A la recherche de vents porteurs

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "A la recherche de vents porteurs"

Transcription

1 OCTOBRE 2014 A la recherche de vents porteurs Le bilan d activité des TPE-PME pour le troisième trimestre s inscrit dans le prolongement des trimestres précédents. Après avoir été un peu plus favorable au printemps, l activité a été plus décevante durant l été. Huit chefs d entreprise sur dix ne sont désormais pas, ou plutôt pas, confiants dans la situation économique générale. Le climat est resté morose, sans qu une reprise d activité ne se dessine. Les entreprises, notamment dans le BTP, disent toujours souffrir avant tout du manque de vigueur de l activité. Les difficultés de trésorerie apparaissent stables. On ne constate guère d évolution non plus en matière d emploi. Comme précédemment, les perspectives pour le prochain trimestre sont globalement négatives, mais elles sont équilibrées dans l industrie et les services aux entreprises. Pour le premier semestre 2015, les TPE-PME manquent de visibilité mais sont globalement un peu moins pessimistes ; les perspectives sont meilleures pour les PME que pour les TPE. Les entreprises sont en quête de vents porteurs. Elles s engagent toujours plus en matière d innovation ou de conquête de nouveaux marchés. Elles semblent maintenir leur effort d investissement ; début octobre, la moitié des TPE-PME comptait réaliser des investissements avec - il faut le souligner - une part plus importante d entreprises se lançant dans de nouveaux projets. Les résultats présentés sont issus d une enquête téléphonique réalisée du 1 er au 13 octobre 2014 par la CCI de région et les CCI de Rhône-Alpes auprès d un panel de 386 entreprises représentatives du tissu de TPE-PME de l industrie, du BTP, du commerce et des services de l ensemble des départements de Rhône-Alpes.

2 L activité Au troisième trimestre, un chiffre d affaires stable ou en hausse pour six TPE-PME sur dix Pour le troisième trimestre, 39 % des TPE-PME de Rhône-Alpes ont déclaré un chiffre d affaires en baisse par rapport à la même période de Elles sont presque deux fois moins nombreuses à faire état d une hausse (22 %), soit un solde «part à la hausse - part à la baisse» de - 17, plus négatif que ceux enregistrés aux premier et deuxième trimestres (respectivement - 13 et - 11). L activité reste donc morose et se serait même dégradée, ainsi que le laissaient présager les prévisions exprimées par les chefs d entreprise au début de l été. Globalement, six TPE-PME sur dix ont vu leur chiffre d affaires se maintenir ou augmenter. C est dans le commerce de gros (solde «hausses - baisses» de - 31) et le transport-logistique (- 37) que les résultats ont été les plus défavorables. Dans ces deux secteurs, une entreprise sur deux a subi une baisse de chiffre d affaires, ce qui est conforme aux prévisions de début juillet. Pour l ensemble des services aux entreprises, le solde «hausses - baisses», qui tend à se dégrader depuis le début de l année, s établit à Pour les activités tertiaires tournées vers les particuliers, le solde demeure négatif (- 18), sans évolution notable. Près de la moitié des TPE-PME du secteur du tourisme - qui a souffert de conditions météorologiques défavorables - a observé une baisse de chiffre d affaires par rapport à l été 2013 (solde «part à la hausse - part à la baisse» de - 23) ; ce résultat est cependant meilleur que ce que laissaient présager les prévisions des entreprises début juillet. Dans le commerce de détail, les baisses de chiffres d affaires ont été sensiblement plus nombreuses que les hausses. La situation semble s améliorer pour l immobilier. Dans l industrie, le solde entre hausses et baisses de chiffre d affaires est de - 13, alors qu il était équilibré au deuxième trimestre. Un peu plus d un tiers des TPI-PMI a été affecté par une baisse. Dans le BTP, quatre TPE- PME sur dix accusent une baisse et le solde entre hausses et baisses est très largement négatif (- 23), mais la situation ne se dégrade pas par rapport aux trimestres précédents. Le troisième trimestre a été moins favorable qu attendu pour les entreprises exportatrices. 29 % d entre elles ont enregistré une hausse de chiffre d affaires et le solde entre hausses et baisses est négatif (- 9), même s il reste meilleur que pour l ensemble des TPE-PME. Alors que les PME d au moins 50 salariés avaient bénéficié d une situation plus favorable au premier semestre, on n observe pas au troisième trimestre de différence marquante dans l évolution des chiffres d affaires suivant la taille des TPE-PME. OCTOBRE

3 Un peu plus de la moitié des TPE-PME disent utiliser normalement ou en totalité leurs capacités de production Début octobre, plus de la moitié (54 %) des TPE-PME disaient utiliser normalement, voire en totalité, leurs capacités de production. Cette proportion est pratiquement stable par rapport à celle observée au début de l été (- 3 points) ; elle est en retrait de 7 points par rapport au niveau constaté un an auparavant, en octobre A noter que la part des entreprises déclarant utiliser en totalité leurs capacités de production, sans pouvoir faire face à toute la demande, progresse de 4 points par rapport au mois de juillet pour s établir à 10 %. Dans l industrie, 48 % seulement des entreprises ont utilisé normalement ou en totalité leurs capacités de production. Le pourcentage est aussi inférieur à la moyenne dans le BTP (44 %). La part des entreprises disant souffrir d une large sous-utilisation de leurs capacités de production s établit à 11 % (- 1 point en 3 mois). Cette proportion est plus forte dans le BTP et l industrie où, comme au deuxième trimestre, elle est de 18 %. Si l utilisation des capacités de production varie en fonction des secteurs d activité, on n observe pas de différence notable suivant la taille des entreprises. Le manque de vigueur de l activité reste le premier frein au développement des entreprises Interrogés sur les freins au développement de leur entreprise, les deux tiers (67 %, + 2 points en 3 mois) des responsables de TPE-PME mettent en avant le manque de vigueur de l activité. Celui-ci reste donc de très loin le principal problème auquel ils sont confrontés. Cette proportion monte à 88 % dans le BTP et à 83 % dans le commerce de gros. Le deuxième frein, par ordre d importance, est toujours l instabilité/complexité réglementaire. Il est un peu moins cité que début juillet (33 %, - 3 points), mais sensiblement plus qu un an auparavant (27 % en octobre 2013). Ce résultat tend donc plutôt à confirmer l importance particulière prise par cette question depuis plusieurs trimestres, en particulier dans l immobilier et le tertiaire supérieur où plus d une entreprise sur deux en fait état. Les entreprises d au moins 50 salariés sont moins affectées que les PME de petite taille. OCTOBRE

