Nature et formes du don : résumé

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Nature et formes du don : résumé"

Transcription

1 Nature et formes du don : résumé Par Gildas RICHARD La réflexion méthodique sur la notion de don a été, jusqu à présent, l apanage presque exclusif de deux grands types de discours : D une part, le discours des sciences humaines, et plus particulièrement celui de la sociologie. Du point de vue de la quantité de ses productions portant sur le don, c est ce type de discours qui apparaît comme le plus imposant, et de loin. Mais étant par nature impropre à l interrogation sur l essence du don, une telle approche ne peut être que foncièrement insuffisante, si précieux que soient les matériaux qu elle offre à la réflexion. L on trouve d autre part, concernant le don, un discours proprement philosophique, mais dont les productions relèvent presque toutes d un même genre : celui d une philosophie se disant et se voulant postérieure à la métaphysique. Entendons par là, d une façon qui ne peut être ici que très générale : une philosophie qui pense pouvoir et devoir rompre avec la métaphysique dite «classique» celle dont on dit communément qu elle régna de Platon à Hegel. Que la philosophie se préoccupant sérieusement du don soit aussi la philosophie qui se présente comme postérieure à la métaphysique classique, cela n est pas dû au hasard. Il est de fait, en effet, que de Platon à Hegel (et même au-delà), presque rien n est dit du don. En tout état de cause, celui-ci n apparaît nullement comme un concept fondamental, et encore moins comme le concept autour duquel le discours philosophique devrait s édifier. C est ce qui justifie l impression selon laquelle quelque chose, dans le don, invite à ne pas s en tenir au discours de la tradition. Mais l attitude qu il convient d adopter à l égard de celle-ci, pour penser le don, n en est pas élucidée pour autant. Que la tradition philosophique n ait presque rien dit du don, cela ne montre pas immédiatement qu elle n ait presque rien à en dire, ni par conséquent que, pour en dire plus, il faille passer à un autre genre de discours. En la matière, l exemple à suivre nous a semblé être le travail de Claude Bruaire. Dans le dernier de ses grands livres (L être et l esprit), ce penseur a su montrer que la notion de don recèle une richesse de signification et une puissance d éclaircissement tout à fait réelles, s agissant de la conception de l être de l homme. La manifestation de cette richesse et de cette puissance s y effectue au moyen d une reprise et d une réanimation et non d un simple

2 rejet des concepts de la tradition philosophique ; en cela, ce penseur offre l exemple d une certaine attitude, faite à la fois de fidélité, de circonspection et d audace. Mais la manifestation de la fécondité du concept de don demeure, en cette œuvre, partielle ; d abord parce qu elle se déploie exclusivement dans le domaine de la pure ontologie ; ensuite parce que, même dans ce domaine, elle n accède sans doute pas à son plein développement. Il est donc permis de considérer cette œuvre, au moins jusqu à un certain point, comme une invitation à poursuivre une entreprise dont elle n aurait établi elle-même que certaines bases fondamentales. S inspirer de cette attitude et répondre à cette invitation, tel est en somme l esprit du travail qui est présenté ici, et dont nous allons proposer maintenant une rapide vue d ensemble. I. La première partie, consacrée au don ontique, vise un double objectif : d une part, examiner de façon précise l une des formes essentielles que le don est susceptible de prendre ; selon cet aspect, il s agit d entrer sans attendre dans la particularité du contenu, et de déterminer les caractères qui reviennent en propre à ce type de don, qui consiste à donner quelque chose, c est-à-dire une réalité particulière et déterminée, pouvant être de nature matérielle mais aussi bien idéelle ou encore affective, soit, de façon tout à fait générale, un étant d où l appellation de ce type de don. D autre part, à la faveur de cet examen d un mode particulier du don doivent commencer d apparaître certains des caractères universels du don, nécessairement inhérents à tout don quel qu il soit. S agissant de ces caractères universels, le don en vient à être défini comme l attitude ayant son centre et son principe dans celui à qui elle s adresse, c est-à-dire dans le donataire. Il y a don lorsque tout ce qui a lieu est défini et déduit à partir de ce qui reçoit ; tout ce qui a lieu, c est-à-dire : ce qui est apporté, la manière dont cela est apporté, le fait même qu on l apporte, et la manière d être ou attitude fondamentale de celui qui l apporte. Il s ensuit que dans le don, le destinataire ne peut être caractérisé que comme une fin en soi ; et corrélativement, que tout apport en lequel le destinataire n est pas abordé comme fin en soi, mais comme moyen, élément, paramètre, étape, etc., ne peut en rigueur être considéré comme un don ; l établissement de ce point absolument déterminant rend possible, et appelle même une critique de la pensée sociologique (Mauss et ceux qui s en réclament au moins en partie, comme A. Caillé, J. Godbout ou V. Descombes, mais aussi Lévi-Strauss), inapte à penser l homme singulier comme fin en soi. L interrogation se porte alors sur ce qui rend possible la visée de l autre comme fin en soi ; et la notion de conscience apparaît ainsi au cœur de la

3 problématique du don, et cela d une façon elle-même problématique. Par rapport au mode de visée d autrui requis par le don, la conscience est, en effet, à la fois obstacle dans la mesure où elle réifie, au moins jusqu à un certain point, ce qu elle vise et condition sine qua non dans la mesure où ne peut se faire jour, sans elle, nulle décision délibérée et libre. Il s agit alors de tenter de déterminer aussi précisément que possible dans quelle mesure un «dépassement» de la conscience est requis, en tenant compte de ce fait essentiel que la conscience ne peut pas ne pas participer elle-même, et activement, à cet éventuel dépassement, et qu elle ne peut non plus être purement et simplement abolie par celui-ci. C est plus spécialement vers la philosophie d inspiration phénoménologique (J. Derrida, J.-L. Marion), qui écarte trop promptement la conscience en l assignant à la seule appréhension de l étant, que se dirige alors la critique. Concernant maintenant les caractères spécifiques du don ontique, ceux-ci sont envisagés d un double point de vue : tout d abord en eux-mêmes, puis sous le rapport de leur incidence sur le don en général et comme tel. Selon le premier aspect, il s agit de concentrer la réflexion sur le «quelque chose» qui est donné, puisque la spécificité du don ontique réside précisément en ceci, qu il est don de quelque chose. On cherche alors à déterminer le ou les type(s) d étants qui, par nature, seraient particulièrement appelés à être donnés (plutôt que vendus, échangés ) ; comme l on a affaire à une extrême diversité d objets possibles, l on s en tient sur ce point à une simple esquisse, manifestant les déterminations les plus générales de l étant qui peut et doit être donné. Se dégage ainsi ce principe : ce qui réclame particulièrement d être donné, c est ce qui présente ces deux caractères apparemment incompatibles que sont «l être-pour» (le fait d être destiné à, d être en vue de ) et «l être-fin» (le fait d avoir sa destination en soi-même, et de n admettre ainsi aucun équivalent, ni aucun prix). Selon le second aspect, qui concerne l incidence du caractère ontique du contenu sur le don comme tel, l on tente de montrer que le don ne peut pas être pleinement lui-même, c est-à-dire pleinement à la hauteur de ses propres exigences, s il s en tient à un contenu de ce genre. Quel qu il soit, en effet, le «quelque chose» ne peut permettre au don d atteindre ce qui est pourtant son but essentiel et sa raison d être, à savoir : conduire l autre (le donataire) à ne pas seulement être une fin en soi, de manière immédiate et par rapport à une visée extérieure, mais à devenir pour lui-même une fin à atteindre, et à s acheminer intérieurement vers la vérité de son être. Pour atteindre un tel but, il faut passer à une forme de don toute différente, dont l examen fait l objet de la seconde partie.

