INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIER DE TOULON/HYERES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIER DE TOULON/HYERES"

Transcription

1 7 INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIER DE TOULON/HYERES Module optionnel sur les médecines complémentaires LEBLANC Christelle, CLOGIER Cécile, THEOPHOLE Marc, BAYERON J Pierre, CHENIGUER Naguib, GILIS Erwan, COSENTINO David. Module optionnel sur les médecines complémentaires..

2 8 S ommaire Organisation du travail Motivations Synthèse des interventions de M. VILLEMAIN Etude des limites de la profession Les cinq écoles reconnues Le travail de l ostéopathe Petites applications pratiques Introduction Historique Andrew Taylor Still, le fondateur John Martin Littlejohn, le continuateur William Garner Sutherland, le novateur Philosophie et concept Les principes fondamentaux de l ostéopathie Unité de fonction du corps humain Autodéfense, autorégulation et auto guérison interdépendance structure/fonction et fonction/structure Le diagnostic Les tests de mobilité Les tests de motilité Les indications Les contre-indications Les grandes dates de l ostéopathie Le texte de loi Lexique ostéopathique Conclusion Bibliographie LEBLANC Christelle, CLOGIER Cécile, THEOPHOLE Marc, BAYERON J Pierre, CHENIGUER Naguib, GILIS Erwan, COSENTINO David. Module optionnel sur les médecines complémentaires..

3 9 Organisation du travail Prise de contact et rendez-vous avec M. VILLEMAIN Guy. Recherches à la bibliothèque de l école faites par Naguib aidé par la bibliothécaire Annick. Recherches à la médiathèque de La Garde faites par Cécile et Erwan. Recherches sur Internet faites par Christelle, Marc, J Pierre et David. Mise en commun de nos recherches à l école de La Garde. Synthèse des cours et interventions de M. VILLEMAIN Guy élaborées par Cécile. Mise en forme du projet final sur l outil informatique effectuée par Marc et David. LEBLANC Christelle, CLOGIER Cécile, THEOPHOLE Marc, BAYERON J Pierre, CHENIGUER Naguib, GILIS Erwan, COSENTINO David. Module optionnel sur les médecines complémentaires..

4 10 Motivations Ayant bénéficié d une première approche clinique de l ostéopathie, nous nous saisissons de l opportunité offerte par le module optionnel, pour approfondir nos connaissances, tant sur le plan philosophique, théorique que pratique afin d en avoir une vision plus globale et d en faire profiter, ceux pour qui cette discipline est jusqu alors peu ou pas connue. Tout cela dans un souci de tolérance et d ouverture, afin d agrandir le champ pluridisciplinaire des thérapeutiques toutes complémentaires qui nous sont accessibles aujourd hui et de pouvoir répondre aux interrogations et demandes des patients à la recherche d autres voies les guidant vers le chemin de la guérison. LEBLANC Christelle, CLOGIER Cécile, THEOPHOLE Marc, BAYERON J Pierre, CHENIGUER Naguib, GILIS Erwan, COSENTINO David. Module optionnel sur les médecines complémentaires..

5 11 S ynthèse des interventions de M. VILLEMAIN L ostéopathie est une discipline basée sur l harmonie du corps. On cherche à obtenir un équilibre de vie, synonyme d une bonne santé. De sa racine Latine ostéo, ostéopathie signifie pathologie des tissus mous. Fondée par Andrew Taylor Still, l ostéopathie est reconnue depuis Une loi récente du 19 février 2002 la définit mieux en déclarant : «ne peuvent pratiquer l ostéopathie que les ostéopathes diplômés d ostéopathie (D.O) sortant d une école dépendant de la Collégiale Académie». 1. Etude et limites de la profession : Six ans sont nécessaires dans une école dépendant de la Collégiale Académie. Au programme : Anatomie (biomécanique, anatomie musculo-squelettique, viscérale, crânienne) Sémiologie et diagnostic différentiel Physique, chimie Statistiques Anglais (un mémoire devra être présenté en fin de cursus en français et en anglais) Clinique Anatomie pratique LEBLANC Christelle, CLOGIER Cécile, THEOPHOLE Marc, BAYERON J Pierre, CHENIGUER Naguib, GILIS Erwan, COSENTINO David. Module optionnel sur les médecines complémentaires..

6 Apprentissage pratique des techniques musculaires 12 Ces matières seront validées par des examens théoriques et pratiques. 2. Les cinq écoles reconnues sont : Quatre écoles agrées par la Collégiale Académie : groupe FAC supérieures d ostéopathies du Mans, de Nice, de Tours et de Paris. Un Collège Ostéopathique Français (C.O.F) à Paris. 3. Le travail de l ostéopathe : Une fois le diplôme d ostéopathie obtenu, l étudiant et futur professionnel s inscrit au registre des ostéopathes de France. Une fois enregistré, il devra se rayer de son ancienne profession. L ostéopathe fait un diagnostic de mobilité harmonieuse en quantité et en qualité de mouvement. Nous mettrons l accent sur l importance du diagnostic différentiel, car le praticien ne doit pas intervenir dans toutes les pathologies. Il doit les reconnaître et dans le cas d une lésion structurelle, il doit orienter le patient vers un autre spécialiste. L ostéopathe sera amené à traiter diverses pathologies (appendiculaires, viscérales, neurologiques, crâniennes, vertébrales, musculo-squelettiques, obstétriques, ). L examen portera sur un interrogatoire minutieux du patient (antécédents, fractures, chirurgie, traitements, activité professionnelle et sportive, si il est droitier ou gaucher, ). 4. Petites applications pratiques : Equilibre du bassin et de l iliaque Ecoute crânienne LEBLANC Christelle, CLOGIER Cécile, THEOPHOLE Marc, BAYERON J Pierre, CHENIGUER Naguib, GILIS Erwan, COSENTINO David. Module optionnel sur les médecines complémentaires..

7 13 Introduction Citation de Viola FRYMANN : «Moi le praticien, je ne peux guérir la plus simple des blessures, mais je peux nettoyer la plaie et enlever les débris, en rapprocher les bords et empêcher la contamination. Je ne peux guérir la fracture, mais en rétablissant la relation anatomique normale et en la protégeant des mouvements traumatisants, je procure à la fracture les meilleures conditions pour les processus de réparation. Il peut être nécessaire d enlever une tumeur ou un calcul ou quelque autre entité pathologique, mais une fois cela fait, le chirurgien doit se fier à son invisible allié chez le patient, pour mettre en œuvre les processus de guérison.» Définition de l Ostéopathie : L ostéopathie se fonde sur des sciences qui sont en constante évolution. Il est dés lors logique que la définition de l ostéopathie ait évolué au cours du temps. Actuellement, les praticiens de la médecine ostéopathique s accordent autour de la définition élaborée en 1987 lors de la «Convention Européenne d Ostéopathie» qui se tenait à Bruxelles grâce au concours du Professeur Pierre Cornillot, Président de l Université de Paris-Nord Bobigny : La médecine ostéopathique est une science, un art et une philosophie LEBLANC Christelle, CLOGIER Cécile, THEOPHOLE Marc, BAYERON J Pierre, CHENIGUER Naguib, GILIS Erwan, COSENTINO David. Module optionnel sur les médecines complémentaires..

8 14 des soins de santé, étayée par des connaissances scientifiques en évolution. Sa philosophie englobe le concept de l unité de la structure de l organisme vivant et de ses fonctions. Sa spécificité consiste à utiliser un mode thérapeutique qui vise à ré harmoniser les rapports de mobilité et de fluctuation des structures anatomiques. Son art consiste en l application de ses concepts à la pratique médicale dans toutes ses branches et spécialités. Sa science comprend notamment les connaissances comportementales, physiques et biologiques relatives au rétablissement et à la prévention de la maladie et au soulagement du malade. Les concepts Osthéopathiques mettent en évidence les principes suivants : Le corps, par un système d équilibre complexe, tend à l autorégulation et à l auto guérison face aux processus de la maladie. Le corps humain est une entité dans laquelle la structure et la fonction sont mutuellement et réciproquement interdépendantes. Un traitement rationnel est fondé sur cette philosophie et ses principes. Il favorise le concept Structure/ Fonction dans son approche diagnostique et thérapeutique par des moyens manuels. LEBLANC Christelle, CLOGIER Cécile, THEOPHOLE Marc, BAYERON J Pierre, CHENIGUER Naguib, GILIS Erwan, COSENTINO David. Module optionnel sur les médecines complémentaires..

9 15 Historique 1. Andrew Taylor Still, le fondateur L ostéopathie a été fondée par un médecin américain du siècle dernier : Andrew Taylor Still ( ). Son père, le pasteur méthodiste, pratique également la médecine. Le jeune Andrew apprend donc comme on le fait à cette époque dans l Amérique des pionniers : en pratiquant avec son père, notamment auprès des indiens shawnee dont il a la charge. Au cours de la guerre de Sécession, il est marqué par son impuissance à soulager son semblable. A son retour,il découvre avec stupeur que dans les régions où les médecins sont moins nombreux, les enfants meurent moins. En 1865, il perd trois de ses enfants de méningite cérébro-spinale. Dès lors, il est obsédé par l idée de soigner plus efficacement et se plonge dans l étude intensive du corps humain, n hésitant pas à déterrer des corps des tumulus indiens pour en étudier l anatomie. Il se promène souvent avec un sac rempli d os, ce qui le fait passer pour un excentrique. En 1874, il vit une expérience déterminante, parvenant à guérir un enfant atteint de dysenterie en n utilisant que ses mains. Cette même année, il comprend tout à coup qu il est sur le point d élaborer une nouvelle approche médicale respectant les lois de la nature et de la vie et qui deviendra l ostéopathie. Jusqu en 1885, il exerce son art de manière itinérante et continue d apprendre et d engranger des expériences. Comme tout novateur, il rencontre de grandes difficultés et se heurte à l ostracisme de ses confrères médecins et du clergé. Comme il parvient à guérir de LEBLANC Christelle, CLOGIER Cécile, THEOPHOLE Marc, BAYERON J Pierre, CHENIGUER Naguib, GILIS Erwan, COSENTINO David. Module optionnel sur les médecines complémentaires..

10 16 nombreuses maladies, on le considère comme suppôt du diable. Il se forge malgré toute une renommée dépassant largement les frontières des états limitrophes et finit par être obnubilé par l idée de transmettre son savoir En 1892, il fonde le premier collège d ostéopathie à Kirksville dans le Missouri. Ses enfants et quelques proches sont ses premiers élèves. Entre 1892 et 1900, l ostéopathie connaît un essor particulièrement impressionnant. A partir de 1898, Still, vieillissant, se retire peu à peu de l enseignement et de la pratique ostéopathique pour écrire afin de transmettre son message philosophique ostéopathique. Il écrit successivement : Autobiographie (1897), Philosophie de l ostéopathie (1898). Il meurt en John Martin Littlejohn, le continuateur D origine écossaise, John Martin Littlejohn ( ) reçoit une formation universitaire dans les domaines de la théologie, des lettres et de la médecine. Il émigre aux USA en 1892 et y termine ses études de médecine. Il vient consulter A. T. Still à Kirksville en 1892 pour des problèmes de santé chroniques et il est tellement émerveillé par le concept et la technique ostéopathiques, qu il décide de devenir ostéopathe. Il suit la formation au collège de Kirksville, tout en y donnant des cours de physiologie. Passionné de science, il se heurte bientôt à Still, que les expériences douloureuses passées avec la médecine de son temps rend très réticent à intégrer les progrès de la médecine scientifique naissante. En 1898 il publie Lecture notes on physiology, en 1899 Lecture note on psycho-physiology. En 1900, il quitte Kirksville pour Chicago et

11 17 fonde avec ses deux frères l Américan Collège of Ostéopathy, Medicine and Surgery. Cette même année, il publie Journal of the science of Ostéopathy, et Notes on the Principes of Ostéopathy. En 1913, il rentre en Europe et s installe en Angleterre, projetant d y créer une école d ostéopathie. A cause de la première guerre mondiale, ce projet ne prend forme qu en 1917, avec la création de la British School of Ostéopathy. Cette école est l origine de tout un courant ostéopathique européen. John Littlejohn a poursuivi l œuvre de Still, utilisant les éléments apportés par le développement des sciences de base de la santé et de la médecine scientifique. Il a beaucoup insisté sur la relation de l organisme vivant avec son milieu, affirmant que la santé est essentiellement la conséquence de l harmonie de cette relation. Aujourd hui encore controversée, cette approche permet de traiter de nombreux problèmes que les techniques ostéopathiques classiques ne permettent pas de résoudre, notamment, chez le jeune enfant. Il a particulièrement étudié les relations existant entre les différents niveaux de la colonne vertébrale et les organes du corps, ainsi que l adaptation de l homme à la verticalité. 3. William Garner Sutherland, le novateur Originaire du Middle West Américain, William Sutherland ( ) ne se destine à la carrière médicale. Il commence sa vie professionnelle comme apprenti dans un atelier d imprimerie, puis devient journaliste. C est en tant que tel qu il entend parler de l ostéopathie au cours de l année Les propos qu il entend semblent tellement contradictoires qu il décide d aller au collège de Kirksville pour se rendre compte par lui-même. Il est tellement

12 18 impressionné par ce qu il voit, le nombre de patients venant de toute part et la qualité des soins et des résultats obtenus, qu il décide de devenir ostéopathe. Il commence sa formation en 1898 et reçoit son diplôme des mains même de Still en C est au cours de ses études qu il tombe en arrêt devant un spécimen de crâne semi désarticulé et qu il est frappé par une intuition qui le taraudera toute sa vie : les agencements anatomiques des structures crâniennes semblent indiquer l existence de mouvements entre-elles. Il appellera cette intuition L idée folle. Il mettra plus de vingt années à accepter l idée et à se lancer dans une étude exhaustive de l anatomie du système osseux crânien afin de déterminer la véracité de son intuition. En 1939, il publie une courte monographie The cranial bowl (La boule crânienne), exposant la théorie du possible mouvement des os du crâne. Il y développe sa vision mécaniste du crâne. Cet ouvrage n aura aucun succès et ne rencontrera que très peu d intérêt chez les professionnels de son époque. Ses recherches le conduiront à développer ce que nous appelons l ostéopathie crânienne, qui se fonde sur la reconnaissance de la mobilité microscopique de toute structure vivante et son application particulière au domaine crânien. Il met l accent sur le travail utilisant la puissance interne du système vivant plutôt que l application de forces externes. Permettre à la fonction vitale interne de manifester sa puissance infaillible, plutôt que d appliquer une force aveugle venue de l extérieur. (THE CRANIAL BOWL p. 8)

13 P hilosophie et Concept 19 L ostéopathie aide chacun à gérer de manière responsable son «capital vie santé» pour un mieux être durable et véritable. La bonne santé n étant plus seulement considérée comme l inverse de la maladie, mais comme une qualité d existence et la capacité à s épanouir. Quelque soit le trouble présenté, l ostéopathe l intégrera dans une approche thérapeutique globale. Le corps et psychisme qui l anime ne pouvant être dissociés, il est fréquent d établir des relations entre le symptôme à caractère physique et un traumatisme ou des stress successifs sur les plans psychologique et affectif. L ostéopathe recherche au-delà du symptôme les causes du trouble. «Le fondement de l univers spirituel est l immobilité, l immobilité équilibrée de la lumière unique et magnétique de Dieu. Le fondement de l univers physique est le mouvement, le mouvement toujours changeant qui naît de l assemblage de conditions non équilibrées et qui doivent à jamais se mouvoir à la recherche de cette immobilité équilibrée dont elles ont jailli. Et de nouveau Je dis que Mon seul principe de Ma seule loi est fondé sur les échanges égaux entre toutes choses opposées, toutes conditions opposées. Parce que Je suis l Equilibre.» (Walter Russel, Le secret de la lumière.)

14 20 L es principes fondamentaux de l ostéopathie 1. Unité de fonction du corps humain L être humain est un TOUT. Il forme une UNITE complète biologique, émotionnel, spirituel. Le corps humain fonctionne bien TOTALEMENT, ou fonctionne mal TOTALEMENT. Toute perturbation se produisant dans une région déterminée du corps pourra se manifester dans n importe quelle autre région du corps. Tout accident dans une quelconque région du corps (pied, lombaire, thorax, cervical, tête) aura une répercussion dans la totalité du corps. 2. Autodéfense, autorégulation et auto guérison Le corps possède par lui-même les moyens de surmonter la maladie tant que la relation «structure/fonction» est respectée. Le corps possède ses propres modèles de défense et ses propres systèmes d alarme. C est l immunité relative inhérente à la machine humaine qui a la capacité d élaborer les substances nécessaires au maintien de la santé et à la neutralisation de la maladie. 3. Interdépendance structure/fonction et fonction/structure La fonction dépend de la structure : Toute perturbation d une articulation, par exemple, se répercutera sur son fonctionnement : limitations du mouvement, douleurs, etc. La structure dépend de la fonction : par exemple, toute immobilisation prolongé d une articulation va «enraidir» l articulation et les tissus péri-articulaires.

