URBANISATION & ARCHITECTURE ORIENTÉE SERVICE (SOA) Quelques bonnes pratiques pour leur mise en œuvre LIVRE BLANC

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "URBANISATION & ARCHITECTURE ORIENTÉE SERVICE (SOA) Quelques bonnes pratiques pour leur mise en œuvre LIVRE BLANC"

Transcription

1 URBANISATION & ARCHITECTURE ORIENTÉE SERVICE (SOA) Quelques bonnes pratiques pour leur mise en œuvre LIVRE BLANC

2 A PROPOS DE L AUTEUR Cyrille Devaux, Directeur chez Aubay Management Titulaire d un DESS en Intelligence artificielle, reconnaissance des formes et robotique, et d un Executive MBA (HEC), Cyrille Devaux est le plus globe-trotter des experts en technologies et systèmes d information Aubay. Après une adolescence passée à Abidjan (Côte d Ivoire), Cyrille Devaux fait ses études supérieures à l Université Paul Sabatier de Toulouse et part ensuite effectuer son service militaire civil pendant 2 ans à l Ecole Nationale des Sciences de l Informatique à Tunis (Tunisie). Cyrille Devaux débute sa carrière en 1992 au Centre de Maquettage des Systèmes d Information et de Communication de la DGA (Délégation Générale pour l Armement) pour le compte de Cap Gemini. En 1995, il rejoint Marben et part en mission chez TELMEX au Mexique. De retour en France, il occupe successivement les fonctions de consultant ou chef de projet chez EDF, Bouygues, Neuf Telecom, AXA ou encore IBM. C est chez Marben, devenu Sligos puis Atos, qu il rencontre Christian Aubert (plus tard, fondateur du Groupe Aubay), Christophe Andrieux (Directeur Général Délégué de Aubay France) et François Hisquin. En 1998, en collaboration avec ce dernier, et fort de son expérience dans le conseil et le service client, dans les secteurs aussi divers que l industrie, la défense, les télécoms, la banque et l assurance, il crée OCTO Technology, cabinet spécialisée dans l architecture de systèmes d information. En 1999, il part ouvrir et diriger l agence espagnole d OCTO à Madrid jusqu au rachat du cabinet par le Groupe Aubay, qu il rejoint en 2002, en qualité de Directeur Technique. A 42 ans, Cyrille Devaux occupe le poste de Directeur au sein de Aubay Management, département spécialisé dans le conseil. Bibliographie : Livre blanc ECM (2006), Livre Blanc EAI (1999). Aubay est une société de conseil en technologies et intégration de systèmes d informations, réseaux et télécoms fondée en La société dispose de plus de 2000 collaborateurs répartis dans 6 pays (France, Belgique, Luxembourg, Italie, Espagne et Portugal). En 2007, Aubay a réalisé un chiffre d affaires de 155,3 millions d euros et une marge opérationnelle de 9,5%. Ont également participé à la constitution de ce livre blanc : Lionel BOURCERET, Barbara GORY, Luc BERNARD. Pour tous renseignements complémentaires : ou 2008 AUBAY. Tous droits réservés Les informations contenues dans ce document représentent le point de vue actuel de Aubay sur les sujets exposés, à la date de publication. Dans la mesure où les éditeurs cités doivent s adapter aux conditions changeantes du marché, Aubay ne peut pas garantir l exactitude des informations présentées après la date de publication. Les noms de produits ou de sociétés dans ce document peuvent être les marques déposées de leurs propriétaires respectifs. Urbanisation & Architecture Orientée Service (SOA) - 2

3 SOMMAIRE 1 INTRODUCTION URBANISATION & SOA, LE COUPLE GAGNANT POUR UN SI AGILE Urbanisation du SI Principes directeurs de l urbanisation Règles d or de l urbanisation LA DEMARCHE SOA Concept de service Fiche signalétique d un service Contrat de service Un exemple de modèle SOA Typologie de services Service Applicatif (ou Use Case) Service Fonctionnel Service Entité (ou Service C.R.U.D.) Service Transverse (ou d Infrastructure) Service Host Identification des services Référentiel des services BONNES PRATIQUES Gestion des versions et variantes Gestion des libellés Gestion des transactions Gestion des données de références Définition d un référentiel Principaux types de référentiel Métadonnées d un référentiel Services d accès aux référentiels Gestion des valorisations par défaut Gestion des exceptions Gestion de la sécurité Utilisation d un bus de service Préconisations d organisation CONCLUSION REFERENCES GLOSSAIRE...44 Urbanisation & Architecture Orientée Service (SOA) - 3

4 TABLE DES FIGURES Figure 1 : La démarche d Urbanisation en 4 volets de connaissance 6 Figure 2 : La cascade des règles d or de l urbanisation 9 Figure 3 : Exemple de POS fonctionnel 11 Figure 4 : Le modèle SOA 12 Figure 5 : Eléments logiciels d un service 13 Figure 6 : Composantes d un service 13 Figure 7 : Exemple de modèle SOA 16 Figure 8 : Le Service Applicatif 16 Figure 9 : Le Service Fonctionnel 17 Figure 10 : Le Service Entité 17 Figure 11 : Le Service Transverse 18 Figure 12 : Exemple de regroupement de services en composant 20 Figure 13 : Exemple de diagramme d architecture applicative (sous MEGA) 21 Figure 14 : Description complète d un composant SF 21 Figure 15 : Exemple de site web contenant le référentiel SOA (sous MEGA) 21 Figure 16 : Cycle de vie SOA 24 Figure 17 : Gestion des versions de services 25 Figure 18 : Gestion des libellés scénario 1 25 Figure 19 : Gestion des libellés scénario 2 25 Figure 20 : Gestion des libellés scénario 3 26 Figure 21 : Gestion des libellés scénario 4 26 Figure 22 : Rupture de l intégrité transactionnelle 27 Figure 23 : Transaction - solution actuelle 27 Figure 24 : Transaction solution intermédiaire 27 Figure 25 : Référentiels partagés pour les données de production 30 Figure 26 : Référentiels dupliqués pour les données de nomenclature 30 Figure 27 : Couche d accès simple aux données des référentiels 32 Figure 28 : Gestion des clones 32 Figure 29 : Gestion des données de référence 32 Figure 30 : Données de références cas particulier 33 Figure 31 : Valeurs par défaut scénario 1 34 Figure 32 : Valeurs par défaut scénario 2 34 Figure 33 : Valeurs par défaut scénario 3 34 Figure 34 : Valeurs par défaut scénario 4 34 Figure 35 : Exemple d un cas d erreur nécessitant de lever une exception 35 Figure 36 : Architecture SOA sécurisée 36 Figure 37 : Zone implicite de confiance 36 Figure 38 : Architecture ESB 38 Figure 39 : Rôles et fonctions en relation avec une SOA 39 Urbanisation & Architecture Orientée Service (SOA) - 4

5 1 INTRODUCTION La capacité d une entreprise à faire évoluer son système d information pour faire face aux changements qu elle rencontrera (fusion, acquisition ou cession d activités...) constitue une des clefs de sa compétitivité. Contribuant à cette capacité d alignement du Système d Information avec les métiers de l entreprise, l urbanisation utilise la cartographie comme principal outil support de son activité. Elle permet d une part de réaliser l inventaire du patrimoine de l entreprise et, d autre part, de mesurer les analyses d impact du système cible, et ceci sur les plans métier, fonctionnel, technique, voire organisationnel. Par ailleurs, l'évolution récente des technologies de l'information et le développement rapide des services sur le Web ont impulsé de nouvelles approches qui permettent de mettre en place des architectures d entreprise plus souples, plus évolutives, et plus aptes à satisfaire les besoins d'agilité de l'entreprise. Dans ce contexte, les objectifs des départements «Architecture Urbanisation - Méthode» de la plupart des grandes entreprises visent aujourd hui à rationaliser et rendre plus modulaire leur patrimoine applicatif pour gagner en flexibilité et répondre plus rapidement aux sollicitations des Métiers ou de la réglementation en vigueur 1. Le présent ouvrage s inscrit dans cette démarche de progrès puisqu il propose d identifier et de formaliser quelques règles d urbanisme et il exposera un certain nombre de bonnes pratiques d une démarche d Architecture Orientée Service (SOA). Il est le fruit de l expérience des consultants Aubay qui interviennent régulièrement sur des missions de conseil en stratégie technologique pour le compte de nos grands clients 2. Le présent livre blanc est composé de 3 chapitres. Le deuxième chapitre introduit les concepts relatifs à l urbanisation et à la SOA. Notons que ce chapitre n a pas vocation à être exhaustif dans son contenu, de nombreux ouvrages traitant déjà de la question. Le troisième chapitre, représentant le cœur du document, présentera certaines règles (ou bonnes pratiques) qui ont souvent été mises en place dans le cadre d une démarche mixte «Urbanisation / SOA». 1 SOX, Bale II, LOLF 2 AGF, Société Générale, GMF Urbanisation & Architecture Orientée Service (SOA) - 5