4 II. Dans la première étape de celle-ci, il s agit d établir clairement la nécessité d arracher l autre à sa dispersion dans l extériorité, ou à son enlisement dans l ordre de l étant arrachement que le don ontique est impuissant à produire, c est-à-dire à une manière d être en laquelle il est comme détourné de lui-même et irrespectueux de son propre être. L un des textes les plus célèbres de l histoire de la philosophie est celui dans lequel on voit Socrate prôner et décrire cet arrachement (livre VII de la République). Relu à la lumière de la problématique du don, ce texte permet de comprendre que l arrachement en question n est possible, précisément, que comme un don, et il permet d en discerner la raison : c est que cet arrachement n est nullement désiré par celui qui doit en bénéficier, et que le don est la seule manière possible de procurer ce qui n est pas désiré. On voit en même temps que ce don est essentiellement négatif, puisqu il n apporte rien de déterminé, mais libère, au contraire, de toute adhérence aux déterminations extérieures : d où son appellation de don non ontique. L on discerne enfin que ce don, comme du reste toute éducation bien comprise, implique par essence l intervention d un donateur qui soit quelqu un, et exclut celle d une instance dépourvue de subjectivité : d où un examen critique du statut et du sens de l angoisse telle qu elle est définie et thématisée par Heidegger. Ce don est bien d un genre tout à fait nouveau par rapport au précédent, en raison de son contenu, de la manière dont il s effectue, mais aussi de ce à quoi il livre accès. Car c est avec la vérité de son être que le bénéficiaire de ce don est amené à renouer. C est précisément à l examen de cet être, envisagé dans sa vérité universelle et, par suite, comme être de l homme, que la seconde étape de cette partie est consacrée ; et c est alors la notion de substance (ainsi que celle, qui lui est étroitement liée, d essence) qui occupe particulièrement l attention. Là encore, l on s emploie à montrer que le recours à cette notion «classique» est profondément problématique, mais non point indu. D un côté, son emploi à propos de l homme fait planer sur celui-ci une menace double et apparemment contradictoire : si l on comprend la substantialité comme choséité, ainsi qu y incline Heidegger, on considérera que son attribution à l homme ferait chuter celui-ci au rang de simple chose ; mais si l on voit dans la substantialité l affirmation de l absoluité (la substance étant ce qui n a besoin que de soi pour être soi), alors, on refusera de l attribuer à l homme par crainte de l égaler à Dieu. Mais d un autre côté, on voit mal comment renoncer à la substantialité de l être de l homme, sans ravaler du même coup celui-ci au rang de simple mode (Spinoza), de point de vue (Leibniz) ou de moment (Hegel) : ce qui serait incompatible avec la réelle autonomie ontologique le statut d être à part entière que, par ailleurs, on est amené à lui reconnaître. L on est donc conduit à accorder la plus extrême attention à la pensée de Claude Bruaire, dont la proposition

5 essentielle peut se formuler ainsi : l être de l homme demande à être conçu comme un être pleinement autonome, mais dont l autonomie ne vient pas de lui ; c est là le sens profond de la désignation de l homme comme esprit fini. Cette altérité de l origine de son autonomie (que l on se risque à appeler «hétérogénie de l autonomie») apparaît alors comme instauratrice d un renvoi de l esprit fini à autre chose que lui-même. Et ce renvoi s envisage selon une double orientation, dont l examen débouche sur un double résultat : premièrement, le fait que l esprit fini soit, en son être, renvoyé vers le monde et autrui, permet de comprendre pourquoi celui qui a accédé à lui-même est appelé, par cet accès même, à aider les autres à en faire autant ; ce qui jette une lumière rétrospective sur la raison qui pousse le donateur du don non ontique à faire ce qu il fait (point que Platon, quant à lui, ne pouvait que laisser à l état d aporie). Deuxièmement, le fait que que l esprit soit renvoyé vers une origine de son être autre que lui-même, et autre que le monde et autrui, invite à considérer l esprit fini comme étant lui-même, en son être, le fruit d un don : car seul le concept de don paraît en mesure de concilier l altérité de l origine et l autonomie ontologique de l originé. Mais pour offrir pleinement une telle conciliation, et pour accéder du même coup à la plénitude de sa nature, le don doit une nouvelle fois changer de forme. C est un sens proprement ontologique qu il doit maintenant revêtir, et c est ainsi qu il est envisagé dans la troisième et dernière partie du travail. III. Dans l étude du don ontologique il s agit tout d abord, et en un sens il s agit même uniquement, de tirer au clair, de façon tout à fait précise, le sens de cette idée qui constitue la grande thèse de Claude Bruaire : l esprit fini est un être donné à lui-même. Dans cette proposition, chaque mot pèse tout son poids. C est parce qu il est donné à lui-même que l esprit fini est un être véritable quoique non absolu, c est-à-dire : un être autonome et libre, qui n est cependant nullement l origine de son autonomie et de sa liberté ; un être à part entière, incomparable et unique, pourvu d une dignité en vertu de laquelle on ne peut le viser adéquatement que comme une fin en soi. Et c est, corrélativement, parce qu il est pleinement un être d une manière qui exige de repenser en profondeur la «différence ontologique» heideggérienne sans être pourtant absolu que l esprit fini ne peut être que donné à luimême. Deux conséquences majeures en découlent. D une part, il se confirme de manière complète et définitive que le plus précieux est aussi ce qui est le plus impossible à désirer, en ce sens que l être même du désirant est ce qui ne peut justement pas être désiré par ce dernier, si ce n est après-coup : voilà un don qui ne peut se concevoir que comme apportant lui-même

