Cet article est disponible en ligne à l adresse :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cet article est disponible en ligne à l adresse : http://www.cairn.info/article.php?id_revue=nrp&id_numpublie=nrp_006&id_article=nrp_006_0027"

Transcription

1 Cet article est disponible en ligne à l adresse : La relation d aide et la question du don par Paul FUSTIER érès Nouvelle revue de psychosociologie 2008/2 - n 6 ISSN ISBN pages 27 à 39 Pour citer cet article : Fustier P., La relation d aide et la question du don, Nouvelle revue de psychosociologie 2008/2, n 6, p Distribution électronique Cairn pour érès. érès. Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit.

2 La relation d aide et la question du don Paul FUSTIER DISTRIBUER À L AYANT DROIT Le venir en aide se décline selon plusieurs modalités. Dans une première formulation, on fournit une aide (argent, objet, service) à quelqu un parce qu il a droit à celle-ci. La décision s applique à un ensemble d individus concernés, allant des êtres humains en général, jusqu à des catégories particulières (l éducation pour ce qui est des enfants, la formation pour ce qui est des chômeurs ). Si on définit cette modalité d aide sociale sur un plan «théorique», on peut la caractériser par les points suivants : une décision en provenance du politique crée un droit ; ce droit s applique à une catégorie plus ou moins vaste (l être humain, une catégorie d âge, un groupe social) qui sera constituée d ayants droit ; pour ce qui est du venir en aide, ce n est pas au titre de sujet qu un ayant droit est théoriquement considéré. Ce n est pas son identité d individu qui entraîne son droit mais le fait qu il soit considéré comme étant membre de la catégorie qui «donne droit à». Il prend alors une identité de SDF, de chômeur, d enfant en échec scolaire ; il n y aura donc pas lieu de penser échange ou réciprocité au moment de la «fourniture» de l aide. Celle-ci va de soi, elle est dans l univers du droit, comme un dû qui ne se laisse pas interroger. Celui qui n en dispose pas, alors que c est son droit, est victime d une injustice ; Paul Fustier, professeur émérite de psychologie clinique, université Lumière- Lyon 2,

3 28 Nouvelle Revue de psychosociologie - 6 autrement dit, l aide pourrait être distribuée par une procédure d automaticité, sans intervention d un lien entre l ayant droit et un opérateur distributeur de dus. Cette forme d aide permet de garantir aux plus défavorisés, aux plus fragiles, ce minimum d appuis qui leur permet de vivre à hauteur des normes de la condition humaine que notre société a construites. Elle est aussi une amorce de redistribution des richesses et une tentative pour combattre des injustices. Cependant, ce venir en aide rencontre ses limites dans de nombreuses situations auxquelles sont confrontés les travailleurs sociaux. Notre exposé se construit sur l idée que cette forme d aide ne fonctionne de façon efficace que si le problème de l ayant droit peut être isolé comme étant seulement «objectif» ou objectivable. Il faut pour cela, non seulement que son origine soit économique ou sociale et non psychologique, mais encore qu il n ait pas eu d effet de désorganisation de la personnalité rendant toute solution «sèche» inopérante. Donnons trois exemples montrant les limites de la modalité «Distribuer à l ayant droit». 1. En France, nombreux étaient autrefois les orphelinats. Ultérieurement, les pouvoirs publics eurent à prendre en compte le grand nombre d enfants, ayant une famille (donc non orphelins), mais une famille suffisamment en difficulté pour entraîner un placement des enfants. Ainsi sont nées les maisons d enfants à caractère social, s inspirant souvent de l ancien modèle de l orphelinat. À l époque, les pouvoirs publics ont traité le problème comme s il contenait sa solution par une simple substitution : ces enfants ont manqué d une famille suffisamment solide, on leur propose (comme en remplacement) une organisation institutionnelle de type familial et tout devrait bien se passer. On a rapidement vu qu il n en était rien, parce que les difficultés rencontrées en famille avaient des effets de désorganisation psychique durables sur les enfants concernés, difficultés que le placement devait aussi, et même surtout, prendre en compte. 2. On sait que le taux de chômage est particulièrement élevé chez les jeunes vivant dans les «quartiers défavorisés». Mais on sait aussi que, pour une proportion importante de ceux-ci, se contenter de leur offrir du travail dans une tentative sèche de résolution du problème sera une mesure totalement inefficace. Se voir proposer un emploi ne sert à rien si la question du rapport au travail n est pas traitée. Les situations de vie que ces jeunes ont connues ont pu détruire en eux un certain rapport à la réalité, se traduisant par ce que l on appelle maintenant «l inemployabilité» ; la recherche d un emploi ne sera efficace que si ce «point d achoppement» peut être mis au travail dans un accompagnement prolongé. 3. Un cadre d entreprise, père de famille, est licencié pour raisons économiques, ce qui produit, comme il est fréquent, un bouleversement dans l équilibre familial. Après quelques mois il retrouve un emploi grâce à

4 La relation d aide et la question du don 29 l assistance d un service spécialisé. Le problème du travail est résolu, mais pas la question de la perte des repères familiaux : un des enfants dont la scolarité était jusqu alors normale est maintenant en échec scolaire, l épouse veut divorcer. Les effets de la crise déclenchée par le chômage n ont pas disparu avec la résolution du problème. L équilibre familial en a été durablement affecté. Pour quelles raisons? On s apercevra, dans l après-coup, que monsieur avait déposé dans le travail quelque chose qui tenait à son propre idéal et que son estime de soi était nourrie des apports narcissiques que lui fournissait son emploi. L effondrement de la sphère de l idéal chez monsieur, entraîné par la perte de l emploi, avait produit un «vide» chez les autres membres de la famille qui ne pouvaient plus déposer chez lui une part d idéalité. De plus, monsieur, ne disposant plus des apports narcissiques que son emploi lui fournissait, tentait de les obtenir de sa famille. Les enfants, et surtout madame, n étaient pas prêts à remplir cette nouvelle fonction psychique de pourvoyeur d apports narcissiques Il aurait fallu aborder la question de l emploi comme un problème objectif mais enchâssé dans une dimension psychique à traiter absolument. LE SUJET ET L ÉCHANGE Il est dans la tradition du travail social de mettre en place une relation d aide qui s adresse à un sujet. Un sujet peut être, mais pas nécessairement, un ayant droit. En revanche, il dispose obligatoirement de deux attributs. Le premier tient à la posture du travailleur social qui reconnaît l usager comme une personne et pas seulement comme membre anonyme d une catégorie (il n est pas un chômeur mais monsieur Durand chômeur). Le deuxième attribut de l usager tient à sa manière d aborder sa situation personnelle ; il se doit d être dans l échange, c est-à-dire actif ou réactif, manifestant, comme on dit, le désir de se prendre en charge et non d être pris en charge dans un système pérenne d assistanat ; à ce titre il est sujet, mais dans quel type d échange? Si l on regarde la situation de l extérieur, comme un observateur des systèmes, il semble évident que l acte professionnel du «venir en aide» relève d une logique institutionnelle, proche de la logique d entreprise. Un travailleur social échange, contre un salaire, des prestations sous forme de services dont bénéficie la personne à aider. À en rester là, on rencontre une difficulté majeure. La personne qui «bénéficie» de l aide l est au titre de simple récipiendaire, comme ayant droit et non comme sujet, pour reprendre notre distinction. Autrement dit, on est confronté au paradoxe connu : plus on cherche à aider quelqu un à devenir autonome, plus on l assiste, et plus on le stabilise dans une position de demandeur d aide (plus il devient assisté), alors que le travail social le veut sujet de son proche changement.

5 30 Nouvelle Revue de psychosociologie - 6 Il est donc nécessaire de contractualiser la relation d aide. Au contrat de travail qui lie le travailleur social à son employeur se joint un «contrat d aide» supposant engagement réciproque ; l un (le travailleur social) apporte un soutien, une assistance technique à l autre (l usager) qui s engage en retour (au titre d acteur) dans un processus de changement. Il y a obligation d échange, autrement dit interdit de parasitage 1. SOCIALITÉ PRIMAIRE, SOCIALITÉ SECONDAIRE 2 Notre propos suppose un rapide détour concernant la socialité. Nous reprendrons à Alain Caillé (1991) l idée d une socialité duale qui peut être secondaire ou primaire. La socialité secondaire régit la scène économique et se déploie dans l entreprise, les administrations, le commerce. Caractéristique de nos sociétés industrielles, elle s impose depuis l avènement du capitalisme qui a, selon Mauss, transformé l homme en «animal économique». Elle trouve son origine dans le lien marchand et s épanouit dans la condition salariale. S échange un produit ou un travail contre de l argent, cet échange devant être équilibré, reposant sur un accord d équivalence négocié. Ce modèle convient à la description de la situation du travailleur social, membre d une institution qui le rémunère. On peut vouloir aussi l appliquer à la relation d aide. Le travailleur social fournit un «produit» réel ou symbolique ; en retour il est «rémunéré» par un changement psychologique chez l usager qui prend valeur de réussite professionnelle ou d apport narcissique pour le travailleur social. En vis-à-vis, Caillé décrit la socialité primaire qui s épanouit dans les sociétés «orales», hors notre civilisation, alors qu elle régissait aussi, avant industrialisation, nos sociétés occidentales. De nos jours, on la repère, de façon dominante ou résiduelle, dans «des domaines aussi variés et étendus que ceux de la parenté, de l alliance, du voisinage, de la camaraderie, de l amitié, de l amour» (Caillé, op. cit., p. 115). Le venir en aide, quand il est spontané, quand il ne se réfère ni à un salaire, ni à l exercice d une profession, ni à une formation particulière, se noue hors socialité secondaire. Il prend corps dans des espaces-temps appartenant encore à la socialité primaire et qui demeurent un peu communautaires, comme les bistrots, les repas de famille, les pas de porte des grands ensembles, ou, dans une institution, la salle où se trouve la machine à 1. Nous avons proposé l hypothèse que l interdit de parasitage est un interdit majeur en institution. C est «l interdit de parasiter l institution en vivant de ses offres, en profitant des personnes, des objets matériels et des services, sans introduire aucun échange». C est être dans le dû et non dans l échange (voir P. Fustier, 2008, p ). 2. Nous avons consacré un ouvrage aux questions que nous allons évoquer maintenant (Fustier, 2000).

