour votre entreprise?

Plus en détail

Conditions d utilisation des données & des services en ligne au 15 septembre 2013 1

Conditions d utilisation des données & des services en ligne au 15 septembre 2013 1 1 Conditions d utilisation du service de consultation INSPIRE 14. CADRE GENERAL L IGN concède à un licencié, à titre non exclusif et non transférable, un droit d utilisation gratuit du service de consultation

Plus en détail

APERÇU DES ACCORDS CONTRACTUELS DE TRANSFERT DE TECHNOLOGIE

APERÇU DES ACCORDS CONTRACTUELS DE TRANSFERT DE TECHNOLOGIE APERÇU DES ACCORDS CONTRACTUELS DE TRANSFERT DE TECHNOLOGIE I. Introduction 1. En substance, le transfert de technologie est le processus par lequel une technologie, des compétences, un savoir-faire ou

Plus en détail

marque Repères Tout ce qu il faut savoir avant de déposer une marque

marque Repères Tout ce qu il faut savoir avant de déposer une marque La marque Repères Tout ce qu il faut savoir avant de déposer une marque Som Sommaire maire Pourquoi déposer une marque? p. 4 Une protection efficace de vos produits et services Bien choisir sa marque pour

Plus en détail

PEUT-ON PROTEGER UNE IDEE, UN CONCEPT? EXEMPLE : L AMENAGEMENT D UN MAGASIN

PEUT-ON PROTEGER UNE IDEE, UN CONCEPT? EXEMPLE : L AMENAGEMENT D UN MAGASIN PEUT-ON PROTEGER UNE IDEE, UN CONCEPT? EXEMPLE : L AMENAGEMENT D UN MAGASIN Paris, le 14 Août 2014 par Evelyne ROUX Associée, REGIMBEAU Cette question se pose lors de la conception de tout nouveau produit

Plus en détail

Protéger. ses. créations. Repères. Tout ce qu il faut savoir pour bien protéger ses créations

Protéger. ses. créations. Repères. Tout ce qu il faut savoir pour bien protéger ses créations Protéger ses créations Repères Tout ce qu il faut savoir pour bien protéger ses créations Vous êtes à l origine d innovations, de créations esthétiques, d une nouvelle image ou d un nom pour votre entreprise?

Plus en détail

Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite

Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée aux états financiers présentés par les régimes

Plus en détail

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière IFRS 1 Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière Objectif 1 L objectif de la présente Norme est d assurer que les premiers

Plus en détail

PROJET DE NORME : LES CONTRATS DE LOCATION. Jeudi 5 mars 2015

PROJET DE NORME : LES CONTRATS DE LOCATION. Jeudi 5 mars 2015 PROJET DE NORME : LES CONTRATS DE LOCATION Jeudi 5 mars 2015 1 SOMMAIRE 1. Côté preneur, comptabilisation systématique au bilan 2. Les différences entre le modèle de l IASB et celui du FASB 3. Enjeu comptable

Plus en détail

Sur le traitement comptable du risque de crédit dans les entreprises relevant du Comité de la réglementation bancaire et financière

Sur le traitement comptable du risque de crédit dans les entreprises relevant du Comité de la réglementation bancaire et financière CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Avis n 2002-04 du 28 mars 2002 Sur le traitement comptable du risque de crédit dans les entreprises relevant du Comité de la réglementation bancaire et financière Sommaire

Plus en détail

Formations & cycles 2016

Formations & cycles 2016 wwww.olifangroup.com MAÎTRISEZ VOTRE PATRIMOINE Les formations «experts» Les jeudis de formation MJPM Spécial juridictions Diplôme Universitaire G3P Formations & cycles 2016 DÉPA Pers Vuln NOTRE MISSION

Plus en détail

Traitement comptable des impôts sur le résultat selon les normes IFRS : un regard prospectif

Traitement comptable des impôts sur le résultat selon les normes IFRS : un regard prospectif Tax accounting Traitement comptable des impôts sur le résultat selon les normes IFRS : un regard prospectif Définition de la base fiscale des actifs et passifs Introduction L IASB a publié le 31 mars dernier