4 La rentabilité insuffisante demeure le troisième frein le plus mentionné. Comme début juillet, 28 % des TPE-PME disent en souffrir. Le BTP (47 %, + 10 points en 3 mois) est particulièrement touché, ainsi que dans une moindre mesure le transport-logistique (40 %). 19 % des TPE-PME signalent des difficultés de recrutement, c est 4 points de plus qu au début de l été mais deux points de moins qu en 2013, à la même époque de l année. Plusieurs entreprises, par exemple dans le secteur du transport, soulignent dans leurs commentaires spontanés des difficultés réelles. Il n y a pas d évolution marquante pour les autres freins qui sont tous cités par moins de 10 % des entreprises. Les difficultés de trésorerie demeurent à un haut niveau Début octobre, 38 % des TPE-PME disaient faire face à une situation de trésorerie difficile ou très difficile. Ce pourcentage est comparable à celui enregistré début juillet, il est un peu inférieur à celui observé un an auparavant, au début de l automne Par rapport à juillet, les difficultés de trésorerie sont moindres dans le transport-logistique et dans le BTP, même si elles demeurent à un niveau très élevé dans ce dernier secteur (44 % des TPE-PME disent en souffrir). La part des entreprises affectées a par contre nettement augmenté dans le tertiaire supérieur (53 %, + 16 points). La fréquence des difficultés de trésorerie est inversement proportionnelle à la taille des entreprises, et ce de manière plus marquée qu au début de l été : 44 % des TPE font état de difficultés contre seulement 27 % des PME d au moins 50 salariés. 34 % des entreprises exportatrices (+ 5 points) disent être touchées par des difficultés de trésorerie. OCTOBRE

5 Les raisons invoquées par les TPE-PME pour expliquer leurs difficultés de trésorerie sont globalement les mêmes que début juillet. Les trois principales raisons demeurent l insuffisance du chiffre d affaires - citée par six entreprises sur dix la réduction des marges et les retards de règlement des clients. On observe néanmoins une sensible diminution de ce dernier facteur (40 %, - 12 points en 3 mois) mais il touche les deux tiers des entreprises du BTP et les trois quarts des sociétés de services informatiques/tic. Il faut relever la progression des impayés clients (20 %, + 3 points par rapport à juillet et + 7 points par rapport à janvier). Dans les secteurs du commerce de gros et du transport-logistique, environ quatre entreprises sur dix sont affectées. Le problème de financement de la croissance de l activité progresse de 3 points à 15 %. Il est toujours plus fréquent dans l industrie où il touche 21 % des TPI-PMI, mais il faut relever qu en octobre 2013, ce pourcentage était de 29 %. A noter encore la très forte augmentation de la fréquence de citation des «délais de règlement des fournisseurs réduits du fait du durcissement de l assurance-crédit» (17 % contre 6 % en juillet). OCTOBRE

6 Les perspectives à court terme sont équilibrées dans l industrie et les services aux entreprises Début octobre, 16 % des TPE-PME interrogées prévoyaient une augmentation de leur chiffre d affaires au dernier trimestre de 2014, 34 % anticipaient une baisse, soit un solde «part à la hausse - part à la baisse» de Si ces prévisions sont négatives, elles ne le sont pas plus que celles qui avaient été formulées en début d été pour le troisième trimestre. Les perspectives sont très variables suivant les secteurs d activité. Très négatives dans l hôtellerierestauration (solde «hausses - baisses» de - 41), le BTP (- 38), le commerce de gros (- 31) ou le commerce de détail (- 29), elles sont par contre équilibrées dans l industrie (- 1) et dans l ensemble des services aux entreprises (- 2). Pour les entreprises exportatrices, le solde entre prévisions à la hausse (28 %) et prévisions à la baisse (27 %) est même très légèrement positif (+ 1), même si c est de manière un peu moins nette que pour les prévisions du précédent trimestre. Plus les TPE-PME sont de grande taille, moins elles sont pessimistes quant à l évolution de leur chiffre d affaires au quatrième trimestre : le solde «hausses - baisses» est de - 31 pour les TPE, il est seulement de - 14 pour les PME de moins de 50 salariés et de - 5 pour les PME de 50 salariés ou plus. La défiance des chefs d entreprise quant au climat économique général continue de se renforcer. Aucun d entre eux ne se dit «très confiant» et ils ne sont plus que 19 % à se dire «plutôt confiant» (- 4 points par rapport à début juillet). 79 % ne sont «plutôt pas ou pas du tout confiant» ; un an auparavant en octobre 2013, ils étaient 64 % à avoir ce ressenti. La proportion d entrepreneurs n étant pas confiants est largement majoritaire dans tous les secteurs ; elle culmine dans le tourisme et le BTP. Depuis l enquête précédente de début juillet, cette part des «pas confiant» a progressé dans l industrie, le transport-logistique et le bâtiment. Elle a par contre diminué dans les services informatiques et l immobilier. OCTOBRE

7 Beaucoup d incertitude pour le premier semestre 2015 avec des entreprises exportatrices plus optimistes que les autres Interrogées début octobre sur leurs perspectives de chiffre d affaires pour le premier semestre 2015, les TPE-PME rhônalpines font preuve de prudence. Un quart d entre elles ne répond pas à la question, ce qui témoigne de la faible lisibilité dont elles disposent. Il faut cependant observer que ce taux de non-réponse est comparable à ceux enregistrés pour 2012 et 2013, à la même époque de l année. Les entreprises sont plus nombreuses à anticiper une baisse de chiffre d affaires qu une hausse (26 % contre 16 %, soit un solde «part à la hausse - part à la baisse» de - 10). La moitié des TPE-PME très exactement prévoit un chiffre d affaires stable ou en hausse. OCTOBRE