6 2 URBANISATION & SOA, LE COUPLE GAGNANT POUR UN SI AGILE Tout acteur du développement d application devrait pouvoir répondre sans ambiguïté aux questions suivantes : Quel modèle d architecture applicative faut-il adopter selon le type d application? Comment accéder aux données et traitements déjà présents dans le patrimoine applicatif? Comment sont gérées les données de références de l entreprise? Quelles règles de communication faut-il suivre entre applications? Existe-t-il au sein de l entreprise un annuaire des services partagés? comment y accéder? Comment contribuer à l enrichissement de cet annuaire? Répondre à ces questions revient en fait à définir certaines règles d urbanisation du SI et à clarifier les principes architecturaux pour le développement des nouvelles applications. Le métier d'architecte technique (ou de système informatique) existe depuis longtemps. Celui d'urbaniste, parfois nommé architecte d entreprise (ou de système d information), est en revanche beaucoup plus récent. Urbaniste et architecte sont aujourd'hui deux métiers complémentaires dont les rôles sont fondamentaux dans la conception, l'implantation et l évolution de systèmes durables. Ensembles, l architecte et l urbaniste disposent d une vision globale à la fois des processus, des informations et de leurs interdépendances. A ces deux fonctions, il convient d ajouter celle d'administrateur de référentiel de données dont l objet est d'assurer une définition précise des règles de gestion et un propriétaire unique (dans le sens objet du principe) à chaque information manipulée par l organisation. Voir à ce sujet le chapitre 4.4 de ce document. 2.1 Urbanisation du SI Urbanisation du SI : Action de structurer de façon cohérente et modulaire le SI en définissant les niveaux de représentation, en répartissant les éléments et les responsabilités qui y sont liées par niveaux, et en définissant les règles communes ou spécifiques. Urbanisation & Architecture Orientée Service (SOA) - 6

7 Urbaniser le système d information, c est donc définir un cadre cohérent, stable et modulaire dans lequel viendront s insérer les développements informatiques. Deux grandes préoccupations vont ainsi guider la démarche d urbanisation : la désimbrication des systèmes, des différents métiers puis des différentes activités de façon à éviter l enchevêtrement des applications informatiques correspondantes. Ce découplage a pour contrepartie la mise en place de référentiels communs 3. la recherche du juste équilibre entre subsidiarité 4 et mutualisation, la difficulté de cet exercice est de placer la responsabilité du système au plus près du terrain pour rendre l entreprise plus réactive tout en réalisant des économies d échelle et en garantissant la cohérence de l ensemble. La cartographie du SI La cartographie considère en général quatre visions du système d'information : la vision métier qui décrit les processus ou activités que le SI doit supporter, la vision fonctionnelle qui décrit les fonctions du SI permettant de représenter les processus, la vision applicative décrivant l'ensemble des éléments applicatifs du SI, la vision technique décrivant l'architecture technique (matériels, logiciels et technologies utilisés). Cartographie métier Les systèmes d information doivent être cartographiés du point de vue métier : Les objets manipulés sont des processus, acteurs, rôle, objets métiers L exploitation des cartographies métiers se fait au travers : o des études d'impacts (par exemple, lors d une fusion d activité ou lors de l éclatement d'activités) o des études d optimisation des processus (par l analyse des points sensibles des processus). Cette vue définit par conséquent des domaines et les processus métiers qui relient ces domaines par des flots de données. Ces informations doivent être transposables d une entreprise à une autre. Cartographie fonctionnelle Les systèmes d information doivent être cartographiés du point de vue fonctionnel : Les objets manipulés sont des domaines d activité, des domaines de responsabilité, Le découpage doit s effectuer autour d invariants métiers (objets métiers, fonctions ), Les échanges doivent être identifiés entre domaines fonctionnels, Des référentiels communs doivent être identifiés autour des objets ou données métiers. Cette vue représente la mise en œuvre particulière du métier dans l entreprise mais doit restée découplée des solutions techniques de mise en œuvre informatique. Cartographie applicative Les systèmes informatiques doivent être cartographiés du point de vue applicatif (ou logiciel) : Les objets manipulés sont des applications, des composants logiciels, des bases de données On y identifie les modes de communication entre composants (synchrone/asynchrone, MOM/fichier/DB/http,...), On y précise les outils communs (ex : modules communs de gestion des logs, des traces, des statistiques ) On précise les standards techniques (choix) et les règles de gestion concernant les plateformes logicielles (ex : distinguer l environnement de développement de celui de production). La vue applicative est la partie automatisée du SI. Elle va décrire les solutions technologiques retenues pour réaliser certaines fonctionnalités du SI Cartographie technique Les systèmes d information doivent être cartographiés du point de vue technique (ou matériel) : Les objets manipulés sont du matériel (serveurs ), du câblage, des bâtiments, etc. On y précise les règles de gestion des plates-formes (i.e. une seule plate-forme pour N applications ou N platesformes pour une application ; plate-forme 24x7 ) On précise les règles de dimensionnement des tuyaux, les contraintes d exploitation, de sécurité. 3 Un chapitre entier sera consacré à ce point majeur d une architecture d Entreprise. 4 Subsidiarité : Le principe de subsidiarité est une maxime politique selon laquelle la responsabilité d'une action publique doit être allouée à la plus petite entité capable de résoudre le problème d'elle-même. C'est donc le souci de veiller à ne pas faire à un niveau élevé ce qui peut l'être avec autant d'efficacité à une échelle plus faible. Urbanisation & Architecture Orientée Service (SOA) - 7

8 2.2 Principes directeurs de l urbanisation Quatre principes directeurs dirigent l élaboration des règles de l urbanisation : Cohérence forte / couplage faible Le processus métier global d une entreprise est découpé en zones, contenant chacun des quartiers, comprenant à leur tour des blocs pour lesquels les données et les traitements présentent une forte cohérence (cohérence forte) et une frontière bien délimitée avec les blocs connexes (couplage faible). Pas de dépendance temporelle entre blocs, chacun opérant de manière asynchrone par rapport aux autres. Encapsulation Le bloc est seul propriétaire de ses données et de ses traitements. Ses données sont masquées pour les autres blocs, un bloc ne peut donc accéder aux données d'un autre bloc qu'en faisant appel aux services que propose celui-ci. Mutualisation Partager les éléments du SI qui peuvent être utilisés par plusieurs blocs : - Par la mise en œuvre de référentiels d objets, - Par le déploiement d une infrastructure d échange (EAI ou ESB), - Par la mise en œuvre progressive d une approche orientée «service» (SOA). Echanges contrôlés A la frontière de chaque bloc, les échanges avec l'extérieur se font au moyen d'interfaces publiques et éventuellement par l'intermédiaire d'une infrastructure fédératrice (annuaire). Chaque bloc produit des résultats et des rapports avec un format standard sans présumer des destinataires. Chaque interface est gérée par version pour prendre en compte le cycle de vie des blocs et de l infrastructure de communication. 2.3 Règles d or de l urbanisation De ces principes directeurs découlent un certain nombre de règles pour l implémentation d une démarche d Urbanisation. Ces règles se situent sur trois plans : au niveau «Stratégique», en rapport avec les grandes orientations communiquées par la Direction Générale (ou Comité Directeur) ; au niveau «Tactique», relevant plus d une politique de gouvernance du Système d Information et enfin au niveau «Opérationnel», en rapport avec des choix de mise en œuvre. Nous reprendrons ci-après dans le détail les règles du niveau «Tactique» puis le reste du document sera exclusivement consacré à la mise en place de la dernière règle de niveau opérationnelle : la mise en place d une SOA. Urbanisation & Architecture Orientée Service (SOA) - 8

9 R1 : Respecter les zones d urbanisme (ou Plan d Occupation des Sols) Tout système doit s'inscrire dans une et une seule "zone d'urbanisme" (premier découpage macroscopique). On distribue ainsi les systèmes applicatifs 5 dans les zones : de présentation/acquisition (couche de front office ou commerciaux), de traitements métiers (couche de back office ou de gestion), d'échange et diffusion (couche middleware), de gestion des référentiels, de fonctions support à l entreprise (SI Financier, SI Ressources Humaines), de pilotage et de reporting. Par exemple, un système ne devrait pas cumuler des préoccupations commerciales (simulations de devis, règles de gestion simplifiées) et des préoccupations administratives (caractéristiques contractuelles des contrats, règles de gestion rigoureuses). Autre exemple, une application ne doit pas gérer à la fois des contrats et assurer la production de statistiques d'aide à la décision (qui est la vocation d'un système de pilotage). Gains attendus Eviter la redondance fonctionnelle Meilleure évolutivité du Système d Information (limitation de l'imbrication des traitements) Pilotage plus simple de l évolution du système d information par une vision d ensemble urbanisée permettant d appréhender plus rapidement l impact d une évolution fonctionnelle ou technologique, de localiser les zones de progrès, par exemple, grâce à des métriques calculées à partir de la cartographie. R2 : Limiter les nouveaux développements Réutiliser (au sens «mutualisation» et non «réplication») plutôt qu acheter, acheter plutôt que développer, développer seulement pour acquérir un avantage compétitif certain et durable. En cas de développement, il faut veiller à respecter les standards et normes de l entreprise. Gains attendus Réduction de la diversité du patrimoine applicatif Réduction des coûts 5 On définit un SA comme étant le regroupement de fonctions métiers au sein d une même entité informatique Urbanisation & Architecture Orientée Service (SOA) - 9

10 R3 : Contrôler les flux d information entre applications La gestion des échanges doit être pilotée par un bus de communication inter-applicatifs (type, EAI, ESB, MOM selon besoin). Une bonne gestion des flux est particulièrement importante pour la cohérence du SI et elle doit respecter un certain nombre de principes : Tous les flux doivent être identifiés (donc inscrits dans la cartographie), Tout flux doit être préférentiellement basé sur un échange asynchrone de type Message, Tout SA échange avec l extérieur via une couche d abstraction normalisée et documenté, Tous les flux doivent être gérés par un unique outil central (type bus de communication inter-applicatifs). Gains attendus Fiabilité et cohérence des échanges de données, Pilotage et traçabilité des événements, Analyse statistiques des flux, Sécurisation de la mise en production des nouvelles versions d échanges, R4 : Partager les données communes Les données communes de l entreprise sont contenues dans des bases dites référentielles. Un référentiel ne contient que des informations de référence. Une information de référence est principalement caractérisée par son partage entre plusieurs systèmes applicatifs et par un fort accès consultatif. Un référentiel peut aussi concerner les données communes de nomenclature (paramètres applicatifs). Pour chaque référentiel, il est nécessaire de bien identifier sa localisation et de développer une architecture d'échange (normalisée et indépendante) d'informations entre les applications pour permettre la circulation des informations présentes dans les référentiels. Gains attendus Vision commune des informations de référence de l entreprise, évitant ainsi aux applications toute divergence ou désynchronisation sémantique sur une donnée, Mutualisation des infrastructures de gestion des tables communes. R5 : Partager les traitements métiers Les traitements métiers doivent être encapsulés sous forme de services réutilisables. Le catalogue des services devra être géré via un annuaire. Mesure d avancement Une démarche d Urbanisation est un projet de longue haleine. Il s agit donc de bien mesurer au fur et à mesure des mois qui passent l avancement de cette démarche de progrès! A cette fin, le Club Urba a formalisé un outil de suivi de l avancement au travers le calcul d un indice d avancement. Graphiquement, il se représente ainsi : Urbanisation & Architecture Orientée Service (SOA) - 10

11 La suite du document se focalisera plus précisément sur la dernière règle énoncée : partager les traitements métiers. Nous donnerons ainsi quelques bonnes pratiques relatives à la mise en place des Architectures Orientées Services. Urbanisation & Architecture Orientée Service (SOA) - 11

12 3 LA DEMARCHE SOA L architecture orientée services (SOA) s inscrit dans une démarche d urbanisation qui guide la mise en place des applications «métiers» et fixe la frontière entre réutilisation de l existant (mainframe ) et nouveaux développements. L architecture SOA favorise la réutilisation fonctionnelle au travers de l approche service. Cette approche est un modèle d'interaction applicative mettant en œuvre des composants logiciels avec une forte cohérence interne et des couplages externes «lâches». Elle permet en outre de contractualiser la mise à disposition des grandes fonctions métier de l entreprise et induit une mise à disposition homogène de ces fonctions. De plus cette approche permet d envisager de manière uniforme la mise en place de fonctions communes comme l administration, l exploitation, la sécurité, etc. 3.1 Concept de service Conceptuellement, un service expose une fonction métier ou technique, qui doit : avoir le sens le plus universel pour une réutilisation optimale, être stable et pérenne, donc indépendante de son implémentation. Le service est de préférence autonome, favorisant ainsi le couplage faible entre services. Il implique de gérer un contexte d appel transmis mais non mémorisé (service «sans état»). Il fonctionne en toute transparence, fournissant des informations sur son exécution, ses performances Un service est donc une prestation élémentaire : assurée au bénéfice : - D une application, - D un processus métier, - D un autre service. partagée entre plusieurs applications, processus ou services, documentée et publiée, - Dans le référentiel des Services, - Dans les cartographies d urbanisation. conforme à une structure d implémentation modèle (selon sa typologie). Urbanisation & Architecture Orientée Service (SOA) - 12

13 Techniquement, un service, c est un ensemble d opérations exposées et accessibles aux consommateurs. La composante «Interface» est une description des Entrées / Sorties pour l ensemble des méthodes du service 6 (voir le chapitre sur le contrat de service). L implémentation représente la réponse codée à la fourniture des fonctionnalités exposées par l interface. Elle peut être de diverses natures car, étant masquée aux utilisateurs du service, le choix d une technique de mise en œuvre (technologies Web Service ou EJB ou connexion directe JDBC ) n a en principe pas d impact sur son exécution (à part un impact de performance mais qui est alors explicitement indiqué dans le contrat de service). L aspect Mapping est une couche technique (optionnelle) de mise en relation entre deux éléments de natures distincts (ex : objet java coté Service & structure à plat coté host, éventuellement au travers de l utilisation d un outil type hibernate). Les bouchons sont nécessaires pour les phases de tests et font partie intégrante des éléments logiciels du service. Concrètement, un service, c est l ensemble de composants suivants : 6 On utilisera indifféremment le terme «Service» pour désigner le composant ou l une de ses opérations. Urbanisation & Architecture Orientée Service (SOA) - 13

14 Du point de vue des outils support à l utilisation des services, les choix sont partagés de la façon suivante : La partie Descriptif (les spécifications du service) sera mémorisée dans un outil référentiel 7 constituant ainsi le référentiel des Services de l entreprise. La partie Code (l implémentation du service et des tests associés) sera gérée avec l outil retenu de gestion des versions des développements informatiques (Ex : Source Safe, CVS ). 3.2 Fiche signalétique d un service La fiche signalétique d un service est la carte d identité du service. Elle expose en quelques lignes les tenants et aboutissants du service. C est donc une composante essentielle de la partie descriptive et documentaire du service. Elle reprend l ensemble des éléments suivants : Nom du service Version actuelle Compatibilité avec autres versions Date de mise en service Date de péremption Entités métiers manipulées Applications clientes utilisatrices du service 8 Processus métiers clients (option) Sous services utilisés (ou appelés par le service décrit) 3.3 Contrat de service La valeur d une architecture de services repose sur des contrats qui garantissent stabilité, assurance et performance entre interlocuteurs. Un contrat de service spécifie un contrat d interface (nature des informations fournies et générées) et une qualité de service attendue et admise par les parties prenantes : Le contrat d interface caractérise les conditions d utilisation et garantit un service sans état à des fins de mutualisation (type de traitement, données d entrée et données de sortie, contraintes de sécurité). La qualité de service porte sur la disponibilité (éventuelle via la mise en place de solutions dégradées), la réactivité (temps de latence/délai d exécution, débit), la sécurité et, éventuellement, le coût de fonctionnement. Concrètement, le contrat de service se compose donc des éléments suivants : Politique d Utilisation - Description des interfaces d appel - Description des paramètres d appel Politique de sécurité - Authentification du demandeur - Gestion des droits d accès - Cryptage des informations Politique de robustesse - Présence d un Secours, mode dégradé/différé, reprise Politique de performance - Réactivité du service - Seuils d alerte, statistiques périodiques Politique d administration (suivi qualité de service) - Taux de disponibilité, indisponibilité maximale. 7 Repository de Service (WSRR chez IBM, MEGA V2007 ) 8 Utile pour l analyse d impact d une modification apportée sur un service. Urbanisation & Architecture Orientée Service (SOA) - 14

15 WSDL (Web Service Description Language) Description (basée sur XML) d une Interface publique d'accès à un service. Précise plusieurs aspects dont principalement : Le protocole de communication (binding) Les opérations exposées par le service (porttype) Le format de paramètres requis pour communiquer avec ce service (message) Syntaxe : Exemple de description WSDL d un service de contrôle d une adresse postale : 3.4 Un exemple de modèle SOA Une architecture SOA est donc basée sur la notion de service tel que décrit précédemment. Cependant, il reste de nombreux aspects à déterminer et à figer dans un modèle d entreprise. L agencement de ces services forme l architecture SOA (ou le modèle SOA) retenue pour l entreprise. Urbanisation & Architecture Orientée Service (SOA) - 15

16 Dans ce modèle, figurent plusieurs types de service. On parle alors de typologie de service comme décrit ci-après. 3.5 Typologie de services Il existe plusieurs catégories de services selon que l on les classe par nature de services (catégorisation verticale sur la figure 7) ou domaines de services (catégorisation horizontale) Service Applicatif (ou Use Case) 9 Le Service Applicatif permet de mettre en œuvre la logique applicative d une application telle qu elle a été identifiée par les cas d utilisation ou les processus métiers. Ce service est fortement lié à la logique de l application qui a nécessité sa création ; en général, il n est donc pas réutilisable, hors du contexte de l application. Le service applicatif active des règles de gestion qui vont conduire, dans le contexte de l application, à la modification d une grappe d objets métier. 9 Au sens UML du terme. Urbanisation & Architecture Orientée Service (SOA) - 16

17 3.5.2 Service Fonctionnel Le Service Fonctionnel permet d exposer des traitements métiers identifiés comme réutilisables dans des contextes variables (ex: calcul de devis). Le service fonctionnel travaille sur des objets métiers et fait donc appel à des services Entité ou Transverse. Dans le cas de l exposition d un service Host de haut niveau (et correspondant fonctionnellement à un SF), on s oblige à créer un SE de passage (prise en compte de la gestion du mapping ). La Valeur Ajoutée du SF réside dans ses caractéristiques particulières (mais arbitraire car dépendant du modèle SOA que l on décide d établir) : Le SF peut faire appel à des services plus élémentaires ou externes (partenaires). C est la notion d orchestration. Le SF représente la couche logicielle où seront prises en compte la gestion de la sécurité, des règles métiers déportées (ex : calculs globaux sur des listes) ou encore des libellés (voir plus loin dans le paragraphe) Service Entité (ou Service C.R.U.D.) 10 Le Service Entité expose les opérations basiques suivantes : Créer un nouvel objet métier dans le référentiel concerné. Rechercher un ensemble d objets métier selon des critères de recherche. Lire un objet métier selon une clef d accès unique. Exporter un objet vers un format donné (excel, pdf ). Mettre à jour un objet métier. Ce type de service permet de faire la transition entre le monde des référentiels de données et le monde de l application. Il s agit de transformer des données provenant d horizons hétérogènes en objets métier utilisables par les applications mettant 10 Signifie «Create Research Update Destruction» (les 4 opérations élémentaires sur un objet) Urbanisation & Architecture Orientée Service (SOA) - 17

18 en œuvre la SOA, et d assurer l opération inverse afin d enregistrer les modifications réalisées dans l application. Ces services sont importants dans la mesure où ils permettent de rendre les applications indépendantes du format de stockage des données métiers ainsi que de leur localisation. Concernant l opération de recherche, il est intéressant de raisonner en «niveau de profondeur» sur l objet métier retourné. En effet, un objet métier est généralement lié à d autres objets («Clients» avec «contrats», «contrat» avec «sinistres» ). Se pose alors la question de savoir quelle «grappe» d objet voulait en pratique l utilisateur qui demande un objet Veut-il simplement l objet métier racine ou veut-il un ensemble plus large d objets, tous reliés à l objet racine, origine de la requête? Pour répondre à ces différents cas, il est d usage de paramétrer les requêtes de recherche avec un type (ou scénario) de recherche. Ainsi, selon le scénario précisé, la requête retournera l objet métier seul ou un ensemble d objet selon une profondeur donnée sur la grappe d objet. Bien évidemment, le programmeur du composant CRUD installera des contrôles afin d éviter qu une requête mal définie tente de ramener «l ensemble du SI» Service Transverse (ou Infrastructure) Un Service Transverse offre des services dont la problématique n est pas uniquement métier. Un service transverse peut éventuellement être client d autres services transverses mais cette dépendance est peu souhaitable. Exemples de Services transverses : Service de log Service de gestion du Contexte Utilisateur Service de gestion des libellés Service Host Dans la majorité des grandes entreprises, l existant est aussi constitué d applications Mainframe. Les applications du HOST doivent alors être exposées au travers de services Host accessibles par les applications distribuées. Le pont entre les deux milieux (Host et distribué) peut se faire de différentes manières, nombreux sont les logiciels d infrastructure 11 qui se proposent d encapsuler et d exposer les services HOST (IMS, CICS ) à l extérieur. 3.6 Identification des services L identification des services est une étape importante dans la démarche SOA 12. On cherche en effet à identifier des Services Métier Réutilisables : Service : interaction unitaire avec le SI, comprenant une interface et exposé par un composant logiciel Métier : s exprime en langage métier, indépendamment de l implémentation. Réutilisable : tous processus de l entreprise qui mobilisent cette fonction devraient utiliser le même service 11 Il est possible de disposer d un serveur d applications sur le HOST, facilitant ainsi la communication avec l extérieur du Host. 12 On notera l effort particulier de IBM dans la formalisation d une méthode d identification des services. La méthode SOMA. Urbanisation & Architecture Orientée Service (SOA) - 18

19 Cette démarche s appuie sur plusieurs axes à la fois : Analyse des processus métiers (ou approche Top-Down) Analyse des objectifs métiers Analyse de l existant (ou approche Bottom-up) et sur le bon sens! SOMA : Méthode d origine IBM, est un support méthodologique à l alignement d une business architecture et d une architecture orientée service par une analyse combinée top-down (business driven, process based) et bottom-up (réutilisation des systèmes existants ou en projet). La première étape «identification des services candidats» peut suivre 3 approches. Le Domain decomposition est une analyse de processus métier. Elle répond donc aux règles de l analyse de processus. Le souci principal est d obtenir une analyse appropriée à la décomposition en services par l application des principes suivants : Identifier l événement métier déclencheur. N utiliser que des termes métier (sans lien avec les applications ni la technologie). Reste à savoir à quel niveau de décomposition s arrêter? Suivre la Rule of thumb 3 levels mais d autres critères peuvent s ajouter : Tâche unitaire. Issue d un acteur unique d une organisation unique. Complétude nécessaire pour aborder la tâche suivante. Contient au moins une interaction avec le système d information. Éventuellement transactionnelle. A la fin de cette phase, chaque tâche devient un service candidat pour ajout dans le portefeuille des services candidats. Goal Service Modeling consiste à identifier les objectifs Métier portés par le ou les processus (ex : Améliorer une productivité, un chiffre d affaire, une qualité de service, la qualité d information ). Dans cette phase, vont être recherchés les services qui permettent d informer de l atteinte de ces objectifs : Recherche de l existence de services cohérents avec les objectifs. Identifier les indicateurs clé de performance (KPI) : quelle est l information nécessaire à un manager responsable du processus pour valider l atteinte des objectifs? Définir les services qui vont permettre d obtenir cette information. Enfin, l Analyse des systèmes existants passera par : Faire la liste des fonctions des systèmes existants. Identifier les fonctions qui sont dans le périmètre fonctionnel du domaine mais qu on ne trouve pas dans le portefeuille des services candidats. Urbanisation & Architecture Orientée Service (SOA) - 19

20 La deuxième étape de la méthode revient à sélectionner les services à exposer puis spécifier les services ainsi retenus. La sélection repose sur une analyse de chaque service, le LITMUS, test sur 10 critères : 1. Fonction métier : la fonction correspond à une activité d un processus du métier 2. Réutilisation : plusieurs consommateurs sont identifiés pour le service. 3. Recomposabilité : il est possible de réutiliser le service dans le cadre d autres modes opératoires 4. Granularité : il n y a pas de possibilité d élargir la granularité du service pour augmenter sa réutilisation 5. Redondance : il n y a pas d autre service qui présente les mêmes entrées sorties et le même périmètre fonctionnel 6. Pas de gestion d état : les données d entrée et les données persistantes sont suffisantes pour que la fonction s exécute. Il ne tient pas compte des interactions passées. 7. Ininterruptible, sans action de l utilisateur : la fonction, telle qu elle serait implémentée, s utilise en une seule interaction. 8. Encapsulation : la fonction, telle qu elle serait implémentée n a pas besoin de traitements ou données implicites ou complémentaires, imposés par l implémentation. 9. Description externalisable : la fonction, telle qu elle serait implémentée, peut être exposée comme un web service 10. Qualité de service : la fonction, telle qu elle serait implémentée, répond à la qualité de service demandée La troisième étape, celle relevant des Décisions d implémentation, ne constituent pas un processus simple. Ces décisions reposent sur les savoirs faire de l architecte, sur la base des éléments recueillis lors des phases précédentes. SOMA ne propose pas de démarche particulière à ce niveau. L identification pertinente des services est un critère important pour la bonne qualité du SI global. Cependant, vu la grande quantité de services possibles pour les SI des grandes entreprises, il n est pas envisageable de créer autant de composants (au sens du composant logiciel autonome et déployé sur un serveur) que de services qui auront été identifiés. Il s agira donc, dans un second temps de réflexion, de regrouper les services au sein de composants. Les services sont alors appelés «Opérations» du composant qui par extension, peut parfois prendre le nom de service Assez naturellement, la politique de regroupement consistera à regrouper au sein d un même composant les services traitant des mêmes entités (ou objets) métiers mais il pourra éventuellement être tenu compte d autres critères de regroupement comme les contraintes liées au contrat de service (regroupement des opérations à fort besoin de disponibilité au sein d un même composant versus opérations non critiques). Urbanisation & Architecture Orientée Service (SOA) - 20

21 3.7 Référentiel des services Le référentiel des services sera l unique source d information mise à disposition de la DSI en général et des équipes de développement en particulier. Il contiendra une sorte de répertoire des services ainsi que la cartographie des applications utilisatrices des services. Figure 13 : Exemple de diagramme d architecture applicative (sous MEGA) Le référentiel doit également contenir la description des contrats de service, le détail des opérations (au format WSDL par exemple), la liste des applications utilisant le service et une vision des données (sous forme de Diagramme de classe) des objets manipulés. Figure 14 : Description complète d un composant SF Ces informations seront évidement exposées et consultables via un site Intranet. Figure 15 : Exemple de site Web contenant le référentiel SOA (sous MEGA) Urbanisation & Architecture Orientée Service (SOA) - 21

Urbanisation des Systèmes d Information Architecture d Entreprise. 04 Architecture du SI : identifier et décrire les services, structurer le SI

Urbanisation des Systèmes d Information Architecture d Entreprise. 04 Architecture du SI : identifier et décrire les services, structurer le SI Plan du chapitre Master Informatique et Systèmes Urbanisation des Systèmes d Information Architecture d Entreprise 04 Architecture du SI : identifier et décrire les services, structurer le SI 1 2 3 1.1

Plus en détail

Démarches d urbanisation : réorganiser le Système d Information en structurant ses fonctions dans des blocs fonctionnels communicants.

Démarches d urbanisation : réorganiser le Système d Information en structurant ses fonctions dans des blocs fonctionnels communicants. Plan du chapitre Master Informatique et Systèmes Urbanisation des Systèmes d Information Architecture d Entreprise 04 Architecture du SI : identifier et décrire les services, structurer le SI 1 2 3 4 5

Plus en détail

URBANISME DES SYSTÈMES D INFORMATION

URBANISME DES SYSTÈMES D INFORMATION FAYCAL AYECH GL2. INSAT 2010/2011 INTRODUCTION AUX SYSTÈMES D INFORMATIONS URBANISME DES SYSTÈMES D INFORMATION De l Urbanisme à L Urbanisation des SI Urbanisme : Mise en œuvre des politiques urbaines

Plus en détail

Objectif : Passer de l analyse métier et fonctionnelle à la définition des applications qui

Objectif : Passer de l analyse métier et fonctionnelle à la définition des applications qui Formation PARTIE 1 : ARCHITECTURE APPLICATIVE DUREE : 5 h Objectif : Passer de l analyse métier et fonctionnelle à la définition des applications qui automatisent les fonctions Définir une architecture

Plus en détail

Architecture d'entreprise : Guide Pratique de l'architecture Logique

Architecture d'entreprise : Guide Pratique de l'architecture Logique Guides Pratiques Objecteering Architecture d'entreprise : Guide Pratique de l'architecture Logique Auteur : Version : 1.0 Copyright : Softeam Equipe Conseil Softeam Supervisée par Philippe Desfray Softeam

Plus en détail

Urbanisme du Système d Information et EAI

Urbanisme du Système d Information et EAI Urbanisme du Système d Information et EAI 1 Sommaire Les besoins des entreprises Élément de solution : l urbanisme EAI : des outils au service de l urbanisme 2 Les besoins des entreprises 3 Le constat

Plus en détail

Conception, architecture et urbanisation des systèmes d information

Conception, architecture et urbanisation des systèmes d information Conception, architecture et urbanisation des systèmes d information S. Servigne Maître de Conférences, LIRIS, INSA-Lyon, F-69621 Villeurbanne Cedex e-mail: sylvie.servigne@insa-lyon.fr 1. Introduction

Plus en détail

D une part, elles ne peuvent faire table rase de la richesse contenue dans leur système d information.

D une part, elles ne peuvent faire table rase de la richesse contenue dans leur système d information. PACBASE «Interrogez le passé, il répondra présent.». Le Module e-business Les entreprises doivent aujourd hui relever un triple défi. D une part, elles ne peuvent faire table rase de la richesse contenue

Plus en détail

Corrigé - Exercices. A l'aide de vos connaissances et du document suivant, répondez aux questions.

Corrigé - Exercices. A l'aide de vos connaissances et du document suivant, répondez aux questions. Exercice 1 A l'aide de vos connaissances et du document suivant, répondez aux questions. 1. D'après vous, pourquoi utilise-t-on le terme d'«urbanisation» plutôt que celui d'«urbanisme»? On utilise le terme

Plus en détail

SOA et Services Web. 23 octobre 2011. SOA: Concepts de base

SOA et Services Web. 23 octobre 2011. SOA: Concepts de base SOA et Services Web 23 octobre 2011 1 SOA: Concepts de base 2 Du client serveur à la SOA N est Nest pas une démarche entièrement nouvelle: années 1990 avec les solutions C/S Besoins d ouverture et d interopérabilité

Plus en détail

Comment initialiser une démarche SOA

Comment initialiser une démarche SOA Comment initialiser une démarche SOA Placer l approche l SOA au cœur c de la vie du Système d Informationd Olivier Dennery IT Architect IBM certified BCS Application Innovation Objectifs Objectifs - Rappeler

Plus en détail

Optimiser vos méthodes d organisation (ITIL, COBIT, PRINCE2, ) par la mise en place d un processus de Gestion & Publication des connaissances adapté

Optimiser vos méthodes d organisation (ITIL, COBIT, PRINCE2, ) par la mise en place d un processus de Gestion & Publication des connaissances adapté Optimiser vos méthodes d organisation (ITIL, COBIT, PRINCE2, ) par la mise en place d un processus de Gestion & Publication des connaissances adapté 25/07/06 JJ Mois Année Présentation générale & Présentation

Plus en détail

WHITEPAPER. Quatre indices pour identifier une intégration ERP inefficace

WHITEPAPER. Quatre indices pour identifier une intégration ERP inefficace Quatre indices pour identifier une intégration ERP inefficace 1 Table of Contents 3 Manque de centralisation 4 Manque de données en temps réel 6 Implémentations fastidieuses et manquant de souplesse 7

Plus en détail

1. Une approche innovante, basée sur «l objet document» 2. Le respect des chaînes éditoriales de l entreprise

1. Une approche innovante, basée sur «l objet document» 2. Le respect des chaînes éditoriales de l entreprise Lucid e-globalizer, solution globale de gestion de contenu multilingue. Ce document a pour objectif de vous présenter Lucid e-globalizer, la solution de gestion de contenu multilingue de Lucid i.t., ses

Plus en détail

Management par les processus Les facteurs clés de succès. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE

Management par les processus Les facteurs clés de succès. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE Management par les processus Les facteurs clés de succès Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE 1 1. Objectifs et définitions 2. Le retour sur investissement des démarches 3. Les éléments structurants 4. Mise

Plus en détail

Gestion Projet : Cours 2

Gestion Projet : Cours 2 Gestion Projet : Cours 2 Le Système d Information «Ensemble d acteurs humains et/ou applicatifs en interaction les uns avec les autres ayant pour but de traiter, diffuser, persister l information afin

Plus en détail

WEB15 IBM Software for Business Process Management. un offre complète et modulaire. Alain DARMON consultant avant-vente BPM alain.darmon@fr.ibm.

WEB15 IBM Software for Business Process Management. un offre complète et modulaire. Alain DARMON consultant avant-vente BPM alain.darmon@fr.ibm. WEB15 IBM Software for Business Process Management un offre complète et modulaire Alain DARMON consultant avant-vente BPM alain.darmon@fr.ibm.com Claude Perrin ECM Client Technical Professional Manager

Plus en détail

Avantage d'une migration vers une solution EDI externalisée

Avantage d'une migration vers une solution EDI externalisée Avantage d'une migration vers une solution EDI externalisée Description Problématique Infrastructure Ressources Logiciel Maintenance Conclusion Avantages d une migration vers une solution EDI externalisée

Plus en détail

Atelier " Gestion des Configurations et CMDB "

Atelier  Gestion des Configurations et CMDB Atelier " Gestion des Configurations et CMDB " Président de séance : François MALISSART Mercredi 7 mars 2007 (Nantes) Bienvenue... Le thème : La Gestion des Configurations et la CMDB Le principe : Échanger

Plus en détail

Management par les processus les éléments structurants. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE

Management par les processus les éléments structurants. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE Management par les processus les éléments structurants Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE 1 1. Objectifs et définitions 2. Le retour sur investissement des démarches 3. Les éléments structurants 4. Mise en

Plus en détail

Systèmes d Information Avancés (et répartis)

Systèmes d Information Avancés (et répartis) Systèmes d Information Avancés (et répartis) Université Lyon 1 MIAGE L. Médini, mars 2005 Plan des cours Protocole HTTP et programmation serveur Architectures réparties Objets distribués Introduction aux

Plus en détail

ITIL V3. Objectifs et principes-clés de la conception des services

ITIL V3. Objectifs et principes-clés de la conception des services ITIL V3 Objectifs et principes-clés de la conception des services Création : janvier 2008 Mise à jour : juillet 2011 A propos A propos du document Ce document de référence sur le référentiel ITIL V3 a

Plus en détail

La gestion du cycle de vie des documents dans la banque de détail Société Générale : GED et Archivage électronique

La gestion du cycle de vie des documents dans la banque de détail Société Générale : GED et Archivage électronique Décembre 2007 JJ Mois Année La gestion du cycle vie s documents dans la banque détail Société Générale : GED et Archivage électronique 2 Sommaire Contexte : les projets GED et archivage électronique Constat

Plus en détail

Les serveurs applicatifs et les architectures Java

Les serveurs applicatifs et les architectures Java 03 Lucas Part 02 Page 179 Lundi, 20. août 2001 2:58 14 Chapitre 15 Les serveurs applicatifs et les architectures Java Nous avons vu jusqu ici, dans les chapitres précédents, que les utilisateurs accèdent

Plus en détail

[ Hornet ] Charte de méthodologie

[ Hornet ] Charte de méthodologie [ Hornet ] Hornet Cette création est mise à disposition selon le Contrat Paternité - Pas d'utilisation Commerciale - Partage des Conditions Initiales à l'identique disponible en ligne http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/2.0/fr/

Plus en détail

Nos Solutions PME VIPDev sont les Atouts Business de votre entreprise.

Nos Solutions PME VIPDev sont les Atouts Business de votre entreprise. Solutions PME VIPDev Nos Solutions PME VIPDev sont les Atouts Business de votre entreprise. Cette offre est basée sur la mise à disposition de l ensemble de nos compétences techniques et créatives au service

Plus en détail

Référence Etnic Architecture des applications

Référence Etnic Architecture des applications Référence Etnic Architecture des applications Table des matières 1. Introduction... 2 2. Architecture... 2 2.1 Démarche générale... 2 2.2 Modèle d architecture... 3 2.3 Découpe d une architecture applicative...

Plus en détail

Management des Systèmes d information (SI) UE5 - Gouvernance des SI

Management des Systèmes d information (SI) UE5 - Gouvernance des SI IAE Lyon 3 - DSCG / DUSCG 1 - Formation initiale 2015 - Semestre 1&2 Management des Systèmes d information (SI) UE5 - Gouvernance des SI S1 - M4 - Urbanisation des SI Yves MEISTERMANN DSCG UE 5 - Bulletin

Plus en détail

Démarches d urbanisation : réorganiser le Système d Information en structurant ses fonctions dans des blocs fonctionnels communicants.

Démarches d urbanisation : réorganiser le Système d Information en structurant ses fonctions dans des blocs fonctionnels communicants. Plan du chapitre Master Informatique et Systèmes Urbanisation des Systèmes d Information Architecture d Entreprise 04 Architecture du SI : identifier et décrire les services, structurer le SI 1 2 3 4 5

Plus en détail

Le Guide Pratique des Processus Métiers

Le Guide Pratique des Processus Métiers Guides Pratiques Objecteering Le Guide Pratique des Processus Métiers Auteur : Version : 1.0 Copyright : Softeam Equipe Conseil Softeam Supervisée par Philippe Desfray Softeam 21 avenue Victor Hugo 75016

Plus en détail

Réussir sa transformation grâce à l architecture d entreprise

Réussir sa transformation grâce à l architecture d entreprise POINT DE VUE Réussir sa transformation grâce à l architecture d entreprise Delivering Transformation. Together. Hichem Dhrif Hichem est Directeur de la division Défense et Sécurité de Sopra Steria Consulting.

Plus en détail

FICHE CONCEPT 01 ETL (EXTRACT TRANSFORM & LOAD)

FICHE CONCEPT 01 ETL (EXTRACT TRANSFORM & LOAD) FICHE CONCEPT 01 ETL (EXTRACT TRANSFORM & LOAD) BIEN GERER SES REFERENTIELS DE DONNEES : UN ENJEU POUR MIEUX PILOTER LA PERFORMANCE DE SON ETABLISSEMENT octobre 2008 GMSIH 44, Rue de Cambronne 75015 Paris.

Plus en détail

Projet : Plan Assurance Qualité

Projet : Plan Assurance Qualité Projet : Document : Plan Assurance Qualité 2UP_SPEC_DEV1 VERSION 1.00 Objet Ce document a pour objectif de définir la démarche d analyse et de conception objet ainsi les activités liées. Auteur Eric PAPET

Plus en détail

Conception Exécution Interopérabilité. Déploiement. Conception du service. Définition du SLA. Suivi du service. Réception des mesures

Conception Exécution Interopérabilité. Déploiement. Conception du service. Définition du SLA. Suivi du service. Réception des mesures Software propose une offre d intégration unique, qui apporte l équilibre parfait entre investissements et performances pour les entreprises qui doivent sans cesse améliorer leurs processus. Des caractéristiques

Plus en détail

Systèmes d information

Systèmes d information 11 Systèmes Cette famille rassemble des métiers dont la finalité est de concevoir, développer, exploiter et entretenir des solutions (logicielles et matérielles) répondant aux besoins collectifs et individuels

Plus en détail

Objectifs. Maîtriser. Pratiquer

Objectifs. Maîtriser. Pratiquer 1 Bases de Données Objectifs Maîtriser les concepts d un SGBD relationnel Les modèles de représentations de données Les modèles de représentations de données La conception d une base de données Pratiquer

Plus en détail

Environnements de Développement

Environnements de Développement Institut Supérieur des Etudes Technologiques de Mahdia Unité d Enseignement: Environnements de Développement Mme BEN ABDELJELIL HASSINE Mouna m.bnaj@yahoo.fr Développement des systèmes d Information Syllabus

Plus en détail

ACube. Charte méthodologique. Version 1.2 du 22/02/2010. Etat : Validé

ACube. Charte méthodologique. Version 1.2 du 22/02/2010. Etat : Validé Charte méthodologique Version 1.2 du 22/02/2010 Etat : Validé Communauté Adullact Projet SUIVI DES MODIFICATIONS Version Rédaction Description Vérification Date 1.0 S. Péguet Initialisation 20/03/07 1.1

Plus en détail

La Gestion Electronique des Documents

La Gestion Electronique des Documents La Gestion Electronique des Documents La mise en place d une solution La gestion de l information est devenue un enjeu stratégique majeur à l intérieur des organisations. D après l observation des projets

Plus en détail

INDUSTRIALISATION ET RATIONALISATION

INDUSTRIALISATION ET RATIONALISATION INDUSTRIALISATION ET RATIONALISATION A. LA PROBLEMATIQUE La mission de toute production informatique est de délivrer le service attendu par les utilisateurs. Ce service se compose de résultats de traitements

Plus en détail

CARTE HEURISTIQUE...1 ARCHITECTURES APPLICATIVES...2

CARTE HEURISTIQUE...1 ARCHITECTURES APPLICATIVES...2 Table des matières CARTE HEURISTIQUE...1 ARCHITECTURES APPLICATIVES...2 CLIENT/SERVEUR :... 2 Les principes de base...2 MIDDLEWARE... 3 VUE EN NIVEAUX... 3 1 Tier...3 2 Tier...3 3 Tier...3 n Tier...4 L'ÉVOLUTION

Plus en détail

Référentiels partagés. Définition et positionnement dans le SI

Référentiels partagés. Définition et positionnement dans le SI Référence : CNRS / DSI / REFERENTIELS / Référentiels_applications_v5.doc Date : janvier 2005 Version : 5.0 Auteurs : Equipe Référentiels du projet RUE (Référentiels Urbanisation EAI) Passage de la version

Plus en détail

Gouvernance des mesures de sécurité avec DCM-Manager. Présentation du 22 mai 2014

Gouvernance des mesures de sécurité avec DCM-Manager. Présentation du 22 mai 2014 Gouvernance des mesures de sécurité avec DCM-Manager Présentation du 22 mai 2014 Gérer les actifs logiciels et leur répartition Maîtriser le durcissement des configurations Suivre l application des correctifs

Plus en détail

QUELS SONT LES DEFIS DE L OUTSOURCING? 3 INTEGRATION DE L OFFRE PROFECI DANS LE CADRE DE LA MISE EN PLACE D UNE RELATION D OUTSOURCING 6

QUELS SONT LES DEFIS DE L OUTSOURCING? 3 INTEGRATION DE L OFFRE PROFECI DANS LE CADRE DE LA MISE EN PLACE D UNE RELATION D OUTSOURCING 6 QUELS SONT LES DEFIS DE L OUTSOURCING? 3 DEFINIR VOS REGLES DU JEU 3 CONTROLER L APPLICATION DES REGLES 3 VOUS OBLIGER A JOUER LE JEU : «RECONNAITRE ET ACCEPTER LES CONTRAINTES S IMPOSANT A VOUS» 4 CONCLUSION

Plus en détail

Gérez efficacement vos flux d entreprises.

Gérez efficacement vos flux d entreprises. Gérez efficacement vos flux d entreprises. g geai* répond au besoin de gestion des flux de données inter et intra-entreprises. Vous maîtrisez vos flux autour d une application centralisée. *EAI : Enterprise

Plus en détail

Gestion des données de référence (MDM)

Gestion des données de référence (MDM) Chapitre 1 - COMPRENDRE LE MARCHÉ Gestion des données de référence (MDM) Copyright 2009 CXP. 1 All rights reserved. Reproduction or distribution of this document, in any form, is expressly prohibited without

Plus en détail

FICHE JANVIER 2009 THÉMATIQUE. Direction de projets et programmes

FICHE JANVIER 2009 THÉMATIQUE. Direction de projets et programmes FICHE JANVIER 2009 THÉMATIQUE Direction de projets et programmes La représentation par les processus pour les projets Système d Information (SI) La modélisation de l'entreprise par les processus devient

Plus en détail

Le Workflow comme moteur des projets de conformité

Le Workflow comme moteur des projets de conformité White Paper Le Workflow comme moteur des projets de conformité Présentation Les entreprises sont aujourd'hui soumises aux nouvelles régulations, lois et standards de gouvernance les obligeant à mettre

Plus en détail

Guillaume SOLDERA (B guillaume.soldera@serli.fr) SERLI Informatique Bull OW2 Consortium. Comparatif Choco/Drools dans le cadre du projet JASMINe

Guillaume SOLDERA (B guillaume.soldera@serli.fr) SERLI Informatique Bull OW2 Consortium. Comparatif Choco/Drools dans le cadre du projet JASMINe Guillaume SOLDERA (B guillaume.soldera@serli.fr) SERLI Informatique Bull OW2 Consortium dans le cadre du projet JASMINe Avril 2008 Table des matières 1 Introduction 3 1.1 Rappel sur JASMINe.......................................

Plus en détail

Urbanisation des Systèmes d'information

Urbanisation des Systèmes d'information Urbanisation des Systèmes d'information Les Audits de Systèmes d Information et leurs méthodes 1 Gouvernance de Système d Information Trois standards de référence pour trois processus du Système d Information

Plus en détail

Master Informatique et Systèmes. Architecture des Systèmes d Information. 03 Architecture Logicielle et Technique

Master Informatique et Systèmes. Architecture des Systèmes d Information. 03 Architecture Logicielle et Technique Master Informatique et Systèmes Architecture des Systèmes d Information 03 Architecture Logicielle et Technique Damien Ploix 2014-2015 Démarche d architecture SI : structuration en vues Quels métiers?

Plus en détail

Business Project Management : Cycle de vie des documents et workflow

Business Project Management : Cycle de vie des documents et workflow Business Project Management : Cycle de vie des documents et workflow Iut de Tours Département Information-Communication Option Gestion de l Information et du Document dans les Organisations Page 1 sur

Plus en détail

IBM Cognos TM1. Fiche Produit. Aperçu

IBM Cognos TM1. Fiche Produit. Aperçu Fiche Produit IBM Cognos TM1 Aperçu Cycles de planification raccourcis de 75 % et reporting ramené à quelques minutes au lieu de plusieurs jours Solution entièrement prise en charge et gérée par le département

Plus en détail

DataEXchanger. Echangez en toute simplicité. Atelier Dex Etat des lieux Dex X. Présentation DEX X

DataEXchanger. Echangez en toute simplicité. Atelier Dex Etat des lieux Dex X. Présentation DEX X Atelier Dex Etat des lieux Dex X Lamine Ndiaye Consultant Sénior Arnaud François Responsable Support Nicolas Marin Responsable Activité DataEXchanger Echangez en toute simplicité mardi 19 juin 2012 Présentation

Plus en détail

Les nouvelles architectures des SI : Etat de l Art

Les nouvelles architectures des SI : Etat de l Art Les nouvelles architectures des SI : Etat de l Art Objectif Mesurer concrètement les apports des nouvelles applications SI. Être capable d'évaluer l'accroissement de la complexité des applications. Prendre

Plus en détail

PLAN. Industrialisateur Open Source LANS DE SECOURS INFORMATIQUES PRINCIPES GENERAUX ETAT DE L ART SELON BV ASSOCIATES

PLAN. Industrialisateur Open Source LANS DE SECOURS INFORMATIQUES PRINCIPES GENERAUX ETAT DE L ART SELON BV ASSOCIATES PLAN LANS DE SECOURS INFORMATIQUES PRINCIPES GENERAUX & ETAT DE L ART SELON BV ASSOCIATES Copyright BV Associates 2013 IMEPSIA TM est une marque déposée par BV Associates Page 1 SOMMAIRE 1 PRINCIPES GENERAUX

Plus en détail

Services informatiques aux organisations

Services informatiques aux organisations I. APPELLATION DU DIPLÔME II. CHAMP D'ACTIVITÉ Services informatiques aux organisations Spécialité «Solutions logicielles et applications métiers» Spécialité «Solutions d infrastructure, systèmes et réseaux»

Plus en détail

Positionnement de UP

Positionnement de UP UNIFIED PROCESS Positionnement de UP Unified Process Langage Méthode Outil logiciel UML UP RUP 6 BONNES PRATIQUES développement itératif gestion des exigences architecture basée sur des composants modélisation

Plus en détail

Les Architectures Orientées Services (SOA)

Les Architectures Orientées Services (SOA) Les Architectures Orientées Services (SOA) Ulrich Duvent Guillaume Ansel Université du Littoral Côte d Opale 50, Rue Ferdinand Buisson BP 699 62228 Calais Cedex Téléphone (33) 03.21.46.36.92 Télécopie

Plus en détail

Cisco Unified Computing Migration and Transition Service (Migration et transition)

Cisco Unified Computing Migration and Transition Service (Migration et transition) Cisco Unified Computing Migration and Transition Service (Migration et transition) Le service Cisco Unified Computing Migration and Transition Service (Migration et transition) vous aide à migrer vos applications

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

Sage Online, les solutions qui me ressemblent. sécurité simplicité mobilité expertise métier. Les solutions de gestion Cloud pour les PME

Sage Online, les solutions qui me ressemblent. sécurité simplicité mobilité expertise métier. Les solutions de gestion Cloud pour les PME Sage Online, les solutions qui me ressemblent sécurité simplicité mobilité expertise métier Les solutions de gestion Cloud pour les PME Le choix du Cloud : une solution clés en main pour la gestion de

Plus en détail

Avant-propos... Introduction... Première partie Comprendre : les concepts. Chapitre 1 La gestion des données de référence... 3

Avant-propos... Introduction... Première partie Comprendre : les concepts. Chapitre 1 La gestion des données de référence... 3 Table des matières Avant-propos..................................................... Introduction...................................................... XI XV Première partie Comprendre : les concepts Chapitre

Plus en détail

La construction d un référentiel d identité est au cœur des approches de gestion des identités et des accès.

La construction d un référentiel d identité est au cœur des approches de gestion des identités et des accès. Etat de l art Synchronisation des identités pour un référentiel d identités multi-annuaires La construction d un référentiel d identité est au cœur des approches de gestion des identités et des accès.

Plus en détail

Agrément des Hébergeurs de données de Santé Exemple d Audit de conformité Sécurité et Technique «ASIP Santé»

Agrément des Hébergeurs de données de Santé Exemple d Audit de conformité Sécurité et Technique «ASIP Santé» Agrément des Hébergeurs de données de Santé Exemple d Audit de conformité Sécurité et Technique «ASIP Santé» Sommaire 1 Glossaire et abréviations... 3 1.1 Glossaire... 3 1.2 Abréviations... 3 2 Liminaire...

Plus en détail

Architecture N-Tier. Ces données peuvent être saisies interactivement via l interface ou lues depuis un disque. Application

Architecture N-Tier. Ces données peuvent être saisies interactivement via l interface ou lues depuis un disque. Application Architecture Multi-Tier Traditionnellement une application informatique est un programme exécutable sur une machine qui représente la logique de traitement des données manipulées par l application. Ces

Plus en détail

Définition. Caractéristiques. - Du partage des ressources : espace de stockage, imprimantes, lignes de communication.

Définition. Caractéristiques. - Du partage des ressources : espace de stockage, imprimantes, lignes de communication. CONNECTER LES SYSTEMES ENTRE EUX L informatique, au cœur des tâches courantes, a permis de nombreuses avancées technologiques. Aujourd hui, la problématique est de parvenir à connecter les systèmes d information

Plus en détail

Regard sur hybridation et infogérance de production

Regard sur hybridation et infogérance de production Regard sur hybridation et infogérance de production Février 2014 édito «comment transformer l hybridation des infrastructures en levier de performances?» Les solutions d infrastructure connaissent depuis

Plus en détail

Développement itératif, évolutif et agile

Développement itératif, évolutif et agile Document Développement itératif, évolutif et agile Auteur Nicoleta SERGI Version 1.0 Date de sortie 23/11/2007 1. Processus Unifié Développement itératif, évolutif et agile Contrairement au cycle de vie

Plus en détail

Architecture des systèmes d information

Architecture des systèmes d information Architecture des systèmes d information Table des matières 1 La décennie 70 1 2 Le modèle relationnel (les années 80) 1 3 Enrichissement du relationnel (les années 80/90) 2 4 Système d informations (les

Plus en détail

ORACLE DATA INTEGRATOR ENTERPRISE EDITION - ODI EE

ORACLE DATA INTEGRATOR ENTERPRISE EDITION - ODI EE ORACLE DATA INTEGRATOR ENTERPRISE EDITION - ODI EE ORACLE DATA INTEGRATOR ENTERPRISE EDITION offre de nombreux avantages : performances de pointe, productivité et souplesse accrues pour un coût total de

Plus en détail

UML Mise en œuvre dans un projet. Emmanuel Pichon 2013

UML Mise en œuvre dans un projet. Emmanuel Pichon 2013 UML Mise en œuvre dans un projet 2013 Introduction Rôles et activités dans un projet Définir la méthode de votre projet Adapter la modélisation à la méthode de votre projet Conseils de mise en œuvre de

Plus en détail

Simplifier l intégration des systèmes RH et garantir une version unique des données de l employé. D

Simplifier l intégration des systèmes RH et garantir une version unique des données de l employé. D Simplifier l intégration des systèmes RH et garantir une version unique des données de l employé. D ésormais, les entreprises utilisent des solutions variées pour gérer les multiples aspects des ressources

Plus en détail

Chapitre 9 : Informatique décisionnelle

Chapitre 9 : Informatique décisionnelle Chapitre 9 : Informatique décisionnelle Sommaire Introduction... 3 Définition... 3 Les domaines d application de l informatique décisionnelle... 4 Architecture d un système décisionnel... 5 L outil Oracle

Plus en détail

CONTEXTE GENERAL : CADRE DE REFLEXION ET D ACTION ET DOMAINES D INTERVENTION

CONTEXTE GENERAL : CADRE DE REFLEXION ET D ACTION ET DOMAINES D INTERVENTION COSEIL ET EXPERTISE FOCTIO rchitecte informatique CLSSIFICTIO / GROUPE RISO D ETRE / ISSIO Participe à la construction du contenu du cadre de référence de l urbanisme du SI (description des applications

Plus en détail

Les ressources numériques

Les ressources numériques Les ressources numériques Les ressources numériques sont diverses et regroupent entre autres, les applications, les bases de données et les infrastructures informatiques. C est un ensemble de ressources

Plus en détail

Software Application Portfolio Management

Software Application Portfolio Management Environnement complet de consolidation du Patrimoine Applicatif & de production des Tableaux de bords d inventaire et de pilotage Software Application Portfolio Management Collecter Centraliser Normaliser

Plus en détail

T A L E N T E D T O G E T H E R. Métiers de la Banque. Métiers de la Banque Part 4 / 2007 1

T A L E N T E D T O G E T H E R. Métiers de la Banque. Métiers de la Banque Part 4 / 2007 1 T A L E N T E D T O G E T H E R Métiers de la Banque Métiers de la Banque Part 4 / 2007 1 Sommaire 1 er Partie : Panorama du monde bancaire Organisation de la profession Les grandes activités bancaires

Plus en détail

Paroles d expert. ITIL V3, accélérateur de la stratégie de services

Paroles d expert. ITIL V3, accélérateur de la stratégie de services 33 3 3 3 ITIL V3, accélérateur de la stratégie de Dans le référentiel ITIL V2, les ouvrages Business Perspective, Plan to Implement, et ceux traitant des processus eux-mêmes, ont, à divers degrés, abordé

Plus en détail

Forum panafricain sur le leadership et le management de l action gouvernementale. Forum des secrétaires généraux de gouvernement

Forum panafricain sur le leadership et le management de l action gouvernementale. Forum des secrétaires généraux de gouvernement Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le développement Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) Forum panafricain sur le leadership et le management de

Plus en détail

Plan d'assurance et contrôle qualité

Plan d'assurance et contrôle qualité IUP MIAGE Master 1 année 2008-2009 IPROmaix Plan d'assurance et contrôle qualité Référence : IPROmaix/documentOfficiel/PACQ Date de dernière mise àjour : 29/04/2009 Indice de révision du document : 00

Plus en détail

Leader de l Actuariat Conseil et de la Gestion des Risques

Leader de l Actuariat Conseil et de la Gestion des Risques Leader de l Actuariat Conseil et de la Gestion des Risques Optimind Winter respecte les meilleurs standards européens sur l ensemble des expertises associées à la chaîne des risques des organismes assureurs,

Plus en détail

Problématique, Constats

Problématique, Constats Problématique, Constats Réactivité de la DSI pour les projets numériques consommateurs Contraintes de temps et de coûts Forte pression des métiers Compétitivité des sociétés externes Décalage de démarrage

Plus en détail

URML Ile de France. "Stockage et partage de données : Nouveautés Technologiques" 20 mai 2003

URML Ile de France. Stockage et partage de données : Nouveautés Technologiques 20 mai 2003 URML Ile de France "Stockage et partage de données : Nouveautés Technologiques" 20 mai 2003 1 Plan! Les enjeux de l informatisation des réseaux de santé et les domaines de besoin (rappels)! Les modèles

Plus en détail

La gestion des données de référence ou comment exploiter toutes vos informations

La gestion des données de référence ou comment exploiter toutes vos informations La gestion des données de référence ou comment exploiter toutes vos informations La tour de Babel numérique La gestion des données de référence (appelée MDM pour Master Data Management) se veut la réponse

Plus en détail

PROGRAMME DU CONCOURS DE RÉDACTEUR INFORMATICIEN

PROGRAMME DU CONCOURS DE RÉDACTEUR INFORMATICIEN PROGRAMME DU CONCOURS DE RÉDACTEUR INFORMATICIEN 1. DÉVELOPPEMENT D'APPLICATION (CONCEPTEUR ANALYSTE) 1.1 ARCHITECTURE MATÉRIELLE DU SYSTÈME INFORMATIQUE 1.1.1 Architecture d'un ordinateur Processeur,

Plus en détail

Le logiciel Négoce International du Système COSMOS

Le logiciel Négoce International du Système COSMOS Le logiciel Négoce International du Système COSMOS Le logiciel «Cosmos Négoce International» est une gestion commerciale complète spécialisée pour les entreprises dont les activités de ventes aux clients

Plus en détail

Résumé CONCEPTEUR, INTEGRATEUR, OPERATEUR DE SYSTEMES CRITIQUES

Résumé CONCEPTEUR, INTEGRATEUR, OPERATEUR DE SYSTEMES CRITIQUES Aristote ----- Cloud Interopérabilité Retour d'expérience L A F O R C E D E L I N N O V A T I O N Résumé Les systèmes d'information logistique (SIL) sont des outils qui amènent des gains de productivité

Plus en détail

Entreprises Nationales - Internationales - Assurances - Prestataires de services BPO

Entreprises Nationales - Internationales - Assurances - Prestataires de services BPO Entreprises Nationales - Internationales - Assurances - Prestataires de services BPO Connectez toutes vos applications Pilotez vos processus métiers POUR UNE CIRCULATION COHERENTE,CONTINUE ET COLLABORATIVE

Plus en détail

L EAI. par la pratique. François Rivard. Thomas Plantain. Groupe Eyrolles, 2003 ISBN : 2-212-11199-1

L EAI. par la pratique. François Rivard. Thomas Plantain. Groupe Eyrolles, 2003 ISBN : 2-212-11199-1 L EAI par la pratique François Rivard Thomas Plantain ISBN : 2-212-11199-1 Table des matières Avant-propos................................................ Quel est l objectif de cet ouvrage...............................

Plus en détail

Enjeux et perspectives des Centres de Services Partagés. Nos convictions et notre approche

Enjeux et perspectives des Centres de Services Partagés. Nos convictions et notre approche Enjeux et perspectives des Centres de Services Partagés Nos convictions et notre approche Cédric Damiens Directeur - ALDEA ALDEA - www.aldea.fr Enjeux et perspectives des Centres de Services Partagés :

Plus en détail

ISO 27002 // Référentiels de la santé

ISO 27002 // Référentiels de la santé ISO 27002 // Référentiels de la santé Vue des établissements de santé Club 27001 27/03/2015 Nicole Genotelle Version 1.0 Sommaire Contexte Thématiques 27002 // référentiels de santé Exemples de mise en

Plus en détail

l esprit libre www.thalesgroup.com/security-services

l esprit libre www.thalesgroup.com/security-services > L infogérance l esprit libre Ou comment contribuer à la performance de l entreprise en externalisant ses systèmes d information critiques www.thalesgroup.com/security-services >> PERFORMANCE ET INFOGERANCE

Plus en détail

Conception d Applications Réparties

Conception d Applications Réparties Jean-François Roos LIFL - équipe GOAL- bâtiment M3 Extension - bureau 206 -Jean-Francois.Roos@lifl.fr 1 Objectifs du Cours Appréhender la conception d applications réparties motivations et concepts architectures

Plus en détail

Drive your success. «Un écosystème complexe implique une capacité de gestion temps réel des aléas» www.imagina-international.com

Drive your success. «Un écosystème complexe implique une capacité de gestion temps réel des aléas» www.imagina-international.com Drive your success «Un écosystème complexe implique une capacité de gestion temps réel des aléas» www.imagina-international.com ATEN, dix avantages au service de votre entreprise Qualité de mise en œuvre

Plus en détail

Le "tout fichier" Le besoin de centraliser les traitements des fichiers. Maitriser les bases de données. Historique

Le tout fichier Le besoin de centraliser les traitements des fichiers. Maitriser les bases de données. Historique Introduction à l informatique : Information automatisée Le premier ordinateur Définition disque dure, mémoire, carte mémoire, carte mère etc Architecture d un ordinateur Les constructeurs leader du marché

Plus en détail

Solutions de gestion de la sécurité Livre blanc

Solutions de gestion de la sécurité Livre blanc Solutions de gestion de la sécurité Livre blanc L intégration de la gestion des identités et des accès avec l authentification unique Objectif : Renforcer la politique de sécurité et améliorer la productivité

Plus en détail

Mineure Architectures Orientées Services SOA Business Process Modeling (BPM) Mineure SOA. Business Process Modeling (BPM)

Mineure Architectures Orientées Services SOA Business Process Modeling (BPM) Mineure SOA. Business Process Modeling (BPM) Mineure SOA Business Process Modeling (BPM) Idir AIT SADOUNE idir.aitsadoune@supelec.fr Idir AIT SADOUNE - Plan 1 Notion de processus? 2 Modélisation des processus? 3 Langages

Plus en détail