Parcours client, parcours patient : l expérience de service. Sous la direction de. Xavier Pavie

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Parcours client, parcours patient : l expérience de service. Sous la direction de. Xavier Pavie"

Transcription

1 Parcours client, parcours patient : l expérience de service Sous la direction de Xavier Pavie

2

3 Avenue Bernard-Hirsch BP Cergy-Pontoise Cedex France Tel. +33 (0) essec-serviceinnovation.com ESSEC Asia-Pacific 100 Victoria Street National Library Building # Singapore Tel Fax , rue Cortambert Paris innovationandsociety.com

4 Parcours client, parcours patient : l expérience de service

5 The Institute for Strategic Innovation and Services ISIS, The Institute for Strategic Innovation and Services, est un centre de recherche et d animation scientifique de l ESSEC Business School à Paris et Singapour. Créé en janvier 2004, ISIS a pour vocation de faire émerger, stimuler et promouvoir l innovation dans l économie de la connaissance et des services du XXI e siècle, et cela en vue de contribuer à la croissance responsable et à la compétitivité des organisations. L institut instruit les mécanismes d innovation, capitalise sur les bonnes pratiques, accompagne les changements organisationnels et managériaux et élabore des instruments de mesure de la performance et de la capacité créatrice des équipes. ISIS anime un réseau international de partenaires économiques et universitaires tournés vers un objectif commun de développement de connaissances concrètes et de savoir-faire structurés. Au travers d échanges continus avec les responsables économiques, une communauté se construit autour de la réflexion, de la diffusion et du partage d expériences. Les «Matins de l Innovation» ainsi que d autres manifestations permettent à cette communauté de se réunir et de participer à une construction commune autour des enjeux et des méthodes de l innovation dans l économie des services. essec-serviceinnovation.com L association Innovation & Société a pour objet d encourager et de pratiquer l étude de la responsabilité sociale de l innovateur, qu il s agisse d une personne physique ou d une personne morale. Pour ce faire, elle réunit des chercheurs, enseignants, responsables économiques, représentants des pouvoirs publics et représentants de la société civile dans son ensemble autour d un travail collectif de réflexion et d animation scientifique sur les différentes composantes de l innovation, sur les mécanismes de stimulation de l innovation, sur l évaluation des conséquences économiques, sociales et sociétales de l innovation, sur la recherche et la formation à l innovation, parmi d autres. innovationandsociety.com

6 Parcours client, parcours patient : l expérience de service Sous la direction de Xavier Pavie

7 Sous la direction de Xavier Pavie Xavier Pavie enseigne à l ESSEC où il est également directeur de l Institute for Strategic Innovation and Services (ISIS). Diplômé de sciences de gestion, il est aussi docteur en philosophie. Il est l auteur de plusieurs articles et ouvrages en management et philosophie, notamment L Innovation responsable, stratégie et levier de croissance pour les organisations (Eyrolles, 2012). L ISIS tenait à remercier Hubert Joseph-Antoine, directeur du service aux patients et de la communication à l AP-HP, Arnaud Masson, directeur marketing de la Générale de Santé, et Gwenaël Meneux, directeur Customer Excellence chez AstraZeneca, pour leurs contributions sur le thème «Parcours client, parcours patient : l expérience de service». Ainsi que Sophie Jacolin, pour sa collaboration à ce cahier. Ce cahier est issu de la série «les Portes de l Innovation»

8 Sommaire INTRODUCTION... 7 Définir le parcours client... 7 Du patient à la patientèle... 9 Des leviers de satisfaction médicaux et non médicaux POURQUOI LA NOTION DE CLIENT DEVIENT-ELLE INCONTOURNABLE DANS LA SANTÉ? Le client, notion longtemps taboue en santé Le marketing des services est né à l hôpital! Un secteur en mutation qui cherche de nouveaux relais de croissance AU-DELÀ DU PATIENT, CONNAITRE LE CLIENT POUR ENRICHIR SON EXPÉRIENCE De la culture patient à la culture client Les techniques du marketing s invitent à l hôpital Les spécificités du service à l hôpital Les spécificités de la relation laboratoire-prescripteur INNOVER DANS L OFFRE DE SERVICE ET LE PARCOURS CLIENT Segmentation de la clientèle et lignes de services Des parcours clients fluides et efficaces Innover dans les modes de communication avec le client Une approche globale de la qualité de service S inspirer des expériences étrangères Conclusion : quelques conseils pour innover dans les services en santé... 42

9

10 INTRODUCTION Définir le parcours client Dans quelle mesure l approche du parcours patient, classique en santé, et celle du parcours client, familière dans le marketing et les services, méritent-elles d être rapprochées? Que pouvons-nous tirer de leur confrontation? Le parcours client est constitué par l ensemble des interactions ayant lieu à l occasion d une consommation ou d un service, dans tous les cas d une relation. Il s étend du premier contact entre le client et l organisation, avant l achat, jusqu à son retour d expérience. Il recouvre une grande diversité d interactions : physiques (visite du magasin, échange avec un vendeur ), virtuelles (site Internet de la marque, réseaux sociaux ) ou encore téléphoniques (service client ). La projection puis l analyse du parcours permettent d illustrer les besoins du client. La matrice de santé de Michael Porter montre combien sont complexes les processus que l organisation doit mettre en œuvre pour accroître la satisfaction de l usager. La complexité est d autant plus grande dans le domaine des soins que de nombreux acteurs viennent s y greffer. Il y a forcément de la tension dans le parcours. L enjeu, comme dans toute organisation de service, est d identifier les points de tension de la façon la plus précise possible, afin de les anticiper et de les améliorer ceci pour garantir la qualité de service et l expérience client. 7

11 La qualité de service est évaluée au fil des étapes du parcours, depuis le début (souvent, la consultation d un site Internet) jusqu au résultat, moment auquel la satisfaction est déterminée. Précisons que la satisfaction du client est égale à la qualité perçue moins les attentes. Comme le montrent les théories du Net Promoter Score, elle n entraîne pas nécessairement une recommandation même si elle est favorable. Il reste que l objectif en fin de parcours est de constater une satisfaction du client supérieure à ses attentes. En santé, l attente est d être guérie. Comment susciter une perception favorable au-delà de la guérison? Sur quoi se fonde cette perception, si ce n est sur le soin? Il est primordial pour l organisation d être en capacité de modéliser le parcours client de façon à définir les actions à accomplir par ses collaborateurs pour maintenir un standard 8

