Université Paris I Panthéon-Sorbonne. Mémoire de recherche de Master 2 Communication Politique et Sociale. FILIPPOPOULOU Georgia-Maria

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Université Paris I Panthéon-Sorbonne. Mémoire de recherche de Master 2 Communication Politique et Sociale. FILIPPOPOULOU Georgia-Maria"

Transcription

1 Université Paris I Panthéon-Sorbonne Mémoire de recherche de Master 2 Communication Politique et Sociale FILIPPOPOULOU Georgia-Maria Sous la direction de M. GERSTLE Jacques La dictature en Grèce : étude comparée du traitement de trois quotidiens français Année universitaire

2 REMERCIEMENTS Je tiens tout particulièrement à remercier M. Jacques Gerstlé, pour l attention et le temps qu il a accordé à mon étude. Je le remercie également de m avoir offert l opportunité de réaliser mon rêve de poursuivre d études à l Université Paris I Panthéon - Sorbonne. Mes remerciements vont également à mes professeurs de l Université d Athènes, George Pleios, Stamatis Poulikidakos et Constantin Loulos. Sans leurs conseils et leurs encouragements, je n aurais pas pu mener à bien ce mémoire. Enfin, un grand merci à l ensemble de mes proches et amis Myrto, Alexandra, Maria, Jose, Yiannis, Sarantis, Dimitris, Alexandros et Marianne pour leur aide et leur soutien plus que précieux. Et tout particulièrement à mes parents, Christos et Varvara, pour leur écoute sans faille et leur affection. 2

3 SOMMAIRE INTRODUCTION...7 PREMIERE PARTIE.. 10 I. THEORIE 10 A. La définition de «l objectivité journalistique» et critique. 10 a) Présentation des événements sans commentaires 13 Vérité Informativité Signification 18 b) Impartialité Neutralité 26 Equilibrage B. Contraintes du travail journalistique à la couverture des événements en Grèce a) Des contraintes liées à la couverture des nouvelles de l étranger. 29 b) Des contraintes liées au régime autoritaire 32 II. CORPUS A. Les journaux «d opinion» a) Le Monde b) Le Figaro c) L Humanité B. Présentation résumée des événements des périodes examinées...38 a) Avril Le coup d état en Grèce 39 b) 1-15 Décembre L expulsion de la Grèce du Conseil de l'europe 42 3

4 c) Novembre La révolte de l Ecole Polytechnique. Le nouveau coup d état.. 44 d) Juillet L invasion en Chypre. La chute du régime militaire.. 46 CONCLUSION DE LA PREMIERE PARTIE DEUXIEME PARTIE.. 50 I. METHODOLOGIE...50 A. Analyse des paramètres du protocole..50 a) Discours et tonalite des journalistes et des personnes parlantes b) La dimension évaluative des mots.. 51 II. ANALYSE DES RESULTATS DE LA RECHERCHE...54 A. Caractéristiques Générales...54 a) Le nombre/ taille des publications...55 b) La date/page de la publication...60 c) La catégorie de la publication 70 B. Analyse du discours et de la tonalité du journal.79 a) Le type de discours du journaliste de la publication...80 b) La tonalité du journaliste envers le régime/la résistance au régime...87 c) Nom / Statu des locuteurs d) Le type de discours/tonalité des locuteurs C. Nombre/tonalité de références a) Références aux personnes b) Références aux mots 120 CONCLUSION DE LA DEUXIEME PARTIE

5 CONCLUSION BIBLIOGRAPHIE ANNEXES i) Le protocole de la recherche 143 ii) Figures supplémentaires

6 «Ce que nous racontons s est réellement passé. Rien ne s'est passé comme nous le racontons.» Goethe 6

7 INTRODUCTION La question de la représentation de la réalité, à travers les récits puis à travers les formes organisées de l'information, a toujours préoccupé l'humanité de l'antiquité à l'époque des médias de masse et numérisés. Jusqu'à nos jours, le débat n'a pas cessé. Des amphithéâtres universitaires aux cafés traditionnels et des manifestations organisées aux panneaux de télévision, la notion de «l'objectivité» est souvent abordée. En ce qui concerne l'historiographie et le journalisme d'information, la façon dont l'enregistrement, l'interprétation et la publication des faits de la vie réelle peuvent refléter ou «construire» les événements, est encore très largement discuté et controversé Albert Camus disait en 1944 dans les pages de Combat que le journaliste est un «historien de l instant» 1. Etant donné que «l instant» pour le journaliste c est l actualité, il contraste avec le point de vue de l historien, qui nécessite l'introduction du temps standard, et le détachement des événements. Toutefois, le journalisme fonctionne comme «l'histoire de l'instant», comme porte parole de la conscience collective dans sont état réactif. Le journaliste vit à l époque où se passent les événements qu'il décrit, ignorant leur dimension historique et est lié aux perceptions et aux préjugés du moment. Considérant le journalisme comme en réalité un instantané de la conscience collective qui la produit, peut-il effectivement être «objectif», selon les définitions attribuées à ce terme? Si le journaliste constitue donc un témoin professionnel dans la pulvérulence de l'événementiel, l information fournie peut-elle être dégagée de la charge idéologique et de l'ensemble des conditions dans lesquelles elle a été produite? Compte tenu des considérations ci-dessus, le présent mémoire tente d étudier l attitude de la presse française «d opinion» envers la dictature en Grèce pendant les années Le terme «attitude» se réfère aux caractéristiques quantitatives et qualitatives du contenu de toutes les publications relatives au régime en Grèce, que nous avons choisi d'analyser en fonction de variables spécifiques. Parce qu il nous a été impossible d examiner l intégral des publications dû à une contrainte de temps,, 1 Camus, A., La réforme de la presse : Combat 1/09/1944, dans Cahier Albert Camus 8, Paris, Galimard, 2002, p

8 nous avons choisi de tenir compte seulement de quatre périodes historiques qui ont marqué les années de la dictature. De plus, comme conclu Eyal 2, l'étude d une période précédente et suivante est nécessaire, afin d'enquêter en profondeur une question, nous avons donc choisi quatre périodes historiques se succédant. Durant ces périodes, le corpus de recherche comprend alors trois journaux : Le Monde, Le Figaro, et l'humanité. En raison de la diversité idéologique et de leur grande popularité, nous pourrions conclure qu'ils représentent la presse française d opinion de l'époque. Par ailleurs, si nous avons centré cette étude à la presse écrite, parce que la télévision, même si elle existait déjà, n était pas très présente lors des événements. La presse constituait à l époque le moyen principal d information des citoyens. Ainsi, l écrit nous paraît être potentiellement plus riche, plus élaboré et mieux adapté à une étude approfondie des discours médiatiques. En effet, la presse écrite est un média de parole, où les schémas argumentatifs sont plus élaborés, qui se prête mieux à une analyse du discours. Nous pensons également que les clivages, notamment en termes de ligne éditoriale et de tendance politique, sont beaucoup plus explicites et identifiables dans la presse écrite, ce qui peut faciliter notre décodage des types de discours. Ainsi, si nous avons choisi de travailler uniquement sur des quotidiens, c est pour garder une certaine unité et ainsi permettre une comparaison lors de notre analyse. A travers la première partie nous avons tenté de définir le sens d '«objectivité» dans le journalisme selon les chercheurs Denis McQuail 3 et Jorgen Westerstahl 4. Se référant à une vaste bibliographie sur la théorie de la communication, nous avons présenté les éléments caractéristiques de la notion (présentation de faits sans commentaires ; impartialité) dans une tentative d éclairer tous ses aspects, en pratique. Ensuite, enrichissant la présentation des conditions pratiques du travail journalistique, nous avons jugé nécessaire de présenter les circonstances particulières lors de la couverture médiatique des événements en Grèce durant la période de la 2 Eyal, H., Time-frame in agenda-setting research: A study of the conceptual and methodological factors affecting the time frame context of the agenda-setting process, Syracuse, Syracuse University Press, McQuail, D., La Théorie de la Communication de Masse pour le 21ème siècle, Athènes, Kastaniotis, 2003, p Westerstahl, J. Objective News Reporting, Communication Research 10, 1983, p

