Comment l enfant pense à la mort

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Comment l enfant pense à la mort"

Transcription

1 Chapitre 1 Comment l enfant pense à la mort 1. Les situations dans lesquelles un enfant peut être confronté à la mort 2. Le concept de la mort chez l enfant 3. La mort dans le fonctionnement psychique de l enfant et de l adolescent 4. En conclusion

2 10 Parents : comment parler de la mort avec votre enfant? 1. Les situations dans lesquelles un enfant peut être confronté à la mort Tous les enfants et les adolescents se confrontent à la mort, à sa réalité autant qu aux questions qu elle lève. Elle est pour eux un élément de la réalité, en particulier par l absence qu elle provoque, mais aussi une question, en raison de l inconnu qu elle représente et du «pourquoi?» qu elle suscite. Cette confrontation, qu elle ait lieu dans la réalité ou dans le questionnement seul, fait partie de leurs processus de maturation. Il est important que les parents, mais aussi tous ceux qui sont en relation avec les enfants, connaissent suffisamment ces questionnements, diversifiés, riches et complexes, pour rester des interlocuteurs de confiance, dans les nombreuses situations et aux différents moments où ils s expriment, et pour les aider à réfléchir et à traverser des moments parfois difficiles. Cet accompagnement contribue à éviter les séquelles psychologiques possibles. Celles-ci peuvent se montrer parfois tardivement chez ces enfants devenus adolescents ou adultes, voire à la génération suivante, chez leurs propres enfants. Pendant longtemps la mort a été, avec la sexualité, ce dont les adultes ne parlaient pas aux enfants. Ce l est beaucoup moins actuellement. L expérience acquise depuis un siècle par les psychanalystes d enfants, et particulièrement depuis plus de cinquante ans par ceux d entre eux qui travaillent dans les services de pédiatrie et auprès d enfants atteints de maladies graves a montré comment les enfants pouvaient penser et se confronter à la mort. Mais aujourd hui, pour de nombreux enfants, la mort n est plus en relation seulement avec la vieillesse, l accident ou la maladie. Un nombre croissant d entre eux est ou a été confronté à des famines, des catastrophes naturelles, des guerres civiles ou des génocides, directement ou au travers des traumatismes psychiques que ces situations ont laissés chez leurs parents ou leurs grands-parents. Le questionnement sur la mort est alors pour eux souvent lié à la difficulté à connaître leur histoire familiale, s y repérer, l assumer. La société dans laquelle vit l enfant L enfant est inévitablement influencé par les conditions de vie et les façons de penser de sa famille mais aussi de la société dans laquelle il vit. Ainsi, par exemple, le taux de mortalité infantile et l espérance de vie, le niveau atteint par le système de soins et la protection sociale, les attentes que les citoyens ont envers la médecine et la société ont des conséquences sur l idée que les adultes comme les enfants se font de la mort : elle peut être une fatalité qui a toujours existé et existera toujours, ou un scandale inadmissible qui pourrait être, le plus souvent, évité. De même les croyances religieuses et traditionnelles, les lois et les attitudes concernant la prévention

3 Comment l enfant pense à la mort 11 des risques ou des violences, les lois sur la peine de mort ou sur l euthanasie, etc., témoignent des positions d une société sur la valeur de la vie, et elles ont ainsi des conséquences sur la façon qu ont les individus de penser la mort. Les enfants y sont attentifs et en subissent les influences. La mort, aujourd hui, dans la vie des sociétés occidentales, occupe une place restreinte, à la différence des sociétés traditionnelles dans lesquelles existaient de grandes cérémonies, des pratiques rituelles fréquentes et connues de tous, le culte des morts, l initiation des adolescents. Les enfants pouvaient ainsi, collectivement, en apprivoiser la peur et recevoir la transmission, de la part de leurs aînés, du savoir commun sur elle. Les familles, dans nos sociétés, sont dispersées, vivant souvent loin de leur lieu d origine, et la mort a souvent lieu à l hôpital ou dans une maison de retraite. La conséquence en est que de nombreux enfants sont peu confrontés aux fins de vie de leurs proches. En même temps, et de façon en apparence contradictoire, la mort apparaît presque en permanence dans leur environnement. Ils reçoivent, comme leurs parents, des informations venues du monde entier qui montrent guerres, terrorisme, épidémies, catastrophes, etc. Ils entendent parler régulièrement de risques sanitaires (sida, toxicomanies, épidémies diverses). Les attentats terroristes de masse n ont plus lieu seulement «ailleurs», la mort violente n est plus un «spectacle» lointain. Certains sont attirés par des éléments culturels dans lesquels la fascination de la mort est présente, (punk, «gothique» et satanique, films et jeux «gore» et violents), par des manifestations de violence, des sports extrêmes, des conduites de risque, l usage de toxiques. Pour développer sa réflexion sur ces questions en rapport à la mort, l enfant est certes influencé par les événements qui scandent sa vie et par son environnement culturel et religieux, mais aussi par l attitude de ses parents sur la mort et sur les morts ainsi que par leur discours sur elle. Les situations dans lesquelles un enfant peut être confronté à la mort Tous les enfants passent, à un moment ou à un autre de leur développement, par le même type de questionnement sur la mort. Celui-ci fait partie de leur processus de maturation. Le décès d un proche (survenu récemment ou qui pourrait advenir dans un avenir proche) ou d un animal de compagnie, parfois un livre ou un film, suscitent des questions et des réactions qui n attendaient, bien souvent, que cette occasion pour s exprimer. Il en est de même du comportement de ses parents ou de ses grands-parents qui le trouble et l intrigue quand ils le protègent trop, sont

4 12 Parents : comment parler de la mort avec votre enfant? souvent tristes ou pessimistes, montrent une émotion sans cause évidente à certaines dates, sont obsédés et fascinés par la mort, ou n osent pas parler de certaines personnes de la famille, mortes depuis longtemps, ou de certaines périodes de l histoire familiale, etc. Son intuition rattache, plus ou moins clairement, ces attitudes à un deuil non dépassé. Ces situations incitent l enfant à s interroger sur le sens et la valeur de la vie, celle des autres autant que la sienne, sur sa famille, sur ses repères identitaires, sur sa place dans le désir de ses parents, sur la société dans laquelle il vit, sur ce qui fait lien entre tous les humains et qui les différencie des animaux et des végétaux, etc. Il faut tenir compte des spécificités de chaque situation, faute de quoi le dialogue avec l enfant serait si général qu il ne répondrait qu en partie à ses préoccupations véritables, mais ne pas s y limiter pour que la réflexion de l enfant, bien plus vaste, ne se rattache pas qu à elles. Les parents ou les grands-parents peuvent aussi transmettre à l enfant, souvent à leur insu, leurs propres façons de penser à la mort ou de réagir par rapport à elle : dans leurs paroles, qui ne sont pas forcément adressées à lui (discussions avec des amis, commentaires d un film, réactions aux informations télévisées, etc.), ou dans leurs réactions à la mort de quelqu un qui compte pour eux. L enfant est en général attentif à ces signes, qui peuvent autant le faire hésiter à en discuter avec eux (il ne veut pas augmenter leur trouble, ne sait dans quoi il s engage) que l inciter à le faire. Parfois, c est l originalité de son prénom, que ses parents ont choisi pour perpétuer la mémoire d un mort, qui le pousse à poser (et se poser) des questions. Il peut aussi interroger ses parents quand il ne comprend pas leur attitude envers lui, quand ils dénigrent ses qualités ou l admirent excessivement, par exemple : il a alors l impression qu ils voient en lui quelqu un d autre que lui, et qui est, souvent, celui dont ils n arrivent pas à faire le deuil (un oncle, par exemple, ou un frère mort avant sa naissance). Parfois même, il perçoit de leur part comme un reproche (bien inconscient) d être vivant, comme s il avait pris la place d un autre, décédé, idéalisé. Mais des mécanismes de résilience* peuvent faire barrage à ces mécanismes de transmission d une génération à l autre d un traumatisme psychique ou d un deuil resté figé, aussi fort qu au premier jour. Pour aider l enfant à développer sa nécessaire réflexion sur la mort, il importe ainsi de tenir compte des éléments suivants : des circonstances qui provoquent la discussion, des questions de tout enfant sur la mort, de son degré de maturité, de son désir de poursuivre la discussion et le questionnement. Je présente donc d abord les questions et les réflexions habituelles de tout enfant sur la mort.

5 Comment l enfant pense à la mort Le concept de la mort chez l enfant La mort, et plus précisément sa propre mort (pas le fait de mourir mais celui d être mort) est pour tout humain, enfant ou adulte, impensable, irreprésentable, inimaginable. Mais c est justement parce qu elle est impensable qu elle occupe une place si importante dans le fonctionnement psychique de chacun, et qu il faut s en approcher, l apprivoiser, pour qu elle ne reste pas un inconnu effrayant ou qu elle ne suscite pas des images perturbantes. Il existe, dans la littérature psychologique et psychanalytique, différentes descriptions de ces conceptions. Ainsi, certains considèrent que l enfant passe par de grandes étapes de développement dans lesquelles les aspects cognitifs (intellectuels) et affectifs vont de pair. Le rythme de ce développement peut varier d un enfant à l autre mais il est supposé néanmoins suivre un ordre rigoureux. Dans cette conception d un développement global, il est affirmé que le bébé avant six mois ne peut avoir une idée de la mort car il lui manque le sentiment de la permanence et de l identité spécifique des objets et des personnes qui l entourent. La mort est pour lui la perte d une personne familière, la séparation d avec elle, et c est à elles qu il réagit. Jusqu à deux ans, l enfant acquiert une meilleure perception de l absence. Jusqu à sept ans, c est la pensée magique qui prédomine en lui : comme s il lui suffisait d imaginer, de penser à quelque chose pour que ça se réalise, de vouloir pour l obtenir. Le caractère universel et irréversible de la mort lui échappe : elle lui apparaît plus comme un équivalent du sommeil. Plus tard, l enfant a tendance à identifier la mort à un personnage méchant et maléfique, et à l interpréter comme une punition. À partir de neuf dix ans, sa conception apparaît proche de celle des adultes : en particulier il en reconnaît le caractère universel et irréversible. À partir de douze ans il commence à avoir plus conscience, avec angoisse, de sa réalité et de sa complexité ainsi que de sa propre mortalité. Certains ont conclu de cette conception que les enfants n étaient pas vraiment concernés par l idée de leur mort possible et qu il n était donc ni nécessaire ni souhaitable d en discuter avec eux. Cette idée est aujourd hui très largement récusée. Pour d autres théoriciens, de telles étapes de développement existent bien mais elles ne sont pas homogènes et chacun des différents thèmes partiels qui constituent la conception de la mort évolue pour son propre compte et à son propre rythme. Cette conception «développementale hétérogène» distingue cinq principaux thèmes concernant la mort : l arrêt des fonctions vitales que l enfant attribue à tout vivant (manger, respirer, bouger, parler, etc.) ; l irréversibilité (la mort est défi-

6 14 Parents : comment parler de la mort avec votre enfant? nitive) ; l universalité (nul n y échappe) ; la causalité (la mort a une cause : un acte violent ou un accident, pour les enfants de 5-6 ans ; des causes naturelles, comme la maladie, ou surnaturelles quelques années plus tard comme, par exemple, l effet d une justice immanente) ; sa propre mortalité (lui aussi est mortel). D autres théoriciens et cliniciens ne sont pas d accord avec cette notion d étapes et considèrent que c est la façon dont l enfant perçoit la place de ses parents dans sa vie et sa propre place dans sa famille qui est au cœur de sa conception de la mort. L enfant découvre que ses parents sont à l origine de sa vie, et en conséquence il se demande s ils n auraient pas aussi le désir de la lui retirer ; il les considère pendant longtemps tout-puissants, et attend donc tout d eux, bien au-delà du raisonnable et du réaliste, par exemple qu ils le protègent de tout danger, de toute maladie, de la mort. À l adolescence il a besoin de trouver son autonomie, quitte à imaginer la mort de ses parents pour pouvoir trouver sa libre place dans le monde ; il fait ainsi la découverte bouleversante de leur nature mortelle et donc de sa propre mortalité. Après la crise de l adolescence, dans laquelle ce questionnement sur la mort et les relations complexes et parfois tumultueuses à ses parents qui en découlent, occupent une place importante, il accepte cette nature mortelle d eux et de lui, et assume son statut d adulte. Il accepte dans le même mouvement la possibilité de devenir lui aussi parent et de transmettre la vie, ainsi que le vieillissement et la mort à venir, plus tard, de ses parents. Les psychanalystes qui défendent cette conception disent que le complexe d Œdipe (la relation entre l enfant, son père et sa mère, dans leur réalité mais aussi dans la place qu ils occupent dans sa vie et celle que lui occupe dans la leur) y reste central. 3. La mort dans le fonctionnement psychique de l enfant et de l adolescent Le trouble que produit chez l enfant la préoccupation de la mort peut se repérer principalement dans trois thèmes de pensées, qui peuvent être aussi pour lui trois difficultés à penser. Ainsi, il peut donner l impression de buter sur une question qu il n arrive pas à formuler, à dépasser (il tourne en rond) : la mort apparaît comme ce qu il est impossible de penser, d imaginer. Cette impossibilité qui l affole peut provoquer aussi des pensées ou des comportements dispersés, qui vont dans tous les sens parce qu ils ne peuvent se centrer sur la mort. Pour mettre un terme à cette dispersion épuisante, il peut, de façon excessive, se forcer à ne penser qu à une seule chose ; le prix qu il paie alors pour cet apaisement est un appauvrissement de sa curiosité intellectuelle et de sa liberté de penser. Il peut aussi montrer des signes de sentiment d insécurité (il ne veut pas que ses parents partent, n ose pas se séparer d eux) : il a peut-être peur que eux ou lui meurent pendant cette sépara-

7 Comment l enfant pense à la mort 15 tion. La mort, pour lui, est la séparation majeure, et la séparation est une image, ou une cause, de la mort. Tous ces signes ne sont pas forcément en rapport exclusif à la question de la mort, mais ils y sont liés d une façon ou d une autre. C est pourquoi l enfant que ses parents auront aidé à penser des questions difficiles et nouvelles, à apprivoiser l inconnu, sera mieux préparé à se confronter à la mort, comme réalité et comme question. Il le sera de même quand il sera confronté à des situations particulièrement inhabituelles et difficiles pour lui à comprendre et à accepter (la mort en est le modèle majeur), quelles qu elles soient. En effet, il pourra alors s appuyer sur l expérience positive qu il aura eue de la résolution, avec l aide de ses parents, de sa confrontation à la question de la mort. Si ce n a pas été le cas, ses peurs et son désarroi devant la situation actuelle pourraient s augmenter de ceux du passé, réveillés. L expérience de la perte La mort évoque aussi, pour l enfant, l expérience de la perte : la mort d un parent, par exemple, serait pour lui la perte majeure de tout ce qu il aime, de tout ce qui lui donne son sentiment de sécurité. Mais dans son développement, il est déjà passé par de nombreuses expériences de perte : celle de jouets cassés ou perdus, ou d amis perdus de vue, par exemple. Mais il a fait aussi l expérience d une succession d autres pertes vécues quand il était bébé : sa relation fusionnelle avec sa mère (mais en contrepartie il découvre son autonomie relative et l identité unique des autres, et d abord de ses deux parents) ; ensuite l expérience du sevrage (mais qui lui fait découvrir la diversité des aliments et des saveurs) ; celle de la maîtrise sphinctérienne (qui lui permet d abandonner les couches, mais aussi, étant «propre», d aller plus tard en colonie de vacances ou de dormir chez des amis, etc.) ; l acquisition de la parole lui fait certes perdre la complicité intime avec ses parents (qui le comprenaient sans qu il ait besoin de parler), mais elle lui procure fierté et d innombrables avantages ; à l adolescence, il perd beaucoup des éléments de l enfance, auxquels il tenait, et en particulier l image rassurante de la toute puissance de ses parents qui devaient le protéger de tout (désormais, il reconnaît leurs défauts et leurs limites) et de leur immortalité : ils sont mortels, et lui aussi. S il est aidé suffisamment pendant toutes ces étapes, il peut trouver le juste équilibre entre la tristesse, le désarroi ou la révolte qui découlent de ces pertes, et la fierté du progrès que cette évolution représente et des avantages qu elle procure, au présent et pour la suite de son développement et de sa vie.

8 16 Parents : comment parler de la mort avec votre enfant? La relation à la mort La relation à la mort existe aussi dans les pulsions agressives et «sadiques» présentes chez tous les enfants (envers les petits animaux, par exemple, ce qui ne veut pas dire que l enfant est sadique et pervers, bien sûr, ou qu il le deviendra!) ainsi que dans les «vœux de mort»* si fréquents (quand l enfant dit «je ne veux plus te voir» ou «tu n es plus ma maman», ou à un copain «t es mort», etc., c en est une forme atténuée). Il faut aider l enfant à en faire bon usage : ne pas exagérer, prendre conscience que pour certains ce ne sont pas des simples paroles, qu elles peuvent blesser l autre ; mais aussi reconnaître qu elles sont utiles dans les compétitions, intellectuelles ou sportives, dans la volonté de réussir, dans l affi rmation de sa personnalité, etc. Ainsi, l enfant pourra percevoir et apprivoiser la présence de la mort dans ses pensées et dans l expérience de sa vie et de ses relations aux autres. C est aussi par la pensée de la mort de l autre qu il s approche de celle de sa propre mort. Quand la mort occupe une place excessive Freud a décrit la présence de la mort dans le fonctionnement psychique de l enfant ou de l adulte («la pulsion de mort») comme une force de déliaison (qui dissout l unité de tout ce qui était lié, de ce qui tenait ensemble), de dispersion. Et dans la réalité, la mort apparaît souvent comme ce qui disperse les relations mais aussi l unité du corps ; aussi comme une force qui n admet aucune limite. Il l a opposée aux pulsions de vie (Eros) qu il a définies comme des forces de liaison. La présence excessive de la mort dans la pensée de l enfant (consciente ou inconsciente, c est-àdire sans qu il s en rende compte) peut expliquer certains comportements de l enfant, quand il est particulièrement dispersé ou, au contraire, trop contrôlé, ayant besoin que tout soit à sa place, dans un ordre impeccable, que rien ne bouge. C est ainsi qu il essaie, inconsciemment, de lutter contre elle. Au cours du développement de l enfant Le bébé perçoit, dans la disparition et l absence, et d abord celles de sa mère, ce qui, plus tard, lui évoquera la mort. Par le jeu (jeter et récupérer un objet) et la vocalisation qui l accompagne, le bébé essaie de s inscrire dans une alternance entre présence et absence, pour ne pas seulement subir le sentiment terrible d un abandon définitif, pour rythmer activement le temps, pour ne pas rester dans une position passive d attente. Cet effort l aide aussi à prendre conscience de l utilité du langage, non seulement pour appeler sa mère mais aussi pour apaiser son angoisse. Quand l absence de la mère se prolonge au delà de ce qu il peut supporter, quand celle-ci n est pas remplacée par des substituts suffisants et acceptés par lui, les conséquences, diverses, peuvent être graves pour le bébé.

9 Comment l enfant pense à la mort 17 À partir de cinq-six ans, l enfant acquiert, progressivement et difficilement, les notions d irréversibilité, d universalité, d irrévocabilité : la mort n est pas un accident qu il serait possible de toujours prévenir ou empêcher, et pas non plus toujours la conséquence d un meurtre. L enfant cherche à lui donner un sens, une explication (une punition, l effet de vœux de mort), une justification («pour laisser la place aux autres»), l attribue à la vieillesse (qui est un temps si lointain qu il pense ne jamais l atteindre, et donc son angoisse est limitée). Mais les conceptions de l enfant subsistent toute sa vie en l adulte, et elles peuvent être reconnues quand l adulte dialogue en pensée avec les morts, ou a l impression de voir dans la rue une personne disparue et a du plaisir à garder un peu cette illusion de fausse reconnaissance, etc. Ces conceptions se retrouvent aussi dans des croyances, les fantasmes, les superstitions, mais aussi dans les vocations médicales (vouloir combattre la mort) ou artistiques (représenter l irreprésentable, faire intensément exister l image, de ce qui n est pas ou plus là, par exemple). Elles s expriment aussi dans l attrait pour certaines œuvres (livres de fantômes ou livres policiers), dans les sports dangereux (qui peuvent apparaître comme un jeu avec la mort, comme pour la défier ou s en approcher, par curiosité, au plus près), les comportements violents ou d autodestruction (comme si la personne se sentait obligée de reprendre à son compte la violence insupportable de la mort pour ne pas lui laisser ce «privilège»). Elles se retrouvent dans certains troubles psychopathologiques, comme la névrose obsessionnelle (les manies), les dépressions graves, certains délires, les pathologies dites addictives comme les toxicomanies ou les anorexies-boulimies, etc. 4. En conclusion Les enfants sont souvent poussés à se poser des questions sur la mort, soit à partir d un événement survenu dans la réalité (mort d un proche ou d un animal familier) soit à partir d une autre incitation (films, livres, informations télé, photos de famille, etc.) Mais dans tous les cas, le questionnement sur la mort fait partie du développement de tout enfant et il l accompagne tout au long. Les questions ne sont pas posées de la même façon par le petit enfant et par l adolescent ou par l adulte, et il faut en tenir compte, mais il existe néanmoins de nombreux points communs entre elles. Les questions centrales portent sur les modalités du mourir (ça fait mal?), ce que pense celui qui meurt (a-t-il peur, regrette-t-il sa vie, en veut-il aux vivants), sur ce qu il devient dans leur vie (est-il oublié, etc.?). La mort représente la solitude, le temps qui ne passe plus, l impossibilité de faire ce qu on faisait avant, le fait de ne plus être avec les autres, etc. Ce questionnement ne témoigne pas a priori de curiosité morbide ni de tendances dépressives. Les parents sont les interlocuteurs privilégiés, mais pas les seuls, de ses questions. L enfant n attend pas d eux qu ils

10 18 Parents : comment parler de la mort avec votre enfant? aient réponse à tout (et d ailleurs il n y a pas de vérité sur la mort), mais qu ils lui donnent quelques repères, qu ils ne le laissent pas seul avec ce questionnement, qu ils lui donnent leur point de vue, en fonction de leur expérience de la vie, de leur histoire familiale, de leur références culturelles et éventuellement religieuses.

Comment discuter de la mort

Comment discuter de la mort Chapitre 3 Comment discuter de la mort 1. Le questionnement de l enfant 2. Jusqu où aller dans la discussion? 3. La transmission par les parents de leur savoir et de leur expérience 4. Les questions majeures

Plus en détail

TABLE RONDE DU 21/11/2001

TABLE RONDE DU 21/11/2001 TABLE RONDE DU 21/11/2001 Devenir parents est une aventure qui se construit au quotidien avec ses enfants. Dans notre société, les modifications récentes de la structure familiale comme les familles monoparentales

Plus en détail

L'acquisition de la propreté

L'acquisition de la propreté L'acquisition de la propreté La maîtrise des sphincters ou apprentissage de la propreté chez l enfant C est une étape majeure du développement corporel et social des jeunes enfants. Cette acquisition au

Plus en détail

CONFERENCE DE MONSIEUR BAK (PSYCHOLOGUE GEMELLOLOGUE)

CONFERENCE DE MONSIEUR BAK (PSYCHOLOGUE GEMELLOLOGUE) CONFERENCE DE MONSIEUR BAK (PSYCHOLOGUE GEMELLOLOGUE) DONNEE A LYON LE 9 MAI 2004 A L OCCASION DE L AG DE LA FEDERATION L INFLUENCE DES JUMEAUX SUR LA FAMILLE ET LA FRATRIE PENDANT LA GROSSESSE Deux grands

Plus en détail

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie.

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Sarah CAILLOT, Psychologue Réseau Breizh IMC- Pôle MPR St-Hélier (Rennes)- Journée Inter-régionale

Plus en détail

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Fiche pédagogique Le thème du 49 e épisode dirige l attention sur une question fondamentale lorsqu il s agit de développer la pensée des enfants,

Plus en détail

PETIT GUIDE DU BÉNÉVOLE AUPRÈS DES PERSONNES AGÉES

PETIT GUIDE DU BÉNÉVOLE AUPRÈS DES PERSONNES AGÉES PETIT GUIDE DU BÉNÉVOLE AUPRÈS DES PERSONNES AGÉES Réseau de bénévoles auprès des personnes âgées à domicile ou en établissements, à Rumilly L être humain a des besoins physiques (manger, boire, respirer,

Plus en détail

Réseaux Sociaux LE GUIDE PARENTS

Réseaux Sociaux LE GUIDE PARENTS Réseaux Sociaux LE GUIDE PARENTS Accompagnez également vos enfants sur les réseaux sociaux! Mais que font donc les jeunes sur les réseaux sociaux? Ils socialisent comme l ont toujours fait les adolescents,

Plus en détail

Les souffrances psychiques et les comportements inhabituels

Les souffrances psychiques et les comportements inhabituels Premiers secours en équipe Les souffrances psychiques et les comportements inhabituels Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados A la fin de cette partie vous serez capable : de prendre

Plus en détail

«Développer l estime de soi des enfants. Le rôle des parents»

«Développer l estime de soi des enfants. Le rôle des parents» «Développer l estime de soi des enfants. Le rôle des parents» Intervention de Monsieur Gilbert Jeanvion, ancien enseignant spécialisé et psychologue scolaire, animateur au sein de l «Association des Groupes

Plus en détail

L impact psychologique du cancer du sein. RENY Justine, psychologue clinicienne

L impact psychologique du cancer du sein. RENY Justine, psychologue clinicienne L impact psychologique du cancer du sein RENY Justine, psychologue clinicienne Groupe de parole : hôpital de Dreux Groupe ouvert à tous les patients en cours de traitement et/ou en rémission Un mardi par

Plus en détail

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la 1 Mon stage en résumé Je dois avouer avoir de la difficulté à faire un bilan qui va au-delà du déjà dit dans mes rapports antérieurs, parce que j ai l impression d y avoir presque tout écrit. Par contre,

Plus en détail

Association «Les Amis du Camp du Tom» PROJET PEDAGOGIQUE. Centre de Vacances pour adolescents (12/17 ans)

Association «Les Amis du Camp du Tom» PROJET PEDAGOGIQUE. Centre de Vacances pour adolescents (12/17 ans) Association «Les Amis du Camp du Tom» PROJET PEDAGOGIQUE Centre de Vacances pour adolescents (12/17 ans) Introduction Depuis plus de 50 ans, le «Camp du Tom» propose aux ados, âgés de 12 à 17 ans, de partir

Plus en détail

Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques...

Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques... Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques... Je suis Karine Nivelais je vis en couple, nous avons 40 et 45 ans, et 4 enfants qui ont 14, 12, 11 ans et 6 ans. Pour notre troisième

Plus en détail

LA SOUFFRANCE DU MALADE EN FIN DE VIE. LES COMPORTEMENTS FACE A LA PERTE : vécu de la mort

LA SOUFFRANCE DU MALADE EN FIN DE VIE. LES COMPORTEMENTS FACE A LA PERTE : vécu de la mort LA SOUFFRANCE DU MALADE EN FIN DE VIE LES COMPORTEMENTS FACE A LA PERTE : vécu de la mort relation SRLF Paris, 11-12-13 mai C.LE BRIS BENAHIM Psychothérapeute - Formatrice Quimper CHIC Comment le vécu

Plus en détail

LE PREMIER ENFANT : VECU ET RESSENTI DE LA MERE DE LA GROSSESSE AUX 4 PREMIERS MOIS DE SON NOURRISSON

LE PREMIER ENFANT : VECU ET RESSENTI DE LA MERE DE LA GROSSESSE AUX 4 PREMIERS MOIS DE SON NOURRISSON LE PREMIER ENFANT : VECU ET RESSENTI DE LA MERE DE LA GROSSESSE AUX 4 PREMIERS MOIS DE SON NOURRISSON Enquête qualitative par entretiens semi-structurés auprès de 8 femmes primipares F DUMEL, S BILLOT-HADANA

Plus en détail

Isabelle de Roux Karine Segard La psychogénéalogie expliquée à tous

Isabelle de Roux Karine Segard La psychogénéalogie expliquée à tous Isabelle de Roux Karine Segard La psychogénéalogie expliquée à tous Groupe Eyrolles, 2007 ISBN 978-2-212-53892-2 Anne Ancelin Schützenberger, professeur et chercheur en psychologie sociale*, a été l une

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle I. Communiquer avec efficacité A. Intégrer les processus d influence sociale 1. La personnalité Les métaprogrammes sont les traits de personnalité qui, gravés

Plus en détail

Poser des limites à l enfant. Sanction : comment avoir une attitude éducative constructive et cohérente avec l enfant?

Poser des limites à l enfant. Sanction : comment avoir une attitude éducative constructive et cohérente avec l enfant? «Poser des limites à l enfant. Sanction : comment avoir une attitude éducative constructive et cohérente avec l enfant?» Intervention de Madame Mireille Colin, formatrice et psychopraticienne. Pourquoi

Plus en détail

NOTRE société évolue de plus en plus vite, l espérance de vie des Français

NOTRE société évolue de plus en plus vite, l espérance de vie des Français Préface NOTRE société évolue de plus en plus vite, l espérance de vie des Français et leur longévité augmentent bien plus que nous ne l avions imaginé depuis cinquante ans. Dans de nombreux domaines, on

Plus en détail

Les enfants malentendants ont besoin d aide très tôt

Les enfants malentendants ont besoin d aide très tôt 13 CHAPITRE 2 Les enfants malentendants ont besoin d aide très tôt Pendant les premières années de leur vie, tous les enfants, y compris les enfants malentendants, apprennent rapidement et facilement les

Plus en détail

Comment engager une personne durablement dans une activité physique

Comment engager une personne durablement dans une activité physique Comment engager une personne durablement dans une activité physique Christine LE SCANFF «PSYCHOLOGIE DES PRATIQUES PHYSIQUES» Université Paris-Sud 11, UFR STAPS OBJECTIFS Quels sont les modèles théoriques

Plus en détail

LE GENOGRAMME Formation réalisée par Sandrine Charlet, ASMAE, Pour le Centre d Eveil Inter Aide, Antananarivo, 2005

LE GENOGRAMME Formation réalisée par Sandrine Charlet, ASMAE, Pour le Centre d Eveil Inter Aide, Antananarivo, 2005 LE GENOGRAMME Formation réalisée par Sandrine Charlet, ASMAE, Pour le Centre d Eveil Inter Aide, Antananarivo, 2005 Sandrine Charlet - ASMAE L apprentissage de l utilisation du génogramme passe plus par

Plus en détail

Pour une gestion des comportements difficiles à l école

Pour une gestion des comportements difficiles à l école Pour une gestion des comportements difficiles à l école INTRODUCTION Lorsqu on pense à un élève qui a des difficultés de comportement, on le définit comme celui qui ne suit pas les consignes, ne respecte

Plus en détail

L'expérience du cancer vécue par un enfant, ses parents, ses soignants. Daniel OPPENHEIM Département de Pédiatrie et Unité de Psycho-Oncologie

L'expérience du cancer vécue par un enfant, ses parents, ses soignants. Daniel OPPENHEIM Département de Pédiatrie et Unité de Psycho-Oncologie L'expérience du cancer vécue par un enfant, ses parents, ses soignants Daniel OPPENHEIM Département de Pédiatrie et Unité de Psycho-Oncologie 1. L expérience du cancer est toujours bouleversante. Malgré

Plus en détail

LA FIN DE VIE AUX URGENCES: LES LIMITATIONS ET ARRÊTS DES THÉRAPEUTIQUES ACTIVES. Dr Marion DOUPLAT SAMU- Urgences Timone

LA FIN DE VIE AUX URGENCES: LES LIMITATIONS ET ARRÊTS DES THÉRAPEUTIQUES ACTIVES. Dr Marion DOUPLAT SAMU- Urgences Timone LA FIN DE VIE AUX URGENCES: LES LIMITATIONS ET ARRÊTS DES THÉRAPEUTIQUES ACTIVES Dr Marion DOUPLAT SAMU- Urgences Timone SOMMAIRE 1. La mort aux urgences 2. Les Limitations et Arrêts des Thérapeutiques

Plus en détail

Chapitre 15. La vie au camp

Chapitre 15. La vie au camp Chapitre 15. La vie au camp Chapitre 15. La vie au camp 227 1. Intensité de la vie du camp 230 2. Loin de la maison 230 A. Sentiment de sécurité 230 B. Les coups de cafard de l enfant 231 227 Un camp,

Plus en détail

Compte rendu de la conférence sur la prévention des conduites à risques chez l adolescent (05/12/2003)

Compte rendu de la conférence sur la prévention des conduites à risques chez l adolescent (05/12/2003) Compte rendu de la conférence sur la prévention des conduites à risques chez l adolescent (05/12/2003) INTERVENTION DE MARIE CHOQUET Le suicide est la 2 ième cause de mortalité des 16/25 ans. On compte

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

Comprendre la phobie sociale. Vous (ou l un de vos proches) souffrez de phobie sociale.

Comprendre la phobie sociale. Vous (ou l un de vos proches) souffrez de phobie sociale. Comprendre la phobie sociale Vous (ou l un de vos proches) souffrez de phobie sociale. La phobie sociale est une maladie psychologique de mieux en mieux connue des médecins et des chercheurs, et pour laquelle

Plus en détail

L ALIMENTATION ET LE SOMMEIL CHEZ L ENFANT. 1 L alimentation

L ALIMENTATION ET LE SOMMEIL CHEZ L ENFANT. 1 L alimentation 1 L ALIMENTATION ET LE SOMMEIL CHEZ L ENFANT Soit deux domaines à explorer qui ne sont pas questionnés sans raison car les difficultés alimentaires ou de sommeil chez les enfants constituent les motifs

Plus en détail

L anxiété chez les enfants et les adolescents: De l émotion normale à la pathologie

L anxiété chez les enfants et les adolescents: De l émotion normale à la pathologie L anxiété chez les enfants et les adolescents: De l émotion normale à la pathologie Caroline Berthiaume, Ph.D. Psychologue clinicienne Coordonnatrice clinique Introduction Domaine d étude relativement

Plus en détail

Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici».

Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici». 1. Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici». Près d un enfant sur cinq est victime de violence sexuelle, y compris d abus sexuels. Vous pouvez empêcher que cela arrive à votre enfant. Apprenez

Plus en détail

POURQUOI EST-CE SI DIFFICILE DE PERDRE UN BÉBÉ?

POURQUOI EST-CE SI DIFFICILE DE PERDRE UN BÉBÉ? POURQUOI EST-CE SI DIFFICILE DE PERDRE UN BÉBÉ? Ce n est pas juste un petit bébé qui a été perdu. C est une vie au complet qui ne sera pas vécue. Contrairement aux idées véhiculées dans la société, le

Plus en détail

Les troubles du comportement alimentaire.

Les troubles du comportement alimentaire. Les troubles du comportement alimentaire. Notions essentielles Dr Pascal Guingand, psychiatre Les troubles du comportement alimentaire Chez l adolescent, une manière de s alimenter anormale, une préoccupation

Plus en détail

DE LA COMMUNICATION A LA RELATION «CE QU ECOUTER VEUT DIRE?»

DE LA COMMUNICATION A LA RELATION «CE QU ECOUTER VEUT DIRE?» DE LA COMMUNICATION A LA RELATION «CE QU ECOUTER VEUT DIRE?» UVA FOREZ Nathalie Monge Rodriguez 1 PLAN DE L INTERVENTION I. Communiquer :quelques rappels théoriques. II. De la communication à la relation.

Plus en détail

Plate-forme pédagogique

Plate-forme pédagogique Plate-forme pédagogique Le programme éducatif «Accueillir la petite enfance» En tant que CPE, nous appliquons le programme éducatif du ministère «Accueillir la petite enfance». Ce programme a pour but

Plus en détail

Guide à l usage des enseignants pour accueillir les élèves et leurs parents à l'école maternelle

Guide à l usage des enseignants pour accueillir les élèves et leurs parents à l'école maternelle Guide à l usage des enseignants pour accueillir les élèves et leurs parents à l'école maternelle Bien accueillir les enfants et leurs parents est une des clefs essentielle, pour qu à l école maternelle,

Plus en détail

FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES

FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES Germain Duclos Psychoéducateur et orthopédagogue FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES Image tirée sur Google 3 Le décrochage scolaire pose le problème de la motivation scolaire chez plusieurs

Plus en détail

La souffrance totale des personnes en fin de vie.

La souffrance totale des personnes en fin de vie. LA SOUFFRANCE TOTALE DES PERSONNES EN FIN DE VIE. I) Concept de souffrance globale En Soins Palliatifs, on parle de souffrance totale, «total pain», c'est-à-dire qu il s agit d une approche globale de

Plus en détail

Atelier SPH Psychiatrie Infanto Juvénile sous Contraintes (II) Marc Bétrémieux Fabienne Roos Weil Bertrand Welniarz Marseille 2006

Atelier SPH Psychiatrie Infanto Juvénile sous Contraintes (II) Marc Bétrémieux Fabienne Roos Weil Bertrand Welniarz Marseille 2006 Atelier SPH Psychiatrie Infanto Juvénile sous Contraintes (II) Marc Bétrémieux Fabienne Roos Weil Bertrand Welniarz Marseille 2006 Psychiatrie Infanto Juvénile sous Contraintes (II) 1- dépistage individuel

Plus en détail

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 J ai le goût de partager avec vous mes expériences de vie qui en 2003 ont créé un précédent incontestable lors de la parution de mon livre : Changez votre

Plus en détail

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter Comment être heureux en Amour Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter A propos de l auteure Régine Coicou est coach en rencontre et relation amoureuse.

Plus en détail

Reprenez vos pouvoirs pour devenir Créateur de votre Vie

Reprenez vos pouvoirs pour devenir Créateur de votre Vie Reprenez vos pouvoirs pour devenir Créateur de votre Vie Reprendre vos pouvoirs, c est en fait reconnaître les capacités que votre divin Créateur vous a données à votre naissance. Tout être humain est

Plus en détail

Stratégie de gestion du stress :

Stratégie de gestion du stress : Le stress est une fonction normale de l être humain qui fait face à un danger. C est une réaction d alerte contre une menace psychologique. Une perturbation des habitudes, de l équilibre force l individu

Plus en détail

Préface de Germain Duclos

Préface de Germain Duclos je suis capable! i, Moi auss Marie-Francine Hébert Marie-Claude Favreau Préface de Germain Duclos Moi aussi je suis capable! Texte : Marie-Francine Hébert Illustrations : Marie-Claude Favreau Préface

Plus en détail

INFORMATIONS AUX PARENTS SUR LA TOXICOMANIE

INFORMATIONS AUX PARENTS SUR LA TOXICOMANIE INFORMATIONS AUX PARENTS SUR LA TOXICOMANIE Définition de la toxicomanie : Habitude de consommer un ou plusieurs produits psychoactifs, susceptibles d'entraîner une dépendance psychique et parfois physique.

Plus en détail

Renforcer votre engagement à changer

Renforcer votre engagement à changer RENFORCER VOTRE ENGAGEMENT À CHANGER PROGRÈS RÉALISÉS DEPUIS L ÉTAPE PRÉCÉDENTE Posez-vous les questions suivantes avant d aborder le deuxième sujet : 1. Est-ce que vous atteignez votre but de traitement?

Plus en détail

PRATIQUES LANGAGIERES EDUCATIVES EFFICIENTES DANS LE DIALOGUE ENTRE ADULTE ET ENFANT

PRATIQUES LANGAGIERES EDUCATIVES EFFICIENTES DANS LE DIALOGUE ENTRE ADULTE ET ENFANT PRATIQUES LANGAGIERES EDUCATIVES EFFICIENTES DANS LE DIALOGUE ENTRE ADULTE ET ENFANT L enfant a besoin d apprendre, et, en premier lieu, d apprendre à parler pour échanger et vivre en société. Ce sont

Plus en détail

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire :

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : une expérience vécue dont la personne est parfaitement consciente : Exemple : «J ai besoin de me divertir»; La notion de besoin peut décrire : 2. «une exigence née de

Plus en détail

Douleur, souffrance, démence et fin de vie

Douleur, souffrance, démence et fin de vie Douleur, souffrance, démence et fin de vie Qu est ce que la douleur? Différence entre douleur et souffrance La souffrance serait morale et la douleur physique La douleur serait locale et la souffrance

Plus en détail

Services d orientation pour adultes

Services d orientation pour adultes Services d orientation pour adultes Le c.o. pour adultes est le spécialiste de la relation entre l individu, le travail et la formation. Se réorienter Trouver un travail à sa mesure Faire le point sur

Plus en détail

Développement. l enfant

Développement. l enfant Développement de l enfant No : 1 Vinaigre ou miel : Dans ce livre, il plaide en faveur de méthodes actives et positives qui favorisent chez l enfant la confiance, l estime de soi et le sentiment de compétence.

Plus en détail

Pourquoi moi? Pleins feux sur les croyances entourant le cancer. Équipe d oncologie psychosociale et spirituelle du CHUQ

Pourquoi moi? Pleins feux sur les croyances entourant le cancer. Équipe d oncologie psychosociale et spirituelle du CHUQ Pourquoi moi? Équipe d oncologie psychosociale et spirituelle du CHUQ Pleins feux sur les croyances entourant le cancer Équipe d oncologie psychosociale et spirituelle du CHUQ 2 1 Vous venez d apprendre

Plus en détail

Indicateurs de perte d autonomie chez la personne âgée

Indicateurs de perte d autonomie chez la personne âgée Indicateurs de perte d autonomie chez la personne âgée L objectif est de repérer des personnes âgées à risque de perte d autonomie. Certains indices observables sont énumérés ici. Un seul critère n est

Plus en détail

Connaissance et pratiques du «jeu du foulard» et autres jeux d apnée ou d évanouissement chez les enfants âgés de 6 à 15 ans

Connaissance et pratiques du «jeu du foulard» et autres jeux d apnée ou d évanouissement chez les enfants âgés de 6 à 15 ans Connaissance et pratiques du «jeu du foulard» et autres jeux d apnée ou d évanouissement chez les enfants âgés de 6 à 15 ans Une étude Ipsos Public Affairs / A.P.E.A.S Janvier 01 Nobody s Unpredictable

Plus en détail

Atelier La gestion de l anxiété

Atelier La gestion de l anxiété Atelier La gestion de l anxiété Trucs et Astuces Annie Fratarcangeli, éducatrice spécialisée Mireille St-Pierre, parent Différence entre la peur et l anxiété La peur est une réaction normale face à un

Plus en détail

Préparé par : ERIC GIRARDOT, -diplômé en Haptonomie. -diplômé en Sensitive Gestalt Massage (R)

Préparé par : ERIC GIRARDOT, -diplômé en Haptonomie. -diplômé en Sensitive Gestalt Massage (R) L Accompagnement des personnes âgées et des personnes atteintes de la maladie d Alzheimer par différentes approches: - l haptonomie - le Sensitive Gestalt Massage)R( - la Réflexologie plantaire Préparé

Plus en détail

Stages : Ateliers pratiques

Stages : Ateliers pratiques Stages : Ateliers pratiques ***** Pour nous contacter ou pour vous inscrire : Tel : 06 68 65 20 20 ou mail : dforcari@gmail.com Stages Automne/Hiver 2015/2016 1 - Savoir se relaxer, s entraîner au lâcher-prise

Plus en détail

LE SOMMEIL ET LES TROUBLES DU SOMMEIL Conférence de 2005

LE SOMMEIL ET LES TROUBLES DU SOMMEIL Conférence de 2005 LE SOMMEIL ET LES TROUBLES DU SOMMEIL Conférence de 2005 LE SOMMEIL DE 3 A 6 MOIS Bébé va apprendre à dormir des nuits complètes de 8-9 heures. Il s endort en sommeil lent et diminue le pourcentage de

Plus en détail

Pour un dialogue réussi enseignant parent parent enseignant

Pour un dialogue réussi enseignant parent parent enseignant Pour un dialogue réussi enseignant parent parent enseignant le mot du médiateur de l éducation nationale Madame, monsieur, Parent, enseignant, vous aurez l occasion, au long de l année scolaire, de vous

Plus en détail

Les titres en couleurs servent à guider la lecture et ne doivent en aucun cas figurer sur la copie.

Les titres en couleurs servent à guider la lecture et ne doivent en aucun cas figurer sur la copie. Les titres en couleurs servent à guider la lecture et ne doivent en aucun cas figurer sur la copie. Introduction «Je n ai pas fait exprès», «je n avais pas toute ma tête», «ce n était pas moi» : autant

Plus en détail

CONTRAT D ACCUEIL. Parents Assistant(e)s Maternel(le)s. Proposé par les Relais Assistantes Maternelles du Haut-Rhin

CONTRAT D ACCUEIL. Parents Assistant(e)s Maternel(le)s. Proposé par les Relais Assistantes Maternelles du Haut-Rhin CONTRAT D ACCUEIL Parents Assistant(e)s Maternel(le)s Proposé par les Relais Assistantes Maternelles du Haut-Rhin Parents, assistant(e) maternel(le), L enfant est au cœur de vos préoccupations, la qualité

Plus en détail

POLITIQUE SUR LA SIESTE ET LE SOMMEIL CPE DU PIC

POLITIQUE SUR LA SIESTE ET LE SOMMEIL CPE DU PIC POLITIQUE SUR LA SIESTE ET LE SOMMEIL CPE DU PIC Adopté au conseil d administration du 5 février 2013 Le CPE du PIC s est dotée d une politique sur la sieste et le sommeil. Il nous semble important d être

Plus en détail

Aspects pratiques de la pédagogie Pikler

Aspects pratiques de la pédagogie Pikler Paola Biancardi Aspects pratiques de la pédagogie Pikler Le CVE de Grattapaille dans lequel je travaille comme directrice, se trouve dans les hauts de Lausanne et regroupe deux sites : la Nurserie Sous-Bois

Plus en détail

Se protéger Les droits des enfants

Se protéger Les droits des enfants séance 1 Se protéger Les droits des enfants Je découvre Fotolia Observe ces photos. Décris ce qui se passe sur chacune d elles. Est-ce que les activités de ces enfants te semblent normales? D après toi,

Plus en détail

Groupes de parole sur l argent (GPA) :

Groupes de parole sur l argent (GPA) : Jean Beaujouan jean.beaujouan@free.fr Tel : 01 42 23 18 58 Groupes de parole sur l argent (GPA) : les enseignements d une expérience 1. Présentation Définition : dans un groupe de parole sur l argent (GPA),

Plus en détail

Le stage choisi est celui d un club de jeunes cadres en formation «recherche d emploi».

Le stage choisi est celui d un club de jeunes cadres en formation «recherche d emploi». Témoignages d Anne-Laure Mausner, Sophrologue Thème : Préparation pour un entretien d embauche (Les prénoms ont été modifiés pour respecter l anonymat) Le stage choisi est celui d un club de jeunes cadres

Plus en détail

LA MALTRAITANCE ENVERS LES PERSONNES ÂGÉES À DOMICILE

LA MALTRAITANCE ENVERS LES PERSONNES ÂGÉES À DOMICILE Le 17 octobre 2007. LA MALTRAITANCE ENVERS LES PERSONNES ÂGÉES À DOMICILE Michel ROSENFELDT Emergence du phénomène en regard des évolutions sociétales Si aujourd hui, nos sociétés considèrent la vieillesse

Plus en détail

Sources: séminaire des professeurs L Oréal / www.foad-spirit.net/ images Google. Mlle Sousa Rolo Marlène

Sources: séminaire des professeurs L Oréal / www.foad-spirit.net/ images Google. Mlle Sousa Rolo Marlène Sources: séminaire des professeurs L Oréal / www.foad-spirit.net/ images Google Passif Portable Incompréhension Mettre en place des situations professionnelles Fixer des objectifs de départ et les atteindre

Plus en détail

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique?

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les sociétés savantes et organisations

Plus en détail

Le plus court chemin vers la Réussite... SOMMAIRE

Le plus court chemin vers la Réussite... SOMMAIRE Le plus court chemin vers la Réussite... SOMMAIRE! EN ROUTE POUR L AVENTURE Partie 1/2 3 - Réussir à atteindre vos buts est un voyage que vous devez préparer à l avance.! 4 - Est-ce que vous pensez que

Plus en détail

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du développement personnel, vous avez lancé votre activité il y a quelques semaines ou quelques mois et vous aimeriez la

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

La Régie des rentes du Québec

La Régie des rentes du Québec La Régie des rentes du Québec La Régie des rentes du Québec est chargée d appliquer la Loi sur le régime de rentes du Québec et la Loi sur les régimes complémentaires de retraite. De plus, elle administre

Plus en détail

Le guide. Don d organes. Donneur ou pas. Pourquoi et comment je le dis. à mes proches.

Le guide. Don d organes. Donneur ou pas. Pourquoi et comment je le dis. à mes proches. Don d organes. Donneur ou pas à mes proches. Le guide Pourquoi et comment je le dis Don d organes. Pourquoi est-ce si important d en parler? En matière de don et de greffe d organes, la loi française prévoit

Plus en détail

Accueillir un enfant épileptique : Un accueil plus particulier?

Accueillir un enfant épileptique : Un accueil plus particulier? Accueillir un enfant épileptique : Un accueil plus particulier? Extraits de l'article paru dans la revue Contraste - Enfance et Handicap n 38 (2013) de l'anecamsp, aux éditions Erès Parmi les enfants accueillis

Plus en détail

HARCÈLEMENT CRIMINEL. Poursuivre quelqu un, ce n est pas l aimer!

HARCÈLEMENT CRIMINEL. Poursuivre quelqu un, ce n est pas l aimer! HARCÈLEMENT CRIMINEL Poursuivre quelqu un, ce n est pas l aimer! Qu est-ce que c est? Le harcèlement criminel est un crime. Généralement, il s agit d une conduite répétée durant une période de temps qui

Plus en détail

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES Sous-Direction de l Action Sociale Le 30 janvier 2014 Département PREVENTION, PREPARATION A LA RETRAITE, ETUDES ET PROSPECTIVE MPP/NC G:\DAR\SDAS_DBVRP\3_Etudes_Prospectives\Etudes\Charge_Etude\TABLE RONDE

Plus en détail

Florence Delorme. Le Secret du Poids. Éditions Delorme

Florence Delorme. Le Secret du Poids. Éditions Delorme Florence Delorme Le Secret du Poids Éditions Delorme www.lesecretdupoids.com Florence Delorme, Éditions Delorme, Paris, 2012. "À toutes les filles, je vous dédie mon livre et ma méthode". 6 Introduction

Plus en détail

Organisation / Gestion du temps

Organisation / Gestion du temps Organisation / Gestion du temps Séquence 3 : La gestion des tâches dans le temps La transition entre le collège et le lycée pose de nombreuses questions. Au collège 1, le premier élément expliquant l échec

Plus en détail

des droits! Tous les enfants ont Convention des droits de l enfant Pour en savoir plus, rendez-vous sur www.unicef.fr

des droits! Tous les enfants ont Convention des droits de l enfant Pour en savoir plus, rendez-vous sur www.unicef.fr Tous les enfants ont des droits! Tous les enfants du monde ont les mêmes droits, quels que soient le pays où ils vivent, la couleur de leur peau, leur religion, leur sexe Le droit d avoir un nom, une famille,

Plus en détail

VIH et Vieillissement

VIH et Vieillissement LIVRET D INFORMATION VIH et Vieillissement en Haute-Normandie Bien vieillir avec le VIH 1 2 VIH/SIDA la prise en charge des personnes vivant avec le VIH en Haute-Normandie Plus de 15 000 patients vivant

Plus en détail

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR?

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? Source: DUMONT, Nicole. Femmes d aujourd hui, Vol. 1 No. 8., janvier 1996. On dit de certaines personnes qu elles n ont pas de tête ou qu elles n ont pas de

Plus en détail

Vous avez été victime de viol ou de tentative de viol

Vous avez été victime de viol ou de tentative de viol Vous avez été victime de viol ou de tentative de viol À donner à la victime Violences sexuelles Tout le monde peut être victime d une agression sexuelle n importe où. La violence sexuelle peut toucher

Plus en détail

PREMIÈRE PARTIE : MODULES TRANSDISCIPLINAIRES. Module 6 Douleurs, soins palliatifs, accompagnement

PREMIÈRE PARTIE : MODULES TRANSDISCIPLINAIRES. Module 6 Douleurs, soins palliatifs, accompagnement PREMIÈRE PARTIE : MODULES TRANSDISCIPLINAIRES Module 6 Douleurs, soins palliatifs, accompagnement Objectif 70 DEUIL NORMAL ET PATHOLOGIQUE Rédaction : Catherine EPELBAUM Relecture : Jean-Pierre VISIER

Plus en détail

L ENFANT EN DEUIL Conseils aux parents et à l entourage

L ENFANT EN DEUIL Conseils aux parents et à l entourage LES ACCOMPAGNEMENTS PROPOSÉS As trame propose différentes formes de soutien aux familles concernées par une situation de deuil. Pour les enfants et les adolescents : suivis en groupe, en individuel, en

Plus en détail

Tiré à Part du BDP volume 7 n 1

Tiré à Part du BDP volume 7 n 1 Tiré à Part du BDP volume 7 n 1 LE ROLE DE L INFIRMIERE DE DIALYSE PERITONEALE DANS L EDUCATION DU PATIENT Ghislaine VENIEZ Infirmière - Unité de Dialyse Péritonéale C.H. René Dubos - 95300 Pontoise 1997

Plus en détail

Vers 2 ans et 6 moins

Vers 2 ans et 6 moins Le développement de l enfant Quelques repères De la naissance à 18 mois : - réagit aux bruits à la naissance - comprend des petites phrases vers 8 mois - - gazouille vers 3 mois - rit aux éclats vers 4

Plus en détail

LE SOUTIEN PSYCHOLOGIQUE

LE SOUTIEN PSYCHOLOGIQUE LE SOUTIEN PSYCHOLOGIQUE Comment faire appel à un psychologue? Demande du patient Orientation par un professionnel A quel moment de la prise en charge peut-on le solliciter? A tout moment de la maladie

Plus en détail

QUATRE ÉLÉMENTS À NE PAS SOUS-ESTIMER DANS LE CONTEXTE D UNE TRANSMISSION D ENTREPRISE

QUATRE ÉLÉMENTS À NE PAS SOUS-ESTIMER DANS LE CONTEXTE D UNE TRANSMISSION D ENTREPRISE QUATRE ÉLÉMENTS À NE PAS SOUS-ESTIMER DANS LE CONTEXTE D UNE TRANSMISSION D ENTREPRISE Table des matières 1. Introduction... 1 2. Développement... 2 2.1. Droit successoral, réserve des héritiers... 2 2.2.

Plus en détail

CARTE DE L ETHIQUE DE SPINOZA. Ethique, partie I (de Deo) La nature des choses

CARTE DE L ETHIQUE DE SPINOZA. Ethique, partie I (de Deo) La nature des choses CARTE DE L ETHIQUE DE SPINOZA Ethique, partie I (de Deo) La nature des choses Elucidation des lois générales qui déterminent globalement la nature des choses en tant que celle-ci est soumise au principe

Plus en détail

Les relations parents-enfants au quotidien

Les relations parents-enfants au quotidien Délégation interministérielle à la Famille Les relations parents-enfants au quotidien 7 janvier 2007 Ipsos / DIF Contacts : Etienne MERCIER : 01 41 98 92 79 Christelle CRAPLET : 01 41 98 94 32 etienne.mercier@ipsos.com

Plus en détail

COURT MÉMOIRE D ORDRE FISCAL

COURT MÉMOIRE D ORDRE FISCAL COURT MÉMOIRE D ORDRE FISCAL Table des matières Mot de l auteur... 2 Crédit d'impôt pour déficience grave et prolongée des fonctions physiques ou mentales... 2 Crédit d'impôt pour personnes handicapées

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES PREMIÈRE PARTIE AMÉLIORER...13

TABLE DES MATIÈRES PREMIÈRE PARTIE AMÉLIORER...13 TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS...9 PREMIÈRE PARTIE AMÉLIORER...13 Comment accroître la motivation de mon enfant à l école?...15 Comment favoriser l autonomie et le sens des responsabilités chez mon enfant?...29

Plus en détail

La Charte Alzheimer, éthique et société 2011

La Charte Alzheimer, éthique et société 2011 Conseil général CIDPA CLIC départemental Centre d Information Départemental Personnes Agées 38 avenue Bollée - 72000 LE MANS 02.43.81.40.40 - Fax : 02.43.76.17.54 cidpa@cg72.fr - Site internet : www.cidpaclic.sarthe.org

Plus en détail

Le Baptême des petits enfants en 25 questions

Le Baptême des petits enfants en 25 questions Le Baptême des petits enfants en 25 questions 1. Les parents doivent-ils être baptisés pour demander le baptême de leur Non, puisque c est la personne qui va recevoir le baptême qui est concernée. Tous

Plus en détail

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens.

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation Yann FORNER RÉSULTATS Nom: Sexe: 15/04/2010 Féminin Âge: 17 Étalonnage: Lycéens Introduction Le Questionnaire de Motivation en situation de Formation

Plus en détail