Aérodynamique Numérique

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Aérodynamique Numérique"

Transcription

1 Aérodynamique Numérique Dominique BLANC Rodolphe GOURSEAU 16 mars 2005

2 TABLE DES MATIÈRES ii Table des matières Introduction iii 1 Maillage non structuré Préparation du maillage Modèle de turbulence et convergence Résultats numériques Coefficient de pression Nombre de Mach Pression totale Maillage structuré Maillage en H Maillage en C Simulation numérique avec le maillage en C Résidus et coefficient de portance Coefficient de pression Nombre de Mach Pression totale Maillage structuré d une aile hypersustentée Topologie Maillage Qualité Influence du modèle de turbulence Convergence Coefficient de pression Nombre de Mach Pression totale Conclusion 30

3 Introduction iii Introduction L objectif de ce présent document est d exposer les démarches suivies ainsi que les résultats obtenus lors de la conception des différents maillages et de leur exploitation en simulation numérique. Il sera tout d abord question d un maillage non-structuré pour un profil d aile en configuration croisière. Le nombre de Mach sera pris égal à 0.74 et l incidence sera de 3. Le modèle de turbulence utilisé sera le modèle k ε. Puis dans un deuxième temps, nous présenterons la même configuration en maillage structuré. Nous comparerons deux types de maillages : un maillage en "H" et un maillage en "C". L exploitation numérique sera effectuée sur le maillage en C dans les conditions précédemment citées, et nous ferons une comparaison avec la méthode en maillage non-structuré. Ensuite nous présenterons le maillage structuré d un profil hypersustenté par un volet. Nous détaillerons la topologie et la phase de maillage qui nous ont permis d obtenir cette configuration. L exploitation numérique ne sera pas effectuée pour cette configuration. Enfin, nous regarderons l influence du modèle de turbulence pour le maillage non-structuré pour un Mach de 0.74 et une incidence de 3. Nous comparerons le modèle k ε et le modèle SA (Spalart-Allmaras) qui modélise la turbulence de façon différente.

4 1 Maillage non structuré 1 Chapitre 1 Maillage non structuré 1.1 Préparation du maillage On construit un maillage non structuré en raffinant les zones d étude intéressantes. Celles-ci concernent évidemment la paroi du profil et son proche voisinage. On va chercher à mettre en évidence les phénomènes qui se produisent près de l intrados et de l extrados. /home/promo_05/blanc/aero_num/be-icem/corps_volet Y Z X ICEM CFD - MED 4.2; Mon Mar 14 08:50:17 MET 2005 Fig. 1.1 Maillage non-structuré

5 1 Maillage non structuré 2 /home/promo_05/blanc/aero_num/be-icem/corps_volet Y Z X ICEM CFD - MED 4.2; Mon Mar 14 08:50:17 MET 2005 Fig. 1.2 Détail du profil (maillage non-structuré) La qualité du maillage peut être appréhendée en regardant la finesse. La figure 1.3 présente le nombre de cellules en fonction de leur finesse. Pour le maillage construit, on note que quelques mailles ont une qualité médiocre (le minimum est 0.57) et que le reste des mailles a une bonne qualité (qualité supérieure à 0.6 avec une concentration des mailles pour une qualité de 0.75). Fig. 1.3 Détail du profil (maillage non-structuré)

6 1 Maillage non structuré Modèle de turbulence et convergence Le modèle de turbulence utilisé dans ce cas est le modèle dit "k ε". Il se décompose en deux équations de transport, l une sur k l énergie cinétique de turbulence, et l autre sur ε le taux de dissipation de l énergie. Pour ce qui est de la convergence, on utilise la méthode "multigrid" qui permet d accélérer la convergence. On fait intervenir 3 degrés de maillages (multigrid 3) : le premier grossier, le deuxième moyen et le dernier fin. Pour savoir si le calcul final est convergé, on regarde les résidus du calcul numérique et lorsque tous les résidus ont diminué de 2 à 2.5 ordres de grandeur dans une évolution "monotone et douce", alors le calcul est convergé. Pour notre premier calcul, on effectue 1500 itérations et au bout de ces 1500 itérations, on obtient les résidus présentés sur la figure 1.4. Residuals continuity x-velocity y-velocity energy k epsilon 1e+01 1e+00 1e-01 1e-02 1e-03 1e-04 1e Iterations Scaled Residuals Mar 12, 2005 FLUENT 6.1 (2d, dp, coupled exp, ske) Fig. 1.4 Résidus pour le maillage non structuré Pour confirmer la convergence du calcul, on regarde aussi l évolution du coefficient de portance C z (ou C l en anglais) en fonction des itérations. Si le C z se stabilise clairement suivant une asymptote horizontale pendant un certain nombre d itérations, et que le critère de convergence des résidus est

7 1 Maillage non structuré 4 respecté, alors le calcul est bien convergé et la valeur finale lue pour le C z est la valeur à retenir. Dans notre premier cas nous trouvons (voir figure 1.5) : C z Cl Iterations Lift Convergence History Mar 12, 2005 FLUENT 6.1 (2d, dp, coupled exp, ske) Fig. 1.5 Évolution du C z 1.3 Résultats numériques Coefficient de pression On s intéresse à l évolution du coefficient de pression C p intrados et extrados du profil en fonction de la corde a. Cette évolution est représentée sur la figure 1.6. La courbe supérieure se réfère à l extrados et la courbe inférieure se réfère à l intrados. À l extrados, on met clairement en évidence la forte dépression près du bord d attaque du profil. Puis, on remarque une forte recompression à une a En fait, il s agit de la position sur le profil adimensionnée par la corde totale.

8 1 Maillage non structuré 5 profil Pressure Coefficient Position (m) Pressure Coefficient Mar 12, 2005 FLUENT 6.1 (2d, dp, coupled exp, ske) Fig. 1.6 Coefficient de pression C p en fonction de la corde corde de 0.7. Sur la fin du profil, la pression augmente progressivement pour atteindre une valeur légèrement négative au culot. Pour ce que est de l intrados, on observe aussi une dépression près du bord d attaque, mais bien moins intense que celle de l extrados. On a ensuite une légère recompression qui débute à une corde de 0.6, et enfin le C p recolle au bord de fuite avec une légère recompression. On peut d ailleurs retrouver par le calcul la valeur du coefficient de pression au bord d attaque. Par la simulation numérique, on obtient : C pa 1.3 Par la théorie, la définition du coefficient au bord d attaque s écrit : C pa = p A p γm 2 On fait intervenir les pressions totales, et on a alors : C pa = 2 ( p A p ia p i 1 ) γm 2 p ia p i p

9 1 Maillage non structuré 6 Au final, on retient le résultat suivant : C pa = 2 [( 1 + γ 1 M 2 ) γ ] γ γm γ 1 M 2 2 A Au point d arrêt, M A = 0. On obtient alors la valeur théorique suivante : C pa = 1.14 On relève donc un écart de 14% entre théorie et simulation. Cette différence est importante compte tenu de la simplicité de ce cas (test). Le problème provient certainement du fait que le maillage n est pas assez raffiné au bord d attaque Nombre de Mach On met en évidence les lignes d iso-mach dans une région proche du profil (voir figure 1.7) Contours of Mach Number Mar 14, 2005 FLUENT 6.1 (2d, dp, coupled exp, ske) Fig. 1.7 Lignes d iso-mach La première remarque que l on peut faire en regardant les lignes d iso- Mach est que l écoulement au dessus de l extrados du profil, au milieu de la corde, présente une poche supersonique.

10 1 Maillage non structuré 7 Puis on note une convergence des lignes d iso-mach traduisant le ralentissement brutal de l écoulement. C est la présence d un choc de recompression qui ralentit l écoulement. S ensuit un décollement de couche limite qui est confirmé par la présence de faible Mach vers le bord de fuite de l extrados (figure 1.8) Contours of Mach Number Mar 14, 2005 FLUENT 6.1 (2d, dp, coupled exp, ske) Fig. 1.8 Lignes d iso-mach au bord de fuite de l extrados Pression totale En traçant les lignes d iso-pression totale (figure 1.9), on met en évidence deux phénomènes. Tout d abord, on remarque une perte importante de pression totale juste après le milieu du profil. Cette perte de pression totale est due au choc. Derrière le choc se développe une région proche du profil avec des valeurs de pression totale très faibles (la zone en bleu grossit). Cette chute de pression totale est due à l épaississement de la couche limite derrière le choc.

11 1 Maillage non structuré e e e e e e e e e e e e e e e e e e e e e e e e e e e e e e e e e e+03 Contours of Total Pressure (pascal) Mar 12, 2005 FLUENT 6.1 (2d, dp, coupled exp, ske) Fig. 1.9 Lignes d iso-pression totale

12 2 Maillage structuré 9 Chapitre 2 Maillage structuré 2.1 Maillage en H Avec le profil utilisé dans le chapitre précédent, on construit un maillage structuré en "H". Pour cela, on dispose des blocs autour du profil de sorte que les côtés de ces blocs forment un H (figure 2.1). Puis on maille avec des quadrangles (figure 2.2) tout en essayant de garder des angles proches de 90 afin d avoir une bonne qualité de maillage (figure 2.3). Cependant, on s aperçoit que certaines mailles proches de la frontière extérieure sont très cisaillées. On remarque qu il y a deux mailles quasi triangulaires dues au fait que l on projette un rectangle sur un cercle. Avec une topologie en H pour ce cas test, il semble donc difficile de pouvoir améliorer ce défaut. C est pourquoi on va s intéresser à une autre topologie pour le problème considérer. Cette nouvelle topologie va nous permettre de générer un maillage structuré qui sera utilisé pour faire la simulation numérique. 2.2 Maillage en C On réalise maintenant un maillage en "C" que lequel on va réaliser la simulation numérique. Les blocs de ce maillage sont disposés en C autour du profil (figure 2.4). Puis on maille avec des quadrangles (figure 2.5), et on s assure de la bonne qualité du maillage en regardant les angles et le déterminant (figures 2.6 et 2.7). On veille aussi à bien raffiner le maillage autour du profil dans le but de voir ce qui se passe dans la couche limite près des parois du profil (figure 2.8).

13 2 Maillage structuré 10 Fig. 2.1 Topologie en H 2.3 Simulation numérique avec le maillage en C Résidus et coefficient de portance On obtient la convergence des calculs après 1500 itérations. Les résidus ont au bout de ce nombre d itérations diminué de 2 à 3 ordres de grandeur (figure 2.9). Pour ce qui est du coefficient de portance C z, on voit aussi qu après 1500 itérations, son évolution est constante. On obtient une valeur du même ordre de grandeur que celle obtenue avec le maillage non-structuré. Avec le maillage en C, on a : C z 1.15 (figure 2.10). Pour comparer avec le maillage non-structuré, on peut déjà voir que la

14 2 Maillage structuré 11 Fig. 2.2 Maillage en H Fig. 2.3 Qualité du maillage en H convergence est atteinte au bout du même nombre d itérations. Les résidus semblent quand même mieux convergés avec le maillage structuré en C. Mais la faible différence d estimation du C z ne permet pas de privilégier

15 2 Maillage structuré 12 Fig. 2.4 Topologie en C tel ou tel maillage Coefficient de pression Afin de faire une comparaison plus complète entre le maillage non-structuré et le maillage structuré, on va s intéresser aux mêmes grandeurs que celles étudiées dans le chapitre 1. C est pourquoi on regarde d abord le coefficient de pression C p (figure 2.11).On voit que l allure générale est la même dans les deux cas. La chute de pression extrados ainsi que le choc de recompression sont bien appréhendés, même si dans le cas du maillage en C la perte de pression semble plus progressive. Cependant le bord de fuite présente un profil de C p étonnant au culot. Il semblerait que la variation de pression statique est telle que le maillage a du mal à suivre le phénomène. On ne peut pas remettre la qualité du maillage en C en cause ici, car le culot du profil est considéré ponctuel,

16 2 Maillage structuré 13 Fig. 2.5 Maillage en C Fig. 2.6 Déterminants des mailles dans le maillage en C ce qui est mal décrit pour un maillage de type C. Ce point coïncide avec une frontière de deux mailles dont l une appartient à l extrados et l autre à l intrados (figure 2.8). La précision n est alors pas excellente sur ce point.

17 2 Maillage structuré 14 Fig. 2.7 Angles des mailles dans le maillage en C Fig. 2.8 Raffinement du maillage en C Pour ce qui est du coefficient de pression au point d arrêt, on trouve cette fois-ci avec la simulation : C pa 1.3

18 2 Maillage structuré 15 Residuals continuity x-velocity y-velocity energy k epsilon 1e+00 1e-01 1e-02 1e-03 1e-04 1e-05 1e Iterations Scaled Residuals Mar 15, 2005 FLUENT 6.1 (2d, dp, coupled exp, ske) Fig. 2.9 Résidus du maillage en C Fig Coefficient de portance C z du maillage en C On pourrait encore mettre en cause le raffinement du maillage au bord d attaque. Cependant, on retrouve la même valeur qu en non-structuré, ce qui nous laisse à penser que notre évaluation théorique néglige certains phénomènes que le solveur prend en compte Nombre de Mach On s intéresse au nombre de Mach de l écoulement. On peut faire les mêmes remarques que dans le cas non-structuré. On note la présence d une zone de sur-vitesse vers le bord d attaque de l extrados ainsi qu une poche supersonique vers le milieu de l extrados (figure 2.12). Puis les lignes d iso- Mach se concentrent, montrant ainsi la présence d un fort ralentissement qui met en évidence le choc de recompression. Enfin vers le bord de fuite on observe très bien le décollement de la couche limite qui crée une zone de faible Mach. Les valeurs numériques obtenues dans le cas du maillage non-structuré et celles obtenues dans le cas du maillage structuré en C sont du même ordre de grandeur. La différence entre les deux types de maillages est difficile à faire

19 2 Maillage structuré 16 profil -2.00e e e+00 Pressure Coefficient -5.00e e e e e Position (m) Pressure Coefficient Mar 15, 2005 FLUENT 6.1 (2d, dp, coupled exp, ske) Fig Coefficient de pression C p en fonction de la corde sur le critère du nombre de Mach Pression totale Grâce à la pression totale, on met en évidence la présence du choc qui introduit une chute de pression totale (concentration des lignes d iso-pression totale), ainsi que la présence de l épaississement de la couche limite qui engendre une zone de faible pression totale juste derrière le choc (figure 2.13). Les résultats obtenus par les deux maillages sont similaires. L ordre de grandeur de la pression totale est le même dans les deux cas. Au final, les différences entre le maillage non-structuré et le maillage structuré en C résident principalement dans la convergence des résidus et dans l évaluation du C z. Au vu des résultats présentés, on ne peut pas réellement dire quelle méthode (structurée ou non-structurée) est préférable dans notre cas de calcul.

20 2 Maillage structuré Contours of Mach Number Mar 15, 2005 FLUENT 6.1 (2d, dp, coupled exp, ske) Fig Lignes d iso-mach autour du maillage en C 4.99e e e e e e e e e e e e e e e e e e e e e e e e e e e e e e e+04 Contours of Total Pressure (pascal) Mar 15, 2005 FLUENT 6.1 (2d, dp, coupled exp, ske) Fig Lignes d iso-pression totale autour du maillage en C

21 3 Maillage structuré d une aile hypersustentée 18 Chapitre 3 Maillage structuré d une aile hypersustentée 3.1 Topologie On choisit d effectuer une topologie de type C. Le problème qui se pose est que le volet est sous le culot de l aile. Donc un seul C autour de l aile ne sera pas satisfaisant pour bien mailler cette configuration. Il faut donc faire un C autour de l aile et un C autour du volet (figure 3.1). Cependant il faut faire attention à laisser suffisamment de blocs entre l aile et le volet pour bien mailler le fluide entre les deux et pour éviter un fort cisaillement des cellules. Mais ces deux ne sont pas non plus satisfaisants pour les mailles proches de la frontière extérieure du domaine. Il faut donc ajouter un C autour de la configuration hypersustentée pour ne pas cisailler les mailles proches de la frontière extérieure (figure 3.2). 3.2 Maillage Dans la configuration hypersustentée par un volet, il y a quelques zones critiques à mailler. Tout d abord, près de chaque profil, il faut avoir des mailles suffisamment petites pour pouvoir appréhender les phénomènes de couche limite. Ensuite, la région de fluide située entre l aile et le volet doit être bien raffinée toujours pour simuler correctement ce qui se passe dans cette zone critique (figure 3.3). Le nombre de blocs étant conséquent pour cette configuration, il faut également veiller à ne pas introduire de cisaillement dans les cellules situées près des éléments du profil hypersustenté, mais aussi pour les cellules situées près

22 3 Maillage structuré d une aile hypersustentée 19 Fig. 3.1 Topologie en C autour de l aile et du volet de la frontière extérieure du domaine (figure 3.4). Au total notre maillage comporte mailles avec nœuds. 3.3 Qualité Pour apprécier la qualité du maillage précédemment décrit, on va s intéresser aux angles et aux déterminants des mailles. L angle d une maille est en fait la mesure de l angle le plus aigu de cette

23 3 Maillage structuré d une aile hypersustentée 20 Fig. 3.2 Topologie en C du domaine entier maille. Des angles aigus relativement grands sont donc témoins d un faible de cisaillement du maillage. Dans le maillage en C construit, on voit que la qualité des angles est assez bonne (figure 3.5). Les angles sont tous supérieurs à 45 et la majorité est même supérieure à 63 (seulement 1400 mailles sur ont des angles inférieurs à 63 ). Le déterminant d une maille sert lui à déterminer la qualité générale de la maille. Un déterminant proche de 1 signifie que la maille est de très bonne qualité.

24 3 Maillage structuré d une aile hypersustentée 21 Fig. 3.3 Maillage entre l aile et le volet Dans notre cas, seules quelques mailles ont un faible déterminant : 3 mailles de déterminant inférieur à 0.8 (figure 3.6). Les autres cellules ont toutes un déterminant supérieur à 0.8, et on note un pic pour une valeur de 0.95 (figure 3.7).

25 3 Maillage structuré d une aile hypersustentée 22 Fig. 3.4 Maillage du domaine entier Aérodynamique numérique 16 mars 2005

26 3 Maillage structuré d une aile hypersustentée 23 Fig. 3.5 Angles des mailles Fig. 3.6 Déterminants des mailles Fig. 3.7 Déterminants des mailles

27 4 Influence du modèle de turbulence 24 Chapitre 4 Influence du modèle de turbulence Pour voir quel est l influence du modèle de turbulence, on réalise une simulation numérique en utilisant le modèle de turbulence de Spalart-Allmaras (modèle SA). On se place à un Mach de 0.74 et à une incidence de 3. Le calcul numérique est réalisé sur le maillage non-structuré construit au chapitre Convergence Comme dans le cas du modèle k ε la convergence était atteinte au bout de 1500 itérations, on limite le calcul à ce nombre d itérations. On obtient des résidus bien convergés (figure 4.1). Les deux modèles de turbulence convergent rapidement. Les deux modèles donnent aussi la même évaluation du C z (figure 4.2), à savoir : C z Coefficient de pression Intéressons-nous au coefficient de pression pour le modèle SA (figure 4.3). On remarque encore l allure générale déjà décrite, mais il est même difficile de trouver des différences même petites sur l évaluation de cette grandeur entre les deux modèles de turbulence utilisés. Il semble donc que les deux modèles sont cohérents pour le coefficient de pression.

28 4 Influence du modèle de turbulence 25 Residuals continuity x-velocity y-velocity energy nut 1e+01 1e+00 1e-01 1e-02 1e-03 1e-04 1e-05 1e-06 1e-07 1e Iterations Scaled Residuals Mar 14, 2005 FLUENT 6.1 (2d, dp, coupled exp, S-A) 4.3 Nombre de Mach Fig. 4.1 Résidus avec le modèle SA Pour ce qui est du nombre de Mach dans le modèle SA, on s attend à avoir une évolution similaire au modèle k ε. On observe bien une évolution semblable comme le montre la figure 4.4. Les deux modèles de turbulence sont donc encore cohérents entre eux. On ne voit pas de différence pour l instant entre le modèle k ε qui est un modèle à deux équations de transport et le modèle SA qui est un modèle à une équation de transport. 4.4 Pression totale La dernière grandeur à comparer avec le modèle k ε est la pression totale. Là encore la figure 4.5 montre que l évolution calculée avec le modèle SA est la même que celle calculée avec le modèle k ε. Les mêmes phénomènes sont mis en évidence avec les mêmes valeurs. Les deux modèles sont donc encore une fois cohérents, et rien pour l instant ne permet de les différencier.

29 4 Influence du modèle de turbulence Cl Iterations Lift Convergence History Mar 15, 2005 FLUENT 6.1 (2d, dp, coupled exp, S-A) Fig. 4.2 Coefficient de portance avec le modèle SA Cependant, en regardant les coefficients de traînée C x pour essayer de voir si là aussi les modèles se recoupent, on trouve enfin une différence. Pour le modèle k ε, on relève : C x = Pour le modèle SA, on relève : C x = Cette différence n est pas facilement décelable. Si les C x ne sont pas égaux, cela est peut-être dû à une évaluation légèrement différente de la turbulence créée autour du profil et notamment la turbulence due au décollement de la couche limite après le choc extrados. Mais cet écart intervient à une très faible échelle. Toutefois dans certains cas bien particuliers, il se peut que les deux modèles ne donnent pas les mêmes résultats car leur manière de modéliser la turbulence n est pas basée sur les mêmes critères.

30 4 Influence du modèle de turbulence 27 profil -2.00e e e+00 Pressure Coefficient -5.00e e e e e Position (m) Pressure Coefficient Mar 14, 2005 FLUENT 6.1 (2d, dp, coupled exp, S-A) Fig. 4.3 Coefficient de pression avec le modèle SA

31 4 Influence du modèle de turbulence e e e e e e e e e e e e e e e e-02 Contours of Mach Number Mar 14, 2005 FLUENT 6.1 (2d, dp, coupled exp, S-A) Fig. 4.4 Lignes d iso-mach avec le modèle SA

32 4 Influence du modèle de turbulence e e e e e e e e e e e e e e e e+04 Contours of Total Pressure (pascal) Mar 14, 2005 FLUENT 6.1 (2d, dp, coupled exp, S-A) Fig. 4.5 Lignes d iso-pression totale avec le modèle SA

33 Conclusion 30 Conclusion Tout au long de cet enseignement, nous avons pu d abord aborder le problème de la simulation numérique d un point de vue théorique. Puis la mise en pratique avec la création de maillages et leurs utilisations pour des calculs numériques nous a permis d appréhender tous les problèmes liés à la simulation numérique. Tout d abord, on a pu mettre en évidence l importance de la topologie pour pouvoir générer un maillage peu cisaillé et de bonne qualité. Ensuite on a vu que les résultats de simulations numériques étaient influencés par le type de maillage utilisé (structuré ou non-structuré). Puis on a vu que le modèle de turbulence utilisé avait aussi des conséquences sur les résultats en aérodynamique numérique. On retiendra de cet enseignement qu il est nécessaire d avoir un maillage de très bonne qualité (qualité mise en évidence par différents critères tels le cisaillement des mailles, les angles, le déterminant...) pour pouvoir faire de l aérodynamique numérique. Également les modèles de turbulence peuvent influencer les résultats numériques suivant les cas tests et il faut adapter le modèle de turbulence au problème que l on veut simuler.

Figure 3.1- Lancement du Gambit

Figure 3.1- Lancement du Gambit 3.1. Introduction Le logiciel Gambit est un mailleur 2D/3D; pré-processeur qui permet de mailler des domaines de géométrie d un problème de CFD (Computational Fluid Dynamics).Il génère des fichiers*.msh

Plus en détail

PROFIL D AILE, PORTANCE ET TRAINEE

PROFIL D AILE, PORTANCE ET TRAINEE PROFIL D AILE, PORTANCE ET TRAINEE 9 Une aile se désigne par son profil. De ce profil découle la portance (Rz) et la traînée (Rx), mais aussi la finesse de l aile et quelques autres paramètres dont nous

Plus en détail

Tutoriel première utilisation ICEM-CFD. Couche limite et modification du maillage en 2D

Tutoriel première utilisation ICEM-CFD. Couche limite et modification du maillage en 2D Tutoriel première utilisation ICEM-CFD Couche limite et modification du maillage en 2D Création de points, lignes, surfaces, ajout d un trou à la surface pour simuler le comportement de l écoulement autour

Plus en détail

Ecoulements 2D décollés autour d un mât et d une voile. B. Haddad, B. Lepine (Ecole Navale) Contact: chapin@ensica.fr

Ecoulements 2D décollés autour d un mât et d une voile. B. Haddad, B. Lepine (Ecole Navale) Contact: chapin@ensica.fr Ecoulements 2D décollés autour d un mât et d une voile V.G. Chapin,, S. Jamme (ENSICA) B. Haddad, B. Lepine (Ecole Navale) Contact: chapin@ensica.fr Aérodynamique du voilier Analyser & optimiser les performances

Plus en détail

Projet Calcul Machine à café

Projet Calcul Machine à café Projet Calcul Machine à café Pierre-Yves Poinsot Khadija Salem Etude d une machine à café, plus particulièrement du porte filtre E N S I B S M é c a t r o 3 a Table des matières I Introduction... 2 Présentation

Plus en détail

T.P. FLUENT. Cours Mécanique des Fluides. 24 février 2006 NAZIH MARZOUQY

T.P. FLUENT. Cours Mécanique des Fluides. 24 février 2006 NAZIH MARZOUQY T.P. FLUENT Cours Mécanique des Fluides 24 février 2006 NAZIH MARZOUQY 2 Table des matières 1 Choc stationnaire dans un tube à choc 7 1.1 Introduction....................................... 7 1.2 Description.......................................

Plus en détail

SIMULATION NUMÉRIQUE DU LANCEMENT D UNE TORPILLE SOUS-MARINE JULIEN NAVE PIERRE MATHARAN

SIMULATION NUMÉRIQUE DU LANCEMENT D UNE TORPILLE SOUS-MARINE JULIEN NAVE PIERRE MATHARAN SIMULATION NUMÉRIQUE DU LANCEMENT D UNE TORPILLE SOUS-MARINE JULIEN NAVE PIERRE MATHARAN 28 JANVIER 2013 1 SIMULATION TORPILLE SOUS-MARINE 2 1. Introduction On a choisi d étudier la torpille chinoise ET36,

Plus en détail

Exemple d application en CFD : Coefficient de traînée d un cylindre

Exemple d application en CFD : Coefficient de traînée d un cylindre Exemple d application en CFD : Coefficient de traînée d un cylindre 1 Démarche générale Avec Gambit Création d une géométrie Maillage Définition des conditions aux limites Avec Fluent 3D Choix des équations

Plus en détail

1 Objectif : étudier l écoulement autour d un véhicule type Camion, Pickup ou Truck, et calculer la traînée

1 Objectif : étudier l écoulement autour d un véhicule type Camion, Pickup ou Truck, et calculer la traînée Projet: initiation à Gambit et Fluent - Master 1 Le projet peut être réalisé soit individuellement ou en binôme. 1 Objectif : étudier l écoulement autour d un véhicule type Camion, Pickup ou Truck, et

Plus en détail

6 Les forces mettent les objets en mouvement.

6 Les forces mettent les objets en mouvement. 6 Les forces mettent les objets en mouvement. Tu dois devenir capable de : Savoir expliquer la proportion directe entre la force et l accélération à l aide d un exemple ; expliquer la proportion inverse

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Rapport du projet CFD 2010

Rapport du projet CFD 2010 ISAE-ENSICA Rapport du projet CFD 2010 Notice explicative des différents calculs effectués sous Fluent, Xfoil et Javafoil Tanguy Kervern 19/02/2010 Comparaison des performances de différents logiciels

Plus en détail

Population étudiante en médecine vétérinaire : projections

Population étudiante en médecine vétérinaire : projections Population étudiante en médecine vétérinaire : projections Assemblée Générale des étudiants de Louvain 17 juin 2015 1 Avant-propos Depuis quelques semaines, la question de la surpopulation dans les filières

Plus en détail

Développement de méthodes multi-grilles dans le cadre de l intéraction pastille/gaine

Développement de méthodes multi-grilles dans le cadre de l intéraction pastille/gaine Développement de méthodes multi-grilles dans le cadre de l intéraction pastille/gaine January 25, 2011 Ce n est le bon chemin que si la flèche vise le coeur, R.Hauser Intéraction Pastille/Gaine Fonctionnement

Plus en détail

Les évolutions de pouvoir d achat des retraités depuis 1992 à partir des cas types du COR. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Les évolutions de pouvoir d achat des retraités depuis 1992 à partir des cas types du COR. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 14 octobre 2015 à 9 h 30 «Le pouvoir d achat des retraités» Document n 3 Document de travail, n engage pas le Conseil Les évolutions de pouvoir d

Plus en détail

La stratification de l eau dans un ballon d eau chaude

La stratification de l eau dans un ballon d eau chaude Principe La stratification de l eau dans un ballon d eau La densité de l eau varie avec sa température. De manière simplifiée, plus l eau est froide, plus elle est dense. «Un litre d eau froide, c est

Plus en détail

Introduction au maillage pour le calcul scientifique

Introduction au maillage pour le calcul scientifique Introduction au maillage pour le calcul scientifique CEA DAM Île-de-France, Bruyères-le-Châtel franck.ledoux@cea.fr Présentation adaptée du tutorial de Steve Owen, Sandia National Laboratories, Albuquerque,

Plus en détail

Décollement en écoulement tridimensionnel stationnaire. Partie 2 : LIGNES SÉPARATRICES DE DÉCOLLEMENT ET D'ATTACHEMENT

Décollement en écoulement tridimensionnel stationnaire. Partie 2 : LIGNES SÉPARATRICES DE DÉCOLLEMENT ET D'ATTACHEMENT Décollement en écoulement tridimensionnel stationnaire Partie 2 : LIGNES SÉPARATRICES DE DÉCOLLEMENT ET D'ATTACHEMENT SURFACES SÉPARATRICES DE DÉCOLLEMENT ET D'ATTACHEMENT Lignes de séparation ou séparatrices

Plus en détail

Savoir son cours. COMP.9 Energie mécanique exercices. Quel frimeur! Comparer voiture et camion : Julie sur sa balançoire : Le bon choix :

Savoir son cours. COMP.9 Energie mécanique exercices. Quel frimeur! Comparer voiture et camion : Julie sur sa balançoire : Le bon choix : COMP.9 Energie mécanique exercices Savoir son cours Quel frimeur! Quelle est leur masse? E c = ½ m v m = E c/v Attention! La vitesse doit être en m/s! v = 45 km/h = 45/ 3,6 m/s = 1,5 m/s. Ainsi, m = 18

Plus en détail

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation 4 6 8 2 4 8 22 26 3 34 38 42 46 5 54 58 62 66 7 74 78 83 89 96 8 44 Bertin Morgan Compte rendu de LA37 B, TP numéro. Les essais effectués par le laboratoire des ponts et chaussés nous ont fournis la température

Plus en détail

Chapitre 2 : Représentation des nombres en machine

Chapitre 2 : Représentation des nombres en machine Chapitre 2 : Représentation des nombres en machine Introduction La mémoire des ordinateurs est constituée d une multitude de petits circuits électroniques qui ne peuvent être que dans deux états : sous

Plus en détail

Exemples de dynamique sur base modale

Exemples de dynamique sur base modale Dynamique sur base modale 1 Exemples de dynamique sur base modale L. CHAMPANEY et Ph. TROMPETTE Objectifs : Dynamique sur base modale réduite, Comparaison avec solution de référence, Influence des modes

Plus en détail

S5 Info-MIAGE 2010-2011 Mathématiques Financières Intérêts composés. Université de Picardie Jules Verne Année 2010-2011 UFR des Sciences

S5 Info-MIAGE 2010-2011 Mathématiques Financières Intérêts composés. Université de Picardie Jules Verne Année 2010-2011 UFR des Sciences Université de Picardie Jules Verne Année 2010-2011 UFR des Sciences Licence mention Informatique parcours MIAGE - Semestre 5 Mathématiques Financières I - Généralités LES INTERETS COMPOSES 1) Définitions

Plus en détail

Équations et inéquations du 1 er degré

Équations et inéquations du 1 er degré Équations et inéquations du 1 er degré I. Équation 1/ Vocabulaire (rappels) Un équation se présente sous la forme d'une égalité constituée de nombres, de lettres et de symboles mathématiques. Par exemple

Plus en détail

Fiche de lecture du projet de fin d étude

Fiche de lecture du projet de fin d étude GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE Fiche de lecture du projet de fin d étude Analyse du phénomène de condensation sur l aluminium Par Marine SIRE Tuteurs : J.C. SICK Manager du Kawneer Innovation Center &

Plus en détail

SIMULATION DES AUTOUR D UN MODELE SIMPLIFIE DE VOITURE AUTOMOBILE

SIMULATION DES AUTOUR D UN MODELE SIMPLIFIE DE VOITURE AUTOMOBILE Simulation SIMULATION AUTOUR D UN MODELE SIMPLIFIE DE VOITURE AUTOMOBILE Michel VISONNEAU et Emmanuel GUILMINEAU Laboratoire de Mécanique des Fluides CNRS UMR 6598, Ecole Centrale de Nantes Nantes, FRANCE

Plus en détail

Chapitre 1 : Évolution COURS

Chapitre 1 : Évolution COURS Chapitre 1 : Évolution COURS OBJECTIFS DU CHAPITRE Savoir déterminer le taux d évolution, le coefficient multiplicateur et l indice en base d une évolution. Connaître les liens entre ces notions et savoir

Plus en détail

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE RÉSOLUTION Table des matières 1 Méthodes expérimentales 2 1.1 Position du problème..................................... 2 1.2 Dégénérescence de l ordre...................................

Plus en détail

CONTRIBUTION À L ÉTUDE DE L ÉCOULEMENT TRIDIMENSIONNEL TURBULENT AUTOUR D UN PROFIL ET À TRAVERS UNE SÉRIE D AUBES FIXES

CONTRIBUTION À L ÉTUDE DE L ÉCOULEMENT TRIDIMENSIONNEL TURBULENT AUTOUR D UN PROFIL ET À TRAVERS UNE SÉRIE D AUBES FIXES CONTRIBUTION À L ÉTUDE DE L ÉCOULEMENT TRIDIMENSIONNEL TURBULENT AUTOUR D UN PROFIL ET À TRAVERS UNE SÉRIE D AUBES FIXES Karima HEGUEHOUG ep BENKARA-MOSTEFA, Zoubir NEMOUCHI, Farid GACI ) LABORATOIRE D

Plus en détail

Fonctions de référence Variation des fonctions associées

Fonctions de référence Variation des fonctions associées DERNIÈRE IMPRESSION LE 9 juin 05 à 8:33 Fonctions de référence Variation des fonctions associées Table des matières Fonction numérique. Définition.................................. Ensemble de définition...........................3

Plus en détail

Exercices sur les écoulements compressibles

Exercices sur les écoulements compressibles Exercices sur les écoulements compressibles IUT - GTE - Marseille 2012-13 1 Exercice 1 Calculer la température et la pression d arrêt sur le bord d attaque de l aile d un avion volant à Mach Ma = 0.98

Plus en détail

Code MARTHE : Performances des solveurs pour les calculs hydrodynamiques

Code MARTHE : Performances des solveurs pour les calculs hydrodynamiques Code MARTHE : Performances des solveurs pour les calculs hydrodynamiques Note technique NT EAU 2004/18 juin 2004 Dominique THIÉRY Synthèse Dans le code de calcul MARTHE il est possible de choisir parmi

Plus en détail

Votre enfant a aimé faire partie du programme de l anglais intensif. Votre enfant parle mieux anglais qu'avant 4% 4% 100% 92% 1 élève déjà bilingue

Votre enfant a aimé faire partie du programme de l anglais intensif. Votre enfant parle mieux anglais qu'avant 4% 4% 100% 92% 1 élève déjà bilingue Votre enfant a aimé faire partie du programme de l anglais intensif Votre enfant parle mieux anglais qu'avant 10 4% 4% 92% 1 élève déjà bilingue 3 Votre enfant comprend mieux l'anglais qu'avant 4% 4% Votre

Plus en détail

IA54 Compte-rendu «STATIONNEMENT AUTOMATIQUE DE VEHICULE»

IA54 Compte-rendu «STATIONNEMENT AUTOMATIQUE DE VEHICULE» IA54 Compte-rendu «STATIONNEMENT AUTOMATIQUE DE VEHICULE» Henri Payno - Cyril Bailly 1/12/2011 SOMMAIRE 1. Introduction... 3 2. Contraintes... 3 3. Architecture globale... 4 4. Interface... 5 A. Scène

Plus en détail

ACOUSTIQUE DES CLOISONS

ACOUSTIQUE DES CLOISONS ISOLATION ACOUSTIQUE DES CLOISONS MOBILES, DÉMONTABLES ET AMOVIBLES Plafonds suspendus et barrières phoniques 1 ISOLATION ET ABSORPTION ACOUSTIQUE Ne pas confondre! Un matériau peut être caractérisé par

Plus en détail

NOTE SUR LA MODELISATION DU RISQUE D INFLATION

NOTE SUR LA MODELISATION DU RISQUE D INFLATION NOTE SUR LA MODELISATION DU RISQUE D INFLATION 1/ RESUME DE L ANALYSE Cette étude a pour objectif de modéliser l écart entre deux indices d inflation afin d appréhender le risque à très long terme qui

Plus en détail

Yvon CAVELIER. Méthode n 31 du Club des Turfistes Gagnants. A l Assaut du ZE-Couillon

Yvon CAVELIER. Méthode n 31 du Club des Turfistes Gagnants. A l Assaut du ZE-Couillon Yvon CAVELIER Méthode n 31 du Club des Turfistes Gagnants A l Assaut du ZE-Couillon Réservé aux membres du Club Des Turfistes Gagnants Copyright 2010 - Page 1 Table des Matières I - CE QUI A CHANGE DANS

Plus en détail

Chapitre 1: Introduction au calcul des probabilités, cas d un univers fini.

Chapitre 1: Introduction au calcul des probabilités, cas d un univers fini. Chapitre 1: Introduction au calcul des probabilités, cas d un univers fini. 1 Introduction Des actions comme lancer un dé, tirer une carte d un jeu, observer la durée de vie d une ampoule électrique, etc...sont

Plus en détail

MODELISATION DE L ECOULEMENT D AIR AUTOUR D UN PROFIL DE PALE D EOLIENNE

MODELISATION DE L ECOULEMENT D AIR AUTOUR D UN PROFIL DE PALE D EOLIENNE MODELISATION DE L ECOULEMENT D AIR AUTOUR D UN PROFIL DE PALE D EOLIENNE PHASE 1 : Domaine de calcul et Maillage Rapport interne Laboratoire de Recherche en Énergie Éolienne LREE-05 Décembre 2008 Thierry

Plus en détail

SIMULATION NUMERIQUE DU FLUX D AIR EN BLOC OPÉRATOIRE

SIMULATION NUMERIQUE DU FLUX D AIR EN BLOC OPÉRATOIRE Maîtrise d ambiance et Qualité de l air SIMULATION NUMERIQUE DU FLUX D AIR EN BLOC OPÉRATOIRE PERTURBATION À L ÉTAT STATIQUE OU DYNAMIQUE Alina SANTA CRUZ École d Ingénieurs de Cherbourg LUSAC «Équipe

Plus en détail

Limitation du débit de pompage selon la charge en fonction de la position des crépines

Limitation du débit de pompage selon la charge en fonction de la position des crépines Limitation du débit de pompage selon la charge en fonction de la position des crépines Note technique NT EAU 21/6 Novembre 214 Dominique THIÉRY Synthèse Cette note présente la fonctionnalité de «Limitation

Plus en détail

Calculs Computional fluide dynamiques (CFD) des serres à membrane de Van der Heide

Calculs Computional fluide dynamiques (CFD) des serres à membrane de Van der Heide Calculs Computional fluide dynamiques (CFD) des serres à membrane de Van der Heide J.B. Campen Wageningen UR Glastuinbouw, Wageningen xxx 2007 Rapport xxx 2007 Wageningen, Wageningen UR Glastuinbouw Tous

Plus en détail

OPENFOAM. Ecoulements conduites cylindriques Laminaire Turbulent

OPENFOAM. Ecoulements conduites cylindriques Laminaire Turbulent OPENFOAM Ecoulements conduites cylindriques Laminaire Turbulent Tutorials crées par Rajesh Bhaskaran sous fluent et adaptés par Bence Somogyi sous OF. Cas Laminaire Conduite de 20 cm de diamètre et 8 mètres

Plus en détail

Guide de SolidWorks Flow Simulation pour l enseignant. Présentateur Date

Guide de SolidWorks Flow Simulation pour l enseignant. Présentateur Date Guide de SolidWorks Flow Simulation pour l enseignant Présentateur Date 1 Qu'est-ce que SolidWorks Flow Simulation? SolidWorks Flow Simulation est un logiciel d'analyse des écoulements de fluide et du

Plus en détail

Travail du MCIA MNF 2005/2006. Exploration du code Star-Cd

Travail du MCIA MNF 2005/2006. Exploration du code Star-Cd Travail du MCIA MNF 2005/2006 Exploration du code Star-Cd Philippe Claudon, Masi Enrica Exploration du code Star-CD Introduction Simulation d un cas physique simple Création d un domaine numérique représentatif

Plus en détail

StockMalin l application pour les brocanteurs!

StockMalin l application pour les brocanteurs! StockMalin l application pour les brocanteurs! Conçue en intégralité par Quentin Comte-Gaz StockMalin Gestion de stock/clients/fournisseurs en ligne (2014) 1/15 Sommaire Introduction...3 PARTIE 1 : DESCRIPTION

Plus en détail

ET 24 : Modèle de comportement d un système Boucles de programmation avec Labview.

ET 24 : Modèle de comportement d un système Boucles de programmation avec Labview. ET 24 : Modèle de comportement d un système Boucles de programmation avec Labview. Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable Formation des enseignants parcours : ET24 Modèle de

Plus en détail

Aire sous une courbe et calcul de primitives

Aire sous une courbe et calcul de primitives Aire sous une courbe et calcul de primitives Le calcul de primitives d une fonction et celui de l aire de la surface bordée par le graphique de cette fonction sont intimement liés. Les exemples qui suivent

Plus en détail

Chaotique ou pas? Chaos ix. La recherche aujourd hui http://www.chaos-math.org

Chaotique ou pas? Chaos ix. La recherche aujourd hui http://www.chaos-math.org Chaotique ou pas? Chaos ix. La recherche aujourd hui http://www.chaos-math.org Chaos est un film mathématique constitué de neuf chapitres de treize minutes chacun. Il s agit d un film tout public autour

Plus en détail

Ressources pour le lycée technologique

Ressources pour le lycée technologique éduscol Enseignement de mathématiques Classe de première STMG Ressources pour le lycée technologique Dérivation : Approximation affine et applications aux évolutions successives Contexte pédagogique Objectifs

Plus en détail

TP spécialité N 3 La Lunette Astronomique 1 / 7

TP spécialité N 3 La Lunette Astronomique 1 / 7 TP spécialité N 3 La Lunette Astronomique / 7 I- Matériel disponible. - Un banc d optique avec accessoires : Une lanterne avec la lettre «F», deux supports pour lentille, un porte écran, un miroir plan,

Plus en détail

Systèmes de transmission

Systèmes de transmission Systèmes de transmission Conception d une transmission série FABRE Maxime 2012 Introduction La transmission de données désigne le transport de quelque sorte d'information que ce soit, d'un endroit à un

Plus en détail

L analyse boursière avec Scilab

L analyse boursière avec Scilab L analyse boursière avec Scilab Introduction La Bourse est le marché sur lequel se traitent les valeurs mobilières. Afin de protéger leurs investissements et optimiser leurs résultats, les investisseurs

Plus en détail

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert DISQUE DUR Le sujet est composé de 8 pages et d une feuille format A3 de dessins de détails, la réponse à toutes les questions sera rédigée sur les feuilles de réponses jointes au sujet. Toutes les questions

Plus en détail

SUITES ET SÉRIES GÉOMÉTRIQUES

SUITES ET SÉRIES GÉOMÉTRIQUES SUITES ET SÉRIES GÉOMÉTRIQUES Sommaire 1. Suites géométriques... 2 2. Exercice... 6 3. Application des suites géométriques aux mathématiques financières... 7 4. Vocabulaire... 7 5. Exercices :... 8 6.

Plus en détail

UNIVERSITÉE KASDI MERBAH OUARGLA

UNIVERSITÉE KASDI MERBAH OUARGLA UNIVERSITÉE KASDI MERBAH OUARGLA FACULTE DES SCIENCES APPLIQUÉES Département de Génie des Procédés Phénomènes de transferts Travaux pratiques de mécanique des fluides CHAOUCH Noura et SAIFI Nadia 2013

Plus en détail

ANNEXE J POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS SELON UN CHARGEMENT CYCLIQUE ET STATIQUE

ANNEXE J POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS SELON UN CHARGEMENT CYCLIQUE ET STATIQUE 562 ANNEXE J POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS SELON UN CHARGEMENT CYCLIQUE ET STATIQUE 563 TABLE DES MATIÈRES ANNEXE J... 562 POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS

Plus en détail

1 - DEBITMETRE A ORGANE DEPRIMOGENE

1 - DEBITMETRE A ORGANE DEPRIMOGENE 1 - DEBITMETRE A ORGANE DEPRIMOGENE Il s agit de créer au sein de la canalisation une restriction localisée de la section (ou constriction) qui engendrera une différence de pression statique dont la mesure

Plus en détail

B = (R 2 + (x x c ) 2 )

B = (R 2 + (x x c ) 2 ) PHYSQ 126: Champ magnétique induit 1 CHAMP MAGNÉTIQUE INDUIT 1 But Cette expérience 1 a pour but d étudier le champ magnétique créé par un courant électrique, tel que décrit par la loi de Biot-Savart 2.

Plus en détail

ETUDE DE COMPATIBILITE DE LA ZONE DE RECOUVREMENT DES MODELES NUMERIQUES APPLICATION AUX ETUDES D IMPACT DES PROJETS D ENERGIES MARINES

ETUDE DE COMPATIBILITE DE LA ZONE DE RECOUVREMENT DES MODELES NUMERIQUES APPLICATION AUX ETUDES D IMPACT DES PROJETS D ENERGIES MARINES ETUDE DE COMPATIBILITE DE LA ZONE DE RECOUVREMENT DES MODELES NUMERIQUES APPLICATION AUX ETUDES D IMPACT DES PROJETS D ENERGIES MARINES Julien Schaguene, Olivier Bertrand, Eric David Sogreah Consultants

Plus en détail

Simulation numérique d'un écoulement autour d'un profil d'aile muni d'un volet poreux.

Simulation numérique d'un écoulement autour d'un profil d'aile muni d'un volet poreux. ème Congrès Français de Mécanique Bordeaux, 6 au 3 août 3 Simulation numérique d'un écoulement autour d'un profil d'aile muni d'un volet poreux. C. HAFIEN a, A. BOUREHLA b, T. LILI a a. Laboratoire de

Plus en détail

MC11 Mélanges d acides et de bases ; solutions tampons

MC11 Mélanges d acides et de bases ; solutions tampons MC11 Mélanges d acides et de bases ; solutions tampons Les définitions d acidité et de basicité ont beaucoup évoluées depuis leur apparition. Aujourd hui, on retient deux définitions valables. Celle donnée

Plus en détail

Projet ESINSA 5 TRAITEMENT D IMAGE. Active Contours without Edges for Vector-Valued Images. Par Nicolas Brossier et Cyril Cassisa

Projet ESINSA 5 TRAITEMENT D IMAGE. Active Contours without Edges for Vector-Valued Images. Par Nicolas Brossier et Cyril Cassisa Projet ESINSA 5 TRAITEMENT D IMAGE Active Contours without Edges for Vector-Valued Images Par Nicolas Brossier et Cyril Cassisa Page 1 sur 14 Abstract Pour ce projet, nous implémentons un algorithme de

Plus en détail

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA sur l économie par Frank Bodmer Economiste indépendant et chargé de cours, Université de Bâle Etude demandée par l Administration fédérale des

Plus en détail

RAPPORT SUR L ETUDE DES DONNEES FINANCIERES ET STATISTIQUES A L AIDE DU LOGICIEL SCILAB

RAPPORT SUR L ETUDE DES DONNEES FINANCIERES ET STATISTIQUES A L AIDE DU LOGICIEL SCILAB RAPPORT SUR L ETUDE DES DONNEES FINANCIERES ET STATISTIQUES A L AIDE DU LOGICIEL SCILAB PAR : MAROOF ASIM DAN BENTOLILA WISSAM ESSID GROUPE 1 LM206 Lundi 10H45 INTRODUCTION : ( Ce rapport est un compte

Plus en détail

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23.1. Critères de jugement binaires Plusieurs mesures (indices) sont utilisables pour quantifier l effet traitement lors de l utilisation d

Plus en détail

Le contrôle continu des consommations d énergie pour le chauffage des bâtiments

Le contrôle continu des consommations d énergie pour le chauffage des bâtiments Le contrôle continu des consommations d énergie pour le chauffage des bâtiments Service de l environnement et de l énergie Ch. des Boveresses 155 1066 Epalinges Table des matières Introduction 2 Un réseau

Plus en détail

CONSTRUIRE UNE SÉQUENCE PÉDAGOGIQUE UTILISANT UN LOGICIEL DE SIMULATION DE GAZ

CONSTRUIRE UNE SÉQUENCE PÉDAGOGIQUE UTILISANT UN LOGICIEL DE SIMULATION DE GAZ CONSTRUIRE UNE SÉQUENCE PÉDAGOGIQUE UTILISANT UN LOGICIEL DE SIMULATION DE GAZ C.1. Prise en mains rapide du logiciel Atelier Théorie Cinétique pour l'enseignant Sauver les deux fichiers Gaz.htm et gaz.jar

Plus en détail

TP4 Simulation comportement drone

TP4 Simulation comportement drone MATLAB Institut Polytechnique Des Sciences Avancées TP4 Simulation comportement drone Modélisation du comportement d un drone quadri-rotor Sous la conduite de : M. Sellami Par : Morin Florent Herrewyn

Plus en détail

Exemple de rapport simplifié de Test de charge

Exemple de rapport simplifié de Test de charge syloe.fr http://www.syloe.fr/conseil/test de charge/exemple de rapport simplifie de test de charge/ Exemple de rapport simplifié de Test de charge Contexte du test de charge Un client nous soumet une problématique

Plus en détail

RECHERCHE DE CHEMIN MINIMAL

RECHERCHE DE CHEMIN MINIMAL REHERHE DE HEIN INIL par Yvon KWLSK, Sofiane SERUTU et Jérémy VEIRN, élèves de troisième au collège dulphe DELEGRGUE de ourcelles lès Lens (Pas de alais) 2003 Enseignant : Stéphane RERT (collège DELEGRGUE

Plus en détail

1 Introduction. CIRCUITS RLC À COURANT ALTERNATIF

1 Introduction. CIRCUITS RLC À COURANT ALTERNATIF PHYSQ 126: Circuits RLC 1 CIRCUITS RLC À COURANT ALTERNATIF 1 Introduction. Le but de cette expérience est d introduire le concept de courant alternatif (en anglais, Alternating Current ou AC) et d étudier

Plus en détail

TROISIÈME LOI DE KÉPLER : VÉRIFICATIONS ET APPLICATIONS DANS LE SYSTÈME SOLAIRE

TROISIÈME LOI DE KÉPLER : VÉRIFICATIONS ET APPLICATIONS DANS LE SYSTÈME SOLAIRE Gabriel Scherer TS3 TROISIÈME LOI DE KÉPLER : VÉRIFICATIONS ET APPLICATIONS DANS LE SYSTÈME SOLAIRE TPP4.odt 1/6 Rappels : 1 U.A. = 1,497.10 11 m Constante de gravitation universelle G = 6,67.10 11 u.s.i.

Plus en détail

Sciences Po Paris 2012 Mathématiques Solutions

Sciences Po Paris 2012 Mathématiques Solutions Sciences Po Paris 202 athématiques Solutions Partie : Le modèle de althus odèle discret a Pour tout entier naturel n, on a P n+ P n = P n donc P n+ = +P n Par suite la suite P n est géométrique de raison

Plus en détail

LES REPRESENTATIONS DES NOMBRES

LES REPRESENTATIONS DES NOMBRES LES CARTES A POINTS POUR VOIR LES NOMBRES INTRODUCTION On ne concevrait pas en maternelle une manipulation des nombres sans représentation spatiale. L enfant manipule des collections qu il va comparer,

Plus en détail

Questions pratiques 4: Transformer la variable dépendante

Questions pratiques 4: Transformer la variable dépendante Questions pratiques 4: Transformer la variable dépendante Jean-François Bickel Statistique II SPO8 Transformer une variable consiste en une opération arithmétique qui vise à construire une nouvelle variable

Plus en détail

Annexe commune aux séries ES, L et S : boîtes et quantiles

Annexe commune aux séries ES, L et S : boîtes et quantiles Annexe commune aux séries ES, L et S : boîtes et quantiles Quantiles En statistique, pour toute série numérique de données à valeurs dans un intervalle I, on définit la fonction quantile Q, de [,1] dans

Plus en détail

BUREAU D ÉTUDES INDUSTRIEL CONTROLE ACTIF DU DECOLLEMENT DE LA COUCHE LIMITE SUR UN PROFIL SUBSONIQUE

BUREAU D ÉTUDES INDUSTRIEL CONTROLE ACTIF DU DECOLLEMENT DE LA COUCHE LIMITE SUR UN PROFIL SUBSONIQUE LOGEAIS Matthieu CASTILLO Mario BEAUGENDRE Gabriel BUREAU D ÉTUDES INDUSTRIEL CONTROLE ACTIF DU DECOLLEMENT DE LA COUCHE LIMITE SUR UN PROFIL SUBSONIQUE TABLE DES MATIÈRES Introduction...4 I. Contexte

Plus en détail

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance IV) l équilibre ressources - emplois et son interprétation Cet article fait suite à ceux du 19 janvier et du 18 février 2013. Il en est le complément logique sur les fondamentaux macro- économiques d un

Plus en détail

Tomographie de la résistivité électrique (ERT)

Tomographie de la résistivité électrique (ERT) Tomographie de la résistivité électrique (ERT) 1 Principe de la mesure Le sondage électrique est une méthode d exploration du sous-sol qui repose sur la mesure de la résistivité électrique ρ (en Ω.m).

Plus en détail

Définition d une suite récurrente à l aide de la fonction ln

Définition d une suite récurrente à l aide de la fonction ln Définition d une suite récurrente à l aide de la fonction ln Thèmes. fonction ln, théorème des valeurs intermédiares, suite définie par récurrence : majoration, minoration, monotonie, convergence, eistence.

Plus en détail

INITIATION AUX SIMULATIONS DES CONTRAINTES ET DEFORMATIONS D UNE STRUCTURE

INITIATION AUX SIMULATIONS DES CONTRAINTES ET DEFORMATIONS D UNE STRUCTURE DOSSIER : CHARIOT PORTE PALAN INITIATION AUX SIMULATIONS DES CONTRAINTES ET DEFORMATIONS D UNE STRUCTURE ATELIER CATIA V5: GENERATIVE STRUCTURAL ANALYSIS OBJECTIFS : L objectif de cette étude consiste

Plus en détail

Trépier avec règle, ressort à boudin, chronomètre, 5 masses de 50 g.

Trépier avec règle, ressort à boudin, chronomètre, 5 masses de 50 g. PHYSQ 130: Hooke 1 LOI DE HOOKE: CAS DU RESSORT 1 Introduction La loi de Hooke est fondamentale dans l étude du mouvement oscillatoire. Elle est utilisée, entre autres, dans les théories décrivant les

Plus en détail

Chapitre 5 : Mouvement accéléré

Chapitre 5 : Mouvement accéléré 1 Chapitre 5 : Mouvement accéléré 5.1 Accélération Tu sais que les mobiles voyagent très rarement à des vitesses constantes. Exemple une promenade en voiture, ta vitesse augmente et diminue constamment.

Plus en détail

Introduction à l optimisation

Introduction à l optimisation Université du Québec à Montréal Introduction à l optimisation Donnée dans le cadre du cours Microéconomie II ECO2012 Baccalauréat en économique Par Dominique Duchesneau 21 janvier septembre 2008 Ce document

Plus en détail

Groupe Eyrolles, 2003, ISBN : 2-212-11317-X

Groupe Eyrolles, 2003, ISBN : 2-212-11317-X Groupe Eyrolles, 2003, ISBN : 2-212-11317-X 3 Création de pages dynamiques courantes Dans le chapitre précédent, nous avons installé et configuré tous les éléments indispensables à la mise en œuvre d une

Plus en détail

2014-2015 DS n 3 Chap 1-2h. Épreuve composée

2014-2015 DS n 3 Chap 1-2h. Épreuve composée Épreuve composée Pour la partie 3 (Raisonnement s appuyant sur un dossier documentaire), il est demandé au candidat de traiter le sujet : en développant un raisonnement ; en exploitant les documents du

Plus en détail

Code_Aster. Indicateurs de décharge et de perte de proportionnalité du chargement en élastoplasticité

Code_Aster. Indicateurs de décharge et de perte de proportionnalité du chargement en élastoplasticité Titre : Indicateurs de décharge et de perte de proportionn[...] Date : 21/07/2009 Page : 1/7 Indicateurs de décharge et de perte de proportionnalité du chargement en élastoplasticité Résumé On présente

Plus en détail

Texte Agrégation limitée par diffusion interne

Texte Agrégation limitée par diffusion interne Page n 1. Texte Agrégation limitée par diffusion interne 1 Le phénomène observé Un fût de déchets radioactifs est enterré secrètement dans le Cantal. Au bout de quelques années, il devient poreux et laisse

Plus en détail

UTILISER LE MODELE 3D ET VISUALISER LA CIRCULATION DE L AIR SUR LA PALE

UTILISER LE MODELE 3D ET VISUALISER LA CIRCULATION DE L AIR SUR LA PALE STI2D ITEC TP 4 Centre d intérêt : Durée : 2h00 REPRESENTATION DU REEL ET SIMULATION NUMERIQUE UTILISER LE MODELE 3D ET VISUALISER LA CIRCULATION DE L AIR SUR LA PALE Page 1 sur 8 Vous avez déjà constaté

Plus en détail

Nombre dérivé et tangente

Nombre dérivé et tangente Nombre dérivé et tangente I) Interprétation graphique 1) Taux de variation d une fonction en un point. Soit une fonction définie sur un intervalle I contenant le nombre réel a, soit (C) sa courbe représentative

Plus en détail

ETUDE DETAILLEE DU CALCUL DU PRIX DE L'EAU CHAUDE ET PROPOSITION DE CHANGEMENT

ETUDE DETAILLEE DU CALCUL DU PRIX DE L'EAU CHAUDE ET PROPOSITION DE CHANGEMENT ETUDE DETAILLEE DU CALCUL DU PRIX DE L'EAU CHAUDE ET PROPOSITION DE Copropriété: Les Jardins de la mer - Antibes Année 2008 1/9 Table des matières 1. INTRODUCTION...3 1.1 Portée du document...3 1.2 Objectif

Plus en détail

SDLV120 - Absorption d'une onde de compression dans un barreau élastique

SDLV120 - Absorption d'une onde de compression dans un barreau élastique Titre : SDLV120 - Absorption d'une onde de compression dan[...] Date : 09/11/2011 Page : 1/9 SDLV120 - Absorption d'une onde de compression dans un barreau élastique Résumé On teste les éléments paraxiaux

Plus en détail

à froid en moteur Diesel

à froid en moteur Diesel Le démarrage d à froid en moteur Diesel Directrice de thèse : Christine Mounaim-Rousselle LME) Encadrants : Fabrice Foucher (LME) Bertrand Barbeau (PSA) Benoit Jeanne (PSA) Célia vergnes Journées François

Plus en détail

Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident?

Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident? Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident? Le débat sur les conséquences de l affaiblissement du permis à points par un amendement à la LOPPSI2, qui double

Plus en détail

Exercices Alternatifs. Une fonction continue mais dérivable nulle part

Exercices Alternatifs. Une fonction continue mais dérivable nulle part Eercices Alternatifs Une fonction continue mais dérivable nulle part c 22 Frédéric Le Rou (copyleft LDL : Licence pour Documents Libres). Sources et figures: applications-continues-non-derivables/. Version

Plus en détail

Junior ESSEC 19/01/2015

Junior ESSEC 19/01/2015 JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 3ème journée Compte-rendu de l atelier 4 : Transformation numérique des relations administration-usagers Thème de la journée

Plus en détail

Étude Des Zones D un Joint De Soudure D une Eprouvette Sollicitée En Fatigue

Étude Des Zones D un Joint De Soudure D une Eprouvette Sollicitée En Fatigue Étude Des Zones D un Joint De Soudure D une Eprouvette Sollicitée En Fatigue F.Z.KETTAF 1, N.H.CHERIET 2, B. BOUCHOUICHA 3 Laboratoire LMSR.Université Djillali Liabès Sidi Bel Abbes- Algérie. 1 fz.kettaf@gmail.com

Plus en détail

Ma banque, mes emprunts et mes intérêts

Ma banque, mes emprunts et mes intérêts Ma banque, mes emprunts et mes intérêts Alexandre Vial 0 janvier 2009 Les intérêts cumulés Je place 00 e à 4% par an pendant un an. Donc au bout d un an, j ai 00 + 00. 4 = 00 00( + 4 ) =04 e. 00 Cependant,

Plus en détail

APTITUDE DE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE À DÉTECTER LES FISSURES ET NIDS D ABIELLE DANS LE BÉTON

APTITUDE DE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE À DÉTECTER LES FISSURES ET NIDS D ABIELLE DANS LE BÉTON APTITUDE DE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE À DÉTECTER LES FISSURES ET NIDS D ABIELLE DANS LE BÉTON J. RHAZI, S. NAAR Groupe de Recherche sur l Auscultation et l Instrumentation Département de génie civil

Plus en détail