Étalonnage des fuites d hélium : méthodes de référence et dissémination de Pa m 3 s 1 à

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Étalonnage des fuites d hélium : méthodes de référence et dissémination de 10 10 Pa m 3 s 1 à 10 2 1"

Transcription

1 P. OTAL Éalonnage des fuies d hélium : méhodes de référence e disséminaion de 0 0 à 0 2 Helium leak calibraion: reference mehods and disseminaion in he range 0 0 o 0 2 Pierre OTAL, Jean-Claude LEGRAS e Frédéric BOINEAU Laboraoire naional de mérologie e d essais (LNE), Rue Gason Boissier, Paris Cedex 5, France, Résumé Le LNE a développé ces dernières années plusieurs méhodes pour l éalonnage des fuies d'hélium de 0 0 à 0 2. Pour les flux gazeux compris enre e 0 2, une méhode par accroissemen de pression dans un volume connu es employée. Pour les flux gazeux inférieurs, les variaions de pression ne peuven plus êre mesurées avec une inceriude adapée. L exrapolaion es alors assurée à l aide d une méhode par diluion. Celle-ci consise à alimener des fuies capillaires sans réservoir avec des mélanges d'hélium e d azoe pour définir des flux mesurables par la méhode par accroissemen de pression. Les différenes combinaisons de pressions d'enrée e de concenraions permeen de définir des flux gazeux jusqu à 0 0. La disséminaion vers les indusriels es ensuie assurée à l aide d un specromère de masse. Ce aricle décri les différenes méhodes uilisées pour le raccordemen des fuies. Les calculs d inceriude son présenés ainsi que les résulas d une comparaison enre le LNE e le NIST. MOTS CLÉS : FUITE DE RÉFÉRENCE, FUITE CALIBRÉE, FLUX GAZEUX, FLUXMÈTRE À VOLUME CONSTANT, MÉTHODE DES GAZ TRACÉS, DÉTECTEUR DE FUITE, SPECTROMÈTRE DE MASSE. Absrac LNE has developed in he las years several mehods for he calibraion of helium leaks from 0 0 up o 0 2. Beween and 0 2, he mehod is based on he measuremen of he pressure rise due o he flow rae of he leak in a known volume (pressure rise mehod). For lower flow raes, he pressure variaions are no deecable. A racer gas mehod is hen used which consiss firs, in calibraing a capillary leak wihou reservoir wih pure nirogen for various inpu pressures using he pressure rise mehod. The leak is hen supplied wih a calibraed gas mixure of helium in nirogen. Various pressure inpus and helium concenraions make i possible o define he flow scale down o 0 0. A mehod based on a mass specromeer is hen used for disseminaing he measuremens o indusry. This paper describes in deail he developed calibraion echniques. The esimaed uncerainies are presened as well as he resuls of a comparison beween NIST and LNE. KEY WORDS: REFERENCE LEAK, LEAK ARTIFACT, GAS FLOW, CONSTANT VOLUME FLOWMETER, TRACER GAS METHOD, LEAK DETECTOR, MASS SPECTROMETER.. Inroducion Le conrôle d éanchéié es une discipline qui inervien dans de nombreuses applicaions indusrielles e ouche des domaines els que l auomobile, l indusrie des semi-conduceurs, le bâimen, l emballage, l indusrie pharmaceuique, ec. Les méhodes employées diffèren en foncion de l applicaion e du ype de flux. La echnique de conrôle d éanchéié à l hélium basée sur l uilisaion d un déeceur de fuie es l une des plus uilisées. La qualificaion de ces déeceurs es effecuée à l aide de fuies dies «calibrées» don le flux gazeux es déerminé par éalonnage. ÉTALONNAGE DES FUITES D HÉLIUM : MÉTHODES DE RÉFÉRENCE ET DISSÉMINATION

2 Ce aricle raie des méhodes développées au LNE pour assurer la raçabilié de ces fuies d hélium de 0 0 (4 0 4 mol s ) à 0 2 (4 0 6 mol s ). Une descripion des différens ypes de fuies d'hélium peu êre rouvée dans []. Rappelons simplemen que suivan la gamme de flux, il exise deux grandes familles de fuies : les fuies à perméaion e les fuies à capillaire. Les premières inerviennen dans le domaine des flux gazeux compris enre 0 0 e 0 7. La fuie es généralemen consiuée d un réservoir rempli d hélium sous pression. Le gaz raverse un élémen en verre qui es perméable à l hélium. La figure présene les différens élémens de ce ype de fuie. Réservoir Raccord de sorie Élémen de fuie Vanne de remplissage Fig.. Principaux élémens d une fuie à perméaion. Les fuies à capillaire se renconren pluô dans le domaine des flux gazeux compris enre e Elles peuven se présener sans réservoir ; dans ce cas, une pression es appliquée en amon de la fuie. La echnologie uilisée es un capillaire dans lequel circule le gaz. Le flux gazeux généré dépend de la conducance du capillaire ainsi que de la naure e de la différence de pression de gaz enre l amon e l aval de la fuie. 2. L unié de flux gazeux Le choix de l unié qui caracérise le flux gazeux d une fuie es souven suje à confusion, en raison de la définiion même du mesurande [2]. Aussi es-il nécessaire de spécifier que le mesurande, don il es quesion dans ce aricle, es un flux gazeux défini comme la quanié de gaz en uniés de pression e de volume, raversan une secion par unié de emps pour une empéraure spécifiée. A parir de cee définiion, l unié associée au flux gazeux es le à la empéraure T 0. Cee empéraure fai référence à l unié de flux e ne doi pas êre confondue avec le comporemen de la fuie en foncion de la empéraure. Il es égalemen possible d exprimer le flux d une fuie en erme de flux molaire à l aide de l unié mol s. L uilisaion de cee unié perme de s affranchir de la confusion engendrée par la empéraure, car celle-ci es incorporée dans l expression du flux molaire. Touefois, les applicaions indusrielles uilisarices des fuies ou des déeceurs de fuie dans la gamme de flux don il es quesion dans ce aricle, ravaillen quasi exclusivemen avec un flux gazeux exprimé en (ou mbar l s ). C es pourquoi le LNE a décidé de ravailler avec ces uniés. Pour des raisons de lisibilié, nous ne spécifierons pas la empéraure, elle sera impliciemen considérée comme éan égale à 20 C. Pour un gaz parfai à la empéraure T (exprimée en kelvin), la relaion qui lie le flux gazeux Q g, (exprimé en ) e le flux molaire Q m (exprimé en mol s - ) es : Q m = Q g / (R T), avec R = 8,4 472 J K mol (consane molaire des gaz).. Coefficien de empéraure des fuies Le flux gazeux généré par une fuie à perméaion varie de manière significaive avec la empéraure. Une éude a éé menée enre 5 C e 25 C afin de déerminer le coefficien de empéraure de nore fuie de référence à perméaion idenifiée «A». L expérience consise à faire circuler dans un ube souple enroulé en serpenin auour de la fuie, de l eau en provenance d un cryohermosa. La fuie es ainsi mainenue à la empéraure souhaiée avec une sabilié de l ordre du cenième de kelvin pendan plusieurs heures. Le flux gazeux généré par la fuie es déerminé pour différenes empéraures à l aide de méhodes déaillées par la suie. Un coefficien de empéraure de 4,0 % par kelvin en valeur relaive a éé déerminé pour la fuie éalon A. L écar ype sur ce coefficien a éé esimé à 0,06 % par kelvin. dq/q (%) 0,0 20,0 0,0 0,0-0,0-20,0-0,0 FUITE A 4,0 6,0 8,0 20,0 22,0 24,0 26,0 Tempéraure ( C) Fig. 2. Variaion relaive du flux gazeux en foncion de la empéraure, pour la fuie A. Cee même méhode a éé employée pour déerminer le coefficien de empéraure de nore fuie de référence à capillaire idenifiée «H». Ce coefficien es bien plus faible. Il es de l ordre de 0,2 % par kelvin en valeur relaive pour l hélium e +0,5 % par kelvin en valeur relaive pour l azoe. 4. Les éalons de fuie du LNE de à 0 De à 0, le flux gazeux es défini de manière fondamenale à parir d une méhode par variaion de pression à volume consan. La méhode es décrie dans []. Elle consise à mesurer une remonée de pression noée P pendan un inervalle de emps donné dans un volume connu V préalablemen vidé. Le flux de la fuie Q, es dédui de la relaion suivane : P Q = V. 4 REVUE FRANÇAISE DE MÉTROLOGIE n 7, Volume 2009-

