Audit de la filière halieutique de Saint Pierre et Miquelon

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Audit de la filière halieutique de Saint Pierre et Miquelon"

Transcription

1 CONFIDENTIEL Audit de la filière halieutique de Saint Pierre et Miquelon Réalisé par COFREPECHE - 31 octobre

2 Préliminaires Commanditaire de l audit : OFIMER Durée de l audit : du 10 septembre au 31 octobre 2007 Mission à SPM et Terre Neuve: du 12 au 22 septembre 2007 Mission à Vigo (Espagne) pour rencontrer PESCANOVA: 3 octobre2007 Auteurs: Régis TOUSSAINT; Jean Pierre SILVA 2

3 Avertissement Cet audit est destiné à des personnes qui connaissent déjà bien le secteur de la pêche et de l aquaculture (filière halieutique) et la situation de Saint Pierre et Miquelon (SPM par la suite) La situation actuelle est déjà bien décrite dans les documents existants : IEDOM, Diagnostic du Territoire, Rapports du Service des Affaires Maritimes, rapport Ferlin de 2005, etc. L audit s attachera essentiellement à dresser un diagnostic rapide, partagé par la quasitotalité des personnes rencontrées et surtout, à présenter des scénarios de restructuration puis des préconisations. Ces dernières n engagent que leurs auteurs. Cet audit intervient à 2 mois d une échéance importante et très symbolique pour l archipel et sa filière halieutique : convention Etat-Interpêche. Aussi, les esprits sont inquiets. Reconduction ou pas reconduction? Avant même la remise du présent rapport, la tendance de certains est de le mettre de côté comme de nombreux autres rapports. C est dire le niveau de tension qui existe. On ne peut que regretter le manque de recul par rapport à cette échéance. 3

4 1977: création d une ZEE par le canada; la France en fait de même autour de SPM 1992: Décision du Tribunal arbitral de New York qui réduit considérablement la ZEE française à une étroite bande d océan au sud de l archipel 1992: moratoire déclaré par le Canada interdisant toute pêche à la morue dans la région pour une période minimum de 5 ans; le secteur de la pêche à la morue de l archipel est anéanti 1994: accord bilatéral franco-canadien Rappel historique Depuis 1995: mise en place de mesures économiques et sociales 1997: reprise prudente de la pêche à la morue dans un cadre très restreint avec fixation de TAC et de quotas. Cette reprise avec des aides publiques, concerne la pêche artisanale avec l arrivée de 9 nouvelles unités entre 1997 et 2002 soit 60% de la flottille actuelle 2007: reconduction de l accord franco-canadien pour une durée de 5 ans Conséquence: Depuis 1992 une véritable guerre de la morue (symbole fort pour l archipel) est engagée. Les séquelles sont encore présentes dans l économie locale comme dans les esprits. Les «dommages de guerre» se payent sous la forme de subventions publiques récurrentes. «C est la faute de l État, que l État paye». 4

5 1 2 Ressources et quotas Outils de production - Pêche artisanale - Pêche industrielle - Aquaculture - Unités de transformation Coopération avec le Canada Aides publiques Scénarios de restructuration Préconisations 5

6 1 Ressources et quotas Ressources halieutiques 24 quotas de proximité et hauturiers attribués à SPM Localisation des quotas et accessibilité aux différents navires Potentiel de valeur économique théorique des quotas Diagnostic 6

7 Ressources halieutiques Ressources côtières accessibles aux navires de pêche artisanale de SPM (ZEE de SPM et zones proches notamment le secteur 3PS sous juridiction canadienne): morue, coquille, crabe, homard, lombe, bulots, requin, raie, myxine, concombre de mer etc. Ces ressources sont fragiles, mal connues mais de valeur élevée. Ressources lointaines dans la ZEE canadienne et les eaux internationales et obtenues dans le cadre de l accord franco-canadien de 1994 et dans celui de l OPANO et de l ICCAT. Ces ressources ne sont pas accessibles aux navires actuellement basés à SPM qui ne dispose plus de navires industriels si ce n est pas affrètement de navires étrangers. Elles donnent lieu à des cessions et à des échanges avec des opérateurs qui ont les moyens de les exploiter (sous-traitance). Ces ressources restent très fragiles et d un accès aléatoire. Morue Crabe des neiges Bulot Plie 7

8 Espèces Accessible par la pêche artisanale Source : Affaires Maritimes Tableau droits de pêche de Saint Pierre et Miquelon Tonnage Zone Tonnage Zone Tonnage Zone Tonnage Zone Tonnage Zone Morue PI : 1419 t 3PS 182 t 4RS & 3 PN Gadus morhua PA : 609 t 3PS 52 t 4T & 4 Vn Sébaste 306 t 3PS 900 t 3O 69 t 3M Sebastes marinus 520 t* 2, 1F & 3K Plie canadienne Hippoglossoides platessoides Plie grise Glyptocephalus cynoglossus Pétoncle d Islande Placopecten magellanicus Flétan du Groenland Reinhardus hippoglossoides Merlu argenté 150 t 4V, 4W & 4X M erluccius billinearis 150 t 4V, 4W & 4X Encornet Illex Grenadier Coryphaenoides rupestris & M acrourus berglax Limande à queue jaune Limanda ferruginea Crevettes 100 jours 3M Pandalus 245 t 3L Raie Raja senta Merluche blanche Urophycis tenuis Crabe des neiges Chionoecetes opilio Germon Thunnus alalunga Thon rouge Thunnus thynnus Espadon Xiphias gladius Thon obèse Thunnus obesus 24 quotas attribués à SPM (saison ) Quotas relatifs à l accord franco-canadien Pas de pêche dirigée 73,45 t 1155 t 3PS 3PS 3PS Quotas des autres zones canadiennes Quotas de l OPANO 124 t t 3L, 3M, 3N & 3O 442 t Pas de pêche dirigée Pêche industrielle canadienne (Cap Fortune) approvisionnement Interpêche Pêche industrielle affrètement d un navire espagnol par Interpêche - Cambaroya Pêche industrielle affrètement d un navire estonien par Interpêche Taurus en 2006 Pêche industrielle affrètement d un navire canadien par Propêche (Nouvelles Pêcheries) 3 & 4 O 453 t 3 & t 3L, 3N & 3O 500 t* 3L, 3N & 3O 500 t* 3N & 3O Quotas sous seule gestion française Quotas ICCAT * Quotas ouverts à d autres pays PI : pêche industrielle PA = pêche artisanale Le quota de thon obèse est alloué depuis 2004 Échange de quotas avec le Canada : sébaste contre crabe des neiges (Nouvelles Pêcheries) ou morue contre morue (Interpêche) 286 t ZEE 200 t 4 t 60 t Atlantique Nord Atlantique Ouest Atlantique Nord 500 t NC Quotas non exploités Quotas largement sous-exploités par la pêche artisanale 8

9 Localisation des quotas 2007/2008 attribués à SPM Quotas de l OPANO et des autres zones canadiennes Zone accessible par les bateaux de cat. 2 Zone accessible par les bateaux de cat. 3 SPM Morue : t Sébaste : * t Flétan du Groenland : t Merlu argenté : 300 t Encornet : t Limande à queue jaune : 310 t Raie : 500* t Merluche blanche : 500* t Crevettes : 100 jours t quotas OPANO quotas autres zones canadiennes SPM Quotas de l ICCAT (thonidés) : Atlantique Nord et Ouest Quotas relatifs à l accord franco-canadien - Zone du 3PS Morue : 2028 t Sébaste : 306 t Plie grise : t Pétoncle d Islande : 1155 t Quotas sous seule gestion française : ZEE Crabe des neiges : 180 t 9

10 Espèces Morue Sous quota Valeur Zone Valeur Zone Valeur Zone Valeur Valeur Zone Valeur Zone Valeur % PS RS & 3 PN PS T & 4 Vn M , 1F & 3K Plie canadienne 0 3PS 0 0,0 Plie grise PS ,4 Pétoncle d Islande PS ,3 Flétan du Groenland L, 3M, 3N & 3O ,0 Merlu argenté V, 4W & 4X V, 4W & 4X Encornet & & ,2 Grenadier 0 O 0 0,0 Limande L, 3N & 3O ,4 Crevettes Potentiel de valeur économique THEORIQUE des quotas Quotas relatifs à l accord francocanadien Quotas des autres zones canadiennes Sébaste PS O Quotas de l OPANO M L Ressources sous seule gestion française Raie L, 3N & 3O ,9 Merluche blanche N & 3O ,1 Crabe des neiges ZEE ,6 Germon Atlantique N ,7 Thon rouge Atlantique O ,3 Espadon Atlantique N ,5 Thon obèse NC ,7 Autres espèces ZEE ,5 TOTAL valeur ,0 % 29,7 12,8 15,2 4,6 6,5 31,2 100,0 Pour le quota de «100 jours» de crevettes les données de captures de 04/2006 à 03/2007 ont été utilisées. La légende des couleurs reste identique à celle utilisée précédemment. Hors quota Le détail du calcul de la valeur économique des espèces hors quota est présenté dans le chapitre consacré à la pêche artisanale Quotas ICCAT Total ,1 5,6 3,2 2,4 Prix de référence utilisés /kg (poids vif) Morue 1* Sébaste 0,35* Plie canadienne 0,6* Plie grise 0,6* Pétoncle d Islande 1**** Flétan du Groenland 5** Merlu argenté 1,2*** Encornet 0,9*** Limande 0,86*** 0,63**** Limande 0,86*** Crevettes 0,63**** Raie 0,2**** Merluche blanche 0,48**** Crabe des neiges 1,67* Germon 0,38** Thon rouge 9,32** Espadon 4,73** Thon obèse 6,46** Sources : * Prix moyen local constaté ** Propêche *** CE - prix orientation 2007 **** OPANO 10

11 Ressources et quotas : Diagnostic Le potentiel de valeur économique théorique total des quotas et ressources de la ZEE de SPM est de 11,2 Millions. Il n y a aucune approche économique dans l analyse de la pêche artisanale ; on ne parle que de distribution de quotas. Les ressources lointaines ne sont pas accessibles aux navires de SPM. Leur exploitation est «sous traitée» ou échangée en nature. Les ressources de la ZEE de SPM sont diversifiées mais peu connues. L obsession de la morue a conduit à négliger les recherches scientifiques à mener sur les autres espèces. Un nouveau moratoire sur la morue qui serait décrété par les canadiens, est un risque identifié, non négligeable, mais difficilement prévisible. Des mouvements d écologistes prônent de ne plus consommer de morue en raison d une dégradation et d une mauvaise gouvernance des stocks. Quoi qu on puisse penser, c est une tendance lourde. Faute de quotas suffisants de morue, tout le monde parle de diversification. Il y a des possibilités (Myxine -voir l atelier du 22 octobre à ce sujet à Halifax-, concombre de mer, etc.) mais attention, la ZEE de SPM est très petite et les ressources sont limitées. Il n y a «aucune perspective réelle d amélioration de la situation côté ressources» (sic Ifremer) sauf à voir la morue revenir suite aux mesures de gestion prises depuis plusieurs années. Mais de toute façon SPM dépendra toujours du Canada. 11

12 1 2 Ressources et quotas Outils de production - Pêche artisanale - Pêche industrielle - Aquaculture - Unités de transformation Coopération avec le Canada Aides publiques Scénarios de restructuration Préconisations 12

13 2 Outils de production : Pêche artisanale Flotte Ressources potentiellement accessibles Captures 2006/2007 Évolution des captures de 2001 à 2007 Projet d acquisition d un navire polyvalent par Propêche Diagnostic 13

14 Flotte de la pêche artisanale Saint-Pierre Miquelon Nom * Navire racheté récemment anciennement «Le Matelot» ** Catégories de navigation Année de mise en service Catégorie Longueur (m) Puissance (kw) Jauge (tjb) Engin de pêche Les navires de 4 e catégorie ne peuvent pas s éloigner à plus de 5 miles de la limite des eaux abritées où se trouve son port Les navires de 3 e catégorie ne peuvent pas s éloigner de plus de 20 miles de la terre la plus proche Total captures (t) MARCEL ANGIE , ,62 polyvalent 134,4 TOMMY EVAN , ,80 polyvalent 109,7 KERAVEL restreinte 60 miles 13, ,00 polyvalent 212,1 CAPAJOEL , ,00 arts dormants 100,2 CAP PERCE , ,96 arts dormants 78,2 EMELINE , ,10 arts dormants 78,5 MARTIN HELENE , ,00 arts dormants 92,1 MAURICE ALBERT , ,00 arts dormants 83,5 ERIKA , ,35 arts dormants 59,8 SOUS- TOTAL 948,5 AIGLE NOIR , ,69 arts dormants 53,9 DAUPHIN , ,92 polyvalent 86,7 JEAN CHRISTOPHE * , ,40 polyvalent 48,6 MIRANDE , ,99 arts dormants 12,2 QUENTIN , ,24 arts dormants 67,9 KREIZ ARMOR , ,00 arts dormants 73,6 SOUS TOTAL 342,9 TOTAL 1291,4 Les navires de 2 e catégorie ne peuvent pas s éloigner à plus de 200 miles d un port ou d un lieu où l équipage puisse être mis en sécurité On recense 23 navires sur l archipel, seuls 15 d entre eux sont réellement en activité professionnelle (les autres appartiennent à des pensionnés). On compte : 10 navires de moins de 12 m et 5 navires de plus de 12 m (dont un seul de 19 m : le «Marcel» qui a été jumboisé de 3 m en 2006). Captures : 86 tonnes / bateau en moyenne pour la saison : navires de 3e et 4e catégorie : 70 tonnes/ bateau ; navires de 2e catégorie : 152 tonnes / bateau. Nombre de jours de mer : 75 jours / bateau en moyenne pour la saison , pour chaque catégorie de navires. La pêche artisanale est praticable de 6 à 7 mois/an d avril à octobre. 137,2 14

15 Quantité et valeur théorique des ressources potentiellement accessibles par la pêche artisanale Espèces Valeur économique (poids vif) /kg Quotas relatifs à l accord francocanadien Tonnage Valeur éco. ( ) Tonnage Valeur éco. ( ) Morue 1* Sébaste 0,35* Plie grise 0,6* 73, Pétoncle d Islande 1**** 0 0 Merlu argenté 1,2*** Source : Affaires Maritimes quotas 2007/2008 Ressources sous gestion française Quotas des autres zones canadiennes Tonnage Sous quotas Valeur éco. ( ) Crabe des neiges 1,67* Tonnage Hors quotas Valeur éco. ( ) Lompe 1,75* Coquille 1* Limande 0,86*** Raie 0,2**** Homard 0,65**** Maquereau 0,3*** Encornet 0,9*** Bulot 0,5* Saumon 10* Eglefin 1*** 0,4 400 Capelan 0,2**** 0,2 40 Lieu noir 0,77*** 0,3 231 Loup 0,25* 1,2 300 Lotte 0,75** 0,3 225 Flétan 5** Autres espèces??? TOTAL Accessible par la pêche artisanale de toutes catégories Accessible uniquement par les navires de seconde catégorie Valeurs économiques sources : * Prix moyen local constaté ** Propêche *** CE - prix orientation 2007 **** OPANO Pour les ressources hors quota, le tonnage correspond aux captures de 04/06 à 03/07 TOTAL : % 10% 23% 33% 100% ATTENTION : Tonnage total = 2036 t Valeur moyenne = 1,1 /Kg La valeur du quota de pétoncle accessible par la pêche artisanale a été considérée comme nulle, car le stock est inexistant dans la pratique. Par ailleurs, SPM ne possède pas d outils pour traiter le pétoncle. Enfin, le pétoncle n est pas rentable en terme de transformation (très mauvais rendement). 15

16 Captures 06/07 (tonnage et valeur théorique) de la pêche artisanale Espèces Valeur économique (poids vif) /kg Quotas relatifs à l accord francocanadien Tonnage Valeur éco. ( ) Tonnage Valeur éco. ( ) Morue 1* Sébaste 0,35* Plie grise 0,6* 0 0 Pétoncle d Islande 1**** 0 0 Quotas des autres zones canadiennes Merlu argenté 1,2*** 0 0 Tonnage Valeur éco. ( ) Crabe des neiges 1,67* Ressources sous seule gestion française Sous quotas Tonnage Hors quotas Valeur éco. ( ) Lompe 1,75* Coquille 1* Limande 0,86*** Raie 0,2**** Homard 0,65**** Maquereau 0,3*** Encornet 0,9*** Bulot 0,5* Saumon 10* Eglefin 1*** 0,4 400 Capelan 0,2**** 0,2 40 Lieu noir 0,77*** 0,3 231 Loup 0,25* 1,2 300 Lotte 0,75** 0,3 225 Flétan 5** Autres espèces??? TOTAL Source : Affaires Maritimes 36% 3% 18% 43% 100% Accessible par la pêche artisanale de toutes catégories Accessible uniquement par les navires de seconde catégorie Valeurs économiques sources : * Prix moyen local constaté ** Propêche *** CE - prix orientation 2007 **** OPANO Le tonnage correspond aux captures de 04/06 à 03/07 TOTAL : = 75% de la valeur théorique Remarques : 39% Tonnage total = 1399 t * Valeur moyenne = 1,2 /Kg Les valeurs économiques théoriques des captures en morue, lompe et crabe des neiges sont les plus importantes. Elles représentent respectivement 39%, 30% et 18% de la valeur théorique totale. Le quota de sébaste est très peu exploité car : - le poisson pêché est de petite taille et donc peu intéressant à transformer - le prix de vente est faible les pêcheurs préfèrent se concentrer sur des espèces qui rapportent plus Le quota de plie grise, facilement accessible, n est pas exploité car le produit est très mal valorisé. L appellation plie grise n est pas reconnue sur le marché européen. Le quota de merlu argenté n a pas été exploité pendant la saison à cause de problèmes techniques. Il avait été exploité dans sa quasi-totalité lors de la saison *Au lieu de 1412 t dans les statistiques citées dans le rapport IEDOM de

17 Évolution des captures de 2001 à 2007 de la pêche artisanale Source : Affaires Maritimes citée dans IEDOM rapport 2006 Saison de pêche : du 1er avril au 31 mars Espèces 2001/ / / / / /2007 Morue Lompe Crabe des neiges Autres Total Données en tonnes Tonnes Morue Lompe Crabe des neiges Autres Total / / / / /

18 Projet d acquisition d un navire polyvalent par Propêche Présenté par le promoteur de Nouvelles Pêcheries Caractéristiques du navire - 32,80 m CV - Congélation 5 tonnes/jour - Autonomie : 30 jours - Equipage 12 - Métier : palangre en principal, casier, filet Coût investissement : 5 millions d euros Ressources visées : - Thonidés sur quotas ICCAT (30% du chiffre d affaires prévisionnel) - Flétan atlantique 100 tonnes en ZEE SPM (60%) - Bulot et Myxine dans ZEE de SPM - Morue en 4RS & 3PN pêchable à la Palangre donc conflit avec Interpêche mais marginal Marché : approvisionnement de l usine Nouvelles Pêcheries Diagnostic : Bonne idée mais: Dépendance économique avec le Flétan en ZEE de SPM pour 60% et les Thonidés pour 30% Investissement très largement surévalué le niveau des amortissements rend déficitaire l entreprise sur 10 ans Dimension du navire peut être à revoir En cas de difficulté sur le flétan et le thon, le navire viendra dans la zone d activité de la pêche artisanale Le projet ne serait valable qu avec la mise en place d un atelier de mareyage aux normes européennes Peu de concurrence avec la situation actuelle de la pêcherie Retombées favorables pour SPM (au niveau de l usine de Nouvelle Pêcheries) Emplois = 12 mais pas de marins à SPM main d œuvre hors SPM : étrangers ou métropolitains 18

19 Pêche artisanale : Diagnostic Les captures déclarées de la pêche artisanale ont tendance à baisser; elles étaient d environ t pour la saison de 2006/2007 pour t en 2003/2004. Ces captures représentent une valeur économique théorique de qui est partagée entre 15 unités actives de pêche professionnelle. Cette valeur est égale à 75% de la valeur économique théorique accessible à cette flottille qui est de La valeur moyenne au débarquement est d environ 1,1 /Kg en poids vif. Surexploitation du quota de morue Il y aurait selon tous les interlocuteurs rencontrées, un très notable dépassement des captures par rapport aux quotas de morue : Manque de contrôles au débarquement. Indicateur de dépendance d espèces = 87% En 2006/2007, la valeur économique des captures est de 87% pour 3 espèces : Morue avec 39% (risque = moratoire) Lompe avec 30% (risque = présence cyclique non régulière) Crabe des neiges 18% (risque = diminution du quota par le MPA). Diversification Les autres espèces sont passées de 509 t en 2001/2002 à 291 t en 2006/2007. Les pêcheurs ne diversifient pas suffisamment leur activité. Certaines espèces ne sont pas ou peu pêchées du fait de leur mauvaise valorisation (limande à queue jaune, plie grise, sébaste ). Les pêcheurs ne sont pas incités à pratiquer des pêches de diversification mais attention aux ressources : prudence. Flottille surdimensionnée 80% des bateaux ne doivent pas s éloigner à plus de 20 miles. Cette disposition n est pas appliquée et pose des problèmes de sécurité. 19

20 Pêche artisanale : Diagnostic la moitié des navires sortent moins de 75 jours pas an. Ceci sur une période d activité théorique de 6 à 7 mois d avril à octobre. la dispersion du nombre de jours de mer par bateau va de 19 à 113 jours en 2006/2007. la valeur économique de la ressource disponible et accessible ne permet pas de faire vivre économiquement autant de navires sans avoir recours à des subventions publiques de fonctionnement. Flottille mal adaptée aux ressources exploitables certains quotas ne sont pas ou peu exploités (en 2006/2007 : sébaste exploité à 3%, plie grise non exploitée, crabe des neige exploité à 69%). Raisons : bateaux non adaptés pour des pêches plus lointaines; manque de volonté; risque économiques. Quotas gaspillés Les quotas individuels ne sont pas pêchés en totalité. Le système de répartition n est pas efficient. Pêcheurs Diminution du nombre, difficulté à trouver des marins, vieillissement des équipages. La réduction des équipes sur certains bateaux (2 au lieu de 3) pour assurer un meilleur salaire individuel pose des problèmes de sécurité. Débarquements pratiqués au Canada Les prix de vente obtenus au Canada sont meilleurs. Les services (nettoyage de la calle, glace), la disponibilité (périodes d ouverture) et la transparence (accès à la pesée) sont meilleurs au Canada. La collectivité territoriale a supprimé les aides financières d un bateau sous prétexte qu il est allé débarquer au Canada. C est une mesure anti économique. Compte tenu des prix pratiqués au Canada, les bateaux pourraient se passer d aides publiques tout en rémunérant mieux leurs marins (étude de G. CAMBRAY d août 2007). 20

21 Pêche artisanale : Diagnostic Prix pratiqués à SPM pour l achat des captures Les acheteurs sont peu nombreux (4 usines de transformation, 2 poissonneries, ventes directes aux consommateurs) et les prix ne sont pas libres faute d un vraie concurrence. Les usines se trouvent en situation de quasi monopole pour les principales espèces (Interpêche : morue, Nouvelles Pêcheries : crabe et bulot; SNPM : Lompe). 21

22 1 2 Ressources et quotas Outils de production - Pêche artisanale - Pêche industrielle - Aquaculture - Unités de transformation Coopération avec le Canada Aides publiques Scénarios de restructuration Préconisations 22

23 2 Outils de production : Pêche industrielle Pêche industrielle fraîche Affrètements de navires Scénario de valorisation des quotas par un armement métropolitain Diagnostic 23

24 Pêche industrielle «fraîche» La pêche industrielle fraîche est limitée exclusivement au quota de morue, conformément aux dispositions de l accord franco-canadien (70% du quota de morue attribué à l Archipel dans la zone du 3PS), dont la capture doit obligatoirement être réalisée par un bateau canadien. C est Interpêche, «historiquement» bénéficiaire de ce quota, qui affrète ce bateau canadien, le «Cap Fortune». Le «Cap Fortune» pêche également l éventuel reliquat du quota «artisanal», s il n est pas pêché par la flottille artisanale, et l équivalent du quota de morue du golfe du Saint Laurent (échangé contre du quota morue du 3PS). Pêche industrielle «fraîche» : Source : Rapports d activité Interpêche En tonnes Année 2005 Année 2006 Morue Rouget Grey sole Balai Limande 9 9 Aiglefin Lieu noir 8 12 Flétan blanc 1 0 Divers 18 6 TOTAL Exceptionnellement en 2007 le Cap Fortune a également pêché pour Interpêche une partie du quota de Sébaste du 3PS (115 tonnes traitées par l usine) dans le cadre de la Convention Etat-Interpêche2007 et de l obligation de traiter des espèces complémentaires pour assurer de l emploi. 24

25 Affrètement de navires adaptés pour pêcher les quotas lointains Les deux entreprises, bénéficiaires de ces quotas, qui réalisent ces affrètements, sont : Interpêche et Propêche Interpêche Affrètement d un navire congélateur du Groupe PESCANOVA le «Combaroya IV». Captures débarquées en Espagne. Bilan des captures enregistrées sur l année 2006 : Quota Pêche (Rapport Interpêche) données en tonnes Flétan noir canadien Flétan noir OPANO Limande OPANO * Rouget OPANO Balai 15 Plie grise 1 Morue 10 Raie 3 Divers 3 TOTAL *dont 191 tonnes débarquées à SPM pour être traitées par Interpêche en «double congélation» Dans la pratique aucune autre société ne peut réaliser de tels affrètements Affrètement d un navire originaire des pays baltes pour pêcher le quota de crevettes Propêche Affrètement d un navire canadien pour exploiter les quotas de thonidés (CICTA). 25

26 Affrètement de navires adaptés pour pêcher les quotas lointains Ces affrètements donnent lieu à perception par les entreprises bénéficiaires de quotas, de «redevances» ou de «royalties». Interpêche : Source Rapport d Activité Interpêche données en Exercice 2005 Exercice 2006 Affrètement groupe PESCANOVA navire espagnol Affrètement hors groupe PESCANOVA navire balte TOTAL Propêche : 10% de la valeur des captures. (environ Euros) Il est à noter que ni l Etat ni la Collectivité ne bénéficie de retombée économique (les captures ne sont pas débarquées à SPM) ou financière. De fait l attribution de ces quotas sans contrepartie constitue une subvention indirecte de la part de l Etat à ces entreprises. 26

27 Pêche industrielle : Diagnostic Un armement métropolitain de pêche industrielle s est intéressé aux ressources de SPM. Il a réalisé une étude sur la faisabilité économique d une exploitation économique des quotas de l archipel. Cette étude considérait l exploitation totale de l ensemble des quotas disponibles. Elle concluait à une relative rentabilité économique pour un navire congélateur sur la période d exploitation mais également que l ensemble des ressources ne permettaient pas de rentabiliser le bateau sur l année longue. Par ailleurs, dans ce scénario, il n y avait aucune retombée économique pour SPM, aucune ressource n étant débarquée et traitée à SPM. Ce projet a été abandonné. La pêche industrielle ne constitue plus un enjeu. Elle a vécu à SPM. SPM ne possède pas de navires pouvant exploiter les quotas accessibles à la pêche industrielle. Le seul enjeu est la valorisation des quotas non exploitables à partir de SPM au travers des affrètements en sachant quel retour purement financier la Collectivité pourrait éventuellement recueillir. Le débarquement de limande à SPM en 2005/2006 ne sera sans doute pas renouvelé à cause d un problème de non rentabilité lié à la qualité du produit. 27

28 1 2 Ressources et quotas Outils de production - Pêche artisanale - Pêche industrielle - Aquaculture - Unités de transformation Coopération avec le Canada Aides publiques Scénarios de restructuration Préconisations 28

29 2 Outils de production : Aquaculture Coquille Saint Jacques à Miquelon Morue en Rade de Saint Pierre Moules à Miquelon NB : L aquaculture ne fait pas partie du cœur du présent audit car un autre audit de EDC commandité par l OFIMER, a été réalisé par la société GEM en

30 Élevage de coquilles Saint Jacques à Miquelon Il existe un stock sauvage ; pêche de 109 t en 2006/2007 (mais importance du stock?) Élevage initié en 1998 et repris par la société EDC en 2002 qui a obtenu la concession exclusive de la baie de Miquelon sur 500 ha. Le capital d EDC est passé à 2,7 Millions d en octobre EDC représente 35 emplois ce qui est très important pour Miquelon Double stratégie de production: - Importation du Canada de naissains puis grossissement en filières ; - Ensemencement de juvéniles (jeunes coquilles de 2 ans) produites sur place en filières, puis grossissement naturel sur le fond et capture après 3 années par la pêche artisanale Depuis 2006, achat sur financement de la Collectivité Territoriale, de 6 millions de juvéniles par an pour ensemencement local en baie de Miquelon, avec pour but de créer une activité pour les artisans pêcheurs de Miquelon Premières ventes en France de coquilles d élevage en 2006 (10 t de noix congelées) et prévues fin 2007 (10 t de noix fraîches de 24 g soit 130 t de coquilles brutes sous l appellation de «Royale de Miquelon» pour un chiffre d affaires d environ mais problème de prix trop élevé par rapport à la coquille de métropole et quelques difficultés à la Douane). Attention : Cette coquille est déclarée en origine «pêche» car SPM n a pas encore d agrément pour expédier des produits d élevage (cf. rapport des vétérinaires Européens) et la commercialisation n est pas encore maîtrisée. Un objectif atteignable serait une production de 100 t de noix à l horizon Le point mort de EDC serait d environ 110 t de noix Assistance technique de l Ifremer sur 3 ans depuis juillet 2007 (accompagnement scientifique, nature des fonds, courantologie, etc.) 30

31 Élevage de coquilles Saint Jacques à Miquelon : Diagnostic Prévision d origine de production beaucoup trop optimiste (2 000 t) ; informations techniques d origine erronées (ARDA) Changements fréquents de stratégie ; apprentissage très difficile faute d assistance technique et de bonnes données de base Priorité maintenant à l ensemencement Coûts très élevés depuis 2001 supportés par le promoteur et les Pouvoirs Publics Projet très dépendant du Canada pour les fournitures de naissains ; il risque de le rester encore pendant longtemps ; les coquilles produites à partir de naissains canadiens restent d origine canadienne ; une dérogation temporaire a été obtenue en juillet 2005 pour la commercialisation de produits finis (250 t de noix pendant 7 ans) mais elle n a pas encore été mise en pratique faute de production et en raison du prix actuel de la coquille Gros problème d agrément sanitaire pour l exportation vers l Europe ; il sera très difficile de l obtenir mais dans la stratégie ensemencement puis capture, on peut considérer que c est un produit de pêche Pour poursuivre le projet il faudra encore des fonds publics pendant plusieurs années Un risque important est que le promoteur ne puisse plus suivre financièrement Ce projet représente un magnifique espoir pour Miquelon avec des créations d emplois et se doit de réussir pour maintenir et développer l emploi ; mais à quel prix? 31

Pêche maritime et aquaculture

Pêche maritime et aquaculture En, les navires français métropolitains ont pêché près de 56 tonnes de poissons, crustacés, coquillages et autres produits de la mer. Les deux tiers des captures françaises ont été réalisés en Atlantique

Plus en détail

SUBVENTIONS AU SECTEUR DE LA PECHE ET DEVELOPPEMENT DURABLE : INVENTAIRE NATIONAL -- NORVEGE

SUBVENTIONS AU SECTEUR DE LA PECHE ET DEVELOPPEMENT DURABLE : INVENTAIRE NATIONAL -- NORVEGE SUBVENTIONS AU SECTEUR DE LA PECHE ET DEVELOPPEMENT DURABLE : INVENTAIRE NATIONAL -- NORVEGE Introduction 1. On trouvera ci-après la contribution norvégienne au projet du Comité des pêcheries intitulé

Plus en détail

GUIDE CONSO-CITOYEN : LES ESPÈCES PROFONDES

GUIDE CONSO-CITOYEN : LES ESPÈCES PROFONDES GUIDE CONSO-CITOYEN : LES ESPÈCES PROFONDES CRIME EN EAUX PROFONDES LE MOBILE DU CRIME ET LE COMPLICE Parce qu on pêche trop, trop loin, trop profond, nos océans sont en train de mourir, tout spécialement

Plus en détail

FILIERE THON. Sommaire

FILIERE THON. Sommaire Filières de l'agriculture, de l'elevage, et de la Pêche, et Actions du Ministère de l'agriculture, de l'elevage, et de la Pêche Page 1 DE 8 FILIERE THON Sommaire FILIERE THON 1 SOMMAIRE 1 FILIERE THON

Plus en détail

INVENTAIRES NATIONAUX SERVICES DANS LE SECTEUR DE LA PÊCHE ISLANDE

INVENTAIRES NATIONAUX SERVICES DANS LE SECTEUR DE LA PÊCHE ISLANDE INVENTAIRES NATIONAUX SERVICES DANS LE SECTEUR DE LA PÊCHE ISLANDE Aquaculture Services vétérinaires coûts a été mis en place, ou, à défaut le mode de financement de ce service. L Islande possède, depuis

Plus en détail

Conditions techniques d acceptabilité des projets par la profession :

Conditions techniques d acceptabilité des projets par la profession : ----------------- Position des Comités Régionaux et du Comité National des Pêches Maritimes et des Elevages Marins à l égard du développement des énergies renouvelables en mer La directive européenne du

Plus en détail

Recommandation M96-04 du Bureau (le 25 avril 1996)

Recommandation M96-04 du Bureau (le 25 avril 1996) RÉÉVALUATION DES RÉPONSES DE TRANSPORTS CANADA À LA RECOMMANDATION EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ MARITIME M96-04 NORMES DE CONSTRUCTION ET INSPECTION PAR TRANSPORTS CANADA Introduction Le 11 août 1993, le Tan

Plus en détail

Profil de la pêche commerciale du poisson de fond. Région du Golfe

Profil de la pêche commerciale du poisson de fond. Région du Golfe Pêches et Océans Canada Fisheries and Oceans Canada Profil de la pêche commerciale du poisson de fond Région du Golfe Direction des politiques et des services économiques Région du Golfe Ministère des

Plus en détail

Rapport sur la formation continue dans le secteur des pêches en France

Rapport sur la formation continue dans le secteur des pêches en France Rapport sur la formation continue dans le secteur des pêches en France Novembre 2009 La situation du secteur halieutique : La France métropolitaine dispose d un littoral de 5500 km. Avec 63 ports de pêche,

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC. Ministère de l Agriculture et de la Pêche Maritime Département de la Pêche Maritime

ROYAUME DU MAROC. Ministère de l Agriculture et de la Pêche Maritime Département de la Pêche Maritime ROYAUME DU MAROC Ministère de l Agriculture et de la Pêche Maritime Département de la Pêche Maritime HALIEUTIS Stratégie de développement et de compétitivité du secteur halieutique marocain à l horizon

Plus en détail

Bar commun, Loup de mer Élevage: Europe. Brochet Pêche: Suisse. Crevette tigrée Élevage: Vietnam, Ecuador. Carpe Élevage: Europe

Bar commun, Loup de mer Élevage: Europe. Brochet Pêche: Suisse. Crevette tigrée Élevage: Vietnam, Ecuador. Carpe Élevage: Europe Bar commun, Loup de mer Brochet Carpe Crevette tigrée Élevage: Vietnam, Ecuador Dorade royale Féra, corégone Flétan du Pacifique Pêche: Pacifique Nord Hareng Hareng Légine australe Pêche: SO Atlantique

Plus en détail

Les aides régionales pour les ENTREPRISES

Les aides régionales pour les ENTREPRISES Les aides régionales pour les ENTREPRISES Regroupement Développement Financement Immobilier Embauche Conseil Difficulté Export Reprise Cession Création Accompagner l entreprise dans les différentes phases

Plus en détail

Monographie. Monographie. Le homard

Monographie. Monographie. Le homard Monographie Monographie Le homard Ce document a été réalisé par le ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation Pour information, veuillez vous adresser à la : Direction des analyses

Plus en détail

J. Localisation des zones d activité de la pêcherie artisanale marocaine sud Atlantique à partir d une base de connaissances

J. Localisation des zones d activité de la pêcherie artisanale marocaine sud Atlantique à partir d une base de connaissances J. Localisation des zones d activité de la pêcherie artisanale marocaine sud Atlantique à partir d une base de connaissances Abdellah Belkhaouad, INRH - Casablanca (Maroc) Marc Taconet, FAO Rome (Italie)

Plus en détail

Les filières pêche et aquaculture en France

Les filières pêche et aquaculture en France > Chiffres-clés PÊCHE ET AQUACULTURE Les filières pêche et aquaculture en France > ÉDITION avril 211 Production Entreprises Échanges Consommation... Importations et exportations / bilan d approvisionnement

Plus en détail

Extrait de l étude sur la formation du prix des produits aquatiques frais 2006. Extrait du rapport final. Etude réalisée par YKEMS et PROTEIS

Extrait de l étude sur la formation du prix des produits aquatiques frais 2006. Extrait du rapport final. Etude réalisée par YKEMS et PROTEIS Extrait de l étude sur la formation du prix des produits aquatiques frais 26 Extrait du rapport final Etude réalisée par YKEMS et PROTEIS 1 ETUDE FORMATION DU PRIX Objectifs : Obtenir des informations

Plus en détail

Un football professionnel toujours bénéficiaire 5

Un football professionnel toujours bénéficiaire 5 76 I LFP Un football professionnel toujours bénéficiaire 5 5.1 LA TRANSPARENCE FINANCIÈRE DU FOOTBALL FRANÇAIS 5.2 UN FOOTBALL PROFESSIONNEL BÉNÉFICIAIRE QUI INVESTIT DES RÉSULTATS FINANCIERS TOUJOURS

Plus en détail

SUJET INÉDIT 1. Dossier 1. Charges et choix d une unité d œuvre 4 points 45 minutes CHAPITRES 1 et 4

SUJET INÉDIT 1. Dossier 1. Charges et choix d une unité d œuvre 4 points 45 minutes CHAPITRES 1 et 4 SUJET INÉDIT 1 La société Coupe & Shampoing Coupe & Shampoing est un salon de coiffure indépendant. Afin de faire face à la concurrence de salons de coiffure franchisés, son dirigeant, Kamel, aimerait

Plus en détail

Tableau 1. Comptes de résultat prévisionnels (CPC prévisionnel)

Tableau 1. Comptes de résultat prévisionnels (CPC prévisionnel) Tableau 1 Comptes de résultat prévisionnels (CPC prévisionnel) Avant de se lancer dans une activité génératrice de revenu, le porteur de projet doit, au préalable, s assurer que son projet est viable afin

Plus en détail

TARIFICATION ET CONDITIONS D APPLICATION

TARIFICATION ET CONDITIONS D APPLICATION TARIFICATION ET CONDITIONS D APPLICATION 2015 VIEUX PORT En euros TVA incluse Applicable au 1 er JANVIER 2015 Conformément au Code Général de la Propriété des Personnes Publiques et au Code des Ports maritimes.

Plus en détail

Site de débarquement de la pêche lagunaire de Bages. Commune de Bages (Aude) Bilan d une année de fonctionnement des aménagements réalisés en 2010

Site de débarquement de la pêche lagunaire de Bages. Commune de Bages (Aude) Bilan d une année de fonctionnement des aménagements réalisés en 2010 Commune de Bages (Aude) Site de débarquement de la pêche lagunaire de Bages Bilan d une année de fonctionnement des aménagements réalisés en 2010 PRUD HOMIE des PECHEURS de Bages-Port La Nouvelle Quartier

Plus en détail

Un nouveau départ. Adossement capitalistique et restructuration de la dette

Un nouveau départ. Adossement capitalistique et restructuration de la dette Le 13 décembre 2005 Un nouveau départ Adossement capitalistique et restructuration de la dette Un premier semestre contrasté Le premier semestre de l exercice 2005/2006 a, conformément aux prévisions,

Plus en détail

U61 Montage des opérations d import-export ÉLÉMENTS DE CORRECTION ET BARÈME - CLEXTRAL

U61 Montage des opérations d import-export ÉLÉMENTS DE CORRECTION ET BARÈME - CLEXTRAL Brevet de Technicien Supérieur COMMERCE INTERNATIONAL à référentiel commun européen U61 Montage des opérations d import-export Session 2014 ÉLÉMENTS DE CORRECTION ET BARÈME - CLEXTRAL PREMIÈRE PARTIE :

Plus en détail

BUSINESS PLAN FINANCIER A L EXPORT. Mardi 28 juin 2011 FORMATEUR : Isabelle MARIN

BUSINESS PLAN FINANCIER A L EXPORT. Mardi 28 juin 2011 FORMATEUR : Isabelle MARIN BUSINESS PLAN FINANCIER A L EXPORT Mardi 28 juin 2011 FORMATEUR : Isabelle MARIN Pour le Chef d entreprise, l enjeu du Business Plan Financier (B.P.F.) est de structurer sa démarche et de convaincre ses

Plus en détail

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1 ROYAUME-UNI Les dépenses de protection sociale au Royaume-Uni représentent 26,8% du PIB. Le système britannique est de logique beveridgienne. La principale réforme récente concerne le système de retraite

Plus en détail

RÉDUIRE LA CONSOMMATION DES NAVIRES BIEN DIAGNOSTIQUER POUR MOINS CONSOMMER

RÉDUIRE LA CONSOMMATION DES NAVIRES BIEN DIAGNOSTIQUER POUR MOINS CONSOMMER RÉDUIRE LA CONSOMMATION DES NAVIRES BIEN DIAGNOSTIQUER POUR MOINS CONSOMMER F2DP BIEN DIAGNOSTIQUER POUR MOINS CONSOMMER FLOTTILLE CONCERNÉE ZONES D EXPÉRIMENTATION DES PROJETS Manche Patrick Lazic Golfe

Plus en détail

Analyser. janvier 2010. La réforme de la taxe professionnelle. La CFE, cotisation foncière des entreprises. Fiche technique

Analyser. janvier 2010. La réforme de la taxe professionnelle. La CFE, cotisation foncière des entreprises. Fiche technique La réforme de la taxe professionnelle janvier 2010 Fiche technique La réforme de la taxe professionnelle a été adoptée en loi de finances pour 2010. Le texte comporte, d une part, un volet «entreprises»

Plus en détail

La réunion a débuté à 15:30, dans la salle de réunion de la criée pour s achever à 17:30.

La réunion a débuté à 15:30, dans la salle de réunion de la criée pour s achever à 17:30. Port de Plaisance 44420 La Turballe Tel : 33 (0) 2 40 62 80 40 Fax : 33 (0) 2 40 23 47 64 plaisance.laturballe@lapp44.fr Saeml au capital de 600.000 RCS Nantes 210 B 01733 Siret 52400775400038 TVA intra

Plus en détail

Les dégrèvements et crédits de taxe professionnelle

Les dégrèvements et crédits de taxe professionnelle Les s et crédits de Dégrèvements pour investissements nouveaux Biens éligibles Dégrèvement pour investissements nouveaux (DIN) C quinquies) Immobilisations corporelles créées ou acquises à l état neuf

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE DE LICENCE D'ARMATEUR

FORMULAIRE DE DEMANDE DE LICENCE D'ARMATEUR DIRECTION POLYNESIENNE DES AFFAIRES MARITIMES BP 9005 MOTU UTA - 98 715 PAPEETE TAHITI Tél : 40 54 45 00 - Fax : 40 54 45 04 NAVIRE : SOCIETE FORMULAIRE DE DEMANDE DE LICENCE D'ARMATEUR Le présent formulaire

Plus en détail

Suivi des résultats économiques et analyse financière des entreprises de pêche dans les régions de l AGLIA (1987-2008)

Suivi des résultats économiques et analyse financière des entreprises de pêche dans les régions de l AGLIA (1987-2008) aglia Observatoire des pêches et des cultures marines du golfe de Gascogne Suivi des résultats économiques et analyse financière des entreprises de pêche dans les régions de l AGLIA (-) Jean-François BIGOT

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES MINISTERE DE L INTERIEUR, DE L OUTRE-MER ET DES COLLECTIVITES TERRITORIALES ET DE L'IMMIGRATION MINISTERE CHARGE DE L OUTRE-MER Représenté par son Délégué en exercice CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES

Plus en détail

Le remboursement des frais de transport domicile lieu de travail des salariés

Le remboursement des frais de transport domicile lieu de travail des salariés Le remboursement des frais de transport domicile lieu de travail des salariés En résumé A compter du 1 er janvier 2009 : Tous les employeurs de France (et non plus seulement les employeurs employant des

Plus en détail

Circulaire du directeur des contributions L.I.R. n 104/1 1 du 20 novembre 2014. L.I.R. n 104/1

Circulaire du directeur des contributions L.I.R. n 104/1 1 du 20 novembre 2014. L.I.R. n 104/1 Circulaire du directeur des contributions L.I.R. n 104/1 1 du 20 novembre 2014 L.I.R. n 104/1 Objet : Evaluation de certains avantages accordés par l employeur à ses salariés a) Mise à la disposition à

Plus en détail

NOR: MERP9200054D. Version consolidée au 28 septembre 2011

NOR: MERP9200054D. Version consolidée au 28 septembre 2011 Le 28 septembre 2011 DECRET Décret n 93-33 du 8 janvier 1993 relatif au permis de mise en exploitation des navires de pêche pris pour l application de l article 3-1 du décret du 9 janvier 1852 modifié

Plus en détail

Données sur l état des populations du thon rouge de l atlantique (Thunnus thynnus).

Données sur l état des populations du thon rouge de l atlantique (Thunnus thynnus). Données sur l état des populations du thon rouge de l atlantique (Thunnus thynnus). Généralités : L exploitation du thon rouge de l Atlantique dans la Mer Méditerranée remonte au premier millénaire avant

Plus en détail

11 114 annexe 1. Appel à projets «Circuits alimentaires de proximité et de qualité» de la Région des Pays de la Loire

11 114 annexe 1. Appel à projets «Circuits alimentaires de proximité et de qualité» de la Région des Pays de la Loire Appel à projets «Circuits alimentaires de proximité et de qualité» de la Région des Pays de la Loire 1. Contexte et objectifs visés par l appel à projets Menée dans le cadre du Schéma Régional de l Economie

Plus en détail

FICHE DE PRESENTATION DU PORT DE TANGER

FICHE DE PRESENTATION DU PORT DE TANGER Royaume du Maroc MINISTERE DE L'AGRICULTURE ET DE LA PECHE MARITIME المملكةالمغربية وزارةالفلاحة والصيد البحري Délégation des Pêches Maritimes de Tanger FICHE DE PRESENTATION DU PORT DE TANGER Année 2011

Plus en détail

DELIBERATION N 2012/CSJBS-14A

DELIBERATION N 2012/CSJBS-14A DELIBERATION N 2012/CSJBS-14A Portant création et fixant les conditions d'attribution de la licence de pêche COQUILLE St JACQUES - gisement BAIE DE SEINE - Le Comité Régional des Pêches et Cultures Marines

Plus en détail

ESPAGNE. 1. Principes généraux.

ESPAGNE. 1. Principes généraux. ESPAGNE Les dépenses de protection sociale en Espagne représentent 21,6%PIB. Le système espagnol est devenu récemment plus beveridgien. Ce système est relativement récent, le service national de santé

Plus en détail

L industrie de la pêche au Québec

L industrie de la pêche au Québec L industrie de la pêche au Québec Profil socio-économique 2009 Direction régionale des politiques et de l économique Région du Québec L industrie de la pêche au Québec Profil socio-économique 2009 Direction

Plus en détail

Initiation à la Comptabilité

Initiation à la Comptabilité Bertrand LEMAIRE http://www.bertrandlemaire.com Initiation à la Comptabilité Document sous licence Creative Commons L auteur autorise l impression et l utilisation gratuites de ce document dans un cadre

Plus en détail

Pêcherie des madragues pour le thon rouge au Maroc Aspect économique

Pêcherie des madragues pour le thon rouge au Maroc Aspect économique Royaume du Maroc Ministère de l Agriculture et de la Pêche Maritime Département de la Pêche Maritime Pêcherie des madragues pour le thon rouge au Maroc Aspect économique Tanger, le 24 Mai 2011 CONTEXTE

Plus en détail

REALISER L ETUDE FINANCIERE

REALISER L ETUDE FINANCIERE REALISER L ETUDE FINANCIERE Cette étape va vous permettre de mesurer la viabilité de votre projet, ainsi que sa pérennité sur le long terme. Le plan de financement vous aidera à déterminer les ressources

Plus en détail

«LA CHAINE DU FROID EN TUNISIE»

«LA CHAINE DU FROID EN TUNISIE» Yaoundé, CAMEROUN le 04 juin 2012 «LA CHAINE DU FROID EN TUNISIE» Présenté par : Mme Halima THRAYA Ingénieur en Chef Sous-directeur du Froid Industriel au ministère de l Industrie -Tunisie- Déléguée de

Plus en détail

Négociation assurance-chômage

Négociation assurance-chômage Négociation assurance-chômage Proposition de document-cadre pour l accord national interprofessionnel relatif à l indemnisation du chômage 1 Eléments synthétiques de diagnostic Créé et géré par les partenaires

Plus en détail

Le Crédit d Impôt pour la Compétitivité et l Emploi (CICE)

Le Crédit d Impôt pour la Compétitivité et l Emploi (CICE) Le Crédit d Impôt pour la Compétitivité et l Emploi (CICE) Le crédit d impôt compétitivité emploi (CICE) est la première mesure prévue par le Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi

Plus en détail

ALLOCATIONS CHOMAGE. Rémunération. Références. A retenir. Introduction. N 02 10 juillet 2015

ALLOCATIONS CHOMAGE. Rémunération. Références. A retenir. Introduction. N 02 10 juillet 2015 Rémunération N 02 10 juillet 2015 ALLOCATIONS CHOMAGE Références A retenir Arrêté du 25 juin 2014 portant agrément de la convention du 14 mai 2014 relative à l indemnisation du chômage et les textes qui

Plus en détail

> Pourquoi s assurer?

> Pourquoi s assurer? E 145 Centre de documentation et d information de l assurance Mai 2009 L assurance des pertes d exploitation Si la plupart des entreprises assurent leurs biens, encore trop peu d entre elles pensent à

Plus en détail

Routier : l accès au port est assuré par la RP 41 reliant la ville d Agadir à Laayoune via Tarfaya.

Routier : l accès au port est assuré par la RP 41 reliant la ville d Agadir à Laayoune via Tarfaya. LE PORT DE TAN TAN HISTORIQUE Le port a été construit en 1977. Son exploitation, démarrée en 1982, intervient pour favoriser le développement du Sud du Royaume, en raison des richesses halieutiques de

Plus en détail

[3] [3] 1. OBJET DU PROGRAMME

[3] [3] 1. OBJET DU PROGRAMME PROGRAMME TRANSITOIRE DE SOUTIEN AU SECTEUR DE LA CAPTURE 2012-2013 [3] [3] 1. OBJET DU PROGRAMME Le Programme transitoire de soutien au secteur de la capture vise à maintenir la compétitivité des entreprises

Plus en détail

Selon la Dares, les personnes handicapées connaissent un taux de chômage largement

Selon la Dares, les personnes handicapées connaissent un taux de chômage largement - N 33/2009! LSQ n 15302 HANDICAPÉS Emploi 02/09 LÉGISLATION SOCIALE Les aides à l emploi en faveur des personnes handicapées Tableau à jour au 1 er février 2009 (*) Selon la Dares, les personnes handicapées

Plus en détail

NOTICE D INFORMATION RELATIVE A L INDEMNISATION DE L ALLOCATION SPECIFIQUE DE CHÔMAGE PARTIEL

NOTICE D INFORMATION RELATIVE A L INDEMNISATION DE L ALLOCATION SPECIFIQUE DE CHÔMAGE PARTIEL N 51355#02 NOTICE D INFORMATION RELATIVE A L INDEMNISATION DE L ALLOCATION SPECIFIQUE DE CHÔMAGE PARTIEL I. Objectif Attribuer une allocation destinée à compenser une partie de l indemnisation versée aux

Plus en détail

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION DOSSIER RETRAITES: MAI 2003 SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION 1. LE SYSTEME DE RETRAITES PAR REPARTITION 1.1. INTRODUCTION Les régimes de retraites des travailleurs

Plus en détail

La politique de l emploi des travailleurs handicapés au cœur des préoccupations du gouvernement pour favoriser leur inclusion sociale

La politique de l emploi des travailleurs handicapés au cœur des préoccupations du gouvernement pour favoriser leur inclusion sociale La politique de l emploi des travailleurs handicapés au cœur des préoccupations du gouvernement pour favoriser leur inclusion sociale Sommaire Chiffres clé : l emploi des travailleurs handicapés La politique

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2011/31 Note commune N 22/ 2011

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2011/31 Note commune N 22/ 2011 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs N 2011/35/09 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 2011/31 Note commune N 22/ 2011 OBJET : Régime fiscal des sociétés

Plus en détail

RELEVÉ DES TRANSACTIONS ÉCONOMIQUES AVEC DES NON-RÉSIDENTS RTE

RELEVÉ DES TRANSACTIONS ÉCONOMIQUES AVEC DES NON-RÉSIDENTS RTE RELEVÉ DES S ÉCONOMIQUES AVEC DES NON-RÉSIDENTS RTE Nomenclature générale des codes de transactions à produire par les Déclarants Directs Généraux Pour application à compter du 1 er juillet 2012 15 décembre

Plus en détail

Circulaire du directeur des contributions L.I.R. n 104/1 1 du 18 février 2009. L.I.R. n 104/1

Circulaire du directeur des contributions L.I.R. n 104/1 1 du 18 février 2009. L.I.R. n 104/1 Circulaire du directeur des contributions L.I.R. n 104/1 1 du 18 février 2009 L.I.R. n 104/1 Objet : Évaluation de certains avantages accordés par l employeur à ses salariés a) Mise à la disposition à

Plus en détail

Indicateur n 13 : Evolution des effectifs et des dépenses de personnel des établissements de santé

Indicateur n 13 : Evolution des effectifs et des dépenses de personnel des établissements de santé 56 Partie I Données de cadrage Indicateur n 13 : Evolution des effectifs et des dépenses de personnel des établissements de santé Sous-indicateur n 13-1 : évolution des effectifs de personnel médical et

Plus en détail

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE BUSINESS PLAN Partie 2 : Le dossier financier 1 Vous êtes prêt à créer votre entreprise? Ce dossier va vous permettre de préciser et de mettre en forme votre projet de

Plus en détail

Note de synthèse du Projet du Budget Citoyen de l année 2016

Note de synthèse du Projet du Budget Citoyen de l année 2016 Note de synthèse du Projet du Budget Citoyen de l année 2016 L élaboration du Projet de Budget Citoyen au titre de l année 2016 s inscrit dans le cadre de la consécration des droits garantis par la Constitution

Plus en détail

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Vu l article 52 de la loi n 93-1313 du 20 décembre 1993 relative au travail, à

Plus en détail

réforme fiscalité indirecte de la Avant-projet Avril 06 1/14

réforme fiscalité indirecte de la Avant-projet Avril 06 1/14 réforme La fiscalité de la indirecte Avant-projet Avril 06 1/14 LA RÉFORME DE LA FISCALITÉ INDIRECTE I. UNE FISCALITÉ INDIRECTE A BOUT DE SOUFFLE 1.1. Le constat : une fiscalité archaïque et inadaptée

Plus en détail

CONTRIBUTION DU CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL REGIONAL SUR LA DESSERTE AERIENNE DE LA REUNION. Assemblée plénière du 24 septembre 2002

CONTRIBUTION DU CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL REGIONAL SUR LA DESSERTE AERIENNE DE LA REUNION. Assemblée plénière du 24 septembre 2002 CONTRIBUTION DU CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL REGIONAL SUR LA DESSERTE AERIENNE DE LA REUNION Assemblée plénière du 24 septembre 2002 Adoptée à l unanimité des membres présents et représentés Introduction

Plus en détail

Les aides à l emploi et à la formation professionnelle

Les aides à l emploi et à la formation professionnelle FICHE 8 Les aides à l emploi et à la formation professionnelle Certaines aides à l emploi et à la formation professionnelle entrent dans le champ du nouveau règlement général d exemption par catégorie

Plus en détail

2. La définition du chiffre d affaires prévisionnel, traduisant par secteur, l estimation du volume d activité raisonnablement réalisable;

2. La définition du chiffre d affaires prévisionnel, traduisant par secteur, l estimation du volume d activité raisonnablement réalisable; Le plan financier (Pacioli N 87) 1. Le Tableau de financement Le tableau de financement est un outil conçu spécialement pour assurer l équilibre "besoins-ressources" de l entreprise pour une politique

Plus en détail

REGLEMENT RELATIF AU SOUTIEN DES PROJETS DE RECHERCHE & DEVELOPPEMENT (HORS OUTIL DE GARANTIE)

REGLEMENT RELATIF AU SOUTIEN DES PROJETS DE RECHERCHE & DEVELOPPEMENT (HORS OUTIL DE GARANTIE) REGLEMENT RELATIF AU SOUTIEN DES PROJETS DE RECHERCHE & DEVELOPPEMENT (HORS OUTIL DE GARANTIE) BASES JURIDIQUES Vu le règlement général d exemption par catégorie N 651/2014 adopté par la commission le

Plus en détail

Ecotaxe poids lourds

Ecotaxe poids lourds Ecotaxe poids lourds Une exonération indispensable pour les filières bétail et viandes ARGUMENTAIRE CHIFFRE Mission d information sur l écotaxe poids lourds Audition du 16/01/14 L écotaxe poids lourds,

Plus en détail

Quelques constats sur les incidences des réductions de l impôt sur le revenu

Quelques constats sur les incidences des réductions de l impôt sur le revenu Quelques constats sur les incidences des réductions de l impôt sur le revenu Présentation dans le cadre des consultations prébudgétaires du ministre des Finances du Québec portant sur le budget 2004-2005

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE PEPINIERE D ENTREPRISE

DOSSIER DE CANDIDATURE PEPINIERE D ENTREPRISE DOSSIER DE CANDIDATURE PEPINIERE D ENTREPRISE 1 Au cours des étapes de construction de votre projet, vous avez retenu un certain nombre d options économiques et financières. Il convient de matérialiser

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 5 F-16-01 N 136 du 27 JUILLET 2001 5 F.P. / 58 - F 114 INSTRUCTION DU 18 JUILLET 2001 TRAITEMENTS ET SALAIRES. ASSIETTE. REGIME D IMPOSITION DES

Plus en détail

FICHE 4 : LA QUESTION DES RÉMUNERATIONS

FICHE 4 : LA QUESTION DES RÉMUNERATIONS UNSA-UPCASSE/DB/novembre 2012 Rapport PLF 2013 Assemblée Nationale Fonction publique FICHE 4 : LA QUESTION DES RÉMUNERATIONS 1. La multiplicité des éléments de la rémunération des fonctionnaires a) Le

Plus en détail

CHAPITRE 9 NOTIONS FONDAMENTALES DE FISCALITE

CHAPITRE 9 NOTIONS FONDAMENTALES DE FISCALITE CHAPITRE 9 NOTIONS FONDAMENTALES DE FISCALITE Les résultats de toute activité industrielle et commerciale sont soumis à imposition. Ces impôts servent notamment à financer les charges de l Etat et des

Plus en détail

d une unité de formation par apprentissage

d une unité de formation par apprentissage d une unité de formation par apprentissage Centre de Formation des Apprentis de l académie d Orléans-Tours 2 rue du carbone - CS 80017 45 072 ORLEANS CEDEX 2 02 38 83 48 26 MAIL : cfaacademique@ac-orleans-tours.fr

Plus en détail

BILAN 2014 & PROJETS 2015

BILAN 2014 & PROJETS 2015 CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE DE CAEN NORMANDIE EQUIPEMENTS PORTUAIRES BILAN 2014 & PROJETS 2015 CCI Caen Normandie Direction des Equipements Portuaires Bassin d Hérouville 14200 Hérouville Saint

Plus en détail

Groupe travail ICCAT d'évaluation de stock du thon rouge Atlantique Travaux de l Ifremer en amont du GT Principaux résultats du GT

Groupe travail ICCAT d'évaluation de stock du thon rouge Atlantique Travaux de l Ifremer en amont du GT Principaux résultats du GT Groupe travail ICCAT d'évaluation de stock du thon rouge Atlantique 4-11 septembre 2012, Madrid Participation: Jean-Marc Fromentin et Sylvain Bonhommeau Rédaction du compte rendu: Jean-Marc Fromentin Le

Plus en détail

DPMA : Direction des pêches maritimes et de l aquaculture du Ministère de l agriculture et de la pêche

DPMA : Direction des pêches maritimes et de l aquaculture du Ministère de l agriculture et de la pêche Sources : FranceAgriMer : Etablissement national des produits de l'agriculture et de la mer DPMA : Direction des pêches maritimes et de l aquaculture du Ministère de l agriculture et de la pêche SDSIM

Plus en détail

ALLOCATIONS CHOMAGE. Effet au 01/07/2014

ALLOCATIONS CHOMAGE. Effet au 01/07/2014 Questions sociales Note d information n 14-15 du 6 août 2014 ALLOCATIONS CHOMAGE Effet au 01/07/2014 Références Arrêté du 25 juin 2014 portant agrément de la convention du 14 mai 2014 relative à l indemnisation

Plus en détail

Six mois d action g o u v e r n e m e n t a l e Une priorité : l e m p l o i Un cap : la croissance sociale

Six mois d action g o u v e r n e m e n t a l e Une priorité : l e m p l o i Un cap : la croissance sociale Six mois d action g o u v e r n e m e n t a l e Une priorité : l e m p l o i Un cap : la croissance sociale PR EM I ER M INI ST R E Gagner la bataille pour l emploi Un nouveau contrat : le Contrat Nouvelles

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE Arrêté du 18 décembre 2006 établissant les modalités de gestion des différents régimes d autorisations définis par

Plus en détail

Commission départementale de financement de l économie C.D.F.E

Commission départementale de financement de l économie C.D.F.E Commission départementale de financement de l économie C.D.F.E Préfecture de Vaucluse 6 février 2015 L ordre du jour Eléments de la conjoncture PACA Analyse de la situation économique en Vaucluse Présentation

Plus en détail

PERSPECTIVES ECONOMQIUES ET ASPECTS COMMERCIAUX POUR LE SECTEUR DU POISSON D ELEVAGE

PERSPECTIVES ECONOMQIUES ET ASPECTS COMMERCIAUX POUR LE SECTEUR DU POISSON D ELEVAGE PERSPECTIVES ECONOMQIUES ET ASPECTS COMMERCIAUX POUR LE SECTEUR DU POISSON D ELEVAGE La place du poisson d élevage dans le marché européen des produits aquatiques La dualité entre l image du poisson d

Plus en détail

Annexe 02 : Fiches techniques des équipements de soutien à la pêche et l aquaculture

Annexe 02 : Fiches techniques des équipements de soutien à la pêche et l aquaculture Système d Accompagnement à l Investissement productif dans les filières de la Pêche et de l Aquaculture - SAIPA Annexe 02 : Fiches techniques des équipements de soutien à la pêche et l aquaculture 1/ PECHE

Plus en détail

AVENANT N 18-2014 DU 29 OCTOBRE 2014

AVENANT N 18-2014 DU 29 OCTOBRE 2014 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3381 Convention collective nationale IDCC : 2941. AIDE, ACCOMPAGNEMENT, SOINS

Plus en détail

10 e budget Flaherty COMPTE RENDU D ÉLÉMENTS DIGNES DE MENTION POUR L INDUSTRIE TOURISTIQUE. Dépôt du budget fédéral 2014-2015

10 e budget Flaherty COMPTE RENDU D ÉLÉMENTS DIGNES DE MENTION POUR L INDUSTRIE TOURISTIQUE. Dépôt du budget fédéral 2014-2015 Volume 1. Numéro 10 12 février 2014 10 e budget Flaherty Dépôt du budget fédéral 2014-2015 COMPTE RENDU D ÉLÉMENTS DIGNES DE MENTION POUR L INDUSTRIE TOURISTIQUE Mardi, le ministre des Finances Jim Flaherty

Plus en détail

On distingue les métiers de : - l'aquaculture et des cultures marines

On distingue les métiers de : - l'aquaculture et des cultures marines Les professionnels de la mer exercent leur activité sur le littoral ou au large, embarqués à bord de navires professionnels ou travaillant à terre dans des ateliers, des zones portuaires, des fermes aquacoles.

Plus en détail

2 Le choix. d une solutiontransport

2 Le choix. d une solutiontransport 2 Le choix d une solutiontransport 1. Première étape : définir les solutions possibles 21 1.1. Le parcours 21 1.1.1. Concernant le lieu de départ (l usine ou l entrepôt dans le cas de l export) 21 1.1.2.

Plus en détail

Note pour le Conseil d orientation des Retraites. Situation et Perspectives du Fonds de Réserve pour les Retraites

Note pour le Conseil d orientation des Retraites. Situation et Perspectives du Fonds de Réserve pour les Retraites DF / JLN / 05-032 LE 10 FEVRIER 2005 Note pour le Conseil d orientation des Retraites Situation et Perspectives du Fonds de Réserve pour les Retraites 1. Où en est le FRR aujourd hui? Le Fonds de Réserve

Plus en détail

PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS DETAILLE

PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS DETAILLE PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS DETAILLE (Prenant en compte les nouvelles dispositions du règlement N 99-01 du 16 février 1999 relatif aux modalités d établissement des comptes annuels des associations

Plus en détail

AUTO-ÉCOLE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1

AUTO-ÉCOLE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1 AUTO-ÉCOLE SOMMAIRE LE MARCHÉ DE L'AUTO-ÉCOLE... 2 LA RÉGLEMENTATION DE L'AUTO-ÉCOLE... 6 L'ACTIVITÉ DE L'AUTO-ÉCOLE... 9 LES POINTS DE VIGILANCE DE L'AUTO-ÉCOLE... 12 EN SAVOIR PLUS SUR CE SECTEUR...

Plus en détail

Emploi et Formation pour le transport et la logistique à La Réunion

Emploi et Formation pour le transport et la logistique à La Réunion LA RÉUNION QUE NOUS CONSTRUISONS ENSEMBLE www.regionreunion.com Emploi et Formation pour le transport et la logistique à La Réunion DOSSIER DE PRESSE 22 JUIN 2012 SÉMINAIRE Sommaire 3 Préambule 4 Des formations

Plus en détail

Epreuve 4 DECF 2004 Gestion financière

Epreuve 4 DECF 2004 Gestion financière Epreuve 4 DECF 2004 Gestion financière Le sujet comporte trois dossiers indépendants : - un diagnostic financier basé sur le besoin en fonds de roulement normatif et le tableau de flux de trésorerie de

Plus en détail

I. Le cadre juridique des opérations soumises à TVA pour les navires de commerce maritime affectés à la navigation en haute mer.

I. Le cadre juridique des opérations soumises à TVA pour les navires de commerce maritime affectés à la navigation en haute mer. NOTE D INFORMATION DETAILLEE sur le projet de BOFIP transmis le 13 mars dernier par le bureau D2 de la Direction de la Législation Fiscale et modifiant l instruction relative à l exonération de TVA applicable

Plus en détail

Le PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS détaillé

Le PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS détaillé Loi1901.com présente : Le PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS détaillé (Prenant en compte les nouvelles dispositions du règlement N 99-01 du 16 février 1999 relatif aux modalités d établissement des comptes

Plus en détail

HAGEN H. STEHR, A.O UN PIONNIER DE L AQUACULTURE

HAGEN H. STEHR, A.O UN PIONNIER DE L AQUACULTURE HAGEN H. STEHR, A.O UN PIONNIER DE L AQUACULTURE Hagen Stehr est un pionnier qui a enfin trouvé ce qu il a appelé «le Saint Graal» de l aquaculture. Grâce à son esprit visionnaire et à sa détermination,

Plus en détail

LA FLORICULTURE I. La dimension internationale de la floriculture

LA FLORICULTURE I. La dimension internationale de la floriculture LA FLORICULTURE I. La dimension internationale de la floriculture Globalement, la floriculture est devenue une industrie d un haut niveau technologique, produisant des fleurs et des plantes ornementales

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE HOTEL D ENTREPRISE

DOSSIER DE CANDIDATURE HOTEL D ENTREPRISE DOSSIER DE CANDIDATURE HOTEL D ENTREPRISE 1 Le dossier de candidature proposé par l Ecopôle Périgord Aquitaine ne constitue pas un cadre rigide et doit bien entendu être adapté au projet de votre entreprise.

Plus en détail

ENTREPRISES. Finances des entreprises martiniquaises Qui s enrichit paye ses dettes

ENTREPRISES. Finances des entreprises martiniquaises Qui s enrichit paye ses dettes Finances des entreprises martiniquaises Qui s enrichit paye ses dettes Après la mauvaise passe du début des années 90, la situation financière des entreprises de la Martinique s est améliorée, mais pas

Plus en détail

Les aides aux petites et moyennes entreprises

Les aides aux petites et moyennes entreprises FICHE 9 Les aides aux petites et moyennes entreprises Les petites et moyennes entreprises «jouent un rôle décisif dans la création d emplois et, d une manière plus générale, représentent un facteur de

Plus en détail