LE MARCHÉ DU LOGEMENT 3 ème trimestre 2013

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE MARCHÉ DU LOGEMENT 3 ème trimestre 2013"

Transcription

1 29 novembre 2013 SERVICE ÉCONOMIQUE ET FINANCIER LE MARCHÉ DU LOGEMENT 3 ème trimestre Marché des logements neufs : nouvelle baisse des ventes et des mises en vente au 3 ème trimestre 2013 Après le léger rebond des ventes constaté au 2 ème trimestre, le 3 ème trimestre 2013 marque un nouveau recul des ventes 1 logements neufs ( 7,5% par rapport au 3 ème trimestre 2012) qui s inscrit dans la tendance initiée depuis L offre nouvelle continue de s effondrer avec un nouveau recul des mises en vente de 33,0% par rapport au 3 ème trimestre Le faible niveau général des ventes, s explique par l effet conjugué : Du faible niveau des ventes à investisseurs ; de la relative faiblesse de l accession à la propriété dans le neuf, liée à la diminution significative de l aide à l accession, due aux réformes du PTZ+ fin 2011 et 2012 ; De l attentisme général des acquéreurs dans un environnement économique menaçant, bien que le coût du financement n ait jamais été aussi faible; des prix qui résistent et demeurent élevés sous le double effet de l envolée des charges foncières et de renchérissement des coûts de construction renchéris par l accumulation des normes et des règlementations techniques, qui ne se traduit plus par une amélioration de la qualité des logements ; de conditions d octroi du crédit aux acquéreurs qui restent restrictives. MARCHE DU LOGEMENT NEUF T T T à T Année mobile T à T T / T VARIATIONS année mobile Mises en vente ,0% -18,8% Ventes ,5% -6,8% Offre commerciale* ,4% * l'offre commerciale est constituée de logements en cours de construction, en projet et achevés. 1 Ventes brutes (réservation avec dépôt d arrhes). 1

2 1.1- Les ventes 2 (cf. Tableau 1) Le rythme des ventes continue de se dégrader avec ventes au 3 ème trimestre 2013, soit 7,5% par rapport au 3 ème trimestre En année mobile, le recul des ventes est de 14,8% sur la période par rapport au 12 mois précédent. Cette diminution des ventes sur le 3 ème trimestre 2013 affecte les logements collectifs ( 7,6% par rapport au 3 ème trimestre 2012) comme les maisons individuelles ( 3,1% sur la même période). L analyse comparée des ventes d appartements aux 3 èmes trimestres 2012 et 2013 montre un recul général de tous les types d appartements : 0,5% pour les studios, 8,2% pour les 2 pièces, 9,0% pour les 3 pièces et 4,4% pour les 4 pièces et plus. La répartition des ventes est la suivante : VENTES IDF PROVINCE France NORD (1) France SUD (2) TOTAL (au trimestre) T (part) 24% 76% 28% 49% T (part) 26% 74% 26% 48% T (part) 23% 77% 28% 50% T (part) 24% 76% 29% 47% T (part) 28% 72% 27% 45% T (part) 28% 72% 25% 47% T (part) 23% 77% 27% 49% Variation T3 2013/T ,2% -8,2% -8,5% -8,0% -7,5% (année mobile) T à T T à T Variation année mobile 10,8% -11,7% -13,3% -10,7% -6,8% (1) France NORD : Champagne-Ardenne, Picardie, Haute-Normandie, Centre, Basse- Normandie, Bourgogne, Nord - Pas-de-Calais, Lorraine, Alsace, Franche-Comté, Pays de la Loire, Bretagne, Poitou-Charentes. (2) France SUD : Aquitaine, Midi-Pyrénées, Limousin, Rhône-Alpes, Auvergne, Languedoc-Roussillon, Provence Alpes Côte d Azur, Corse. La part des ventes de logements en Ile de France s est réduite par rapport au début de l année (de 28% aux 1 er et 2 ème trimestre 2012 à 23% ce trimestre) au profit de le la Province (77% des ventes au 3 ème trimestre 2013) ; la part des ventes en France Nord 3 (hors Ile de France) est stable (27%), alors qu elle progresse en France Sud 4 (de 45% au 1 er trimestre 2013 à 49% au 3 ème trimestre 2013). 2 Ventes brutes (réservation avec dépôt d arrhes). 3 France NORD : Champagne-Ardenne, Picardie, Haute-Normandie, Centre, Basse- Normandie, Bourgogne, Nord - Pas-de-Calais, Lorraine, Alsace, Franche-Comté, Pays de la Loire, Bretagne, Poitou- Charentes. 4 France SUD : Aquitaine, Midi-Pyrénées, Limousin, Rhône-Alpes, Auvergne, Languedoc-Roussillon, Provence Alpes Côte d Azur, Corse. 2

3 En volume, les ventes se réduisent sur tout le territoire mais cette baisse est plus marquée en Province ( 4,2% en France Nord et 8,0% en France Sud par rapport au 3 ème trimestre 2013) qu en Ilede France ( 5,2% sur le même période). En année mobile, l Ile de France enregistre une progression de ses ventes de +10,8% sur l ensemble des 12 derniers mois par rapport aux 12 mois précédents (23 009, contre ). Sur la même période, les ventes en Province enregistrent une baisse de 11,7 % par rapport aux 12 mois précédents ( 13,3% pour le France Nord et 10,7% pour la France Sud). Pour les régions de la France Nord, par rapport au 3 ème trimestre 2013, on constate que : 8 régions enregistrent une baisse de leurs ventes : Poitou Charentes ( 38,8%), Centre ( 30,4%), Haute Normandie ( 30,0%), Franche Comté ( 24,1%), Bretagne ( 20,7%), Bourgogne ( 16,3%), Alsace ( 11,9%) et Nord Pas de Calais ( 9,5%) ; Les 5 autres régions enregistrent une hausse de leurs ventes : Basse Normandie (+82,4%), Picardie (+38,3%), Lorraine (+28,3%), Champagne Ardenne (+2,8%) et Pays de la Loire (+1,3%). Pour les régions de la France Sud, par rapport au 3 ème trimestre 2013, on constate que : 6 régions enregistrent une baisse de leurs ventes : Midi Pyrénées ( 35,3%), Limousin ( 35,1%), Rhône Alpes ( 18,1%), Auvergne ( 10,3%), Languedoc Roussillon ( 7,5%) et Provence Alpes Côte d'azur ( 6,7%). Seule l Aquitaine enregistre une hausse de ses ventes de +46,4% Les mises en ventes (cf. Tableau 2) Il y a eu mises en vente au 3 ème trimestre 2013, soit une forte diminution de 33,0% par rapport au 3 ème trimestre Cette baisse affecte autant les logements collectifs ( 33,1% sur cette même période) que les maisons individuelles ( 31,6%). Sur les 12 derniers mois, on comptabilise mises en vente, soit un recul de 19,2% par rapport aux 12 mois précédents. Par rapport au 3 ème trimestre 2012, les mises en vente en Ile de France chutent de 62,6% au 3 ème trimestre 2012 (2 872 unités). C est le plus bas niveau observé depuis Sur les 12 derniers mois, les mises en vente en Ile de France ( unités) sont en diminution de 19,2% par rapport aux 12 mois précédents. La France Nord, hors Ile de France, connait également une importante baisse de ses mises en vente ce trimestre : mises en vente, soit 22,3% par rapport au 3 ème trimestre En France Sud, la tendance est similaire : mises en vente au cours du 3 ème trimestre 2013, soit 23,1% par rapport au 3 ème trimestre Sur les 12 derniers mois, les mises en vente de la France Nord ( unités) ont diminué de 18,7% par rapport aux 12 mois précédents et celles de la France Sud ( unités) de 18,6% sur la même période. Pour les régions de la France Nord, on enregistre par rapport au 3 ème trimestre 2012 : Une baisse des mises en ventes dans 10 régions : Champagne Ardenne ( 60,0%), Bretagne ( 48,7%), Bourgogne ( 44,8%), Franche Comté ( 35,7%), Poitou Charentes ( 30,7%), Pays dela Loire ( 28,1%) Haute Normandie ( 23,1%), Alsace ( 21,1%), Centre ( 16,2%) et Nord Pas de Calais ( 14,5%). Une progression des mises en ventes dans 3 régions : Lorraine (+85,9%), Basse Normandie (+21,1%) et Picardie (+10,4%). 3