3 La variaion de pression es mesurée à l aide d un manomère à membrane à déecion capaciive, ce qui perme de mesurer indifféremmen des flux gazeux pour de l hélium, de l azoe, de l air ou de l argon. Les empéraures respecives de la fuie e du volume éalon son mesurées à l aide de hermomères à résisance de plaine. Le sysème es placé dans un caisson d isolaion hermique dans lequel la sabilié en empéraure es de 0,05 C pendan plusieurs heures. Le schéma de principe es présené en figure. Q P = P = V m V P2 2 Le flux de la fuie dans le volume es ensuie déerminé en ôan le flux résiduel du flux mesuré : e. 2a 5 V2 V 2b V V4 Fig.. Schéma de principe de la méhode par variaion de pression à volume consan : () fuie sous es ; (2a e 2b) hermomères à résisance de plaine ; () volume éalon 00 cm ; (4) manomère capaciif de pression absolue, suivan le flux à mesurer l éendue de mesure es 0, Pa à 00 Pa ou kpa à 0 kpa ; (5) pompe à palees ; (V à V4) vannes à souffle. La déerminaion du flux gazeux de la fuie s effecue en rois éapes afin de déerminer le volume mor du sysème e de enir compe du dégazage ou d une évenuelle fuie résiduelle. Considérons le volume oal noé V, le volume mor des ubes de liaison noé V m e le volume éalon noé V e. Enre ces volumes, nous avons la relaion suivane : V = V e + V m. La première éape consise à mesurer P /, remonée en pression due à la fuie dans le volume V afin de déerminer le flux Q de la fuie dans le volume oal V. Dans un deuxième emps, le rappor P 2 / 2, remonée en pression due à la fuie dans le volume mor, es mesuré, afin de déerminer le flux Q 2 de la fuie dans le volume mor V m du monage. La dernière éape consise à déerminer P /, remonée en pression résiduelle en l absence de fuie afin de déerminer le flux résiduel Q du monage. Le volume mor V m e le flux résiduel Q son alors calculés à parir des expressions suivanes : V m = Ve P2 2 e 4 P = Q + vol Ve. P2 2 La figure 4 représene les accroissemens de pression pour une fuie don le flux es de l ordre de 0 5. Si on noe T vol e T fuie les empéraures respecives du volume éalon e de la fuie à éalonner, on peu déduire le flux gazeux au niveau de la fuie à parir du flux gazeux au niveau du volume, à l aide de la relaion : Pression / Pa 2 0 Tfuie Q fuie = Qvol. T vol P2 P (dégazage e fuie résiduelle ) Temps / s Fig. 4. Accroissemens de pression pour une fuie don le flux es de l ordre de 0 5. Cee méhode fondamenale perme de définir l échelle des fuies éalons du LNE de à 0 2 avec une inceriude inférieure à 2 % (ableau ). Le banc de mesure développé au LNE rend la méhode pariculièremen adapée aux éalonnages courans. Cee méhode es de ce fai uilisée pour assurer la disséminaion quoidienne des flux de à 0 2 avec une inceriude relaive de l ordre de 6 %. ÉTALONNAGE DES FUITES D HÉLIUM : MÉTHODES DE RÉFÉRENCE ET DISSÉMINATION 5

4 Paramères Tableau Évaluaion de l inceriude d éalonnage de la fuie de référence H à capillaire, alimenée en azoe, par la méhode de variaion de pression à volume consan. Inceriude ype sur le paramère Disribuion Coefficien de sensibilié Inceriude ype Répéabilié 2,5 0 4 Q Normale 2,5 0 4 Q Volume Déerminaion du volume 5,0 0 V Normale Q / V 5,0 0 Q Accroissemen de pression 2,5 0 P Normale Q / P 2,5 0 Q Influence de la empéraure du volume sur l unié de flux Flux résiduel Influence de la empéraure de la fuie sur le flux (coefficien de empéraure de la fuie) 0, C Recangulaire / T 2,0 0 4 Q Négligeable 0, C Recangulaire 0,5 0 2 Q 8,7 0 4 Q Influence de la empéraure sur l unié de flux 0, C Recangulaire / T 5,9 0 4 Q Inceriude élargie, 0 2 Q 5. Les éalons de fuie du LNE de 0 0 à 0-7 La méhode fondamenale par variaion de pression à volume consan n es plus applicable pour les flux d hélium inférieurs à C es pourquoi le LNE a mis en œuvre une méhode par diluion. Conrôleur de pression N2 éalon Banc P Fig. 5. Éalonnage d une fuie à capillaire sans réservoir. La fuie es alimenée en pression via un conrôleur e éalonnée à l aide de la méhode de variaion de pression à volume consan. Pour définir cee gamme de flux, le LNE possède deux fuies éalons à capillaire sans réservoir, idenifiées H e F. La fuie F es un éalon émoin uilisé pour conrôler la cohérence des éalonnages. Le flux gazeux généré par ce ype de fuie es foncion de la pression du gaz en amon. La première éape consise à modéliser le flux des fuies éalons alimenées en azoe en foncion de la pression amon à l aide de la méhode par variaion de pression à volume consan. La pression amon P es générée par un conrôleur auomaique de pression enre 50 kpa e 700 kpa avec une inceriude de P (fig. 5). La gamme de flux ainsi définie es comprise enre 4,7 0-7 e,2 0 5 pour la fuie H e enre 6, 0 5 e,2 0 - pour la fuie F. Dans un premier emps, le flux gazeux d azoe Q de la fuie éalon es modélisé en foncion de la pression amon par un polynôme de degré 2. Les résidus engendrés par la modélisaion son inférieurs à 0,6 0 Q (fig. 6). L inceriude relaive sur le flux gazeux défini par cee méhode es comprise enre 2 % e 5 %. Relaive deviaion 0.04% 0.02% 0.00% -0.02% -0.04% -0.06% -0.08% Inpu pressure / kpa Fig. 6. Résidus de modélisaion du flux d azoe d une fuie éalon sans réservoir en foncion de la pression d alimenaion. Dans un second emps, la fuie es alimenée par un mélange gazeux d hélium en faible concenraion c dans une marice d azoe. Pour une pression d alimenaion donnée, le flux gazeux en hélium es ainsi proporionnel d un faceur c au flux gazeux obenu avec de l azoe pur. Suivan les valeurs de la concenraion d hélium e de la pression d alimenaion, cee méhode perme de définir des flux gazeux en hélium compris enre 0 0 e 0 7 avec une inceriude comprise enre 2,5 % e 5,5 %. Cee méhode es uilisée exclusivemen pour le raccordemen annuel des fuies de ransfer du LNE. Elle es difficilemen applicable à l éalonnage quoidien des fuies dans cee gamme de flux car elle demande une mise en œuvre longue e délicae. Le LNE a donc développé une méhode plus facile à mere en œuvre, basée sur l uilisaion de six fuies de ransfer e d un specromère de masse. 6 REVUE FRANÇAISE DE MÉTROLOGIE n 7, Volume 2009-