6 La relation d aide et la question du don 31 café Ces interstices où se déploient les «temps perdus» échappent à une gestion marchande et font appel à l échange par le don. Dès lors, on distinguera deux formes de productivité. Il y aurait une productivité d objets que l on peut évaluer quantitativement (nombre d actes produits et efficacité) et qualitativement, concernant la valeur du service rendu. Mais il y aurait aussi une productivité de lien social plus difficile à mesurer puisque sa fonction est de rétablir de la communication et des solidarités entre personnes. Autrefois, certaines professions développaient clairement ces deux formes de productivité. Le marchand ambulant, jadis très attendu dans les fermes reculées, vendait des produits nécessaires (productivité d objets), mais il tissait aussi des liens, donnant et prenant des nouvelles, échangeant sur le climat ou la politique, luttant ainsi contre l isolement et la solitude (productivité de lien social). Ce personnage a presque disparu, sa productivité d objets étant insuffisante ; s y substituent alors les services sociaux et l intervention de professionnels apportant des solutions à ceux qui sont condamnés à la solitude en raison de leur âge ou de leur état de santé. Mais les pratiques sociales sont certainement plus complexes que ce que donne à voir notre exemple un peu outré. En effet, nos actes sont souvent métissés, ambigus, relevant des deux socialités, à la fois dans l échange équilibré et dans l échange par le don. Ce qu ils sont «objectivement» (par exemple, un acte qui relève du contrat de travail) peut tout à fait dissimuler une vérité subjective de l échange qui se situerait tout à fait ailleurs. Disons que la socialité secondaire clairement dominante dans notre modèle social peut masquer dans les contacts intersubjectifs, même s ils sont professionnels, un échange relevant de la socialité primaire. LES PERSONNALITÉS DÉCONSTRUITES Nous avons été amenés à distinguer deux modalités d aide sociale. D abord il y a le distribuer à l ayant droit qui permet de trouver solution à un problème «objectif» n ayant pas eu d effets psychologiques néfastes. Il y a ensuite la relation d aide traditionnelle, centrée aussi sur le problème, mais supposant un échange équilibré. Nous voudrions montrer que les personnes en grande difficulté psychique entendent la relation d aide pour ce qu il n était pas prévu qu elle soit, ce qui la transforme et suppose une attention particulière de la part du travailleur social. Il nous faut rapidement rappeler ce qui caractériserait une personnalité «déconstruite» en utilisant le concept de carence ou de tendance antisociale au sens de Winnicott (1956). Dans la plupart des situations qu elle rencontre, une personnalité carencée vit dans la désillusion. Elle se sent exclue de toute forme de lien (la déconstruction se manifeste par défaut) parce qu elle est prisonnière du dû. Winnicott nous le fait sentir

7 32 Nouvelle Revue de psychosociologie - 6 quand il écrit, pour expliquer les vols que commet l adolescent délinquant : «Il réclame ce à quoi il a droit ; il réclame à son père et à sa mère des dommages et intérêts [souligné par nous] parce qu il se sent privé de leur amour» (Winnicott, 1956). Toute entrée en relation devient alors impossible, parce que l autre (par exemple le travailleur social) est déshumanisé, considéré comme un simple pourvoyeur automatique de biens et de services. En revanche, il existe des situations rares et particulières qui font renaître l illusion (comme si la déconstruction se manifestait alors dans l excès). La personne carencée ressent alors l espoir (autre mot du langage winnicottien) de retrouver dans une personne de rencontre une figure idéale merveilleuse et toute-puissante, émanation de l imago maternelle bienveillante dont il a été précocement privé. C est à coup sûr une illusion, mais si le travailleur social se trouve à cette place-là dans un moment qui fait exception, c est parce que quelque chose dans sa façon d être ou d agir a permis qu il devienne, par externalisation de l usager, l objet convoqué pour la réalisation d un désir impossible. On voit que l enjeu est tout autre. Nous proposons l idée qu à travers la personne du travailleur social se joue et peut se traiter cette question de l énigme d autrui qui est, nous semble-t-il, au centre des préoccupations de l être humain. LA MISE AU TRAVAIL DE L ÉNIGME Les personnes qui bénéficient de l intervention d un travailleur social s interrogent sur le pourquoi. Pourquoi fait-il cela? Qui est donc cette personne qui s occupe de moi? Dans la mesure où elles ne sont pas totalement envahies par la désillusion et où elles restent actives dans l échange, elles se livrent à un travail herméneutique consistant à tenter de déchiffrer le sens des actes du professionnel, même et peut-être surtout ceux qui paraissent les plus anodins. Dévoilée par cette interrogation, vient se loger l énigme de la question de l autre : Qui est l autre? Qui suis-je pour lui et qui est-il pour moi? Cette énigme est fondamentale pour tout être humain et se pose dans les relations de couple, de famille, d amitié ou professionnelles Revenons aux personnes carencées. Elles vont chercher à donner sens à l énigme à partir d une opposition binaire. Dans un premier cas, elles pensent qu il n y a pas d écart entre ce qu elles ressentent de l acte professionnel du travailleur social et la définition légale et technique de celui-ci. Le lien est alors équilibré, caractérisé par un échange entre deux acteurs qui vise à la résolution du problème responsable de l intervention programmée. Il est conforme à la norme d emploi, nous le disons égoexcentré (ou copernicien) dans la mesure où l usager sent que son interlocuteur agit selon un code externe qui est celui de sa profession. À la question Pourquoi fait-il cela?, la réponse est simplement Parce que c est

8 La relation d aide et la question du don 33 son travail : nous sommes dans la socialité secondaire, dans l explication, dans l échange contractuel relativement «neutre» pour ce qui est des affects. Les personnes en difficulté peuvent, dans certaines situations, adopter une position tout à fait autre. Portées par l espoir, elles peuvent voir renaître l illusion de retrouver chez le professionnel la figure maternelle toute bienveillante que nous évoquions plus haut. Elles déchiffrent une intention. Il n est plus question de norme d emploi ou de professionnalité, mais d une relation égocentrée (ou non copernicienne). L usager sent fortement que c est à partir de lui et pour lui que se déploient les actes du professionnel. Pourquoi fait-il cela? Parce que je suis aimable (digne d amour), ce qu il me fait savoir par ses dons. Nous sommes ici dans la socialité primaire, dans un échange en déséquilibre caractéristique de l échange par le don. Le travail psychique suppose que l énigme demeure comme telle, c est-à-dire non résolue, dans la vérité des situations. Aucune des deux modalités de réponse n est définitive et la personne en difficulté peut interpréter l agir du professionnel comme relevant d une pratique neutre, dictée par les seules règles du métier, alors qu à d autres moments surgit l espoir que l acte relève d un don faisant preuve d amour. Quand l usager vit espoir et renoncement, illusion et désillusion, ce tâtonnement, ce va-et-vient, témoignent d un lien qui s élabore dans le balbutiement. CE QUI FAVORISE L INTERPRÉTATION PAR LE DON Dans nos sociétés contemporaines et industrielles, on a dit de l échange par le don qu il était seulement résiduel, en voie de disparition, ayant perdu sa puissance organisatrice des échanges sociaux. Là où il y avait autrefois l existence d une solidarité et d un étayage générés par la socialité primaire, il y a maintenant invention rapide de nouveaux emplois, de nouvelles professions, de nouvelles théories substituant une résolution professionnelle des problèmes à la prise en charge communautaire et spontanée d autrefois. Nous défendons une autre thèse : s il est vrai que les échanges sont, dans la réalité directement observable, de moins en moins référés à la question du don, ce dernier conserve toute son importance au titre de modalité subjective d échange infiltrant la vie sociale et modifiant le sens des interactions de manière performatrice, puisque le rapport à l autre s en trouve transformé. Dans le cadre de la relation d aide, il sera donc très important de comprendre ce qui est susceptible d entraîner une interprétation, égocentrée, élaborée à partir du modèle du don. Nous avons indiqué plus haut que la carence, au sens de Winnicott, pouvait en être responsable. Reste à voir maintenant ce qui, du fait du dispositif d intervention comme du fait des actes du professionnel, favorise chez l usager la naissance d une interprétation par le don.

