P.12. Desutilitaires à - .Une. 5 nouveauxmodèlesen. Ladématérialisationvuecommeun. levierdu développement durable.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "P.12. Desutilitaires à - .Une. 5 nouveauxmodèlesen. Ladématérialisationvuecommeun. levierdu développement durable."

Transcription

1 la Actusbonsplans 11 : Actusnouveauxproduits Actusfiscal 6 sociavjuridique IL ic 5 nouveauxmodèlesen lowcost N et date de parution : 8-01/11/2009 Diffusion : 5000 Page : 3 Périodicité : Bimestriel Taille : 100 % COSTKILL_8_3_301.pdf 232 cm2 Site Web : Sommairefi N?8NOWDEC mir P4 à 6.Une nouvelles imprimantes à étiquettes encouleurs. chezepson Logic-instrument propose unportabletablettetoutterrain.lalettre recommandée électronique.un logiciel pourmieuxgérerlescoûtstélécoms. DOSSIER GOUVERNANCE DOCUMENTAIRE P.12 d «et» l c Lesnombreusesopportunités une gestiondocumentaire saine mesurée pourlimiterl impact sur environnement sachantque consommermoins estaussi dépensermoins. 21 ACHATS Desutilitaires à -!Renault via» «samarque Daciapropose partenariat avec descarrossiers. P22 : SATASlancesanouvellegammede machines à affranchir. P24 : Fourniturespourbureauécolo I : P8.Unesolutionpour lesdéchetsélectroniques.lachasse auximpayésvia le netavecsefairepayer. corn.touteslesinfossurles entreprises russesavecaltares. : : P10 et / l conjonctureselon INSEE.Réunica lanceun guichetuniquepour la. recherchedefinancements 5 milliardspour lespmedansle Grandemprunt.Feu la taxeprofessionnelle GESTION Ladématérialisationvuecommeun levierdu développement durable. : P28 UnimmeublepourmettrelesTPEen réseau. P24 : Un portail deservices. LIBREOPINION d s LaurentLevy fondateur Inop plate formeindustriellesur le marchédes prestationsintellectuellesen informatique. 1 / 1 Copyright (Cost Killing) Reproduction interdite sans autorisation Inops

2 Date: 10/12/2009 Audience : visiteurs / mois Journaliste : Anne-Gaëlle Manac h Web : Actualités / Entreprise-Management Les SSII françaises doivent revoir leur process model Dans une tribune libre du groupe Inop s Laurent Levy spécialiste depuis plus de 20 ans dans le domaine des SSII fait le point sur un marché étouffé par les grandes SSII au détriment du mid-market et des PME qui possèdent pourtant une solide expertise. Laurent Levy explique donc au cours de cette interview que «depuis 10 ans on a remarqué le fort engagement des Grands Comptes vers la massification des prestations et dans la mise en place de structures industrialisées que sont les contrats cadre et les référencements [ ] cette mutation a eue pour conséquence de fermer progressivement le marché des Grands Comptes au mid-market et aux PME qui n ont pas la possibilité de se faire référencer de par leur taille ou la tenue des engagements demandés.» Ces PME SSII se voient donc dans l obligation de se faire porter par les grandes SSII qui perçoivent alors une taxe d au minimum 10%. Elles doivent également intervenir en sous-traitance. Selon Laurent Levy ce phénomène «perdure et s accélère». Il ajoute que «l ensemble des secteurs d activités des Grands Comptes va dans le même sens à savoir établir des référencements de fournisseurs et massifier auprès de ceux-ci pour obtenir les meilleurs prix et les meilleurs engagements». Des solutions d alternative L alternative pour contourner ce dictat des SSI serait «l utilisation des places de marché entre les Grands Comptes et les sociétés [ ] le regroupement d acteurs SSII au sein de GIE [ ] et une plateforme de services industrialisée qui va prendre en compte les engagements contractuels».

3 Date: 10/12/09 Audience: visiteurs Journaliste : NC Web : Etat de lart du marché des prestations intellectuelles informatiques par Laurent Levy président dinops Publié le 10 Décembre 2009 Le marché est en profonde mutation : les grandes SSII françaises doivent remettre en question leur process / business model pour fournir des prestations de services de qualité! A lheure où les spéculations sur la reprise de lactivité des services informatiques pour 2010 fusent Laurent Levy qui a œuvré depuis plus de 20 ans dans les plus grandes SSII (Capgemini Transiciel Steria et Atos Origin) fait le point sur un marché cannibalisé par les grandes SSII au détriment du mid-market et des PME qui ont pourtant une solide expertise. 1/ Pouvez-vous vous présenter et expliquer votre parcours? Jai travaillé plus de 20 ans dans les grandes SSII en qualité de Directeur de BU notamment sur des activités à très forte valeur ajoutée liées à lexpertise technique et technologique ou au conseil en organisation. Au cours de mes différentes expériences jai rapidement pris conscience que les petites et moyennes entreprises rompues aux technologies spécifiques et à forte valeur ajoutée étaient écartées malgré elles au profit des grandes sociétés généralistes. Pendant plusieurs années jai pris le parti de mappuyer pour des actions spécifiques et ponctuelles sur ces PME spécialisées en les intégrant dans les projets de mes clients Grands Comptes ou en sous-traitance avec délégation dexperts. Or force est de constater que ces entreprises expertes démontrent leur pertinence sur les projets des Grands Comptes et sont tout à fait légitime techniquement dans ces contextes projet. 2/ Quelle est votre vision de létat actuel du marché des services informatiques? Il y a environ 18 ans lorsque jintervenais pour une grande SSII il se disait que le marché français de la prestation intellectuelle informatique allait complètement se transformer dans les 4 à 5 ans à venir. Les petites et moyennes SSII étant vouées à être absorbées par les grandes SSII et donc à disparaitre. Finalement cela a mis un peu plus de temps mais le constat est le même. Depuis 10 ans on a remarqué le fort engagement des Grands Comptes vers la massification des prestations et dans la mise en place de structures industrialisées que sont les contrats cadre et les référencements ceci permettant de travailler sur la masse de prestations et le chiffre daffaires plutôt que sur la qualité. Ce schéma qui permet encore aujourdhui de réduire les coûts dachats na pas uniquement été initié par les grands donneurs dordre mais relevait autant de la volonté des grandes SSII daugmenter leur volume de prestations et donc de dynamiser leur croissance. De fait les Grands Comptes se retrouvent plus à acheter des «produits» de masse que des compétences. Cette mutation a eue pour conséquence de fermer progressivement le marché des Grands Comptes au mid-market et aux PME qui nont pas la possibilité de se faire référencer de par leur taille ou la tenue des engagements demandés. Ces sociétés se sont donc retrouvées obligées dintervenir au coût donné par les grandes SSII généralistes en sous-traitance ou en

