Visitez l intérieur de l intestin pour tout comprendre du cancer colorectal et le prévenir!

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Visitez l intérieur de l intestin pour tout comprendre du cancer colorectal et le prévenir!"

Transcription

1 DOSSIER DE PRESSE

2 2 Visitez l intérieur de l intestin pour tout comprendre du cancer colorectal et le prévenir! Le vendredi 10 avril 2015, de 10h à 18h, le Comité du Rhône de la Ligue contre le Cancer, l Adémas- 69, la Mission Santé de la Ville de Lyon et la Mairie du 8 ème arrondissement organisent, à l occasion d une étape du Côlon Tour 2015 à Lyon au cœur du Quartier des Etats-Unis (Lyon 8 ème ), une journée prévention-santé autour d un côlon géant de 12m, d un village de stands d information et d une conférence dédiée aux professionnels de la santé. Avec nouveaux cas chaque année, le cancer colorectal représente, par sa fréquence, le troisième cancer chez l'homme comme chez la femme. Il tue, chaque année, près de personnes. Pourtant, détecté à un stade précoce, il se guérit dans 9 cas sur 10! Cet événement contribuera à lever les tabous, à rappeler l importance du dépistage, à informer sur les facteurs de risque et de prévention, et à présenter le nouveau test de dépistage du cancer colorectal, plus simple et plus performant. Le vendredi 10 avril 2015, de 10h à 18h. Visite VIP (partenaires, élus et presse) : 9h30. Halle de la Place du 8 mai 1945, Quartier des États-Unis (Lyon 8 ème ). Entrée libre. Organisateurs nationaux : Ligue nationale contre le Cancer, Fondation ARCAD, SFED Organisateurs locaux : Comité du Rhône de la Ligue contre le Cancer, Adémas-69, Mission Santé de la Ville de Lyon, Mairie du 8 ème arrondissement Avec le soutien de la Bibliothèque Municipale de Lyon, du Centre Léon Bérard, de la Camieg, de la section Activité Physique Adaptée de l'ufr STAPS de l Université Lyon 1 et de la Mutualité française Rhône-Alpes

3 3 1. Le Côlon Tour : une approche ludique et pédagogique du dépistage Pour la quatrième année consécutive, la Ligue nationale contre le cancer organise un Côlon Tour, en partenariat avec la fondation ARCAD (Aide et recherche en cancérologie digestive) et la SFED (Société française d'endoscopie digestive), dans les villes et les villages de France. Grâce à une structure gonflable d une longueur de 12 mètres représentant l intérieur du côlon, la Ligue contre le cancer et ses partenaires proposent une information ludique et pédagogique pour mieux appréhender les techniques de dépistage et la maladie. Rendre accessible l information sur le développement d un cancer colorectal : visualiser et parcourir l'intérieur d un côlon pour comprendre comment est fait notre corps et les différentes lésions : diverticules, polypes, adénomes plans, sessiles ou pédiculés et cancer. Expliquer concrètement le nouveau test immunologique de dépistage du cancer colorectal : Quelles modalités de dépistage, en fonction des risques et de l âge? À qui dois-je m adresser? Le test est-il payant? Comment se déroule un test de dépistage? Quelles anomalies peuvent être révélées? Est-il systématiquement accompagné d une coloscopie? Quels sont les avantages à pratiquer le dépistage organisé et pourquoi le refaire régulièrement? Toutes les réponses aux questions que se posent les personnes concernées directement ou indirectement par le dépistage. Informer sur la coloscopie et son rôle : grâce à la présence de médecins gastroentérologues qui permettent de mieux comprendre à qui s adresse cet examen, pourquoi et comment il se pratique.

4 4 Sensibiliser sur les traitements et les chances de guérison : le diagnostic à un stade précoce garantit des traitements plus courts, moins douloureux, moins mutilants et accroît fortement les chances de guérison. Changer l image du dépistage organisé et lever les tabous. Le Comité du Rhône de la Ligue contre le cancer a souhaité, en partenariat avec Adémas-69, la Mission santé de la Ville de Lyon et la Mairie du 8 ème arrondissement, que le Côlon Tour fasse une étape à Lyon, dans le 8 ème arrondissement où la problématique du dépistage organisé et plus globalement de la prévention-santé est prégnante. Le souhait de tous les partenaires était que l événement puisse avoir lieu au cœur d un quartier populaire. Le choix s est donc porté sur la halle de la place du 8 mai 1945, point central du quartier des Etats-Unis. Les partenaires ont élaboré un programme autour de cette étape du Côlon Tour afin de proposer aux habitants comme aux professionnels de santé une véritable journée prévention-santé, avec visites du côlon géant, village de stands et conférence dédiée aux professionnels. Retrouvez toutes les étapes 2015 du Côlon Tour sur

5 5 2. Le cancer colorectal Le côlon et le rectum constituent la dernière partie du tube digestif, appelée aussi gros intestin. Leur paroi intérieure est tapissée d une muqueuse, qui peut développer des excroissances nommées polypes ou adénomes. Bénins, ces adénomes peuvent grossir et dégénérer avec le temps. Leurs cellules se modifient et deviennent cancéreuses. On estime que 10 % des adénomes atteignent 1 cm de diamètre. Parmi ceux-ci, environ un quart deviennent des cancers. La séquence adénome-cancer dure en moyenne 10 ans. On distingue au moins trois étapes évolutives de l adénome : la genèse, la croissance et la transformation maligne. 10 ans Sur 1000 adénomes adénomes On distingue ensuite quatre stades de développement du cancer colorectal, en fonction du degré d extension du cancer : Stade 1 : atteinte superficielle de la paroi intestinale Stade 2 : atteinte de la paroi intestinale au-delà de la couche musculeuse Stade 3 : atteinte des ganglions 100 atteignent une taille > 1cm Stade 4 : métastase (propagation à d autres organes) 25 -> cancer En 2012, on estimait à le nombre de nouveaux cas de cancer colorectal en France. Le cancer colorectal se situe ainsi au 3 ème rang des cancers les plus fréquents, derrière le cancer de la prostate et le cancer du sein. Près de 95 % des cas de cancers colorectaux surviennent après l âge de 50 ans.