6 la possibilité de le recevoir. D autre part, don et être apparaissent comme liés l un à l autre dans le concept, de sorte qu il y a d autant plus être qu il y a plus don, la réciproque étant également vraie. C est pourquoi le don ontologique doit être reconnu comme le plus grand don possible. C est pourquoi encore le concept de don est bien concept philosophique majeur, voire principiel : nulle ontologie en général, et surtout nulle ontologie anthropologique ne peut s édifier adéquatement sans lui, et moins encore contre lui. L examen de la manière dont l esprit fini est originé conduit ensuite et naturellement à considérer de plus près la catégorie philosophique de causalité, et celle, religieuse, de création, pour découvrir que la première s accomplit dans la seconde, et que cette dernière s avère identique à celle de don ontologique. On est ainsi conduit à admettre, à l encontre de certaines philosophies «classiques» (au premier rang desquelles celle de Hegel), et en accord au moins partiel avec celle d un penseur «post-métaphysicien» comme Lévinas, que la création désigne la manière unique et nécessaire, seule pleinement satisfaisante pour la raison, de faire être un esprit fini. Mais précisément parce qu elle est don d un être à lui-même, radicalement et définitivement, la création instaure entre créateur et créature une séparation et une disproportion d une telle ampleur, que la possibilité même d une relation entre l esprit fini et l origine de son être en vient à sembler extrêmement problématique. Alors le concept de don s impose encore comme seul capable de nous éclairer, en éclairant pour finir certains des aspects les plus fondamentaux qu offre la doctrine chrétienne sur ce point. On constate en effet que la relation entre l esprit fini et son origine n est possible et compréhensible que comme un don de celle-ci à celui-là ; il s agit du don de soi de l absolu à l homme. Considéré de près, ce don apparaît comme nouveau et énigmatique, en raison de ce qu il implique quant à la capacité de recevoir du donataire, d une part, et quant à la nature du donateur, d autre part. En effet, s agissant de la capacité à recevoir ce don, elle ne peut être considérée ni comme étant déjà là (ainsi qu il en va dans le don non ontique), ni comme étant complètement absente (ainsi qu il en va dans le don ontologique), avant l accomplissement du don luimême ; de sorte que, fort étrangement, le don en question apparaît comme étant en quelque manière à la fois non ontique et ontologique. Quant à la nature du donateur de ce don, de manière là aussi étrange mais pourtant cohérente, l on est amené à l envisager comme participant à la fois de l essence du donateur du don non ontique, qui est humaine, et de l essence du donateur du don ontologique, qui est divine ; conjonction qui, selon le christianisme, caractérise précisément la personne même du Christ.

7 C'est grâce au don et à lui seul que le plus réel et le plus essentiel ne coïncide pas avec le plus inaccessible et le plus impossible : telle pourrait être la conclusion simple de l'ensemble de cette étude. Si, par cette dernière, ont été tenues certaines des promesses engendrées par les tentatives antérieures de penser le don (tout particulièrement celle de Claude Bruaire), et si l'on a pu montrer que le concept de don est riche de promesses encore nouvelles et jusque là inaperçues, alors ce travail pourra être considéré comme ayant atteint l'objectif qu'il pouvait raisonnablement s'assigner. Gildas RICHARD, né en 1964, agrégé et docteur en philosophie, actuellement professeur en lycée à Perpignan. Marié, deux enfants. Publications : pas d autre livre que Nature et formes du don ; divers articles : sur le don, la confiance, l humain, la notion de création ex nihilo chez Hegel (à paraître dans les Etudes philosophiques), sur la pensée phénoménologique de J.-L. Marion (à paraître dans les Cahiers philosophiques), le souci pour autrui chez Platon... Animation d un site : «Invitation à la philosophie» : sur lesquels on peut lire ces textes et un certain nombre d autres. Gildas RICHARD Rubrique Bibliothèque Juin 2003

LA PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ EN CHINE : TRANSFORMATION DU DROIT INTERNE ET INFLUENCE DU DROIT INTERNATIONAL. LI Bin Résumé

LA PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ EN CHINE : TRANSFORMATION DU DROIT INTERNE ET INFLUENCE DU DROIT INTERNATIONAL. LI Bin Résumé LA PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ EN CHINE : TRANSFORMATION DU DROIT INTERNE ET INFLUENCE DU DROIT INTERNATIONAL LI Bin Résumé 1. Thème. Le droit de propriété a été l objet de réformes successives en Chine.

Plus en détail

25 PROPOSITIONS POUR UNE RÉPUBLIQUE LAÏQUE AU XXI ÈME SIÈCLE

25 PROPOSITIONS POUR UNE RÉPUBLIQUE LAÏQUE AU XXI ÈME SIÈCLE 25 PROPOSITIONS POUR UNE RÉPUBLIQUE LAÏQUE AU XXI ÈME SIÈCLE Fidèle aux exigences de Liberté, d Égalité et de Fraternité qui le fondent, le Grand Orient de France a pour principe essentiel la liberté absolue

Plus en détail

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand Guillaume Wicker Professeur à l Université Montesquieu - Bordeaux IV 1 Je commencerais par cette interrogation : est-il

Plus en détail

Le rapport au prochain dans le judaïsme : approche biblique, talmudique et philosophique

Le rapport au prochain dans le judaïsme : approche biblique, talmudique et philosophique Collège des Bernardins, Séminaire sur l Altérité Département Judaïsme et Christianisme Séance du 13 janvier 2011 Intervenant et compte rendu : Sophie NORDMANN Sujet de la séance Le rapport au prochain

Plus en détail

HONORAIRES - L ENJEU D UN LITIGE NE DONNE PAS LA MESURE DES PRESTATIONS QUE REQUIERT LA SOLUTION JURIRIQUE DES PROBLEMES QU IL POSE.

