La qualité de l'expérience entre les clients internes et externes. Application au secteur de la grande distribution au Maroc

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La qualité de l'expérience entre les clients internes et externes. Application au secteur de la grande distribution au Maroc"

Transcription

1 La qualité de l'expérience entre les clients internes et externes. Application au secteur de la grande distribution au Maroc Par Youssef EL HASSANI [Youssef EL HASSANI] [Professeur à l Ecole Nationale de Commerce et de Gestion de Fès.ENCG FES] [181, Rue Moulay Ahmed Zerhouni, Quartier Adarissa,30040, Fès, Maroc] [15, Rue des Almohades VN, Fès. Maroc] [ ]

2 Résumé [La qualité de l'expérience entre les clients internes et externes] par [Youssef EL HASSANI] [Cet article ambitionne à étendre le champ de l expérience de l aval vers l amont en explorant les recherches faites sur le consommateur au profit du collaborateur. L expérience de consommation nourrit en effet, de nombreuses recherches dès lors que l on s intéresse au comportement du consommateur et à ses attentes. Mais vraiment rares sont les recherches qui s interrogent sur l éventuelle transformation de la rencontre avec le client externe en une expérience mémorable, sensuelle et émotionnelle pour le client interne aussi (le collaborateur). Pourtant si le client externe est l acteur principal de l expérience, le collaborateur en est le metteur en scène. Ce travail revient sur une série de modèles expérientiels portant sur le client externe, et tente de les revoir de l angle du client interne aussi. Il tente par la suite de dresser les contours d une expérience de qualité pour les clients internes et externes en se basant également sur un travail empirique mené dans le domaine de la distribution et touchant un ensemble de clients internes et externes.] [Mots clés : Expérience, client interne, client externe, qualité.] Abstract [The quality of experience between internal and external customers] by [Youssef EL HASSANI] [This article seeks to investigate the field of the downstream experience by exploring the research made on the consumer to the profit of the collaborator. The experiment of consumption is nourished indeed, of many researches since one is interested in the consumer behavior as well as their expectations. However, a few researches are to wonder about the possible transformation into an unforgettable experience while meeting an external customer; this transformation can be sensitive and emotional even for the collaborator (i.e. the internal customer). However, if the external customer is the main actor of the experience, the collaborator will be the director.

3 This work reconsiders a series of experimental models concerning the external customer, and tries to re-examine them from the collaborator s viewpoint too. Therefore, the purpose of this study is to draw up contours of a quality experiment for both the internal and external customers based on an empirical work undertaken in the field of the distribution targeting a set of internal and external customers.] [Keywords : Experience, internal client, external client, quality.] Resumen [La calidad de la experiencia entre los clientes internos y externos] por [Youssef EL HASSANI] [Este artículo pretende extender el ambito de las investigaciones de abajo a arriba estudiando las investigaciones hechas acerca del consumidor en relación con el colaborador. La experiencia de consumo se nutre en efecto, de numerosas investigaciones desde que nos interesamos en el comportamiento del consumidor y sus expectativas. Pero son verdaderamente escasos los estudios que se preguntan sobre la posible transformación del encuentro con el cliente externo en una experiencia memorable, sensual y emocional también para el cliente interno (el colaborador). Sin embargo, si el cliente externo es el protagonista principal de la experiencia, el colaborador es el director. Este trabajo se basa en una serie de modelos experimentales referidos al cliente externo, y trata de verlo también desde el punto de vista del cliente interno. Trata por tanto de establecer el contexto de una experiencia de calidad para los clientes internos y externos basándose al mismo tiempo en un trabajo empírico realizado en el campo de la distribución y abarcando a un conjunto de clientes internos y externos.] [palabras clave : Experiencia, cliente interno, cliente externo, la calidad]

4 ÉPREUVE ANONYMÉE La qualité de l'expérience entre les clients internes et externes. Application au secteur de la grande distribution au Maroc

5 Le rapport entre l individu et ce qui l entoure s est profondément transformé ces dernières années. Souffrant d individualisme et menant une vie complexe et stressante, l homme d aujourd hui recherche désormais, de petites évasions dans ses actes quotidiens le menant vers, le subjectif, l émotionnel ou le symbolique. Son acte est pour lui un moyen pour rompre avec le malaise, la lassitude et la monotonie de la vie moderne tout en affirmant son identité et en donnant sens à son existence (Giordano, 2006). Par conséquent, son travail comme ses courses doivent au delà de leur mission utilitaire, apporter du plaisir, de l affection et de la convivialité (Tauber 1995; Mann 2000; Debenedetti 2003 ).. En effet, par ses actes l individu d aujourd hui semble se construire et tisser son expérience de vie. Il marque par la même des cycles de changements sociaux qui constituent à chaque fois des ruptures profondes. L entreprise comme groupement humain qui cherche à servir d autres humains se place désormais au centre de ces ruptures et doit les comprendre, les accompagner et au mieux les prévoir. Ses clients sont l aboutissement de toutes les actions et les maitres absolus de sa destinée. Quant à ses collaborateurs qui sont aussi ses clients internes, ils représentent non seulement son seul avantage compétitif inimitable, mais aussi son capital le plus cher dans un contexte concurrentiel particulièrement hostile. Pourtant, depuis le début des années 1980, plusieurs investigations se sont penchées sur la recherche des moyens permettant de tisser une expérience unique, mémorable et surprenante pour le client. Elles semblent omettre un autre homme qui est non seulement tout aussi avide de sens et d émotions expérientielles, mais qui en plus est sensé concevoir avec soin le contexte expérientiel dans lequel l expérience client émergerait (Carù et Cova, 2006). Ceci est d autant vrai que toutes les émotions humaines sont contagieuses et que le collaborateur en charge de l expérience doit avant tout la vivre pleinement pour pouvoir la transmettre. En effet, l expérience est trop complexe pour que le collaborateur puisse tromper son client en jouant le rôle qu on attend de lui sous le regard menaçant de sa hiérarchie. Elle réclame dévouement et implication profonds. Par ailleurs, La rencontre entre le personnel de l entreprise et le client trouve toute son ampleur dans le domaine des services. En raison du caractère intangible de ces derniers, les aspects humains sont particulièrement à l épreuve pour vérifier la capacité du management de faire rencontrer les attentes du client interne et externe autour d une expérience de qualité (Couzon, 2011). En outre, l expérience sera de qualité quand elle sera en mesure de répondre aux besoins exprimés et /ou latents de l un et de l autre (Mencarelli, 2005 ; Marteaux, 2006). Cet article plaide pour considérer une autre dimension humaine de l expérience : le collaborateur. C est un appel à évoquer la notion «d expérience» plutôt que celle «d expérience client». Dans ce dernier cas, le souhaitable serait de préciser que le client est bel est bien le client interne et externe. C est le client au sens large, celui de l expérience humaine au croisement de la gestion des ressources humaines et du marketing. Les modèles et théories proposés seront revisités à la lumière de cette dualité. L idée est de revenir sur les modèles expérientiels de consommation en essayant d y inclure un nouveau client, avant de projeter l ensemble dans un secteur de service en pleine évolution au Maroc : celui de la grande distribution. Ce travail débouche finalement sur une tentative de modélisation des éléments permettant d assurer la qualité de l expérience dans la grande distribution, aussi bien pour le client interne qu externe. L optique expérientielle en marketing:

6 Holbrook et Hirschman) définissent l expérience comme un état subjectif de conscience, accompagné d une variété de significations symboliques, de réponses hédonistes et de critères esthétiques (Holbrook et Hirschman, 1982). De la sorte les auteurs représentent une base fondamentale reliant le comportement du consommateur à la recherche de l expérience en dépassant (sans les supprimer) les acceptations purement utilitaires de l acte d achat. Plusieurs auteurs se sont penchés par la suite sur ce point pour élucider les contours de l expérience client. (Bourgeon, 1994; Bourgeon et Filser, 1995; Bourgeon, Debenedetti, Gombault et Petr, 2009). Pour Filser, l expérience de consommation est l ensemble des conséquences positives (ou négatives) que le consommateur retire du service (Filser, 2002). Roederer, elle, pense que l expérience désigne un vécu personnel chargé d émotions, déclenché par des stimuli dont les produits et services sont porteurs et aboutit à une connaissance individuelle (Roederer, 2008, p : 6). L auteure précise que dans les sciences exactes, le terme expérience est synonyme d expérimentation dont les résultats sont universels. En 1999, Pine et Gilmore évoquent pour la première fois la notion d économie d expérience pour désigner un système économique marchand basé sur l expérience. Les auteurs précisent qu une expérience a lieu lorsqu une entreprise utilise intentionnellement des services en tant que scène et des marchandises en tant qu accessoires, pour entrainer les clients individuels d une manière qui crée un événement mémorable, ( Pine et Gilmore, 1999,p : 3). Ils pensent aussi que les expériences vont succéder aux produits et aux services. Vers 2003, l expérience client devient un système de gestion à part entière avec Schmitt. On parlera du CEM : customer experience management comme mode permettant d attirer des clients. Mais depuis 1999, il considère déjà l expérience comme nouvelle variable d attraction pour le consommateur (Schmitt, 2003 ; Schmitt, 1999). La notion d expérience dépasse alors le cadre strict du produit acheté ou du service délivré. Elle inclut l ensemble des stimuli qui vont toucher le client dans ses différentes dimensions irrationnelles, émotionnelles et sensationnelles même quand la rencontre avec l entreprise ne se solde pas nécessairement par un achat (Carù et Cova, 2006). L essentiel est que cette rencontre lui soit porteuse de valeur ajoutée (Vézina, 1999). La recherche d une expérience est donc un besoin humain. Dans ce qui suit, les modèles proposés seront élargit pour inclure le client interne aussi. Modèle POS : Le paradigme POS (Personne-Objet-Situation) place l expérience au croisement de la dimension humaine, physique et situationnelle, en lui allouant un espace et un temps précis (Punj et Stewart 1983, Aurier, 1993). En effet pour le client externe, l expérience dépendrait d un personnel qualifié, d un produit et d un support matériel adéquat, puis d un contexte expérientiel convenable. Pour le client interne ce même modèle peut être appliqué pour favoriser l émergence d une expérience favorable. Celle-ci dépendra de l équipe du travail, des instruments et matériels utilisés, puis de l ensemble des circonstances et conditions de travail dans lesquels il œuvre. Composant Client interne Client externe Personne Groupe de travail Personnel de contact Objet Maitrise du produit Produit, support matériel