4 portage. Les collaborateurs qui interviennent dans ces conditions se retrouvent déconnectés de leur structure initiale en termes de suivi opérationnel et administratif et cest lune des raisons pour lesquelles il y a des problèmes récurrents de délit de marchandage et prêt-illicite de main dœuvre dans la profession... Mais ces PME nont pas eu le choix : soit elles acceptent ces conditions qui manquent cruellement de transparence soit elles sorientent vers dautres types de marché. 3/ Quen est-il de la visibilité des sociétés de services de niche qui évoluent sur ce marché? Face au monopole des grandes SSII ces PME SSII voient leur visibilité réduite auprès des Grands Comptes. Si lintervention en gré à gré - la sollicitation par des opérationnels Grands Comptes pour intervention dexperts dans leurs projets - perdure cest uniquement dans certains secteurs dactivités sur des prestations très ponctuelles et de plus en plus rares. Aussi pour continuer dexister elles se retrouvent finalement confrontées à 3 types de possibilités : - lintervention en portage : à la demande des clients opérationnels ces sociétés se font porter par les grandes SSII référencées dans les contrats cadres. En contrepartie lentreprise qui «porte» perçoit une taxe dau minimum de 10% et qui plus généralement atteint les 15% pour effectuer ce portage administratif sans aucune autre valeur ajoutée. - lintervention en sous-traitance qui fait intervenir les équipes de la société initiale pour la société référencée. Cette dernière prélève une marge minimum de 20% et plus généralement de 30-35% au détriment de la société qui fournit les compétences. - il existe une dernière possibilité très ponctuelle consistant à sélectionner une petite SSII parmi des grands acteurs de la prestation intellectuelle informatique qui servira de challenger en termes de compétence de pertinence et de qualité. Pour intervenir sur des projets Grands Comptes les PME SSII nont pas dautre choix que de payer cette véritable taxe. La sous-traitance et le portage ne sont en somme que des leviers financiers et non pas une recherche de compétence alors que le nombre de projets nécessitant des expertises très pointues est en recrudescence. Il ne faut surtout pas oublier que la prestation intellectuelle informatique est basée sur des hautes technologies. Il y a donc une demande du marché pour ces expertises de niche mais pas nécessairement pour les sociétés qui les proposent. En effet celles-ci nont plus leur place dun point de vue contractuel dans les référencements et contrats cadres imposés par les grands donneurs dordre. 4/ Selon vous est-ce conjoncturel (effet de la crise) ou est-ce un phénomène qui perdure? Il sagit dun phénomène qui perdure et qui saccélère. Lensemble des secteurs dactivités des Grands Comptes va dans le même sens à savoir établir des référencements de fournisseurs et massifier auprès de ceux-ci pour obtenir les meilleurs prix et les meilleurs engagements. La gestion multi-fournisseurs pour les Grands Comptes est compliquée et ne va pas dans le sens dune industrialisation. On va vers une escalade de prix les plus bas ceci au détriment de la qualité et de la pertinence des compétences et des opérations chez les Grands Comptes. En revanche ce qui est conjoncturel cest larrêt voire la diminution de la sous-traitance et du portage. Quand le résultat dexploitation de la grande SSII diminue en temps de crise elle supprime tout ce qui le fait baisser pour retrouver un bon ratio chiffre daffaires / mark-up. 5/ Aujourdhui existe t-il une alternative pour contourner le dictat des grandes SSII? Aujourdhui les entreprises du mid-market et les PME SSII ont 3 alternatives pour faire face aux grandes SSII :

5 - lutilisation des places de marché entre les Grands Comptes et les sociétés pas nécessairement référencées. La place de marché permet aux grands donneurs davoir une multitude de fournisseurs auxquels ils peuvent adresser leurs consultations. Néanmoins dans ce cas de figure les grands donneurs dordre ne prennent généralement pas le temps de mieux connaître ces acteurs et surtout les places de marché ne sengagent pas vis-à-vis deux. En général les places de marché sont plutôt utilisées pour effectuer de sourcing entre SSII. - le regroupement dacteurs SSII au sein de GIE (Groupement dintérêt Economique) pour essayer daccéder aux référencements tout en montrant un peu de plus de force vis-à-vis des Grands Comptes. Dans la réalité ces GIE ne sont pas une vraie réponse aux besoins des grands donneurs dordre. Ils ont en fait besoin de sappuyer sur un système de guichet unique permettant une relation multi-fournisseurs industrialisée en termes dengagement de négociation des prix et du suivi des travaux. Les GIE se sont plutôt retrouvés dans une dynamique Régionale il y a quelques années. - une plateforme de services industrialisée qui va prendre en compte les engagements contractuels extrêmement lourds pour ces PME et être garant de la pertinence des compétences proposées et de la qualité des travaux afin doffrir la notion de guichet unique multi-fournisseurs aux Grands Comptes. Tel est le fonctionnement du modèle INOPS qui sinscrit dans le cadre de linitiative gouvernementale - le Pacte PME - ayant pour but daider les PME à accéder au marché des Grands Comptes privés ou publics. 6/ Etre garant des PME auprès des Grands Comptes cest donc la marque de fabrique INOPS? Bien sûr mais pas seulement. Contrairement aux places de marché nous nintervenons pas en «one shot». INOPS intervient sur la durée tant au niveau des Grands Comptes que des PME adhérentes. Une place de marché ne peut pas se targuer de jouer ce rôle de lien industriel dautant plus qu INOPS atteste de lexpertise des fournisseurs adhérents auprès des Grands Comptes. Nous ne sommes plus dans le mode auto-déclaratif propre aux places de marché où personne ne justifie de la qualité dexpert de la société sauf cette dernière. Grâce au modèle de plateforme industrialisée les PME récupèrent entre 10 et 20 % de leur marge tout en pouvant utiliser leur relation directe avec les Grands Comptes le contraire de la sous-traitance ceci avec une meilleure garantie de la qualité des travaux réalisés.

