La formation des directeurs d établissements et de services

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La formation des directeurs d établissements et de services"

Transcription

1 KPMG Secteur non marchand La formation des directeurs d établissements et de services sociaux et médicaux m sociaux étude Direction(s) KPMG S.A. 1

2 Sommaire 0. Préambule 1. Niveau de diplôme des directeurs 2. Rôle essentiel de la formation Un rôle reconnu La formation continue utilisée e pour acquérir un niveau de diplôme supérieur Et on souhaite encore davantage se former 3. Eléments sur les modalités s de formation Des formations courtes et des cycles longs Organismes de formation 4. Formation adaptée e aux fonctions de Directeur Un niveau de formation considéré comme satisfaisant Une adéquation entre le diplôme et le métierm 5. Sujet de formation du moment, reflet des préoccupations actuelles 6. Annexes: Caractéristiques ristiques de l él échantillon Rappel sur le décret d qualification 2

3 0 Préambule 183 répondants r Les répondants r sont représentatifs de la réalitr alité du secteur tant du point de vue des caractéristiques ristiques homme/ femme, secteur d activité,, statut de l organisme l gestionnaire. Une enquête en ligne sur internet envoyée à 2500 personnes Période d enquête d : du 1 er juillet au 28 septembre 2009 Périmètre de l él étude: Formation continue Point sur la formation Attitudes et opinions Attentes Ce que l él étude ne comprend pas Les tris par secteur, le statut des établissements Le temps des formations et leur coût 3

4 1- Niveau de diplôme des Directeurs d ESMS 4

5 1- Niveau de diplôme des directeurs 69% des directeurs ont un diplôme de niveau 1 Environ la moitié des diplômés s de niveau 1 ont un CAFDES (46%) 20% ont un diplôme de niveau 2 Niveau de diplôme des directeurs 20% 2% 6% 1% 2% 69% Correspondence des diplômes Niveau 1 : Bac +5, Cafdes,, D3S, DEIS. Niveau 2 : Bac+3 et 4, Caferuis Niveau 3 : Bac +2 Niveau 4 : Bac Niveau 1 Niveau 2 Niveau 3 Autres diplômes de niveau 4, 5 ou 6 Pas de diplôme NSP 5

6 1- Niveau de diplôme des directeurs 80% 70% 60% 50% 74% Niveau de diplôme par sexe 61% 40% 30% 20% 10% 0% 15% 27% 5% 8% 3% 2% 3% 1% 2% Un homme Une femme Niveau 1 Niveau 2 Niveau 3 Autres diplômes de niveau 4, 5 ou 6 Pas de diplôme NSP Le niveau de diplôme des femmes directrices est inférieur à celui des hommes directeurs. 74% des hommes sont diplômés s de niveau 1 contre 61% des femmes. 6

7 1- Niveau de diplôme des directeurs 90% 80% 70% 60% 85% Niveau de diplôme par âge des directeurs 70% 69% 50% 40% 30% 20% 10% 0% 40% 27% 21% 19% 15% 13% 6% 7% 7% 7% 2% 2% 1% 3% Moins de 39 ans Entre 40 et 49 ans Entre 50 et 59 ans 60 ans et plus Niveau 1 Niveau 2 Niveau 3 Autres diplômes de niveau 4, 5 ou 6 Pas de diplôme NSP Les directeurs les plus jeunes sont plus nombreux à être diplômés s de niveau I. 7

8 1- Niveau de diplôme des directeurs 90% 80% Niveau de diplôme par taille d ESMS d (selon capacité d accueil) 82% 70% 60% 50% 64% 58% 40% 30% 20% 10% 0% 30% 21% 9% 8% 11% 3% 3% 1% 1% 1% 3% 3% 1% Moins de 50 places Entre 50 et 99 places Plus de 100 places Niveau 1 Niveau 2 Niveau 3 Autres diplômes de niveau 4, 5 ou 6 Pas de diplôme NSP A partir d une d capacité d accueil importante (+ de 100 places), on constate que la part des diplômés s de niveau 1 est nettement supérieure : 82%. En revanche, le niveau de diplôme sur les tranches moins de 50 places et entre 50 et 99 places est globalement similaire. 8

9 1- Niveau de diplôme des directeurs Niveau de diplôme par taille d ESMS d (selon le nombre de salariés) s) 90% 80% 82% 70% 60% 57% 50% 40% 30% 20% 10% 0% 26% 11% 13% 2% 2% 1% 1% 2% 1% Moins de 50 salariés Plus de 50 salariés Niveau 1 Niveau 2 Niveau 3 Autres diplômes de niveau 4, 5 ou 6 Pas de diplôme NSP Pour les établissements de plus de 50 places, 82% des directeurs sont diplôm ômés s de niveau 1 tandis que les directeurs d ESMS d de moins de 50 salariés s sont 57% à avoir ce niveau de diplôme. Les directeurs généraux d organismes gestionnaires sont 90% à avoir un diplôme de niveau 1. Ils sont 97% à avoir un diplôme de niveau 1 lorsqu ils sont à la fois DG d organismes gestionnaires et directeurs d ESMS de plus de 50 salariés. 9

10 2- Le rôle essentiel de la formation 10

11 Un rôle reconnu Importance accordée à leur propre formation (initiale et continue) Importance accordée à la formation des salariés s et agents 4% 2% 1% 1% 24% 36% 58% 74% Un rôle très important Un rôle plutôt important Un rôle peu important Un rôle pas du tout important NSP Un rôle très important Un rôle plutôt important Un rôle peu important Un rôle pas du tout important NSP Les directeurs accordent une importance encore plus grande à la formation de leurs salariés s qu à la leur. 11

12 La formation continue utilisée pour acquérir un niveau de diplôme supérieur Comparaison entre le niveau de diplôme acquis avant d accd accéder à la fonction de direction et celui acquis aujourd hui Niveau de diplôme avant la première prise de fonction de directeur 3% 2% 2% Niveau de diplôme actuel 6% 2% 1% 2% 26% 32% 20% 69% 35% Niveau Niveau 1 antérieur 1 Niveau Niveau 2 antérieur 2 Niveau antérieur 3 Niveau 3 Autres diplômes de niveau 4, 5 ou 6 Autres diplômes de niveau 4, 5 ou 6 Pas de diplôme Pas de diplôme NSP NSP Les directeurs d ESMS d en poste ont largement recours à la formation continue pour acquérir un niveau 1 12

13 La formation continue utilisée pour acquérir un niveau de diplôme supérieur La tendance du recours massif à la formation se confirme Parmi les directeurs: 47% des diplômés s de niveau 2 envisagent de passer un nouveau diplôme. Contre 19% des diplômés s de niveau 1 et 64% de niveau 3. Rappelons que le décret d qualification de 2007 prévoit pour les directeurs n ayant n pas le niveau 1 et dirigeant des ESMS répondant r aux seuils fixés s par décret, d un délai d de 10 ou 7 ans (selon la date de prise de fonction) pour la mise en conformité. Il n est n donc pas possible de voir aujourd hui les effets de la réglementation. Néanmoins, indépendamment de cette réglementation, r les directeurs d ESMS d se forment pour acquérir un niveau de qualification plus élevé. 13

14 Et on souhaite encore davantage se former 73% des directeurs souhaitent suivre davantage de formation Parmi les raisons qui empêchent de le faire: Manque de temps pour 75% d entre d eux Manque de budget pour 41% d entre d eux Notons que si 28% de directeurs consacrent le même temps qu avant pour leur formation, il n en n reste pas moins que 40% disent y consacrer de moins en moins de temps. 14

15 3- Eléments sur les modalités de formation 15

16 Des formations courtes et des cycles longs Le temps consacré a cours des 24 derniers mois: La moyenne: à peine 2 semaines par an La médiane m : environ une semaine par an Nous formulons l hypothl hypothèse que ces différences sont liées au fait que certains directeurs s engagent s dans des cycles longs de formations, notamment pour répondre r aux exigences de la réglementation et d autres d font des formations courtes. Le DIF est peu utilisé par les directeurs Seuls 9% l ont l déjàd utilisé pour eux-mêmes. 16

17 Organismes de formation Pour leur formation, les directeurs ont recours dans les mêmes proportions à des: Fédérations, associations, syndicats d employeur d auxquels l ESMS l adhère 49% des directeurs y ont eu recours au moins une fois dans les 24 derniers mois Des organismes extérieurs 56% des directeurs y ont eu recours au moins une fois dans les 24 derniers mois 17

18 4- Formation adaptée aux fonctions de Directeur 18

19 Un niveau de formation considéré comme satisfaisant La formation est-elle elle considérée e comme suffisante pour exercer la fonction de directeur (selon la capacité d accueil des ESMS dirigés) Moins de 50 places Entre 50 et 99 places Plus de 100 places 21% 3% 9% 15% 1% 13% 5% 0% 19% 67% Oui, tout à fait Oui, plutôt Non, pas vraiment Non, pas du tout 71% Oui, tout à fait Oui, plutôt Non, pas vraiment Non, pas du tout 76% Oui, tout à fait Oui, plutôt Non, pas vraiment Non, pas du tout Globalement, seuls 15% des directeurs ne se considèrent pas suffisamment formés Plus les directeurs sont responsables d un d établissement de taille importante, plus ils estiment être suffisamment formés s pour exercer leur fonction. 95% des directeurs d ESMS d de plus de 100 places s estiment s bien formés s (dont 19% tout à fait bien formés) Et 76% des directeurs d ESMS d de moins de 50 places (dont 9% tout à fait bien formés) 19

20 Un niveau de formation considéré comme satisfaisant La formation est-elle elle considérée e comme suffisante pour exercer la fonction de directeur (selon le niveau de diplôme) Niveau 1 Niveau 2 8% 3% 8% 19% 25% Niveau 3 9% 0% 27% 64% 73% Oui, tout à fait Oui, plutôt Non, pas vraiment Non, pas du tout Oui, tout à fait Oui, plutôt Non, pas vraiment Non, pas du tout 64% Oui, tout à fait Oui, plutôt Non, pas vraiment Non, pas du tout Plus les directeurs ont un niveau de diplôme élevé, plus ils se considèrent suffisamment bien formés 92% des directeurs diplômés de niveau 1 Contre 64% des directeurs de niveau 3 20

21 Un niveau de formation considéré comme satisfaisant Les directeurs se considèrent ils globalement bien formés s sur les thématiques suivantes Management Accompagnement et prise en charge des publics Réglementation liée au droit du travail et aux conventions collectives Evaluation et démarche qualité Réglementation budgétaire et financière Communication Politiques sociales et enjeux (CPOM, GCSMS, etc.) 8% 9% 22% 18% 15% 15% 20% 19% 19% 24% 27% 31% 34% 38% 45% 54% 55% 59% 59% 56% 60% 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% Non Oui, plutôt Oui, tout à fait 21

22 Un niveau de formation considéré comme satisfaisant Si les directeurs suivent un grand nombre de formations sur les politiques sociales et leurs enjeux, il apparait néanmoins n que c est un sujet sur lequel ils se considèrent globalement moins bien formés. Il s agit s en effet de sujets nouveaux qui contribuent à modifier l organisation et le fonctionnement des ESMS et qui impliquent largement les directeurs à l heure actuelle. Par ailleurs nous formulons l hypothl hypothèse que la communication est un sujet connexe aux politiques sociales et enjeux dans la mesure oùo les changements d organisation d liés s aux CPOM et GCSMS nécessitent n un haut degré de communication interne. Ils se considèrent globalement bien formés s en matière d évaluation et démarche d qualité : sujet sur lequel ils se sont beaucoup formés s ces 24 derniers mois. 22

23 Une adéquation entre le diplôme et le métier 77% des directeurs considèrent que le diplôme qu ils ont obtenu correspond à la réalitr alité du métier de directeur. Adéquation entre le diplôme et le métier 19% 2% 2% 28% 49% Oui, tout à fait Oui, plutôt Non, pas vraiment Non, pas du tout NSP 23

24 Une adéquation entre le diplôme et le métier Adéquation entre la formation et la réalitr alité du métier m selon le niveau de diplôme Niveau 1 Niveau 2 10% 1% 14% 20% Niveau 3 0% 37% 40% 40% 52% 46% 40% Oui, tout à fait Oui, plutôt Non, pas vraiment Non, pas du tout Oui, tout à fait Oui, plutôt Non, pas vraiment Non, pas du tout Oui, tout à fait Oui, plutôt Non, pas vraiment Non, pas du tout L adéquation entre la formation et la réalitr alité du métier m est appréhend hendé différemment selon le niveau de diplôme: 89% des détenteurs d de diplôme de niveau 1 considèrent que leur diplôme correspond à la réalité du métier m de directeur (et 98% des détenteurs d de Cafdes) contre 60% des diplômés s de niveau 2 24

25 Une adéquation entre le diplôme et le métier Adéquation entre la formation et la réalitr alité du métier m selon l âgel 60.00% 50.00% 47% 51% 55% 40.00% 30.00% 20.00% 37% 32% 16% 17% 22% 19% 38% 31% 10.00% 0.00% Moins de 39 ans Entre 40 et 49 ans Entre 50 et 59 ans 60 ans et plus 3% Oui, tout à fait Oui, plutôt Non, pas vraiment Non, pas du tout L adéquation entre la formation et la réalitr alité du métier m varie selon l âge: l 84% des directeurs de moins de 39 ans considèrent que leur formation est en adéquation avec la réalitr alité du métier m de directeur contre 69% pour les plus de 60 ans. 25

26 Les sujets de formation du moment reflet des préoccupations actuelles 26

27 Les thèmes de formation des 24 derniers mois Formations suivies au cours de ces 2 dernières res années Evaluation et démarche qualité 57% Politiques sociales et enjeux (pluriannualité : CPOM, GCSMS, etc.) Réglementation budgétaire et financière Management Réglementation liée au droit du travail et aux conventions collectives 46% 43% 39% 37% Accompagnement et prise en charge des publics 22% Autres (précisez) NSP Communication 8% 8% 11% 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 27

28 Les thèmes de formation des 24 derniers mois Les thèmes de formation suivies par les directeurs interrogés s au cours des 24 derniers Plus d un d directeur sur 2 s est s formé à l évaluation et la démarche qualité Les autres sujets essentiels (thèmes choisis par 40 à 50% d entre d eux) ont été: Politiques sociales et enjeux (CPOM, GCSMS, etc.) Réglementation budgétaire et financière Management Réglementation liée e au droit du travail et aux conventions collectives 28

29 Thèmes sur lesquels ils souhaitent se former Thématiques prioritaires sur lesquelles les directeurs souhaitent être formés Politiques sociales et enjeux (pluriannualité : CPOM, GCSMS, etc.) 49% Réglementation budgétaire et financière 40% Evaluation et démarche qualité Communication Réglementation liée au droit du travail et aux conventions collectives Management 32% 30% 26% 26% Accompagnement et prise en charge des publics 16% NSP 8% 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 29

30 Thèmes sur lesquels ils souhaitent se former Les thèmes essentiels sur lesquels ils souhaitent se former sont: Politiques sociales et enjeux (pluriannualit( pluriannualité,, GCSMS, etc.) pour 49% Réglementation budgétaire et financière pour 40% Démarche qualité et évaluation pour 32% 30

31 Les thèmes du moment Formation de ces deux dernières années Thématiques sur lesquelles ils se considèrent bien formés Formations à venir prévues 1 Evaluation et démarche qualité Management Politiques sociales et enjeux (CPOM, GCSMS, etc.) 2 Politiques sociales et enjeux (CPOM, GCSMS, etc.) Accompagnement et prise en charge des publics Réglementation budgétaire et financière 3 Réglementation budgétaire et financière Réglementation liée au droit du travail et aux conventions collectives Evaluation et démarche qualité 4 Management Evaluation et démarche qualité Communication 5 Réglementation liée au droit du travail et aux conventions collectives Réglementation budgétaire et financière Management 6 Accompagnement et prise en charge des publics Communication Réglementation liée au droit du travail et aux conventions collectives 7 Communication Politiques sociales et enjeux (CPOM, GCSMS, etc.) Accompagnement et prise en charge des publics 31

32 Les thèmes du moment Deux sujets retiennent particulièrement rement l attention: l l évaluation et de la démarche d qualité, politiques sociales et enjeux. En effet, les directeurs bien qu ils se soient formés s sur ces sujet au cours des deux dernières res années, ne se considèrent pas très bien formés. Ce sont sans doute des thèmes qu ils ont aujourd hui des difficultés à maitriser (sujets complexes, d actualitd actualité). C est notamment pour cela qu ils souhaitent continuer leurs formations sur ces sujets. 32

33 6- Annexes 33

34 6- Annexes Les caractéristiques de l échantillon L échantillon est composé de : 36% de femmes et 64% d hommesd 52% de directeurs âgés s entre 50 et 59 ans 86% de directeurs d éd établissements privés s non lucratif 57% de directeurs dans le secteur des personnes handicapées 79% de directeurs d éd établissements de 50 places et plus 49% de directeurs d éd établissements de plus de 50 salariés 34

35 6- Annexes Les caractéristiques de l échantillon Age des directeurs 8% 1% 10% 29% 52% Moins de 30 ans Entre 30 et 39 ans Entre 40 et 49 ans Entre 50 et 59 ans 60 ans et plus 35

36 6- Annexes Les caractéristiques de l échantillon Capacité d accueil des ESMS dirigés 3% 4% 14% 40% 39% Moins de 25 places Entre 25 et 49 places Entre 50 et 99 places Plus de 100 places NSP 36

37 6- Annexes Les caractéristiques de l échantillon Nombre de salariés s des ESMS dirigés 1% 2% 49% 48% Moins de 10 salariés 10 à 49 salariés Plus de 50 salariés NSP Les nombre d établissements de plus de plus de 50 salariés comme de plus de 100 places s explique par les regroupements actuels d établissements SMS. 37

38 6- Annexes Les caractéristiques de l échantillon Type de structure dirigée 7% 5% 34% 54% d'un service d un organisme gestionnaire d un groupement (CGSMS, GIE, GIP) NSP 38

39 6- Annexes Ancienneté des directeurs Ancienneté dans le secteur Ancienneté dans la fonction de directeur Ancienneté dans le poste actuel de directeur 1% 3% 21% 14% 1% 19% 17% 4% 1% 33% 51% 28% 24% Moins de 3 ans 3 à 10 ans 11 ans à 20 ans Plus de 20 ans NSP 38% Moins de 3 ans 3 à 10 ans 11 ans à 20 ans Plus de 20 ans NSP 45% Moins de 3 ans 3 à 10 ans 11 ans à 20 ans Plus de 20 ans NSP 39

40 6- Annexes Rappel décret «qualification» Décret relatif aux modalités s de délégation d et au niveau de qualification des professionnels chargés s de la direction d un d ou plusieurs ESMS du 19 fevrier 2007 Doit être titulaire d une d certification de niveau 1, les professionnels qui: Dirige ou administre l un l des groupements mentionnés à l article L312-7 (GIE, GIP, GCSMS, etc.) Dirige ou administre un ou plusieurs ESMS (répondant cumulativement à 2 des 3 seuils fixés s par décret d n 2005n du 28 décembre d 2005 : 50 salariés, s, de ressources, pour le total du bilan) Dirige le siège social Les professionnels qui ne disposent pas du niveau de diplôme requis disposent d un d délai: d 10 ans s ils s étaient en fonction à la date d entrd entrée e en vigueur de la loi ans s ils s ont été recrutés s postérieurement 40

41 Contact Bernard Bazillon Directeur National du secteur non marchand Associé Tél. : Les informations contenues dans ce document sont d'ordre général, elles ne peuvent ni ne doivent servir de support à des décisions sans validation préalable par les professionnels ad hoc. Conformément aux règles déontologiques de la profession, nous vous prions de bien vouloir réserver ce document à votre usage personnel. KPMG S.A., société anonyme d'expertise comptable et de commissariat aux comptes à directoire et conseil de surveillance au capital social de euros RCS Nanterre. Siège social : Immeuble Le Palatin 3 cours du Triangle Paris La Défense Cedex. KPMG International est une coopérative de droit suisse qui ne propose pas de services à des clients. Les services décrits dans les présentes sont fournis par les cabinets membres. KPMG International et ses cabinets membres légalement distincts ne sont pas des sociétés parentes, des filiales, des agents, des partenaires ou des joint-ventures, et rien de ce qui est stipulé dans les présentes ne doit être interprété comme établissant une telle relation entre les parties. Aucun cabinet membre n'a le droit d'engager KPMG International ou les autres cabinets membres KPMG S.A., société anonyme d'expertise comptable et de commissariat aux comptes en France, membre du réseau KPMG de cabinets indépendants adhérents de KPMG 41

La Franchise participative. Filière Franchise & Réseaux

La Franchise participative. Filière Franchise & Réseaux La Franchise participative Filière Franchise & Réseaux 2015 La Franchise Participative Le franchiseur détient des parts dans la société franchisée (jusqu à 50%) Cependant, il doit se limiter à une participation

Plus en détail

FAF.TT Groupe de travail paritaire «Services»

FAF.TT Groupe de travail paritaire «Services» Secteur non marchand FAF.TT Groupe de travail paritaire «Services» Comptes-rendus des groupes de travail du 15 septembre et 24 septembre 2009 KPMG Entreprises Isabelle Le Loroux Associée KPMG Entreprises

Plus en détail

Le contrat de Franchise. Filière Franchise & Réseaux

Le contrat de Franchise. Filière Franchise & Réseaux Le contrat de Franchise Filière Franchise & Réseaux 2015 Le contrat de Franchise Accord entre un franchiseur et un franchisé qui traduit la stratégie du réseau de franchise Définit les droits et obligations

Plus en détail

Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales. kpmg.fr

Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales. kpmg.fr Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales kpmg.fr 1 Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales 2 La gestion de la trésorerie,

Plus en détail

Observatoire 2012 des Universités & Écoles

Observatoire 2012 des Universités & Écoles Observatoire 212 des Universités & Écoles Observatoire 212 des Universités & Écoles 1 Préambule KPMG a le plaisir de vous présenter les résultats de l observatoire 212 sur les établissements d enseignement

Plus en détail

Tendance et développement des. de l e-commerce. TPE/PME / PME sur le marché. Novembre 2014. Novembre 2014

Tendance et développement des. de l e-commerce. TPE/PME / PME sur le marché. Novembre 2014. Novembre 2014 Tendance et développement des TPE/PME / PME sur le marché de l e-commerce Novembre 2014 Novembre 2014 Point de vue de l expert KPMG On constate une certaine frilosité des chefs d entreprise à vendre en

Plus en détail

OptimHome. Proposition de mission Conseillers Optimhome. Octobre 2014

OptimHome. Proposition de mission Conseillers Optimhome. Octobre 2014 OptimHome Proposition de mission Conseillers Optimhome Octobre 2014 KPMG : Qui sommes nous? KPMG en bref Un réseau international Une présence nationale Une proximité régionale Premier groupe français d

Plus en détail

KPMG Audit 1, cours Valmy 92923 Paris La Défense Cedex France. Caisse Régionale du Crédit Agricole d Ile de France

KPMG Audit 1, cours Valmy 92923 Paris La Défense Cedex France. Caisse Régionale du Crédit Agricole d Ile de France KPMG Audit 1, cours Valmy 92923 Paris La Défense Cedex France Téléphone : +33 (0)1 55 68 68 68 Télécopie : +33 (0)1 55 68 73 00 Site internet : www.kpmg.fr Rapport de l organisme tiers indépendant sur

Plus en détail

Association des Producteurs de Leads sur Internet

Association des Producteurs de Leads sur Internet TECHNOLOGIES, MEDIAS & TELECOMMUNICATIONS Association des Producteurs de Leads sur Internet Baromètre 2014 de la génération de Leads sur Internet 10 septembre 2014 I. Présentation du baromètre Il s agit

Plus en détail

Organismes mutualistes Activités d assurance Relevons ensemble vos défis. kpmg.fr

Organismes mutualistes Activités d assurance Relevons ensemble vos défis. kpmg.fr Organismes mutualistes Activités d assurance Relevons ensemble vos défis kpmg.fr Les défis du futur Une réponse adaptée Les mutuelles du livre II du Code de la mutualité font face à de réelles mutations,

Plus en détail

Comment s installer : Médecins

Comment s installer : Médecins KPMG S.A. Gilles DEFERT Directeur Régional DFA Alain ROGLIN Manager Le 17/06/2010 Avant de s installer : quand faut il s installer? Aspects juridiques. Les généralités: - Entreprise individuelle. (BNC)

Plus en détail

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE - Note de synthèse de l'institut CSA - N 1100760 Juin 2011 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris cedex 02 Tél. (33) 01 44 94 59 11

Plus en détail

Le groupement de coopération sociale et médico-sociale (GCSMS)

Le groupement de coopération sociale et médico-sociale (GCSMS) Mois AAAA Mois mai AAAA 2009 Le groupement de coopération sociale et médico-sociale (GCSMS) En bref A l heure actuelle, le secteur social et médico-social fait face à de profondes mutations et à la naissance

Plus en détail

Etude visant l évaluation du dispositif de qualification obligatoire des directeurs d établissements et services sociaux et médico-sociaux

Etude visant l évaluation du dispositif de qualification obligatoire des directeurs d établissements et services sociaux et médico-sociaux S o c i é t é C o o p é r a t i v e D É t u d e s Etude visant l évaluation du dispositif de qualification obligatoire des directeurs d établissements et services sociaux et médico-sociaux E t d e Décembre

Plus en détail

Organismes mutualistes Activités d assurance Relevons ensemble vos défis. kpmg.fr

Organismes mutualistes Activités d assurance Relevons ensemble vos défis. kpmg.fr Organismes mutualistes Activités d assurance Relevons ensemble vos défis kpmg.fr Les défis du futur Une réponse adaptée Les mutuelles du livre II du Code de la mutualité font face à de réelles mutations,

Plus en détail

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE - Note de synthèse de l'institut CSA - N 1100760 Juin 2011 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris cedex 02 Tél. (33) 01 44 94 59 11

Plus en détail

Analyse financière de la commune de Bassens. Présentation des résultats. 1 er juillet 2014

Analyse financière de la commune de Bassens. Présentation des résultats. 1 er juillet 2014 Analyse financière de la commune de Bassens Présentation des résultats 1 er juillet 2014 Sommaire Introduction 1. Analyse de l évolution des soldes de gestion retraités 2. Effort d investissement et choix

Plus en détail

La Franchise en Corner La Franchise en Shop in Shop. Filière Franchise & Réseaux

La Franchise en Corner La Franchise en Shop in Shop. Filière Franchise & Réseaux La Franchise en Corner La Franchise en Shop in Shop Filière Franchise & Réseaux 2015 La Franchise en Corner et en Shop in Shop La Franchise en Corner ou Shop in Shop : C est l installation d un espace

Plus en détail

Votre vision des métiers comptables en entreprise : aujourd hui vs 2045

Votre vision des métiers comptables en entreprise : aujourd hui vs 2045 Votre vision des métiers comptables en entreprise : aujourd hui vs 2045 A propos de l enquête Dans un contexte en perpétuelle mouvance, il nous est apparu nécessaire de faire le point sur l évolution de

Plus en détail

ENQUETE QUALITE AUPRES DES DIRIGEANTS PME / PMI. Contribuer à la performance de l entreprise. Novembre 1999. GT015-rev octobre 2002

ENQUETE QUALITE AUPRES DES DIRIGEANTS PME / PMI. Contribuer à la performance de l entreprise. Novembre 1999. GT015-rev octobre 2002 GT015-rev octobre 2002 ENQUETE QUALITE AUPRES DES DIRIGEANTS PME / PMI Enquête IPSOS Novembre 1999 Contribuer à la performance de l entreprise 153 rue de Courcelles 75817 Paris cedex 17 Tél. 01 44 15 60

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE NOTE d INFORMATION 96.31 Juillet 1996 La fonction de conseiller d éducation et conseiller principal d éducation DIRECTION

Plus en détail

Entreprises familiales Baromètre Nouvelles Générations. Avril 2015

Entreprises familiales Baromètre Nouvelles Générations. Avril 2015 Entreprises familiales Baromètre Nouvelles Générations Avril 2015 Sommaire Préambule Méthodologie Profils des répondants Profils des entreprises Profils des participants Rejoindre l entreprise familiale

Plus en détail

TechnologyFast50 Baromètre des candidats et lauréats 2006-2012. Novembre 2012

TechnologyFast50 Baromètre des candidats et lauréats 2006-2012. Novembre 2012 TechnologyFast50 Baromètre des candidats et lauréats 2006-2012 Novembre 2012 Sommaire 3 7 9 12 14 19 25 27 31 Présentation du baromètre Profil des entreprises Contexte économique Ressources humaines Financement

Plus en détail

Les dossiers de l Observatoire des Métiers et de l Emploi. juin 2013. Regards croisés sur l intérim

Les dossiers de l Observatoire des Métiers et de l Emploi. juin 2013. Regards croisés sur l intérim Les dossiers de l Observatoire des Métiers et de l Emploi juin 2013 Regards croisés sur l intérim regards croisés sur l intérim L Observatoire des Métiers et de l Emploi s est vu confier, depuis 2008,

Plus en détail

Le Cloud en France, les vrais chiffres

Le Cloud en France, les vrais chiffres Le Cloud en France, les vrais chiffres 21 mai 2013 Stéphanie Ortega, Associée Technologies KPMG Eric Lefebvre, Associé Technologie KPMG Croissance du chiffre d affaires des acteurs majeurs du Cloud sur

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA COHÉSION SOCIALE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA COHÉSION SOCIALE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA COHÉSION SOCIALE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3309 Convention collective nationale IDCC : 2272. ASSAINISSEMENT ET MAINTENANCE INDUSTRIELLE (1 re édition.

Plus en détail

Urbanisme et Habitat Social : relevons ensemble vos défis

Urbanisme et Habitat Social : relevons ensemble vos défis Urbanisme et Habitat Social : relevons ensemble vos défis Les défis du futur Les organismes de logement social sont des acteurs clés de la politique du logement en France. Dans le cadre de la Convention

Plus en détail

Le groupement de coopération sociale et médico-sociale (GCSMS)

Le groupement de coopération sociale et médico-sociale (GCSMS) Mois AAAA Mois AAAA mai 2009 mise à jour décembre 2010 Le groupement de coopération sociale et médico-sociale (GCSMS) En bref Le secteur social et médico-social est actuellement en proie à de profondes

Plus en détail

MUTATIONS ECONOMIQUES

MUTATIONS ECONOMIQUES MUTATIONS ECONOMIQUES Pour un nouvel élan kpmg.fr Les Mutations Economiques, plus nombreuses, plus rapides, plus complexes, nous conduisent à changer notre perception de l environnement économique et

Plus en détail

Les salariés de l économie sociale : un profil particulier

Les salariés de l économie sociale : un profil particulier Les salariés de l économie sociale : un profil particulier Avec près de 220 000 contrats en 2006, l économie sociale régionale rassemble plus de 11% des contrats de l ensemble du secteur privé et semi-public.

Plus en détail

Business Emergency Solutions (Team)

Business Emergency Solutions (Team) Business Emergency Solutions (Team) Situations non conformes kpmg.fr Des situations de plus en plus complexes et délicates dans des environnements souvent dégradés Les entreprises doivent de plus en plus

Plus en détail

Artisans et entreprises du bâtiment

Artisans et entreprises du bâtiment Artisans et entreprises du bâtiment Vous accompagner tout au long de vos projets Expertise comptable & conseil Artisans et entreprises du bâtiment - Vous accompagner tout au long de vos projets Gérer votre

Plus en détail

Les ratios d exploitation et les ratios bilanciels des Tour -Opérateurs. Mars 2013. kpmg.fr

Les ratios d exploitation et les ratios bilanciels des Tour -Opérateurs. Mars 2013. kpmg.fr Les ratios d exploitation et les ratios bilanciels des Tour -Opérateurs Mars 213 kpmg.fr Sommaire 3 Les participants et le périmètre de l étude 6 Les ratios d exploitation Les coûts de distribution 1 Les

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3110 Convention collective nationale IDCC : 2247. ENTREPRISES DE COURTAGE D ASSURANCES

Plus en détail

iroise Insertion professionnelle Contrat d accompagnement dans l emploi (CUI-CAE) des bénéficiaires d un Contrat unique d insertion - Bretagne

iroise Insertion professionnelle Contrat d accompagnement dans l emploi (CUI-CAE) des bénéficiaires d un Contrat unique d insertion - Bretagne G R E F Bretagne des bénéficiaires d un Contrat unique d insertion - Contrat d accompagnement dans l emploi (CUI-CAE) iroise PRÉFET DE LA RÉGION BRETAGNE Contrat de projets Etat-Région A l issue du CUI-CAE,

Plus en détail

Formation professionnelle supérieure Enquête 2014 auprès des diplômés sortant de formation commerciale et d économie d entreprise

Formation professionnelle supérieure Enquête 2014 auprès des diplômés sortant de formation commerciale et d économie d entreprise Formation professionnelle supérieure Enquête 2014 auprès des diplômés sortant de formation commerciale et d économie d entreprise Connaissances, objectifs et exigences Lieu, Date Zurich, 19 Août 2014 Projet

Plus en détail

Canada Millennium Scholarship Foundation Fondation canadienne des bourses d études du millénaire

Canada Millennium Scholarship Foundation Fondation canadienne des bourses d études du millénaire Canada Millennium Scholarship Foundation Fondation canadienne des bourses d études du millénaire 1000 Sherbrooke West / Ouest Bureau 800 Montréal,QC H3A 3R2 Tél: 1 877 786 3999 (Toll Free / Sans frais)

Plus en détail

Benchmark sur le processus de consolidation. Analyse portant sur les sociétés du CAC 40 Décembre 2012

Benchmark sur le processus de consolidation. Analyse portant sur les sociétés du CAC 40 Décembre 2012 Benchmark sur le processus de consolidation Analyse portant sur les sociétés du CAC 40 Décembre 2012 Introduction La communication financière est un enjeu majeur pour l ensemble des sociétés. La volonté

Plus en détail

ENQUÊTE SALARIÉS. VIAVOICE Mieux comprendre l opinion pour agir 178 rue de Courcelles 75 017 Paris + 33 (0)1 40 54 13 90 www.institut-viavoice.

ENQUÊTE SALARIÉS. VIAVOICE Mieux comprendre l opinion pour agir 178 rue de Courcelles 75 017 Paris + 33 (0)1 40 54 13 90 www.institut-viavoice. Délégation interministérielle à la Famille ENQUÊTE SALARIÉS Baromètre de l Observatoire de la parentalité en entreprise, en partenariat avec la Délégation interministérielle à la famille et l Union nationale

Plus en détail

CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale. IDCC : 1468. CRÉDIT MUTUEL (29 juin 1987) ACCORD DU 22 MARS 2011

CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale. IDCC : 1468. CRÉDIT MUTUEL (29 juin 1987) ACCORD DU 22 MARS 2011 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective nationale IDCC : 1468. CRÉDIT MUTUEL (29 juin 1987) ACCORD DU 22 MARS 2011 RELATIF À LA FORMATION PROFESSIONNELLE

Plus en détail

Vous accompagner dans la gestion et les projets de votre exploitation agricole EXPERTISE COMPTABLE & CONSEIL

Vous accompagner dans la gestion et les projets de votre exploitation agricole EXPERTISE COMPTABLE & CONSEIL Vous accompagner dans la gestion et les projets de votre exploitation agricole EXPERTISE COMPTABLE & CONSEIL Vous accompagner dans la gestion et les projets de votre exploitation agricole KPMG accompagne

Plus en détail

Le métier de Credit Manager

Le métier de Credit Manager Le métier de Credit Manager 2012 2 Enquête 2012 SUR LE METIER DE CREDIT MANAGER Cette note de synthèse est le résultat de l enquête menée conjointement par Robert Half, spécialiste du recrutement temporaire

Plus en détail

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010 Gestion des cabinets d'expertise comptable Octobre 2010 Sommaire Avant-propos... 2 Synthèse en quelques chiffres... 2 Les cabinets sans salariés... 2 Les cabinets de 1 à 49 salariés... 2 Le chiffre d affaires

Plus en détail

Vous accompagner dans la gestion et les projets de votre entreprise de bâtiment

Vous accompagner dans la gestion et les projets de votre entreprise de bâtiment BÂTIMENT Vous accompagner dans la gestion et les projets de votre entreprise de bâtiment kpmg ENTREPRISES KPMG en un regard KPMG est le 1 er cabinet français d audit, d expertise comptable et de conseil.

Plus en détail

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Institut CSA pour Metlife Novembre 2014 Sommaire Fiche technique 3 Profil de l échantillon

Plus en détail

THL News n 20. Juin 2013. Management : Ce qu il faut savoir de la génération Y

THL News n 20. Juin 2013. Management : Ce qu il faut savoir de la génération Y THL News n 20 Juin 2013 Retrouvez toute l actualité sociale, juridique, fiscale et réglementaire des Cafés, Hôtels et Restaurants Votre animateur régional KPMG du Réseau Cafés, Hôtels, Restaurants François

Plus en détail

FRANCHISE. Franchiseurs, franchisés, KPMG vous accompagne

FRANCHISE. Franchiseurs, franchisés, KPMG vous accompagne FRANCHISE Franchiseurs, franchisés, KPMG vous accompagne kpmg ENTREPRISES KPMG en un regard Nos engagements KPMG est le 1 er cabinet français d audit, d expertise comptable et de conseil. * Il met à votre

Plus en détail

Financement des formations à la sécurité

Financement des formations à la sécurité Financement des formations à la sécurité Il existe de nombreux contentieux, soit avec l administration, soit avec des OPCA, sur la question du financement des formations à la sécurité. La présente note

Plus en détail

Les Groupements de coopération

Les Groupements de coopération Les Groupements de coopération Intégrer les salariés dans la mise en œuvre des restructurations Une nécessité pour la CFDT Santé Sociaux MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Audition du 7 septembre

Plus en détail

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles aria DIRECCTE A Q U I T A I N E Collection «Études» N 09 Juin 2011 DIRECTION RÉGIONALE DES ENTREPRISES, DE LA CONCURRENCE, DE LA CONSOMMATION, DU TRAVAIL ET DE L EMPLOI SERVICE ÉTUDES, STATISTIQUES, ÉVALUATION

Plus en détail

Information et communication

Information et communication Information et communication Pour les nouveaux diplômés HES en information documentaire, en communication ainsi qu en traduction, l insertion professionnelle s avère difficile. Près de la moitié d entre

Plus en détail

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 Juillet 11 OBJECTIF DE L ENQUÊTE Tous les six mois, l Apec interroge un échantillon représentatif de 1 cadres du secteur privé

Plus en détail

Vous accompagner dans la transmission-reprise de votre entreprise

Vous accompagner dans la transmission-reprise de votre entreprise PETITES ENTREPRISES - PROFESSIONS LIBÉRALES Vous accompagner dans la transmission-reprise de votre entreprise kpmg ENTREPRISES KPMG en un regard Nos engagements KPMG est le 1 er cabinet français d audit,

Plus en détail

Votre Conseil patrimonial

Votre Conseil patrimonial Votre Conseil patrimonial KPMG à votre écoute pour...... vous conseiller dans la gestion financière et fiscale de votre patrimoine Vos questions > Comment développer mon patrimoine privé et professionnel

Plus en détail

Etude sur les garanties et services : les attentes des salariés et des entreprises

Etude sur les garanties et services : les attentes des salariés et des entreprises Etude sur les garanties et services : les attentes des et des entreprises Résultats du 10 ème Baromètre de la Prévoyance réalisé par le Crédoc pour le CTIP Méthodologie Deux enquêtes téléphoniques auprès

Plus en détail

ACCORD DU 18 JUIN 2010 PRÉAMBULE

ACCORD DU 18 JUIN 2010 PRÉAMBULE MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3367 Convention collective nationale IDCC : 2847. PÔLE EMPLOI ACCORD DU 18 JUIN 2010 RELATIF AU TRANSFERT

Plus en détail

observatoire du Transport Sanitaire 2014 kpmg.fr

observatoire du Transport Sanitaire 2014 kpmg.fr observatoire du Transport Sanitaire 2014 kpmg.fr Edito Marc Basset, Associé, Responsable du secteur Transport sanitaire C est avec un grand plaisir que nous vous présentons l Observatoire du Transport

Plus en détail

Pratiques actuelles de gestion en restauration commerciale. 08 juin 2006

Pratiques actuelles de gestion en restauration commerciale. 08 juin 2006 Pratiques actuelles de gestion en restauration commerciale 08 juin 2006 Méthodologie Deux axes méthodologiques complémentaires ont été mis en œuvre dans l étude : 1 Une investigation qualitative exploratoire

Plus en détail

Professions de la photographie

Professions de la photographie DONNÉES 200 & REPÈRES TENDANCES Professions de la photographie 0267 SOMMAIRE DONNÉES ÉCONOMIQUES...................................... 4 Dénombrement des entreprises................................ 4 Dénombrement

Plus en détail

Le secteur bancaire confronté au défi FATCA. Juillet 2013. kpmg.fr

Le secteur bancaire confronté au défi FATCA. Juillet 2013. kpmg.fr Le secteur bancaire confronté au défi FATCA Juillet 2013 kpmg.fr 1 Le secteur bancaire confronté au défi FATCA Sommaire Contexte et enjeux opérationnels de la réglementation FATCA... 2 Cinq grands chantiers

Plus en détail

LES SALARIES ET LEUR PREVOYANCE

LES SALARIES ET LEUR PREVOYANCE Centre de Recherche pour l Etude et l Observation des Conditions de Vie LES SALARIES ET LEUR PREVOYANCE Marie-Odile SIMON Novembre 2000 Département «Evaluation des Politiques Sociales» dirigé par Marie-Odile

Plus en détail

Les Français et les soins palliatifs. Janvier 2011

Les Français et les soins palliatifs. Janvier 2011 Les Français et les soins palliatifs Janvier 2011 A Méthodologie page 2 Méthodologie Étude réalisée auprès d un échantillon de 1015 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 et plus.

Plus en détail

LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE

LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE Centre de Recherche pour l Etude et l Observation des Conditions de Vie LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE Anne LOONES Marie-Odile SIMON Août 2004 Département «Evaluation des Politiques Sociales»

Plus en détail

Vous accompagner tout au long de vos projets, pour votre café, hôtel, restaurant. Expertise comptable & conseil

Vous accompagner tout au long de vos projets, pour votre café, hôtel, restaurant. Expertise comptable & conseil Vous accompagner tout au long de vos projets, pour votre café, hôtel, restaurant Expertise comptable & conseil Vous accompagner tout au long de vos projets, pour votre café, hôtel, restaurant Depuis 1922,

Plus en détail

DU CAFERUIS* ET DU DOUBLE CURSUS CAFERUIS-MASTER 1 EPDIS**

DU CAFERUIS* ET DU DOUBLE CURSUS CAFERUIS-MASTER 1 EPDIS** PRESENTATION DE LA FORMATION DU CAFERUIS* ET DU DOUBLE CURSUS CAFERUIS-MASTER 1 EPDIS** * CAFERUIS : Certificat d aptitude aux fonctions d encadrement et de responsable d unité d intervention sociale **

Plus en détail

Le profil socioprofessionnel du communicant territorial

Le profil socioprofessionnel du communicant territorial Enquête Métiers Cap Com - Occurrence 2011 en partenariat avec le 1 ère Partie Le profil socioprofessionnel du communicant territorial Formation, statut, mobilité, rémunération, motivation Introduction.

Plus en détail

ETUDE FUSACQ / Octobre 2011 LE PROFIL DES REPRENEURS D ENTREPRISE

ETUDE FUSACQ / Octobre 2011 LE PROFIL DES REPRENEURS D ENTREPRISE ETUDE FUSACQ / Octobre 2011 LE PROFIL DES REPRENEURS D ENTREPRISE Quel est leur profil (âge, localisation, situation familiale )? Quel est leur plan d action pour reprendre?... Quelles sont leurs motivations?

Plus en détail

«Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience

«Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience «Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience UNIVERSITE PARIS 8 ENTREPRISE FNAIM Monter les salariés

Plus en détail

Ce qu attendent les salariés et les employeurs français de leur complémentaire santé

Ce qu attendent les salariés et les employeurs français de leur complémentaire santé Département Évaluation des Politiques Sociales Ce qu attendent les salariés et les employeurs français de leur complémentaire santé Anne Loones Février 2009 2 Sommaire CONTEXTE ET MÉTHODOLOGIE DE L ÉTUDE...

Plus en détail

Faits saillants du Sondage sur les travailleurs québécois de 25 à 44 ans et l épargne

Faits saillants du Sondage sur les travailleurs québécois de 25 à 44 ans et l épargne 2011 Faits saillants du Sondage sur les travailleurs québécois de 25 à 44 ans et l épargne Rédaction Marc-Olivier Robert Lambert Collaboration Francis Picotte Mise en page Nathalie Cloutier Révision linguistique

Plus en détail

Les Français et la Presse sociale

Les Français et la Presse sociale Les Français et la Presse sociale Enquête CSA / Syndicat de la Presse Sociale Septembre 2006 CSA 2, rue du Choiseul CS 70215 75086 Paris cedex 02 Tél. (33) 01 44 94 40 00 Fax. (33) 01 44 94 40 01 www.csa-fr.com

Plus en détail

AVENANT N 292 DU 14 JANVIER 2004. Relatif aux emplois d EPS et d APS

AVENANT N 292 DU 14 JANVIER 2004. Relatif aux emplois d EPS et d APS AVENANT N 292 DU 14 JANVIER 2004 Relatif aux emplois d EPS et d APS Agréé Arrêté du 8 juin 2004 JO du 22 juin 2004 Entre Le Syndicat général des organismes privés sanitaires et sociaux à but non lucratif

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE PREAMBULE L égalité professionnelle doit être un axe fort de la politique des ressources humaines au sein

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3309 Convention collective nationale IDCC : 2272. ASSAINISSEMENT ET MAINTENANCE INDUSTRIELLE

Plus en détail

Observatoire de l Auto-Entrepreneur. 4 e vague Novembre 2010

Observatoire de l Auto-Entrepreneur. 4 e vague Novembre 2010 Observatoire de l Auto-Entrepreneur 4 e vague Novembre 2010 Contexte Presque 2 ans après le lancement du régime de l Auto-Entrepreneur, plus de 500 000 personnes s'y sont inscrites. Ce succès quantitatif

Plus en détail

BVA / Orange / Forum d Avignon. Les Français et la culture numérique

BVA / Orange / Forum d Avignon. Les Français et la culture numérique Octobre 2010 BVA / Orange / Forum d Avignon Les Français et la culture numérique Ce sondage est réalisé par pour et le et sera présenté lors du du 4 au 6 novembre Contact BVA : Céline Bracq Directrice

Plus en détail

Les Français et l utilisation de leurs véhicules

Les Français et l utilisation de leurs véhicules Les Français et l utilisation de leurs véhicules Sondage de l Institut CSA pour France Nature Environnement Etude N 1300411 Mars 2013 Titre du projet Sommaire 1. 2. Fiche technique du sondage Les principaux

Plus en détail

LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. mode d emploi

LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. mode d emploi LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE mode d emploi Découvrir la Fonction Publique Territoriale Trois fonctions publiques en France Il existe en France trois fonctions publiques : la Fonction Publique d Etat

Plus en détail

ACCORD AU TITRE DU PACTE DE RESPONSABILITE

ACCORD AU TITRE DU PACTE DE RESPONSABILITE ACCORD AU TITRE DU PACTE DE RESPONSABILITE Dans un contexte économique général difficile caractérisé, notamment, par une croissance faible, les entreprises de la restauration rapide sont confrontées à

Plus en détail

APRÈS LA LICENCE PRO, 9 DIPLÔMÉS SUR 10 ONT OCCUPÉ AU MOINS UN EMPLOI 3

APRÈS LA LICENCE PRO, 9 DIPLÔMÉS SUR 10 ONT OCCUPÉ AU MOINS UN EMPLOI 3 SOFIP Observatoire Service Offre de Formation et Insertion Professionnelle L insertion professionnelle des diplômés 2010 de Licence Professionnelle En 2009-2010, 529 étudiants ont été diplômés d une Licence

Plus en détail

Le Groupement de Cooperation Sanitaire et les Systemes d information QUESTIONS / REPONSES

Le Groupement de Cooperation Sanitaire et les Systemes d information QUESTIONS / REPONSES Le Groupement de Cooperation Sanitaire et les Systemes d information QUESTIONS / REPONSES Les URPS peuvent elles devenir membres à part entière d un GCS? Leur adhésion est elle souhaitable? Seules les

Plus en détail

Lettre d information des contrôleurs qualité

Lettre d information des contrôleurs qualité COMMISSION QUALITÉ 3 ème trimestre 2012 Numéro 4 Lettre d information des contrôleurs qualité René KERAVEL Président Commission Qualité du CSOEC Expert-comptable Commissaire aux comptes Audrey FIEUJEAN

Plus en détail

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2014-11 MARS 2014 Situation professionnelle des femmes et des hommes cadres selon la génération Opinion des femmes

Plus en détail

Observatoire de la performance des PME-ETI 16 ème édition avril 2012. OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges

Observatoire de la performance des PME-ETI 16 ème édition avril 2012. OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges Observatoire de la performance des PME-ETI 16 ème édition avril 2012 OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Méthodologie Étude quantitative

Plus en détail

ECAP : Le niveau Accréditation du programme d études des comptables généraux accrédités

ECAP : Le niveau Accréditation du programme d études des comptables généraux accrédités ECAP : Le niveau Accréditation du programme d études des comptables généraux accrédités Les connaissances comptables et financières, le professionnalisme et le leadership pour les besoins d aujourd hui

Plus en détail

OBSERVATOIRE DES RETRAITES DE L ARTISANAT ET DE LEURS CONJOINTS. Partenaire media

OBSERVATOIRE DES RETRAITES DE L ARTISANAT ET DE LEURS CONJOINTS. Partenaire media OBSERVATOIRE DES RETRAITES DE L ARTISANAT ET DE LEURS CONJOINTS Partenaire media 2 I. PRESENTATION DE L ETUDE Objectifs et méthodologie Objectifs Dans le cadre du partenariat noué entre la MNRA et la FENARA,

Plus en détail

Septembre 2005. Quantification de la diversité et de la polyvalence des comptables des structures associatives

Septembre 2005. Quantification de la diversité et de la polyvalence des comptables des structures associatives Septembre 2005 Quantification de la diversité et de la polyvalence des comptables des structures associatives Cette étude permet de quantifier ce qui avait été mis en évidence par l étude qualitative

Plus en détail

La pratique du coaching en France. Baromètre 2010

La pratique du coaching en France. Baromètre 2010 SFCoach : crée du lien entre le monde du travail et les professionnels de l accompagnement La pratique du coaching en France Baromètre 2010 Fondée en 1996 22, Bd Sébastopol 75004 Paris Association 1901

Plus en détail

CoordinationNationaleInfirmière

CoordinationNationaleInfirmière CoordinationNationaleInfirmière Direction générale de l action sociale Sous-direction des institutions, des affaires juridiques et financières Bureau de la réglementation financière et comptable (5B) Circulaire

Plus en détail

Ville de Crégy-lès-Meaux

Ville de Crégy-lès-Meaux Ville de Crégy-lès-Meaux Audit de début de mandat Janvier 2009 Les Hauts de Villiers 2 rue de Villiers - 92309 LEVALLOIS-PERRET CEDEX Téléphone : 01.78.66.03.40. - Télécopie : 01.78.66.03.41 2009 KPMG

Plus en détail

Observatoire Maisons de retraite 2010

Observatoire Maisons de retraite 2010 SECTEUR NON MARCHAND Observatoire Maisons de retraite 2010 Ouvrage collectif réalisé par les équipes du Secteur non marchand de KPMG KPMG 1 Avant-propos Depuis plusieurs années, les équipes du secteur

Plus en détail

Baromètre 2013 des relations entre associations et collectivités locales Résultats d étude. Pôle Marketing Collectivités Locales

Baromètre 2013 des relations entre associations et collectivités locales Résultats d étude. Pôle Marketing Collectivités Locales Baromètre 2013 des relations entre associations et collectivités locales Résultats d étude Pôle Marketing Locales 1 Sommaire Objectifs et Méthodologie p.3 Structure de l échantillon p.4 Synthèse p.5 Résultats

Plus en détail

Evidence and Discovery Management (EDM) kpmg.fr

Evidence and Discovery Management (EDM) kpmg.fr FORENSIC Evidence and Discovery Management (EDM) kpmg.fr EVIDENCE AND DISCOVERY MANAGEMENT Avec l explosion des moyens technologiques à notre disposition, ce sont plusieurs milliards de données qui sont

Plus en détail

Le système de la formation professionnelle en France. Mars 2010 AEFP Bruxelles

Le système de la formation professionnelle en France. Mars 2010 AEFP Bruxelles Le système de la formation professionnelle en France Mars 2010 AEFP Bruxelles sommaire La formation tout au long de la vie Le cadre réglementaire L historique La réforme de 2009 Les principaux dispositifs

Plus en détail

USAGE ET PERCEPTION DE L ADMINISTRATION ELECTRONIQUE EN LIGNE PAR LES PROFESSIONNELS

USAGE ET PERCEPTION DE L ADMINISTRATION ELECTRONIQUE EN LIGNE PAR LES PROFESSIONNELS USAGE ET PERCEPTION DE L ADMINISTRATION ELECTRONIQUE EN LIGNE PAR LES PROFESSIONNELS - Sondage de l'institut CSA - N 0501353 Novembre 22, rue du 4 Septembre BP 6571 75065 Paris cedex 02 Tél. (33) 01 44

Plus en détail

SONDAGE SUR LA CULTURE FINANCIERE D UNE POPULATION D INTERNAUTES MAROCAINS

SONDAGE SUR LA CULTURE FINANCIERE D UNE POPULATION D INTERNAUTES MAROCAINS SONDAGE SUR LA CULTURE FINANCIERE D UNE POPULATION D INTERNAUTES MAROCAINS Service Education des Epargnants &Habilitation des Intervenants Sondage sur la culture financière d une population d internautes

Plus en détail

kelly Global workforce index Développement de carrière et de compétences

kelly Global workforce index Développement de carrière et de compétences kelly Global workforce index Développement de carrière et de compétences UN OUTIL PROMOTIONNEL IDÉAL EMEA Améliorer ses connaissances et son savoir-faire participent aux nombreuses possibilités d évolution

Plus en détail

Observatoire de la performance des PME-ETI

Observatoire de la performance des PME-ETI Observatoire de la performance des PME-ETI 41 ème édition Novembre 2014 OpinionWay 15 place de la République 75003 Paris. Charles-Henri d Auvigny, Matthieu Cassan, Emmanuel Kahn & pour Méthodologie Méthodologie

Plus en détail

RÉFORME DE LA CATÉGORIE B 7 ème PARTIE. CADRE D EMPLOIS DES REDACTEURS TERRITORIAUX Date d effet : 1 er août 2012

RÉFORME DE LA CATÉGORIE B 7 ème PARTIE. CADRE D EMPLOIS DES REDACTEURS TERRITORIAUX Date d effet : 1 er août 2012 RÉFORME DE LA CATÉGORIE B 7 ème PARTIE CADRE D EMPLOIS DES REDACTEURS TERRITORIAUX Date d effet : 1 er août 2012 La réforme de la catégorie B de la fonction publique territoriale a initié un nouvel espace

Plus en détail

Focus sur. métiers administratifs et comptables. métiers. les. De quoi parle-t-on? La piste DÉCEMBRE 2014. des

Focus sur. métiers administratifs et comptables. métiers. les. De quoi parle-t-on? La piste DÉCEMBRE 2014. des La piste des métiers Focus sur les métiers administratifs et comptables L es métiers administratifs et comptables représentent environ 20% des emplois de Poitou-Charentes. Ils ne forment pas pour autant

Plus en détail