7 Etat du matériel utilisé Situation Conditions de travail Contexte expérientiel Modèle d Arnould et al : Pour Arnould et al, l expérience se divise en quatre phases (Arnould et al 2002) : l anticipation de l expérience, l achat, l expérience proprement dite et l expérience du souvenir. Pour le client externe, la qualité de l expérience commence dès la préparation. En effet, la recherche d information, la planification du moment, la fixation d un ensemble d aspirations à assouvir, d un budget.etc. l expérience se poursuit par un ensemble de décisions concernant l achat comme le mode de livraison et de paiement. Le troisième vécu expérientiel est celui des émotions éprouvées pendant l expérience. Le souvenir de l expérience et la capacité de l évoquer avec son entourage vient par la suite faire perdurer le plaisir ressenti. Pour le client interne, ce processus reste tout à fait valable : le collaborateur planifie la rencontre avec le client, sa capacité de surprendre par les atouts de son offre, la confiance qu il a en son produit ou service, la préparation de ses arguments et des différentes issues pour les modeler en fonction du client, sont les vecteur expérientiels permettant d apporter du plaisir à cette phase. Concernant le choix, s il est vrai que le collaborateur ne choisi que très rarement son client, il peut par contre choisir le moment de la rencontre, le type de produit à proposer ou la stratégie argumentaire à emprunter. Quand à la rencontre avec le client, elle sera un moment d échange et de partage humain capable d apporter une grande dose de satisfaction au collaborateur. Enfin, le souvenir de l expérience est le moment du briefing commercial dans lequel le commercial reviendrait sur les détails de sa journée, évoquerait ses exploits et sa fierté de pourvoir apporter la bonne réponse aux attentes de sa clientèle. L ensemble de ses éléments reposent sur la conscience de l encadrement supérieur de la nécessité stratégique de garantir un cheminement expérientiel plaisant et épanouissant au collaborateur, pour l assurer par voie de conséquence du client externe. Phase Client interne Client externe Anticipation Planification de la rencontre Recherche, planification,, avec le client budgétisation, Choix Liberté d action et marge de manœuvre, assurés par la Choix du mode de paiement et de livraison hiérarchie Expérience Emotions, sensations Interactions avec l objet consommé Emotions ou sensations, Souvenir Capacité de rediscuter l expérience avec l équipe commerciale Satisfaction, insatisfaction Images mentales et évocation avec autrui de l expérience vécue

8 Théorie des trois F : Holbrook et Hirchman proposent une théorie basée sur trois F (Fun, Feeling, Fantasy), que l on peut traduire par amusement, sentiment et rêve. (Holbrook et Hirchman, 1982) L amusement devient de plus en plus un instrument de motivation au travail à part entière. De grands groupes mondiaux, comme Google lui font appel pour améliorer la productivité de leurs équipes. Pour le commercial l amusement parait une denrée indispensable pour contrer les effets stressants de son travail. Il s agit d agréments vécus avec les autres membres du back ou du front office. Il peut se faire aussi dans certains cas avec le client, pourvu que la finesse du vendeur soit de mise et que l autorisation du client soit accordée. Par ailleurs, Si le sentiment est relié à la richesse humaine créée par le contact avec les autres, le rêve lui, semble dépendre des effets positifs de la réussite de l entretien sur le vécu professionnel du collaborateur (évolution dans le poste, primes, commissions, gratifications). Pour les clients externes l expérience se doit d être divertissante en apportant du nouveau et de l inattendu. Elle portera aussi une grande charge émotionnelle et évasive pour servir le rêve. Pilier Client interne Client externe Amusement Divertissement au travail Distraction apportée (dépassement de l aspect l expérience formel du métier) Sentiment Echange humain Echange humain Partage Rêve Conséquences de la vente sur Aspects surréalistes l évolution du vendeur l expérience par de Modèles de Pine et Gilmore : Pour Pine et Gilmore (1999), l expérience offerte peut reposer sur différentes élément comme le divertissement, l esthétisme ou l évasion (Pine et Gilmore, 1999). Ces auteurs suggèrent également six axes contribuant à la production d une expérience : Un thème cohérent : ce dernier devient un pilier de l expérience pour le collaborateur quand il s inscrit parfaitement dans les objectifs généraux de l organisation, sa mission et sa politique générale. L expérience sera enrichissante et motivante dans la mesure où l effort accompli servira les intérêts de l organisation. Pour le client le thème soulève son adaptation avec la position de la marque dans l esprit du consommateur. Une impression durable : les indicateurs internes de l équipe de vente veilleront à faire prolonger la satisfaction et la reconnaissance du collaborateur ainsi que la valorisation de son exploit par la comparaison de ses résultats avec ceux de ces collègues. Pour le client, le temps de l expérience et surtout la capacité du client de le gérer peuvent influencer la durée de l impression. Un souvenir : l effet souvenir dépend de la capacité de l entreprise à mémoriser l expérience du collaborateur au travers de réunions, de la comparer aux réalisations futures. Sur le plan personnel, ce plaisir peut également émaner des effets marquants de la satisfaction du client sur le coté morale et psychique du vendeur. Stimuler les sens : l expérience sera d autant satisfaisante qu elle sera capable de s adresser à l ensemble des sens des clients internes et externes. Les couleurs, les matières, la musique d ambiance sont des exemples sur lesquels les grandes surfaces jouent pour stimuler les sens humains. L évaluation du public : si la perception de l expérience par la société dans laquelle se trouve le client impacte son niveau de satisfaction ( Filser 2005), ceci est d autant vrai

9 pour le collaborateur qui se doit de subir l évaluation formelle de sa hiérarchie, informelle de ses collègues, et à la fois directe et indirecte( par le biais du chiffre d affaires réalisé) de ses clients. Axes Client interne Client externe Thème Cohérence du thème avec les Cohérence avec la position finalités de l organisation de la marque dans l esprit du Impression durable Usage d indicateurs permettant de prolonger le plaisir : meilleur vendeur de la journée, meilleur argument, meilleur accueil Souvenir Réunion, compte rendu, comparaison des résultats réalisés consommateur Durée de l expérience Impact à long terme de l expérience Capacité de revenir sur ses détails avec l entourage Sens Stimulation des sens Stimulation des sens Evaluation Evaluation du public Evaluation de la hiérarchie Evaluation du contexte socio-culturel Le modèle d Hetzel 2002 Hetzel propose une roue expérientielle basée sur quatre leviers pour concevoir une expérience de qualité : Surprendre : apporter l inattendu aussi bien pour le collaborateur que pour le client. Proposer de l extraordinaire : toutes les activités qui sortent de l ordinaire et qui doivent être proposées par la direction, peuvent stimuler la satisfaction du salarié dans son contact avec le client. Pour le client, les instrument de divertissement dans une grande surface, les idées nouvelles pour stimuler chaque segment (enfants, adulescent, séniors..) peuvent servir. Stimuler les sens: Il s agit de réveiller les instincts du client interne et externe pour leur faire vivre des expériences sensorielles fortes. Renforcer le lien: jouer sur les sensibilités humaines, le climat social et les activités de groupe peut contribuer à renforcer les liens au travail. Pour le client ceci tient à la capacité du vendeur de placer la relation plutôt dans un contexte humain que matériel. Levier Client interne Client externe Surprendre Produits et services Apporter des surprises nouveaux, défis et challenges, Proposer de l extraordinaire Gratifications inhabituelles, Gigantisme, authenticité voyages, compétitions Stimuler les cinq sens Conditions de travail, Musiques, odeurs, matériaux décoration, lieux Créer un lien Liens dans le groupe, Marketing direct, suivi