6 Date: 10/12/09 Audience: visiteurs Journaliste : NC Web : Etat de lart du marché des prestations intellectuelles informatiques par Laurent Levy président dinops Publié le 10 Décembre 2009 Le marché est en profonde mutation : les grandes SSII françaises doivent remettre en question leur process / business model pour fournir des prestations de services de qualité! A lheure où les spéculations sur la reprise de lactivité des services informatiques pour 2010 fusent Laurent Levy qui a œuvré depuis plus de 20 ans dans les plus grandes SSII (Capgemini Transiciel Steria et Atos Origin) fait le point sur un marché cannibalisé par les grandes SSII au détriment du mid-market et des PME qui ont pourtant une solide expertise. 1/ Pouvez-vous vous présenter et expliquer votre parcours? Jai travaillé plus de 20 ans dans les grandes SSII en qualité de Directeur de BU notamment sur des activités à très forte valeur ajoutée liées à lexpertise technique et technologique ou au conseil en organisation. Au cours de mes différentes expériences jai rapidement pris conscience que les petites et moyennes entreprises rompues aux technologies spécifiques et à forte valeur ajoutée étaient écartées malgré elles au profit des grandes sociétés généralistes. Pendant plusieurs années jai pris le parti de mappuyer pour des actions spécifiques et ponctuelles sur ces PME spécialisées en les intégrant dans les projets de mes clients Grands Comptes ou en sous-traitance avec délégation dexperts. Or force est de constater que ces entreprises expertes démontrent leur pertinence sur les projets des Grands Comptes et sont tout à fait légitime techniquement dans ces contextes projet. 2/ Quelle est votre vision de létat actuel du marché des services informatiques? Il y a environ 18 ans lorsque jintervenais pour une grande SSII il se disait que le marché français de la prestation intellectuelle informatique allait complètement se transformer dans les 4 à 5 ans à venir. Les petites et moyennes SSII étant vouées à être absorbées par les grandes SSII et donc à disparaitre. Finalement cela a mis un peu plus de temps mais le constat est le même. Depuis 10 ans on a remarqué le fort engagement des Grands Comptes vers la massification des prestations et dans la mise en place de structures industrialisées que sont les contrats cadre et les référencements ceci permettant de travailler sur la masse de prestations et le chiffre daffaires plutôt que sur la qualité. Ce schéma qui permet encore aujourdhui de réduire les coûts dachats na pas uniquement été initié par les grands donneurs dordre mais relevait autant de la volonté des grandes SSII daugmenter leur volume de prestations et donc de dynamiser leur croissance. De fait les Grands Comptes se retrouvent plus à acheter des «produits» de masse que des compétences. Cette mutation a eue pour conséquence de fermer progressivement le marché des Grands Comptes au mid-market et aux PME qui nont pas la possibilité de se faire référencer de par leur taille ou la tenue des engagements demandés. Ces sociétés se sont donc retrouvées obligées dintervenir au coût donné par les grandes SSII généralistes en sous-traitance ou en portage. Les collaborateurs qui interviennent dans ces conditions se retrouvent déconnectés de

7 leur structure initiale en termes de suivi opérationnel et administratif et cest lune des raisons pour lesquelles il y a des problèmes récurrents de délit de marchandage et prêt-illicite de main dœuvre dans la profession... Mais ces PME nont pas eu le choix : soit elles acceptent ces conditions qui manquent cruellement de transparence soit elles sorientent vers dautres types de marché. 3/ Quen est-il de la visibilité des sociétés de services de niche qui évoluent sur ce marché? Face au monopole des grandes SSII ces PME SSII voient leur visibilité réduite auprès des Grands Comptes. Si lintervention en gré à gré - la sollicitation par des opérationnels Grands Comptes pour intervention dexperts dans leurs projets - perdure cest uniquement dans certains secteurs dactivités sur des prestations très ponctuelles et de plus en plus rares. Aussi pour continuer dexister elles se retrouvent finalement confrontées à 3 types de possibilités : - lintervention en portage : à la demande des clients opérationnels ces sociétés se font porter par les grandes SSII référencées dans les contrats cadres. En contrepartie lentreprise qui «porte» perçoit une taxe dau minimum de 10% et qui plus généralement atteint les 15% pour effectuer ce portage administratif sans aucune autre valeur ajoutée. - lintervention en sous-traitance qui fait intervenir les équipes de la société initiale pour la société référencée. Cette dernière prélève une marge minimum de 20% et plus généralement de 30-35% au détriment de la société qui fournit les compétences. - il existe une dernière possibilité très ponctuelle consistant à sélectionner une petite SSII parmi des grands acteurs de la prestation intellectuelle informatique qui servira de challenger en termes de compétence de pertinence et de qualité. Pour intervenir sur des projets Grands Comptes les PME SSII nont pas dautre choix que de payer cette véritable taxe. La sous-traitance et le portage ne sont en somme que des leviers financiers et non pas une recherche de compétence alors que le nombre de projets nécessitant des expertises très pointues est en recrudescence. Il ne faut surtout pas oublier que la prestation intellectuelle informatique est basée sur des hautes technologies. Il y a donc une demande du marché pour ces expertises de niche mais pas nécessairement pour les sociétés qui les proposent. En effet celles-ci nont plus leur place dun point de vue contractuel dans les référencements et contrats cadres imposés par les grands donneurs dordre. 4/ Selon vous est-ce conjoncturel (effet de la crise) ou est-ce un phénomène qui perdure? Il sagit dun phénomène qui perdure et qui saccélère. Lensemble des secteurs dactivités des Grands Comptes va dans le même sens à savoir établir des référencements de fournisseurs et massifier auprès de ceux-ci pour obtenir les meilleurs prix et les meilleurs engagements. La gestion multi-fournisseurs pour les Grands Comptes est compliquée et ne va pas dans le sens dune industrialisation. On va vers une escalade de prix les plus bas ceci au détriment de la qualité et de la pertinence des compétences et des opérations chez les Grands Comptes. En revanche ce qui est conjoncturel cest larrêt voire la diminution de la sous-traitance et du portage. Quand le résultat dexploitation de la grande SSII diminue en temps de crise elle supprime tout ce qui le fait baisser pour retrouver un bon ratio chiffre daffaires / mark-up. 5/ Aujourdhui existe t-il une alternative pour contourner le dictat des grandes SSII? Aujourdhui les entreprises du mid-market et les PME SSII ont 3 alternatives pour faire face aux grandes SSII :