HONORAIRES - L ENJEU D UN LITIGE NE DONNE PAS LA MESURE DES PRESTATIONS QUE REQUIERT LA SOLUTION JURIRIQUE DES PROBLEMES QU IL POSE. HONORAIRES - L ENJEU D UN LITIGE NE DONNE PAS LA MESURE DES PRESTATIONS QUE REQUIERT LA SOLUTION JURIRIQUE DES PROBLEMES QU IL POSE. AVIS SUR HONORAIRES Extrait du procès-verbal de la séance du conseil

Plus en détail

Code d éthique de l ATTrueQ

Code d éthique de l ATTrueQ Code d éthique de l ATTrueQ Version 2009 Table des matières Introduction..3 1. Devoirs et obligations..4 1.1 Déclarations du travailleur de rue...4 1.2 Dispositions générales du travailleur de rue...6

Plus en détail

Que peut nous apporter une réflexion sur nos désirs?

Que peut nous apporter une réflexion sur nos désirs? Que peut nous apporter une réflexion sur nos désirs? Problématique : La difficulté lorsque vous vous trouvez face à un tel sujet est de confondre le thème avec le problème du sujet. Ici le thème était

Plus en détail

MARIAGE, DIVORCE, PACS, et PROTECTION JURIDIQUE.

MARIAGE, DIVORCE, PACS, et PROTECTION JURIDIQUE. MARIAGE, DIVORCE, PACS, et PROTECTION JURIDIQUE. Si la loi du 3 janvier 1968, encore aujourd hui pierre angulaire de la protection juridique des majeurs, est restée très discrète sur la notion de protection

Plus en détail

Manuel de recherche en sciences sociales

Manuel de recherche en sciences sociales Résumé de QUIVY R; VAN CAMPENHOUDT L. 95, "Manuel de recherches en sciences sociales", Dunod Cours de TC5 du DEA GSI de l intergroupe des écoles Centrales 11/2002 Manuel de recherche en sciences sociales

Plus en détail

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ?

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? à propos de : D Aristote à Darwin et retour. Essai sur quelques constantes de la biophilosophie. par Étienne GILSON Vrin (Essais d art et de philosophie), 1971.

Plus en détail

LE RAPPORT DE STAGE. Le contenu du rapport de stage

LE RAPPORT DE STAGE. Le contenu du rapport de stage LE RAPPORT DE STAGE Le rapport de stage a pour objet de présenter des faits et des réflexions sur un stage d apprentissage qui, généralement, s est déroulé dans le cadre d un programme de formation professionnelle.

Plus en détail

Procédure devant le conseil départemental / conciliation de l article L. 4123-2

Procédure devant le conseil départemental / conciliation de l article L. 4123-2 Procédure devant le conseil départemental / conciliation de l article L. 4123-2 I / Le plaignant est un organe de l Ordre : les parties n ont pas à être convoquées à une réunion de conciliation ; CE, 21

Plus en détail

«POUR NOUS IL L A FAIT PÉCHÉ» Sur II Corinthiens V, 20 - VI, 2

«POUR NOUS IL L A FAIT PÉCHÉ» Sur II Corinthiens V, 20 - VI, 2 «POUR NOUS IL L A FAIT PÉCHÉ» Sur II Corinthiens V, 20 - VI, 2 (V, 20) C est pour Christ que nous sommes en ambassade, puisque c est Dieu qui appelle par nous. Nous vous (le) demandons pour Christ, réconciliez-vous

Plus en détail

France métropolitaine, juin 2008 SUJET 7. Série ES, France métropolitaine, juin 2008

France métropolitaine, juin 2008 SUJET 7. Série ES, France métropolitaine, juin 2008 France métropolitaine, juin 2008 SUJET 7 7 SUJET Dissertation Série ES, France métropolitaine, juin 2008 Est-il plus facile de connaître autrui que de se connaître soi-même? LE SUJET COUP de POUCE ANALYSE

Plus en détail

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS?

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS? Né dans un milieu où on lisait peu, ne goûtant guère cette activité et n ayant de toute manière pas le temps de m y consacrer, je me suis fréquemment retrouvé, suite à ces concours de circonstances dont

Plus en détail

La conception du service public «à la française» Gilles GUGLIELMI

La conception du service public «à la française» Gilles GUGLIELMI La conception du service public «à la française» Gilles GUGLIELMI Professeur à l'université Paris-II Je tiens d abord à vous remercier de cette invitation et de la thématique de ce colloque qui je partage

Plus en détail

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 24

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 24 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 24 Commentaire de la décision n 2007-557 DC du 15 novembre 2007 Loi relative à la maîtrise de l immigration, à l intégration et à l asile Déposé sur le bureau

Plus en détail

Programme de philosophie en classe de Terminale L

Programme de philosophie en classe de Terminale L Source : Bulletin officiel n 25 du 19 juin 2003 I - Présentation Programme de philosophie en classe de Terminale L I.1 L enseignement de la philosophie en classes terminales a pour objectif de favoriser

Plus en détail

Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France)

Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France) Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France) Résumé du rapport réalisé par EUROPA pour la DATAR DATAR EUROPA Etude sur les maisons des services publics en Europe Résumé du rapport

Plus en détail

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive.

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive. L ANALYSE ET L INTERPRÉTATION DES RÉSULTATS Une fois les résultats d une investigation recueillis, on doit les mettre en perspective en les reliant au problème étudié et à l hypothèse formulée au départ:

Plus en détail

Titre 1 : Les Règles générales de l assurance

Titre 1 : Les Règles générales de l assurance Introduction L assurance est une technique qui repose sur un contrat, le contrat d assurance, en vertu duquel un assureur s engage, en contrepartie du versement régulier d une prime, d indemniser les sinistres

Plus en détail

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945 Exposé des motifs Il est peu de problèmes aussi graves que ceux qui concernent la protection de l enfance, et parmi eux, ceux qui ont trait au sort de l enfance traduite

Plus en détail

Traduire dans l aide sociale

Traduire dans l aide sociale Traduire dans l aide sociale Droits des personnes de langue étrangère et obligations de l état Résumé Jörg Künzli, docteur en droit et professeur, LL.M., avocat, Berne Alberto Achermann, docteur en droit,

Plus en détail

Charte du Médecin-conseil de la CAAMI

Charte du Médecin-conseil de la CAAMI P P P P P Charte Charte du Médecin-conseil de la CAAMI Le médecin-conseil est un médecin assermenté, agissant dans le cadre de la Loi AMI * (Art. 153 de la Loi coordonnée du 14.7.1994). Dans l exercice

Plus en détail

CODE DE CONDUITE ET D ÉTHIQUE DES ADMINISRATEURS

CODE DE CONDUITE ET D ÉTHIQUE DES ADMINISRATEURS CODE DE CONDUITE ET D ÉTHIQUE DES ADMINISRATEURS Référence : Type de politique : Références juridiques : Autres références : INTRODUCTION Gouvernance autonome Code des professions, Code civil du Québec

