PARTIE II LE RETOUR DU CONTRAT LE RENOUVEAU DE LA PRÉVOYANCE COMPLÉMENTAIRE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PARTIE II LE RETOUR DU CONTRAT LE RENOUVEAU DE LA PRÉVOYANCE COMPLÉMENTAIRE"

Transcription

1 PARTIE II LE RETOUR DU CONTRAT LE RENOUVEAU DE LA PRÉVOYANCE COMPLÉMENTAIRE 1. La période contemporaine voit la primauté de la loi dans sa capacité à organiser un vaste système de solidarité fondée sur l assurance obligatoire garantissant un droit à la protection sociale. Cependant, ce mouvement ne semble pas imprégner l ensemble de cette période. En effet, on constate que depuis un certain nombre d années, et plus précisément depuis les années 60, le contrat 1, c est à dire la technique contractuelle ou encore la prévoyance complémentaire, fait un retour dans le paysage français de la protection sociale. Le terme de «retour» ne signifie pas que le contrat avait disparu mais qu il trouve depuis un certain nombre d années un rayonnement réel comme ce fut le cas au XIX è siècle. En effet, pendant longtemps du fait que d une part, la Sécurité sociale garantissait une protection de haut niveau et, d autre part, que les pouvoirs publics ne prêtaient pas d attention particulière au contrat comme instrument de garantie des risques sociaux celui-ci était cantonné à une place secondaire. Cependant, il s agit bien d un retour. Ce retour trouve une explication à travers deux logiques qui se sont développées, non pas à une date déterminée, mais par à-coups à partir des années 60 dans certaines décisions qui s additionnant donnent naissance à une tendance qui trouve une continuité jusqu à aujourd hui. Une première logique se caractérise par la remise en cause de la primauté de la loi comme instrument permettant de garantir un véritable droit à la protection sociale à travers l assurance sociale obligatoire. On constate, dans ce sens, qu au cours de cette seconde période, et même avant, une partie de la doctrine n hésite pas à critiquer les dispositions sociales du préambule de la Constitution de Par exemple, Georges RIPERT écrit : «Le préambule de la constitution de 1946 fait un droit social du droit à une vie heureuse En plaçant les hommes devant cette image idéale, on donne à la réclamation des droits sociaux un objet infini. On veut obtenir du législateur les mesures propres à assurer à chaque homme une vie heureuse. Chacun 1 Le contrat est entendu dans son sens le plus large : il s agit de la prévoyance libre mais également de la prévoyance obligatoire lorsque la détermination du contenu est laissée à la discrétion des partenaires sociaux (exemples : les régimes AGIRC et ARRCO). 9

2 a le droit de réclamer la mesure légale qui la lui assurera» 2. De même, faisant référence au préambule de 1946, Georges BURDEAU, Francis HAMON et Michel TROPER soulignent que «La philosophie sociale est exposée de façon concise dans le préambule» 3. Jean GICQUEL met en évidence «[qu ]à l époque contemporaine, il faut bien constater, qu un certain nombre d idéologies se sont attachées à valoriser la société au détriment de l homme et à nier toute importance de l individu» 4. Au cours de cette seconde période on assiste à une critique du rôle de l État. «L État libéral» est un «mal nécessaire» 5 font remarquer Dominique TURPIN et Jean-Pierre MASSIAS. A côté du développement de cette doctrine juridique tendant à redéfinir le rôle de l État on observe que les travaux de certains économistes vont également dans ce sens. Ainsi, par exemple, HAYEK écrit que «L État possède un domaine d activité vaste et incontestable : créer les conditions dans lesquelles la concurrence sera la plus efficace possible» 6. Pour lui 7 la «politique de la liberté» est «un principe suprême» et reste «valable aujourd hui comme au XIX e siècle». Il considère que «Le commerce est plus ancien que l État» 8 et rejette l expression de «justice sociale». C est ainsi qu il écrit : «le terme justice sociale est un vocable vide de sens ou de contenu Je suis devenu exagérément allergique à la formule ; j en suis arrivé à sentir très vivement que le plus grand service dont je sois encore capable envers mes contemporains serait de faire de ceux d entre eux qui parlent ou écrivent éprouvent désormais une honte insurmontable à se servir encore des termes de justice sociale» 9. Ce rôle réduit de l État s exprime également à travers Walter LIPPMANN pour qui «Dans une société libre, l État n administre pas les affaires des hommes. Il administre la justice parmi les hommes qui conduisent leurs propres affaires» 10. Certains 11 militent même pour une société sans État. On observe également que différents ouvrages optent pour 2 Georges RIPERT, Les forces créatrices du droit, LGDJ, 1955, PP Faisant référence à la question de la protection sociale il souligne également que «Vivre dans la sécurité ne saurait constituer le bonheur : il faut encore que la vie puisse se poursuivre dans des conditions matérielles qui permettent la jouissance des biens de ce monde. Une morale prêchant le désintéressement et la résignation désarme les revendications. Il est nécessaire de les alimenter par la perspective des avantages que peut assurer l essor de la civilisation matérielle» (Georges RIPERT, Les forces créatrices du droit, LGDJ, 1955, P. 299). 3 Georges BURDEAU, Francis HAMON, Michel TROPER, Droit constitutionnel, LGDJ, 1999, P Jean GICQUEL, Droit constitutionnel et institutions politiques, Montchrestien, 2001, P Dominique TURPIN et Jean-Pierre MASSIAS, Droit constitutionnel, PUF, 1994, P Friedrich A. HAYEK, La route de la servitude, PUF, 1985, P ibid., P Friedrich A. HAYEK, La presemption fatale. Les erreurs du socialisme, Ed. Libre échange, 1988, P Friedrich A. HAYEK, Droit, législation et liberté, 2. Le mirage de la justice sociale, PUF, 1986, PP Walter LIPPMANN, An Inquiry into the Principles of a Good Society, Boston, 1937, P David FRIEDMAN, Vers une société sans Etat, Ed. Les belles lettres, 1992, 397 P. 10

