Présentation du projet

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Présentation du projet"

Transcription

1 Présentation du projet Professeur GUILLAUME Service Environnement-Nutrition et Santé Ecole de Santé publique de l Université de Liège «EDUcation thérapeutique et préventive face au Diabète et à l Obésité à Risque chez l Adulte et l Adolescent» Projet cofinancé par le Fonds européen de développement régional dans le cadre du programme INTERREG IV A Grande Région L Union européenne investit dans votre avenir

2 2 CRP-Santé : Mme Marie-Lise LAIR

3 Population concernée par le programme EDUDORA² Population de la Grande Région (2008) Surcharge pondérale: 1 personne sur 2 Provinces de Liège et Luxembourg Diabète: 1 personne sur Sources:

4 Le programme EDUDORA² Un programme original: Centré sur l Education Thérapeutique du Patient Associant le diabète et l obésité Dans une dimension interrégionale 4

5 Contextes régionaux différents France Recommandations en matière d Education Thérapeutique du Patient émanant de la Haute Autorité Sanitaire française (2007) Un cadre légal définit l Education Thérapeutique du Patient (2009) Wallonie et Grand-Duché de Luxembourg Pas de recommandations de bonnes pratiques Pas de cadres légaux 5

6 Architecture du programme: opérateurs impliqués Même architecture au niveau des opérateurs dans chaque région Disciplines complémentaires associées dans le projet 6

7 Architecture du programme: publics cibles Entourage familial des Soignants de 1 ère et 2 ème 7

8 Architecture du programme: 5 axes de travail centrés sur l ETP AXE 1 ETAT S AXE 2 ANALYSE S AXE 5 PUBLICS CIBLES Entourage familial des Soignants de 1 ère et 2 ème AXE 3 PROPOSITION 8 AXE 4

9 AXE 1 ETAT S Interroger les professionnels de santé sur leurs pratiques en ETP AXE 1 Inventorier les outils disponibles ETAT S AXE 2 ANALYSE S Répertorier les offres de formations AXE 5 PUBLICS CIBLES Entourage familial des Soignants de 1 ère et 2 ème AXE 3 PROPOSITION 9 AXE 4

10 AXE 2 ANALYSE S Identifier les freins et les facteurs facilitants de la prise en charge du patient diabétique ou obèse à risque Analyser l interaction entre les trois publics cibles (, proches et soignants) AXE 5 AXE 1 ETAT S PUBLICS CIBLES AXE 2 ANALYSE S AXE 3 Analyser les besoins des soignants AXE 4 Entourage familial des Soignants de 1 ère et 2 ème PROPOSITION 10

11 AXE 3 PROPOSITION Etablir des recommandations transfrontalières pour optimiser la prise en charge Proposer un programme de formation destiné aux professionnels AXE 1 ETAT S AXE 2 ANALYSE S 11 Sensibiliser les soignants de 1ère ligne (médecins généralistes, paramédicaux, ) AXE 5 PUBLICS CIBLES Entourage familial des Soignants de 1 ère et 2 ème AXE 4 AXE 3 PROPOSITION

12 AXE 4 Réaliser des campagnes de sensibilisation du grand public aux risques du diabète et de l obésité AXE 1 ETAT S Réaliser une campagne de sensibilisation auprès des professionnels de santé AXE 5 PUBLICS CIBLES Entourage familial des Soignants de 1 ère et 2 ème AXE 2 ANALYSE S AXE 3 PROPOSITION 12 AXE AXE 4

13 AXE 4 Réaliser des campagnes de sensibilisation du grand public aux risques du diabète et de l obésité AXE 1 ETAT S Réaliser une campagne de sensibilisation auprès des professionnels de santé AXE 5 PUBLICS CIBLES Entourage familial des Soignants de 1 ère et 2 ème AXE 2 ANALYSE S AXE 3 PROPOSITION 13 AXE AXE 4

14 AXE 5 Développer des réseaux Proposer des séminaires d échanges entre professionnels AXE 1 ETAT S AXE 2 Mettre à disposition un site Internet interactif (www.edudora2.eu) AXE 5 PUBLICS CIBLES Entourage familial des Soignants de 1 ère et 2 ème ANALYSE S AXE 3 PROPOSITION 14 AXE 4

15 Remerciements Les Autorités Interreg L ensemble des opérateurs Les experts scientifiques Travail de la coordination générale en étroite collaboration avec:: > Service de psychologie clinique de l enfant et de l adolescent- ULg > Association des généralistes-enseignants - ULg > Appui en Promotion et Education pour la santé - ULg > Sociologie de la famille - ULg 15

Insuffisance rénale chronique

Insuffisance rénale chronique Programme GDR en Picardie Insuffisance rénale chronique Dr Matthieu Derancourt Référent médical IRC ARS Picardie ELEMENTS DE CONTEXTE 2 Contexte Instruction validée par le CNP le 17 décembre 2010 Visa

Plus en détail

PROMOTION DE L ACTIVITÉ PHYSIQUE CHEZ LES ENFANTS ET ADOLESCENTS DIABÉTIQUES DE TYPE I

PROMOTION DE L ACTIVITÉ PHYSIQUE CHEZ LES ENFANTS ET ADOLESCENTS DIABÉTIQUES DE TYPE I PROMOTION DE L ACTIVITÉ PHYSIQUE CHEZ LES ENFANTS ET ADOLESCENTS DIABÉTIQUES DE TYPE I UN PROJET DU PROGRAMME CANTONAL DIABÈTE Jérôme Spring Maître de sport APA Diabétologie pédiatrique Riviera-Chablais

Plus en détail

Atelier transfrontalier de lutte contre le surendettement. Grenzüberschreitende Werkstatt zur Verhinderung von

Atelier transfrontalier de lutte contre le surendettement. Grenzüberschreitende Werkstatt zur Verhinderung von Atelier transfrontalier de lutte contre le surendettement Grenzüberschreitende Werkstatt zur Verhinderung von Überschuldung Fonds Européen de développement régional Europäischer Fonds für regionale Entwicklung

Plus en détail

«Prévention de la dénutrition des personnes âgées»

«Prévention de la dénutrition des personnes âgées» «Prévention de la dénutrition des personnes âgées» Séminaire d information et d échange Diplôme Universitaire «Éducation à la santé, Éducation thérapeutique» Vendredi 19 juin - Chartres Contexte (1/5)

Plus en détail

Prévention du tabagisme à l école, projet transfrontalier

Prévention du tabagisme à l école, projet transfrontalier Prévention du tabagisme à l école, projet transfrontalier L. Galanti, MD, PhD CHU Mont-Godinne, Yvoir, Belgique laurence.galanti@uclouvain.be Programme transfrontalier INTERREG IV «Coopération territoriale

Plus en détail

Covoiturage transfrontalier et mobilité autour du bassin lémanique

Covoiturage transfrontalier et mobilité autour du bassin lémanique et mobilité autour du bassin lémanique 28/05/2015 1 Contexte CONTEXTE SUR LA MOBILITÉ DANS LE BASSIN LÉMANIQUE Une population en forte croissance : 2 896 638 habitants fin 2014 (2 819 100 en 2010) un nombre

Plus en détail

La prise en charge du diabète de type 1 chez l enfant et l adolescent

La prise en charge du diabète de type 1 chez l enfant et l adolescent GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge du diabète de type 1 chez l enfant et l adolescent Vivre avec un diabète de type 1 Avril 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous remet ce

Plus en détail

C.H.U. DE FORT DE FRANCE

C.H.U. DE FORT DE FRANCE DEPARTEMENT DE LA MARTINIQUE C.H.U. DE FORT DE FRANCE PROJET D ETABLISSEMENT VOLET PROJET QUALITE GESTION DES RISQUES 2006 2010 VOLUME 4 Euro Conseil Santé 91, rue du Faubourg Saint Honoré 75 008 PARIS

Plus en détail

L approche «patient partenaire» dans le cadre de l asthme et de

L approche «patient partenaire» dans le cadre de l asthme et de L approche «patient partenaire» dans le cadre de l asthme et de l épilepsie M.Generet Pharmacien Hospitalier Clinicien Hôpital Civil Marie curie Bruxelles 13 novembre 2015- Réseau CMP 1 Plan 1. L éducation

Plus en détail

FORMATION CONTINUE RECHERCHE APPLIQUÉE OUTILS PÉDAGOGIQUES. Promouvoir les soins pharmaceutiques

FORMATION CONTINUE RECHERCHE APPLIQUÉE OUTILS PÉDAGOGIQUES. Promouvoir les soins pharmaceutiques FORMATION CONTINUE RECHERCHE APPLIQUÉE OUTILS PÉDAGOGIQUES Promouvoir les soins pharmaceutiques PRÉSENTATION DE LA FORMATION Contexte Le métier du pharmacien est en pleine évolution. Un concept qui va

Plus en détail

CURRICULUM VITAE. 2005-2007 Certificat de Formation continue en Education Thérapeutique du Patient à l Université de Genève - Suisse

CURRICULUM VITAE. 2005-2007 Certificat de Formation continue en Education Thérapeutique du Patient à l Université de Genève - Suisse 1 CURRICULUM VITAE DONNEES PERSONNELLES Nom : WALGER Prénom : Olivier Adresse privée : Foyards 58 2300 La Chaux-de-Fonds Suisse Nationalité : Française. Titulaire d un permis C d établissement depuis 1992

Plus en détail

Agence Bruxelloise pour l Entreprise. Cluster Ecobuild. Bruxelles, le 13 juin 2012

Agence Bruxelloise pour l Entreprise. Cluster Ecobuild. Bruxelles, le 13 juin 2012 Agence Bruxelloise pour l Entreprise Cluster Ecobuild Bruxelles, le 13 juin 2012 Agence Bruxelloise pour l Entreprise www.abe.irisnet.be Agence Bruxelloise pour l Entreprise L Agence Bruxelloise pour l

Plus en détail

PRESENTATION DE LA CIPCA. MILDECA- colloque INSERM 1

PRESENTATION DE LA CIPCA. MILDECA- colloque INSERM 1 PRESENTATION DE LA CIPCA MILDECA- colloque INSERM 1 LA CIPCA A ÉTÉ MISE EN PLACE DANS LE CADRE DU PLAN GOUVERNEMENTAL 2013-2017 Pour que la prévention devienne une priorité des politiques de lutte contre

Plus en détail

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Les progrès réalisés dans le diagnostic et les traitements ont permis d accroître les chances de guérison pour nombre de cancers. Ils n

Plus en détail

Appropriation et mise en œuvre du plan cancer par les villes-santé de l OMS.

Appropriation et mise en œuvre du plan cancer par les villes-santé de l OMS. Appropriation et mise en œuvre du plan cancer par les villes-santé de l OMS. Francine MORAT-VUONG Boulogne-Billancourt Vice-présidente du réseau français des villes santé de l OMS. LES VILLES S IMPLIQUENT

Plus en détail

LA COOPERATION sanitaire et médicomédico-sociale TRANSFRONTALIERE PROJET INTERREG IV COSANTRAN LIEGE 12 06 2014 Henri LEWALLE 1 A L ORIGINE L ORIGINE La démarche de coopération transfrontalière francofranco-belge

Plus en détail

MASTERE SPECIALISE. «Manager de grands projets industriels internationaux»

MASTERE SPECIALISE. «Manager de grands projets industriels internationaux» MASTERE SPECIALISE «Manager de grands projets industriels internationaux» MASTERE SPECIALISE EN «Manager de grands projets industriels internationaux» Objectifs professionnels Le gestionnaire de projet

Plus en détail

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni.

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni. Principes de Belgrade sur la relation entre les Institutions nationales des droits de l Homme et les Parlements (Belgrade, Serbie, les 22-23 février 2012) Le séminaire international de février 2012 sur

Plus en détail

Salon Préventica Lille 2013

Salon Préventica Lille 2013 Centre de gestion de la Fonction Publique Territoriale du Nord www.cdg59.fr Risques psychosociaux : méthodologie d intervention pluridisciplinaire du pôle prévention du CDG 59 Salon Préventica Lille 2013

Plus en détail

Comment se repérer parmi les différents régimes de financements associés au programme Coopération du 7 ème PCRD?

Comment se repérer parmi les différents régimes de financements associés au programme Coopération du 7 ème PCRD? Comment se repérer parmi les différents régimes de financements associés au programme Coopération du 7 ème PCRD? Novembre / Décembre 2008 Par Caroline Gérard Chaque sujet de recherche inscrit dans un appel

Plus en détail

Stéphanie DESCHAUME Directrice adjointe Santé, Caisse Nationale RSI. Centre d analyse stratégique 10 mai 2010 1

Stéphanie DESCHAUME Directrice adjointe Santé, Caisse Nationale RSI. Centre d analyse stratégique 10 mai 2010 1 Quel rôle peuvent jouer les régimes d assurance maladie pour amener l individu à avoir une gestion active de son capital santé : l exemple du Parcours Prévention au RSI Stéphanie DESCHAUME Directrice adjointe

Plus en détail

Médecine et société / Le normal et la pathologique; histoire de la médecine

Médecine et société / Le normal et la pathologique; histoire de la médecine O B J E C T I F S Programme llongiitudiinall : Introduction Personne, santé, société (PSS) Cours d introduction - Présentation du cours PSS. - Importance des dimensions psycho-sociales dans la pratique

Plus en détail

La formation comme levier de changement des pratiques

La formation comme levier de changement des pratiques Place des pharmaciens d officine au sein du réseau Onco 94 Ouest La formation comme levier de changement des pratiques 2 ème congrès des Réseaux de cancérologie Rouen Atelier : place de la formation 3

Plus en détail

Mutualité Française Ile-de-France

Mutualité Française Ile-de-France Mutualité Française Ile-de-France Représentation régionale de la Fédération Nationale de la Mutualité Française Acteur de l économie sociale et solidaire 280 mutuelles adhérentes 5.5 millions de personnes

Plus en détail

www.saint-quentin-en-yvelines.fr

www.saint-quentin-en-yvelines.fr IPS - 3, place de la Mairie 78190 Trappes-en-Yvelines Tél. : 01 30 16 17 80 www.saint-quentin-en-yvelines.fr Un Institut au cœur des problématiques de santé créé par l agglomération de Saint- Quentin-en-Yvelines

Plus en détail

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique?

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les sociétés savantes et organisations

Plus en détail

NUTRITION EN MEDECINE GENERALE : QUELLES REALITES? Résultats de l enquête SFMG réalisée en mars 2006

NUTRITION EN MEDECINE GENERALE : QUELLES REALITES? Résultats de l enquête SFMG réalisée en mars 2006 NUTRITION EN MEDECINE GENERALE : QUELLES REALITES? Résultats de l enquête SFMG réalisée en mars 2006 Une enquête réalisée sur la nutrition en médecine générale * pour l montre que la nutrition est un sujet

Plus en détail

Renforcer un environnement des affaires propice pour les femmes dans les économies arabes Conclusions de la Conférence

Renforcer un environnement des affaires propice pour les femmes dans les économies arabes Conclusions de la Conférence Renforcer un environnement des affaires propice pour les femmes dans les économies arabes Conclusions de la Conférence Beyrouth, Liban, 24 novembre 2010 CONCLUSIONS DE LA CONFÉRENCE «RENFORCER UN ENVIRONNEMENT

Plus en détail

réservé aux établissements sanitaires et sociaux privés. Pour protéger vos salariés consultez les experts.

réservé aux établissements sanitaires et sociaux privés. Pour protéger vos salariés consultez les experts. réservé aux établissements sanitaires et sociaux privés. Pour protéger vos salariés consultez les experts. une expertise issue de l union des deux leaders de la protection des professionnels de la santé

Plus en détail

Engagement en faveur des personnes en situation de dépendance

Engagement en faveur des personnes en situation de dépendance CURAVIVA SUISSE Engagement en faveur des personnes en situation de dépendance Promotion de la qualité de vie individuelle Les 2500 institutions membres de l association nationale faîtière CURAVIVA Suisse

Plus en détail

Le Plan de Santé Personnalisé [PSP] - Un outil de la décision partagée

Le Plan de Santé Personnalisé [PSP] - Un outil de la décision partagée Le Plan de Santé Personnalisé [PSP] - Un outil de la décision partagée PREAMBULE. La prévalence des maladies chroniques est en progression constante. 15 millions de personnes présenteraient une affection

Plus en détail

Présentation de l outil. En collaboration avec : Union Nationale de l Aide, des Soins et des Services aux Domiciles

Présentation de l outil. En collaboration avec : Union Nationale de l Aide, des Soins et des Services aux Domiciles Présentation de l outil En collaboration avec : Union Nationale de l Aide, des Soins et des Services aux Domiciles Constats La dépression est très fréquente chez la personne âgée, mais négligée, méconnue

Plus en détail

Éducation thérapeutique du patient Rôle du pharmacien

Éducation thérapeutique du patient Rôle du pharmacien Éducation thérapeutique du patient Rôle du pharmacien Fabienne BLANCHET La Baule - 12 octobre 2010 1 L éducation thérapeutique du patient «Selon l OMS, l éducation thérapeutique du patient vise à aider

Plus en détail

CENTRE HOSPITALO-UNIVERSITAIRE "Saadna Mohamed Abdenour" Sétif

CENTRE HOSPITALO-UNIVERSITAIRE Saadna Mohamed Abdenour Sétif CENTRE HOSPITALO-UNIVERSITAIRE "Saadna Mohamed Abdenour" Sétif 2 e Forum Paramédical International 08 et 09 Décembre 2010 LE CADRE PARAMEDICAL «LE MANAGER» Mr S. ARIF Service de CCI CHU Sétif Deuxièmes

Plus en détail

PROGRAMME «BOUGER SUR PRESCRIPTION» DOCUMENT D INFORMATIONS Destiné aux professionnels de santé

PROGRAMME «BOUGER SUR PRESCRIPTION» DOCUMENT D INFORMATIONS Destiné aux professionnels de santé PROGRAMME «BOUGER SUR PRESCRIPTION» DOCUMENT D INFORMATIONS Destiné aux professionnels de santé Sommaire I. Pourquoi le programme «Bouger sur prescription» en Savoie?... 2 II. Le programme «Bouger sur

Plus en détail

Offre de formation. CIDFF de Nantes 5, rue Maurice Duval 01/01/2015

Offre de formation. CIDFF de Nantes 5, rue Maurice Duval 01/01/2015 2015 Offre de formation Egalité femmes/hommes U Unn lleevviieerr ddee ddéévveellooppppeem meenntt iinnddiivviidduueell eett ccoolllleeccttiiff CIDFF de Nantes 5, rue Maurice Duval 01/01/2015 Le CIDFF de

Plus en détail

Formations Continues en Cliniques psychothérapeutiques

Formations Continues en Cliniques psychothérapeutiques UNIVERSITE LIBRE DE BRUXELLES Formations Continues en Cliniques psychothérapeutiques Systémique Infanto-juvénile Psychanalytique Cognitivo-comportementale Université coordinatrice: Université partenaire:

Plus en détail

Famille : Analyse laboratoire. Sous-famille : Analyse laboratoire. Code ROME : 52232

Famille : Analyse laboratoire. Sous-famille : Analyse laboratoire. Code ROME : 52232 Famille : Analyse laboratoire Sous-famille : Analyse laboratoire Code ROME : 52232 Technicien(ne) d analyse chimie / physicochimie Chimiste Technicien(ne)-analyste chimie Analyste chimie Définir, réaliser

Plus en détail

Ça marche! Bouger plus, manger mieux. Présentation du programme cantonal, Conférence de presse du 21 avril 2008

Ça marche! Bouger plus, manger mieux. Présentation du programme cantonal, Conférence de presse du 21 avril 2008 Ça marche! Bouger plus, manger mieux Présentation du programme cantonal, Conférence de presse du 21 avril 2008 Le contexte du programme cantonal Pierre-Yves Maillard, Chef du département de la santé Image:

Plus en détail

Assurance qualité des programmes de dépistage

Assurance qualité des programmes de dépistage Assurance qualité des programmes de dépistage Séminaire des programmes de dépistage organisé des cancers 23 juin 2014 Contexte et objectifs de l étude Plans Cancer 2009-2013 et 2014-2019 Objectifs Optimiser

Plus en détail

CONTRAT D OBJECTIFS ET DE MOYENS

CONTRAT D OBJECTIFS ET DE MOYENS DEPARTEMENT DES YVELINES DIRECTION GENERALE DES SERVICES DU DEPARTMENT DIRECTION DE L ENFANCE, DE L ADOLESCENCE DE LA FAMILLE ET DE LA SANTE CONTRAT D OBJECTIFS ET DE MOYENS Entre, d une part, Le département

Plus en détail

Collaboration infirmières / diététiciennes dans la prise en charge du patient coronarien. Caroline Bravin Laetitia Gnaly Julie Lesaffre

Collaboration infirmières / diététiciennes dans la prise en charge du patient coronarien. Caroline Bravin Laetitia Gnaly Julie Lesaffre Collaboration infirmières / diététiciennes dans la prise en charge du patient coronarien Caroline Bravin Laetitia Gnaly Julie Lesaffre Nous n avons aucun conflit d intérêt avec l industrie pharmaceutique

Plus en détail

Formations courtes. Avec la collaboration du Professeur Alain Deccache. Programme 2015. Centre d Education Du Patient a.s.b.l.

Formations courtes. Avec la collaboration du Professeur Alain Deccache. Programme 2015. Centre d Education Du Patient a.s.b.l. Formations courtes à l éducation du patient et à l accompagnement des patients chroniques 35 ans d expertise en éducation thérapeutique du patient Hôpitaux, soins de ville, associations de patients, réseaux,

Plus en détail

Infirmière spécialiste clinique aux HUG : quelle vision en 2020?

Infirmière spécialiste clinique aux HUG : quelle vision en 2020? Infirmière spécialiste clinique aux HUG : quelle vision en 2020? Introduction ISC en 2020 : quel rôle? Quel objectif? Ce document présente la vision de la fonction d ISC aux HUG pour 2020. Il a été conçu

Plus en détail

PSYCHOLOGY. www.unidistance.ch. Bachelor of Science (B Sc) in

PSYCHOLOGY. www.unidistance.ch. Bachelor of Science (B Sc) in Bachelor of Science (B Sc) in PSYCHOLOGY Formation universitaire compatible avec un emploi, une famille, une carrière sportive, une mobilité réduite www.unidistance.ch L université chez soi! ÉTUDIER À

Plus en détail

Programme régional d ETP pour les chimiothérapies per os : FACE (Formation Action Cancer Education) Dr Nathalie FABIE, RRC ONCOLOR

Programme régional d ETP pour les chimiothérapies per os : FACE (Formation Action Cancer Education) Dr Nathalie FABIE, RRC ONCOLOR Programme régional d ETP pour les chimiothérapies per os : FACE (Formation Action Cancer Education) Dr Nathalie FABIE, RRC ONCOLOR L appel à projet INCa (juin 2014) Promouvoir l éducation thérapeutique

Plus en détail

Pour qui? 30 établissements de santé accompagnés par l ANAP et les ARS. Activités réalisées jusqu à fin 2010

Pour qui? 30 établissements de santé accompagnés par l ANAP et les ARS. Activités réalisées jusqu à fin 2010 2010 11 projets de l ANAP Dans le cadre de son programme de travail 2010, l ANAP a lancé onze projets. Cette brochure présente un point d étape sur ces projets à fin 2010. METTRE EN ŒUVRE DES PROJETS PERFORMANCE

Plus en détail

L éducation thérapeutique du patient définition, formation

L éducation thérapeutique du patient définition, formation L éducation thérapeutique du patient définition, formation Nos missions en Languedoc Roussillon 1/3 Formation initiale et continue Soutien méthodologique Recherche et action Accompagnement des politiques

Plus en détail

Jeudi 4 et vendredi 5 juillet 2013 Paris Bercy Centre Pierre Mendès France

Jeudi 4 et vendredi 5 juillet 2013 Paris Bercy Centre Pierre Mendès France Jeudi 4 et vendredi 5 juillet 2013 Paris Bercy Centre Pierre Mendès France Directeur par intérim du GCS e-santé Picardie stephane.routier@esante-picardie.com 13 ETP 1M Groupement Coopération Sanitaire

Plus en détail

Promotion de la Santé Education pour la Santé au GD Luxembourg. Ministère de la Santé / Direction de la Santé Dr Yolande Wagener

Promotion de la Santé Education pour la Santé au GD Luxembourg. Ministère de la Santé / Direction de la Santé Dr Yolande Wagener Promotion de la Santé Education pour la Santé au GD Luxembourg Ministère de la Santé / Direction de la Santé Dr Yolande Wagener 2586 km 2 % des nationalités Luxembourgeois 61,9 % Étrangers 38,1 % Portugais

Plus en détail

LA GESTION INTEGREE DES RISQUES NATURELS SITE DE LA HAUTE MAURIENNE

LA GESTION INTEGREE DES RISQUES NATURELS SITE DE LA HAUTE MAURIENNE LA GESTION INTEGREE DES RISQUES NATURELS SITE DE LA HAUTE MAURIENNE C O N S E I L C O M M U N A U T A I R E D U 0 8 / 1 1 / 2 0 1 2 Le Programme Sites Pilotes des Gestion Intégrée des Risques Naturels

Plus en détail

Dispositif d activités physiques et sportives en direction des âgés

Dispositif d activités physiques et sportives en direction des âgés Dispositif d activités physiques et sportives en direction des âgés RAPPORT du GROUPE DE TRAVAIL INTERMINISTÉRIEL DÉCEMBRE 2013 1 Introduction I -Le contexte II -Le Groupe de travail III -Compte rendu

Plus en détail

N.E.A. 2 NAUTISME ESPACE ATLANTIQUE 2 LE PLAN D ACTION

N.E.A. 2 NAUTISME ESPACE ATLANTIQUE 2 LE PLAN D ACTION N.E.A. 2 NAUTISME ESPACE ATLANTIQUE 2 LE PLAN D ACTION 1 1 La coordination NEA2 Coordination «Economie» Coordination «Environnement» Coordination «Social» Chef de file Coordination technique transnationale

Plus en détail

Une initiative de la Direction Générale de la Santé. mise en œuvre Société Française de Gériatrie et Gérontologie. en collaboration avec

Une initiative de la Direction Générale de la Santé. mise en œuvre Société Française de Gériatrie et Gérontologie. en collaboration avec Une initiative de la Direction Générale de la Santé mise en œuvre Société Française de Gériatrie et Gérontologie en collaboration avec Améliorer la qualité des pratiques professionnelles MOBIQUAL : MOBILISATION

Plus en détail

Collège des Professionnels de. Dr Eliane ABRAHAM Vice Présidente du CGL 04 juin 2013 Villers-Lès-Nancy

Collège des Professionnels de. Dr Eliane ABRAHAM Vice Présidente du CGL 04 juin 2013 Villers-Lès-Nancy Collège des Professionnels de Gériatrie en Lorraine PRESENTATION Dr Eliane ABRAHAM Vice Présidente du CGL 04 juin 2013 Villers-Lès-Nancy Historique Le Collège des Gériatres Lorrains créé le 03/12/2004...

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT SOIGNANT DES PERSONNES ATTEINTES D UN CANCER ET EDUCATION THERAPEUTIQUE. Forum d échange et de partage d expérience en cancérologie

ACCOMPAGNEMENT SOIGNANT DES PERSONNES ATTEINTES D UN CANCER ET EDUCATION THERAPEUTIQUE. Forum d échange et de partage d expérience en cancérologie ACCOMPAGNEMENT SOIGNANT DES PERSONNES ATTEINTES D UN CANCER ET EDUCATION THERAPEUTIQUE Forum d échange et de partage d expérience en cancérologie Mylène Fillion Responsable de l'hôpital de jour des Peupliers

Plus en détail

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Les soins palliatifs Contacts presse : Secrétariat d Etat chargée des Aînés Service

Plus en détail

«Panorama transfrontalier de l économie sociale et solidaire»

«Panorama transfrontalier de l économie sociale et solidaire» Une implantation forte de l Economie Sociale et Solidaire de part et d autre de la frontière. Forte de plus de 13 000 établissements et de plus de 200 000 emplois sur le territoire transfrontalier, l économie

Plus en détail

Objectif 13 : Se donner les moyens d une recherche innovante

Objectif 13 : Se donner les moyens d une recherche innovante Objectif 13 : Se donner les moyens d une recherche innovante Le Plan s inscrit dans le défi santé/bien-être de l Agenda stratégique pour la recherche, le transfert et l innovation (France Europe 2020).

Plus en détail

CONTEXTE ET POSITIONNEMENT

CONTEXTE ET POSITIONNEMENT CONTEXTE ET POSITIONNEMENT Dans un contexte d accroissement des dépenses de santé, de menace d un accès égalitaire aux soins et d une explosion des maladies chroniques L information et les campagnes de

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail

Projet de prise en charge globale du VIH et de la tuberculose dans les prisons en Côte d Ivoire

Projet de prise en charge globale du VIH et de la tuberculose dans les prisons en Côte d Ivoire Projet de prise en charge globale du VIH et de la tuberculose dans les prisons en Côte d Ivoire Nathalie Cartier, Program manager 27/10/2015 1 Présentation d Expertise France Opérateur publiquede référence

Plus en détail

LE DIABETE DANS LES DEPARTEMENTS D OUTRE MER CARACTERISTIQUES

LE DIABETE DANS LES DEPARTEMENTS D OUTRE MER CARACTERISTIQUES LE DIABETE DANS LES DEPARTEMENTS D OUTRE MER CARACTERISTIQUES PREVENTION SOMMAIRE EPIDEMIOLOGIE La prévalence du diabète traité est estimée en 2009 à 4,4 % de la population résidant en France soit 3 millions

Plus en détail

Offre de formations 2015-2016. L approche tridimensionnelle de l alimentation (biologique, psycho-sensorielle et socioenvironnementale)

Offre de formations 2015-2016. L approche tridimensionnelle de l alimentation (biologique, psycho-sensorielle et socioenvironnementale) Offre de formations 2015-2016 Une offre originale par : L expertise nutritionnelle des formateurs L approche tridimensionnelle de l alimentation (biologique, psycho-sensorielle et socioenvironnementale)

Plus en détail

PARCOURS DE SANTÉ DES PATIENTS :

PARCOURS DE SANTÉ DES PATIENTS : PARCOURS DE SANTÉ DES PATIENTS : QUELS NOUVEAUX DÉFIS, QUELLES NOUVELLES OPPORTUNITÉS POUR LES ACTEURS DE SANTÉ? :: CERTIFICAT 7 modules de mars à décembre 2015 :: Public visé Professionnel médical et

Plus en détail

IDE Unité de Psychiatrie Générale

IDE Unité de Psychiatrie Générale IDE Unité de Psychiatrie Générale CONTEXTE : Centre Hospitalier de Dax Côte d Argent Directeur d établissement : Mr CAZENAVE Direction fonctionnelle : Mme FRECON Site : Yves du MANOIR Pôle d activité :

Plus en détail

présenté par Stéphane Besançon (Directeur programmes ONG Santé Diabète Mali)

présenté par Stéphane Besançon (Directeur programmes ONG Santé Diabète Mali) Diabète Au Mali présenté par Stéphane Besançon (Directeur programmes ONG Santé Diabète Mali) La situation du diabète au Mali - épidémiologie Le diabète est déjà un problème de santé publique au Mali Prévalence

Plus en détail

CONNAISSEZ-VOUS LES APPELS DE LA D.G. SANCO?

CONNAISSEZ-VOUS LES APPELS DE LA D.G. SANCO? CONNAISSEZ-VOUS LES APPELS DE LA D.G. SANCO? La Direction Générale de la santé et des consommateurs (DG SANCO) assiste la Commission européenne (CE) dans la mise en œuvre de politiques communautaires afin

Plus en détail

LA SOLUTION e-santé INNOVANTE POUR LA SPONDYLARTHRITE

LA SOLUTION e-santé INNOVANTE POUR LA SPONDYLARTHRITE LA SOLUTION e-santé INNOVANTE POUR LA SPONDYLARTHRITE CONNECTER ET IMPLIQUER Soignants - Patients - Chercheurs En partenariat avec Powered by Le Projet L université de Versailles Saint-Quentin-en- Yvelines,

Plus en détail

Le projet européen B-NEW (RÉSEAU DE FEMMES ENTREPRENEURES - BUSINESS NETWORK FOR ENTERPRISING WOMEN)

Le projet européen B-NEW (RÉSEAU DE FEMMES ENTREPRENEURES - BUSINESS NETWORK FOR ENTERPRISING WOMEN) Dossier de presse Le projet européen B-NEW (RÉSEAU DE FEMMES ENTREPRENEURES - BUSINESS NETWORK FOR ENTERPRISING WOMEN) Mardi 3 avril 2012 à 10 h 00 - Maison du Département - Quimper WSX WSX Enterprise

Plus en détail

mardi 13 novembre 2007 Hôtel AC ARLUX ARLON Ouverture des frontières : vers un surendettement libéré ou contrôlé?

mardi 13 novembre 2007 Hôtel AC ARLUX ARLON Ouverture des frontières : vers un surendettement libéré ou contrôlé? mardi 13 novembre 2007 Hôtel AC ARLUX ARLON Ouverture des frontières : vers un surendettement libéré ou contrôlé? colloque européen sous la présidence de Pierre DEJEMEPPE colloque L ouverture des frontières

Plus en détail

Projet d éducation thérapeutique

Projet d éducation thérapeutique Diplôme de formation continue Education Thérapeutique Projet d éducation thérapeutique La prévention des lésions du pied diabétique Dr Samir AOUICHE Mme Fatma zohra DIAF Service Diabétologie CHU MUSTAPHA.

Plus en détail

PLAN DE VISIBILITÉ 2012-2013 T. 418.266.3186 C. 418.930.7337. Centre Cyber-aide 125 Boulevard Charest Est, bureau 201 Québec (Québec) G1L 2Z8

PLAN DE VISIBILITÉ 2012-2013 T. 418.266.3186 C. 418.930.7337. Centre Cyber-aide 125 Boulevard Charest Est, bureau 201 Québec (Québec) G1L 2Z8 PLAN DE VISIBILITÉ 2012-2013 Centre Cyber-aide 125 Boulevard Charest Est, bureau 201 Québec (Québec) G1L 2Z8 T. 418.266.3186 C. 418.930.7337 www.centrecyber-aide.com LE CENTRE CYBER-AIDE Le CENTRE CYBER-AIDE

Plus en détail

Plan Addictions, Organisation des soins et dispositif spécialisé

Plan Addictions, Organisation des soins et dispositif spécialisé Vers un plan National Alcool - Luxembourg - 2012 Plan Addictions, Organisation des soins et dispositif spécialisé Professeur Michel Reynaud Chef du Département de Psychiatrie et d Addictologie de l Hôpital

Plus en détail

Comment faciliter l accès aux soins des personnes avec autisme?

Comment faciliter l accès aux soins des personnes avec autisme? Comment faciliter l accès aux soins des personnes avec autisme? Saïd Acef, Directeur du réseau de santé AURA 77 Chargé de mission, MNASM Journée régionale CRAIF / AURA 77 Autisme et Soins somatiques [Paris

Plus en détail

2013-2014. psychologie. UFR des Sciences de l Homme

2013-2014. psychologie. UFR des Sciences de l Homme 2013-2014 DU LYCÉE À L UNIVERSITÉ psychologie UFR des Sciences de l Homme OBJECTIFS de la formation Vous êtes intéressé par les études de psychologie? A l Université Bordeaux Segalen, cette formation s

Plus en détail

Grille d évaluation du Programme de Soutien aux Techniques Innovantes et Coûteuses ou Non (PSTIC) 2012

Grille d évaluation du Programme de Soutien aux Techniques Innovantes et Coûteuses ou Non (PSTIC) 2012 Grille d évaluation du Programme de Soutien aux Techniques Innovantes et Coûteuses ou Non (PSTIC) 2012 Pour information : l ensemble des champs est à renseigner obligatoirement. Si pour un champ donné,

Plus en détail

ANNEXE 1 : Recommandations pour le projet de santé de centre de santé

ANNEXE 1 : Recommandations pour le projet de santé de centre de santé ANNEXE 1 : Recommandations pour le projet de santé de centre de santé L article L 6323-1 du CSP impose aux centres de santé de se doter d un projet de santé incluant des dispositions tendant à favoriser

Plus en détail

Programme national du cancer 2011-2015 Guider- promouvoir - développer

Programme national du cancer 2011-2015 Guider- promouvoir - développer 13. Schweizer Onkologiepflege Kongress 13ème congrès suisse des soins en oncologie Die Zukunft Onkologiepflege L avenir des der soins Programme national du cancer 2011-2015 Guider- promouvoir - développer

Plus en détail

Commission spéciale de prévention

Commission spéciale de prévention Commission spéciale de prévention La prévention des risques professionnels peut-elle être proposée d une certaine façon comme un modèle pour la prévention en santé publique? France La prévention des risques

Plus en détail

LE GOUVERNEMENT DU GRAND-DUCHÉ DE LUXEMBOURG DIRECTION DE LA SANTÉ LES SERVICES AUDIOPHONOLOGIQUES AUDITION ET LANGAGE DÉPISTAGE & PRISE EN CHARGE

LE GOUVERNEMENT DU GRAND-DUCHÉ DE LUXEMBOURG DIRECTION DE LA SANTÉ LES SERVICES AUDIOPHONOLOGIQUES AUDITION ET LANGAGE DÉPISTAGE & PRISE EN CHARGE LE GOUVERNEMENT DU GRAND-DUCHÉ DE LUXEMBOURG DIRECTION DE LA SANTÉ LES SERVICES AUDIOPHONOLOGIQUES AUDITION ET LANGAGE DÉPISTAGE & PRISE EN CHARGE Les Ser vi s e u q i g o l o n o ces Au dioph Qui sommes-nous?

Plus en détail

La mission du Groupe ESC Clermont

La mission du Groupe ESC Clermont Notre engagement : «Former des managers conscients et responsables» La mission du Groupe ESC Clermont Les étapes clés de l engagement du Groupe ESC Clermont - Depuis juin 2005, l établissement intègre

Plus en détail

PLEXUS OCEAN INDIEN, LAUREAT DU PROGRAMME NATIONAL «TERRITOIRE DE SOINS NUMERIQUES» À SAVOIR! > 02

PLEXUS OCEAN INDIEN, LAUREAT DU PROGRAMME NATIONAL «TERRITOIRE DE SOINS NUMERIQUES» À SAVOIR! > 02 FINANCÉ PAR : PLEXUS OCEAN INDIEN, LAUREAT DU PROGRAMME NATIONAL «TERRITOIRE DE SOINS NUMERIQUES» En décembre 2013, le Commissariat général aux Investissements d Avenir a lancé un appel à projet «Territoire

Plus en détail

Première journée scientifique des boursiers et chercheurs cliniciens Unité SOUTIEN SRAP-QUÉBEC 15 juin 2015

Première journée scientifique des boursiers et chercheurs cliniciens Unité SOUTIEN SRAP-QUÉBEC 15 juin 2015 Première journée scientifique des boursiers et chercheurs cliniciens Unité SOUTIEN SRAP-QUÉBEC 15 juin 2015 PARTENAIRES PRINCIPAUX Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) Ministère de la Santé

Plus en détail

Aide et Soins à Domicile en Province de Luxembourg. Le secret professionnel dans un service d Aide et de Soins à Domicile Place des volontaires

Aide et Soins à Domicile en Province de Luxembourg. Le secret professionnel dans un service d Aide et de Soins à Domicile Place des volontaires Le secret professionnel dans un service d Aide et de Soins à Domicile Place des volontaires Aide et Soins à Domicile, c est Un réseau de professionnels de l aide et des soins qui ont pour objectif de proposer

Plus en détail

A.Gt 09-12-2005 M.B. 09-02-2006. Modifications : A.Gt 13-06-2008 - M.B. 12-08-2008 D. 17-07-2013 M.B. 21-08-2013

A.Gt 09-12-2005 M.B. 09-02-2006. Modifications : A.Gt 13-06-2008 - M.B. 12-08-2008 D. 17-07-2013 M.B. 21-08-2013 Lois 30321 p.1 Arrêté du Gouvernement de la Communauté française fixant le programme et les conditions de validité de l'enseignement clinique pour l'obtention du grade académique de bachelier en soins

Plus en détail

PAPRICA Petite enfance

PAPRICA Petite enfance PAPRICA PETITE ENFANCE PHYSICAL ACTIVITY PROMOTION IN PRIMARY CARE PAPRICA Petite enfance Concept de formation La sédentarité du jeune enfant augmente de manière inquiétante. Or, la promotion du mouvement

Plus en détail

Curriculum vitæ. LEUNUS Colette. Nom :

Curriculum vitæ. LEUNUS Colette. Nom : Curriculum vitæ 1 Nom : LEUNUS Colette Profession : Experte senior en éducation et en formation, au BIEF Enseignante dans l Enseignement supérieur pédagogique, Institut supérieur d Enseignement libre liégeois

Plus en détail

Comment peut-il vous aider? Ludres 20 mars 2010

Comment peut-il vous aider? Ludres 20 mars 2010 Comment peut-il vous aider? Ludres 20 mars 2010 Les objectifs des réseaux de santé Mettre le patient au centre et non la maladie Améliorer la qualité des soins Optimiser les moyens humains et financiers

Plus en détail

Présentation des différents programmes de Coopération territoriale européenne. Alain COLARD Europe du Nord-Ouest, URBACT, Luxembourg

Présentation des différents programmes de Coopération territoriale européenne. Alain COLARD Europe du Nord-Ouest, URBACT, Luxembourg 1 Présentation des différents programmes de Coopération territoriale européenne Alain COLARD Europe du Nord-Ouest, URBACT, Luxembourg 2 Stratégie 2020 Politique UE de Cohésion territoriale Intégration

Plus en détail

H/F CDI à temps partiel (0.8 équivalent temps plein)- statut cadre

H/F CDI à temps partiel (0.8 équivalent temps plein)- statut cadre Appel à candidature édité le 09/06/15 COORDINATEUR de la plateforme d éducation thérapeutique des territoires de santé n 1 et n 2 du FINISTERE («ETP29») H/F CDI à temps partiel (0.8 équivalent temps plein)-

Plus en détail

Plate-forme collaborative Page 1

Plate-forme collaborative Page 1 MARS 2013 Plate-forme collaborative Page 1 Lieu de coordination associant les acteurs du champ sanitaire et social du territoire Monts et Barrages, dans le but d assurer aux personnes prises en charge

Plus en détail

Certificate of. Advanced Studies. S o i n s palliatifs

Certificate of. Advanced Studies. S o i n s palliatifs Certificate of Advanced Studies HES-SO en S o i n s palliatifs Le certificat d études avancées (CAS) en soins palliatifs offert par la Haute école de santé Arc en partenariat avec le Centre hospitalier

Plus en détail

Formez-vous pour mieux. prévenir les risques professionnels

Formez-vous pour mieux. prévenir les risques professionnels Formez-vous pour mieux prévenir les risques professionnels . Formation initiale : 14 heures MAC : 7 heures De 4 à 10 Formateur SST certifié Habilitation de l I. : N 01190/2011/SST-1/0/13 Sauvetage Secourisme

Plus en détail

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière J1504 - Soins infirmiers spécialisés en bloc opératoire spécialisés en anesthésie J1507 - Soins infirmiers spécialisés 1 Les activités principales L infirmier doit assurer, sous l autorité des médecins,

Plus en détail

La coopération universitaire Union Européenne Maghreb dans le cadre des programmes d éducation Tempus et Erasmus Mundus

La coopération universitaire Union Européenne Maghreb dans le cadre des programmes d éducation Tempus et Erasmus Mundus La coopération universitaire Union Européenne Maghreb dans le cadre des programmes d éducation Tempus et Erasmus Mundus Séminaire inaugural AUF Bureau Maghreb, Rabat, 25 26 juin 2012 Philippe Ruffio, Agence

Plus en détail

D. I.U. Gestionnaire de cas 1 er avril 2015

D. I.U. Gestionnaire de cas 1 er avril 2015 D. I.U. Gestionnaire de cas 1 er avril 2015 Claire ASTIER Pilote MAIA Paris Est 1 En2009,MAIAinitiéedansle PlannationalAlzheimer:unemaladiequitouche toutes les dimensions de la «santé» (OMS) où les réponses

Plus en détail

REMBOURSEMENTS DES MUTUALITES DES PRESTATIONS DU DIETETICIEN

REMBOURSEMENTS DES MUTUALITES DES PRESTATIONS DU DIETETICIEN REMBOURSEMENTS DES MUTUALITES DES PRESTATIONS DU DIETETICIEN En Belgique, chaque mutuelle est libre de choisir sa "politique de remboursement". Tout dépend donc de la mutualité à laquelle vous (votre patient)

Plus en détail

EDUCATION THERAPEUTIQUE A L'AUTO SONDAGE INTERMITTENT

EDUCATION THERAPEUTIQUE A L'AUTO SONDAGE INTERMITTENT EDUCATION THERAPEUTIQUE A L'AUTO SONDAGE INTERMITTENT Fiche descriptive d un programme d éducation thérapeutique à l auto-sondage intermittent Thème du programme: l amélioration et la conservation de son

Plus en détail