Surveillance et prévention des épidémies saisonnières de gastro-entérites dans les Etablissements Hébergeant des Personnes Agées

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Surveillance et prévention des épidémies saisonnières de gastro-entérites dans les Etablissements Hébergeant des Personnes Agées"

Transcription

1 Surveillance et prévention des épidémies saisonnières de gastro-entérites dans les Etablissements Hébergeant des Personnes Agées Centre de Coordination de la Lutte contre les Infections Nosocomiales de l Est Antennes Régionales de Lutte contre les Infections Nosocomiales Document extrait de l étude GROG Géronto Dr Ph. Gaspard

2 1. RAPPEL SUR LES VIRUS IMPLIQUES DANS LES GASTRO-ENTERITES AIGUËS - DEFINITION 3 2. MODES DE TRANSMISSION 5 3. SENSIBILITES DES VIRUS ENTERIQUES AUX DESINFECTANTS ET AUX ANTISEPTIQUES 5 4. MESURES DE PREVENTION DES GASTRO-ENTERITES : HYGIENE ET DESINFECTION DES MAINS RENFORCEES POUR LE PATIENT, LES AGENTS ET LES VISITEURS 6 5. MESURES DE PREVENTION DES GASTRO-ENTERITES : BIO-NETTOYAGE ET DE PRISE EN CHARGE DE L ENVIRONNEMENT DANS LE CAS DES GASTRO-ENTERITES VIRALES 7 6. MESURES DE PREVENTION DES GASTRO-ENTERITES POUR LE PERSONNEL, LES PATIENTS, LES RESIDENTS, LES VISITEURS SUIVI ET FIN DE L EPISODE DE CAS GROUPES 9 8. BIBLIOGRAPHIE ANNEXE 1 : TABLEAU RECAPITULATIF DES PRINCIPAUX VIRUS RETROUVES DANS LES GASTRO-ENTERITES ANNEXE 2 : TABLEAU DE RECUEIL DES CAS GROUPÉS DE GASTRO-ENTÉRITES CHEZ LES PATIENTS/RESIDENTS (A COMPLETER QUAND LE NOMBRE DE CAS GROUPES EST SUPERIEUR OU EGAL A 5 CAS, A UTILISER POUR REALISER LE SUIVI DE L EPIDEMIE) ANNEXE 3 : ADRESSES INTERNET CONCERNANT LES PRECAUTIONS STANDARD ANNEXE 4 : COORDONNEES 14 2

3 1. Rappel sur les virus impliqués dans les gastro-entérites aiguës - Définition L amélioration des techniques de détection a permis de montrer que plus de 2/3 des épidémies de gastroentérites sont d origine virale. Les rotavirus et les calicivirus (norovirus, sapovirus) sont les principaux virus en cause. Dans une moindre mesure, les astrovirus et les adénovirus sont retrouvés. Il existe d autres virus, plus rarement identifiés, tels que les coronavirus, les parvovirus, les pestivirus, les torovirus. Seuls les virus régulièrement identifiés font l objet d une présentation. Les Rotavirus sont considérés comme les agents majeurs des gastro-entérites aigües sporadiques chez le jeune enfant âgé de 6 mois à 2 ans (50 % des enfants hospitalisés pour gastroentérites pendant la période hivernale). Ils provoquent, après une incubation de 1 à 3 jours, des vomissements et une diarrhée associée à de la fièvre. La guérison survient en général après 5 à 6 jours. Chez l'adulte l'infection est souvent inapparente. En gériatrie, des épidémies sont observées du fait de ce virus. On constate une nette prédominance hivernale dans les pays tempérés. Les calicivirus (norovirus, sapovirus) sont fortement impliqués dans les épidémies survenant à l hôpital, dans les établissements accueillants des personnes âgées et dans les structures où le contact entre les personnes est important. Les épidémies sont essentiellement saisonnières (entre décembre et avril). Le mode de transmission féco-orale des calicivirus, associé à une faible dose infectante et à sa résistance dans l environnement, leur confère un potentiel épidémique important. Les manifestations cliniques sont caractérisées, après une incubation de 12 à 48 heures, par des vomissements et une diarrhée pendant 24 à 48 heures. La transmission s'effectue par voie oro-fécale d'individu à individu mais aussi par l'intermédiaire d aliments contaminés non cuits ou lors d un contact de ces aliments par un agent infecté. Les épidémies à astrovirus surviennent plus volontiers en hiver et touchent avec prédilection les enfants de 6 mois à 2 ans. Des épidémies ont été rapportées en secteurs gériatriques. Sur le plan clinique, après une incubation de 1 à 4 jours, survient une diarrhée accompagnée dans environ 1 cas sur 2, de fièvre et/ou de vomissements. La guérison apparaît après 2 à 3 jours. La part des adenovirus entériques types 40 et 41 dans les gastroentérites est inférieure à 10 %. La durée des symptômes est plus longue que les autres gastroentérites virales et varie entre 3

4 une semaine et 12 jours. Les tableaux cliniques sont moins sévères que ceux rencontrés lors des épidémies avec calicivirus et rotavirus. Un tableau récapitulatif est présenté dans l annexe 1. Un cas de gastro-entérite infectieuse peut être définie par : l apparition soudaine d au moins deux accès de vomissements au cours d une période de 24 heures OU l apparition soudaine de diarrhée* au cours d une période de 24 heures ET Fréquence : deux selles de plus que ce qui est considéré comme normal pour ce patient en 24 heures. * Consistance : selles molles ou liquides c est-à-dire prenant la forme d un contenant ET en l absence d une autre cause apparente : Laxatifs; Médicaments associés à des vomissements ou à des changements du transit intestinal; Poussée évolutive d une maladie chronique; Situation de stress. ET Les symptômes de diarrhée ou de vomissements devraient être accompagnés d au moins un symptôme ou signe compatible avec une infection gastro-intestinale : Fièvre; Nausées; Douleur ou crampes abdominales; Céphalées. 4

5 2. Modes de transmission La source de contamination peut être : l absorption d eau ou d aliments contaminés, un contact direct avec une autre personne infectée (patient, agent, visiteur), un contact avec l environnement contaminé par une personne infectée. La survie sur des surfaces inertes peut atteindre 12 jours pour les calicivirus. En présence de vomissements, de fines gouttelettes pourraient se former avec une transmission par ces aérosols pour certains virus (cette hypothèse est surtout avancée pour les calicivirus). D autres sources d aérosols pourraient être à l origine d une transmission (linge, selles, ). 3. Sensibilités des virus entériques aux désinfectants et aux antiseptiques En dehors des coronavirus, tous les virus à tropisme entériques sont des virus non enveloppés, donc relativement résistants à l action des substances antiseptiques et désinfectantes, en particulier celles le plus couramment utilisées dans la formulation de nombreux savons liquides ou désinfectants comme les ammoniums quaternaires ou la chlorhexidine. La solution hydro-alcoolique est particulièrement efficace pour le rotavirus (concentration en alcool supérieure ou égale à 70 ) alors que son efficacité est moins importante pour les calicivirus. Il est important de connaître l activité virucide (virus entériques) des produits (désinfection du matériel et des surfaces, désinfection des mains) utilisés dans les services. Les mesures de prévention utilisant ces produits seront à définir en fonction des virus rencontrés et en fonction de l action virucide des produits disponibles. 5

