Aide au développement et accès à l'eau et à l'assainissement en Afrique subsaharienne Vue d ensemble

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Aide au développement et accès à l'eau et à l'assainissement en Afrique subsaharienne Vue d ensemble"

Transcription

1 Ade au développement et accès à l'eau et à l'assanssement en Afrque subsaharenne Vue d ensemble Banque afrcane de développement

2

3 Ade au développement et accès à l'eau et à l'assanssement en Afrque subsaharenne

4

5 Ade au développement et accès à l'eau et à l'assanssement en Afrque subsaharenne Vue d ensemble Adeleke Salam, Marco Stampn et Abdul B. Kamara Responsables de la publcaton Banque afrcane de développement

6 Ade au développemen à l eau et à l assansse Ade au développement et accès à l eau et à l assanssement en Afrque subsaharenne Le présent document a été préparé par le Groupe de la Banque afrcane de développement (BAD). Les dénomnatons employées dans cette publcaton n mplquent, de la part de la Banque, aucune prse de poston quant au statut jurdque ou au tracé des frontères des pays. Après tant d efforts réalsés pour présenter des nformatons auss fables que possble, la BAD déclne toute responsablté quant à l utlsaton qu pourra être fate de ces données. Publé par : Groupe de la Banque afrcane de développement (BAD) Agence temporare de relocalsaton (ATR) Angle de l avenue du Ghana et des rues Perre de Coubertn, Hed Noura B.P Tuns Belvédère, Tunse Tél. : (216) Fax : (216) E-mal : Ste Web : Copyrght 2011 Groupe de la Banque afrcane de développement ISBN v

7 Avant-propos Avant-propos Offrr de l eau potable et des servces d assanssement aux ctoyens consttue l un des prncpaux défs auxquels sont confrontés les gouvernements afrcans. La queston de l accès à une eau potable et à de melleurs servces d assanssement est très ben décrte et défne comme une prorté dans les dvers documents de poltque générale, documents de stratége, déclaratons et conventons aux nveaux natonal, contnental et nternatonal. Pourtant, on ne sat toujours pas exactement s l accès durable à une eau potable et à des servces d assanssement de base a reçu l appu fnancer et les autres ades de la part des décdeurs poltques et des donateurs en Afrque subsaharenne. Une autre queston encore plus pressante est de comprendre comment les gouvernements afrcans ont utlsé l ade publque au développement (APD) dsponble, allouée au secteur de l approvsonnement en eau et de l assanssement (AEPA), afn de garantr les plus hautes performances possbles et la prestaton de servces AEPA aux ctoyens. Dans ce contexte, le présent rapport fournt une analyse approfonde du rôle, de l mportance et du cblage de l ade au développement pour l approvsonnement en eau potable et l assanssement. Selon ce rapport, les flux des décassements nets de l APD ont plus que doublé en termes réels depus 1980, cette augmentaton s étant prncpalement manfestée au cours des 10 dernères années. En 2008, la régon a reçu 27,5 % des flux des décassements nets de l APD à destnaton des pays en développement, sot une enveloppe globale de 24 mllards dollars E-U qu représente 2,4 % du PIB de l Afrque subsaharenne. Les décassements bruts de l APD dans le secteur de l eau et de l assanssement en Afrque subsaharenne sont passés de 757 mllons $ É-U en 1995 à 1,438 mllards en D autres éléments du rapport ndquent que l augmentaton de l ade n a cependant pas engendré les progrès escomptés dans l offre d une eau potable et de melleures nstallatons d assanssement aux populatons de cette régon. L accès à l eau courante en Afrque subsaharenne reste généralement fable. Il s est améloré de façon margnale, passant de 15 % en 1990 à 16 % en Au nveau natonal, les chffres montrent toutefos des varatons sgnfcatves, certans pays affchant de bonnes performances par rapport aux autres. À ttre d exemple, le Botswana, les Comores, Djbout, la Gambe, Maurce, la Nambe et l Afrque du Sud ont tous enregstré un taux d accès supéreur à 90 %. De la même façon, l accès à de melleures nstallatons d assanssement reste généralement fable. Seuls le Botswana, la Gambe, Maurce et l Afrque du Sud affchaent des taux d au mons 60 %. Dans 10 pays (le Bénn, le Burkna Faso, l Érythrée, l Éthope, le Ghana, Madagascar, le Nger, la Serra Leone, le Tchad et le Togo), le taux d accès aux nstallatons état nféreur à 15 %. Le groupe de pays affchant de bonnes performances n a pas les mêmes résultats pour l accès à l eau et pour l accès aux nstallatons d assanssement. Par exemple, le Burkna Faso et le Ghana ont accompl des progrès remarquables concernant l accès à l eau potable, mas ls n ont enregstré que de légères améloratons pour l accès à l assanssement. Les mauvas résultats du secteur AEPA s explquent par les fables capactés des destnatares de l ade, l appu nsuffsant des gouvernements, et l nsuffsance du suv et de l évaluaton. Le présent rapport fournt des nformatons utles qu servront aux pays membres régonaux (PMR), aux actvtés de la Banque et aux organsmes donateurs pour concevor et mettre en œuvre les stratéges futures d ade au développement et les actons à mener pour amélorer l accès à l eau et à l assanssement en Afrque subsaharenne. Ce rapport devrat rendre plus effcace l utlsaton de l ade au développement et contrbuer à amélorer l accès à l eau et à l assanssement en Afrque subsaharenne. Nous tenons à remercer tous ceux qu ont prs part à cette étude. Enfn, nous recommandons ce rapport à nos lecteurs, en partculer aux décdeurs poltques, aux pratcens du développement, aux chercheurs et aux autres partes prenantes du secteur de l eau et de l assanssement. Professeur Mthul Ncube Économste en chef et Vce-présdent Glbert Mbesherubusa Vce-présdent p.., Infrastructures et opératons du secteur prvé v

8 Remercements Remercements Cette étude a été préparée grâce au souten du Programme de partenarat mult-donateurs sur l eau (MDWPP) de la Banque afrcane de développement (BAD), appuyé par les gouvernements des Pays-Bas, du Canada, du Danemark et la BAD. Le personnel de la BAD a apporté une préceuse contrbuton à cette étude, notamment Léonce Ndkumana, Désré Vencatachellum, Serng Jallow, Abdul Kamara, Abebe Shmeles, John Anyanwu, Thomas Roberts, Edward Sennoga, Andrew Mbro, John Sfuma, Arthur M. Swatson et Amhayesus Metafera, mas auss Nejb Kacem, Sylve Conde, Domna Buzngo, Walter O. Odero, Fath Kaguamba, Benedct S.Kanu, Amna Egal, Mona Moumn, Smon Randratsferana, Abderrahmane Outagueroune, Ejkeme Okonkwo et Aymen Dhb. Nous tenons également à remercer les personnes qu ont partcpé aux études de cas pays, notamment, Grace Katuramu, P. Palenfo, D. Goungounga, J. Hen, M.O. Thanou, J. Zoungrana, Z. Benao, Y. Barry, F.R. Ouedraogo, M. Konate, I.B. Darra, S. Traore, A. Meyer et I. Schuttpelz. Ces personnes, ans que de nombreux autres ntervenants et responsables dont nous n avons pas cté les noms, ont énormément contrbué à meux fare comprendre la stuaton de l eau et de l assanssement au nveau local en Afrque subsaharenne. v

9 Table des matères Table of des Contents matères Table of Contents Avant-propos... v Remercments...v Sgles et abrévatons v Chaptre 1 : Ade au développement et accès à l eau et à l assanssement en Afrque subsaharenne Contexte Ade publque au développement en Afrque subsaharenne Accès aux servces d eau et d assanssement Indce eau et assanssement concernant l effcacté au plan du développement...5 Chaptre 2 : Études de cas natonales Introducton Madagascar Kenya Ouganda Burkna Faso...19 Chaptre 3 : Opnons des experts, des bénéfcares et d autres partes prenantes Introducton Enquête consultatve auprès des professonnels de l eau : résultats...24 Chaptre 4 : Vers la réalsaton d un accès durable aux servces d eau et d assanssement et l effcacté de l ade au développement : conclusons et recommandatons Progrès accompls dans le secteur de l eau et de l assanssement Facteurs détermnants des performances Prncpales recommandatons : Corrger les anomales passées du secteur de l eau et de l assanssement pour de melleures performances et une plus grande effcacté de l ade au développement Partcpaton de la Banque afrcane de développement et d autres acteurs...29 Références...31 Annexes...32 v

10 Sgles et abrévatons Sgles et abrévatons AASP AEPA AMCOW APD ASS BAD BEI CAD FAD FAE FAO GdM GIRE GLAAS IDA IDH IRIN IUEE MDWPP NEPAD OCDE OMD OMS ONG PCS PIB PNUD RDC RNB S&E SNPC SWAP UC UE UNICEF USAID WIDE Autres apports du secteur publc Approvsonnement en eau potable et assanssement Consel des mnstres afrcans chargés de l'eau Ade publque au développement Afrque subsaharenne Banque afrcane de développement Banque européenne d'nvestssement Comté d'ade au développement Fonds afrcan de développement Faclté afrcane de l'eau Organsaton des Natons unes pour l'almentaton et l'agrculture Gouvernement de Madagascar Geston ntégrée des ressources en eau Évaluaton mondale annuelle de l'assanssement et de l'eau potable Assocaton nternatonale de développement Indce de développement human Réseaux d'nformaton régonaux ntégrés Intatve de l'unon européenne pour l'eau Programme multdonateurs de partenarat pour l'eau Nouveau partenarat pour le développement de l'afrque Organsaton pour la coopératon et le développement économques Objectfs du Mllénare pour le développement Organsaton mondale de la santé Organsaton non gouvernementale Programme conjont de suv Produt ntéreur brut Programme des Natons Unes pour le développement Républque démocratque du Congo Revenu natonal brut Suv et évaluaton Système de notfcaton des pays créancers Approche sectorelle de la planfcaton Unté de compte Unon européenne Fonds des Natons Unes pour l'enfance Agence des États-Uns pour le développement nternatonal Indce eau et assanssement de l'effcacté au plan du développement v