9 dictature. Outre les contraintes provoquées par la nature autoritaire du régime, la couverture des événements internationaux contient aussi des contraintes qui devraient être prises en compte dans l'analyse qualitative des données. Le deuxième chapitre de la première partie est consacré au corpus de la recherche. Nous faisons référence à l'histoire et aux caractéristiques générales des trois journaux, afin de souligner leurs pratiques spécifiques et leur orientation idéologique. Ensuite, nous présentons en résumé les principaux événements au cours des quatre périodes historiques que nous avons choisi d'étudier, avec une référence particulière aux événements qui attirent l'attention des journaux. Dans une deuxième partie nous analyserons ensuite les paramètres de la méthodologie choisies, mettant un accent particulier sur l'analyse du discours / tonalité du journal et de l'importance du langage utilisé. Après avoir présenté notre méthodologie, nous exposerons les résultats de notre étude à travers des figures et des commentaires. Cette recherche vise à répondre aux questions suivantes: a) Comment le thème de la dictature en Grèce est-il hiérarchisé dans la presse française? b) Comment les publications concernées sont-elles évaluées? Est-ce que la presse française a entrepris une couverture médiatique des thèmes majeurs de la dictature grecque dans le style «neutre» adopté par les télégrammes des agences de presse, ou a-t-il choisi une attitude plus critique? Au fil du temps, cette attitude a- t- elle changé, ou est-elle restée stable? c) Les «différences idéologiques» de chaque journal ont-elles un impact sur leur attitude face aux événements en Grèce ou ont-ils conservé une approche uniforme couvrant les événements? Si leur attitude se prouve différente, quelles sont ses caractéristiques qualitatives? 9

10 PREMIERE PARTIE I. THEORIE A. La définition de «l objectivité journalistique» et critique «Quant aux événements de la guerre, je n'ai pas jugé bon de les rapporter sur la foi du premier venu, ni d'après mon opinion ; je n'ai écrit que ce dont j'avais été témoin ou pour le reste ce que je savais par des informations aussi exactes que possible. Cette recherche n'allait pas sans peine, parce que ceux qui ont assisté aux événements ne les rapportaient pas de la même manière et parlaient selon les intérêts de leur parti ou selon leurs souvenirs variables.» Thucydide 5 Quand le premier chercheur-historien, appelé aussi «le premier reporter de l'histoire», a écrit ces lignes au 5ème siècle avant J-C, il ignorait bien sûr que près de 2500 ans plus tard, les journalistes tenteraient avec la même angoisse de corroborer la véracité de leurs écrits, et utiliseraient des tactiques similaires pour y parvenir, ou rassurer le public à ce sujet. La «qualité de l'information» et «l'objectivité» sont souvent présentées dans les manuels de communication ou de journalisme comme interconnectées. Toutefois, comme dans le cas des nombreux concepts qui sont considérés comme axiomatiques et utilisés sans discernement, le processus de définition de «l'objectivité» a fait l objet de nombreux chercheurs. Le chercheur Denis McQuail dans «La Théorie de la Communication de Masse pour le 21ème siècle» identifie comme ses éléments de base 6 : a) adopter une attitude d'impartialité et de neutralité, sans implication personnelle, b) éviter la partialité et la politisation, c) insister sur l exactitude et d'autres éléments de vérité que la cohérence et l'intégralité, et d) éviter les finalités obscures ou d'autres fins. 5 Thucydide, Histoire de la guerre du Péloponnèse, Livre I (XXII), Athènes, ΟΕDΒ, 2000, traduction : Voilquin, J. 6 McQuail, D., La Théorie de la Communication de Masse pour le 21ème siècle, Athènes, Kastaniotis, 2003, p

11 Westerstahl avait également présenté le schéma 7 suivant pour définir l'objectivité dans le journalisme. Selon cette étude, l'objectif est basé sur le pur enregistrement d'événements (factualité) et l'impartialité. Objectivité Factualité Impartialité Vérité Informativité Signification Équilibre Neutralité D après ce schéma, l'enregistrement des événements est valide s il contient des faits et des déclarations dont les sources peuvent être vérifiées. De plus, ceux-ci doivent être présentés sans commentaires, ou tout au moins apparaître clairement dissociés des commentaires. Ces informations, cependant, doivent être également véridiques, c'està-dire exactes et complètes et sans tentative d'égarer, ou de servir à des fins souterraines. Chaque information doit être imprégnée d «informativité» (informativness), être claire et compréhensible. Enfin, l'élément-clé est la «Signification» de l information, qui se réfère au choix du sujet de la plus haute importance pour les lecteurs. Le second pilier de l'objectivité a à voir avec l'impartialité, ce qui nécessite également un «positionnement neutre» du journaliste, résultant d'un équilibre des interprétations contradictoires, des faits, des opinions. La deuxième caractéristique de l'objectivité selon Westerstahl, est ce qui est le plus souvent outrepassé dans la presse occidentale, où la liberté d'expression et la démocratie peuvent assurer et exigent le respect de la première étape de l'objectivité. Critique de la définition d «objectivité» En vertu de ces critères nous pourrions parvenir à la conclusion que l'objectivité devient un garant de la liberté et de l'égalité dans le processus d'information, si elle 7 Westerstahl, J. Objective News Reporting, Communication Research 10, 1983, p

12 n est pas influencée par des intérêts et si les sources sont traitées de façon égale et possèdent des opportunités égales de recours aux médias. Cette approche s'apparente plus à l'approche libérale-pluraliste, qui voit les médias comme des mécanismes destinés à promouvoir les intérêts et les points de vue des différents groupes et contribuant ainsi de manière décisive à la libre circulation des idées et au fonctionnement démocratique du système. La position centrale de la théorie pluraliste se concentre sur la position que les médias constituent un support essentiel pour les institutions démocratiques, qui forment le «quatrième pouvoir» et sont «un miroir de la société». Cependant, il devient rapidement évident que dans une certaine simplification, le résultat semble étroitement lié à l'idéal «de la communication rationnelle et non faussée» 8 de Habermas. Or, Habermas admet qu en fait la communication, soit interpersonnelle soit médiatisée, ne peut jamais échapper complètement à l'effet des conditions dans lesquelles elle a lieu. L'acte du «discours idéal» peut être seulement une possibilité théorique. Les critiques 9, basées sur Foucault, nient même le terme «communication rationnelle» puisque les relations de pouvoir régissent toutes les relations humaines, les contacts et les processus par lesquels les connaissances ou la communication sont produites. La réponse à la position pluraliste, établissant que les médias constituent des représentations neutres de la réalité, des mécanismes qui contrôlent le pouvoir, que leur influence peut être mesurée et que leurs effets se limitent à renforcer les valeurs existantes, est principalement issue de deux différentes sources théoriques, le structuralisme et le marxisme. Nous analyserons ainsi les caractéristiques individuelles de «l objectivité» selon McQuail et Westerstahl par rapport à des interprétations différentes et des études liées à chaque terme. De plus, nous nous référerons à la pratique du journalisme comme un obstacle à la réalisation de l'objectivité. 8 Habermas, J. The Structural Transformation of the Public Sphere, Cambridge, MA: MIT Press, Simon J, Foucault and the Political, London, Routledge, 1995, p

13 a) Présentation des événements sans commentaires Le marxisme et le structuralisme ont mis en doute l'hypothèse que les médias reflètent la réalité. Selon l'école de Francfort, les médias et l'industrie de la culture construisent et identifient la conscience des classes dominées et les manipulent de sorte que toute résistance disparaisse et que la passivité domine la passivité 10. Les médias déterminent ainsi les conditions dans lesquelles nous réfléchissons, ou pas 11. Ils nous égarent vers un monde de définitions et des simulations idéologiques automatiques 12. Le structuralisme, d'autre part, a développé l'argument selon lequel la pensée précède la réalité et la comprend de différentes façons selon le contexte dans lequel l'homme se trouve à chaque fois. La «réalité sociale» est réalisée par le langage, nous constituons notre monde social à travers les contes et la narration. Les travaux de Roland Barthes 13 sur la création et la projection de certains «mythes» par les médias, ont montré l'existence de messages auxquels ceux-ci apportent une charge idéologique et ainsi leur aptitude à démontrer seulement certains aspects de ce qui se passe dans le monde. Dans ce contexte les médias ne fonctionnent pas comme des observateurs neutres de la réalité, ni ne reflètent simplement des faits. Au contraire, ils orientent les événements et y attachent une signification sociale particulière, révélée à travers la compréhension du code qui régit les textes, résultant des différents niveaux de signification 14. Par une combinaison des deux théories, nous parvenons à la conclusion que la Vérité, l Informativité et la Signification, cadres de la première partie du schéma de l'objectivité, ne sont ni stables, ni mesurables, et donc ni facilement réalisables. 10 Marcuse, H., L'Homme unidimensionnel, Athènes, Papazisis, Traduction: Lykoudis, B., Adorno, T. & Horkheimer, M., La Dialectique de la Raison, Athènes, Ypsilon, Traduction: Sarikas, Z., Bennett, T., Theories of the media, Theories of society, dans Komninou,M. & Lyritzis,C., Pouvoir, Société et Medias de Masse, Athènes, Papazisis, 1989, p Barthes, R., Mythologies, Athènes, Kedros, traduction : Chatzidimou Kaiti, Barthes, R., Le Degré Zéro de l Ecriture, Athènes, Kedros, traduction : Papaiakovou Katerina,

