PARTIE II LE RETOUR DU CONTRAT LE RENOUVEAU DE LA PRÉVOYANCE COMPLÉMENTAIRE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PARTIE II LE RETOUR DU CONTRAT LE RENOUVEAU DE LA PRÉVOYANCE COMPLÉMENTAIRE"

Transcription

1 PARTIE II LE RETOUR DU CONTRAT LE RENOUVEAU DE LA PRÉVOYANCE COMPLÉMENTAIRE 1. La période contemporaine voit la primauté de la loi dans sa capacité à organiser un vaste système de solidarité fondée sur l assurance obligatoire garantissant un droit à la protection sociale. Cependant, ce mouvement ne semble pas imprégner l ensemble de cette période. En effet, on constate que depuis un certain nombre d années, et plus précisément depuis les années 60, le contrat 1, c est à dire la technique contractuelle ou encore la prévoyance complémentaire, fait un retour dans le paysage français de la protection sociale. Le terme de «retour» ne signifie pas que le contrat avait disparu mais qu il trouve depuis un certain nombre d années un rayonnement réel comme ce fut le cas au XIX è siècle. En effet, pendant longtemps du fait que d une part, la Sécurité sociale garantissait une protection de haut niveau et, d autre part, que les pouvoirs publics ne prêtaient pas d attention particulière au contrat comme instrument de garantie des risques sociaux celui-ci était cantonné à une place secondaire. Cependant, il s agit bien d un retour. Ce retour trouve une explication à travers deux logiques qui se sont développées, non pas à une date déterminée, mais par à-coups à partir des années 60 dans certaines décisions qui s additionnant donnent naissance à une tendance qui trouve une continuité jusqu à aujourd hui. Une première logique se caractérise par la remise en cause de la primauté de la loi comme instrument permettant de garantir un véritable droit à la protection sociale à travers l assurance sociale obligatoire. On constate, dans ce sens, qu au cours de cette seconde période, et même avant, une partie de la doctrine n hésite pas à critiquer les dispositions sociales du préambule de la Constitution de Par exemple, Georges RIPERT écrit : «Le préambule de la constitution de 1946 fait un droit social du droit à une vie heureuse En plaçant les hommes devant cette image idéale, on donne à la réclamation des droits sociaux un objet infini. On veut obtenir du législateur les mesures propres à assurer à chaque homme une vie heureuse. Chacun 1 Le contrat est entendu dans son sens le plus large : il s agit de la prévoyance libre mais également de la prévoyance obligatoire lorsque la détermination du contenu est laissée à la discrétion des partenaires sociaux (exemples : les régimes AGIRC et ARRCO). 9

2 a le droit de réclamer la mesure légale qui la lui assurera» 2. De même, faisant référence au préambule de 1946, Georges BURDEAU, Francis HAMON et Michel TROPER soulignent que «La philosophie sociale est exposée de façon concise dans le préambule» 3. Jean GICQUEL met en évidence «[qu ]à l époque contemporaine, il faut bien constater, qu un certain nombre d idéologies se sont attachées à valoriser la société au détriment de l homme et à nier toute importance de l individu» 4. Au cours de cette seconde période on assiste à une critique du rôle de l État. «L État libéral» est un «mal nécessaire» 5 font remarquer Dominique TURPIN et Jean-Pierre MASSIAS. A côté du développement de cette doctrine juridique tendant à redéfinir le rôle de l État on observe que les travaux de certains économistes vont également dans ce sens. Ainsi, par exemple, HAYEK écrit que «L État possède un domaine d activité vaste et incontestable : créer les conditions dans lesquelles la concurrence sera la plus efficace possible» 6. Pour lui 7 la «politique de la liberté» est «un principe suprême» et reste «valable aujourd hui comme au XIX e siècle». Il considère que «Le commerce est plus ancien que l État» 8 et rejette l expression de «justice sociale». C est ainsi qu il écrit : «le terme justice sociale est un vocable vide de sens ou de contenu Je suis devenu exagérément allergique à la formule ; j en suis arrivé à sentir très vivement que le plus grand service dont je sois encore capable envers mes contemporains serait de faire de ceux d entre eux qui parlent ou écrivent éprouvent désormais une honte insurmontable à se servir encore des termes de justice sociale» 9. Ce rôle réduit de l État s exprime également à travers Walter LIPPMANN pour qui «Dans une société libre, l État n administre pas les affaires des hommes. Il administre la justice parmi les hommes qui conduisent leurs propres affaires» 10. Certains 11 militent même pour une société sans État. On observe également que différents ouvrages optent pour 2 Georges RIPERT, Les forces créatrices du droit, LGDJ, 1955, PP Faisant référence à la question de la protection sociale il souligne également que «Vivre dans la sécurité ne saurait constituer le bonheur : il faut encore que la vie puisse se poursuivre dans des conditions matérielles qui permettent la jouissance des biens de ce monde. Une morale prêchant le désintéressement et la résignation désarme les revendications. Il est nécessaire de les alimenter par la perspective des avantages que peut assurer l essor de la civilisation matérielle» (Georges RIPERT, Les forces créatrices du droit, LGDJ, 1955, P. 299). 3 Georges BURDEAU, Francis HAMON, Michel TROPER, Droit constitutionnel, LGDJ, 1999, P Jean GICQUEL, Droit constitutionnel et institutions politiques, Montchrestien, 2001, P Dominique TURPIN et Jean-Pierre MASSIAS, Droit constitutionnel, PUF, 1994, P Friedrich A. HAYEK, La route de la servitude, PUF, 1985, P ibid., P Friedrich A. HAYEK, La presemption fatale. Les erreurs du socialisme, Ed. Libre échange, 1988, P Friedrich A. HAYEK, Droit, législation et liberté, 2. Le mirage de la justice sociale, PUF, 1986, PP Walter LIPPMANN, An Inquiry into the Principles of a Good Society, Boston, 1937, P David FRIEDMAN, Vers une société sans Etat, Ed. Les belles lettres, 1992, 397 P. 10