6 6 Nombre estimé de nouveaux cas de cancers en France 2012 Localisation du cancer Incidence Hommes Femmes 2012* Prostate Sein Colo rectal Poumon Col de l utérus Source Binder-Foucard F, Belot A, Delafiosse P, Remontet L, Woronoff A-S, Bossard N. Estimation nationale de l incidence et de la mortalité par cancer en France entre 1980 et Etude à partir des registres des cancers du réseau Francim Partie 1 Tumeurs solides - InVS Responsable de plus de décès par an, le cancer colorectal est, en France, la deuxième cause de décès par cancer après le cancer du poumon. Nombre estimé de décès par cancer en France selon la localisation, 2010 Localisation du cancer Mortalité Hommes Femmes Prostate Sein Colo rectal Poumon Col de l utérus Source Binder-Foucard F, Belot A, Delafiosse P, Remontet L, Woronoff A-S, Bossard N. Estimation nationale de l incidence et de la mortalité par cancer en France entre 1980 et Etude à partir des registres des cancers du réseau Francim Partie 1 Tumeurs solides - InVS

7 7 Le cancer colorectal est un cancer dit «de pronostic intermédiaire». Selon une étude des registres de cancers du réseau Francim, le taux de survie relative 5 ans après le diagnostic est estimé à 56%. Le pronostic est étroitement lié au stade de développement de la maladie au moment de son diagnostic. Ainsi, selon les données américaines les plus récentes, le taux de survie à 5 ans des patients diagnostiqués en est de 90,8 % pour un cancer colorectal diagnostiqué à un stade local (I ou II), contre 69,5 % pour le stade régional (III) et 11,3 % pour le stade métastatique (IV). Détectés à un stade précoce, plus de 9 cas de cancer colorectal sur 10 peuvent être guéris. Toutefois, le cancer colorectal est encore trop souvent diagnostiqué tardivement. Cela s explique notamment par le fait qu il évolue dans un premier temps sans donner de symptômes. Un dépistage régulier du cancer colorectal peut permettre d identifier la maladie à un stade très précoce de son développement ou de détecter des adénomes avant qu ils n évoluent vers un cancer. Plusieurs études ont démontré qu un tel dépistage, basé sur un test de recherche de sang occulte dans les selles tous les deux ans, suivi d une coloscopie en cas de positivité, permet une réduction de la mortalité par cancer colorectal : de 15 à 20 % dans la population totale ; de 33 % dans la population ayant réalisé le test ; dans la mesure où la participation de la population cible atteint 50 %.

8 8 3. Le dépistage organisé du cancer colorectal en pratique Le dépistage est l identification, par des tests ou des examens, des personnes susceptibles d avoir une maladie alors même qu elles ne présentent aucun symptôme. Le programme de dépistage organisé s adresse aux hommes et aux femmes âgés de 50 à 74 ans qui présentent un risque «moyen» de cancer colorectal, autrement dit sans symptôme apparent ni antécédents familiaux ou personnels. Le test de recherche de sang occulte dans les selles La recherche de sang dans les selles s explique par le fait que la plupart des cancers ou des gros polypes saignent de façon intermittente. Le test utilisé jusqu en janvier 2015 était un test au gaïac (Hémoccult). Un nouveau test, plus simple et plus performant Une nouvelle étape sera franchie dans ce dépistage avec la mise à disposition du test immunologique de détection de sang occulte dans les selles, dont la sensibilité accrue permet une meilleure détection des cancers et des lésions précancéreuses. En effet, ce test dépiste 2 à 2,5 fois plus de cancers et 3 à 4 fois plus d adénocarcinomes avancés. Un prélèvement sur une seule selle est nécessaire désormais, à l aide d un bâtonnet ensuite introduit dans un tube où se trouve un liquide conservateur. Le tube est glissé dans une enveloppe T à adresser au centre de lecture par le patient lui-même. Ce test, à la fois plus performant et plus simple d utilisation, sera diffusé progressivement auprès des 17 millions de personnes de 50 à 74 ans concernées par le programme national de dépistage, par leur médecin traitant. En cas de positivité du test (4%) : la coloscopie La coloscopie est actuellement l examen de référence pour mettre en évidence d éventuelles anomalies du côlon ou du rectum. Elle permet en outre de retirer les polypes. Si elles restent rares, les complications liées à la coloscopie ne doivent pas être ignorées, ce qui justifie la stratégie en deux temps pour les sujets à risque moyen. Outre les risques inhérents à l anesthésie, les principales complications sont la perforation et l hémorragie, estimées de 1 à 2 pour examens.

9 9 Une autre technique existe : la coloscopie virtuelle, ou coloscanner. Elle nécessite la même préparation que la coloscopie classique et recourt au scanner pour fournir une image radiographique en 3D du côlon. Il est ainsi possible de visualiser d éventuels polypes. Dans ce cas, il faut ensuite pratiquer une coloscopie classique pour en réaliser l ablation. Plusieurs acteurs du monde de la santé interviennent dans le dispositif de dépistage organisé du cancer colorectal. L Adémas-69 L Adémas-69 est une association loi Elle met en œuvre, dans le département du Rhône, le programme national de dépistage organisé des cancers : cancer du sein, cancer colorectal. Elle bénéficie d un financement assuré conjointement par l État (Agence Régionale de Santé Rhône- Alpes), la CPAM, la Métropole de Lyon, le Département du Rhône, le RSI et la MSA. Elle réunit parmi ses partenaires des représentants d usagers, des médecins généralistes, des radiologues, des gynécologues, des anatomopathologistes et des gastroentérologues. Ses missions sont les suivantes : participer à la sensibilisation et à l information des hommes et femmes de 50 à 74 ans ; organiser l information des professionnels de santé sur le dépistage organisé ; garantir les aspects réglementaires et notamment la confidentialité ; gérer les fichiers des personnes concernées par le dépistage, conformément à la loi relative à l informatique, aux fichiers et aux libertés ; se charger de l envoi des lettres d invitation au dépistage organisé du cancer du sein et du cancer colorectal, et des courriers de relance ; veiller au suivi des patients par le recueil des comptes-rendus d'examen, d anatomopathologie et éventuellement de chirurgie ; veiller à l assurance qualité du dispositif, en lien avec les différents professionnels impliqués ; se charger de la collecte de données pour le pilotage et l évaluation du programme de dépistage. C est donc l Adémas-69 qui invite par courrier les personnes concernées à consulter leur médecin généraliste. Ces personnes sont identifiées à partir des fichiers des organismes d Assurance Maladie.