14 Vérité D après Kant, il n'y a pas de corrélation entre la production culturelle et intellectuelle et des fins, des valeurs sociales et culturelles. La vérité et la beauté existent indépendamment. Selon la théorie du miroir si les journalistes exhumaient les éléments et les alignaient, la vérité se révélerait automatiquement 15. Cependant, le réalisme est survenu à un moment où le journalisme avait rompu avec les partis politiques et faisait preuve d une grande volonté de s appliquer à plus de précision. Réalisme et réalité, l'exactitude et la vérité, n ont pas été si facilement assimilés par les chercheurs ultérieurs. Ainsi, si un journal publie un long article sur le discours du maire lors d'une célébration de la police, le texte bien que réaliste et «vrai» semblera ironique si la police dans la région a récemment été impliquée dans un scandale. Selon Walter Lippman dans «Opinion Publique» : «[ ] les nouvelles et la vérité ne sont pas la même chose. La fonction des nouvelles est de marquer un événement ou d'informer le monde à ce sujet. La fonction de la vérité est de mettre en lumière des faits cachés, de les combiner et de créer une image de la réalité, sur laquelle le citoyen peut agir.» Pour les marxistes et les structuralistes la vérité journalistique a été conçue comme allant au-delà d une simple précision. Elle a été conçue comme un processus de clarification, qui se développe entre l'histoire originale et l'interaction qui se produit au fil du temps entre le public, les auteurs des nouvelles et les journalistes 16. Pour les marxistes, les médias ne reflètent pas la vérité, mais les perceptions de leurs propriétaires, les membres des classes dirigeantes. Pour les structuralistes, la vérité dérive du code qui régit les textes, par la relation du signifiant et du signifié résultant des différents niveaux de signification. En conséquence, la circulation de l'information de masse, au-delà de la diffusion des connaissances parmi les participants au processus de communication, implique la dispersion d'un ensemble 15 Schudson Michael, Discovering of News, New York, 1978, p Kovach Bill & Rosenstiel Tom, The Elements of Journalism (What Newspeople Should Know and the Public Should Expect), Athènes, Kastaniotis, 2004, p

15 d'idées, croyances et opinions, qui affectent si elles ne déterminent pas, l'attitude des gens envers le monde, la société et la politique. Bien que le produit final des médias ne soit pas connaissance dans toute l acception du terme, l'information et les messages transmis influencent et forment la connaissance et les attitudes du public sur une grande variété de sujets. De cette manière les médias sont aussi des mécanismes de socialisation et de transmission des connaissances et des valeurs comme l'école et la famille 17. L'analyse de Daniel Hallin 18 est instructive sur le rôle des médias dans les situations de crise et de conflits. Halin diversifie la construction de l actualité du journalisme en trois sphères. La «sphère de consensus» est la sphère principale et présente ce que les journalistes et les médias acceptent comme indiscutables. Les images de cette sphère sont hors questionnement. Pour cette raison, les journalistes sont invités à présenter objectivement toutes les questions qui y sont liées. La «sphère de la dissidence légitime», est la seconde sphère à travers laquelle les sujets sont considérés comme légitimement controversés. Dans cette sphère, la neutralité et l'équilibre sont appliqués selon la gestion de la pratique journalistique. Dans la troisième sphère, celle de la «déviation», le journalisme «[ ] assume un rôle dans lequel il expose et condamne ou exclut de l'agenda public ceux qui violent ou restreignent le consentement» 19. En d'autres termes, les opinions appartenant à cette sphère ne sont pas considérées comme sérieuses par la pratique journalistique. Par contre, elles peuvent être utilisées pour renforcer les vues inhérentes aux deux autres sphères. Pourtant, les faits présents dans ces sphères ne sont pas statiques. Dans la pratique, ils sont étroitement liés et se déplacent souvent d'une sphère à l'autre. Les chercheurs ont appelé ce processus «crise de repères d évaluation» ou encore «crise de priorité», 17 Althusser, L., Idéologie et appareils idéologiques d État, dans Althusser, L., Positions ( ), Paris, Les Éditions sociales, 1976, p Hallin, D., The Uncensored War : The Media and Vietnam, New York, Oxford University Press, 1986, p Ibid. 15

16 c'est-à-dire que les médias peuvent changer la perspective par laquelle les gens évaluent les institutions, en concentrant leur attention sur un sujet plutôt qu'un autre 20. Les médias sont des mécanismes qui s'interposent entre les gens et la réalité qui les entoure, apportant une abondance de renseignements sur ce qui se passe dans le monde, comment il est fait et pourquoi. Cela signifie qu un grand pourcentage de nos connaissances sur ce qui se passe autour de nous vient des médias. Par conséquent, les médias en tant qu acteurs des mécanismes idéologiques, ne reflètent pas la vérité. L historien Simon Scapa a constaté que la certitude d'une vérité, «empiriquement vérifiable» est morte 21, tandis que Carl Bernstein avait dit de ce processus que «les journalistes essaient de produire la version la plus réaliste de la vérité» 22. Informativité Malgré leurs différences, le structuralisme et le marxisme se rejoignent lorsqu ils affirment pouvoir percer à jour la véritable signification des messages et révéler les voies et les mécanismes par lesquels celle-ci est perçue et comprise par le public. Donc les deux théories soutiennent qu elles tentent d apporter une vision objective de la réalité et qu elles conquièrent la connaissance définitive et l'interprétation correcte des différentes formes de production culturelle et intellectuelle. Ce qui figure dans l'histoire comme le «postmodernisme» se caractérise par l'impossibilité de trouver un sens «objectif». La connaissance dépend des moyens d expression et de la forme dans laquelle un texte se structure, ce qui permet des interprétations infinies. Les médias construisent la réalité d'une certaine manière car ils choisissent de discuter des aspects de ce monde complexe (agenda setting) et de plus utilisent des expressions particulières qui proviennent d autres sources pour les décrire, contribuant ainsi à la construction de la réalité. La théorie de la «construction sociale 20 Papathanassopoulos, S., Les médias de masse en situations de crise, dans Papathanassopoulos, S. & Komninou, M., Sujets de Déontologie Journalistique, Athènes, Kastaniotis, 2000, p Wood, G., Novel History, New York Review of Books, Juin 1991, p Kovach, B. & Rosenstiel, T., The Elements of Journalism, op. cit., p

17 forte», influencée par la philosophie phénoménologique et pragmatique dans les décennies 60-70, a promu l'argument selon lequel nous ne pouvons pas séparer la compréhension de la réalité des engagements de valeurs et des hypothèses d'interprétation qui nous guident dans notre vie quotidienne, parce que nous nous trouvons dans une interaction sociale avec les autres. Alors que les journalistes, ne pouvant être libérés de leurs faiblesses humaines, plutôt que de rapporter la réalité sociale, la construisent. Pour Allan Stuart 23, les efforts destinés à trouver des variables pour mesurer l'objectivité sont condamnés, parce qu'il n y a pas de constantes indépendantes qui mesurent la réalité. Il s agit toujours de récits. Le monde social se produit à travers des récits qui le décrivent. Ainsi, les déclarations d un témoin oculaire et les statistiques officielles ne sont que des formes alternatives du discours public plutôt que d'une mesure fixe de l'objectivité. Les journalistes ne produisent jamais de «visions objectives du monde» 24, mais des estimations qui équilibrent une version de la réalité socialement construite sur une autre. La production des médias pose la question de la représentation de la réalité et comment elle est perçue par le public. Dans la mesure où les médias constituent le médiateur entre la réalité et l'individu, soulignant ou omettant les aspects de ce qui se passe autour de nous, ils sont des mécanismes de représentation et de présentation de la réalité aux personnes. Cela fait apparaître le problème de la production des connaissances et de la capacité de l'homme à avoir une vision objective du monde autour de lui. Basée sur ces théories, «l informativité» des nouvelles ne peut pas être garantie. Stuart Allan affirme que les nouvelles ne sont pas uniformément comprises par le public. Il existe une possibilité de multiples interprétations de chaque texte. C est aussi la perception de Baudrillard qui parle d'un monde décentralisé, chaotique, doté de multiples significations, dans lequel aucune signification générale ou d ordre général ne peut être trouvée, car personne ne peut «[ ] échapper à la perpétuité des 23 Allan, S., News, Truth and Postmodernity: unraveling the will to facticity, dans Adams, B. & Allan S., Theorizing Culture, London, UCL Press, Tuchman, G., Objectivity as a Strategic Ritual, American Journal of Sociology, 77 (4), 1972, p

