DOCUMENTS DE TRAVAIL. La mobilité résidentielle depuis la fin des Trente Glorieuses. Nathalie Donzeau Jean-Louis Pan Ké Shon

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DOCUMENTS DE TRAVAIL. La mobilité résidentielle depuis la fin des Trente Glorieuses. Nathalie Donzeau Jean-Louis Pan Ké Shon"

Transcription

1 DOCUMENTS DE TRAVAIL La mobilié résidenielle depuis la fin des Trene Glorieuses Nahalie Donzeau Jean-Louis Pan Ké Shon

2 2

3 La mobilié résidenielle depuis la fin des Trene Glorieuses Nahalie Donzeau Jean-Louis Pan Ké Shon Ined Mars 2009 Nahalie Donzeau Jean-Louis Pan Ké Shon Unié de recherche «Mobilié, logemen, enourage» INSTITUT NATIONAL D ÉTUDES DÉMOGRAPHIQUES 33, boulevard Davou Paris Cedex 20 Tél. : (33) Fax : (33)

4 4

5 Sommaire La mobilié résidenielle depuis la fin des Trene Glorieuses Les données uilisées Le modèle «Migrans-migraions» Méhode alernaive Méhodes pour esimaions quasi direces... 6 Enquêes Logemen de 973 à Amélioraion des correcions par l applicaion de aux mensuels de mobilié 8 Conrôle des résulas Méhode d esimaion par séries chronologiques Confronaion de l ensemble des esimaions Résulas Raison principale du dernier déménagemen... 3 Conclusion Table des figures Figure Esimaion de la mobilié annuelle depuis Figure 2 Durée d observaion de la mobilié des enquêes Logemen... 7 Figure 3 Taux de mobilié mensuels... 9 Figure 4 Taux de mobilié selon les deux méhodes de redressemen proporionnel Figure 5 Taux annuel de mobilié... 2 Figure 6 Proporion de migrans annuels parmi les personnes de référence Figure 7 Proporion mensuelle de migrans parmi les personnes de référence Figure 8 Proporion de migrans mensuelle par année d enquêe par la méhode des séries chronologiques Figure 9 Taux de mobilié annuel des personnes de référence brus e redressés Figure 0 Comparaison des aux annuels de mobilié oues méhodes confondues Figure Évoluion des aux de mobilié selon les enquêes Emploi Figure 2 Mobilié e indicaeurs macro-économiques Table des ableaux Tableau Enquêes Logemen. Périodes e effecifs... 8 Tableau 2 Acualisaion des esimaions des quoiens insananés de migraion... 3 Tableau 3 Taux de correcion selon les deux méhodes de redressemen proporionnel9 Tableau 4 Taux de mobilié au cours de l année d enquêe par la méhode de redressemen par les séries chronologiques Tableau 5 Raison principale du dernier déménagemen (%)

6 6

7 La mobilié résidenielle depuis la fin des Trene Glorieuses Nahalie Donzeau Jean-Louis Pan Ké Shon L évaluaion des aux annuels de mobilié résidenielle en France méropoliaine n a jusqu à présen pas fai l obje d évaluaions consensuelles. L absence de source disposan d une quesion poran sur la migraion annuelle, en dehors de l enquêe Emploi (éonnammen peu uilisée à cee fin), semblai exclure oue esimaion direce. Différenes sraégies d évaluaion on éé mises en œuvre afin de parvenir à des esimaions de la mobilié résidenielle. L une des plus uilisées à ce jour es celle mise au poin à l Ined par Daniel Courgeau e connue sous le nom de modèle «Migransmigraions» (973). Les différenes évaluaions qui se son succédées à parir de ce modèle on aboui à des résulas parfois divergens (Courgeau, 978, 990 ; Baccaïni e al., 993 ; Baccaïni, 200a, 200b ; L Hospial, 200 ; Courgeau e Lelièvre, 2004). Les paramères du modèle on éé acualisés au fil du emps à parir d enquêes rérospecives disinces. Les différences de proocoles de collece, de sources, de daes d acualisaion des coefficiens du modèle e de choix inermédiaires opérés sur leurs calculs expliquen ces écars. Une méhode alernaive, plus simple, a éé uilisée à parir de la série des enquêes Logemen de 984 à 200. Poran sur une période d environ quare ans, ramenée à un an en appliquan une formule saisique, les esimaions menaien à des aux plus faibles e des évoluions divergenes (Debrand e Taffin, 2005). Dans ce conexe d absence de consensus sur le niveau de la mobilié résidenielle, le bu de cee noe es double. Elle a d abord pour obje de parvenir à une esimaion fiable de la mobilié annuelle. Puis, de reracer l évoluion de la mobilié résidenielle française de la fin des Trene glorieuses à Aujourd hui encore, celle-ci n es pas éablie solidemen malgré des effors anérieurs de compilaion e de producion d esimaions à parir du modèle Migransmigraions (Courgeau e Lelièvre, 2004) ou d invesigaions muli-sources (Royer, 2007). Pour parvenir à cee fin, la série des enquêes Logemen de 973 à 2006 es uilisée en mobilisan une quesion jusqu alors inemployée dans l éablissemen de la conjoncure de la mobilié, bien que son uilisaion ai éé récemmen suggérée (Laferrère, 2007). Dans Nous enons à remercier ou pariculièremen Daniel Courgeau pour l éclairage poré sur son modèle e Élisabeh Morand du Service des méhodes saisiques de l Ined pour son aide précieuse e répéée dans la résoluion des nombreux problèmes que nous avons pu renconrer. 7

8 un premier emps les coefficiens des paramères du modèle Migrans-migraions son acualisés à parir de l enquêe Hisoire de Vie collecée en 2003, de l enquêe Logemen 200 e des enquêes Emploi de 999 à Puis, des esimaions direces ou quasi direces du aux annuel de mobilié résidenielle son opérées sur la série des enquêes Logemen. Afin de parvenir à celles-ci, deux méhodes de correcion préalable son exposées. Une echnique d esimaion par l uilisaion de séries chronologiques basée sur l observaion des mobiliés passées es égalemen présenée. Pour consolider cee esimaion, un aux annuel de mobilié es calculé à parir des enquêes Emploi qui disposen depuis 990 d une quesion auorisan ce calcul sans correcion. Nos esimaions son confronées aux résulas publiés anérieuremen. Enfin, les principales raisons du dernier déménagemen son présenées, en s aachan plus pariculièremen aux personnes seules ou sans conjoin.. Les données uilisées Réalisée pour la première fois en 955, l enquêe naionale Logemen (ENL) es collecée par cycle de quare à cinq ans par l Insee. Selon les années, les effecifs varien de à ménages de France méropoliaine représenan à près de individus. L enquêe aborde noammen l évoluion du parc e des condiions de logemen, les loyers, les prês, ec., e conien des informaions sur les caracérisiques des individus e du ménage. Ce qui la rend pariculièremen adapée à l éude des mobiliés. Le champ de l enquêe es composé des ménages de France méropoliaine. A parir de 2006, le proocole de la collece opère une rupure. Eendue aux déparemens d Oure mer, l enquêe es dorénavan collecée au cours de six vagues éalées sur les dix derniers mois de l année. Année Tableau Enquêes Logemen. Périodes e effecifs Effecif de Période de collece ménages répondans Taux de répondans 973 Ocobre Décembre Avril Juin Ocobre Décembre ,2% 988 Ocobre Décembre ,4% 992 Novembre Janvier ,6% 996 Novembre Janvier ,3% 200 Décembre Février ,% 2006 Mars Décembre ,7% Créée en 950, l enquêe Emploi (EE) perme d évaluer le chômage, de cerner la siuaion des chômeurs e les changemens de siuaion vis-à-vis de l emploi (Goux, 2003). Elle fourni annuellemen de riches informaions sur l'acivié selon les professions, le genre, l âge, ou sur la durée du ravail ou encore sur les emplois précaires. Jusqu en 2002, logemens éaien enquêés, soi à plus de individus. Depuis 2003, l enquêe Emploi mue. Désormais, elle es collecée en coninu au cours de six semaines chaque rimesre auprès d'un échanillon d environ ménages ordinaires de France méropoliaine, représenan environ inerviewés e enfans de 8

9 moins de quinze ans. L échanillon, di roaif, es renouvelé par /6 e enran e soran chaque rimesre. Les ménages son inerrogés six rimesres consécuifs. Afin de comprendre l évoluion de l acivié, une parie du quesionnaire es dédiée à la siuaion des individus un an auparavan e plus précisémen en mars de l année précédene pour les enquêes annuelles. Dans cee logique, l enquêe repère la mobilié des personnes au cours de l année écoulée e dispose d un indicaeur de mobilié annuelle. Quan à l enquêe poncuelle Hisoire de Vie, elle a éé collecée de février à avril 2003 auprès de personnes de dix-hui ans e plus. Elle s aache aux biographies familiales, résidenielles e professionnelles, permean de connaîre noammen les migraions successives des individus. L échanillon représenaif de la populaion dispose de quesionnaires exploiables. 2. Le modèle «Migrans-migraions» Le modèle de Daniel Courgeau repose sur l observaion que, dans la plupar des sources françaises, les migrans son observés e non les migraions. Ce qui condui à sous-esimer le aux des mobiliés à cause de la non prise en compe des migraions muliples e des reours au cours de la période. Pour y répondre, le modèle Migrans-migraions ramène les migrans observés au cours de périodes pluriannuelles à un aux annuel de mobilié. Rappelons que les informaions issues des recensemens varien de cinq à neuf ans. Le modèle es adossé aux hypohèses suivanes (Courgeau, 973) : - La probabilié, K, pour une personne ayan effecué une migraion d en faire une nouvelle dans le fuur es à peu près indépendane du rang du déplacemen anérieur. Néanmoins, cee probabilié dépend du découpage spaial reenu, c es-à-dire du changemen de logemen au changemen de région ; - Pour la populaion soumise au risque de nouvelle migraion, le quoien annuel de nouvelle migraion k es indépendan de la durée séparan deux migraions, du rang de la migraion anérieure e du découpage géographique uilisé ; - Les migraions de reour vers une zone d origine son proporionnelles aux migraions, de rang supérieur à un, effecuées duran la période considérée. Dans ce modèle, m représene le aux insanané de mobilié, assimilable à un aux annuel. On considère une populaion de P individus e un inervalle de emps rès resrein (θ, θ + dθ). Dans la populaion P, au cours de l inervalle de emps considéré, seron effecuées Pmdθ migraions. Si K es la probabilié de faire un déplacemen supplémenaire, alors PmKdθ es la proporion d individus qui migreron au moins une fois par la suie. Le nombre de migraions accomplies au cours d un inervalle de emps rès pei (, + d) posérieur à θ es proporionnel au nombre d individus soumis au risque soi PmKdθ µ() où µ() correspond aux personnes qui on déjà fai une migraion supplémenaire. Noons k le coefficien de proporionnalié. Les nouvelles migraions qui se produisen au cours de ce inervalle s écriven de la façon suivane (Courgeau, 986) : [ PmKdθ ( d] d µ ( ) = k µ ) Après calcul des condiions aux limies pour = θ, on obien : k PmKdθ µ( ) = ce 9