10 10 Le médecin généraliste Il a un rôle central. En effet, c est lui qui remet et explique le test au patient, ou qui l oriente vers une procédure plus adaptée s il présente des facteurs de risque, liés à ses antécédents familiaux ou personnels, ou des signes d alerte. La personne effectue ensuite le test à son domicile et l envoie à l aide d une enveloppe pré-affranchie (T) au centre de lecture des tests. On a pu mesurer lors des expériences pilotes que le taux de participation à la campagne était multiplié par trois quand le médecin remettait le test à son patient. Il joue, par ailleurs, un rôle important en cas de positivité du test du patient (4% des cas) et représente l acteur de santé le plus efficace pour convaincre le patient de réaliser une coloscopie (entre 10 et 15% des patients ne la font pas). En cas de test négatif, le médecin invite la personne à le renouveler deux ans plus tard. Il la sensibilise également aux signes d alerte qui, sans évoquer obligatoirement la présence d un adénome ou d un cancer colorectal, doivent la conduire à consulter son médecin traitant sans attendre ce délai de deux ans : présence de sang dans les selles ; troubles du transit d apparition récente : diarrhée ou constipation inhabituelle, ou alternance de ces deux troubles ; douleurs abdominales inexpliquées et d apparition récente ; amaigrissement inexpliqué. Le gastroentérologue En cas de test positif, le patient est orienté vers un gastroentérologue. Celui-ci effectuera une coloscopie afin de rechercher la présence de lésions dans le côlon ou le rectum. Lorsque la coloscopie révèle la présence d un adénome, celui-ci est retiré, évitant ainsi sa transformation en cancer. Si la coloscopie révèle la présence d un cancer. Celui-ci sera d autant mieux soigné qu il sera détecté tôt. Le gastroentérologue envoie à l Adémas-69 le résultat de toutes les coloscopies réalisées à la suite d un test positif. Ces résultats permettent à l Adémas-69 d évaluer le dispositif et de calculer le nombre de cancers et d adénomes dépistés, ainsi que le nombre de faux positifs et la survenue de complications.

11 11 4. Les résultats du dépistage dans le Rhône Le dépistage organisé du cancer colorectal a débuté dans le Rhône en Jusqu à aujourd hui, malgré le faible taux de participation, le test Hémoccult permettait tout de même de détecter, à chaque campagne biennale, plus de 160 cancers et 1000 polypes susceptibles d évoluer. Il est toutefois possible de faire mieux si la participation au dépistage organisé augmente. En effet, celle-ci reste insuffisante dans le Rhône, comme dans le reste de la France. Ce manque d adhésion révèle que le dépistage organisé du cancer colorectal n est toujours pas ancré dans le parcours de santé des Français. Avec le nouveau test immunologique, plus pratique, moins contraignant, plus performant, l adhésion à ce dépistage devrait réduire davantage l incidence et la mortalité par cancer colorectal, et améliorer les chances de survie. L objectif de chaque campagne de dépistage, est d atteindre un taux de participation de 50%.

12 12 Participation au dépistage organisé du cancer colorectal France : 31,0 % Rhône-Alpes : 32,6 % Rhône : 29,2 % Dépistage organisé du cancer colorectal dans le Rhône Résultats médicaux femmes et hommes âgés de 50 à 74 ans dans le Rhône invités en 2011 et personnes sans facteurs de risque personnes ont réalisé un test de recherche de sang dans les selles personnes ont un test positif personnes ont réalisé une coloscopie 164 cancers détectés polypes (lésions pouvant évoluer dont 451 à risque)

13 13 Références Site internet de l Adémas-69 (dépistage organisé des cancers dans le Rhône) : Dossier de Presse réalisé par l'ars Rhône-Alpes (septembre 2014) : "les dépistages organisés des cancers du sein, du côlon et du col de l'utérus en Rhône-Alpes" Site internet de l Institut National du Cancer, rubrique dépistage :

14 14 Contacts Sandrine ESTRAGNAT Chargée de prévention et de documentation Comité du Rhône de la Ligue contre le Cancer Virginie DE CHARENTENAY Médiatrice en santé publique Adémas

Le cancer colorectal et son dépistage

Le cancer colorectal et son dépistage Qu est-ce-que c est? Le cancer colorectal est une tumeur maligne de la muqueuse du côlon ou du rectum. Le côlon et le rectum constituent la dernière partie du tube digestif. La majorité des cancers colorectaux

Plus en détail

DEPISTAGE ORGANISÉ DU CANCER COLORECTAL

DEPISTAGE ORGANISÉ DU CANCER COLORECTAL 11 septembre 2015 DEPISTAGE ORGANISÉ DU CANCER COLORECTAL Nouveau test, nouvelle organisation 1 Communiqué 11 septembre 2015 Dépistage organisé du cancer colorectal Nouveau test, nouvelle organisation

Plus en détail

Mars bleu. Dossier de presse. contre le Cancer colorectal! Association pour le Dépistage Organisé des Cancers

Mars bleu. Dossier de presse. contre le Cancer colorectal! Association pour le Dépistage Organisé des Cancers Mars bleu Dossier de presse Ensemble mobilisons nous contre le Cancer colorectal! ADOC 11 Association pour le Dépistage Organisé des Cancers Un dépistage organisé Le principe du dépistage est de détecter

Plus en détail

Dépistage du cancer colorectal : Un geste simple peut vous sauver la vie

Dépistage du cancer colorectal : Un geste simple peut vous sauver la vie Dépistage du cancer colorectal : Un geste simple peut vous sauver la vie 2015 marque une véritable avancée dans le dépistage du cancer colorectal avec la mise à disposition, depuis le mois d avril, d un

Plus en détail

Prévenir... les cancers chez l homme

Prévenir... les cancers chez l homme Prévenir... les cancers chez l homme 18 De près ou de loin, le cancer nous concerne tous Qu est-ce que le cancer? U n cancer (ou néoplasie ou tumeur maligne) est une maladie liée à une multiplication anarchique

Plus en détail

Le dépistage des cancers

Le dépistage des cancers Le dépistage des cancers G R A N D P U B L I C Octobre 2009 Le dépistage des cancers Détecter tôt certains cancers permet de les traiter mieux, c'est-à-dire de proposer des traitements moins lourds, et

Plus en détail

Offre «La maquette d intestin géant»

Offre «La maquette d intestin géant» Offre «La maquette d intestin géant» Cette offre s adresse aux ligues cantonales, aux hôpitaux, aux cabinets médicaux, aux entreprises, etc. Quelques données sur le cancer de l intestin Savez-vous que

Plus en détail

PARLONS CANCER. Cancer colorectal et maladie inflammatoire de l intestin

PARLONS CANCER. Cancer colorectal et maladie inflammatoire de l intestin PARLONS CANCER Cancer colorectal et maladie inflammatoire de l intestin QUELQUES DONNÉES Selon l Association canadienne du cancer colorectal, le cancer colorectal constitue la deuxième cause de décès par

Plus en détail

en passe de connaître une véritable avancée avec l arrivée du test immunologique

en passe de connaître une véritable avancée avec l arrivée du test immunologique PAGES SPÉCIALES N 9421 JEUDI 18 JUIN 2015 mise au point Retrouvez en ligne sur www.lequotidiendumedecin.fr Dépistage du CCR : Place au test immunologique CAS CLINIQUES INTERACTIFS 1 2 3 CCR, 2 e cause

Plus en détail

LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE)

LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE) LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE) Docteur Laurianne Jolissaint (CHU Jean Mingoz, Besancon), Docteur Bruno Buecher, (Institut Curie, Paris), & Comité de Rédaction du site web de la Fédération Francophone

Plus en détail

Informations sur le cancer de l intestin

Informations sur le cancer de l intestin Informations sur le cancer de l intestin Le cancer de l intestin fait partie des affections malignes les plus fréquentes et représente la deuxième cause de mortalité par cancer en Suisse. Cette maladie

Plus en détail

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Indicateur n 2-3 : Indicateurs sur le dépistage du cancer 1 er sous-indicateur : taux de participation au

Plus en détail

6 e FORUM PATIENTS. sur la prise en charge du cancer du côlon et du rectum. La fondation A.R.CA.D Aide et Recherche en CAncérologie Digestive

6 e FORUM PATIENTS. sur la prise en charge du cancer du côlon et du rectum. La fondation A.R.CA.D Aide et Recherche en CAncérologie Digestive DOSSIER DE PRESSE Mars Mai 2014 La fondation A.R.CA.D Aide et Recherche en CAncérologie Digestive Le 6 e FORUM PATIENTS sur la prise en charge du cancer du côlon et du rectum COMMUNIQUÉ D INTRODUCTION

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE 22 mars 2011 Contacts Presse :

DOSSIER DE PRESSE 22 mars 2011 Contacts Presse : Contacts Presse : DOSSIER DE PRESSE 22 mars 2011 DOSSIER DE PRESSE Le CÔLON GEANT à Paris 22 mars 2011 SOMMAIRE Dépistage organisé du cancer colorectal, plus de participation attendue pour une meilleure

Plus en détail

Recherche Information - prévention - dépistage Actions pour les malades et leurs proches. Les cancers du côlon et du rectum

Recherche Information - prévention - dépistage Actions pour les malades et leurs proches. Les cancers du côlon et du rectum Recherche Information - prévention - dépistage Actions pour les malades et leurs proches Les cancers du côlon et du rectum G R A N D P U B L I C Mars 2009 Les cancers du côlon et du rectum Le côlon est

Plus en détail

Dépistage du cancer colorectal :

Dépistage du cancer colorectal : Dépistage du cancer colorectal : Quels enjeux? Robert Benamouzig Gastro-entérologie Hôpital Avicenne Bobigny Le cancer colorectal dans le monde 3ème cause de cancer Augmentation 1975 : 500 000 cas 1990

Plus en détail

CANCER DU CÔLON-RECTUM O. DA SILVA (ORSL), N. LEONE (Registre des cancers), JP. FERLEY (ORSL) CONTEXTE NATIONAL

CANCER DU CÔLON-RECTUM O. DA SILVA (ORSL), N. LEONE (Registre des cancers), JP. FERLEY (ORSL) CONTEXTE NATIONAL Dossier réalisé par l Observatoire Régional de la Santé du Mai 22 avec la collaboration du Registre Général des Cancers en région La santé observée en O. DA SILVA (ORSL), N. LEONE (Registre des cancers),

Plus en détail

CHIRURGIE DU COLON DOCUMENT D INFORMATION DU PATIENT

CHIRURGIE DU COLON DOCUMENT D INFORMATION DU PATIENT CHIRURGIE DU COLON DOCUMENT D INFORMATION DU PATIENT Ce document contient des informations générales au sujet de l intervention qui est programmée chez vous. Discutez des informations fournies avec votre

Plus en détail

Le Syndrome de Lynch. Brochure d info pour les patients et leur famille

Le Syndrome de Lynch. Brochure d info pour les patients et leur famille Le Syndrome de Lynch Brochure d info pour les patients et leur famille Table des matières Introduction... 3 Le cancer colorectal... 4 Le cancer colorectal héréditaire: syndrome de Lynch... 5 Risque de

Plus en détail

Docteur Brigitte Seradour

Docteur Brigitte Seradour Dépistage du cancer du sein Docteur Brigitte Seradour Pourquoi dépister le cancer du sein? (Selon 10 principes OMS) Il s agit d une maladie grave, fréquente, détectable (phase latente) L examen de dépistage

Plus en détail

Avecvous. Au 1er avril : vos remboursements en un clic. Décomptes santé par Internet. Quels sont les avantages de ce service?

Avecvous. Au 1er avril : vos remboursements en un clic. Décomptes santé par Internet. Quels sont les avantages de ce service? SALARIES Avecvous Toute l actualité Salariés de la MSA Beauce Coeur de Loire Mars/Avril 2012 Décomptes santé par Internet SOMMAIRE Au 1er avril : vos remboursements en un clic Quels sont les avantages

Plus en détail

INFORMATIONS AUX PATIENTS CANCER DU RECTUM CHIRURGIE DU RECTUM Dr Lionel Charbit

INFORMATIONS AUX PATIENTS CANCER DU RECTUM CHIRURGIE DU RECTUM Dr Lionel Charbit 31, AVENUE DE L ABBAYE 91330 YERRES 01 69 48 48 13 INFORMATIONS AUX PATIENTS CANCER DU RECTUM CHIRURGIE DU RECTUM Dr Lionel Charbit Madame, Monsieur, Cette brochure est destinée à répondre à la plupart

Plus en détail

Vivre. Introduction. avec un syndrome de Lynch

Vivre. Introduction. avec un syndrome de Lynch L Introduction ES cancers du côlon et du rectum sont la seconde cause de décès par cancer dans les pays développés. En France, environ 42 000 nouveaux cas sont diagnostiqués chaque année, dont 40 % vont

Plus en détail

Campagne de Dépistage Gratuit du Cancer Du Sein

Campagne de Dépistage Gratuit du Cancer Du Sein Campagne de Dépistage Gratuit du Cancer Du Sein Campagne du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie Dossier de presse - 10 août 2009 Le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie lance à compter du 10 août 2009

Plus en détail

INFORMATION & PRÉVENTION. Le cancer de la vessie

INFORMATION & PRÉVENTION. Le cancer de la vessie INFORMATION & PRÉVENTION Le cancer de la vessie G R A N D P U B L I C Ce à quoi sert la vessie La vessie est une poche qui reçoit l urine produite par les reins, via les uretères*. Elle est constituée

Plus en détail

Comprendre le CANCER DU CÔLON

Comprendre le CANCER DU CÔLON Comprendre le Qu est-ce que le cancer du côlon? Le cancer du côlon est une maladie qui se caractérise par des cellules cancéreuses se formant sur la paroi du gros intestin (côlon) la partie de votre système

Plus en détail

PROGRAMME NATIONAL DE DÉPISTAGE ORGANISÉ DU CANCER COLORECTAL. Passage au test immunologique

PROGRAMME NATIONAL DE DÉPISTAGE ORGANISÉ DU CANCER COLORECTAL. Passage au test immunologique PROGRAMME NATIONAL DE DÉPISTAGE ORGANISÉ DU CANCER COLORECTAL Passage au test immunologique 2 NOUVEAU LOGO! 3 LES OBJECTIFS DE CE DIAPORAMA : 1- Rappeler les principales données du cancer colorectal et

Plus en détail

Bilan du colon tour Gironde du 27/28 février 2013.

Bilan du colon tour Gironde du 27/28 février 2013. Bilan du colon tour Gironde du 27/28 février 2013. Réalisé par Tristan Poupard (stagiaire prévention à la Ligue Contre le Cancer) le 6/03/13 Projet : ARCAD, la SFED, et la Ligue Nationale Contre le Cancer

Plus en détail

HEL-01298-de-0513-0001-21494. Des maladies dépistées grâce aux examens préventifs

HEL-01298-de-0513-0001-21494. Des maladies dépistées grâce aux examens préventifs HEL-01298-de-0513-0001-21494 Des maladies dépistées grâce aux examens préventifs Sommaire 1. Pourquoi des examens préventifs? 3 2. Examens préventifs pour le dépistage des facteurs de risque/maladies du

Plus en détail

Le Plan cancer 2009-2013 en France : pilotage et bilan d étape

Le Plan cancer 2009-2013 en France : pilotage et bilan d étape Le Plan cancer 2009-2013 en France : pilotage et bilan d étape Symposium Plan cancer Bruxelles, 26 novembre 2012 Catherine Morin, responsable du suivi du Plan cancer - INCa Sommaire de la présentation

Plus en détail

Le dépistage du cancer de la prostate. une décision qui VOUS appartient!

Le dépistage du cancer de la prostate. une décision qui VOUS appartient! Le dépistage du cancer de la prostate une décision qui VOUS appartient! Il existe un test de dépistage du cancer de la prostate depuis plusieurs années. Ce test, appelé dosage de l antigène prostatique

Plus en détail

Cancer Du Sein Cancer Du Sein

Cancer Du Sein Cancer Du Sein Cancer Du Sein Canal normcanal normal Le cancer est une maladie de la cellule. Il arrive parfois qu une cellule se multiplie de manière incontrôlée pour former une masse appelée «tumeur». Si une tumeur

Plus en détail

Critères de qualité de la coloscopie et prévention du cancer colo-rectal

Critères de qualité de la coloscopie et prévention du cancer colo-rectal SYMPOSIUM SCIENTIFIQUE Coloscopie de pre vention du cancer colorectal Critères de qualité de la coloscopie et prévention du cancer colo-rectal Pr. Christophe Cellier Hôpital Européen Georges Pompidou,

Plus en détail

Cancer du sein : données épidémiologiques 2012

Cancer du sein : données épidémiologiques 2012 Cancer du sein 1 2 Cancer du sein : données épidémiologiques 2012 1er cancer en fréquence et en mortalité de la femme 48.763 nouveaux cas 31,5 % des nouveaux cas de cancers de la femme 50 % des cancers

Plus en détail

La prise en charge de votre rectocolite hémorragique

La prise en charge de votre rectocolite hémorragique G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre rectocolite hémorragique Vivre avec une RCH Octobre 2008 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide

Plus en détail

Le cancer de la prostate

Le cancer de la prostate INFORMATION & PRÉVENTION Le cancer de la prostate G R A N D P U B L I C Le cancer de la prostate Le cancer de la prostate est un cancer fréquent (40 000 nouveaux cas par an en France en l an 2000) ; il

Plus en détail

STRATÉGIE DE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU MÉLANOME RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE

STRATÉGIE DE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU MÉLANOME RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE STRATÉGIE DE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU MÉLANOME RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE Service évaluation médico-économique et santé publique Octobre 2006 SYNTHÈSE ET PERSPECTIVES État de la question Le mélanome

Plus en détail

Qu est-ce que le cancer?

Qu est-ce que le cancer? Qu est-ce que le cancer? Pierre-Hugues Fortier Oto-Rhino-Laryngologie Oncologie Cervico-Faciale 3 avril 2012 Le cancer Au Québec 100 nouveaux cas par jour 50 morts par jour A travers le monde 1 nouveau

Plus en détail

Les chiffres du cancer : incidence, différences et survie

Les chiffres du cancer : incidence, différences et survie Les chiffres du cancer : incidence, différences et survie Source des données et méthodes d'estimation Le réseau Francim regroupe l ensemble des registres français des cancers. Il a déterminé l incidence

Plus en détail

G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge de votre mélanome cutané

G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge de votre mélanome cutané G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre mélanome cutané Mars 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer sur le mélanome

Plus en détail

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein France 2010 - DIVJEUSEIN10 Arguments pour convaincre TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein Arguments pour convaincre Le cancer du sein touche autour de 50 000

Plus en détail

Les tumeurs osseuses. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. Une information de la Ligue suisse contre le cancer

Les tumeurs osseuses. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. Une information de la Ligue suisse contre le cancer Les tumeurs osseuses Causes Symptômes Diagnostic Traitement Pronostic Une information de la Ligue suisse contre le cancer Les tumeurs osseuses lent chondrosarcomes. Une des formes de cancer osseux, composé

Plus en détail

Les tumeurs osseuses

Les tumeurs osseuses Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Les tumeurs osseuses LE SARCOME D EWING Auteurs L OSTEOSARCOME Dr Perrine MAREC-BERARD Tous droits réservés. Reproduction interdite.

Plus en détail

Le cancer du sein. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. (Carcinome mammaire) Une information de la Ligue suisse contre le cancer

Le cancer du sein. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. (Carcinome mammaire) Une information de la Ligue suisse contre le cancer Le cancer du sein (Carcinome mammaire) Causes Symptômes Diagnostic Traitement Pronostic Une information de la Ligue suisse contre le cancer Le cancer du sein Le cancer du sein est une tumeur maligne qui

Plus en détail

Diagnostic et traitement des lésions néoplasiques du tube digestif

Diagnostic et traitement des lésions néoplasiques du tube digestif Diagnostic et traitement des lésions néoplasiques du tube digestif Frédéric Prat, Hôpital Cochin, Université Paris-Descartes, Paris Euro-Pharmat, Lyon, octobre 2011 Méthodes et outils pour le DIAGNOSTIC

Plus en détail

Assurer les cancers gastrique et colorectal en 2012. SCOR inform - Décembre 2012

Assurer les cancers gastrique et colorectal en 2012. SCOR inform - Décembre 2012 Assurer les cancers gastrique et colorectal en 2012 SCOR inform - Décembre 2012 Assurer les cancers gastrique et colorectal en 2012 Auteur Dominique Lannes Médecin-Conseil SCOR Global Life Responsable

Plus en détail

INFORMATIONS AU PATIENT SUR LA COLOSCOPIE

INFORMATIONS AU PATIENT SUR LA COLOSCOPIE INFORMATIONS AU PATIENT SUR LA COLOSCOPIE Votre médecin vous a prescrit une coloscopie. Afin que vous soyez parfaitement informé(e) sur l examen, ses indications, sa préparation indispensable, etc., nous

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES

CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES PARTICULARITÉS ÉPIDÉMIOLOGIQUES 40 000 nouveaux cas/an en France, 11 000 décès 45% des femmes atteintes ont plus de 65 ans La fréquence s accroît avec l âge, aux USA:

Plus en détail

Evaluation épidémiologique du programme de dépistage organisé du cancer colorectal en France

Evaluation épidémiologique du programme de dépistage organisé du cancer colorectal en France Maladies chroniques et traumatismes Evaluation épidémiologique du programme de dépistage organisé du cancer colorectal en France Première évaluation depuis la généralisation du programme pour 46 départements

Plus en détail

Cancers - Pronostics à long terme Une expertise collective de l Inserm

Cancers - Pronostics à long terme Une expertise collective de l Inserm Paris, le 19 avril 2006 Dossier de presse Cancers - Pronostics à long terme Une expertise collective de l Inserm En 2000, d après les estimations issues des registres, le nombre de nouveaux cas de cancer

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie de Crohn

La prise en charge de votre maladie de Crohn G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre maladie de Crohn Vivre avec une maladie de Crohn Octobre 2008 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis

Plus en détail

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer de la prostate

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer de la prostate G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge du cancer de la prostate Juin 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer

Plus en détail

Qu est-ce qu une tumeur stromale gastro-intestinale?

Qu est-ce qu une tumeur stromale gastro-intestinale? Qu est-ce qu une tumeur stromale gastro-intestinale? La tumeur stromale gastro-intestinale est une forme rare de cancer qui se développe dans le tube digestif (ou tractus gastro-intestinal). On l appelle

Plus en détail

Leucémie. Causes, Facteurs de risques

Leucémie. Causes, Facteurs de risques Leucémie La leucémie ou cancer du sang ou leucose aiguë des organes hématopoïétiques(sang, rate, ganglions, moelle osseuse) est un type de cancer qui entraîne la fabrication par l organisme d un trop grand

Plus en détail

14/ Tumeurs de la prostate

14/ Tumeurs de la prostate SEMESTRE 5 UE 2.9.S5 Processus tumoraux 14/ Tumeurs de la prostate Carcinogénèse Conversion d'une cellule normale vers une cellule tumorale Cellule normale: division cellulaire, apoptose Cellule tumorale:

Plus en détail

Les cancers féminins

Les cancers féminins Les cancers féminins Le cancer occupe aujourd hui une place importante dans les causes de mortalité des femmes. Bien que celles-ci puissent être atteintes par un certain nombre d autres cancers, ceux qui

Plus en détail

Formes familiales du cancer colorectal

Formes familiales du cancer colorectal Tlemcen, 05/05/06 Formes familiales du cancer colorectal Emmanuel Mitry Fédération des spécialités digestives CHU Ambroise Paré AP-HP épithélium! normal! cancer sporadique :! M1! M2! M3!... Mn! tumeur!

Plus en détail

Chirurgie du sein. Simple tumorectomie. This Informed Consent Formular is also available on the RBSS-Website : www.belsurg.org 11

Chirurgie du sein. Simple tumorectomie. This Informed Consent Formular is also available on the RBSS-Website : www.belsurg.org 11 This Informed Consent Formular is also available on the RBSS-Website : www.belsurg.org 11 Chirurgie du sein Simple tumorectomie Un examen récent, par palpation, a révélé une masse à un sein. Il est prévu

Plus en détail

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer du poumon

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer du poumon G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge du cancer du poumon Juin 2010 Pourquoi ce guide? 2 Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer

Plus en détail

L âge moyen des femmes au moment du diagnostic était de 49,7 ans (E.T. 12), avec un pic de fréquence entre 45 et 55 ans

L âge moyen des femmes au moment du diagnostic était de 49,7 ans (E.T. 12), avec un pic de fréquence entre 45 et 55 ans المجلة الصحية لشرق المتوسط منظمة الصحة العالمية المجلد الثالث عشر العدد ٢٠٠٧ ٢ Le cancer du sein est le principal cancer féminin dans le monde et en Tunisie [1-4]. Son incidence est plus élevée dans les

Plus en détail

Incidence 75 à 90 /100 00 femmes. Après 35 ans une femme sur 6 ou 7 fera un cancer du sein En France 40 000 Nouveaux cas / an 12 000 décès / an

Incidence 75 à 90 /100 00 femmes. Après 35 ans une femme sur 6 ou 7 fera un cancer du sein En France 40 000 Nouveaux cas / an 12 000 décès / an Dépistage du cancer du sein J Lansac Département de gynécologie Obstétrique Reproduction Médecine foetale CHU de Tours Pourquoi le dépistage du cancer du sein? C est un cancer fréquent Incidence 75 à 90

Plus en détail

Les anomalies du système respiratoire humain S B I 3 U

Les anomalies du système respiratoire humain S B I 3 U Les anomalies du système respiratoire humain S B I 3 U Les amygdales Les amygdales: 2 organes situés dans le pharynx à l arrière de la gorge qui ont pour fonctions d empêcher l intrusion bactérienne. Amygdalite:

Plus en détail

Le dépistage. organisé du. cancer du sein. est recommandée tous les deux ans. e-cancer.fr

Le dépistage. organisé du. cancer du sein. est recommandée tous les deux ans. e-cancer.fr Le dépistage organisé du cancer du sein À partir de 50 ans, LA MAMMOGRAPHIE est recommandée tous les deux ans e-cancer.fr Cette brochure est destinée aux femmes qui souhaitent s informer sur le dépistage

Plus en détail

A l Assistance Publique - Hôpitaux de Marseille, Octobre Rose est l occasion de mettre en valeur la filière de soins dédiée au cancer du sein.

A l Assistance Publique - Hôpitaux de Marseille, Octobre Rose est l occasion de mettre en valeur la filière de soins dédiée au cancer du sein. OCTOBRE ROSE 2013 La campagne Octobre Rose a pour but d inciter les femmes de 50 à 74 ans à participer au dépistage organisé du cancer du sein. Une femme sur trois ne se fait pas dépister ou pas de manière

Plus en détail

Les traitements des cancers du sein - Chimiothérapie

Les traitements des cancers du sein - Chimiothérapie Coalition européenne contre le cancer du sein Document extrait du site Version imprimable Les traitements des cancers du sein - Chimiothérapie Oeuvre collective de la FNCLCC Extrait de Comprendre le cancer

Plus en détail

La structure de gestion du dépistage organisé des cancers dans le Rhône vous invite à soutenir son action dans le cadre d Octobre rose 2015.

La structure de gestion du dépistage organisé des cancers dans le Rhône vous invite à soutenir son action dans le cadre d Octobre rose 2015. Adémas-69 La structure de gestion du dépistage organisé des cancers dans le Rhône vous invite à soutenir son action dans le cadre d Octobre rose 2015. Octobre rose 2015 Promotion du dépistage organisé

Plus en détail

«Lorsque j ai appris que. j avais un cancer du sein, j ai eu peur de l avoir transmis à mes enfants.» Prendre soin de soi.

«Lorsque j ai appris que. j avais un cancer du sein, j ai eu peur de l avoir transmis à mes enfants.» Prendre soin de soi. Prendre soin de soi Lorsque vous avez reçu le diagnostic de cancer du sein, vous avez peut-être eu peur que cela arrive aussi à vos enfants à cause du lien qui vous unit. En tant que parent, il est tout

Plus en détail

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer Information importante pour les personnes atteintes d un cancer du poumon non à petites cellules de stade avancé Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic

Plus en détail

Thierry PONCHON. Quelles sont les indications des colorations en endoscopie? Colorations chimiques ou virtuelles

Thierry PONCHON. Quelles sont les indications des colorations en endoscopie? Colorations chimiques ou virtuelles Thierry PONCHON Quelles sont les indications des colorations en endoscopie? Colorations chimiques ou virtuelles Connaître les différentes colorations Connaître les indications et leur niveau de preuve

Plus en détail

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer de la thyroïde

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer de la thyroïde G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge du cancer de la thyroïde Septembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous

Plus en détail

ORS de Franche-Comté,

ORS de Franche-Comté, F N O R S Fédération nationale des observatoires régionaux de la santé 62 boulevard Garibaldi 75015 PARIS Tél 01 56 58 52 40 - Mail info@fnors.org ORS de Franche-Comté, Languedoc-Roussillon, Limousin,

Plus en détail

Chaque année, près de 49 000 cas de cancers du sein sont détectés et 11 900 femmes

Chaque année, près de 49 000 cas de cancers du sein sont détectés et 11 900 femmes AIDE À LA PRATIQUE Cancer du sein Quelles modalités de dépistage, pour quelles femmes? Chaque année, près de 49 000 cas de cancers du sein sont détectés et 11 900 femmes décèdent des suites de cette maladie.

Plus en détail

Mammographie douteuse : Macrobiopsie: un diagnostic sûr, rapide, sans cicatrice*

Mammographie douteuse : Macrobiopsie: un diagnostic sûr, rapide, sans cicatrice* Mammographie douteuse : Macrobiopsie: un diagnostic sûr, rapide, sans cicatrice* De la mammographie de dépistage au prélèvement Le cancer du sein est le cancer féminin le plus fréquent. Une femme sur 9

Plus en détail

Maladie de Hodgkin ou lymphome de Hodgkin

Maladie de Hodgkin ou lymphome de Hodgkin Maladie de Hodgkin ou lymphome de Hodgkin Ce que vous devez savoir Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca MALADIE DE HODGKIN Ce que vous devez savoir Même si vous entendez parler du

Plus en détail

Chapitre 14 Oncogénétique digestive

Chapitre 14 Oncogénétique digestive Chapitre 14 Oncogénétique digestive 1. Place des gènes en oncologie générale 2. Carcinogenèse colorectale 3. Maladie génétique à transmission dominante 4. Exemples de prédispositions génétiques aux cancers

Plus en détail

Le carcinome mammaire chez l'homme est exceptionnel, représentant environ 1 % de l'ensemble des cancers mammaires.

Le carcinome mammaire chez l'homme est exceptionnel, représentant environ 1 % de l'ensemble des cancers mammaires. Le carcinome mammaire chez l'homme est exceptionnel, représentant environ 1 % de l'ensemble des cancers mammaires. Environ 300 hommes par an sont diagnostiqués comme ayant un cancer du sein. L'âge moyen

Plus en détail

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE DIAGNOSTIC DES RECIDIVES LOCOREGIONALES GENERALITES VIVIANE FEILLEL INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE Evaluation des séquelles post-thérapeutiques Diagnostic précoce des récidives

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE Conférence de presse 12 avril 2012 à 14h30 ADOC 18 - IRSA - 485 Route de Varye, St Doulchard

COMMUNIQUE DE PRESSE Conférence de presse 12 avril 2012 à 14h30 ADOC 18 - IRSA - 485 Route de Varye, St Doulchard COMMUNIQUE DE PRESSE Conférence de presse 12 avril 2012 à 14h30 ADOC 18 - IRSA - 485 Route de Varye, St Doulchard Le dépistage organisé du cancer du col de l utérus a commencé en juin 2010 dans le Cher,

Plus en détail

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer du sein

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer du sein G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge du cancer du sein Juin 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer sur

Plus en détail

Qu est-ce qu un sarcome?

Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu une tumeur? Une tumeur est une prolifération anormale de cellules. Les tumeurs ne devraient donc pas automatiquement être associées à un cancer. Certaines tumeurs

Plus en détail

Dossier de presse. Inauguration de l Espace Ressources Cancers (ERC) de Saint-Omer

Dossier de presse. Inauguration de l Espace Ressources Cancers (ERC) de Saint-Omer Dossier de presse Inauguration de l Espace Ressources Cancers (ERC) de Saint-Omer Sommaire Questions à Cécile BOURDON.. 3 Un nouvel Espace Ressources Cancers à Saint-Omer. 5 Plan Régional Cancers, une

Plus en détail

Le cancer de la bouche, du pharynx et du larynx

Le cancer de la bouche, du pharynx et du larynx Le cancer de la bouche, du pharynx et du larynx (cancers de la sphère ORL) Causes Symptômes Diagnostic Traitement Pronostic Une information de la Ligue suisse contre le cancer Le cancer de la bouche, du

Plus en détail

Test pré-symptomatique pour cancer

Test pré-symptomatique pour cancer 16 Test pré-symptomatique pour cancer Cette brochure a été développée par le Genetic Interest Group. Traduction française : Orphanet Août 2009. Ce travail a été produit par EuroGentest, un Réseau d Excellence

Plus en détail

L'œsophage L'œsophage est un tube musculaire qui traverse de la bouche à l'estomac. Causes

L'œsophage L'œsophage est un tube musculaire qui traverse de la bouche à l'estomac. Causes L'œsophage est un tube musculaire qui traverse de la bouche à l'estomac. Chez l'adulte moyen, il fait 25 cm à 30 cm (10 po à 14 po) de long et environ 2 cm (moins d'un pouce) de large. L'œsophage est constitué

Plus en détail

Les lignes directrices de suivi des cancers les plus communs Volet survivance

Les lignes directrices de suivi des cancers les plus communs Volet survivance Les lignes directrices de suivi des cancers les plus communs Volet survivance Alain Bestavros MD, FRCPC Hémato-oncologue Professeur adjoint de clinique Université de Montréal 25 septembre 2015 Je suis

Plus en détail

Statistiques Canadiennes sur le Cancer, et HMR sur le poumon

Statistiques Canadiennes sur le Cancer, et HMR sur le poumon Statistiques Canadiennes sur le Cancer, et HMR sur le poumon Bernard Fortin Mars 2014 Source: Comité consultatif de la Société canadienne du cancer : Statistiques canadiennes sur le cancer 2013. Toronto

Plus en détail

S Y N T H È S E D E S R E C O M M A N D A T I O N S E N S A N T É P U B L I Q U E

S Y N T H È S E D E S R E C O M M A N D A T I O N S E N S A N T É P U B L I Q U E S Y N T H È S E D E S R E C O M M A N D A T I O N S E N S A N T É P U B L I Q U E Recommandations pour le dépistage du cancer du col de l utérus en France Juillet 2010 Ces recommandations s inscrivent

Plus en détail

Les soins infirmiers en oncologie : une carrière faite pour vous! Nom de la Présentatrice et section de l'acio

Les soins infirmiers en oncologie : une carrière faite pour vous! Nom de la Présentatrice et section de l'acio Les soins infirmiers en oncologie : une carrière faite pour vous! Nom de la Présentatrice et section de l'acio Grandes lignes Pourquoi les soins en cancérologie sont-ils un enjeu de santé important? Les

Plus en détail

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Les progrès réalisés dans le diagnostic et les traitements ont permis d accroître les chances de guérison pour nombre de cancers. Ils n

Plus en détail

II.5. l inflammation protumorale

II.5. l inflammation protumorale II.5. l inflammation protumorale L une de ses missions est de favoriser la reconstruction des tissus lésés. Les macrophages sécrètent des : enzymes MMP Facteurs de croissance EGF Cet aspect de l inflammation

Plus en détail

Octobre Rose 2014. 32 actions de sensibilisation. Promotion du dépistage organisé du cancer du sein dans le Rhône

Octobre Rose 2014. 32 actions de sensibilisation. Promotion du dépistage organisé du cancer du sein dans le Rhône Virginie de Charentenay Médiatrice santé 06 35 24 87 50 Virginie.decharentenay@ademas69.asso.fr Octobre Rose 2014 Promotion du dépistage organisé du cancer du sein dans le Rhône 32 actions de sensibilisation

Plus en détail

Centre Jean PERRIN Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne. Oncogériatrie

Centre Jean PERRIN Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne. Oncogériatrie Centre Jean PERRIN Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne Clermont-Ferrand - France - Oncogériatrie Faut-il évaluer toutes les personnes âgées atteintes de cancer? Docteur Jean Goyard, UPCOG, Clermont-Ferrand

Plus en détail

- Effets secondaires des traitements - Métastases - Second cancer après cancer du sein - Qualité de vie BENEFICES ET MODALITES DE SURVEILLANCE

- Effets secondaires des traitements - Métastases - Second cancer après cancer du sein - Qualité de vie BENEFICES ET MODALITES DE SURVEILLANCE SURVEILLANCE DU CANCER DU SEIN TRAITE ( VIVIANE FEILLEL) SURVEILLANCE LOCOREGIONALE - Séquelles post-thérapeutiques - Récidive homolatérale - Cancer du sein controlatéral SURVEILLANCE GENERALE - Effets

Plus en détail

LAM et SMD secondaires à la radio-chimiothérapie : Une série de 116 cas provenant de 2 Centres de lutte contre le Cancer.

LAM et SMD secondaires à la radio-chimiothérapie : Une série de 116 cas provenant de 2 Centres de lutte contre le Cancer. LAM et SMD secondaires à la radio-chimiothérapie : Une série de 116 cas provenant de 2 Centres de lutte contre le Cancer. H BENNANI 1, V SAADA 2 1 Institut Curie-Hôpital René Huguenin, Saint Cloud 2 Institut

Plus en détail

APPEL A PROJETS TELESANTE (IMAGERIE MEDICALE)

APPEL A PROJETS TELESANTE (IMAGERIE MEDICALE) Programme Opérationnel FEDER 2007-2013 Axe III, sous-axe II, «Société de l Information» Priorité 7 «Faire de la télésanté un domaine d excellence pour la région» 1 er APPEL A PROJETS TELESANTE (IMAGERIE

Plus en détail

onnels se mobilisent Les réalisés dans épidémiologie Dans le sur les ORL :

onnels se mobilisent Les réalisés dans épidémiologie Dans le sur les ORL : Communiqué de presse 15/ /09/2015 «Prendre le Cancer à la gorge» «Make Sense» : Pour la 3 ème année, les professiop onnels se mobilisent pour la semainee européenne duu dépistage et de la préventionn des

Plus en détail

CLINIQUE DU SEIN. Quelles étapes vais-je franchir pour établir mon bilan? Qui vais-je rencontrer?

CLINIQUE DU SEIN. Quelles étapes vais-je franchir pour établir mon bilan? Qui vais-je rencontrer? CLINIQUE DU SEIN Quelles étapes vais-je franchir pour établir mon bilan? Qui vais-je rencontrer? SOMMAIRE 2 LE BILAN...............................................................................................3

Plus en détail

MEDICIS Avenue de Tervueren, 236 1150 Bruxelles Tél : 02 7620325. Dr K Farahat Gastroentérologie. Bruxelles, le

MEDICIS Avenue de Tervueren, 236 1150 Bruxelles Tél : 02 7620325. Dr K Farahat Gastroentérologie. Bruxelles, le MEDICIS Avenue de Tervueren, 236 1150 Bruxelles Tél : 02 7620325 Dr K Farahat Gastroentérologie Bruxelles, le Concerne Nom : Prénom : Date de naissance : Adresse : Chère Madame, Cher Monsieur, Votre médecin

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Une patrouille de parapluies roses pour promouvoir le dépistage organisé du cancer du sein

DOSSIER DE PRESSE. Une patrouille de parapluies roses pour promouvoir le dépistage organisé du cancer du sein DOSSIER DE PRESSE Une patrouille de parapluies roses pour promouvoir le dépistage organisé du cancer du sein Contact presse : Cécile ESPAIGNET 01 55 07 57 85 cespaignet@mutualite-idf.fr 1 Mutualité française

Plus en détail