18 récits, des codes et textes culturels communication.» 25 qui se recyclent par les médias de Signification «La presse ne peut pas toujours réussir à dire aux gens que penser, mais elle marque un succès considérable à imposer à ses lecteurs sur quoi penser.» Bernard Cohen 26 Dans le modèle de communication de Katz et Lazarsfeld, la théorie du «gatekeeping» fournit un processus par lequel une personne contrôle le flux des messages à travers un canal de communication. Le cadre du fonctionnement de «gatekeeper» repose sur l'hypothèse qu'il existe une authenticité des événements précise, définie et reconnaissable dans le monde réel et que le devoir des médias est de la choisir, en fonction des critères représentatifs de l'importance des événements. Comme l affirme Fishman 27, la plupart des chercheurs croyaient soit que les informations reflètent la réalité, soit qu ils la déforment et que cette réalité se compose d'événements qui se passent dans le monde et qui existent indépendamment de la manière dont les journalistes les perçoivent et les traitent lors de la production de l information. Pour Fishman la préoccupation principale devrait être la «fabrication des nouvelles» parce qu'il est évident que le contenu de l'information finale des médias provient de plusieurs «portes» et prend des formes différentes. Elle peut être demandée ou commandée à l'avance, ou être découverte soudainement. Parfois, cette découverte peut être construite et organisée dans le cadre de l'organisation des médias. Un tel processus de fabrication, y compris la sélection des nouvelles, n est pas aléatoire ni subjectif. La fabrication survient en grande partie selon l'interprétation et le «cadrage» causés par les institutions bureaucratiques qui constituent des sources des nouvelles (postes de police, bureaux, tribunaux, organismes gouvernementaux). 25 Baudrillard, J., Pour une critique de l'économie politique du signe, Paris, Gallimard Cohen, B., The Press and Foreign Policy, Princeston, Princeston University Press, 1963, p Fishman J, Manufacturing News, Austin, University of Texas Press, 1980, p

19 Les chercheurs modernes ont donc renoncé au concept selon lequel les journalistes agissent comme des cartographes de la vie quotidienne. Il y a trop de nouvelles fongibles quotidiennement, soit en raison du manque d'espace, soit parce qu'elles ne sont pas signifiantes ou «vendables». Le choix des sujets porte sur les thèmes invariants du journalisme, grands moteurs de l intérêt du lecteur : l'actualité, l'originalité, l humain, la nouveauté et la proximité du fait 28. Ou, selon d'autres chercheurs 29 : a) le sens, l'impact, la portée b) l intrusif, le conflit, l étrange c) les personnalités de haut rang. Alexopoulos Dimitris, journaliste, traduit ces critères dans la langue des rédactions comme un triptyque de «sang couronne - sperme». Cela signifie des sujets liés à la violence ou la souffrance humaine, incluant la puissance ou les questions sexuelles. Certains sujets sont controversés par l'opinion publique 30. Le fait que les sujets soient bilatéraux, et impliquent un conflit, nous rappelle que la détermination de l ordre du jour est par nature un processus politique. Ainsi, Dearing & Rogers 31 ont-ils désigné comme «l indice objectif de la réalité» une variable en relation avec le degré objectif de dangerosité ou la gravité d'un événement. Cependant, leurs recherches ont montré une relation négative entre cet indice et l agenda des médias. L apparition d un sujet sur l agenda médiatique ne dépend pas seulement de la gravité et de la dangerosité, mais aussi du choix lors de l organisation des informations de le présenter à ce moment. Cobb et Elder, ont souligné le rôle des événements-stimuli (trigger events) pour l apparition d un thème 32. Un fait-relance a lieu et attire l'attention et l'action. D autre part Ekecrantz a dépeint le «embeddedness» 33 des nouvelles valeurs journalistiques dans les conditions spécifiques sociopolitiques. En 1925, par exemple les questions de la 28 Gérard Hoffbeck, Ecrire pour un journal, Paris, Dunod, 2001, p McCombs, M., Einsiedel, E., Weaver, D., Contemporary Public Opinion Issues and the News, Athenes, Kastaniotis, 1996, p Cobb, W. & Elder, D., Participation in American Politics: the dynamic of agenda-building, Baltimore, Johns Hopkins University Press, Dearing, J. & Rogers, E., Agenda-Setting, Athènes, Papazisis, 2005, p Cobb, W. & Elder, D., Participation in American Politics, op. cit. p Ekecrantz, J., Journalism s Discoursive Events and Sociopolitical change in Sweden , Media Culture Society, 19 (3), 1997, p

20 modernité, de l'attrait de la technologie, et la grandeur nationale guidaient le choix des sujets. À un moment donné, et pour un certain laps de temps, différents médias attachent une importance similaire à un groupe de sujets. Leur texte diffère. En général, cependant, les médias ont tendance à s'accorder sur le nombre ou la proportion de bulletins d information consacrés à un thème particulier 34. Ainsi, l agenda est-il un groupe de sujets communiqués selon une hiérarchie basée sur leur importance. Les scientifiques politiques Cobb et Elder 35 ont présenté l'ordre du jour comme un groupe de conflits politiques qui, à tout moment, peuvent être considérés comme relevant de la gamme des intérêts légalisés qui nécessitent l'attention de l'etat. Frame et stories Le chercheur Gaye Tuchman 36 se réfère au frame analysis (cadres de l expérience) d Erving Goffman pour expliquer pourquoi les reporters retiennent une information plutôt qu une autre. «Encadrer, c est choisir quelques aspects d une réalité perçue et les rendre plus saillants dans un texte, de façon à proposer une définition particulière d un problème, une interprétation causale, une évaluation morale et/ou une recommandation de solution» 37. Les frames donc, sont des principes qui relient les journalistes au monde qu ils observent, au public qu ils informent, et aux politiques narratives au sein desquelles ils agissent. Certes, afin de ne pas confondre l'angle avec le manque d'objectivité, nous devons également nous référer à la théorie des news stories (histoires, récits). Selon cette théorie, les faits et la narration (histoire) ne sont pas contradictoires. Simplement, les reporters ont recours à des normes qui peuvent leur «servir à identifier les questions pertinentes». Le journaliste emprunterait au passé immédiat des éléments de construction d une mise en scène destinée à dire, non pas ce qui s est passé, mais ce 34 Dearing, J. & Rogers, E., Agenda-Setting, op. cit., p Cobb, W. & Elder, D., Participation in American Politics, op. cit. 36 Tuchman, G., Telling stories, Journal of Communication 26, 1976, p Entman, R., Framing: Toward Clarification of a Fractured Paradigm, Journal of Communication 43(4), 1993, p

Text Types and Purposes

Text Types and Purposes Text Types and Purposes College and Career Readiness (CCR) Anchor Standard 1: Ecrire une composition avec une idée principale, claire, explicite ou implicite en utilisant des éléments et des arguments

Plus en détail

Communication publique, communication politique

Communication publique, communication politique Master Retic Master CPI Communication publique, communication politique B. Lafon, 2013-2014 1. La consubstantialité communication politique 2. Les sources des pratiques professionnelles en communication

Plus en détail

L évolution des indicateurs sur l enfance Identifier des indicateurs centrés sur l enfant pour élaborer les politiques de l enfance¹

L évolution des indicateurs sur l enfance Identifier des indicateurs centrés sur l enfant pour élaborer les politiques de l enfance¹ L évolution des indicateurs sur l enfance Identifier des indicateurs centrés sur l enfant pour élaborer les politiques de l enfance¹ Asher Ben-Arieh, PhD Rédacteur en chef, Child Indicators Research Adjoint

Plus en détail

Méthode universitaire du commentaire de texte

Méthode universitaire du commentaire de texte Méthode universitaire du commentaire de texte Baptiste Mélès Novembre 2014 L objectif du commentaire de texte est de décrire la structure argumentative et de mettre au jour les concepts qui permettent

Plus en détail

Rencontre en mémoire de Dag Hammarskjöld, 50 ans après sa disparition. Dag Hammarskjöld et l éthique d un fonctionnaire international.