10 k D où c = PmKe µ = PmKdθ e θ dθ k ( θ ) () [ ] Le nombre de migraions de rang supérieur à un, obenu en faisan varier θ enre un insan iniial (θ = 0) e un insan final (θ = ), es : θ= θ= 0 k ( θ ) k [ e ] = PmK ( e ) PmKdθ k La différence enre l ensemble des migraions pendan la période e celles de rang supérieur à un donne le nombre de migraions de rang un : K m k k () = Pm ( -K ) + ( e ) En prenan en compe les reours vers la zone iniiale, l, proporionnels aux migraions de rang supérieur à un, le nombre oal de migrans au cours d une durée donnée peu s écrire : ( + l ) ( ) K M () = Pm ( -K( + l) ) + e k La mesure du aux insanané de migraion, m, sur chaque période demande une esimaion des paramères k e K(+l). L esimaion du quoien annuel de nouvelle migraion, k, requier une connaissance complèe des migraions effecuées par un individu au cours de sa vie. La dernière acualisaion de ce coefficien dae de 997 à parir de l enquêe Jeunes e Carrières (L Hospial, 200). Le coefficien éabli par Courgeau en 973 de 0,8 passe alors à 0,26. Afin de vérifier la pérennié du niveau de k, nous avons effecué une nouvelle esimaion sur les données plus récenes de l enquêe biographique Hisoire de Vie de Le champ d observaion a éé resrein à la populaion des individus ayan enre quarane e quarane-cinq ans. La conraine éai de disposer d un effecif suffisammen imporan dans une ranche d âge où les mobiliés réalisées au cours de la vie éaien assez nombreuses. Les migraions son compabilisées à parir du seizième anniversaire des individus. Nous nous sommes arrêés à des inervalles emporels enre deux migraions allan jusqu à cinq ans e au 5 e rang pour la n+ e migraion. Pour chaque découpage les effecifs pondérés d individus son calculés en foncion du nombre de migraions effecuées au momen de l enquêe. La valeur obenue de k 0,25, es rès proche de celle proposée par L Hospial, 0,26 (200). C es assez peu surprenan dans le sens où k représene en réalié la plus ou moins grande acivié migraoire individuelle. Les daes des données sur lesquelles ce coefficien es acualisé ne son séparées que de six ans (997 pour Jeunes e Carrières, 2003 pour Hisoire de vie) e les comporemens n on pu se modifier drasiquemen sur une période aussi coure. Touefois, la mesure du coefficien k dépend de l âge des personnes don on observe les migraions. Ce même coefficien calculé sur les personnes âgées de quarane à soixane ans es esimé à 0,23. 0 k

11 Pour ce qui es de l esimaion du paramère K(+l) e du quoien insanané de migraion m, deux méhodes son envisageables. L Hospial en 200 applique une méhode pour le calcul de ces paramères à parir des données du recensemen de 999. Il s agi du calcul d inervalles pour le paramère K(+l) à l aide des aux e effecifs annuels de migrans calculés sur l enquêe Emploi au cours de la période inercensiaire En considéran les aux variables de migrans il obien l égalié suivane : ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) r k k r P e e p k l K p l K m = = = En considéran les effecifs variables de migrans l égalié devien : ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) = = = k k r e e M k l K M l K M En remarquan que les aux annuels mesurés par l enquêe Emploi sous-esimen la populaion soumise au risque de migraion par rappor au recensemen, il parvien à l inégalié suivane : ( ) ( ) ( ) ( ) = = = ˆ ˆ ˆ k k r k e e p p m p l K avec ( ) + k e l K m p k e ˆ Où représene les aux annuels de mobilié esimés sur les enquêes Emploi. e m Inversemen, le calcul avec les effecifs suresime la mobilié avec les enquêes Emploi par rappor au recensemen e donne : ( ) ( ) ( ) ( ) = = = ˆ ˆ ˆ k k r k e e M M M M l K avec ( ) + k e l K M M k e ˆ Ces formules son adapables à des aux e effecifs consans en uilisan les aux e effecifs moyens de migraion sur la période. Pour l esimaion de ces paramères, nous avons uilisée la méhode décrie dans «Uilisaion des données de l enquêe sur l emploi sur les migraions inernes en France» (Courgeau, 986). Il es nécessaire de résoudre le sysème suivan :

12 (S) m = m ( K( + l) ) K + k ( + l ) k ( e ) ( + l ) ( ) K k ml = m ( K( + l) ) + e k Dans ce sysème, m l es la par de migrans sur oue la période e m le aux de mobilié annuel moyen 2. La période d inérê de quare ans couvre la durée au cours de laquelle il es demandé si une migraion a éé effecuée dans l enquêe Logemen de 200. La compabilisaion des migraions annuelles son effecuées à parir des enquêes Emploi 999, e Pour chaque période, les proporions e les effecifs de migrans son déerminés selon les différens niveaux spaiaux. Le champ es rédui aux personnes de référence e à leur conjoin car les enquêes Logemen ne disposen pas de cee informaion pour chaque membre du ménage. Les aueurs précédens on appliqué ce modèle aux données du recensemen : Courgeau, 978, 990 ; Baccaïni, 993, 2005 ; L Hospial, 200 ; Courgeau e Lelièvre Les premières esimaions de Baccaïni (200a, 200b) sur la période , e qui fon encore parfois référence (Laferrère, 2007), se fondaien sur des esimaions anciennes des paramères du modèle de Courgeau e on éé recifiées par la suie après acualisaion des coefficiens (Baccaïni, 2005 ; L Hospial, 200). Pour nore par, nous appliquons le modèle à l enquêe Logemen de 200 afin de réacualiser le ableau publié par Courgeau e Lelièvre (2004). Le aux annuel moyen de mobilié m es issu des enquêes Emploi 3. Le aux de mobilié sur quare ans, m l, es calculé à parir de l enquêe Logemen 200 e de la quesion «Où résidai M. le [dae de la dernière enquêe]?». Les résulas obenus se rapprochen de ceux publiés par Courgeau e Lelièvre en 2004 en ce qui concerne les migraions régionales e déparemenales e s en éloignen ensuie (Tableau 2). Ils son similaires à ceux de Baccaïni (2005). En uilisan le k calculé sur les ans, les aux de mobilié obenus demeuren rès proches de ceux esimés avec un k de 0,25 4. Un des inconvéniens du modèle Migrans-migraions es de ne pas fournir d indicaeur de précision, ce qui rend difficile les comparaisons lors de l acualisaion des coefficiens à parir de nouvelles sources. 2 Nous supposons que les aueurs ciés on uilisé la moyenne comme esimaeur du aux annuel dans leurs calculs. Par souci d homogénéié, nous avons uilisé ce même esimaeur. Leurs calculs bénéficiaien de la durée inercensiaire don la dernière courai sur neuf ans. Dans nore cas, l enquêe Logemen de 200 couvre une période de quare ans seulemen au cours d une période où la mobilié a éé pariculièremen variable (cf. infra). L uilisaion de la médiane, moins volaile, s avère plus robuse en ce cas. 3 L enquêe de 999 a éé effecuée en janvier e non en mars comme les aures enquêes annuelles. De ce fai, un redressemen proporionnel en foncion de la durée aendue a éé effecué. 4 Nous obenons pour les changemens de logemen 22,0, de commune 72,6, de déparemen 30,2 e de région 7,5. 2

13 Tableau 2 Acualisaion des esimaions des quoiens insananés de migraion (pour 000) Région Déparemen Commune Logemen ,3 20,0 48, , 25, 53, ,9 29,0 60,5 97, ,5 26,5 58,8 94, ,2 25,8 55,6 85, () 6,8 28,7 67,8 22, (2) 6,2 27,3 63,5, (3) 6,0 28,0 65,0 7, (4) 7,5 30,3 72,8 22, (5) 9,0 3,0 73,0 20,0 Sources : : Esimaion Courgeau (978), Recensemens de la populaion : Esimaion Courgeau (990), Recensemens de la populaion : Esimaion Baccaïni e al. (993), Recensemens de la populaion. () Esimaion Courgeau e Lelièvre (2004), Recensemen de la Populaion. (2) Esimaion L Hospial (200), personnes de 20 ans e plus, Recensemen de la Populaion. (3) Esimaion Baccaïni (2005), personnes de 5 ans e plus, Recensemen de la Populaion de999. (4) Esimaion Donzeau e Pan Ké Shon, personnes de référence e leur conjoin de 20 ans e plus, Enquêe Logemen 200. (5) Esimaion Baccaïni (2005), personnes de 5 ans e plus, enquêe annuelle de recensemen de Les champs relaifs à l éude de la mobilié diffèren d un aueur à l aure, souven en foncion des conraines inhérenes aux sources. L agrégaion des enquêes de recensemen éalées sur cinq ans condui à ne s inéresser qu aux individus de plus de cinq ans. Les enquêes Logemen conraignen à ne reenir que les personnes de référence e leur conjoin don la mobilié es renseignée. La source ne perme pas l élargissemen des esimaions à la populaion oale. Le différeniel des aux de mobilié enre populaion oale e personnes de référence e conjoin peu êre calculé à parir des enquêes Emploi. Ainsi, en 2002 e 2003, la mobilié des individus de quinze ans e plus es inférieure de 0, poin à celle de l ensemble de la populaion. L écar enre les aux 5 Les résulas obenus avec l uilisaion de la médiane à la place de la moyenne son pour les changemens de : région 7,4, déparemen 29,4, commune 70,8, logemen 20,8. 6 Les esimaions fournies dans les aricles de Courgeau de 978 e 990 on éé révisées dans l aricle de Baccaïni e al. de 993 sans précision. Nous avons conservé ces dernières. 3

14 poran sur l ensemble de la populaion de quinze ans e plus e les personnes de référence e conjoin du même âge es de 0,8 poin de pourcenage. Par la naure du modèle Migrans-migraions, on ne dispose que d une évaluaion moyenne de la mobilié annuelle sur l ensemble de la période couvere par la source d esimaion, sans possibilié de déecer d évenuels reournemens ou pics de mobilié. Là où le niveau du modèle es éale, la variaion observée enre 990 e 999 à parir des enquêes Emploi es de l ordre de 3 %. Le modèle Migrans-migraions perme égalemen de donner une esimaion de la par des migraions muliples e des reours au niveau régional. Elles son esimées au cours d une période de quare ans à parir de l enquêe Logemen 200 e des enquêes Emploi de 998 à 200 en suivan la méhode proposée par Daniel Courgeau (986). Il es nécessaire d évaluer séparémen les paramères K, expriman la par des migraions muliples e l, la par des reours du modèle Migrans-migraions. Nous avons uilisé les flux d émigraion e d immigraion des N régions de France méropoliaine. La par des reours es mesurée à l aide de la formule suivane : lˆ = N n= N n= D i D n n n e n N () i () e () D e () i () n n= N N N 2 () i () e () D i () e () n n= où Dn = in () in () + en () en ( ) () n n N n= n= ; n n n n N n n= e n es le aux d émigrans de la région n au cours de la période couvere par l ENL 200 ; e es évalué par le aux annuel médian d émigrans de la région n d après les EE ; () () n i n es le aux d immigrans de la région n au cours de la période couvere par l ENL 200 ; i es évalué par le aux annuel médian d immigrans de la région n d après les EE. n () n= n 2 Le niveau des migraions muliples se dédui de l équaion suivane : Kk ˆ ˆ' = N 2 n= e n= n N e n () () [ i () + le () ] n D n n k avec k ' = ( e ), k éan le quoien annuel de nouvelle migraion esimé à 0,25. k La par des reours régionaux au cours de quare ans s élève à 23 % e celle des migraions muliples à 40 %. Auremen di, parmi les migrans ayan effecué au moins 4

