10 ème Printemps de l AFCOR Tumeurs du Rectum et du Canal Anal

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "10 ème Printemps de l AFCOR Tumeurs du Rectum et du Canal Anal"

Transcription

1 10 ème Printemps de l AFCOR Tumeurs du Rectum et du Canal Anal Session Canal Anal Indications, doses, fractionnement Dr V.Vendrely 10 ème Printemps

2 Déclaration d intérêts Pas de conflits d intérêts à déclarer

3 Plan Dépister et prévenir? Traitement : guérir sans stomie et sans séquelles? De la chirurgie à la chimioradiothérapie La chimioradiothérapie Quelles doses pour quelles tumeurs? Fractionnement? Avec ou sans pause? IMRT? Les questions en RCP T1 N0 ou T2 <4cm Chimioradiothérapie ou radiothérapie exclusive? Irradiation des aires inguinales? Que faire après biopsie/ exérèse par un proctologue Doit on adapter le traitement? Patient VIH + Patient âgé Surveiller et rattraper les récidives?

4 Dépister et prevenir?

5 K du canal anal : épidémiologie < 1 % de tous les K mais incidence X 4 en 30 ans 4 à 6 % des K digestifs Prédominance féminine Age : septième décennie Facteurs de risque Tabac Infection à papillomavirus : HPV 16 (Lésions bénignes : condylomes, lésions intraépithéliales) Immunodépression : HIV 5

6 Dysplasies et infection HPV Oncogénèse liée à HPV 16 et 18 Prévalence HPV chez les patients VIH+ HSH : 90 % Autres : 20-50% Photos : Dr Juguet, proctologue

7 Dépistage Pour qui? Patient HIV+ Homosexuels masculins Femmes avec ATCD de dysplasies du col utérin Patients avec ATCD de condylomes Comment? Toucher rectal et anuscopie, avec biopsie des lésions suspectes En évaluation : dépistage cytologique (frottis anaux) Anuscopie de haute résolution en cas de cytologie anormale Recommandations: Examen proctologique annuel chez les patients HIV+ à risque

8 Etude observationnelle AIN3 proposée par Laurent Abramowitz pour le Groupe de Recherche En Proctologie Objectif principal : décrire le taux d apparition de carcinome épidermoïde de l anus chez les patients suivis pour AIN 3. Objectifs secondaires : Facteurs associés à l évolution vers le cancer de l anus des patients avec AIN 3 sérologie VIH taux de CD4 des patients VIH charge virale du VIH selon les traitements réalisés selon la surveillance par anuscopie haute résolution, anuscopie traditionnelle Fréquence du suivi âge, sexe, BMI, tabagisme Sexualité anale

9 Vaccination? 2 vaccins disponibles Gardasil (HPV 16, 18, 6 et 11) Cervarix (HPV16 et 18) Efficaces chez l adolescente en prévention des k du col utérin (si fait avant les premiers rapports sexuels et en l abs d infection HPV)

10 Guerir sans stomie ni sequelles?

11 K du canal anal : quelques rappels Anatomie Signes d appel Rectorragies Douleur ou pesanteur anale Prurit Masse anorectale Faux besoins Ténesme Adénopathie inguinale Incontinence anale K lymphophile Carcinome épidermoïde le plus souvent 11 Drainage inguinal et iliaque externe Drainage hémorroïdal et iliaque interne

12 K du canal anal : diagnostic Examen clinique Inspection, anuscopie Schéma précis des lésions Toucher rectal, examen sous AG si nécessaire Biopsie : anapath Palpation des aires ganglionnaires +/- écho Examen gynécologique (frottis cervicaux et recherche de papillomavirus) Etat général, comorbidités IRM ou Echoendoscopie anale Bilan d extension: TEP scanner Sérologies VIH, VHB et VHC

13 IRM pelvienne utile pour préciser L extension locale (atteinte des sphincters, organes de voisinage) Extension ganglionnaire Aide au contourage du radiothérapeute Fusion IRM/ scanner de centrage Mais attention à l axe d acquisition Détermine le volume cible tumoral

14 TEP scanner Recommandée par le NCCN (US) et le TNCD Utile pour préciser Extension ganglionnaire Extension métastatique Modifie le stade initial dans 12,5 à 31 % des cas Bonne sensibilité et VPN Aide au contourage du radiothérapeute Fusion TEP/ scanner de centrage Particulièrement utile pour le GTV N

15 Classification clinique TNM de l AJCC/UICC (7e éd) Tis: carcinome in situ (Bowen, AIN 2 et 3) T1: tumeur 2cm T2 tumeur > 2 cm mais 5 cm dans sa plus grande dimension (de 21 mm à 50 mm) T3 tumeur > 5 cm dans sa plus grande dimension T4 tumeur de n importe quelle dimension envahissant un ou plusieurs organes adjacents (vagin, urètre, vessie) N0 pas de métastase ganglionnaire lymphatique régionale N1 métastases d un ou plusieurs ganglions lymphatiques périrectaux N2 métastases d un ou plusieurs ganglions lymphatiques iliaques internes et/ou inguinaux unilatéraux N3 métastases des ganglions inguinaux ou périrectaux et/ou des ganglions iliaques externes et/ou inguinaux bilatéraux. 15

16 Classification échoendoscopique Tumeur UST1 atteinte de la muqueuse et sous-muqueuse sans infiltration du sphincter interne Tumeur UST2 atteinte du sphincter interne avec respect du sphincter externe Tumeur UST3 atteinte du sphincter externe Tumeur UST4 atteinte d un organe pelvien de voisinage USN0 pas d adénopathie suspecte périrectale USN+ adénopathie(s) périrectale(s) de 5 à 10 mm de diamètre ayant des critères échoendoscopiques de ganglion malin (rond,hypoéchogène, contours nets, ou mesurant plus de 10 mm de diamètre)

17 Stratégie thérapeutique Traitement conservateur = association concomitante de radiothérapie et de chimiothérapie T1-T2<4 cm N0: radiothérapie exclusive Chimiothérapie associée? Irradiation inguinale? T2 >4 cm ou N+ : radiochimiothérapie (irradiation inguinale et iliaque externe) Facteurs pronostiques : T> 5cm, N+, sexe masculin Traitement de rattrapage: chirurgie-amputation abdomino-périnéale En cas de réponse incomplète à la radiochimiothérapie En cas de récidive après traitement

18 Rappel : de l AAP à la radiochimiothérapie Avant : RTCT préop (Amputation AbdominoPérinéale) 24 AAP : stérilisées 62 exérèses locales /61 stérilisées (Nigro ND : World J Surg 1987 ; 11: ) RT Contrôle local 39 % RTCT 58 % P=0.02 SG à 3 ans 65 % 72 % Bartelink H, et al. J Clin Oncol 1997;15: UKCCCR ACT1 Survie à 5 ans =50-60 % Stomie définitive Rechutes ganglionnaires 97 réponses complètes / 104 EORTC Chirurgie AAP 108 patients 585 patients RT Contrôle local 39 % RTCT 61 % P<0.001 SG à 3 ans 58 % 65% UKCCCR Lancet 1996;348: Northover J, et al. Br J Cancer 2010;102:

19 Radiothérapie: doses et fractionnement Première partie Deuxième partie Tumeur Tumeur et adénopathies envahies Radiothérapie conformationnelle ou IMRT Quelle dose? PAUSE? Aires ganglionnaires de drainage Radiothérapie conformationnelle 3D IMRT Curiethérapie Quelle dose? 19

20 Les 6 essais randomisés de radiochimiothérapie dans le K anal Essai Patients UKCCR-ACT RTOG EORTC ( ) Dose RT (Gy) CT RT RTCT MMC5Fu RTCT RTCT 45-50,4 + 9(boost) 5Fu MMC5Fu RT RTCT MMC5Fu RTCT CT+RTCT MMC5Fu CDDP5Fu MMC5FU CDDP5Fu non CDDP5Fu (4 cycles) CDDP5Fu (2 cycles) 3 ( ) Traitement ( ) RTOG ( ) ACT RTCT RTCT+CT 30,6 50,4 307 CT+RTCT CT+RTHD RTCT RTHD 45+14, , ( ) ACCORD 03 ( ) Pause Echec LR 53% 30% (p<0,0001) 34 % 16 % (p=0,0008) 50 % 32 % (p=0,02) 10j max 20 % DFS SG à 5 ans - 65% 60% 51% 73% * (p=0?0003) 67% 76% * - 54 % 58 % (p=0,17) 67,8 % 57,8 % (p=0,06) 78,3% 70,7 % (p=0,02) 26 %(p=0,08) 79% 77% 63,8 % 78,1 % 66,8 % 62,3 % 76,6 88,8 80,6 75,9

21 Sites de récidive/doses 45 rechutes locorégionales sur une série de 180 patients irradiés en RT2D 5 sites iliaques primitifs ou iliaques externes dans leur partie antérieure se situent en limite ou en dehors des volumes traités. Aggarwal A et al. Radiother Oncol 2012;103:341 6.

22 Recommandations des sociétés savantes et des groupes de recherche TNCD PTV-pelvis :45 Gy/1,8 Gy PTV-T: Gy Ou PTV-pelvis : 36 Gy-PTV T: 23,4 Gy RTOG T2 N0 :PTV pelvis: 42 Gy PTV T: 50,4 Gy T 3-4 N0 : PTV-pelvis: 45 Gy, N+:50,4, T:54 Gy AGITG T1-2: PTV pelvis : 30 Gy PTVT 50,4 Gy en séquentiel (42/50,4 en SIB) T3-4: PTV pelvis : 36 Gy PTV T Gy (45/60 en SIB)

23 ACCORD 03 Essai Patients ACCORD ( ) Traitement CT+RTCT CT+RTHD RTCT RTHD Dose RT (Gy) 45+14, , CT Pause (sem) CDDP5Fu (4 cycles) CDDP5Fu (2 cycles) 3 Echec LR SSR % SG à 5 ans % 63,8 78,1 66,8 62,3 76,6 88,8 80,6 75,9 Pas de bénéfice pour dose totale > 60 Gy

24 Avec ou sans pause? Essai Patients UKCCR-ACT 1 Dose RT (Gy) CT 577 RT RTCT MMC5Fu RTCT RTCT 45-50,4 + 9(boost) 5Fu MMC5Fu 4-6 EORTC RT RTCT MMC5Fu 6 RTOG RTCT CT+RTCT ,4 MMC5Fu CDDP5Fu 10j max ACT RTCT RTCT+CT 50,4 MMC5FU CDDP5Fu non 307 CT+RTCT CT+RTHD RTCT RTHD CDDP5Fu (4 cycles) CDDP5Fu (2 cycles) 3 ( ) RTOG Traitement Pause (sem) ( ) ( ) ( ) ( ) ACCORD 03 ( ) 45+14, ,

25 Avec ou sans pause? POUR CONTRE Gestion des toxicités Repopulation tumorale Evaluation de la réponse Risque de moins bon contrôle local Régression tumorale : curiethérapie Analyse des data poolées RTOG 8704 et 9811: lien entre CFS et étalement Un étalement long peut être associé à un moins bon contrôle local (mais courtes pause possibles pour tumeur peu évoluées)

26 Relation dose totale/étalement Pour des tumeurs > 5cm Dose totale > 54 Gy avec étalement < 60 jours

27 Diminuer la toxicité aiguë pour diminuer les pauses? Préciser les volumes à irradier Ganglionnaire : en particulier inguinal Ganglion sentinelle? Pet scan +++ Tumoral : IRM Epargner les tissus sains Modulation d intensité

28 Modulation d intensité Permet de conformer la dose au volume complexe à traiter Meilleure épargne des tissus sains Intestin grêle+++ Vessie Objectifs à évaluer Diminuer la toxicité tardive Supprimer la pause Augmenter la dose? 28 26/11/2010 Dr V.Vendrely

29 Concordance IRM/PET/dosimétrie

30 Quid des essais d IMRT? Pas d essai randomisé versus 3D Comparaison historique avec résultats du RTOG 9811: diminution de la toxicité aiguë Étalement médian 43j (32-59) Doses T2 N0 :PTV pelvis: 42 Gy PTV T: 50,4 Gy T 3-4 N0 : PTV-pelvis: 45 Gy, N+:50,4, T:54 Gy Futur Bras standard des essais RTOG

31 Projet :CANAL-IMRT-01 : Etude de faisabilité de la radiothérapie conformationnelle avec modulation d intensité en étalement continu chez des patients atteints d un cancer du canal anal localement avancé traité par radio-chimiothérapie (Dr Carmen Florescu/Pr MA Mahé) Faisabilité du traitement par IMRT et chimio sans pause planifiée pour K localement évolués du canal anal (Etude prospective multicentrique de phase II non randomisée) PTV-T (tumeur): Gy in 36 fractions at 1.7 Gy/fraction PTV-NA (ganglions atteints): Gy in 36 fractions at 1.6 Gy PTV-NB (aires de drainage): 54 Gy in 36 fractions at 1.5 Gy Chimio: Mitomycine-5Fu semaines 1 et 5 89 patients Objectif principal : proportion de patients sans toxicité de grade 3 (CTCAE v4) responsable d interruption de traitement Objectifs secondaires : Taux de controle locorégional à 3, 6 et 12 mois Nb d interruptions de traitement (et nb de jours d interruption) Recherche de Financement? Étalement et dose totale Financement Ligue: refus Survie sans colostomie, survie sans progression et survie globale soumis en lettre d intention PHRC en Mai 2013 et Mai 2014 : refus

32 T1 N0 T1 = % des inclusions dans les essais randomisés Peut on appliquer les mêmes conclusions? Quelles sont les alternatives? Radiothérapie exclusive Radiothérapie externe + Curiethérapie Ou curiethérapie seule E. Deutsch Chapitre 6 Cancer du canal anal Thésaurus National de Cancérologie digestive 2010 Radiochimiothérapie avec doses limitées (30 Gy)+ 1 cycle MitoFU Hatfield, P., Cooper, R., & Sebag-Montefiore, D. (2008). Involved-field, low-dose chemoradiotherapy for early-stage anal carcinoma. Radiation Oncology Biology, 70(2),

33 Irradiation inguinale (T1-T2) Risque de récidive inguinale T1 : 1,9 % T2: 12,5 % Pas de rechute inguinale chez les patients ayant une irradiation prophylactique Evitable pour T1 < 10 mm Ortholan C et al. International Journal of Radiation Oncology*Biology*Physics 2005;62:

34 T1N0: Y a t il une place pour la chirurgie seule? Oui pour les tumeurs de la marge ano-cutanée Discutable si la tumeur envahit le sphincter uniquement en cas de résection complète possible Sans altérer la fonction sphinctérienne Que faire après biopsie exérèse par un proctologue? Evaluer le risque ganglionnaire Résection R0 / R1? (marge par rapport au K infiltrant) Pas d indication de RT adjuvante sur dysplasie de haut grade

35 Patients HIV + Toxicité aigue ++ Résultats moins bons Faux positifs au TEP Taux de CD4 < 200 associé à une toxicité et une OS

36 Patients HIV+ Pas de différence / HIV En pratique : instaurer HAART rapidement Et ne pas sous traiter : radiochimio standard

37 Patients âgés Evaluation oncogériatrique nécessaire Adaptation de la chimiothérapie en fonction des comorbidités Radiothérapie sensibilisée par xeloda? Adaptation des doses (30 Gy) et de la chimio Radiothérapie hypofractionnée hémostatique

38 Surveiller et rattraper les recidives?

39 K du canal anal : résultats Survie à 3 ans = 80-90% pour T1-T2 = % pour T3-T4 Les récidives locales surviennent surtout dans les 3 premières années Traitement : AAP Récidives métastatiques Ganglionnaires lomboaortiques : RTCT Diffuses : chimiothérapie palliative

40 Surveillance après traitement Enjeu : dépister précocément les récidives curables Surveillance standard Examen clinique Tous les 4 mois pendant 2 ans Puis tous les 6 mois pendant 3 ans Puis tous les ans ensuite TDM abdomino-pelvien ou écho abdo/ radio pulmonaire «Meilleure réponse «:entre 4 et 6 mois après la fin du traitement Quel apport des nouvelles modalités d imagerie? IRM pelvienne? TEP scanner recommandé à 6 mois Biopsies à éviter en raison du risque de nécrose après radiothérapie

41 Cancer du canal anal Étude ACT II : phase III, RCT avec 5-FU + mitomycine C versus 5-FU + cisplatine (1) Cancer épidermoïde RT + 5-FU Tout T, N (n = 940) 5-FU + cisplatine après RCT Plan factoriel 2x2 R + MMC (n = 472) + cisplatine (n = 468) Oui (n = 448) R Non (n = 446) (2 cycles) Radiothérapie externe (RT) 50,4 Gy, 28 fractions, 5 sem. ½ ; 5-FU 1 g/m² J1-J4 et J29-J32 ; mitomycine C (MMC) 12 mg/m² J1 ; cisplatine 60 mg/m² J1-J29 Évaluations à : Semaine 11 : TR + échographie endorectale (= 4 semaines après la RCT) Semaine 18 : TR + échographie endorectale (= avant la maintenance) Semaine 26 : TR + échographie endorectale + TDM (= après la maintenance) ASCO D après Glynne-Jones R et al., abstr actualisé

42 Cancer du canal anal Étude ACT II : phase III, RCT avec 5-FU + mitomycine C versus 5-FU + cisplatine (2) Quand évaluer la réponse après RCT? 100 SSP RC versus non RC à S11 SSP RC versus non RC à S26 HR = 0,71 ; IC95 : 0,53-0,95 (p = 0,02) HR = 0,21 ; IC95 : 0,15-0,29 (p < 0,001) % 80 SSP (%) SSP (%) % Non RC RC % Non RC RC Patients à risque (n) Non RC RC % Années Patients à risque (n) Non RC RC Années Évaluation à S11 trop précoce : 60 % des patients sans RC à S11 étaient en RC à S26 Risque de chirurgie de sauvetage par excès Nouveau standard : évaluation de la réponse à S26 ASCO D après Glynne-Jones R et al., abstr actualisé

43 Comment surveiller après RCT? Cancer du canal anal Récidives après CT 30 (3 %) 46 (5 %) Aucune Pelvis Mixtes 133 (11 %) Métastases 761 (81 %) Délai de survenue des récidives Année 1 : 54 % Année 2 : 26 % 93 % Année 3 : 13 % Au-delà : 7% Surveillance pelvienne minimale au-delà de 3 ans? ASCO D après Sebag-Montefiore D et al., abstr actualisé

44 Projets

45 Projet de cohorte FFCD des cancers de l anus : ANABASE ETUDE DES SURVIES ET DESCRIPTION DE LA PRISE EN CHARGE DES PATIENTS PORTEURS D UN CANCER DU CANAL ANAL Coordonateurs : Véronique Vendrely, Laurent Quéro, Laurent Abramowitz Rationnel: K rare : 900 à 1000 nouveaux cas /an en France mais incidence en augmentation Cancer curable mais modalités de traitement hétérogènes : T1 voire T2N0: exérèse locale, curiethérapie ou radiothérapie exclusive T2>4cm, T3-4 ou N+: radiochimiothérapie (doses, pause, technique conformationnelle avec sous sans modulation d intensité Modalités de surveillance mal codifiées K métastatiques ou en situation palliative : traitements?

46 ANABASE Etude de cohorte, prospective, multicentrique. Les modes de prise en charge sont laissés au libre choix de l investigateur. Objectif principal Evaluer la survie sans récidive à 3 ans chez les patients présentant un cancer du canal anal Nombre de patients: 600 Financement = E

47 ANABASE Objectifs secondaires Survie sans colostomie à 3 ans Survie globale à 3 ans Evaluer les pratiques de prise en charge en fonction du stade, de l âge( < 75 ans ou > à 75 ans) et du statut VIH Facteurs pronostiques âge 75 ans versus < 75 ans VIH+ versus VIHT1-T2< 4cm versus T2>4cm, T3-4 N0 versus N+ Type histologique Place de la TEP dans la surveillance Toxicités tardives : incontience, fractures du bassin Taux d AAP de rattrapage et survie sans récidive après chirurgie Pratiques et SSP en situation métastatique ou palliative

48 En résumé

49 Merci de votre attention

Prise en charge du carcinome épidermoïde du canal anal

Prise en charge du carcinome épidermoïde du canal anal Prise en charge du carcinome épidermoïde du canal anal Dr Véronique Vendrely Service de Radiothérapie-CHU de Bordeaux Email: veronique.vendrely@chu-bordeaux.fr OBJECTIFS PEDAGOGIQUES Définition histologique

Plus en détail

TRAITEMENT NEO ADJUVANT DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE. Laetitia DAHAN CHU Timone Marseille

TRAITEMENT NEO ADJUVANT DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE. Laetitia DAHAN CHU Timone Marseille TRAITEMENT NEO ADJUVANT DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE Laetitia DAHAN CHU Timone Marseille Aucun CONFLITS D INTÉRÊT Objectifs pédagogiques Savoir définir un cancer du pancréas localement avancé et border

Plus en détail

Réseau Onco Poitou-Charentes Mise à jour du référentiel régional des tumeurs de l endomètre (Décembre 2013) ******* ******* Sous la conduite de :

Réseau Onco Poitou-Charentes Mise à jour du référentiel régional des tumeurs de l endomètre (Décembre 2013) ******* ******* Sous la conduite de : 1 Les référentiels de bonnes pratiques cliniques des tumeurs de l endomètre. Version 2013 Sous la conduite de : Cédric NADEAU Service de Gynécologie - Obstétrique - CHU de Poitiers & Yannick THIROUARD

Plus en détail

RTC 3D CANCER DU RECTUM

RTC 3D CANCER DU RECTUM RTC 3D CANCER DU RECTUM INDICATIONS de la RTE Adénocarcinome du rectum T3-4 ou N+ RT-CT concomitante pré-opératoire Adénocarcinome rectal avec facteur de risque de récidive locale (R1, T4, N+) Mais SANS

Plus en détail

Traitements néoadjuvants des cancers du rectum. Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse

Traitements néoadjuvants des cancers du rectum. Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse Traitements néoadjuvants des cancers du rectum Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse Journées Francophones d Hépato-gastroentérologie et d Oncologie Digestive 2010 CONFLITS D INTÉRÊT Pas de conflit d intérêt

Plus en détail

La chimiothérapie dans le traitement du carcinome épidermoïde du canal anal

La chimiothérapie dans le traitement du carcinome épidermoïde du canal anal Cancéro dig. Vol. 3 N 4-2011 - 289-300 289 DOI 10.4267/2042/45856 DOSSIER THÉMATIQUE : LE CANCER DU CANAL ANAL La chimiothérapie dans le traitement du carcinome épidermoïde du canal anal Systemic chemotherapy

Plus en détail

Actualités du traitement du cancer Radiothérapie

Actualités du traitement du cancer Radiothérapie Actualités du traitement du cancer Radiothérapie Véronique Vendrely Service d oncologie radiothérapie Hôpital Saint André Bordeaux Club des jeunes néphrologues 20 Mai 2006 Introduction Quelques bases pour

Plus en détail

Radio-chimiothérapie du cancer du rectum. Xavier Mirabel x-mirabel@o-lambret.fr

Radio-chimiothérapie du cancer du rectum. Xavier Mirabel x-mirabel@o-lambret.fr Radio-chimiothérapie du cancer du rectum Xavier Mirabel x-mirabel@o-lambret.fr 5 nouveautés dans le cancer du rectum La RTCT nouveau standard Extension des indications de conservation du sphincter L IRM

Plus en détail

Le rôle du généraliste dans le suivi du cancer du sein. Pr. Yves Aubard

Le rôle du généraliste dans le suivi du cancer du sein. Pr. Yves Aubard Le rôle du généraliste dans le suivi du cancer du sein Pr. Yves Aubard Les objectifs généraux de la surveillance Dépistage D un rechute locale ou régionale D un cancer du sein controlatéral D une métastase

Plus en détail

Cancer du Rectum JOURNEES DES 28/11/14. Candice CAROLA Tuteur : Dr MIRABEL

Cancer du Rectum JOURNEES DES 28/11/14. Candice CAROLA Tuteur : Dr MIRABEL Cancer du Rectum RADIOCHIMIOTHERAPIE JOURNEES DES 28/11/14 Candice CAROLA Tuteur : Dr MIRABEL Plan Généralités (épidémiologie, diagnostic, bilan d extension) PEC néoadjuvante PEC adjuvante PEC métastatique

Plus en détail

Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire

Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire Ramona ITTI, physicienne médicale Service de Cancérologie - Radiothérapie hôpital St. Louis Les Matinées de l Innovation, 27 septembre 2013

Plus en détail

Cancers du canal anal 07/03/2014

Cancers du canal anal 07/03/2014 Cancers du canal anal DR XAVIER LIEM 07/03/2014 Généralités 1. Epidémiologie 2. Anatomopathologie 3. Anatomie 4. Clinique et Bilan 5. Classification Généralités 1. Epidémiologie Prédominance féminine 1,2

Plus en détail

LE CANCER DU RECTUM. Quelle stratégie de prise en charge initiale? Théo Martin Moreau

LE CANCER DU RECTUM. Quelle stratégie de prise en charge initiale? Théo Martin Moreau LE CANCER DU RECTUM Quelle stratégie de prise en charge initiale? Théo Martin Moreau RAPPELS SUR LE CANCER DU RECTUM: Incidence: 12000 nouveaux cas par an (1/3 des CCR). Adénocarcinomes dans 95% des cas.

Plus en détail

Les cancers de l endomètre

Les cancers de l endomètre Chapitre 2 Les cancers de l endomètre Généralités Prise en charge Il convient d évaluer les facteurs de comorbidité et l espérance de vie. La stratégie thérapeutique repose principalement sur l opérabilité

Plus en détail

Bases de la radiothérapie externe Particularités du sujet âgé. Dr Françoise Pêne

Bases de la radiothérapie externe Particularités du sujet âgé. Dr Françoise Pêne Bases de la radiothérapie externe Particularités du sujet âgé Dr Françoise Pêne 10 FEVRIER 2012 Bases de la Radiothérapie Historique - 1895 : rayons X (Röntgen) - 1896 : radioactivité (Becquerel) - 1898

Plus en détail

LES TUMEURS DU CANAL ANAL

LES TUMEURS DU CANAL ANAL DU de Carcinologie Clinique 2014-2015 LES TUMEURS DU CANAL ANAL INTRODUCTION L amputation abdomino périnéale (AAP) constituait il y a 30 ans le traitement standard des lésions du canal anal. Des progrès

Plus en détail

FAUT IL ENCORE FAIRE DES CURAGES AXILLAIRES? Journée de formation 25 avril 2015 Dr Isabelle Jeanjot

FAUT IL ENCORE FAIRE DES CURAGES AXILLAIRES? Journée de formation 25 avril 2015 Dr Isabelle Jeanjot FAUT IL ENCORE FAIRE DES CURAGES AXILLAIRES? Journée de formation 25 avril 2015 Dr Isabelle Jeanjot INTRODUCTION Nécessité de connaître l état des ganglions axillaires (staging, pronostic) 80% des T1 sont

Plus en détail

Le cancer de l œsophage

Le cancer de l œsophage Chapitre 1 Le cancer de l œsophage Classifications Classification ptnm (UICC 2010) Tumeurs ptis : carcinome in situ pt1 : envahissement de la lamina propria et de la sous-muqueuse pt2 : atteinte de la

Plus en détail

Cancer Prostatique Localement Avancé (T3) Pr. Vincent RAVERY

Cancer Prostatique Localement Avancé (T3) Pr. Vincent RAVERY Cancer Prostatique Localement Avancé (T3) Pr. Vincent RAVERY Introduction Diagnostic précoce / Dépistage Nombre relatif stable de cancers de la prostate (CaP) localement avancés Meilleure stadification

Plus en détail

Cancer de l endomètre

Cancer de l endomètre Traitement chirurgical des cancers de l endomètre, du col et de l ovaire Cancer de l endomètre Emile Daraï Service de Gynécologie-Obstétrique, Hôpital Tenon, CancerEst, Université Pierre et Marie Curie

Plus en détail

DOSSIER THÉMATIQUE : LE CANCER DU CANAL ANAL

DOSSIER THÉMATIQUE : LE CANCER DU CANAL ANAL Cancéro dig. Vol. 3 N 4-2011 - 275-279 275 DOI 10.4267/2042/45854 DOSSIER THÉMATIQUE : LE CANCER DU CANAL ANAL Le point de vue du proctologue sur la prise en charge de formes précoces des carcinomes épidermoïdes

Plus en détail

RTC 3D ENDOMETRE POST OPERATOIRE. Principes généraux

RTC 3D ENDOMETRE POST OPERATOIRE. Principes généraux RTC 3D ENDOMETRE POST OPERATOIRE Principes généraux Données cliniques Me C, Age, OMS 0 Antécédents Métrorragies post ménopausique? Ex complémentaires = hystéroscopie curetage et TDM TAP Chirurgie: hystérectomie

Plus en détail

Radiothérapie dans le cancer du col utérin. A. BENIDER Cours d université d été DOURDAN 2009

Radiothérapie dans le cancer du col utérin. A. BENIDER Cours d université d été DOURDAN 2009 Radiothérapie dans le cancer du col utérin A. BENIDER Cours d université d été DOURDAN 2009 Évolution des idées dans le traitement des cancers du col utérin 19 siècle: chirurgie traitement de base 20 siècle:

Plus en détail

Cancer de l endomètre localisé à haut risque. Arnaud BEDDOK DES oncologie - radiothérapie Tutrices: Dr RAMDANE, Dr BIHAN

Cancer de l endomètre localisé à haut risque. Arnaud BEDDOK DES oncologie - radiothérapie Tutrices: Dr RAMDANE, Dr BIHAN Cancer de l endomètre localisé à haut risque Arnaud BEDDOK DES oncologie - radiothérapie Tutrices: Dr RAMDANE, Dr BIHAN Plan Introduction: de quoi parle t on? Cas clinique: Mme L 76 ans Recommandations

Plus en détail

RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN

RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN INTRODUCTION RECOMMANDATIONS INCA NOV 2008 Schéma standard: o 50 Gy en 25 fractions sur 33 jours

Plus en détail

Cancers du rectum: nouvelles tendances thérapeutiques? G. Portier Chirurgie Digestive CHU Purpan

Cancers du rectum: nouvelles tendances thérapeutiques? G. Portier Chirurgie Digestive CHU Purpan Cancers du rectum: nouvelles tendances thérapeutiques? G. Portier Chirurgie Digestive CHU Purpan Savoir d où l on vient! Bernstein TE. Colorectal Disease. October 2012 14, (10), e668 e678 Norwegian Rectal

Plus en détail

INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN

INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN Calformed, 09/02/2007, Dr J.M Loez, Calais INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN I - RAPPEL DE LA CLASSIFICATION CLINIQUE DES CANCERS DU SEIN A - TUMEUR PRIMITIVE Tx non déterminé To pas de

Plus en détail

Recommandations régionales Prise en charge des cancers de l endomètre

Recommandations régionales Prise en charge des cancers de l endomètre Recommandations régionales Prise en charge des cancers de l endomètre - janvier 2012 - Circonstances diagnostiques Le diagnostic de cancer de l endomètre est suspecté devant des métrorragies, après exclusion

Plus en détail

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Nader Khaouam MD Laurie Archambault 28 mars 2014 Présentation du cas H - 20 ans, monteur et soudeur d acier Aucun antécédent X 2

Plus en détail

Notre programme. Introduction Carcinome in situ Pause café T2 N0 M0, infiltrant T3 N1 M0 Conclusions

Notre programme. Introduction Carcinome in situ Pause café T2 N0 M0, infiltrant T3 N1 M0 Conclusions Notre programme Introduction Carcinome in situ Pause café T2 N0 M0, infiltrant T3 N1 M0 Conclusions Carcinome in situ Sénologie Dr Mazy Pathologie Dr Müller Chirurgie conservatrice Dr Bollue Mastectmie

Plus en détail

TEP / TDM : Quelles indications en gynécologie - Ganglion sentinelle. J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat

TEP / TDM : Quelles indications en gynécologie - Ganglion sentinelle. J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat TEP / TDM : Quelles indications en gynécologie - Ganglion sentinelle J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat Mougins - Jeudi 20 septembre 2012 2009 : TEP-TDM à temps

Plus en détail

Chimiothérapie d induction pour les carcinomes épidermoïdes T3 oropharyngés : analyse de la littérature

Chimiothérapie d induction pour les carcinomes épidermoïdes T3 oropharyngés : analyse de la littérature Chimiothérapie d induction pour les carcinomes épidermoïdes T3 oropharyngés : analyse de la littérature Dominique de Raucourt 1 / xx 2 / xx Particularités des T3 oropharyngés! " Accessibles le plus souvent

Plus en détail

Cancer du sein Quelques chiffres

Cancer du sein Quelques chiffres Radiothérapie dans le cancer du sein en Oncogériatrie Laurent Quéro Service de Cancérologie - Radiothérapie Hôpital Saint Louis, Paris Cancer du sein Quelques chiffres Premier cancer en terme d incidence

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET BILAN D EXTENSION DU CANCER DU TESTICULE A. TOUIMER M. BOUBRIT IMAGERIE MEDICALE CHU BENI MESSOUS

DIAGNOSTIC ET BILAN D EXTENSION DU CANCER DU TESTICULE A. TOUIMER M. BOUBRIT IMAGERIE MEDICALE CHU BENI MESSOUS DIAGNOSTIC ET BILAN D EXTENSION DU CANCER DU TESTICULE A. TOUIMER M. BOUBRIT IMAGERIE MEDICALE CHU BENI MESSOUS INTRODUCTION Rare Tumeurs germinales (95%) -TG séminomateuse (35-45ans) -TG non séminomateuse

Plus en détail

STRATEGIE THERAPEUTIQUE DEVANT UNE OU DES METASTASES CEREBRALES QUE RETENIR EN PRATIQUE?

STRATEGIE THERAPEUTIQUE DEVANT UNE OU DES METASTASES CEREBRALES QUE RETENIR EN PRATIQUE? STRATEGIE THERAPEUTIQUE DEVANT UNE OU DES METASTASES CEREBRALES QUE RETENIR EN PRATIQUE? Benouaich-Amiel A. Institut Claudius Regaud Toulouse EPIDEMIOLOGIE Fréquent 8 à 10 % des cancers 100 170 000 nvx

Plus en détail

A propos d un cancer du rectum

A propos d un cancer du rectum A propos d un cancer du rectum L Cany B Carles P.E Chémaly J El Kohen L Prié Ph Santoni QuickTime et un décompresseur sont requis pour visionner cette image. Monsieur R, 56 ans Syndrome rectal depuis trois

Plus en détail

Cancer de l endomètre

Cancer de l endomètre Onco-gériatrie: Traitement chirurgical des cancers de l endomètre, de l ovaire et du col Emile Daraï Service de Gynécologie-Obstétrique, Hôpital Tenon, IUC, Université Pierre et Marie Curie Paris VI Cancer

Plus en détail

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés - décembre 2009 - CARCINOMES BASOCELLULAIRES La chirurgie : traitement de référence et de 1 ère intention Classification clinique et histologique

Plus en détail

Place de la chirurgie dans le traitement du Cancer

Place de la chirurgie dans le traitement du Cancer Place de la chirurgie dans le traitement du Cancer I) Introduction Traitement actuel du cancer : compétences multiples oncologie médicale radiothérapie réanimation biologie anatomopathologie des tumeurs

Plus en détail

Faut-il encore opérer les cancers de l œsophage localement avancés?

Faut-il encore opérer les cancers de l œsophage localement avancés? Faut-il encore opérer les cancers de l œsophage localement avancés? controverse : pour Delphine BONNET Fédération digestive - Hôpital Purpan - TOULOUSE définitions Type histologique : adénocarcinome /

Plus en détail

TEP / TDM et Cancer du col de l utérus - Ganglion sentinelle. J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat

TEP / TDM et Cancer du col de l utérus - Ganglion sentinelle. J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat TEP / TDM et Cancer du col de l utérus - Ganglion sentinelle J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat Mougins - Jeudi 12 avril 2012 2009 : TEP-TDM à temps de vol AVANT

Plus en détail

Thésaurus du Cancer du Colon

Thésaurus du Cancer du Colon Thésaurus du Cancer du Colon - 1 - Bilan des Cancers du Colon Antécédents, recherche de forme familiale Examen clinique, TR Coloscopie avec biopsies Echographie abdominale +/- TDM abdominal si doute ou

Plus en détail

Définition du CTV : CTVT (1)

Définition du CTV : CTVT (1) EPU TECHNIQUES DEDIEES EN RADIOTHERAPIE HEGP 23-25 Mars 2011 Cancers du col Indications d irradiation des cancers gynécologiques Cancers de l endomètre CONTOURAGE DES VOLUMES D INTERET DES TUMEURS GYNECOLOGIQUES

Plus en détail

Cancers de l'anus DES HGE 17/01/2013. Guillaume LE GALL

Cancers de l'anus DES HGE 17/01/2013. Guillaume LE GALL Cancers de l'anus DES HGE 17/01/2013 Guillaume LE GALL PLAN I / Anatomie II / Epidémiologie III / Facteurs de risque IV / Clinique V / Paraclinique VI / Prise en charge VII / Surveillance VIII / Effets

Plus en détail

Cancers des sinus et des fosses nasales

Cancers des sinus et des fosses nasales Chapitre 8 Cancers des sinus et des fosses nasales Les cancers du cavum, sinus et glandes salivaires sont des tumeurs rares selon la définition du REFCOR. Les cancers des sinus de la face représentent

Plus en détail

Radiothérapie des cancers du rectum des sujets âgés : Plus c est court, plus c est bon? Dr Florence Huguet Hôpital Tenon, Paris 10/03/2017

Radiothérapie des cancers du rectum des sujets âgés : Plus c est court, plus c est bon? Dr Florence Huguet Hôpital Tenon, Paris 10/03/2017 Radiothérapie des cancers du rectum des sujets âgés : Plus c est court, plus c est bon? Dr Florence Huguet Hôpital Tenon, Paris 10/03/2017 Epidémiologie Taux d incidence et de mortalité augmentent jusqu

Plus en détail

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes généraux Importance du diagnostic d un cancer au stade

Plus en détail

FISSURES, FISTULES ANALES, THROMBOSE HEMORROIDAIRE CANCER DU CANAL ANAL

FISSURES, FISTULES ANALES, THROMBOSE HEMORROIDAIRE CANCER DU CANAL ANAL FISSURES, FISTULES ANALES, THROMBOSE HEMORROIDAIRE CANCER DU CANAL ANAL Pr A GAINANT (octobre 2003) I -RAPPEL ANATOMIQUE DU CANAL ANAL II - FISSURE DE L'ANUS C'est une ulcération anale. A - Etiopathogénie

Plus en détail

Cancer du rectum : traitement préopératoire

Cancer du rectum : traitement préopératoire SAHGEED Cancer du rectum : traitement préopératoire Cours Intensif de Cancérologie Digestive FFCD - SAHGEED 16 &17 Septembre 2016 Palais de la Culture MOUFDI Zakaria Pr. Nicolas Magné, MD, PhD nicolas.magne@icloire.fr

Plus en détail

Bilan d extension locale d une tumeur rectale. François Jausset, Radiologie Brabois Adultes

Bilan d extension locale d une tumeur rectale. François Jausset, Radiologie Brabois Adultes Bilan d extension locale d une tumeur rectale François Jausset, Radiologie Brabois Adultes Introduction - Déterminer l extension locale précise d une tumeur rectale est un enjeu majeur pour le radiologue

Plus en détail

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE DIAGNOSTIC DES RECIDIVES LOCOREGIONALES GENERALITES VIVIANE FEILLEL INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE Evaluation des séquelles post-thérapeutiques Diagnostic précoce des récidives

Plus en détail

LE CANCER DU PANCRÉAS LOCALEMENT AVANCÉ

LE CANCER DU PANCRÉAS LOCALEMENT AVANCÉ LE CANCER DU PANCRÉAS LOCALEMENT AVANCÉ Michel Ducreux Insitut Gustave Roussy Villejuif,FRANCE 1/28 Le cancer du pancréas. Histoire naturelle: Survie à 3 ans < 5% Maladie métastasée d emblée: 40% Formes

Plus en détail

CANCER OROPHARYNX. Prédominance masculine 3 à 5 fois plus (augmentation du nombre de femmes atteintes, baisse de l âge du diagnostic de plus en plus)

CANCER OROPHARYNX. Prédominance masculine 3 à 5 fois plus (augmentation du nombre de femmes atteintes, baisse de l âge du diagnostic de plus en plus) CANCER OROPHARYNX INTRODUCTION -amygdales++++ -les plus fréquents des cancers des voies aéro-digestives supérieures. ( 30%) -50 70ans, âge moyen diagnostic = 55ans Prédominance masculine 3 à 5 fois plus

Plus en détail

INDICATIONS DE LA RADIOTHERAPIE DANS LE CANCER DU RECTUM. DES, le 3 Mars 2006 Baumgaertner Isabelle

INDICATIONS DE LA RADIOTHERAPIE DANS LE CANCER DU RECTUM. DES, le 3 Mars 2006 Baumgaertner Isabelle INDICATIONS DE LA RADIOTHERAPIE DANS LE CANCER DU RECTUM DES, le 3 Mars 2006 Baumgaertner Isabelle Introduction Le traitement du cancer rectal pose le problème de la récidive loco-régionale Son taux est

Plus en détail

Quel schéma de radiothérapie proposer à un sujet Agé porteur d un cancer digestif? Exemple du cancer de l œsophage et du rectum

Quel schéma de radiothérapie proposer à un sujet Agé porteur d un cancer digestif? Exemple du cancer de l œsophage et du rectum Quel schéma de radiothérapie proposer à un sujet Agé porteur d un cancer digestif? Exemple du cancer de l œsophage et du rectum Dr Servagi Vernat Stéphanie, Radiothérapeute CHRU Besançon 20 mars 2015 Pas

Plus en détail

IRM du Cancer du Rectum

IRM du Cancer du Rectum IRM du Cancer du Rectum quels CHOIX TECHNIQUES pour quels OBJECTIFS THERAPEUTIQUES? Frank Boudghène, T. Andre, A. Stivalet, I. Frey, L. Paslaru, V. Ganthier, M. Tassart Hopital Tenon - Université Paris

Plus en détail

CANCERS du RECTUM QUELLE RADIOTHERAPIE PRE OPERATOIRE. LONGUE ou COURTE? M.AFIANE M.HAMEDABDELWAHAB. 12 décembre 2010

CANCERS du RECTUM QUELLE RADIOTHERAPIE PRE OPERATOIRE. LONGUE ou COURTE? M.AFIANE M.HAMEDABDELWAHAB. 12 décembre 2010 CANCERS du RECTUM QUELLE RADIOTHERAPIE PRE OPERATOIRE LONGUE ou COURTE? M.AFIANE M.HAMEDABDELWAHAB 12 décembre 2010 INTRODUCTION - I La Radiotherapie pre opératoire représente le traitement standard des

Plus en détail

Yves Gandon CANCER DU RECTUM

Yves Gandon CANCER DU RECTUM Yves Gandon CANCER DU RECTUM Enjeux Problème de santé publique: 2 nd K pays développés, 1/3 des CCR 15000 nouveaux cas/ an en France Mauvais pronostic selon : extension locale T, CRM et lymphonoeuds N

Plus en détail

Tumeurs rectales. Bilan d extension A.OLIVER F.JAUSSET 2013

Tumeurs rectales. Bilan d extension A.OLIVER F.JAUSSET 2013 Tumeurs rectales. Bilan d extension A.OLIVER F.JAUSSET 2013 Introduction - Déterminer l extension locale précise d une tumeur rectale est un enjeu majeur pour le radiologue - Le bilan local s associe à

Plus en détail

Second cancer après radiothérapie mammaire

Second cancer après radiothérapie mammaire Second cancer après radiothérapie mammaire Sophie Guillerm, service de radiothérapie, Hôpital St Louis Florence Coussy, service d oncologie, Institut Curie Vendredi 25/09/2015 Introduction incidence nombre

Plus en détail

CANCER DU POUMON à PETITES CELLULES

CANCER DU POUMON à PETITES CELLULES CANCER DU POUMON à PETITES CELLULES Epidémiologie 15% des cancers bronchiques 4000 cas par an en France 30000 décès par an aux USA Presque exclusivement du au tabac 1 Epidemiologie du CPC SEER database

Plus en détail

Cancers digestifs Février 2011

Cancers digestifs Février 2011 Cancers digestifs Février 2011 CANCER DU RECTUM Version validée : 03/02/11 Cible(s) Rédacteur(s) Anatomopathologiste, chirurgien général, chirurgien digestif, chirurgien viscéral, gastroentérologue, généticien,,

Plus en détail

Cancer du sein : données épidémiologiques 2012

Cancer du sein : données épidémiologiques 2012 Cancer du sein 1 2 Cancer du sein : données épidémiologiques 2012 1er cancer en fréquence et en mortalité de la femme 48.763 nouveaux cas 31,5 % des nouveaux cas de cancers de la femme 50 % des cancers

Plus en détail

DTS IMRT Examen Blanc 2009. Bernard Dubray CRLCC Henri Becquerel

DTS IMRT Examen Blanc 2009. Bernard Dubray CRLCC Henri Becquerel DTS IMRT Examen Blanc 2009 Bernard Dubray CRLCC Henri Becquerel Correction interactive Mme. X, 66 ans, consulte pour une tumeur du sein gauche. Sur quel élément repose le diagnostic de cancer? L examen

Plus en détail

Les Signes évocateurs de cancer ORL

Les Signes évocateurs de cancer ORL Les Signes évocateurs de cancer ORL J. Carvalho, A. Dupret-Bories, Ph. Schultz Service d ORL et chirurgie cervico-faciale Hôpital de Hautepierre Objectifs : savoir reconnaître précocement un cancer ORL

Plus en détail

Radiothérapie adjuvante des CCIS

Radiothérapie adjuvante des CCIS Radiothérapie adjuvante des CCIS standard, abstention, ou surimpression? Pr David AZRIA Pôle de Radiothérapie Oncologique INSERM U896 UM1 Montpellier Retour vers le futur. CCIS peut légitimement être traité

Plus en détail

PROLAPSUS: chirurgie ou pas? Dr FOURNET

PROLAPSUS: chirurgie ou pas? Dr FOURNET PROLAPSUS: chirurgie ou pas? Dr FOURNET Prévalence prolapsus > 45 ans Classification POP-Q (pelvic organ prolapse quantification) Etude WHI POUR LA CHIRURGIE POUR LA CHIRURGIE Echec de la contention Âge

Plus en détail

CANCER DE L ENDOMÈTRE. Recommandations et référentiels de l INCA Novembre 2010

CANCER DE L ENDOMÈTRE. Recommandations et référentiels de l INCA Novembre 2010 CANCER DE L ENDOMÈTRE Recommandations et référentiels de l INCA Novembre 2010 RAPPELS 5 rang des cancers chez la femme 6560 nouveaux cas par an patientes post-ménopausées (âge moyen : 68 ans) survie relative

Plus en détail

en chirurgie digestive : cas cliniques en cancérologie Marc Pocard Lariboisière Paris

en chirurgie digestive : cas cliniques en cancérologie Marc Pocard Lariboisière Paris Erreurs et perte de chance en chirurgie digestive : cas cliniques en cancérologie Séminaire national du D E S C Marc Pocard Lariboisière Paris Chirurgie cancérologique Erreurs : Essayer une nouvelle idée

Plus en détail

Suivi du cancer colorectal

Suivi du cancer colorectal Suivi du cancer colorectal Dre. Caroline Racicot,MD,FRCSC Chirurgienne générale,chrdl Cancer du colon 4500 cas/année au québec 4 ieme cancer le plus fréquent 2ieme le plus mortel 61% survie à 5 ans Stade

Plus en détail

LE CANCER DU COL UTERIN

LE CANCER DU COL UTERIN LE CANCER DU COL UTERIN Tout cancer infiltrant du col utérin diagnostiqué doit passer en RCP pré-thérapeutique. 1. BILAN INITIAL Examen gynécologique et examen clinique général A partir du stade IB le

Plus en détail

Traitement chirurgical et radiothérapique. du cancer du sein en un jour. Véronique Vaini-Cowen et Didier Cowen

Traitement chirurgical et radiothérapique. du cancer du sein en un jour. Véronique Vaini-Cowen et Didier Cowen Traitement chirurgical et radiothérapique du cancer du sein en un jour Véronique Vaini-Cowen et Didier Cowen Place de la radiothérapie dans le cancer du sein - Après chirurgie conservatrice pour un cancer

Plus en détail

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris Cancer du rectum France : 15000 décès/an : 1ère cause. Pronostic souvent réservé Métastases

Plus en détail

Prise en charge initiale d un sarcome des tissus mous de l adulte

Prise en charge initiale d un sarcome des tissus mous de l adulte Prise en charge initiale d un sarcome des tissus mous de l adulte Les indications actuelles de la radiothérapie rapie 27 novembre 2009 / DIJON Gilles Truc Rationnel de la radiothérapie dans les sarcomes

Plus en détail

Prise en charge du cancer épidermoïde du canal anal

Prise en charge du cancer épidermoïde du canal anal Post U (2011) 205-212 Prise en charge du cancer épidermoïde du canal anal Objectifs pédagogiques Connaître les principales classifications utilisées pour apprécier le niveau d atteinte tumorale et le bilan

Plus en détail

Définitions : tumeur. Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants.

Définitions : tumeur. Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants. Les tumeurs Définitions : tumeur Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants. Définitions : tumeur bénigne Tumeur bénigne : -néoformation

Plus en détail

CHIRURGIE DANS LES CANCERS DU SEIN

CHIRURGIE DANS LES CANCERS DU SEIN CHIRURGIE DANS LES CANCERS DU SEIN FORMATION IDE ONCOLOGIE-HÉMATOLOGIE «Connaissance de la maladie cancéreuse» T. de Lapparent, unité de pathologie mammaire, CHBM PLAN Définitions Place de la chirurgie

Plus en détail

Pr Didier PEIFFERT 1

Pr Didier PEIFFERT 1 Pr Didier PEIFFERT 1 Anatomie 3-4 cm margin Histologie C.épidermoïdes = 95 % - kératinisants - non kératinisants (transitionnels) (cloacogéniques) - basaloïdes Adénocarcinomes Sarcomes Lymphomes Mélanomes

Plus en détail

CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES

CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES PARTICULARITÉS ÉPIDÉMIOLOGIQUES 40 000 nouveaux cas/an en France, 11 000 décès 45% des femmes atteintes ont plus de 65 ans La fréquence s accroît avec l âge, aux USA:

Plus en détail

Evaluation individuelle Du 22 24 mars 2013

Evaluation individuelle Du 22 24 mars 2013 PRINTEMPS DE L AFCOR Le Cancer de la Prostate Evaluation individuelle Du 22 24 mars 2013 QCM CaP à haut risque Place de la chirurgie Pr Michel SOULIE Question 1 Parmi les propositions suivantes concernant

Plus en détail

TRAITEMENT ADJUVANT CANCER DU RECTUM Pas contre.

TRAITEMENT ADJUVANT CANCER DU RECTUM Pas contre. TRAITEMENT ADJUVANT CANCER DU RECTUM Pas contre. F Peschaud Vendredi 11 décembre 2015 Adjuvant: Pourquoi? T3/T4 après RCT néoadjuvante: taux de récidive métastatique à 5 ans de 35% Stade III: Survie sans

Plus en détail

Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux. Jeudi 25 Septembre 2008

Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux. Jeudi 25 Septembre 2008 Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux Jeudi 25 Septembre 2008 Indications oncologiques Indications issues des SOR (standards, options et recommandations).

Plus en détail

Enseignement de la sénologie. M. Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis

Enseignement de la sénologie. M. Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis Enseignement de la sénologie M. Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis Un constat En France pendant les études médicales environ 3 heures sont consacrées au cancer du sein et quasiment aucune

Plus en détail

Document de travail - 24/11/2010. Les cancers primitifs du vagin sont rares et représentent moins de 1% des cancers gynécologiques.

Document de travail - 24/11/2010. Les cancers primitifs du vagin sont rares et représentent moins de 1% des cancers gynécologiques. De OncologiK. Ce référentiel, dont l'utilisation s'effectue sur le fondement des principes déontologiques d'exercice personnel de la médecine, a été élaboré par un groupe de travail pluridisciplinaire

Plus en détail

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH)

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) * Qu est ce qu une IST? Infection Sexuellement Transmissible

Plus en détail

Cas clinique cancer de l oesophage

Cas clinique cancer de l oesophage Cas clinique cancer de l oesophage P. Michel Service d Hépato-Gastroentérologie CHU de Rouen www.tncd.org Evolution du cancer de l oesophage en 2010 en France en fonction de l année de naissance Tout cancer

Plus en détail

Populations à risque de carcinome anal

Populations à risque de carcinome anal Populations à risque de carcinome anal Identification - Dépistage Traitements des stades «intra-muqueux» Prévention Ghislain STAUMONT Clinique St Jean Languedoc - Hôpital Rangueil - TOULOUSE Conflits d

Plus en détail

Cancers de la cavité buccale

Cancers de la cavité buccale Cancers de la cavité buccale LES CANCERS DE LA CAVITE BUCCALE : ASPECTS GENERAUX Données épidémiologiques : Les carcinomes de la cavité buccale représentent environ 20% des cancers des VADS. Ce sont dans

Plus en détail

Place de la radiothérapie dans l hépatocarcinome

Place de la radiothérapie dans l hépatocarcinome 1/34 Place de la radiothérapie dans l hépatocarcinome Dr Xavier Mirabel Département universitaire de radiothérapie Centre Oscar Lambret - Lille - France x-mirabel@o-lambret.fr 2/34 Radiothérapie Traditionnellement

Plus en détail

Cancers de l hypopharynx

Cancers de l hypopharynx Cancers de l hypopharynx A- GENERALITES 1) Epidémiologie Cancer fréquent et de pronostic grave du fait de son évolution insidieuse et de son caractère lymphophile. C est quasiment toujours un carcinome

Plus en détail

RADIOTHÉRAPIE DE CONTACT

RADIOTHÉRAPIE DE CONTACT RADIOTHÉRAPIE DE CONTACT RAPPORT D ÉVALUATION TECHNOLOGIQUE OCTOBRE 2008 Service évaluation des actes professionnels 2 avenue du Stade de France 93218 Saint-Denis La Plaine CEDEX Tél. : 01 55 93 70 00

Plus en détail

EVALUATION PAR IRM DU CANCER DE L ENDOMETRE : VERS UNE CLASSIFICATION «FIGO-IRM»?

EVALUATION PAR IRM DU CANCER DE L ENDOMETRE : VERS UNE CLASSIFICATION «FIGO-IRM»? EVALUATION PAR IRM DU CANCER DE L ENDOMETRE : VERS UNE CLASSIFICATION «FIGO-IRM»? I Jammet (1), E Decroisette (1), M Pouquet (1), Y Aubard (1), JP Rouanet (2), A Maubon (1) (1) Limoges France, (2) Montpellier

Plus en détail

THESAURUS. Cancer ORL Texte Court. Juin 2015. Thésaurus Cancer ORL Texte Court Page 1 sur 28

THESAURUS. Cancer ORL Texte Court. Juin 2015. Thésaurus Cancer ORL Texte Court Page 1 sur 28 THESAURUS Cancer ORL Texte Crt Juin 2015 Thésaurus Cancer ORL Texte Crt Page 1 sur 28 INDEX DES ARBRES DECISIONNELS Arbre Titre Page Ia Attitudes thérapeutiques (avant radiothérapie) 3 Ib Attitudes thérapeutiques

Plus en détail

L. Sbihi, L. Glas, R. Boutier, N. Girouin, A. Bencheikh, A. Gelet, D. Lyonnet, O. Rouvière Hôpital Ed. Herriot, Lyon - France

L. Sbihi, L. Glas, R. Boutier, N. Girouin, A. Bencheikh, A. Gelet, D. Lyonnet, O. Rouvière Hôpital Ed. Herriot, Lyon - France L. Sbihi, L. Glas, R. Boutier, N. Girouin, A. Bencheikh, A. Gelet, D. Lyonnet, O. Rouvière Hôpital Ed. Herriot, Lyon - France Pré-requis Principe des ultrasons focalisés ou HIFU (High Intensity Focal Ultrasound)

Plus en détail

Les cancers du col de l utérus

Les cancers du col de l utérus Chapitre 1 Les cancers du col de l utérus Généralités Introduction - Classification La classification utilisée est celle de la FIGO 1 Stade I : limité au col IA : micro-invasif (défini sur pièce de conisation

Plus en détail

Quelle conduite chirurgicale faut-il tenir devant un Polype Adénomateux«Transformé»? Philippe Lasser

Quelle conduite chirurgicale faut-il tenir devant un Polype Adénomateux«Transformé»? Philippe Lasser Quelle conduite chirurgicale faut-il tenir devant un Polype Adénomateux«Transformé»? Philippe Lasser Adénome «Transformé» Adénome présentant un foyer localisé ou étendu d un adénocarcinome superficiel,

Plus en détail