8 - lutilisation des places de marché entre les Grands Comptes et les sociétés pas nécessairement référencées. La place de marché permet aux grands donneurs davoir une multitude de fournisseurs auxquels ils peuvent adresser leurs consultations. Néanmoins dans ce cas de figure les grands donneurs dordre ne prennent généralement pas le temps de mieux connaître ces acteurs et surtout les places de marché ne sengagent pas vis-à-vis deux. En général les places de marché sont plutôt utilisées pour effectuer de sourcing entre SSII. - le regroupement dacteurs SSII au sein de GIE (Groupement dintérêt Economique) pour essayer daccéder aux référencements tout en montrant un peu de plus de force vis-à-vis des Grands Comptes. Dans la réalité ces GIE ne sont pas une vraie réponse aux besoins des grands donneurs dordre. Ils ont en fait besoin de sappuyer sur un système de guichet unique permettant une relation multi-fournisseurs industrialisée en termes dengagement de négociation des prix et du suivi des travaux. Les GIE se sont plutôt retrouvés dans une dynamique Régionale il y a quelques années. - une plateforme de services industrialisée qui va prendre en compte les engagements contractuels extrêmement lourds pour ces PME et être garant de la pertinence des compétences proposées et de la qualité des travaux afin doffrir la notion de guichet unique multi-fournisseurs aux Grands Comptes. Tel est le fonctionnement du modèle INOPS qui sinscrit dans le cadre de linitiative gouvernementale - le Pacte PME - ayant pour but daider les PME à accéder au marché des Grands Comptes privés ou publics. 6/ Etre garant des PME auprès des Grands Comptes cest donc la marque de fabrique INOPS? Bien sûr mais pas seulement. Contrairement aux places de marché nous nintervenons pas en «one shot». INOPS intervient sur la durée tant au niveau des Grands Comptes que des PME adhérentes. Une place de marché ne peut pas se targuer de jouer ce rôle de lien industriel dautant plus qu INOPS atteste de lexpertise des fournisseurs adhérents auprès des Grands Comptes. Nous ne sommes plus dans le mode auto-déclaratif propre aux places de marché où personne ne justifie de la qualité dexpert de la société sauf cette dernière. Grâce au modèle de plateforme industrialisée les PME récupèrent entre 10 et 20 % de leur marge tout en pouvant utiliser leur relation directe avec les Grands Comptes le contraire de la sous-traitance ceci avec une meilleure garantie de la qualité des travaux réalisés.

9 Date: 10/12/09 Audience: visiteurs Journaliste : NC Web : Etat de lart du marché des prestations intellectuelles informatiques par Laurent Levy président dinops Publié le 10 Décembre 2009 Le marché est en profonde mutation : les grandes SSII françaises doivent remettre en question leur process / business model pour fournir des prestations de services de qualité! A lheure où les spéculations sur la reprise de lactivité des services informatiques pour 2010 fusent Laurent Levy qui a œuvré depuis plus de 20 ans dans les plus grandes SSII (Capgemini Transiciel Steria et Atos Origin) fait le point sur un marché cannibalisé par les grandes SSII au détriment du mid-market et des PME qui ont pourtant une solide expertise. 1/ Pouvez-vous vous présenter et expliquer votre parcours? Jai travaillé plus de 20 ans dans les grandes SSII en qualité de Directeur de BU notamment sur des activités à très forte valeur ajoutée liées à lexpertise technique et technologique ou au conseil en organisation. Au cours de mes différentes expériences jai rapidement pris conscience que les petites et moyennes entreprises rompues aux technologies spécifiques et à forte valeur ajoutée étaient écartées malgré elles au profit des grandes sociétés généralistes. Pendant plusieurs années jai pris le parti de mappuyer pour des actions spécifiques et ponctuelles sur ces PME spécialisées en les intégrant dans les projets de mes clients Grands Comptes ou en sous-traitance avec délégation dexperts. Or force est de constater que ces entreprises expertes démontrent leur pertinence sur les projets des Grands Comptes et sont tout à fait légitime techniquement dans ces contextes projet. 2/ Quelle est votre vision de létat actuel du marché des services informatiques? Il y a environ 18 ans lorsque jintervenais pour une grande SSII il se disait que le marché français de la prestation intellectuelle informatique allait complètement se transformer dans les 4 à 5 ans à venir. Les petites et moyennes SSII étant vouées à être absorbées par les grandes SSII et donc à disparaitre. Finalement cela a mis un peu plus de temps mais le constat est le même. Depuis 10 ans on a remarqué le fort engagement des Grands Comptes vers la massification des prestations et dans la mise en place de structures industrialisées que sont les contrats cadre et les référencements ceci permettant de travailler sur la masse de prestations et le chiffre daffaires plutôt que sur la qualité. Ce schéma qui permet encore aujourdhui de réduire les coûts dachats na pas uniquement été initié par les grands donneurs dordre mais relevait autant de la volonté des grandes SSII daugmenter leur volume de prestations et donc de dynamiser leur croissance. De fait les Grands Comptes se retrouvent plus à acheter des «produits» de masse que des compétences. Cette mutation a eue pour conséquence de fermer progressivement le marché des Grands Comptes au mid-market et aux PME qui nont pas la possibilité de se faire référencer de par leur taille ou la tenue des engagements demandés. Ces sociétés se sont donc retrouvées obligées dintervenir au coût donné par les grandes SSII généralistes en sous-traitance ou en

10 portage. Les collaborateurs qui interviennent dans ces conditions se retrouvent déconnectés de leur structure initiale en termes de suivi opérationnel et administratif et cest lune des raisons pour lesquelles il y a des problèmes récurrents de délit de marchandage et prêt-illicite de main dœuvre dans la profession... Mais ces PME nont pas eu le choix : soit elles acceptent ces conditions qui manquent cruellement de transparence soit elles sorientent vers dautres types de marché. 3/ Quen est-il de la visibilité des sociétés de services de niche qui évoluent sur ce marché? Face au monopole des grandes SSII ces PME SSII voient leur visibilité réduite auprès des Grands Comptes. Si lintervention en gré à gré - la sollicitation par des opérationnels Grands Comptes pour intervention dexperts dans leurs projets - perdure cest uniquement dans certains secteurs dactivités sur des prestations très ponctuelles et de plus en plus rares. Aussi pour continuer dexister elles se retrouvent finalement confrontées à 3 types de possibilités : - lintervention en portage : à la demande des clients opérationnels ces sociétés se font porter par les grandes SSII référencées dans les contrats cadres. En contrepartie lentreprise qui «porte» perçoit une taxe dau minimum de 10% et qui plus généralement atteint les 15% pour effectuer ce portage administratif sans aucune autre valeur ajoutée. - lintervention en sous-traitance qui fait intervenir les équipes de la société initiale pour la société référencée. Cette dernière prélève une marge minimum de 20% et plus généralement de 30-35% au détriment de la société qui fournit les compétences. - il existe une dernière possibilité très ponctuelle consistant à sélectionner une petite SSII parmi des grands acteurs de la prestation intellectuelle informatique qui servira de challenger en termes de compétence de pertinence et de qualité. Pour intervenir sur des projets Grands Comptes les PME SSII nont pas dautre choix que de payer cette véritable taxe. La sous-traitance et le portage ne sont en somme que des leviers financiers et non pas une recherche de compétence alors que le nombre de projets nécessitant des expertises très pointues est en recrudescence. Il ne faut surtout pas oublier que la prestation intellectuelle informatique est basée sur des hautes technologies. Il y a donc une demande du marché pour ces expertises de niche mais pas nécessairement pour les sociétés qui les proposent. En effet celles-ci nont plus leur place dun point de vue contractuel dans les référencements et contrats cadres imposés par les grands donneurs dordre. 4/ Selon vous est-ce conjoncturel (effet de la crise) ou est-ce un phénomène qui perdure? Il sagit dun phénomène qui perdure et qui saccélère. Lensemble des secteurs dactivités des Grands Comptes va dans le même sens à savoir établir des référencements de fournisseurs et massifier auprès de ceux-ci pour obtenir les meilleurs prix et les meilleurs engagements. La gestion multi-fournisseurs pour les Grands Comptes est compliquée et ne va pas dans le sens dune industrialisation. On va vers une escalade de prix les plus bas ceci au détriment de la qualité et de la pertinence des compétences et des opérations chez les Grands Comptes. En revanche ce qui est conjoncturel cest larrêt voire la diminution de la sous-traitance et du portage. Quand le résultat dexploitation de la grande SSII diminue en temps de crise elle supprime tout ce qui le fait baisser pour retrouver un bon ratio chiffre daffaires / mark-up. 5/ Aujourdhui existe t-il une alternative pour contourner le dictat des grandes SSII? Aujourdhui les entreprises du mid-market et les PME SSII ont 3 alternatives pour faire face aux grandes SSII :

11 - lutilisation des places de marché entre les Grands Comptes et les sociétés pas nécessairement référencées. La place de marché permet aux grands donneurs davoir une multitude de fournisseurs auxquels ils peuvent adresser leurs consultations. Néanmoins dans ce cas de figure les grands donneurs dordre ne prennent généralement pas le temps de mieux connaître ces acteurs et surtout les places de marché ne sengagent pas vis-à-vis deux. En général les places de marché sont plutôt utilisées pour effectuer de sourcing entre SSII. - le regroupement dacteurs SSII au sein de GIE (Groupement dintérêt Economique) pour essayer daccéder aux référencements tout en montrant un peu de plus de force vis-à-vis des Grands Comptes. Dans la réalité ces GIE ne sont pas une vraie réponse aux besoins des grands donneurs dordre. Ils ont en fait besoin de sappuyer sur un système de guichet unique permettant une relation multi-fournisseurs industrialisée en termes dengagement de négociation des prix et du suivi des travaux. Les GIE se sont plutôt retrouvés dans une dynamique Régionale il y a quelques années. - une plateforme de services industrialisée qui va prendre en compte les engagements contractuels extrêmement lourds pour ces PME et être garant de la pertinence des compétences proposées et de la qualité des travaux afin doffrir la notion de guichet unique multi-fournisseurs aux Grands Comptes. Tel est le fonctionnement du modèle INOPS qui sinscrit dans le cadre de linitiative gouvernementale - le Pacte PME - ayant pour but daider les PME à accéder au marché des Grands Comptes privés ou publics. 6/ Etre garant des PME auprès des Grands Comptes cest donc la marque de fabrique INOPS? Bien sûr mais pas seulement. Contrairement aux places de marché nous nintervenons pas en «one shot». INOPS intervient sur la durée tant au niveau des Grands Comptes que des PME adhérentes. Une place de marché ne peut pas se targuer de jouer ce rôle de lien industriel dautant plus qu INOPS atteste de lexpertise des fournisseurs adhérents auprès des Grands Comptes. Nous ne sommes plus dans le mode auto-déclaratif propre aux places de marché où personne ne justifie de la qualité dexpert de la société sauf cette dernière. Grâce au modèle de plateforme industrialisée les PME récupèrent entre 10 et 20 % de leur marge tout en pouvant utiliser leur relation directe avec les Grands Comptes le contraire de la sous-traitance ceci avec une meilleure garantie de la qualité des travaux réalisés.