Plus en détail

Dites NON aux idées gratuites

Dites NON aux idées gratuites Dites NON aux idées gratuites Dites NON aux idées gratuites Designers, l Alliance française des designers vous incite à ne pas participer aux concours et appels d offres qui ne prévoient pas de dédommagements

Plus en détail

Cour d appel de Caen - 3ème chambre. Arrêt du 23 septembre 2011

Cour d appel de Caen - 3ème chambre. Arrêt du 23 septembre 2011 Cour d appel de Caen - 3ème chambre Arrêt du 23 septembre 2011 Société Benoist Girard c./ CHSCT et syndicat CFDT des salariés des industries de la métallurgie caennaise Décision déférée : Tribunal de grande

Plus en détail

TITRE DU COURS: Introduction à l ontologie et à la métaphysique CODE ET GROUPE: PHI-1102-020 SESSION: Hiver 2005

TITRE DU COURS: Introduction à l ontologie et à la métaphysique CODE ET GROUPE: PHI-1102-020 SESSION: Hiver 2005 UQÀM PLAN DE COURS TITRE DU COURS: Introduction à l ontologie et à la métaphysique CODE ET GROUPE: PHI-1102-020 SESSION: Hiver 2005 HORAIRE: Mardi 18h00-21h00 SALLE : A-2835 PROFESSEUR: Jacques Aumètre

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Philosophie contemporaine de l Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section

Plus en détail

INFORMATIONS JURIDIQUES 3 / F 66-2012

INFORMATIONS JURIDIQUES 3 / F 66-2012 INFORMATIONS JURIDIQUES 3 / F 66-2012 L absence du travailleur en raison de la maladie d un enfant Aux termes de l art. 36 al. 3 de la loi fédérale sur le travail (LTr), «l employeur doit, sur présentation

Plus en détail

Charte des droits de l étudiant

Charte des droits de l étudiant Charte des droits de l étudiant Revisée : Sénat 21 janvier 2009 Résolution 3 L historique complet en fin de document. PARTIE I : DROITS ET LIBERTÉS FONDAMENTAUX 1 Chaque étudiant jouit à l Université de

Plus en détail

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire?

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Entretien avec Philippe Meirieu réalisé pour l ARALD - Quel est votre sentiment sur la présence des écrivains dans les classes? Il me semble que ce n est pas

Plus en détail

Remarques sur la présentation de M. Mehl

Remarques sur la présentation de M. Mehl International Web Meeting Remarques sur la présentation de M. Mehl Murakami Katsuzo Après avoir résumé brièvement la présentation de M. Mehl, je poserai deux questions. Ⅰ.La métaphysique en mal de monde

Plus en détail

Lutter contre le sentiment d impuissance

Lutter contre le sentiment d impuissance ANALYSE 2010 Lutter contre le sentiment d impuissance Publié avec le soutien de la Communauté française Lutter contre le sentiment d impuissance Les phénomènes sociétaux et les conflits qui font l actualité

Plus en détail

Notion de droit administratif.

Notion de droit administratif. Introduction 1 Notion de droit administratif. De prime abord, le droit administratif peut se définir comme l ensemble des règles relatives à l organisation et à l action de l administration, la branche

Plus en détail

Sylvie Guessab Professeur à Supélec et responsable pédagogique du Mastère Spécialisé en Soutien Logistique Intégré des Systèmes Complexes

Sylvie Guessab Professeur à Supélec et responsable pédagogique du Mastère Spécialisé en Soutien Logistique Intégré des Systèmes Complexes Préface Toute personne est un jour confrontée à devoir prendre une décision, qu il s agisse de l étudiant qui réfléchit à son orientation académique, du chercheur qui doit privilégier une option scientifique

Plus en détail

Promouvoir le dialogue interculturel : le Libre blanc du Conseil de l Europe

Promouvoir le dialogue interculturel : le Libre blanc du Conseil de l Europe Promouvoir le dialogue interculturel : le Libre blanc du Conseil de l Europe Gabriella Battaini-Dragoni Coordinatrice du dialogue interculturel Directrice générale «Éducation, Culture et Patrimoine, Jeunesse

Plus en détail

Le droit constitutionnel réinterprété

Le droit constitutionnel réinterprété Le droit constitutionnel réinterprété Jérémy MERCIER Selon le philosophe du droit Riccardo Guastini, le droit n est pas un ensemble hiérarchisé de normes mais un langage, utilisé ou manipulé par de nombreux

Plus en détail

Qui doit s occuper du suivi et de l évaluation?

Qui doit s occuper du suivi et de l évaluation? 5. Qui doit s occuper du suivi et de l évaluation? S occuper ne signifie pas rassembler des informations auprès de quelqu un, mais participer à la prise de décisions concernant l évaluation et à sa réalisation.

Plus en détail

L agir contre le chaos. Pour une éthique de l inertie

L agir contre le chaos. Pour une éthique de l inertie L agir contre le chaos Pour une éthique de l inertie Comment penser en l homme, à partir de son impuissance native, la constitution d une force adossée à une Nature fuyante et désordonnée? L ouvrage de

Plus en détail

DEVENIR UN PRATICIEN RÉFLEXIF ET CONGRUENT. I) Qu est-ce qu un praticien réflexif et congruent?

DEVENIR UN PRATICIEN RÉFLEXIF ET CONGRUENT. I) Qu est-ce qu un praticien réflexif et congruent? DEVENIR UN PRATICIEN RÉFLEXIF ET CONGRUENT I) Qu est-ce qu un praticien réflexif et congruent? Dans la lettre que j ai adressé début 2007 aux membres de la SFC et qui figure sur le site de la SFC, j énonçais

Plus en détail

Les droits de l usager. sur ses données de santé

Les droits de l usager. sur ses données de santé Le CREAI et l IRTESS ont organisé le 20 janvier 2005 une journée d étude sur «Les droits de l usager sur les données de santé dans les institutions sociales et médico-sociales». Nous publions ci-dessous

Plus en détail

Camus l a joliment formulé : le seul. introduction

Camus l a joliment formulé : le seul. introduction introduction Camus l a joliment formulé : le seul choix qui s offre à nous, aujourd hui, est d être soit un pessimiste qui rit, soit un optimiste qui pleure. L optimiste croit que tout va bien. Dans La

Plus en détail

Psychologues de l éducation dans l enseignement catholique :

Psychologues de l éducation dans l enseignement catholique : Hors-série 1,50 Psychologues de l éducation dans l enseignement catholique : évolution professionnelle, éthique et place dans l institution. Texte adopté par le Comité national de l enseignement catholique

Plus en détail

La jurisprudence du Conseil constitutionnel et le droit civil

La jurisprudence du Conseil constitutionnel et le droit civil La jurisprudence du Conseil constitutionnel et le droit civil (exposé fait par Jacqueline de GUILLENCHMIDT lors de la rencontre franco-arménienne du 23 janvier 2007 sur le patrimoine juridique commun)

Plus en détail

Une expérience de codéveloppement au Service de police de la ville de Montréal

Une expérience de codéveloppement au Service de police de la ville de Montréal Une expérience de codéveloppement au Service de police de la ville de Montréal Vincent Arseneau, M.A.P. Chef de la formation au SPVM vincent.arseneau@spcum.qc.ca RÉSUMÉ Ce texte rend compte d une expérience

Plus en détail

Le code d éthique ROCH- PINARD. Résidences OU11&8LAY

Le code d éthique ROCH- PINARD. Résidences OU11&8LAY Le code d éthique ROCH- PINARD OU11&8LAY Résidences 1615 et 1625, boul. Gouin Est Montréal (Québec) H2C 1C2 Téléphone : 514 381-1841 www.berthiaume-du-tremblay.com Rédaction et révision : Chantal Bernatchez,

Plus en détail

Club thérapeutique et Groupe d Entraide Mutuelle

Club thérapeutique et Groupe d Entraide Mutuelle Club thérapeutique et Groupe d Entraide Mutuelle Aurélien Troisœufs, doctorant en anthropologie Bonjour. Je m appelle Aurélien Troisoeufs. Je suis doctorant en anthropologie au laboratoire du CERMES 3

Plus en détail

L ENTREPRISE FACE A SA RESPONSABILITE FORMATIVE APRES LA REFORME DE LA FORMATION :

L ENTREPRISE FACE A SA RESPONSABILITE FORMATIVE APRES LA REFORME DE LA FORMATION : CHRONIQUE 88. L ENTREPRISE FACE A SA RESPONSABILITE FORMATIVE APRES LA REFORME DE LA FORMATION : Bonne foi contractuelle, Co-investissement, fin de la logique fiscale «d imputabilité», pilotage stratégique,

Plus en détail

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES D ÉTUDES

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES D ÉTUDES POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES D ÉTUDES Table des matières 1. Finalité et objectifs de la Politique...4 2. Principes...5 3. L évaluation des programmes...6 3.1 Déroulement de l

Plus en détail

Stratégie de la surveillance des assurances en Suisse

Stratégie de la surveillance des assurances en Suisse Stratégie de la surveillance des assurances en Suisse 1. Base juridique...2 2. Tâches principales...2 3. Conditions d accomplissement des tâches principales...2 3.1. Culture de la responsabilité...3 3.2.

Plus en détail

Une philosophie du numérique

Une philosophie du numérique Revue internationale International Web Journal www.sens-public.org Une philosophie du numérique Lecture de Pour un humanisme numérique de Milad Doueihi (Seuil, Paris 2011) MARCELLO VITALI ROSATI Résumé:

Plus en détail

Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies

Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies A. Introduction Les organes d une société anonyme de droit suisse sont le plus souvent recherchés en

Plus en détail

LE MAJEUR PROTEGE ET SON LOGEMENT.

LE MAJEUR PROTEGE ET SON LOGEMENT. LE MAJEUR PROTEGE ET SON LOGEMENT. Un des soucis du législateur de 1968 a été d assurer la protection du logement des majeurs protégés hospitalisés ou en établissement. L article 490-2 du Code civil prévoit

Plus en détail

Ce qui a du prix aux yeux de Dieu

Ce qui a du prix aux yeux de Dieu Chapitre 35 Ce qui a du prix aux yeux de Dieu Parmi ceux qui professent être enfants de Dieu, il y a des hommes et des femmes qui aiment le monde, et les choses du monde, et ces âmes sont corrompues par

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DE L OBSERVATOIRE DE PSYCHOLOGIE ÉVOLUTIONNAIRE

CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DE L OBSERVATOIRE DE PSYCHOLOGIE ÉVOLUTIONNAIRE CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DE L OBSERVATOIRE DE PSYCHOLOGIE ÉVOLUTIONNAIRE L Observatoire de psychologie évolutionnaire est l organe central des activités de la formation Le Créateur. L Observatoire

Plus en détail

POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET?

POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET? 61 POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET? L école de Pinay est connectée depuis deux ans et demi à l Internet. Cela laisse suffisamment de recul pour une réflexion sur cette pratique. Il convient pour

Plus en détail

LE COACHING ET LE TEAM BUILDING. Une mode ou une tendance lourde?

LE COACHING ET LE TEAM BUILDING. Une mode ou une tendance lourde? LE COACHING ET LE TEAM BUILDING Une mode ou une tendance lourde? «Il faudrait en France un coach pour cinquante habitants!» Vincent Lenhardt I. De nouveaux accompagnements pour les mutations actuelles

Plus en détail

Intervention colloque MFP 7 décembre 2011

Intervention colloque MFP 7 décembre 2011 Intervention colloque MFP 7 décembre 2011 Mesdames, Messieurs, chers amis, Je vous remercie au nom de la MFP de votre présence à ce colloque sur la protection sociale des fonctionnaires. Merci à la MGEN

Plus en détail

J exposerai à ce titre les deux problématiques suivantes :

J exposerai à ce titre les deux problématiques suivantes : Monsieur le Premier Président, Monsieur le Procureur Général, Mesdames et Messieurs les Présidents, Mesdames et Messieurs, Dans le cadre des débats de ce jour, relatifs aux premières expériences vécues

Plus en détail

Méthode universitaire du commentaire de texte

Méthode universitaire du commentaire de texte Méthode universitaire du commentaire de texte Baptiste Mélès Novembre 2014 L objectif du commentaire de texte est de décrire la structure argumentative et de mettre au jour les concepts qui permettent

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

Personne, personnage, personnalité

Personne, personnage, personnalité Serge Esposito Personne, personnage, personnalité Philosophie générale Éditions des Nik s News www.niksnews.com/editions/ 1998 L œuvre appartient à son auteur. L auteur est seul responsable du contenu

Plus en détail

Fiche n 1 : La recherche sur lʼembryon

Fiche n 1 : La recherche sur lʼembryon Fiche n 1 : La recherche sur lʼembryon L autorisation de la recherche sur l embryon est un enjeu majeur pour l innovation thérapeutique Toute recherche sur l embryon humain est actuellement interdite,

Plus en détail

La civilisation du livre

La civilisation du livre Niveau : TCL Année scolaire : 2009/2010 Composition de Français : 2ème Trimestre Durée : 03H00 Texte : La civilisation du livre L homme du XX e siècle hésite rarement entre le livre et la radio. La radio

Plus en détail

DEFINITION. Ce concept est de plus en plus utilisé pour des applications de gestion de flottes et de sécurisation de véhicules.