5 6. La disséminaion des éalons de fuie de 0 0 à Raccordemen des fuies de ransfer La disséminaion des éalons de fuie de 0 0 à 0 7 es assurée à l aide de quare fuies de ransfer avec réservoir idenifiées (J, A, D, G). Celles-ci son raccordées par comparaison à la fuie éalon H à l aide d un déeceur de fuie à specromère de masse don le signal de sorie es foncion du flux gazeux de la fuie hélium connecée à son enrée. La méhode consise ou d abord à effecuer une acquisiion sur la sorie analogique du déeceur lorsque la fuie de ransfer y es direcemen connecée. La fuie éalon H es ensuie subsiuée à la fuie de ransfer e alimenée avec un mélange gazeux azoe/hélium. La pression amon de la fuie éalon es alors réglée de façon à reproduire un signal idenique à celui délivré par la fuie de ransfer. La figure 7 présene le schéma de raccordemen des fuies éalons J, A, D, G à la fuie H en foncion de la concenraion d hélium. Le ableau 2 présene la conribuion des différenes composanes sur l inceriude d éalonnage de la fuie J. Les inceriudes sur les flux délivrés par les quare fuies de ransfer son données dans le ableau. Concenraion d'hélium 00.00% 0.00%.00% 0.0% 0.0% 0.00% H pour une pression amon de 700 kpa H pour une pression amon de 00 kpa J A D G E- E-0 E-09 E-08 E-07 E-06 E-05 E-04 Flux / Pa.m.s - Fig. 7. Schéma de raccordemen des fuies de ransfer ( J, A, D, G) par comparaison à la fuie éalon H. Tableau Inceriudes d uilisaion sur les flux gazeux délivrés par les quare fuies de ransfer. Éalon Flux ( ) Inceriude élargie ( Q) J 2, ,6 % A, ,8 % D, , % G 7, , % Tableau 2 Conribuion des différenes composanes sur l inceriude d éalonnage du flux généré par la fuie J. Paramères Inceriude ype sur le paramère Disribuion Coefficien de sensibilié Inceriude ype Répéabilié,0 0 Q Normale,0 0 Q H Éalonnage de la fuie éalon H par la méhode de variaion de pression à volume consan 5,7 0 Q Normale 5,7 0 Q Sabilié de la fuie H 2, 0 P Normale 2, 0 P Pression appliquée en amon de la fuie éalon H 6,0 0 4 Q Normale 6,0 0-4 P Mélange gazeux Concenraion du mélange gazeux 5,0 0 Q Normale 5,0 0 Q J Influence de la empéraure de la fuie J sur le flux (coefficien de empéraure de la fuie) 0, C Recangulaire,4 0 2 Q 5,9 0 Q Influence de la empéraure sur l unié de flux 0, C Recangulaire /T 5,9 0 4 Q Specromère de masse Reproducibilié du specromère de masse 4,0 0 Q Normale 4,0 0 Q Sensibilié locale du specromère de masse 5,0 0 4 Q Normale 5,0 0 4 Q Résoluion du specromère de masse 2,4 0 Q Normale 2,4 0 Q Inceriude élargie 2, 0 2 Q ÉTALONNAGE DES FUITES D HÉLIUM : MÉTHODES DE RÉFÉRENCE ET DISSÉMINATION 7

6 6.2. Disséminaion vers l indusrie La disséminaion des éalons de fuie de 0 0 à 0 7 vers les uilisaeurs es égalemen basée sur l uilisaion du déeceur de fuie à specromère de masse. La méhode uilisée es cee fois direce e demande par conséquen d éalonner le déeceur à l aide des quare fuies de ransfer e de la fuie éalon H éalonnée en hélium pur pour des pressions amons de 00 kpa e 50 kpa (idenifiée FUI H00 e FUI H50). L éalonnage consise à modéliser, par un polynôme de degré deux, la ension de sorie analogique U du déeceur en foncion du logarihme des flux gazeux d hélium Q générés par les six fuies : Q 2 ( m + m U + m U ) 0 2 = 0. Les résidus observés son inférieurs à ± 2 % e l inceriude sur le signal de sorie du déeceur es esimée en déerminan par simulaion l ampliude des variaions du flux due aux inceriudes sur chacune des fuies. Les presaions d éalonnage des fuies se déroulen sous forme de campagnes, sur deux semaines. Une éude a éé menée afin d observer la dérive quoidienne du déeceur e de définir la procédure la mieux adapée. Nous avons déerminé d une par que la reproducibilié de la méhode sur quelques jours es de l ordre de 2 % e d aure par, qu il exise une dérive du déeceur plus significaive pour les flux supérieurs à Il a donc éé décidé d éalonner quoidiennemen le déeceur pour les flux gazeux supérieurs à Pour les flux inférieurs, l éalonnage es effecué lorsqu une dérive supérieure à,5 % es déecée lors du passage quoidien d une fuie de conrôle. L inceriude sur la déerminaion du flux gazeux d une fuie définie à l aide de cee méhode es de l ordre de 0 %. Un diagramme des différenes méhodes acuellemen uilisées pour le raccordemen des fuies es présené en figure 8. Méhode fondamenale DP/DV Raccordemen des fuies de à 0 2 avec une inceriude de l ordre de 6 % Ealonnage de 4 fuies de ransfer à l aide de la méhode par diluion avec des inceriudes de l ordre de 4 % J éalon H à capillaire éalonnée en azoe avec une inceriude de,5 % A D G s éalon H00 e H50 éalonnées en hélium avec une inceriude de 4 % Caracérisaion d un déeceur de fuie à specromère de masse Raccordemen des fuies de 0 0 à 0 7 avec une inceriude inférieure à 0 % Fig. 8. Diagramme des différenes méhodes uilisées au LNE pour le raccordemen des fuies. 7. Comparaison avec le NIST Une comparaison bilaérale enre le NIST (Naional Insiue of Sandards and Technology Eas-Unis d Amérique) e le LNE a éé réalisée en 2006/2007. Les éalons de ransfer éaien deux fuies à perméaion du LNE, idenifiées FUI B e FUI C, de flux nominaux respecifs,6 0 9 e 2, Ces fuies de ransfer on éé éalonnées au NIST par comparaison à un fluxmère à pression consane e à volume variable associé à un diviseur de flux ([4,5]) avec une inceriude sur la déerminaion du flux de,5 % pour FUI B e, % pour FUI C. Le LNE a, pour sa par, uilisé la méhode employée pour le raccordemen des quare fuies de ransfer décrie au 6.. Le ableau 4 e la figure 9 présenen les résulas obenus par les deux laboraoires lors de cee comparaison. Les deux fuies on éé éalonnées au LNE avan e après l éalonnage au NIST. La différence des résulas monre l absence d erreur sysémaique e des écars inférieurs à 2,5 %. L écar moyen enre les éalons des deux laboraoires es de +, % pour la fuie FUI B e 2,2 % pour la fuie FUI C avec une inceriude relaive d environ 5 %. 8 REVUE FRANÇAISE DE MÉTROLOGIE n 7, Volume 2009-

7 Tableau 4 Résulas de la comparaison enre le NIST e le LNE réalisée en 2006/2007. Idenificaion de la fuie Mesures du Mesures LNE du NIST Différence relaive NIST-LNE % Inceriude relaive sur la différence % (k = 2) Erreur normalisée FUI B, iniial, , 5,8 0,40 9,66 0 FUI B, final, ,2 4,7 0,04 FUI C, iniial 2,240 x 0 9 2,4 5, 0,45 FUI C, final 2, ,0 4,0 0,50 9 2,87 0 Différence relaive (NIST-LNE) 8% 6% 4% 2% 0% -2% -4% -6% -8% B :,6.0-9 mbar.l -.s - C :2,2.0-9 mbar.l -.s - Fig. 9. Différences relaives enre le NIST e le LNE (avan e après les mesures au NIST) dans la déerminaion des flux gazeux de deux fuies de ransfer. Les barres représenen l inceriude combinée sur l écar enre les deux laboraoires. 8. Conclusion Afin de définir une échelle de flux gazeux en hélium compris enre 0 0 (4 0 4 mol s ) e 0 2 (4 0 6 mol s ), le LNE a développé des méhodes par variaion de pression à volume consan e par diluion, avec des inceriudes comprises enre 5,5 % e 2 %. Les résulas de la comparaison enre le LNE e le NIST monren l équivalence des méhodes e des moyens d éalonnage des deux laboraoires. Les écars enre les deux laboraoires dans la déerminaion de flux gazeux d environ son inférieurs à 2 %. Le LNE a par ailleurs paricipé en 2007 à une comparaison clé CIPM référencée CCM.P-K2. Les résulas de cee comparaison devraien êre publiés en 2009 dans base de données (KCDB) du BIPM. Afin d assurer la disséminaion des éalons de fuies vers l indusrie, le LNE a développé une méhode basée sur la caracérisaion d un déeceur de fuie à specromère de masse avec une inceriude de l ordre de 0 %. Ces ravaux on monré la capacié du LNE à assurer la raçabilié du raccordemen des fuies d hélium vers un nombre imporan de laboraoires de mérologie e d indusriels. Ces derniers son ouefois demandeurs d inceriudes inférieures à 5 %. C es pourquoi, le LNE développe acuellemen un fluxmère à pression consane e à volume variable. Références [] EHRLICH C.D. e BASFORD J.A., Recommended pracices for he calibraion and use of leaks, Journal of Vacuum Science & Technology A, 0,, 992, -7. [2] EHRLICH C.D, A noe on flow rae and leak rae unis, Journal of Vacuum Science & Technology A, 4, 5, 986, [] LEGRAS J.-C. e LE GUINIO J., «L'éalonnage des fuies de référence au BNM/LNE», Aces des conférences du 7 e Congrès inernaional de mérologie, 995, 8-2. [4] MCCULLOH K.E., TILFORD C.R., EHRLICH C.D. e LONG F.G., Low-range flowmeers for use wih vacuum and leak sandards, Journal of Vacuum Science & Technology A, 5,, 987, [5] EHRLICH C.D. e TISON S.A., NIST Measuremen Services: NIST Leak Calibraion Service, NIST Special Publicaion, 250-8, janvier 992, 89 p. Aricle reçu le 4 mars 2008 ; version révisée reçue le 7 décembre ÉTALONNAGE DES FUITES D HÉLIUM : MÉTHODES DE RÉFÉRENCE ET DISSÉMINATION 9

Chromatographie en Phase Gazeuse CPG.

Chromatographie en Phase Gazeuse CPG. TEISSIER Thomas MADET Nicolas Licence IUP SIAL Universié de Créeil-Paris XII COMPTE-RENDU DE TP DE CHROMATOGRAPHIE: Chromaographie en Phase Gazeuse CPG. Année universiaire 23/24 Sommaire. I OBJECTIF...3

Plus en détail

Les circuits électriques en régime transitoire

Les circuits électriques en régime transitoire Les circuis élecriques en régime ransioire 1 Inroducion 1.1 Définiions 1.1.1 égime saionnaire Un régime saionnaire es caracérisé par des grandeurs indépendanes du emps. Un circui en couran coninu es donc

Plus en détail

Chapitre 15 c Circuits RL et RC

Chapitre 15 c Circuits RL et RC Chapire 15 c Circuis L e C en régime impulsionnel Sommaire Circuis en régime impulsionnel Signal impulsionnel Mesure d'un circui C en régime impulsionnel Applicaion praique Eude du circui C en régime impulsionnel

Plus en détail

4. Principe de la modélisation des séries temporelles

4. Principe de la modélisation des séries temporelles 4. Principe de la modélisaion des séries emporelles Nous raierons ici, à ire d exemple, la modélisaion des liens enre la polluion amosphérique e les indicaeurs de sané. Mais les méhodes indiquées, comme

Plus en détail

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire PSI Brizeux Ch. E2: Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire 18 CHAPITRE E2 Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire Nous connaissons ou l inérê de l éude de la réponse

Plus en détail

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différens modes d acquisiion des drois à la reraie en répariion : descripion e analyse comparaive des echniques uilisées»

Plus en détail

Rappels théoriques. -TP- Modulations digitales ASK - FSK. Première partie 1 INTRODUCTION

Rappels théoriques. -TP- Modulations digitales ASK - FSK. Première partie 1 INTRODUCTION 2 IUT Blois Déparemen GTR J.M. Giraul, O. Bou Maar, D. Ceron M. Richard, P. Sevesre e M. Leberre. -TP- Modulaions digiales ASK - FSK IUT Blois Déparemen du Génie des Télécommunicaions e des Réseaux. Le

Plus en détail

Surveillance et maintenance Prévisionnelle

Surveillance et maintenance Prévisionnelle Page Surveillance e mainenance Prévisionnelle Sommaire Page 2 La Prévisionnelle o Terminologie e Normes o Elémens de conexe ( enjeux, mise en œuvre.) Exemples d applicaions réalisées par le Ceim o L approche

Plus en détail

COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF

COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF Les quesions raiées devron êre soigneusemen numéroées e le documen-réponse fourni devra êre compléé selon les indicaions de l énoncé. Il es vivemen conseillé de

Plus en détail

TP Mesures de la vitesse du son

TP Mesures de la vitesse du son TP Mesures de la viesse du son Bu du TP. Lors de cee séance de ravaux praiques, l éudian es amené à mesurer la viesse de propagaion du son dans l air e dans l eau. 1 Inroducion Qu es-ce qu un son? Un son

Plus en détail

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEE 1 SYSTEE STABLE, SYSTEE INSTABLE 1.1 Exemple 1: Soi un sysème composé d une cuve pour laquelle l écoulemen (perurbaion) es naurel au ravers d une vanne d ouverure

Plus en détail

Caractéristiques des signaux électriques

Caractéristiques des signaux électriques Sie Inerne : www.gecif.ne Discipline : Génie Elecrique Caracérisiques des signaux élecriques Sommaire I Définiion d un signal analogique page 1 II Caracérisiques d un signal analogique page 2 II 1 Forme

Plus en détail

Texte Ruine d une compagnie d assurance

Texte Ruine d une compagnie d assurance Page n 1. Texe Ruine d une compagnie d assurance Une nouvelle compagnie d assurance veu enrer sur le marché. Elle souhaie évaluer sa probabilié de faillie en foncion du capial iniial invesi. On suppose

Plus en détail

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t Annuiés I Définiion : On appelle annuiés des sommes payables à inervalles de emps déerminés e fixes. Les annuiés peuven servir à : - consiuer un capial ( annuiés de placemen ) - rembourser une dee ( annuiés

Plus en détail

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre.

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre. 1 Examen. 1.1 Prime d une opion sur un fuure On considère une opion à 85 jours sur un fuure de nominal 18 francs, e don le prix d exercice es 175 francs. Le aux d inérê (coninu) du marché monéaire es 6%

Plus en détail

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte Eude de risque pour un porefeuille d assurance récole Hervé ODJO GROUPAMA Direcion ACTUARIAT Groupe 2, Bd Malesherbes 75008 Paris Tél : 33 (0 44 56 72 46 herve.odjo@groupama.com Viviane RITZ GROUPAMA Direcion

Plus en détail

TB 352 TB 352. Entrée 1. Entrée 2

TB 352 TB 352. Entrée 1. Entrée 2 enrées série TB logiciel d applicaion 2 enrées à émission périodique famille : Inpu ype : Binary inpu, 2-fold TB 352 Environnemen Bouon-poussoir TB 352 Enrée 1 sories 230 V Inerrupeur Enrée 2 Câblage sur

Plus en détail

Méthode d'analyse économique et financière ***

Méthode d'analyse économique et financière *** Méhode d'analyse économique e financière *** Noion d acualisaion e indicaeurs économiques uilisables pour l analyse de projes. Dr. François PINTA CIRAD-Forê UR Bois - Kourou CHRONOLOGIE D INTERVENTION

Plus en détail

Oscillations forcées en régime sinusoïdal.