3 une rédéfinition du rôle de l État. Ainsi, Guy SOMAN 12 milite pour un État minimum. Ce nouveau rôle attribué à l État contribue alors à la remise en cause de la loi comme instrument de garantie d un droit à la protection sociale. Cette remise en cause s exprime alors sous deux formes. Une première forme consiste à réduire le rôle de la Sécurité sociale. A ce titre, on voit se développer tout un discours sur celle-ci et notamment l idée selon laquelle la Sécurité sociale constitue une charge pour l économie. Ainsi, lors des discussions du projet de loi relatif à la ratification des ordonnances de 1967 il est déclaré que «les entreprises françaises sont défavorisées par rapport à leurs concurrentes étrangères qui n ont pas à supporter les mêmes charges» 13. De même, en 1971, lors des débats 14 parlementaires relatifs à la loi du 31 décembre 1971 portant amélioration des pensions de vieillesse du régime général il est mis en évidence que «la concurrence internationale, l ouverture sur le monde et les mutations rapides, exigent prudence et hardiesse : prudence pour préserver le progrès économique sans lequel il n est pas de progrès social». Les organisations patronales font part également de leurs inquiétudes face à l évolution des dépenses de Sécurité sociale et les conséquences pesant sur la compétitivité des entreprises françaises. C est ainsi que Yvon CHOTARD 15, alors président de la commission 12 Guy SORMAN, L Etat minimum, Albin Michel, 1985, P Roger RIBADEAU DUMAS, JO., Déb. Parl., A.N., 1 re séance du 22 juillet 1968, P M. Henri de GASTINES, JO., Déb. Parl., A.N., 2 ème séance du 1 er décembre 1971, P Yvon CHOTARD, président de la Commission sociale du C.N.P.F, «La protection sociale et l entreprise orientation pour l avenir», Dr. soc. 1979, P Il souligne également que «La France est le pays où la part [financement de la sécurité sociale] des entreprises est la plus importante (avec l Italie), soit 48,7 % ; Quant à la part de l État, elle est la plus faible des 9 pays et largement inférieure à la moyenne européenne. Au regard de nos principaux concurrents, notons que les entreprises Allemandes fournissent 34,6 % des ressources, les entreprises Belges 43 %, les entreprises du Royaume-Uni 26 %, les entreprises du Luxembourg 26 %, les entreprises Hollandaises 28 %. Cette situation est préoccupante sur le plan de la compétitivité de nos produits puisqu il s agit en réalité de la structure même de notre appareil productif» ; «La protection sociale a pris, dans notre système économique et notre société toute entière, une place importante Elle a abouti à faire de la Sécurité sociale, un moyen dynamique du système de protection sociale, une structure monstrueuse dont le poids a sans doute dépassé le seuil du tolérable» ; «Notre système de protection sociale est toujours aussi anonyme, irresponsable Son défaut le plus apparent est sans doute son obscurité Il pénalise l entreprise française en nuisant à sa compétitivité, il compromet le redressement économique de notre pays. La véritable solidarité ne peut pas résulter de transferts sociaux mal contrôlés mais d un effort de la nation toute entière Le financement droit être cohérent avec les objectifs de la politique économique globale qui sont aujourd hui la lutte contre l inflation et le redressement des entreprises» ; les dépenses de santé «progressent en moyenne depuis 1950 à un rythme annuel de 7,7 % en francs constant!» ; La pratique de certains sports, la circulation routière, l absence d hygiène alimentaire, l usage excessif du tabac sont des facteurs d accidents ou de morbidité et donc de dépenses. La couverture de tels risques doit-elle être couverte par le recours à la solidarité nationale ou les cotisations des entreprises? Dans ce secteur au moins, la responsabilité des individus devrait être première». Il déclarera en 1983 à l assemblée générale du CNPF «1983 sera l année de la lutte contre les contraintes introduites dans la législation 11

4 Sociale du C.N.P.F, met en évidence dans son rapport présenté à l Assemblée générale du C.N.P.F du 10 janvier 1979, le poids de la Sécurité sociale à travers diverses formules dont notamment : «on constate avec stupeur que la masse des prestations sociales a progressé du 1 er juillet 1977 au 1 er juillet 1978 de 26 %». La remise en cause de la primauté de la loi s exprime également à travers la consolidation du rôle de l assistance. On voit ainsi une redéfinition du rôle de l État tel que défini, notamment, par HAYEK mais également par des institutions internationales comme la Banque Mondiale 16. En outre, la doctrine tend à militer pour le développement de ce mécanisme de protection. Ainsi, par exemple, Patrice GIRON 17 faisant référence à la question des retraites souligne que les retraites par répartition devraient avoir comme but d octroyer «un minimum garanti». On assiste alors à une paupérisation de l État et ainsi la réduction de sa capacité à garantir aux individus un droit à une protection sociale de haut niveau (TITRE 1). A côté d une logique consistant à remettre en cause la primauté de la loi à travers la réduction du rôle de la Sécurité sociale à garantir un droit à la protection sociale et la promotion de l assistance le retour du contrat trouve également une explication dans le fait que les pouvoirs publics et plus précisément le législateur met en place les conditions nécessaires 18 au rayonnement des protections contractuelles à travers diverses politiques d activation. La logique du contrat, c est à au cours des Trente Glorieuses, l année dans la lutte pour la flexibilité» (cité par Marie-Thérèse JOIN-LAMBERT, Politiques sociales, Fondation des sciences politiques, Paris, 1994). 16 Banque Mondiale, Averting the Old age Crisis. Policies Protect the Old and Promote Growth, Oxford University Press, New York, 1994, 402 P. 17 Patrice GIRON, Protection sociale complémentaire par capitalisation : droit et fiscalité, Thèse, LGDJ 1993, P. 246 et suiv. 18 L idée qui tend à dominer au sein de la doctrine sur cette question est que le développement de la protection sociale complémentaire trouverait un fondement dans les limites de la Sécurité sociale. C est ainsi que Xavier PRÉTOT souligne que «les insuffisances ou les carences de la couverture obligatoire ayant incité nombre d assurés sociaux à rechercher, à titre individuel ou dans un cadre collectif notamment professionnel, des compléments de protection, en particulier auprès des assurances, des mutuelles ou encore des organismes de prévoyance» (Xavier PRÉTOT, «La modification du régime de la protection sociale complémentaire» D. Actualité législative, 1997, P. 155). Dans le même sens, Jean-Jacques DUPEYROUX explique également le développement de la protection complémentaire en mettant l accent sur «les vides laissés par les lacunes ou les insuffisances des régimes légaux» (Jean-Jacques DUPEYROUX, Rolande RUELLAN, Droit de la sécurité sociale, Dalloz, 1998, P. 326). Francis KESSLER fait observer que «Les insuffisances du régime général ont nourri le développement du complémentaire : la multiplication des participations des assurés en assurance maladie, la faiblesse du montant des prestations servies pour certains risques comme le décès ou l invalidité ont conduit à la mise en place de nombreuses garanties collectives pour les salariés» (Francis KESSLER, Droit de la protection sociale, Dalloz, 2000, P. 402). Une telle analyse qui semble dominer la réflexion tend à occulter l idée ou du moins à ne pas mettre l accent sur le fait que le développement de la protection sociale trouve un fondement direct dans le recul de la Sécurité sociale comme instrument de protection. 12

5 dire la prévoyance complémentaire, qui soulève un certain nombre d interrogations quant à sa capacité à garantir un véritable droit à la protection sociale, revêt alors deux formes. Une première forme s exprime à travers la prévoyance individuelle alors qu une seconde donne une place prédominante à l entreprise 19 qui devient alors un lieu permettant de garantir l individu contre les différents risques sociaux (TITRE 2). 19 On passerait alors pour une certaine partie de la doctrine de l État providence à «l entreprise providence» (discussion avec le Professeur Robert CHARVIN). 13

6

7 TITRE 1 LA REMISE EN CAUSE DE LA PRIMAUTÉ DE LA LOI 2. C est à travers l organisation d un vaste système de solidarité fondé sur l obligation d assurance et offrant de larges prestations que la loi tend à garantir toute la portée du droit à la protection sociale pour tout individu. La Sécurité sociale et ainsi la primauté de la loi dans sa capacité à organiser la garantie d un tel droit écarte alors ou réduit considérablement le recours au contrat, aux protections contractuelles mais également à l assistance légale qui fondée également sur la solidarité présente néanmoins de multiples inconvénients. Cependant, depuis un certain nombre d années déjà et plus précisément depuis les années 60, les interventions ponctuelles mais continues des pouvoirs publics réduisent la capacité de la loi à garantir un véritable droit à la protection sociale. En effet, on observe d une part, la réduction du rôle de la Sécurité sociale (Chapitre 1) et de l autre, une irrésistible ascension et consolidation du droit de l assistance (Chapitre 2). 15

8

9 CHAPITRE 1 La réduction de la place de la Sécurité sociale 3. Gilles HUTEAU, dans son ouvrage intitulé Sécurité sociale et Politiques sociales considère 20 que «Même si les modalités de mise en œuvre, de gestion de ces principes peuvent donner lieu à débat, selon les sensibilités, il faut souligner qu aucune force politique n affiche comme objectif la remise en cause de ce concept de sécurité sociale». Cette approche laisserait penser que la Sécurité sociale bénéficie d une protection particulière et reste ainsi insensible aux gouvernements et politiques qui se succèdent. Cette approche doit être quelque peu relativisée dans la mesure où, bien au contraire, la Sécurité sociale ne cesse depuis un certain nombre d années, et plus précisément depuis 21 les années 60, de faire 20 Gilles HUTEAU, Sécurité sociale et politiques sociales, Armand Colin, 2001, Préface. 21 On remarque que bien avant les années 60 une partie de la doctrine juridique est critique vis à vis de la Sécurité sociale. C est ainsi que dés 1949, par exemple, Georges RIPERT écrit : «Le meilleur moyen de la vaincre [la liberté] est pour l État de se constituer débiteur et non créancier. Pour se donner le droit d intervention, il se crée des devoirs. Il lui est facile d en déterminer l étendue. Il profite de cette détermination pour régir les droits de ses créanciers éventuels. Dans le préambule de la Constitution de 1946, les devoirs de l État ont été affirmés : la Nation assure à l individu et à la famille les conditions nécessaires à leur développement. Elle garantit à tous, notamment à l enfant, à la mère et aux vieux travailleurs la protection de la santé, la sécurité matérielle, le repos et les loisirs. Et encore : La Nation garantit l égal accès de l enfant et de l adulte à l instruction, à la formation professionnelle et à la culture. De telles obligations dépassent les facultés de celui qui s oblige. L État ne pourra pas donner à tous la sécurité, le repos, la culture. Mais on ne peut plus s étonner, s il les a promis, qu il surveille la conduite des hommes. Nous sommes dans la situation de ces enfants réprimandés et violentés par une mère impérieuse qui les accable de ses ordres en leur disant : c est pour ton bien L homme n accepte pas aussi facilement que l État lui dicte sa conduite et l atteinte à la liberté lui est presque toujours odieuse. Il a bien fallu pourtant qu il subisse la servitude. L État est intervenu pour le protéger. Cette protection ne peut être organisée qu avec le concours des intéressés. Le service de la sécurité sociale, après de modestes débuts, a fini par prendre en charge tous les risques, la maladie, la vieillesse, l accident du travail, le chômage. Il a éliminé les organisations privées. Il attire dans ses filets, après les travailleurs, les fonctionnaires, les salariés agricoles, les étudiants. Il exige de ses adhérents une affiliation, des cotisations, des déclarations pour chaque événement. On ne parle plus des risques du travail mais de risques humains. L organisation professionnelle a fait place à une organisation étatique unitaire. Cela s est traduit par la création de caisses primaires, régionales, nationales, par une bureaucratie coûteuse, par des mesures de contrôle. Tout homme, devenu assuré social, rejetant sur la collectivité tous les risques qui le frappe, est à la fois soumis pour être protégé et irrité d une soumission qui l oblige à des formalités 17

10 incessantes» (Gorges RIPERT, Le déclin du droit, études sur la législation contemporaine, LGDJ, 1949, PP ). En 1955 dans son ouvrage portant sur Les forces créatrices du droit on constate qu il voit dans la Sécurité sociale «une administration nécessitant un personnel nombreux et des dépenses considérables» et il ajoute que «Le fonctionnement de la Sécurité sociale se traduit par une lourde charge qui pèse tout d abord sur les employeurs, mais ensuite par l élévation des prix sur la nation toute entière». Il souligne qu avec la Sécurité sociale «Tout homme est devenu créancier de la société et ne manque pas de réclamer âprement son droit. Il n est plus question de fraternité et d assistance. La législation dite sociale est arrivée à créer une quantité innombrable de créances individuelles contre un seul débiteur». Parlant de la Sécurité sociale il précise que «dans un lourd appareil administratif, l abus et la fraude se glissent. Et surtout, chaque homme, considérant qu il a un droit à l assistance, essaie de tirer le plus grand profit de l exercice de ce droit. Par une singulière contradiction le droit social est utilisé contre la société au profit du créancier le plus habile et le moins scrupuleux» (Georges RIPERT, Les forces créatrices du droit, LGDJ, 1955, PP ). Différents rapports voient le jour mettant en avant les problèmes que soulève la Sécurité sociale tout en préconisant des solutions. En 1963, par exemple, une commission présidée par M. DOBLER met en évidence l évolution croissante de la charge globale des régimes de Sécurité sociale à l horizon En 1964, le Conseil économique et social a présenté le 26 juin 1964 un avis ainsi qu un rapport sous le titre «Evolution des prestations sociales et financement de la Sécurité sociale». Ces travaux furent commandés par le gouvernement afin d avoir une vision la plus clair possible des dépenses de Sécurité sociale. En 1964, la commission FRIEDEL créée par le décret du 17 avril 1964 préconise qu en cas de déficit des régimes de Sécurité sociale on diminue la part des remboursements. En 1965, prenant acte du constat de 1963 par la commission DOBLER un rapport de la commission des prestations sociales du Cinquième Plan de développement économique et social propose différentes mesures dont une moindre générosité de la Sécurité sociale. Le 23 mars 1966 la commission des Prestations sociale a rendue un rapport mettant l accent sur la nécessité de freiner les dépenses de Sécurité sociale en réduisant par exemple la durée des séjours dans les établissements hospitaliers (Les conclusions de la commission des prestations sociales, Questions de Sécurité sociale, n 7-8, juillet-août 1966, P. 168). Les critiques en direction de la Sécurité sociale viennent également du monde de l entreprise comme en témoigne la proposition du patronat du 1 er juillet 1965 intitulée «La Sécurité sociale et son avenir» (CNPF, juillet 1965). Ce texte met en évidence l impacte des charges sociales sur la compétitivité des entreprises françaises et milite pour une réduction de la place de la Sécurité sociale (Droit social, n 1, janvier 1968, P. 130). De même, en 1979, dans son rapport présenté à l assemblée générale du CNPF le 10 janvier 1979 Yvon CHOTARD, président de la commission sociale du CNPF, reprenait les idées de Il proposait, par exemple, de relever le ticket modérateur en matière de dépenses pharmaceutiques (Yvon CHO- TARD, «La protection sociale et l entreprise : orientation pour l avenir», Droit social, n 5, mai 1979, P. 1981). A partir des années 60 émerge aussi l idée, comme en attestent les travaux parlementaires, selon laquelle afin de sauver le système des réformes de rigueur doivent s imposer. C est ainsi qu en 1968 Henri BUOT déclare : «Vous nous demandez aujourd hui, monsieur le ministre, de nous prononcer par un vote sur les ordonnances concernant la réorganisation administrative et financière de la sécurité sociale, qui ont été nécessitées par un déficit croissant et insupportable à court terme. Répondre non serait, à coup sur, créer une solution de continuité confuse avec ses risques de faillite pour l institution que chacun d entre nous veut sauver» (Monsieur Henri BUOT, JO., Déb. Parl., A.N., 2 ème séance du 22 juillet 1968, P. 2425). Les problèmes soulevaient par la Sécurité sociale émergent dans le débat public à partir des années 18

11 l objet de critiques multiples. La Sécurité sociale apparaît alors à l origine de certains maux. Celle-ci, de par son financement contribuerait à réduire 22 les revenus des individus. Elle apparaît comme un système «qui est inéluctablement gangrené» 23. L idée selon laquelle les progrès sociaux ne peuvent exister sans progrès économiques se développe. Lors des débats parlementaires 24, en 1981, concernant la loi d habilitation autorisant le gouvernement à prendre des mesures par ordonnances concernant notamment l abaissement de l âge de la retraite il est déclaré ainsi, dans ce sens, que «Les progrès sociaux durables ne peuvent qu être la conséquence d un progrès économique». Se développe l idée selon laquelle la Sécurité sociale est une charge pour l économie dans le sens où elle participe à la perte de compétitivité des entreprises françaises en alourdissant le coût du travail. En 1975 lors des travaux parlementaires relatifs au projet de loi concernant la généralisation de la Sécurité sociale Emmanuel HAMEL déclare que «La France est, de tous les pays d Europe occidentale, celui qui, globalement supporte les charges sociales les plus lourdes ( ). Or nous vivons dans une économie affrontée à la concurrence internationale. Le tiers des ouvriers Français travaille pour l exportation. Il est donc impossible actuellement, sans aggraver les conditions de l emploi, d accroître les charges de nos entreprises dans des proportions plus fortes que celles supportées par les entreprises étrangères» 25. Divers rapports appuient cette idée. En 1997 deux rapports 26 sur la compétitivité des pays dans le monde paraissent. Un du World Economic Forum et l autre de l Institut du Management de Lausane. Ces rapports classent les différents États en fonction de leur compétitivité et mettent en avant que l Europe paie en terme de compétitivité son coûteux système de protection sociale en soulignant que «La crise chronique de la compétitivité de l Union européenne dérive de sa politique budgétaire et de ses politiques du marché du travail». Se diffuse l idée selon laquelle que c est au nom de la sauvegarde de la Sécurité sociale qu il faut aujourd hui prendre certaines décisions tendant à réduire sa portée. C est ainsi que Bruno PA- LIER 27 préconise, afin de «sauver la sécurité sociale», de «maîtriser l évolution des dépenses sociales». Cette approche correspond à celle du MEDEF puisque, 60 à travers la presse. Il en est ainsi de la question du déficit (Voir : Le Monde du 5 juillet 1967, P. 15 ; Le Monde du 6 juillet 1967, P. 20 ; Le Monde du 13 juillet 1967, P. 18 ; Le Monde du 1 er août 1967, P. 5). 22 Guy SORMAN, L Etat minimum, Albin Michel, 1985, P idem. 24 M.Alain MADELIN, JO., Déb. Parl., A.N., 2 ème séance du 8 décembre 1981, P M. Emmanuel HAMEL, JO., Déb. Parl., A.N., 1 re séance du 29 avril 1975, P En 1985, Jean-Pierre FOURCADE déclare : «considérer que les entreprises françaises sont les vaches à lait sur lesquelles on peut compter sans arrêt pour financer toute une série de congés de formation me paraît aujourd hui, compte tenu des résultats obtenus par l économie française dans la compétition internationale, une tentation à laquelle il faut renoncer» (M Jean-Pierre FOURCADE, JO., Déb. Parl., Sénat, séance du 19 juin 1985, PP ). 26 Les Echos du mercredi 21 mai 1997, P Bruno PALIER, Gouverner la sécurité sociale, PUF, 2002, 466 P. 19

Le financement des soins de santé en France

Le financement des soins de santé en France Le financement des soins de santé en France Présenté par Hans-Martin Späth Maître de Conférences en Economie de la Santé Département pharmaceutique de Santé Publique Plan La protection sociale en France

Plus en détail

Le financement de la Protection sociale Quelles solutions pour sortir du déficit?

Le financement de la Protection sociale Quelles solutions pour sortir du déficit? Le financement de la Protection sociale Quelles solutions pour sortir du déficit? 1 Coût du travail ou coût du capital? Vidéo 2 La politique menée depuis plus de 20 ans de pressions sur les dépenses, combinée

Plus en détail

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE Août 2003 80, rue Paradis 13006 Marseille 04 91 33 39 86 : 04 91 54 15 09 v.c.m@wanadoo.fr CONTEXTE DU DEBAT En premier lieu, il faut procéder à un certain nombres de rappels

Plus en détail

Sommaire. Introduction...13. Chapitre 1 - L organisation du régime général de la Sécurité sociale...21

Sommaire. Introduction...13. Chapitre 1 - L organisation du régime général de la Sécurité sociale...21 Sommaire Introduction...13 Qu est-ce que le droit à la protection sociale?...13 Qu est-ce que le risque social?...14 Comment la Sécurité sociale est-elle née?...14 Quels sont les différents modèles de

Plus en détail

Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication

Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication Alors que les concertations sur la réforme des retraites sont actuellement en cours, l Assurance retraite, premier

Plus en détail

PROFESSIONNELS INDEPENDANTS OPTIMISER LA PROTECTION DU CHEF D ENTREPRISE. Santé Prévoyance & Retraite

PROFESSIONNELS INDEPENDANTS OPTIMISER LA PROTECTION DU CHEF D ENTREPRISE. Santé Prévoyance & Retraite PRÉVOYANCE - RETRAITE PROFESSIONNELS INDEPENDANTS OPTIMISER LA PROTECTION DU CHEF D ENTREPRISE Santé Prévoyance & Retraite Matinale de l entrepreneur CCI 11 JUIN 2013 LE REGIME SOCIAL DES INDEPENDANTS

Plus en détail

Conférence Débat AFTA. Conférence

Conférence Débat AFTA. Conférence Conférence Conférence Débat AFTA PRÉVOYANCE SANTÉ DES SALARIES DES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF Vos interlocuteurs : Alexandra REPIQUET Jean-Philippe FERRANDIS : 01 49 64 45 15 : 01 49 64 12 88 : 01 49

Plus en détail

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires:

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: - A quelles conditions une convention de forfait en jours annuels est elle valable? - Les manquements de

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC Ministère de l'emploi et de la Formation Professionnelle

ROYAUME DU MAROC Ministère de l'emploi et de la Formation Professionnelle ROYAUME DU MAROC Ministère de l'emploi et de la Formation Professionnelle COUVERTURE SOCIALE AU MAROC COUVERTURE SOCIALE AU MAROC - Régime de sécurité sociale; - Régime du RCAR; - Code de la couverture

Plus en détail

Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi

Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi SYNTHESE D EXPERTS Juillet 2013 SOMMAIRE 1 Généralisation de la couverture complémentaire santé...

Plus en détail

Santé publique - Protection sociale -

Santé publique - Protection sociale - 26-1-05 1 Santé publique - Protection sociale - Système très complexe qui couvre : - des risques déterminés - des catégories particulières de population Protection sociale SS protection de base obligatoire

Plus en détail

Les défis du deuxième pilier pour les salariés

Les défis du deuxième pilier pour les salariés Jean-Michel Kupper Administrateur Directeur AG Employee Benefits & HC Les défis du deuxième pilier pour les salariés 1 29/04/2015 Ordre du jour Les défis de la pension légale Les défis du deuxième pilier

Plus en détail

Qu est-ce que le droit à la protection sociale?

Qu est-ce que le droit à la protection sociale? Introduction Qu est-ce que le droit à la protection sociale? Le droit de la protection sociale est constitué de l ensemble des règles juridiques destinées à protéger les personnes contre la survenance

Plus en détail

LOIS. Article 1 er. Article 2. Article 3. Article 4. Article 5. 20 octobre 2009 JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Texte 1 sur 125

LOIS. Article 1 er. Article 2. Article 3. Article 4. Article 5. 20 octobre 2009 JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Texte 1 sur 125 LOIS LOI n o 2009-1255 du 19 octobre 2009 tendant à favoriser l accès au crédit des petites et moyennes entreprises et à améliorer le fonctionnement des marchés financiers (1) NOR : ECEX0906406L L Assemblée

Plus en détail

JE SUIS SOCIALE MA PROTECTION EST-ELLE MENACÉE? UN AGENT PUBLIC

JE SUIS SOCIALE MA PROTECTION EST-ELLE MENACÉE? UN AGENT PUBLIC JE SUIS UN AGENT PUBLIC MA PROTECTION SOCIALE EST-ELLE MENACÉE? AGENTS PUBLICS, NOTRE PROTECTION SOCIALE EST-ELLE MENACÉE? DEVRA-T-ON SE RÉSIGNER À TOUJOURS MOINS DE SOINS? Dépassements d honoraires, franchises,

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2013-348 QPC du 11 octobre 2013. Mme Henriette B.

Commentaire. Décision n 2013-348 QPC du 11 octobre 2013. Mme Henriette B. Commentaire Décision n 2013-348 QPC du 11 octobre 2013 Mme Henriette B. (Répartition de la pension de réversion entre ayants cause de lits différents) Le Conseil d État a renvoyé au Conseil constitutionnel

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE POINT DE PRESSE

DOSSIER DE PRESSE POINT DE PRESSE REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix Travail Patrie MINISTERE DU TRAVAIL ET DE LA SECURITE SOCIALE SECRATARIAT GENERAL CELLULE DE COMMUNICATION REPUBLIC OF CAMEROON Peace Work Fatherland MINISTRY OF LABOUR AND

Plus en détail

II. L égalité face à la protection sociale 1. Qu est-ce qu un assuré social?

II. L égalité face à la protection sociale 1. Qu est-ce qu un assuré social? II. L égalité face à la protection sociale 1. Qu est-ce qu un assuré social? 1. Doc. 1 : Qu arrive-t-il à Bastien? Doc. 1. Bastien confronté à l assurance maladie II. L égalité face à la protection sociale

Plus en détail

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Toute personne accède à une activité professionnelle en devenant salarié, fonctionnaire ou travailleur indépendant. Chacun de ces trois régimes juridiques

Plus en détail

Les retraites dans le secteur privé,

Les retraites dans le secteur privé, 14-19 ACTUALITES 2/12/10 16:58 Page 14 Les retraites dans ING le secteur privé, ce qui va vraiment changer Le Conseil d orientation des retraites a prédit un déficit abyssal de l ensemble des régimes de

Plus en détail

Table des matières TITRE PRÉLIMINAIRE... 17 CHAPITRE 1 LE CADRE COMMUNAUTAIRE D INTERVENTION DES ENTREPRISES D ASSURANCE-VIE LUXEMBOURGEOISES...

Table des matières TITRE PRÉLIMINAIRE... 17 CHAPITRE 1 LE CADRE COMMUNAUTAIRE D INTERVENTION DES ENTREPRISES D ASSURANCE-VIE LUXEMBOURGEOISES... DBL6018.book Page 265 Lundi, 3. avril 2006 11:06 11 Table des matières PRÉFACE... 5 SOMMAIRE... 7 GÉNÉRALITÉS... 9 INTRODUCTION... 11 TITRE PRÉLIMINAIRE... 17 LE CADRE COMMUNAUTAIRE D INTERVENTION DES

Plus en détail

Obs. : Assurance vie et irrévocabilité de l option pour le prélèvement libératoire

Obs. : Assurance vie et irrévocabilité de l option pour le prélèvement libératoire CE, 24 octobre 2014, n 366962 Assurance vie - Rachat -Prélèvement libératoire - Option - Irrévocabilité (oui) - Après l encaissement des revenus (non) Obs. : Assurance vie et irrévocabilité de l option

Plus en détail

Retraite des libéraux : 2015 l année de tous les changements

Retraite des libéraux : 2015 l année de tous les changements Décembre 2014 Retraite des libéraux : 2015 l année de tous les changements En cette fin d année 2014, le dossier des retraites demeure plus que jamais sur le devant de la scène, en particulier pour les

Plus en détail

- 41 - TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi. Proposition de loi tendant à réformer le système de sécurité sociale des étudiants

- 41 - TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi. Proposition de loi tendant à réformer le système de sécurité sociale des étudiants - 41 - TABLEAU COMPARATIF Proposition de loi tendant à réformer le système de sécurité sociale des étudiants Proposition de loi tendant à réformer le système de sécurité sociale des étudiants Code de la

Plus en détail

Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public

Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public Le Conseil de la concurrence (commission

Plus en détail

LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL, Vu l ordonnance n 58-1067 du 7 novembre 1958 modifiée portant loi organique sur le Conseil constitutionnel ;

LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL, Vu l ordonnance n 58-1067 du 7 novembre 1958 modifiée portant loi organique sur le Conseil constitutionnel ; Décision n 2015-495 QPC du 20 octobre 2015 (Caisse autonome de retraite des médecins de France et autres) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 20 juillet 2015 par le Conseil d État (décision n 372907

Plus en détail

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique Notions générales INTRODUCTION L assurance fait partie de notre quotidien. Technique de protection contre les aléas de la vie (incendie, vol, dégât des eaux...) elle répond à un besoin viscéral de sécurité.

Plus en détail

PRÉSENTATION DU SYSTÈME DES MARCHÉS PUBLICS DU MAROC

PRÉSENTATION DU SYSTÈME DES MARCHÉS PUBLICS DU MAROC Washington, le 14 Octobre 2008 PRÉSENTATION DU SYSTÈME DES MARCHÉS PUBLICS DU MAROC M. ABDELAZIZ EL HADDAD Chef de Division de l Arbitrage à la TGR 1 Rabat le: 22 avril 2009 1/ 17 Sommaire Introduction

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1422780L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT. I- Situation de référence et objectifs de l Avenant

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1422780L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT. I- Situation de référence et objectifs de l Avenant RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et du développement international PROJET DE LOI autorisant l approbation de l avenant n 6 entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement

Plus en détail

N 3085 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 3085 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 3085 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 29 septembre 2015. PROPOSITION DE LOI relative au maintien de la

Plus en détail

L assurance de Groupe. 10 questions souvent posées sur l assurance de groupe

L assurance de Groupe. 10 questions souvent posées sur l assurance de groupe L assurance de Groupe Un must, aussi pour les PME 10 questions souvent posées sur l assurance de groupe Les pensions complémentaires ont le vent en poupe La pension légale d un travailleur salarié belge

Plus en détail

Des clauses de désignation aux clauses de recommandation

Des clauses de désignation aux clauses de recommandation Des clauses de désignation aux clauses de recommandation Dates Les différentes étapes de l ANI et de la réécriture de l article L. 912-1 du code de la sécurité sociale 9 et 10 juillet 2012 Grande conférence

Plus en détail

LA SECURITE SOCIALE : SOCLE DE LA PROTECTION SOCIALE

LA SECURITE SOCIALE : SOCLE DE LA PROTECTION SOCIALE 1 La Protection sociale, son périmètre d intervention : Santé, vieillesse, survie, famille, maternité, chômage, invalidité, logement, accidents du travail, pauvreté-exclusion sociale et réinsertion professionnelle.

Plus en détail

Synthèse des observations de la Cour

Synthèse des observations de la Cour Synthèse des observations de la Cour L Association pour la recherche sur le cancer a fait l objet pour la deuxième fois d un contrôle de la Cour, portant sur les années 1998 à 2002. Cette association,

Plus en détail

La lettre du. Les évolutions du régime de prévoyance

La lettre du. Les évolutions du régime de prévoyance La lettre du N 12 Novembre 2011 Les évolutions du régime de prévoyance Depuis l accord initial du 19 mars 2003 qui a mis en place un régime de prévoyance pour la branche du commerce de détail de l habillement

Plus en détail

25 La protection sociale

25 La protection sociale 25 La protection sociale F. Durand Sipa. CHOIX DU MÉDECIN TRAITANT : 40 % DES ASSURÉS SOCIAUX ONT RENVOYÉ LEUR FORMULAIRE EN SIX MOIS Hier, à trois jours du coup d envoi du dispositif du médecin traitant,

Plus en détail

QUESTIONS SOCIALES par Monsieur Didier TABUTEAU

QUESTIONS SOCIALES par Monsieur Didier TABUTEAU Année universitaire 2013/2014 Master Affaires Publiques Semestre de printemps QUESTIONS SOCIALES par Monsieur Didier TABUTEAU Questions sociales : Protection sociale et santé 2014 Plan de cours de Didier

Plus en détail

Retour au Plein Emploi?

Retour au Plein Emploi? Retour au Plein Emploi? Fiche 45 JAMES E. MEADE Dans ce petit livre (Economica, 1995, 88 p.) préfacé par Robert M.Solow (prix Nobel), James E. Meade (prix Nobel) propose des solutions macro-économiques

Plus en détail

au libre choix des salariés de votre entreprise Mornay Initiative santé Prenez soin de vos salariés en toute liberté

au libre choix des salariés de votre entreprise Mornay Initiative santé Prenez soin de vos salariés en toute liberté au libre choix des salariés de votre entreprise Mornay Initiative santé Prenez soin de vos salariés en toute liberté Laurie Maillard Directeur général du Groupe Mornay Madame, Monsieur, Vous êtes dirigeant

Plus en détail

Belgique. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Belgique : le système de retraite en 2012

Belgique. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Belgique : le système de retraite en 2012 Belgique Belgique : le système de retraite en 212 Le régime de retraite comporte deux volets : un régime public lié à la rémunération prévoyant une retraite minimum d une part et un filet de protection

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Décret n o 2014-1531 du 17 décembre 2014 relatif au taux des cotisations d allocations familiales et d assurance

Plus en détail

Numéro du rôle : 5633. Arrêt n 26/2014 du 6 février 2014 A R R E T

Numéro du rôle : 5633. Arrêt n 26/2014 du 6 février 2014 A R R E T Numéro du rôle : 5633 Arrêt n 26/2014 du 6 février 2014 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 4 de l arrêté royal du 18 novembre 1996 «instaurant une assurance sociale en

Plus en détail

Le compte épargne temps

Le compte épargne temps Le compte épargne temps La loi n 2008 789 du 20 août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps de travail procède à une profonde clarification des modalités de mise en place

Plus en détail

Enthousiasme? «Savoir ma prévoyance vieillesse entre de bonnes mains.»

Enthousiasme? «Savoir ma prévoyance vieillesse entre de bonnes mains.» Enthousiasme? «Savoir ma prévoyance vieillesse entre de bonnes mains.» Helvetia Solutions de libre passage. Placer son avoir de prévoyance selon ses besoins. Votre assureur suisse. Le libre passage dans

Plus en détail

Initiative parlementaire Loi fédérale sur la continuation de l assurance des travailleuses dans la prévoyance professionnelle

Initiative parlementaire Loi fédérale sur la continuation de l assurance des travailleuses dans la prévoyance professionnelle 01.400 Initiative parlementaire Loi fédérale sur la continuation de l assurance des travailleuses dans la prévoyance professionnelle Rapport de la Commission de la sécurité sociale et de la santé du Conseil

Plus en détail

Module 1. Formation à la structure Mutuelle et aux outils d'accès aux soins de santé

Module 1. Formation à la structure Mutuelle et aux outils d'accès aux soins de santé Module 1 Formation à la structure Mutuelle et aux outils d'accès aux soins de santé Partie 1 - La sécurité sociale en Belgique et les mutualités. Plan 1- INTRODUCTION 2- GRANDS PRINCIPES DE LA SÉCURITÉ

Plus en détail

le flash actualité Avril 2014

le flash actualité Avril 2014 le flash actualité Avril 2014 Thème : Conformité des contrats collectifs santé prévoyance retraite Une période transitoire a été instituée par le décret du 9 janvier 2012 pour la mise en conformité des

Plus en détail

La protection Sociale : avenir ou souvenir? Les solidarités en temps de crise

La protection Sociale : avenir ou souvenir? Les solidarités en temps de crise La protection Sociale : avenir ou souvenir? Les solidarités en temps de crise ALBI - 10 janvier 2014 Fabrice Henry Petit état des lieux au travers de la loi de financement de la Sécurité Sociale La loi

Plus en détail

Les attributions des délégués du personnel

Les attributions des délégués du personnel Les attributions des délégués du personnel Le délégué du personnel a pour rôle de faciliter les relations entre l employeur et l ensemble du personnel. Sa mission principale est de présenter à l employeur

Plus en détail

Fiche n 1 : - Les enjeux d une réforme de l assurance maladie

Fiche n 1 : - Les enjeux d une réforme de l assurance maladie janvier 2004 Fiche n 1 : - Les enjeux d une réforme de l assurance maladie Cette première fiche a pour objet de montrer l ampleur des questions posées par l assurance maladie et d annoncer les objectifs

Plus en détail

Symposium le joueur excessif et le désendettement

Symposium le joueur excessif et le désendettement Symposium le joueur excessif et le désendettement Le Préposé aux poursuites et sa fonction Le Préposé et les fonctionnaires des Offices sont des officiers publics chargés d organiser le droit de poursuivre,

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3265 Convention collective nationale IDCC : 1672. SOCIÉTÉS D ASSURANCES AVENANT DU 18

Plus en détail

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012 Suisse Suisse : le système de retraite en 212 Le système de retraite suisse comporte trois composantes.le régime public est lié à la rémunération, mais selon une formule progressive.il existe également

Plus en détail

L accès des entreprises en difficulté aux marchés publics

L accès des entreprises en difficulté aux marchés publics FICHE 19 L accès des entreprises en difficulté aux marchés publics 1. Qu est ce qu une entreprise en difficulté financière? 1.1. L entreprise en procédure de sauvegarde Les articles L. 620-1 et suivants

Plus en détail

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME :

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME : 10 Avril 2013 SYNTHESE SUR LA «CORRESPONDANCE» ENTRE L ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 11 JANVIER 2013 SUR LA SECURISATION DE L EMPLOI ET LA VERSION DU PROJET DE LOI ADOPTEE PAR L ASSEMBLEE NATIONALE

Plus en détail

LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013

LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013 LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013 Les changements concernant la protection sociale complémentaire Les dates clés 11 janv. 2013 : Signature de l Accord National Interprofessionnel

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis

Commentaire. Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis Commentaire Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis (Exonération de cotisation d assurance vieillesse en matière d aide à domicile) Le Conseil constitutionnel a été saisi

Plus en détail

Principales réformes de sécurité sociale adoptées au Maroc

Principales réformes de sécurité sociale adoptées au Maroc Principales réformes de sécurité sociale adoptées au Maroc Hôtel El Aurassi 25 octobre 2010 Alger Algérie 1 Sommaire 1 2 3 4 Maroc : Chiffres clés Aperçu des régimes de sécurité sociale au Maroc Principales

Plus en détail

Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise

Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise 1 Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise Introduction : La ROAM est un syndicat professionnel créé en 1855, qui a pour

Plus en détail

Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la Commission des affaires sociales de l Assemblée nationale

Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la Commission des affaires sociales de l Assemblée nationale PROJET DE LOI N O 108 LOI MODIFIANT LA LOI SUR L ASSURANCE PARENTALE ET D AUTRES DISPOSITIONS LÉGISLATIVES Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la Commission des affaires sociales

Plus en détail

ACCOMPAGNER LE REPRENEUR OU CÉDANT D ENTREPRISE

ACCOMPAGNER LE REPRENEUR OU CÉDANT D ENTREPRISE ACCOMPAGNER LE REPRENEUR OU CÉDANT D ENTREPRISE DÉMARCHE TEO : Transmission d Entreprise Optimisée Accompagner le dirigeant avant, pendant et après la reprise ou la transmission de son entreprise, dans

Plus en détail

Maternité, maladie et points de retraite complémentaire. n o 6

Maternité, maladie et points de retraite complémentaire. n o 6 GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO MATERNITÉ, MALADIE ET POINTS DE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE Guide salariés n o 6 JUIN 2015 Maternité, maladie et points de retraite complémentaire Sommaire La retraite,

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/08/198 DÉLIBÉRATION N 08/075 DU 2 DÉCEMBRE 2008 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL CONTENUES

Plus en détail

Sal a on o d es e s se s r e v r i v ce c s e s à à la a personne Fps/2009

Sal a on o d es e s se s r e v r i v ce c s e s à à la a personne Fps/2009 Salon des services à la personne Groupe IRCEM - emplois de la famille - Entreprises privées et associations prestataires : Tout savoir sur vos obligations en matière de protection sociale Salon des services

Plus en détail

C. N. E. E. TRANSCRIPTION DES DIRECTIVES 92/49/CEE 92/96/CEE et 92/50/CEE. Titre II Article 6

C. N. E. E. TRANSCRIPTION DES DIRECTIVES 92/49/CEE 92/96/CEE et 92/50/CEE. Titre II Article 6 C. N. E. E. TRANSCRIPTION DES DIRECTIVES 92/49/CEE 92/96/CEE et 92/50/CEE Assurances vie et non vie. La Directive 92/49/CEE du Conseil du 18 juin 1992 porte coordination des dispositions législatives,

Plus en détail

Colloque Prévention et gestion de la fraude aux cartes bancaires 17 janvier 2008. Discours d ouverture par M. Noyer, Gouverneur de la Banque de France

Colloque Prévention et gestion de la fraude aux cartes bancaires 17 janvier 2008. Discours d ouverture par M. Noyer, Gouverneur de la Banque de France Colloque Prévention et gestion de la fraude aux cartes bancaires 17 janvier 2008 Discours d ouverture par M. Noyer, Gouverneur de la Banque de France Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs, Je suis

Plus en détail

La participation des collectivités territoriales au financement de la protection sociale complémentaire de

La participation des collectivités territoriales au financement de la protection sociale complémentaire de La participation des collectivités territoriales au financement de la protection sociale complémentaire de leurs agents Rencontres du 2 et 3 mai 2012 1 CDG 42 Mai 2012 Plan I. Protection sociale complémentaire

Plus en détail

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques NOTE SUR LES DESEQUILIBRES DES FINANCES PUBLIQUES 1. Les facteurs d aggravation de la dette La dette publique en France s est fortement

Plus en détail

Projet de loi de financement de la Sécurité sociale - PLFSS

Projet de loi de financement de la Sécurité sociale - PLFSS 2006S ÉCURITÉ SOCIALE Projet de loi de financement de la Sécurité sociale - PLFSS ANNEXE 4 Recettes des régimes de sécurité sociale par catégorie et par branche www.sante.gouv.fr www.social.gouv.fr ANNEXE

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Décret n o 2014-1155 du 9 octobre 2014 relatif à la gestion du compte personnel de prévention

Plus en détail

2. LE REGIME DE SECURITE SOCIALE

2. LE REGIME DE SECURITE SOCIALE FIN DE L ASSURANCE MALADIE PRIVEE POUR LES FRONTALIERS : Quelques explications Ce document, édité par le Groupement transfrontalier européen, a pour but de réunir toutes les informations que nous possédons

Plus en détail

N 377 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 377 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 377 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 13 novembre 2012. PROPOSITION DE LOI relative à la création d un

Plus en détail

Réponse à la consultation sur la réforme de la prévoyance vieillesse

Réponse à la consultation sur la réforme de la prévoyance vieillesse Réponse à la consultation sur la réforme de la prévoyance vieillesse En tant que plus grande organisation spécialisée dans les prestations de services aux personnes âgées de Suisse, Pro Senectute prend

Plus en détail

SPÉCIMEN MISE EN PLACE DU RÉGIME DE FRAIS DE SANTÉ PAR DÉCISION UNILATÉRALE DE L EMPLOYEUR (DUE) Bon à savoir. À jour au 1 er mars 2015

SPÉCIMEN MISE EN PLACE DU RÉGIME DE FRAIS DE SANTÉ PAR DÉCISION UNILATÉRALE DE L EMPLOYEUR (DUE) Bon à savoir. À jour au 1 er mars 2015 MISE EN PLACE DU RÉGIME DE FRAIS DE SANTÉ PAR DÉCISION UNILATÉRALE DE L EMPLOYEUR (DUE) Récapitulatif des formalités à respecter Rédiger le document formalisant la Décision Unilatérale. Pour vous aider

Plus en détail

LA SPECIALITE DES CREDITS. I - La spécialité des crédits dans les budgets des collectivités territoriales

LA SPECIALITE DES CREDITS. I - La spécialité des crédits dans les budgets des collectivités territoriales LA SPECIALITE DES CREDITS Grand principe de droit budgétaire il est appliqué dans les budgets locaux comme dans le budget de l Etat. I - La spécialité des crédits dans les budgets des collectivités territoriales

Plus en détail

Guide retraite complémentaire Agirc et Arrco L essentiel en quatre points. n o 9. Majorations pour enfants et retraite complémentaire

Guide retraite complémentaire Agirc et Arrco L essentiel en quatre points. n o 9. Majorations pour enfants et retraite complémentaire Guide retraite complémentaire Agirc et Arrco L essentiel en quatre points Guide salariés n o 9 avril 2014 Majorations pour enfants et retraite complémentaire Sommaire La retraite, en bref... 3 Points clés...

Plus en détail

LOIS. L Assemblée nationale et le Sénat ont adopté, Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit :

LOIS. L Assemblée nationale et le Sénat ont adopté, Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit : LOIS LOI n o 2007-1775 du 17 décembre 2007 permettant la recherche des bénéficiaires des contrats d assurance sur la vie non réclamés et garantissant les droits des assurés (1) NOR : ECEX0710947L L Assemblée

Plus en détail

Réforme des régimes de l assurance maladie en Tunisie Défis et perspectives. Mohamed CHIHA Directeur Central CNAM

Réforme des régimes de l assurance maladie en Tunisie Défis et perspectives. Mohamed CHIHA Directeur Central CNAM Réforme des régimes de l assurance maladie en Tunisie Défis et perspectives Mohamed CHIHA Directeur Central CNAM 1 Partie Système d Assurance Maladie Avant la réforme «Performances & Insuffisances» La

Plus en détail

(a) Pourcentage du solde des créances forfaitaires et des créances sur factures par rapport aux créances totales.

(a) Pourcentage du solde des créances forfaitaires et des créances sur factures par rapport aux créances totales. LA PLACE DE LA FRANCE PARMI LES CREANCIERS EUROPEENS EN MATIERE DE SOINS DE SANTE AU SEIN DE L UNION EUROPENNE ENTRE LE 31.12.1999 ET LE 31.12.2008 (REGLEMENTS CEE 1408/71 et 574/72) Les prestations versées

Plus en détail

Capital garanti à vie * Et demain, pourrez-vous protéger vos proches? Allianz Continuité

Capital garanti à vie * Et demain, pourrez-vous protéger vos proches? Allianz Continuité Et demain, pourrez-vous protéger vos proches? Capital garanti à vie * Allianz Continuité La garantie décès qui prend le relais de vos assurances professionnelles pour sécuriser l avenir de ceux que vous

Plus en détail

CHARTE SOCIALE EUROPÉENNE

CHARTE SOCIALE EUROPÉENNE PRISE DE POSITION CHARTE SOCIALE EUROPÉENNE Le 2 juillet 2014, le Conseil fédéral a approuvé un rapport sur la Charte sociale européenne révisée (CSE). Le rapport conclut que, d un point de vue juridique,

Plus en détail

Le conjoint de l entrepreneur : quel statut choisir?

Le conjoint de l entrepreneur : quel statut choisir? Le conjoint de l entrepreneur : quel statut choisir? CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR Passer commande, recevoir des clients, émettre des factures, vendre des produits Le conjoint, qu il soit marié, partenaire

Plus en détail

Etudes, Actuariat et statistiques

Etudes, Actuariat et statistiques Etudes, Actuariat et statistiques Mots clés Pension de réversion CNRACL Octobre 2014 Résumé La Caisse nationale de retraites des agents des collectivités locales (CNRACL) est un régime de retraite complet

Plus en détail

PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE

PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE PROTECTION SOCIALE Note d information N 2012-22 du 6 avril 2012 PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE REFERENCES Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des fonctionnaires (Journal officiel

Plus en détail

RELEVÉ DE CONCLUSIONS DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LA GOUVERNANCE DU SÉNAT

RELEVÉ DE CONCLUSIONS DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LA GOUVERNANCE DU SÉNAT 1 Le 11 mars 2015 RELEVÉ DE CONCLUSIONS DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LA GOUVERNANCE DU SÉNAT Le groupe de travail sur la gouvernance du Sénat présidé par M. Gérard LARCHER, Président du Sénat, propose, sur

Plus en détail

AFFAIRES SOCIALES & FORMATION PROFESSIONNELLE

AFFAIRES SOCIALES & FORMATION PROFESSIONNELLE Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie AFFAIRES SOCIALES & FORMATION PROFESSIONNELLE Date : 09/02/10 N Affaires sociales : 11.10 LOI DE FINANCEMENT DE LA SECURITE SOCIALE POUR 2010 La loi

Plus en détail

Les défaillances des rapports entre l hôpital public et l assurance maladie

Les défaillances des rapports entre l hôpital public et l assurance maladie Les défaillances des rapports entre l hôpital public et l assurance maladie Karim CHAYATA Maître-assistant Université de Sousse Introduction Cadre global des rapports entre l assurance maladie et l hôpital

Plus en détail

Entre: appelante aux termes d un exploit de l huissier de justice Guy ENGEL de Luxembourg du 22 mai 2008,

Entre: appelante aux termes d un exploit de l huissier de justice Guy ENGEL de Luxembourg du 22 mai 2008, Exempt appel en matière de droit du travail Audience publique du vingt-cinq juin deux mille neuf. Numéro 33753du rôle. Composition: Marie-Jeanne HAVE, président de chambre; Astrid MAAS, conseiller; Roger

Plus en détail

COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES»

COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES» COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES» Le système interprofessionnel de Sécurité Sociale est obligatoire : le

Plus en détail

La Société par Actions Simplifiée (SAS) : Un fonctionnement dicté par les statuts

La Société par Actions Simplifiée (SAS) : Un fonctionnement dicté par les statuts La Société par Actions Simplifiée (SAS) : Un fonctionnement dicté par les statuts CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR A l origine, la Société par Actions Simplifiée (SAS) a été créée (par la loi n 94-1 du 13 novembre

Plus en détail

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30. Décision n 2010-44 QPC 29 septembre 2010. Époux M.

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30. Décision n 2010-44 QPC 29 septembre 2010. Époux M. Décision n 2010-44 QPC 29 septembre 2010 Époux M. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 12 juillet 2010 par le Conseil d État d une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) portant sur les

Plus en détail

LE CPAS ET L ÉTAT SOCIAL ACTIF

LE CPAS ET L ÉTAT SOCIAL ACTIF LE CPAS ET L ÉTAT SOCIAL ACTIF Journée de formation FEBISP juin 2001 Intervention de Monsieur Michel COLSON Président de la Section CPAS de l Association de la Ville et des Communes de la Région de Bruxelles-Capitale

Plus en détail

LA PROTECTION SOCIALE DU DIRIGEANT

LA PROTECTION SOCIALE DU DIRIGEANT LA PROTECTION SOCIALE DU DIRIGEANT 1 La protection sociale du dirigeant 1 - Qu est-ce que la Protection Sociale? 2 - Le Statut social des dirigeants - Salarié - Non Salarié (TNS) 3 Les garanties des régimes

Plus en détail

PLAN DE PRÉVOYANCE C

PLAN DE PRÉVOYANCE C PLAN DE PRÉVOYANCE C RÈGLEMENT, 1 re partie Valable à partir du 1 er janvier 2010 Mis en vigueur par le Conseil de fondation le 9 novembre 2009 Le présent plan de prévoyance s applique à toutes les personnes

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 537 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2013-2014 Enregistré à la Présidence du Sénat le 16 mai 2014 PROPOSITION DE LOI tendant à interdire la compensation entre les commissions perçues par les établissements

Plus en détail

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes Intervention de Marisol Touraine Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes Projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2016 Nouvelle lecture à l Assemblée

Plus en détail

Droit des marchés publics

Droit des marchés publics série 1 - champ D application Du code Des marchés publics et principes fondamentaux 1. la notion de La MarChÉ notion de public marché public Le Code des marchés publics de 2006 distingue, en les intégrant

Plus en détail

Quelle réforme de la Sécurité Sociale en Tunisie dans un contexte de transition démocratique?

Quelle réforme de la Sécurité Sociale en Tunisie dans un contexte de transition démocratique? Séminaire International Justice sociale et lutte contre l exclusion dans un contexte de transition démocratique Quelle réforme de la Sécurité Sociale en Tunisie dans un contexte de transition démocratique?

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Décret n o 2014-1688 du 29 décembre 2014 relatif à la mise en œuvre de la réduction générale des cotisations

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «sécurité sociale»

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «sécurité sociale» Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «sécurité sociale» CSSS/11/009 DÉLIBÉRATION N 11/006 DU 11 JANVIER 2011 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL NON CODÉES

Plus en détail