4 Les régions de la France Sud connaissent une baisse de leurs mises en vente par rapport au 3 ème trimestre 2012 : Limousin ( 100,0%), Midi Pyrénées ( 67,2%), Languedoc Roussillon ( 24,9%), Rhône Alpes ( 17,1%), Provence Alpes Côte d'azur ( 13,7%) et Aquitaine ( 2,0%). Seule l Auvergne voit ses mises en vente progresser sur la période (+155,6%). La diminution des mises en vente s explique principalement par la volonté des opérateurs de réduire le risque de stock mais également par le faible niveau de la demande qui limite toujours la capacité des opérateurs à lancer de nouveaux programmes L offre commerciale (cf. Tableau 3) L offre commerciale a progressé depuis le 3 ème trimestre 2012 du fait du fort ralentissement du rythme des ventes. Elle atteint logements à fin septembre 2013, contre à fin septembre 2012 (soit +4,4% d augmentation). Cette augmentation résulte de la montée de l offre de logements collectifs qui a progressé de +4,8% en 12 mois ( logements disponibles à fin septembre 2013), tandis que l offre de maisons individuelles ( unités) est stable (+0,7% en 12 mois). L offre de logements collectifs se compose : logements terminés (5,3% de l offre), soit une hausse de +38,0 % par rapport au 3 ème trimestre 2012 ; logements en cours de construction (34,3% de l offre), soit une augmentation de +9,6% par rapport au 3 ème trimestre 2012; logements en projet (travaux non démarrés), stable depuis 12 mois (+0,1%) et qui représentent 60,3% de l offre. Par rapport au 2 ème trimestre 2012, l offre commerciale du 3 er trimestre 2013 est en baisse de 1,0% : La baisse est de 8,0% en Ile de France et de 1,1% en France Nord. En France Sud, l offre commerciale progresse de +2,3% par rapport au trimestre précédent. Dans la France Nord, on constate au 3 ème trimestre 2013 par rapport au 3 ème trimestre 2012: une baisse de l offre commerciale dans 3 régions : Bretagne ( 12,3%), Franche Comté ( 8,6%) et Centre ( 8,2%) ; une hausse dans 10 régions : Lorraine (+42,6%), Haute Normandie (+24,6%), Picardie (+15,1%), Bourgogne (+13,0), Alsace (+12,0%), Champagne Ardenne (+11,9%), Pays de la Loire (+10,4%), Nord Pas de Calais (+6,8%), Basse Normandie (+4,2%) et Poitou Charentes (+4,0%). Dans la France Sud, on constate au 3 ème trimestre 2013 par rapport au 3 ème trimestre 2012 : Une baisse de l offre commerciale dans 4 régions : Limousin ( 28,5%), Auvergne ( 20,8%), Midi Pyrénées ( 10,0%) et Languedoc Roussillon ( 1,3%) ; Une hausse dans 3 régions : Rhône Alpes (+16,1%), Aquitaine (+6,1%), et Provence Alpes Côte d'azur (+5,3%). 4

5 1.4- Les délais d écoulement de l offre disponible 5 (cf. tableau 3) Les délais d écoulement pour la France entière continuent de s allonger passant de 12,4 mois au 3 ème trimestre 2012 à 13,8 mois au 3 ème trimestre 2013 (au rythme de vente des 12 derniers mois). Ils sont plus longs pour les maisons individuelles que pour les logements collectifs (respectivement 14,6 mois et 13,7 mois au 3 ème trimestre 2013). Sur les 12 derniers mois, les délais d écoulement se sont allongés pour la France Nord hors IdFpassant de 14,8 mois au 3 ème trimestre 2012 à 17,8 mois au 3 ème trimestre 2013) et pour la France Sud (passant de 11,5 mois à 13,7 mois sur la même période). En revanche, en Ile de France, le délai d écoulement se réduit passant de 10,9 mois au 3 ème trimestre 2012 à 9,9 mois au 3 ème trimestre Les prix (cf. tableau 3) Le prix du m² de logements collectifs au 3 ème trimestre 2012 enregistre une légère hausse de +1,7% sur un an, portant le prix moyen à /m². Cette hausse des prix est moins marquée en Ile de France (+1,0% en 12 mois) que dans le reste de la France (+1,7% dans la France Nord et +1,7% dans la France Sud en 12 mois). Bien que le rythme des ventes soit en diminution, le ralentissement du rythme des mises en vente limite l accroissement de l offre commerciale. Sur les prix, cela se traduit par une faible hausse en 12 mois. 5 Délai d écoulement é /12 5

6 2- Production des logements neufs en France Entière 2.1- Autorisations de construire Résultats globaux A. Données trimestrielles logements neufs ont été autorisés au 3 ème trimestre 2013, soit une importante diminution de 27,9% par rapport au 3 ème trimestre 2012 et de 26,9% par rapport au nombre de logements autorisés au 3 ème trimestre Nombre de logements autorisés 0 T T T B. Année mobile D octobre 2012 à septembre 2013, logements neufs ont été autorisés à construire en France, soit une diminution de 16,0% par rapport au nombre d autorisations observées sur les 12 mois précédents et de 9,9%% par rapport à la période précédente (octobre 2010 à septembre 2011) Oct 2010 Sept Oct 2011 Sept Oct 2012 Sept 2013 Nombre de logements autorisés 6

7 C. En régions Sur les 12 derniers mois (d octobre 2012 à septembre 2013), le nombre d autorisations enregistrées a diminué dans la très grande majorité des régions : Elles ont reculé dans 18 régions : Languedoc Roussillon, Poitou Charentes, Lorraine, Midi Pyrénées, Picardie, Haute Normandie, Auvergne, Basse Normandie, Pays de la Loire, Bretagne, Franche Comté, Nord Pas de Calais, Alsace, Centre, Bourgogne, Champagne Ardenne, Limousin et PACA. Elles ont progressé en Aquitaine Elles sont restées stables en Ile de France et en Rhône Alpes. Variations du nombre de logements autorisés (en année mobile) Résultats sectoriels A. Logements individuels Au 3 ème trimestre 2013, logements individuels ont été autorisés, soit une baisse de 28,4% par rapport au 3 ème trimestre 2012 et de 33,2% par rapport au 3 ème trimestre En année mobile, le nombre de logements individuels autorisés en 2012 ( unités) est en retrait de 8,4% par rapport aux 12 mois précédents ( autorisations) et de 15,3% par rapport à la période précédente ( autorisations). B. Logements collectifs (y compris logements en résidences) Au 3 ème trimestre 2013, il y a eu autorisations de logements collectifs, ce qui représente une forte baisse de 27,5% par rapport au 3 ème trimestre 2012 ( unités) et de 21,6% par rapport à celui du 3 ème trimestre 2010 (76 605). Sur les 12 derniers mois, autorisations de construire pour des logements collectifs ont été délivrées, soit une diminution de 21,9% par rapport à la période précédente ( ) et de 4,3% par rapport à la période antérieure ( ). Hors logements en résidences, les autorisations de construire en collectif enregistrent une baisse importante : 25,5% en variation trimestrielle ( autorisations ce trimestre, contre au 3 ème trimestre 2012) et de 21,1% en année mobile ( autorisations entre octobre 2012 et septembre 2013). Hormis l Ile de France, l Aquitaine et le Rhône Alpes, aucun marché régional n est épargné par le recul de l activité. Le nombre d autorisation de construire des 12 derniers mois reste sous la barre symbolique des autorisations, témoignant de la faiblesse générale de l activité. 7

