FORGENI 17/09/2009. Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "FORGENI 17/09/2009. Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK."

Transcription

1 FORGENI 17/09/2009 Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK. Recommandation HAS avril 2008 P NAMBOTIN, R BOUSSAGEON, J L MAS, J M ORIOL, B SENEZ

2 Enjeux et objectifs En France patients traités par AVK. Accidents hémorragiques liés aux AVK premier rang des accidents iatrogènes hospitalisations/an dues aux complications hémorragiques des AVK.

3 AVK à disposition Durée d'action courte ACENOCOUMAROL (Sintrom*): ½ vie 8 h Durée d'action longue FLUINDIONE(Previscan*): ½ vie 31 h WARFARINE (Coumadine*): ½ vie 35/45 h

4 Principales indications des AVK Thromboses veineuses profondes, embolies pulmonaires prouvées, prévention de leur récidive. Prévention primaire des thromboses veineuses et de l'embolie pulmonaire en chirurgie de la hanche. Prothèse valvulaire (à vie pour les prothèses mécaniques (grade A) et pour les prothèses biologiques s'il existe un autre facteur de risque thrombotique).

5 Principales indications des AVK Valvulopathie mitrale avec FA, ou autre facteur de risque thrombotique. Infarctus du myocarde compliqué. FA si âge 65 ans.

6 Cibles INR La plupart des indications 2,5. 3 pour indications suivantes : Valvulopathie mitrale avec dilatation auriculaire et/ou thrombus intra auriculaire (3,7). Prothèses valvulaires mécaniques mitrales (3,7). Prothèses valvulaires mécaniques aortiques 1 ère génération (3,7. Prothèses valvulaires mécaniques aortique 2è génération associée à facteur de risque thrombotique (3,7).

7 Cas clinique 1 Patient asymptomatique, INR cible 2,5. 4 INR<6 Que faites vous? 6 INR<10 Que faites vous? Dans les mêmes cas pour un patient asymptomatique mais INR cible 3

8 Surdosage asymptomatique Privilégier la prise en charge ambulatoire. Préférer l'hospitalisation en cas d'un ou plusieurs facteurs de risque hémorragique (âge, antécédent hémorragique, comorbidité). Rechercher une cause au surdosage. Contrôler l'inr le lendemain, si l'inr reste suprathérapeutique reconduire les mesures correctrices.

9 Mesures correctrices pour INR cible 2,5 INR<4 : pas de saut de prise, pas de vitamine K. 4 INR<6: saut d'une prise, pas de vitamine K. 6 INR<10: arrêt du traitement; 1 à 2 mg de vitamine K per os (½ à 1 ampoule buvable pédiatrique) Grade A. INR 10: arrêt du traitement; 5 mg de vitamine K per os (½ ampoule buvable adulte) Grade A

10 Mesures correctrices pour INR cible 3 4 INR<6: pas de saut de prise, pas de vitamine K. 6 INR<10: saut d'une prise, avis spécialisé recommandé(ex. Prothèse valvulaire mécanique) pour discuter éventuel traitement par vitamine K (½ à 1 ampoule buvable pédiatrique). INR 10: avis spécialisé sans délai recommandé, ou hospitalisation.

11 Hémorragies et traumatismes Apprécier la gravité dans le cadre d'un traitement AVK: au moins un des critères suivant: Hémorragie extériorisée non contrôlable par moyens usuels. Instabilité hémodynamique: PAS< 90 mmhg, ou baisse de 40 mm de la PAS habituelle. Nécessité d'un geste hémostatique urgent ( chirurgie, endoscopie, radio interventionnelle). Nécessité de transfusion. Localisation menaçant le pronostic vital ou fonctionnel.

12 Hémorragies et traumatismes En cas d'hémorragie non grave prise en charge ambulatoire si l'environnement médico-social et le type d'hémorragie (epistaxis contrôlable par ex.) le permettent. Chercher la cause de l'hémorragie. Mesure de l'inr en urgence. Même mesures de correction que pour le patient asymptômatique. (pas d'études, uniquement des recommandations)

13 Hémorragies et traumatismes Traumatisme crânien: hospitalisation systématique pour surveillance et réalisation scanner: immédiatement si symptomatologie neurologique dans un délai rapide (4-6h) dans les autres cas (grade C).

14 Réintroduction des AVK après hémorragie grave En cas d'hémorragie intra cranienne: Patient porteur d'un prothèse valvulaire mécanique impose la reprise (grade A) après une fenêtre thérapeutique d'1 à 2 semaines (grade C). ACFA : arrêt définitif si hémorragie hémisphérique. MTEV: fenêtre thérapeutique d'1 à 2 semaines (grade C).

15 Cas clinique 2 INR 2,4 extraction prémolaire: que faites vous? INR 2,4 rectosigmoïdoscopie: que faites vous? INR 2,6 patient sous fluindione prothèse totale de hanche programmée: que faites vous?

16 Chirurgie et actes invasifs Certains actes peuvent être réalisés dans la zone thérapeutique (2<INR<3) après vérification qu'il n'existe pas de surdosage; Chirurgie cutanée (grade C). Chirurgie de la cataracte (grade C). Certains actes de rhumathologie. Certains actes de chirurgie bucco-dentaire. Certains actes d'endoscopie digestive.

17 Chirurgie programmée Valve mécanique cardiaque: relais des AVK par héparine à dose curative en préopératoire (grade C). ACFA à risque thrombo-embolique élevé: relais par héparine est recommandé (grade C). ACFA à risque thrombo-embolique faible: anticoagulation peut être arrétée en pré opératoire.

18 Chirurgie programmée Antécédent de maladie thrombo-embolique veineuse Episode thromboembolique veineux à haut risque de récidive <1 mois, différer l'intervention d'au moins 1 mois après l'épisode aigu, 3 mois si possible. Risque de récidive modéré : interruption sans substitution.

19 Chirurgie bucco dentaire Arrêt systématique du traitement AVK avant chirurgie buccale, parodontale ou implantatoire n'est pas justifiée (grade A). La valeur de l'inr doit être stable ou <4 (grade A) INR doit être réalisée dans les 24 heures avant l'intervention (grade A). Prise en charge hospitalière recommandée si INR>3 (grade C). Société Francophone de Médecine Buccale et Chirurgie Buccale et Société Française de Cardiologie 2006

20 Endoscopie digestive actes à faible risque Gastroscopie par voie buccale. Coloscopie sans polypectomie. Echoendoscopie diagnostique. Au cours de ses explorations la biopsie ne majore pas le risque hémorragique de manière significative. Société française de gastroentérologie

21 Niveau de preuve scientifique et grade de recommandation Niveau 1: Essais comparatifs randomisés de forte puissance Méta-analyse d'essais comparatifs. Analyse de décision basée sur des études bien menées. Grade A: preuve scientifique établie.

22 Niveau de preuve scientifique et grade de recommandation Niveau 2: Essais comparatifs randomisés de faible puissance. Études comparatives non randomisées bien menées. Études de cohorte. Grade B: présomption scientifique.

23 Niveau de preuve scientifique et grade de recommandation Niveau 3: Études cas témoin. Niveau 4: Études comparatives comportant des biais importants. Études rétrospectives. Série de cas. Grade C: faible niveau de preuve.

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Recommandations en 2007 Yann le baleur DES Introduction 1 million de patients sous aspirine 300.000 patients sous anti-vitamine K (AVK)

Plus en détail

AVK, GESTION DES SURDOSAGES,SITUATIONS A RISQUES ET COMPLICATIONS. Dr Y Moreau 2009

AVK, GESTION DES SURDOSAGES,SITUATIONS A RISQUES ET COMPLICATIONS. Dr Y Moreau 2009 AVK, GESTION DES SURDOSAGES,SITUATIONS A RISQUES ET COMPLICATIONS Dr Y Moreau 2009 Surdosage asymptomaeque des AVK INR cible entre 2 et 3 INR < 4 : adaptaeon seule INR entre 4 et 6 : saut d une prise et

Plus en détail

Voir dossier complet sur les AVK sur le site de l AFSSAPS : http://afssaps.sante.fr/htm/10/avk/indavk.htm

Voir dossier complet sur les AVK sur le site de l AFSSAPS : http://afssaps.sante.fr/htm/10/avk/indavk.htm !"#$ %&'(() RECOMMANDATIONS DE PREAMBULE Janvier 2004 Ces recommandations ont été réalisées et validées par les membres du comité du médicament et des dispositifs médicaux stériles du Centre Hospitalier

Plus en détail

UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS COPACAMU 2014

UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS COPACAMU 2014 UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS SYMPOSIUM CSL BEHRING COPACAMU 2014 PROFESSEUR François BERTRAND CHU DE NICE CHRONOLOGIE DES RECOMMANDATIONS

Plus en détail

ACE. Association des Cardiologues de l'est

ACE. Association des Cardiologues de l'est ACE Association des Cardiologues de l'est Etude de cas cliniques Vote interactif Cas clinique n 1 T. LECOMPTE J.C. FAVIER P. LELARGE M. PICHENE Questions Quels sont les gestes agressifs qui justifient

Plus en détail

Orthorisq journée de formation 2013. «Défaillance de la prise en charge d un patient sous anticoagulants ou sous antiagrégant plaquettaire»

Orthorisq journée de formation 2013. «Défaillance de la prise en charge d un patient sous anticoagulants ou sous antiagrégant plaquettaire» Orthorisq journée de formation 2013 «Défaillance de la prise en charge d un patient sous ou sous antiagrégant plaquettaire» Christel Conso Chirurgien orthopédiste Institut Mutualiste Montsouris Olivier

Plus en détail

Gestion péri-opératoire des anticoagulants. Dr Fiant Anne-Lise 15 Octobre 2011

Gestion péri-opératoire des anticoagulants. Dr Fiant Anne-Lise 15 Octobre 2011 Gestion péri-opératoire des anticoagulants Dr Fiant Anne-Lise 15 Octobre 2011 Introduction Anticoagulants nécessaires en postopératoire ou déjà présents comment les gérer?? Gestion des patients sous AVK

Plus en détail

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Premières journées communes Lyon Avril 2013 Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Traitements anticoagulants De la théorie à la pratique P. Fagnoni-2013 1 Accidents thrombotiques Artériels & Veineux Artériels

Plus en détail

en antivitamines K, des situations a risque hemorragique et des accidents hemorragiques

en antivitamines K, des situations a risque hemorragique et des accidents hemorragiques Prise en charge des surdosages en antivitamines K, des situations a risque hemorragique et des accidents hemorragiques chez les patients traites par antivitamines K en vrlle et en milieu hospitalier :.r..!:..

Plus en détail

Rapport. Bon usage des médicaments antivitamine K (AVK)

Rapport. Bon usage des médicaments antivitamine K (AVK) Rapport Bon usage des médicaments antivitamine K (AVK) Actualisation Juillet 2012 Bon usage des médicaments antivitamine K (AVK) Actualisation Juillet 2012 MESSAGES CLÉS 1. La prescription ne se conçoit

Plus en détail

Gestion périopératoire des AVK

Gestion périopératoire des AVK Gestion périopératoire des AVK Jacqueline Conard Service d Hématologie Biologique Avec la collaboration de Marc Samama Service d Anesthésie-Réanimation Hôtel-Dieu, Paris Taux d hospitalisation pour effet

Plus en détail

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients Dr Serge Motte Bruxelles 24.11.12 - PLAN Points forts et points faibles des nouveaux anticoagulants Questions dans la pratique

Plus en détail

Protocole AVK Mode opératoire «Prise en charge des patients traités par AVK»

Protocole AVK Mode opératoire «Prise en charge des patients traités par AVK» Contexte : La prescription d AVK est fréquente : environ 600 000 patients sont traités par une anti vitamine K (AVK) en France chaque année (soit environ 1 % de la population). Les accidents hémorragiques

Plus en détail

journées chalonnaises de la thrombose

journées chalonnaises de la thrombose Nos connaissances certaines et notre pratique journalière : Les Nouveaux Anticoagulants dans la thromboprophylaxie de la chirurgie prothétique du MI Benoit Cots et Jean Marc Royer le 29/11/12-1 Recommandations

Plus en détail

Les anticoagulants. 22 février 2011 B. LORTAL-CANGUILHEM Pharmacien Institut Bergonié Bordeaux

Les anticoagulants. 22 février 2011 B. LORTAL-CANGUILHEM Pharmacien Institut Bergonié Bordeaux Les anticoagulants 22 février 2011 B. LORTAL-CANGUILHEM Pharmacien Institut Bergonié Bordeaux Traitements I. Héparine et HBPM II. Antivitamines K (AVK) III. Hirudines recombinantes IV. Inhibiteurs sélectifs

Plus en détail

Les antithrombotiques ont pris

Les antithrombotiques ont pris Gestion d un surdosage et d un accident en anticoagulants Résumé : Les antithrombotiques, AVK et nouveaux anticoagulants oraux (NACO), ont apporté, apportent et apporteront des bénéfices majeurs lorsque

Plus en détail

Sommaire. Préface... avant-propos... VII. Sommaire des dossiers et cas cliniques... Sommaire des conférences de consensus...

Sommaire. Préface... avant-propos... VII. Sommaire des dossiers et cas cliniques... Sommaire des conférences de consensus... Sommaire Préface... V avant-propos... VII Sommaire des dossiers et cas cliniques... Sommaire des conférences de consensus... X XI Programme de cardiologie... XII Liste des abréviations autorisées... XIV

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux. Kelly MONTHE-SAGAN CCA Anesthésie-Réanimation CHU de Caen Le 10/10/2015

Les nouveaux anticoagulants oraux. Kelly MONTHE-SAGAN CCA Anesthésie-Réanimation CHU de Caen Le 10/10/2015 Les nouveaux anticoagulants oraux Kelly MONTHE-SAGAN CCA Anesthésie-Réanimation CHU de Caen Le 10/10/2015 Je n ai pas de conflit d intérêt à déclarer. Les nouveaux anticoagulants oraux Les anticoagulants

Plus en détail

Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine

Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine Item 326. Prescription et surveillance des classes de médicaments les plus courantes chez l'adulte et chez l'enfant. Connaître

Plus en détail

Accidents des anticoagulants

Accidents des anticoagulants Accidents des anticoagulants Karim Tazarourte Pôle SAMU-Urgence-Réanimation Melun 77 Karim.tazarourte@ch-melun.fr Conflits d intérêts LFB Lilly Carrier Ann Intern Med. 2010 AVK et héparine dans la maladie

Plus en détail

Fibrillation atriale chez le sujet âgé

Fibrillation atriale chez le sujet âgé Dr Benoit Blanchard LE HAVRE Le 18 MARS 2014 Fibrillation atriale chez le sujet âgé Le plus fréquent des trouble du rythme cardiaque, 750,000 personnes atteintes de FA en France, 100,000 nouveaux cas chaque

Plus en détail

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NACO) dans la maladie thrombo embolique veineuse INTRODUCTION Thrombose veineuse

Plus en détail

anticoagulants oraux directs en 2013 2014

anticoagulants oraux directs en 2013 2014 Plan d actions de l ANSM sur les anticoagulants oraux directs en 2013 2014 Pradaxa (dabigatran), Xarelto (rivaroxaban) et Eliquis (apixaban) sont de nouveaux anticoagulants oraux directs (AOD), communément

Plus en détail

Gestion périopératoire et des évènements hémorragiques sous nouveaux anticoagulants oraux

Gestion périopératoire et des évènements hémorragiques sous nouveaux anticoagulants oraux Gestion périopératoire et des évènements hémorragiques sous nouveaux anticoagulants oraux Anne GODIER Service d Anesthésie-Réanimation Hopital Cochin Paris Table ronde anticoagulants 15 novembre 2013 Conflits

Plus en détail

1 - Que faut-il retenir sur les anticoagulants oraux?

1 - Que faut-il retenir sur les anticoagulants oraux? La nouvelle convention pharmaceutique offre l opportunité aux pharmaciens d accompagner les patients traités par anticoagulants oraux au long cours afin de prévenir les risques iatrogéniques. Les anticoagulants

Plus en détail

Recommandations AFU/SFAR/AFCA/ANAP

Recommandations AFU/SFAR/AFCA/ANAP 83983 Volume 23 - Novembre 2013 - hors- série 6 Chirurgie ambulatoire en Urologie Cette recommandation de bonne pratique a reçu le label de la HAS. Ce label signifie que cette recommandation de bonne pratique

Plus en détail

AOD et actes invasifs : que faire en pratique?

AOD et actes invasifs : que faire en pratique? Jour AOD et actes invasifs : que faire en pratique? Pr Emmanuel Andrès Service de Médecine Interne, Clinique Médicale B, CHRU de Strasbourg Laboratoire de Recherche en Pédagogie des Sciences de la Santé,

Plus en détail

Gestion périopératoire des agents antiplaquettaires. pierre.albaladejo@hmn.aphp.fr

Gestion périopératoire des agents antiplaquettaires. pierre.albaladejo@hmn.aphp.fr Gestion périopératoire des agents antiplaquettaires pierre.albaladejo@hmn.aphp.fr Pathologie cardiovasculaire Geste invasif Prévention primaire Neurochirurgie Artériopathie des membres inf érieurs Prévention

Plus en détail

Point d information Avril 2012. Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir

Point d information Avril 2012. Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir Point d information Avril 2012 Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir Le dabigatran (PRADAXA), inhibiteur direct de la thrombine,

Plus en détail

ACE. Association des Cardiologues de l'est

ACE. Association des Cardiologues de l'est ACE Association des Cardiologues de l'est Etude de cas cliniques Vote interactif Cas clinique n 6 T. LECOMPTE J.C. FAVIER P. LELARGE J. LEMOINE Questions Quel est le degré d'anticoagulation nécessaire

Plus en détail

Anticoagulants Oraux en 2015

Anticoagulants Oraux en 2015 Pharmacologie Médicale Toulouse Anticoagulants Oraux en 2015 Pas de conflit d intérêt AVK: Fluindione/warfarine? Bénéfice: Warfarine reste l AVK de référence Risque: Warfarineengendre moins d effets immuno-allergiques

Plus en détail

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS Dr Mourot cardiologue Hôpital d Auxerre le 31 mars 2012 PLAN DE LA PRESENTATION ASSOCIATION

Plus en détail

ITEM n 182 ACCIDENTS DES ANTICOAGULANTS. JP GALANAUD Service de Médecine Vasculaire CHU de Montpellier

ITEM n 182 ACCIDENTS DES ANTICOAGULANTS. JP GALANAUD Service de Médecine Vasculaire CHU de Montpellier ITEM n 182 ACCIDENTS DES ANTICOAGULANTS JP GALANAUD Service de Médecine Vasculaire CHU de Montpellier OBJECTIFS Savoir: DiagnosHquer un accident des anhcoagulants. IdenHfier les situahons d urgence et

Plus en détail

Prothèse mécanique, bioprothèse, hémorragie, thrombose, anticoagulation, anti-vitamine K, AVK, INR, endocardite infectieuse, EI.

Prothèse mécanique, bioprothèse, hémorragie, thrombose, anticoagulation, anti-vitamine K, AVK, INR, endocardite infectieuse, EI. Pré-Requis : Surveillance des porteurs de valves et de prothèses vasculaires Professeur Gérald VANZETTO (D après : Collège National des Enseignants de Cardiologie) Novembre 2002 (Mise à jour Janvier 2005)

Plus en détail

Deux nouveaux anticoagulants oraux : Dabigatran et Rivaroxaban

Deux nouveaux anticoagulants oraux : Dabigatran et Rivaroxaban Deux nouveaux anticoagulants oraux : Dabigatran et Rivaroxaban Améliorations attendues et problèmes M.M. Samama, M-H. Horellou, J. Conard Groupe Hémostase-Thrombose Hôtel-Dieu L. Le Flem, C. Guinet, F.

Plus en détail

Les recommandations pour la prise en charge du risque coronarien peropératoire en chirurgie non cardiaque

Les recommandations pour la prise en charge du risque coronarien peropératoire en chirurgie non cardiaque CONGRES Société Européenne de Cardiologie Barcelone 2009 F. DIEVART Clinique Villette, DUNKERQUE. Les recommandations pour la prise en charge du risque coronarien peropératoire en chirurgie non cardiaque

Plus en détail

sur le bon usage des médicaments antivitamine K (AVK)

sur le bon usage des médicaments antivitamine K (AVK) Bon usage Mise au point sur le bon usage des médicaments antivitamine K (AVK) Actualisation MESSAGES CLÉS 1. La prescription ne se conçoit que dans les indications validées, après évaluation individuelle

Plus en détail

Module de cardiologie 2014-2015. Objectifs :

Module de cardiologie 2014-2015. Objectifs : ANTICOAGULANTS & THROMBOLYTIQUES Objectifs : Prescrire et surveiller un traitement anticoagulant à titre préventif et curatif, à court et à long terme. Savoir classer les différents anticoagulants par

Plus en détail

BON USAGE DES ANTI-VITAMINES K

BON USAGE DES ANTI-VITAMINES K BON USAGE DES ANTI-VITAMINES K ASPECTS ÉPIDÉMIOLOGIQUES ET MÉDICO- ÉCONOMIQUES DE LA PRESCRIPTION D AVK Environ 1 % de la population en France sous AVK, (soit 900 000 personnes en 2008) Accidents hémorragiques

Plus en détail

LE TRAITEMENT PAR ANTAGONISTE DE LA VITAMINE K. Mardi 18/12/07 Frédéric Poirot Thésard Audit «sécurité de prescription des AVK»

LE TRAITEMENT PAR ANTAGONISTE DE LA VITAMINE K. Mardi 18/12/07 Frédéric Poirot Thésard Audit «sécurité de prescription des AVK» LE TRAITEMENT PAR ANTAGONISTE DE LA VITAMINE K Mardi 18/12/07 Frédéric Poirot Thésard Audit «sécurité de prescription des AVK» AVK: le mode d actiond Absorption digestive Métabolisme hépatique Liaison

Plus en détail

{ Introduction. Proposition GIHP 05/12/2014

{ Introduction. Proposition GIHP 05/12/2014 Etude descriptive des accidents hémorragiques sous Nouveaux Anticoagulants Oraux au Service d Accueil des Urgences du CHU de Besançon entre janvier 2012 et janvier 2014 { Dr Claire KANY SAMU Besançon KEPKA

Plus en détail

Code patient : _. Hospitalisation programmée Hospitalisation en urgence consulta"on médicale préalable : Généraliste Cardiologue Autre

Code patient : _. Hospitalisation programmée Hospitalisation en urgence consultaon médicale préalable : Généraliste Cardiologue Autre Eléments à vérifier avant inclusion du patient dans l étude : Age 75 ans Fibrillation auriculaire (code CIM 10 : I 48) en diagnostic principal OU associé) Critère d exclusion : Patients en FA avec valve

Plus en détail

CardioRanceance. Réseau de santé cardio-vasculaire du secteur sanitaire n 6 de Bretagne

CardioRanceance. Réseau de santé cardio-vasculaire du secteur sanitaire n 6 de Bretagne CardioRanceance Réseau de santé cardio-vasculaire du secteur sanitaire n 6 de Bretagne PROTOCOLE RESEAU : CONDUITE A TENIR DEVANT LA DECOUVERTE D UNE FIBRILLATION ATRIALE RECENTE Auteurs : Dr Hamonic,

Plus en détail

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation Livret des nouveaux anticoagulants oraux Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation DONNÉES DU PATIENT Nom Adresse Tél MÉDECIN TRAITANT Nom Adresse Tél SPÉCIALISTE Nom Hôpital Tél MÉDICAMENT

Plus en détail

Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale

Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale Recommandation en santé publique Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale Novembre 2012 Préambule Objectifs de la fiche d information médecins Contexte Description

Plus en détail

Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux

Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux Apixaban, Dabigatran, Rivaroxaban Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046 et CIC 9301 INSERM-CHRU, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

Contexte d élaboration. Objectifs de ces recommandations : RECOMMANDATIONS Juillet 2015. Grade des recommandations

Contexte d élaboration. Objectifs de ces recommandations : RECOMMANDATIONS Juillet 2015. Grade des recommandations RECOMMANDATIONS Juillet 2015 Contexte d élaboration Ces dernières années, la thérapeutique antithrombotique a considérablement évolué avec l arrivée de nouveaux médicaments. Deux nouveaux agents antiplaquettaires

Plus en détail

Prise en charges des hémorragies graves sous AVK. B Tremey, Hôpital Foch

Prise en charges des hémorragies graves sous AVK. B Tremey, Hôpital Foch Prise en charges des hémorragies graves sous AVK B Tremey, Hôpital Foch Efficacité des AVKs Seules molécules anticoagulantes par voie orale Nombreuses indications ACFA - PVM - TVP/EP Efficacité démontrée

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC)

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) Introduction Cette brochure est destinée à toute personne dont le traitement nécessite la prise d un médicament de la classe «nouveaux anticoagulants oraux». Elle

Plus en détail

Liens d intérêt. Aucun

Liens d intérêt. Aucun U961 Traitement des TVP àla phase aiguëen 2012 Stéphane ZUILY MCU-PH Unité de Médecine Vasculaire CHU de Nancy Centre de compétence régional maladies vasculaires rares Université de Lorraine INSERM U961

Plus en détail

Arrêt programmé. Arrêt prématuré nécessaire. Arrêt prématuré involontaire

Arrêt programmé. Arrêt prématuré nécessaire. Arrêt prématuré involontaire ACTUALITES SUR LES SYNDROMES CORONAIRES AIGUS Comment je (on) gère l arrêt du traitement antithrombotique? Pierre Aubry Centre Hospitalier de Gonesse 95400 Vendredi 27 novembre 2009 Arrêt programmé la

Plus en détail

ANEVRYSME DE L ARTERE POPLITEE

ANEVRYSME DE L ARTERE POPLITEE ANEVRYSME DE L ARTERE POPLITEE DEFINITION L AAP est une dilatation avec perte de parallélisme des parois de l artère poplitée atteignant au moins 2 fois le diamètre de l artère saine sus jacente, le diamètre

Plus en détail

Anticoagulants oraux non AVK :

Anticoagulants oraux non AVK : Journées Médicales de Strasbourg 15 16 novembre 2014 Anticoagulants oraux non AVK : espoirs, réalitr alités s et déceptions d? Dr Boris Aleil Cabinet de Cardiologie Hochfelden Inserm UMR_S949 EFS Alsace

Plus en détail

Rechercher la cause du surdosage : introduction d un nouveau traitement, automédication/observance,

Rechercher la cause du surdosage : introduction d un nouveau traitement, automédication/observance, Thème : Prise en charge de toutes les situations nécessitant un arrêt des AVK chez les patients anti coagulés pour une thrombose veineuse profonde : accidents hémorragiques graves, traumatismes crâniens,

Plus en détail

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Plan Introduction Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Introduction NACO: une actualité brûlante! AVK: Plus forte incidence

Plus en détail

Gestion des anticoagulants et antiagrégants: AVK, NACO. Gilles LEBUFFE Clinique d Anesthésie-Réanimation Hôpital Claude Huriez CHRU de Lille

Gestion des anticoagulants et antiagrégants: AVK, NACO. Gilles LEBUFFE Clinique d Anesthésie-Réanimation Hôpital Claude Huriez CHRU de Lille Gestion des anticoagulants et antiagrégants: AVK, NACO Gilles LEBUFFE Clinique d Anesthésie-Réanimation Hôpital Claude Huriez CHRU de Lille ANTIVITAMINES K ANTIVITAMINES K Antidotes disponibles (CCP, vit

Plus en détail

Anticoagulants. Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire

Anticoagulants. Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire Anticoagulants I. Antiagrégants plaquettaires 1. Rappel Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire Formation

Plus en détail

Infospot. Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) Octobre - Novembre - Decembre 2014

Infospot. Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) Octobre - Novembre - Decembre 2014 Infospot Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) Octobre - Novembre - Decembre 2014 Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) - Octobre - Novembre - Decembre 2014 1 I. Définition Il est actuellement

Plus en détail

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY AUDIT MEDICAL Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY JUSTIFICATIONS ET BASES DE CE TRAVAIL Fréquence de prescription : 3 à 5% de la population française

Plus en détail

ANTICOAGULATION ORALE. mise au point

ANTICOAGULATION ORALE. mise au point ANTICOAGULATION ORALE mise au point INTRODUCTION venviron 600 000 patients traités par antivitamines K chaque année (environ 1 % de la population). vaccidents hémorragiques des AVK = 1er rang des accidents

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux

Les nouveaux anticoagulants oraux Les nouveaux anticoagulants oraux Dr Adnan El Jabali, Cardiolgue,CH Bagnols-sur-Cèze Il existe actuellement 3 molécules : - (Pradaxa), inhibiteur direct du facteur IIa (ou de la thrombine). - (Xarelto),

Plus en détail

Faut-il encore modifier nos pratiques en 2013?

Faut-il encore modifier nos pratiques en 2013? Anti-agrégants, anticoagulants et Endoscopie digestive Faut-il encore modifier nos pratiques en 2013? Christian Boustière, Marseille ANGIOPAS Essai de phase II randomisé multicentrique évaluant l efficacité

Plus en détail

G es tes inva s ifs et a ntithro m bo tiques AMMPPU 31.03.2009

G es tes inva s ifs et a ntithro m bo tiques AMMPPU 31.03.2009 G es tes inva s ifs et a ntithro m bo tiques AMMPPU 31.03.2009 V o tre patient e s t s o us a s pirine. P uis -je lui ex tra ire s a dent? E lle es t tra itée pa r A V K.. Q ua nd fa ire s a g a s tro

Plus en détail

Prise en charge de l embolie pulmonaire

Prise en charge de l embolie pulmonaire Prise en charge de l embolie pulmonaire Dr Serge Motte Liège 06.12.14 - Laack TA et Goyal DG, Emerg Med Clin N Am 2004; 961-983 2 PLAN Diagnostic Prise en charge: Phase aiguë: analyse de gravité Choix

Plus en détail

Question 4 : Stratégies globales multidisciplinaires concernant la prise en charge du coronarien qui doit être opéré d une chirurgie non cardiaque

Question 4 : Stratégies globales multidisciplinaires concernant la prise en charge du coronarien qui doit être opéré d une chirurgie non cardiaque Question 4 : Stratégies globales multidisciplinaires concernant la prise en charge du coronarien qui doit être opéré d une chirurgie non cardiaque Coordinateurs : J. Machecourt (SFC) - V Piriou (SFAR)

Plus en détail

Prise en charge initiale des patients adultes atteints d accident vasculaire cérébral. - Aspects médicaux -

Prise en charge initiale des patients adultes atteints d accident vasculaire cérébral. - Aspects médicaux - RECOMMANDATIONS POUR LA PRATIQUE CLINIQUE Prise en charge initiale des patients adultes atteints d accident vasculaire cérébral - Aspects médicaux - Synthèse des recommandations SEPTEMBRE 2002 Service

Plus en détail

LES ANTICOAGULANTS ORAUX

LES ANTICOAGULANTS ORAUX LES ANTICOAGULANTS ORAUX PIERRE-XAVIER FRANK, PHARMACIEN QUELQUES CHIFFRES POUR DÉBUTER: ANTICOAGULANTS ET IATROGÉNIE (ÉTUDE EMIR 2008 ET ENEIS 2009) Près de 1,2 millions de patients sont traités en France

Plus en détail

Une forte dynamique des prescriptions de ces nouveaux anti-coagulants oraux

Une forte dynamique des prescriptions de ces nouveaux anti-coagulants oraux 27 novembre 2013 Nouveaux anti-coagulants oraux : une étude de l Assurance Maladie souligne la dynamique forte de ces nouveaux médicaments et la nécessité d une vigilance accrue dans leur utilisation Les

Plus en détail

ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Cardiopathies valvulaires et congénitales graves chez l adulte

ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Cardiopathies valvulaires et congénitales graves chez l adulte ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE Cardiopathies valvulaires et congénitales graves chez l adulte Actualisation avril 2012 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité

Plus en détail

Anticoagulants oraux : des recommandations à la pratique en gériatrie

Anticoagulants oraux : des recommandations à la pratique en gériatrie Anticoagulants oraux : des recommandations à la pratique en gériatrie Bilan étude «Prescription des anticoagulants oraux : analyse pharmaceutique et évaluation des interventions» PLAN Contexte Données

Plus en détail

Votre traitement anticoagulant par AVK (antivitamines K) Conseils pour le suivi à domicile

Votre traitement anticoagulant par AVK (antivitamines K) Conseils pour le suivi à domicile Votre traitement anticoagulant par AVK (antivitamines K) Conseils pour le suivi à domicile Introduction Qu est-ce qu un traitement anticoagulant par AVK? La vitamine K joue un rôle dans la coagulation

Plus en détail

Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et hémorragique lors d une endoscopie bronchique chez le coronarien

Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et hémorragique lors d une endoscopie bronchique chez le coronarien SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et lors d une endoscopie bronchique chez le coronarien Les antiagrégants plaquettaires

Plus en détail

Fibrillation Auriculaire et principes du traitement

Fibrillation Auriculaire et principes du traitement Fibrillation Auriculaire et principes du traitement Pr Patrick Assayag Service de Cardiologie, CHU Bicêtre Faculté de Médecine Paris-Sud Age et Prévalence de la FA Population adulte < 50 ans 0.4% Population

Plus en détail

Accidents des anticoagulants

Accidents des anticoagulants 30 Item 182 Accidents des anticoagulants Insérer les T1 Objectifs pédagogiques ENC Diagnostiquer un accident des anticoagulants. Identifier les situations d urgence et planifier leur prise en charge. COFER

Plus en détail

Les anticoagulants bénéfices cliniques et risques iatrogéniques

Les anticoagulants bénéfices cliniques et risques iatrogéniques Les anticoagulants bénéfices cliniques et risques iatrogéniques Dr Lotfi Boudali 27/11/2013 Chef pôle produits cardiovasculaire, thrombose, métabolisme et obésité Direction des médicaments en cardiologie,

Plus en détail

Dispensation officinale Procédures d Assurance Qualité

Dispensation officinale Procédures d Assurance Qualité Dispensation officinale Procédures d Assurance Qualité Nom de l entreprise : Remedeo Adresse : 23, rue Louis le Grand 75002 Paris Personne à contacter dans l entreprise : Sandra Chasseloup : sandra@remedeo.com

Plus en détail

RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES

RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Prise en charge des surdosages en antivitamines K, des situations à risque hémorragique et des accidents hémorragiques chez les patients traités par antivitamines K en

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC)

Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC) Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC) Dr Jean-Marie Vailloud Cardiologue libéral/ salarié (CHU/clinique) Pas de lien d'intérêt avec une entreprise pharmaceutique Adhérent à l'association Mieux Prescrire

Plus en détail

Item 182 : Accidents des anticoagulants

Item 182 : Accidents des anticoagulants Item 182 : Accidents des anticoagulants Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Cruralgie par hématome du psoas...1 1. 1 Signes évocateurs d un hématome du psoas devant une cruralgie...

Plus en détail

Révisions sur les TTT Anti-agrégants plaquettaires :

Révisions sur les TTT Anti-agrégants plaquettaires : Révisions sur les TTT Anti-agrégants plaquettaires : Gestion du TTT antithrombotique en péri-opératoire d une chirurgie carcinologique : Par an en France : _120 000 IDM _200 000 stents implantés : (110

Plus en détail

FMC «Val de Creuse» Argenton-sur-Creuse Mercredi 08 Janvier 2014 Dr Yves Moreau 2014

FMC «Val de Creuse» Argenton-sur-Creuse Mercredi 08 Janvier 2014 Dr Yves Moreau 2014 FMC «Val de Creuse» Argenton-sur-Creuse Mercredi 08 Janvier 2014 Dr Yves Moreau 2014 La prévalence de la FA double à chaque décennie après 50 ans et approche 10% chez les sujets de plus de 80 ans (Framingham

Plus en détail

Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md )

Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md ) Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md ) Préambule Ce document présente plusieurs informations utiles pour les prescripteurs afin de les aider lors de l utilisation du

Plus en détail

Surveillance biologique d'un traitement par AVK

Surveillance biologique d'un traitement par AVK Surveillance biologique d'un traitement par AVK I. Pharmacologie des A\/K. La vitamine K intervient dans la synthèse de 4 facteurs de la coagulation (II, VII, IX, X) et de 2 inhibiteurs physiologiques

Plus en détail

GESTION PERI-OPERATOIRE DES PATIENTS RECEVANT DES ANTICOAGULANTS AU LONG COURS

GESTION PERI-OPERATOIRE DES PATIENTS RECEVANT DES ANTICOAGULANTS AU LONG COURS GESTION PERI-OPERATOIRE DES PATIENTS RECEVANT DES ANTICOAGULANTS AU LONG COURS XXIVème JOURNEE d ANESTHESIE-d REANIMATION de PICARDIE Dr MP GUILLAUMONT Département d Anesthésie Réanimation Chirurgicale

Plus en détail

INTERET ET APPORTS PRATIQUES D UN REGISTRE : A PROPOS DU REGISTRE DES AVK

INTERET ET APPORTS PRATIQUES D UN REGISTRE : A PROPOS DU REGISTRE DES AVK INTERET ET APPORTS PRATIQUES D UN REGISTRE : A PROPOS DU REGISTRE DES AVK PM. Mertes, A. Steib Pôle Anesthésie-Réanimations Chirurgicales-SAMU, Hôpitaux Universitaires et Université de Strasbourg, France

Plus en détail

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Dr Louis-Philippe Hubert, R1 médecine de famille UMF La Sarre 29 mai 2015 Plan Définition

Plus en détail

John, 63 ans: -FA -Hypercholesterolémie -Tabagisme actif à 50PA -HTA -OH chronique

John, 63 ans: -FA -Hypercholesterolémie -Tabagisme actif à 50PA -HTA -OH chronique Maria Ahmad John, 63 ans: -FA -Hypercholesterolémie -Tabagisme actif à 50PA -HTA -OH chronique A. Faible? B. Modéré? C. Elevé? A. Faible? B. Modéré? C. Elevé? John, 63 ans: -FA -Hypercholesterolémie -Tabagisme

Plus en détail

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Maladie de Rendu-Osler

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Maladie de Rendu-Osler LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE Maladie de Rendu-Osler Octobre 2009 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de Santé 2 avenue du Stade de France - F

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants : faut-il changer nos pratiques? Prescription hors AMM : quels risques pour le médecin?

Les nouveaux anticoagulants : faut-il changer nos pratiques? Prescription hors AMM : quels risques pour le médecin? Les nouveaux anticoagulants : faut-il changer nos pratiques? Prescription hors AMM : quels risques pour le médecin? DOSSIER DOCUMENTAIRE Document établi avec le concours méthodologique de la HAS et conforme

Plus en détail

Item 236 : Fibrillation atriale

Item 236 : Fibrillation atriale Item 236 : Fibrillation atriale Collège des Enseignants de Cardiologie et Maladies Vasculaires Date de création du document 2011-2012 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Définition...3 II Physiopathologie

Plus en détail

Web conférence anticoagulants

Web conférence anticoagulants Web conférence anticoagulants Dr Nadjib Hammoudi Praticien hospitalier Institut de Cardiologue-Hôpital de la pitié Salpêtrière Dr Chantal Amoudry Cardiologue libérale Iatrogénie et AVK Plus de 1% de la

Plus en détail

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV)

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Les points importants de la littérature sur les risques liés à l

Plus en détail

INFECTION DU LIQUIDE D ASCITE. Hélène REGNAULT DES Mai 2009

INFECTION DU LIQUIDE D ASCITE. Hélène REGNAULT DES Mai 2009 INFECTION DU LIQUIDE D ASCITE Hélène REGNAULT DES Mai 2009 INTRODUCTION ILA: complication fréquente et grave dans l évolution de la cirrhose 8 à 30% malades hospitalisés avec ascite Une des principales

Plus en détail

ACTUALITES EN PREVENTION SECONDAIRE. Dr Julien Arzur Praticien Hospitalier DIU de Pathologie Neurovasculaire Unité Neurovasculaire CH Lisieux

ACTUALITES EN PREVENTION SECONDAIRE. Dr Julien Arzur Praticien Hospitalier DIU de Pathologie Neurovasculaire Unité Neurovasculaire CH Lisieux ACTUALITES EN PREVENTION SECONDAIRE Dr Julien Arzur Praticien Hospitalier DIU de Pathologie Neurovasculaire Unité Neurovasculaire CH Lisieux TA cible < 140/90 mmhg (grade A) Prévenir la variabilité tensionnelle

Plus en détail

ACCIDENTS liés à la GESTION PERI-OPERATOIRE des TRAITEMENTS ANTICOAGULANTS Docteur Christian SICOT

ACCIDENTS liés à la GESTION PERI-OPERATOIRE des TRAITEMENTS ANTICOAGULANTS Docteur Christian SICOT ACCIDENTS liés à la GESTION PERI-OPERATOIRE des TRAITEMENTS ANTICOAGULANTS Docteur Christian SICOT GESTION PERI-OPERATOIRE et (2002 20) DECLARATIONS d'accidents : 39 DECES : (28 %) 2 GESTION PERI-OPERATOIRE

Plus en détail

Christelle DURAND-BIGORIE Déléguée santé CAFAT LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NACO)

Christelle DURAND-BIGORIE Déléguée santé CAFAT LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NACO) Christelle DURAND-BIGORIE Déléguée santé CAFAT LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NACO) MAI 2014 1 SOMMAIRE Quelques données chiffrées Place des NACO dans la Fibrillation Auriculaire Non Valvulaire (FANV)

Plus en détail

FIBRILLATION ATRIALE et TRAITEMENT ANTITHROMBOTIQUE

FIBRILLATION ATRIALE et TRAITEMENT ANTITHROMBOTIQUE FIBRILLATION ATRIALE et TRAITEMENT ANTITHROMBOTIQUE Révolution des indications? Drs MH CELLI CAMILLERI PRIAM - 11 juin 2009 PLAN DEFINITIONS DIAGNOSTIC DE GRAVITE OBJECTIFS DE LA PRISE EN CHARGE CAT DEVANT

Plus en détail

Endocardite infectieuse chez un porteur de bioprothèse valvulaire. DELANDE Evariste, MOYON Anais, HANAFIA Omar

Endocardite infectieuse chez un porteur de bioprothèse valvulaire. DELANDE Evariste, MOYON Anais, HANAFIA Omar Endocardite infectieuse chez un porteur de bioprothèse valvulaire DELANDE Evariste, MOYON Anais, HANAFIA Omar Présentation du cas clinique Mr S, 73 ans Hospitalisé en août 2014 pour une récidive d endocardite

Plus en détail

Traitement Antcoagulant ou Ant Agrégant Plaquetaire et Endoscopie Digestve

Traitement Antcoagulant ou Ant Agrégant Plaquetaire et Endoscopie Digestve Traitement Antcoagulant ou Ant Agrégant Plaquetaire et Endoscopie Digestve Seminaire DES 19/11/2010 O. Colussi Antagrégants: Introducton Problème d actualité: 1 million de porteurs de stents coronaires

Plus en détail

admission aux urgences

admission aux urgences Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : admission

Plus en détail