9 34 Nouvelle Revue de psychosociologie - 6 Pour ce qui est du dispositif institutionnel, plus la prise en charge est globale, plus elle favorise les interprétations par le don. En effet, les activités culturelles et récréatives qui en font partie, ainsi que l hôtellerie (couchage, repas) dans le cas d un internat, sont plus difficilement objets de contrats, ne serait-ce que parce qu elles empruntent au modèle familial certaines de ses caractéristiques. Ce type d institution est construit sur la contenance, la socialité primaire s y inscrit et la présence proche au quotidien donnera de nombreuses occasions d interprétation par le don. En revanche, dans les pratiques moins englobantes, centrées sur la résolution d un problème et non sur l accueil d une personne (par exemple aider un adolescent dans sa scolarité mais sans l éloigner de son milieu de vie), la socialité secondaire est plus présente. L objectif «partiel» d une pratique permet plus facilement l élaboration d un contrat, encore que l échange par le don puisse s y substituer. Les actes professionnels pourront aussi être des incitateurs pour une interprétation par le don. Ainsi : l interprétation par le don sera favorisée toutes les fois qu une personne a l impression que le travailleur social lui propose un plus. Elle proposerait, dans une «lueur de gratuité» (Hochmann, 1984), quelque chose que son contrat ne l obligerait pas à fournir ; fréquemment, il s agira de temps, temps «en plus» donné à la personne, alors qu il pourrait être occupé à autre chose. C est bien d une interprétation qu il s agit dans la mesure où le travailleur social peut ne pas donner réellement de temps hors contrat, mais manifester, en revanche, une qualité de disponibilité qui en donne l impression. La disponibilité psychique est alors «traduite» dans les termes d un don de temps ; le sentiment de reconnaissance (être reconnu comme personne) est un autre incitateur pour une interprétation par le don fondée aussi sur un plus : la personne se sent reconnue comme individualité, comme étant considérée comme «plus» que le membre anonyme d une catégorie. Monsieur Durand se sent être monsieur Durand, reconnu par le professionnel comme individu et pas seulement comme un chômeur ; autre incitateur : le travailleur social dévoile à la personne quelque chose de sa sphère privée. Conduire la personne dans sa voiture personnelle, lui prêter un livre, lui donner une information sur sa famille, montrer une photo de ses enfants, la recevoir chez lui autant d actes qui réduisent la distance ou l asymétrie relationnelle et qui sont interprétés comme un don que le travailleur social fait de son intimité, témoin de l estime qu il porte à la personne en la reconnaissant comme un proche ; de façon voisine, on peut considérer aussi que la manifestation visible d émotions ressenties par le professionnel à propos de la personne dont il s occupe est aussi un incitateur possible de l interprétation par le don. Par exemple la colère provoquée chez un éducateur par les comportements déviants d un adolescent pourra être interprétée par ce dernier

10 La relation d aide et la question du don 35 comme marque de l intérêt particulier (pas seulement professionnel) dont il est l objet, ce qui est une autre forme de don de reconnaissance. S il fallait résumer l ensemble de ces marqueurs, il faudrait dire que l incitation à une interprétation par le don opère toutes les fois que, pour l usager, le travailleur social est ressenti comme produisant du professionnel en dépassement. LE DON EST DANS L ÉCHANGE Jusqu à maintenant, et pour des raisons de présentation, nous avons considéré le don comme un élément isolable. Or, on ne comprend le don que si, à la suite de Mauss (1925), on réintroduit l idée d un échange par le don. Il suppose en effet l enchaînement d une triple obligation : l obligation de donner qui est en quelque sorte un «principe de générosité», pour parler comme Bataille, ou l obligation à manifester une attitude «chevaleresque» ou noble, pour parler comme Bourdieu (1988) : «Quand on dit noblesse oblige, c est bien que le noble est obligé à être désintéressé, à être généreux L univers social lui demande d être généreux» ; l obligation d accepter le cadeau. Le refuser, c est rompre le lien, refuser l alliance, laisser l autre à sa place d étranger. L accepter, c est accepter la dette et qu il faudra l honorer ; d où la troisième obligation : l obligation de rendre. Il s agit d offrir un contre-don, normalement de valeur supérieure au don. Ne pas pouvoir obéir à cette obligation, c est se reconnaître serviteur ou vassal, reconnaître la supériorité du donateur, voir une relation hiérarchique se substituer à l échange par le don. Mais le contre-don ne termine pas l échange, il entraîne chez celui qui le reçoit la nécessité de rendre un «contre-contre-don», et l échange se poursuit Ainsi s enchaînent les obligations à moins que l on ne dise, avec Lévi-Strauss, qu il n y a pas de triple obligation mais une seule obligation, celle d échanger, à quoi renvoie l interdit de parasitage dont nous parlions plus haut. Lorsque le bénéficiaire interprète comme un don l acte du travailleur social, il aura donc à y répondre par un contre-don. Il pourra s agir d un retour conforme à l attente raisonnable du professionnel : la personne devient active, fait des démarches, accepte de changer ou esquisse des tentatives de sortie de crise. Le travailleur social sentira que l on est dans le registre du contre-don de reconnaissance (aux deux sens du terme) s il a l impression qu il s agit aussi de lui faire plaisir en validant l efficacité de son travail. Le contre-don peut aussi prendre la forme d un apport narcissique direct ; la personne donne à entendre que «son» travailleur social est exceptionnel et qu il lui doit beaucoup. Le don de confidence est une autre forme de contre-don. On dévoile à quelqu un un événement intime, tout en lui donnant à entendre qu il est

11 36 Nouvelle Revue de psychosociologie - 6 le seul à qui on le confie. La confidence s apparente par là à une «déclaration». Ce contre-don est susceptible de bouleverser le lien, dans la mesure où le travailleur social aura, après confidence, une représentation de la personne très différente de celle qu il en avait avant. Elle est devenue exception et le travailleur social pourra très difficilement la mettre encore sur le même plan que les autres usagers. Aux contre-dons succéderont les contre-contre-dons en provenance du professionnel. Ils conforteront un peu plus l usager dans l idée qu il est reconnu et individué, qu il compte comme quelqu un d important dans la vie privée/professionnelle du travailleur social. Cette esquisse de la dynamique de l échange par le don montre que celui-ci est essentiellement en déséquilibre. Dans un échange équilibré, l offre cherche à réduire la dette et à la résorber ; alors se termine l échange. A contrario, l échange par le don nourrit la dette, l alimente, pour ainsi dire la dramatise. Rappelons que le contre-don doit toujours, en principe, être de valeur supérieure au don et qu ainsi se poursuit l échange : les enjeux sont de plus en plus importants et engagent les personnes de façon de plus en plus intime. Comment donc cet échange peut-il s achever? L ultime forme prise par l échange sera souvent marquée par la disparition du cadre professionnel qui devait, en principe, le contenir. Ainsi un éducateur et un enfant carencé pourront-ils au bout du compte se retrouver dans une situation d «adoption imaginaire», l enfant n ayant plus rien à offrir que lui-même à un éducateur qui lui sacrifie sa professionnalité au profit d une parentalité déréelle. Ce sacrifice de la professionnalité, considérée alors comme un obstacle à une relation «vraie et authentique», se retrouve aussi chez les travailleurs sociaux prenant en charge des adultes. Il s agit de ne pas trahir, de ne pas se dérober aux enjeux affectifs, l autre devenant in fine ami ou partenaire. Ont disparu cette asymétrie, ce maintien d une distance suffisante caractéristiques du lien professionnel. On comprend que cette forme d échange par le don, quand on la rencontre à l état brut sans mise au travail des enjeux personnels et sans place laissée aux «règles du métier», aboutisse à une violente crise qui ne peut s achever que dans une rupture. Le poids de la dette deviendra insupportable à l un des protagonistes qui n aura d autre recours que de casser ce lien, devenu ligature, pour s en débarrasser. Le travail que le professionnel et la personne en situation d être aidée avaient pu mener conjointement aura perdu le sens et s en trouvera annulé ; il n en demeurera qu un souvenir de souffrance pour les deux protagonistes. LA CONFUSION DES GENRES La mise en échec d une relation d aide sera souvent la conséquence d une mésentente dans l interprétation. Un travailleur social se pensera