Rencontre en mémoire de Dag Hammarskjöld, 50 ans après sa disparition. Dag Hammarskjöld et l éthique d un fonctionnaire international. Rencontre en mémoire de Dag Hammarskjöld, 50 ans après sa disparition Dag Hammarskjöld et l éthique d un fonctionnaire international Réflexions Hans Corell Ancien Secrétaire général adjoint aux affaires

Plus en détail

Consignes pour les travaux d actualité Premier quadrimestre

Consignes pour les travaux d actualité Premier quadrimestre Consignes pour les travaux d actualité Premier quadrimestre Principes de base Durant le premier semestre, vous serez amenés à remettre un travail effectué en groupe. Le but de celui-ci est de s intéresser

Plus en détail

REDIGER UN COMPTE RENDU DE TYPE JOURNALISTIQUE

REDIGER UN COMPTE RENDU DE TYPE JOURNALISTIQUE FICHE MEDIAS N 1 REDIGER UN COMPTE RENDU DE TYPE JOURNALISTIQUE A l'attention des enseignants des cycles II et III Initiative de sensibilisation au handicap mental l'écolensemble Objectifs pédagogiques

Plus en détail

au monde alors que l homme déraisonnable pensait que le monde devait s adapter à lui, ce

au monde alors que l homme déraisonnable pensait que le monde devait s adapter à lui, ce «Shaw disait que l homme raisonnable était celui qui savait qu il fallait s adapter au monde alors que l homme déraisonnable pensait que le monde devait s adapter à lui, ce qui faisait que le monde appartenait

Plus en détail

A quoi sert un plan de communication

A quoi sert un plan de communication Séminaire-atelier Bujumbura 8-9 Octobre 2014 La Communication Parlementaire A quoi sert un plan de communication 1. La communication c est quoi? Même si ces concepts sont connus il n est pas inutile de

Plus en détail

L'ANALYSE DE LA RÉCEPTION ET LA RECHERCHE SUR LES MÉDIAS

L'ANALYSE DE LA RÉCEPTION ET LA RECHERCHE SUR LES MÉDIAS Université de Bologne L'ANALYSE DE LA RÉCEPTION ET LA RECHERCHE SUR LES MÉDIAS Il est stratégique, pour la recherche sur les médias, et en particulier, pour les théories de la réception, de parvenir à

Plus en détail

L histoire en photos : Analyse photographique Plan de leçon

L histoire en photos : Analyse photographique Plan de leçon L histoire en photos : Analyse photographique Description : Les élèves apprennent à analyser des photos de la Première Guerre mondiale. Ils choisissent une photo dans la collection officielle de photos

Plus en détail

L humain et ses données, le «quantified self»

L humain et ses données, le «quantified self» Chapitre 1 L humain et ses données, le «quantified self» L explosion de la quantité des données disponibles et le perfectionnement de nos capacités d analyse bouleversent les rapports que l Homme entretient

Plus en détail

ACTIVITÉS DE COMMUNICATION LANGAGIÈRE ET STRATÉGIES

ACTIVITÉS DE COMMUNICATION LANGAGIÈRE ET STRATÉGIES référence pour les langues ACTIVITÉS DE COMMUNICATION LANGAGIÈRE ET STRATÉGIES Activités de production et stratégies PRODUCTION ORALE GÉNÉRALE MONOLOGUE SUIVI : décrire l'expérience MONOLOGUE SUIVI : argumenter

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Les Bases de Données occupent aujourd'hui une place de plus en plus importante dans les systèmes informatiques. Les Systèmes de Gestion de Bases de Données

Plus en détail

Protégeons le tissu social québécois Et agissons!

Protégeons le tissu social québécois Et agissons! Rendez-vous d échange et d information du mouvement communautaire lanaudois Le 28 octobre 2010 Décodons les médias, pour ne pas se faire manipuler! Santé Gratuité Universa ersalité Services sociaux Éducation

Plus en détail

ANNEXE 1 RÈGLEMENTS GÉNÉRAUX 1 ASSOCIATION DES ARCHÉOLOGUES PROFESSIONNELS DU QUÉBEC (AAQ) CODE D ÉTHIQUE ET DES NORMES PROFESSIONNELLES

ANNEXE 1 RÈGLEMENTS GÉNÉRAUX 1 ASSOCIATION DES ARCHÉOLOGUES PROFESSIONNELS DU QUÉBEC (AAQ) CODE D ÉTHIQUE ET DES NORMES PROFESSIONNELLES ANNEXE 1 RÈGLEMENTS GÉNÉRAUX 1 ASSOCIATION DES ARCHÉOLOGUES PROFESSIONNELS DU QUÉBEC (AAQ) CODE D ÉTHIQUE ET DES NORMES PROFESSIONNELLES Ce code fait partie intégrante du règlement de l'association des

Plus en détail

Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne

Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne Colloque de Dublin, vendredi 19 Mars 2010 ASPECTS PRATIQUES DE L INDEPENDANCE DE LA JUSTICE Rapport Introductif Partie III Relations

Plus en détail

LE MANDAT DE MELBOURNE Un appel à l'action pour accroître la valorisation de la gestion des relations publiques et des communications

LE MANDAT DE MELBOURNE Un appel à l'action pour accroître la valorisation de la gestion des relations publiques et des communications LE MANDAT DE MELBOURNE Un appel à l'action pour accroître la valorisation de la gestion des relations publiques et des communications FORUM MONDIAL SUR LES RELATIONS PUBLIQUES NOVEMBRE 2012 Le mandat des

Plus en détail

Interne Forces Faiblesses Externe Opportunités Menaces

Interne Forces Faiblesses Externe Opportunités Menaces L ANALYSE SWOT 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? L'analyse SWOT (Strengths Weaknesses Opportunities Threats) ou AFOM (Atouts Faibses Opportunités Menaces) est un outil d'analyse stratégique.

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

Charte de la laïcité à l École Charte commentée

Charte de la laïcité à l École Charte commentée Charte de la laïcité à l École Charte commentée Ce document propose un commentaire de la phrase de préambule et de chacun des articles de la Charte de la laïcité à l École. Il explicite le sens des principales

Plus en détail

Modulo Bank - Groupe E.S.C Chambéry - prérequis à la formation - doc. interne - Ecoute active.doc Page 1

Modulo Bank - Groupe E.S.C Chambéry - prérequis à la formation - doc. interne - Ecoute active.doc Page 1 Généralités, l'écoute active : présentation et techniques... 3 Introduction... 3 Plan... 3 La présentation de l'écoute active... 4 Définition... 4 Fondement... 4 Application... 4 de l'écoute active...

Plus en détail

Ligne directrice pour une collaboration éthique en matière de recherche entre des communautés internationales et diverses sur le plan culturel

Ligne directrice pour une collaboration éthique en matière de recherche entre des communautés internationales et diverses sur le plan culturel Ligne directrice de l'icm Ligne directrice pour une collaboration éthique en matière de recherche entre des communautés internationales et diverses sur le plan culturel Préambule Cette ligne directrice

Plus en détail

MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS

MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ ET DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS 1. Introduction Placer la «bonne personne au bon endroit» représente

Plus en détail

L IMPACT DES N.T.I.C. DANS LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES CADRES DE L INSTITUTION MILITAIRE

L IMPACT DES N.T.I.C. DANS LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES CADRES DE L INSTITUTION MILITAIRE N 198 PETREIN Olivier L IMPACT DES N.T.I.C. DANS LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES CADRES DE L INSTITUTION MILITAIRE Introduction L'emploi des Nouvelles Technologies de l'information et de la Communication

Plus en détail

Français langue étrangère Savoir-faire - Actes de paroles - Supports d apprentissage -Tâches

Français langue étrangère Savoir-faire - Actes de paroles - Supports d apprentissage -Tâches Niveau C1 Descripteur global Français langue étrangère Savoir-faire - Actes de paroles - Supports d apprentissage -Tâches La personne peut : comprendre en détail de longs discours et des échanges complexes

Plus en détail

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation?

