LES STRATÉGIES DE L ENTRAÎNEUR POUR LES SÉANCES D ENTRAÎNEMENT

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES STRATÉGIES DE L ENTRAÎNEUR POUR LES SÉANCES D ENTRAÎNEMENT"

Transcription

1 4 LES STRATÉGIES DE L ENTRAÎNEUR POUR LES SÉANCES D ENTRAÎNEMENT Jose María Buceta 4.1. UNE ATTITUDE CONSTRUCTIVE 4.2. LES PRINCIPAUX EXERCICES 4.3. LE MODÈLE 4.4. LES INSTRUCTIONS ET LES COMMENTAIRES ADRESSÉS AUX JOUEURS 4.5. LES QUESTIONS ET LES RAPPELS 4.6. NOTER LES PERFORMANCES DES JOUEURS 4.7. LE FEEDBACK 4.8. LA GESTION DES IMPRÉVUS Utiliser la motivation La motivation sociale L économie de récompense Utiliser des stimuli négatifs 4.9. NOTER LE COMPORTEMENT DE L ENTRAÎNEUR

2 102 BASKET-BALL POUR JEUNES JOUEURS Outre la planification et l évaluation des séances d entraînement, il s avère aussi important que l entraîneur gère efficacement le travail des joueurs pendant chaque séance. Voici quelques stratégies que vous pouvez utiliser dans ce sens UNE ATTITUDE CONSTRUCTIVE En général, les entraîneurs devraient faire preuve d une attitude constructive lorsqu ils dirigent les séances pratiques de leur équipe. Leur travail ne consiste pas à réprimander les joueurs quand ils se trompent, ils ne doivent pas non plus être de mauvaise humeur et ils ne doivent surtout pas insulter les joueurs, se moquer d eux ou les ridiculiser. Au cours des séances d entraînement, le travail de l entraîneur est d atteindre les objectifs marqués et, à cet effet, il est important que son attitude constructive se reflète dans les aspects suivants : créer une ambiance de travail agréable où les défis attrayants et réalisables ainsi que les commentaires positifs dominent accepter le fait que les joueurs ne sont pas parfaits et que, par conséquent, ils se tromperont accepter que les erreurs des joueurs font partie de leur formation et qu ils commettront toujours des fautes accepter qu il ne suffira pas d expliquer les choses une fois pour que les joueurs fassent ce qu on leur demande. Il sera plus approprié parfois de montrer aux joueurs ce que l on souhaite et même alors, il faudra une période d entraînement pour que les enfants maîtrisent l information reçue comprendre que chaque jeune joueur apprend à son propre rythme. L entraîneur devra les aider et respecter ce rythme, sans mépriser les plus lents ou ceux qui présentent le plus de difficultés rester réaliste sur ce que l on peut et doit demander aux joueurs

3 4. LES STRATÉGIES DE L ENTRAÎNEUR POUR LES SÉANCES D ENTRAÎNEMENT 103 apprécier et souligner les efforts des joueurs plus que les résultats obtenus. Si les enfants font des efforts et l entraîneur contrôle le processus d entraînement, il verra tôt ou tard une amélioration remarquer et mettre en exergue les progrès plutôt que les défauts faire preuve de patience lorsque les choses n avancent pas comme on le voudrait et encourager les enfants à réessayer analyser objectivement les erreurs des joueurs et les situations difficiles qui surgissent pendant le processus d entraînement pour parvenir à des conclusions productives. Les erreurs et les difficultés sont d excellentes occasions de dresser l état de la question et de déterminer les aspects à travailler ou ce qui devrait être modifié traiter les joueurs avec respect et affection, indépendamment de ce qui arrive. Cette attitude permettra à l entraîneur de gagner le respect des jeunes joueurs et d exécuter efficacement son travail. Exercice pratique Pensez à la manière dont vous organisez normalement vos séances d entraînement et posez-vous la question de savoir si votre attitude pourrait s avérer plus constructive LES PRINCIPAUX EXERCICES Pour diriger des exercices d entraînement, voici la procédure à suivre : expliquer l exercice et son objectif aux joueurs dans certains cas, offrir une démonstration pratique de ce que l on souhaite pour que les joueurs le voient et le comprennent mieux établir les règles de travail de l exercice au début de l exercice, observer les joueurs pour vérifier qu ils ont bien compris de quoi il s agit et, si ce n est pas le cas, interrompre l exercice et le réexpliquer s ils ont compris l exercice, les laisser le faire pendant un moment sans les corriger. L entraîneur pourra ainsi évaluer le niveau de l objectif de l exercice et l attention qu y prêtent les joueurs

4 104 BASKET-BALL POUR JEUNES JOUEURS cette évaluation permet à l entraîneur de voir s il introduit trop de stimuli en même temps, ce qui empêche les joueurs de se concentrer sur l objectif de l exercice. Il devrait alors reformuler l exercice en éliminant des stimuli qui seront repris plus tard lorsque les joueurs maîtriseront les concepts clé pendant l exercice, l entraîneur ne devrait pas déranger les joueurs avec des commentaires ou des instructions, il ne devrait les utiliser que pour attirer leur attention sur les aspects clé de l exercice l entraîneur ne devrait pas réagir comme un reporter radio qui transmet constamment les instructions aux joueurs mais il devrait plutôt leur laisser reconstruire les processus mentaux nécessaires pour développer l exercice l entraîneur devrait parler aux joueurs pendant les pauses entre les exercices plutôt que pendant les exercices (attendre qu un enfant ait terminé une contre-attaque avant de le corriger) l entraîneur devrait utiliser un comportement verbal et para-verbal adéquat (regarder les enfants pendant qu il leur parle, avec un débit et un volume adéquats) l entraîneur devrait poser les questions adéquates et formuler des rappels pour aider les joueurs à se concentrer l entraîneur devrait offrir un feedback aux joueurs sur leur comportement si nécessaire, l entraîneur peut enregistrer les performances des joueurs l entraîneur doit motiver ses joueurs pour asseoir leurs connaissances et les féliciter de leurs efforts. Certaines de ces stratégies ont été mentionnées dans les chapitres précédents (expliquer le but d un exercice, établir des règles de travail). D autres seront expliquées dans les sections suivantes LE MODÈLE Les jeunes joueurs tendent à observer le comportement de l entraîneur et des autres joueurs, ils apprennent par imitation. Les modèles sont donc une bonne stratégie pour susciter la motivation des joueurs et leur montrer ce qu ils doivent apprendre. En gros, cela consiste à présenter au joueur ou à l équipe un bon modèle comme exemple à imiter en soulignant ou en montrant le comportement concret à imiter.

5 4. LES STRATÉGIES DE L ENTRAÎNEUR POUR LES SÉANCES D ENTRAÎNEMENT 105 * Par exemple : l entraîneur d une équipe de mini-basket (un bon modèle) peut montrer à ses joueurs comment passer la balle pour qu ils l imitent. Les enfants comprendront plus facilement ce que l entraîneur attend d eux. * Un autre exemple : l entraîneur d une équipe de 13 à 14 ans peut parler à ses joueurs d autres athlètes qui sont importants pour eux (des joueurs d élite, certains de l équipe de 15 à 18 ans du même club) pour leur expliquer que ces joueurs ont également dû réaliser les exercices de défense qu il leur demande. Les jeunes seront ainsi plus motivés pour un exercice qui, à prime abord, ne les attirait pas vraiment. Il faudrait introduire une distinction entre deux types de modèles : les modèles d identification à un expert et l identification à un modèle perçu comme accessible. Les modèles d identification à un expert sont des équipes ou des joueurs prestigieux. L identification à un modèle perçu comme accessible est un modèle dans lequel des joueurs ou des équipes proches des joueurs eux-mêmes ont un niveau supérieur bien qu ils ne soient pas considérés comme des experts. * Par exemple : un joueur international peut être un modèle d identification à un expert, tandis qu un joueur d une équipe de cadets (15 et 16 ans) qui était dans l équipe de 13 à 14 ans du même club deux ans auparavant peut être un bon modèle perçu comme accessible. Un exemple de modèle d identification à un expert peut s avérer très motivant au départ, mais si ce joueur supérieur est trop distant, les enfants peuvent considérer impossible d imiter ce modèle. Il est donc bon d utiliser les modèles d identification à un expert pour augmenter la motivation des athlètes et, en même temps, des modèles perçus comme accessibles avec lesquels les joueurs se sentent plus identifiés. Dans ce sens, l intérêt pour imiter le modèle est lié à la perception qu il est réellement possible de l imiter. Les jeunes joueurs tendent à imiter n importe quel comportement de leurs modèles s il leur semble attractif. Mais il est important que l entraîneur insiste sur les aspects qu il considère les plus importants dans le