12 de qualité. L exercice est d autant plus complexe que les attentes du client varient et évoluent dans le temps. Un même client est tout à la fois citoyen, usager, patient et consommateur. Il présente une multitude de facettes. De fait, le parcours ne doit pas rester figé mais intégrer la variété des clients. Du patient à la patientèle Le patient est un individu qui a avec autrui une relation dont la nature n est pas nécessairement commerciale. On devient patient lors d interactions avec le système de santé comme bénéficiaire, usager, consommateur, mais tout en demeurant client. C est pour désigner cette complexité d interactions que l on parle de «patientèle». L émergence du concept de patientèle résulte également d évolutions juridiques et technologiques. Citons ainsi le droit à l information institué par la loi Kouchner de Le patient dispose d informations sur lui-même qui lui permettent de détenir autant de pouvoir que son interlocuteur et tendent à le placer à un niveau d égalité avec le médecin. S y ajoute une vulgarisation de l information médicale, sur Internet en particulier. Le rapport de pouvoir entre le corps médical et le patient a même pu basculer, comme en a témoigné l opposition dans les années 1980 entre les militants d Act Up et le corps médical, celui-ci ne parvenant pas à accéder aux informations relatives à une certaine frange de la population. Sur ce basculement de pouvoir se greffe une relation commerciale. 9

13 Pour autant, ce phénomène ne suffit pas à faire du patient un expert des questions médicales. Nous ne sommes pas capables de juger de la qualité des soins prodigués par un médecin. Aussi nous en tenons-nous au constat de guérison, qui correspond à notre attente. La perception et donc la satisfaction sont un autre sujet. Des leviers de satisfaction médicaux et non médicaux Les établissements de santé, bien souvent, négligent les aspects non médicaux du service qu ils dispensent. Ceux-ci sont pourtant cruciaux, dans la mesure où ils font passer le patient du constat de guérison à la satisfaction. On peut alors parler d expérience client ou d expérience patientèle. C est le levier qui permet d améliorer l image de marque des établissements de santé, et la satisfaction à leur égard. Quatre principaux éléments ont un impact sur l expérience du patient. Ils sont d une part de nature émotionnelle. Citons ainsi les relations interpersonnelles avec les différentes catégories de professionnels, qu ils soient médicaux, paramédicaux, soignants ou administratifs. Vient ensuite l appréciation de l environnement physique, c est-à-dire des locaux, de la prestation «hôtelière» ou encore de la restauration. Les deux derniers éléments qui déterminent l expérience client sont, d autre part, de nature fonctionnelle. Il en est ainsi des procédures administratives comme l accueil, la coordination des examens ou le déroulement de la sortie, et enfin du volet technique des soins : compétences, pratiques professionnelles, résultat clinique (efficacité des soins, amélioration ou maintien de l état de santé, réduction du stress ou de la douleur ). 10

14 C est grâce à ces indices fonctionnels et émotionnels que se gagne la confiance. Indices émo(onnels Les rela(ons interpersonnelles La confiance L environnement physique Indices fonc(onnels les procédures La qualité technique des soins / résultat clinique Une perception largement non médicale Les établissements ne se différencient pas tant grâce aux indices fonctionnels (procédures, qualité technique des soins, résultat clinique) que grâce aux indices émotionnels (relations interpersonnelles, environnement physique). En effet, le patient n est pas en mesure d évaluer les premiers, alors qu il peut juger les seconds. Cette situation est éminemment paradoxale. Elle signifie en effet que les innovations non cliniques ont davantage d impact que la perception de la qualité des soins, et que l image d un établissement prime sur ses innovations cliniques. Aux États- Unis, ces critères sont déjà identifiés par les patients comme des éléments différenciateurs : information des patients tout au long de leur parcours, consultations à l heure, etc. 11

15 Les éléments «non cliniques» comme axe de différenciation Le paradoxe n est cependant pas total, car l amélioration des éléments non cliniques contribue à de meilleurs résultats cliniques. En témoigne le cas du Shouldice Hospital de Toronto, spécialisé dans le traitement des hernies, qui réalise opérations par an. Il affiche un taux d échec des opérations de 0,05 % contre une moyenne canadienne de 10 %. Le nombre de journées d indisponibilités professionnelles de ses patients s élève à huit, contre seize pour la moyenne canadienne. Si la qualité des médecins de cet hôpital est reconnue, c est surtout parce que le Shouldice Hospital a mis en place une politique innovante d accueil du patient. Celui-ci est considéré tout au long de son parcours de soins : il est tenu informé à 12

16 chaque étape de sa prise en charge, de la préparation de l hospitalisation à l examen de suivi un an après l opération. Sur le site Internet de l hôpital sont publiés des témoignages de patients qui expliquent le déroulement de la prise en charge. Autre exemple, les hôpitaux universitaires de la région de Cleveland (Ohio, États-Unis) ont adopté l outil en ligne InQuicker pour réguler l afflux de patients aux urgences en permettant la réservation de rendez-vous pour des pathologies bénignes. L outil géolocalise le patient et l oriente vers les urgences de l établissement le plus proche de l endroit où il se trouve. Dans le Missouri, l établissement pédiatrique Saint Louis Children s Hospital a repensé son parcours patient en fonction des besoins de son public spécifique : les enfants et leur famille. Un jardin de 740 mètres carrés a été aménagé sur les 13

17 toits de l hôpital pour permettre aux familles et aux enfants de se promener, de se relaxer et de sortir du cadre hospitalier. Ce jardin est aussi le cadre de spectacles de théâtre, concerts et autres animations pour les enfants hospitalisés. Le restaurant propose des menus personnalisables. Les repas sont livrés par des personnels déguisés en personnages de livres pour la jeunesse. Des salles de jeux ont été aménagées spécialement pour les frères et sœurs des jeunes patients. Une mascotte accueille les patients et leurs familles et incarne l hôpital lors de manifestations de santé publique, dans les écoles. Tous ces exemples montrent combien il est important de prendre en compte non seulement les innovations techniques, mais aussi les innovations relatives au parcours de soins, au parcours client et à la patientèle, qui ont en retour des effets sur le volet clinique. 14

18 POURQUOI LA NOTION DE CLIENT DEVIENT-ELLE INCONTOURNABLE DANS LA SANTÉ? Le client, notion longtemps taboue en santé Le secteur de la santé a longtemps été réticent à parler de client plutôt que de patient, pour des raisons culturelles tout d abord : la santé tend à être considérée comme «hors marché», en France en particulier, où son coût pour le patient est largement assumé par la communauté. En outre, dans ce secteur où interviennent de nombreux acteurs et qui est soumis à une forte réglementation, il n est pas toujours évident d identifier le client ou de s adresser à lui en tant que tel. Ainsi les laboratoires pharmaceutiques n ont-ils pas le droit de communiquer sur leurs produits auprès de leur client final, le patient, mais seulement auprès des prescripteurs, les médecins. Ce tabou de la dimension commerciale de la santé, observe Gwenaël Meneux, directeur Customer Excellence chez AstraZeneca, est à ce point intériorisé qu il produit une forme d autocensure de la part de l industrie pharmaceutique. Celle-ci s efforce de se démarquer de la perception du grand public qui associe bien souvent le commerce à une activité dans laquelle le client est exploité à ses dépens. Gwenaël Meneux, quant à lui, associe avant tout la notion de client à celle de satisfaction, et donc de réponse aux attentes. En cela, elle est parfaitement légitime. Pour autant, elle reste ambiguë. Le dictionnaire Larousse définit le client comme «une personne qui reçoit d une entreprise, contre paiement, des 15