Oscillations forcées en régime sinusoïdal. Conrôle des prérequis : Oscillaions forcées en régime sinusoïdal. - a- Rappeler l expression de la période en foncion de la pulsaion b- Donner l expression de la période propre d un circui RLC série -

Plus en détail

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.14-1

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.14-1 Documenaion Technique de Référence Chapire 8 Trames ypes Aricle 8.14-1 Trame de Rappor de conrôle de conformié des performances d une insallaion de producion Documen valide pour la période du 18 novembre

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX Obje de la séance 9: défini le risque de aux e présener

Plus en détail

Sciences Industrielles pour l Ingénieur

Sciences Industrielles pour l Ingénieur Sciences Indusrielles pour l Ingénieur Cenre d Inérê 6 : CONVERTIR l'énergie Compéences : MODELISER, RESOUDRE CONVERSION ELECTROMECANIQUE - Machine à couran coninu en régime dynamique Procédés de piloage

Plus en détail

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET Finance 1 Universié d Evry Val d Essonne éance 2 Philippe PRIAULET Plan du cours Les opions Définiion e Caracérisiques Terminologie, convenion e coaion Les différens payoffs Le levier implicie Exemple

Plus en détail

MATHEMATIQUES FINANCIERES

MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES LES ANNUITES INTRODUCTION : Exemple 1 : Une personne veu acquérir une maison pour 60000000 DH, pour cela, elle place annuellemen au CIH une de 5000000 DH. Bu : Consiuer un capial

Plus en détail

budgétaire et extérieure

budgétaire et extérieure Insiu pour le Développemen des Capaciés / AFRITAC de l Oues / COFEB Cours régional sur la Gesion macroéconomique e les quesions de dee Dakar, Sénégal du 4 au 5 novembre 203 Séance S-4 : Souenabilié budgéaire

Plus en détail

MODELES DE LA COURBE DES TAUX D INTERET. UNIVERSITE d EVRY Séance 4. Philippe PRIAULET

MODELES DE LA COURBE DES TAUX D INTERET. UNIVERSITE d EVRY Séance 4. Philippe PRIAULET MODELES DE LA COURBE DES AUX D INERE UNIVERSIE d EVRY Séance 4 Philippe PRIAULE Plan de la Séance Les modèles sochasiques de déformaion de la courbe des aux: Approche déaillée Le modèle de Black: référence

Plus en détail

Panorama des méthodes de coûtenance

Panorama des méthodes de coûtenance Recherche en Managemen de Proje Panorama des méhodes de coûenance Pour réduire les coûs de vos projes e augmener vos marges, quelle méhode choisir? François GAGNÉ, FGF Consulan Les Renconres 2005 du Managemen

Plus en détail

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007 Bureau fédéral du Plan Avenue des Ars 47-49, 1000 Bruxelles hp://www.plan.be WORKING PAPER 18-10 Comparaison des composanes de la croissance de la producivié : Belgique, Allemagne, France e Pays-Bas 1996-2007

Plus en détail

ÉTUDE D UN SYSTÈME PLURITECHNIQUE

ÉTUDE D UN SYSTÈME PLURITECHNIQUE DM SSI: AQUISITION DE l INFORMATION ÉTUDE D UN SYSTÈME PLURITECHNIQUE Pores Laérales Coulissanes de monospace PRÉSENTATION DE L ÉTUDE Mise en siuaion Les fabricans d'auomobiles, face à une concurrence

Plus en détail

Serrure ERM Etude de la fonction capter une information

Serrure ERM Etude de la fonction capter une information S si Noms : Prénoms : Classe : Dae : Serrure ERM Eude de la foncion caper une informaion TP 2 heures Noe : /20 Problémaique Dans la serrure ERM, lorsque le code es valide, des capeurs son uilisés afin

Plus en détail

Redressement non commandé sur charge RLE en conduction continue

Redressement non commandé sur charge RLE en conduction continue Redressemen non commandé sur charge RL en conducion coninue SI 9- I. Conversion alernaif-coninu, exemples d applicaions liés à la racion Figure : Locomoive BB5 Réseau de disribuion Redresseur saique monophasé

Plus en détail

Impact de l appréciation de l euro sur le Sénégal et la Côte d Ivoire

Impact de l appréciation de l euro sur le Sénégal et la Côte d Ivoire Un Peuple - Un Bu Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION DE LA PREVISION ET DES ETUDES ECONOMIQUES Documen d Eude Impac de l appréciaion de l euro sur le Sénégal e la Côe d Ivoire DPEE

Plus en détail

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement Chapire 2 L invesissemen. Les principales caracérisiques de l invesissemen.. Définiion de l invesissemen Définiion générale : ensemble des B&S acheés par les agens économiques au cours d une période donnée

Plus en détail

SCIENCES DE L'INGÉNIEUR TP N 3 page 1 / 8 GÉNIE ÉLECTRIQUE TERMINALE Durée : 2h OUVRE PORTAIL FAAC : SERRURE CODÉE

SCIENCES DE L'INGÉNIEUR TP N 3 page 1 / 8 GÉNIE ÉLECTRIQUE TERMINALE Durée : 2h OUVRE PORTAIL FAAC : SERRURE CODÉE CIENCE DE L'INGÉNIEU TP N 3 page 1 / 8 GÉNIE ÉLECTIQUE TEMINALE Durée : 2h OUVE POTAIL FAAC : EUE CODÉE Cenres d'inérê abordés : Thémaiques : CI11 ysèmes logiques e numériques I6 Les sysèmes logiques combinaoires

Plus en détail

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1 Universié Libre de Bruxelles Solvay Business School La valeur acuelle André Farber Novembre 2005. Inroducion Supposons d abord que le emps soi limié à une période e que les cash flows fuurs (les flux monéaires)

Plus en détail

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite DOCUMENT DE TRAVAIL 2003-12 Impac du vieillissemen démographique sur l impô prélevé sur les rerais des régimes privés de reraie Séphane Girard Direcion de l analyse e du suivi des finances publiques Ce

Plus en détail

GESTION DU RÉSULTAT : MESURE ET DÉMESURE 1 2 ème version révisée, août 2003

GESTION DU RÉSULTAT : MESURE ET DÉMESURE 1 2 ème version révisée, août 2003 GESTION DU RÉSULTAT : MESURE ET DÉMESURE 1 2 ème version révisée, aoû 2003 Thomas JEANJEAN 2 Cahier de recherche du CEREG n 2003-13 Résumé : Depuis une vingaine d années, la noion d accruals discréionnaires

Plus en détail

La rentabilité des investissements

La rentabilité des investissements La renabilié des invesissemens Inroducion Difficulé d évaluer des invesissemens TI : problème de l idenificaion des bénéfices, des coûs (absence de saisiques empiriques) problème des bénéfices Inangibles

Plus en détail

Recueil d'exercices de logique séquentielle

Recueil d'exercices de logique séquentielle Recueil d'exercices de logique séquenielle Les bascules: / : Bascule JK Bascule D. Expliquez commen on peu modifier une bascule JK pour obenir une bascule D. 2/ Eude d un circui D Q Q Sorie A l aide d

Plus en détail

COMPÉTITIVITÉ ÉCONOMIQUE DU MAROC

COMPÉTITIVITÉ ÉCONOMIQUE DU MAROC COMPÉTITIVITÉ ÉCONOMIQUE DU MAROC CONCEPTS DE BASE DE LA MODELISATION HYDROLOGIQUE ET HYDRAULIQUE APPORTS ET PRINCIPES D UTILISATION DES OUTILS HEC, HEC-HMS ET HEC-RAS, PLATEFORME D INTEGRATION WMS ET

Plus en détail

Introduction aux produits dérivés

Introduction aux produits dérivés Chapire 1 Inroducion aux produis dérivés de crédi Le risque de crédi signifie les risques financiers liés aux incapaciés d un agen (un pariculier, une enreprise ou un éa souverain) de payer un engagemen

Plus en détail

IRM fonctionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES

IRM fonctionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES IRM foncionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES Le principe général d'une éude IRMf consise à analyser le signal BOLD (Blood Oxygen Level Dependen) qui radui l'augmenaion d'afflux

Plus en détail

Solutions AUTOMATISMES. L essentiel

Solutions AUTOMATISMES. L essentiel AUTOMATISMES Freinage élecronique des Les variaeurs de viesse on beaucoup évolué ces dernières années, an en ermes de performance echnique que de coû. Cela leur a permis de conquérir de nouvelles posiions,

Plus en détail

Sous-évaluation des prix d options par le modèle de Black & Scholes.

Sous-évaluation des prix d options par le modèle de Black & Scholes. Sous-évaluaion des prix d opions par le modèle de Black & Scholes. Mise en évidence par une dynamique combinan mouvemen brownien e processus à saus. Marc Debersé ocobre 6 Résumé S il es bien connu que

Plus en détail

Séquence 2. Pourcentages. Sommaire

Séquence 2. Pourcentages. Sommaire Séquence 2 Pourcenages Sommaire Pré-requis Évoluions e pourcenages Évoluions successives, évoluion réciproque Complémen sur calcularices e ableur Synhèse du cours Exercices d approfondissemen 1 1 Pré-requis

Plus en détail

Lycée Viette TSI 1. T.P. cours 04 oscilloscope G.B.F. multimètres. P DV P DH écran fluorescent

Lycée Viette TSI 1. T.P. cours 04 oscilloscope G.B.F. multimètres. P DV P DH écran fluorescent Lycée Viee TSI 1 T.P. cours 04 oscilloscope G.B.F. mulimères I. Principe de foncionnemen de l oscilloscope à ube cahodique 1. Descripion F C W A 1 A 2 vide spo P DV P DH écran fluorescen F filamen C cahode

Plus en détail

Un modèle de projection pour des contrats de retraite dans le cadre de l ORSA

Un modèle de projection pour des contrats de retraite dans le cadre de l ORSA Un modèle de proecion pour des conras de reraie dans le cadre de l ORSA - François Bonnin (Hiram Finance) - Floren Combes (MNRA) - Frédéric lanche (Universié Lyon 1, Laboraoire SAF) - Monassar Tammar (rim

Plus en détail

Évaluer la productivité globale des facteurs : l apport d une mesure de la qualité du capital et du travail

Évaluer la productivité globale des facteurs : l apport d une mesure de la qualité du capital et du travail Dossier Évaluer la producivié globale des faceurs : l appor d une mesure de la qualié du capial e du ravail Pierre-Yves Cabannes, Alexis Monau, Pierre-Alain Pionnier* L esimaion e la prévision de la croissance

Plus en détail

( ) et est alors représenté par le graphe ci-

( ) et est alors représenté par le graphe ci- LE SIGNAL SINUSOIDAL : PRODUCTION ET OBSERVATION Le bu de ce premier TP es d une par la prise en main du maériel nécessaire pour l observaion des ondes lors de la prochaine séance (uilisaion de l oscilloscope),

Plus en détail

Une mesure financière de l importance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière*

Une mesure financière de l importance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière* Une mesure financière de l imporance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière* Salem Boubakri Janvier 2009 Résumé Cee éude ese une exension inernaionale du Modèle d Evaluaion des

Plus en détail

Diagnostic à base de modèle : application à un moteur diesel suralimenté à injection directe

Diagnostic à base de modèle : application à un moteur diesel suralimenté à injection directe Insiu Naional olyechnique de Lorraine enre de Recherche en Auomaique de Nancy École docorale IAEM Lorraine Déparemen de Formaion Docorale en Auomaique Diagnosic à base de modèle : applicaion à un moeur

Plus en détail

GBF et Oscilloscope. 1. «un seul bouton à la fois tu manipuleras»; 2. «aux boutons inconnus tu ne toucheras». I) Première approche

GBF et Oscilloscope. 1. «un seul bouton à la fois tu manipuleras»; 2. «aux boutons inconnus tu ne toucheras». I) Première approche e Oscilloscope objecif de ce TP es d apprendre à uiliser, ie. à régler, deux des appareils les plus courammen uilisés : le e l oscilloscope. Pour cela vous serez amené(e) à uiliser e à associer de nouveaux

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL BACCALAURÉAT GÉNÉRAL Bac blanc du vendredi 17 mars 006 - Lycée Élie Caran - La Tour du Pin Physique - Chimie Série S DURÉE DE L ÉPREUVE : h0 COEFFICIENT : 8 pour les spécialiés physique e chimie - 6 pour

Plus en détail

Exemples de résolutions d équations différentielles

Exemples de résolutions d équations différentielles Exemples de résoluions d équaions différenielles Table des maières 1 Définiions 1 Sans second membre 1.1 Exemple.................................................. 1 3 Avec second membre 3.1 Exemple..................................................

Plus en détail

Intégration de Net2 avec un système d alarme intrusion

Intégration de Net2 avec un système d alarme intrusion Ne2 AN35-F Inégraion de Ne2 avec un sysème d alarme inrusion Vue d'ensemble En uilisan l'inégraion d'alarme Ne2, Ne2 surveillera si l'alarme inrusion es armée ou désarmée. Si l'alarme es armée, Ne2 permera

Plus en détail

Règle de Taylor dans le cadre du Ciblage d inflation: Cas de la Nouvelle Zélande

Règle de Taylor dans le cadre du Ciblage d inflation: Cas de la Nouvelle Zélande Règle de Taylor dans le cadre du Ciblage d inflaion: Cas de la Nouvelle Zélande Résumé : La nouvelle Zélande es le pays ayan la plus grande expérience en poliique du ciblage d inflaion. Cee poliique a

Plus en détail

VISUALISATION DES SIGNAUX ELECTRIQUES OSCILLOSCOPE CATHODIQUE ANALOGIQUE

VISUALISATION DES SIGNAUX ELECTRIQUES OSCILLOSCOPE CATHODIQUE ANALOGIQUE VISUALISATION DES SIGNAUX ELECTRIQUES OSCILLOSCOPE CATHODIQUE ANALOGIQUE INTRODUCTION L'oscilloscope es le plus polyvalen des appareils de mesures élecroniques. Il peu permere simulanémen de visualiser

Plus en détail

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel I. 1 CHAPITRE I : Cinémaique du poin maériel I.1 : Inroducion La plupar des objes éudiés par les physiciens son en mouvemen : depuis les paricules élémenaires elles que les élecrons, les proons e les neurons

Plus en détail

L évaluation immobilière. Michel Baroni 27/11/2009

L évaluation immobilière. Michel Baroni 27/11/2009 L évaluaion immobilière Michel Baroni 27/11/2009 Méhodes exisanes Méhodes des comparables Dépend de la base de données; méhode hédonique évenuellemen possible Méhodes de capialisaion Dépend de la base

Plus en détail

Cours d électrocinétique :

Cours d électrocinétique : Universié de Franche-Comé UFR des Sciences e Techniques STARTER 005-006 Cours d élecrocinéique : Régimes coninu e ransioire Elecrocinéique en régimes coninu e ransioire 1. INTRODUCTION 5 1.1. DÉFINITIONS

Plus en détail

Thème : Electricité Fiche 5 : Dipôle RC et dipôle RL

Thème : Electricité Fiche 5 : Dipôle RC et dipôle RL Fiche ors Thème : Elecricié Fiche 5 : Dipôle e dipôle Plan de la fiche Définiions ègles 3 Méhodologie I - Définiions oran élecriqe : déplacemen de charges élecriqes q a mesre d débi de charges donne l

Plus en détail

Méthodes financières et allocation d actifs en assurance

Méthodes financières et allocation d actifs en assurance Méhodes financières e allocaion d acifs en assurance - Norber GAURON (JWA Acuaires, Paris) - Frédéric PLANCHE (Universié Lyon, Laboraoire SAF) - Pierre HEROND (JWA Acuaires, Lyon) 2005. (WP 2025) Laboraoire

Plus en détail

Cahier technique n 114

Cahier technique n 114 Collecion Technique... Cahier echnique n 114 Les proecions différenielles en basse ension J. Schonek Building a ew Elecric World * Les Cahiers Techniques consiuen une collecion d une cenaine de ires édiés

Plus en détail

Des données de la recherche et développement aux agrégats de la comptabilité nationale suisse

Des données de la recherche et développement aux agrégats de la comptabilité nationale suisse Déparemen fédéral de l'inérieur DFI Office fédéral de la saisique OFS Rappor de méodes 4 Economie naionale Neucâel, Juin 203 Des données de la recerce e développemen aux agrégas de la compabilié naionale

Plus en détail

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0 Correcion de l exercice 2 de l assisana pré-quiz final du cours Gesion financière : «chéancier e aux de renabilié inerne d empruns à long erme» Quesion : rappeler la formule donnan les flux à chaque échéance

Plus en détail

Les Générateurs de Scénarios Économiques : quelle utilisation en assurance? 1

Les Générateurs de Scénarios Économiques : quelle utilisation en assurance? 1 Les Généraeurs de Scénarios Économiques : quelle uilisaion en assurance? 1 Alaeddine FALEH 2 Frédéric PLANCHET 3 Didier RULLIERE 4 ISFA- Universié Lyon I 5 Caisse des Dépôs e Consignaions 6 RÉSUMÉ Dans

Plus en détail

3. Avantage comparatif des exportations de crevettes d élevage: une évaluation globale

3. Avantage comparatif des exportations de crevettes d élevage: une évaluation globale 5 3. Avanage comparaif des exporaions de crevees d élevage: une évaluaion globale Dans la présene secion nous appliquons le cadre d évaluaion exposé ci-dessus pour évaluer l avanage comparaif des principaux

Plus en détail

Détection de fuite hélium Aspect Mesure

Détection de fuite hélium Aspect Mesure Détection de fuite hélium Aspect Mesure Préparé par : F.Rouveyre Date : 24 Octobre 2012 La détection de fuite La détection de fuite par spectrométrie de masse à gaz traceur a plus de 50 ans. Même si cette

Plus en détail

Sommaire de la séquence 12

Sommaire de la séquence 12 Sommaire de la séquence 12 Séance 1........................................................................................................ Je prends un bon dépar.......................................................................................

Plus en détail

Exercices de baccalauréat série S sur la loi exponentielle

Exercices de baccalauréat série S sur la loi exponentielle Eercices de baccalauréa série S sur la loi eponenielle (page de l énoncé/page du corrigé) La compagnie d'auocars (Bac série S, cenres érangers, 23) (2/) Durée de vie d'un composan élecronique (Bac série

Plus en détail

L ajustement microéconomique des prix des carburants en France

L ajustement microéconomique des prix des carburants en France L ajusemen microéconomique des prix des carburans en France Erwan GAUTIER (LEMNA-TEPP, Universié de Nanes e Banque de France. Email : erwan.gauier@univ-nanes.fr) Ronan LE SAOUT (CREST e Ecole Polyechnique)

Plus en détail

Capteurs CCD (Charge Coupled Device)

Capteurs CCD (Charge Coupled Device) Capeurs CCD (Charge Coupled Device) 1 NOTION SUR LES CONDUCTEURS, SEMI-CONDUCTEURS ET ONDES LUMINEUSES... 2 1.1 STRUCTURE DE LA MATIERE... 2 1.2 LES ISOLANTS... 2 1.3 LES CONDUCTEURS... 2 1.4 LES SEMI-CONDUCTEURS...

Plus en détail

AFRICAMPUS 2015 Ouagadougou, Burkina Faso, du 26 au 27 février 2015

AFRICAMPUS 2015 Ouagadougou, Burkina Faso, du 26 au 27 février 2015 zzz UNE APPROCHE CONCEPTUELLE DE L APPROPRIATION DES SYSTEMES D INFORMATION MOBILES (SIM) PAR LES UTILISATEURS OUEST AFRICAINS AU TRAVERS D UNE METHODE DELPHI Marc BIDAN & Béchir ABBA GONI Thème n 5 PLAN

Plus en détail

Présentation groupe de travail

Présentation groupe de travail Présenaion groupe de ravail Sofiane Saadane jeudi 23 mai 2013 Résumé L aricle sur lequel on ravaille [LP09] présene un problème de bandi à deux bras comporan une pénalié. Nous commencerons par présener

Plus en détail

Solvency II, IFRS : l impact des modèles d actifs retenus

Solvency II, IFRS : l impact des modèles d actifs retenus Les normes IFRS en assurance Solvency II, IFRS : l impac des modèles d acifs reenus 31 e journée de séminaires acuariels ISA-HEC Lausanne e ISFA Lyon Pierre THÉROND pherond@winer-associes.fr 18 novembre

Plus en détail

SYSTÈME HYBRIDE SOLAIRE THERMODYNAMIQUE POUR L EAU CHAUDE SANITAIRE

SYSTÈME HYBRIDE SOLAIRE THERMODYNAMIQUE POUR L EAU CHAUDE SANITAIRE SYSTÈME HYBRIDE SOLAIRE THERMODYNAMIQUE POUR L EAU CHAUDE SANITAIRE Le seul ballon hybride solaire-hermodynamique cerifié NF Elecricié Performance Ballon hermodynamique 223 lires inox 316L Plaque évaporarice

Plus en détail

Mesure de l incertitude tendancielle sur la mortalité Application à un régime de rentes en cours de service

Mesure de l incertitude tendancielle sur la mortalité Application à un régime de rentes en cours de service Mesure de l inceriude endancielle sur la moralié Applicaion à un régime de renes en cours de service - Frédéric PLANCHET (Universié Lyon, Laboraoire SAF, Winer & Associés) - Marc JUILLARD (Winer & Associés)

Plus en détail

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton)

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton) TD/TP : Taux d un emprun (méhode de Newon) 1 On s inéresse à des calculs relaifs à des remboursemens d empruns 1. On noera C 0 la somme emprunée, M la somme remboursée chaque mois (mensualié), le aux mensuel

Plus en détail

Romain Burgot & Tchim Silué. Synthèse de l article : Note sur l évaluation de l option de remboursement anticipé

Romain Burgot & Tchim Silué. Synthèse de l article : Note sur l évaluation de l option de remboursement anticipé ENSAE 3 eme année Romain Burgo & Tchim Silué Synhèse de l aricle : Noe sur l évaluaion de l opion de remboursemen anicipé Mémoire de gesion ALM Juin 2006 Résumé Depuis 1979, la loi offre à l empruneur

Plus en détail

Distributeur automatique de café

Distributeur automatique de café BACCALAUREAT GENERAL Session 2002 Série S Sciences de l Ingénieur ETUDE D UN SYSTEME PLURITECHNIQUE Coefficien : 6 Durée de l épreuve : 4 heures Son auorisés les calcularices élecroniques e le maériel

Plus en détail

DOCUMENT DE RECHERCHE EPEE

DOCUMENT DE RECHERCHE EPEE DOCUMENT DE RECHERCHE EPEE CENTRE D ETUDE DES POLITIQUES ECONOMIQUES DE L UNIVERSITE D EVRY Comporemen du banquier cenral en environnemen incerain Sanvi AVOUYI-DOVI & Jean-Guillaume SAHUC 07-05 www.univ-evry.fr/epee

Plus en détail

Estimation des matrices de trafics

Estimation des matrices de trafics Cédric Foruny 1/5 Esimaion des marices de rafics Cedric FORTUNY Direceur(s) de hèse : Jean Marie GARCIA e Olivier BRUN Laboraoire d accueil : LAAS & QoSDesign 7, av du Colonel Roche 31077 TOULOUSE Cedex

Plus en détail

1ère partie : caractéristiques générales d'un signal périodique v(t) v V max

1ère partie : caractéristiques générales d'un signal périodique v(t) v V max G. Pinson - Physique Appliquée Signaux périodiques A3-P / A3 - Mesurage des signaux périodiques ère parie : caracérisiques générales d'un signal périodique () 3 + 4 sin 5 max pp DC (ms) min () Signal arian

Plus en détail

L effet richesse en France et aux États-Unis

L effet richesse en France et aux États-Unis L effe richesse en France e aux Éas-Unis Cécile CHATAIGNAULT David THESMAR Division Synhèse conjoncurelle Pierre-Olivier BEFFY Brieuc MONFORT Division Croissance e poliiques macroéconomiques Enre ocobre

Plus en détail

Productivité Globale des Facteurs et Croissance dans un contexte de Changement Institutionnel : Le cas du Venezuela (1942-2002)

Productivité Globale des Facteurs et Croissance dans un contexte de Changement Institutionnel : Le cas du Venezuela (1942-2002) Producivié Globale des Faceurs e Croissance dans un conexe de Changemen Insiuionnel : Alejandro Quijada * Aoû 2004 Résumé Le Venezuela es le dixième produceur e le sixième exporaeur mondial de pérole.