12 Date: 23/12/09 Audience: visiteurs Journaliste : Elsa Bellanger Web : PLATEFORMES ET RESEAUX PROFESSIONNELS : LES NOUVEAUX OUTILS DE LA COLLABORATION? Rapprocher les acteurs de l innovation (pôles de compétitivité PME innovantes organismes de recherche et grands groupes) pour favoriser les échanges et encourager les collaborations est l objectif affiché par plusieurs plateformes ou réseaux professionnels lancés dernièrement. Que ce soit en réponse au besoin des entreprises de collaborer entre elles ou avec des organismes de recherche dans le cadre de projets de R&D ou pour favoriser le partage des connaissances et l échange au sein des communautés professionnelles plateformes et autres réseaux professionnels se multiplient et proposent de rapprocher les acteurs. Après l ouverture d un espace sur le site de l ANR (Agence Nationale de le Recherche) dédié à la recherche partenariale entre entreprises et chercheurs publics pour permettre aux entreprises «de proposer des projets de recherche aux laboratoires publics sous forme d appels à projets ouverts» deux sociétés Inop s et Uneek lancent leurs outils collaboratifs. Un «liant industriel» Se positionnant comme un «liant industriel» entre les grands comptes et les PME innovantes du secteur des services informatiques Inop s veut donner de la visibilité aux PME de niche du secteur des services informatiques et leur permettre de «s affranchir du monopole des grandes SSII (société de services en ingénierie informatique) pratiquant la sous-traitance ou le portage à outrance.» S appuyant sur une «plateforme de services industrialisée» Inop s propose aux PME de signer le «Pacte Adhérents» pour obtenir la labellisation Inop s et être référencées auprès des grands comptes «au même titre que les grandes SSII.» Ainsi Inop s centralise les domaines d expertise des PME de niche et les demandes de prestations des grands comptes mais aussi «négocie les grilles tarifaires définit les engagements contractuels effectue la facturation et assure le suivi opérationnel des missions et projets.» Un réseau «collaboratif professionnel Web 2.0» De son côté Uneek a développé Kosmopolead un «réseau collaboratif professionnel Web 2.0» dédié aux communautés (pôles de compétitivité clusters associations etc.) et aux décideurs. Axé sur le «partage des connaissances» «l échange au sein des communautés professionnelles» et «l ouverture entre entreprises» Kosmopolead se veut un outil de «convergence entre réseau professionnel et outils collaboratifs» qui favorise le «benchmark interne et externe.» «Je suis convaincu que le développement de l intelligence collective est un facteur clé dans l émergence de produits et de services toujours plus compétitifs» explique Arnaud Sander fondateur du concept qui souhaite «permettre cette mutualisation de

13 compétences pour le bien de tous.» Comptant déjà plus membres et six communautés (les pôles Génie Civil Ecoconstruction EMC2 Vegepolys l Association Internationale de Management Stratégique l entreprise Viseo et Audencia School of Management) la plateforme met notamment à disposition de ses clients des «supports d organisation agenda bureau virtuel et tableau de bord ainsi que des applications de gestion CRM ou gestion de projet.»

14 Date: 29/12/09 Audience: NC Journaliste : Erick Haehnsen Web : L e-business à l épreuve de la réalité Après les places de marché des années 1990 les plates-formes professionnelles cèdent la place à de rares exceptions près aux éditeurs de logiciels à la demande sur Internet et aux sites de mise en relation entre acheteurs et fournisseurs. En milliards de dollars (1 693 milliards d euros) de marchandises échangées c était le montant mirifique annoncé par le célèbre cabinet d analyse Forrester Research qui devait être généré par les places de marchés électroniques professionnelles (B2B e-marketplaces) à l horizon 2004 dans le monde. Leur promesse : mettre en relation acheteurs et fournisseurs gérer les Illustration : Thierry Cap de Coume appels d offres et les demandes de devis et publier les catalogues de produits. En 2001 presque toutes ces plates-formes ont été ensevelies au cimetière de la bulle Internet. «Le problème c est que leur coût d utilisation était trop élevé. Elles n étaient pas non plus incontournables sur leur secteur et leurs processus se révélaient mal adaptés aux utilisateurs» tranche Gérard Dahan vice-président de Bravo Solution un éditeur de logiciels pour la gestion de la relation fournisseurs. Il n empêche. Quelques acteurs ont réussi à survivre. Leur secret? Un changement radical de modèle économique. D opérateurs d e-marketplaces publiques certains sont devenus éditeurs de logiciels loués à la demande sur Internet (SaaS : Software as a Service) afin d opérer des places de marché électroniques privées. C est-à-dire réservée à l usage d un industriel. Citons ainsi Ariba et Hubwoo ce dernier étant en partie motorisé par son actionnaire de référence SAP le leader mondial du progiciel de gestion d entreprise. «Les deux tiers de nos revenus sont issus du logiciel en mode SaaS. Le reste de nos recettes provient de l activité de notre propre place de marché électronique» reconnaît Rinus Strydom en charge du marketing de Hubwoo. «60 de nos clients dont EADS ou Michelin gèrent ainsi jusqu à fournisseurs.» Cette évolution vers le logiciel en mode SaaS a été l occasion d enrichir les anciennes places de marché électroniques à vocation généralistes avec des fonctionnalités à forte valeur ajoutée : analyse de la dépense facturation dématérialisée gestion de la relation fournisseurs gestion du cycle de vie des contrats gestion des approvisionnements stratégiques gestion du contenu des catalogues de produits et gestion des réseaux de fournisseurs. Quant aux acteurs qui sont restés Pure Players c est-à-dire opérateurs de places de marché publiques ils ont considérablement amélioré le niveau des services offerts aux adhérents : trouver un meilleur fournisseur centraliser les achats sur un poste afin de réaliser de substantielles économies À cet égard certains services vont particulièrement loin : «Nous concevons et centralisons l aménagement des 60 magasins d un distributeur au lieu de le faire localement boutique après boutique» reprend Gérard Dahan pour qui le conseil pèse 50 % des recettes. Pour sa part fort d une nomenclature de produits en 26 langues Kompass attire 2 millions de visites par mois. «Nous vérifions chaque mois à la main les demandes de devis adressées aux fournisseurs. C est le prix à payer pour mettre en relation acheteurs et fournisseurs» résume Laurent Ghesquier le responsable marketing clients et partenariats. De leur côté les places de marché d Inop s et de PactePME aident les PME innovantes à accéder enfin aux très fermés processus d achat des grands comptes. La première propose aux petites SSII (sociétés