10 Marketing directe, gestion d un portefeuille-client D autres modèles paraissent s inscrire dans la même lignée que ceux cités ci-dessus. Ils montrent toutefois la possibilité d inscrire le collaborateur comme autre client a part entière dans la réflexion expérientielle. On peut citer celui de Schmitt qui repose sur cinq moyens permettent d atteindre stratégiquement l homme. L auteur évoque, les expériences sensorielles (Sense),, affectives (Feel), cognitives (Think), comportementales (Act) et sociales (Relate) (Schmitt, 2003). On peut également évoquer le modèle d Holbrook et Hirschman qui se base sur le produit comme entité utile et symbolique, les ressources investies par le client en temps ou en aggent par exemple, l effort mental engagé par le client pour s informer et comparer et par le collaborateur pour se former par exemple et enfin les diferences individuelles liées à la personnalité de chacun. (Holbrook et Hirschman 1982) Investigation dans la grande distribution En 10 ans, les GMS ont connu une croissance de 600 % au Maroc. Elles réalisent un chiffre d affaire d environ Deux milliards d euros. Leurs surfaces sont passées de 22 hectares en 2008, à 38 hectares en Le secteur est marqué par la prolifération des hypermarchés et supermarchés à prédominance alimentaire dont le nombre s élève à plus de 250 (contre15 pour les grandes surfaces spécialisées). Il est dominé par cinq enseignes: Marjane et Acima ( 65 % de part de marché), Carrefour et Carrefour Market ( 28 %) de PDM Aswak Assalam ( 8 % ). Le Maroc a même décidé de lui attribuer un programme national appelé RAWAJ et visant la promotion et la modernisation secteur. Ce programme aspire à pousser le nombre des GMS à 600 en (Statistiques de la Chambre française de Commerce et d Industrie au Maroc. Mais si ce secteur fleurit, c est essentiellement car son offre rencontre une demande large. Cette évolution peut s expliquer par l émergence d une classe moyenne à fort pouvoir d achat, du développement du travail des femmes, de la croissance démesurée des zones urbaines (en particulier sur l axe Rabat-Casablanca qui abrite 53% du total des points de vente) et d une certaine occidentalisation des modes de vie. Elle s explique surtout par la capacité des grandes surfaces de s inscrire dans les attentes du consommateur marocain. Une panoplie de services permet de dépasser le commerce traditionnel : libre service, prix fixe, horaire d ouverture prolongés, mode de vente non agressif, parking gratuits, service après vente (garantie, transport ), conditions de vente agréables, assortiment large regroupant, informatique et multimédia, électroménager, ameublement, parfumerie, alimentaire, rayon frais.., proximité, des enseignes mondialement connues, des espaces de jeux pour les enfants, parking au sous sol etc. Nous nous sommes basés sur les recherches de Al Aouni qui débouchent sur les constats suivants : ( Al Aouni, 2009) 70% des clients affirment que la fréquentation des grandes surfaces est un plaisir. La tranche d âge des ans est la moins fidèle à un point de vente en particulier 81 % des ouvriers se rendent au supermarché avec plaisir

11 Ces résultats sont confirmés par notre enquête préliminaire de 20 personnes qui montre que la population intellectuelle, à pouvoir d achat considérable, éprouve peu de plaisir à se rendre dans une grande surface et ne manifeste aucune fidélité à une grande surface particulière. Aussi, un échantillon de 10 collaborateurs dans 3 GMS, démontrent l absence d élément expérientiels dans leur vécu professionnel. Notre recherche a par la suite emprunté le cheminement suivant : Identification des items les plus retrouvés dans la littérature expérientielle, et ceux évoqués par les deux échantillons préliminaires. Proposition des hypothèses Administration du questionnement semi-directif auprès de 150 clients externes et de 50 clients internes œuvrant dans le domaine de la grande distribution. Les résultats permettent de retenir plusieurs facteurs et sous facteurs affectant la perception de la qualité de l'expérience par le client et le collaborateur et de les confronter. La confrontation des résultats permet de les classer par ordre d importance décroissant : Facteurs Facteur hédoniste Facteur interactif Facteur surprenant Facteur d'utilité Facteur temporel Enjeux pour le client externe Expérience plaisante, interpellant les sens, et touchant l'égoïsme de l'individu. - Coproduction de l'expérience. - Echange entre clients, entre client et collaborateur ou entre client et support. Dimension innovatrice de l'expérience permettant de dépasser les sensations antérieures. La surprise n'écartera pas la qualité attendue mais l'enrichira en la dépassant. L'expérience apportera une valeur ajoutée qui s'adressera à la raison et non seulement aux émotions. *Capacité de gérer le temps de l'expérience en fonction de la convenance du client. Enjeux pour le client interne Expérience exprimant la capacité de séduire, de se sentir sollicité, le plaisir d'influencer, de servir. Capacité de toucher * un feed-back immédiat qui promet la création puis le développement de la relation * un éclairage quant à la nécessité d'apporter des ajustements. Enrichissement personnel grâce à l'échange. Adaptation permanente à des mentalités différentes. Réaction imprévisibles des clients permettant de vivre de nouvelles sensations a chaque contact. Participation inattendue des cadres supérieurs à l'expérience. Annonce imprévue de primes lors de la servuction. Le contact est source d'épanouissement, d'apprentissage, de dépassement de soi. Humanisation de la profession commerciale par la dématérialisation de la

12 Facteur identitaire Facteur symbolique Facteur matériel Facteur évolutif *Capacité d'allonger le temps de l'expérience au delà du contact physique avec le client en faisant recourt au NTIC: Envois de photos, de vœux, réseaux sociaux L'expérience de souvenir doit multiplier plusieurs fois l'effet de l'expérience initiale. perception de soi comme coproducteur et non comme consommateur passif. Interprétation positive par le client de tous les gestes, les mots, les actes, les signes qui traversent l'expérience, en conformité avec ses configurations psychiques et socio-culturelles. L'infrastructure et l'équipement impactent considérablement l'expérience client. Chaque expérience crée et assouvit une attente précise chez le client et le propulse vers un niveau supérieur, d où la nécessité d'un renouvellement permanent des expériences. relation. *Aspect moderne de l'entreprise et de ses services. *Appropriation de valeurs comme l'empathie, le respect de l'autre, l'amélioration continue. L'expérience proposée est le reflet d'un esprit généreux, de la volonté de rendre les autres heureux, de cultiver sa propre différence. Le matériel alloué témoigne aussi de la perception des collaborateurs par leur direction: Conditions de travail, outils et procédures Internes. L'expérience est un défi dont la réalisation permet au collaborateur de se surpasser. Facteur global L'expérience est une chaine ou tous les membres de l'entreprise sont interpelés avec des apports qui se croisent et se renforcent La réussite de la mission du collaborateur chargé de l'expérience nécessite non seulement un engagement ferme de toutes les composantes de l'entreprise mais aussi la souplesse nécessaire pour individualiser les prestations

13 En guise de conclusion, admettons que l individu et en quête d expériences de qualité quel que soit son statut dans la relation commerciale. En travaillant ou en consommant, le client (interne ou externe) se construit, apprend, s épanouit. C est la nouvelle voie du management. Références bibliographiques: ARNOULD E.J., PRICE L.L. et ZINKHAN G.M. (2002), Consumers, McGraw- Hill, New-York. Filser Marc (2005), Le management des activités culturelles et de loisirs : questions stratégiques et état des recherches académiques, Management et Avenir, Vol.3, n 5, p : AVEROUS, B et AVEROUS, D. (2004), Mesurer et manager la qualité du service. INSEP Consulting Editions. BONNIN, G. (2003), La mobilité du consommateur en magasin : une étude exploratoire de l influence de l aménagement spatial sur les stratégies d appropriation des espaces de grande distribution, Recherche et Applications en Marketing, Vol. 18, n 3, p : BOUCHET, P. (2004), L expérience au cœur de l analyse des relations magasinmagasineur, Recherche et Applications en Marketing, Vol.19, n 2, p : BOURGEON, D. (1994), Essai de modélisation du comportement dans le domaine culturel : une application au spectacle théâtral, Thèse de doctorat en Sciences de Gestion, Université de Bourgogne, Dijon. BOURGEON, D. et FILSER, M. (1995), Les apports du modèle de recherche d expérience à l analyse du comportement dans le domaine culturel : une exploration conceptuelle et méthodologique, Recherche et Applications en Marketing, Vol.10, n 4, p : BOURGEON, D., Debenedetti, S., GOMBAULT, A. et PETR, C. (2009), Marketing de l'art et de la Culture, Editions Dunod, Paris. BREE, J. (2012), Le comportement du consommateur, Dunod, Paris. CARÙ, A. et COVA, B. (2006), Expériences de consommation et marketing expérientiel, Revue Française de Gestion, Vol.3, n 163, P : CARÙ, A. et COVA, B. (2002), Retour sur le concept d expérience: pour une vue plus modeste et plus complète du concept, 7ième Journée de Recherche en Marketing de Bourgogne, Dijon, CHAUVEL, A.M. (2002), Au-delà de la certification, de la conformité à la performance, Éditions d Organisation, Paris. CLAVELIN, J. (2004), Management de l'équipe commerciale, Le Génie des Glaciers Editeur. COUZON, E. (2011). Les émotions. Développer son intelligence émotionnelle. ESF Editeur. DANJOU I, (2004), Entreprendre : la passion d accomplir ensemble, l Harmattan, Paris. DARPY, D. et VOLLE, P. (2012), Comportement du consommateur, concepts et outils, Dunod, Paris. DE PREVILLE, Y. (2003), Guide pratique de la gestion des forces de vente, Maxima. DEBENEDETTI S (2003), L expérience de visite des lieux de loisir : le rôle central des compagnons, Recherche et Applications en Marketing, Vol.18, n 4, p:

14 EL AOUNI, H. (2009), Le marocain et la grande distribution, Revue Economia, n 7. Novembre. GENTILE, C., SPILLER, N. et NOCI, G. (2007), How to sustain the customer experience: an overview of experience components that co-create value with the customer, European Management Journal, Vol. 25, n 5, p: GIORDANO, J.-L. (2006), L approche qualité perçue, Editions d Organisation, Paris. GIORDANO, JL. ( 2006), L approche qualité perçue. Editions d Organisation. GREWAL, D., LEVY, M. et KUMAR, V. (2009), Customer experience management in retailing: an organizing framework, Journal of Retailing, Vol. 85, n 1, p: GUEGUEN, N. (2005), 100 petites expériences en psychologie du consommateur, Dunod, Paris. HERMEL, L et LOUYAT, G. (2005), La qualité de service. AFNOR. HETZEL P. (2002), Planète conso : Marketing expérientiel et nouveaux univers de consommation, Éditions d'organisation, Paris. HIRSCHMAN, E. et HOLBROOK, M. (1986), Expanding the Ontology and Methodology of Research on the Consumption Experience, In: Perspec- tives on Methodology in Consumer Research (D. Brinberg & R. Lutz, eds), Springer Verlag, New-York. HOLBROOK, M. et HIRCHMAN, E.(1982), The Experiential aspects of Consumption : consumer Fantasies, Feeling and fun Journal of Consumer Research, vol. 9, n 2, P: HOLBROOK, M. et HIRSCHMAN, E. ( 1982) : The Experiential Aspects of Consumption : Consumer Fantasies. Feelings an Fun Journal of Consumer Research, vol. 9, n 2. P: MANN, P. (2000), La sensibilité esthétique et la sensibilité à l interaction sociale : deux nouvelles variables pour expliquer le comportement de fréquentation des concerts de musique classique, Thèse de doctorat en Sciences de Gestion, Université de Bourgogne, Dijon. MARTEAUX, S. (2006), L évaluation de l expérience cinématographique en salle et à domicile. Une approche par la valeur et la satisfaction, Thèse de doctorat en sciences de gestion, Leg Cermab, Dijon, Université de Bourgogne. MENCARELLI, R. (2005), L interaction lieu-objet dans le cadre de l expérience vécue: approche par la valeur et la fi délité du consommateur, Thèse de doctorat en sciences de gestion, Leg Cermab, Dijon, Université de Bourgogne. MEYER, C. et SCHWAGER, A. (2007), Understanding customer experience, Harvard Business Review, Vol.85, n 2, p: PINE, J. et GILMORE, J. (1999), The expérience économy : work is Theatre and every business a stage. Harvard business School Press. Boston, p:3. PUNJ, G.N. et STEWART, D.W. (1983), An interaction framework of consumer decision making, Journal of Consumer Research, Vol.10, p: QUERAT-HEMENT, X. (2014), Esprit de service. Passer du marketing au management de l'expérience client. Lexitis Editions. ROEDERER, C. (2008), L expérience de consommation : exploration conceptuelle, méthodologique et stratégique. Thèse de doctorat de l Université de Bourgogne en Sciences de Gestion. Bourgogne, 27 Novembre 2008, p :6. ROUVIERE, S. (2010), Réussir sa relation client, Dunod. SCHMITT, B. (2003), Custmer expérience Management, New Jersey, New-york, John wiley.

15 SCHMITT, B.( 1999), Experiential Marketing, Journal of Marketing, Vol.15, p: TAUBER, E. M. (1995), Why do we shop?, Journal of Marketing, Vol.36, October, p: VANHAMME J. (2008), La relation surprise-ravissement revisitée à l'aune du marketing expérientiel, Recherche et Applications en Marketing, Vol.23, n 3. VERHOEF, P.C. et LEMON, K.N., PARASURAMAN, A., ROGGEVEEN, A., TSIROS, M. et SCHLESINGER, L.A. (2009), Customer experience creation: determinants, dynamics and management strategies, Journal of Retailing, Vol.85, n 1, p: VÉZINA, R. (1999), Pour comprendre et analyser l expérience du consommateur, Gestion, Vol.24, n 2, p: WELLHOFF, T. (2011), Les valeurs : donner du sens, guider la communication, construire la réputation. Editions d Organisation. ZALTMAN, G. (2003), How Customers Think: Essential Insights into the Mind of the Market, Boston, Harvard Business School Press.

16 Pondération par la catégorie du consommateur fantaisite, rationnel

Master MPS LE MANAGEMENT DE LA QUALITÉ DANS LES SERVICES N 2 MURIEL JOUGLEUX 2014/2015

Master MPS LE MANAGEMENT DE LA QUALITÉ DANS LES SERVICES N 2 MURIEL JOUGLEUX 2014/2015 Master MPS 1 LE MANAGEMENT DE LA QUALITÉ DANS LES SERVICES N 2 MURIEL JOUGLEUX 2014/2015 Construire une politique qualité dans les services Les différentes définitions de la qualité Une approche globale

Plus en détail

Marketing de l art et de la culture

Marketing de l art et de la culture Interview Dunod Marketing de l art et de la culture Dominique Bourgeon-Renault Le secteur de l art et de la culture semble incompatible avec la notion même de marketing. Pourtant, la démarche et les outils

Plus en détail

Theme Sensorial marketing, from stores to Internet : retailers and sensorial marketing integration in multichannel distribution management.

Theme Sensorial marketing, from stores to Internet : retailers and sensorial marketing integration in multichannel distribution management. Les enseignes spécialisées et l intégration du marketing sensoriel dans l approche multicanale de leur distribution. Fanny NOYELLE Année Universitaire 2007 / 2008 ESUPCOM Lille Directeurs de mémoire :

Plus en détail

LA QUALITÉ DU SERVICE LES MODÈLES CONCEPTUELS

LA QUALITÉ DU SERVICE LES MODÈLES CONCEPTUELS LA QUALITÉ DU SERVICE LES MODÈLES CONCEPTUELS Paraschivescu Andrei Octavian Universitatea George Bacovia, Facultatea de Management i administra ie public. 6 Margaretelor street, Bacau, Romania, 0745306475,

Plus en détail

LES ENSEIGNANTS DE L ENSEIGNEMENT PROFESSIONNEL : PERTINENCE D UNE FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL

LES ENSEIGNANTS DE L ENSEIGNEMENT PROFESSIONNEL : PERTINENCE D UNE FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL N 296 CHASSAGNE Jean-Marie, CASTELLAN Joëlle [Équipe PATRE, ENFA LES ENSEIGNANTS DE L ENSEIGNEMENT PROFESSIONNEL : PERTINENCE D UNE FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL Cette communication se situe dans le

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

Introduction. Marketing des services? De quoi parle-t-on? copyright 1

Introduction. Marketing des services? De quoi parle-t-on? copyright 1 Introduction Marketing des services? De quoi parle-t-on? copyright 1 Marketing des services de l information Vos attentes Redéfinir clairement à qui vous vous adressez Mieux connaître les attentes de votre

Plus en détail

LA COOPÉRATION MÉDIATISÉE PAR INTERNET : LE CAS DU SITE «LA MAIN À LA PÂTE»

LA COOPÉRATION MÉDIATISÉE PAR INTERNET : LE CAS DU SITE «LA MAIN À LA PÂTE» LA COOPÉRATION MÉDIATISÉE PAR INTERNET : LE CAS DU SITE «LA MAIN À LA PÂTE» David Wilgenbus Société Française de physique La main à la pâte MOTS-CLÉS : COOPERATION INTERNET COMMUNAUTES SCIENCES LA MAIN

Plus en détail

Jour 1. Origines et évolution du marketing

Jour 1. Origines et évolution du marketing Jour 1 Origines et évolution du marketing Origines et évolution du marketing Jour 1 Cette journée est consacrée à la présentation de la discipline au travers de trois sous-thèmes : l histoire du marketing,

