ÉTUDE DES DÉTERMINANTS DE L INTENTION DE FAIRE UN DON DE SANG PARMI LA POPULATION GÉNÉRALE RAPPORT DE RECHERCHE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ÉTUDE DES DÉTERMINANTS DE L INTENTION DE FAIRE UN DON DE SANG PARMI LA POPULATION GÉNÉRALE RAPPORT DE RECHERCHE"

Transcription

1 ÉTUDE DES DÉTERMINANTS DE L INTENTION DE FAIRE UN DON DE SANG PARMI LA POPULATION GÉNÉRALE RAPPORT DE RECHERCHE Présenté à Héma-Québec Par Gaston Godin, Ph.D. 1 Paschal Sheeran, Ph.D. 2 Mark Conner, Ph.D. 3 Camille Gagné, Ph.D. 1 Danielle Blondeau, Ph.D. 1 Marc Germain, M.D., Ph.D. 4 ASSISTANTES DE RECHERCHE Dominique Beaulieu, M. Sc. 1 Herminé Naccache, M. Sc. 1 TRAITEMENT DES DONNÉES Léo-Daniel Lambert, M.A. 1 1 Groupe de recherche sur les comportements dans le domaine de la santé, Faculté des sciences infirmières, Université Laval, Québec, Canada. 2 Département de psychologie, Université de Sheffield, Sheffield, Royaume-Uni. 3 École de psychologie, Université de Leeds, Leeds, Royaume-Uni. 4 Héma-Québec, Québec, Canada. JANVIER 2004

2 TABLE DES MATIÈRES LISTE DES ANNEXES... ii LISTE DES TABLEAUX... III LISTE DES FIGURES... III REMERCIEMENTS... IV RÉSUMÉ EXÉCUTIF... V INTRODUCTION... 1 Problématique... 1 Recension des écrits... 1 CADRE THÉORIQUE... 3 OBJECTIFS... 6 Objectifs de l étude... 6 Hypothèses de recherche... 6 MÉTHODOLOGIE... 7 Développement du questionnaire... 7 Population à l étude et échantillon... 9 Procédure de cueillette des données... 9 Analyse des données... 9 RÉSULTATS Description de la population et de l échantillon Caractéristiques psychosociales Prédiction de l intention Structure des croyances selon le niveau d intention Chez les répondants ayant déjà fait un don de sang Chez les répondants qui n ont jamais donné de sang DISCUSSION Recommandations RÉFÉRENCES... 30

3 LISTE DES ANNEXES ANNEXE A : Lettre d approbation du Comité d éthique de l Université Laval ANNEXE B : Lettre d autorisation de la Commission d accès à l information et de l Assurance maladie du Québec ANNEXE C : Formulaire de consentement pour les groupes de discussion ANNEXE D : Canevas d entrevue pour les groupes de discussion ANNEXE E : Formulaire de consentement pour le test-retest ANNEXE F : Lettre d introduction de héma-québec ANNEXE G : Lettre explicative de l étude ANNEXE H : Questionnaire ANNEXE I : Premier et deuxième rappel / remerciement ii

4 LISTE DES TABLEAUX Tableau 1 : Consistance interne et stabilité temporelle des construits théoriques... 8 Tableau 2 : Comparaison de l échantillon des répondants à la population du Québec Tableau 3 : Comparaison des variables socio-démographiques des répondants pouvant donner du sang à ceux ne pouvant pas donner de sang Tableau 4 : Comparaison des variables socio-démographiques des répondants inclus à ceux exclus des analyses Tableau 5 : Expérience en lien avec le don de sang (n=1116) Tableau 6 : Comparaison des répondants ayant déjà donné du sang à ceux n ayant jamais donné Tableau 7 : Description des variables psychosociales Tableau 8 : Matrice de corrélation des variables psychosociales Tableau 9 : Modèle explicatif de l intention pour l ensemble des répondants Tableau 10 : Modèle explicatif de l intention pour les répondants ayant déjà donné du sang et ceux n ayant jamais donné de sang Tableau 11 : Résultats du test MANOVA pour les énoncés relatifs à l efficacité personnelle selon le niveau d intention pour les individus qui ont déjà donné du sang Tableau 12 : Résultats du test MANOVA pour les énoncés relatifs aux facteurs facilitants selon le niveau d intention pour les individus qui ont déjà donné du sang Tableau 13 : Résultats du test MANOVA pour les énoncés relatifs aux rôles sociaux perçus selon le niveau d intention pour les individus qui ont déjà donné du sang Tableau 14 : Résultats du test MANOVA pour les énoncés relatifs aux construits éthiques selon le niveau d intention pour les individus qui ont déjà donné du sang Tableau 15 : Résultats du test MANOVA pour les énoncés relatifs à l efficacité personnelle selon le niveau d intention pour les individus qui n ont jamais donné de sang Tableau 16 : Résultats du test MANOVA pour les énoncés relatifs aux facteurs facilitants selon le niveau d intention pour les individus qui n ont jamais donné de sang Tableau 17 : Résultats du test MANOVA pour les énoncés relatifs aux croyances comportementales selon le niveau d intention pour les individus qui n ont jamais donné de sang LISTE DES FIGURES Figure 1 : Niveau d intention en fonction de l expérience de don de sang Figure 2 : Niveau d intention en fonction de la proximité du dernier don de sang iii

5 REMERCIEMENTS Nous tenons à remercier Stéphanie Gélinas, Francine Villeneuve et l équipe de Héma-Québec pour leur collaboration dans la réalisation de cette étude. Merci à Jacques Lefrançois pour sa participation à la mise en forme des questionnaires et des divers documents, de même que pour son implication au niveau de l impression, du traitement des envois et de la saisie des données. Nos remerciements vont également à Françoise Côté et Hélène Gagnon pour leur implication au niveau de la construction et de la validation du questionnaire ainsi qu à Kathy Simard et Véronique Lambert pour leur efficacité dans la saisie des données. Finalement nous remercions tous les participants sans qui cette étude n aurait pu se réaliser. iv

6 RÉSUMÉ EXÉCUTIF La présente étude visait principalement à identifier les facteurs qui expliquent l intention de faire un don de sang parmi la population du Québec âgée de 18 à 70 ans. À cette fin, un échantillon aléatoire de 4000 québécois et québécoises en âge de donner du sang a été fourni par la Régie de l Assurance Maladie du Québec (RAMQ). Ces personnes ont reçu via le courrier postal les documents de l étude : lettre explicative et questionnaire. Un total de 1445 questionnaires ont été reçus, pour un taux de réponse de 38%. De ce nombre, 259 ont mentionné ne pas pouvoir donner de sang. Les analyses ont donc été réalisées auprès des 1186 répondants qui considéraient être en mesure de donner de leur sang au cours des six prochains mois. Le questionnaire mesurait les variables d un cadre théorique basé sur la théorie des comportements interpersonnels de Triandis et qui intégrait également huit variables additionnelles issues du domaine de la psychologie sociale et de l éthique. La variable dépendante était l intention de faire un don de sang au cours des six prochains mois. De manière générale, les répondants ont mentionné un niveau d intention plutôt neutre de faire un don de sang au cours des six prochains mois, soit 2,84 sur une échelle variant de 1 (improbable) à 5 (probable). En ce qui a trait à l expérience en lien avec le don de sang, les statistiques suivantes ont été notées : 56,2% n ont jamais donné de sang, 10,8% ont fait un don au cours de la dernière année, 12,6% depuis plus d une année mais moins de cinq ans, et 20,4% il y a plus de 5 ans. Plus la période de temps écoulée depuis le dernier don est importante, plus grande est la proportion des personnes ayant une intention négative de faire un don au cours des six prochains mois : 6,67% (depuis moins d un an), 26,95% (depuis plus d un an mais moins de cinq ans) et 67,98% (il y a plus de cinq ans). Les analyses de régression multiple ont permis de dégager les variables qui déterminent l intention de faire un don de sang pour l ensemble de l échantillon ainsi que selon l expérience antérieure avec le don de sang. Certaines similarités et différences ont été notées. Concernant les personnes qui n ont jamais fait de don de sang, les variables suivantes expliquaient 72% de la variance de l intention : la perception du contrôle (β = 0,38; p <,0001), les facteurs facilitants (β = 0,30; p <,0001), le regret anticipé (β = 0,23; p <,0001), l attitude (β = 0,12; p <,0001), la scolarité (β = -0,05; p <,05) et l âge (β = -0,05; p <,05). En ce qui a trait aux personnes qui ont déjà fait un don de sang, les variables suivantes ont permis d expliquer 75% de la variance de l intention : la perception du contrôle (β = 0,45; p <,0001), les convictions personnelles (β = 0,19; p <,0001), les facteurs facilitants (β = 0,16; p <,0001), le regret anticipé (β = 0,14; p <,0001), le temps écoulé depuis le dernier don (β = 0,19; p <,0001) et les rôles sociaux perçus (β = -0,12; p <,001). Finalement, plusieurs tests MANOVA ont permis d identifier que parmi les deux sous-groupes, les personnes aux intentions élevées différaient des personnes aux intentions faibles sur l ensemble des items des construits théoriques. En conclusion, il apparaît clairement que l intention des individus est d abord déterminée par la perception des barrières et obstacles (réels ou perçus) au don de sang. Ainsi, la mise en place de facteurs facilitants le don de sang ainsi que le développement d une meilleure perception du contrôle parmi la population apparaissent comme des avenues promotionnelles incontournables. v

7 Résumé exécutif Également, ces stratégies devraient tenir compte de l expérience antérieure des personnes au regard du don de sang, car certaines différences ont été notées, en particulier dans le poids relatif des déterminants. En somme, la présente étude a permis d identifier des pistes d intervention qui devraient contribuer à accroître le nombre de personnes qui exprimeront une intention positive de faire un don de sang et potentiellement, augmenter le nombre de donneurs. vi

8 INTRODUCTION Problématique Comme c est le cas dans plusieurs pays, les besoins d approvisionnement en sang pour les services de santé du Québec sont comblés par des dons de sang provenant d un petit nombre de volontaires. Il est estimé que seulement 3% de la population en âge de faire un don (i.e. de 18 à 70 ans) donne de son sang annuellement et près du tiers (36%) des donneurs donne plus d une fois par année, la moyenne annuelle étant de 1,58 don par donneur (Héma-Québec, 2003). Cette situation n est pas sans conséquences. La première est le risque de pénurie pour certains types sanguins reconnus comme rares dans la population. La seconde est la situation de dépendance du Québec pour l approvisionnement en produits dérivés du plasma. En effet, le plasma obtenu de donneurs québécois ne suffisant pas à la demande, il faut compléter l approvisionnement avec du plasma obtenu à l étranger. Ceci entraîne des coûts importants, sans compter l impact potentiel sur la sécurité de ces produits. Finalement, le nombre potentiel de donneurs est souvent réduit compte tenu de la nécessité d imposer des critères de sélection sévères afin d assurer la sécurité des réserves de sang (e.g. refus des donneurs ayant séjourné en Angleterre et pouvant avoir été exposés à diverses formes de maladies). En somme, il est impérieux de s intéresser à la motivation des québécois envers le don de sang compte tenu des coûts sociaux et économiques qui y sont associés. En effet, l augmentation de seulement 1% des donneurs et une augmentation de la rétention de 10% des donneurs pourraient avoir des effets économiques très substantiels. Ainsi, le Québec serait en position non seulement d avoir accès à une réserve en sang plus que suffisante, mais également d envisager de produire le plasma dont il a besoin et pour lequel il doit s approvisionner, à fort prix, sur les marchés étrangers. Recension des écrits Plusieurs études, surtout américaines et britanniques, ont identifié les déterminants du don de sang (Ferguson, 1996). Ainsi, Pomazal et Jaccard (1976), prenant appui sur la théorie de l action raisonnée (TAR), ont identifié parmi un groupe de 270 étudiants universitaires que seule l intention de donner du sang était un déterminant significatif du don ( r =.59, p <.01). De plus, l intention était déterminée par deux facteurs : l attitude et la norme morale. Bagoggi (1981, 1982) a également utilisé la TAR auprès d un échantillon de 157 répondants recrutés dans le milieu universitaire, comme dans l étude précédente. Il a également identifié que l intention était le seul déterminant direct du don de sang. En ce qui concerne l intention, elle était sous l influence de l attitude, cette dernière composante étant par ailleurs définie par l évaluation affective et morale de l action (i.e., donner de son sang) (Bagozzi, 1989). L influence de l attitude sur l intention a également été rapportée par Burnkrant et Page (1988) dans une étude auprès d un groupe de 146 répondants recrutés parmi les membres d organisations religieuses. Pour leur part, Giles et Cairns (1995) ainsi qu Armitage et Conner (2001) ont utilisé la théorie du comportement planifié. Les deux études ont été réalisées auprès d échantillons d étudiants universitaires. L étude de Giles et Cairns (n = 141 répondants) a démontré que le comportement était déterminé par l intention seulement, celle-ci étant elle même définie par la perception du contrôle. Dans l étude de Armitage et Conner (deux échantillons : n1 = 136 et n2 = 172), le comportement était sous l influence de l intention seulement, alors que cette variable était 1

9 Introduction définie par la perception du contrôle (et une variante de cette mesure : l efficacité personnelle), l identité personnelle et la norme morale. En résumé, dans la littérature il se dégage un consensus sur l importance de l intention comme déterminant incontournable du don de sang. Cependant, même si les études citées précédemment sont intéressantes, elles ne fournissent pas les informations nécessaires au développement d un programme de promotion du don de sang au Québec pour un certain nombre de raisons. Premièrement, les études rapportées ont été réalisées auprès de populations culturellement très différentes de celle du Québec. Deuxièmement, la majorité des études ont été réalisées auprès d échantillons relativement petits et formés majoritairement d étudiants universitaires, ce qui réduit la possibilité de généraliser les observations rapportées. Finalement, les cadres théoriques qui ont été appliqués à l étude du don de sang n ont pas fait référence aux concepts [à l exception de l étude de Armitage et Conner (2001)] reconnus comme étant pertinents dans l étude de la relation intention-comportement (Sheeran, 2002). 2

10 CADRE THÉORIQUE Au cours des dernières années, plusieurs travaux ont visé à identifier et à mieux comprendre les facteurs psychosociaux qui permettraient de prédire les comportements liés à la santé. Pour ce faire, différentes théories psychosociales, telles la théorie de l action raisonnée (Ajzen & Fishbein, 1980), la théorie des comportements interpersonnels (Triandis, 1980), la théorie sociale cognitive (Bandura, 1982), et la théorie du comportement planifié (Ajzen, 1985, 1988, 1991) ont été régulièrement appliquées. Ces travaux ont contribué à valider l application des théories susmentionnées pour l étude de comportements sociaux liés à la santé (Godin & al., 1996). Il ressort toutefois que ces modèles, pris isolément, ne permettent pas de cerner toute la complexité des comportements étudiés. L examen détaillé des résultats de la recherche en ce domaine suggère cependant qu une combinaison des modèles pourrait s avérer efficace pour prédire et expliquer les comportements liés à la santé. Un certain nombre d auteurs ont avantageusement adopté cette approche (Godin & Lepage, 1988; Godin & al., 1996; McCaul, O Neill & Glascow, 1988). Aussi, le cadre théorique adopté dans la présente étude intègre-t-il les éléments de diverses théories explicatives du comportement humain. Cependant, afin de guider adéquatement l organisation de cette recherche, la théorie des comportements interpersonnels de Triandis (1980) a servi d assise à l organisation du cadre théorique. Cette théorie inclut un bon nombre de concepts formulés par les autres théories (Godin & Kok, 1996; Manstead & Parker, 1995) et a, à maintes reprises, démontré son efficacité pour l étude de divers comportements liés à la santé (e.g. Baumann, Brown, Fontana & Cameron, 1993 ; Godin & al., 1996; Godin, Vézina & Leclerc, 1989 ; Jaccard & Davidson, 1975 ; Montano, 1986 ; Seibold & Roper, 1979 ; Valois, Desharnais & Godin, 1988). Selon la théorie des comportements interpersonnels (Triandis, 1980), le comportement résulte de trois facteurs soit l intention d adopter le comportement, l habitude et la présence de conditions facilitant ou empêchant l adoption du comportement. L intention est l expression de la motivation à adopter le comportement alors que l habitude est le degré d automatisme d un comportement dans une situation donnée. Dans le présent contexte, l habitude fait référence au fait que les personnes ont déjà réalisé les comportements à l étude par le passé. Les conditions facilitant ou empêchant l adoption du comportement incluent des circonstances qui rendent plus ou moins difficile l'adoption de comportements chez un individu. Quatre facteurs principaux définissent l intention: les composantes cognitive et affective de l attitude, les croyances normatives, les croyances en l existence de rôles sociaux spécifiques et les convictions personnelles (norme morale). La composante cognitive de l attitude est le résultat d une analyse subjective des avantages et des désavantages qui résulteraient de l adoption du comportement. L individu traduit en croyances un certain nombre de conséquences avantageuses et désavantageuses provoquées par l adoption d un comportement. La dimension affective est la réponse émotionnelle d une personne à la pensée d adopter un comportement donné. Par exemple, une personne pourrait décider de ne pas consentir au don de sang parce que cette pensée susciterait trop d anxiété chez elle. Les croyances normatives sont celles d un individu concernant les chances qu une personne significative pense qu il devrait adopter ou non le comportement. La croyance en l existence de rôles sociaux désigne le degré auquel une personne perçoit qu il est approprié de réaliser le comportement pour des individus occupant une position similaire à la sienne dans la structure sociale. Les convictions personnelles (variable qui réfère au concept de morne morale 3

11 Cadre théorique dans la littérature anglophone) mesurent le sentiment d obligation personnelle quant à l adoption du comportement. Ce facteur se réfère aux règles de conduite personnelle ou, en d autres termes, aux principes moraux. La personne évalue donc jusqu à quel point le comportement est en accord ou non avec ses principes. De plus, les convictions personnelles se distinguent de la croyance normative. Elles ne dépendent pas de la perception de ce que pensent les autres, mais plutôt des principes personnels en regard du comportement. Dans la mesure où une personne valorise l'altruisme, par exemple, elle sera davantage encline à donner du sang. Au cadre théorique de Triandis, nous avons retenu un certain nombre de construits théoriques additionnels. Parmi les ajouts théoriques (variables dites externes à la théorie de Triandis), nous avons retenu, dans le cadre de la présente étude, huit variables : trois variables liées à des principes éthiques (autonomie, bienfaisance et justice), le regret anticipé, le sentiment positif anticipé, l identité personnelle, la norme descriptive et la satisfaction envers le dernier don de sang. La raison principale pour retenir ces variables est que plusieurs auteurs [e.g. voir Sheeran (2002) pour une revue des écrits à ce sujet] ont démontré que la relation intention-comportement était influencée par certaines variables dites modératrices. En conséquence, des personnes endossant fortement ou non l une ou l autre de ces variables modératrices présentent une relation intention-comportement plus ou moins forte. La connaissance de cet effet permet donc d ajuster les stratégies d information subséquentes de manière appropriée. Dans le cadre de cette étude parmi la population générale, nous vérifierons l influence de ces variables sur l intention de donner du sang. Ces variables sont définies dans les paragraphes qui suivent. Les principes éthiques sont ceux proposées par Blondeau, Valois, Keyserlingk, Hébert, & Lavoie (1998) pour l étude de comportements ayant une incidence éthique. Les trois variables se définissent de la façon suivante. Le principe de l'autonomie se concrétise par l'exercice du droit à l'autodétermination, soit la capacité d'un individu de se gouverner lui-même et de faire des choix. Dans la tradition de la philosophie de Kant, la liberté est au fondement de la dignité humaine puisqu'elle permet, à travers les choix, de dévoiler l'unicité de la personne humaine. Selon cette dimension, une personne peut choisir de donner du sang pour décider de sa destinée. Le principe de bienfaisance se définit comme l'obligation morale de faire le bien pour autrui et d'agir dans ses meilleurs intérêts. En d'autres mots, il s'associe à la production de bienfaits, c'est-à-dire à la promotion du bien-être d'autrui. Dans le contexte du don de sang, une personne pourrait donner dans un but altruiste et dans le but de procurer un bienfait à autrui, comme l amélioration de sa qualité de vie. Le bienfait pourrait aussi être celui d'éviter une mort certaine en donnant à autrui la possibilité de vivre grâce à une transfusion. Quant à la justice, depuis Aristote, elle se scinde en deux concepts: la justice commutative où l'on donne à chacun une part égale et la justice distributive qui répartit en fonction de l'iniquité. En ce sens, cette dernière forme de justice vise à rétablir les iniquités naturelles ou sociales. Elle concerne également toute la question de l'allocation des ressources rares où des critères justes devraient contribuer à éviter toute forme de discrimination. Dans le contexte du don de sang, il est davantage question de justice distributive puisque le don peut contribuer à corriger les iniquités produites par la maladie, notamment, et à rétablir l'injustice. Une étude récente a démontré que les principes d autonomie et de justice s avéraient deux importantes variables définissant l intention des infirmières de respecter les directives de fin de vie des patients (Blondeau, Lavoie, Valois, Keyserlingk, Hébert & Martineau, 2000). 4

12 Cadre théorique Le regret anticipé réfère aux croyances de l individu concernant le niveau de regret, tension, ou de préoccupation qu il ressentirait s il n adoptait pas le comportement visé. L évidence suggère que ce construit est un déterminant important de l intention au delà de l influence d autres variables cognitives (e.g. Parker, Manstead, & Strading, 1995; Richard, van der Pligt, & de Vries, 1995, 1996). Les travaux de Sheeran et Orbell (1999) et Abraham et Sheeran (en révision) ont démontré que cette variable exerçait un rôle modérateur de la relation intentioncomportement concernant le jeu de loterie et l exercice physique. Le sentiment positif anticipé réfère à la vive satisfaction et au sentiment de fierté éprouvés à l idée d adopter un comportement donné. Selon Manstead (2000), cette variable contribuerait, par l entremise de son influence sur la norme morale, à expliquer l adoption de comportements ayant une incidence éthique. L identité personnelle réfère au positionnement personnel par rapport à l adoption d un comportement donné. Est-ce que l individu s identifie à une autre personne ayant les caractéristiques voulues pour adopter le comportement visé? La méta-analyse de Godin et Kok (1996) ainsi que les travaux de Parker, Manstead, Stradling, Reason & Baxter (1992) ont indiqué que cette variable était significativement associée à l adoption de comportements sociaux. La norme descriptive perçue réfère à la perception de la fréquence de l adoption du comportement par les autres (Cialdini, Reno, & Kallgren, 1990; Sheeran & Orbell, 1999). En somme, si les autres l adoptent cela est perçu comme la chose à faire. Cette norme se mesure par la prévalence perçue du comportement dans la population de référence. Finalement, l évaluation du degré de satisfaction envers le dernier don de sang découle des propositions théoriques de Rothman (2000), concernant la nature des variables pouvant exercer une influence déterminante lors de la phase de maintien d un comportement en comparaison à la phase d adoption d un nouveau comportement. Ainsi, le degré de satisfaction envers l adoption du comportement serait un déterminant de l adoption subséquente de ce comportement par son influence sur l intention. L influence de cette variable sera vérifiée seulement dans le sousgroupe de ceux et celles qui ont donné du sang au moins une fois dans leur vie. Par ailleurs, afin de mieux connaître les caractéristiques de la population à l étude, les variables suivantes ont été mesurées : l'âge, le sexe, le niveau de scolarité, le statut civil, le groupe sanguin, le lieu de résidence, l état de santé, la connaissance de la possibilité de faire un don de sang dans son environnement et les expériences de don de sang passées. Notons que l expérience passée avec le don de sang peut être décomposée selon que les personnes ont déjà fait ou non l expérience personnelle d un don de sang et, parmi ceux et celles qui ont déjà fait un don de sang, si ce don a été fait récemment ou pas. Les travaux de Manstead, Proffitt et Smart (1983) ainsi que de Godin et al. (1989) en ont fait la démonstration. Ces deux aspects ont donc été analysés dans le cadre de la présente étude. En résumé, le cadre théorique de l étude repose sur la théorie des comportements interpersonnels de Triandis auquel huit construits issus du domaine de la psychologie sociale et de l éthique ont été ajoutés 5

13 OBJECTIFS Objectifs de l étude La présente étude visait à identifier les déterminants de l intention concernant le don de sang dans la population générale. Ce choix d étudier seulement l intention dans la population générale se justifie pour les raisons suivantes : (1) selon la revue des écrits portant sur le don de sang, l intention est le déterminant le plus important du comportement; (2) plusieurs méta-analyses ont démontré son importance pour la prédiction des comportements dans le domaine de la santé (Armitage & Conner, 2001; Godin & Kok, 1996); et, (3) comme nous le verrons dans la section méthodologie, la faible proportion de la population donnant du sang par année fait qu il n est pas réaliste de faire une étude sur le comportement. Les objectifs spécifiques étaient : 1. Déterminer la prévalence des personnes de 18 à 70 ans exprimant une intention positive de donner du sang au cours des six prochains mois. 2. Identifier les déterminants de l intention de donner du sang dans la population générale. 3. Vérifier si certaines composantes cognitives (i.e. : regret anticipé, sentiment positif anticipé, principes éthiques, identité personnelle, norme descriptive, habitude, obstacles et facteurs facilitants) ajoutent à la prédiction de l intention au-delà des variables de la théorie de Triandis. 4. Vérifier parmi le sous ensemble des répondants qui ont déjà donné du sang, si la satisfaction envers le dernier don de sang ajoute à la prédiction de l intention. 5. Identifier les facteurs sur lesquels devraient reposer les programmes d interventions visant à favoriser le don de sang parmi la population générale. Hypothèses de recherche Les hypothèses de la présente étude étaient : 1. Les composantes affective et cognitive de l attitude, les croyances normatives, la croyance en l existence de rôles sociaux et les convictions personnelles (norme morale) constituent des déterminants significatifs de l intention de faire un don de sang au cours des six prochains mois. 2. Les variables cognitives externes au cadre théorique de base (i.e., regret anticipé, sentiment positif anticipé, principes éthiques, identité personnelle, norme descriptive, habitude, obstacles et facteurs facilitants) augmentent de façon significative la variance expliquée de l intention au delà des variables de la théorie de Triandis. 3. Parmi ceux qui ont déjà donné du sang, le degré de satisfaction envers le dernier don est un déterminant de l intention de faire un don de sang au cours des six prochains mois. 6

14 MÉTHODOLOGIE Développement du questionnaire Le questionnaire a été développé à l aide de l approche anthropologique «étique-émique» (Pelto, 1970) tel que recommandé par Triandis et collaborateurs (Davidson, Jaccard, Triandis, Morales, & Diaz-Guerrero, 1976). Le comportement à l étude a été défini afin de se conformer aux principes émis par Fishbein et Ajzen (1975) concernant les éléments à considérer : l action (donner), l objet (de son sang), le contexte (lors des collectes de Héma-Québec), le temps (au cours des six prochains mois). Par la suite et conformément à la théorie de Triandis, les informations suivantes ont été obtenues : la liste des avantages et désavantages de donner du sang, la liste des personnes ou groupes de personnes qui approuvaient ou désapprouvaient le fait de donner du sang, et la liste des conditions facilitantes et des barrières perçues au fait de donner du sang. Comme le suggère Triandis, ces informations ont été obtenues à l aide de quatre groupes de discussion de huit personnes chacun et dont l âge s échelonnait de 18 à 70 ans. Les participants aux groupes de discussion ont été recruté par les téléphonistes d une firme de sondage parmi la population générale de la région 03 en appliquant la technique de génération des numéros de manière aléatoire. Les participants ont complété un formulaire de consentement au début de la rencontre (Annexe C). Le premier groupe de discussion a été réalisé auprès de quatre femmes et quatre hommes, âgés entre 18 et 29 ans; le deuxième groupe auprès de quatre femmes et quatre hommes, âgés entre 30 et 49 ans; le troisième auprès de huit femmes, âgées entre 49 et 70 ans; et le dernier auprès de huit hommes, âgés entre 49 et 70 ans. La taille de ces échantillons pour le développement du questionnaire ont permis d atteindre le niveau de saturation des données (Deslauriers & Kérisit, 1997). Les groupes de discussions ont été animés par deux professionnelles de notre équipe de recherche. Les participants aux groupes de discussion ont reçu un montant de 40 dollars en guise de remerciement pour le temps consacré à la réalisation des tâches, tel que précisé dans le certificat d approbation des comités d éthiques. Les groupes de discussion ont été enregistrés puis retranscrits sous forme de verbatims. L analyse de contenu des verbatims a été réalisée par deux professionnelles de recherche. Un accord final quant aux thèmes extraits et leur importance a été obtenu. Les croyances les plus fréquemment mentionnées ont été retenues et inclues dans la version préliminaire du questionnaire. La mesure des autres variables psychosociales reposait sur l usage d items globaux, variant de 2 à 6 items selon le concept théorique. Ces items ont été formulés comme le suggèrent les auteurs de ces construits. Une question filtre a été élaborée afin de différencier les donneurs potentiels de ceux qui ne peuvent pas donner de leur sang. Cette question permettait de ne pas confondre les répondants n ayant pas l intention de donner du sang en raison des critères établis par Héma-Québec avec ceux qui pourraient donner du sang mais qui ne sont pas motivés à le faire. La première version du questionnaire a été soumise à une étude de validité et de fidélité. Une lecture du questionnaire a d abord été effectuée par cinq personnes présentant des caractéristiques similaires à la population ciblée par l étude dans le but de vérifier la clarté des questions et des 7

15 Méthodologie Tableau 1 : Consistance interne et stabilité temporelle des construits théoriques Variables Nombre d items Coefficients Alpha de Cronbach Test-retest (n = 38) Étude principale (n = 1116) Coefficients Intra-classe (n = 34) Intention (INT) 3 0,92 0,92 0,89 Attitude (Aact) 6 0,76 0,80 0,82 Croyances comportementales (b) 6 0,61 0,64 0,71 Norme subjective (SN) 3 0,87 0,78 0,65 Croyances normatives (nb) 3 0,78 0,81 0,68 Rôles sociaux perçus (RS) 3 0,65 0,67 0,65 Identité personnelle (IP) 5 0,76 0,73 0,82 Perception du contrôle (PBC) 3 0,69 0,84 0,98 Croyances de contrôle (SEFF) 9 (10)ª 0,78 0,83 0,75 Efficacité personnelle perçue (SE) 3 (4)ª 0,51 0,70 0,75 Facteurs facilitants (FF) 6 0,71 0,78 0,77 Regret anticipé (RA) 3 0,86 0,87 0,58 Sentiment positif anticipé (SP) 3 0,81 0,86 0,81 Norme descriptive (ND) 2 0,52 b 0,55 b 0,86 Convictions personnelles (PNB) 3 0,90 0,79 0,85 Justice (Just) 3 0,74 0,86 0,50 Autonomie (Auto) 3 0,83 0,88 0,70 Bienfaisance (Bien) 3 0,89 0,94 0,39 ª Un item mesurant l efficacité personnelle a été ajouté dans le questionnaire de l étude principale; le nombre final d items de l efficacité personnelle est donc de 4 et celui des croyances de contrôle est de 10. b Coefficient de corrélation de Spearman, car deux items seulement directives, ainsi que la pertinence, le caractère exhaustif et distinctif des options de réponses. Pour évaluer la consistance interne ainsi que la stabilité temporelle des construits théoriques, le questionnaire a été administré à deux reprises sur un intervalle de deux semaines auprès de personnes ayant des caractéristiques similaires avec la population à l étude. À cette fin, un échantillon de convenance a été formé avec les participants des groupes de discussion et d autres personnes recrutées par les membres de l équipe de recherche. Ces personnes ont préalablement complété un formulaire de consentement (Annexe E). Les données ont été recueillies à l aide d un questionnaire auto-administré, envoyé par la poste avec une lettre explicative et une enveloppe retour pré-affranchie et pré-adressée au chercheur principal. Un total de 38 personnes ont complété le questionnaire une première fois, et 34 l ont également complété une seconde fois. La consistance interne et la stabilité temporelle ont été vérifiées. Les scores obtenus pour la majorité des variables ont été très satisfaisants. La vérification de la consistance interne a 8

16 Méthodologie également été effectuée dans le cadre de l étude principale et des valeurs similaires variant entre 0,64 et 0,94 ont été obtenues. Les résultats de ces analyses sont présentés au tableau 1. Cette nouvelle version du questionnaire a été traduite en anglais et retraduite en français afin d en assurer l équivalence. La version finale du questionnaire se retrouve en annexe H. Population à l étude et échantillon L'étude visait toute la population de la province du Québec en âge de donner du sang (18 à 70 ans). En conformité avec les dispositions du Code civil, la population-cible était composée des personnes âgées de 18 ans et plus, aptes à consentir au don de sang. Un échantillon aléatoire simple de 4000 personnes de 18 à 70 ans a été fourni par la Régie de l Assurance Maladie du Québec (RAMQ) après avoir obtenu l autorisation de la Commission d accès à l information (Annexe B). Quatre milles questionnaires ont été expédiés. Parmi ce nombre 195 ont été retournés en raison de mauvaises adresses ou de déménagements. Un total de 1445 questionnaires ont été retournés, soit un taux de réponse de 38,0%. Parmi ce nombre, 259 participants ont déclaré ne pas être en mesure de donner de leur sang selon les critères utilisés par Héma-Québec. Parmi les 1186 sujets en mesure de faire un don de sang, 70 questionnaires ont été retirés des analyses, car ils présentaient trop des données manquantes au niveau des variables psychosociales. Procédure de cueillette des données Les données ont été recueillies à l aide d un questionnaire auto-administré distribué par courrier postal en utilisant une approche similaire à celle proposée par Dillman (2000). Une lettre d introduction de l étude signée par la directrice générale de Héma-Québec a d abord été expédiée à l ensemble des personnes constituant l échantillon (Annexe F). Une semaine plus tard, un deuxième envoi comprenant une lettre explicative de l étude signée par le chercheur principal et précisant les objectifs ainsi que la nature anonyme de l étude (Annexe G), le questionnaire (Annexe H) ainsi qu une enveloppe pré-affranchie et pré-adressée au chercheur principal ont été mis à la poste. Une semaine et trois semaines après l envoi du questionnaire, des cartes de rappels/remerciements ont été expédiées systématiquement à tous les participants (Annexe I). Le protocole a été approuvé par le Comité d éthique de l Université Laval (no ) (Annexe A). Analyse des données Une analyse descriptive des résultats a été effectuée (moyenne, écart-type, distribution des variables). Des tests de comparaison des proportions et des moyennes (chi-carré, test T et test F) ont servi à comparer, au niveau des variables socio-démographiques, les groupes suivants : l échantillon fourni par la RAMQ et le groupe des répondants avec la population du Québec; les donneurs potentiels avec les non-donneurs; le groupe inclus dans les analyses avec le groupe exclu ; et les répondants qui ont déjà fait un don de sang avec ceux qui n en n ont jamais fait. Pour ces derniers, des comparaisons ont également été effectuées au niveau des variables en lien avec l expérience du don de sang. Une régression multiple a par la suite été utilisée pour prédire l intention de donner du sang au cours des six prochains mois. Les variables psychosociales utilisées pour prédire l intention sont : les croyances comportementales, l attitude, les croyances normatives, la norme subjective, 9

17 Méthodologie les facteurs facilitants, l efficacité personnelle perçue, la perception du contrôle, la croyance en l existence de rôles sociaux, les convictions personnelles, le regret anticipé, le sentiment positif anticipé, l identité personnelle et finalement la norme descriptive. Les variables sociodémographiques intégrées dans les analyses sont : l âge, le sexe, le niveau de scolarité, le statut civil et l état de santé perçu. Finalement, les variables en lien avec l expérience de don de sang sont : le comportement passé (expérience antérieure et proximité du dernier don) et la satisfaction envers le dernier don de sang. Subséquemment, une analyse de la variance multivariée a été effectuée. Cette dernière a permis de déterminer lesquels des items associés aux déterminants de l intention différencient les individus ayant une forte ou une faible intention. Ajzen et Fishbein (1980) suggèrent cette approche dans le but d identifier les aspects sur lesquels devraient reposer un programme d intervention visant à changer l intention. Le logiciel statistique SAS version 8.2 a été utilisé pour l ensemble de ces analyses. 10

18 RÉSULTATS Description de la population et de l échantillon L échantillon fourni par la Régie de l Assurance Maladie du Québec (RAMQ) était représentatif de la population du Québec au niveau de l âge et du sexe. Une légère différence a été observée quant au lieu de résidence où la région de Montréal a été surreprésentée dans l échantillon de la RAMQ par rapport à la population du Québec (50,7% vs 47,5% ; p <,001). Lorsqu on compare les caractéristiques socio-démographiques des 1445 répondants de l étude avec les données disponibles sur la population du Québec (Tableau 2), on note les différences significatives suivantes : (1) les femmes sont représentées en plus grande proportion dans l échantillon que dans la population (54,1% vs 48,8%; p <,005); (2) la proportion des individus âgés entre 50 et 70 ans est supérieure à celle de la province (35,0% vs 30,7%; p <,005); et, (3) la région de Montréal est sous représentée parmi les répondants (41, 5% vs 47,7%; p <,0001) alors que la région de Québec est surreprésentée (17,6% vs 14,2%; p <,0001). Tableau 2 : Comparaison de l échantillon des répondants à la population du Québec Variables Répondants* Population du Québecª p n % n % SEXE Homme , ,2 Femme , ,8 Total b <,005 ÂGE 18 à 29 ans , ,1 30 à 39 ans , ,0 40 à 49 ans , , ans , ,7 Total <,005 RÉGION Montréal , ,7 Québec , ,2 Autres , ,1 Total c <,0001 * Pour chacune des variables concernant les répondants, il y avait quelques données manquantes, de telle sorte que le nombre total n est pas toujours de ª Source : Institut de la statistique du Québec (2001) b nombre total parmi les personnes de ans. c nombre total parmi les personnes de ans 11

19 Résultats Parmi les 1445 questionnaires retournés, 1186 des répondants considéraient être en mesure de donner de leur sang alors que 259 ont mentionné ne pas pouvoir en donner. La comparaison des variables socio-démographiques de ces deux groupes est présentée au tableau 3. Les deux groupes sont similaires au niveau du sexe, de la scolarité, du statut civil et de la région de résidence. Toutefois, comparativement à ceux qui considèrent pouvoir donner de leur sang, ceux qui croient ne pas pouvoir en donner sont significativement plus vieux (48,4 ans vs 42,5 ans; t = 5,3; p <,0001) et se perçoivent en moins bonne santé (χ 2 = 75,5 ; df = 4, p <,0001). Tableau 3 : Comparaison des variables socio-démographiques des répondants pouvant donner du sang à ceux ne pouvant pas donner de sang Variables Répondants pouvant donner du sang (n = 1186) Répondants ne pouvant pas donner de sang (n = 259) p Moy. ± (Ét) n (%) Moy. ± (Ét) n (%) ÂGE 42,5 ± 13,4 48,4 ± 16,7 SEXE Femme 641 (54,7) 131 (51,6) <,0001 Homme 532 (45,4) 123 (48,4) n.s. SCOLARITÉ Primaire/secondaire 466 (39,8) 88 (35,1) Cegep/université 706 (60,2) 163 (64,9) n.s. STATUT Célibataire 277 (23,6) 71 (28,2) CIVIL Marié/conjoint de fait 773 (65,9) 151 (59,9) Divorcé/séparé/veuf 123 (10,5) 30 (11,9) n.s. SANTÉ Excellente 216 (18,3) 26 (10,4) PERÇUE Très bonne 457 (38,7) 70 (28,0) Bonne 390 (33,0) 88 (35,2) Moyenne 103 (8,7) 43 (17,2) Mauvaise 16 (1,4) 23 (9,2) <,0001 RÉGION Montréal 467 (41,2) 100 (41,3) Québec 199 (17,6) 43 (17,8) Autres 467 (41,2) 99 (40,9) n.s. Pour chacune des variables il y avait quelques données manquantes, de telle sorte que le nombre total des répondants pouvant et ne pouvant pas donner du sang n est pas toujours respectivement de 1186 et

20 Résultats Parmi les 1186 répondants qui ont mentionné répondre aux critères d admissibilité au don de sang de Héma-Québec, 70 sujets présentaient des données manquantes au niveau des variables psychosociales. Ces questionnaires ont donc été retirés des analyses. Le tableau 4 présente la comparaison des sujets inclus à ceux exclus des analyses. Comparativement au groupe des répondants exclus des analyses, le groupe des répondants inclus dans les analyses est significativement plus jeune (42,1 ans vs 49,7; t = -4,1; p <,0001) et plus scolarisé (χ 2 = 11,7 ; df = 1, p <,0001). Les deux groupes sont toutefois comparables au niveau du sexe, du statut civil, de l état de santé perçue et de la région de résidence. Le profil des répondants inclus dans les analyses peut-être examiné dans le tableau 4 (colonne de gauche). Tableau 4 : Comparaison des variables socio-démographiques des répondants inclus à ceux exclus des analyses Variables Répondants inclus dans les analyses (n = 1116) Répondants exclus des analyses (n = 70) p Moy ± (Ét) n (%) Moy. ± (Ét) n (%) ÂGE 42,1 ± 13,3 49,7 ± 13,7 <,0001 SEXE Femme Homme 609 (54,7) 504 (45,3) 32 (53.3) 28 (46,7) n.s. SCOLARITÉ Primaire/secondaire Cegep/université 430 (38,6) 683 (61,4) 36 (61,0) 23 (39,0) <,001 STATUT CIVIL Célibataire Marié/conjoint de fait Divorcé/séparé/veuf 264 (23,7) 732 (65,8) 117 (10,5) 13 (21,7) 41 (68,3) 6 (10,0) n.s. SANTÉ PERÇUE Excellente Très bonne 206 (18,5) 437 (39,2) 10 (15,2) 20 (30,3) Bonne 365 (32,7) 25 (37,9) Moyenne Mauvaise 92 (8,2) 16 (1,4) 11 (16,7) 0 (0,0) n.s. RÉGION Montréal 444 (41,2) 24 (42,9) Québec Autres 189 (17,5) 445 (41,3) 10 (17,9) 22 (39,3) n.s. Pour chacune des variables il y avait quelques données manquantes, de telle sorte que le nombre total des répondants inclus et exclus des analyses n est pas toujours respectivement de 1116 et

Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire -

Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire - Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire - Juin 2009 1 Objectifs Réalisée par CROP pour le compte de l Association québécoise d établissements

Plus en détail

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca La recherche antérieure a montré que la majorité des consommateurs canadiens affichent une préférence marquée pour l achat de produits alimentaires canadiens par rapport aux produits d importation. Est-ce

Plus en détail

Concordance entre le SOGS-RA et les critères du jeu pathologique du DSM-IV chez les jeunes

Concordance entre le SOGS-RA et les critères du jeu pathologique du DSM-IV chez les jeunes Résumé de recherche Concordance entre le SOGS-RA et les critères du jeu pathologique du DSM-IV chez les jeunes Robert Ladouceur, Ph.D. 1 Francine Ferland, Ph.D. Christiane Poulin, M.D., M.Sc., F.R.C.P.C.

Plus en détail

Validité prédictive des questionnaires Cebir. Etude 1 : validité critérielle dans le secteur du gardiennage

Validité prédictive des questionnaires Cebir. Etude 1 : validité critérielle dans le secteur du gardiennage Validité prédictive des questionnaires Cebir Introduction Dans le domaine de la sélection, il est particulièrement intéressant de déterminer la validité prédictive d un test. Malheureusement, les occasions

Plus en détail

en Mauricie et au Centre-du-Québec, ESCC cycle 1.1 (2000-2001)

en Mauricie et au Centre-du-Québec, ESCC cycle 1.1 (2000-2001) Analyse des données de santé mentale -, ESCC cycle 1.1 (2000-) Avant-propos Ce document traite des principaux résultats régionaux de l ESCC 1.1 portant sur la santé mentale. Les indicateurs présentés ici

Plus en détail

Rapport pour Syndicat des professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec

Rapport pour Syndicat des professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec Rapport pour Syndicat des professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec Programme de bourses Fonds commémoratif Louise-Montpetit-Morisseau Développement et validation de l échelle de mesure

Plus en détail

LE CHEMINEMENT ET LES RÉSULTATS SCOLAIRES DES JEUNES D ORIGINE IMMIGRÉE : UNE PERSPECTIVE COMPARATIVE ENTRE MONTRÉAL, TORONTO ET VANCOUVER

LE CHEMINEMENT ET LES RÉSULTATS SCOLAIRES DES JEUNES D ORIGINE IMMIGRÉE : UNE PERSPECTIVE COMPARATIVE ENTRE MONTRÉAL, TORONTO ET VANCOUVER LE CHEMINEMENT ET LES RÉSULTATS SCOLAIRES DES JEUNES D ORIGINE IMMIGRÉE : UNE PERSPECTIVE COMPARATIVE ENTRE MONTRÉAL, TORONTO ET VANCOUVER Sommaire Soumis au Conseil canadien sur l'apprentissage et à Citoyenneté

Plus en détail

Facteurs liés au rendement des élèves au Test de mathématiques, 9 e année, de l OQRE

Facteurs liés au rendement des élèves au Test de mathématiques, 9 e année, de l OQRE n Quelles sont les différences et les similarités, d après certaines caractéristiques du milieu familial et les réponses au questionnaire, entre les élèves de 9 e année inscrits au cours théorique et au

Plus en détail

FOTO - L OMNIBUS MENSUEL DE CROP LE NOUVEAU CROP-EXPRESS

FOTO - L OMNIBUS MENSUEL DE CROP LE NOUVEAU CROP-EXPRESS FOTO - L OMNIBUS MENSUEL DE CROP LE NOUVEAU CROP-EXPRESS 550, RUE SHERBROOKE OUEST MONTRÉAL (QUÉBEC) H3A 1B9 BUREAU 900 TOUR EST T 514 849-8086, POSTE 3064 Réflexions méthodologiques Depuis des années,

Plus en détail

Sondage d opinion auprès des Canadiens Perception à l égard des couples de même sexe PROJET 12717-014

Sondage d opinion auprès des Canadiens Perception à l égard des couples de même sexe PROJET 12717-014 Sondage d opinion auprès des Canadiens Perception à l égard des couples de même sexe PROJET 12717-014 Table des matières Contexte et objectifs... 6 Méthodologie... 8 Résultats détaillés 1. Perception

Plus en détail

Christophe Fournier. Clinique de Thuys. Aunége - Christophe Fournier

Christophe Fournier. Clinique de Thuys. Aunége - Christophe Fournier Christophe Fournier Clinique de Thuys Aunége - Christophe Fournier 2 Table des matières Information sur l'échantillon 3 Structure de l'échantillon...4 Point méthodologique 6 Point méthodologique...7 Représentativité

Plus en détail

L utilisation des TIC par le personnel enseignant. Marie-José Roy FRÉQUENCE D UTILISATION ET INTERNET

L utilisation des TIC par le personnel enseignant. Marie-José Roy FRÉQUENCE D UTILISATION ET INTERNET L utilisation des TIC par le personnel enseignant Marie-José Roy Depuis l apparition des micro-ordinateurs dans les années 1980, la tâche des enseignantes et enseignants s est vue modifiée à mesure que

Plus en détail

Rapport sur la méthodologie

Rapport sur la méthodologie Sondage des votants et des non-votants 2002 Rapport sur la méthodologie Établi pour : Élections Canada Date : Juin 2002 Centre de recherche Décima, 2002 Table des matières Introduction...1 Méthodologie

Plus en détail

Structure typique d un protocole de recherche. Préparé par Johanne Desrosiers dans le cadre d une formation au réseau FORMSAV

Structure typique d un protocole de recherche. Préparé par Johanne Desrosiers dans le cadre d une formation au réseau FORMSAV Structure typique d un protocole de recherche Préparé par Johanne Desrosiers dans le cadre d une formation au réseau FORMSAV Introduction Planification et développement d une proposition de recherche Étape

Plus en détail

SONDAGE DES MEMBRES DE L APIGQ RÉSULTATS ET ANALYSE

SONDAGE DES MEMBRES DE L APIGQ RÉSULTATS ET ANALYSE SONDAGE DES MEMBRES DE L APIGQ RÉSULTATS ET ANALYSE SEPTEMBRE 2008 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 3 SONDAGE ET ÉCHANTILLONNAGE... 3 SONDAGE... 3 ÉCHANTILLONNAGE... 4 COMPILATION DES RÉSULTATS... 4

Plus en détail

dans le présent contexte que l activité physique et la nutrition.

dans le présent contexte que l activité physique et la nutrition. Contrat de santé sous forme de calendrier : un outil pour les professionnels de la santé Fiche No 48 pour intervenir avec les personnes âgées Haber D., and Looney C. (2000) Health Contract Calendars: A

Plus en détail

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH Juillet 2012 Contexte Les prix et les bourses spéciales du Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) forment

Plus en détail

Collecte de données. Laurent Dorey

Collecte de données. Laurent Dorey Laurent Dorey Mercredi 16 Décembre 2014 Programme : Recensement & Echantillonnage Étapes pour sélectionner un échantillon La population observée La base de sondage Les unités d enquête La taille de l échantillon

Plus en détail

Mise à l essai des stratégies de collecte pour les enquêtes en ligne fondées sur l autodéclaration

Mise à l essai des stratégies de collecte pour les enquêtes en ligne fondées sur l autodéclaration Recueil du Symposium 2014 de Statistique Canada Au-delà des méthodes traditionnelles d enquêtes : l adaptation à un monde en évolution Mise à l essai des stratégies de collecte pour les enquêtes en ligne

Plus en détail

MODÈLE CROP DE CALIBRATION DES PANELS WEB

MODÈLE CROP DE CALIBRATION DES PANELS WEB MODÈLE CROP DE CALIBRATION DES PANELS WEB 550, RUE SHERBROOKE OUEST MONTRÉAL (QUÉBEC) H3A 1B9 BUREAU 900 TOUR EST T 514 849-8086, POSTE 3064 WWW.CROP.CA Le Protocole CROP de calibration des panels en ligne

Plus en détail

Sondage sur le site Web du BSIF de 2014

Sondage sur le site Web du BSIF de 2014 1 Sondage sur le site Web du BSIF de 2014 Sommaire Le 31 mars 2014 Préparé pour le Bureau du surintendant des institutions financières information@osfi-bsif.gc.ca This summary is also available in English.

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

d évaluation Objectifs Processus d élaboration

d évaluation Objectifs Processus d élaboration Présentation du Programme pancanadien d évaluation Le Programme pancanadien d évaluation (PPCE) représente le plus récent engagement du Conseil des ministres de l Éducation du Canada (CMEC) pour renseigner

Plus en détail

Chapitre 4. Impacts sur les personnes admissibles de l assuranceemploi

Chapitre 4. Impacts sur les personnes admissibles de l assuranceemploi Chapitre 4 Impacts sur les personnes admissibles de l assuranceemploi 4.1 Ensemble des participants Parmi les 3 347 personnes interrogées dans le cadre de cette étude, 616 (18 %) étaient des personnes

Plus en détail

La santé au travail des cheminots en région Bretagne Enquête pour le CER et la Mutuelle Entrain

La santé au travail des cheminots en région Bretagne Enquête pour le CER et la Mutuelle Entrain La santé au travail des cheminots en région Bretagne Enquête pour le CER et la Mutuelle Entrain Présentation des résultats de l enquête auprès des salariés Sommaire A- La démarche 1. Méthodologie de l

Plus en détail

Enquête de perceptions

Enquête de perceptions Enquête de perceptions sur les Québécois et le voyage de groupe par autocar Présenté lors du colloque d ARF Québec 2 Pourquoi une enquête de perceptions? Dernière étude sur le tourisme de groupe et le

Plus en détail

5. Information et accès aux moyens de paiement

5. Information et accès aux moyens de paiement 5. Information et accès aux moyens de paiement Cette dernière partie mobilise des méthodes d analyse des données, permettant de mieux comprendre comment s articulent d une part l accès aux différents services

Plus en détail

ALAIN DUNBERRY Avec la collaboration de Frédéric Legault Professeurs DEFS, UQAM Septembre 2013 2 1. Introduction 5 6 7 8 11 12 2. La méthodologie 14 15 16 3. Les résultats des opérations d évaluation

Plus en détail

Scot Wortley 2 Coordonnateur de la priorité Justice, Police et Sécurité du Projet Metropolis Centre de criminologie, Université de Toronto

Scot Wortley 2 Coordonnateur de la priorité Justice, Police et Sécurité du Projet Metropolis Centre de criminologie, Université de Toronto LES PERCEPTIONS DES NOUVEAUX ARRIVANTS ET DES MINORITÉS RACIALES PAR RAPPORT AU SYSTÈME CANADIEN DE JUSTICE PÉNALE : RÉSULTATS D UN SONDAGE MENÉ À TORONTO EN 2007 1 Scot Wortley 2 Coordonnateur de la priorité

Plus en détail

Tableau synoptique du chapitre 7

Tableau synoptique du chapitre 7 Tableau synoptique du chapitre 7 Le rôle du superviseur dans le processus de rémunération Le superviseur peut être appelé à : participer à l évaluation des postes de ses employés. prendre des décisions

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Les Déterminants et Conséquences du Jeu pour le Bien-Être des Aînés

Les Déterminants et Conséquences du Jeu pour le Bien-Être des Aînés Les Déterminants et Conséquences du Jeu pour le Bien-Être des Aînés XXXIXe Colloque Trois-Rivières, 2011 Robert J. Vallerand, Ph.D., FRSC Ariane St-Louis, M.A. Laboratoire de Recherche sur le Comportement

Plus en détail

Les Canadiens et le bilinguisme

Les Canadiens et le bilinguisme Les Canadiens et le bilinguisme Rapport final Présenté à La Société Radio-Canada Recherche, Grille et Diffusion Décembre 2006 07-5517rap-final-complet Table des matières Méthodologie 3 Notes de lecture..

Plus en détail

Colloque du CIQSS et de l ISQ sur le vieillissement 80 e Congrès de l ACFAS, Montréal, 7 mai 2012

Colloque du CIQSS et de l ISQ sur le vieillissement 80 e Congrès de l ACFAS, Montréal, 7 mai 2012 Les différences entre les sexes dans la prise de décision en matière d épargne et d investissement : résultats tirés de l ECCF de 2 0 0 9 Carole Vincent Colloque du CIQSS et de l ISQ sur le vieillissement

Plus en détail

INTRODUCTION. OCTOBRE 2012 «BILAN DE SANTÉ» Prise VI ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES

INTRODUCTION. OCTOBRE 2012 «BILAN DE SANTÉ» Prise VI ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES OCTOBRE 2012 «BILAN DE SANTÉ» Prise VI ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES Faits saillants du sondage 2 Méthode de sondage 3 Profil des répondants 3 Santé

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens.

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation Yann FORNER RÉSULTATS Nom: Sexe: 15/04/2010 Féminin Âge: 17 Étalonnage: Lycéens Introduction Le Questionnaire de Motivation en situation de Formation

Plus en détail

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ COMMUNAUTAIRE ET DES SERVICES CORRECTIONNELS 4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées (Suivi de la section 3.09 du Rapport annuel

Plus en détail

Perceptions du grand public par rapport au gouvernement actuel et certains enjeux liés aux entreprises

Perceptions du grand public par rapport au gouvernement actuel et certains enjeux liés aux entreprises Montréal Québec Toronto Ottawa Edmonton Philadelphie Denver Tampa Perceptions du grand public par rapport au gouvernement actuel et certains enjeux liés aux entreprises 13574-008 Novembre 2009 www.legermarketing.com

Plus en détail

Méthodologie d échantillonnage et Échantillonneur ASDE

Méthodologie d échantillonnage et Échantillonneur ASDE Méthodologie d échantillonnage et Échantillonneur ASDE Par Michel Rochon L énoncé suivant définit de façon générale la méthodologie utilisée par Échantillonneur ASDE pour tirer des échantillons téléphoniques.

Plus en détail

Comment engager une personne durablement dans une activité physique

Comment engager une personne durablement dans une activité physique Comment engager une personne durablement dans une activité physique Christine LE SCANFF «PSYCHOLOGIE DES PRATIQUES PHYSIQUES» Université Paris-Sud 11, UFR STAPS OBJECTIFS Quels sont les modèles théoriques

Plus en détail

Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé

Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé 2013 Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé Ipsos Public Affairs 24/06/2013 1 Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé Table

Plus en détail

AQESSS - ÉTUDE AUPRÈS DES QUÉBÉCOIS É SUR L INFORMATISATION CLINIQUE LA SANTÉ ÉLECTRONIQUE. De la vie aux idées 4 OCTOBRE 2011

AQESSS - ÉTUDE AUPRÈS DES QUÉBÉCOIS É SUR L INFORMATISATION CLINIQUE LA SANTÉ ÉLECTRONIQUE. De la vie aux idées 4 OCTOBRE 2011 AQESSS - ÉTUDE AUPRÈS DES QUÉBÉCOIS É SUR L INFORMATISATION CLINIQUE COLLOQUE EXPOSITION LA SANTÉ ÉLECTRONIQUE 4 OCTOBRE 2011 De la vie aux idées TABLE DES MATIÈRES CONTEXTE ET OBJECTIFS 3 FAITS SAILLANTS

Plus en détail

omnipraticiens du Québec

omnipraticiens du Québec Montréal Québec Toronto Ottawa Edmonton Philadelphie Denver Tampa Étude d opinion d pour la Fédération des médecins m omnipraticiens du Québec 11250-006 006 Février 2010 www.legermarketing.com Contexte

Plus en détail

Étude auprès de la génération X. Le paiement virtuel et la gestion des finances personnelles

Étude auprès de la génération X. Le paiement virtuel et la gestion des finances personnelles Étude auprès de la génération X Le paiement virtuel et la gestion des finances Rapport Présenté à Madame Martine Robergeau Agente de Développement et des Communications 11 octobre 2011 Réf. : 1855_201109/EL/cp

Plus en détail

Faits saillants du Sondage sur les travailleurs québécois de 25 à 44 ans et l épargne

Faits saillants du Sondage sur les travailleurs québécois de 25 à 44 ans et l épargne 2011 Faits saillants du Sondage sur les travailleurs québécois de 25 à 44 ans et l épargne Rédaction Marc-Olivier Robert Lambert Collaboration Francis Picotte Mise en page Nathalie Cloutier Révision linguistique

Plus en détail

RÉSUMÉ DE RECHERCHE. Fondé sur un rapport de recherche préparé pour l IB par : Ling Tan et Yan Bibby, Australian Council for Educational Research

RÉSUMÉ DE RECHERCHE. Fondé sur un rapport de recherche préparé pour l IB par : Ling Tan et Yan Bibby, Australian Council for Educational Research RÉSUMÉ DE RECHERCHE Comparaison des résultats d élèves issus ou non d établissements dispensant les programmes de l IB au programme ISA d évaluation des écoles internationales, et au questionnaire sur

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

Compétences essentielles numériques dans les petites entreprises rurales QUESTIONNAIRE DU SONDAGE PRÉ- FORMATION DES EMPLOYEURS

Compétences essentielles numériques dans les petites entreprises rurales QUESTIONNAIRE DU SONDAGE PRÉ- FORMATION DES EMPLOYEURS 1 Nom de l organisation INTRODUCTION Merci de prendre le temps de participer à ce sondage. Les résultats nous fourniront des données essentielles afin de mesurer l efficacité de la formation. Ces données

Plus en détail

Formation Programme psychoéducatif de gestion du stress destiné aux proches aidants d un parent âgé à domicile

Formation Programme psychoéducatif de gestion du stress destiné aux proches aidants d un parent âgé à domicile Formation Programme psychoéducatif de gestion du stress destiné aux proches aidants d un parent âgé à domicile Avril 2014 Table des matières 1. La Chaire Desjardins en soins infirmiers à la personne âgée

Plus en détail

Enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages

Enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages Note Méthodologique Dernière mise à jour : 27-1-214 Enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages Présentation de l enquête L Insee réalise depuis janvier 1987 l enquête mensuelle de conjoncture

Plus en détail

Perception et opinion des Canadiens à l égard des personnes homosexuelles

Perception et opinion des Canadiens à l égard des personnes homosexuelles Sondage d opinion auprès des Canadiens FONDATION ÉMERGENCE ÉTUDE OMNIBUS PAN CANADIENNE Perception et opinion des Canadiens à l égard des personnes homosexuelles Mai 2007 Dossier : 12717-010 507, place

Plus en détail

Constat sur la mobilité des personnes dans la grande région de Montréal : Faits saillants révélés par l'enquête Origine-Destination 2008

Constat sur la mobilité des personnes dans la grande région de Montréal : Faits saillants révélés par l'enquête Origine-Destination 2008 Constat sur la mobilité des personnes dans la grande région de Montréal : Faits saillants révélés par l'enquête Origine-Destination 2008 Hubert Verreault, Agence métropolitaine de transport Daniel Bergeron,

Plus en détail

La réadaptation, l art du possible CODE D ÉTHIQUE. www.constance-lethbridge.com. Suivez-nous sur

La réadaptation, l art du possible CODE D ÉTHIQUE. www.constance-lethbridge.com. Suivez-nous sur La réadaptation, l art du possible CODE D ÉTHIQUE Suivez-nous sur www.constance-lethbridge.com Siège social 7005, boulevard de Maisonneuve Ouest Montréal (Québec) H4B 1T3 Point de services 16777, boulevard

Plus en détail

Promotion d une saine alimentation et de l activité physique : analyse des besoins de formation du réseau de santé publique

Promotion d une saine alimentation et de l activité physique : analyse des besoins de formation du réseau de santé publique Promotion d une saine alimentation et de l activité physique : analyse des besoins de formation du réseau de santé publique Karyne Daigle, stagiaire Maîtrise en santé communautaire MISE EN CONTEXTE Le

Plus en détail

Bien-être et performance au travail

Bien-être et performance au travail Bien-être et performance au travail Synthèse des résultats de l enquête «Parlons bienêtre au travail» en Suisse romande Cette enquête porte sur 723 employés de Suisse romande. Elle s est déroulée sous

Plus en détail

ENQUETE DE Universitaires SATISFACTION de Genève PATIENTS 2013

ENQUETE DE Universitaires SATISFACTION de Genève PATIENTS 2013 Forum qualité sécurité HUG, 20 novembre 2014 Hôpitaux ENQUETE DE Universitaires SATISFACTION de Genève PATIENTS 2013 Patricia Francis Gerstel Pierre Chopard Service qualité des soins Etre Direction les

Plus en détail

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la 1 Mon stage en résumé Je dois avouer avoir de la difficulté à faire un bilan qui va au-delà du déjà dit dans mes rapports antérieurs, parce que j ai l impression d y avoir presque tout écrit. Par contre,

Plus en détail

Le cahier d exercices

Le cahier d exercices 10 Le cahier d exercices 1. Introduction Le but du présent manuel est de venir en aide aux recruteurs de sociétés de transport par autocar qui ont recours au manuel Au Volant Un guide des meilleures pratiques

Plus en détail

Fondements et étapes du processus de recherche, 3 e édition

Fondements et étapes du processus de recherche, 3 e édition Fondements et étapes du processus de recherche, 3 e édition Nouveauté Méthodes quantitatives et qualitatives Prix : 81,95 $ Auteurs : Marie-Fabienne Fortin, Johanne Gagnon ISBN13 : 9782765050063 Nombre

Plus en détail

RAPPORT DE VÉRIFICATION INTERNE DU CADRE DE CONTRÔLE DE GESTION FINANCIÈRE DES INITIATIVES LIÉES AU PLAN D ACTION ÉCONOMIQUE DU CANADA (PAE) RAPPORT

RAPPORT DE VÉRIFICATION INTERNE DU CADRE DE CONTRÔLE DE GESTION FINANCIÈRE DES INITIATIVES LIÉES AU PLAN D ACTION ÉCONOMIQUE DU CANADA (PAE) RAPPORT RAPPORT DE VÉRIFICATION INTERNE DU CADRE DE CONTRÔLE DE GESTION FINANCIÈRE DES INITIATIVES LIÉES AU PLAN D ACTION ÉCONOMIQUE DU CANADA (PAE) RAPPORT Juillet 2010 PRÉPARÉ PAR LA DIRECTION GÉNÉRALE DE LA

Plus en détail

RELATIONS AGENTS-APPRENANTAPPRENANT. Processus: Modeling, renforcement, interaction sociale.. Agents: Parents, pairs, école, médias

RELATIONS AGENTS-APPRENANTAPPRENANT. Processus: Modeling, renforcement, interaction sociale.. Agents: Parents, pairs, école, médias Université de Lyon II Janvier 2014 Choix de la méthode de recherche: Aspects pratiques Marie J. Lachance Professeure titulaire Sciences de la consommation Université Laval, Québec Question et problématique

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE LA FORMATION DES PERSONNES HANDICAPÉES VUE D ENSEMBLE

DIAGNOSTIC DE LA FORMATION DES PERSONNES HANDICAPÉES VUE D ENSEMBLE DIAGNOSTIC DE LA FORMATION DES PERSONNES HANDICAPÉES VUE D ENSEMBLE JANVIER 2014 INTRODUCTION Le CAMO pour personnes handicapées souhaitait établir un portrait de la situation de la formation des personnes

Plus en détail

DU RAPATRIEMENT DE LA CONSTITUTION PRÉSENTÉE PAR CROP. de la vie aux idées

DU RAPATRIEMENT DE LA CONSTITUTION PRÉSENTÉE PAR CROP. de la vie aux idées ÉTUDE À e ANNIVERSAIRE DU RAPATRIEMENT DE LA CONSTITUTION PRÉSENTÉE PAR CROP de la vie aux idées TABLE DES MATIÈRES CONTEXTE ET OBJECTIFS 3 NOTORIÉTÉ DU RAPATRIEMENT DE LA CONSTITUTION CANADIENNE 4 DE

Plus en détail

ORDRE DES CONSEILLERS EN RESSOURCES HUMAINES AGRÉÉS. de la vie aux idées ENQUÊTE AUPRÈS DES TRAVAILLEURS QUÉBÉCOIS AVRIL 2014

ORDRE DES CONSEILLERS EN RESSOURCES HUMAINES AGRÉÉS. de la vie aux idées ENQUÊTE AUPRÈS DES TRAVAILLEURS QUÉBÉCOIS AVRIL 2014 ORDRE DES CONSEILLERS EN RESSOURCES HUMAINES AGRÉÉS ENQUÊTE AUPRÈS DES TRAVAILLEURS QUÉBÉCOIS AVRIL 2014 de la vie aux idées TABLE DES MATIÈRES CONTEXTE ET OBJECTIFS 3 À QUI A-T-ON PARLÉ? 5 MÉTHODOLOGIE

Plus en détail

Perception des Québécois à l égard de la rémunération des enseignants. Août 2011 Projet: 13026-023

Perception des Québécois à l égard de la rémunération des enseignants. Août 2011 Projet: 13026-023 Perception des Québécois à l égard de la rémunération des enseignants Août 2011 Projet: 13026-023 Contexte et objectif Méthodologie Faits saillants Analyse détaillée des résultats 6 8 10 12 Opinion

Plus en détail

CHÔMAGE ET STRATÉGIES DES FAMILLES : LES EFFETS MITIGÉS DU PASSAGE DE L ASSURANCE-CHÔMAGE À L ASSURANCE-EMPLOI

CHÔMAGE ET STRATÉGIES DES FAMILLES : LES EFFETS MITIGÉS DU PASSAGE DE L ASSURANCE-CHÔMAGE À L ASSURANCE-EMPLOI CHÔMAGE ET STRATÉGIES DES FAMILLES : LES EFFETS MITIGÉS DU PASSAGE DE L ASSURANCE-CHÔMAGE À L ASSURANCE-EMPLOI Édith Martel Université de Montréal Benoît Laplante Institut National de la Recherche Scientifique

Plus en détail

Nobody s Unpredictable

Nobody s Unpredictable Connaissance qu a le public de la Banque du Canada (Comparaison des résultats de l enquête téléphonique et de l enquête en ligne) Enquête de décembre 2010 commandée par la Banque du Canada Nobody s Unpredictable

Plus en détail

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Centre de formation communautaire de la Mauricie CFCM Depuis sa création en 1988, le Centre de formation communautaire de la Mauricie (CFCM) se

Plus en détail

Rapport d un sondage omnibus sur l opinion des Québécois à l égard de la privatisation du commerce de l alcool

Rapport d un sondage omnibus sur l opinion des Québécois à l égard de la privatisation du commerce de l alcool Institut économique de Montréal Les Québécois et la privatisation du commerce de l alcool -Résultats d un sondage Omnibus- -Rapport d analyse- Rapport d un sondage omnibus sur l opinion des Québécois à

Plus en détail

Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est

Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est penchée ce que nous pourrions faire pour aider nos clients

Plus en détail

Le projet de loi sur l équité salariale : Inévitable et essentiel

Le projet de loi sur l équité salariale : Inévitable et essentiel Le projet de loi sur l équité salariale : Inévitable et essentiel Document préparé par Janelle LeBlanc, Étudiante en 5 ième année en travail social à l Université de Moncton Stagiaire à la Coalition pour

Plus en détail

RISQUE, COMPORTEMENT ET CONVICTIONS DES INVESTISSEURS RÉSUMÉ

RISQUE, COMPORTEMENT ET CONVICTIONS DES INVESTISSEURS RÉSUMÉ RISQUE, COMPORTEMENT ET CONVICTIONS DES INVESTISSEURS RÉSUMÉ Rédigé par Edwin L. Weinstein, Ph.D., C.Psych. The Brondesbury Group Résumé Le présent sondage a pour objectif premier de cerner les facteurs

Plus en détail

Montréal Québec Toronto Ottawa Calgary Edmonton Philadelphie Denver Tampa. www.legermarketing.com

Montréal Québec Toronto Ottawa Calgary Edmonton Philadelphie Denver Tampa. www.legermarketing.com Montréal Québec Toronto Ottawa Calgary Edmonton Philadelphie Denver Tampa www.legermarketing.com Table des matières 3 4 6 7 8 9 10 11 12 14 17 18 21 Présentation et méthodologie Principaux constats Résultats

Plus en détail

Résultats du sondage sur l utilisation des indicateurs de gestion

Résultats du sondage sur l utilisation des indicateurs de gestion Résultats du sondage sur l utilisation des indicateurs de gestion Janvier 2010 Présentés au Ministère des Affaires municipales, des Régions et de l Occupation du territoire (MAMROT) Par François Bellavance

Plus en détail

Les groupes de médecine familiale (GMF) Sondage Omniweb. Dossier 70902-019 21 septembre 2012

Les groupes de médecine familiale (GMF) Sondage Omniweb. Dossier 70902-019 21 septembre 2012 Les groupes de médecine familiale (GMF) Sondage Omniweb Dossier 70902-019 21 septembre 2012 La méthodologie 6 Le profil des répondants 9 L analyse détaillée des résultats 10 Conclusions stratégiques

Plus en détail

Subventions de partenariat stratégique pour les projets. Concours de 2015. La demande, les critères d évaluation, et les rapports

Subventions de partenariat stratégique pour les projets. Concours de 2015. La demande, les critères d évaluation, et les rapports Subventions de partenariat stratégique pour les projets Concours de 2015 La demande, les critères d évaluation, et les rapports La demande, les critères d évaluation, et les rapports Partenariats de recherche

Plus en détail

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada et Conseil de recherches en sciences humaines

Plus en détail

Pour diffusion immédiate. Nouveau sondage CROP : LES AIRES PROTÉGÉES, UNE PRIORITÉ SELON LES QUÉBÉCOIS

Pour diffusion immédiate. Nouveau sondage CROP : LES AIRES PROTÉGÉES, UNE PRIORITÉ SELON LES QUÉBÉCOIS COMMUNIQUÉ Pour diffusion immédiate Nouveau sondage CROP : LES AIRES PROTÉGÉES, UNE PRIORITÉ SELON LES QUÉBÉCOIS Montréal, le 6 mars 2007 Un sondage réalisé du 28 février au 4 mars 2007 par la maison CROP

Plus en détail

Adult Learning for Older and Retired Workers L éducation des adultes et les travailleurs âgés face à la retraite 1

Adult Learning for Older and Retired Workers L éducation des adultes et les travailleurs âgés face à la retraite 1 Adult Learning for Older and Retired Workers L éducation des adultes et les travailleurs âgés face à la retraite 1 par Elaine Biron, Pierre Doray, Paul Bélanger, Simon Cloutier, Olivier Meyer Communication

Plus en détail

TOLÉRANCE À L ÉGARD DE L HOMOSEXUALITÉ EN MILIEU DE TRAVAIL

TOLÉRANCE À L ÉGARD DE L HOMOSEXUALITÉ EN MILIEU DE TRAVAIL TOLÉRANCE À L ÉGARD DE L HOMOSEXUALITÉ EN MILIEU DE TRAVAIL Sondage d opinion auprès des Québécois (Travailleurs salariés) Pour L Ordre des conseillers en ressources humaines et en relations industrielles

Plus en détail

Stéphane Beaulieu. L avenir de la formation universitaire en psychologie. Marie Girard-Hurtubise

Stéphane Beaulieu. L avenir de la formation universitaire en psychologie. Marie Girard-Hurtubise CHRONIQUE ENTREVUE Stéphane Beaulieu L avenir de la formation universitaire en psychologie Marie Girard-Hurtubise À l instar d autres universités québécoises, le département de psychologie de l Université

Plus en détail

Formation Programme psychoéducatif de gestion du stress destiné aux proches aidants d un parent âgé à domicile

Formation Programme psychoéducatif de gestion du stress destiné aux proches aidants d un parent âgé à domicile Formation Programme psychoéducatif de gestion du stress destiné aux proches aidants d un parent âgé à domicile Février 2015 Table des matières 1. La Chaire Desjardins en soins infirmiers à la personne

Plus en détail

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision Conclusion générale Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la rédaction de cette thèse. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision rationnelle compatible

Plus en détail

Les salariés et la réforme de la formation professionnelle

Les salariés et la réforme de la formation professionnelle Les salariés et la réforme de la formation professionnelle Sondage Ifop pour Théâtre à la Carte Contacts Ifop : Anne-Sophie VAUTREY - Directrice d études Département Opinion et Stratégies d Entreprise

Plus en détail

La promotion de l activité physique dans les consultations médicales. Fiche No 56

La promotion de l activité physique dans les consultations médicales. Fiche No 56 Fiche No 56 La promotion de l activité physique dans les consultations médicales Spink KS, Reeder B, Chad K, Wilson K, Nickel D. Examining Physician Counselling to Promote the Adoption of Physical Activity.

Plus en détail

I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e

I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e Les objectifs pédagogiques Savoir délimiter les trois phases distinctes de la recherche Savoir identifier, pour chacune des trois

Plus en détail

Instructions relatives à la soumission d une question sur le sujet d étude

Instructions relatives à la soumission d une question sur le sujet d étude Programme de bourses de recherche Amy Mahan pour évaluer l impact de l accès public aux TIC Instructions relatives à la soumission d une question sur le sujet d étude Table des matières À propos la Question

Plus en détail

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises politique adoptée par le CECS le 6 novembre 2002 Suite à l adoption par le Comité des études de cycles supérieurs en psychologie du projet de modification

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 4 Décembre 2008

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 4 Décembre 2008 L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 4 Décembre 2008 Baromètre annuel vague 4-1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel vague

Plus en détail

Selon ce sondage en ligne mené à l échelle nationale du 10 au 23 septembre 2014 :

Selon ce sondage en ligne mené à l échelle nationale du 10 au 23 septembre 2014 : SOMMAIRE À LA DIRECTION Dans un nouveau sondage mené à l échelle nationale auprès de 3 000 Canadiens par Greenberg Quinlan Rosner Canada pour le compte de l Institut Broadbent, on a posé des questions

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Bureau du vérificateur général du Canada Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Revues des pratiques effectuées au cours de l exercice 2011-2012 Juillet 2012 Revue des pratiques et audit

Plus en détail

Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance

Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance CONEPT/RDC Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance Rapport de l Enquête réalisée à Kinshasa Résumé des résultats et recommandations Avec l Appui de Juillet

Plus en détail

Qu est-ce qu elle nous montre?

Qu est-ce qu elle nous montre? Qu est-ce qu elle nous montre? Description des répondants et résultats généraux Pour quoi faire une enquête sur la PrEP? En France, et contrairement aux Etats-Unis depuis juillet 2012, l utilisation d

Plus en détail

Évaluation du projet. Beaumier, Isabelle Simard, Marie-Claude Lépine, Rachel Labrecque, Lyne

Évaluation du projet. Beaumier, Isabelle Simard, Marie-Claude Lépine, Rachel Labrecque, Lyne Développement d un outil de sensibilisation destiné aux parents d accueil et aux intervenants ayant reçu la formation à l approche S occuper des enfants (SOCEN) : «Roulette SOCEN» Évaluation du projet

Plus en détail

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011 Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011 SOMMAIRE Synthèse et Conclusion... 1 Introduction... 4 1. La description

Plus en détail

Bureau de la sécurité des transports du Canada. Présentation sur l application du paragraphe 3(2) de la Loi sur le multiculturalisme canadien au sein

Bureau de la sécurité des transports du Canada. Présentation sur l application du paragraphe 3(2) de la Loi sur le multiculturalisme canadien au sein Bureau de la sécurité des transports du Canada Présentation sur l application du paragraphe 3(2) de la Loi sur le multiculturalisme canadien au sein des institutions fédérales (2005-2006) Modèle pour la

Plus en détail

OFFICE DE LA PROTECTION DU CONSOMMATEUR

OFFICE DE LA PROTECTION DU CONSOMMATEUR OFFICE DE LA PROTECTION DU CONSOMMATEUR Rapport de sondage Présenté à : Monsieur André Lortie Service des communications Office de la protection du consommateur Évaluation de l impact de la brochure «Vos

Plus en détail

Mesure du transfert des connaissances dans les pratiques cliniques suite à un e-learning douleur

Mesure du transfert des connaissances dans les pratiques cliniques suite à un e-learning douleur Congrès SIDIIEF 2015 Montréal Mesure du transfert des connaissances dans les pratiques cliniques suite à un e-learning douleur Yolande KOTTELAT, inf, ICL Jenny GENTIZON, inf, MScSI Martine ROESSLI, responsable

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL REVISION DU CHAPITRE 5 DU GUIDE D ÉLABORATION D UN PROGRAMME D ACCÈS À L ÉGALITÉ COMMISSION DES DROITS DE LA PERSONNE

DOCUMENT DE TRAVAIL REVISION DU CHAPITRE 5 DU GUIDE D ÉLABORATION D UN PROGRAMME D ACCÈS À L ÉGALITÉ COMMISSION DES DROITS DE LA PERSONNE DOCUMENT DE TRAVAIL REVISION DU CHAPITRE 5 DU GUIDE D ÉLABORATION D UN PROGRAMME D ACCÈS À L ÉGALITÉ COMMISSION DES DROITS DE LA PERSONNE ET DES DROITS DE LA JEUNESSE (CDPDJ) OCTOBRE 2005 LLee ppr réésseennt

Plus en détail