Parcours client, parcours patient : l expérience de service. Sous la direction de. Xavier Pavie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Parcours client, parcours patient : l expérience de service. Sous la direction de. Xavier Pavie"

Transcription

1 Parcours client, parcours patient : l expérience de service Sous la direction de Xavier Pavie

2

3 Avenue Bernard-Hirsch BP Cergy-Pontoise Cedex France Tel. +33 (0) essec-serviceinnovation.com ESSEC Asia-Pacific 100 Victoria Street National Library Building # Singapore Tel Fax , rue Cortambert Paris innovationandsociety.com

4 Parcours client, parcours patient : l expérience de service

5 The Institute for Strategic Innovation and Services ISIS, The Institute for Strategic Innovation and Services, est un centre de recherche et d animation scientifique de l ESSEC Business School à Paris et Singapour. Créé en janvier 2004, ISIS a pour vocation de faire émerger, stimuler et promouvoir l innovation dans l économie de la connaissance et des services du XXI e siècle, et cela en vue de contribuer à la croissance responsable et à la compétitivité des organisations. L institut instruit les mécanismes d innovation, capitalise sur les bonnes pratiques, accompagne les changements organisationnels et managériaux et élabore des instruments de mesure de la performance et de la capacité créatrice des équipes. ISIS anime un réseau international de partenaires économiques et universitaires tournés vers un objectif commun de développement de connaissances concrètes et de savoir-faire structurés. Au travers d échanges continus avec les responsables économiques, une communauté se construit autour de la réflexion, de la diffusion et du partage d expériences. Les «Matins de l Innovation» ainsi que d autres manifestations permettent à cette communauté de se réunir et de participer à une construction commune autour des enjeux et des méthodes de l innovation dans l économie des services. essec-serviceinnovation.com L association Innovation & Société a pour objet d encourager et de pratiquer l étude de la responsabilité sociale de l innovateur, qu il s agisse d une personne physique ou d une personne morale. Pour ce faire, elle réunit des chercheurs, enseignants, responsables économiques, représentants des pouvoirs publics et représentants de la société civile dans son ensemble autour d un travail collectif de réflexion et d animation scientifique sur les différentes composantes de l innovation, sur les mécanismes de stimulation de l innovation, sur l évaluation des conséquences économiques, sociales et sociétales de l innovation, sur la recherche et la formation à l innovation, parmi d autres. innovationandsociety.com

6 Parcours client, parcours patient : l expérience de service Sous la direction de Xavier Pavie

7 Sous la direction de Xavier Pavie Xavier Pavie enseigne à l ESSEC où il est également directeur de l Institute for Strategic Innovation and Services (ISIS). Diplômé de sciences de gestion, il est aussi docteur en philosophie. Il est l auteur de plusieurs articles et ouvrages en management et philosophie, notamment L Innovation responsable, stratégie et levier de croissance pour les organisations (Eyrolles, 2012). L ISIS tenait à remercier Hubert Joseph-Antoine, directeur du service aux patients et de la communication à l AP-HP, Arnaud Masson, directeur marketing de la Générale de Santé, et Gwenaël Meneux, directeur Customer Excellence chez AstraZeneca, pour leurs contributions sur le thème «Parcours client, parcours patient : l expérience de service». Ainsi que Sophie Jacolin, pour sa collaboration à ce cahier. Ce cahier est issu de la série «les Portes de l Innovation»

8 Sommaire INTRODUCTION... 7 Définir le parcours client... 7 Du patient à la patientèle... 9 Des leviers de satisfaction médicaux et non médicaux POURQUOI LA NOTION DE CLIENT DEVIENT-ELLE INCONTOURNABLE DANS LA SANTÉ? Le client, notion longtemps taboue en santé Le marketing des services est né à l hôpital! Un secteur en mutation qui cherche de nouveaux relais de croissance AU-DELÀ DU PATIENT, CONNAITRE LE CLIENT POUR ENRICHIR SON EXPÉRIENCE De la culture patient à la culture client Les techniques du marketing s invitent à l hôpital Les spécificités du service à l hôpital Les spécificités de la relation laboratoire-prescripteur INNOVER DANS L OFFRE DE SERVICE ET LE PARCOURS CLIENT Segmentation de la clientèle et lignes de services Des parcours clients fluides et efficaces Innover dans les modes de communication avec le client Une approche globale de la qualité de service S inspirer des expériences étrangères Conclusion : quelques conseils pour innover dans les services en santé... 42

9

10 INTRODUCTION Définir le parcours client Dans quelle mesure l approche du parcours patient, classique en santé, et celle du parcours client, familière dans le marketing et les services, méritent-elles d être rapprochées? Que pouvons-nous tirer de leur confrontation? Le parcours client est constitué par l ensemble des interactions ayant lieu à l occasion d une consommation ou d un service, dans tous les cas d une relation. Il s étend du premier contact entre le client et l organisation, avant l achat, jusqu à son retour d expérience. Il recouvre une grande diversité d interactions : physiques (visite du magasin, échange avec un vendeur ), virtuelles (site Internet de la marque, réseaux sociaux ) ou encore téléphoniques (service client ). La projection puis l analyse du parcours permettent d illustrer les besoins du client. La matrice de santé de Michael Porter montre combien sont complexes les processus que l organisation doit mettre en œuvre pour accroître la satisfaction de l usager. La complexité est d autant plus grande dans le domaine des soins que de nombreux acteurs viennent s y greffer. Il y a forcément de la tension dans le parcours. L enjeu, comme dans toute organisation de service, est d identifier les points de tension de la façon la plus précise possible, afin de les anticiper et de les améliorer ceci pour garantir la qualité de service et l expérience client. 7

11 La qualité de service est évaluée au fil des étapes du parcours, depuis le début (souvent, la consultation d un site Internet) jusqu au résultat, moment auquel la satisfaction est déterminée. Précisons que la satisfaction du client est égale à la qualité perçue moins les attentes. Comme le montrent les théories du Net Promoter Score, elle n entraîne pas nécessairement une recommandation même si elle est favorable. Il reste que l objectif en fin de parcours est de constater une satisfaction du client supérieure à ses attentes. En santé, l attente est d être guérie. Comment susciter une perception favorable au-delà de la guérison? Sur quoi se fonde cette perception, si ce n est sur le soin? Il est primordial pour l organisation d être en capacité de modéliser le parcours client de façon à définir les actions à accomplir par ses collaborateurs pour maintenir un standard 8

12 de qualité. L exercice est d autant plus complexe que les attentes du client varient et évoluent dans le temps. Un même client est tout à la fois citoyen, usager, patient et consommateur. Il présente une multitude de facettes. De fait, le parcours ne doit pas rester figé mais intégrer la variété des clients. Du patient à la patientèle Le patient est un individu qui a avec autrui une relation dont la nature n est pas nécessairement commerciale. On devient patient lors d interactions avec le système de santé comme bénéficiaire, usager, consommateur, mais tout en demeurant client. C est pour désigner cette complexité d interactions que l on parle de «patientèle». L émergence du concept de patientèle résulte également d évolutions juridiques et technologiques. Citons ainsi le droit à l information institué par la loi Kouchner de Le patient dispose d informations sur lui-même qui lui permettent de détenir autant de pouvoir que son interlocuteur et tendent à le placer à un niveau d égalité avec le médecin. S y ajoute une vulgarisation de l information médicale, sur Internet en particulier. Le rapport de pouvoir entre le corps médical et le patient a même pu basculer, comme en a témoigné l opposition dans les années 1980 entre les militants d Act Up et le corps médical, celui-ci ne parvenant pas à accéder aux informations relatives à une certaine frange de la population. Sur ce basculement de pouvoir se greffe une relation commerciale. 9

