ÉCOLE DE TECHNOLOGIE SUPÉRIEURE UNIVERSITÉ DU QUÉBEC MÉMOIRE PRÉSENTÉ À L'ÉCOLE DE TECHNOLOGIE SUPÉRIEURE COMME EXIGENCE PARTIELLE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ÉCOLE DE TECHNOLOGIE SUPÉRIEURE UNIVERSITÉ DU QUÉBEC MÉMOIRE PRÉSENTÉ À L'ÉCOLE DE TECHNOLOGIE SUPÉRIEURE COMME EXIGENCE PARTIELLE"

Transcription

1 ÉCOLE DE TECHNOLOGIE SUPÉRIEURE UNIVERSITÉ DU QUÉBEC MÉMOIRE PRÉSENTÉ À L'ÉCOLE DE TECHNOLOGIE SUPÉRIEURE COMME EXIGENCE PARTIELLE À L'OBTENTION DE LA MAÎTRISE EN GÉNIE MÉCANIQUE M.Ing. PAR PHILIPPE BRODEUR CALIBRATION VIRTUELLE D'UN SITE ÉOLIEN EN TERRAIN COMPLEXE MONTRÉAL, LE 5 AOÛT 26 droits réservés de Philippe Brodeur

2 CE MÉMOIRE A ÉTÉ ÉVALUÉ PAR UN JURY COMPOSÉ DE : M. Christian Masson, Directeur de mémoire Département de Génie Mécanique, École de technologie supérieure M. François Morency, Président du jury Département de Génie Mécanique, École de technologie supérieure M. Claude Bédard, Examinateur Doyen, Décanat à la recherche et au transfert technologique, École de technologie supérieure ELLE A FAIT L'OBJET D'UNE SOUTENANCE DEVANT JURY ET PUBLIC LE 2 JUILLET 26 À L'ÉCOLE DE TECHNOLOGIE SUPÉRIEURE

3 CALffiRATION VIRTUELLE D'UN SITE ÉOLIEN EN TERRAIN COMPLEXE Philippe Brodeur SOMMAIRE L'essor de l'énergie éolienne moderne, c'est-à-dire la production d'électricité à grande échelle à partir de la force du vent, date du milieu des années 97, ce qui en fait une forme d'énergie extrêmement récente. Sa croissance très rapide au cours des dernières années s'avère très encourageante car il s'agit d'une forme d'énergie propre et renouvelable. Mais cette croissance ne se fait pas sans difficulté. En effet, de plus en plus d'éoliennes sont installées un peu partout dans le monde, entre autre sur des terrains complexes qui se caractérisent par un aspect montagneux ou un couvert forestier important. L'effet de ces différents éléments complique énormément le travail de compréhension du vent. Or, cette compréhension est nécessaire pour exploiter au mieux la ressource éolienne. Cette problématique est particulièrement apparente lors de l'évaluation des performances des éoliennes. La puissance disponible dans le vent est proportionnelle à sa vitesse au cube (P ex V 3 ). Une connaissance très précise de la vitesse du vent, à la position exacte de l'éolienne si cette dernière n'était pas installée, est donc nécessaire. Or, il n'est pas possible de simplement mesurer la vitesse du vent à ' éolienne puisque la présence même de celle-ci influence grandement la vitesse du vent. Pour contourner ce problème, l'industrie éolienne utilise actuellement un concept nommé calibration de site, qui consiste à accumuler et analyser des données de vent. Il s'agit cependant d'un processus long et coûteux qui rebute les investisseurs. Il serait donc intéressant de pouvoir éliminer la calibration de site traditionnelle. L'objectif du présent mémoire est de développer une méthode très précise de simulation numérique de ' écoulement du vent sur des terrains complexes, sur de courtes échelles de distance, ce qui permettra de réaliser des calibrations virtuelles de sites éoliens. Pour ce faire, une connaissance approfondie de la couche limite atmosphérique est nécessaire. L'étude de cette masse d'air, qui occupe le premier kilomètre au-dessus du sol, a donc été faite en portant une attention particulière à la théorie de similitude de Monin Obukhov de même qu'à l'influence de la turbulence et du sol. De plus, comme l'objectif est de parvenir à simuler l'écoulement du vent au-dessus d'un terrain complexe, il est important de bien reproduire numériquement la surface étudiée. Différentes techniques de représentation surfacique ont donc été envisagées. Enfin, comme il a fallu valider la méthode développée, un site complexe réel a été retenu, soit le site de Rivière au Renard, en Gaspésie. L'étude statistique de données provenant de cinq tours anémométriques installées sur ce site a été réalisée, accordant une grande importance à l'analyse d'incertitude des données.

4 Le vent n'étant rien d'autre que de l'air qui se déplace, donc un fluide en mouvement, de nombreuses méthodes permettent d'en simuler l'écoulement. L'une des principales difficultés reliées à la modélisation du vent est l'influence importante de la turbulence sur celui-ci. Plusieurs méthodes ont été envisagées et le choix final s'est porté sur la solution des équations de Navier-Stokes moyennées dans le temps par l'approche de Reynolds et complétées par un modèle de turbulence "' - modifié. La modélisation du vent sur un terrain tel que celui de Rivière au Renard représente un défi de taille. Pour ' étude de ' écoulement du vent sur un terrain complexe, imposer des conditions frontières est loin d'être un problème trivial. Le développement de conditions frontières viables à appliquer au modèle a ainsi constitué une étape majeure de la démarche. De plus, bien que plusieurs auteurs aient déjà réalisé des travaux traitant de la simulation du vent dans la couche limite atmosphérique, la présente recherche se distingue par le fait que les simulations effectuées se concentrent sur une très petite échelle de distance. L'ensemble de la méthode numérique développée a été implanté dans le logiciel commercial Fluent. Pour valider la méthode élaborée, celle-ci a d'abord été comparée aux relations empiriques basées sur la théorie de Monin-Obukhov appliquée à ' écoulement du vent sur terrain plat. Une fois cette validation faite, comme l'objectif principal de ce mémoire est d'arriver à simuler l'écoulement du vent en terrain complexe, les simulations numériques ont également été comparées aux données expérimentales recueillies sur le site de Rivière au Renard. Le grand potentiel de la méthode développée est apparu, bien qu'une lacune majeure ait été identifiée, soit l'incapacité de la méthode à intégrer des variations de la rugosité du sol. Une troisième série de comparaisons a également été effectuée entre la méthode développée et le logiciel WAsP, qui est un logiciel grandement utilisé par l'industrie éolienne. Sans vouloir tirer de conclusions hâtives et en considérant que seules trois simulations distinctes ont été réalisées, il semble que la méthode développée soit supérieure aux résultats obtenus à l'aide de WAsP. Il est évident que des améliorations importantes seront apportées prochainement aux méthodes de simulation actuellement utilisées. Il semble clair qu'une méthode telle que celle proposée dans ce mémoire sera plus facilement adaptable aux terrains complexes qu'une approche de type WAsP. Enfin, pour valider la méthode développée à l'aide d'une application utilisée par l'industrie éolienne, une comparaison entre la calibration traditionnelle du site de Rivière au Renard et une calibration virtuelle de ce site a été effectuée pour deux secteurs de vent. Les résultats obtenus sont très encourageants quant aux multiples possibilités de la méthode proposée.

5 VIRTUAL SITE CALIBRATION OVER COMPLEX TERRAIN Philippe Brodeur ABSTRACT The rise of modem wind energy, that is the production of electricity on a large scale from the power of the wind, started in the l97's, which makes this form of energy production still quite young. Its incredibly fast growth in the last few years is very encouraging, since it is both a non-polluting source of energy and renewable, but this fast growth has not been without its drawbacks. For example, as more and more wind parks are installed worldwide, the best sites are being taken and increasingly turbines now have to be installed on complex terrains caracterised by mountains or forested fields. Their different effects complicate seriously our understanding of the wind, which is necessary to optimally exploit this resource. This problem is particularly apparent when evaluating the performance of wind turbines. The power available in the wind is proportional to the cube of wind velocity, i.e. P ex V 3 A precise measure of the wind speed is therefore needed, but is impossible to attain at the wind turbine location since the latter will have an important influence on the local flow. To bypass this problem, the wind energy industry uses, for the moment, a concept called site calibration, which consist of accumulating and analyzing spatially correlated wind data. However, this is a long and expensive process which discourages investors. It would therefore be interesting to replace the traditional site calibration process. The objective of this Master's thesis is to develop a very accurate numerical method capable of simulating the wind over complex terrain, on short distances, which will allow to perform virtual site calibrations. To achieve this goal, a fundamental understanding of the atmospheric boundary layer is necessary. The study of this mass of air, which occupies the first kilometer over the grou nd, has been thorough with particular attention to Monin-Obukhov similarity theory (MOST), turbulence and ground effets. Also, since the objective is to be able to simulate the flow field over complex terrain, it is important to accurately reproduce the studied surface numerically, and therefore different techniques of surface modelization are investigated. Finally, it is necessary to validate the developed numerical method, and therefore a real complex site is analyzed, that is Rivière au Renard, in Gaspésie, and a statistical analysis of data recorded by instruments located on five towers installed on this site is performed. The wind being nothing else but a displacement of air, i.e. a moving fluid, many methods are available to simulate its flow patterns. One of the biggest difficulties related to modeling wind is the significant influence of turbulence. Many methodologies are consequently

6 iv investigated, the final choice being to use CFD via the Reynolds Averaged Navier-Stokes equations, complemented by a modified "" - turbulence closure model. Wmd modelling over a terrain like that found at Rivière au Renard is clearly a challenge. In fact, for the study of wind flow over complex topography, where only the ground position is known a priori, the treatment of the boundaries is far from being a trivial problem. Emphasis is placed on the development of viable boundary conditions for the numerical model. Although many autors have worked on atmospheric boundary layer flow madelling, the present work distinguishes itself as the simulations are concentrated over very short distances. The proposed numerical method is implemented within the commercial software Fluent. To verify the model' s validity, it is first compared to the empirical relations based on MOST for wind flow over flat terrain. Once this validation is complete, and since the main goal is to be able to simulate wind flow over complex terrain, numerical simulations have been compared to experimental data gathered at Rivière au Renard. In this application, the large potential of the method becomes evident, eventhough a major drawback is identified, that is the incapacity of the method to account for varying roughness length. Also, comparisons between the proposed method and the software WAsP, which is a model frequent! y used by the wind energy industry, was performed. It cannot be concluded from this study that the CFD approach is preferable to the WasP one, since only three distinct simulations are compared. However, the results obtained undoubtly suggest that major improvements in windflow analysis still remain for the future, and one can foresee that CFD methods will be more easily adaptable than linear approaches like those used by WAsP. Finally, to validate the developed method with an industrial application, a comparison between Rivière au Renard's traditionnal and virtual site calibration was done for two different wind orientations. The obtained results show very encouraging possibilities for the proposed method.

7 REMERCIEMENTS Je tiens d'abord à remercier mon directeur de mémoire, le Professeur Christian Masson, pour m'avoir proposé un sujet si intéressant, pour ses commentaires toujours pertinents et ses judicieuses questions lors de nos rencontres, pour les défis qu'il m'a permis de relever. Merci également à Cédric Alinot pour son aide technique indispensable en début de projet, de même que pour les discussions si stimulantes par la suite. Une immense pensée à ces beaux mecs que j'ai eu la chance de côtoyer pendant ces trois années, Jonathon, Étienne, Jean-Daniel et ldriss, en espérant que ce n'était là que le début d'une longue amitié... Merci à tous ces professeurs modèles qui ont su si bien m'inspirer en prenant un plaisir évident à transmettre leurs connaissances, je pense à Christian, au Professeur Baliga, au Professeur Landry, à Eva Monteiro. Merci à tous mes amis qui, bien que peu familiers avec le travail de recherche que j' effectue, ont toujours été intéressés et curieux. Merci à Claudine, Marie-Ève, Jonathan, Philippe V., Renaud, Loïc, Sarah, Myriam, Ginette, Jean-Claude et tous les autres. Merci également à ma famille, mes parents, ma soeur, mon grand-père, pour leur fierté face à mon travail. Enfin, à Anne-Marie, merci. Merci pour ton soutien pendant ces trois années. Mais surtout, surtout, merci pour ta curiosité si brillante, pour tes remises en question qui m'obligent à donner le meilleur de moi-même. Merci d'être là, tout simplement.

8 TABLE DES MATIÈRES Page SOMMAIRE ABSTRACT. REMERCIEMENTS TABLE DES MATIÈRES. LISTE DES TABLEAUX. LISTE DES FIGURES.. LISTE DES SIGLES ET ABRÉVIATIONS CHAPITRE INTRODUCTION Généralités sur l'énergie éolienne..2 Parcs éoliens en terrains complexes..3 Objectifs et méthodologie..4 Structure du mémoire CHAPITRE 2 REVUE DE LA LITTÉRATURE 2. Description du test de performance et de la calibration de site. 2.. Test de performance Calibration de site traditionnelle Simulation numérique de ' écoulement du vent Modèle WAsP Limitations du modèle WAsP Mécanique des fluides assistée par ordinateur: équations de Navier- Stokes et modélisation de la turbulence (RANS).... Mécanique des fluides assistée par ordinateur: équations de Navier Stokes et calcul explicite des grands tourbillons (LES)..... Synthèse sur les simulations en terrains non plats déjà réalisées Terrains complexes idéalisés : collines et escarpements Terrains réels.. Choix du modèle CHAPITRE 3 CONCEPTS PHYSIQUES. 3. Écoulement en couche limite atmosphérique. i iii v VI ix x xiv

9 VIl Description de la troposphère... Notion de stratification thermique Théorie de Monin-Obukhov.... Représentation du champ de vitesse Influence de la végétation sur la couche limite atmosphérique. Modélisation du sol Données provenant de Géobase. Carte topographique numérique. Télédétection.... Construction d'un MNA à partir de photographies aériennes CHAPITRE 4 MODÈLE MATHÉMATIQUE. 4. Équations du mouvement Modélisation de la turbulence Modèle K- standard avec modifications aux constantes. 4.3 Conditions aux frontières Distribution de la turbulence atmosphérique Loi de la paroi CHAPITRE 5 MÉTHODE NUMÉRIQUE Description de la méthode employée Discrétisation du domaine de calcul Construction du maillage Méthode d'enchâssement de domaines Discrétisation des équations de transport. Résolution du système d'équations linéaires résultant Vérification de la convergence Schéma d'interpolation de la pression... Conditions aux frontières sur le grand domaine Sol.... Entrée du domaine Termes sources à introduire dans les équations de transport de la turbulence Sortie du domaine Frontières latérales Partie supérieure du domaine 5.3 Conditions frontières sur le petit domaine 5.4 Initialisation de la solution Résumé des paramètres employés dans FLUENT CHAPITRE 6 ÉTUDE DES DONNÉES EXPÉRIMENTALES 6. Présentation détaillée du site de Rivière au Renard

10 viii Installations sur le site Positionnement des différents équipements. Détails concernant les instruments utilisés Traitement statistique des données Méthodologie employée. Analyse des données. Analyse d'incertitude.. Incertitudes de type A.. Incertitude standard combinée de type A. Incertitudes de type B Incertitude standard combinée de type B. Incertitude standard combinée Exemple de calcul: le cas de l'orientation du vent CHAPITRE 7 RÉSULTATS ET DISCUSSION Validation du modèle proposé sur terrain plat Écoulement perpendiculaire au plan: entrée du domaine Écoulement dans le plan : frontière latérale du domaine Comparaison des simulations numériques aux données expérimentales Cas : orientation du vent Cas 2: orientation du vent Cas 3: orientation du vent Comparaison de la méthode CFD proposée au logiciel WAsP Calibration virtuelle du site de Rivière au Renard 8 CONCLUSION ANNEXE PARAMÈTRES FLUENT 3 BIBLIOGRAPIDE.... 5

11 LISTE DES TABLEAUX Page Tableau I Longueur de rugosité pour différentes surfaces Tableau II Constantes du modèle de turbulence K - utilisées dans le cadre de ce mémoire Tableau III Signification de 4>, r et S pour chacune des équations 56 Tableau IV Positions des installations sur le site Tableau V Perturbations dues au sillage des éoliennes à proximité 8 Tableau VI Vitesses de vent observées à la tour, orientation Tableau VII Exemple d'incertitude standard associée à la lecture de l'anémomètre 93 Tableau VIII Incertitudes étendues Tableau IX Incertitudes pour chacun des paramètres 99 Tableau X Comparaison des facteurs d'accélération prédits par WAsP et par la méthode numérique développée Tableau XI Erreurs relatives observées sur les données 24

12 LISTE DES FIGURES Page Figure Première éolienne servant à produire de l'électricité 2 Figure 2 Site éolien installé en mer.. 3 Figure 3 Exemple d'un site complexe. 4 Figure 4 Photos du site de Rivière au Renard. 5 Figure 5 Courbe de puissance typique d'une éolienne de,5mw 8 Figure 6 Topographie du site de Rivière au Renard Figure 7 Mâts permanent et temporaire installés à Rivière au Renard. Figure 8 Fonctionnement du modèle WAsP Figure 9 Différentes collines étudiées par Ferreira et al.. 9 Figure Zones de recirculation obtenues par Ferreira et al. pour différentes collines Figure Colline et escarpement étudiés par Lun et al.. 2 Figure 2 Colline Askervein Figure 3 Profils de vitesse numériques et expérimentaux obtenus par Eidsvik, colline Askervein Figure 4 Structure de l'atmosphère. 26 Figure 5 Composition de la troposphère.. 27 Figure 6 Profils de température potentielle virtuelle pour différents cas de stratification thermique Figure 7 Influence du paramètre d sur le profil vertical de vitesse du vent. 35 Figure 8 Image satellite basse résolution du site de Rivière au Renard.. 38 Figure 9 Photographies aériennes du site de Rivière au Renard

13 Xl Figure 2 Modèle numérique d'altitude du site de Rivière au Renard. 4 Figure 2 Étapes pour construire le maillage de la surface.. 53 Figure 22 Exemple de maillage du domaine Figure 23 Enchâssement des deux domaines de calculs. 55 Figure 24 Configuration du maillage près du sol Figure 25 Figure 26 Figure 27 Solution obtenue pour un écoulement complètement développé en entrée, profil de vitesse u Vecteurs de vitesse du vent pour un écoulement 2D sur une frontière latérale Valeurs de vitesse et turbulence provenant du grand domaine imposées sur le petit domaine Figure 28 Exemple d'initialisation de la solution: profil de vitesse u. 7 Figure 29 Localisation de Rivière au Renard dans la province de Québec Figure 3 Parcelle de terrain à ' étude Figure 3 Rose des vents du site de Rivière au Renard.. 76 Figure 32 Position des différents équipements sur le site. 77 Figure 33 Photographie des tours de mesure sur le site de Rivière au Renard. 78 Figure 34 Secteurs à exclure selon la norme IEC Figure 35 Détails des instruments installés sur les tours de 58m.. 8 Figure 36 Exemple de corrélation entre deux anémomètres d'une même tour (secteur 35 ) Figure 37 Procédure pour établir la relation de vitesse entre les différents anémomètres Figure 38 Forêt observée du haut d'une éolienne à Rivière au Renard.. 87 Figure 39 Graphique de calibration d'un anémomètre

14 Xll Figure 4 Distribution uniforme du nombre d'impulsions lues par le SAD. 95 Figure 4 Régression linéaire reliant la vitesse de deux anémomètres Figure 42 Figure 43 Maillage bidimensionnel employé pour solutionner ' écoulement sur ' entrée du domaine Comparaison : profils théoriques et de simulation pour ' écoulement à ' entrée du domaine Figure 44 Comparaison : profils théoriques et de simulation pour ' écoulement de l'un des côtés du domaine... 4 Figure 45 Contours obtenus pour la simulation d'un côté du domaine, terrain plat avec entrée provenant de simulation Figure 46 Zoom sur la faible valeur de K à la base de l'entrée du domaine 6 Figure 47 Figure 48 Profils de simulation pour l'écoulement de l'un des côtés du domaine, entrée idéale respectant exactement la théorie de Monin-Obukhov... 7 Contours obtenus par simulation d'un côté du domaine, terrain plat avec entrée Monin-Obukhov Figure 49 Données expérimentales et profils de vitesse numérique obtenus pour ' orientation 5 sans la méthode d'enchâssement de domaine... Figure 5 Données expérimentales et profils de vitesse numérique obtenus pour ' orientation 5 avec la méthode d'enchâssement de domaine... Figure 5 Données expérimentales et profils de vitesse numérique obtenus pour ' orientation 5 sans la méthode d'enchâssement de domaine Figure 52 Données expérimentales et profils de vitesse numérique obtenus pour ' orientation 5 avec la méthode d'enchâssement de domaine... 3 Figure 53 Données expérimentales et profils de vitesse numérique obtenus pour ' orientation 255 sans la méthode d'enchâssement de domaine... 4 Figure 54 Données expérimentales et profils de vitesse numérique obtenus pour ' orientation 255 avec la méthode d'enchâssement de domaine. 5 Figure 55 Base de données brutes, tours référence et temporaire 2 Figure 56 Calibration virtuelle, direction du vent

15 Figure 57 Calibration virtuelle, direction du vent xiii

16 LISTE DES SIGLES ET ABRÉVIATIONS a p anb b Coefficient associé à la variable 4> au point P ( centroïde du volume de contrôle considéré) Coefficient associé à la variable 4> aux points voisins du volume de contrôle considéré Constante dans l'équation de 4>, qui dépend de Sc clh C2o cf.' Constantes du modèle de turbulence k- f Constante de rugosité de Fluent CFD d Computational jluid dynamics Hauteur de déplacement [m] Diamètre de l'éolienne [m] DEM Digital elevation model Frontière Est et Ouest (west) d'un volume de contrôle Erreur relative reliée à la prédiction de la méthode numérique [%] Erreur relative reliée à ' incertitude des données expérimentales [%] g Accélération gravitationnelle [m/ s 2 ] Génération d'énergie cinétique turbulente due aux forces de flottement [kgf(m s 3 )] Génération d'énergie cinétique turbulente due aux forces de cisaillement [kgf(m s 3 )] he k Hauteur de la canopée d'une forêt [m] Facteur de couverture permettant d'associer un niveau de confiance à une distribution statistique K Constante de Von Karman, K =.42 K 8 L Hauteur de rugosité pour Fluent [m] Longueur de Monin-Obukhov [m]

17 xv LES :MN A n Distance séparant une tour de mesure d'un obstacle [m] Large eddy simulation Modèle numérique d'altitude Nombre total de volumes de contrôle dans le domaine Nombre d'impulsions de l'anémomètre p Pression [Pa] p, nb Volume de contrôle concerné, par opposition aux volumes de contrôles adjacents (neighbors) R Constante des gaz parfaits pour l'air sec [287 J K- kg- ] RANS R:P s SAD Sc Reynolds averaged Navier-Stokes equations Somme sur ' ensemble du domaine des résidus normalisés Terme source Système d'acquisition de données Fraction du terme source indépendante de cp Terme source dans l'équation de transport de la dissipation d'énergie cinétique turbulente t: S/Ç Terme source dans l'équation de transport de l'énergie cinétique turbulente K. S p Su, Sc, Sp t Tv Fraction du terme source dépendante de cp Dimensions du volume de contrôle [m] Temps [s] Température virtuelle [K] Ua (Vi) Incertitude standard de type B associée à la lecture de l'anémomètre [ m / s] ua(vi) Incertitude standard combinée de type A pour la vitesse i [m/ s] u 8 (Vi) Incertitude standard combinée de type B pour la vitesse i [m/ s] uc(vi) Incertitude standard combinée pour la vitesse i [m/ s] Uc(Vi) Incertitude standard étendue pour la vitesse i [m/ s]

18 xvi UDF UDS u, v, w User-definedfunctions (fonctions définies par l'utilisateur) dans Fluent User-defined scalar (scalaire défini par l'utilisateur) dans Fluent Composantes de la vitesse [m/ s] Vitesse de frottement [ m / s] Vitesse de frottement locale [m/ s] u(x) Vitesse de frottement au sommet [m/ s] Incertitude standard associée à la variable x [les unités seront les mêmes que celles de la variable x] Composante turbulente de la vitesse [m/ s] Contrainte de Reynolds [m 2 / s 2 ] Représente les trois composantes de la vitesse, u, v et w [mf s] Vpos,p x,y,z Valeur prédite de la vitesse à une certaine position pour le point p [mf s] Composantes de la position [m] Représente les trois composantes de la position, x, y et z [m] WAsP zo Wind Atlas Analysis and Application Program Longueur de rugosité [ m] x Facteur de correction de l'écoulement, qui permet de relier la vitesse en un point par rapport à une vitesse référence Ordre de grandeur de ' espace à simuler, soit la distance entre deux tours météorologiques, environ 2m 8 Delta du Kronecker ~xe, ~xw Distance entre deux centroïdes adjacents (Est et Ouest) Taux de dissipation de l'énergie cinétique turbulente [m 2 / s 3 ] ijk r Tenseur unitaire Coefficient de diffusion "' Énergie cinétique turbulente [ m 2 / s 2 ]

19 X VIl J.L J.Lt n p a Viscosité [kg m- s- ] Viscosité turbulente [kg. m- s- ] Paramètre de Coriolis Densité [kgfm 3 ] Écart-type d'une distribution statistique Constantes du modèle de turbulence k - T Flux de quantité de mouvement [kg fm s 2 ] Tenseur de contraintes [ N / m 2 ] Température potentielle virtuelle [ K]

20 CHAPITRE! INTRODUCTION. Généralités sur l'énergie éolienne L'énergie éolienne est utilisée depuis plusieurs centaines d'années, que l'on pense simplement aux bateaux à voiles, qui ont vu le jour bien avant le début de notre ère. Cette source d'énergie a connu de multiples applications: pompage de l'eau, mouture du grain et, plus récemment, production d'énergie électrique. Le présent mémoire se concentrera sur un aspect très pointu de cette dernière application ; le lecteur intéressé pourra se référer à un ouvrage tel que "Wind energy explained", par Manwell et al. [] pour plus de détails concernant 'historique de ' énergie éolienne. La première machine servant à convertir ' énergie du vent en électricité a vu le jour vers la fin du 9e siècle; elle est présentée à la figure. Mais le réel début de l'industrie de l'énergie éolienne date d'à peine 35 ans. Dans les années 97, des machines de dimensions intéressantes (puissance de l'ordre de à 3kW) ont commencé à se vendre. Mieux encore, au niveau de la recherche, certains projets ont mené à l'érection d'éoliennes de très grande capacité dont, entre autres, l'éolienne de 3.2MW Boeing MOD-5B avec son rotor d'une envergure de 98m []. Le renouveau dans le monde de la production d'électricité à partir de ' énergie éolienne a notamment été motivé par la crise de ' énergie du milieu des années 97. Aujourd'hui, l'énergie éolienne connaît une croissance très rapide, poussée d'abord par des considérations environnementales, mais également par une industrie en pleine expansion au niveau de la fabrication d'éoliennes géantes. La technologie étant de mieux en mieux maîtrisée, la production de machines pouvant générer entre l.5mw et 3MW est devenue courante, ce qui permet d'effectuer d'importantes économies d'échelles. Il en résulte qu'aujourd'hui, la production d'énergie électrique à partir d'éoliennes est économiquement compétitive par rapport aux sources d'énergie plus traditionnelles (telles que l'énergie fossile ou l'hydroélectricité). Depuis 3 ans, la rentabilité de la production d'énergie éolienne reposait principalement sur les subventions gouvernementales. La nou-

21 2 Figure Première éolienne servant à produire de ' électricité, construite par Charles F. Brush en (Tirée de [2]) velle compétitivité des éoliennes ne pourra que propulser plus encore cette source d'énergie très disponible et non polluante. Vu son caractère aléatoire occasionné par la variabilité du vent, ' énergie éolienne ne pourra jamais devenir notre unique source d'énergie. Mais sa rentabilité laisse espérer qu'elle prendra de plus en plus de place dans le paysage énergétique du Québec..2 Parcs éoliens en terrains complexes Au départ, les éoliennes étaient généralement installées sur des terrains simples, par exemple une plaine côtière avec peu de végétation. Cependant, le développement rapide de ' énergie éolienne s'accompagne désormais du besoin de trouver toujours plus d'espace pour installer les aérogénérateurs. L'une des solutions trouvées est d'implanter les machines en mer, présentant, de façon générale, l'avantage de ne déranger personne, en plus de profiter de vitesses de vent très élevées. La figure 2 présente un tel site. Une autre possibilité envisagée est ' installation des éoliennes sur des terrains complexes. Par exemple, les 99MW récemment octroyés par Hydro-Québec pour la production d'énergie éolienne seront implantés en Gaspésie, sur des terrains composés de petites montagnes et collines,

EIE P ARC ÉOLIEN DE SPY EDF LUMINUS ANNEXE 7

EIE P ARC ÉOLIEN DE SPY EDF LUMINUS ANNEXE 7 EIE P ARC ÉOLIEN DE SPY EDF LUMINUS Edition: MARS 2014 Révision: RAPPORT FINAL ANNEXE 7 Note technique relative aux critères à considérer (P50, P90, facteur de capacité et productions électriques nettes)

Plus en détail

Description du logiciel Smart-MED-Parks Article technique

Description du logiciel Smart-MED-Parks Article technique Introduction Description du logiciel Smart-MED-Parks Article technique Depuis le lancement du projet en février 2013, différentes actions ont été effectuées dans le but d'accroître la sensibilisation et

Plus en détail

ETUDE DE COMPATIBILITE DE LA ZONE DE RECOUVREMENT DES MODELES NUMERIQUES APPLICATION AUX ETUDES D IMPACT DES PROJETS D ENERGIES MARINES

ETUDE DE COMPATIBILITE DE LA ZONE DE RECOUVREMENT DES MODELES NUMERIQUES APPLICATION AUX ETUDES D IMPACT DES PROJETS D ENERGIES MARINES ETUDE DE COMPATIBILITE DE LA ZONE DE RECOUVREMENT DES MODELES NUMERIQUES APPLICATION AUX ETUDES D IMPACT DES PROJETS D ENERGIES MARINES Julien Schaguene, Olivier Bertrand, Eric David Sogreah Consultants

Plus en détail

Fiche de lecture du projet de fin d étude

Fiche de lecture du projet de fin d étude GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE Fiche de lecture du projet de fin d étude Analyse du phénomène de condensation sur l aluminium Par Marine SIRE Tuteurs : J.C. SICK Manager du Kawneer Innovation Center &

Plus en détail

Gaines perforées pour la DIFFUSION de l'air (DLD).

Gaines perforées pour la DIFFUSION de l'air (DLD). ÍÇÍÌÛÓÛÍ ÒÒÑÊßÒÌÍ ÜÛ ÌÎß ÌÛÓÛÒÌ ÜÛ Ôùß Î ßÓÞ ßÒÌ Ùß ÒÛÍ ÐÛÎÚÑÎÛÛÍ ß ØßËÌÛ ÒÜËÝÌ ÑÒ ÙË ÜÛ ÜÛ ÝØÑ È ÐÎÑÜË ÌÍ SPIR JET Gaines perforées pour la DIFFUSION de l'air (DLD). Les gaines métalliques perforées SPIROJET

Plus en détail

Guide de SolidWorks Flow Simulation pour l enseignant. Présentateur Date

Guide de SolidWorks Flow Simulation pour l enseignant. Présentateur Date Guide de SolidWorks Flow Simulation pour l enseignant Présentateur Date 1 Qu'est-ce que SolidWorks Flow Simulation? SolidWorks Flow Simulation est un logiciel d'analyse des écoulements de fluide et du

Plus en détail

Estimation de potentiel éolien

Estimation de potentiel éolien cours1 (suite) Estimation de potentiel éolien Mesures de la vitesse et de la direction du vent Différents types d anémomètres-girouettes Anémomètre à coupelles Simple et robuste, il nécessite l adjonction

Plus en détail

LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE

LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE Page 1 / 6 LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE 1) Qu est-ce qu un sensor de pression? Tout type de sensor est composé de 2 éléments distincts : Un corps d épreuve soumit au Paramètre Physique φ à mesurer

Plus en détail

nutrition humaine (dite "affamés de protéines") et la croissance de la population mondiale enregistrée chaque année. Pour relever ce défi,

nutrition humaine (dite affamés de protéines) et la croissance de la population mondiale enregistrée chaque année. Pour relever ce défi, RÉSUMÉ de la thèse de doctorat "OPTIMISATION DE STRUCTURES DE PRODUCTION EN UNE SOCIÉTÉ INTÉGRÉE DE PRODUCTION DE VIANDE DE POULET" développée par Eng. Codruț CIMPOIAȘ La viande de volaille occupe une

Plus en détail

Comment les cartes annuelles de la qualité de l air sont-elles réalisées?

Comment les cartes annuelles de la qualité de l air sont-elles réalisées? Comment les cartes annuelles de la qualité de l air sont-elles réalisées? Les cartes «annual air quality» montrent le résultat du couplage de deux méthodes d évaluation de la qualité de l air : l interpolation

Plus en détail

INTRODUCTION DU CFD. La perte de pression (dp) par unité-longueur (dl) est déterminée par la formule :

INTRODUCTION DU CFD. La perte de pression (dp) par unité-longueur (dl) est déterminée par la formule : INTRODUCTION DU CFD Introduction A l inverse des calculs de force de construction, au moyen du software de Ansys ou Pro/E par exemple, les calculs de courant ne sont pas très connus. Ceci est une introduction

Plus en détail

Analyses du vent et étude du potentiel technico-économique éolien en mer

Analyses du vent et étude du potentiel technico-économique éolien en mer Analyses du vent et étude du potentiel technico-économique éolien en mer B. Pouponneau1, L.Thiebaud 2, C. Conseil3, P.Vigne4, J.Christin5, C. Périard1, S. Martinoni-Lapierre1 Météo-France, Toulouse, France

Plus en détail

ANNEXE 1 BTS AGENCEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ARCHITECTURAL Programme de mathématiques

ANNEXE 1 BTS AGENCEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ARCHITECTURAL Programme de mathématiques ANNEXE BTS AGENCEMENT DE L'ENVIRONNEMENT ARCHITECTURAL Programme de mathématiques L'enseignement des mathématiques dans les sections de techniciens supérieurs Agencement de l'environnement architectural

Plus en détail

LE LOGICIEL PEACH, UN OUTIL DE VALORISATION DES PCH

LE LOGICIEL PEACH, UN OUTIL DE VALORISATION DES PCH Logiciel PEACH 1 LE LOGICIEL PEACH, UN OUTIL DE VALORISATION DES PCH Sommaire I. Présentation d'ensemble du logiciel... 1 I.1. Les objectifs... 1 I.2. La démarche d'étude par PEACH... 2 II. PEACH Programme

Plus en détail

Livret du Stagiaire en Informatique

Livret du Stagiaire en Informatique Université François-Rabelais de Tours Campus de Blois UFR Sciences et Techniques Département Informatique Livret du Stagiaire en Informatique Licence 3ème année Master 2ème année Année 2006-2007 Responsable

Plus en détail

Classe de 5 ème Domaine d application : Habitat et ouvrages. Auteurs : JR.GARBAY & B.LAMOUR Académie de Versailles 1

Classe de 5 ème Domaine d application : Habitat et ouvrages. Auteurs : JR.GARBAY & B.LAMOUR Académie de Versailles 1 Classe de 5 ème Domaine d application : Habitat et ouvrages Auteurs : JR.GARBAY & B.LAMOUR Académie de Versailles 1 Nous proposons deux séquences ayant pour problématiques: 1) Quel est le secteur économique

Plus en détail

différence groupe-conseil en statistique

différence groupe-conseil en statistique Vais-je atteindre mon objectif cette année? Par Martin Carignan, associé chez Différence www.difference-gcs.com Contexte Les gestionnaires sont souvent évalués sur des résultats mesurés par des indicateurs

Plus en détail

Développement du bois énergie : quel impact à terme sur le marché du bois en France?

Développement du bois énergie : quel impact à terme sur le marché du bois en France? Développement du bois énergie : quel impact à terme sur le marché du bois en France? Le développement du bois énergie va se traduire par une situation de concurrence entre les différents acteurs économiques

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

LES CENTRALES EOLIENNES

LES CENTRALES EOLIENNES LES CENTRALES EOLIENNES FONCTIONNEMENT Les éoliennes utilisent l énergie cinétique du vent (énergie éolienne) pour la transformer en énergie électrique. Elles produisent une énergie renouvelable (et même

Plus en détail

GÉNIE CLIMATIQUE ET ENERGÉTIQUE FICHE DE LECTURE MISE EN PLACE D UNE METHODOLOGIE D AUDIT ENERGETIQUE

GÉNIE CLIMATIQUE ET ENERGÉTIQUE FICHE DE LECTURE MISE EN PLACE D UNE METHODOLOGIE D AUDIT ENERGETIQUE GÉNIE CLIMATIQUE ET ENERGÉTIQUE FICHE DE LECTURE MISE EN PLACE D UNE METHODOLOGIE D AUDIT ENERGETIQUE Projet de Fin d Etudes réalisé à Apave Liban Par Corentin Demolder Encadré par Bassam Habre Tuteur

Plus en détail

Types de REA produites dans le cadre de la séquence pédagogique

Types de REA produites dans le cadre de la séquence pédagogique Scénario pédagogique APPRENDRE À ENSEIGNER AUTREMENT Description générale du scénario Titre Les bases de données relationnelles Résumé Dans le cadre d'un cours à distance, la visioconférence est une REA

Plus en détail

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens.

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation Yann FORNER RÉSULTATS Nom: Sexe: 15/04/2010 Féminin Âge: 17 Étalonnage: Lycéens Introduction Le Questionnaire de Motivation en situation de Formation

Plus en détail

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE Comment choisir un CRM qui répondra à toutes les attentes de vos commerciaux www.aptean..fr LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE

Plus en détail

Dissertation. Introduction. I - Les relations de sous-traitance traditionnelles

Dissertation. Introduction. I - Les relations de sous-traitance traditionnelles Dissertation Introduction Les différents liens que les entreprises peuvent établir entre elles sont indispensables pour leur expansion et leur compétitivité. L organisation de tels liens est capitale et

Plus en détail

Emilien Suquet, suquet@automaths.com

Emilien Suquet, suquet@automaths.com STATISTIQUES Emilien Suquet, suquet@automaths.com I Comment réagir face à un document statistique? Les deux graphiques ci-dessous représentent l évolution du taux de chômage en France sur les 1 mois de

Plus en détail

PHYSIQUE. 5 e secondaire. Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN

PHYSIQUE. 5 e secondaire. Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN PHYSIQUE 5 e secondaire Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN MAI 1999 Quebec PHYSIQUE 5 e secondaire Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN MAI 1999 Direction de la formation générale

Plus en détail

Analyse statistique et élaboration d un atlas éolien de la vallée du Cheliff

Analyse statistique et élaboration d un atlas éolien de la vallée du Cheliff Revue des Energies Renouvelables Vol. 10 N 4 (2007) 583 588 Analyse statistique et élaboration d un atlas éolien de la vallée du Cheliff F. Boukli Hacène 1, N. Kasbadji Merzouk 2 et L. Loukarfi 1 1 Faculté

Plus en détail

Agrégation externe de mathématiques, session 2013 Épreuve de modélisation, option B : Calcul Scientifique

Agrégation externe de mathématiques, session 2013 Épreuve de modélisation, option B : Calcul Scientifique Agrégation externe de mathématiques, session 2013 Épreuve de modélisation, option (Public2014-B1) Résumé : On présente un exemple de système de deux espèces en compétition dans un environnement périodique.

Plus en détail

La gestion des ventes.

La gestion des ventes. I. La prévision des ventes. A. Principe. La gestion des ventes. Elle consiste à déterminer les ventes futures à la fois en quantité et en valeur en tenant compte des tendances et contraintes imposées à

Plus en détail

Chapitre I :Seuil de rentabilité. Encadré par: Dr. HOURIA ZAAM

Chapitre I :Seuil de rentabilité. Encadré par: Dr. HOURIA ZAAM Chapitre I :Seuil de rentabilité Encadré par: Dr. HOURIA ZAAM PLA N I- Introduction II- Charges 1- Charges variables 2- Charges fixes 3- Charges mixtes III- Le compte de résultat différentiel IV- Seuil

Plus en détail

L'OUTIL INFORMATIQUE EN ÉDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE (EPS)

L'OUTIL INFORMATIQUE EN ÉDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE (EPS) 103 L'OUTIL INFORMATIQUE EN ÉDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE (EPS) Voilà deux ans, dans le cadre de ma formation en centre pédagogique régional (CPR), j'ai commencé l'élaboration d'un programme informatique

Plus en détail

Déclassement d'actifs et stock brut de capital

Déclassement d'actifs et stock brut de capital Extrait de : La mesure du capital - Manuel de l'ocde 2009 Deuxième édition Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264067752-fr Déclassement d'actifs et stock brut de capital Merci

Plus en détail

Cours et applications

Cours et applications MANAGEMENT SUP Cours et applications 3 e édition Farouk Hémici Mira Bounab Dunod, Paris, 2012 ISBN 978-2-10-058279-2 Table des matières Introduction 1 1 Les techniques de prévision : ajustements linéaires

Plus en détail

Etude expérimentale de l influence des ouvrages de protection sur les avalanches et des pressions d impact

Etude expérimentale de l influence des ouvrages de protection sur les avalanches et des pressions d impact Etude expérimentale de l influence des ouvrages de protection sur les avalanches et des pressions d impact 2009 2012 Paolo Caccamo Université de Grenoble Encadrants : Florence Naaim-Bouvet, Thierry Faug,

Plus en détail

Étapes du développement et de l utilisation d un modèle de simulation

Étapes du développement et de l utilisation d un modèle de simulation Étapes du développement et de l utilisation d un modèle de simulation Étapes du développement et de l utilisation d un modèle de simulation Formulation du problème Cueillette et analyse de données Conception

Plus en détail

Travail du MCIA MNF 2005/2006. Exploration du code Star-Cd

Travail du MCIA MNF 2005/2006. Exploration du code Star-Cd Travail du MCIA MNF 2005/2006 Exploration du code Star-Cd Philippe Claudon, Masi Enrica Exploration du code Star-CD Introduction Simulation d un cas physique simple Création d un domaine numérique représentatif

Plus en détail

INTRODUCTION. A- Modélisation et paramétrage : CHAPITRE I : MODÉLISATION. I. Paramétrage de la position d un solide : (S1) O O1 X

INTRODUCTION. A- Modélisation et paramétrage : CHAPITRE I : MODÉLISATION. I. Paramétrage de la position d un solide : (S1) O O1 X INTRODUCTION La conception d'un mécanisme en vue de sa réalisation industrielle comporte plusieurs étapes. Avant d'aboutir à la maquette numérique du produit définitif, il est nécessaire d'effectuer une

Plus en détail

Exemples d utilisation

Exemples d utilisation Exemples d utilisation Afin de vous donner une indication de la puissance de Librex, voici quelques exemples de la façon dont le logiciel peut être utilisé. Ces exemples sont des cas réels provenant de

Plus en détail

L'énergie éolienne permet-elle d'assurer un développement énergétique durable pour le Canada?

L'énergie éolienne permet-elle d'assurer un développement énergétique durable pour le Canada? L'énergie éolienne permet-elle d'assurer un développement énergétique durable pour le Canada? Aperçu de la leçon L'élève doit répondre à la question problème : «L'énergie éolienne permet-elle d'assurer

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

CRÉDITS POUR ALIMENTATION EN MOYENNE ET HAUTE TENSION ET RAJUSTEMENT POUR PERTES DE TRANSFORMATION

CRÉDITS POUR ALIMENTATION EN MOYENNE ET HAUTE TENSION ET RAJUSTEMENT POUR PERTES DE TRANSFORMATION CRÉDITS POUR ALIMENTATION EN MOYENNE ET HAUTE TENSION ET RAJUSTEMENT POUR PERTES DE TRANSFORMATION TARIFICATION Page 1 de 29 Table des matières 1 INTRODUCTION... 5 2 HISTORIQUE DES CRÉDITS POUR ALIMENTATION

Plus en détail

Titre de la leçon Canada 2026 : changements démographiques Analyse de l évolution de la population et problèmes démographiques potentiels

Titre de la leçon Canada 2026 : changements démographiques Analyse de l évolution de la population et problèmes démographiques potentiels Qui nous sommes Titre de la leçon Canada 2026 : changements démographiques Analyse de l évolution de la population et problèmes démographiques potentiels Aperçu général À l aide de données démographiques,

Plus en détail

CONFÉRENCE SUR L ÉCONOMIE DES AÉROPORTS ET DES SERVICES DE NAVIGATION AÉRIENNE

CONFÉRENCE SUR L ÉCONOMIE DES AÉROPORTS ET DES SERVICES DE NAVIGATION AÉRIENNE Organisation de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL CEANS-WP/5 15/4/08 CONFÉRENCE SUR L ÉCONOMIE DES AÉROPORTS ET DES SERVICES DE NAVIGATION AÉRIENNE Montréal, 15 20 septembre 2008 Point 1

Plus en détail

I] ETUDE STATISTIQUES SIMPLE

I] ETUDE STATISTIQUES SIMPLE INTRODUCTION Scilab (contraction de Scientific Laboratory) est un logiciel libre, développé à l'inria Rocquencourt. C'est un environnement de calcul numérique qui permet d'effectuer rapidement toutes les

Plus en détail

Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique

Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique Rémy BOUET- DRA/PHDS/EDIS remy.bouet@ineris.fr //--12-05-2009 1 La modélisation : Les principes Modélisation en trois étapes : Caractériser

Plus en détail

Fiche pour les étudiants «Comment répondre à une question à développement?»

Fiche pour les étudiants «Comment répondre à une question à développement?» VOLUME 11, NO 1 AUTOMNE 2012 Cégep de Rimouski Développement pédagogique Annexe 2 du Pédagotrucs no 40 Fiche pour les étudiants «Comment répondre à une question à développement?» Voici un guide qui t aidera

Plus en détail

Leçon 6. Juste à temps : principes

Leçon 6. Juste à temps : principes Leçon 6 Juste à temps : principes L'objectif principal de la leçon est de connaître et de comprendre la philosophie du juste à temps A l'issue de la leçon l'étudiant doit être capable de : définir les

Plus en détail

Correction de l épreuve intermédiaire de mai 2009.

Correction de l épreuve intermédiaire de mai 2009. Licence de Gestion. 3ème Année Année universitaire 8-9 Optimisation Appliquée C. Léonard Correction de l épreuve intermédiaire de mai 9. Exercice 1 Avec les notations du cours démontrer que la solution

Plus en détail

Choix des réfrigérants : un nouveau rapport apporte des éclaircissements sur l éco-efficacité des systèmes de réfrigération de supermarchés

Choix des réfrigérants : un nouveau rapport apporte des éclaircissements sur l éco-efficacité des systèmes de réfrigération de supermarchés Choix des réfrigérants : un nouveau rapport apporte des éclaircissements sur l éco-efficacité des systèmes de réfrigération de supermarchés Depuis que l UE s est engagée à réduire les émissions de gaz

Plus en détail

Présentation de l application de programmation LEGO MINDSTORMS Education EV3

Présentation de l application de programmation LEGO MINDSTORMS Education EV3 Présentation de l application de programmation LEGO MINDSTORMS Education EV3 LEGO Education a le plaisir de présenter l édition pour tablette du logiciel LEGO MINDSTORMS Education EV3, un moyen amusant

Plus en détail

Méthodologie d échantillonnage et Échantillonneur ASDE

Méthodologie d échantillonnage et Échantillonneur ASDE Méthodologie d échantillonnage et Échantillonneur ASDE Par Michel Rochon L énoncé suivant définit de façon générale la méthodologie utilisée par Échantillonneur ASDE pour tirer des échantillons téléphoniques.

Plus en détail

Etude de l écoulement d un fluide entre deux plans parallèles munis d obstacles

Etude de l écoulement d un fluide entre deux plans parallèles munis d obstacles ème Congrès Français de Mécanique Bordeaux, 6 au 3 août 3 Etude de l écoulement d un fluide entre deux plans parallèles munis d obstacles. BODIF, F. DNNE,.K. BENKL niversité des Sciences et de la Technologie

Plus en détail

5255 Av. Decelles, suite 2030 Montréal (Québec) H3T 2B1 T: 514.592.9301 F: 514.340.6850 info@apstat.com www.apstat.com

5255 Av. Decelles, suite 2030 Montréal (Québec) H3T 2B1 T: 514.592.9301 F: 514.340.6850 info@apstat.com www.apstat.com Application des réseaux de neurones au plan de répartition des risques 5255 Av. Decelles, suite 2030 Montréal (Québec) H3T 2B1 T: 514.592.9301 F: 514.340.6850 info@apstat.com www.apstat.com Copyright c

Plus en détail

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES GUIDE DES ETUDIANTS Ce guide est destiné à vous introduire au fonctionnement du Collège et du Département d études économiques européennes, en présentant les

Plus en détail

Communiqué 21 octobre 2009

Communiqué 21 octobre 2009 Communiqué 21 octobre 2009 Les surcoûts du programme d électricité éolienne et photovoltaïque doivent être compensés par une politique industrielle ambitieuse. La France a consommé en 2008 environ 485

Plus en détail

Le programme de mathématiques Classes de première STI2D STL

Le programme de mathématiques Classes de première STI2D STL Journée de l inspection 15 avril 2011 - Lycée F. BUISSON 18 avril 2011 - Lycée J. ALGOUD 21 avril 2011 - Lycée L. ARMAND Le programme de mathématiques Classes de première STI2D STL Déroulement de la journée

Plus en détail

Dépôt. Mécanismes. Fiche détaillée Niveau (A partir de la 1ère)

Dépôt. Mécanismes. Fiche détaillée Niveau (A partir de la 1ère) Dépôt Mécanismes Fiche détaillée Niveau (A partir de la 1ère) I. Introduction Les mécanismes de dépôt comprennent à la fois les phénomènes qui se font par l'intermédiaire des précipitations, ou dépôt humide,

Plus en détail

Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident?

Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident? Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident? Le débat sur les conséquences de l affaiblissement du permis à points par un amendement à la LOPPSI2, qui double

Plus en détail

Présenté au. RCCFC (Réseau des cégeps et des collèges francophones du Canada) par. Le Cégep de Chicoutimi et La Cité collégiale

Présenté au. RCCFC (Réseau des cégeps et des collèges francophones du Canada) par. Le Cégep de Chicoutimi et La Cité collégiale N/Réf. : G7 311 001 RAPPORT NARRATIF FINAL PHASE 2 : PROJET DE COLLABORATION ET DE PARTAGE D EXPERTISES AMENANT AU DÉVELOPPEMENT D OUTILS MULTIMÉDIAS CONCERNANT LES MATHÉMATIQUES DE BASE DANS LES PROGRAMMES

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES (Projet de C.C.T.P.) Étude de Faisabilité Choix Énergétique

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES (Projet de C.C.T.P.) Étude de Faisabilité Choix Énergétique MARCHES PUBLICS DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES (Projet de C.C.T.P.) Étude de Faisabilité Choix Énergétique SOMMAIRE TITRE I - CONTEXTE GÉNÉRAL DU MARCHE... 3

Plus en détail

Questions de révision Gestion de projet Janvier- février 2010

Questions de révision Gestion de projet Janvier- février 2010 CHAPITRE 1 1. Quel est le rôle du promoteur? Le promoteur est celui qui veut que le projet se réalise. C est lui qui conçoit l idée et qui détermine les paramètres clés du projet. Il doit aussi déterminer

Plus en détail

DOCUMENT 2.1 : INFORMATIONS COMPLEMENTAIRES SUR LA METHODE D ENQUETE

DOCUMENT 2.1 : INFORMATIONS COMPLEMENTAIRES SUR LA METHODE D ENQUETE DOCUMENT 2.1 : INFORMATIONS COMPLEMENTAIRES SUR LA METHODE D ENQUETE 1 Définir le type de variable Dans notre cas, la variable est quantitative nominale. Note : Une variable est qualitative nominale quand

Plus en détail

INSA de Strasbourg Résumé Génie Mécanique (EI) Master Automotive Product Engineering

INSA de Strasbourg Résumé Génie Mécanique (EI) Master Automotive Product Engineering INSA de Strasbourg Résumé Génie Mécanique (EI) Master Automotive Product Engineering Hoffmann Sébastien Septembre 2012 1. Introduction De nombreuses contraintes sont apparues ces dernières années. Les

Plus en détail

ETUDE DES PERFORMANCES D UN SYSTEME EOLIEN. APPLICATION POUR DES SITES ALGERIENS

ETUDE DES PERFORMANCES D UN SYSTEME EOLIEN. APPLICATION POUR DES SITES ALGERIENS èmes Journées Internationales de Thermique ETUDE DES PERFORMANES D UN SYSTEME EOLIEN. APPLIATION POUR DES SITES ALGERIENS Rachid MAOUEDJ*, Souad BOUSALEM** et Boumedien BENYOUEF ** * Unité de Recherche

Plus en détail

Bienvenue dans le monde de la construction logicielle

Bienvenue dans le monde de la construction logicielle Chapitre 1 Bienvenue dans le monde de la construction logicielle Sommaire : 1.1 La construction logicielle, qu est-ce que c est? : page 3 1.2 Pourquoi la construction logicielle est-elle importante? :

Plus en détail

Système de gestion de sécurité dans le transport ferroviaire

Système de gestion de sécurité dans le transport ferroviaire Système de gestion de sécurité dans le transport ferroviaire Dr CHEN Daoxing, ingénieur expert au Bureau de la sécurité des transports du Canada Présentation générale du système de sécurité Définition

Plus en détail

Rappel mathématique Germain Belzile

Rappel mathématique Germain Belzile Rappel mathématique Germain Belzile Note : à chaque fois qu il est question de taux dans ce texte, il sera exprimé en décimales et non pas en pourcentage. Par exemple, 2 % sera exprimé comme 0,02. 1) Les

Plus en détail

Beamex. Calibration White Paper. www.beamex.com info@beamex.com. Configuration et étalonnage des instruments intelligents

Beamex. Calibration White Paper. www.beamex.com info@beamex.com. Configuration et étalonnage des instruments intelligents Beamex Calibration White Paper info@beamex.com Configuration et étalonnage des instruments intelligents Configuration et étalonnage des instruments intelligents Les instruments intelligents sont de plus

Plus en détail

2. ADAPTATIONS MÉTHODOLOGIQUES

2. ADAPTATIONS MÉTHODOLOGIQUES Version intégrale 2. ADAPTATIONS MÉTHODOLOGIQUES Par rapport aux séries 2 publiées l'année précédente sur le stock de capital (SDC) et les amortissements, trois adaptations méthodologiques ont été pratiquées

Plus en détail

Alltech Young Scientist Conseils pour rédiger un papier

Alltech Young Scientist Conseils pour rédiger un papier Alltech Young Scientist Conseils pour rédiger un papier Chers étudiants, De nombreux étudiants nous ont demandé, les années passées, si nous pouvions vous communiquer un article-type, ce qui est difficile,

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Sections : L1 Santé - 1 Olivier CAUDRELIER oc.polyprepas@orange.fr Chapitre 1 : Equations aux dimensions 1. Equation aux dimensions a) Dimension

Plus en détail

Les pertes à vide dàns l industrie

Les pertes à vide dàns l industrie Les pertes à vide dàns l industrie Que ce soit au sein d'une PME comme dans les grandes industries, les pertes à vide représentent souvent une fraction très significative de la consommation globale d'une

Plus en détail

Loi normale ou loi de Laplace-Gauss

Loi normale ou loi de Laplace-Gauss LivreSansTitre1.book Page 44 Mardi, 22. juin 2010 10:40 10 Loi normale ou loi de Laplace-Gauss I. Définition de la loi normale II. Tables de la loi normale centrée réduite S il y avait une seule loi de

Plus en détail

Amélioration de l inspection dans une entreprise

Amélioration de l inspection dans une entreprise Département de génie mécanique Certificat en gestion et assurance de la qualité QUA151 GESTION ET TECHNIQUES D INSPECTION Projet de session Été 2013 Amélioration de l inspection dans une entreprise 1-

Plus en détail

SYNTHÈSE DOSSIER 1 Introduction à la prospection

SYNTHÈSE DOSSIER 1 Introduction à la prospection SYNTHÈSE DOSSIER 1 Introduction à la prospection La prospection est une activité indispensable pour développer le nombre de clients, mais aussi pour contrecarrer la perte de clients actuels. Elle coûte

Plus en détail

C1 S informer. C1.1 Rechercher, Exploiter des documents

C1 S informer. C1.1 Rechercher, Exploiter des documents C1 S informer C1.1 Rechercher, Exploiter des documents Une commande Un besoin exprimé Expliciter le besoin*. Le service rendu, les utilisateurs, les conditions d'utilisation sont listés. Les performances

Plus en détail

Cours SGE «Modélisation de la pollution atmosphérique» Dynamique

Cours SGE «Modélisation de la pollution atmosphérique» Dynamique Cours SGE «Modélisation de la pollution atmosphérique» Dynamique Christian Seigneur Cerea Plan Structure verticale de l atmosphère Atmosphère libre et couche limite atmosphérique Transport et dispersion

Plus en détail

RÉSOLUTION DE SYSTÈMES À DEUX INCONNUES

RÉSOLUTION DE SYSTÈMES À DEUX INCONNUES RÉSOLUTION DE SYSTÈMES À DEUX INCONNUES Sommaire 1 Méthodes de résolution... 3 1.1. Méthode de Substitution... 3 1.2. Méthode des combinaisons linéaires... 6 La rubrique d'aide qui suit s'attardera aux

Plus en détail

ETUDE COMPARATIVE DES MODELISATIONS NUMERIQUE ET PHYSIQUE DE DIFFERENTS OUVRAGES D EVACUATION DES CRUES

ETUDE COMPARATIVE DES MODELISATIONS NUMERIQUE ET PHYSIQUE DE DIFFERENTS OUVRAGES D EVACUATION DES CRUES ETUDE COMPARATIVE DES MODELISATIONS NUMERIQUE ET PHYSIQUE DE DIFFERENTS OUVRAGES D EVACUATION DES CRUES P.E. LOISEL, J. SCHAGUENE, O. BERTRAND, C. GUILBAUD ARTELIA EAU ET ENVIRONNEMENT Symposium du CFBR

Plus en détail

Supports de formation du GCE Inventaires nationaux des gaz à effet de serre

Supports de formation du GCE Inventaires nationaux des gaz à effet de serre Supports de formation du GCE Inventaires nationaux des gaz à effet de serre Gestion du manque de données Version 2, avril 2012 Public cible et objectif des supports de formation Ces supports de formation

Plus en détail

TP Méthodes Numériques

TP Méthodes Numériques ENSIMAG 1ère année, 2007-2008 TP Méthodes Numériques Objectifs Les objectifs de ce TP sont : de revenir sur les méthodes de résolution des équations différentielles vues en cours de MN ; d utiliser un

Plus en détail

DEPARTEMENT DE GENIE MECANIQUE

DEPARTEMENT DE GENIE MECANIQUE ÉCOLE POLYTECHNIQUE FÉDÉRALE DE LAUSANNE DEPARTEMENT DE GENIE MECANIQUE Règles générales pour la rédaction d'un rapport scientifique P. Ott, Ph. Sutter Rapport LTT - 95-19 LABORATOIRE DE THERMIQUE APPLIQUéE

Plus en détail

MATERIAU D ISOLATION THERMIQUE

MATERIAU D ISOLATION THERMIQUE Base de données de produits dans le cadre de la réglementation PEB MATERIAU D ISOLATION THERMIQUE doc_1.1 Add1_S.a_FR_isolant thermique_v2.0_20090804.doc 4 août 2009 Addendum 1 : panneaux isolants sous

Plus en détail

par Maxime Lalonde-Filion

par Maxime Lalonde-Filion ANALYSE DES IMPACTS ÉNERGÉTIQUES ET ENVIRONNEMENTAUX ASSOCIÉS À L'IMPLANTATION MASSIVE DES VÉHICULES HYBRIDES ÉLECTRIQUES RECHARGÉS PAR LE RÉSEAU (PLUG-IN HYBRID ELECTRIC VEHICLE : PHEV) AUX ÉTATS-UNIS

Plus en détail

Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs

Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs Sommaire 1. CHAMP D APPLICATION... 2 2. CHANGEMENTS DE METHODES

Plus en détail

Entrée à Sciences Po ADMISSION AU COLLÈGE UNIVERSITAIRE Mardi 26 juin 2012 MATHEMATIQUES durée de l épreuve : 4h

Entrée à Sciences Po ADMISSION AU COLLÈGE UNIVERSITAIRE Mardi 26 juin 2012 MATHEMATIQUES durée de l épreuve : 4h Entrée à Sciences Po ADMISSION AU COLLÈGE UNIVERSITAIRE Mardi 26 juin 2012 MATHEMATIQUES durée de l épreuve : 4h A. P. M. E. P. Le problème se compose de 4 parties. La dernière page sera à rendre avec

Plus en détail

Université du Littoral Master 1. PROJET Puissance 4

Université du Littoral Master 1. PROJET Puissance 4 Université du Littoral Master 1 PROJET Puissance 4 Le but de ce projet est de réaliser un programme permettant à l utilisateur de jouer au Puissance 4 contre l ordinateur. 1 Travail à Rendre Le travail

Plus en détail

2.1.3. La représentation graphique d évolutions

2.1.3. La représentation graphique d évolutions 2.1.3. La représentation graphique d évolutions 142 2 La mathématique financière 2.1.3. - LA REPRÉSENTATION GRAPHIQUE D ÉVOLUTIONS L analyse de la succession des données dans le temps va devoir être traitée

Plus en détail

Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Experience N 52. Mars 2012 Pas à pas vers de bonnes exigences

Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Experience N 52. Mars 2012 Pas à pas vers de bonnes exigences Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies Experience N 52 Mars 2012 OutsourcINg Pas à pas vers de bonnes exigences Outsourcing 10 11 Pas à pas vers de bonnes

Plus en détail

Figure 3.1- Lancement du Gambit

Figure 3.1- Lancement du Gambit 3.1. Introduction Le logiciel Gambit est un mailleur 2D/3D; pré-processeur qui permet de mailler des domaines de géométrie d un problème de CFD (Computational Fluid Dynamics).Il génère des fichiers*.msh

Plus en détail

Condensation dynamique de modèle par sousstructuration. Fascicule u2.07 : Méthodes pour réduire la taille de la modélisation

Condensation dynamique de modèle par sousstructuration. Fascicule u2.07 : Méthodes pour réduire la taille de la modélisation Titre : Condensation dynamique de modèle par sous- structu[...] Date : 24/07/2015 Page : 1/7 Condensation dynamique de modèle par sousstructuration statique Résumé : Ce document décrit un mode d utilisation

Plus en détail

2. Quel a été l'événement majoritairement responsable d'un développement massif de la technologie éolienne?

2. Quel a été l'événement majoritairement responsable d'un développement massif de la technologie éolienne? 1. Décrire rapidement l'origine de l'exploitation de l'énergie du vent. Les premières éoliennes datent de 200 ans avant JC ressemblant à des roues à aubes et utilisées principalement pour écraser les céréales.

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

L ORGANISATION COMMERCIALE

L ORGANISATION COMMERCIALE L ORGANISATION COMMERCIALE I. Les structures commerciales L équipe commerciale est définie, au sens large du terme, comme l ensemble des acteurs intervenant dans le processus de vente. Organiser l équipe

Plus en détail

Lumesse Avis d expert. Agile Learning Etes-vous prêt au changement?

Lumesse Avis d expert. Agile Learning Etes-vous prêt au changement? Lumesse Avis d expert Agile Learning Etes-vous prêt au changement? Dans l univers sans cesse mouvant de la Gestion des Talents, nous observons un nouveau changement fondamental en matière de développement

Plus en détail

EXEMPLE D'UNE INSTALLATION

EXEMPLE D'UNE INSTALLATION T H E R M O P T I M PRISE EN MAIN EXEMPLE D'UNE INSTALLATION DE CONDITIONNEMENT D'AIR VERSIONS JAVA 1.3 ET SUPERIEURES R. GICQUEL SEPTEMBRE 2013 2 SOMMAIRE PRISE EN MAIN DE THERMOPTIM... 3 INSTALLATION

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

À l ère d une GRH en transition 3 e édition

À l ère d une GRH en transition 3 e édition DelasupervisionàlagestiondesRESSOURCESHUMAINES Àl èred unegrhentransition 3 e édition Chapitre4 L analysedespostesetlaplanificationdesressources humaines 1. Parmi les méthodes suivantes, laquelle ne fait

Plus en détail

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC Janvier 2014 AVANT-PROPOS Dans un service de sécurité incendie, il y a de nombreuses mesures par lesquelles nous pouvons évaluer l efficacité

Plus en détail