15 une migraion, 40 % en on effecué au moins une aure au cours de la période de 4 années qui sépare deux enquêes Logemen. 3. Méhode alernaive L aricle publié en 2005 par Debrand e Taffin propose une mesure alernaive de la mobilié résidenielle de 984 à 200 à parir des enquêes Logemen. Dans ce aricle, les aueurs calculen des proporions de personnes qui emménagen en rapporan le nombre de ménages ayan changé de logemen au nombre oal de ménages à la dae de l enquêe. Ils esimen des aux annuels à l aide de l égalié suivane : T = ( ) 2 / n ( ) ( n T T = T ) / 2 n n Où T es le aux annuel T n es le aux calculé sur n mois (-T n ) es la probabilié de ne pas êre mobile pendan n/2 années (-T) es la probabilié moyenne de ne pas êre mobile au cours d une année La quesion employée pour ces esimaions es celle du logemen occupé au momen de l enquêe précédene, soi quare à cinq ans auparavan suivan les enquêes. Le reproche principal adressé à cee méhode es de reposer sur l hypohèse implicie de l homogénéié du comporemen migraoire de la populaion, c es-à-dire d une probabilié idenique de migraion pour ous les individus e indépendane de leur parcours migraoire. Or, si ceraines personnes son rès mobiles, d aures son au conraire rès peu mobiles. En supposan que le comporemen migraoire es idenique d un individu à l aure, les nombreuses migraions des personnes rès mobiles son sousévaluées e le aux de migraion qui en découle es sous-esimé. Le graphique suivan représene les changemens de logemen provenan des résulas des différens aueurs à parir des deux méhodes concurrenes (Figure ). Les esimaions de Debrand e Taffin s approchen des résulas de Courgeau enre 984 e 988 pour ensuie s écarer vigoureusemen des cinq aures esimaions. Malheureusemen, aucune de ces méhodes ne dispose d un indicaeur de précision permean de rancher pour l une ou l aure des méhodes. 5

16 Figure Esimaion de la mobilié annuelle depuis RP Courgeau RP Baccaïni e al. % 0 9 RP Courgeau e Lelièvre RP L'Hospial RP Baccaïni ENL Donzeau e Pan Ké Shon ENL Debrand e Taffin Années Sources : : Esimaion Courgeau (978, 990), Recensemens de la populaion : Esimaion Baccaïni e al. (993), Recensemens de la populaion : Esimaion L Hospial (200), personnes de 20 ans e plus, Recensemen de la Populaion : Esimaion Courgeau e Lelièvre (2004), Recensemen de la Populaion : Esimaion Baccaïni (2005), personnes de 5 ans e plus, Recensemen de la Populaion de999, enquêe annuelle de recensemen de : Esimaion Donzeau e Pan Ké Shon, personnes de référence e leur conjoin de 20 ans e plus, Enquêe Logemen Esimaion de Debrand e Taffin, (2005), personnes de référence, Enquêes Logemen de 984 à Méhodes pour esimaions quasi direces Une aure méhode bien plus simple es réalisable à parir de la série des enquêes Logemen e cela depuis 973. Jusque là inappliquée, elle perme d obenir des esimaions accompagnées de leurs inervalles de confiance e ainsi d éablir rigoureusemen la conjoncure de la mobilié de 973 à nos jours. Enquêes Logemen de 973 à 2006 Les hui dernières enquêes Logemen réalisées en 973, 978, 984, 988, 992, 996, 200 e 2006 reracen la mobilié des personnes de référence. La quesion «En quelle année la personne de référence es-elle arrivée dans ce logemen?» es régulièremen posée depuis 973. En reenan les seules personnes insallées au cours de l année anniversaire de l enquêe e en les rapporan sur l ensemble de l échanillon, on obien alors un aux de migrans annuel. Sur une période aussi coure ce aux se rapproche d un aux de migraion. Les mobiliés muliples réalisées dans l année son peu nombreuses (Courgeau, 973). 6

17 Le problème principal réside dans le fai que ce aux n es pas mesuré exacemen sur une année complèe en raison de la durée de la collece (Tableau ). Pour chaque enquêe réalisée jusqu en 200, celle-ci éai généralemen effecuée au cours du dernier rimesre. Les enquêés du mois d ocobre on une durée de mobilié poenielle qui s élève de neuf à dix mois selon que l inerrogaion a eu lieu en débu ou en fin de mois. En l absence d informaion sur la journée effecive de l inerview, nous sommes conduis à aribuer une dae moyenne d'inerview en milieu de mois. Il rese qu il n es pas enu compe d une migraion possible au cours des 2,5 mois resans pour ces enquêés (Figure 2). De manière similaire, il y a un défici de migraion poenielle de,5 mois pour les personnes inerrogées en novembre. Pour ceux du mois de décembre, la durée varie de onze à douze mois. Cependan, ces personnes son surou inerrogées duran les quinze premiers jours du mois à cause de la «rêve des confiseurs». Celles-ci on alors un manque poeniel de mobilié de 0,75 mois. Sans correcion des durées inégales d inerrogaion, il y aurai alors une sous esimaion 7 imporane des migraions. Figure 2 Durée d observaion de la mobilié des enquêes Logemen Lecure : Les personnes inerrogées en ocobre on passé en moyenne 9,5 mois dans l année en cours au momen de leur inerview. Noe : On considère que la collece de décembre se déroule au cours des 5 premiers jours e non sur le mois comple du fai de la rêve des confiseurs. La correcion consise à compenser proporionnellemen les durées manquanes venan des mois non observés. Par exemple, en 973, la somme des mois observés es 3,25. Ainsi, les enreiens on lieu en moyenne au bou de 0,42 mois. Le aux de mobilié résidenielle en 973 avan correcion es de 8,93 %. Le aux redressé par cee méhode s obien de la façon suivane : 2 8,93 % = 0,28 % 0,42 7 Pour la plupar des enquêes Logemen, la collece es réalisée en fin d année. Il y a deux excepions : l enquêe de 978 don la collece s es déroulée au deuxième rimesre e l enquêe de 200 pour laquelle les inerviews s éenden jusqu au débu de l année Pour cee dernière, le aux non redressé obenu sur cee enquêe sera donc suresimé. 7

18 La manière de procéder es idenique pour l ensemble des sep premières enquêes. A parir de 2006, la collece s éale sur six vagues. Les personnes son inerrogées sur une période rérospecive allan de deux mois pour celles quesionnées en mars à près de douze pour celles qui le son en décembre. Le calcul, moins précis en débu de période que pour les enquêes précédenes, diffère légèremen : 2 5,34 % = 9,9 % 6,975 Le aux de correcion 8 varie de 3,5 % à 3,2 % pour les enquêes Logemen ancienne formule avec une poine à 62,5 % pour celle de 978. Il s élève à 4,9 % pour les enquêes Logemen en coninu. Ce qui évidemmen fragilise les résulas de 978 e ceux de Amélioraion des correcions par l applicaion de aux mensuels de mobilié Cee méhode de redressemen proporionnelle repose sur l homogénéié des aux de mobilié mensuels au cours d une année. L inroducion des aux mensuels de mobilié perme d affiner la méhode de correcion appliquée à parir du seul aux annuel. L idée par du consa de variaions de mobilié imporanes selon les mois de l année. Les pics de migraion s observen en juille e en sepembre e les creux s éalen de février à mai (Figure 3). 8 Ce aux de correcion simple s obien par la formule suivane : Taux de correcion nombre de mois observés = nombre de mois à observer 8

19 Figure 3 Taux de mobilié mensuels,4,2 0,8 % 0,6 0, ,2 0 Janv Févr Mars Avr Mai Juin Juil Aoû Sep Oc Nov Déc Mois Source : Enquêes Logemen de 984 à 2006 Champ : Personnes de référence L informaion relaive au mois d insallaion dans le logemen es disponible dans les ENL depuis 984. La méhode appliquée es la suivane. Un coefficien de correcion es aribué à chaque mois en foncion des mobiliés observées les rois ou quare années précéden l inerrogaion afin de coller au plus près des comporemens migraoires consaés. Les enquêes Logemen de 973 e de 978 ne disposen pas de cee informaion. Les correcions disponibles à parir de l enquêe de 984 son alors appliquées. Tableau 3 Taux de correcion selon les deux méhodes de redressemen proporionnel Sans enir compe des mois d insallaion En enan compe des mois d insallaion 973 3,2, ,5 68, ,2 2, , 2 4, ,9 4, ,9 4, ,5-2, ,9 45,3 Sources : Enquêes Logemen de 973 à 2006 Champ : Personnes de référence 9

20 Figure 4 Taux de mobilié selon les deux méhodes de redressemen proporionnel % 6 4 Sans enir compe des mois d'insallaion En enan compe des mois d'insallaion Années d'enquêes Sources : Enquêes Logemen de 973 à 2006 Champ : Personnes de référence Le aux de correcion varie peu selon la méhode employée en dehors de 978 e Quelque soi la méhode uilisée, le aux de correcion de l enquêe de 978 rese rès élevé (Tableau 3). Sa collece ayan eu lieu cours du deuxième rimesre, aucune des deux méhodes de redressemen n apparaî comme réellemen saisfaisane pour compenser le manque d informaion. Les deux méhodes de redressemen proporionnel fournissen des résulas proches lorsque la collece es effecuée en fin d année, ce qui perme de conenir leur aux de redressemen (Figure 4). Le passage à une collece en coninu à parir de 2006 rend uile la prise en compe des mois d insallaion pour effecuer cee correcion. Conrôle des résulas Les inervalles de confiance accompagnan les courbes de la mobilié donnen une indicaion de la précision des esimaions mais ils ne iennen pas compe d évenuels biais d évaluaion. Pour cela, la convergence des résulas aendus enre ceux de l enquêe Logemen e ceux de l enquêe Emploi consiue un second conrôle permean de conrôler la précision e vérifier qu aucun biais ne fai diverger les esimaions, sauf à penser que ce biais serai idenique pour chaque enquêe malgré leurs proocoles de collece e d échanillonnage rès différens mais aucun argumen ne vien éayer ce soupçon. La série des enquêes Emploi perme de confroner nos premières esimaions quasi direces issues des ENL en éablissan de nouvelles esimaions. La quesion inroduie dans les EE depuis 990, «Quelle éai la résidence de M. en mars de l année précédene?», auorise une mesure de la mobilié résidenielle annuelle e cela sans 20

