Mission d'audit de la situation financière et comptable de l'opievoy

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Mission d'audit de la situation financière et comptable de l'opievoy"

Transcription

1 L'instinct de la croissance~ l ~ r)i' l GéNéRALE - :lj LE 0 u OEC Mission d'audit de la situation financière et comptable de l'opievoy Audit de la situation comptable au 31 décembre 2013 et de la situation financière rétrospective ( ) Volume 1 Rapport

2

3 2/57 Sommaire s Cadre de la mission... 3 Rappel du contexte de la mission Présentation du cadre de notre intervention... 3 Synthèse relative à l'audit de la situation comptable... 6 Emission de notre opinion... 6 Synthèse de nos autres observations... 8 Synthèse relative à l'analyse financière rétrospective ( )... JO Audit des comptes de l'exercice clos le 31 décembre Détermination du seuil de signification Revue des règles et méthodes comptables et analyse par cycles Répartition des responsabilités entre l'ordonnateur et le comptable public Principaux tests réalisés... ~ Analyse de la situation financière rétrospective Analyse de la structure de l'exploitation Analyse de la structure financière Liste des annexes... 57

4 Opievoy - Audit de la situation financière et comptable 3157 Cadre de la mission Rappel du contexte de la mission L'Opievoy, premier Office Public de l'habitat (OPH) de la couronne parisienne, et deuxième OPH français, loge près de personnes avec près de logements sociaux. L'Opievoy intervient dans près de 200 communes franciliennes au travers de ses 9 agences réparties sur le territoire considéré. Avec plus de collaborateurs, dont plus de 700 dans son réseau de proximité, l'opievoy œuvre au quotidien pour développer une offre locative sociale de qualité, adaptée aux besoins et aux attentes des collectivités. La mission qui nous a été confiée s'inscrit dans l'engagement de l'amélioration continue de la qualité comptable et financière de l'opievoy, notre mission portant sur les points suivants : L'audit des comptes de l'exercice clos le 31 décembre 2013, L'analyse financière rétrospective sur 5 ans ( ). Présentation du cadre de notre intervention L'audit de la situation comptable Le régime comptable de I'Opievoy L'Opievoy (Office Public de l'habitat) est un établissement public local à caractère industriel et commerciale (EPIC) soumis aux règles de la comptabilité publique. A ce titre, ses comptes annuels sont établis dans le respect des dispositions prévues par l'instruction Comptable M31 (n M31 du 13 novembre 2006) et la circulaire DGCP/ 5C/DGUHC/ OC2/2005 du 25 novembre 2005 relative à la mise en œuvre de la réforme comptable sur les actifs et les passifs et à la mise à jour de l'instruction budgétaire et comptable M31. Une nouvelle «instruction» comptable applicable aux OPH, commune à celle des Sociétés Anonymes d'hlm (ESH) et des Sociétés Coopératives d'hlm est en cours de refonte. Ce travail mené en collaboration entre le ministère du Logement, le m1nistère des Finances et les trois Fédérations d'organismes HLM se poursuit depuis quelques mois avec l'autorité des Normes Comptables (ANC), dont les compétences réglementaires ont été renforcées, et le Conseil de Normalisation des Comptes Publics (CNoCP). Dans l'attente de la position (pour 2015) de I'ANC (et du CNoCP) sur les sujets communs aux corpus de normes comptables publiques et commerciales faisant l'objet de débats, il est. nécessaire de se référer à l'instruction comptable actuellement toujours en vigueur.

5 Grant Thorn ton 4/57 L'intervention du comptable public Conformément aux dispositions du Code de la construction et de l'habitation, le comptable d'un OPH soumis aux règles de la comptabilité publique est un comptable du Trésor ayant la qualité de comptable principal. Les travaux dont le comptable public a la charge et les contrôles qu'il doit réaliser sont détaillés dans l'instruction codificatrice n M31 du 1"'" février Le comptable public tient une comptabilité séparée de celle du directeur général (ordonnateur) de l'oph et produit à la clôture de chaque exercice, conjointement avec ce dernier, un rapport sur l'activité de l'oph durant l'exercice écoulé. Le rapport d'activité et le compte financier sont présentés au conseil d'administration pour approbation par délibération prise au plus tard le 30 juin de l'année suivant l'exercice auquel ils se rapportent. En outre, le comptable public aide le directeur général à assurer un suivi régulier de l'exécution budgétaire par rapport aux prévisions. Après clôture de l'exercice, la reddition des comptes s'opère conformément aux modalités prévues à l'article R du CCH et au code des juridictions financières. Le cadre normatif de notre intervention Dans le cadre comptable rappelé ci-avant, l'opievoy n'a pas l'obligation de désigner un Commissaire aux comptes, dont la principale mission réside dans l'expression d'une opinion sur la régularité, la sincérité et l'image fidèle des comptes annuels. En l'absence de Commissaire aux comptes, la Direction Générale de l'opievoy a souhaité qu'un audit des comptes de l'exercice clos le 31 décembre 2013 soit réalisé par un cabinet d'audit et d'expertise-comptable, afin qu'une opinion externe soit émise sur la qualité de ces comptes. Cette mission a pour objectif de permettre au professionnel de l'expertise comptable d'exprimer une assurance raisonnable portant sur la régularité, la sincérité des comptes et l'image fidèle donnée par ceux-ci du patrimoine, de la situation financière et du résultat de l'entité à la fin de la période écoulée. Pour la mise en œuvre de cette mission, Je professionnel de l'expertise comptable doit respecter les dispositions des nouvelles normes d'audit internationales clarifiées (ISAs) transposées dans le référentiel normatif français. En termes de diligences, la mission d'audit de comptes s'appuie essentiellement sur : Une prise de connaissance approfondie de l'entité, L'appréciation des procédures de contrôle interne de l'entité, La collecte d'éléments probants externes, L'observation physique des actifs de l'entité, La détermination d'un seuil de signification.

6 5/57 Nous nous sommes inscrits dans le respect des normes d'audit internationales clarifiées mentionnées ci-dessus et, outre la mise en œuvre des diligences particulières à un audit des comptes, nos travaux d'audit ont plus particulièrement porté sur : la revue des procédures de contrôle interne (et tout particulièrement celles sous-tendant la production des comptes annuels de l'opievoy) ; la revue des règles et méthodes comptables et de leur correcte application (avec réalisation de tests sur les cycles les plus significatifs) ; l'analyse des comptes annuels 2013 Gustification des soldes comptables relevant de la responsabilité de l'ordonnateur, entretiens avec le Trésor Public sur les comptes relevant de sa responsabilité, revue des annexes légales et réglementaires [dont les FSFC], analyse de la qualité de la partie littéraire de l'annexe). L'audit de la situation financière rétrospective ( ) Sur la base des comptes annuels des exercices clos les 31 décembre 2009 à 2013, et des éléments d'analyse financière disponibles (DIS [dispositif individuel de situation] de la Fédération Nationale des OPH, analyses internes à l'opievoy... ), nous avons procédé à l'analyse de la situation financière rétrospective de l'opievoy. Nos travaux ont porté plus particulièrement sur : La fiabilité et la cohérence des données présentées dans les DIS et les analyses financières internes; La présentation comparative et l'analyse des principaux ratios d'activité (SIG, autofinancement, coût de fonctionnement, etc... ); La présentation comparative et l'analyse des principaux ratios de structure financière (Fonds de roulement, Besoin en fonds de roulement, Potentiel Financier, Potentiel Financier à terminaison, ratio d'endettement, etc... ). Les développements qui suivent dans le présent rapport ne traitent que des éléments les plus saillants, issus de notre propre analyse.

7 Opievoy - Audit de la situation financière et comptable 6/57 Synthèse relative à l'audit de la situation comptable Emission de notre opinion Rapport d'opinion Conformément à la mission qui nous a été confiée par la Direction Générale de l'oph Opievoy, nous avons effectué l'audit des comptes annuels de l'opievoy relatifs à l'exercice clos le 31 décembre 2013, tels qu'ils sont joints au présent rapport. Les comptes annuels, ci-joints, se caractérisent par les données suivantes : Euros Total du bilan ,92 Chiffre d'affaires ,44 Résultat net comptable ,21 La Direction Générale de l'opievoy est responsable de l'établissement et de la présentation sincère de ces comptes annuels, conformément au référentiel normatif applicable à l'oph Opievoy, ainsi que du contrôle interne qu'elle estime nécessaire à l'établissement de comptes annuels ne comportant pas d'anomalies significatives, que celles-ci proviennent de fraudes ou résultent d'erreurs. Notre responsabilité est d'exprimer une opinion sur ces comptes annuels, sur la base de notre audit. Nous avons effectué notre audit selon les Normes Internationales d'audit. Ces normes requièrent de notre part de nous conformer aux règles d'éthique et de planifier et de réaliser l'audit en vue d'obtenir une assurance raisonnable que les comptes annuels ne comportent pas d'anomalies significatives. Un audit implique la mise en œuvre de procédures en vue de recueillir des éléments probants concernant les montants et les informations fournis dans les comptes annuels. Le choix des procédures mises en œuvre, y compris l'évaluation des risques que les comptes annuels comportent des anomalies significatives, que celles-ci proviennent de fraudes ou résultent d'erreurs, relève du jugement de l'auditeur. En procédant à çette évaluation des risques, l'auditeur prend en compte le contrôle interne de l'entité relatif à l'établissement et à la présentation sincère des comptes annuels, afin de définir des procédures d'audit appropriées en la circonstance, et non dans le but d'exprimer une opinion sur l'efficacité du contrôle interne de l'entité. Un audit consiste également à apprécier le caractère approprié des méthodes comptables retenues, le caractère raisonnable des estimations comptables faites par la direction et la présentation d'ensemble des comptes annuels.

8 7/57 Nous estimons que les éléments probants recueillis sont suffisants et appropriés pour fonder notre opinion. A notre avis, les comptes annuels de l'exercice clos le 31 décembre 2013 de l'oph Opievoy sont, au regard des règles et principès comptables français, réguliers et sincères et donnent une image fidèle du résultat des opérations de l'exercice écoulé ainsi que de la situation financière et du patrimoine de l'oph à la fin de cet exercice. Fait à Paris, Le 05/12/ 2014 Pour Grant Thornton Membre français de Grant Thornton International -~ Christian Bande Expert-comptable - Associé Responsable du département Logement Social

9 Opievoy- Audit de la s ituation financière et comptable 8/57 Synthèse de nos autres observations Observations générales Sans remettre. en cause la conclusion exprimée ci-dessus, nous attirons votre attention sur les points suivants : L'OPH Opievoy étant placé sous le regune de la comptabilité publique, un compte fj.nancier de l'opievoy est établi chaque année par le comptable (frésor Public) de l'oph et présenté à la Chambre Régionale des Comptes: le compte financier de l'exercice clos le 31 décembre 2013, joint en annexe, n'a pas fait l'objet d'un audit de notre part; Dans le cadre de la répartition des tâches entre l'ordonnateur et le comptable public, la justification de certains comptes incombe plus particulièrement au comptable public : nous n'avons pas eu accès à l'ensemble des éléments justificatifs des comptes relevant de sa responsabilité, mais nous nous sommes toutefois entretenus avet: le comptable public et avons collecté le maximum d'éléments sur les dits comptes, afin de fonder l'opinion émise ci-dessus ; Un contrôle de l'oph Opievoy a récemment été réalisé par La MIILOS (Mission Interministérielle d'inspection du Logement Social) et le rapport provisoire est en cours de rédaction par celle-ci : notre audit a été réalisé avant l'émission des conclusions de la MIILOS et nous n'avons donc pas été en mesure d'en prendre connaissance et d'en mesurer les éventuelles incidences sur les comptes de l'exercice clos le 31 décembre Principaux points forts relevés (liés aux comptes annuels) 71 Séparation des fonctions entre l'ordonnateur et le comptable public, gage de sécurité en termes de contrôle interne ; 71 Bonne communication entre les services du comptable public et les services de la Direction Financière ; 71 Existence et mise œuvre de procédures de contrôle interne (sous-tendant l'établissement des comptes); 71 Bonne maîtrise des particularités comptables HLM (et «comptabilité publique») des principaux cadres de la Direction Financière ; 71 Existence et mise en œuvre de procédures d'établissement des comptes annuels; 71 Mise en place d'un dossier de révision/ justification des comptes 2013; 71 Ré écriture de l'annexe (partie littéraire) 2013 ; 71 Forte implication de la Direction Financière dans l'arrêté des comptes, et plus généralement dans la production comptable ; 71 Forte implication de la Direction Générale dans l'arrêté des comptes (dont, ré écriture du rapport de gestion).

10 Opievoy - Audit de la situation financière et comptable 9/57 Principales recommandations (liées aux comptes annuels) pour améliorer la qualité des comptes et de l'information financière ~ Revue régulière et systématique des procédures de contrôle interne (sous tendant l'établissement des coii?-ptes), pour s'assurer de leur pertinence et utilité; ~ Renforcer la communication entre les services de l'ordonnateur Q'arrêté des comptes est de la responsabilité de tous les services, même si la Direction Financière en est le pilote), celleci pouvant affecter la fluidité de l'information et, in fine, la rapidité (voire la qualité) de certains traitements comptables ; ~ Poursuivre les efforts de professionnalisation des équipes de la Direction Financière (recrutements, formation, rédaction de processus liés à l'arrêté des comptes, amélioration et appropriation du dossier de justification/ révision des comptes annuels... ) ; ~ Améliorer, si possible, le système d'information sous-tendant la comptabilité.

11 10/57 Synthèse relative à l'analyse financière rétrospective ( ) Principaux éléments de synthèse Structure d'exploitation Principales observations Le niveau de résultat et, plus encore, de l'autofinancement (courant HLM et net HLM, l'autofinancement net HLM atteignant plus de 16 %des loyers en 2013 et n'ayant jamais été en deçà de 10 % sur la période sous revue) démontre la maîtrise des différents éléments constitutifs de l'activité de l'opievoy ; outre le fait de constituer des indicateurs positifs de la situation financière de l'opievoy, ces niveaux de résultat et d'autofinancement permettent, chaque année, de conforter la situation nette de l'office et de constituer les réserves utiles à la réalisation des objectifs de production et de réhabilitation/rénovation de l'opievoy. Notons également l'évolution positive de ces deux principaux agrégats sur la période sous revue, tout particulièrement depuis 3 exercices, et la comparaison, également positive, avec les résultats et autofinancement des autres OPH (voir le positionnement de l'opievoy daris les DIS). Principaux agrégats de structure d'exploitation Présentation des résultats (courant, exceptionnel et net) Libellé (en K ) Résultat courant Résultat exceptionnel Résultat net de l'exercice Présentation de l'autofinancement net (% ramené aux loyers - et % de l'autofmancement courant HLM également rapporté aux loyers) Libellé (en K ) Résultat de l'exercice Autofinancement Net HLM Total des loyers %des loyers 12,5 % 14,2% 10,1 % 11,2 % 16,4% % des loyers (autofi courantl 16,5% 14,1% 10,6% 15,3% 13,7%

12 Opievoy - Audit de la situation financière et comptable Exercice clos le 31/ /57 Présentation des principaux agrégats de gestion Ind~~~~urs Entretien courant Gros Entretien IFPB Frais de Personnel Plus globalement, les «frais de structure» évoluent de la façon suivante : Indicateurs EnK En % des loyers ,4 % ,4% ,1% ,2% ,2% Structure financière Principales observations La structure financière de l'opievoy est en constante amélioration depuis 2011 et l'office met en œuvre une gestion maîtrisée de sa trésorerie; celle-ci atteint plus de 47 M en 2013, après avoir été négative en Le niveau d'endettement, ramené à moins de 29 % en 2013, s'avère largement inférieur au niveau constaté dans les autres OPH et constitue une marge de manœuvre importante pour l'opievoy. Les efforts effectués depuis plusieurs années permettent désormais de présenter des indicateurs de structure financière en amélioration sur la période sous revue. Principaux agrégats de structure financière Présentation du potentiel fmancier et fonds de roulement Libellé (en K ) Potentiel Financier (avant retraitement) Potentiel Financier (corrigé) N/C N/C Fonds de roulement Fonds de roulement (corrigé} N/C N/C

13 Exercice clos le 31 /12/ /57 Présentation du potentiel financier à terminaison Libellé (en K ) Potentiel Financier à terminaison en par logement Présentation du niveau de trésorerie Trésorerie (nette des crédits de trésorerie) E n mois de quittancement 7,5 Présentation du niveau d'endettement Annuités En % des loyers Libellé (en K ) ,7-0,2 1,7 Libellé (en K ) ,0 % 25,7% 29,7% 29,6 % ,8% Conclusion Globalement, les éléments de gestion de l'opievoy sont maîtrisés et les ressources internes de l'opievoy se consolident ; l'office se dote ainsi des moyens nécessaires à la réalisation des objectifs de production et de réhabilitation/ rénovation de son patrimoine. L'analyse financière rétrospective réalisée démontre une évolution très positive et le renforcement des fondamentaux financiers de l'opievoy. Fait à Paris, Le 05/12/2014 Pour Grant Thornton Membre français de Grant Thornton International Christian Bande Expert-comptable - Associé Responsable du département Logement Social

14 Grant Thorn ton 13/57 Audit des comptes de l'exercice clos le 31 décembre 2013 Détermination du seuil de signification Rappels liminaires Le(s) seui/(s) de signification La NEP 320 révisée, applicable par les Commissaires aux comptes, rappelle : «En vue de jo1711uler son opinion sur les comptes, le commissaire aux comptes met en œuvre un audit afin d'obtenir l'assurance, élevée mais non absolue, qualifiée par convention d' <( assurance raisonnable;; que les comptes pris dans leur ensemble ne comportent pas d'anomalies significatives par leur montant ou leur nature». Une anomalie significative est«une info1711ation comptable ou financière inexacte, insrdftsante ou omise en raison d'erreurs ou de fraude, d'une importance telle, que seule ou cumulée avec d'autres, elle peut influencer le jugement de l'utilisateur d'une info1711ation comptable ou financière». Pour évaluer le caractère significatif d'une anomalie à partir de son montant, l'auditeur détermine le seuil de signification : montant au-delà duquel les décisions économiques ou le jugement fondé sur les comptes sont susceptibles d'être influencés. La NEP 320 révisée affirme que la détermination du seuil de signification relève du jugement professionnel et liste les critères qui peuvent être pertinents (résultat courant, résultat net, chiffre d'affaires ou endettement net). Elle ne fournit pas de méthode de calcul à proprement parler. La méthodolog1e Grant Thorn/on propose des critères et des pourcentages à leur appliquer selon différentes situations. li est rappelé qu'en tout état de cause, il convient de choisir un seul critère : le seuil de signification ne peut pas être calculé en utilisant plusieurs critères dont l'auditeur ferait la moyenne. Si dans le contexte spécifique de l'entité, il existe des catégories d'opérations, de soldes de comptes ou des informations à fournir dans l'annexe pour lesquels des anomalies de montant inférieur au seuil de signification fixé pour les comptes pris dans leur ensemble pourraient influencer le jugement des utilisateurs des comptes ou les décisions économiques qu'ils prennent en se fondant sur ceux-ci, l'auditeur apprécie s'il doit également fixer un ou des seuils de signification de montants inférieurs pour ces catégories d'opérations, de soldes de comptes ou d'informations à fournir. En cas d'un audit avec un autre expert, il est rappelé qu'il est préférable de définir un seuil de signification commun avec le confrère. Ce cas n'est pas applicable à l'opievoy. Enfin, le choix du critère et du pourcentage relèvent du jugement professionnel et de la responsabilité de l'associé.

15 Grant Thorn ton 14/57 Application au secteur du Logement Social Principales particularités du secteur Les organismes de logement social (OLS) se caractérisent par : Un cadre réglementaire spécifique (Code la Construction et de l'habitation [CCH], Instructions comptables spécifiques, particularités fiscales et juridiques... ) ; Une hétérogénéité des "statuts" juridiques : il existe des EPIC (OPH) sans actionnaires, des SA d'hlm (ESH), des SA coopératives d'hlm (SCP et SCIC) avec des actionnaires et un actionnariat de référence -les SEM/SPL/SPLA n'étant pas considérées comme des OLS au sens de l'article L du CCH; Des contrôles fréquents de l'etat (Chambres Régionales des Comptes et Mission Interministérielle d'inspection du Logement Social tout particulièrement) ; Un total bilan élevé (souvent plusieurs centaines de millions d'euros, voir plus d'un milliard d'euros de pied de bilan) résultant principalement des immeubles (livrés ou en cours) à l'actif et de l'endettement correspondant au passif, les fonds propres étant relativement faibles : les capitaux propres intègrent les subventions d'investissement (montant élevé), et, assez souvent, des «amortissements dérogatoires» (issu de l'application de la règle de l'équilibre AT/ AF) pouvant également être sigrùficatifs; Une formation du Résultat Net Comptable de plus en plus dépendant du résultat ex~eptionnel (politique de cession d'immeubles), le résultat courant avant impôt (RCAI déterminé avant incidences des éléments exceptionnels) pouvant être négatif; Des agrégats particuliers : soldes intermédiaires de gestion HLM, autofinancement HLM, notion de Fonds Propres investis dans les opérations, Fonds de Roulement à Terminaison des opérations... ; En lecture directe des comptes des OLS, les différents acteurs restent sensibles au niveau de résultat de l'organisme. Modalités de détermination des seuils Le(s) seuil(s) de signification Il a été retenu d'appliquer plusieurs seuils de sigrùfication pour les organismes HLM en raison du poids du bilan en comparaison au compte de résultat. Ainsi, nous pouvons déterminer un seuil d'ajustement lié au «compte de résultat» et un seuil de reclassement lié au«bilan».

16 Opievoy - Audit de la situation financière et comptable 15/57 Le seuil d'ajustement (compte de résultat) Le résultat courant avant impôt (RCAI) - qu'il soit positif ou négatif - est jugé pertinent pour déterminer le seuil d'ajustement. o Le pourcentage habituellement retenu est compris entre 5 et 10 % du RCAI. Le seuil de reclassement du bilan Le total Bilan (Net) est pris en considération pour déterminer le seuil de reclassement. i o Le pourcentage habituellement retenu est de 0,5% du total bilan. Application à l'audit des comptes de I'Opievoy Le seuil de signification Le RCAI de l'opievoy ressort à K, et le seuil d'ajustement peut être déterminé à hauteur de 10 %, soit K, arrondis à K. Le seuil de reclassement du bilan Le total bilan s'élevant à K, le seuil de reclassement (0,5% du total bilan) ressort à la somme de K, arrondis à K.

17 16/57 Revue des règles et méthodes comptables et analyse par cycles Méthode de travail Nous avons procédé à une analyse de la conformité des règles et méthodes comptables décrites dans la partie littéraire de l'annexe avec les normes comptables généralement admises dans ce secteur d'activité (comparaison avec les termes de l'instruction Comptable M31 applicable à l'opievoy, benchmark avec d'autres OPH en comptabilité publique). Nous nous sommes également assurés de la pertinence et de la suffisance des informations issues de cette partie littéraire de l'annexe. La présente revue limitée des règles et méthodes comptables de l'oph a porté, plus particulièrement, sur les six thèmes jugés les plus significatifs dans le cadre d'un arrêté de comptes, à savoir : Les immobilisations, Les comptes locataires, Les subventions, Le gros entretien, Les dettes financières, Le personnel. Nous avons souhaité mettre en évidence les traitements actuellement opérés par l'opievoy qui pourraient ne pas être pleinement conformes à la règlementation applicable, ou qui ne pourraient ne pas refléter totalement la réalité technique et économique. Aussi, pour chacun des sujets identifiés, nous avons présenté : Le rappel des termes de l'instruction Comptable, Le traitement actuellement opéré par l'opievoy, que nous avons vérifié au travers de la réalisation de tests ; Notre avis sur ce traitement et les conclusions des tests. Premières observations sur le formalisme des comptes annuels L'Opievoy applique l'instruction comptable et budgétaire M31, applicable aux OPH soumis aux règles de la comptabilité publique. Les traitements comptables sont décrits dans la partie littéraire de l'annexe, est jointe au compte administratif. Cette partie littéraire récapitule les principales règles et méthodes comptables. La partie littéraire de l'annexe a fait l'objet d'une ré écriture complète dans le cadre de l'arrêté des comptes 2013, et répond désormais aux attentes en matière d'information comptable HLM.

18 17/57 Immobilisations La gestion des immobilisations, et en particulier des immobilisations locatives, comporte plusieurs axes de traitement, dont plus particulièrement : La valeur brute et la décomposition, La valorisation nette, La gestion d'opérations spécifiques. Décomposition et valeur brut.e Livraison de constructions neuves Instruction Comptable : Terrains La valorisation du terrain comprend les éléments stùvants : Prix d'achat ou valeur d'apport; Frais d'acqwsition; Indemnités diverses (pour pouvoir utiliser le terrain) ; Frais de démolition (dans le cas où la démolition et la construction font l'objet d'un projet unique); Frais divers (sondages, forages... ) ; Taxes et redevances diverses (TLE, PLD... ). Valeur brute des immobilisations Conformément à l'article du Plan comptable général et aux dispositions prévues par les articles R et R du Code de la Construction et de l'habitation (CCH), le coût auquel est comptabilisé l'actif immobilisé acqws ou prodwt comprend : Les dépenses d'acquisition ; Les dépenses de construction ou d'amélioration ; Tous les coûts directement attribuables engagés pour mettre l'actif en place et en état de fonctionner selon l'utilisation prévue par l'office. Les coûts sont attribués au coût de l'immobilisation à compter de la date à laquelle la direction a pris, et justifie au plan technique et financier, la décision de l'acquérir ou de la prodwre pour l'utiliser. Les coûts attribuables incluent notamment : Les frais de préparation du site ou de démolition préalable ; Les honoraires de professionnels (architectes, géomètres, experts, évaluateurs, conseils, etc.); Les frais d'actes ; Les coûts internes (tels que définis au compte 21311);

19 Opievoy - Audit de la situation financière et comptable 18/57 Les intérêts de préfinancement courus jusqu'à la date d'achèvement des immobilisations (coûts d'emprunts pendant la période de construction); Les révisions de prix ; L'assurance dommages d'ouvrage; Les frais d'appels d'offres ; Les taxes et participations locales levées du fait de la construction. Les composants Les méthodes de décomposition pour les immeubles des organismes de logement social ont été précisées par l'avis n du 23 juin 2004 du Conseil national de la comptabilité (CNC). Cet avis expose les méthodes pouvant être retenues, en termes de décomposition : - «Les immeubles existant à la date de première application mais également les opérations nouvelles peuvent être décomposés : soit selon le coût réel historique fondé sur les factures des marchés de travaux, soit en appliquant au coût global les pourcentages de ventzlation des catégories de composants indicatifs établis par le CSTB. Les modalités d'application concernant la décomposition initiale des immeubles appartenant aux organismes de logement social en composants, leur durée d'utilisation et les pourcentages de ventilation sont mentionnées dans la note de présentation de l'avis. )) Composants Logement Individuel Logement Collectif Gros œuvres 80,80% 77,70% Menuiseries extérieurs 5,40% 3,30% Chauffage Collectif - 3,20% Ou ChauffaQe Individuel 3,20% 3,20% Etanchéité 0 1,10% Ravalement avec amélioration 2,70% 2,10% Composants supplémentaires Electricité 4,20% 5,20% Plomberie 3,70% 460% Ascenseurs 2,80% Méthodologie de l'opievoy : Les immobilisations corporelles sont comptabilisées à leur coût d'acquisition ou de production. Au moment de la mise en service comptable des immobilisations, la valeur brute est ventilée par composants. Conformément à la définition donnée par l'avis N du CNC, les composants se définissent comme les éléments principaux des immobilisations, devant faire l'objet de remplacements à intervalle régulier et ayant des durées ou un rythme d'utilisation différents de l'immobilisation dans son ensemble. Les composants concernent la partie des immobilisations susceptibles de faire l'objet de remplacements et ne s'appliquent pas aux terrains.

20 Exercice clos le 31 /12/ /57 Pour les constructions neuves, la décomposition établie par le CSTB a été retenue ; ainsi, l'opievoy a retenu la décomposition suivante : Composant immeuble collectif avec ascenseur sans ascenseur Structure 77,7% 80,5% Menuiseries extérieures 3,3% 3,3% Chauffage 3,2% 3,2% Etanchéité 1,1% 1,1% Ravalement avec amelioration 2,1% 2,1% Electricité 5,2% 5,2% Plomberie 4,6% 4,6% Ascenseur 2,8% 100,0% 100,0% Les dépenses d'amélioration ou de réhabilitation intervenant en cours de vie des immeubles, sont distinguées entre charges et immobilisations en fonction de leur nature. A la date de mise en service comptable, les coûts sont affectés sur les composants correspondant aux travaux livrés. Avis de Grant Thomton : L'Office respecte les termes de l'instruction Comptable. Date de mise en service Instruction Comptable : Les comptes d'immobilisations sont débités soit directement en cas d'acquisition auprès de tiers, soit par le crédit du compte 23 "Immobilisations en cours" lorsque les biens sont créés par l'office. Le transfert du compte 23 au compte d'immobilisations concerné est opéré à l'achèvement des travaux. L'article R du Code de la Construction et de l'habitation stipule que: "L'immeuble est réputé achevé lorsque sont exécutés les ouvrages et sont installés les éléments d'équipement qui sont indispensables à l'utilisation". En d'autres termes un immeuble est achevé lorsqu'il est en état d'habitabilité (immeubles d'habitation) ou d'utilisation normale (autres immeubles). Plusieurs événements peuvent permettre de s'assurer qu'il y a achèvement: La fin des travaux, permettant de rendre l'immeuble habitable, Le dépôt d'une DAT, La signature du procès-verbal de réception de l'immeuble, L'utilisation effective des constructions,... etc.

LE CREDIT-BAIL MOBILIER & IMMOBILIER. Traitements comptables des opérations dans le cadre du crédit-bail mobilier et immobilier. TABLE DES MATIERES

LE CREDIT-BAIL MOBILIER & IMMOBILIER. Traitements comptables des opérations dans le cadre du crédit-bail mobilier et immobilier. TABLE DES MATIERES LE CREDIT-BAIL MOBILIER & IMMOBILIER Objectif(s) : o Pré-requis : o Modalités : o o o Traitements comptables des opérations dans le cadre du crédit-bail mobilier et immobilier. Connaissances juridiques.

Plus en détail

MAISON D'INTERVENTION VIVRE RAPPORT FINANCIER ANNUEL AU 31 MARS 2015

MAISON D'INTERVENTION VIVRE RAPPORT FINANCIER ANNUEL AU 31 MARS 2015 RAPPORT FINANCIER ANNUEL SOMMAIRE RAPPORT DE L'AUDITEUR INDÉPENDANT 1 ÉTATS FINANCIERS État des résultats 2 État de l'évolution des actifs nets 3 Bilan 4 Flux de trésorerie 5 Notes aux états financiers

Plus en détail

TOURISME CHAUDIÈRE- APPALACHES

TOURISME CHAUDIÈRE- APPALACHES États financiers TOURISME CHAUDIÈRE- APPALACHES États financiers Rapport de l'auditeur indépendant 1 États financiers Bilan 3 État des résultats 4 État de l'évolution de l actif net 6 État des flux de

Plus en détail

Parc des Bois de Grasse - 1 rue Louison Bobet - 06130 GRASSE

Parc des Bois de Grasse - 1 rue Louison Bobet - 06130 GRASSE OPERATIONS DE FIN D EXERCICE COMPTABLE Sommaire L INVENTAIRE... 2 LA DETERMINATION DES CHARGES ET DES PROVISIONS... 3 LES IMMOBILISATIONS... 3 LES AMORTISSEMENTS... 4 LES PROVISIONS POUR DEPRECIATION...

Plus en détail

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME N 5 LES IMMOBILISATIONS INCORPORELLES

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME N 5 LES IMMOBILISATIONS INCORPORELLES COLLEGE Réunion du lundi 14 janvier 2013 RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME N 5 LES IMMOBILISATIONS INCORPORELLES RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS

Plus en détail

Fondation Québec Philanthrope (antérieurement Fondation communautaire du grand Québec)

Fondation Québec Philanthrope (antérieurement Fondation communautaire du grand Québec) Fondation Québec Philanthrope (antérieurement Fondation communautaire du grand Québec) États financiers Au 31 décembre 2014 Accompagnés du rapport de l'auditeur indépendant Certification Fiscalité Services-conseils

Plus en détail

Chapitre 5 : les immobilisations

Chapitre 5 : les immobilisations Chapitre 5 : les immobilisations Définition des immobilisations Nous avons vu que l'entreprise achète des marchandises pour les revendre et des matières premières pour les consommer dans son processus

Plus en détail

L'Association du Jeune Barreau de Montréal. États financiers. au 31 mars 2012

L'Association du Jeune Barreau de Montréal. États financiers. au 31 mars 2012 L'Association du Jeune Barreau de Montréal États financiers au 31 mars 2012 Rapport de l'auditeur indépendant 2-3 États financiers Produits et charges 4 Évolution des actifs nets 5 Flux de trésorerie 6

Plus en détail

NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles

NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles Objectif 01. Une entreprise peut acquérir des éléments incorporels ou peut elle-même les développer. Ces éléments peuvent constituer des

Plus en détail

COMPTES CONSOLIDES 2011

COMPTES CONSOLIDES 2011 COMPTES CONSOLIDES 2011 Les chiffres clés 2011 Développement Patrimoine au 31/12/2011 Livraisons 2011 En cours de construction 2011 Projets en étude au 31/12/2011 59 904 logements 1 198 logements 2 054

Plus en détail

FONDATION QUÉBÉCOISE POUR LE PROGRÈS DE LA MÉDECINE INTERNE

FONDATION QUÉBÉCOISE POUR LE PROGRÈS DE LA MÉDECINE INTERNE FONDATION QUÉBÉCOISE POUR LE PROGRÈS DE LA MÉDECINE INTERNE ÉTATS FINANCIERS 2 RAPPORT DE L'AUDITEUR INDÉPENDANT À l'attention des membres de Fondation Québécoise pour le progrès de la médecine interne

Plus en détail

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31 Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31 Objectif de la norme 01 L entreprise d assurance et/ou de réassurance doit disposer à son actif, en couverture

Plus en détail

c. Traitement des dépenses ultérieures et des coûts de démantèlement

c. Traitement des dépenses ultérieures et des coûts de démantèlement LES IMMOBILISATIONS ET LEURS COMPOSANTS 1. La valorisation des actifs immobilisés La valorisation des actifs immobilisés se fait à partir des règles juridiques énoncées par le code de commerce et le Plan

Plus en détail

- 06 - TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE DE L'ORDRE DES EXPERTS COMPTABLES (O.E.C.)

- 06 - TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE DE L'ORDRE DES EXPERTS COMPTABLES (O.E.C.) - 06 - TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE DE L'ORDRE DES EXPERTS COMPTABLES (O.E.C.) Objectif(s) : Pré-requis : o Evaluation de la variation de trésorerie : activité, investissement, financement. o Connaitre

Plus en détail

SYSTEME COMPTABLE OHADA 361. Il en est de même pour les "travaux en cours" (bâtiment notamment). 2. Progressivité (modularité) des corrections

SYSTEME COMPTABLE OHADA 361. Il en est de même pour les travaux en cours (bâtiment notamment). 2. Progressivité (modularité) des corrections SYSTEME COMPTABLE OHADA 361 Il en est de même pour les "travaux en cours" (bâtiment notamment). c) Durant l'exercice, l'entreprise n'a ni acquis ni revendu d'équipements pour des montants significatifs,

Plus en détail

- 03 - TABLEAU DE FINANCEMENT - APPROFONDISSEMENT

- 03 - TABLEAU DE FINANCEMENT - APPROFONDISSEMENT - 03 - TABLEAU DE FINANCEMENT - APPROFONDISSEMENT Objectif(s) : o Approfondissement du tableau de financement : Pré-requis : variation du Fonds de Roulement Net Global (F.R.N.G.) ; variation du Besoin

Plus en détail

Devis de Construction Canada

Devis de Construction Canada États financiers Pour l'exercice terminé le 31 mars 2011 Table des matières Rapport de l'auditeur indépendant 2 États financiers Bilan 3 État de l'évolution des actifs nets 4 État des résultats 5 États

Plus en détail

REGLES D IMPUTATION DES DEPENSES Fiche de gestion financière

REGLES D IMPUTATION DES DEPENSES Fiche de gestion financière REGLES D IMPUTATION DES DEPENSES Fiche de gestion financière Ce document a pour objet de décrire l ensemble des règles d imputation des dépenses et de préciser les biens pouvant être considérés comme des

Plus en détail

Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers au 30 septembre 2013

Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers au 30 septembre 2013 Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers Rapport de mission d'examen 2 États financiers Résultats 3 Réserve 4 Flux de trésorerie

Plus en détail

ANNEXE - REGLES ET METHODES COMPTABLES -

ANNEXE - REGLES ET METHODES COMPTABLES - Page : 1 - REGLES ET METHODES COMPTABLES - Permanence des méthodes Changements de méthode : Les engagemetns de retraite sont comptabilisés, désormais, en incluant les charges sociales. La régularisation

Plus en détail

Annexe A de la norme 110

Annexe A de la norme 110 Annexe A de la norme 110 RAPPORTS D ÉVALUATION PRÉPARÉS AUX FINS DES TEXTES LÉGAUX OU RÉGLEMENTAIRES OU DES INSTRUCTIONS GÉNÉRALES CONCERNANT LES VALEURS MOBILIÈRES Introduction 1. L'annexe A a pour objet

Plus en détail

DEFINITION, COMPTABILISATION, EVALUATION, DES ACTIFS DES PASSIFS

DEFINITION, COMPTABILISATION, EVALUATION, DES ACTIFS DES PASSIFS Catherine Boënnec, Christine Closier, Xavier Girard, Françoise Léauté, Chantal Marquer, Eric Wallet, Solange Le Buffe I.E.N. DEFINITION, COMPTABILISATION, EVALUATION, DES ACTIFS ET DES PASSIFS DOSSIER

Plus en détail

NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23

NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23 NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23 OBJECTIF 01 - La Norme Comptable Tunisienne NC 15 relative aux opérations en monnaies étrangères définit les règles

Plus en détail

-Règles et méthodes comptables - (Décret n 83-1020 du 29-11-1983 - articles 7, 21, 24 début, 24-1, 24-2 et 24-3)

-Règles et méthodes comptables - (Décret n 83-1020 du 29-11-1983 - articles 7, 21, 24 début, 24-1, 24-2 et 24-3) -Règles et méthodes comptables - (Décret n 83-1020 du 29-11-1983 - articles 7, 21, 24 début, 24-1, 24-2 et 24-3) ANNEXE AU BILAN ET AU COMPTE DE RESULTAT Les conventions générales comptables ont été appliquées,

Plus en détail

GESTION FINANCIERE ET COMPTABLE DES OFFICES DE TOURISME EN EPIC 4 ET 5 FEVRIER 2010 1 . LE FONCTIONNEMENT D UN ETABLISSEMENT PUBLIC A CARACTERE INDUSTRIEL ET COMMERCIAL 2 DEUX MODES DE GESTION COMPTABLE

Plus en détail

Documents comptables : bilan, compte de résultat et annexe

Documents comptables : bilan, compte de résultat et annexe Documents comptables : bilan, compte de résultat et annexe La fin de l'année, pour les trésoriers, rime avec synthèse comptable. Trois documents doivent être produits. Les deux premiers (bilan et compte

Plus en détail

L'avis précise les informations qu'il convient notamment d'indiquer en annexe :

L'avis précise les informations qu'il convient notamment d'indiquer en annexe : L'AVIS DE L'ORDRE DES EXPERTS COMPTABLES SUR LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE Hervé Stolowy, Professeur au Groupe HEC, diplômé d'expertise comptable L'avis n xx de l'oec "Le tableau des flux de trésorerie",

Plus en détail

FONDATION AL KA.RA MA DE MICRO'CREDIT

FONDATION AL KA.RA MA DE MICRO'CREDIT FONDATION AL KA.RA MA DE MICRO'CREDIT RAPPORT GENERAL DU COMMISSAIRE AUX COMPTES Exercice clos au 31 décembre 2014 MY LclYh~5L AOIA.FfR. Commissaire aux comptes N 46, avenue Pasteur, les Orangers - RABAT

Plus en détail

DOSSIER DE GESTION. Sommaire

DOSSIER DE GESTION. Sommaire 102 Allée de Barcelone 31000 TOULOUSE Forme juridique : ENTREPRISE INDIVIDUELLE Régime fiscal : R. Simplifié Date exercice : 01/07/2012 au 30/06/2013-12 DOSSIER DE GESTION Sommaire Présentation de l'exploitation

Plus en détail

FINANCEMENT D'UN INVESTISSEMENT ÉTUDE SUR 7 ANS

FINANCEMENT D'UN INVESTISSEMENT ÉTUDE SUR 7 ANS FINANCEMENT D'UN INVESTISSEMENT ÉTUDE SUR 7 ANS S.A.R.L DANLE TP Bill NEEDMONEY 22 Rue de la Chaussée 49000 ANGERS Tél : 02 40 456 789 Fax : 02 23 234 432 E-mail : contact@danle-tp.fr Cabinet Expert Atlantique

Plus en détail

AUDIT FRANCE ASSOCIATION DEPARTEMENTALE DES FRANCAS DE L HERAULT. Association loi 1901 Siège social : 27 rue Lafeuillade 34070 MONTPELLIER

AUDIT FRANCE ASSOCIATION DEPARTEMENTALE DES FRANCAS DE L HERAULT. Association loi 1901 Siège social : 27 rue Lafeuillade 34070 MONTPELLIER AUDIT FRANCE ASSOCIATION DEPARTEMENTALE DES FRANCAS DE L HERAULT Association loi 1901 Siège social : 27 rue Lafeuillade 34070 MONTPELLIER EXERCICE CLOS LE 31 DECEMBRE 2010 RAPPORT DU COMMISSAIRE AUX COMPTES

Plus en détail

Circulaire n DAPS/EA/06/05 du 9 juin 2006 relative aux comptes semestriels des entreprises d'assurances et de réassurance

Circulaire n DAPS/EA/06/05 du 9 juin 2006 relative aux comptes semestriels des entreprises d'assurances et de réassurance Royaume du Maroc Circulaire n DAPS/EA/06/05 du 9 juin 2006 relative aux comptes semestriels des entreprises d'assurances et de réassurance Dans le cadre de la mise en place d'un dispositif permettant le

Plus en détail

CHAPITRE 9 : SYSTEME MINIMAL DE TRESORERIE

CHAPITRE 9 : SYSTEME MINIMAL DE TRESORERIE 423 CHAPITRE 9 : SECTION 1 : PRINCIPE DU SYSTEME MINIMAL DE TRESORERIE Les très petites entreprises (T.P.E.), dont le chiffre d'affaires ne dépasse pas les seuils fixés par le présent Acte uniforme, distincts

Plus en détail

ASSOCIATION CANADIENNE D'AVIRON AMATEUR

ASSOCIATION CANADIENNE D'AVIRON AMATEUR États financiers Note: Les états financiers (en anglais fournis par nos commissaires aux comptes) ont été traduites par Rowing Canada Aviron pour le bénéfice de nos membres. The Financial Statements (provided

Plus en détail

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES INTERMEDIAIRES RESUMES

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES INTERMEDIAIRES RESUMES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES INTERMEDIAIRES RESUMES AU 30 JUIN 2014 1 SOMMAIRE ÉTATS DE SYNTHESE 1. Etat résumé de la situation financière consolidée 2. Etats résumés du résultat net et des gains et pertes

Plus en détail

Guide comptable. Les inscriptions comptables

Guide comptable. Les inscriptions comptables Guide comptable Les inscriptions comptables les ressources d emprunt Les emprunts sont exclusivement destinés à financer des investissements, qu'il s'agisse d'un équipement spécifique ou d'un ensemble

Plus en détail

NORME IAS 16 LES IMMOBILISATIONS CORPORELLES

NORME IAS 16 LES IMMOBILISATIONS CORPORELLES NORME IAS 16 LES IMMOBILISATIONS CORPORELLES UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 16 : LES IMMOBILISATIONS CORPORELLES...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1.

Plus en détail

SOCIETE DE TAYNINH RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL. A. Rapport d activité pour la période du 1 er janvier 2013 au 30 juin 2013

SOCIETE DE TAYNINH RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL. A. Rapport d activité pour la période du 1 er janvier 2013 au 30 juin 2013 SOCIETE DE TAYNINH 2013 RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL A. Rapport d activité pour la période du 1 er janvier 2013 au 30 juin 2013 B. Etats financiers au 30 juin 2013 C. Rapport des commissaires aux comptes

Plus en détail

Bilan Désignation de la société

Bilan Désignation de la société Bilan Désignation de la société I LOGIREP SA HLM Fiche n 1 BILAN - ACTIF 127 RUE GAMBETTA 92154 SURESNES Exercice 2013 N de compte ACTIF et dépréciations Exercice N Exercice N-1 Brut Amortissements Net

Plus en détail

11 e édition. 2011-2012 À jour des nouveautés du Plan comptable et des textes fiscaux. Béatrice et Francis GRANDGUILLOT.

11 e édition. 2011-2012 À jour des nouveautés du Plan comptable et des textes fiscaux. Béatrice et Francis GRANDGUILLOT. Principes de la modélisation comptable Analyse comptable des opérations courantes Analyse comptable des opérations de fin d'exercice Analyse financière des tableaux de synthèse 11 e édition 2011-2012 À

Plus en détail

Activation des frais de constitution d'une société

Activation des frais de constitution d'une société I. Frais d'établissement Sont portés sous cette rubrique, s'ils ne sont pas pris en charge à un autre titre durant l'exercice au cours duquel ils ont été exposés, les frais qui se rattachent à la constitution,

Plus en détail

Alerte. «Les Organisations Syndicales doivent établir des comptes annuels pour 2009 ainsi que des comptes consolidés»

Alerte. «Les Organisations Syndicales doivent établir des comptes annuels pour 2009 ainsi que des comptes consolidés» Alerte «Les Organisations Syndicales doivent établir des comptes annuels pour 2009 ainsi que des comptes consolidés» La loi du 20 août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps

Plus en détail

Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic

Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 27 mars 2013 Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic Conformément à ce qui avait été annoncé lors de la publication des comptes annuels, Icade publie

Plus en détail

Monsieur le Directeur,

Monsieur le Directeur, Monsieur le Directeur, Par envoi en date du 13 mai 2004, la Chambre a porté à votre connaissance son rapport d'observations définitives concernant la gestion de la régie municipale des sports et loisirs

Plus en détail

L'INSTITUT NATIONAL CANADIEN POUR LES AVEUGLES

L'INSTITUT NATIONAL CANADIEN POUR LES AVEUGLES États financiers de L'INSTITUT NATIONAL CANADIEN POUR LES AVEUGLES KPMG s.r.l./s.e.n.c.r.l. Comptables agréés Yonge Corporate Centre 4100, rue Yonge, Bureau 200 Toronto (Ontario) M2P 2H3 Canada Téléphone

Plus en détail

CLUB SOCIAL DE LA SOCIÉTÉ DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC (C.S.S.A.A.Q.) INC. RAPPORT DE MISSION D'EXAMEN ET ÉTATS FINANCIERS 31 AOÛT 2012

CLUB SOCIAL DE LA SOCIÉTÉ DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC (C.S.S.A.A.Q.) INC. RAPPORT DE MISSION D'EXAMEN ET ÉTATS FINANCIERS 31 AOÛT 2012 AUTOMOBILE DU QUÉBEC (C.S.S.A.A.Q.) INC. RAPPORT DE MISSION D'EXAMEN ET ÉTATS FINANCIERS AUTOMOBILE DU QUÉBEC (C.S.S.A.A.Q.) INC. ÉTATS FINANCIERS TABLE DES MATIÈRES Rapport de mission d'examen 3 Résultats

Plus en détail

CONCLUSIONS DE L'AUDIT ET RAPPORT

CONCLUSIONS DE L'AUDIT ET RAPPORT Manuel des Normes 281 MANUEL DES NORMES TITRE 5 CONCLUSIONS DE L'AUDIT ET RAPPORT Version janvier 2009 Titre 5- Conclusions de l audit et rapport Manuel des Normes 282 CONCLUSIONS DE L'AUDIT ET RAPPORT

Plus en détail

Loi n 9-88 relative aux obligations comptables des commerçants

Loi n 9-88 relative aux obligations comptables des commerçants Loi n 9-88 relative aux obligations comptables des commerçants Dahir n 1-92-138 (30 joumada II 1413) portant promulgation de la loi n 9-88 relative aux obligations comptables des commerçants (B.O. 30 décembre

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE N 12 INSTRUMENTS FINANCIERS A TERME ET EMPRUNTS EN MONNAIES ETRANGERES

FICHE TECHNIQUE N 12 INSTRUMENTS FINANCIERS A TERME ET EMPRUNTS EN MONNAIES ETRANGERES FICHE TECHNIQUE N 12 INSTRUMENTS FINANCIERS A TERME ET EMPRUNTS EN MONNAIES ETRANGERES V2.0 Page 1 sur 117 DESTINATAIRES Nom Direction M. Litvan FCE 6 ème Sous-direction M. Soulié FCE 7 ème Sous-direction

Plus en détail

Imagine Canada États financiers

Imagine Canada États financiers États financiers 31 décembre 2014 Table des matières Page Rapport de l auditeur indépendant 1-2 État des produits et des charges 3 État de l évolution des actifs nets 4 État de la situation financière

Plus en détail

ANNEXE C. ÉLÉMENTS D'ANALYSE FINANCIÈRE

ANNEXE C. ÉLÉMENTS D'ANALYSE FINANCIÈRE Annexe C. Éléments d'analyse financière 143 ANNEXE C. ÉLÉMENTS D'ANALYSE FINANCIÈRE Résumé Cette annexe présente quelques éléments comptables qui peuvent servir à l'analyse financière des entreprises.

Plus en détail

Références du document Date du document 09/03/01

Références du document Date du document 09/03/01 SOUS-SECTION 3 RÉGIME D'IMPOSITION DES TITRES LIBELLÉS EN DEVISES DÉTENUS PAR LES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES ENTREPRISES D'INVESTISSEMENT [DB 4A2373] Références du document 4A2373 Date du document

Plus en détail

- Produit net bancaire : +14% à 2,3 milliards $EU ( 1 134 milliards FCFA )

- Produit net bancaire : +14% à 2,3 milliards $EU ( 1 134 milliards FCFA ) Le Groupe Ecobank présente de très bons résultats en 2014 : - Produit net bancaire : +14% à 2,3 milliards $EU ( 1 134 milliards FCFA ) - Résultat avant impôt : +134% à 519,5 millions $EU ( 258 milliards

Plus en détail

Déclaration du prélèvement prévu à l'article L. 423-14 du Code de la construction et de l'habitation pour les Offices Publics de l'habitat (Annexe I)

Déclaration du prélèvement prévu à l'article L. 423-14 du Code de la construction et de l'habitation pour les Offices Publics de l'habitat (Annexe I) NOM DE L'ORGANISME : Déclaration du prélèvement prévu à l'article L. 44 du Code de la construction et de l'habitation pour les Offices Publics de l'habitat (Annexe I) SIREN : _ Adresse : I CALCUL DU POTENTIEL

Plus en détail

NORME COMPTABLE RELATIVE A LA PRESENTATION DES ETATS FINANCIERS DES ASSOCIATIONS AUTORISEES A ACCORDER DES MICRO-CREDITS NC 32

NORME COMPTABLE RELATIVE A LA PRESENTATION DES ETATS FINANCIERS DES ASSOCIATIONS AUTORISEES A ACCORDER DES MICRO-CREDITS NC 32 NORME COMPTABLE RELATIVE A LA PRESENTATION DES ETATS FINANCIERS DES ASSOCIATIONS AUTORISEES A ACCORDER DES MICRO-CREDITS NC 32 OBJECTIF 01. La norme comptable NC 01 - "Norme comptable générale" définit

Plus en détail

Commissaire aux comptes

Commissaire aux comptes Fédération Internationale des Ligues des Droits de l Homme F.I.D.H. ASSOCIATION RECONNUE D UTILITÉ PUBLIQUE 17, passage de la Main d Or 75011 PARIS Rapports du Exercice clos le 31 décembre 2005 18 rue

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 138/5 Logiciels

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 138/5 Logiciels COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Avis CNC 138/5 Logiciels Introduction La Commission a consacré une étude approfondie au traitement comptable de la création ou de l acquisition d un logiciel par une entreprise,

Plus en détail

Situation financière Capacité d'investissement 2009-2013

Situation financière Capacité d'investissement 2009-2013 Amt für Gemeinden GemA Rue de Zaehringen 1, 1701 Fribourg T +41 26 305 22 42, F +41 26 305 22 44 scom@fr.ch, www.fr.ch/scom Situation financière Capacité d'investissement 2009-2013 1. Comptes de fonctionnement

Plus en détail

Le compte administratif 2011

Le compte administratif 2011 Le compte administratif 2011 Le compte administratif 2011 de MIONS en quelques chiffres Budget principal. 16 590 970 de recettes réalisées, dont :. 13 003 158 en fonctionnement dont 165 000 de rattachements.

Plus en détail

Fonds de revenu Colabor

Fonds de revenu Colabor États financiers consolidés intermédiaires au et 8 septembre 2007 3 ième trimestre (non vérifiés) États financiers Résultats consolidés 2 Déficit consolidé 3 Surplus d'apport consolidés 3 Flux de trésorerie

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 2012/13 Le traitement comptable des immobilisations incorporelles. Avis du 10 octobre 2012

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 2012/13 Le traitement comptable des immobilisations incorporelles. Avis du 10 octobre 2012 COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Avis CNC 2012/13 Le traitement comptable des immobilisations incorporelles Introduction Avis du 10 octobre 2012 1. Tant le schéma complet que le schéma abrégé des comptes

Plus en détail

TRAVEL TECHNOLOGY INTERACTIVE Société Anonyme à Directoire et Conseil de Surveillance Au Capital de 4.524.878,73 Euros

TRAVEL TECHNOLOGY INTERACTIVE Société Anonyme à Directoire et Conseil de Surveillance Au Capital de 4.524.878,73 Euros 75008 PARIS SUR LES COMPTES CONSOLIDES EXERCICE CLOS LE 31 DECEMBRE 2014 75008 PARIS SUR LES COMPTES CONSOLIDES EXERCICE CLOS LE 31 DECEMBRE 2014 Aux actionnaires, En exécution de la mission qui nous a

Plus en détail

relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances

relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Règlement n 2003-03 du 2 octobre 2003 relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances (Avis n 2003-09 du 24 juin 2003 du compte rendu CNC)

Plus en détail

D.E.S.C.F - UV 1 - Module 8 Consolidation dans les groupes de sociétés. Corrigé - Cas IG/IP/MEE

D.E.S.C.F - UV 1 - Module 8 Consolidation dans les groupes de sociétés. Corrigé - Cas IG/IP/MEE D.E.S.C.F UV 1 Module 8 Cas IG/IP/MEE Corrigé D.E.S.C.F UV 1 Module 8 Consolidation dans les groupes de sociétés Corrigé Cas IG/IP/MEE HYPOTHESE N 1 : FILIALE EN INTEGRATION GLOBALE 6 étapes sont à distinguer

Plus en détail

AUTORITE DES NORMES COMPTABLES NOTE DE PRESENTATION DU REGLEMENT DE l ANC n 2010-01 DU 3 JUIN 2010

AUTORITE DES NORMES COMPTABLES NOTE DE PRESENTATION DU REGLEMENT DE l ANC n 2010-01 DU 3 JUIN 2010 AUTORITE DES NORMES COMPTABLES NOTE DE PRESENTATION DU REGLEMENT DE l ANC n 2010-01 DU 3 JUIN 2010 Relatif aux modalités de première application du règlement du CRC n 99-02 par les sociétés dont les instruments

Plus en détail

LA SOCIÉTÉ D'ASSURANCE-DÉPÔTS DES CAISSES POPULAIRES. États financiers Pour l'exercice terminé le 31 décembre 2010

LA SOCIÉTÉ D'ASSURANCE-DÉPÔTS DES CAISSES POPULAIRES. États financiers Pour l'exercice terminé le 31 décembre 2010 LA SOCIÉTÉ D'ASSURANCE-DÉPÔTS DES CAISSES POPULAIRES États financiers LA SOCIÉTÉ D'ASSURANCE-DÉPÔTS DES CAISSES POPULAIRES États financiers Table des matières Rapport de l'auditeur indépendant 2 États

Plus en détail

A la suite de ce sinistre, l activité n a pas été interrompue, la SAS ayant pu poursuivre son activité sur un autre site.

A la suite de ce sinistre, l activité n a pas été interrompue, la SAS ayant pu poursuivre son activité sur un autre site. COMPTES ANNUELS - Date de comptabilisation des indemnités d'assurance suite à un incendie - Provision pour charges liées à la reconstruction du bâtiment appartenant à une SCI - EC 2010-28 Mots clés Comptes

Plus en détail

Annexe aux comptes annuels de l exercice clos le. 31.08.2013 Montants exprimés en Euros. Ce rapport contient 12 pages

Annexe aux comptes annuels de l exercice clos le. 31.08.2013 Montants exprimés en Euros. Ce rapport contient 12 pages ABCD Avenir Agricole et Rural Annexe aux comptes annuels de l exercice clos le 31.08.2013 Montants exprimés en Euros Avenir Agricole et Rural Ce rapport contient 12 pages 2014 KPMG S.A., société anonyme

Plus en détail

GLOSSAIRE TERMES ECONOMIQUES ET COMPTABLES. Ensemble des biens et des droits dont dispose une entreprise pour exercer son activité.

GLOSSAIRE TERMES ECONOMIQUES ET COMPTABLES. Ensemble des biens et des droits dont dispose une entreprise pour exercer son activité. GLOSSAIRE TERMES ECONOMIQUES ET COMPTABLES Actif : (partie gauche d'un bilan) Ensemble des biens et des droits dont dispose une entreprise pour exercer son activité. Action : Titre de propriété d'une fraction

Plus en détail

LA LOCATION MEUBLEE. Les loyers issus des locations en meublé à usage d'habitation sont généralement exonérés de TVA.

LA LOCATION MEUBLEE. Les loyers issus des locations en meublé à usage d'habitation sont généralement exonérés de TVA. LA LOCATION MEUBLEE La location meublée d'appartements est une activité commerciale, qui relève au titre de l'impôt sur le revenu de la catégorie des BIC (bénéfices industriels et commerciaux) et non de

Plus en détail

Rapport du Commissaire aux Comptes sur les comptes annuels clos le 31 décembre 2013

Rapport du Commissaire aux Comptes sur les comptes annuels clos le 31 décembre 2013 ASSOCIATION «GRANDE TRAVERSEE DES ALPES» Association Loi 1901 Siège social : 6 rue Clôt-Bey 38000 GRENOBLE Cedex Rapport du Commissaire aux Comptes sur les comptes annuels clos le 31 décembre 2013 3 Avenue

Plus en détail

A. Bilan. B. Compte de résultat. Comptes sociaux au 31 décembre 2013. ACTIF (en milliers d euros) Notes Brut

A. Bilan. B. Compte de résultat. Comptes sociaux au 31 décembre 2013. ACTIF (en milliers d euros) Notes Brut Comptes sociaux au 31 décembre 2013 A. Bilan ACTIF (en milliers d euros) Notes Brut 2013 Amort. et dépréc. Immobilisations incorporelles 3-4 21 280 1 926 19 354 19 071 Immobilisations corporelles 3-4 7

Plus en détail

COMPTES CONSOLIDÉS Exercice clos le 31 décembre 2013

COMPTES CONSOLIDÉS Exercice clos le 31 décembre 2013 COMPTES CONSOLIDÉS Exercice clos le 31 décembre 2013 1, cours Xavier Arnozan 33000 BORDEAUX BILAN ACTIF 31/12/2013 31/12/2012 Brut Amort.dépréciat. Net Net Capital souscrit non appelé ACTIF IMMOBILISE

Plus en détail

Fonds de revenu Colabor

Fonds de revenu Colabor États financiers consolidés intermédiaires au et 24 mars 2007 (non vérifiés) États financiers Résultats consolidés 2 Déficit consolidé 3 Surplus d'apport consolidés 3 Flux de trésorerie consolidés 4 Bilans

Plus en détail

GROUPE NSE INDUSTRIES. Comptes intermédiaires consolidés Période du 1 er janvier au 30 juin 2014

GROUPE NSE INDUSTRIES. Comptes intermédiaires consolidés Période du 1 er janvier au 30 juin 2014 GROUPE NSE INDUSTRIES Comptes intermédiaires consolidés Période du 1 er janvier au 30 juin 2014 BILAN (en milliers d euros) ACTIF Note 30/06/14 30/06/13 Ecarts d'acquisition 1 3 872 3 972 Immobilisations

Plus en détail

LE PETIT PROPRIETAIRE

LE PETIT PROPRIETAIRE Prospectus concernant les prêts hypothécaires sociaux accordés par la s.a. LE PETIT PROPRIETAIRE agréée par la région Bruxelles-Capitale inscrite en vertu d'une décision de la Commission bancaire, financière

Plus en détail

Ressources affectées Selon l instruction n 93-59-M9 du 18 mai 1993 Fiche de gestion financière

Ressources affectées Selon l instruction n 93-59-M9 du 18 mai 1993 Fiche de gestion financière Ressources affectées Selon l instruction n 93-59-M9 du 18 mai 1993 Fiche de gestion financière Date de création : mars 2011 Modification : décembre 2011 SOMMAIRE 1 DEFINITION DES RESSOURCES AFFECTEES 3

Plus en détail

concernant la gestion de l'office public d'habitations à loyers modérés La Chambre a pris acte des informations contenues dans votre réponse

concernant la gestion de l'office public d'habitations à loyers modérés La Chambre a pris acte des informations contenues dans votre réponse M. Jean-Claude LAURENT Président du conseil d'administration de l'ophlm de VALENCE 16, rue Georges Bizet BP 736 26007 - VALENCE Cedex Monsieur le Président, Par lettre en date du 24 octobre 1997, j'ai

Plus en détail

DCG session 2010 UE4 Finance d entreprise Corrigé indicatif. Dossier 1 - Diagnostic financier

DCG session 2010 UE4 Finance d entreprise Corrigé indicatif. Dossier 1 - Diagnostic financier DCG session 2010 UE4 Finance d entreprise Corrigé indicatif Dossier 1 - Diagnostic financier 1. Intérêt des tableaux de flux de trésorerie - Analyse de l évolution de la trésorerie Les tableaux de flux

Plus en détail

MANUEL DE PROCEDURES (EXTRAIT)

MANUEL DE PROCEDURES (EXTRAIT) OUTIL PRATIQUE/ FI3.O2 210 MANUEL DE PROCEDURES (EXTRAIT) de contrôle interne Les procédures de contrôle ont pour rôle d'indiquer la démarche à suivre et les programmes d'opérations à respecter. C'est

Plus en détail

Note sur la simplification de l instruction budgétaire et comptable M14

Note sur la simplification de l instruction budgétaire et comptable M14 Note sur la simplification de l instruction budgétaire et comptable M14 L instruction budgétaire et comptable M14 est appliquée aux collectivités locales depuis 1997 soit bientôt près de dix ans. Elle

Plus en détail

DCG UE09 INTRODUCTION A LA COMPTABILITE - session 2013 Proposition de CORRIGÉ

DCG UE09 INTRODUCTION A LA COMPTABILITE - session 2013 Proposition de CORRIGÉ DCG UE09 INTRODUCTION A LA COMPTABILITE - session 2013 Proposition de CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que ses auteurs. Les réponses sont parfois plus détaillées que ce

Plus en détail

Le Crédit Renting. De quoi s'agit-il?

Le Crédit Renting. De quoi s'agit-il? Le Crédit Renting Le Renting Financier est une forme de financement d un investissement similaire au leasing financier (leasing opérationnel) mais qui se distingue néanmoins de ce dernier par la hauteur

Plus en détail

GROUPE BANQUE INTERNATIONALE ARABE DE TUNISIE BIAT

GROUPE BANQUE INTERNATIONALE ARABE DE TUNISIE BIAT GROUPE BANQUE INTERNATIONALE ARABE DE TUNISIE BIAT ETATS FINANCIERS CONSOLIDES 31/12/2012 Groupe BIAT Etats financiers consolidés arrêtés au 31 décembre 2012 Page ~ 2~ BILAN CONSOLIDE ARRETE AU 31 DECEMBRE

Plus en détail

L'entretien préalable avec le magistrat instructeur a eu lieu le 6 août 2003.

L'entretien préalable avec le magistrat instructeur a eu lieu le 6 août 2003. CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE HAUTE-NORMANDIE RAPPORT D'OBSERVATIONS DEFINITIVES DU 31 MARS 2004 SUR LA GESTION DE L'HOPITAL LOCAL DE BRETEUIL-SUR-ITON (Exercices 1997 et suivants) I - RAPPEL DE LA

Plus en détail

ÉTATS FINANCIERS L AUTORITÉ CANADIENNE POUR LES ENREGISTRE MENTS INTERNET

ÉTATS FINANCIERS L AUTORITÉ CANADIENNE POUR LES ENREGISTRE MENTS INTERNET ÉTATS FINANCIERS L AUTORITÉ CANADIENNE POUR LES ENREGISTRE MENTS INTERNET Exercices clos les 31 mars 2014 et 2013 États financiers Page Rapport des auditeurs indépendants 1-2 État de la situation financière

Plus en détail

Annexe A : Tableau des SOLDES INTERMÉDIAIRES DE GESTION

Annexe A : Tableau des SOLDES INTERMÉDIAIRES DE GESTION FINANCE D ENTREPRISE DCG - Session 2008 Corrigé indicatif DOSSIER 1 - DIAGNOSTIC FINANCIER Première partie : Les outils du diagnostic financier proposés dans cette étude 1. Calculer les soldes intermédiaires

Plus en détail

Vu l ordonnance n 2009-79 du 22 janvier 2009 créant l Autorité des normes comptables ;

Vu l ordonnance n 2009-79 du 22 janvier 2009 créant l Autorité des normes comptables ; AUTORITE DES NORMES COMPTABLES RÈGLEMENT N 2014-03 du 5 juin 2014 Relatif au plan comptable général Règlement homologué par arrêté du 8 septembre 2014 publié au Journal Officiel du 15 octobre 2014 L Vu

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 132/4 - Marchés à terme en marchandises

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 132/4 - Marchés à terme en marchandises COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Avis CNC 132/4 - Marchés à terme en marchandises A. Principes 1. En application de l'article 69, 1 er, 1 er alinéa de l'arrêté royal du 30 janvier 2001 portant exécution

Plus en détail

PREPARATION DES COMPTES ANNUELS. Contrôler et justifier le solde des comptes suivants :

PREPARATION DES COMPTES ANNUELS. Contrôler et justifier le solde des comptes suivants : 1 http://www.boutique.afnor.org/livre/la-comptabilite-en-pratique-des-ecritures-comptables-a-l-interpretation-des-comptes-annuels/article/674901/fa092236 PREPARATION DES COMPTES ANNUELS Contrôler et justifier

Plus en détail

La période d inventaire

La période d inventaire La période d inventaire Réalisation Bureau Aide et conseil aux EPLE DIFIN Académie d Aix Marseille décembre 2008 L examen des comptes financiers de 2007 révèle une certaine méconnaissance de la période

Plus en détail

COMPTES CONSOLIDÉS EN NORMES IAS/IFRS SAHAM Assurance Maroc au 31 décembre 2014

COMPTES CONSOLIDÉS EN NORMES IAS/IFRS SAHAM Assurance Maroc au 31 décembre 2014 COMPTES CONSOLIDÉS EN NORMES IAS/IFRS SAHAM Assurance au 31 décembre 014 État de la Situation Financière IFRS au 31 décembre 014 et 013 État de résultat net et autres éléments du résultat golbal - IFRS

Plus en détail

- à la forme des délibérations et des contrats d'emprunt (montant, durée, annuité,...) ;

- à la forme des délibérations et des contrats d'emprunt (montant, durée, annuité,...) ; BULLETIN OFFICIEL DU MINISTERE DE L'INTERIEUR Circulaire du 22 FEVRIER 1989. --------------------------------------------------------------------------------- Concours financiers à court terme offerts

Plus en détail

Université Concordia. États financiers. au 30 avril 2014

Université Concordia. États financiers. au 30 avril 2014 États financiers Rapport de l'auditeur indépendant 2-3 États financiers Situation financière 4 Résultats 5 Évolution des soldes de fonds 6 Flux de trésorerie 7 8-32 Rapport de l'auditeur indépendant Aux

Plus en détail

BIC - Produits et stocks - Contrats d'échange de taux d'intérêt ou de devises (swaps)

BIC - Produits et stocks - Contrats d'échange de taux d'intérêt ou de devises (swaps) Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-BIC-PDSTK-10-20-80-40-20120912 DGFIP BIC - Produits et stocks - Contrats

Plus en détail

états FINANCIERS ARRêTéS AU 31 DéCEMBRE 2013

états FINANCIERS ARRêTéS AU 31 DéCEMBRE 2013 états FINANCIERS ARRêTéS AU 31 DéCEMBRE 2013 SOCIETE DE GESTION DES PARTICIPATIONS DE L ETAT TOURISME & HOTELLERIE ENTREPRISE DE GESTION HOTELIERE CHAINE EL AURASSI SOCIETE PAR ACTIONS AU CAPITAL DE 1.500.000.000

Plus en détail

CESSIONS D'ELEMENTS D ACTIF - IMMOBILISATIONS AMORTISSABLES

CESSIONS D'ELEMENTS D ACTIF - IMMOBILISATIONS AMORTISSABLES CESSIONS D'ELEMENTS D ACTIF - IMMOBILISATIONS AMORTISSABLES Objectif(s) : o Conséquences comptables des opérations de cessions, o Aspects fiscaux. Pré-requis : o Maîtrise des amortissements et provisions,

Plus en détail

Pérennisation de l entreprise. Participation au contrôle de gestion

Pérennisation de l entreprise. Participation au contrôle de gestion btsag.com 1/15 26/09/2011 Pérennisation de l entreprise Auteur : C. Terrier; mailto:webmaster@btsag.com ; http://www.btsag.com Utilisation: Reproduction libre pour des formateurs dans un cadre pédagogique

Plus en détail

SA SODITECH INGENIERIE

SA SODITECH INGENIERIE e.mail gboutillot-cac(g)orange.fr RAPPORT GENERAL DES COMMISSAIRES AUX COMPTES SUR LES COMPTES SOCIAUX AU 31 DECEMBRE 2010 Inscrits à l'ordre des Experts Comptables, Tableau de Marseille 2 e.mail cab.grueau(5),wanadoo.fr

Plus en détail