ROSSWORDS. Don du sang. Dossier spécial. Le centre de transfusion sanguine page 3. Les donneurs de sang page 4. Les receveurs. page 7 OCTOBRE 2007

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ROSSWORDS. Don du sang. Dossier spécial. Le centre de transfusion sanguine page 3. Les donneurs de sang page 4. Les receveurs. page 7 OCTOBRE 2007"

Transcription

1 OCTOBRE 2007 ROSSWORDS 07 Dossier spécial Don du sang Le centre de transfusion sanguine page 3 Les donneurs de sang page 4 Les receveurs page 7

2 Editorial Le don du sang est l expression la plus achevée de la solidarité En consacrant un numéro spécial au don du sang, la Croix-Rouge luxembourgeoise met en lumière un des aspects les plus essentiels de la solidarité entre les hommes. Le don du sang est d abord unique, parce que rien ne peut le remplacer: il n existe pas de produit capable de se substituer complètement au sang humain. Ce don est aussi irremplaçable et indispensable, car ce geste vital sauve tous les jours des vies. Les accidentés de la route, les patients souffrant de maladies graves comme la leucémie, d autres cancers ou l hémophilie en dépendent directement. C est enfin un geste de géné rosité. En offrant aux autres ce qu il a de plus précieux, le donneur accomplit un geste anonyme et altruiste, un geste qui vient du cœur. Malgré toutes les vertus qu il incarne, le don du sang n est pas suffisamment perçu comme allant de soi. Trop d appréhension l entoure. Il se peut aussi par exemple que des incidents parfois tragiques à l étranger autour de la transfusion sanguine aient suscité des peurs. Il faut d abord y remédier par l information. Voilà pourquoi je me félicite que «Crosswords» explique avec des mots simples la portée d un geste anodin et essentiel à la fois. Une information claire et précise est certainement de nature à faire tomber nombre de barrières. Soulignons également que l exigence de sécurité absolue à chaque étape du don est garantie. Le don du sang est plus fort, quand il se conjugue à plusieurs. Donner une fois c est beau- coup, mais cela ne suffit pas, car le sang ne peut être conservé longtemps. Il est donc capital de rallier de nouveaux volontaires, en fidélité et en nombre. En effet, la demande de sang ne cesse de croître, d abord parce qu il s agit de remplacer les personnes qui ne sont plus en état de donner, ensuite parce que nos modes de vie «modernes» nous exposent à de nombreux aléas. Je voudrais en cet endroit rendre hommage aux donneurs. Leur générosité mérite notre reconnaissance la plus profonde. Je formule ensuite le vœu que beaucoup de lecteurs de ce numéro spécial se sentiront interpellés et franchiront le pas pour accomplir un des gestes les plus achevés de solidarité, Photo: Lola Velasco - Cour Grand-Ducale Transfusion sanguine La chaîne transfusionnelle: du donneur au receveur Le système transfusionnel au Luxembourg repose sur une chaîne de solidarité des donneurs avec les receveurs, c est-à-dire les patients avec des besoins transfusionnels. Cette chaîne transfusionnelle s étend finalement de la veine du donneur à celle du malade. Par son acte altruiste, le donneur cède une partie de son sang à une personne qui en a un besoin, souvent vital et urgent. L acte généreux du donneur est bénévole et non rémunéré. Le lien entre le donneur en pleine santé et le malade ayant un problème de santé est réalisé et assuré par le Centre de Transfusion Sanguine de la Croix-Rouge luxembour geoise. précaution nécessaires pour fournir des produits et des services de haute qualité, dans l intérêt du malade et de la santé publique en général. la Santé avec ses services, qui assurent la surveillance et qui organisent les inspections nécessaires. Néanmoins, la chaîne transfusionnelle est avant tout le lien très particulier entre le donneur et le receveur. Elle est l exemple par excellence de solidarité et d entraide dans une société qui a tendance à s individualiser. Le don du sang reste un geste hors du commun. Les donneurs qui animent et font vivre cette chaîne transfusionnelle méritent sans aucun doute l estime, la reconnaissance et l admiration de toute notre société. I Dr. Jean-Claude Faber I Par la transfusion sanguine, le patient, appelé receveur, reçoit ce cadeau de la vie lui permettant de survivre à un accident, de récupérer après une opération, de vaincre une maladie... Dans ce rôle, le Centre de Transfusion Sanguine de la Croix-Rouge luxembourgeoise est un établissement avec une vocation nationale. La transfusion sanguine de produits sanguins labiles ou de dérivés plasmatiques stables joue un rôle capital dans la médecine moderne. La disponibilité de produits sanguins et de dérivés plasmatiques de qualité, présentant une efficacité et une sécurité maximales, constitue un maillon irremplaçable dans la chaîne des soins de santé des malades. Le Service de la Transfusion Sanguine garantit que tout malade peut disposer à tout moment de tout produit sanguin, ou dérivé plasmatique, et ceci pour toute quantité dont il a besoin, avec la plus haute sécurité transfusionnelle possible. Le Centre de Transfusion Sanguine de la Croix-Rouge luxembourgeoise respecte scrupuleusement les mesures de prévention et de D autres acteurs de cette chaîne transfusionnelle sont: les associations locales des donneurs et leur Entente qui contribuent à la promotion du don du sang, les hôpitaux qui soignent les malades et qui prennent les mesures nécessaires pour assurer une administration sûre des produits sanguins, et l autorité compétente, à savoir le Ministre de Médecin-directeur du Service de la Transfusion Sanguine de la Croix-Rouge luxembourgeoise Centre de Transfusion Sanguine 42, Boulevard Joseph II L-1840 Luxembourg Téléphone: Impressum CROSSWORDS est édité par la Croix-Rouge luxem bourgeoise - 44, Boulevard Joseph II - L-1840 Luxembourg I Adresse postale B.P. 404 L-2014 Luxembourg I Téléphone I I Compte CCPL IBAN LU Coordinateur Marc Crochet I Ont collaboré à cette édition Dr. Jean-Claude Faber - Michel Collart - M. Malvaux - Dr Diane Flies - Dr. Liliane Dechmann - Dr Heinricy - Tom Jager - Mme Breuer - Marc Crochet - Jean-Marc Le Coq I Photo de couverture CTS / Weisgerber Conception graphique Advantage Communication SA I Impression Imprimerie saint-paul luxembourg I Tirage exemplaires. Les informations contenues dans cette publication sont actuelles au

3 L autosuffisance au Luxembourg Depuis 1950, une augmentation pratiquement linéaire des prélèvements de sang, pour la préparation des produits sanguins, et, plus tard, des prélèvements de plasma, pour le fractionnement et la préparation de dérivés plasmatiques, permet de couvrir la demande nationale. L autosuffisance nationale est un ensemble de démarches qui visent à couvrir les besoins en produits sanguins et en dérivés plasmatiques d un pays à partir des donneurs du pays. A votre service Le centre de transfusion sanguine Les premières documentations de transfusions sanguines à Luxembourg remontent à A cette date, la Croix-Rouge luxembourgeoise prit en charge son organisation. En 1950, au début de l activité du Centre de Transfusion Sanguine de la Croix-Rouge luxembourgeoise (CTS/CRL), constitué alors seulement de deux personnes, seuls les globules rouges et les globules blancs étaient comptés au microscope. La sédimentation du sang, une analyse urinaire et le test de la syphilis étaient les seules opérations réalisées. Personne ne se doutait que la «qualité» prendrait plus tard une telle ampleur. Le CTS/CRL évolua au début des années 1980 en traversant également la problématique du SIDA. En 1985, beaucoup d innovations furent entreprises: l aménagement d un laboratoire d immuno-hématologie, le fractionnement du plasma, l informatisation, le laboratoire d analyses... Etant donné que la sécurité globale et la qualité font partie des fondements du système de transfusion sanguine, des éléments de contrôle de qualité des produits sanguins se sont logiquement mis en place. Le 1er janvier 1992, les programmes informatiques du Département Assurance-Contrôle de Qualité furent créés, concrétisation de l évolution du CTS/CRL vers une structure «qualité». Les analyses systématiques du contrôle de qualité des produits sanguins, selon une fréquence et des normes fixées furent une étape importante. «L assurance de qualité» prit dès lors son essor. Au fur et à mesure des développements «qualité», il devint nécessaire et naturel de structurer le système de qualité du CTS/CRL. Ainsi, le 8 mars 1999, le CTS/CRL obtint une reconnaissance internationale par la certification selon les exigences de la norme ISO Depuis avril 2003, l évolution de la qualité vers un système de management de la qualité a permis la certification du CTS/CRL selon la norme ISO 9001: La législation nationale sur la Transfusion Sanguine publiée au Mémorial le 7 mars 2006, en application de directives européennes, a aussi déterminé de nouvelles exigences «qualité». La démarche «qualité» reste une préoccupation quotidienne au CTS/CRL et représente surtout un processus d amélioration continue. I Michel Collart I Pharmacien-biologiste responsable des départements Distribution et Assurance-Contrôle de Qualité au CTS / CRL Les principes d autosuffisance à partir des dons bénévoles et non rémunérés ont été recommandés par le Conseil de l Europe et adoptés par la Commission de la Communauté Européenne dans la directive 89/381 CEE dont l article 3 précise que «Les Etats membres prennent toutes mesures utiles pour promouvoir l autosuffisance de la Communauté en sang et plasma humains. A cette fin, ils encouragent les dons de sang ou de plasma volontaires et non rémunérés et prennent toutes les mesures utiles pour le développement de la production et de l utilisation des produits dérivés du sang ou du plasma humains provenant de dons volontaires et non rémunérés.» En cas de catastrophe impliquant de nombreuses victimes, le CTS/CRL peut cependant faire appel à l Etablissement Français du Sang de Lorraine-Champagne (site de Nancy) pour assurer des besoins ponctuels et très importants en produits sanguins. Une autre convention pour les cas de pénurie graves en produits sanguins existe avec le DRK (Deutsches Rotes Kreuz) / BSD (Blutspendedienst Baden-Württemberg / Hessen). I Michel Collart I 03

4 ème don de sang au Luxembourg Le vendredi 20 juillet dernier à heures, le Service de la Transfusion Sanguine de la Croix-Rouge a passé le cap du premier million de dons de sang depuis les débuts de l activité de transfusion il y a plus de 50 ans. Témoignages Ginette, 47 ans, ménagère, donneuse de sang depuis 11 ans «Mon mari était atteint d une maladie et avait besoin de sang. J ai alors décidé de donner mon sang pour aider les gens qui se retrouveraient dans la même situation que mon mari.» Don du sang Malou, 21 ans, pâtissier, donneuse de sang depuis 3 ans Les donneurs de sang «Pourquoi ai-je décidé de donner mon sang? Simplement pour aider indirectement les gens qui en ont besoin.» Combien de donneurs de sang y - l expérience personnelle, marquée par des tien avec le personnel du CTS/CRL et permet a-t-il au Luxembourg? En 2006 sont inscrits au Centre de Transfusion Sanguine de la Croix-Rouge luxembourgeoise (CTS/CRL) donneurs de sang dont situations de besoin en transfusions sanguines dans leur entourage proche, - les amis et collègues de travail, donneurs de juger de l aptitude au don de sang. Où peut-on donner du sang? Le Centre de Transfusion Sanguine de la Pia, 19 ans, étudiante, donneuse de sang depuis 1 an donneurs de sang total et donneurs de de sang, qui favorisent souvent la dé marche Croix-Rouge luxembourgeoise est le seul plasma. Ainsi, environ 3% de la population auprès de nouveaux donneurs potentiels, Centre de Transfusion à Luxembourg. Ce- assurent les besoins en produits sanguins pour 100% de la population. Sachant que la probabilité pour une personne de recevoir une transfusion sanguine dans la vie se situe à 70%, il faut remercier d autant plus ces hommes et femmes donneurs de sang pour leur solidarité. Qui sont les donneurs de sang? Des personnes de tout âge, nationalité et statut social, qui, de façon bénévole et non rémunérée, mettent à disposition non seule- - les associations de donneurs de sang qui sensibilisent le grand public grâce à leurs campagnes de recrutement de nouveaux donneurs, - l engagement personnel de bon nombre de donneurs de sang pour le bien de la société dans le cadre de leur métier ou à titre bénévole (ex.: ambulanciers, pompiers, bénévoles au sein de différentes organisations...), qui contribuent à la sensibilisation de leur en- pendant, dans le souci de faciliter les dons de sang aux bénévoles dans tout le pays, le CTS/CRL organise également des collectes externes. Les dons de sang peuvent donc se faire: - à Luxembourg au CTS/CRL, le lundi, mardi, mercredi et vendredi de 8 à 16 heures et le jeudi de 8 à 18 heures, - à travers le pays selon un calendrier établi, disponible un mois avant, sur le site de la «Toute ma famille étant engagée auprès de la Croix-Rouge, j ai décidé de joindre aussi cette bonne cause. Donner mon sang fut ma propre décision. En consacrant tous les quatre mois un peu de mon temps pour faire un don de sang, j aide ainsi les personnes qui en ont besoin. Après mon premier don de sang, ma crainte des douleurs des piqûres a même disparu! Maintenant, je suis heureuse de faire des dons de sang parce que je sais que je contribue ainsi à une bonne cause.» ment leur temps mais une partie d eux-mêmes, tourage. Croix-Rouge (www.croix-rouge.lu). leur sang, pour aider les blessés et malades. Alors que la majorité des donneurs de sang actifs se trouvent dans la tranche d âge de ans, les efforts de sensibilisation pour le recrutement de jeunes portent progressivement leurs fruits. Entre 18 et 30 ans, les femmes sont majoritaires en nombre de donneurs actifs. Pourquoi donner son sang? Les motivations, et surtout l initiative d inscription, peuvent varier mais résultent toujours d un engagement personnel pour «faire quelque chose de bien». On peut retrouver ainsi des motivations qui reviennent régulièrement: - la tradition qui amène des familles entières à s engager et souvent des jeunes à s ins- Qui peut devenir donneur de sang? Pour être donneur de sang, on doit respecter certaines conditions pour la sécurité du donneur ainsi que du receveur: - avoir entre 18 et 60 ans (65 pour les donneurs déjà inscrits) - être en bonne santé - être disponible 3 fois par an pour les femmes et 4 fois pour les hommes pendant une petite heure - remplir les conditions des critères d acceptation basés sur des références nationales et internationales réglant l admissibilité au Alain, 45 ans, informaticien, marié, deux enfants, donneur de sang depuis 5 ans «Des membres de ma famille, également donneurs de sang, m ont au départ convaincu de suivre leur exemple. Tout le monde peut en effet se retrouver dans une situation de besoin en transfusions sanguines et il serait alors dramatique de ne pas avoir assez de sang disponible. Un don de sang ne fait pas mal et ne prend pas beaucoup de temps. L accueil est toujours agréable, sandwich et café à disposition, et on sort avec la satisfaction d avoir aidé quelqu un. crire dès l âge de 18 ans pour prendre la relève des grands-parents et parents, don de sang. Tandis que certaines maladies posent une contre-indication absolue au don de sang, bon nombre de conditions nécessitent seulement un arrêt temporaire. Pour évaluer un éventuel risque, on demande ainsi au donneur Les nouveaux donneurs sont accueillis sur rendez-vous au CTS/CRL pour un premier entretien et des analyses de sang. Les donneurs inscrits reçoivent par courrier des propositions de rendez-vous pour un don de sang à intervalle calculé. Une fois, le Centre de Transfusion Sanguine m a appelé pour faire un don de sang en dehors des fréquences habituelles parce qu il y avait un manque urgent de sang. Qui sait, j ai peut-être alors sauvé une vie? Des situations pareilles me donnent une grande satisfaction.» de remplir avant chaque don un questionnaire médical détaillé. Il sert de base pour l entre- I Dr Heinricy I Médecin en charge des autotransfusions 04

5 Les étapes du don Pour un nouveau donneur de sang, en raison de l entretien médical approfondi, la durée du processus complet se situe en général entre 60 et 90 minutes, alors que pour un donneur actif il faut compter entre 45 et 60 minutes. 1 Réception Le donneur y est accueilli, son identité est enregistrée et sa fiche médicale lui est remise. 2 Salle d attente Le donneur prépare ses réponses au questionnaire médical. Il prend connaissance des informations relatives au don de sang. Des brochures ainsi qu une présentation audiovisuelle sont à sa disposition. Le donneur peut bien entendu aussi poser des questions au personnel. 3 Cabine médicale Le donneur est reçu par une infirmière qui procède à la vérification de sa fiche et lui pose des questions médicales. Les réponses à ces questions doivent être correctes et précises. Elles permettront de juger de l admissibilité au don du sang. La sélection médicale est extrêmement importante tant pour la protection de la santé du donneur que pour celle du receveur. 4 Salle de prélèvement sanguin Dans la salle de prise, l identité du donneur est une nouvelle fois vérifiée. Le donneur s installe sur le lit de prélèvement et sa tension artérielle est prise. Sa peau est ensuite scrupuleusement désinfectée et la ponction d une veine se fait par l infirmière sans douleur. Don du sang Les différents types de dons Le besoin journalier au Luxembourg peut être chiffré à 100 dons de sang total. Il est par conséquent indispensable que des personnes âgées entre 18 et 65 ans et en bonne santé offrent leur sang. L actuel besoin annuel au Luxembourg est de dons de sang total, dons de plasma et dons de plaquettes. Fondamentalement, il existe trois types de dons: Sang total qui comprend globules rouges, globules blancs, plasma et plaquettes: par la réglementation, l intervalle minimum entre deux dons est fixé à 4 mois pour les femmes et à 3 mois pour les hommes, le volume prélevé de 500 ml et la durée de prélèvement inférieure à 10 minutes. Plasma: l intervalle minimum entre deux dons est fixé à 1 mois pour les femmes et les hommes; le volume prélevé est de 500 à 650 ml et la durée de prélèvement inférieure à minutes. Plaquettes: l intervalle minimum entre deux dons est fixé à 1 mois pour les femmes et les hommes; le volume prélevé de 500 ml et la durée de prélèvement inférieure à minutes. Un prélèvement de sang ne diminue pas le bien-être du donneur. La quantité prélevée est tellement faible par rapport au volume total du sang circulant que l organisme a rapidement compensé le don. Les globules blancs, qui jouent un rôle dans la protection contre les virus et les bactéries, sont remplacés en 24 heures, tout comme le plasma. Les plaquettes sont remplacées en quelques jours alors que le remplacement des globules rouges dure un peu plus longtemps. La prise de sang n est pas douloureuse; juste un léger picotement se fait sentir au moment de la ponction veineuse. Pour le donneur il n y a pas de danger d infection car chaque matériel utilisé est stérile et à usage unique. En donnant du sang, du plasma ou des plaquettes, le donneur connaîtra alors son groupe sanguin, qui sera ensuite inscrit dans sa carte personnelle de donneur de sang. Il aura un certain contrôle de son état de santé puisqu à chaque don de sang 25 analyses différentes sont effectuées. Mais, par-dessus tout, il aura la satisfaction d avoir aidé une personne en détresse. I Dr Diane Flies I Médecin en charge des donneurs au CTS/CRL Pour le nouveau donneur, un prélèvement d échantillons de son sang est réalisé pour être ensuite analysé. Le nouveau donneur ne fera pas de don ce jour-là. Un nouveau rendezvous sera pris pour le don de sang à proprement parler. En ce qui concerne les dons de plaquettes ou de plasma, le donneur est connecté à un appareil automatisé qui fait la séparation du sang dans ses composants et collecte la fraction de sang visée (plaquettes ou plasma) avec du matériel à usage unique, détruit après utilisation. 5 Cafétéria Après le prélèvement, il est indispensable que le donneur se régale à la Cafétéria où il est sous surveillance en cas de malaise. Salle d attente Cabine médicale La composition du sang Le sang est une substance vivante indispensable à la vie. Il ne peut être remplacé par rien d autre. Il circule à travers le corps, les artères, les vaisseaux capillaires et les veines pour y alimenter toutes les cellules humaines en nutriments, électrolytes, hormones, vitamines et oxygène. Un homme pesant 80 kg dispose de 6 litres de sang et une femme de 60 kg de 4 litres. Chaque composant du sang assure une Les globules blancs défendent l organisme contre les bactéries, les virus et les fonction vitale: parasites et le protègent contre les maladies Les globules rouges transportent l oxygène des poumons vers les tissus et libèrent infectieuses. l organisme de dioxyde de carbone. Les plaquettes arrêtent les saignements en cas de blessures ou d opération et empêchent la perte du sang des veines, des artères et des capillaires. Les groupes sanguins La répartition des groupes sanguins dans la population au Luxembourg est à peu près la suivante: Rhésus positif Rhésus négatif 0 35% 6% A 37% 6% B 9% 2% AB 4% 1% La proportion des besoins en concentrés de globules rouges est identique à la répartition des groupes sanguins au Luxembourg. Dans certains cas rares, par exemple l exsanguino-transfusion des nouveau-nés, certains groupes sanguins sont plus demandés. Il est donc important que les porteurs de groupes sanguins rares soient nombreux à donner du sang. Le plasma, 50% du volume du sang total, Etant donné que dans les urgences, le groupe est la partie liquide qui tient en suspension les sanguin O Rhésus négatif (O -) est utilisé en globules rouges et blancs ainsi que les pla- tant que «groupe universel», il est un groupe quettes. Formé d eau à 90%, le plasma ren- sanguin crucial. Mais tous les dons de n im- Salle de prélèvement Cafétéria ferme des substances vitales telles que sels, hormones, glucose, protéines comme l albu- porte quel groupe sanguin sont précieux et sauvent des vies. mine, et des facteurs de coagulation. 05

6 Laboratoire La préparation des produits sanguins pour la transfusion 1. Après la collecte dans des poches de plastique stérile, le sang est centrifugé à tours par minute afin de séparer les éléments principaux du sang: - le plasma, moins dense, surnage dans la partie supérieure de la poche ; - les globules rouges ont migré dans la partie inférieure ; - la majorité des plaquettes et des globules blancs sont localisés dans la partie intermédiaire. - Afin de constituer une dose thérapeutique de plaquettes, 4 poches de plaquettes ainsi qu une poche de plasma sont associées par un procédé de connexion stérile, mélangées et recentrifugées. Ensuite le plasma enrichi en plaquettes est extrait dans une poche spéciale à l aide d un système d extraction automatisé (presse). Cette poche est ensuite stockée à 22 o C sous agitation permanente afin de conserver au mieux les plaquettes sanguines durant cinq jours. 3. Durant la préparation de tout produit sanguin, une étape supplémentaire de filtration est adjointe, permettant d éliminer les globules blancs des produits sanguins. Les tests et analyses Les globules blancs peuvent, en effet, s ils sont transfusés, occasionner des réactions indésirables (allo-immunisation, réactions transfusionnelles, risque de transmission de maladies,...). La transfusion sanguine sauve tous les jours des vies humaines et contribue à la guérison des malades. Dans le but d assurer une sécurité trans-fusionnelle maximale pour les patients avec besoins en transfusions sanguines, un nombre important de mesures sont prises. - Un système transfusionnel basé sur des donneurs de sang bénévoles et non rémunérés. solvant-détergent...) sur les dérivés plasma- - L inactivation virale (pasteurisation, méthode tiques tels qu albumines, facteurs de coagula tion ou immunoglobulines (voir «les déri- - L autosuffisance en matière de ravitaillement en produits sanguins labiles et dérivés vés plasmatiques»). plasmatiques stables. - L élimination d agents pathogènes (nanofiltration,...) sur les dérivés plasmatiques. - L adoption et l actualisation d un cadre réglementaire strict et explicite. - La mise en place d un système national Pour la protection du patient qui doit se faire d hémo vigilance (surveillance systématique transfuser, les tests et analyses de laboratoire des réactions et incidents en relation avec contribuent de manière significative à la qualité les activités développées dans le cadre de et à la sécurité des transfusions. Ceci est surtout vrai pour les maladies transmissibles par la chaîne transfusionnelle). le sang, à savoir hépatite B, hépatite C et HIV/ - L assurance de qualité (prévention, détection SIDA. Ces virus sont recherchés dans deux et correction des déficiences qui pourraient laboratoires différents avec deux techniques compromettre une qualité optimale et constante des produits et services). différentes. - La sélection médicale rigoureuse des donneurs de sang avant le prélèvement. tout de détecter une anémie et un état ferriprive Pour la protection du donneur, il s agit avant (manque de fer et réserves, dites martiales, - La sécurisation des nouveaux donneurs, insuffisantes ou épuisées). Ceci se fait à l aide qui présentent statistiquement un risque plus d une numération-formule sanguine, qui donne élevé que les donneurs réguliers. la composition exacte du sang du donneur. - Les tests et analyses de laboratoire (dépistage systématique des marqueurs infectieux). Depuis le début de l activité CTS/CRL, le nombre de tests et d analyses de laboratoire n a cessé de croître. - Les techniques de préparation des produits sanguins dont le procédé de filtration et la En principe, il existe des milliers de tests et «déleucocytation», ou élimination de la d analyses différents possibles mais, par rapport aux attributions du Centre de Transfusion majeure partie des globules blancs, systématique des produits y inclus le plasma Sanguine, différentes de la médecine préventive, tous n apportent pas de valeur pour le fractionnement. ajoutée 2. Dans une seconde étape, la poche contenant le sang centrifugé est placée délicatement dans un système d extraction automatisé (presse) qui permet de séparer physique ment et définitivement les trois phases du sang: - Les globules rouges auxquels sont additionnés une solution de conservation composée entre autres de dextrose, de mannitol et d adénine. Cette solution permet de conserver ainsi le produit préparé durant 42 jours à 4 o C. - La poche plasma est, quant à elle, congelée rapidement à -30 o C afin de conserver au mieux tous les principes actifs (facteurs de coagulation, albumine) qui y sont contenus. Les poches sont ensuite envoyées dans un centre de fractionnement afin d en extraire les principes actifs qui serviront à la fabrication de médicaments (dérivés plasmatiques). et certains se heurtent à des contradictions pratiques. La mission nationale confiée au Centre de Transfusion Sanguine de la Croix-Rouge luxembourgeoise consiste à mettre à disposition des malades avec besoins transfusionnels, les produits sanguins dont ils ont besoin, ceci avec un maximum de qualité et de sécurité. Le CTS/CRL met tout en œuvre pour l assurer. 4. Les poches ainsi préparées sont ensuite étiquetées de manière à y indiquer tout ce qui peut contribuer à les identifier et à les utiliser. 5. Finalement, elles sont conservées dans les meubles de stockage, prêtes à être livrées. I M. Malvaux I Pharmacien d industrie responsable du département Production au CTS/CRL Il concentre en particulier ses efforts sur les tests et analyses qui visent à protéger aussi bien les donneurs que les receveurs. Concernant la protection du donneur, le CTS/CRL va même au-delà de ce qui est exigé au niveau national et européen. I Dr. Jean-Claude Faber I Médecin-directeur du Service de la Transfusion Sanguine 06

7 Les dérivés plasmatiques Don de vie Les dérivés plasmatiques sont des médicaments préparés à partir du plasma humain. Le LFB Biomédicaments, situé en France, fabrique deux types de dérivés plasmatiques à partir de plasma d origine luxembourgeoise: Vialebex-CRL (albumine) et Factane- CRL (Facteur VIII). Le plasma préparé à partir du sang total et le plasma prélevé par plasmaphérèse sont stockés congelés à - 45 C au CTS/ CRL sous surveillance constante de température. Le plasma étant la «matière première» de médicaments, des procédures de conditionnement des poches et une documentation rigoureuses sont appliquées avant les envois réguliers au LFB Biomédicaments. Au sein de la société pharmaceutique, chaque lot de litres, constitué exclusivement à partir de plasma d origine luxembourgeoise, est traité selon une technologie appelée «Fractionnement» qui comporte plusieurs étapes de purification et de sécurisation. Ces processus maintiennent cependant les propriétés biologiques naturelles des protéines et leurs bénéfices thérapeutiques pour les patients. La qualité des médicaments est aussi garantie par le haut niveau d exigence pour la qualité de la matière première biologique, une qualification biologique des dons et des contrôles sur le plasma. Aujourd hui, au sein du Grand-Duché de Luxembourg, la préparation des albumines (Vialebex-CRL) à partir de plasma d origine luxembourgeoise réussit généralement à couvrir les besoins du pays. En revanche, la fabrication des concentrés anti-hémophiliques (Factane-CRL) n est pas suffisante pour couvrir la demande actuelle. I Michel Collart I Pharmacien-biologiste responsable des départements Distribution et Assurance-Contrôle de Qualité au CTS/CRL Les receveurs Parler aujourd hui des receveurs de «sang» et des patients avec des besoins transfusionels, ou plus exactement de produits sanguins labiles et de médicaments dérivés du sang, c est d abord faire référence à l évolution de la transfusion qui, grâce à ses progrès techniques, permet à l heure actuelle d administrer au patient exactement et uniquement l élément déficient. L image de la poche prélevée au donneur et accrochée au lit du malade sous forme de sang total est révolue. Aujourd hui, un patient peut recevoir soit des - des facteurs de coagulation plus spécifiques comme notamment pour les patients globules rouges, du plasma ou des plaquettes, soit un des médicaments dérivés du sang: atteints d hémophilie ; l albumine, les immunoglobulines ou les facteurs de coagulation. - des immunoglobulines pouvant être des gammaglobulines polyvalentes pour des Les départements dans les hôpitaux concernés patients immunodéprimés ou plus spécifiques comme contre l hépatite B ou le par l administration de produits sanguins sont: tétanos par exemple. la médecine interne, surtout les services la chirurgie orthopédique, cardiaque, abdominale ou néphrologique entre autres, où les d immuno-hématologie ou de cancérologie, où les patients peuvent recevoir: interventions peuvent être programmées ou en urgence: - des globules rouges en cas d anémie consécutive à une maladie de la moelle - selon les formes de saignements per- ou osseuse, d une leucémie, d un cancer, post-opératoires et les besoins spécifiques du patient, on peut avoir recours d une cirrhose, d une insuffisance rénale, de malnutrition, d hémorragie digestive aussi bien à des globules rouges uniquement, qu à du plasma, de l albumine ou suite à un ulcère de l estomac par exemple ou encore d une intoxication chimique des plaquettes ; ou d une pathologie infectieuse ; - les quantités de produits transfusés peuvent - des plaquettes en cas de thrombopénie varier d une unité à des quantités équivalentes à des litres de sang circulant comme, due par exemple à une aplasie médullaire, une leucémie ou une chimiothérapie ; par exemple, dans le cas d un patient polytraumatisé suite à un accident grave. Les - de l albumine humaine ou du plasma grands brûlés peuvent nécessiter quant à selon leur pathologie ; eux des quantités importantes de plasma. la gynécologie, obstétricale surtout, ainsi que le département de néonatologie: - Des complications liées à un accouchement peuvent amener à une hémorragie maternelle nécessitant la transfusion de globules rouges aussi bien que de plasma ou de plaquettes. - Dans d autres cas de pathologies liées à la grossesse, c est le bébé lui-même qui est déjà anémique ou présente des problèmes de coagulation. Il a alors besoin de globules rouges préparés spécialement sous forme d unités pédiatriques ou de plaquettes. Dans des cas exceptionnels, la transfusion de globules rouges peut même se faire in utéro. - Le problème de l incompatibilité du facteur Rhésus entre les deux parents (mère Rh négatif - père Rh positif et enfant Rh positif) peut aussi amener à l administration préventive chez la mère d immunoglobulines spécifiques anti-d à l accouchement pour protéger la maman en vue d une grossesse ultérieure. - Par ailleurs, bien que devenue rare aujourd hui, les enfants peuvent nécessiter dès leur naissance une exsanguinotransfusion. Sont donc concernées par une transfusion sanguine des personnes de tout âge: nouveau-nés, enfants, adolescents, adultes, jeunes femmes ou personnes âgées, qui peuvent recevoir les produits de façon ponctuelle pour les uns ou de façon chronique et à long terme pour bien d autres. I Dr. Liliane Dechmann I Médecin en charge des prises au CTS/CRL 07

8 Témoignages Sensibilisation Les entreprises jouent un rôle de plus en plus important dans la sensibilisation autour de thèmes sociaux ou sanitaires comme la santé et la sécurité. Le don de sang est d ores et déjà un sujet important de mobilisation pour beaucoup d entre elles. Les entreprises sont aujourd hui des lieux où se croisent des milliers de personnes d origines socio-ethniques différentes avec des aspirations humanitaires diverses. Ces organisations privées possèdent des outils de communication performants qu ils utilisent parfois en interne à des fins sociales. La Croix-Rouge luxembourgeoise souhaite s appuyer de manière croissante sur ces relais d information essentiels pour toucher le plus grand nombre de personnes sur les nombreuses problématiques liées à ses activités. Le don de sang est, par exemple, un thème vital sur lequel les entreprises peuvent largement contribuer à agir pour le bien de la communauté. En support des actions de communication interne, des bénévoles de l entente de l association des donneurs de sang interviennent ainsi régulièrement dans les entreprises pour sensibiliser et informer. Des firmes comme Deloitte ou la Banque de Luxembourg ont depuis un certain temps compris l importance de ces aspects. En complément de ce soutien en termes de communication et de sensibilisation, l entreprise contribue également à favoriser le don de sang en permettant à ces employés d aller faire un don pendant leurs heures de travail, voire en facilitant leur transport. Pour celles éloignées du Centre de Transfusion Sanguine, des collectes externes de don de sang sont organisées dans différentes localités du pays tout au long de l année. Dans des entreprises de taille suffisamment importantes, le centre organise même des collectes dans leurs locaux. Ces collectes externes sont particulièrement contraignantes pour la Croix-Rouge et Mme Marianne Breuer, Présidente de l Entente des Associations de Donneurs de Sang Un partenaire dans la sensibilisation au don de sang: l entreprise imposent au sein de l entreprise une organisation rigoureuse, un encadrement strict et un suivi régulier. Trois entreprises y participent encore aujourd hui activement: Goodyear, Société Electrique de l Our (SEO) et Groupe Foyer. Dans le cadre de notre campagne 2007 de recrutement de nouveaux donneurs, de nombreuses entreprises nous ont soutenus par des actions de sponsoring et des campagnes internes de communication. Faites de même et engagez-vous à nos côtés! C est en mobilisant le pouvoir de l humanité que nous parviendrons à améliorer les conditions d existence des personnes vulnérables. Pour plus d informations, visitez le site de la Croix-Rouge (www.croix-rouge.lu), ou contactez Jean-Marc Le Coq, responsable Partenariat Entreprise lu ou au ). La Croix-Rouge luxembourgeoise remercie vivement toutes les entreprises qui s impliquent dans cette campagne 2007 en faveur du don de sang dont Goodyear, Société Electrique de l Our (SEO), Groupe Foyer, Deloitte, Banque de Luxembourg, Dometic, RTL Radio & Télé Lëtzebuerg, IP Luxembourg, Utopolis, Banque Européenne d Investissement, Bourse de Luxembourg, Caceis, Manpower, Reuters, Voyages Demy Schandeler, KPMG, Ernst & Young, Bank of New York, Dexia, Dupont de Nemours, Cargolux, Fortis, Arcelor-Mittal, Luxair, a+p kieffer omnitec, PriceWaterHouseCoopers, Cactus et C Jans. «Le geste de solidarité des Goodyearistes envers les donataires de sang existe dans les usines Goodyear aux Etats-Unis depuis plus de 50 ans. En 1985, cette idée est parvenue également au Grand-Duché. Un appel a été lancé en février 1986 et la première collecte de sang dans les usines Goodyear Luxembourg, lors de laquelle 741 Goodyearistes se sont présentés, a alors été réalisée un mois plus tard. Un succès énorme a pris forme. En 1997, une nouvelle campagne de sensibilisation a été menée. Le nombre de donneurs de sang a alors augmenté considérablement dépassant le chiffre des 800 collaborateurs. L objectif de croître le nombre des donneurs de sang de 20% avait été atteint. Les dons de sang sont aujourd hui devenus une tradition dans notre société. Les donneurs de sang représentent de véritables «ambassadeurs» qui motivent et recrutent constamment des volontaires. Ainsi, notre engagement pour l avenir restera toujours l humanité et le respect mutuel.» I Nico Dabé I Service Santé et Sécurité Goodyear Mold Plant «Suite à une initiative du personnel de la SEO à Vianden, le service de Transfusion Sanguine de la Croix-Rouge organise, depuis 2004, des collectes de sang trois fois par an au sein de notre centrale. Le nombre de personnes intéressées ne cesse d augmenter. Un taux de participation de 70% des personnes convoquées en juillet 2007 montre par exemple le succès énorme de cette initiative. Les collectes sont organisées de façon à ce qu elles ne dérangent pas le bon fonctionnement de l entreprise. Le fait que les membres de familles des salariés peuvent également participer aux collectes donne une nouvelle dimension au don de sang dans l entreprise. Se rendant compte de l importance du don de sang dans l assistance médicale et vu l encadrement exemplaire des services de la Croix-Rouge, on ne peut que féliciter notre personnel d avoir pris l initiative d organiser les collectes au sein de notre entreprise.» I Guy Siebenaler I Service Sécurité SEO «Le Groupe Foyer organise depuis 1995, avec l aide de la Croix-Rouge, des collectes du don de sang dans ses locaux une à deux fois par an. Après que la Croix-Rouge ait fixé une date de passage, nous informons les employés afin qu ils puissent s inscrire. Les nouveaux donneurs contactent directement la Croix-Rouge pour remplir au préalable un questionnaire médical. A la date prévue, nous mettons un local à disposition de la Croix-Rouge qui se charge d amener tout le matériel médical nécessaire. Par ce biais, nous sensibilisons un large public. Penser qu un simple don de sang peut sauver une vie, est une raison suffisante pour continuer à collaborer avec la Croix-Rouge. L entreprise s engage elle-même de manière concrète. Selon le régime de travail de l employé, chaque don de sang est compensé par 4 heures ajoutées sur le badge ou une demijournée de congé. Nous espérons que le nombre de donneurs s agrandira chaque année et conseillons à toute entreprise de collaborer ainsi avec la Croix-Rouge, dont le professionnalisme et le sérieux ne sont plus à prouver.» I Groupe Foyer I «Le sang, c est la vie. Ce n est pas seulement la signature d une campagne de sensibilisation de la Croix-Rouge, mais également une conviction partagée par l ensemble de notre direction. Quand la Croix- Rouge nous a proposé de financer les travaux de rénovation du Centre National de Transfusion Sanguine, nous l avons naturellement suivie dans sa démarche. Néanmoins, de manière générale et plus encore dans ce cas précis, un engagement au niveau institutionnel ne vaut que s il est partagé en interne. Nous avons ainsi mené en parallèle une campagne de sensibilisation au don de sang. Les responsables du centre et des associations de donneurs ont notamment été invités à témoigner dans nos locaux. Cette action a permis de recruter plusieurs dizaines de nouveaux donneurs et se poursuit aujourd hui encore au travers des compétences que plusieurs de nos collaborateurs partagent avec les responsables la Croix- Rouge.» I Antoine Calvisi I Vice-président du comité de direction de la Banque de Luxembourg, donneur pendant plus de trente ans. «Pour Deloitte, il est important de renforcer l accompagnement logistique et financier de certains projets de la Croix-Rouge luxembourgeoise par une sensibilisation de chacun aux causes qu elle défend. La problématique du don de sang au Luxembourg fait assurément partie de ces causes. Notre firme a donc décidé d ouvrir ses portes à l Entente des Donneurs de sang. Cette opération, très favorablement accueillie, s est soldée par une vingtaine de candidatures de donneurs potentiels, ensuite contactés par le Service de Transfusion Sanguine. Forts de ce succès, nous renouvellerons cette expérience dans le cadre de notre Klenge Maart 2007, (marché de Noël ouvert aux associations caritatives que soutiennent les membres de notre personnel). Notre objectif est d inscrire notre action dans la continuité pour maximiser notre efficacité, dans le respect des valeurs que nous partageons avec la Croix-Rouge luxembourgeoise.» I Maurice Lam I Managing Partner Deloitte Luxembourg C 08

DON DE SANG. Label Don de Soi

DON DE SANG. Label Don de Soi DON DE SANG Label Don de Soi 2015 SOMMAIRE Les différents types de dons p.3 Le don de sang total Le don de plasma Le don de plaquettes Le don de moelle osseuse Que soigne-t-on avec un don de sang? p.7

Plus en détail

I- L ÉTABLISSEMENT FRANÇAIS DU SANG ÎLE-DE- FRANCE, ACTEUR MAJEUR DE SANTÉ PUBLIQUE

I- L ÉTABLISSEMENT FRANÇAIS DU SANG ÎLE-DE- FRANCE, ACTEUR MAJEUR DE SANTÉ PUBLIQUE I- L ÉTABLISSEMENT FRANÇAIS DU SANG ÎLE-DE- FRANCE, ACTEUR MAJEUR DE SANTÉ PUBLIQUE L Établissement Français du Sang, est l unique opérateur civil de la transfusion sanguine en France. Sa mission première

Plus en détail

Sang, plasma, plaquettes...

Sang, plasma, plaquettes... Guide des dons Sang, plasma, plaquettes... et vous, que donnerez-vous? Le don de sang, un geste incontournable En donnant votre sang, vous aidez par exemple une femme qui a perdu beaucoup de sang lors

Plus en détail

Sommaire de la rubrique «Faire un don du sang» Site Internet des villes région Pays de la Loire FAIRE UN DON

Sommaire de la rubrique «Faire un don du sang» Site Internet des villes région Pays de la Loire FAIRE UN DON Sommaire de la rubrique «Faire un don du sang» Site Internet des villes région Pays de la Loire FAIRE UN DON Page d accueil de la rubrique avec un point sur les besoins en sang de la région Page 2 Pourquoi

Plus en détail

Dossier de presse. Le don de sang sur les lieux fixes de collecte. Juin 2013. Contact presse :

Dossier de presse. Le don de sang sur les lieux fixes de collecte. Juin 2013. Contact presse : Dossier de presse Le don de sang sur les lieux fixes de collecte Juin 2013 Contact presse : EFS Île-de-France Pôle Relations institutionnelles et communication d image Audrey Larquier : audrey.larquier@efs.sante.fr

Plus en détail

Le don de moelle osseuse :

Le don de moelle osseuse : DON DE MOELLE OSSEUSE Le don de moelle osseuse : se décider aujourd hui, s engager pour longtemps LA MOELLE OSSEUSE ET SA GREFFE La moelle osseuse C est le tissu mou dans le centre du corps des os qui

Plus en détail

Sang, plasma, plaquettes...

Sang, plasma, plaquettes... Sang, plasma, plaquettes... Le don de sang, un geste incontournable En donnant votre sang, vous aidez par exemple une femme qui a perdu beaucoup de sang lors de son accouchement à reprendre des forces,

Plus en détail

WHA63.12 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5

WHA63.12 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5 WHA63/200/REC/ WHA63.2 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins... 9 WHA63.2 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5 La Soixante-Troisième Assemblée mondiale de la

Plus en détail

AIDE MÉMOIRE DE PROMOTION DU DON DE SANG

AIDE MÉMOIRE DE PROMOTION DU DON DE SANG CENTRE NATIONAL DE TRANSFUSION SANGUINE ---------------------------------- DIRECTION DE LA COMMUNICATION ET DE LA PROMOTION DU DON DE SANG AIDE MÉMOIRE DE PROMOTION DU DON DE SANG Pour vos dons et activités

Plus en détail

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION Madame, Monsieur, Si votre état de santé nécessite une transfusion sanguine, ce document est destiné à vous informer sur les avantages et les risques de la transfusion,

Plus en détail

Comment se déroule le prélèvement? Il existe 2 modes de prélèvements des cellules souches de la moelle osseuse:

Comment se déroule le prélèvement? Il existe 2 modes de prélèvements des cellules souches de la moelle osseuse: La greffe de moelle osseuse représente une chance importante de guérison pour de nombreuses personnes atteintes de maladies graves du sang. Le don de moelle osseuse est un acte volontaire, anonyme et gratuit

Plus en détail

La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques

La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques Professeur Ibrahim Yakoub-Agha CHRU de LILLE (Illustration de J. Cloup, extraite du CD-Rom «greffe de Moelle» réalisé par la société K Noë) La moelle osseuse

Plus en détail

Exposé sur la Transfusion Sanguine

Exposé sur la Transfusion Sanguine Sommaire : I Histoire de la transfusion sanguine A/ Découverte des groupes sanguins B/ Premières transfusions sanguines C/ Les journées du sang II Les groupes sanguins A/ Les différents groupes B/ Déterminer

Plus en détail

AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne. Les dons de cellules & de tissus.

AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne. Les dons de cellules & de tissus. AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne Les dons de cellules & de tissus. Introduction : Une greffe (don) de cellules consiste à administrer à un patient dont un organe vital ne fonctionne plus correctement, une

Plus en détail

Le Don de Moelle Ça fait pas d mal!

Le Don de Moelle Ça fait pas d mal! Le Don de Moelle Ça fait pas d mal! J ai de 18 à 50 ans Le Don de Moelle Osseuse Ça m intéresse -1 je demande des infos, je réfléchis. -2 je contacte le centre EFS le plus proche de chez moi. 3- je suis

Plus en détail

L AUTOGREFFE QUELQUES EXPLICATIONS

L AUTOGREFFE QUELQUES EXPLICATIONS L AUTOGREFFE QUELQUES EXPLICATIONS Le traitement de votre maladie nécessite une Chimiothérapie intensive. Cette chimiothérapie qui utilise de fortes doses de médicaments antimitotiques est plus efficace

Plus en détail

www.dondemoelleosseuse.fr

www.dondemoelleosseuse.fr Agence relevant du ministère de la santé www.dondemoelleosseuse.fr 01 Pourquoi devenir Veilleur de Vie? Le don de moelle osseuse peut sauver des vies. Chaque année, des milliers de personnes - enfants

Plus en détail

Guide Classes CM1-CM2

Guide Classes CM1-CM2 Guide Classes CM1-CM2 Vous souhaitez monter un projet d information, un événement, une action en soutien à une association? L association Laurette Fugain a besoin de vous! SOMMAIRE Présentation de l association

Plus en détail

Le don de moelle osseuse

Le don de moelle osseuse Le don de moelle osseuse Enfant, je rêvais de sauver des vies. Aujourd hui, je le fais. Grande cause nationale 2009 Olivier, 4 ans Olivier, 32 ans Établissement relevant du ministère de la santé Le don

Plus en détail

Guide de Mobilisation. de cellules souches pour mon. Autogreffe AVEC LE SOUTIEN DE. Carnet d informations et de suivi pour le patient et sa famille

Guide de Mobilisation. de cellules souches pour mon. Autogreffe AVEC LE SOUTIEN DE. Carnet d informations et de suivi pour le patient et sa famille Guide de Mobilisation de cellules souches pour mon Autogreffe Carnet d informations et de suivi Carnets pour d informations le patient et sa et famille de suivi pour le patient et sa famille AVEC LE SOUTIEN

Plus en détail

Transfusions sanguines, greffes et transplantations

Transfusions sanguines, greffes et transplantations Transfusions sanguines, greffes et transplantations Chiffres clés en 2008 La greffe d organes est pratiquée depuis plus de 50 ans. 4 620 malades ont été greffés. 1 563 personnes ont été prélevées. 222

Plus en détail

GUIDE DU DONNEUR. Protection santé SERVICE DU SANG

GUIDE DU DONNEUR. Protection santé SERVICE DU SANG GUIDE DU DONNEUR Protection santé SERVICE DU SANG Introduction 2 Pourquoi donner un peu de Sang? Avant toute chose, les dons de sang, de plasma ou de plaquettes contribuent à sauver des vies humaines.

Plus en détail

Tout ce qu il faut savoir sur le don de moelle osseuse

Tout ce qu il faut savoir sur le don de moelle osseuse Tout ce qu il faut savoir sur le don de moelle osseuse 1. La moelle osseuse : un rôle vital pour le corps humain Page 2/23 1.1. Qu est ce que la moelle osseuse? La moelle osseuse est indispensable à la

Plus en détail

SAUVEZ UNE VIE... EN DONNANT LA VIE!

SAUVEZ UNE VIE... EN DONNANT LA VIE! SAUVEZ UNE VIE... EN DONNANT LA VIE! SUIVEZ-NOUS SUR : BANQUE PUBLIQUE DE SANG DE CORDON DʼHÉMA-QUÉBEC Lire ce code avec un téléphone intelligent pour accéder à la page S inscrire à la banque de sang de

Plus en détail

Le don de cellules souches. M.Lambermont Pascale Van Muylder

Le don de cellules souches. M.Lambermont Pascale Van Muylder Le don de cellules souches M.Lambermont Pascale Van Muylder 1 Pourquoi avons-nous recours à la greffe de CSH? Certaines maladies causent la destruction ou un fonctionnement anormal de la moelle osseuse.

Plus en détail

Nous avons tous un don qui peut sauver une vie. D e v e n i r. donneur de moelle. osseuse

Nous avons tous un don qui peut sauver une vie. D e v e n i r. donneur de moelle. osseuse Nous avons tous un don qui peut sauver une vie D e v e n i r donneur de moelle osseuse Pourquoi s inscrire comme donneur de moelle osseuse? Pour des personnes atteintes de maladies graves du sang, la greffe

Plus en détail

INAUGURATION LABORATOIRE DE THERAPIE CELLULAIRE 16 FEVRIER 2012 DOSSIER DE PRESSE

INAUGURATION LABORATOIRE DE THERAPIE CELLULAIRE 16 FEVRIER 2012 DOSSIER DE PRESSE INAUGURATION LABORATOIRE DE THERAPIE CELLULAIRE 16 FEVRIER 2012 DOSSIER DE PRESSE Contact presse : Cathy Josse 03 22 66 87 83 / 06 86 30 46 57 josse.cathy@chu-amiens.fr 1 COMMUNIQUE DE SYNTHESE Le 16 février

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

Don de moelle osseuse. pour. la vie. Agence relevant du ministère de la santé. Agence relevant du ministère de la santé

Don de moelle osseuse. pour. la vie. Agence relevant du ministère de la santé. Agence relevant du ministère de la santé Don de moelle osseuse Engagez-VOUS pour la vie 1 Pourquoi devenir veilleur de vie? Le don de moelle osseuse peut sauver des vies La greffe de moelle osseuse représente une chance importante de guérison

Plus en détail

Photos des différents ingrédients

Photos des différents ingrédients 14 globules blancs (2 cuillères à soupe farine) participent à la défense contre les bactéries. plaquettes (2 cuillères à café pigment jaune) participent à la coagulation = bouchent les trous Photos des

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITÉ 1999-2000

RAPPORT D ACTIVITÉ 1999-2000 RAPPORT D ACTIVITÉ 1999-2000 NOTRE MISSION HÉMA-QUÉBEC a pour mission de fournir à la population québécoise des composants, des dérivés et des substituts sanguins sécuritaires, de qualité optimale et en

Plus en détail

Information à un nouveau donneur de cellules souches du sang

Information à un nouveau donneur de cellules souches du sang Information à un nouveau donneur de cellules souches du sang Pour des raisons de simplification, les dénominations masculines s appliquent également aux femmes. La transplantation de cellules souches du

Plus en détail

Infection par le VIH/sida et travail

Infection par le VIH/sida et travail Documents publiés dans la collection VIH-sida du ministère de la Santé et de la Protection sociale : COLLECTION VIH/SIDA Sida-MST (maladies sexuellement transmissibles) Transmission - Diagnostic/dépistage

Plus en détail

Etablissement Français du Sang

Etablissement Français du Sang Etablissement Français du Sang LE LIEN ENTRE LA GÉNÉROSITÉ DES DONNEURS DE SANG ET LES BESOINS DES MALADES Document de préparation à l entretien médical préalable au don de sang Partie médicale La sécurité

Plus en détail

Don d organes. Notre pays a une nouvelle loi sur la transplantation depuis juillet 2007.

Don d organes. Notre pays a une nouvelle loi sur la transplantation depuis juillet 2007. Don d organes Donner ses organes et ses tissus à son décès est un geste généreux qui permet de sauver la vie de plusieurs personnes et d en aider de nombreuses autres à recouvrer la santé. La transplantation

Plus en détail

ROTARY INTERNATIONAL District 1780 Rhône-Alpes Mont-Blanc Don volontaire de cellules souches

ROTARY INTERNATIONAL District 1780 Rhône-Alpes Mont-Blanc Don volontaire de cellules souches ROTARY INTERNATIONAL District 1780 Rhône-Alpes Mont-Blanc Don volontaire de cellules souches Le don de cellules souches Jean VIVIN 04/2013 1-Nature du problème : 2- Technique Les leucémies représentent

Plus en détail

Le test de dépistage qui a été pratiqué à la

Le test de dépistage qui a été pratiqué à la élever CommenT UN enfant ayant une drépanocytose Q Le test de dépistage qui a été pratiqué à la maternité vient de révéler que votre bébé est atteint de drépanocytose. Aujourd hui, votre enfant va bien,

Plus en détail

Les contre-indications au don de sang

Les contre-indications au don de sang Les contre-indications au don de sang Souvent, les donneurs s interrogent sur les raisons pour lesquelles tout le monde ne peut pas donner son sang. Le don de sang est une démarche d assistance à autrui,

Plus en détail

Dossier «Maladies du sang» Mieux les connaître pour mieux comprendre les enjeux liés au don de sang

Dossier «Maladies du sang» Mieux les connaître pour mieux comprendre les enjeux liés au don de sang Dossier «Maladies du sang» Mieux les connaître pour mieux comprendre les enjeux liés au don de sang Maladies du sang Objectif de ce dossier Les demandes des médias portent régulièrement sur les usages

Plus en détail

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT Les étapes du don de rein DONNER UN REIN DE SON VIVANT PEUT concerner CHACUN le don du vivant 3 /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

L APPAREIL CIRCULATOIRE

L APPAREIL CIRCULATOIRE L APPAREIL CIRCULATOIRE L appareil circulatoire se compose de 3 grandes parties : - Le cœur - Les vaisseaux - Le sang I / Le Cœur : a) Description : Le cœur est un muscle, myocarde, gros comme un poing

Plus en détail

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus Module 2 Exercice 1: Cellules souches hématopoïétiques 1. Causes de décès en Suisse (2010) La figure suivante montre les causes de décès les plus fréquentes en Suisse en 2010, telles qu elles ont été relevées

Plus en détail

Le contexte. Définition : la greffe. Les besoins en greffons en constante augmentation

Le contexte. Définition : la greffe. Les besoins en greffons en constante augmentation Présentation Le contexte Quels donneurs, quels organes? Le don Pour quels malades? Les étapes d une greffe d organes Faites connaître votre choix! 01/04/2014 Union Nationale des associations de donneurs

Plus en détail

Le parcours en greffe de cellules hématopoïétiques : greffe allogénique

Le parcours en greffe de cellules hématopoïétiques : greffe allogénique Le parcours en greffe de cellules hématopoïétiques : greffe allogénique Introduction Cette brochure vise à vous familiariser avec la greffe de cellules hématopoïétiques (GCH). Elle présente en quelques

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE. 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE. 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE Octobre 2006 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT

Plus en détail

DEPISTAGE DES AFFECTIONS INFORMATION A L INTENTION DES ELEVEURS 18 JUIN 2010. Etude DEPARBOX RENALES CHEZ LE BOXER. Préambule

DEPISTAGE DES AFFECTIONS INFORMATION A L INTENTION DES ELEVEURS 18 JUIN 2010. Etude DEPARBOX RENALES CHEZ LE BOXER. Préambule Préambule Les maladies rénales chroniques sont des affections courantes dans l espèce canine. Le nombre de cas d insuffisance rénale chronique (IRC) chez des chiens de race Boxer semble être croissant

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE Chemin de l Étrat BP 57 42210 MONTROND-LES-BAINS Février 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail

Prévenir... par la vaccination

Prévenir... par la vaccination Prévenir... par la vaccination 6 La vaccination...... Soit c est OBLIGATOIRE (2)... Les vaccinations obligatoires pour l ensemble de la population et dont les lois sont inscrites dans le Code de la Santé

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. MOOC «Devenir Ambassadeur Laurette Fugain des Dons de Vie».

DOSSIER DE PRESSE. MOOC «Devenir Ambassadeur Laurette Fugain des Dons de Vie». DOSSIER DE PRESSE MOOC «Devenir Ambassadeur Laurette Fugain des Dons de Vie». COMMUNIQUÉ Pour la première fois en France, une association lance un MOOC (Massive Open Online Course) : «Devenir Ambassadeur

Plus en détail

Nouveau plan greffe : Axes stratégiques pour l avenir

Nouveau plan greffe : Axes stratégiques pour l avenir Extrait Communiqué de presse Saint-Denis, le 12 avril 2012 Nouveau plan greffe : Axes stratégiques pour l avenir La dynamique du plan greffe 2000-2003 a généré un essor sans précédent de près de 50 % de

Plus en détail

des banques pour la recherche

des banques pour la recherche ADN, cellules, tissus... des banques pour la recherche FÉVRIER 2009 Les banques d échantillons de matériel biologique (tissus, cellules, ADN ), appelées biobanques, mettent à disposition des chercheurs

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION Octobre 2005 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

Le don. de sang placentaire. Une source irremplaçable de cellules souches pour la greffe allogénique. Document destiné aux professionnels de santé

Le don. de sang placentaire. Une source irremplaçable de cellules souches pour la greffe allogénique. Document destiné aux professionnels de santé Document destiné aux professionnels de santé 2 EDITION Etablissement relevant du ministère de la santé Le don de sang placentaire Une source irremplaçable de cellules souches pour la greffe allogénique

Plus en détail

Vous connaissez une personne qui souffre d insuffisance rénale chronique

Vous connaissez une personne qui souffre d insuffisance rénale chronique Vous connaissez une personne qui souffre d insuffisance rénale chronique Donner un rein de son vivant peut concerner chacun. Cela s appelle le don du vivant. LE REIN, un organe indispensable à la vie l

Plus en détail

LA TRANSFUSION EN SITUATION D EXCEPTION

LA TRANSFUSION EN SITUATION D EXCEPTION LA TRANSFUSION EN SITUATION D EXCEPTION Expérience du service de santé des armées SFVTT-2010 A. SAILLIOL, E. PEYTEL Les situations d exception pour le SSA 1. Opérations militaires hors du territoire français

Plus en détail

Les tests génétiques à des fins médicales

Les tests génétiques à des fins médicales Les tests génétiques à des fins médicales Les tests génétiques à des fins médicales Nous avons tous hérité d une combinaison unique de gènes de la part de nos parents. Cette constitution originale et l

Plus en détail

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge de la leucémie lymphoïde chronique

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge de la leucémie lymphoïde chronique G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de la leucémie lymphoïde chronique Septembre 2011 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide

Plus en détail

Le guide. pour tout comprendre. Agence relevant du ministère de la santé

Le guide. pour tout comprendre. Agence relevant du ministère de la santé DON D ORGANES, IL SUFFIT DE LE DIRE. MAINTENANT. Le guide pour tout comprendre Agence relevant du ministère de la santé La greffe D organes comment s y prendre? des vies La greffe d organes est un acte

Plus en détail

Mise à jour du dossier de presse du 2 février 1999 «Organisation d un réseau de sang placentaire en France»

Mise à jour du dossier de presse du 2 février 1999 «Organisation d un réseau de sang placentaire en France» Mise à jour du dossier de presse du 2 février 1999 «Organisation d un réseau de sang placentaire en France» MISE AU POINT DE L ORGANISATION DU RESEAU EN FRANCE, EN 2003 : Aujourd hui, cinq établissements

Plus en détail

Le certificat de capacité pour effectuer des prélèvements sanguins

Le certificat de capacité pour effectuer des prélèvements sanguins Le certificat de capacité pour effectuer des prélèvements sanguins Seules les personnes possédant les diplômes mentionnés dans l arrêté du 21 octobre 1992 fixant la liste des titres exigés des personnes

Plus en détail

mémo pour la vie Informations Essentielles & Questions Courantes

mémo pour la vie Informations Essentielles & Questions Courantes mémo pour la vie Informations Essentielles & Questions Courantes SOMMAIRE MEMO POUR LA VIE Le Don de Sang Total 3 Le Don de Plaquettes 4 Le Don de Plasma 5 Le Don de Moelle Osseuse 6 Le Don de Sang de

Plus en détail

Parasites externes du chat et du chien

Parasites externes du chat et du chien Parasites externes du chat et du chien Identification, prévention et traitement Les tiques Les tiques transmettent des maladies parfois mortelles. La prévention est la meilleure arme. 1 - Où les trouve-t-on?

Plus en détail

313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013

313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013 313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013 SOMMAIRE 1 - La vaccination, comment ça marche? 3, 4 et 5 2 - Les vaccins détériorent-ils LA protection naturelle contre les maladies? 6 3 - Avec autant de vaccins,

Plus en détail

Donneur ou pas... Pourquoi et comment je le dis à mes proches.

Donneur ou pas... Pourquoi et comment je le dis à mes proches. L Agence de la biomédecine DON D ORGANES le guide L Agence de la biomédecine, qui a repris les missions de l Etablissement français des Greffes, est un établissement public national de l Etat créé par

Plus en détail

Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif)

Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif) Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif) Contenu de la formation PSE1 LE SECOURISTE : 1 h 30 Indiquer le rôle et les responsabilités d un secouriste. Indiquer les connaissances

Plus en détail

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES CONTEXTE 1. Pourquoi avoir élaboré un guide sur l éducation thérapeutique du En réponse à la demande croissante des professionnels de santé

Plus en détail

GUIDE PATIENT - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. La prise en charge des leucémies aiguës de l adulte

GUIDE PATIENT - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. La prise en charge des leucémies aiguës de l adulte GUIDE PATIENT - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge des leucémies aiguës de l adulte Mars 2012 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour faciliter la discussion sur

Plus en détail

Devenir partenaire de la Croix-Rouge vaudoise

Devenir partenaire de la Croix-Rouge vaudoise Devenir partenaire de la Croix-Rouge vaudoise Un lien réel de solidarité et une véritable opportunité d améliorer la vie collective Premier de cordée Mesdames, Messieurs les Dirigeants d Entreprises,

Plus en détail

Réorganisation du processus de transfusion sanguine au Liban

Réorganisation du processus de transfusion sanguine au Liban Réorganisation du processus de transfusion sanguine au Liban Cahier des charges du Logiciel Médico Technique Rédigé en collaboration avec Cahier des charges du Logiciel Médico Technique La procédure d

Plus en détail

2È JOURNÉE NATIONALE DE FORMATION DES PHARMACIENS CANCER ET ACCOMPAGNEMENT DU PHARMACIEN : UN PREMIER PAS VERS LA RÉSILIENCE.

2È JOURNÉE NATIONALE DE FORMATION DES PHARMACIENS CANCER ET ACCOMPAGNEMENT DU PHARMACIEN : UN PREMIER PAS VERS LA RÉSILIENCE. 2È JOURNÉE NATIONALE DE FORMATION DES PHARMACIENS Avec le Haut Patronage de Madame Roselyne BACHELOT-NARQUIN, Ministre de la Santé, de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative CANCER ET ACCOMPAGNEMENT

Plus en détail

Décidezvous. Sinon, vos proches devront le faire pour vous. Informations sur le don d organes, de tissus et de cellules en cas de décès.

Décidezvous. Sinon, vos proches devront le faire pour vous. Informations sur le don d organes, de tissus et de cellules en cas de décès. Informations sur le don d organes, de tissus et de cellules en cas de décès. Décidezvous. Sinon, vos proches devront le faire pour vous. Le court-métrage sur le sujet transplantinfo.ch Vous pouvez être

Plus en détail

La prise en charge de votre rectocolite hémorragique

La prise en charge de votre rectocolite hémorragique G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre rectocolite hémorragique Vivre avec une RCH Octobre 2008 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide

Plus en détail

Maladie de Hodgkin ou lymphome de Hodgkin

Maladie de Hodgkin ou lymphome de Hodgkin Maladie de Hodgkin ou lymphome de Hodgkin Ce que vous devez savoir Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca MALADIE DE HODGKIN Ce que vous devez savoir Même si vous entendez parler du

Plus en détail

LES PETITS DOSSIERS DE L OBSERVATOIRE RÉGIONAL DE LA SANTÉ NORD-PAS-DE-CALAIS 2009 Numéro 22 UNE RÉGION DE DON

LES PETITS DOSSIERS DE L OBSERVATOIRE RÉGIONAL DE LA SANTÉ NORD-PAS-DE-CALAIS 2009 Numéro 22 UNE RÉGION DE DON LES PETITS DOSSIERS DE L OBSERVATOIRE RÉGIONAL DE LA SANTÉ NORD-PAS-DE-CALAIS 29 Numéro 22 UNE RÉGION DE DON Le Premier ministre a fait de l année 29, l année du don. En déclarant «grande cause nationale

Plus en détail

le guide DON D ORGANES : DONNEUR OU PAS, je sais pour mes proches, ils savent pour moi L Agence de la biomédecine

le guide DON D ORGANES : DONNEUR OU PAS, je sais pour mes proches, ils savent pour moi L Agence de la biomédecine le guide L Agence de la biomédecine L Agence de la biomédecine est un établissement public national de l État créé par la loi de bioéthique de 2004. Elle exerce ses missions dans les domaines du prélèvement

Plus en détail

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE SOURCES : ligues reins et santé A LA BASE, TOUT PART DES REINS Organes majeurs de l appareil urinaire, les reins permettent d extraire les

Plus en détail

L eau dans le corps. Fig. 6 L eau dans le corps. Cerveau 85 % Dents 10 % Cœur 77 % Poumons 80 % Foie 73 % Reins 80 % Peau 71 % Muscles 73 %

L eau dans le corps. Fig. 6 L eau dans le corps. Cerveau 85 % Dents 10 % Cœur 77 % Poumons 80 % Foie 73 % Reins 80 % Peau 71 % Muscles 73 % 24 L eau est le principal constituant du corps humain. La quantité moyenne d eau contenue dans un organisme adulte est de 65 %, ce qui correspond à environ 45 litres d eau pour une personne de 70 kilogrammes.

Plus en détail

Le guide. Don d organes. Donneur ou pas. Pourquoi et comment je le dis. à mes proches.

Le guide. Don d organes. Donneur ou pas. Pourquoi et comment je le dis. à mes proches. Don d organes. Donneur ou pas à mes proches. Le guide Pourquoi et comment je le dis Don d organes. Pourquoi est-ce si important d en parler? En matière de don et de greffe d organes, la loi française prévoit

Plus en détail

Votre bébé a besoin de soins spéciaux

Votre bébé a besoin de soins spéciaux Votre bébé a besoin de soins spéciaux Ce guide se veut un document de référence afin de favoriser une meilleure compréhension de tous les aspects entourant la venue d un enfant prématuré ou malade. Il

Plus en détail

Les greffes de cellules souches

Les greffes de cellules souches A qui en parler? Vous cherchez de l aide ou d autres informations? Vous avez besoin de parler? Vous cherchez des informations sur un type de cancer ou ses possibilités de traitement? Vous voulez savoir

Plus en détail

Sommaire. Sommaire. Chapitre 1 : Les acteurs du don du sang

Sommaire. Sommaire. Chapitre 1 : Les acteurs du don du sang Edito Édito... Nous sommes heureux de vous présenter le guide des relations ADSB-EFS IDF. Il est le fruit d un travail commun entre l EFS IDF et le comité régional pour le don de sang bénévole. Collaboration

Plus en détail

Les Principes fondamentaux

Les Principes fondamentaux Les Principes fondamentaux DU MOUVEMENT INTERNATIONAL DE LA CROIX-ROUGE ET DU CROISSANT-ROUGE Christoph von Toggenburg/CICR Les Principes fondamentaux du Mouvement international de la Croix-Rouge et du

Plus en détail

Les tumeurs osseuses

Les tumeurs osseuses Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Les tumeurs osseuses LE SARCOME D EWING Auteurs L OSTEOSARCOME Dr Perrine MAREC-BERARD Tous droits réservés. Reproduction interdite.

Plus en détail

LES DIFFERENTS PSL : qualifications, transformations et leurs indications

LES DIFFERENTS PSL : qualifications, transformations et leurs indications ÉTABLISSEMENT FRANÇAIS DU SANG L Etablissement français du sang LES DIFFERENTS PSL : qualifications, transformations et leurs indications Dr Anne-Lise MARACHET DIU Cancérologie/Hématologie EFS IDF- Site

Plus en détail

Vous et votre traitement anticoagulant par AVK (antivitamine K)

Vous et votre traitement anticoagulant par AVK (antivitamine K) Ce carnet a été réalisé sous la coordination de l Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps). Vous et votre traitement anticoagulant par AVK (antivitamine K) Carte à découper

Plus en détail

NOR/INT/C/04/00111/C Paris, le 8 septembre 2004. Le ministre de l intérieur de la sécurité intérieure et des libertés locales

NOR/INT/C/04/00111/C Paris, le 8 septembre 2004. Le ministre de l intérieur de la sécurité intérieure et des libertés locales DIRECTION GENERALE DE LA POLICE NATIONALE DIRECTION DE L ADMINISTRATION DE LA POLICE NATIONALE NOR/INT/C/04/00111/C Paris, le 8 septembre 2004 Le ministre de l intérieur de la sécurité intérieure et des

Plus en détail

Plus que jamais, l EFS compte sur la générosité des Français. Contacts Presse :

Plus que jamais, l EFS compte sur la générosité des Français. Contacts Presse : Plus que jamais, l EFS compte sur la générosité des Français Contacts Presse : The Desk Laurence de la Touche Tél. 01 49 24 58 43 / Courriel : l.delatouche@thedesk.fr Angélique d Esteve Tél. 01 49 24 58

Plus en détail

La prise en charge. de votre affection de longue durée

La prise en charge. de votre affection de longue durée La prise en charge de votre affection de longue durée Comment fonctionne la prise en charge à 100 %? Quels sont les avantages pour vous? À quoi vous engagez-vous? Comment êtes-vous remboursé? Votre médecin

Plus en détail

Médicaments dérivés du sang (MDS) et analogues recombinants

Médicaments dérivés du sang (MDS) et analogues recombinants Médicaments dérivés du sang (MDS) et analogues recombinants Missions du Pharmacien hospitalier Association des Pharmaciens Hospitaliers d Alsace et de Lorraine Nancy - 1er avril 2014 D. Hettler - Pharmacien

Plus en détail

Angiœdème héréditaire (AOH)

Angiœdème héréditaire (AOH) Ministère de la Santé de la Jeunesse et des Sports Direction Générale de la Santé Informations et conseils Angiœdème héréditaire (AOH) Lisez attentivement ce document et conservez-le soigneusement avec

Plus en détail

Charte de la Banque ADN et de Cellules de Généthon

Charte de la Banque ADN et de Cellules de Généthon Sommaire 1. PREAMBULE... 2 2. DEFINITIONS... 2 3. CADRE LEGAL... 3 4. ORGANISATION DE LA BACG... 4 5. PRESTATIONS DE LA BACG... 5 6. MODALITES DE CONTRIBUTION ET D UTILISATION DES SERVICES... 5 7. REGLES

Plus en détail

SECTION II RELATIVE AU PRÉLEVEUR

SECTION II RELATIVE AU PRÉLEVEUR SECTION II RELATIVE AU PRÉLEVEUR II-0 INDEX SECTION II Pages Section relative au préleveur Heures d ouvertures des laboratoires pour clients externes Requête régionale II-2 II-2 II-3 Informations requises

Plus en détail

Le guide du bon usage des médicaments

Le guide du bon usage des médicaments Le guide du bon usage des médicaments Les médicaments sont là pour vous aider mais......ils ont parfois du mal à vivre ensemble. Votre médecin et votre pharmacien peuvent adapter votre traitement pour

Plus en détail

Recommandez Sunrise. Un partenaire de confiance.

Recommandez Sunrise. Un partenaire de confiance. Recommandez Sunrise Un partenaire de confiance. Soins de longue durée et soins pour personnes semi-autonomes Soins pour personnes souffrant de l Alzheimer ou éprouvant des troubles de la mémoire Soins

Plus en détail

Brève présentation de la consultation de Médecine 2 et des missions des infirmières psycho-sociales Objectifs de l atelier Quizz VIH/SIDA :

Brève présentation de la consultation de Médecine 2 et des missions des infirmières psycho-sociales Objectifs de l atelier Quizz VIH/SIDA : Brève présentation de la consultation de Médecine 2 et des missions des infirmières psycho-sociales Objectifs de l atelier Quizz VIH/SIDA : Constats de départ Objectifs du projet Présentation de l outil

Plus en détail

Séquence 1 : La place du MSP et de l ISP

Séquence 1 : La place du MSP et de l ISP Séquence 1 : La place du MSP et de l ISP 1- Sécurité civile et police administrative L activité opérationnelle des sapeurs pompiers s exercent dans le cadre de la police administrative. La police administrative

Plus en détail

Programme Traumatologie. feuillet informatif. destiné aux usagers et à leurs proches

Programme Traumatologie. feuillet informatif. destiné aux usagers et à leurs proches Programme Traumatologie feuillet informatif destiné aux usagers et à leurs proches Centre de réadaptation Estrie, 2014 Présentation du programme Le programme Traumatologie est l un des cinq programmes

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie, l hépatite chronique C

La prise en charge de votre maladie, l hépatite chronique C G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre maladie, l hépatite chronique C Vivre avec une hépatite chronique C Avril 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant

Plus en détail

pour les citoyens non communautaires

pour les citoyens non communautaires Progetto cofinanziato da UNIONE EUROPEA Fondo Europeo per l Integrazione dei Cittadini dei Paesi Terzi pour les citoyens non communautaires www.inmp.it TABLE DES MATIÈRES Glossaire 2 Informations générales

Plus en détail

La filière du sang en France

La filière du sang en France La filière du sang en France RAPPORT Établi par Olivier VÉRAN, Député de l Isère avec l appui de Abdelkrim KIOUR Inspecteur des affaires sociales Claude SARDAIS Inspecteur général des finances Mission

Plus en détail