Plus en détail

Dossier 1 - Augmentation de capital

Dossier 1 - Augmentation de capital DCG session 2013 UE10 Comptabilité approfondie Corrigé indicatif Dossier 1 - Augmentation de capital 1. Indiquer les critères de fixation du prix d émission. Le prix d émission est situé entre la valeur

Plus en détail

PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE DROIT D AUTEUR/ DROIT DES DESSINS ET MODELES/ DROIT DES MARQUES

PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE DROIT D AUTEUR/ DROIT DES DESSINS ET MODELES/ DROIT DES MARQUES Cabinet Claude BARANES 27 Avenue de la Grande Armée 75116 Paris Tel : 06 49 73 46 51 Fax: 01 53 64 0972 claudebaranes@avocat-baranes.fr www.avocat-baranes.fr N 73/ Novembre 2014 Lettre d information juridique

Plus en détail

GROUPE. Comptes consolidés. Au 31décembre 2013

GROUPE. Comptes consolidés. Au 31décembre 2013 GROUPE Comptes consolidés Au 31décembre 2013 1 SOMMAIRE SOMMAIRE... 2 BILAN CONSOLIDE... 3 COMPTE DE RESULTAT... 4 TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE... 5 PRINCIPES ET METHODES... 6 PRINCIPES ET METHODES DE

Plus en détail

Conseil National de la Comptabilité. Restitution des travaux sur la comptabilité générale de l Etat (CGE) Libreville, le 06 septembre 2013

Conseil National de la Comptabilité. Restitution des travaux sur la comptabilité générale de l Etat (CGE) Libreville, le 06 septembre 2013 Conseil National de la Comptabilité Restitution des travaux sur la comptabilité générale de l Etat (CGE) Libreville, le 06 septembre 2013 1 Sommaire Introduction Principales évolutions de la CGE depuis

Plus en détail

Table des matières. Professions médicales, investissements et déduction des charges professionnelles 9

Table des matières. Professions médicales, investissements et déduction des charges professionnelles 9 Table des matières Sommaire 5 Préface 7 Olivier D Aout Professions médicales, investissements et déduction des charges professionnelles 9 Thierry Litannie avec la collaboration de Emmanuel Delannoy et

Plus en détail

La dépréciation des actifs, mode d emploi. Atelier de la Profession

La dépréciation des actifs, mode d emploi. Atelier de la Profession La dépréciation des actifs, mode d emploi Atelier de la Profession INTERVENANTS Sonia BONNET-BERNARD Expert-Comptable Commissaire aux comptes Membre de la Société Française des Evaluateurs [SFEV] Pierre-Jean

Plus en détail

6.7. Dettes envers les établissements de crédit et la clientèle Dettes envers les établissements de crédit

6.7. Dettes envers les établissements de crédit et la clientèle Dettes envers les établissements de crédit 6.7. Dettes envers les établissements de crédit et la clientèle Dettes envers les établissements de crédit RAPPORT FINANCIER ANNUEL 2008 89 Dettes envers la clientèle 6.8. Actifs financiers détenus jusqu

Plus en détail

METHODES D EVALUATION

METHODES D EVALUATION METHODES D EVALUATION C.R.A. PANSARD & ASSOCIES Présentation du 27 septembre 2004 G. Lévy 1 METHODES D EVALUATION SOMMAIRE 1 Définition et approche de la «valeur» 2 - Les principales méthodes d évaluation

Plus en détail

CONCESSION DE LICENCE D EXPLOITATION DE BREVET, ET DE MARQUES

CONCESSION DE LICENCE D EXPLOITATION DE BREVET, ET DE MARQUES CONCESSION DE LICENCE D EXPLOITATION DE BREVET, ET DE MARQUES Entre les soussignées : La société CATHARHOME (anciennement MAISON CATHARHOME) Société A Responsabilité Limitée, au capital social de 41 000

Plus en détail

Partie 2.1 Principes généraux d imposition des résultats

Partie 2.1 Principes généraux d imposition des résultats Le résultat fiscal peut être imposé de deux manières : Partie 2.1 Principes généraux d imposition des résultats soit au titre de l impôt sur le revenu dans la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux,