13 Pour autant, ce phénomène ne suffit pas à faire du patient un expert des questions médicales. Nous ne sommes pas capables de juger de la qualité des soins prodigués par un médecin. Aussi nous en tenons-nous au constat de guérison, qui correspond à notre attente. La perception et donc la satisfaction sont un autre sujet. Des leviers de satisfaction médicaux et non médicaux Les établissements de santé, bien souvent, négligent les aspects non médicaux du service qu ils dispensent. Ceux-ci sont pourtant cruciaux, dans la mesure où ils font passer le patient du constat de guérison à la satisfaction. On peut alors parler d expérience client ou d expérience patientèle. C est le levier qui permet d améliorer l image de marque des établissements de santé, et la satisfaction à leur égard. Quatre principaux éléments ont un impact sur l expérience du patient. Ils sont d une part de nature émotionnelle. Citons ainsi les relations interpersonnelles avec les différentes catégories de professionnels, qu ils soient médicaux, paramédicaux, soignants ou administratifs. Vient ensuite l appréciation de l environnement physique, c est-à-dire des locaux, de la prestation «hôtelière» ou encore de la restauration. Les deux derniers éléments qui déterminent l expérience client sont, d autre part, de nature fonctionnelle. Il en est ainsi des procédures administratives comme l accueil, la coordination des examens ou le déroulement de la sortie, et enfin du volet technique des soins : compétences, pratiques professionnelles, résultat clinique (efficacité des soins, amélioration ou maintien de l état de santé, réduction du stress ou de la douleur ). 10

14 C est grâce à ces indices fonctionnels et émotionnels que se gagne la confiance. Indices émo(onnels Les rela(ons interpersonnelles La confiance L environnement physique Indices fonc(onnels les procédures La qualité technique des soins / résultat clinique Une perception largement non médicale Les établissements ne se différencient pas tant grâce aux indices fonctionnels (procédures, qualité technique des soins, résultat clinique) que grâce aux indices émotionnels (relations interpersonnelles, environnement physique). En effet, le patient n est pas en mesure d évaluer les premiers, alors qu il peut juger les seconds. Cette situation est éminemment paradoxale. Elle signifie en effet que les innovations non cliniques ont davantage d impact que la perception de la qualité des soins, et que l image d un établissement prime sur ses innovations cliniques. Aux États- Unis, ces critères sont déjà identifiés par les patients comme des éléments différenciateurs : information des patients tout au long de leur parcours, consultations à l heure, etc. 11

15 Les éléments «non cliniques» comme axe de différenciation Le paradoxe n est cependant pas total, car l amélioration des éléments non cliniques contribue à de meilleurs résultats cliniques. En témoigne le cas du Shouldice Hospital de Toronto, spécialisé dans le traitement des hernies, qui réalise opérations par an. Il affiche un taux d échec des opérations de 0,05 % contre une moyenne canadienne de 10 %. Le nombre de journées d indisponibilités professionnelles de ses patients s élève à huit, contre seize pour la moyenne canadienne. Si la qualité des médecins de cet hôpital est reconnue, c est surtout parce que le Shouldice Hospital a mis en place une politique innovante d accueil du patient. Celui-ci est considéré tout au long de son parcours de soins : il est tenu informé à 12

16 chaque étape de sa prise en charge, de la préparation de l hospitalisation à l examen de suivi un an après l opération. Sur le site Internet de l hôpital sont publiés des témoignages de patients qui expliquent le déroulement de la prise en charge. Autre exemple, les hôpitaux universitaires de la région de Cleveland (Ohio, États-Unis) ont adopté l outil en ligne InQuicker pour réguler l afflux de patients aux urgences en permettant la réservation de rendez-vous pour des pathologies bénignes. L outil géolocalise le patient et l oriente vers les urgences de l établissement le plus proche de l endroit où il se trouve. Dans le Missouri, l établissement pédiatrique Saint Louis Children s Hospital a repensé son parcours patient en fonction des besoins de son public spécifique : les enfants et leur famille. Un jardin de 740 mètres carrés a été aménagé sur les 13

17 toits de l hôpital pour permettre aux familles et aux enfants de se promener, de se relaxer et de sortir du cadre hospitalier. Ce jardin est aussi le cadre de spectacles de théâtre, concerts et autres animations pour les enfants hospitalisés. Le restaurant propose des menus personnalisables. Les repas sont livrés par des personnels déguisés en personnages de livres pour la jeunesse. Des salles de jeux ont été aménagées spécialement pour les frères et sœurs des jeunes patients. Une mascotte accueille les patients et leurs familles et incarne l hôpital lors de manifestations de santé publique, dans les écoles. Tous ces exemples montrent combien il est important de prendre en compte non seulement les innovations techniques, mais aussi les innovations relatives au parcours de soins, au parcours client et à la patientèle, qui ont en retour des effets sur le volet clinique. 14

18 POURQUOI LA NOTION DE CLIENT DEVIENT-ELLE INCONTOURNABLE DANS LA SANTÉ? Le client, notion longtemps taboue en santé Le secteur de la santé a longtemps été réticent à parler de client plutôt que de patient, pour des raisons culturelles tout d abord : la santé tend à être considérée comme «hors marché», en France en particulier, où son coût pour le patient est largement assumé par la communauté. En outre, dans ce secteur où interviennent de nombreux acteurs et qui est soumis à une forte réglementation, il n est pas toujours évident d identifier le client ou de s adresser à lui en tant que tel. Ainsi les laboratoires pharmaceutiques n ont-ils pas le droit de communiquer sur leurs produits auprès de leur client final, le patient, mais seulement auprès des prescripteurs, les médecins. Ce tabou de la dimension commerciale de la santé, observe Gwenaël Meneux, directeur Customer Excellence chez AstraZeneca, est à ce point intériorisé qu il produit une forme d autocensure de la part de l industrie pharmaceutique. Celle-ci s efforce de se démarquer de la perception du grand public qui associe bien souvent le commerce à une activité dans laquelle le client est exploité à ses dépens. Gwenaël Meneux, quant à lui, associe avant tout la notion de client à celle de satisfaction, et donc de réponse aux attentes. En cela, elle est parfaitement légitime. Pour autant, elle reste ambiguë. Le dictionnaire Larousse définit le client comme «une personne qui reçoit d une entreprise, contre paiement, des 15

19 fournitures commerciales ou des services». Cette description ne s applique pas en l état à l industrie pharmaceutique, tout d abord parce que la dimension du «contre paiement» est occultée même si elle est présente de façon indirecte. Par ailleurs, plutôt qu une fourniture commerciale ou un service, le médicament est plutôt un consommable qui rend un service, ce dernier étant profondément impliquant quand il touche à la vie du patient. On peut donc considérer malgré tout que le patient est le client d AstraZeneca. D ailleurs, le laboratoire se donne comme indicateurs de performance la santé, le bienêtre et la satisfaction du patient. Celle-ci passe par l efficacité de la molécule, ainsi que par la prise en charge du patient s il doit être hospitalisé. La santé, un marché à part mais un marché tout de même Dans le cadre hospitalier, la réticence face à la qualification de «client» est largement partagée. C est pourtant sans scrupule que s y réfère Arnaud Masson, directeur marketing de la Générale de Santé, car sont en jeu des questions de choix, de coût et de concurrence dans lesquelles le patient exerce son pouvoir de client. D ailleurs, comment ce groupe hospitalier privé coté en Bourse pourrait-il occulter la dimension commerciale de la santé, qui va de pair avec la qualité médicale? Certes, la santé évolue dans un cadre relativement contraint qui n en fait pas un marché comme les autres. Elle n en reste pas moins un marché. Les acteurs publics et privés de la santé sont globalement soumis aux mêmes règles du jeu législatives et réglementaires, mais pas aux mêmes règles financières, les seconds devant tenir 16

20 des impératifs de rentabilité. Toutefois, ces impératifs ne s étendent-ils pas de plus en plus au secteur public? Qui plus est, avec ses 106 établissements représentant 16 % du marché de l hospitalisation privée, un acteur comme la Générale de Santé s inscrit dans une logique de maillage et de partenariat public-privé pour délivrer l offre de soins dont ont besoin les populations. Le marketing des services est né à l hôpital! Peut-être aurait-on moins de scrupules à s intéresser au client dans la santé si l on se rappelait que le marketing des services a été inventé à l hôpital. Voilà une réalité que l on tend bien souvent à oublier, souligne Hubert Joseph-Antoine, directeur du service aux patients et de la communication à l AP-HP. Car, rappelle-t-il, les concepts fondamentaux sur lesquels s est construit le service aux clients dans bien des organisations et entreprises ont en partie été révélés à partir d observations de la relation patient-médecin effectuées par le sociologue américain Erving Goffman pendant plusieurs mois au sein de l hôpital psychiatrique St. Elizabeths de Washington, et qu il relate dans son ouvrage Asiles 1. Goffman observe que le praticien entre en contact avec deux données fondamentales : le client et «l objet défectueux» (à l hôpital, le patient). Le succès de l opération dépend de la façon dont le «réparateur» parvient à maintenir une distinction entre ces deux dimensions, tout en donnant à chacune l importance qui lui revient. En d autres termes, il importe, à l hôpital, de distinguer le malade et la personne. La confusion trop souvent 1 Erving Goffman, Asiles, études sur la condition sociale des malades mentaux, Éditions de Minuit, coll. «Le sens commun», Paris,

21 opérée entre les deux est lourde de conséquence. Par son analyse de l hôpital, Erving Goffman met en évidence un certain nombre de concepts qui restent centraux dans les services, au premier titre desquels celui de support physique. Ce n est plus le réparateur qui arrive avec ses outils chez le client, c est le client qui vient à lui et lui laisse l objet à réparer, pour en reprendre possession plus tard. Ainsi, le client devient l invité. Le praticien, quant à lui, doit travailler sous les yeux de la maisonnée. Son atelier, en l occurrence, n est pas un milieu neutre et inoffensif, mais un milieu agressif. L auteur insiste bien sur ce point. Autre concept bien connu dans le service qu éclaire Goffman, celui de l intangibilité. Le «réparateur» est-il vraiment compétent, se demande le client? Agit-il dans mon intérêt? N est-il pas trop cher? Est-il discret? La confiance que le client porte au réparateur a besoin d être soutenue par des assurances sans cesse renouvelées. Dans le cas spécifique de l hôpital, la relation à l autre présente certaines particularités. Tout d abord, le fait d abandonner son propre corps à un praticien pour qu il le traite sur un mode mi-rationnel, mi-empirique, représente à coup sûr un des points cruciaux de la relation de service. Le client s intéresse de près à ce qui arrive à son corps et occupe une excellente place pour observer ce qu on lui fait. La solution du comportement impersonnel, note Goffman, semble appliquée particulièrement lorsque le médecin qui examine le malade est accompagné de confrères et de subordonnés, lors de la 18

22 visite par exemple, car il a des partenaires avec qui soutenir une discussion technique sur le cas. Il s agit alors de supprimer l existence sociale du malade. Le praticien a très souvent avec son client un échange verbal en trois volets. Il se compose tout d abord d une partie technique, avec la prise de renseignements sur la réparation envisagée. Puis vient une partie contractuelle durant laquelle est donnée indication approximative et généralement écourtée du coût du travail, des délais nécessaires et autres détails semblables. La dernière partie est faite de civilités, c est-à-dire d échanges de politesses accompagnées de quelques amabilités et de menues marques de respect. Nul doute que cette description éclaire encore d un jour très intéressant les pratiques actuelles! Un secteur en mutation qui cherche de nouveaux relais de croissance En corollaire de l approche par les services, l approche de la santé par le marché est devenue d autant plus indispensable que les évolutions actuelles de ce secteur et de son financement remettent en cause les équilibres économiques et la pérennité de ses acteurs. Les mutations du secteur hospitalier Le secteur hospitalier subit des mutations qui mettent en péril l offre privée et qui obligent l offre publique à se montrer de plus en plus attractive. 19

23 Du point de vue de l hospitalisation privée, ces mutations concernent en premier lieu les règles du jeu imposées aux acteurs. Dans la santé, deuxième secteur le plus réglementé en France après l industrie nucléaire, le prix des actes est modifié par décret tous les ans. Quand le haut de compte d exploitation d un groupe privé diminue de 0,5 % alors que ses charges augmentent, il doit trouver ailleurs des relais de croissance et des économies. En outre, les règles du jeu nationales et les décisions locales prises par les agences régionales de santé bouleversent l équilibre fragile du secteur. Deuxième champ en mutation, le marché. Le mode de financement de la santé est de plus en plus contraint, avec un recul de la prise en charge publique et une surcapacité hospitalière structurelle. Qui plus est, la crise commence à impacter la demande hospitalière. On voit ainsi des patients décaler des opérations et s interroger sur l équation public/ privé, au vu notamment des dépassements d honoraires. La croissance hospitalière privée est estimée à 1 % pour l année Quelles en sont les conséquences pour un groupe comme la Générale de Santé? Jusqu à présent, son modèle économique était fondé sur un prix régulé de la santé qui couvrait grosso modo ses charges, les profits étant réalisés grâce aux services d hôtellerie. Or le développement de l ambulatoire entraîne une baisse des nuitées, et par conséquent une diminution de la marge de ce groupe hospitalier privé. Parallèlement, les durées moyennes de séjour tendent à s écourter. En rationalisant les opérations, il serait donc envisageable de traiter davantage de clients en un temps donné et d améliorer la productivité. 20

24 Ces facteurs doivent être pilotés de façon fine. Aujourd hui, le coût de fonctionnement des hôpitaux et cliniques privés est inférieur de 25 à 30 % à celui des établissements publics : c est dans ce gain de productivité que résident les marges, même si elles sont relativement faibles. Le paysage concurrentiel, lui aussi, connaît des bouleversements profonds. Aujourd hui, un certain nombre de cliniques privées sont obligées de fermer leurs portes. L offre de soins privée s est contractée de 20 % depuis huit ans (contre -2 % pour le public). Le secteur public, lui aussi, rationalise son offre, investit et réussit à gagner des parts de marché, par exemple dans la maternité, en mettant en valeur les notions de sécurité. L excédent brut d exploitation des cliniques privées n atteint que 2,5 %, ce qui limite les possibilités d investir dans de nouveaux matériels, qui sont comme nous l avons vu très appréciés des médecins mais faiblement perçus par les clients. Les forces qui s'exercent sur un modèle en mutation MARCHE EN MUTATION Nombre d acteurs Environnement réglementaire durci CHANGEMENTS DE VOLUMES / TARIFS Ambulatoire / Moyen Séjour Des tarifs stagnants Mieux servir le pa'ent pour trouver de la rentabilité et pérenniser l ac'vité de soins NOUVEAUX BESOINS MEDECINS / PATIENTS Une nouvelle généra(on de médecins qui arrive Des pa'ents qui deviennent acteurs CHANGEMENTS ENDOGENES Un modèle économique ayaqué Des leviers de rentabilité sous u'lisés 21

25 Le levier des services Pour les patients comme pour les professionnels de santé, la qualité optimale des soins est considérée comme un prérequis et ne constitue pas un facteur de différenciation fondamental. Le seul critère sur lequel l établissement de santé peut jouer, affirme Arnaud Masson, est la différenciation par le service, de sorte que l expérience devienne un élément clé de la réputation de l établissement et participe de façon vertueuse à la qualité des soins. Il importe donc de mieux servir le client pour trouver de la rentabilité et pérenniser l activité de soins. C est ainsi que l établissement peut générer le volume de patientèle dont il a besoin pour continuer à investir dans des équipements et dans une prise en charge optimale. Le soin reste bien évidemment le socle de l activité et s appuie sur le fondement de la relation médecin/patient. Le service, quant à lui, est une opportunité de création de valeur partagée pour continuer à délivrer une médecine de qualité tout en offrant le choix au patient/client. In fine, on assiste à l émergence de la relation client dans la médecine impliquant les trois acteurs fondamentaux que sont le patient, le médecin et l établissement. N allons pas croire qu il s agisse là d une tendance circonscrite au secteur hospitalier privé. En effet, la question du choix de l établissement de santé se pose bel et bien dans le secteur public, comme en témoigne Hubert Joseph-Antoine. De plus en plus, le patient se positionne comme un client qui entend exercer son libre arbitre dans le choix d un service, plutôt que comme un usager qui n aurait guère le choix. 22

26 D une enquête menée par l AP-HP, il est ressorti que l expérience des patients était le déterminant premier du choix de l établissement de santé. Ainsi 40 % des patients ont-ils un avis sur l hôpital où ils souhaitent aller, choix qui résulte à 63 % de recommandations faites par des proches. Dans le cas où le patient a un avis, celui-ci est décisif à 80 % sur la recommandation du médecin. Les médecins, quant à eux, se forgent leur opinion sur les établissements de santé à proportions égales sur la base de leurs relations avec leurs confrères, de leurs interactions au quotidien avec les établissements de santé (facilité à les joindre, à prendre un rendez-vous ) et des retours de leurs propres patients. En réalité, le choix de l établissement de santé s opère donc de façon prépondérante, à plus de 70 %, à partir de l expérience des patients. Constat assez contre-intuitif pour l AP-HP! La réflexion autour de l attractivité de l AP-HP vis à vis des patients concerne à la fois le patient et le médecin correspondant N = 150 patients - % des patients interrogés passés par un médecin correspondant Moins d 1 patient sur 2 a un avis a priori sur son orientation Patients sans avis Patients avec avis 40% 60% Dans les cas où le patient a un avis, celui-ci est décisif Influence nulle ou limitée du patient sur le médecin Influence décisive du patient sur le médecin ~20% ~80% Internet, TV et presse Note : Les calculs ont été effectués sur un échantillon réduit et brut, pour mettre en évidence des grandes tendances Pour se faire un avis, 1 patient sur 3 s informe auprès d un autre médecin Proches 63% Autre médecin 30% 7% Document personnel et strictement confidentiel Interdiction de reproduction et de diffusion en interne ou en externe Contenu préliminaire exclusivement réservé à la préparation de propositions qui seront le cas échéant communiquées et discutées avec les représentants du personnel, conformément à la législation SOURCE : Equipe projet, panel patients de 400 personnes en Île-de-France McKinsey & Company - EUROGROUP 5 23

27 Dans le secteur pharmaceutique, l atout de la relation avec le prescripteur Dans le secteur pharmaceutique, où l innovation thérapeutique reste le déterminant essentiel, la différenciation passe avant tout par la relation à valeur ajoutée avec le prescripteur, c està-dire le médecin, et dans une plus faible mesure autant que la loi le permet avec le client final, le patient. Les médecins sont l unique décisionnaire dans la prise en charge du patient. Ils prescrivent sur la base de leur diagnostic, de leur connaissance du patient et des thérapies en cours (caractéristiques des produits, recommandations des autorités de santé). Les pharmaciens ne peuvent pas remettre en cause leur prescription, mais assument un rôle croissant de conseil dans le bon suivi du traitement, notamment en matière de pathologies chroniques et d automédication. Il importe donc aussi de travailler la relation à leur égard. Quant au patient, le laboratoire ne peut interagir directement avec lui pour lui parler de ses produits, mais il est autorisé à lui apporter des informations sur des questions relatives à l environnement de santé et à l éducation thérapeutique. Il y a là un mode de communication particulier à développer, qui peut contribuer à faire la différence. 24

28 AU-DELÀ DU PATIENT, CONNAÎTRE LE CLIENT POUR ENRICHIR SON EXPÉRIENCE De la culture patient à la culture client Les évolutions du monde de la santé font donc apparaître la figure légitime du client, qui enrichit celle qui patient. Ce client désire exercer un rôle actif dans le choix de l offre de santé, ce à quoi les professionnels répondent par une nouvelle approche de l expérience du patient/client. Encore faut-il apprendre à connaître celui-ci, alors que l on se concentrait hier sur la seule figure du patient. La connaissance client sous l angle du marketing est une pratique récente dans le secteur de la santé, qui devient incontournable pour répondre aux attentes, enrichir l expérience et construire des parcours de satisfaction. Ce n est pas un hasard si la Générale de Santé a fait appel à un directeur marketing issu du monde du transport pour traiter cette problématique. En tant que responsable du programme de fidélité grands voyageurs de la SNCF, Arnaud Masson était déjà confronté aux notions plus ou moins conciliables de client et d usager, qui plus est dans un marché très réglementé. C est d ailleurs aussi à la SNCF qu Hubert Joseph-Antoine exerçait avant de prendre ses fonctions à l AP-HP. De l avis d Arnaud Masson, le secteur de la santé est à l aube d une transformation radicale, d une même nature que celle qu ont connue les secteurs des transports, de la banque et des télécommunications. Nous sommes donc au début de la révolution culturelle que constitue l approche client en santé. Le monde hospitalier 25

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession Position adoptée par Conseil national de l Ordre des infirmiers le 14 septembre 2010 Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Plus en détail

La chirurgie ambulatoire en 20 questions. Avant propos

La chirurgie ambulatoire en 20 questions. Avant propos Avant propos Avec le développement de la chirurgie ambulatoire, le nombre de professionnels qui s intéressent à cette pratique est en croissance constante. Les «nouveaux intéressés» se heurtent souvent

Plus en détail

Le processus de professionnalisation du cadre de santé : Cadre de santé ou Cadre de soins?

Le processus de professionnalisation du cadre de santé : Cadre de santé ou Cadre de soins? Le processus de professionnalisation du cadre de santé : Cadre de santé ou Cadre de soins? Laurent QUENEC HDU Descriptif : Le métier de cadre de santé est en constante évolution : le cadre est aujourd

Plus en détail

Directeur du Département des Ressources Humaines. - Profil de poste -

Directeur du Département des Ressources Humaines. - Profil de poste - Directeur du Département des Ressources Humaines - Profil de poste - Cotation du poste : 2,7 1. Informations institutionnelles relatives au CHRU de Lille Etablissement : CHRU de Lille 2 avenue Oscar Lambret

Plus en détail

La démarche marketing

La démarche marketing La démarche marketing «Ça, c est encore du marketing!» Marc-Alexandre Legrain Source : La boîte à culture Sommaire I. Découvrir le Marketing Etape 1 : A quoi sert le Marketing? Etape 2 : La démarche Marketing

Plus en détail

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Compte-rendu de l atelier 5 : Santé et numérique

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Compte-rendu de l atelier 5 : Santé et numérique JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 4ème journée Compte-rendu de l atelier 5 : Santé et numérique Thème de la journée contributive : Junior ESSEC 04/02/2015

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CLINIQUE DURIEUX

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CLINIQUE DURIEUX COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CLINIQUE DURIEUX ZAC Paul-Badré 100, rue de France 97430 Le Tampon Juin 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES CONTEXTE 1. Pourquoi avoir élaboré un guide sur l éducation thérapeutique du En réponse à la demande croissante des professionnels de santé

Plus en détail

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Le Projet de service,

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Le Projet de service, Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS Le Projet de service, la recherche conjointe de la Qualité et de la Performance Version actualisée le 8 octobre 2012 Adresse du siège social : 190 rue Lecourbe

Plus en détail

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Thème : Commercialiser la campagne : les questions de base posées aux territoires

Plus en détail

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Université d été de la performance en santé - 29 août 2014- Lille Monsieur le président, Monsieur le directeur général,

Plus en détail

2È JOURNÉE NATIONALE DE FORMATION DES PHARMACIENS CANCER ET ACCOMPAGNEMENT DU PHARMACIEN : UN PREMIER PAS VERS LA RÉSILIENCE.

2È JOURNÉE NATIONALE DE FORMATION DES PHARMACIENS CANCER ET ACCOMPAGNEMENT DU PHARMACIEN : UN PREMIER PAS VERS LA RÉSILIENCE. 2È JOURNÉE NATIONALE DE FORMATION DES PHARMACIENS Avec le Haut Patronage de Madame Roselyne BACHELOT-NARQUIN, Ministre de la Santé, de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative CANCER ET ACCOMPAGNEMENT

Plus en détail

LES PRATIQUES D EVALUATION DE LA PERFORMANCE AU SEIN DES ORGANISMES FAISANT APPEL A LA GENEROSITE DU PUBLIC

LES PRATIQUES D EVALUATION DE LA PERFORMANCE AU SEIN DES ORGANISMES FAISANT APPEL A LA GENEROSITE DU PUBLIC LES PRATIQUES D EVALUATION DE LA PERFORMANCE AU SEIN DES ORGANISMES FAISANT APPEL A LA GENEROSITE DU PUBLIC Octobre 2008 Mesurer son efficacité, évaluer son efficience, donner à voir l impact de ses actions

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

L analyse de processus au service de la gestion des risques

L analyse de processus au service de la gestion des risques L analyse de processus au service de la gestion des risques 1. Pourquoi faire? 2. L analyse des processus : une notion clé Définition Typologie et cartographie Niveaux d approche 3. Une approche pour identifier

Plus en détail

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Dans son avis de 2012 «L assurance maladie : les options du HCAAM» qui synthétise l ensemble

Plus en détail

Mettre en œuvre une politique de formation dans l entreprise

Mettre en œuvre une politique de formation dans l entreprise Association Régionale pour l Amélioration des Conditions de Travail en Haute-Normandie / sommaire p.2 - Développement des pratiques de formation : l exemple de deux secteurs en pleine mutation économique

Plus en détail

La Supply Chain. vers un seul objectif... la productivité. Guy ELIEN

La Supply Chain. vers un seul objectif... la productivité. Guy ELIEN La Supply Chain vers un seul objectif... la productivité Guy ELIEN juin 2007 Sommaire Le contexte... 3 le concept de «chaîne de valeur»... 3 Le concept de la Supply Chain... 5 Conclusion... 7 2 La Supply

Plus en détail

Analyse de l image touristique de la France et de son positionnement à l étranger

Analyse de l image touristique de la France et de son positionnement à l étranger Analyse de l image touristique de la France et de son positionnement à l étranger Ipsos / Maison de la France Synthèse Jeudi 18 janvier 2007 Ipsos Public Affairs Contacts : Joachim Soëtard 01 41 98 92

Plus en détail

LE COACHING. Texte communiqué par. Norbert CASAS. MONTPELLIER Mars 2005

LE COACHING. Texte communiqué par. Norbert CASAS. MONTPELLIER Mars 2005 LE COACHING Texte communiqué par Norbert CASAS MONTPELLIER Mars 2005 Le terme de «coaching» recouvre aujourd hui une réalité disparate car il et utilisé dans de nombreux domaines aussi divers que la gestion

Plus en détail

Loire et CHU : imaginons l hôpital de demain!

Loire et CHU : imaginons l hôpital de demain! Loire et CHU : imaginons l hôpital de demain! CHU de Nantes Envoyé le 13/03/2015 Le Centre Hospitalier Universitaire de Nantes est un établissement public de santé. Il a pour principales missions d assurer

Plus en détail

CYCLE DIRIGEANT FEDESAP/HEC

CYCLE DIRIGEANT FEDESAP/HEC CYCLE DIRIGEANT FEDESAP/HEC «POUR UNE ENTREPRISE DES SERVICES A LA PERSONNE PROFESSIONNELLE ET PERENNE» FEDESAP : TOUR CIT, 3 rue de l Arrivée 75749 PARIS CEDEX 15 Tél : 01 45 38 44 11 contact@fedesap.org

Plus en détail

La prévention du stress et des risques psychosociaux

La prévention du stress et des risques psychosociaux Le point sur La prévention du stress et des risques psychosociaux Avec plus de 20% de salariés se déclarant stressés au travail, les entreprises doivent faire face à un enjeu majeur de santé, mais aussi

Plus en détail

«Politique des ARS pour les seniors»

«Politique des ARS pour les seniors» «Politique des ARS pour les seniors» Claude EVIN, Directeur Général de l Agence Régionale de Santé d Ile-de-France XX/XX/XX L ARS, acteur majeur de la politique de santé et d accompagnement au service

Plus en détail

Sham, l assureur spécialiste du secteur et des acteurs de la santé, du social et du médico-social.

Sham, l assureur spécialiste du secteur et des acteurs de la santé, du social et du médico-social. Sham, l assureur spécialiste du secteur et des acteurs de la santé, du social et du médico-social. Sham accompagne les acteurs de la santé, du social et du médico-social depuis plus de 85 ans. Par son

Plus en détail

PEA Consulting Rendre l ingénierie d affaire plus compétitive

PEA Consulting Rendre l ingénierie d affaire plus compétitive R e n d e z - v o u s d E x p e r t PEA Consulting Rendre l ingénierie d affaire plus compétitive L ingénierie à l affaire est un secteur clef de l industrie française. L excellence de ses ingénieurs,

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

Nouvelles tendances dans l hébergement. Remo Fehlmann, directeur de GastroSuisse

Nouvelles tendances dans l hébergement. Remo Fehlmann, directeur de GastroSuisse Conférence de presse annuelle, le 28 avril 2015, à Berne Nouvelles tendances dans l hébergement Remo Fehlmann, directeur de GastroSuisse (Seul le texte prononcé fait foi.) Mesdames, Messieurs, L hôtellerie-restauration

Plus en détail

La gestion prévisionnelle des compétences Histoire, problématique et démarche

La gestion prévisionnelle des compétences Histoire, problématique et démarche La gestion prévisionnelle des compétences Histoire, problématique et démarche I - Un historique du modèle de la compétence II - Les enjeux de la GPEC III - Une démarche reliant stratégie/compétences/organisation

Plus en détail

Objectif 7 : Assurer des prises en charge globales et personnalisées

Objectif 7 : Assurer des prises en charge globales et personnalisées Objectif 7 : Assurer des prises en charge globales et personnalisées Parallèlement aux progrès thérapeutiques, la prise en charge personnalisée en cancérologie se doit d évoluer vers un accompagnement

Plus en détail

Cité générations Groupe médical d Onex Un nouveau modèle de soin pour la médecine ambulatoire

Cité générations Groupe médical d Onex Un nouveau modèle de soin pour la médecine ambulatoire Cité générations Groupe médical d Onex Un nouveau modèle de soin pour la médecine ambulatoire Né du souhait de mieux répondre aux grands défis de notre système de santé, Cité générations est un nouveau

Plus en détail

LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième

LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième composante du «prime cost» (coût principal), les charges de personnel.

Plus en détail

Mon portrait Renseignements généraux Les renseignements généraux font état des principales caractéristiques du jeune. On y trouve quand, où et avec

Mon portrait Renseignements généraux Les renseignements généraux font état des principales caractéristiques du jeune. On y trouve quand, où et avec MON PORTRAIT Ce portrait, obtenu à partir du questionnaire en ligne, permet de structurer l échange avec le jeune en vue de planifier les actions à entreprendre. Il procure à celui-ci un bilan de ses réponses

Plus en détail

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés h fiche pratique des repères pour agir #10 Préparer un accord GPEC dans les entreprises de plus de 50 salariés Octobre 2008 Le souci de se mettre en conformité avec la loi pousse un certain nombre d entreprises

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. accompagnant le document: Recommandation de la Commission

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. accompagnant le document: Recommandation de la Commission COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 14.7.2014 SWD(2014) 233 final DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT accompagnant le document: Recommandation de la Commission

Plus en détail

Adapter la stratégie immobilière aux évolutions des services publics

Adapter la stratégie immobilière aux évolutions des services publics Adapter la stratégie immobilière aux évolutions des services publics Constats Au-delà de l'informatisation des procédures «papier», la révolution numérique pousse l administration à envisager la refonte

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION SAVOIR VENDRE AVEC EFFICACITÉ

PROGRAMME DE FORMATION SAVOIR VENDRE AVEC EFFICACITÉ CV315 SAVOIR VENDRE AVEC EFFICACITÉ 1. Identifier les objectifs commerciaux Les 4 objectifs clés du commercial L esprit de conquête, clé de la performance La psychologie du vendeur face à l acheteur 2.

Plus en détail

Dossier de presse. Présentation du Plan Psychiatrie et santé mentale 2011-2015 ----- Visite de Marie-Anne Montchamp

Dossier de presse. Présentation du Plan Psychiatrie et santé mentale 2011-2015 ----- Visite de Marie-Anne Montchamp Dossier de presse Présentation du Plan Psychiatrie et santé mentale 2011-2015 ----- Visite de Marie-Anne Montchamp Secrétaire d Etat auprès de la Ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale à la

Plus en détail

Gestion de la santé dans l entreprise. Gestion de la santé dans l entreprise/ Point fort: Promotion de la santé dans l entreprise

Gestion de la santé dans l entreprise. Gestion de la santé dans l entreprise/ Point fort: Promotion de la santé dans l entreprise Gestion de la santé dans l entreprise Gestion de la santé dans l entreprise/ Point fort: Promotion de la santé dans l entreprise Gestion de la santé dans l entreprise Table des matières/ Avant-propos................................................

Plus en détail

Talents. 7 pratiques RH à la loupe. Performances. Mobilité. Evaluation. Numérique. Compétences. Réseaux sociaux. Engagement

Talents. 7 pratiques RH à la loupe. Performances. Mobilité. Evaluation. Numérique. Compétences. Réseaux sociaux. Engagement COLLECTION > PRATIQUES RH IN THE BUSINESS OF YOUR SUCCESS TM 7 pratiques RH à la loupe Indicateurs Analyses Expertises Perspectives Evaluation Business intelligence Formation Performances Masse salariale

Plus en détail

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale 19 Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale RENCONTRE, TRANSFERT ET CONTRE-TRANSFERT La notion de transfert découle des travaux de la psychanalyse (S. Freud) où ont été décrits des mouvements

Plus en détail

ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTé, social ET MéDICO-SOCIAL. Partageons plus que l assurance

ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTé, social ET MéDICO-SOCIAL. Partageons plus que l assurance ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTé, social ET MéDICO-SOCIAL Partageons plus que l assurance Partageons plus que l assurance Plus d accompagnement Les établissements de santé sont aujourd hui

Plus en détail

Les réseaux de santé Alain Grand

Les réseaux de santé Alain Grand Les réseaux de santé Alain Grand Section 1 : les réseaux de santé Devant le constat d un cloisonnement excessif du système de santé, susceptible d induire des «pertes de chance» vis-à-vis de certaines

Plus en détail

Les projets d investissement en PME

Les projets d investissement en PME Le point sur Les projets d investissement en PME Concilier performance économique et conditions de travail L investissement reste un moment clé du développement d une entreprise. C est l occasion de repenser

Plus en détail

L essentiel Parcours de personnes âgées :

L essentiel Parcours de personnes âgées : ANTICIPER ET COMPRENDRE L essentiel Parcours de personnes âgées : l animation territoriale MARS 2013 Une réflexion sur l animation territoriale de l offre Les enjeux liés à la démographie et au vieillissement

Plus en détail

Le Projet de soins. c a l m e. Première formalisation dans le cadre du Projet d établissement. Fondements du Projet de Soins

Le Projet de soins. c a l m e. Première formalisation dans le cadre du Projet d établissement. Fondements du Projet de Soins Le Projet de soins c a l m e Première formalisation dans le cadre du Projet d établissement. L article L.6143-2 du CSP prévoit que le Projet d établissement «comporte un projet de prise en charge des patients

Plus en détail

Le Groupe DELACHAUX se développe depuis plus de cent ans dans des métiers variés où il a su devenir un acteur respecté et incontournable.

Le Groupe DELACHAUX se développe depuis plus de cent ans dans des métiers variés où il a su devenir un acteur respecté et incontournable. CODE D ETHIQUE Groupe DELACHAUX «L engagement du Groupe DELACHAUX» : Respect des lois et Ethique professionnelle Le Groupe DELACHAUX se développe depuis plus de cent ans dans des métiers variés où il a

Plus en détail

Le projet associatif décline et précise la raison

Le projet associatif décline et précise la raison association pour adultes et jeunes handicapés du Val-de-Marne Projet associatif Le projet associatif décline et précise la raison d être et les statuts de l association. Il constitue le document de référence

Plus en détail

Répartition des temps des missions

Répartition des temps des missions Le temps alloué au médecin coordonnateur est-il compatible avec ses missions? 1 ère partie : analyse et calcul de sa charge de travail Le décret ministériel du 27 mai 2005 relatif à la qualification aux

Plus en détail

Manager en tenant compte des spécificités des seniors

Manager en tenant compte des spécificités des seniors Manager en tenant compte des spécificités des seniors Fiche 9 Enjeux Dans un contexte de départs en préretraite, les seniors ont longtemps été les oubliés de la gestion des ressources humaines. À partir

Plus en détail

Management médical Améliorer le management médical de vos pôles et spécialités

Management médical Améliorer le management médical de vos pôles et spécialités Management médical Améliorer le management médical de vos pôles et spécialités MANAGEMENT MÉDICAL AMÉLIORER LE MANAGEMENT MÉDICAL DE VOS PÔLES ET SPÉCIALITÉS Le paradoxe du médecin manager Les réformes

Plus en détail

Relation soignant / soigné

Relation soignant / soigné Relation soignant / soigné 3 métiers impossibles selon Freud : gouverner soigner éduquer Car met les personnes dans une situation de dépendance et d autorité Relation = activité ou une situation dans laquelle

Plus en détail

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière J1504 - Soins infirmiers spécialisés en bloc opératoire spécialisés en anesthésie J1507 - Soins infirmiers spécialisés 1 Les activités principales L infirmier doit assurer, sous l autorité des médecins,

Plus en détail

Préface Page 3. La maladie en quelques mots Page 4 à 5. 1 - Doutes et interrogations Page 6 à 7. 2 - Le diagnostic. Page 8

Préface Page 3. La maladie en quelques mots Page 4 à 5. 1 - Doutes et interrogations Page 6 à 7. 2 - Le diagnostic. Page 8 SOMMAIRE Préface Page 3 La maladie en quelques mots Page 4 à 5 1 - Doutes et interrogations Page 6 à 7 2 - Le diagnostic. Page 8 3 - Les aides Page 9 à 11 3.1 - Le soutien à domicile (ménage, courses,

Plus en détail

Publication des liens

Publication des liens Le Leem vous informe Publication des liens entre professionnels de santé et entreprises du médicament Vous êtes médecin, chirurgien-dentiste, sage-femme, pharmacien, professionnel paramédical ou tout autre

Plus en détail

Les entreprises familiales vues par les dirigeants.

Les entreprises familiales vues par les dirigeants. Les entreprises familiales vues par les dirigeants. Janvier 2014 Chaire Entrepreneuriat Familial et Société, entre pérennité et changement Contact : Noémie Lagueste Chargée d études Chaire Entrepreneuriat

Plus en détail

Club thérapeutique et Groupe d Entraide Mutuelle

Club thérapeutique et Groupe d Entraide Mutuelle Club thérapeutique et Groupe d Entraide Mutuelle Aurélien Troisœufs, doctorant en anthropologie Bonjour. Je m appelle Aurélien Troisoeufs. Je suis doctorant en anthropologie au laboratoire du CERMES 3

Plus en détail

Proposition de valeur aux Etablissements de santé

Proposition de valeur aux Etablissements de santé Prix valables jusqu au 31 octobre 2015 Proposition de valeur aux Etablissements de santé OFFRE, OPTIONS, SERVICES Les sites d avis deviennent incontournables 91% des français consultent les avis avant

Plus en détail

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Les soins palliatifs Contacts presse : Secrétariat d Etat chargée des Aînés Service

Plus en détail

Introduction. Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas :

Introduction. Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas : Introduction Le CRM se porte-t-il si mal? Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas : «75 % de projets non aboutis» «La déception du CRM» «Le CRM : des

Plus en détail

Dans ce cadre, cette communication poursuit au moins un triple objectif :

Dans ce cadre, cette communication poursuit au moins un triple objectif : 3.2.4 La gouvernance démocratique et l évaluation des politiques publiques : enjeux, contraintes, et ressources Fred CONSTANT, Recteur de l université Senghor. Ces dernières décennies, la réflexion concernant

Plus en détail

Maintenir des seniors en activité professionnelle : du diagnostic au plan d action

Maintenir des seniors en activité professionnelle : du diagnostic au plan d action Maintenir des seniors en activité professionnelle : du diagnostic au plan d action Enjeux Fiche 1 À partir du 1 er janvier 2010, les entreprises et les établissements employant au moins 50 salariés risquent

Plus en détail

Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France)

Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France) Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France) Résumé du rapport réalisé par EUROPA pour la DATAR DATAR EUROPA Etude sur les maisons des services publics en Europe Résumé du rapport

Plus en détail

Avant-propos. L utilité du plan marketing

Avant-propos. L utilité du plan marketing Avant-propos L Avant-propos E PLAN MARKETING est l exercice annuel des chefs de produit, des directeurs marketing et des comités de direction des entreprises. Le chef de produit le réalise pour la gamme

Plus en détail

CONDITIONS ET PROCESSUS FAVORABLES A LA REUSSITE D UN PROJET DANS LES ETABLISSEMENTS SCOLAIRES. Synthèse de quelques éléments d observation

CONDITIONS ET PROCESSUS FAVORABLES A LA REUSSITE D UN PROJET DANS LES ETABLISSEMENTS SCOLAIRES. Synthèse de quelques éléments d observation CONDITIONS ET PROCESSUS FAVORABLES A LA REUSSITE D UN PROJET DANS LES ETABLISSEMENTS SCOLAIRES Synthèse de quelques éléments d observation Marc Thiébaud Septembre 2002 Remarque préliminaire Cette synthèse

Plus en détail

Etudes de Marché à l Internationale

Etudes de Marché à l Internationale Etudes de Marché à l Internationale Hofstede / Mesurer la culture via 5 indices : - Individualisme vs. Collectivisme - Masculinité vs. Féminité - Incertainty avoidance - Power distance - Court terme vs.

Plus en détail

Caravane des partenariats

Caravane des partenariats Lorsque humanisme et efficacité se rencontrent! Caravane des partenariats Contexte, enjeux et typologie des partenariats associations - entreprises Lille, 04 juin 2012 Le RAMEAU Association loi 1901, déclarée

Plus en détail

les nouveaux enjeux du retail et leurs impacts sur la gestion des rh

les nouveaux enjeux du retail et leurs impacts sur la gestion des rh VUE EXPERT les nouveaux enjeux du retail et leurs impacts sur la gestion des rh Introduction A l ère du web et de l e-commerce, le rôle du vendeur en magasin devient plus que jamais stratégique. Paradoxe?

Plus en détail

Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris

Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» A l'initiative de Réalisée par Pour le compte de Une étude basée sur un nombre significatif

Plus en détail

Manager le changement

Manager le changement Une vraie démarche structurée pour réussir le changement Le changement? Une opportunité mais aussi un risque. Dans un contexte de plus en plus fluctuant, la capacité à bien gérer les transitions est devenue

Plus en détail

Présentation de la Note d analyse «La mobilité internationale des professionnels de santé : quels enjeux pour le système de soins français?

Présentation de la Note d analyse «La mobilité internationale des professionnels de santé : quels enjeux pour le système de soins français? Paris, le 4 décembre 2012 Présentation de la Note d analyse «La mobilité internationale des professionnels de santé : quels enjeux pour le système de soins français?» Mardi 4 décembre 2012 Intervention

Plus en détail

Le droit de la concurrence au service des entreprises

Le droit de la concurrence au service des entreprises Le droit de la concurrence au service des entreprises édité par : Le Conseil de la concurrence www.concurrence.lu 2013 index 1 2 3 Le droit de la concurrence au Luxembourg L autorité de concurrence luxembourgeoise

Plus en détail

La réforme : une opportunité pour la fonction formation

La réforme : une opportunité pour la fonction formation Nombreux sont les articles concernant la réforme de la formation professionnelle. Grâce à ses experts qui récoltent l information législative et réglementaire à sa source, Demos fait un tour d horizon

Plus en détail

Colloque conseil SFER. Évaluation des prestations de conseil :

Colloque conseil SFER. Évaluation des prestations de conseil : Colloque conseil SFER 14 &15 octobre 2010 Évaluation des prestations de conseil : Mesurer la capacité d une organisation à satisfaire les besoins de conseil de l ensemble de ses clients Philippe BOULLET

Plus en détail

DISCOURS de Sylvia PINEL

DISCOURS de Sylvia PINEL Cabinet de la Ministre du Logement, de l Egalité des territoires et de la Ruralité Seul le prononcé fait foi Paris, le mardi 26 mai 2015 DISCOURS de Sylvia PINEL Lancement du nouveau cadre de référence

Plus en détail

M&A AGIR SUR LA CULTURE D ENTREPRISE POUR ACCÉLÉRER LA CRÉATION DE VALEUR

M&A AGIR SUR LA CULTURE D ENTREPRISE POUR ACCÉLÉRER LA CRÉATION DE VALEUR M&A AGIR SUR LA CULTURE D ENTREPRISE POUR ACCÉLÉRER LA CRÉATION DE VALEUR Les approches gagnantes Nous avons récemment conduit une étude qualitative aux États-Unis auprès de «serial acquirers» américains.

Plus en détail

Agent de prospection et de marketing, Milieux de travail

Agent de prospection et de marketing, Milieux de travail Agent de prospection et de marketing, Milieux de travail Supérieur hiérarchique : Type d emploi Emplacement : Clôture de l affichage : Directrice, Initiatives de prévention et de promotion Permanent, temps

Plus en détail

ÉVALUATION DES COMPÉTENCES niveau 3 ème année bachelor

ÉVALUATION DES COMPÉTENCES niveau 3 ème année bachelor Semestre automne printemps Répétition Lieu de période de formation pratique Institution : Nom de l'étudiant-e : Service : Promotion : Site de formation : Période du / au : PFP 5 PFP 6 ÉVALUATION DES COMPÉTENCES

Plus en détail

«Smart City», les services à l usager au bout des doigts!

«Smart City», les services à l usager au bout des doigts! White paper 9 : Smart Cities «Smart City», les services à l usager au bout des doigts! Emmanuel Jaunart Emmanuel Jaunart commença sa carrière dans le domaine des télécommunications. En 1995, il rejoint

Plus en détail

DEFINITION DE LA FONCTION INFIRMIER(E)

DEFINITION DE LA FONCTION INFIRMIER(E) Mai 2002 DEFINITION DE LA FONCTION INFIRMIER(E) Réalisation : Direction Département infirmier A. DESCRIPTION DU CONTENU DE LA FONCTION 1. Utilité de la fonction - Mission générale Participer à la prise

Plus en détail

La formation professionnelle selon le programme d études de 1955

La formation professionnelle selon le programme d études de 1955 Jacky TESSIER, premier directeur de l Institut de Formation en Soins Infirmiers d Allonnes, nous a laissé son témoignage à propos du «cheminement de la formation initiale du personnel soignant sur près

Plus en détail

Réalisation d un «Schéma Directeur Informatique»

Réalisation d un «Schéma Directeur Informatique» Réalisation d un «Schéma Directeur Informatique» Qu est ce qu un Schéma Directeur Informatique (SDI)? Un Schéma Directeur Informatique est un document conçu pour préparer l évolution et l adaptation de

Plus en détail

Énoncé de mission du Théâtre de la Ville

Énoncé de mission du Théâtre de la Ville Énoncé de mission du Théâtre de la Ville Août 2006 Théâtre de la Ville août 2006 page 1 1. ENONCE DE MISSION DU TDLV VERSION 2006 1.1 Les idées maîtresses L énoncé de mission d une organisation devrait

Plus en détail

Les Retraites en France

Les Retraites en France Les Retraites en France Pour une Réforme Durable Strategie I Conseil I Digital I Technologie I Operations Une réforme en profondeur Alors que la réforme des retraites fait à nouveau l actualité, il apparaît

Plus en détail

Notre nouveau programme d Entreprise

Notre nouveau programme d Entreprise > Notre nouveau programme d Entreprise Londres, 13 janvier 2005 Présentation à la communauté financière 1 Notre nouveau programme d entreprise Présentation à la communauté financière 2 > notre Vision Présentation

Plus en détail

Association de Gestion des Appartements Temporaires

Association de Gestion des Appartements Temporaires Association de Gestion des Appartements Temporaires Projet associatif 2012/2015 AGATE est une association loi 1901, née en 2003 de la réflexion de la communauté soignante de l hôpital ESQUIROL (aujourd

Plus en détail

Baromètre santé 360 Le parcours de soin

Baromètre santé 360 Le parcours de soin Baromètre santé 360 Le parcours de soin Mai 2015 Sondage réalisé par pour et publié en partenariat avec et avec le concours scientifique de la Publié le 18 mai 2015 Levée d embargo le 18 mai 2015 à 05h00

Plus en détail

Référentiels de formation portant sur la prévention des RPS dans la fonction publique

Référentiels de formation portant sur la prévention des RPS dans la fonction publique MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE ÉDITION 2014 Référentiels de formation portant sur la prévention des RPS dans la fonction publique OUTILS DE LA GRH

Plus en détail

Revaloriser les métiers au service des missions de l Université

Revaloriser les métiers au service des missions de l Université Revaloriser les métiers au service des missions de l Université PREAMBULE Le capital humain est notre richesse première. La force de l Université tient à la qualité de ses universitaires et à celle de

Plus en détail

1. Préambule. 2. Le coaching d équipe : Esquisse de définition. 3. Une démarche pour le coaching d équipe. 4. Quels résultats en attendre?

1. Préambule. 2. Le coaching d équipe : Esquisse de définition. 3. Une démarche pour le coaching d équipe. 4. Quels résultats en attendre? 1. Préambule 2. Le coaching d équipe : Esquisse de définition 3. Une démarche pour le coaching d équipe 4. Quels résultats en attendre? 5. Quelques facteurs clés de succès 6. Présentation du cabinet Selenis

Plus en détail

Le management au Ministère de la Défense

Le management au Ministère de la Défense Ouvrage collectif piloté par le CFMD sous la direction du général Baudouin ALBANEL Le management au Ministère de la Défense, 2004 ISBN : 2-7081-3042-0 Introduction Baudouin Albanel par le général de division

Plus en détail

L USPO LE PROGRAMME DE 2016-2020 VALORISONS NOS COMPÉTENCES. Élections URPS Pharmaciens 2015

L USPO LE PROGRAMME DE 2016-2020 VALORISONS NOS COMPÉTENCES. Élections URPS Pharmaciens 2015 Élections URPS Pharmaciens 2015 LE PROGRAMME DE L USPO 2016-2020 UN PROJET OUVERT, SOUMIS À LA CONCERTATION, POUR DEVENIR LE PROJET DE TOUS LES PHARMACIENS VALORISONS NOS COMPÉTENCES LE PROGRAMME DE L

Plus en détail

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit :

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Synthèse des résultats de l audit croisé et interhospitalier 2008 à propos de l isolement thérapeutique Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Type d établissement Nombre EPSM 4 CH Général

Plus en détail

ACCORD DU 27 NOVEMBRE 2013

ACCORD DU 27 NOVEMBRE 2013 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3364 Convention collective nationale RÉGIME SOCIAL DES INDÉPENDANTS IDCC : 2796. Personnel de direction Brochure

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION DE TUNIS Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 7 : Customer Relationship Management (CRM) Supply Chain Management (SCM) Sommaire

Plus en détail

Puisse, cette caisse à outils, vous apporter autant d efficacité qu elle en a apporté à ceux avec qui, et pour qui, nous les avons rassemblés ici.

Puisse, cette caisse à outils, vous apporter autant d efficacité qu elle en a apporté à ceux avec qui, et pour qui, nous les avons rassemblés ici. Introduction Cet ouvrage a été conçu à partir de sollicitations exprimées par des managers de terrain soucieux de donner une dimension plus opérationnelle à leur management au quotidien. Il rassemble des

Plus en détail

Le but : développer la performance de l entreprise officinale en adéquation constante avec les obligations qualité inhérentes à la profession

Le but : développer la performance de l entreprise officinale en adéquation constante avec les obligations qualité inhérentes à la profession La qualité n'est pas une notion nouvelle dans le monde de la santé. Depuis un certain temps, des actions ont été engagées pour améliorer la qualité des prestations proposées dans ce domaine. Dans l'environnement

Plus en détail

La formation professionnelle au crible de la notation sociale

La formation professionnelle au crible de la notation sociale SOPHIE THIERY La formation professionnelle au crible de la notation sociale Par conviction ou par contrainte, les entreprises sont de plus en plus nombreuses à adopter des codes de conduite, à rendre accessibles

Plus en détail