Les bonnes pratiques de soins lors de la manipulation des Voies Veineuses Centrales (VVC) au domicile

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les bonnes pratiques de soins lors de la manipulation des Voies Veineuses Centrales (VVC) au domicile"

Transcription

1 Les bonnes pratiques de soins lors de la manipulation des Voies Veineuses Centrales (VVC) au domicile Delphine WASCHEUL infirmière hygiéniste clinique Teissier et HàD du Hainaut valenciennes Rencontre HAD et libéraux AMIENS le 11 juin 2015

2 Définitions : CVC cathéter veineux central Un cathéter central est un dispositif médical installé à l'intérieur d'une veine profonde (la veine cave supérieure, au niveau de sa jonction avec l'oreillette droite). Voies d abord Veine sous Clavière Veine jugulaire interne Veine fémorale temporaire ou de courte durée (réanimation) <7 jours 1 mois Du contexte (pose en urgence ) pas d accès veineux périphérique direct ATB, nutrition parentérale etc. Réfection du pansement en 4 temps: détersion, rinçage, séchage, aseptie 1er pansement : 24 heures pansement suivant : le moins souvent possible sans excéder 7 jours pour pansement avec point de ponction visible Pansement avec compresses toutes les 48 h la réfection du pansement est impérative dès qu'il est souillé ou non occlusif. Dispositif médical à risque infectieux potentiellement grave comme la CCI et le PICC line

3 PICC LINE Cathéter central inséré par une veine périphérique du bras : Ponction de la veine profonde sous contrôle échographique: Veine basilique surtout Veine brachiale ou en dernier la céphalique reco R26 jonction veine cave supérieure/oreillette droite de 7 jours à 3 mois PICC LINE

4 CCI Chambre à Cathéter Implantable Système implantable stérile, placé chirurgicalement, sous la peau Permet un accès veineux central de longue durée (+ 3 mois) Constitué de deux parties: Une chambre d injection recouvert d une membrane souple Un cathéter relié à la chambre, introduit le plus souvent par voie sous-clavière ou jugulaire CCI

5 indications Réanimation Faible capital veineux Nutrition parentérale Oncologie k du sein Patient en fin de vie Antibiothérapie prolongée continue ou discontinue Antibiothérapie de long court Patient nécessitant une nutrition parentérale Chimiothérapies anticancéreuses Patients atteints de mucoviscidose (répétition des cures) Les critères d exclusion : -les zones préalablement irradiées - les zones infectées ou brûlées - les troubles majeurs de la coagulation.

6 Les complications sur ces dispositifs obstruction thrombose veineuse profonde extravasation mécanique (rupture du cathéter, fissure, déconnexion du cathéter, rotation du boîtier, etc.) infection Leur incidence est directement liée à leur utilisation

7 Mécanismes de l infection Contamination extra luminale Quand : la première semaine Site d'insertion contaminé lors de la pose: défaut d'asepsie - germes cutanés Contamination par le pansement( secondaire) plus rare Contamination endo luminale Quand: après la première semaine Colonisation d'un raccord du KT- Ligne veineuse Manipulations septiques (branchements, injections...) les mains des soignants Autres modes de contamination Hématogène (peu fréquente) colonisation du manchon fibrineux lors d une bactériémie secondaire à un foyer infectieux à distance Contamination des perfusions

8 CCI : quelle aiguille (1) Lettre circulaire DH/EM No du 28 octobre 1996 Ce que disent les Recos Aiguille de Huber de type II Aiguille de Huber de type 2, c est-à-dire munie d un prolongateur: limitation des manipulations de l embase de l aiguille Risque de contamination des le montage du dispositif diminuée Utilisation d aiguille de HUBER sécurisée pour éviter tout risque AES

9 CCI :choix de l aiguille (2) Emploi exclusif d aiguille à biseau tangentiel «dite à pointe de Huber» 14 Aiguille de Huber Aiguille standard carottage

10 CCI : choix de l aiguille (3) Elle préserve l intégrité du septum et garantit ainsi l étanchéité de la CCI Débits avec 22 G = 13ml/min, avec 20 G = 30ml/min, avec 19 G = 37ml/min Plus le diamètre de l aiguille est important, plus il est traumatisant pour le septum de la chambre

11 CCI et choix de l aiguille (4) longueur trop courte : diminution du débit et/ou auto expulsion de l aiguille du septum pouvant générer une extravasation (nécrose) longueur trop importante : effet de bascule pouvant expulser l aiguille du septum (extravasation) et/ou mauvaise fixation de l aiguille sur la peau du patient. Il existe une longueur adaptée à la morphologie de votre patient allant de 15mm pour la pédiatrie jusqu à 35mm pour les patients corpulents Adapter la longueur de l aiguille à la corpulence du patient 15 mm 25 mm 35 mm

12 Picc line sutures stabilisateurs GripLock Il n y a pas de consensus pour la suture ou un stabilisateur Laisser au choix du poseur Si stabilisateur : apprentissage nécessaire Dextérité du paramédical StatLock

13 REFECTION DU PANSEMENT TENUE DE L OPERATEUR Gants stériles ZERO BIJOUX MEME ALLIANCE Surblouse à UU non stérile pour le personnel extra hospitalier

14 Respect du temps de séchage de ATS Utilisation champ stérile troué et prefendu Insérer et orienter le biseau de l aiguille vers le cathéter en la faisant pivoter Vérifier le bon fonctionnement : perméabilité, présence de reflux veineux, absence de douleurs spontané ou à l injection, bon débit de perfusion Maintien de l aiguille de Huber avec une bandelette adhésive stérile si besoin Pansement stérile,occlusif et semi perméable Visualisation du point de ponction Renouvellement tous les 7 jours (en même temps que l aiguille) en l absence de souillure ou de décollement En cas de réfection du pansement : habillage identique à la pose de l aiguille et porter obligatoirement des gants stériles pour les 5 temps de l antisepsie cutanée

15 Retrait de la CCI Opérateur : masque chirurgical (recommandé avec visière ou lunettes de protection), gants non stériles Patient : tenue propre, masque chirurgical ou visage détourné du site de pose Antisepsie avec un antiseptique alcoolique Rinçage pulsé à 360 (attention au risque d embole pour les chambres anciennes)

16 Retrait CCI (2) Retrait de l aiguille tout en injectant de manière à maintenir une pression positive Si absence d aiguille sécurisée : attention à l effet rebond lors du retrait risque d AES. Elimination immédiate dans un collecteur OPTC Appliquer un pansement stérile traçabilité

17 Respect du temps de séchage de ATS LA REFECTION DU PANSEMENT INCLUS LE CHANGEMENT DU STABILISATEUR

18 CCI : gestion de la ligne veineuse Avant toute manipulation, réaliser Friction par PHA Limiter connexions et robinets Regrouper les manipulations au maximum Ne jamais reconnecter une ligne de perfusion débranchée Changer les bouchons obturateurs L utilisation de valves bidirectionnelles est recommandée

19 Picc : gestion de la ligne veineuse Avant toute manipulation, réaliser Friction par PHA Point d insertion et système de fixation protégés par un pansement Transparent semi-perméable occlusif L utilisation de valves bi-directionnelles est recommandée

20 Gestion de la ligne veineuse Mettre sur pompe de régulation de débit Friction par PHA avant toute manipulation Toute Manipulation de la ligne veineuse se fait avec compresses stériles imprégnées d antiseptique alcoolique Les sites d injection de la ligne principale sont éloignés de la literie en utilisant un grand prolongateur et un porte-rampe. Les connexions proximales et les sites d injection proximaux sont protégés et tenus à distance de toute source de contamination Ligne principale (robinets, rampes ) durée maximale : 96h. Si utilisation de valve bidirectionnelle : préférer septum préfendu, désinfection facile, transparente, étanche.désinfection avant et après chaque utilisation avec un antiseptique alcoolique et compresse stérile. Picc : en cas de non-utilisation ( 96h.) : prolongateur enlevé et ligne fermée après rinçage.

21 Gestion du Robinet proximal - Placé après le prolongateur court - Pour la transfusion sanguine, les produits visqueux - Pour les prélèvements sanguins - opérateur : masque chirurgical, gants stériles - patient : masque chirurgical Manipulation Sous réserve d une asepsie stricte Importance de l utilisation des SHA Prélèvements sanguins Au niveau du robinet proximal Utilisation d un corps de pompe à usage unique Ne pas utiliser les premiers ml de sang sauf pour hémocultures Ne pas réinjecter la purge Suivis d un rinçage

22 Gestion de la ligne veineuse Rinçage pulsé: - Quand : Après toutes injections médicamenteuses, sang, lipides - Comment : Seringue 10 ml de NACL 0,9% en plusieurs poussées successives ( seringue pré rempli) Seringues d au moins 10 ml sinon SURPRESSION Risque de fissure du CVC Les valves : Pas de consensus sur positif/neutre ou négatif clampage si présence de valves : à «pression positive» : rincer en pulsé et déconnecter sans clamper «neutre ou négative» : rincer en pulsé et clamper le temps de la déconnexion (risque de reflux)

23 Conseils et informations Patient : douche possible avec DM sous protection imperméable Conseil hygiène de vie compréhension des risques et des complications possibles Implication du Patient et de ses proches Toujours prendre son carnet de surveillance Professionnels de santé : Protocoles écrits et actualisés Formation obligatoire, mésusage ou méconnaissance sont des contre-indication au PICC et CCI

24 Surveillance et traçabilité Dès la pose du CVC jusqu' à son ablation lors de tous les soins Dossier du patient et fiche de suivi/carnet de surveillance Accès des docs aux différents intervenants Longueur extériorisée du PICC notée à chaque pansement Surveillance clinique locale et générale Si problème, signaler sans tarder au médecin A mettre en place : Formations et audit évaluation des pratiques, Existence de check-list à la pose ( HAS) Travail en partenariat avec les EOH Signalement interne en cas d infection grave

25

26 En conclusion Chaque type de cathéter a ses avantages et ses désavantages. Il n'y a pas de bon ou de mauvais choix, il n y a que des options différentes. Il est important de prendre en compte le projet de soin du patient. Toute mauvaise utilisation ou méconnaissance de ces dispositifs sera préjudiciable au patient, entrainant un retard de traitement voire une ablation de matériel entrainant une perte de chance pour celui -ci. MERCI DE VOTRE ATTENTION

27 QUELQUES OUTILS.. Bonnes pratiques sur les Picc Bonnes pratiques sur les CCI

28 Recommandations professionnelles par consensus formalisé d experts SF2H : PRÉVENTION DES INFECTIONS ASSOCIÉES AUX CHAMBRES À CATHÉTER IMPLANTABLES POUR ACCÈS VEINEUX - MARS 2012 / JANVIER 2013 SF2H Bonnes pratiques et gestion des risques associés au PICC Hygiènes décembre 2013 Fiche technique : Gestion d'un cathéter central à insertion périphérique (PICC), janvier 2012 (Version 2 - juillet 2012) CCLIN /ARLIN Paris Nord Améliorons la durée des chambres implantables (CCI) Mise en œuvre des recommandations ANAES Assistance Publique de Paris, Institut de Cancérologie Gustave Roussy, Institut Curie CClin Paris Nord,APHP,BD

RECOMMANDATIONS POUR LES MANIPULATION SUR CCI

RECOMMANDATIONS POUR LES MANIPULATION SUR CCI RECOMMANDATIONS POUR LES MANIPULATION SUR CCI OBJECTIFS de la formation Rappels de formation Prévenir les complications infectieuses les risques d obstruction ou de rupture du cathéter les AES Faciliter

Plus en détail

PICC LINE. Livret d information, de suivi et de surveillance. Etablissement de référence : Service de soins référent : Médecin référent à l hôpital :

PICC LINE. Livret d information, de suivi et de surveillance. Etablissement de référence : Service de soins référent : Médecin référent à l hôpital : PICC LINE Livret d information, de suivi et de surveillance Etablissement de référence : Service de soins référent : Médecin référent à l hôpital : Infirmier(ère) du domicile : Un cathéter PICC Line a

Plus en détail

Perfusion Bonnes pratiques. IFSI - CH Roubaix

Perfusion Bonnes pratiques. IFSI - CH Roubaix Perfusion Bonnes pratiques IFSI - CH Roubaix Marion Coussemacq - 2012 Généralités Définition : Acte infirmier sur prescription médicale consistant à administrer par voie parentérale une préparation injectable

Plus en détail

Chambres à cathéter implantables

Chambres à cathéter implantables Chambres à cathéter implantables Pas de conflits d intérêt avec le sujet traité APHAL Formation PPH Jeudi 19 mars 2015 Sébastien GEORGET Pharmacie Centre Psychothérapique de Nancy Définition (1) Définition

Plus en détail

PICC* nouveau matériel et nouveaux challenges

PICC* nouveau matériel et nouveaux challenges Séminaire de perfectionnement sur l infection nosocomial 6 Paris 4 novembre 2011 SF2H Cathétérisme veineux central chez l adulte hors réanimation PICC* nouveau matériel et nouveaux challenges * cathéter

Plus en détail

L ACCÈS VEINEUX DE COURTE DURÉE CHEZ L ENFANT ET LE NOUVEAU-NÉ

L ACCÈS VEINEUX DE COURTE DURÉE CHEZ L ENFANT ET LE NOUVEAU-NÉ L ACCÈS VEINEUX DE COURTE DURÉE CHEZ L ENFANT ET LE NOUVEAU-NÉ Plan de la présentation Introduction L enfant Le cathéter court La voie veineuse centrale La voie intra-osseuse Plan de la présentation Le

Plus en détail

3/ DOMAINES D APPLICATION Soins réalisés au domicile du patient, sur prescription médicale, dans le cadre d une prise en charge en HAD.

3/ DOMAINES D APPLICATION Soins réalisés au domicile du patient, sur prescription médicale, dans le cadre d une prise en charge en HAD. DOMAINE : SOINS N version : 1 PROTOCOLE PLEURX : SURVEILLANCE ET DRAINAGE Rédaction / date Validation / date Approbation / date Diffusion / date Actualisation / date 20/03/09 CLIN 26/03/10 Dr Le Moulec

Plus en détail

*pompe P.C.A.ou A.C.P. : Analgésie contrôlée par le patient

*pompe P.C.A.ou A.C.P. : Analgésie contrôlée par le patient POSE D UNE POMPE P.C.A.* DE MORPHINE SUR VOIE VEINEUSE CENTRALE *pompe P.C.A.ou A.C.P. : Analgésie contrôlée par le patient VERSION N 1 Page 1/13 Date de validation : 20/03/2007 I. Définition Soins infirmiers

Plus en détail

FICHE ETABLISSEMENT. A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :...

FICHE ETABLISSEMENT. A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :... Feuille n FICHE ETABLISSEMENT A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :... Date : / / Nom de l établissement : CCLIN de rattachement Code établissement

Plus en détail

Isabelle Pingenot IDE coordination Hôpital Beaujon APHP Catherine Poisson IDE coordination Hôpital Necker APHP

Isabelle Pingenot IDE coordination Hôpital Beaujon APHP Catherine Poisson IDE coordination Hôpital Necker APHP Isabelle Pingenot IDE coordination Hôpital Beaujon APHP Catherine Poisson IDE coordination Hôpital Necker APHP ETP : Population cible et Où? Les programmes d éducation thérapeutique (ETP) en nutrition

Plus en détail

24/01/ 2014 EQUIPE «REFERENTE» POUR L UTILISATION DES CATHETERS VEINEUX PERIPHERIQUES ET CENTRAUX : QUELLE PLACE POUR L INFIRMIERE?

24/01/ 2014 EQUIPE «REFERENTE» POUR L UTILISATION DES CATHETERS VEINEUX PERIPHERIQUES ET CENTRAUX : QUELLE PLACE POUR L INFIRMIERE? 24/01/ 2014 EQUIPE «REFERENTE» POUR L UTILISATION DES CATHETERS VEINEUX PERIPHERIQUES ET CENTRAUX : QUELLE PLACE POUR L INFIRMIERE? I. Kriegel, C. Thinlot, M. Arsicault, A. Mauduit, M. Varenne, A.-B. Knoche,

Plus en détail

Prise en charge de la nutrition parentérale à domicile

Prise en charge de la nutrition parentérale à domicile Prise en charge de la nutrition parentérale à domicile La NP consiste à administrer, par perfusion intraveineuse, un mélange nutritif complet. Le plus souvent la prescription en ville se résume à un mélange

Plus en détail

III) LA CHAINE INFECTANTE

III) LA CHAINE INFECTANTE III) LA CHAINE INFECTANTE 3.1. LA FLORE NORMALE DE L HOMMEL Cutanée Oropharyngée Intestinale : gastrique, colique, fécale Génitale 3.2. UNE INFECTION, C EST C QUOI? Définition du dictionnaire Petit Larousse

Plus en détail

HEMODIAFILTRATION AVEC LE SYSTEME PRISMAFLEX

HEMODIAFILTRATION AVEC LE SYSTEME PRISMAFLEX Service de Néphrologie Avalisation : - Prof. P.Y. Martin Chef de Service Visa - Mme M. G. Droulez IRUS Visa - M P. Cornuau Responsable des soins Visa HEMODIAFILTRATION AVEC LE SYSTEME PRISMAFLEX Cadre

Plus en détail

Protocole Réalisation d un prélèvement urinaire pour examen Cytobactériologique - ECBU

Protocole Réalisation d un prélèvement urinaire pour examen Cytobactériologique - ECBU + Hôpital de Soultz N S PT.S.036.1 Protocole Réalisation d un prélèvement urinaire pour examen Cytobactériologique - ECBU SERVICES DESTINATAIRES CLASSEUR 2 : CLASSEUR 3 : CLASSEUR 4 : CLASSEUR 5 : CLASSEUR

Plus en détail

SOINS RESPIRATOIRES. Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014

SOINS RESPIRATOIRES. Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014 SOINS RESPIRATOIRES Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014 I / L oxygénothérapie II / L aérosolthérapie III / L aspiration IV / Les soins de trachéotomie Mars 2012 2 I L oxygénothérapie Définition: L oxygénothérapie

Plus en détail

Information d un patient devant bénéficier de la mise en place d un catheter à Chambre Implantable Percutanée (CIP)

Information d un patient devant bénéficier de la mise en place d un catheter à Chambre Implantable Percutanée (CIP) Information d un patient devant bénéficier de la mise en place d un catheter à Chambre Implantable Percutanée (CIP) «Dr Claude Benedetto» Votre médecin vous propose de vous mettre en place un accès veineux

Plus en détail

SOINS INFIRMIERS EN HEMODIALYSE

SOINS INFIRMIERS EN HEMODIALYSE SOINS INFIRMIERS EN HEMODIALYSE PLAN I) Rappels d anatomie physiologie II) IRC: Définition Traitement: hémodialyse, dérivation péritonéale, greffe III) Hémodialyse Définition Principes Législation IV)

Plus en détail

HYGIENE et ASEPSIE les principes de base exemple : réalisation d un pansement

HYGIENE et ASEPSIE les principes de base exemple : réalisation d un pansement Les règles d 'hygiène dans la réalisation d un pansement HYGIENE et ASEPSIE les principes de base exemple : réalisation d un pansement Objectif Règles visant à prévenir les risques de transmission croisée

Plus en détail

SOINS/SDGURI/PRCD/001 Procédure de sondage urinaire Version 2 : 15/01/2010 p.1/7

SOINS/SDGURI/PRCD/001 Procédure de sondage urinaire Version 2 : 15/01/2010 p.1/7 p.1/7 1. OBJET Description des différentes étapes et des règles d asepsie nécessaires à la réalisation du sondage urinaire qui est un geste invasif. 2. DOMAINE D APPLICATION Ce protocole s applique à tous

Plus en détail

AES. Stop au massacre! Accident d Exposition au Sang. Avec la participation de l ARLIN PACA http://fr.ap-hm.fr/site/arlin-paca

AES. Stop au massacre! Accident d Exposition au Sang. Avec la participation de l ARLIN PACA http://fr.ap-hm.fr/site/arlin-paca Petit g de u s bon nes p AES ide ratiqu e s Accident d Exposition au Sang Stop au massacre! Avec la participation de l ARLIN PACA http://fr.ap-hm.fr/site/arlin-paca www.urps-infirmiere-paca.fr https://www.facebook.com/urps.infirmiere.paca

Plus en détail

AUDIT ISO SUR CESARIENNE CH MACON

AUDIT ISO SUR CESARIENNE CH MACON AUDIT ISO SUR CESARIENNE CH MACON JOURNEE DU «RESEAU MATER» Jeudi 18 novembre 2010 C. Brunet M.P. Veuillet Sage-femme cadre I.D.E. hygiéniste PRESENTATION DU SERVICE MATERNITE CH MACON niveau 2B PERSONNELS

Plus en détail

Ablation de sutures. Module soins infirmiers

Ablation de sutures. Module soins infirmiers Ablation de sutures Module soins infirmiers Equipe enseignante de l IFSI du Centre Hospitalier de ROUBAIX Diaporama réalisé par : Stéphane Dubus, Formateur I. Définition Il s agit d ôter les sutures cutanées

Plus en détail

Les antiseptiques. journée de formation des correspondants paramédicaux en hygiène hospitalière 21 novembre 2013 Dr Corinne DENIS

Les antiseptiques. journée de formation des correspondants paramédicaux en hygiène hospitalière 21 novembre 2013 Dr Corinne DENIS Les antiseptiques journée de formation des correspondants paramédicaux en hygiène hospitalière 21 novembre 2013 Dr Corinne DENIS généralités généralités généralités généralités Qualités requises Emploi

Plus en détail

Tout sur les nouvelles cotations des perfusions

Tout sur les nouvelles cotations des perfusions Tout sur les nouvelles cotations des perfusions L arrêté de modification du livre III de la liste des actes et prestations relatif aux perfusions est paru au Journal officiel du 30 septembre 2014. Dans

Plus en détail

M A D A M E Z. C R E T E N E T, D I R E C T R I C E D E S S O I N S H A D S O I N S E T S A N T É M A D A M E I

M A D A M E Z. C R E T E N E T, D I R E C T R I C E D E S S O I N S H A D S O I N S E T S A N T É M A D A M E I LE CHEMIN CLINIQUE 1 M A D A M E Z. C R E T E N E T, D I R E C T R I C E D E S S O I N S H A D S O I N S E T S A N T É M A D A M E I. I M B E R T, C A D R E D E S A N T É H A D S A N T É A D O M I C I

Plus en détail

I. La perfusion par gravité : Dispositifs médicaux de perfusion en 2008. Session ide. Hervé MENU 1, Muriel WALLARD 2

I. La perfusion par gravité : Dispositifs médicaux de perfusion en 2008. Session ide. Hervé MENU 1, Muriel WALLARD 2 Session ide Dispositifs médicaux de perfusion en 2008 Hervé MENU 1, Muriel WALLARD 2 1 Pôle d Anesthésie Réanimation Hôpital Salengro 2 SAMU 59 CHRU Lille La perfusion est un acte courant dans tous les

Plus en détail

La méthode ALARM : de l'analyse d'un cas à l'élaboration d'un REX

La méthode ALARM : de l'analyse d'un cas à l'élaboration d'un REX X e JOURNEE REGIONALE DE PREVENTION DES INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS Jeudi 5 avril 2012 La méthode ALARM : de l'analyse d'un cas à l'élaboration d'un REX Vanina AMBROGI CCLIN Paris-Nord Méthode ALARM

Plus en détail

Hygiène des mains : pourquoi, comment et quand

Hygiène des mains : pourquoi, comment et quand Hygiène des mains : pourquoi, comment et quand POURQUOI? Des milliers de personnes meurent chaque jour des suites d infections acquises au cours des procédures de soins. Les germes sont principalement

Plus en détail

HYGIENE BUCCO DENTAIRE

HYGIENE BUCCO DENTAIRE 1. OBJECTIFS Réaliser une hygiène bucco-dentaire adaptée à chaque résident Diminuer le risque d infections en particulier bucco-dentaires et broncho-pulmonaires Une bouche saine participe à l amélioration

Plus en détail

PROTOCOLE SONDAGE VESICAL

PROTOCOLE SONDAGE VESICAL DOMAINE : SOINS N version : 1 PROTOCOLE SONDAGE VESICAL Date application : 18/09/2009 8page(s) (R/V) Rédaction / date Validation / date Approbation / date Diffusion / date Actualisation / date A LECOQ/

Plus en détail

REGLES DE BON USAGE DES ANTISEPTIQUES

REGLES DE BON USAGE DES ANTISEPTIQUES 1. OBJECTIFS Harmoniser les pratiques d utilisation des antiseptiques afin d éviter la survenue d infections liées aux soins. Prévenir les risques liés à la gestion des antiseptiques. 2. DOMAINE D APPLICATION

Plus en détail

STOP à la Transmission des microorganismes!

STOP à la Transmission des microorganismes! STOP à la Transmission des microorganismes! M.E Gengler Vendredi 25 Avril 2014 Vous avez ditstandard? Voici les «Précautions Standard» ou PS Les Précautions Standard : la Loi Respectez les «précautions

Plus en détail

Audit précautions standard. Rapport national 2011

Audit précautions standard. Rapport national 2011 Audit précautions standard Rapport national 211 Octobre 212 COORDONNATEURS DE L AUDIT GIARD Marine, praticien en hygiène hospitalière, CClin Sud-Est LAPRUGNE-GARCIA Elisabeth, cadre supérieur de santé

Plus en détail

BON USAGE DES DISPOSITIFS MEDICAUX DE PERFUSION 2015 Groupe de travail CODIMS AP-HP

BON USAGE DES DISPOSITIFS MEDICAUX DE PERFUSION 2015 Groupe de travail CODIMS AP-HP Comité des Dispositifs Médicaux de la COMEDIMS APHP BON USAGE DES DISPOSITIFS MEDICAUX DE PERFUSION 2015 Groupe de travail CODIMS AP-HP Composition du groupe : - Coordinatrices : Catherine Fargeot, Pitié-Salpêtrière

Plus en détail

Travail de chirurgie pédiatrique : La préparation du champ opératoire en chirurgie abdominale.

Travail de chirurgie pédiatrique : La préparation du champ opératoire en chirurgie abdominale. DELVAUX Stéphanie 4ème I.G.Pédiatrique Travail de chirurgie pédiatrique : La préparation du champ opératoire en chirurgie abdominale. Professeur : Dr. Erpicum Année scolaire : 2004-2005 1 1. Définition

Plus en détail

«Actualités et aspects pratiques de l antisepsie»

«Actualités et aspects pratiques de l antisepsie» Symposium Pharma «Actualités et aspects pratiques de l antisepsie» Modérateur : Joseph Hajjar Quelle antisepsie pour quel acte? Dr Olivia KEITA-PERSE Centre Hospitalier Princesse Grace Monaco Antisepsie

Plus en détail

CIRCUIT DU LINGE IFSI 2012

CIRCUIT DU LINGE IFSI 2012 Hôpitaux Universitaires La Pitié-Salpêtrière-Charles Foix CIRCUIT DU LINGE IFSI 2012 Christine KHAVAS, IDE Hygiéniste EOHH Charles FOIX - IFSI Les Règles R professionnelle des infirmier(e)s e)s L article

Plus en détail

Prélèvements microbiologiques des endoscopes

Prélèvements microbiologiques des endoscopes Prélèvements microbiologiques des endoscopes 1 Pourquoi? Endoscopes = dispositifs complexes Plusieurs dizaines de pièces assemblées Matériaux divers Canaux >1 m / diamètre ~ 1 mm Reliés par des jonctions

Plus en détail

Participation infirmière lors de : LA PONCTION PLEURALE et LA BIOPSIE PLEURALE

Participation infirmière lors de : LA PONCTION PLEURALE et LA BIOPSIE PLEURALE Participation infirmière lors de : LA PONCTION PLEURALE et LA BIOPSIE PLEURALE DEFINITION La ponction pleurale est un acte médicochirurgical consistant à introduire une aiguille dans la cavité pleurale,

Plus en détail

Utilisation et surveillance d une pompe à PCA de type pharmacia cadd

Utilisation et surveillance d une pompe à PCA de type pharmacia cadd Utilisation et surveillance d une pompe à PCA de type pharmacia cadd 1- Principe de soin La PCA (ou Patient Controlled Analgesia), est une technique qui permet au patient de s administrer lui-même, à l

Plus en détail

Place des PHA en EHPAD

Place des PHA en EHPAD Place des PHA en EHPAD Prévention du risque infectieux en EHPAD 2 ème Journée inter-régionale de formation et d information Rennes 15 juin 2010 Prévention du risque infectieux en EHPAD Mesures concernant

Plus en détail

SOINS DE PRATIQUE COURANTE. Prélèvement aseptique cutané ou de sécrétions muqueuses, prélèvement de selles

SOINS DE PRATIQUE COURANTE. Prélèvement aseptique cutané ou de sécrétions muqueuses, prélèvement de selles NOMENCLATURE GENERALE DES ACTES PROFESSIONNELS INFIRMIERS (Arrêté du 25 mars 1993) (Arrêté du 21 avril 1994) (Arrêté du 1er mars 1999) (Arrêté du 8 Décembre 1999) (Arrêté du 12 Octobre 2000) (Arrêté du

Plus en détail

surveillance provinciale des infections nosocomiales

surveillance provinciale des infections nosocomiales surveillance provinciale des infections nosocomiales Étude sur la surveillance et les stratégies de prévention des bactériémies associées aux cathéters centraux aux soins intensifs 2010-2011 appliquées

Plus en détail

INFECTIONS NOSOCOMIALES

INFECTIONS NOSOCOMIALES INFECTIONS NOSOCOMIALES I - Définitions La définition générale d une infection nososcomiale est la suivante : infection contractée au cours d un séjour dans un établissement de soins. Un délai de 48h au

Plus en détail

Prévenir et gérer les alarmes en épuration extra-rénale

Prévenir et gérer les alarmes en épuration extra-rénale Prévenir et gérer les alarmes en épuration extra-rénale Drs Clarisse Blayau et Christophe Ridel Urgences néphrologiques et Transplantation rénale Réanimation Fresenius Medical Care Hôpital Tenon L auteur

Plus en détail

Dermohypodermite non nécrosante (érysipèle) chez un patient de plus de 70 ans

Dermohypodermite non nécrosante (érysipèle) chez un patient de plus de 70 ans SITUATION 10 Dermohypodermite non nécrosante (érysipèle) chez un patient de plus de 70 ans Centre hospitalier universitaire d Angers, service de maladies infectieuses Objectifs institutionnels Uniformiser

Plus en détail

LES PRECAUTIONS «STANDARD»

LES PRECAUTIONS «STANDARD» LES PRECAUTIONS «STANDARD» ANTENNE NPC DU CCLIN PARIS NORD 28 MAI 2009- HYGIENE EN EHPAD Ghislaine LEMAIRE IDEH CH BAILLEUL HYGIENE EN EHPAD Respecter la vocation des établissements pour personnes âgées

Plus en détail

INGENIERIE DE LA GESTION DES RISQUES A TRAVERS LA COMPETENCE 7 IFSI NORD FELIX GUYON

INGENIERIE DE LA GESTION DES RISQUES A TRAVERS LA COMPETENCE 7 IFSI NORD FELIX GUYON INGENIERIE DE LA GESTION DES RISQUES A TRAVERS LA COMPETENCE 7 IFSI NORD FELIX GUYON 1 Construction en transversalité sur 3 ans C 7 : Analyser la qualité et améliorer sa pratique professionnelle LED Éducation

Plus en détail

Prise en charge de l aplasie fébrile. Unité des Grands Enfants Département de Pédiatrie Génétique Médicale CHU MORVAN - BREST

Prise en charge de l aplasie fébrile. Unité des Grands Enfants Département de Pédiatrie Génétique Médicale CHU MORVAN - BREST Prise en charge de l aplasie fébrile Unité des Grands Enfants Département de Pédiatrie Génétique Médicale CHU MORVAN - BREST 1 La préparation Un tableau de prévision des entrants (tableau fiche en T) Un

Plus en détail

Examen Cytobactériologique des Urines E.C.B.U

Examen Cytobactériologique des Urines E.C.B.U U.E 2.5 Processus Inflammatoires & Infectieux Examen Cytobactériologique des Urines E.C.B.U ESI 2 ème année Groupe 5 Le 07/10/2013 Présentation du Groupe 5 Mario BLANDY Manuela GAMARRA Cécile COQUET Christelle

Plus en détail

SURVEILLANCE DE LA SONDE NASO-GASTRIQUE

SURVEILLANCE DE LA SONDE NASO-GASTRIQUE SURVEILLANCE DE LA SONDE NASO-GASTRIQUE 8.10 Objectif La sonde naso-gastrique est un dispositif médical dont les indications d utilisation sont très diversifiées. Ces indications peuvent être à visée thérapeutique,

Plus en détail

RESEAU REGIONAL DOULEUR EN BASSE NORMANDIE

RESEAU REGIONAL DOULEUR EN BASSE NORMANDIE Page 1/9 LE MATERIEL 2 piles 1.5 volts AA Une pompe CADD LEGACY Une sacoche Une clé RESEAU REGIONAL DOULEUR EN BASSE NORMANDIE FICHE TECHNIQUE FT3 09/11/2012 Version 2 Page 2/9 PREPARATION DE LA CASSETTE

Plus en détail

en guise d introduction.

en guise d introduction. Hygiène des mains Précautions Complémentaires en guise d introduction. Les EHPAD sont des lieux de vie et de soins Lieu de vie comme à la maison Lieu de soins et de vie en collectivité, avec une multiplicité

Plus en détail

Soins de bouche SOINS SPECIFIQUES 7.03. Objectifs. Technique et méthode I PRINCIPES II MATERIEL ET PRODUITS

Soins de bouche SOINS SPECIFIQUES 7.03. Objectifs. Technique et méthode I PRINCIPES II MATERIEL ET PRODUITS SOINS SPECIFIQUES 7.03 Soins de bouche Assurer l hygiène bucco-dentaire en favorisant bien-être et confort Eviter la mauvaise haleine Prévenir et traiter l infection : - prévenir les infections locales

Plus en détail

Introduction W ZLe service d hémodialyse à l hôpital civil de Charleroi (infirmière en chef Mme Lothier)

Introduction W ZLe service d hémodialyse à l hôpital civil de Charleroi (infirmière en chef Mme Lothier) Introduction ZLe service d hémodialyse à l hôpital civil de Charleroi (infirmière en chef Mme Lothier) Nombres de postes : 24 Nombres de patients chroniques : 96 ZLe service d hémodialyse à l hôpital André

Plus en détail

Chapitre IV : Gestion des soins

Chapitre IV : Gestion des soins Chapitre IV : Fiche n IV.1 : Actes infirmiers et de nursing : Soins respiratoires - Aérosolthérapie Injections : IV/IM/SC Soins respiratoires - Oxygénothérapie Hygiène des mains professionnels et résidents

Plus en détail

L insulinothérapie par pompe. Généralités

L insulinothérapie par pompe. Généralités L insulinothérapie par pompe Généralités Définition Administration continue d insuline d action rapide (analogue) en SC sous forme de : débits de base programmés (en dehors des repas) bolus non programmables

Plus en détail

EVALUER LA MAITRISE DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD

EVALUER LA MAITRISE DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD EVALUER LA MAITRISE DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD Dr. Nathalie MAUBOURGUET Lundi 24 novembre 2008 Ministère de la Santé, Salle Laroque Séminaire National sur l Organisation de la Prévention des Infections

Plus en détail

24 heures avec une gastrostomie

24 heures avec une gastrostomie 24 heures avec une gastrostomie 6 ème Congrès Dysphagie Octobre 2013 Françoise FIEVET Infirmière Stomathérapeute Indications de la gastrostomie bien plus nombreuses que le thème d aujourd hui Patients

Plus en détail

PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES :

PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES : 1 PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES : AUDIT DU GREPHH: PRÉSENTATION DES RÉSULTATS DU RÉSEAU D HYGIÈNE CHOLETAIS-SAUMUROIS Murielle Chapu & Agnès Petiteau, IDE Hygiènistes Audit National 2 Audit proposé sur 3

Plus en détail

Comprendre et résoudre les problèmes infirmiers de l épuration extra rénale en réanimation

Comprendre et résoudre les problèmes infirmiers de l épuration extra rénale en réanimation Comprendre et résoudre les problèmes infirmiers de l épuration extra rénale en réanimation C.Simonetti M.Castanier (Marseille) A.Moreau (Hospal France) Epuration extra rénale (EER) en réanimation 1. Améliorer

Plus en détail

CYTO. Mode d emploi pour Cyto-Ad-Wing Z et Connect Z ONCE

CYTO. Mode d emploi pour Cyto-Ad-Wing Z et Connect Z ONCE CYTO Mode d emploi pour Cyto-Ad-Wing Z et CYTO Préparer les cytostatiques Ces instructions sousentendent le respect des règles d hygiène et de sécurité sanitaires. Préparation : Sortir le, le spike CODAN,

Plus en détail

Recommandations des experts de la Société de réanimation de langue française, janvier 2002 Prévention de la transmission croisée en réanimation

Recommandations des experts de la Société de réanimation de langue française, janvier 2002 Prévention de la transmission croisée en réanimation Réanimation 2002 ; 11 : 250-6 2002 Éditions scientifiques et médicales Elsevier SAS. Tous droits réservés S1624069302002414/FLA RECOMMANDATIONS Recommandations des experts de la Société de réanimation

Plus en détail

LES SOINS DE SUPPORT ET LA NOMENCLATURE IDE

LES SOINS DE SUPPORT ET LA NOMENCLATURE IDE LES SOINS DE SUPPORT ET IDE Lucienne CLAUSTRES BONNET 1 Les soins de support Le rôle de l infirmière à domicile Rôle propre Rôle prescrit La nomenclature Généralités Les soins palliatifs Evaluation et

Plus en détail

1 Prendre un médicament à l aide d un perfuseur portable

1 Prendre un médicament à l aide d un perfuseur portable Prendre un médicament à l aide d un perfuseur portable Cathéter veineux central avec valve antireflux Vous devez prendre un médicament à l aide d un perfuseur portable. Cette fiche vous explique comment

Plus en détail

3M Precise Agrafeuses cutanées à usage unique. L innovation dans les sutures cutanées. 3Santé. L innovation en action

3M Precise Agrafeuses cutanées à usage unique. L innovation dans les sutures cutanées. 3Santé. L innovation en action M Precise Agrafeuses cutanées à usage unique L innovation dans les sutures cutanées L innovation en action Santé M Precise Agrafeuses cutanées à usage unique Une suture à effectuer? M Precise Prête à l

Plus en détail

ASEPSIE ET CATHÉTERS VEINEUX PÉRIPHéRIQUES

ASEPSIE ET CATHÉTERS VEINEUX PÉRIPHéRIQUES ASEPSIE ET CATHÉTERS VEINEUX PÉRIPHéRIQUES Hervé Dupont, Arnaud Friggeri, Elie Zogheib Pôle d Anesthésie-Réanimation, Centre Hospitalier Universitaire, Place Victor Pauchet, 80054 Amiens cedex, France

Plus en détail

Hygiène et prévention des infections nosocomiales. tiré à part 2009. Fiches réalisées en partenariat avec la MNH CEFIEC

Hygiène et prévention des infections nosocomiales. tiré à part 2009. Fiches réalisées en partenariat avec la MNH CEFIEC tiré à part 2009 www.em-consulte.com/produit/sasoi 62320 CEFIEC Fiches réalisées en partenariat avec la MNH 1 2 SOiNS Aides-soignantes 3 4 SOiNS Aides-soignantes SOiNS Aides-soignantes 5 fiches 3/6 L hygiène

Plus en détail

1 Prendre un médicament à l aide d un perfuseur portable

1 Prendre un médicament à l aide d un perfuseur portable Prendre un médicament à l aide d un perfuseur portable Cathéter veineux central sans valve (irrigation avec héparine) Vous devez prendre un médicament à l aide d un perfuseur portable. Cette fiche vous

Plus en détail

Les fistules artério-veineuses sont des communications directes entre une artère et une veine, crées par le chirurgien pour permettre d alimenter un

Les fistules artério-veineuses sont des communications directes entre une artère et une veine, crées par le chirurgien pour permettre d alimenter un 1 2 Les fistules artério-veineuses sont des communications directes entre une artère et une veine, crées par le chirurgien pour permettre d alimenter un circuit sanguin extra-corporel, le plus souvent

Plus en détail

Retourner à la maison avec une pompe de chimiothérapie : Ce que je dois savoir

Retourner à la maison avec une pompe de chimiothérapie : Ce que je dois savoir Retourner à la maison avec une pompe de chimiothérapie : Ce que je dois savoir Ce guide vous aidera à gérer votre chimiothérapie à la maison. Veuillez le lire avec votre Infirmière et votre famille. Ce

Plus en détail

Prépration cutanée de l opéré

Prépration cutanée de l opéré Prépration cutanée de l opéré Xème Journée d Hygiène Hospitalière de Bizerte. Bizerte le 3 décembre 2005 Conférence de Consensus de la Société Française d Hygiène Hospitalière 1 Définition: Ensemble de

Plus en détail

En annexe, des références ont été misent pour chaque indicateur afin de faciliter la recherche de l information par l infirmière.

En annexe, des références ont été misent pour chaque indicateur afin de faciliter la recherche de l information par l infirmière. Ce document énonce une liste d éléments que l infirmière devrait connaître ou maîtriser avant le début de l orientation aux soins critiques. La liste n est pas exhaustive, il s agit d indicateurs pour

Plus en détail

Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD

Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD 1) Objet. Ce protocole a pour objet de décrire les modalités d utilisation des opioïdes injectables en PCA, en traitement symptomatique d une douleur,

Plus en détail

MODES D EMPLOI DES APPAREILS

MODES D EMPLOI DES APPAREILS MODES D EMPLOI DES APPAREILS MEDELA VARIO S:\00 Direction\Mes documents\site internet\docus word et pdf\appareils emploi\mode d'emploi Proximos Vario.doc/27/10/2011 1/7 En cas de questions ou de problèmes,

Plus en détail

DEMANDE D ADMISSION EN HOSPITALISATION À DOMICILE

DEMANDE D ADMISSION EN HOSPITALISATION À DOMICILE DEMANDE D ADMISSION EN HOSPITALISATION À DOMICILE Date : / / Standard 24h/24 et 7j/7 : 0596 50 29 79 et/ou administrateur de garde : 0696 26 10 37 / 0696 33 60 11 DOCUMENTS À ENVOYER par email à pc-global@hadmartiniqueles3s.fr

Plus en détail

Cette intervention aura donc été décidée par votre chirurgien pour une indication bien précise.

Cette intervention aura donc été décidée par votre chirurgien pour une indication bien précise. Qu est-ce qu une arthroscopie? Il s agit d une intervention chirurgicale mini-invasive dont le but est d explorer l articulation du genou et de traiter la lésion observée dans le même temps. Comment se

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

Evaluation des Précautions Complémentaires de type Contact :

Evaluation des Précautions Complémentaires de type Contact : Evaluation des Précautions Complémentaires de type Contact : Un nouvel outil pour les équipes d hygiène Xe JOURNEE REGIONALE DE PREVENTION DES INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS Yann Ollivier 1 Contexte /

Plus en détail

7.00 SOMMAIRE Page : 7.00

7.00 SOMMAIRE Page : 7.00 Besançon SURVEILLANCE ET PREVENTION DU RISQUE INFECTIEUX Codification : SPI UGA 7.00 UTILISATION ET GESTION DES ANTISEPTIQUES Version 1 Date : mars 2003 7.00 SOMMAIRE Page : 7.00 7.00 UTILISATION ET GESTION

Plus en détail

BIA SENSATION PLUS BIA à fibre-optique hautement efficace

BIA SENSATION PLUS BIA à fibre-optique hautement efficace BIA SENSATION PLUS BIA à fibre-optique hautement efficace Un BIA à fibre-optique hautement efficace SENSATION PLUS est une innovation dans le domaine de l assistance hémodynamique. Il offre tous les avantages

Plus en détail

La version électronique fait foi

La version électronique fait foi Page 1/6 Localisation : Classeur VERT Disponible sur Intranet A revoir : 10/2015 Objet : La présente procédure a pour objet de décrire les responsabilités et les principes pour la réalisation des prélèvements.

Plus en détail

Résultat du traitement de la varicocèle chez l'adolescent par l'association coils-sclérosants.

Résultat du traitement de la varicocèle chez l'adolescent par l'association coils-sclérosants. Résultat du traitement de la varicocèle chez l'adolescent par l'association coils-sclérosants. P. Fajadet, L. Carfagna, O. Loustau, J. Vial, J. Moscovici, J.J. Railhac, N. Sans. Radiologie Interventionnelle

Plus en détail

Pompes et Pousse-seringues seringues : Caractéristiques ristiques et limites

Pompes et Pousse-seringues seringues : Caractéristiques ristiques et limites Pompes et Pousse-seringues seringues : Caractéristiques ristiques et limites Laurent Gattlen CMD SMIA / CHUV 29.09.2009 MAITRISE UNIVERSITAIRE D'ETUDES AVANCEES EN PHARMACIE HOSPITALIERE (MAS) SEMINAIRE

Plus en détail

Infections liées aux accès vasculaires Atelier GERICCO avril 2012

Infections liées aux accès vasculaires Atelier GERICCO avril 2012 Infections liées aux accès vasculaires Atelier GERICCO avril 2012 Dr David Boutoille Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Nantes 1 1- Epidémiologie 2 Question-Discussion Le risque infectieux lié

Plus en détail

A. BOUCHER H. DALMAS 01 / 06

A. BOUCHER H. DALMAS 01 / 06 A. BOUCHER H. DALMAS 01 / 06 I / L ACCUEIL Présentation n de la chambre Voisin Emplacement lit, placard, salle de bain + emplacement affaires Fonctionnement lit, lumière, sonnette, TV,tel, radio Présentation

Plus en détail

CHIRURGIE AMBULATOIRE et traitement de la douleur

CHIRURGIE AMBULATOIRE et traitement de la douleur CHIRURGIE AMBULATOIRE et traitement de la douleur D. BERTIN*, J. MIRBEY**, C.NAMBOT*, S.SERRI* * Clinique St Vincent BESANCON ** Clinique Ste Marthe DIJON APDCA Association Pour le Développement de la

Plus en détail

SERINGUE AUTO-POUSSEUSE DE DOPAMINE

SERINGUE AUTO-POUSSEUSE DE DOPAMINE SERINGUE AUTO-POUSSEUSE DE DOPAMINE Muret Elise Ranson Charlotte Lambinet Denis Jung Emmanuelle Gangloff Sébastien DEFINITIONS LA SERINGUE AUTO-POUSSEUSE est un appareil électrique permettant d administrer

Plus en détail

Hygiène bucco-dentaire en gériatrie

Hygiène bucco-dentaire en gériatrie Hygiène bucco-dentaire en gériatrie 1 ière journée régionale de formation et d information destinée aux EHPAD 30/11/2009 Hygiène bucco-dentaire - Marina Neveu Page 1 Introduction Le centre hospitalier

Plus en détail

PROTOCOLE DE GLYCEMIE SUR SANG CAPILLAIRE

PROTOCOLE DE GLYCEMIE SUR SANG CAPILLAIRE Protocole N 20 - Glycémie sur sang capillaire 1/5 UNITE D HYGIENE ET DE LUTTE CONTRE LES INFECTIONS NOSOCOMIALES Date : 2000 PROTOCOLE DE GLYCEMIE SUR SANG CAPILLAIRE Avec la participation du groupe de

Plus en détail

Hygiène au cabinet. Formation Prévention des infections associées aux soins Dr POIRIER Émilie ARLIN Lorraine

Hygiène au cabinet. Formation Prévention des infections associées aux soins Dr POIRIER Émilie ARLIN Lorraine Hygiène au cabinet Formation Prévention des infections associées aux soins Dr POIRIER Émilie ARLIN Lorraine Environnement : air/eau Aération quotidienne des locaux Point d eau dans chaque salle de consultation

Plus en détail

Aline Fallet IDE. Réanimation médicale et infectieuse Hôpital Bichat Cl.Bernard

Aline Fallet IDE. Réanimation médicale et infectieuse Hôpital Bichat Cl.Bernard Aline Fallet IDE Réanimation médicale et infectieuse Hôpital Bichat Cl.Bernard L évoca'on d une méningite se fait sur les signes cliniques suivants Céphalées 87% Nausées 74% Raideur de nuque 83% Température

Plus en détail

RVTM3 ASPIRATION REGULATEURS DE VIDE. Version française 07/2011. Photographies : Fréderic Marigaux Imprimeur : Darmon

RVTM3 ASPIRATION REGULATEURS DE VIDE. Version française 07/2011. Photographies : Fréderic Marigaux Imprimeur : Darmon Version française 07/2011 09/2011 Coordination : Serge Itzkowitch Création : Photographies : Fréderic Marigaux Imprimeur : Darmon RVTM3 ASPIRATION rvtm3_8pages_31_08.indd 2 05/09/11 16:19 RVTM3 Le régulateur

Plus en détail

BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents

BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents L. Grolier-Bois - Médecin hygiéniste Centre Hospitalier de Bretagne-Sud (56) Centre Hospitalier de Quimperlé (29) ARLIN BRETAGNE Journée Régionale de Formation

Plus en détail

Chimiothérapie, quelles implications au domicile?

Chimiothérapie, quelles implications au domicile? Chimiothérapie, quelles implications au domicile? Charles BELENGER Sophie YSEBOODT En partenariat avec 22/10/2015 Chimiothérapie, quelles implications au domicile? Introduction 1. Définition de la chimiothérapie.

Plus en détail

CATALOGUE DES FORMATIONS 2016

CATALOGUE DES FORMATIONS 2016 RéSEAUX DE SANTé CANCéROLOGIE GéRONTOLOGIE SOINS PALLIATIFS DU VAL D OISE CATALOGUE DES FORMATIONS 2016 N agrément formation continue : 119 504 04 595 N agrément OGDPC : 4330 https://www.ogdpc.fr/ Programme

Plus en détail

Mesures d hygiène pour prévenir la transmission de la grippe pandémique A(H1N1) Diaporama SFHH-SPILF-SRLF

Mesures d hygiène pour prévenir la transmission de la grippe pandémique A(H1N1) Diaporama SFHH-SPILF-SRLF Mesures d hygiène pour prévenir la transmission de la grippe pandémique A(H1N1) Diaporama SFHH-SPILF-SRLF 5 octobre 2009 Virus grippal Virus à ARN enveloppé Taille 100 nanomètres Réputé fragile : sensible

Plus en détail