ÉTUDE DES DÉTERMINANTS DE L INTENTION DE FAIRE UN DON DE SANG PARMI LA POPULATION GÉNÉRALE RAPPORT DE RECHERCHE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ÉTUDE DES DÉTERMINANTS DE L INTENTION DE FAIRE UN DON DE SANG PARMI LA POPULATION GÉNÉRALE RAPPORT DE RECHERCHE"

Transcription

1 ÉTUDE DES DÉTERMINANTS DE L INTENTION DE FAIRE UN DON DE SANG PARMI LA POPULATION GÉNÉRALE RAPPORT DE RECHERCHE Présenté à Héma-Québec Par Gaston Godin, Ph.D. 1 Paschal Sheeran, Ph.D. 2 Mark Conner, Ph.D. 3 Camille Gagné, Ph.D. 1 Danielle Blondeau, Ph.D. 1 Marc Germain, M.D., Ph.D. 4 ASSISTANTES DE RECHERCHE Dominique Beaulieu, M. Sc. 1 Herminé Naccache, M. Sc. 1 TRAITEMENT DES DONNÉES Léo-Daniel Lambert, M.A. 1 1 Groupe de recherche sur les comportements dans le domaine de la santé, Faculté des sciences infirmières, Université Laval, Québec, Canada. 2 Département de psychologie, Université de Sheffield, Sheffield, Royaume-Uni. 3 École de psychologie, Université de Leeds, Leeds, Royaume-Uni. 4 Héma-Québec, Québec, Canada. JANVIER 2004

2 TABLE DES MATIÈRES LISTE DES ANNEXES... ii LISTE DES TABLEAUX... III LISTE DES FIGURES... III REMERCIEMENTS... IV RÉSUMÉ EXÉCUTIF... V INTRODUCTION... 1 Problématique... 1 Recension des écrits... 1 CADRE THÉORIQUE... 3 OBJECTIFS... 6 Objectifs de l étude... 6 Hypothèses de recherche... 6 MÉTHODOLOGIE... 7 Développement du questionnaire... 7 Population à l étude et échantillon... 9 Procédure de cueillette des données... 9 Analyse des données... 9 RÉSULTATS Description de la population et de l échantillon Caractéristiques psychosociales Prédiction de l intention Structure des croyances selon le niveau d intention Chez les répondants ayant déjà fait un don de sang Chez les répondants qui n ont jamais donné de sang DISCUSSION Recommandations RÉFÉRENCES... 30

3 LISTE DES ANNEXES ANNEXE A : Lettre d approbation du Comité d éthique de l Université Laval ANNEXE B : Lettre d autorisation de la Commission d accès à l information et de l Assurance maladie du Québec ANNEXE C : Formulaire de consentement pour les groupes de discussion ANNEXE D : Canevas d entrevue pour les groupes de discussion ANNEXE E : Formulaire de consentement pour le test-retest ANNEXE F : Lettre d introduction de héma-québec ANNEXE G : Lettre explicative de l étude ANNEXE H : Questionnaire ANNEXE I : Premier et deuxième rappel / remerciement ii

4 LISTE DES TABLEAUX Tableau 1 : Consistance interne et stabilité temporelle des construits théoriques... 8 Tableau 2 : Comparaison de l échantillon des répondants à la population du Québec Tableau 3 : Comparaison des variables socio-démographiques des répondants pouvant donner du sang à ceux ne pouvant pas donner de sang Tableau 4 : Comparaison des variables socio-démographiques des répondants inclus à ceux exclus des analyses Tableau 5 : Expérience en lien avec le don de sang (n=1116) Tableau 6 : Comparaison des répondants ayant déjà donné du sang à ceux n ayant jamais donné Tableau 7 : Description des variables psychosociales Tableau 8 : Matrice de corrélation des variables psychosociales Tableau 9 : Modèle explicatif de l intention pour l ensemble des répondants Tableau 10 : Modèle explicatif de l intention pour les répondants ayant déjà donné du sang et ceux n ayant jamais donné de sang Tableau 11 : Résultats du test MANOVA pour les énoncés relatifs à l efficacité personnelle selon le niveau d intention pour les individus qui ont déjà donné du sang Tableau 12 : Résultats du test MANOVA pour les énoncés relatifs aux facteurs facilitants selon le niveau d intention pour les individus qui ont déjà donné du sang Tableau 13 : Résultats du test MANOVA pour les énoncés relatifs aux rôles sociaux perçus selon le niveau d intention pour les individus qui ont déjà donné du sang Tableau 14 : Résultats du test MANOVA pour les énoncés relatifs aux construits éthiques selon le niveau d intention pour les individus qui ont déjà donné du sang Tableau 15 : Résultats du test MANOVA pour les énoncés relatifs à l efficacité personnelle selon le niveau d intention pour les individus qui n ont jamais donné de sang Tableau 16 : Résultats du test MANOVA pour les énoncés relatifs aux facteurs facilitants selon le niveau d intention pour les individus qui n ont jamais donné de sang Tableau 17 : Résultats du test MANOVA pour les énoncés relatifs aux croyances comportementales selon le niveau d intention pour les individus qui n ont jamais donné de sang LISTE DES FIGURES Figure 1 : Niveau d intention en fonction de l expérience de don de sang Figure 2 : Niveau d intention en fonction de la proximité du dernier don de sang iii

5 REMERCIEMENTS Nous tenons à remercier Stéphanie Gélinas, Francine Villeneuve et l équipe de Héma-Québec pour leur collaboration dans la réalisation de cette étude. Merci à Jacques Lefrançois pour sa participation à la mise en forme des questionnaires et des divers documents, de même que pour son implication au niveau de l impression, du traitement des envois et de la saisie des données. Nos remerciements vont également à Françoise Côté et Hélène Gagnon pour leur implication au niveau de la construction et de la validation du questionnaire ainsi qu à Kathy Simard et Véronique Lambert pour leur efficacité dans la saisie des données. Finalement nous remercions tous les participants sans qui cette étude n aurait pu se réaliser. iv

6 RÉSUMÉ EXÉCUTIF La présente étude visait principalement à identifier les facteurs qui expliquent l intention de faire un don de sang parmi la population du Québec âgée de 18 à 70 ans. À cette fin, un échantillon aléatoire de 4000 québécois et québécoises en âge de donner du sang a été fourni par la Régie de l Assurance Maladie du Québec (RAMQ). Ces personnes ont reçu via le courrier postal les documents de l étude : lettre explicative et questionnaire. Un total de 1445 questionnaires ont été reçus, pour un taux de réponse de 38%. De ce nombre, 259 ont mentionné ne pas pouvoir donner de sang. Les analyses ont donc été réalisées auprès des 1186 répondants qui considéraient être en mesure de donner de leur sang au cours des six prochains mois. Le questionnaire mesurait les variables d un cadre théorique basé sur la théorie des comportements interpersonnels de Triandis et qui intégrait également huit variables additionnelles issues du domaine de la psychologie sociale et de l éthique. La variable dépendante était l intention de faire un don de sang au cours des six prochains mois. De manière générale, les répondants ont mentionné un niveau d intention plutôt neutre de faire un don de sang au cours des six prochains mois, soit 2,84 sur une échelle variant de 1 (improbable) à 5 (probable). En ce qui a trait à l expérience en lien avec le don de sang, les statistiques suivantes ont été notées : 56,2% n ont jamais donné de sang, 10,8% ont fait un don au cours de la dernière année, 12,6% depuis plus d une année mais moins de cinq ans, et 20,4% il y a plus de 5 ans. Plus la période de temps écoulée depuis le dernier don est importante, plus grande est la proportion des personnes ayant une intention négative de faire un don au cours des six prochains mois : 6,67% (depuis moins d un an), 26,95% (depuis plus d un an mais moins de cinq ans) et 67,98% (il y a plus de cinq ans). Les analyses de régression multiple ont permis de dégager les variables qui déterminent l intention de faire un don de sang pour l ensemble de l échantillon ainsi que selon l expérience antérieure avec le don de sang. Certaines similarités et différences ont été notées. Concernant les personnes qui n ont jamais fait de don de sang, les variables suivantes expliquaient 72% de la variance de l intention : la perception du contrôle (β = 0,38; p <,0001), les facteurs facilitants (β = 0,30; p <,0001), le regret anticipé (β = 0,23; p <,0001), l attitude (β = 0,12; p <,0001), la scolarité (β = -0,05; p <,05) et l âge (β = -0,05; p <,05). En ce qui a trait aux personnes qui ont déjà fait un don de sang, les variables suivantes ont permis d expliquer 75% de la variance de l intention : la perception du contrôle (β = 0,45; p <,0001), les convictions personnelles (β = 0,19; p <,0001), les facteurs facilitants (β = 0,16; p <,0001), le regret anticipé (β = 0,14; p <,0001), le temps écoulé depuis le dernier don (β = 0,19; p <,0001) et les rôles sociaux perçus (β = -0,12; p <,001). Finalement, plusieurs tests MANOVA ont permis d identifier que parmi les deux sous-groupes, les personnes aux intentions élevées différaient des personnes aux intentions faibles sur l ensemble des items des construits théoriques. En conclusion, il apparaît clairement que l intention des individus est d abord déterminée par la perception des barrières et obstacles (réels ou perçus) au don de sang. Ainsi, la mise en place de facteurs facilitants le don de sang ainsi que le développement d une meilleure perception du contrôle parmi la population apparaissent comme des avenues promotionnelles incontournables. v

7 Résumé exécutif Également, ces stratégies devraient tenir compte de l expérience antérieure des personnes au regard du don de sang, car certaines différences ont été notées, en particulier dans le poids relatif des déterminants. En somme, la présente étude a permis d identifier des pistes d intervention qui devraient contribuer à accroître le nombre de personnes qui exprimeront une intention positive de faire un don de sang et potentiellement, augmenter le nombre de donneurs. vi