8 Dans le détail des activités, les prévisions pour le premier semestre 2015 sont variables. Le BTP apparait très pessimiste (solde «hausses - baisses» de - 35), de même que l hôtellerie-restauration. De manière générale, les entreprises tournées vers les particuliers (commerce de détail et services aux personnes) sont moins optimistes (- 18) que celles du commerce de gros et des services dédiés aux entreprises (- 7). Dans l industrie, les hausses attendues de chiffre d affaires sont légèrement supérieures aux baisses envisagées (solde de + 2). Les prévisions sont encore nettement plus favorables pour les entreprises exportatrices (+ 16). Le solde entre prévisions à la hausse et prévisions à la baisse est de - 23 pour l ensemble des TPE. Pour les PME, les perspectives à défaut d être totalement équilibrées sont sensiblement plus encourageantes (solde de - 6 pour les PME d au moins 50 salariés et de - 4 pour celles de 10 à 49 salariés). A défaut de dynamisme de la demande, les entreprises comptent toujours sur la conquête de nouveaux marchés et l innovation Pour assurer leur développement, les TPE-PME misent toujours en premier lieu sur la conquête de nouveaux marchés en France. Elles sont 52 % à évoquer cet élément (+ 2 points par rapport à juillet). L innovation figure toujours au deuxième rang de leurs priorités (+ 2 points à 42 %). La diversification de l activité, en léger recul, demeure au troisième rang. L évolution la plus marquante est le sensible recul de l item «dynamisme de la demande» qui n est plus cité que par 20 % des TPE-PME (- 6 points en 3 mois). Il retrouve ainsi le niveau qui était le sien au printemps. Dans le BTP, la diversification de l activité est citée par la moitié des entreprises et constitue désormais le premier levier de développement des TPE-PME, juste devant la conquête de nouveaux marchés en France (47 %). Dans le commerce de détail, les deux principaux facteurs de développement sont l innovation des produits et services et la modernisation de l entreprise (citées toutes les deux par 34 % des TPE-PME). L innovation est également le premier élément mis en avant par les entreprises du tourisme (38 %), au même niveau que la conquête de nouveaux marchés en France. Si la conquête de nouveaux marchés à l international n est citée que par 24 % de l ensemble des TPE-PME, il faut observer qu elle est citée par près de la moitié des industriels. Avec un taux de citation de 60 %, la conquête de nouveaux marchés à l international demeure le levier le plus fréquemment cité par les entreprises exportatrices. OCTOBRE

9 Peu d évolution en matière d emploi Début octobre, 13 % des TPE-PME pensaient augmenter leur effectif dans les trois mois à venir, 14 % pensaient le réduire. Le solde 1 «part à la hausse» - «part à la baisse» s établit ainsi à - 1 et est très proche de ceux observés les trimestres précédents. Cet équilibre global masque des différences marquées entre secteurs d activité. Dans l ensemble du tertiaire tourné vers les particuliers, le solde «hausses - baisses» est de - 8. Il est en sensible recul dans l informatique/tertiaire supérieur mais reste pratiquement équilibré (- 2). Il est également négatif dans le BTP (- 6), même s il s améliore de près d une dizaine de points par rapport à la précédente enquête. Dans plusieurs secteurs, les entreprises pensant augmenter leur effectif sont légèrement plus nombreuses que celles pensant le réduire. C est le cas dans le commerce de détail (solde «hausses - baisses» de + 2), le commerce de gros (+ 3, en augmentation de 18 points en 3 mois) et encore plus l industrie (solde de + 5, pratiquement stable par rapport au trimestre précédent). Comme les trimestres précédents, on n observe pas de différence marquée dans les perspectives d emplois suivant la taille des entreprises. Globalement, en matière d heures supplémentaires, il n y a début octobre aucune évolution par rapport à la situation constatée en début d été ; le solde entre les TPE-PME qui augmentent le recours aux heures supplémentaires (6 %) et celles qui le diminuent (10 %) est toujours de - 4. Alors que le recours aux heures supplémentaires était en net recul début juillet dans le BTP, le secteur présente désormais un solde «hausses - baisses» légèrement positif (+ 3). L intérim reste orienté à la baisse : 5 % des TPE-PME disent l augmenter, 12 % signalent au contraire une baisse. Début juillet, les hausses étaient inférieures de 3 points aux baisses. Le solde «hausses - baisses» est de - 10 dans l industrie, alors qu il était positif (+ 8) au début de l été. Dans le BTP, l intérim est toujours en sensible repli (- 15), mais de manière moins marquée qu au trimestre précédent. 1 Il s agit d un solde en nombre d entreprises et non en nombre d emplois. OCTOBRE

10 L investissement résiste et plus d entreprises se lancent dans de nouveaux projets Au début de l automne, 50 % des TPE-PME interrogées étaient dans une logique d investissement : pour 38 % il s agissait de réaliser des investissements programmés et pour 12 % de lancer de nouveaux investissements. Comme au début de l été, la moitié exactement des entreprises compte donc investir. En octobre 2013, la proportion d entreprises étant dans une logique d investissement était également de 50 %. Le point positif à souligner est que la proportion d entreprises déclarant lancer de nouveaux projets d investissement qui était très faible au printemps et à l été (8 %) progresse de 4 points à 12 %. La part des entreprises comptant investir est supérieure à la moyenne dans l industrie (58 %). La part des entreprises désirant lancer de nouveaux investissements est également au-dessus de la moyenne dans l industrie (16 %) ; elle est par contre inférieure dans le transport-logistique et dans le BTP. Dans ce dernier secteur, 56 % des entreprises déclarent ne pas être dans une logique d investissement ; le niveau est élevé mais inférieur de 10 points à ce qu il était début juillet. OCTOBRE

Un climat des affaires incertain

Un climat des affaires incertain AVRIL 2015 Un climat des affaires incertain Au premier trimestre, 39 % des TPE-PME rhônalpines ont observé une baisse de chiffre d affaires par rapport à la même période de 2014 et seulement 24 % une hausse.

Plus en détail

Un climat des affaires conforté

Un climat des affaires conforté JUILLET 2015 Un climat des affaires conforté Même si une part toujours importante de TPE/PME enregistre un recul du chiffre d affaires, le bilan du 2 e trimestre marque une amélioration sensible, confirmée

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de Rhône-Alpes. Suivez l activité UNE ACTIVITE ECONOMIQUE EN LEGERE BAISSE. N 12 - Edition Lyon Rhône Mai 2015

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de Rhône-Alpes. Suivez l activité UNE ACTIVITE ECONOMIQUE EN LEGERE BAISSE. N 12 - Edition Lyon Rhône Mai 2015 Suivez l activité des entreprises de Rhône-Alpes NOTE DE CONJONCTURE N 12 - Edition Lyon Rhône Mai UNE ACTIVITE ECONOMIQUE EN LEGERE BAISSE L activité économique des entreprises artisanales du Rhône rencontrent

Plus en détail

Les entreprises en Ile de France

Les entreprises en Ile de France Tendances régionales Les entreprises en Ile de France Contexte conjoncturel Bilan 1 Perspectives 1 lndicateur du Climat des Affaires Un indicateur du climat des affaires permet une lecture rapide et simplifiée

Plus en détail

27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00

27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00 27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00 oc SYNTHÈSE 1 ACTIVITÉ 4-7 8-17 2 3 4 5 6 7 EMPLOI SITUATION FINANCIÈRE CROISSANCE INTERNE CROISSANCE EXTERNE FINANCEMENTS

Plus en détail

Résumé : Deuxième Enquête panel sur le financement des PME en Suisse

Résumé : Deuxième Enquête panel sur le financement des PME en Suisse Département fédéral de l économie DFE Secrétariat d Etat à l économie SECO Communication Résumé : Deuxième Enquête panel sur le financement des PME en Suisse Date 20 novembre 2009 1. Introduction Dans