8 2.2- Mises en chantier Résultats globaux A. Données trimestrielles Avec logements commencés au 3 ème trimestree 2013, les mises en chantier sont stables ( 0,6%) par rapport au 3 ème trimestre 2012 et mais reste en net retrait ( 16,5%) par rapport au niveau du 3 ème trimestre 2011 ( logements commencés) Nombre de logements commencés 0 T T T B. Année mobile Sur les 12 derniers mois, le nombre de logements commencés ( misess en chantier) est en retrait de 11,1% par rapport aux 12 mois précédents ( mises en chantier), et de 12,9% par rapport à l année mobile N 2 ( ) Nombre de logements commencés Oct 2010 Sept 2011 Oct 2011 Sept 2012 Oct 2012 Sept Résultats sectoriels A. Logements individuels Au 3 ème trimestre 2013, mises en chantier de logements individuels ont été comptabilisées, soit le même nombre qu au 3 ème trimestre 2012 ( mises en chantier). Ce volume est toutefois nettement en retrait par rapport à celui du 3 ème trimestre 2011 ( 16,5%). Les logements individuels purs ( unités ce trimestre) représentent 74% des mises en chantier de logements individuels. D octobre 2012 à septembre 2013, on enregistre mises en chantier de logements individuels, soit un niveau en baisse par rapport à l année mobile N 1 ( 9,4%) et de l année mobile N 2 ( 19,6%). B. Logements collectifs (y compris logements en résidences) Sur le 3 ème trimestree 2013, il y a eu mises en chantier de logements collectifs, soit une baisse de 1,3%% par rapport au 3 ème trimestre 2012, et de 16,6%% par rapport au 3 ème trimestre

9 Sur 12 mois, les mises en chantier de logements collectifs ( ) ont diminué de 12,5% par rapport aux 12 mois précédents ( ) et restent en retrait de 5,9% par rapport à l année mobile N 2 ( mises en chantier). Hors logements en résidences, au 3 ème trimestre 2013, le rythme des mises en chantier de logements collectifs ( unités) est en légère augmentation (+2,9%) rapport à celui du 3 ème trimestre 2012, mais reste en nette retrait par rapport au niveau du 3 ème trimestre 2011 ( 15,4%). Sur les 12 derniers mois, logements collectifs ont été mis en chantier, soit une baisse de 11,6% par rapport à la période précédente. Sur les douze derniers mois, le nombre de mises en chantier ( unités) a diminué de 11,1%, le ralentissement du rythme de l activité ayant été initié depuis le 2 ème trimestre Ce ralentissement affecte autant les logements individuels que collectifs (respectivement 9,4% et 12,5% par rapport à l année mobile N 1). 3- Eléments financiers Après avoir atteint un niveau historiquement bas au mois de mai 2013 à 1,7%, le taux des obligations d Etat (OAT 10 ans) a augmenté de 0,6% en réaction à l embellie estivale du marché des actions et à la décision de la FED de remonter ses taux longs. Rappelons que l'oat 10 ans est la référence utilisée par les banques pour fixer le taux d'intérêt appliqué aux crédits immobiliers à taux fixe d une durée de 15 ans. Suivant ce mouvement, les taux de crédit se sont également orientés à la hausse mais celle ci est restée modérée en raison de l action de la BCE qui poursuit sa politique de soutien à l économie (son taux directeur est resté à 0,5 % et l Euribor à 0,55 %) et de maintien de liquidités à la disposition des banques. Ces dernières n ont donc pas eu à répercuter intégralement la hausse dans leurs grilles de taux des prêts. Après avoir baissé de façon continue jusqu au mois de mai 2013 et atteint des niveaux historiquement bas, les taux de long terme (OAT) comme de court terme (Euribor) sont désormais sur un léger trend haussier, mais modéré par l action de la BCE. 9

10 4- Perspectives pour le marché du logement neuf Initiée en 2012, le ralentissement de l activité du marché du logement neuf se poursuit sur 2013 ; Le maintient des ventes des 12 derniers mois sous du seuil symbolique des unités ou le nombre d autorisations de construire sous la barre des en sont de bons indicateurs. L investissement privé reste particulièrement en retrait et l accession, bien que résistant mieux, se maintient à un faible niveau. Le PTZ+ reste un dispositif de soutien efficace à la primo accession mais, alors que les taux d intérêt restent historiquement bas, il est toujours confronté à des conditions d octroi de crédits restrictives. Face au ralentissement de l activité commerciale, les opérateurs réduisent le rythme des constructions de logements depuis le milieu de l année 2012 afin de limiter le risque de stock. De plus, le lancement de nouvelles opérations devient beaucoup plus sélectif afin de satisfaire aux conditions de pré commercialisation imposées par les banques. Pour la fin d année 2013 et le début d année 2014, les indicateurs ne laissent pas présager de meilleures perspectives. En effet, plusieurs facteurs macro économiques vont encore venir fragiliser la demande de logements : Le doux redémarrage de la croissance : +1,3% en 2014 selon l OCDE ; L ampleur de la détérioration du marché du travail : le taux de chômage devrait se maintenir au delà des 10% en 2014 ; Les taux de crédit à l habitat qui, bien que restant à des niveaux bas, se relèvent sensiblement. De plus, l accès au crédit restera difficile pour les emprunteurs de longue durée ou présentant de faibles garanties ; De plus, compte tenu : du dispositif Duflot de soutien à l investissement locatif sur lequel pèse désormais la menace du plafonnement des loyers, du PTZ+, renforcé en début d année sur les seules catégories les plus modestes, qui ne devrait pas évoluer, du maintient de conditions de crédit bancaire contraignantes, de prix toujours contraints par un renchérissement du foncier et de coûts de construction en augmentation. Les trimestres à venir devraient encore être marqués par un faible niveau de l activité, tant du nombre des ventes que du rythme de construction. Bien que l immobilier jouisse toujours de l image de valeur refuge, celle ci reste fortement contrainte par la mise à disposition des crédits immobiliers. Néanmoins, l ajustement des prix initié depuis maintenant 18 mois, mais constaté principalement dans le marché de l ancien, redonne toutefois de l attractivité à l ensemble du marché immobilier

11 TABLEAU 1 MARCHE DU LOGEMENT NEUF AU 3ème TRIMESTRE 2013 VENTES (trimestrielles) T T VARIATION T3 2013/ T VENTES (année mobile) T à T T à T VARIATION année mobile Ile-de-France ,2% ,8% Champagne-Ardenne ,8% ,9% Picardie ,3% ,3% Haute-Normandie ,0% ,3% Centre ,4% ,4% Basse-Normandie ,4% ,9% Bourgogne ,3% ,9% Nord-Pas-de Calais ,5% ,4% Lorraine ,3% ,6% Alsace ,9% ,3% Franche-Comté ,1% ,6% Pays-de-la-Loire ,3% ,0% Bretagne ,7% ,0% Poitou-Charentes ,8% ,9% France NORD ,5% ,3% Aquitaine ,4% ,7% Midi-Pyrénées ,3% ,6% Limousin ,1% ,3% Rhône-Alpes ,1% ,7% Auvergne ,3% ,4% Languedoc-Roussillon ,5% ,6% Provence-Alpes-Côte d'azur ,7% ,2% Corse ,3% ,8% France SUD ,0% ,7% TOTAL FRANCE individuel ,1% ,5% collectif ,9% ,2% TOTAL FRANCE ,5% ,8% Source : ECLN, CGDD/SOeS 11

12 TABLEAU 2 MARCHE DU LOGEMENT NEUF AU 3 ème TRIMESTRE 2013 MISES EN VENTE MISES EN VENTE VARIATION (trimestrielles) (année mobile) VARIATION T T T3 2013/ T à T à T T32012 T année mobile Ile-de-France ,6% ,2% Champagne-Ardenne ,0% ,5% Picardie ,4% ,5% Haute-Normandie ,1% ,7% Centre ,2% ,0% Basse-Normandie ,1% ,2% Bourgogne ,8% ,4% Nord-Pas-de Calais ,5% ,1% Lorraine ,9% ,6% Alsace ,1% ,1% Franche-Comté ,7% ,4% Pays-de-la-Loire ,1% ,3% Bretagne ,7% ,9% Poitou-Charentes ,7% ,0% France NORD ,3% ,7% Aquitaine ,0% ,2% Midi-Pyrénées ,2% ,5% Limousin ,0% ,1% Rhône-Alpes ,1% ,9% Auvergne ,6% ,4% Languedoc-Roussillon ,9% ,6% Provence-Alpes-Côte d'azur ,7% ,1% Corse ,9% ,1% France SUD ,1% ,6% TOTAL FRANCE individuel ,6% ,3% collectif ,1% ,2% TOTAL FRANCE ,0% ,8% Source : ECLN, CGDD/SOeS 12

