Cet article est disponible en ligne à l adresse :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cet article est disponible en ligne à l adresse : http://www.cairn.info/article.php?id_revue=nrp&id_numpublie=nrp_006&id_article=nrp_006_0027"

Transcription

1 Cet article est disponible en ligne à l adresse : La relation d aide et la question du don par Paul FUSTIER érès Nouvelle revue de psychosociologie 2008/2 - n 6 ISSN ISBN pages 27 à 39 Pour citer cet article : Fustier P., La relation d aide et la question du don, Nouvelle revue de psychosociologie 2008/2, n 6, p Distribution électronique Cairn pour érès. érès. Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit.

2 La relation d aide et la question du don Paul FUSTIER DISTRIBUER À L AYANT DROIT Le venir en aide se décline selon plusieurs modalités. Dans une première formulation, on fournit une aide (argent, objet, service) à quelqu un parce qu il a droit à celle-ci. La décision s applique à un ensemble d individus concernés, allant des êtres humains en général, jusqu à des catégories particulières (l éducation pour ce qui est des enfants, la formation pour ce qui est des chômeurs ). Si on définit cette modalité d aide sociale sur un plan «théorique», on peut la caractériser par les points suivants : une décision en provenance du politique crée un droit ; ce droit s applique à une catégorie plus ou moins vaste (l être humain, une catégorie d âge, un groupe social) qui sera constituée d ayants droit ; pour ce qui est du venir en aide, ce n est pas au titre de sujet qu un ayant droit est théoriquement considéré. Ce n est pas son identité d individu qui entraîne son droit mais le fait qu il soit considéré comme étant membre de la catégorie qui «donne droit à». Il prend alors une identité de SDF, de chômeur, d enfant en échec scolaire ; il n y aura donc pas lieu de penser échange ou réciprocité au moment de la «fourniture» de l aide. Celle-ci va de soi, elle est dans l univers du droit, comme un dû qui ne se laisse pas interroger. Celui qui n en dispose pas, alors que c est son droit, est victime d une injustice ; Paul Fustier, professeur émérite de psychologie clinique, université Lumière- Lyon 2,

3 28 Nouvelle Revue de psychosociologie - 6 autrement dit, l aide pourrait être distribuée par une procédure d automaticité, sans intervention d un lien entre l ayant droit et un opérateur distributeur de dus. Cette forme d aide permet de garantir aux plus défavorisés, aux plus fragiles, ce minimum d appuis qui leur permet de vivre à hauteur des normes de la condition humaine que notre société a construites. Elle est aussi une amorce de redistribution des richesses et une tentative pour combattre des injustices. Cependant, ce venir en aide rencontre ses limites dans de nombreuses situations auxquelles sont confrontés les travailleurs sociaux. Notre exposé se construit sur l idée que cette forme d aide ne fonctionne de façon efficace que si le problème de l ayant droit peut être isolé comme étant seulement «objectif» ou objectivable. Il faut pour cela, non seulement que son origine soit économique ou sociale et non psychologique, mais encore qu il n ait pas eu d effet de désorganisation de la personnalité rendant toute solution «sèche» inopérante. Donnons trois exemples montrant les limites de la modalité «Distribuer à l ayant droit». 1. En France, nombreux étaient autrefois les orphelinats. Ultérieurement, les pouvoirs publics eurent à prendre en compte le grand nombre d enfants, ayant une famille (donc non orphelins), mais une famille suffisamment en difficulté pour entraîner un placement des enfants. Ainsi sont nées les maisons d enfants à caractère social, s inspirant souvent de l ancien modèle de l orphelinat. À l époque, les pouvoirs publics ont traité le problème comme s il contenait sa solution par une simple substitution : ces enfants ont manqué d une famille suffisamment solide, on leur propose (comme en remplacement) une organisation institutionnelle de type familial et tout devrait bien se passer. On a rapidement vu qu il n en était rien, parce que les difficultés rencontrées en famille avaient des effets de désorganisation psychique durables sur les enfants concernés, difficultés que le placement devait aussi, et même surtout, prendre en compte. 2. On sait que le taux de chômage est particulièrement élevé chez les jeunes vivant dans les «quartiers défavorisés». Mais on sait aussi que, pour une proportion importante de ceux-ci, se contenter de leur offrir du travail dans une tentative sèche de résolution du problème sera une mesure totalement inefficace. Se voir proposer un emploi ne sert à rien si la question du rapport au travail n est pas traitée. Les situations de vie que ces jeunes ont connues ont pu détruire en eux un certain rapport à la réalité, se traduisant par ce que l on appelle maintenant «l inemployabilité» ; la recherche d un emploi ne sera efficace que si ce «point d achoppement» peut être mis au travail dans un accompagnement prolongé. 3. Un cadre d entreprise, père de famille, est licencié pour raisons économiques, ce qui produit, comme il est fréquent, un bouleversement dans l équilibre familial. Après quelques mois il retrouve un emploi grâce à

4 La relation d aide et la question du don 29 l assistance d un service spécialisé. Le problème du travail est résolu, mais pas la question de la perte des repères familiaux : un des enfants dont la scolarité était jusqu alors normale est maintenant en échec scolaire, l épouse veut divorcer. Les effets de la crise déclenchée par le chômage n ont pas disparu avec la résolution du problème. L équilibre familial en a été durablement affecté. Pour quelles raisons? On s apercevra, dans l après-coup, que monsieur avait déposé dans le travail quelque chose qui tenait à son propre idéal et que son estime de soi était nourrie des apports narcissiques que lui fournissait son emploi. L effondrement de la sphère de l idéal chez monsieur, entraîné par la perte de l emploi, avait produit un «vide» chez les autres membres de la famille qui ne pouvaient plus déposer chez lui une part d idéalité. De plus, monsieur, ne disposant plus des apports narcissiques que son emploi lui fournissait, tentait de les obtenir de sa famille. Les enfants, et surtout madame, n étaient pas prêts à remplir cette nouvelle fonction psychique de pourvoyeur d apports narcissiques Il aurait fallu aborder la question de l emploi comme un problème objectif mais enchâssé dans une dimension psychique à traiter absolument. LE SUJET ET L ÉCHANGE Il est dans la tradition du travail social de mettre en place une relation d aide qui s adresse à un sujet. Un sujet peut être, mais pas nécessairement, un ayant droit. En revanche, il dispose obligatoirement de deux attributs. Le premier tient à la posture du travailleur social qui reconnaît l usager comme une personne et pas seulement comme membre anonyme d une catégorie (il n est pas un chômeur mais monsieur Durand chômeur). Le deuxième attribut de l usager tient à sa manière d aborder sa situation personnelle ; il se doit d être dans l échange, c est-à-dire actif ou réactif, manifestant, comme on dit, le désir de se prendre en charge et non d être pris en charge dans un système pérenne d assistanat ; à ce titre il est sujet, mais dans quel type d échange? Si l on regarde la situation de l extérieur, comme un observateur des systèmes, il semble évident que l acte professionnel du «venir en aide» relève d une logique institutionnelle, proche de la logique d entreprise. Un travailleur social échange, contre un salaire, des prestations sous forme de services dont bénéficie la personne à aider. À en rester là, on rencontre une difficulté majeure. La personne qui «bénéficie» de l aide l est au titre de simple récipiendaire, comme ayant droit et non comme sujet, pour reprendre notre distinction. Autrement dit, on est confronté au paradoxe connu : plus on cherche à aider quelqu un à devenir autonome, plus on l assiste, et plus on le stabilise dans une position de demandeur d aide (plus il devient assisté), alors que le travail social le veut sujet de son proche changement.

5 30 Nouvelle Revue de psychosociologie - 6 Il est donc nécessaire de contractualiser la relation d aide. Au contrat de travail qui lie le travailleur social à son employeur se joint un «contrat d aide» supposant engagement réciproque ; l un (le travailleur social) apporte un soutien, une assistance technique à l autre (l usager) qui s engage en retour (au titre d acteur) dans un processus de changement. Il y a obligation d échange, autrement dit interdit de parasitage 1. SOCIALITÉ PRIMAIRE, SOCIALITÉ SECONDAIRE 2 Notre propos suppose un rapide détour concernant la socialité. Nous reprendrons à Alain Caillé (1991) l idée d une socialité duale qui peut être secondaire ou primaire. La socialité secondaire régit la scène économique et se déploie dans l entreprise, les administrations, le commerce. Caractéristique de nos sociétés industrielles, elle s impose depuis l avènement du capitalisme qui a, selon Mauss, transformé l homme en «animal économique». Elle trouve son origine dans le lien marchand et s épanouit dans la condition salariale. S échange un produit ou un travail contre de l argent, cet échange devant être équilibré, reposant sur un accord d équivalence négocié. Ce modèle convient à la description de la situation du travailleur social, membre d une institution qui le rémunère. On peut vouloir aussi l appliquer à la relation d aide. Le travailleur social fournit un «produit» réel ou symbolique ; en retour il est «rémunéré» par un changement psychologique chez l usager qui prend valeur de réussite professionnelle ou d apport narcissique pour le travailleur social. En vis-à-vis, Caillé décrit la socialité primaire qui s épanouit dans les sociétés «orales», hors notre civilisation, alors qu elle régissait aussi, avant industrialisation, nos sociétés occidentales. De nos jours, on la repère, de façon dominante ou résiduelle, dans «des domaines aussi variés et étendus que ceux de la parenté, de l alliance, du voisinage, de la camaraderie, de l amitié, de l amour» (Caillé, op. cit., p. 115). Le venir en aide, quand il est spontané, quand il ne se réfère ni à un salaire, ni à l exercice d une profession, ni à une formation particulière, se noue hors socialité secondaire. Il prend corps dans des espaces-temps appartenant encore à la socialité primaire et qui demeurent un peu communautaires, comme les bistrots, les repas de famille, les pas de porte des grands ensembles, ou, dans une institution, la salle où se trouve la machine à 1. Nous avons proposé l hypothèse que l interdit de parasitage est un interdit majeur en institution. C est «l interdit de parasiter l institution en vivant de ses offres, en profitant des personnes, des objets matériels et des services, sans introduire aucun échange». C est être dans le dû et non dans l échange (voir P. Fustier, 2008, p ). 2. Nous avons consacré un ouvrage aux questions que nous allons évoquer maintenant (Fustier, 2000).

6 La relation d aide et la question du don 31 café Ces interstices où se déploient les «temps perdus» échappent à une gestion marchande et font appel à l échange par le don. Dès lors, on distinguera deux formes de productivité. Il y aurait une productivité d objets que l on peut évaluer quantitativement (nombre d actes produits et efficacité) et qualitativement, concernant la valeur du service rendu. Mais il y aurait aussi une productivité de lien social plus difficile à mesurer puisque sa fonction est de rétablir de la communication et des solidarités entre personnes. Autrefois, certaines professions développaient clairement ces deux formes de productivité. Le marchand ambulant, jadis très attendu dans les fermes reculées, vendait des produits nécessaires (productivité d objets), mais il tissait aussi des liens, donnant et prenant des nouvelles, échangeant sur le climat ou la politique, luttant ainsi contre l isolement et la solitude (productivité de lien social). Ce personnage a presque disparu, sa productivité d objets étant insuffisante ; s y substituent alors les services sociaux et l intervention de professionnels apportant des solutions à ceux qui sont condamnés à la solitude en raison de leur âge ou de leur état de santé. Mais les pratiques sociales sont certainement plus complexes que ce que donne à voir notre exemple un peu outré. En effet, nos actes sont souvent métissés, ambigus, relevant des deux socialités, à la fois dans l échange équilibré et dans l échange par le don. Ce qu ils sont «objectivement» (par exemple, un acte qui relève du contrat de travail) peut tout à fait dissimuler une vérité subjective de l échange qui se situerait tout à fait ailleurs. Disons que la socialité secondaire clairement dominante dans notre modèle social peut masquer dans les contacts intersubjectifs, même s ils sont professionnels, un échange relevant de la socialité primaire. LES PERSONNALITÉS DÉCONSTRUITES Nous avons été amenés à distinguer deux modalités d aide sociale. D abord il y a le distribuer à l ayant droit qui permet de trouver solution à un problème «objectif» n ayant pas eu d effets psychologiques néfastes. Il y a ensuite la relation d aide traditionnelle, centrée aussi sur le problème, mais supposant un échange équilibré. Nous voudrions montrer que les personnes en grande difficulté psychique entendent la relation d aide pour ce qu il n était pas prévu qu elle soit, ce qui la transforme et suppose une attention particulière de la part du travailleur social. Il nous faut rapidement rappeler ce qui caractériserait une personnalité «déconstruite» en utilisant le concept de carence ou de tendance antisociale au sens de Winnicott (1956). Dans la plupart des situations qu elle rencontre, une personnalité carencée vit dans la désillusion. Elle se sent exclue de toute forme de lien (la déconstruction se manifeste par défaut) parce qu elle est prisonnière du dû. Winnicott nous le fait sentir

7 32 Nouvelle Revue de psychosociologie - 6 quand il écrit, pour expliquer les vols que commet l adolescent délinquant : «Il réclame ce à quoi il a droit ; il réclame à son père et à sa mère des dommages et intérêts [souligné par nous] parce qu il se sent privé de leur amour» (Winnicott, 1956). Toute entrée en relation devient alors impossible, parce que l autre (par exemple le travailleur social) est déshumanisé, considéré comme un simple pourvoyeur automatique de biens et de services. En revanche, il existe des situations rares et particulières qui font renaître l illusion (comme si la déconstruction se manifestait alors dans l excès). La personne carencée ressent alors l espoir (autre mot du langage winnicottien) de retrouver dans une personne de rencontre une figure idéale merveilleuse et toute-puissante, émanation de l imago maternelle bienveillante dont il a été précocement privé. C est à coup sûr une illusion, mais si le travailleur social se trouve à cette place-là dans un moment qui fait exception, c est parce que quelque chose dans sa façon d être ou d agir a permis qu il devienne, par externalisation de l usager, l objet convoqué pour la réalisation d un désir impossible. On voit que l enjeu est tout autre. Nous proposons l idée qu à travers la personne du travailleur social se joue et peut se traiter cette question de l énigme d autrui qui est, nous semble-t-il, au centre des préoccupations de l être humain. LA MISE AU TRAVAIL DE L ÉNIGME Les personnes qui bénéficient de l intervention d un travailleur social s interrogent sur le pourquoi. Pourquoi fait-il cela? Qui est donc cette personne qui s occupe de moi? Dans la mesure où elles ne sont pas totalement envahies par la désillusion et où elles restent actives dans l échange, elles se livrent à un travail herméneutique consistant à tenter de déchiffrer le sens des actes du professionnel, même et peut-être surtout ceux qui paraissent les plus anodins. Dévoilée par cette interrogation, vient se loger l énigme de la question de l autre : Qui est l autre? Qui suis-je pour lui et qui est-il pour moi? Cette énigme est fondamentale pour tout être humain et se pose dans les relations de couple, de famille, d amitié ou professionnelles Revenons aux personnes carencées. Elles vont chercher à donner sens à l énigme à partir d une opposition binaire. Dans un premier cas, elles pensent qu il n y a pas d écart entre ce qu elles ressentent de l acte professionnel du travailleur social et la définition légale et technique de celui-ci. Le lien est alors équilibré, caractérisé par un échange entre deux acteurs qui vise à la résolution du problème responsable de l intervention programmée. Il est conforme à la norme d emploi, nous le disons égoexcentré (ou copernicien) dans la mesure où l usager sent que son interlocuteur agit selon un code externe qui est celui de sa profession. À la question Pourquoi fait-il cela?, la réponse est simplement Parce que c est

8 La relation d aide et la question du don 33 son travail : nous sommes dans la socialité secondaire, dans l explication, dans l échange contractuel relativement «neutre» pour ce qui est des affects. Les personnes en difficulté peuvent, dans certaines situations, adopter une position tout à fait autre. Portées par l espoir, elles peuvent voir renaître l illusion de retrouver chez le professionnel la figure maternelle toute bienveillante que nous évoquions plus haut. Elles déchiffrent une intention. Il n est plus question de norme d emploi ou de professionnalité, mais d une relation égocentrée (ou non copernicienne). L usager sent fortement que c est à partir de lui et pour lui que se déploient les actes du professionnel. Pourquoi fait-il cela? Parce que je suis aimable (digne d amour), ce qu il me fait savoir par ses dons. Nous sommes ici dans la socialité primaire, dans un échange en déséquilibre caractéristique de l échange par le don. Le travail psychique suppose que l énigme demeure comme telle, c est-à-dire non résolue, dans la vérité des situations. Aucune des deux modalités de réponse n est définitive et la personne en difficulté peut interpréter l agir du professionnel comme relevant d une pratique neutre, dictée par les seules règles du métier, alors qu à d autres moments surgit l espoir que l acte relève d un don faisant preuve d amour. Quand l usager vit espoir et renoncement, illusion et désillusion, ce tâtonnement, ce va-et-vient, témoignent d un lien qui s élabore dans le balbutiement. CE QUI FAVORISE L INTERPRÉTATION PAR LE DON Dans nos sociétés contemporaines et industrielles, on a dit de l échange par le don qu il était seulement résiduel, en voie de disparition, ayant perdu sa puissance organisatrice des échanges sociaux. Là où il y avait autrefois l existence d une solidarité et d un étayage générés par la socialité primaire, il y a maintenant invention rapide de nouveaux emplois, de nouvelles professions, de nouvelles théories substituant une résolution professionnelle des problèmes à la prise en charge communautaire et spontanée d autrefois. Nous défendons une autre thèse : s il est vrai que les échanges sont, dans la réalité directement observable, de moins en moins référés à la question du don, ce dernier conserve toute son importance au titre de modalité subjective d échange infiltrant la vie sociale et modifiant le sens des interactions de manière performatrice, puisque le rapport à l autre s en trouve transformé. Dans le cadre de la relation d aide, il sera donc très important de comprendre ce qui est susceptible d entraîner une interprétation, égocentrée, élaborée à partir du modèle du don. Nous avons indiqué plus haut que la carence, au sens de Winnicott, pouvait en être responsable. Reste à voir maintenant ce qui, du fait du dispositif d intervention comme du fait des actes du professionnel, favorise chez l usager la naissance d une interprétation par le don.

9 34 Nouvelle Revue de psychosociologie - 6 Pour ce qui est du dispositif institutionnel, plus la prise en charge est globale, plus elle favorise les interprétations par le don. En effet, les activités culturelles et récréatives qui en font partie, ainsi que l hôtellerie (couchage, repas) dans le cas d un internat, sont plus difficilement objets de contrats, ne serait-ce que parce qu elles empruntent au modèle familial certaines de ses caractéristiques. Ce type d institution est construit sur la contenance, la socialité primaire s y inscrit et la présence proche au quotidien donnera de nombreuses occasions d interprétation par le don. En revanche, dans les pratiques moins englobantes, centrées sur la résolution d un problème et non sur l accueil d une personne (par exemple aider un adolescent dans sa scolarité mais sans l éloigner de son milieu de vie), la socialité secondaire est plus présente. L objectif «partiel» d une pratique permet plus facilement l élaboration d un contrat, encore que l échange par le don puisse s y substituer. Les actes professionnels pourront aussi être des incitateurs pour une interprétation par le don. Ainsi : l interprétation par le don sera favorisée toutes les fois qu une personne a l impression que le travailleur social lui propose un plus. Elle proposerait, dans une «lueur de gratuité» (Hochmann, 1984), quelque chose que son contrat ne l obligerait pas à fournir ; fréquemment, il s agira de temps, temps «en plus» donné à la personne, alors qu il pourrait être occupé à autre chose. C est bien d une interprétation qu il s agit dans la mesure où le travailleur social peut ne pas donner réellement de temps hors contrat, mais manifester, en revanche, une qualité de disponibilité qui en donne l impression. La disponibilité psychique est alors «traduite» dans les termes d un don de temps ; le sentiment de reconnaissance (être reconnu comme personne) est un autre incitateur pour une interprétation par le don fondée aussi sur un plus : la personne se sent reconnue comme individualité, comme étant considérée comme «plus» que le membre anonyme d une catégorie. Monsieur Durand se sent être monsieur Durand, reconnu par le professionnel comme individu et pas seulement comme un chômeur ; autre incitateur : le travailleur social dévoile à la personne quelque chose de sa sphère privée. Conduire la personne dans sa voiture personnelle, lui prêter un livre, lui donner une information sur sa famille, montrer une photo de ses enfants, la recevoir chez lui autant d actes qui réduisent la distance ou l asymétrie relationnelle et qui sont interprétés comme un don que le travailleur social fait de son intimité, témoin de l estime qu il porte à la personne en la reconnaissant comme un proche ; de façon voisine, on peut considérer aussi que la manifestation visible d émotions ressenties par le professionnel à propos de la personne dont il s occupe est aussi un incitateur possible de l interprétation par le don. Par exemple la colère provoquée chez un éducateur par les comportements déviants d un adolescent pourra être interprétée par ce dernier

10 La relation d aide et la question du don 35 comme marque de l intérêt particulier (pas seulement professionnel) dont il est l objet, ce qui est une autre forme de don de reconnaissance. S il fallait résumer l ensemble de ces marqueurs, il faudrait dire que l incitation à une interprétation par le don opère toutes les fois que, pour l usager, le travailleur social est ressenti comme produisant du professionnel en dépassement. LE DON EST DANS L ÉCHANGE Jusqu à maintenant, et pour des raisons de présentation, nous avons considéré le don comme un élément isolable. Or, on ne comprend le don que si, à la suite de Mauss (1925), on réintroduit l idée d un échange par le don. Il suppose en effet l enchaînement d une triple obligation : l obligation de donner qui est en quelque sorte un «principe de générosité», pour parler comme Bataille, ou l obligation à manifester une attitude «chevaleresque» ou noble, pour parler comme Bourdieu (1988) : «Quand on dit noblesse oblige, c est bien que le noble est obligé à être désintéressé, à être généreux L univers social lui demande d être généreux» ; l obligation d accepter le cadeau. Le refuser, c est rompre le lien, refuser l alliance, laisser l autre à sa place d étranger. L accepter, c est accepter la dette et qu il faudra l honorer ; d où la troisième obligation : l obligation de rendre. Il s agit d offrir un contre-don, normalement de valeur supérieure au don. Ne pas pouvoir obéir à cette obligation, c est se reconnaître serviteur ou vassal, reconnaître la supériorité du donateur, voir une relation hiérarchique se substituer à l échange par le don. Mais le contre-don ne termine pas l échange, il entraîne chez celui qui le reçoit la nécessité de rendre un «contre-contre-don», et l échange se poursuit Ainsi s enchaînent les obligations à moins que l on ne dise, avec Lévi-Strauss, qu il n y a pas de triple obligation mais une seule obligation, celle d échanger, à quoi renvoie l interdit de parasitage dont nous parlions plus haut. Lorsque le bénéficiaire interprète comme un don l acte du travailleur social, il aura donc à y répondre par un contre-don. Il pourra s agir d un retour conforme à l attente raisonnable du professionnel : la personne devient active, fait des démarches, accepte de changer ou esquisse des tentatives de sortie de crise. Le travailleur social sentira que l on est dans le registre du contre-don de reconnaissance (aux deux sens du terme) s il a l impression qu il s agit aussi de lui faire plaisir en validant l efficacité de son travail. Le contre-don peut aussi prendre la forme d un apport narcissique direct ; la personne donne à entendre que «son» travailleur social est exceptionnel et qu il lui doit beaucoup. Le don de confidence est une autre forme de contre-don. On dévoile à quelqu un un événement intime, tout en lui donnant à entendre qu il est

11 36 Nouvelle Revue de psychosociologie - 6 le seul à qui on le confie. La confidence s apparente par là à une «déclaration». Ce contre-don est susceptible de bouleverser le lien, dans la mesure où le travailleur social aura, après confidence, une représentation de la personne très différente de celle qu il en avait avant. Elle est devenue exception et le travailleur social pourra très difficilement la mettre encore sur le même plan que les autres usagers. Aux contre-dons succéderont les contre-contre-dons en provenance du professionnel. Ils conforteront un peu plus l usager dans l idée qu il est reconnu et individué, qu il compte comme quelqu un d important dans la vie privée/professionnelle du travailleur social. Cette esquisse de la dynamique de l échange par le don montre que celui-ci est essentiellement en déséquilibre. Dans un échange équilibré, l offre cherche à réduire la dette et à la résorber ; alors se termine l échange. A contrario, l échange par le don nourrit la dette, l alimente, pour ainsi dire la dramatise. Rappelons que le contre-don doit toujours, en principe, être de valeur supérieure au don et qu ainsi se poursuit l échange : les enjeux sont de plus en plus importants et engagent les personnes de façon de plus en plus intime. Comment donc cet échange peut-il s achever? L ultime forme prise par l échange sera souvent marquée par la disparition du cadre professionnel qui devait, en principe, le contenir. Ainsi un éducateur et un enfant carencé pourront-ils au bout du compte se retrouver dans une situation d «adoption imaginaire», l enfant n ayant plus rien à offrir que lui-même à un éducateur qui lui sacrifie sa professionnalité au profit d une parentalité déréelle. Ce sacrifice de la professionnalité, considérée alors comme un obstacle à une relation «vraie et authentique», se retrouve aussi chez les travailleurs sociaux prenant en charge des adultes. Il s agit de ne pas trahir, de ne pas se dérober aux enjeux affectifs, l autre devenant in fine ami ou partenaire. Ont disparu cette asymétrie, ce maintien d une distance suffisante caractéristiques du lien professionnel. On comprend que cette forme d échange par le don, quand on la rencontre à l état brut sans mise au travail des enjeux personnels et sans place laissée aux «règles du métier», aboutisse à une violente crise qui ne peut s achever que dans une rupture. Le poids de la dette deviendra insupportable à l un des protagonistes qui n aura d autre recours que de casser ce lien, devenu ligature, pour s en débarrasser. Le travail que le professionnel et la personne en situation d être aidée avaient pu mener conjointement aura perdu le sens et s en trouvera annulé ; il n en demeurera qu un souvenir de souffrance pour les deux protagonistes. LA CONFUSION DES GENRES La mise en échec d une relation d aide sera souvent la conséquence d une mésentente dans l interprétation. Un travailleur social se pensera

12 La relation d aide et la question du don 37 dans un échange équilibré, alors que l usager aura interprété qu il est dans un échange par le don. Yves, 14 ans, est en difficulté : il «sèche» ses cours au collège, commet de petits vols. De ce fait, il est l objet d une mesure d action éducative en milieu ouvert et une éducatrice, Noëlle, le rencontre très régulièrement. Le suivi se passe très bien, Yves retrouve un équilibre de vie et, après quelques mois, Noëlle demande et obtient la mainlevée de la mesure. On observe alors un renversement de la situation : effondrement brutal d Yves : retour des vols et de l absentéisme scolaire, violence et alcoolisation. Une réunion d équipe est alors consacrée à cette situation. Noëlle décrit le déroulement de la mesure tel qu elle l a pensé. Il y avait un contrat clair dont elle avait exposé les termes à Yves : elle l aiderait dans la situation difficile qu il traversait ; en retour il accepterait de modifier son comportement ; ce résultat obtenu, chacun était quitte et la mesure levée. Tout s est apparemment passé comme prévu, et Noëlle ne comprend pas le pourquoi de ce retournement qu elle qualifie de «catastrophique». Les autres éducateurs du service qui connaissent Noëlle et ont eu l occasion de rencontrer Yves insistent sur le très fort engagement personnel dont Noëlle a fait preuve, lui consacrant temps et énergie, lui trouvant un club sportif, l aidant dans son travail scolaire, l emmenant faire des courses dans sa voiture De son côté Yves demandait à rencontrer Noëlle de façon exclusive, voire tyrannique, «ignorant» les autres éducateurs, ou semblant les mépriser. Parmi les nombreuses hypothèses en recouvrement partiel qui sont proposées en équipe pour comprendre le retournement constaté, on peut retenir celle-ci : Noëlle a pensé agir (comme pour se défendre contre ses propres affects, semblent sous-entendre ses collègues) dans un système d échanges centré sur une résolution de problème, sur un objectif à atteindre (le retour d Yves à la normale) dans un donnant-donnant équilibré. Le problème réglé à la satisfaction des deux parties, la mesure devait disparaître d elle-même. Mais Yves ne l a pas pensé ainsi. Il a interprété l aide de Noëlle comme des dons (d amour ou d estime) et ses propres efforts et changements comme des contre-dons (pour faire plaisir à Noëlle), ce qui aurait dû entraîner celle-ci à donner toujours plus. Il pensait en termes de liens entre personnes et non en termes de résolution du problème. Quand Noëlle arrête la mesure (pour elle parce que le problème est réglé), il y a pour Yves trahison comme si, en retour du don d un changement réussi qu il lui faisait, elle l abandonnait. Il manifeste alors violence et envie (au sens de Melanie Klein), en détruisant ce qui était bon et qui devient «empoisonné» lorsqu il en est privé.

13 38 Nouvelle Revue de psychosociologie - 6 COMMENT FAIRE? Quels repères peut-on se donner pour contenir cette forme énigmatique de lien, qui met en cause socialité secondaire et socialité primaire, échange par le don et échange équilibré? Il va de soi qu un travail clinique en continu est nécessaire pour suivre au plus près la nature de l échange, sans être prisonnier de celui-ci. Une particulière attention doit être portée au sens que prennent les séparations. Les externalisations de l usager, c est-à-dire ce qu il dépose dans le travailleur social (une figure maternelle idéalisée par exemple), doivent être tolérées. Accepter d être partiellement «reconstitué» par l imaginaire de l usager fait partie de la professionnalité du travailleur social. En revanche, les agir professionnels doivent rester stables ; ils sont délimités par un cadre externe défini par le contrat de travail ; ce ne sont ni l usager ni ses «besoins» qui vont définir les contours des actes professionnels ou les règles du métier. C est seulement à l intérieur d un cadre fixe que toutes les variations sont possibles. Les institutions du travail social ont tout intérêt à rester «lacunaires» pour parler comme Jacques Hochmann (1985). Cela veut dire qu elles doivent renoncer à servir l usager de façon totale, à satisfaire tous ses «besoins». La manifestation d une extrême bienveillance colmatant toutes les brèches facilite l interprétation par le don ; mais les dons sont alors aliénants parce que trop envahissants ou étouffants pour autoriser des contre-dons de valeur suffisante. Ainsi se réalise un lien d assistance. Le manque est nécessaire pour que naisse l échange. BIBLIOGRAPHIE BOURDIEU, P «Intérêt et désintéressement», Cahiers du groupe de recherche sur la socialisation, n 7, p CAILLÉ, A «Postface au manifeste du Mauss», La revue du MAUSS, 14, p FUSTIER, P Le lien d accompagnement entre don et contrat salarial, Paris, Dunod. FUSTIER, P «Personnalité carencée et lien d accompagnement», dans P.-P. Boutinet (sous la direction de), N. Denoyel, G. Pineau, J.-Y. Robin, Penser l accompagnement adulte, Paris, PUF. FUSTIER, P Les corridors du quotidien, Paris, Dunod. HOCHMANN, J Pour soigner l enfant psychotique, Toulouse, Privat. HOCHMANN, J «L institution sans institutions», Cahiers de l IPC, n 1, p MAUSS, M «L échange par le don», dans Sociologie et anthropologie, Paris, PUF. WINNICOTT, D.W «La tendance antisociale», dans De la pédiatrie à la psychanalyse, Paris, Payot.

14 La relation d aide et la question du don 39 PAUL FUSTIER, LA RELATION D AIDE ET LA QUESTION DU DON RÉSUMÉ Dans le travail social, une première manière de «venir en aide» consiste à fournir des objets réels ou symboliques à une personne que l on range dans la catégorie de ceux qui en ont besoin (les «ayants droit»). Ce mode d intervention est insuffisant quand on a affaire à des personnes en difficulté psychique. À une pratique unilatérale, on substitue alors un lien d échange, constituant l usager comme un sujet ou comme coauteur de l aide qu il reçoit. Cet échange peut être équilibré, prenant généralement forme contractuelle. Notre travail veut souligner que dans un certain nombre de cas, difficiles parce que marqués par l existence d une carence précoce, l usager aura tendance à interpréter les agir professionnels du travailleur social non comme un élément contractualisé mais comme relevant d un don, entraînant un contre-don alimentant la dette, donc un lien puissant mais en déséquilibre. Nous indiquons ce qui favorise, dans le quotidien du travail social et du côté des deux interlocuteurs, ce ressenti subjectif. Nous pointons les risques encourus à se tromper de registre (s agit-il d un échange contractuel ou d un échange par le don?) et à ne pas s interroger sur la nature du lien qui se noue entre travailleur social et usager. MOTS-CLÉS Don et contre-don, contrat, assistance, carence précoce, sujet, travail social. PAUL FUSTIER, THE HELPING RELATIONSHIP AND THE GIFT QUESTION ABSTRACT The first way of getting to help somebody within social work is to provide real or symbolic objects to that person. But this is not enough for those suffering from psychological troubles. An exchange practice must then be substituted for a unilateral practice establishing the user as a subject or a co-author of the help he receives. This exchange can be equalized, usually in a contractual manner. In this article, we try to emphasise the fact that, in difficult cases, marked by the presence of an early deficiency, the user is prone to interpret the professional intervention not as the result of a mutual contract, but as the result of a Gift (according to the meaning given to the sociologist Marcel Mauss) that provokes a debt. This process has a great impact but constitutes an unbalanced operation. We also intend to indicate what, in daily social practice, favours such a subjective feeling from both participants. And finally we try to underline what risks are taken when, by lack of a clear view of the nature of the bond established between the social worker and the user, a mistake is made concerning the method employed (Gift or mutual contract?). KEYWORDS Gift, contract, early deficiency, subject, social work.

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

BENEVOLAT ET TRAVAIL EN FAMILLE

BENEVOLAT ET TRAVAIL EN FAMILLE BENEVOLAT ET TRAVAIL EN FAMILLE 25/02/2015 Cette forme d entraide, courante dans les petites entreprises (de type familiale) ou au cours des phases de lancement d une affaire, soulève un certain nombre

Plus en détail

Pour un dialogue réussi enseignant parent parent enseignant

Pour un dialogue réussi enseignant parent parent enseignant Pour un dialogue réussi enseignant parent parent enseignant le mot du médiateur de l éducation nationale Madame, monsieur, Parent, enseignant, vous aurez l occasion, au long de l année scolaire, de vous

Plus en détail

LE COACHING Soirée animée par la Fédération Francophone de Coaching

LE COACHING Soirée animée par la Fédération Francophone de Coaching AFITEP SOIREE MANAGEMENT DE PROJET LE 19 mai 2003 LE COACHING Soirée animée par la Fédération Francophone de Coaching 1 QUELQUES CHIFFRES Aujourd hui en France, on compte environ 2 000 coachs (40 000 dans

Plus en détail

NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES

NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES Récemment, dans un texte : - j ai identifié les souffrances et les modes défensifs que les travailleurs utilisent pour faire face

Plus en détail

Deux regards sur la société des individus

Deux regards sur la société des individus Deux regards sur la société des individus Véronique GUIENNE Dans leurs derniers ouvrages, Robert Castel et François Dubet s interrogent sur la recherche en sociologie et son utilité sociale et politique.

Plus en détail

L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR

L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR «Rien ne sert de bien sélectionner, il faut aussi savoir intégrer à point!» Si un recrutement réussi dépend avant toute chose d une solide procédure de sélection,

Plus en détail

Groupes de parole sur l argent (GPA) :

Groupes de parole sur l argent (GPA) : Jean Beaujouan jean.beaujouan@free.fr Tel : 01 42 23 18 58 Groupes de parole sur l argent (GPA) : les enseignements d une expérience 1. Présentation Définition : dans un groupe de parole sur l argent (GPA),

Plus en détail

INTRODUCTION Amour, apprentissages, approches, abandons des débuts, violence du désir, corps- à- corps, emprises et dépenses, incertitudes et attentes, pratiques et codes, plaisirs ordinaires, jouissance

Plus en détail

SEMINAIRE ANMECS, Paul FUSTIER 31 mai 2013

SEMINAIRE ANMECS, Paul FUSTIER 31 mai 2013 SEMINAIRE ANMECS, Paul FUSTIER 31 mai 2013 Paul FUSTIER est professeur émérite de psychologie à l Université Lumière-Lyon 2. Il est aussi docteur en musicologie et spécialiste de la vielle à roue à l époque

Plus en détail

Bénévoles en EHPAD ;

Bénévoles en EHPAD ; Bénévoles en EHPAD ; Ils accompagnent la vie! Delphine Delahaye - Psychologue EHPAD - Centre Hospitalier de Corbie (80800) delphine.delahaye@ch-corbie.fr Mots-clés : EHPAD, lieu de vie, accompagnement,

Plus en détail

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LE DOMICILE LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LEGISLATION LOI DU 4 MARS 2002:définition des réseaux de santé : «Ils ont pour objet de favoriser l

Plus en détail

La dynamique des liens entre genre, âge et désir

La dynamique des liens entre genre, âge et désir La dynamique des liens entre genre, âge et désir Michel Bozon Lausanne, 21 juin 2011 Université d été «Genre, rapports intergénérationnels et travail social» Plan de la présentation Transformations de

Plus en détail

L allocataire dans un couple : l homme ou la femme?

L allocataire dans un couple : l homme ou la femme? L allocataire dans un couple : l homme ou la femme? par Alain Jacquot CNAF-Bureau des Prévisions Les CAF versent une trentaine de prestations (prestations familiales stricto sensu, aides au logement, et

Plus en détail

Table des matières Mise en contexte...3 Historique...3 1995...3 Lettre d entente no 54... 3 1996...3 Diagnostic du plan Imbeault, le plan qui est

Table des matières Mise en contexte...3 Historique...3 1995...3 Lettre d entente no 54... 3 1996...3 Diagnostic du plan Imbeault, le plan qui est Section locale 2000 Table des matières Mise en contexte...3 Historique...3 1995...3 Lettre d entente no 54... 3 1996...3 Diagnostic du plan Imbeault, le plan qui est actuellement en vigueur... 3 1997...3

Plus en détail

Violence en milieu hospitalier Verbalisation autour de la mort

Violence en milieu hospitalier Verbalisation autour de la mort Profession : il y a quelques mois, Christine Malèvre, infirmière diplômée d état, a été condamnée a douze ans de réclusion criminelle pour homicide sur six malades et à l interdiction définitive d exercer

Plus en détail

LA CONTRACTUALISATION DANS LA RELATION DE

LA CONTRACTUALISATION DANS LA RELATION DE réseau PLURIDIS LA CONTRACTUALISATION DANS LA RELATION DE COACHING 1. ANALYSER LA DEMANDE, UNE ACTION DE COACHING A PART ENTIERE Dans la relation de coaching, l étape de l analyse de la demande représente

Plus en détail

Direction Générale de la Cohésion Sociale

Direction Générale de la Cohésion Sociale Fiche technique : Présentation du décret n 2013-994 du 7 novembre 2013 organisant la transmission d informations entre départements en application de l article L. 221-3 du code de l action sociale et des

Plus en détail

La Cour de Cassation contraint une direction à payer une expertise CHSCT annulée : retour sur les conditions de démarrage

La Cour de Cassation contraint une direction à payer une expertise CHSCT annulée : retour sur les conditions de démarrage La Cour de Cassation contraint une direction à payer une expertise CHSCT annulée : retour sur les conditions de démarrage Source: www.miroirsocial.com Le 15 mai dernier, la Cour de Cassation a rendu un

Plus en détail

DON DU VIVANT SITUATION(E) AMBIGUE(S)

DON DU VIVANT SITUATION(E) AMBIGUE(S) DON DU VIVANT SITUATION(E) AMBIGUE(S) Société Francophone de Dialyse Université d ÉTÉ BICHAT 19 juin 2015 Chantal RAIMBAULT Psychologue Transplantations Rénales Transplantations cardiaques CHRU de TOURS

Plus en détail

DÉPASSER SES CRAINTES ET RETROUVER SA CONFIANCE EN SOI POUR APPRIVOISER LE MARCHÉ DU TRAVAIL

DÉPASSER SES CRAINTES ET RETROUVER SA CONFIANCE EN SOI POUR APPRIVOISER LE MARCHÉ DU TRAVAIL DÉPASSER SES CRAINTES ET RETROUVER SA CONFIANCE EN SOI POUR APPRIVOISER LE MARCHÉ DU TRAVAIL Jane Prudhomme, étudiante à la maîtrise en carriérologie (UQÀM) OBJECTIFS Objectif général : Travailler le sentiment

Plus en détail

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire :

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : une expérience vécue dont la personne est parfaitement consciente : Exemple : «J ai besoin de me divertir»; La notion de besoin peut décrire : 2. «une exigence née de

Plus en détail

LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION

LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION Marcel JAEGER - Directeur Général, IRTS Montrouge / Neuilly sur Marne Je ne vais traiter que du projet d établissement ou de service, et non pas

Plus en détail

EXPOSE LA COMMUNICATION ET MOTIVATION DANS L ENTREPRISE

EXPOSE LA COMMUNICATION ET MOTIVATION DANS L ENTREPRISE EXPOSE LA COMMUNICATION ET MOTIVATION DANS L ENTREPRISE Plan Introduction I : Définition des concepts A. : la communication (com. Interne) B. : la motivation II : la communication dans l entreprise A.

Plus en détail

LE SOUTIEN PSYCHOLOGIQUE

LE SOUTIEN PSYCHOLOGIQUE LE SOUTIEN PSYCHOLOGIQUE Comment faire appel à un psychologue? Demande du patient Orientation par un professionnel A quel moment de la prise en charge peut-on le solliciter? A tout moment de la maladie

Plus en détail

HARCÈLEMENT CRIMINEL. Poursuivre quelqu un, ce n est pas l aimer!

HARCÈLEMENT CRIMINEL. Poursuivre quelqu un, ce n est pas l aimer! HARCÈLEMENT CRIMINEL Poursuivre quelqu un, ce n est pas l aimer! Qu est-ce que c est? Le harcèlement criminel est un crime. Généralement, il s agit d une conduite répétée durant une période de temps qui

Plus en détail

pratiques Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Qui peut exercer le droit d alerte?

pratiques Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Qui peut exercer le droit d alerte? pratiques [comité d entreprise] Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Le comité d entreprise peut exercer un droit d alerte lorsqu il considère que la situation économique

Plus en détail

Les projets personnalisés en Ehpad. Réflexion engagée au sein de la Conférence de territoire de la Mayenne

Les projets personnalisés en Ehpad. Réflexion engagée au sein de la Conférence de territoire de la Mayenne C É A S Les projets personnalisés en Ehpad Réflexion engagée au sein de la Conférence de territoire de la Mayenne Octobre 2014 Centre d étude et d action sociale (CÉAS) de la Mayenne 6, rue de la Rouillière

Plus en détail

La problématique de l argent au sein du. CHRS, centre d hébergement et de réinsertion sociale Noz-Deiz de Dinan

La problématique de l argent au sein du. CHRS, centre d hébergement et de réinsertion sociale Noz-Deiz de Dinan La problématique de l argent au sein du CHRS, centre d hébergement et de réinsertion sociale Noz-Deiz de Dinan Pauline Gouzerh, étudiante en deuxième année de master professionnel d'ingénieur social à

Plus en détail

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions.

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions. Ce glossaire a été élaboré dans un souci de clarification des notions et concepts clés communément utilisés en Gestion des Ressources Humaines, et notamment dans le champ de la gestion prévisionnelle des

Plus en détail

Quand les caissières cessèrent d encaisser

Quand les caissières cessèrent d encaisser Quand les caissières cessèrent d encaisser Sophie BERNARD Si les conditions de travail des salariés de la grande distribution sont souvent mises en cause par les médias et les sociologues, c est en revanche

Plus en détail

2) Présidence et administration du comité : chef d entreprise, bureau, secrétaire et trésorier

2) Présidence et administration du comité : chef d entreprise, bureau, secrétaire et trésorier 2) Présidence et administration du comité : chef d entreprise, bureau, secrétaire et trésorier Selon la loi, le comité d entreprise est présidé de droit par le chef d entreprise ou son représentant. Lors

Plus en détail

Partiel (mai 2013) : Droit des affaires 2, Licence 3 Monsieur le Professeur Germain Cas pratique

Partiel (mai 2013) : Droit des affaires 2, Licence 3 Monsieur le Professeur Germain Cas pratique Bibliothèque numérique ASSAS.NET www.assas.net Partiel (mai 2013) : Droit des affaires 2, Licence 3 Monsieur le Professeur Germain Cas pratique www.assas.net Remerciements ASSAS.NET souhaite remercier,

Plus en détail

CONTRIBUTION DES JUGES A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS

CONTRIBUTION DES JUGES A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS CONTRIBUTION DES JUGES A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS Il est d usage de considérer que la dialectique accord-loi a été tout à la fois à l origine de la création et le moteur du développement

Plus en détail

Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise

Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise 1 Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise Introduction : La ROAM est un syndicat professionnel créé en 1855, qui a pour

Plus en détail

LE CPAS ET L ÉTAT SOCIAL ACTIF

LE CPAS ET L ÉTAT SOCIAL ACTIF LE CPAS ET L ÉTAT SOCIAL ACTIF Journée de formation FEBISP juin 2001 Intervention de Monsieur Michel COLSON Président de la Section CPAS de l Association de la Ville et des Communes de la Région de Bruxelles-Capitale

Plus en détail

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives?

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? La pratique sportive est génératrice de risque et d accident matériel ou corporel. C est pourquoi il existe de nombreuses

Plus en détail

Qu est-ce que la virtualisation?

Qu est-ce que la virtualisation? I Qu est-ce que la virtualisation? L actuel et le virtuel Considérons pour commencer l opposition facile et trompeuse entre réel et virtuel. Dans l usage courant, le mot virtuel s emploie souvent pour

Plus en détail

LE PLAN DE FORMATION

LE PLAN DE FORMATION LE I ELABORATION DU L établissement du plan de formation relève du pouvoir de direction de l employeur. C est à ce dernier de décider quels sont les salariés qui partiront en formation au cours de l année

Plus en détail

DE LA COMMUNICATION A LA RELATION «CE QU ECOUTER VEUT DIRE?»

DE LA COMMUNICATION A LA RELATION «CE QU ECOUTER VEUT DIRE?» DE LA COMMUNICATION A LA RELATION «CE QU ECOUTER VEUT DIRE?» UVA FOREZ Nathalie Monge Rodriguez 1 PLAN DE L INTERVENTION I. Communiquer :quelques rappels théoriques. II. De la communication à la relation.

Plus en détail

L AUTORITE. Un acte éducatif?

L AUTORITE. Un acte éducatif? L AUTORITE Un acte éducatif? Vos motivations pour ce sujet Pour vous, l autorité c est Introduction Des éclairages théoriques - Interrogeons le concept - Autorité et éducation Des réflexions - Punir :

Plus en détail

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions pratiques [comité d entreprise] Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions Les effets de la reconnaissance d une unité économique et sociale sont progressivement affinés

Plus en détail

Métier et profession

Métier et profession infirmière : profession ou métier? Descriptif : Le passage du métier à la profession, dont les éléments structurant sont ici passés en revue, est un enjeu qui marque autant l histoire d une corporation

Plus en détail

L EXTRA-SITTING Baby-sitting pour enfant handicapé Service proposé par l ASBL «Soleil Espoir»

L EXTRA-SITTING Baby-sitting pour enfant handicapé Service proposé par l ASBL «Soleil Espoir» asbl Soleil-Espoir Rue Outrewe, 21 4671 Housse www.soleil-espoir.be L EXTRA-SITTING Baby-sitting pour enfant handicapé Service proposé par l ASBL «Soleil Espoir» Ce document présente le service d extra-sitting

Plus en détail

M. Gosselin (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

M. Gosselin (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 30 mai 2012 N de pourvoi: 11-12274 Non publié au bulletin Rejet M. Gosselin (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président SCP

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS Novembre 2015 Les modes de production et les parcours

Plus en détail

Se former au bilan de compétences

Se former au bilan de compétences Se former au bilan de compétences formation Se former au bilan de compétences Comprendre et pratiquer la démarche Claude LEMOINE Préface de Jacques AUBRET 4 e édition Claude LEMOINE est professeur émérite

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

BIENTRAITANCE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE

BIENTRAITANCE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE BIENTRAITANCE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE Dr Marie Florence PERARD-BAH Bonjour à tous, Pour ceux qui ne me connaissent pas: Je suis le Dr PERARD-BAH Gériatre responsable du pôle gériatrique du Centre Hospitalier

Plus en détail

La Faculté de Droit Virtuelle est la plate-forme pédagogique de la Faculté de Droit de Lyon http://fdv.univ-lyon3.fr

La Faculté de Droit Virtuelle est la plate-forme pédagogique de la Faculté de Droit de Lyon http://fdv.univ-lyon3.fr La Faculté de Droit Virtuelle est la plate-forme pédagogique de la Faculté de Droit de Lyon http://fdv.univ-lyon3.fr Fiche à jour au MATIERE : Droit du travail Auteur :Stéphanie ARIAGNO PRACCA I. Cas pratique

Plus en détail

Gilles Huguet. Réunion de familles. Publibook

Gilles Huguet. Réunion de familles. Publibook Gilles Huguet Réunion de familles Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les lois et

Plus en détail

Situation n o 18 Exercice litigieux du droit de retrait et appui du CHSCT

Situation n o 18 Exercice litigieux du droit de retrait et appui du CHSCT Exercice litigieux du droit de retrait et appui du CHSCT Suite à une altercation avec sa supérieure hiérarchique, une femme de chambre exerce son droit de retrait. Le secrétaire CHSCT l incite à maintenir

Plus en détail

Bilan de la plateforme téléphonique «ALLÔ PREVENTION EXPULSION»

Bilan de la plateforme téléphonique «ALLÔ PREVENTION EXPULSION» Bilan de la plateforme téléphonique «ALLÔ PREVENTION EXPULSION» 0 810 001 505 Année 2013 Des procédures d expulsions toujours plus nombreuses qui justifient de renforcer l information et l accompagnement

Plus en détail

QUAND UNE CONSIGNE DEVIENT ELLE THERAPEUTIQUE? Du Coaching aux Thérapies Comportementales et Cognitives

QUAND UNE CONSIGNE DEVIENT ELLE THERAPEUTIQUE? Du Coaching aux Thérapies Comportementales et Cognitives QUAND UNE CONSIGNE DEVIENT ELLE THERAPEUTIQUE? Du Coaching aux Thérapies Comportementales et Cognitives Benoît MELET (Paris) Dr DINTRANS Jean Roger (Paris) I Les quatre champs du coaching L univers sportif

Plus en détail

le coaching catalyseur de potentiels SFCoach Société Française de Coaching

le coaching catalyseur de potentiels SFCoach Société Française de Coaching le coaching catalyseur de potentiels SFCoach Société Française de Coaching Qu est-ce que le coaching? C est l accompagnement de personnes ou d équipes pour le développement de leurs potentiels et de leurs

Plus en détail

Poser des limites à l enfant. Sanction : comment avoir une attitude éducative constructive et cohérente avec l enfant?

Poser des limites à l enfant. Sanction : comment avoir une attitude éducative constructive et cohérente avec l enfant? «Poser des limites à l enfant. Sanction : comment avoir une attitude éducative constructive et cohérente avec l enfant?» Intervention de Madame Mireille Colin, formatrice et psychopraticienne. Pourquoi

Plus en détail

Affaire SUN WATER et le jugement du Tribunal d instance de Toulouse

Affaire SUN WATER et le jugement du Tribunal d instance de Toulouse Affaire SUN WATER et le jugement du Tribunal d instance de Toulouse Actualité juridique publié le 06/04/2014, vu 642 fois, Auteur : Laurent LATAPIE Avocat L affaire SUN WATER France et le jugement du Tribunal

Plus en détail

Le CHSCT, le devoir de prévention et la santé mentale au travail, comment se préparer?

Le CHSCT, le devoir de prévention et la santé mentale au travail, comment se préparer? Le CHSCT, le devoir de prévention et la santé mentale au travail, comment se préparer? Les élus qui nous contactent sont souvent démunis face à cette situation nouvelle que représente pour eux la multiplication

Plus en détail

11) L évaluation des politiques publiques

11) L évaluation des politiques publiques 1 FIPECO, le 14.04.2016 Les fiches de l encyclopédie V) Les dépenses publiques 11) L évaluation des politiques publiques Les objectifs, les techniques et les conditions institutionnelles de réalisation

Plus en détail

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la 1 Mon stage en résumé Je dois avouer avoir de la difficulté à faire un bilan qui va au-delà du déjà dit dans mes rapports antérieurs, parce que j ai l impression d y avoir presque tout écrit. Par contre,

Plus en détail

Jean-Michel Porret. Déconstruction et reconstruction du narcissisme à l adolescence

Jean-Michel Porret. Déconstruction et reconstruction du narcissisme à l adolescence Déconstruction et reconstruction du narcissisme à l adolescence 1. Remarques introductives 1.1. Il est indéniable que, depuis Freud, des progrès ont été accomplis dans la compréhension du narcissisme de

Plus en détail

Synthèse des observations de la Cour

Synthèse des observations de la Cour Synthèse des observations de la Cour L Association pour la recherche sur le cancer a fait l objet pour la deuxième fois d un contrôle de la Cour, portant sur les années 1998 à 2002. Cette association,

Plus en détail

JE SUIS UNE FEMME, JE VIS EN COUPLE ET JE VEUX ME SÉPARER OU DIVORCER

JE SUIS UNE FEMME, JE VIS EN COUPLE ET JE VEUX ME SÉPARER OU DIVORCER JE SUIS UNE FEMME, JE VIS EN COUPLE ET JE VEUX ME SÉPARER OU DIVORCER QUE DOIS-JE FAIRE? Que dois-je faire? Que dois-je savoir avant de prendre ma décision? Quelles sont les démarches légales et de régularisation?

Plus en détail

Une perspective de changement de pratiques en violence conjugale et familiale

Une perspective de changement de pratiques en violence conjugale et familiale Une perspective de changement de pratiques en violence conjugale et familiale François Lepage travailleur social, Option, Montréal Annie Simard travailleuse sociale, Option, Montréal OP+ION «Une alternative

Plus en détail

L accueil de la petite enfance, clef de l égalité entre les femmes et les hommes

L accueil de la petite enfance, clef de l égalité entre les femmes et les hommes RÉPUBLIQUE FRANÇAISE LIBERTÉ - EGALITÉ - FRATERNITÉ DELEGATION AUX DROITS DES FEMMES ET A L EGALITE DES CHANCES ENTRE LES HOMMES ET LES FEMMES Paris, le 24 janvier 2013 L accueil de la petite enfance,

Plus en détail

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie.

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Sarah CAILLOT, Psychologue Réseau Breizh IMC- Pôle MPR St-Hélier (Rennes)- Journée Inter-régionale

Plus en détail

Comment réaliser une enquête par questionnaire?

Comment réaliser une enquête par questionnaire? Comment réaliser une enquête par questionnaire? 1. L objectif d une enquête : L enquête de satisfaction est un baromètre qui permet de prendre le pouls de la clientèle. Simple et peu coûteuse, elle révèle

Plus en détail

Entretien professionnel une nouvelle obligation à ne pas négliger Revue du 10/07/2014

Entretien professionnel une nouvelle obligation à ne pas négliger Revue du 10/07/2014 Entretien professionnel une nouvelle obligation à ne pas négliger Revue du 10/07/2014 Intégré au Code du travail par la loi du 5 mars 2014 relative à la formation professionnelle, à l emploi et à la démocratie

Plus en détail

Plaidoyer pour une éthique du «placement»

Plaidoyer pour une éthique du «placement» Plaidoyer pour une éthique du «placement» Pascal Poli Gériatre, Fondation Le Bon Sauveur d Alby (Albi), Groupe de réflexion «Éthique et Sociétés - Vieillesse et vulnérabilités», Espace éthique/ap-hp, membre

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION IMMOBILIER

LETTRE D INFORMATION IMMOBILIER LETTRE D INFORMATION IMMOBILIER ANNEE 2014 SEPTEMBRE N 752 LOI ALUR TROISIEME PARTIE : COPROPRIETE Jean-Jacques Salmon Philippe Salmon Christine Baugé David Alexandre Droit immobilier Droit de la construction

Plus en détail

Compte rendu de la conférence sur la prévention des conduites à risques chez l adolescent (05/12/2003)

Compte rendu de la conférence sur la prévention des conduites à risques chez l adolescent (05/12/2003) Compte rendu de la conférence sur la prévention des conduites à risques chez l adolescent (05/12/2003) INTERVENTION DE MARIE CHOQUET Le suicide est la 2 ième cause de mortalité des 16/25 ans. On compte

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 RESUMÉ ANONYMISÉ DE LA DÉCISION Décision relative à une Recommandation Domaines de compétence de l Institution : Défense des droits de l'enfant, Droits

Plus en détail

A quel type d'intervenant convient-il de s'adresser selon les difficultés rencontrées?

A quel type d'intervenant convient-il de s'adresser selon les difficultés rencontrées? Direction générale de l'enseignement postobligatoire La fin du contrat d apprentissage A-t-on le droit de mettre fin à un contrat d apprentissage? Dans le présent document, le terme «apprenti» s entend

Plus en détail

PLAN AUTISME 2013-2017. Synthèse

PLAN AUTISME 2013-2017. Synthèse PLAN AUTISME 2013-2017 Synthèse Plan d actions régional Océan Indien En adoptant le 3ème Plan Autisme en mai 2013, la ministre des affaires sociales et de la santé répondait à une attente forte des personnes

Plus en détail

CONSEIL DE LA MAGISTRATURE I. B. M. le juge [...] RAPPORT D'EXAMEN. LE plaignant formule deux (2) reproches à l endroit du juge intime soit:

CONSEIL DE LA MAGISTRATURE I. B. M. le juge [...] RAPPORT D'EXAMEN. LE plaignant formule deux (2) reproches à l endroit du juge intime soit: CANADA PROVINCE DE QUÉBEC CONSEIL DE LA MAGISTRATURE CM-8-90-55 DANS L'AFFAIRE DE: I. B. plaignant et M. le juge [...] intimé RAPPORT D'EXAMEN LE plaignant formule deux (2) reproches à l endroit du juge

Plus en détail

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires:

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: - A quelles conditions une convention de forfait en jours annuels est elle valable? - Les manquements de

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

Elaborer un projet d action

Elaborer un projet d action FICHE PRATI QUE Elaborer un projet d action Un projet n est pas le fruit du hasard mais le résultat d une situation que l on juge insatisfaisante et que l on souhaite changer. On pourrait dans ce sens

Plus en détail

CHARTE DE LA RESIDENCE DE BON-SEJOUR

CHARTE DE LA RESIDENCE DE BON-SEJOUR CHARTE DE LA RESIDENCE DE BON-SEJOUR (Fondation de la Commune de Versoix pour le logement et l accueil des personnes âgées) «Sur des valeurs de Respect de l individu, de Dignité de la personne humaine,

Plus en détail

La prévention des facteurs de risques psychosociaux

La prévention des facteurs de risques psychosociaux La prévention des facteurs de risques psychosociaux ETSUP Marina Pietri, Psychologue du travail / Entrelacs Janvier 2011 La prévention des facteurs de risques psychosociaux : trois types d interventions

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

LES CHEFS D ENTREPRISE

LES CHEFS D ENTREPRISE Prud hommes La réforme des prud hommes : pour une justice plus prévisible et plus rapide. Aucun chef d entreprise n aime se séparer d un salarié. Mais c est parfois nécessaire et c est à cette éventualité

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

es services éducatifs

es services éducatifs Les services éducatifs es services éducatifs Il y a une quinzaine d années, le milieu associatif et quelques parents isolés ont lancé le débat sur l intégration en classe ordinaire des élèves handicapés.

Plus en détail

Filière éducation et insertion

Filière éducation et insertion . Filière éducation et insertion La filière «Éducation et Insertion» rassemble les équipes de professionnels chargés de conduire les projets personnalisés dans leur triple dimension : éducative, thérapeutique

Plus en détail

L année européenne 2012, «Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations»

L année européenne 2012, «Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations» L année européenne 2012, «Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations» Avant projet de Plan d action EY 2012 Introduction La CES, ses deux organisations européennes

Plus en détail

A propos des conclusions de l Informateur Didier Reynders, à Sa Majesté le Roi Albert II

A propos des conclusions de l Informateur Didier Reynders, à Sa Majesté le Roi Albert II A propos des conclusions de l Informateur Didier Reynders, à Sa Majesté le Roi Albert II Bruxelles, le 1 er mars 2011 A propos des conclusions définitives de la mission d information de Didier REYNDERS

Plus en détail

Eléments de l étude «La politique vacances des centres sociaux et les familles bénéficiaires : modalités, finalités, effets» Une approche sociologique de quatre sites : Givors (69), Lannion (22), Saint

Plus en détail

Stéphanie Delvaux. Responsable Espace associatif, Agence Conseil en Economie Sociale (AGES)

Stéphanie Delvaux. Responsable Espace associatif, Agence Conseil en Economie Sociale (AGES) Stéphanie Delvaux Responsable Espace associatif, Agence Conseil en Economie Sociale (AGES) Programme Introduction : constat actuel Loi relative aux droits des volontaires 1)- Champ d application a) notion

Plus en détail

Guide d utilisation du. - RCS Nanterre 602 063 323 - Corbis - Shutterstock. Support entretien professionnel

Guide d utilisation du. - RCS Nanterre 602 063 323 - Corbis - Shutterstock. Support entretien professionnel Guide d utilisation du - RCS Nanterre 602 063 323 - Corbis - Shutterstock Support entretien professionnel L entretien professionnel, une occasion pour l entreprise et le salarié de porter un regard sur

Plus en détail

L inscription de M... à l institution de retraite (la nommer) à laquelle adhère l association sera demandée dès le début de son activité.

L inscription de M... à l institution de retraite (la nommer) à laquelle adhère l association sera demandée dès le début de son activité. Modèle de contrat de travail à durée indéterminée 2 e modèle normal Entre : l association..... représentée par M. (le président)... d une part, et : M. demeurant.. d autre part, IL A ETE CONVENU CE QUI

Plus en détail

Donateur : qui es tu? «Donateur : qui es-tu?» - 4 oct.

Donateur : qui es tu? «Donateur : qui es-tu?» - 4 oct. Donateur : qui es tu? Ton profil? 2 Plus de la moitié des Français sont concernés par le don d argent % Donne au moins tous les 2/3 ans 53 47 53 53 57 46 45 42 Donne rarement ou jamais Crise 2004 2005

Plus en détail

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences ARTICLE La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences Carole Dion Professeure Département des sciences des sciences de l'éducation

Plus en détail

«Lalangue qui, cette jouissance, la civilise si j ose dire *»?

«Lalangue qui, cette jouissance, la civilise si j ose dire *»? Carlos Guevara «Lalangue qui, cette jouissance, la civilise si j ose dire *»? La phrase du titre de mon exposé est de Lacan, le signe d interrogation est de moi. Cette phrase, vous pouvez la trouver dans

Plus en détail

La gestion d une équipe vie scolaire. Quelques petits conseils pour être un super manager!

La gestion d une équipe vie scolaire. Quelques petits conseils pour être un super manager! La gestion d une équipe vie scolaire Quelques petits conseils pour être un super manager! Les facteurs de stress Dans une équipe, on peut repérer différents facteurs de stress Une direction trop autoritaire

Plus en détail

Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences

Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences La GPEC est en lien avec les politiques de rémunération et de gestion des carrières. Stratégie entreprise Changements technologiques Inventaire effectifs

Plus en détail

Docteur Michel Legmann

Docteur Michel Legmann 1 Docteur Michel Legmann Président Mme Nora BERRA Secrétaire d Etat aux Aînés 55 rue Saint Dominique 75007 PARIS Nos références à rappeler sur tout échange de correspondance ML/FJ/np/Exercice professionnel

Plus en détail

a) À quels moments un salarié cumule-t-il des congés payés?

a) À quels moments un salarié cumule-t-il des congés payés? II -Congés payés a) À quels moments un salarié cumule-t-il des congés payés? Tout salarié on droit à des congés payés, dès lors qu il a travaillé, chez le même employeur, pendant un temps équivalent à

Plus en détail

Les paradoxes du dirigeant

Les paradoxes du dirigeant Les paradoxes du dirigeant En bref On appelle coaching l'accompagnement d'un responsable ou une équipe dans leur vie professionnelle. Il s'agit d'avoir le regard d'un entraîneur sur un champion ou sur

Plus en détail

Elaborer des règles principes généraux

Elaborer des règles principes généraux Elaborer des règles principes généraux ELABORER DES REGLES Elaborer des règles de vie, permettre aux élèves de leur donner du sens, les rendre lisibles par tous, les faire respecter et envisager des sanctions

Plus en détail