Plus en détail

N 20 14 / 001 14/02/2014

N 20 14 / 001 14/02/2014 N 20 14 / 001 14/02/2014 Origine : Direction de la Règlementation et des Affaires Juridiques Contact : Département de la Règlementation du Recouvrement Draj.reglementationrecouvrement@rsi.fr Annexes :

Plus en détail

CESAR Société Anonyme au capital social de 8 626 568,55 Siège social : ZI Clos Bonnet 154 Boulevard Jean Moulin 49400 SAUMUR

CESAR Société Anonyme au capital social de 8 626 568,55 Siège social : ZI Clos Bonnet 154 Boulevard Jean Moulin 49400 SAUMUR CESAR Société Anonyme au capital social de 8 626 568,55 Siège social : ZI Clos Bonnet 154 Boulevard Jean Moulin 49400 SAUMUR RCS Angers B 381 178 797 Siret : 381 178 797 00027 RAPPORT DE GESTION DU GROUPE

Plus en détail

Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie

Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie Les pouvoirs publics ont attiré notre attention sur les enjeux de la transmission des entreprises, plus de 100

Plus en détail

DESSINS ET MODELES / MARQUES TRIDIMENSIONNELLES : ENNEMIS OU COMPLICES?

DESSINS ET MODELES / MARQUES TRIDIMENSIONNELLES : ENNEMIS OU COMPLICES? DESSINS ET MODELES / MARQUES TRIDIMENSIONNELLES : ENNEMIS OU COMPLICES? Par Malaurie Pantalacci Conseil en Prorpriété Industrielle Le CPI définit la marque tridimensionnelle comme «un signe susceptible

Plus en détail

CUSTOM SOLUTIONS SA RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION SUR LA GESTION DU GROUPE. Sociétés Forme Pays d immatriculation

CUSTOM SOLUTIONS SA RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION SUR LA GESTION DU GROUPE. Sociétés Forme Pays d immatriculation CUSTOM SOLUTIONS SA Société anonyme au capital de 4.863.050 Siège Social : 135, avenue Victoire Z.I. de Rousset-Peynier 13790 ROUSSET RCS AIX EN PROVENCE B 500 517 776 RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

Plus en détail

Ressources. APIE Agence du patrimoine immatériel de l état. Les paiements sur Internet. l immatériel. Pour agir. En bref

Ressources. APIE Agence du patrimoine immatériel de l état. Les paiements sur Internet. l immatériel. Pour agir. En bref Ressources de l immatériel APIE Agence du patrimoine immatériel de l état En bref Valoriser le patrimoine immatériel invite l État à développer des approches nouvelles et, parfois, à céder contre paiement

Plus en détail

12 mai 2009. L évaluation financière et la gestion d un portefeuille de Propriété Industrielle

12 mai 2009. L évaluation financière et la gestion d un portefeuille de Propriété Industrielle 12 mai 2009 L évaluation financière et la gestion d un portefeuille de Propriété Industrielle PLAN I. Les actifs immatériels constituant le portefeuille de Propriété Industrielle II. Les opportunités associées

Plus en détail

GROUPE ILIAD INFORMATION FINANCIERE SEMESTRIELLE RESUMEE 30 JUIN 2012 SOMMAIRE COMPTE DE RESULTAT CONSOLIDE SEMESTRIEL... 1

GROUPE ILIAD INFORMATION FINANCIERE SEMESTRIELLE RESUMEE 30 JUIN 2012 SOMMAIRE COMPTE DE RESULTAT CONSOLIDE SEMESTRIEL... 1 GROUPE ILIAD INFORMATION FINANCIERE SEMESTRIELLE RESUMEE 3 JUIN 212 SOMMAIRE COMPTE DE RESULTAT CONSOLIDE SEMESTRIEL... 1 ETAT DE RESULTAT GLOBAL SEMESTRIEL... 2 RESULTAT NET HORS ELEMENTS NON RECURRENTS...

