NOTE DE LA DELEGATION FRANÇAISE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "NOTE DE LA DELEGATION FRANÇAISE"

Transcription

1 Août 2010 NOTE DE LA DELEGATION FRANÇAISE OBJET : Note de la délégation française en réponse à la consultation de la Commission portant sur les droits de l'enfant 3. Quels sont les obstacles et les problèmes principaux auxquels les enfants doivent faire face concernant les systèmes de justice (droit civil, droit pénal, droit administratif, etc.)? En particulier, quels défis et problèmes les enfants rencontrent-ils lorsqu ils sont impliqués, en tant que victimes ou défendeurs, dans une procédure judiciaire, qu il s agisse d une affaire civile, d une affaire se rapportant à des questions liées à l immigration et à l asile, ou d une affaire pénale? Le principal "obstacle" pour les enfants qui peut cependant être considéré comme une protection, puisqu'un adulte, à même de maîtriser les règles de procédures, interviendra - est qu'en leur qualité de mineur, ils ne peuvent saisir directement les juridictions. Ils doivent donc être représentés par leur représentant légal, titulaire de l'autorité parentale ou tuteur. La loi française prévoit en cas d'opposition entre l'enfant et ses administrateurs légaux le recours à un administrateur ad hoc personne désignée par le juge sur une liste établie par la Cour d'appel - chargé de le représenter dans toute procédure qu'elle soit civile ou pénale. Ce mécanisme de représentation offre une possibilité d'intervention souple et permet de répondre aux situations dans lesquelles les intérêts d'un mineur ne seraient pas défendus par ses représentants naturels, en raison d'une opposition d'intérêts ou d'une défaillance de leur part. 4. Quelles initiatives concrètes proposeriez-vous afin d adapter les systèmes de justice aux enfants? Pensez-vous que l UE est en mesure de contribuer à ces initiatives et, le cas échéant, de quelle manière? Comment l UE peut-elle contribuer à garantir que les droits de l enfant, notamment le respect de l intérêt supérieur de l enfant, soient efficacement respectés dans les décisions judiciaires qui les affectent? Prévoir le droit pour l'enfant d'être entendu dans les procédures le concernant en étant assisté par un avocat. La France a pris un décret en ce sens au cours de l'année Avez-vous connaissance de bonnes pratiques, d initiatives, de programmes (y compris de programmes de formation) ou d outils qui contribuent à la prise en compte des droits, des intérêts et des besoins spécifiques des enfants dans les systèmes judiciaires? Avez-vous connaissance d initiatives transfrontalières dans ce domaine (participation à des projets communs, coopération avec des organisations dans d autres États membres, échanges de bonnes pratiques, par exemple)? L'article du Code civil français dispose que dans toute procédure le concernant, le mineur capable de discernement peut, sans préjudice des dispositions prévoyant son intervention ou son consentement, être entendu par le juge ou, lorsque son intérêt le commande, par la personne désignée par le juge à cet effet. Cette audition est de droit

2 lorsque le mineur en fait la demande. Lorsque le mineur refuse d'être entendu, le juge apprécie le bien-fondé de ce refus. Il peut être entendu seul, avec un avocat ou une personne de son choix. Si ce choix n'apparaît pas conforme à l'intérêt du mineur, le juge peut procéder à la désignation d'une autre personne. L'audition du mineur ne lui confère pas la qualité de partie à la procédure. Le juge s'assure que le mineur a été informé de son droit à être entendu et à être assisté par un avocat. Pour tenir compte de la spécificité des enfants, certains barreaux ont développé des pôles spécialisés «mineurs» réunissant les avocats sensibilisés aux questions de l'enfance pour assister les enfants dans les procédures les concernant. Les mineurs peuvent bénéficier de l'aide juridictionnelle. Le décret n du 10 avril 2009 relatif à la communication de pièces entre le juge aux affaires familiales, le juge des enfants et le juge des tutelles en organisant le dispositif de circulation de l information entre ces différents juges susceptibles de connaître de la situation d'un même mineur permet une meilleure articulation entre les décisions, afin d éviter tout risque de contradiction entre les jugements, voire d absence de décision. 9. D après votre expérience, comment la médiation familiale prend-elle en compte l intérêt supérieur de l enfant? Selon vous, quels types d initiatives l Union devrait-elle prendre pour encourager le recours à la médiation familiale entre les États membres? La médiation familiale permet d aborder les problèmes liés à un conflit familial et de prendre en compte de manière très concrète les besoins de chacun, notamment ceux des enfants, avec un tiers qualifié et impartial. Le rôle du médiateur familial est de rétablir la communication et de recréer un climat de confiance propice à la recherche d accords entre les personnes. Le temps de la médiation permet d'aborder l'ensemble des questions relatives à l'enfant, y compris les aspects très pratiques qui ne sont pas réglementés dans une décision de justice. 10. L Union envisage de se pencher sur les problèmes que les citoyens de l UE rencontrent dans d autres États membres en ce qui concerne leur état civil (concernant la naissance, le nom, la filiation, l adoption, etc.). Lorsque les citoyens sont amenés à faire usage de tels documents dans un autre État membre, ils se heurtent souvent à de longues et coûteuses procédures pour faire traduire ou authentifier le document en question. D après vous, de quelle manière cette situation peut-elle être améliorée? La Commission Internationale de l'etat Civil (CIEC), organisation internationale basée à Strasbourg, aux travaux de laquelle participent de nombreux Etats membres de l'ue, en tant que membres (Allemagne, Belgique, Espagne, France, Grèce, Hongrie, Italie, Luxembourg, Pays-Bas, Pologne, Portugal, Royaume-Uni) ou en tant qu'observateurs (Chypre, Lituanie, Roumanie, Slovénie, Suède), élabore depuis une cinquantaine d'années des conventions multilatérales visant à faciliter la reconnaissance mutuelle des actes de l'état civil et, par voie de conséquence, les démarches des usagers en ce domaine. Ainsi, la convention n 2 relative à la délivrance gratuite et à la dispense de légalisation des expéditions d'actes de l'état civil, signée le 26 septembre 1957 à Luxembourg, et la convention n 17 portant dispense de légalisation pour certains actes et documents,

3 signée à Athènes le 15 septembre 1977, répondent clairement à ce souci de simplification et d accélération des procédures. De même, la convention CIEC n 16 relative à la délivrance d'extraits plurilingues d'actes de l'état civil, signée le 8 septembre 1961 à Vienne, permet de résoudre les difficultés liées à la traduction et à l'authentification et la convention n 26 relative à l'échange international d'informations relatives à l'état civil signée le 12 septembre 1997 à Neufchâtel facilite les relations transfrontalières entre officiers de l'état civil. Une utilisation plus étendue des outils internationaux existant, et notamment de ces extraits plurilingues, serait susceptible d'améliorer de façon significative et concrète la situation. 11. À long terme, la reconnaissance mutuelle des effets des actes d état civil pourrait être abordée. Cela signifierait, par exemple, qu un lien de parenté parent-enfant, qu il soit défini en fonction de la naissance ou suite à une adoption, légal et valable dans un État membre le serait également dans un autre État membre. Pensez-vous que l Union devrait prendre des mesures en ce sens? La Commission Internationale de l'etat Civil a d'ores et déjà élaboré plusieurs conventions portant directement sur la reconnaissance mutuelle : il en va ainsi de la convention n 11 relative à la reconnaissance des décisions relatives au lien conjugal signée le 8 septembre 1967 à Luxembourg, de la convention n 24 relative à la reconnaissance et à la délivrance des livrets de famille signée le 5 septembre 1990 à Madrid, de la convention n 29 relative à la reconnaissance des décisions constatant changement de sexe signée le 12 septembre 2000 à Vienne, de la convention n 31 relative à la reconnaissance des noms signée le 16 septembre 2005 à Antalya, ou encore de la convention n 32 relative à la reconnaissance des partenariats enregistrés signée le 5 septembre 2007 à Munich. Si la plupart des pays de l'ue sont membres ou observateurs de la CIEC, force est de constater que l'état des signatures et ratifications des conventions CIEC est peu satisfaisant en ce qu'il ne permet pas de garantir un espace européen de l'état civil. Une action au niveau communautaire revêtirait donc, dans ce cadre, une certaine utilité, sous réserve que les mesures envisagées par l'union s'inspirent de l'existant au niveau international, et donc tout particulièrement des travaux et de l'expérience de la CIEC. Sur l'un et l'autre de ces deux points, et ainsi que la France l'a déjà souligné lors des consultations préparatoires à l'élaboration du programme de Stockholm, il paraît donc important que l'union commence par se pencher sur ce qui a déjà été réalisé en matière d'état-civil dans cette enceinte CIEC, et d'en évaluer les applications, les résultats, et les possibilités de développements, avant d'envisager une quelconque initiative d'ordre législatif. 12. Dans le cadre de la future révision du règlement Bruxelles II bis (relatif à la compétence, la reconnaissance et l exécution des décisions en matière matrimoniale et en matière de responsabilité parentale), la Commission examine la nécessité d instaurer des normes minimales par rapport aux décisions relatives à la responsabilité parentale. Si de telles normes minimales communes étaient instaurées, les États membres pourraient reconnaître et exécuter les décisions relatives au droit de garde qui sont prises dans d autres États membres sans arrêter de mesure supplémentaire, ce qui permettrait de trouver plus rapidement des solutions définitives dans les litiges portant sur le droit de garde. D après votre expérience, pensez-vous que

4 l Union devrait instaurer des normes minimales pour les décisions relatives à la responsabilité parentale? Quelles normes minimales devraient être incluses? Il existe déjà dans le règlement Bruxelles II bis des normes minimales de fait, portant sur l'audition de l'enfant ou du titulaire de l'autorité parentale, dès lors que le défaut d'avoir donné la possibilité de ces auditions peut justifier la non-reconnaissance ou la non-déclaration du caractère exécutoire d'une décision rendue sans qu'il y ait été procédé. Il n'est pas douteux que les imperfections actuelles de mise en œuvre du règlement Bruxelles II bis sont liées à un manque de confiance mutuelle, et que toute entreprise qui viendrait la renforcer serait a priori de nature à avoir un effet positif sur son application. En ce sens, la mise en place de normes minimales pourrait aller dans le bon sens. Il ne pourrait cependant s'agir que de normes de procédure, à l'exclusion de toute tentation d'harmoniser les règles de fond gouvernant la prise de décision : par exemple, le contenu de la responsabilité parentale, ou le contenu d'un droit de visite ou d'un droit de contrôle, constitue une règle de droit matériel qui relève de la compétence exclusive des Etats membres et ne peut donc faire l'objet d'une harmonisation, même minimale. Or, les principales réticences à l'application du règlement sont liées aux différences conceptuelles et culturelles relatives au contenu et aux modes d'exercice de l'autorité parentale. Dès lors, les véritables perspectives d'amélioration résident sans doute davantage dans des opérations d'information et de formation transfrontalières destinées à promouvoir la confiance mutuelle entre ces conceptions différentes, que dans la fixation de normes procédurales minimales supplémentaires. 13. À quels difficultés et problèmes vous heurtez-vous (ou votre organisation) sur le terrain lors d affaires relatives à l adoption internationale (entre États membres et pays tiers)? À quels difficultés et problèmes devez-vous (ou votre organisation) faire face sur le terrain en cas de décisions en matière d adoption entre les États membres? Le Service de l'adoption Internationale, en sa qualité d'autorité centrale française pour la Convention de La Haye du 29 mai 1993 sur la protection des enfants et la coopération en matière d'adoption internationale, suit l'ensemble des procédures d'adoption initiées par des résidents en France, en effectuant un pré-contrôle de légalité de ces procédures avant la délivrance d'une autorisation d'entrée sur le territoire national en faveur de l'enfant étranger adopté. A ce titre, certaines difficultés, notamment de conformité aux principes définis par la législation française ou la Convention de La Haye, peuvent se poser. Une coopération renforcée avec les Etats d'origine des enfants, sur un dossier concret ou en amont en vue de sécuriser les procédures étrangères, permet de rechercher toute solution appropriée. Au sein de l'union européenne, il convient de souligner que la grande majorité des Etats sont des pays d'accueil pour les enfants adoptés, hormis la Pologne, la Bulgarie ou encore la Lituanie. Tous les pays de l'union européenne ont ratifié la Convention de La Haye, de telle sorte que les procédures répondent à des standards éthiques communs et que la coopération entre autorités centrales permet de faire face de manière efficace à d'éventuelles difficultés. Afin d'aborder les sujets de préoccupation communs aux Etats membres de l'union européenne (suppression des adoptions individuelles, contrôle et accréditation des

5 organismes autorisés pour l'adoption...), des réunions ont été organisées entre autorités centrales, notamment à Paris et à Amsterdam au cours des derniers mois. Malgré l'hétérogénéité des procédures, des législations et des structures mises en place dans les différents Etats européens, le développement des échanges et l'harmonisation de positions de principe sont apparues indispensables, dans l'intérêt des enfants. La création d'un système d'échanges d'informations entre Etats membres de l'union européenne, qui pourrait prendre la forme d'un site internet sécurisé, permettrait de renforcer cette coopération et d'instaurer une dynamique européenne afin de sécuriser les procédures d'adoption internationale dans l'ensemble des pays d'origine et de s'assurer du respect des droits des enfants (subsidiarité de l'adoption internationale, vérification de l'adoptabilité de l'enfant, lutte contre la traite et vente d'enfants...). Ce projet, qui devrait être suivi à un niveau européen, pourrait faire l'objet d'une demande de subventions auprès de la Commission européenne. 14. D après votre expérience, quelles sont les catégories d enfants qui sont particulièrement vulnérables? Possédez-vous des chiffres et des données à ce sujet? Les mineurs étrangers isolés représentent une catégorie d'enfants vulnérables. La question de leur prise en charge administrative, juridique et sociale se pose en France essentiellement depuis la fin des années 90. Ces jeunes ont des origines et des trajectoires de migration diverses ; une enquête de 2005 avait montré que 62 nationalités différentes étaient représentées à l aide sociale à l enfance de Paris. On peut dresser une typologie de ces mineurs : les exilés provenant de situation de guerre et de conflit ethnique, les mandatés envoyés par leurs parents pour échapper à la misère, les exploités aux mains de trafiquants, avec ou sans la complicité parentale, les fugueurs quittant une famille maltraitante ou un orphelinat, les errants qui vivaient déjà dans la rue dans leur pays d origine. En 2008, 1116 arrivées en métropole de mineurs étrangers isolés ont été enregistrées. Il s'agissait en majorité d'adolescents (âge moyen : 14,8 ans) de sexe masculin (66,7 % de garçons). Leurs profils sont divers, avec une prépondérance de quelques nationalités (chinoise, indienne, palestinienne et congolaise). Le nombre de mineurs étrangers isolés présents sur le territoire français en 2009 varie selon les sources entre 4000 et Il est cependant très difficile de mesurer le phénomène. 15. Quelles sont les activités menées par votre organisation pour les groupes d enfants vulnérables? Quels difficultés et problèmes rencontrez-vous sur le terrain lors de la mise en œuvre d actions en faveur des groupes d enfants vulnérables? La loi du 4 mars 2002 relative à l'autorité parentale a prévu la désignation d'un administrateur ad hoc pour les mineurs étrangers qui arrivent sans représentant légal sur le territoire national. L'administrateur ad hoc est désigné lorsque le mineur n'est pas autorisé à entrer en France. Il l'assiste durant son maintien en zone d'attente et assure sa représentation dans le cadre des procédures administratives et juridictionnelles relatives à ce maintien. Il assure également la représentation du mineur dans toutes les procédures administratives et juridictionnelles afférentes à son entrée en France. Tous les mineurs étrangers isolés présents sur le territoire français, qu ils y aient été admis ou y soient entrés irrégulièrement, peuvent bénéficier, en tant que mineurs, des mesures de protection prévues au titre de l enfance en danger. Cependant, cette protection n a pas toujours été mise en œuvre de façon systématique par l ensemble des conseils généraux. La loi du 5 mars 2007 réformant la protection de l enfance a donc

6 consacré la compétence de principe des services de l Aide sociale à l enfance (ASE) pour prendre en charge les mineurs étrangers isolés au titre de la protection administrative de l enfance en l inscrivant de façon explicite dans l article L du Code de l action sociale et des familles (CASF). L intervention judiciaire est soumise à des conditions légales et ne peut revêtir un caractère systématique. Le procureur de la République doit faire application des dispositions de l article L226-4 du CASF, et jouer son rôle de «filtre», donnant ainsi du sens au principe de la subsidiarité de l intervention judiciaire. Par ailleurs, si l absence de représentant légal du mineur sur le territoire national constitue une difficulté, le procureur de la République dispose de la possibilité de saisir le juge des tutelles en vue de l ouverture d une tutelle à la personne du mineur (le plus souvent confiée au service de l aide sociale à l enfance) ou le juge aux affaires familiales en vue d une délégation de l autorité parentale, lorsqu il est possible de considérer que la famille est «définitivement» absente. Si ces diverses compétences sont juridiquement établies, elles peuvent dans la pratique donner lieu à un manque de lisibilité. L absence de représentant légal présent sur le territoire peut parfois nécessiter l intervention d un juge des enfants : -en assistance éducative, en cas de danger physique ou moral, il peut, après investigations, le confier à un établissement éducatif. Un projet de retour dans la famille d origine peut être mis en œuvre ; - en matière pénale lorsque le mineur étranger commet des infractions. Suite au rapport sur les mineurs étrangers en France remis par Madame Isabelle DEBRE, sénateur parlementaire en mission, le 10 mai 2010 au Garde des Sceaux, une proposition de renforcement de la coordination interministérielle à destination des mineurs étrangers isolés est actuellement à l étude. A la demande de Madame le Garde des Sceaux, cette étude est confiée à la Direction de la protection judiciaire de la jeunesse en raison de son savoir-faire et de sa présence sur tout le territoire. Compte tenu de la nécessité d améliorer les conditions de prise en charge des mineurs isolés étrangers par une meilleur articulation de l ensemble des acteurs, la Direction de la protection judiciaire pourrait être chargée de préparer une circulaire interministérielle signée par le Premier ministre en raison de la nécessité de mobiliser les compétences et les financements des différents ministères concernés. Les mineurs étrangers isolés sont pris en charge essentiellement dans le cadre de dispositifs de protection de l enfance (aide sociale à l enfance) qui relèvent de la compétence des départements. L Etat a pour sa part mis en place plusieurs structures d accueil spécifiques notamment dans la région parisienne (dispositif de repérage et de mise à l abri parisien ou lieu d accueil, d orientation de Taverny ). Une des difficultés est le taux de fugue important. Un grand nombre de ces enfants ne souhaitent pas, pour des raisons diverses, bénéficier de la protection de l enfance et poursuivent leur parcours migratoire. Leur comportement de fuite concerne toutes les étapes de la prise en charge. Une action de groupe est difficile dans la mesure où ces mineurs présentent des profils très différents avec souvent des passés douloureux. La prise en charge est rendue complexe par le nombre d étapes qu elle comporte et par le nombre d acteurs susceptibles d être impliqués : maraude, apprivoisement du mineur, interprétariat, diagnostic, soins, recherche des familles, présentation au procureur, orientation en établissement et à l Aide sociale à l enfance.

7 16. Avez-vous connaissance de bonnes pratiques, d initiatives ou de programmes qui favorisent une meilleure protection des groupes d enfants les plus vulnérables? Avez-vous connaissance d initiatives transfrontalières dans ce domaine (participation à des projets communs, coopération avec des organisations dans d autres États membres, échanges de bonnes pratiques, par exemple)? Il s agit le plus souvent d initiatives locales : des protocoles d accord sont ainsi signés entre les différents partenaires d un département pour l accueil et l orientation de ces mineurs. Ainsi, le Département du Nord a signé en 2005 un protocole d accord pour l accueil et l orientation des mineurs isolés étrangers. Ce département est à l origine d un dispositif unique en France organisant la coopération avec les services de l Etat. Depuis 2005, un protocole réunissant le Tribunal pour enfants, l Education nationale, les acteurs associatifs et l ASE permet d associer à la mise à l abri du mineur une évaluation pluridisciplinaire de sa situation, clé d entrée dans un système de protection durable. Ce dispositif vise à permettre une évaluation rapide et précise de la situation du mineur afin de proposer une orientation stable et adaptée. Il y a trois phases : 1 l accueil et l hébergement coordonnés par l établissement public départemental de soins, d adaptation et d éducation (30 places d accueil d urgence 2 foyers de 14 places). Contenu de la prise en charge : hébergement, soins, éducation. Un rapport d observation est transmis à la PJJ à l issue de la 3ème semaine en vue de la réunion de synthèse. 2 - l évaluation de la situation coordonnée par la Protection judiciaire de la jeunesse : CAEI de Villeneuve d Ascq. Contenu : - connaître la situation familiale et administrative du mineur - évaluer les possibilités de retour - réaliser un bilan de santé, proposer un entretien et un soutien psychologique - évaluer les acquis scolaires, les compétences techniques et les perspectives d insertion. 3 - l orientation coordonnée par la direction territoriale de métropole Lille avec l ensemble des partenaires du secteur public et associatif habilité. Le dispositif est co-piloté par les institutions impliquées dans sa mise en œuvre sous l autorité du Préfet et du Président du Conseil général. Il existe un comité de pilotage et d un comité technique qui garantissent la cohérence du dispositif et la coordination des différents intervenants. D autres départements que celui du Nord, ont mis en place des protocoles. On peut citer : Le protocole d accord pour le repérage, l accueil, l accompagnement, l orientation, et la protection des mineurs isolés étrangers dans le département des Bouches du Rhône signé le 29 avril 2010 Le protocole de prise en charge des mineurs isolés étrangers signé conjointement par le Tribunal de grande instance de Bordeaux et le Conseil général de Gironde le 31 juillet 2009.

8 17. Quelles initiatives concrètes pensez-vous qu il est nécessaire de développer en vue d une meilleure protection des droits et d une meilleure promotion de l intérêt supérieur des enfants vulnérables? Pensez-vous que l UE soit en mesure de contribuer à ces initiatives et, le cas échéant, de quelle manière? La prise en charge et l accueil proposés à ces mineurs sont variables d un Etat à l autre ; les législations mais aussi les pratiques sont marquées par des disparités. La Commission européenne a adopté le 6 mai 2010 un plan d action destiné à renforcer la protection de ces mineurs : il apparaît en effet nécessaire que l Europe ait une approche commune et coordonnée de ce problème de façon à offrir aux mineurs le bénéfice de normes élevées en matière d accueil, de protection et d insertion. 18. Possédez-vous des chiffres et des données concernant la situation en matière de violence contre les enfants? Avez-vous des données relatives aux décisions judiciaires concernant la violence exercée contre les enfants? Les sources statistiques permettent de recenser le nombre de mineurs qui bénéficient d une intervention en protection de l enfance (de type administrative ou judiciaire). Il s agit des enfants en danger ou en risque de danger : l appréciation du danger porte sur la santé, la sécurité, la moralité du mineur, les conditions de son développement et de son éducation gravement compromises. Ainsi au 31 décembre 2008, on enregistre en métropole enfants bénéficiaires d une mesure d aide sociale à l enfance. Les 3/4 des décisions sont judiciaires. Dans son rapport annuel de 2007, l ODAS (Observatoire de l action sociale décentralisée) estimait à le nombre d enfants signalés en 2006 ; 20 % de ces signalements concernant des enfants en danger, et 80 % des enfants en risque de l être. Les 20% de signalements relatifs aux enfants en danger portaient sur les risques suivants : - Violences physiques : 33 % - Négligences lourdes : 26 % - Violences sexuelles : 22 % - Violences psychologiques : 18 % 19. Quelles sont les activités menées par votre organisation en matière de protection des enfants contre la violence? Quels difficultés et problèmes rencontrez-vous sur le terrain lors de la mise en œuvre d actions destinées à lutter contre la violence envers les enfants? La France a adopté en 2007 une loi réformant la protection de l enfance qui contient un axe fort sur l amélioration du repérage des enfants en danger ou en risque de danger. Dans chaque département est créée une cellule de recueil, de traitement et d évaluation des informations préoccupantes. L objectif de ces cellules est de faire converger vers un lieu unique toutes les informations préoccupantes concernant un mineur en danger ou en risque de l être, de manière à éviter la déperdition de ces informations. Ainsi, toutes les personnes qui connaissent des situations d enfants en danger ou supposés l être, doivent transmettre les informations qu elles détiennent à la cellule départementale. Par ailleurs, dans le cadre des Etats généraux de l enfance fragilisée que la secrétaire d Etat à la famille a organisés en 2010 à la demande du Président de la République, un atelier a été consacré à l amélioration de la transmission d informations relatives aux enfants en danger ou en risque de danger entre les acteurs de la protection de l enfance.

9 Une des difficultés sur le terrain est en effet le risque de perte d informations dans le suivi des enfants en danger ou en risque, du fait du grand nombre d acteurs et de la mobilité des familles. Les travaux de cet atelier conduit de mars à fin mai ont abouti à la remise d un rapport présenté à la Ministre le 16 juin 2010 à l occasion d une journée de restitution. Ce rapport comprend des préconisations visant à développer des formations, des outils, des référentiels communs à l attention des professionnels de la protection de l enfance afin de susciter une culture commune ; les préconisations visent également à améliorer la coordination des acteurs de la protection pour favoriser la continuité et la cohérence des actions menées en protection de l enfance, notamment dans les situations de mobilité des familles (feuille de parcours de l enfant pris en charge, protocoles, règles de transmission des dossiers). 20. Avez-vous connaissance de bonnes pratiques, d initiatives ou de programmes qui contribuent à une meilleure protection des enfants contre la violence? Avez-vous connaissance d initiatives transfrontalières dans ce domaine (participation à des projets communs, coopération avec des organisations dans d autres États membres, échanges de bonnes pratiques, échanges entre juges pour mineurs, par exemple)? Les cellules de recueil, de traitement et d évaluation des informations préoccupantes prévues par la loi du 5 mars 2007 ont été mises en place ; des observatoires départementaux de l enfance en danger ont également été créés qui travaillent en lien avec l observatoire national de l enfance en danger pour recueillir et analyser les données sur l enfance en danger. Le dispositif d alerte local est complété par un Service national d accueil téléphonique de l enfance en danger (SNATED), accessible gratuitement, 24 heures sur 24. Le SNATED propose depuis près de vingt ans un service d écoute, d orientation, d information et, dans certains cas, de transmission d informations aux services départementaux. Régulièrement des informations sont diffusées - par voie de presse ou par voie audiovisuelle - pour renforcer la connaissance par le public des missions et des modalités de fonctionnement (gratuité, anonymat, etc.) du 119. Ce travail de communication continue est régulièrement renforcé par des campagnes d informations. Des campagnes d information visent également à sensibiliser sur la problématique des violences conjugales et les dangers encourus par les enfants qui sont exposés à ce type de violences. S agissant des initiatives transfrontalières dans le domaine de la protection de l enfance, on peut citer le réseau ChildONEurope qui regroupe des observatoires nationaux sur l'enfance et qui a été lancé le 24 janvier Ses principaux objectifs sont l échange d informations, de connaissances, de méthodes et d expériences. Il produit des rapports et analyses comparatifs sur des sujets tels l adoption, la maltraitance à enfant, la médiation familiale ou les droits de l enfant. L observatoire national de l enfance en danger en fait partie et le Ministère du Travail, de la Solidarité et de la Fonction publique (Direction générale de la cohésion sociale) participe à ses travaux. 22. Quelles initiatives concrètes proposeriez-vous afin de mieux protéger les enfants contre la violence entre pairs (telle que le harcèlement ou le cyberharcèlement)? Estimez-vous que l UE est en mesure de contribuer à cette lutte et, le cas échéant, de quelle manière?

10 En ce qui concerne le «cyberharcèlement», l action interministérielle française destinée à mieux protéger les mineurs face aux contenus disponibles sur internet revêt un double aspect avec d une part, le développement de solutions techniques adaptées à cet objectif et d autre part, la sensibilisation des parents et des enfants. Les solutions techniques de contrôle d accès Les logiciels de contrôle parental : Dans le cadre de l accord passé entre le Ministère chargé de la Famille et les fournisseurs d accès à internet (FAI), des logiciels de contrôle parental sont mis gratuitement à disposition des internautes. Ils permettent aux parents d améliorer les conditions d exercice de leur responsabilité face aux contenus disponibles sur internet. Le comité de suivi «protection de l enfant et internet» s est réuni à plusieurs reprises sous la présidence de la secrétaire d État à la Famille afin d adapter ces objectifs aux évolutions technologiques et aux usages d internet par les différents publics. Une norme d évaluation des performances des logiciels de contrôle parental a été élaborée dans le cadre de travaux coordonnés par la délégation interministérielle à la famille et l AFNOR. Elle a été publiée en décembre Elle fera l objet d une évaluation fin 2010 par la réalisation de tests des offres de contrôle parental des FAI en vue d établir une norme française de ces logiciels. La sensibilisation des parents et des enfants Le portail créé en décembre 2008, contribue à aider les parents à renforcer leur vigilance, mais aussi à sensibiliser les premiers concernés, les jeunes, aux dangers des images illicites ou inadaptées, quel que soit le support : télévision, internet, jeux vidéos. Le portail a généré plus de consultations à ce jour. A la demande du Ministère en charge de la famille, les chaînes de télévision ont largement diffusé le spot de la Commission européenne dénonçant le harcèlement en ligne (ou cyberbullying). Une démarche européenne Dans le cadre de la présidence française de l Union Européenne, l'ensemble des ministres en charge de la Famille des 27 Etats membres ont abordé, à l initiative de la France, la thématique de la protection de l enfance sur Internet. Il a été décidé de renforcer l approche concertée en organisant entre les services concernés une mise en commun des bonnes pratiques. La déclaration de Prague, signée le 20 avril 2009 par les pays membres de l Union Européenne, vise à promouvoir un Internet plus sûr pour les enfants. Le programme Safer Internet Plus de la Commission européenne, fait également partie des initiatives qui favorisent les échanges et les actions en la matière. Cela s est traduit en France par la mise en place d un site de signalement de contenus illicites ou inappropriés - Pointdecontact, géré par l Association des fournisseurs d accès (AFA) - et d une ligne téléphonique gratuite, Net Ecoute Famille, qui répond aux questions concrètes que se posent les enfants, les adolescents et les parents sur Internet, le mobile et les jeux vidéo. 23. Pensez-vous que l UE devrait développer le dispositif d alerte pour les enfants disparus et garantir son interopérabilité transfrontalière? Le cas échéant, de quelle manière?

11 Le numéro européen fonctionne depuis 2009 et remplace le dispositif préexistant dénommé «SOS enfants disparus». Ce dispositif vise à soutenir et à offrir une guidance aux familles et aux personnes responsables d enfants disparus. Il est co-administré par deux associations, la Fondation pour l'enfance et l'inavem (réseau d'associations d'aide aux victimes), lesquelles agissent en partenariat avec les services de l'etat qui sont membres du comité de pilotage (justice, famille, police, gendarmerie). L implication du secrétariat d'etat à la famille et à la solidarité doit être mentionnée. Elle prend notamment la forme d un soutien financier annuel au fonctionnement de ce numéro européen. 25. Quelles activités sont menées par votre organisation pour lutter contre la pauvreté infantile? À quels difficultés et problèmes devez-vous (ou votre organisation) faire face sur le terrain lors de la mise en œuvre d actions pour lutter contre la pauvreté infantile? La secrétaire d Etat à la famille a lancé le 16 février 2010 des Etats généraux de l enfance fragilisée comportant un atelier portant sur la prise en compte des situations de précarité. Ces Etats généraux ont réuni des administrations dont celles en charge de la jeunesse, de l Education nationale, des réseaux associatifs notamment caritatifs, l UNICEF, la défenseure des enfants, des représentants des autorités locales, des organismes nationaux impliqués dans les dispositifs développés localement et des personnalités qualifiées. Les travaux de cet atelier, conduit de mars à fin mai, ont abouti à la remise d un rapport présenté à la ministre le 16 juin 2010 à l occasion d une journée de restitution. Les principales préconisations retenues portent sur : - l amélioration de la connaissance des phénomènes de pauvreté infantile avec la mise en place d indicateurs dédiés en complément de ceux qui figurent dans le tableau de bord gouvernemental de suivi de la baisse d un tiers de la pauvreté en 5 ans ; - la mobilisation de l opinion publique et des autorités publiques avec l organisation d une prise de parole au sein des assemblées délibérantes de jeunes ambassadeurs des droits de l enfant le 20 novembre de chaque année et la mise en place d une charte de la ville amie de l enfant ; - le développement du parrainage de proximité en direction des enfants en précarité ; - un ensemble de mesures favorisant l accès aux droits des enfants en précarité : amélioration de la qualité de l accueil des familles en difficulté par les organismes sociaux, dispositions favorisant l accueil et la scolarisation des élèves en situation de précarité, dispositions pour favoriser l accès à une alimentation de qualité et aux soins bucco-dentaires ; - des mesures visant à permettre, pour l équilibre des enfants, de vivre dans un logement adapté (prévention des expulsions locatives, mise à disposition de grands logements à prix abordables pour les familles nombreuses modestes). Les principales difficultés de terrain qui ont été identifiées dans ces travaux sont l insuffisance de coordination des différents acteurs, l absence d identification de pilote

12 sur les dispositifs locaux, une absence d effectivité de l application du droit au logement opposable des familles nombreuses modestes avec enfant et des femmes seules avec enfant bénéficiaires de minima sociaux, l inadéquation des modes de garde existants pour l accueil des enfants dont les parents reprennent un emploi ou une formation. 26. Avez-vous connaissance de bonnes pratiques, d initiatives ou de programmes qui contribuent à réduire la pauvreté infantile? Avez-vous connaissance d initiatives transfrontalières dans le présent domaine (participation à des projets communs, coopération avec des organisations dans d autres États membres, échanges de bonnes pratiques, par exemple)? La lutte contre la pauvreté monétaire des familles repose à la fois sur le système de protection sociale et sur la fiscalité ; les dispositifs à l œuvre sont nombreux : minima sociaux, allocations familiales, réduction et dégrèvement d impôts en fonction de la situation sociale, progressivité de l impôt sur le revenu, prime pour l emploi, aides au logement. A cela s ajoutent les prestations d aide sociale à l enfance départementale (aides financières..), l action sociale des caisses d allocations familiales et les aides extralégales versées par les communes notamment via les centres communaux d action sociale. Par ailleurs, parmi les 68 projets financés dans le cadre de l appel à projet de l année européenne 2010 de lutte contre la pauvreté et l exclusion sociale, trois projets portent sur les questions de l accompagnement à la parentalité. Il s agit de la réalisation par des femmes en situation de pauvreté dans un quartier défavorisé d un film visant à des échanges d expérience sur la parentalité, l organisation d une université populaire de parents et une action d accompagnement d enfants en difficultés scolaire et sociales, et à leurs parents, à la socialisation par le vecteur du théatre. 27. Quelles initiatives concrètes proposeriez-vous afin de réduire la pauvreté infantile? Pensez-vous que l UE soit en mesure de contribuer à ces initiatives et, le cas échéant, de quelle manière? Les mesures retenues dans le cadre des Etats généraux (Voir réponse à la question 25).

Direction Générale de la Cohésion Sociale

Direction Générale de la Cohésion Sociale Fiche technique : Présentation du décret n 2013-994 du 7 novembre 2013 organisant la transmission d informations entre départements en application de l article L. 221-3 du code de l action sociale et des

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Décret n o 2013-727 du 12 août 2013 portant création, organisation et attributions d un secrétariat général

Plus en détail

FICHE DE BONNE PRATIQUE

FICHE DE BONNE PRATIQUE FICHE DE BONNE PRATIQUE Programme d actions pour améliorer la prévention des violences faites aux femmes, des violences intrafamiliales, et l aide aux victimes MESURE D ACCOMPAGNEMENT PROTÉGÉ DES ENFANTS

Plus en détail

5 Actions d assistance dans les divers actes de la vie, de soutien, de soins et d accompagnement, y compris à Titre palliatif ;

5 Actions d assistance dans les divers actes de la vie, de soutien, de soins et d accompagnement, y compris à Titre palliatif ; Livre III Action sociale et médico-sociale mise en œuvre par des établissements et des services Titre Ier : Établissements et services soumis à autorisation Chapitre Ier : Dispositions générales Section

Plus en détail

Vu la loi organique n 2011 333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des droits ;

Vu la loi organique n 2011 333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des droits ; Paris, le 19 septembre 2012 DECISION DU DEFENSEUR DES DROITS N MDE-2012-128 Vu l article 71 1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011 333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur

Plus en détail

- 45 - TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi

- 45 - TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi - 45 - TABLEAU COMPARATIF Code de l action sociale et des familles Art. L. 121-7. Sont à la charge de l État au titre de l aide sociale : 1 Les dépenses d aide sociale engagées en faveur des personnes

Plus en détail

Contrat de ville 2015-2020 - Métropole Rouen Normandie - Contribution écrite de la Caisse d Allocations familiales de Seine martitime

Contrat de ville 2015-2020 - Métropole Rouen Normandie - Contribution écrite de la Caisse d Allocations familiales de Seine martitime Contribution écrite de la Caisse d Allocations Familiales de Seine Maritime La loi n 2014-173 du 21 février 2014 de programmation pour la ville et la cohésion urbaine fixe les principes de la nouvelle

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 RESUMÉ ANONYMISÉ DE LA DÉCISION Décision relative à une Recommandation Domaines de compétence de l Institution : Défense des droits de l'enfant, Droits

Plus en détail

La Protection de l enfance

La Protection de l enfance La Protection de l enfance Sommaire 1. Une vision globale de la protection de l enfance et de la pluralité de ses objectifs Définition donnée par la loi du 5 mars 2007 La philosophie de la loi du 5 mars

Plus en détail

I - La loi poursuit deux objectifs principaux : renforcer la prévention et améliorer le dispositif d alerte et de signalement

I - La loi poursuit deux objectifs principaux : renforcer la prévention et améliorer le dispositif d alerte et de signalement DOSSIER : LA LOI DU 5 MARS 2007 REFORMANT LA PROTECTION DE L ENFANCE Elaborée au terme d une très large concertation, la loi n 2007-293 du 5 mars 2007 réformant la protection de l enfance poursuit trois

Plus en détail

RAPPORT AU CONSEIL DÉPARTEMENTAL

RAPPORT AU CONSEIL DÉPARTEMENTAL Direction de la population âgée et des personnes handicapées Service de la population âgée 3e commission RAPPORT AU CONSEIL DÉPARTEMENTAL Séance du 9 juillet 2015 OBJET : PRÉVENTION DE LA MALTRAITANCE

Plus en détail

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Groupe de travail Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Les participants ont tous reçu une copie du rapport particulièrement riche du précédent groupe de travail. A l issue des rapports des représentantes

Plus en détail

Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains par Saint-Marin

Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains par Saint-Marin Comité des Parties de la Convention du Conseil de l'europe sur la lutte contre la traite des êtres humains Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la

Plus en détail

Pôle Aide à la Personne Direction de l Enfance et de la Famille Service de Protection de l Enfance Equipe Adoption Appui à l accompagnement

Pôle Aide à la Personne Direction de l Enfance et de la Famille Service de Protection de l Enfance Equipe Adoption Appui à l accompagnement Pôle Aide à la Personne Direction de l Enfance et de la Famille Service de Protection de l Enfance Equipe Adoption Appui à l accompagnement 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 AGREMENTS

Plus en détail

PRESENTATION DU RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CONSEIL NATIONAL DE L AIDE AUX VICTIMES SUR LA PRISE EN CHARGE DES VICTIMES EN URGENCE

PRESENTATION DU RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CONSEIL NATIONAL DE L AIDE AUX VICTIMES SUR LA PRISE EN CHARGE DES VICTIMES EN URGENCE PRESENTATION DU RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CONSEIL NATIONAL DE L AIDE AUX VICTIMES SUR LA PRISE EN CHARGE DES VICTIMES EN URGENCE SYNTHESE Le 15 septembre 2003, Madame Anne D HAUTEVILLE, professeur

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES SOLIDARITÉS

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES SOLIDARITÉS MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES direction générale de la cohésion sociale Service des politiques sociales et médico-sociales Sous-direction de l inclusion sociale,

Plus en détail

Réunion du Conseil au niveau des Ministres. Paris, 6-7 mai 2014

Réunion du Conseil au niveau des Ministres. Paris, 6-7 mai 2014 Réunion du Conseil au niveau des Ministres Paris, 6-7 mai 2014 DÉCLARATION RELATIVE À L ÉCHANGE AUTOMATIQUE DE RENSEIGNEMENTS EN MATIÈRE FISCALE Adoptée le 6 mai 2014 Déclaration relative à l Échange automatique

Plus en détail

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales?

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales? Réunion Informelle des Ministres de la Justice et des Affaires Intérieures Luxembourg, 27-29 janvier 2005 RENFORCER LA JUSTICE - Quelles politiques européennes pour la reconnaissance et l exécution transfrontalières

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

LES CONDITIONS PARTICULIERES

LES CONDITIONS PARTICULIERES LES CONDITIONS PARTICULIERES Espaces de rencontre Janvier 2015 Article 1 : L objet de la convention et les objectifs poursuivis par la prestation de service «Espaces de rencontre». La convention encadre

Plus en détail

L Action Sociale de proximité des services du Département et du Centre Communal d Action Sociale (CCAS) sur Brest Données d activités

L Action Sociale de proximité des services du Département et du Centre Communal d Action Sociale (CCAS) sur Brest Données d activités Dossier de presse Mardi 20 janvier 2015 L Action Sociale de proximité des services du Département et du Centre Communal d Action Sociale (CCAS) sur Brest Données d activités Dans le cadre d un protocole

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

ÉTHIQUE ET PROTECTION DE L ENFANCE :

ÉTHIQUE ET PROTECTION DE L ENFANCE : JOURNÉES INTERNATIONALES D ÉTUDES D ENFANCE ET PARTAGE Les 20 et 21 novembre 2007 UNESCO, Paris ÉTHIQUE ET PROTECTION DE L ENFANCE : UN ENGAGEMENT COLLECTIF Plus d informations sur : www.colloque.enfance-et-partage.org

