Analyse comparative du personnage de Don Juan dans la littérature théâtrale belge du XX e siècle

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Analyse comparative du personnage de Don Juan dans la littérature théâtrale belge du XX e siècle"

Transcription

1 MASARYKOVA UNIVERZITA FILOZOFICKÁ FAKULTA ÚSTAV ROMÁNSKÝCH JAZYKŮ A LITERATUR Francouzský jazyk a literatura Michaela Krejčìřová Analyse comparative du personnage de Don Juan dans la littérature théâtrale belge du XX e siècle Bakalářská diplomová práce Vedoucì práce: Mgr. Laura Dutillieut Brno 2014

2 Prohlašuji, že jsem diplomovou práci vypracovala samostatně s využitím uvedených pramenů a literatury a že se elektronická verze uložená v archivu IS MU shoduje s verzí tištěnou. V Brně dne 26. dubna

3 Remerciement Je remercie sincèrement ma très chère directrice du mémoire, Laura Dutillieut, pour ses précieux conseils, sa lecture minutieuse de ce travail, son soutien infini, ses expéditions régulières de livres de Belgique et surtout pour ses cours, qui m ont toujours remplie non seulement de connaissances, mais aussi d énergie et de bonne humeur.

4 Dédié à Virginie H., qui a quitté la scène trop tôt mais dont la performance ne sera jamais oubliée. Vous me manquez.

5 TABLE DES MATIERES Introduction... 7 A Partie théorique I) Notions générales Analyse de la pièce de théâtre Contexte spatio-temporel Analyse du personnage Définition du mythe II) Mythe de Don Juan Naissance du mythe Première version du mythe Différentes versions du mythe III) Auteurs étudiés Michel de Ghelderode (1898 Ŕ 1962) Suzanne Lilar (1901 Ŕ 1992) Éric-Emmanuel Schmitt (1960) Claire Lejeune (1926 Ŕ 2008) B Partie analytique I) Résumé et décor Don Juan de Michel de Ghelderode Le Burlador de Suzanne Lilar La Nuit de Valognes d Éric-Emmanuel Schmitt Ariane et Don Juan ou Le Désastre de Claire Lejeune II) Analyse du personnage de Don Juan Caractérisation du personnage de Don Juan Don Juan en tant que symbole : composantes essentielles Don Juan et son passé Sa relation avec les femmes, son attitude envers l amour, le sexe et le mariage Avenir de Don Juan III) Influence spatio-temporelle... 54

6 1. Don Juan belge et les aspects historiques Quête identitaire Évolution de la société Conclusion Bibliographie Liste d abréviations... 72

7 Introduction «Je reconnais que je suis un héros fatigué.» Ŕ Claire Lejeune 1 L histoire de la littérature théâtrale belge est extrêmement courte en comparaison avec celle de la France. Malgré cela, la création théâtrale en Belgique est très variée, son évolution très mouvante et le théâtre a une valeur symbolique et une grande importance pour la société belge : lors de la représentation de La Muette de Portici en 1830, la salle a commencé à chanter le refrain patriotique de l opéra joué ce soir-là, ce qui a encouragé le public puis le pays à se révolter contre les Hollandais occupant leur territoire 2 ; le théâtre a donc contribué à la prise d indépendance du pays. La courte existence du théâtre belge a cependant suffi à établir des constances dans son activité théâtrale, y compris les références historiques : les Belges ne se sont jamais complètement libérés du souvenir des diverses occupations de leur territoire ; l histoire est donc un référent culturel important pour les intellectuels. Le nombre d œuvres belges se rapportant au personnage de Don Juan 3 prouve que ce héros d origine espagnole appartient aux dites constances thématiques. Réfléchissant à l idée de mythe dans le cadre d un travail sur le personnage de Don Juan, Jean Rousset, critique littéraire et professeur à l université de Genève, affirme que le mythe représente «d une part un récit assez [ ] perméable aux circonstances de lieu et et de temps pour se prêter à la métamorphose sans perdre son identité première ; d autre part un bien commun que tout le monde s approprie sans jamais l épuiser» 4. L immense nombre d adaptations du mythe du libertin sévillan existant confirme ces mots : comme le remarque Raphaël Sorin dans son article Don Juan l insaisissable, «le Burlador de Séville a séduit autant d artistes et d écrivains que de jolies femmes» 5, et son caractère éternel l a élevé au rang de 1 C. LEJEUNE, Ariane et Don Juan ou Le Désastre, Bruxelles, Les éditions de l ambedui, 1997, p P. ARON, La mémoire en jeu : une histoire du théâtre de langue française en Belgique, Bruxelles, Théâtre National de Belgique, 1995, p Cf. le sous-chapitre Différentes versions du mythe. 4 N. GENDROT, L autobiographie et le mythe chez Casanova et Kierkegaard : automythologies comparées, Paris, L Harmattan, 2009, p R. SORIN, «Don Juan l insaissible», L Express, 1999 [disponible sur 7

8 mythe constant. Le séducteur français est célèbre grâce à Molière, le Don Juan italien est entré dans l histoire par l intermédiaire de Mozart, la version espagnole est née sous la plume de Tirso de Molina Quelle est donc l image du Don Juan belge? De plus, nous nous concentrerons particulièrement sur son image dans le cadre de la création théâtrale, c est-à-dire le genre de la première version écrite et un genre important dans la tradition littéraire belge. Enfin, suivant l analyse de Jean Rousset concernant les circonstances de lieu et de temps, nous limitons encore notre observation à un siècle, le XX e. Comment la production théâtrale relativement récente de Belgique fait-elle donc suite à la tradition mythique du Séducteur de Séville? Quels sont les points communs entre les œuvres concernées, dus à la proximité territoriale, culturelle ou temporelle, ou dans quelle mesure diffèrent-elles l une de l autre? Pourquoi ce mythe est-il présent dans la littérature belge et comment a-t-il été influencé par le cadre spatio-temporel? Tout d abord, afin de mieux définir notre problématique et d expliquer notre méthodologie, nous essayerons de définir les spécificités du texte théâtral, le contexte spatio-temporel de notre corpus, la notion de personnage dans une œuvre théâtrale et le terme «mythe». Ensuite, nous présenterons le mythe de Don Juan, en décrivant son identité originelle, la première version écrite par Tirso de Molina et les raisons de la longévité du mythe et de sa présence dans la création littéraire belge. Nous conclurons la partie théorique par une brève présentation de chacun des auteurs étudiés dans notre travail. Nous commencerons la partie analytique par les résumés des pièces de théâtre et par l analyse du décor. Ensuite, l analyse de Don Juan belge s opérera sur cinq niveaux : la caractérisation du personnage ; l analyse des composantes essentielles du mythe ; le passé de Don Juan, sa relation avec les femmes et son attitude envers l amour, le sexe et le mariage, et son avenir. Enfin, nous déterminerons l influence du contexte spatio-temporel belge sur l image de Don Juan dans notre corpus. Afin de définir l image de Don Juan au XX e siècle, nous avons sélectionné quatre pièces de théâtre belges, mentionnées désormais par l ordre chronologique de leur parution : Don Juan de Michel de Ghelderode (publiée en 1928 aux Éditions Gallimard, notre édition de 1999 aux Éditions Labor), Le Burlador de Suzanne Lilar (publiée en 1945 aux Éditions des artistes), La Nuit de Valognes d Éric-Emmanuel Schmitt (publiée en 1989, notre édition est une nouvelle version 2005 revue par l auteur aux Éditions Magnard) et Ariane et Don Juan ou Le Désastre de Claire Lejeune 8

9 (publiée en 1997 aux Éditions de l ambedui). Grâce à la distance temporelle entre les œuvres, le corpus choisi couvre plus ou moins tout le siècle et toutes les périodes de l histoire du théâtre belge 6 ; d ailleurs, le choix d auteurs sera davantage justifié dans la suite du travail. De plus, la moitié du corpus est écrite par des femmes, ce qui semble avoir une certaine importance dans un siècle caractérisé par des changements dans les droits des femmes. Avant de plonger dans le monde donjuanesque, nous voudrions présenter les abréviations utilisées : MdG-DJ Bur NdV Dés Don Juan de Michel de Ghelderode Le Burlador de Suzanne Lilar La Nuit de Valognes d Éric-Emmanuel Schmitt Ariane et Don Juan ou Le Désastre de Claire Lejeune 6 Cf. le sous-chapitre Contexte spatio-temporelinfluence spatio-temporelle. 9