19 fournitures commerciales ou des services». Cette description ne s applique pas en l état à l industrie pharmaceutique, tout d abord parce que la dimension du «contre paiement» est occultée même si elle est présente de façon indirecte. Par ailleurs, plutôt qu une fourniture commerciale ou un service, le médicament est plutôt un consommable qui rend un service, ce dernier étant profondément impliquant quand il touche à la vie du patient. On peut donc considérer malgré tout que le patient est le client d AstraZeneca. D ailleurs, le laboratoire se donne comme indicateurs de performance la santé, le bienêtre et la satisfaction du patient. Celle-ci passe par l efficacité de la molécule, ainsi que par la prise en charge du patient s il doit être hospitalisé. La santé, un marché à part mais un marché tout de même Dans le cadre hospitalier, la réticence face à la qualification de «client» est largement partagée. C est pourtant sans scrupule que s y réfère Arnaud Masson, directeur marketing de la Générale de Santé, car sont en jeu des questions de choix, de coût et de concurrence dans lesquelles le patient exerce son pouvoir de client. D ailleurs, comment ce groupe hospitalier privé coté en Bourse pourrait-il occulter la dimension commerciale de la santé, qui va de pair avec la qualité médicale? Certes, la santé évolue dans un cadre relativement contraint qui n en fait pas un marché comme les autres. Elle n en reste pas moins un marché. Les acteurs publics et privés de la santé sont globalement soumis aux mêmes règles du jeu législatives et réglementaires, mais pas aux mêmes règles financières, les seconds devant tenir 16

20 des impératifs de rentabilité. Toutefois, ces impératifs ne s étendent-ils pas de plus en plus au secteur public? Qui plus est, avec ses 106 établissements représentant 16 % du marché de l hospitalisation privée, un acteur comme la Générale de Santé s inscrit dans une logique de maillage et de partenariat public-privé pour délivrer l offre de soins dont ont besoin les populations. Le marketing des services est né à l hôpital! Peut-être aurait-on moins de scrupules à s intéresser au client dans la santé si l on se rappelait que le marketing des services a été inventé à l hôpital. Voilà une réalité que l on tend bien souvent à oublier, souligne Hubert Joseph-Antoine, directeur du service aux patients et de la communication à l AP-HP. Car, rappelle-t-il, les concepts fondamentaux sur lesquels s est construit le service aux clients dans bien des organisations et entreprises ont en partie été révélés à partir d observations de la relation patient-médecin effectuées par le sociologue américain Erving Goffman pendant plusieurs mois au sein de l hôpital psychiatrique St. Elizabeths de Washington, et qu il relate dans son ouvrage Asiles 1. Goffman observe que le praticien entre en contact avec deux données fondamentales : le client et «l objet défectueux» (à l hôpital, le patient). Le succès de l opération dépend de la façon dont le «réparateur» parvient à maintenir une distinction entre ces deux dimensions, tout en donnant à chacune l importance qui lui revient. En d autres termes, il importe, à l hôpital, de distinguer le malade et la personne. La confusion trop souvent 1 Erving Goffman, Asiles, études sur la condition sociale des malades mentaux, Éditions de Minuit, coll. «Le sens commun», Paris,

21 opérée entre les deux est lourde de conséquence. Par son analyse de l hôpital, Erving Goffman met en évidence un certain nombre de concepts qui restent centraux dans les services, au premier titre desquels celui de support physique. Ce n est plus le réparateur qui arrive avec ses outils chez le client, c est le client qui vient à lui et lui laisse l objet à réparer, pour en reprendre possession plus tard. Ainsi, le client devient l invité. Le praticien, quant à lui, doit travailler sous les yeux de la maisonnée. Son atelier, en l occurrence, n est pas un milieu neutre et inoffensif, mais un milieu agressif. L auteur insiste bien sur ce point. Autre concept bien connu dans le service qu éclaire Goffman, celui de l intangibilité. Le «réparateur» est-il vraiment compétent, se demande le client? Agit-il dans mon intérêt? N est-il pas trop cher? Est-il discret? La confiance que le client porte au réparateur a besoin d être soutenue par des assurances sans cesse renouvelées. Dans le cas spécifique de l hôpital, la relation à l autre présente certaines particularités. Tout d abord, le fait d abandonner son propre corps à un praticien pour qu il le traite sur un mode mi-rationnel, mi-empirique, représente à coup sûr un des points cruciaux de la relation de service. Le client s intéresse de près à ce qui arrive à son corps et occupe une excellente place pour observer ce qu on lui fait. La solution du comportement impersonnel, note Goffman, semble appliquée particulièrement lorsque le médecin qui examine le malade est accompagné de confrères et de subordonnés, lors de la 18

22 visite par exemple, car il a des partenaires avec qui soutenir une discussion technique sur le cas. Il s agit alors de supprimer l existence sociale du malade. Le praticien a très souvent avec son client un échange verbal en trois volets. Il se compose tout d abord d une partie technique, avec la prise de renseignements sur la réparation envisagée. Puis vient une partie contractuelle durant laquelle est donnée indication approximative et généralement écourtée du coût du travail, des délais nécessaires et autres détails semblables. La dernière partie est faite de civilités, c est-à-dire d échanges de politesses accompagnées de quelques amabilités et de menues marques de respect. Nul doute que cette description éclaire encore d un jour très intéressant les pratiques actuelles! Un secteur en mutation qui cherche de nouveaux relais de croissance En corollaire de l approche par les services, l approche de la santé par le marché est devenue d autant plus indispensable que les évolutions actuelles de ce secteur et de son financement remettent en cause les équilibres économiques et la pérennité de ses acteurs. Les mutations du secteur hospitalier Le secteur hospitalier subit des mutations qui mettent en péril l offre privée et qui obligent l offre publique à se montrer de plus en plus attractive. 19

23 Du point de vue de l hospitalisation privée, ces mutations concernent en premier lieu les règles du jeu imposées aux acteurs. Dans la santé, deuxième secteur le plus réglementé en France après l industrie nucléaire, le prix des actes est modifié par décret tous les ans. Quand le haut de compte d exploitation d un groupe privé diminue de 0,5 % alors que ses charges augmentent, il doit trouver ailleurs des relais de croissance et des économies. En outre, les règles du jeu nationales et les décisions locales prises par les agences régionales de santé bouleversent l équilibre fragile du secteur. Deuxième champ en mutation, le marché. Le mode de financement de la santé est de plus en plus contraint, avec un recul de la prise en charge publique et une surcapacité hospitalière structurelle. Qui plus est, la crise commence à impacter la demande hospitalière. On voit ainsi des patients décaler des opérations et s interroger sur l équation public/ privé, au vu notamment des dépassements d honoraires. La croissance hospitalière privée est estimée à 1 % pour l année Quelles en sont les conséquences pour un groupe comme la Générale de Santé? Jusqu à présent, son modèle économique était fondé sur un prix régulé de la santé qui couvrait grosso modo ses charges, les profits étant réalisés grâce aux services d hôtellerie. Or le développement de l ambulatoire entraîne une baisse des nuitées, et par conséquent une diminution de la marge de ce groupe hospitalier privé. Parallèlement, les durées moyennes de séjour tendent à s écourter. En rationalisant les opérations, il serait donc envisageable de traiter davantage de clients en un temps donné et d améliorer la productivité. 20

24 Ces facteurs doivent être pilotés de façon fine. Aujourd hui, le coût de fonctionnement des hôpitaux et cliniques privés est inférieur de 25 à 30 % à celui des établissements publics : c est dans ce gain de productivité que résident les marges, même si elles sont relativement faibles. Le paysage concurrentiel, lui aussi, connaît des bouleversements profonds. Aujourd hui, un certain nombre de cliniques privées sont obligées de fermer leurs portes. L offre de soins privée s est contractée de 20 % depuis huit ans (contre -2 % pour le public). Le secteur public, lui aussi, rationalise son offre, investit et réussit à gagner des parts de marché, par exemple dans la maternité, en mettant en valeur les notions de sécurité. L excédent brut d exploitation des cliniques privées n atteint que 2,5 %, ce qui limite les possibilités d investir dans de nouveaux matériels, qui sont comme nous l avons vu très appréciés des médecins mais faiblement perçus par les clients. Les forces qui s'exercent sur un modèle en mutation MARCHE EN MUTATION Nombre d acteurs Environnement réglementaire durci CHANGEMENTS DE VOLUMES / TARIFS Ambulatoire / Moyen Séjour Des tarifs stagnants Mieux servir le pa'ent pour trouver de la rentabilité et pérenniser l ac'vité de soins NOUVEAUX BESOINS MEDECINS / PATIENTS Une nouvelle généra(on de médecins qui arrive Des pa'ents qui deviennent acteurs CHANGEMENTS ENDOGENES Un modèle économique ayaqué Des leviers de rentabilité sous u'lisés 21

25 Le levier des services Pour les patients comme pour les professionnels de santé, la qualité optimale des soins est considérée comme un prérequis et ne constitue pas un facteur de différenciation fondamental. Le seul critère sur lequel l établissement de santé peut jouer, affirme Arnaud Masson, est la différenciation par le service, de sorte que l expérience devienne un élément clé de la réputation de l établissement et participe de façon vertueuse à la qualité des soins. Il importe donc de mieux servir le client pour trouver de la rentabilité et pérenniser l activité de soins. C est ainsi que l établissement peut générer le volume de patientèle dont il a besoin pour continuer à investir dans des équipements et dans une prise en charge optimale. Le soin reste bien évidemment le socle de l activité et s appuie sur le fondement de la relation médecin/patient. Le service, quant à lui, est une opportunité de création de valeur partagée pour continuer à délivrer une médecine de qualité tout en offrant le choix au patient/client. In fine, on assiste à l émergence de la relation client dans la médecine impliquant les trois acteurs fondamentaux que sont le patient, le médecin et l établissement. N allons pas croire qu il s agisse là d une tendance circonscrite au secteur hospitalier privé. En effet, la question du choix de l établissement de santé se pose bel et bien dans le secteur public, comme en témoigne Hubert Joseph-Antoine. De plus en plus, le patient se positionne comme un client qui entend exercer son libre arbitre dans le choix d un service, plutôt que comme un usager qui n aurait guère le choix. 22

26 D une enquête menée par l AP-HP, il est ressorti que l expérience des patients était le déterminant premier du choix de l établissement de santé. Ainsi 40 % des patients ont-ils un avis sur l hôpital où ils souhaitent aller, choix qui résulte à 63 % de recommandations faites par des proches. Dans le cas où le patient a un avis, celui-ci est décisif à 80 % sur la recommandation du médecin. Les médecins, quant à eux, se forgent leur opinion sur les établissements de santé à proportions égales sur la base de leurs relations avec leurs confrères, de leurs interactions au quotidien avec les établissements de santé (facilité à les joindre, à prendre un rendez-vous ) et des retours de leurs propres patients. En réalité, le choix de l établissement de santé s opère donc de façon prépondérante, à plus de 70 %, à partir de l expérience des patients. Constat assez contre-intuitif pour l AP-HP! La réflexion autour de l attractivité de l AP-HP vis à vis des patients concerne à la fois le patient et le médecin correspondant N = 150 patients - % des patients interrogés passés par un médecin correspondant Moins d 1 patient sur 2 a un avis a priori sur son orientation Patients sans avis Patients avec avis 40% 60% Dans les cas où le patient a un avis, celui-ci est décisif Influence nulle ou limitée du patient sur le médecin Influence décisive du patient sur le médecin ~20% ~80% Internet, TV et presse Note : Les calculs ont été effectués sur un échantillon réduit et brut, pour mettre en évidence des grandes tendances Pour se faire un avis, 1 patient sur 3 s informe auprès d un autre médecin Proches 63% Autre médecin 30% 7% Document personnel et strictement confidentiel Interdiction de reproduction et de diffusion en interne ou en externe Contenu préliminaire exclusivement réservé à la préparation de propositions qui seront le cas échéant communiquées et discutées avec les représentants du personnel, conformément à la législation SOURCE : Equipe projet, panel patients de 400 personnes en Île-de-France McKinsey & Company - EUROGROUP 5 23

27 Dans le secteur pharmaceutique, l atout de la relation avec le prescripteur Dans le secteur pharmaceutique, où l innovation thérapeutique reste le déterminant essentiel, la différenciation passe avant tout par la relation à valeur ajoutée avec le prescripteur, c està-dire le médecin, et dans une plus faible mesure autant que la loi le permet avec le client final, le patient. Les médecins sont l unique décisionnaire dans la prise en charge du patient. Ils prescrivent sur la base de leur diagnostic, de leur connaissance du patient et des thérapies en cours (caractéristiques des produits, recommandations des autorités de santé). Les pharmaciens ne peuvent pas remettre en cause leur prescription, mais assument un rôle croissant de conseil dans le bon suivi du traitement, notamment en matière de pathologies chroniques et d automédication. Il importe donc aussi de travailler la relation à leur égard. Quant au patient, le laboratoire ne peut interagir directement avec lui pour lui parler de ses produits, mais il est autorisé à lui apporter des informations sur des questions relatives à l environnement de santé et à l éducation thérapeutique. Il y a là un mode de communication particulier à développer, qui peut contribuer à faire la différence. 24

28 AU-DELÀ DU PATIENT, CONNAÎTRE LE CLIENT POUR ENRICHIR SON EXPÉRIENCE De la culture patient à la culture client Les évolutions du monde de la santé font donc apparaître la figure légitime du client, qui enrichit celle qui patient. Ce client désire exercer un rôle actif dans le choix de l offre de santé, ce à quoi les professionnels répondent par une nouvelle approche de l expérience du patient/client. Encore faut-il apprendre à connaître celui-ci, alors que l on se concentrait hier sur la seule figure du patient. La connaissance client sous l angle du marketing est une pratique récente dans le secteur de la santé, qui devient incontournable pour répondre aux attentes, enrichir l expérience et construire des parcours de satisfaction. Ce n est pas un hasard si la Générale de Santé a fait appel à un directeur marketing issu du monde du transport pour traiter cette problématique. En tant que responsable du programme de fidélité grands voyageurs de la SNCF, Arnaud Masson était déjà confronté aux notions plus ou moins conciliables de client et d usager, qui plus est dans un marché très réglementé. C est d ailleurs aussi à la SNCF qu Hubert Joseph-Antoine exerçait avant de prendre ses fonctions à l AP-HP. De l avis d Arnaud Masson, le secteur de la santé est à l aube d une transformation radicale, d une même nature que celle qu ont connue les secteurs des transports, de la banque et des télécommunications. Nous sommes donc au début de la révolution culturelle que constitue l approche client en santé. Le monde hospitalier 25

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière J1504 - Soins infirmiers spécialisés en bloc opératoire spécialisés en anesthésie J1507 - Soins infirmiers spécialisés 1 Les activités principales L infirmier doit assurer, sous l autorité des médecins,

Plus en détail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail Services à la personne Agir pour améliorer les conditions de travail Expériences d entreprises de moins de 20 salariés Propositions d axes de travail Des problématiques des Des petites entités souvent

Plus en détail

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel Responsables opérationnels débutants ou expérimentés en lien direct avec le comité de direction. Responsables d unités de production. Responsables de projet (technique, organisation, industrialisation).

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel Responsables opérationnels débutants ou expérimentés en lien direct avec le comité de direction. Responsables d unités de production. Responsables de projet (technique, organisation, industrialisation).

Plus en détail

Catalogue de formation 2012

Catalogue de formation 2012 Catalogue de formation 2012 www.h-conseil.com H comme Humain H Conseil est une société de conseil et de formation basée à Saint Nazaire et opérant partout, aussi bien en France qu à l étranger. La conviction

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

MINISTÈRE DE LA VILLE, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS

MINISTÈRE DE LA VILLE, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS MINISTÈRE DE LA VILLE, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS Le 19 novembre 2015, le Fonds pour le développement de la vie associative (FDVA) piloté par le ministère, outil de financement d actions de formation

Plus en détail

Le plan d actions pour passer aux prochains paliers 10 étapes pour développer vos revenus et vos résultats en affaires

Le plan d actions pour passer aux prochains paliers 10 étapes pour développer vos revenus et vos résultats en affaires Le plan d actions pour passer aux prochains paliers 10 étapes pour développer vos revenus et vos résultats en affaires Si vous souhaitez développer votre audience, votre clientèle et vos revenus, voici

Plus en détail

ACN AChAt public RENFORCER la StRAtégiE AChAt de SON établissement : AtOutS Et CléS de SuCCèS ASSOCiAtiON NAtiONAlE FORMAtiON hospitalier

ACN AChAt public RENFORCER la StRAtégiE AChAt de SON établissement : AtOutS Et CléS de SuCCèS ASSOCiAtiON NAtiONAlE FORMAtiON hospitalier ACN achat public MODULE A Renforcer la stratégie achat de son établissement : atouts et clés de succès ASSOCIATION NATIONALE POUR LA FORMATION PERMANENTE DU PERSONNEL HOSPITALIER 2013-15 module A Renforcer

Plus en détail

Avant-propos. L utilité du plan marketing

Avant-propos. L utilité du plan marketing Avant-propos L Avant-propos E PLAN MARKETING est l exercice annuel des chefs de produit, des directeurs marketing et des comités de direction des entreprises. Le chef de produit le réalise pour la gamme

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

Le but : développer la performance de l entreprise officinale en adéquation constante avec les obligations qualité inhérentes à la profession

Le but : développer la performance de l entreprise officinale en adéquation constante avec les obligations qualité inhérentes à la profession La qualité n'est pas une notion nouvelle dans le monde de la santé. Depuis un certain temps, des actions ont été engagées pour améliorer la qualité des prestations proposées dans ce domaine. Dans l'environnement

Plus en détail

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société 2009 Charte de l ouverture à la société + engagements 3 3 «Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d accéder aux informations relatives à l environnement détenues

Plus en détail

La Politique Qualité des Agences Selectour

La Politique Qualité des Agences Selectour La Politique Qualité des Agences Selectour Les agences Selectour : Avec près de 550 agences de voyages et 2 000 experts, nous offrons la garantie pour nos clients d être proches d un de nos points de vente

Plus en détail

20 Questions que les administrateurs devraient poser sur la stratégie Sommaire de la présentation Le 19 juillet 2012 Ken Smith

20 Questions que les administrateurs devraient poser sur la stratégie Sommaire de la présentation Le 19 juillet 2012 Ken Smith 20 Questions que les administrateurs devraient poser sur la stratégie Sommaire de la présentation Le 19 juillet 2012 Ken Smith 1. Quel est le rôle du conseil en matière de stratégie par rapport à celui

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

Programmes inter-entreprises

Programmes inter-entreprises Brochure interactive Programmes inter-entreprises France, 2014-2015 Pour plus d informations sur les lieux, dates et prix de nos training, veuillez consulter www.krauthammer.fr (rubrique Programmes inter-entreprises

Plus en détail

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir?

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? étude Bird & Bird et Buy.O Group Empower your Business Relationships Edito Globalisation, démocratisation de

Plus en détail

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu.

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu. RAPPORT AU CSFPT SUR L APPLICATION DE L ARTICLE 76-1 DE LA LOI N 86-54 DU 26 JANVIER 1984 PORTANT DISPOSITIONS STATUTAIRES RELATIVES A LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Bilan de l expérimentation de la

Plus en détail

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés h fiche pratique des repères pour agir #10 Préparer un accord GPEC dans les entreprises de plus de 50 salariés Octobre 2008 Le souci de se mettre en conformité avec la loi pousse un certain nombre d entreprises

Plus en détail

CHARGE DE RELATION MS MDSI ATOS Consulting

CHARGE DE RELATION MS MDSI ATOS Consulting CHARGE DE RELATION MS MDSI ATOS Consulting Mathis BAKARY 11/01/2013 Sommaire I. Présentation... 3 1. Activités... 3 2. Objectifs... 4 3. Localisation en Europe... 4 4. Localisation en France... 5 II. Stratégie...

Plus en détail

Développer son expertise en tant que Responsable Formation

Développer son expertise en tant que Responsable Formation 1 Développer son expertise en tant que Responsable Formation Environnement et fondamentaux de la formation professionnelle L environnement de la formation professionnelle revêt un caractère de plus en

Plus en détail

REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS

REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS V2. 3/23/2011 1 / 7 SOMMAIRE DU REFERENTIEL INTRODUCTION PREAMBULE POURQUOI UN REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU? P.

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

Conduire les entretiens annuels d évaluation

Conduire les entretiens annuels d évaluation Ce guide s adresse aux dirigeants et aux responsables en charge de la fonction ressources humaines qui envisagent de mettre en place des entretiens annuels. Il constitue un préalable à l instauration d

Plus en détail

Une transformation s impose : changeons d attitude

Une transformation s impose : changeons d attitude Une transformation s impose : changeons d attitude Colloque sur le marché des hôpitaux et du réseau de la santé au Québec 27 mai 2009 Aujourd hui, au Canada Le Canada dépense plus pour les soins de santé

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Conduire un projet d organisation

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Conduire un projet d organisation Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS Conduire un projet d organisation Version actualisée le 8 octobre 2012 Adresse du siège social : 190 rue Lecourbe 75015 Paris Adresse de correspondance : La

Plus en détail

La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère

La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère Tom Pfeiffer Partner Audit Deloitte Sacha Thill Senior Consultant Operations Excellence & Human Capital Deloitte Soucieuses du bien-être et du développement

Plus en détail

République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services. Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil :

République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services. Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil : République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil : Journée de l Ingénieur Tunisien Tunis, 30 octobre 2010

Plus en détail

L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL

L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL Décembre 2008 Sommaire 4 4 5 1. Qu est ce que l entretien professionnel? 1.1 L entretien professionnel : un dispositif conventionnel 1.2 Un outil au service de l évolution professionnelle

Plus en détail

L entretien professionnel annuel

L entretien professionnel annuel L entretien professionnel annuel Informations-repères pour la mise en œuvre du décret du 17 septembre 2007 et de l arrêté du 10 avril 2008 portant sur l appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires

Plus en détail

Dispositif d'accompagnement

Dispositif d'accompagnement PRÉFET DE LA RÉGION POITOU-CHARENTES Direction régionale des s, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l Emploi de Poitou-Charentes Pôle 3E Service développement économique-innovationentreprises

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Table des matières CONTEXTE...5 OBJET...7 CHAMP D APPLICATION...7 PRINCIPES GÉNÉRAUX ET VALEURS...7 OBJECTIFS GÉNÉRAUX...8 OBJECTIFS PARTICULIERS...8 DISPOSITIONS

Plus en détail

Cité générations Groupe médical d Onex Un nouveau modèle de soin pour la médecine ambulatoire

Cité générations Groupe médical d Onex Un nouveau modèle de soin pour la médecine ambulatoire Cité générations Groupe médical d Onex Un nouveau modèle de soin pour la médecine ambulatoire Né du souhait de mieux répondre aux grands défis de notre système de santé, Cité générations est un nouveau

Plus en détail

Mon Master à l ESTIM

Mon Master à l ESTIM Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique L Ecole Supérieure des Technologies d Informatique et de Management Mon Master à l ESTIM Livret des études «A l ESTIM Business School

Plus en détail

L Accompagnement Durable

L Accompagnement Durable L Accompagnement Durable Notre objectif: contribuer à la performance de l entreprise créatrice de valeur 1 Sept 2012 L Accompagnement Durable Notre Offre Le coaching systémique global d une organisation

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

LES BILANS L ESPRIT DANS LEQUEL NOUS TRAVAILLONS NOTRE DEONTOLOGIE. Les bilans sont pluriels dans la mesure où :

LES BILANS L ESPRIT DANS LEQUEL NOUS TRAVAILLONS NOTRE DEONTOLOGIE. Les bilans sont pluriels dans la mesure où : LES BILANS Les bilans sont pluriels dans la mesure où : Ils peuvent Répondre àdes objectifs différents : définir/valider un projet d évolution, retrouver du sens àson parcours, anticiper un changement

Plus en détail

Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques

Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques En 2013, le Conseil des arts du Canada a publié le Document d'information : Révision des programmes de subventions de fonctionnement

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

Proposition de valeur aux Etablissements de santé

Proposition de valeur aux Etablissements de santé Prix valables jusqu au 31 octobre 2015 Proposition de valeur aux Etablissements de santé OFFRE, OPTIONS, SERVICES Les sites d avis deviennent incontournables 91% des français consultent les avis avant

Plus en détail

Présentation du cabinet

Présentation du cabinet Présentation du cabinet Depuis 2005, Selenis intervient aux côtés d acteurs de référence de l assurance. Ce qui nous caractérise fait aussi notre différence : Conseil métier, nous sommes spécialistes de

Plus en détail

Le dispositif d évaluation dans la fonction publique

Le dispositif d évaluation dans la fonction publique Le dispositif d évaluation dans la fonction publique page 1 PLAN Présentation du dispositif d évaluation Enjeux de l évaluation en matière de management et de GRH page 2 L entretien professionnel en pratique

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

Cahier des charges. pour la réalisation d une étude. Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D

Cahier des charges. pour la réalisation d une étude. Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D Cahier des charges pour la réalisation d une étude Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D Sommaire Sommaire...2 Article 1 Objet du marché...3 Article 2 Contexte...3

Plus en détail

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE La loi n 2009-972 du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux parcours professionnels dans la fonction publique

Plus en détail

Colloque International IEMA-4

Colloque International IEMA-4 Comment mettre en place un dispositif coordonné d intelligence collective au service de la stratégie de l entreprise. Conférence de Mr. Alain JUILLET - Le 17/05/2010 IEMA4 Pour ne pas rester dans les banalités

Plus en détail

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Le Projet de service,

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Le Projet de service, Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS Le Projet de service, la recherche conjointe de la Qualité et de la Performance Version actualisée le 8 octobre 2012 Adresse du siège social : 190 rue Lecourbe