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation? THÈME DE L INDIVIDU À L ACTEUR L organisation, que ce soit une association, une administration ou une entreprise, ne peut pas fonctionner sans la mise en œuvre de processus de gestion assurant la coordination

Plus en détail

PREVENTION EVALUATION ET MANAGEMENT DU RISQUE SOCIAL

PREVENTION EVALUATION ET MANAGEMENT DU RISQUE SOCIAL Développer, Optimiser, Maintenir la Performance de lhomme et de lentreprise PREVENTION EVALUATION ET MANAGEMENT DU RISQUE SOCIAL Le «Risque Social» doit être pris en charge comme nimporte quel autre type

Plus en détail

Questionnaire. sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes adultes

Questionnaire. sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes adultes Questionnaire Université du Luxembourg, Version novembre 2013 Ulla Peters, Julia A. Jäger, Danielle Lellinger sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes

Plus en détail

Lignes. directrices. droits. d enfants. d accès. Pour l expertise en matière de garde. et des. février 2oo6

Lignes. directrices. droits. d enfants. d accès. Pour l expertise en matière de garde. et des. février 2oo6 Lignes directrices Pour l expertise en matière de garde d enfants et des droits d accès février 2oo6 INTRODUCTION................. 3 PRÉAMBULE.................. 3 I. AMORCE DU PROCESSUS........... 4 A.

Plus en détail

Principes de liberté d'expression et de respect de la vie privée

Principes de liberté d'expression et de respect de la vie privée L'Initiative mondiale des réseaux Protéger et faire progresser la liberté d'expression et le respect de la vie privée dans les technologies de l information et de la communication Principes de liberté

Plus en détail

LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE

LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE Un problème de recherche est l écart qui existe entre ce que nous savons et ce que nous voudrions savoir à propos d un phénomène donné. Tout problème de recherche

Plus en détail

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème Problématique / Problématiser / Problématisation / PROBLÉMATIQUE : UN GROUPEMENT DE DÉFINITIONS. «Art, science de poser les problèmes. Voir questionnement. Ensemble de problèmes dont les éléments sont

Plus en détail

2. Eléments de langage/speaking points

2. Eléments de langage/speaking points A10278 - Mme Quintin participe à la conférence "Gérer les transitions: l'orientation tout au long de la vie dans l'espace européen." Lyon, 17-18 septembre 2008 2. Eléments de langage/speaking points [Salutations

Plus en détail

PREMIÈRE ANNÉE RELATIONS ET APPARTENANCE

PREMIÈRE ANNÉE RELATIONS ET APPARTENANCE PREMIÈRE ANNÉE RELATIONS ET APPARTENANCE RELATIONS ET APPARTENANCE Aperçu de l année L élève de la première année explorera les liens et les relations qui existent au sein des groupes et des communautés.

Plus en détail

Qu est-ce qu un résumé?

Qu est-ce qu un résumé? Méthodologie d analyse et de mémoire Résumer un texte Quelques astuces et techniques Licence GSINFO Département GEII IUT d Évry N. Abchiche Mimouni 1 Qu est-ce qu un résumé? Exprime de façon brève, les

Plus en détail

Rapport candidat. John Sample. 6 juillet 2012 CONFIDENTIEL

Rapport candidat. John Sample. 6 juillet 2012 CONFIDENTIEL 6 juillet 2012 CONFIDENTIEL Introduction 6 juillet 2012 Introduction Toutes les informations contenues dans ce rapport sont confidentielles et uniquement destinées à la personne ayant rempli le questionnaire.

Plus en détail

Que peut nous apporter une réflexion sur nos désirs?

Que peut nous apporter une réflexion sur nos désirs? Que peut nous apporter une réflexion sur nos désirs? Problématique : La difficulté lorsque vous vous trouvez face à un tel sujet est de confondre le thème avec le problème du sujet. Ici le thème était

Plus en détail

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION Introduction L a question de la rémunération se situe, par nature, au fondement même des pratiques de gestion du personnel. Aussi peu développée soit-elle, toute gestion des ressources humaines s organise

Plus en détail

LE CONTENU : LES NOUVELLES REGLES DU JEU

LE CONTENU : LES NOUVELLES REGLES DU JEU LIVRE BLANC LE CONTENU : LES NOUVELLES REGLES DU JEU Le rôle du journalisme de marque dans les relations publiques 2 Livre White Blanc Paper Le Contenu The New : les Nouvelles Rules of Content Règles Introduction

Plus en détail

LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION

LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION DES NOMBRES par Jean-Luc BREGEON professeur formateur à l IUFM d Auvergne LE PROBLÈME DE LA REPRÉSENTATION DES NOMBRES On ne conçoit pas un premier enseignement

Plus en détail

Master Etudes françaises et francophones

Master Etudes françaises et francophones Master Etudes françaises et francophones 1. modèle scientifique et profilage des contenus de la filière / Présentation et spécificités de la filière Les études romanes à Leipzig sont considérées comme

Plus en détail

PROPOSITION DE VERSION DEFINITIVE Révisée sous les auspices du Comité scientifique ICOMOS sur l interprétation et la présentation

PROPOSITION DE VERSION DEFINITIVE Révisée sous les auspices du Comité scientifique ICOMOS sur l interprétation et la présentation Charte ICOMOS Pour l interprétation et la présentation des sites culturels patrimoniaux PROPOSITION DE VERSION DEFINITIVE Révisée sous les auspices du Comité scientifique ICOMOS sur l interprétation et

Plus en détail

GROUPE DE CONFIANCE protection de la personnalité MEDIATION INFORMATIONS

GROUPE DE CONFIANCE protection de la personnalité MEDIATION INFORMATIONS GROUPE DE CONFIANCE protection de la personnalité INFORMATIONS MEDIATION La médiation fait partie du dispositif de protection de la personnalité des membres du personnel de l'etat de Genève et des institutions

Plus en détail

DROIT AU DEREFERENCEMENT

DROIT AU DEREFERENCEMENT DROIT AU DEREFERENCEMENT Les critères communs utilisés pour l examen des plaintes Commission Nationale Informatique et Libertés - 8 rue Vivienne CS 30223-75083 Paris Cedex 02 Tél. : 01 53 73 22 22 - Fax

Plus en détail

Une stratégie d enseignement de la pensée critique

Une stratégie d enseignement de la pensée critique Une stratégie d enseignement de la pensée critique Jacques Boisvert Professeur de psychologie Cégep Saint-Jean-sur-Richelieu La pensée critique fait partie des capacités à développer dans la formation

Plus en détail

La charte de l'a.r.c.h.e.

La charte de l'a.r.c.h.e. La charte de l'a.r.c.h.e. Ethique Conscients de disposer de clefs d'accès efficaces aux ressources de l'inconscient et de la responsabilité de promouvoir une définition et une perception originales des

Plus en détail

C est un outil important pour : - mener une politique de communication cohérente, - et fixer des priorités.

C est un outil important pour : - mener une politique de communication cohérente, - et fixer des priorités. Élaborer un plan de communication stratégique pour une organisation publique - Guide pour les communicateurs fédéraux - COMM Collection - N 19 Bruxelles, juin 2010 Cette démarche suppose une analyse approfondie

Plus en détail

Editorial : Le mémoire, un moyen pour penser sa pratique?

