Nature et formes du don : résumé

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Nature et formes du don : résumé"

Transcription

1 Nature et formes du don : résumé Par Gildas RICHARD La réflexion méthodique sur la notion de don a été, jusqu à présent, l apanage presque exclusif de deux grands types de discours : D une part, le discours des sciences humaines, et plus particulièrement celui de la sociologie. Du point de vue de la quantité de ses productions portant sur le don, c est ce type de discours qui apparaît comme le plus imposant, et de loin. Mais étant par nature impropre à l interrogation sur l essence du don, une telle approche ne peut être que foncièrement insuffisante, si précieux que soient les matériaux qu elle offre à la réflexion. L on trouve d autre part, concernant le don, un discours proprement philosophique, mais dont les productions relèvent presque toutes d un même genre : celui d une philosophie se disant et se voulant postérieure à la métaphysique. Entendons par là, d une façon qui ne peut être ici que très générale : une philosophie qui pense pouvoir et devoir rompre avec la métaphysique dite «classique» celle dont on dit communément qu elle régna de Platon à Hegel. Que la philosophie se préoccupant sérieusement du don soit aussi la philosophie qui se présente comme postérieure à la métaphysique classique, cela n est pas dû au hasard. Il est de fait, en effet, que de Platon à Hegel (et même au-delà), presque rien n est dit du don. En tout état de cause, celui-ci n apparaît nullement comme un concept fondamental, et encore moins comme le concept autour duquel le discours philosophique devrait s édifier. C est ce qui justifie l impression selon laquelle quelque chose, dans le don, invite à ne pas s en tenir au discours de la tradition. Mais l attitude qu il convient d adopter à l égard de celle-ci, pour penser le don, n en est pas élucidée pour autant. Que la tradition philosophique n ait presque rien dit du don, cela ne montre pas immédiatement qu elle n ait presque rien à en dire, ni par conséquent que, pour en dire plus, il faille passer à un autre genre de discours. En la matière, l exemple à suivre nous a semblé être le travail de Claude Bruaire. Dans le dernier de ses grands livres (L être et l esprit), ce penseur a su montrer que la notion de don recèle une richesse de signification et une puissance d éclaircissement tout à fait réelles, s agissant de la conception de l être de l homme. La manifestation de cette richesse et de cette puissance s y effectue au moyen d une reprise et d une réanimation et non d un simple

2 rejet des concepts de la tradition philosophique ; en cela, ce penseur offre l exemple d une certaine attitude, faite à la fois de fidélité, de circonspection et d audace. Mais la manifestation de la fécondité du concept de don demeure, en cette œuvre, partielle ; d abord parce qu elle se déploie exclusivement dans le domaine de la pure ontologie ; ensuite parce que, même dans ce domaine, elle n accède sans doute pas à son plein développement. Il est donc permis de considérer cette œuvre, au moins jusqu à un certain point, comme une invitation à poursuivre une entreprise dont elle n aurait établi elle-même que certaines bases fondamentales. S inspirer de cette attitude et répondre à cette invitation, tel est en somme l esprit du travail qui est présenté ici, et dont nous allons proposer maintenant une rapide vue d ensemble. I. La première partie, consacrée au don ontique, vise un double objectif : d une part, examiner de façon précise l une des formes essentielles que le don est susceptible de prendre ; selon cet aspect, il s agit d entrer sans attendre dans la particularité du contenu, et de déterminer les caractères qui reviennent en propre à ce type de don, qui consiste à donner quelque chose, c est-à-dire une réalité particulière et déterminée, pouvant être de nature matérielle mais aussi bien idéelle ou encore affective, soit, de façon tout à fait générale, un étant d où l appellation de ce type de don. D autre part, à la faveur de cet examen d un mode particulier du don doivent commencer d apparaître certains des caractères universels du don, nécessairement inhérents à tout don quel qu il soit. S agissant de ces caractères universels, le don en vient à être défini comme l attitude ayant son centre et son principe dans celui à qui elle s adresse, c est-à-dire dans le donataire. Il y a don lorsque tout ce qui a lieu est défini et déduit à partir de ce qui reçoit ; tout ce qui a lieu, c est-à-dire : ce qui est apporté, la manière dont cela est apporté, le fait même qu on l apporte, et la manière d être ou attitude fondamentale de celui qui l apporte. Il s ensuit que dans le don, le destinataire ne peut être caractérisé que comme une fin en soi ; et corrélativement, que tout apport en lequel le destinataire n est pas abordé comme fin en soi, mais comme moyen, élément, paramètre, étape, etc., ne peut en rigueur être considéré comme un don ; l établissement de ce point absolument déterminant rend possible, et appelle même une critique de la pensée sociologique (Mauss et ceux qui s en réclament au moins en partie, comme A. Caillé, J. Godbout ou V. Descombes, mais aussi Lévi-Strauss), inapte à penser l homme singulier comme fin en soi. L interrogation se porte alors sur ce qui rend possible la visée de l autre comme fin en soi ; et la notion de conscience apparaît ainsi au cœur de la

3 problématique du don, et cela d une façon elle-même problématique. Par rapport au mode de visée d autrui requis par le don, la conscience est, en effet, à la fois obstacle dans la mesure où elle réifie, au moins jusqu à un certain point, ce qu elle vise et condition sine qua non dans la mesure où ne peut se faire jour, sans elle, nulle décision délibérée et libre. Il s agit alors de tenter de déterminer aussi précisément que possible dans quelle mesure un «dépassement» de la conscience est requis, en tenant compte de ce fait essentiel que la conscience ne peut pas ne pas participer elle-même, et activement, à cet éventuel dépassement, et qu elle ne peut non plus être purement et simplement abolie par celui-ci. C est plus spécialement vers la philosophie d inspiration phénoménologique (J. Derrida, J.-L. Marion), qui écarte trop promptement la conscience en l assignant à la seule appréhension de l étant, que se dirige alors la critique. Concernant maintenant les caractères spécifiques du don ontique, ceux-ci sont envisagés d un double point de vue : tout d abord en eux-mêmes, puis sous le rapport de leur incidence sur le don en général et comme tel. Selon le premier aspect, il s agit de concentrer la réflexion sur le «quelque chose» qui est donné, puisque la spécificité du don ontique réside précisément en ceci, qu il est don de quelque chose. On cherche alors à déterminer le ou les type(s) d étants qui, par nature, seraient particulièrement appelés à être donnés (plutôt que vendus, échangés ) ; comme l on a affaire à une extrême diversité d objets possibles, l on s en tient sur ce point à une simple esquisse, manifestant les déterminations les plus générales de l étant qui peut et doit être donné. Se dégage ainsi ce principe : ce qui réclame particulièrement d être donné, c est ce qui présente ces deux caractères apparemment incompatibles que sont «l être-pour» (le fait d être destiné à, d être en vue de ) et «l être-fin» (le fait d avoir sa destination en soi-même, et de n admettre ainsi aucun équivalent, ni aucun prix). Selon le second aspect, qui concerne l incidence du caractère ontique du contenu sur le don comme tel, l on tente de montrer que le don ne peut pas être pleinement lui-même, c est-à-dire pleinement à la hauteur de ses propres exigences, s il s en tient à un contenu de ce genre. Quel qu il soit, en effet, le «quelque chose» ne peut permettre au don d atteindre ce qui est pourtant son but essentiel et sa raison d être, à savoir : conduire l autre (le donataire) à ne pas seulement être une fin en soi, de manière immédiate et par rapport à une visée extérieure, mais à devenir pour lui-même une fin à atteindre, et à s acheminer intérieurement vers la vérité de son être. Pour atteindre un tel but, il faut passer à une forme de don toute différente, dont l examen fait l objet de la seconde partie.

4 II. Dans la première étape de celle-ci, il s agit d établir clairement la nécessité d arracher l autre à sa dispersion dans l extériorité, ou à son enlisement dans l ordre de l étant arrachement que le don ontique est impuissant à produire, c est-à-dire à une manière d être en laquelle il est comme détourné de lui-même et irrespectueux de son propre être. L un des textes les plus célèbres de l histoire de la philosophie est celui dans lequel on voit Socrate prôner et décrire cet arrachement (livre VII de la République). Relu à la lumière de la problématique du don, ce texte permet de comprendre que l arrachement en question n est possible, précisément, que comme un don, et il permet d en discerner la raison : c est que cet arrachement n est nullement désiré par celui qui doit en bénéficier, et que le don est la seule manière possible de procurer ce qui n est pas désiré. On voit en même temps que ce don est essentiellement négatif, puisqu il n apporte rien de déterminé, mais libère, au contraire, de toute adhérence aux déterminations extérieures : d où son appellation de don non ontique. L on discerne enfin que ce don, comme du reste toute éducation bien comprise, implique par essence l intervention d un donateur qui soit quelqu un, et exclut celle d une instance dépourvue de subjectivité : d où un examen critique du statut et du sens de l angoisse telle qu elle est définie et thématisée par Heidegger. Ce don est bien d un genre tout à fait nouveau par rapport au précédent, en raison de son contenu, de la manière dont il s effectue, mais aussi de ce à quoi il livre accès. Car c est avec la vérité de son être que le bénéficiaire de ce don est amené à renouer. C est précisément à l examen de cet être, envisagé dans sa vérité universelle et, par suite, comme être de l homme, que la seconde étape de cette partie est consacrée ; et c est alors la notion de substance (ainsi que celle, qui lui est étroitement liée, d essence) qui occupe particulièrement l attention. Là encore, l on s emploie à montrer que le recours à cette notion «classique» est profondément problématique, mais non point indu. D un côté, son emploi à propos de l homme fait planer sur celui-ci une menace double et apparemment contradictoire : si l on comprend la substantialité comme choséité, ainsi qu y incline Heidegger, on considérera que son attribution à l homme ferait chuter celui-ci au rang de simple chose ; mais si l on voit dans la substantialité l affirmation de l absoluité (la substance étant ce qui n a besoin que de soi pour être soi), alors, on refusera de l attribuer à l homme par crainte de l égaler à Dieu. Mais d un autre côté, on voit mal comment renoncer à la substantialité de l être de l homme, sans ravaler du même coup celui-ci au rang de simple mode (Spinoza), de point de vue (Leibniz) ou de moment (Hegel) : ce qui serait incompatible avec la réelle autonomie ontologique le statut d être à part entière que, par ailleurs, on est amené à lui reconnaître. L on est donc conduit à accorder la plus extrême attention à la pensée de Claude Bruaire, dont la proposition

5 essentielle peut se formuler ainsi : l être de l homme demande à être conçu comme un être pleinement autonome, mais dont l autonomie ne vient pas de lui ; c est là le sens profond de la désignation de l homme comme esprit fini. Cette altérité de l origine de son autonomie (que l on se risque à appeler «hétérogénie de l autonomie») apparaît alors comme instauratrice d un renvoi de l esprit fini à autre chose que lui-même. Et ce renvoi s envisage selon une double orientation, dont l examen débouche sur un double résultat : premièrement, le fait que l esprit fini soit, en son être, renvoyé vers le monde et autrui, permet de comprendre pourquoi celui qui a accédé à lui-même est appelé, par cet accès même, à aider les autres à en faire autant ; ce qui jette une lumière rétrospective sur la raison qui pousse le donateur du don non ontique à faire ce qu il fait (point que Platon, quant à lui, ne pouvait que laisser à l état d aporie). Deuxièmement, le fait que que l esprit soit renvoyé vers une origine de son être autre que lui-même, et autre que le monde et autrui, invite à considérer l esprit fini comme étant lui-même, en son être, le fruit d un don : car seul le concept de don paraît en mesure de concilier l altérité de l origine et l autonomie ontologique de l originé. Mais pour offrir pleinement une telle conciliation, et pour accéder du même coup à la plénitude de sa nature, le don doit une nouvelle fois changer de forme. C est un sens proprement ontologique qu il doit maintenant revêtir, et c est ainsi qu il est envisagé dans la troisième et dernière partie du travail. III. Dans l étude du don ontologique il s agit tout d abord, et en un sens il s agit même uniquement, de tirer au clair, de façon tout à fait précise, le sens de cette idée qui constitue la grande thèse de Claude Bruaire : l esprit fini est un être donné à lui-même. Dans cette proposition, chaque mot pèse tout son poids. C est parce qu il est donné à lui-même que l esprit fini est un être véritable quoique non absolu, c est-à-dire : un être autonome et libre, qui n est cependant nullement l origine de son autonomie et de sa liberté ; un être à part entière, incomparable et unique, pourvu d une dignité en vertu de laquelle on ne peut le viser adéquatement que comme une fin en soi. Et c est, corrélativement, parce qu il est pleinement un être d une manière qui exige de repenser en profondeur la «différence ontologique» heideggérienne sans être pourtant absolu que l esprit fini ne peut être que donné à luimême. Deux conséquences majeures en découlent. D une part, il se confirme de manière complète et définitive que le plus précieux est aussi ce qui est le plus impossible à désirer, en ce sens que l être même du désirant est ce qui ne peut justement pas être désiré par ce dernier, si ce n est après-coup : voilà un don qui ne peut se concevoir que comme apportant lui-même

6 la possibilité de le recevoir. D autre part, don et être apparaissent comme liés l un à l autre dans le concept, de sorte qu il y a d autant plus être qu il y a plus don, la réciproque étant également vraie. C est pourquoi le don ontologique doit être reconnu comme le plus grand don possible. C est pourquoi encore le concept de don est bien concept philosophique majeur, voire principiel : nulle ontologie en général, et surtout nulle ontologie anthropologique ne peut s édifier adéquatement sans lui, et moins encore contre lui. L examen de la manière dont l esprit fini est originé conduit ensuite et naturellement à considérer de plus près la catégorie philosophique de causalité, et celle, religieuse, de création, pour découvrir que la première s accomplit dans la seconde, et que cette dernière s avère identique à celle de don ontologique. On est ainsi conduit à admettre, à l encontre de certaines philosophies «classiques» (au premier rang desquelles celle de Hegel), et en accord au moins partiel avec celle d un penseur «post-métaphysicien» comme Lévinas, que la création désigne la manière unique et nécessaire, seule pleinement satisfaisante pour la raison, de faire être un esprit fini. Mais précisément parce qu elle est don d un être à lui-même, radicalement et définitivement, la création instaure entre créateur et créature une séparation et une disproportion d une telle ampleur, que la possibilité même d une relation entre l esprit fini et l origine de son être en vient à sembler extrêmement problématique. Alors le concept de don s impose encore comme seul capable de nous éclairer, en éclairant pour finir certains des aspects les plus fondamentaux qu offre la doctrine chrétienne sur ce point. On constate en effet que la relation entre l esprit fini et son origine n est possible et compréhensible que comme un don de celle-ci à celui-là ; il s agit du don de soi de l absolu à l homme. Considéré de près, ce don apparaît comme nouveau et énigmatique, en raison de ce qu il implique quant à la capacité de recevoir du donataire, d une part, et quant à la nature du donateur, d autre part. En effet, s agissant de la capacité à recevoir ce don, elle ne peut être considérée ni comme étant déjà là (ainsi qu il en va dans le don non ontique), ni comme étant complètement absente (ainsi qu il en va dans le don ontologique), avant l accomplissement du don luimême ; de sorte que, fort étrangement, le don en question apparaît comme étant en quelque manière à la fois non ontique et ontologique. Quant à la nature du donateur de ce don, de manière là aussi étrange mais pourtant cohérente, l on est amené à l envisager comme participant à la fois de l essence du donateur du don non ontique, qui est humaine, et de l essence du donateur du don ontologique, qui est divine ; conjonction qui, selon le christianisme, caractérise précisément la personne même du Christ.

7 C'est grâce au don et à lui seul que le plus réel et le plus essentiel ne coïncide pas avec le plus inaccessible et le plus impossible : telle pourrait être la conclusion simple de l'ensemble de cette étude. Si, par cette dernière, ont été tenues certaines des promesses engendrées par les tentatives antérieures de penser le don (tout particulièrement celle de Claude Bruaire), et si l'on a pu montrer que le concept de don est riche de promesses encore nouvelles et jusque là inaperçues, alors ce travail pourra être considéré comme ayant atteint l'objectif qu'il pouvait raisonnablement s'assigner. Gildas RICHARD, né en 1964, agrégé et docteur en philosophie, actuellement professeur en lycée à Perpignan. Marié, deux enfants. Publications : pas d autre livre que Nature et formes du don ; divers articles : sur le don, la confiance, l humain, la notion de création ex nihilo chez Hegel (à paraître dans les Etudes philosophiques), sur la pensée phénoménologique de J.-L. Marion (à paraître dans les Cahiers philosophiques), le souci pour autrui chez Platon... Animation d un site : «Invitation à la philosophie» : sur lesquels on peut lire ces textes et un certain nombre d autres. Gildas RICHARD Rubrique Bibliothèque Juin 2003

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Gestion multi-stocks

Gestion multi-stocks Gestion multi-stocks Dans l architecture initiale du logiciel IDH-STOCK, 11 champs obligatoires sont constitués. Ces champs ne peuvent être supprimés. Ils constituent l ossature de base de la base de données

Plus en détail

Remarques sur la présentation de M. Mehl

Remarques sur la présentation de M. Mehl International Web Meeting Remarques sur la présentation de M. Mehl Murakami Katsuzo Après avoir résumé brièvement la présentation de M. Mehl, je poserai deux questions. Ⅰ.La métaphysique en mal de monde

Plus en détail

Le Droit des Affaires. L environnement juridique des affaires

Le Droit des Affaires. L environnement juridique des affaires Le Droit des Affaires L environnement juridique des affaires LES NOTIONS FONDAMENTALES DU DROIT DES AFFAIRES Définition du droit des affaires Intérêt du droit des affaires Sources du droit des affaires

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers présenté à l Autorité des marchés financiers dans le cadre de la consultation relative à la distribution de produits d assurance par les concessionnaires et autres marchands d automobiles Octobre 2006

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

Dissertation. Introduction. I - Les relations de sous-traitance traditionnelles

Dissertation. Introduction. I - Les relations de sous-traitance traditionnelles Dissertation Introduction Les différents liens que les entreprises peuvent établir entre elles sont indispensables pour leur expansion et leur compétitivité. L organisation de tels liens est capitale et

Plus en détail

Le foyer fiscal (cours)

Le foyer fiscal (cours) Le foyer fiscal (cours) Table des matières Table des matières... 2 Introduction... 3 I La composition du foyer fiscal... 4 Le contribuable... 4 Les personnes à charge... 5 1 - En ce qui concerne les personnes

Plus en détail

RAPPORT DES CONCLUSIONS DE L ENQUÊTE DE LA COMMISSAIRE

RAPPORT DES CONCLUSIONS DE L ENQUÊTE DE LA COMMISSAIRE RAPPORT DES CONCLUSIONS DE L ENQUÊTE DE LA COMMISSAIRE Loi sur le droit à l information et la protection de la vie privée Affaire : 2013-1598-AP-852 Le 3 février 2014 «Un Ministère a failli à son obligation

Plus en détail

version def septembre 2010

version def septembre 2010 GUIDE POUR L UTILISATION DE LA PLATE-FORME DE DEMATERIALISATION DES MARCHES PUBLICS DU CONSEIL GENERAL DE L ISERE 1 La plate-forme de dématérialisation des marchés publics du Conseil général de l Isère

Plus en détail

Séminaire de recherche «principal» : Economie

Séminaire de recherche «principal» : Economie Séminaire de recherche «principal» : Economie Université Paris Dauphine Master recherche ATDD 1 ère partie : Alain Ayong Le Kama Plan du séminaire Introduction générale : acceptions économiques du DD Liens

Plus en détail

QUATRE ÉLÉMENTS À NE PAS SOUS-ESTIMER DANS LE CONTEXTE D UNE TRANSMISSION D ENTREPRISE

QUATRE ÉLÉMENTS À NE PAS SOUS-ESTIMER DANS LE CONTEXTE D UNE TRANSMISSION D ENTREPRISE QUATRE ÉLÉMENTS À NE PAS SOUS-ESTIMER DANS LE CONTEXTE D UNE TRANSMISSION D ENTREPRISE Table des matières 1. Introduction... 1 2. Développement... 2 2.1. Droit successoral, réserve des héritiers... 2 2.2.

Plus en détail

Bruxelles, le. Vu la loi du 8 août 1983 organisant un Registre national des personnes physiques ;

Bruxelles, le. Vu la loi du 8 août 1983 organisant un Registre national des personnes physiques ; ROYAUME DE BELGIQUE Bruxelles, le Adresse : Rue Haute, 139, B-1000 Bruxelles Tél.: +32(0)2/213.85.40 E-mail : commission@privacy.fgov.be Fax.: +32(0)2/213.85.65 http://www.privacy.fgov.be/ COMMISSION DE

Plus en détail

Notes explicatives Propositions législatives concernant l impôt sur le revenu. Loi de l impôt sur le revenu

Notes explicatives Propositions législatives concernant l impôt sur le revenu. Loi de l impôt sur le revenu Article 1 Notes explicatives Propositions législatives concernant l impôt sur le revenu Compagnies d assurance Loi de l impôt sur le revenu 138 L article 138 de la Loi de l impôt sur le revenu (la Loi)

Plus en détail

Comment s exerce l autorisation parentale de sortie de l enfant du territoire national ou l opposition à cette sortie?

Comment s exerce l autorisation parentale de sortie de l enfant du territoire national ou l opposition à cette sortie? Comment s exerce l autorisation parentale de sortie de l enfant du territoire national ou l opposition à cette sortie? En cas d autorité parentale exclusive, c est la liberté ; le parent la détenant pouvant

Plus en détail

Politiques des équipements et des infrastructures

Politiques des équipements et des infrastructures POLITIQUE DES ÉQUIPEMENTS ET DES INFRASTRUCTURES Le conseil municipal, le conseil d agglomération, les conseils d arrondissement et le comité exécutif de Montréal, à titre d administrateurs de fonds publics

Plus en détail

Chapitre 2. Usages et mésusages

Chapitre 2. Usages et mésusages Chapitre 2 Usages et mésusages Si la faculté de voyance existe, si effectivement des hommes et des femmes peuvent capter directement des informations exactes dans l espace et dans le temps, les questions

Plus en détail

L arbitrage commercial international en droit algérien (*)

L arbitrage commercial international en droit algérien (*) L arbitrage commercial international en droit algérien (*) (*)-Par Yahia AMNACHE, Avocat au Barreau de Paris. www.avocats-bah.com Pendant longtemps, le procédé de règlement des différends entre sociétés

Plus en détail

Commission des Outils d évaluation pour les Humanités générales et technologiques. Présentation générale des outils

Commission des Outils d évaluation pour les Humanités générales et technologiques. Présentation générale des outils Commission des Outils d évaluation pour les Humanités générales et technologiques Présentation générale des outils 1. Généralités 1.1. Cadre institutionnel Le décret du 24 juillet 1997 sur les missions

Plus en détail

Emilien Suquet, suquet@automaths.com

Emilien Suquet, suquet@automaths.com STATISTIQUES Emilien Suquet, suquet@automaths.com I Comment réagir face à un document statistique? Les deux graphiques ci-dessous représentent l évolution du taux de chômage en France sur les 1 mois de

Plus en détail

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés h fiche pratique des repères pour agir #10 Préparer un accord GPEC dans les entreprises de plus de 50 salariés Octobre 2008 Le souci de se mettre en conformité avec la loi pousse un certain nombre d entreprises

Plus en détail

Politique sur le code de conduite et les conflits d intérêts à l intention des membres des conseils de section de l OCRCVM

Politique sur le code de conduite et les conflits d intérêts à l intention des membres des conseils de section de l OCRCVM Politique sur le code de conduite et les conflits d intérêts à l intention des membres des conseils de section de l OCRCVM Les membres des conseils de section (les «Membres») sont tenus de lire et de signer

Plus en détail

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques 2328 DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques I ENJEU SOCIAL : UN DEBAT DANS LE CHAMP PROFESSIONNEL Il existe un débat récurrent

Plus en détail

1. Quelle importance?... 7. 2. Les documents du Nouveau Testament : dates et attestation... 11. 3. Le canon du Nouveau Testament...

1. Quelle importance?... 7. 2. Les documents du Nouveau Testament : dates et attestation... 11. 3. Le canon du Nouveau Testament... Table des matières Préface à l édition française... 5 1. Quelle importance?... 7 2. Les documents du Nouveau Testament : dates et attestation... 11 3. Le canon du Nouveau Testament... 23 4. Les Évangiles...

Plus en détail

Les grands secrets et du bonheur

Les grands secrets et du bonheur Les grands secrets DE L ACCOMPLISSEMENT DE SOI et du bonheur Parce que la plus grande des victoires est toujours celle que l on remporte sur soi-même Bruno Lallement 2007 http://www.accomplissement-de-soi.org

Plus en détail

Les règles de base de fonctionnement d un marché

Les règles de base de fonctionnement d un marché C HAPITRE 1 Les règles de base de fonctionnement d un marché Qu est-ce qu un marché? Un marché est un endroit matérialisé ou non où peuvent se rencontrer des agents économiques qui ont des besoins complémentaires,

Plus en détail

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise?

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Les décideurs ont beaucoup à gagner de l intégration des données de gestion externes et internes, afin d assurer la disponibilité des informations

Plus en détail

CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR

CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR Position de la Fédération des Étudiant(e)s Francophones (F.E.F.) discutée puis adoptée lors des Conseils du 25 septembre

Plus en détail

Article 29 Groupe de protection des données

Article 29 Groupe de protection des données Article 29 Groupe de protection des données 10972/03/FR final WP 76 Avis 2/2003 concernant l'application des principes de protection des données aux annuaires «Whois» Adopté le 13 juin 2003 Le groupe de

Plus en détail

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Nom : Date : GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Compétence 1 : Bâtir et maintenir une image de soi positive Niveau trois : Développer des habiletés afin de maintenir une image de soi positive

Plus en détail

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES Article 19 de la Constitution de l Organisation internationale

Plus en détail

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE RELATIVE À L APPRÉCIATION DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DUPERSONNEL DE SOUTIEN (PO 13) RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE RELATIVE À L APPRÉCIATION DU PERSONNEL

Plus en détail

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Référencement des prestataires Mode d emploi»

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Référencement des prestataires Mode d emploi» DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT «Référencement des prestataires Mode d emploi» Vous envisagez de participer au Dispositif Local d Accompagnement (DLA) en Région Champagne- Ardenne, sur des missions d

Plus en détail

Financement des formations à la sécurité

Financement des formations à la sécurité Financement des formations à la sécurité Il existe de nombreux contentieux, soit avec l administration, soit avec des OPCA, sur la question du financement des formations à la sécurité. La présente note

Plus en détail

La Clé informatique. Formation Access XP Aide-mémoire

La Clé informatique. Formation Access XP Aide-mémoire La Clé informatique Formation Access XP Aide-mémoire Septembre 2003 Définitions de termes Base de données : Se compare à un énorme classeur ayant plusieurs tiroirs où chacun d eux contient des informations

Plus en détail

Tableau synoptique du chapitre 7

Tableau synoptique du chapitre 7 Tableau synoptique du chapitre 7 Le rôle du superviseur dans le processus de rémunération Le superviseur peut être appelé à : participer à l évaluation des postes de ses employés. prendre des décisions

Plus en détail

RAPPORT D ANALYSE PRÉPARÉ PAR ECONALYSIS CONSULTING SERVICES À LA DEMANDE DE OPTION CONSOMMATEURS

RAPPORT D ANALYSE PRÉPARÉ PAR ECONALYSIS CONSULTING SERVICES À LA DEMANDE DE OPTION CONSOMMATEURS RAPPORT D ANALYSE PRÉPARÉ PAR ECONALYSIS CONSULTING SERVICES 34, rue King Est, bureau 1102, Toronto (Ontario) M5C 2X8 À LA DEMANDE DE OPTION CONSOMMATEURS PRÉSENTÉ DANS LE CADRE DE LA DEMANDE RELATIVE

Plus en détail

Traitement comptable des instruments financiers Rapport de vérification final Rapport n o 23/12 Le 6 mars 2013

Traitement comptable des instruments financiers Rapport de vérification final Rapport n o 23/12 Le 6 mars 2013 Diffusion Traitement comptable des instruments financiers Rapport de vérification final Rapport n o 23/12 Le 6 mars 2013 Destinataires : Président et chef de la direction Premier vice-président et chef

Plus en détail

Permettre l'accès de tous au logement pour tous Combattre les mécanismes d'exclusion du logement pour insuffisance de ressources

Permettre l'accès de tous au logement pour tous Combattre les mécanismes d'exclusion du logement pour insuffisance de ressources Permettre l'accès de tous au logement pour tous Combattre les mécanismes d'exclusion du logement pour insuffisance de ressources Préambule Pour les revenus les plus modestes, le poids du budget logement

Plus en détail

Solutions à l exportation

Solutions à l exportation Solutions à l exportation Le rôle d Exportation et développement Canada (EDC) est d appuyer et de développer les activités internationales des exportateurs et des investisseurs canadiens. La tolérance

Plus en détail

IFRS 11 : Coentreprises Passage de la méthode de la consolidation proportionnelle à la méthode de la mise en équivalence

IFRS 11 : Coentreprises Passage de la méthode de la consolidation proportionnelle à la méthode de la mise en équivalence IFRS 11 : Coentreprises Passage de la méthode de la consolidation proportionnelle à la méthode de la mise en équivalence Extrait, Groupe de discussion sur les IFRS Compte rendu de la réunion du 18 octobre

Plus en détail

Charte du Bénévolat dans votre association (règles du jeu collectives) Convention d engagement réciproque (règles du jeu individuelles)

Charte du Bénévolat dans votre association (règles du jeu collectives) Convention d engagement réciproque (règles du jeu individuelles) France Bénévolat a mis au point deux documents type qui peuvent servir de base à la clarification des règles du jeu entre bénévoles et associations et permettre ainsi le développement de bonnes pratiques.

Plus en détail

Réussir ses comptes rendus

Réussir ses comptes rendus Michelle Fayet Réussir ses comptes rendus Troisième édition, 1994, 2000, 2005. ISBN : 2-7081-3369-1 Introduction Mais enfin, qu est-ce qu un un compte rendu? Cette interrogation est celle de beaucoup de

Plus en détail

PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINT-CYRILLE-DE-WENDOVER

PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINT-CYRILLE-DE-WENDOVER PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINT-CYRILLE-DE-WENDOVER RÈGLEMENT # 368 concernant la vidange des fosses septiques des résidences isolées du territoire de la municipalité 74.03.09 Règlement portant

Plus en détail

Du concept de métier lourd à celui de métier pénible

Du concept de métier lourd à celui de métier pénible Le 6 février 2007. Du concept de métier lourd à celui de métier pénible - Réflexion sur l évolution - Sandra Invernizzi Métier lourd et métier pénible La notion de métier lourd reconnaît qu un métier comporte

Plus en détail

Fiche info Service Carrières

Fiche info Service Carrières Fiche info Service Carrières L entretien professionnel Thème : Déroulement de carrière février 15 Textes de référence Décret n 86-473 du 14 mars 1986 relatif aux conditions générales de notation des fonctionnaires

Plus en détail

ARBITRAGE ET RECOURS COLLECTIFS AU QUÉBEC

ARBITRAGE ET RECOURS COLLECTIFS AU QUÉBEC ARBITRAGE ET RECOURS COLLECTIFS AU QUÉBEC LA COUR D APPEL CONFIRME QU UNE ENTREPRISE PEUT RECOURIR À L ARBITRAGE POUR GÉRER LE RISQUE DES RECOURS COLLECTIFS Par Claude Marseille et André Durocher Les entreprises

Plus en détail

Procédure de consultation. Prise de position de : SASSA. Plan d études cadre pour la maturité professionnelle (PEC MP) 29 février 2012

Procédure de consultation. Prise de position de : SASSA. Plan d études cadre pour la maturité professionnelle (PEC MP) 29 février 2012 29 février 2012 Procédure de consultation Plan d études cadre pour la maturité professionnelle (PEC MP) A renvoyer d ici au 30 juin 2012 à RLP-BM@bbt.admin.ch Veuillez utiliser uniquement le présent formulaire

Plus en détail

Projet de loi n o 76 (2010, chapitre 1)

Projet de loi n o 76 (2010, chapitre 1) PREMIÈRE SESSION TRENTE-NEUVIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 76 (2010, chapitre 1) Loi modifiant diverses dispositions législatives concernant principalement le processus d attribution des contrats des

Plus en détail

PARENTS CÉLIBATAIRES Vos droits et obligations concernant la garde, le droit de visite et les prestations de soutien. La garde de l enfant

PARENTS CÉLIBATAIRES Vos droits et obligations concernant la garde, le droit de visite et les prestations de soutien. La garde de l enfant PARENTS CÉLIBATAIRES Vos droits et obligations concernant la garde, le droit de visite et les prestations de soutien La garde de l enfant La garde est le droit et la responsabilité de prendre soin d un

Plus en détail

Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public

Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public Le Conseil de la concurrence (commission

Plus en détail

PROCEDURE D ADMISSION COMPLEMENTAIRE

PROCEDURE D ADMISSION COMPLEMENTAIRE PROCEDURE D ADMISSION COMPLEMENTAIRE 2012 LES QUATRE ETAPES La procédure complémentaire a pour but de mettre en relation les établissements qui ont encore des places vacantes et les candidats n ayant pas

Plus en détail

Politique de gestion des plaintes. La CSST place la satisfaction de sa clientèle au coeur de ses priorités

Politique de gestion des plaintes. La CSST place la satisfaction de sa clientèle au coeur de ses priorités Politique de gestion des plaintes La CSST place la satisfaction de sa clientèle au coeur de ses priorités PRÉAMBULE L administration gouvernementale québécoise place au cœur de ses priorités la qualité

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Introduction à l analyse de concept. Cogmaster - Quinzaine de rentrée

Introduction à l analyse de concept. Cogmaster - Quinzaine de rentrée Introduction à l analyse de concept Cogmaster - Quinzaine de rentrée L art de la distinction Une partie de la philosophie consiste à faire des distinctions pour éviter que soient confondues des entités

Plus en détail

Association «Les Amis du Camp du Tom» PROJET PEDAGOGIQUE. Centre de Vacances pour adolescents (12/17 ans)

Association «Les Amis du Camp du Tom» PROJET PEDAGOGIQUE. Centre de Vacances pour adolescents (12/17 ans) Association «Les Amis du Camp du Tom» PROJET PEDAGOGIQUE Centre de Vacances pour adolescents (12/17 ans) Introduction Depuis plus de 50 ans, le «Camp du Tom» propose aux ados, âgés de 12 à 17 ans, de partir

Plus en détail

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales?

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales? Réunion Informelle des Ministres de la Justice et des Affaires Intérieures Luxembourg, 27-29 janvier 2005 RENFORCER LA JUSTICE - Quelles politiques européennes pour la reconnaissance et l exécution transfrontalières

Plus en détail

Paiements de transfert Chapitre SP 3410. Avril 2011. Bases des conclusions CCSP

Paiements de transfert Chapitre SP 3410. Avril 2011. Bases des conclusions CCSP Paiements de transfert Chapitre SP 3410 Avril 2011 CCSP AVANT-PROPOS La lettre de mise à jour n o 33 du Manuel de comptabilité de l ICCA pour le secteur public, publiée en mars 2011, comprenait le chapitre

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique AUNEGE Campus Numérique en Economie Gestion Licence 2 Comptabilité analytique Leçon 1 Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique 1 RÔLES DE LA COMPTABILITÉ DE GESTION INFORMER

Plus en détail

Junior ESSEC 19/01/2015

Junior ESSEC 19/01/2015 JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 3ème journée Compte-rendu de l atelier 4 : Transformation numérique des relations administration-usagers Thème de la journée

Plus en détail

AUDIT DE LA PAIE ET DU PERSONNEL

AUDIT DE LA PAIE ET DU PERSONNEL AUDIT DE LA PAIE ET DU PERSONNEL PLAN : I. Introduction II. Définitions : 1) Fonction paie personnel 2) Audit paie personnel III. Démarche de l audit paie et personnel IV. audit cycle paie personnel 1)

Plus en détail

Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs

Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs Sommaire 1. CHAMP D APPLICATION... 2 2. CHANGEMENTS DE METHODES

Plus en détail

L utilisation et le contenu d un devis d événement

L utilisation et le contenu d un devis d événement Chapitre 4 Annexe B L utilisation et le contenu d un devis d événement Les formules de gestion pour la réalisation ont été discutées à l annexe 4A. Une de ces formules est le lancement, par le promoteur,

Plus en détail

Catherine Olivier Divorcer sans casse

Catherine Olivier Divorcer sans casse Catherine Olivier Divorcer sans casse Groupe Eyrolles, 2004, ISBN 2-7081-3511-2 Chapitre 2 Le divorce accepté Cette procédure concerne actuellement environ 15 % des divorces. Le divorce accepté, autrefois

Plus en détail

HARCÈLEMENT EN MILIEU DE TRAVAIL

HARCÈLEMENT EN MILIEU DE TRAVAIL HARCÈLEMENT EN MILIEU DE TRAVAIL SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES Numéro du document : 0903-07 Adoptée par la résolution : 60 0903 En date du : 2 septembre 2003 Modifiée par la résolution : En date du

Plus en détail

Action 5 : Accord sur l approche du lien modifiée des régimes de PI

Action 5 : Accord sur l approche du lien modifiée des régimes de PI Projet OCDE/G20 sur l érosion de la base d imposition et le transfert de bénéfices Action 5 : Accord sur l approche du lien modifiée des régimes de PI Projet OCDE/G20 sur l érosion de la base d imposition

Plus en détail

Procédure devant le conseil départemental / conciliation de l article L. 4123-2

Procédure devant le conseil départemental / conciliation de l article L. 4123-2 Procédure devant le conseil départemental / conciliation de l article L. 4123-2 I / Le plaignant est un organe de l Ordre : les parties n ont pas à être convoquées à une réunion de conciliation ; CE, 21

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

La Publicité écologique trompeuse de l art. 23 1 LPC, et l entrave à la libre circulation des biens au niveau européen.

La Publicité écologique trompeuse de l art. 23 1 LPC, et l entrave à la libre circulation des biens au niveau européen. La Publicité écologique trompeuse de l art. 23 1 LPC, et l entrave à la libre circulation des biens au niveau européen. La question s est posée à plusieurs reprises au sein de la Commission Etiquetage

Plus en détail

GUIDE POUR L UTILISATION DE LA PLATE-FORME DE DEMATERIALISATION DES MARCHES PUBLICS DU CONSEIL GENERAL DE L ISERE

GUIDE POUR L UTILISATION DE LA PLATE-FORME DE DEMATERIALISATION DES MARCHES PUBLICS DU CONSEIL GENERAL DE L ISERE GUIDE POUR L UTILISATION DE LA PLATE-FORME DE DEMATERIALISATION DES MARCHES PUBLICS DU CONSEIL GENERAL DE L ISERE La plate-forme de dématérialisation des marchés publics du Conseil général de l Isère permet

Plus en détail

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Texte allemand : EQM/Misereor, janvier 2012 Traduction : Service des langues de MISEROR, mars 2012 Ce document

Plus en détail

GUIDE RELATIF À LA GESTION DES DROITS DU PARENT NON-GARDIEN EN MILIEU SCOLAIRE

GUIDE RELATIF À LA GESTION DES DROITS DU PARENT NON-GARDIEN EN MILIEU SCOLAIRE GUIDE RELATIF À LA GESTION DES DROITS DU PARENT NON-GARDIEN EN MILIEU SCOLAIRE à être produit par le comité des secrétaires généraux de la Montérégie et de l Estrie Mario Champagne Francine Julien Daniel

Plus en détail

(Traduction du Greffe) DECLARATION DE M. TREVES, JUGE AD HOC

(Traduction du Greffe) DECLARATION DE M. TREVES, JUGE AD HOC (Traduction du Greffe) DECLARATION DE M. TREVES, JUGE AD HOC 1. Je souhaiterais, dans la présente Déclaration, expliquer les raisons pour lesquelles j ai voté contre l alinéa 18) du dispositif, au paragraphe

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE

CHARTE DE L AUDIT INTERNE CHARTE DE L AUDIT INTERNE Septembre 2009 Introduction La présente charte définit la mission et le rôle de l audit interne de l Institut National du Cancer (INCa) ainsi que les modalités de sa gouvernance.

Plus en détail

CARACTERISTIQUES DE LA CARRIERE DES FONCTIONNAIRES AU CAMEROUN

CARACTERISTIQUES DE LA CARRIERE DES FONCTIONNAIRES AU CAMEROUN CARACTERISTIQUES DE LA CARRIERE DES FONCTIONNAIRES AU CAMEROUN La notion de poste de travail préserve les éléments essentiel de la Fonction Publique de carrière L existence d un statut ( 1) et l aménagement

Plus en détail

La procédure d'exécution des recettes et des dépenses publiques (cours)

La procédure d'exécution des recettes et des dépenses publiques (cours) La procédure d'exécution des recettes et des dépenses publiques (cours) Table des matières Table des matières... 2 Introduction... 3 I - L'exécution des recettes publiques... 4 La procédure de droit commun...

Plus en détail

Centre de politique et d administration fiscales

Centre de politique et d administration fiscales Centre de politique et d administration fiscales Orientations en matière d impôts sur la consommation Orientations en matière d enregistrement simplifié Orientations en matière d enregistrement simplifié

Plus en détail

Système de gestion de sécurité dans le transport ferroviaire

Système de gestion de sécurité dans le transport ferroviaire Système de gestion de sécurité dans le transport ferroviaire Dr CHEN Daoxing, ingénieur expert au Bureau de la sécurité des transports du Canada Présentation générale du système de sécurité Définition

Plus en détail

Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009

Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009 Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009 Emploi privé- âge- procédure de recrutement-rejet de la candidature sans entretien profil surdimensionné- diplôme- compétences managériales expérience professionnelle

Plus en détail

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision Conclusion générale Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la rédaction de cette thèse. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision rationnelle compatible

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

Historique du coaching en entreprise

Historique du coaching en entreprise Historique du coaching en entreprise Aux Etats-Unis dans les années 80, le coaching des sportifs a beaucoup de succès. L entreprise, soucieuse d une plus grande performance va adapter le coaching afin

Plus en détail

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises politique adoptée par le CECS le 6 novembre 2002 Suite à l adoption par le Comité des études de cycles supérieurs en psychologie du projet de modification

Plus en détail

Définir et consolider son projet associatif

Définir et consolider son projet associatif FICHE PRATI QUE Définir et consolider son projet associatif L association se place sous le signe de la liberté : celle de se regrouper pour prendre collectivement une initiative. De l idée à la conception,

Plus en détail

Leçon 6. Juste à temps : principes

Leçon 6. Juste à temps : principes Leçon 6 Juste à temps : principes L'objectif principal de la leçon est de connaître et de comprendre la philosophie du juste à temps A l'issue de la leçon l'étudiant doit être capable de : définir les

Plus en détail

démarrer à la maison Pédagogie et organisation

démarrer à la maison Pédagogie et organisation démarrer L ecole à la maison Pédagogie et organisation Table des matières Le livre est disponible sur le site http://ecole-vivante.com ISBN 978-2-9515625-7-8 EAN 9782951562578 Cliquez sur les n de pages

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé Les défis du développement du gouvernement électronique Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé La révolution numérique a engendré une pression sur les gouvernements qui doivent améliorer leurs prestations

Plus en détail

RESSOURCEMENT SUR MESURE

RESSOURCEMENT SUR MESURE RESSOURCEMENT SUR MESURE Le Centre Assomption de Lourdes propose d avril à octobre la formule innovante du RESSOURCEMENT SUR MESURE La nouvelle équipe d animation, composée de sœurs et de laïcs, répond

Plus en détail

Quatrième Conférence du Qatar Sur La Démocratie et le Libre Echange

Quatrième Conférence du Qatar Sur La Démocratie et le Libre Echange Quatrième Conférence du Qatar Sur La Démocratie et le Libre Echange 5 6 avril 2004 Compte Rendu La conférence s est tenue le 5 et 6 avril 2004 à Doha. Elle a été inaugurée par S.E. Royale Sheikh/ Hamad

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/09/137 DÉLIBÉRATION N 09/075 DU 1 ER DÉCEMBRE 2009 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL PAR

Plus en détail

CARTE DE L ETHIQUE DE SPINOZA. Ethique, partie I (de Deo) La nature des choses

CARTE DE L ETHIQUE DE SPINOZA. Ethique, partie I (de Deo) La nature des choses CARTE DE L ETHIQUE DE SPINOZA Ethique, partie I (de Deo) La nature des choses Elucidation des lois générales qui déterminent globalement la nature des choses en tant que celle-ci est soumise au principe

Plus en détail

Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996.

Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996. Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996. Choix de vie Toute personne âgée dépendante garde la liberté de choisir son

Plus en détail

Prévoyance en Suisse Le point de vue des assureurs-vie. Andreas Zingg Président de la Commission pour les Questions sociales de l ASA

Prévoyance en Suisse Le point de vue des assureurs-vie. Andreas Zingg Président de la Commission pour les Questions sociales de l ASA Prévoyance en Suisse Le point de vue des assureurs-vie Andreas Zingg Président de la Commission pour les Questions sociales de l ASA Prévoyance en Suisse Le point de vue des assureurs-vie Concept des 3

Plus en détail

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE Cette note technique a été publiée par le Secrétariat international de l ITIE en collaboration avec GIZ (Coopération internationale allemande). L'objectif de cette note est de prodiguer des conseils aux

Plus en détail

Info-assurance Réunion de l IASB du 22 juillet 2014

Info-assurance Réunion de l IASB du 22 juillet 2014 www.pwc.com/ca/insurance Info-assurance Réunion de l IASB du 22 juillet 2014 Puisque divers points de vue sont analysés lors des réunions de l IASB, et qu il est souvent difficile de décrire avec précision

Plus en détail

Publicité comparative et médicaments : une réglementation à clarifier?

Publicité comparative et médicaments : une réglementation à clarifier? DIVERS Publicité comparative et médicaments : une réglementation à clarifier? Alors que l industrie pharmaceutique connaît un mouvement important de concentration et une évolution sensible marquée par

Plus en détail