3 une rédéfinition du rôle de l État. Ainsi, Guy SOMAN 12 milite pour un État minimum. Ce nouveau rôle attribué à l État contribue alors à la remise en cause de la loi comme instrument de garantie d un droit à la protection sociale. Cette remise en cause s exprime alors sous deux formes. Une première forme consiste à réduire le rôle de la Sécurité sociale. A ce titre, on voit se développer tout un discours sur celle-ci et notamment l idée selon laquelle la Sécurité sociale constitue une charge pour l économie. Ainsi, lors des discussions du projet de loi relatif à la ratification des ordonnances de 1967 il est déclaré que «les entreprises françaises sont défavorisées par rapport à leurs concurrentes étrangères qui n ont pas à supporter les mêmes charges» 13. De même, en 1971, lors des débats 14 parlementaires relatifs à la loi du 31 décembre 1971 portant amélioration des pensions de vieillesse du régime général il est mis en évidence que «la concurrence internationale, l ouverture sur le monde et les mutations rapides, exigent prudence et hardiesse : prudence pour préserver le progrès économique sans lequel il n est pas de progrès social». Les organisations patronales font part également de leurs inquiétudes face à l évolution des dépenses de Sécurité sociale et les conséquences pesant sur la compétitivité des entreprises françaises. C est ainsi que Yvon CHOTARD 15, alors président de la commission 12 Guy SORMAN, L Etat minimum, Albin Michel, 1985, P Roger RIBADEAU DUMAS, JO., Déb. Parl., A.N., 1 re séance du 22 juillet 1968, P M. Henri de GASTINES, JO., Déb. Parl., A.N., 2 ème séance du 1 er décembre 1971, P Yvon CHOTARD, président de la Commission sociale du C.N.P.F, «La protection sociale et l entreprise orientation pour l avenir», Dr. soc. 1979, P Il souligne également que «La France est le pays où la part [financement de la sécurité sociale] des entreprises est la plus importante (avec l Italie), soit 48,7 % ; Quant à la part de l État, elle est la plus faible des 9 pays et largement inférieure à la moyenne européenne. Au regard de nos principaux concurrents, notons que les entreprises Allemandes fournissent 34,6 % des ressources, les entreprises Belges 43 %, les entreprises du Royaume-Uni 26 %, les entreprises du Luxembourg 26 %, les entreprises Hollandaises 28 %. Cette situation est préoccupante sur le plan de la compétitivité de nos produits puisqu il s agit en réalité de la structure même de notre appareil productif» ; «La protection sociale a pris, dans notre système économique et notre société toute entière, une place importante Elle a abouti à faire de la Sécurité sociale, un moyen dynamique du système de protection sociale, une structure monstrueuse dont le poids a sans doute dépassé le seuil du tolérable» ; «Notre système de protection sociale est toujours aussi anonyme, irresponsable Son défaut le plus apparent est sans doute son obscurité Il pénalise l entreprise française en nuisant à sa compétitivité, il compromet le redressement économique de notre pays. La véritable solidarité ne peut pas résulter de transferts sociaux mal contrôlés mais d un effort de la nation toute entière Le financement droit être cohérent avec les objectifs de la politique économique globale qui sont aujourd hui la lutte contre l inflation et le redressement des entreprises» ; les dépenses de santé «progressent en moyenne depuis 1950 à un rythme annuel de 7,7 % en francs constant!» ; La pratique de certains sports, la circulation routière, l absence d hygiène alimentaire, l usage excessif du tabac sont des facteurs d accidents ou de morbidité et donc de dépenses. La couverture de tels risques doit-elle être couverte par le recours à la solidarité nationale ou les cotisations des entreprises? Dans ce secteur au moins, la responsabilité des individus devrait être première». Il déclarera en 1983 à l assemblée générale du CNPF «1983 sera l année de la lutte contre les contraintes introduites dans la législation 11

4 Sociale du C.N.P.F, met en évidence dans son rapport présenté à l Assemblée générale du C.N.P.F du 10 janvier 1979, le poids de la Sécurité sociale à travers diverses formules dont notamment : «on constate avec stupeur que la masse des prestations sociales a progressé du 1 er juillet 1977 au 1 er juillet 1978 de 26 %». La remise en cause de la primauté de la loi s exprime également à travers la consolidation du rôle de l assistance. On voit ainsi une redéfinition du rôle de l État tel que défini, notamment, par HAYEK mais également par des institutions internationales comme la Banque Mondiale 16. En outre, la doctrine tend à militer pour le développement de ce mécanisme de protection. Ainsi, par exemple, Patrice GIRON 17 faisant référence à la question des retraites souligne que les retraites par répartition devraient avoir comme but d octroyer «un minimum garanti». On assiste alors à une paupérisation de l État et ainsi la réduction de sa capacité à garantir aux individus un droit à une protection sociale de haut niveau (TITRE 1). A côté d une logique consistant à remettre en cause la primauté de la loi à travers la réduction du rôle de la Sécurité sociale à garantir un droit à la protection sociale et la promotion de l assistance le retour du contrat trouve également une explication dans le fait que les pouvoirs publics et plus précisément le législateur met en place les conditions nécessaires 18 au rayonnement des protections contractuelles à travers diverses politiques d activation. La logique du contrat, c est à au cours des Trente Glorieuses, l année dans la lutte pour la flexibilité» (cité par Marie-Thérèse JOIN-LAMBERT, Politiques sociales, Fondation des sciences politiques, Paris, 1994). 16 Banque Mondiale, Averting the Old age Crisis. Policies Protect the Old and Promote Growth, Oxford University Press, New York, 1994, 402 P. 17 Patrice GIRON, Protection sociale complémentaire par capitalisation : droit et fiscalité, Thèse, LGDJ 1993, P. 246 et suiv. 18 L idée qui tend à dominer au sein de la doctrine sur cette question est que le développement de la protection sociale complémentaire trouverait un fondement dans les limites de la Sécurité sociale. C est ainsi que Xavier PRÉTOT souligne que «les insuffisances ou les carences de la couverture obligatoire ayant incité nombre d assurés sociaux à rechercher, à titre individuel ou dans un cadre collectif notamment professionnel, des compléments de protection, en particulier auprès des assurances, des mutuelles ou encore des organismes de prévoyance» (Xavier PRÉTOT, «La modification du régime de la protection sociale complémentaire» D. Actualité législative, 1997, P. 155). Dans le même sens, Jean-Jacques DUPEYROUX explique également le développement de la protection complémentaire en mettant l accent sur «les vides laissés par les lacunes ou les insuffisances des régimes légaux» (Jean-Jacques DUPEYROUX, Rolande RUELLAN, Droit de la sécurité sociale, Dalloz, 1998, P. 326). Francis KESSLER fait observer que «Les insuffisances du régime général ont nourri le développement du complémentaire : la multiplication des participations des assurés en assurance maladie, la faiblesse du montant des prestations servies pour certains risques comme le décès ou l invalidité ont conduit à la mise en place de nombreuses garanties collectives pour les salariés» (Francis KESSLER, Droit de la protection sociale, Dalloz, 2000, P. 402). Une telle analyse qui semble dominer la réflexion tend à occulter l idée ou du moins à ne pas mettre l accent sur le fait que le développement de la protection sociale trouve un fondement direct dans le recul de la Sécurité sociale comme instrument de protection. 12

5 dire la prévoyance complémentaire, qui soulève un certain nombre d interrogations quant à sa capacité à garantir un véritable droit à la protection sociale, revêt alors deux formes. Une première forme s exprime à travers la prévoyance individuelle alors qu une seconde donne une place prédominante à l entreprise 19 qui devient alors un lieu permettant de garantir l individu contre les différents risques sociaux (TITRE 2). 19 On passerait alors pour une certaine partie de la doctrine de l État providence à «l entreprise providence» (discussion avec le Professeur Robert CHARVIN). 13

6

7 TITRE 1 LA REMISE EN CAUSE DE LA PRIMAUTÉ DE LA LOI 2. C est à travers l organisation d un vaste système de solidarité fondé sur l obligation d assurance et offrant de larges prestations que la loi tend à garantir toute la portée du droit à la protection sociale pour tout individu. La Sécurité sociale et ainsi la primauté de la loi dans sa capacité à organiser la garantie d un tel droit écarte alors ou réduit considérablement le recours au contrat, aux protections contractuelles mais également à l assistance légale qui fondée également sur la solidarité présente néanmoins de multiples inconvénients. Cependant, depuis un certain nombre d années déjà et plus précisément depuis les années 60, les interventions ponctuelles mais continues des pouvoirs publics réduisent la capacité de la loi à garantir un véritable droit à la protection sociale. En effet, on observe d une part, la réduction du rôle de la Sécurité sociale (Chapitre 1) et de l autre, une irrésistible ascension et consolidation du droit de l assistance (Chapitre 2). 15