Plus en détail

L ACCUEIL PHYSIQUE ET TELEPHONIQUE

L ACCUEIL PHYSIQUE ET TELEPHONIQUE L ACCUEIL PHYSIQUE ET TELEPHONIQUE 800 HT/jour Prendre conscience de l'importance et des enjeux d'un accueil physique et téléphonique de qualité Maîtriser les techniques de communication pour optimiser

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

Etude en vue de la création d un hôtel polysensoriel dans une destination valaisanne

Etude en vue de la création d un hôtel polysensoriel dans une destination valaisanne Etude en vue de la création d un hôtel polysensoriel dans une destination valaisanne Extraits du rapport : Dans un marché très concurrentiel, l hôtelier se doit de prendre de l avance et de proposer des

Plus en détail

Enseignement supérieur Recherche

Enseignement supérieur Recherche Enseignement supérieur Recherche Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 61 CADRE DE DIRECTION EN ÉTABLISSEMENT D ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE RECHERCHE Code : RCH01 Cadre de direction

Plus en détail

FONDATION FONDATION TRAVAIL-UNIVERSITÉ

FONDATION FONDATION TRAVAIL-UNIVERSITÉ NOTES NOTES ÉDUCATION ÉDUCATION PERMANENTE PERMANENTE N N 18 2011-05 OCTOBRE 2005 JUIN 2011 ASSOCIATION ASSOCIATION POUR POUR UNE UNE FONDATION FONDATION TRAVAIL-UNIVERSITÉ CHAUSSÉE DE HAECHT, 579 B-1031

Plus en détail

La démarche marketing

La démarche marketing La démarche marketing «Ça, c est encore du marketing!» Marc-Alexandre Legrain Source : La boîte à culture Sommaire I. Découvrir le Marketing Etape 1 : A quoi sert le Marketing? Etape 2 : La démarche Marketing

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION SAVOIR VENDRE AVEC EFFICACITÉ

PROGRAMME DE FORMATION SAVOIR VENDRE AVEC EFFICACITÉ CV315 SAVOIR VENDRE AVEC EFFICACITÉ 1. Identifier les objectifs commerciaux Les 4 objectifs clés du commercial L esprit de conquête, clé de la performance La psychologie du vendeur face à l acheteur 2.

Plus en détail

Former n est pas jouer.

Former n est pas jouer. Former n est pas jouer. Pour quels objectifs et à quelles conditions miser sur la pédagogie ludique? Emmanuelle ROHOU, Consultante-experte en Sciences de l Education 1. Le principe de l utilisation du

Plus en détail

sentée e et soutenue publiquement pour le Doctorat de l Universitl

sentée e et soutenue publiquement pour le Doctorat de l Universitl Du rôle des signaux faibles sur la reconfiguration des processus de la chaîne de valeur de l organisation : l exemple d une centrale d achats de la grande distribution française Thèse présent sentée e

Plus en détail

LES 6 DIMENSIONS DE L EXPÉRIENCE CLIENT DANS LE RETAIL. X+M - Conseil et design d'expériences client - Laurence Body

LES 6 DIMENSIONS DE L EXPÉRIENCE CLIENT DANS LE RETAIL. X+M - Conseil et design d'expériences client - Laurence Body LES 6 S DE L EXPÉRIENCE CLIENT DANS LE RETAIL 1 par Laurence BODY Customer Experience Consultant Co Auteur avec Agnès Giboreau Directrice de la Recherche à l Institut Paul Bocuse de : 2 Pour être mémorable,

Plus en détail

Les outils du manager commercial

Les outils du manager commercial OBJECTIFS Améliorer sa force de conviction et asseoir son leadership sur son équipe de collaborateurs mais aussi dans sa relation-clientèle Saisir l importance de la dimension relationnelle comportementale

Plus en détail

Sommaire. Mobilisation/Motivation. Compétences/Potentiel. Descriptif de l épreuve...6. Fiches

Sommaire. Mobilisation/Motivation. Compétences/Potentiel. Descriptif de l épreuve...6. Fiches Sommaire Descriptif de l épreuve...6 Mobilisation/Motivation Fiches Pages 1 Les facteurs de motivation au travail...9 2 Le cadre juridique de la relation de travail (1)...11 3 Le cadre juridique de la

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DU MARKETING POUR LES CRÉATEURS D ENTREPRISE

GUIDE PRATIQUE DU MARKETING POUR LES CRÉATEURS D ENTREPRISE MICHEL BADOC EN COLLABORATION AVEC ISABELLE SELEZNEFF GUIDE PRATIQUE DU MARKETING POUR LES CRÉATEURS D ENTREPRISE Éditions d Organisation, 2005 ISBN : 2-7081-3215-6 SOMMAIRE Remerciements... 11 Table des

Plus en détail

Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental

Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental Natalie Rinfret, Ph.D. Colloque de l Association des directeurs généraux des services

Plus en détail

Guide Tuteur Commerce et Distribution

Guide Tuteur Commerce et Distribution Guide Tuteur Commerce et Distribution QU EST-CE QUE LE BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES? Il s agit d une formation en 2 ans proposée aux titulaires d un baccalauréat technologique ou général. Elle

Plus en détail

Innovation et design dans le secteur du tourisme

Innovation et design dans le secteur du tourisme Note de tendance Avril 2013 Tourisme Innovation et design dans le secteur du tourisme Dans le domaine du tourisme, le design joue aujourd hui un rôle majeur. Considéré comme un des outils de l innovation,

Plus en détail

Marque et hyperchoix : un mariage apprécié par les consommateurs. Sophie Rieunier

Marque et hyperchoix : un mariage apprécié par les consommateurs. Sophie Rieunier Chaire Marques & Valeurs Parole d expert Marque et hyperchoix : un mariage apprécié par les consommateurs Sophie Rieunier Maître de conférences, IAE de Paris, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne N 2012-07

Plus en détail

PASSERELLE. Un programme d entrainement favorisant un retour à l école

PASSERELLE. Un programme d entrainement favorisant un retour à l école PASSERELLE Un programme d entrainement favorisant un retour à l école INTRODUCTION...3 HISTORIQUE DU CENTRE SOLIDARITÉ JEUNESSE...4 LES GRANDS PRINCIPES DIRECTEURS...5 COMPOSANTES DU PROGRAMME D ENTRAÎNEMENT...6

Plus en détail

CLEAR CHANNEL MONITOR. L efficacité de vos campagnes en Publicité Extérieure analysée sous toutes leurs composantes

CLEAR CHANNEL MONITOR. L efficacité de vos campagnes en Publicité Extérieure analysée sous toutes leurs composantes CLEAR CHANNEL MONITOR ou L efficacité de vos campagnes en Publicité Extérieure analysée sous toutes leurs composantes Mieux comprendre le média, réussir vos campagnes! Fort de partenaires référents dans

Plus en détail

LES BILANS L ESPRIT DANS LEQUEL NOUS TRAVAILLONS NOTRE DEONTOLOGIE. Les bilans sont pluriels dans la mesure où :

LES BILANS L ESPRIT DANS LEQUEL NOUS TRAVAILLONS NOTRE DEONTOLOGIE. Les bilans sont pluriels dans la mesure où : LES BILANS Les bilans sont pluriels dans la mesure où : Ils peuvent Répondre àdes objectifs différents : définir/valider un projet d évolution, retrouver du sens àson parcours, anticiper un changement

Plus en détail

«Expert en pentathlon moderne» Interview des entraîneurs de l Insep février 2014

«Expert en pentathlon moderne» Interview des entraîneurs de l Insep février 2014 «Expert en pentathlon moderne» Interview des entraîneurs de l Insep février 2014 Sylvie. F.V. : Jean-Pierre Guyomarch et Jean Max Berrou, vous êtes les entraîneurs de l'équipe de France masculine et féminine

Plus en détail

Principaux résultats Edition 2015

Principaux résultats Edition 2015 1 Principaux résultats Edition 2015 by & Introduction 2 La naissance de l idée Avec le constat suivant : Des moments d enchantement? Le quotidien des Français dans leurs interactions avec les enseignes

Plus en détail

LES ORGANISMES DE SERVICES A LA PERSONNE

LES ORGANISMES DE SERVICES A LA PERSONNE LES ORGANISMES DE SERVICES A LA PERSONNE Les services à la personne désignent les activités destinées à répondre aux besoins des particuliers dans leur vie quotidienne. On distingue 3 domaines de services

Plus en détail

SOMMAIRE. 4 Différentes modalités d utilisation p 19 4.1 En groupe p 19 4.2 En individuel p 20

SOMMAIRE. 4 Différentes modalités d utilisation p 19 4.1 En groupe p 19 4.2 En individuel p 20 GUIDE PEDAGOGIQUE DE L ACCOMPAGNATEUR ZOOM 2 CHOOSE 1 SOMMAIRE Qu est-ce que Zoom2Choose (Z2C)? 1. L outil p.3, 4 1.1 Quels sont les objectifs de l outil? p 5 1.2 Description de Z2C : - Parcours dans l

Plus en détail

Nouveau guide des meilleures pratiques d'affaires en design d'expériences de tourisme d'aventure

Nouveau guide des meilleures pratiques d'affaires en design d'expériences de tourisme d'aventure + Nouveau guide des meilleures pratiques d'affaires en design d'expériences de tourisme d'aventure Maurice Couture GPS Tourisme Inc. Rachel L Abbé Destination Équitable SÉMINAIRE 2013 / 5 ET 6 NOVEMBRE

Plus en détail

Le développement de services aux entreprises : les enjeux de la proximité pour les territoires industriels

Le développement de services aux entreprises : les enjeux de la proximité pour les territoires industriels Le développement de services aux entreprises : les enjeux de la proximité pour les territoires industriels AUTEURS Fabienne PICARD, Nathalie RODET-KROICHVILI, Nafaa HAMZA-SFAXI RÉSUMÉ L objectif de cette

Plus en détail

Augmentez vos ventes par la mise en valeur de vos produits!