6 4. Mesures de prévention des gastro-entérites : Hygiène et désinfection des mains renforcées pour le patient, les agents et les visiteurs Appliquer les mesures de prévention et de contrôle appropriées dès qu un cas est détecté. Modalités pratiques de l acte d hygiène des mains dans le cas des gastro-entérites virales - Cas 1 : Efficacité démontrée (demander à son fournisseur) du produit utilisé pour la friction hydroalcoolique sur les principaux virus présentés dans la partie 2 ou sur le virus identifié ET mains non souillées visuellement ou/et non mouillées, utiliser le gel hydroalcoolique en respectant les recommandations d utilisation du fabricant (volume, temps de contact, ). - Cas 2 : Efficacité NON démontrée (demander à son fournisseur) du produit utilisé pour la friction hydroalcoolique sur les principaux virus présentés dans la partie 2 ou sur le virus identifié OU mains souillées visuellement et/ou mouillées, ASSOCIER l action mécanique du lavage simple des mains (bien sécher les mains avant d appliquer le produit hydro-alcoolique) ET la friction avec le gel hydro-alcoolique en respectant les recommandations d utilisation du fabricant (volume, temps de contact, ). - Cas 3 : Absence de produit hydro-alcoolique dans le service, appliquer les procédures mises en place dans l établissement pour la lavage des mains. Indications - Pour les visiteurs (pratiques de base) : en arrivant dans l établissement et avant de quitter la chambre du patient ou du résident. Conseiller aux visiteurs de remettre la visite s ils sont porteurs d une infection contagieuse (grippe, gastro-entérites, ). - Pour le patient (pratiques de base) : Lavage fréquent et adéquat des mains, tout particulièrement avant de manger, et après utilisation des toilettes. Si un patient est infecté, l hygiène des mains du patient ou résident ainsi que celui des visiteurs doit faire l objet de mesures organisationnelles (inclure l hygiène des mains dans le planning de soin, informer les visiteurs, ). - Pour les agents (précautions standard, voir annexe 3) : après tout contact avec un patient ou son environnement et après avoir retiré les gants. 6

7 5. Mesures de prévention des gastro-entérites : Bio-nettoyage et de prise en charge de l environnement dans le cas des gastro-entérites virales Appliquer les mesures de prévention et de contrôle appropriées dès qu un cas est détecté. - Produit : Vérifier que la solution désinfectante utilisée pour les surfaces après le nettoyage est efficace sur le virus entérique impliqué dans les cas du service. Si le virus n est pas identifié, des produits prêts à l emploi ont fait l objet d une validation pour les principaux virus des gastro-entérites (rotavirus ET calicivirus). L eau de javel diluée à 0,5 % est également efficace sur les virus impliqués dans les gastro-entérites virales (Diluer un volume d une solution à 2,6 % dans 4 volumes d eau). - Application : Réaliser un nettoyage avant une désinfection pour éliminer les salissures ou les secrétions biologiques infectées (selles, vomissements). Respecter le temps de contact nécessaire pour la désinfection (10 minutes pour l eau de javel). - Fréquence : - 2 fois par jour pour les chambres ou les zones où ont séjourné des personnes infectées, - 2 fois par jour pour toutes les surfaces hautes du service qui sont en contact avec les mains (interrupteurs, mains courantes, poignées de porte, ). - Zones ou dispositifs à décontaminer : - Chambre des patients infectés, - Dispositifs entrant dans les chambres des patients infectés (tensiomètre, stéthoscope, fauteuils, ), quand cela est possible, mettre un dispositif par chambre de patient infecté, - Les surfaces hautes en contact avec les mains dans l ensemble du service si épidémie, - L ensemble des déchets est éliminé en double emballage dans la filière DASRI (Déchets d Activités de Soins à Risques Infectieux), - Le linge est traité dans la filière du linge contaminé avec un double emballage. 7

8 6. Mesures de prévention des gastro-entérites pour le personnel, les patients, les résidents, les visiteurs. Appliquer les mesures de prévention et de contrôle appropriées dès qu un cas est détecté. RECOMMANDATIONS POUR LE PERSONNEL - Appliquer les précautions standard (Annexe 3) en tout temps et, en plus, les précautions additionnelles contre la transmission par CONTACT pour les soins aux patients malades (selon le tableau clinique ou selon le diagnostic, si disponible) - Porter des gants et une blouse à manches longues pour tout contact avec un patient symptomatique ou son environnement (porter un masque et une protection oculaire s il y a vomissement avec risque d éclaboussures) - Exclure immédiatement le personnel symptomatique de l unité de soins jusqu à 48 heures après la fin des symptômes - Empêcher la transmission à d autres unités ou départements est prioritaire, si des cas groupés sont observés, le personnel travaillant dans l unité affectée ne doit pas travailler dans une zone non affectée pour au moins 48 h. RECOMMANDATIONS POUR LES PATIENTS/RESIDENTS - Faire garder la chambre aux patients/résidants symptomatiques (jusqu à 48 heures après les DERNIERS symptômes) (ce délai est cependant à évaluer suivant le type de virus et les durées d infection, voir annexe 1), - Empêcher la transmission à d autres unités est prioritaire, si des cas groupés sont observés, le transfert de patients de l unité de soins affectée à d autres unités ou autres institutions est à éviter (sauf si le transfert est considéré comme essentiel et après discussion avec le personnel en prévention des infections des endroits concernés), - Fermer ou limiter les accès de l unité de soins affectée pour prévenir l introduction de nouvelles personnes réceptives (ex. : suspendre temporairement les admissions, les visites de bénévoles, ) (en présence de cas groupés), - Suspendre temporairement les activités de groupe (en présence de cas groupés). 8

9 RECOMMANDATIONS POUR LES VISITEURS - Informer les visiteurs et renforcer l hygiène des mains (mettre à disposition des produits d hygiène des mains (solution hydro-alcoolique à l entrée de l établissement avec une information) - Limiter les visites à la famille immédiate pour un patient malade (éviter d exposer des personnes âgées, de jeunes enfants ou des personnes ayant des maladies chroniques sousjacentes) - Un visiteur doit maîtriser les mesures de prévention (lavage des mains, gants, blouses à manches longues) pour être autorisé à pénétrer dans la chambre du patient malade. 7. Suivi et fin de l épisode de cas groupés - Un suivi des cas groupés doit être effectué afin d évaluer l évolution de l épisode. Une fiche est transmise (annexe 2). Cette fiche permettra l investigation et le suivi rapide de l épidémie. - L absence de nouveaux cas après un délai de 96 heures est proposée comme pouvant indiquer la fin d un épisode de cas groupés (ce délai est cependant à évaluer suivant le type de virus et les durées d incubation et d infection), - Les mesures peuvent être levée à l issue de ce délai, - Un bio-nettoyage «à fond» est à réaliser avant la réouverture du service : Nettoyer et désinfecter à fond l unité affectée tout particulièrement les objets fréquemment touchés et manipulés (ex. : poignées de portes et de toilettes), incluant le matériel médical (appareils multiparamétriques, fauteuil roulant, lève-personne, matériel électronique et informatique, etc.), les rideaux autour des lits. - Nettoyer les tapis et les autres mobiliers avec de l eau chaude et un détergent ou à la vapeur. 9

10 8. Bibliographie 1. Mesure de contrôle et prévention des éclosions de cas de gastro-entérites infectieuses d allure virale (Norovirus) dans les établissements de soins. Institut National de Santé Publique du Québec. Juin Epidémie de gastro-entérites virales dans un centre d hébergement de personnes âgés. DGS, INVS. Janvier MMWR Recomm Rep, Norwalk-like viruses. Public health consequences and outbreak management. Jun 1 ;50 (RR-9) : Epidémie hivernale des gastro-entérites aiguës en France, BEH, 2007,

11 9. Annexe 1 : Tableau récapitulatif des principaux virus retrouvés dans les gastro-entérites (D après Nicand et al., et l Institut National de Santé Publique du Québec, ) Virus Adénovirus entériques Période d incubation Durée de la maladie 7-8 jours 8-12 jours Transmission Principaux signes cliniques (source/mode) (% : valeurs moyennes) - Fécal oral - Diarrhée : % - Fièvre : % - Vomissements : 59 % Astrovirus 1-4 jours 2-3 jours Norovirus/ Sapovirus 1-3 jours 1-3 jours Rotavirus 1-3 jours 3-7 jours - Aliments, eau, fécal oral - Diarrhée : 73 % - Fièvre : 46 % - Aliments, eau, fécal oral (contact direct), environnement contaminé par des selles ou des vomissements (contact indirect), personne à personne - Eau, personne à personne, aliments, fécal oral (contact direct), environnement contaminé par des selles ou des vomissements (contact indirect), personne à personne - Vomissement : 46 % - Diarrhée : 66 % - Fièvre : 37 % - Vomissements : 69 % - Diarrhée aqueuse : 98 % - Fièvre : 86 % - Vomissements : 51 % - déshydratation : 72 % des hospitalisations - 1 NICAND E., TEYSSOU R. et BUISSON Y. (1998). Le risque fécal viral en Virologie, 2, Mesures de Contrôle et prévention des éclosions de cas de gastro-entérite infectieuse d allure virale (norovirus) à l intention des établissements de soins. Institut national de santé publique du Québec. 11

12 10. ANNEXE 2 : TABLEAU DE RECUEIL DES CAS GROUPÉS DE GASTRO-ENTÉRITES CHEZ LES PATIENTS/RESIDENTS (A compléter quand le nombre de cas groupés est supérieur ou égal à 5 cas, à utiliser pour réaliser le suivi de l épidémie) Nom de l établissement : Service : Nom du responsable de la surveillance : Noms et prénoms (initiales : 3 premières lettres du nom et du prénom) Date de naissance Sexe Début brutal Symptômes et signes Cocher si présence D* CA N V F Noter T max C Autres Préciser Date de début des signes cliniques Date de fin des signes cliniques (si connus) Prélèvements de selles envoyés au laboratoire de virologie (CNR Dijon) Oui/ Non Date Prélèvements de selles (Bactéries/ Parasites/ ) (laboratoire habituel) Oui/ Non Date Evolution : guérison OU hospitalisation OU Autres Mode de transmission suspecté** : 1.hydrique, 2.personne à personne, 3.alimentaire, 4.contact avec animaux, 5.alimentaire puis personne à personne * Abréviations : D=Diarrhée, CA=Crampes Abdominales, N=Nausée, V=Vomissement, F=Fièvre, C=Céphalées, A=Autres, ** noter l indice correspondant au mode de transmission, pour l alimentaire, noter le ou les aliment(s) incriminé(s), la date du repas et si des investigations virales sont réalisées (répondre oui ou non) Tableau rempli par (différentes personnes peuvent remplir le tableau) : 12

13 11. Annexe 3 : Adresses internet concernant les précautions standard Précautions standard, C-CLIN SUD EST Antenne PACA, Octobre recommandations pour la surveillance et la prévention des infections nosocomiales. Ministère de l'emploi et de la Solidarité, Secrétariat d'etat à la Santé et à l'action sociale, Comité technique national des infections nosocomiales, deuxième édition,

14 12. Annexe 4 : Coordonnées CCLIN-Est Responsables Professeur Christian Rabaud Docteur Daniel Talon Praticien hygiéniste Docteur Loïc Simon Centre de Coordination de la Lutte contre les Infections Nosocomiales de l Est Hôpitaux de Brabois Rue du Morvan Vandoeuvre Les Nancy Cedex Tél / Fax Antennes Régionales de Lutte contre les Infections Nosocomiales - Alsace Antenne Régionale d'alsace de Lutte contre les Infections Nosocomiales (ARALIN) CHU, Hôpital civil 23, Rue de la porte de l'hôpital - BP Strasbourg cedex Tél : Fax : Coordonnateur : Dr Stéphane Gayet, Cadre de santé hygiéniste : Anne Bettinger, - Bourgogne Antenne régionale de Bourgogne Service d'épidémiologie et d'hygiène hospitalière CHU Hôpital le Bocage 10, Bd Maréchal De Lattre de Tassigny Dijon cedex Tél : Fax Coordonnateur : Dr Ludwig Serge Aho-Glélé Coordonnateur Adjoint : Dr Karine Astruc 14

15 Infirmière hygiéniste : Graziella Guerre - Champagne-Ardenne Antenne régionale de Champagne Ardenne Resclin-Champagne-Ardenne CHU - Clinique de Champagne 3, Rue de l'université Reims Tel : Fax : Courriel : Coordonnateur : Dr Véronique Bussy Malgrange Praticien hygiéniste : Dr Jean Claude Réveil Cadre de santé coordinateur : Martine Blassiau - Franche-Comté Antenne régionale de Franche Comté Réseau Franc Comtois de Lutte contre les Infections Nosocomiales (RFCLIN) 2, place Saint Jacques Besançon Tel : Fax courriel : Coordonnateur : Dr Daniel Talon Praticien hygiéniste : Dr Nathalie Floret - Lorraine Antenne régionale de Lorraine Cellule Régionale d'hygiène Hôpital de Brabois Rue du Morvan Vandoeuvre les Nancy tel : Fax Courriel : Coordonnateur : Dr Marie Françoise Blech 15

Investigation d'une épidémie de gastroentérites à norovirus dans un service hospitalier

Investigation d'une épidémie de gastroentérites à norovirus dans un service hospitalier Investigation d'une épidémie de gastroentérites à norovirus dans un service hospitalier Couzigou C 1,2, Nguyen JC 3, Perniceni L 1, Vidal B 1,2, Gillard C 1, Salmeron S 4 1. Équipe opérationnelle d hygiène

Plus en détail

104 résidents Population accueillie :

104 résidents Population accueillie : UNE GESTION DIFFICILE. MAIS RICHE Eddy CHENAF Directeur Dr Francine BEAUFILS Médecin coordonnateur 104 résidents Population accueillie : personnes âgées : moyenne d âge 82 ans, Trouble des fonctions supérieures

Plus en détail

Le CCLIN Est rencontre. le grand public. Strasbourg 04 02 2010

Le CCLIN Est rencontre. le grand public. Strasbourg 04 02 2010 Le CCLIN Est rencontre le grand public Strasbourg 04 02 2010 Les objectifs Plan stratégique national 2009-2013, Programme national de prévention des IAS : L une des orientations s intéresse au : «Maintien

Plus en détail

Gestion d une épidémie à Norovirus dans un EMS. EMS Les Châteaux Responsable d unité de soins Mr Sacha Radosavljevec Mardi 16 septembre 2014

Gestion d une épidémie à Norovirus dans un EMS. EMS Les Châteaux Responsable d unité de soins Mr Sacha Radosavljevec Mardi 16 septembre 2014 Gestion d une épidémie à Norovirus dans un EMS EMS Les Châteaux Responsable d unité de soins Mr Sacha Radosavljevec Mardi 16 septembre 2014 1 Contexte - EMS Mission gériatrique 51 lits Sur 2 niveaux 2

Plus en détail

Chapitre VI : Gestion des risques épidémiques

Chapitre VI : Gestion des risques épidémiques Chapitre VI : Fiche n VI.1 : Gale Fiche n VI.2 : Tubeculose pulmonaire (accessible dans la prochaine version) Fiche n VI.3 : Gastro-entérite Fiche n VI.4 : Infection respiratoire aigüe basse Sommaire Sommaire

Plus en détail

Cas groupés de gastro-entérites lors d un voyage scolaire

Cas groupés de gastro-entérites lors d un voyage scolaire Cas groupés de gastro-entérites lors d un voyage scolaire JRVS Midi-Pyrénées - 14 juin 2012 L Couleau 1 ; Maud Ginsbourger 1-2 ; N Sauthier 1 ; P Fabre 3 ;V Schwoebel 1 1. Cellule de l Institut de Veille

Plus en détail

PRISE EN CHARGE D'UN PATIENT ATTEINT OU SUSPECT DE CLOSTRIDIUM DIFFICILE

PRISE EN CHARGE D'UN PATIENT ATTEINT OU SUSPECT DE CLOSTRIDIUM DIFFICILE PRISE EN CHARGE D'UN PATIENT ATTEINT OU SUSPECT DE CLOSTRIDIUM DIFFICILE PG SPI SUR 014 v1 2011 1/5 OBJET Conduite à tenir dans le cadre de l'arrivée d'un patient atteint ou suspect de portage de Clostridium

Plus en détail

La grippe, comment l éviter?

La grippe, comment l éviter? La grippe, comment l éviter? Marine LARRIERE, étudiante en soins infirmiers IFSI Laxou Promotion 2014/2017 Février 2015 Sommaire Qu est-ce que la grippe? Epidémie saisonnière de 2015 Les virus de la grippe

Plus en détail

Hygiène Stérilisation. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2013 111

Hygiène Stérilisation. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2013 111 Hygiène Stérilisation 2013 111 Formation des correspondants en hygiène hospitalière CCLIN Sud-Ouest (formation réservée aux correspondants hygiène de Midi-Pyrénées) Répondre aux exigences de la circulaire

Plus en détail

Les Précautions. «Standard» Denis Thillard. Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD 24 novembre 2009

Les Précautions. «Standard» Denis Thillard. Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD 24 novembre 2009 Les Précautions «Standard» Denis Thillard 24 novembre 2009 Les précautions standard Ce sont des règles r de base à appliquer: Par tous les professionnels Pour tous les résidentsr Tous les jours l hygiène

Plus en détail

Gestion de la crise sanitaire grippe A

Gestion de la crise sanitaire grippe A Gestion de la crise sanitaire grippe A Sommaire de la présentation Nature du risque lié au virus A H1N1 Plan gouvernemental de pandémie grippale Mesures de protection Historique de la grippe La grippe

Plus en détail

GASTRO-ENTERITE, une histoire qui court..

GASTRO-ENTERITE, une histoire qui court.. GASTRO-ENTERITE, une histoire qui court.. Nous allons vous raconter une histoire qui s est passée dans un hôpital de la Loire. Le samedi 30 novembre 2012, dans le service C3 service de SSR accueillant

Plus en détail

Norovirus / Gale: les mesures en EMS (valaisans)

Norovirus / Gale: les mesures en EMS (valaisans) Norovirus / Gale: les mesures en EMS (valaisans) Marive 06.02.2015 Marguerite Métral Delalay Service des maladies infectieuses ICHV, Hôpital du Valais Les épidémies de gastroentérites à norovirus Institutions

Plus en détail

EVALUER LA MAITRISE DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD

EVALUER LA MAITRISE DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD EVALUER LA MAITRISE DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD Dr. Nathalie MAUBOURGUET Lundi 24 novembre 2008 Ministère de la Santé, Salle Laroque Séminaire National sur l Organisation de la Prévention des Infections

Plus en détail

Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014

Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014 Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014 Nadège Caillere, Cire Océan Indien Dr Joao Simoes, Cellule de veille, d alerte et de gestion

Plus en détail

Programme Déficience physique FORMATION D ACCUEIL RÔLE DE LA CONSEILLÈRE EN SOINS GESTION DES RISQUES PRÉVENTION DES INFECTIONS APPELS D URGENCE

Programme Déficience physique FORMATION D ACCUEIL RÔLE DE LA CONSEILLÈRE EN SOINS GESTION DES RISQUES PRÉVENTION DES INFECTIONS APPELS D URGENCE Programme Déficience physique FORMATION D ACCUEIL RÔLE DE LA CONSEILLÈRE EN SOINS GESTION DES RISQUES PRÉVENTION DES INFECTIONS APPELS D URGENCE TABLE DES MATIÈRES Gestion des risques Prévention des infections

Plus en détail

LES PRECAUTIONS STANDARD EN HOSPITALISATION A DOMICILE

LES PRECAUTIONS STANDARD EN HOSPITALISATION A DOMICILE LES PRECAUTIONS STANDARD EN HOSPITALISATION A DOMICILE CONTEXTE (I) Les précautions standard ont pour but d éviter la transmission des infections nosocomiales à la fois aux patients et aux soignants. Elles

Plus en détail

PREVENTION ET CONDUITE A TENIR EN CAS DE GASTRO-ENTERITE AIGUES (GEA)

PREVENTION ET CONDUITE A TENIR EN CAS DE GASTRO-ENTERITE AIGUES (GEA) 1. OBJECTIFS Prévenir la transmission croisée des micro-organismes responsables des GEA par la mise en œuvre de mesures appropriées pour tous les professionnels de l EHPAD. Prévenir le risque épidémique

Plus en détail

Unité soins protégés. Conseils pour la sortie de votre enfant. CHRU Montpellier 34295 Montpellier cedex 5

Unité soins protégés. Conseils pour la sortie de votre enfant. CHRU Montpellier 34295 Montpellier cedex 5 Unité soins protégés Conseils pour la sortie de votre enfant CHRU Montpellier 34295 Montpellier cedex 5 Introduction Le premier retour à la maison est un moment attendu mais aussi angoissant, que se soit

Plus en détail

Étape 1: Rassembler le matériel avant d'entrer dans la chambre du patient. Étape 1a: Rassembler le matériel pour réaliser les écouvillonnages oraux

Étape 1: Rassembler le matériel avant d'entrer dans la chambre du patient. Étape 1a: Rassembler le matériel pour réaliser les écouvillonnages oraux Situation sur le terrain Comment procéder sans risque à des écouvillonnages oraux (prélèvements de salive) chez des patients décédés, que l on suspecte d être infectés par le virus Ebola Étape 1: Rassembler

Plus en détail

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES Dr Virginie NAEL Service de Santé au travail du personnel hospitalier CHU Nantes 44èmes journées FMC ANMTEPH / SOHF - Lausanne - Septembre

Plus en détail

"Au lieu de s ingénier à tuer les microbes dans les plaies, ne serait-il pas plus raisonnable de ne pas en introduire"? Pasteur

Au lieu de s ingénier à tuer les microbes dans les plaies, ne serait-il pas plus raisonnable de ne pas en introduire? Pasteur "Au lieu de s ingénier à tuer les microbes dans les plaies, ne serait-il pas plus raisonnable de ne pas en introduire"? Pasteur 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. Historique Cadre législatif Petits rappels

Plus en détail

Mesures d hygiène vis-à-vis des maladies à transmission respiratoire. Mesures d hygiène vis-à-vis des maladies à transmission féco-orale

Mesures d hygiène vis-à-vis des maladies à transmission respiratoire. Mesures d hygiène vis-à-vis des maladies à transmission féco-orale Mesures d hygiène Mesures d hygiène générales Mesures d hygiène vis-à-vis des maladies à transmission respiratoire Mesures d hygiène vis-à-vis des maladies à transmission féco-orale Mesures d hygiène vis-à-vis

Plus en détail

Commission spécialisée Sécurité Patient

Commission spécialisée Sécurité Patient Commission spécialisée Sécurité Patient Constitution d un GT représentatif : Hygiénistes, infectiologues, bactériologistes Recrutement de 2 chargés de mission (bibliographie) Partenariat avec Sociétés

Plus en détail

Gestion d une épidémie de gale. EHPAD Les Minimes

Gestion d une épidémie de gale. EHPAD Les Minimes Gestion d une épidémie de gale EHPAD Les Minimes PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT Etablissement privé composé de deux bâtiments Résidence Dedelay Résidence H.Durand Capacité de 133 lits dont 10 lits pour

Plus en détail

PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES D HYGIENE

PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES D HYGIENE PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES D HYGIENE Complémentaires d Hygiène CHAPUIS C, Saint Genis Laval Juin 2010 Objectif Les Complémentaires d Hygiène (PCH) ont pour but de faire barrière à la diffusion d un agent

Plus en détail

Transmission interhumaine du virus grippal en unités s de soins à l hôpital. Édouard Herriot de 2004 à 2008: la place du soignant

Transmission interhumaine du virus grippal en unités s de soins à l hôpital. Édouard Herriot de 2004 à 2008: la place du soignant Transmission interhumaine du virus grippal en unités s de soins à l hôpital Édouard Herriot de 2004 à 2008: la place du soignant Sylvie Monier UHE-Hôpital Hôpital Edouard Herriot JNI-11.06.2009 INTRODUCTION

Plus en détail

PREVENTION DE LA TRANSMISSION DES BMR A DOMICILE

PREVENTION DE LA TRANSMISSION DES BMR A DOMICILE PREVENTION DE LA TRANSMISSION DES BMR A DOMICILE Liliane GUILLORET**, Mireille LAMBERT*, ** Coordinatrice de SSIAD, Infirmière re hygiéniste *PH responsable EOHH, Président du CLIN HOPITAL LOCAL MONTFORT

Plus en détail

GRIPPE SAISONNIERE. Place de la vaccination du personnel dans la prévention des épidémies institutionnelles

GRIPPE SAISONNIERE. Place de la vaccination du personnel dans la prévention des épidémies institutionnelles GRIPPE SAISONNIERE Place de la vaccination du personnel dans la prévention des épidémies institutionnelles DR M.A. HUBSCHER Journée régionale EMS 22/11/2012 Le virus grippal Réputé fragile : sensible aux

Plus en détail

PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES :

PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES : 1 PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES : AUDIT DU GREPHH: PRÉSENTATION DES RÉSULTATS DU RÉSEAU D HYGIÈNE CHOLETAIS-SAUMUROIS Murielle Chapu & Agnès Petiteau, IDE Hygiènistes Audit National 2 Audit proposé sur 3

Plus en détail

La prévention et contrôle des infections: C EST L AFFAIRE DE TOUS!

La prévention et contrôle des infections: C EST L AFFAIRE DE TOUS! La prévention et contrôle des infections: C EST L AFFAIRE DE TOUS! Par Cathy Ouellet Conseillère en prévention et contrôle des infections Formation pour les bénévoles Juillet 2013 L exposition à des agents

Plus en détail

Exemple d une «crise sanitaire» en EHPAD: gestion d une épidémie de gastro-entérite ànorovirus

Exemple d une «crise sanitaire» en EHPAD: gestion d une épidémie de gastro-entérite ànorovirus Exemple d une «crise sanitaire» en EHPAD: gestion d une épidémie de gastro-entérite ànorovirus Dr N. Murat-Charrouf EHPAD «Lucien Schroeder»-Rennes Service de gériatrie CHU Rennes Mission 5: «Veille àl

Plus en détail

BIONETTOYAGE QUE FAIRE POUR BIEN FAIRE

BIONETTOYAGE QUE FAIRE POUR BIEN FAIRE BIONETTOYAGE QUE FAIRE POUR BIEN FAIRE P r é v e n t i o n d u r i s q u e i n f e c t i e u x e n E HPAD V. MOULIN Praticien Hygiéniste D.SEVALI Biohygiéniste 03/04/2014 L'ENTRETIEN DE L ENVIRONNEMENT

Plus en détail

La grippe, ça dévaste! Campagne de vaccination contre la grippe saisonnière 2011-2012 Présentation à la direction 2011-2012

La grippe, ça dévaste! Campagne de vaccination contre la grippe saisonnière 2011-2012 Présentation à la direction 2011-2012 La grippe, ça dévaste! Campagne de vaccination contre la grippe saisonnière 2011-2012 1 Qu est-ce que la grippe? Infection virale aiguë des voies respiratoires Se propage facilement d un personne à l autre

Plus en détail

Surveillance des BMR : Module optionnel de surveillance des Infections à Clostridium difficile proposé par le CClin Ouest

Surveillance des BMR : Module optionnel de surveillance des Infections à Clostridium difficile proposé par le CClin Ouest Réseau national d Alerte, d Investigations et de Surveillance des Infections Nosocomiales Surveillance des BMR : Module optionnel de surveillance des Infections à Clostridium difficile proposé par le CClin

Plus en détail

Version 2.0 : 17 décembre 2014

Version 2.0 : 17 décembre 2014 Gestion de la santé au travail : mesures à prendre pour le traitement des travailleurs de la santé qui ont eu des contacts ou des contacts étroits avec la maladie à virus Ebola (MVE) Version 2.0 : 17 décembre

Plus en détail

Isolement "Grippe A" H1N1

Isolement Grippe A H1N1 Isolement "Grippe A" H1N1 Rédigé par: Unité de Prévention des Infections Nosocomiales 'DESP), avec la collaboration des services de Médecine du Travail et de Maladies Infectieuses et Tropicales Validé

Plus en détail

Fiche pour les responsables des établissements d hébergement pour personnes âgées

Fiche pour les responsables des établissements d hébergement pour personnes âgées Mesures à mettre en œuvre dans les établissements d hébergement pour personnes âgées en cas de syndrome respiratoire aigu lors d une pandémie de grippe A(H1N1) Fiche pour les responsables des établissements

Plus en détail

Prévenir la Diffusion des BHRe en région Centre : les nouvelles recommandations françaises pour le SSR, le SLD, l HAD et le secteur Médico-Social

Prévenir la Diffusion des BHRe en région Centre : les nouvelles recommandations françaises pour le SSR, le SLD, l HAD et le secteur Médico-Social Prévenir la Diffusion des BHRe en région Centre : les nouvelles recommandations françaises pour le SSR, le SLD, l HAD et le secteur Médico-Social Bruno Grandbastien pour le groupe de travail du HCSP Faculté

Plus en détail

Avis de l OIIAQ. concernant les lignes de conduite à l intention des infirmières auxiliaires qui sont atteintes d une infection hématogène

Avis de l OIIAQ. concernant les lignes de conduite à l intention des infirmières auxiliaires qui sont atteintes d une infection hématogène Avis de l OIIAQ concernant les lignes de conduite à l intention des infirmières auxiliaires qui sont atteintes d une infection hématogène Depuis quelques années, les infirmières auxiliaires, les enseignantes

Plus en détail

PANSEMENTS ET SOINS DE PLAIES : QUELLES PRECAUTIONS DE BASE A RESPECTER?

PANSEMENTS ET SOINS DE PLAIES : QUELLES PRECAUTIONS DE BASE A RESPECTER? PANSEMENTS ET SOINS DE PLAIES : QUELLES PRECAUTIONS DE BASE A RESPECTER? Isabelle JOZEFACKI IDE HYGIENISTE UPIN DESP Le 17 novembre 2011 3 ème journée régionale de formation destinée aux EHPAD Moyens de

Plus en détail

Question n 1 : Vous travailliez en soins de longue durée et ce matin il vous est proposé de vous vacciner contre la grippe, que faites-vous?

Question n 1 : Vous travailliez en soins de longue durée et ce matin il vous est proposé de vous vacciner contre la grippe, que faites-vous? Question n 1 : Vous travailliez en soins de longue durée et ce matin il vous est proposé de vous vacciner contre la grippe, que faites-vous? Vous refusez à cause des effets secondaires Explications : En

Plus en détail

Support de Formation PRECAUTIONS STANDARD destiné aux professionnels de santé

Support de Formation PRECAUTIONS STANDARD destiné aux professionnels de santé Réseau des Hygiénistes du Centre Antenne Régionale de Lutte contre les Infections Nosocomiales Support de Formation PRECAUTIONS STANDARD destiné aux professionnels de santé Version 2013 1 ère Partie CONNAISSANCES

Plus en détail

COMMENT PASSER LES MESSAGES DE L HYGIENE DE BASE AUX ETUDIANTS EN MEDECINE, EN SERVICE DE. Alexandra GENESTIER- Juin 2007

COMMENT PASSER LES MESSAGES DE L HYGIENE DE BASE AUX ETUDIANTS EN MEDECINE, EN SERVICE DE. Alexandra GENESTIER- Juin 2007 COMMENT PASSER LES MESSAGES DE L HYGIENE DE BASE AUX ETUDIANTS EN MEDECINE, EN SERVICE DE REANIMATION Alexandra GENESTIER- Juin 2007 PLAN A- Introduction B- Historique C- Règles d hygiène D- Public visé=

Plus en détail

1 La Grippe en questions

1 La Grippe en questions 1 La Grippe en questions Qu est ce que la grippe? Que sont les virus grippaux? La grippe est une infection virale respiratoire aiguë contagieuse. Les virus grippaux se répartissent entre différents types

Plus en détail

Conduite à tenir en cas de grippe A (H1N1)

Conduite à tenir en cas de grippe A (H1N1) Établissements d hébergement pour personnes handicapées Conduite à tenir en cas de grippe A (H1N1) La grippe est une infection respiratoire aiguë très contagieuse et les mesures à mettre en œuvre s inscrivent

Plus en détail

Audit Précautions standard

Audit Précautions standard Audit Précautions standard Présentation de l audit Contexte PROPIN (programme national de prévention des infections nosocomiales) 2009-2013 Objectif Renforcer la prévention du risque infectieux soignants/soignés

Plus en détail

Quizz Hygiène des mains

Quizz Hygiène des mains Quizz Hygiène des mains Question 1 En dehors des professionnels de santé, l hygiène des mains concerne : 1. le grand public 2. les résidents 3. les visiteurs 4. les intervenants externes 5. les bénévoles

Plus en détail

GRIPPE A /H1N1 ASMT TARBES 2009

GRIPPE A /H1N1 ASMT TARBES 2009 GRIPPE A /H1N1 ASMT TARBES 2009 GENERALITE La grippe est une infection respiratoire aiguë très contagieuse, les virus grippaux se répartissent entre différents types : A,B,C ; Seul le virus A est responsable

Plus en détail

Précautions «Standard»

Précautions «Standard» Précautions «Standard» Relais Régional d Hygiène Hospitalière du Centre RHC Précautions «Standard» Définition : Précautions «Standard» : 7 recommandations générales d hygiène à appliquer pour tout patient

Plus en détail

Pandémie grippale et continuité d activité

Pandémie grippale et continuité d activité Pandémie grippale et continuité d activité I. Les notions Modes de transmission En Alsace Entreprises concernées Grippe A / H1N1 Infection humaine par un virus grippal d origine porcine. Ce virus appartient

Plus en détail

FICHE ETABLISSEMENT. A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :...

FICHE ETABLISSEMENT. A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :... Feuille n FICHE ETABLISSEMENT A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :... Date : / / Nom de l établissement : CCLIN de rattachement Code établissement

Plus en détail

Prévention de la transmission des agents infectieux

Prévention de la transmission des agents infectieux PRÉVENTION DE LA TRANSMISSION CROISÉE DES MICRO-ORGANISMES Précautions standard et complémentaires Elisabeth Laprugne-Garcia CClin Sud-Est 29/04/2015 Prévention de la transmission des agents infectieux

Plus en détail

CONDUITE A TENIR EN CAS D ACCIDENT AVEC EXPOSITION AU SANG (AES)

CONDUITE A TENIR EN CAS D ACCIDENT AVEC EXPOSITION AU SANG (AES) Pour la santé au travail CONDUITE A TENIR EN CAS D ACCIDENT AVEC EXPOSITION AU SANG (AES) Risques d AES Piqûre Coupure Projection sur visage yeux peau lésée Avec l aimable autorisation des sociétés SITA

Plus en détail

Pandémie de grippe : mesures spécifiques. Formation 2007 Cours à l intention du personnel des établissements médico-sociaux

Pandémie de grippe : mesures spécifiques. Formation 2007 Cours à l intention du personnel des établissements médico-sociaux Pandémie de grippe : mesures spécifiques Formation 2007 Cours à l intention du personnel des établissements médico-sociaux La grippe (ou influenza) Infection des voies respiratoires déclenchée par les

Plus en détail

Evaluation des Précautions Complémentaires de type Contact :

Evaluation des Précautions Complémentaires de type Contact : Evaluation des Précautions Complémentaires de type Contact : Un nouvel outil pour les équipes d hygiène Xe JOURNEE REGIONALE DE PREVENTION DES INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS Yann Ollivier 1 Contexte /

Plus en détail

La construction de notre PCA a pour but d assurer la protection du personnel et du maintient de notre activité.

La construction de notre PCA a pour but d assurer la protection du personnel et du maintient de notre activité. PLAN DE CONTINUITE D ACTIVITE SOMMAIRE 1. LE CONTEXTE...3 1.1 LA SITUATION ACTUELLE...3 1.2 NOTRE MISE EN PLACE DU PLAN DE CONTINUITE DE L ACTIVITE...3 1.3 NOS CONTACTS...3 2. NOS SERVICES EXPOSES AU RISQUE...4

Plus en détail

Informer. http://www.grippe-aviaire.gouv.fr/img/pdf/plan_pg_2009.pdf

Informer. http://www.grippe-aviaire.gouv.fr/img/pdf/plan_pg_2009.pdf Nouveau virus de grippe QUESTIONS / REPONSES 5 mai 2009 Fiche 5 Pour les réponses aux questions générales concernant la nature du virus ou les connaissances médicales et épidémiologiques disponibles, nous

Plus en détail

Surveillance des foyers de gastroentérites aigües (Gea) en collectivité de personnes âgées, région Bourgogne

Surveillance des foyers de gastroentérites aigües (Gea) en collectivité de personnes âgées, région Bourgogne Surveillance des foyers de gastroentérites aigües (Gea) en collectivité de personnes âgées, région Bourgogne Saison hivernale 2013-14 Journée régionale des Correspondants en Hygiène des Etablissements

Plus en détail

Epidémiologie des Ira et GEA en Ehpad

Epidémiologie des Ira et GEA en Ehpad Epidémiologie des Ira et GEA en Ehpad 28/03/2013 Plan de la présentation Définitions des IRA et GEA Etiologies Grippe et norovirus La surveillance de la grippe et de la GEA en France La surveillance des

Plus en détail

Service d ambulance. Normes. de soins aux patients. et de transport

Service d ambulance. Normes. de soins aux patients. et de transport Service d ambulance Normes de soins aux patients et de transport Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Direction des services de santé d urgence Avril 2000 (Mise à jour : octobre 2002) Soins

Plus en détail

Informations Grippe A (H1N1)

Informations Grippe A (H1N1) Fiche Info Santé au travail N 03 Informations Grippe A (H1N1) Qu est-ce qu une pandémie? Une pandémie grippale est une épidémie mondiale de grippe chez l homme résultant de l apparition d un nouveau virus

Plus en détail

«Isolement» Précautions Complémentaires d Hygiène (PCH)

«Isolement» Précautions Complémentaires d Hygiène (PCH) «Isolement» Précautions Complémentaires d Hygiène (PCH) EPU «Bactéries Multi-Résistantes» 21 janvier 2010 Dr I. Martin Équipe Opérationnelle d Hygiène 1 Définitions «Isolement» : mesures d hygiène visant

Plus en détail

MESURES PREVENTIVES et ISOLEMENTS APPLICABLES PENDANT LE TRANSPORT DES PATIENTS. COLMU PONT A MOUSSON 10 Juin 2008 C. COSSON C.

MESURES PREVENTIVES et ISOLEMENTS APPLICABLES PENDANT LE TRANSPORT DES PATIENTS. COLMU PONT A MOUSSON 10 Juin 2008 C. COSSON C. MESURES PREVENTIVES et ISOLEMENTS APPLICABLES PENDANT LE TRANSPORT DES PATIENTS COLMU PONT A MOUSSON 10 Juin 2008 C. COSSON C. BURTIN Introduction Hygiène : Normes et réglementation (1) Hôpitaux Chapitre

Plus en détail

1 ère JOURNEE GRENOBLOISE DES EHPAD LE RISQUE NOSOCOMIAL EN EHPAD. Dr CHARDON-TOURNE Gériatrie Chissé C.H.U. de Grenoble

1 ère JOURNEE GRENOBLOISE DES EHPAD LE RISQUE NOSOCOMIAL EN EHPAD. Dr CHARDON-TOURNE Gériatrie Chissé C.H.U. de Grenoble 1 ère JOURNEE GRENOBLOISE DES EHPAD LE RISQUE NOSOCOMIAL EN EHPAD Dr CHARDON-TOURNE Gériatrie Chissé C.H.U. de Grenoble INFECTION NOSOCOMIALE : DEFINITION Consécutive à des soins Le plus souvent à l hôpital

Plus en détail

GUIDE DES CONDUITES A TENIR LORS D UNE AFFECTION AIGUE CHEZ L ENFANT ACCUEILLI EN COLLECTIVITE

GUIDE DES CONDUITES A TENIR LORS D UNE AFFECTION AIGUE CHEZ L ENFANT ACCUEILLI EN COLLECTIVITE GUIDE DES CONDUITES A TENIR LORS D UNE AFFECTION AIGUE CHEZ L ENFANT ACCUEILLI EN COLLECTIVITE Le Puy-en-Velay, le 22 Septembre 2006 Il faut rappeler que pour toute personne malade (par exemple présentant

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE AUX ENFANTS MALADES ET À l EXCLUSION

POLITIQUE RELATIVE AUX ENFANTS MALADES ET À l EXCLUSION POLITIQUE RELATIVE AUX ENFANTS MALADES ET À l EXCLUSION 2008 TITRE CPE Les Petits Bonheurs Code : CA 115.8.2 Politique relative aux enfants malades et à l exclusion NATURE ET APPROBATION Date d approbation

Plus en détail

LES ACCIDENTS D EXPOSITION AU SANG

LES ACCIDENTS D EXPOSITION AU SANG F I C H E P R E V E N T I O N N 1 2 «H Y G I E N E S E C U R I T E» LES ACCIDENTS D EXPOSITION AU SANG DEFINITION STATISTIQUES Chaque année dans les collectivités et établissements publics de la Manche,

Plus en détail

DIARRHEES NOSOCOMIALES

DIARRHEES NOSOCOMIALES DIARRHEES NOSOCOMIALES Dr Julie Gagnaire Journée de formation de printemps des correspondants en hygiène hospitalière AVRIL 2016 INTRODUCTION Manque d intérêt car : nombreuses causes de diarrhées (médicaments,

Plus en détail

PROGRAMMES ÉCRITS ET DOSSIERS (REGISTRES)

PROGRAMMES ÉCRITS ET DOSSIERS (REGISTRES) Annexe I - MODÈLE DE DOCUMENTATION EXIGÉE PAR LE MANUEL D INSPECTION DES ÉTABLISSEMENTS DE PRODUITS DE L ÉRABLE (MIÉPÉ) PROGRAMMES ÉCRITS ET DOSSIERS (REGISTRES) NOM DE L ÉTABLISSEMENT D ÉRABLIÈRE : NUMÉRO

Plus en détail

Grippe A / H1N1 NOTIONS GÉNÉRALES

Grippe A / H1N1 NOTIONS GÉNÉRALES Grippe A / H1N1 NOTIONS GÉNÉRALES Historique 26 avril 2009 : premiers cas humains de grippe d origine porcine au Mexique Puis extension aux Etats-Unis Et en quelques semaines à l ensemble des cinq continents

Plus en détail

1. Critères d exclusion généraux. 2. Réintégration de l enfant dans le groupe

1. Critères d exclusion généraux. 2. Réintégration de l enfant dans le groupe Ce guide a été conçu afin de mieux cerner les interventions à réaliser lorsqu un enfant est malade. Il nous permet d avoir un cadre à suivre précis qui soit le même pour tous les enfants, tout en favorisant

Plus en détail

QUIZZ N 2 Un résidant en EHPAD présente une BMR dans les urines : un Escherichia coli résistant au céfotaxime.

QUIZZ N 2 Un résidant en EHPAD présente une BMR dans les urines : un Escherichia coli résistant au céfotaxime. QUIZZ N 2 Un résidant en EHPAD présente une BMR dans les urines : un Escherichia coli résistant au céfotaxime. Lire les questions attentivement, puis choisir la lettre correspondant à la ou les bonnes

Plus en détail

PROJET DE VIE PROJET DE SOINS RESIDENTS PORTEURS D UNE B.M.R. EN E.H.P.A.D.

PROJET DE VIE PROJET DE SOINS RESIDENTS PORTEURS D UNE B.M.R. EN E.H.P.A.D. PROJET DE VIE PROJET DE SOINS RESIDENTS PORTEURS D UNE B.M.R. EN E.H.P.A.D. DAURIAC MARIE-CHRISTINE INFIRMIERE EQUIPE MOBILE DE GERIATRIE CH AUCH 9 JUIN 2011 Projet de vie / projet de soins Les deux projets,

Plus en détail

Grippe saisonnière Grippe A (H1N1) Mesures préventives. Cours pour infirmières EMS Septembre 2009

Grippe saisonnière Grippe A (H1N1) Mesures préventives. Cours pour infirmières EMS Septembre 2009 Grippe saisonnière Grippe A (H1N1) Mesures préventives Cours pour infirmières EMS Septembre 2009 Unité HPCI, septembre 2009 1 Objectifs du cours Grippe saisonnière Grippe A(H1N1) Mesures de prévention

Plus en détail

INSTITUT DE FORMATION DES CADRES DE SANTE ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS

INSTITUT DE FORMATION DES CADRES DE SANTE ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS INSTITUT DE FORMATION DES CADRES DE SANTE ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS ACTIVITE PROFESSIONNELLE N 24: LE CADRE EVALUE LA QUALITE DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES ET PROPOSE DES PERSPECTIVES D AMELIORATION

Plus en détail

DIRECTIVES POUR L AGENT A SON DOMICILE OU SUR SON LIEU DE TRAVAIL

DIRECTIVES POUR L AGENT A SON DOMICILE OU SUR SON LIEU DE TRAVAIL CHU DE LIEGE Direction Médicale Sites : Sart-Tilman N.-D. des Bruyères Ourthe-Amblève Brull Aywaille Titre : Procédure de prise en charge des membres du personnel du CHU suspects de grippe A H1N1v2009.

Plus en détail

BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents

BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents L. Grolier-Bois - Médecin hygiéniste Centre Hospitalier de Bretagne-Sud (56) Centre Hospitalier de Quimperlé (29) ARLIN BRETAGNE Journée Régionale de Formation

Plus en détail

INFECTIONS NOSOCOMIALES

INFECTIONS NOSOCOMIALES INFECTIONS NOSOCOMIALES I - Définitions La définition générale d une infection nososcomiale est la suivante : infection contractée au cours d un séjour dans un établissement de soins. Un délai de 48h au

Plus en détail

DETERGENT DETERGENT DESINFECTANT DESINFECTANT

DETERGENT DETERGENT DESINFECTANT DESINFECTANT DETERGENT DETERGENT DESINFECTANT DESINFECTANT I LES DETERGENTS a) Définition : Substances utilisées pour le lavage ou le nettoyage. Le détergent a uniquement des propriétés nettoyantes. Il ne détruit pas

Plus en détail

MARS Message d Alerte Rapide Sanitaire

MARS Message d Alerte Rapide Sanitaire MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE DIRECTION GENERALE DE LA SANTE DEPARTEMENT DES URGENCES SANITAIRES DATE : 06/08/2014 REFERENCE : MARS 06.08.14-1 OBJET : ACTUALISATION DES INFORMATIONS SUR

Plus en détail

Politique relative aux enfants malades et à l exclusion

Politique relative aux enfants malades et à l exclusion Politique relative aux enfants malades et à l exclusion Politique adoptée par le conseil d administration du CPE les Globules le 4 juin 2013 Révisé et adopté par le CA le 22 mai 2014. Le centre de la petite

Plus en détail

Qu est ce qu une BMR? Bactérie Multi Résistante aux antibiotiques

Qu est ce qu une BMR? Bactérie Multi Résistante aux antibiotiques Les BMR en EHPAD Hygiène et Prévention du risque infectieux en EHPAD 28 mai 2009 SGRIVi CHRU - Lille Qu est ce qu une BMR? Bactérie Multi Résistante aux antibiotiques Résistante aux antibiotiques Ex: SARM

Plus en détail

ORDONNANCE COLLECTIVE

ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE COLLECTIVE INITIER ET EFFECTUER UN PRÉLÈVEMENT NASOPHARYNGÉ POUR LA RECHERCHE D INFLUENZA Date d entrée en vigueur Date de révision 9 mai 2006 25 mars 2014 Professionnels habilités à exécuter

Plus en détail

CONSULAT GENERAL DE FRANCE A TANANARIVE INFORMATIONS SANITAIRES GRIPPE A, CHIKUNGUNYA ET DENGUE

CONSULAT GENERAL DE FRANCE A TANANARIVE INFORMATIONS SANITAIRES GRIPPE A, CHIKUNGUNYA ET DENGUE CONSULAT GENERAL DE FRANCE A TANANARIVE INFORMATIONS SANITAIRES GRIPPE A, CHIKUNGUNYA ET DENGUE 1 INFORMATIONS SUR PANDEMIE GRIPPALE Une pandémie grippale frappe le monde depuis quelques semaines. Il s

Plus en détail

Gestion des excreta et risque infectieux en EHPAD

Gestion des excreta et risque infectieux en EHPAD Gestion des excreta et risque infectieux en EHPAD «Parcours-Bassin» Merci à l Arlin PACA pour quelques images de diaporamas. Valérie de SALINS Les maladies du péril fécal sont des maladies infectieuses

Plus en détail

ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE

ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE MODULE REGIONAL PORTAGE DIGESTIF EBLSE ET EPC PROTOCOLE www.rhc-arlin.com 1 CONTEXTE La prévalence de la colonisation digestive à EBLSE pour les patients des établissements

Plus en détail

SOINS RESPIRATOIRES. Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014

SOINS RESPIRATOIRES. Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014 SOINS RESPIRATOIRES Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014 I / L oxygénothérapie II / L aérosolthérapie III / L aspiration IV / Les soins de trachéotomie Mars 2012 2 I L oxygénothérapie Définition: L oxygénothérapie

Plus en détail

o La patiente part avec port de masque chirurgical et lavage des mains avec solution hydro alcoolique (aussi pour son entourage malade)

o La patiente part avec port de masque chirurgical et lavage des mains avec solution hydro alcoolique (aussi pour son entourage malade) FEDERATION DE GYNECOLOGIE OBSTETRIQUE Validation : 04 septembre 2009 Procédure de prise en charge des femmes enceintes atteintes ou possiblement atteintes de grippe H1N1 Ces recommandations pourront évoluer

Plus en détail

Gestion d une épidémie hivernale en EMS

Gestion d une épidémie hivernale en EMS Gestion d une épidémie hivernale en EMS Monnot Émeline, Weinachter Olivia IDE en hygiène de Territoire Journée régionale «Hygiène et prévention des infections en EMS» 14 novembre 2013 Généralités Hiver

Plus en détail

TENTATIVE D IMPLANTATION DES BHRe EN AUVERGNE

TENTATIVE D IMPLANTATION DES BHRe EN AUVERGNE TENTATIVE D IMPLANTATION DES BHRe EN AUVERGNE Réunion OMEDIT - ARLIN Auvergne Le 15/04/2014 C. RIMPICI, responsable EOHH Dr VERDIER, PH responsable du pôle de médecine d urgence CH MONTLUCON Qu est ce

Plus en détail

Situation, prise en charge

Situation, prise en charge Grippe pandémique A(H1N1) Situation, prise en charge DAUMAS Aurélie HIA LAVERAN COURS IFSI Des grippes pandémiques Groupe A Secondaires à une cassure (rôle animal) Absence d immunité collective Létalité

Plus en détail

Formations 2014 HYGIENE HOSPITALIERE

Formations 2014 HYGIENE HOSPITALIERE Formations 2014 HYGIENE HOSPITALIERE Nous contacter : Tél. : 09 69 32 22 72 - Fax : 08 20 56 90 05 - E-mail : formation@alpagroupe.fr Contexte : Afin de prévenir le risque infectieux et maîtriser l hygiène

Plus en détail

Les manifestations la grippe

Les manifestations la grippe Les manifestations la grippe Les manifestations de la grippe sont assez caractéristiques: Un début souvent brutal Le début de la grippe est le plus souvent brutal, apparaissent ainsi: Courbatures, Douleurs

Plus en détail

Ebola dans la pratique. Se préparer en 10 étapes

Ebola dans la pratique. Se préparer en 10 étapes Ebola dans la pratique Se préparer en 10 étapes 1 1. Qu est-ce que la fièvre Ebola? Ebola est un virus filiforme qui se rencontre en Afrique sub-saharienne Hôte naturel = animaux sauvages P. ex. chauves-souris,

Plus en détail

Grippe A(H1N1) Questions- réponses à l attention des établissements et services médicosociaux pour personnes âgées

Grippe A(H1N1) Questions- réponses à l attention des établissements et services médicosociaux pour personnes âgées Grippe A(H1N1) Questions- réponses à l attention des établissements et services médicosociaux pour personnes âgées Ce jeu de questions-réponses est susceptible d évoluer en fonction de la situation épidémiologique,

Plus en détail

L hygiène des mains. N.ROUAH/I.POGGIOLI - Sept 2013 1

L hygiène des mains. N.ROUAH/I.POGGIOLI - Sept 2013 1 L hygiène des mains N.ROUAH/I.POGGIOLI - Sept 2013 1 Un peu d histoire I. Introduction La première pratique remonte au milieu du XIXème siècle, lorsque le Dr Semmelweiss le demande aux étudiants en médecine

Plus en détail

CONSIGNES POUR LE NETTOYAGE ET LA DESINFECTION DES DISPOSITIFS MEDICAUX

CONSIGNES POUR LE NETTOYAGE ET LA DESINFECTION DES DISPOSITIFS MEDICAUX Conformément à la législation, les dispositifs médicaux ne peuvent être mis en service ou utilisés s ils présentent des défauts pouvant mettre en danger les patients, les soignants ou des tiers. Concernant

Plus en détail

FORMATION BIONETTOYAGE FORMATION BIONETTOYAGE FORMATION BIONETTOYAGE. Produits utilisés pour la détergence et la désinfection

FORMATION BIONETTOYAGE FORMATION BIONETTOYAGE FORMATION BIONETTOYAGE. Produits utilisés pour la détergence et la désinfection A. CHATELAIN Cadre hygiéniste Produits utilisés pour la détergence et la désinfection Les produits utilisés en établissement de soins participent à la prévention et la lutte contre les infections nosocomiales.

Plus en détail

ORGANISATION DE LA LUTTE CONTRE LES INFECTIONS LIEES AUX SOINS ROLE ET MISSION DES CORRESPONDANTS

ORGANISATION DE LA LUTTE CONTRE LES INFECTIONS LIEES AUX SOINS ROLE ET MISSION DES CORRESPONDANTS ORGANISATION DE LA LUTTE CONTRE LES INFECTIONS LIEES AUX SOINS ROLE ET MISSION DES CORRESPONDANTS Corinne FREMOND-LEJEUNE Resclin-Champagne-Ardenne resclin@chu-reims.fr Les ateliers du Resclin 2008/2009

Plus en détail