Plus en détail

Enquête sur le financement des TPE-PME du MEDEF Situations, perspectives et outils de financement des TPE-PME en 2014

Enquête sur le financement des TPE-PME du MEDEF Situations, perspectives et outils de financement des TPE-PME en 2014 des TPE-PME du MEDEF Situations, perspectives et outils de financement des TPE-PME en 2014 MEDEF Actu-Eco semaine du 16 au 20 juin 2014 1 Introduction Contexte Le MEDEF suit avec une grande attention la

Plus en détail

UN 1 ER SEMESTRE EN DEMI-TEINTE

UN 1 ER SEMESTRE EN DEMI-TEINTE 2015 UN 1 ER SEMESTRE EN DEMI-TEINTE Activité : reprise modérée Emploi : contraction des effectifs Contrairement à leurs prévisions de novembre dernier, les PME de la région anticipent un développement

Plus en détail

UN REGAIN D OPTIMISME

UN REGAIN D OPTIMISME 2015 UN REGAIN D OPTIMISME Activité : reprise en pente douce Emploi : renforcement des effectifs Comme pressenti en novembre dernier, les chefs d entreprise de la région Rhône- Alpes anticipent un développement

Plus en détail

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 L UCM a créé un indicateur de conjoncture pour les PME wallonnes et bruxelloises. Ce "baromètre" est réalisé chaque trimestre, sur base des réponses

Plus en détail

La conjoncture en région Centre Val de Loire

La conjoncture en région Centre Val de Loire Tendances régionales La conjoncture en région Centre Val de Loire Enquêtes mensuelles Septembre 215 Tassement de la production industrielle, activité globale un peu plus soutenue dans les services marchands.

Plus en détail

Présentation des industries de la Métallurgie

Présentation des industries de la Métallurgie Présentation des industries de la Métallurgie - Sources U.I.M.M. Lorraine En France Les industries de la transformation des métaux recouvrent les activités suivantes : - Biens intermédiaires : production

Plus en détail

CONJONCT URE. +1 point. Intentions de recrutements de cadres : entre prudence et reprise de confiance

CONJONCT URE. +1 point. Intentions de recrutements de cadres : entre prudence et reprise de confiance CONJONCT URE estre NOTE DE conjoncture TRIMESTRIELLE de L APEC N Intentions de recrutements de cadres : entre prudence et reprise de confiance Les recruteurs font toujours preuve de prudence dans leurs

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT DES PAYS DE LA LOIRE 2nd semestre 2013 - Edition Janvier 2014 Au cours du second semestre, l activité a été contrastée. Même si le nombre d artisans déclarant une hausse

Plus en détail

UNE SITUATION ECONOMIQUE TOUJOURS TRES TENDUE

UNE SITUATION ECONOMIQUE TOUJOURS TRES TENDUE Suivez l activité des entreprises de Haute-Savoie NOTE DE CONJONCTURE 1 er trimestre UNE SITUATION ECONOMIQUE TOUJOURS TRES TENDUE Comme au 1 er trimestre, les indicateurs d activité sont en recul en ce

Plus en détail

Situation économique des entreprises du Grand Lille au 1 er trimestre 2015 AVRIL 2015

Situation économique des entreprises du Grand Lille au 1 er trimestre 2015 AVRIL 2015 Situation économique des entreprises du Grand Lille au 1 er trimestre 2015 AVRIL 2015 RÉSUMÉ DES RÉSULTATS L E P R E M I E R T R I M E S T R E 2 0 1 5 S A C H È V E S U R U N E N O T E P L U T Ô T P O

Plus en détail

Biens d équipement de production Point de conjoncture 3 ème trimestre 2014

Biens d équipement de production Point de conjoncture 3 ème trimestre 2014 Biens d équipement de production Point de conjoncture 3 ème trimestre 2014 Le Symop, Syndicat des machines et technologies de production, propose à la presse chaque trimestre un point de conjoncture sur

Plus en détail

ENQUETE CONJONCTURE 1 ER SEMESTRE 2013

ENQUETE CONJONCTURE 1 ER SEMESTRE 2013 ENQUETE CONJONCTURE 1 ER SEMESTRE 2013 Enquête réalisée par mail sur la période du 6 au 13 juin 2013 Préambule : Depuis fin 2011, la Chambre de métiers et de l artisanat réalise une enquête de conjoncture

Plus en détail

Observatoire de la performance des PME-ETI 11 ème édition Novembre 2011. OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges

Observatoire de la performance des PME-ETI 11 ème édition Novembre 2011. OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges Observatoire de la performance des PME-ETI 11 ème édition Novembre 2011 OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Méthodologie Étude quantitative

Plus en détail

I nternational. N euchâtel. S uisse. Conjoncture économique - 2 e trimestre 2014

I nternational. N euchâtel. S uisse. Conjoncture économique - 2 e trimestre 2014 Conjoncture économique - 2 e trimestre 214 PIB PIB et Baromètre EUR PIB Baromètre conjoncturel Marche des affaires Perspectives - NE Emploi Entrée de commandes Production Exportations Chômage Poursuite

Plus en détail

N 2 - Juillet 2015. Une reprise générale du niveau d activité. LES ENTREPRISES EN SARTHE 16 635 entreprises * dont

N 2 - Juillet 2015. Une reprise générale du niveau d activité. LES ENTREPRISES EN SARTHE 16 635 entreprises * dont 529 entreprises sarthoises inscrites au RCS ont répondu à cette enquête menée entre le 29 juin et le 10 juillet 2015. Les résultats présentés ont fait l objet d un redressement. N 2 - Juillet 2015 Une

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT EN HAUTE-NORMANDIE SOMMAIRE. Décembre 2014 - N 6

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT EN HAUTE-NORMANDIE SOMMAIRE. Décembre 2014 - N 6 NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT EN HAUTE-NORMANDIE Décembre 2014 - N 6 ENQUETE DU 2 nd SEMESTRE 2014 SOMMAIRE Tendance générale Tendance par département Tendance par grand secteur Focus sur les conjoints

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Avril 2012 ACTIVITE DANS L INDUSTRIE En mars, le climat des affaires s accroît légèrement après sept mois consécutifs de baisse : l indicateur correspondant augmente de 3 points mais

Plus en détail

Ordre des expertscomptables. Paris Ile-de-France

Ordre des expertscomptables. Paris Ile-de-France 45, rue des Petits -Champs 75035 Paris Cedex 01 Tél. : 01 55 04 31 31 Fax : 01 55 04 31 70 4028_Synthèse_ baromètre 2 Ordre des expertscomptables Paris Ile-de-France Les résultats du baromètre économique