Plus en détail

Réponse au Questionnaire sur la Médiation civile et commerciale en Europe

Réponse au Questionnaire sur la Médiation civile et commerciale en Europe 1 Réponse au Questionnaire sur la Médiation civile et commerciale en Europe 1. Survol historique de la médiation dans le pays En Hongrie deux processus sont connus dans le domaines de mode alternatifs

Plus en détail

L hébergement d urgence en Loire-Atlantique

L hébergement d urgence en Loire-Atlantique 18/02/2015 Dossier de presse L hébergement d urgence en Loire-Atlantique M. Henri-Michel COMET, préfet de la région Pays de la Loire, préfet de Loire-Atlantique a rencontré le mercredi 18 février 2015

Plus en détail

Adopter un enfant en Sarthe

Adopter un enfant en Sarthe Pourquoi faut-il un agrément? Adopter un enfant en Sarthe Comment va se dérouler la procédure? Après l agrément, où faut-il s adresser? Adoption : simple ou plénière? Les chiffres en Sarthe? Conseil Général

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention, de protection et d insertion, aide au développement de

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

DECRET. Relatif à la gestion du dossier des agents publics sur support électronique

DECRET. Relatif à la gestion du dossier des agents publics sur support électronique RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de la solidarité et de la fonction publique NOR : [ ] DECRET Relatif à la gestion du dossier des agents publics sur support électronique Le Premier ministre,

Plus en détail

PROJET DE LOI ----- ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI ----- ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et européennes NOR : MAEJ1109806L/Bleue-1 PROJET DE LOI autorisant l approbation du protocole d amendement à la convention du Conseil de l Europe

Plus en détail

TEXTE ADOPTE no 511 Petite loi ASSEMBLEE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 ONZIEME LEGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 1999-2000 23 mai 2000 PROJET DE LOI ADOPTE PAR L ASSEMBLEE NATIONALE EN NOUVELLE

Plus en détail

POLE DE LA SOLIDARITE DEPARTEMENTALE

POLE DE LA SOLIDARITE DEPARTEMENTALE POLE DE LA SOLIDARITE DEPARTEMENTALE Guide de l adoption dans le département du CANTAL A l usage des futurs adoptants Décembre 2013 SOMMAIRE Préambule... p. 1 Qu est-ce que l adoption?... p. 2 Qui peut

Plus en détail

Les suites données par la Cour des comptes aux revues par les pairs. Avril 2014

Les suites données par la Cour des comptes aux revues par les pairs. Avril 2014 Les suites données par la Cour des comptes aux revues par les pairs Avril 2014 Lors de son installation, en mars 2010, Didier Migaud, Premier président, a souligné que la Cour devait s appliquer à elle-même

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 703 SÉNAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2010-2011 Enregistré à la Présidence du Sénat le 4 juillet 2011 PROPOSITION DE LOI tendant à simplifier le recouvrement des créances alimentaires destinées aux enfants,

Plus en détail

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance.

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Département XXX Note à l attention du président du Conseil Général

Plus en détail

FICHE N 23 : QU EST-CE QUE LE DEFENSEUR DES DROITS? QUELLES SONT SES MISSIONS?

FICHE N 23 : QU EST-CE QUE LE DEFENSEUR DES DROITS? QUELLES SONT SES MISSIONS? FICHE N 23 : QU EST-CE QUE LE DEFENSEUR DES DROITS? QUELLES SONT SES MISSIONS? Le Défenseur des droits est une autorité constitutionnelle indépendante, instituée par la loi du 29 mars 2011. Cette institution

Plus en détail

Convention fixant les modalités de prise en charge et le tarif journalier en lieu de vie et d'accueil pour mineurs

Convention fixant les modalités de prise en charge et le tarif journalier en lieu de vie et d'accueil pour mineurs Convention type «lieu de vie et d accueil» Convention fixant les modalités de prise en charge et le tarif journalier en lieu de vie et d'accueil pour mineurs Entre, d'une part, le Conseil général des Vosges,

Plus en détail

LA DIRECTION GÉNÉRALE DES ÉTRANGERS EN FRANCE

LA DIRECTION GÉNÉRALE DES ÉTRANGERS EN FRANCE LA DIRECTION GÉNÉRALE DES ÉTRANGERS EN FRANCE ministère de l intérieur Le Directeur général des étrangers en France assiste le Ministre de l intérieur dans l exercice de ses missions relatives à l immigration,

Plus en détail

Enlèvements internationaux d enfants

Enlèvements internationaux d enfants Enlèvements internationaux d enfants Introduction «Mon partenaire menace d emmener mon enfant de 2 ans en Tunisie et de ne plus le ramener. Je ne suis pas d accord.» «Ma femme a emmené, sans mon consentement,

Plus en détail

CONSEIL GÉNÉRAL DE LA MAYENNE

CONSEIL GÉNÉRAL DE LA MAYENNE CONSEIL GÉNÉRAL DE LA MAYENNE Service de l aide sociale à l enfance Cellule Recueil Orientation Enfance Famille 2bis boulevard Murat BP 3888 53030 LAVAL CEDEX Tél 02 43 59 57 84 Allo enfance maltraitée

Plus en détail

JEJC.2008.23 4 A - DESCRIPTION DE L INITIATIVE

JEJC.2008.23 4 A - DESCRIPTION DE L INITIATIVE 4 A - DESCRIPTION DE L INITIATIVE Afin de contribuer de manière efficace et concrète à l Accès au Droit et à la Justice des plus démunis, le Barreau de Paris a développé, depuis de nombreuses années, des

Plus en détail

Collectif TeSS Téléphonie Sociale et en Santé Structures signataires de la charte

Collectif TeSS Téléphonie Sociale et en Santé Structures signataires de la charte Collectif TeSS Téléphonie Sociale et en Santé Structures signataires de la charte AFM - Association Française contre les Myopathies Créée en 1958 par des malades et parents de malades, l AFM a un objectif

Plus en détail

SIGNATURES DU PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS POUR LE LOGEMENT DES PERSONNES DÉFAVORISÉES ET DE LA CHARTE DE PRÉVENTION DES EXPULSIONS LOCATIVES

SIGNATURES DU PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS POUR LE LOGEMENT DES PERSONNES DÉFAVORISÉES ET DE LA CHARTE DE PRÉVENTION DES EXPULSIONS LOCATIVES SIGNATURES DU PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS POUR LE LOGEMENT DES PERSONNES DÉFAVORISÉES ET DE LA CHARTE DE PRÉVENTION DES EXPULSIONS LOCATIVES Mardi 2 juillet 2013, 16h - Préfecture Dossier de presse Dans

Plus en détail

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi UNION EUROPEENNE L Europe s engage en Limousin Avec le Fonds social européen PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN objectif compétitivité régionale et emploi 2007 2013 Axe 3 «cohésion

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

Lancement des schémas territoriaux des services aux familles

Lancement des schémas territoriaux des services aux familles Dossier de presse Lancement des schémas territoriaux des services aux familles 7 février 2014 Contact presse francois.coen@famille.gouv.fr 1. UNE MOBILISATION SANS PRÉCÉDENT Le gouvernement a annoncé en

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 640 SÉNAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2011-2012 Enregistré à la Présidence du Sénat le 6 juillet 2012 PROPOSITION DE LOI relative au versement des allocations familiales et de l allocation de rentrée scolaire

Plus en détail

Présentation de l environnement du secteur social, médico-social et de la santé

Présentation de l environnement du secteur social, médico-social et de la santé Démarche exploratoire de formation- action Représentants des usagers du secteur social et médico-social et démocratie sanitaire Présentation de l environnement du secteur social, médico-social et de la

Plus en détail

La Direction Départementale de la Cohésion Sociale de la Haute-Savoie

La Direction Départementale de la Cohésion Sociale de la Haute-Savoie La Direction Départementale de la Cohésion Sociale de la Haute-Savoie Ses missions et services Pôle Logement hébergement Marie-Antoinette FORAY, cheffe de pôle téléphone 04.50.88.48.72 télécopie 04.50.88.48.82

Plus en détail

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu.

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu. RAPPORT AU CSFPT SUR L APPLICATION DE L ARTICLE 76-1 DE LA LOI N 86-54 DU 26 JANVIER 1984 PORTANT DISPOSITIONS STATUTAIRES RELATIVES A LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Bilan de l expérimentation de la

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2009-02 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Principes directeurs du système des contrôles

Plus en détail

FONDATION FUGUE ENLEVEMENT PARENTAL DISPARITION INQUIETANTE

FONDATION FUGUE ENLEVEMENT PARENTAL DISPARITION INQUIETANTE FONDATION AGIR CONTRE LES DISPARITIONS D ENFANTS FUGUE ENLEVEMENT PARENTAL DISPARITION INQUIETANTE Avec la Fondation Agir contre les disparitions d enfants et la Fondation pour l Enfance, étendre et renforcer

Plus en détail

Mention «Mesure d Accompagnement Judiciaire»

Mention «Mesure d Accompagnement Judiciaire» Certificat National de Compétence Mandataires Judiciaires à la Protection des Majeurs Mention «Mesure d Accompagnement Judiciaire» Cette formation complémentaire est visée par la loi n 2007-308 du 5 mars

Plus en détail

Déclaration conjointe pour le Partenariat de Mobilité entre la Tunisie, l'union Européenne et ses Etats membres participants

Déclaration conjointe pour le Partenariat de Mobilité entre la Tunisie, l'union Européenne et ses Etats membres participants Déclaration conjointe pour le Partenariat de Mobilité entre la Tunisie, l'union Européenne et ses Etats membres participants La République Tunisienne, l'union européenne (ci-après "UE") et les États membres

Plus en détail

OCTOBRE 2010. Editeur responsable Liliane Baudart Direction générale de l aide à la jeunesse Boulevard Léopold II, 44 1080 Bruxelles

OCTOBRE 2010. Editeur responsable Liliane Baudart Direction générale de l aide à la jeunesse Boulevard Léopold II, 44 1080 Bruxelles Editeur responsable Liliane Baudart Direction générale de l aide à la jeunesse Boulevard Léopold II, 44 1080 Bruxelles PROTOCOLE DE COLLABORATION CONSEILLERS & DIRECTEURS AJ - EQUIPES SOS ENFANTS PROTOCOLE

Plus en détail

Mémorandum revendicatif et propositions à propos du projet de loi cadre contre la violence à l'encontre des femmes

Mémorandum revendicatif et propositions à propos du projet de loi cadre contre la violence à l'encontre des femmes Mémorandum revendicatif et propositions à propos du projet de loi cadre contre la violence à l'encontre des femmes Introduction Le Secrétariat National de la Ligue Démocratique des Droits des Femmes (LDDF)

Plus en détail

VEILLE LEGISLATIVE. 22 octobre 2009 au 4 janvier 2010 inclus

VEILLE LEGISLATIVE. 22 octobre 2009 au 4 janvier 2010 inclus VEILLE LEGISLATIVE 22 octobre 2009 au 4 janvier 2010 inclus ORGANISATION JUDICIAIRE Décret n 2009-1693 du 29 décembre 2009 relatif à la répartition des compétences entre le tribunal de grande instance

Plus en détail

Cette notice a été réalisée pour vous aider à compléter votre déclaration. Nous sommes là pour vous aider. Pour nous contacter : cerfa

Cette notice a été réalisée pour vous aider à compléter votre déclaration. Nous sommes là pour vous aider. Pour nous contacter : cerfa Nous sommes là pour vous aider Déclaration en vue de la répartition entre les parents des trimestres d assurance retraite attribués pour chaque enfant né ou adopté Cette notice a été réalisée pour vous

Plus en détail

avec le chef de service, qui donne les orientations à suivre et auquel il/elle rend compte de son travail,

avec le chef de service, qui donne les orientations à suivre et auquel il/elle rend compte de son travail, Direction des Ressources humaines TRAVAILLEUR SOCIAL I ASSISTANT SOCIO-EDUCATIF A LA MAISON DES ENFANTS (pôle 2-6 ans) Direction Générale Adjointe : Solidarités Direction : Enfance Famille Santé Service

Plus en détail

Questionnaire standard pour les nouveaux Etats adhérents Réponse de: [Etat] GUINEE Date de la réponse : [date] : Le 13 Février 2013

Questionnaire standard pour les nouveaux Etats adhérents Réponse de: [Etat] GUINEE Date de la réponse : [date] : Le 13 Février 2013 CONVENTION DE LA HAYE DU 25 OCTOBRE 1980 SUR LES ASPECTS CIVILS DE L ENLÈVEMENT INTERNATIONAL D ENFANTS Questionnaire standard pour les nouveaux Etats adhérents Réponse de: [Etat] GUINEE Date de la réponse

Plus en détail

Alain Villez Conseiller technique Uniopss

Alain Villez Conseiller technique Uniopss Alain Villez Conseiller technique Uniopss La loi du 30 juin 1975 : une loi qui traitait peu des droits et du statut des usagers Un des motifs principaux de la réforme de cette loi Jusqu en 1997, la loi

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 53 - Proposition de résolution de la commission

TABLEAU COMPARATIF - 53 - Proposition de résolution de la commission - 53 - TABLEAU COMPARATIF Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution ; Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution, Vu la proposition de règlement du Conseil confiant à la Banque centrale européenne

Plus en détail

LA COOPERATION RENFORCEE EN MATIERE DE DROIT DE LA FAMILLE DANS L UNION EUROPEENNE

LA COOPERATION RENFORCEE EN MATIERE DE DROIT DE LA FAMILLE DANS L UNION EUROPEENNE NOTE D INFORMATION : Joëlle Garriaud-Maylam Sénateur représentant les Français établis hors de France LA COOPERATION RENFORCEE EN MATIERE DE DROIT DE LA FAMILLE DANS L UNION EUROPEENNE A un mois et demi

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE

Plus en détail

La Protection des majeurs

La Protection des majeurs La Protection des majeurs Les mesures de protection juridique des majeurs Les mesures de protection juridique des majeurs sont définies dans le cadre de la loi du 5/03/2007 portant réforme de la protection

Plus en détail

Règlement opération SAC ADOS 2015

Règlement opération SAC ADOS 2015 Règlement opération SAC ADOS 2015 Dans le cadre de leur politique en faveur de la jeunesse, la Caisse d Allocations Familiales 77, le Conseil général 77, la Direction Départementale de la Cohésion Sociale

Plus en détail

Ministère des solidarités et de la cohésion sociale

Ministère des solidarités et de la cohésion sociale Ministère des solidarités et de la cohésion sociale CHARTE «PROTECTION DE L ENFANT DANS LES MEDIAS» Préambule Pourquoi cette charte? Les médias ont un rôle important dans l information du public sur les

Plus en détail

La Révolution Numérique Au Service De l'hôpital de demain. 18-19 JUIN 2013 Strasbourg, FRANCE

La Révolution Numérique Au Service De l'hôpital de demain. 18-19 JUIN 2013 Strasbourg, FRANCE La Révolution Numérique Au Service De l'hôpital de demain 18-19 JUIN 2013 Strasbourg, FRANCE Le développement de la e-santé : un cadre juridique et fonctionnel qui s adapte au partage Jeanne BOSSI Secrétaire

Plus en détail

COMMUNICATION AUX MEMBRES

COMMUNICATION AUX MEMBRES PARLEMENT EUROPÉEN 2009-2014 Commission des pétitions 29.9.2014. COMMUNICATION AUX MEMBRES Objet: Pétition n 0564/2012, présentée par Marianne van Eck, de nationalité néerlandaise, sur les problèmes administratifs

Plus en détail

ANNEXE I Référentiel des activités professionnelles Référentiel de certification

ANNEXE I Référentiel des activités professionnelles Référentiel de certification ANNEXE I Référentiel des activités professionnelles Référentiel de certification Référentiel des activités professionnelles Dans le cadre de l exercice et de la promotion des droits des publics, le titulaire

Plus en détail

ACCORD CADRE DE PARTENARIAT

ACCORD CADRE DE PARTENARIAT ACCORD CADRE DE PARTENARIAT Entre L Association pour la formation professionnelle des adultes ( AFPA) 13 place du Général de Gaulle - 93108 Montreuil Cedex Représentée par : Son directeur général, Philippe

Plus en détail

* * * Un C.D.D.F est un dispositif d aide à la parentalité fondé sur l action sociale et éducative, piloté par le maire.

* * * Un C.D.D.F est un dispositif d aide à la parentalité fondé sur l action sociale et éducative, piloté par le maire. Le conseil pour les droits et les devoirs des familles * * * Qu est-ce qu un C.D.D.F? Un C.D.D.F est un dispositif d aide à la parentalité fondé sur l action sociale et éducative, piloté par le maire.

Plus en détail

QUÉBEC (Province du, Canada)

QUÉBEC (Province du, Canada) QUÉBEC (Province du, Canada) Dispositions relatives à la transmission des actes Cadre juridique : Convention de la Haye du 15 novembre 1965 relative à la signification et la notification à l'étranger des

Plus en détail

Dossier de presse «LUTTER ENSEMBLE CONTRE LA FRAUDE ET L ÉVASION FISCALES»

Dossier de presse «LUTTER ENSEMBLE CONTRE LA FRAUDE ET L ÉVASION FISCALES» Dossier de presse «LUTTER ENSEMBLE CONTRE LA FRAUDE ET L ÉVASION FISCALES» MARDI 15 DÉCEMBRE 2015 --- Evénement présidé par Christiane TAUBIRA, Garde des Sceaux, Ministre de la Justice et Michel SAPIN,

Plus en détail

Objectif de progression Actions Indicateurs chiffrés. Diligenter une enquête auprès des salariés pour connaitre précisément leurs besoins

Objectif de progression Actions Indicateurs chiffrés. Diligenter une enquête auprès des salariés pour connaitre précisément leurs besoins Articulation entre la vie professionnelle et l exercice de la responsabilité parentale (ces exemples visent à accompagner les partenaires sociaux dans leur négociation, ils ne sont pas exhaustifs des bonnes

Plus en détail

Introduction. beaucoup d'éthique, quelques règles de droit essentielles, une mesure de protection de l'enfant privé de famille.

Introduction. beaucoup d'éthique, quelques règles de droit essentielles, une mesure de protection de l'enfant privé de famille. Les principes de la Convention de La Haye du 29 mai 1993 Séminaire de sensibilisation 10 mai 2012 à Vientiane Edith Sudre - Magistrate, Adjointe au chef du service de l adoption internationale Marie-Anne

Plus en détail

TRAMONTANE est un service de l association CONVERGENCES 34, membre du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES-

TRAMONTANE est un service de l association CONVERGENCES 34, membre du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES- du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES- Union des Associations du CSP-Espoir Vingt ans d expérience auprès des familles gitanes, du voyage, semi-sédentaires ou

Plus en détail

Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier

Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier Préambule Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier Validé par le Conseil d Administration du 28 juin 2013. Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, répondre

Plus en détail

Référentiel national des espaces de rencontre

Référentiel national des espaces de rencontre Annexe 1 1 Référentiel national des espaces de rencontre 1. Définition des espaces de rencontre A. Objectifs et nature de l activité des espaces de rencontre L espace de rencontre est un lieu permettant

Plus en détail

Ministère des affaires sociales et de la santé Centre National de Gestion

Ministère des affaires sociales et de la santé Centre National de Gestion Ministère des affaires sociales et de la santé Centre National de Gestion Département de la gestion des directeurs Unité des directeurs d établissements sanitaires sociaux et médico-sociaux Dossier suivi

Plus en détail

PAYS DE LA LOIRE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS?

PAYS DE LA LOIRE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Version étudiée : version adoptée par la Commission européenne le 16/12/2014. PAYS DE LA LOIRE STRUCTURE GLOBALE DU

Plus en détail

Charte pour la promotion de l égalité et la lutte contre les discriminations dans la fonction publique

Charte pour la promotion de l égalité et la lutte contre les discriminations dans la fonction publique MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE 17 DÉCEMBRE 2013 Charte pour la promotion de l égalité et la lutte contre les discriminations dans la fonction publique

Plus en détail

PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS

PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS becret OGER INTERNATIONAL [Sélectionnez la date] Service Ressources Humaines OGER INTERNATIONAL Avril 2012 PREAMBULE Constatant que le taux d emploi des 55-64

Plus en détail

Loi institutant un Médiateur de la République du Sénégal

Loi institutant un Médiateur de la République du Sénégal Loi institutant un Médiateur de la République du Sénégal Loi n 91-14 du 11 février 1991 Article Premier Il est institué un Médiateur de la République, autorité indépendante qui reçoit, dans les conditions

Plus en détail

CCAS et Domiciliation Présenté par Muriel Bories Directrice du CCAS de Saint-Orens de Gameville

CCAS et Domiciliation Présenté par Muriel Bories Directrice du CCAS de Saint-Orens de Gameville CCAS et Domiciliation Présenté par Muriel Bories Directrice du CCAS de Saint-Orens de Gameville Les CCAS sont Habilités de plein droit a domicilier. ( Art L264,1 à 264.10 du CASF) C est l une de leur mission

Plus en détail

&216(,/'( %UX[HOOHVOHMXLQ /,0,7( -$, 0,*5 127( la présidence

&216(,/'( %UX[HOOHVOHMXLQ /,0,7( -$, 0,*5 127( la présidence &216(,/'( /81,21(8523e(11( %UX[HOOHVOHMXLQ 25HQ /,0,7( -$, 5(/(; 0,*5 127( de : la présidence au : Conseil N doc. préc.: 9796/1/02 REV 1 JAI 129 RELEX 112 MIGR 52 Objet: Conclusions du Conseil sur les

Plus en détail

8. La prévention et le signalement de la violence sexuelle contre les enfants Politiques et normes européennes en matière d aide sociale à l enfance

8. La prévention et le signalement de la violence sexuelle contre les enfants Politiques et normes européennes en matière d aide sociale à l enfance 8. La prévention et le signalement de la violence sexuelle contre les enfants Politiques et normes européennes en matière d aide sociale à l enfance Idália Moniz Secrétaire d Etat aux personnes handicapées

Plus en détail

APPEL A PROJETS pour la mise en œuvre du programme annuel 2013 du Fonds européen pour les Réfugiés

APPEL A PROJETS pour la mise en œuvre du programme annuel 2013 du Fonds européen pour les Réfugiés Fonds européen pour les Réfugiés 2008-2013 APPEL A PROJETS pour la mise en œuvre du programme annuel 2013 du Fonds européen pour les Réfugiés 1 Introduction : La décision n 573/2007/CE du Parlement européen

Plus en détail

DECRET. n [ ] du [ ] relatif aux modalités de mise en œuvre du télétravail

DECRET. n [ ] du [ ] relatif aux modalités de mise en œuvre du télétravail RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la décentralisation et de la fonction publique NOR : [ ] DECRET n [ ] du [ ] relatif aux modalités de mise en œuvre du télétravail Publics concernés : fonctionnaires,

Plus en détail

Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public

Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public Le Conseil de la concurrence (commission

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

PLAN AUTISME 2013-2017. Synthèse

PLAN AUTISME 2013-2017. Synthèse PLAN AUTISME 2013-2017 Synthèse Plan d actions régional Océan Indien En adoptant le 3ème Plan Autisme en mai 2013, la ministre des affaires sociales et de la santé répondait à une attente forte des personnes

Plus en détail

Les missions de Protection de l Enfance

Les missions de Protection de l Enfance Les missions de Protection de l Enfance Sous l autorité du Président du Conseil Général, l Aide Sociale à l Enfance intervient en faveur de l enfance et des familles (art. R. 221-2 du Code de l Action

Plus en détail

Loi d orientation sur les activités physiques et sportives Contribution du Cnajep

Loi d orientation sur les activités physiques et sportives Contribution du Cnajep Loi d orientation sur les activités physiques et sportives Contribution du Le 24 février 2014 Le 5 juillet 2013, Valérie FOURNEYRON, Ministre chargée des Sports, de la Jeunesse, de l Education Populaire

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

GROUPE S - CASI L ENGAGEMENT DE SERVICE

GROUPE S - CASI L ENGAGEMENT DE SERVICE { GROUPE S - CASI L ENGAGEMENT DE SERVICE L ENGAGEMENT DE SERVICE La caisse d assurances sociales du GROUPE S est un maillon indispensable entre l Administration et le citoyen. Elle contribue de concert

Plus en détail

Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur

Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur Vu le décret n 2006-672 du 8 juin 2006 relatif à la création, à la composition et au fonctionnement de commissions

Plus en détail

Conforme à l original

Conforme à l original REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE Union - Discipline - Travail Copie certifiée ------------- Conforme à l original DECISION N 022/2015/ANRMP/CRS DU 06 AOUT 2015 SUR LE RECOURS DE LA SOCIETE GROUPEMENT INFORMATIQUE

Plus en détail

LE PROJET ASSOCIATIF DE L AAPé en 2012

LE PROJET ASSOCIATIF DE L AAPé en 2012 Contrôle judiciaire socio-éducatif Médiation pénale Réparation pénale pour les mineurs Stages de responsabilité parentale LE PROJET ASSOCIATIF DE L AAPé en 2012 Le Conseil d administration de l AAPé, élu

Plus en détail

L école face aux conflits parentaux. Service social en faveur des élèves - DSDEN des Alpes-Maritimes

L école face aux conflits parentaux. Service social en faveur des élèves - DSDEN des Alpes-Maritimes 1 L école face aux conflits parentaux 2 La coéducation : une complémentarité entre l école et les familles En entrant à l école, l enfant devient un élève ; son père et sa mère deviennent des parents d

Plus en détail