CI-4 PRÉVOIR ET SUPPRIMER LES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CI-4 PRÉVOIR ET SUPPRIMER LES"

Transcription

1 CI-4 LES CONTRAINTES DE MONTAGE D UN SYSTÈME. Objectifs ANALYSER - OPTIMISER A la fin de la séquence de révision, l élève doit être capable de B2 Proposer un modèle de connaissance et de comportement Déterminer les conditions géométriques associées à l hyperstatisme C2 Procéder à la mise en oeuvre dšune démarche de résolution analytique Résoudre le système associé à la fermeture cinématique et en déduire le degré de mobilité et dšhyperstatisme Table des matières 1 Graphe de structure d un mécanisme Rappel Nombre cyclomatique Différents types de chaînes de solides Approche cinématique Fermetures cinématiques Mobilité cinématique Approche statique Application du PFS Degré d hyperstatisme Liaisons équivalentes : Liaisons en parallèle Liaison en série Dualité entre les relations cinématiques et statiques Cinématique/hyperstatisme Analyse globale du degré d hyperstatisme Influence de l hyperstatisme au montage Utilisation pratique de la théorie des mécanismes Ce qu il faut retenir (fondamental) Quelle démarche choisir? Comment rendre un mécanisme isostatique? Cas des problèmes plans 12 GERMAIN GONDOR

2 1. GRAPHE DE STRUCTURE D UN MÉCANISME 2/12 Nomenclature p : Nombre de sommets ou de pièces (ensembles cinématiquement équivalents) N L : Nombre d arcs ou de liaisons ν : Nombre cyclomatique m c : Mobilité cinématique m u : Mobilité cinématique utile du système m i : Mobilité cinématique interne I c(i) : Nombre d inconnues cinématiques de la liaison i I s(i) : Nombre d inconnues statiques de la liaison i I c : Nombre d inconnues cinématiques I s : Nombre d inconnues statiques r c : Rang du système d équations cinématiques r s : Rang du système d équations statiques h : degré d hyperstatisme HYPOTHÈSES : Dans toute cette séquence, nous considérerons que : Les pièces sont indéformables, Les liaisons mécaniques entre les solides sont considérées comme parfaites (sans jeu et sans frottement). Les contacts sont maintenus, Les effets dynamiques sur l ensemble des pièces sont négligés, de telle sorte que le principe fondamental de la statique puisse s appliquer. 1 Graphe de structure d un mécanisme 1.1 Rappel A toute pièce (ou classe d équivalence cinématique), on associe un sommet : p est le nombre de sommets A toute liaison, on associe un arc : N L est le nombre d arcs EXELE : Robot SCARA (Selective Compliant Articulated Robot Arm) FIGURE 1 Robot de manutention de type SCARA utilisé pour déplacer des pièces ou des outils d un poste de travail T1 vers le poste de travail T2 FIGURE 2 Schéma cinématique d un robot de manutention de type SCARA 1 p=5 n=6 FIGURE 3 Graphe de structure d un robot de manutention de type SCARA

3 1. GRAPHE DE STRUCTURE D UN MÉCANISME 3/ Nombre cyclomatique A partir d un graphe de structure, il est possible de dégager différentes boucles utiles pour une étude géométrique et cinématique. Le nombre de boucles indépendantes à prendre en considération est déterminé par le nombre cyclomatique ν. On peut montrer que ce nombre cyclomatique vaut : EXELE : Robot SCARA : ν= N L }{{} nombre de liaisons p +1 }{{} nombre de pièces ν=6 5+1=2 Le mécanisme comporte donc 2 boucles indépendantes. Par exemple : FIGURE 4 Boucle 1 FIGURE 5 Boucle 2 FIGURE 6 Combinaison des deux autres boucles 1.3 Différents types de chaînes de solides Mécanisme en chaîne ouverte DÉFINITION: Chaîne ouverte On appelle chaîne ouverte une chaîne de n+1 solides assemblés par n liaisons en série. REMARQUE: Il n y a pas de cycle :ν=n L p+1=n (n+1)+1= L 1 : Pivot (O 1, #» z ) L 21 : Pivot (O 1, #» z ) L 32 : Pivot (O 2, #» z ) L 43 : Pivot (O 3, #» z ) L 54 : Pivot (O 3, #» z ) p=6 N L =5 ν= Mécanisme en chaîne fermée simple DÉFINITION: Chaîne fermée On appelle chaîne fermée une chaîne ouverte dont les deux solides extrêmes ont une liaison entre eux. Les n+1 solides sont donc reliés par n+1 liaisons.

4 1. GRAPHE DE STRUCTURE D UN MÉCANISME 4/12 REMARQUE: Une chaîne fermée forme 1 cycle :ν=n L p+1=n+1 (n+1)+1=1 Le schéma cinématique ci-après représente une ponceuse vibrante électro-portative. Elle est animée par un moteur électrique dont le rotor entraîne en rotation l arbre d entrée 2 du mécanisme de transformation de mouvement. La rotation continue du moteur est ensuite transformée en rotation alternative de faible débattement par l ensemble constitué de la noix 3 et du balancier 4. Ce dernier est lié par frettage à l arbre de sortie de la ponceuse, guidé par un roulement à billes radial et une douille à aiguilles. La feuille abrasive est fixée sur le patin souple lié à l arbre de sortie. La partie arrière du carter contient le système de commande et d alimentation du moteur électrique. L 21 : Pivot (K, #» x 1 ) L 32 : Pivot glissant (B, #» x 1 ) L 43 : Pivot glissant (B, #» x 1 ) L 41 : Pivot (C, #» z 1 ) p=4 N L =4 ν=1 L L 32 3 L 43 L Mécanisme en chaîne complexe DÉFINITION: Chaîne fermée complexe Une chaîne complexe est une chaîne cinématique constituée de plusieurs chaînes fermées imbriquées L 1 : Pivot (O 1, #» z ) L 21 : Hélicoïdale (O 2, #» z ) L 3 : Hélicoïdale (O 3, #» z ) L 2 : Pivot glissant (N 2, #» z ) L 32 : Pivot (O 1, #» z ) L 43 : Ponctuelle de normale (I, #» z ) L 54 : Hélicoïdale (O 5, #» z ) L 52 : Pivot glissant (N 5, #» z ) L 42 : Pivot (O 4, #» z ) p=6 N L =9 ν=4 L 3 3 L 43 4 L 1 L 2 L 32 L 42 1 L 21 2 L 52 5 L 54 REMARQUE: Dans la suite de ce cours, les mécanismes étudiés seront en chaîne fermée simple ou complexe.

5 2. APPROCHE CINÉMATIQUE 5/12 2 Approche cinématique But : Dégager le nombre de paramètres cinématiques à imposer afin de déterminer toute la cinématique et déduire les lois entrées-sorties. 2.1 Fermetures cinématiques Considérons un mécanisme comportant : p solides I c inconnues cinématiques de liaisons ν boucles indépendantes N L I c = i=1 I c(i) I c(i) nombre d inconnues cinématiques de la liaison i La fermeture cinématique associée à chaque boucle indépendante fournit au maximum 6 équations par boucle : } } } } { } {V /p 1 + {V p 1/p {V 2/1 + {V 1/ = En écrivant lesνfermetures cinématiques, on obtient un système linéaire homogène comportant 6.ν équations à I c inconnues tel que : I c inconnues { }} { 6.ν équations = }{{} I c inconnues 2.2 Mobilité cinématique Définition DÉFINITION: Mobilité cinématique m c La mobilité cinématique correspond au nombre de paramètres cinématiques à imposer afin d obtenir une solution unique : m c = I c r c La mobilité cinématique = nombre d inconnues cinématiques - rang du système d équations 2 Cas : m c = : la seule solution au système d équations est la solution triviale, toutes les inconnues cinématiques sont nulles et la chaîne est immobile. Elle ne transmet aucun mouvement. m c > : Il existe alors m c inconnues principales qui peuvent prendre des valeurs arbitraires, on dit que le mécanisme est à m c degrés de liberté. C est-à-dire qu il faut fixer les valeurs de m c paramètres pour connaître à tout instant la configuration complète du système.