21 opérer de correcion préalable 9. Néanmoins, la durée sur laquelle pore l esimaion es d un rimesre l année n de l enquêe e de rois rimesres l année n-. La mobilié annuelle es davanage mesurée l année n- (aux ¾) que l année effecive de l enquêe. De ce fai, le aux de mobilié es aribué à l année n-. Les enquêes anérieures à 990 ne disposan que des changemens de commune, de déparemen, e de région, ne peuven servir à conrôler le aux de mobilié global des ENL. Par souci de comparabilié, le champ es resrein, dans un premier emps, aux personnes de référence puis élargi à l ensemble de la populaion de quinze ans e plus. Figure 5 Taux annuel de mobilié % ENL IC95% EE IC95% EE populaion oale IC95% Années d'enquêe Source : Enquêes Logemen de 973 à 2006 ; Enquêes Emploi de 990 à Champ : Personnes de référence pour les ENL e les EE (courbe en gras). Ensemble de la populaion de 5 ans e plus pour les EE (courbe grisée). Auparavan, il es nécessaire de rappeler que l esimaion de la mobilié à parir des enquêes Logemen pore sur l année anniversaire de l enquêe, ici représenée par des losanges (Figure 5). La courbe enre deux losanges es abusive puisqu il n y a pas d esimaion au cours des rois ou quare années séparan deux enquêes. Elle figure juse par commodié de lecure. Les enquêes Emploi apporen davanage d informaions puisqu annuelle. On reiendra pariculièremen qu aux poins anniversaires de l ENL, les esimaions de l EE coïnciden, c es-à-dire qu au minimum les inervalles de confiance des deux enquêes se superposen, révélan par là une robusesse saisfaisane. Seul en 9 Nous avons appliqué une correcion aux enquêes Emploi de 99 e de 999 don les durées de mobilié observées n équivalaien pas à une année complèe. 2

22 2006, un écar de 0,76 poin es relevé probablemen dû au aux élevé de correcion appliqué à l enquêe Logemen. La mobilié des personnes de référence des ENL es plus élevée que pour l ensemble de la populaion car elle dépend plus fréquemmen d hommes acifs e donc plus mobiles. Néanmoins, les niveaux de mobilié de ces deux populaions son parallèles. Ces résulas conforen l idée de la robusesse de l ensemble des esimaions réalisées grâce aux ENL 0 en dehors de la nouvelle série débuan en Méhode d esimaion par séries chronologiques Comme nous l avons vu précédemmen, à parir de 984, nous disposons non seulemen de l année mais aussi du mois d emménagemen dans le logemen. C es sur cee dernière variable que repose cee nouvelle méhode de redressemen. Elle es basée sur l applicaion des séries chronologiques pour l esimaion du niveau de la mobilié des mois non observés. L esimaion des valeurs non observées d une série chronologique peu-êre approchée dans SAS noammen à l aide de la procédure FORECAST. Elle esime la endance de la série sur le long erme, puis les flucuaions resanes par un modèle auorégressif, c es-à-dire, en foncion des observaions précédenes. La formalisaion du modèle s écri de la façon suivane : x u = b 0 = a u + b + b + a 2 u u a p u p + ε où x es la endance les b i son les paramères du modèle quadraique les a i son les paramères auorégressifs ε es le erme d erreur au emps Les paramères auorégressifs son sélecionnés par la méhode backward, qui consise en un rerai successif des paramères non significaifs, ainsi, seuls les reards saisiquemen significaifs son pris en compe. L algorihme uilisé par cee procédure es le suivan : Esimaion de la endance linéaire par la méhode des moindres carrés. 2 Calcul des résidus de l éape e des auocovariances des reards. 3 Régression des valeurs acuelles en uilisan les auocovariances de l éape 2 dans le cadre de Yule-Walker. Seuls les paramères auorégressifs significaifs au seuil de 20% son reenus. 0 La comparaison n es acuellemen pas possible pour 2006 en l absence de mise à disposiion de l enquêe Emploi

23 4 Recherche du paramère le moins significaif, celui-ci es reiré du modèle au-delà de 5%. Ce procédé es poursuivi jusqu à ce que ous les paramères auorégressifs resans soien significaifs. 5 Généraion des prévisions à parir du modèle esimé. Calcul d inervalles de confiance en combinan les variances de la endance avec les variances auorégressives. En ce qui concerne les mois d insallaion, seules les données récenes son considérées comme fiables, les données plus anciennes fon davanage appel à la mémoire des personnes inerrogées. Un biais poeniel plus ennuyeux provien du fai que seule la dernière migraion es prise en compe par la variable considérée alors que ceraines personnes son rès mobiles e les migraions précédenes son ignorées. Ainsi, plus la dae d insallaion es loinaine, plus le aux es supposé sous-esimé. Si une personne a emménagé récemmen dans son logemen, rien ne perme de déerminer la dae de son insallaion dans son précéden logemen, bien que ce mouvemen ai eu lieu. L année de sa précédene insallaion fournira donc un aux de mobilié inférieur au aux réel. Plus on remone dans le passé, plus la sous-esimaion es imporane. De ce fai, nous avons réalisé un compromis enre un nombre d années de recul élevé permean d apprécier au mieux la endance e un faible nombre d années don le aux de mobilié es moins sousesimé. Nous nous sommes donc appuyés sur un nombre d années rédui avan chaque enquêe à savoir cinq ou six ans. Par ailleurs, les mois d ocobre 979 e de décembre 988 présenaien des aux de mobilié anormalemen faibles sans raison évidene au regard des aures enquêes e pour les mêmes mois. Par prudence, nous avons remplacé ces aux par la moyenne des mois d ocobre 978 e ocobre 980 pour le premier e de décembre 987 e décembre 989 pour le second. Le ableau suivan présene les résulas obenus par cee méhode sur les pourcenages observés. Tableau 4 Taux de mobilié au cours de l année d enquêe par la méhode de redressemen par les séries chronologiques Taux annuel esimé Année d enquêe Année de débu de la série Taux non redressé % pour l année de l enquêe % Inervalle de confiance à 95% ,79 9,40 [8,90 ; 9,90] ,20 9,73 [9,3 ; 0,33] ,40 9,90 [9,4 ; 0,39] ,59 0,99 [0,43 ;,55] ,09 0,28 [9,77 ; 0,79] ,38 0,2 [9,68 ; 0,74] Source : Enquêes Logemen de 984 à Champ : Personnes de référence 23

24 Figure 6 Proporion de migrans annuels parmi les personnes de référence %,80,60,40,20,00 0,80 0,60 0,40 0,20 0,00 janv-84 janv-85 Mois janv-86 janv-87 janv-88 janv-89 janv-90 janv-9 janv-92 janv-93 janv-94 janv-95 janv-96 janv-97 janv-98 janv-99 janv-00 janv-0 janv-02 janv-03 janv-04 janv-05 janv-06 janv-07 Proporion de migrans pour chaque année d'enquêe e l'année suivane Année d'enquêe Année suivane Source : Enquêes Logemen de 984 à 2006 Champ : Personnes de référence 24

25 Le graphique précéden (Figure 6) expose les aux de mobilié esimés pour chaque année d enquêe ainsi que la prévision pour l année suivane. Les périodes esimées son représenées en poinillés. Figure 7 Proporion mensuelle de migrans parmi les personnes de référence % 2,00,80,60,40,20,00 0,80 0,60 0,40 0,20 0,00 janv-79 juil-79 janv-80 juil-80 janv-8 juil-8 janv-82 juil-82 janv-83 Mois juil-83 janv-84 juil-84 janv-85 juil-85 Observé Esimaion IC 95% % 2,8,6,4,2 0,8 0,6 0,4 0,2 0 janv-84 juil-84 janv-85 juil-85 janv-86 juil-86 janv-87 Mois juil-87 janv-88 juil-88 janv-89 juil-89 Observé Esimaion IC 95% % 2,8,6,4,2 0,8 0,6 0,4 0,2 0 janv-87 juil-87 janv-88 juil-88 janv-89 juil-89 janv-90 juil-90 janv-9 Mois juil-9 janv-92 juil-92 janv-93 juil-93 Observé Esimaion IC 95% % 2,8,6,4,2 0,8 0,6 0,4 0,2 0 janv-90 juil-90 janv-9 juil-9 janv-92 juil-92 janv-93 juil-93 janv-94 Mois juil-94 janv-95 juil-95 janv-96 juil-96 janv-97 juil-97 Observé Esimaion IC 95% %,8,6,4,2 0,8 0,6 0,4 0,2 0 janv-95 juil-95 janv-96 juil-96 janv-97 juil-97 janv-98 juil-98 janv-99 Mois juil-99 janv-00 juil-00 janv-0 juil-0 janv-02 juil-02 Source : Enquêes Logemen de 984 à 2006 Champ : Personnes de référence Observé Esimaion IC 95% % 2,8,6,4,2 0,8 0,6 0,4 0,2 0 janv-02 juil-02 janv-03 juil-03 janv-04 juil-04 janv-05 Mois juil-05 janv-06 juil-06 janv-07 juil-07 Observé Esimaion IC 95% 25

26 Les graphiques de la figure 7 représenen le pourcenage mensuel de migrans observé e esimé pour chaque série chronologique. Nous disposons alors des aux de mobilié observés pour chaque enquêe ainsi que des prévisions produies par la série chronologique. Celles-ci couvren une période allan jusqu à l année suivan l enquêe. Les esimaions effecuées son accompagnées des bornes de l inervalle de confiance à 95% (IC 95%). Les esimaions des aux pour les années posérieures aux années d enquêes ne son présenées qu à ire indicaif. En effe, les résulas donnés par la procédure uilisée reposen sur les données précédenes. De ce fai, si une prévision à cour erme s appuie sur les données observées par l enquêe, une prévision à long erme, de plusieurs mois, va s appuyer sur les données esimées des mois précédens. Les esimaions pour les années suivan les années d enquêes dépenden donc des observaions de l année d enquêe e des prévisions de cee même année. Les prévisions obenues pour les derniers mois d une année suivan une année d enquêe ne reposen que faiblemen sur les données d origine e son donc à considérer avec réserve. Le graphique suivan me en avan la endance à l augmenaion du aux de mobilié au fil des enquêes. Chaque année d enquêe présene une endance à la hausse. Cee endance croissane es en parie le résula du phénomène d aénuaion des années anérieures à l enquêe évoqué précédemmen. Une augmenaion du aux de migrans enre les enquêes es égalemen observable, confirman les résulas provenan de la première méhode. Sur la figure 8 son représenés les aux de mobilié mensuelle observés e esimés pour les mois manquans des personnes de référence des six dernières enquêes Logemen. Cela perme d apprécier une saisonnalié évidene de la migraion. Conformémen aux résulas précédens (figure 3), les mois où l on observe les aux les plus fors de migraion son les mois de juille, aoû e surou sepembre, pour des raisons évidenes de renrée scolaire. Nous avons alors d une par les éudians qui quien le domicile familial pour se rapprocher de leurs lieux d éudes, l enrée dans la vie acive, les jeunes éan la classe d âge la plus mobile. D aure par, cee mobilié imporane en sepembre correspond au senimen inuiif que les migraions des ménages s opèren en priorié afin de respecer le calendrier scolaire des enfans e d évier la perurbaion d un changemen d éablissemen en cours d année scolaire. Un pic secondaire s observe au prinemps. Au conraire, les premiers mois de l année son ceux qui connaissen le moins de déménagemens. La courbe de l année 2006 es pariculièremen sable, ce qui perme de douer du résula pour la dernière ENL car il n y a pas de raison qu un brusque changemen se soi opéré dans le choix mensuel des mobiliés. Les vacances e le débu d un nouveau cycle scolaires consiuen pour des raisons évidenes des momens privilégiés pour déménager. 26