Plus en détail

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Institut CSA pour Metlife Novembre 2014 Sommaire Fiche technique 3 Profil de l échantillon

Plus en détail

enquête sur leurs pratiques et besoins de financement Paris, le 26 novembre 2014

enquête sur leurs pratiques et besoins de financement Paris, le 26 novembre 2014 Les Entreprises du Patrimoine Vivant : enquête sur leurs pratiques et besoins de financement Paris, le 26 novembre 2014 Sources Enquête sur les pratiques et besoins de financement des Entreprises du Patrimoine

Plus en détail

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 Regards sur la conjoncture internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 CONJONCTURE INTERNATIONALE & NATIONALE Reprise lente en ZONE EURO et à rythmes variables

Plus en détail

L ENQUÊTE A ÉTÉ EFFECTUÉE DE JUIN À SEPTEMBRE 2013 UN RAPPORT DÉTAILLÉ SUR LES PRIORITÉS DES ENTREPRISES EN TIC

L ENQUÊTE A ÉTÉ EFFECTUÉE DE JUIN À SEPTEMBRE 2013 UN RAPPORT DÉTAILLÉ SUR LES PRIORITÉS DES ENTREPRISES EN TIC BAROMÈTRE DE COMPÉTITIVITÉ DES ENTREPRISES EN TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DES COMMUNICATIONS AU QUÉBEC L ENQUÊTE A ÉTÉ EFFECTUÉE DE JUIN À SEPTEMBRE 2013 UN RAPPORT DÉTAILLÉ SUR LES PRIORITÉS DES

Plus en détail

>> Baisse continue de l activité

>> Baisse continue de l activité 4 ème trimestre 20 Janvier 2013 - N 15 >> continue de l activité Dans les services comme dans l industrie, le climat des affaires reste dégradé au quatrième trimestre 20 et il s établit nettement en dessous

Plus en détail

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Contacts CSA Pôle Opinion-Corporate : Jean-Bernard LAINÉ Co-Directeur du Pôle Banque Assurances Services Industrie / jean-bernard.laine@csa.eu / 01 44 94 59 43 Yves-Marie CANN Directeur d études au Pôle

Plus en détail

BaroJOB. Une priorité : Donner Envie aux Jeunes. Le Baromètre des Compétences Informatique/TIC en Pays de Loire Edition #5 / Mars-Avril 2014

BaroJOB. Une priorité : Donner Envie aux Jeunes. Le Baromètre des Compétences Informatique/TIC en Pays de Loire Edition #5 / Mars-Avril 2014 BaroJOB Une priorité : Donner Envie aux Jeunes Le Baromètre des Compétences Informatique/TIC en Pays de Loire Edition #5 / MarsAvril 2014 Filière IT : Confirmations et paradoxes 2 Filière IT : Confirmations

Plus en détail

>> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi.

>> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi. 2 ème trimestre 20 Juillet 20 - N 21 >> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi. Alors que 20 s annonçait comme l année de la reprise, l évolution de l activité

Plus en détail

Baromètre sur l actualité des entreprises du BTP Vague 4

Baromètre sur l actualité des entreprises du BTP Vague 4 Baromètre sur l actualité des entreprises du BTP Vague 4 Sondage Ifop pour KPMG Septembre 2014 Sommaire 1 - La méthodologie 2 - Les résultats de l étude A La situation des entreprises du BTP sur le plan

Plus en détail

CPA Canada Tendances conjoncturelles (T1 2015)

CPA Canada Tendances conjoncturelles (T1 2015) CPA Canada Tendances conjoncturelles (T1 2015) Préparée pour les Comptables professionnels agréés du Canada Le 1 er mai 2015 Renseignements sur le sondage Le rapport trimestriel CPA Canada Tendances conjoncturelles

Plus en détail

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION CORSE

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION CORSE TENDANCES RÉGIONALES RÉGION CORSE JUILLET 2010 Tous les commentaires s appliquent à des données corrigées des variations saisonnières Les résultats des enquêtes sont désormais publiés selon la nouvelle

Plus en détail

I) Evolution de la demande d emploi mensuelle

I) Evolution de la demande d emploi mensuelle Document rédigé le 27/04/2015 LES ESSENTIELS DE L EMPLOI - Chiffres de mars 2015 Plan : I) Evolution de la demande d emploi mensuelle (pages 1 et 2) - Catégorie A - Catégorie ABC - Entrées et sorties/offres

Plus en détail

Situation des PME et perspectives de croissance en France

Situation des PME et perspectives de croissance en France Situation des PME et perspectives de croissance en France Résumé : - Les entreprises françaises ont su résister à la crise grâce à la consolidation de leur bilan au cours des années 2000 ; - Le maintien

Plus en détail

Les entreprises exportatrices en région Centre : dynamique et perspectives. CCI International Centre

Les entreprises exportatrices en région Centre : dynamique et perspectives. CCI International Centre CCI International Centre NUMÉRO 08 LE CAHIER SPÉCIAL DE L OBSERVATOIRE DES ENTREPRISES À L INTERNATIONAL 2015 Les entreprises exportatrices en région Centre : dynamique et perspectives Une publication

Plus en détail

La confiance des chefs d entreprise continue de se renforcer en mai

La confiance des chefs d entreprise continue de se renforcer en mai 25-5-27 29-5-26 Liens: NBB.Stat Information générale Enquête mensuelle de conjoncture auprès des entreprises - mai 25 La confiance des chefs d entreprise continue de se renforcer en mai Le baromètre de

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Janvier 211 15 1 5-5 -1-15 -2 - -3-35 21 22 23 24 26 27 28 29 21 211 Série dessaisonalisée

Plus en détail

Enquête réalisée par Centre Relations Clients - 6, avenue Jean Bertin - 21 000 DIJON - 03 80 40 72 35

Enquête réalisée par Centre Relations Clients - 6, avenue Jean Bertin - 21 000 DIJON - 03 80 40 72 35 Enquête réalisée par Centre Relations Clients - 6, avenue Jean Bertin - 21 000 DIJON - 03 80 40 72 35 Méthodologie Ce Baromètre est mis en place par la Chambre Régionale de Commerce et d Industrie de Bourgogne,

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX PERSPECTIVES CONJONCTURE ÉCONOMIQUE LE MARCHÉ DES BUREAUX EN ILE-DE-FRANCE 1 er Semestre 212 PERSPECTIVES Un contexte de marché favorable aux utilisateurs La crise financière

Plus en détail

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Dans un contexte difficile depuis le début de la crise de 2008, les encours de crédits accordés par les banques françaises ont