6 2. APPROCHE CINÉMATIQUE 6/12 C est le seul cas intéressant du point de vue de l étude des mécanismes. Le système linéaire peut se mettre sous la forme ci contre. I c { }} { r c inconnues m { }} { c { }} { Le rang du système d équations cinématiques r c correspond au nombre d équations indépendantes permettant de déterminer les inconnues cinématiques de liaisons. Afin de le déterminer, il est nécessaire d entamer une résolution partielle du système en mettant en évidence les inconnues cinématiques à imposer pour résoudre complètement ce système. r c équations = Loi(s) " entrée-sortie " L analyse du mécanisme dans son environnement industriel permet de choisir les paramètres d entrées dont la valeur est imposée ainsi que les paramètres de sortie. DÉFINITION: loi(s) entrée-sortie On appelle " loi(s) entrée-sortie ", la (ou les) relation(s) implicite(s) liant les paramètres cinématiques d entrée e i, les paramètres cinématiques de sortie s i et les données géométriques G i. Paramètre d entrée m c paramètres au maximum Mécanisme F(e i, s i, G i )= Paramètre de sortie A choisir parmi les r c = I c m c inconnues restantes Mobilité cinématique utile DÉFINITION: Mobilité cinématique utile m u La mobilité cinématique utile m u d un mécanisme est égale au nombre de paramètres cinématiques nécessaires à la détermination des lois entrée-sortie. C est aussi égal au nombre de paramètres d entrée Mobilité cinématique interne Les pièces internes à un mécanisme peuvent présenter des mouvements qui n ont aucune influence sur les lois entrée-sortie. DÉFINITION: Mobilité cinématique interne m i La mobilité cinématique interne m i est égale au nombre d inconnues cinématiques à imposer afin que toutes les pièces internes au mécanisme soient dans une position parfaitement définie Synthèse La mobilité cinématique se compose donc des mobilités cinématiques utiles et internes. m c = m u + m i mobilité cinématique = mobilité cinématique utile + mobilité cinématique interne

7 3. APPROCHE STATIQUE 7/12 3 Approche statique But : Savoir si les efforts extérieurs étant connus, on est capable de déterminer toutes les actions mécaniques de liaisons. Si tel n est pas le cas, alors le mécanisme est dit " hyperstatique ". 3.1 Application du PFS On se place dans une position d équilibre du mécanisme avec des liaisons parfaites. Une étude dynamique serait décrite de la même manière. Considérons un mécanisme comportant : p solides I s inconnues d actions mécaniques de liaisons des efforts extérieurs connus I s(i) nombre d inconnues d actions mécaniques de la liaison i N L I s = i=1 I s(i) REMARQUE: Dans le cas d une liaison parfaite i I c(i) + I s(i) = 6 Grâce au PFS : (p 1) isolements peuvent être effectués en ôtant le bâti. 6.(p 1) équations sont obtenues au maximum. Le système linéaire peut se mettre sous la forme : Second membre non nul contenant I s inconnues les efforts extérieurs { }} { {}}{ 6.(p 1) équations = }{{} I s inconnues 3.2 Degré d hyperstatisme DÉFINITION: Degré d hyperstatisme Le degré d hyperstatisme caractérise le nombre d inconnues d actions mécaniques à imposer afin de résoudre le système linéaire. h=i s r s Degré d hyperstatisme = nombre d inconnues d AM - rang du système d équations 2 cas : h= : Le système est dit isostatique. La seule connaissance des actions mécaniques extérieures suffit à déterminer les actions mécaniques de liaisons en appliquant le PFS. h> : Le système est dit hyperstatique de degré h. Certaines actions mécaniques de liaisons ne peuvent pas être déterminées. L analyse de ces systèmes sera développée plus tard.

8 4. LIAISONS ÉQUIVALENTES : 8/12 I s { }} { r s inconnues h { }} { { }} { r s équations = 4 Liaisons équivalentes : On parle de liaison équivalente si la liaison obtenue appartient aux liaisons normalisées. 4.1 Liaisons en parallèle L associations de liaisons en parallèle peut engendrer des inconnues hyperstatiques. Le calcul du degré d hyperstatisme dit " interne " s effectue de la même manière que précédemment. L 1 L 2 P 1 P 2 L i L n L eq P 1 P Approche cinématique Pour que la liaison équivalentel eq entre P 1 et P 2 soit compatible avec les autres liaisons simples parallèles, il faut que son torseur cinématique soit égal au torseur cinématique associé à chaque liaison parallèle : { { { } V L eq P 2 /P 1 }= V L 1 P 2 /P 1 }=...= V L n P 2 /P Approche statique Isoler P 1 permet de faire le bilan des actions mécaniques qui lui sont exercées. Le principe fondamentale de la statique (ou de la dynamique) appliqué à P 1 nous permet d écrire que : { { { } F L eq P 2 P 1 }= F L 1 P 2 P 1 }+...+ F L n P 2 P 1

9 5. DUALITÉ ENTRE LES RELATIONS CINÉMATIQUES ET STATIQUES 9/ Liaison en série P 1 L 1 P 2 P n 1 L n P n P 1 L eq P n Approche cinématique Par composition des vecteurs vitesses : { { { } V L eq P n /P 1 }= V L n 1 P n /P n 1 }+...+ V L 1 P 2 /P Approche statique Par application du successives du PFS à n 1 solide i : } } { } {F Pi 1 Pi + {F Pi+1 Pi = } } {F Pi+1 Pi = {F Pi Pi 1 On en déduit donc que : { { { } F L eq P n P 1 }= F L 1 P n P n 1 }=...= F L n P 2 P 1 5 Dualité entre les relations cinématiques et statiques 5.1 Cinématique/hyperstatisme Cinématique hyperstatisme m u équations lient exclusivement les efforts d entrée-sortie (efforts extérieurs) m i équations sont du type = (équations issues du PFS). D autre part l application du PFS conduit à r s équations permettant de déterminer les inconnues de liaisons (équations principales). On admet : m c = m u + m i = 6.(p 1) r s La diminution du rang statique r s provient uniquement des mobilités cinématiques Hyperstatisme cinématique h (degré d hyperstatisme) équations de cinématique sont dégénérées. On admet : h=6.ν r c