Plus en détail

TD 20-21 : Modèles de marchés - Mouvement brownien

TD 20-21 : Modèles de marchés - Mouvement brownien Universié Paris VI Maser : Modèles sochasiques, applicaions à la finance (MM065) TD 20-2 : Modèles de marchés - Mouvemen brownien. Taux de change. Soi (Ω, P(Ω), P) un espace probabilisé fini non redondan

Plus en détail

Interdépendance des marchés d actions : analyse de la relation entre les indices boursiers américain et européens

Interdépendance des marchés d actions : analyse de la relation entre les indices boursiers américain et européens Inerdépendance des marchés d acions : analyse de la relaion enre les indices boursiers américain e européens SANVI AVOUYI-DOVI, DAVID NETO Direcion générale des Éudes e des Relaions inernaionales Direcion

Plus en détail

Méthodologie de l Indice Ethical Europe Equity. (Ethical Europe Equity Index)

Méthodologie de l Indice Ethical Europe Equity. (Ethical Europe Equity Index) Méhodologie de l Indice Ehical Europe Equiy (Ehical Europe Equiy Inde) Version 1.3 en dae du 19 Mars 2014 1 Sommaire Inroducion 1. Descripion de l Indice 1.1. Tickers e ISIN 1.2. Valeur iniiale 1.3. Disribuion

Plus en détail

Risque associé au contrat d assurance-vie pour la compagnie d assurance. par Christophe BERTHELOT, Mireille BOSSY et Nathalie PISTRE

Risque associé au contrat d assurance-vie pour la compagnie d assurance. par Christophe BERTHELOT, Mireille BOSSY et Nathalie PISTRE Ce aricle es disponible en ligne à l adresse : hp://www.cairn.info/aricle.php?id_revue=ecop&id_numpublie=ecop_149&id_article=ecop_149_0073 Risque associé au conra d assurance-vie pour la compagnie d assurance

Plus en détail

Evaluation des Options avec Prime de Risque Variable

Evaluation des Options avec Prime de Risque Variable Evaluaion des Opions avec Prime de Risque Variable Lahouel NOUREDDINE Correspondance : LEGI-Ecole Polyechnique de Tunisie, BP : 743,078 La Marsa, Tunisie, Insiu Supérieur de Finance e de Fiscalié de Sousse.

Plus en détail

Pilotage technique d un régime de rentes viagères : identification et mesure des risques, allocation d actif, suivi actuariel.

Pilotage technique d un régime de rentes viagères : identification et mesure des risques, allocation d actif, suivi actuariel. Piloage echnique d un régime de renes viagères : idenificaion e mesure des risques, allocaion d acif, suivi acuariel. Frédéric Planche To cie his version: Frédéric Planche. Piloage echnique d un régime

Plus en détail

CHAPITRE 13. EXERCICES 13.2 1.a) 20,32 ± 0,055 b) 97,75 ± 0,4535 c) 1953,125 ± 23,4375. 2.±0,36π cm 3

CHAPITRE 13. EXERCICES 13.2 1.a) 20,32 ± 0,055 b) 97,75 ± 0,4535 c) 1953,125 ± 23,4375. 2.±0,36π cm 3 Chapire Eercices de snhèse 6 CHAPITRE EXERCICES..a), ±,55 b) 97,75 ±,455 c) 95,5 ±,475.±,6π cm.a) 44,, erreur absolue de,5 e erreur relaive de, % b) 5,56, erreur absolue de,5 e erreur relaive de,9 % 4.a)

Plus en détail

Evaluation stochastique des contrats d épargne : agrégation des trajectoires de l actif & mesure de l erreur liée à l agrégation

Evaluation stochastique des contrats d épargne : agrégation des trajectoires de l actif & mesure de l erreur liée à l agrégation Evaluaion sochasique des conras d éargne : agrégaion des raecoires de l acif & mesure de l erreur liée à l agrégaion - Oberlain NEUKAM-EUGUIA (Winer & Associés) - Frédéric PLANCHE (Universié Lyon Laboraoire

Plus en détail

Fonds spéculatifs : évolution de l exposition au risque et de l effet de levier 1

Fonds spéculatifs : évolution de l exposition au risque et de l effet de levier 1 Parick McGuire +41 61 28 8921 parick.mcguire@bis.org Eli Remolona +852 2878 715 eli.remolona@bis.org Kosas Tsasaronis +41 61 28 882 ksasaronis@bis.org Fonds spéculaifs : évoluion de l exposiion au risque

Plus en détail

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0.

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0. # $ %& 1. La VAN. Les aures crières 3. Exemple. Choix d invesissemen à long erme 5. Exercices!" '* '( Un proje ne sera mis en œuvre que si sa valeur acuelle nee ou VAN, définie comme la somme acualisée

Plus en détail

Installation des sites à distance avec le TCP/IP

Installation des sites à distance avec le TCP/IP v dc Keypad Screen from nework Whie/ 3 Whie/ 4 v dc Keypad Screen from nework Whie/ 3 Whie/ 4 v dc Keypad Screen from nework Whie/ 3 Whie/ 4 +v pu +v pu +v pu v dc Keypad Screen from nework Whie/ 3 Whie/

Plus en détail

Répercussions du travail autonome sur la croissance de la productivité du travail : Comparaison Canada-États-Unis

Répercussions du travail autonome sur la croissance de la productivité du travail : Comparaison Canada-États-Unis N o 11F0027MIF au caalogue N o 016 ISSN: 1703-0412 ISBN: 0-662-89622-X Documen de recherche Série de documens de recherche sur l'analyse économique (AE) Répercussions du ravail auonome sur la croissance

Plus en détail

ETUDE DES DIFFERENTES COMMANDES DU SYSTEME. 1 - Commande manuelle par BP "marche-arrêt" (2 sens de marche)

ETUDE DES DIFFERENTES COMMANDES DU SYSTEME. 1 - Commande manuelle par BP marche-arrêt (2 sens de marche) BS Mainenance Indusrielle Elecroechnique Eude d un mone charge Moeur asynchrone deux sens de roaion e 2 viesses enroulemens séparés Rappels emporisaions Présenaion es manuenions dans un grand magasin son

Plus en détail

Principes et caractéristiques des principaux moteurs électriques

Principes et caractéristiques des principaux moteurs électriques Principes e caracérisiques des principaux moeurs élecriques Crières de choix d un moeur Le moeur es généralemen choisi en foncion de l uilisaion mécanique e de l alimenaion élecrique don on dispose. Cahier

Plus en détail

THÈSE. Pour l obtention du grade de Docteur de l Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Discipline : Sciences Économiques

THÈSE. Pour l obtention du grade de Docteur de l Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Discipline : Sciences Économiques Universié de Paris I Panhéon Sorbonne U.F.R. de Sciences Économiques Année 2011 Numéro aribué par la bibliohèque 2 0 1 1 P A 0 1 0 0 5 7 THÈSE Pour l obenion du grade de Doceur de l Universié de Paris

Plus en détail