DEFINITION. Ce concept est de plus en plus utilisé pour des applications de gestion de flottes et de sécurisation de véhicules. LA GEOLOCALISATION DEFINITION - A l origine : La géolocalisation est la localisation d un objet sur une carte à l aide de positions géographiques. On utilise la géolocalisation par GPS (Global Positionning

Plus en détail

Remise du Prix Créateur 2012 Discours de Monsieur KUHN, Président de la Chambre des Métiers

Remise du Prix Créateur 2012 Discours de Monsieur KUHN, Président de la Chambre des Métiers Remise du Prix Créateur 2012 Discours de Monsieur KUHN, Président de la Chambre des Métiers - Madame la Ministre, - (Monsieur le député), - Monsieur le Président du comité de direction BGL BNP PARIBAS

Plus en détail

Sommaire. Introduction...3. 1. Les principes d action de l effort éthique...4. 2. Les valeurs... 5. 3. La philosophie de gestion...

Sommaire. Introduction...3. 1. Les principes d action de l effort éthique...4. 2. Les valeurs... 5. 3. La philosophie de gestion... Adopté par le conseil d administration le 31 mars 2009 CADRE DE RÉFÉRENCE EN MATIÈRE D ÉTHIQUE Sommaire Introduction...3 1. Les principes d action de l effort éthique...4 2. Les valeurs................................

Plus en détail

Politique des stages. Direction des études

Politique des stages. Direction des études Direction des études Service des programmes et de la réussite scolaire Politique des stages Recommandée par la Commission des études du 6 décembre 2011 Adoptée par le conseil d administration du 15 mai

Plus en détail

Indicateurs de la compétence. de l infirmière et infirmier auxiliaire Juin 2003

Indicateurs de la compétence. de l infirmière et infirmier auxiliaire Juin 2003 Indicateurs de la compétence de l infirmière et infirmier auxiliaire Juin 2003 Indicateurs de la compétence de l infirmière et infirmier auxiliaire Édité par : L Ordre des infirmières et des infirmiers

Plus en détail

Thème Sens et portée de l étude Notions Thème EM 3 - Les principes de fonctionnement d une organisation 3.3 Les stratégies de l organisation

Thème Sens et portée de l étude Notions Thème EM 3 - Les principes de fonctionnement d une organisation 3.3 Les stratégies de l organisation Thème Sens et portée de l étude Notions Thème EM 3 - Les principes de fonctionnement d une organisation 3.3 Les stratégies de l organisation Les stratégies sont globales ou de domaine. Les stratégies globales

Plus en détail

Améliorer durablement la qualité de l audit. Juin 2014

Améliorer durablement la qualité de l audit. Juin 2014 Améliorer durablement la qualité de l audit Juin 2014 L enjeu Selon les résultats du plus récent cycle d inspection du Conseil canadien sur la reddition de comptes (CCRC), sur le plan de la qualité de

Plus en détail

Du caractère abstrait à l approche dynamique Quelques propos tirés de l histoire du «principe de finalité»

Du caractère abstrait à l approche dynamique Quelques propos tirés de l histoire du «principe de finalité» Avant-Propos Du caractère abstrait à l approche dynamique Quelques propos tirés de l histoire du «principe de finalité» Isabelle de Lamberterie Directrice de recherche émérite La protection de la vie privée

Plus en détail

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance FONDATION NATIONALE DE GERONTOLOGIE Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance La vieillesse est une étape de l existence pendant laquelle chacun poursuit

Plus en détail

Conférence Bertrand Vergely. 17 juin 2015 à Allériot.

Conférence Bertrand Vergely. 17 juin 2015 à Allériot. 1 Conférence Bertrand Vergely. 17 juin 2015 à Allériot. Depuis les années 70, les intellectuels font l éloge du droit à la différence. Derrida : «la différance» ; Deleuze : «Différence et répétition»,

Plus en détail

Commande publique. 1. Une question délicate : la détermination du champ d application de l article 2.I. de la loi «MURCEF»

Commande publique. 1. Une question délicate : la détermination du champ d application de l article 2.I. de la loi «MURCEF» Compétence juridictionnelle à l égard des contrats d assurance souscrits par les personnes publiques : retour vers une interprétation raisonnable de la loi «MURCEF» Par Florence Caille La première chambre

Plus en détail

Le dossier médical et le secret professionnel

Le dossier médical et le secret professionnel Le dossier médical et le secret professionnel Par Me Francis TEHEUX et Me Jean-François HENROTTE I. La tenue d un dossier médical L obligation de tenir un dossier médical pour chaque patient est à la fois

Plus en détail

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés h fiche pratique des repères pour agir #10 Préparer un accord GPEC dans les entreprises de plus de 50 salariés Octobre 2008 Le souci de se mettre en conformité avec la loi pousse un certain nombre d entreprises

Plus en détail

PRISE DE POSITION DU CCBE SUR LA PROPOSITION DE

PRISE DE POSITION DU CCBE SUR LA PROPOSITION DE PRISE DE POSITION DU CCBE SUR LA PROPOSITION DE DIRECTIVE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL RELATIVE AUX DROITS DES CONSOMMATEURS COM(2008) 614/3 Prise de position du CCBE sur la proposition de directive

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes. Evaluation des écoles doctorales de l Université Montpellier 1

Section des Formations et des diplômes. Evaluation des écoles doctorales de l Université Montpellier 1 Section des Formations et des diplômes Evaluation des écoles doctorales de l Université Montpellier 1 Juillet 2010 Section des Formations et des diplômes Evaluation des écoles doctorales de l Université

Plus en détail

N 3220 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 3220 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 3220 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 28 juin 2006. PROPOSITION DE LOI visant à la création d un statut de

Plus en détail

De l accompagnement personnalisé en Seconde

De l accompagnement personnalisé en Seconde De l accompagnement personnalisé en Seconde David ROBERT Résumé Les heures d aide individualisée disparaissent avec la réforme et les modules disparaissent ou deviennent éventuellement des heures dédoublées

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 700 FONDEMENT DE L OPINION ET RAPPORT D AUDIT SUR DES ETATS FINANCIERS

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 700 FONDEMENT DE L OPINION ET RAPPORT D AUDIT SUR DES ETATS FINANCIERS NORME INTERNATIONALE D AUDIT 700 FONDEMENT DE L OPINION ET RAPPORT D AUDIT SUR DES ETATS FINANCIERS Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre

Plus en détail

Commentaire aux Cahiers. Décision n 2011-119 QPC du 1 er avril 2011. Mme Denise R.