13 TABLEAU 3 MARCHE DU LOGEMENT NEUF AU 3 ème TRIMESTRE 2013 Prix de vente (lgts collectifs) Offre commerciale Nb de mois Nb de mois T T VARIATION VARIATION T T T T * ** * ** Ile-de-France ,8% 10,5 10,9 10,1 9, ,0% Champagne-Ardenne ,9% 12,3 10,0 11,7 11, ,7% Picardie ,1% 21,6 14,4 18,5 17, ,2% Haute-Normandie ,6% 18,0 17,7 27,0 24, ,0% Centre ,2% 15,1 14,2 17,5 15, ,6% Basse-Normandie ,2% 22,1 17,3 16,1 16, ,0% Bourgogne ,0% 26,4 14,1 25,1 23, ,9% Nord-Pas-de Calais ,8% 17,4 17,0 18,3 17, ,7% Lorraine ,6% 11,2 10,6 17,3 17, ,3% Alsace ,0% 13,3 10,7 15,2 13, ,5% Franche-Comté ,6% 19,7 15,7 20,3 17, ,9% Pays-de-la-Loire ,4% 17,7 14,3 18,2 17, ,4% Bretagne ,3% 21,8 18,6 22,9 22, ,0% Poitou-Charentes ,0% 14,4 12,0 20,6 16, ,3% France NORD ,5% 17,5 14,8 18,8 17, ,7% Aquitaine ,1% 14,8 14,5 11,0 13, ,2% Midi-Pyrénées ,0% 10,5 9,8 9,6 9, ,3% Limousin ,5% 17,1 12,7 20,7 19, ,3% Rhône-Alpes ,1% 12,6 11,3 16,8 15, ,1% Auvergne ,8% 17,5 16,2 17,7 15, ,6% Languedoc-Roussillon ,3% 14,6 11,9 14,0 14, ,5% Provence-Alpes-Côte d'azur ,3% 11,0 11,1 13,1 14, ,6% Corse ,3% 11,6 10,8 10,7 11, ,3% France SUD ,7% 12,4 11,5 13,5 13, ,7% TOTAL FRANCE individuel ,7% 15,2 14,0 15,0 14,6 - - collectif ,8% 13,1 12,2 13,9 13, ,7% TOTAL FRANCE ,4% 13,3 12,4 14,0 13,8 * Délai d'écoulement des stocks : stocks / ( ventes des 6 derniers mois /6) ** Délai d'écoulement des stocks : stocks / ( ventes des 12 derniers mois /12) 13

14 14

15 15

16 16

17 TABLEAU 5 EVOLUTION DES VENTES AU DETAIL PAR DESTINATION Ventes en accession Ventes à investisseurs Dispositif Périssol Loi Besson Robien/ Borloo Dispositif Scellier Total Part des Investisseurs 53% 59% 52% 32% 37% 41% 52% 55% 57% 53% 49% 44% 64% 63% 56% 44% sources : ECLN, CGDD/SOeS et Fédération des promoteurs immobiliers 17

La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999

La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999 La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999 En 1998, avec un chiffre d affaires proche de 109 milliards de francs, selon les estimations du ministère de l Équipement, des Transports

Plus en détail

LE MARCHÉ DU LOGEMENT 4 ÈME TRIMESTRE 2014

LE MARCHÉ DU LOGEMENT 4 ÈME TRIMESTRE 2014 NOTE DE MARCHÉ LE MARCHÉ DU LOGEMENT 4 ÈME TRIMESTRE 2014 1. MARCHE DES LOGEMENTS NEUFS : UN TRIMESTRE PORTEUR D ESPOIR Après 11 trimestres de baisses consécutives, la commercialisation des logements enregistre

Plus en détail

TABLEAU DE BORD TRIMESTRIEL DE LA CONSTRUCTION NEUVE

TABLEAU DE BORD TRIMESTRIEL DE LA CONSTRUCTION NEUVE SERVICE ECONOMIQUE ET FINANCIER TABLEAU DE BORD TRIMESTRIEL DE LA CONSTRUCTION NEUVE 45 milliers de logements par trimestre MARCHE DU LOGEMENT NEUF FRANCE ENTIERE 120 40 35 30 25 20 15 10 110 100 90 80

Plus en détail

TABLEAU DE BORD TRIMESTRIEL DE LA CONSTRUCTION NEUVE

TABLEAU DE BORD TRIMESTRIEL DE LA CONSTRUCTION NEUVE TABLEAU DE BORD TRIMESTRIEL DE LA CONSTRUCTION NEUVE Service économique & financier MARCHE DU LOGEMENT NEUF FRANCE METROPOLITAINE 45 40 35 30 25 20 15 10 5 milliers de logements par trimestre 96 97 98

Plus en détail

Commercialisation des logements neufs

Commercialisation des logements neufs COMMISSARIAT GénéRAl au développement durable n 667 Août 2015 Commercialisation des logements neufs Résultats au deuxième trimestre 2015 OBSERVATION ET STATISTIQueS logement - CONSTRuCTION Au deuxième

Plus en détail

TABLEAU DE BORD TRIMESTRIEL DE LA CONSTRUCTION NEUVE

TABLEAU DE BORD TRIMESTRIEL DE LA CONSTRUCTION NEUVE TABLEAU DE BORD TRIMESTRIEL DE LA CONSTRUCTION NEUVE Service économique & financier 45 40 35 30 25 20 15 10 milliers de logements par MARCHE DU LOGEMENT NEUF FRANCE METROPOLITAINE 120 110 100 90 80 70

Plus en détail

Commercialisation des logements neufs - Résultats au deuxième trimestre 2015

Commercialisation des logements neufs - Résultats au deuxième trimestre 2015 CGDD / MEDDE / SOeS Chiffres et Statistiques NUMÉRO 667 Août 2015 Commercialisation des logements neufs - Résultats au deuxième trimestre 2015 Au deuxième trimestre 2015, 26 500 logements neufs ont été

Plus en détail

MSI ÉTUDE. Données et analyse brève mise-à-disposition de sa clientèle par : MSI Reports Ltd

MSI ÉTUDE. Données et analyse brève mise-à-disposition de sa clientèle par : MSI Reports Ltd ÉTUDE CONSTRUCTION DE LOGEMENTS EN FRANCE : PRINCIPAUX INDICATEURS Février 2010 Données et analyse brève mise-à-disposition de sa clientèle par : Reports Ltd 231 avenue Jean Jaurès 2 Hilliards Court 69007

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Logement neuf au 1 er trimestre 2013 : Un nouveau trimestre de baisse

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Logement neuf au 1 er trimestre 2013 : Un nouveau trimestre de baisse COMMUNIQUÉ DE PRESSE Logement neuf au 1 er trimestre 2013 : Un nouveau trimestre de baisse L Observatoire de la Fédération des promoteurs immobiliers de France (FPI) livre ce jour les derniers chiffres

Plus en détail

Direction générale des entreprises ANNEE 2014

Direction générale des entreprises ANNEE 2014 Direction générale des entreprises SERVICE DE L ACTION TERRITORIALE, EUROPÉENNE ET INTERNATIONALE SOUS DIRECTION DE LA RÉINDUSTIALISATION ET DES RESTRUCTURATIONS D ENTREPRISES BUREAU DE LA FORMATION ET

Plus en détail

21 ème Observatoire des Taux meilleurtaux.com. C O N F É R E N C E D E P R E S S E 3 f é v r i e r 2 0 1 5

21 ème Observatoire des Taux meilleurtaux.com. C O N F É R E N C E D E P R E S S E 3 f é v r i e r 2 0 1 5 21 ème Observatoire des Taux meilleurtaux.com C O N F É R E N C E D E P R E S S E 3 f é v r i e r 2 0 1 5 I TAUX AU PLUS BAS : et si ça continuait? II RENEGOCIATION DE CREDITS : les règles du jeu changent

Plus en détail

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 L activité des marchés immobiliers résidentiels a connu une nouvelle dégradation en 1996 ( 4,2 %). Le logement individuel et le logement

Plus en détail

Reporting de la Cellule d appui MOA SIRH / DGA SI. Situation du 1 er juillet 2010 au soir

Reporting de la Cellule d appui MOA SIRH / DGA SI. Situation du 1 er juillet 2010 au soir Reporting de la Cellule d appui MOA SIRH / DGA SI Situation du 1 er juillet 21 au soir Indicateurs de la cellule Nombre d optants: données issues des régions 12151 personnes ont opté au 1/7/21 (données

Plus en détail

Le microcrédit : un outil de prévention et de lutte contre l exclusion sociale et financière?

Le microcrédit : un outil de prévention et de lutte contre l exclusion sociale et financière? Le microcrédit : un outil de prévention et de lutte contre l exclusion sociale et financière? Observatoire de la Microfinance Juillet 2012 Introduction Observatoire de la microfinance de la Banque de France

Plus en détail

CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 9 décembre 2014 LE MARCHÉ IMMOBILIER EN 2014

CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 9 décembre 2014 LE MARCHÉ IMMOBILIER EN 2014 CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 9 décembre 2014 LE MARCHÉ IMMOBILIER EN 2014 SYNTHÈSE DES CHIFFRES CLÉS Sources : FNAIM, CGEDD, SOeS, ECLN UN MARCHÉ PEU DYNAMIQUE ÉQUIVALENT À CELUI DE 2013 Quasi-stabilité

Plus en détail

LE BAROMETRE TENDANCE AU 2 EME TRIMESTRE 2014

LE BAROMETRE TENDANCE AU 2 EME TRIMESTRE 2014 LE BAROMETRE DES EMPLOIS DE LA F AMILLE No 11 décembre 2014 TENDANCE AU 2 EME TRIMESTRE 2014 L activité de l emploi à domicile hors garde d enfants est en repli depuis le 1 er trimestre 2012 La dégradation

Plus en détail

BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI

BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI DANS L ECONOMIE SOCIALE EN 2013 Cécile BAZIN Marie DUROS Amadou BA Jacques MALET Octobre 2014 INTRODUCTION Pour la septième année consécutive, l Association des Régions de

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE 15 novembre 2012

COMMUNIQUÉ DE PRESSE 15 novembre 2012 COMMUNIQUÉ DE PRESSE AU 3EME TRIMESTRE 2012, LE LOGEMENT NEUF ENTRE EN RECESSION Pour le 3 ème trimestre consécutif, les ventes de logements neufs par les promoteurs accusent une forte baisse. L Observatoire

Plus en détail

L emploi régional en 2010 : effets structurels et dynamisme

L emploi régional en 2010 : effets structurels et dynamisme DIRECTION ETUDES, STATISTIQUES ET PRÉVISIONS L emploi régional en 2010 : effets structurels et dynamisme 4 janvier 2012 Principe Cette étude relative au dynamisme des régions repose sur un modèle explicatif

Plus en détail

MSI ÉTUDE. Données et analyse brève mise-à-disposition de sa clientèle par : MSI Reports sarl

MSI ÉTUDE. Données et analyse brève mise-à-disposition de sa clientèle par : MSI Reports sarl ÉTUDE CONSTRUCTION EN FRANCE : PRINCIPAUX INDICATEURS Avril 2011 Données et analyse brève mise-à-disposition de sa clientèle par : Reports sarl 231 avenue Jean Jaurès 69007 Lyon France Tel : +33 (0)4 74

Plus en détail

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1997 ET PRÉVISIONS POUR 1998

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1997 ET PRÉVISIONS POUR 1998 LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1997 ET PRÉVISIONS POUR 1998 La construction neuve de logements s est de nouveau inscrite en baisse en 1997 ( 1,3 % en volume), mais dans des proportions moindres

Plus en détail

Le TOP TEN des 10 plus grandes villes préférées des Français

Le TOP TEN des 10 plus grandes villes préférées des Français Le TOP TEN des 10 plus grandes villes préférées des Français Sondage réalisé auprès d un échantillon de plus de 6400 Français Sondage réalisé pour la presse régionale et publié dans la presse régionale

Plus en détail

Instance Nationale de Concertation du 30 Mai 2013. Suivi de la production

Instance Nationale de Concertation du 30 Mai 2013. Suivi de la production Point n 3 Instance Nationale de Concertation du 30 Mai 2013 Suivi de la production 1 - L ETAT DES STOCKS DANS LES ORGANISMES... 2 2 - L EVOLUTION DES INSTANCES... 4 2.1. Evolution des instances toutes

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 468 Novembre 2013 Commercialisation des logements neufs Résultats au troisième trimestre 2013 OBSERVATION ET STATISTIQUES LOGEMENT - CONSTRUCTION À la fin

Plus en détail

Prix de l Immobilier constatés à la mise en vente en Novembre 2012

Prix de l Immobilier constatés à la mise en vente en Novembre 2012 Prix de l Immobilier constatés à la mise en vente en Les prix résistent toujours «Dans un marché immobilier pourtant grippé, les prix résistent toujours en ce mois de Novembre. Avec un indice qui ne progresse

Plus en détail

ACTIVITÉ DE L ARTISANAT DU BÂTIMENT : UN DÉBUT D ANNÉE DIFFICILE ET DES TRÉSORERIES ENCORE DÉGRADÉES

ACTIVITÉ DE L ARTISANAT DU BÂTIMENT : UN DÉBUT D ANNÉE DIFFICILE ET DES TRÉSORERIES ENCORE DÉGRADÉES LA LETTRE D INFORMATION HEBDOMADAIRE DU RÉSEAU Conjoncture du 1 er trimestre 215 Avril 215 ACTIVITÉ DE L ARTISANAT DU BÂTIMENT : UN DÉBUT D ANNÉE DIFFICILE ET DES TRÉSORERIES ENCORE DÉGRADÉES Au 1 er trimestre

Plus en détail

Les dépenses de Bâtiment et des Travaux Publics des collectivités territoriales. REALISATIONS 2013... p.6. PREVISIONS BUDGETAIRES 2014... p.

Les dépenses de Bâtiment et des Travaux Publics des collectivités territoriales. REALISATIONS 2013... p.6. PREVISIONS BUDGETAIRES 2014... p. 2 Sommaire Les dépenses de Bâtiment et des Travaux Publics des collectivités territoriales REALISATIONS 2013... p.6 PREVISIONS BUDGETAIRES 2014... p.10 TAUX DE REALISATION AVANCE & ESTIMATION DES TRAVAUX...

Plus en détail

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en La production de crédits nouveaux à l habitat, en croissance quasi continue depuis 1996 1, a atteint un niveau historiquement élevé en, avec des taux de

Plus en détail

Prix de l Immobilier constatés à la mise en vente en Février 2012

Prix de l Immobilier constatés à la mise en vente en Février 2012 Prix de l Immobilier constatés à la mise en vente en Stabilité des prix de mise en vente «Une quasi stabilité des prix affichés à la mise en vente, qui se confirme depuis la fin de l année, avec un indice

Plus en détail

Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2003

Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2003 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 23 Avec près de 96 milliards d euros de crédits nouveaux à l habitat distribués, l année 23 marque une nouvelle étape dans le cycle de hausse débuté en

Plus en détail

Evolution de la collecte des RPU Réseau OSCOUR

Evolution de la collecte des RPU Réseau OSCOUR Evolution de la collecte des RPU Réseau OSCOUR Vanina BOUSQUET InVS St MAURICE 20 Mai 2014 Journée plénière de la FEDORU SOMMAIRE Etat des lieux des remontée de RPU Etat des lieux des structures régionales

Plus en détail

Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat PRESENTATION GENERALE

Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat PRESENTATION GENERALE Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat PRESENTATION GENERALE Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat (FSPOEIE) constitue

Plus en détail

Les charges de copropriété dans le parc privé

Les charges de copropriété dans le parc privé Les charges de copropriété dans le parc privé Les charges de l année 2009 L Observatoire, un échantillon d immeubles permettant de distinguer deux niveaux d analyse : L analyse du parc des immeubles en

Plus en détail

Les comptes de production régionaux 2011-2012 - 2013 de la FFB

Les comptes de production régionaux 2011-2012 - 2013 de la FFB Les comptes de production régionaux 2011-2012 - 2013 de la FFB 03/10/2014 FEDERATION FRANÇAISE DU BATIMENT Direction des Affaires Economiques, Financières et Internationales Service des Etudes Economiques

Plus en détail

1985 / 2009 : 25 ANS DE CONCOURS DU CREDIT-BAIL AU FINANCEMENT DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE

1985 / 2009 : 25 ANS DE CONCOURS DU CREDIT-BAIL AU FINANCEMENT DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE 1985 / 2009 : 25 ANS DE CONCOURS DU CREDIT-BAIL AU FINANCEMENT DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE 2 1985 / 2009 : 25 ans de concours du crédit-bail au financement de l d entreprise* 1.Introduction : le crédit-bail,

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 584 Novembre 214 Tableau de bord éolien-photovoltaïque Troisième trimestre 214 OBSERVATION ET STATISTIQUES ÉNERGIE La puissance du parc éolien français s

Plus en détail

Construction de logements

Construction de logements COMMISSARIAT GénéRAl au développement durable n 640 Mai 2015 Construction de logements Résultats à fin avril 2015 (France entière) OBSERVATION ET STATISTIQueS logement - CONSTRuCTION Rappel À compter des

Plus en détail

Tableau de bord de conjoncture de la filière Construction. GIE Réseau des CERC. Comparaisons inter-régionales

Tableau de bord de conjoncture de la filière Construction. GIE Réseau des CERC. Comparaisons inter-régionales Tableau de bord de conjoncture de la filière Construction Comparaisons inter-régionales Janvier 2015 Conjoncture de la filière Construction en France Quelques indicateurs clés sur une période d un an Logements

Plus en détail

PERSPECTIVES DE L EMPLOI CADRE NORD-PAS-DE-CALAIS

PERSPECTIVES DE L EMPLOI CADRE NORD-PAS-DE-CALAIS PERSPECTIVES DE L EMPLOI CADRE NORD-PAS-DE-CALAIS LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 201- MARS 201 En 201, 0 entreprises du Nord-Pas-de-Calais du secteur privé ont été interrogées, employant 90 salariés dont

Plus en détail

Douanes : Commerce Extérieur

Douanes : Commerce Extérieur Données commentées Année 2015 SOMMAIRE ❶ Evolution des balances par zone d import/export :... 2 ❷ Evolution des balances par région administrative :... 3 ❸ Importations et exportations par région administrative.

Plus en détail

Connaître les Loyers et Analyser les Marchés sur les Espaces Urbains et Ruraux

Connaître les Loyers et Analyser les Marchés sur les Espaces Urbains et Ruraux Connaître les Loyers et Analyser les Marchés sur les Espaces Urbains et Ruraux Anah - Apagl - Ataraxia (Crédit Mutuel) - Bouygues Immobilier - CENTURY 21 - DHUP - FFB - FONCIA - Foncière Logement - FPC

Plus en détail

Santé des entreprises : Créations et Procédures Judiciaires

Santé des entreprises : Créations et Procédures Judiciaires Santé des entreprises : Créations et Procédures Judiciaires Année 2014 SOMMAIRE ❶ Répartition du nombre d entreprises et de salariés... 2 Répartition du nombre d établissements et du nombre de salariés

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 396 Février 2013 Tableau de bord éolien-photovoltaïque Quatrième trimestre 2012 OBSERVATION ET STATISTIQUES ÉNERGIE Le parc éolien atteint une de 7 562 MW

Plus en détail

Santé des entreprises : Créations et Procédures Judiciaires

Santé des entreprises : Créations et Procédures Judiciaires Santé des entreprises : Créations et Procédures Judiciaires Année 2013 SOMMAIRE ❶ Répartition du nombre d entreprises et de salariés... 2 Répartition du nombre d établissements et du nombre de salariés

Plus en détail

L ACTIVITÉ DE LA CONSTRUCTION

L ACTIVITÉ DE LA CONSTRUCTION L ACTIVITÉ DE LA CONSTRUCTION LA CONJONCTURE DU BÂTIMENT Activité en baisse en 2003, vive reprise fin 2003 et début 2004 Activité prévue Activité passée Enquête INSEE : l opinion des chefs d entreprise

Plus en détail

PROMOTEUR IMMOBILIER 2010

PROMOTEUR IMMOBILIER 2010 PROMOTEUR IMMOBILIER 2010 03 Qu est-ce Qu un promoteur ImmoBILIer? Le métier de promoteur immobilier consiste à prendre l initiative de réalisations immobilières. Il choisit, dirige et coordonne l ensemble

Plus en détail

ÉTUDE TRIMESTRIELLE Direction des Études

ÉTUDE TRIMESTRIELLE Direction des Études creditfoncierimmobilier.fr ÉTUDE TRIMESTRIELLE Direction des Études Juin 2015 Point de conjoncture logement PARCE QUE LE LOGEMENT LE VAUT BIEN les acteurs du marché ont dû s adapter, puis le Gouvernement

Plus en détail

La production de crédits immobiliers au premier trimestre augure une année exceptionnelle

La production de crédits immobiliers au premier trimestre augure une année exceptionnelle N 245, juin 2015 La production de crédits immobiliers au premier trimestre augure une année exceptionnelle I) Immobilier : un début d année sur les chapeaux de roues +39% au premier trimestre 2015 Au premier

Plus en détail

LE CONGÉ DE FORMATION PROFESSIONNELLE (CFP)

LE CONGÉ DE FORMATION PROFESSIONNELLE (CFP) TOUT SAVOIR SUR LE CONGÉ DE FORMATION PROFESSIONNELLE (CFP) ASSOCIATION NATIONALE POUR LA FORMATION PERMANENTE DU PERSONNEL HOSPITALIER LE CONGÉ DE FORMATION PROFESSIONNELLE LE CFP? Les agents de la Fonction

Plus en détail

Les chiffres du logement neuf 1 er semestre 2013

Les chiffres du logement neuf 1 er semestre 2013 Jeudi Observatoire de l immobilier de la FPI Les chiffres du logement neuf 1 er semestre 2013 Contact presse : Catherine Zou - 01 47 05 44 36 c.zou@fpifrance.fr www.fpifrance.fr OBSERVATOIRE DE LA FPI

Plus en détail

MSI ÉTUDE. Données et brève analyse mises à disposition de sa clientèle par :

MSI ÉTUDE. Données et brève analyse mises à disposition de sa clientèle par : ÉTUDE CONSTRUCTION EN FRANCE : PRINCIPAUX INDICATEURS Septembre 2011 Données et brève analyse mises à disposition de sa clientèle par : Reports sarl 231 avenue Jean Jaurès 69007 Lyon France Tel : +33 (0)4

Plus en détail

Mercredi 9 février 2011 Observatoire de l immobilier de la FPI Les chiffres du logement neuf en 2010

Mercredi 9 février 2011 Observatoire de l immobilier de la FPI Les chiffres du logement neuf en 2010 Mercredi Observatoire de l immobilier de la FPI Les chiffres du logement neuf en 2010 Contact presse : Catherine Zou - 01 47 05 44 36 c.zou@fpifrance.fr www.fpifrance.fr Sommaire Observatoire de la FPI

Plus en détail

LA VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPÉRIENCE (VAE)

LA VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPÉRIENCE (VAE) TOUT SAVOIR SUR LA VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPÉRIENCE (VAE) ASSOCIATION NATIONALE POUR LA FORMATION PERMANENTE DU PERSONNEL HOSPITALIER LA VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPÉRIENCE LA VAE? > La Validation

Plus en détail

ISF et intermédiation : Collecte 2009

ISF et intermédiation : Collecte 2009 ISF et intermédiation : Collecte 2009 juillet 2009 1 Contexte et méthodologie Contexte: L AFIC et l AFG ont conduit une enquête pour suivre l impact des mesures dites «ISF PME», et en particulier, pour

Plus en détail

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 2014

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 2014 Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 214 Gwenaëlle FEGAR Direction des Statistiques monétaires et financières Service d Analyse des financements nationaux Après une forte progression

Plus en détail

chiffre d'affaires (en M )

chiffre d'affaires (en M ) Assemblée générale du GERP Carac du 04 juin 2015 Point d information sur le développement de Carac PERsPectives Point sur les résultats 2014 Depuis son lancement, la Carac a délibérément placé la garantie

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITÉ 2009 à 2011 ASSOCIATION DE GESTION DU FINANCEMENT DE LA FORMATION DES CHEFS D ENTREPRISE

RAPPORT D ACTIVITÉ 2009 à 2011 ASSOCIATION DE GESTION DU FINANCEMENT DE LA FORMATION DES CHEFS D ENTREPRISE RAPPORT D ACTIVITÉ 2009 à 2011 Les chiffres clés Nombre d'actions de formation financées 43 624 54 963 62 657 Progression par rapport à l'année 2009 26,0% 43,6% Nombre de stagiaires financés 37 805 43

Plus en détail

Bovins viande. Effectifs troupeaux et animaux par région en 2013. Total élevages. Nbre de veaux pesés en VA0. Nbre de veaux pesés en VA4

Bovins viande. Effectifs troupeaux et animaux par région en 2013. Total élevages. Nbre de veaux pesés en VA0. Nbre de veaux pesés en VA4 Bovins viande Effectifs troupeaux et animaux par région en 2013 Chif Régions Nbre de Nbre de Nbre de troupeaux troupeaux troupeaux adhérents adhérents suivis en en VA4 en VA0 engraissement Nbre de troupeaux

Plus en détail

BUREAU DE LA FORMATION

BUREAU DE LA FORMATION Direction générale de la Compétitivité, de l Industrie et des Services SERVICE DE LA COMPETITIVITE ET DU DEVELOPPEMENT DES PME SOUS DIRECTION DES CHAMBRE CONSULAIRES BUREAU DE LA FORMATION BILAN DE L ACTIVITE

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel. Janvier 2015

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel. Janvier 2015 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Janvier 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs

Plus en détail

2015, l acquisition d un logement, évolution de la demande, pouvoir d achat & perspectives

2015, l acquisition d un logement, évolution de la demande, pouvoir d achat & perspectives 2015, l acquisition d un logement, évolution de la demande, pouvoir d achat & perspectives Après un semestre d activité, Empruntis dresse le portrait d un marché de l acquisition en nette reprise. 1 Contexte

Plus en détail

1. Apocalypse : No! Baisse modérée des prix de l immobilier et nombre de ventes en hausse 04

1. Apocalypse : No! Baisse modérée des prix de l immobilier et nombre de ventes en hausse 04 7 janvier 2013 Sommaire Que s est-il passé au 1 er semestre 2013? 1. Apocalypse : No! Baisse modérée des prix de l immobilier et nombre de ventes en hausse 04 2. Tableaux synthétiques 08 3. France 14

Plus en détail

L Economie Sociale et Solidaire

L Economie Sociale et Solidaire L Economie Sociale et Solidaire en - Chiffres clés - octobre 2014 Champ : Le périmètre de l économie sociale a été défini conjointement en mars 2008 par la délégation interministérielle à l innovation

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009 L Tableau de bord mensuel Octobre 2009 Avertissement : les indications mensuelles reprises dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitives qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple

Plus en détail

1 Une croissance plus solide de l'économie mondiale tirée par les USA

1 Une croissance plus solide de l'économie mondiale tirée par les USA 4 points à retenir 1 Une croissance plus solide de l'économie mondiale tirée par les USA 2 Réduction du risque de rupture systémique 3 La zone Euro sera en croissance lente, la France aussi. Peu de tensions

Plus en détail

PERSPECTIVES DE L EMPLOI CADRE AQUITAINE

PERSPECTIVES DE L EMPLOI CADRE AQUITAINE PERSPECTIVES DE L EMPLOI CADRE AQUITAINE LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 201- MARS 201 En 201, entreprises aquitaines du secteur privé ont été interrogées, employant 900 salariés dont 30 cadres Bilan 201

Plus en détail

Bilan de l emploi dans l économie sociale en régions. Cécile BAZIN Marie DUROS Mélanie BAZOGE Jacques MALET

Bilan de l emploi dans l économie sociale en régions. Cécile BAZIN Marie DUROS Mélanie BAZOGE Jacques MALET Bilan de l emploi dans l économie sociale en régions Cécile BAZIN Marie DUROS Mélanie BAZOGE Jacques MALET Octobre 2015 INTRODUCTION Pour la huitième année consécutive, l Association des Régions de France,

Plus en détail

L Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2014

L Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2014 L Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2014 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE. Suivez l activité. des entreprises de Rhône-Alpes UN NOUVEAU RECUL DE L ACTIVITE. 1 er trimestre 2014

NOTE DE CONJONCTURE. Suivez l activité. des entreprises de Rhône-Alpes UN NOUVEAU RECUL DE L ACTIVITE. 1 er trimestre 2014 Suivez l activité des entreprises de Rhône-Alpes NOTE DE CONJONCTURE 1 er trimestre UN NOUVEAU RECUL DE L ACTIVITE Après un relatif maintien fin, l ensemble des indicateurs économiques reculent en ce début

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2015

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2015 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2015 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

Observatoire du crédit immobilier

Observatoire du crédit immobilier Observatoire du crédit immobilier 12 e édition conférence de presse - 10 novembre 2010 Christian Camus Directeur général de Meilleurtaux.com 12 e Observatoire du crédit immobilier Meilleurtaux Des taux

Plus en détail

JANVIER 2013 LE SURENDETTEMENT

JANVIER 2013 LE SURENDETTEMENT JANVIER 2013 LE SURENDETTEMENT DES MÉNAGES ENQUÊTE TYPOLOGIQUE 2011 SOMMAIRE INTRODUCTION 5 1 Champ de l étude 5 2 Résumé des principaux constats relatifs à l ensemble des dossiers recevables recensés

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT Général au développement durable n 644 Juin 215 Tableau de bord éolien-photovoltaïque Premier trimestre 215 OBSERVATION ET STATISTIQUES énergie Le parc éolien français atteint une puissance

Plus en détail

Bilan 2013 : défaillances et sauvegardes d entreprises en France

Bilan 2013 : défaillances et sauvegardes d entreprises en France NATIONAL - N 18 Bilan 2013 : défaillances et sauvegardes d entreprises en France Synthèse du «Bilan 2013 : défaillances et sauvegardes d entreprises en France» Altares, Février 2014 Objectifs o Eclairer

Plus en détail

N 51. par le PIB par emploi, y est une des plus élevées, au 5 e

N 51. par le PIB par emploi, y est une des plus élevées, au 5 e POUR L ' ALSACE N 51 JUIN 2014 Croissance économique en retrait dès l'année 2000 en Alsace Rapportée à sa population, la contribution de l'alsace à la richesse nationale la situe toujours, en 2011, dans

Plus en détail

De nouveaux indicateurs pour suivre la construction de logements

De nouveaux indicateurs pour suivre la construction de logements COMMISSARIAT GénéRAl au développement durable n spécial Février 2015 De nouveaux indicateurs pour suivre la construction de logements OBSERVATION ET STATISTIQueS logement - CONSTRuCTION Le SOeS diffuse

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE la qualité L activité des certifications nf Logement et nf Logement HQe en 2012

OBSERVATOIRE DE la qualité L activité des certifications nf Logement et nf Logement HQe en 2012 OBSERVATOIRE DE la qualité L activité des certifications NF Logement et NF Logement HQE en 212 SOMMAIRE 1. 2. 2.1. 2.2. 3. 3.1. 3.2. 4. 4.1. 4.2. 5. Introduction p.3 L activité de certification en 212

Plus en détail

I. La mise en place des accords collectifs

I. La mise en place des accords collectifs Point n 2 INSTANCE NATIONALE DE CONCERTATION 25 SEPTEMBRE 2013 I. La mise en place des accords collectifs 1.1. Vague 1 : Pour mémoire, les 3 Urssaf régionales créées au 1 er janvier 2012 (Auvergne, Pays

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels. Tableau de bord mensuel Novembre 2015

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels. Tableau de bord mensuel Novembre 2015 L Tableau de bord mensuel Novembre 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple =

Plus en détail

1. Editorial - Immobilier ancien : les vendeurs retrouvent raison p. 04 2. Tableau et graphiques synthétiques p. 08 3. France p. 14 4. Paris p. 16 5.