11 11

12 1 Ade au développement et accès à l eau et à l assanssement en Afrque subsaharenne : aperçu des tendances 1.1 Contexte Development Ad and Ade au développement et accès à l eau e l assanssement en Afrque subsa La fournture de l eau potable et de servces d assanssement aux ctoyens consttue l un des prncpaux défs pour les gouvernements afrcans. La queston de l accès à l eau potable et à de melleurs servces d assanssement est très ben décrte et prvlégée dans les dvers documents de poltque générale, documents de stratége, déclaratons et conventons aux nveaux natonal, contnental et nternatonal. Pourtant, l n est pas évdent que l accès durable à l eau potable et à des servces d assanssement de base bénéfce de l appu fnancer et d autres formes d ade nécessares de la part des décdeurs poltques et des donateurs en Afrque subsaharenne. Une autre queston encore plus mportante est celle de comprendre comment les gouvernements afrcans utlsent l ade publque au développement (APD) dsponble lmtée, allouée au secteur de l approvsonnement en eau potable et de l assanssement pour garantr le nveau le plus élevé possble de prestaton de servces d eau et d assanssement aux ctoyens. Dans ce contexte, le présent rapport procède à une analyse approfonde du rôle, de l mportance et du cblage de l ade au développement pour l approvsonnement en eau et l assanssement. À la lumère des performances hétérogènes des pays d Afrque subsaharenne, l est essentel de comprendre les facteurs qu ont détermné la réusste ou l échec en matère d accrossement de l accès à l eau et à l assanssement, afn de meux cbler les futures nterventons, y comprs celles fnancées par l ade au développement, et pour ne pas commettre les mêmes erreurs que dans le passé. Les objectfs de cette étude sont d dentfer les facteurs ayant détermné les performances des pays en matère d accès à l eau potable et à de melleurs servces d assanssement, de comparer les performances des pays dans le secteur de l eau et de l assanssement et d étuder dans quelle mesure les pays ont utlsé effcacement l ade au développement reçue pour le secteur de l eau et de l assanssement. Dans ce contexte, nous avons ms au pont un dspostf d évaluaton unformsé - l Indce eau et assanssement de l effcacté au plan du développement (WIDE), qu permet de comparer les moteurs de progrès de l accès à l eau et à l assanssement par rapport aux résultats attents et classe les pays selon le nveau de résultats obtenu par unté de ressources dsponbles. Ce rapport est organsé en cnq chaptres. Le premer chaptre présente le contexte général, les objectfs et la méthodologe du rapport. Dans le deuxème chaptre, nous analysons la relaton entre l ade au développement consacrée aux poltques et projets lés à l eau et à l assanssement dans les pays d Afrque subsaharenne et les progrès réalsés dans l améloraton de l accès, à l ade de l ndce WIDE et d autres ndcateurs pertnents. Le chaptre 3 décrt les résultats d études de cas menées dans quatre pays (Burkna Faso, Kenya, Madagascar et Ouganda) et lvre des nformatons plus détallées allant au-delà des tendances générales analysées au chaptre 2. Le quatrème chaptre fat état des opnons des experts et des bénéfcares concernant les prncpaux facteurs de réusste ou d échec du secteur de l eau et de l assanssement et de projets spécfques. Cette analyse se fonde sur les nformatons recuelles lors de mssons de terran spécalsées, prncpalement lors d entretens avec les prncpales partes prenantes au sen des gouvernements, des autortés de geston de l eau et des communautés de bénéfcares. Enfn, le chaptre 5 fat la synthèse des nformatons reçues et formule des recommandatons précses vsant à amélorer les performances du secteur de l eau et de l assanssement et l effcacté de l ade au développement. 1

13 1.2 Ade publque au développement en Afrque subsaharenne Au total, de 1990 à 2006, l ade publque au développement (APD) 1 a représenté 84,4 % de l ade à l Afrque subsaharenne. L APD est absolument vtale pour le développement de nombreux pays de l Afrque subsaharenne. Les flux les plus mportants de l APD reçus par l Afrque subsaharenne pour la pérode couverte par notre analyse provennent des 22 pays du Comté d ade au développement (CAD) de l Organsaton de coopératon et de développement économques (OCDE) 2. Dans cette régon, entre 1990 et 2006, les flux prvés ont contrbué à hauteur de 15,6 % de l ade totale, alors que les autres apports du secteur publc (AASP) ont été quasment nuls. Ans, nous centrons notre analyse sur l APD provenant des pays du CAD et des prncpales organsatons multlatérales 3, tel qu ndqué par OECD. Stat. Nous nous appuyons sur les chffres bruts de l APD publés par le Système de notfcaton des pays créancers (SNPC) de l OCDE, lequel content des nformatons sur les engagements prs depus 1995 et sur les sommes décassées depus Ade publque au développement pour le secteur de l eau et de l assanssement : Malgré son mportance, le secteur de l eau et de l assanssement a bénéfcé d une fable part de l ade au développement. Entre 2001 et 2006, la régon a reçu 24 % de l ade mondale pour ce secteur. Lorsque ces chffres sont rapportés aux populatons, la tendance est mons mpressonnante. L APD par habtant pour ce secteur est passée de 71,28 dollars EU par an en 1995 à 71,75 dollars EU en De plus, malgré un accrossement du souten nternatonal, l ade fourne au ttre des projets d eau et d assanssement ne représentat que 4,1 % de l APD globale en 2008, par rapport à 2,8 % en 2002 (Fgure 1). Dans l ensemble, cela veut dre que s le nveau de l ade dsponble pour le secteur de l eau et de l assanssement a augmenté en termes réels, les ressources affectées à ce secteur ne représentent encore qu une fracton mnme du total, ce qu n est pas suffsant pour attendre les cbles des OMD. La ventlaton ntersectorelle fournt des nformatons ntéressantes sur l affectaton de l APD au secteur de l eau et de l assanssement. Elle se répartt en sept sousgroupes, comme sut : Poltque et geston admnstratve des ressources en eau, Protecton des ressources en eau, Approvsonnement en eau et assanssement - grands réseaux, Servces de base d approvsonnement en eau potable et d assanssement, Aménagement des fleuves, Geston/évacuaton des déchets et Éducaton et formaton à l approvsonnement en eau potable et à l assanssement. Sur la pérode , les grands réseaux d eau et d assanssement ont reçu la part la plus mportante de l APD (39 %), suvs des systèmes de base (31 %) et de la poltque et geston admnstratve des ressources en eau (25 %) (Fgure 2). Une analyse de l évoluton montre un creusement des écarts, les flux consacrés aux servces de base d approvsonnement en eau potable et d assanssement ayant progressé de 235 % entre 2002 et 2008, alors que les flux pour l éducaton et la formaton n ont progressé que de 19 % sur la même pérode. 1- Pour une défnton de l APD, vor la publcaton de 2008 de l OCDE nttulée, Is t ODA? (http://www.oecd.org/dataoecd/21/21/ pdf). Dans le reste du rapport, les termes «APD» et «ade» sont utlsés en tant que synonymes. 2- Australe, Autrche, Belgque, Canada, Danemark, Fnlande, France, Allemagne, Grèce, Irlande, Itale, Japon, Luxembourg, Pays-Bas, Nouvelle-Zélande, Norvège, Portugal, Espagne, Suède, Susse, Royaume-Un, États-Uns, Communauté européenne. 3- Groupe de la Banque mondale, Groupe de la Banque afrcane de développement, Banque est-afrcane de développement (EADB), Banque ouest-afrcane de développement (BOAD), Commsson européenne (CE), Banque européenne d nvestssement (BEI), Fonds nternatonal pour le développement de l agrculture (FIDA), Banque slamque de développement (BID), Fonds de développement nordque (NDF), Banque nordque de développement (NIB), Fonds pour le développement nternatonal de l OPEP (Fonds OPEP). 4- En dollars EU constants de

14 Fgure 1 : Ade publque au développement brute pour le secteur de l'eau et de l'assanssement en Afrque Fgure subsaharenne 1 : Ade publque au développement brute pour le secteur de l eau et de l assanssement en Afrque subsaharenne Fgur secteu pérod 2,00 0,060 APD par habtant à destnaton du secteur AEPA, en $ É-U de 2007 (lgne contnue) 1,80 1,60 1,40 1,20 1,00 0,80 0,60 0,40 0, Année ,050 0,040 0,030 0,020 0,010 Part de l APD destnaton du secteur AEPA (lgne pontllée) Source : Calculs des auteurs fondés sur le Système de notfcaton des pays créancers (SNPC) de l OCDE et sur la plate-forme de données de la BAD t brute pour Fgure 2 : Décassements d APD bruts pour le Fgure 2 : Décassements d APD bruts pour le secteur de l eau et de l assanssement sur la pérode Afrque secteur Source : de Calculs l eau des et de auteurs l assanssement fondés sur sur le Système la , pérode par typologe , de projet par typologe de projet de notfcaton des pays créancers (SNPC) de l'ocde et sur la plate-forme de données de la BAD Système PC) de la BAD Proporton APD au secteur (barres sombres) 45% 40% Sourc de l'o 35% En se basant sur les calculs effectués 600% à partr du SNPC 30% les plus mportants d'apd sont 500% allés aux pays suva 25% 400% 20% Ouganda, Tanzane, Mozambque et Zmbabwe. Ce 300% 15% 7,5 mllards de dollars EU sur la pérode % 10% populaton, ce sont les États nsulares qu ont été les p 5% 100% les 0% plus élevés ont été reçus par 0% São Tomé et Príncp Gabon, la Gunée équatorale, le Sénégal et le Cap-V dollars EU par habtant pour la pérode probablement aux effets d'échelle et au coût relatvem Poltque et geston admnstratve des ressources en eau Protecton des ressources en eau Approvsonnement en eau et assanssement grands réseaux Servces de base d approvsonnement en eau et d assanssement Éducaton et formaton en matère d eau et d assanssement pays à fable populaton. En termes relatfs, 14 pays o que la moyenne aux problèmes d'eau et d'assanssem (Annexe 1). Il s'agt des pays suvants : Bénn (6 % (5,7 %), Gabon (11,2 %), Gunée (8,9 %), Gunée éq Maurce (34,4 %), Nambe (5,3 %), Nger (6 %), Séné Swazland (9,4 %) et Seychelles (13,6 %). Source : Système de notfcaton des pays créancers Source : Système de de l'ocde notfcaton des pays créancers de l OCDE Aménagement de cours d eau Geston/évacuaton des déchets 800% 700% Crossance (barres clares) s à partr du SNPC de l'ocde (mars 2010), les montants llés aux pays suvants : Sénégal, Ghana, Burkna Faso, et Zmbabwe. Ces pays ont reçu ensemble plus de 3

15 En se basant sur les calculs effectués à partr du SNPC de l OCDE (mars 2010), les montants les plus mportants d APD sont allés aux pays suvants : Sénégal, Ghana, Burkna Faso, Ouganda, Tanzane, Mozambque et Zmbabwe. Ces pays ont reçu ensemble plus de 7,5 mllards de dollars EU sur la pérode S l on tent compte de la talle de populaton, ce sont les États nsulares qu ont été les prncpaux bénéfcares. Les montants les plus élevés ont été reçus par São Tomé et Príncpe, Maurce et les Seychelles, pus le Gabon, la Gunée équatorale, le Sénégal et le Cap-Vert. Tous ces pays ont reçu plus de dollars EU par habtant pour la pérode (Annexe 1). Cette stuaton tent probablement aux effets d échelle et au coût relatvement élevé des projets menés dans les pays à fable populaton. En termes relatfs, 14 pays ont consacré une part plus mportante que la moyenne aux problèmes d eau et d assanssement, sot plus de 5 % de l APD totale (Annexe 1). Il s agt des pays suvants : Bénn (6 %), Burkna Faso (9,5 %), Botswana (5,7 %), Gabon (11,2 %), Gunée (8,9 %), Gunée équatorale (15,2 %), Lesotho (6,7 %), Maurce (34,4 %), Nambe (5,3 %), Nger (6 %), Sénégal (8,8 %), Tomé et Príncpe (6,8 %), Swazland (9,4 %) et Seychelles (13,6 %). Contrbuton de la BAD à la prestaton des servces d eau et d assanssement : De 1967 à 2006, le Groupe de la Banque afrcane de développement (BAD) a engagé plus de 4 mllards de dollars EU (valeur nomnale non actualsée) d APD dans le secteur de l eau et de l approvsonnement en Afrque, sot 7,7 % des approbatons totales. Plus récemment, entre 2005 et 2008, la BAD a décassé 495 mllons de dollars EU pour des projets d eau et d assanssement en Afrque subsaharenne (en dollars EU constants de 2007), ce qu représente envron 9 % du total des décassements d APD pour ce secteur dans la régon (SNPC de l OCDE). En 2008, ce secteur représentat 10,8 % du total des décassements d APD, par rapport à 5,4 % en La Banque a appuyé la mse en œuvre de l Intatve pour l approvsonnement en eau et l assanssement en mleu rural (IAEAR) et assure le fnancement des projets et études lés au secteur de l eau. La BAD est également l admnstrateur fducare du Fonds spécal de la Faclté afrcane de l eau (FAE), qu apporte un souten au Programme eau et assanssement du NEPAD. La Banque gère auss le Programme multdonateurs de partenarat pour l eau (MDWPP) afn de promouvor des poltques et pratques de geston effcace de l eau aux nveaux régonal et natonal et de mettre en œuvre sa poltque de geston ntégrée des ressources en eau (GIRE) dans les PMR. 1.3 Accès aux servces d eau et d assanssement Les progrès accompls pour attendre la cble 7c des OMD, consstant à rédure de moté d c à 2015 la proporton de gens n ayant pas un accès durable à l eau potable et à de melleurs servces d assanssement, restent lents. Le taux d accès à des sources d eau amélorées est passé de 49 % en 1990 à 60 % en 2008, représentant une augmentaton margnale nféreure à 1 % par an. Sur la même pérode, la crossance de l accès à de melleurs servces d assanssement état encore plus décevante, passant de 27 % à 31 % (source : PCS). Cela sgnfe qu en 2008, 328 mllons de personnes de la régon n avaent toujours pas accès à de l eau potable, dont 84 % dans les zones rurales. Envron 567 mllons de personnes n avaent toujours pas accès à de melleurs servces d assanssement. Ces chffres sont sgnfcatfs et très préoccupants. Dans un sous-échantllon de 21 pays de l Afrque subsaharenne, seulement 16 % de la populaton du quntle le plus démun avat accès à de melleurs servces d assanssement, contre presque 80 % pour le quntle le plus rche. Encore plus grave, ce fossé devrat s élargr (Rapport des Natons Unes sur les OMD, 2008 et PNUD, 2005). S les progrès sont lents à l échelle régonale, les performances des pays sont contrastées et l est possble de détermner les pays les plus performants (Annexe 1). Les progressons les plus mportantes ont été enregstrées au Malaw (de 40 % en 1990 à 80 % en 2008), au Burkna Faso (de 41 % à 76 %), en Nambe (de 64 % à 92 %), au Ghana (de 54 % à 82 %), au Mal (de 29 % à 57 %), au Cameroun (de 50 % à 74 %), au Lesotho (de 61 % à 85 %), en Ouganda (de 43 % à 67 %) et en Éthope (de 17 % à 38 %). Par contre, l accès à ces servces a reculé dans 5 pays de l Afrque subsaharenne. L ampleur de ce recul vare de 1 % à Maurce et en Tanzane à 8 % au Soudan et en Serra Leone, pays qu ont connu des conflts au cours de la pérode d analyse. En termes de nveaux d accès, les pays les plus performants sont le Botswana, les Comores, Djbout, la Gambe, Maurce, la Nambe et l Afrque du Sud, avec un taux supéreur à 90 %. Les améloratons de la couverture des servces d assanssement en Afrque subsaharenne sont décevantes. Les plus fortes augmentatons ont été enregstrées en Angola (de 25 % en 1990 à 57 % en 2008), au Rwanda (de 23 % à 54 %), au Botswana (de 36 % à 60 %) et en Républque centrafrcane (de 11 % à 34 %). Sur la même pérode, cnq pays ont connu une dégradaton de l accès aux servces d assanssement, ce 4

16 recul varant de 1 % au Togo à 10 % à Djbout. En 2008, l accès à de melleurs servces d assanssement restat extrêmement fable. Seuls quatre pays (Botswana, Gambe, Maurce et Afrque du Sud) affchaent des taux d au mons 60 %. Dans 10 pays (Bénn, Burkna Faso, Érythrée, Éthope, Ghana, Madagascar, Nger, Serra Leone, Tchad et Togo), le taux d accès état nféreur à 15 %. Les performances des pays dans les secteurs de l eau et de l assanssement n étaent pas forcément lées. Par exemple, le Burkna Faso et le Ghana ont accompl des progrès remarquables concernant l accès à l eau potable, mas ls n ont réalsé que de légères améloratons pour l accès à l assanssement. Tendances dans les zones rurales : Depus 1990, 36 pays de l Afrque subsaharenne ont enregstré une évoluton postve concernant l accès à des sources d eau amélorées en mleu rural. La régon dans son ensemble affche une progresson de 11 %, les performances d un pays à l autre varant consdérablement. L améloraton des taux d accès en mleu rural à des sources d eau amélorées allat de 1 % en Républque démocratque du Congo à 44 % au Malaw. Par contre, hut pays ont connu une régresson, de 23 % en Serra Leone à 1 % en Tanzane. Les zones rurales sont confrontées aux plus graves problèmes dans le domane de l assanssement, le taux d accès au nveau de la régon n augmentant que de 3 % entre 1990 et Plus des 3/4 des populatons rurales d Afrque subsaharenne n avaent toujours pas d accès à l assanssement en Pourtant, certans pays sortent du lot. Par exemple, l accès en mleu rural a augmenté de 33 % au Rwanda, de 23 % en Républque centrafrcane et de 21 % au Cap-Vert. Tendances dans les zones urbanes : Comme on peut s y attendre, l accès à des sources d eau amélorées est ben plus élevé en mleu urban qu en mleu rural. Toutefos, aucun progrès n a été réalsé au nveau régonal entre 1990 et 2008, le taux d accès en mleu urban à des sources d eau amélorées s étant stablsé à 82 %. Une fos encore, les performances des dfférents pays ont été très contrastées. Des progrès ont été enregstrés dans 28 pays, avec des taux de 45 % en Somale, 39 % au Nger, 30 % en Angola et 27 % au Mal. Par contre, 13 pays ont connu une dégradaton de l accès à l eau en mleu urban allant jusqu à 21 % au Soudan, 19 % au Rwanda, 14 % en Tanzane et au Burund et 10 % en Républque démocratque du Congo. Dans le même temps, l accès en mleu urban aux servces d assanssement est resté stable, ce qu est décevant, passant de façon margnale de 43 % en 1990 à 44 % en Quelque 28 pays ont enregstré des progrès. Les melleurs résultats concernent l Angola (+ 28 %), la Républque centrafrcane (+ 22 %) et Maurce (+ 21 %). Onze pays ont connu un recul, dont Djbout (- 10 %) et le Soudan (- 8 %). Ces chffres en apparence décevants peuvent s explquer pour la plupart par l augmentaton de la populaton urbane dans tous les pays. 1.4 Indce eau et assanssement concernant l effcacté au plan du développement Conformément aux objectfs de ce rapport qu sont de comparer les performances des pays dans le secteur de l eau et de l assanssement et d analyser l effcacté avec laquelle ls ont utlsé l ade au développement reçue pour ce secteur, nous avons ms au pont un mécansme unformsé d évaluaton l Indce eau et assanssement concernant l effcacté au plan du développement (WIDE). Ce mécansme compare les facteurs de progrès et les résultats attents et l classe les pays selon le nveau de réalsatons par unté d apports dsponbles. L ndce WIDE se compose de deux couches d nformatons compostes : les ressources (mesurant les facteurs sous forme d apports) et les progrès ou réalsatons. Chacune de ces couches est calculée en tant qu ndce composte sur la base d un certan nombre d éléments prédéfns qu nfluencent les progrès réalsés dans le secteur de l eau et de l assanssement. Nous tenons compte de quatre types d apports, tous mesurés pour la pérode : ) ade au développement consacrée au secteur de l eau et de l assanssement, l APD annuelle moyenne par habtants pour le secteur ; ) ressources ntéreures, le PIB moyen par habtant ; ) ressources en eau, la quantté d eau renouvelable dsponble par habtant 5 ; v) capactés du gouvernement, un volet des ressources humanes. Les réalsatons sont mesurées selon quatre dmensons : ) évoluton de la proporton de la populaton ayant accès à des sources d eau amélorées, de 1995 à 2008 ; ) évoluton de la proporton de la populaton ayant accès à des nstallatons d assanssement amélorées, de 1995 à 2008 ; ) proporton de la populaton ayant accès à des sources d eau 5 -Les ressources en eau renouvelable représentent le total des ressources consttuées des flux et russellements naturels annuels moyens qu almentent chaque hydrosystème (bassn hydrographque ou aqufère). Source : AQUASTAT de la FAO, Système d nformatons sur l eau de l Organsaton des Natons Unes pour l almentaton et l agrculture. 5

17 amélorées en 2008 ; v) proporton de la populaton ayant accès à des nstallatons d assanssement amélorées en Les données concernant l APD provennent du SNPC de l OCDE, et les nformatons sur les populatons, le PIB et la gouvernance sont empruntées de la plateforme de données de la BAD. Celles sur les ressources en eau émanent de la base de données AQUASTAT de l Organsaton des Natons Unes pour l almentaton et l agrculture (FAO). Toutes les nformatons sur l accès aux servces d eau et d assanssement sont trées du Programme conjont de suv. Concernant la gouvernance dans le secteur de l eau et de l assanssement, nous avons utlsé l ndce Mo Ibrahm sur la gouvernance afrcane pour l État de drot, la transparence et la corrupton. Pour plus de smplcté, les ressources et les réalsatons sont agrégées à l ade d une moyenne non pondérée 6. Cec permet d évter les possbles jugements de valeur de la part des décdeurs. Pluseurs hypothèses sous-tendent le processus d évaluaton présenté c : Un pays qu dspose d un nveau élevé de ressources ntéreures ou de ressources d ade devrat avor de melleurs résultats ; Des facteurs naturels affectent l effcacté de l ade apportée au secteur de l eau et de l assanssement ; Les capactés humanes et la bonne gouvernance sont un préalable à une bonne geston de l eau ; Un pays dsposant de ressources en eau suffsantes et recevant de l ade au développement devrat être en mesure d affcher des progrès mesurables en matère de fournture de servces d eau et d assanssement, ce qu serat faclté par des dspostons nsttutonnelles effcaces Structure de l ndce WIDE Avant les estmatons, les données sont d abord normalsées et convertes en valeurs d ndce allant de 1 à 100, les valeurs élevées ndquant des condtons postves. Cec vse à évter que l ndce ne sot domné par une seule varable avec de valeurs absolues mportantes. La 6 transformaton des apports ou facteurs et des réalsatons ou évoluton se base sur l expresson suvante : x x x mn = )1( xmax xmn x mn et x max représentant la valeur mnmale et la valeur maxmale observées dans l échantllon et est l ndce x de mn et x chaque pays max représentant la valeur mnmale et la d Afrque subsaharenne. Les varables l'échantllon x x mn et x normalsées mn et x max max représentant et représentant est l'ndce la valeur la valeur de mnmale mnmale chaque et et la pays la valeur valeur d'af m sont ensute combnées en moyennes normalsées l'échantllon l'échantllon et sont et est ensute est l'ndce l'ndce combnées de chaque de chaque en pays pays moyennes d'afrque d'afrque smp sub subsa smples non pondérées. Deux ndces sont ensute ensute normalsées normalsées calculés sont sont ensute pour ensute les combnées combnées apports en en et moyennes moyennes pour les smples réalsatons, smples non po non pond calculés ensute pour calculés les apports pour les et pour apports les et réalsatons, pour les réalsatons, à l ade à l'ade de xensute mn et xcalculés max représentant pour les apports la valeur et pour mnmale les réalsatons, et la valeur à l'ade maxmale des l'échantllon des deux formules et est suvantes l'ndce : de chaque pays d'afrque subsaharenn normalsées sont ade a ensute de combnées en moyennes smples non pondérées. ensute a pb ress. eau gouve r nance Apports calculés ade pb ress. eau. pb ress eau gouvernance Apports gouve r nance )2( Apports pour les apports et pour les 4 réalsatons, à l'ade des deux fo 4 4 a de wpb ress s. eau w gouve s r nance Apports Réalsatons w )3( s s w w s s Réalsatons = Réalsatons a de, pb, ress w. eau s, gouvernance w, w, s, w, s sont les s sont Réalsatons a de, pb, ress eau, gouvernance, w s, w, s sont les facteurs s ndcateurs a de les, pb facteurs, ressde. eau sous, gouvernance forme d apports, w, et s, les w, ndcateurs s sont les facteurs sou 4 réalsatons décrts à la secton précé ndcateurs de réalsatons décrts à la secton précédente (se transformés de ndcateurs réalsatons de décrts comme réalsatons à la dans secton décrts l'expresson précédente à la secton (selon (1). précédente Ces le deux (selo sou transformés comme dans l'expresson (1). Ces deux sous-ndces pour même a de transformés, pb classer ordre),, ress. eau pus comme les, gouvernance transformés pays dans par l'expresson, comme ntensté w, s, wdans,(1). s d'apports sont Ces l expresson les deux facteurs sous-ndces et de résulta forme pe pour classer les pays par ntensté d'apports et de résultats, pus co ndcateurs global (1). pour Ces classer deux performance les sous-ndces réalsatons pays par ntensté décrts peuvent : à d'apports la ensute secton être et précédente utlsés résultats, (selon pus comb le m global de performance : transformés pour global classer de performance comme les pays dans l'expresson : par ntensté (1). d apports Ces deux sous-ndces et de peuvent e pour résultats, classer pus les pays combnés par ntensté pour obtenr d'apports l ndce et de résultats, global de pus combnés po global WIDEde performance : performance : WIDE rang Apports rang Réalsatons Réalsatons WIDE rang Apports rang Réalsatons rang Apports rang La WIDE valeur rang rang 0 Apports ndque que ) Réalsatons le rang du pays ( est )4( dentque p La valeur 0 ndque que le rang du pays est dentque pour les ap exemple, La valeur 0 le ndque pays que avec le rang le du plus pays de est dentque ressources pour obtent les appo exemple, le pays avec le plus de ressources obtent les mell exemple, le ndque pays avec que le le rang plus du de pays ressources est dentque obtent les melleu La postves valeur 0 ndque mportantes que le rang ndquent du pays est que dentque le classement pour les apports d'un postves mportantes ndquent que le classement d'un pays et con le exemple, supéreur pour postves les le apports mportantes pays avec et les ndquent plus réalsatons. de ressources que le Par classement exemple, obtent les d'un le melleurs pays conce supéreur à à ce ce à quo quo on pourrat pourrat s attendre, s attendre, compte compte tenu de ses résu ten r postves valeurs pays supéreur avec mportantes à le ce plus à quo de ndquent on ressources pourrat que le s attendre, obtent classement les compte melleurs d'un pays tenu concernant de ses res valeurs négatves négatves mportantes mportantes suggèrent suggèrent de mauvas de mauva résultats l supéreur d'évaluer résultats. valeurs à Les négatves ce valeurs à quo on postves mportantes pourrat mportantes s attendre, suggèrent compte ndquent de tenu mauvas que de ses résultats. d'évaluer l'effcacté l'effcacté avec avec laquelle laquelle chaque chaque pays a pays utlsé ressources a ses utls ress valeurs progrès d'évaluer l'effcacté avec laquelle chaque pays a utlsé ses ressou classement progrès négatves dans dans d un le le mportantes secteur secteur pays concernant de de l eau suggèrent l eau et les de et l assanssement. de réalsatons de mauvas l assanssement. est résultats. L'ndc d'évaluer progrès l'effcacté dans le secteur avec laquelle de l eau chaque et de l assanssement. pays a utlsé ses ressources af supéreur à ce à quo on pourrat s attendre, compte tenu progrès dans Preuves le Preuves secteur de emprques emprques l eau et de l assanssement. de ses ressources. Preuves emprques En revanche, les valeurs négatves Le mportantes Le Gabon Gabon Preuves et Le Gabon suggèrent et emprques Maurce Maurce et Maurce de sont mauvas sont sont les les les pays résultats. pays pays les les plus L ndce plus les favorsés. plus favor Tou 10 favorsés. Tous Le WIDE 10 Gabon 10 dollars dollars permet dollars EU et EU d'apd EU d évaluer Maurce d'apd d'apd sont par l effcacté par par habtant les habtant habtant pays avec et les et par laquelle par et plus an par an pour favorsés. chaque pour an le pour secteur le le secteur Tous deux se l l eao Leur 10 pays Leur dollars Leur PIB a PIB utlsé PIB par EU par ses d'apd par habtant habtant ressources habtant par habtant état état état afn supéreur supéreur supéreur et de par réalser an à à 5 pour des 000 à 5 le dollars progrès secteur dollars 000 EU de EU dollars pendant l eau pendant EU et de Gabon la Leur dans Gabon dspose Gabon PIB le secteur par dspose habtant de l eau également également également état et supéreur de l assanssement. des des des à ressources 5 ressources ressources 000 dollars en EU en eau pendant eau en les eau les plus la plus l pérod 131 m Gabon dspose 216 m m 3 3 également des ressources en eau les plus mportant d'eau 3 d'eau renouvelable renouvelable par habtant par habtant et par an, et ce par qu an, repré ce de renouvelable par habtant et par an, ce qu représe 131 de Maurce. 216 Maurce. m 3 d'eau Maurce, renouvelable de de son par son habtant côté, côté, affche et par affche an, les ce melleurs qu les représente melleurs résultats prè de Maurce. Preuves Maurce, emprques de son côté, affche les melleurs résultats co de l'absence Maurce. l'absence Maurce, de de corrupton de son côté, dans dans la affche régon. la régon. les À melleurs l'autre À l'autre extrême, résultats extrême concernan le Zmba l'absence fables l'absence de de corrupton corrupton dans dans la régon. la régon. À l'autre À l'autre extrême, extrême, le Zmbabwe le Zmbabw fables ressources, les les valeurs valeurs d'ade d'ade par habtant par habtant pour et le la fables l assanssement Le fables Gabon ressources, ressources, et Maurce les sont les valeurs les valeurs pays d'ade les d'ade plus par favorsés. habtant par habtant Tous pour pour le secteur le s et et de de l'ndce l'ndce de l'état de l'état de drot de étant drot extrêmement étant l assanssement deux ont reçu plus et de et l'ndce de 10 l'ndce dollars de l'état EU de l'état d APD de drot de par drot étant habtant extrêmement étant et extrêmement fables. fa Les Les melleurs résultats sont sont enregstrés enregstrés au Malaw, au Malaw, en Gambe, en au G Les Sud. Les melleurs résultats résultats sont sont enregstrés enregstrés au Malaw, au Malaw, en Gambe, en Gambe, au Botswan au B Sud. Le Le Malaw a accompl d'mportants d'mportants progrès progrès en matère en d ap ma Sud. 28 Le Le Malaw a accompl a d'mportants progrès progrès en matère en matère d approvson %). 28 %). %). Le %). Le Le taux Le taux taux d'accès d'accès d'accès aux aux nstallatons aux aux nstallatons nstallatons d'assanssement, d'assanssement, d'assanssem même même s'l mêm gagné n'es gagné gagné 9 9 ponts 9 ponts 9 ponts de de pourcentage. de pourcentage. La Gambe, La Gambe, La Gambe, La Gambe, le Botswana le Botswana le Botswa le Botswana et l'afrque et l'af et l'afrq du progrès progrès progrès plus plus lents. plus lents. lents. Suvent Suvent Suvent l'angola, l'angola, l'angola, l'angola, Maurce, Maurce, Maurce, Maurce, la Nambe, la Nambe, la Nam la Nambe, les Comores, les C les Swazland, Swazland, avec avec avec des des scores des des scores scores dépassant scores dépassant dépassant dépassant les 50 les ponts. les 50 les 50 ponts. À ponts. l'autre 50 À ponts. À l'autre extrême, l'autre Àe extl Madagascar Madagascar ont ont enregstré ont enregstré enregstré les plus les les plus mauvas les plus plus mauvas mauvas résultats, mauvas résultats, résultats, caractérsés résultats, caractérsés caractérsés par la len ca pa les fables fables fables nveaux nveaux d'accès. d'accès. les fables nveaux d'accès. 6 -Pour la plupart des cas d élaboraton d ndces, on utlse des formules d addton. Cependant, l est auss possble d élaborer des ndces selon une structure multplcatve, mas cec sort du champ de ces travaux. Pour en savor plus sur l utlsaton des formes multplcatves pour l IDH, vor Herrero et al. (2007).

18 par an pour le secteur de l eau et de l assanssement. Leur PIB par habtant état supéreur à dollars EU pendant la pérode de l analyse. Le Gabon dspose également des ressources en eau les plus mportantes, avec envron m3 d eau renouvelable par habtant et par an, ce qu représente près de 58 fos celles de Maurce. Maurce, de son côté, affche les melleurs résultats concernant l État de drot et l absence de corrupton dans la régon. À l autre extrême, le Zmbabwe et la RDC ont les plus fables ressources, les valeurs d ade par habtant pour le secteur de l eau et de l assanssement et de l ndce de l État de drot étant extrêmement fables. Les melleurs résultats sont enregstrés au Malaw, en Gambe, au Botswana et en Afrque du Sud. Le Malaw a accompl d mportants progrès en matère d approvsonnement en eau (+ 28 %). Le taux d accès aux nstallatons d assanssement, même s l n est que de 56 %, a gagné 9 ponts de pourcentage. La Gambe, le Botswana et l Afrque du Sud affchent des progrès plus lents. Suvent l Angola, Maurce, la Nambe, les Comores, le Cap-Vert et le Swazland, avec des scores dépassant les 50 ponts. À l autre extrême, la Serra Leone et Madagascar ont enregstré les plus mauvas résultats, caractérsés par la lenteur des progrès et les fables nveaux d accès Performances des pays : ndce WIDE L ndce WIDE est présenté à l Annexe 2. Il permet d ordonner les pays selon la dfférence exstant entre le classement des produts et celu des ressources 7. Les valeurs vont de + 25 à -35. Les sx pays qu affchent les melleurs résultats, dont les valeurs WIDE sont toutes supéreures à 20, sont l Angola (25), le Rwanda (23), le Zmbabwe (23), la Républque centrafrcane (23), le Malaw et les Comores (20). Les performances de l Angola sont tout à fat louables. Classé 30ème en matère de dsponblté des ressources, le pays a réuss à se classer au cnquème rang pour les réalsatons. Cela donne à penser que les ressources nsuffsantes ont été utlsées de manère relatvement plus effcace que dans les autres pays d Afrque subsaharenne Mse en garde concernant l utlsaton de l ndce WIDE Certanes varables peuvent être répartes de façon quas unforme, ce qu augmente le pods relatf (par rapport à des données plus asymétrques) du sous-ndce des ressources ou de celu des réalsatons 8. Nous avons tenté de transformer certanes varables (par exemple, en prenant leur logarthme) afn de rédure l asymétre de la répartton. Nous avons constaté que cela modfat le classement de certans pays en leur fasant gagner/perdre quelques places, mas le résultat d ensemble restat le même. Afn d évter toute pondératon mplcte des valeurs de composantes nfluençant les notes globales, nous recommandons de comparer les apports et les réalsatons sur la base du classement dans le groupe, plutôt que selon la note brute. La structure de l ndce WIDE a été chose en conséquence (en tant que dfférence de classements, plutôt que, par exemple, comme rato entre les ndces de réalsaton et de ressources). Enfn, l est mportant de vor que la structure des facteurs de réalsatons pénalse en parte les pays qu avaent déjà attent des pourcentages élevés d accès aux servces d eau et d assanssement pour l année de référence. Par exemple, un pays qu avat attent le seul d accès unversel en 1995 et qu l avat mantenu en 2008, aura deux facteurs de réalsatons postfs (pour l accès aux servces d eau et d assanssement à la fn de la pérode). Un autre pays sans accès en 1995, mas qu avat attent un accès unversel en 2008 aura quatre facteurs de réalsatons résultats postfs (deux pour les progrès réalsés et deux autres pour l accès à la fn de la pérode). Ce derner pays aura la note de réalsaton la plus élevée. 7 -Tous les classements se réfèrent au sous-échantllon de 45 pays d Afrque subsaharenne pour lesquels toutes les données concernant les ressources et les réalsatons sont dsponbles (sauf pour Djbout, les Seychelles et la Somale). 8 -La queston de l échelle concernant l utlsaton des ndces dans la geston de l eau est examnée dans Sullvan et Megh,

19

20 2 Etudes de cas natonales Adeleke Salam, Abdul B. Kamara, Regassa Namara and Carolne Sullvan Études de cas natonales and Burkna 2.1 Introducton 9 Ce chaptre présente les nformatons trées des études de cas de quatre 4 pays. Il s agt de Madagascar et du Burkna Faso pour les pays francophones et de l Ouganda et du Kenya pour les pays anglophones. Ces études de cas vsaent à : ) recuellr des données au nveau local ; ) engager des dscussons avec les partes prenantes concernées dans chaque pays, pour trer des ensegnements ; ) évaluer les progrès réalsés par les projets fnancés par la BAD dans chaque pays grâce à des échanges de vues avec les équpes de projet et les bénéfcares. Nous utlsons les données trées des études de cas pour llustrer l applcaton du cadre analytque WIDE. 2.2 Madagascar Réalsatons : état de l accès à l eau et à l assanssement La Fgure 3 montre qu en 2008, les proportons des populatons urbane et rurale malgaches bénéfcant d un accès à des sources d eau amélorées s établssaent à 71 % et à 29 %, respectvement. Fgure 3 : Accès à des sources d eau amélorées à Madagascar % Natonal Urban Zone urbane Rural Zone rurale (Populaton) Source : Auteurs, utlsant des bases de données en lgne de l OMS/UNICEF 9 -Les nformatons sur les progrès accompls dans le domane de l eau et de l assanssement trées des études de cas natonales varent consdérablement selon les sources. Par exemple, les données de sources gouvernementales sont dfférentes de celles émanant de sources nternatonales comme le PCS et le PNUD. Il exste également des dfférences notables entre les données de sources nternatonales. Cependant, les analyses de ce rapport se basent sur les données de l OMS/PCS de l UNICEF. 9

21 Fgure 4 : Accès à des nstallatons d assanssement amélorées à Madagascar % Natonal Zone urbane Natonal Urban Rural Zone rurale (Populaton) Source : Auteurs, utlsant des bases de données en lgne de l OMS/UNICEF Au nveau natonal, le taux d accès à des sources d eau amélorées est passé de 31 % en 1990 à 41 % en 2008, sot une augmentaton de 10 % en 18 ans (Fgure 3). En 1990, l accès à l eau de la populaton urbane état d envron 62 % supéreur à celu des populatons rurales, mas en 2008, cet écart n état plus que de 52 %. La proporton de Malgaches ayant accès à des nstallatons d assanssement amélorées est passée de 8 % en 1990 à 11 % en 2008, sot une augmentaton de seulement 3 ponts de pourcentage en 18 ans (Fgure 4). En 1990, l accès de la populaton urbane à l assanssement état d envron 8 % supéreur à celu des populatons rurales, mas en 2008, cet écart n état plus que de 5 %. À l heure actuelle, les proportons des populatons urbanes et rurales ayant accès à des nstallatons d assanssement amélorées sont de 29 % et 10 %, respectvement. Les progrès dans la réalsaton des cbles lées à l eau et à l assanssement des OMD ont été très lents à Madagascar. Pour le secteur de l eau, en 2009, 59 % de la populaton n avat pas accès à des sources d eau amélorées, par rapport à 69 % en Selon les projectons, d c 2015, envron 13,2 mllons de Malgaches n auront toujours pas accès à des sources d eau amélorées. Ce chffre dépasse d envron 20 % la cble des OMD, fxée à 8,4 mllons de personnes, sot une dfférence d envron 4,82 mllons de personnes. La stuaton est encore pre en termes d accès à des nstallatons d assanssement amélorées. Selon les projectons pour le sous-secteur de l assanssement, 21 mllons de personnes n auraent toujours pas accès à des nstallatons amélorées en Cela représente envron 10 mllons de personnes de plus que la cble de 11 mllons des OMD. Au vu de ces évolutons, l sera dffcle pour Madagascar d attendre la cble fxée par les OMD Les facteurs d accès aux servces d eau et d assanssement Selon la base de données Aquastat de la FAO, les ressources nternes totales en eau renouvelable étaent estmées à envron 33,7 mllards de m3. Le volume moyen des précptatons est de 888,2 mllards de m3 par an. Les ressources en eau renouvelable par habtant étaent d envron m3 par an en Le montant total de l APD obtenue par Madagascar en 2004 représentat 28,3 % du PIB (1,2 mllard de dollars EU) (IRIN, 2007). La BAD et la Banque mondale ont toutes deux fnancé des projets d eau et d assanssement en mleu rural au ttre du Programme natonal d accès à l eau potable et à l assanssement (PNAEPA). Concernant les prncpaux donateurs blatéraux et multlatéraux à Madagascar, l Assocaton nternatonale de développement (IDA) est venue au premer rang, avec une ade globale de 66 mllons de dollars EU entre 2002 et Le souten de l IDA état tros fos plus mportant que les concours du deuxème plus grand donateur, la France (19,9 mllons de dollars EU), au cours de la même pérode. Suvaent la BAD (19,7 mllons de dollars EU) et le Japon (15,5 mllons de dollars EU). Sur la lste des 10 prncpaux donateurs fguraent également l Unon européenne, l Allemagne, la Belgque, le PNUD et la Susse. 10

LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA

LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA Observatore Economque et Statstque d Afrque Subsaharenne LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA Une contrbuton à la réunon commune CEE/BIT sur les ndces des prx

Plus en détail

Remboursement d un emprunt par annuités constantes

Remboursement d un emprunt par annuités constantes Sére STG Journées de formaton Janver 2006 Remboursement d un emprunt par annutés constantes Le prncpe Utlsaton du tableur Un emprunteur s adresse à un prêteur pour obtenr une somme d argent (la dette)

Plus en détail

SmartView d EH. Vue d ensemble des risques et des occasions. Surveillance de l assurance-crédit. www.eulerhermes.ca/fr/smartview

SmartView d EH. Vue d ensemble des risques et des occasions. Surveillance de l assurance-crédit. www.eulerhermes.ca/fr/smartview SmartVew d EH Servces en lgne Euler Hermes Vue d ensemble des rsques et des occasons Survellance de l assurance-crédt www.eulerhermes.ca/fr/smartvew Les avantages du SmartVew d EH Prenez plus de décsons

Plus en détail

Méthodologie Version 3, septembre 2007

Méthodologie Version 3, septembre 2007 Méthodologe Verson 3, septembre 2007 Le bulletn Tendances Carbone présente chaque mos sx groupes d ndcateurs : - Synthèse du mos 2 Météo 3 - Actvté économque Energe 5 - Envronnement nsttutonnel 6 - Tableau

Plus en détail

Indicateurs de compétitivité- prix et de performances à l exportation

Indicateurs de compétitivité- prix et de performances à l exportation Décembre 2009 Indcateurs de compéttvté- prx et de performances à Méthodologe Les ndcateurs présentés dans ce document vsent à mesurer en temps réel l évoluton des parts de marché des prncpaux exportateurs

Plus en détail

EH SmartView. Identifiez vos risques et vos opportunités. www.eulerhermes.be. Pilotez votre assurance-crédit. Services en ligne Euler Hermes

EH SmartView. Identifiez vos risques et vos opportunités. www.eulerhermes.be. Pilotez votre assurance-crédit. Services en ligne Euler Hermes EH SmartVew Servces en lgne Euler Hermes Identfez vos rsques et vos opportuntés Plotez votre assurance-crédt www.eulerhermes.be Les avantages d EH SmartVew L expertse Euler Hermes présentée de manère clare

Plus en détail

DIRIGER ADMINISTRER DÉVELOPPER

DIRIGER ADMINISTRER DÉVELOPPER 24 Adjont de drecton F/H Votre formaton BTS Hôtellere-restauraton BTS Management des untés commercales BTS Assstant de geston PME-PMI Lcence Management d untés de restauraton Vos mssons Vous anmez, formez

Plus en détail

Les jeunes économistes

Les jeunes économistes Chaptre1 : les ntérêts smples 1. défnton et calcul pratque : Défnton : Dans le cas de l ntérêt smple, le captal reste nvarable pendant toute la durée du prêt. L emprunteur dot verser, à la fn de chaque

Plus en détail

Comparaison des niveaux des prix et de la consommation dans les pays africains :

Comparaison des niveaux des prix et de la consommation dans les pays africains : Comparason des nveaux des prx et de la consommaton dans les pays afrcans : Premers résultats du Programme de comparason nternatonale pour l Afrque RAPPORT PRINCIPAL Mars 2007 Dvson du développement des

Plus en détail

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations Contrats prévoyance des TNS : Clarfer les règles pour sécurser les prestatons Résumé de notre proposton : A - Amélorer l nformaton des souscrpteurs B Prévor plus de souplesse dans l apprécaton des revenus

Plus en détail

* Notre savoir au service de votre réussite

* Notre savoir au service de votre réussite * Notre savor au servce de votre réusste * Vsualser les ndcateurs clés de performance de votre portefeulle clents sur un tableau de bord Analyser le taux d acceptaton de vos demandes d agréments par notaton

Plus en détail

- donc n explique pas très bien le commerce entre pays industrialisés en particulier le commerce intraeuropéen

- donc n explique pas très bien le commerce entre pays industrialisés en particulier le commerce intraeuropéen Le commerce nternatonale en stuaton de concurrence mparfate: ros problèmes essentels des modèles théorques Rcardo, HOS, Standard: - fondés sur la CPP: le commerce n augmente pas la concurrence - pas d

Plus en détail

RAPPORT D ÉVALUATION DE LA PERFORMANCE EN MATIÈRE DE GESTION DE LA DETTE - BURKINA FASO

RAPPORT D ÉVALUATION DE LA PERFORMANCE EN MATIÈRE DE GESTION DE LA DETTE - BURKINA FASO Out ld éval uat on del aper f or manceen mat èr e degest on del adet t e (DeMPA) Bur k nafaso 2008 LeDeMPA estunemét hodol og epouréval uerl aper f or manceenmat èr edegest on del adet t eàt r aver sunensembl

Plus en détail

- Equilibre simultané IS/LM : Pour déterminer le couple d équilibre général, il convient de résoudre l équation IS = LM.

- Equilibre simultané IS/LM : Pour déterminer le couple d équilibre général, il convient de résoudre l équation IS = LM. Exercce n 1 Cet exercce propose de détermner l équlbre IS/LM sur la base d une économe dépourvue de présence étatque. Pour ce fare l convent, dans un premer temps de détermner la relaton (IS) marquant

Plus en détail

Hansard OnLine. Guide relatif au Unit Fund Centre

Hansard OnLine. Guide relatif au Unit Fund Centre Hansard OnLne Gude relatf au Unt Fund Centre Table des matères Page Présentaton du Unt Fund Centre (UFC) 3 Utlsaton de crtères de recherche parm les fonds 4-5 Explotaton des résultats des recherches par

Plus en détail

ACCORD GENERAL DE COOPERATION. entre Ie Gouvernement du Grand-Duche de. Luxembourg

ACCORD GENERAL DE COOPERATION. entre Ie Gouvernement du Grand-Duche de. Luxembourg ACCORD GENERAL DE COOPERATON entre e Gouvernement du Grand-Duche de, Luxembourg et e Gouvernement de la Republque Democratque Populare Lao 2 Le Gouvernement du Grand-Duche de Luxembourg et e Gouvernement

Plus en détail

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix?

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix? Note méthodologque Tratements hebdomadares Questlemonscher.com Quelle méthode de collecte de prx? Les éléments méthodologques ont été défns par le cabnet FaE onsel, socété d études et d analyses statstques

Plus en détail

Chapitre 6. Economie ouverte :

Chapitre 6. Economie ouverte : 06/2/202 Chaptre 6. Econome ouverte : le modèle Mundell Flemng Elsabeth Cudevlle Le développement des échanges nternatonaux (bens et servces et flux fnancers) a rendu fortement nterdépendantes les conjonctures

Plus en détail

Analyse Numérique - Projet A rendre au plus tard le jour de l examen final, en Janvier 2010.

Analyse Numérique - Projet A rendre au plus tard le jour de l examen final, en Janvier 2010. Master 1ère année de Mathématques Analyse Numérque - Projet A rendre au plus tard le jour de l examen fnal, en Janver 2010. CMI, Unversté de Provence Année 2009-2010 Ce qu vous est demandé : Rédger les

Plus en détail

LES TYPES D AIDE QUE JE CONNAIS

LES TYPES D AIDE QUE JE CONNAIS Fche 1.1 LES TYPES D AIDE QUE JE CONNAIS a) Comment peut-on ader Davd? Davd a qutté le gymnase/lycée en 2 e année. Il a trouvé un pett boulot à 50 % peu payé. Il est nourr et logé par ses parents mas l

Plus en détail

LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régime») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF

LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régime») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF 1 LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régme») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF AVIS AUX RETRAITÉS ET AUX PARTICIPANTS AVEC DROITS ACQUIS DIFFÉRÉS Expédteurs

Plus en détail

Des salaires médians de 46 500 à 92 100 euros

Des salaires médians de 46 500 à 92 100 euros Page 1/9 14/02/13 19:47 LES SALARES DU WEBMARKET EN 2012 Des salares médans de 46 500 à 92 100 euros En 2012, les salares dans le dgtal ont grmpé de 5,5%. Selon une enquête réalsée par le réseau d'agences

Plus en détail

Mesurer la qualité de la prévision

Mesurer la qualité de la prévision Mesurer la qualté de la prévson Luc Baetens 24/11/2011 www.mobus.eu Luc Baetens 11 ans d expérence Planfcaton Optmsaton des stocks Organsaton de la Supply Chan Performance de la Supply Chan Geston de la

Plus en détail

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria.

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria. 1 CAS nédt d applcaton sur les normes IAS/IFRS Coût amort sur oblgatons à taux varable ou révsable La socété Plumera présente ses comptes annuels dans le référentel IFRS. Elle détent dans son portefeulle

Plus en détail

UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV. Année universitaire 2006-2007. Semestre 2. Prévisions Financières. Travaux Dirigés - Séances n 3

UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV. Année universitaire 2006-2007. Semestre 2. Prévisions Financières. Travaux Dirigés - Séances n 3 UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV Lcence 3 ère année Econome - Geston Année unverstare 2006-2007 Semestre 2 Prévsons Fnancères Travaux Drgés - Séances n 3 «Les Crtères Fondamentaux des Chox d Investssement»

Plus en détail

Les risques des pesticides mieux les connaître pour les réduire

Les risques des pesticides mieux les connaître pour les réduire Les rsques des pestcdes meux les connaître pour les rédure Des outls à votre portée pour rédure les rsques des pestcdes Vous avez mantenant accès à des outls d ade pour meux connaître les rsques des pestcdes

Plus en détail

Les prix quotidiens de clôture des échanges de quotas EUA et de crédits CER sont fournis par ICE Futures Europe

Les prix quotidiens de clôture des échanges de quotas EUA et de crédits CER sont fournis par ICE Futures Europe Méthodologe CDC Clmat Recherche puble chaque mos, en collaboraton avec Clmpact Metnext, Tendances Carbone, le bulletn mensuel d nformaton sur le marché européen du carbone (EU ETS). L obectf de cette publcaton

Plus en détail

Economie Ouverte. Economie ouverte. Taux de change et balance courante. Le modèle Mundell-Fleming. Définition du taux de change

Economie Ouverte. Economie ouverte. Taux de change et balance courante. Le modèle Mundell-Fleming. Définition du taux de change Econome Ouverte Econome ouverte Taux de change et balance courante Taux de change et balance courante Modèle Mundell-Flemng Campus Moyen Orent Médterranée Défnton du taux de change Le taux de change est

Plus en détail

I. Fonctionnalités du tableur

I. Fonctionnalités du tableur Olver Coma Macro MRP pour Excel Decembre 1999 I. Fonctonnaltés du tableur I.1. Feulle «Nomenclature «Le tableur propose pluseurs optons à l ouverture du fcher. Cnq boutons apparassent à drote de la feulle

Plus en détail

SEPTEMBRE 2009 RC-POS

SEPTEMBRE 2009 RC-POS SEPTEMBRE 2009 RC-POS (09_POS_131) (mn.) RAPPORT DE MINORITE DE LA COMMISSION THEMATIQUE DE LA SANTE PUBLIQUE chargée d'examner l'objet suvant: Postulat Fabenne Despot et consorts demandant à qu profte

Plus en détail

Informations de l'unité d'enseignement Implantation. Cursus de. Intitulé. Code. Cycle 1. Bloc 1. Quadrimestre 1-2. Pondération 5. Nombre de crédits 5

Informations de l'unité d'enseignement Implantation. Cursus de. Intitulé. Code. Cycle 1. Bloc 1. Quadrimestre 1-2. Pondération 5. Nombre de crédits 5 Informatons de l'unté d'ensegnement Implantaton ECAM Cursus de Bacheler en Scences ndustrelles Informatque et communcaton B1030 Cycle 1 Bloc 1 Quadrmestre 1-2 Pondératon 5 Nombre de crédts 5 Nombre d heures

Plus en détail

Evaluation de l impact de la microfinance au Maroc. Rapport commandité et coordonné par la FNAM. Etude réalisée par IKM (Impact, Knowledge, Market)

Evaluation de l impact de la microfinance au Maroc. Rapport commandité et coordonné par la FNAM. Etude réalisée par IKM (Impact, Knowledge, Market) Evaluaton de l mpact de la mcrofnance au Maroc. Rapport commandté et coordonné par la FNAM Etude réalsée par IKM (Impact, Knowledge, Market) Rapport Fnal L étude a été fnancée par les admnstrateurs de

Plus en détail

Ajustement affine par les moindres carrés

Ajustement affine par les moindres carrés 1. Nveau Termnales STG et ES Ajustement affne par les mondres carrés 2. Stuaton-problème proposée Introducton à la méthode des mondres carrés. 3. Support utlsé Tableur et calculatrce. 4. Contenu mathématque

Plus en détail

La mobilité résidentielle depuis 20 ans : des facteurs structurels aux effets de la conjoncture

La mobilité résidentielle depuis 20 ans : des facteurs structurels aux effets de la conjoncture La moblté résdentelle depus 20 ans : des facteurs structurels aux effets de la conjoncture T. Debrand C. Taffn Verson Prélmnare - Ne pas cter 10 mars 2004 Résumé : Les analyses économques sur la moblté

Plus en détail

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction -

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction - EXAME FIAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSIO 1 - Correcton - Exercce 1 : 1) Consdérons une entreprse E comportant deux établssements : E1 et E2 qu emploent chacun 200 salarés. Au sen de l'établssement

Plus en détail

LA RENOVATION DE LA MESURE DU PRIX DES TERRES ET PRES AGRICOLES : UNE OPERATION QUALITE MENEE EN PARTENARIAT AVEC LA STATISTIQUE PUBLIQUE

LA RENOVATION DE LA MESURE DU PRIX DES TERRES ET PRES AGRICOLES : UNE OPERATION QUALITE MENEE EN PARTENARIAT AVEC LA STATISTIQUE PUBLIQUE LA RENOVATION DE LA MESURE DU PRIX DES TERRES ET PRES AGRICOLES : UNE OPERATION QUALITE MENEE EN PARTENARIAT AVEC LA STATISTIQUE PUBLIQUE De 2007 à 200, a été menée une rénovaton méthodologque de la méthode

Plus en détail

La fourniture de biens et facteurs publics en présence de ménages et d entreprises mobiles

La fourniture de biens et facteurs publics en présence de ménages et d entreprises mobiles La fournture de bens et facteurs publcs en présence de ménages et d entreprses mobles Pascale Duran-Vgneron évrer 007 Le modèle On suppose un pays drgé par un gouvernement central ayant compétence sur

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE L analyse fondamentale Ce document pédagogque n est pas un document de consels pour nvestr en bourse. Les nformatons données dans ce document sont à ttre nformatf. Vous êtes seul responsable

Plus en détail

Représentation de l'information

Représentation de l'information 1. L nformaton 1-1 Dualté état et temps Représentaton de l'nformaton La noton d'nformaton correspond à la connassance d'un état donné parm pluseurs possbles à un nstant donné. La Fgure 1 llustre cette

Plus en détail

L incidence de l éducation et de la formation des adultes sur la situation sur le marché du travail au Canada

L incidence de l éducation et de la formation des adultes sur la situation sur le marché du travail au Canada N o 81-595-MIF au catalogue N o 008 ISSN: 1704-8893 ISBN: 0-662-89631-9 Document de recherche Éducaton, compétences et apprentssage Documents de recherche L ncdence de l éducaton et de la formaton des

Plus en détail

UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2015 2016. Statistiques Descriptives

UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2015 2016. Statistiques Descriptives UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année unverstare 215 216 L1 Économe Cours de B. Desgraupes Statstques Descrptves Séance 7: Indces synthétques Table des matères 1 Introducton 1 1.1

Plus en détail

Exercices d algorithmique

Exercices d algorithmique Exercces d algorthmque Les algorthmes proposés ne sont pas classés par ordre de dffculté Nombres Ecrre un algorthme qu renvoe la somme des nombre entre 0 et n passé en paramètre Ecrre un algorthme qu renvoe

Plus en détail

Ton domaine réservé Organisation Simplicité Efficacité

Ton domaine réservé Organisation Simplicité Efficacité Rev. 07/2012 Ton domane réservé Organsaton Smplcté Effcacté www.vstos.t Ton La tua domane area rservata réservé 1 MyVstos MyVstos est une plate-forme nformatque réservée aux revendeurs Vstos qu permet

Plus en détail

Banque d exercices pour le cours de "mise à niveau" de statistique de M1 AgroParisTech

Banque d exercices pour le cours de mise à niveau de statistique de M1 AgroParisTech Banque d exercces pour le cours de "mse à nveau" de statstque de M1 AgroParsTech Instructons pour les exercces 1. Lorsque ren n est précsé, on suppose que la dstrbuton étudée est gaussenne. Pour les exercces

Plus en détail

Brochure d @ccueil 09 10

Brochure d @ccueil 09 10 unté A4, C7 & B42 brochure d accuel 2009-2010 Brochure d @ccuel 09 10 (pour étudants) Clnque Sant-Jean Bruxelles 1 / 10 A4C7B42_FULL_0910_FR unté A4, C7 & B42 brochure d accuel 2009-2010 1. Sommare : 1.

Plus en détail

LES POMPES. Devant la grande diversité de situations possibles, on trouve un grand nombre de machines que l on peut classer en deux grands groupes :

LES POMPES. Devant la grande diversité de situations possibles, on trouve un grand nombre de machines que l on peut classer en deux grands groupes : Ste: http://gene.ndustrel.aa.free.fr LES POMPES Les pompes sont des apparels permettant un transfert d énerge entre le flude et un dspostf mécanque convenable. Suvant les condtons d utlsaton, ces machnes

Plus en détail

Informations de l'unité d'enseignement Implantation. Cursus de. Intitulé. Code. Cycle 1. Bloc 2. Quadrimestre 1. Pondération 4. Nombre de crédits 4

Informations de l'unité d'enseignement Implantation. Cursus de. Intitulé. Code. Cycle 1. Bloc 2. Quadrimestre 1. Pondération 4. Nombre de crédits 4 Informatons de l'unté d'ensegnement Implantaton Cursus de Inttulé Code ECAM Insttut Supéreur Industrel Bacheler en Scences ndustrelles Outls de communcaton B2050 Cycle 1 Bloc 2 Quadrmestre 1 Pondératon

Plus en détail

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 ECO - SESSION 1 - Correction - Minimum Moyenne Ecart-type

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 ECO - SESSION 1 - Correction - Minimum Moyenne Ecart-type EAME FIAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 ECO - SESSIO 1 - Correcton - Exercce 1 : 1) Questons à Chox Multples (QCM). Cochez la bonne réponse Classer ces statstques selon leur nature (ndcateur de poston

Plus en détail

(Licence L1 /Durée 3H) Stand d étude de l'effort tranchant dans une poutre Règle Des accroches poids

(Licence L1 /Durée 3H) Stand d étude de l'effort tranchant dans une poutre Règle Des accroches poids (Lcence L1 /Durée 3H) Objectfs : Se famlarser avec l apparel d étude de l'effort tranchant dans une poutre (les pèces consttutves, mode d emplo...) Ben matrser les étapes qu mènent à l élaboraton des dfférents

Plus en détail

Analyse d impact : l apport des évaluations aléatoires William Parienté 1

Analyse d impact : l apport des évaluations aléatoires William Parienté 1 Analyse d mpact : l apport des évaluatons aléatores Wllam Parenté 1 Cet artcle expose de manère synthétque l'apport des évaluatons aléatores dans l'analyse de l'mpact des programmes socaux et de développement.

Plus en détail

DOCUMENT DE RECHERCHE EPEE

DOCUMENT DE RECHERCHE EPEE DOCUMENT DE RECHERCHE EPEE CENTRE D ETUDES DES POLITIQUES ECONOMIQUES DE L UNIVERSITE D EVRY Comment développer les emplos favorables à la bodversté en Ile-de-France? Jean DE BEIR, Célne EMOND, Yannck

Plus en détail

Cours Corporate finance

Cours Corporate finance Cours Corporate fnance Eléments de théore du portefeulle Le edaf Franços Longn www.longn.fr lan Notons de rentablté Défnton odélsaton Eléments de théore du portefeulle ortefeulle Dversfcaton Le edaf Le

Plus en détail

TRANSPORTS URBAINS ET CALCUL ÉCONOMIQUE

TRANSPORTS URBAINS ET CALCUL ÉCONOMIQUE TRANSPORTS URBAINS ET CALCUL ÉCONOMIQUE Mnstère de l Equpement, du Logement, des Transports et du Toursme Consel général des Ponts et Chaussées Mnstère de l Econome et des Fnances Drecton de la Prévson

Plus en détail

Gestion et stratégie Utilisateur

Gestion et stratégie Utilisateur Geston et stratége Utlsateur GESTION ET STRATEGIE UTILISATEUR...2 1.) Comment gérer des utlsateurs?...2 1.1) Geston des utlsateurs en groupe de traval...2 1.2) Geston des utlsateurs par domane...2 Rôle

Plus en détail

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks Plan Geston des stocks Abdellah El Fallah Ensa de Tétouan 2011 Les opératons de gestons des stocks Les coûts assocés à la geston des stocks Le rôle des stocks Modèle de la quantté économque Geston calendare

Plus en détail

Editions ENI. Project 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait

Editions ENI. Project 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait Edtons ENI Project 2010 Collecton Référence Bureautque Extrat Défnton des tâches Défnton des tâches Project 2010 Sasr les tâches d'un projet Les tâches représentent le traval à accomplr pour attendre l'objectf

Plus en détail

Global Development Network

Global Development Network Global Development Network Varetes of Governance: Effectve Publc Servce Delvery Gouvernance du servce publc de l eau et performance en matère d approvsonnement en eau potable au Burkna Faso Samuel Tamb

Plus en détail

CHAPITRE 2. La prévision des ventes

CHAPITRE 2. La prévision des ventes CHAPITRE La prévson des ventes C est en foncton des prévsons de ventes que l entreprse détermne la producton, les achats et les nvestssements nécessares. La prévson des ventes condtonne l ensemble de la

Plus en détail

Il fournit un complément d information au document du BSIF que voici :

Il fournit un complément d information au document du BSIF que voici : Préavs REMARQUE* Objet : ttre des garantes de fonds dstncts des socétés d assurance-ve qu utlsent les facteurs prescrts Catégore : Captal Date : Le présent préavs décrt une méthode factorelle alternatve

Plus en détail

Miroirs sphériques Dioptres sphériques. 1 Miroirs sphériques. 1.1 Introduction : focaliser la lumière. 1.2 Miroir concaves faisceau parallèle

Miroirs sphériques Dioptres sphériques. 1 Miroirs sphériques. 1.1 Introduction : focaliser la lumière. 1.2 Miroir concaves faisceau parallèle Mrors spérques Doptres spérques Nous allons mantenant aborder des systèmes optques un peu plus complexes, couramment utlsés pour produre des mages. Nous allons commencer par étuder un mror spérque de façon

Plus en détail

EURIsCO. Cahiers de recherche. Cahier n 2008-05. L épargne des ménages au Maroc : Une analyse macroéconomique et microéconomique.

EURIsCO. Cahiers de recherche. Cahier n 2008-05. L épargne des ménages au Maroc : Une analyse macroéconomique et microéconomique. Cahers de recherche EURIsCO Caher n 2008-05 L épargne des ménages au Maroc : Une analyse macroéconomque et mcroéconomque Rapport d étude Najat El Mekkaou de Fretas (coordnateur) Eursco Unversté Pars Dauphne

Plus en détail

Out ld éval uat on del aper f or manceen mat èr e degest on del adet t e (DeMPA) Un on descomor es Ju n 2011 LeDeMPA estunemét hodol og epouréval uerl aper f or manceenmat èr edegest on del adet t eàt

Plus en détail

Corrélation et régression linéaire

Corrélation et régression linéaire Corrélaton et régresson lnéare 1. Concept de corrélaton. Analyse de régresson lnéare 3. Dfférences entre valeurs prédtes et observées d une varable 1. Concept de corrélaton L objectf est d analyser un

Plus en détail

direction de l animation de la recherche, des études et des statistiques Numéro 176 Juillet 2013

direction de l animation de la recherche, des études et des statistiques Numéro 176 Juillet 2013 Document d études drecton de l anmaton de la recherche, des études et des statstques Numéro 176 Jullet 2013 La régonalsaton des dépenses de formaton des entreprses au ttre du plan de formaton Jérôme Lê

Plus en détail

Système solaire combiné Estimation des besoins énergétiques

Système solaire combiné Estimation des besoins énergétiques Revue des Energes Renouvelables ICRESD-07 Tlemcen (007) 109 114 Système solare combné Estmaton des besons énergétques R. Kharch 1, B. Benyoucef et M. Belhamel 1 1 Centre de Développement des Energes Renouvelables

Plus en détail

Chapitre 3 : Incertitudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES. Lignes directrices 2006 du GIEC pour les inventaires nationaux de gaz à effet de serre 3.

Chapitre 3 : Incertitudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES. Lignes directrices 2006 du GIEC pour les inventaires nationaux de gaz à effet de serre 3. Chaptre 3 : Incerttudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES Lgnes drectrces 2006 du GIEC pour les nventares natonaux de gaz à effet de serre 3.1 Volume 1 : Orentatons générales et établssement des rapports Auteurs

Plus en détail

Prévision des ventes des articles textiles confectionnés. B. Zitouni*, S. Msahli* * Unité de Recherches Textiles, Ksar-Hellal, Tunisie.

Prévision des ventes des articles textiles confectionnés. B. Zitouni*, S. Msahli* * Unité de Recherches Textiles, Ksar-Hellal, Tunisie. Prévson des ventes des artcles textles confectonnés B Ztoun*, S Msahl* * Unté de Recherches Textles, Ksar-Hellal, Tunse Résumé Dans cette étude, on se propose de détermner s le recours à des réseaux de

Plus en détail

WINDOWS 10. Prise en main de votre ordinateur ou votre tablette

WINDOWS 10. Prise en main de votre ordinateur ou votre tablette WINDOWS 10 Prse en man de votre ordnateur ou votre tablette Table des matères Wndows 10 L envronnement Wndows 10 sur un ordnateur Wndows 10 : les nouveautés................................ 7 Démarrer Wndows

Plus en détail

Installation du dispositif Cisco TelePresence MX200 - Support de table

Installation du dispositif Cisco TelePresence MX200 - Support de table 1a Déballage du système vdéo MX200 oîte du support de table MX200 La boîte du support de table MX200 content le support de table équpé d un pvot et un cache arrère. Placez le support de table sur une surface

Plus en détail

Enseignement secondaire. PHYSI Physique Programme

Enseignement secondaire. PHYSI Physique Programme Ensegnement secondare Dvson supéreure PHYSI Physque Programme 3CB_3CC_3CF_3MB_3MC_3MF Langue véhculare : franças Nombre mnmal de devors par trmestre : 1 PHYSI_3CB_3CC_3CF_3MB_3MC_3MF_PROG_10-11 Page 1

Plus en détail

Menu Démarrer et Bureau

Menu Démarrer et Bureau Menu Démarrer et Bureau Menu Démarrer et Bureau Descrpton du Bureau Au démarrage de l ordnateur et après vous être dentfé, vous voyez apparaître le Bureau de Wndows 10. S vous utlsez une tablette ou un

Plus en détail

Accord Entreprise. Le Guide du True-Up. Enterprise Agreement True - Up Guide

Accord Entreprise. Le Guide du True-Up. Enterprise Agreement True - Up Guide Enterprse Agreement True-Up Gude Accord Entreprse Le Gude du True-Up Enterprse Agreement True - Up Gude Le gude du True-Up dans l Accord Entreprse Table des matères Le True-Up des lcences on premse et

Plus en détail

Parlons. retraite. au service du «bien vieillir» L Assurance retraite. en chiffres* 639 192 retraités payés pour un montant de 4,2 milliards d euros

Parlons. retraite. au service du «bien vieillir» L Assurance retraite. en chiffres* 639 192 retraités payés pour un montant de 4,2 milliards d euros Édton Pays de la Lore Parlons La lettre aux retratés du régme général de la Sécurté socale 2012 retrate L Assurance retrate en chffres* 12,88 mllons de retratés 17,58 mllons de cotsants 346 000 bénéfcares

Plus en détail

EXEMPLES D UTILISATION DE LA TECHNIQUE DES OBSERVATIONS INSTANTANÉES.

EXEMPLES D UTILISATION DE LA TECHNIQUE DES OBSERVATIONS INSTANTANÉES. EXEMPLES D UTILISATIN DE LA TECHNIQUE DES BSERVATINS INSTANTANÉES. Chrstan Fortn, ng., Ph.D. Ergonome et hygénste du traval Centre of santé et servces socaux de la Montagne, Montréal. Résumé La technque

Plus en détail

Co-mouvements économiques dans les pays de la zone CFA : une analyse par le modèle factoriel dynamique généralisé. cres@ucad.sn

Co-mouvements économiques dans les pays de la zone CFA : une analyse par le modèle factoriel dynamique généralisé. cres@ucad.sn Co-mouvements économques dans les pays de la zone CFA : une analyse par le modèle factorel dynamque généralsé Abdoulaye DIAGNE cres@ucad.sn Abdou-azz NIANG aaznang@yahoo.fr Résumé L objectf de cet artcle

Plus en détail

cavité RsIoSutQerrUainEe RIcaS vité Q soute U rraine E

cavité RsIoSutQerrUainEe RIcaS vité Q soute U rraine E RISQUE cavté souterrane cavté souterrane ntercalare cavte souterrane recto verso:mse en page 1 10/07/13 11:21 Page 2 RISQUE cavté souterrane Le rsque cavté souterrane fat parte des rsques de mouvement

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE POUR L ÉTABLISSEMENT DES PRIX À LA CONSOMMATION. Guide complémentaire du Manuel de l'indice des prix à la consommation

GUIDE PRATIQUE POUR L ÉTABLISSEMENT DES PRIX À LA CONSOMMATION. Guide complémentaire du Manuel de l'indice des prix à la consommation POUR L'ÉTABLISSEMENT D'INDICES DES PRIX À LA CONSOMMATION Ben que destné prncpalement aux statstcens de l'ipc des pays en développement, ce gude présente auss un ntérêt pour les statstcens dans leur ensemble.

Plus en détail

Interface OneNote 2013

Interface OneNote 2013 Interface OneNote 2013 Interface OneNote 2013 Offce 2013 - Fonctons avancées Lancer OneNote 2013 À partr de l'nterface Wndows 8, utlsez une des méthodes suvantes : - Clquez sur la vgnette OneNote 2013

Plus en détail

Chapitre 5. Menu de SUPPORT

Chapitre 5. Menu de SUPPORT 155 Chaptre 5. Menu de SUPPORT Ce que vous apprendrez dans ce chaptre Ce chaptre vous présentera des routnes supplémentares susceptbles de vous ader dans les analyses de données présentées dans le chaptre

Plus en détail

Guide d'installation rapide

Guide d'installation rapide Gude d'nstallaton rapde Calbrer le capteur avant toute utlsaton La calbraton se fat par un appu sur le bouton ON de la télécommande, porte fermée, après nstallaton du capteur et de l'amant. Bonjour! Merc

Plus en détail

Solution : 1. Soit y = α + βt, l équation de la droite considérée. Le problème de régression linéaire s écrit. i=1 2(α + βt i b i )t i

Solution : 1. Soit y = α + βt, l équation de la droite considérée. Le problème de régression linéaire s écrit. i=1 2(α + βt i b i )t i Exercces avec corrgé succnct du chaptre 3 (Remarque : les références ne sont pas gérées dans ce document, par contre les quelques?? qu apparassent dans ce texte sont ben défns dans la verson écran complète

Plus en détail

THESE DE DOCTORAT D ETAT EN SCIENCES ECONOMIQUES

THESE DE DOCTORAT D ETAT EN SCIENCES ECONOMIQUES MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITE D ALGER FACULTE DES SCIENCES ECONOMIQUES ET DES SCIENCES DE GESTION THESE DE DOCTORAT D ETAT EN SCIENCES ECONOMIQUES VALEUR

Plus en détail

Installation du dispositif Cisco TelePresence MX200 - Sur pied

Installation du dispositif Cisco TelePresence MX200 - Sur pied 1a Déballage du système vdéo MX200 oîte de la base du ped de support MX200 La boîte de la base du ped de support MX200 content la colonne du ped de support, deux caches et la base du ped de support, ans

Plus en détail

Virga. itunes 4. sous Mac et Windows. Éditions OEM (Groupe Eyrolles),2004, ISBN 2-7464-0503-2

Virga. itunes 4. sous Mac et Windows. Éditions OEM (Groupe Eyrolles),2004, ISBN 2-7464-0503-2 Vrga Tunes 4 et Pod sous Mac et Wndows Édtons OEM (Groupe Eyrolles),2004, ISBN 2-7464-0503-2 Synchronser l Pod avec l ordnateur L Pod connaît deux types de synchronsaton. L a synchronsaton de la musque

Plus en détail

STATISTIQUE AVEC EXCEL

STATISTIQUE AVEC EXCEL STATISTIQUE AVEC EXCEL Excel offre d nnombrables possbltés de recuellr des données statstques, de les classer, de les analyser et de les représenter graphquement. Ce sont prncpalement les tros éléments

Plus en détail

Champ magnétique. 1 Notions préliminaires. 1.1 Courant électrique et densité de courant

Champ magnétique. 1 Notions préliminaires. 1.1 Courant électrique et densité de courant 4 Champ magnétque 1 Notons prélmnares 1.1 Courant électrque et densté de courant Un courant électrque est défn par un déplacement de charges électrques élémentares (ex : les électrons de conducton dans

Plus en détail

L environnement Windows 10 sur tablette

L environnement Windows 10 sur tablette L envronnement Wndows 10 sur tablette L envronnement Wndows 10 sur tablette Wndows 10 - Prse en man de votre ordnateur ou votre tablette Actver/désactver le mode Tablette Contnuum est une nouvelle fonctonnalté

Plus en détail

Plongée Plaisir Initiateur Modifications réglementaires 2010

Plongée Plaisir Initiateur Modifications réglementaires 2010 Plongée Plasr Intateur Modfcatons réglementares 2010 Ce fasccule est à destnaton des ntateurs de club en formaton ou en foncton, afn d actualser les éléments de réglementaton sute aux modfcatons nter venues

Plus en détail

Royaume du Maroc المملكة المغربية. Ministère du Commerce Extérieur وزارة التجارة الخارجية. Direction des Etudes

Royaume du Maroc المملكة المغربية. Ministère du Commerce Extérieur وزارة التجارة الخارجية. Direction des Etudes Royaume du aroc nstère du Commerce xtéreur المملكة المغربية وزارة التجارة الخارجية IPACT DS ACCORDS D LIBR- CHANG (ODL CALCULABL D QUILIBR GNRAL : IPAL) Drecton des tudes Févrer 2009 SOAIR INTRODUCTION...

Plus en détail

Le calcul de la valeur statistique d une vie humaine

Le calcul de la valeur statistique d une vie humaine Le calcul de la valeur statstque d une ve humane Georges Donne Martn Lebeau Novembre 2010 CIRRELT-2010-48 Bureaux de Montréal : Bureaux de Québec : Unversté de Montréal Unversté Laval C.P. 6128, succ.

Plus en détail

Fi chiers. Créer/ouvrir/enregistrer/fermer un fichier. i i

Fi chiers. Créer/ouvrir/enregistrer/fermer un fichier. i i Fchers F chers Offce 2013 - Fonctons de base Créer/ouvrr/enregstrer/fermer un fcher Clquez sur l onglet FICHIER. Pour créer un nouveau fcher, clquez sur l opton Nouveau pus, selon l applcaton utlsée, clquez

Plus en détail

Le Secteur du Transport Aérien en Afrique Centrale et Occidentale Note Sectorielle

Le Secteur du Transport Aérien en Afrique Centrale et Occidentale Note Sectorielle Le Secteur du Transport Aéren en Afrque Centrale et Occdentale Ma 2015 Avant-propos Le secteur des transports est généralement reconnu comme un vecteur de crossance économque et de réducton de la pauvreté.

Plus en détail

C.P.G.E-TSI-SAFI Redressement non commandé 2006/2007

C.P.G.E-TSI-SAFI Redressement non commandé 2006/2007 C.P.G.E-TSI-SAFI edressement non commandé 2006/2007 edressement non commandé Introducton : es réseaux et les récepteurs électrques absorbent de l énerge sous deux formes, en contnus ou en alternatfs. Pour

Plus en détail

une garde d Enfant a votre domicile

une garde d Enfant a votre domicile GUIDE A DESTINATION DES PARENTS Ce gude pratque a été réalsé par la CDAJE du Nord (Commsson Départementale de l Accuel des Jeunes Enfants). A retrouver sur www.cdaje59.fr PAO - CAF DU NORD 06/2012 EmploYEr

Plus en détail

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social Drgeant de SAS : Lasser le chox du statut socal Résumé de notre proposton : Ouvrr le chox du statut socal du drgeant de SAS avec 2 solutons possbles : apprécer la stuaton socale des drgeants de SAS comme

Plus en détail

BUREAU DE RECHERCHES GÉOLOGIQUES ET MINIÈRES SERVICE GÉOLOGIQUE NATIONAL \

BUREAU DE RECHERCHES GÉOLOGIQUES ET MINIÈRES SERVICE GÉOLOGIQUE NATIONAL \ BUREAU DE RECHERCHES GÉOLOGIQUES ET MINIÈRES SERVICE GÉOLOGIQUE NATIONAL \ B.P. 6009-4508 Orléans Cedex - Tél.: (38) 63.BO.O TAXE PARAFISCALE SUR LES GRANULATS DIRECTION DEPARTEMENTALE DE L'AGRICULTURE

Plus en détail

1. INTRODUCTION. MOT-CLÉS : tâches, ordonnancement, optimisation, ressource, coût

1. INTRODUCTION. MOT-CLÉS : tâches, ordonnancement, optimisation, ressource, coût Algorthme d ades à la décson pour Optmser l Ordonnancement des tâches de mantenance en temps-réel. Mr Aboussalm Assam, Mr Medoun Mohamed LGII- Laboratore du Géne Industrel et nformatque Ensa Agadr Emal

Plus en détail

RÉSUMÉ ANALYTIQUE... 1

RÉSUMÉ ANALYTIQUE... 1 Out ld éval uat on del aper f or manceen mat èr e degest on del adet t e (DeMPA) Républ quedu Sénégal Ma2010 LeDeMPA estunemét hodol og epouréval uerl aper f or manceenmat èr edegest on del adet t eàt

Plus en détail

classification non supervisée : pas de classes prédéfinies Applications typiques

classification non supervisée : pas de classes prédéfinies Applications typiques Qu est ce que le clusterng? analyse de clusterng regroupement des obets en clusters un cluster : une collecton d obets smlares au sen d un même cluster dssmlares au obets appartenant à d autres clusters

Plus en détail

STATUTS DU Nouveau Parti démocratique du Canada. en vigueur à partir d avril 2013

STATUTS DU Nouveau Parti démocratique du Canada. en vigueur à partir d avril 2013 STATUTS DU Nouveau Part démocratque du Canada en vgueur à partr d avrl 2013 PRÉAMBULE Le Canada est un magnfque pays, un pays qu représente les espors du monde enter. Mas nous pouvons bâtr un melleur

Plus en détail