Commentaire aux Cahiers. Décision n 2011-119 QPC du 1 er avril 2011. Mme Denise R. Commentaire aux Cahiers Décision n 2011-119 QPC du 1 er avril 2011 Mme Denise R. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 2 février 2011 par la Cour de cassation (chambre sociale, arrêt n 567 du 2 février

Plus en détail

Chapitre 2 LE CAS PRATIQUE

Chapitre 2 LE CAS PRATIQUE Chapitre 2 LE CAS PRATIQUE Demande de conseil. Le cas pratique est un exercice juridique qui, à l instar d une personne se trouvant en situation de litige avec autrui, demande conseil. C est un exercice

Plus en détail

«Lalangue qui, cette jouissance, la civilise si j ose dire *»?

«Lalangue qui, cette jouissance, la civilise si j ose dire *»? Carlos Guevara «Lalangue qui, cette jouissance, la civilise si j ose dire *»? La phrase du titre de mon exposé est de Lacan, le signe d interrogation est de moi. Cette phrase, vous pouvez la trouver dans

Plus en détail

«Je pense, donc je suis» est une grande découverte

«Je pense, donc je suis» est une grande découverte 6 «Je pense, donc je suis» est une grande découverte Cette affaire-là est assez claire. On lit dans le Discours de la méthode, Quatrième Partie : «[ ] Je me résolus de feindre que toutes les choses qui

Plus en détail

RAPPORT DES CONCLUSIONS DE L ENQUÊTE DE LA COMMISSAIRE

RAPPORT DES CONCLUSIONS DE L ENQUÊTE DE LA COMMISSAIRE RAPPORT DES CONCLUSIONS DE L ENQUÊTE DE LA COMMISSAIRE Loi sur le droit à l information et la protection de la vie privée Affaire : 2013-1598-AP-852 Le 3 février 2014 «Un Ministère a failli à son obligation

Plus en détail

Urgence : démantèlement de l Etat de droit

Urgence : démantèlement de l Etat de droit DJS JDS GDS Demokratische Juristinnen und Juristen der Schweiz Schwanengasse 9 Juristes Démocrates de Suisse 3011 Bern Giuristi e Giuriste Democratici Svizzeri Tel 031 312 83 34 Giuristas e Giurists Democratics

Plus en détail

HARCÈLEMENT EN MILIEU DE TRAVAIL

HARCÈLEMENT EN MILIEU DE TRAVAIL HARCÈLEMENT EN MILIEU DE TRAVAIL SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES Numéro du document : 0903-07 Adoptée par la résolution : 60 0903 En date du : 2 septembre 2003 Modifiée par la résolution : En date du

Plus en détail

Module 1 Question 9 MODALITES D HOSPITALISATION EN PSYCHIATRIE. Rédaction commune : JP Lépine, S Arbabzadeh-Bouchez, N.

Module 1 Question 9 MODALITES D HOSPITALISATION EN PSYCHIATRIE. Rédaction commune : JP Lépine, S Arbabzadeh-Bouchez, N. Module 1 Question 9 MODALITES D HOSPITALISATION EN PSYCHIATRIE Rédaction commune : JP Lépine, S Arbabzadeh-Bouchez, N. Lafay, JL Senon Les modalités d hospitalisation en milieu psychiatrique sont régies

Plus en détail

COMMENT L APP0 EST-IL PERÇU PAR LES ETUDIANTS?

COMMENT L APP0 EST-IL PERÇU PAR LES ETUDIANTS? COMMENT L APP0 EST-IL PERÇU PAR LES ETUDIANTS? Retour sur l expérience vécue par les tuteurs et réflexion sur le ressenti des étudiants ETOUNDI Ulrich, HENRIEL Théo, NAHORNYJ Robin Etudiants en 4 ème année,

Plus en détail

protection juridique

protection juridique ATMP 14 ASSOCIATION TUTÉLAIRE DES MAJEURS PROTÉGÉS DU CALVADOS Flickr protection juridique des majeurs Résumé des principales dispositions de la loi du 5 mars 2007. La protection des majeurs est instaurée

Plus en détail

Qu est-ce que le philosopher?

Qu est-ce que le philosopher? Qu est-ce que le philosopher? François Galichet Professeur à l IUFM d Alsace La philosophie, qui se caractérise par son questionnement ontologique ( «Qu est-ce que?»), ne pouvait manquer de s interroger

Plus en détail

Délibération n 2011-10 du 4 avril 2011

Délibération n 2011-10 du 4 avril 2011 Délibération n 2011-10 du 4 avril 2011 Délibération faisant suite à un refus d envoi en mission temporaire en raison de l origine ethnique de la réclamante Emploi privé / Origine ethnique / Discrimination

Plus en détail

Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996.

Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996. Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996. Choix de vie Toute personne âgée dépendante garde la liberté de choisir son

Plus en détail

Numéro du rôle : 4931. Arrêt n 62/2011 du 5 mai 2011 A R R E T

Numéro du rôle : 4931. Arrêt n 62/2011 du 5 mai 2011 A R R E T Numéro du rôle : 4931 Arrêt n 62/2011 du 5 mai 2011 A R R E T En cause : les questions préjudicielles concernant l article 70ter des lois relatives aux allocations familiales pour travailleurs salariés,

Plus en détail

RESSOURCEMENT SUR MESURE

RESSOURCEMENT SUR MESURE RESSOURCEMENT SUR MESURE Le Centre Assomption de Lourdes propose d avril à octobre la formule innovante du RESSOURCEMENT SUR MESURE La nouvelle équipe d animation, composée de sœurs et de laïcs, répond

Plus en détail

Concours externe du Capes et Cafep-Capes. Section langues vivantes étrangères : anglais

Concours externe du Capes et Cafep-Capes. Section langues vivantes étrangères : anglais Concours externe du Capes et Cafep-Capes Section langues vivantes étrangères : anglais Notes de commentaires (Épreuves d admissibilité et d admission) À compter de la session 2014, les épreuves du concours

Plus en détail