1. Editorial - Immobilier ancien : les vendeurs retrouvent raison p. 04 2. Tableau et graphiques synthétiques p. 08 3. France p. 14 4. Paris p. 16 5. 1. Editorial - Immobilier ancien : les vendeurs retrouvent raison p. 04 2. Tableau et graphiques synthétiques p. 08 3. France p. 14 4. Paris p. 16 5. Ile-de-France (hors Paris) p. 18 6. Seine-et-Marne

Plus en détail

Entreprendre au féminin

Entreprendre au féminin DOSSIER DE PRESSE Entreprendre au féminin Un dispositif géré par : SOMMAIRE FGIF : un fond de garantie destiné aux femmes p. 3 Evolution du dispositif p. 4 Profils des bénéficiaires en 2010 p. 5 Caractéristiques

Plus en détail

L ACCESSION SOCIALE À LA PROPRIÉTÉ EN 2009. Stabilisation? Effet d aubaine? Ou amorce d une reprise durable du marché de la primo accession?

L ACCESSION SOCIALE À LA PROPRIÉTÉ EN 2009. Stabilisation? Effet d aubaine? Ou amorce d une reprise durable du marché de la primo accession? L L ACCESSION SOCIALE À LA PROPRIÉTÉ H DANS L HÉRAULT EN 2009 Stabilisation? Effet d aubaine? Ou amorce d une reprise durable du marché de la primo accession? Cette note a pour objectif de faire ressortir

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2015

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2015 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

L OBSERVATOIRE. des marchés de l ancien L ENVIRONNEMENT DU MARCHÉ. Lettre de conjoncture - N 48. Avril 2007 +6.5 % DE HAUSSE

L OBSERVATOIRE. des marchés de l ancien L ENVIRONNEMENT DU MARCHÉ. Lettre de conjoncture - N 48. Avril 2007 +6.5 % DE HAUSSE L OBSERVATOIRE des marchés de l ancien Avril 2007 Lettre de conjoncture - N 48 E N B R E F +6.5 % DE HAUSSE DES PRIX DE L ANCIEN AU 1 ER TRIMESTRE 2007. Doucement, le rythme annuel de progression des prix

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL En 2011, les titres professionnels (TP) sont au nombre de 255, nombre auquel s ajoutent 8 options et 16 certificats

Plus en détail

Mouvements des entreprises au Répertoire des Métiers 1er Semestre 2014

Mouvements des entreprises au Répertoire des Métiers 1er Semestre 2014 Mouvements des entreprises au Répertoire des Métiers 1er Semestre 214 Observatoire des Métiers et de l Artisanat Région Centre Août 214 Au 3 juin 214, le nombre d entreprises inscrites au RM a dépassé

Plus en détail

La Banque Postale Présentation de l activité Secteur Public Local. Bruges, le 3 juillet 2013

La Banque Postale Présentation de l activité Secteur Public Local. Bruges, le 3 juillet 2013 CEBATRAMA La Banque Postale Présentation de l activité Secteur Public Local Bruges, le 3 juillet 2013 HÉRITIÈRE DES SERVICES FINANCIERS DE LA POSTE 100% Filiale à 100% du groupe La Poste La Banque Postale

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Juin 2014

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Juin 2014 L Tableau de bord mensuel Juin 2014 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple = M est

Plus en détail

Un autre regard sur l emprunteur 2015. Achat de la résidence principale : qui sont les primo-accédants et les secundo-accédants, qu achètent-ils?

Un autre regard sur l emprunteur 2015. Achat de la résidence principale : qui sont les primo-accédants et les secundo-accédants, qu achètent-ils? Un autre regard sur l emprunteur 2015. Achat de la résidence principale : qui sont les primo-accédants et les secundo-accédants, qu achètent-ils? 1 Introduction L emprunteur immobilier «type» n existe

Plus en détail

GIE Réseau des CERC Cellules Economiques Régionales de la Construction. La conjoncture de la filière Construction en France

GIE Réseau des CERC Cellules Economiques Régionales de la Construction. La conjoncture de la filière Construction en France La conjoncture de la filière Construction en France Conjoncture de la filière construction en France Les chiffres clés Quelques indicateurs clés sur une période d un an... Les tendances sur mois... 4 Les

Plus en détail

Filières laitières. beurre / crème / fromages / Les cahiers de FranceAgriMer 2009 / Données statistiques / ÉLEVAGE. /33

Filières laitières. beurre / crème / fromages / Les cahiers de FranceAgriMer 2009 / Données statistiques / ÉLEVAGE. /33 beurre / crème / fromages / cheptel / collecte / consommation vaches / brebis / chèvres / échanges produits laitiers / France/Europe/Monde Les cahiers de FranceAgriMer 29 / Données statistiques / ÉLEVAGE.

Plus en détail

POINT D ETAPE PASA, UHR, ASG MAI 2012

POINT D ETAPE PASA, UHR, ASG MAI 2012 POINT D ETAPE PASA, UHR, ASG MAI 2012 SYNDICAT NATIONAL DES ETABLISSEMENTS ET RESIDENCES PRIVES POUR PERSONNES AGEES Pôles social et médico-social SYNDICAT NATIONAL DES ETABLISSEMENTS ET RESIDENCES PRIVES

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 521 Mai 2014 Commercialisation des logements neufs Résultats au premier trimestre 2014 OBSERVATION ET STATISTIQUES LOGEMENT - CONSTRUCTION Au premier trimestre

Plus en détail

Effectifs salariés de la Plasturgie : Données sociales

Effectifs salariés de la Plasturgie : Données sociales Effectifs salariés de la Plasturgie : Données sociales Année 2014 SOMMAIRE ❶ Type d emploi :...3 ❷ Pyramide des âges :...4 ❸ Conditions d emploi :...5 ❹ Les emplois par catégorie socioprofessionnelle :...6

Plus en détail

PRÈS D UN INDÉPENDANT SUR DEUX EMPLOIE DES SALARIÉS

PRÈS D UN INDÉPENDANT SUR DEUX EMPLOIE DES SALARIÉS ACO S S STA T BILAN PRÈS D UN INDÉPENDANT SUR DEUX EMPLOIE DES SALARIÉS N 07 - Juin 2003 En 2001, les employeurs et travailleurs indépendants non agricoles (ETI) étaient 1,8 million à avoir déclaré un

Plus en détail

Connaître les Loyers et Analyser les Marchés sur les Espaces Urbains et Ruraux

Connaître les Loyers et Analyser les Marchés sur les Espaces Urbains et Ruraux APAGL - BELVIA IMMOBILIER - BILLON IMMOBILIER - BOUYGUES IMMOBILIER - CENTURY 21 CM-CIC GESTION IMMOBILIERE - CREDIT FONCIER IMMOBILIER - DAUCHEZ - FFB FNAIM DU GRAND PARIS - FONCIA - FONCIERE LOGEMENT

Plus en détail

LA CONJONCTURE DU MARCHE LOCATIF PRIVE Les loyers de marché à fin août 2014

LA CONJONCTURE DU MARCHE LOCATIF PRIVE Les loyers de marché à fin août 2014 APAGL - BELVIA IMMOBILIER - BILLON IMMOBILIER - BOUYGUES IMMOBILIER - CENTURY 21 CM-CIC GESTION IMMOBILIERE - CREDIT FONCIER IMMOBILIER - DAUCHEZ - FFB FNAIM DU GRAND PARIS - FONCIA - FONCIERE LOGEMENT

Plus en détail

Le Var. La demande touristique par mode d hébergement & par marché Année 2012

Le Var. La demande touristique par mode d hébergement & par marché Année 2012 Le Var La demande touristique par mode d hébergement & par marché Année 2012 Double dimension Un marché «hors place» Une intention de séjour, de découverte Une attente d information, un «panier» à concevoir,

Plus en détail

Ministère des sports. Le ministre des sports. (pour attribution) (pour information)

Ministère des sports. Le ministre des sports. (pour attribution) (pour information) Ministère des sports Direction des sports Sous-direction de l emploi et des formations Bureau de la coordination des certifications et du service public de formation (D.S.C2) Personne chargée du dossier

Plus en détail