Editorial : Le mémoire, un moyen pour penser sa pratique? Formation et pratiques d enseignement en questions Editorial : Le mémoire, un moyen pour penser sa pratique? Abdel-Jalil AKKARI 1, (HEP-BEJUNE) et Sylvain RUDAZ (IFMES) Elément structurel des nouvelles

Plus en détail

Programme de la formation du CAPJC Media Innovateurs

Programme de la formation du CAPJC Media Innovateurs Programme de la formation du CAPJC Media Innovateurs «Média Innovateurs" est une formation à temps partiel qui dure 6 mois en travaillant en tant que professionnel de média moderne capable d explorer de

Plus en détail

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel eduscol Ressources pour la voie professionnelle Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel Français Présentation des programmes 2009 du baccalauréat professionnel Ces documents

Plus en détail

OCSWSSW Code de déontologie et manuel des normes d exercice deuxième édition

OCSWSSW Code de déontologie et manuel des normes d exercice deuxième édition PRINCIPE II : COMPÉTENCE ET INTÉGRITÉ Les membres de l Ordre maintiennent leur compétence et intégrité dans l exercice de leur profession et se conforment aux normes de l Ordre énoncées dans le «Code de

Plus en détail

Guide No.2 de la Recommandation Rec (2009).. du Comité des Ministres aux États membres sur la démocratie électronique

Guide No.2 de la Recommandation Rec (2009).. du Comité des Ministres aux États membres sur la démocratie électronique DIRECTION GENERALE DES AFFAIRES POLITIQUES DIRECTION DES INSTITUTIONS DEMOCRATIQUES Projet «BONNE GOUVERNANCE DANS LA SOCIETE DE L INFORMATION» CAHDE (2009) 2F Strasbourg, 20 janvier 2009 Guide No.2 de

Plus en détail

QE comportemental PROFIL À PLUSIEURS ÉVALUATEURS. Préparé pour: Par: Session: 22 juil. 2014. Madeline Bertrand. Sample Organization

QE comportemental PROFIL À PLUSIEURS ÉVALUATEURS. Préparé pour: Par: Session: 22 juil. 2014. Madeline Bertrand. Sample Organization QE comportemental PROFIL À PLUSIEURS ÉVALUATEURS Préparé pour: Madeline Bertrand Par: Sample Organization Session: Improving Interpersonal Effectiveness 22 juil. 2014 Behavioral EQ (QE comportemental),

Plus en détail

La détection automatique de l opinion : contraintes et enjeux

La détection automatique de l opinion : contraintes et enjeux La détection automatique de l opinion : contraintes et enjeux Frédéric Marcoul Responsable R&D de Spotter fmarcoul@spotter.com Ana Athayde Président Directeur Général de Spotter aathayde@spotter.com RÉSUMÉ

Plus en détail

Considérations sur la crise et le marché intérieur 1

Considérations sur la crise et le marché intérieur 1 Considérations sur la crise et le marché intérieur 1 Auteurs : Jacques Potdevin : Président de la Fédération des Experts comptables Européens (FEE - Federation of European Accountants 2 ) de 2007 à 2008.

Plus en détail

La conduite de réunion

La conduite de réunion La conduite de réunion 1.0 LUCIE SOLTYSIAK - ENSEIGNANTE EN ÉDUCATION SOCIOCULTURELLE - AVIZE VITI CAMPUS Table des matières Objectifs 5 I - La communication au sein d'une équipe 7 A. Exercice : Une équipe

Plus en détail

Les moteurs de progrès

Les moteurs de progrès MANAGEMENT PILOTAGE Les moteurs de progrès Si le management par les processus connaît une certaine réussite, le pilotage et les processus qui lui sont liés restent précaires. Pourtant là aussi, appliquer

Plus en détail

Synthèse du 12 mars 2015 Marketing social et promotion de la santé

Synthèse du 12 mars 2015 Marketing social et promotion de la santé Petits déjeuners de promotion de la santé Synthèse du 12 mars 2015 Marketing social et promotion de la santé Intervenant : M. Valéry Bezençon, Professeur de marketing et directeur de l'institut de l'entreprise,

Plus en détail

Gauthier, Benoît (dir.). 2010. Recherche sociale : de la problématique à la collecte des données. Québec : Presses de l Université du Québec.

Gauthier, Benoît (dir.). 2010. Recherche sociale : de la problématique à la collecte des données. Québec : Presses de l Université du Québec. Faculté des arts et des sciences Département de science politique POL 1100 (Méthodes de recherche en politique) Automne 2011 Local B-0245 Lundi de 13h00-14h30 Professeur : Éric Montpetit Bureau : C-4012

Plus en détail

Typologie des rapports entre les dirigeants

Typologie des rapports entre les dirigeants Bénévolat Typologie des rapports entre les dirigeants Un exemple : la relation Président - Directeur Les rapports qu'entretiennent les dirigeants associatifs sont largement induits par les modes de fonctionnement

Plus en détail

Code d éthique de l ATTrueQ

Code d éthique de l ATTrueQ Code d éthique de l ATTrueQ Version 2009 Table des matières Introduction..3 1. Devoirs et obligations..4 1.1 Déclarations du travailleur de rue...4 1.2 Dispositions générales du travailleur de rue...6

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES REGIMES DE RETRAITE

LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES REGIMES DE RETRAITE LIGNE DIRECTRICE N 6 LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES REGIMES DE RETRAITE Le 15 novembre 2011 TABLE DES MATIÈRES CONTEXTE DE LA LIGNE DIRECTRICE... 3 Pratiques prudentes

Plus en détail

CONSEIL : et si nous passions du prix à la valeur?

CONSEIL : et si nous passions du prix à la valeur? V3 4 juin 2015 CONSEIL : et si nous passions du prix à la valeur? Préambule : une première version de cet article a servi pour amorcer la réflexion collective engagée le 22 mai dernier. Cette troisième

Plus en détail

Concours 2008 / 2009 externe et interne réservé d ingénieurs des services culturels et du patrimoine, spécialité «services culturels»

Concours 2008 / 2009 externe et interne réservé d ingénieurs des services culturels et du patrimoine, spécialité «services culturels» Concours 2008 / 2009 externe et interne réservé d ingénieurs des services culturels et du patrimoine, spécialité «services culturels» Le présent rapport a pour objet de donner une appréciation générale

Plus en détail

Questionnaire Entreprises et droits humains

Questionnaire Entreprises et droits humains Membres du Avec & Asset Management Questionnaire Entreprises et droits humains 1 2 Présentation des organisations Le CCFD-Terre Solidaire est la première association française de développement. Elle a

Plus en détail

Introduction à la méthodologie de la recherche

Introduction à la méthodologie de la recherche MASTER DE RECHERCHE Relations Économiques Internationales 2006-2007 Introduction à la méthodologie de la recherche geraldine.kutas@sciences-po.org Les Etapes de la Recherche Les étapes de la démarche Etape

Plus en détail

Objectif. Développer son efficacité personnelle par une meilleure communication avec soi et les autres

Objectif. Développer son efficacité personnelle par une meilleure communication avec soi et les autres Développement personnel La programmation neurolinguistique (P.N.L.) Objectif. Développer son efficacité personnelle par une meilleure communication avec soi et les autres. Historique et postulats de la

Plus en détail

++++++++++++++++++++++++++++++++++++ Présenté par : Imed ENNOURI

++++++++++++++++++++++++++++++++++++ Présenté par : Imed ENNOURI ++++++++++++++++++++++++++++++++++++ Présenté par : Imed ENNOURI Réglementation de la profession d expert comptable en Tunisie - Loi 88-108 du 18 août 1988, portant refonte de la législation relative à

Plus en détail

Avis de consultation

Avis de consultation Avis de consultation Introduction Conformément aux traités de l UE, les décisions relatives à la politique commerciale sont prises au niveau de l UE. Les représentants des gouvernements des États membres

Plus en détail

MILLER, Daniel; SLATER, Don. The internet: an ethnographic approach. Oxford: Berg, 2000. 217 p.

MILLER, Daniel; SLATER, Don. The internet: an ethnographic approach. Oxford: Berg, 2000. 217 p. 315 MILLER, Daniel; SLATER, Don. The internet: an ethnographic approach. Oxford: Berg, 2000. 217 p. Sophie Chevalier Université de Franche-Comté France Voici un ouvrage qui débute par ses conclusions!