27 Figure 8 Proporion de migrans mensuelle. Méhode des séries chronologiques % Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juille Aoû Sepembre Ocobre Novembre Décembre Mois Sources : Enquêes Logemen de 973 à 2006 Champ : Personnes de référence Cee méhode présene comme inconvénien de ne pas conserver les mobiliés recueillies pendan les mois de collece. Celles-ci son en effe esimées par la méhode e remplacen les aux incomples observés. Pour l enquêe de 2006 cee limie prend plus de poids. En effe, en 2006, le mode de collece diffère de ceux employés pour les enquêes précédenes. Les données son recueillies pendan les dix derniers mois de l année. Les mobiliés effecuées ces mois-ci ne son pas prises en compe e son esimés par la série chronologique. De ce fai, les esimaions réalisées pour 2007 son bien plus fragiles que pour les enquêes précédenes. La comparaison de ces deux méhodes de redressemen (Figure 9) monre des aux relaivemen proches en dehors de Figure 9 Taux de mobilié annuel des personnes de référence brus e redressés 2 % Taux observés avan redressemen Méhode de compensaion proporionnelle Méhode des séries chronologiques Taux annuels (EE) Années Sources : Enquêes Logemen de 973 à 2006, enquêes Emploi de 990 à 2005 Champ : Personnes de référence 27

28 5. Confronaion de l ensemble des esimaions Rappelons que le champ des esimaions des enquêes Logemen e Emploi es limié aux personnes de référence ce qui suresime la mobilié par rappor au recensemen don le champ es éendu à l ensemble de la populaion. De ce fai, les esimaions aendues du recensemen devraien se siuer à -0,9% par rappor à celles des ENL ou s approcher des évaluaions des EE (Figure 5). Évidemmen, le modèle Migrans-migraions se révèle davanage perinen lorsque la période d esimaion es proche de celle où les coefficiens on éé acualisés. Les esimaions son sensibles à la précision des coefficiens e noammen aux effecifs don disposen les sources sur lesquelles reposen les calculs. Cependan, oure des évaluaions parfois éloignées des esimaions direces, comme celles opérées à parir du recensemen de 999 pour le débu des années 990, les esimaions on endance à suresimer sysémaiquemen le niveau de la mobilié. Quan à la méhode uilisée par Debrand e Taffin, elle es à proscrire, pariculièremen à cause, des résulas conre-endanciels e des niveaux des aux de mobilié éloignés de ceux consaés à parir des EE e des ENL. A parir de quare sources différenes, les enquêes Emploi, les recensemens, les enquêes Logemen e le panel des Déclaraions annuelles de données sociales (DADS ), un aure aueur suppue l allure de la mobilié en France de 976 à 2005 (Royer, 2007). Il parvien à une endance proche de la nôre en dehors des périodes e Globalemen, l aueur écare les résulas issus du modèle de Daniel Courgeau à cause des inceriudes liées aux coefficiens, ceux provenan des enquêes Logemen à cause de la limiaion aux ménages permanens pour s appuyer sur l enquêe Emploi e surou sur le panel des DADS. Mais le panel des DADS a plusieurs inconvéniens. Il se limie aux acifs du privé e à une plage d âge où les gens son non seulemen des acifs occupés (ce qui exclu les chômeurs), plus souven des hommes mais aussi représenés dans une période où les événemens occasionnan des mobiliés son plus nombreux (20-49 ans). Ce qui condui à suresimer les aux de mobilié (Royer, 2007, p. 6) e à faire dépendre par la naure des observaions, acivié e mobilié. D où on peu déduire, qu un impac plus for sur la mobilié s observe dans les périodes de reprise ou de ralenissemen de l emploi. Ce qui l amène à conclure que la mobilié es liée au chômage dans un raisonnemen devenu circulaire. Ces déclaraions son remplies annuellemen par les enreprises pour l adminisraion financière française. Elles concernen les salariés du privé e où figuren noammen le numéro d immariculaion des individus, l adresse, les heures ravaillées e la rémunéraion. 28

29 Figure 0 Comparaison des aux annuels de mobilié oues méhodes confondues Source : Enquêes Logemen de 984 à 2006 ; Enquêes Emploi de 990 à 2006 ; Recensemen de la Populaion 999. Champ : Personnes de référence pour les enquêes Logemen y. c. Debrand e Taffin. Personnes de référence e ensemble de la populaion de 5 ans e plus pour les enquêes Emploi. Le modèle Migrans-migraions es appliqué sur l ENL, le champ es limié aux personnes de référence e leur conjoin de 20 ans e plus ; Personnes de 5 ans e plus recensemen de999 e enquêes annuelles de recensemen 2003 e 2004 (Baccaïni) ; Personnes de 20 ans e plus recensemen 999 (L Hospial) ; Recensemen de 999 (Courgeau e Lelièvre 2004). La convergence des aux de mobilié des enquêes Logemen e des enquêes Emploi confirme leurs robusesses, en opéran auparavan la correcion proposée pour les ENL. Il es égalemen nécessaire de enir compe de son champ resrein aux personnes de référence suresiman la mobilié de la populaion générale. Le niveau élevé des aux de correcion nécessaires pour la nouvelle série d ENL paraî invalider ou au moins fragiliser la méhode à parir de L adopion du libellé de la quesion des EE «Où habiiezvous il y a un an?» résoudrai ce problème à l avenir. Mais dans ous les cas, l éablissemen de la conjoncure annuelle de la mobilié en France méropoliaine es acuellemen davanage robuse e aisée à parir des enquêes Emploi e le sera d auan plus dans les années à venir. Effecivemen, les problèmes renconrés par cee enquêe avan les élecions présidenielles de 2007 on condui la direcion de l Insee à envisager le doublemen de l échanillon dans les prochaines années afin d améliorer la précision des esimaions. Cependan, la mise en rappor du aux de mobilié avec les nombreux indicaeurs de logemen e de caracérisiques des habians conserve un for inérê pour une méhode de calcul de la mobilié à parir des enquêes Logemen. 6. Résulas Si on écare 978 à cause du doue inrodui par son hau niveau de correcion, la mobilié résidenielle a baissé enre les poins 973 e 984 pour aeindre un pic à la oue fin des années 990 e reomber chaoiquemen ensuie (Figure 5). Les variaions de niveau enre 973 e 2006 ne s inerprèen pas direcemen comme la conséquence d un phénomène 29

30 unique comme, par exemple, la monée du chômage ou la plus ou moins grande fluidié du marché du logemen. Car nombre de paramères se son modifiés pendan les renerois dernières années. Ainsi, la srucure de la populaion s es profondémen modifiée avec l arrivée à l âge adule en débu de période des baby-boomers, le vieillissemen de la populaion au cours du emps, la conjoncure de l emploi acuellemen plus défavorable, la progression du nombre des éudians mais aussi des chômeurs, une fore consrucion de logemens neufs (Bonvale e Brun, 2002), l évoluion du marché du logemen comme des comporemens individuels, ec. De fai, le niveau annuel de la mobilié crisallise ce faisceau de causes aux effes parfois conradicoires e une explicaion univalene serai fauive. Figure Évoluion des aux de mobilié selon les enquêes Emploi 2 0 % Changemen de : Logemen Commune Déparemen Région Années Source : Enquêes Emploi de 990 à Champ : Ensemble de la populaion de 5 ans e plus. Noe : Les informaions manquen pour les changemens de déparemens après 2002 e pour les changemens de logemens avan 990. Les évoluions sur les ving-cinq dernières années irées des enquêes Emploi monren que les aux de changemens de région e de déparemen paraissen avoir évolué avec moins d ampliude que ceux provenan des changemens de logemen ou de commune. Ce consa suggère a priori que les années qui on succédé aux Trene glorieuses e noammen celles de la prise de conscience d un chômage de masse durable du débu des années 980 on amené à une plus fore mobilié résidenielle professionnelle. Bien qu il soi oujours possible qu au sein de ces mobiliés plus modérées se cachen en réalié des modificaions de naure plus profonde. Ainsi, par exemple, les jeunes son de plus en plus mobiles à l inverse de leurs aînés qui s enracinen davanage (Laferrère, 2007). L arai du lioral de l oues e du sud se poursui (Baccaïni, 200b, 2005, 2007 ; Degorre, 2007). Les causes son là encore complexes à démêler enre les évoluions comporemenales e celles provenan des modificaions des conraines économiques. Cependan, la progression de la mobilié es principalemen due aux mobiliés de proximié, qu elles viennen de changemens de commune ou de logemen. En ce sens, elles semblen 30

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différens modes d acquisiion des drois à la reraie en répariion : descripion e analyse comparaive des echniques uilisées»

Plus en détail

Panorama des méthodes de coûtenance

Panorama des méthodes de coûtenance Recherche en Managemen de Proje Panorama des méhodes de coûenance Pour réduire les coûs de vos projes e augmener vos marges, quelle méhode choisir? François GAGNÉ, FGF Consulan Les Renconres 2005 du Managemen

Plus en détail

IRM fonctionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES

IRM fonctionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES IRM foncionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES Le principe général d'une éude IRMf consise à analyser le signal BOLD (Blood Oxygen Level Dependen) qui radui l'augmenaion d'afflux

Plus en détail

4. Principe de la modélisation des séries temporelles

4. Principe de la modélisation des séries temporelles 4. Principe de la modélisaion des séries emporelles Nous raierons ici, à ire d exemple, la modélisaion des liens enre la polluion amosphérique e les indicaeurs de sané. Mais les méhodes indiquées, comme

Plus en détail

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre.

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre. 1 Examen. 1.1 Prime d une opion sur un fuure On considère une opion à 85 jours sur un fuure de nominal 18 francs, e don le prix d exercice es 175 francs. Le aux d inérê (coninu) du marché monéaire es 6%

Plus en détail

MATHEMATIQUES FINANCIERES

MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES LES ANNUITES INTRODUCTION : Exemple 1 : Une personne veu acquérir une maison pour 60000000 DH, pour cela, elle place annuellemen au CIH une de 5000000 DH. Bu : Consiuer un capial

Plus en détail

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton)

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton) TD/TP : Taux d un emprun (méhode de Newon) 1 On s inéresse à des calculs relaifs à des remboursemens d empruns 1. On noera C 0 la somme emprunée, M la somme remboursée chaque mois (mensualié), le aux mensuel

Plus en détail

Introduction aux produits dérivés

Introduction aux produits dérivés Chapire 1 Inroducion aux produis dérivés de crédi Le risque de crédi signifie les risques financiers liés aux incapaciés d un agen (un pariculier, une enreprise ou un éa souverain) de payer un engagemen

Plus en détail

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite DOCUMENT DE TRAVAIL 2003-12 Impac du vieillissemen démographique sur l impô prélevé sur les rerais des régimes privés de reraie Séphane Girard Direcion de l analyse e du suivi des finances publiques Ce

Plus en détail

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire PSI Brizeux Ch. E2: Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire 18 CHAPITRE E2 Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire Nous connaissons ou l inérê de l éude de la réponse

Plus en détail

Chapitre 15 c Circuits RL et RC

Chapitre 15 c Circuits RL et RC Chapire 15 c Circuis L e C en régime impulsionnel Sommaire Circuis en régime impulsionnel Signal impulsionnel Mesure d'un circui C en régime impulsionnel Applicaion praique Eude du circui C en régime impulsionnel