Augmentez vos ventes par la mise en valeur de vos produits! Conférence "!" Augmentez vos ventes par la mise en valeur de vos produits! La mise en valeur de vos produits? C est aussi savoir faire la mise en scène de vos produits pour vos clients spectateurs! Danielle

Plus en détail

BIENVENUE. La mise en scène & Urbangaming expérience

BIENVENUE. La mise en scène & Urbangaming expérience BIENVENUE La mise en scène & Urbangaming expérience Appuis à la parole Cette présentation a été préparée comme appuis à la parole. Elle n est pas conçue pour être comprise sans accompagnement. Si vous

Plus en détail

17 & 18, 24 & 25 avril 2015, 30 avril & 1er mai 2015

17 & 18, 24 & 25 avril 2015, 30 avril & 1er mai 2015 À l occasion du festival de Pâques, la mairie de Deauville et l ESSEC Business School créent Break and Share 17 & 18, 24 & 25 avril 2015, 30 avril & 1er mai 2015 Villa Strassburger, à Deauville Autour

Plus en détail

SATISFACTION ET FIDÉLISATION CLIENT PLAN DU COURS

SATISFACTION ET FIDÉLISATION CLIENT PLAN DU COURS SATISFACTION ET FIDÉLISATION CLIENT PLAN DU COURS 1. Le concept de satisfaction 1.1 Enjeux et évolution de la définition du concept de satisfaction A. Enjeux de la satisfaction B. Définition du concept

Plus en détail

Il y a une mer d opportunités

Il y a une mer d opportunités PLEINES VOILES VERS LE LEADERSHIP DE MARQUE GAGNER LA BATAILLE DES MARCHÉS Le plan marketing Management stratégique du marketing expérientiel Dr Michel G. Langlois Professeur titulaire ESG-UQAM 1 Il y

Plus en détail

Paris 22-24 January 2015. Rym Srarfi Tabbane. Ecole Supérieure d Economie Numérique, Université de la Manouba, Tunisie. Tel: + 216 71 602 919

Paris 22-24 January 2015. Rym Srarfi Tabbane. Ecole Supérieure d Economie Numérique, Université de la Manouba, Tunisie. Tel: + 216 71 602 919 14 th International Marketing Trends Conference Paris 22-24 January 2015 Rym Srarfi Tabbane Ecole Supérieure d Economie Numérique, Université de la Manouba, Tunisie Tel: + 216 71 602 919 e-mail: rymtabbane@yahoo.fr

Plus en détail

Notre philosophie Nos partenaires Employer Branding Formations Marketing/Vente Formation pour Cadres Train the Trainer

Notre philosophie Nos partenaires Employer Branding Formations Marketing/Vente Formation pour Cadres Train the Trainer Notre philosophie Nos partenaires Employer Branding Formations Marketing/Vente Formation pour Cadres Train the Trainer passion. people. performance. www..de 1 Notre philosophie: D un salarié à un ambassadeur

Plus en détail

DÉFINIR DES INDICATEURS D'EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE INDUSTRIELLE

DÉFINIR DES INDICATEURS D'EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE INDUSTRIELLE DÉFINIR DES INDICATEURS D'EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE INDUSTRIELLE Pour l amélioration de la performance énergétique dans le cadre de la norme ISO 50001 des systèmes de management de l énergie Pascal Dumoulin,

Plus en détail

Abstract: Anticipating in-shop consumer's expectations from on-line experienceand symbolic meanings

Abstract: Anticipating in-shop consumer's expectations from on-line experienceand symbolic meanings Vers une meilleure compréhension des attentes en magasin inférées par l expérience de navigation sur le site Internet d une enseigne à forte dimension symbolique Agathe Simonin, Brainvalue Régine Vanheems,

Plus en détail

Guy Reibel. Un team Building qui vous enchante! La voix : une source de plaisir, de créativité et d épanouissement

Guy Reibel. Un team Building qui vous enchante! La voix : une source de plaisir, de créativité et d épanouissement Le Jeu Vocal Guy Reibel Un team Building qui vous enchante! La voix : une source de plaisir, de créativité et d épanouissement Une pratique inédite pour développer l esprit d équipe Contact : Mr Michel

Plus en détail

La satisfaction du client n entraîne pas forcément sa fidélité

La satisfaction du client n entraîne pas forcément sa fidélité I La satisfaction du client n entraîne pas forcément sa fidélité Si vous lisez ce livre et que vous êtes responsable d une entreprise, d un service qui s intéresse à la fidélité client, c est que vous

Plus en détail

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales.

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales. Chapitre 11 LA FONCTION CONTRÔLE DE GESTION REPORTING AUDIT INTERNE Un système de reporting homogène dans toutes les filiales permet un contrôle de gestion efficace et la production d un tableau de bord

Plus en détail

«Changer» De la contemplation des objets à l offre d expériences

«Changer» De la contemplation des objets à l offre d expériences «Changer» De la contemplation des objets à l offre d expériences Entretiens du Centre Jacques Cartier Musée des beaux-arts de Montréal. 7 octobre 2004 Raymond Montpetit Université du Québec à Montréal

Plus en détail

Manuel de recherche en sciences sociales

Manuel de recherche en sciences sociales Résumé de QUIVY R; VAN CAMPENHOUDT L. 95, "Manuel de recherches en sciences sociales", Dunod Cours de TC5 du DEA GSI de l intergroupe des écoles Centrales 11/2002 Manuel de recherche en sciences sociales

Plus en détail

GERER SON STRESS - GERER LES CONFLITS

GERER SON STRESS - GERER LES CONFLITS GERER SON STRESS - GERER LES CONFLITS Dans des organisations en constante évolution, un manager doit pouvoir devenir une base de sécurité pour l équipe qu il dirige. Il doit pouvoir être une source de

Plus en détail

dirigée par Luc BOYER on air marketing Design sonore : du son au marketing Sous la direction de

dirigée par Luc BOYER on air marketing Design sonore : du son au marketing Sous la direction de Collection «questions de société» dirigée par Luc BOYER on air marketing Design sonore : du son au marketing Sous la direction de Frédéric DOSQUET Mathieu BILLON, Kizitho ILONGO et Tony JAZZ Préface de

Plus en détail

INTRODUCTION. Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse Page 1

INTRODUCTION. Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse Page 1 LES FICHES OUTILS RESSOURCES HUMAINES L évaluation 360 Feed-back INTRODUCTION Aujourd hui les ressources humaines sont considérées par les entreprises comme un capital. La notion de «capital humain» illustre

Plus en détail

Intérêt pour les personnes 1.9. 9.9 Club social. 5.5 Compromis 1.1. 9.1 Laisser-faire. Intérêt pour la tâche. Travail équipe.

Intérêt pour les personnes 1.9. 9.9 Club social. 5.5 Compromis 1.1. 9.1 Laisser-faire. Intérêt pour la tâche. Travail équipe. Cours 12 Le pouvoir au sein d une organisation Les liens entre pouvoir, autorité et obéissance Le leadership et les traits personnels Les théories du leadership situationnel Pouvoir Capacité d un individu

Plus en détail

! # % & ( ))))))))))))))))))))))))))))) +,!! #! #

! # % & ( ))))))))))))))))))))))))))))) +,!! #! # ,!! #! #! % & () + ! # % & ( ))))))))))))))))))))))))))))) +,!!#!#!!!. %&%& ( )! +, %. / 0 12 12 %& # ( &!(!& (! & (!(! ( ) +,!. + )(, & (!(! /0.!# 1! # %& # %& ( & ) # % #!#!!!! & & & /0.!# 1! # %& (

Plus en détail

Révisions : définir et expliquer

Révisions : définir et expliquer Révisions : définir et expliquer 1. Fondements du marketing et études de marché 1) Notions de valeurs perçues par le client? Rapport qualité prix. 2) Quels sont les leviers d actions qui crée de la valeur?

Plus en détail

Séminaire Management. Diriger et motiver ses collaborateurs. Marie-odile Legrand 1

Séminaire Management. Diriger et motiver ses collaborateurs. Marie-odile Legrand 1 Séminaire Management Diriger et motiver ses collaborateurs Marie-odile Legrand 1 Diriger et motiver ses collaborateurs Plan A - Comprendre les mécanismes de la motivation Théorie du contenu Théorie du

Plus en détail

Sarah DÉRAPS. Université du Québec à Montréal

Sarah DÉRAPS. Université du Québec à Montréal Analyse communicationnelle de l épuisement professionnel (burnout) chez les travailleurs et travailleuses du domaine des communications-marketing au Québec Sarah DÉRAPS Université du Québec à Montréal

Plus en détail

1. DÉFINITION DU MARKETING

1. DÉFINITION DU MARKETING 1. DÉFINITION DU MARKETING 1.1 DÉFINITIONS 1.2 PRÉDOMINANCE DU CLIENT 1.3 ÉLARGISSEMENT DU CHAMP D APPLICATION 1.4 SATISFACTION DU CLIENT ET CRM 1 1.1 DÉFINITIONS 1. Marketing 2. Acteurs du marketing 3.

Plus en détail

Liens entre les programmes

Liens entre les programmes Liens entre les programmes Accueillir la petite enfance du ministère de la Famille et des Ainés Éducation préscolaire du ministère de l Éducation Jocelyne Grenier Conseillère pédagogique à la petite enfance

Plus en détail

ELZÉAR Executive Search 56, rue de Londres -F-75008 Paris Tel +33 1 49 70 67 00 -Fax +33 1 49 70 67 01 -www.elzear.com

ELZÉAR Executive Search 56, rue de Londres -F-75008 Paris Tel +33 1 49 70 67 00 -Fax +33 1 49 70 67 01 -www.elzear.com Présentation du CGP - Centre de Gravité Professionnel un outil de diagnostic des talents Le plan de l intervention 1. QUESTIONNAIRE CGP 2. LE CALCUL DES POINTS 3. LES ÉNERGIES FONCTIONNELLES 4. LES PRÉPONDÉRANCES

Plus en détail

Chap 8 : L agencement de l unité commerciale I. L organisation de l espace de vente dans une grande surface

Chap 8 : L agencement de l unité commerciale I. L organisation de l espace de vente dans une grande surface Chap 8 : L agencement de l unité commerciale I. L organisation de l espace de vente dans une grande surface A. L organisation de la circulation dans le magasin B. L implantation des rayons 1. Les contraintes

Plus en détail

Quelle attractivité auprès des jeunes?

Quelle attractivité auprès des jeunes? 05 scope SYNTHÈSE D ÉTUDE SEPTEMBRE 2009 Métiers des Industries Alimentaires Quelle attractivité auprès des jeunes? www.observia-metiers.fr Les Industries Alimentaires, en tant que second employeur industriel

Plus en détail

Accompagner le changement et mieux communiquer

Accompagner le changement et mieux communiquer Accompagner le changement et mieux communiquer Catalogue Formations 2009/2010 Dédiées aux acteurs du monde de la communication Management opérationnel des équipes de communication Manager efficacement

Plus en détail

Management Stratégique. Saïd YAMI Maître de Conférences en Sciences de Gestion ERFI/ISEM Université Montpellier 1 Cours de Master 1.

Management Stratégique. Saïd YAMI Maître de Conférences en Sciences de Gestion ERFI/ISEM Université Montpellier 1 Cours de Master 1. Management Stratégique Saïd YAMI Maître de Conférences en Sciences de Gestion ERFI/ISEM Université Montpellier 1 Cours de Master 1 Plan du Module 3 Chap.3- Les modèles fondés sur la structure des marchés

Plus en détail

PMA.. Quand l intelligence émotionnelle s invite dans le monde de l entreprise La méthode PMA La «Pensée Musicale Active»

PMA.. Quand l intelligence émotionnelle s invite dans le monde de l entreprise La méthode PMA La «Pensée Musicale Active» PMA.. Quand l intelligence émotionnelle s invite dans le monde de l entreprise La méthode PMA La «Pensée Musicale Active» Ouvrir de nouveaux champs de réflexion personnelle et collective par l'approche

Plus en détail

Climat social 2015 : 1 salarié sur 4 dit avoir déjà subi un problème psychologique grave ou été victime de harcèlement moral au cours de sa carrière

Climat social 2015 : 1 salarié sur 4 dit avoir déjà subi un problème psychologique grave ou été victime de harcèlement moral au cours de sa carrière Communiqué de presse Issy-les-Moulineaux, 22 octobre 2015 Baromètre Cegos «Climat social et qualité de vie au travail» Climat social 2015 : 1 salarié sur 4 dit avoir déjà subi un problème psychologique

Plus en détail

Gestionnaire d unité commerciale Diplôme d état homologué de niveau III sur 2 ans en formation initiale

Gestionnaire d unité commerciale Diplôme d état homologué de niveau III sur 2 ans en formation initiale Commerce, vente Gestionnaire d unité commerciale Diplôme d état homologué de niveau III sur 2 ans en formation initiale Aujourd hui, les compétences attendues pour exercer ce métier doivent allier non

Plus en détail

C ACHING WAYS. Programme PAI

C ACHING WAYS. Programme PAI ING WAYS C ACHING WAYS COACHING WAYS Programme PAI INTRODUCTION A LA FORMATION COACHING WAYS PAI : Les clés du Coaching Cette formation conduit à devenir coach, à un niveau théorique PCC (ICF). 23 jours

Plus en détail

Le Clown de Théâtre : Une formation pour améliorer sa communication relationnelle et conflictuelle

Le Clown de Théâtre : Une formation pour améliorer sa communication relationnelle et conflictuelle Le Clown de Théâtre : Une formation pour améliorer sa communication relationnelle et conflictuelle Formation de développement personnel Nos formateurs Composé de professionnels artistiques, d enseignants

Plus en détail

Le développement de la franchise dans le Groupe Casino

Le développement de la franchise dans le Groupe Casino Le développement de la franchise dans le Groupe Casino Dossier de presse 1 Communiqué de presse Le groupe Casino mise sur la franchise pour accélérer le développement de ses enseignes de proximité Mars

Plus en détail

Conférences invitées

Conférences invitées Conférences invitées The Process of Process Modeling Barbara Weber University of Innsbruck, Austria Barbara.Weber@uibk.ac.at ABSTRACT. Business process models have gained significant importance due to

Plus en détail

Table des matières. Partie I Les enjeux 1. Avant-propos Préface Introduction. Chapitre 1 Les enjeux de l expérience client 3

Table des matières. Partie I Les enjeux 1. Avant-propos Préface Introduction. Chapitre 1 Les enjeux de l expérience client 3 Avant-propos Préface Introduction XV XVII XXI Partie I Les enjeux 1 Chapitre 1 Les enjeux de l expérience client 3 1. Une nouvelle ère du développement économique 3 1.1. La digitalisation de l économie

Plus en détail

AUDIT DE CULTURE. Introduction au rapport de culture d entreprise. Simple software to manage your company culture. www.vadequa.com

AUDIT DE CULTURE. Introduction au rapport de culture d entreprise. Simple software to manage your company culture. www.vadequa.com AUDIT DE CULTURE Introduction au rapport de culture d entreprise + Simple software to manage your company culture. www.vadequa.com 2 Audit de Culture A PROPOS La démarche Vadequa Vadequa permet aux sociétés

Plus en détail

2 Réussir son recrutement RECRUTEMENT. 5 Mobiliser ses salariés MANAGEMENT. 8 Former ses salariés EVOLUTION DES COMPETENCES

2 Réussir son recrutement RECRUTEMENT. 5 Mobiliser ses salariés MANAGEMENT. 8 Former ses salariés EVOLUTION DES COMPETENCES 1 Décider d embaucher? 2,5 jours 1,5 jour PACK 2 Réussir son recrutement RECRUTEMENT 6 jours 3 Attirer, motiver, fidéliser ses salariés 2 jours 4 Choisir son mode de management 2 jours 1 jour PACK 5 Mobiliser

Plus en détail

OBJECTIFS ET APPRENTISSAGES

OBJECTIFS ET APPRENTISSAGES La formation Notre approche Intervalle est un cabinet de conseil, d étude et de formation qui accompagne les dynamiques humaines et organisationnelles. Nous intervenons pour des entreprises, des collectivités

Plus en détail

Mix Distribution : où vendre ses produits?

Mix Distribution : où vendre ses produits? 28/07/2010 Confidentiel - Tous droits de reproduction réservés 1 mondirecteurmarketing N attendez pas d être grand pour croître! Mix Distribution : où vendre ses produits? 28/07/2010 Confidentiel - Tous

Plus en détail

MARKETING. Plan du cours. Introduction aux notions liées au marketing. MARKETING - CBD/GYB tiré de Berset/diMeo 1

MARKETING. Plan du cours. Introduction aux notions liées au marketing. MARKETING - CBD/GYB tiré de Berset/diMeo 1 MARKETING http://lelay.blog.lemonde.fr/files/2007/04/marketing-portrait-chinois.1176298189.jpg (29.08.07) Plan du cours Chapitre 1: Chapitre 2: Chapitre 3: Chapitre 4 : Chapitre 5 : Chapitre 6 : Introduction

Plus en détail

ENTREPRISES. Offres de services de formation et d accompagnement

ENTREPRISES. Offres de services de formation et d accompagnement ENTREPRISES Offres de services de formation et d accompagnement spécialisé en relations et ressources humaines www.executive-ressource.com RELIER PERFORMANCE ET MIEUX ÊTRE LES FORMATIONS PERSONNALISÉES

Plus en détail

Etudes de Marché à l Internationale

Etudes de Marché à l Internationale Etudes de Marché à l Internationale Hofstede / Mesurer la culture via 5 indices : - Individualisme vs. Collectivisme - Masculinité vs. Féminité - Incertainty avoidance - Power distance - Court terme vs.

Plus en détail

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Pour vous donner une vision la plus complète possible de la démarche, le contenu qui vous est présenté ici a été élaboré pour correspondre à une personne

Plus en détail

Amazon. 1) Activités d Amazon 2) Amazon et les réseaux 3) Forces et faiblesses d Amazon 4) Comparaison entre Google, ebay et Amazon

Amazon. 1) Activités d Amazon 2) Amazon et les réseaux 3) Forces et faiblesses d Amazon 4) Comparaison entre Google, ebay et Amazon Amazon 1) Activités d Amazon 2) Amazon et les réseaux 3) Forces et faiblesses d Amazon 4) Comparaison entre Google, ebay et Amazon 23 mai 2005 Meetup meeting 1 1) Activités d Amazon : missions Missions

Plus en détail

Organiser les domaines d apprentissage en Moyenne Section

Organiser les domaines d apprentissage en Moyenne Section Organiser les domaines d apprentissage en Moyenne Section 1- L oral et l écrit La langue Orale La langue Ecrite Produire un texte 2- Agir dans le monde 3- Découvrir le monde Le monde des objets Le monde

Plus en détail

Quand le bâtiment va, tout va

Quand le bâtiment va, tout va Quand le bâtiment va, tout va Citation de Martin Nadeau en 1849 à l Assemblée législative de la France Martin Nadeau Ancien ouvrier maçon Député à l Assemblée législative Les sots font bâtir les maisons

Plus en détail

Mot d'expert. D ailleurs le coaching accompagne, avant tout une

Mot d'expert. D ailleurs le coaching accompagne, avant tout une Le Cabinet «Coach In School» est un cabinet spécialisé en coaching scolaire et des jeunes, crée par des personnes ayant une longue expérience dans le domaine de la formation, de l enseignement, et du coaching.

Plus en détail

Votre outil pour vous démarquer sur le terrain de l interactivité. www. Moteurs de recherche. Médias Sociaux. Web. Mobilité. Assurance automobile

Votre outil pour vous démarquer sur le terrain de l interactivité. www. Moteurs de recherche. Médias Sociaux. Web. Mobilité. Assurance automobile Votre outil pour vous démarquer sur le terrain de l interactivité. www Web Mobilité Médias Sociaux Moteurs de recherche Assurance automobile Votre nouveau terrain de concurrence: l interactivité On parle

Plus en détail

Etude de marché. Idée de depart. Etude de l environnement et des offres existantes. Clients. actuels. Choix de la cible précise

Etude de marché. Idée de depart. Etude de l environnement et des offres existantes. Clients. actuels. Choix de la cible précise Etude de marché Selon l Agence Pour la Création d Entreprise (APCE), 70% des cas de défaillance ont pour origine la mauvaise qualité des études de marché, que celles-ci soient mal réalisées ou de manière

Plus en détail

I. L étude Usages & Attitudes

I. L étude Usages & Attitudes I. L étude Usages & Attitudes 1. Historique En 1997, entreprise leader de la distribution de boissons sur le marché hors domicile, France Boissons souhaite réaliser un état des lieux de son secteur d activité

Plus en détail

Introduction générale

Introduction générale Introduction générale L utilisation de la musique à des fins de communication de marque n est pas récente puisque dès le XIII ème siècle, les marchands ambulants chantaient leur offre à l aide de morceaux

Plus en détail

Développement personnel

Développement personnel Développement personnel 50 REPÉRAGE DES TALENTS : COMPÉTENCES ET PERFORMANCE DE L'ENTREPRISE Repérer dans l'organisation les "talents" nécessaires à l'atteinte des objectifs de l'entreprise Construire

Plus en détail

MODÈLE DE TRANSFORMATION ORGANISATIONNELLE CONDUISANT À L AUGMENTATION DES VENTES PAR UNE MEILLEURE PRODUCTIVITÉ

MODÈLE DE TRANSFORMATION ORGANISATIONNELLE CONDUISANT À L AUGMENTATION DES VENTES PAR UNE MEILLEURE PRODUCTIVITÉ MODÈLE DE TRANSFORMATION ORGANISATIONNELLE CONDUISANT À L AUGMENTATION DES VENTES PAR UNE MEILLEURE PRODUCTIVITÉ TRANSACTIONNELLE ET EXPÉRIENTIELLE DU PERSONNEL DE PREMIÈRE LIGNE EN RESTAURATION : RÉSULTATS

Plus en détail

Le processus d innovation, son articulation et son pilotage

Le processus d innovation, son articulation et son pilotage Le processus d innovation, son articulation et son pilotage Agadir (Maroc) 9 mai 2013 Quelques convictions L innovation s inscrit dans un processus d entreprise commun Elle ne peut réussir sans intégration

Plus en détail

Programme détaillé MASTER DE MANAGEMENT ET DE STRATEGIE D ENTREPRISE. Objectifs de la formation. Les métiers. Niveau et durée de la formation

Programme détaillé MASTER DE MANAGEMENT ET DE STRATEGIE D ENTREPRISE. Objectifs de la formation. Les métiers. Niveau et durée de la formation Objectifs de la formation Les métiers Ce Master valide votre qualification professionnelle et votre aptitude à tenir les emplois de cadres et futurs cadres supérieurs dans les professions industrielles

Plus en détail

David Marsden Labour market segmentation in Britain: the decline of occupational labour markets and the spread of entry tournaments

David Marsden Labour market segmentation in Britain: the decline of occupational labour markets and the spread of entry tournaments David Marsden Labour market segmentation in Britain: the decline of occupational labour markets and the spread of entry tournaments Article (Accepted version) (Refereed) Original citation: Marsden, David

Plus en détail

Le Clown de Théâtre : Une formation pour développer la confiance en soi et envers les autres

Le Clown de Théâtre : Une formation pour développer la confiance en soi et envers les autres Le Clown de Théâtre : Une formation pour développer la confiance en soi et envers les autres Formation de développement personnel Nos formateurs Composé de professionnels artistiques, d enseignants et

Plus en détail

PERCEPTION ET PERCEPTION SOCIALE

PERCEPTION ET PERCEPTION SOCIALE GOBERT 1 PERCEPTION ET PERCEPTION SOCIALE 1. Perception et perception sociale Perception = processus par lequel l individu organise et interprète ses impressions sensorielles de façon à donner un sens

Plus en détail

JOURNÉE TEAM BUILDING:

JOURNÉE TEAM BUILDING: JOURNÉE TEAM BUILDING: PROPOSITION - 1/ TEAM BUILDING À CHEVAL PROPOSITION - 2/ TEAM BUILDING THEATRE 1 DEUXIEME PARTIE DE LA JOURNEE, APRES LE DEJEUNER PROPOSITION 1: TEAM BUILDING A CHEVAL Team Building

Plus en détail

Chap 3 : La connaissance du client. I. Les fondements de la connaissance du client. Les principales évolutions sont résumées dans le tableau suivant :

Chap 3 : La connaissance du client. I. Les fondements de la connaissance du client. Les principales évolutions sont résumées dans le tableau suivant : Chap 3 : La connaissance du client I. Les fondements de la connaissance du client A. D une société de consommation à une société de consommateurs Depuis les années 1980, les mutations sociales ont eu d

Plus en détail

Gulliver.com by mobeo 1

Gulliver.com by mobeo 1 Gulliver.com by mobeo 1 Sommaire Introduction A quoi sert une CRM ecommerce? Le point de vue CRM La Segmentation Les Contacts Les Visiteurs Cycle de vente Segmentation des visiteurs Ajustement Regroupements

Plus en détail

A. RAPPEL DES OBJECTIFS ET DE LA DEMARCHE DU PROJET

A. RAPPEL DES OBJECTIFS ET DE LA DEMARCHE DU PROJET Cette étude est cofinancée par l Union européenne. L Europe s engage en Ile-de- France avec le Fonds européen de développement régional. Synthèse de l Etude «Innovation dans les entreprises de services

Plus en détail