Plus en détail

Baromètre de l innovation Octobre 2014

Baromètre de l innovation Octobre 2014 Baromètre de l innovation Octobre 2014 Diffusion des données personnelles sur le web : quelles sont les attentes des Français? Un baromètre BVA Syntec numérique Ce sondage est réalisé par pour le Publié

Plus en détail

Conjoncture économique et emploi 2012. Résultats de l enquête auprès des. chefs d entreprise de l Aire urbaine

Conjoncture économique et emploi 2012. Résultats de l enquête auprès des. chefs d entreprise de l Aire urbaine Conjoncture économique et emploi 2012 Principaux résultats Résultats de l enquête auprès des de l enquête réalisée par Médiamétrie chefs d entreprise de l Aire urbaine du 29 mai au 4 juin 2012 1 Présentation

Plus en détail

TABLE RONDE N 4 : ACCELERER LE RETOUR DE LA CROISSANCE PAR L INVESTISSEMENT

TABLE RONDE N 4 : ACCELERER LE RETOUR DE LA CROISSANCE PAR L INVESTISSEMENT Juillet 2014 TABLE RONDE N 4 : ACCELERER LE RETOUR DE LA CROISSANCE PAR L INVESTISSEMENT La table ronde n 4 présidée par Arnaud MONTEBOURG travaillera sur les moyens d accélérer le retour de croissance

Plus en détail

Nord-Pas de Calais. 19 % des entreprises envisagent de recruter en 2014

Nord-Pas de Calais. 19 % des entreprises envisagent de recruter en 2014 Nord-Pas de Calais N 180 JUILLET 2014 Sommaire 02 Le recrutement 03 La gestion des ressources humaines 04 Le recours à la formation continue 07 L alternance La place des RESSOURCES HUMAINES et les pratiques

Plus en détail

Baromètre CSA pour ALMA CG des PME françaises

Baromètre CSA pour ALMA CG des PME françaises Baromètre CSA pour ALMA CG des PME françaises Edition 2013 : L optimisation des coûts et les mesures gouvernementales pour la compétitivité Etude N 1201855 Mai 2013 Profil des répondants - FONCTION - -

Plus en détail

ENQUETE CONJONCTURELLE CINOV-IT

ENQUETE CONJONCTURELLE CINOV-IT ENQUETE CONJONCTURELLE CINOV-IT VOTRE SOCIETE 1. Quelle est la taille de votre entreprise? 0 ou 1 salarié 39 %

Plus en détail

PIERRE MOSCOVICI, MINISTRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES, PRÉSENTE SON PLAN POUR LE RENFORCEMENT DE LA TRÉSORERIE DES ENTREPRISES

PIERRE MOSCOVICI, MINISTRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES, PRÉSENTE SON PLAN POUR LE RENFORCEMENT DE LA TRÉSORERIE DES ENTREPRISES PIERRE MOSCOVICI, MINISTRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES, PRÉSENTE SON PLAN POUR LE RENFORCEMENT DE LA TRÉSORERIE DES ENTREPRISES 1. Le constat : la trésorerie est l une des premières préoccupations des

Plus en détail

Focus sur les pratiques de consolidation des groupes en France. Restitution de l étude ESCP-Fidanza 2012"

Focus sur les pratiques de consolidation des groupes en France. Restitution de l étude ESCP-Fidanza 2012 Focus sur les pratiques de consolidation des groupes en France Restitution de l étude ESCP-Fidanza 2012" SOMMAIRE 1 Structure de l échan0llon p. 3 4 2 Acteurs comptables p. 5 6 3 Organisa0on et ou0ls de

Plus en détail

ACTIVITÉ DE L ARTISANAT DU BÂTIMENT : UN DÉBUT D ANNÉE DIFFICILE ET DES TRÉSORERIES ENCORE DÉGRADÉES

ACTIVITÉ DE L ARTISANAT DU BÂTIMENT : UN DÉBUT D ANNÉE DIFFICILE ET DES TRÉSORERIES ENCORE DÉGRADÉES LA LETTRE D INFORMATION HEBDOMADAIRE DU RÉSEAU Conjoncture du 1 er trimestre 215 Avril 215 ACTIVITÉ DE L ARTISANAT DU BÂTIMENT : UN DÉBUT D ANNÉE DIFFICILE ET DES TRÉSORERIES ENCORE DÉGRADÉES Au 1 er trimestre

Plus en détail

Les dossiers de l Observatoire des Métiers et de l Emploi. juin 2013. Regards croisés sur l intérim

Les dossiers de l Observatoire des Métiers et de l Emploi. juin 2013. Regards croisés sur l intérim Les dossiers de l Observatoire des Métiers et de l Emploi juin 2013 Regards croisés sur l intérim regards croisés sur l intérim L Observatoire des Métiers et de l Emploi s est vu confier, depuis 2008,

Plus en détail

BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES

BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES 1 er et 2 ème trimestres 2010 Note semestrielle N 1 BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES 1. CHIFFRE D AFFAIRES TOTAL DES CENTRES D AFFAIRES Chiffre d affaires total / surface totale

Plus en détail

LES CHIFFRES CLÉS DE L ARTISANAT. Bilan des immatriculations / radiations d entreprises artisanales. Solde net 1 002 entreprises 74%

LES CHIFFRES CLÉS DE L ARTISANAT. Bilan des immatriculations / radiations d entreprises artisanales. Solde net 1 002 entreprises 74% n 6 - JANVIER 21 LES CHIFFRES CLÉS DE L ARTISANAT 23 629 c est * le nombre d entreprises 2 inscrites au Répertoire des métiers de l Essonne. dirigeants d entreprise artisanale ont été interrogés à la fin

Plus en détail

Évolution de la rémunération des CADRES Édition 2012

Évolution de la rémunération des CADRES Édition 2012 Évolution de la rémunération des CADRES Édition 2012 Les études de l emploi cadre septembre 2012 les cadres et leur rémunération Les entreprises et la rémunération des cadres Enquête auprès de 15 000 cadres

Plus en détail

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2014-11 MARS 2014 Situation professionnelle des femmes et des hommes cadres selon la génération Opinion des femmes

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ 3. Les crédits 3.1 Les crédits en cours 3.1.1 Les ménages ayant au moins un crédit en cours Un peu plus du quart, 31%, des ménages en situation de déclarent avoir au moins un crédit en cours. Il s agit

Plus en détail

Indice canadien de report de la retraite Sun Life

Indice canadien de report de la retraite Sun Life Indice canadien de report de la retraite Sun Life Rapport sur l Indice canadien de report de la retraite Sun Life 2014 La vie est plus radieuse sous le soleil Table des matières À propos de l Indice canadien

Plus en détail

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010 Gestion des cabinets d'expertise comptable Octobre 2010 Sommaire Avant-propos... 2 Synthèse en quelques chiffres... 2 Les cabinets sans salariés... 2 Les cabinets de 1 à 49 salariés... 2 Le chiffre d affaires

Plus en détail

LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES

LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES le Financement des entreprises, un soutien indispensable à l économie parlons de la banque... LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES UN SOUTIEN INDISPENSABLE À L ÉCONOMIE Mars 2014 Retrouvez les chiffres actualisés

Plus en détail

Toujours pas de reprise

Toujours pas de reprise 2 ème TRIMESTRE JUILLET 2015 CHIFFRE D AFFAIRES 2 ème TRIM 2015 Toujours pas de reprise La conjoncture est encore une fois perçue par près de 80 % de nos dirigeants comme défavorable voire très défavorable.

