Assainissement de ponts rôle. dans la conservation des ponts

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Assainissement de ponts rôle. dans la conservation des ponts"

Transcription

1 Assainissement de ponts rôle des inspections et des interventions dans la conservation des ponts Cet exposé a pour objectif de rappeler, dans un moment de débat accru sur la durabilité et la pérennité des ponts, que les infrastructures existent pour fournir un niveau de service adéquat au cours d une période donnée. Le but de la conservation est d assurer que le niveau de service est fourni, tout en entraînant le moins d impacts négatifs possibles; impacts qui peuvent être occasionnés par une utilisation normale, ainsi que par l exécution des inspections et des interventions. Prof. Dr. Bryan T. Adey, ETH Zurich, Institut pour la Construction et le Management des Infrastructures (IBI), ETH Hönggerberg, Zurich, Suisse. Introduction Les réseaux routiers sont construits de manière à offrir un niveau de service adéquat sur une période de temps étudiée. Ils sont composés d objets interconnectés qui sont eux-mêmes composés d éléments interconnectés. Leur capacité à fournir un niveau de service adéquat dépend des matériaux dont chaque élément est constitué et de la manière dont les éléments sont connectés. Ils dépendent également du nombre et du type d objets qui forment les liens à l intérieur des réseaux et de la disposition de ces liens. On peut considérer que l objectif des gestionnaires de réseau routier est de déterminer une stratégie de conservation. La stratégie de conservation consiste en une stratégie d inspection (quand, où et comment on collecte l information sur les infrastructures) et d intervention (quand, où et comment les activités sont exécutées sur l infrastructure). La stratégie de conservation doit garantir un niveau de service adéquat au cours de la période étudiée et avoir le moins de conséquences négatives pour les parties prenantes du réseau routier (par conséquences négatives, on désigne ici tous les impacts négatifs encourus par les personnes en raison de l utilisation de la route ou d une intervention sur la route. Ceci comprend par exemple, les coûts d exploitation des véhicules encourus par les conducteurs, les coûts d une intervention sur la route encourus par les propriétaires ou l investissement en ressources humaines requis pour exécuter une intervention sur la route). Déterminer la stratégie optimale de conservation nécessite une vision systémique du fonctionnement des réseaux routiers et une prise en considération de l effet des inspections et des interventions sur les réseaux routiers.. Inspections et interventions.. En présence d une information parfaite Avec le temps, les infrastructures se détériorent en raison de différents types de processus. Elles sont cependant améliorées lorsque des interventions sont effectuées. Aucune inspection ne serait nécessaire si on pouvait savoir exactement comment les infrastructures se détériorent et comment améliorent le comportement des infrastructures. Les gestionnaires pourraient alors identifier toutes les stratégies d intervention possibles, analyser les conséquences associées et choisir celle qui aura le moins d impact négatif. Un exemple de la comparaison de deux stratégies de conservation, lorsqu une information parfaite est disponible (figure ), est illustré par la figure. La figure a montre la détérioration d un élément au fil du temps à partir d un état quasi-neuf jusqu à une situation où la probabilité de défaillance a atteint 47

2 Figure : Illustration de la certitude d impacts résultant de la détérioration et de la condition des niveaux inacceptables et qu une intervention immédiate est nécessaire. La figure Condition d Etat a b illustre l évolution des impacts négatifs lorsque l état de l infrastructure empire. b Impact Figure : Impacts négatifs attendus lorsque deux stratégies d entretien sont adoptées en présence La figure illustre les conséquences négatives attendues pour deux stratégies de conservation différentes. En A, on imagine que le tablier du pont est remplacé par un autre tablier avec exactement le même type de béton que lorsque ce dernier atteint un état de condition de niveau 5. Ceci arrive toutes les deux unités de temps. En B, on imagine qu une intervention éliminant les chlorures de la surface du béton est effectuée lorsque le béton est sur le point d entrer en état de condition de niveau, c est-à-dire précisément juste avant le développement de Impacts négatifs pendant l intervention fissures induites par la corrosion. Ceci arrive à chaque unité de temps. Une telle intervention arrête complètement la détérioration du tablier et permet une remise en état quasineuve de l infrastructure. Ainsi, aucune répercussion négative n est à mentionner entre les interventions. On peut voir que par rapport à l option B, l option A se traduit par moins d interventions, mais plus d impacts négatifs entre. Par rapport à l option A, l option B se traduit par des interventions plus fréquentes, mais moins d impacts négatifs entre. Impacts négatifs entre 3 4 MS A 3 4 MS B 48

3 Assainissement de ponts rôle des inspections et des interventions dans la conservation des ponts Figure 3: Illustration de l incertitude des impacts résultant de la détérioration et de la condition Même en supposant une information parfaite, il n est pas facile de déterminer la stratégie de conservation optimale à suivre. Cependant, l absence d information parfaite rend la tâche encore plus difficile... En présence d une information imparfaite Malheureusement, nos capacités de prédiction ne permettent pas de prévoir exactement ce qu il adviendra dans le futur, et ne le permettront jamais. Il est donc nécessaire de procéder régulièrement à des inspections afin d améliorer la connaissance des infrastructures sans pour autant que l information fournie soit parfaite. Le choix de la stratégie d inspection à intégrer dans la stratégie de conservation optimale dépend des résultats d une analyse coûts-avantages; sachant que l analyse doit prendre en compte les effets négatifs induits par les inspections sur les parties prenantes de la route. Cela veut dire, que l intérêt d encourir les conséquences négatives des inspections dépend des informations recueillies. En Condition d Etat a Variation de la prédiction Prédiction modèle Champ d erreur d autres termes, l intérêt des inspections dépend de la capacité à utiliser les informations supplémentaires afin de réduire globalement les impacts négatifs pour les parties prenantes de la route. Ceci dépend, à son tour, de l exactitude de l information obtenue, comment cette information est utilisée pour actualiser les connaissances existantes, comment les décisions sont prises concernant les stratégies d intervention à suivre et comment des interventions spécifiques sont planifiées. Un exemple de la comparaison de deux stratégies de conservation lorsque le gestionnaire dispose d information imparfaite (figure 3) est illustré par la figure 4. Pour des raisons de présentation, on suppose que le pont se détériore soit rapidement soit lentement et que seulement deux stratégies de conservation peuvent être suivies: A et A. Les stratégies d intervention sont similaires à la stratégie de conservation A utilisée en présence d information parfaite, mais la fréquence des inspections varie. b Impact Champ d impacts résultat de la condition Variation du temps d intervention Variation du temps d intervention Dans le cas de A, les inspections ont lieu toutes les unités de temps et en A, à chaque unité de temps. En présence d une information parfaite, l intervention est effectuée au bon moment. Dès que le pont se trouve dans l état de condition de niveau 5, une intervention est effectuée causant globalement le moins de conséquences négatives. Cependant avec une information imparfaite, puisqu on ignore ce qui se passe, il est possible que l intervention ne soit pas effectuée au bon moment. Par exemple, si la dégradation est rapide et que la stratégie de conservation A est suivie; comme les inspections sont effectuées toutes les unités de temps, il est impos- 49

4 Figure 4: Impacts négatifs attendus quand deux stratégies de conservation sont appliquées en présence d une information imparfaite. par le propriétaire pendant par le propriétaire pendant les inspections par les utilisateurs pendant par les utilisateurs pendant par les utilisateurs pendant les inspections 3 4 MS A Détérioration rapide 3 4 MS A Détérioration rapide 3 4 MS A Détérioration lente 3 4 MS A Détérioration lente sible de savoir que le tablier du pont rentre en état de condition de niveau 5 à l instant t = et qu une intervention devienne alors nécessaire. Aucune intervention n est effectuée avant la deuxième unité de temps et par conséquent, les parties prenantes subissent des impacts négatifs sur une unité de temps supplémentaire. Toutefois, si la dégradation est lente, la stratégie de conservation A permet de savoir exactement quand le tablier du pont entre en état de condition de niveau 5 et d effectuer une intervention. Les utilisateurs ne subissent alors pas plus de conséquences négatives que nécessaire. De même, si la dégradation est rapide et que les inspections sont effectuées à 5

5 Assainissement de ponts rôle des inspections et des interventions dans la conservation des ponts chaque unité de temps (stratégie A); il est alors possible de savoir exactement quand le tablier du pont entre en état de condition de niveau 5 et d effectuer une intervention. Les utilisateurs ne subissent ainsi pas plus de conséquences négatives que nécessaire. Toutefois, si la dégradation est lente, cette stratégie de conservation A, avec des inspections à chaque unité de temps, induit des couts supplémentaires considérables du fait des inspections inutiles. Si l on compare les deux stratégies de conservation, on observe qu avec une information imparfaite, les stratégies d inspection et d intervention doivent être prises en compte dans l analyse afin de déterminer la stratégie optimale. Dans cette situation, il n est pas certain que multiplier les inspections soit la meilleure solution. 3. Exemple Un exemple a été réalisé afin de montrer l importance de ce point de vue sur le rôle des inspections et des interventions en matière de conservation de l infrastructure et de démontrer que ce point de vue est nécessaire afin de choisir au mieux les inspections et à inclure dans les stratégies optimales de conservation (Adey et al., ). Dans cet exemple, les stratégies de conservation optimales ont été déterminées pour un tablier de pont en béton armé (figure 5). Le pont mesure 3 mètres et enjambe une rivière, une voie ferrée et plusieurs routes. C est un pont mixte composé d une dalle en béton armé coulé sur place et de raidisseurs continus en acier. Le trafic moyen est de 5 véhicules-jour. La corrosion des armatures est le principal processus de dégradation affectant le pont. (Figure 5) Les stratégies de conservation étudiées sont composées d éléments variés: des inspections visuelles, des mesures de teneur en chlorure, une intervention d élimination des chlorures, une intervention pour combler des fissures, un retrait du béton endommagé et l ajout d une nouvelle couche de béton. Les conséquences de chaque catégorie d inspection et d intervention subies par les usagers ont été estimées. Les estimations tiennent compte respectivement de la condition du pont pendant son utilisation et pendant l exécution de l intervention. En général, les résultats (présentés dans Adey, et al., ) ont montré que les inspections et à inclure dans la stratégie de conservation optimale dépendent de nombreux facteurs concurrents. Ceci inclut par exemple le coût que le propriétaire de l infrastructure paye pour une inspection ou une intervention, la durée avant la prochaine intervention et les impacts subis entre la mise en œuvre de chaque intervention. C est seulement après avoir déterminé le juste équilibre entre ces Figure 5: tablier du pont étudié Ligne de symétrie Béton bitumineux 55 cm Trottoir Bord du trottoir cm Tablier en béton armé Poutre métallique 5

6 facteurs que la stratégie de conservation optimale peut être choisie. Les résultats montrent aussi clairement qu en pratique les méthodes empiriques ne permettent pas toujours de prendre les décisions correctes. Les résultats montrent qu il ne faut pas supposer que les inspections font automatiquement partie d une stratégie de conservation optimale. Il ne faut pas considérer comme acquis les points suivants:. Les inspections doivent fournir une information précise (dans certains cas, on constate que les stratégies d inspection très précises causent plus d impacts négatifs que les inspections moins précises. Par exemple, des contrôles de teneur en chlorure très fréquents fournissent de l information très précise. Par contre, l impact négatif des contrôles ne compense pas la baisse attendue des impacts négatifs à cause de la réduction du nombre d interventions).. Les meilleures inspections sont celles qui produisent le moins d impacts négatifs lorsqu elles sont en cours d exécution (dans certains cas, on constate que les stratégies d inspection inclues dans la stratégie optimale de conservation sont celles ayant des impacts négatifs plus importants. Par exemple, l augmentation des impacts négatifs en raison de mesures plus fréquentes de la teneur en chlorures est plus que compensée par la réduction des impacts négatifs causée lorsque l intervention n est pas effectuée au bon moment). Les résultats montrent également qu il ne faut pas supposer que fassent automatiquement partie d une stratégie de conservation optimale. Il ne faut pas considérer comme acquis les points suivants: 3. Les interventions doivent améliorer très fortement l état de l infrastructure (dans certains cas, il est favorable d effectuer souvent des interventions petites plutôt que des interventions lourdes de temps en temps. Ceci est le cas même si les interventions sont exécutées dans un état de détérioration plus avancé. Cela signifie par exemple que les impacts négatifs associés à des interventions plus lourdes multipliés par la fréquence à laquelle l objet se trouve dans une condition qui déclenche l intervention sont plus que compensés par la réduction des impacts négatifs dus à des interventions plus petites multipliées par la fréquence plus élevée à laquelle l objet se trouve dans la même condition). 4. Les interventions doivent ralentir très fortement la détérioration (dans certains cas, des stratégies qui résultent d une détérioration plus rapide à l avenir sont meilleures que les stratégies qui résultent d une détérioration plus lente. Ceci est dû au fait que les impacts négatifs, liés à l exécution des interventions plus rares, sont encore plus importants que les impacts négatifs associés à l exécution d interventions plus fréquentes). 5. Enfin, les meilleures interventions sont celles qui produisent le moins d impacts négatifs lorsqu elles sont en cours d exécution (dans certains cas, lorsqu elles sont effectuées, les stratégies d interventions causant d importants impacts négatifs sont meilleures que les stratégies d intervention causant moins d impacts négatifs. Ceci est dû au fait que les impacts négatifs supplémentaires subis pendant la mise en œuvre de l intervention sont compensés par la réduction totale des impacts négatifs en raison de la réduction de la fréquence d intervention). 5

7 Assainissement de ponts rôle des inspections et des interventions dans la conservation des ponts 4. Conclusion Les réseaux routiers, et donc les ponts routiers, existent pour fournir un niveau de service adéquat au cours d une période donnée. L objectif de la gestion des réseaux routiers est d assurer que ce niveau de service soit fourni tout en causant le moins de répercussions négatives possibles. Les impacts négatifs peuvent être encourus lors de l utilisation courante de l infrastructure, lors de l exécution des inspections et lors de l exécution des interventions. Afin de déterminer les stratégies optimales de conservation, il est nécessaire d adopter une vue d ensemble du fonctionnement du système du réseau routier. Ceci doit inclure le rôle des ponts dans le réseau, ainsi que l effet produit par les inspections et sur le réseau routier et sur les parties prenantes du réseau. Il est également nécessaire de prendre en considération la capacité du propriétaire à intégrer l information dans son processus décisionnel. 5. Référence Adey, B. T., Jamali, A., (), On the role of inspections and interventions in infrastructure management, Materials and Corrosion, 63:

RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS. On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007.

RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS. On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007. RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007. Pour mieux comprendre les résultats ici une petit plan où il y a signalées les différentes

Plus en détail

Inspection du pont de Québec. Jean-Pierre Blondin, ing., M.ing.

Inspection du pont de Québec. Jean-Pierre Blondin, ing., M.ing. Inspection du pont de Québec Jean-Pierre Blondin, ing., M.ing. Roche ltée, Groupe-conseil 33, rue Saint-Jacques, 2e étage Montréal (Québec) Canada H2Y 1K9 Introduction et historique Pour de nombreuses

Plus en détail

RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL AU CONSEIL GENERAL

RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL AU CONSEIL GENERAL 4.6.1 RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL AU CONSEIL GENERAL concernant une demande de crédit de Fr. 700'000.- pour la réfection de la couverture du Bied sous la rue Georges-Favre, premier secteur carrefour Klaus

Plus en détail

Calcul des charpentes d acier Tome I

Calcul des charpentes d acier Tome I Calcul des charpentes d acier Tome I 2 e édition, 2 e tirage revu, 2008 RÉVISIONS À l intention des lecteurs de la 2 e édition, 1 er tirage, 2005, les principales révisions apportées au 2 e tirage se trouvent

Plus en détail

M S A RAPPORT D INSPECTION PRINCIPALE. Commune de la Tène PONT DE BELLEVUE À MARIN I N G É N I E U R S C I V I L S. Commentaire de l inspecteur :

M S A RAPPORT D INSPECTION PRINCIPALE. Commune de la Tène PONT DE BELLEVUE À MARIN I N G É N I E U R S C I V I L S. Commentaire de l inspecteur : Commune de la Tène M S A À MARIN Neuchâtel, le 5 décembre 2014 / OM, ABA et FR Commentaire de l inspecteur : L inspection s est déroulée de jour le 18.11.2014, avec un temps couvert et partiellement humide,

Plus en détail

Fiche Contenu 3-1 : Vue d ensemble de la gestion de l équipement

Fiche Contenu 3-1 : Vue d ensemble de la gestion de l équipement Fiche Contenu 3-1 : Vue d ensemble de la gestion de l équipement Son rôle dans le système de gestion de la qualité Considérations sur le programme La gestion de l équipement est l un des points essentiels

Plus en détail

Logiciels Ouvrages d Art. Retrait et auto contraintes Janvier 2014

Logiciels Ouvrages d Art. Retrait et auto contraintes Janvier 2014 Logiciels Ouvrages d Art Retrait et auto contraintes Janvier 2014 SOMMAIRE Calcul du retrait et du gradient thermique... Remarques :... Retrait du béton...4 Calcul du retrait à la mise en service...4 Calcul

Plus en détail

RN1569 Déviation de Miramas Construction de l'oa16 15/01/2015

RN1569 Déviation de Miramas Construction de l'oa16 15/01/2015 RN1569 Déviation de Miramas Construction de l'oa16 Sommaire Données générales et contraintes Caractéristiques de l'ouvrage Les études de projet Quelques photos du chantier 2 Données générales et contraintes

Plus en détail

Norme NF EN 206-1 et DTU 21

Norme NF EN 206-1 et DTU 21 Norme NF EN 206-1 et DTU 21 La norme NF EN 206-1, avec son annexe nationale, devient la base normative pour tous les bétons de structure. Introduction La norme européenne NF EN 206-1 remplace la norme

Plus en détail

AFGC délégation Rhône-Alpes. LE PONT SCHUMAN : un 14eme Ouvrage sur la Saône à Lyon. Les études du Génie-Civil

AFGC délégation Rhône-Alpes. LE PONT SCHUMAN : un 14eme Ouvrage sur la Saône à Lyon. Les études du Génie-Civil AFGC délégation Rhône-Alpes LE PONT SCHUMAN : un 14eme Ouvrage sur la Saône à Lyon Les études du Génie-Civil AFGC Délégation Rhône Alpes 19 juin 2014 Par Franck DUBOIS BET Vinci Construction France STRUCTURES

Plus en détail

Projet de Loi 122 Un résumé de la situation

Projet de Loi 122 Un résumé de la situation Projet de Loi 122 Un résumé de la situation L INSPECTION DES FAÇADES ET DES STATIONNEMENTS COMMENT PROCEDER ET QUEL SERA LE COÛT? PLAN DE LA PRÉSENTATION Plan de la présentation Rappel des exigences de

Plus en détail

L ANALYSE COUT-EFFICACITE

L ANALYSE COUT-EFFICACITE L ANALYSE COUT-EFFICACITE 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? L analyse coût-efficacité est un outil d aide à la décision. Il a pour but d identifier la voie la plus efficace, du point de vue

Plus en détail

2.1 - DURABILITE - CLASSE D EXPOSITION

2.1 - DURABILITE - CLASSE D EXPOSITION 2.1 - DURABILITE - CLASSE D EXPOSITION Désignation de la classe Description de l'environnement 1 - Aucun risque de corrosion ni d'attaque Béton non armé et sans pièces métalliques noyées : toutes expositions,

Plus en détail

LE GÉNIE PARASISMIQUE

LE GÉNIE PARASISMIQUE LE GÉNIE PARASISMIQUE Concevoir et construire un bâtiment pour qu il résiste aux séismes 1 Présentation de l intervenant Activité : Implantation : B.E.T. structures : Ingénierie générale du bâtiment. Siège

Plus en détail

BETOCRETE C-16 - BETOCRETE C-17 (BV)

BETOCRETE C-16 - BETOCRETE C-17 (BV) Consulter la fiche technique disponible sur le site www.benfer.it / www.schomburg.de Additifs Imperméabilisants Liquides Cristallins pour structures en béton 292 Additifs Imperméabilisants Cristallins

Plus en détail

Présentations GTF. Point de vue d un utilisateur final. Durée de vie des ouvrages : Approche Prédictive, PerformantielLE et probabiliste

Présentations GTF. Point de vue d un utilisateur final. Durée de vie des ouvrages : Approche Prédictive, PerformantielLE et probabiliste Présentations GTF Présenté par : Georges NAHAS Organismes : Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN) Paris 26 mai 2009 Introduction Le vieillissement des ouvrages de génie civil et plus

Plus en détail

Annexe 4 LA SITUATION ACTUELLE

Annexe 4 LA SITUATION ACTUELLE Annexe 4 PREVENTION DES CHUTES DE HAUTEUR DANS LES DECHETERIES OUVERTES AU PUBLIC L instruction du projet d avis sur la sécurité dans les déchèteries ouvertes au public par la Commission de la sécurité

Plus en détail

Impacts de l élévation du niveau de la mer lié au changement climatique dans la région de Pointe-à-Pitre

Impacts de l élévation du niveau de la mer lié au changement climatique dans la région de Pointe-à-Pitre Impacts de l élévation du niveau de la mer lié au changement climatique dans la région de PointeàPitre Convention DEALBRGM (déc. 2010) Rapport BRGM/RP60857FR (mars 2012) Contenu & objectifs Région pointoise

Plus en détail

Comment réduire vos arrêts et améliorer le TRS

Comment réduire vos arrêts et améliorer le TRS White Paper Comment réduire vos arrêts et améliorer le TRS Découvrez les cinq questions essentielles que vous devez vous poser et comment y apporter des réponses onsolution HMI SCADA MES Software White

Plus en détail

ajustement Audit des cadres ERM

ajustement Audit des cadres ERM Alex andra Psic a, cmc RESPONSABLE DE DIRECTION INTERIS CONSULTING INC. D ANS L ABSOLU, LE CADRE DE MANAGEMENT DES RISQUES DE l entreprise (ERM) doit être suffisamment adapté à ses objectifs, à ses risques

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 330 REPONSES DE L AUDITEUR AUX RISQUES EVALUES

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 330 REPONSES DE L AUDITEUR AUX RISQUES EVALUES NORME INTERNATIONALE D AUDIT 330 REPONSES DE L AUDITEUR AUX RISQUES EVALUES Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe

Plus en détail

Concepts généraux de la surveillance électronique des ponts routiers au ministère des Transports du Québec

Concepts généraux de la surveillance électronique des ponts routiers au ministère des Transports du Québec Concepts généraux de la surveillance électronique des ponts routiers au ministère des Transports du Québec Marc Savard, ing, Ph. D. et Jean-François Laflamme, ing, M. Sc. Service de l entretien, Direction

Plus en détail

Règles de l art relatives à la construction des trottoirs en béton

Règles de l art relatives à la construction des trottoirs en béton Solution constructive n o 54 Règles de l art relatives à la construction des trottoirs en béton par Balvant Rajani Les trottoirs en béton se détériorent souvent prématurément. Cet article présente certaines

Plus en détail

Comptes et plans d épargne-logement

Comptes et plans d épargne-logement Page 1 of 6 Alerte Banques n 2 - avril 2006 ARCHIVES I IMPRIMER Comptes et plans d épargne-logement L avis du CNC relatif à la comptabilisation des CEL et PEL pose le principe suivant : les conséquences

Plus en détail

Actions dues au trafic Tram-Train

Actions dues au trafic Tram-Train Actions dues au trafic Tram-Train La conception des infrastructures à construire pour la circulation des tram-trains requiert la modélisation des différents cas de charges induits par ce type de trafic.

Plus en détail

Fiche technique de l USM TK 005

Fiche technique de l USM TK 005 1 Fiche technique de l USM TK 005 Percements de membranes de toits Union Suisse du Métal Association professionnelle construction métallique, Seestrasse 105, Case postale, 8027 Zurich Tél. 044 285 77 77,

Plus en détail

LE CAR VA PARTOUT. www.qui-dautre.ch

LE CAR VA PARTOUT. www.qui-dautre.ch LE CAR VA PARTOUT. www.qui-dautre.ch que les cars sont essentiels à la mobilité durable? 3 que les cars sont indispensables aux déplacements des personnes? 4 que les cars sont des fournisseurs d emploi

Plus en détail

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Ligne directrice Objet : Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Date : Introduction La simulation de crise

Plus en détail

Surveillance acoustique des câbles de ponts

Surveillance acoustique des câbles de ponts Surveillance acoustique des câbles de ponts Application aux ponts en béton précontraint Pierre Brevet* Jean-Louis Robert* Christian Aubagnac** * Laboratoire Central des Ponts et Chaussées Centre de Nantes

Plus en détail

N09 Viaduc de Chillon

N09 Viaduc de Chillon Département fédéral de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication DETEC Office fédéral des routes N09 Viaduc de Chillon Solution innovante en relation avec la RAG Conférence JERI

Plus en détail

LES STRATEGIES DE REEQUILIBRAGE OU DE LAISSER-FAIRE

LES STRATEGIES DE REEQUILIBRAGE OU DE LAISSER-FAIRE LES STRATEGIES DE REEQUILIBRAGE OU DE LAISSER-FAIRE Dr. Jean Benetti, Dr. Andreas Reichlin 13 FEVRIER 2002 La gestion du risque au niveau stratégique dans les caisses de pension Introduction Plusieurs

Plus en détail

TOUS LES DOS D ÂNE NE SE VALENT PAS

TOUS LES DOS D ÂNE NE SE VALENT PAS TOUS LES DOS D ÂNE NE SE VALENT PAS LES CONSÉQUENCES INVOLONTAIRES, LES CONFLITS D INTÉRÊTS ET LE CHAOS QUI DÉCOULERONT DU RÉGIME DE PROTECTION DES ORDRES PARTIAL. NEO BOURSE AEQUITAS EXPOSÉ DE PRINCIPE

Plus en détail

ANALYSE ET TRAITEMENT DES DONNÉES PROVENANT DU MONITORING DES PONTS PAR LA TECHNOLOGIE OSMOS

ANALYSE ET TRAITEMENT DES DONNÉES PROVENANT DU MONITORING DES PONTS PAR LA TECHNOLOGIE OSMOS ANALYSE ET TRAITEMENT DES DONNÉES PROVENANT DU MONITORING DES PONTS PAR LA TECHNOLOGIE OSMOS Chakib Kassem 1, Louis Crépeau 2 1 OSMOS Canada inc., Montréal, Québec 2 OSMOS Canada inc., Montréal, Québec

Plus en détail

Elargissement du pont de la route de Luins

Elargissement du pont de la route de Luins A1 - Elargissement du pont de la route de DOSSIER de PRESSE 1 Communiqué de presse Ripage spectaculaire du nouveau pont Après avoir été construit à côté du pont existant puis monté sur deux pistes de ripage,

Plus en détail

PARCS CANADA ATELIERS DE LA RUE MILLS. INSPECTION DE L ATELIER No. 1

PARCS CANADA ATELIERS DE LA RUE MILLS. INSPECTION DE L ATELIER No. 1 PARCS CANADA ATELIERS DE LA RUE MILLS INSPECTION DE L ATELIER No. 1 Préparé par Rafik Matta, ing. Ingénieur principal Structure TPSGC Mai 2015 Travaux publics et services gouvernementaux Canada Works and

Plus en détail

Conseil économique et social. Document établi par le Bureau central de statistique d Israël

Conseil économique et social. Document établi par le Bureau central de statistique d Israël Nations Unies Conseil économique et social ECE/CES/GE.2/214/3 Distr. générale 12 février 214 Français Original: russe Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Groupe d

Plus en détail

Capteurs de mouvement Développer une analyse de rentabilité des capteurs comme partie intégrante de votre solution de localisation automatique des

Capteurs de mouvement Développer une analyse de rentabilité des capteurs comme partie intégrante de votre solution de localisation automatique des Capteurs de mouvement Développer une analyse de rentabilité des capteurs comme partie intégrante de votre solution de localisation automatique des véhicules Défi Les organisations et entreprises qui investissent

Plus en détail

FACULTE DE MEDECINE D ANGERS. Polycopié de cours pour les 1 e et 2 e cycles des études médicales Préparation à l examen national classant

FACULTE DE MEDECINE D ANGERS. Polycopié de cours pour les 1 e et 2 e cycles des études médicales Préparation à l examen national classant FACULTE DE MEDECINE D ANGERS Polycopié de cours pour les 1 e et 2 e cycles des études médicales Préparation à l examen national classant Année scolaire 2007-2008 SANTE PUBLIQUE ET MEDECINE SOCIALE Responsable

Plus en détail

SERVICES OFFERTS: - étanchéité. à l air et

SERVICES OFFERTS: - étanchéité. à l air et étanchéité LE RÔLE DE L ENVELOPPE VERTICALE DU BÂTIMENT EST DE FOURNIR UNE ENCEINTE PROTECTRICE DURABLE ET PERFORMANTE CONTRE LES INTEMPÉRIES ET D ASSURER LE CONFORT DES OCCU PANTS EN MINIMISANT OU EN

Plus en détail

Réno2020. Étude de la toiture cintrée. Projet de la rue Ferrer 13. Jean-Marie HAUGLUSTAINE Stéphane MONFILS

Réno2020. Étude de la toiture cintrée. Projet de la rue Ferrer 13. Jean-Marie HAUGLUSTAINE Stéphane MONFILS Prof. dr. Ir. Ar. Jean-Marie HAUGLUSTAINE Energy & Sustainable Development Réno2020 Projet de la rue Ferrer 13 Étude de la toiture cintrée 14 11 2011 Jean-Marie HAUGLUSTAINE Stéphane MONFILS Sommaire 1.

Plus en détail

Point n 3 de l ordre du jour. Monsieur le président, Mesdames et Messieurs les Conseillers généraux,

Point n 3 de l ordre du jour. Monsieur le président, Mesdames et Messieurs les Conseillers généraux, Point n 3 de l ordre du jour Rapport du Conseil communal au Conseil général concernant une demande de crédit de Fr. 111'456.- pour la réfection des pieux du débarcadère d Auvernier Monsieur le président,

Plus en détail

Gestion des Ouvrages d Art Département du Nord

Gestion des Ouvrages d Art Département du Nord COTITA CG59 - CAMBRAI le 21 juin 212 Gestion des Ouvrages d Art Département du Nord COTITA CG59 - CAMBRAI le 21 juin 212 BOURBOURG Organisation du dispositif de Surveillance BOURBOURG BDOA : 12 agents

Plus en détail

Opérations régionales. Évaluation du Programme de logement dans les réserves d'ainc DATE D'APPROBATION : 22/02/2011

Opérations régionales. Évaluation du Programme de logement dans les réserves d'ainc DATE D'APPROBATION : 22/02/2011 COMPTE RENDU SUR L ÉTAT DE LA MISE EN ŒUVRE DU RAPPORT AU COMITÉ D ÉVALUATION, DE MESURE DU RENDEMENT ET D EXAMEN EN DU 30 SEPTEMBRE D'APPROBATION : 22/02/ Il est recommandé que, en collaboration avec

Plus en détail

RST déchets 5ème journée

RST déchets 5ème journée RST déchets 5ème journée Problématiques de caractérisation des déchets d'ouvrages d'art CETE / DCEDI / DOA C. MOREAU / 21 juin 2011 Centre d'études Techniques de l'équipement www.cete mediterranee.fr Préambule

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE SPÉCIALE DU PROTECTEUR DU CITOYEN: Gestion de la crise de listériose associée aux fromages québécois SOMMAIRE

RAPPORT D'ENQUÊTE SPÉCIALE DU PROTECTEUR DU CITOYEN: Gestion de la crise de listériose associée aux fromages québécois SOMMAIRE RAPPORT D'ENQUÊTE SPÉCIALE DU PROTECTEUR DU CITOYEN: Gestion de la crise de listériose associée aux fromages québécois LE CONTEXTE SOMMAIRE Le 19 août 2008, le ministère de la Santé et des Services sociaux

Plus en détail

Réhabilitation des canalisations EU et EP, travaux sans tranchées. Anthony Decamp Clément Desodt Adèle Ferrazzini

Réhabilitation des canalisations EU et EP, travaux sans tranchées. Anthony Decamp Clément Desodt Adèle Ferrazzini Réhabilitation des canalisations EU et EP, travaux sans tranchées Anthony Decamp Clément Desodt Adèle Ferrazzini Les travaux de canalisation avec tranchées ouvertes Des travaux longs, nécessitant du matériel

Plus en détail

Archivage des données de la mensuration officielle

Archivage des données de la mensuration officielle Archivage des données de la mensuration officielle Explications portant sur le tableau 1. Informations à caractère général Le tableau récapitule l ensemble des documents produits dans la mensuration officielle.

Plus en détail

Projet ANR. Bruno Capra - OXAND. 04/06/2015 CEOS.fr - Journée de restitution (Paris) B. CAPRA

Projet ANR. Bruno Capra - OXAND. 04/06/2015 CEOS.fr - Journée de restitution (Paris) B. CAPRA Projet ANR Bruno Capra - OXAND MEFISTO : Maîtrise durable de la fissuration des infrastructures en bétons Contexte Problématique des Maîtres d Ouvrages Evaluation et prédiction de la performance des ouvrages

Plus en détail

Spécificités des dégradations dans les bétons du patrimoine. Luc COURARD et Astrid LEJEUNE Université de Liège, Belgique

Spécificités des dégradations dans les bétons du patrimoine. Luc COURARD et Astrid LEJEUNE Université de Liège, Belgique Spécificités des dégradations dans les bétons du patrimoine Luc COURARD et Astrid LEJEUNE Université de Liège, Belgique Journée d études, Beez, 9 novembre 2012 Situation actuelle 1 Facteurs contribuant

Plus en détail

Révision de la norme européenne : Quels apports pour les maîtres d ouvrage et professionnels de l entretien des réseaux?

Révision de la norme européenne : Quels apports pour les maîtres d ouvrage et professionnels de l entretien des réseaux? Norme NF EN 14654-1 «Gestion et contrôle des opérations d'exploitation dans les réseaux d'évacuation et d'assainissement à l'extérieur des bâtiments Partie 1 : nettoyage» Révision de la norme européenne

Plus en détail

Guide d inspection des ponceaux

Guide d inspection des ponceaux Guide d inspection des ponceaux Guide d inspection des ponceaux Le contenu de ce guide a été préparé par le ministère des Transports. La Direction du soutien à l exploitation des infrastructures et la

Plus en détail

COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE REGLEMENT N 2007-01 DU 14 DECEMBRE 2007

COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE REGLEMENT N 2007-01 DU 14 DECEMBRE 2007 COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE REGLEMENT N 2007-01 DU 14 DECEMBRE 2007 relatif à la comptabilisation des comptes et plans d'épargne-logement dans les établissements habilités à recevoir des dépôts

Plus en détail

Couvertures métalliques

Couvertures métalliques FICHE TECHNIQUE Couvertures métalliques 2 4 5 CONNAÎTRE > Les métaux utilisés > Compatibilité des matériaux > Mise en œuvre > Supports > Ventilation REGARDER > L état de la couverture > L état des supports

Plus en détail

Capteur optique à dioxygène

Capteur optique à dioxygène Capteur optique à dioxygène Référence PS- 2196 Connectique de la sonde mini DIN Tête de la sonde Embout de protection et stockage Port mini DIN du capteur Eléments inclus 1. Capteur à dioxygène optique

Plus en détail

La conjoncture en région Centre Val de Loire

La conjoncture en région Centre Val de Loire Tendances régionales La conjoncture en région Centre Val de Loire Enquêtes mensuelles Septembre 215 Tassement de la production industrielle, activité globale un peu plus soutenue dans les services marchands.

Plus en détail

VERRE ET ACOUSTIQUE Comment comprendre

VERRE ET ACOUSTIQUE Comment comprendre VERRE ET ACOUSTIQUE Comment comprendre l isolation SAINT-GOBAIN GLASS COMFORT SGG STADIP SILENCE La gamme SILENCE : le summum du confort acoustique! Comment? SGG STADIP SILENCE est un vitrage acoustique

Plus en détail

POUTRELLES EN BÉTON L AVIS DE L EXPERT

POUTRELLES EN BÉTON L AVIS DE L EXPERT Pour s affranchir de la nature du sol : argileux, sujet aux gonflements, dilatations, retraits Consulter impérativement le PPRn (plan de Prévention des Risques naturels) en mairie. Pour pouvoir s adapter

Plus en détail

TARIFICATION ROUTIÈRE Internaliser les coûts externes

TARIFICATION ROUTIÈRE Internaliser les coûts externes 1 Contexte 1.1 Evolution du trafic en Suisse et répercussions La demande de transport ne cesse d augmenter en Suisse depuis de nombreuses années. On le remarque à l augmentation du volume du trafic, tant

Plus en détail

Tablier. métallique. Une division du Groupe Canam

Tablier. métallique. Une division du Groupe Canam Tablier métallique Une division du Groupe Canam TABLE DES MATIÈRES PAGE NOS SERVICES... 4 NOTES SUR LES TABLEAUX DE CHARGE... 5 P-3615 & P-3606 DIMENSIONS & PROPRIÉTÉS PHYSIQUES... 6 TABLEAUX DES CHARGES

Plus en détail

Les registres coupe-feu

Les registres coupe-feu Les registres coupe-feu Installez avec soin Comment assurer une installation conforme Pour obtenir des exemplaires de cette publication, adressez-vous à la Direction des communications de la Régie du bâtiment

Plus en détail

Regards et avaloirs Combipoint

Regards et avaloirs Combipoint Regards et avaloirs Combipoint Regards en polypropylène Ajustables en hauteur Grille en fonte articulée Intensité du trafic Manuportable Construction modulaire Prix Éventail de la gamme Classe de résistance

Plus en détail

Politiques des équipements et des infrastructures

Politiques des équipements et des infrastructures POLITIQUE DES ÉQUIPEMENTS ET DES INFRASTRUCTURES Le conseil municipal, le conseil d agglomération, les conseils d arrondissement et le comité exécutif de Montréal, à titre d administrateurs de fonds publics

Plus en détail

agility made possible

agility made possible DOSSIER SOLUTION Amélioration de la planification de la capacité à l aide de la gestion des performances applicatives Comment assurer une expérience utilisateur exceptionnelle pour les applications métier

Plus en détail

Conférence téléphonique

Conférence téléphonique Conférence téléphonique T2-2015 Énoncés prospectifs et mesure non établie selon les IFRS Mise en garde concernant les déclarations prospectives Cette présentation peut contenir des énoncés prospectifs

Plus en détail

Se protéger contre la contamination par les micro-organismes. Gazole, gazole non routier et fioul domestique Cuves de stockage et réservoirs

Se protéger contre la contamination par les micro-organismes. Gazole, gazole non routier et fioul domestique Cuves de stockage et réservoirs 0193 exe TOTAL A5 contamination_mise en page 1 20/09/11 15:41 Page1 Se protéger contre la contamination par les micro-organismes Gazole, gazole non routier et fioul domestique Cuves de stockage et réservoirs

Plus en détail

Récapitulation: Date de construction 1980 / conjointement avec A&S Écoles construites en 1980 et avant = feront partie de l évaluation.

Récapitulation: Date de construction 1980 / conjointement avec A&S Écoles construites en 1980 et avant = feront partie de l évaluation. Décembre 2011 Récapitulation: Moncton High Moncton / Roland Pépin - Campbellton Fermeture de deux écoles, qui a nécessité le transfert des élèves et des employés questionnement de la population. 3 février

Plus en détail

Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2. Novembre 2013. This document is also available in English.

Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2. Novembre 2013. This document is also available in English. Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2 This document is also available in English. La présente Note d orientation s adresse à toutes les caisses populaires de catégorie

Plus en détail

MANAGEMENT De la QUALITE

MANAGEMENT De la QUALITE MANAGEMENT De la QUALITE Dr. ACHELHI Hicham achelhihicham@yahoo.fr Dr. ACHELHI Hicham Management de la Qualité Totale : Normalisation 1 Chap 1 : Normalisation Dr. ACHELHI Hicham achelhihicham@yahoo.fr

Plus en détail

L application doit être validée et l infrastructure informatique doit être qualifiée.

L application doit être validée et l infrastructure informatique doit être qualifiée. 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 Annexe 11: Systèmes informatisés

Plus en détail

1 Les Systèmes EPDM Firestone

1 Les Systèmes EPDM Firestone 1 Les Systèmes EPDM Firestone 1. Pour obtenir une étanchéité durable et sans problème, l utilisation d une membrane de qualité supérieure ne suffit pas. L expérience a montré que la membrane d étanchéité

Plus en détail

Outils et procédures d'audits de la sécurité routière. Franz Gerber ams Société de projets Novembre 2009

Outils et procédures d'audits de la sécurité routière. Franz Gerber ams Société de projets Novembre 2009 Outils et procédures d'audits de la sécurité routière Franz Gerber ams Société de projets Novembre 2009 1 Rapport Via sicura 2 Rapport Via sicura Objectif: Diminuer de moitié le nombre de blessés et de

Plus en détail

D I A G N O S T I C S D A N S L E G E N I E - C I V I L E T L E B A T I M E N T :

D I A G N O S T I C S D A N S L E G E N I E - C I V I L E T L E B A T I M E N T : D I A G N O S T I C S D A N S L E G E N I E - C I V I L E T L E B A T I M E N T : A P P L I C A T I O N S D U R A D A R E T D I A G N O S T I C S S T R U C T U R E Société d accueil : QUALICONSULT SERVICES

Plus en détail

Rapport. Analyse scientifique du basic-check

Rapport. Analyse scientifique du basic-check Rapport Analyse scientifique du basic-check Suisse romande Mars 2009 Donneur d ordre Urs Martini, CEO basic-check sa Tellistrasse 58 5004 Aarau info@basic-check.ch www.basic-check.ch Auteur Dr. Daniel

Plus en détail

Pour l environnement. Strength. Performance. Passion.

Pour l environnement. Strength. Performance. Passion. Strength. Performance. Passion. Pour l environnement Réduire les émissions de CO 2 en optimisant les matériaux de construction et les méthodes de production Holcim (Suisse) SA Les fondements de notre avenir

Plus en détail

1. Une petite économie ouverte dans un monde de capitaux parfaitement mobiles

1. Une petite économie ouverte dans un monde de capitaux parfaitement mobiles Le modèle Mundell-Flemming avec parfaite mobilité des capitaux Le modèle Mundell-Flemming (Robert Mundell, Marcus Flemming, début années 1960) est l extension du modèle IS-LM en économie ouverte. Il partage

Plus en détail

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA sur l économie par Frank Bodmer Economiste indépendant et chargé de cours, Université de Bâle Etude demandée par l Administration fédérale des

Plus en détail

Système de management H.A.C.C.P.

Système de management H.A.C.C.P. NM 08.0.002 Norme Marocaine 2003 Système de management H.A.C.C.P. Exigences Norme Marocaine homologuée par arrêté du Ministre de l'industrie, du Commerce et des Télécommunications N 386-03 du 21 Février

Plus en détail

Athlétisme : Course de haies

Athlétisme : Course de haies www.contrepied.net 1 Athlétisme : Course de haies Y. Humbert, E. Le Levé, A. Roger Février 2009 1. Définition, enjeux et analyse des problèmes posés par l activité Le problème central posé par la course

Plus en détail

Cahier des Charges Béton Imprimé : 10 cm à couler sur une fondation en béton

Cahier des Charges Béton Imprimé : 10 cm à couler sur une fondation en béton 1. Béton Cahier des Charges Béton Imprimé : 10 cm à couler sur une fondation en béton 1.1 Définition Le béton imprimé est principalement caractérisé par un traitement de surface spécifique qui est une

Plus en détail

67, rue Alain Savary A 3-5 Cité les jardins I roboboat@robobat.com.tn. 2013 Catalogue des formations Assurées par : ROBOBAT AFRIQUE

67, rue Alain Savary A 3-5 Cité les jardins I roboboat@robobat.com.tn. 2013 Catalogue des formations Assurées par : ROBOBAT AFRIQUE 2013 Catalogue des formations Assurées par : ROBOBAT AFRIQUE Sommaire AutoCAD -AutoCAD 2D de base...3 -AutoCAD 2D avancé...4 -AutoCAD modelisation 3D...5 AutoCAD Mep...6 AutoCAD Structural Detailing...8

Plus en détail

1 Les différents types de maintenance

1 Les différents types de maintenance 1 Les différents types de maintenance Il existe différents types de maintenance s agissant des machines, et tout autant en matière de logiciels, déterminés en fonction de leur finalité, de leur résultat

Plus en détail

Norme comptable internationale 33 Résultat par action

Norme comptable internationale 33 Résultat par action Norme comptable internationale 33 Résultat par action Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire les principes de détermination et de présentation du résultat par action de manière à améliorer

Plus en détail

Le radon. Collection thématique

Le radon. Collection thématique Le radon Gaz radioactif d origine naturelle, le radon représente le tiers de l exposition à la radioactivité reçue chaque année par la population française Collection thématique Que faut-il savoir du radon?

Plus en détail

Rénover et construire à Westmount Page 1. 3. Toitures

Rénover et construire à Westmount Page 1. 3. Toitures Rénover et construire à Westmount Page 1 3. Toitures Conserver tout trait distinctif d importance d une toiture existante ou d un élément de cette toiture. Conserver la toiture aussi longtemps que possible

Plus en détail

SOLUTIONS DE CND SOLUTION DE NUMÉRISATION 3D POUR DES PIPELINES CONFORME AU CODE

SOLUTIONS DE CND SOLUTION DE NUMÉRISATION 3D POUR DES PIPELINES CONFORME AU CODE SOLUTIONS DE CND SOLUTION DE NUMÉRISATION 3D POUR L É VALUATION DE L INTÉGRITÉ DES PIPELINES CONFORME AU CODE Les exploitants de pipelines et les entreprises de services en contrôle non destructif (CND)

Plus en détail

SURVEILLANCE EN CONTINU ET LIMITATION DES COURANTS RÉSIDUELS DANS LES CENTRES INFORMATIQUES À L AIDE DE SYSTÈMES RCM Livre blanc Révision n 3

SURVEILLANCE EN CONTINU ET LIMITATION DES COURANTS RÉSIDUELS DANS LES CENTRES INFORMATIQUES À L AIDE DE SYSTÈMES RCM Livre blanc Révision n 3 IT Power Solutions SURVEILLANCE EN CONTINU ET LIMITATION DES COURANTS RÉSIDUELS DANS LES CENTRES INFORMATIQUES À L AIDE DE SYSTÈMES RCM Livre blanc Révision n 3 Thomas B. Jones 1 Introduction Présentation

Plus en détail

Protection incendie et matériaux

Protection incendie et matériaux Protection incendie et matériaux Nouvelle construction Agrandissement Rénovation Compartimentage Résistance au feu La laine de pierre Flumroc protège les maisons de multiples façons La pierre suisse et

Plus en détail

DOSSIER SOLUTION Amélioration de la planification de la capacité à l aide de la gestion des performances applicatives

DOSSIER SOLUTION Amélioration de la planification de la capacité à l aide de la gestion des performances applicatives DOSSIER SOLUTION Amélioration de la planification de la capacité à l aide de la gestion des performances applicatives Comment assurer une expérience utilisateur exceptionnelle pour les applications métier

Plus en détail

«Quick-Check Asset Management»

«Quick-Check Asset Management» 1 «Quick-Check Asset Management» Audit sur le positionnement des gestionnaires de réseau de distribution en matière de gestion d actifs Septembre 2012 D un régime actuel «Cost +» La plupart des GRD se

Plus en détail

L organisation industrielle des banques

L organisation industrielle des banques L organisation industrielle des banques Ce chapitre s intéresse à un secteur de la microéconomie bancaire qui est l organisation industrielle des banques, pour simplifier l étude certaines spécifications

Plus en détail

Déchargement, manutention et stockage des armatures sur les chantiers du bâtiment

Déchargement, manutention et stockage des armatures sur les chantiers du bâtiment Fiche Prévention - E5 F 03 13 Déchargement, manutention et stockage des armatures sur les chantiers du bâtiment La manutention d armatures sur les chantiers du bâtiment est une tâche fréquente, voire quotidienne.

Plus en détail

L UTILISATION DES FIBRES DANS LE BÉTON

L UTILISATION DES FIBRES DANS LE BÉTON Le béton renforcé de fibres (BRF) est utilisé dans tous les domaines de la construction, aussi bien industrielle, commerciale, institutionnelle que résidentielle, et son utilisation ne date pas d hier.

Plus en détail

Introduction au béton armé selon l Eurocode 2

Introduction au béton armé selon l Eurocode 2 Jean-Louis Granju Introduction au béton armé selon l Eurocode 2 Afnor et Groupe Eyrolles, 2012 ISBN Afnor : 978-2-12-465375-1 ISBN Eyrolles : 978-2-212-13528-2 Le béton armé : comment ça marche? 25 soudure

Plus en détail

Notice relative au service hivernal sur les routes cantonales Version d octobre 2015

Notice relative au service hivernal sur les routes cantonales Version d octobre 2015 Tiefbauamt des Kantons Bern Bau-, Verkehrsund Energiedirektion Office des ponts et chaussées du canton de Berne Direction des travaux publics, des transports et de l'énergie Notice relative au service

Plus en détail

Stratégie locale d inclusion de logements sociaux et abordables et de lutte à l insalubrité

Stratégie locale d inclusion de logements sociaux et abordables et de lutte à l insalubrité Stratégie locale d inclusion de logements sociaux et abordables et de lutte à l insalubrité Introduction Un milieu de vie inclusif et sain Rosemont La Petite-Patrie est reconnu comme un milieu de vie complet

Plus en détail

Politique d interventions municipales pour la gestion des installations septiques des résidences isolées

Politique d interventions municipales pour la gestion des installations septiques des résidences isolées Politique d interventions municipales pour la gestion des installations septiques des résidences isolées Mise en œuvre 2016-2017 VOLET 1 VOLET 2 1 Mise aux normes : Assurer le bon fonctionnement Prise

Plus en détail

CAHIER B Méthodologie pour l exécution des opérations de curage des réseaux d assainissement.

CAHIER B Méthodologie pour l exécution des opérations de curage des réseaux d assainissement. CAHIER B Méthodologie pour l exécution des opérations de curage des réseaux d assainissement. III - Annexe 2 - Cahier B.doc 1. Généralités.... 3 1.1. Localisation.... 3 1.2. Méthode d exécution.... 3 1.3.

Plus en détail

relatif à la comptabilisation des comptes et plans d'épargne-logement dans les établissements habilités à recevoir des dépôts d'épargne-logement

relatif à la comptabilisation des comptes et plans d'épargne-logement dans les établissements habilités à recevoir des dépôts d'épargne-logement CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ NOTE DE PRÉSENTATION - AVIS N 2006-02 DU 31 MARS 2006 relatif à la comptabilisation des comptes et plans d'épargne-logement dans les établissements habilités à recevoir

Plus en détail

Veillez à la structure adéquate du plancher. Choisissez le système de chauffage adéquat

Veillez à la structure adéquate du plancher. Choisissez le système de chauffage adéquat La structure et la composition d un parquet multicouche Lalegno le rendent plus adéquat qu un parquet massif pour le chauffage par le sol. Un parquet constitué de deux ou plusieurs couches est, en effet,

Plus en détail