10 A Partie théorique I) Notions générales Avant de procéder à l analyse littéraire, nous allons nous poser plusieurs questions essentielles pour mieux définir notre problématique et pour expliquer notre méthodologie. Nous allons donc aborder les questions suivantes : - qu est-ce qu une pièce de théâtre? Dans ce sous-chapitre, nous allons expliquer des éléments spécifiques au texte théâtral, notamment les didascalies, qui constitueront une source importante pour notre analyse. - quel est le contexte spatio-temporel de cette œuvre? Étant donné que notre travail se concentre particulièrement sur le XX e siècle en Belgique, il est également nécessaire de décrire le contexte correspondant. - de quelle manière analyser un personnage dans une œuvre théâtrale? Dans notre mémoire, le personnage représente un élément essentiel ; nous esquisserons les possibilités d analyse de ce composant. - qu est-ce qu un mythe? Pour définir ce terme, «mythe», nous allons décrire ce type de récit, avec tous ses aspects. 1. Analyse de la pièce de théâtre La pièce de théâtre représente l un des supports de base de l art théâtral. Elle est un point de départ pour la représentation, pour le spectacle : la représentation théâtrale est faite non seulement de texte mais également du travail des metteurs en scène, des acteurs et des techniciens, des costumes, du décor, de l éclairage, des salles et ainsi de suite, en d autres termes, du moment du jeu même, de la matérialisation du texte, comme l analyse la sémiologie du théâtre 7 et comme le remarque d ailleurs Denis Diderot dans l Entretien sur Le Fils naturel (1757) : «[ ] il y a bien de la différence entre peindre à mon imagination et mettre sous mes yeux.» 8 Pourtant, 7 La sémiologie théâtrale analyse le spectacle comme un ensemble d éléments : «l unité sémiologique du spectacle est une tranche contenant tous les signes [la parole, le décor, la gestualité] émis simultanément, tranche dont la durée est égale au signe qui dure le moins» ; le signifiant théâtral est donc «difficilement sécable en éléments distincts». (M. VUILLERMOZ, Le système des objets dans le théâtre français des années : Corneille, Mairet, Rotrou, Scudéry, Genève, Droz, 2000, p. 65.) 8 J. FOWLER, New Essays on Diderot, New York, Cambridge University Press, 2011, p

11 la représentation elle-même ne dure que l instant limité du jeu, tandis que le texte théâtral s inscrit dans la durée : la pièce de théâtre en tant que texte publié permet donc également la transmission postérieure. Il semble donc possible d analyser la pièce de théâtre de deux façons : l analyse du texte initial et une interprétation personnelle et spécifique de chaque mise en scène. Même s il n est pas impossible de retrouver des textes théâtraux dans lesquels les auteurs ont pris soin de décrire leur idée et leur vision de ce que devait être leur pièce de façon ponctuelle, voire bavarde, pour que les acteurs ou les metteurs en scène les respectent scrupuleusement 9, tout l équipement nécessaire à la réalisation de la pièce (le bâtiment, les salles, l éclairage, le corps professionnel du théâtre, etc.) constitue la spécificité des pièces de théâtre. En plus de cela, les œuvres théâtrales se distinguent traditionnellement d autres textes littéraires par la présence du dialogue, c est-à-dire la «transcription littéraire au style direct d une conversation réelle ou fictive» 10, rédigée pour être dite, et des didascalies. Ces dernières reprennent toutes les indications qui ne sont pas destinées à être prononcées mais à être prises en considération lors de la lecture ou du jeu, à fournir des informations importantes ou nécessaires pour une représentation adéquate. Il peut s agir d une phrase, d une suite de phrases, d un paragraphe ; elles peuvent également faire partie des dialogues. Leur nombre, leur précision ou leur style varient selon l époque et selon l auteur dramatique. Michel Pruner 11 apporte la classification des didascalies suivante 12 : 1) didascalies initiales : les didascalies initiales fournissent la liste des personnages dont la caractéristique (l emploi, les relations, l aspect physique, etc.) peut être précisée 13 ; elles peuvent également donner des informations sur le cadre spatio-temporel de la pièce ou possiblement sur le genre 14 2) didascalies fonctionnelles : elles déterminent quel personnage prononce quelle réplique, éventuellement à qui cette dernière est adressée ; elles précisent 9 Rappelons l un des auteurs étudiés dans ce mémoire, Michel de Ghelderode : sa pièce La Balade du Grand Macabre comporte un nombre abondant d instructions scéniques. 10 «Dialogue», In : P. ARON, D. SAINT-JACQUES, A. VIALA, Le dictionnaire du littéraire, Paris, PUF, 2010, p Metteur en scène, dramaturge, comédien et maître de conférence d études théâtrales à Lyon. 12 M. PRUNER, Analyse du texte de théâtre, Paris, Armand Collin, 2010, pp. 16Ŕ Il est pourtant possible que ces informations soient fournies dans les didascalies ou dans les dialogues au fur et à mesure. 14 Par exemple «farce en trois actes et six tableaux» dans La Balade du Grand Macabre de Michel de Ghelderode. 11

12 le découpage de la pièce (en actes, en scènes, en tableaux, etc.) et le mouvement des personnages ; la fermeture éventuelle d un rideau de scène, un changement de décor au cours du spectacle ou des précisions sur la lumière ou sur le fond sonore font également partie de ce type de didascalies («Grand bruit de casseroles.» 15 ) 3) didascalies expressives : les didascalies expressives précisent la façon, le rythme, l humeur et d autres indications similaires touchant à l interprétation de la réplique : «rire grêle», «avec vivacité», «ravi», «avec rage», «brusquement», «sarcastique», «angoissée», «candide», «elle modifie brusquement son débit», etc. 16 4) didascalies textuelles : «cachées» directement dans le texte, elles commentent ou décrivent une action ou un mouvement : «LA DUCHESSE. Vous êtes aveugle, valet, approchez-vous donc et regardez-le, celui que vous tenez comme votre maître. Observez ces épaules qui s arrondissent Ŕ sous le poids de quoi? rien ne pèse sur le vrai Don Juan. Voyez ce regard perdu dans des pensées : on dirait un homme qui se souvient, or Don Juan n a pas de mémoire. Voyez le temps qui commence à tisser sa toile sur son visage, ces petits fils de rides qui relient les paupières aux oreilles, et les oreilles aux lèvres.» 17 Ces didascalies constitueront une source importante pour notre analyse de Don Juan dans le corpus choisi. 2. Contexte spatio-temporel Lorsque l on évoque la littérature belge de langue française, on mentionne souvent sa ressemblance avec un petit satellite dépendant, tournant autour d une grande planète, la France, elle autonome ; son centre, Paris, profite de la renommée, de la présence des institutions ou des droits de décision sur l organisation de la production, et la situation des littératures périphériques 18 est donc assez difficile : se distinguer et perdre ainsi l apport éventuel du centre, ou suivre la norme imposée par ce centre et profiter de son prestige? En ce qui concerne la littérature belge, 15 M. de GHELDERODE, Don Juan, Tournai, Labor, 1999, p Exemples issus du corpus étudié. 17 É-E. SCHMITT, La Nuit de Valognes, Paris, Magnard, 2005, p Comme par exemple les littératures francophones de Suisse, d Afrique, du Maghreb, du Québec, des Caraïbes, etc. 12

13 en opposition linguistique constante 19, sa production depuis la création de la Belgique indépendante, en 1830, peut être divisée en trois périodes 20 : 1) période centripète (1830 Ŕ 1920) : période également appelée «littérature belge de langue française» où le français, reconnu comme la langue de littérature et de prestige, et renforcé par l idée d un certain nationalisme littéraire, se confronte à la langue et l imaginaire flamand, et revendique l originalité et l indépendance culturelle du pays ; le résultat consiste dans l utilisation de la langue française, mais basée sur la dénégation, c est-à-dire le refus de l influence de la France en développant des références à la littérature germanique et à la culture flamande ; 2) période centrifuge (1920 Ŕ 1960) : lors de cette période de «littérature française de Belgique», les écrivains flamands et francophones se voient obtenir de nouvelles situations : les premiers commencent à contribuer artistiquement à la littérature néerlandaise, tandis que les francophones optent pour l adaptation à la vague parisienne, ce qui mène, entre autres, à une certaine soumission de la création belge ; 3) période dialectique (à partir de 1960) : les auteurs de la période appelée également «littérature francophone de Belgique» ne refusent pas le centre, mais ils ne se font pas toujours éditer à Paris et ils se tournent vers leurs origines. Les tendances centripètes influencent également le domaine du théâtre : les directeurs s efforcent de présenter des pièces déjà jouées à Paris, qui augmentent ainsi le profit, nécessaire pour toute l infrastructure mentionnée ci-dessus ; on observe l attrait des acteurs venus de France, une certaine «nécessité» de présenter ses pièces aux théâtres parisiens pour se faire reconnaître Néanmoins, le théâtre belge prospère. Puisque le théâtre dépend d un financement et d infrastructures davantage que la création romanesque, son développement historique ne correspond pas aux phases mentionnées ; voici les périodes définies par Paul Aron 21 : 19 La Belgique connaît trois langues officielles sur son territoire : le néerlandais avec les dialectes flamands et limbourgeois au Nord, le français au Sud du pays et l allemand à l Est. 20 Inspiré de l article «La production littéraire en Belgique francophone : esquisse d une sociologie historique» de Jean-Marie Klinkenberg, cf. Bibliographie. 21 Inspiré du livre La mémoire en jeu : une histoire du théâtre de langue française en Belgique, op. cit., et de nos notes du cours de l Histoire de la littérature belge II de Laura Dutillieut en

14 1) scènes commerciales Ŕ scènes littéraires (1830 Ŕ 1918) : le théâtre à cette époque sert de lieu de rencontre, de loisirs, de discussion Il s agit de la réunion sociale de masse par excellence. Les réactions des acteurs et du public diffèrent énormément du théâtre de nos jours : le metteur en scène n existe pas, les salles de spectacle sont éclairées du début à la fin de la représentation, on converse avec le public et il est même absolument normal que ce dernier bavarde pendant le spectacle, que les gens mangent, boivent ou fument. C est un lieu de réunions intellectuelles qui provoquent des réactions : lors de la représentation de La Muette de Portici en 1830, le peuple décide de se révolter contre les Hollandais occupant leur territoire et sort du théâtre en chantant le refrain patriotique de l opéra. Ce dernier déclenche donc une révolution et contribue à la prise d indépendance du pays. Le théâtre a donc une importance exceptionnelle et une valeur symbolique pour la société belge 22. A la fin du XIX e siècle apparaît le mythe nordique (ou le mythe de «l âme belge»), le résultat de la valorisation de la tradition culturelle germanique et de la mise en exergue de la culture flamande au cours de la période centripète ; loin du goût français pour l abstraction et pour le classicisme, les écrivains belges ne se rapprochent de la littérature hexagonale que par la langue. Leur «nordicité» se caractérise par les thèmes naturels (les stéréotypes de climat tels que la pluie, la mer, les fleuves, la brume, la boue ou la plaine), par les thèmes architecturaux (les villes, les ports), par la valorisation de l histoire, de la tradition picturale flamande ou d un tempérament archétypal (le goût de l excès, du fantastique et de l humour). Les stéréotypes de «l âme belge» seront particulièrement mis en évidence dans l œuvre fondatrice de la littérature belge de langue française, La Légende d Ulenspiegel (1867), dans laquelle la modestie et le bon sens «populaire» des Belges rencontrent l âpreté et le goût du luxe des Espagnols 23. 2) théâtraliser le théâtre (1918 Ŕ 1940) : l apparition des mouvements dadaïstes ou expressionistes avec des auteurs tels que Crommelynck ou Ghelderode caractérisent la période de 1918 à Ces auteurs rompent avec le théâtre traditionnel, mêlent les scènes tragiques aux scènes comiques et donnent libre 22 Ce fait n est cependant pas connu du Belge contemporain. 23 Les Pays-Bas retombent sous la domination des Habsbourg d Espagne de 1506 à Cet aspect sera partiellement détaillé dans la suite de notre travail. 14

15 cours aux passions humaines : jalousie, cruauté, sexualité, etc. Ghelderode insiste sur le thème du masque et s inspire des mythes et des héros historiques en soulignant leur humanité. Toute la modernisation du théâtre de l époque est néanmoins interrompue par la guerre : les salles de spectacle sont fermées. 3) l art de la stabilité (1940 Ŕ 1970) : quelques semaines après la capitulation, on réouvre les théâtres. Sous la censure, les pièces à caractère nationaliste sont interdites ; le public préfère les œuvres classiques de la tragédie humaine à la propension à l excès des auteurs précédents. Après la guerre, l avant-garde est donc remplacée par le théâtre néoclassique, marqué par une langue claire et par la présence de mythe et de références historiques ; conservant certains liens avec le théâtre sous l Occupation, la majorité du théâtre néoclassique est située dans un autre lieu et une autre époque, généralement passées et «nobles». Les personnages de Don Juan, de Tristan, d Adam, de Christophe Colomb ou de Charles le Téméraire dominent la création dramatique de l époque, caractérisée par ses thématiques : amour, tragédie des sentiments absolus et mort. Les tendances de l époque tendent donc positivement vers l espace et le théâtre français, c est-à-dire la première des attitudes possibles évoquées plus haut. 4) créer à tout prix (à partir de 1970) : le théâtre entre dans une phase de rupture révolutionnaire avec de nouvelles pratiques, l art de la spontanéité et l improvisation. Il s ouvre également aux arts plastiques et à la musique, et les artistes développent l art de la scénographie. Pourtant, dans la littérature dramatique récente, les auteurs renoncent à une dramaturgie originale ou révolutionnaire et retournent à une certaine tradition. 3. Analyse du personnage Le personnage dans une pièce de théâtre se caractérise par les données comprises dans le texte ou résultant de l action et des répliques dans la pièce. Il s agit d un être en chair et en os, grâce au comédien qui lui prête un corps et une voix 24. La mesure de l adaptation par l acteur dépend entre autres de la quantité de données 24 «Le terme [personnage], apparu en français au XV e s., dérive du latin persona qui désignait le masque que les acteurs portaient sur scène.» («Personnage», In : P. ARON, D. SAINT-JACQUES, A. VIALA, Le dictionnaire, op. cit., p. 564.) 15

16 sur le personnage fournie par l auteur dramatique ; mais la créativité peut aussi reposer entre les mains du metteur en scène ou de l acteur lui-même. A l inverse des romans, les pièces de théâtre ne présentent ni jugement ni commentaire de l auteur, qui ne parle que par l intermédiaire des personnages 25. A cause de cette double énonciation 26, il est assez difficile de savoir qui cache la vérité ou de connaître le vrai visage du héros. Les monologues ou la présence d un adjuvant 27, qui forme un duo avec le héros et qui contribue à montrer ce dernier sous son vrai jour 28, peuvent contribuer à l explication ; mais nous démontrerons dans notre analyse comme il est difficile de décrire un personnage sans cela. Le héros peut être décrit soit explicitement, à travers les didascalies ou les répliques, soit implicitement, par ses actes et son comportement. Le texte peut nous ainsi fournir un portrait identitaire et caractéristique, montrer les relations du personnage avec d autres, son rôle dans l intrigue, son but, la modification de son discours d après la situation d énonciation ou d après l évolution de l histoire, etc. Parfois, la parole du héros ne correspond pas à ses actes et ces deux éléments se contredisent, ce qui peut mener à une nouvelle interprétation du caractère du personnage et ainsi à un changement de perception du spectateur. On note également non seulement ses propres dires, mais aussi ce que les autres personnages disent de lui (même si, à nouveau, nous constaterons que dans le cas de Don Juan, cela n assure pas toujours l objectivité) ; l art théâtral est caractérisé par cette polyphonie : «[ ] la théorie polyphonique exclut automatiquement la présence d une seule instance chargée de l auto-expression et élargit cette fonction aux autres êtres-discursifs, dissimulés derrière le seul Je du locuteur.» 29 «Au théâtre, le terme de voix [ ] renvoie enfin, par métaphore, à la voix du personnage mais aussi à la voix chorale ou bien encore à la voix 25 Sauf bien sûr dans les didascalies et/ou l avant-propos. 26 C est le terme utilisé par Michel Pruner dans l Analyse du texte de théâtre : «Le spectateur entend et voit deux personnages dialoguant ensemble (grâce à l intervention d acteurs qui leur prêtent une réalité physique) ; en fait, derrière eux, se tient un autre énonciateur, celui-là absent : l auteur, qui s adresse au public par l intermédiaire de ses personnages. Impossible pourtant de l assimiler à telle ou telle de ses créatures.» (M. PRUNER, Analyse du, op. cit., p. 22.) 27 L un des composants du schéma actantiel de la configuration narrative ; il aide le sujet à parvenir à son but. 28 Il peut s agir par exemple du valet du héros, comme dans Le Trompeur de Séville et le convié de pierre de Tirso de Molina. 29 M. MOHAMMADI-AGDASH, Approche stylistique de la polyphonie énonciative dans le théâtre de Samuel Beckett, thèse, Université de Lorraine, 2013, p

17 du didascale, spécialement depuis que la didascalie n a pas seule fonction de régie et peut donner l impression de donner à lire ce qui s apparenterait à une voix de l auteur.» Définition du mythe Afin d analyser l image d un personnage mythique, expliquons le terme central de «mythe». Emprunté au bas latin mythos, c est-à-dire «fable» ou «mythe», ou au grec muthos, «suite de paroles qui ont un sens», «discours», «fiction» ou «mythe» 31, ce mot désigne un «récit relatant des faits imaginaires non consignés par l histoire, transmis par la tradition et mettant en scène des êtres représentant symboliquement des forces physiques, des généralités d ordre philosophique, métaphysique ou social» 32. Des mots comme «légende», «fable» (le terme «mythe» a été jadis remplacé par son équivalent «fabula» ; il réapparaît en français au XIX e siècle), «histoire», «récit» ou «invention» font partie de ses synonymes. Néanmoins, en plus de celle-ci, le dictionnaire propose une autre définition, qui décrit le mythe comme une «évocation légendaire relatant des faits ou mentionnant des personnages ayant une réalité historique, mais transformés par la légende.» 33 En fait, Jérôme Bourdon 34 remarque que la définition «idéale» pourrait se trouver entre les deux : «Notons enfin que le mythe n est ni vrai ni faux : il emprunte au réel pour l idéaliser ou le diaboliser, et la langue courante qui en fait soit un mensonge ( ce n est qu un mythe ), soit une légende consacrée ( c est un véritable mythe ) dit bien l ambivalence du mot.» 35 La définition hétérogène du mythe va de pair avec la pluralité des disciplines ou des domaines auxquels le mythe peut être lié : la philosophie, l histoire de la littérature, 30 S. LE PORS, Le théâtre des voix, Presses Universitaires de Rennes, 2011, p CNRTL (portail lexical du Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales, sous le patronage du Centre national de la recherche scientifique et de l UMR d Analyse et traitement informatique de la langue française de l Université de Nancy) ; nous utiliserons ce dictionnaire pour l étymologie et les synonymes des termes [disponible sur : «Mythe». 32 LE TRÉSOR DE LA LANGUE FRANÇAISE INFORMATISÉ (version informatisée du Trésor de la langue française, élaborée par Analyse et traitement informatique de la langue française) ; [disponible sur : «Mythe». 33 Ibid. 34 Directeur du département de communications de l université de Tel Aviv, historien et sociologue des médias français. 35 J. BOURDON, «Les racines du mythe», Quaderni, 2007, n 65, p

18 la philologie, l etnographie, la sociologie, l histoire de la religion, la poésie, la rêverie... Même d après Roger Caillois 36, l homogénéité du mythe est assez questionnable : «A la limite, on se demande même s il n en faudrait pas un [principe] différent pour chaque mythe, comme si chaque mythe, organisation d une singularité irréductible, était consubstanciel à son principe d explication, de telle sorte que celui-ci ne puisse être détaché de celui-là sans une chute sensible de densité et de compréhension.» 37 Dans notre travail, nous nous intéresserons particulièrement au mythe littéraire. Georges Van Riet, de l Université catholique de Louvain, relève trois théories d interprétation du mythe en littérature 38 : 1) théorie tautégorique : selon cette interprétation, le mythe n est qu une fiction, un récit complétement inventé, pas du tout fondé sur la réalité ; cette création des poètes absurde et irréelle, marquée par la présence des dieux ou des héros, n a pas de valeur, sauf son charme littéraire éventuel, et il ne faut pas rechercher un sens caché du mythe car ce dernier ne «veut dire [que] ce qu il dit en fait, ni plus ni moins» 39. Pour illustrer la théorie tautégorique, citons les mythes d Homère, qui s intéresse «non à la réalité vraie, qui est idéale, ni même aux choses empiriques, qui imitent l Idée, mais seulement à l apparence, semblable à l image qu un miroir peut donner de l empirique» 40. 2) théorie allégorique : la théorie allégorique considère le mythe comme un récit à deux significations que nous pourrions appeler une signification superficielle, c est-à-dire apparente, et une signification profonde, en d autres termes cachée. Même si le mythe est toujours considéré comme invraisemblable, il faut retrouver le sens dissimulé à l intérieur du récit, comme dans le mythe de la caverne chez Platon 41 ou dans les fables de type moral de La Fontaine 42 ; ainsi, le mythe devient sérieux. Néanmoins, Van Riet dit que la signification profonde peut être retrouvée sans recours au mythe, tout simplement par la science ou par la philosophie, et il traite la théorie allégorique de cette manière : 36 Écrivain et critique littéraire français, XX e siècle. 37 G. VAN RIET, «Mythe et vérité», Revue philosophique de Louvain, 1960, tome 58, n 57, p Inspiré de son article «Mythe et vérité». 39 G. VAN RIET, «Mythe et, op. cit., p Ibid., p Philosophe grec. 42 Poète français du XVII e siècle. 18

19 «Aussi n est-il pas étonnant que cette théorie ait connu un succès comparable à celui du tautégorisme. Qu on rejette le mythe comme une sottise, ou qu on l accepte en y voyant, sous une sottise apparente, une doctrine valable, la différence est minime.» 43 3) théorie symbolique : selon la troisième interprétation, il faut se débarrasser du sens apparent et se concentrer uniquement sur le sens dissimulé du mythe, qui ne peut être compris que par l intermédiaire des symboles. L interprétation du mythe devient donc philosophique, comme chez Platon. Il est donc clair que les théories d analyse diffèrent, même dans le cadre des mythes littéraires. Cependant, malgré cette confusion, nous ne pouvons pas contester le fait que les mythes réapparaissent sous diverses formes artistiques. Rappelons-nous les mythes d Orphée, d Œdipe, de Tristan ou de Don Juan : on puise dans les récits anciens, on les réécrit et on l aide ainsi à faire revivre le passé ; la présence du mythe dans la littérature contemporaine le montre. A travers les personnages mythiques, l humanité compare la société de l époque avec les mœurs d autrefois, les utilise dans un but didactique ou essaie d expliquer des réalités qui dépassent la rationalité. L archétype de Don Juan, étudié dans le présent travail, montrera de façon concrète les possibilités de réécriture. En somme, nous avons d abord décrit les spécificités du texte théâtral, qui nous fourniront des informations importantes pour notre analyse. Ensuite, nous avons esquissé le contexte spatio-temporel du corpus et nous avons évoqué l importance du théâtre pour la société belge. Nous avons continué en décrivant les possibilités d analyse du personnage dans la pièce de théâtre, qui peut poser des problèmes particuliers dus à la double énonciation du texte théâtral. Enfin, nous avons défini le terme fondamental de «mythe». Passons maintenant à la description du mythe donjuanesque. 43 G. VAN RIET, «Mythe et, op. cit., p

20 II) Mythe de Don Juan Réfléchissant sur le mythe dans le cadre d un travail sur le personnage de Don Juan, Jean Rousset affirme que ce dernier appartient aux mythes car il représente «un bien commun que tout le monde s approprie sans jamais l épuiser», «prêt à la métamorphose sans perdre son identité première» 44. Nous commencerons donc par établir l identité originelle de ce mythe. Nous continuerons en décrivant la première version écrite de Don Juan et nous conclurons ce chapitre en décrivant dans quelle mesure la légende du séducteur de Séville s est soumise à ladite «métamorphose» et en expliquant les raisons de sa longévité et de sa présence dans la création littéraire belge. 1. Naissance du mythe Certains théoriciens affirment qu avant la première mise en scène «officielle», le mythe serait né d un événement ancien, fondé sur l histoire vraie de Don Juan Tenorio, issu d une éminente famille sévillane 45. Une nuit, ce libertin impie aurait enlevé la fille du commandeur d Ulloa et aurait tué ce dernier. Le commandeur aurait été enterré dans la chapelle d un couvent, avec une statue du commandeur à l intérieur. Les moines de Séville, résolus à punir le débauché Tenorio, auraient inventé un piège et l auraient ainsi condamné à mort. Les moines auraient ensuite proclamé que Don Juan Tenorio se serait rendu à la chapelle pour se moquer de la statue du commandeur ; cette dernière l aurait immédiatement envoyé en enfer. Cette légende, incluse dans les chroniques de Séville, aurait inspiré Tirso de Molina, premier à l avoir mise en scène. Néanmoins, cette histoire, plus tard complétée par d autres données supplémentaires, manque de sources crédibles. S agit-il d un fait imaginaire? Parlons-nous d un personnage historique? Est-ce un reflet de la réalité qui a suffi à établir un portrait légendaire? D après nous, une seule réalité reste certaine : Don Juan n a réellement vu le jour que grâce à la première version écrite, celle de Tirso de Molina. 44 N. GENDROT, L autobiographie, op. cit. 45 Inspiré du chapitre «Les origines de la légende, et le Burlador de Séville» dans le livre La Légende de Don Juan : son évolution dans la littérature des origines au romantisme de Georges Gendarme de Bévotte, cf. Bibliographie. 20

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE Fiche n 1 : Les 4 types de texte Fiche n 2 : La situation d énonciation 1- Le texte narratif qui sert à raconter 2- Le texte descriptif qui sert à faire voir 3- Le texte explicatif qui sert à faire comprendre

Plus en détail

Correction sujet type bac p224

Correction sujet type bac p224 Correction sujet type bac p224 Tragique : ne peut pas échapper à son destin. Pathétique : inspire la compassion, la pitié du lecteur envers le personnage. Poignant. Méthode : Pour la question, être synthétique,

Plus en détail

C était la guerre des tranchées

C était la guerre des tranchées C était la guerre des tranchées Jacques Tardi Format 23,2 x 30,5 cm 128 pages C et album consacré, comme son titre l indique, à la vie dans les tranchées pendant la Première Guerre mondiale est constitué

Plus en détail

Méthodologie du dossier. Epreuve d histoire de l art

Méthodologie du dossier. Epreuve d histoire de l art Méthodologie du dossier Epreuve d histoire de l art Fiche d identité de l oeuvre Nature de l oeuvre : Huile sur toile Auteur Eugène Delacroix (1798-1863) Titre : La liberté guidant le peuple : le 28 juillet

Plus en détail

Souvenir de la nuit du 4 1

Souvenir de la nuit du 4 1 SUJET COMPLET NOUVEAU BREVET 2 : SOUVENIR DE LA NUIT DU 4 1 / 5 Souvenir de la nuit du 4 1 Conforme aux nouvelles dispositions de l épreuve du nouveau brevet des collèges [...] Est-ce que ce n est pas

Plus en détail

L Association Nous Jouons pour les arts. Présente. Li fhamator. (Création 2009) Adaptation de «scène à Quatre» de Eugène Ionesco

L Association Nous Jouons pour les arts. Présente. Li fhamator. (Création 2009) Adaptation de «scène à Quatre» de Eugène Ionesco L Association Nous Jouons pour les arts Présente Li fhamator (Création 2009) Adaptation de «scène à Quatre» de Eugène Ionesco Une Production «Nous Jouons pour les arts» Mise en scène et dramaturgie : Adil

Plus en détail

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR?

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? Source: DUMONT, Nicole. Femmes d aujourd hui, Vol. 1 No. 8., janvier 1996. On dit de certaines personnes qu elles n ont pas de tête ou qu elles n ont pas de

Plus en détail

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.»

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.» Métonymie : image désuète de l instrument servant à écrire. Représentation traditionnelle et glorieuse du travail de l écrivain. Allusion à une époque révolue. Idée de durée, de permanence. edoublée dans

Plus en détail

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel eduscol Ressources pour la voie professionnelle Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel Français Présentation des programmes 2009 du baccalauréat professionnel Ces documents

Plus en détail

Text Types and Purposes

Text Types and Purposes Text Types and Purposes College and Career Readiness (CCR) Anchor Standard 1: Ecrire une composition avec une idée principale, claire, explicite ou implicite en utilisant des éléments et des arguments

Plus en détail

Avant-propos Le problème de la spécificité du texte dramatique... 7 Genres du dramatique et descriptions linguistiques... 12 Conclusion...

Avant-propos Le problème de la spécificité du texte dramatique... 7 Genres du dramatique et descriptions linguistiques... 12 Conclusion... Table des matières Avant-propos Le problème de la spécificité du texte dramatique... 7 Genres du dramatique et descriptions linguistiques... 12 Conclusion... 41 PREMIÈRE PARTIE Aspects sémio-linguistiques

Plus en détail

CLASSE : : : ; : : : : LA LIBERTE GUIDANT LE PEUPLE EUGENE DELACROIX

CLASSE : : : ; : : : : LA LIBERTE GUIDANT LE PEUPLE EUGENE DELACROIX HISTOIRE DES ARTS CLASSE : 4 ème Période historique : XIXème siècle Moment choisi : le retour à la monarchie ; les Trois Glorieuses Thématique : Arts, Etats et pouvoir (œuvre engagée) Sujet : Comment un

Plus en détail

L Illusion comique. De Corneille. L œuvre à l examen oral. Par Alain Migé. Petits Classiques Larousse -1- L Illusion comique de Corneille

L Illusion comique. De Corneille. L œuvre à l examen oral. Par Alain Migé. Petits Classiques Larousse -1- L Illusion comique de Corneille L Illusion comique De Corneille L œuvre à l examen oral Par Alain Migé Petits Classiques Larousse -1- L Illusion comique de Corneille PREMIÈRE QUESTION : L ÊTRE ET LE PARAÎTRE Le titre même de L illusion

Plus en détail

Rappels. Prenons par exemple cet extrait : Récit / roman

Rappels. Prenons par exemple cet extrait : Récit / roman Les genres littéraires d un texte (1) Rappels Les genres littéraires sont une classifi cation qui permet de distinguer les textes en fonction de certaines caractéristiques d écriture. Voici les principaux

Plus en détail

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS?

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS? Né dans un milieu où on lisait peu, ne goûtant guère cette activité et n ayant de toute manière pas le temps de m y consacrer, je me suis fréquemment retrouvé, suite à ces concours de circonstances dont

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. PENTA Editions Des livres qui résonnent

DOSSIER DE PRESSE. PENTA Editions Des livres qui résonnent DOSSIER DE PRESSE En couverture : Ludwig van Beethoven, impression couleur d après une peinture de Johann Baptist Reiter Beethoven-Haus Bonn Partie de violon de quatuor à cordes op. 135 de Ludwig van Beethoven,

Plus en détail

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire?

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Entretien avec Philippe Meirieu réalisé pour l ARALD - Quel est votre sentiment sur la présence des écrivains dans les classes? Il me semble que ce n est pas

Plus en détail

Sommaire DITES-MOI UN PEU

Sommaire DITES-MOI UN PEU 168 Sommaire L amour....................................page 5 Les superstitions...............................page 13 La gastronomie...............................page 23 L argent....................................page

Plus en détail

La rue. > La feuille de l élève disponible à la fin de ce document

La rue. > La feuille de l élève disponible à la fin de ce document La rue Grandir, qu est-ce que cela signifie vraiment? Un jeune qui a vécu isolé dans les rues de Paris témoigne. Cette fiche pédagogique propose de découvrir une réalité peu connue de la France d aujourd

Plus en détail

THÉÂTRE - CINÉMA DANSE - MUSIQUE - CHANT COACHING PERSONNALISÉ ATELIERS ARTISTIQUES ENFANTS - ADOS - ADULTES

THÉÂTRE - CINÉMA DANSE - MUSIQUE - CHANT COACHING PERSONNALISÉ ATELIERS ARTISTIQUES ENFANTS - ADOS - ADULTES ATELIERS ARTISTIQUES NEUILLY SUR SEINE THÉÂTRE - CINÉMA DANSE - MUSIQUE - CHANT COACHING PERSONNALISÉ ENFANTS - ADOS - ADULTES Johanna Cohen 06 61 41 13 03 coursanna@hotmail.fr wwww.coursanna.fr LE COURS

Plus en détail

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent 1 Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent Mini livre gratuit Sherpa Consult Bruxelles, Mai 2012 Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction

Plus en détail

Méthode universitaire du commentaire de texte

Méthode universitaire du commentaire de texte Méthode universitaire du commentaire de texte Baptiste Mélès Novembre 2014 L objectif du commentaire de texte est de décrire la structure argumentative et de mettre au jour les concepts qui permettent

Plus en détail

La Période romantique (1800-1850)

La Période romantique (1800-1850) La Période romantique (1800-1850) D abord courant littéraire et musical, le romantisme apparaît en peinture comme mode d expression de sentiments intérieurs, ceux-là même que le rococo s appliquait tant

Plus en détail

Pony Production. mise en scène : Stéphanie Marino. Texte et Interprètation : Nicolas Devort. création graphique : Olivier Dentier - od-phi.

Pony Production. mise en scène : Stéphanie Marino. Texte et Interprètation : Nicolas Devort. création graphique : Olivier Dentier - od-phi. création graphique : Olivier Dentier - od-phi.com et Pony Production mise en scène : Stéphanie Marino Texte et Interprètation : Nicolas Devort Résumé Colin fait sa rentrée dans un nouveau collège. Pas

Plus en détail

Séance 1 - Classe de 1 ère. Cours - Application Introduction à la typologie et à l analyse des figures de style

Séance 1 - Classe de 1 ère. Cours - Application Introduction à la typologie et à l analyse des figures de style Séance 1 - Classe de 1 ère Cours - Application Introduction à la typologie et à l analyse des figures de style I) Rappel définition d une figure de style A) Définition d une figure de style. - Le langage

Plus en détail

DEBAT PHILO : L HOMOSEXUALITE

DEBAT PHILO : L HOMOSEXUALITE Ecole d Application STURM Janvier-Février 2012 CM2 Salle 2 Mme DOUILLY DEBAT PHILO : L HOMOSEXUALITE Sujet proposé par les élèves et choisi par la majorité. 1 ère séance : définitions et explications Réflexion

Plus en détail

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin Apprendre, oui... mais à ma manière Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin La motivation scolaire prend son origine dans les perceptions qu un étudiant a de lui-même, et celui-ci doit jouer

Plus en détail

Livret du jeune spectateur

Livret du jeune spectateur Page1 Livret du jeune spectateur NOM : PRENOM : CLASSE : ETABLISSEMENT : PROFESSEUR DATE DE L'OPERA / DU CONCERT : LIEU DE L'OPERA / DU CONCERT : Page2 AVANT D'ALLER AU CONCERT / A L'OPERA : SE PREPARER

Plus en détail

NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2

NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2 NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2 Résultats aux évaluations nationales CM2 Annexe 1 Résultats de l élève Compétence validée Lire / Ecrire / Vocabulaire / Grammaire / Orthographe /

Plus en détail

5 clés pour plus de confiance en soi

5 clés pour plus de confiance en soi ASSOCIATION JEUNESSE ET ENTREPRISES Club SEINE-ET- MARNE 5 clés pour plus de confiance en soi Extrait du guide : «Vie Explosive, Devenez l acteur de votre vie» de Charles Hutin Contact : Monsieur Jackie

Plus en détail

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 J ai le goût de partager avec vous mes expériences de vie qui en 2003 ont créé un précédent incontestable lors de la parution de mon livre : Changez votre

Plus en détail

L'audiodescription. Principes et orientations

L'audiodescription. Principes et orientations L'audiodescription Principes et orientations Rendre la culture accessible à tous permet d éviter l exclusion. L audiodescription est une technique de description destinée aux personnes aveugles et malvoyantes.

Plus en détail

Charte de la laïcité à l École Charte commentée

Charte de la laïcité à l École Charte commentée Charte de la laïcité à l École Charte commentée Ce document propose un commentaire de la phrase de préambule et de chacun des articles de la Charte de la laïcité à l École. Il explicite le sens des principales

Plus en détail

MÉDECINE PSYCHANALYSE DROIT JURISPRUDENCE QUESTIONS À FRANÇOIS-RÉGIS DUPOND MUZART. première partie

MÉDECINE PSYCHANALYSE DROIT JURISPRUDENCE QUESTIONS À FRANÇOIS-RÉGIS DUPOND MUZART. première partie MÉDECINE PSYCHANALYSE DROIT JURISPRUDENCE QUESTIONS À FRANÇOIS-RÉGIS DUPOND MUZART première partie Alessandra Guerra En France il y a des jugements sur la question psychothérapiepsychanalyse J ai entendu

Plus en détail

programme connect Mars 2015 ICF-Léman

programme connect Mars 2015 ICF-Léman programme connect Mars 2015 ICF-Léman Déroulement des soirées 19:00-19:30 Accueil 19:30-20:00 Repas 20:00-20:05 Fin de repas / nettoyages 20:05-20:15 Annonces / infos 20:15-20:45 Programme vidéo ou étude

Plus en détail

La diablesse et son enfant (Étude réalisée par C. Blanchard, CPC Contres)

La diablesse et son enfant (Étude réalisée par C. Blanchard, CPC Contres) La diablesse et son enfant (Étude réalisée par C. Blanchard, CPC Contres) Auteur Marie Ndiaye Nadja Mouche de l école des loisirs, 39 pages, 2002 niveau 2 Mots clés : Différences, enfants, handicap, rumeur

Plus en détail

El Tres de Mayo, GOYA

El Tres de Mayo, GOYA Art du visuel / «Arts, ruptures, continuités» Problématique : «Comment l expression du sentiment surgit-elle dans l art au XIX è siècle?» El Tres de Mayo, GOYA Le Tres de Mayo, Francisco Goya, huile sur

Plus en détail

LES HABILETÉS DE SAVOIR ÊTRE

LES HABILETÉS DE SAVOIR ÊTRE LES HABILETÉS DE SAVOIR ÊTRE Clémence Gauvin et Émilienne Laforge, professeures Module travail social Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue 2004-2005, modification mai 2006 Introduction La formation

Plus en détail

Objectifs (socio-) culturels : découvrir l univers d un dramaturge ; sensibiliser les apprenants à l univers du spectacle vivant.

Objectifs (socio-) culturels : découvrir l univers d un dramaturge ; sensibiliser les apprenants à l univers du spectacle vivant. Scènes de théâtre Thèmes Cinéma, littérature, musique, théâtre Concept Dans cette fiche, vous trouvez des activités autour d une ou plusieurs scènes de théâtre choisies, des pistes d exploitations pédagogiques

Plus en détail

Décembre 2012. Sylvie Louis. Biographie

Décembre 2012. Sylvie Louis. Biographie Décembre 2012 Biographie Sylvie Louis Sylvie Louis a toujours ADORÉ les livres, surtout ceux que ses parents lui racontaient, le soir, quand elle était toute petite. Ensuite, apprendre à lire a constitué

Plus en détail

SÉQUENCE 5 : Contre toute attente : «Roméo et Juliette» de William Shakespeare

SÉQUENCE 5 : Contre toute attente : «Roméo et Juliette» de William Shakespeare SÉQUENCE 5 : Contre toute attente : «Roméo et Juliette» de William Shakespeare Un prologue vient du théâtre antique = première partie d une œuvre littéraire ou dramatique servant à situer les personnages

Plus en détail

PROGRAMME DE LANGUES VIVANTES DE LA VOIE PROFESSIONNELLE

PROGRAMME DE LANGUES VIVANTES DE LA VOIE PROFESSIONNELLE PROGRAMME DE LANGUES VIVANTES DE LA VOIE PROFESSIONNELLE Proposition d aide à la mise en œuvre pédagogique Domaine : SE CULTIVER ET SE DIVERTIR Programme National de pilotage Séminaire «Mise en œuvre pédagogique

Plus en détail

Le chat belge le plus célèbre

Le chat belge le plus célèbre Auteur Katarzyna Kornecka-Nalewajka LEÇON n 5 71 1. Katarzyna Kornecka-Nalewajka Lycée d Enseignement Général n 7 de Częstochowa VII LO im. Mikołaja Kopernika w Częstochowie www.kopernik.czest.pl Titre

Plus en détail

Evaluation de l organisation interne

Evaluation de l organisation interne Module 1 Module Evaluation de l organisation interne Table des matières SECTION 1 Mission et valeurs 34 SECTION 2 Gestion 1 40 SECTION 3 Gestion 2 46 T E A R F U N D 2 0 0 3 33 Module 1 Section 1 Mission

Plus en détail

LE SPECTACLE. Cosas ricas Des choses délicieuses!

LE SPECTACLE. Cosas ricas Des choses délicieuses! LE SPECTACLE Dolores Dulce, une vieille dame venue d'un pays lointain d'amérique latine, Cuba, parcourt le monde avec son chariot porteur de friandises et d'histoires. Au passage, elle partage son univers

Plus en détail

L art contemporain du Sri Lanka à la fondation Mona Bismarck

L art contemporain du Sri Lanka à la fondation Mona Bismarck > Exposition L art contemporain du Sri Lanka à la fondation Mona Bismarck Entretien avec Chandra Rajakaruna de la fondation Mona Bismarck À l occasion des festivités organisées pour le 60 e anniversaire

Plus en détail

CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE. Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs!

CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE. Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs! CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs! Conseils généraux : Entre 25 et 60 pages (hormis références, annexes, résumé) Format d un

Plus en détail

L écoute ritualisée au cycle 3

L écoute ritualisée au cycle 3 L écoute ritualisée au cycle 3 Documents d application des programmes La sensibilité, l imagination, la création Éducation artistique école élémentaire Ministère de la Jeunesse, de l Éducation nationale

Plus en détail

B Projet d écriture FLA 10-2. Bande dessinée : La BD, c est pour moi! Cahier de l élève. Nom : PROJETS EN SÉRIE

B Projet d écriture FLA 10-2. Bande dessinée : La BD, c est pour moi! Cahier de l élève. Nom : PROJETS EN SÉRIE B Projet d écriture Bande dessinée : La BD, c est pour moi! FLA 10-2 Cahier de l élève PROJETS EN SÉRIE Il faut réaliser ces projets dans l ordre suivant : A Bain de bulles Lecture B La BD, c est pour

Plus en détail

LIVRET DE VISITE. Autoportraits du musée d. musée des beaux-arts. place Stanislas

LIVRET DE VISITE. Autoportraits du musée d. musée des beaux-arts. place Stanislas LIVRET DE VISITE musée des beaux-arts de Nancy place Stanislas Autoportraits du musée d Orsay L exposition Au fil du temps Bienvenue au Musée des Beaux-Arts de Nancy! Les tableaux que tu vois ici viennent

Plus en détail

LE PROGRAMME DES CLASSES DE BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL EN FRANÇAIS

LE PROGRAMME DES CLASSES DE BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL EN FRANÇAIS A. Armand IGEN lettres avril 2009-1 LE PROGRAMME DES CLASSES DE BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL EN FRANÇAIS Cette présentation du programme de français pour les classes de seconde, première, et terminale du

Plus en détail

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive.

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive. L ANALYSE ET L INTERPRÉTATION DES RÉSULTATS Une fois les résultats d une investigation recueillis, on doit les mettre en perspective en les reliant au problème étudié et à l hypothèse formulée au départ:

Plus en détail

Je viens vous préparer à cet évènement : L illumination des consciences

Je viens vous préparer à cet évènement : L illumination des consciences Je viens vous préparer à cet évènement : L illumination des consciences Cette révélation est donnée en français à Sulema, une femme née en 1954 au Salvador. Depuis plus de 30 ans, elle vit au Canada avec

Plus en détail

Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire

Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire 1. Ce que disent les plans d études vaudois Dans la partie consacrée aux finalités de l école vaudoise, le Plan d Etudes Vaudois (PEV) note à propos

Plus en détail

Occupe-toi d Amélie! Comédie en 3 actes de Georges Feydeau Mis en scène par Olivier Albasini

Occupe-toi d Amélie! Comédie en 3 actes de Georges Feydeau Mis en scène par Olivier Albasini Occupe-toi d Amélie! Comédie en 3 actes de Georges Feydeau Mis en scène par Olivier Albasini Par Troupe de théâtre de Grimisuat, membre de l ASTAV et de la FSSTA Contexte de création Après 26 ans d existence

Plus en détail

Mais revenons à ces deux textes du sermon sur la montagne dans l évangile de Matthieu.

Mais revenons à ces deux textes du sermon sur la montagne dans l évangile de Matthieu. «AIMER SES ENNEMIS» «Qui veut prendre ta tunique, laisse lui aussi ton manteau». Si quelqu un te force à faire mille pas, fais-en deux mille avec lui». «Aimez vos ennemis et priez pour ceux qui vous persécutent»

Plus en détail

Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours moyen deuxième année

Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours moyen deuxième année Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours moyen deuxième année PALIER 2 CM2 La maîtrise de la langue française DIRE S'exprimer à l'oral comme à l'écrit dans un vocabulaire approprié

Plus en détail

Tâches d écriture 5f. Ces ressources peuvent servir de déclencheur, de modèle ou tout simplement d inspiration. La recette.

Tâches d écriture 5f. Ces ressources peuvent servir de déclencheur, de modèle ou tout simplement d inspiration. La recette. Tâches d écriture 5f Il est souvent difficile de motiver les élèves à écrire. TFO vous propose d utiliser des émissions, des sites Web et des documents imprimés pour donner un peu de piquant aux activités

Plus en détail

Lire pour préparer un travail

Lire pour préparer un travail Leçon LA LECTURE 5 Choisir ses sources documentaires 1 EFFICACE Lire pour préparer un travail Leçon 5 Choisir ses sources documentaires Avertissement Dans la présente leçon, on se préoccupe du choix adéquat

Plus en détail

SEUL EN SCENE. Créé au Théâtre du Chêne noir au festival d Avignon 2013 En 2014 au théâtre des Béliers à Avignon. En tournée dans toute la France

SEUL EN SCENE. Créé au Théâtre du Chêne noir au festival d Avignon 2013 En 2014 au théâtre des Béliers à Avignon. En tournée dans toute la France SEUL EN SCENE Créé au Théâtre du Chêne noir au festival d Avignon 2013 En 2014 au théâtre des Béliers à Avignon En tournée dans toute la France écrit et interprété par ALI BOUGHERABA Création 2013 Télérama

Plus en détail

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Fiche pédagogique Le thème du 49 e épisode dirige l attention sur une question fondamentale lorsqu il s agit de développer la pensée des enfants,

Plus en détail

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème Problématique / Problématiser / Problématisation / PROBLÉMATIQUE : UN GROUPEMENT DE DÉFINITIONS. «Art, science de poser les problèmes. Voir questionnement. Ensemble de problèmes dont les éléments sont

Plus en détail

Master Etudes françaises et francophones

Master Etudes françaises et francophones Master Etudes françaises et francophones 1. modèle scientifique et profilage des contenus de la filière / Présentation et spécificités de la filière Les études romanes à Leipzig sont considérées comme

Plus en détail

MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1

MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1 Nom : Prénom :.. MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1 Récapitulatif pour la validation du Diplôme National du Brevet (Attestation du Niveau A2 en Langue Vivante) : ACTIVITES

Plus en détail

DOSSIER PÉDAGOGIQUE. Sommaire. Gabrielle Vincent 2 Résumé 2. 1. Ernest et Célestine, deux personnages au cœur d enfant 3

DOSSIER PÉDAGOGIQUE. Sommaire. Gabrielle Vincent 2 Résumé 2. 1. Ernest et Célestine, deux personnages au cœur d enfant 3 JANVIER 2008 LIRE C EST GRANDIR DOSSIER PÉDAGOGIQUE SÉLECTION DU MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE Sommaire Gabrielle Vincent 2 Résumé 2 AXES D ÉTUDE : 1. Ernest et Célestine, deux personnages au cœur

Plus en détail

Niveau B1. Support 1 : Danses nouvelles et spectacles provocateurs des «années folles» (vidéo 01 mn 18)

Niveau B1. Support 1 : Danses nouvelles et spectacles provocateurs des «années folles» (vidéo 01 mn 18) La Fête jusqu où? Niveau B1 Remarque : attention, les supports 1 et 2 ne sont pas dissociables et son à travailler de manière enchaînée. Support 1 : Danses nouvelles et spectacles provocateurs des «années

Plus en détail

Document : Extrait du livre «Ensemble c est tout» de Anna Gavalda accessible sur le site http://www.ifmadrid.com/gourmands/

Document : Extrait du livre «Ensemble c est tout» de Anna Gavalda accessible sur le site http://www.ifmadrid.com/gourmands/ Fiche pédagogique Document : Extrait du livre «Ensemble c est tout» de Anna Gavalda accessible sur le site http://www.ifmadrid.com/gourmands/ Le public : Adultes Niveaux intermédiaires avancés (B1 et +)

Plus en détail

La parité? Femmes & Hommes au musée Condé DOMAINE DE CHANTILLY

La parité? Femmes & Hommes au musée Condé DOMAINE DE CHANTILLY La parité? Femmes & Hommes au musée Condé? Catalogue des modules de l exposition itinérante Service des Publics Actions éducatives et culturelles Introduction Le Domaine de Chantilly se mobilise en faveur

Plus en détail

INSTITUT CONFUCIUS DE L UNIVERSITE DE LORRAINE. CONFERENCES DU SEMESTRE 1 Programme 2015-2016. En collaboration avec L Université du Temps Libre

INSTITUT CONFUCIUS DE L UNIVERSITE DE LORRAINE. CONFERENCES DU SEMESTRE 1 Programme 2015-2016. En collaboration avec L Université du Temps Libre METZ - ILE DU SAUCLY : De 14h30 à 16h30, Amphi 3 UFR Lettres et Langues Le 6 novembre 2015 Présentation concises des différentes communautés chinoises sous le Ciel de Paris INSTITUT CONFUCIUS CONFERENCES

Plus en détail

André Vanasse. romancier, essayiste, critique. Ses romans se présentent sous le même signe de la

André Vanasse. romancier, essayiste, critique. Ses romans se présentent sous le même signe de la André Vanasse Naïm Kattan André Vanasse est un homme multiple. Ecrivain, professeur, éditeur, directeur de revue. Toutes ses activités sont, certes, consacrées à la littérature. Ecrivain, il est romancier,

Plus en détail

HISTOIRE / FRANCAIS CYCLE 3 TITRE : L UNION FAIT LA FORCE (1915), LA FRANCE ET SES ALLIÉS

HISTOIRE / FRANCAIS CYCLE 3 TITRE : L UNION FAIT LA FORCE (1915), LA FRANCE ET SES ALLIÉS HISTOIRE / FRANCAIS CYCLE 3 TITRE : L UNION FAIT LA FORCE (1915), LA FRANCE ET SES ALLIÉS DOCUMENT : 1979. 29489 (1). «L'Actualité. L'union fait la force. Jeu stratégique». Sans éditeur. Vers 1915. PLACE

Plus en détail

Fiche d appréciation littéraire LE CHEVALIER QUI CHERCHAIT SES CHAUSSETTES

Fiche d appréciation littéraire LE CHEVALIER QUI CHERCHAIT SES CHAUSSETTES Fiche d appréciation littéraire LE CHEVALIER QUI CHERCHAIT SES CHAUSSETTES AUTEUR : CHRISTIAN OSTER Christian Oster est né en 1949. Il publie des romans aux éditions de Minuit (dont Mon grand appartement,

Plus en détail

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU».

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU». Le besoin de contrôler Le comportement compulsif de tout vouloir contrôler n est pas mauvais ou honteux, c est souvent un besoin d avoir plus de pouvoir. Il s agit aussi d un signe de détresse; les choses

Plus en détail

1 Objectifs généraux du travail avec la vidéo. A quoi sert le travail sur des documents vidéo en classe de FLE?

1 Objectifs généraux du travail avec la vidéo. A quoi sert le travail sur des documents vidéo en classe de FLE? Module sur l utilisation de la vidéo en classe de français langue étrangère JEAN-MICHEL DUCROT Coordinateur de programmes pédagogiques à Alep-Syrie. Responsable du Centre de Documentation Pédagogique d'alep,

Plus en détail

2 e cycle du secondaire. Théâtre de Quat S6ou9 s, saison 1968-19. pièces détachées

2 e cycle du secondaire. Théâtre de Quat S6ou9 s, saison 1968-19. pièces détachées 2 e cycle du secondaire Théâtre de Quat S6ou9 s, saison 1968-19 pièces détachées pièces détachées michel tremblay, 1969 nombre de personnages dans la pièce 25 (18 femmes et 7 hommes) extraits proposés

Plus en détail

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ?

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? à propos de : D Aristote à Darwin et retour. Essai sur quelques constantes de la biophilosophie. par Étienne GILSON Vrin (Essais d art et de philosophie), 1971.

Plus en détail

La promotion de la pluralité linguistique dans l usage des nouvelles technologies de l information et de la communication

La promotion de la pluralité linguistique dans l usage des nouvelles technologies de l information et de la communication Intervention de M. Khamsing Sayakone, Président de la section Lao de l APF à la 32 ème session de l APF (30juin-3 juillet 2006, Rabat, Maroc) (31 La promotion de la pluralité linguistique dans l usage

Plus en détail

Ministère des Affaires étrangères et européennes Direction de la politique culturelle et du français Regards VII

Ministère des Affaires étrangères et européennes Direction de la politique culturelle et du français Regards VII Ministère des Affaires étrangères et européennes Direction de la politique culturelle et du français Regards VII 1. La fête de la musique Réalisation Thomas Sorin, CAVILAM Rédaction Murielle Bidault, CAVILAM

Plus en détail

MAISON NATALE DE VICTOR HUGO

MAISON NATALE DE VICTOR HUGO LA MAISON NATALE DE VICTOR HUGO LE PARCOURS GAVROCHE PRÉSENTE 1 LE SAVAIS-TU? Victor Hugo est né au premier étage de cette maison le 26 février 1802. Tu connais peut-être ce grand écrivain par ses romans

Plus en détail

Annie Claude Sortant-Delanoë. L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir

Annie Claude Sortant-Delanoë. L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir Annie Claude Sortant-Delanoë L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir À sa naissance, l enfant est un organisme dont le cri exprime un besoin. Ce cri n a aucune intention de signification.

Plus en détail

Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE

Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE Directorate-General for Communication PUBLIC OPINION MONITORING UNIT Bruxelles, 28 avril 2014 Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE Couverture

Plus en détail

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit J ai droit, tu as droit, il/elle a droit Une introduction aux droits de l enfant Toutes les personnes ont des droits. Fille ou garçon de moins de 18 ans, tu possèdes, en plus, certains droits spécifiques.

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/12/INF/4 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 3 OCTOBRE 2013 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Douzième session Genève, 18 21 novembre 2013 RÉSUMÉ DE L ÉTUDE SUR LA PROPRIÉTÉ

Plus en détail

Plates-formes de téléformation et modèles pédagogiques

Plates-formes de téléformation et modèles pédagogiques POYET Françoise, (7095) Introduction Plates-formes de téléformation et modèles pédagogiques Depuis quelques années, on assiste à une stabilisation informatique des Technologies de l Information et de la

Plus en détail

Que fait l Église pour le monde?

Que fait l Église pour le monde? Leçon 7 Que fait l Église pour le monde? Dans notre dernière leçon, nous avons vu que les croyants ont des responsabilités vis-à-vis des autres croyants. Tous font partie de la famille de Dieu. Les chrétiens

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Ressources pour le lycée général et technologique Ressources pour la classe de première générale Série littéraire (L) Travaux Personnels Encadrés Thème spécifique Représentations et réalités Ces

Plus en détail

Témoignages recueillis lors de nos rencontres VATICAN II à Richebourg et Laventie. Le

Témoignages recueillis lors de nos rencontres VATICAN II à Richebourg et Laventie. Le Témoignages recueillis lors de nos rencontres VATICAN II à Richebourg et Laventie. Le 22/10/2012. I Souvenirs. - d un grand renouveau dans l Eglise- l église. Les chrétiens aspiraient à ce renouveau. On

Plus en détail

Que peut nous apporter une réflexion sur nos désirs?

Que peut nous apporter une réflexion sur nos désirs? Que peut nous apporter une réflexion sur nos désirs? Problématique : La difficulté lorsque vous vous trouvez face à un tel sujet est de confondre le thème avec le problème du sujet. Ici le thème était

Plus en détail

4.3 L exploitation d un document vidéo. Outils pour la classe.

4.3 L exploitation d un document vidéo. Outils pour la classe. 4.3 L exploitation d un document vidéo. Outils pour la classe. Utiliser un document vidéo en classe de langue ce n est pas regarder ensemble la télévision mais le visionner en organisant sa découverte

Plus en détail

GEORGES-HENRI LUQUET ET LA FRANC-MAÇONNERIE.

GEORGES-HENRI LUQUET ET LA FRANC-MAÇONNERIE. GEORGES-HENRI LUQUET ET LA FRANC-MAÇONNERIE. Nous tenons à exprimer nos plus vifs remerciements à Irène Mainguy, Pierre Mollier et Georges Odo pour leur aide précieuse, et pour nous avoir autorisé à publier

Plus en détail

«POUR NOUS IL L A FAIT PÉCHÉ» Sur II Corinthiens V, 20 - VI, 2

«POUR NOUS IL L A FAIT PÉCHÉ» Sur II Corinthiens V, 20 - VI, 2 «POUR NOUS IL L A FAIT PÉCHÉ» Sur II Corinthiens V, 20 - VI, 2 (V, 20) C est pour Christ que nous sommes en ambassade, puisque c est Dieu qui appelle par nous. Nous vous (le) demandons pour Christ, réconciliez-vous

Plus en détail

Jouer, c'est vivre! Repères sur le jeu en Action Catholique des Enfants

Jouer, c'est vivre! Repères sur le jeu en Action Catholique des Enfants Présentation du livre Jouer, c'est vivre! Repères sur le jeu en Action Catholique des Enfants 17 X 23 cm, 100 pages, 2014, 12 Pourquoi un livre sur le jeu? Parce que jouer est un droit fondamental de l'enfant,

Plus en détail

Tableau des contenus

Tableau des contenus Tableau des contenus Dossier 1 L image dans les relations amicales, sociales, professionnelles et amoureuses Dossier 2 Présenter quelqu un Je séduis. Parler de son rapport à l image. Caractériser des personnes

Plus en détail

Saisir les idées dans la phrase

Saisir les idées dans la phrase Leçon LA LECTURE 5 Enrichissement du sens par la subordination 1 EFFICACE Saisir les idées dans la phrase Leçon 5 Enrichissement du sens par la subordination Avertissement La présente leçon illustre comment

Plus en détail

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle I. Communiquer avec efficacité A. Intégrer les processus d influence sociale 1. La personnalité Les métaprogrammes sont les traits de personnalité qui, gravés

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

Histoires de pauv filles et drôles de dames

Histoires de pauv filles et drôles de dames Histoires de pauv filles et drôles de dames Les Dieselles Comédie LES DIESELLES Né en 2006 de la rencontre de deux comédiennes autour de la découverte de textes d auteurs contemporains, le duo professionnel

Plus en détail

Miroslav Marcelli. Partage citoyen: vivre sur l horizon du monde commun

Miroslav Marcelli. Partage citoyen: vivre sur l horizon du monde commun Miroslav Marcelli Partage citoyen: vivre sur l horizon du monde commun «Aujourd hui, le partage évolue vers un nouveau concept le partage citoyen. Audelà des clivages politiques, idéologiques ou religieux,

Plus en détail

$?;./$/-$.08-/$N$G"O"/2$P;"-0;:11:

$?;./$/-$.08-/$N$GO/2$P;-0;:11: On est dans un tout autre registre avec le Candide de Rafael Bianciotto au Théâtre de Ménilmontant (01.46.36.98.60). Est-on à la commedia dell arte, au cirque, au théâtre de marionnettes? On ne sait. C

Plus en détail

Danseur / Danseuse. Les métiers du spectacle vivant

Danseur / Danseuse. Les métiers du spectacle vivant Les métiers du spectacle vivant Filière : artistique Domaine : art chorégraphique Appellations voisines : artiste chorégraphique Autres métiers du domaine : chorégraphe, maître de ballet, notateur Danseur

Plus en détail