15 de services en ingénierie informatique) de se regrouper afin d atteindre la taille critique nécessaire pour soumissionner aux appels d offres de services informatiques des grands comptes. Quant à la seconde elle couvre tous les secteurs d activité liés à l innovation pour rapprocher les petites entreprises des grands donneurs d ordres. Reste à animer les communautés. Sur le marché hautement fragmenté de la sous-traitance industrielle à l échelle mondiale MFG.com y excelle depuis 10 ans auprès de ses membres dans 50 pays. «Nous les fidélisons grâce à l expertise industrielle de nos consultants» précise Mitch Free PDG et fondateur de MFG.com. Morale de l histoire : «Le concept de place de marché reste pertinent» assène Yves Weisselberger PDG de KDS qui opère en mode SaaS sur le créneau des voyages d affaires en réunissant les compagnies aériennes même les low costs et ferroviaires les loueurs de voitures et les groupes hôteliers sans prendre de commission sur les transactions. «Avec 90 à 95 % des fournisseurs en ligne notre système est assez exhaustif. Grâce à nos outils collaboratifs les entreprises réalisent en moyenne 10 % d économie. Mais elles peuvent surtout définir et contrôler une politique de voyage pour maîtriser leurs coûts.» Érick Haehnsen

16 Date: 06/01/10 Audience: NC Journaliste : Caroline Chanlon Web : La place des PME sur le marché des prestations intellectuelles informatiques Laurent LEVY INOP S est une plateforme de services qui transforme le marché des prestations intellectuelles informatiques au profit des PME innovantes A l heure où les spéculations sur la reprise de l activité des services informatiques pour 2010 fusent Laurent Levy qui a oeuvré depuis plus de 20 ans dans les plus grandes SSII (Capgemini Transiciel Steria et Atos Origin) fait le point sur un marché cannibalisé par les grandes SSII au détriment du mid-market et des PME qui ont pourtant une solide expertise. 1/ Pouvez-vous vous présenter et expliquer votre parcours? J ai travaillé plus de 20 ans dans les grandes SSII en qualité de Directeur de BU notamment sur des activités à très forte valeur ajoutée liées à l expertise technique et technologique ou au conseil en organisation. Au cours de mes différentes expériences j ai rapidement pris conscience que les petites et moyennes entreprises rompues aux technologies spécifiques et à forte valeur ajoutée étaient écartées malgré elles au profit des grandes sociétés généralistes. Pendant plusieurs années j ai pris le parti de m appuyer pour des actions spécifiques et ponctuelles sur ces PME spécialisées en les intégrant dans les projets de mes clients Grands Comptes ou en sous-traitance avec délégation d experts. Or force est de constater que ces entreprises expertes démontrent leur pertinence sur les projets des Grands Comptes et sont tout à fait légitime techniquement dans ces contextes projet. 2/ Quelle est votre vision de létat actuel du marché des services informatiques? Il y a environ 18 ans lorsque j intervenais pour une grande SSII il se disait que le marché français de la prestation intellectuelle informatique allait complètement se transformer dans les 4 à 5 ans à venir. Les petites et moyennes SSII étant vouées à être absorbées par les grandes SSII et donc à disparaitre. Finalement cela a mis un peu plus de temps mais le constat est le même. Depuis 10 ans on a remarqué le fort engagement des Grands Comptes vers la massification des prestations et dans la mise en place de structures industrialisées que sont les contrats cadre et les référencements ceci permettant de travailler sur la masse de prestations et le chiffre d affaires plutôt que sur la qualité. Ce schéma qui permet encore aujourd hui de réduire les coûts d achats n a pas uniquement été initié par les grands donneurs d ordre mais relevait autant de la volonté des grandes SSII d augmenter leur volume de prestations et donc de dynamiser leur croissance. De fait les Grands Comptes se retrouvent plus à acheter des «produits» de masse que des compétences.

17 Cette mutation a eue pour conséquence de fermer progressivement le marché des Grands Comptes au mid-market et aux PME qui n ont pas la possibilité de se faire référencer de par leur taille ou la tenue des engagements demandés. Ces sociétés se sont donc retrouvées obligées d intervenir au coût donné par les grandes SSII généralistes en sous-traitance ou en portage. Les collaborateurs qui interviennent dans ces conditions se retrouvent déconnectés de leur structure initiale en termes de suivi opérationnel et administratif et c est l une des raisons pour lesquelles il y a des problèmes récurrents de délit de marchandage et prêt-illicite de main d oeuvre dans la profession Mais ces PME n ont pas eu le choix : soit elles acceptent ces conditions qui manquent cruellement de transparence soit elles s orientent vers d autres types de marché. 3/ Quen est-il de la visibilité des sociétés de services de niche qui évoluent sur ce marché? Face au monopole des grandes SSII ces PME SSII voient leur visibilité réduite auprès des Grands Comptes. Si l intervention en gré à gré la sollicitation par des opérationnels Grands Comptes pour intervention d experts dans leurs projets perdure c est uniquement dans certains secteurs d activités sur des prestations très ponctuelles et de plus en plus rares. Aussi pour continuer d exister elles se retrouvent finalement confrontées à 3 types de possibilités : - l intervention en portage : à la demande des clients opérationnels ces sociétés se font porter par les grandes SSII référencées dans les contrats cadres. En contrepartie l entreprise qui «porte» perçoit une taxe d au minimum de 10% et qui plus généralement atteint les 15% pour effectuer ce portage administratif sans aucune autre valeur ajoutée. - l intervention en sous-traitance qui fait intervenir les équipes de la société initiale pour la société référencée. Cette dernière prélève une marge minimum de 20% et plus généralement de 30-35% au détriment de la société qui fournit les compétences. - il existe une dernière possibilité très ponctuelle consistant à sélectionner une petite SSII parmi des grands acteurs de la prestation intellectuelle informatique qui servira de challenger en termes de compétence de pertinence et de qualité. Pour intervenir sur des projets Grands Comptes les PME SSII n ont pas d autre choix que de payer cette véritable taxe. La sous-traitance et le portage ne sont en somme que des leviers financiers et non pas une recherche de compétence alors que le nombre de projets nécessitant des expertises très pointues est en recrudescence. Il ne faut surtout pas oublier que la prestation intellectuelle informatique est basée sur des hautes technologies. Il y a donc une demande du marché pour ces expertises de niche mais pas nécessairement pour les sociétés qui les proposent. En effet celles-ci n ont plus leur place d un point de vue contractuel dans les référencements et contrats cadres imposés par les grands donneurs d ordre. 4/ Selon vous est-ce conjoncturel (effet de la crise) ou est-ce un phénomène qui perdure? Il s agit d un phénomène qui perdure et qui s accélère. L ensemble des secteurs d activités des Grands Comptes va dans le même sens à savoir établir des référencements de fournisseurs et massifier auprès de ceux-ci pour obtenir les meilleurs prix et les meilleurs engagements. La gestion multi-fournisseurs pour les Grands Comptes est compliquée et ne va pas dans le sens d une industrialisation.