Plus en détail

Les stratégies de rupture

Les stratégies de rupture DOSSIER Les stratégies de rupture sous la direction de Laurence Lehmann-Ortega Pierre Roy DOSSIER LAURENCE LEHMANN-ORTEGA HEC Paris PIERRE ROY Université Montpellier 1, ISEM Introduction Une nouvelle

Plus en détail

Associer nos savoir-faire

Associer nos savoir-faire MAC-ERCI International, cabinet spécialisé en recrutement, évaluation et gestion des compétences, a été créé début 2007. En croissance depuis notre création, nous n avons de cesse de nous remettre en question

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

Refondation de l Ecole De la République. Contribution des CCI de France

Refondation de l Ecole De la République. Contribution des CCI de France Refondation de l Ecole De la République Contribution des CCI de France Octobre 2012 Etablissements publics dirigés par des chefs d entreprises élus par leurs pairs, les CCI de France assurent globalement

Plus en détail

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE Comment choisir un CRM qui répondra à toutes les attentes de vos commerciaux www.aptean..fr LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE

Plus en détail

Le défi démographique dans le secteur européen de l assurance Déclaration commune des partenaires sociaux européens du secteur de l assurance

Le défi démographique dans le secteur européen de l assurance Déclaration commune des partenaires sociaux européens du secteur de l assurance Le défi démographique dans le secteur européen de l assurance Déclaration commune des partenaires sociaux européens du secteur de l assurance Introduction Le vieillissement de la population et l inversion

Plus en détail

Cadre complet de mieux-être en milieu travail Présenté par : Marilyn Babineau, Réseau de santé Horizon Isabelle Duguay, Réseau de santé Vitalité Le 7

Cadre complet de mieux-être en milieu travail Présenté par : Marilyn Babineau, Réseau de santé Horizon Isabelle Duguay, Réseau de santé Vitalité Le 7 Cadre complet de mieux-être en milieu travail Présenté par : Marilyn Babineau, Réseau de santé Horizon Isabelle Duguay, Réseau de santé Vitalité Le 7 novembre 2012 Cadre de mieux-être en Le cadre de notre

Plus en détail

Cancer et Travail : Comment lever les tabous?

Cancer et Travail : Comment lever les tabous? Communiqué de presse 3 décembre 2013 1 er Baromètre Cancer@Work 2013 Cancer et Travail : Comment lever les tabous? A quelques semaines de l annonce du Plan cancer 2014-2018 par le Président de la République,

Plus en détail

CONCOURS PETIT POUCET BP 50135 75263 PARIS Cedex 06

CONCOURS PETIT POUCET BP 50135 75263 PARIS Cedex 06 Pour participer il vous suffit de retourner votre dossier de candidature accompagné d une copie de vos cartes étudiants avant le mardi 15 décembre 2009 (cachet de la Poste faisant foi) par courrier à :

Plus en détail

Réseaux et médias sociaux dans le tourisme. Comment développer sa visibilité et optimiser sa présence en ligne?

Réseaux et médias sociaux dans le tourisme. Comment développer sa visibilité et optimiser sa présence en ligne? Réseaux et médias sociaux dans le tourisme Comment développer sa visibilité et optimiser sa présence en ligne? Préface La popularité grandissante des réseaux sociaux sur le Web bouscule le modèle traditionnel

Plus en détail

Management de projet

Management de projet Management de projet Programme de stage Le métier de Chef de Projet 2 Objectifs 2 Démarche 3 Contenu du programme 4 Modalités d intervention 5 Quelques références 6 www.laurentderauglaudre.com 1/6 370

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

Séminaire. Démarche de clustering : Stratégie et animation. 26, 27 et 28 janvier 2015 à Batelière

Séminaire. Démarche de clustering : Stratégie et animation. 26, 27 et 28 janvier 2015 à Batelière Séminaire Démarche de clustering : Stratégie et animation 26, 27 et 28 janvier 2015 à Batelière En partenariat avec la Grappe d entreprises INOVAGRO et animé par France Clusters L innovation agroalimentaire

Plus en détail

Négocier avec son employeur

Négocier avec son employeur Thierry KRIEF Négocier avec son employeur Techniques de négociation commerciales appliquées au marché de l emploi, 2008 ISBN : 978-2-212-54138-0 Cas 1 Négocier un départ quand l entreprise veut vous garder

Plus en détail

Politique de développement et de gestion des ressources humaines

Politique de développement et de gestion des ressources humaines RÈGLEMENT N 3 Politique de développement et de gestion des ressources humaines Adopté par le Conseil d administration Le 26 mars 1996 - Résolution n o 1931 Table des matières I. Préambule... 3 II. Objectifs

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

HÔPITAUX CIVILS DE COLMAR

HÔPITAUX CIVILS DE COLMAR HÔPITAUX CIVILS DE COLMAR PROJET D ÉTABLISSEMENT 2013 2018 TOME 4 AUTRES PROJETS PROJET Qualité - Gestion des Risques 2013-2018 Novembre 2014 SOMMAIRE ORIENTATION! PROPOSER DES SOINS ET DES PRESTATIONS

Plus en détail

Accompagner le changement

Accompagner le changement A faire suivre à : retour à : Accompagner Problématique Le changement, c est tous les jours! Il fait aujourd hui partie intégrante de l univers des entreprises et des salariés. Présenté le plus souvent

Plus en détail

Les Entreprises Familiales

Les Entreprises Familiales Les Entreprises Familiales Paris, le 5 Fevrier 2008 Les Entreprises Familiales Centenaires sont en France 1400 (présentes dans presque tous les secteurs) dont 400 dans le secteur des Vins et Spiritueux.

Plus en détail

Introduction... 3 1/ En quoi consiste une veille commerciale?... 4 2/ Quel est son rôle?... 5 3/ Quels sont les bénéfices au niveau de l organisation

Introduction... 3 1/ En quoi consiste une veille commerciale?... 4 2/ Quel est son rôle?... 5 3/ Quels sont les bénéfices au niveau de l organisation Introduction... 3 1/ En quoi consiste une veille commerciale?... 4 2/ Quel est son rôle?... 5 3/ Quels sont les bénéfices au niveau de l organisation commerciale?... 6 A. Le temps... 6 B. La productivité...

Plus en détail

Chapitre 1. Introduction

Chapitre 1. Introduction ISBN 92-64-01565-5 L assurance-maladie privée dans les pays de l OCDE OCDE 2004 Chapitre 1 Introduction Ce chapitre introductif du rapport explique pourquoi l OCDE a décidé d entreprendre une étude sur

Plus en détail

142 COMMENT ORGANISER LE RETOUR À DOMICILE D UN PATIENT EN SOINS PALLIATIFS DANS LE CADRE D UNE MALADIE CANCÉREUSE?

142 COMMENT ORGANISER LE RETOUR À DOMICILE D UN PATIENT EN SOINS PALLIATIFS DANS LE CADRE D UNE MALADIE CANCÉREUSE? Item 142 COMMENT ORGANISER LE RETOUR À DOMICILE D UN PATIENT EN SOINS PALLIATIFS DANS LE CADRE D UNE MALADIE CANCÉREUSE? I/ Introduction 1 On rappelle la définition des soins palliatifs, par la S.F.A.P.

Plus en détail

LIVRE BLANC COMMUNICATIONS MARKETING ET CRM

LIVRE BLANC COMMUNICATIONS MARKETING ET CRM LIVRE BLANC COMMUNICATIONS MARKETING ET CRM LIVRE BLANC COMMUNICATIONS MARKETING ET CRM 2 À PROPOS De nos jours, il est essentiel pour les entreprises de définir une stratégie marketing précise et efficace.

Plus en détail

ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE

ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE DAMIEN PÉAN ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE LES GUIDES PRATIQUES GESTION - COMPTABILITÉ - FINANCE Comprendre les comptes annuels et améliorer la situation financière de l entreprise

Plus en détail

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Les soins palliatifs Contacts presse : Secrétariat d Etat chargée des Aînés Service

Plus en détail

Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT

Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT APPUI CONSEIL «GESTION DES AGES» dans le cadre du Contrat de génération Le présent

Plus en détail

Projet de service Aide à la Gestion du Budget Familial (AGBF) 2013-2016

Projet de service Aide à la Gestion du Budget Familial (AGBF) 2013-2016 Projet de service Aide à la Gestion du Budget Familial (AGBF) 2013-2016 Projet de service AGBF 1 Préambule L élaboration du présent projet de service est le fruit d un travail collaboratif et de concertation

Plus en détail

Opération Management & Compétitivité

Opération Management & Compétitivité Opération Management & Présentation par AQM - BN 1 Sommaire Présentation de l AQM L action collective management et compétitivité. Processus et déroulement. Les intervenants. Les étapes de formation et

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

MiFID Markets in Financial Instruments Directive

MiFID Markets in Financial Instruments Directive MiFID Markets in Financial Instruments Directive MiFID Les principales dispositions de la directive Les objectifs de la Directive MiFID L objectif de l Union européenne en matière de services financiers

Plus en détail

Appel à manifestation d intérêt

Appel à manifestation d intérêt Investissements d Avenir Développement de l Économie Numérique Appel à manifestation d intérêt Diffusion de la simulation numérique 2014 IMPORTANT ADRESSE DE PUBLICATION DE L APPEL A MANIFESTATION D INTERET

Plus en détail

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières DIRECTORATE FOR FINANCIAL AND ENTERPRISE AFFAIRS Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Principes et Bonnes Pratiques

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR

L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR «Rien ne sert de bien sélectionner, il faut aussi savoir intégrer à point!» Si un recrutement réussi dépend avant toute chose d une solide procédure de sélection,

Plus en détail

chapitre 4 L innovation dans Le GRoupe

chapitre 4 L innovation dans Le GRoupe chapitre 4 L innovation dans Le GRoupe 4.1 définir L innovation selon l insee, l innovation est un changement significatif de nature technique, commerciale, organisationnelle, structurelle ou de logique

Plus en détail

Elaborer un projet d action

Elaborer un projet d action FICHE PRATI QUE Elaborer un projet d action Un projet n est pas le fruit du hasard mais le résultat d une situation que l on juge insatisfaisante et que l on souhaite changer. On pourrait dans ce sens

Plus en détail

OPÉRATEUR EN STRATÉGIE D ENTREPRISE

OPÉRATEUR EN STRATÉGIE D ENTREPRISE OPÉRATEUR EN STRATÉGIE D ENTREPRISE convictions et engagements GRADIAN A ÉTÉ CRÉÉE EN 1978, EN FRANCE ET EN SUISSE, PAR UNE ÉQUIPE D INGÉNIEURS AYANT ACQUIS UNE SOLIDE EXPÉRIENCE, PARTAGEANT UNE FORTE

Plus en détail

- Le Coaching - C est un processus d accompagnement individuel permettant d aider la personne à atteindre le ou les objectifs qu elle s est fixés.

- Le Coaching - C est un processus d accompagnement individuel permettant d aider la personne à atteindre le ou les objectifs qu elle s est fixés. Le Coaching 1 Qu estce que le coaching? C est un processus d accompagnement individuel permettant d aider la personne à atteindre le ou les objectifs qu elle s est fixés. Grâce à un questionnement précis,

Plus en détail

Programme de formations

Programme de formations Programme de formations Member of Group LES DEFIS DE LA QUALITE Pourquoi mettre en place un Système de Management de la Qualité? Faire évoluer les comportements, les méthodes de travail et les moyens pour

Plus en détail

Le programme s efforce de promouvoir les femmes aux postes de direction.

Le programme s efforce de promouvoir les femmes aux postes de direction. POUR QUI? Directeurs et directrices d institutions éducatives, sociales ou socio-sanitaires Professionnel-le-s engagé-e-s dans l un des domaines de la santé ou du travail social et occupant une fonction

Plus en détail

Formation Chargé de développement de l alternance

Formation Chargé de développement de l alternance Formation Chargé de développement de l alternance En Ile de France GROUPE OMENDO Conseil et Formation 129 rue de Turenne - 75003 Paris 01 44 61 37 37 8 chemin du Pré Carré - Inovallée - 38240 Meylan 04

Plus en détail

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +.

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +. CIRCULAIRE Agirc 2011-04- DAS Objet : Nouveau partenariat Apec - Agirc Madame, Monsieur le directeur, Depuis 2003, le partenariat Apec - Agirc avait pour objet la mise en place de sessions d accompagnement

Plus en détail

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Document G Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Page 1 sur 7 Parmi les objectifs des Instituts de recherche technologique (IRT) figurent

Plus en détail

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 H114-8-3 PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 Adaptation du document La formation à la gestion d un établissement d enseignement, Les orientations et les compétences

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

94160 SAINT MANDE. Accord de Développement de l Emploi et des Compétences (ADEC) Plasturgie en Région Centre

94160 SAINT MANDE. Accord de Développement de l Emploi et des Compétences (ADEC) Plasturgie en Région Centre 5-7 AVENUE DU GENERAL DE GAULLE 94160 SAINT MANDE Accord de Développement de l Emploi et des Compétences (ADEC) Plasturgie en Région Centre - Actions individuelles : diagnostic RH et accompagnement des

Plus en détail

La diplomatie économique et la promotion économique du Maroc à l étranger

La diplomatie économique et la promotion économique du Maroc à l étranger Conseil National du Commerce Extérieur La diplomatie économique et la promotion économique du Maroc à l étranger Anticiper Partager Agir 2000 www.cnce.org.ma Sommaire INTRODUCTION 1. LE NOUVEAU CONTEXTE

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail