Travailler avec les enfants

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Travailler avec les enfants"

Transcription

1 Questions fondamentales Travailler avec les enfants TABLE DES MATIERES NOTES D ORIENTATION POUR LES MODERATEURS Page Introduction... 3 Thème 1 : Importance des aptitudes de communication avec les enfants... 5 Thème 2 : Aptitudes clés... 9 Thème 3 : Identification et communication avec les enfants en détresse Thème 4 : Interventions psychosociales et considérations d'ordre culturel Thème 5 : Interventions psychosociales Principes et approches Programmes types MATERIELS DE FORMATION Transparents Exercices RESSOURCES Lectures supplémentaires, vidéos et sites web... 91

2 Remerciements: Les Dossiers de ressources de l'arc ont été développés grâce aux contributions d'une multitude de personnes du personnel du HCR, de l'alliance de Save the Children et d'autres organisations merci à toutes ces personnes. L'UNICEF et l'hcdh ont participé au développement de certaines sections de ces Dossiers de ressources, en accord avec les principes et les politiques de leur mission et dans le cadre de leur mandat respectif. Nous remercions particulièrement quatre consultants indépendants qui ont aidé à développer le matériel et l'approche utilisée pour la formation: Bruce Britton, Peter Firkin, Maureen O'Flynn et David Tolfree. Rédacteur: David Nosworthy

3 Travailler avec les enfants Introduction Les modérateurs qui n'ont pas fait de formation récemment ni travaillé dans le domaine couvert dans ce dossier de ressources doivent lire attentivement les différents thèmes, transparents, exercices, documents d appui et lectures avant de commencer à planifier leurs activités de formation. Veuillez prendre note du fait que ces matériels doivent être utilisés conjointement avec la politique énoncée des Etats (ils ne la remplacent pas) et visent à stimuler l'apprentissage et la discussion. CONCEPTS CLES Les concepts clés abordés dans le présent Dossier de ressources sont indiqués ci-après : 1. Pouvoir communiquer avec les enfants est une aptitude fondamentale pour le personnel qui travaille avec les populations réfugiées et les populations déplacées. Ceux qui travaillent régulièrement avec les enfants ont besoin d'une formation spécialisée approfondie dans ce domaine. 2. Communiquer de façon efficace avec les enfants requiert des aptitudes spécifiques dont certaines sont très différentes de celles que nécessite la communication avec les adultes. 3. Les échanges interpersonnels entre adultes et enfants doivent se faire d'une manière qui prenne en compte les normes culturelles. 4. La communication avec les enfants en détresse requiert des aptitudes et des qualités personnelles particulières. 5. Une compréhension approfondie des facteurs culturels est essentielle pour la planification des programmes afin de faciliter la guérison psychosociale des enfants suite aux expériences pénibles. 6. Il existe un certain nombre de principes clés qui peuvent orienter le processus de planification du programme en ce qui concerne l'amélioration du bien-être psychosocial des enfants. (Ces concepts clés sont présentés sous forme de Transparent 1.0). Important : Le présent Dossier de ressources vise à introduire les aptitudes requises pour travailler de façon efficace avec les enfants : il ne prétend pas assurer une formation complète. Il est vivement recommandé que le personnel qui a régulièrement besoin de communiquer avec les enfants, notamment les personnes qui travaillent régulièrement avec les enfants en détresse, suive une formation plus spécialisée dans ce domaine. Page 3

4 IMPORTANCE DE LA CONVENTION RELATIVE AUX DROITS DE L'ENFANT La nécessité de disposer d'aptitudes à communiquer de façon efficace avec les enfants est stipulée implicitement dans de nombreux articles de la Convention relative aux droits de l enfant. Au titre de celle-ci, l'enfant a droit à la liberté d'expression et a le droit de donner ses points de vue sur toute question le concernant. Ceci devient important dans de nombreuses situations, par exemple les enfants qui sollicitent un statut de réfugiés ont besoin d'avoir un entretien avec un personnel qui dispose de bonnes aptitudes afin de permettre aux enfants d exprimer clairement leurs revendications, besoins et droits ; afin que les enfants séparés non seulement donnent les informations nécessaires pour favoriser la recherche de la famille, mais également expriment leur volonté personnelle, etc. Les points de vue de l'enfant méritent d être entendus et pris en considération. Ceci fait partie du principe de l'intérêt supérieur qui devrait présider à toute mesure concernant les enfants. En ce qui concerne les questions relatives au bien-être de l'enfant affecté par les conflits armés et les migrations forcées, la Convention relative aux droits de l enfant consacre les droits des enfants à la guérison physique et psychosociale des conséquences des conflits armés, dans un cadre "propice à la santé, au respect de soi et à la dignité de l'enfant". La qualité du cadre de ces enfants dépendra, dans une large mesure, des aptitudes du personnel qui apporte l'assistance. STRUCTURE DU DOSSIER DE RESSOURCES Les trois premiers Thèmes du présent Dossier de ressources constituent une introduction aux aptitudes de communication avec les enfants. Les Thèmes 4 et 5 passent en revue les stratégies de promotion du bien-être des enfants affectés par les conflits. Thème 1 passe en revue quelques concepts introductifs et se penche sur l'importance de la communication avec les enfants afin de satisfaire leurs besoins et réaliser leurs droits. Thème 2 examine certaines aptitudes clés nécessaires pour une communication efficace avec les enfants. Thème 3 étudie certaines des aptitudes et qualités personnelles particulières nécessaires pour communiquer avec les enfants en détresse. Il constitue un "trait d'union" entre les Thèmes 4 et 5 qui traitent de façon plus approfondie des questions liées à la promotion du bien-être psychosocial des enfants qui ont vécu des expériences traumatisantes. Thème 4 traite de l'importance des facteurs culturels pour la compréhension de la manière dont les enfants réagissent aux expériences pénibles. Thème 5 présente une gamme de principes et d'approches en vue de promouvoir le bien-être psychosocial des enfants. Il propose des exercices participatifs, des études de cas et des transparents. Il est vivement recommandé aux modérateurs de mettre au point des matériels spécifiques à la région ou au pays, notamment des études de cas, afin de rendre la formation plus pertinente. Page 4

5 Travailler avec les enfants Thème 1 Importance des aptitudes de communication avec les enfants POINTS CLES A RETENIR Différentes catégories de personnels travaillant avec les réfugiés ou les personnes déplacées ont besoin d'aptitudes de communication avec les enfants. L'application des différents articles de la Convention relative aux droits de l enfant nécessite des aptitudes de communication avec les enfants. Le personnel qui doit communiquer souvent avec les enfants a besoin d'une formation approfondie et spécialisée dans ce domaine. La communication avec les enfants requiert des aptitudes différentes de celles qui sont nécessaires pour communiquer avec les adultes. La communication par l'intermédiaire d'un interprète comporte un certain nombre de difficultés. POURQUOI LES APTITUDES DE COMMUNICATION AVEC LES ENFANTS SONT-ELLES IMPORTANTES? Une erreur que l on commet généralement consiste à supposer que les enfants (âgés d'environ 6 ans, voire plus) sont trop jeunes pour comprendre ce qui se passe autour d'eux ou pour être affectés de façon négative par les expériences dangereuses ou pénibles. La communication avec les enfants et les adolescents, pour une gamme de buts, peut être difficile et exiger des aptitudes très différentes de celles utilisées pour communiquer avec les adultes. La participation des enfants a été mise en exergue en particulier dans la Convention des Nations Unies relative aux droits de l'enfant dont plusieurs articles revêtent de l importance pour la communication avec les enfants : l'article 13 a trait au droit de l'enfant à la liberté d'expression notamment le droit de rechercher, de recevoir et de répandre des informations et des idées de toute espèce ; l'article 12 met en exergue le droit de l'enfant, qui est capable de discernement, d'exprimer librement son opinion sur toute question l'intéressant ; les enfants séparés (Articles 9 et 10) appellent une communication efficace si leurs besoins en matière d'assistance et de protection doivent être satisfaits ; Page 5

6 les enfants qui sollicitent le statut de réfugiés doivent être interviewés par un personnel qui dispose de bonnes aptitudes afin de leur permettre d'exprimer leurs revendications, besoins et droits (Article 22) ; l'article 3 stipule que dans toutes les décisions concernant les enfants, l'intérêt supérieur de l'enfant doit être la considération primordiale. La capacité à communiquer de façon efficace avec les enfants revêt une importance capitale, qu'il s'agisse de donner l'information ou de la recevoir, afin de permettre à l'enfant de faire connaître ses préoccupations ou pour le protéger et lui apporter l'assistance nécessaire. Fournir des informations exactes et vraies permet d'habiliter les enfants et favorise leur participation à la prise des décisions et aux choix appropriés. Il est peu probable qu on puisse déterminer l'intérêt supérieur d'un enfant donné s'il n'est pas possible de communiquer de façon efficace et directe avec lui. Au nombre des situations où une communication efficace est importante et qui concernent différentes catégories de personnel figurent notamment les points ciaprès : une analyse de situation axée sur l'enfant nécessite des aptitudes à communiquer directement avec les jeunes ; les enfants séparés ont besoin d'être interviewés afin de planifier l'assistance, d'obtenir les informations concernant l'histoire de leurs vies susceptibles de favoriser la recherche de leurs familles et de les aider à résoudre les nombreux problèmes auxquels ils sont confrontés ; il faut organiser l entretien avec les enfants et les adolescents, parfois à l écart de leurs familles, afin d'aider à déterminer le statut de réfugié ; il faut organiser un entretien avec les enfants au sujet de l'assistance particulière dont ils pourraient avoir besoin ou les besoins de protection qu'ils pourraient avoir notamment la santé génésique, l'éducation, etc. Dans les situations de réfugiés et les autres situations de personnes déplacées, il peut être nécessaire de communiquer avec les enfants, pris individuellement, dans de nombreuses situations différentes et pour une gamme d'objectifs différents. Parfois, une situation d'entretien assez formelle est nécessaire (par exemple, pour la documentation de l'enfant séparé), tandis que dans d'autres cas, on peut utiliser une conversation plus informelle pour recevoir ou donner l'information. Dans le présent Dossier de ressources, le mot "entretien" est utilisé pour couvrir cette gamme de rencontres. Il convient de souligner que le personnel dont les fonctions nécessitent une communication régulière avec les enfants et les adolescents aura besoin d'une formation détaillée et approfondie pour les aptitudes particulières nécessaires. DANS QUELLE MESURE LA COMMUNICATION AVEC LES ENFANTS DIFFERE-T-ELLE DE LA COMMUNICATION AVEC LES ADULTES? Les enfants ne sont pas simplement des adultes en devenir : ils ont des besoins et des aptitudes qui sont très différents de ceux des adultes. La communication avec les enfants comporte des exigences particulières, notamment : Page 6

7 la capacité à se sentir à l'aise avec les enfants, à communiquer avec eux quel que soit le mode de communication qui convient à chacun d eux par exemple, en s'asseyant par terre, par le truchement de jeux, etc. et à tolérer les expressions du désespoir, de l'agressivité, etc. ; la capacité à utiliser le langage et les concepts appropriés pour l'âge et le stade de développement, ainsi que la culture de l'enfant ; l'acceptation du fait que les enfants qui ont vécu des expériences pénibles pourraient éprouver des difficultés extrêmes à faire confiance à un adulte qu'ils ne connaissent pas. Il se peut que beaucoup de temps et de patience soient nécessaires avant que l'enfant ne se sente suffisamment en confiance pour communiquer ouvertement ; la capacité à comprendre que les enfants pourraient voir une situation donnée d'une manière très différente de celle des adultes : les enfants peuvent fantasmer, inventer des explications pour des événements étranges ou effrayants, s'exprimer à l aide de symboles, insister sur des questions apparemment anodines pour les adultes, etc. QUESTIONS D ORDRE CULTUREL CONCERNANT LA COMMUNICATION AVEC LES ENFANTS Les normes en matière de communication interpersonnelle diffèrent d une culture à une autre. Dans de nombreuses sociétés, il existe des règles régissant les sujets qui peuvent être discutés avec des adultes donnés par exemple, les filles dans certaines cultures ne peuvent discuter de sexe qu'avec leurs tantes ou leurs grands-mères et il peut leur être interdit d'avoir des contacts avec des personnes en dehors de la famille. Les professionnels qui sont appelés à communiquer avec les enfants doivent comprendre les normes culturelles qui régissent l'expression des sentiments et des émotions : dans certaines sociétés, par exemple, pleurer est une source de grande honte pour les enfants en particulier les garçons. Il est important que ceux qui essaient d'aider les enfants n'aggravent pas la situation en les encourageant à parler et à exprimer leurs sentiments d'une manière qui viole ces normes. Il existe également des normes culturelles concernant les formes d'expression appropriées l'utilisation du contact physique ou du contact visuel, par exemple, variera d'une culture à une autre, tandis que le degré de formalité et de distance sociale entre les adultes et les enfants peut, dans certaines sociétés, limiter l'échange d'informations et de sentiments personnels. LANGUES ET UTILISATION DES INTERPRETES De toute évidence, la communication dans la langue maternelle de l'enfant comporte des avantages : lorsque l'adulte n est pas issu de la même culture que l'enfant, il peut lui être encore plus difficile d'interpréter les gestes et le langage physique de l'enfant et de saisir les nuances des mots et expressions. Là où l'utilisation d'un interprète est indispensable, il est essentiel que celui-ci parle couramment les deux langues, comprenne toute la terminologie spécialisée dans ce domaine et soit en mesure d'utiliser des mots que l'enfant peut comprendre. Il doit être une personne acceptable au sein de la communauté et considérée comme impartiale. Il est essentiel de veiller à ce que l'interprète ait de bonnes aptitudes de communication avec les enfants, puisse faire face à toutes Page 7

8 les émotions exprimées, n'influence pas la conversation par des erreurs de traduction, en résumant ou en omettant des passages donnés de ce qui est dit. COMMUNICATION DANS LES SITUATIONS DE DEPLACEMENT Très souvent, la communication efficace est compromise dans ces situations par un climat de méfiance et de suspicion. Il se peut qu'il existe des craintes réelles concernant la manière dont l'information pourrait être utilisée, en particulier lorsque la personne qui conduit l entretien est perçue comme un personnage public ou une autorité. Par ailleurs, certains enfants ont vécu des expériences (notamment certaines formes d'exploitation) qui leur ont démontré que les adultes ne sont pas toujours fiables ou dignes de confiance : le fait de cacher les informations ou de donner des informations incomplètes ou inexactes peut constituer une stratégie de survie. Ouvrir une ligne de communication efficace et transparente avec un enfant peut nécessiter beaucoup de temps et d efforts tendant à créer la confiance chez lui. MATERIELS DE FORMATION POUR LE THEME 1 Transparent 1.1 : Points clés à retenir pour le Thème 1 Transparent 1.2 : La Convention relative aux droits de l enfant et la communication avec les enfants Exercice 1.1 : Articles de la Convention relative aux droits de l enfant qui sousentendent l'importance des aptitudes de communication Exercice 1.2 : Facteurs culturels liés à la communication avec les enfants Sommaire des points clés à retenir L application de plusieurs articles de la Convention relative aux droits de l enfant exige une communication efficace avec les enfants Exercices de fiches afin d'identifier les articles pertinents de la Convention relative aux droits de l enfant Permet aux participants d'identifier les questions culturelles liées à la communication avec les enfants SUGGESTIONS SUPPLEMENTAIRES POUR LA FORMATION Demander aux participants d'identifier les situations dans lesquelles ils sont tenus de communiquer directement avec les enfants et les adolescents. Quels problèmes particuliers découlent de la communication avec ces jeunes personnes? Page 8

9 Travailler avec les enfants Thème 2 Aptitudes clés POINTS CLES A RETENIR Le lieu physique de l entretien a une incidence significative sur l'efficacité de celui-ci. Il existe des aptitudes et des approches particulières qui facilitent la communication avec les enfants, bien qu'il existe quelques différences culturelles. Il existe également des aptitudes et des techniques spécifiques qui permettent aux enfants de s'exprimer. LIEU ET CADRE APPROPRIES Le choix d'un lieu approprié pour l entretien avec les enfants ou pour avoir une conversation informelle, peut avoir des conséquences importantes sur l'efficacité de la communication. Pour la plupart des jeunes, un espace calme avec des sièges confortables et appropriés sur le plan culturel peut être le choix idéal, tandis que pour d'autres, la meilleure occasion de communiquer pourrait consister à partir en promenade ou jouer ou travailler avec eux. L'intimité peut être importante, en particulier lorsque l entretien porte sur des informations personnelles ou potentiellement douloureuses. De même, certains enfants peuvent préférer être accompagnés d'un adulte ou un ami en qui ils ont confiance. Il peut être également important de conduire l entretien dans un cadre qui n'incite pas à la distraction en particulier si l'enfant a été exposé à un environnement incertain, à des changements et à l anxiété. Des sièges confortables permettront à l'enfant de se sentir à l'aise. Les normes en ce qui concerne la distance appropriée et la disposition des sièges y relative pour l'enfant et l'adulte varient selon les cultures : en général, s'asseoir au même niveau est souvent considéré comme approprié, toute barrière (tels que les bureaux, etc.) étant absente entre les deux personnes. ATTITUDE ET APPROCHE Communiquer efficacement avec les enfants nécessite une approche particulière et, bien que certaines techniques varieront d'une culture à l'autre, un objectif Page 9

10 essentiel consiste à favoriser la liberté d'expression des enfants. En général, les lignes directrices suivantes doivent être suivies : Les présentations sont importantes, dans la mesure où elles permettent à l'enfant de connaître la personne qui conduit l entretien, son rôle et le but de la rencontre avec lui. Il faudrait respecter la confidentialité : mais il est également important d'expliquer clairement pourquoi les informations sont recueillies, qui en prendra connaissance et comment elles seront utilisées. Il faudrait utiliser un langage simple facilement accessible à l'enfant. Si vous avez des doutes au sujet de la compréhension par l'enfant de quelque chose que vous avez dit, il peut être utile de demander à celui-ci de répéter ou de paraphraser ce qui a été dit. Une approche amicale, informelle et relaxe contribuera à mettre l'enfant à l'aise. Il est nécessaire d'accorder suffisamment de temps à l'enfant pour l'aider à se sentir à l'aise, pour développer la confiance mutuelle et lui permettre d'avoir le sentiment d'être pris au sérieux. Prévoir du temps pour jouer ensemble peut être utile pour nouer des relations, et il serait indiqué d engager la conversation sur des questions neutres (écoles, jeux etc.) avant de discuter de questions plus personnelles et pénibles. Il est important de tenir compte du temps de concentration limité des enfants : plusieurs rencontres plus courtes peuvent être plus efficaces que quelques rencontres plus longues. Il est essentiel d adopter une attitude neutre traduisant l'acceptation de l'enfant, quel que soit ce qu'il a fait. Il est important de lui faire comprendre que ses croyances, sentiments etc. sont respectés et de ne pas porter de jugement sur son comportement par exemple dans le cas des anciens enfants soldats. La prise de notes pendant l entretien pourrait distraire l'enfant et susciter des préoccupations et des incertitudes concernant la confidentialité. S'il s avère nécessaire de prendre des notes, il est important d'en expliquer les raisons à l'enfant et d'obtenir au préalable sa permission. Il est également important de terminer l entretien ou la conversation de façon convenable : donner à l'enfant l'occasion de poser des questions, dire quelque chose d'autre qu'il souhaiterait évoquer et résumer l'objet de l entretien ou ce qui a été convenu permet de lui donner le sentiment qu'il est pris au sérieux. Il est également souhaitable de terminer l entretien sur une note positive, en particulier lorsque l'enfant a eu à raconter des événements traumatisants. A la fin de l entretien, il est important de veiller à ce qu'un soutien de suivi soit disponible pour l'enfant, en particulier si des questions douloureuses et difficiles ont été abordées. Ces points sont résumés sous forme de Transparent 2.2 COMMUNICATION VERBALE ET NON VERBALE Les personnes communiquent avec des mots (communication verbale), ainsi qu avec une large gamme de gestes, de langage corporel, de tons de la voix, etc. Page 10

11 (communication non verbale). Il est important de souligner qu'il existe des différences significatives en ce qui concerne la manière dont les différentes cultures utilisent des modes de communication non verbaux tels que les gestes. Il est particulièrement important, lorsqu'on travaille avec les enfants, d'être sensible à ce qu'ils communiquent de façon non verbale, étant donné que ceci pourrait donner des indices importants sur ce qu'ils pensent ou ressentent réellement, en particulier lorsqu'il leur est difficile de traduire leurs idées par des mots. De même, les enfants peuvent être très sensibles au comportement non verbal des adultes. Par conséquent, il est important pour l'adulte de savoir ce qu'il pourrait transmettre à l'enfant. FAVORISER LA LIBRE EXPRESSION DE L'ENFANT Différentes techniques peuvent aider l'enfant à s'exprimer : Le ton calme de la voix peut rassurer l'enfant et traduire la compassion de l'adulte. Des gestes tels qu'opiner du bonnet (ou tout autre geste qui est approprié dans une culture donnée) peuvent encourager l'enfant à continuer de parler. Un degré approprié de contact visuel aide également l'enfant : une fois de plus, ceci varie selon les cultures. Ecouter attentivement et démontrer à l enfant que vous l avez entendu par exemple, en résumant ce qu'il a dit, en demandant des éclaircissements, etc., vous confirmez à l'enfant que vous l écoutez de façon active. Il est également important de témoigner du respect pour les sentiments de l'enfant par exemple, en reflétant les sentiments ("ceci a dû te rendre triste/te mettre en colère", etc.). Ceci aide à transmettre la compassion la capacité à s'identifier à la situation ou aux sentiments de l'enfant. Eviter d'interrompre l'enfant. Poser des questions ouvertes encouragera en général l'enfant à expliquer les choses à sa manière : par exemple, une question ouverte telle que "parle-moi de la vie dans ton village" peut susciter une réponse plus libre qu'une question fermée telle que "où habitais-tu?". Il est en général préférable d'éviter les questions conductrices par exemple, celles qui suggèrent une réponse à l'enfant telle que "tu aimes l'école, n'est-ce pas?". Ces points sont résumés sous forme de Transparent 2.3 MATERIELS DE FORMATION POUR LE THEME 2 Transparent 2.1 : Points clés à retenir pour le Thème 2 Transparent 2.2 : Attitude et approche de la communication efficace Transparent 2.3 : Favoriser la libre expression de l'enfant Sommaire des points clés à retenir Un cadre pour encourager les enfants à s'exprimer Enumère les techniques clés pour aider les enfants à exprimer leurs points de vue Page 11

12 Exercice 2.1 : Exercice de réflexion Exercice 2.2 : Entretien avec les enfants Aide les participants à identifier les qualités et attitudes nécessaires pour travailler avec les enfants Exercice de jeu de rôle qui permet aux participants de pratiquer les aptitudes d'entretien SUGGESTIONS SUPPLEMENTAIRES POUR LA FORMATION Le modérateur peut organiser un jeu de rôle semi-répété, un membre volontaire du groupe étant appelé à jouer le rôle d'un enfant : le but consiste pour le modérateur qui joue le rôle de la personne qui conduit l entretien, à démontrer les approches et les attitudes négatives, ce qui peut être aussi amusant qu'enrichissant Page 12

13 Travailler avec les enfants Thème 3 Identification et communication avec les enfants en détresse POINTS CLES A RETENIR Le comportement des enfants peut donner des indices importants sur les événements pénibles qu'ils ont vécus. Communiquer avec les enfants en détresse requiert des aptitudes particulières ; et certains professionnels auront besoin d une formation spécialisée dans ce domaine. Les difficultés à aider les enfants à communiquer pourraient trouver leurs causes dans les expériences de l'enfant : elles pourraient refléter également l'inaptitude de la personne qui conduit l entretien. Il faut prendre également des précautions extrêmes avant de proposer aux enfants en détresse une forme quelconque de thérapie psychologique ou de conseils : pour être appropriées, ces approches doivent être enracinées dans la culture de l'enfant. IDENTIFICATION DE L'AFFLICTION DES ENFANTS De nombreux enfants réfugiés ou déplacés ont vécu des expériences très pénibles ils ont été séparés des autres membres de leurs familles, témoins d événements effrayants, subi des sévices, été confrontés à un certain nombre de dangers, leur éducation a été perturbée, ils ont perdu des amis, ils ont des incertitudes concernant l'avenir, etc. Nombre des enfants avec lesquels le personnel des ONG ou du HCR doit avoir des entretiens auront vécu ce type d'expériences. Très souvent, la manière dont ils se comportent dans leur vie quotidienne révèle les signes de leur affliction. Ceux-ci peuvent comprendre les points suivants : le manque d'intérêt et d'énergie apathie ; l isolement par rapport aux adultes ou aux autres enfants ; le fait de s'accrocher de façon excessive à des personnes familières ; la tristesse prolongée ou l'anxiété généralisée ; la perte de l'appétit ; les perturbations du sommeil ; les maux de têtes et les autres maux somatiques ; le manque de concentration, l'agitation, les sautes d'humeur etc. ; Page 13

14 le comportement sexuel inapproprié pour l'âge ; l'agressivité ou le penchant destructeur ; les préoccupations au sujet de la violence, la souffrance ou la séparation à travers les jeux. Ces réactions varient d'un enfant à un autre et d'une culture à une autre. Ces points sont résumés sous forme de Transparent 3.2. Nombre des enfants avec lesquels le personnel du HCR ou des ONG doit avoir des entretiens auront vécu des expériences douloureuses : ces agents peuvent avoir besoin d'une formation spécialisée en matière de travail avec les enfants. Les sections suivantes constituent une introduction à certaines des considérations à prendre en compte lorsqu'on travaille avec les enfants en détresse. COMMENT COMMUNIQUER AVEC LES ENFANTS EN DETRESSE Les enfants en détresse peuvent éprouver des difficultés extrêmes à parler à d'autres personnes de ce qu'ils ont vécu. Certains ont vécu des expériences qui font qu'il leur est particulièrement difficile de faire confiance aux adultes, en particulier ceux qu'ils ne connaissent pas bien. Certains enfants ont peur d'être subjugués par leurs émotions s'ils les dévoilent à quelqu'un d'autre. Certains essaieront sans doute d'éviter les adultes. D'autres peuvent user de comportements particuliers pour "savoir" si les adultes réagiront de façon critique ou compatissante à leur égard. Certains enfants éprouvent de la culpabilité ou de la honte par exemple, ils peuvent se sentir responsables de ce qui est arrivé. Ces sentiments peuvent rendre doublement plus difficile le fait de parler de ce qui est arrivé. Dans de nombreuses sociétés, il est utile pour les enfants en détresse de parler de leurs expériences à des adultes qui les comprennent et les soutiennent et d'exprimer leurs sentiments sous des formes appropriées sur le plan culturel peut-être à travers des chants, la danse, le dessin ou les jeux. Lorsque d'autres personnes ont vécu des expériences affligeantes similaires, des activités de groupe peuvent constituer la manière la plus utile d'aider l'enfant. Dans certaines sociétés, les personnes sont encouragées à "oublier" les expériences douloureuses, mais certains enfants peuvent trouver ceci impossible et avoir besoin de se rappeler les expériences et d'en parler avant de pouvoir les "oublier" ou s'en accommoder. Dans les situations où il est nécessaire d'amener les enfants à parler des expériences douloureuses (par exemple, l'enfant séparé peut avoir besoin de parler de son expérience de la séparation afin de fournir des informations essentielles pour appuyer les efforts de recherche de sa famille) ou dans lesquelles un enfant exprime un besoin ou un désir de parler, les points suivants peuvent aider le personnel dans cette tâche difficile. 1. Permettre à l'enfant d'imprimer le rythme : il ne faudrait pas obliger les enfants à discuter ou à révéler les expériences. L'initiative doit toujours venir de l'enfant. Il faut permettre à celui-ci d'imprimer le rythme de l entretien et prendre note des signes non verbaux qui indiquent qu'il ne veut pas continuer. Il peut s avérer nécessaire d'interrompre l'entretien ou, s'il est important d'obtenir une information, de marquer une pause et d'y revenir. Page 14

15 2. Donner suffisamment de temps à l'enfant : ne vous attendez pas à ce qu'il/elle révèle toute l'histoire en une session : très souvent, il est préférable pour l'enfant de révéler une partie de ses souvenirs douloureux à la fois. Ne vous précipitez pas pour combler les moments de silence ceux-ci peuvent constituer des espaces importants pour une réflexion tranquille. 3. Apporter un soutien émotionnel et un encouragement à l'enfant, par tous les moyens appropriés selon la culture et le stade de développement de l'enfant. 4. Accepter les émotions de l'enfant, notamment la culpabilité et la colère, même s'il vous semble qu'il s'agit de réactions illogiques aux événements. Le fait de parler d'expériences douloureuses peut permettre à l'enfant de les voir sous un jour différent par exemple pour laisser échapper un sentiment de responsabilité pour ce qui est arrivé. Parler des événements qui ont amené l'enfant à être abandonné, par exemple, peut lui permettre de comprendre la situation à laquelle ses parents étaient confrontés et ceci peut l amener à libérer ses sentiments de colère et d'amertume. Il est souvent utile de faire comprendre à l'enfant que les sentiments qu'il éprouve sont tout à fait normaux et compréhensibles. 5. Ne jamais donner une fausse assurance : dire à un enfant séparé "nous allons retrouverons tes parents bientôt " suscite des attentes qui, si elles ne sont pas satisfaites, pourraient aggraver sa solitude et son manque de confiance dans les adultes. Aider l'enfant à faire face à la réalité de sa situation est presque toujours préférable que de l'éviter, pour autant que cela se fasse dans un climat de confiance et de soutien. 6. Parler des situations difficiles peut permettre aux enfants de trouver des solutions par eux-mêmes : ceci est particulièrement le cas avec les enfants plus âgés et les adolescents. Ecouter tout simplement l'exposé du problème de façon attentive et positive peut s'avérer extrêmement utile. Si les jeunes peuvent parvenir à des décisions par eux-mêmes, ceci est souvent plus satisfaisant que les conseils d'un adulte. Par exemple, il peut être plus utile pour un enfant séparé qui ne va pas à l'école de parler de sa situation et de discuter des avantages et des inconvénients de la scolarisation plutôt qu'un adulte qui lui conseille simplement d'aller à l'école. 7. Parfois, il est nécessaire de prévoir une régression c'est-à-dire un retour à un comportement typique des enfants plus jeunes : par exemple, les enfants ou les adolescents peuvent avoir besoin d'assistance personnelle, d'affection et de contact physique plus caractéristiques des enfants plus jeunes afin de surmonter les problèmes émotionnels auxquels ils son confrontés. Ces points sont résumés sous forme de Transparent 3.3. COMMENT REPONDRE A L'ENFANT QUI NE COMMUNIQUE PAS Lorsque les enfants en détresse continuent d'éprouver des difficultés à communiquer, il est important d'essayer d'identifier les raisons éventuelles qui sous-tendent cette situation le problème ne dépend-il peut-être pas de l'adulte? 1. L'adulte ne s'attend-il pas à ce que l'enfant se confie à lui avant d'établir une confiance mutuelle? Page 15

16 2. L'enfant a-t-il reçu des explications concernant le rôle de l'adulte et le but de l'entretien? 3. L'enfant comprend-il pleinement le langage utilisé? 4. L'adulte est-il mal à l'aise ou embarrassé par le silence ou les émotions de l'enfant, ou parle-t-il trop, ou répond-il d'une manière qui est perçue par l'enfant comme critique? 5. Les expériences de l'enfant rappellent-elles des souvenirs douloureux pour l'adulte, compte tenu des expériences auxquelles il est confronté lui-même? Si l'adulte est satisfait du fait que les raisons résident dans l'enfant et ses expériences, alors les points suivants pourraient contribuer à débloquer la communication. 1. Etre patient et prévoir du temps pour renforcer la confiance. Donner beaucoup de messages positifs dénotant de la chaleur et l'acceptation. 2. Utiliser les jeux, les activités, les dessins, l'écriture, les sorties etc. pour aider à développer la confiance et ouvrir des lignes de communication. 3. Eviter d'exercer des pressions sur l'enfant pour l amener à parler : continuer de communiquer, mais également continuer d'accepter les moments de silence. 4. Essayer d'avoir davantage d'informations sur l'enfant auprès des autres personnes qui le connaissent. QUAND EST-IL OPPORTUN DE RECHERCHER LES CONSEILS OU LA THERAPIE? Les enfants qui ont vécu des expériences douloureuses sont en général mieux assistés par les familles et les communautés. Les points suivants peuvent être particulièrement importants : assurer le soutien nécessaire à leurs propres familles (ou familles nourricières) ; rétablir une structure dans leurs vies quotidiennes (les jeux à l'école et avant l'école jouent un rôle primordial) et créer des opportunités pour les jeux et les loisirs ; assurer le soutien nécessaire aux autres adultes et enfants au sein de leurs communautés. Si les enfants continuent de présenter les signes d'affliction énumérés ci-dessus pendant de longues périodes, il se peut qu'ils aient besoin d'une assistance professionnelle spécialisée. Cependant, il faut être extrêmement prudent lorsqu'il s'agit de donner des conseils ou d'administrer une thérapie psychologique, à moins que ceux-ci ne soient enracinés dans la culture locale. La plupart des approches de conseils et de thérapie psychologique ont été élaborées en Occident et ne peuvent être facilement transposées dans des sociétés non occidentales. L'utilisation inappropriée de ces approches peut être non seulement inutile, mais potentiellement préjudiciable pour l'enfant. Par ailleurs, dans des sociétés telles que l'ex-yougoslavie qui sont familières avec les approches de conseils et de thérapie, celles-ci peuvent être appropriées bien qu'il puisse se poser des questions concernant l'abordabilité de ce traitement individuel. Le cas Page 16

17 de Dusan (Exercice 3.5) peut poser la question de l'adéquation du traitement psychologique. Si les conseils ou la thérapie sont jugés appropriés, ils devraient être entrepris dans un environnement stable où il existe peu de risques de perturbation et où le soutien et le suivi sont disponibles pour l'enfant. MATERIELS DE FORMATION POUR LE THEME 3 Transparent 3.1 : Points clés à retenir pour le Thème 3 Transparent 3.2 : Indicateurs de la détresse chez les enfants Transparent 3.3 : Comment communiquer avec les enfants en détresse Exercice 3.1 : Expériences personnelles de l'assistance Exercice 3.2 : Facteurs culturels relatifs à l'assistance aux enfants en détresse Exercice 3.3 : Communiquer avec Maria Exercice 3.4 : Faciliter la libre expression des enfants (1) Exercice 3.5 : Faciliter la libre expression des enfants (2) Exercice 3.6 : Faciliter la libre expression des enfants (3) Sommaire des points clés à retenir Dix signes qui peuvent révéler la détresse chez les enfants Principes directeurs concernant la meilleure façon de communiquer avec les enfants en détresse Identifie les réactions émotionnelles aux événements affligeants et les qualités et activités des personnes qui ont répondu de façon positive Identifie et traite des facteurs culturels qui ont un impact sur la communication avec les enfants en détresse Identifie les réactions chez les enfants en détresse et permet aux participants de pratiquer les aptitudes du travail avec eux Exercice vidéo visant à stimuler la discussion sur l'utilisation des activités traditionnelles comme moyen de communication Exercice d une étude de cas visant à stimuler la discussion sur la communication avec un enfant victime de traumatisme grave Exercice visant à discuter de l'utilisation des activités comme moyen de communication SUGGESTIONS SUPPLEMENTAIRES POUR LA FORMATION Demander aux participants d'identifier les problèmes et les préoccupations auxquels ils sont confrontés dans la communication avec les enfants en détresse et d'utiliser ceux-ci comme base de discussion. Compiler des études de cas fondées sur l'expérience personnelle des participants et les utiliser en guise d exercices de jeu de rôle. Page 17

18 Travailler avec les enfants Thème 4 Interventions psychosociales et considérations d'ordre culturel POINTS CLES A RETENIR Selon les contextes culturels, les personnes perçoivent, comprennent et appréhendent les événements et les expériences de différentes manières. Les croyances et les pratiques traditionnelles, les croyances religieuses et l'idéologie politique peuvent donner une certaine signification aux événements, contribuant ainsi à la guérison et au rétablissement. Les normes concernant la réponse aux événements douloureux tels que la perte et le décès et la prise en charge de ceux-ci varient selon les sociétés. Les compréhensions et les réponses aux événements douloureux sont vécues de façon plutôt collective qu'individuelle dans de nombreuses cultures. Les stratégies d'intervention doivent reposer sur les normes et pratiques traditionnelles et il faut éviter de les miner par inadvertance. Pour tout enfant, un aspect essentiel de la guérison d'expériences douloureuses consiste à comprendre et appréhender ces expériences, en acceptant et en "traitant" les sentiments qui y sont liés et en intégrant ces compréhensions dans la vision qu ils ont d'eux-mêmes et de leur monde. Les croyances religieuses et spirituelles peuvent constituer une source importante de significations et une forme d'expression essentielle des sentiments liés aux expériences traumatisantes. Les tradipraticiens peuvent jouer un rôle significatif en contribuant à donner à l'individu un sens à ses réactions aux événements et en l'aidant à y faire face. L'exécution de rituels prescrits sur le plan culturel peut être extrêmement importante par exemple pour les funérailles des personnes décédées ou pour la recherche du pardon. L'idéologie politique peut être également importante pour permettre aux personnes de comprendre et d'appréhender les événements : parfois, les personnes qui ont été directement impliquées dans le conflit font mieux face aux événements par rapport aux autres si leur engagement idéologique leur permet de comprendre la situation d une manière ou d une autre. INTERVENTION PSYCHOSOCIALE A partir des questions soulevées au Thème 3, le Thème 4 étudie les stratégies de Page 18

19 promotion du bien-être psychosocial des enfants réfugiés et des enfants déplacés. La Convention relative aux droits de l enfant met en exergue le droit de l'enfant à des mesures appropriées afin de promouvoir sa guérison psychologique et sa réintégration sociale suite à ses expériences des conflits armés (Article 39), mais les avis sont partagés en ce qui concerne les moyens les plus appropriés d'atteindre ce but. Ces dernières années ont été marquées par une croissance prodigieuse des programmes visant à favoriser le rétablissement des enfants suite aux événements et expériences traumatisants qu ils ont vécus : nombre d'entre eux ont appliqué aveuglément les approches occidentales individualistes des conseils et de la thérapie à des cultures auxquelles elles ne s appliquent pas directement. Il peut s en suivre non seulement un gaspillage des rares ressources disponibles, mais ceci peut être également préjudiciable pour les enfants. Le présent dossier de ressources recommande vivement les approches à base communautaire qui reconnaissent et mettent à profit les stratégies de lutte existantes au sein de la communauté, et visent à accroître la souplesse avec laquelle les enfants et leurs familles font face aux événements. La compréhension de la culture revêt une importance primordiale pour la planification des programmes : s ils ne prennent pas en compte et n apprécient pas ce qui existe déjà au sein de la culture, les programmes risquent de miner les pratiques et traditions existantes qui peuvent revêtir une importance capitale pour la facilitation du rétablissement des enfants. Le mot "traumatisme" fait l objet d une certaine confusion. Le dictionnaire Oxford Concise le définit comme la "situation morbide d'un individu, suite à une blessure ou à une violence extérieure", mais souvent, il est utilisé pour décrire un événement qui peut avoir des conséquences traumatisantes plutôt que l effet luimême. De nombreuses approches occidentales de la thérapie supposent que certains types d événements ont des conséquences universelles et prévisibles sur les gens, mais il est clair que les expériences effrayantes ou dangereuses n entraînent pas automatiquement une réaction humaine donnée, et que les facteurs découlant des caractéristiques individuelles, les facteurs culturels et les différences de milieu interfèrent entre l événement et la réponse de l individu. Les modérateurs sont encouragés à se pencher sur le Dossier de ressources de l ARC relatif au Développement de l enfant et de l adolescent, Thème 3 qui passe en revue les concepts de risque et de souplesse et qui est très pertinent pour le travail avec les enfants qui ont vécu des expériences traumatisantes. REPONSE AUX EVENEMENTS AFFLIGEANTS ET LEUR PRISE EN CHARGE Les manières traditionnelles de répondre aux événements difficiles de la vie tels que la mort et la perte varient d'une société à une autre, et il est essentiel de les comprendre si les interventions peuvent renforcer les moyens classiques de lutte plutôt que de les miner. Dans de nombreuses sociétés, par exemple, il ne serait pas respectueux, il serait même insultant pour un étranger de demander à quelqu un de parler d événements personnels ou douloureux : dans d autres, il serait très honteux pour les enfants de pleurer en public. De nombreuses sociétés ont des règles régissant l expression de l émotion : l expression directe de Page 19

20 l émotion est souvent déconseillée, tandis que les discussions ont tendance à porter sur les événements plutôt que sur les émotions qu ils entraînent. COMPREHENSION DES EVENEMENTS AFFLIGEANTS ET REPONSES Y AFFERANTES Dans de nombreuses sociétés traditionnelles, la socialisation des enfants met en exergue le respect en ce qui concerne l accomplissement des rôles et des tâches. Les enfants vivent davantage dans un contexte communautaire que dans des sociétés typiquement occidentales, et leur sens de l identité peut ne pas concerner tant leur personne individuelle et autonome, mais plutôt ce qui a été décrit comme "auto-ancré dans la communauté". Il a souvent été souligné que dans ces cultures collectivistes, les gens ont tendance à vivre les événements traumatisants non pas tellement au sens privé et individualiste du terme, mais de façon collective. Il n est pas surprenant de constater que de nombreux systèmes locaux de guérison mettent l accent sur le contexte communautaire et la dimension spirituelle. Katz et Wexler 1 définissent la guérison comme "un processus de transition vers une signification, un équilibre, un lien et une plénitude plus grands, tant au niveau de l individu qu entre les individus et leur environnement". De nombreux systèmes ethno-médicaux non occidentaux n établissent pas de distinction entre le corps, l esprit et le moi, tandis que les relations sociales sont comprises comme un élément clé qui contribue à la santé et au sentiment de bien-être. Il s ensuit que si les populations ont tendance à vivre les événements de façon collective, il y a de fortes chances qu elles utilisent les mécanismes pour lutter de façon collective. Au contraire, les approches occidentales individualisées de la "thérapie de la parole" visent à changer le comportement de l individu en ayant un aperçu de son moi intérieur. Cette approche repose sur une conception de la personne en tant qu individu distinct et indépendant qui est capable de s auto-transformer en dehors du contexte social une approche qui est étrangère à de nombreuses cultures. STRATEGIES D INTERVENTION La mise au point de stratégies visant à promouvoir le bien-être psychosocial des enfants et de la famille doit reposer sur une compréhension approfondie des normes, traditions et pratiques culturelles existantes. C est la raison pour laquelle, il ne peut y avoir de remède universel : au contraire, il faut élaborer une approche fondée sur les besoins communautaires. Le Thème 5 du présent Dossier de ressources étudie de façon approfondie certains principes et approches qui pourraient être utilisés pour la planification des programmes. MATERIELS DE FORMATION POUR LE THEME 4 Transparent 4.1 Points clés à retenir pour le Thème 4 Exercice 4.1 Importance de la compréhension socioculturelle Sommaire des points clés à retenir Aide les participants à identifier les informations socioculturelles nécessaires pour la planification des interventions psychosociales Page 20

Enquête de PSMT ENQUÊTE DE PSMT 1

Enquête de PSMT ENQUÊTE DE PSMT 1 Enquête de PSMT Qu est-ce que PSMT? Protégeons la santé mentale au travail est un ensemble exhaustif de ressources uniques, fondées sur des données probantes, qui ont été conçues dans le but d évaluer

Plus en détail

Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici».

Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici». 1. Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici». Près d un enfant sur cinq est victime de violence sexuelle, y compris d abus sexuels. Vous pouvez empêcher que cela arrive à votre enfant. Apprenez

Plus en détail

PRINCIPES DIRECTEURS PERMETTANT DE DÉTERMINER L ENDROIT OÙ DOIVENT ÊTRE CLASSÉS LES DOCUMENTS DE BREVET DANS LA CIB

PRINCIPES DIRECTEURS PERMETTANT DE DÉTERMINER L ENDROIT OÙ DOIVENT ÊTRE CLASSÉS LES DOCUMENTS DE BREVET DANS LA CIB PRINCIPES DIRECTEURS PERMETTANT DE DÉTERMINER L ENDROIT OÙ DOIVENT ÊTRE CLASSÉS LES DOCUMENTS DE BREVET DANS LA CIB adoptés par le Comité d experts de l Union de l IPC à sa quarante-deuxième session et

Plus en détail

FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY

FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY I- Le processus de risk management selon ISO 27001(2005), NSIT : 8000 (2002) et Frosdick (1997) : Ce processus inclut

Plus en détail

Ne vous découragez pas, le temps allège la tristesse.

Ne vous découragez pas, le temps allège la tristesse. La fin d'une relation amoureuse entraîne toute une gamme d'émotions chez les deux personnes concernées, et ce, indépendamment de qui a pris la décision d'y mettre fin. Cependant, le types d'émotions ressenties

Plus en détail

Quelques rappels de l ONU sur le droit des personnes handicapées

Quelques rappels de l ONU sur le droit des personnes handicapées Quelques rappels de l ONU sur le droit des personnes handicapées Cela commence avec la déclaration des droits du déficients mental ONU résolution 2856 (du 20 décembre 1971)dans laquelle est stipulée entre

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

POLITIQUE SUR LES RELATIONS DES PREMIÈRES NATIONS AVEC LES CONTRIBUABLES PARTIE I PRÉAMBULE

POLITIQUE SUR LES RELATIONS DES PREMIÈRES NATIONS AVEC LES CONTRIBUABLES PARTIE I PRÉAMBULE POLITIQUE SUR LES RELATIONS DES PREMIÈRES NATIONS AVEC LES CONTRIBUABLES PARTIE I PRÉAMBULE ATTENDU : A. que le paragraphe 83(1) de la Loi sur les Indiens reconnaît le pouvoir des Premières nations de

Plus en détail

Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones

Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones Avril 2011 Introduction Étape préalable à la demande Phases de l'évaluation environnementale et de l'examen des permis

Plus en détail

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT www.imnrennes.fr ÉPREUVE E1 - CULTURE GÉNÉRALE ET EXPRESSION Coefficient 3 L objectif visé est de vérifier l aptitude des candidats à communiquer avec efficacité

Plus en détail

LA GESTION DE L INQUIÉTUDE

LA GESTION DE L INQUIÉTUDE LA GESTION DE L INQUIÉTUDE RESSENTIE FACE À UNE ÉVALUATION Révision : 2008-09, NN GESTION DE L INQUIÉTUDE RESSENTIE FACE À UNE ÉVALUATION 1. EXPLICATION DE CETTE INQUIÉTUDE C est décidé, l officiel en

Plus en détail

de données >> Méthodologies qualitatives

de données >> Méthodologies qualitatives FR Collecte de données >> Méthodologies qualitatives 1 collecte de données >> méthodologies qualitatives page 13 1. L observation page 45 2. l entretien individuel page 73 3. le focus group page 107 4.

Plus en détail

Conceptualiser et concevoir un programme de formation

Conceptualiser et concevoir un programme de formation Conceptualiser et concevoir un programme de formation Les informations obtenues à partir de l évaluation des besoins de formation vous aideront à concevoir le programme de formation. Ce travail doit s

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION APERÇU La compétence de communication englobe l ensemble des aptitudes

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 PRINCIPES DE TRAVAIL POUR L ANALYSE DES RISQUES EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS DESTINÉS À ÊTRE APPLIQUÉS PAR LES GOUVERNEMENTS CAC/GL 62-2007 CHAMP D APPLICATION

Plus en détail

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Nom : Date : GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Compétence 1 : Bâtir et maintenir une image de soi positive Niveau trois : Développer des habiletés afin de maintenir une image de soi positive

Plus en détail

HARCÈLEMENT EN MILIEU DE TRAVAIL

HARCÈLEMENT EN MILIEU DE TRAVAIL HARCÈLEMENT EN MILIEU DE TRAVAIL SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES Numéro du document : 0903-07 Adoptée par la résolution : 60 0903 En date du : 2 septembre 2003 Modifiée par la résolution : En date du

Plus en détail

COMPRENDRE LES PROTOCOLES D ÉVALUATION VDMD

COMPRENDRE LES PROTOCOLES D ÉVALUATION VDMD COMPRENDRE LES PROTOCOLES D ÉVALUATION VDMD Aperçu Lancé en 2004 par l Association minière du Canada, le programme Vers le développement minier durable est un système de contrôle du rendement qui aide

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

CATALOGUE DE PRESTATIONS 2014

CATALOGUE DE PRESTATIONS 2014 CATALOGUE DE PRESTATIONS 2014 La Formation Professionnelle Management Relationnel Les Fondamentaux du Management Animation d équipe, Manager Coach Développer son assertivité Communiquer efficacement avec

Plus en détail

Ce que les parents devraient savoir

Ce que les parents devraient savoir Renvoi : Ce que les parents devraient savoir Un climat positif à l école et un milieu d apprentissage et d enseignement sécuritaire sont indispensables à la réussite scolaire des élèves. Un climat positif

Plus en détail

Aperçu et raison d être du programme d études

Aperçu et raison d être du programme d études Section I Section I - Aperçu et raison d être du programme Aperçu et raison d être du programme d études Contexte Le cours Carrière et vie 2231 s inspire, du point de vue conceptuel, philosophique et pratique,

Plus en détail

Plan d un Rapport de fin de projet

Plan d un Rapport de fin de projet Plan d un Rapport de fin de projet 1. COMMENT LE PROJET A ÉTÉ VÉCU DANS SON SUIVI 1.1. RÉALISATION DES OBJECTIFS Cette partie du document décrit la façon dont les objectifs du projet spécifiés dans le

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

2.07 L intervention en situation de crise : un modèle de structure et d organisation.

2.07 L intervention en situation de crise : un modèle de structure et d organisation. 2.07 L intervention en situation de crise : un modèle de structure et d organisation. 2e Congrès biennal du C.Q.J.D.C. Présenté par Sylvain Bernier, Commission scolaire des Bleuets, St-Félicien; Louis

Plus en détail

L enseignement des habiletés sociales 5

L enseignement des habiletés sociales 5 L enseignement des habiletés sociales 5 «la profession même d enseignant nous amène à tenter de former non seulement de bons apprenants, mais de bonnes personnes.» [Traduction] Alfie Kohn. «Caring Kids:

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE

CHARTE DE L AUDIT INTERNE CHARTE DE L AUDIT INTERNE Septembre 2009 Introduction La présente charte définit la mission et le rôle de l audit interne de l Institut National du Cancer (INCa) ainsi que les modalités de sa gouvernance.

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE OMPI SCT/S2/4 ORIGINAL : anglais DATE : 29 mars 2002 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITE PERMANENT DU DROIT DES MARQUES, DES DESSINS ET MODELES INDUSTRIELS ET DES INDICATIONS

Plus en détail

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005.

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POLITIQUE D ÉVALUATION DU PERSONNEL ENSEIGNANT À LA FORMATION

Plus en détail

41/128 Déclaration sur le droit au développement

41/128 Déclaration sur le droit au développement 41/128 Déclaration sur le droit au développement L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de la Charte des Nations Unies relatifs à la réalisation de la coopération internationale en

Plus en détail

LA PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX

LA PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX LA PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX Présentation des différents RPS et de leurs mécanismes La prévention collective des RPS: étapes, objectifs, ressources Sur le plan physique Migraines, maux d'estomac,

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

Carnet «B» Le transfert de la direction à un gestionnaire professionnel

Carnet «B» Le transfert de la direction à un gestionnaire professionnel Le transfert de la direction Quand l'entreprise demeure familiale Carnet «B» Le transfert de la direction à un gestionnaire professionnel Contexte du présent carnet Le PDG de la PME devra un jour laisser

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit J ai droit, tu as droit, il/elle a droit Une introduction aux droits de l enfant Toutes les personnes ont des droits. Fille ou garçon de moins de 18 ans, tu possèdes, en plus, certains droits spécifiques.

Plus en détail

Évaluation du Plan stratégique de développement

Évaluation du Plan stratégique de développement C.A. 08.11.26.10 Évaluation du Plan stratégique de développement Devis d évaluation Document soumis au comité d évaluation lors de la deuxième rencontre le 7 novembre 2008 Table des matières 1. Introduction...2

Plus en détail

Soins buccodentaires chez les enfants ayant une déficience physique et/ou mentale

Soins buccodentaires chez les enfants ayant une déficience physique et/ou mentale Soins buccodentaires chez les enfants ayant une déficience physique et/ou mentale Les enfants ayant une déficience physique et/ou mentale ont souvent un triste état de santé buccodentaire.. Selon certains

Plus en détail

LE SERVICE À LA CLIENTÈLE

LE SERVICE À LA CLIENTÈLE Niveau 1 2 2.2 L enseignement du ski est une question de relations humaines. Pour les clients, une expérience mémorable à la montagne repose d abord sur la relation qu ils établiront avec leur moniteur,

Plus en détail

Vue d ensemble des résultats et résumé du plan d action

Vue d ensemble des résultats et résumé du plan d action Ministère de l Éducation et du Développement de la petite enfance Comité provincial d examen des bulletins scolaires Vue d ensemble des résultats et résumé du plan d action Aout 2014 Vue d ensemble des

Plus en détail

Êtes-vous prêt à vivre votre retraite autrement?

Êtes-vous prêt à vivre votre retraite autrement? Êtes-vous prêt à vivre votre retraite autrement? Portefeuilles de retraite TD La nouvelle réalité de la retraite Le paysage de la retraite a changé, et les marchés aussi. Êtes-vous préparé? Si vous êtes

Plus en détail

PROGRAMME DU CIO DE SUIVI DE CARRIÈRE DES ATHLÈTES Veuillez remplir le questionnaire ci-après et le renvoyer à ioc.acp@olympic.org

PROGRAMME DU CIO DE SUIVI DE CARRIÈRE DES ATHLÈTES Veuillez remplir le questionnaire ci-après et le renvoyer à ioc.acp@olympic.org Veuillez remplir le questionnaire ci-après et le renvoyer à ioc.acp@olympic.org Veuillez répondre aux questions de manière spontanée. Vos réponses nous permettront d établir les meilleures pratiques pour

Plus en détail

Un seul droit de la famille pour toutes les femmes.

Un seul droit de la famille pour toutes les femmes. 1 Règlement extrajudiciaire des différends et droit de la famille FR 001 LE DROIT DE LA FAMILLE ET LES FEMMES EN ONTARIO Un seul droit de la famille pour toutes les femmes. Renseignez-vous sur vos droits.

Plus en détail

Déclaration sur le droit au développement

Déclaration sur le droit au développement Déclaration sur le droit au développement Adoptée par l'assemblée générale des Nations Unies dans sa résolution 41/128 du 4 décembre 1986 L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de

Plus en détail

Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité. Ébauche septembre 2004

Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité. Ébauche septembre 2004 Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité Ébauche septembre 2004 Le présent guide a été conçu dans le but d aider les petits exploitants du domaine de l aviation

Plus en détail

CIGEPS. Session plénière Siège de l UNESCO, Paris, 7-8 juin 2011

CIGEPS. Session plénière Siège de l UNESCO, Paris, 7-8 juin 2011 CIGEPS Session plénière Siège de l UNESCO, Paris, 7-8 juin 2011 Distribution limitée CIGEPS/2011/Doc.6 23 mai 2011 Original anglais Point 9 de l ordre du jour provisoire Énoncé international de position

Plus en détail

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques NATIONS UNIES BES IPBES/3/L.8 Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques Distr. : limitée 17 janvier 2015 Français Original : anglais Plénière

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

De Jean-François Dauphin Département de l élaboration et de l examen des politiques

De Jean-François Dauphin Département de l élaboration et de l examen des politiques Bulletin du FMI SURVEILLANCE DES TAUX DE CHANGE Le FMI précise comment il surveillera les politiques économiques De Jean-François Dauphin Département de l élaboration et de l examen des politiques Le 12

Plus en détail

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE 1 GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème DOMAINES: FONDEMENTS COMPÉTENCE 1: Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE-14 PRÉSIDENT DE L ÉQUIPE D ÉVALUATION PAR LES PAIRS CONSEILS ET RESPONSABILITÉS

LIGNE DIRECTRICE-14 PRÉSIDENT DE L ÉQUIPE D ÉVALUATION PAR LES PAIRS CONSEILS ET RESPONSABILITÉS LIGNE DIRECTRICE-14 PRÉSIDENT DE L ÉQUIPE D ÉVALUATION PAR LES PAIRS CONSEILS ET RESPONSABILITÉS Préambule L équipe d évaluation par les pairs (EEP) exécute l évaluation sur place aux fins de l agrément

Plus en détail

NORMES ET LIGNES DIRECTRICES TITRE : ÉTAPE :

NORMES ET LIGNES DIRECTRICES TITRE : ÉTAPE : College of Homeopaths of Ontario 163 Queen Street East, 4 th Floor, Toronto, Ontario, M5A 1S1 TEL 416-862-4780 OR 1-844-862-4780 FAX 416-874-4077 www.collegeofhomeopaths.on.ca TITRE : ÉTAPE : NORMES ET

Plus en détail

CHAPITRE 7 Réunions du conseil et de ses comités

CHAPITRE 7 Réunions du conseil et de ses comités Une gouvernance efficace : guide à l intention des conseils scolaires, de leurs membres, des directions de l éducation et des communautés CHAPITRE 7 Réunions du conseil et de ses comités 70 (Sauf indication

Plus en détail

Direction des services communautaires d apprentissage pour adultes. Programme de contrôle de la qualité: Outil d auto-évaluation de la qualité

Direction des services communautaires d apprentissage pour adultes. Programme de contrôle de la qualité: Outil d auto-évaluation de la qualité Direction des services communautaires d apprentissage pour adultes Programme de contrôle de la qualité: Outil d auto-évaluation de la qualité Direction des services communautaires d apprentissage pour

Plus en détail

Paiements de transfert Chapitre SP 3410. Avril 2011. Bases des conclusions CCSP

Paiements de transfert Chapitre SP 3410. Avril 2011. Bases des conclusions CCSP Paiements de transfert Chapitre SP 3410 Avril 2011 CCSP AVANT-PROPOS La lettre de mise à jour n o 33 du Manuel de comptabilité de l ICCA pour le secteur public, publiée en mars 2011, comprenait le chapitre

Plus en détail

FINANCE CRITÈRES D ÉVALUATION (Les critères d évaluation doivent être pris en compte de pair avec le Cadre de surveillance du BSIF)

FINANCE CRITÈRES D ÉVALUATION (Les critères d évaluation doivent être pris en compte de pair avec le Cadre de surveillance du BSIF) RÔLE DE LA FONCTION Finance est une fonction autonome qui rend compte avec exactitude et en temps utile du rendement des unités opérationnelles (y compris les secteurs d activité) de l institution financière

Plus en détail

Enquête menée par le Cnesco Redoublement : qu en pensent les collégiens et les lycéens?

Enquête menée par le Cnesco Redoublement : qu en pensent les collégiens et les lycéens? 26 janvier 2015 Enquête menée par le Cnesco Redoublement : qu en pensent les collégiens et les lycéens? La parole des élèves est peu analysée dans la recherche. C'est pourquoi le Cnesco a décidé de mener

Plus en détail

Le plan d intervention au service de la réussite de l élève. Cadre de référence pour l établissement des plans d intervention

Le plan d intervention au service de la réussite de l élève. Cadre de référence pour l établissement des plans d intervention Le plan d intervention au service de la réussite de l élève Cadre de référence pour l établissement des plans d intervention Objectif de la présentation Présenter les orientations ministérielles qui sous-tendent

Plus en détail

Pourquoi se faire superviser?

Pourquoi se faire superviser? Pourquoi se faire superviser? La supervision a pour but de fournir l'encadrement professionnel nécessaire pour parvenir, avec l'aide d'un professionnel expérimenté, à la maîtrise de l'intervention pratique

Plus en détail

Ce sondage est un outil qui cherche à inciter une réflexion individuelle ou de groupe à propos des priorités futures du RLISS de Mississauga Halton.

Ce sondage est un outil qui cherche à inciter une réflexion individuelle ou de groupe à propos des priorités futures du RLISS de Mississauga Halton. INTRODUCTION Le RLISS de Mississauga Halton s engage à recevoir l opinion de ses résidents. Vos commentaires seront utilisés par le RLISS de Mississauga Halton pour mettre à jour le plan d intégration

Plus en détail

LES FICHES OUTILS DE L ANIMATION

LES FICHES OUTILS DE L ANIMATION LES FICHES OUTILS DE L ANIMATION Page 1 sur 16 FICHE 1 LES TECHNIQUES D ANIMATION DE GROUPE FICHE 2 LES DIFFERENTES OPERATIONS MENTALES FICHE 3 LES VERBES D ACTION FICHE 4 LES METHODES DE RESOLUTIONS DE

Plus en détail

Un guide «Comment faire» pour organiser un panel de chefs religieux

Un guide «Comment faire» pour organiser un panel de chefs religieux Un guide «Comment faire» pour organiser un panel de chefs religieux Pourquoi organiser un panel de chefs religieux? Dans leur enseignement de cours de premier cycle sur la sociologie de la religion à l'université

Plus en détail

LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES

LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES VOTRE SANTÉ NOUS TIENT À COEUR La Commission scolaire de la Capitale tient à assurer, à l ensemble de son personnel, un environnement de travail qui respecte la santé,

Plus en détail

ENTRETIEN PRENATAL. Du dépistage à l accompagnement. F. BERNADBEROY PRIDO Sage-femme. Colloque violences faites aux femmes. Toulouse, 22 janvier 2015

ENTRETIEN PRENATAL. Du dépistage à l accompagnement. F. BERNADBEROY PRIDO Sage-femme. Colloque violences faites aux femmes. Toulouse, 22 janvier 2015 ENTRETIEN PRENATAL Du dépistage à l accompagnement Colloque violences faites aux femmes Toulouse, 22 janvier 2015 F. BERNADBEROY PRIDO Sage-femme 1) La grossesse, un moment clé 2) L entretien précoce 3)

Plus en détail

Les enfants malentendants ont besoin d aide très tôt

Les enfants malentendants ont besoin d aide très tôt 13 CHAPITRE 2 Les enfants malentendants ont besoin d aide très tôt Pendant les premières années de leur vie, tous les enfants, y compris les enfants malentendants, apprennent rapidement et facilement les

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE

Plus en détail

Directives professionnelles Association Internationale des Praticiens de la Méthode Grinberg (IAGMP) Traduit de l'anglais

Directives professionnelles Association Internationale des Praticiens de la Méthode Grinberg (IAGMP) Traduit de l'anglais Directives professionnelles Association Internationale des Praticiens de la Méthode Grinberg (IAGMP) Traduit de l'anglais Introduction Ce document est un complément au Code d Éthique et de Conduite Professionnelle

Plus en détail

Quelques conseils pour le choix des indicateurs

Quelques conseils pour le choix des indicateurs IDENTIFIER LES INDICATEURS ET LES CIBLES Pourquoi se doter d indicateurs de suivi Étant donné l aspect dynamique du contexte dans lequel s inscrit votre projet, il est important de mesurer de façon continue

Plus en détail

Renseignements pour les Manitobains handicapés Avertissement légal

Renseignements pour les Manitobains handicapés Avertissement légal Renseignements pour les Manitobains handicapés Avertissement légal Les renseignements contenus dans le présent document sont fournis uniquement à titre d information. Bien que le gouvernement du Manitoba

Plus en détail

KIT BÉNÉVOLES COMMENT GÉRER LES RELATIONS AVEC LA PRESSE. l association qui lutte contre la leucémie. www.laurettefugain.org

KIT BÉNÉVOLES COMMENT GÉRER LES RELATIONS AVEC LA PRESSE. l association qui lutte contre la leucémie. www.laurettefugain.org l association qui lutte contre la leucémie COMMENT GÉRER LES RELATIONS AVEC LA PRESSE KIT BÉNÉVOLES soutenir mobiliser aider la recherche médicale sur les leucémies et les maladies du sang autour des Dons

Plus en détail

Programmes inter-entreprises

Programmes inter-entreprises Brochure interactive Programmes inter-entreprises France, 2014-2015 Pour plus d informations sur les lieux, dates et prix de nos training, veuillez consulter www.krauthammer.fr (rubrique Programmes inter-entreprises

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

Conf. 12.8 (Rev. CoP13) *

Conf. 12.8 (Rev. CoP13) * Conf. 12.8 (Rev. CoP13) * Etude du commerce important de spécimens d'espèces inscrites à l'annexe II RAPPELANT que l'article IV, paragraphe 2 a), de la Convention, stipule comme condition pour la délivrance

Plus en détail

Nouer des relations saines : Apprendre à écouter

Nouer des relations saines : Apprendre à écouter Nouer des relations saines : Apprendre à écouter Résultats d apprentissage du programme Santé et préparation pour la vie, Alberta Education Les élèves vont : R 7.5 examiner les caractéristiques inhérentes

Plus en détail

Association canadienne pour la santé mentale SECTION D OTTAWA

Association canadienne pour la santé mentale SECTION D OTTAWA DESCRIPTION DU POSTE D INTERVENANT-PIVOT Association canadienne pour la santé mentale SECTION D OTTAWA Titre : Intervenant-pivotRelève du : Gestionnaire du programme Programme : Services de soutien communautaireapprouvé

Plus en détail

Guide de production des notes pédagogiques mai 2011, septembre 2014

Guide de production des notes pédagogiques mai 2011, septembre 2014 Centre de cas 7 99 2011 001 Guide de production des notes pédagogiques mai 2011, septembre 2014 Document produit par la professeure Anne MESNY, marginalement révisé par la professeure Alix MANDRON 1 En

Plus en détail

Proposition préliminaire 1 Les modalités de travail de l Equipe multi-partenariale pour la grande orientation C8

Proposition préliminaire 1 Les modalités de travail de l Equipe multi-partenariale pour la grande orientation C8 Préparé par le Secrétariat de l UNESCO Réunion de consultation sur la Grande orientation C8, SMSI, 12 mai, Genève, Suisse Proposition préliminaire 1 Les modalités de travail de l Equipe multi-partenariale

Plus en détail

Canevas concernant la formation individualisée encadrée

Canevas concernant la formation individualisée encadrée Canevas concernant la A Description générale La formation individualisée se déroule en deux temps dans le même groupe. Une période d observation (3 séances) est suivie d une période de co-animation (6

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements Société canadienne de la sclérose en plaques Juin 2009 Table des matières Contexte... 3 1.0 Mission de la Société canadienne de la sclérose en

Plus en détail

ecrutement es bénévoles

ecrutement es bénévoles ecrutement es bénévoles Objectifs de l atelier Échanger sur les principaux constats de l étude en lien principalement avec les difficultés reliées au recrutement et la rétention des bénévoles. Réagir aux

Plus en détail

La gestion du travail pour optimiser la radioprotection professionnelle

La gestion du travail pour optimiser la radioprotection professionnelle La gestion du travail pour optimiser la radioprotection professionnelle par B. Ahier* La radioexposition professionnelle dans le parc mondial de centrales nucléaires n a cessé de diminuer depuis le début

Plus en détail

Politique : RH-B1 TITRE : Bénévoles. Adopté : 17 avril 2007. CATÉGORIE : Ressources humaines. Dernière révision : 25 janvier 2013

Politique : RH-B1 TITRE : Bénévoles. Adopté : 17 avril 2007. CATÉGORIE : Ressources humaines. Dernière révision : 25 janvier 2013 Politique : RH-B1 TITRE : Bénévoles CATÉGORIE : Ressources humaines SURVEILLANCE : juin 2014 Adopté : 17 avril 2007 Dernière révision : 25 janvier 2013 Révisée le : 20 septembre 2013 Le Centre de santé

Plus en détail

Sondage sur les bulletins scolaires de la province Résumé des résultats

Sondage sur les bulletins scolaires de la province Résumé des résultats Sondage sur les bulletins scolaires de la province Résumé des résultats Présenté à la ministre de l Éducation et du Développement de la petite enfance par le Comité d examen des bulletins scolaires de

Plus en détail

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES Article 19 de la Constitution de l Organisation internationale

Plus en détail

Résultats des travaux du groupe d'experts institué en vertu du plan de travail de l'union européenne en faveur de la jeunesse pour 2014-2015 Résumé

Résultats des travaux du groupe d'experts institué en vertu du plan de travail de l'union européenne en faveur de la jeunesse pour 2014-2015 Résumé Contribution du travail socio-éducatif auprès des jeunes pour les aider à faire face aux défis auxquels ils sont confrontés, en particulier le passage du système éducatif au monde du travail Résultats

Plus en détail

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e). Grille d évaluation Identification de l employé(e) Nom : Prénom : Fonction : Date de l évaluation Objectifs de l évaluation 1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

Plus en détail

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 J ai le goût de partager avec vous mes expériences de vie qui en 2003 ont créé un précédent incontestable lors de la parution de mon livre : Changez votre

Plus en détail

Opération Vigilance. Directives générales aux parents d enfants âgés de 6 à 12 ans

Opération Vigilance. Directives générales aux parents d enfants âgés de 6 à 12 ans Opération Vigilance Directives générales aux parents d enfants âgés de 6 à 12 ans Certains parents hésitent à parler de sécurité personnelle avec leur enfant par crainte de l effrayer ou d affecter sa

Plus en détail

FICHE RESSOURCE N 3 GUIDE D ENTRETIEN

FICHE RESSOURCE N 3 GUIDE D ENTRETIEN Cette fiche vous propose une base de guide d entretien illustrée par des exemples pour comprendre le travail de salariés afin d effectuer l étape 2a : repérer des situations-problème. Avant d utiliser

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

Comprendre la phobie sociale. Vous (ou l un de vos proches) souffrez de phobie sociale.

Comprendre la phobie sociale. Vous (ou l un de vos proches) souffrez de phobie sociale. Comprendre la phobie sociale Vous (ou l un de vos proches) souffrez de phobie sociale. La phobie sociale est une maladie psychologique de mieux en mieux connue des médecins et des chercheurs, et pour laquelle

Plus en détail

Principes de management de la qualité

Principes de management de la qualité Principes de management de la qualité Hassen Ammar, consultant formateur en management PLUS CONSEIL: www.plusconseil.net PLUS CONSEIL ISO 9000 Les 8 huit principes de management Principe 1 Orientation

Plus en détail

- - - + + + Exemples. 1 J ai des convictions fermes que je ne modifie qu après mûre réflexion Confiance en soi/ identité

- - - + + + Exemples. 1 J ai des convictions fermes que je ne modifie qu après mûre réflexion Confiance en soi/ identité Documentation C Autoévaluation des compétences sociales et personnelles Vous avez rempli le justificatif des prestations fournies pour l année relatif à votre travail concernant la prise en charge de votre

Plus en détail

SOCIÉTÉ DE TRANSPORT DE LAVAL

SOCIÉTÉ DE TRANSPORT DE LAVAL Page: 1 de: 5 1. PRÉAMBULE La présente politique s'inspire des articles 10 et 10.1 de la Charte des droits et libertés de la personne qui interdit toute forme de harcèlement, tant social que sexuel. Elle

Plus en détail

TABLE RONDE DU 21/11/2001

TABLE RONDE DU 21/11/2001 TABLE RONDE DU 21/11/2001 Devenir parents est une aventure qui se construit au quotidien avec ses enfants. Dans notre société, les modifications récentes de la structure familiale comme les familles monoparentales

Plus en détail

A1 Parler avec quelqu un Je peux dire qui je suis, où je suis né(e), où j habite et demander le même type d informations à quelqu un. Je peux dire ce que je fais, comment je vais et demander à quelqu un

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE AU PROGRAMME D AIDE AU PERSONNEL

POLITIQUE RELATIVE AU PROGRAMME D AIDE AU PERSONNEL POLITIQUE RELATIVE AU PROGRAMME D AIDE AU PERSONNEL (RH-P-02) ADOPTION : CC 9610-1200 MISE EN VIGUEUR : 1 er octobre 1996 AMENDEMENT : Septembre 2000 1. ÉNONCÉ Le présent programme s'inscrit dans les orientations

Plus en détail

Les domaines, les résultats d apprentissage et les indicateurs de réalisation

Les domaines, les résultats d apprentissage et les indicateurs de réalisation Les domaines, les résultats d apprentissage et les indicateurs de réalisation Les éléments du Cadre FL2 (M-8) sont formulés en termes de résultats d apprentissage généraux, de résultats d apprentissage

Plus en détail