10 5. DUALITÉ ENTRE LES RELATIONS CINÉMATIQUES ET STATIQUES 1/12 La diminution du rang cinématique r c provient uniquement de l hyperstatisme. 5.2 Analyse globale du degré d hyperstatisme Les relations déterminées jusqu à présent permettent de trouver le degré de mobilité cinématique ou le degré d hyperstatisme à partir d une étude analytique aboutissant aux équations cinématiques ou statiques du système. Souvent, on recherche uniquement le caractère isostatique ou hyperstatique d un mécanisme. L écriture des systèmes d équations est alors superflue. Une méthode de détermination globale du degré d hyperstatisme est préférée. En reprenant les équations précédentes, on obtient : h=6.ν r c = 6.ν+m c I c h=6.ν+m c I c et h=i s r s = I s (6.(p 1) m c ) h=m c 6.(p 1)+ I s Ces formules permettent d éviter de devoir écrire le système d équation cinématique ou statique et de déterminer le rang du système d équations. Méthode de détermination du degré d hyperstatisme par une analyse globale : La mobilité cinématique est déterminée par une analyse qualitative du mécanisme (à partir du schéma cinématique). C est la principale difficulté de cette méthode (intuition). Le bilan du nombre total de solides, d inconnues cinématiques et d actions mécaniques de liaisons se fait à partir du graphe de structure (des liaisons). Le degré d hyperstatisme h du mécanisme est alors déterminé avec la formule ci-dessus. REMARQUE: Cette méthode ne permet pas d identifier les inconnues indéterminables, juste de les dénombrer. 5.3 Influence de l hyperstatisme au montage La connaissance du degré d hyperstatisme est importante dans l étude des mécanismes. En effet, un hyperstatisme induit des contraintes géométriques lors du montage des différentes pièces. Il s agit d être capable de fermer la (ou les) boucle(s). Pour illustrer ce propos sur une chaîne fermée simple, la démarche consiste à briser artificiellement un solide, puis à essayer de repositionner les 2 parties en face l une de l autre afin de réaliser la liaison encastrement. Ceci consiste à positionner le solide 2 sur le solide 1 via la liaisonl 1, puis le solide 3 sur le solide 2 via la liaisonl 2... et on arrive au solide positionné sur le solide N via la liaison L N. 2 cas peuvent alors se produire :

11 6. UTILISATION PRATIQUE DE LA THÉORIE DES MÉCANISMES 11/12 soit le nombre de mobilité des liaisons en série vaut 6 (m c = 6), et alors, il est possible de bouger comme on le souhaite le solide dans l espace, et donc de le positionner parfaitement par rapport au solide 1 (on peut recoller sans problème les deux morceaux même si les pièces intermédiaires ont des défauts ce qui est le cas dans la " vraie vie " après l opération de fabrication) soit le nombre de mobilité de la liaison en série est inférieur strictement à (m c < 6). Dans ce cas, à cause des défauts de fabrication des pièces intermédiaires, le solide ne peut pas se retrouver dans la bonne position par rapport au solide 1. Technologiquement : soit on réalise des liaisons avec jeu, ce qui permet de retrouver un peu de mobilité et donc de compenser les défauts de fabrication afin de monter l ensemble des pièces (attention, les jeux ne sont pas mis au hasard, ils sont déterminés analytiquement en fonction des défauts de fabrication et réduit le plus possible afin de conserver une " qualité acceptable " du produit), soit on déforme les pièces lors du montage, ce qui a pour effet de rigidifier le mécanisme (il se déformera moins en utilisation) et d augmenter les efforts de contact dans les liaisons (les calculs sont faits en modélisant les pièces par des solides déformables et nécessitent la connaissance des défauts de fabrication). 6 Utilisation pratique de la théorie des mécanismes 6.1 Ce qu il faut retenir (fondamental) Point de vue Cinématique Statique Inconnues I c = N L i=1 I c(i) I s = N L i=1 I s(i) Nombre d équations E c = 6.ν E s = 6.(p 1) Équations indépendantes ou rang du système. r c 6.ν r s 6.(p 1) Degré de mobilité / de statisme m c = I c r c h=i s r s Indice de mobilité I c E c E s I s Dégradation du système d équations h=e c r c = 6.ν r c m c = E s r s = 6.(p 1) r s Calcul de h par les formules globales Dualité cinématique/statique h=m c + 6.ν I c h=m c 6.(p 1)+ I s I s + I c = 6.N L 6.2 Quelle démarche choisir? A priori 2 possibilités : l approche globale en utilisant directement les équations reliant mobilités, hyperstatisme et nombres d inconnues. La seule difficulté consiste à déterminer les mobilités du mécanisme (m c = m u + m i ) avec : m u, le nombre de mobilités dites utiles du modèle (paramètres de mouvements que l on retrouve dans les relations E/S, et qui sont directement liés à la fonction principale du système) ; elles sont, généralement, clairement identifiées dans le sujet m i, le nombre de mobilités internes, mobilités qui correspondent à des mouvements possibles de pièces à l intérieur du mécanisme même lorsque les mobilités utiles sont bloquées. Si elles sont souvent faciles à identifier, il existe de nombreux cas où il est nécessaire d avoir une certaine expérience pour les détecter (il faut les " voir " à partir du schéma cinématique)

12 7. CAS DES PROBLÈMES PLANS 12/12 Donc par cette méthode, le risque est de sous évaluer les mobilités internes, ce qui revient à sous évaluer le degré d hyperstaticité. Par contre elle est extrêmement rapide, mais elle ne permet que de déterminer m c et h. l approche analytique en écrivant le système d équations cinématiques ou statiques. L écriture des équations de cinématique se fait bien plus rapidement que l écriture des équations de statique. A partir de l analyse cinématique, on identifie clairement les mobilités (internes et utiles) du modèle, mais on ne fait que déterminer le degré d hyperstaticité (la modification du modèle afin de baisser le degré d hyperstaticité n est pas réellement possible). Par contre, l approche statique permet d identifier clairement les inconnues des torseurs statiques en relation avec l hyperstatisme ce qui donne la possibilité de modifier le modèle pour abaisser h, mais les mobilités ne sont pas clairement identifiées. Stratégie au concours Le choix d une ou autre méthode dépend fortement de ce que l on cherche, du temps imparti pour trouver le résultat, et de ce qui est imposé dans le sujet. La méthode la plus rapide reste la méthode globale, mais les résultats à obtenir sont dépendants de vos facultés (" innées et acquises ") à comprendre le fonctionnement du modèle à partir du schéma cinématique. Les approches analytiques sont probablement plus sûres quant à la détermination de m c et h (à condition qu il n y ait pas de fautes de calculs), mais elles sont également beaucoup plus lentes et fastidieuses. L approche analytique cinématique est plus courte que l approche analytique statique. Elle permet d identifier clairement les mobilités, mais ne permet pas de " jouer " avec l hyperstatisme, contrairement à l approche statique. Si dans le sujet, il est demandé de dimensionner les liaisons, l approche statique est obligatoire (et il est indispensable de faire intervenir les efforts extérieurs, voire même de se placer en dynamique si les quantités d inertie peuvent influer sur les inter-efforts de liaisons, pour déterminer les inconnues des torseurs des inter-efforts du système en fonctionnement). Dans ce cas, comme toutes les équations sont déjà écrites, il ne reste plus qu à analyser le système d équations pour déterminer l hyperstatisme et les mobilités. 6.3 Comment rendre un mécanisme isostatique? La méthode la plus classique consiste à supprimer les inconnues hyperstatiques, donc à rajouter des degrés de liberté dans une ou plusieurs liaisons. 7 Cas des problèmes plans Dans le cas d une modélisation plane, les développements précédents restent valables, mais on ne peut écrire que trois équations à partir des fermetures torsorielles. On obtient donc les relations : par l approche cinématique : h=m c + 3.ν I c par l approche statique : h=m c 3.(p 1)+ I s Attention, I c et I s correspondent aux inconnues cinématiques et statiques des " torseurs plans ". REMARQUE: le degré d hyperstatisme avec une modélisation plane et avec une modélisation spatiale peuvent diverger. Il est nécessaire de préciser votre point de vue (plan ou spatial). Sauf indication contraire explicite, on calcule un degré spatial.

Licence SPI Cinématique et Mécanismes. Introduction à la théorie des mécanismes

Licence SPI Cinématique et Mécanismes. Introduction à la théorie des mécanismes Licence SPI Cinématique et Mécanismes Introduction à la théorie des mécanismes Mobilité, hyperstatisme, singularité Plan Problèmes/Objectifs Quelques exemples Graphe mécanisme Nombre de cyclomatique Analyse

Plus en détail

MOBILITE ET HYPERSTATISME

MOBILITE ET HYPERSTATISME MOBILITE ET HPERSTATISME 1- Objectifs : Le cours sur les chaînes de solides nous a permis de déterminer le degré de mobilité et le degré d hyperstatisme pour un mécanisme donné : m = Nc - rc et h = Ns

Plus en détail

EXAMENS PROPOSES EN STATIQUE ET CINEMATIQUE DES SOLIDES

EXAMENS PROPOSES EN STATIQUE ET CINEMATIQUE DES SOLIDES EXAMENS PROPOSES EN STATIQUE ET CINEMATIQUE DES SOLIDES L1 Page 41 Institut Supérieur des Etudes Technologique de Nabeul Département de Génie Mécanique EXAMEN DE MECANIQUE GENERALE Année universitaire

Plus en détail

INTRODUCTION. A- Modélisation et paramétrage : CHAPITRE I : MODÉLISATION. I. Paramétrage de la position d un solide : (S1) O O1 X

INTRODUCTION. A- Modélisation et paramétrage : CHAPITRE I : MODÉLISATION. I. Paramétrage de la position d un solide : (S1) O O1 X INTRODUCTION La conception d'un mécanisme en vue de sa réalisation industrielle comporte plusieurs étapes. Avant d'aboutir à la maquette numérique du produit définitif, il est nécessaire d'effectuer une

Plus en détail

Concours CASTing 2011

Concours CASTing 2011 Concours CASTing 2011 Épreuve de mécanique Durée 1h30 Sans calculatrice Le candidat traitera deux exercices parmi les trois proposés dans le sujet. Dans le cas où les trois exercices seraient traités partiellement,

Plus en détail

STI2D : Enseignements Technologiques Transversaux

STI2D : Enseignements Technologiques Transversaux 1) Notion de moment d une force : Les effets d une force sur un solide dépendent de la position de la force par rapport au corps. Pour traduire avec précision les effets d une force, il est nécessaire

Plus en détail

Dimensionnement d une roue autonome pour une implantation sur un fauteuil roulant

Dimensionnement d une roue autonome pour une implantation sur un fauteuil roulant Dimensionnement d une roue autonome pour une implantation sur un fauteuil roulant I Présentation I.1 La roue autonome Ez-Wheel SAS est une entreprise française de technologie innovante fondée en 2009.

Plus en détail

FICHES D AIDE POUR L UTILISATION DU LOGICIEL

FICHES D AIDE POUR L UTILISATION DU LOGICIEL FICHES D AIDE POUR L UTILISATION DU LOGICIEL MECA 3D Travailler avec Méca 3D Effectuer un calcul mécanique Simuler le mouvement d un mécanisme Afficher une courbe de résultats Ajouter un effort (force

Plus en détail

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert DISQUE DUR Le sujet est composé de 8 pages et d une feuille format A3 de dessins de détails, la réponse à toutes les questions sera rédigée sur les feuilles de réponses jointes au sujet. Toutes les questions

Plus en détail

DISPOSITIF D ESSUIE-GLACE DE LA RENAULT SCENIC II

DISPOSITIF D ESSUIE-GLACE DE LA RENAULT SCENIC II EXAMEN GMP 120 Session de Mai 2013 - Durée 2 heures Aucun document autorisé Calculatrice autorisée Documents fournis : Présentation du support d étude (p.1&2) Travail à réaliser (p.3&4) Tableau des liaisons

Plus en détail

Étude statique du tire bouchon

Étude statique du tire bouchon Méthodologie MP1 Étude statique Tire-bouchon Étude statique du tire bouchon On s intéresse à l aspect statique du mécanisme représenté en projection orthogonale sur la figure 1. Le tire bouchon réel est

Plus en détail

1 Définition. 2 Modélisation des actions mécaniques. On appelle action mécanique toute cause susceptible de : - maintenir un corps au repos

1 Définition. 2 Modélisation des actions mécaniques. On appelle action mécanique toute cause susceptible de : - maintenir un corps au repos 1 Définition On appelle action mécanique toute cause susceptible de : - maintenir un corps au repos - créer ou modifier un mouvement - déformer un corps odélisation des actions mécaniques.1. Notion de

Plus en détail

1.1 Définitions... 2 1.2 Opérations élémentaires... 2 1.3 Systèmes échelonnés et triangulaires... 3

1.1 Définitions... 2 1.2 Opérations élémentaires... 2 1.3 Systèmes échelonnés et triangulaires... 3 Chapitre 5 Systèmes linéaires 1 Généralités sur les systèmes linéaires 2 11 Définitions 2 12 Opérations élémentaires 2 13 Systèmes échelonnés et triangulaires 3 2 Résolution des systèmes linéaires 3 21

Plus en détail

Chapitre 1 : Évolution COURS

Chapitre 1 : Évolution COURS Chapitre 1 : Évolution COURS OBJECTIFS DU CHAPITRE Savoir déterminer le taux d évolution, le coefficient multiplicateur et l indice en base d une évolution. Connaître les liens entre ces notions et savoir

Plus en détail

Probabilités Loi binomiale Exercices corrigés

Probabilités Loi binomiale Exercices corrigés Probabilités Loi binomiale Exercices corrigés Sont abordés dans cette fiche : (cliquez sur l exercice pour un accès direct) Exercice 1 : épreuve de Bernoulli Exercice 2 : loi de Bernoulli de paramètre

Plus en détail

EPREUVE OPTIONNELLE de SCIENCES INDUSTRIELLES

EPREUVE OPTIONNELLE de SCIENCES INDUSTRIELLES EPREUVE OPTIONNELLE de SCIENCES INDUSTRIELLES FERME-PORTE (ou «groom») Un «groom» est un système hydro-mécanique de fermeture automatique de porte. Description du fonctionnement La figure montre le dispositif

Plus en détail

LÈVE-PERSONNE ORIOR MISE EN SITUATION.

LÈVE-PERSONNE ORIOR MISE EN SITUATION. LÈVE-PERSONNE ORIOR MISE EN SITUATION. Le lève-personne ORIOR permet de transférer en toute sécurité dans le cadre d un usage domestique une personne à mobilité réduite d un support à un autre, d un lit

Plus en détail

Exercice 1 : DIRECTION ASSISTÉE ELECTRIQUE DE RENAULT TWINGO

Exercice 1 : DIRECTION ASSISTÉE ELECTRIQUE DE RENAULT TWINGO TD 20 - Loi Entrée-Sortie à l'aide d'un produit scalaire constant de deux vecteurs d orientation Page 1/6 Exercice 1 : DIRECTION ASSISTÉE ELECTRIQUE DE RENAULT TWINGO (Selon le concours CCP 2004 filière

Plus en détail

1 Fiche méthodologique Passage d un mode de représentation d un sev à l autre

1 Fiche méthodologique Passage d un mode de représentation d un sev à l autre 1 Fiche méthodologique Passage d un mode de représentation d un sev à l autre BCPST Lycée Hoche $\ CC BY: Pelletier Sylvain Les deux modes de représentation des sous-espaces vectoriels Il existe deux modes

Plus en détail

Fonctions homographiques

Fonctions homographiques Fonctions homographiques On donne ci-dessous deux définitions des fonctions homographiques, et on montre que ces deux définitions sont équivalentes. On décrit la courbe représentative d une fonction homographique.

Plus en détail

CHAPITRE 1 MÉCANISMES. 1.1 Modélisation cinématique. 1.1.1 Problématique. 1.1.2 Modèle cinématique

CHAPITRE 1 MÉCANISMES. 1.1 Modélisation cinématique. 1.1.1 Problématique. 1.1.2 Modèle cinématique TABLE DES MATIÈRES 1 Mécanismes 1 1.1 Modélisation cinématique.......................... 1 1.1.1 Problématique............................ 1 1.1.2 Modèle cinématique......................... 1 1.2 Liaisons

Plus en détail

Tutorial RDM Le Mans (Ossature) Octobre 2012

Tutorial RDM Le Mans (Ossature) Octobre 2012 Tutorial RDM Le Mans (Ossature) Octobre 2012 On traite ici un cas très simple d analyse de structure au travers du logiciel RDM Le Mans. Le modèle à analyser est composé d une structure encastrée dans

Plus en détail

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté Chapitre 4 Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté 4.1 Introduction Les systèmes qui nécessitent deux coordonnées indépendantes pour spécifier leurs positions sont appelés systèmes à

Plus en détail

Modéliser les actions mécaniques Prévoir et vérifier les performances de systèmes soumis à des actions mécaniques statiques.

Modéliser les actions mécaniques Prévoir et vérifier les performances de systèmes soumis à des actions mécaniques statiques. Modéliser les actions mécaniques Prévoir et vérifier les performances de systèmes soumis à des actions mécaniques statiques. CI-6 LYCÉE CARNOT (DIJON), 2014-2015 Germain Gondor Sciences de l Ingénieur

Plus en détail

Préparation à l agrégation 2012/2013. Mots clés : Graphes. Vecteur propre ; matrices stochastiques ; matrices à coefficients positifs.

Préparation à l agrégation 2012/2013. Mots clés : Graphes. Vecteur propre ; matrices stochastiques ; matrices à coefficients positifs. Mots clés : Graphes. Vecteur propre ; matrices stochastiques ; matrices à coefficients positifs. Le jury n exige pas une compréhension exhaustive du texte. Vous êtes laissé(e) libre d organiser votre discussion

Plus en détail

Le corps R des nombres réels

Le corps R des nombres réels Le corps R des nombres réels. Construction de R à l aide des suites de Cauchy de nombres rationnels On explique brièvement dans ce paragraphe comment construire le corps R des nombres réels à partir du

Plus en détail

Cours de mathématiques - Alternance Gea

Cours de mathématiques - Alternance Gea Cours de mathématiques - Alternance Gea Anne Fredet 11 décembre 005 1 Calcul matriciel Une matrice n m est un tableau de nombres à n lignes( et m colonnes. 1 0 Par exemple, avec n = et m =, on peut considérer

Plus en détail

Support du cours de Probabilités IUT d Orléans, Département d informatique

Support du cours de Probabilités IUT d Orléans, Département d informatique Support du cours de Probabilités IUT d Orléans, Département d informatique Pierre Andreoletti IUT d Orléans Laboratoire MAPMO (Bât. de Mathématiques UFR Sciences) - Bureau 126 email: pierre.andreoletti@univ-orleans.fr

Plus en détail

Chapitre 1: Introduction au calcul des probabilités, cas d un univers fini.

Chapitre 1: Introduction au calcul des probabilités, cas d un univers fini. Chapitre 1: Introduction au calcul des probabilités, cas d un univers fini. 1 Introduction Des actions comme lancer un dé, tirer une carte d un jeu, observer la durée de vie d une ampoule électrique, etc...sont

Plus en détail

Concours EPITA 2009 Epreuve de Sciences Industrielles pour l ingénieur La suspension anti-plongée de la motocyclette BMW K1200S

Concours EPITA 2009 Epreuve de Sciences Industrielles pour l ingénieur La suspension anti-plongée de la motocyclette BMW K1200S Concours EPIT 2009 Epreuve de Sciences Industrielles pour l ingénieur La suspension anti-plongée de la motocyclette MW K1200S Durée : 2h. Calculatrices autorisées. Présentation du problème Le problème

Plus en détail

L approche Bases de données

L approche Bases de données L approche Bases de données Cours: BD. Avancées Année: 2005/2006 Par: Dr B. Belattar (Univ. Batna Algérie) I- : Mise à niveau 1 Cours: BDD. Année: 2013/2014 Ens. S. MEDILEH (Univ. El-Oued) L approche Base

Plus en détail

Bureau Des Méthodes BENLAHMIDI Said -Ecole Nationale Supérieure de Technologie-

Bureau Des Méthodes BENLAHMIDI Said -Ecole Nationale Supérieure de Technologie- VI. MISE EN POSITION DES PIECES VI.1 Introduction On appelle usinage toute opération de mise en forme par enlèvement de matière à l aide d une machine-outil destinée à conférer à une pièce des dimensions

Plus en détail

Calcul garanti des contraintes pour la planification sécurisée de trajectoire

Calcul garanti des contraintes pour la planification sécurisée de trajectoire Calcul garanti des contraintes pour la planification sécurisée de trajectoire Application à la génération de trajectoire articulaire pour un patient paraplégique sous Stimulation Électrique Fonctionnelle

Plus en détail

TD 8 Dynamique. 1 Nacelle à flèche téléscopique H21 TX 1. Compétences travaillées :

TD 8 Dynamique. 1 Nacelle à flèche téléscopique H21 TX 1. Compétences travaillées : Compétences travaillées : Déterminer tout ou partie du torseur cinétique d un solide par rapport à un autre. Déterminer tout ou partie du torseur dynamique d un solide par rapport à un autre. Déterminer

Plus en détail

Cours de spécialité mathématiques en Terminale ES

Cours de spécialité mathématiques en Terminale ES Cours de spécialité mathématiques en Terminale ES O. Lader 2014/2015 Lycée Jean Vilar Spé math terminale ES 2014/2015 1 / 51 Systèmes linéaires Deux exemples de systèmes linéaires à deux équations et deux

Plus en détail

Les Sciences de l Ingénieur

Les Sciences de l Ingénieur Les Sciences de l Ingénieur LES LIISONS SIMPLES ET COMPOSEES COURS B2-5 1. NOTION DE MECNISME ET DE LIISON Pièce (1) Un mécanisme est un ensemble de pièces assemblées possédant des mouvements relatifs.

Plus en détail

Cours de Mathématiques Seconde. Généralités sur les fonctions

Cours de Mathématiques Seconde. Généralités sur les fonctions Cours de Mathématiques Seconde Frédéric Demoulin 1 Dernière révision : 16 avril 007 Document diffusé via le site www.bacamaths.net de Gilles Costantini 1 frederic.demoulin (chez) voila.fr gilles.costantini

Plus en détail

Étude des robots parallèles

Étude des robots parallèles Étude des robots parallèles Ce devoir est une étude simplifiée des robots parallèles, il comporte trois études. Nous limiterons l étude aux robots D.. Présentation générale Les robots peuvent se classer

Plus en détail

Programmation linéaire

Programmation linéaire Programmation linéaire DIDIER MAQUIN Ecole Nationale Supérieure d Electricité et de Mécanique Institut National Polytechnique de Lorraine Mathématiques discrètes cours de 2ème année Programmation linéaire

Plus en détail

1 Définition. 2 Systèmes matériels et solides. 3 Les actions mécaniques. Le système matériel : Il peut être un ensemble.un sous-ensemble..

1 Définition. 2 Systèmes matériels et solides. 3 Les actions mécaniques. Le système matériel : Il peut être un ensemble.un sous-ensemble.. 1 Définition GÉNÉRALITÉS Statique 1 2 Systèmes matériels et solides Le système matériel : Il peut être un ensemble.un sous-ensemble..une pièce mais aussi un liquide ou un gaz Le solide : Il est supposé

Plus en détail

Correction de l épreuve intermédiaire de mai 2009.

Correction de l épreuve intermédiaire de mai 2009. Licence de Gestion. 3ème Année Année universitaire 8-9 Optimisation Appliquée C. Léonard Correction de l épreuve intermédiaire de mai 9. Exercice 1 Avec les notations du cours démontrer que la solution

Plus en détail

Fonction polynôme du second degré : Forme canonique

Fonction polynôme du second degré : Forme canonique Fonction polynôme du second degré : Forme canonique I) Introduction. Soit g(x) = a(x - s)²+h. Toute fonction polynôme du second degré peut s écrire sous cette forme. Le passage de la forme développée à

Plus en détail

Trépier avec règle, ressort à boudin, chronomètre, 5 masses de 50 g.

Trépier avec règle, ressort à boudin, chronomètre, 5 masses de 50 g. PHYSQ 130: Hooke 1 LOI DE HOOKE: CAS DU RESSORT 1 Introduction La loi de Hooke est fondamentale dans l étude du mouvement oscillatoire. Elle est utilisée, entre autres, dans les théories décrivant les

Plus en détail

Soutien illimité 7j/7 en maths: Coach, profs, exercices & annales, cours. Sujet de Bac 2013 Maths S Obligatoire & Spécialité - Liban

Soutien illimité 7j/7 en maths: Coach, profs, exercices & annales, cours. Sujet de Bac 2013 Maths S Obligatoire & Spécialité - Liban Sujet de Bac 2013 Maths S Obligatoire & Spécialité - Liban EXERCICE 1 : 4 Points Cet exercice est un questionnaire à choix multiples. Aucune justification n est demandée. Pour chacune des questions, une

Plus en détail

IPT : Cours 2. La représentation informatique des nombres

IPT : Cours 2. La représentation informatique des nombres IPT : Cours 2 La représentation informatique des nombres (3 ou 4 heures) MPSI-Schwarz : Prytanée National Militaire Pascal Delahaye 28 septembre 2015 1 Codage en base 2 Définition 1 : Tout nombre décimal

Plus en détail

Probabilités et Statistiques. Feuille 2 : variables aléatoires discrètes

Probabilités et Statistiques. Feuille 2 : variables aléatoires discrètes IUT HSE Probabilités et Statistiques Feuille : variables aléatoires discrètes 1 Exercices Dénombrements Exercice 1. On souhaite ranger sur une étagère 4 livres de mathématiques (distincts), 6 livres de

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

BALAI D ESSUIE-GLACE

BALAI D ESSUIE-GLACE BALAI D ESSUIE-GLACE I- PRESENTATION I-1-MISE EN SITUATION: Pour nettoyer correctement le pare-brise d un véhicule, le balai d essuie-glace doit rester en contact permanent avec la glace. A grande vitesse,

Plus en détail

Généralités sur les graphes

Généralités sur les graphes Généralités sur les graphes Christophe ROSSIGNOL Année scolaire 2008/2009 Table des matières 1 Notion de graphe 3 1.1 Un peu de vocabulaire.......................................... 3 1.2 Ordre d un graphe,

Plus en détail

PRINCIPES DIRECTEURS PERMETTANT DE DÉTERMINER L ENDROIT OÙ DOIVENT ÊTRE CLASSÉS LES DOCUMENTS DE BREVET DANS LA CIB

PRINCIPES DIRECTEURS PERMETTANT DE DÉTERMINER L ENDROIT OÙ DOIVENT ÊTRE CLASSÉS LES DOCUMENTS DE BREVET DANS LA CIB PRINCIPES DIRECTEURS PERMETTANT DE DÉTERMINER L ENDROIT OÙ DOIVENT ÊTRE CLASSÉS LES DOCUMENTS DE BREVET DANS LA CIB adoptés par le Comité d experts de l Union de l IPC à sa quarante-deuxième session et

Plus en détail

Recherche opérationnelle. Programmation linéaire et recherche opérationnelle. Programmation linéaire. Des problèmes de RO que vous savez résoudre

Recherche opérationnelle. Programmation linéaire et recherche opérationnelle. Programmation linéaire. Des problèmes de RO que vous savez résoudre Recherche opérationnelle Programmation linéaire et recherche opérationnelle Ioan Todinca Ioan.Todinca@univ-orleans.fr tél. 0 38 41 7 93 bureau : en bas à gauche Tentative de définition Ensemble de méthodes

Plus en détail

Mécanique P06-1MECA0

Mécanique P06-1MECA0 PRIS Formation d Ingénieurs en Partenariat Section GE Polycopié de cours V Mécanique P06-1MEC0 Cours Magistraux TD ED 1ère nnée Enseignant : Mr DETREZ 2011-2012 i Table des matières II Cinématique 1 I.1

Plus en détail

ÉCOLE NATIONALE DE L AVIATION CIVILE Session 2007

ÉCOLE NATIONALE DE L AVIATION CIVILE Session 2007 ÉCOLE NATIONALE DE L AVIATION CIVILE Session 27 CONCOURS DE RECRUTEMENT D ÉLÈVES INGÉNIEURS DU CONTRÔLE DE LA NAVIGATION AÉRIENNE Épreuve commune obligatoire de MATHÉMATIQUES Durée : 4 Heures Coefficient

Plus en détail

Concours Centrale-Supélec 2005 7/12

Concours Centrale-Supélec 2005 7/12 Problème - type centrale Partie - Couplage des phénomènes de conduction thermique et électrique en régime linéaire. Étude d un réfrigérateur à effet Peltier Le but de cette partie est de montrer que, dans

Plus en détail

Loi normale ou loi de Laplace-Gauss

Loi normale ou loi de Laplace-Gauss LivreSansTitre1.book Page 44 Mardi, 22. juin 2010 10:40 10 Loi normale ou loi de Laplace-Gauss I. Définition de la loi normale II. Tables de la loi normale centrée réduite S il y avait une seule loi de

Plus en détail

Chapitre 2 : Caractéristiques du mouvement d un solide

Chapitre 2 : Caractéristiques du mouvement d un solide Chapitre 2 : Caractéristiques du mouvement d un solide I Rappels : Référentiel : Le mouvement d un corps est décris par rapport à un corps de référence et dépend du choix de ce corps. Ce corps de référence

Plus en détail

Mini-projet guidé 09 Octobre 17 Décembre 2015

Mini-projet guidé 09 Octobre 17 Décembre 2015 Projet d Investigation et d Intégration 215-216 1/5 4 OPTIMISTION DU FONCTIONNEMENT D UN SCENSEUR Mini-projet guidé 9 Octobre 17 Décembre 215 Introduction : Le projet «Optimisation du fonctionnement d

Plus en détail

PROBLÉMATIQUE «Comment améliorer la motricité du modèle réduit de la voiture 4 roues motrices en phase d accélération?»

PROBLÉMATIQUE «Comment améliorer la motricité du modèle réduit de la voiture 4 roues motrices en phase d accélération?» D après les productions de l équipe du lycée Clément Ader de Dourdan Mme Fabre-Dollé, Mr Dollé et Mr Berthod THÈME SOCIÉTAL Mobilité PROBLÉMATIQUE «Comment améliorer la motricité du modèle réduit de la

Plus en détail

Espaces vectoriels et applications

Espaces vectoriels et applications Espaces vectoriels et applications linéaires 1 Définitions On parle d espaces vectoriels sur le corps R ou sur le corps C. Les définitions sont les mêmes en substituant R à C ou vice versa. Définition

Plus en détail

Exercices : Probabilités

Exercices : Probabilités Exercices : Probabilités Partie : Probabilités Exercice Dans un univers, on donne deux événements et incompatibles tels que =0, et =0,7. Calculer,, et. Exercice Un dé (à faces) est truqué de la façon suivante

Plus en détail

Cahier de vacances - Préparation à la Première S

Cahier de vacances - Préparation à la Première S Cahier de vacances - Préparation à la Première S Ce cahier est destiné à vous permettre d aborder le plus sereinement possible la classe de Première S. Je vous conseille de le travailler pendant les 0

Plus en détail

: scientifique. : Physique, technologie et sciences de l ingénieur (PTSI) Physique et technologie (PT) : Sciences industrielles de l ingénieur

: scientifique. : Physique, technologie et sciences de l ingénieur (PTSI) Physique et technologie (PT) : Sciences industrielles de l ingénieur : scientifique : Physique, technologie et sciences de l ingénieur (PTSI) Physique et technologie (PT) : Sciences industrielles de l ingénieur Première et seconde s PROGRAMME DE SCIENCES INDUSTRIELLES DE

Plus en détail

BACCALAUREAT PROFESSIONNEL. Etude et Définition de Produits Industriels. Épreuve : E1 - Unité U 11.

BACCALAUREAT PROFESSIONNEL. Etude et Définition de Produits Industriels. Épreuve : E1 - Unité U 11. BACCALAUREAT PROFESSIONNEL Etude et Définition de Produits Industriels Épreuve : E1 - Unité U 11. Etude du comportement mécanique d'un système technique. Durée : 3 heures Coefficient: 3 Compétences et

Plus en détail

CHAÎNES DE SOLIDES T X R X. 1- Rappel sur les liaisons élémentaires. CPGE Brizeux / PSI Chaînes de solide. Solide indéformable :

CHAÎNES DE SOLIDES T X R X. 1- Rappel sur les liaisons élémentaires. CPGE Brizeux / PSI Chaînes de solide. Solide indéformable : Chaînes de solide CHAÎNES DE SOLIDES Les mécanismes sont constitués de nombreuses pièces, certaines restant en permanence liées à d autres au cours du fonctionnement du mécanisme. Ces groupes de pièces

Plus en détail

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE RÉSOLUTION Table des matières 1 Méthodes expérimentales 2 1.1 Position du problème..................................... 2 1.2 Dégénérescence de l ordre...................................

Plus en détail

Temps Distance Vitesse

Temps Distance Vitesse Temps Distance Vitesse Jean-Noël Gers Février 2005 CUEEP Département Mathématiques p1/27 Ce dossier contient un certain nombre de problèmes classiques sur la rencontre de mobiles évoluant à vitesse constante.

Plus en détail

Le réglage mécanique virtuel

Le réglage mécanique virtuel Le réglage mécanique virtuel Didier LE PAPE [1] Un réglage mécanique est une modification de la configuration d un mécanisme, sans changement de la définition des pièces, réalisée afin de satisfaire une

Plus en détail

Mécanisme d essuie glace Bosch

Mécanisme d essuie glace Bosch 1- Montrer que V ( 3/ 0) 0,5 m/ s 30 mm On mesure sur le document réponses : O mes = 30 mm L échelle est de 1/ 2 donc O reelle = 30 1.4 = 42mm 2π V ( 3/ 0) = O Ω (3/ 0) = 0.042 114 = 0.5 m/ s 60 V ( 3/

Plus en détail

Exercices théoriques

Exercices théoriques École normale supérieure 2008-2009 Département d informatique Algorithmique et Programmation TD n 9 : Programmation Linéaire Avec Solutions Exercices théoriques Rappel : Dual d un programme linéaire cf.

Plus en détail

Baccalauréat ES Centres étrangers 12 juin 2014 - Corrigé

Baccalauréat ES Centres étrangers 12 juin 2014 - Corrigé Baccalauréat ES Centres étrangers 1 juin 14 - Corrigé A. P. M. E. P. Exercice 1 5 points Commun à tous les candidats 1. On prend un candidat au hasard et on note : l évènement «le candidat a un dossier

Plus en détail

ET 24 : Modèle de comportement d un système Boucles de programmation avec Labview.

ET 24 : Modèle de comportement d un système Boucles de programmation avec Labview. ET 24 : Modèle de comportement d un système Boucles de programmation avec Labview. Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable Formation des enseignants parcours : ET24 Modèle de

Plus en détail

SOMMAIRE 1 INTRODUCTION 3 2 NOTION DE TORSEUR 3. 2.1 Définition 3 2.1.1 Propriétés liées aux torseurs 4 2.1.2 Produit ou comoment de deux torseurs 4

SOMMAIRE 1 INTRODUCTION 3 2 NOTION DE TORSEUR 3. 2.1 Définition 3 2.1.1 Propriétés liées aux torseurs 4 2.1.2 Produit ou comoment de deux torseurs 4 SOAIRE 1 INTRODUCTION 3 2 NOTION DE TORSEUR 3 2.1 Définition 3 2.1.1 Propriétés liées aux torseurs 4 2.1.2 Prouit ou comoment e eux torseurs 4 2.2 Torseurs élémentaires 4 2.2.1 Torseur couple 4 2.2.2 Torseur

Plus en détail

MATHÉMATIQUES ET SCIENCES HUMAINES

MATHÉMATIQUES ET SCIENCES HUMAINES MATHÉMATIQUES ET SCIENCES HUMAINES B. MARCHADIER Dépendance et indépendance de deux aléas numériques images Mathématiques et sciences humaines, tome 25 (1969), p. 2534.

Plus en détail

Les graphes d intervalles

Les graphes d intervalles Les graphes d intervalles Complément au chapitre 3 «Vol aux archives cantonales» Considérons un ensemble de tâches ayant chacune une heure de début et une heure de fin bien précises. Supposons qu on demande

Plus en détail

Notes de cours L1 MATH120. Hervé Le Dret

Notes de cours L1 MATH120. Hervé Le Dret Notes de cours L1 MATH120 Hervé Le Dret 18 octobre 2004 40 Chapitre 3 Vecteurs dans R m Dans ce chapitre, nous allons nous familiariser avec la notion de vecteur du point de vue algébrique. Nous reviendrons

Plus en détail

Enveloppes convexes dans le plan

Enveloppes convexes dans le plan ÉCOLE POLYTECHNIQUE ÉCOLES NORMALES SUPÉRIEURES ÉCOLE SUPÉRIEURE DE PHYSIQUE ET DE CHIMIE INDUSTRIELLES CONCOURS D ADMISSION FILIÈRE MP HORS SPÉCIALITÉ INFO FILIÈRE PC COMPOSITION D INFORMATIQUE B (XECLR)

Plus en détail

Développement décimal d un réel

Développement décimal d un réel 4 Développement décimal d un réel On rappelle que le corps R des nombres réels est archimédien, ce qui permet d y définir la fonction partie entière. En utilisant cette partie entière on verra dans ce

Plus en détail

Principe des tests statistiques

Principe des tests statistiques Principe des tests statistiques Jean Vaillant Un test de signification est une procédure permettant de choisir parmi deux hypothèses celles la plus probable au vu des observations effectuées à partir d

Plus en détail

aux différences est appelé équation aux différences d ordre n en forme normale.

aux différences est appelé équation aux différences d ordre n en forme normale. MODÉLISATION ET SIMULATION EQUATIONS AUX DIFFÉRENCES (I/II) 1. Rappels théoriques : résolution d équations aux différences 1.1. Équations aux différences. Définition. Soit x k = x(k) X l état scalaire

Plus en détail

Systèmes linéaires. 1. Introduction aux systèmes d équations linéaires. Exo7. 1.1. Exemple : deux droites dans le plan

Systèmes linéaires. 1. Introduction aux systèmes d équations linéaires. Exo7. 1.1. Exemple : deux droites dans le plan Exo7 Systèmes linéaires Vidéo partie 1. Introduction aux systèmes d'équations linéaires Vidéo partie 2. Théorie des systèmes linéaires Vidéo partie 3. Résolution par la méthode du pivot de Gauss 1. Introduction

Plus en détail

Partie I : Automates et langages

Partie I : Automates et langages 2 Les calculatrices sont interdites. N.B. : Le candidat attachera la plus grande importance à la clarté, à la précision et à la concision de la rédaction. Si un candidat est amené à repérer ce qui peut

Plus en détail

Option Informatique Arbres binaires équilibrés

Option Informatique Arbres binaires équilibrés Option Informatique Arbres binaires équilibrés Sujet novembre 2 Partie II : Algorithmique et programmation en CaML Cette partie doit être traitée par les étudiants qui ont utilisé le langage CaML dans

Plus en détail

LA STATIQUE MODELISATION DES ACTIONS MECANIQUES

LA STATIQUE MODELISATION DES ACTIONS MECANIQUES I- Introduction L MECNIQUE C est la science mise à notre disposition afin de déterminer : les efforts, les caractéristiques d un mouvement, les dimensions, les déformations, les conditions de fonctionnement

Plus en détail

IA54 Compte-rendu «STATIONNEMENT AUTOMATIQUE DE VEHICULE»

IA54 Compte-rendu «STATIONNEMENT AUTOMATIQUE DE VEHICULE» IA54 Compte-rendu «STATIONNEMENT AUTOMATIQUE DE VEHICULE» Henri Payno - Cyril Bailly 1/12/2011 SOMMAIRE 1. Introduction... 3 2. Contraintes... 3 3. Architecture globale... 4 4. Interface... 5 A. Scène

Plus en détail

Première STMG1 2014-2015 progression. - 1. Séquence : Proportion d une sous population dans une population.

Première STMG1 2014-2015 progression. - 1. Séquence : Proportion d une sous population dans une population. Première STMG1 2014-2015 progression. - 1 Table des matières Fil rouge. 3 Axes du programme. 3 Séquence : Proportion d une sous population dans une population. 3 Information chiffrée : connaître et exploiter

Plus en détail

Projet Calcul Etude d un étau Annexes

Projet Calcul Etude d un étau Annexes Projet Calcul Etude d un étau Annexes TUTEUR D ÉTUDE Stephane BOCHARD ENSEIGNANT ENSIBS RAPPORT REALISE PAR Neji EL KHAIRI Alexis GERAY Année universitaire 2014-2015 Tables des annexes Annexes 1 : Étude

Plus en détail

Machine de Turing. Informatique II Algorithmique 1

Machine de Turing. Informatique II Algorithmique 1 Machine de Turing Nous avons vu qu un programme peut être considéré comme la décomposition de la tâche à réaliser en une séquence d instructions élémentaires (manipulant des données élémentaires) compréhensibles

Plus en détail

Electrocinétique et magnétostatique

Electrocinétique et magnétostatique Chapitre 3 Electrocinétique et magnétostatique 3.1 Electrocinétique - Vecteur densité de courant Un courant électrique correspond à des charges électriques mobiles. On appelle vecteur densité de courant

Plus en détail

Condensation dynamique de modèle par sousstructuration. Fascicule u2.07 : Méthodes pour réduire la taille de la modélisation

Condensation dynamique de modèle par sousstructuration. Fascicule u2.07 : Méthodes pour réduire la taille de la modélisation Titre : Condensation dynamique de modèle par sous- structu[...] Date : 24/07/2015 Page : 1/7 Condensation dynamique de modèle par sousstructuration statique Résumé : Ce document décrit un mode d utilisation

Plus en détail

Feuille n 2 : Contrôle du flux de commandes

Feuille n 2 : Contrôle du flux de commandes Logiciels Scientifiques (Statistiques) Licence 2 Mathématiques Générales Feuille n 2 : Contrôle du flux de commandes Exercice 1. Vente de voiture Mathieu décide de s acheter une voiture neuve qui coûte

Plus en détail

6.1 Méthode des champs de potentiel

6.1 Méthode des champs de potentiel Chapitre 6 Évitement d obstacles L évitement d obstacles est un comportement de base présent dans quasiment tous les robots mobiles. Il est indispensable pour permettre au robot de fonctionner dans un

Plus en détail

Statique des solides

Statique des solides Cours 08 - Statique des solides Page 1/10 Statique des solides 1) OBJECIFS....3 2) SCHEM D RCHIECURE E GRPHE DE SRUCURE.... 3 21) DIFFERENCE ENRE SCHEM CINEMIQUE E SCHEM D RCHIECURE....3 22) EXEMPLE DE

Plus en détail

Programmation Linéaire - Cours 2

Programmation Linéaire - Cours 2 Programmation Linéaire - Cours 2 P. Pesneau pierre.pesneau@math.u-bordeaux1.fr Université Bordeaux 1 Bât A33 - Bur 265 Sommaire 1 2 3 Retournons dans le yaourt! Reprenons l exemple du 1er cours Forme normale

Plus en détail

Dénombrement, opérations sur les ensembles.

Dénombrement, opérations sur les ensembles. Université Pierre et Marie Curie 2013-2014 Probabilités et statistiques - LM345 Feuille 1 (du 16 au 20 septembre 2013) Dénombrement, opérations sur les ensembles 1 Combien de façons y a-t-il de classer

Plus en détail

Introduction au Makefile

Introduction au Makefile Introduction au Makefile Nicolas Kielbasiewicz 3 mars 2009 Le développement d un programme et plus généralement d un logiciel demande au(x) programmeur(s) de gérer plusieurs fichiers, voire plusieurs langages.

Plus en détail

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Savoir-faire théoriques (T) : Écrire l équation différentielle associée à un système physique ; Faire apparaître la constante de temps ; Tracer

Plus en détail

Hydraulique des terrains

Hydraulique des terrains Hydraulique des terrains Séance 3 : Hypothèses de l écoulement en conduite Guilhem MOLLON GEO3 2012-2013 Plan de la séance A. Cinématique d écoulement -Lignes caractéristiques -Vitesses et débits B. Hypothèse

Plus en détail

Programmation linéaire

Programmation linéaire 1 Programmation linéaire 1. Le problème, un exemple. 2. Le cas b = 0 3. Théorème de dualité 4. L algorithme du simplexe 5. Problèmes équivalents 6. Complexité de l Algorithme 2 Position du problème Soit

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT EFFET DE LEVIER La séance 6 (première partie) traite des décisions d investissement. Il s agit d optimiser

Plus en détail

Crésus-facturation multilingue. Dès version 3.4

Crésus-facturation multilingue. Dès version 3.4 Crésus-facturation multilingue Dès version 3.4 2 Crésus-facturation multi-lingue 1 Introduction Comment faire des factures multilingues? Qu'est ce qu'une facturation multilingue? Pour le logiciel Crésus-facturation,

Plus en détail