Plus en détail

Fiche 9 La mise en place d une comptabilité de gestion.

Fiche 9 La mise en place d une comptabilité de gestion. Analyse des coûts Fiche 9 La mise en place d une comptabilité de gestion. Remarque liminaire : Le contenu de cette fiche ne saurait préjuger de ce qui sera défini dans le cadre des travaux en cours relatifs

Plus en détail

Optimisation fiscale. La société holding néerlandaise : Une solution attractive et abordable pour les petites et moyennes entreprises françaises

Optimisation fiscale. La société holding néerlandaise : Une solution attractive et abordable pour les petites et moyennes entreprises françaises Optimisation fiscale La société holding néerlandaise : Une solution attractive et abordable pour les petites et moyennes entreprises françaises La fiscalité a un impact significatif sur l entreprise :

Plus en détail

Les transactions entre parties liées. Les incidences en audit et en comptabilité. Les transactions entre parties liées

Les transactions entre parties liées. Les incidences en audit et en comptabilité. Les transactions entre parties liées L A D A P T A B I L I T É E S T U N P R I N C I P E, L U T I L I T É U N E E X I G E N C E. Les transactions entre parties liées Les transactions entre parties liées Les incidences en audit et en comptabilité

Plus en détail

Ouvrage collectif d un groupe de travail de l Association nationale des Directeurs Financiers et de Contrôle de Gestion.

Ouvrage collectif d un groupe de travail de l Association nationale des Directeurs Financiers et de Contrôle de Gestion. Ouvrage collectif d un groupe de travail de l Association nationale des Directeurs Financiers et de Contrôle de Gestion Normes IAS/IFRS Que faut-il faire? Comment s y prendre? Deuxième édition, 2004, 2005

Plus en détail

ANNEXE N 13 : Bilan et compte de résultat M4

ANNEXE N 13 : Bilan et compte de résultat M4 409 ANNEXE N 13 : Bilan et compte de résultat M4 Les tableaux suivants présentent les éléments nécessaires à la confection des documents de synthèse figurant au compte de gestion. Ils permettent d associer

Plus en détail

THÈME 4 : A QUELLES RÈGLES SONT SOUMISES LES ACTIVITÉS DE L ENTREPRISE SUR LE MARCHÉ?

THÈME 4 : A QUELLES RÈGLES SONT SOUMISES LES ACTIVITÉS DE L ENTREPRISE SUR LE MARCHÉ? THÈME 4 : A QUELLES RÈGLES SONT SOUMISES LES ACTIVITÉS DE L ENTREPRISE SUR LE MARCHÉ? CHAPITRE 4 : Les droits de propriété industrielle, instruments juridiques de la concurrence. Après avoir défini la

Plus en détail

Dynamique de l amortissement

Dynamique de l amortissement Collection les mémentos finance dirigée par Jack FORGET Dynamique de l amortissement Renforcer l autonomie financière de l entreprise pour dynamiser ses investissements Jack FORGET Éditions d Organisation,

Plus en détail

CONTRAT PRODUCTEUR/CRÉATEUR

CONTRAT PRODUCTEUR/CRÉATEUR CONTRAT PRODUCTEUR/CRÉATEUR Entre La Société FARKLI online Société par actions simplifiée au capital de 12.360 Dont le siège social est situé à ZI du Brezet 34 rue Jules Verne - 63100 Clermont-Ferrand

Plus en détail

Cabinet Juridique et Fiscal SORET C.J.F.S Société d AVOCATS 26 Bis Rue du Puits Carré - 27000 Evreux. Site : www.cjfs-soret-avocats.

Cabinet Juridique et Fiscal SORET C.J.F.S Société d AVOCATS 26 Bis Rue du Puits Carré - 27000 Evreux. Site : www.cjfs-soret-avocats. Cabinet Juridique et Fiscal SORET C.J.F.S Société d AVOCATS 26 Bis Rue du Puits Carré - 27000 Evreux Site : www.cjfs-soret-avocats.com LOI N 2010-658 du 15 JUIN 2010 Articles L526-6 et suivants du code

Plus en détail