Comment l enfant pense à la mort

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Comment l enfant pense à la mort"

Transcription

1 Chapitre 1 Comment l enfant pense à la mort 1. Les situations dans lesquelles un enfant peut être confronté à la mort 2. Le concept de la mort chez l enfant 3. La mort dans le fonctionnement psychique de l enfant et de l adolescent 4. En conclusion

2 10 Parents : comment parler de la mort avec votre enfant? 1. Les situations dans lesquelles un enfant peut être confronté à la mort Tous les enfants et les adolescents se confrontent à la mort, à sa réalité autant qu aux questions qu elle lève. Elle est pour eux un élément de la réalité, en particulier par l absence qu elle provoque, mais aussi une question, en raison de l inconnu qu elle représente et du «pourquoi?» qu elle suscite. Cette confrontation, qu elle ait lieu dans la réalité ou dans le questionnement seul, fait partie de leurs processus de maturation. Il est important que les parents, mais aussi tous ceux qui sont en relation avec les enfants, connaissent suffisamment ces questionnements, diversifiés, riches et complexes, pour rester des interlocuteurs de confiance, dans les nombreuses situations et aux différents moments où ils s expriment, et pour les aider à réfléchir et à traverser des moments parfois difficiles. Cet accompagnement contribue à éviter les séquelles psychologiques possibles. Celles-ci peuvent se montrer parfois tardivement chez ces enfants devenus adolescents ou adultes, voire à la génération suivante, chez leurs propres enfants. Pendant longtemps la mort a été, avec la sexualité, ce dont les adultes ne parlaient pas aux enfants. Ce l est beaucoup moins actuellement. L expérience acquise depuis un siècle par les psychanalystes d enfants, et particulièrement depuis plus de cinquante ans par ceux d entre eux qui travaillent dans les services de pédiatrie et auprès d enfants atteints de maladies graves a montré comment les enfants pouvaient penser et se confronter à la mort. Mais aujourd hui, pour de nombreux enfants, la mort n est plus en relation seulement avec la vieillesse, l accident ou la maladie. Un nombre croissant d entre eux est ou a été confronté à des famines, des catastrophes naturelles, des guerres civiles ou des génocides, directement ou au travers des traumatismes psychiques que ces situations ont laissés chez leurs parents ou leurs grands-parents. Le questionnement sur la mort est alors pour eux souvent lié à la difficulté à connaître leur histoire familiale, s y repérer, l assumer. La société dans laquelle vit l enfant L enfant est inévitablement influencé par les conditions de vie et les façons de penser de sa famille mais aussi de la société dans laquelle il vit. Ainsi, par exemple, le taux de mortalité infantile et l espérance de vie, le niveau atteint par le système de soins et la protection sociale, les attentes que les citoyens ont envers la médecine et la société ont des conséquences sur l idée que les adultes comme les enfants se font de la mort : elle peut être une fatalité qui a toujours existé et existera toujours, ou un scandale inadmissible qui pourrait être, le plus souvent, évité. De même les croyances religieuses et traditionnelles, les lois et les attitudes concernant la prévention

3 Comment l enfant pense à la mort 11 des risques ou des violences, les lois sur la peine de mort ou sur l euthanasie, etc., témoignent des positions d une société sur la valeur de la vie, et elles ont ainsi des conséquences sur la façon qu ont les individus de penser la mort. Les enfants y sont attentifs et en subissent les influences. La mort, aujourd hui, dans la vie des sociétés occidentales, occupe une place restreinte, à la différence des sociétés traditionnelles dans lesquelles existaient de grandes cérémonies, des pratiques rituelles fréquentes et connues de tous, le culte des morts, l initiation des adolescents. Les enfants pouvaient ainsi, collectivement, en apprivoiser la peur et recevoir la transmission, de la part de leurs aînés, du savoir commun sur elle. Les familles, dans nos sociétés, sont dispersées, vivant souvent loin de leur lieu d origine, et la mort a souvent lieu à l hôpital ou dans une maison de retraite. La conséquence en est que de nombreux enfants sont peu confrontés aux fins de vie de leurs proches. En même temps, et de façon en apparence contradictoire, la mort apparaît presque en permanence dans leur environnement. Ils reçoivent, comme leurs parents, des informations venues du monde entier qui montrent guerres, terrorisme, épidémies, catastrophes, etc. Ils entendent parler régulièrement de risques sanitaires (sida, toxicomanies, épidémies diverses). Les attentats terroristes de masse n ont plus lieu seulement «ailleurs», la mort violente n est plus un «spectacle» lointain. Certains sont attirés par des éléments culturels dans lesquels la fascination de la mort est présente, (punk, «gothique» et satanique, films et jeux «gore» et violents), par des manifestations de violence, des sports extrêmes, des conduites de risque, l usage de toxiques. Pour développer sa réflexion sur ces questions en rapport à la mort, l enfant est certes influencé par les événements qui scandent sa vie et par son environnement culturel et religieux, mais aussi par l attitude de ses parents sur la mort et sur les morts ainsi que par leur discours sur elle. Les situations dans lesquelles un enfant peut être confronté à la mort Tous les enfants passent, à un moment ou à un autre de leur développement, par le même type de questionnement sur la mort. Celui-ci fait partie de leur processus de maturation. Le décès d un proche (survenu récemment ou qui pourrait advenir dans un avenir proche) ou d un animal de compagnie, parfois un livre ou un film, suscitent des questions et des réactions qui n attendaient, bien souvent, que cette occasion pour s exprimer. Il en est de même du comportement de ses parents ou de ses grands-parents qui le trouble et l intrigue quand ils le protègent trop, sont

4 12 Parents : comment parler de la mort avec votre enfant? souvent tristes ou pessimistes, montrent une émotion sans cause évidente à certaines dates, sont obsédés et fascinés par la mort, ou n osent pas parler de certaines personnes de la famille, mortes depuis longtemps, ou de certaines périodes de l histoire familiale, etc. Son intuition rattache, plus ou moins clairement, ces attitudes à un deuil non dépassé. Ces situations incitent l enfant à s interroger sur le sens et la valeur de la vie, celle des autres autant que la sienne, sur sa famille, sur ses repères identitaires, sur sa place dans le désir de ses parents, sur la société dans laquelle il vit, sur ce qui fait lien entre tous les humains et qui les différencie des animaux et des végétaux, etc. Il faut tenir compte des spécificités de chaque situation, faute de quoi le dialogue avec l enfant serait si général qu il ne répondrait qu en partie à ses préoccupations véritables, mais ne pas s y limiter pour que la réflexion de l enfant, bien plus vaste, ne se rattache pas qu à elles. Les parents ou les grands-parents peuvent aussi transmettre à l enfant, souvent à leur insu, leurs propres façons de penser à la mort ou de réagir par rapport à elle : dans leurs paroles, qui ne sont pas forcément adressées à lui (discussions avec des amis, commentaires d un film, réactions aux informations télévisées, etc.), ou dans leurs réactions à la mort de quelqu un qui compte pour eux. L enfant est en général attentif à ces signes, qui peuvent autant le faire hésiter à en discuter avec eux (il ne veut pas augmenter leur trouble, ne sait dans quoi il s engage) que l inciter à le faire. Parfois, c est l originalité de son prénom, que ses parents ont choisi pour perpétuer la mémoire d un mort, qui le pousse à poser (et se poser) des questions. Il peut aussi interroger ses parents quand il ne comprend pas leur attitude envers lui, quand ils dénigrent ses qualités ou l admirent excessivement, par exemple : il a alors l impression qu ils voient en lui quelqu un d autre que lui, et qui est, souvent, celui dont ils n arrivent pas à faire le deuil (un oncle, par exemple, ou un frère mort avant sa naissance). Parfois même, il perçoit de leur part comme un reproche (bien inconscient) d être vivant, comme s il avait pris la place d un autre, décédé, idéalisé. Mais des mécanismes de résilience* peuvent faire barrage à ces mécanismes de transmission d une génération à l autre d un traumatisme psychique ou d un deuil resté figé, aussi fort qu au premier jour. Pour aider l enfant à développer sa nécessaire réflexion sur la mort, il importe ainsi de tenir compte des éléments suivants : des circonstances qui provoquent la discussion, des questions de tout enfant sur la mort, de son degré de maturité, de son désir de poursuivre la discussion et le questionnement. Je présente donc d abord les questions et les réflexions habituelles de tout enfant sur la mort.

5 Comment l enfant pense à la mort Le concept de la mort chez l enfant La mort, et plus précisément sa propre mort (pas le fait de mourir mais celui d être mort) est pour tout humain, enfant ou adulte, impensable, irreprésentable, inimaginable. Mais c est justement parce qu elle est impensable qu elle occupe une place si importante dans le fonctionnement psychique de chacun, et qu il faut s en approcher, l apprivoiser, pour qu elle ne reste pas un inconnu effrayant ou qu elle ne suscite pas des images perturbantes. Il existe, dans la littérature psychologique et psychanalytique, différentes descriptions de ces conceptions. Ainsi, certains considèrent que l enfant passe par de grandes étapes de développement dans lesquelles les aspects cognitifs (intellectuels) et affectifs vont de pair. Le rythme de ce développement peut varier d un enfant à l autre mais il est supposé néanmoins suivre un ordre rigoureux. Dans cette conception d un développement global, il est affirmé que le bébé avant six mois ne peut avoir une idée de la mort car il lui manque le sentiment de la permanence et de l identité spécifique des objets et des personnes qui l entourent. La mort est pour lui la perte d une personne familière, la séparation d avec elle, et c est à elles qu il réagit. Jusqu à deux ans, l enfant acquiert une meilleure perception de l absence. Jusqu à sept ans, c est la pensée magique qui prédomine en lui : comme s il lui suffisait d imaginer, de penser à quelque chose pour que ça se réalise, de vouloir pour l obtenir. Le caractère universel et irréversible de la mort lui échappe : elle lui apparaît plus comme un équivalent du sommeil. Plus tard, l enfant a tendance à identifier la mort à un personnage méchant et maléfique, et à l interpréter comme une punition. À partir de neuf dix ans, sa conception apparaît proche de celle des adultes : en particulier il en reconnaît le caractère universel et irréversible. À partir de douze ans il commence à avoir plus conscience, avec angoisse, de sa réalité et de sa complexité ainsi que de sa propre mortalité. Certains ont conclu de cette conception que les enfants n étaient pas vraiment concernés par l idée de leur mort possible et qu il n était donc ni nécessaire ni souhaitable d en discuter avec eux. Cette idée est aujourd hui très largement récusée. Pour d autres théoriciens, de telles étapes de développement existent bien mais elles ne sont pas homogènes et chacun des différents thèmes partiels qui constituent la conception de la mort évolue pour son propre compte et à son propre rythme. Cette conception «développementale hétérogène» distingue cinq principaux thèmes concernant la mort : l arrêt des fonctions vitales que l enfant attribue à tout vivant (manger, respirer, bouger, parler, etc.) ; l irréversibilité (la mort est défi-

6 14 Parents : comment parler de la mort avec votre enfant? nitive) ; l universalité (nul n y échappe) ; la causalité (la mort a une cause : un acte violent ou un accident, pour les enfants de 5-6 ans ; des causes naturelles, comme la maladie, ou surnaturelles quelques années plus tard comme, par exemple, l effet d une justice immanente) ; sa propre mortalité (lui aussi est mortel). D autres théoriciens et cliniciens ne sont pas d accord avec cette notion d étapes et considèrent que c est la façon dont l enfant perçoit la place de ses parents dans sa vie et sa propre place dans sa famille qui est au cœur de sa conception de la mort. L enfant découvre que ses parents sont à l origine de sa vie, et en conséquence il se demande s ils n auraient pas aussi le désir de la lui retirer ; il les considère pendant longtemps tout-puissants, et attend donc tout d eux, bien au-delà du raisonnable et du réaliste, par exemple qu ils le protègent de tout danger, de toute maladie, de la mort. À l adolescence il a besoin de trouver son autonomie, quitte à imaginer la mort de ses parents pour pouvoir trouver sa libre place dans le monde ; il fait ainsi la découverte bouleversante de leur nature mortelle et donc de sa propre mortalité. Après la crise de l adolescence, dans laquelle ce questionnement sur la mort et les relations complexes et parfois tumultueuses à ses parents qui en découlent, occupent une place importante, il accepte cette nature mortelle d eux et de lui, et assume son statut d adulte. Il accepte dans le même mouvement la possibilité de devenir lui aussi parent et de transmettre la vie, ainsi que le vieillissement et la mort à venir, plus tard, de ses parents. Les psychanalystes qui défendent cette conception disent que le complexe d Œdipe (la relation entre l enfant, son père et sa mère, dans leur réalité mais aussi dans la place qu ils occupent dans sa vie et celle que lui occupe dans la leur) y reste central. 3. La mort dans le fonctionnement psychique de l enfant et de l adolescent Le trouble que produit chez l enfant la préoccupation de la mort peut se repérer principalement dans trois thèmes de pensées, qui peuvent être aussi pour lui trois difficultés à penser. Ainsi, il peut donner l impression de buter sur une question qu il n arrive pas à formuler, à dépasser (il tourne en rond) : la mort apparaît comme ce qu il est impossible de penser, d imaginer. Cette impossibilité qui l affole peut provoquer aussi des pensées ou des comportements dispersés, qui vont dans tous les sens parce qu ils ne peuvent se centrer sur la mort. Pour mettre un terme à cette dispersion épuisante, il peut, de façon excessive, se forcer à ne penser qu à une seule chose ; le prix qu il paie alors pour cet apaisement est un appauvrissement de sa curiosité intellectuelle et de sa liberté de penser. Il peut aussi montrer des signes de sentiment d insécurité (il ne veut pas que ses parents partent, n ose pas se séparer d eux) : il a peut-être peur que eux ou lui meurent pendant cette sépara-

7 Comment l enfant pense à la mort 15 tion. La mort, pour lui, est la séparation majeure, et la séparation est une image, ou une cause, de la mort. Tous ces signes ne sont pas forcément en rapport exclusif à la question de la mort, mais ils y sont liés d une façon ou d une autre. C est pourquoi l enfant que ses parents auront aidé à penser des questions difficiles et nouvelles, à apprivoiser l inconnu, sera mieux préparé à se confronter à la mort, comme réalité et comme question. Il le sera de même quand il sera confronté à des situations particulièrement inhabituelles et difficiles pour lui à comprendre et à accepter (la mort en est le modèle majeur), quelles qu elles soient. En effet, il pourra alors s appuyer sur l expérience positive qu il aura eue de la résolution, avec l aide de ses parents, de sa confrontation à la question de la mort. Si ce n a pas été le cas, ses peurs et son désarroi devant la situation actuelle pourraient s augmenter de ceux du passé, réveillés. L expérience de la perte La mort évoque aussi, pour l enfant, l expérience de la perte : la mort d un parent, par exemple, serait pour lui la perte majeure de tout ce qu il aime, de tout ce qui lui donne son sentiment de sécurité. Mais dans son développement, il est déjà passé par de nombreuses expériences de perte : celle de jouets cassés ou perdus, ou d amis perdus de vue, par exemple. Mais il a fait aussi l expérience d une succession d autres pertes vécues quand il était bébé : sa relation fusionnelle avec sa mère (mais en contrepartie il découvre son autonomie relative et l identité unique des autres, et d abord de ses deux parents) ; ensuite l expérience du sevrage (mais qui lui fait découvrir la diversité des aliments et des saveurs) ; celle de la maîtrise sphinctérienne (qui lui permet d abandonner les couches, mais aussi, étant «propre», d aller plus tard en colonie de vacances ou de dormir chez des amis, etc.) ; l acquisition de la parole lui fait certes perdre la complicité intime avec ses parents (qui le comprenaient sans qu il ait besoin de parler), mais elle lui procure fierté et d innombrables avantages ; à l adolescence, il perd beaucoup des éléments de l enfance, auxquels il tenait, et en particulier l image rassurante de la toute puissance de ses parents qui devaient le protéger de tout (désormais, il reconnaît leurs défauts et leurs limites) et de leur immortalité : ils sont mortels, et lui aussi. S il est aidé suffisamment pendant toutes ces étapes, il peut trouver le juste équilibre entre la tristesse, le désarroi ou la révolte qui découlent de ces pertes, et la fierté du progrès que cette évolution représente et des avantages qu elle procure, au présent et pour la suite de son développement et de sa vie.

8 16 Parents : comment parler de la mort avec votre enfant? La relation à la mort La relation à la mort existe aussi dans les pulsions agressives et «sadiques» présentes chez tous les enfants (envers les petits animaux, par exemple, ce qui ne veut pas dire que l enfant est sadique et pervers, bien sûr, ou qu il le deviendra!) ainsi que dans les «vœux de mort»* si fréquents (quand l enfant dit «je ne veux plus te voir» ou «tu n es plus ma maman», ou à un copain «t es mort», etc., c en est une forme atténuée). Il faut aider l enfant à en faire bon usage : ne pas exagérer, prendre conscience que pour certains ce ne sont pas des simples paroles, qu elles peuvent blesser l autre ; mais aussi reconnaître qu elles sont utiles dans les compétitions, intellectuelles ou sportives, dans la volonté de réussir, dans l affi rmation de sa personnalité, etc. Ainsi, l enfant pourra percevoir et apprivoiser la présence de la mort dans ses pensées et dans l expérience de sa vie et de ses relations aux autres. C est aussi par la pensée de la mort de l autre qu il s approche de celle de sa propre mort. Quand la mort occupe une place excessive Freud a décrit la présence de la mort dans le fonctionnement psychique de l enfant ou de l adulte («la pulsion de mort») comme une force de déliaison (qui dissout l unité de tout ce qui était lié, de ce qui tenait ensemble), de dispersion. Et dans la réalité, la mort apparaît souvent comme ce qui disperse les relations mais aussi l unité du corps ; aussi comme une force qui n admet aucune limite. Il l a opposée aux pulsions de vie (Eros) qu il a définies comme des forces de liaison. La présence excessive de la mort dans la pensée de l enfant (consciente ou inconsciente, c est-àdire sans qu il s en rende compte) peut expliquer certains comportements de l enfant, quand il est particulièrement dispersé ou, au contraire, trop contrôlé, ayant besoin que tout soit à sa place, dans un ordre impeccable, que rien ne bouge. C est ainsi qu il essaie, inconsciemment, de lutter contre elle. Au cours du développement de l enfant Le bébé perçoit, dans la disparition et l absence, et d abord celles de sa mère, ce qui, plus tard, lui évoquera la mort. Par le jeu (jeter et récupérer un objet) et la vocalisation qui l accompagne, le bébé essaie de s inscrire dans une alternance entre présence et absence, pour ne pas seulement subir le sentiment terrible d un abandon définitif, pour rythmer activement le temps, pour ne pas rester dans une position passive d attente. Cet effort l aide aussi à prendre conscience de l utilité du langage, non seulement pour appeler sa mère mais aussi pour apaiser son angoisse. Quand l absence de la mère se prolonge au delà de ce qu il peut supporter, quand celle-ci n est pas remplacée par des substituts suffisants et acceptés par lui, les conséquences, diverses, peuvent être graves pour le bébé.

9 Comment l enfant pense à la mort 17 À partir de cinq-six ans, l enfant acquiert, progressivement et difficilement, les notions d irréversibilité, d universalité, d irrévocabilité : la mort n est pas un accident qu il serait possible de toujours prévenir ou empêcher, et pas non plus toujours la conséquence d un meurtre. L enfant cherche à lui donner un sens, une explication (une punition, l effet de vœux de mort), une justification («pour laisser la place aux autres»), l attribue à la vieillesse (qui est un temps si lointain qu il pense ne jamais l atteindre, et donc son angoisse est limitée). Mais les conceptions de l enfant subsistent toute sa vie en l adulte, et elles peuvent être reconnues quand l adulte dialogue en pensée avec les morts, ou a l impression de voir dans la rue une personne disparue et a du plaisir à garder un peu cette illusion de fausse reconnaissance, etc. Ces conceptions se retrouvent aussi dans des croyances, les fantasmes, les superstitions, mais aussi dans les vocations médicales (vouloir combattre la mort) ou artistiques (représenter l irreprésentable, faire intensément exister l image, de ce qui n est pas ou plus là, par exemple). Elles s expriment aussi dans l attrait pour certaines œuvres (livres de fantômes ou livres policiers), dans les sports dangereux (qui peuvent apparaître comme un jeu avec la mort, comme pour la défier ou s en approcher, par curiosité, au plus près), les comportements violents ou d autodestruction (comme si la personne se sentait obligée de reprendre à son compte la violence insupportable de la mort pour ne pas lui laisser ce «privilège»). Elles se retrouvent dans certains troubles psychopathologiques, comme la névrose obsessionnelle (les manies), les dépressions graves, certains délires, les pathologies dites addictives comme les toxicomanies ou les anorexies-boulimies, etc. 4. En conclusion Les enfants sont souvent poussés à se poser des questions sur la mort, soit à partir d un événement survenu dans la réalité (mort d un proche ou d un animal familier) soit à partir d une autre incitation (films, livres, informations télé, photos de famille, etc.) Mais dans tous les cas, le questionnement sur la mort fait partie du développement de tout enfant et il l accompagne tout au long. Les questions ne sont pas posées de la même façon par le petit enfant et par l adolescent ou par l adulte, et il faut en tenir compte, mais il existe néanmoins de nombreux points communs entre elles. Les questions centrales portent sur les modalités du mourir (ça fait mal?), ce que pense celui qui meurt (a-t-il peur, regrette-t-il sa vie, en veut-il aux vivants), sur ce qu il devient dans leur vie (est-il oublié, etc.?). La mort représente la solitude, le temps qui ne passe plus, l impossibilité de faire ce qu on faisait avant, le fait de ne plus être avec les autres, etc. Ce questionnement ne témoigne pas a priori de curiosité morbide ni de tendances dépressives. Les parents sont les interlocuteurs privilégiés, mais pas les seuls, de ses questions. L enfant n attend pas d eux qu ils

10 18 Parents : comment parler de la mort avec votre enfant? aient réponse à tout (et d ailleurs il n y a pas de vérité sur la mort), mais qu ils lui donnent quelques repères, qu ils ne le laissent pas seul avec ce questionnement, qu ils lui donnent leur point de vue, en fonction de leur expérience de la vie, de leur histoire familiale, de leur références culturelles et éventuellement religieuses.

Comment discuter de la mort

Comment discuter de la mort Chapitre 3 Comment discuter de la mort 1. Le questionnement de l enfant 2. Jusqu où aller dans la discussion? 3. La transmission par les parents de leur savoir et de leur expérience 4. Les questions majeures

Plus en détail

TABLE RONDE DU 21/11/2001

TABLE RONDE DU 21/11/2001 TABLE RONDE DU 21/11/2001 Devenir parents est une aventure qui se construit au quotidien avec ses enfants. Dans notre société, les modifications récentes de la structure familiale comme les familles monoparentales

Plus en détail

L'acquisition de la propreté

L'acquisition de la propreté L'acquisition de la propreté La maîtrise des sphincters ou apprentissage de la propreté chez l enfant C est une étape majeure du développement corporel et social des jeunes enfants. Cette acquisition au

Plus en détail

LE PREMIER ENFANT : VECU ET RESSENTI DE LA MERE DE LA GROSSESSE AUX 4 PREMIERS MOIS DE SON NOURRISSON

LE PREMIER ENFANT : VECU ET RESSENTI DE LA MERE DE LA GROSSESSE AUX 4 PREMIERS MOIS DE SON NOURRISSON LE PREMIER ENFANT : VECU ET RESSENTI DE LA MERE DE LA GROSSESSE AUX 4 PREMIERS MOIS DE SON NOURRISSON Enquête qualitative par entretiens semi-structurés auprès de 8 femmes primipares F DUMEL, S BILLOT-HADANA

Plus en détail

Les enfants malentendants ont besoin d aide très tôt

Les enfants malentendants ont besoin d aide très tôt 13 CHAPITRE 2 Les enfants malentendants ont besoin d aide très tôt Pendant les premières années de leur vie, tous les enfants, y compris les enfants malentendants, apprennent rapidement et facilement les

Plus en détail

PETIT GUIDE DU BÉNÉVOLE AUPRÈS DES PERSONNES AGÉES

PETIT GUIDE DU BÉNÉVOLE AUPRÈS DES PERSONNES AGÉES PETIT GUIDE DU BÉNÉVOLE AUPRÈS DES PERSONNES AGÉES Réseau de bénévoles auprès des personnes âgées à domicile ou en établissements, à Rumilly L être humain a des besoins physiques (manger, boire, respirer,

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques...

Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques... Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques... Je suis Karine Nivelais je vis en couple, nous avons 40 et 45 ans, et 4 enfants qui ont 14, 12, 11 ans et 6 ans. Pour notre troisième

Plus en détail

CONFERENCE DE MONSIEUR BAK (PSYCHOLOGUE GEMELLOLOGUE)

CONFERENCE DE MONSIEUR BAK (PSYCHOLOGUE GEMELLOLOGUE) CONFERENCE DE MONSIEUR BAK (PSYCHOLOGUE GEMELLOLOGUE) DONNEE A LYON LE 9 MAI 2004 A L OCCASION DE L AG DE LA FEDERATION L INFLUENCE DES JUMEAUX SUR LA FAMILLE ET LA FRATRIE PENDANT LA GROSSESSE Deux grands

Plus en détail

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Fiche pédagogique Le thème du 49 e épisode dirige l attention sur une question fondamentale lorsqu il s agit de développer la pensée des enfants,

Plus en détail

L'expérience du cancer vécue par un enfant, ses parents, ses soignants. Daniel OPPENHEIM Département de Pédiatrie et Unité de Psycho-Oncologie

L'expérience du cancer vécue par un enfant, ses parents, ses soignants. Daniel OPPENHEIM Département de Pédiatrie et Unité de Psycho-Oncologie L'expérience du cancer vécue par un enfant, ses parents, ses soignants Daniel OPPENHEIM Département de Pédiatrie et Unité de Psycho-Oncologie 1. L expérience du cancer est toujours bouleversante. Malgré

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du développement personnel, vous avez lancé votre activité il y a quelques semaines ou quelques mois et vous aimeriez la

Plus en détail

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie.

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Sarah CAILLOT, Psychologue Réseau Breizh IMC- Pôle MPR St-Hélier (Rennes)- Journée Inter-régionale

Plus en détail

L impact psychologique du cancer du sein. RENY Justine, psychologue clinicienne

L impact psychologique du cancer du sein. RENY Justine, psychologue clinicienne L impact psychologique du cancer du sein RENY Justine, psychologue clinicienne Groupe de parole : hôpital de Dreux Groupe ouvert à tous les patients en cours de traitement et/ou en rémission Un mardi par

Plus en détail

Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici».

Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici». 1. Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici». Près d un enfant sur cinq est victime de violence sexuelle, y compris d abus sexuels. Vous pouvez empêcher que cela arrive à votre enfant. Apprenez

Plus en détail

POURQUOI EST-CE SI DIFFICILE DE PERDRE UN BÉBÉ?

POURQUOI EST-CE SI DIFFICILE DE PERDRE UN BÉBÉ? POURQUOI EST-CE SI DIFFICILE DE PERDRE UN BÉBÉ? Ce n est pas juste un petit bébé qui a été perdu. C est une vie au complet qui ne sera pas vécue. Contrairement aux idées véhiculées dans la société, le

Plus en détail

Poser des limites à l enfant. Sanction : comment avoir une attitude éducative constructive et cohérente avec l enfant?

Poser des limites à l enfant. Sanction : comment avoir une attitude éducative constructive et cohérente avec l enfant? «Poser des limites à l enfant. Sanction : comment avoir une attitude éducative constructive et cohérente avec l enfant?» Intervention de Madame Mireille Colin, formatrice et psychopraticienne. Pourquoi

Plus en détail

LA FIN DE VIE AUX URGENCES: LES LIMITATIONS ET ARRÊTS DES THÉRAPEUTIQUES ACTIVES. Dr Marion DOUPLAT SAMU- Urgences Timone

LA FIN DE VIE AUX URGENCES: LES LIMITATIONS ET ARRÊTS DES THÉRAPEUTIQUES ACTIVES. Dr Marion DOUPLAT SAMU- Urgences Timone LA FIN DE VIE AUX URGENCES: LES LIMITATIONS ET ARRÊTS DES THÉRAPEUTIQUES ACTIVES Dr Marion DOUPLAT SAMU- Urgences Timone SOMMAIRE 1. La mort aux urgences 2. Les Limitations et Arrêts des Thérapeutiques

Plus en détail

Chapitre 15. La vie au camp

Chapitre 15. La vie au camp Chapitre 15. La vie au camp Chapitre 15. La vie au camp 227 1. Intensité de la vie du camp 230 2. Loin de la maison 230 A. Sentiment de sécurité 230 B. Les coups de cafard de l enfant 231 227 Un camp,

Plus en détail

COURT MÉMOIRE D ORDRE FISCAL

COURT MÉMOIRE D ORDRE FISCAL COURT MÉMOIRE D ORDRE FISCAL Table des matières Mot de l auteur... 2 Crédit d'impôt pour déficience grave et prolongée des fonctions physiques ou mentales... 2 Crédit d'impôt pour personnes handicapées

Plus en détail

INFORMATIONS AUX PARENTS SUR LA TOXICOMANIE

INFORMATIONS AUX PARENTS SUR LA TOXICOMANIE INFORMATIONS AUX PARENTS SUR LA TOXICOMANIE Définition de la toxicomanie : Habitude de consommer un ou plusieurs produits psychoactifs, susceptibles d'entraîner une dépendance psychique et parfois physique.

Plus en détail

Préface de Germain Duclos

Préface de Germain Duclos je suis capable! i, Moi auss Marie-Francine Hébert Marie-Claude Favreau Préface de Germain Duclos Moi aussi je suis capable! Texte : Marie-Francine Hébert Illustrations : Marie-Claude Favreau Préface

Plus en détail

FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES

FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES Germain Duclos Psychoéducateur et orthopédagogue FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES Image tirée sur Google 3 Le décrochage scolaire pose le problème de la motivation scolaire chez plusieurs

Plus en détail

Comment engager une personne durablement dans une activité physique

Comment engager une personne durablement dans une activité physique Comment engager une personne durablement dans une activité physique Christine LE SCANFF «PSYCHOLOGIE DES PRATIQUES PHYSIQUES» Université Paris-Sud 11, UFR STAPS OBJECTIFS Quels sont les modèles théoriques

Plus en détail

Le Baptême des petits enfants en 25 questions

Le Baptême des petits enfants en 25 questions Le Baptême des petits enfants en 25 questions 1. Les parents doivent-ils être baptisés pour demander le baptême de leur Non, puisque c est la personne qui va recevoir le baptême qui est concernée. Tous

Plus en détail

Les souffrances psychiques et les comportements inhabituels

Les souffrances psychiques et les comportements inhabituels Premiers secours en équipe Les souffrances psychiques et les comportements inhabituels Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados A la fin de cette partie vous serez capable : de prendre

Plus en détail

LA SOUFFRANCE DU MALADE EN FIN DE VIE. LES COMPORTEMENTS FACE A LA PERTE : vécu de la mort

LA SOUFFRANCE DU MALADE EN FIN DE VIE. LES COMPORTEMENTS FACE A LA PERTE : vécu de la mort LA SOUFFRANCE DU MALADE EN FIN DE VIE LES COMPORTEMENTS FACE A LA PERTE : vécu de la mort relation SRLF Paris, 11-12-13 mai C.LE BRIS BENAHIM Psychothérapeute - Formatrice Quimper CHIC Comment le vécu

Plus en détail

Services d orientation pour adultes

Services d orientation pour adultes Services d orientation pour adultes Le c.o. pour adultes est le spécialiste de la relation entre l individu, le travail et la formation. Se réorienter Trouver un travail à sa mesure Faire le point sur

Plus en détail

Stages : Ateliers pratiques

Stages : Ateliers pratiques Stages : Ateliers pratiques ***** Pour nous contacter ou pour vous inscrire : Tel : 06 68 65 20 20 ou mail : dforcari@gmail.com Stages Automne/Hiver 2015/2016 1 - Savoir se relaxer, s entraîner au lâcher-prise

Plus en détail

Les titres en couleurs servent à guider la lecture et ne doivent en aucun cas figurer sur la copie.

Les titres en couleurs servent à guider la lecture et ne doivent en aucun cas figurer sur la copie. Les titres en couleurs servent à guider la lecture et ne doivent en aucun cas figurer sur la copie. Introduction «Je n ai pas fait exprès», «je n avais pas toute ma tête», «ce n était pas moi» : autant

Plus en détail

Douleur, souffrance, démence et fin de vie

Douleur, souffrance, démence et fin de vie Douleur, souffrance, démence et fin de vie Qu est ce que la douleur? Différence entre douleur et souffrance La souffrance serait morale et la douleur physique La douleur serait locale et la souffrance

Plus en détail

La discipline avec la méthode E-S-T-I-M-E

La discipline avec la méthode E-S-T-I-M-E La discipline avec la méthode E-S-T-I-M-E Pour qu un enfant se «laisse» encadrer ou discipliner, il faut d abord que ses besoins affectifs soient satisfaits : Mon enfant est-il sécurisé par quelques règles

Plus en détail

Guide à l usage des enseignants pour accueillir les élèves et leurs parents à l'école maternelle

Guide à l usage des enseignants pour accueillir les élèves et leurs parents à l'école maternelle Guide à l usage des enseignants pour accueillir les élèves et leurs parents à l'école maternelle Bien accueillir les enfants et leurs parents est une des clefs essentielle, pour qu à l école maternelle,

Plus en détail

Accueillir un enfant épileptique : Un accueil plus particulier?

Accueillir un enfant épileptique : Un accueil plus particulier? Accueillir un enfant épileptique : Un accueil plus particulier? Extraits de l'article paru dans la revue Contraste - Enfance et Handicap n 38 (2013) de l'anecamsp, aux éditions Erès Parmi les enfants accueillis

Plus en détail

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la 1 Mon stage en résumé Je dois avouer avoir de la difficulté à faire un bilan qui va au-delà du déjà dit dans mes rapports antérieurs, parce que j ai l impression d y avoir presque tout écrit. Par contre,

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

Perdre un ou plusieurs bébés lors d une grossesse multiple

Perdre un ou plusieurs bébés lors d une grossesse multiple Perdre un ou plusieurs bébés lors d une grossesse multiple L augmentation des traitements en clinique de fertilité et l âge plus avancé des femmes qui s engagent dans une grossesse contribuent à une plus

Plus en détail

QUAND SE POSE LA QUESTION DE L EXCLUSION D UN ELEVE DANS L ENSEIGNEMENT PRIVE SOUS CONTRAT SOMMAIRE

QUAND SE POSE LA QUESTION DE L EXCLUSION D UN ELEVE DANS L ENSEIGNEMENT PRIVE SOUS CONTRAT SOMMAIRE DAA 04 octobre 2009 QUAND SE POSE LA QUESTION DE L EXCLUSION D UN ELEVE DANS L ENSEIGNEMENT PRIVE SOUS CONTRAT SOMMAIRE 1 Un Chef d établissement a-t-il le droit d exclure un élève et si oui, à quelles

Plus en détail

Comprendre la phobie sociale. Vous (ou l un de vos proches) souffrez de phobie sociale.

Comprendre la phobie sociale. Vous (ou l un de vos proches) souffrez de phobie sociale. Comprendre la phobie sociale Vous (ou l un de vos proches) souffrez de phobie sociale. La phobie sociale est une maladie psychologique de mieux en mieux connue des médecins et des chercheurs, et pour laquelle

Plus en détail

Ce livret parle de la plus grande des promesses jamais faites, et de ce que Dieu a fait pour la tenir.

Ce livret parle de la plus grande des promesses jamais faites, et de ce que Dieu a fait pour la tenir. Ce livret parle de la plus grande des promesses jamais faites, et de ce que Dieu a fait pour la tenir. 2 Dieu vous aime et il tient ses promesses. Depuis que Dieu a fait le monde, il a promis de prendre

Plus en détail

Guide du programme à l intention des cliniques vétérinaires membres de l OVMA

Guide du programme à l intention des cliniques vétérinaires membres de l OVMA Guide du programme à l intention des cliniques vétérinaires membres de l OVMA 1 Guide du programme SafePet à l intention des cliniques vétérinaires membres de l OVMA Aperçu du programme L Ontario Veterinary

Plus en détail

Association «Les Amis du Camp du Tom» PROJET PEDAGOGIQUE. Centre de Vacances pour adolescents (12/17 ans)

Association «Les Amis du Camp du Tom» PROJET PEDAGOGIQUE. Centre de Vacances pour adolescents (12/17 ans) Association «Les Amis du Camp du Tom» PROJET PEDAGOGIQUE Centre de Vacances pour adolescents (12/17 ans) Introduction Depuis plus de 50 ans, le «Camp du Tom» propose aux ados, âgés de 12 à 17 ans, de partir

Plus en détail

LE GENOGRAMME Formation réalisée par Sandrine Charlet, ASMAE, Pour le Centre d Eveil Inter Aide, Antananarivo, 2005

LE GENOGRAMME Formation réalisée par Sandrine Charlet, ASMAE, Pour le Centre d Eveil Inter Aide, Antananarivo, 2005 LE GENOGRAMME Formation réalisée par Sandrine Charlet, ASMAE, Pour le Centre d Eveil Inter Aide, Antananarivo, 2005 Sandrine Charlet - ASMAE L apprentissage de l utilisation du génogramme passe plus par

Plus en détail

Pour les adolescentes et les adolescents dès 12 ans

Pour les adolescentes et les adolescents dès 12 ans Pour les adolescentes et les adolescents dès 12 ans Qu est-ce qu une audition d enfant? Impressum Edition Résultat du projet «Enfants et divorce» réalisé dans le cadre du PNR 52 sous la direction de Andrea

Plus en détail

Guidé par un aveugle CFI / INJA. CIRPP (18 février 2010)

Guidé par un aveugle CFI / INJA. CIRPP (18 février 2010) Guidé par un aveugle CFI / INJA CIRPP (18 février 2010) 3 projets pour le projet La junior entreprise L entreprenariat Guidé par un aveugle : 2-07-08 / 22-06-09 Intentions pédagogiques Apprend t-on à se

Plus en détail

// Enquête de satisfaction. Résultats 2014-2015

// Enquête de satisfaction. Résultats 2014-2015 // Enquête de satisfaction Résultats 2014-2015 Des résultats encourageants Nos clients ont eu l amabilité de bien vouloir répondre à notre enquête de satisfaction annuelle et nous les en remercions chaleureusement.

Plus en détail

inscription Enseignement difficultés école maternelle école obligatoire associations de parents journal de classe

inscription Enseignement difficultés école maternelle école obligatoire associations de parents journal de classe difficultés journal de classe inscription école gratuiteactivités en dehors de l école école obligatoire école maternelle associations de parents Enseignement En Belgique, les enfants sont obligés d aller

Plus en détail

Introduction par effraction

Introduction par effraction Introduction par effraction Les gens qui sont victimes d une introduction par effraction peuvent être affectés pour d autres raisons que la perte de leurs biens. Ils peuvent ressentir de fortes émotions

Plus en détail

LA GESTION DE L INQUIÉTUDE

LA GESTION DE L INQUIÉTUDE LA GESTION DE L INQUIÉTUDE RESSENTIE FACE À UNE ÉVALUATION Révision : 2008-09, NN GESTION DE L INQUIÉTUDE RESSENTIE FACE À UNE ÉVALUATION 1. EXPLICATION DE CETTE INQUIÉTUDE C est décidé, l officiel en

Plus en détail

Stratégie de gestion du stress :

Stratégie de gestion du stress : Le stress est une fonction normale de l être humain qui fait face à un danger. C est une réaction d alerte contre une menace psychologique. Une perturbation des habitudes, de l équilibre force l individu

Plus en détail

Bienvenue à Ton livret d accueil au Conseil général, service de l Aide Sociale à l Enfance (ASE)

Bienvenue à Ton livret d accueil au Conseil général, service de l Aide Sociale à l Enfance (ASE) Bienvenue à Ton livret d accueil au Conseil général, service de l Aide Sociale à l Enfance (ASE) Tu viens d être confié(e) au Conseil général, au service de l Aide Sociale à l Enfance, et tu dois te poser

Plus en détail

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE Août 2003 80, rue Paradis 13006 Marseille 04 91 33 39 86 : 04 91 54 15 09 v.c.m@wanadoo.fr CONTEXTE DU DEBAT En premier lieu, il faut procéder à un certain nombres de rappels

Plus en détail

Mon premier mois de course Complétez votre premier mois d entraînement à la course à pied

Mon premier mois de course Complétez votre premier mois d entraînement à la course à pied Mon premier mois de course Complétez votre premier mois d entraînement à la course à pied Table des matières Quoi savoir avant de débuter?... 3 Comment utiliser le plan d entraînement?... 4 Comment éviter

Plus en détail

Atelier La gestion de l anxiété

Atelier La gestion de l anxiété Atelier La gestion de l anxiété Trucs et Astuces Annie Fratarcangeli, éducatrice spécialisée Mireille St-Pierre, parent Différence entre la peur et l anxiété La peur est une réaction normale face à un

Plus en détail

Et maintenant? Conseils.

Et maintenant? Conseils. Et maintenant? Conseils. Il y a quelques semaines, le docteur nous a renvoyé à la maison en nous annonçant : votre père souffre de démence. Mon frère et moi, nous nous demandons maintenant ce que nous

Plus en détail

HARCÈLEMENT CRIMINEL. Poursuivre quelqu un, ce n est pas l aimer!

HARCÈLEMENT CRIMINEL. Poursuivre quelqu un, ce n est pas l aimer! HARCÈLEMENT CRIMINEL Poursuivre quelqu un, ce n est pas l aimer! Qu est-ce que c est? Le harcèlement criminel est un crime. Généralement, il s agit d une conduite répétée durant une période de temps qui

Plus en détail

Pourquoi moi? Pleins feux sur les croyances entourant le cancer. Équipe d oncologie psychosociale et spirituelle du CHUQ

Pourquoi moi? Pleins feux sur les croyances entourant le cancer. Équipe d oncologie psychosociale et spirituelle du CHUQ Pourquoi moi? Équipe d oncologie psychosociale et spirituelle du CHUQ Pleins feux sur les croyances entourant le cancer Équipe d oncologie psychosociale et spirituelle du CHUQ 2 1 Vous venez d apprendre

Plus en détail

UNE BOÎTE À OUTILS POUR FAIRE FACE À LA DEPRESSION

UNE BOÎTE À OUTILS POUR FAIRE FACE À LA DEPRESSION UNE BOÎTE À OUTILS POUR FAIRE FACE À LA DEPRESSION PRÉSENTATION: M. KOFFI AGBEMADON, INTERVENANT EN RELATION D AIDE M. LAURENT QUINT, INTERVENANT EN RELATION D AIDE CONFÉRENCE DU 14 JUIN 2011 1 PLAN 1.

Plus en détail

Chapitre 1. Trouver ses bases

Chapitre 1. Trouver ses bases Chapitre 1 Trouver ses bases 9 Lundi Dépendance Comme un bébé dans les bras de sa mère est impuissant, Dieu souhaite que nous (re)devenions ainsi dans ses bras à lui. Il s agit, en fait, plus de réaliser

Plus en détail

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 J ai le goût de partager avec vous mes expériences de vie qui en 2003 ont créé un précédent incontestable lors de la parution de mon livre : Changez votre

Plus en détail

Compte rendu de la conférence sur la prévention des conduites à risques chez l adolescent (05/12/2003)

Compte rendu de la conférence sur la prévention des conduites à risques chez l adolescent (05/12/2003) Compte rendu de la conférence sur la prévention des conduites à risques chez l adolescent (05/12/2003) INTERVENTION DE MARIE CHOQUET Le suicide est la 2 ième cause de mortalité des 16/25 ans. On compte

Plus en détail

Comment est-ce que je vais vivre avec ma maman et mon papa après le divorce?

Comment est-ce que je vais vivre avec ma maman et mon papa après le divorce? Pour les enfants dès 9 ans Tes parents divorcent. Quelques informations pour t aider. Impressum Edition Résultat du projet «Enfants et divorce» réalisé dans le cadre du PNR 52 sous la direction de Andrea

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES PREMIÈRE PARTIE AMÉLIORER...13

TABLE DES MATIÈRES PREMIÈRE PARTIE AMÉLIORER...13 TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS...9 PREMIÈRE PARTIE AMÉLIORER...13 Comment accroître la motivation de mon enfant à l école?...15 Comment favoriser l autonomie et le sens des responsabilités chez mon enfant?...29

Plus en détail

La psychologie de l enfant. Qui sont les 7-12 ans?

La psychologie de l enfant. Qui sont les 7-12 ans? La psychologie de l enfant Qui sont les 7-12 ans? Leurs activités péri-scolaires : Les enfants en sont les plus gros consommateurs 44% des enfants pratiquent un sport en dehors de l école et 28% une activité

Plus en détail

Le plus court chemin vers la Réussite... SOMMAIRE

Le plus court chemin vers la Réussite... SOMMAIRE Le plus court chemin vers la Réussite... SOMMAIRE! EN ROUTE POUR L AVENTURE Partie 1/2 3 - Réussir à atteindre vos buts est un voyage que vous devez préparer à l avance.! 4 - Est-ce que vous pensez que

Plus en détail

LA MALTRAITANCE ENVERS LES PERSONNES ÂGÉES À DOMICILE

LA MALTRAITANCE ENVERS LES PERSONNES ÂGÉES À DOMICILE Le 17 octobre 2007. LA MALTRAITANCE ENVERS LES PERSONNES ÂGÉES À DOMICILE Michel ROSENFELDT Emergence du phénomène en regard des évolutions sociétales Si aujourd hui, nos sociétés considèrent la vieillesse

Plus en détail

Enquête de PSMT ENQUÊTE DE PSMT 1

Enquête de PSMT ENQUÊTE DE PSMT 1 Enquête de PSMT Qu est-ce que PSMT? Protégeons la santé mentale au travail est un ensemble exhaustif de ressources uniques, fondées sur des données probantes, qui ont été conçues dans le but d évaluer

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

LES CROYANCES LIMITANTES

LES CROYANCES LIMITANTES 1998 Séminaire de Robert DILTS LES CROYANCES LIMITANTES Les 3 domaines les plus courants de croyances limitantes sont ceux qui concernent le manque d espoir (ce n est pas possible), le manque de confiance

Plus en détail

Conceptualiser et concevoir un programme de formation

Conceptualiser et concevoir un programme de formation Conceptualiser et concevoir un programme de formation Les informations obtenues à partir de l évaluation des besoins de formation vous aideront à concevoir le programme de formation. Ce travail doit s

Plus en détail

Petit Hector et la triche

Petit Hector et la triche Petit Hector et la triche En plus de la vie avec ses parents, Petit Hector en avait au moins trois autres : deux vies à l école, avec les maîtres et avec les copains, et puis la vie des vacances, où il

Plus en détail

REMISE TEMPORAIRE D UN ELEVE A SA FAMILLE EXCLUSION D UN ELEVE

REMISE TEMPORAIRE D UN ELEVE A SA FAMILLE EXCLUSION D UN ELEVE F3D24 REMISE TEMPORAIRE D UN ELEVE A SA FAMILLE EXCLUSION D UN ELEVE 1. Un Chef d établissement a-t-il le droit d exclure un élève et, si oui, à quelles conditions? Dans une école privée sous contrat avec

Plus en détail

Réseaux Sociaux LE GUIDE PARENTS

Réseaux Sociaux LE GUIDE PARENTS Réseaux Sociaux LE GUIDE PARENTS Accompagnez également vos enfants sur les réseaux sociaux! Mais que font donc les jeunes sur les réseaux sociaux? Ils socialisent comme l ont toujours fait les adolescents,

Plus en détail

Choisir ensemble Notre projet collectif

Choisir ensemble Notre projet collectif 5 module Choisir ensemble Notre projet collectif p. 01 Pendant les pauses, on ne parle plus de tout et de rien, on parle de notre projet! C est bien de faire un projet ensemble, pour voir les capacités

Plus en détail

«Développer l estime de soi des enfants. Le rôle des parents»

«Développer l estime de soi des enfants. Le rôle des parents» «Développer l estime de soi des enfants. Le rôle des parents» Intervention de Monsieur Gilbert Jeanvion, ancien enseignant spécialisé et psychologue scolaire, animateur au sein de l «Association des Groupes

Plus en détail

La Charte Alzheimer, éthique et société 2011

La Charte Alzheimer, éthique et société 2011 Conseil général CIDPA CLIC départemental Centre d Information Départemental Personnes Agées 38 avenue Bollée - 72000 LE MANS 02.43.81.40.40 - Fax : 02.43.76.17.54 cidpa@cg72.fr - Site internet : www.cidpaclic.sarthe.org

Plus en détail

L expérience du patient partenaire au suivi intensif dans la communauté à Sherbrooke. Daniel Boleira Guimarães; Luce Côté

L expérience du patient partenaire au suivi intensif dans la communauté à Sherbrooke. Daniel Boleira Guimarães; Luce Côté L expérience du patient partenaire au suivi intensif dans la communauté à Sherbrooke Daniel Boleira Guimarães; Luce Côté 27e Entretiens Jacques Cartier Sherbroke, le 6 octobre 2014 Le suivi intensif dans

Plus en détail

Swiss Olympic 2015. Prendre de bonnes décisions

Swiss Olympic 2015. Prendre de bonnes décisions michael harth schützenstrasse 41 8702 zollikon mh@harth.ch www.harth.ch mobile +41 763992607 fixe +41 44 552 05 70 fax +41 445520572 Swiss Olympic 2015 13 pièges dans la prise de décision Kai-Jürgen Lietz,

Plus en détail

Plan d action annuel

Plan d action annuel Plan d action annuel Mise en contexte La Coordination ATL a pour objectif de développer l offre d accueil Temps libre sur le territoire de la Commune afin de répondre aux besoins des familles, de développer

Plus en détail

Isabelle de Roux Karine Segard La psychogénéalogie expliquée à tous

Isabelle de Roux Karine Segard La psychogénéalogie expliquée à tous Isabelle de Roux Karine Segard La psychogénéalogie expliquée à tous Groupe Eyrolles, 2007 ISBN 978-2-212-53892-2 Anne Ancelin Schützenberger, professeur et chercheur en psychologie sociale*, a été l une

Plus en détail

LA FORMATION DES JOUEURS ET JOUEUSES DE HAUT NIVEAU A LA F.F.T. Notre but à tous :

LA FORMATION DES JOUEURS ET JOUEUSES DE HAUT NIVEAU A LA F.F.T. Notre but à tous : LA FORMATION DES JOUEURS ET JOUEUSES DE HAUT NIVEAU A LA F.F.T. Notre but à tous : «Former des champions capables de vaincre toutes les difficultés, montrant un bon état d esprit, de vraies valeurs et

Plus en détail

Quelle efficacité en 35 ans? Forum France Traumatisme Crânien. Évolution de la mortalité routière 03/12/2009. Les choix du CISR du 18/12/2002

Quelle efficacité en 35 ans? Forum France Traumatisme Crânien. Évolution de la mortalité routière 03/12/2009. Les choix du CISR du 18/12/2002 Quelle efficacité en 35 ans? Forum France Traumatisme Crânien 9 juin 2006 Claude GOT Deux ruptures brutales ont été observées Elles ont toutes les deux été provoquées par des décisions politiques Juillet

Plus en détail

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER Introduction CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER «Au début vous n avez aucune idée de l ampleur des économies que vous pouvez réaliser, déclare Todd Graham. Faire des économies pour l usine, c est la partie que

Plus en détail

PARENTS CÉLIBATAIRES Vos droits et obligations concernant la garde, le droit de visite et les prestations de soutien. La garde de l enfant

PARENTS CÉLIBATAIRES Vos droits et obligations concernant la garde, le droit de visite et les prestations de soutien. La garde de l enfant PARENTS CÉLIBATAIRES Vos droits et obligations concernant la garde, le droit de visite et les prestations de soutien La garde de l enfant La garde est le droit et la responsabilité de prendre soin d un

Plus en détail

14 Adopter une attitude professionnelle

14 Adopter une attitude professionnelle 14 Adopter une attitude professionnelle Pour mener à bien votre projet et instaurer des relations constructives le groupe doit adopter une attitude professionnelle et se montrer : 1. Mobilisé tous les

Plus en détail

ETES-VOUS PRET.ES A ALLER MIEUX?

ETES-VOUS PRET.ES A ALLER MIEUX? ETES-VOUS PRET.ES A ALLER MIEUX? Projet formulé à partir de ma pratique de terrain: Constats Public défavorisé Plus le niveau d instruction est bas plus plus le risque est grand de développer des troubles

Plus en détail

QUATRE ÉLÉMENTS À NE PAS SOUS-ESTIMER DANS LE CONTEXTE D UNE TRANSMISSION D ENTREPRISE

QUATRE ÉLÉMENTS À NE PAS SOUS-ESTIMER DANS LE CONTEXTE D UNE TRANSMISSION D ENTREPRISE QUATRE ÉLÉMENTS À NE PAS SOUS-ESTIMER DANS LE CONTEXTE D UNE TRANSMISSION D ENTREPRISE Table des matières 1. Introduction... 1 2. Développement... 2 2.1. Droit successoral, réserve des héritiers... 2 2.2.

Plus en détail

Tous pour un... un pour tous!

Tous pour un... un pour tous! Tous pour un... un pour tous! Activités de développement de la solidarité Élèves du primaire GUIDE D ANIMATION À L INTENTION DES ENSEIGNANTS proposé par 5935, St-Georges, bureau 310 Lévis (Québec) G6V

Plus en détail

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES Sous-Direction de l Action Sociale Le 30 janvier 2014 Département PREVENTION, PREPARATION A LA RETRAITE, ETUDES ET PROSPECTIVE MPP/NC G:\DAR\SDAS_DBVRP\3_Etudes_Prospectives\Etudes\Charge_Etude\TABLE RONDE

Plus en détail

JEU DE DAMES INTERNATIONAL Acquérir quelques notions avant de commencer l initiation.

JEU DE DAMES INTERNATIONAL Acquérir quelques notions avant de commencer l initiation. Acquérir quelques notions avant de commencer l initiation. B Se 35 familiariser 40 / N 19 avec 39 le vocabulaire. Les cases du damier sont numérotées de 1 à 50 pour permettre l écriture, puis la lecture

Plus en détail

L audition de l enfant

L audition de l enfant L audition de l enfant On t écoute ton opinion compte Pour les enfants dès 5 ans Chère mère, cher père, cette brochure appartient à votre enfant mais vous Impressum Edition Institut Marie Meierhofer pour

Plus en détail

VOTRE VISITE AUX SOINS INTENSIFS

VOTRE VISITE AUX SOINS INTENSIFS 23 VOTRE VISITE AUX SOINS INTENSIFS Comportement de votre parent ou ami et votre participation à ses soins Hôpital Maisonneuve-Rosemont Adresse postale 5415, boul. de l Assomption Montréal QC H1T 2M4 Téléphone:

Plus en détail

Toi seul peux répondre à cette question.

Toi seul peux répondre à cette question. Suis-je dépendant ou dépendante? Traduction de littérature approuvée par la fraternité de NA. Copyright 1991 by Narcotics Anonymous World Services, Inc. Tous droits réservés. Toi seul peux répondre à cette

Plus en détail

POUR UN SORTIE D. Parents, vous avez un rôle à jouer!

POUR UN SORTIE D. Parents, vous avez un rôle à jouer! E POUR UN E SORTIE D E L B A I L B INOU Parents, vous avez un rôle à jouer! LE DES FINISSANTS DE VOTRE ADO ARRIVE ENFIN. C EST UN ÉVÉNEMENT UNIQUE POUR SOULIGNER LA FIN DE SON SECONDAIRE ET TOUS LES EFFORTS

Plus en détail

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012 L AVENIR DE LA PROFESSION D ÉDUCATRICE ET D ÉDUCATEUR EN ESE, UN STATUT À VALORISER, À PROTÉGER ON S EN OCCUPE Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations

Plus en détail

Le partenariat maison-école :

Le partenariat maison-école : TDAHetvous.ca : une ressource pour la rentrée scolaire Le partenariat maison-école : Soutien à l enfant atteint de TDAH Pour les enfants atteints de TDAH, les difficultés et les réussites en lien avec

Plus en détail

Politique du sommeil

Politique du sommeil Politique du sommeil Centre de la Petite Enfance Beauce-Sartigan Politique du sommeil Novembre 2012 Objectif; L objectif de cette politique est de guider le personnel éducateur et d informer les parents

Plus en détail

DÉPASSER SES CRAINTES ET RETROUVER SA CONFIANCE EN SOI POUR APPRIVOISER LE MARCHÉ DU TRAVAIL

DÉPASSER SES CRAINTES ET RETROUVER SA CONFIANCE EN SOI POUR APPRIVOISER LE MARCHÉ DU TRAVAIL DÉPASSER SES CRAINTES ET RETROUVER SA CONFIANCE EN SOI POUR APPRIVOISER LE MARCHÉ DU TRAVAIL Jane Prudhomme, étudiante à la maîtrise en carriérologie (UQÀM) OBJECTIFS Objectif général : Travailler le sentiment

Plus en détail