12 La relation d aide et la question du don 37 dans un échange équilibré, alors que l usager aura interprété qu il est dans un échange par le don. Yves, 14 ans, est en difficulté : il «sèche» ses cours au collège, commet de petits vols. De ce fait, il est l objet d une mesure d action éducative en milieu ouvert et une éducatrice, Noëlle, le rencontre très régulièrement. Le suivi se passe très bien, Yves retrouve un équilibre de vie et, après quelques mois, Noëlle demande et obtient la mainlevée de la mesure. On observe alors un renversement de la situation : effondrement brutal d Yves : retour des vols et de l absentéisme scolaire, violence et alcoolisation. Une réunion d équipe est alors consacrée à cette situation. Noëlle décrit le déroulement de la mesure tel qu elle l a pensé. Il y avait un contrat clair dont elle avait exposé les termes à Yves : elle l aiderait dans la situation difficile qu il traversait ; en retour il accepterait de modifier son comportement ; ce résultat obtenu, chacun était quitte et la mesure levée. Tout s est apparemment passé comme prévu, et Noëlle ne comprend pas le pourquoi de ce retournement qu elle qualifie de «catastrophique». Les autres éducateurs du service qui connaissent Noëlle et ont eu l occasion de rencontrer Yves insistent sur le très fort engagement personnel dont Noëlle a fait preuve, lui consacrant temps et énergie, lui trouvant un club sportif, l aidant dans son travail scolaire, l emmenant faire des courses dans sa voiture De son côté Yves demandait à rencontrer Noëlle de façon exclusive, voire tyrannique, «ignorant» les autres éducateurs, ou semblant les mépriser. Parmi les nombreuses hypothèses en recouvrement partiel qui sont proposées en équipe pour comprendre le retournement constaté, on peut retenir celle-ci : Noëlle a pensé agir (comme pour se défendre contre ses propres affects, semblent sous-entendre ses collègues) dans un système d échanges centré sur une résolution de problème, sur un objectif à atteindre (le retour d Yves à la normale) dans un donnant-donnant équilibré. Le problème réglé à la satisfaction des deux parties, la mesure devait disparaître d elle-même. Mais Yves ne l a pas pensé ainsi. Il a interprété l aide de Noëlle comme des dons (d amour ou d estime) et ses propres efforts et changements comme des contre-dons (pour faire plaisir à Noëlle), ce qui aurait dû entraîner celle-ci à donner toujours plus. Il pensait en termes de liens entre personnes et non en termes de résolution du problème. Quand Noëlle arrête la mesure (pour elle parce que le problème est réglé), il y a pour Yves trahison comme si, en retour du don d un changement réussi qu il lui faisait, elle l abandonnait. Il manifeste alors violence et envie (au sens de Melanie Klein), en détruisant ce qui était bon et qui devient «empoisonné» lorsqu il en est privé.

13 38 Nouvelle Revue de psychosociologie - 6 COMMENT FAIRE? Quels repères peut-on se donner pour contenir cette forme énigmatique de lien, qui met en cause socialité secondaire et socialité primaire, échange par le don et échange équilibré? Il va de soi qu un travail clinique en continu est nécessaire pour suivre au plus près la nature de l échange, sans être prisonnier de celui-ci. Une particulière attention doit être portée au sens que prennent les séparations. Les externalisations de l usager, c est-à-dire ce qu il dépose dans le travailleur social (une figure maternelle idéalisée par exemple), doivent être tolérées. Accepter d être partiellement «reconstitué» par l imaginaire de l usager fait partie de la professionnalité du travailleur social. En revanche, les agir professionnels doivent rester stables ; ils sont délimités par un cadre externe défini par le contrat de travail ; ce ne sont ni l usager ni ses «besoins» qui vont définir les contours des actes professionnels ou les règles du métier. C est seulement à l intérieur d un cadre fixe que toutes les variations sont possibles. Les institutions du travail social ont tout intérêt à rester «lacunaires» pour parler comme Jacques Hochmann (1985). Cela veut dire qu elles doivent renoncer à servir l usager de façon totale, à satisfaire tous ses «besoins». La manifestation d une extrême bienveillance colmatant toutes les brèches facilite l interprétation par le don ; mais les dons sont alors aliénants parce que trop envahissants ou étouffants pour autoriser des contre-dons de valeur suffisante. Ainsi se réalise un lien d assistance. Le manque est nécessaire pour que naisse l échange. BIBLIOGRAPHIE BOURDIEU, P «Intérêt et désintéressement», Cahiers du groupe de recherche sur la socialisation, n 7, p CAILLÉ, A «Postface au manifeste du Mauss», La revue du MAUSS, 14, p FUSTIER, P Le lien d accompagnement entre don et contrat salarial, Paris, Dunod. FUSTIER, P «Personnalité carencée et lien d accompagnement», dans P.-P. Boutinet (sous la direction de), N. Denoyel, G. Pineau, J.-Y. Robin, Penser l accompagnement adulte, Paris, PUF. FUSTIER, P Les corridors du quotidien, Paris, Dunod. HOCHMANN, J Pour soigner l enfant psychotique, Toulouse, Privat. HOCHMANN, J «L institution sans institutions», Cahiers de l IPC, n 1, p MAUSS, M «L échange par le don», dans Sociologie et anthropologie, Paris, PUF. WINNICOTT, D.W «La tendance antisociale», dans De la pédiatrie à la psychanalyse, Paris, Payot.

14 La relation d aide et la question du don 39 PAUL FUSTIER, LA RELATION D AIDE ET LA QUESTION DU DON RÉSUMÉ Dans le travail social, une première manière de «venir en aide» consiste à fournir des objets réels ou symboliques à une personne que l on range dans la catégorie de ceux qui en ont besoin (les «ayants droit»). Ce mode d intervention est insuffisant quand on a affaire à des personnes en difficulté psychique. À une pratique unilatérale, on substitue alors un lien d échange, constituant l usager comme un sujet ou comme coauteur de l aide qu il reçoit. Cet échange peut être équilibré, prenant généralement forme contractuelle. Notre travail veut souligner que dans un certain nombre de cas, difficiles parce que marqués par l existence d une carence précoce, l usager aura tendance à interpréter les agir professionnels du travailleur social non comme un élément contractualisé mais comme relevant d un don, entraînant un contre-don alimentant la dette, donc un lien puissant mais en déséquilibre. Nous indiquons ce qui favorise, dans le quotidien du travail social et du côté des deux interlocuteurs, ce ressenti subjectif. Nous pointons les risques encourus à se tromper de registre (s agit-il d un échange contractuel ou d un échange par le don?) et à ne pas s interroger sur la nature du lien qui se noue entre travailleur social et usager. MOTS-CLÉS Don et contre-don, contrat, assistance, carence précoce, sujet, travail social. PAUL FUSTIER, THE HELPING RELATIONSHIP AND THE GIFT QUESTION ABSTRACT The first way of getting to help somebody within social work is to provide real or symbolic objects to that person. But this is not enough for those suffering from psychological troubles. An exchange practice must then be substituted for a unilateral practice establishing the user as a subject or a co-author of the help he receives. This exchange can be equalized, usually in a contractual manner. In this article, we try to emphasise the fact that, in difficult cases, marked by the presence of an early deficiency, the user is prone to interpret the professional intervention not as the result of a mutual contract, but as the result of a Gift (according to the meaning given to the sociologist Marcel Mauss) that provokes a debt. This process has a great impact but constitutes an unbalanced operation. We also intend to indicate what, in daily social practice, favours such a subjective feeling from both participants. And finally we try to underline what risks are taken when, by lack of a clear view of the nature of the bond established between the social worker and the user, a mistake is made concerning the method employed (Gift or mutual contract?). KEYWORDS Gift, contract, early deficiency, subject, social work.

SEMINAIRE ANMECS, Paul FUSTIER 31 mai 2013

SEMINAIRE ANMECS, Paul FUSTIER 31 mai 2013 SEMINAIRE ANMECS, Paul FUSTIER 31 mai 2013 Paul FUSTIER est professeur émérite de psychologie à l Université Lumière-Lyon 2. Il est aussi docteur en musicologie et spécialiste de la vielle à roue à l époque

Plus en détail

LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION

LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION Face à une rationalisation croissante du secteur social et médico-social, accentuée par les effets de crise, comment un directeur de structure

Plus en détail

aupres des personnes agees `

aupres des personnes agees ` aupres des personnes agees ` La problématique du suicide chez les personnes âgées Informer, soutenir, accompagner les professionnels qui entourent les personnes âgées dans leur quotidien. ^ L intervenant

Plus en détail

La résolution générale

La résolution générale La résolution générale Placer la solidarité au cœur de nos ambitions! S ajoutant aux difficultés structurelles, la crise financière internationale, qui frappe également notre pays, renforce la fréquence

Plus en détail

1/ Introduction au colloque par monsieur Roger BALLET, secrétaire de l'ojevim. 2/ Introduction de l'intervention de madame Danielle RAPOPORT

1/ Introduction au colloque par monsieur Roger BALLET, secrétaire de l'ojevim. 2/ Introduction de l'intervention de madame Danielle RAPOPORT 1/ Introduction au colloque par monsieur Roger BALLET, secrétaire de l'ojevim 2/ Introduction de l'intervention de madame Danielle RAPOPORT 3/ Résumé de l'intervention de monsieur Arnaud Frauenfelder 1/

Plus en détail

Eléments de l étude «La politique vacances des centres sociaux et les familles bénéficiaires : modalités, finalités, effets» Une approche sociologique de quatre sites : Givors (69), Lannion (22), Saint

Plus en détail

La construction du métier de psychologue du travail, praticien en clinique du travail

La construction du métier de psychologue du travail, praticien en clinique du travail Symposium : La construction du métier de psychologue du travail, praticien en clinique du travail Coordonné par Anne-Sylvie Grégoire Intervenants: - Muriel Bienvenu, psychologue du travail, exercice en

Plus en détail

La dynamique des liens entre genre, âge et désir

La dynamique des liens entre genre, âge et désir La dynamique des liens entre genre, âge et désir Michel Bozon Lausanne, 21 juin 2011 Université d été «Genre, rapports intergénérationnels et travail social» Plan de la présentation Transformations de

Plus en détail

Elaborer des règles principes généraux

Elaborer des règles principes généraux Elaborer des règles principes généraux ELABORER DES REGLES Elaborer des règles de vie, permettre aux élèves de leur donner du sens, les rendre lisibles par tous, les faire respecter et envisager des sanctions

Plus en détail

Cet article est disponible en ligne à l adresse : http://www.cairn.info/article.php?id_revue=pp&id_numpublie=pp_016&id_article=pp_016_0019

Cet article est disponible en ligne à l adresse : http://www.cairn.info/article.php?id_revue=pp&id_numpublie=pp_016&id_article=pp_016_0019 Cet article est disponible en ligne à l adresse : http://www.cairn.info/article.php?id_revue=pp&id_numpublie=pp_016&id_article=pp_016_0019 Le travail social face à la pauvreté par Élisabeth PRIEUR De Boeck

Plus en détail

Quand Tintin rencontre l Oncle Hô, ou comment l interculturel se vit au Vietnam

Quand Tintin rencontre l Oncle Hô, ou comment l interculturel se vit au Vietnam Quand Tintin rencontre l Oncle Hô, ou comment l interculturel se vit au Vietnam Introduction Souvenirs de guerre, récits de colons, chroniques de voyageurs, mémoires de fugitifs ou d expatriés nourrissent

Plus en détail

La gestion prévisionnelle des compétences Histoire, problématique et démarche

La gestion prévisionnelle des compétences Histoire, problématique et démarche La gestion prévisionnelle des compétences Histoire, problématique et démarche I - Un historique du modèle de la compétence II - Les enjeux de la GPEC III - Une démarche reliant stratégie/compétences/organisation

Plus en détail

Apprendre l empathie pour prévenir la violence dès la maternelle: le Jeu des Trois Figures

Apprendre l empathie pour prévenir la violence dès la maternelle: le Jeu des Trois Figures Serge TISSERON Psychiatre, psychanalyste, docteur en psychologie HDR à l Université Paris Ouest Nanterre Blog: http://squiggle.be/tisseron Apprendre l empathie pour prévenir la violence dès la maternelle:

Plus en détail

Mariages forcés. Information pour les professionnel-le-s

Mariages forcés. Information pour les professionnel-le-s Mariages forcés Information pour les professionnel-le-s De quoi parle-t-on? Mariage forcé de type A une personne subit des pressions pour accepter un mariage dont elle ne veut pas. Mariage forcé de type

Plus en détail

DON DU VIVANT SITUATION(E) AMBIGUE(S)

DON DU VIVANT SITUATION(E) AMBIGUE(S) DON DU VIVANT SITUATION(E) AMBIGUE(S) Société Francophone de Dialyse Université d ÉTÉ BICHAT 19 juin 2015 Chantal RAIMBAULT Psychologue Transplantations Rénales Transplantations cardiaques CHRU de TOURS

Plus en détail

Pour un dialogue réussi enseignant parent parent enseignant

Pour un dialogue réussi enseignant parent parent enseignant Pour un dialogue réussi enseignant parent parent enseignant le mot du médiateur de l éducation nationale Madame, monsieur, Parent, enseignant, vous aurez l occasion, au long de l année scolaire, de vous

Plus en détail

QU APPELLE-T-ON ROMPRE L ISOLEMENT?

QU APPELLE-T-ON ROMPRE L ISOLEMENT? QU APPELLE-T-ON ROMPRE L ISOLEMENT? Le travail que j ai tenté de faire autour du thème qui m était proposé est à entendre comme un essai. C est-à-dire une tentative non achevée de rapprocher des idées

Plus en détail

Collectif de travail et bientraitance, entre pouvoir et limites

Collectif de travail et bientraitance, entre pouvoir et limites 81 Collectif de travail et bientraitance, entre pouvoir et limites Le discours de professionnels de l'action en Milieu Ouvert dans l'aide à la Jeunesse en Communauté française de Belgique Ah! que la vie

Plus en détail

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie.

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Sarah CAILLOT, Psychologue Réseau Breizh IMC- Pôle MPR St-Hélier (Rennes)- Journée Inter-régionale

Plus en détail

Formation à la systémique pour consultants et personnels RH

Formation à la systémique pour consultants et personnels RH J.A. Malarewicz Conseil Conseil, Formation, Supervision, Coaching S.A.S. au capital de 8OOO TVA : FR 36478450471 SIRET : 478 450471 00014 N formateur 11921445592 Région IdF 11 rue du Professeur Leroux

Plus en détail

Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché

Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché XXIII ème Assemblée régionale Europe Erevan, Arménie 3 au 7 mai 2010 Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché Section Belgique/Communauté

Plus en détail

Violence en milieu hospitalier Verbalisation autour de la mort

Violence en milieu hospitalier Verbalisation autour de la mort Profession : il y a quelques mois, Christine Malèvre, infirmière diplômée d état, a été condamnée a douze ans de réclusion criminelle pour homicide sur six malades et à l interdiction définitive d exercer

Plus en détail

«Jeu des trois figures» en classes maternelles

«Jeu des trois figures» en classes maternelles «Jeu des trois figures» en classes maternelles Prévenir la violence, éduquer aux images, naître à l'empathie Programme mené sous la supervision de Serge Tisseron La violence, notamment scolaire, un problème

Plus en détail

«Lalangue qui, cette jouissance, la civilise si j ose dire *»?

«Lalangue qui, cette jouissance, la civilise si j ose dire *»? Carlos Guevara «Lalangue qui, cette jouissance, la civilise si j ose dire *»? La phrase du titre de mon exposé est de Lacan, le signe d interrogation est de moi. Cette phrase, vous pouvez la trouver dans

Plus en détail

NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES

NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES Récemment, dans un texte : - j ai identifié les souffrances et les modes défensifs que les travailleurs utilisent pour faire face

Plus en détail

DEVENIR UN PRATICIEN RÉFLEXIF ET CONGRUENT. I) Qu est-ce qu un praticien réflexif et congruent?

DEVENIR UN PRATICIEN RÉFLEXIF ET CONGRUENT. I) Qu est-ce qu un praticien réflexif et congruent? DEVENIR UN PRATICIEN RÉFLEXIF ET CONGRUENT I) Qu est-ce qu un praticien réflexif et congruent? Dans la lettre que j ai adressé début 2007 aux membres de la SFC et qui figure sur le site de la SFC, j énonçais

Plus en détail

Relation soignant / soigné

Relation soignant / soigné Relation soignant / soigné 3 métiers impossibles selon Freud : gouverner soigner éduquer Car met les personnes dans une situation de dépendance et d autorité Relation = activité ou une situation dans laquelle

Plus en détail

BENEVOLAT ET TRAVAIL EN FAMILLE

BENEVOLAT ET TRAVAIL EN FAMILLE BENEVOLAT ET TRAVAIL EN FAMILLE 25/02/2015 Cette forme d entraide, courante dans les petites entreprises (de type familiale) ou au cours des phases de lancement d une affaire, soulève un certain nombre

Plus en détail

F.F.E.R. FÉDÉRATION FRANÇAISE DES ESPACES RENCONTRE POUR LE MAINTIEN DES RELATIONS ENFANTS-PARENTS

F.F.E.R. FÉDÉRATION FRANÇAISE DES ESPACES RENCONTRE POUR LE MAINTIEN DES RELATIONS ENFANTS-PARENTS Les espaces de rencontre : un pari sur la parole Marie-Antoinette Descargues Wéry psychologue, psychanalyste, membre associée de la société de psychanalyse freudienne Paris Février 2008 Pour introduire

Plus en détail

LA RÉUSSITE SCOLAIRE EN MILIEUX POPULAIRES OU LES CONDITIONS SOCIALES D UNE SCHIZOPHRÉNIE HEUREUSE

LA RÉUSSITE SCOLAIRE EN MILIEUX POPULAIRES OU LES CONDITIONS SOCIALES D UNE SCHIZOPHRÉNIE HEUREUSE Ville-Ecole-Intégration, n 114, septembre 1998 LA RÉUSSITE SCOLAIRE EN MILIEUX POPULAIRES OU LES CONDITIONS SOCIALES D UNE SCHIZOPHRÉNIE HEUREUSE Bernard LAHIRE (*) L enfant de milieu populaire en difficulté

Plus en détail

Par: Dominique Barsalou

Par: Dominique Barsalou Le traitement juridique de la mère au foyer Par: Dominique Barsalou Conférence midi Familles en mouvance Dynamiques intergénérationnelles Mardi, 28 février 2012 Plan de la présentation Mise en contexte

Plus en détail

La méthode de coaching

La méthode de coaching La méthode de coaching De Françoise Barquin Déclaration d activité de Formation enregistrée sous le n 11 75 50467 75 136 rue du Faubourg Poissonnière Paris 75010 - T/ 01 42 73 18 36-06 79 64 01 15 frbarquin@lobbycom.fr

Plus en détail

Fiche de lecture de l ouvrage: «Transitions de vie» -Comment s adapter aux tournants de notre existence-

Fiche de lecture de l ouvrage: «Transitions de vie» -Comment s adapter aux tournants de notre existence- Fiche de lecture de l ouvrage: «Transitions de vie» -Comment s adapter aux tournants de notre existence- Ecrit par William Bridges, un consultant américain dans le domaine du développement personnel, cet

Plus en détail

Santé publique SYNTHÈSE RENCONTRE SANTÉ : TANT QU ON A LA JEUNESSE? Prenez la parole! PARTICIPATIVE 25 FÉVRIER BAUGÉ-EN-ANJOU

Santé publique SYNTHÈSE RENCONTRE SANTÉ : TANT QU ON A LA JEUNESSE? Prenez la parole! PARTICIPATIVE 25 FÉVRIER BAUGÉ-EN-ANJOU Améliorons ensemble la santé en Pays de la Loire. Santé publique Prenez la parole! SYNTHÈSE RENCONTRE PARTICIPATIVE 25 FÉVRIER BAUGÉ-EN-ANJOU SANTÉ : TANT QU ON A LA JEUNESSE? Informez-vous - Participez

Plus en détail

FAIRE REUSSIR TOUS LES ELEVES

FAIRE REUSSIR TOUS LES ELEVES 18 questions réponses Jacques BOUCHER Psychopédagogue Enseignant en psychologie du développement DEFINIR LES MISSIONS DE L ECOLE 1 - Quelles devraient être les valeurs de l école en N-C Les valeurs de

Plus en détail

Position sociale et choix du conjoint : des différences marquées entre hommes et femmes. Mélanie Vanderschelden*

Position sociale et choix du conjoint : des différences marquées entre hommes et femmes. Mélanie Vanderschelden* Population, famille 1 Position sociale et choix du conjoint : des différences marquées entre hommes et femmes Mélanie Vanderschelden* Certaines professions sont nettement plus féminisées que d autres.

Plus en détail

Petite enfance et analyse des pratiques professionnelles : problématiques et enjeux spécifiques

Petite enfance et analyse des pratiques professionnelles : problématiques et enjeux spécifiques Petite enfance et analyse des pratiques professionnelles : problématiques et enjeux spécifiques Journée d Etude Education et Petite Enfance Lyon 17 avril 2013 Organisépar ARFRIPS Ecole Rockefeller ESSSE

Plus en détail

La prévention du stress et des risques psychosociaux

La prévention du stress et des risques psychosociaux Le point sur La prévention du stress et des risques psychosociaux Avec plus de 20% de salariés se déclarant stressés au travail, les entreprises doivent faire face à un enjeu majeur de santé, mais aussi

Plus en détail

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Estime de soi MOI Affirmation de soi AUTRES Confiance en soi ACTION Contexte Règles fondamentales de la communication 1) On ne peut pas décider, par

Plus en détail

L ACQUISITION DU LANGAGE CHEZ LE TOUT PETIT EN VIE COLLECTIVE INSTITUTIONNELLE

L ACQUISITION DU LANGAGE CHEZ LE TOUT PETIT EN VIE COLLECTIVE INSTITUTIONNELLE N 220 - ROUFIDOU Irini L ACQUISITION DU LANGAGE CHEZ LE TOUT PETIT EN VIE COLLECTIVE INSTITUTIONNELLE Pendant notre recherche du D.E.A., nous avons étudié l acquisition du langage chez le tout petit en

Plus en détail

LE COACHING. Texte communiqué par. Norbert CASAS. MONTPELLIER Mars 2005

LE COACHING. Texte communiqué par. Norbert CASAS. MONTPELLIER Mars 2005 LE COACHING Texte communiqué par Norbert CASAS MONTPELLIER Mars 2005 Le terme de «coaching» recouvre aujourd hui une réalité disparate car il et utilisé dans de nombreux domaines aussi divers que la gestion

Plus en détail

L ENFANT ET LA PEUR D APPRENDRE

L ENFANT ET LA PEUR D APPRENDRE L ENFANT ET LA PEUR D APPRENDRE Serge Boimaré / Editions Dunod Il y a toujours une souffrance quand on ne répond pas aux attentes de l école. Les grandes difficultés d apprentissages doivent amener à une

Plus en détail

LE COACHING Soirée animée par la Fédération Francophone de Coaching

LE COACHING Soirée animée par la Fédération Francophone de Coaching AFITEP SOIREE MANAGEMENT DE PROJET LE 19 mai 2003 LE COACHING Soirée animée par la Fédération Francophone de Coaching 1 QUELQUES CHIFFRES Aujourd hui en France, on compte environ 2 000 coachs (40 000 dans

Plus en détail

L AUTORITE. Un acte éducatif?

L AUTORITE. Un acte éducatif? L AUTORITE Un acte éducatif? Vos motivations pour ce sujet Pour vous, l autorité c est Introduction Des éclairages théoriques - Interrogeons le concept - Autorité et éducation Des réflexions - Punir :

Plus en détail

Les annonces en cancérologie : Dimensions psychologiques et relationnelles

Les annonces en cancérologie : Dimensions psychologiques et relationnelles Les annonces en cancérologie : Dimensions psychologiques et relationnelles St Malo 5 février 2010 Audrey Lesieur Psychologue Le dispositif d annonce Plan Cancer 2005 ( Mesure 40) Apporter une information

Plus en détail

Société Française de Coaching Compte rendu de conférence

Société Française de Coaching Compte rendu de conférence CONFERENCE SFCoach du 22 septembre 2003 Paris Le coaching dans tous ses états Conférence pilotée par Jean-Yves ARRIVE (JYA) Intervenants : Jane TURNER (JT) : coach, auteur du livre «le Manuel du Coaching»

Plus en détail

Filière éducation et insertion

Filière éducation et insertion . Filière éducation et insertion La filière «Éducation et Insertion» rassemble les équipes de professionnels chargés de conduire les projets personnalisés dans leur triple dimension : éducative, thérapeutique

Plus en détail

La prévention des facteurs de risques psychosociaux

La prévention des facteurs de risques psychosociaux La prévention des facteurs de risques psychosociaux ETSUP Marina Pietri, Psychologue du travail / Entrelacs Janvier 2011 La prévention des facteurs de risques psychosociaux : trois types d interventions

Plus en détail

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ?

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? à propos de : D Aristote à Darwin et retour. Essai sur quelques constantes de la biophilosophie. par Étienne GILSON Vrin (Essais d art et de philosophie), 1971.

Plus en détail

LA SOCIÉTÉ PROFESSIONNELLE D ARCHITECTES : QUELLES SONT LES PERSONNES ASSURÉES CIVILEMENT EN SON SEIN ET CELLES QUI DOIVENT L ÊTRE?

LA SOCIÉTÉ PROFESSIONNELLE D ARCHITECTES : QUELLES SONT LES PERSONNES ASSURÉES CIVILEMENT EN SON SEIN ET CELLES QUI DOIVENT L ÊTRE? LA SOCIÉTÉ PROFESSIONNELLE D ARCHITECTES : QUELLES SONT LES PERSONNES ASSURÉES CIVILEMENT EN SON SEIN ET CELLES QUI DOIVENT L ÊTRE? 1. Introduction 1.1 La loi du 15 février 2006, relative à l exercice

Plus en détail

De quoi l assistance est-elle le minimum?

De quoi l assistance est-elle le minimum? De quoi l assistance est-elle le minimum? Soin, politique et relations sociales Frédéric WORMS Pour Frédéric Worms, l assistance ne doit pas s approcher seulement en termes quantitatifs, comme une prestation

Plus en détail

«Formations et Emploi» Sommaire du dossier de presse

«Formations et Emploi» Sommaire du dossier de presse DOSSIER DE PRESSE Paris, le 3 décembre 2013 «Formations et Emploi» Sommaire du dossier de presse Fiche «Vue d ensemble» Face à la crise, le diplôme protège du chômage et favorise l accès à la formation

Plus en détail

Service Enfance Ville de Vénissieux 19/10/2013

Service Enfance Ville de Vénissieux 19/10/2013 Service Enfance Ville de Vénissieux 19/10/2013 La maltraitance, qu est-ce que c est pour vous? Formation Maltraitance. 19/10/13. Intervenante : Claire Singer, Psychologue & Ph.D La maltraitance, qu est-ce

Plus en détail

Texte de Maurice Mazalto, proviseur du lycée Jacques Prévert à Pont Audemer (27) ; membre actif du Groupe de pilotage Politiques Éducatives.

Texte de Maurice Mazalto, proviseur du lycée Jacques Prévert à Pont Audemer (27) ; membre actif du Groupe de pilotage Politiques Éducatives. La parole de l enfant et du jeune à l école Texte de Maurice Mazalto, proviseur du lycée Jacques Prévert à Pont Audemer (27) ; membre actif du Groupe de pilotage Politiques Éducatives. 1. Une reconnaissance

Plus en détail

LA SOUFFRANCE TOTALE DES PERSONNES EN FIN DE VIE.

LA SOUFFRANCE TOTALE DES PERSONNES EN FIN DE VIE. 1 LA SOUFFRANCE TOTALE DES PERSONNES EN FIN DE VIE DU SP Février 2015 LA SOUFFRANCE TOTALE DES PERSONNES EN FIN DE VIE. I) Concept de souffrance globale Comment comprendre la personne malade, sans l appréhender

Plus en détail

MyFrenchFilmFestival.com

MyFrenchFilmFestival.com Fiche d activités pour la classe MyFrenchFilmFestival.com Parcours niveau B2 : en bref Thème : la jeunesse face à la justice Après avoir fait connaissance avec les personnages du film, les apprenants analyseront

Plus en détail

LES «JEUNES» LEUR APPORT DANS LA DEMOCRATIE LOCALE AU TRAVERS D UNE MUNICIPALITE ET LES ENJEUX EDUCATIFS QUI EN DECOULENT.

LES «JEUNES» LEUR APPORT DANS LA DEMOCRATIE LOCALE AU TRAVERS D UNE MUNICIPALITE ET LES ENJEUX EDUCATIFS QUI EN DECOULENT. LES «JEUNES» LEUR APPORT DANS LA DEMOCRATIE LOCALE AU TRAVERS D UNE MUNICIPALITE ET LES ENJEUX EDUCATIFS QUI EN DECOULENT. Gérard SERVANT, Personnel de Direction, Académie d Aix-Marseille, Docteur en Sciences

Plus en détail

N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse. 1. Problématique

N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse. 1. Problématique N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse CONSTRUCTION IDENTITAIRE DES ENSEIGNANTS EN FORMATION INTIALE : ENTRE REPRESENTATIONS PARTAGEES ET ELEMENTS DE DIFFERENCIATION DANS LE RAPPORT AU METIER 1. Problématique L étude

Plus en détail

«Construire son PROJET ASSOCIATIF : De la RÉDACTION à l EVALUATION»

«Construire son PROJET ASSOCIATIF : De la RÉDACTION à l EVALUATION» «Construire son PROJET ASSOCIATIF : De la RÉDACTION à l EVALUATION» CDOS de Gironde Bordeaux (33) 19 Janvier Jacques LAPORTE Conseil-Formation-Coaching 1 «C est le désir qui crée le désirable et le projet

Plus en détail

Acquis de première : groupe d appartenance, groupe de référence, socialisation anticipatrice, capital social

Acquis de première : groupe d appartenance, groupe de référence, socialisation anticipatrice, capital social COMMENT RENDRE COMPTE DE LA MOBILITÉ SOCIALE? 1. COMMENT MESURER LA MOBILITÉ SOCIALE? A. LES TABLES DE DESTINÉES ET DE RECRUTEMENT 2003 B. DIFFÉRENTES MOBILITÉS, FLUIDITÉ SOCIALE ET DÉCLASSEMENT SOCIAL

Plus en détail

«LE ROLE DE LA BONNE FOI EN DROIT DES CONTRATS»

«LE ROLE DE LA BONNE FOI EN DROIT DES CONTRATS» Composition sur un sujet de droit civil ou de procédure civile (1 er concours) Note : 16/20 «LE ROLE DE LA BONNE FOI EN DROIT DES CONTRATS» A la suite de l Avant Projet de réforme du droit des obligations

Plus en détail

France métropolitaine, juin 2008 SUJET 7. Série ES, France métropolitaine, juin 2008

France métropolitaine, juin 2008 SUJET 7. Série ES, France métropolitaine, juin 2008 France métropolitaine, juin 2008 SUJET 7 7 SUJET Dissertation Série ES, France métropolitaine, juin 2008 Est-il plus facile de connaître autrui que de se connaître soi-même? LE SUJET COUP de POUCE ANALYSE

Plus en détail

FONDATION FONDATION TRAVAIL-UNIVERSITÉ

FONDATION FONDATION TRAVAIL-UNIVERSITÉ NOTES NOTES ÉDUCATION ÉDUCATION PERMANENTE PERMANENTE N N 18 2011-05 OCTOBRE 2005 JUIN 2011 ASSOCIATION ASSOCIATION POUR POUR UNE UNE FONDATION FONDATION TRAVAIL-UNIVERSITÉ CHAUSSÉE DE HAECHT, 579 B-1031

Plus en détail

Évaluation et recommandations

Évaluation et recommandations ÉVALUATION ET RECOMMANDATIONS 13 Évaluation et recommandations Les personnes souffrant de troubles mentaux s intègrent mal sur le marché du travail. En Belgique, par rapport aux personnes qui ont une bonne

Plus en détail

Le problème de la dette (grecque) Un concept articulant résolution du problème de la dette et investissement

Le problème de la dette (grecque) Un concept articulant résolution du problème de la dette et investissement Le problème de la dette (grecque) Un concept articulant résolution du problème de la dette et investissement Gabriel Colletis Jean-Philippe Robé Robert Salais Athènes 2 Juin2015 Plan Quelques remarques

Plus en détail

Code d éthique de l ATTrueQ

Code d éthique de l ATTrueQ Code d éthique de l ATTrueQ Version 2009 Table des matières Introduction..3 1. Devoirs et obligations..4 1.1 Déclarations du travailleur de rue...4 1.2 Dispositions générales du travailleur de rue...6

Plus en détail

Une perspective de changement de pratiques en violence conjugale et familiale

Une perspective de changement de pratiques en violence conjugale et familiale Une perspective de changement de pratiques en violence conjugale et familiale François Lepage travailleur social, Option, Montréal Annie Simard travailleuse sociale, Option, Montréal OP+ION «Une alternative

Plus en détail

La souffrance totale des personnes en fin de vie.

La souffrance totale des personnes en fin de vie. LA SOUFFRANCE TOTALE DES PERSONNES EN FIN DE VIE. I) Concept de souffrance globale En Soins Palliatifs, on parle de souffrance totale, «total pain», c'est-à-dire qu il s agit d une approche globale de

Plus en détail

Les clés du tirage sentimental avec... l Oracle de WYNN

Les clés du tirage sentimental avec... l Oracle de WYNN Les clés du tirage sentimental avec... l Oracle de WYNN par LORENA De tous temps, les hommes ont attribué un message divinatoire ou philosophique aux s et aux oracles. L Oracle de Wynn, jeu que j ai créé

Plus en détail

La perception d un cadeau offert par une entreprise au consommateur

La perception d un cadeau offert par une entreprise au consommateur La perception d un cadeau offert par une entreprise au consommateur Regards croisés de l anthropologie et du marketing Jacqueline Winnepenninckx-Kieser 9 décembre 2008 Mise en perspective de la recherche

Plus en détail

CRÉATION ET CROISSANCE DES JEUNES ENTREPRISES INNOVANTES

CRÉATION ET CROISSANCE DES JEUNES ENTREPRISES INNOVANTES 1 CRÉATION ET CROISSANCE DES JEUNES ENTREPRISES INNOVANTES Cécile AYERBE Michel BERNASCONI L a création d entreprises innovantes a fait l objet d attention de la part des chercheurs du fait de la complexité

Plus en détail

La place des seniors dans le bénévolat

La place des seniors dans le bénévolat La place des seniors dans le bénévolat On sait que les seniors jouent un rôle très important dans le bénévolat, notamment en qualité d élus aux seins des associations, bénéficiant de l expérience qu ils

Plus en détail

La réalité de l imaginaire : l illusion

La réalité de l imaginaire : l illusion 1 La réalité de l imaginaire : l illusion Un bébé, cela n existe pas Au cours d une réunion scientifique de la Société Britannique de Psychanalyse, en 1940, D.W. Winnicott déclarait avec fougue «Mais un

Plus en détail

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale 19 Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale RENCONTRE, TRANSFERT ET CONTRE-TRANSFERT La notion de transfert découle des travaux de la psychanalyse (S. Freud) où ont été décrits des mouvements

Plus en détail

Collection dirigée par Xavier Chiron

Collection dirigée par Xavier Chiron EXTRAIT Collection dirigée par Xavier Chiron Coordination : Françoise Rouaix Xavier Chiron Inspecteur d académie-inspecteur pédagogique régional d économie et gestion Stéphane Derocles Professeur agrégé

Plus en détail

LES 4 MARCHES DU POUVOIR DES DOMINES BY REACT, RESEAUX POUR L ACTION COLLECTIVE TRANSNATIONALE

LES 4 MARCHES DU POUVOIR DES DOMINES BY REACT, RESEAUX POUR L ACTION COLLECTIVE TRANSNATIONALE LES 4 MARCHES DU POUVOIR DES DOMINES BY REACT, RESEAUX POUR L ACTION COLLECTIVE TRANSNATIONALE Mai 2011 L escalier à quatre marches Marche pied pour une négociation équilibrée dans les conflits socio-économiques

Plus en détail

L engagement associatif : tout savoir sur le bénévolat

L engagement associatif : tout savoir sur le bénévolat L engagement associatif : tout savoir sur le bénévolat Les intervenants : Véronique ROSETTI Responsable département association Cabinet Aliantis- Lyon Benoît PARIS Expert Comptable Diplômé Responsable

Plus en détail

Donateurs, associations : les conditions Jeudi 5 de novembre la confiance 2009

Donateurs, associations : les conditions Jeudi 5 de novembre la confiance 2009 Donateurs, associations : les conditions Jeudi 5 de novembre la confiance 2009 Donateurs, associations : les conditions Jeudi 5 de novembre la confiance 2009 Conférence C08 Donateurs, associations : les

Plus en détail

Maîtrise mentale et comportementale

Maîtrise mentale et comportementale Maîtrise mentale et comportementale Conception et animation Fabrice De Ré Formation, coaching Maîtrise mentale et comportementale +33 (0) 618 951 340 - contact@aikievolutis.com Formation pour les métiers

Plus en détail

Document de référence. La dépendance à l alcool

Document de référence. La dépendance à l alcool Document de référence La dépendance à l alcool Table des matières Introduction 2 Définition 2 Signes et symptômes 3 Intervenir auprès d un employé 4 Traitements et ressources disponibles 5 Conclusion 6

Plus en détail

Délibération n 2010-259 du 29 novembre 2010. État de santé Handicap Emploi Emploi secteur privé Observations

Délibération n 2010-259 du 29 novembre 2010. État de santé Handicap Emploi Emploi secteur privé Observations Délibération n 2010-259 du 29 novembre 2010 État de santé Handicap Emploi Emploi secteur privé Observations Délibération relative à des faits de harcèlement, une discrimination salariale et un licenciement

Plus en détail

FORMATION CONTINUE Programme

FORMATION CONTINUE Programme Arsi Prog2015-BAT3:PF 2011 12/08/14 11:34 Page1 2 0 1 5 FORMATION CONTINUE Programme Association de Recherche en Soins Infirmiers agréée pour la formation continue 109, rue Negreneys 31200 TOULOUSE Tél.

Plus en détail

Première partie. 1.2 Définir une ZUS. Indiquer les critères qui permettent à un quartier de bénéficier de l appellation ZUS.

Première partie. 1.2 Définir une ZUS. Indiquer les critères qui permettent à un quartier de bénéficier de l appellation ZUS. Vous êtes stagiaire au centre social de Champbenoist, un quartier de la ville de Provins en Seine et Marne, plus particulièrement rattaché à la référente famille. Un CADA est partenaire du centre social.

Plus en détail

QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO?

QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO? QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO? Tous les documents sont tirées de «La Grèce peut-elle se sauver en sortant de la zone euro?», Flash éco Natixis, 08 novembre

Plus en détail

Pour une gestion des comportements difficiles à l école

Pour une gestion des comportements difficiles à l école Pour une gestion des comportements difficiles à l école INTRODUCTION Lorsqu on pense à un élève qui a des difficultés de comportement, on le définit comme celui qui ne suit pas les consignes, ne respecte

Plus en détail

Projet : Prévention de la violence dans les cours de récréation

Projet : Prévention de la violence dans les cours de récréation Informations aux parents Projet : Prévention de la violence dans les cours de récréation Recherche-action sous la direction du Professeur Willy Lahaye Chercheurs responsables : Bruno Humbeeck, Frédéric

Plus en détail

Communiquer en interne, c est accompagner le changement

Communiquer en interne, c est accompagner le changement 1 CHAPITRE PREMIER Communiquer en interne, c est accompagner le changement Il fut un temps où il suffisait de réunir les ouvriers dans l atelier. L ingénieur ou le patron disait ce qu il avait à dire,

Plus en détail

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle I. Communiquer avec efficacité A. Intégrer les processus d influence sociale 1. La personnalité Les métaprogrammes sont les traits de personnalité qui, gravés

Plus en détail

Club thérapeutique et Groupe d Entraide Mutuelle

Club thérapeutique et Groupe d Entraide Mutuelle Club thérapeutique et Groupe d Entraide Mutuelle Aurélien Troisœufs, doctorant en anthropologie Bonjour. Je m appelle Aurélien Troisoeufs. Je suis doctorant en anthropologie au laboratoire du CERMES 3

Plus en détail

INFORMATIONS JURIDIQUES 3 / F 66-2012

INFORMATIONS JURIDIQUES 3 / F 66-2012 INFORMATIONS JURIDIQUES 3 / F 66-2012 L absence du travailleur en raison de la maladie d un enfant Aux termes de l art. 36 al. 3 de la loi fédérale sur le travail (LTr), «l employeur doit, sur présentation

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION SAVOIR VENDRE AVEC EFFICACITÉ

PROGRAMME DE FORMATION SAVOIR VENDRE AVEC EFFICACITÉ CV315 SAVOIR VENDRE AVEC EFFICACITÉ 1. Identifier les objectifs commerciaux Les 4 objectifs clés du commercial L esprit de conquête, clé de la performance La psychologie du vendeur face à l acheteur 2.

Plus en détail

Travail social et nouvelles technologies

Travail social et nouvelles technologies Travail social et nouvelles technologies Didier Dubasque 1. Présentation L objet de l intervention. Lien avec les réflexions des instances professionnelles et du CSTS. 2. Le contexte dans lequel évolue

Plus en détail

13.1. L évolution de l emploi des seniors depuis 1975

13.1. L évolution de l emploi des seniors depuis 1975 13.1. L évolution de l emploi des seniors depuis 1975 Stable entre 1975 et 1980, la proportion des seniors (55-64 ans, cf. encadré) qui occupent un emploi a diminué de manière continue jusqu en 1998, passant

Plus en détail

Code d éthique Version révisée février 2011

Code d éthique Version révisée février 2011 Code d éthique Version révisée février 2011 Table des matières Introduction...3 1. Devoirs et obligations...4 1.1. Déclarations de la personne accompagnatrice... 4 1.2. Dispositions générales de la personne

Plus en détail

DEPISTER ET PREVENIR LE BURN OUT

DEPISTER ET PREVENIR LE BURN OUT DEPISTER ET PREVENIR LE BURN OUT Martine PACAULT-COCHET Responsable Action Sociale Assistante Sociale Spécialisée Groupe Pasteur Mutualité www.gpm.fr Un engagement fort en faveur du bien-être des soignants

Plus en détail

Prévenir le harcèlement : une responsabilité accrue pour l employeur. Consultante en entreprise, Gérante de la société Sémiode

Prévenir le harcèlement : une responsabilité accrue pour l employeur. Consultante en entreprise, Gérante de la société Sémiode Prévenir le harcèlement : une responsabilité accrue pour l employeur Ariane Bilheran Consultante en entreprise, Gérante de la société Sémiode Le développement (prétendu ou avéré) des situations de harcèlement

Plus en détail

Titre 1 : Les Règles générales de l assurance

Titre 1 : Les Règles générales de l assurance Introduction L assurance est une technique qui repose sur un contrat, le contrat d assurance, en vertu duquel un assureur s engage, en contrepartie du versement régulier d une prime, d indemniser les sinistres

Plus en détail

SOMMAIRE. L employeur a-t-il l obligation de fournir des boissons à son personnel?

SOMMAIRE. L employeur a-t-il l obligation de fournir des boissons à son personnel? SOMMAIRE L employeur a-t-il l obligation de fournir des boissons à son personnel? L alcool peut-il être toléré dans l entreprise? Que faire face à l état d ivresse d un salarié? Un salarié en état d ébriété

Plus en détail

Le mobbing au travail. Viviane Gonik Sept. 08

Le mobbing au travail. Viviane Gonik Sept. 08 Le mobbing au travail Viviane Gonik Sept. 08 1 Le mobbing représente une forme de violence Plusieurs formes de violence La violence dans les relations au travail (mobbing, harcèlement sexuel...) La violence

Plus en détail