Plus en détail

LES HABILETÉS DE SAVOIR ÊTRE

LES HABILETÉS DE SAVOIR ÊTRE LES HABILETÉS DE SAVOIR ÊTRE Clémence Gauvin et Émilienne Laforge, professeures Module travail social Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue 2004-2005, modification mai 2006 Introduction La formation

Plus en détail

POL 1100 (Méthodes de recherche en politique) Hiver 2012 Local B-0305 Lundi de 13h00-14h30

POL 1100 (Méthodes de recherche en politique) Hiver 2012 Local B-0305 Lundi de 13h00-14h30 Faculté des arts et des sciences Département de science politique POL 1100 (Méthodes de recherche en politique) Hiver 2012 Local B-0305 Lundi de 13h00-14h30 Professeur : Erick Lachapelle Bureau : C-3124

Plus en détail

CECOP. Centre d études et de connaissances sur l opinion publique LES FRANCAIS ET LEUR RETRAITE. Une enquête CECOP/CSA pour Le Cercle des épargnants

CECOP. Centre d études et de connaissances sur l opinion publique LES FRANCAIS ET LEUR RETRAITE. Une enquête CECOP/CSA pour Le Cercle des épargnants Centre d études et de connaissances sur l opinion publique LES FRANCAIS ET LEUR RETRAITE Une enquête /CSA pour Le Cercle des épargnants Note d analyse Février 2009 S.A. au capital de 38.112,25 euros Siège

Plus en détail

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Guide d enseignement et Feuilles d activité de l élève DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Qu est-ce que l intimidation (bullying)? L intimidation est le fait de tourmenter de façon

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2006)8 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l assistance aux victimes d infractions (adoptée par le Comité des Ministres le 14 juin

Plus en détail

Distr. GENERAL. HCR/GIP/02/02 Rev.1 Date: 8 juillet 2008. FRANÇAIS Original: ENGLISH

Distr. GENERAL. HCR/GIP/02/02 Rev.1 Date: 8 juillet 2008. FRANÇAIS Original: ENGLISH Distr. GENERAL HCR/GIP/02/02 Rev.1 Date: 8 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ENGLISH PRINCIPES DIRECTEURS SUR LA PROTECTION INTERNATIONALE: «L appartenance à un certain groupe social» dans le cadre de l'article

Plus en détail

Résumé du document de réflexion et guide discussion pour consultation en ligne

Résumé du document de réflexion et guide discussion pour consultation en ligne Résumé du document de réflexion et guide discussion pour consultation en ligne PRONONCEZ-VOUS SUR LA QUESTION! Faites-nous parvenir vos commentaires et vos réflexions. Pour les membres de l AMQ : commentez

Plus en détail

Conseiller relation client à distance - Titre Professionnel Agrément JS n 1393-011. Sommaire

Conseiller relation client à distance - Titre Professionnel Agrément JS n 1393-011. Sommaire Conseiller relation client à distance - Titre Professionnel Agrément JS n 1393-011 Sommaire Cadre de la formation... 2 1. L entretien d'achat vente... 3 2. Préparation de l'entretien de vente... 3 3. Les

Plus en détail

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Texte allemand : EQM/Misereor, janvier 2012 Traduction : Service des langues de MISEROR, mars 2012 Ce document

Plus en détail

Le premier bilan de la médiation bancaire

Le premier bilan de la médiation bancaire Depuis plusieurs années, certains établissements avaient désigné, de leur propre initiative, des médiateurs pour régler les différends avec leur clientèle. La médiation bancaire, qui a été généralisée

Plus en détail

LES PAYS EN TRANSITION

LES PAYS EN TRANSITION CENTRE DE RECHERCHES POUR LE DÉVELOPPEMENT INTERNATIONAL RECHERCHE POUR LE DÉVELOPPEMENT DANS LES PAYS EN TRANSITION >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> CRDI : Peter Bennett Récemment, le CRDI a examiné pourquoi et

Plus en détail

Enquête 2008 sur la rémunération dans le secteur des magazines au Canada

Enquête 2008 sur la rémunération dans le secteur des magazines au Canada www.crhsculturel.ca Arts de la scène Arts visuels et métiers d'art Cinéma et téléradiodiffusion Création littéraire et édition Médias numériques Musique et enregistrement sonore Patrimoine Enquête 2008

Plus en détail

Le processus de sélection des revues de Thomson Reuters

Le processus de sélection des revues de Thomson Reuters Le processus de sélection des revues de Thomson Reuters Thomson Reuters est déterminé à offrir une couverture complète des revues les plus importantes et influentes dans le monde pour satisfaire les besoins

Plus en détail

Perspectives. Les Orientations générales de la politique monétaire en Afrique du Sud. Ediab Ali. que monétaire

Perspectives. Les Orientations générales de la politique monétaire en Afrique du Sud. Ediab Ali. que monétaire ARTICLE & ETUDE Les Orientations générales de la politique monétaire en Afrique du Sud Ediab Ali Le concept de la politi- Économiste que monétaire La politique monétaire est une des plus importants piliers

Plus en détail

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS?

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS? Né dans un milieu où on lisait peu, ne goûtant guère cette activité et n ayant de toute manière pas le temps de m y consacrer, je me suis fréquemment retrouvé, suite à ces concours de circonstances dont

Plus en détail

Cours de Leadership G.Zara «LEADERSHIP»

Cours de Leadership G.Zara «LEADERSHIP» «LEADERSHIP» Est-il possible de DÉVELOPPER LES COMPÉTENCES DE LEADERSHIP? PROGRAMME DU COURS 1. Introduction 2. Les fondamentaux du Leadership 3. Valeurs, attitudes et comportements 4. Les 10 devoirs du

Plus en détail

Les obligations des entreprises multinationales et leurs sociétés membres

Les obligations des entreprises multinationales et leurs sociétés membres Justitia et Pace Institut de Droit international Session de Lisbonne - 1995 Les obligations des entreprises multinationales et leurs sociétés membres (Quinzième Commission, Rapporteur : M. Andreas Lowenfeld)

Plus en détail

La promotion de la pluralité linguistique dans l usage des nouvelles technologies de l information et de la communication

La promotion de la pluralité linguistique dans l usage des nouvelles technologies de l information et de la communication Intervention de M. Khamsing Sayakone, Président de la section Lao de l APF à la 32 ème session de l APF (30juin-3 juillet 2006, Rabat, Maroc) (31 La promotion de la pluralité linguistique dans l usage

Plus en détail

Place et rôle de l Afrique dans les processus de négociations internationales

Place et rôle de l Afrique dans les processus de négociations internationales Ministère de la modernisation des secteurs publics Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Ecole Nationale d Administration Fondation Hanns Seidel Original :

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE Mercredi 26 avril 2006. Doing Business, le «Da Vinci Code» du droit comparé?

COMMUNIQUE DE PRESSE Mercredi 26 avril 2006. Doing Business, le «Da Vinci Code» du droit comparé? COMMUNIQUE DE PRESSE Mercredi 26 avril 2006 Doing Business, le «Da Vinci Code» du droit comparé? À l'heure de la mondialisation, un marché du droit s'ouvre sur lequel les systèmes juridiques sont évalués,

Plus en détail

Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif»

Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif» Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif» Chaque parcours pourra compléter ce cadrage général par un cadrage spécifique au parcours prenant

Plus en détail

Formation des formateurs en entreprise

Formation des formateurs en entreprise en entreprise Le (CQFA) du Cégep de Chicoutimi et le Service de formation continue de l'université du Québec à Chicoutimi (UQAC) unissent leurs efforts et leur expertise respective pour offrir aux organisations

Plus en détail

Guide de référence rapide : Recommandations réglementaires relatives aux nouveaux gtld

Guide de référence rapide : Recommandations réglementaires relatives aux nouveaux gtld Guide de référence rapide : Recommandations réglementaires relatives aux nouveaux gtld Ce guide de référence contient l'ensemble complet de principes, recommandations et directives de mise en œuvre élaboré

Plus en détail

Annexe A de la norme 110

Annexe A de la norme 110 Annexe A de la norme 110 RAPPORTS D ÉVALUATION PRÉPARÉS AUX FINS DES TEXTES LÉGAUX OU RÉGLEMENTAIRES OU DES INSTRUCTIONS GÉNÉRALES CONCERNANT LES VALEURS MOBILIÈRES Introduction 1. L'annexe A a pour objet

Plus en détail

DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement.

DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement. DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement. Centre - Pays de Loire CHRU Tours COMMUNICATION «Conflits internes et Cohérence personnelle» SOMMAIRE Introduction page 3 Communication Page 4 Les paramètres d

Plus en détail

COMMENT ORGANISER UN VOTE

COMMENT ORGANISER UN VOTE FICHE METHODOLOGIQUE N 2 COMMENT ORGANISER UN VOTE A l'attention des enseignants en grande section de maternelle et en école élémentaire Initiative de sensibilisation au handicap mental l'écolensemble

Plus en détail

Quel management dans un collectif de travail en télétravail?

Quel management dans un collectif de travail en télétravail? Quel management dans un collectif de travail en télétravail? Le passage au télétravail s accompagne de transformations importantes en termes d organisation et de pratiques. Comment faire évoluer le management

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail