La formation des directeurs d établissements et de services

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La formation des directeurs d établissements et de services"

Transcription

1 KPMG Secteur non marchand La formation des directeurs d établissements et de services sociaux et médicaux m sociaux étude Direction(s) KPMG S.A. 1

2 Sommaire 0. Préambule 1. Niveau de diplôme des directeurs 2. Rôle essentiel de la formation Un rôle reconnu La formation continue utilisée e pour acquérir un niveau de diplôme supérieur Et on souhaite encore davantage se former 3. Eléments sur les modalités s de formation Des formations courtes et des cycles longs Organismes de formation 4. Formation adaptée e aux fonctions de Directeur Un niveau de formation considéré comme satisfaisant Une adéquation entre le diplôme et le métierm 5. Sujet de formation du moment, reflet des préoccupations actuelles 6. Annexes: Caractéristiques ristiques de l él échantillon Rappel sur le décret d qualification 2

3 0 Préambule 183 répondants r Les répondants r sont représentatifs de la réalitr alité du secteur tant du point de vue des caractéristiques ristiques homme/ femme, secteur d activité,, statut de l organisme l gestionnaire. Une enquête en ligne sur internet envoyée à 2500 personnes Période d enquête d : du 1 er juillet au 28 septembre 2009 Périmètre de l él étude: Formation continue Point sur la formation Attitudes et opinions Attentes Ce que l él étude ne comprend pas Les tris par secteur, le statut des établissements Le temps des formations et leur coût 3

4 1- Niveau de diplôme des Directeurs d ESMS 4

5 1- Niveau de diplôme des directeurs 69% des directeurs ont un diplôme de niveau 1 Environ la moitié des diplômés s de niveau 1 ont un CAFDES (46%) 20% ont un diplôme de niveau 2 Niveau de diplôme des directeurs 20% 2% 6% 1% 2% 69% Correspondence des diplômes Niveau 1 : Bac +5, Cafdes,, D3S, DEIS. Niveau 2 : Bac+3 et 4, Caferuis Niveau 3 : Bac +2 Niveau 4 : Bac Niveau 1 Niveau 2 Niveau 3 Autres diplômes de niveau 4, 5 ou 6 Pas de diplôme NSP 5

6 1- Niveau de diplôme des directeurs 80% 70% 60% 50% 74% Niveau de diplôme par sexe 61% 40% 30% 20% 10% 0% 15% 27% 5% 8% 3% 2% 3% 1% 2% Un homme Une femme Niveau 1 Niveau 2 Niveau 3 Autres diplômes de niveau 4, 5 ou 6 Pas de diplôme NSP Le niveau de diplôme des femmes directrices est inférieur à celui des hommes directeurs. 74% des hommes sont diplômés s de niveau 1 contre 61% des femmes. 6

7 1- Niveau de diplôme des directeurs 90% 80% 70% 60% 85% Niveau de diplôme par âge des directeurs 70% 69% 50% 40% 30% 20% 10% 0% 40% 27% 21% 19% 15% 13% 6% 7% 7% 7% 2% 2% 1% 3% Moins de 39 ans Entre 40 et 49 ans Entre 50 et 59 ans 60 ans et plus Niveau 1 Niveau 2 Niveau 3 Autres diplômes de niveau 4, 5 ou 6 Pas de diplôme NSP Les directeurs les plus jeunes sont plus nombreux à être diplômés s de niveau I. 7

8 1- Niveau de diplôme des directeurs 90% 80% Niveau de diplôme par taille d ESMS d (selon capacité d accueil) 82% 70% 60% 50% 64% 58% 40% 30% 20% 10% 0% 30% 21% 9% 8% 11% 3% 3% 1% 1% 1% 3% 3% 1% Moins de 50 places Entre 50 et 99 places Plus de 100 places Niveau 1 Niveau 2 Niveau 3 Autres diplômes de niveau 4, 5 ou 6 Pas de diplôme NSP A partir d une d capacité d accueil importante (+ de 100 places), on constate que la part des diplômés s de niveau 1 est nettement supérieure : 82%. En revanche, le niveau de diplôme sur les tranches moins de 50 places et entre 50 et 99 places est globalement similaire. 8

9 1- Niveau de diplôme des directeurs Niveau de diplôme par taille d ESMS d (selon le nombre de salariés) s) 90% 80% 82% 70% 60% 57% 50% 40% 30% 20% 10% 0% 26% 11% 13% 2% 2% 1% 1% 2% 1% Moins de 50 salariés Plus de 50 salariés Niveau 1 Niveau 2 Niveau 3 Autres diplômes de niveau 4, 5 ou 6 Pas de diplôme NSP Pour les établissements de plus de 50 places, 82% des directeurs sont diplôm ômés s de niveau 1 tandis que les directeurs d ESMS d de moins de 50 salariés s sont 57% à avoir ce niveau de diplôme. Les directeurs généraux d organismes gestionnaires sont 90% à avoir un diplôme de niveau 1. Ils sont 97% à avoir un diplôme de niveau 1 lorsqu ils sont à la fois DG d organismes gestionnaires et directeurs d ESMS de plus de 50 salariés. 9

10 2- Le rôle essentiel de la formation 10

11 Un rôle reconnu Importance accordée à leur propre formation (initiale et continue) Importance accordée à la formation des salariés s et agents 4% 2% 1% 1% 24% 36% 58% 74% Un rôle très important Un rôle plutôt important Un rôle peu important Un rôle pas du tout important NSP Un rôle très important Un rôle plutôt important Un rôle peu important Un rôle pas du tout important NSP Les directeurs accordent une importance encore plus grande à la formation de leurs salariés s qu à la leur. 11

12 La formation continue utilisée pour acquérir un niveau de diplôme supérieur Comparaison entre le niveau de diplôme acquis avant d accd accéder à la fonction de direction et celui acquis aujourd hui Niveau de diplôme avant la première prise de fonction de directeur 3% 2% 2% Niveau de diplôme actuel 6% 2% 1% 2% 26% 32% 20% 69% 35% Niveau Niveau 1 antérieur 1 Niveau Niveau 2 antérieur 2 Niveau antérieur 3 Niveau 3 Autres diplômes de niveau 4, 5 ou 6 Autres diplômes de niveau 4, 5 ou 6 Pas de diplôme Pas de diplôme NSP NSP Les directeurs d ESMS d en poste ont largement recours à la formation continue pour acquérir un niveau 1 12

13 La formation continue utilisée pour acquérir un niveau de diplôme supérieur La tendance du recours massif à la formation se confirme Parmi les directeurs: 47% des diplômés s de niveau 2 envisagent de passer un nouveau diplôme. Contre 19% des diplômés s de niveau 1 et 64% de niveau 3. Rappelons que le décret d qualification de 2007 prévoit pour les directeurs n ayant n pas le niveau 1 et dirigeant des ESMS répondant r aux seuils fixés s par décret, d un délai d de 10 ou 7 ans (selon la date de prise de fonction) pour la mise en conformité. Il n est n donc pas possible de voir aujourd hui les effets de la réglementation. Néanmoins, indépendamment de cette réglementation, r les directeurs d ESMS d se forment pour acquérir un niveau de qualification plus élevé. 13

14 Et on souhaite encore davantage se former 73% des directeurs souhaitent suivre davantage de formation Parmi les raisons qui empêchent de le faire: Manque de temps pour 75% d entre d eux Manque de budget pour 41% d entre d eux Notons que si 28% de directeurs consacrent le même temps qu avant pour leur formation, il n en n reste pas moins que 40% disent y consacrer de moins en moins de temps. 14

15 3- Eléments sur les modalités de formation 15

16 Des formations courtes et des cycles longs Le temps consacré a cours des 24 derniers mois: La moyenne: à peine 2 semaines par an La médiane m : environ une semaine par an Nous formulons l hypothl hypothèse que ces différences sont liées au fait que certains directeurs s engagent s dans des cycles longs de formations, notamment pour répondre r aux exigences de la réglementation et d autres d font des formations courtes. Le DIF est peu utilisé par les directeurs Seuls 9% l ont l déjàd utilisé pour eux-mêmes. 16

17 Organismes de formation Pour leur formation, les directeurs ont recours dans les mêmes proportions à des: Fédérations, associations, syndicats d employeur d auxquels l ESMS l adhère 49% des directeurs y ont eu recours au moins une fois dans les 24 derniers mois Des organismes extérieurs 56% des directeurs y ont eu recours au moins une fois dans les 24 derniers mois 17

18 4- Formation adaptée aux fonctions de Directeur 18

19 Un niveau de formation considéré comme satisfaisant La formation est-elle elle considérée e comme suffisante pour exercer la fonction de directeur (selon la capacité d accueil des ESMS dirigés) Moins de 50 places Entre 50 et 99 places Plus de 100 places 21% 3% 9% 15% 1% 13% 5% 0% 19% 67% Oui, tout à fait Oui, plutôt Non, pas vraiment Non, pas du tout 71% Oui, tout à fait Oui, plutôt Non, pas vraiment Non, pas du tout 76% Oui, tout à fait Oui, plutôt Non, pas vraiment Non, pas du tout Globalement, seuls 15% des directeurs ne se considèrent pas suffisamment formés Plus les directeurs sont responsables d un d établissement de taille importante, plus ils estiment être suffisamment formés s pour exercer leur fonction. 95% des directeurs d ESMS d de plus de 100 places s estiment s bien formés s (dont 19% tout à fait bien formés) Et 76% des directeurs d ESMS d de moins de 50 places (dont 9% tout à fait bien formés) 19

20 Un niveau de formation considéré comme satisfaisant La formation est-elle elle considérée e comme suffisante pour exercer la fonction de directeur (selon le niveau de diplôme) Niveau 1 Niveau 2 8% 3% 8% 19% 25% Niveau 3 9% 0% 27% 64% 73% Oui, tout à fait Oui, plutôt Non, pas vraiment Non, pas du tout Oui, tout à fait Oui, plutôt Non, pas vraiment Non, pas du tout 64% Oui, tout à fait Oui, plutôt Non, pas vraiment Non, pas du tout Plus les directeurs ont un niveau de diplôme élevé, plus ils se considèrent suffisamment bien formés 92% des directeurs diplômés de niveau 1 Contre 64% des directeurs de niveau 3 20

21 Un niveau de formation considéré comme satisfaisant Les directeurs se considèrent ils globalement bien formés s sur les thématiques suivantes Management Accompagnement et prise en charge des publics Réglementation liée au droit du travail et aux conventions collectives Evaluation et démarche qualité Réglementation budgétaire et financière Communication Politiques sociales et enjeux (CPOM, GCSMS, etc.) 8% 9% 22% 18% 15% 15% 20% 19% 19% 24% 27% 31% 34% 38% 45% 54% 55% 59% 59% 56% 60% 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% Non Oui, plutôt Oui, tout à fait 21

22 Un niveau de formation considéré comme satisfaisant Si les directeurs suivent un grand nombre de formations sur les politiques sociales et leurs enjeux, il apparait néanmoins n que c est un sujet sur lequel ils se considèrent globalement moins bien formés. Il s agit s en effet de sujets nouveaux qui contribuent à modifier l organisation et le fonctionnement des ESMS et qui impliquent largement les directeurs à l heure actuelle. Par ailleurs nous formulons l hypothl hypothèse que la communication est un sujet connexe aux politiques sociales et enjeux dans la mesure oùo les changements d organisation d liés s aux CPOM et GCSMS nécessitent n un haut degré de communication interne. Ils se considèrent globalement bien formés s en matière d évaluation et démarche d qualité : sujet sur lequel ils se sont beaucoup formés s ces 24 derniers mois. 22

23 Une adéquation entre le diplôme et le métier 77% des directeurs considèrent que le diplôme qu ils ont obtenu correspond à la réalitr alité du métier de directeur. Adéquation entre le diplôme et le métier 19% 2% 2% 28% 49% Oui, tout à fait Oui, plutôt Non, pas vraiment Non, pas du tout NSP 23

24 Une adéquation entre le diplôme et le métier Adéquation entre la formation et la réalitr alité du métier m selon le niveau de diplôme Niveau 1 Niveau 2 10% 1% 14% 20% Niveau 3 0% 37% 40% 40% 52% 46% 40% Oui, tout à fait Oui, plutôt Non, pas vraiment Non, pas du tout Oui, tout à fait Oui, plutôt Non, pas vraiment Non, pas du tout Oui, tout à fait Oui, plutôt Non, pas vraiment Non, pas du tout L adéquation entre la formation et la réalitr alité du métier m est appréhend hendé différemment selon le niveau de diplôme: 89% des détenteurs d de diplôme de niveau 1 considèrent que leur diplôme correspond à la réalité du métier m de directeur (et 98% des détenteurs d de Cafdes) contre 60% des diplômés s de niveau 2 24

25 Une adéquation entre le diplôme et le métier Adéquation entre la formation et la réalitr alité du métier m selon l âgel 60.00% 50.00% 47% 51% 55% 40.00% 30.00% 20.00% 37% 32% 16% 17% 22% 19% 38% 31% 10.00% 0.00% Moins de 39 ans Entre 40 et 49 ans Entre 50 et 59 ans 60 ans et plus 3% Oui, tout à fait Oui, plutôt Non, pas vraiment Non, pas du tout L adéquation entre la formation et la réalitr alité du métier m varie selon l âge: l 84% des directeurs de moins de 39 ans considèrent que leur formation est en adéquation avec la réalitr alité du métier m de directeur contre 69% pour les plus de 60 ans. 25

26 Les sujets de formation du moment reflet des préoccupations actuelles 26

27 Les thèmes de formation des 24 derniers mois Formations suivies au cours de ces 2 dernières res années Evaluation et démarche qualité 57% Politiques sociales et enjeux (pluriannualité : CPOM, GCSMS, etc.) Réglementation budgétaire et financière Management Réglementation liée au droit du travail et aux conventions collectives 46% 43% 39% 37% Accompagnement et prise en charge des publics 22% Autres (précisez) NSP Communication 8% 8% 11% 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 27

28 Les thèmes de formation des 24 derniers mois Les thèmes de formation suivies par les directeurs interrogés s au cours des 24 derniers Plus d un d directeur sur 2 s est s formé à l évaluation et la démarche qualité Les autres sujets essentiels (thèmes choisis par 40 à 50% d entre d eux) ont été: Politiques sociales et enjeux (CPOM, GCSMS, etc.) Réglementation budgétaire et financière Management Réglementation liée e au droit du travail et aux conventions collectives 28

29 Thèmes sur lesquels ils souhaitent se former Thématiques prioritaires sur lesquelles les directeurs souhaitent être formés Politiques sociales et enjeux (pluriannualité : CPOM, GCSMS, etc.) 49% Réglementation budgétaire et financière 40% Evaluation et démarche qualité Communication Réglementation liée au droit du travail et aux conventions collectives Management 32% 30% 26% 26% Accompagnement et prise en charge des publics 16% NSP 8% 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 29

30 Thèmes sur lesquels ils souhaitent se former Les thèmes essentiels sur lesquels ils souhaitent se former sont: Politiques sociales et enjeux (pluriannualit( pluriannualité,, GCSMS, etc.) pour 49% Réglementation budgétaire et financière pour 40% Démarche qualité et évaluation pour 32% 30

31 Les thèmes du moment Formation de ces deux dernières années Thématiques sur lesquelles ils se considèrent bien formés Formations à venir prévues 1 Evaluation et démarche qualité Management Politiques sociales et enjeux (CPOM, GCSMS, etc.) 2 Politiques sociales et enjeux (CPOM, GCSMS, etc.) Accompagnement et prise en charge des publics Réglementation budgétaire et financière 3 Réglementation budgétaire et financière Réglementation liée au droit du travail et aux conventions collectives Evaluation et démarche qualité 4 Management Evaluation et démarche qualité Communication 5 Réglementation liée au droit du travail et aux conventions collectives Réglementation budgétaire et financière Management 6 Accompagnement et prise en charge des publics Communication Réglementation liée au droit du travail et aux conventions collectives 7 Communication Politiques sociales et enjeux (CPOM, GCSMS, etc.) Accompagnement et prise en charge des publics 31

32 Les thèmes du moment Deux sujets retiennent particulièrement rement l attention: l l évaluation et de la démarche d qualité, politiques sociales et enjeux. En effet, les directeurs bien qu ils se soient formés s sur ces sujet au cours des deux dernières res années, ne se considèrent pas très bien formés. Ce sont sans doute des thèmes qu ils ont aujourd hui des difficultés à maitriser (sujets complexes, d actualitd actualité). C est notamment pour cela qu ils souhaitent continuer leurs formations sur ces sujets. 32

33 6- Annexes 33

34 6- Annexes Les caractéristiques de l échantillon L échantillon est composé de : 36% de femmes et 64% d hommesd 52% de directeurs âgés s entre 50 et 59 ans 86% de directeurs d éd établissements privés s non lucratif 57% de directeurs dans le secteur des personnes handicapées 79% de directeurs d éd établissements de 50 places et plus 49% de directeurs d éd établissements de plus de 50 salariés 34

35 6- Annexes Les caractéristiques de l échantillon Age des directeurs 8% 1% 10% 29% 52% Moins de 30 ans Entre 30 et 39 ans Entre 40 et 49 ans Entre 50 et 59 ans 60 ans et plus 35

36 6- Annexes Les caractéristiques de l échantillon Capacité d accueil des ESMS dirigés 3% 4% 14% 40% 39% Moins de 25 places Entre 25 et 49 places Entre 50 et 99 places Plus de 100 places NSP 36

37 6- Annexes Les caractéristiques de l échantillon Nombre de salariés s des ESMS dirigés 1% 2% 49% 48% Moins de 10 salariés 10 à 49 salariés Plus de 50 salariés NSP Les nombre d établissements de plus de plus de 50 salariés comme de plus de 100 places s explique par les regroupements actuels d établissements SMS. 37

38 6- Annexes Les caractéristiques de l échantillon Type de structure dirigée 7% 5% 34% 54% d'un service d un organisme gestionnaire d un groupement (CGSMS, GIE, GIP) NSP 38

39 6- Annexes Ancienneté des directeurs Ancienneté dans le secteur Ancienneté dans la fonction de directeur Ancienneté dans le poste actuel de directeur 1% 3% 21% 14% 1% 19% 17% 4% 1% 33% 51% 28% 24% Moins de 3 ans 3 à 10 ans 11 ans à 20 ans Plus de 20 ans NSP 38% Moins de 3 ans 3 à 10 ans 11 ans à 20 ans Plus de 20 ans NSP 45% Moins de 3 ans 3 à 10 ans 11 ans à 20 ans Plus de 20 ans NSP 39

40 6- Annexes Rappel décret «qualification» Décret relatif aux modalités s de délégation d et au niveau de qualification des professionnels chargés s de la direction d un d ou plusieurs ESMS du 19 fevrier 2007 Doit être titulaire d une d certification de niveau 1, les professionnels qui: Dirige ou administre l un l des groupements mentionnés à l article L312-7 (GIE, GIP, GCSMS, etc.) Dirige ou administre un ou plusieurs ESMS (répondant cumulativement à 2 des 3 seuils fixés s par décret d n 2005n du 28 décembre d 2005 : 50 salariés, s, de ressources, pour le total du bilan) Dirige le siège social Les professionnels qui ne disposent pas du niveau de diplôme requis disposent d un d délai: d 10 ans s ils s étaient en fonction à la date d entrd entrée e en vigueur de la loi ans s ils s ont été recrutés s postérieurement 40

41 Contact Bernard Bazillon Directeur National du secteur non marchand Associé Tél. : Les informations contenues dans ce document sont d'ordre général, elles ne peuvent ni ne doivent servir de support à des décisions sans validation préalable par les professionnels ad hoc. Conformément aux règles déontologiques de la profession, nous vous prions de bien vouloir réserver ce document à votre usage personnel. KPMG S.A., société anonyme d'expertise comptable et de commissariat aux comptes à directoire et conseil de surveillance au capital social de euros RCS Nanterre. Siège social : Immeuble Le Palatin 3 cours du Triangle Paris La Défense Cedex. KPMG International est une coopérative de droit suisse qui ne propose pas de services à des clients. Les services décrits dans les présentes sont fournis par les cabinets membres. KPMG International et ses cabinets membres légalement distincts ne sont pas des sociétés parentes, des filiales, des agents, des partenaires ou des joint-ventures, et rien de ce qui est stipulé dans les présentes ne doit être interprété comme établissant une telle relation entre les parties. Aucun cabinet membre n'a le droit d'engager KPMG International ou les autres cabinets membres KPMG S.A., société anonyme d'expertise comptable et de commissariat aux comptes en France, membre du réseau KPMG de cabinets indépendants adhérents de KPMG 41

Le président, le conseil d administration, les adhérents et les bénévoles : quelles troupes pour faire vivre et évoluer l association?

Le président, le conseil d administration, les adhérents et les bénévoles : quelles troupes pour faire vivre et évoluer l association? Le président, le conseil d administration, les adhérents et les bénévoles : quelles troupes pour faire vivre et évoluer l association? KPMG S.A. Pierre Marcenac Associé Salons de France Amériques Lundi

Plus en détail

Fédération des Chasseurs 35

Fédération des Chasseurs 35 Fédération des Chasseurs 35 Exercice clos au 30 juin 2014 Assemblée Générale du 18 Avril 2015. Le compte de résultat - Fédération Intitulés Réalisations Réalisations 2013-2014 2012-2013 Variations N/N-1

Plus en détail

Le Code de Déontologie Européen de la Franchise. Filière Franchise & Réseaux

Le Code de Déontologie Européen de la Franchise. Filière Franchise & Réseaux Le Code de Déontologie Européen de la Franchise Filière Franchise & Réseaux 2015 Le Code de Déontologie Européen de la Franchise Code de déontologie européen de la franchise : http://www.franchise-fff.com/base-documentaire/finish/206/318.html

Plus en détail

Prévention & Restructuration. KPMG Entreprises

Prévention & Restructuration. KPMG Entreprises Prévention & Restructuration La Fiducie : Un nouvel outil de gestion des difficultés Cas d application d une restructuration à un groupe de distribution réalisé au 3 ème trimestre 2009 KPMG Entreprises

Plus en détail

Baromètre KPMG des chaînes Hôtelières

Baromètre KPMG des chaînes Hôtelières Baromètre KPMG des chaînes Hôtelières 2011 KPMG Résultats généraux France 2010 2011 2010 2011 Taux d'occupation 4 étoiles 60,3% 60,6% + 0,3 pts 60,3% 60,6% + 0,3 pts 3 étoiles 48,5% 50,9% + 2,4 pts 48,5%

Plus en détail

La Licence de marque. Filière Franchise & Réseaux

La Licence de marque. Filière Franchise & Réseaux La Licence de marque Filière Franchise & Réseaux 2015 La marque La marque commerciale constitue un actif essentiel de tout réseau de distribution (elle doit respecter la législation relative aux marques).

Plus en détail

La Franchise participative. Filière Franchise & Réseaux

La Franchise participative. Filière Franchise & Réseaux La Franchise participative Filière Franchise & Réseaux 2015 La Franchise Participative Le franchiseur détient des parts dans la société franchisée (jusqu à 50%) Cependant, il doit se limiter à une participation

Plus en détail

Les différentes formes de commerce en réseau. Filière Franchise et Réseaux

Les différentes formes de commerce en réseau. Filière Franchise et Réseaux Les différentes formes de commerce en Filière Franchise et Réseaux 2015 Les différentes formes de commerce en isolé intégré associé organisé Indépendance totale; pas d affiliation à un Pilotage centralisé;

Plus en détail

La Master Franchise. Filière Franchise et Réseaux

La Master Franchise. Filière Franchise et Réseaux La Master Franchise Filière Franchise et Réseaux 2015 Définition d une Master Franchise et d un Master Franchisé La Master Franchise : La Master Franchise est un contrat conférant à un entrepreneur ou

Plus en détail

La Franchise. Filière Franchise & Réseaux

La Franchise. Filière Franchise & Réseaux La Franchise Filière Franchise & Réseaux 2015 La Franchise et ses principes «La Franchise est un mode de collaboration entre deux entreprises juridiquement et financièrement indépendantes (Franchiseur

Plus en détail

Métropoles, intercommunalités renforcées et communes nouvelles

Métropoles, intercommunalités renforcées et communes nouvelles ACUF Métropoles, intercommunalités renforcées et communes nouvelles Présentation de Françoise Larpin du 8 octobre 2009 réalisée sur la base des projets de textes disponibles ATELIER N 2 1 Un avant projet

Plus en détail

Le tableau de bord de pilotage KPMG ENTREPRISES

Le tableau de bord de pilotage KPMG ENTREPRISES Le tableau de bord de pilotage KPMG ENTREPRISES Sommaire Le tableau de bord financier Le pilotage Les outils du pilotage : plan d'action et tableau de bord 2 Le tableau de bord financier L'analyse des

Plus en détail

La Concession. Filière Franchise & Réseaux

La Concession. Filière Franchise & Réseaux La Concession Filière Franchise & Réseaux 2015 La Concession Concédant La concession est un contrat conclu entre deux parties, dans lequel un fournisseur (le concédant) donne à un ou plusieurs commerçants

Plus en détail

L'export un vecteur de croissance : quel business model choisir? 25 mars 2015

L'export un vecteur de croissance : quel business model choisir? 25 mars 2015 L'export un vecteur de croissance : quel business model choisir? 25 mars 2015 Sommaire 1. Introduction et présentation du sujet 2. Témoignages 3. Questions 4. Conclusion 1 1. Introduction en Mds Données

Plus en détail

Titre du rapport bandeau horizontal

Titre du rapport bandeau horizontal STRATEGIES MANAGEMENT ACG-INFORMATIQUE PROJET STRATEGIQUE & BUSINESS PLAN Titre du rapport bandeau horizontal Présentation à l Assemblée Générale KPMG ENTREPRISES Gabriel COLOM Richard SPIE 12 juin 2008

Plus en détail

Le contrat de Franchise. Filière Franchise & Réseaux

Le contrat de Franchise. Filière Franchise & Réseaux Le contrat de Franchise Filière Franchise & Réseaux 2015 Le contrat de Franchise Accord entre un franchiseur et un franchisé qui traduit la stratégie du réseau de franchise Définit les droits et obligations

Plus en détail

Communication des perspectives financières

Communication des perspectives financières Communication des perspectives financières Analyse portant sur les sociétés du CAC 0 Evolution 2010-2012 Janvier 201 Une étude basée sur les sociétés du CAC 0 * Le choix des groupes dans leur communication

Plus en détail

LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS

LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS Novembre 11 Plus de la moitié des cadres en poste envisage une mobilité professionnelle dans un avenir proche, que ce soit un changement de poste dans

Plus en détail

Gouvernance des risques, Comités d audit et Commissaires aux comptes

Gouvernance des risques, Comités d audit et Commissaires aux comptes Gouvernance des risques, Comités d audit et Commissaires aux comptes Quelles évolutions, quelles attentes? CONFERENCE 30 NOVEMBRE 2010 0 Sommaire 1 Actualité réglementaire et impact sur les relations CAC

Plus en détail

Ville de Beaucourt. Analyse financière rétrospective 2005-2012. Conseil municipal du 18 juin 2013

Ville de Beaucourt. Analyse financière rétrospective 2005-2012. Conseil municipal du 18 juin 2013 Ville de Beaucourt Analyse financière rétrospective 2005-2012 Conseil municipal du 18 juin 2013 Sommaire Page Fiscalité 2 Budget de fonctionnement 7 Soldes intermédiaires de gestion 13 Investissements

Plus en détail

Observatoire des EHPAD. kpmg.fr

Observatoire des EHPAD. kpmg.fr Observatoire des EHPAD 212 kpmg.fr 2 Etude EHPAD 212 Observatoire des EHPAD 212 1 Sommaire KPMG a le plaisir de vous présenter les résultats de l observatoire 212 sur les EHPAD. Les personnes âgées de

Plus en détail

KPMG Audit 1, cours Valmy 92923 Paris La Défense Cedex France. Caisse Régionale du Crédit Agricole d Ile de France

KPMG Audit 1, cours Valmy 92923 Paris La Défense Cedex France. Caisse Régionale du Crédit Agricole d Ile de France KPMG Audit 1, cours Valmy 92923 Paris La Défense Cedex France Téléphone : +33 (0)1 55 68 68 68 Télécopie : +33 (0)1 55 68 73 00 Site internet : www.kpmg.fr Rapport de l organisme tiers indépendant sur

Plus en détail

OptimHome. Proposition de mission Conseillers Optimhome. Octobre 2014

OptimHome. Proposition de mission Conseillers Optimhome. Octobre 2014 OptimHome Proposition de mission Conseillers Optimhome Octobre 2014 KPMG : Qui sommes nous? KPMG en bref Un réseau international Une présence nationale Une proximité régionale Premier groupe français d

Plus en détail

Les dirigeants face aux enjeux environnementaux et de développement durable. Université de la Terre, les 18 et 19 octobre 2008

Les dirigeants face aux enjeux environnementaux et de développement durable. Université de la Terre, les 18 et 19 octobre 2008 Les dirigeants face aux enjeux environnementaux et de développement durable Sondage publié à l'occasion de l Universitl Université de la Terre, les 18 et 19 octobre 2008 Méthodologie Echantillon : Echantillon

Plus en détail

KPMG Entreprises. Réseau THL

KPMG Entreprises. Réseau THL KPMG Entreprises COMMENT SE PREPARER A UN CONTRÔLE FISCAL? TVA à 5.5 % dans la restauration Réseau THL Intervenants : Paul COISNARD, Expert-Comptable KPMG Entreprises Franck RAVENEL, Expert-Comptable KPMG

Plus en détail

Association des Producteurs de Leads sur Internet

Association des Producteurs de Leads sur Internet TECHNOLOGIES, MEDIAS & TELECOMMUNICATIONS Association des Producteurs de Leads sur Internet Baromètre 2014 de la génération de Leads sur Internet 10 septembre 2014 I. Présentation du baromètre Il s agit

Plus en détail

Les filiales de groupe, source de développement économique pour la Bourgogne Franche-Comté

Les filiales de groupe, source de développement économique pour la Bourgogne Franche-Comté FILIALES DE GROUPE Les filiales de groupe, source de développement économique pour la Bourgogne Franche-Comté KPMG Edito KPMG réalise régulièrement des études sur le tissu économique régional, dans le

Plus en détail

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Institut CSA pour Metlife Novembre 2014 Sommaire Fiche technique 3 Profil de l échantillon

Plus en détail

Conférence Annuelle de l APDC

Conférence Annuelle de l APDC #GalaAPDC Conférence Annuelle de l APDC 9 octobre 2014 En partenariat avec La conférence est animée par : Isabelle GOUNIN LEVY Journaliste www.apdc-france.com Introduction Bernard MIRAILLES Président www.apdc-france.com

Plus en détail

Accord sur la formation professionnelle tout au long de la vie dans l'economie Sociale

Accord sur la formation professionnelle tout au long de la vie dans l'economie Sociale Accord sur la formation professionnelle tout au long de la vie dans l'economie Sociale 1 Préambule et principes de l accord 2 - Champ d application 3 Disposition d application immédiate 4 - Axes de progrès

Plus en détail

Baromètre des chaînes

Baromètre des chaînes Baromètre des chaînes hôtelières françaises Résultats 2012 KPMG Real Estate & Hotels KPMG Real Estate & Hotels Une équipe de spécialistes pluridisciplinaires dédiée au secteur du Tourisme, de l Hôtellerie,

Plus en détail

ENTREPRISES DE L IMPORT- EXPORT

ENTREPRISES DE L IMPORT- EXPORT REPÈRES & TENDANCES DONNÉES 2012 ENTREPRISES DE L IMPORT- EXPORT SOMMAIRE Page 04 DONNÉES ÉCONOMIQUES Page 06 DONNÉES EMPLOI Page 09 DONNÉES FORMATION Page 11 ZOOM SUR LES PRINCIPAUX DISPOSITIFS EMPLOI

Plus en détail

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles aria DIRECCTE A Q U I T A I N E Collection «Études» N 09 Juin 2011 DIRECTION RÉGIONALE DES ENTREPRISES, DE LA CONCURRENCE, DE LA CONSOMMATION, DU TRAVAIL ET DE L EMPLOI SERVICE ÉTUDES, STATISTIQUES, ÉVALUATION

Plus en détail

Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales. kpmg.fr

Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales. kpmg.fr Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales kpmg.fr 1 Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales 2 La gestion de la trésorerie,

Plus en détail

Résultats du 40 e Observatoire Banque Palatine PME-ETI

Résultats du 40 e Observatoire Banque Palatine PME-ETI Résultats du 40 e Observatoire Banque Palatine PME-ETI Les niveaux de confiance se stabilisent à un bas niveau L apprentissage est plébiscité par les dirigeants de PME-ETI Des PME-ETI qui n investissent

Plus en détail

NOTE DE CADRAGE EMPLOI FORMATION 2013 Ile-de-France

NOTE DE CADRAGE EMPLOI FORMATION 2013 Ile-de-France NOTE DE CADRAGE EMPLOI FORMATION 2013 Chaque année, l'observatoire Emploi Formation de la branche des acteurs du lien social et familial propose une photographie des associations, des salariés et des formations

Plus en détail

/HVGLIILFXOWpVHWOHWUDLWHPHQW GHV5HVVRXUFHV

/HVGLIILFXOWpVHWOHWUDLWHPHQW GHV5HVVRXUFHV S ECTEUR NON MARCHAND /HVGLIILFXOWpVHWOHWUDLWHPHQW GKRPRJpQpLVDWLRQGX&RPSWHG(PSORL GHV5HVVRXUFHV KPMG S.A. 3HWLWGpMHXQHU$)7$ IpYULHU 5DSSHOGXGLVSRVLWLIOpJLVODWLIHW UpJOHPHQWDLUH 5DSSHOGXGLVSRVLWLI OpJLVODWLI

Plus en détail

BAROMETRE DES FEMMES ENTREPRENEURES

BAROMETRE DES FEMMES ENTREPRENEURES BAROMETRE DES FEMMES ENTREPRENEURES Avec le soutien de : 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris Cedex 02 Tél. : (33) 01 44 94 40 00 Fax : (33) 01 44 94 40 01 www.csa.eu SA au capital de 1 571 600 Siren

Plus en détail

Observatoire 2014 des Universités & Écoles. Observatoire 2014 des Universités & Écoles

Observatoire 2014 des Universités & Écoles. Observatoire 2014 des Universités & Écoles I Observatoire 2014 des Universités & Écoles Observatoire 2014 des Universités & Écoles Observatoire 2014 des Universités & Écoles 1 Sommaire Avant-propos 1. Méthodologie 2. Universités 2.1 Recettes 2.2

Plus en détail

Executive Placement Services. kpmg.fr

Executive Placement Services. kpmg.fr Executive Placement Services kpmg.fr Executive Placement Services I 3 > KPMG vous accompagne dans vos recrutements Savoir attirer des talents constitue plus que jamais un facteur décisif de la performance

Plus en détail

La fiscalité jugée défavorable par les dirigeants de PME-ETI. La confiance pour leur activité se stabilise

La fiscalité jugée défavorable par les dirigeants de PME-ETI. La confiance pour leur activité se stabilise La fiscalité jugée défavorable par les dirigeants de PME-ETI La confiance pour leur activité se stabilise Paris, le 21 novembre 2013 La Banque Palatine, banque des moyennes entreprises et des ETI au sein

Plus en détail

Les ressources humaines

Les ressources humaines L assurance emploie environ 205 000 personnes en France. Fort recruteur depuis des années, elle offre des perspectives de mobilité et de carrière intéressantes, favorisées par la formation initiale et

Plus en détail

Les ratios d exploitation et ratios bilanciels des Tour-Opérateurs

Les ratios d exploitation et ratios bilanciels des Tour-Opérateurs Les ratios d exploitation et ratios bilanciels des Tour-Opérateurs Mars 2012 kpmg.fr Sommaire Les participants et le périmètre de l étude L évolution du marché en 2011 selon le CETO Les ratios d exploitation

Plus en détail

Conférence Salon ELUCEO 11 mars 2015. Animée par Francis MARQUANT EXPERT COMPTABLE et COMMISSAIRE AUX COMPTES

Conférence Salon ELUCEO 11 mars 2015. Animée par Francis MARQUANT EXPERT COMPTABLE et COMMISSAIRE AUX COMPTES Conférence Salon ELUCEO 11 mars 2015 Animée par Francis MARQUANT EXPERT COMPTABLE et COMMISSAIRE AUX COMPTES FDE / FEPC 19 RUE BEAUREPAIRE 75010 PARIS 1 SOMMAIRE 1. Les rôles et fonctions du commissaire

Plus en détail

Le profil socioprofessionnel du communicant territorial

Le profil socioprofessionnel du communicant territorial Enquête Métiers Cap Com - Occurrence 2011 en partenariat avec le 1 ère Partie Le profil socioprofessionnel du communicant territorial Formation, statut, mobilité, rémunération, motivation Introduction.

Plus en détail

Entreprises familiales Baromètre Nouvelles Générations. Avril 2015

Entreprises familiales Baromètre Nouvelles Générations. Avril 2015 Entreprises familiales Baromètre Nouvelles Générations Avril 2015 Sommaire Préambule Méthodologie Profils des répondants Profils des entreprises Profils des participants Rejoindre l entreprise familiale

Plus en détail

Communication. Emetteur : M. VAQUER / C.RICHTER. Commentaire ASF

Communication. Emetteur : M. VAQUER / C.RICHTER. Commentaire ASF Avec «Vigilance Circulaires», vous l auriez déjà! Pour un accès instantané aux circulaires ASF, abonnez-vous dès maintenant (gratuit) Info : circulaires@asf-france.com Communication Numéro : ASF 05.218

Plus en détail

Observatoire 2015 des Universités et des Écoles

Observatoire 2015 des Universités et des Écoles Observatoire 2015 des Universités et des Écoles Observatoire_des_Universites_et_des_Ecoles_2015_210x260.indd 1 28/09/2015 17:41:51 Observatoire_des_Universites_et_des_Ecoles_2015_210x260.indd 2 28/09/2015

Plus en détail

La Franchise en Corner La Franchise en Shop in Shop. Filière Franchise & Réseaux

La Franchise en Corner La Franchise en Shop in Shop. Filière Franchise & Réseaux La Franchise en Corner La Franchise en Shop in Shop Filière Franchise & Réseaux 2015 La Franchise en Corner et en Shop in Shop La Franchise en Corner ou Shop in Shop : C est l installation d un espace

Plus en détail

La formation professionnelle des salariés : principes généraux

La formation professionnelle des salariés : principes généraux 2 nd forum des associations Juin 2013 - Goyave La formation professionnelle des salariés : principes généraux Direction des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi

Plus en détail

Maisons d édition : les chiffres 2013

Maisons d édition : les chiffres 2013 Maisons d édition : les chiffres 2013 Janvier 2015 9ème édition Joëlle Tubiana Associée Edito Pour cette 9 ème étude consécutive, nous avons apporté quelques modifications dans la classification des secteurs

Plus en détail

Analyse financière prospective 2010-2014 Mars 2011

Analyse financière prospective 2010-2014 Mars 2011 COMMUNAUTE DE COMMUNES DU DIOIS Analyse financière prospective 2010-2014 Mars 2011 KPMG Secteur public droit suisse. Tous droits réservés. Imprimé en France. 1 Points généraux droit suisse. Tous droits

Plus en détail

réglementation bancaire

réglementation bancaire Ensemble, anticipons la réglementation bancaire KPMG met à votre service des professionnels expérimentés, disposant d une forte connaissance sectorielle, pour vous aider à répondre à vos enjeux réglementaires.

Plus en détail

Le Cloud en France, les vrais chiffres

Le Cloud en France, les vrais chiffres Le Cloud en France, les vrais chiffres 21 mai 2013 Stéphanie Ortega, Associée Technologies KPMG Eric Lefebvre, Associé Technologie KPMG Croissance du chiffre d affaires des acteurs majeurs du Cloud sur

Plus en détail

Les banques en Région Auvergne: Emploi et recrutement

Les banques en Région Auvergne: Emploi et recrutement Données chiffrées Les banques en Région Auvergne: Emploi et recrutement (Enquête réalisée en juillet 2010) Forum des métiers de la Banque Clermont-Ferrand 16 novembre 2010 1 Les entreprises bancaires :

Plus en détail

CHARTE QUALITE PROXIM SERVICES

CHARTE QUALITE PROXIM SERVICES CHARTE QUALITE PROXIM SERVICES 1. Principes généraux La marque Proxim Services, dans ses conditions d octroi et d utilisation, est garante de ses trois piliers : la qualité des services rendus au client

Plus en détail

Aptitude professionnelle des salariés et des dirigeants des entreprises exerçant des activités de surveillance

Aptitude professionnelle des salariés et des dirigeants des entreprises exerçant des activités de surveillance Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie JURIDIQUE SOCIAL/EMPLOI/F ORMATION Date : 21/02/07 N Juridique : 13.07 N Social : 11.07 Activités Privées de Sécurité de Surveillance et de Gardiennage.

Plus en détail

Etude sur les garanties et services : les attentes des salariés et des entreprises

Etude sur les garanties et services : les attentes des salariés et des entreprises Etude sur les garanties et services : les attentes des et des entreprises Résultats du 10 ème Baromètre de la Prévoyance réalisé par le Crédoc pour le CTIP Méthodologie Deux enquêtes téléphoniques auprès

Plus en détail

Première partie. La définition des fonctions

Première partie. La définition des fonctions Première partie La définition des fonctions 4. La définition du périmètre des fonctions de la secrétaire médicale varie selon son statut, salarié ou agent de la fonction publique hospitalière, et, éventuellement,

Plus en détail

L OMI, l Observatoire du management immobilier, créé

L OMI, l Observatoire du management immobilier, créé 48 4 MANAGEMENT IMMOBILIER : COMMENT LES ENTREPRISES GÈRENT LEUR SIÈGE SOCIAl Par Ingrid Nappi-Choulet, professeur à l ESSEC, fondatrice et responsable de l Observatoire du management immobilier. 4.1 /

Plus en détail

Baromètre des chaînes hôtelières françaises

Baromètre des chaînes hôtelières françaises Baromètre des chaînes hôtelières françaises Résultat annuel 2013 KPMG Real Estate & Hotels KPMG Real Estate & Hotels Une équipe de spécialistes pluridisciplinaires dédiée au secteur du Tourisme, de l Hôtellerie,

Plus en détail

Etude sur l équipement des TPE / PME. en complémentaire santé

Etude sur l équipement des TPE / PME. en complémentaire santé Département Évaluation des Politiques Sociales Etude sur l équipement des TPE / PME en complémentaire santé Synthèse des résultats Léopold GILLES Pauline JAUNEAU Juillet 2012 1 Contexte et objectifs Dans

Plus en détail

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Contacts CSA Pôle Opinion-Corporate : Jean-Bernard LAINÉ Co-Directeur du Pôle Banque Assurances Services Industrie / jean-bernard.laine@csa.eu / 01 44 94 59 43 Yves-Marie CANN Directeur d études au Pôle

Plus en détail

Étude sur les pratiques déclaratives des TPE. Novembre 2010. OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Tél.

Étude sur les pratiques déclaratives des TPE. Novembre 2010. OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Tél. Étude sur les pratiques déclaratives des TPE. Novembre 2010 OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Tél. : 01 78 94 90 00 1 Contexte et Objectifs Le Gip-Mds a souhaité mesurer d abord la pratique

Plus en détail

Rapport de transparence. Exercice clos le 31/12/2014 Groupe EXCO FIDUCIAIRE DU SUD OUEST

Rapport de transparence. Exercice clos le 31/12/2014 Groupe EXCO FIDUCIAIRE DU SUD OUEST Rapport de transparence Exercice clos le 31/12/2014 Groupe EXCO FIDUCIAIRE DU SUD OUEST Table des matières Préambule... 1 Présentation de Kreston International LTD... 2 Structure juridique et principaux

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3235 Convention collective nationale IDCC : 2101. ENSEIGNEMENT PRIVÉ À DISTANCE ACCORD DU 4 DÉCEMBRE 2006

Plus en détail

FAF.TT Groupe de travail paritaire «Services»

FAF.TT Groupe de travail paritaire «Services» Secteur non marchand FAF.TT Groupe de travail paritaire «Services» Comptes-rendus des groupes de travail du 15 septembre et 24 septembre 2009 KPMG Entreprises Isabelle Le Loroux Associée KPMG Entreprises

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3249 Convention collective nationale IDCC : 1516. ORGANISMES DE FORMATION ACCORD

Plus en détail

Les salariés et la réforme de la formation professionnelle

Les salariés et la réforme de la formation professionnelle Les salariés et la réforme de la formation professionnelle Sondage Ifop pour Théâtre à la Carte Contacts Ifop : Anne-Sophie VAUTREY - Directrice d études Département Opinion et Stratégies d Entreprise

Plus en détail

Vous accompagner dans la gestion et les projets de votre exploitation agricole EXPERTISE COMPTABLE & CONSEIL

Vous accompagner dans la gestion et les projets de votre exploitation agricole EXPERTISE COMPTABLE & CONSEIL Vous accompagner dans la gestion et les projets de votre exploitation agricole EXPERTISE COMPTABLE & CONSEIL Vous accompagner dans la gestion et les projets de votre exploitation agricole KPMG accompagne

Plus en détail

le flash actualité Avril 2014

le flash actualité Avril 2014 le flash actualité Avril 2014 Thème : Conformité des contrats collectifs santé prévoyance retraite Une période transitoire a été instituée par le décret du 9 janvier 2012 pour la mise en conformité des

Plus en détail

Les Français et les soins palliatifs. Janvier 2011

Les Français et les soins palliatifs. Janvier 2011 Les Français et les soins palliatifs Janvier 2011 A Méthodologie page 2 Méthodologie Étude réalisée auprès d un échantillon de 1015 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 et plus.

Plus en détail

PME, Internet et e-learning

PME, Internet et e-learning PME, Internet et e-learning OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris De : Alexandre Mutter, Thierry Chalumeau, Matthieu Cassan OpinionWay CGPME Novembre 2011 Sommaire Contexte et objectifs p3

Plus en détail

Evolution des équilibres financiers au fil de l eau. (sans nouveaux investissements) 24/02/2015. Communauté de Communes du Pays d Astrée

Evolution des équilibres financiers au fil de l eau. (sans nouveaux investissements) 24/02/2015. Communauté de Communes du Pays d Astrée Communauté de Communes du Pays d Astrée Prospective financière 2014 2020 Présentation en Conseil Communautaire Février 2015 Evolution des équilibres financiers au fil de l eau (sans nouveaux investissements)

Plus en détail

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société 2009 Charte de l ouverture à la société + engagements 3 3 «Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d accéder aux informations relatives à l environnement détenues

Plus en détail

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE - Note de synthèse de l'institut CSA - N 1100760 Juin 2011 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris cedex 02 Tél. (33) 01 44 94 59 11

Plus en détail

AXIOME AUDIT & STRATEGIE Société de Commissariat aux Comptes

AXIOME AUDIT & STRATEGIE Société de Commissariat aux Comptes AXIOME AUDIT & STRATEGIE Société de Commissariat aux Comptes RAPPORT DE TRANSPARENCE Etabli en application de l article R 823-21 du Code de commerce Exercice clos le 30 juin 2015 Axiome Audit & Stratégie

Plus en détail

ETUDE FUSACQ / Octobre 2011 LE PROFIL DES REPRENEURS D ENTREPRISE

ETUDE FUSACQ / Octobre 2011 LE PROFIL DES REPRENEURS D ENTREPRISE ETUDE FUSACQ / Octobre 2011 LE PROFIL DES REPRENEURS D ENTREPRISE Quel est leur profil (âge, localisation, situation familiale )? Quel est leur plan d action pour reprendre?... Quelles sont leurs motivations?

Plus en détail

Observatoire 2012 des Universités & Écoles

Observatoire 2012 des Universités & Écoles Observatoire 212 des Universités & Écoles Observatoire 212 des Universités & Écoles 1 Préambule KPMG a le plaisir de vous présenter les résultats de l observatoire 212 sur les établissements d enseignement

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3002 IDCC : 2609. ETAM Brochure n 3193 IDCC : 1596. Ouvriers (Entreprises occupant

Plus en détail

Observatoire de la performance des PME-ETI 7 ème édition juin 2011. OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges

Observatoire de la performance des PME-ETI 7 ème édition juin 2011. OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges Observatoire de la performance des PME-ETI 7 ème édition juin 2011 OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Méthodologie Étude quantitative

Plus en détail

pour La formation professionnelle vue par les salariés

pour La formation professionnelle vue par les salariés pour La formation professionnelle vue par les salariés Introduction Quelle est la vision des salariés sur la formation continue : quel est leur bilan sur 2009? Quelles sont leurs priorités pour 2010? Comment

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3246 Convention collective nationale IDCC : 1518. ANIMATION AVENANT N O

Plus en détail

AVENANT N 20 DU 21 SEPTEMBRE 2010

AVENANT N 20 DU 21 SEPTEMBRE 2010 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3159 Convention collective nationale IDCC : 2596. COIFFURE ET PROFESSIONS CONNEXES AVENANT N 20 DU 21 SEPTEMBRE 2010

Plus en détail

Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2009 des diplômés de Master professionnel promotion 2007

Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2009 des diplômés de Master professionnel promotion 2007 Observatoire Régional des Parcours Etudiants Aquitains (ORPEA) Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2009 des diplômés de Master professionnel promotion 2007 En Bref : Le taux de réponse global atteint

Plus en détail

Baromètre 2013 des relations entre associations et collectivités locales Résultats d étude. Pôle Marketing Collectivités Locales

Baromètre 2013 des relations entre associations et collectivités locales Résultats d étude. Pôle Marketing Collectivités Locales Baromètre 2013 des relations entre associations et collectivités locales Résultats d étude Pôle Marketing Locales 1 Sommaire Objectifs et Méthodologie p.3 Structure de l échantillon p.4 Synthèse p.5 Résultats

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2009-02 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Principes directeurs du système des contrôles

Plus en détail

Les Français et les complémentaires santé

Les Français et les complémentaires santé Les Français et les complémentaires santé Sondage Ifop pour Lecomparateurassurance.com Contact Ifop : Romain Bendavid Directeur de clientèle Département Opinion et Stratégies d Entreprise 01 45 84 14 44

Plus en détail

Tendance et développement des. de l e-commerce. TPE/PME / PME sur le marché. Novembre 2014. Novembre 2014

Tendance et développement des. de l e-commerce. TPE/PME / PME sur le marché. Novembre 2014. Novembre 2014 Tendance et développement des TPE/PME / PME sur le marché de l e-commerce Novembre 2014 Novembre 2014 Point de vue de l expert KPMG On constate une certaine frilosité des chefs d entreprise à vendre en

Plus en détail

Evaluation de la formation initiale de l IRA de Lille auprès des employeurs Vague 2014. Ifop pour l IRA de Lille

Evaluation de la formation initiale de l IRA de Lille auprès des employeurs Vague 2014. Ifop pour l IRA de Lille Evaluation de la formation initiale de l IRA de Lille auprès des employeurs Vague 2014 DP/AM/EP N 112038 Contacts Ifop : Damien Philippot / Adeline Merceron / Esteban Pratviel Département Opinion et Stratégies

Plus en détail

LES CONTRATS DE PROFESSIONNALISATION CARACTÉRISTIQUES DES CONTRATS... 9

LES CONTRATS DE PROFESSIONNALISATION CARACTÉRISTIQUES DES CONTRATS... 9 ENTREPRISES ET EFFECTIFS LES ÉTABLISSEMENTS... 2 LES SALARIÉS... 4 LE PROFIL DES SALARIÉS... 6 LES PRÉVISIONS DE DÉPART À LA RETRAITE PAR ACTIVITÉ... 7 LA FORMATION INITIALE... 8 LES CONTRATS DE PROFESSIONNALISATION

Plus en détail

LA CONFIANCE DES DIRIGEANTS DE PME/ETI PROGRESSE ENCORE LA CAMPAGNE ELECTORALE A UN IMPACT LIMITE SUR L ACTIVITE

LA CONFIANCE DES DIRIGEANTS DE PME/ETI PROGRESSE ENCORE LA CAMPAGNE ELECTORALE A UN IMPACT LIMITE SUR L ACTIVITE Paris, le 19 avril 2012 LA CONFIANCE DES DIRIGEANTS DE PME/ETI PROGRESSE ENCORE LA CAMPAGNE ELECTORALE A UN IMPACT LIMITE SUR L ACTIVITE La Banque Palatine, Banque des moyennes entreprises et des ETI au

Plus en détail

La Validation des Acquis de l Expérience

La Validation des Acquis de l Expérience La Validation des Acquis de l Expérience Attention : Ces deux dispositifs s adressent uniquement aux salarié(e)s et aux bénévoles du réseau des MJC de Midi Pyrénées. L Institut de Formation à l Animation

Plus en détail

LE DEVENIR DES DIPLOMÉS

LE DEVENIR DES DIPLOMÉS LE DEVENIR DES DIPLOMÉS Master Ressources humaines et communication Finalité : Professionnelle Situation professionnelle deux ans après l obtention d un master 2 Les enquêtes sur le devenir des diplômés

Plus en détail

Arts visuels et design

Arts visuels et design Arts visuels et design Après les études, les nouveaux diplômés HES en arts visuels et en design travaillent avant tout dans le secteur des services privés, principalement au sein d ateliers de graphisme

Plus en détail

ETUDE DES DEMANDEURS DE LA CARTE DE JOURNALISTE PROFESSIONNEL EN 2009. Quelles évolutions par rapport à 2000-2008?

ETUDE DES DEMANDEURS DE LA CARTE DE JOURNALISTE PROFESSIONNEL EN 2009. Quelles évolutions par rapport à 2000-2008? ETUDE DES DEMANDEURS DE LA CARTE DE JOURNALISTE PROFESSIONNEL EN 2009 Quelles évolutions par rapport à 2000-2008? Observatoire des métiers CCIJP 2 Rappel des populations étudiées - Présentation des principales

Plus en détail

Résultats du 41 e Observatoire Banque Palatine PME-ETI

Résultats du 41 e Observatoire Banque Palatine PME-ETI Résultats du 41 e Observatoire Banque Palatine PME-ETI Paris, le 20 novembre 2014 La Banque Palatine, banque des moyennes entreprises et des ETI au sein du Groupe BPCE, présente les résultats de son 41

Plus en détail

Observatoire des métiers de la communication dans l enseignement supérieur Enquête auprès des membres de l ARCES

Observatoire des métiers de la communication dans l enseignement supérieur Enquête auprès des membres de l ARCES Observatoire des métiers de la communication dans l enseignement supérieur Enquête auprès des membres de l ARCES Vague 4 Mai 2011 Synthèse Occurrence est certifiée ISO 9001:2000 depuis 2004 Sommaire Page

Plus en détail

OBSERVATOIRE DU REGROUPEMENT DE CREDITS - Sondage PollingVox pour Bourse des Crédits -

OBSERVATOIRE DU REGROUPEMENT DE CREDITS - Sondage PollingVox pour Bourse des Crédits - OBSERVATOIRE DU REGROUPEMENT DE CREDITS - Sondage PollingVox pour Bourse des Crédits - PollingVox 67, rue Saint-Jacques 75005 Paris pollingvox.com SOMMAIRE Note technique... 3 Synthèse des résultats...

Plus en détail

DP: N 18980 Contact IFOP : Damien Philippot. pour

DP: N 18980 Contact IFOP : Damien Philippot. pour DP: N 18980 Contact IFOP : Damien Philippot pour Perceptions et attentes des recruteurs sur les formations en management Vague 4 Résultats détaillés Novembre 2010 Sommaire Pages - 1 - La méthodologie...

Plus en détail