Plus en détail

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement Chapire 2 L invesissemen. Les principales caracérisiques de l invesissemen.. Définiion de l invesissemen Définiion générale : ensemble des B&S acheés par les agens économiques au cours d une période donnée

Plus en détail

Les circuits électriques en régime transitoire

Les circuits électriques en régime transitoire Les circuis élecriques en régime ransioire 1 Inroducion 1.1 Définiions 1.1.1 égime saionnaire Un régime saionnaire es caracérisé par des grandeurs indépendanes du emps. Un circui en couran coninu es donc

Plus en détail

La rentabilité des investissements

La rentabilité des investissements La renabilié des invesissemens Inroducion Difficulé d évaluer des invesissemens TI : problème de l idenificaion des bénéfices, des coûs (absence de saisiques empiriques) problème des bénéfices Inangibles

Plus en détail

Texte Ruine d une compagnie d assurance

Texte Ruine d une compagnie d assurance Page n 1. Texe Ruine d une compagnie d assurance Une nouvelle compagnie d assurance veu enrer sur le marché. Elle souhaie évaluer sa probabilié de faillie en foncion du capial iniial invesi. On suppose

Plus en détail

Méthode d'analyse économique et financière ***

Méthode d'analyse économique et financière *** Méhode d'analyse économique e financière *** Noion d acualisaion e indicaeurs économiques uilisables pour l analyse de projes. Dr. François PINTA CIRAD-Forê UR Bois - Kourou CHRONOLOGIE D INTERVENTION

Plus en détail

Rentabilité et profitabilité du capital : le cas de six pays industrialisés

Rentabilité et profitabilité du capital : le cas de six pays industrialisés COMPARAISONS INTERNATIONALES Renabilié e profiabilié du capial : le cas de six pays indusrialisés Arnaud Sylvain* On compare sur la période 1965-1999 les rendemens brus du capial aux Éas-Unis, au Japon

Plus en détail

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0 Correcion de l exercice 2 de l assisana pré-quiz final du cours Gesion financière : «chéancier e aux de renabilié inerne d empruns à long erme» Quesion : rappeler la formule donnan les flux à chaque échéance

Plus en détail

France : la consommation privée bridée par la faiblesse des revenus en sortie de crise

France : la consommation privée bridée par la faiblesse des revenus en sortie de crise N 150 21 juille 2010 France : la consommaion privée bridée par la faiblesse des revenus en sorie de crise La consommaion des ménages en France a neemen freiné depuis la crise financière. La récession qui

Plus en détail

AFRICAMPUS 2015 Ouagadougou, Burkina Faso, du 26 au 27 février 2015

AFRICAMPUS 2015 Ouagadougou, Burkina Faso, du 26 au 27 février 2015 zzz UNE APPROCHE CONCEPTUELLE DE L APPROPRIATION DES SYSTEMES D INFORMATION MOBILES (SIM) PAR LES UTILISATEURS OUEST AFRICAINS AU TRAVERS D UNE METHODE DELPHI Marc BIDAN & Béchir ABBA GONI Thème n 5 PLAN

Plus en détail

budgétaire et extérieure

budgétaire et extérieure Insiu pour le Développemen des Capaciés / AFRITAC de l Oues / COFEB Cours régional sur la Gesion macroéconomique e les quesions de dee Dakar, Sénégal du 4 au 5 novembre 203 Séance S-4 : Souenabilié budgéaire

Plus en détail

INDICATEURS DE L ÉDUCATION DIRECTIVES TECHNIQUES

INDICATEURS DE L ÉDUCATION DIRECTIVES TECHNIQUES INDICATEURS DE L ÉDUCATION DIRECTIVES TECHNIQUES NOVEMBRE 2009 1 SOMMAIRE Taux d alphabéisme des adules ou Taux d analphabéisme.... 3 Nombre d adules analphabèes... 5 Taux bru d accès (TBA) en première

Plus en détail

Romain Burgot & Tchim Silué. Synthèse de l article : Note sur l évaluation de l option de remboursement anticipé

Romain Burgot & Tchim Silué. Synthèse de l article : Note sur l évaluation de l option de remboursement anticipé ENSAE 3 eme année Romain Burgo & Tchim Silué Synhèse de l aricle : Noe sur l évaluaion de l opion de remboursemen anicipé Mémoire de gesion ALM Juin 2006 Résumé Depuis 1979, la loi offre à l empruneur

Plus en détail

Solvency II, IFRS : l impact des modèles d actifs retenus

Solvency II, IFRS : l impact des modèles d actifs retenus Les normes IFRS en assurance Solvency II, IFRS : l impac des modèles d acifs reenus 31 e journée de séminaires acuariels ISA-HEC Lausanne e ISFA Lyon Pierre THÉROND pherond@winer-associes.fr 18 novembre

Plus en détail

Évaluer la productivité globale des facteurs : l apport d une mesure de la qualité du capital et du travail

Évaluer la productivité globale des facteurs : l apport d une mesure de la qualité du capital et du travail Dossier Évaluer la producivié globale des faceurs : l appor d une mesure de la qualié du capial e du ravail Pierre-Yves Cabannes, Alexis Monau, Pierre-Alain Pionnier* L esimaion e la prévision de la croissance

Plus en détail

Impact budgétaire de l immigration en France : une étude de comptabilité générationnelle

Impact budgétaire de l immigration en France : une étude de comptabilité générationnelle Impac budgéaire de l immigraion en France : une éude de compabilié généraionnelle Xavier Chojnicki Equippe (Universié de Lille 2) e Cepii L'objecif es ici d'éudier, en comparan les effes découlan d un

Plus en détail

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1 Universié Libre de Bruxelles Solvay Business School La valeur acuelle André Farber Novembre 2005. Inroducion Supposons d abord que le emps soi limié à une période e que les cash flows fuurs (les flux monéaires)

Plus en détail

MODELES DE LA COURBE DES TAUX D INTERET. UNIVERSITE d EVRY Séance 4. Philippe PRIAULET

MODELES DE LA COURBE DES TAUX D INTERET. UNIVERSITE d EVRY Séance 4. Philippe PRIAULET MODELES DE LA COURBE DES AUX D INERE UNIVERSIE d EVRY Séance 4 Philippe PRIAULE Plan de la Séance Les modèles sochasiques de déformaion de la courbe des aux: Approche déaillée Le modèle de Black: référence

Plus en détail

Chromatographie en Phase Gazeuse CPG.

Chromatographie en Phase Gazeuse CPG. TEISSIER Thomas MADET Nicolas Licence IUP SIAL Universié de Créeil-Paris XII COMPTE-RENDU DE TP DE CHROMATOGRAPHIE: Chromaographie en Phase Gazeuse CPG. Année universiaire 23/24 Sommaire. I OBJECTIF...3

Plus en détail

Caractéristiques des signaux électriques

Caractéristiques des signaux électriques Sie Inerne : www.gecif.ne Discipline : Génie Elecrique Caracérisiques des signaux élecriques Sommaire I Définiion d un signal analogique page 1 II Caracérisiques d un signal analogique page 2 II 1 Forme

Plus en détail

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t Annuiés I Définiion : On appelle annuiés des sommes payables à inervalles de emps déerminés e fixes. Les annuiés peuven servir à : - consiuer un capial ( annuiés de placemen ) - rembourser une dee ( annuiés

Plus en détail

Répercussions du travail autonome sur la croissance de la productivité du travail : Comparaison Canada-États-Unis

Répercussions du travail autonome sur la croissance de la productivité du travail : Comparaison Canada-États-Unis N o 11F0027MIF au caalogue N o 016 ISSN: 1703-0412 ISBN: 0-662-89622-X Documen de recherche Série de documens de recherche sur l'analyse économique (AE) Répercussions du ravail auonome sur la croissance

Plus en détail

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel I. 1 CHAPITRE I : Cinémaique du poin maériel I.1 : Inroducion La plupar des objes éudiés par les physiciens son en mouvemen : depuis les paricules élémenaires elles que les élecrons, les proons e les neurons

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX Obje de la séance 9: défini le risque de aux e présener

Plus en détail

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0.

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0. # $ %& 1. La VAN. Les aures crières 3. Exemple. Choix d invesissemen à long erme 5. Exercices!" '* '( Un proje ne sera mis en œuvre que si sa valeur acuelle nee ou VAN, définie comme la somme acualisée

Plus en détail

TD 20-21 : Modèles de marchés - Mouvement brownien

TD 20-21 : Modèles de marchés - Mouvement brownien Universié Paris VI Maser : Modèles sochasiques, applicaions à la finance (MM065) TD 20-2 : Modèles de marchés - Mouvemen brownien. Taux de change. Soi (Ω, P(Ω), P) un espace probabilisé fini non redondan

Plus en détail

Sous-évaluation des prix d options par le modèle de Black & Scholes.

Sous-évaluation des prix d options par le modèle de Black & Scholes. Sous-évaluaion des prix d opions par le modèle de Black & Scholes. Mise en évidence par une dynamique combinan mouvemen brownien e processus à saus. Marc Debersé ocobre 6 Résumé S il es bien connu que

Plus en détail

Sommaire de la séquence 12

Sommaire de la séquence 12 Sommaire de la séquence 12 Séance 1........................................................................................................ Je prends un bon dépar.......................................................................................

Plus en détail

Impact de l appréciation de l euro sur le Sénégal et la Côte d Ivoire

Impact de l appréciation de l euro sur le Sénégal et la Côte d Ivoire Un Peuple - Un Bu Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION DE LA PREVISION ET DES ETUDES ECONOMIQUES Documen d Eude Impac de l appréciaion de l euro sur le Sénégal e la Côe d Ivoire DPEE

Plus en détail

Exercices de baccalauréat série S sur la loi exponentielle

Exercices de baccalauréat série S sur la loi exponentielle Eercices de baccalauréa série S sur la loi eponenielle (page de l énoncé/page du corrigé) La compagnie d'auocars (Bac série S, cenres érangers, 23) (2/) Durée de vie d'un composan élecronique (Bac série

Plus en détail

Conditions Générales Valant Note d Information. Assurance Vie

Conditions Générales Valant Note d Information. Assurance Vie Condiions Générales Valan Noe d Informaion Assurance Vie DISPOSITIONS ESSENTIELLES DU CONTRAT 1. Epargne évoluion es un conra individuel d assurance sur la vie de ype mulisuppors, exprimé en euros e/ou

Plus en détail

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte Eude de risque pour un porefeuille d assurance récole Hervé ODJO GROUPAMA Direcion ACTUARIAT Groupe 2, Bd Malesherbes 75008 Paris Tél : 33 (0 44 56 72 46 herve.odjo@groupama.com Viviane RITZ GROUPAMA Direcion

Plus en détail

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.14-1

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.14-1 Documenaion Technique de Référence Chapire 8 Trames ypes Aricle 8.14-1 Trame de Rappor de conrôle de conformié des performances d une insallaion de producion Documen valide pour la période du 18 novembre

Plus en détail

Pour 2014, le rythme de la reprise économique qui semble s annoncer,

Pour 2014, le rythme de la reprise économique qui semble s annoncer, En France, l invesissemen des enreprises reparira--il en 2014? Jean-François Eudeline Yaëlle Gorin Gabriel Sklénard Adrien Zakharchouk Déparemen de la conjoncure Pour 2014, le ryhme de la reprise économique

Plus en détail

Estimation des matrices de trafics

Estimation des matrices de trafics Cédric Foruny 1/5 Esimaion des marices de rafics Cedric FORTUNY Direceur(s) de hèse : Jean Marie GARCIA e Olivier BRUN Laboraoire d accueil : LAAS & QoSDesign 7, av du Colonel Roche 31077 TOULOUSE Cedex

Plus en détail

L ajustement microéconomique des prix des carburants en France

L ajustement microéconomique des prix des carburants en France L ajusemen microéconomique des prix des carburans en France Erwan GAUTIER (LEMNA-TEPP, Universié de Nanes e Banque de France. Email : erwan.gauier@univ-nanes.fr) Ronan LE SAOUT (CREST e Ecole Polyechnique)

Plus en détail

( ) et est alors représenté par le graphe ci-

( ) et est alors représenté par le graphe ci- LE SIGNAL SINUSOIDAL : PRODUCTION ET OBSERVATION Le bu de ce premier TP es d une par la prise en main du maériel nécessaire pour l observaion des ondes lors de la prochaine séance (uilisaion de l oscilloscope),

Plus en détail

De l inscription à la publication des résultats en ligne à l Université de Lomé : quels impacts sur l adoption des TIC chez les étudiants?

De l inscription à la publication des résultats en ligne à l Université de Lomé : quels impacts sur l adoption des TIC chez les étudiants? Ouagadougou, Burkina Faso, du 26 au 28 février 2015 De l inscripion à la publicaion des résulas en ligne à l Universié de Lomé : quels impacs sur l adopion des TIC chez les éudians? Halourou MAMAN, Universié

Plus en détail

TP Mesures de la vitesse du son

TP Mesures de la vitesse du son TP Mesures de la viesse du son Bu du TP. Lors de cee séance de ravaux praiques, l éudian es amené à mesurer la viesse de propagaion du son dans l air e dans l eau. 1 Inroducion Qu es-ce qu un son? Un son

Plus en détail

Séquence 2. Pourcentages. Sommaire

Séquence 2. Pourcentages. Sommaire Séquence 2 Pourcenages Sommaire Pré-requis Évoluions e pourcenages Évoluions successives, évoluion réciproque Complémen sur calcularices e ableur Synhèse du cours Exercices d approfondissemen 1 1 Pré-requis

Plus en détail

GUIDE DES INDICES BOURSIERS

GUIDE DES INDICES BOURSIERS GUIDE DES INDICES BOURSIERS SOMMAIRE LA GAMME D INDICES.2 LA GESTION DES INDICES : LE COMITE DES INDICES BOURSIERS.4 METHODOLOGIE ET CALCUL DE L INDICE TUNINDEX ET DES INDICES SECTORIELS..5 I. COMPOSITION

Plus en détail

L effet richesse en France et aux États-Unis

L effet richesse en France et aux États-Unis L effe richesse en France e aux Éas-Unis Cécile CHATAIGNAULT David THESMAR Division Synhèse conjoncurelle Pierre-Olivier BEFFY Brieuc MONFORT Division Croissance e poliiques macroéconomiques Enre ocobre

Plus en détail

Une mesure financière de l importance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière*

Une mesure financière de l importance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière* Une mesure financière de l imporance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière* Salem Boubakri Janvier 2009 Résumé Cee éude ese une exension inernaionale du Modèle d Evaluaion des

Plus en détail

TB 352 TB 352. Entrée 1. Entrée 2

TB 352 TB 352. Entrée 1. Entrée 2 enrées série TB logiciel d applicaion 2 enrées à émission périodique famille : Inpu ype : Binary inpu, 2-fold TB 352 Environnemen Bouon-poussoir TB 352 Enrée 1 sories 230 V Inerrupeur Enrée 2 Câblage sur

Plus en détail

Présentation groupe de travail

Présentation groupe de travail Présenaion groupe de ravail Sofiane Saadane jeudi 23 mai 2013 Résumé L aricle sur lequel on ravaille [LP09] présene un problème de bandi à deux bras comporan une pénalié. Nous commencerons par présener

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE. François LONGIN www.longin.fr

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE. François LONGIN www.longin.fr COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE Obje de la séance 3 : dans la séance 2, nous avons monré commen le besoin de financemen éai couver par des

Plus en détail

L évaluation du prix des actions par les fondamentaux : analyse du marché français

L évaluation du prix des actions par les fondamentaux : analyse du marché français L évaluaion du prix des acions par les fondamenaux : analyse du marché français Dominique epin To cie his version: Dominique epin. L évaluaion du prix des acions par les fondamenaux : analyse du marché

Plus en détail

L évaluation immobilière. Michel Baroni 27/11/2009

L évaluation immobilière. Michel Baroni 27/11/2009 L évaluaion immobilière Michel Baroni 27/11/2009 Méhodes exisanes Méhodes des comparables Dépend de la base de données; méhode hédonique évenuellemen possible Méhodes de capialisaion Dépend de la base

Plus en détail

L évolution actuelle du crédit à l habitat en France est-elle soutenable?

L évolution actuelle du crédit à l habitat en France est-elle soutenable? L évoluion acuelle du crédi à l habia en rance es-elle souenable? rédéric WILHELM Direcion des Éudes e Saisiques monéaires Service des Analyses e Saisiques monéaires Le dynamisme acuel du crédi à l habia

Plus en détail

Partie 1. L'utilisation des statistiques économiques

Partie 1. L'utilisation des statistiques économiques Parie. L'uilisaion des saisiques économiques Enseignan A. Direr Licence 2, er semesre 2008-9 Universié Pierre Mendès France Cours de macroéconomie suie Nous avons vu dans l'inroducion que l'uilisaion des

Plus en détail

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET Finance 1 Universié d Evry Val d Essonne éance 2 Philippe PRIAULET Plan du cours Les opions Définiion e Caracérisiques Terminologie, convenion e coaion Les différens payoffs Le levier implicie Exemple

Plus en détail

Rappels théoriques. -TP- Modulations digitales ASK - FSK. Première partie 1 INTRODUCTION

Rappels théoriques. -TP- Modulations digitales ASK - FSK. Première partie 1 INTRODUCTION 2 IUT Blois Déparemen GTR J.M. Giraul, O. Bou Maar, D. Ceron M. Richard, P. Sevesre e M. Leberre. -TP- Modulaions digiales ASK - FSK IUT Blois Déparemen du Génie des Télécommunicaions e des Réseaux. Le

Plus en détail

Le retour de l effet boule de neige

Le retour de l effet boule de neige Bureau fédéral du Plan /10/HJB/bd/2824 Le reour de l effe boule de neige Exposé à l Insiu Belge des Finances Publiques le 4 juin 2010 Henri BOGAERT C es en 1981 que j ai rédigé une noe don le ire imagé

Plus en détail

ÉTUDE D UN SYSTÈME PLURITECHNIQUE

ÉTUDE D UN SYSTÈME PLURITECHNIQUE DM SSI: AQUISITION DE l INFORMATION ÉTUDE D UN SYSTÈME PLURITECHNIQUE Pores Laérales Coulissanes de monospace PRÉSENTATION DE L ÉTUDE Mise en siuaion Les fabricans d'auomobiles, face à une concurrence

Plus en détail

Fonds spéculatifs : évolution de l exposition au risque et de l effet de levier 1

Fonds spéculatifs : évolution de l exposition au risque et de l effet de levier 1 Parick McGuire +41 61 28 8921 parick.mcguire@bis.org Eli Remolona +852 2878 715 eli.remolona@bis.org Kosas Tsasaronis +41 61 28 882 ksasaronis@bis.org Fonds spéculaifs : évoluion de l exposiion au risque

Plus en détail

SCIENCES DE L'INGÉNIEUR TP N 3 page 1 / 8 GÉNIE ÉLECTRIQUE TERMINALE Durée : 2h OUVRE PORTAIL FAAC : SERRURE CODÉE

SCIENCES DE L'INGÉNIEUR TP N 3 page 1 / 8 GÉNIE ÉLECTRIQUE TERMINALE Durée : 2h OUVRE PORTAIL FAAC : SERRURE CODÉE CIENCE DE L'INGÉNIEU TP N 3 page 1 / 8 GÉNIE ÉLECTIQUE TEMINALE Durée : 2h OUVE POTAIL FAAC : EUE CODÉE Cenres d'inérê abordés : Thémaiques : CI11 ysèmes logiques e numériques I6 Les sysèmes logiques combinaoires

Plus en détail

Documents de Travail du Centre d Economie de la Sorbonne

Documents de Travail du Centre d Economie de la Sorbonne Documens de Travail du Cenre d Economie de la Sorbonne D un muliple condiionnel en assurance de porefeuille : CAViaR pour les gesionnaires? Benjamin HAMIDI, Emmanuel JURCZENKO, Berrand MAILLET 2009.33

Plus en détail

Surveillance et maintenance Prévisionnelle

Surveillance et maintenance Prévisionnelle Page Surveillance e mainenance Prévisionnelle Sommaire Page 2 La Prévisionnelle o Terminologie e Normes o Elémens de conexe ( enjeux, mise en œuvre.) Exemples d applicaions réalisées par le Ceim o L approche

Plus en détail

COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF

COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF Les quesions raiées devron êre soigneusemen numéroées e le documen-réponse fourni devra êre compléé selon les indicaions de l énoncé. Il es vivemen conseillé de

Plus en détail

Ned s Expat L assurance des Néerlandais en France

Ned s Expat L assurance des Néerlandais en France [ LA MOBILITÉ ] PARTICULIERS Ned s Expa L assurance des Néerlandais en France 2015 Découvrez en vidéo pourquoi les expariés en France choisissen APRIL Inernaional pour leur assurance sané : Suivez-nous

Plus en détail

Les Générateurs de Scénarios Économiques : quelle utilisation en assurance? 1

Les Générateurs de Scénarios Économiques : quelle utilisation en assurance? 1 Les Généraeurs de Scénarios Économiques : quelle uilisaion en assurance? 1 Alaeddine FALEH 2 Frédéric PLANCHET 3 Didier RULLIERE 4 ISFA- Universié Lyon I 5 Caisse des Dépôs e Consignaions 6 RÉSUMÉ Dans

Plus en détail

Oscillations forcées en régime sinusoïdal.

Oscillations forcées en régime sinusoïdal. Conrôle des prérequis : Oscillaions forcées en régime sinusoïdal. - a- Rappeler l expression de la période en foncion de la pulsaion b- Donner l expression de la période propre d un circui RLC série -

Plus en détail

3. Avantage comparatif des exportations de crevettes d élevage: une évaluation globale

3. Avantage comparatif des exportations de crevettes d élevage: une évaluation globale 5 3. Avanage comparaif des exporaions de crevees d élevage: une évaluaion globale Dans la présene secion nous appliquons le cadre d évaluaion exposé ci-dessus pour évaluer l avanage comparaif des principaux

Plus en détail

Mesure de l incertitude tendancielle sur la mortalité Application à un régime de rentes en cours de service

Mesure de l incertitude tendancielle sur la mortalité Application à un régime de rentes en cours de service Mesure de l inceriude endancielle sur la moralié Applicaion à un régime de renes en cours de service - Frédéric PLANCHET (Universié Lyon, Laboraoire SAF, Winer & Associés) - Marc JUILLARD (Winer & Associés)

Plus en détail

Guide pratique de l evolution professionnelle. Prevenir les discriminations et favoriser l egalite de traitement

Guide pratique de l evolution professionnelle. Prevenir les discriminations et favoriser l egalite de traitement Guide praique de l evoluion professionnelle Prevenir les discriminaions e favoriser l egalie de raiemen Réalisé en parenaria avec Pee Sone pee.sone@jusdifferen.eu hp://www.jusdifferen.eu/ SOMMAIRE Inroducion...p.

Plus en détail

Exemples de résolutions d équations différentielles

Exemples de résolutions d équations différentielles Exemples de résoluions d équaions différenielles Table des maières 1 Définiions 1 Sans second membre 1.1 Exemple.................................................. 1 3 Avec second membre 3.1 Exemple..................................................

Plus en détail

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Concours de conseiller principal d'éducaion - Ecri (Ref : 2323) Duran 4 jours, les candidas au concours de conseiller principal d'éducaion en voie exerne pourron maîriser la méhodologie des épreuves écries

Plus en détail

EVALUATION DE LA FPL PAR LES APPRENANTS: CAS DU MASTER IDS

EVALUATION DE LA FPL PAR LES APPRENANTS: CAS DU MASTER IDS EVALUATION DE LA FPL PAR LES APPRENANTS: CAS DU MASTER IDS CEDRIC TAPSOBA Diplômé IDS Inern/ CARE Regional Program Coordinaor and Gender Specialiy Service from USAID zzz WA-WASH Program Tel: 70 77 73 03/

Plus en détail

Règle de Taylor dans le cadre du Ciblage d inflation: Cas de la Nouvelle Zélande

Règle de Taylor dans le cadre du Ciblage d inflation: Cas de la Nouvelle Zélande Règle de Taylor dans le cadre du Ciblage d inflaion: Cas de la Nouvelle Zélande Résumé : La nouvelle Zélande es le pays ayan la plus grande expérience en poliique du ciblage d inflaion. Cee poliique a

Plus en détail

Analyse par intervalles pour la localisation et la cartographie simultanées; Application à la robotique sous-marine.

Analyse par intervalles pour la localisation et la cartographie simultanées; Application à la robotique sous-marine. Analyse par inervalles pour la localisaion e la carographie simulanées; Applicaion à la roboique sous-marine Fabrice LE BARS Analyse par inervalles pour la localisaion e la carographie simulanées; Thèse

Plus en détail

Productivité Globale des Facteurs et Croissance dans un contexte de Changement Institutionnel : Le cas du Venezuela (1942-2002)

Productivité Globale des Facteurs et Croissance dans un contexte de Changement Institutionnel : Le cas du Venezuela (1942-2002) Producivié Globale des Faceurs e Croissance dans un conexe de Changemen Insiuionnel : Alejandro Quijada * Aoû 2004 Résumé Le Venezuela es le dixième produceur e le sixième exporaeur mondial de pérole.

Plus en détail

Les Univers Virtuels de la Finance

Les Univers Virtuels de la Finance Les Univers Viruels de la Finance Viruel Worlds of Finance ierre Devolder 1 Résumé. La mesure neure au risque es devenue une noion cenrale en finance moderne: elle s obien par changemen de mesure de probabilié

Plus en détail

VISUALISATION DES SIGNAUX ELECTRIQUES OSCILLOSCOPE CATHODIQUE ANALOGIQUE

VISUALISATION DES SIGNAUX ELECTRIQUES OSCILLOSCOPE CATHODIQUE ANALOGIQUE VISUALISATION DES SIGNAUX ELECTRIQUES OSCILLOSCOPE CATHODIQUE ANALOGIQUE INTRODUCTION L'oscilloscope es le plus polyvalen des appareils de mesures élecroniques. Il peu permere simulanémen de visualiser

Plus en détail

THÈSE. Pour l obtention du grade de Docteur de l Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Discipline : Sciences Économiques

THÈSE. Pour l obtention du grade de Docteur de l Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Discipline : Sciences Économiques Universié de Paris I Panhéon Sorbonne U.F.R. de Sciences Économiques Année 2011 Numéro aribué par la bibliohèque 2 0 1 1 P A 0 1 0 0 5 7 THÈSE Pour l obenion du grade de Doceur de l Universié de Paris

Plus en détail

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEE 1 SYSTEE STABLE, SYSTEE INSTABLE 1.1 Exemple 1: Soi un sysème composé d une cuve pour laquelle l écoulemen (perurbaion) es naurel au ravers d une vanne d ouverure

Plus en détail

Incidence du commerce international sur les salaires des Canadiens

Incidence du commerce international sur les salaires des Canadiens Incidence du commerce inernaional sur les salaires des Canadiens par Omar Zakhilwal N o 156 11F0019MPF N o 156 ISSN: 1200-5231 ISBN: 0-660-96431-7 Prix : 5 $ le numéro, 25 $ annuellemen Éudes de la Famille

Plus en détail

Interdépendance des marchés d actions : analyse de la relation entre les indices boursiers américain et européens

Interdépendance des marchés d actions : analyse de la relation entre les indices boursiers américain et européens Inerdépendance des marchés d acions : analyse de la relaion enre les indices boursiers américain e européens SANVI AVOUYI-DOVI, DAVID NETO Direcion générale des Éudes e des Relaions inernaionales Direcion

Plus en détail

Les solutions solides et les diagrammes d équilibre binaires. sssp1. sssp1 ssss1 ssss2 ssss3 sssp2

Les solutions solides et les diagrammes d équilibre binaires. sssp1. sssp1 ssss1 ssss2 ssss3 sssp2 Les soluions solides e les diagrammes d équilibre binaires 1. Les soluions solides a. Descripion On peu mélanger des liquides par exemple l eau e l alcool en oue proporion, on peu solubiliser un solide

Plus en détail

Pricing des produits dérivés de crédit dans un modèle

Pricing des produits dérivés de crédit dans un modèle Pricing des produis dérivés de crédi dans un modèle à inensié Nordine Bennani & Cyril Sabbagh Table des maières 1 Présenaion générale des dérivés de crédi 3 1.1 Inroducion...................................

Plus en détail

Journée de la Régionale de Poitou-Charentes 16 octobre 2013

Journée de la Régionale de Poitou-Charentes 16 octobre 2013 es Maéaiques dans l assurance-vie Journée de la Régionale de Poiou-arenes 6 ocobre 23 es aéaiques uilisées dans les éiers de l'assurance ou de la banque Associaion des Professeurs de Maéaiques de l Enseigneen

Plus en détail

Recueil d'exercices de logique séquentielle

Recueil d'exercices de logique séquentielle Recueil d'exercices de logique séquenielle Les bascules: / : Bascule JK Bascule D. Expliquez commen on peu modifier une bascule JK pour obenir une bascule D. 2/ Eude d un circui D Q Q Sorie A l aide d

Plus en détail

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007 Bureau fédéral du Plan Avenue des Ars 47-49, 1000 Bruxelles hp://www.plan.be WORKING PAPER 18-10 Comparaison des composanes de la croissance de la producivié : Belgique, Allemagne, France e Pays-Bas 1996-2007

Plus en détail

UNITE D ENSEIGNEMENT «ECONOMIE DE L EDUCATION 2E» ------------------------------------- SOUS-MODULE DE BASE

UNITE D ENSEIGNEMENT «ECONOMIE DE L EDUCATION 2E» ------------------------------------- SOUS-MODULE DE BASE UNITE D ENSEIGNEMENT «ECONOMIE DE L EDUCATION 2E» ------------------------------------- SOUS-MODULE DE BASE «NOTIONS FONDAMENTALES DE L ECONOMIE DE L EDUCATION» ----------------- E-THEME N 1 «CAPITAL HUMAIN

Plus en détail

Distributeur automatique de café

Distributeur automatique de café BACCALAUREAT GENERAL Session 2002 Série S Sciences de l Ingénieur ETUDE D UN SYSTEME PLURITECHNIQUE Coefficien : 6 Durée de l épreuve : 4 heures Son auorisés les calcularices élecroniques e le maériel

Plus en détail

Risque associé au contrat d assurance-vie pour la compagnie d assurance. par Christophe BERTHELOT, Mireille BOSSY et Nathalie PISTRE

Risque associé au contrat d assurance-vie pour la compagnie d assurance. par Christophe BERTHELOT, Mireille BOSSY et Nathalie PISTRE Ce aricle es disponible en ligne à l adresse : hp://www.cairn.info/aricle.php?id_revue=ecop&id_numpublie=ecop_149&id_article=ecop_149_0073 Risque associé au conra d assurance-vie pour la compagnie d assurance

Plus en détail

CHAPITRE 4 RÉPONSES AUX CHOCS D INFLATION : LES PAYS DU G7 DIFFÈRENT-ILS LES UNS DES AUTRES?

CHAPITRE 4 RÉPONSES AUX CHOCS D INFLATION : LES PAYS DU G7 DIFFÈRENT-ILS LES UNS DES AUTRES? CHAPITRE RÉPONSES AUX CHOCS D INFLATION : LES PAYS DU G7 DIFFÈRENT-ILS LES UNS DES AUTRES? Les réponses de la poliique monéaire aux chocs d inflaion mondiaux on varié d un pays à l aure Le degré d exposiion

Plus en détail

Ecole des HEC Université de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE. Eric Jondeau

Ecole des HEC Université de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE. Eric Jondeau Ecole des HEC Universié de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE Eric Jondeau FINANCE EMPIRIQUE La prévisibilié des rendemens Eric Jondeau L hypohèse d efficience des marchés Moivaion L idée de base de l hypohèse

Plus en détail

Sciences Industrielles pour l Ingénieur

Sciences Industrielles pour l Ingénieur Sciences Indusrielles pour l Ingénieur Cenre d Inérê 6 : CONVERTIR l'énergie Compéences : MODELISER, RESOUDRE CONVERSION ELECTROMECANIQUE - Machine à couran coninu en régime dynamique Procédés de piloage

Plus en détail

Un modèle de projection pour des contrats de retraite dans le cadre de l ORSA

Un modèle de projection pour des contrats de retraite dans le cadre de l ORSA Un modèle de proecion pour des conras de reraie dans le cadre de l ORSA - François Bonnin (Hiram Finance) - Floren Combes (MNRA) - Frédéric lanche (Universié Lyon 1, Laboraoire SAF) - Monassar Tammar (rim

Plus en détail

2009-01 EFFICIENCE INFORMATIONNELLE DES 1948-2008 UNE VERIFICATION ECONOMETRIQUE MARCHES DE L OR A PARIS ET A LONDRES, DE LA FORME FAIBLE

2009-01 EFFICIENCE INFORMATIONNELLE DES 1948-2008 UNE VERIFICATION ECONOMETRIQUE MARCHES DE L OR A PARIS ET A LONDRES, DE LA FORME FAIBLE 009-01 EFFICIENCE INFORMATIONNELLE DES MARCHES DE L OR A PARIS ET A LONDRES, 1948-008 UNE VERIFICATION ECONOMETRIQUE DE LA FORME FAIBLE Thi Hong Van HOANG Efficience informaionnelle des marchés de l or

Plus en détail