Plus en détail

Le secteur informatique

Le secteur informatique Mai 2014 Le secteur informatique Service Etudes CCI Indre Le secteur informatique Toute reproduction interdite sans l autorisation de l auteur Page 1 SOMMAIRE SECTEUR INFORMATIQUE EN FRANCE Etablissements

Plus en détail

FOCUS Aperçu de la situation des travailleurs «seniors» sur le marché de l emploi bruxellois

FOCUS Aperçu de la situation des travailleurs «seniors» sur le marché de l emploi bruxellois Observatoire bruxellois de l Emploi Avril 2014 FOCUS Aperçu de la situation des travailleurs «seniors» sur le marché de l emploi bruxellois 1. Introduction : contexte et tendances générales Depuis maintenant

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

CAPEX, LE BAROMÈTRE DES PME EUROPÉENNES

CAPEX, LE BAROMÈTRE DES PME EUROPÉENNES GE Capital CAPEX, LE BAROMÈTRE DES PME EUROPÉENNES Une analyse des intentions d investissement et du climat des affaires sur la base d une étude réalisée auprès de 1750 entreprises de sept marchés européens.

Plus en détail

France : indicateur de trésorerie des grandes entreprises 14 janvier 2014

France : indicateur de trésorerie des grandes entreprises 14 janvier 2014 France : indicateur de trésorerie des grandes entreprises 14 janvier 214 Résultats de l enquête - Janvier 214 Graphique du mois... Les conditions de financement des grandes entreprises et des ETI paraissent

Plus en détail

CODEM - CODEB - CODEBAT CODEMA - CODEMBAL CODECOB - CODALIMENT CODINF la maîtrise des risques clients par secteur professionnel

CODEM - CODEB - CODEBAT CODEMA - CODEMBAL CODECOB - CODALIMENT CODINF la maîtrise des risques clients par secteur professionnel CODEM - CODEB - CODEBAT CODEMA - CODEMBAL CODECOB - CODALIMENT CODINF la maîtrise des risques clients par secteur professionnel 3 avenue Franklin Roosevelt - 758 PARIS Tél : 1 55 65 4 - Fax : 1 55 65 1

Plus en détail

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 Juillet 11 OBJECTIF DE L ENQUÊTE Tous les six mois, l Apec interroge un échantillon représentatif de 1 cadres du secteur privé

Plus en détail

«La Génération Y face à l Entreprise»

«La Génération Y face à l Entreprise» «La Génération Y face à l Entreprise» Résultats Octobre 2010 15, Place de la République, 75003 Paris Tél. : 01 78 94 90 00 http://www.opinion-way.com Méthodologie Méthodologie Étude réalisée auprès d un

Plus en détail

Observatoire de la récupération, du recyclage et de la valorisation

Observatoire de la récupération, du recyclage et de la valorisation Avril-Mai-Juin 20 Note trimestrielle N 30 Observatoire de la récupération, du recyclage et de la valorisation RESUME DE L EVOLUTION DU TRIMESTRE (Avril-Mai-Juin 20) Sensible progression Dans la continuité

Plus en détail

SOMMAIRE. AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES

SOMMAIRE. AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES Faits saillants du sondage 2 Contexte et méthode de sondage 3 Profil des répondants 3 Investissements

Plus en détail

Commission départementale de financement de l économie C.D.F.E

Commission départementale de financement de l économie C.D.F.E Commission départementale de financement de l économie C.D.F.E Préfecture de Vaucluse 6 février 2015 L ordre du jour Eléments de la conjoncture PACA Analyse de la situation économique en Vaucluse Présentation

Plus en détail

LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE

LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE TABLEAU DE BORD LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE DEFINITION Le tableau de bord est un support (papier ou informatique) qui sert à collecter de manière régulière des informations permettant de

Plus en détail

Tableau de bord de l industrie française

Tableau de bord de l industrie française Tableau de bord de l industrie française Mars 11 Document réalisé par Coe-Rexecode Groupe des Fédérations Industrielles - 55 av. Bosquet - 7533 Paris Cedex 7 - Tél. 1 53 59 18 6 - Fax 1 53 59 18 88 - gfi@gfi.asso.fr

Plus en détail

Enquête sur les perspectives des entreprises

Enquête sur les perspectives des entreprises Enquête sur les perspectives des entreprises Résultats de l enquête de l été 15 Vol. 12.2 6 juillet 15 L enquête menée cet été laisse entrevoir des perspectives divergentes selon les régions. En effet,

Plus en détail

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Au premier semestre, les importations diminuent (-1,2%), tandis que les exportations sont

Plus en détail

OCTOBRE 2012 : Des taux bas, des prix qui ne grimpent plus et des acquéreurs qui ne se décident toujours pas à acheter

OCTOBRE 2012 : Des taux bas, des prix qui ne grimpent plus et des acquéreurs qui ne se décident toujours pas à acheter Enquête trimestrielle menée auprès des candidats à l acquisition d un logement dans les 12 prochains mois Communiqué de presse - Octobre 2012-8ème vague - 3ème trimestre 2012 / ANALYSE GLOBALE OCTOBRE

Plus en détail

Les jeunes et les métiers de l industrie

Les jeunes et les métiers de l industrie Novembre 2013 Institut Lilly N 111442 Contacts : Damien Philippot / Esteban Pratviel 01 45 84 14 44 jerome.fourquet@ifop.com Sommaire 1 - La méthodologie 2 - Les résultats de l étude A - B - C - D - Le

Plus en détail

Les échéances sociales de la rentrée 2015-2016

Les échéances sociales de la rentrée 2015-2016 Les échéances sociales de la rentrée 2015-2016 Sondage réalisé par pour 1 Méthodologie Recueil Echantillon de chefs d entreprises interrogé par téléphone du 15 au 25 juin 2015. Echantillon Echantillon

