Influence des données aérauliques sur le comportement d un bâtiment pourvu d une façade double-peau.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Influence des données aérauliques sur le comportement d un bâtiment pourvu d une façade double-peau."

Transcription

1 Influence des données aérauliques sur le comportement d un bâtiment pourvu d une façade double-peau. Gondre Damien 1, Savoyat Jérôme 1, Johannes Kévyn 1, Virgone Joseph 1 1 CETHIL, UMR 5008, Université Lyon 1, INSA-Lyon, Domaine scientifique de la Doua, Bât. Sadi Carnot, 9 rue de la physique, Villeurbanne Cedex, France Adresse de contact : RÉSUMÉ. Le couplage d une simulation thermique (Trnsys) à une simulation aéraulique (Contam) permet, avec la nouvelle version de Trnsys, de modéliser des bâtiments comprenant des façades double-peau : le mode de calcul du rayonnement est assez détaillé pour tenir compte des flux traversant la double peau et les conditions aux limites du modèle aéraulique sont bien prises en compte pour déterminer la température des flux d air traversants. Une étude paramétrique portant sur les valeurs de perméabilité de la façade étudiée, de la vitesse du vent et de son orientation a montré, sur le bâtiment étudié, que l influence de ces paramètres est négligeable sur le calcul des températures intérieures et des besoins énergétiques du bâtiment. Une campagne de mesures effectuée dans le cadre du projet SEEMPubS permettra peut-être de valider cette méthodologie. Une étude similaire devra par ailleurs être menée pour étudier l influence du rayonnement solaire sur les résultats. ABSTRACT. The dynamic coupling between a thermal model (TRNSys) and an airflow model (Contam) allows, with the new Trnsys release, the modeling of a building provided with double-skin façades: the calculation of the radiation heat transfer is enough detailed to take in account the radiative flux passing through the double-skin and the boundary conditions of the airflow model are correctly set for the calculation of the crossing air flow temperature. A parametric study on airflow path values, wind speed and wind direction showed, on the studied building, that the influence of these parameters is negligible on internal temperatures and energy needs calculations. An experimental study will be done in SEEMPubS project and may allow definitive validation of this method. Besides, a similar study should be lead on the influence of solar radiation. MOTS-CLÉS : Façade double-peau, simulation thermo-aéraulique, Trnsys, Contam, couplage de modèles KEY WORDS: Double-skin façade, coupled thermal and airflow simulation, Trnsys, Contam, model coupling

2 XXX e Rencontres AUGC-IBPSA Chambéry, Savoie, 6 au 8 juin De plus en plus de bâtiments à façade de type «double-peau» sont construits en France et dans le monde. Si les variantes sont nombreuses, le principe reste bien souvent de concentrer, en hiver, le rayonnement solaire afin d optimiser l utilisation des apports externes pour le chauffage du bâtiment. A l inverse, en été, ces façades permettent souvent de réaliser une isolation thermique dynamique par ventilation naturelle. La façade, ouverte sur l extérieur à sa base et à son sommet fait office d espace tampon. L air capte l énergie du rayonnement solaire, s échauffe, s élève, et s évacue par convection naturelle par le haut de la façade. Quelle que soit la variante étudiée, il est difficile d établir des modèles numériques simples à mettre en œuvre qui décrivent bien les phénomènes physiques mis en jeu. La température de l air à l intérieur de la double-peau dépend en effet grandement du rayonnement solaire incident, qui doit donc être traité avec un modèle relativement détaillé. Ce rayonnement traverse la double façade pour atteindre le local et sa quantification n est pas facile à prendre en compte dans les modèles macroscopiques de bâtiments généralement utilisés. En outre, le gradient de température dans le canal est important si bien que les modèles macro-zones comme Trnsys ne permettent a priori pas de modéliser de manière satisfaisante les cellules de convection naturelle qui se mettent en place. Si la modélisation CFD parait être la méthode la plus rigoureuse et la plus adaptée à l étude détaillée des façades «double-peau» [PAS 12], les récents développements de Trnsys permettent toutefois d envisager une modélisation du rayonnement solaire plus satisfaisante qu avant, ainsi qu une meilleure prise en compte des gradients thermiques à l intérieure d une zone. Pour les projets cherchant principalement à caractériser l influence d une façade double-peau sur le reste du bâtiment, sans chercher à étudier de manière très détaillée le comportement de la double-peau en elle-même, Trnsys pourrait être une solution alternative aux modélisations CFD qui serait plus simple à mettre en œuvre, moyennant quelques hypothèses simplificatrices. Cette étude se focalise sur l influence des paramètres liés à la simulation aéraulique, et ne cherche pas à évaluer l influence du rayonnement solaire sur les résultats obtenus. Une seconde étude tout autant détaillée serait nécessaire pour mesurer l influence des variations des paramètres du rayonnement solaire sur le comportement d une façade double-peau. 1. Méthodologie La méthodologie proposée utilise le logiciel de calculs thermiques dynamiques Trnsys, qui possède un modèle bâtiment multizone intégré (Type 56). Trnsys effectue à chaque pas de temps des bilans d énergie et de matière en prenant en compte les données météorologiques, la géométrie du bâtiment, les charges internes et les systèmes thermiques installés pour calculer les températures, les besoins de chauffages ou encore l humidité relative de chaque nœud de calcul. Depuis la version 17, un mode de calcul plus détaillé des transferts radiatifs, basé sur les

3 Influence des données aérauliques sur le comportement d un bâtiment pourvu d une façade double-peau 3 facteurs de formes, a été développé. Cette méthode détaillée permet de calculer surface par surface les échanges convectifs et radiatifs quand la méthode simplifiée n évaluait la convection et le rayonnement que de manière globale (figure 1). Les équations utilisées pour le calcul des facteurs de formes imposent toutefois que les volumes étudiés soient convexes, c'est-à-dire que deux points quelconques d une zone puissent être reliés par une droite qui ne sorte pas de la zone [TRN 10]. Cette contrainte oblige parfois à simplifier la géométrie du modèle, notamment dans le cas de parois courbes, mais elle s adapte généralement plutôt bien aux façades double-peau qui sont généralement à géométrie parallélépipédique. Trnsys 17 permet également de définir plusieurs nœuds de calculs dans une seule zone thermique. Cette fonctionnalité permet de diviser le volume d une paroi double-peau en plusieurs strates thermiques de manière à calculer la température moyenne de chaque strate et simuler ainsi macroscopiquement le gradient thermique à l intérieur du canal de la paroi (figure 2). Il est alors possible de quantifier les échanges convectifs entre les nœuds de la zone par l utilisation simultanée de modèles aérauliques tel que Contam. Ce modèle prend comme données d entrées la température des zones et calculent les valeurs des flux d air entre les nœuds (coupling). Les deux modèles s échangent itérativement les données à chaque pas de temps jusqu à convergence (ping pong). Si l architecture de cette méthodologie est aisée à mettre en œuvre et facilement applicable à tout type de bâtiment, elle requiert néanmoins des données d entrées qu il est parfois difficile de collecter, notamment au niveau du modèle aéraulique. Il est alors intéressant d étudier l incidence qu ont les données d entrées du modèle aéraulique sur les résultats. 2. Description du modèle mis en œuvre Le bâtiment étudié fait partie du Politecnico di Torino et fait l objet de simulations thermiques et de mesures expérimentales dans le cadre du projet européen SEEMPubs ("Smart Energy Efficient Middleware for Public Spaces"). L objectif de ce projet est de permettre la réalisation d économies d énergies dans les bâtiments, lorsque la rénovation de l enveloppe thermique n est pas possible ou trop couteuse, par la mise en œuvre de solutions de contrôle en temps réel de l éclairage, du chauffage, de la ventilation et de la climatisation par un réseau de capteurs et de détecteurs de présence [SEE 11]. 2.1 Données géométriques Figure 1. Différences entre modèle standard de calcul du rayonnement (en haut) et détaillé (en bas).

4 XXX e Rencontres AUGC-IBPSA Chambéry, Savoie, 6 au 8 juin La figure 2 ci-dessous montre une vue en coupe détaillée du modèle étudié, ainsi que des vues en plan et en coupe de l étage du bâtiment sur lequel s étend la doublepeau. Celle-ci a été décomposée en huit nœuds : quatre nœuds verticalement superposés côté extérieur et quatre nœuds en regard, verticalement superposés côté intérieur. Le modèle aéraulique (CONTAM) calcule les flux d air (flèches bleues) entre les nœuds thermiques (points rouges) du système. Figure 2. Coupe de principe du bâtiment étudié et de sa façade double-peau Le bâtiment est isolé et toutes les surfaces vitrées sont à double vitrage. Les menuiseries sont globalement fixes, mais des ouvertures peuvent être manuellement activées sur les parties hautes et basses de la façade extérieure. 2.2 Données météorologiques Le modèle a été testé sur deux périodes différentes. Le comportement de la double peau est étudié en été (1 er juillet 14 juillet) dans un premier temps, puis en hiver (1 er décembre 14 décembre) avec dans les deux cas cinq jours de mise en température du bâtiment avant exploitation des résultats. Le fichier météorologique utilisé pour les simulations correspond à la ville de Turin (Italie) fournit par METEONORM. Ses principales caractéristiques pour les deux périodes étudiées sont présentées dans les figures Données thermiques Le local étudié est un couloir adjacent à deux salles informatiques d une capacité d environ 20 occupants chacune. En été, aucun système de climatisation n a été pris en compte afin d observer l influence de la double-peau sur les températures intérieures. En hiver, un chauffage "parfait" (puissance illimitée et effet instantané) a été considéré dans les laboratoires comme dans le couloir. Ce sont donc les besoins qui seront étudiés et non les températures.

5 Influence des données aérauliques sur le comportement d un bâtiment pourvu d une façade double-peau 5 Période estivale (1/07 au 14/07) Période hivernale (1/12 au 14/12) Temps -5 Température extérieure ( C) Temps Rayonnement horizontal total (W/m²) Temps Temps Rose des vents Figure 2. Données météorologiques des périodes étudiées

6 XXX e Rencontres AUGC-IBPSA Chambéry, Savoie, 6 au 8 juin Les occupations ainsi que les températures de consigne considérées sont présentées dans la figure 4. Figure 4. Scénarios d occupation L utilisation d un pas de temps d une heure engendre des problèmes de convergences au niveau de la liaison ping-pong pong entre Trnsys et Contam. Afin de palier ce problème, la seule solution envisagée fut de diminuer le pas de temps afin d augmenter le nombre de valeur intermédiaires et de supprimer le problème de convergence. Les simulations réalisées pour cette étude utilisent donc un pas de temps de 2 min, ce qui augmente considérablement le temps de la simulation (qui passe d environ 1 min à 15 min pour une simulation de 15 jours). 2.4 Données aérauliques Pour calculer le débit d air entre une zone a et une zone b, Contam utilise l équation., où les coefficients et doivent être renseignés pour chaque trajet potentiel d écoulement d air (porte, fenêtre, cage d escalier, fissure, ventilation, etc.). Ces coefficients requis sont parfois difficiles à estimer. Le calcul des pressions et considère que les zones sont parfaitement homogènes et que l équation de conservation de la masse est vérifiée sur l ensemble du modèle. Figure 5. Interactions entre TRNSYS et Contam Le modèle aéraulique demande également de connaître la vitesse et la direction du vent incident sur le bâtiment, ainsi que de caractériser le comportement de

7 @ Influence des données aérauliques sur le comportement d un bâtiment pourvu d une façade double-peau 7 l enveloppe externe vis-à-vis du vent par un profil de coefficients de pressions (wind pressure coefficients). Des exemples de corrélations existent dans la littérature [ASH 05] pour calculer ces valeurs pour certaines formes de bâtiments à géométrie simple. Le profil de coefficients utilisé dans cette simulation est présenté dans la figure 6. Coefficient de pression, C p (-) 1,00 0,75 0,50 0,25 0,00-0,25-0,50-0,75 L/W=1/4 L/W=1 L/W=4 L/W=8 L/W=1/8-1, Angle θdu vent( ) Figure 6. Coefficients de pression moyens dans le cas de grands bâtiments Le rapport longueur sur largeur L/W est de 1/8 pour ce bâtiment. Les corrélations présentées ont donc été extrapolées pour obtenir des valeurs adéquates. De plus, les données relatives au vent (vitesse, direction) sont souvent relevées dans des stations météo situées près des aéroports, donc en milieu découvert. Or la vitesse et surtout la direction du vent sont fortement influencées par le milieu urbain environnant (densité d habitation, taille des bâtiments, agencement). Il est donc nécessaire d adapter les données d entrées utilisées dans le modèle. La vitesse du vent peut par exemple être modifiée suivant la méthode proposée par [ASH 05], et dont le calcul est détaillé ci-dessous. " : vitesse du vent corrigée : vitesse du vent mesurée : layer thickness m 270 m avec : distance au sol de la mesure 2 m! 6 : exposant 0.14 distance au sol de la façade étudiée 11m : layer thickness m 460 m 6 : exposant 0.33 d où Afin d étudier l influence de la vitesse et de l orientation du vent, plusieurs variantes ont été étudiées (trois variantes de vitesse : 0,1 V 0, V 0 et 10 V 0, deux variantes d orientation en hiver : θ 0, θ et trois variantes d orientation en été : θ 0, θ et θ ).

8 XXX e Rencontres AUGC-IBPSA Chambéry, Savoie, 6 au 8 juin La perméabilité des parois vitrées a été évaluée à 1,15 cm² d ouverture par m² de façade. Cela correspond à la perméabilité usuelle moyenne de la littérature [PER 86] pour une vitre à châssis fixe. Deux variantes ont également été testées. Elles correspondent à une paroi peu perméable (0.58 cm²/m²) et à une paroi très perméable (1.73 cm²/m²). Des ouvertures ont également été prévues en haut et en bas de la façade double-peau, côté extérieur. Elles permettent de tester des variantes avec ventilation naturelle. Ces variantes ont été testées en période estivale seulement (en hiver, on cherche à tirer partie de l effet de serre induit par la double-peau). 3. Etude paramétrique Les deux études présentées ci-après sont totalement indépendantes l une de l autre. En effet, les critères de comparaison utilisés ne sont pas les mêmes (besoins de chaud pour l hiver, et température du couloir pour l été). 3.1 Période estivale Les tableaux 1 et 2 ci-dessous présentent les résultats pour les six variantes étudiées dans le cas de fenêtres fermées d une part, et de fenêtres ouvertes en haut et en bas d autre part. Le tableau 3 complète l étude en présentant une dernière variante avec uniquement les fenêtres hautes ouvertes. Le critère retenu pour comparer les différentes variantes est l écart absolu moyen 1 de la température du couloir entre la série de référence (V 0, θ 0, L = 1,15 cm²/m²) et la variante. Tableau 1. Ecart absolu moyen de la température du couloir pour l étude paramétrique fenêtres fermées, en période estivale Vitesse du vent 0,1 V 0 V 0 10 V 0 Orientation du vent θ 0 θ 0 θ θ θ 0 Perm. 0,58 cm²/m² 0, C 1,15 cm²/m² 0, C - 0, C 0, C C 1,73 cm²/m² 0, C Tableau 2. Ecart absolu moyen de la température du couloir pour l étude paramétrique fenêtres ouvertes en haut et en bas, en période estivale Vitesse du vent 0,1 V 0 V 0 10 V 0 Orientation du vent θ 0 θ 0 θ θ θ 0 Perm. 0,58 cm²/m² 4, C 1,15 cm²/m² 4, C - 4, C 4, C 7, C 1,73 cm²/m² 4, C 1 L écart absolu moyen EAM de deux séries 1 et 2 de n valeurs est calculé suivant la formule suivante : CDE F HI J,L I M,L HP LNO

9 Influence des données aérauliques sur le comportement d un bâtiment pourvu d une façade double-peau 9 Tableau 3. Ecart relatif moyen de la température du couloir entre les trois cas d ouvertures considérés, en période estivale Ouvertures fenêtres Aucune En haut En haut et en bas V 0, θ 0, L = 1,15 cm²/m² - 4, C 44, C Ces tableaux montrent une influence quasi-inexistante des variables étudiées sur la température du couloir adjacent à la double-peau. En effet, les variations de l écart absolu moyen sont toujours de l ordre du millième de degré, sauf lorsqu on compare deux situations différentes d ouverture de la double-peau où les écarts moyens sont de l ordre du centième de degré (ce qui reste des écarts très faibles et négligeables). La faible variation des résultats peut s expliquer par une faible différence, en été, entre la température extérieure et les températures intérieures. Ainsi, que la double-peau soit ouverte ou fermée, ou qu il y ait beaucoup de vent ou pas, n entraîne pas d échanges thermiques importants entre l intérieur du bâtiment (couloir) et l extérieur. 3.2 Période hivernale Le critère retenu pour comparer les différentes variantes en période hivernal est l écart relatif des besoins de chaud du couloir, entre la série de référence (V 0, θ 0, L = 1,15 cm²/m²) et la variante. Le tableau 4 ci-dessous récapitule les résultats des cinq variantes, ainsi que de deux variantes additionnelles correspondant à des parois très perméables. Tableau 4. Ecart relatif des besoins (kwh/m².an) pour l étude paramétrique fenêtres fermées, en période hivernale Vitesse du vent 0,1 V 0 V 0 10 V 0 Orientation du vent θ 0 θ 0 θ θ 0 0,58 cm²/m² - 0,01 Perm. 1,15 cm²/m² 0,00-0,01 0,13 1,73 cm²/m² 0,01 11,5 cm²/m² 0, cm²/m² 9,66 Pour la période hivernale, les écarts constatés sur les besoins de chaud sont également très faibles (inférieurs à 0,2 kwh/m².an pour des valeurs de perméabilité conventionnelles). Pour que la vitesse ou l orientation du vent engendre une influence sur le comportement thermo-aéraulique de la double-peau lorsque les fenêtres sont fermées, il faut que la perméabilité de la paroi soit élevée, voire très élevée.

10 XXX e Rencontres AUGC-IBPSA Chambéry, Savoie, 6 au 8 juin Conclusion La méthodologie présentée (couplage Trnsys3d / Contam pour la modélisation de parois double-peau) permet de simuler un comportement macroscopique cohérent d une paroi double-peau et présente l avantage d être facilement modulable (actions sur les ouvertures et sur la position des stores facile à mettre en œuvre, même si peu utilisé dans cette étude). Cette étude, axée sur l influence relative de paramètres liés à la modélisation aéraulique du bâtiment, montre que la dépendance des résultats à ces paramètres est très faible, voire négligeable. Par conséquent, cette méthodologie pourrait être mise en œuvre sur d autres cas de bâtiments à façade double-peau, sans que la vitesse du vent, son orientation ainsi que la perméabilité à l air de la paroi n aient à être renseignés avec une grande précision. Cette conclusion permet d envisager une modélisation plus-aisée de bâtiments à façade double-peau dans le cas de projets où l on cherche principalement à caractériser le comportement du bâtiment et non de la façade en elle-même. Cela permet en effet d éviter le calcul complexe de la vitesse locale du vent ainsi que de son orientation (influencées par le milieu urbain environnant, plus ou moins dense). Les résultats montrent également que l influence sur les résultats de la perméabilité de la paroi est très faible pour des valeurs de perméabilité conventionnelles. Cette méthode reste encore à valider par une étude de l influence du rayonnement solaire sur les résultats, ainsi que par une confrontation des résultats numériques aux valeurs expérimentales. Ce travail sera effectué dans la suite du développement du projet SEEMPubS. 5. Bibliographie [PAS 12] PASUT W., DE CARLI M., «Evaluation of various CFD modelling strategies in predicting airflow and temperature in a naturally ventilated double skin façade», Applied Thermal Engineering, vol. 37, May 2012, p [ASH 05] ASHRAE, Fundamentals 2005: Airflow around buildings, 2005, p [PER 86] PERSILY A. K., GROT R. A., «Pressurization Testing of Federal Buildings», Measured Air Leakage of Buildings, ASTM STP 904. H. R. Trechsel and P. L. Lagus, Eds. American Society for Testing and Materials, p [TRN 10] TRNSYS 17 Volume 5 Multizone Building modeling with type56 and TRNBuild, Madison, WI, USA, p [SEE 11] Smart Energy Efficiency Middleware in Public Spaces : Remerciements : ce travail a été réalisé dans le cadre du projet européen SEEMPubS.

Performances énergétiques de capteurs solaires hybrides PV-T pour la production d eau chaude sanitaire.

Performances énergétiques de capteurs solaires hybrides PV-T pour la production d eau chaude sanitaire. Performances énergétiques de capteurs solaires hybrides PV-T pour la production d eau chaude sanitaire. Patrick DUPEYRAT 1,2*, Yu BAI 3,4, Gérald KWIATKOWSKI 5, Gilles FRAISSE 3 Christophe MENEZO 2,3 et

Plus en détail

Etude numérique des transferts de chaleur dans une fenêtre pariétodynamique.

Etude numérique des transferts de chaleur dans une fenêtre pariétodynamique. Etude numérique des transferts de chaleur dans une fenêtre pariétodynamique. Rémy GREFFET 1, Ghislain MICHAUX 1, Patrick SALAGNAC 1*, Jean-Baptiste RIDORET 2 1 Laboratoire des Sciences de l'ingénieur pour

Plus en détail

Evaluation des performances énergétiques et du confort d un bâtiment tertiaire rénové

Evaluation des performances énergétiques et du confort d un bâtiment tertiaire rénové Evaluation des performances énergétiques et du confort d un bâtiment tertiaire rénové Virginie Renzi 1, Françoise Burgun 1 1 INES RDI / CEA Institut National de l Energie Solaire Savoie Technolac, BP 332,

Plus en détail

Etude d un système de captation-stockage de l énergie solaire thermique

Etude d un système de captation-stockage de l énergie solaire thermique Etude d un système de captation-stockage de l énergie solaire thermique Si chaib amel #1, Aliane Khaled *2, Sari Hassoun Zakaria #3 # Laboratoire MECACOMP, Université d Aboubekr Bekaid Tlemcen Université

Plus en détail

Efficacité énergétique des logements à haute performance énergétique, HPE : Application au site de Béchar

Efficacité énergétique des logements à haute performance énergétique, HPE : Application au site de Béchar Revue des Energies Renouvelables Vol. 15 N 2 (2012) 357-364 Efficacité énergétique des logements à haute performance énergétique, HPE : Application au site de Béchar S. Sami-Mécheri 1*, D. Semmar 2 et

Plus en détail

Intégration à grande échelle du Photovoltaïque en toiture

Intégration à grande échelle du Photovoltaïque en toiture Préparer le bâtiment à l horizon 2010 Journées Thématiques 2004 Enveloppe du Bâtiment 1 Intégration à grande échelle du Photovoltaïque en toiture Hélène DESMALES Yves JAUTARD 11 mars 2004 Du site isolé

Plus en détail

Modélisation de l impact de l isolation thermique sur la température intérieure

Modélisation de l impact de l isolation thermique sur la température intérieure Revue des Energies Renouvelables Vol. 13 N 2 (2010) 265 273 Modélisation de l impact de l isolation thermique sur la température intérieure D. Medjelekh * Laboratoire de l Architecture Bioclimatique et

Plus en détail

possibilités et limites des logiciels existants

possibilités et limites des logiciels existants possibilités et limites des logiciels existants Dominique Groleau CERMA, UMR CNRS 1563, Ecole d Architecture de Nantes Journée thématique SFT- IBPSA, Outils de simulation thermo-aéraulique du bâtiment.

Plus en détail

Monitoring continu et gestion optimale des performances énergétiques des bâtiments

Monitoring continu et gestion optimale des performances énergétiques des bâtiments Monitoring continu et gestion optimale des performances énergétiques des bâtiments Alexandre Nassiopoulos et al. Journée d inauguration de Sense-City, 23/03/2015 Croissance de la demande énergétique et

Plus en détail

Simulation 06-11-2013

Simulation 06-11-2013 Conception d'un système de ventilation décentralisée : retour d'expérience sur l'intérêt de la simulation thermique dynamique et de la CFD Luc Prieels, Greencom Projet GREEN+ Groupe de REcupération d ENergie

Plus en détail

Audit Énergétique Résidence Le Belvédère à Paris 19 ème

Audit Énergétique Résidence Le Belvédère à Paris 19 ème Audit Énergétique Résidence Le Belvédère à Paris 19 ème Partie concernant les bâtiments de logements Thermique et Scénarios de rénovation 10, rue des Bluets 75011 Paris Tél : 01 55 43 97 07 37-39 Avenue

Plus en détail

Retours d expériences: le suivi de bureaux. Christophe Schmauch Pierrick Nussbaumer CETE de l Est

Retours d expériences: le suivi de bureaux. Christophe Schmauch Pierrick Nussbaumer CETE de l Est Retours d expériences: le suivi de bureaux Christophe Schmauch Pierrick Nussbaumer CETE de l Est Sommaire 2 L opération étudiée Visite de chantier Instrumentation Explication des consommations Analyse

Plus en détail

1 METHODOLOGIE BIM [BUILDING INFORMATION MODELING] Avantages & principes

1 METHODOLOGIE BIM [BUILDING INFORMATION MODELING] Avantages & principes 1 METHODOLOGIE BIM [BUILDING INFORMATION MODELING] 1.1 Avantages & principes 1.2 Process de fonctionnement BIM ESQUISSE CONCEPTION EVALUATION CONSTRUCTION GESTIONS Acquisition de données Intégration logiciel

Plus en détail

Figure 3.1- Lancement du Gambit

Figure 3.1- Lancement du Gambit 3.1. Introduction Le logiciel Gambit est un mailleur 2D/3D; pré-processeur qui permet de mailler des domaines de géométrie d un problème de CFD (Computational Fluid Dynamics).Il génère des fichiers*.msh

Plus en détail

Les outils de simulation. Myriam HUMBERT CETE Ouest

Les outils de simulation. Myriam HUMBERT CETE Ouest Les outils de simulation Myriam HUMBERT CETE Ouest Outils de simulation pour la GPE Objectif Ø Recommandations pour la mise en œuvre des calculs dans le cadre d une GPE ü Analyse qualitative des outils

Plus en détail

ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN

ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN Bureau d Etudes Thermiques SCHLIENGER 45, rue de Mulhouse 68210 BALSCHWILLER Tél. 03.89.25.91.95 Fax 03.89.25.91.95 E-mail : sschlienger@free.fr SOMMAIRE

Plus en détail

SYSTÈME DE DALLE ACTIVE ACTIV+ TEMPÉRISATION DE DALLE POUR CHAUFFER OU RAFRAÎCHIR LE CONFORT POUR LE TERTIAIRE

SYSTÈME DE DALLE ACTIVE ACTIV+ TEMPÉRISATION DE DALLE POUR CHAUFFER OU RAFRAÎCHIR LE CONFORT POUR LE TERTIAIRE TEMPÉRISATION DE DALLE POUR CHAUFFER OU RAFRAÎCHIR LE CONFORT POUR LE TERTIAIRE *Des solutions polymères à l infini www.rehau.fr Bâtiment Automobile Industrie Les bâtiments tertiaires possèdent des équipements

Plus en détail

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE 0-06 Novembre, 00, Sousse,Tunisie ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE A. Benmansour A. Benzerdjeb Laboratoire de mécanique appliquée,

Plus en détail

Calculs Computional fluide dynamiques (CFD) des serres à membrane de Van der Heide

Calculs Computional fluide dynamiques (CFD) des serres à membrane de Van der Heide Calculs Computional fluide dynamiques (CFD) des serres à membrane de Van der Heide J.B. Campen Wageningen UR Glastuinbouw, Wageningen xxx 2007 Rapport xxx 2007 Wageningen, Wageningen UR Glastuinbouw Tous

Plus en détail

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ANALYSIS OF THE EFFICIENCY OF GEOGRIDS TO PREVENT A LOCAL COLLAPSE OF A ROAD Céline BOURDEAU et Daniel BILLAUX Itasca

Plus en détail

Influence de la géométrie du conducteur sur la température dans un poste sous enveloppe métallique

Influence de la géométrie du conducteur sur la température dans un poste sous enveloppe métallique SYMPOSIUM DE GENIE ELECTRIQUE (SGE 14) : EF-EPF-MGE 2014, 8-10 JUILLET 2014, ENS CACHAN, FRANCE Influence de la géométrie du conducteur sur la dans un poste sous enveloppe métallique Nesrine REBZANI 1,2,3,

Plus en détail

Les rencontres du PREBAT 20-22 mars 2007, Aix-les-Bains. Valentin TRILLAT-BERDAL, Bernard SOUYRI, Gilbert ACHARD

Les rencontres du PREBAT 20-22 mars 2007, Aix-les-Bains. Valentin TRILLAT-BERDAL, Bernard SOUYRI, Gilbert ACHARD Les rencontres du PREBAT 20-22 mars 2007, Aix-les-Bains Synthèse du projet GEOSOL: Intégration énergétique dans les bâtiments par l utilisation combinée de l énergie solaire et de la géothermie basse température

Plus en détail

PRESENTATION ET PERSPECTIVES DU LOGICIEL CODYBA.

PRESENTATION ET PERSPECTIVES DU LOGICIEL CODYBA. PRESENTATION ET PERSPECTIVES DU LOGICIEL CODYBA. Jean NOËL 1, Jean-Jacques ROUX 2 et Joseph VIRGONE 2 1 Ingénieur FreeLance (JNLOG) 15 place Carnot 69002 Lyon 2 CETHIL-ETB INSA de Lyon Bât. Freyssinet

Plus en détail

I-1 Introduction : I-2.Etude bibliographique :

I-1 Introduction : I-2.Etude bibliographique : I-1 Introduction : La production de l énergie thermique à partir de l énergie solaire par les capteurs plans connait de nos jours de nombreuses applications vue leurs innombrables intérêts économiques

Plus en détail

Modélisation et simulation du trafic. Christine BUISSON (LICIT) Journée Simulation dynamique du trafic routier ENPC, 9 Mars 2005

Modélisation et simulation du trafic. Christine BUISSON (LICIT) Journée Simulation dynamique du trafic routier ENPC, 9 Mars 2005 Modélisation et simulation du trafic Christine BUISSON (LICIT) Journée Simulation dynamique du trafic routier ENPC, 9 Mars 2005 Plan de la présentation! Introduction : modèles et simulations définition

Plus en détail

L ' E N V I R O N N E M E N T À T R A V E R S L A S I M U L A T I O N N U M É R I Q U E : D E L ' I N G É N I E R I E D U B Â T I M E N T

L ' E N V I R O N N E M E N T À T R A V E R S L A S I M U L A T I O N N U M É R I Q U E : D E L ' I N G É N I E R I E D U B Â T I M E N T L ' E N V I R O N N E M E N T À T R A V E R S L A S I M U L A T I O N N U M É R I Q U E : U N E N O U V E L L E P R A T I Q U E D E L ' I N G É N I E R I E D U B Â T I M E N T Pour les bâtiments et à l'échelle

Plus en détail

Stockage de chaleur solaire par sorption : Analyse et contrôle du système à partir de sa simulation dynamique

Stockage de chaleur solaire par sorption : Analyse et contrôle du système à partir de sa simulation dynamique Stockage de chaleur solaire par sorption : Analyse et contrôle du système à partir de sa simulation dynamique Kokouvi Edem N TSOUKPOE 1, Nolwenn LE PIERRÈS 1*, Lingai LUO 1 1 LOCIE, CNRS FRE3220-Université

Plus en détail

Datacentre : concilier faisabilité, performance et éco-responsabilité

Datacentre : concilier faisabilité, performance et éco-responsabilité Datacentre : concilier faisabilité, performance et éco-responsabilité La climatisation des salles informatiques: compréhension et état des lieux Charles Vion, Responsable Service Projet Sylvain Ferrier,

Plus en détail

Pré-dimensionnement par simulations dynamiques d un réacteur de stockage thermochimique assurant l autonomie d un système solaire combiné.

Pré-dimensionnement par simulations dynamiques d un réacteur de stockage thermochimique assurant l autonomie d un système solaire combiné. Pré-dimensionnement par simulations dynamiques d un réacteur de stockage thermochimique assurant l autonomie d un système solaire combiné. Samuel HENNAUT 1*, Sébastien THOMAS 1, Philippe ANDRE 1, Emilie

Plus en détail

Fiche de lecture du projet de fin d étude

Fiche de lecture du projet de fin d étude GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE Fiche de lecture du projet de fin d étude Analyse du phénomène de condensation sur l aluminium Par Marine SIRE Tuteurs : J.C. SICK Manager du Kawneer Innovation Center &

Plus en détail

Portrait d un projet Nouveau bâtiment de DIAL. blog.dial.de

Portrait d un projet Nouveau bâtiment de DIAL. blog.dial.de Portrait d un projet Nouveau bâtiment de DIAL blog.dial.de 2 Portrait d un projet A propos de DIAL Pôle de compétences pour l éclairage, la gestion du bâtiment et l architecture intelligente. DIAL a été

Plus en détail

Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique

Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique Rémy BOUET- DRA/PHDS/EDIS remy.bouet@ineris.fr //--12-05-2009 1 La modélisation : Les principes Modélisation en trois étapes : Caractériser

Plus en détail

Professeur Jean BRAU Jean BRAU 教 授 INSA de Lyon 里 昂 国 立 应 用 科 学 学 院 Centre de Thermique de Lyon 热 学 研 究 中 心

Professeur Jean BRAU Jean BRAU 教 授 INSA de Lyon 里 昂 国 立 应 用 科 学 学 院 Centre de Thermique de Lyon 热 学 研 究 中 心 Professeur Jean BRAU Jean BRAU 教 授 INSA de Lyon 里 昂 国 立 应 用 科 学 学 院 Centre de Thermique de Lyon 热 学 研 究 中 心 Shanghai 2010 06/07/2010 2 LYON-CONFLUENCE Un projet réel pour des solutions HQE 里 昂 - 罗 纳 索

Plus en détail

Fiche d application Thermique. Ventilation naturelle de confort thermique BÂTIMENTS D HABITATION NEUFS. Réglementations Thermique Acoustique Aération

Fiche d application Thermique. Ventilation naturelle de confort thermique BÂTIMENTS D HABITATION NEUFS. Réglementations Thermique Acoustique Aération Réglementations Thermique Acoustique Aération Départements d Outre-Mer Version 1.1 Fiche d application Thermique Ventilation naturelle de confort thermique BÂTIMENTS D HABITATION NEUFS www.territoires.gouv.fr

Plus en détail

15/05/2012 Etude réalisée sous ABATIA 1/7

15/05/2012 Etude réalisée sous ABATIA 1/7 Projet Nom Abatia Nom de la variante SHON 127 Haut. sous plafond 2.5 Détails du site Latitude 45.59 Longitude 5.63 Station météo Chambéry Catalogue des parois Nom Type Positionnement Composition Surface

Plus en détail

Module HVAC - fonctionnalités

Module HVAC - fonctionnalités Module HVAC - fonctionnalités Modèle de radiation : DO = Discrete Ordinates On peut considérer l échauffement de solides semi transparents causé par le rayonnement absorbé par le solide. On peut également

Plus en détail

Maison Modèle BIG BOX Altersmith

Maison Modèle BIG BOX Altersmith Maison Modèle BIG BOX Altersmith SOLUTIONS D ENVELOPPE & DE SYSTÈMES PERFORMANCES RT 2005 & LABELS I. Présentation de la maison BIG BOX - T3...2 II. Enveloppes...3 1. Présentation de l enveloppe...3 2.

Plus en détail

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves Bâtiments Matériaux Opérations Installations Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves X B ÂTIMENTS Afin de réduire les factures d énergie de sa maison des années 30, un habitant de Vanves

Plus en détail

Assises Européennes du Bâtiment Basse Consommations. Frédéric ric FRUSTA. Président Directeur Général. ENERGIVIE 25 Juin 2010

Assises Européennes du Bâtiment Basse Consommations. Frédéric ric FRUSTA. Président Directeur Général. ENERGIVIE 25 Juin 2010 c1 Assises Européennes du Bâtiment Basse Consommations Frédéric ric FRUSTA Président Directeur Général ENERGIVIE 25 Juin 2010 Diapositive 1 c1 Merci de me fournir le texte complet de la page de titre cql;

Plus en détail

Concilier confort acoustique et santé des occupants. Choix des vitrages

Concilier confort acoustique et santé des occupants. Choix des vitrages Concilier confort acoustique et santé des occupants Choix des vitrages 2010 1 Le verre : ses spécificités Le verre : permet la vision vers l extérieur laisse pénétrer, dans les bâtiments, la lumière naturelle.

Plus en détail

CAP CAMION A ASSISTANCE PNEUMATIQUE

CAP CAMION A ASSISTANCE PNEUMATIQUE Séminaire mi parcours Stock-e 2010 CAP CAMION A ASSISTANCE PNEUMATIQUE Iyad Balloul Renault Trucks - iyad.balloul@volvo.com Eric Bideaux INSA Lyon - eric.bideaux@insa-lyon.fr Marc Michard LMFA - Marc.Michard@ec-lyon.fr

Plus en détail

Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale.

Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale. Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale. Morgan DAL 1, Philippe LE MASSON 1, Michel DUMONS 1, Didier LAWRJANIEC 2 1 LIMATB, Université

Plus en détail

Réussir son installation domotique et multimédia

Réussir son installation domotique et multimédia La maison communicante Réussir son installation domotique et multimédia François-Xavier Jeuland Avec la contribution de Olivier Salvatori 2 e édition Groupe Eyrolles, 2005, 2008, ISBN : 978-2-212-12153-7

Plus en détail

Modélisation 3D par le modèle de turbulence k-ε standard de la position de la tête sur la force de résistance rencontrée par les nageurs.

Modélisation 3D par le modèle de turbulence k-ε standard de la position de la tête sur la force de résistance rencontrée par les nageurs. Modélisation 3D par le modèle de turbulence k-ε standard de la position de la tête sur la force de résistance rencontrée par les nageurs. H. ZAÏDI a, S. FOHANNO a, R. TAÏAR b, G. POLIDORI a a Laboratoire

Plus en détail

L opération étudiée : le SDEF

L opération étudiée : le SDEF L opération étudiée : le SDEF Situation géographique 29 Landivisiau Finistére Zone H2a Altitude : 34 m Acteurs de l opération Maitrise d ouvrage Maître d œuvre / Architecte BET Thermique SDEF Atelier 3

Plus en détail

Air Systems Division. Cas pratiques de calcul thermique

Air Systems Division. Cas pratiques de calcul thermique Cas pratiques de calcul thermique Thermal transfer in via holes On Printed Circuit Boards, thermal path is usually made through via holes. 1 Component cooling example One component dissipates 2 W The footprint

Plus en détail

& la rt 2012. la réponse aux exigences réglementaires

& la rt 2012. la réponse aux exigences réglementaires les fenêtres aluminium MILLET & la rt 0 la réponse aux exigences réglementaires La Réglementation Thermique 0 s applique d ores et déjà pour les bâtiments neufs du secteur tertiaire, public et les bâtiments

Plus en détail

Optimisation de la conversion solaire grâce au concept de capteur hybride photovoltaïquethermique

Optimisation de la conversion solaire grâce au concept de capteur hybride photovoltaïquethermique Optimisation de la conversion solaire grâce au concept de capteur hybride photovoltaïquethermique Patrick DUPEYRAT 1,2*, Hervé PABIOU 2, Gérald KWIATKOWSKI 3 MENEZO 2,4 et Christophe 1 Fraunhofer-Institut

Plus en détail

SOLUTIONS CONSTRUCTIVES

SOLUTIONS CONSTRUCTIVES Performance des dispositifs pare soleil par Aziz Laouadi CNRC CONSTRUCTION SOLUTIONS CONSTRUCTIVES N o 77, juin 2011 Ce numéro décrit les résultats d une étude sur un certain nombre de dispositifs pare

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : 1 Formation Bâtiment Durable : ENERGIE PASSIF/BASSE ENERGIE Bruxelles Environnement ISOLATION : INTRODUCTION THEORIQUE Marny DI PIETRANTONIO Plate-forme Maison Passive asbl Objectif(s) de la présentation

Plus en détail

Étude d un système solaire thermique : Effet de l orientation des panneaux solaires

Étude d un système solaire thermique : Effet de l orientation des panneaux solaires Étude d un système solaire thermique : Effet de l orientation des panneaux solaires Saoussen Khalfallaoui, Dominique Seguin, Moulay Ahmed Adelghani-Idrissi LSPC Université de Rouen IUT 8 Rue Lavoisier

Plus en détail

VENTILATION POUR LE CONFORT D ETE

VENTILATION POUR LE CONFORT D ETE le climat et l'environnement du bâtiment Pourquoi ventiler? VENTILATION POUR LE CONFORT D ETE La ventilation consiste à renouveler l air d une pièce ou d un bâtiment. Elle agit directement sur la température

Plus en détail

Le triple vitrage. Le salon du bâtiment passif 9 & 10 décembre, Paris. Bruno Carrel

Le triple vitrage. Le salon du bâtiment passif 9 & 10 décembre, Paris. Bruno Carrel Le triple vitrage Le salon du bâtiment passif 9 & 10 décembre, Paris Bruno Carrel 1. Rappels 2. Parois vitrées et parois opaques 3. Vitrer plus large 4. SGG PLANITHERM LUX 5. Conclusion Le rayonnement

Plus en détail

Éclairage naturel L5C 2009/2010. Aurore BONNET

Éclairage naturel L5C 2009/2010. Aurore BONNET Éclairage naturel L5C 2009/2010 Aurore BONNET Introduction : Les 2 aspects de l éclairage naturel : Introduction : Les 2 aspects de l éclairage naturel : l ensoleillement et l éclairage diffus L ENSOLEILLEMENT

Plus en détail

SIMULATION NUMERIQUE DU FLUX D AIR EN BLOC OPÉRATOIRE

SIMULATION NUMERIQUE DU FLUX D AIR EN BLOC OPÉRATOIRE Maîtrise d ambiance et Qualité de l air SIMULATION NUMERIQUE DU FLUX D AIR EN BLOC OPÉRATOIRE PERTURBATION À L ÉTAT STATIQUE OU DYNAMIQUE Alina SANTA CRUZ École d Ingénieurs de Cherbourg LUSAC «Équipe

Plus en détail

Etude et amélioration du comportement thermique d une habitation

Etude et amélioration du comportement thermique d une habitation Etude et amélioration du comportement thermique d une habitation menée avec ARCHIWIZARD Contexte de l étude Mr et Mme LE LOUSTIC viennent d acquérir une maison se situant à Hennebont (56). Peu de travaux

Plus en détail

Comportement de LA MAISON PASSIVE. Etude menée d octobre 2012 à septembre 2013 sur la Maison Passive située à Arcangues

Comportement de LA MAISON PASSIVE. Etude menée d octobre 2012 à septembre 2013 sur la Maison Passive située à Arcangues Comportement de LA MAISON PASSIVE Etude menée d octobre 2012 à septembre 2013 sur la Maison Passive située à Arcangues Sommaire Le contexte..... p.2 Consommations d énergies au cours d une année... p.3

Plus en détail

1) Explications (Expert) :

1) Explications (Expert) : 1) Explications (Expert) : Mesures expérimentales : Dans nos conditions d expérience, nous avons obtenu les résultats suivants : Les dimensions des récipients sont : 1) bocal vide : épaisseur de verre

Plus en détail

MODÉLISATION NUMÉRIQUE DANS LE BÂTIMENT

MODÉLISATION NUMÉRIQUE DANS LE BÂTIMENT MODÉLISATION NUMÉRIQUE DANS LE BÂTIMENT Perrenoud, Pléiades et Design Builder Francesco Formica Grontmij BEFS SOMMAIRE I. Périmètre II. Entrées : acquisition et temps de mise en œuvre III. Sorties : résultats

Plus en détail

Version 1. Demandeur de l étude : VM - BETON SERVICES 51 Boulevard des Marchandises 85260 L'HERBERGEMENT. Auteur * Approbateur Vérificateur(s)

Version 1. Demandeur de l étude : VM - BETON SERVICES 51 Boulevard des Marchandises 85260 L'HERBERGEMENT. Auteur * Approbateur Vérificateur(s) Département Enveloppe et Revêtements Division HygroThermique des Ouvrages N affaire : 12-007 Le 10 avril 2012 Réf. DER/HTO 2012-093-BB/LS CALCUL DES COEFFICIENTS DE TRANSMISSION SURFACIQUE UP ET DES COEFFICIENTS

Plus en détail

Etanchéité à l air et isolation

Etanchéité à l air et isolation Etanchéité à l air et isolation Pourquoi? Comment? André BAIVIER 12 juin 2012 CCBC apparition de condensation la cause fréquente de dégâts à la construction : l air chaud qui se refroidit dépose une partie

Plus en détail

BILAN THERMIQUE ETE : CAHIER DES CHARGES POUR LE CALCUL D UN BILAN THERMIQUE DE CLIMATISATION

BILAN THERMIQUE ETE : CAHIER DES CHARGES POUR LE CALCUL D UN BILAN THERMIQUE DE CLIMATISATION BILAN THERMIQUE ETE : CAHIER DES CHARGES POUR LE CALCUL D UN BILAN THERMIQUE DE CLIMATISATION Avant de commencer le calcul du bilan thermique, le technicien devra connaître tous les facteurs qui pourront

Plus en détail

Partie nouvelle d un bâtiment existant (extension)

Partie nouvelle d un bâtiment existant (extension) Fiche d application : Partie nouvelle d un bâtiment existant (extension) Date Elaboration de la fiche Version 8 juillet 2013 1 Préambule Cette fiche d application précise les modalités de prise en compte

Plus en détail

Consultation CQFD LOGEMENTS OPTIMISES : COUTS, QUALITE, FIABILITE, DELAIS. NOTE ENVIRONNEMENTALE ET TECHNIQUE

Consultation CQFD LOGEMENTS OPTIMISES : COUTS, QUALITE, FIABILITE, DELAIS. NOTE ENVIRONNEMENTALE ET TECHNIQUE NOTE ENVIRONNEMENTALE ET TECHNIQUE A- UNE CONCEPTION BIOCLIMATIQUE DU PROJET (Confort dans les espaces extérieurs et dans le bâtiment) Choix morphologique du bâtiment La conception du bâtiment de logements

Plus en détail

Atelier. Outils de mesure et de diagnostic. Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr

Atelier. Outils de mesure et de diagnostic. Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr Atelier Outils de mesure et de diagnostic Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr Sommaire Comment mesurer et diagnostiquer : 1) La qualité de l air intérieur

Plus en détail

Que nous enseigne la base de données PAE?

Que nous enseigne la base de données PAE? Que nous enseigne la base de données PAE? Séminaire auditeurs PAE 8 juin 2009 Nicolas Heijmans, ir Division Energie et Climat CSTC - Centre Scientifique et Technique de la Construction 00/00/2006 Contenu

Plus en détail

Intégration de l Energie Solaire en Milieu Urbain

Intégration de l Energie Solaire en Milieu Urbain Intégration de l Energie Solaire en Milieu Urbain Séminaire CREM EPF - Lausanne, 25 Janvier 2012 Prof. Dr Jean-Louis Scartezzini Laboratoire d Energie Solaire et de Physique du Bâtiment Ecole Polytechnique

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable ENSEIGNEMENTS TECHNOLOGIQUES TRANSVERSAUX

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable ENSEIGNEMENTS TECHNOLOGIQUES TRANSVERSAUX BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable ENSEIGNEMENTS TECHNOLOGIQUES TRANSVERSAUX Coefficient 8 Durée 4 heures Aucun document autorisé Calculatrice

Plus en détail

SYNOPTIQUE GTB Architecture Générale

SYNOPTIQUE GTB Architecture Générale STATION METEO TERMINAL EXPLOITATION (local technique) POSTE SUPERVISION (local pôle maintenance) AFFICHAGE PEDAGOGIQUE (Accueil) ACCES WEB GESTION CVC LOCAL TECHNIQUE GESTION EAU GESTION SERRE GESTION

Plus en détail

Le nouvel immeuble du groupe BEI : Climat interne et environnement

Le nouvel immeuble du groupe BEI : Climat interne et environnement Le nouvel immeuble du groupe BEI : Climat interne et environnement Conçu et équipé pour s adapter aux méthodes de travail et aux exigences de communications des nouvelles technologies, le nouvel immeuble

Plus en détail

Le turbo met les gaz. Les turbines en équation

Le turbo met les gaz. Les turbines en équation Le turbo met les gaz Les turbines en équation KWOK-KAI SO, BENT PHILLIPSEN, MAGNUS FISCHER La mécanique des fluides numérique CFD (Computational Fluid Dynamics) est aujourd hui un outil abouti de conception

Plus en détail

ABB i-bus KNX Les nouveaux Room Master RM/S 3.1 et RM/S 4.1

ABB i-bus KNX Les nouveaux Room Master RM/S 3.1 et RM/S 4.1 Intelligent Building Control ABB i-bus KNX Les nouveaux Room Master RM/S 3.1 et RM/S 4.1 Page 1 ABB i-bus KNX Les nouveaux Room Master RM/S3.1 et RM/S4.1 La connexion entre Une installation électrique

Plus en détail

Dimensionnement des chaudières à mazout et à gaz

Dimensionnement des chaudières à mazout et à gaz Office fédéral de l énergie Dimensionnement des chaudières à mazout et à gaz 1 1 Introduction Correctement dimensionnée et dotée d une puissan-ce calorifique adaptée, l installation de chauffage fonctionne

Plus en détail

Géothermie assistée à l énergie solaire : Principe de base et applications. par. Professeur École Polytechnique de Montréal PLAN

Géothermie assistée à l énergie solaire : Principe de base et applications. par. Professeur École Polytechnique de Montréal PLAN Géothermie assistée à l énergie solaire : Principe de base et applications par Michel Bernier, ing., Ph.D. Professeur École Polytechnique de Montréal 1 Solaire Rayonnement Capteursp Géothermie Puits/champs

Plus en détail

Prise en compte des nœuds constructifs dans la PEB Formation développée dans le cadre de PATHB2010

Prise en compte des nœuds constructifs dans la PEB Formation développée dans le cadre de PATHB2010 Prise en compte des nœuds constructifs dans la PEB Formation développée dans le cadre de PATHB2010 PROGRAMME DE FORMATION Dans le cadre du PROJET PAThB2010 Practical Approach for Thermal Bridges 2010 AVEC

Plus en détail

16 IDEA 04 07 TRANSFORMATION D UNE ANCIENNE FERME À PRAZ/VULLY FR. Ferme lumineuse

16 IDEA 04 07 TRANSFORMATION D UNE ANCIENNE FERME À PRAZ/VULLY FR. Ferme lumineuse 16 IDEA 04 07 Ferme lumineuse Avec la rénovation de cette ancienne ferme située dans la région des Trois lacs de Morat, Neuchâtel et Bienne, l architecte Christophe Pulver voulait atteindre trois buts:

Plus en détail

Principe de fonctionnement de la façade active Lucido. K:\15.Lucido \Dossier d'envoi\annexe\2011_12_explicatif du principe de la façade Lucido.

Principe de fonctionnement de la façade active Lucido. K:\15.Lucido \Dossier d'envoi\annexe\2011_12_explicatif du principe de la façade Lucido. Principe de fonctionnement de la façade active Lucido K:\15.Lucido \Dossier d'envoi\annexe\2011_12_explicatif du principe de la façade Lucido.doc 0. Préambule Le présent document est élaboré dans le but

Plus en détail

Une nouvelle réglementation thermique pour faire des économies

Une nouvelle réglementation thermique pour faire des économies 2 Une nouvelle réglementation thermique pour faire des économies La facture annuelle de chauffage représente 900 en moyenne par ménage, avec de grandes disparités (de 250 pour une maison basse consommation

Plus en détail

Gestion optimale des unités de production dans un réseau compte tenu de la dynamique de la température des lignes

Gestion optimale des unités de production dans un réseau compte tenu de la dynamique de la température des lignes Gestion optimale des unités de production dans un réseau compte tenu de la dynamique de la température des lignes M. Nick, R. Cherkaoui, M. Paolone «Le réseau électrique de demain» - EPFL, 21.05.2015 Table

Plus en détail

Isolation Thermique par l Extérieur

Isolation Thermique par l Extérieur Isolation Thermique par l Extérieur Protéger le présent, préserver l avenir Pourquoi isoler? Les origines des fuites s d un immeuble ou d une maison sont connues. Provenant d une isolation absente ou faible,

Plus en détail

CODYRUN, OUTIL DE SIMULATION ET D AIDE A LA CONCEPTION THERMO-AERAULIQUE DE BATIMENTS

CODYRUN, OUTIL DE SIMULATION ET D AIDE A LA CONCEPTION THERMO-AERAULIQUE DE BATIMENTS CODYRUN, OUTIL DE SIMULATION ET D AIDE A LA CONCEPTION THERMO-AERAULIQUE DE BATIMENTS Harry BOYER, Alain BASTIDE, Philippe LAURET LGI Equipe GCTH Université de La Réunion IUT de Saint Pierre, Département

Plus en détail

BATIMENTS INTELLIGENTS ET BATIMENTS A ENERGIE PRESQUE NULLE

BATIMENTS INTELLIGENTS ET BATIMENTS A ENERGIE PRESQUE NULLE BATIMENTS INTELLIGENTS ET BATIMENTS A ENERGIE PRESQUE NULLE Gabrielle MASY 19 juin 2014 gabrielle.masy@hepl.be Haute Ecole de la Province de Liège Université Catholique de Louvain - Belgique Projets de

Plus en détail

Couplage de pompes à chaleur géothermales avec des capteurs solaires thermiques

Couplage de pompes à chaleur géothermales avec des capteurs solaires thermiques Projet GEOSOL Couplage de pompes à chaleur géothermales avec des capteurs solaires thermiques date de notification : juin 2003 Qualité énergétique, environnementale et sanitaire Préparer le bâtiment à

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : «Polluants intérieurs: comment les limiter?»

Formation Bâtiment Durable : «Polluants intérieurs: comment les limiter?» Formation Bâtiment Durable : «Polluants intérieurs: comment les limiter?» Bruxelles Environnement VENTILATION: DIAGNOSTICS ET DISPOSITIFS POUR GARANTIR LA QUALITÉ DE L AIR DANS LES ÉCOLES Catherine MASSART

Plus en détail

2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D, E, F (voir pages suivantes).

2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D, E, F (voir pages suivantes). SUJET DE CONCOURS Sujet Exploitation d une documentation scientifique sur le thème de l énergie 2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D,

Plus en détail

DANS QUELLES CONDITIONS PEUT-ON BENEFICIER DU CREDIT D IMPOT?

DANS QUELLES CONDITIONS PEUT-ON BENEFICIER DU CREDIT D IMPOT? Le crédit d impôt est une disposition fiscale permettant aux ménages de déduire de leur impôt sur le revenu une partie des dépenses réalisées pour certains travaux d amélioration énergétique réalisés dans

Plus en détail

RT 2012. Bien comprendre pour mieux s y préparer

RT 2012. Bien comprendre pour mieux s y préparer RT 2012 Bien comprendre pour mieux s y préparer RT2012 Préambule La Réglementation Thermique 2012 (RT 2012) vise, comme les précédentes RT, à limiter les consommations énergétiques des bâtiments neufs

Plus en détail

Critères d éligibilité techniques spécifiques à chaque équipement

Critères d éligibilité techniques spécifiques à chaque équipement Critères d éligibilité techniques spécifiques à chaque équipement Chaudières à basse température, individuelles ou collectives Les chaudières basse température ne sont plus éligibles au dispositif du crédit

Plus en détail

Fiche d application. 7 octobre 2013 1.0

Fiche d application. 7 octobre 2013 1.0 MINISTÈRE DE L ÉGALITÉ DES TERRITOIRES ET DU LOGEMENT MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L ÉNERGIE Diagnostic de Performance Energétique Fiche d application Date Version 7 octobre

Plus en détail

SOLAIRE BALLERUP LA VILLE CONTEXTE. (Danemark) Ballerup

SOLAIRE BALLERUP LA VILLE CONTEXTE. (Danemark) Ballerup SOLAIRE BALLERUP (Danemark) Utiliser l énergie solaire thermique avec un système de stockage de chaleur classique à accumulation et à régulation sur une longue période est une des alternatives les plus

Plus en détail

Lindab Poutres climatiques. Terminaux à eau. Avantages Larges gammes de poutres certifiées EUROVENT

Lindab Poutres climatiques. Terminaux à eau. Avantages Larges gammes de poutres certifiées EUROVENT lindab poutres Avantages Larges gammes de poutres certifiées EUROVENT Eco-énergétique Applications Tertiaires (bureaux, hôpitaux, hôtels...) Modularité et design Neuf et rénovation Simplicité de montage

Plus en détail

DESCRIPTION DES DOCUMENTS TECHNIQUES REQUIS

DESCRIPTION DES DOCUMENTS TECHNIQUES REQUIS DESCRIPTION DES DOCUMENTS TECHNIQUES REQUIS Volet sur mesure - Nouveau bâtiment ÉnerCible Volume 1, numéro 1 Mars 2012 Liste des documents à transmettre Afin que nous puissions effectuer l analyse technique

Plus en détail

FIOUL DOMESTIQUE La rénovation thermique des maisons individuelles

FIOUL DOMESTIQUE La rénovation thermique des maisons individuelles FIOUL DOMESTIQUE La rénovation thermique des maisons individuelles Fiche conseil Édition février 2012 Source Weishaupt SOMMAIRE P 2 : Contexte, enjeux et objectifs P 3 : Le parc des maisons chauffées au

Plus en détail

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Réalisé par : Arnaud Larvol Conseiller énergie Pays Ruthénois 6, avenue de L Europe 12 000 Rodez 05.65.73.61.70 a.larvol@pays-ruthenois.f

Plus en détail

Chaleur solaire et stockage thermique haute température. Une solution durable, bas coût, écologique et performante. 27 mars 2014

Chaleur solaire et stockage thermique haute température. Une solution durable, bas coût, écologique et performante. 27 mars 2014 Chaleur solaire et stockage thermique haute température Une solution durable, bas coût, écologique et performante 27 mars 2014 Présentation de la société Société d Ingénierie/R&D avec le statut de Jeune

Plus en détail

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13 Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13 Récapitulatif du l audit énergétique de RANTIGNY 1 Sommaire I. Introduction... 3 II. Visite du site... 4

Plus en détail

ICESOL: CONCEPT POUR UN CHAUFFAGE SOLAIRE INNOVANT. Orateurs : Frank Doppenberg BG Ingénieurs Conseils SA Bernard Thissen Energie Solaire SA

ICESOL: CONCEPT POUR UN CHAUFFAGE SOLAIRE INNOVANT. Orateurs : Frank Doppenberg BG Ingénieurs Conseils SA Bernard Thissen Energie Solaire SA Orateurs : ICESOL: CONCEPT 1. POUR UN INNOVANT Frank Doppenberg BG Ingénieurs Conseils SA Bernard Thissen Energie Solaire SA Le projet «La Cigale», terminé en mars 2014 est la rénovation Minergie la plus

Plus en détail

BILAN ÉNERGÉTIQUE DE LOGEMENTS DANS UN QUARTIER PILOTE DE SCHAERBEEK

BILAN ÉNERGÉTIQUE DE LOGEMENTS DANS UN QUARTIER PILOTE DE SCHAERBEEK 1 BILAN ÉNERGÉTIQUE DE LOGEMENTS DANS UN QUARTIER PILOTE DE SCHAERBEEK Les problématiques environnementales dues à une trop grande consommation d énergie ne peuvent plus être négligées aujourd hui. La

Plus en détail

Etablissement Recevant du Public (ERP) de 5 ème catégorie avec locaux à sommeil

Etablissement Recevant du Public (ERP) de 5 ème catégorie avec locaux à sommeil Notice de sécurité Etablissement Recevant du Public (ERP) de 5 ème catégorie avec locaux à sommeil Cette notice a été établie à l'attention des exploitants d Etablissements Recevant du Public (ERP), afin

Plus en détail