8 INTRODUCTION Problématique Comme c est le cas dans plusieurs pays, les besoins d approvisionnement en sang pour les services de santé du Québec sont comblés par des dons de sang provenant d un petit nombre de volontaires. Il est estimé que seulement 3% de la population en âge de faire un don (i.e. de 18 à 70 ans) donne de son sang annuellement et près du tiers (36%) des donneurs donne plus d une fois par année, la moyenne annuelle étant de 1,58 don par donneur (Héma-Québec, 2003). Cette situation n est pas sans conséquences. La première est le risque de pénurie pour certains types sanguins reconnus comme rares dans la population. La seconde est la situation de dépendance du Québec pour l approvisionnement en produits dérivés du plasma. En effet, le plasma obtenu de donneurs québécois ne suffisant pas à la demande, il faut compléter l approvisionnement avec du plasma obtenu à l étranger. Ceci entraîne des coûts importants, sans compter l impact potentiel sur la sécurité de ces produits. Finalement, le nombre potentiel de donneurs est souvent réduit compte tenu de la nécessité d imposer des critères de sélection sévères afin d assurer la sécurité des réserves de sang (e.g. refus des donneurs ayant séjourné en Angleterre et pouvant avoir été exposés à diverses formes de maladies). En somme, il est impérieux de s intéresser à la motivation des québécois envers le don de sang compte tenu des coûts sociaux et économiques qui y sont associés. En effet, l augmentation de seulement 1% des donneurs et une augmentation de la rétention de 10% des donneurs pourraient avoir des effets économiques très substantiels. Ainsi, le Québec serait en position non seulement d avoir accès à une réserve en sang plus que suffisante, mais également d envisager de produire le plasma dont il a besoin et pour lequel il doit s approvisionner, à fort prix, sur les marchés étrangers. Recension des écrits Plusieurs études, surtout américaines et britanniques, ont identifié les déterminants du don de sang (Ferguson, 1996). Ainsi, Pomazal et Jaccard (1976), prenant appui sur la théorie de l action raisonnée (TAR), ont identifié parmi un groupe de 270 étudiants universitaires que seule l intention de donner du sang était un déterminant significatif du don ( r =.59, p <.01). De plus, l intention était déterminée par deux facteurs : l attitude et la norme morale. Bagoggi (1981, 1982) a également utilisé la TAR auprès d un échantillon de 157 répondants recrutés dans le milieu universitaire, comme dans l étude précédente. Il a également identifié que l intention était le seul déterminant direct du don de sang. En ce qui concerne l intention, elle était sous l influence de l attitude, cette dernière composante étant par ailleurs définie par l évaluation affective et morale de l action (i.e., donner de son sang) (Bagozzi, 1989). L influence de l attitude sur l intention a également été rapportée par Burnkrant et Page (1988) dans une étude auprès d un groupe de 146 répondants recrutés parmi les membres d organisations religieuses. Pour leur part, Giles et Cairns (1995) ainsi qu Armitage et Conner (2001) ont utilisé la théorie du comportement planifié. Les deux études ont été réalisées auprès d échantillons d étudiants universitaires. L étude de Giles et Cairns (n = 141 répondants) a démontré que le comportement était déterminé par l intention seulement, celle-ci étant elle même définie par la perception du contrôle. Dans l étude de Armitage et Conner (deux échantillons : n1 = 136 et n2 = 172), le comportement était sous l influence de l intention seulement, alors que cette variable était 1

9 Introduction définie par la perception du contrôle (et une variante de cette mesure : l efficacité personnelle), l identité personnelle et la norme morale. En résumé, dans la littérature il se dégage un consensus sur l importance de l intention comme déterminant incontournable du don de sang. Cependant, même si les études citées précédemment sont intéressantes, elles ne fournissent pas les informations nécessaires au développement d un programme de promotion du don de sang au Québec pour un certain nombre de raisons. Premièrement, les études rapportées ont été réalisées auprès de populations culturellement très différentes de celle du Québec. Deuxièmement, la majorité des études ont été réalisées auprès d échantillons relativement petits et formés majoritairement d étudiants universitaires, ce qui réduit la possibilité de généraliser les observations rapportées. Finalement, les cadres théoriques qui ont été appliqués à l étude du don de sang n ont pas fait référence aux concepts [à l exception de l étude de Armitage et Conner (2001)] reconnus comme étant pertinents dans l étude de la relation intention-comportement (Sheeran, 2002). 2

10 CADRE THÉORIQUE Au cours des dernières années, plusieurs travaux ont visé à identifier et à mieux comprendre les facteurs psychosociaux qui permettraient de prédire les comportements liés à la santé. Pour ce faire, différentes théories psychosociales, telles la théorie de l action raisonnée (Ajzen & Fishbein, 1980), la théorie des comportements interpersonnels (Triandis, 1980), la théorie sociale cognitive (Bandura, 1982), et la théorie du comportement planifié (Ajzen, 1985, 1988, 1991) ont été régulièrement appliquées. Ces travaux ont contribué à valider l application des théories susmentionnées pour l étude de comportements sociaux liés à la santé (Godin & al., 1996). Il ressort toutefois que ces modèles, pris isolément, ne permettent pas de cerner toute la complexité des comportements étudiés. L examen détaillé des résultats de la recherche en ce domaine suggère cependant qu une combinaison des modèles pourrait s avérer efficace pour prédire et expliquer les comportements liés à la santé. Un certain nombre d auteurs ont avantageusement adopté cette approche (Godin & Lepage, 1988; Godin & al., 1996; McCaul, O Neill & Glascow, 1988). Aussi, le cadre théorique adopté dans la présente étude intègre-t-il les éléments de diverses théories explicatives du comportement humain. Cependant, afin de guider adéquatement l organisation de cette recherche, la théorie des comportements interpersonnels de Triandis (1980) a servi d assise à l organisation du cadre théorique. Cette théorie inclut un bon nombre de concepts formulés par les autres théories (Godin & Kok, 1996; Manstead & Parker, 1995) et a, à maintes reprises, démontré son efficacité pour l étude de divers comportements liés à la santé (e.g. Baumann, Brown, Fontana & Cameron, 1993 ; Godin & al., 1996; Godin, Vézina & Leclerc, 1989 ; Jaccard & Davidson, 1975 ; Montano, 1986 ; Seibold & Roper, 1979 ; Valois, Desharnais & Godin, 1988). Selon la théorie des comportements interpersonnels (Triandis, 1980), le comportement résulte de trois facteurs soit l intention d adopter le comportement, l habitude et la présence de conditions facilitant ou empêchant l adoption du comportement. L intention est l expression de la motivation à adopter le comportement alors que l habitude est le degré d automatisme d un comportement dans une situation donnée. Dans le présent contexte, l habitude fait référence au fait que les personnes ont déjà réalisé les comportements à l étude par le passé. Les conditions facilitant ou empêchant l adoption du comportement incluent des circonstances qui rendent plus ou moins difficile l'adoption de comportements chez un individu. Quatre facteurs principaux définissent l intention: les composantes cognitive et affective de l attitude, les croyances normatives, les croyances en l existence de rôles sociaux spécifiques et les convictions personnelles (norme morale). La composante cognitive de l attitude est le résultat d une analyse subjective des avantages et des désavantages qui résulteraient de l adoption du comportement. L individu traduit en croyances un certain nombre de conséquences avantageuses et désavantageuses provoquées par l adoption d un comportement. La dimension affective est la réponse émotionnelle d une personne à la pensée d adopter un comportement donné. Par exemple, une personne pourrait décider de ne pas consentir au don de sang parce que cette pensée susciterait trop d anxiété chez elle. Les croyances normatives sont celles d un individu concernant les chances qu une personne significative pense qu il devrait adopter ou non le comportement. La croyance en l existence de rôles sociaux désigne le degré auquel une personne perçoit qu il est approprié de réaliser le comportement pour des individus occupant une position similaire à la sienne dans la structure sociale. Les convictions personnelles (variable qui réfère au concept de morne morale 3

11 Cadre théorique dans la littérature anglophone) mesurent le sentiment d obligation personnelle quant à l adoption du comportement. Ce facteur se réfère aux règles de conduite personnelle ou, en d autres termes, aux principes moraux. La personne évalue donc jusqu à quel point le comportement est en accord ou non avec ses principes. De plus, les convictions personnelles se distinguent de la croyance normative. Elles ne dépendent pas de la perception de ce que pensent les autres, mais plutôt des principes personnels en regard du comportement. Dans la mesure où une personne valorise l'altruisme, par exemple, elle sera davantage encline à donner du sang. Au cadre théorique de Triandis, nous avons retenu un certain nombre de construits théoriques additionnels. Parmi les ajouts théoriques (variables dites externes à la théorie de Triandis), nous avons retenu, dans le cadre de la présente étude, huit variables : trois variables liées à des principes éthiques (autonomie, bienfaisance et justice), le regret anticipé, le sentiment positif anticipé, l identité personnelle, la norme descriptive et la satisfaction envers le dernier don de sang. La raison principale pour retenir ces variables est que plusieurs auteurs [e.g. voir Sheeran (2002) pour une revue des écrits à ce sujet] ont démontré que la relation intention-comportement était influencée par certaines variables dites modératrices. En conséquence, des personnes endossant fortement ou non l une ou l autre de ces variables modératrices présentent une relation intention-comportement plus ou moins forte. La connaissance de cet effet permet donc d ajuster les stratégies d information subséquentes de manière appropriée. Dans le cadre de cette étude parmi la population générale, nous vérifierons l influence de ces variables sur l intention de donner du sang. Ces variables sont définies dans les paragraphes qui suivent. Les principes éthiques sont ceux proposées par Blondeau, Valois, Keyserlingk, Hébert, & Lavoie (1998) pour l étude de comportements ayant une incidence éthique. Les trois variables se définissent de la façon suivante. Le principe de l'autonomie se concrétise par l'exercice du droit à l'autodétermination, soit la capacité d'un individu de se gouverner lui-même et de faire des choix. Dans la tradition de la philosophie de Kant, la liberté est au fondement de la dignité humaine puisqu'elle permet, à travers les choix, de dévoiler l'unicité de la personne humaine. Selon cette dimension, une personne peut choisir de donner du sang pour décider de sa destinée. Le principe de bienfaisance se définit comme l'obligation morale de faire le bien pour autrui et d'agir dans ses meilleurs intérêts. En d'autres mots, il s'associe à la production de bienfaits, c'est-à-dire à la promotion du bien-être d'autrui. Dans le contexte du don de sang, une personne pourrait donner dans un but altruiste et dans le but de procurer un bienfait à autrui, comme l amélioration de sa qualité de vie. Le bienfait pourrait aussi être celui d'éviter une mort certaine en donnant à autrui la possibilité de vivre grâce à une transfusion. Quant à la justice, depuis Aristote, elle se scinde en deux concepts: la justice commutative où l'on donne à chacun une part égale et la justice distributive qui répartit en fonction de l'iniquité. En ce sens, cette dernière forme de justice vise à rétablir les iniquités naturelles ou sociales. Elle concerne également toute la question de l'allocation des ressources rares où des critères justes devraient contribuer à éviter toute forme de discrimination. Dans le contexte du don de sang, il est davantage question de justice distributive puisque le don peut contribuer à corriger les iniquités produites par la maladie, notamment, et à rétablir l'injustice. Une étude récente a démontré que les principes d autonomie et de justice s avéraient deux importantes variables définissant l intention des infirmières de respecter les directives de fin de vie des patients (Blondeau, Lavoie, Valois, Keyserlingk, Hébert & Martineau, 2000). 4

12 Cadre théorique Le regret anticipé réfère aux croyances de l individu concernant le niveau de regret, tension, ou de préoccupation qu il ressentirait s il n adoptait pas le comportement visé. L évidence suggère que ce construit est un déterminant important de l intention au delà de l influence d autres variables cognitives (e.g. Parker, Manstead, & Strading, 1995; Richard, van der Pligt, & de Vries, 1995, 1996). Les travaux de Sheeran et Orbell (1999) et Abraham et Sheeran (en révision) ont démontré que cette variable exerçait un rôle modérateur de la relation intentioncomportement concernant le jeu de loterie et l exercice physique. Le sentiment positif anticipé réfère à la vive satisfaction et au sentiment de fierté éprouvés à l idée d adopter un comportement donné. Selon Manstead (2000), cette variable contribuerait, par l entremise de son influence sur la norme morale, à expliquer l adoption de comportements ayant une incidence éthique. L identité personnelle réfère au positionnement personnel par rapport à l adoption d un comportement donné. Est-ce que l individu s identifie à une autre personne ayant les caractéristiques voulues pour adopter le comportement visé? La méta-analyse de Godin et Kok (1996) ainsi que les travaux de Parker, Manstead, Stradling, Reason & Baxter (1992) ont indiqué que cette variable était significativement associée à l adoption de comportements sociaux. La norme descriptive perçue réfère à la perception de la fréquence de l adoption du comportement par les autres (Cialdini, Reno, & Kallgren, 1990; Sheeran & Orbell, 1999). En somme, si les autres l adoptent cela est perçu comme la chose à faire. Cette norme se mesure par la prévalence perçue du comportement dans la population de référence. Finalement, l évaluation du degré de satisfaction envers le dernier don de sang découle des propositions théoriques de Rothman (2000), concernant la nature des variables pouvant exercer une influence déterminante lors de la phase de maintien d un comportement en comparaison à la phase d adoption d un nouveau comportement. Ainsi, le degré de satisfaction envers l adoption du comportement serait un déterminant de l adoption subséquente de ce comportement par son influence sur l intention. L influence de cette variable sera vérifiée seulement dans le sousgroupe de ceux et celles qui ont donné du sang au moins une fois dans leur vie. Par ailleurs, afin de mieux connaître les caractéristiques de la population à l étude, les variables suivantes ont été mesurées : l'âge, le sexe, le niveau de scolarité, le statut civil, le groupe sanguin, le lieu de résidence, l état de santé, la connaissance de la possibilité de faire un don de sang dans son environnement et les expériences de don de sang passées. Notons que l expérience passée avec le don de sang peut être décomposée selon que les personnes ont déjà fait ou non l expérience personnelle d un don de sang et, parmi ceux et celles qui ont déjà fait un don de sang, si ce don a été fait récemment ou pas. Les travaux de Manstead, Proffitt et Smart (1983) ainsi que de Godin et al. (1989) en ont fait la démonstration. Ces deux aspects ont donc été analysés dans le cadre de la présente étude. En résumé, le cadre théorique de l étude repose sur la théorie des comportements interpersonnels de Triandis auquel huit construits issus du domaine de la psychologie sociale et de l éthique ont été ajoutés 5

13 OBJECTIFS Objectifs de l étude La présente étude visait à identifier les déterminants de l intention concernant le don de sang dans la population générale. Ce choix d étudier seulement l intention dans la population générale se justifie pour les raisons suivantes : (1) selon la revue des écrits portant sur le don de sang, l intention est le déterminant le plus important du comportement; (2) plusieurs méta-analyses ont démontré son importance pour la prédiction des comportements dans le domaine de la santé (Armitage & Conner, 2001; Godin & Kok, 1996); et, (3) comme nous le verrons dans la section méthodologie, la faible proportion de la population donnant du sang par année fait qu il n est pas réaliste de faire une étude sur le comportement. Les objectifs spécifiques étaient : 1. Déterminer la prévalence des personnes de 18 à 70 ans exprimant une intention positive de donner du sang au cours des six prochains mois. 2. Identifier les déterminants de l intention de donner du sang dans la population générale. 3. Vérifier si certaines composantes cognitives (i.e. : regret anticipé, sentiment positif anticipé, principes éthiques, identité personnelle, norme descriptive, habitude, obstacles et facteurs facilitants) ajoutent à la prédiction de l intention au-delà des variables de la théorie de Triandis. 4. Vérifier parmi le sous ensemble des répondants qui ont déjà donné du sang, si la satisfaction envers le dernier don de sang ajoute à la prédiction de l intention. 5. Identifier les facteurs sur lesquels devraient reposer les programmes d interventions visant à favoriser le don de sang parmi la population générale. Hypothèses de recherche Les hypothèses de la présente étude étaient : 1. Les composantes affective et cognitive de l attitude, les croyances normatives, la croyance en l existence de rôles sociaux et les convictions personnelles (norme morale) constituent des déterminants significatifs de l intention de faire un don de sang au cours des six prochains mois. 2. Les variables cognitives externes au cadre théorique de base (i.e., regret anticipé, sentiment positif anticipé, principes éthiques, identité personnelle, norme descriptive, habitude, obstacles et facteurs facilitants) augmentent de façon significative la variance expliquée de l intention au delà des variables de la théorie de Triandis. 3. Parmi ceux qui ont déjà donné du sang, le degré de satisfaction envers le dernier don est un déterminant de l intention de faire un don de sang au cours des six prochains mois. 6

14 MÉTHODOLOGIE Développement du questionnaire Le questionnaire a été développé à l aide de l approche anthropologique «étique-émique» (Pelto, 1970) tel que recommandé par Triandis et collaborateurs (Davidson, Jaccard, Triandis, Morales, & Diaz-Guerrero, 1976). Le comportement à l étude a été défini afin de se conformer aux principes émis par Fishbein et Ajzen (1975) concernant les éléments à considérer : l action (donner), l objet (de son sang), le contexte (lors des collectes de Héma-Québec), le temps (au cours des six prochains mois). Par la suite et conformément à la théorie de Triandis, les informations suivantes ont été obtenues : la liste des avantages et désavantages de donner du sang, la liste des personnes ou groupes de personnes qui approuvaient ou désapprouvaient le fait de donner du sang, et la liste des conditions facilitantes et des barrières perçues au fait de donner du sang. Comme le suggère Triandis, ces informations ont été obtenues à l aide de quatre groupes de discussion de huit personnes chacun et dont l âge s échelonnait de 18 à 70 ans. Les participants aux groupes de discussion ont été recruté par les téléphonistes d une firme de sondage parmi la population générale de la région 03 en appliquant la technique de génération des numéros de manière aléatoire. Les participants ont complété un formulaire de consentement au début de la rencontre (Annexe C). Le premier groupe de discussion a été réalisé auprès de quatre femmes et quatre hommes, âgés entre 18 et 29 ans; le deuxième groupe auprès de quatre femmes et quatre hommes, âgés entre 30 et 49 ans; le troisième auprès de huit femmes, âgées entre 49 et 70 ans; et le dernier auprès de huit hommes, âgés entre 49 et 70 ans. La taille de ces échantillons pour le développement du questionnaire ont permis d atteindre le niveau de saturation des données (Deslauriers & Kérisit, 1997). Les groupes de discussions ont été animés par deux professionnelles de notre équipe de recherche. Les participants aux groupes de discussion ont reçu un montant de 40 dollars en guise de remerciement pour le temps consacré à la réalisation des tâches, tel que précisé dans le certificat d approbation des comités d éthiques. Les groupes de discussion ont été enregistrés puis retranscrits sous forme de verbatims. L analyse de contenu des verbatims a été réalisée par deux professionnelles de recherche. Un accord final quant aux thèmes extraits et leur importance a été obtenu. Les croyances les plus fréquemment mentionnées ont été retenues et inclues dans la version préliminaire du questionnaire. La mesure des autres variables psychosociales reposait sur l usage d items globaux, variant de 2 à 6 items selon le concept théorique. Ces items ont été formulés comme le suggèrent les auteurs de ces construits. Une question filtre a été élaborée afin de différencier les donneurs potentiels de ceux qui ne peuvent pas donner de leur sang. Cette question permettait de ne pas confondre les répondants n ayant pas l intention de donner du sang en raison des critères établis par Héma-Québec avec ceux qui pourraient donner du sang mais qui ne sont pas motivés à le faire. La première version du questionnaire a été soumise à une étude de validité et de fidélité. Une lecture du questionnaire a d abord été effectuée par cinq personnes présentant des caractéristiques similaires à la population ciblée par l étude dans le but de vérifier la clarté des questions et des 7

15 Méthodologie Tableau 1 : Consistance interne et stabilité temporelle des construits théoriques Variables Nombre d items Coefficients Alpha de Cronbach Test-retest (n = 38) Étude principale (n = 1116) Coefficients Intra-classe (n = 34) Intention (INT) 3 0,92 0,92 0,89 Attitude (Aact) 6 0,76 0,80 0,82 Croyances comportementales (b) 6 0,61 0,64 0,71 Norme subjective (SN) 3 0,87 0,78 0,65 Croyances normatives (nb) 3 0,78 0,81 0,68 Rôles sociaux perçus (RS) 3 0,65 0,67 0,65 Identité personnelle (IP) 5 0,76 0,73 0,82 Perception du contrôle (PBC) 3 0,69 0,84 0,98 Croyances de contrôle (SEFF) 9 (10)ª 0,78 0,83 0,75 Efficacité personnelle perçue (SE) 3 (4)ª 0,51 0,70 0,75 Facteurs facilitants (FF) 6 0,71 0,78 0,77 Regret anticipé (RA) 3 0,86 0,87 0,58 Sentiment positif anticipé (SP) 3 0,81 0,86 0,81 Norme descriptive (ND) 2 0,52 b 0,55 b 0,86 Convictions personnelles (PNB) 3 0,90 0,79 0,85 Justice (Just) 3 0,74 0,86 0,50 Autonomie (Auto) 3 0,83 0,88 0,70 Bienfaisance (Bien) 3 0,89 0,94 0,39 ª Un item mesurant l efficacité personnelle a été ajouté dans le questionnaire de l étude principale; le nombre final d items de l efficacité personnelle est donc de 4 et celui des croyances de contrôle est de 10. b Coefficient de corrélation de Spearman, car deux items seulement directives, ainsi que la pertinence, le caractère exhaustif et distinctif des options de réponses. Pour évaluer la consistance interne ainsi que la stabilité temporelle des construits théoriques, le questionnaire a été administré à deux reprises sur un intervalle de deux semaines auprès de personnes ayant des caractéristiques similaires avec la population à l étude. À cette fin, un échantillon de convenance a été formé avec les participants des groupes de discussion et d autres personnes recrutées par les membres de l équipe de recherche. Ces personnes ont préalablement complété un formulaire de consentement (Annexe E). Les données ont été recueillies à l aide d un questionnaire auto-administré, envoyé par la poste avec une lettre explicative et une enveloppe retour pré-affranchie et pré-adressée au chercheur principal. Un total de 38 personnes ont complété le questionnaire une première fois, et 34 l ont également complété une seconde fois. La consistance interne et la stabilité temporelle ont été vérifiées. Les scores obtenus pour la majorité des variables ont été très satisfaisants. La vérification de la consistance interne a 8

16 Méthodologie également été effectuée dans le cadre de l étude principale et des valeurs similaires variant entre 0,64 et 0,94 ont été obtenues. Les résultats de ces analyses sont présentés au tableau 1. Cette nouvelle version du questionnaire a été traduite en anglais et retraduite en français afin d en assurer l équivalence. La version finale du questionnaire se retrouve en annexe H. Population à l étude et échantillon L'étude visait toute la population de la province du Québec en âge de donner du sang (18 à 70 ans). En conformité avec les dispositions du Code civil, la population-cible était composée des personnes âgées de 18 ans et plus, aptes à consentir au don de sang. Un échantillon aléatoire simple de 4000 personnes de 18 à 70 ans a été fourni par la Régie de l Assurance Maladie du Québec (RAMQ) après avoir obtenu l autorisation de la Commission d accès à l information (Annexe B). Quatre milles questionnaires ont été expédiés. Parmi ce nombre 195 ont été retournés en raison de mauvaises adresses ou de déménagements. Un total de 1445 questionnaires ont été retournés, soit un taux de réponse de 38,0%. Parmi ce nombre, 259 participants ont déclaré ne pas être en mesure de donner de leur sang selon les critères utilisés par Héma-Québec. Parmi les 1186 sujets en mesure de faire un don de sang, 70 questionnaires ont été retirés des analyses, car ils présentaient trop des données manquantes au niveau des variables psychosociales. Procédure de cueillette des données Les données ont été recueillies à l aide d un questionnaire auto-administré distribué par courrier postal en utilisant une approche similaire à celle proposée par Dillman (2000). Une lettre d introduction de l étude signée par la directrice générale de Héma-Québec a d abord été expédiée à l ensemble des personnes constituant l échantillon (Annexe F). Une semaine plus tard, un deuxième envoi comprenant une lettre explicative de l étude signée par le chercheur principal et précisant les objectifs ainsi que la nature anonyme de l étude (Annexe G), le questionnaire (Annexe H) ainsi qu une enveloppe pré-affranchie et pré-adressée au chercheur principal ont été mis à la poste. Une semaine et trois semaines après l envoi du questionnaire, des cartes de rappels/remerciements ont été expédiées systématiquement à tous les participants (Annexe I). Le protocole a été approuvé par le Comité d éthique de l Université Laval (no ) (Annexe A). Analyse des données Une analyse descriptive des résultats a été effectuée (moyenne, écart-type, distribution des variables). Des tests de comparaison des proportions et des moyennes (chi-carré, test T et test F) ont servi à comparer, au niveau des variables socio-démographiques, les groupes suivants : l échantillon fourni par la RAMQ et le groupe des répondants avec la population du Québec; les donneurs potentiels avec les non-donneurs; le groupe inclus dans les analyses avec le groupe exclu ; et les répondants qui ont déjà fait un don de sang avec ceux qui n en n ont jamais fait. Pour ces derniers, des comparaisons ont également été effectuées au niveau des variables en lien avec l expérience du don de sang. Une régression multiple a par la suite été utilisée pour prédire l intention de donner du sang au cours des six prochains mois. Les variables psychosociales utilisées pour prédire l intention sont : les croyances comportementales, l attitude, les croyances normatives, la norme subjective, 9

17 Méthodologie les facteurs facilitants, l efficacité personnelle perçue, la perception du contrôle, la croyance en l existence de rôles sociaux, les convictions personnelles, le regret anticipé, le sentiment positif anticipé, l identité personnelle et finalement la norme descriptive. Les variables sociodémographiques intégrées dans les analyses sont : l âge, le sexe, le niveau de scolarité, le statut civil et l état de santé perçu. Finalement, les variables en lien avec l expérience de don de sang sont : le comportement passé (expérience antérieure et proximité du dernier don) et la satisfaction envers le dernier don de sang. Subséquemment, une analyse de la variance multivariée a été effectuée. Cette dernière a permis de déterminer lesquels des items associés aux déterminants de l intention différencient les individus ayant une forte ou une faible intention. Ajzen et Fishbein (1980) suggèrent cette approche dans le but d identifier les aspects sur lesquels devraient reposer un programme d intervention visant à changer l intention. Le logiciel statistique SAS version 8.2 a été utilisé pour l ensemble de ces analyses. 10

18 RÉSULTATS Description de la population et de l échantillon L échantillon fourni par la Régie de l Assurance Maladie du Québec (RAMQ) était représentatif de la population du Québec au niveau de l âge et du sexe. Une légère différence a été observée quant au lieu de résidence où la région de Montréal a été surreprésentée dans l échantillon de la RAMQ par rapport à la population du Québec (50,7% vs 47,5% ; p <,001). Lorsqu on compare les caractéristiques socio-démographiques des 1445 répondants de l étude avec les données disponibles sur la population du Québec (Tableau 2), on note les différences significatives suivantes : (1) les femmes sont représentées en plus grande proportion dans l échantillon que dans la population (54,1% vs 48,8%; p <,005); (2) la proportion des individus âgés entre 50 et 70 ans est supérieure à celle de la province (35,0% vs 30,7%; p <,005); et, (3) la région de Montréal est sous représentée parmi les répondants (41, 5% vs 47,7%; p <,0001) alors que la région de Québec est surreprésentée (17,6% vs 14,2%; p <,0001). Tableau 2 : Comparaison de l échantillon des répondants à la population du Québec Variables Répondants* Population du Québecª p n % n % SEXE Homme , ,2 Femme , ,8 Total b <,005 ÂGE 18 à 29 ans , ,1 30 à 39 ans , ,0 40 à 49 ans , , ans , ,7 Total <,005 RÉGION Montréal , ,7 Québec , ,2 Autres , ,1 Total c <,0001 * Pour chacune des variables concernant les répondants, il y avait quelques données manquantes, de telle sorte que le nombre total n est pas toujours de ª Source : Institut de la statistique du Québec (2001) b nombre total parmi les personnes de ans. c nombre total parmi les personnes de ans 11

19 Résultats Parmi les 1445 questionnaires retournés, 1186 des répondants considéraient être en mesure de donner de leur sang alors que 259 ont mentionné ne pas pouvoir en donner. La comparaison des variables socio-démographiques de ces deux groupes est présentée au tableau 3. Les deux groupes sont similaires au niveau du sexe, de la scolarité, du statut civil et de la région de résidence. Toutefois, comparativement à ceux qui considèrent pouvoir donner de leur sang, ceux qui croient ne pas pouvoir en donner sont significativement plus vieux (48,4 ans vs 42,5 ans; t = 5,3; p <,0001) et se perçoivent en moins bonne santé (χ 2 = 75,5 ; df = 4, p <,0001). Tableau 3 : Comparaison des variables socio-démographiques des répondants pouvant donner du sang à ceux ne pouvant pas donner de sang Variables Répondants pouvant donner du sang (n = 1186) Répondants ne pouvant pas donner de sang (n = 259) p Moy. ± (Ét) n (%) Moy. ± (Ét) n (%) ÂGE 42,5 ± 13,4 48,4 ± 16,7 SEXE Femme 641 (54,7) 131 (51,6) <,0001 Homme 532 (45,4) 123 (48,4) n.s. SCOLARITÉ Primaire/secondaire 466 (39,8) 88 (35,1) Cegep/université 706 (60,2) 163 (64,9) n.s. STATUT Célibataire 277 (23,6) 71 (28,2) CIVIL Marié/conjoint de fait 773 (65,9) 151 (59,9) Divorcé/séparé/veuf 123 (10,5) 30 (11,9) n.s. SANTÉ Excellente 216 (18,3) 26 (10,4) PERÇUE Très bonne 457 (38,7) 70 (28,0) Bonne 390 (33,0) 88 (35,2) Moyenne 103 (8,7) 43 (17,2) Mauvaise 16 (1,4) 23 (9,2) <,0001 RÉGION Montréal 467 (41,2) 100 (41,3) Québec 199 (17,6) 43 (17,8) Autres 467 (41,2) 99 (40,9) n.s. Pour chacune des variables il y avait quelques données manquantes, de telle sorte que le nombre total des répondants pouvant et ne pouvant pas donner du sang n est pas toujours respectivement de 1186 et

20 Résultats Parmi les 1186 répondants qui ont mentionné répondre aux critères d admissibilité au don de sang de Héma-Québec, 70 sujets présentaient des données manquantes au niveau des variables psychosociales. Ces questionnaires ont donc été retirés des analyses. Le tableau 4 présente la comparaison des sujets inclus à ceux exclus des analyses. Comparativement au groupe des répondants exclus des analyses, le groupe des répondants inclus dans les analyses est significativement plus jeune (42,1 ans vs 49,7; t = -4,1; p <,0001) et plus scolarisé (χ 2 = 11,7 ; df = 1, p <,0001). Les deux groupes sont toutefois comparables au niveau du sexe, du statut civil, de l état de santé perçue et de la région de résidence. Le profil des répondants inclus dans les analyses peut-être examiné dans le tableau 4 (colonne de gauche). Tableau 4 : Comparaison des variables socio-démographiques des répondants inclus à ceux exclus des analyses Variables Répondants inclus dans les analyses (n = 1116) Répondants exclus des analyses (n = 70) p Moy ± (Ét) n (%) Moy. ± (Ét) n (%) ÂGE 42,1 ± 13,3 49,7 ± 13,7 <,0001 SEXE Femme Homme 609 (54,7) 504 (45,3) 32 (53.3) 28 (46,7) n.s. SCOLARITÉ Primaire/secondaire Cegep/université 430 (38,6) 683 (61,4) 36 (61,0) 23 (39,0) <,001 STATUT CIVIL Célibataire Marié/conjoint de fait Divorcé/séparé/veuf 264 (23,7) 732 (65,8) 117 (10,5) 13 (21,7) 41 (68,3) 6 (10,0) n.s. SANTÉ PERÇUE Excellente Très bonne 206 (18,5) 437 (39,2) 10 (15,2) 20 (30,3) Bonne 365 (32,7) 25 (37,9) Moyenne Mauvaise 92 (8,2) 16 (1,4) 11 (16,7) 0 (0,0) n.s. RÉGION Montréal 444 (41,2) 24 (42,9) Québec Autres 189 (17,5) 445 (41,3) 10 (17,9) 22 (39,3) n.s. Pour chacune des variables il y avait quelques données manquantes, de telle sorte que le nombre total des répondants inclus et exclus des analyses n est pas toujours respectivement de 1116 et

Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire -

Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire - Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire - Juin 2009 1 Objectifs Réalisée par CROP pour le compte de l Association québécoise d établissements

Plus en détail

FOTO - L OMNIBUS MENSUEL DE CROP LE NOUVEAU CROP-EXPRESS

FOTO - L OMNIBUS MENSUEL DE CROP LE NOUVEAU CROP-EXPRESS FOTO - L OMNIBUS MENSUEL DE CROP LE NOUVEAU CROP-EXPRESS 550, RUE SHERBROOKE OUEST MONTRÉAL (QUÉBEC) H3A 1B9 BUREAU 900 TOUR EST T 514 849-8086, POSTE 3064 Réflexions méthodologiques Depuis des années,

Plus en détail

Résultats du sondage sur l utilisation des indicateurs de gestion

Résultats du sondage sur l utilisation des indicateurs de gestion Résultats du sondage sur l utilisation des indicateurs de gestion Janvier 2010 Présentés au Ministère des Affaires municipales, des Régions et de l Occupation du territoire (MAMROT) Par François Bellavance

Plus en détail

attitudes envers le dépistage

attitudes envers le dépistage attitudes envers le dépistage DU CANCER COLORECTAL Le point de vue de la population québécoise novembre 2008 Institut national de santé publique du Québec Direction des systèmes de soins et politiques

Plus en détail

d évaluation Objectifs Processus d élaboration

d évaluation Objectifs Processus d élaboration Présentation du Programme pancanadien d évaluation Le Programme pancanadien d évaluation (PPCE) représente le plus récent engagement du Conseil des ministres de l Éducation du Canada (CMEC) pour renseigner

Plus en détail

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4.1 Les contacts avec la banque et la connaissance du fonctionnement bancaire 4.1.1 Les contacts avec la banque

Plus en détail

MODÈLE CROP DE CALIBRATION DES PANELS WEB

MODÈLE CROP DE CALIBRATION DES PANELS WEB MODÈLE CROP DE CALIBRATION DES PANELS WEB 550, RUE SHERBROOKE OUEST MONTRÉAL (QUÉBEC) H3A 1B9 BUREAU 900 TOUR EST T 514 849-8086, POSTE 3064 WWW.CROP.CA Le Protocole CROP de calibration des panels en ligne

Plus en détail

L évaluation du transfert des apprentissages suite à un programme de perfectionnement

L évaluation du transfert des apprentissages suite à un programme de perfectionnement L évaluation du transfert des apprentissages suite à un programme de perfectionnement Johann Jacob, M.A.P. et Richard Marceau, Ph. D. Centre de recherche et d expertise en évaluation (CREXE) Colloque annuel

Plus en détail

RAPPORT SYNTHÈSE. En santé après 50 ans. Évaluation des effets du programme Les médicaments :

RAPPORT SYNTHÈSE. En santé après 50 ans. Évaluation des effets du programme Les médicaments : S A N T É P U B L I Q U E RAPPORT SYNTHÈSE Évaluation des effets du programme Les médicaments : Oui Non Mais! En santé après 50 ans Depuis janvier 1997, la Direction de santé publique s est associée à

Plus en détail

Sondage d opinion auprès des Canadiens Perception à l égard des couples de même sexe PROJET 12717-014

Sondage d opinion auprès des Canadiens Perception à l égard des couples de même sexe PROJET 12717-014 Sondage d opinion auprès des Canadiens Perception à l égard des couples de même sexe PROJET 12717-014 Table des matières Contexte et objectifs... 6 Méthodologie... 8 Résultats détaillés 1. Perception

Plus en détail

Sommaire. Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos»)

Sommaire. Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos») Sommaire Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos») Novembre 2013 Table des matières 1. CONTEXTE ET OBJECTIFS... 3 2. MÉTHODES DE RECHERCHE...

Plus en détail

LA MÉTHODE D ENQUÊTE. Section Méthodologie LES CARACTÉRISTIQUES DE L ÉCHANTILLON SÉLECTIONNÉ

LA MÉTHODE D ENQUÊTE. Section Méthodologie LES CARACTÉRISTIQUES DE L ÉCHANTILLON SÉLECTIONNÉ Section Méthodologie Cette section provient intégralement du rapport Sécurité ou insécurité routière dans la culture populaire Enquête sur la tolérance à l insécurité routière détenteurs de permis de conduire

Plus en détail

Table des matières. PREMIÈRE PARTIE Étapes initiales des études marketing 7

Table des matières. PREMIÈRE PARTIE Étapes initiales des études marketing 7 Table des matières Préface Public 1 Structure de l ouvrage 1 Caractéristiques de l ouvrage 3 Contenu 3 Pédagogie 4 Remarques sur l adaptation française 4 Ressources numériques 5 Biographie 6 PREMIÈRE PARTIE

Plus en détail

ISBN-13 : 978-2-922325-43-0 Dépôt légal : Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2009

ISBN-13 : 978-2-922325-43-0 Dépôt légal : Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2009 REMERCIEMENTS AUX PARTENAIRES Cette étude a été réalisée grâce à la participation financière de la Commission des partenaires du marché du travail et du ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport.

Plus en détail

Fonds pour la recherche en Ontario

Fonds pour la recherche en Ontario Chapitre 4 Section 4.10 Ministère de la Recherche et de l Innovation Fonds pour la recherche en Ontario Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.10 du Rapport annuel 2009 Contexte

Plus en détail

GUIDE DE SOUMISSION D UN PROJET DE RECHERCHE

GUIDE DE SOUMISSION D UN PROJET DE RECHERCHE Direction générale adjointe Planification, qualité et mission universitaire Coordination de l enseignement et de la recherche 1250, rue Sanguinet, Montréal, QC H2X 3E7 Tél. : (514) 527-9565 / Téléc. :

Plus en détail

GUIDE METHODOLOGIQUE POUR REALISER UNE THESE QUALITATIVE. I. La démarche pas à pas. Lire la bibliographie : thèses, articles

GUIDE METHODOLOGIQUE POUR REALISER UNE THESE QUALITATIVE. I. La démarche pas à pas. Lire la bibliographie : thèses, articles GUIDE METHODOLOGIQUE POUR REALISER UNE THESE QUALITATIVE I. La démarche pas à pas Date Démarche Trouver un sujet qui vous intéresse Lire la bibliographie : thèses, articles Participer au séminaire «thèse»

Plus en détail

L utilisation des TIC par le personnel enseignant. Marie-José Roy FRÉQUENCE D UTILISATION ET INTERNET

L utilisation des TIC par le personnel enseignant. Marie-José Roy FRÉQUENCE D UTILISATION ET INTERNET L utilisation des TIC par le personnel enseignant Marie-José Roy Depuis l apparition des micro-ordinateurs dans les années 1980, la tâche des enseignantes et enseignants s est vue modifiée à mesure que

Plus en détail

Les ateliers de pratique réflexive lieu d intégration des données probantes, moteur de changement de la pratique

Les ateliers de pratique réflexive lieu d intégration des données probantes, moteur de changement de la pratique Les ateliers de pratique réflexive lieu d intégration des données probantes, moteur de changement de la pratique Préparé par: Rose-Anne Buteau, Inf. Ph D. (c) Sylvie Garand-Rochette, M.Sc.. Monique Thibault,

Plus en détail

L endettement chez les jeunes Rapport final

L endettement chez les jeunes Rapport final L endettement chez les jeunes Rapport final Résultats du sondage pour le secteur d Alma L école secondaire Séminaire Marie-Reine-du-Clergé ainsi que le Collège d Alma Remis au : Service budgétaire de Lac-

Plus en détail

INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC SANTÉ. Vivre avec une incapacité au Québec

INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC SANTÉ. Vivre avec une incapacité au Québec INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC SANTÉ Vivre avec une incapacité au Québec Un portrait statistique à partir de l Enquête sur la participation et les limitations d activités de 2001 et 2006 Pour tout

Plus en détail

Sondage de référence 2005 sur la satisfaction des clients du CRSH

Sondage de référence 2005 sur la satisfaction des clients du CRSH Rapport Final Conseil de recherches en sciences humaines du Canada 1 Réseau C i r c u m I n c. Conseil en gestion et en recherche 74, rue du Val-Perché Gatineau (Québec) J8Z 2A6 (819)770-2423, (819)770-5196

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITÉ 1999-2000

RAPPORT D ACTIVITÉ 1999-2000 RAPPORT D ACTIVITÉ 1999-2000 NOTRE MISSION HÉMA-QUÉBEC a pour mission de fournir à la population québécoise des composants, des dérivés et des substituts sanguins sécuritaires, de qualité optimale et en

Plus en détail

Évaluation du Programme de subventions et de contributions Bibliothèque et Archives Canada Rapport final

Évaluation du Programme de subventions et de contributions Bibliothèque et Archives Canada Rapport final Évaluation du Programme de subventions et de contributions Bibliothèque et Archives Canada Rapport final Préparé par la Division de la vérification et de l évaluation Bibliothèque et Archives Canada Mars

Plus en détail

Guide francophone d analyse systématique des articles scientifiques (GFASAS) S. Tétreault 1, E. Sorita, A. Ryan & A. Ledoux (2013)

Guide francophone d analyse systématique des articles scientifiques (GFASAS) S. Tétreault 1, E. Sorita, A. Ryan & A. Ledoux (2013) Guide francophone d analyse systématique des articles scientifiques (GFASAS) S. Tétreault 1, E. Sorita, A. Ryan & A. Ledoux (2013) Considérant le nombre d articles scientifiques disponibles, il est essentiel

Plus en détail

PHP 2 Pratique en santé publique fondée sur des données probantes

PHP 2 Pratique en santé publique fondée sur des données probantes PHP 2 Pratique en santé publique fondée sur des données probantes But Les professionnels de la santé publique suivent de plus en plus une approche fondée sur des données probantes lorsqu il s agit de planifier,

Plus en détail

Le programme de changement de comportement

Le programme de changement de comportement L adoption du Guide Canadien d Activité Physique et du Cahier d accompagnement pour Fiche No 33 les aînés : Impacts sur le conditionnement physique et la dépense énergétique Jiang X, Cooper J, Porter MM,

Plus en détail

Programme de bourses McGill pour le maintien en poste: Rapport d évaluation

Programme de bourses McGill pour le maintien en poste: Rapport d évaluation Centre de recherche du CHU de Québec Programme de bourses McGill pour le maintien en poste: Rapport d évaluation Projet de formation et maintien en poste des professionnels de la santé Mars 2015 Marie

Plus en détail

Articulation entre mesures sociales du casino et lieux d aide spécialisés lors des mesures de limitation et d exclusion Lisiane SCHÜRMANN

Articulation entre mesures sociales du casino et lieux d aide spécialisés lors des mesures de limitation et d exclusion Lisiane SCHÜRMANN Articulation entre mesures sociales du casino et lieux d aide spécialisés lors des mesures de limitation et d exclusion Lisiane SCHÜRMANN Neuchâtel, 17.01.2014 Introduction Vote populaire de 1993 sur les

Plus en détail

Assouplir l offre et les modalités de soutien financier pour améliorer l accessibilité à la formation

Assouplir l offre et les modalités de soutien financier pour améliorer l accessibilité à la formation Assouplir l offre et les modalités de soutien financier pour améliorer l accessibilité à la formation Commentaires du Conseil du patronat du Québec dans le cadre de la consultation sur l accessibilité

Plus en détail

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin Apprendre, oui... mais à ma manière Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin La motivation scolaire prend son origine dans les perceptions qu un étudiant a de lui-même, et celui-ci doit jouer

Plus en détail

Validité prédictive des questionnaires Cebir. Etude 1 : validité critérielle dans le secteur du gardiennage

Validité prédictive des questionnaires Cebir. Etude 1 : validité critérielle dans le secteur du gardiennage Validité prédictive des questionnaires Cebir Introduction Dans le domaine de la sélection, il est particulièrement intéressant de déterminer la validité prédictive d un test. Malheureusement, les occasions

Plus en détail

Bureau du Conseil privé Examen de l assurance de la gestion des voyages et des frais d accueil

Bureau du Conseil privé Examen de l assurance de la gestion des voyages et des frais d accueil Bureau du Conseil privé Examen de l assurance de la gestion des voyages et des frais d accueil Division de la vérification et de l évaluation Rapport final Le 4 mars 2011 Table des matières Sommaire...

Plus en détail

La fumée de tabac secondaire (FTS) en Mauricie et au Centre-du- Québec, indicateurs du plan commun tirés de l ESCC de 2007-2008

La fumée de tabac secondaire (FTS) en Mauricie et au Centre-du- Québec, indicateurs du plan commun tirés de l ESCC de 2007-2008 La fumée de tabac secondaire (FTS) en Mauricie et au Centre-du- Québec, indicateurs du plan commun tirés de l ESCC de 2007-2008 Ce document se veut une analyse succincte des indicateurs se rapportant à

Plus en détail

Relation entre deux variables : estimation de la corrélation linéaire

Relation entre deux variables : estimation de la corrélation linéaire CHAPITRE 3 Relation entre deux variables : estimation de la corrélation linéaire Parmi les analyses statistiques descriptives, l une d entre elles est particulièrement utilisée pour mettre en évidence

Plus en détail

Intérêt pour les personnes 1.9. 9.9 Club social. 5.5 Compromis 1.1. 9.1 Laisser-faire. Intérêt pour la tâche. Travail équipe.

Intérêt pour les personnes 1.9. 9.9 Club social. 5.5 Compromis 1.1. 9.1 Laisser-faire. Intérêt pour la tâche. Travail équipe. Cours 12 Le pouvoir au sein d une organisation Les liens entre pouvoir, autorité et obéissance Le leadership et les traits personnels Les théories du leadership situationnel Pouvoir Capacité d un individu

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE...3 1. OBJET ET PRINCIPES FONDAMENTAUX...5 LIBERTÉ ET AUTONOMIE INTELLECTUELLE...6 BIENFAISANCE...

CODE D ÉTHIQUE TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE...3 1. OBJET ET PRINCIPES FONDAMENTAUX...5 LIBERTÉ ET AUTONOMIE INTELLECTUELLE...6 BIENFAISANCE... Faculté de médecine Bureau de l éthique clinique CODE D ÉTHIQUE TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE...3 1. OBJET ET PRINCIPES FONDAMENTAUX...5 LIBERTÉ ET AUTONOMIE INTELLECTUELLE...6 BIENFAISANCE...6 JUSTICE

Plus en détail

Comité Santé en français de Fredericton. Évaluation de l offre active des services de santé de première ligne. Rapport de sondage-final

Comité Santé en français de Fredericton. Évaluation de l offre active des services de santé de première ligne. Rapport de sondage-final Comité Santé en français de Fredericton Évaluation de l offre active des services de santé de première ligne Rapport de sondage-final Mai 2006 Table des matières 1.0 Sommaire. 1 2.0 Introduction..2 3.0

Plus en détail

5. Information et accès aux moyens de paiement

5. Information et accès aux moyens de paiement 5. Information et accès aux moyens de paiement Cette dernière partie mobilise des méthodes d analyse des données, permettant de mieux comprendre comment s articulent d une part l accès aux différents services

Plus en détail

Structure typique d un protocole de recherche. Préparé par Johanne Desrosiers dans le cadre d une formation au réseau FORMSAV

Structure typique d un protocole de recherche. Préparé par Johanne Desrosiers dans le cadre d une formation au réseau FORMSAV Structure typique d un protocole de recherche Préparé par Johanne Desrosiers dans le cadre d une formation au réseau FORMSAV Introduction Planification et développement d une proposition de recherche Étape

Plus en détail

1. Les tests passés lors de la Journée Défense et Citoyenneté (JDC)

1. Les tests passés lors de la Journée Défense et Citoyenneté (JDC) LES JEUNES FACE A L ECRIT UN NOUVEAU DISPOSITIF D EVALUATION MASSIVE DE LEURS PERFORMANCES EN LECTURE Thierry Rocher* * DEPP, thierry.rocher@education.gouv.fr Mots-clés : illettrisme, test automatisé,

Plus en détail

DU RAPATRIEMENT DE LA CONSTITUTION PRÉSENTÉE PAR CROP. de la vie aux idées

DU RAPATRIEMENT DE LA CONSTITUTION PRÉSENTÉE PAR CROP. de la vie aux idées ÉTUDE À e ANNIVERSAIRE DU RAPATRIEMENT DE LA CONSTITUTION PRÉSENTÉE PAR CROP de la vie aux idées TABLE DES MATIÈRES CONTEXTE ET OBJECTIFS 3 NOTORIÉTÉ DU RAPATRIEMENT DE LA CONSTITUTION CANADIENNE 4 DE

Plus en détail

Le rétablissement de la pleine citoyenneté par la recherche-action participative

Le rétablissement de la pleine citoyenneté par la recherche-action participative Le rétablissement de la pleine citoyenneté par la recherche-action participative BULLETINS DU PIRAP Volume 1, numéro 11 : Février 2013 Programme d'aide et d'accompagnement social : Le PIRAP comme PAAS-

Plus en détail

Fidéliser les licenciés en développant une motivation de qualité : le rôle déterminant de l entraîneur

Fidéliser les licenciés en développant une motivation de qualité : le rôle déterminant de l entraîneur Colloque AFESA / FFS Attirer les pratiquants vers le ski fédéral et la compétition 5 OCTOBRE 2013 Fidéliser les licenciés en développant une motivation de qualité : le rôle déterminant de l entraîneur

Plus en détail

médicale canadienne, l Institut canadien d information sur la santé, Santé Canada et le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada.

médicale canadienne, l Institut canadien d information sur la santé, Santé Canada et le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada. DEPUIS PLUSIEURS ANNÉES, la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ) interroge ses membres sur plusieurs aspects touchant leur pratique professionnelle à l aide de sondages, de groupes de

Plus en détail

Diabète : le Canada à l heure de la remise en question Le point de vue du public

Diabète : le Canada à l heure de la remise en question Le point de vue du public Diabète : le Canada à l heure de la remise en question Le point de vue du public ENQUÊTE NATIONALE SUR LA POPULATION CANADIENNE Document destiné à l Association canadienne du diabète Préparé par Environics

Plus en détail

Les Américains, les Britanniques et les Canadiens ont une position sévère envers la criminalité

Les Américains, les Britanniques et les Canadiens ont une position sévère envers la criminalité Page 1 de 6 CRIME ET CHÂTIMENT Les Américains, les Britanniques et les Canadiens ont une position sévère envers la criminalité Les répondants du Québec sont plus enclins que tous les autres répondants

Plus en détail

La corruption à la Ville de Montréal II. Le Journal de Montréal Projet 11679-177

La corruption à la Ville de Montréal II. Le Journal de Montréal Projet 11679-177 La corruption à la Ville de Montréal II Le Journal de Montréal Projet 11679-177 1 er novembre 2012 2 La présente étude a été réalisée par le biais d un sondage Internet auprès de 629 Montréalais, âgés

Plus en détail

CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO-

CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO- CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO- ALIMENTAIRE AU QUÉBEC RÉSULTATS D UNE CONSULTATION DES ACTEURS DU SECTEUR AGROALIMENTAIRE AU SUJET DE LEUR CONFIANCE ENVERS LEURS PERSPECTIVES FUTURES Préparé pour l Union

Plus en détail

Brock. Rapport supérieur

Brock. Rapport supérieur Simplification du processus de demande d aide financière dans les établissementss : Étude de cas à l Université Brock Rapport préparé par Higher Education Strategy Associates et Canadian Education Project

Plus en détail

Gestion éthique des banques de recherche

Gestion éthique des banques de recherche Gestion éthique des banques de recherche Jean-Marie Therrien, Ph.D. Président du Comité d éthique de la recherche, CHU Sainte-Justine 30 octobre 2012 Plan Justification éthique et scientifique Principes

Plus en détail

PASSEPORT INNOVATION Guide de présentation des demandes Janvier 2015

PASSEPORT INNOVATION Guide de présentation des demandes Janvier 2015 PASSEPORT Guide de présentation des demandes Janvier 2015 Le présent document a été produit par le ministère de l Économie, de l Innovation et des Exportations Coordination et rédaction Direction du soutien

Plus en détail

L art de la reconnaissance en gestion

L art de la reconnaissance en gestion L art de la reconnaissance en gestion Sophie Tremblay Coach & Stratège Dans votre parcours professionnel, quelle est la personne qui vous a offert la reconnaissance qui vous a le plus marqué? Quelles sont

Plus en détail

Qu est-ce qu un avis éthique pour le Comité d éthique de santé publique? sa structure, sa portée

Qu est-ce qu un avis éthique pour le Comité d éthique de santé publique? sa structure, sa portée Qu est-ce qu un avis éthique pour le Comité d éthique de santé publique? sa structure, sa portée Septembre 2003 Analyse et rédaction Lynda Bouthillier Agente de recherche et de planification socioéconomique

Plus en détail

Climat scolaire. Marc Thiébaud. mars 2005

Climat scolaire. Marc Thiébaud. mars 2005 Climat scolaire mars 2005 Le climat d école La notion de climat scolaire renvoie à la qualité de vie et de communication perçue au sein de l école. On peut considérer que le climat d une école correspond

Plus en détail

GUIDE SUR LES INDICATEURS DE PERFORMANCE DANS LES UNITÉS DE VÉRIFICATION INTERNE

GUIDE SUR LES INDICATEURS DE PERFORMANCE DANS LES UNITÉS DE VÉRIFICATION INTERNE GUIDE SUR LES INDICATEURS DE PERFORMANCE DANS LES UNITÉS DE VÉRIFICATION INTERNE FRVI Mars 2009 Guide sur les indicateurs de performance dans les unités de vérification interne 2 Table des matières Introduction..04

Plus en détail

Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental

Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental Natalie Rinfret, Ph.D. Colloque de l Association des directeurs généraux des services

Plus en détail

ANALYSE GLOBALE DES PROGRAMMES DE LA SHQ. SQEP 18 novembre 2011

ANALYSE GLOBALE DES PROGRAMMES DE LA SHQ. SQEP 18 novembre 2011 ANALYSE GLOBALE DES PROGRAMMES DE LA SHQ SQEP 18 novembre 2011 Contexte Problématiques Objectifs Cadre conceptuel Étude comparative des programmes - Modèle matriciel de comparaison (indice ICP) - Grille

Plus en détail

Exploitation et analyse des données appliquées aux techniques d enquête par sondage. Introduction.

Exploitation et analyse des données appliquées aux techniques d enquête par sondage. Introduction. Exploitation et analyse des données appliquées aux techniques d enquête par sondage. Introduction. Etudes et traitements statistiques des données : le cas illustratif de la démarche par sondage INTRODUCTION

Plus en détail

PASSEPORT INNOVATION Guide de présentation des demandes Mai 2015

PASSEPORT INNOVATION Guide de présentation des demandes Mai 2015 PASSEPORT INNOVATION Guide de présentation des demandes Mai 2015 Le présent document a été produit par le ministère de l Économie, de l Innovation et des Exportations Coordination et rédaction Direction

Plus en détail

Principe d un test statistique

Principe d un test statistique Biostatistiques Principe d un test statistique Professeur Jean-Luc BOSSON PCEM2 - Année universitaire 2012/2013 Faculté de Médecine de Grenoble (UJF) - Tous droits réservés. Objectifs pédagogiques Comprendre

Plus en détail

Votre outil pour vous démarquer sur le terrain de l interactivité. www. Moteurs de recherche. Médias Sociaux. Web. Mobilité. Assurance automobile

Votre outil pour vous démarquer sur le terrain de l interactivité. www. Moteurs de recherche. Médias Sociaux. Web. Mobilité. Assurance automobile Votre outil pour vous démarquer sur le terrain de l interactivité. www Web Mobilité Médias Sociaux Moteurs de recherche Assurance automobile Votre nouveau terrain de concurrence: l interactivité On parle

Plus en détail

RADAR : REPÉRER LES SIGNES DU DELIRIUM ET D UNE PERTURBATION DE L ÉTAT MENTAL EN 7 SECONDES

RADAR : REPÉRER LES SIGNES DU DELIRIUM ET D UNE PERTURBATION DE L ÉTAT MENTAL EN 7 SECONDES RADAR : REPÉRER LES SIGNES DU DELIRIUM ET D UNE PERTURBATION DE L ÉTAT MENTAL EN 7 SECONDES Philippe Voyer, inf., PhD I Université Laval I Centre d excellence sur le vieillissement de Québec-Unité de recherche

Plus en détail

Sondage sur le phénomène de la cyberintimidation en milieu scolaire. Rapport présenté à la

Sondage sur le phénomène de la cyberintimidation en milieu scolaire. Rapport présenté à la Sondage sur le phénomène de la cyberintimidation en milieu scolaire Rapport présenté à la Mars 2008 Tables des matières Contexte et objectifs.... 2 Page Méthodologie.3 Profil des répondants...6 Faits saillants..10

Plus en détail

70 REVUE FRANCOPHONE DE LA DÉFICIENCE INTELLECTUELLE LA TRADUCTION ET LA VALIDATION TRANSCULTURELLE DE L'ÉCHELLE D'AUTODÉTER]VIINATION DE L'ARC

70 REVUE FRANCOPHONE DE LA DÉFICIENCE INTELLECTUELLE LA TRADUCTION ET LA VALIDATION TRANSCULTURELLE DE L'ÉCHELLE D'AUTODÉTER]VIINATION DE L'ARC Actes du Colloque Recherche Défi 2000 LA TRADUCTION ET LA VALIDATION TRANSCULTURELLE DE L'ÉCHELLE D'AUTODÉTER]VIINATION DE L'ARC Yves Lachapelle, Daniel Boisvert et Danielle Leclerc Plusieurs études récentes

Plus en détail

SONDAGE DES MEMBRES DE L APIGQ RÉSULTATS ET ANALYSE

SONDAGE DES MEMBRES DE L APIGQ RÉSULTATS ET ANALYSE SONDAGE DES MEMBRES DE L APIGQ RÉSULTATS ET ANALYSE SEPTEMBRE 2008 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 3 SONDAGE ET ÉCHANTILLONNAGE... 3 SONDAGE... 3 ÉCHANTILLONNAGE... 4 COMPILATION DES RÉSULTATS... 4

Plus en détail

RISQUE, COMPORTEMENT ET CONVICTIONS DES INVESTISSEURS RÉSUMÉ

RISQUE, COMPORTEMENT ET CONVICTIONS DES INVESTISSEURS RÉSUMÉ RISQUE, COMPORTEMENT ET CONVICTIONS DES INVESTISSEURS RÉSUMÉ Rédigé par Edwin L. Weinstein, Ph.D., C.Psych. The Brondesbury Group Résumé Le présent sondage a pour objectif premier de cerner les facteurs

Plus en détail

La réadaptation, l art du possible CODE D ÉTHIQUE. www.constance-lethbridge.com. Suivez-nous sur

La réadaptation, l art du possible CODE D ÉTHIQUE. www.constance-lethbridge.com. Suivez-nous sur La réadaptation, l art du possible CODE D ÉTHIQUE Suivez-nous sur www.constance-lethbridge.com Siège social 7005, boulevard de Maisonneuve Ouest Montréal (Québec) H4B 1T3 Point de services 16777, boulevard

Plus en détail

Établir des relations constructives avec les parents en services de garde à l enfance

Établir des relations constructives avec les parents en services de garde à l enfance Établir des relations constructives avec les parents en services de garde à l enfance Colloque QuébecStrasbourg Octobre 2008 Présenté par Gilles Cantin, Ph.D. Département d éducation et pédagogie UQAM

Plus en détail

Pratiques préventives en cancer du sein : comparaison de trois milieux de pratique médicale

Pratiques préventives en cancer du sein : comparaison de trois milieux de pratique médicale Pratiques préventives en cancer du sein : comparaison de trois milieux de pratique médicale Claude Rossi Francine Borduas 2 Claude Gagnon Louise Moreault 2 Lucie Vaillancourt 3 Groupe de travail Actions-

Plus en détail

L INTÉGRATION DE PAIRS AIDANTS DANS DES ÉQUIPES DE SUIVI ET DE SOUTIEN DANS LA COMMUNAUTÉ: POINTS DE VUE DE DIVERS ACTEURS

L INTÉGRATION DE PAIRS AIDANTS DANS DES ÉQUIPES DE SUIVI ET DE SOUTIEN DANS LA COMMUNAUTÉ: POINTS DE VUE DE DIVERS ACTEURS L INTÉGRATION DE PAIRS AIDANTS DANS DES ÉQUIPES DE SUIVI ET DE SOUTIEN DANS LA COMMUNAUTÉ: POINTS DE VUE DE DIVERS ACTEURS Synthèse des résultats de l étude Hélène Provencher, PhD, Université Laval, Québec

Plus en détail

FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR

FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR Enquête sur la responsabilité sociale du scientifique Résultats détaillés Février 2007 Annexes La publication des données qui fondent

Plus en détail

Compétences essentielles numériques dans les petites entreprises rurales QUESTIONNAIRE DU SONDAGE PRÉ- FORMATION DES EMPLOYEURS

Compétences essentielles numériques dans les petites entreprises rurales QUESTIONNAIRE DU SONDAGE PRÉ- FORMATION DES EMPLOYEURS 1 Nom de l organisation INTRODUCTION Merci de prendre le temps de participer à ce sondage. Les résultats nous fourniront des données essentielles afin de mesurer l efficacité de la formation. Ces données

Plus en détail

Les jeunes et les métiers de l industrie

Les jeunes et les métiers de l industrie Novembre 2013 Institut Lilly N 111442 Contacts : Damien Philippot / Esteban Pratviel 01 45 84 14 44 jerome.fourquet@ifop.com Sommaire 1 - La méthodologie 2 - Les résultats de l étude A - B - C - D - Le

Plus en détail

Danielle D Amour, inf. Ph.D. IUFRS 24 février 2011

Danielle D Amour, inf. Ph.D. IUFRS 24 février 2011 + Miser sur le renouvellement de l organisation des services infirmiers pour améliorer la qualité et la sécurité des soins Danielle D Amour, inf. Ph.D. IUFRS 24 février 2011 + Membres de l équipe Carl-Ardy

Plus en détail

Adopté à l automne 2006

Adopté à l automne 2006 Adopté à l automne 2006 PRÉAMBULE Un code d éthique pour l AQEM Notre mission Mise en perspectives Nos principales valeurs Application du code d éthique Chapitre 1 : Deux valeurs fondatrices de l AQEM

Plus en détail

«Ne laissons pas le psoriasis s installer entre nous» Psoriasis : état des lieux des connaissances et représentations des Français

«Ne laissons pas le psoriasis s installer entre nous» Psoriasis : état des lieux des connaissances et représentations des Français «Ne laissons pas le psoriasis s installer entre nous» Psoriasis : état des lieux des connaissances et représentations des Français Résultats de l étude Enquête Ipsos - Juillet 011 Etude élaborée dans le

Plus en détail

ANNEXE 4. Réaliser un diagnostic de sécurité Principales méthodes de collecte d information. (Module 3, partie I, section 2.5)

ANNEXE 4. Réaliser un diagnostic de sécurité Principales méthodes de collecte d information. (Module 3, partie I, section 2.5) ANNEXE 4 Réaliser un diagnostic de sécurité Principales méthodes de collecte d information (Module 3, partie I, section 2.5) Dans les pages qui suivent, nous présentons neuf méthodes de collecte d information.

Plus en détail

Déclin des groupes visés par l équité en matière d emploi lors du recrutement. Étude de la Commission de la fonction publique du Canada

Déclin des groupes visés par l équité en matière d emploi lors du recrutement. Étude de la Commission de la fonction publique du Canada Déclin des groupes visés par l équité en matière d emploi lors du recrutement Étude de la Commission de la fonction publique du Canada Octobre 2009 Commission de la fonction publique du Canada 300, avenue

Plus en détail

LE MARKETING SOCIAL ET

LE MARKETING SOCIAL ET LE MARKETING SOCIAL ET LA PRÉVENTION DE LA MALTRAITANCE MARIE-HÉLÈNE GAGNÉ 6ème Colloque québécois sur la maltraitance envers les enfants et les adolescents Montréal, 29 octobre 2013 LE FARDEAU DE LA MALTRAITANCE

Plus en détail

Médicis, la mutuelle retraite des indépendants :

Médicis, la mutuelle retraite des indépendants : Le commerce en France : 750 000 entrepreneurs 2 millions de personnes 343 milliards d euros de chiffre d affaires Médicis, la mutuelle retraite des indépendants : 167 000 adhérents La plus grande organisation

Plus en détail

Sécurité et insécurité alimentaire chez les Québécois : une analyse de la situation en lien avec leurs habitudes alimentaires

Sécurité et insécurité alimentaire chez les Québécois : une analyse de la situation en lien avec leurs habitudes alimentaires Sécurité et insécurité alimentaire chez les Québécois : une analyse de la situation en lien avec leurs habitudes alimentaires INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC Sécurité et insécurité alimentaire

Plus en détail

Promotion de la vaccination : agir pour maintenir la confiance

Promotion de la vaccination : agir pour maintenir la confiance Promotion de la vaccination : agir pour maintenir la confiance Promotion de la vaccination : agir pour maintenir la confiance Direction des risques biologiques et de la santé au travail Juin 2014 AUTEURES

Plus en détail

OFFICE DE LA PROTECTION DU CONSOMMATEUR

OFFICE DE LA PROTECTION DU CONSOMMATEUR OFFICE DE LA PROTECTION DU CONSOMMATEUR Rapport de sondage Présenté à : Monsieur André Lortie Service des communications Office de la protection du consommateur Évaluation de l impact de la brochure «Vos

Plus en détail

La recherche et vous. Pourquoi accepter ou refuser de participer à un projet de recherche?

La recherche et vous. Pourquoi accepter ou refuser de participer à un projet de recherche? La recherche et vous Pourquoi accepter ou refuser de participer à un projet de recherche? La recherche et vous Dépôt légal - octobre 2012 Bibliothèque et archives nationales du Québec Bibliothèque et archives

Plus en détail

Sondage web sur la démocratie et la participation citoyenne

Sondage web sur la démocratie et la participation citoyenne Sondage web sur la démocratie et la participation citoyenne Sondage web sur la démocratie et la participation citoyenne Rapport d analyse des résultats Présenté à l'institut du Nouveau Monde 22 mai 2012

Plus en détail

L expérience des services financiers et la connaissance de l ACFC - le point de vue du public

L expérience des services financiers et la connaissance de l ACFC - le point de vue du public L expérience des services financiers et la connaissance de l ACFC - le point de vue du public 5R000-040048/001/CY Présenté à : L Agence de la consommation en matière financière du Canada 24 mars 2005 Table

Plus en détail

LE HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE AU TRAVAIL AU QUÉBEC

LE HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE AU TRAVAIL AU QUÉBEC LE HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE AU TRAVAIL AU QUÉBEC Par: Jean-Pierre Brun, professeur Éric Plante, Professionnel de recherche Sondage par: Léger Marketing Mars 2004 DÉFINITION DU HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE

Plus en détail

SONDAGES RELATIFS AUX SERVICES D INFORMATION ET DE RÉFÉRENCE OFFERTS PAR LA DIRECTION GÉNÉRALE DE LA DIFFUSION DE BANQ

SONDAGES RELATIFS AUX SERVICES D INFORMATION ET DE RÉFÉRENCE OFFERTS PAR LA DIRECTION GÉNÉRALE DE LA DIFFUSION DE BANQ SONDAGES RELATIFS AUX SERVICES D INFORMATION ET DE RÉFÉRENCE OFFERTS PAR LA DIRECTION GÉNÉRALE DE LA DIFFUSION DE BANQ RÉSULTATS DE L ÉTÉ 2008 JUMELÉS À CEUX DE L HIVER 2008 RAPPORT VERSION FINALE Daniel

Plus en détail

La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation

La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation PAR Alireza MOGHADDAM TUTEUR : Guy HÉDELIN Laboratoire d Épidémiologie et de Santé publique, EA 80 Faculté de Médecine de Strasbourg

Plus en détail

Faits saillants du Sondage sur l importance de l épargne-retraite individuelle et collective pour les travailleurs québécois

Faits saillants du Sondage sur l importance de l épargne-retraite individuelle et collective pour les travailleurs québécois 2009 Faits saillants du Sondage sur l importance de l épargne-retraite individuelle et collective pour les travailleurs québécois Service des statistiques et des sondages Rédaction Mise en page Francis

Plus en détail

De la détresse émotionnelle à l actualisation du potentiel des membres de l entourage. La vision familiale. Série 1, numéro 1

De la détresse émotionnelle à l actualisation du potentiel des membres de l entourage. La vision familiale. Série 1, numéro 1 De la détresse émotionnelle à l actualisation du potentiel des membres de l entourage La vision familiale Série 1, numéro 1 En l espace de 25 ans, le profil de la famille québécoise s est transformé de

Plus en détail

Implantation de la vidéoconférence par Internet au programme des adultes sourds de l IRDPQ

Implantation de la vidéoconférence par Internet au programme des adultes sourds de l IRDPQ Implantation de la vidéoconférence par Internet au programme des adultes sourds de l IRDPQ Mathieu Hotton, M.O.A. Audiologiste Colloque 2.0 RéadaptATion - Aides techniques AERDPQ, mai 2011 Auteurs du projet

Plus en détail

MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS

MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ ET DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS 1. Introduction Placer la «bonne personne au bon endroit» représente

Plus en détail

COMPTE D ÉPARGNE LIBRE D IMPÔT. Efficacité, liberté et sécurité : le CELI, un choix gagnant RÉSERVÉ AUX CONSEILLERS

COMPTE D ÉPARGNE LIBRE D IMPÔT. Efficacité, liberté et sécurité : le CELI, un choix gagnant RÉSERVÉ AUX CONSEILLERS COMPTE D ÉPARGNE LIBRE D IMPÔT Efficacité, liberté et sécurité : le CELI, un choix gagnant RÉSERVÉ AUX CONSEILLERS Le compte d épargne libre d impôt Tout résident canadien âgé de 18 ans ou plus qui possède

Plus en détail

Le présent avis s adresse à tous les représentants en assurance, aux experts en sinistre et aux planificateurs financiers.

Le présent avis s adresse à tous les représentants en assurance, aux experts en sinistre et aux planificateurs financiers. Avis relatif à l application du Règlement sur l exercice des activités des représentants, R.R.Q., c. 9.2, r. 10 (Loi sur la distribution de produits et services financiers) Le présent avis s adresse à

Plus en détail

Questionnaire du projet Innocence

Questionnaire du projet Innocence 1 Questionnaire du projet Innocence Directives : Répondez de façon aussi détaillée que possible à chacune des questions suivantes ayant trait à votre dossier. Des réponses complètes et précises nous permettront

Plus en détail

LE NIVEAU ÉLEVÉ DE LA DETTE à la consommation

LE NIVEAU ÉLEVÉ DE LA DETTE à la consommation Wendy Pyper Prendre du retard dans ses paiements LE NIVEAU ÉLEVÉ DE LA DETTE à la consommation au Canada a suscité un certain nombre de préoccupations. En octobre 2001, quelque 44 millions de cartes de

Plus en détail

I. Une nouvelle loi anti-discrimination

I. Une nouvelle loi anti-discrimination Extrait du Bulletin de Liaison Le Défi n 17, LHFB, Juillet 2004 Discriminations et assurances ; les apports de la Loi du 25 février 2003 et le rôle du Centre pour l'égalité des chances et la lutte contre

Plus en détail

Pour diffusion immédiate. Nouveau sondage CROP : LES AIRES PROTÉGÉES, UNE PRIORITÉ SELON LES QUÉBÉCOIS

Pour diffusion immédiate. Nouveau sondage CROP : LES AIRES PROTÉGÉES, UNE PRIORITÉ SELON LES QUÉBÉCOIS COMMUNIQUÉ Pour diffusion immédiate Nouveau sondage CROP : LES AIRES PROTÉGÉES, UNE PRIORITÉ SELON LES QUÉBÉCOIS Montréal, le 6 mars 2007 Un sondage réalisé du 28 février au 4 mars 2007 par la maison CROP

Plus en détail