Micro-don : Les petits ruisseaux feront-ils les grandes rivières?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Micro-don : Les petits ruisseaux feront-ils les grandes rivières?"

Transcription

1 : Les petits ruisseaux feront-ils les grandes rivières? Très en vogue dans les pays anglo-saxons le principe du micro-don encourageant un don plus démocratique représente, en théorie, une manne pour le tiers secteur. En France, les associations commencent à s y intéresser, mais se heurtent à d importantes difficultés de mise en œuvre, tant techniques que culturelles. Résultat, dans l immédiat, le micro-don coûte cher en énergie et s avère peu rentable. Mais n est-il pas aussi l avenir? Enquête. Donnez peu, mais donnez nombreux. Sans doute aussi vieux que le fundraising (voir la «Mamie Mystère», p ), le principe du micro-don a fait, ces dernières années, une entrée remarquée dans la sphère de la collecte professionnelle. Dès 1990, l opération «Pièces Jaunes» consistant à se délester de sa petite monnaie dans des petites boites en carton disposées un peu partout, fait un tabac. Comme, neuf ans plus tard, la campagne «1 franc par jour» de Médecins sans frontières. «Un franc, c est peu, mais c est déjà le prix d un vaccin contre la méningite, une maladie mortelle», martèle alors l association qui a convaincu, depuis, personnes de donner «1 euro par semaine» via le prélèvement automatique. Dès 1990, l opération «Pièces Jaunes» fait un tabac! n Quand l union fait la force Dopé par les nouvelles technologies, le micro-don connaît aujourd hui un regain d intérêt. Qu il s agisse des cartes bancaires solidaires (voir encadré), du don par SMS lors des urgences humanitaires (voir notre dossier sur Haïti dans Fundraizine n 23) ou d initiatives du genre de «Mailforgood» (à chaque mail envoyé contenant une bannière publicitaire pour le développement durable, un petit montant est reversé à une association), le don mini a la grande cote. Dernière tendance en date, le crowdfunding. Mis en lumière par l incroyable campagne de Barack Fundraizine 27 JUIN

2 Obama en 2008 (400 millions de donateurs dont la moitié a donné moins de 200 dollars), le «financement par la foule» se développe à vitesse grand V. sur le modèle de l Internet 2.0. Réunissant des dizaines, voire des centaines ou des milliers de petits donateurs autour d un projet ou d une personne à financer, il a par exemple donné lieu, dans le secteur non-profit, à l explosion des courses solidaires organisées par un nombre croissant d associations... Et a inspiré bien d autres secteurs comme le monde de la musique (voir l initiative de Mymajorcompany), ou les médias, avec la création, début avril 2011, de la plateforme «J aime l info». Lancée par Rue89, elle rassemble une centaine de journaux en ligne désireux de faire financer des projets éditoriaux biens précis. Pour l instant, «ça reste modeste, et en dessous de nos espérances», reconnaît Xavier Frison, responsable éditorial du site Politis.fr qui a lancé un appel à dons pour un reportage aux USA sur les gaz de schiste : au bout de deux mois, 375 euros ont été collectés sur un objectif de euros et c est l un des sites les mieux lotis n Une tendance de fond Si un vrai savoir-faire pour collecter des fonds ne serait sans doute pas de refus chez nos gratte-papier, sur le principe, «le crowdfunding a du potentiel, estime Frédéric Bardeau, co-fondateur de l Agence Limite et spécialiste du don en ligne. Cette conscience du collectif, de l agir ensemble, est un moteur très intéressant et moderne». Auquel il faut toutefois ajouter un ingrédient primordial pour que le mini don génère un maxi effet : la multiplication des opportunités de dons, afin de créer un effet d échelle et de démultiplier les sommes. Et si, à chaque passage d un tourniquet du métro, 30 centimes étaient reversés pour la lutte contre le sida? Et si 0,01 euro était envoyé aux enfants d Haïti à chaque appel sur un portable? Et si, à chaque menu Mac Donald s englouti, un euro était reversé à la lutte contre la faim? Ce monde où tout le monde donnerait tout le temps, où chaque action de la vie quotidienne serait une occasion de donner, un tout petit peu et presque sans s en rendre compte, c est ce qu on appelle désormais «l embedded» générosité. L arrondi sur salaire : un microdon en devenir? microdon jaimelinfo.fr Début avril, la plateforme «J aime l info» est lancée par Rue 89. Une générosité d avenir si l on en croit les acteurs d influence dans le monde du non-profit. En 2009 déjà, le site trendwatching.com en faisait l une des «10 tendances de consommation pour 2010». Et pour le magazine américain The Chronicle of Philanthropy, l «embedded generosity» arrive au 3e rang des «buzzwords» qui feront bouger la philanthropie en 2011 juste après les «entrepreneurs sociaux» et la «microfinance». Mais au juste, qu est-ce que la «générosité embarquée»? «C est un très petit don réalisé au moment d une transaction financière», explique Pierre-Emmanuel Grange, l un des importateurs de cette nouvelle philosophie de la collecte en France. «Mais attention, précise-t-il, rien à voir avec un produit-partage qui implique que la personne achète et que la marque reverse : dans la générosité embarquée, c est le donateur qui décide s il veut, ou non, donner de sa poche en plus de la transaction». «Et si, à chaque passage d un tourniquet du métro, 30 centimes étaient reversés pour la lutte contre le sida?» n Le don au quotidien : eldorado En théorie, il existe donc une infinité de supports à cette «omni-générosité». Les bulletins de salaires, les factures d électricité ou de téléphone, les additions de restaurant, les tickets de caisse, les achats en ligne, les billets d avion, etc. Aux Etats-Unis, 52 % des Américains réalisent chaque année une «Chekout donation». En Angleterre, 100 millions de Livres sont collectées chaque année via le «Payroll giving», le don sur salaire. «Le Payroll est presque un programme parapublic, affirme Pierre-Emmanuel Grange. C est très ancré dans les mœurs». «9 000 entreprises font du Payroll Giving en Grande-Bretagne, tempère Lyoko Myioshi, directrice associée à l agence Excel, et chez Royal Mail, l entreprise la plus engagée, moins de 30 % des employés participent au programme». Un bon score tout de même en ces temps de crise économique... Plus étonnant, le Mexique est, lui aussi, l un des pays pionniers sur la «générosité embarquée» grâce à son programme du «Redondeo» 12 Fundraizine 27 JUIN 2011

3 qui consiste à reverser quelques centimes de pesos aux caisses des supermarchés. Alors, si ça marche ailleurs, pourquoi pas ici? C est précisément de ce modèle d «arrondi» mexicain que s est inspiré Pierre-Emmanuel Grange, pour créer, en 2009, la «carte micro- DON», un «flyer» sur lequel est imprimé un code barres pour faire un don à la caisse d un supermarché pour une association locale. L initiative a reçu en 2009, le Prix de l Innovation en Fundraising décerné par les professionnels du secteur. Et prend aujourd hui de l ampleur puisque la région Ile-de-France a lancé une étude pour développer la carte au sein de plusieurs de ses départements. «L arrondi en caisse intéresse les enseignes qui ont tout intérêt à entrer dans des démarches de Responsabilité sociale d entreprise», souligne Pierre-Emmanuel Grange. Celui qui se définit comme un «entrepreneur social» ne s est pas arrêté en si bon chemin. Grâce au soutien de l économiste et président de Planet Finance Jacques Attali, il a lancé l année dernière, avec ADP, leader dans la gestion de paie, trois entreprises et deux associations de microfinance, le «Payroll giving» à la française. «En moyenne, 20 % de salariés participent au projet de l arrondi solidaire dans les entreprises, pour un don moyen de 50 centimes, affirme Pierre-Emmanuel Grange. Ce n est pas énorme pour l instant, mais on continue de prospecter pour trouver d autres entreprises. On est en train de créer le marché, les grosses sommes viendront mais pas tout de suite». n ou parcours du combattant? Las!, c est précisément par manque de résultats immédiats que le micro- don pêche. «En dehors des catastrophes humanitaires, le micro-don ne marche pas en France», constate Frédéric Bardeau. Il n échappe pas à la fameuse règle des 80 / 20. «80 % des fonds des associations viennent de 20 % des donateurs, c est pourquoi les associations se tournent davantage vers les stratégies grands donateurs, poursuit Frédéric Bardeau. A l inverse, le micro-don nécessite de déployer une énergie folle pour récolter bien peu d argent». Pierre-Emmanuel Grange, qui a passé un an et demi à convaincre les partenaires de s engager sur l arrondi sur salaire, reconnaît lui aussi que la mise en place d opérations de micro-dons s apparente à un parcours d obstacles : «Les temps de décision des partenaires sont très lents car les niveaux de décisions sont très élevés, explique-t-il. Les mentalités ne sont pas encore préparées à cette nouveauté». Fundraizine 27 JUIN

4 Cartes bancaires solidaires : le don au guichet De plus en plus en vogue, les cartes bancaires dites «solidaires» représentent aujourd hui 3 % des cartes de crédit en circulation. Le principe est simple : à chaque transaction, une petite somme est donnée à une association. Depuis 2008, la Société générale verse ainsi 0,05 euros à l une de ses 14 associations partenaires chaque fois que l un des détenteurs de sa «carte citoyenne» effectue un retrait ou un paiement. En deux ans, euros ont été donnés par ce biais. Exemple avec l ONG CARE un partenariat global de plusieurs millions d euros lie par ailleurs l association à la banque depuis quatre ans qui, depuis presque un an, compte près de clients porteurs de cette carte solidaire marquée du logo de l association. «En douze mois, nous avons collecté plus de euros grâce à des personnes qui ne seraient sans doute pas sinon donatrices à l association, rapporte Fabienne Pouyadou, directrice des partenariats à CARE France. Ce n est pas énorme, mais cela nous permet de gagner en notoriété et de recruter de nouveaux donateurs». Cette opération avec le tiers secteur offre d autre part à la «Sogé» de soigner son image, malmenée depuis la crise financière. Un gain en communication qui ne lui coûte au final pas grand-chose si l on considère le fait que les clients doivent payer 12 euros pour avoir accès à cette carte de crédit un peu particulière Autre philosophie au Crédit Coopératif : ici, la carte Agir (dix ans d existence) est au même prix qu une carte «normale», et le Crédit Coop reverse, dès la souscription, 3 euros à l une des 12 associations qu il parraine. Puis 6 centimes à chaque retrait. Le client peut aussi faire un don supplémentaire de sa poche ce qui fait entrer cette carte dans une réelle démarche de «générosité embarquée». En 2011, euros ont été reversés à une douzaine d associations triées sur le volet, grâce à porteurs de la carte Agir (soit 70 % des clients du Crédit Coop ). Ajoutez à cela une pincée de frilosité des entreprises partenaires... Comme GDF-Suez qui rechigne à proposer un arrondi sur facture au moment même où elle annonce une flambée des prix du gaz... Ou encore ces supermarchés redoutant qu avec le don en caisse, cet endroit ultra-stratégique de l achat ne se transforme en dernier salon où l on cause... Sans parler des difficultés techniques de mise en œuvre : par exemple, distinguer dans une même action les flux «dons» et «achats» afin de respecter les règles de la fiscalité... n «Time for action» : premier essai pour ACF «C est un boulot de titan», résume Valérie Daher, directrice de la communication et du développement chez Action contre la faim (ACF), seule association française 1 à ce jour à s être lancée à pieds joints dans une opération de micro-don d envergure. Le projet «Time for action», né il y a plus d un an dans les esprits des fundraisers de l ONG, est guidé par un raisonnement simple : mettre le combat contre la faim à portée du plus grand nombre. «C est à la fois une opération de plaidoyer et de mobilisation massive, précise Valérie Daher. L idée est que chacun, riche ou pauvre, jeune ou vieux, puisse agir contre la faim dans le monde». Une bien belle idée, qui colle parfaitement à la cause... mais qui s avère un véritable casse-tête dans la mise en pratique. Il faut dire que le projet, qui devrait a priori voir le jour en 2012, est ambitieux. Il s articule autour de six «moments» de dons : la validation du panier d achat sur Internet, le passage en caisse au supermarché, le paiement des factures (de gaz et d électricité, mais aussi de téléphonie et de loyer), le retrait / virement dans les distributeurs, l arrondi sur la feuille de salaire et l addition au restaurant. «Pour le moment, nous sommes encore dans la prospection de partenaires, explique Valérie Daher, même si nous réalisons d ores et déjà quelques tests dans des endroits stratégiques : au duty-free de l aéroport de Nice, dans un restaurant dont le directeur est à la tête d un syn- dicat de la restauration, et bientôt, sur un site de e-commerce. C est une énorme opération qui combine énormément de savoir-faire, notamment la constitution partenariats-entreprise». Et aussi, la capacité à motiver son conseil d administration et ses troupes en interne qui passent par des hauts et des bas Au fond, le jeu en vaut-il la chandelle? «Le monde est remplit d exemples qui fonctionnent, se rassure Valérie Daher. Et puis j estime que mon travail de fundraiser est aussi d inventer de nouvelles manières de collecter de l argent pour permettre à un maximum de personnes de faire oeuvre de générosité». ACF : seule association française à s être lancé dans une opération de micro-don d envergure. action contre la faim n Du «prosélytisme» pour la générosité S ouvrir à de nouveaux publics : tel est, en effet, l un des principaux points forts du micro-don. Conscientes que plus d un Français sur deux ne donne pas, et que les donateurs les plus vieux vieillissent, «les associations sont, en France, dans une nécessité de renouvellement générationnel, souligne Lyoko Myioshi. Or, ce type d approche permet faire goûter les jeunes générations au don». Exemple aux Etats-Unis, où 57 % des ans et 48 % des moins de 30 ans pratiquent la «Chek out donation». «La génération Web 2.0 est particulièrement réactive à ce genre de sollicitations, analyse Pierre-Emmanuel Grange. Le micro-don répond parfaitement aux nouveaux usages». Accompagner les plus jeunes et les moins fortunés dans l acte de générosité par ces petits dons «indolores»... Soit. Reste ensuite au fundraiser la (difficile) tâche de cultiver ces 14 Fundraizine 27 JUIN 2011

5 Attention à l effet «zapping» des micro-donateurs. jeunes pousses de donateurs. «En touchant des personnes qui ne sont pas a priori donatrices, le micro-don permet de faire du prosélytisme pour la générosité. C est un premier pas», estime Frédéric Bardeau. «Il faut absolument transformer les donateurs, avertit Lyoko Myiosho, sinon, le microdon peut s avérer un piège en habituant les gens à donner des petites sommes». Gare, de même, à l effet «overdose» et au risque de dispersion qui, du fait du comportement «zapping» des «micro-donateurs», ferait s envoler dans la nature de toutes petites sommes. «La mise en place d opérations de micro-dons est efficace pour les grandes associations avec une vraie force de frappe, souligne Frédéric Bardeau. Dans le micro-don comme partout, il y a la prime au premier, la prime à la notoriété, la prime à la puissance de la marque Il ne faut pas croire que les cartes seront rebattues». Pas révolutionnaire, le micro-don? Plutôt un investissement sur l avenir comme un autre, qui nécessite du temps et de l argent. Et qui sera peut-être payant des années et des années plus tard Mais si l on veut récolter, ne faut-il pas d abord savoir planter? n P. G. 1 Voir aussi le partenariat entre les Pièces Jaunes et Priceminister : des «e-pièces jaunes» peuvent être versées aux hôpitaux à chaque règlement du panier d achat sur le site de e-commerce. Fundraizine 27 JUIN

OPÉRATION MICRODON75. Soutenir les associations qui font battre le cœur de Paris. 3 ème édition : les vendredi 9 et samedi 10 octobre 2015

OPÉRATION MICRODON75. Soutenir les associations qui font battre le cœur de Paris. 3 ème édition : les vendredi 9 et samedi 10 octobre 2015 OPÉRATION MICRODON75 Soutenir les associations qui font battre le cœur de Paris 3 ème édition : les vendredi 9 et samedi 10 octobre 2015 Qui est microdon? 100 % Entreprise sociale agréée solidaire microdon

Plus en détail

Clément ALBRIEUX (69)

Clément ALBRIEUX (69) Pratique 20 : Une nouvelle identité entrepreneuriale 287 Le témoin : Clément ALBRIEUX (69) 30 collaborateurs Comment est définie et gérée l innovation dans votre cabinet? Les collaborateurs du cabinet

Plus en détail

M. Maire du Poset (Ulule): «Nous avons déjà financé 105 projets dans le secteur du patrimoine et de nombreux acteurs sont en phase de réflexions»

M. Maire du Poset (Ulule): «Nous avons déjà financé 105 projets dans le secteur du patrimoine et de nombreux acteurs sont en phase de réflexions» http://www.club- innovation- culture.fr/m- maire- du- poset- ulule- nous- avons- deja- finance- 105- projets- dans- le- secteur- du- patrimoine- et- de- nombreux- acteurs- sont- en- phase- de- reflexions/

Plus en détail

l info S engager avec sa banque, ça compte!

l info S engager avec sa banque, ça compte! La lettre d information des clients qui ont choisi d agir l info S engager avec sa banque, ça compte! Grâce à l engagement des clients du Crédit Coopératif, plus de 4,3 millions d euros de dons ont été

Plus en détail

Campagne de financement participatif - comment on fait?

Campagne de financement participatif - comment on fait? Campagne de financement participatif - comment on fait? Comment réussir une collecte de fonds sur une plateforme de crowdfunding? Bien préparer sa collecte et évaluer son potentiel de financement Trouver

Plus en détail

Réussir sa collecte. Contactez-nous! contact@helloasso.com 06 58 39 99 60

Réussir sa collecte. Contactez-nous! contact@helloasso.com 06 58 39 99 60 Réussir sa collecte Contactez-nous! contact@helloasso.com 06 58 39 99 60 MENU // P.3 P.6 INTRODUCTION COLLECTER TOUT AU LONG DE L ANNÉE Étape 1 : Offrir la possibilité de vous soutenir tout au long de

Plus en détail

Complémentarité du commerce équitable et de la microfinance

Complémentarité du commerce équitable et de la microfinance Complémentarité du commerce équitable et de la microfinance (Compte rendu de la table ronde du 21 septembre 2006) BIM n - 10 octobre 2006 Association des Centraliens & CERISE Le BIM d'aujourd'hui nous

Plus en détail

Encourager tous les Canadiens à donner aux organismes de bienfaisance

Encourager tous les Canadiens à donner aux organismes de bienfaisance Encourager tous les Canadiens à donner aux organismes de bienfaisance Incitatifs fiscaux pour les dons de charité Présentation à l intention du Comité permanent des finances de la Chambre des communes

Plus en détail

Introduction. La stratégie «pull» : la stratégie de gain sur Internet

Introduction. La stratégie «pull» : la stratégie de gain sur Internet Introduction La stratégie «pull» : la stratégie de gain sur Internet Un principe simple mais imparable : «Attirez votre cible vers vos offres» La stratégie «pull», ou stratégie d attraction, consiste à

Plus en détail

Pourquoi le Canada a besoin de services bancaires postaux

Pourquoi le Canada a besoin de services bancaires postaux Pourquoi le Canada a besoin de services bancaires postaux Symposium international sur les services bancaires postaux John Anderson 613-290-0016 andersjs1@gmail.com «Ils sont des millions à ne pas avoir

Plus en détail

Finance solidaire : comprendre le cycle de l épargnant au bénéficiaire Salle des Arcades, 10 septembre 2014 11h15-12h45

Finance solidaire : comprendre le cycle de l épargnant au bénéficiaire Salle des Arcades, 10 septembre 2014 11h15-12h45 Finance solidaire : comprendre le cycle de l épargnant au bénéficiaire Salle des Arcades, 10 septembre 2014 11h15-12h45 Intervenants: Audrey Bégué, Responsable Développement Epargne Solidaire, Crédit Coopératif

Plus en détail

Rapport de fin de séjour Bourse Explora Sup Stage à San Francisco

Rapport de fin de séjour Bourse Explora Sup Stage à San Francisco UNIVERSITE PIERRE MENDES FRANCE Rapport de fin de séjour Bourse Explora Sup Stage à San Francisco Du 2 mai au 8 juillet. 2 P a g e a) Vie pratique : Logement : A San Francisco, je logeais dans une résidence

Plus en détail

Devenir partenaire de la Croix-Rouge vaudoise

Devenir partenaire de la Croix-Rouge vaudoise Devenir partenaire de la Croix-Rouge vaudoise Un lien réel de solidarité et une véritable opportunité d améliorer la vie collective Premier de cordée Mesdames, Messieurs les Dirigeants d Entreprises,

Plus en détail

Comparateur de prix et Guide de voyages

Comparateur de prix et Guide de voyages Comparateur de prix et Guide de voyages Dossier de Presse Septembre 2009 CONTACT PRESSE Agence Valeur D image Solenn PETITJEAN 04.76.70.93.54-06.24.75.20.82 s.petitjean@valeurdimage.com 3 Historique de

Plus en détail

Paribas dans les régions d Amérique latine, d Asie et d Europe de l Est. 1. Les initiatives microfinance des banques représentées

Paribas dans les régions d Amérique latine, d Asie et d Europe de l Est. 1. Les initiatives microfinance des banques représentées Microfinance à l international et les banques : Engagement sociétal ou pur Business? Evènement co-organisé par le Groupe Solidarité d HEC Alumni et le Club Microfinance Paris Rappel du thème : L Engagement

Plus en détail

Comment générer des revenus en Affiliation

Comment générer des revenus en Affiliation Comment générer des revenus en Affiliation Apprenez comment vous créer un système pour faire de l argent sur Internet Version 6 Programme Affiliation Entreprise Nexika Inc www.marketing-affiliation.com

Plus en détail

Objectifs : - garantir une bonne coordination des actions développées et mises en œuvre afin de maximiser leur efficacité en matière de collecte, de plaidoyer et de communication - positionner l organisation

Plus en détail

Choisir son logiciel de caisse

Choisir son logiciel de caisse GUIDE PRATIQUE Choisir son logiciel de caisse Qu est-ce qu un logiciel de caisse? Un logiciel de caisse, aussi appelé caisse enregistreuse ou caisse tactile est un programme informatique qui vous permet

Plus en détail

Financement participatif/crowdfunding pour les projets environnementaux Appel à projets

Financement participatif/crowdfunding pour les projets environnementaux Appel à projets Financement participatif/crowdfunding pour les projets environnementaux Appel à projets septembre 2014 Financer vos projets? C est possible grâce au crowdfunding! De plus en plus, le financement participatif

Plus en détail

Fiches Pratiques Secrets de Miel Votre réussite point par point!

Fiches Pratiques Secrets de Miel Votre réussite point par point! Fiches Pratiques Secrets de Miel Votre réussite point par point! Mes bonnes résolutions pour réussir en Vente Directe - L engagement o Engagement avec soi : Je vais réussir La Vente directe est comme une

Plus en détail

Clientèle commerciale Aperçu des comptes

Clientèle commerciale Aperçu des comptes Clientèle commerciale Aperçu des comptes Aperçu de nos comptes et de nos cartes pour la clientèle commerciale PAIEMENTS Clientèle concernée Compte d affaires (compte courant) Le compte de base à fins professionnels

Plus en détail

Demi-journée : 9h/12h30 ou 14h/17h30 150 HT par personne (groupe de 10 personnes minimum)

Demi-journée : 9h/12h30 ou 14h/17h30 150 HT par personne (groupe de 10 personnes minimum) 1) Les différentes sources de financement du projet associatif Revue de tous les modes de financement et de leurs spécificités : o Les ressources propres non commerciales o Les ressources propres commerciales

Plus en détail

L argent et les nouvelles technologies : monnaie électronique, e-facturation et services de paiement la banque de demain

L argent et les nouvelles technologies : monnaie électronique, e-facturation et services de paiement la banque de demain L argent et les nouvelles technologies : monnaie électronique, e-facturation et services de paiement la banque de demain Le 24 avril 2009, le Parlement européen a adopté deux propositions de la Commission

Plus en détail

LES MEILLEURES TECHNIQUES DE PROSPECTION

LES MEILLEURES TECHNIQUES DE PROSPECTION Appelez nous au 04 78 89 54 43 contact@ceresdeveloppement.fr LES MEILLEURES TECHNIQUES DE PROSPECTION Livre blanc Vous êtes gérant, indépendant ou commercial ; vous savez qu une partie de votre travail

Plus en détail

Bulletin d adhésion. Adhésion 2015

Bulletin d adhésion. Adhésion 2015 Bulletin d adhésion Adhérer à l'association Française des Fundraisers, c'est se doter d'un espace privilégié pour échanger avec vos pairs, pour vous former et pour vous informer. C est aussi partager des

Plus en détail

STIFOP. Comment s inscrire? Contact-vamingbi@gmail.com

STIFOP. Comment s inscrire? Contact-vamingbi@gmail.com STIFOP Comment s inscrire? Contact-vamingbi@gmail.com Page 1 Pourquoi rejoindre STIFORP? Stiforp est une activité à domicile ne nécessitant qu une connexion internet et qui rencontre un succès phénoménal

Plus en détail

Document d information sur les offres de La Poste et leurs accès aux personnes handicapées intellectuelles

Document d information sur les offres de La Poste et leurs accès aux personnes handicapées intellectuelles Document d information sur les offres de La Poste et leurs accès aux personnes handicapées intellectuelles 1 2 Pourquoi La Poste a-t-elle écrit ce document? La Poste souhaite répondre aux besoins de chaque

Plus en détail

votre marché-test idéal Le profil de l acheteur en ligne belge

votre marché-test idéal Le profil de l acheteur en ligne belge votre marché-test idéal Le profil de l acheteur en ligne belge Table des matières La Belgique : le point de départ idéal 3 Marché en croissance 4 Pas de saturation en vue 5 Un paiement à l achat 6 Une

Plus en détail

Baccalauréat Mathématiques-informatique Polynésie juin 2007

Baccalauréat Mathématiques-informatique Polynésie juin 2007 Durée : 1 h 30 La calculatrice est autorisée. Le candidat doit traiter les DEUX exercices L annexe 1 est rendre avec la copie Baccalauréat Mathématiques-informatique Polynésie juin 2007 EXERCICE 1 10 points

Plus en détail

Quelques conseils pour votre récolte de fonds

Quelques conseils pour votre récolte de fonds Quelques conseils pour votre récolte de fonds En plus du défi sportif que représente le Biketour, un autre challenge vous attend : récolter le plus d argent possible au profit des programmes santé mère-enfants.

Plus en détail

CHAOUI Naïma STRATÉGIE DE COMMUNICATION CAFÉS LOBODIS

CHAOUI Naïma STRATÉGIE DE COMMUNICATION CAFÉS LOBODIS CHAOUI Naïma P1 TRATÉGIE DE COMMUNICATION CAFÉ LOBODI M. Vieille Année Universitaire 008-009 ommaire 1) Bilan.. ) Problème à résoudre.. ) Choix d un positionnement.. ) Objectifs de communication. 5 5)

Plus en détail

Le Plan d Action sur 90 Jours 90 jours pour tout changer

Le Plan d Action sur 90 Jours 90 jours pour tout changer Le Plan d Action sur 90 Jours 90 jours pour tout changer Inspiré de «The 90 Day Game Plan» d Eric Worre www.leblogdumlmpro.com - Tous droits réservés - Le Plan d Action sur 90 Jours 90 jours pour tout

Plus en détail

Soutenons ensemble l économie sociale et solidaire pour un développement durable

Soutenons ensemble l économie sociale et solidaire pour un développement durable Soutenons ensemble l économie sociale et solidaire pour un développement durable «Nous devons être le changement que nous voulons pour le monde» Gandhi works et n n a lo y b a B n o ti a ci o ss a L Babyloan

Plus en détail

Les cartes prépayées vous simplifient la vie en toute sécurité

Les cartes prépayées vous simplifient la vie en toute sécurité Global Technology Partners A Les cartes prépayées vous simplifient la vie en toute sécurité La carte prépayée est une carte de débit qui utilise des Switch de réseaux financiers mondiaux tels Visa ou Mastercard

Plus en détail

Ce qu il faut savoir avant de partir : faire respecter vos droits, c est notre but

Ce qu il faut savoir avant de partir : faire respecter vos droits, c est notre but Ce qu il faut savoir avant de partir : faire respecter vos droits, c est notre but Cinq millions de supporters sont attendus pour l Euro 2008 cet été. Malheureusement certains d entre eux risquent de rencontrer

Plus en détail

Financer les ODD : comment utiliser efficacement l ensemble des flux et des outils financiers?

Financer les ODD : comment utiliser efficacement l ensemble des flux et des outils financiers? Financer les ODD : comment utiliser efficacement l ensemble des flux et des outils financiers? Lundi 7 septembre 2015 de 14H30 à 16h00 Salle Notre Dame des Victoires INTERVENANTS, Directeur général, Banque

Plus en détail

Sur cette page, vous trouverez toutes les informations concernant les activités d'alterfin.

Sur cette page, vous trouverez toutes les informations concernant les activités d'alterfin. Extra Sur cette page, vous trouverez toutes les informations concernant les activités d'alterfin. Participez à l'action de Nouvel An d'alterfin! Alterfin est à la recherche de personnes qui souhaitent

Plus en détail

LES REGLES DE BASE. Ø Le porteur de projet. Ø Le financement. Ø La contrepartie. [Choisir la date] Ø L éligibilité du projet

LES REGLES DE BASE. Ø Le porteur de projet. Ø Le financement. Ø La contrepartie. [Choisir la date] Ø L éligibilité du projet GUIDE CO- CITY Comment réussir sa campagne de crowdfunding? LES REGLES DE BASE Ø L éligibilité du projet Co-city ne finance pas de projet personnel, il doit s agir d un projet collectif à but non lucratif.

Plus en détail

Institut d Études Politiques de Grenoble. Rapport de fin de séjour

Institut d Études Politiques de Grenoble. Rapport de fin de séjour Julia Lamotte Institut d Études Politiques de Grenoble Année de mobilité : Master 1 Rapport de fin de séjour Stage au Centro de Investigacion y estudios superiores en Anthropologia social (CIESAS) San

Plus en détail

Turkcell Global Bilgi améliore son service client grâce à la solution de routage en langage naturel de Nuance.

Turkcell Global Bilgi améliore son service client grâce à la solution de routage en langage naturel de Nuance. Solutions pour le service client Solution de routage d appels en langage naturel de Nuance ebook Turkcell Global Bilgi améliore son service client grâce à la solution de routage en langage naturel de Nuance.

Plus en détail

MOYENS DE PAIEMENT POUR LE VOYAGE. Partier en vacances sans souci

MOYENS DE PAIEMENT POUR LE VOYAGE. Partier en vacances sans souci MOYENS DE PAIEMENT POUR LE VOYAGE Partier en vacances sans souci De belles vacances pour tous Longtemps, seuls les classes sociales aisées pouvaient s offrir le luxe de voyager, voire de prendre des vacances.

Plus en détail

Le jeu des Zoolalas. ou des inégalités mondiales et nationales

Le jeu des Zoolalas. ou des inégalités mondiales et nationales Le jeu des Zoolalas ou des inégalités mondiales et nationales Objectif : L objectif de cette animation est de faire comprendre aux participants les inégalités qui existent entre les différents habitants

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Présentation de CoFundy

DOSSIER DE PRESSE. Présentation de CoFundy DOSSIER DE PRESSE Présentation de CoFundy SOMMAIRE I. CoFundy. 2 1. Une plateforme de crowdfunding pour la Tunisie 2. Un nouveau mode de financement 1 3. Les projets soutenus 4. La diaspora tunisienne

Plus en détail

Dossier de présentation. Créez votre activité. Proximité Nouvelle

Dossier de présentation. Créez votre activité. Proximité Nouvelle Dossier de présentation Créez votre activité Proximité Nouvelle Service à la personne Les services à la personne (dits SAP) au sens du plan Borloo regroupent les services effectués exclusivement au domicile

Plus en détail

Groupe Eyrolles, 2015 ISBN : 978-2-212-56114-2

Groupe Eyrolles, 2015 ISBN : 978-2-212-56114-2 , 2015 ISBN : 978-2-212-56114-2 Chapitre 1 Que vient faire Apple dans le paiement? Apple s est spectaculairement redressé avec le retour de son fondateur Steve Jobs en 1997. Les ipod, iphone et autres

Plus en détail

Les smartphones sont une invention géniale. Ils nous permettent de rester en contact avec nos amis et notre famille, de surfer sur Internet dans le

Les smartphones sont une invention géniale. Ils nous permettent de rester en contact avec nos amis et notre famille, de surfer sur Internet dans le PIÈGES A ÉVITER LES Smartphones Les smartphones sont une invention géniale. Ils nous permettent de rester en contact avec nos amis et notre famille, de surfer sur Internet dans le monde entier et de télécharger

Plus en détail

DIRECT ASSURANCE. Leader de l assurance directe depuis 1992. Dossier de Presse 2011. Contact Presse

DIRECT ASSURANCE. Leader de l assurance directe depuis 1992. Dossier de Presse 2011. Contact Presse Dossier de Presse 2011 DIRECT ASSURANCE Leader de l assurance directe depuis 1992 Contact Presse Nathalie LECLERC, CASSIOPÉE Tél. : 01 42 66 21 27 Mobile : 06 72 96 54 45 nleclerc@cassiopee-rp.com Sommaire

Plus en détail

Rapport de fin de séjour

Rapport de fin de séjour Rapport de fin de séjour Stage à Pékin 17/05/2012 29/08/2012 Benoît PLOUX Ecole des Mines de Saint-Etienne, Promo 2010 Ce rapport relate mon expérience à Pékin, où j ai réalisé un stage de trois mois et

Plus en détail

Débroussailler les paiements mobiles :

Débroussailler les paiements mobiles : UN LIVRE BLANC DE CHASE PAYMENTECH Débroussailler les paiements mobiles : ce que les commerçants canadiens doivent savoir Utilisation de la technologie mobile pour les paiements Depuis quelques mois, on

Plus en détail

Sommaire. Leetchi.com en un clin d oeil P.3. , c est quoi? P.4. Comment ça marche? P.5. Leetchi.com, exemple d utilisation P.6

Sommaire. Leetchi.com en un clin d oeil P.3. , c est quoi? P.4. Comment ça marche? P.5. Leetchi.com, exemple d utilisation P.6 presse Dossier de ommaire Leetchi.com en un clin d oeil P.3, c est quoi? P.4 Comment ça marche? P.5 Leetchi.com, exemple d utilisation P.6 10 bonnes raisons d utiliser Leetchi.com P.7 Leetchi.com, une

Plus en détail

Ne tombez pas dans les pièges tendus par

Ne tombez pas dans les pièges tendus par Ne tombez pas dans les pièges tendus par Ce que vous devez savoir avant de dépenser votre 1 er sur Adwords Guide gratuit offert par le site www.ledroitdereussir.com Introduction Dans un instant vous allez

Plus en détail

Opération carte microdon Paris 2014

Opération carte microdon Paris 2014 Opération carte microdon Paris 2014 Un dispositif innovant de co solidarité entre acteurs d un même territoire. En partenariat avec : Avec le soutien de : Le principe de l opération Les 10 et 11 octobre

Plus en détail

1 er guide PDF. Comment démarrer?

1 er guide PDF. Comment démarrer? 1 er guide PDF Comment démarrer? Bonjour, vous avez décidé de faire carrière dans les Relations Humaines. Et vous avez choisi Kapler Magazine. Bravo, c est le meilleur choix. Voyons maintenant comment

Plus en détail

Les places de Marchés, un formidable relais de croissance ou une pratique à risque pour le ecommerçant?

Les places de Marchés, un formidable relais de croissance ou une pratique à risque pour le ecommerçant? Les places de Marchés, un formidable relais de croissance ou une pratique à risque pour le ecommerçant? 6 rue Joule Tourmaline 1, 33700 Mérignac 05 56 07 12 97 info@ambris.com www.ambris.com Sommaire Présentation

Plus en détail

Le cross-canal au service du tourisme

Le cross-canal au service du tourisme Le cross-canal au service du tourisme Bornes interactives, affichage dynamique, web, applications mobiles, Catherine BOCQUET, Dirigeante de SFI c-bocquet@sfi.fr / 04 77 91 13 13 19 ans d expérience dans

Plus en détail

Lancer et réussir sa campagne de collecte

Lancer et réussir sa campagne de collecte Lancer et réussir sa campagne de collecte Contactez-nous! contact@helloasso.com 06 58 39 99 60 Lancer et réussir votre campagne de collecte Étape 1 : Rédiger votre page de collecte - Présenter votre projet

Plus en détail

Conférence 14 Internet : quelles stratégies pour l'utiliser au mieux?

Conférence 14 Internet : quelles stratégies pour l'utiliser au mieux? Conférence 14 Internet : quelles stratégies pour l'utiliser au mieux? Animateur Jean-Christophe GALEAZZI RCF Intervenants Mathieu LLORENS AT INTERNET Patrick BERNARD MILLESIMA Jean-Paul LIEUX DOLIST Marion

Plus en détail

Médias et francophonie État des lieux

Médias et francophonie État des lieux Médias et francophonie État des lieux Le monde des médias ne change pas. Il a déjà changé! De toutes les industries culturelles, celles des médias est peut-être celle qui connaît les plus grands bouleversements.

Plus en détail

Chapitre 7. Contribuer à l effort de solidarité internationale

Chapitre 7. Contribuer à l effort de solidarité internationale Chapitre 7 Contribuer à l effort de solidarité internationale Chapitre 7 Contribuer à l effort de solidarité internationale L a mondialisation offre aux économies développées des défis et des perspectives

Plus en détail

PARTENARIATS ENTREPRISES

PARTENARIATS ENTREPRISES 1 Le rendez-vous annuel de collecte de fonds de l Institut Pasteur 2 Un événement médiatique national Une opération de lancement : journée portes ouvertes, exposition événementielle à Paris et en régions.

Plus en détail

Sommaire Revue de presse RENTABILITE

Sommaire Revue de presse RENTABILITE Sommaire Revue de presse RENTABILITE Fascicule 1 : 1. Ergonomie, prévention santé 2. Ouvrir un spa, pourquoi pas? les écueils à éviter avant de faire le grand saut 3. Adopter les réflexes des éco-spas,

Plus en détail

PV rédigé par Andoniaina RARIVOARIMANANA et Fabien RABARISON

PV rédigé par Andoniaina RARIVOARIMANANA et Fabien RABARISON P.V. DU COLLOQUIUM DU VENDREDI 12 MAI 2006. Intervenant : M. Mamy RABE PDG de la société MONEY TECH Président du Madagascar-USA Business Council PV rédigé par Andoniaina RARIVOARIMANANA et Fabien RABARISON

Plus en détail

1 er Baromètre DIRECT ASSURANCE des Cyberconsommateurs

1 er Baromètre DIRECT ASSURANCE des Cyberconsommateurs Dossier de Presse Février 2011 1 er Baromètre DIRECT ASSURANCE des Cyberconsommateurs Etude IFOP pour DIRECT ASSURANCE menée du 22 au 30 décembre 2010 auprès d un échantillon national de 1035 Français

Plus en détail

CLUB 2/3 Division jeunesse d Oxfam-Québec 1259, rue Berri, bureau 510 Montréal (Québec) H2L 4C7

CLUB 2/3 Division jeunesse d Oxfam-Québec 1259, rue Berri, bureau 510 Montréal (Québec) H2L 4C7 CLUB 2/3 Division jeunesse d Oxfam-Québec 1259, rue Berri, bureau 510 Montréal (Québec) H2L 4C7 Téléphone : 514 382.7922 Télécopieur : 514 382.3474 Site Internet : www.2tiers.org Courriel : club@2tiers.org

Plus en détail

Les petits frères des Pauvres Daniel Bruneau Directeur de la recherche de fonds et de la communication

Les petits frères des Pauvres Daniel Bruneau Directeur de la recherche de fonds et de la communication Quel chemin parcouru? Les petits frères des Pauvres Daniel Bruneau Directeur de la recherche de fonds et de la communication Plan La collecte dans l histoire de l organisation Le diagnostic du fundraiser

Plus en détail

Legs & Donations PlaquetteMSF.indd 1 15/05/09 16:41

Legs & Donations PlaquetteMSF.indd 1 15/05/09 16:41 Legs & Donations Mot de la Présidente Madame, Monsieur, Je tiens à vous remercier chaleureusement pour l intérêt que vous portez à notre association. Consentir un legs à Médecins Sans Frontières est un

Plus en détail

Brief. Règlement. Concours de l Affiche d Or - 9ème édition

Brief. Règlement. Concours de l Affiche d Or - 9ème édition Concours de l Affiche d Or - 9ème édition Brief & Règlement à lire attentivement Toute affiche ne respectant pas l un des points de ce règlement ne pourra être retenue. Les affiches ne respectant pas l

Plus en détail

Agence pour la création d entreprise

Agence pour la création d entreprise Agence pour la création d entreprise d SYNTHÈSE SE DU PLAN STRATÉGIQUE 2010 2012 Les éléments majeurs du contexte ayant un impact sur l APCE Ces éléments de contexte conditionnent le positionnement et

Plus en détail

TD N 1 : Digramme cas d utilisation. Diagramme de séquences

TD N 1 : Digramme cas d utilisation. Diagramme de séquences TD N 1 : Digramme cas d utilisation & Diagramme de séquences Exercice n 1 : Déterminer les cas d'utilisation d'un distributeur de billets. On considère les scénarios où un client désire retirer de l'argent

Plus en détail

Document d information sur les offres de La Poste et leurs accès aux personnes handicapées intellectuelles

Document d information sur les offres de La Poste et leurs accès aux personnes handicapées intellectuelles Document d information sur les offres de La Poste et leurs accès aux personnes handicapées intellectuelles 1 2 Pourquoi ce document? La Poste souhaite apporter des solutions aux besoins de chaque client.

Plus en détail

La «Venture Philanthropy» est une approche innovante de la philanthropie, qui s inspire des pratiques du «Private Equity» en les adaptant au secteur

La «Venture Philanthropy» est une approche innovante de la philanthropie, qui s inspire des pratiques du «Private Equity» en les adaptant au secteur C R E A T I N G S O C I A L V A L U E B C La «Venture Philanthropy» est une approche innovante de la philanthropie, qui s inspire des pratiques du «Private Equity» en les adaptant au secteur caritatif.

Plus en détail

AgiSSONS ensemble. Soutenons la démarche communautaire pour en finir avec le VIH/sida

AgiSSONS ensemble. Soutenons la démarche communautaire pour en finir avec le VIH/sida AgiSSONS ensemble Soutenons la démarche communautaire pour en finir avec le VIH/sida Le mot de la présidente Chère donatrice, Cher donateur, Tout d abord, merci d avoir choisi de soutenir Coalition PLUS.

Plus en détail

entreprendre et réussir en seine-et-marne

entreprendre et réussir en seine-et-marne entreprendre et réussir en seine-et-marne 3 métiers : informer Etre informé, c est pouvoir agir en connaissance de cause. Alimentée par son réseau de partenaires, l agence recueille toutes les informations

Plus en détail

maternelle à la 2 e année

maternelle à la 2 e année maternelle à la 2 e année Normes et attentes..................... 2 Qu est-ce que l argent?................. 7 Comment obtient-on de l argent?....... 10 En a-t-on réellement besoin?........... 13 Comment

Plus en détail

Où est passé Proudhon?

Où est passé Proudhon? Où est passé Proudhon? d Anne Argouse et Hugues Peyret Une coproduction : Antoine Martin Productions Vie des Hauts Production Images Plus Epinal DVD, 15 Où est passé Proudhon? Un film d Anne Argouse et

Plus en détail

Axel BARTORELLO Animateur numérique a.bartorello@cbeventoux.com 04 90 63 71 89. CBE Pays du Ventoux Comtat Venaissin

Axel BARTORELLO Animateur numérique a.bartorello@cbeventoux.com 04 90 63 71 89. CBE Pays du Ventoux Comtat Venaissin Axel BARTORELLO Animateur numérique a.bartorello@cbeventoux.com 04 90 63 71 89 CBE Pays du Ventoux Comtat Venaissin 1 La définition CROWD = foule FUNDING = Financement = FINANCEMENT PARTICIPATIF Des petits

Plus en détail

Le crowdfunding pour développer ses projets LE GUIDE DE MOBILISATION

Le crowdfunding pour développer ses projets LE GUIDE DE MOBILISATION Le crowdfunding pour développer ses projets LE GUIDE DE MOBILISATION Internet a bouleversé notre quotidien La finance participative au cœur des nouveaux usages de consommation collaborative. Ouverture

Plus en détail

De Particulier à Particulier

De Particulier à Particulier De Particulier à Particulier Mon Aide Immobilière en quelques mots Société de CONSEIL et de COMMUNICATION IMMOBILIERE née en 2013 à Bordeaux. Positionnée sur un marché jusque là inexploité en France, Mon

Plus en détail

Economie autrement quinzaine du Narthex 19-11-2014

Economie autrement quinzaine du Narthex 19-11-2014 Economie autrement quinzaine du Narthex 19-11-2014 2 LE CREDIT COOPERATIF Ø banque à part entière, Ø banque coopérative actrice d une finance patiente, Ø banque engagée, Ø banque de l économie sociale

Plus en détail

La boîte à outils. L administration

La boîte à outils. L administration La boîte à outils L administration Introduction La gestion administrative englobe la lecture, le tri, le traitement et le classement du courrier. Sans oublier la préparation et l exécution des paiements

Plus en détail

Voyage en Chine au mois de Novembre 2013

Voyage en Chine au mois de Novembre 2013 Voyage en Chine au mois de Novembre 2013 Note importante!! : Lors de la remise de vos documents, veuillez vérifier soigneusement les noms, dates de départ etc. S il y a une erreur, veuillez SVP nous en

Plus en détail

Bilan comparatif du marketing au troisième trimestre 2015

Bilan comparatif du marketing au troisième trimestre 2015 SÉRIE TENDANCES/IDÉES Bilan comparatif du marketing au troisième trimestre 2015 Informations cruciales sur les performances du Search, du Social et du Display par terminal Introduction Le troisième trimestre

Plus en détail

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales.

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales. 1 Contribution de Jean Pierre BRARD, député apparenté communiste de Seine Saint Denis, et de Bernard VERA, sénateur communiste de l Essonne, membres du groupe de travail Assemblée nationale Sénat sur la

Plus en détail

Réussir son affiliation

Réussir son affiliation David Sitbon Étienne Naël Réussir son affiliation Comment gagner de l argent avec Internet, 2012 ISBN : 978-2-212-55350-5 1 Comprendre que tout est marketing de rentrer dans le détail, il nous a semblé

Plus en détail

Livret A : la sécurité a un prix

Livret A : la sécurité a un prix 5. Pouvoir d achat - Logement - Épargne Livret A : la sécurité a un prix La sécurité, une préoccupation majeure pour l épargnant français La crise des subprime, révélée à l été 2007, a fait surgir le spectre

Plus en détail

Bourse EXPLORA Sup. Rapport de fin de séjour

Bourse EXPLORA Sup. Rapport de fin de séjour Laura Poulain Etudiante à ESCPE Lyon Année scolaire 2010/2011 Bourse EXPLORA Sup Rapport de fin de séjour Stage d élève ingénieur chez INERGY Automotive Systems Bruxelles-Belgique 1- Vie pratique Logement

Plus en détail

Exemple d utilisation des outils MicroSave-Africa au Brésil

Exemple d utilisation des outils MicroSave-Africa au Brésil Retour au sommaire Exemple d utilisation des outils MicroSave-Africa au Brésil BIM n 05-12 février 2002 Karin BARLET ; Bonnie BRUSKY Nous vous présentions en novembre dernier les outils d étude de marché

Plus en détail

DEMAIN, LA BANQUE SANS PAPIERS!

DEMAIN, LA BANQUE SANS PAPIERS! COMMUNIQUÉ DE PRESSE DEMAIN, LA BANQUE SANS PAPIERS! Le Crédit Agricole Toulouse,ère banque de Haute-Garonne à déployer la signature électronique dans toutes ses agences. LA SIGNATURE ÉLECTRONIQUE Le Crédit

Plus en détail

LE RÉSEAU IMMOBILIER "À DOMICILE"

LE RÉSEAU IMMOBILIER À DOMICILE Dossier de Presse LE RÉSEAU IMMOBILIER "À DOMICILE" NOUVELLE GÉNÉRATION CONTACT PRESSE : Infinités Communication Virginie SENIZERGUES : virginie@infinites.fr Agnès HEUDRON : agnesh@infinites.fr Tél. :

Plus en détail

LE RÉSEAU IMMOBILIER "A DOMICILE"

LE RÉSEAU IMMOBILIER A DOMICILE LE RÉSEAU IMMOBILIER "A DOMICILE" NOUVELLE GÉNÉRATION CONTACT PRESSE : Infinités Communication Virginie SENIZERGUES : virginie@infinites.fr Agnès HEUDRON : agnesh@infinites.fr Tél. : 01 30 80 09 09 Fax

Plus en détail

DISTRIBUTION DIVERSIFIÉE ET RESPONSABLE

DISTRIBUTION DIVERSIFIÉE ET RESPONSABLE BIC sur le green Les produits BIC sont conçus et fabriqués sans rien de superflu. Légèreté, qualité, durée d'utilisation sont les principes qui guident le Groupe depuis... 1950. En 2004, BIC s'engage dans

Plus en détail

Module 1 Module 2 Module 3 10 Module 4 Module 5 Module 6 Module 7 Module 8 Module 9 Module 10 Module 11 Module 12 Module 13 Module 14 Module 15

Module 1 Module 2 Module 3 10 Module 4 Module 5 Module 6 Module 7 Module 8 Module 9 Module 10 Module 11 Module 12 Module 13 Module 14 Module 15 Introduction Aujourd hui, les nouvelles technologies sont de plus en plus présentes et une masse considérable d informations passe par Internet. Alors qu on parle de monde interconnecté, de vieillissement

Plus en détail

CONFERENCE DE PRESSE METZ 16 NOVEMBRE 2010 Paiement de Stationnement par Téléphone Portable

CONFERENCE DE PRESSE METZ 16 NOVEMBRE 2010 Paiement de Stationnement par Téléphone Portable Contact Presse : Nathalie SCHAUBER nschauber@mairie-metz.fr +33(0)6 17 64 21 59 Page 1 sur 9 Pas de monnaie? Pas de problème! Régler son stationnement par téléphone portable La Ville de Metz propose un

Plus en détail

Responsable mécénat/ partenariats entreprises

Responsable mécénat/ partenariats entreprises N 4 - RESPONSABLE MÉCÉNAT/ PARTENARIATS ENTREPRISES RESPONSABLE MÉCÉNAT (DÉNOMINATION DAVANTAGE UTILISÉE DANS LA CULTURE), RESPONSABLE PARTENARIATS ENTREPRISES Le responsable Mécénat/partenariats entreprises

Plus en détail

Le nouveau pavillon Pierre Lassonde au Musée national des beaux-arts du Québec

Le nouveau pavillon Pierre Lassonde au Musée national des beaux-arts du Québec Le nouveau pavillon Pierre Lassonde au Musée national des beaux-arts du Québec pour l art Graph Synergie Proposition de contribution à l intention des membres de la communauté d affaires et des bâtisseurs

Plus en détail

AIDE HUMANITAIRE INTERNATIONALE RAPPORT 2014 RÉSUMÉ

AIDE HUMANITAIRE INTERNATIONALE RAPPORT 2014 RÉSUMÉ Pauvreté AIDE HUMANITAIRE INTERNATIONALE RAPPORT 2014 RÉSUMÉ Ressources nationales Aide humanitaire Sécurité Résilience Secours Information Conflit s des risques Réduction développement Aide au alimentaire

Plus en détail

CAMPAGNES DE RÉCUPÉRATION DE L ÉCONOMIE SOCIALE PAR L ÉCONOMIE «CLASSIQUE»?

CAMPAGNES DE RÉCUPÉRATION DE L ÉCONOMIE SOCIALE PAR L ÉCONOMIE «CLASSIQUE»? CAMPAGNES DE RÉCUPÉRATION DE L ÉCONOMIE SOCIALE PAR L ÉCONOMIE «CLASSIQUE»? analyse Octobre 2009 Ariane Dewandre Chargée de projets, SAW-B Les partenariats entre acteurs de l économie sociale et ceux de

Plus en détail

IUT de Cergy-Pontoise. Economie Semestre 1. Thème de TD n 1 : Les principes

IUT de Cergy-Pontoise. Economie Semestre 1. Thème de TD n 1 : Les principes IUT de Cergy-Pontoise Année universitaire 2013-2014 Economie Semestre 1 Jean-Baptiste Fleury Thème de TD n 1 : Les principes A. Coûts d opportunité Exercice 1 * Pour chaque situation, calculez le coût

Plus en détail

Cartes de crédit. Cembra MasterCard Gold Cembra MasterCard Premium Bienvenue

Cartes de crédit. Cembra MasterCard Gold Cembra MasterCard Premium Bienvenue Cartes de crédit Cembra MasterCard Gold Cembra MasterCard Premium Bienvenue Votre Cembra MasterCard personnelle Nous sommes ravis de constater que vous avez opté pour la Cembra MasterCard. Vous pouvez

Plus en détail