15 L e diagnostic 21 Une fois l anamnèse et l examen effectué, le diagnostic ostéopathique va s effectuer à travers les différents tests de mobilité et de motilité. Il est à noter que le diagnostic ostéopathique n a rien à voir avec le diagnostic médical tel qu il est pratiqué par un médecin. Ce dernier va poser un diagnostic de maladie qui conditionnera tous les actes médicaux qui suivront : Prescription de médicaments Prescription éventuelle d examens complémentaires : Radiographies, scanner ou IRM Examens de laboratoire. L ostéopathe recherche une perte de mobilité, une restriction de mouvement à travers sa palpation fine et les divers tests de mobilité et de motilité qu il entreprend. 1. Les tests de mobilité Ils comprennent les tests actifs et les tests passifs. Les tests actifs : Ce sont des mouvements que l ostéopathe induit avec la participation active du patient. Le mouvement de rotation droite et gauche de la tête. Le mouvement de latéroflexion (inclinaison latérale) droite ou gauche de la colonne lombaire

16 22 Les tests passifs : Ce sont des mouvements que l ostéopathe induit sans que le patient participe au mouvement en dehors d un laisser aller qui permet le test lui-même. Test passif d inclinaison droite ou gauche de la colonne thoracique en poussant sur une épaule pour vérifier la mobilité de la colonne thoracique. Test de rotation de la hanche, sujet couché sur le dos, pour vérifier la facilité du mouvement de rotation externe ou interne. 2. Les tests de motilité Ce sont des micro mouvements que l ostéopathe induit pour vérifier la motilité d un os par rapport à un autre. Ce sont toujours des tests passifs sans participation du patient, sauf son relâchement. Test de flexion extension du sacrum Test de rotation droite ou gauche d une vertèbre lombaire par rapport aux vertèbres sus et sous jacente. Test du cuboïde. Ce sont des tests, entièrement passifs, qui servent à poser et confirmer le diagnostic ostéopathique.

17 L es Indications 23 Depuis sa naissance jusqu à la fin de sa vie, tout être humain peut bénéficier d un traitement ostéopathique. Comme l ostéopathie permet de restaurer la fonction, et qu elle peut agir dans un but curatif mais encore plus dans un but de prévention, les indications d un traitement ostéopathique sont très larges. De manière générale, l ostéopathie est indiquée dans les cas suivants : Problèmes liés à la naissance : déformation du crâne, sommeil perturbé, régurgitations, nervosité, otites, rhino, asthme, certains problèmes neurologiques Problèmes liés à la croissance (scoliose, cyphose ), aux traumatismes divers et à la puberté. Problèmes de colonne vertébrale (sciatique, lumbago, torticolis), insomnies, maux de tête, entorse, asthme, Problèmes viscéraux : génitaux (incontinence urinaire, ), colites, etc Nous donnons ici une liste de maladies qui peuvent être soignées par l ostéopathie. (Cette liste n est en aucune manière exhaustive). De nombreuses pathologies peuvent être l objet de soins ostéopathiques : Maux de tête Nausées

18 24 Vomissements Bourdonnements d oreilles (acouphènes) Douleurs et certains problèmes oculaires Torticolis Douleurs de cou, épaules, bras (périarthrite) Fourmis dans les mains Dorsalgie aiguë, chronique Douleurs intercostales Lumbago Sciatique Cruralgie Problèmes d origine traumatique fréquents : accident de voiture «coup du lapin» et tous autres types ; Accidents sportifs : entorses : coude, poignet, doigts, genoux, cheville, pied Suites d une opération chirurgicale Raideurs articulaires Récupération fonctionnelle

19 25 Certaines manifestations ORL : sinusites, otites, maux de tête, acouphènes, vertiges Asthme Bronchites Toux Certaines manifestations digestives : reflux gastrique, digestion lente, brûlures d estomac, flatulences, transit intestinal, diarrhée, hernie hiatale Certaines manifestations génitales : Hommes : certains problèmes d impuissance Femmes : les problèmes de menstruations, certaines infécondités, rapports douloureux (dyspareunie), poitrine douloureuse (mastose) Certains problèmes de vessie : infection urinaire à répétition, incontinence urinaire à l effort Beaucoup de problème de la femme enceinte : suivi de la grossesse, aide à l accouchement, suivi du post partum pour une récupération rapide des différentes fonctions Nourrisson : problèmes liés à la naissance : problème de sommeil, agitation, nervosité, certaines paralysies néonatales, strabisme, régurgitations, fausses routes, asthme, bronchite, coliques, déformations du crâne (forceps, ventouses)

20 26 Chez le nourrisson la technique utilisée est une technique crânienne, (celle-ci est aussi souvent utilisée chez les adultes).

21 L es Contre-indications 27 Tout comme en médecine, il existe des contre-indications en ostéopathie. Elles peuvent être absolues ou relatives, dans certains cas ou dans certaines situations. Cette liste n est en aucun cas exhaustive. Toutefois, une observation s impose : si des contre-indications au traitement ostéopathique existent, c est surtout aux «manipulations dites structurelles» que ces contre-indications s adressent. Car tout ostéopathe qui pratique l ostéopathie crânienne sait qu à tout moment, il peut intervenir et sans danger pour soulager un patient. 1. Les contre-indications absolues : Rhumatologie : polyarthrite rhumatoïde, spondylarthrite ankylosante, tous les symptômes inflammatoires des articulations, spondylolisthésis, maladie de Scheuermann Anomalies congénitales : agénésie de l odontoïde, hémivertèbre, bloc vertébral, sacralisation ou lombalisation, spina bifida, etc Tumeurs malignes, primitives ou secondaires Tumeurs bénignes Maladies infectieuses : tuberculose osseuse, ostéomalacie, ostéomyélite, ostéoporose grave, maladie de Paget Traumatologie : fractures, arrachements osseux, arrachements ligamentaires, luxations

22 28 Troubles circulatoires de la base du crâne, carotidiens, compression basilaire, troubles visuels provoqués par une compression artérielle, anévrisme de l aorte, artériosclérose avec calcification aortique ; thrombose, hypertension élevée, suite d infarctus du myocarde Troubles neurologiques : syndrome du tractus pyramidal, syndromes de la queue de cheval avec troubles de la miction et implication de la racine sacrée Lésions discales : prolapsus discal avec déficit neurologique associé Divers : pneumothorax, traitement stéroïdien, infection bactérienne 2. Les contre-indications relatives : Troubles psychiques : psychose, hystérie, névrose Hernies abdominales, inguinales ou crurales Fièvre ou infection

23 L es grandes dates de 29 l ostéopathie 1874 Création formelle de l ostéopathie par Andrew Taylor Still Fondation du premier collège ostéopathique aux USA par Still : American School of Osteopathy à Kirksville, Missouri Intuition du mouvement des os du crâne par William Garner Sutherland L ostéopathie prend racine en Europe grâce au Dr. John Martin Littlejohn, D.O., élève du Dr. Still. Ainsi la British School of Osteopathy fut la première école d ostéopathie en Angleterre. L Ecole Européenne d Ostéopathie à Maidstone ainsi que d autres collèges ont permis à l ostéopathie anglaise d occuper une place importante dans le système de santé Poursuivant ses recherches William Garner Sutherland, dévoile publiquement lors d une conférence ostéopathique le concept d ostéopathie crânienne Publication par Sutherland de son livre : «The Cranial Bowl» (la Boule crânienne). 1951

24 30 Harold Magoun publie la bible des ostéopathes crâniens «Osteopathy in the Cranial Field» Décès de W. Sutherland 1969 En France, création par deux kinésithérapeutes, F. Peyralade et R. Quéguiner, de la Société d Etude de Recherches et d Enseignement Ostéopathiques (SEREO), première école à intégrer le concept crânien dans le concept ostéopathique à l intérieur même du programme obligatoire Depuis de nombreuses années Madame Viola Frymann, D.O., F.A.A.O. aux Etats-Unis, s est consacrée aux traitements des déficiences neuromotrices des jeunes enfants et dirige «l Osteopathic Center for Children» de la Jolla. Grâce à elle, l ostéopathie crânienne sera intégrée à l enseignement de l ostéopathie en Californie. Son exemple fut suivi par la Fondation Canadienne pour l Enseignement et la Recherche en Ostéopathie depuis 1982 à Montréal Création à la Faculté de médecine de Paris Nord Bobigny d un enseignement de médecine naturelle avec un département d ostéopathie dirigé par le Dr. Feltesse. Ce dernier recrutera des ostéopathes non médecins pour enseigner l ostéopathie aux étudiants en médecine. 1 er juillet 1993

25 31 La Grande Bretagne accorde le statut qui consacre la reconnaissance des ostéopathes britanniques. 19 février 2002 Projet de loi sur le droit des malades qui comporte la reconnaissance de la profession indépendante d ostéopathe.

26 L e texte de loi 32 Le parlement a adopté le 19 février 2002 le projet de loi sur le droit des malades qui comporte la reconnaissance de la profession indépendante d ostéopathe (Art. 52 bis). «L usage professionnel du titre d ostéopathe ou de chiropracteur est réservé aux personnes titulaires d un diplôme sanctionnant une formation spécifique à l ostéopathie ou à la chiropraxie délivrée par un établissement de formation agréé par le ministre chargé de la santé dans les conditions fixées par le décret ; Le programme et la durée des études préparatoires et des épreuves après lesquelles peut être délivré ce diplôme sont fixés par voie réglementaire. S il s agit d un diplôme délivré à l étranger, il doit conférer à son titulaire une qualification reconnue analogue, selon des modalités fixées par décret. Les praticiens en exercice, à la date d application de la présente loi, peuvent se voir reconnaître le titre d ostéopathe ou de chiropracteur s ils satisfont à des conditions de formation ou d expérience professionnelle analogues à celles des titulaires du diplôme mentionné au premier alinéa. Ces conditions sont déterminées par décret. Toute personne faisant un usage professionnel du titre d ostéopathe ou de chiropracteur est soumise à une obligation de formation continue, dans des conditions définies par décret. L Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé est chargée d élaborer et de valider des recommandations de bonnes pratiques. Elle établit une liste de ces bonnes pratiques à enseigner dans les établissements de formation délivrant le diplôme mentionné au premier alinéa. Un décret établit la liste des actes que les praticiens justifiant du titre d ostéopathe et de chiropracteur sont autorisés à effectuer, ainsi que les conditions dans lesquelles ils sont appelés à les accomplir. Ces praticiens ne peuvent exercer leur profession que s ils sont inscrits sur une liste dressée par le représentant de l état dans le département de

27 33 leur résidence professionnelle, qui enregistre leurs diplômes, certificats, titres ou autorisations.»

28 34 C onclusion Contrairement à sa terminologie Grecque (ostéon : os et pathos : maladie), l ostéopathie ne concerne en absolument pas la pathologie des os, mais la pathologie des tissus mous. Cette science permet de prendre soin préventivement de la maladie dés les premiers signes d une dysfonction dans la mécanique des systèmes vivants constituants l être humain. Elle répond à des contreindications et ses indications sont connues et ne peuvent être confondues, avec deux spécialités différentes : l orthopédie et la rhumatologie. L acte ostéopathique s appuie sur le diagnostic spécifique et sur le diagnostic d exclusion avant d être manipulatif. Ce bilan évite des interventions intempestives et permet de révéler les seules indications dans le domaine de la pathologie fonctionnelle où le traitement ostéopathique se justifie. Le principe de base de l ostéopathie est que seul l individu porte en lui la solution à ses problèmes et le potentiel d auto guérison nécessaire à sa réalisation.

o Anxiété o Dépression o Trouble de stress post-traumatique (TSPT) o Autre

o Anxiété o Dépression o Trouble de stress post-traumatique (TSPT) o Autre Page 1 Garantie Responsabilité civile - Lésions corporelles de l assurance automobile - Étude des dossiers de demande d indemnisation fermés en Ontario Descriptions des blessures Élaborées à partir des

Plus en détail

COMMENT DEVENIR KINÉSITHÉRAPEUTE

COMMENT DEVENIR KINÉSITHÉRAPEUTE COMMENT DEVENIR KINÉSITHÉRAPEUTE DESCRIPTION DU MÉTIER Le masseur-kinésithérapeute ou «kiné» dans le langage courant, effectue sur prescription médicale des actes de gymnastique médicale, de massage, de

Plus en détail

ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES. La structure osseuse

ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES. La structure osseuse Dr David GONNELLI ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES La structure osseuse ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES Les articulations ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES Le muscle

Plus en détail

Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical

Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical Par Pierre Antonietti Chirurgien orthopédiste Clinique Jouvenet, Paris Il existe deux types de scolioses de l adulte : des scolioses de

Plus en détail

w w w. m e d i c u s. c a

w w w. m e d i c u s. c a www.medicus.ca En appelant la colonne vertébrale «arbre de vie» ou «fleuve sacré qui irrigue tout le corps», les Anciens voyaient juste. De tout temps considéré comme fragile, cet axe du corps se révèle

Plus en détail

Table des matières. Introduction. L ergonomie au bureau

Table des matières. Introduction. L ergonomie au bureau 5e édition Résumé L ergonomie s intéresse à l adaptation du travail au travailleur. Par «travail», on entend ici le milieu de travail, le poste de travail et les tâches à accomplir. Les conditions ergonomiques

Plus en détail

Lignes directrices concernant le recours B la physiothérapie en vue de la récupération fonctionnelle des tissus mous de la colonne vertébrale

Lignes directrices concernant le recours B la physiothérapie en vue de la récupération fonctionnelle des tissus mous de la colonne vertébrale Lignes directrices concernant le recours B la physiothérapie en vue de la récupération fonctionnelle des tissus mous de la colonne vertébrale Lignes directrices concernant le recours B la physiothérapie

Plus en détail

FORGENI Soirée de formation du 25/09/2014 Orthèses du membre supérieur. Cette soirée a reçu un agrément FAF PM

FORGENI Soirée de formation du 25/09/2014 Orthèses du membre supérieur. Cette soirée a reçu un agrément FAF PM FORGENI Soirée de formation du 25/09/2014 Orthèses du membre supérieur. Cette soirée a reçu un agrément FAF PM Résumé de la soirée et conclusions du Dr Brigitte CHAPOT par rapport aux pathologies traitées

Plus en détail

LE RACHIS : UNE ENTITE COMPLEXE IMPORTANTE A PRESERVER

LE RACHIS : UNE ENTITE COMPLEXE IMPORTANTE A PRESERVER LE RACHIS : UNE ENTITE COMPLEXE IMPORTANTE A PRESERVER I : INTRODUCTION Dans le cadre de la Semaine Européenne de la Construction il est utile de se remémorer ou de prendre simplement conscience que notre

Plus en détail

Appareil Thérapeutique pour le Soin du Dos

Appareil Thérapeutique pour le Soin du Dos Appareil Thérapeutique pour le Soin du Dos des instruments ayant une très faible efficacité. Le Nubax Trio est maintenant soutenu par de nombreux brevets et distributeurs à travers le monde. Cet appareil

Plus en détail

L arthrose, ses maux si on en parlait!

L arthrose, ses maux si on en parlait! REF 27912016 INFORMER UPSA BROCH ARTHROSE V2 08-12.indd 2 30/08/12 11:48 Qu est-ce que l arthrose? L arthrose est une maladie courante des articulations dont la fréquence augmente avec l âge. C est une

Plus en détail

Les douleurs osseuses et articulaires: quelles sont-elles? Valérie Gangji Service de Rhumatologie et Médecine physique Hôpital Erasme

Les douleurs osseuses et articulaires: quelles sont-elles? Valérie Gangji Service de Rhumatologie et Médecine physique Hôpital Erasme Les douleurs osseuses et articulaires: quelles sont-elles? Valérie Gangji Service de Rhumatologie et Médecine physique Hôpital Erasme Les douleurs osseuses et articulaires La Lombalgie Douleur rachidienne

Plus en détail

De l huile de massage et une serviette de bain.

De l huile de massage et une serviette de bain. 1 er Séminaire / 29 et 30 Octobre 2011 Introduction théorique du Yin Yang et les 12 méridiens. Le concept viscéral les massages libération LE SACRUM : Les muscles fessiers méridien de Vessie Sacrum postérieur

Plus en détail

Préfaces... 6. Introduction... 8

Préfaces... 6. Introduction... 8 Préfaces... 6 Introduction... 8 Comment aborder une problématique musculosquelettique chronique?... 10 Termes importants... 12 La douleur... 14 Repérage anatomique... 24 Les principaux syndromes musculosquelettiques...

Plus en détail

Accidents des anticoagulants

Accidents des anticoagulants 30 Item 182 Accidents des anticoagulants Insérer les T1 Objectifs pédagogiques ENC Diagnostiquer un accident des anticoagulants. Identifier les situations d urgence et planifier leur prise en charge. COFER

Plus en détail

Ménagez. votre dos! Mutualités

Ménagez. votre dos! Mutualités Ménagez votre dos! votre Mutualités L i b r e s I nterrogez un groupe et constatez combien de personnes ont déjà éprouvé des maux de dos Chacun devra, un jour ou l autre, faire face à des problèmes lombaires

Plus en détail

Les blessures communes au baseball. Par Dr Loudevick Lapalme, chiropraticien

Les blessures communes au baseball. Par Dr Loudevick Lapalme, chiropraticien Les blessures communes au baseball Par Dr Loudevick Lapalme, chiropraticien Objectifs Présentation de 3 types de blessures fréquemment rencontrées au baseball Épaule Coude Dos Savoir reconnaître les signes

Plus en détail

LES ORTHESES DE COMPRESSION CONTENTION

LES ORTHESES DE COMPRESSION CONTENTION LES ORTHESES DE COMPRESSION CONTENTION Parfois sous estimées, les orthèses de compression contention augmentent le niveau de vigilance par leur mécanisme de «rappel à l ordre», préviennent les récidives

Plus en détail

EXAMEN CLINIQUE DE LA HANCHE

EXAMEN CLINIQUE DE LA HANCHE EXAMEN CLINIQUE DE LA HANCHE RAKOTOMALALA Hoby Nomena RALANDISON Stéphane La Rhumatologie au Quotidien, mars 2014 Association des Praticiens en Rhumatologie à Madagascar (APR) 1 Introduction Hanche: ceinture

Plus en détail

Le diagnostic de Spondylarthrite Ankylosante? Pr Erick Legrand, Service de Rhumatologie, CHU Angers

Le diagnostic de Spondylarthrite Ankylosante? Pr Erick Legrand, Service de Rhumatologie, CHU Angers Le diagnostic de Spondylarthrite Ankylosante? Pr Erick Legrand, Service de Rhumatologie, CHU Angers Les spondylarthopathies 0.2% de la population en France Arthrites Réactionnelles rares S. Ankylosante

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE 7 septembre 2015

DOSSIER DE PRESSE 7 septembre 2015 DOSSIER DE PRESSE 7 septembre 2015 La chiropraxie pour les seniors : Pathologies, prévention et traitement Avec une espérance de vie qui ne cesse de croître, les chiropracteurs sont de plus en plus confrontés

Plus en détail

SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT. Fev 2013 New England Journal of Medecine

SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT. Fev 2013 New England Journal of Medecine SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT Fev 2013 New England Journal of Medecine Définition Courbure latérale de la colonne vertébrale d au moins 10 sur une radiographie du rachis dans le plan frontal en

Plus en détail

La polyarthrite rhumatoïde est-elle une maladie courante parmi la patientèle d'un rhumatologue?

La polyarthrite rhumatoïde est-elle une maladie courante parmi la patientèle d'un rhumatologue? Association Française des Polyarthritiques & des Rhumatismes Inflammatoires Chroniques 9, rue de Nemours - 75011 Paris E-mail : afp@nerim.net - www.polyarthrite.org Tél. : 01 400 30 200 - Fax : 01 400

Plus en détail

La prise en charge non médicamenteuse Hypnoanalgésie dans le soin : comment faire en pratique?

La prise en charge non médicamenteuse Hypnoanalgésie dans le soin : comment faire en pratique? La prise en charge non médicamenteuse Hypnoanalgésie dans le soin : comment faire en pratique? Caterina REGIS IFH Infirmière Ressource Douleur CETD CHU Montpellier Déclaration publique d intérêts Je soussignée

Plus en détail

LA PATHOLOGIE RACHIDIENNE Le Rachis Lombaire

LA PATHOLOGIE RACHIDIENNE Le Rachis Lombaire LA PATHOLOGIE RACHIDIENNE Le Rachis Lombaire Chivoret Nathalie Service de Neurochirurgie Hôpital Pasteur RAPPELS ANATOMIQUES LA VERTEBRE LOMBAIRE Le corps vertébral L arc postérieur - l apophyse épineuse

Plus en détail

LA TRAUMATOLOGIE DU JOUEUR DE TENNIS

LA TRAUMATOLOGIE DU JOUEUR DE TENNIS LA TRAUMATOLOGIE DU JOUEUR DE TENNIS Dr Guillaume LEVAVASSEUR Institut régional de médecine du sport Le tennis Sport complet Force Endurance Souplesse Traumatologie Préventive Curative Le coude lien avec

Plus en détail

LES TROUBLES MUSCULOSQUELETTIQUES. Le 2 décembre 2008

LES TROUBLES MUSCULOSQUELETTIQUES. Le 2 décembre 2008 LES TROUBLES MUSCULOSQUELETTIQUES Le 2 décembre 2008 DEROULEMENT DE LA RENCONTRE 1ère partie : les localisations des TMS, les facteurs d'apparition, la prise en charge thérapeutique 2ème partie : les chiffres

Plus en détail

LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique

LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique Caroline Karras-Guillibert Rhumatologue, Hôpital Saint Joseph, Marseille La lombalgie chronique : le «mal du siècle»?

Plus en détail

Origines de la méthode Pilates :

Origines de la méthode Pilates : Origines de la méthode Pilates : La méthode Pilates existe depuis les années 20. Elle porte le nom de son inventeur, Joseph Hubertus Pilates (1880-1967), né à Dusseldorf, émigré aux États Unis au début

Plus en détail

HERNIE DISCALE LOMBAIRE

HERNIE DISCALE LOMBAIRE Feuillet d'information complémentaire à l'attention du patient HERNIE DISCALE LOMBAIRE Madame, Monsieur, Suite aux examens, une hernie discale au niveau du rachis lombaire a été diagnostiquée ; il faudrait

Plus en détail

I. EXERCICES POUR LA CERVICALGIE CHRONIQUE. Exercice 1 : Posture

I. EXERCICES POUR LA CERVICALGIE CHRONIQUE. Exercice 1 : Posture 148 l e x a m e n m u s c u l o s q u e l e t t i q u e I. EXERCICES POUR LA CERVICALGIE CHRONIQUE Faites les exercices suivants au moins 2 fois par jour, tous les jours. Faites l effort de maintenir une

Plus en détail

CAT devant une boiterie de hanche

CAT devant une boiterie de hanche DESC de Chirurgie Pédiatrique Session de mars 2011 - PARIS CAT devant une boiterie de hanche Zaga PEJIN Boiterie Signe clinique Asymétrie du pas Causes plus habituelles : Douleur Raideur articulaire membre

Plus en détail

Solva Thérapie traitement de la douleur, de la mobilité réduite et de la distorsion posturale

Solva Thérapie traitement de la douleur, de la mobilité réduite et de la distorsion posturale Solva Thérapie traitement de la douleur, de la mobilité réduite et de la distorsion posturale Cours de la formation continue dans les thérapies manuelles Pour ceux qui veulent ajouter des techniques efficaces,

Plus en détail

Rééducation Posturale Globale

Rééducation Posturale Globale Rééducation Posturale Globale R.P.G. Créateur de la méthode : Philippe E. SOUCHARD France Petit guide à l attention de nos patients La Rééducation Posturale Globale est apparue en 1980 à la suite de plus

Plus en détail

Masseur Kinésithérapeute

Masseur Kinésithérapeute CP Concours Prépa Santé Optimum : 896 h/an Access : 700 h/an de septembre à mai Masseur Kinésithérapeute Le Métier de Masseur Kinésithérapeute Le kinésithérapeute assure la rééducation des personnes atteintes

Plus en détail

LES COURBURES DE LA COLONNE VERTEBRALE

LES COURBURES DE LA COLONNE VERTEBRALE LES COURBURES DE LA COLONNE VERTEBRALE La colonne vertébrale présente des courbures normales (physiologiques) : lordoses et cyphoses qu'il convient de différencier de courbures pathologiques (cyphose accentuée,

Plus en détail

Athénée Royal d Evere

Athénée Royal d Evere Athénée Royal d Evere Prévention des hernies discales en milieu scolaire et dans la vie de tous les jours Présenté par Didier Vanlancker LEVAGE DE CHARGES POSITION INITIALE Levage de charges Jambes légèrement

Plus en détail

Table des matières. Remerciements...v. Préface... vii. Avant-propos... xi. Mode d utilisation du manuel et du DVD... xv

Table des matières. Remerciements...v. Préface... vii. Avant-propos... xi. Mode d utilisation du manuel et du DVD... xv Remerciements...v Préface... vii Avant-propos... xi Mode d utilisation du manuel et du DVD... xv Nomenclature française traditionnelle et terminologie anatomique officielle...xvii Table des matières...

Plus en détail

CHIRURGIE THORACIQUE. Information sur la préparation et les différents aspects de votre chirurgie thoracique. Pour vous, pour la vie

CHIRURGIE THORACIQUE. Information sur la préparation et les différents aspects de votre chirurgie thoracique. Pour vous, pour la vie 23 CHIRURGIE THORACIQUE Information sur la préparation et les différents aspects de votre chirurgie thoracique Pour vous, pour la vie Cette brochure contient des informations concernant la chirurgie que

Plus en détail

Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif)

Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif) Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif) Contenu de la formation PSE1 LE SECOURISTE : 1 h 30 Indiquer le rôle et les responsabilités d un secouriste. Indiquer les connaissances

Plus en détail

FORMULAIRE DE DECLARATION DU RISQUE PERTE DE PROFESSION INSTRUMENTISTE ARTISTE LYRIQUE LUTHIER

FORMULAIRE DE DECLARATION DU RISQUE PERTE DE PROFESSION INSTRUMENTISTE ARTISTE LYRIQUE LUTHIER FORMULAIRE DE DECLARATION DU RISQUE PERTE DE PROFESSION INSTRUMENTISTE ARTISTE LYRIQUE LUTHIER Date d'effet : Échéance Annuelle : Périodicité : Annuelle Semestrielle Durée : 1. LE PROPOSANT (sera le preneur

Plus en détail

Les tumeurs osseuses. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. Une information de la Ligue suisse contre le cancer

Les tumeurs osseuses. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. Une information de la Ligue suisse contre le cancer Les tumeurs osseuses Causes Symptômes Diagnostic Traitement Pronostic Une information de la Ligue suisse contre le cancer Les tumeurs osseuses lent chondrosarcomes. Une des formes de cancer osseux, composé

Plus en détail

Concepts Ostéopathiques

Concepts Ostéopathiques Concepts Ostéopathiques Cours 5 Pierre Le Naoures Ostéopathe D.O Les successeurs de Still (Suite) 1. Beryl E. Arbuckle: Ostéopathie crânienne pour le nouveau né et l enfant Pédiatre de formation, ostéopathe

Plus en détail

Introduction. Introduction. Anatomie descriptive. Hanche et douleur. Anatomie, sémiologie et chirurgie de la hanche. Sémiologie et lésions anatomiques

Introduction. Introduction. Anatomie descriptive. Hanche et douleur. Anatomie, sémiologie et chirurgie de la hanche. Sémiologie et lésions anatomiques Introduction Anatomie, sémiologie et chirurgie de la hanche Caractère inadapté de la hanche aux fonctions vitales et cérébrales? = prévalence de la coxarthrose 1.3% à 80 ans incidence 80/100 000 par an

Plus en détail

Programme «DoSanté Lycée» Présentation et évaluation

Programme «DoSanté Lycée» Présentation et évaluation Programme «DoSanté Lycée» Présentation et évaluation 1 1 Contexte - Public ciblé 1/3 des accidents du travail sont dus à des manutentions. Coût annuel : 1,5 milliards d euros. Les lombalgies représentent

Plus en détail

Prenez soin de votre dos. Informations et astuces contre les douleurs lombaires

Prenez soin de votre dos. Informations et astuces contre les douleurs lombaires Prenez soin de votre dos Informations et astuces contre les douleurs lombaires Prenez soin de votre dos 1 2 3 4 Des causes diverses, souvent liées au travail Plaintes et lésions Prévention: mieux vaut

Plus en détail

Les étirements. Objectifs. Conseils

Les étirements. Objectifs. Conseils Les exercices d étirements font partie intégrante de toutes les pratiques sportives (qu il s agisse de sport au quotidien ou de sport de haut niveau), quels que soient l âge et le niveau du pratiquant.

Plus en détail

Fiche AP5 - Les étirements :

Fiche AP5 - Les étirements : Fiche AP5 - Les étirements : pourquoi faut-il s étirer quand on fait du sport? Les exercices d étirements font partie intégrante de toutes les pratiques sportives (qu il s agisse de sport au quotidien

Plus en détail

RAPPORT DE STAGE S ANNEE SCOLAIRE 2010-2011 B 3EME 5 CABINET DE MASSEUR KINESITHERAPEUTE. MONSIEUR Edouard CHEVALIER

RAPPORT DE STAGE S ANNEE SCOLAIRE 2010-2011 B 3EME 5 CABINET DE MASSEUR KINESITHERAPEUTE. MONSIEUR Edouard CHEVALIER S ANNEE SCOLAIRE 2010-2011 B 3EME 5 RAPPORT DE STAGE CABINET DE MASSEUR KINESITHERAPEUTE MONSIEUR Edouard CHEVALIER 42 Ter Rue Gambetta 58600 FOURCHAMBAULT Collège PAUL LANGEVIN 9, rue Dufaud 58600 FOURCHAMBAULT

Plus en détail

RACHIS et MALADIE de PARKINSON Dr Christine Guillet Consultation Rachis Service de Rééducation Hôpital Le Vésinet RACHIS et MALADIE de PARKINSON Glossaire Rachis : colonne vertébrale Extrapyramidal : système

Plus en détail

MacMut. Méthodes et Actes Curatifs chez les Mutualistes

MacMut. Méthodes et Actes Curatifs chez les Mutualistes MacMut Méthodes et Actes Curatifs chez les Mutualistes ANALYSE DES TERMES UTILISES PAR LES CHIROPRATICIENS POUR CARACTERISER LEURS DIAGNOSTICS SYNTHESE GRAPHIQUE DE L UTILISATION DE CES TERMES Groupe de

Plus en détail

Enseignement secondaire technique

Enseignement secondaire technique Enseignement secondaire technique Régime technique Division des professions de santé et des professions sociales Formations spécialisées Section de la formation de l'infirmier / infirmière en pédiatrie

Plus en détail

Date: Avant de commencer, nous aimerions savoir à qui nous devons un immense MERCI! pour t avoir référé à nous

Date: Avant de commencer, nous aimerions savoir à qui nous devons un immense MERCI! pour t avoir référé à nous 1 457 route 105, unité 2 Chelsea (QC) J9B 1L2 (819) 827-4499 Fax : (819) 827-4459 Drmartine4kids@hotmail.com www.chelseachiro.com Formulaire pour les nouveaux Petits Date: Avant de commencer, nous aimerions

Plus en détail

Ceinture Home Dépôt. Orthèse lombaire et abdominale. Mother-to-be (Medicus)

Ceinture Home Dépôt. Orthèse lombaire et abdominale. Mother-to-be (Medicus) Orthèse lombaire et abdominale Mother-to-be (Medicus) Prévention Soutient courbe lombaire Supporte poids du ventre Ajustable Soulage les maux de dos en position debout (Beaty et al. 1999) Ceinture Home

Plus en détail

PREVENTION DES TMS S. MORANA AISMT13 18/01/2010 1

PREVENTION DES TMS S. MORANA AISMT13 18/01/2010 1 PREVENTION DES TMS S. MORANA AISMT13 18/01/2010 1 Les Troubles Musculosquelettiques (TMS) constituent un enjeu en Santé au Travail. En France, les TMS sont la première cause de reconnaissance de Maladie

Plus en détail

HERNIE DISCALE LOMBAIRE

HERNIE DISCALE LOMBAIRE Service de Chirurgie orthopédique et Traumatologique Hôpital Beaujon 100, boulevard du général Leclerc 92110 CLICHY Accueil : 01 40 87 52 53 Consultation : 01 40 87 59 22 Feuillet d information complémentaire

Plus en détail

Douleur au cou, au dos et hernie: solutions en physiothérapie.

Douleur au cou, au dos et hernie: solutions en physiothérapie. www.cliniquephysioplus.com Une solution naturelle pour vous aider à vous rétablir : la physiothérapie Douleur au cou, au dos et hernie: solutions en physiothérapie. ÉRIC GUY PHYSIOTHERAPEUTE EST : par

Plus en détail

Comment ça va? Quand ça ne va pas. 4 comment ça va?

Comment ça va? Quand ça ne va pas. 4 comment ça va? Comment ça va? 1 Voici quatre dialogues. Dites à quelle situation de communication correspond chacun d eux. Situation a) : consultation chez un médecin. Situation b) : salutations dans la rue, par simple

Plus en détail

REEDUCATION DE L EPAULE

REEDUCATION DE L EPAULE REEDUCATION DE L EPAULE L épaule est une articulation très particulière à plus d un titre Sa structure osseuse en fait une articulation instable : une tête humérale de gros volume s articule avec une petite

Plus en détail

www.innoprev.com Gestes et Postures www.innoprev.com À chaque instant je pourrais mieux me servir de mon corps...

www.innoprev.com Gestes et Postures www.innoprev.com À chaque instant je pourrais mieux me servir de mon corps... Gestes et Postures À chaque instant je pourrais mieux me servir de mon corps... INTRODUCTION La compétence que vous avez développé pendant ce stage et qui s affinera avec le temps s inscrit dans le cadre

Plus en détail

Rhumatismes inflammatoires. Dr Jacquier IFSI Croix Rouge 23 mars 2009

Rhumatismes inflammatoires. Dr Jacquier IFSI Croix Rouge 23 mars 2009 Rhumatismes inflammatoires Dr Jacquier IFSI Croix Rouge 23 mars 2009 Polyarthrite Rhumatoïde PR La plus fréquente des polyarthrites chroniques 1% de la pop. Femmes ++. 50 ans Signes fonctionnels Douleur

Plus en détail

Syndrome du piriforme ou syndrome de la traversée fessière. Place de la thérapie manuelle

Syndrome du piriforme ou syndrome de la traversée fessière. Place de la thérapie manuelle Syndrome du piriforme ou syndrome de la traversée fessière Place de la thérapie manuelle Définition Il est habituel de parler de syndrome du piriforme L étude anatomique de la région laisse penser que

Plus en détail

Demande d avis relatif à l utilisation d ustensiles mal désinfectés dans le cadre de la pratique d actes ne relevant pas de l art de guérir.

Demande d avis relatif à l utilisation d ustensiles mal désinfectés dans le cadre de la pratique d actes ne relevant pas de l art de guérir. CELLULE STRATEGIQUE tél.: +32 (0)2 220 20 11 O 7-03- 2005 fax: +32 (0)2 220 20 67 DE RUDY DEMOTTE MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ PUBLIQUE votre lettre du vos références nos références CAB/RD/RW/JPD/DD/2005-201637

Plus en détail

A.F.S.E.D. Association. Française des. 34 Rue Léon JOULIN 37000 TOURS Tel: 0 825 00 11 33. Syndromes d EHLERS d. Association Loi 1 901

A.F.S.E.D. Association. Française des. 34 Rue Léon JOULIN 37000 TOURS Tel: 0 825 00 11 33. Syndromes d EHLERS d. Association Loi 1 901 A.F.S.E.D Association Association Loi 1 901 Française des Syndromes d EHLERS d -DANLOS- 34 Rue Léon JOULIN 37000 TOURS Tel: 0 825 00 11 33 LES SYNDROMES d EHLERS-DANLOS REEDUCATION & READAPTATION! Dr Marie-Hélène

Plus en détail

Allégez la charge! Dossier d enseignement: Soulever et porter des charges Exercices de consolidation niveau 2

Allégez la charge! Dossier d enseignement: Soulever et porter des charges Exercices de consolidation niveau 2 Allégez la charge! Dossier d enseignement: Soulever et porter des charges Exercices de consolidation niveau 2 Objectif Les apprenants soulèvent et portent des charges correctement. Public-cible - Des apprenants

Plus en détail

Céphalées vues aux Urgences. Dominique VALADE Centre d Urgence des Céphalées Hôpital Lariboisière PARIS

Céphalées vues aux Urgences. Dominique VALADE Centre d Urgence des Céphalées Hôpital Lariboisière PARIS Céphalées vues aux Urgences Dominique VALADE Centre d Urgence des Céphalées Hôpital Lariboisière PARIS Deux Objectifs aux Urgences Identifier les céphalées à risque vital Optimiser le traitement des céphalées

Plus en détail

Rôle et principe de l articulation coxo-fémorale

Rôle et principe de l articulation coxo-fémorale Rôle et principe de l articulation coxo-fémorale Elle est composée du cotyle et de la tête fémorale. Le cotyle fait partie de l os iliaque, qui est l os du bassin. La tête fémorale est située à la partie

Plus en détail

Céphalées. 1- Mise au point sur la migraine 2- Quand s inquiéter face à une céphalée. APP du DENAISIS

Céphalées. 1- Mise au point sur la migraine 2- Quand s inquiéter face à une céphalée. APP du DENAISIS Céphalées 1- Mise au point sur la migraine 2- Quand s inquiéter face à une céphalée EPU DENAIN -14 novembre 2006 Dr Kubat-Majid14 novembre 2006 Dr KUBAT-MAJID Céphalées 1 Mise au point sur la migraine

Plus en détail

L ARTHROSE, UNE PATHOLOGIE TRÈS FRÉQUENTE APRÈS 60 ANS

L ARTHROSE, UNE PATHOLOGIE TRÈS FRÉQUENTE APRÈS 60 ANS RHIZARTHROSE L ARTHROSE, UNE PATHOLOGIE TRÈS FRÉQUENTE APRÈS 60 ANS France 2010 HOMMES FEMMES TOTAL POPULATION +80 ANS 1 163 569 2 241 460 3 405 029 ARTHROSE 80% 930 855 1 793 168 2 724 023 POPULATION

Plus en détail

Articulations multifonctionnelles de correction

Articulations multifonctionnelles de correction Articulations multifonctionnelles de correction pour enfants et adultes Information produit 2 Ottobock Articulations multifonctionnelles de corrections pour enfants et adultes Articulations de correction

Plus en détail

CRITERES DE REMPLACEMENT

CRITERES DE REMPLACEMENT ANATOMIE ET CYTOLOGIE PATHOLOGIQUES - 7 semestres dans des services agréés pour le DES d anatomie et cytologie pathologiques, dont au moins 5 doivent être accomplis dans des services hospitalouniversitaires

Plus en détail

LA MUSCULATION AU LYCEE

LA MUSCULATION AU LYCEE LA MUSCULATION AU LYCEE 1 LA MUSCULATION permet de développer la force d un muscle grâce a des contractions musculaires répétées. Elle répond a 3 objectifs différents: être plus développé être plus performant

Plus en détail

Théorie et pratique de l'échauffement

Théorie et pratique de l'échauffement Théorie et pratique de l'échauffement D'une manière générale, les élèves (non pratiquants dans les clubs sportifs et même certains d'entre eux pendant les cours d'eps) n aiment pas s'échauffer. En effet,

Plus en détail

K I N é S I T H é R A P I E & D B C

K I N é S I T H é R A P I E & D B C KINéSITHéRAPIE & DBC KINéSITHéRAPIE & DBC Informations T (+352) 23 666-810 kine@mondorf.lu Rééducation Individuelle Le service de de Mondorf Domaine Thermal propose une gamme complète de traitements individuels

Plus en détail

DU TRAVAIL ET DE LA PUISSANCE MUSCULAIRE, PAR DYNAMOMÈTRE INFORMATISÉ ET MOTORISÉ

DU TRAVAIL ET DE LA PUISSANCE MUSCULAIRE, PAR DYNAMOMÈTRE INFORMATISÉ ET MOTORISÉ MESURE DE LA FORCE, DU TRAVAIL ET DE LA PUISSANCE MUSCULAIRE, PAR DYNAMOMÈTRE INFORMATISÉ ET MOTORISÉ Classement CCAM : 15.01.05 code : PEQP003 Classement CCAM : 15.01.05 code : PEQP001 NOVEMBRE 2006 Service

Plus en détail

Manuel de l ergonomie au bureau

Manuel de l ergonomie au bureau Manuel de l ergonomie au bureau 1 Manuel préparé par le Service environnement, santé et sécurité de l Université Concordia. Pour tout complément d information sur l ergonomie, les étirements et les autres

Plus en détail

Risques liés à l'activité physique au travail Hyper sollicitation articulaire

Risques liés à l'activité physique au travail Hyper sollicitation articulaire Risques liés à l'activité physique au travail Hyper sollicitation articulaire Mireille Loizeau Cours DIUST Paris Descartes-20 janvier 2015 1 Définition et facteurs de risque 2 Définition Contraintes bio-mécaniques,

Plus en détail

Item 182 : Accidents des anticoagulants

Item 182 : Accidents des anticoagulants Item 182 : Accidents des anticoagulants COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Cruralgie par hématome

Plus en détail

Le médecin de prévention face aux RPS. Docteur Isabelle THOMINET

Le médecin de prévention face aux RPS. Docteur Isabelle THOMINET Le médecin de prévention face aux RPS Docteur Isabelle THOMINET 1. Définition des RPS Les risques psychosociaux sont souvent résumés par simplicité sous le terme de «stress». En réalité, ils recouvrent

Plus en détail

MON DOS AU QUOTIDIEN COMPRENDRE, ÉVITER ET SOULAGER LE MAL DE DOS

MON DOS AU QUOTIDIEN COMPRENDRE, ÉVITER ET SOULAGER LE MAL DE DOS MON DOS AU QUOTIDIEN COMPRENDRE, ÉVITER ET SOULAGER LE MAL DE DOS COMPRENDRE, ÉVITER ET SOULAGER LE MAL DE DOS Le mal de dos? Nous sommes pratiquement tous concernés! En effet, plus de 80% de la population

Plus en détail

Trucs du métier. L arthrite psoriasique en l absence du psoriasis. clinicien@sta.ca. Avez-vous un truc? Son épidémiologie et son expression

Trucs du métier. L arthrite psoriasique en l absence du psoriasis. clinicien@sta.ca. Avez-vous un truc? Son épidémiologie et son expression L arthrite psoriasique en l absence du psoriasis Trucs du métier Son épidémiologie et son expression Le psoriasis est une maladie cutanée inflammatoire chronique qui touche de 1 % à 3 % de la population

Plus en détail

Lombosciatalgie aigue et chronique Quelle prise en charge? Dr Azizi Fatima Rabat

Lombosciatalgie aigue et chronique Quelle prise en charge? Dr Azizi Fatima Rabat Lombosciatalgie aigue et chronique Quelle prise en charge? Dr Azizi Fatima Rabat rappeler l examen clinique du rachis Reconnaître les signes d alertes(red flags) Distinguer la lombalgie commune d une lombalgie

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

Hanche. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient. Dr Maxime-Louis Mencière - 26 juin 2015 ARTHROSE DE LA HANCHE - DR MAXIME-LOUIS MENCIÈRE 1

Hanche. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient. Dr Maxime-Louis Mencière - 26 juin 2015 ARTHROSE DE LA HANCHE - DR MAXIME-LOUIS MENCIÈRE 1 L arthrose de la Hanche Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Dr Maxime-Louis Mencière - 26 juin 2015 ARTHROSE DE LA HANCHE - DR MAXIME-LOUIS MENCIÈRE 1 Définition L arthrose est une maladie

Plus en détail

Différence sémiologique entre une douleur de hanche et une cruralgie

Différence sémiologique entre une douleur de hanche et une cruralgie Différence sémiologique entre une douleur de hanche et une cruralgie J ai mal à la hanche : 9/10 ce n est pas la hanche, en tout cas pas la coxo-fémorale! Le plus souvent douleur en regard du grand trochanter

Plus en détail

Ministère du Tourisme, de la Culture et du Sport. *Lignes directrices relatives aux commotions cérébrales

Ministère du Tourisme, de la Culture et du Sport. *Lignes directrices relatives aux commotions cérébrales Ministère du Tourisme, de la Culture et du Sport *Lignes directrices relatives aux commotions cérébrales *Les présentes lignes directrices ont pour seul but de donner des renseignements généraux. Elles

Plus en détail

La prise en charge de votre polyarthrite rhumatoïde

La prise en charge de votre polyarthrite rhumatoïde G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre polyarthrite rhumatoïde Vivre avec une polyarthrite rhumatoïde Décembre 2008 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant

Plus en détail

LES DOULEURS LOMBAIRES D R D U F A U R E T - L O M B A R D C A R I N E S E R V I C E R H U M A T O L O G I E, C H U L I M O G E S

LES DOULEURS LOMBAIRES D R D U F A U R E T - L O M B A R D C A R I N E S E R V I C E R H U M A T O L O G I E, C H U L I M O G E S LES DOULEURS LOMBAIRES D R D U F A U R E T - L O M B A R D C A R I N E S E R V I C E R H U M A T O L O G I E, C H U L I M O G E S INTRODUCTION La lombalgie est un symptôme fréquent avec une prévalence

Plus en détail

Boiterie et trouble de la démarche chez l enfant

Boiterie et trouble de la démarche chez l enfant 40 Item 299 Boiterie et trouble de la démarche chez l enfant ENC Insérer les T1 Objectifs pédagogiques Devant une boiterie ou un trouble de la démarche chez l enfant, argumenter les principales hypothèses

Plus en détail

Documents de la HE Vinci à remplir pour l ARES

Documents de la HE Vinci à remplir pour l ARES Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement... 5 a) Introduction... 5 b) Liens avec la profession... 5 c) Acquis d apprentissage terminaux...

Plus en détail

HALTEROPHILIE ET PREVENTION DES PROBLEMES DE DOS

HALTEROPHILIE ET PREVENTION DES PROBLEMES DE DOS HALTEROPHILIE ET PREVENTION DES PROBLEMES DE DOS En dehors du contexte des pathologies de la colonne vertébrale, nombre de personnes d âges variés souffrent du dos de façon régulière. Sans volonté d être

Plus en détail

3 % = résultat. décevant

3 % = résultat. décevant 3 % des hanches prothésées = résultat décevant Les difficultés après arthroplastie totale de hanche sont d autant plus mal vécues que l opération est réputée pour ses bons résultats. plus de 25 CAUSES

Plus en détail

Les étirements : Pourquoi faut-il s étirer quand on fait de l Aviron?

Les étirements : Pourquoi faut-il s étirer quand on fait de l Aviron? ÉTIREMENTS Les étirements : Pourquoi faut-il s étirer quand on fait de l Aviron? Les exercices d étirements font partie intégrante de toutes les pratiques sportives, quels que soient l âge et le niveau

Plus en détail

POURQUOI FAUT-IL S'ECHAUFFER?

POURQUOI FAUT-IL S'ECHAUFFER? POURQUOI FAUT-IL S'ECHAUFFER? Il faut s'échauffer pour: être en sécurité dès le début : une activité physique progressivement plus intense est indispensable pour ne pas mettre son coeur, ses artères, ses

Plus en détail

Pratique de l'aïkido et douleurs physiques

Pratique de l'aïkido et douleurs physiques Pratique de l'aïkido et douleurs physiques Plan Généralités sur la douleur Les différents publics et leurs spécificités Prévention des douleurs et traumatismes La douleur Classification : 3 types de douleur

Plus en détail

GYMNASTIQUE ABDOMINALE HYPOPRESSIVE Séminaire 1

GYMNASTIQUE ABDOMINALE HYPOPRESSIVE Séminaire 1 GYMNASTIQUE ABDOMINALE HYPOPRESSIVE Séminaire 1 LA GUADELOUPE 9, 10 et 11 septembre 2011 HISTORIQUE Les premières techniques hypopressives ont été créées en 1980 par Marcel Caufriez sous lʼintitulé «Aspiration

Plus en détail

Le don de moelle osseuse

Le don de moelle osseuse Le don de moelle osseuse Enfant, je rêvais de sauver des vies. Aujourd hui, je le fais. Grande cause nationale 2009 Olivier, 4 ans Olivier, 32 ans Établissement relevant du ministère de la santé Le don

Plus en détail

Bagnères de Bigorre. et ses eaux thermales

Bagnères de Bigorre. et ses eaux thermales Bagnères de Bigorre et ses eaux thermales C est ici, dans une nature verdoyante et vallonnée, près du Pic-du-Midi de Bigorre, que nous vous accueillons pour un véritable Séjour Santé. Au gré de vos envies,

Plus en détail

14. Votre enfant a-t-il déjà souffert de :

14. Votre enfant a-t-il déjà souffert de : FORMULAIRE POUR ENFANT RENSEIGNEMENTS Nom du patient Prénom Sexe : M F Adresse Ville Code postal Tél. résidence ( ) Tél. travail parent ( ) Date de naissance / / année mois jour Âge an(s) mois Nom du parent

Plus en détail

Exonération des primes d assurance-vie. Déclaration du salarié

Exonération des primes d assurance-vie. Déclaration du salarié Exonération des primes d assurance-vie Déclaration du salarié Déclaration du salarié Garantie d exonération des primes d assurance-vie collective Le présent guide contient les formulaires à remplir pour

Plus en détail