Plus en détail

Bilan 2008 & perspectives 2009. Surmonter la crise, préparer la reprise

Bilan 2008 & perspectives 2009. Surmonter la crise, préparer la reprise Bilan 2008 & perspectives 2009 Surmonter la crise, préparer la reprise Dossier de presse 3 0 j u i n 2 0 0 9 Contacts presse - Agence Hopscotch Marion Paisant T : 01 58 65 00 45 mpaisant@hopscotch.fr Pauline

Plus en détail

Baromètre local de conjoncture des arrondissements de Bar-sur-Aube et Chaumont N 4

Baromètre local de conjoncture des arrondissements de Bar-sur-Aube et Chaumont  N 4 N 4 Chiffres clés de l arrondissement de Source INSEE RGP 1999 Estimation CCI de Troyes et de l Aube Bar sur Aube Population 2007 : 29 427 hab. 9,8 % de la population auboise Superficie : 1 193 km2 Densité

Plus en détail

Les Français et l économie L enseignement de l économie devrait tenir une place plus importante dans le système éducatif

Les Français et l économie L enseignement de l économie devrait tenir une place plus importante dans le système éducatif Les Français et l économie L enseignement de l économie devrait tenir une place plus importante dans le système éducatif Patrick HAAS Direction de la Communication Présenté par la Banque de France dans

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels Baromètre annuel vague Septembre 2011 Baromètre annuel vague - 1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel vague

Plus en détail

Le sondage santé comprend trois parties. Les questions concernent - le système de santé - les assureurs-maladies - les assurés

Le sondage santé comprend trois parties. Les questions concernent - le système de santé - les assureurs-maladies - les assurés Le sondage santé comprend trois parties. Les questions concernent - le système de santé - les assureurs-maladies - les assurés Sur les 1210 personnes interrogées, 1043 personnes sont en âge de voter, soit

Plus en détail

Créations et disparitions des entreprises en France

Créations et disparitions des entreprises en France Créations et disparitions des entreprises en France Octobre 2012 L observatoire des entreprises www.cofaceservices.fr La croissance du tissu économique de moins en moins dynamique 8,6 millions de sièges

Plus en détail

ENQUÊTE FORUM DÉBAT 2002. Les Distributeurs du Secteur Dentaire

ENQUÊTE FORUM DÉBAT 2002. Les Distributeurs du Secteur Dentaire ENQUÊTE FORUM DÉBAT 2002 Les Distributeurs du Secteur Dentaire [EDITO]. Le marché du matériel dentaire reste un domaine relativement parcellarisé sur le territoire français. Il est couvert par plus de

Plus en détail

Ordre des expertscomptables. Paris Ile-de-France

Ordre des expertscomptables. Paris Ile-de-France 45, rue des Petits -Champs 75035 Paris Cedex 01 Tél. : 01 55 04 31 31 Fax : 01 55 04 31 70 4028_Synthèse_ baromètre 4 Ordre des expertscomptables Paris Ile-de-France Les résultats du baromètre économique

Plus en détail

Baromètre sur le financement et

Baromètre sur le financement et pour Baromètre sur le financement et - Vague 17 - Contacts : Flore- Aline Colmet Daâge / Guillaume Chevalier 2013 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon : Echantillon de 402

Plus en détail

OSEO EXCELLENCE SONDAGE JUILLET 2011. Thème : CONJONCTURE ECONOMIQUE EXTENSION & REBRANDING OSEO CAPITAL PME ECONOMIE : FRANCE ALLEMAGNE

OSEO EXCELLENCE SONDAGE JUILLET 2011. Thème : CONJONCTURE ECONOMIQUE EXTENSION & REBRANDING OSEO CAPITAL PME ECONOMIE : FRANCE ALLEMAGNE OSEO EXCELLENCE SONDAGE JUILLET 2011 BERTRAND ROZE COMMUNITY MANAGER OSEO EXCELLENCE Thème : CONJONCTURE ECONOMIQUE EXTENSION & REBRANDING OSEO CAPITAL PME ECONOMIE : FRANCE ALLEMAGNE Antoine COULOMBEAUX

Plus en détail

PRATIQUES ET USAGES DU NUMÉRIQUE DANS LES PME ET TPE

PRATIQUES ET USAGES DU NUMÉRIQUE DANS LES PME ET TPE PRATIQUES ET USAGES DU NUMÉRIQUE DANS LES PME ET TPE ETUDE RHÔNE Septembre 2015 CCI LYON - DIRECTION DÉVELOPPEMENT INDUSTRIEL ET TERRITORIAL Page 1 I CCI DDIT Page 2 I CCI DDIT ommaire Avant-propos page

Plus en détail

Un moyen de limiter les risques

Un moyen de limiter les risques du Bâtiment er Trimestre Aquitaine de votre Centre de Gestion Agréé édito Dans ce nouveau numéro de l Observatoire du bâtiment, votre Centre de gestion fait le point sur le nouveau régime d Entrepreneur

Plus en détail

Baromètre - Les Français et leur pouvoir d achat

Baromètre - Les Français et leur pouvoir d achat Baromètre - Les Français et leur pouvoir d achat - Vague 4 - Sondage CSA pour COFIDIS Août 2015 Titre du projet Sommaire Fiche technique du sondage 3 1 2 3 L état du pouvoir d achat des Français: toujours

Plus en détail

Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière

Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière Faits marquants en 2008-2009 - La rentabilité économique recule mais demeure satisfaisante - L investissement ralentit

Plus en détail

Pratiques et besoins de financement des entreprises artisanales

Pratiques et besoins de financement des entreprises artisanales ÉTUDES et Recherches de l Institut Supérieur des Métiers Pratiques et besoins de financement des entreprises artisanales FÉVRIER 2014 Présentation des résultats Pratiques et besoins de financement des

Plus en détail

A 13,3 jours, les retards de paiement des entreprises françaises sont au plus haut depuis dix ans.

A 13,3 jours, les retards de paiement des entreprises françaises sont au plus haut depuis dix ans. 1/6 COMMUNIQUE DE PRESSE ALTARES PRESENTE SON ETUDE SUR LES COMPORTEMENTS DE PAIEMENT DES ENTREPRISES EN FRANCE ET EN EUROPE AU 1 ER TRIMESTRE 2015. A 13,3 jours, les retards de paiement des entreprises

Plus en détail

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015 Conseil Economique, Social & Environnemental Régional Point d actualité Séance plénière 2 février 2015 Rapporteur général : Jean-Jacques FRANCOIS, au nom du Comité de Conjoncture CONTEXTE GÉNÉRAL A la

Plus en détail

UPA / I+C LES METIERS DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE

UPA / I+C LES METIERS DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE Juillet-août-septembre 2012 Note trimestrielle N 40 Lettre trimestrielle d information UPA / I+C LES METIERS DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE CONJONCTURE Détérioration plus marquée au cours de

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail