Audit de la filière halieutique de Saint Pierre et Miquelon

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Audit de la filière halieutique de Saint Pierre et Miquelon"

Transcription

1 CONFIDENTIEL Audit de la filière halieutique de Saint Pierre et Miquelon Réalisé par COFREPECHE - 31 octobre

2 Préliminaires Commanditaire de l audit : OFIMER Durée de l audit : du 10 septembre au 31 octobre 2007 Mission à SPM et Terre Neuve: du 12 au 22 septembre 2007 Mission à Vigo (Espagne) pour rencontrer PESCANOVA: 3 octobre2007 Auteurs: Régis TOUSSAINT; Jean Pierre SILVA 2

3 Avertissement Cet audit est destiné à des personnes qui connaissent déjà bien le secteur de la pêche et de l aquaculture (filière halieutique) et la situation de Saint Pierre et Miquelon (SPM par la suite) La situation actuelle est déjà bien décrite dans les documents existants : IEDOM, Diagnostic du Territoire, Rapports du Service des Affaires Maritimes, rapport Ferlin de 2005, etc. L audit s attachera essentiellement à dresser un diagnostic rapide, partagé par la quasitotalité des personnes rencontrées et surtout, à présenter des scénarios de restructuration puis des préconisations. Ces dernières n engagent que leurs auteurs. Cet audit intervient à 2 mois d une échéance importante et très symbolique pour l archipel et sa filière halieutique : convention Etat-Interpêche. Aussi, les esprits sont inquiets. Reconduction ou pas reconduction? Avant même la remise du présent rapport, la tendance de certains est de le mettre de côté comme de nombreux autres rapports. C est dire le niveau de tension qui existe. On ne peut que regretter le manque de recul par rapport à cette échéance. 3

4 1977: création d une ZEE par le canada; la France en fait de même autour de SPM 1992: Décision du Tribunal arbitral de New York qui réduit considérablement la ZEE française à une étroite bande d océan au sud de l archipel 1992: moratoire déclaré par le Canada interdisant toute pêche à la morue dans la région pour une période minimum de 5 ans; le secteur de la pêche à la morue de l archipel est anéanti 1994: accord bilatéral franco-canadien Rappel historique Depuis 1995: mise en place de mesures économiques et sociales 1997: reprise prudente de la pêche à la morue dans un cadre très restreint avec fixation de TAC et de quotas. Cette reprise avec des aides publiques, concerne la pêche artisanale avec l arrivée de 9 nouvelles unités entre 1997 et 2002 soit 60% de la flottille actuelle 2007: reconduction de l accord franco-canadien pour une durée de 5 ans Conséquence: Depuis 1992 une véritable guerre de la morue (symbole fort pour l archipel) est engagée. Les séquelles sont encore présentes dans l économie locale comme dans les esprits. Les «dommages de guerre» se payent sous la forme de subventions publiques récurrentes. «C est la faute de l État, que l État paye». 4

5 1 2 Ressources et quotas Outils de production - Pêche artisanale - Pêche industrielle - Aquaculture - Unités de transformation Coopération avec le Canada Aides publiques Scénarios de restructuration Préconisations 5

6 1 Ressources et quotas Ressources halieutiques 24 quotas de proximité et hauturiers attribués à SPM Localisation des quotas et accessibilité aux différents navires Potentiel de valeur économique théorique des quotas Diagnostic 6

7 Ressources halieutiques Ressources côtières accessibles aux navires de pêche artisanale de SPM (ZEE de SPM et zones proches notamment le secteur 3PS sous juridiction canadienne): morue, coquille, crabe, homard, lombe, bulots, requin, raie, myxine, concombre de mer etc. Ces ressources sont fragiles, mal connues mais de valeur élevée. Ressources lointaines dans la ZEE canadienne et les eaux internationales et obtenues dans le cadre de l accord franco-canadien de 1994 et dans celui de l OPANO et de l ICCAT. Ces ressources ne sont pas accessibles aux navires actuellement basés à SPM qui ne dispose plus de navires industriels si ce n est pas affrètement de navires étrangers. Elles donnent lieu à des cessions et à des échanges avec des opérateurs qui ont les moyens de les exploiter (sous-traitance). Ces ressources restent très fragiles et d un accès aléatoire. Morue Crabe des neiges Bulot Plie 7

8 Espèces Accessible par la pêche artisanale Source : Affaires Maritimes Tableau droits de pêche de Saint Pierre et Miquelon Tonnage Zone Tonnage Zone Tonnage Zone Tonnage Zone Tonnage Zone Morue PI : 1419 t 3PS 182 t 4RS & 3 PN Gadus morhua PA : 609 t 3PS 52 t 4T & 4 Vn Sébaste 306 t 3PS 900 t 3O 69 t 3M Sebastes marinus 520 t* 2, 1F & 3K Plie canadienne Hippoglossoides platessoides Plie grise Glyptocephalus cynoglossus Pétoncle d Islande Placopecten magellanicus Flétan du Groenland Reinhardus hippoglossoides Merlu argenté 150 t 4V, 4W & 4X M erluccius billinearis 150 t 4V, 4W & 4X Encornet Illex Grenadier Coryphaenoides rupestris & M acrourus berglax Limande à queue jaune Limanda ferruginea Crevettes 100 jours 3M Pandalus 245 t 3L Raie Raja senta Merluche blanche Urophycis tenuis Crabe des neiges Chionoecetes opilio Germon Thunnus alalunga Thon rouge Thunnus thynnus Espadon Xiphias gladius Thon obèse Thunnus obesus 24 quotas attribués à SPM (saison ) Quotas relatifs à l accord franco-canadien Pas de pêche dirigée 73,45 t 1155 t 3PS 3PS 3PS Quotas des autres zones canadiennes Quotas de l OPANO 124 t t 3L, 3M, 3N & 3O 442 t Pas de pêche dirigée Pêche industrielle canadienne (Cap Fortune) approvisionnement Interpêche Pêche industrielle affrètement d un navire espagnol par Interpêche - Cambaroya Pêche industrielle affrètement d un navire estonien par Interpêche Taurus en 2006 Pêche industrielle affrètement d un navire canadien par Propêche (Nouvelles Pêcheries) 3 & 4 O 453 t 3 & t 3L, 3N & 3O 500 t* 3L, 3N & 3O 500 t* 3N & 3O Quotas sous seule gestion française Quotas ICCAT * Quotas ouverts à d autres pays PI : pêche industrielle PA = pêche artisanale Le quota de thon obèse est alloué depuis 2004 Échange de quotas avec le Canada : sébaste contre crabe des neiges (Nouvelles Pêcheries) ou morue contre morue (Interpêche) 286 t ZEE 200 t 4 t 60 t Atlantique Nord Atlantique Ouest Atlantique Nord 500 t NC Quotas non exploités Quotas largement sous-exploités par la pêche artisanale 8

9 Localisation des quotas 2007/2008 attribués à SPM Quotas de l OPANO et des autres zones canadiennes Zone accessible par les bateaux de cat. 2 Zone accessible par les bateaux de cat. 3 SPM Morue : t Sébaste : * t Flétan du Groenland : t Merlu argenté : 300 t Encornet : t Limande à queue jaune : 310 t Raie : 500* t Merluche blanche : 500* t Crevettes : 100 jours t quotas OPANO quotas autres zones canadiennes SPM Quotas de l ICCAT (thonidés) : Atlantique Nord et Ouest Quotas relatifs à l accord franco-canadien - Zone du 3PS Morue : 2028 t Sébaste : 306 t Plie grise : t Pétoncle d Islande : 1155 t Quotas sous seule gestion française : ZEE Crabe des neiges : 180 t 9

10 Espèces Morue Sous quota Valeur Zone Valeur Zone Valeur Zone Valeur Valeur Zone Valeur Zone Valeur % PS RS & 3 PN PS T & 4 Vn M , 1F & 3K Plie canadienne 0 3PS 0 0,0 Plie grise PS ,4 Pétoncle d Islande PS ,3 Flétan du Groenland L, 3M, 3N & 3O ,0 Merlu argenté V, 4W & 4X V, 4W & 4X Encornet & & ,2 Grenadier 0 O 0 0,0 Limande L, 3N & 3O ,4 Crevettes Potentiel de valeur économique THEORIQUE des quotas Quotas relatifs à l accord francocanadien Quotas des autres zones canadiennes Sébaste PS O Quotas de l OPANO M L Ressources sous seule gestion française Raie L, 3N & 3O ,9 Merluche blanche N & 3O ,1 Crabe des neiges ZEE ,6 Germon Atlantique N ,7 Thon rouge Atlantique O ,3 Espadon Atlantique N ,5 Thon obèse NC ,7 Autres espèces ZEE ,5 TOTAL valeur ,0 % 29,7 12,8 15,2 4,6 6,5 31,2 100,0 Pour le quota de «100 jours» de crevettes les données de captures de 04/2006 à 03/2007 ont été utilisées. La légende des couleurs reste identique à celle utilisée précédemment. Hors quota Le détail du calcul de la valeur économique des espèces hors quota est présenté dans le chapitre consacré à la pêche artisanale Quotas ICCAT Total ,1 5,6 3,2 2,4 Prix de référence utilisés /kg (poids vif) Morue 1* Sébaste 0,35* Plie canadienne 0,6* Plie grise 0,6* Pétoncle d Islande 1**** Flétan du Groenland 5** Merlu argenté 1,2*** Encornet 0,9*** Limande 0,86*** 0,63**** Limande 0,86*** Crevettes 0,63**** Raie 0,2**** Merluche blanche 0,48**** Crabe des neiges 1,67* Germon 0,38** Thon rouge 9,32** Espadon 4,73** Thon obèse 6,46** Sources : * Prix moyen local constaté ** Propêche *** CE - prix orientation 2007 **** OPANO 10

11 Ressources et quotas : Diagnostic Le potentiel de valeur économique théorique total des quotas et ressources de la ZEE de SPM est de 11,2 Millions. Il n y a aucune approche économique dans l analyse de la pêche artisanale ; on ne parle que de distribution de quotas. Les ressources lointaines ne sont pas accessibles aux navires de SPM. Leur exploitation est «sous traitée» ou échangée en nature. Les ressources de la ZEE de SPM sont diversifiées mais peu connues. L obsession de la morue a conduit à négliger les recherches scientifiques à mener sur les autres espèces. Un nouveau moratoire sur la morue qui serait décrété par les canadiens, est un risque identifié, non négligeable, mais difficilement prévisible. Des mouvements d écologistes prônent de ne plus consommer de morue en raison d une dégradation et d une mauvaise gouvernance des stocks. Quoi qu on puisse penser, c est une tendance lourde. Faute de quotas suffisants de morue, tout le monde parle de diversification. Il y a des possibilités (Myxine -voir l atelier du 22 octobre à ce sujet à Halifax-, concombre de mer, etc.) mais attention, la ZEE de SPM est très petite et les ressources sont limitées. Il n y a «aucune perspective réelle d amélioration de la situation côté ressources» (sic Ifremer) sauf à voir la morue revenir suite aux mesures de gestion prises depuis plusieurs années. Mais de toute façon SPM dépendra toujours du Canada. 11

12 1 2 Ressources et quotas Outils de production - Pêche artisanale - Pêche industrielle - Aquaculture - Unités de transformation Coopération avec le Canada Aides publiques Scénarios de restructuration Préconisations 12

13 2 Outils de production : Pêche artisanale Flotte Ressources potentiellement accessibles Captures 2006/2007 Évolution des captures de 2001 à 2007 Projet d acquisition d un navire polyvalent par Propêche Diagnostic 13

14 Flotte de la pêche artisanale Saint-Pierre Miquelon Nom * Navire racheté récemment anciennement «Le Matelot» ** Catégories de navigation Année de mise en service Catégorie Longueur (m) Puissance (kw) Jauge (tjb) Engin de pêche Les navires de 4 e catégorie ne peuvent pas s éloigner à plus de 5 miles de la limite des eaux abritées où se trouve son port Les navires de 3 e catégorie ne peuvent pas s éloigner de plus de 20 miles de la terre la plus proche Total captures (t) MARCEL ANGIE , ,62 polyvalent 134,4 TOMMY EVAN , ,80 polyvalent 109,7 KERAVEL restreinte 60 miles 13, ,00 polyvalent 212,1 CAPAJOEL , ,00 arts dormants 100,2 CAP PERCE , ,96 arts dormants 78,2 EMELINE , ,10 arts dormants 78,5 MARTIN HELENE , ,00 arts dormants 92,1 MAURICE ALBERT , ,00 arts dormants 83,5 ERIKA , ,35 arts dormants 59,8 SOUS- TOTAL 948,5 AIGLE NOIR , ,69 arts dormants 53,9 DAUPHIN , ,92 polyvalent 86,7 JEAN CHRISTOPHE * , ,40 polyvalent 48,6 MIRANDE , ,99 arts dormants 12,2 QUENTIN , ,24 arts dormants 67,9 KREIZ ARMOR , ,00 arts dormants 73,6 SOUS TOTAL 342,9 TOTAL 1291,4 Les navires de 2 e catégorie ne peuvent pas s éloigner à plus de 200 miles d un port ou d un lieu où l équipage puisse être mis en sécurité On recense 23 navires sur l archipel, seuls 15 d entre eux sont réellement en activité professionnelle (les autres appartiennent à des pensionnés). On compte : 10 navires de moins de 12 m et 5 navires de plus de 12 m (dont un seul de 19 m : le «Marcel» qui a été jumboisé de 3 m en 2006). Captures : 86 tonnes / bateau en moyenne pour la saison : navires de 3e et 4e catégorie : 70 tonnes/ bateau ; navires de 2e catégorie : 152 tonnes / bateau. Nombre de jours de mer : 75 jours / bateau en moyenne pour la saison , pour chaque catégorie de navires. La pêche artisanale est praticable de 6 à 7 mois/an d avril à octobre. 137,2 14

15 Quantité et valeur théorique des ressources potentiellement accessibles par la pêche artisanale Espèces Valeur économique (poids vif) /kg Quotas relatifs à l accord francocanadien Tonnage Valeur éco. ( ) Tonnage Valeur éco. ( ) Morue 1* Sébaste 0,35* Plie grise 0,6* 73, Pétoncle d Islande 1**** 0 0 Merlu argenté 1,2*** Source : Affaires Maritimes quotas 2007/2008 Ressources sous gestion française Quotas des autres zones canadiennes Tonnage Sous quotas Valeur éco. ( ) Crabe des neiges 1,67* Tonnage Hors quotas Valeur éco. ( ) Lompe 1,75* Coquille 1* Limande 0,86*** Raie 0,2**** Homard 0,65**** Maquereau 0,3*** Encornet 0,9*** Bulot 0,5* Saumon 10* Eglefin 1*** 0,4 400 Capelan 0,2**** 0,2 40 Lieu noir 0,77*** 0,3 231 Loup 0,25* 1,2 300 Lotte 0,75** 0,3 225 Flétan 5** Autres espèces??? TOTAL Accessible par la pêche artisanale de toutes catégories Accessible uniquement par les navires de seconde catégorie Valeurs économiques sources : * Prix moyen local constaté ** Propêche *** CE - prix orientation 2007 **** OPANO Pour les ressources hors quota, le tonnage correspond aux captures de 04/06 à 03/07 TOTAL : % 10% 23% 33% 100% ATTENTION : Tonnage total = 2036 t Valeur moyenne = 1,1 /Kg La valeur du quota de pétoncle accessible par la pêche artisanale a été considérée comme nulle, car le stock est inexistant dans la pratique. Par ailleurs, SPM ne possède pas d outils pour traiter le pétoncle. Enfin, le pétoncle n est pas rentable en terme de transformation (très mauvais rendement). 15

16 Captures 06/07 (tonnage et valeur théorique) de la pêche artisanale Espèces Valeur économique (poids vif) /kg Quotas relatifs à l accord francocanadien Tonnage Valeur éco. ( ) Tonnage Valeur éco. ( ) Morue 1* Sébaste 0,35* Plie grise 0,6* 0 0 Pétoncle d Islande 1**** 0 0 Quotas des autres zones canadiennes Merlu argenté 1,2*** 0 0 Tonnage Valeur éco. ( ) Crabe des neiges 1,67* Ressources sous seule gestion française Sous quotas Tonnage Hors quotas Valeur éco. ( ) Lompe 1,75* Coquille 1* Limande 0,86*** Raie 0,2**** Homard 0,65**** Maquereau 0,3*** Encornet 0,9*** Bulot 0,5* Saumon 10* Eglefin 1*** 0,4 400 Capelan 0,2**** 0,2 40 Lieu noir 0,77*** 0,3 231 Loup 0,25* 1,2 300 Lotte 0,75** 0,3 225 Flétan 5** Autres espèces??? TOTAL Source : Affaires Maritimes 36% 3% 18% 43% 100% Accessible par la pêche artisanale de toutes catégories Accessible uniquement par les navires de seconde catégorie Valeurs économiques sources : * Prix moyen local constaté ** Propêche *** CE - prix orientation 2007 **** OPANO Le tonnage correspond aux captures de 04/06 à 03/07 TOTAL : = 75% de la valeur théorique Remarques : 39% Tonnage total = 1399 t * Valeur moyenne = 1,2 /Kg Les valeurs économiques théoriques des captures en morue, lompe et crabe des neiges sont les plus importantes. Elles représentent respectivement 39%, 30% et 18% de la valeur théorique totale. Le quota de sébaste est très peu exploité car : - le poisson pêché est de petite taille et donc peu intéressant à transformer - le prix de vente est faible les pêcheurs préfèrent se concentrer sur des espèces qui rapportent plus Le quota de plie grise, facilement accessible, n est pas exploité car le produit est très mal valorisé. L appellation plie grise n est pas reconnue sur le marché européen. Le quota de merlu argenté n a pas été exploité pendant la saison à cause de problèmes techniques. Il avait été exploité dans sa quasi-totalité lors de la saison *Au lieu de 1412 t dans les statistiques citées dans le rapport IEDOM de

17 Évolution des captures de 2001 à 2007 de la pêche artisanale Source : Affaires Maritimes citée dans IEDOM rapport 2006 Saison de pêche : du 1er avril au 31 mars Espèces 2001/ / / / / /2007 Morue Lompe Crabe des neiges Autres Total Données en tonnes Tonnes Morue Lompe Crabe des neiges Autres Total / / / / /

18 Projet d acquisition d un navire polyvalent par Propêche Présenté par le promoteur de Nouvelles Pêcheries Caractéristiques du navire - 32,80 m CV - Congélation 5 tonnes/jour - Autonomie : 30 jours - Equipage 12 - Métier : palangre en principal, casier, filet Coût investissement : 5 millions d euros Ressources visées : - Thonidés sur quotas ICCAT (30% du chiffre d affaires prévisionnel) - Flétan atlantique 100 tonnes en ZEE SPM (60%) - Bulot et Myxine dans ZEE de SPM - Morue en 4RS & 3PN pêchable à la Palangre donc conflit avec Interpêche mais marginal Marché : approvisionnement de l usine Nouvelles Pêcheries Diagnostic : Bonne idée mais: Dépendance économique avec le Flétan en ZEE de SPM pour 60% et les Thonidés pour 30% Investissement très largement surévalué le niveau des amortissements rend déficitaire l entreprise sur 10 ans Dimension du navire peut être à revoir En cas de difficulté sur le flétan et le thon, le navire viendra dans la zone d activité de la pêche artisanale Le projet ne serait valable qu avec la mise en place d un atelier de mareyage aux normes européennes Peu de concurrence avec la situation actuelle de la pêcherie Retombées favorables pour SPM (au niveau de l usine de Nouvelle Pêcheries) Emplois = 12 mais pas de marins à SPM main d œuvre hors SPM : étrangers ou métropolitains 18

19 Pêche artisanale : Diagnostic Les captures déclarées de la pêche artisanale ont tendance à baisser; elles étaient d environ t pour la saison de 2006/2007 pour t en 2003/2004. Ces captures représentent une valeur économique théorique de qui est partagée entre 15 unités actives de pêche professionnelle. Cette valeur est égale à 75% de la valeur économique théorique accessible à cette flottille qui est de La valeur moyenne au débarquement est d environ 1,1 /Kg en poids vif. Surexploitation du quota de morue Il y aurait selon tous les interlocuteurs rencontrées, un très notable dépassement des captures par rapport aux quotas de morue : Manque de contrôles au débarquement. Indicateur de dépendance d espèces = 87% En 2006/2007, la valeur économique des captures est de 87% pour 3 espèces : Morue avec 39% (risque = moratoire) Lompe avec 30% (risque = présence cyclique non régulière) Crabe des neiges 18% (risque = diminution du quota par le MPA). Diversification Les autres espèces sont passées de 509 t en 2001/2002 à 291 t en 2006/2007. Les pêcheurs ne diversifient pas suffisamment leur activité. Certaines espèces ne sont pas ou peu pêchées du fait de leur mauvaise valorisation (limande à queue jaune, plie grise, sébaste ). Les pêcheurs ne sont pas incités à pratiquer des pêches de diversification mais attention aux ressources : prudence. Flottille surdimensionnée 80% des bateaux ne doivent pas s éloigner à plus de 20 miles. Cette disposition n est pas appliquée et pose des problèmes de sécurité. 19

20 Pêche artisanale : Diagnostic la moitié des navires sortent moins de 75 jours pas an. Ceci sur une période d activité théorique de 6 à 7 mois d avril à octobre. la dispersion du nombre de jours de mer par bateau va de 19 à 113 jours en 2006/2007. la valeur économique de la ressource disponible et accessible ne permet pas de faire vivre économiquement autant de navires sans avoir recours à des subventions publiques de fonctionnement. Flottille mal adaptée aux ressources exploitables certains quotas ne sont pas ou peu exploités (en 2006/2007 : sébaste exploité à 3%, plie grise non exploitée, crabe des neige exploité à 69%). Raisons : bateaux non adaptés pour des pêches plus lointaines; manque de volonté; risque économiques. Quotas gaspillés Les quotas individuels ne sont pas pêchés en totalité. Le système de répartition n est pas efficient. Pêcheurs Diminution du nombre, difficulté à trouver des marins, vieillissement des équipages. La réduction des équipes sur certains bateaux (2 au lieu de 3) pour assurer un meilleur salaire individuel pose des problèmes de sécurité. Débarquements pratiqués au Canada Les prix de vente obtenus au Canada sont meilleurs. Les services (nettoyage de la calle, glace), la disponibilité (périodes d ouverture) et la transparence (accès à la pesée) sont meilleurs au Canada. La collectivité territoriale a supprimé les aides financières d un bateau sous prétexte qu il est allé débarquer au Canada. C est une mesure anti économique. Compte tenu des prix pratiqués au Canada, les bateaux pourraient se passer d aides publiques tout en rémunérant mieux leurs marins (étude de G. CAMBRAY d août 2007). 20

21 Pêche artisanale : Diagnostic Prix pratiqués à SPM pour l achat des captures Les acheteurs sont peu nombreux (4 usines de transformation, 2 poissonneries, ventes directes aux consommateurs) et les prix ne sont pas libres faute d un vraie concurrence. Les usines se trouvent en situation de quasi monopole pour les principales espèces (Interpêche : morue, Nouvelles Pêcheries : crabe et bulot; SNPM : Lompe). 21

22 1 2 Ressources et quotas Outils de production - Pêche artisanale - Pêche industrielle - Aquaculture - Unités de transformation Coopération avec le Canada Aides publiques Scénarios de restructuration Préconisations 22

23 2 Outils de production : Pêche industrielle Pêche industrielle fraîche Affrètements de navires Scénario de valorisation des quotas par un armement métropolitain Diagnostic 23

24 Pêche industrielle «fraîche» La pêche industrielle fraîche est limitée exclusivement au quota de morue, conformément aux dispositions de l accord franco-canadien (70% du quota de morue attribué à l Archipel dans la zone du 3PS), dont la capture doit obligatoirement être réalisée par un bateau canadien. C est Interpêche, «historiquement» bénéficiaire de ce quota, qui affrète ce bateau canadien, le «Cap Fortune». Le «Cap Fortune» pêche également l éventuel reliquat du quota «artisanal», s il n est pas pêché par la flottille artisanale, et l équivalent du quota de morue du golfe du Saint Laurent (échangé contre du quota morue du 3PS). Pêche industrielle «fraîche» : Source : Rapports d activité Interpêche En tonnes Année 2005 Année 2006 Morue Rouget Grey sole Balai Limande 9 9 Aiglefin Lieu noir 8 12 Flétan blanc 1 0 Divers 18 6 TOTAL Exceptionnellement en 2007 le Cap Fortune a également pêché pour Interpêche une partie du quota de Sébaste du 3PS (115 tonnes traitées par l usine) dans le cadre de la Convention Etat-Interpêche2007 et de l obligation de traiter des espèces complémentaires pour assurer de l emploi. 24

25 Affrètement de navires adaptés pour pêcher les quotas lointains Les deux entreprises, bénéficiaires de ces quotas, qui réalisent ces affrètements, sont : Interpêche et Propêche Interpêche Affrètement d un navire congélateur du Groupe PESCANOVA le «Combaroya IV». Captures débarquées en Espagne. Bilan des captures enregistrées sur l année 2006 : Quota Pêche (Rapport Interpêche) données en tonnes Flétan noir canadien Flétan noir OPANO Limande OPANO * Rouget OPANO Balai 15 Plie grise 1 Morue 10 Raie 3 Divers 3 TOTAL *dont 191 tonnes débarquées à SPM pour être traitées par Interpêche en «double congélation» Dans la pratique aucune autre société ne peut réaliser de tels affrètements Affrètement d un navire originaire des pays baltes pour pêcher le quota de crevettes Propêche Affrètement d un navire canadien pour exploiter les quotas de thonidés (CICTA). 25

26 Affrètement de navires adaptés pour pêcher les quotas lointains Ces affrètements donnent lieu à perception par les entreprises bénéficiaires de quotas, de «redevances» ou de «royalties». Interpêche : Source Rapport d Activité Interpêche données en Exercice 2005 Exercice 2006 Affrètement groupe PESCANOVA navire espagnol Affrètement hors groupe PESCANOVA navire balte TOTAL Propêche : 10% de la valeur des captures. (environ Euros) Il est à noter que ni l Etat ni la Collectivité ne bénéficie de retombée économique (les captures ne sont pas débarquées à SPM) ou financière. De fait l attribution de ces quotas sans contrepartie constitue une subvention indirecte de la part de l Etat à ces entreprises. 26

27 Pêche industrielle : Diagnostic Un armement métropolitain de pêche industrielle s est intéressé aux ressources de SPM. Il a réalisé une étude sur la faisabilité économique d une exploitation économique des quotas de l archipel. Cette étude considérait l exploitation totale de l ensemble des quotas disponibles. Elle concluait à une relative rentabilité économique pour un navire congélateur sur la période d exploitation mais également que l ensemble des ressources ne permettaient pas de rentabiliser le bateau sur l année longue. Par ailleurs, dans ce scénario, il n y avait aucune retombée économique pour SPM, aucune ressource n étant débarquée et traitée à SPM. Ce projet a été abandonné. La pêche industrielle ne constitue plus un enjeu. Elle a vécu à SPM. SPM ne possède pas de navires pouvant exploiter les quotas accessibles à la pêche industrielle. Le seul enjeu est la valorisation des quotas non exploitables à partir de SPM au travers des affrètements en sachant quel retour purement financier la Collectivité pourrait éventuellement recueillir. Le débarquement de limande à SPM en 2005/2006 ne sera sans doute pas renouvelé à cause d un problème de non rentabilité lié à la qualité du produit. 27

28 1 2 Ressources et quotas Outils de production - Pêche artisanale - Pêche industrielle - Aquaculture - Unités de transformation Coopération avec le Canada Aides publiques Scénarios de restructuration Préconisations 28

29 2 Outils de production : Aquaculture Coquille Saint Jacques à Miquelon Morue en Rade de Saint Pierre Moules à Miquelon NB : L aquaculture ne fait pas partie du cœur du présent audit car un autre audit de EDC commandité par l OFIMER, a été réalisé par la société GEM en

30 Élevage de coquilles Saint Jacques à Miquelon Il existe un stock sauvage ; pêche de 109 t en 2006/2007 (mais importance du stock?) Élevage initié en 1998 et repris par la société EDC en 2002 qui a obtenu la concession exclusive de la baie de Miquelon sur 500 ha. Le capital d EDC est passé à 2,7 Millions d en octobre EDC représente 35 emplois ce qui est très important pour Miquelon Double stratégie de production: - Importation du Canada de naissains puis grossissement en filières ; - Ensemencement de juvéniles (jeunes coquilles de 2 ans) produites sur place en filières, puis grossissement naturel sur le fond et capture après 3 années par la pêche artisanale Depuis 2006, achat sur financement de la Collectivité Territoriale, de 6 millions de juvéniles par an pour ensemencement local en baie de Miquelon, avec pour but de créer une activité pour les artisans pêcheurs de Miquelon Premières ventes en France de coquilles d élevage en 2006 (10 t de noix congelées) et prévues fin 2007 (10 t de noix fraîches de 24 g soit 130 t de coquilles brutes sous l appellation de «Royale de Miquelon» pour un chiffre d affaires d environ mais problème de prix trop élevé par rapport à la coquille de métropole et quelques difficultés à la Douane). Attention : Cette coquille est déclarée en origine «pêche» car SPM n a pas encore d agrément pour expédier des produits d élevage (cf. rapport des vétérinaires Européens) et la commercialisation n est pas encore maîtrisée. Un objectif atteignable serait une production de 100 t de noix à l horizon Le point mort de EDC serait d environ 110 t de noix Assistance technique de l Ifremer sur 3 ans depuis juillet 2007 (accompagnement scientifique, nature des fonds, courantologie, etc.) 30

31 Élevage de coquilles Saint Jacques à Miquelon : Diagnostic Prévision d origine de production beaucoup trop optimiste (2 000 t) ; informations techniques d origine erronées (ARDA) Changements fréquents de stratégie ; apprentissage très difficile faute d assistance technique et de bonnes données de base Priorité maintenant à l ensemencement Coûts très élevés depuis 2001 supportés par le promoteur et les Pouvoirs Publics Projet très dépendant du Canada pour les fournitures de naissains ; il risque de le rester encore pendant longtemps ; les coquilles produites à partir de naissains canadiens restent d origine canadienne ; une dérogation temporaire a été obtenue en juillet 2005 pour la commercialisation de produits finis (250 t de noix pendant 7 ans) mais elle n a pas encore été mise en pratique faute de production et en raison du prix actuel de la coquille Gros problème d agrément sanitaire pour l exportation vers l Europe ; il sera très difficile de l obtenir mais dans la stratégie ensemencement puis capture, on peut considérer que c est un produit de pêche Pour poursuivre le projet il faudra encore des fonds publics pendant plusieurs années Un risque important est que le promoteur ne puisse plus suivre financièrement Ce projet représente un magnifique espoir pour Miquelon avec des créations d emplois et se doit de réussir pour maintenir et développer l emploi ; mais à quel prix? 31

GUIDE CONSO-CITOYEN : LES ESPÈCES PROFONDES

GUIDE CONSO-CITOYEN : LES ESPÈCES PROFONDES GUIDE CONSO-CITOYEN : LES ESPÈCES PROFONDES CRIME EN EAUX PROFONDES LE MOBILE DU CRIME ET LE COMPLICE Parce qu on pêche trop, trop loin, trop profond, nos océans sont en train de mourir, tout spécialement

Plus en détail

Les aides régionales pour les ENTREPRISES

Les aides régionales pour les ENTREPRISES Les aides régionales pour les ENTREPRISES Regroupement Développement Financement Immobilier Embauche Conseil Difficulté Export Reprise Cession Création Accompagner l entreprise dans les différentes phases

Plus en détail

Recommandation M96-04 du Bureau (le 25 avril 1996)

Recommandation M96-04 du Bureau (le 25 avril 1996) RÉÉVALUATION DES RÉPONSES DE TRANSPORTS CANADA À LA RECOMMANDATION EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ MARITIME M96-04 NORMES DE CONSTRUCTION ET INSPECTION PAR TRANSPORTS CANADA Introduction Le 11 août 1993, le Tan

Plus en détail

LES ETAPES DE LA CREATION

LES ETAPES DE LA CREATION LES ETAPES DE LA CREATION LES ETAPES DE LA CREATION DE VOTRE ENTREPRISE L ELABORATION DU PROJET p. 13 A/ L étude commerciale p. 13 B/ L étude financière p. 18 C/ L étude juridique p. 27 LES FORMALITES

Plus en détail

Circulaire du directeur des contributions L.I.R. n 104/1 1 du 20 novembre 2014. L.I.R. n 104/1

Circulaire du directeur des contributions L.I.R. n 104/1 1 du 20 novembre 2014. L.I.R. n 104/1 Circulaire du directeur des contributions L.I.R. n 104/1 1 du 20 novembre 2014 L.I.R. n 104/1 Objet : Evaluation de certains avantages accordés par l employeur à ses salariés a) Mise à la disposition à

Plus en détail

RELEVÉ DES TRANSACTIONS ÉCONOMIQUES AVEC DES NON-RÉSIDENTS RTE

RELEVÉ DES TRANSACTIONS ÉCONOMIQUES AVEC DES NON-RÉSIDENTS RTE RELEVÉ DES S ÉCONOMIQUES AVEC DES NON-RÉSIDENTS RTE Nomenclature générale des codes de transactions à produire par les Déclarants Directs Généraux Pour application à compter du 1 er juillet 2012 15 décembre

Plus en détail

COMMISSION INTERNATIONALE POUR LA CONSERVATION DES THONIDES DE L ATLANTIQUE. GT sur les espèces. Sous-comité des statistiques

COMMISSION INTERNATIONALE POUR LA CONSERVATION DES THONIDES DE L ATLANTIQUE. GT sur les espèces. Sous-comité des statistiques CHAPITRE 1 : PERSPECTIVE GLOBALE 1. PERSPECTIVE GLOBALE 1.1 Qu est-ce que l ICCAT? Introduction AUTEUR : SECRÉTARIAT DERNIÈRE MISE À JOUR : 25 janv. 2006 Les thonidés et les autres grandes espèces de grands

Plus en détail

NOR: MERP9200054D. Version consolidée au 28 septembre 2011

NOR: MERP9200054D. Version consolidée au 28 septembre 2011 Le 28 septembre 2011 DECRET Décret n 93-33 du 8 janvier 1993 relatif au permis de mise en exploitation des navires de pêche pris pour l application de l article 3-1 du décret du 9 janvier 1852 modifié

Plus en détail

Archives nationales. Versement 20050568

Archives nationales. Versement 20050568 Versement 20050568 Ministère : agriculture et pêche Direction : pêches maritimes et de l aquaculture Sous-direction: pêches maritimes Bureau : entreprises et structures Sommaire : Comité Interministériel

Plus en détail

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1 ROYAUME-UNI Les dépenses de protection sociale au Royaume-Uni représentent 26,8% du PIB. Le système britannique est de logique beveridgienne. La principale réforme récente concerne le système de retraite

Plus en détail

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION DOSSIER RETRAITES: MAI 2003 SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION 1. LE SYSTEME DE RETRAITES PAR REPARTITION 1.1. INTRODUCTION Les régimes de retraites des travailleurs

Plus en détail

10 e budget Flaherty COMPTE RENDU D ÉLÉMENTS DIGNES DE MENTION POUR L INDUSTRIE TOURISTIQUE. Dépôt du budget fédéral 2014-2015

10 e budget Flaherty COMPTE RENDU D ÉLÉMENTS DIGNES DE MENTION POUR L INDUSTRIE TOURISTIQUE. Dépôt du budget fédéral 2014-2015 Volume 1. Numéro 10 12 février 2014 10 e budget Flaherty Dépôt du budget fédéral 2014-2015 COMPTE RENDU D ÉLÉMENTS DIGNES DE MENTION POUR L INDUSTRIE TOURISTIQUE Mardi, le ministre des Finances Jim Flaherty

Plus en détail

11 114 annexe 1. Appel à projets «Circuits alimentaires de proximité et de qualité» de la Région des Pays de la Loire

11 114 annexe 1. Appel à projets «Circuits alimentaires de proximité et de qualité» de la Région des Pays de la Loire Appel à projets «Circuits alimentaires de proximité et de qualité» de la Région des Pays de la Loire 1. Contexte et objectifs visés par l appel à projets Menée dans le cadre du Schéma Régional de l Economie

Plus en détail

Circulaire du directeur des contributions L.I.R. n 104/1 1 du 18 février 2009. L.I.R. n 104/1

Circulaire du directeur des contributions L.I.R. n 104/1 1 du 18 février 2009. L.I.R. n 104/1 Circulaire du directeur des contributions L.I.R. n 104/1 1 du 18 février 2009 L.I.R. n 104/1 Objet : Évaluation de certains avantages accordés par l employeur à ses salariés a) Mise à la disposition à

Plus en détail

DELIBERATION N 2012/CSJBS-14A

DELIBERATION N 2012/CSJBS-14A DELIBERATION N 2012/CSJBS-14A Portant création et fixant les conditions d'attribution de la licence de pêche COQUILLE St JACQUES - gisement BAIE DE SEINE - Le Comité Régional des Pêches et Cultures Marines

Plus en détail

Obtenir une aide pour financer un projet d immobilier d entreprise

Obtenir une aide pour financer un projet d immobilier d entreprise Obtenir une aide pour financer un projet d immobilier d entreprise Conseil général du Lot Tout savoir sur l aide Conditions d obtention? Cette mesure vise à accorder des aides sous forme de subvention

Plus en détail

> Pourquoi s assurer?

> Pourquoi s assurer? E 145 Centre de documentation et d information de l assurance Mai 2009 L assurance des pertes d exploitation Si la plupart des entreprises assurent leurs biens, encore trop peu d entre elles pensent à

Plus en détail

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances August 2014 ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances Résumé L Association canadienne de la construction (ACC) représente 20 000 entreprises membres

Plus en détail

Question Marie-Thérèse Weber-Gobet / Benoît Rey Crise du marché financier et incidences pour le canton de Fribourg

Question Marie-Thérèse Weber-Gobet / Benoît Rey Crise du marché financier et incidences pour le canton de Fribourg Question Marie-Thérèse Weber-Gobet / Benoît Rey Crise du marché financier et incidences pour le canton de Fribourg QA3169.08 Question La crise du marché financier, dont l origine se trouve aux Etats-Unis,

Plus en détail

INVENTAIRES NATIONAUX SERVICES DANS LE SECTEUR DE LA PÊCHE PAYS-BAS

INVENTAIRES NATIONAUX SERVICES DANS LE SECTEUR DE LA PÊCHE PAYS-BAS INVENTAIRES NATIONAUX SERVICES DANS LE SECTEUR DE LA PÊCHE PAYS-BAS Services fournis à tous les maillons de la chaîne de valeur X Reconversion (professionnelle) Promotion des exportations Installations

Plus en détail

EOLIEN EN MER : Projet de Saint Nazaire. 15 Novembre 2012. Instance de Suivi et de Concertation

EOLIEN EN MER : Projet de Saint Nazaire. 15 Novembre 2012. Instance de Suivi et de Concertation EOLIEN EN MER : Projet de Saint Nazaire 15 Novembre 2012 Instance de Suivi et de Concertation AGENDA A/ Les acteurs du consortium A/ Les acteurs du consortium B/ Le projet C/ Les études environnementales

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 5 F-16-01 N 136 du 27 JUILLET 2001 5 F.P. / 58 - F 114 INSTRUCTION DU 18 JUILLET 2001 TRAITEMENTS ET SALAIRES. ASSIETTE. REGIME D IMPOSITION DES

Plus en détail

HAGEN H. STEHR, A.O UN PIONNIER DE L AQUACULTURE

HAGEN H. STEHR, A.O UN PIONNIER DE L AQUACULTURE HAGEN H. STEHR, A.O UN PIONNIER DE L AQUACULTURE Hagen Stehr est un pionnier qui a enfin trouvé ce qu il a appelé «le Saint Graal» de l aquaculture. Grâce à son esprit visionnaire et à sa détermination,

Plus en détail

Kit produits garanties publiques. Direction des garanties publiques

Kit produits garanties publiques. Direction des garanties publiques Kit produits garanties publiques Direction des garanties publiques 09 04 2013 Les soutiens publics à l exportation Vos besoins / Notre offre Développer votre chiffre d affaires à l international sans craindre

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE Arrêté du 18 décembre 2006 établissant les modalités de gestion des différents régimes d autorisations définis par

Plus en détail

réforme fiscalité indirecte de la Avant-projet Avril 06 1/14

réforme fiscalité indirecte de la Avant-projet Avril 06 1/14 réforme La fiscalité de la indirecte Avant-projet Avril 06 1/14 LA RÉFORME DE LA FISCALITÉ INDIRECTE I. UNE FISCALITÉ INDIRECTE A BOUT DE SOUFFLE 1.1. Le constat : une fiscalité archaïque et inadaptée

Plus en détail

Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie

Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie Les pouvoirs publics ont attiré notre attention sur les enjeux de la transmission des entreprises, plus de 100

Plus en détail

Initiation à la Comptabilité

Initiation à la Comptabilité Bertrand LEMAIRE http://www.bertrandlemaire.com Initiation à la Comptabilité Document sous licence Creative Commons L auteur autorise l impression et l utilisation gratuites de ce document dans un cadre

Plus en détail

12-03 BFT. I ère Partie Dispositions générales

12-03 BFT. I ère Partie Dispositions générales 12-03 BFT RECOMMANDATION DE L ICCAT POUR AMENDER LA RECOMMANDATION DE L ICCAT VISANT À L ÉTABLISSEMENT D UN PROGRAMME PLURIANNUEL DE RÉTABLISSEMENT POUR LE THON ROUGE DE L ATLANTIQUE EST ET DE LA MÉDITERRANÉE

Plus en détail

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Vu l article 52 de la loi n 93-1313 du 20 décembre 1993 relative au travail, à

Plus en détail

POKER II. Une campagne de prospection et d évaluation des ressources halieutiques pour soutenir l avenir de la pêche australe

POKER II. Une campagne de prospection et d évaluation des ressources halieutiques pour soutenir l avenir de la pêche australe DOSSIER DE PRESSE JUIN 2010 POKER II Une campagne de prospection et d évaluation des ressources halieutiques pour soutenir l avenir de la pêche australe Paul Tixier La pêche australe : un modèle de gestion

Plus en détail

Réunion d information du samedi 13 juin 2015 à Etretat

Réunion d information du samedi 13 juin 2015 à Etretat Projet de parc éolien en mer de Fécamp Réunion d information du samedi 13 juin 2015 à Etretat ************************* OUVERTURE DE LA REUNION Plus d une vingtaine de personnes étaient réunies le samedi

Plus en détail

REFERENTIEL AVICOLE ILE DE LA REUNION

REFERENTIEL AVICOLE ILE DE LA REUNION REFERENTIEL AVICOLE ILE DE LA REUNION Réseau de fermes de Références Conjoncture 2011 Sous l égide de l ODEADOM, du Ministère de l Agriculture et de l Outre-mer, le projet «Réseaux de Références» a été

Plus en détail

11. Déduction du montant de l ISF des investissements dans les PME jusqu à 50.000 euros

11. Déduction du montant de l ISF des investissements dans les PME jusqu à 50.000 euros Lettre d'information - Mai - Juin 2007 MESURES FISCALES ANNONCÉES PAR LE NOUVEAU GOURVERNEMENT Sous réserve que ces mesures soient votées par le Parlement, certaines de ces mesures seraient applicables

Plus en détail

ALLOCATIONS CHOMAGE. Effet au 01/07/2014

ALLOCATIONS CHOMAGE. Effet au 01/07/2014 Questions sociales Note d information n 14-15 du 6 août 2014 ALLOCATIONS CHOMAGE Effet au 01/07/2014 Références Arrêté du 25 juin 2014 portant agrément de la convention du 14 mai 2014 relative à l indemnisation

Plus en détail

www.droit-afrique.com concessionnaire, le permissionnaire ou l amodiataire déclare avoir produites au cours du mois précédent.

www.droit-afrique.com concessionnaire, le permissionnaire ou l amodiataire déclare avoir produites au cours du mois précédent. concessionnaire, le permissionnaire ou l amodiataire déclare avoir produites au cours du mois précédent. Pour permettre l établissement des états de liquidation, une déclaration signée, affirmée sincère

Plus en détail

REFERENTIEL AVICOLE ILE DE LA REUNION

REFERENTIEL AVICOLE ILE DE LA REUNION REFERENTIEL AVICOLE ILE DE LA REUNION Réseau de fermes de Références Conjonctures 2012-2013 Sous l égide de l ODEADOM, du Ministère de l Agriculture et de l Outre-mer, le projet «Réseaux de Références»

Plus en détail

MIEUX COMPRENDRE LES ESPÈCES MIEUX CONNAÎTRE LES STOCKS DE RAIES

MIEUX COMPRENDRE LES ESPÈCES MIEUX CONNAÎTRE LES STOCKS DE RAIES MIEUX COMPRENDRE LES ESPÈCES MIEUX CONNAÎTRE LES STOCKS DE RAIES CRPMEN BN ESPÈCES CONCERNÉES ZONES DE PÊCHE DES BATEAUX FRANÇAIS RAIES Raja spp. Mer du Nord & Manche Mer Celtique Golfe de Gascogne CHIFFRE-CLÉ

Plus en détail

LA LOI GIRARDIN POUR LES PARTICULIERS

LA LOI GIRARDIN POUR LES PARTICULIERS LA LOI GIRARDIN POUR LES PARTICULIERS (Article 199 undecies A et B du CGI) D un placement sécurisé à forte rentabilité...... à un investissement patrimonial très avantageux - 1 - La LODEOM (Loi pour le

Plus en détail

LA FONDATION: MISSION ET VISION

LA FONDATION: MISSION ET VISION Premier symposium régional sur la pêche artisanale en Méditerranée et en mer Noire Gestion durable de la pêche artisanale: Actions menées par la Fondation Mohammed VI pour la Protection de l'environnement

Plus en détail

SWISS limite les pertes à 200 millions de CHF au premier trimestre

SWISS limite les pertes à 200 millions de CHF au premier trimestre Communiqué de presse 27 mai 2003 SWISS limite les pertes à 200 millions de CHF au premier trimestre La compagnie aérienne SWISS a réalisé un chiffre d affaires de 1 044 milliards de francs suisses au cours

Plus en détail

Association canadienne de la construction. Mémoire prébudgétaire 2015

Association canadienne de la construction. Mémoire prébudgétaire 2015 Association canadienne de la construction Mémoire prébudgétaire 2015 Synopsis L Association canadienne de la construction (ACC) représente 20 000 entreprises de construction non résidentielle au Canada.

Plus en détail

Projet de création / reprise d entreprises

Projet de création / reprise d entreprises Projet de création / reprise d entreprises Repère méthodologique pour élaborer votre plan d affaires Cet outil est destiné à vous aider dans l élaboration de votre plan d affaires. Il est scindé en 2 parties

Plus en détail

COMMENT OPTIMISER SA GESTION DE DEVISES?

COMMENT OPTIMISER SA GESTION DE DEVISES? Dossier spécial Après une reprise observée en 2012 et 2013 (de l ordre de 2 et 2,5 %), l Organisation Mondiale du Commerce prévoit une croissance du commerce international de l ordre de 4 à 4,5 % en 2014.

Plus en détail

Commission départementale de financement de l économie C.D.F.E

Commission départementale de financement de l économie C.D.F.E Commission départementale de financement de l économie C.D.F.E Préfecture de Vaucluse 6 février 2015 L ordre du jour Eléments de la conjoncture PACA Analyse de la situation économique en Vaucluse Présentation

Plus en détail

PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES

PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Jacques Villeneuve, c.a. Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications

Plus en détail

DEMANDE D INTERVENTION DE LA SNCI EN FAVEUR D UN PROJET DE CREATION / REPRISE D UNE ENTREPRISE

DEMANDE D INTERVENTION DE LA SNCI EN FAVEUR D UN PROJET DE CREATION / REPRISE D UNE ENTREPRISE DEMANDE D INTERVENTION DE LA SNCI EN FAVEUR D UN PROJET DE CREATION / REPRISE D UNE ENTREPRISE 1 INFORMATIONS RELATIVES A L ENTREPRISE REQUERANTE IDENTIFICATION DE L ENTREPRISE Raison sociale Adresse Activité

Plus en détail

AUDITION SUR LE CIR : LA REFORME PROFITE-T-ELLE AUX PME?

AUDITION SUR LE CIR : LA REFORME PROFITE-T-ELLE AUX PME? AUDITION SUR LE CIR : LA REFORME PROFITE-T-ELLE AUX PME? Propositions de la CGPME Introduction : Nombre d adhérents à votre organisation : Avant propos : Compte tenu du niveau d information qui peut être

Plus en détail

MONITORING DE LA COMPÉTITIVITÉ DU TRANSPORT AÉRIEN SUISSE

MONITORING DE LA COMPÉTITIVITÉ DU TRANSPORT AÉRIEN SUISSE MONITORING DE LA COMPÉTITIVITÉ DU TRANSPORT AÉRIEN SUISSE 2015 Résumé Le niveau et la dynamique de développement du transport aérien suisse sont analysés et évalués dans le cadre d un vaste monitoring

Plus en détail

Kit produits «Garanties Publiques» Direction des Garanties Publiques

Kit produits «Garanties Publiques» Direction des Garanties Publiques Kit produits «Garanties Publiques» 03 02 2011 Direction des Garanties Publiques Les soutiens publics à l exportation + nouveaux visuels 2 Vos besoins / Notre offre Développer votre chiffre d affaires à

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

RENCONTRE TRIPARTITE DU 18 FEVRIER 2009 : 30 MESURES URGENTES POUR FAIRE FACE A LA CRISE

RENCONTRE TRIPARTITE DU 18 FEVRIER 2009 : 30 MESURES URGENTES POUR FAIRE FACE A LA CRISE RENCONTRE TRIPARTITE DU 18 FEVRIER 2009 : 30 MESURES URGENTES POUR FAIRE FACE A LA CRISE La CFTC demande l organisation d un marathon social. Il s agira d élaborer une liste lors de cette réunion du 18

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2011/31 Note commune N 22/ 2011

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2011/31 Note commune N 22/ 2011 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs N 2011/35/09 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 2011/31 Note commune N 22/ 2011 OBJET : Régime fiscal des sociétés

Plus en détail

LE PLAN DE CESSION LE CAS DE LA SOCIÉTÉ TRANSPORTS

LE PLAN DE CESSION LE CAS DE LA SOCIÉTÉ TRANSPORTS LE PLAN DE CESSION LE CAS DE LA SOCIÉTÉ TRANSPORTS Le cas pratique suivant est un cas anonymis,é reprenant les principales problématiques liées à une offre de reprise. Il prend pour exemple une PME de

Plus en détail

Règlement d attribution de PM up

Règlement d attribution de PM up Règlement d attribution de PM up Le Conseil régional d Ile-de-France a mis en place le programme PM up pour soutenir le développement des petites et moyennes entreprises à fort potentiel de croissance

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

Projet de commercialisation du homard sur de nouveaux marchés. Une démarche initiée par le milieu pour faire face à la crise

Projet de commercialisation du homard sur de nouveaux marchés. Une démarche initiée par le milieu pour faire face à la crise Projet de commercialisation du homard sur de nouveaux marchés Une démarche initiée par le milieu pour faire face à la crise Un mot sur notre orpex : GIMXPORT Une équipe dynamique, présente dans le milieu

Plus en détail

Vous conseiller pour les démarches clés

Vous conseiller pour les démarches clés Vous conseiller pour les démarches clés Les principales formalités DANS LES 48 H DANS LA SEMAINE DANS LE MOIS DANS LES 6 MOIS Faire la déclaration de décès au service de l Etat Civil de la mairie pour

Plus en détail

1. Fonds propres, provisions et impôts différés, dettes à plus d un an

1. Fonds propres, provisions et impôts différés, dettes à plus d un an Plan Comptable Minimum Normalisé (PCMN) des services résidentiels, d accueil de jour et de placement familial pour personnes handicapées Mise à jour au 01.01.2002 1. Fonds propres, provisions et impôts

Plus en détail

Thème E Etablir un diagnostic stratégique Le diagnostic externe Analyse de l environnement de l entreprise

Thème E Etablir un diagnostic stratégique Le diagnostic externe Analyse de l environnement de l entreprise Thème E Etablir un diagnostic stratégique Le diagnostic externe Analyse de l environnement de l entreprise On ne peut concevoir l entreprise comme une entité isolée du milieu dans lequel elle agit. L entreprise

Plus en détail

Le PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS détaillé

Le PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS détaillé Loi1901.com présente : Le PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS détaillé (Prenant en compte les nouvelles dispositions du règlement N 99-01 du 16 février 1999 relatif aux modalités d établissement des comptes

Plus en détail

Négociation assurance-chômage

Négociation assurance-chômage Négociation assurance-chômage Proposition de document-cadre pour l accord national interprofessionnel relatif à l indemnisation du chômage 1 Eléments synthétiques de diagnostic Créé et géré par les partenaires

Plus en détail

CIRCULAIRE DPMA/SDRH/C2010-9610 Date: 15 avril 2010

CIRCULAIRE DPMA/SDRH/C2010-9610 Date: 15 avril 2010 MINISTERE DE L ALIMENTATION, DE L AGRICULTURE ET DE LA PECHE Direction des pêches maritimes et de l aquaculture Sous-direction des ressources halieutiques Bureau de gestion de la ressource Adresse : 3,

Plus en détail

ICCAT Newsletter No.08

ICCAT Newsletter No.08 ICCAT Newsletter No.08 Septembre 2008 MESSAGE DU SECRÉTAIRE EXÉCUTIF DE L ICCAT Le Secrétariat de l ICCAT a le plaisir de présenter à ses lecteurs le 8 ème numéro du Bulletin d information, pour les tenir

Plus en détail

APRÈS ART. 20 N 300 ASSEMBLÉE NATIONALE 27 novembre 2014 PLFR POUR 2014 - (N 2353) AMENDEMENT. présenté par M. Dufau et Mme Pires Beaune ----------

APRÈS ART. 20 N 300 ASSEMBLÉE NATIONALE 27 novembre 2014 PLFR POUR 2014 - (N 2353) AMENDEMENT. présenté par M. Dufau et Mme Pires Beaune ---------- ASSEMBLÉE NATIONALE 27 novembre 2014 PLFR POUR 2014 - (N 2353) Commission Gouvernement Adopté AMENDEMENT N o 300 présenté par M. Dufau et Mme Pires Beaune ---------- ARTICLE ADDITIONNEL APRÈS L'ARTICLE

Plus en détail

OUTILS DE SOLUTIONS D AFFAIRES

OUTILS DE SOLUTIONS D AFFAIRES OUTILS DE SOLUTIONS D AFFAIRES SUPPORT@EZQ.CA EZQ.CA GUIDE D UTILISATEUR EZQ V4.01 2004-2014 Sg Conseils inc.- Tous droits réservés. TABLE DES MATIÈRES TABLE DES MATIÈRES... 2 TRUCS À UTILISER LORS DE

Plus en détail

LE BRUIT A BORD DES NAVIRES DE PECHE

LE BRUIT A BORD DES NAVIRES DE PECHE LE BRUIT A BORD DES NAVIRES DE PECHE SOMMAIRE ENJEUX EN MATIERE DE PREVENTION ETAT DES LIEUX : ENSEIGNEMENTS DE L ETUDE «ERGOSPACE» EVOLUTION REGLEMENTAIRE EXEMPLE DANOIS ACTIONS ENGAGEES ENJEUX - 1 Le

Plus en détail

RESOLUTION DU CONSEIL GENERAL DE LA VENDEE RELATIVE AU PROJET «EOLIEN OFFSHORE DES DEUX ILES» ADOPTÉE LE 22 AVRIL 2011

RESOLUTION DU CONSEIL GENERAL DE LA VENDEE RELATIVE AU PROJET «EOLIEN OFFSHORE DES DEUX ILES» ADOPTÉE LE 22 AVRIL 2011 RESOLUTION DU CONSEIL GENERAL DE LA VENDEE RELATIVE AU PROJET «EOLIEN OFFSHORE DES DEUX ILES» ADOPTÉE LE 22 AVRIL 2011 I- Un programme éolien offshore de 6 000 MW d ici 2020 Le Grenelle de l environnement

Plus en détail

GROUPE CASINO. L INTEGRATION DU DEVELOPPEMENT DURABLE DANS LE CHOIX DES PRODUITS. Claudine QUENTEL et Philippe IMBERT.02.07.

GROUPE CASINO. L INTEGRATION DU DEVELOPPEMENT DURABLE DANS LE CHOIX DES PRODUITS. Claudine QUENTEL et Philippe IMBERT.02.07. GROUPE CASINO. L INTEGRATION DU DEVELOPPEMENT DURABLE DANS LE CHOIX DES PRODUITS Claudine QUENTEL et Philippe IMBERT.02.07.2007/Uniagro Sommaire ORGANISATION DU GROUPE CASINO LES PRODUITS «TERRE ET SAVEUR»

Plus en détail

NORME IAS 20 LES SUBVENTIONS PUBLIQUES

NORME IAS 20 LES SUBVENTIONS PUBLIQUES NORME IAS 20 LES SUBVENTIONS PUBLIQUES UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 20 : LES SUBVENTIONS PUBLIQUES...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit

Plus en détail

Les Garanties Publiques au service du développement international des Entreprises

Les Garanties Publiques au service du développement international des Entreprises COFACE Les Garanties Publiques au service du développement international des Entreprises Corinne MARTINEZ GUADELOUPE EXPORT 19 et 20 novembre 2009 L offre de produits gérés par Coface pour le compte de

Plus en détail

LIVRET D ÉPARGNE SALARIALE

LIVRET D ÉPARGNE SALARIALE LIVRET D ÉPARGNE SALARIALE Tout ce que vous devez savoir sur les dispositifs d épargne salariale 2 - Tout ce que vous devez savoir sur les dispositifs d épargne salariale Sommaire Les dispositifs de participation

Plus en détail

APPEL A PROJETS R&D 2015

APPEL A PROJETS R&D 2015 APPEL A PROJETS R&D 2015 CONTEXTE ET PRESENTATION L agrément de l éco organisme Eco TLC a été renouvelé pour six ans par l arrêté ministériel des ministères de l écologie et du redressement productif du

Plus en détail

PARTENARIAT DU DÉPARTEMENT DES VOSGES AVEC LES ENTREPRISES

PARTENARIAT DU DÉPARTEMENT DES VOSGES AVEC LES ENTREPRISES PARTENARIAT DU DÉPARTEMENT DES VOSGES AVEC LES ENTREPRISES Avec les entreprises, le Conseil Général fait bouger les Vosges! Création Développement Reprise d entreprise CONSEIL GENERAL DES VOSGES 1 8 rue

Plus en détail

Rapport pour la commission permanente du conseil régional <%moiscx%>

Rapport pour la commission permanente du conseil régional <%moiscx%> Rapport pour la commission permanente du conseil régional Présenté par Jean-Paul Huchon Président du conseil régional d'ile-de-france LA POLITIQUE REGIONALE POUR LES PERSONNES EN SITUION DE

Plus en détail

et de solidarité Châteauroux Jeudi 26 juin 2014

et de solidarité Châteauroux Jeudi 26 juin 2014 Pacte de responsabilité et de solidarité Châteauroux Jeudi 26 juin 2014 1 Une volonté gouvernementale réaffirmée é «Quevontfaireleschefsd entreprise de ce soutien qui n est pas une mesure ponctuelle mais

Plus en détail

Monia Amami Franck Brulhart Raymond Gambini Pierre-Xavier Meschi

Monia Amami Franck Brulhart Raymond Gambini Pierre-Xavier Meschi Version 4.7 Simulation d Entreprise «Artemis» Monia Amami Franck Brulhart Raymond Gambini Pierre-Xavier Meschi p. 1 1. Objectifs et Contexte Général L objectif de la simulation d entreprise «Artemis» est

Plus en détail

INVESTIR AU TCHAD. Le Tchad est un pays d agriculture et d élevage, un pays dont le peuple est laborieux, un pays dont le sous sol est promoteur.

INVESTIR AU TCHAD. Le Tchad est un pays d agriculture et d élevage, un pays dont le peuple est laborieux, un pays dont le sous sol est promoteur. INVESTIR AU TCHAD POURQUOI INVESTIR AU TCHAD Des Potentialités Economiques Enormes Un Environnement Politique et Economique Favorable Une Activité Economique Réglementée Un Cadre Indicatif Favorable. DES

Plus en détail

Note expresse N 62 Novembre 2009

Note expresse N 62 Novembre 2009 Note expresse N 62 Novembre 29 L habitat à Saint-Pierre-et-Miquelon L habitat prédominant de l archipel est constitué de maisons individuelles d une surface moyenne relativement élevée par rapport à la

Plus en détail

- Dispositifs de défiscalisation des investissements outre-mer

- Dispositifs de défiscalisation des investissements outre-mer - Dispositifs de défiscalisation des investissements outre-mer L article 21 de la loi de finances pour 2014 réforme le régime de défiscalisation des investissements outre-mer des entreprises. Les conditions

Plus en détail

Guide de déclaration

Guide de déclaration Enquête unifiée auprès des entreprises Enquête annuelle de 2012 auprès des sièges sociaux If you would prefer receiving this document in English, please call us toll-free at: 1-800-972-9692 Guide de déclaration

Plus en détail

B - La lecture du bilan

B - La lecture du bilan 8.2 La lecture des comptes annuels B - La lecture du bilan Référence Internet Saisissez la «Référence Internet» dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr pour accéder à ce chapitre actualisé

Plus en détail

www.formationpoissonnier.fr Association de Formation des Poissonniers de France SIRET : 507 700 664 00026 - APE : 8559A N déclaration d activité :

www.formationpoissonnier.fr Association de Formation des Poissonniers de France SIRET : 507 700 664 00026 - APE : 8559A N déclaration d activité : www.formationpoissonnier.fr Association de Formation des Poissonniers de France SIRET : 507 700 664 00026 - APE : 8559A N déclaration d activité : 53220837422 Tél : 02.96.50.50.85 Fax : 02.96.50.50.86

Plus en détail

Le PSLA (Prêt Social Locatif Accession) est un dispositif d accession sociale à la propriété.

Le PSLA (Prêt Social Locatif Accession) est un dispositif d accession sociale à la propriété. LE PSLA Le PSLA (Prêt Social Locatif Accession) est un dispositif d accession sociale à la propriété. Le processus d accession se déroule en deux phases : Une phase locative qui dure de 6 mois à 2 ans

Plus en détail

Comité du programme et budget

Comité du programme et budget F WO/PBC/19/23 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 20 JUIN 2012 Comité du programme et budget Dix-neuvième session Genève, 10 14 septembre 2012 FINANCEMENT À LONG TERME DE L ASSURANCE-MALADIE APRÈS CESSATION DE

Plus en détail

Plan de soutien à l élevage français

Plan de soutien à l élevage français Plan de soutien à l élevage français MEMENTO Entreprises fragilisées dans le secteur agricole : quels outils pour quelles problématiques? Ce mémento récapitule de façon synthétique les outils existants

Plus en détail

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------- Le Conseil des Ministres PLAN COMPTABLE DES COLLECTIVITES TERRITORIALES T - UEMOA - I - PRESENTATION DU PLAN COMPTABLE I.1 - Les classes

Plus en détail

8 juillet 2015. Débat Public Projet de parc éolien en mer. Dieppe - Le Tréport. Présentation du projet Criel-sur-Mer

8 juillet 2015. Débat Public Projet de parc éolien en mer. Dieppe - Le Tréport. Présentation du projet Criel-sur-Mer 8 juillet 2015 Débat Public Projet de parc éolien en mer Dieppe - Le Tréport Présentation du projet Criel-sur-Mer Présentation du projet 2 Le cadre et les objectifs du projet Participer à la transition

Plus en détail

MESURES INCITATIVES À L INVESTISSEMENT 1

MESURES INCITATIVES À L INVESTISSEMENT 1 1/9 1. Fonds de promotion de l investissement «FPI» 2 Investissement égal ou supérieur à 200 Millions Dh Création d au moins 250 emplois stables Installation dans une des provinces ou préfectures «prioritaires»

Plus en détail

SNCF RFF : Décryptage en Français

SNCF RFF : Décryptage en Français SNCF RFF : Décryptage en Français Quel entrepreneur, autre que suicidaire serait capable d endetter une économie nationale entière. Tout en reconnaissant que sa productivité est inférieure au marché de

Plus en détail

FONDATION COMMUNAUTAIRE D OTTAWA POLITIQUE

FONDATION COMMUNAUTAIRE D OTTAWA POLITIQUE FONDATION COMMUNAUTAIRE D OTTAWA POLITIQUE POLITIQUE : PLACEMENT La Fondation communautaire d Ottawa (FCO) est une fondation publique établie dans le but de subventionner un vaste éventail d activités

Plus en détail

«THON ROUGE de ligne, Pêche artisanale»

«THON ROUGE de ligne, Pêche artisanale» «THON ROUGE de ligne, Pêche artisanale» 1 PREAMBULE L Association pour la Valorisation des Produits de la Pêche en Méditerranée - VALPEM, est une association loi 1901 déposée en Préfecture de l Hérault

Plus en détail

Le ministre du budget, des comptes publics, de la fonction publique et de la réforme de l Etat, porte-parole du Gouvernement,

Le ministre du budget, des comptes publics, de la fonction publique et de la réforme de l Etat, porte-parole du Gouvernement, Ministère de l emploi, du travail et de la santé Ministère du budget, des comptes publics, de la fonction publique et de la réforme de l Etat Ministère de l agriculture, de l alimentation, de la pêche,

Plus en détail

Que cache votre boîte de thon? Classement des marques sur le marché français

Que cache votre boîte de thon? Classement des marques sur le marché français Que cache votre boîte de thon? Classement des marques sur le marché français Méthode Greenpeace a interrogé les 10 premières marques de thon en boîte sur leur chaîne d approvisionnement afin d en évaluer

Plus en détail

Dossier retraite. Profil 1B. Année de naissance. Profil 1A

Dossier retraite. Profil 1B. Année de naissance. Profil 1A Dossier retraite Mise à jour : 10/03/2014 Vos ressources De quelles ressources disposerez-vous lors de votre départ en retraite? Elles sont de 5 natures : - La retraite sécurité sociale dite retraite de

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : «L ANALYSE FINANCIERE» I LES DEFINITIONS :... 2. A/ Le fonds de roulement... 2. 1- Définition du fonds de roulement (FdR) :...

FICHE TECHNIQUE : «L ANALYSE FINANCIERE» I LES DEFINITIONS :... 2. A/ Le fonds de roulement... 2. 1- Définition du fonds de roulement (FdR) :... FICHE TECHNIQUE : «L ANALYSE FINANCIERE» Sommaire I LES DEFINITIONS :... 2 A/ Le fonds de roulement... 2 1- Définition du fonds de roulement (FdR) :... 2 2 - La composition du fonds de roulement... 3 B/

Plus en détail

«L INVESTISSEMENT EN ALGÉRIE»

«L INVESTISSEMENT EN ALGÉRIE» Ministère de l Industrie de la PME et de la de la Promotion des Investissements Communication «L INVESTISSEMENT EN ALGÉRIE» Présentée par: Mr A.C. BOUDIA Madrid, Octobre 2012 Une importante position Géo-Stratégique

Plus en détail

«Les financements exports» ou comment en bénéficier, comment s y retrouver?

«Les financements exports» ou comment en bénéficier, comment s y retrouver? «Les financements exports» ou comment en bénéficier, comment s y retrouver? Mme BLEYER et M. LEMESRE (Banque Populaire) M. BREHIER (Oséo) M. BRUN (Coface) M. HAM (DIRRECTE) Sommaire 1. Je m informe Grâce

Plus en détail

Guide d établissement des budgets des propositions soumises aux appels à projets de

Guide d établissement des budgets des propositions soumises aux appels à projets de Guide d établissement des budgets des propositions soumises aux appels à projets de l ANR 1. INTRODUCTION...3 2. PRINCIPES GENERAUX...4 2.1. Assiette et taux de l aide... 4 2.2. TVA... 5 2.3. Règles spécifiques

Plus en détail