8

9 CHAPITRE 1 La réduction de la place de la Sécurité sociale 3. Gilles HUTEAU, dans son ouvrage intitulé Sécurité sociale et Politiques sociales considère 20 que «Même si les modalités de mise en œuvre, de gestion de ces principes peuvent donner lieu à débat, selon les sensibilités, il faut souligner qu aucune force politique n affiche comme objectif la remise en cause de ce concept de sécurité sociale». Cette approche laisserait penser que la Sécurité sociale bénéficie d une protection particulière et reste ainsi insensible aux gouvernements et politiques qui se succèdent. Cette approche doit être quelque peu relativisée dans la mesure où, bien au contraire, la Sécurité sociale ne cesse depuis un certain nombre d années, et plus précisément depuis 21 les années 60, de faire 20 Gilles HUTEAU, Sécurité sociale et politiques sociales, Armand Colin, 2001, Préface. 21 On remarque que bien avant les années 60 une partie de la doctrine juridique est critique vis à vis de la Sécurité sociale. C est ainsi que dés 1949, par exemple, Georges RIPERT écrit : «Le meilleur moyen de la vaincre [la liberté] est pour l État de se constituer débiteur et non créancier. Pour se donner le droit d intervention, il se crée des devoirs. Il lui est facile d en déterminer l étendue. Il profite de cette détermination pour régir les droits de ses créanciers éventuels. Dans le préambule de la Constitution de 1946, les devoirs de l État ont été affirmés : la Nation assure à l individu et à la famille les conditions nécessaires à leur développement. Elle garantit à tous, notamment à l enfant, à la mère et aux vieux travailleurs la protection de la santé, la sécurité matérielle, le repos et les loisirs. Et encore : La Nation garantit l égal accès de l enfant et de l adulte à l instruction, à la formation professionnelle et à la culture. De telles obligations dépassent les facultés de celui qui s oblige. L État ne pourra pas donner à tous la sécurité, le repos, la culture. Mais on ne peut plus s étonner, s il les a promis, qu il surveille la conduite des hommes. Nous sommes dans la situation de ces enfants réprimandés et violentés par une mère impérieuse qui les accable de ses ordres en leur disant : c est pour ton bien L homme n accepte pas aussi facilement que l État lui dicte sa conduite et l atteinte à la liberté lui est presque toujours odieuse. Il a bien fallu pourtant qu il subisse la servitude. L État est intervenu pour le protéger. Cette protection ne peut être organisée qu avec le concours des intéressés. Le service de la sécurité sociale, après de modestes débuts, a fini par prendre en charge tous les risques, la maladie, la vieillesse, l accident du travail, le chômage. Il a éliminé les organisations privées. Il attire dans ses filets, après les travailleurs, les fonctionnaires, les salariés agricoles, les étudiants. Il exige de ses adhérents une affiliation, des cotisations, des déclarations pour chaque événement. On ne parle plus des risques du travail mais de risques humains. L organisation professionnelle a fait place à une organisation étatique unitaire. Cela s est traduit par la création de caisses primaires, régionales, nationales, par une bureaucratie coûteuse, par des mesures de contrôle. Tout homme, devenu assuré social, rejetant sur la collectivité tous les risques qui le frappe, est à la fois soumis pour être protégé et irrité d une soumission qui l oblige à des formalités 17

10 incessantes» (Gorges RIPERT, Le déclin du droit, études sur la législation contemporaine, LGDJ, 1949, PP ). En 1955 dans son ouvrage portant sur Les forces créatrices du droit on constate qu il voit dans la Sécurité sociale «une administration nécessitant un personnel nombreux et des dépenses considérables» et il ajoute que «Le fonctionnement de la Sécurité sociale se traduit par une lourde charge qui pèse tout d abord sur les employeurs, mais ensuite par l élévation des prix sur la nation toute entière». Il souligne qu avec la Sécurité sociale «Tout homme est devenu créancier de la société et ne manque pas de réclamer âprement son droit. Il n est plus question de fraternité et d assistance. La législation dite sociale est arrivée à créer une quantité innombrable de créances individuelles contre un seul débiteur». Parlant de la Sécurité sociale il précise que «dans un lourd appareil administratif, l abus et la fraude se glissent. Et surtout, chaque homme, considérant qu il a un droit à l assistance, essaie de tirer le plus grand profit de l exercice de ce droit. Par une singulière contradiction le droit social est utilisé contre la société au profit du créancier le plus habile et le moins scrupuleux» (Georges RIPERT, Les forces créatrices du droit, LGDJ, 1955, PP ). Différents rapports voient le jour mettant en avant les problèmes que soulève la Sécurité sociale tout en préconisant des solutions. En 1963, par exemple, une commission présidée par M. DOBLER met en évidence l évolution croissante de la charge globale des régimes de Sécurité sociale à l horizon En 1964, le Conseil économique et social a présenté le 26 juin 1964 un avis ainsi qu un rapport sous le titre «Evolution des prestations sociales et financement de la Sécurité sociale». Ces travaux furent commandés par le gouvernement afin d avoir une vision la plus clair possible des dépenses de Sécurité sociale. En 1964, la commission FRIEDEL créée par le décret du 17 avril 1964 préconise qu en cas de déficit des régimes de Sécurité sociale on diminue la part des remboursements. En 1965, prenant acte du constat de 1963 par la commission DOBLER un rapport de la commission des prestations sociales du Cinquième Plan de développement économique et social propose différentes mesures dont une moindre générosité de la Sécurité sociale. Le 23 mars 1966 la commission des Prestations sociale a rendue un rapport mettant l accent sur la nécessité de freiner les dépenses de Sécurité sociale en réduisant par exemple la durée des séjours dans les établissements hospitaliers (Les conclusions de la commission des prestations sociales, Questions de Sécurité sociale, n 7-8, juillet-août 1966, P. 168). Les critiques en direction de la Sécurité sociale viennent également du monde de l entreprise comme en témoigne la proposition du patronat du 1 er juillet 1965 intitulée «La Sécurité sociale et son avenir» (CNPF, juillet 1965). Ce texte met en évidence l impacte des charges sociales sur la compétitivité des entreprises françaises et milite pour une réduction de la place de la Sécurité sociale (Droit social, n 1, janvier 1968, P. 130). De même, en 1979, dans son rapport présenté à l assemblée générale du CNPF le 10 janvier 1979 Yvon CHOTARD, président de la commission sociale du CNPF, reprenait les idées de Il proposait, par exemple, de relever le ticket modérateur en matière de dépenses pharmaceutiques (Yvon CHO- TARD, «La protection sociale et l entreprise : orientation pour l avenir», Droit social, n 5, mai 1979, P. 1981). A partir des années 60 émerge aussi l idée, comme en attestent les travaux parlementaires, selon laquelle afin de sauver le système des réformes de rigueur doivent s imposer. C est ainsi qu en 1968 Henri BUOT déclare : «Vous nous demandez aujourd hui, monsieur le ministre, de nous prononcer par un vote sur les ordonnances concernant la réorganisation administrative et financière de la sécurité sociale, qui ont été nécessitées par un déficit croissant et insupportable à court terme. Répondre non serait, à coup sur, créer une solution de continuité confuse avec ses risques de faillite pour l institution que chacun d entre nous veut sauver» (Monsieur Henri BUOT, JO., Déb. Parl., A.N., 2 ème séance du 22 juillet 1968, P. 2425). Les problèmes soulevaient par la Sécurité sociale émergent dans le débat public à partir des années 18

11 l objet de critiques multiples. La Sécurité sociale apparaît alors à l origine de certains maux. Celle-ci, de par son financement contribuerait à réduire 22 les revenus des individus. Elle apparaît comme un système «qui est inéluctablement gangrené» 23. L idée selon laquelle les progrès sociaux ne peuvent exister sans progrès économiques se développe. Lors des débats parlementaires 24, en 1981, concernant la loi d habilitation autorisant le gouvernement à prendre des mesures par ordonnances concernant notamment l abaissement de l âge de la retraite il est déclaré ainsi, dans ce sens, que «Les progrès sociaux durables ne peuvent qu être la conséquence d un progrès économique». Se développe l idée selon laquelle la Sécurité sociale est une charge pour l économie dans le sens où elle participe à la perte de compétitivité des entreprises françaises en alourdissant le coût du travail. En 1975 lors des travaux parlementaires relatifs au projet de loi concernant la généralisation de la Sécurité sociale Emmanuel HAMEL déclare que «La France est, de tous les pays d Europe occidentale, celui qui, globalement supporte les charges sociales les plus lourdes ( ). Or nous vivons dans une économie affrontée à la concurrence internationale. Le tiers des ouvriers Français travaille pour l exportation. Il est donc impossible actuellement, sans aggraver les conditions de l emploi, d accroître les charges de nos entreprises dans des proportions plus fortes que celles supportées par les entreprises étrangères» 25. Divers rapports appuient cette idée. En 1997 deux rapports 26 sur la compétitivité des pays dans le monde paraissent. Un du World Economic Forum et l autre de l Institut du Management de Lausane. Ces rapports classent les différents États en fonction de leur compétitivité et mettent en avant que l Europe paie en terme de compétitivité son coûteux système de protection sociale en soulignant que «La crise chronique de la compétitivité de l Union européenne dérive de sa politique budgétaire et de ses politiques du marché du travail». Se diffuse l idée selon laquelle que c est au nom de la sauvegarde de la Sécurité sociale qu il faut aujourd hui prendre certaines décisions tendant à réduire sa portée. C est ainsi que Bruno PA- LIER 27 préconise, afin de «sauver la sécurité sociale», de «maîtriser l évolution des dépenses sociales». Cette approche correspond à celle du MEDEF puisque, 60 à travers la presse. Il en est ainsi de la question du déficit (Voir : Le Monde du 5 juillet 1967, P. 15 ; Le Monde du 6 juillet 1967, P. 20 ; Le Monde du 13 juillet 1967, P. 18 ; Le Monde du 1 er août 1967, P. 5). 22 Guy SORMAN, L Etat minimum, Albin Michel, 1985, P idem. 24 M.Alain MADELIN, JO., Déb. Parl., A.N., 2 ème séance du 8 décembre 1981, P M. Emmanuel HAMEL, JO., Déb. Parl., A.N., 1 re séance du 29 avril 1975, P En 1985, Jean-Pierre FOURCADE déclare : «considérer que les entreprises françaises sont les vaches à lait sur lesquelles on peut compter sans arrêt pour financer toute une série de congés de formation me paraît aujourd hui, compte tenu des résultats obtenus par l économie française dans la compétition internationale, une tentation à laquelle il faut renoncer» (M Jean-Pierre FOURCADE, JO., Déb. Parl., Sénat, séance du 19 juin 1985, PP ). 26 Les Echos du mercredi 21 mai 1997, P Bruno PALIER, Gouverner la sécurité sociale, PUF, 2002, 466 P. 19

La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille!

La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille! La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille! La protection sociale est un terme générique qui recouvre, la Sécurité Sociale (régime général obligatoire solidaire, géré

Plus en détail

Principales caractéristiques du système de santé en Belgique. Thomas Rousseau 27 novembre 2012

Principales caractéristiques du système de santé en Belgique. Thomas Rousseau 27 novembre 2012 Principales caractéristiques du système de santé en Belgique Thomas Rousseau 27 novembre 2012 Sécurité sociale Introduction: De quoi vais je parler? Exposé: Seulement sur la sécurité sociale au sens strict!

Plus en détail

Conférence Débat AFTA. Conférence

Conférence Débat AFTA. Conférence Conférence Conférence Débat AFTA PRÉVOYANCE SANTÉ DES SALARIES DES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF Vos interlocuteurs : Alexandra REPIQUET Jean-Philippe FERRANDIS : 01 49 64 45 15 : 01 49 64 12 88 : 01 49

Plus en détail

Santé publique - Protection sociale -

Santé publique - Protection sociale - 26-1-05 1 Santé publique - Protection sociale - Système très complexe qui couvre : - des risques déterminés - des catégories particulières de population Protection sociale SS protection de base obligatoire

Plus en détail

Le financement des soins de santé en France

Le financement des soins de santé en France Le financement des soins de santé en France Présenté par Hans-Martin Späth Maître de Conférences en Economie de la Santé Département pharmaceutique de Santé Publique Plan La protection sociale en France

Plus en détail

Participation des employeurs publics au financement de la protection sociale complémentaire. L analyse de la MNT sur le projet de décret

Participation des employeurs publics au financement de la protection sociale complémentaire. L analyse de la MNT sur le projet de décret Participation des employeurs publics au financement de la protection sociale complémentaire L analyse de la MNT sur le projet de décret Patrick DOS Vice-Président de la MNT Participation des employeurs

Plus en détail

La protection sociale en France

La protection sociale en France 18 La protection sociale en France FONCTIONNEMENT La protection sociale peut fonctionner selon trois logiques. LA LOGIQUE D ASSURANCE SOCIALE La logique d assurance sociale a pour objectif de prémunir

Plus en détail

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1 ROYAUME-UNI Les dépenses de protection sociale au Royaume-Uni représentent 26,8% du PIB. Le système britannique est de logique beveridgienne. La principale réforme récente concerne le système de retraite

Plus en détail

Module 1. Formation à la structure Mutuelle et aux outils d'accès aux soins de santé

Module 1. Formation à la structure Mutuelle et aux outils d'accès aux soins de santé Module 1 Formation à la structure Mutuelle et aux outils d'accès aux soins de santé Partie 1 - La sécurité sociale en Belgique et les mutualités. Plan 1- INTRODUCTION 2- GRANDS PRINCIPES DE LA SÉCURITÉ

Plus en détail

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION DOSSIER RETRAITES: MAI 2003 SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION 1. LE SYSTEME DE RETRAITES PAR REPARTITION 1.1. INTRODUCTION Les régimes de retraites des travailleurs

Plus en détail

Président du conseil d administration et dirigeant responsable

Président du conseil d administration et dirigeant responsable Président du conseil d administration et dirigeant responsable La loi du 15 mai 2001 relative aux nouvelles régulations économiques (NRE) a modifié le fonctionnement des organes dirigeants des sociétés

Plus en détail

I. Les dates clés à connaître

I. Les dates clés à connaître NOTE D INFORMATION 2013/27 du 23 décembre 2013 SOCIAL : Protection sociale complémentaire : les modifications à venir en 2014 Il est urgent de s en occuper I. Les dates clés à connaître Les employeurs

Plus en détail

BELGIQUE. 1. Principes généraux.

BELGIQUE. 1. Principes généraux. BELGIQUE Les dépenses de protection sociale en Belgique représentent 27,5%PIB. Le système belge est de logique bismarckienne. La principale réforme récente concerne le risque maladie. 1. Principes généraux.

Plus en détail

ORA Consultants 30/06/2009 OBJECTIFS. - Faire le point sur les règles en la matière. - Les nouveautés au 1 er janvier 2016

ORA Consultants 30/06/2009 OBJECTIFS. - Faire le point sur les règles en la matière. - Les nouveautés au 1 er janvier 2016 Programme 2 ATELIER RH PAIE 2015 MUTUELLE PREVOYANCE : NOUVEAUTES 2016 OBJECTIFS - Faire le point sur les règles en la matière - Les nouveautés au 1 er janvier 2016 - Mettre en place les différents régimes

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

PROFESSIONNELS INDEPENDANTS OPTIMISER LA PROTECTION DU CHEF D ENTREPRISE. Santé Prévoyance & Retraite

PROFESSIONNELS INDEPENDANTS OPTIMISER LA PROTECTION DU CHEF D ENTREPRISE. Santé Prévoyance & Retraite PRÉVOYANCE - RETRAITE PROFESSIONNELS INDEPENDANTS OPTIMISER LA PROTECTION DU CHEF D ENTREPRISE Santé Prévoyance & Retraite Matinale de l entrepreneur CCI 11 JUIN 2013 LE REGIME SOCIAL DES INDEPENDANTS

Plus en détail

L Info sociale réservée aux dirigeants d entreprise présentée par RV Assurance & Courtage

L Info sociale réservée aux dirigeants d entreprise présentée par RV Assurance & Courtage L Info sociale réservée aux dirigeants d entreprise présentée par RV Assurance & Courtage N 2 Edito Cher partenaire, La fin du premier semestre 2013 s achève dans une ambiance économique et sociale morose

Plus en détail

dans le système de protection sociale les pays en développement? IMT ANVERS 17 janvier 2011

dans le système de protection sociale les pays en développement? IMT ANVERS 17 janvier 2011 www.inami.be www.coopami.org L assurance maladie obligatoire dans le système de protection sociale en Belgique. Quels enseignements peut on en tirer pour les pays en développement? IMT ANVERS 17 janvier

Plus en détail

Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi

Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi SYNTHESE D EXPERTS Juillet 2013 SOMMAIRE 1 Généralisation de la couverture complémentaire santé...

Plus en détail

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Ministère délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Ordonnance n o 2006-344 du 23 mars 2006 relative aux retraites professionnelles supplémentaires NOR

Plus en détail

Direction de la sécurité sociale. Personne chargée du dossier : Huguette Hatil. La ministre des solidarités et de la cohésion sociale

Direction de la sécurité sociale. Personne chargée du dossier : Huguette Hatil. La ministre des solidarités et de la cohésion sociale MINISTERE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTE MINISTERE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS ET DE LA REFORME DE L ETAT MINISTERE DES SOLIDARITES ET DE LA COHESION SOCIALE Direction de la sécurité sociale

Plus en détail

Réforme des régimes de l assurance maladie en Tunisie Défis et perspectives. Mohamed CHIHA Directeur Central CNAM

Réforme des régimes de l assurance maladie en Tunisie Défis et perspectives. Mohamed CHIHA Directeur Central CNAM Réforme des régimes de l assurance maladie en Tunisie Défis et perspectives Mohamed CHIHA Directeur Central CNAM 1 Partie Système d Assurance Maladie Avant la réforme «Performances & Insuffisances» La

Plus en détail

Ensemble des mécanismes de prévoyance collective pour faire face aux conséquences financières des risques sociaux.

Ensemble des mécanismes de prévoyance collective pour faire face aux conséquences financières des risques sociaux. R4 = SÉCURITÉ SOCIALE, CMU, ABUS ET FRAUDES R4 = SÉCURITÉ SOCIALE, CMU, ABUS ET FRAUDES DÉFINITION : Ensemble des mécanismes de prévoyance collective pour faire face aux conséquences financières des risques

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS Ordonnance n o 2010-18 du 7 janvier 2010 portant création d une agence nationale chargée de la sécurité sanitaire de l

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité

Le Pacte de responsabilité et de solidarité Le Pacte de responsabilité et de solidarité La France est à un moment décisif. Depuis plus de dix ans, l appareil de production s est affaibli, la compétitivité s est détériorée et le niveau de chômage

Plus en détail

Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration

Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration 1 1/ Qu est ce qu un accord de branche? Un accord de branche est un acte juridique issu d'une négociation

Plus en détail

DIRECTION DE LA SECURITE SOCIALE SDFSS BUREAU DE LA LEGISLATION FINANCIERE (5B)

DIRECTION DE LA SECURITE SOCIALE SDFSS BUREAU DE LA LEGISLATION FINANCIERE (5B) Ministère de la santé et des solidarités Ministère délégué à la sécurité sociale, aux personnes âgées, aux personnes handicapées et à la famille Document de travail 29 mars 2006 DIRECTION DE LA SECURITE

Plus en détail

Aides financières pour les patients de moins de 60 ans atteints de maladie chronique Véronique LACROIX FRANCOIS

Aides financières pour les patients de moins de 60 ans atteints de maladie chronique Véronique LACROIX FRANCOIS Aides financières pour les patients de moins de 60 ans atteints de maladie chronique Véronique LACROIX FRANCOIS Définition Qu est ce qu une pathologie chronique? «C est une maladie de longue durée, évolutive,

Plus en détail

Info Finance. et Prévoyance. En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale attractive!

Info Finance. et Prévoyance. En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale attractive! Allianz Suisse Case postale 8010 Zurich www.allianz-suisse.ch Info Finance 01 YDPPR267F et Prévoyance Édition 01, mars 2013 EXCÉDENTS LPP En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale

Plus en détail

Corrigé BTS Banque E32 Session 2014

Corrigé BTS Banque E32 Session 2014 Dossier 1 : Analyse d arrêt (20 points) Corrigé BTS Banque E32 Session 2014 1.1 Analysez l arrêt présenté en annexe (12 points) - Présentation de la décision.1 point Il s agit d un arrêt de la chambre

Plus en détail

Introduction historique : de l assistance à l assurance. - Moyen-âge : l assistance

Introduction historique : de l assistance à l assurance. - Moyen-âge : l assistance Introduction historique : de l assistance à l assurance - Moyen-âge : l assistance 1. C est le premier mécanisme de garantie 2. Elle est l héritière de la charité chrétienne : idée morale de générosité.

Plus en détail

Réduire la précarité de l emploi et améliorer la compétitivité des entreprises : principes d une flexicurité à la française.

Réduire la précarité de l emploi et améliorer la compétitivité des entreprises : principes d une flexicurité à la française. 1.8 2 2.2 2.4 2.6 Réduire la précarité de l emploi et améliorer la compétitivité des entreprises : principes d une flexicurité à la française Marc Ferracci 1. Introduction : constats et objectifs Depuis

Plus en détail

la voie bilatérale reste la meilleure option

la voie bilatérale reste la meilleure option WWW.ELECTIONS.CH FICHE THEMATIQUE : SUISSE-UE la voie bilatérale reste la meilleure option L UE est un des principaux partenaires commerciaux de la Suisse. A l inverse, la Suisse est le deuxième partenaire

Plus en détail

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.»

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» 39 e Congrès de la Mutualité Française Résolution générale «La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» La crise financière, économique, sociale et écologique frappe durement notre pays,

Plus en détail

Universit 2014. Action sociale & Protection sociale complémentaire des enjeux importants pour les collectivités territoriales

Universit 2014. Action sociale & Protection sociale complémentaire des enjeux importants pour les collectivités territoriales Universit niversités s des maires 2014 Action sociale & Protection sociale complémentaire des enjeux importants pour les collectivités territoriales De la réponse aux attentes des agents à la généralisation

Plus en détail

Numéro du rôle : 3717. Arrêt n 36/2006 du 1er mars 2006 A R R E T

Numéro du rôle : 3717. Arrêt n 36/2006 du 1er mars 2006 A R R E T Numéro du rôle : 3717 Arrêt n 36/2006 du 1er mars 2006 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative aux articles 147, 148, 149 et 152 du Code des droits de succession, posée par le Tribunal

Plus en détail

Les sept piliers de la sécurité sociale

Les sept piliers de la sécurité sociale Les sept piliers de la sécurité sociale 1) L Office National des Pensions (ONP) Très brièvement, il y a en Belgique un régime de pension légale, mais aussi des pensions complémentaires. On parle souvent

Plus en détail

Risque et assurance vieillesse

Risque et assurance vieillesse Risque et assurance vieillesse Plan d Intervention > La protection sociale La protection sociale entre assurance et solidarité La protection sociale en chiffres Le projet de Loi de Financement de la Sécurité

Plus en détail

LOIS. Article 1 er. Article 2. Article 3. Article 4. Article 5. 20 octobre 2009 JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Texte 1 sur 125

LOIS. Article 1 er. Article 2. Article 3. Article 4. Article 5. 20 octobre 2009 JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Texte 1 sur 125 LOIS LOI n o 2009-1255 du 19 octobre 2009 tendant à favoriser l accès au crédit des petites et moyennes entreprises et à améliorer le fonctionnement des marchés financiers (1) NOR : ECEX0906406L L Assemblée

Plus en détail

La pertinence du choix français de la question préjudicielle de constitutionnalité. Marie Pierre ROUSSEAU

La pertinence du choix français de la question préjudicielle de constitutionnalité. Marie Pierre ROUSSEAU La pertinence du choix français de la question préjudicielle de constitutionnalité Marie Pierre ROUSSEAU Avec l existence du seul contrôle a priori des lois l ordre juridique français n a jusqu à présent

Plus en détail

«La réforme des retraites en France» Présentation de Gérard Rivière Rencontres de l AFERP1, 18 février 2014, GIE AGIRC-ARRCO

«La réforme des retraites en France» Présentation de Gérard Rivière Rencontres de l AFERP1, 18 février 2014, GIE AGIRC-ARRCO «La réforme des retraites en France» Présentation de Gérard Rivière Rencontres de l AFERP, 8 février 204, GIE AGIRC-ARRCO Ref : 204-7 Le 8 février 204, Gérard Rivière, Directeur de la Caisse Nationale

Plus en détail

L évolution des paramètres du régime de la CNAV. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

L évolution des paramètres du régime de la CNAV. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différents modes d acquisition des droits à la retraite en répartition : description et analyse comparative des techniques

Plus en détail

Les retraités non salariés agricoles

Les retraités non salariés agricoles Les retraités non salariés agricoles Patrick Le Bourhis et Céline Perraud* Au 1 er janvier 25, 1,9 million de personnes bénéficient d un avantage vieillesse auprès du régime des non-salariés agricoles,

Plus en détail

La lettre du. Les évolutions du régime de prévoyance

La lettre du. Les évolutions du régime de prévoyance La lettre du N 12 Novembre 2011 Les évolutions du régime de prévoyance Depuis l accord initial du 19 mars 2003 qui a mis en place un régime de prévoyance pour la branche du commerce de détail de l habillement

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE n 2015 0000045

LETTRE CIRCULAIRE n 2015 0000045 LETTRE CIRCULAIRE n 2015 0000045 GRANDE DIFFUSION Réf Classement 1;010;04 Montreuil, le 12/08/2015 12/08/2015 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE SOUS DIRECTION REGLEMENTATION

Plus en détail

Contrat de prévoyance complémentaire et de retraite supplémentaire

Contrat de prévoyance complémentaire et de retraite supplémentaire Contrat de prévoyance complémentaire et de retraite supplémentaire Décret n 2012-25 du 9 janvier 2012 Circulaire du 25 septembre 2013 Circulaire du 4 février 2014 Petit Déjeuner RH CCI Maître Marie-Laure

Plus en détail

Ordonnance du Tribunal du Travail. Rép. fisc. no 544/2009.

Ordonnance du Tribunal du Travail. Rép. fisc. no 544/2009. Ordonnance du Tribunal du Travail. Rép. fisc. no 544/2009. Rendue le mardi, 10 février 2009 par Nous, Marie MACKEL, juge de paix, siégeant comme Présidente du tribunal du travail de et à LUXEMBOURG, assistée

Plus en détail

QUELLES PERSPECTIVES POUR LES RETRAITES EN France?

QUELLES PERSPECTIVES POUR LES RETRAITES EN France? QUELLES PERSPECTIVES POUR LES RETRAITES EN France? Janvier 2007, par Charles MBENGUE MATANGA À moyen et long terme la situation des retraites en France sera de plus en plus préoccupante, compte tenu notamment

Plus en détail

Indicateur n 13 : Evolution des effectifs et des dépenses de personnel des établissements de santé

Indicateur n 13 : Evolution des effectifs et des dépenses de personnel des établissements de santé Programme «Maladie» 47 Indicateur n 13 : Evolution des effectifs et des dépenses de personnel des établissements de santé Sous-indicateur n 13-1 : Évolution des effectifs (en équivalent temps plein) de

Plus en détail

Les chiffres essentiels des retraites Mis en ligne en mars 2011

Les chiffres essentiels des retraites Mis en ligne en mars 2011 Les chiffres essentiels des retraites Mis en ligne en mars 2011 Les bénéficiaires de retraites Nombre de retraités, selon les différents régimes (COR janvier 2010) : 16 millions dont : 11,3 millions :

Plus en détail

«La société mutuelle agricole de caluire et cuire : témoignage sur trente années de pratiques»

«La société mutuelle agricole de caluire et cuire : témoignage sur trente années de pratiques» «La société mutuelle agricole de caluire et cuire : témoignage sur trente années de pratiques» Xavier Junique, Patricia Toucas et Richard Ribière Revue internationale de l'économie sociale : Recma, n 301,

Plus en détail

REGARDS CROISES SUR LA PROTECTION SOCIALE

REGARDS CROISES SUR LA PROTECTION SOCIALE REGARDS CROISES SUR LA PROTECTION SOCIALE Nous sommes tous conscients des efforts à réaliser dans le contexte économique difficile que nous traversons. Un projet de loi de financement qui a pour ambition

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC Ministère de l'emploi et de la Formation Professionnelle

ROYAUME DU MAROC Ministère de l'emploi et de la Formation Professionnelle ROYAUME DU MAROC Ministère de l'emploi et de la Formation Professionnelle COUVERTURE SOCIALE AU MAROC COUVERTURE SOCIALE AU MAROC - Régime de sécurité sociale; - Régime du RCAR; - Code de la couverture

Plus en détail

Fiche pratique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS

Fiche pratique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Fiche pratique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Boite à outils - Juridique Cette fiche vous présente le régime juridique des exonérations de cotisations

Plus en détail

1er SEMINAIRE TECHNIQUE AISS

1er SEMINAIRE TECHNIQUE AISS 1er SEMINAIRE TECHNIQUE AISS Séminaire technique sur l extension de la couverture de la sécurité sociale en Afrique centrale : Défis, Solutions, et Perspectives. PRESENTATION DE LA CAISSE NATIONALE DE

Plus en détail

Principales réformes de sécurité sociale adoptées au Maroc

Principales réformes de sécurité sociale adoptées au Maroc Principales réformes de sécurité sociale adoptées au Maroc Hôtel El Aurassi 25 octobre 2010 Alger Algérie 1 Sommaire 1 2 3 4 Maroc : Chiffres clés Aperçu des régimes de sécurité sociale au Maroc Principales

Plus en détail

Le Titre II «Investir» du projet de loi pour la croissance, l activité et l égalité des chances économiques a été adopté par l Assemblée nationale

Le Titre II «Investir» du projet de loi pour la croissance, l activité et l égalité des chances économiques a été adopté par l Assemblée nationale EMMANUEL MACRON MINISTRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DU NUMERIQUE C o m m u n i q u é d e p r e s s e www.economie.gouv.fr C o m m u n i q u é d e p r e s s e Paris, le 15 février 2015 N 406 Le Titre

Plus en détail

L ANI du 11 janvier 2013 : une petite révolution!

L ANI du 11 janvier 2013 : une petite révolution! L ANI du 11 janvier : une petite révolution! Que prévoit l accord? L article 1 er de l Accord National Interprofessionnel du 11 janvier, prévoit, dans le cadre de la sécurisation de l emploi, la généralisation

Plus en détail

LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013

LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013 LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013 Les changements concernant la protection sociale complémentaire Les dates clés 11 janv. 2013 : Signature de l Accord National Interprofessionnel

Plus en détail

COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE

COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE SOYEZ PRO ACTIF! Anticipez et transformez cette contrainte en opportunité SALON DES ENTREPRENEURS 2015 5 février 2015 LA GENERALISATION DE LA COMPLEMENTAIRE SANTE DANS

Plus en détail

3. Un crédit à la consommation responsable

3. Un crédit à la consommation responsable 3. Un crédit à la consommation responsable Comité consultatif du secteur financier Rapport 2009-2010 49 Au cours de l exercice 2009-2010, le CCSF a suivi de près l évolution du texte de loi sur la réforme

Plus en détail

POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME

POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME NICOLAS SARKOZY 2007-2012 : LE DEPOT DE BILAN POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME Par Daniel Vasseur Le 17 février 2012 Jusqu au plan de rigueur du Gouvernement annoncé le 7 novembre 2011, l Etat avait

Plus en détail

REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS

REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Guide juridique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Cette fiche vous présente le régime juridique des exonérations de cotisations de sécurité sociale

Plus en détail

PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE

PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE PROTECTION SOCIALE Note d information N 2012-22 du 6 avril 2012 PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE REFERENCES Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des fonctionnaires (Journal officiel

Plus en détail

La protection sociale qui comprend les indépendants, je suis pour!

La protection sociale qui comprend les indépendants, je suis pour! SOLUTIONS ENTREPRENEUR La protection sociale qui comprend les indépendants, je suis pour! Sophie B. Commerçante prévoyance épargne retraite ARTISANS, COMMERÇANTS, PROFESSIONS LIBÉRALES, INDÉPENDANTS......

Plus en détail

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales.

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales. 1 Contribution de Jean Pierre BRARD, député apparenté communiste de Seine Saint Denis, et de Bernard VERA, sénateur communiste de l Essonne, membres du groupe de travail Assemblée nationale Sénat sur la

Plus en détail

ATELIER DE LA PROFESSION. Comment optimiser la politique de rémunération de l entreprise pour augmenter sa compétitivité?

ATELIER DE LA PROFESSION. Comment optimiser la politique de rémunération de l entreprise pour augmenter sa compétitivité? ATELIER DE LA PROFESSION Comment optimiser la politique de rémunération de l entreprise pour augmenter sa compétitivité? Comment optimiser la politique de rémunération de l entreprise pour augmenter sa

Plus en détail

L assurance soins de santé en Belgique : une introduction. Thomas Rousseau 12 juin 2014

L assurance soins de santé en Belgique : une introduction. Thomas Rousseau 12 juin 2014 L assurance soins de santé en Belgique : une introduction Thomas Rousseau 12 juin 2014 Introduction L assurance maladie obligatoire L assurance soins de santé L assurance indemnités (maladie, accident,

Plus en détail

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc Bienvenue à l âge de la majorité! l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes fondamentaux de la République à travers «Le Livret du Citoyen» Nom... Prénom... Date de naissance...

Plus en détail

Note de présentation générale - Les critères déterminant le choix du moment de la retraite

Note de présentation générale - Les critères déterminant le choix du moment de la retraite CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Réunion plénière du 6 mars 2002 «Cycle de vie et retraite» Note de présentation générale - Les critères déterminant le choix du moment de la retraite Les systèmes de

Plus en détail

Réforme des retraites : Les fonctionnaires coeur de cible

Réforme des retraites : Les fonctionnaires coeur de cible Réforme des retraites : Les fonctionnaires coeur de cible Les fonctionnaires sont les salariés qui paient le plus lourd tribut à la réforme des retraites, qui pourtant n'apparaît que comme un deuxième

Plus en détail

1) Dans un système par répartition, qui finance les retraites, et par quel intermédiaire?

1) Dans un système par répartition, qui finance les retraites, et par quel intermédiaire? DOCUMENT 1 : Le système de français : Le système de par répartition Ce système de est fondé sur l existence d une solidarité intergénérationnelle. A chaque période, les pensions de reçues par les retraités

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 537 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2013-2014 Enregistré à la Présidence du Sénat le 16 mai 2014 PROPOSITION DE LOI tendant à interdire la compensation entre les commissions perçues par les établissements

Plus en détail

De l influence du taux de couverture des caisses de pension sur la réforme du système de rémunération

De l influence du taux de couverture des caisses de pension sur la réforme du système de rémunération De l influence du taux de couverture des caisses de pension sur la réforme du système de rémunération Les enjeux du nouveau système de politique de rémunération Suite aux diverses propositions faites par

Plus en détail

EOVI ENTREPRENEUR Des solutions pour ne plus jouer

EOVI ENTREPRENEUR Des solutions pour ne plus jouer EOVI ENTREPRENEUR Des solutions pour ne plus jouer en SOLO SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE RETRAITE dépendance la qui renouvelle la mutuelle ARTISANS, COMMerçANTS, professions LIBÉRAles, INDÉPENDANTS... Vous

Plus en détail

Juillet 2014 : l impôt sur le revenu (IRPP) a 100 ans

Juillet 2014 : l impôt sur le revenu (IRPP) a 100 ans Juillet 2014 : l impôt sur le revenu (IRPP) a 100 ans C est le ministre des Finances Joseph Caillaux, qui proposa dès 1907 (1) de créer un impôt sur le revenu en France. Mais sa proposition fut repoussée

Plus en détail

SPÉCIMEN MISE EN PLACE DU RÉGIME DE FRAIS DE SANTÉ PAR DÉCISION UNILATÉRALE DE L EMPLOYEUR (DUE) Bon à savoir. À jour au 1 er mars 2015

SPÉCIMEN MISE EN PLACE DU RÉGIME DE FRAIS DE SANTÉ PAR DÉCISION UNILATÉRALE DE L EMPLOYEUR (DUE) Bon à savoir. À jour au 1 er mars 2015 MISE EN PLACE DU RÉGIME DE FRAIS DE SANTÉ PAR DÉCISION UNILATÉRALE DE L EMPLOYEUR (DUE) Récapitulatif des formalités à respecter Rédiger le document formalisant la Décision Unilatérale. Pour vous aider

Plus en détail

Présenté par Michel Sapin, Ministre des finances et des comptes publics. Christian Eckert, Secrétaire d État chargé du budget

Présenté par Michel Sapin, Ministre des finances et des comptes publics. Christian Eckert, Secrétaire d État chargé du budget Présenté par Michel Sapin, Ministre des finances et des comptes publics Christian Eckert, Secrétaire d État chargé du budget 1 Une reprise de l activité qu il faut conforter La reprise est en cours : +1,0%

Plus en détail

La participation financière des collectivités territoriales à la protection sociale complémentaire de leurs agents

La participation financière des collectivités territoriales à la protection sociale complémentaire de leurs agents La participation financière des collectivités territoriales à la protection sociale complémentaire de leurs agents La protection sociale complémentaire des agents de la fonction publique territoriale est

Plus en détail

Les Grands Risques Sociaux. Historique et organisation générale de la Sécurité Sociale et de l Assurance Maladie

Les Grands Risques Sociaux. Historique et organisation générale de la Sécurité Sociale et de l Assurance Maladie Les Grands Risques Sociaux Historique et organisation générale de la Sécurité Sociale et de l Assurance Maladie Santé publique 1ere année du 2eme cycle de la Faculté d Odontologie Janvier 2016 Direction

Plus en détail

LES GARANTIES DU REGIME CONVENTIONNEL DES CADRES DE LA PRODUCTION AGRICOLE

LES GARANTIES DU REGIME CONVENTIONNEL DES CADRES DE LA PRODUCTION AGRICOLE LES GARANTIES DU REGIME CONVENTIONNEL DES CADRES DE LA PRODUCTION AGRICOLE Dernière mise à jour : avril 2010 CPCEA 1 2 Préambule Le régime conventionnel des cadres de la production agricole est institué

Plus en détail

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Depuis 2012, un ensemble d actions est engagé au service du renforcement

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Décret n o 2014-1531 du 17 décembre 2014 relatif au taux des cotisations d allocations familiales et d assurance

Plus en détail

La Convention de sécurité sociale franco-coréenne. Ses implications pour les ressortissants français

La Convention de sécurité sociale franco-coréenne. Ses implications pour les ressortissants français La Convention de sécurité sociale franco-coréenne Ses implications pour les ressortissants français i Les informations délivrées dans cette présentation le sont à titre indicatif et n engagent pas la responsabilité

Plus en détail

Créateurs d Entreprises

Créateurs d Entreprises Créateurs d Entreprises Ce document original est la propriété du groupe AG2R LA MONDIALE. Toute reproduction ou cession sans l accord de son auteur est interdite. Non contractuel, ce document n'est ni

Plus en détail

Retraite 83 euro. Retraite 83 euro. La retraite supplémentaire des salariés en toute sécurité

Retraite 83 euro. Retraite 83 euro. La retraite supplémentaire des salariés en toute sécurité Retraite 83 euro La retraite supplémentaire des salariés en toute sécurité Retraite 83 euro Les contrats de retraite article 83 sont désormais ouverts aux versements individuels et facultatifs des salariés.

Plus en détail

Ce qu on ne nous dit pas

Ce qu on ne nous dit pas Retraites Ce qu on ne nous dit pas L argument de la démographie Nous vivons de plus en plus longtemps Il y a de plus en plus de retraités pour toujours moins d actifs Il faut donc travailler plus longtemps

Plus en détail

Compte rendu du colloque organisé à la Maison de l'europe "Retraites : qu'en disent nos voisins européens?" Le 7 octobre 2010

Compte rendu du colloque organisé à la Maison de l'europe Retraites : qu'en disent nos voisins européens? Le 7 octobre 2010 Compte rendu du colloque organisé à la Maison de l'europe "Retraites : qu'en disent nos voisins européens?" Le 7 octobre 2010 Face au vieillissement de la population et aux déficits publics aggravés par

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 703 SÉNAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2010-2011 Enregistré à la Présidence du Sénat le 4 juillet 2011 PROPOSITION DE LOI tendant à simplifier le recouvrement des créances alimentaires destinées aux enfants,

Plus en détail

(r) assurez-vous sur LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ OBLIGATOIRE DANS TOUTES ENTREPRISES. Plus de temps à perdre! GUIDE PRATIQUE SPÉCIAL «SANTÉ COLLECTIVE»

(r) assurez-vous sur LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ OBLIGATOIRE DANS TOUTES ENTREPRISES. Plus de temps à perdre! GUIDE PRATIQUE SPÉCIAL «SANTÉ COLLECTIVE» (r) assurez-vous sur LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ OBLIGATOIRE DANS TOUTES ENTREPRISES Plus de temps à perdre! GUIDE PRATIQUE SPÉCIAL «SANTÉ COLLECTIVE» 2 INTRODUCTION SOMMAIRE SOMMAIRE INTRO Transformez une

Plus en détail

LES FICHES PRATIQUES DE FINANCES & PÉDAGOGIE

LES FICHES PRATIQUES DE FINANCES & PÉDAGOGIE LES FICHES PRATIQUES DE FINANCES & PÉDAGOGIE Préparer sa retraite MA RET RAITE Sommaire Le système de retraite en France, deux grands principes...2 Pour les régimes du privé, du salariat agricole, de l

Plus en détail

Mémorandum Projet de loi de santé : risques du tiers payant généralisé

Mémorandum Projet de loi de santé : risques du tiers payant généralisé Mémorandum Projet de loi de santé : risques du tiers payant généralisé Une des mesures phares du projet de loi de santé présenté par Marisol TOURAINE, Ministre des Affaires Sociales, de la Santé et des

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Sciences économiques et sociales - Terminale ES Enseignement de spécialité Economie approfondie Thème n 1 : Economie et démographie Fiche 1.2 :

Plus en détail

Notre système de retraite par répartition est au cœur du pacte républicain qui lie les différentes générations.

Notre système de retraite par répartition est au cœur du pacte républicain qui lie les différentes générations. 27 août 2013 Notre système de retraite par répartition est au cœur du pacte républicain qui lie les différentes générations. Il est aujourd hui confronté à la fois au départ en retraite des générations

Plus en détail

Taux des charges sociales sur les salaires Année 2015. Ce qui change au 1 er janvier 2015

Taux des charges sociales sur les salaires Année 2015. Ce qui change au 1 er janvier 2015 les infos DAS - n 017 23 janvier 2015 Taux des charges sociales sur les salaires Année 2015 Ce qui change au 1 er janvier 2015 Nouvelle cotisation patronale au fonds de financement des syndicats Assurance

Plus en détail

Déductibilité des cotisations «Madelin» pour les agents généraux d assurance aux traitements et salaires

Déductibilité des cotisations «Madelin» pour les agents généraux d assurance aux traitements et salaires Déductibilité des cotisations «Madelin» pour les agents généraux d assurance aux traitements et salaires La cour administrative d'appel de Lyon 1 a fait une lecture pénalisante des articles du Code général

Plus en détail

Régimes complémentaires de retraite et prévoyance

Régimes complémentaires de retraite et prévoyance Régimes complémentaires de retraite et prévoyance Textes de référence : Article L242-1 et L 871-1 du code de la Sécurité sociale. Article D242-1, R 871-1 et R 871-2 du code de la Sécurité sociale. Loi

Plus en détail

FICHE N 1 FONCTIONNEMENT DE L EIRL

FICHE N 1 FONCTIONNEMENT DE L EIRL L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL À RESPONSABILITÉ LIMITÉE BERCY > LE 27 JANVIER 2010 FICHE N 1 FONCTIONNEMENT DE L EIRL Quel est l intérêt du dispositif? L EIRL permet la séparation du patrimoine de l entrepreneur,

Plus en détail

LA SECURITE SOCIALE EN FRANCE

LA SECURITE SOCIALE EN FRANCE LA SECURITE SOCIALE EN FRANCE La Sécurité sociale française, créée en 1945, repose sur le principe de la solidarité nationale où chacun est aidé pour faire face aux aléas de la vie. Ainsi, elle couvre

Plus en détail