6 106 BASKET-BALL POUR JEUNES JOUEURS contexte de l entraînement. Il ne s agit pas simplement de parler des meilleurs joueurs mais plutôt de mettre en exergue leur comportement en tant qu athlètes et leur travail acharné, de façon à ce que les enfants souhaitent l imiter. Il faut illustrer ces commentaires avec des exemples de modèles plus proches. * Par exemple : avant de commencer un exercice, l entraîneur peut montrer un mouvement concret pour que les joueurs l imitent, tout en indiquant qu il s agit d un principe de base souvent utilisé par un joueur connu (si c est vrai). Cette stratégie peut s avérer très utile avec de jeunes enfants. * En profitant de l intérêt des enfants pour un certain joueur, l entraîneur peut souligner certains comportements qui lui permettent de réussir et leur montrer comment il fait ou demander à un joueur plus âgé de le faire à sa place. On peut parfois trouver des modèles au sein-même de l équipe. En fait, certains joueurs apprennent en observant et en imitant leurs compagnons. Comme nous l avons vu, l entraîneur peut aussi être un très bon modèle. L entraîneur d une équipe de mini-basket ou de 13 à 14 ans doit pouvoir montrer les principes de base du basket (les passes, les dribbles, etc.) pour que ses joueurs l observent et imitent les mouvements corrects. Parfois, comme complément, l entraîneur peut utiliser des vidéos pour leur montrer des modèles d identification à un expert et d autres perçus comme accessibles. Exercice pratique Dressez une liste des fondamentaux que vous pouvez montrer à vos joueurs en servant vous-même de modèle LES INSTRUCTIONS ET LES COMMENTAIRES AUX JOUEURS Les instructions et les commentaires adressés aux joueurs pendant les séances d entraînement devraient être courts, clairs et précis. L entraîneur devrait réfléchir à ce qu il veut expliquer et l exprimer clairement pour que les enfants puissent se concentrer sur la tâche en question. Il devra donc adapter son langage au niveau des joueurs en évitant d utiliser des mots ou des concepts qu ils ne maîtrisent pas ou de leur parler comme s il s agissait d un clinic ou s ils participaient à une réunion entre entraîneurs.

7 4. LES STRATÉGIES DE L ENTRAÎNEUR POUR LES SÉANCES D ENTRAÎNEMENT 107 * Par exemple : si l entraîneur explique un exercice de 2 contre 2 et parle de feinter, il devrait s assurer que les joueurs comprennent exactement ce qu il veut dire. Si les instructions et les commentaires de l entraîneur traitent uniquement, clairement et spécifiquement le but de chaque exercice, il est beaucoup plus probable que les joueurs se concentrent sur les aspects importants de l exercice et le réalisent mieux. Le contraire se produira si l entraîneur interrompt la concentration de ses joueurs par des commentaires ou des instructions sur d autres aspects. * Par exemple : si un exercice a pour but que les joueurs contreattaquent rapidement, le plus approprié pendant l exercice est que l entraîneur ne traite que ce point concret, sans interrompre pour commenter d autres aspects. L entraîneur aidera ainsi les joueurs à se concentrer sur l objectif de l exercice. L entraîneur devrait prêter attention aux comportements cible des joueurs, et non aux résultats, car l entraîneur peut influencer directement le comportement sportif (ce que font les enfants) mais pas les résultats (ce que les joueurs obtiennent par leur comportement). * Par exemple : les joueurs réalisent un exercice 1 contre 1. L entraîneur doit concentrer ses instructions et ses commentaires sur les décisions et/ou l exécution des mouvements concrets et non sur les paniers marqués. Il est utile que l entraîneur donne des instructions directement liées au comportement concernant l attention des joueurs. * Par exemple : «Regarde le joueur et la balle en même temps!» «Concentre-toi sur le pivot!», etc. L entraîneur rappelle ainsi aux joueurs qu ils doivent prêter attention aux exigences et peut diriger leur attention LES QUESTIONS ET LES RAPPELS Normalement, lorsqu un entraîneur corrige un joueur, il devrait lui dire ce qu il a mal fait ou ce qu il devrait améliorer la fois suivante ; l entraîneur donne donc des solutions que le joueur peut assimiler par rapport aux erreurs commises.

8 108 BASKET-BALL POUR JEUNES JOUEURS Ce comportement est surtout approprié lorsque les joueurs ne connaissent pas les solutions correctes et c est la seule manière pour qu ils assimilent. Mais si les joueurs connaissent déjà les solutions, une stratégie efficace pour attirer leur attention sur l objectif de l exercice et leur permettre d assimiler l information est de poser des questions pour que les joueurs trouvent la bonne réponse. * Par exemple : prenons un exercice de tirs en lay-up pour de jeunes joueurs de mini-basket. L entraîneur veut qu ils s appuient sur le pied droit lorsqu ils reçoivent la balle. L enfant fait un lay-up mais ne place pas correctement le pied droit. Au lieu de le signaler, l entraîneur peut lui demander : «Sur quel pied t es-tu appuyé?»... «Quel pied aurais-tu dû utiliser?»... «Es-tu sûr?», etc. Ce genre de question force l enfant à trouver lui-même une réponse, ce qui le poussera à prêter plus d attention la fois suivante. La première fois que l entraîneur posera la question, le joueur ne saura peutêtre pas la réponse car il n a pas fait suffisamment attention, mais il se concentrera plus par la suite afin de répondre aux autres questions. En outre, la concentration de ses coéquipiers augmentera certainement aussi puisqu ils sauront que l entraîneur peut également leur poser des questions. On peut compléter le système de questions en rappelant au joueur ce qu il doit faire juste avant de commencer («Rappelle-toi que l objectif est que tu t appuies sur ton pied droit lorsque tu recevras le ballon.»). Si le joueur dispose de suffisamment d information, ce rappel préalable peut aussi prendre la forme d une question («Quel pied devraistu utiliser lorsque tu recevras la balle?») ; dans les deux cas, les joueurs prêteront attention à l aspect clé de l exercice juste avant de commencer. Les deux stratégies, les questions et les rappels, sont particulièrement utiles pour les tactiques qui n ont pas encore été bien assimilées et qui requièrent une attention consciente plus soutenue, ou à des moments concrets lorsque l entraîneur remarque un manque d attention. Les questions devraient suivre immédiatement l action du joueur (juste après l action du joueur) et les rappels préalables (avec ou sans question) doivent précéder l action suivante (juste avant l action).

9 4. LES STRATÉGIES DE L ENTRAÎNEUR POUR LES SÉANCES D ENTRAÎNEMENT NOTER LES PERFORMANCES DES JOUEURS Noter les performances des joueurs pendant les exercices les aide à se concentrer sur le comportement en question. * Par exemple : si l entraîneur note, sur un tableau ou une feuille de papier, le nombre de fois que l objectif cible est atteint pendant un exercice (passes spécifiques, blocages, tirs, etc.) les joueurs seront plus attentifs à ces comportements et les répéteront plus souvent. Il en sera de même si l entraîneur accumule les fiches des comportements qu il considère les plus importants. Afin de parvenir à cet effet positif, les critères de notation doivent être très clairs. Lorsqu il s agit de comportements à apprendre, les critères choisis doivent faire référence au comportement concret du joueur plutôt qu aux résultats atteints. * Par exemple : on peut noter le nombre de fois que les 15 à 16 ans posent correctement un écran (comportement) indépendamment du fait qu ils marquent ou non après (le résultat de ce comportement). Les jeunes se concentreront ainsi plus sur la cible de l exercice, l écran dans ce cas. Le tableau 11 inclut une fiche que l on peut utiliser pour prendre note des comportements cible des joueurs. En cas de répétition des comportements déjà acquis, il peut être plus approprié de noter les résultats de ces comportements ; ce seront toujours des résultats qui dépendent du comportement sur lequel le joueur travaille. * Par exemple : pendant un exercice répétitif de tirs pour des jeunes de 17 et 18 ans, on peut noter les paniers marqués. Il sera plus probable qu ils se concentrent sur ce point et essaient de faire de leur mieux. Exercice pratique Divisez une feuille pour noter la fréquence d un comportement cible lors d un exercice pratique.

10 110 BASKET-BALL POUR JEUNES JOUEURS PASSER ET S ÉLOIGNER JOUEURS EXERCICE 1 EXERCICE 2 EXERCICE Tableau 11. Voici un exemple de fiche pour noter la fréquence du comportement «passer et s éloigner» au cours de 3 exercices d une même séance d entraînement.

11 4. LES STRATÉGIES DE L ENTRAÎNEUR POUR LES SÉANCES D ENTRAÎNEMENT LE FEEDBACK Le feedback est l information que les joueurs reçoivent sur ce qu ils font. Un joueur décide de réaliser une passe concrète à un coéquipier et l entraîneur commente cette passe. Dans ce cas, l entraîneur donne à l enfant un feedback de la passe utilisée. Le feedback est un élément important pour maintenir la motivation du joueur et l aider à apprendre. Le joueur ou l équipe sont ainsi motivés par un objectif concret (améliorer la contre-attaque) et font un effort pour y parvenir. Ils auront alors besoin d une information précise sur leur comportement pour renforcer leur motivation et se rapprocher de la cible. Le feedback permet aux joueurs, même très jeunes, de contrôler leurs progrès afin de parvenir aux objectifs fixés. Lorsque le feedback est favorable, il est gratifiant et indique que l action réalisée est correcte et que, par conséquent, elle peut être répétée, ce qui renforce la motivation pour continuer à faire cet effort. Lorsque le feedback est négatif, il aide le joueur à connaître le comportement concret qu il devra améliorer et lui montre comment y parvenir. Cela le motive s il sent qu il en est capable. Un feedback défavorable devrait inclure l information dont les joueurs ont besoin pour améliorer leurs essais suivants. Les joueurs peuvent recevoir un feedback de différentes sources. À travers les résultats obtenus, les commentaires des autres, leurs propres sensations ou en regardant une vidéo. Mais pour en faire une technique, l entraîneur doit les contrôler correctement, il évitera ou minimisera les indications incorrectes que les joueurs pourraient recevoir. L entraîneur peut utiliser un feedback verbal, des vidéos (bien contrôlées), des notes objectives des performances ou toute autre source qui lui fournisse une information immédiate sur le comportement cible. * Par exemple : pour améliorer la précision des passes, l entraîneur peut placer une cible à une certaine distance (une marque sur un mur) et fixer l objectif de «toucher la cible». Le résultat de chaque tir (toucher la cible, s en rapprocher, tirer d un côté, etc.) est un excellent feedback pour les joueurs qui participent à cet exercice. * Un autre exemple : l entraîneur veut que le joueur garde le coude du bras qui tire collé au corps. Il les place donc le long du mur, avec le bras qui tire du côté du mur. De là, ils tirent dans un panier imaginaire ou dans un vrai panier. Le joueur qui décolle son coude touchera le mur tandis que celui qui le garde le long de son flanc aura acquis la bonne position. Dans les deux cas, les joueurs reçoivent un excellent feedback.

12 112 BASKET-BALL POUR JEUNES JOUEURS On peut aussi utiliser une caméra pour filmer certains fragments particulièrement importants d un entraînement de 15 à 18 ans. L entraîneur sélectionnera certaines images qu il montrera à ses joueurs. Il est bon de regarder la vidéo avant la séance suivante d entraînement où les joueurs traiteront à nouveau la tactique en question. Les joueurs recevront ainsi de l information sur un ou plusieurs comportements qu ils devront améliorer sur le terrain immédiatement après. Ces séances ne devraient être ni trop longues (entre 5 et 10 minutes) ni trop fréquentes. Si elles sont courtes et sporadiques, elles auront plus de sens pour les joueurs et seront donc plus utiles. * Par exemple : l entraîneur d une équipe junior (17 à 18 ans) ressent le besoin de fournir un feedback à ses pivots sur leurs mouvements de postes hauts. Il organise un exercice à cet effet et un entraîneur assistant filme. Par la suite, l entraîneur choisit quelques fragments de la cassette vidéo. Un autre exercice pour travailler cet aspect a été programmé deux semaines plus tard. Avant la séance, les pivots se réuniront avec l entraîneur ou son assistant et regarderont les images pendant 5 minutes. L entraîneur en profite pour commenter les images et invite les joueurs à poser des questions pour résoudre des doutes et à formuler des suggestions. À la fin de la réunion, les joueurs rejoignent leurs coéquipiers sur le terrain. Lorsque l entraîneur organisera des exercices pour travailler les mouvements des pivots hauts, les joueurs seront attentifs et amélioreront leurs performances. Exercice pratique Pensez à trois exemples de sources de feedback immédiat pour les joueurs d une équipe de mini-basket ou de 13 à 14 ans pendant une séance d entraînement LA GESTION DES IMPRÉVUS L utilisation des stimuli de récompense ou négatifs pour les comportements des joueurs (c est-à-dire le résultat de ce comportement) s avère une stratégie très efficace pour augmenter ou minimiser les comportements cible.

13 4. LES STRATÉGIES DE L ENTRAÎNEUR POUR LES SÉANCES D ENTRAÎNEMENT 113 * Par exemple : l entraîneur peut féliciter un joueur, il utilisera alors des stimuli de récompense ou il peut décider qu un enfant doit ramasser les ballons après l exercice et appliquera alors un stimulus négatif. L objectif principal de ces techniques psychologiques dans cette stratégie est de contribuer à l apprentissage de comportements importants. Si l objectif du processus d apprentissage est l acquisition ou le perfectionnement d un comportement (améliorer la technique de tir, par exemple), il faudrait introduire le plus rapidement possible, dès que le joueur est parvenu à l objectif, un stimulus de récompense (motivation positive) ou supprimer un stimulus négatif (motivation négative) pour renforcer cette attitude et inciter le joueur à la répéter. De même, si l objectif est d éliminer un certain type de comportement (protester contre un arbitre, par exemple), lorsque le joueur se trompe, on appliquera un stimulus négatif (punition positive) ou on supprimera un stimulus de récompense (punition négative) pour éviter que ce comportement ne se reproduise dans le futur. Dans les deux cas, les stimuli de récompense et négatifs ne devraient être appliqués que selon le comportement des athlètes, jamais en raison des résultats (on moti-

14 114 BASKET-BALL POUR JEUNES JOUEURS vera ou punira un comportement, mais pas un résultat). Voici plusieurs exemples. * Par exemple : un joueur de 13 ans prend une bonne décision en 3 contre 3. L entraîneur le félicite immédiatement (stimulus de récompense) et applique un renforcement positif pour que le joueur prenne à nouveau cette décision dans le futur. * Les joueurs d une équipe de 17 à 18 ans réalisent un exercice de défense très intense et sont fatigués. Un joueur apporte une aide défensive que l entraîneur souhaite développer. Comme récompense, l entraîneur permet à ce jeune de se reposer pendant quelques minutes. Dans ce cas, l entraîneur élimine un stimulus négatif (réaliser un exercice aussi intense quand les joueurs sont fatigués) et applique ainsi un renforcement négatif pour que le joueur reprenne cette aide défensive. * L entraîneur souhaite qu un joueur de 17 ans défende sans commettre de faute personnelle. Après lui avoir montré la technique correspondante, il conçoit un exercice où le joueur reçoit un point chaque fois qu il commet une faute. À la fin de l entraînement, le joueur devra réaliser un exercice de défense de trois minutes pour chaque point qu il aura accumulé. Dans ce cas, l entraîneur utilise un stimulus négatif (le point accumulé et le fait de devoir rester faire des exercices de défense) pour appliquer une punition positive afin d aider le jeune à éviter des fautes personnelles. Parallèlement, chaque fois que le joueur défendra sans faire de faute, l entraîneur lui dira «Très bien» pour motiver un comportement défensif correct. * L entraîneur d une équipe de 15 à 16 ans organise un match 3 contre 3 sur un demi-terrain où il ne veut pas que les joueurs utilisent leur main droite lorsqu ils devraient utiliser la main gauche. Chaque fois qu un joueur utilise la main droite alors qu il devrait utiliser la gauche, son équipe perd la balle. L entraîneur élimine ainsi un stimulus de récompense (le ballon) et applique une punition négative pour éliminer le comportement (utiliser la main droite). Parallèlement, lorsque les joueurs utilisent la main gauche, l entraîneur applique une motivation sociale («Très bien») afin de motiver cette attitude correcte.

15 4. LES STRATÉGIES DE L ENTRAÎNEUR POUR LES SÉANCES D ENTRAÎNEMENT 115 Comme nous l avons vu, on se sert de la motivation pour consolider une attitude souhaitée. Lorsque l on utilise une punition, il est très important de motiver une attitude alternative pour remplacer l attitude erronée en même temps (selon l exemple précédent, un comportement défensif sans faute et avec la main gauche). Il vaut normalement mieux travailler avec des motivations pour consolider une attitude plutôt qu avec des punitions pour éliminer un comportement, surtout avec de jeunes joueurs. Appliquée correctement, une punition peut s avérer très précieuse dans l entraînement de jeunes enfants. Exercices pratiques Pensez à une manière de motiver le comportement que vous souhaitez consolider. Définissez clairement le comportement, le stimulus appliqué et la manière d appliquer ce stimulus. N oubliez pas que les stimuli devraient être utilisés le plus tôt possible. Pensez à une manière de punir un comportement que vous souhaitez éliminer. Définissez clairement le comportement, le stimulus appliqué et la manière d appliquer ce stimulus. N oubliez pas de motiver en même temps un comportement alternatif pour remplacer l attitude à éliminer. Définissez cette attitude alternative et les stimuli à appliquer pour consolider la bonne attitude. Utiliser la motivation Une motivation fréquente aide les joueurs à obtenir un niveau élevé de gratification. C est un plus qui renforce la motivation sportive et les aide à apprendre des attitudes cible. Voici pourquoi il est tellement important que les entraîneurs utilisent fréquemment les motivations. Nous appellerons les stimuli utilisés pour motiver des motivations, et nous ferons la distinction entre les motivations sociales et matérielles. Les motivations sociales incluent le respect, la reconnaissance, l approbation et l attention de l entraîneur. Ce dernier apprécie l effort réalisé par le joueur pour récupérer le ballon «Bien joué!», «Comme ça!», «Bravo!». Les motivations matérielles sont des objets matériels qui s avèrent importants pour les joueurs : des périodes de repos, pouvoir éviter un exercice ennuyeux ou difficile, choisir l exercice qu ils souhaitent réaliser, gagner une coupe, etc.

16 116 BASKET-BALL POUR JEUNES JOUEURS Ces deux types de motivations sont compatibles et peuvent parfaitement se combiner. * Par exemple : l entraîneur d une équipe junior (17 et 18 ans) peut reconnaître les efforts des joueurs dans un exercice très intense (motivation sociale) et terminer l entraînement plus tôt (motivation matérielle). Les motivations ne doivent pas être appliquées arbitrairement mais plutôt comme une conséquence du comportement des joueurs. En fait, la clé de la motivation est que les joueurs perçoivent qu ils obtiennent quelque chose grâce à ce qu ils font. Ils obtiennent ainsi une gratification personnelle très précieuse et sauront comment l obtenir à nouveau dans le futur. Comme nous l avons déjà dit, la motivation la plus précieuse est celle donnée immédiatement après le comportement qui est à la source de la récompense. Pour toutes ces raisons, l entraîneur devrait appliquer la motivation dès que possible, en expliquant la raison pour laquelle elle est appliquée afin d éviter toute confusion. * Par exemple : après une bonne feinte, l entraîneur devrait dire «Bien, Pierre, c était une bonne feinte!». La motivation sociale De même que pour la motivation matérielle, la motivation sociale devrait être appliquée immédiatement après le comportement que l entraîneur souhaite consolider. * Par exemple : l entraîneur veut que les enfants regardent l anneau chaque fois qu ils reçoivent la balle. Si les joueurs le font, l entraîneur devrait dire à voix haute «Comme ça, très bien!». La motivation sociale ne devrait pas être utilisée à la légère mais plutôt comme la conséquence d une attitude qui s est améliorée (même légèrement) dans les progrès personnels de chaque joueur. * Par exemple : une joueuse de mini-basket qui ne descend jamais pour défendre se met à courir en arrière comme sa coéquipière à un moment donné. C est une bonne occasion pour que l entraîneur applique une motivation sociale envers cette joueuse «Très bien, Julia!».

17 4. LES STRATÉGIES DE L ENTRAÎNEUR POUR LES SÉANCES D ENTRAÎNEMENT 117 Il est important pour les entraîneurs qui travaillent avec de jeunes joueurs d être attentifs aux occasions et d appliquer une motivation sociale. Ils utiliseront ainsi correctement un instrument très efficace. Au cours des entraînements, la motivation sociale est très précieuse pour trois raisons : elle informe les joueurs de leur comportement (feedback) elle est très gratifiante parce que les joueurs apprécient la reconnaissance de l entraîneur elle contribue à créer une atmosphère positive dans le cadre de l entraînement. Pour ces raisons, la motivation sociale influence la motivation et la concentration des joueurs, ce qui en fait un instrument de travail que l entraîneur devrait utiliser à profusion. La motivation sociale est particulièrement importante pour des équipes d enfants et les entraîneurs qui l utilisent fréquemment sentent que le sport est une expérience plus gratifiante et productive dans tous les sens pour les enfants. La motivation sociale aide les enfants à apprendre les comportements cible programmés. Leurs performances sportives s améliorent donc lorsque l on utilise cette tactique. Exercice pratique Observez un entraîneur d enfants et notez combien de fois il utilise la motivation sociale avec ses joueurs. Notez également les occasions où il aurait pu utiliser cette stratégie mais ou il ne l a pas fait. L économie de récompense Nous savons, d une part, combien il est important d appliquer une motivation dès que possible. Mais, d autre part, l entraîneur ne peut pas constamment interrompre l entraînement pour donner des motivations. La technique que l on appelle économie de récompense résout ce problème. Chaque fois que l on atteint le comportement cible, on donne un point. On accumule les points qui permettront plus tard au joueur d obtenir une récompense. Chaque point motive ainsi le comportement cible.

18 118 BASKET-BALL POUR JEUNES JOUEURS * Par exemple : l entraîneur veut que des jeunes de 15 à 16 ans passent plus souvent la balle au pivot depuis des positions concrètes sur le terrain. Il organise un match 4 contre 4 sur un demi-terrain dans ce but. Il établit que chaque fois qu un joueur passe la balle au pivot depuis cette position-là, l équipe du joueur gagnera un point. À la fin du match, qui durera 10 minutes, l équipe qui a marqué au moins 7 points bénéficiera d un repos de 5 minutes. * Il faudra noter immédiatement les points après chaque comportement qui consiste à «passer la balle au pivot». Pour ce, chaque fois que l on passe la balle depuis la position mentionnée, l entraîneur devrait crier «point!» et le noter, si possible sur un tableau à la vue des joueurs. Pour que cette technique fonctionne, il faut tenir compte des aspects suivants : La récompense devrait être attractive. Il serait par exemple attrayant pour les joueurs de se reposer pendant une séance intense d exercices ou de disputer un match où ils peuvent choisir leurs coéquipiers. Relever le défi lancé lors d un exercice (dans l exemple précédent, obtenir au moins 7 points) s avérerait aussi attractif.

19 4. LES STRATÉGIES DE L ENTRAÎNEUR POUR LES SÉANCES D ENTRAÎNEMENT 119 Pour que cette stratégie soit plus précieuse, l entraîneur devrait tenir compte de l âge de ses joueurs et de ce qu il sait d eux (ce qu ils aiment). Il devrait savoir que, en général, les stimuli peu fréquents seront plus attractifs que les stimuli fréquents. Par exemple, il sera plus attrayant de jouer un match sans règles où les joueurs peuvent choisir leurs coéquipiers s ils ne le font pas souvent que s ils ont déjà joué plusieurs matchs comme celui-ci pendant un entraînement. Le nombre total de points nécessaires pour obtenir la récompense finale devrait pouvoir être atteint dans le temps attribué et en respectant les conditions de l exercice. Dans l exemple précédent, il faut laisser suffisamment de temps pour que, selon les conditions de l exercice (l espace pour jouer le match, le nombre de joueurs, les règles spécifiques), les joueurs aient l occasion de passer au pivot aussi souvent (ou plus) que les points nécessaires pour parvenir à l objectif. Le comportement précis et les stimuli précédents nécessaires pour obtenir des points devraient être très clairs. Dans l exemple précédent, le comportement consiste à «passer le ballon au pivot» et les stimuli précédents sont les espaces établis par l entraîneur (et pas d autres) d où l on doit passer la balle. On ne gagne un point que lorsque l on respecte toutes les conditions préalables, c est-àdire lorsque l on passe la balle au pivot depuis certaines positions sur le terrain. Avant de commencer l exercice, les joueurs devraient savoir exactement le temps limite, les objectifs et les conditions de l économie de récompense, c est-àdire le comportement cible (avec les stimuli précédents) qui leur permettront d obtenir des points, la récompense finale et le nombre de points nécessaires pour l obtenir. Les points devraient être attribués immédiatement. Sans arrêter l exercice, l entraîneur ou son assistant doivent crier «point!» dès que le comportement cible se produit, sans attendre le résultat. Dans l exemple précédent, l entraîneur devrait crier «point!» dès que le joueur passe la balle au pivot depuis les positions établies et, de préférence, avant de savoir le résultat de l action (par exemple, avant de vérifier si le pivot a profité de la passe pour marquer). Pour que la relation entre le comportement et le point soit plus claire, l entraîneur pourrait crier «point pour passer la balle!». Il serait bon d utiliser un tableau que tous les joueurs puissent voir afin de noter les points. S il n y a pas de tableau, l entraîneur peut noter les points sur un papier et indiquer aux joueurs pendant les pauses les points accumulés.

20 120 BASKET-BALL POUR JEUNES JOUEURS Exercices Pratiques Concevez un programme d économie de récompense pour une séance d entraînement de mini-basket. Concevez un programme d économie de récompense pour une séance d entraînement d une équipe de 13 à 14 ans. Concevez un programme d économie de récompense pour une séance d entraînement d une équipe de 15 à 16 ans et de 17 à 18 ans. Utiliser des stimuli négatifs Nous avons dit qu un entraîneur de jeunes enfants devrait surtout utiliser la motivation, mais on peut également employer la technique psychologique de la punition qui s avère aussi utile et éducative si elle respecte les conditions suivantes : la valeur doit être proportionnelle et surtout symbolique elle doit avoir été établie au préalable et définie aussi clairement que possible (quoi et pourquoi), il ne doit pas s agir d une décision arbitraire elle doit accroître l intérêt des joueurs pour relever des objectifs qui permettent d éviter une punition les joueurs devraient être capables d éviter la punition il faut appliquer en parallèle une motivation pour consolider les comportements alternatifs.

LE RÔLE DU BASKET DANS LE DÉVELOPPEMENT ÉDUCATIF DES JEUNES

LE RÔLE DU BASKET DANS LE DÉVELOPPEMENT ÉDUCATIF DES JEUNES 1 LE RÔLE DU BASKET DANS LE DÉVELOPPEMENT ÉDUCATIF DES JEUNES Jose María Buceta 1.1. LES DROITS DES JEUNES ATHLÈTES 1.2. UNE MEILLEURE SANTÉ GRÂCE À LA PRATIQUE DU BASKET 1.3. LE DÉVELOPPEMENT DES VALEURS

Plus en détail

LES SÉANCES D ENTRAÎNEMENT AVEC DES JOUEURS DE 13 À 14 ANS

LES SÉANCES D ENTRAÎNEMENT AVEC DES JOUEURS DE 13 À 14 ANS 7 LES SÉANCES D ENTRAÎNEMENT AVEC DES JOUEURS DE 13 À 14 ANS Aleksandar Avakumović Conseils méthodologiques 1 e séance : apprentissage de la technique de dribble 2 e séance : technique de passe et tactiques

Plus en détail

LE MINI-BASKET. Maurizio Mondoni

LE MINI-BASKET. Maurizio Mondoni 6 LE MINI-BASKET Maurizio Mondoni 6.1. LIGNES DIRECTRICES GÉNÉRALES 6 à 7 ans 8 à 9 ans 10, 11 et 12 ans le jeu de base 6.2. DES EXERCICES POUR LE DÉVELOPPEMENT PHYSIQUE Le développement du schéma corporel

Plus en détail

1.1.4. DIFFÉRENCIATION DES RÔLES DES JOUEURS

1.1.4. DIFFÉRENCIATION DES RÔLES DES JOUEURS 1.1.4. DIFFÉRENCIATION DES RÔLES DES JOUEURS Il est sans doute opportun d'apporter quelques clarifications supplémentaires à propos des différents rôles qui composent une équipe de Baskin. Cette différenciation

Plus en détail

MON LIVRET DE MINIBASKETTEUR

MON LIVRET DE MINIBASKETTEUR MON LIVRET DE MINIBASKETTEUR LE MOT DU PRESIDENT Cher jeune basketteur ou basketteuse Je te félicite d avoir choisi ce sport. Tu verras, il te permettra de t épanouir,de trouver des copains et d apprendre

Plus en détail

Code de franc-jeu. du joueur LE FRANC-JEU, C EST L AFFAIRE DE TOUS

Code de franc-jeu. du joueur LE FRANC-JEU, C EST L AFFAIRE DE TOUS du joueur 1) Je jouerai au hockey de mon plein gré et non pour obéir à mon entourage ou à mes entraîneurs. 2) Je respecterai les règles et l esprit du jeu. 3) Je maîtriserai mon tempérament les bagarres

Plus en détail

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est L enfant sensible Qu est-ce que la sensibilité? Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est de le surprotéger car il se

Plus en détail

Les enfants malentendants ont besoin d aide très tôt

Les enfants malentendants ont besoin d aide très tôt 13 CHAPITRE 2 Les enfants malentendants ont besoin d aide très tôt Pendant les premières années de leur vie, tous les enfants, y compris les enfants malentendants, apprennent rapidement et facilement les

Plus en détail

QUELQUES CONSEILS AU PROFESSEUR STAGIAIRE POUR ASSEOIR SON AUTORITE

QUELQUES CONSEILS AU PROFESSEUR STAGIAIRE POUR ASSEOIR SON AUTORITE QUELQUES CONSEILS AU PROFESSEUR STAGIAIRE POUR ASSEOIR SON AUTORITE Le premier contact avec vos élèves est déterminant, il y a de nombreux éléments à prendre en compte pour le réussir. Un professeur doit

Plus en détail

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE I. LE CAS CHOISI Gloria est une élève en EB4. C est une fille brune, mince avec un visage triste. Elle est timide, peureuse et peu autonome mais elle est en même temps, sensible, serviable et attentive

Plus en détail

Les jeux de l école de basket

Les jeux de l école de basket Soirée départementale d information technique du 25.11.2002 : (par Delphine MONGIN, chargée auprès du comité départemental, de la promotion et du développement des écoles de basket) Les jeux de l école

Plus en détail

Objectif de la semaine : L amorce offensive à trois joueurs

Objectif de la semaine : L amorce offensive à trois joueurs Objectif de la semaine : L amorce offensive à trois joueurs Pour faire suite aux stratégies du faux-frappeur et de l amorce offensive à deux joueurs, l objectif de ce plan de leçon est une autre stratégie

Plus en détail

Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage

Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage 00 : 00 ANIMATEUR : Bienvenue à cette série de quatre vidéos portant sur l évaluation du rendement. Depuis de nombreuses

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

PROGRAMME RADAR DE RCA ROWING ATHLETE DEVELOPMENT AND RANKING (Développement et classement des athlètes d aviron) pour les athlètes de développement

PROGRAMME RADAR DE RCA ROWING ATHLETE DEVELOPMENT AND RANKING (Développement et classement des athlètes d aviron) pour les athlètes de développement PROGRAMME RADAR DE RCA ROWING ATHLETE DEVELOPMENT AND RANKING (Développement et classement des athlètes d aviron) pour les athlètes de développement olympiques et paralympiques Développé par Rowing Canada

Plus en détail

Formation Conseil - Recrutement

Formation Conseil - Recrutement Gobbelsrode 42, 3220 HOLSBEEK. Tél: 016/62.35.22 info@amvr.be www.amvr.be Formation Conseil - Recrutement Formation Points de départ : Notre objectif principal est de contribuer au succès de votre entreprise.

Plus en détail

PROBLEMATIQUE COMMENT METTRE EN PLACE ET FAIRE EVOLUER UN JEU COLLECTIF?

PROBLEMATIQUE COMMENT METTRE EN PLACE ET FAIRE EVOLUER UN JEU COLLECTIF? INTRODUCTION NOUS NE POUVIONS VOUS PARLER DE COLLECTIF SANS ÊTRE 2! Il n y a pas UNE vérité, mais des philosophies, des choix. Nous allons présenter des choix guidés par quelques années d expériences avec

Plus en détail

Hockey Canada 8.0 TECHNIQUES DE PRÉVENTION DES BLESSURES. 8.1 Principes généraux de conditionnement

Hockey Canada 8.0 TECHNIQUES DE PRÉVENTION DES BLESSURES. 8.1 Principes généraux de conditionnement 8.0 TECHNIQUES DE PRÉVENTION DES BLESSURES 8.1 Principes généraux de conditionnement C est un fait bien connu que les joueurs en excellente forme physique sont moins susceptibles de subir des blessures.

Plus en détail

COMPETENCES E P S et BASKET BALL au CYCLE 3. R.Reynaud CPC. LYON PART-DIEU mai 2003 en référence au document d'antoine Muguet

COMPETENCES E P S et BASKET BALL au CYCLE 3. R.Reynaud CPC. LYON PART-DIEU mai 2003 en référence au document d'antoine Muguet COMPETENCES E P S et BASKET BALL au CYCLE 3 R.Reynaud CPC. LYON PART-DIEU mai 2003 en référence au document d'antoine Muguet basket-ball au CYCLE 3 - COMPETENCES EPS R.Reynaud-05/2003 CPC Lyon Part Dieu

Plus en détail

POLITIQUES ET PROCÉDURES DE LA CERTIFICATION DES ENTRAÎNEURS

POLITIQUES ET PROCÉDURES DE LA CERTIFICATION DES ENTRAÎNEURS POLITIQUES ET PROCÉDURES DE LA CERTIFICATION DES ENTRAÎNEURS 31 mai 2012 ORGANISATION DU NOUVEAU PNCE Les ateliers du PNCE sont mis sur pied pour répondre aux besoins de tous les entraîneurs, de celui

Plus en détail

Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique

Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique BUT : Découvrir ton profil préférentiel «Visuel / Auditif / Kinesthésique» et tu trouveras des trucs

Plus en détail

En préliminaire des Championnats du Monde 2014 HANDIBASKET FEMININ

En préliminaire des Championnats du Monde 2014 HANDIBASKET FEMININ En préliminaire des Championnats du Monde 2014 HANDIBASKET FEMININ RENCONTRES INTERNATIONALES FRANCE ANGLETERRE A HAZEBROUCK DU 4 AU 8 JUIN 2014 Organisées par : Le ROTARY-CLUB HAZEBROUCK MERVILLE. en

Plus en détail

LIVRET DE L'ARBITRE DE CLUB. Réalisation Eric FRIN Formateur Labellisé FFBB

LIVRET DE L'ARBITRE DE CLUB. Réalisation Eric FRIN Formateur Labellisé FFBB LIVRET DE L'ARBITRE DE CLUB GROUPEMENT SPORTIF...... Nom :.. Prénom :... Date de naissance : Catégorie :. Numéro de licence :. Ce livret est un résumé des principales règles du Code de jeu du Basket Ball.

Plus en détail

Comprendre les différentes formes de communication

Comprendre les différentes formes de communication Chapitre 2 Communiquer de façon professionnelle 2. Lisez la mise en situation ci-dessous. Ensuite, nommez les attitudes favorisant la communication qui n ont pas été mises en pratique et expliquez votre

Plus en détail

Analyse Appliquée du Comportement. Christine PHILIP, Maître de conférences, INS HEA

Analyse Appliquée du Comportement. Christine PHILIP, Maître de conférences, INS HEA Analyse Appliquée du Comportement Christine PHILIP, Maître de conférences, INS HEA Qu est-ce que l ABA? «Applied Behavior Analysis» (Analyse appliquée du comportement) C est une méthode inspirée de Skinner

Plus en détail

RAPPORT FONCTION MANAGERIALE Pierre DURAND 11/09/14 Toute l information contenue dans ce rapport est confidentielle.

RAPPORT FONCTION MANAGERIALE Pierre DURAND 11/09/14 Toute l information contenue dans ce rapport est confidentielle. RAPPORT FONCTION MANAGERIALE Toute l information contenue dans ce rapport est confidentielle. Gordon - Exclusive Rights ECPA. SOSIE is a trademark of ECPA in France and/or other countries. INTRODUCTION

Plus en détail

Le Leadership. Atelier 1. Guide du formateur. Atelier 1 : Le Leadership. Objectifs

Le Leadership. Atelier 1. Guide du formateur. Atelier 1 : Le Leadership. Objectifs Guide du formateur Atelier 1 Objectifs Obtenir un premier contact avec le groupe; présenter la formation Jeune Leader; transmettre des connaissances de base en leadership; définir le modèle de leader du

Plus en détail

MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS

MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS Frédéric Crépin MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS, 2004. ISBN : 2-7081-3140-0 5 Chapitre 1 idées reçues sur les managers et le management au quotidien Idée reçue n 1 : managers et salariés doivent avoir les

Plus en détail

DÉMYSTIFICATION DE L AUTO-ASSURANCE

DÉMYSTIFICATION DE L AUTO-ASSURANCE POURQUOI L AUTOASSURANCE? Une chaîne de casinos canadiens offre l expérience client idéale. Dès l arrivée des clients et jusqu à leur départ, c est satisfaction garantie! Leurs chambres offrent tous les

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

GRATUIT. Guide Site Web. audio vidéo actualités Chat activités ressources

GRATUIT. Guide Site Web. audio vidéo actualités Chat activités ressources GRATUIT audio vidéo actualités Chat activités ressources Cher professeur Août 2010 Notre site Web en anglais est devenu très populaire parmi les professeurs et les élèves d Anglais Langue Etrangère depuis

Plus en détail

Les instruments d une bonne gestion financière: budget et prévisions

Les instruments d une bonne gestion financière: budget et prévisions Chapitre 9 Les instruments d une bonne gestion financière: budget et prévisions Savoir utiliser son argent est un art et un art qui paie. Comme toutes les ressources, l argent peut être utilisé à bon ou

Plus en détail

Devoirs, leçons et TDA/H1 Gaëtan Langlois, psychologue scolaire

Devoirs, leçons et TDA/H1 Gaëtan Langlois, psychologue scolaire Devoirs, leçons et TDA/H1 Gaëtan Langlois, psychologue scolaire Pourquoi traiter des devoirs et leçons avec les TDA/H? Parce que c est un des problèmes le plus souvent rencontrés avec les enfants hyperactifs

Plus en détail

LES BASES DU COACHING SPORTIF

LES BASES DU COACHING SPORTIF LES BASES DU COACHING SPORTIF Module N 1 Motivation, concentration, confiance, communication Module N 2 L apprentissage : «Apprendre à apprendre» LES BASES DU COACHING SPORTIF APPRENTISSAGE PLAISIR PERFORMANCE

Plus en détail

ima est un langage universel conçu pour optimiser la communication et les contacts.

ima est un langage universel conçu pour optimiser la communication et les contacts. Audit des Ressources Humaines ATELIER D UNE DEMI-JOURNEE Introduction ima est un langage universel conçu pour optimiser la communication et les contacts. ima signifie Identifier, Modifier, Adapter : les

Plus en détail

Trucs et astuces N o 8.1 POUR RÉDUIRE LA FATIGUE VISUELLE LORS DU TRAVAIL À L ÉCRAN

Trucs et astuces N o 8.1 POUR RÉDUIRE LA FATIGUE VISUELLE LORS DU TRAVAIL À L ÉCRAN Trucs et astuces N o 8.1 POUR RÉDUIRE LA FATIGUE VISUELLE LORS DU TRAVAIL À L ÉCRAN La fatigue visuelle figure souvent au premier plan parmi les manifestations physiques ressenties par les utilisatrices

Plus en détail

Jeux de ballons à l école Unité d apprentissage jeux de ballons

Jeux de ballons à l école Unité d apprentissage jeux de ballons Direction des sports Jeux de ballons à l école Unité d apprentissage jeux de ballons Cycle 2 Document pédagogique élaboré par E.Reig E.T.A.P.S de la Direction des Sports de la ville de joué lès Tours 2011

Plus en détail

Attaquer un pressing tout terrain G LELARGE, CTF OISE BASKETBALL

Attaquer un pressing tout terrain G LELARGE, CTF OISE BASKETBALL Attaquer un pressing tout terrain Préambule Avant de parler d organisation offensive, il est essentiel d analyser le système défensif proposé. Cette démarche doit permettre de : - Connaître les objectifs

Plus en détail

Syllabus du cours de musique. Maternelle. enseigné par Joël Chiasson

Syllabus du cours de musique. Maternelle. enseigné par Joël Chiasson Syllabus du cours de musique Maternelle enseigné par Joël Chiasson DESCRIPTION DU COURS Le programme de musique permet aux élèves d explorer leurs idées, leurs expériences et leurs émotions et de développer

Plus en détail

Simulation EIS. Changement et Innovation. Les Défis du Management

Simulation EIS. Changement et Innovation. Les Défis du Management Simulation EIS Changement et Innovation. Les Défis du Management Manuel d Utilisation 1. Présentation 2. Votre Mission pendant la Simulation EIS 3. Structure de l Equipe de Management de Teleswitches 4.

Plus en détail

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Fiche pédagogique Le thème du 49 e épisode dirige l attention sur une question fondamentale lorsqu il s agit de développer la pensée des enfants,

Plus en détail

Formation des jeunes. Règlement d ordre intérieur

Formation des jeunes. Règlement d ordre intérieur Formation des jeunes Règlement d ordre intérieur Des communications claires sont indispensables pour garantir le bon déroulement de la saison au sein de la formation des jeunes. En cas d incidents ou de

Plus en détail

Stratégies favorisant ma réussite au cégep

Stratégies favorisant ma réussite au cégep Source de l image :daphneestmagnifique.blogspot.ca Stratégies favorisant ma réussite au cégep par Services adaptés du Cégep de Sainte-Foy Table des matières UN GUIDE POUR TOI!... 2 STRATÉGIES DE GESTION

Plus en détail

Informations aux athlètes en matière de fiscalité et de finances

Informations aux athlètes en matière de fiscalité et de finances Table des matières 1. Introduction 2. Revenus 3. Dépenses 4. Impôts 5. Budget 6. Planification financière 7. Assurances 8. Épargne-retraite 9. Autres responsabilités 10. Remarques finales 1 1. Introduction

Plus en détail

PARCOURS MANAGEMENT RESSOURCES MANAGERS

PARCOURS MANAGEMENT RESSOURCES MANAGERS La transversalité des compétences managériales Un parcours sur 3 niveaux pour tous les managers du Groupe selon leur expérience dans la fonction. Cette segmentation a pour objectif de doter les managers

Plus en détail

QUEL EXEMPLE DONNEZ-VOUS À VOS ENFANTS?

QUEL EXEMPLE DONNEZ-VOUS À VOS ENFANTS? manifester d intérêt à l égard de l argent. Vous devez donc faire en sorte que le sujet soit pertinent pour eux, en profitant des moments propices offerts par la vie quotidienne. Vous n avez pas à prévoir

Plus en détail

Saison 2012 / 2013 Centre Perfectionnement Sportif Joueurs

Saison 2012 / 2013 Centre Perfectionnement Sportif Joueurs Saison 2012 / 2013 Centre Perfectionnement Sportif Joueurs MOINS DE 15 ANS Objectifs : Formation du joueur : Ces Cps ont pour objectifs de permettre aux joueurs de club différents de se retrouver dans

Plus en détail

Comment rendre les réunions plus productives

Comment rendre les réunions plus productives Comment rendre les réunions plus productives Comment rendre les réunions plus productives La majorité des employés de bureau ont le sentiment que les réunions sont parmi les éléments les plus grugetemps

Plus en détail

RÉSULTATS DU QUESTIONNAIRE

RÉSULTATS DU QUESTIONNAIRE RÉSULTATS DU QUESTIONNAIRE Vous avez été 68 à répondre à cette enquête. Merci! Voici un résumé des réponses classées par catégorie, suivi de vos propositions et d une réponse personnalisée à chacune d

Plus en détail

Projet. de la Découverte à la Performance, un Club pour Toutes les Pratiques

Projet. de la Découverte à la Performance, un Club pour Toutes les Pratiques Projet Sportif de la Découverte à la Performance, un Club pour Toutes les Pratiques 2 Projet Sportif Pourquoi un projet sportif? Don Bosco est devenu, depuis l ouverture de la nouvelle salle en 2007, l

Plus en détail

LIVRET JEUNE OFFICIEL. Ligue de Bretagne de Badminton

LIVRET JEUNE OFFICIEL. Ligue de Bretagne de Badminton LIVRET JEUNE OFFICIEL Ligue de Bretagne de Badminton Ligue de Bretagne de Badminton 19 Rue Le Brix 35200 RENNES Page 1 sur 6 FORMATION JEUNE ARBITRE Pour commencer un match : Tirer au sort avec une pièce

Plus en détail

LA CIBLE Ce que nous savons des 9-13 ans

LA CIBLE Ce que nous savons des 9-13 ans FAIREBOUGERLES9-13.org 1 LA CIBLE Ce que nous savons des 9-13 ans TABLE DES MATIÈRES 3 4 5 DONNÉES SOCIO- DÉMOGRAPHIQUES HABITUDES MÉDIATIQUES ET DE CONSOMMATION EN MATIÈRE DE MODE DE VIE PHYSIQUEMENT

Plus en détail

PROGRAMME DE MENTORAT

PROGRAMME DE MENTORAT CONSEIL SCOLAIRE ACADIEN PROVINCIAL PROGRAMME DE MENTORAT ÉNONCÉ PRATIQUE Le Conseil scolaire acadien provincial désire promouvoir un programme de mentorat qui servira de soutien et d entraide auprès des

Plus en détail

Présente HANDBALLONS A L ECOLE APPROCHE DU HANDBALL EN MILIEU SCOLAIRE

Présente HANDBALLONS A L ECOLE APPROCHE DU HANDBALL EN MILIEU SCOLAIRE Présente HANDBALLONS A L ECOLE APPROCHE DU HANDBALL EN MILIEU SCOLAIRE 1 «Coopérer avec ses partenaires pour affronter collectivement des adversaires, en respectant des règles, en assurant des rôles différents

Plus en détail

b) Fiche élève - Qu est-ce qu une narration de recherche 2?

b) Fiche élève - Qu est-ce qu une narration de recherche 2? Une tâche complexe peut-être traitée : Gestion d une tâche complexe A la maison : notamment les problèmes ouverts dont les connaissances ne sont pas forcément liées au programme du niveau de classe concerné

Plus en détail

Appliquez-vous ces 4 éléments pour travailler plus efficacement?

Appliquez-vous ces 4 éléments pour travailler plus efficacement? Appliquez-vous ces 4 éléments pour travailler plus efficacement? Ce livret vous a été remis en complément de la vidéo «4 éléments pour travailler plus efficacement». Visitez http://methode-prepa.com pour

Plus en détail

Les règles du jeu sont adaptées pour permettre un jeu ludique et correspondant à leur capacité. Cela

Les règles du jeu sont adaptées pour permettre un jeu ludique et correspondant à leur capacité. Cela GUIDE pour les EDUCATEURS et DIRIGEANTS de la catégorie U11 Saison 2013/2014 Cellule du football réduit PRESENTATION SAISON 2013-2014 La Direction Technique Nationale conduit depuis plusieurs saisons des

Plus en détail

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Parmi les trois domaines d activités proposés aux élèves volontaires dans le cadre de l accompagnement éducatif, «l aide aux devoirs

Plus en détail

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION VO SANG Xuan Hoang 1 Introduction Du moment où une personne se décide de choisir une carrière d enseignant,

Plus en détail

FEDERATION FRANCOPHONE BELGE DE SPORT KIN-BALL

FEDERATION FRANCOPHONE BELGE DE SPORT KIN-BALL FAIR-PLAY FEDERATION FRANCOPHONE BELGE DE SPORT KIN-BALL GEOFFREY RANDAXHE- DIRECTEUR TECHNIQUE RUE DES PREMONTRES, 12 4000 LIEGE WWW.KIN-BALL.BE CONTACT@KIN-BALL.BE 1. TÂCHES ET RÔLES DE L ARBITRE 1.1.

Plus en détail

BADGE de BOIS I. Les jeux

BADGE de BOIS I. Les jeux BADGE de BOIS I Les jeux Jeux (1) Les jeux sont un élément essentiel au développement de l'enfant. Ils offrent la chance d'apprendre à communiquer et à interagir avec les autres de façon significative.

Plus en détail

Arbitrer. LE FUTSAL.quelques éléments de compréhension

Arbitrer. LE FUTSAL.quelques éléments de compréhension Arbitrer Un exercice complexe que ce livret du jeune arbitre essaie de rendre abordable et simple. Il contient : - des éléments de compréhension du futsal (esprit du jeu, sens général du règlement) - 10

Plus en détail

ECVET GUIDE POUR LA MOBILITÉ

ECVET GUIDE POUR LA MOBILITÉ ECVET GUIDE POUR LA MOBILITÉ 2 GUIDE POUR LA MOBILITÉ ECVET «Le système européen de crédits d apprentissage pour l enseignement et la formation professionnels (ECVET) est un cadre technique pour le transfert,

Plus en détail

2) Les déterminants de la motivation des arbitres et entraîneurs:

2) Les déterminants de la motivation des arbitres et entraîneurs: Motivation et performance sportive : une caractéristique commune des arbitres et entraîneurs de haut niveau Support théorique : Jean Pierre Famose EPS N 35 Arbitre et entraîneur deux acteurs du sport moderne

Plus en détail

RAPPORT DES CONCLUSIONS DE L ENQUÊTE DE LA COMMISSAIRE

RAPPORT DES CONCLUSIONS DE L ENQUÊTE DE LA COMMISSAIRE Loi sur l accès et la protection en matière de renseignements personnels sur la santé Affaire de notification d une atteinte à la protection de la vie privée : Date : Dossier concernant les erreurs ayant

Plus en détail

Guide de l évaluateur pour les bourses de recherche des IRSC

Guide de l évaluateur pour les bourses de recherche des IRSC Guide de l évaluateur pour les bourses de recherche des IRSC Juin 2015 Table des matières INTRODUCTION... 3 ÉVALUATION PAR LES PAIRS AUX IRSC... 3 RÉSUMÉ DU PROCESSUS D ÉVALUATION PAR LES PAIRS... 3 PHASE

Plus en détail

Table des matières 1 APPROCHE DE LA STRATÉGIE DE FORMATION AXÉE SUR LES ASSISTANTS JUNIORS... 4

Table des matières 1 APPROCHE DE LA STRATÉGIE DE FORMATION AXÉE SUR LES ASSISTANTS JUNIORS... 4 STRATEGIE DE FORMATION PROGRAMME JUNIOR 2015-2019 Juin 2015 Table des matières 1 APPROCHE DE LA STRATÉGIE DE FORMATION AXÉE SUR LES ASSISTANTS JUNIORS... 4 2 LES ACTIVITÉS DE FORMATION DU PROGRAMME JUNIOR

Plus en détail

APPRENDRE, VIVRE & JOUER AVEC LES JEUNES ESPOIRS DE L IHF

APPRENDRE, VIVRE & JOUER AVEC LES JEUNES ESPOIRS DE L IHF APPRENDRE, VIVRE & JOUER AVEC LES JEUNES ESPOIRS DE L IHF Règles de jeu du handball Salut les amis du handball! C est super que vous vouliez en savoir plus sur les Règles de jeu du handball! Dans ce livret,

Plus en détail

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION NOVEMBRE 2014 La Fédération québécoise de l'autisme (FQA) est un regroupement

Plus en détail

LE SOMMEIL: TRAITEMENT DE L'INSOMNIE

LE SOMMEIL: TRAITEMENT DE L'INSOMNIE LE SOMMEIL: TRAITEMENT DE L'INSOMNIE Avant d aborder le sujet de l amélioration du sommeil, permettez-moi de vous présenter quelques faits concernant le sommeil. Plusieurs études ont démontré qu on a besoin

Plus en détail

Directives professionnelles Association Internationale des Praticiens de la Méthode Grinberg (IAGMP) Traduit de l'anglais

Directives professionnelles Association Internationale des Praticiens de la Méthode Grinberg (IAGMP) Traduit de l'anglais Directives professionnelles Association Internationale des Praticiens de la Méthode Grinberg (IAGMP) Traduit de l'anglais Introduction Ce document est un complément au Code d Éthique et de Conduite Professionnelle

Plus en détail

Jeux coopératifs. Cycle 1

Jeux coopératifs. Cycle 1 Jeux coopératifs Cycle 1 Introduction Approche coopérative comme principe: Le jeu coopératif ne valorise pas uniquement la victoire comme le font certains sports mais surtout l atteinte d objectifs communs

Plus en détail

Vingt-cinq questions posées lors d une entrevue

Vingt-cinq questions posées lors d une entrevue Vingt-cinq questions posées lors d une entrevue Cette section vous propose une synthèse des questions les plus susceptibles d être posées en entrevue de sélection. Cette section peut vous aider lors de

Plus en détail

Bulletin des services aux personnes ayant une déficience intellectuelle Ministère des Services sociaux et communautaires

Bulletin des services aux personnes ayant une déficience intellectuelle Ministère des Services sociaux et communautaires Point de mire: la réorganisation Bulletin des services aux personnes ayant une déficience intellectuelle Ministère des Services sociaux et communautaires Réseaux communautaires de soins spécialisés Les

Plus en détail

Comment Réussir sa vie par la PNL

Comment Réussir sa vie par la PNL 1 Comment Réussir sa vie par la PNL Condensé de la conférence de Didier Pénissard 1 Ce compte-rendu à été réalisé par Françoise (membre du club) et au nom du groupe, je la remercie chaleureusement Nous

Plus en détail

CFC 450 PROGRAMME DES CADRES DIRIGEANTS SYLLABUS

CFC 450 PROGRAMME DES CADRES DIRIGEANTS SYLLABUS CFC 450 PROGRAMME DES CADRES DIRIGEANTS SYLLABUS AVANT-PROPOS 1. Le Programme des cadres dirigeants (PCD) est un programme de séminaire en résidence de quatre jours et demi à l intention des officiers

Plus en détail

RÉFLÉCHIR AUX ENJEUX DU CRÉDIT

RÉFLÉCHIR AUX ENJEUX DU CRÉDIT Activités éducatives pour les élèves de 10 à 11 ans RÉFLÉCHIR AUX ENJEUX DU CRÉDIT NIVEAU : PRIMAIRE GROUPE D ÂGE : ÉLÈVES DE 10 À 11 ANS SOMMAIRE DE L ACTIVITÉ Après avoir étudié les types de paiement,

Plus en détail

I - LE PROJET PEDAGOGIQUE

I - LE PROJET PEDAGOGIQUE ENSEIGNER L ACTIVITE HOCKEY A L ECOLE ELEMENTAIRE I - LE PROJET PEDAGOGIQUE Avant d avoir eu les élèves /joueurs A - DEFINITION DE L ACTIVITE SUPPORT : LE HOCKEY Le hockey est un jeu collectif praticable

Plus en détail

Art. 18 Championnat de Belgique par équipes Messieurs, Dames et Vétérans

Art. 18 Championnat de Belgique par équipes Messieurs, Dames et Vétérans Fédération de Squash belge asbl Vorselaarsebaan 64 2200 Herentals Tel. +32 (0)14 85 96 00 tine@vsf.be www.belgiansquash.be BTW BE 0414.528.807 Banque : BE16 3101 1516 6974 Art. 18 Championnat de Belgique

Plus en détail

Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement

Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement Depuis la création de Syngenta en 2000, nous avons accordé la plus haute importance à la santé, à la sécurité et à l environnement (SSE) ainsi qu

Plus en détail

www.accountemps.be 1 Comment faire pour conserver vos meilleurs collaborateurs?

www.accountemps.be 1 Comment faire pour conserver vos meilleurs collaborateurs? www.accountemps.be 1 Comment faire pour conserver vos meilleurs collaborateurs? Fournir du personnel intérimaire spécialisé dans le domaine de la comptabilité et des finances, c est notre métier. Mais

Plus en détail

COURS 470 Série 07. Comptabilité Générale

COURS 470 Série 07. Comptabilité Générale COURS 470 Série 07 Comptabilité Générale Administration générale de l'enseignement et de la Recherche scientifique Direction de l'enseignement à distance REPRODUCTION INTERDITE Communauté française de

Plus en détail

BO 11 juin 2008 Découvrir le monde Découvrir le vivant. et les cinq sens : leurs caractéristiques et leurs fonctions.

BO 11 juin 2008 Découvrir le monde Découvrir le vivant. et les cinq sens : leurs caractéristiques et leurs fonctions. BO 11 juin 2008 Découvrir le monde Découvrir le vivant Ils (les élèves) découvrent les parties du corps et les cinq sens : leurs caractéristiques et leurs fonctions. Le goût Objectifs : Reconnaitre les

Plus en détail

Règles du Jeu et Code du Fair-Play

Règles du Jeu et Code du Fair-Play 12 MISE EN PLACE DU CODE DU FAIR-PLAY Publicité pour le Code Tous les parents, les joueurs, les éducateurs et les arbitres doivent se familiariser avec les Règles du jeu et le Code du Fair-play avant le

Plus en détail

L attitude : la nouvelle compétence désormais reconnue dans le sport

L attitude : la nouvelle compétence désormais reconnue dans le sport Communiqué de presse Rolle, le 13.11.13 L attitude : la nouvelle compétence désormais reconnue dans le sport Education 4 Peace, Fondation Suisse basée à Rolle, en collaboration avec l UEFA, publie le premier

Plus en détail

Formation ABA par Caroline Peters, BCABA 2014-2015

Formation ABA par Caroline Peters, BCABA 2014-2015 Formation ABA par Caroline Peters, BCABA 2014-2015 Notre programme se compose d'une formation de base (4 journées) et six formations en profondeur (le weekend, (samedi et dimanche). Vous pouvez vous inscrire

Plus en détail

EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE CYCLE 4 HYPER TEXTE

EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE CYCLE 4 HYPER TEXTE EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE CYCLE 4 HYPER TEXTE LE VOLET 1 DU CYCLE 4 est un texte général qui oriente toutes les disciplines et qui permet de cibler la singularité des axes de formation. LE VOLET 2

Plus en détail

Thème - Activités de leadership et de coopération

Thème - Activités de leadership et de coopération Thème - Activités de leadership et de coopération Jeux d'aventure, jeux coopératifs, situations d'initiative, résolution de problèmes, prise de risques, attribution de tâches, formation d'esprit d'équipe,

Plus en détail

Le contexte. Quels enjeux? UN PEU D HISTOIRE. Une demande des élèves : Les infrastructures : L encadrement : Pour les élèves :

Le contexte. Quels enjeux? UN PEU D HISTOIRE. Une demande des élèves : Les infrastructures : L encadrement : Pour les élèves : SECTION SPORTIVE SCOLAIRE FOOTBALL Le contexte Septembre 2003 : La SSL en visite au FC Nantes UN PEU D HISTOIRE 2003 Création de la Section Sportive Locale. 11 élèves de 5ème (10 garçons et 1 fille) et

Plus en détail

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU».

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU». Le besoin de contrôler Le comportement compulsif de tout vouloir contrôler n est pas mauvais ou honteux, c est souvent un besoin d avoir plus de pouvoir. Il s agit aussi d un signe de détresse; les choses

Plus en détail

Bonjour, je m appelle Jen Dalke et je travaille comme thérapeute agréée en lymphœdème au Centre de santé du sein de l Office régional de la santé de

Bonjour, je m appelle Jen Dalke et je travaille comme thérapeute agréée en lymphœdème au Centre de santé du sein de l Office régional de la santé de Bonjour, je m appelle Jen Dalke et je travaille comme thérapeute agréée en lymphœdème au Centre de santé du sein de l Office régional de la santé de Winnipeg. Je suis l une des deux thérapeutes qui s occupent

Plus en détail

Le plan d actions pour passer aux prochains paliers 10 étapes pour développer vos revenus et vos résultats en affaires

Le plan d actions pour passer aux prochains paliers 10 étapes pour développer vos revenus et vos résultats en affaires Le plan d actions pour passer aux prochains paliers 10 étapes pour développer vos revenus et vos résultats en affaires Si vous souhaitez développer votre audience, votre clientèle et vos revenus, voici

Plus en détail

conseils de gestion budgétaire tout simples pour vous aider à améliorer votre situation financière

conseils de gestion budgétaire tout simples pour vous aider à améliorer votre situation financière Prenez vos finances en main DIX conseils de gestion budgétaire tout simples pour vous aider à améliorer votre situation financière Si vous vous sentez dépassé à l idée de prendre vos finances en main pour

Plus en détail

Conseil de l Europe. Plan d action pour les personnes handicapées 2006 2015

Conseil de l Europe. Plan d action pour les personnes handicapées 2006 2015 Conseil de l Europe Plan d action pour les personnes handicapées 2006 2015 Un plan sur la façon d améliorer les choses pour les personnes handicapées en Europe Version facile à lire Information et Participation

Plus en détail

Guide de préparation de cours par vidéoconférence

Guide de préparation de cours par vidéoconférence Guide de préparation de cours par vidéoconférence La vidéoconférence (on dit aussi visioconférence) consiste en un système de communication interactif qui retransmet en simultané le son, l image et les

Plus en détail

4 pratiques intérieures et 7 pratiques extérieures de niveau Atome.

4 pratiques intérieures et 7 pratiques extérieures de niveau Atome. 4 pratiques intérieures et 7 pratiques extérieures de niveau Atome. Échauffement : L échauffement est l un des éléments les plus importants d un programme d exercices. Il joue aussi un rôle particulièrement

Plus en détail

GUIDE DU SECRETAIRE Saison 2015-2016

GUIDE DU SECRETAIRE Saison 2015-2016 GUIDE DU SECRETAIRE Saison 2015-2016 TABLE DES MATIERES 1. Création d un club... 3 a. Comment devenir membre d une ligue?... 3 b. Ce que le club reçoit de la ligue... 3 2. Gestion des membres... 4 a. Inscription

Plus en détail

Retenir les meilleurs talents

Retenir les meilleurs talents Adecco Finance Focus Retenir les meilleurs talents Lundi matin, 9 h Vous vous réjouissez de commencer une nouvelle semaine de travail productif. Vous êtes en pleine forme. Alors que vous entamez votre

Plus en détail

Passer à un modèle services de conseils tarifés. Parlons vrai avec les clients : les frais

Passer à un modèle services de conseils tarifés. Parlons vrai avec les clients : les frais Passer à un modèle services de conseils tarifés Parlons vrai avec les clients : les frais De plus en plus d investisseurs dans le monde exigent une meilleure transparence des frais de placement. Le Royaume-Uni

Plus en détail

Guide de l'invité du Club Toastmasters francophone : «Grand Lyon» www.toastmasters-grandlyon.org

Guide de l'invité du Club Toastmasters francophone : «Grand Lyon» www.toastmasters-grandlyon.org Guide de l'invité du Club Toastmasters francophone : «Grand Lyon» www.toastmasters-grandlyon.org Version du 5-12-2014 Table des matières Toastmasters International... 3 Programme de formation... 4 Les

Plus en détail