18 On va vers une escalade de prix les plus bas ceci au détriment de la qualité et de la pertinence des compétences et des opérations chez les Grands Comptes. En revanche ce qui est conjoncturel c est l arrêt voire la diminution de la sous-traitance et du portage. Quand le résultat d exploitation de la grande SSII diminue en temps de crise elle supprime tout ce qui le fait baisser pour retrouver un bon ratio chiffre d affaires / mark-up. 5/ Aujourdhui existe t-il une alternative pour contourner le dictat des grandes SSII? Aujourd hui les entreprises du mid-market et les PME SSII ont 3 alternatives pour faire face aux grandes SSII : - l utilisation des places de marché entre les Grands Comptes et les sociétés pas nécessairement référencées. La place de marché permet aux grands donneurs d avoir une multitude de fournisseurs auxquels ils peuvent adresser leurs consultations. Néanmoins dans ce cas de figure les grands donneurs d ordre ne prennent généralement pas le temps de mieux connaître ces acteurs et surtout les places de marché ne s engagent pas vis-à-vis d eux. En général les places de marché sont plutôt utilisées pour effectuer de sourcing entre SSII. - le regroupement d acteurs SSII au sein de GIE (Groupement d Intérêt Economique) pour essayer d accéder aux référencements tout en montrant un peu de plus de force vis-à-vis des Grands Comptes. Dans la réalité ces GIE ne sont pas une vraie réponse aux besoins des grands donneurs d ordre. Ils ont en fait besoin de s appuyer sur un système de guichet unique permettant une relation multi fournisseurs industrialisée en termes d engagement de négociation des prix et du suivi des travaux. Les GIE se sont plutôt retrouvés dans une dynamique Régionale il y a quelques années. - une plateforme de services industrialisée qui va prendre en compte les engagements contractuels extrêmement lourds pour ces PME et être garant de la pertinence des compétences proposées et de la qualité des travaux afin d offrir la notion de guichet unique multi-fournisseurs aux Grands Comptes. Tel est le fonctionnement du modèle INOP S qui s inscrit dans le cadre de l initiative gouvernementale le Pacte PME ayant pour but d aider les PME à accéder au marché des Grands Comptes privés ou publics.

19 Date: 12/01/10 Audience: Visiteurs Journaliste : Didier Barathon Web : Informatique 12/01/2010 Nominations Xavier Danière - Inops La plateforme de services Inops (qui veut mettre en contact PME et grands comptes) se renforce avec larrivée de Xavier Danière en tant que directeur commercial. Un poste nouvellement créé. Xavier Danière était directeur des opérations régions et membre du comité de direction desr depuis 2007 une société quil avait intégrée en 2003 en tant que directeur régional grand est. Il avait exercé auparavant des fonctions dingénieur daffaires puis de directeur dagence et de région chez Umanis. A ses débuts en 1990 il avait évolué dans la distribution informatique.

20 Date: 12/01/2009 Audience : visiteurs Journaliste : NC Web : [PROFIL] Ils changent de poste en janvier 2010 TOUS LES MOIS GUIDEINFORMATIQUE SELECTIONNE LA LISTE DES MANAGERS RECEMMENT NOMMES. - Xavier Danière Chez Inop s - Philippe Ribera chez Ribera - Mohamed Mikou chez Infor - Jean-Pierre Brulard chez VMware - Bernard Desprez au cabinet Ineum Consulting - Eric Champ chez Sogeti High Tech - Melissa Plenier chez Alter Way

Massification des PII : jusqu où aller? Présentation pour l ACA HEC par Frédéric PAGE Responsable Achats Predica 13/09/2010

Massification des PII : jusqu où aller? Présentation pour l ACA HEC par Frédéric PAGE Responsable Achats Predica 13/09/2010 Massification des PII : jusqu où aller? Présentation pour l ACA HEC par Frédéric PAGE Responsable Achats Predica 13/09/2010 1 Le chemin parcouru : retour sur les pratiques des vingt dernières années 13/09/10

Plus en détail

INOP'S : un modèle prometteur

INOP'S : un modèle prometteur INOP'S : un modèle prometteur Décembre 2012 92 avenue de Wagram 75017 Paris Tel : +33 (0)1 56 56 63 33 info-france@pac-online.com Eric Monnoyer VP Consulting e.monnoyer@pac-online.com Le marché de l expertise

Plus en détail

GS1 Tunisia 07/05/2015. République Tunisienne. Ministère du Commerce DÉVELOPPER L E-COMMERCE EN TUNISIE CEPEX 07 MAI 2015 CONTENU

GS1 Tunisia 07/05/2015. République Tunisienne. Ministère du Commerce DÉVELOPPER L E-COMMERCE EN TUNISIE CEPEX 07 MAI 2015 CONTENU UNE NOUVELLE VISION POUR DÉVELOPPER L E-COMMERCE EN TUNISIE CEPEX 07 MAI 2015 CONTENU Tendances du e-commerce dans le Monde E-Commerce en Tunisie Nouvelle Stratégie de Développement du E- commerce en Tunisie

Plus en détail

LE SALON DES NOUVELLES TECHNOLOGIES D AIDE À LA DÉCISION

LE SALON DES NOUVELLES TECHNOLOGIES D AIDE À LA DÉCISION E X P O S I T I O N & C O N F É R E N C E S LE SALON DES NOUVELLES TECHNOLOGIES D AIDE À LA DÉCISION 25/26/27 SEPTEMBRE 2002 CNIT - PARIS LA DÉFENSE B U S I N E S S I N T E L L I G E N C E LE SALON DES

Plus en détail

WHITE PAPER DISTRIBUTION-NÉGOCE

WHITE PAPER DISTRIBUTION-NÉGOCE WHITE PAPER DISTRIBUTION-NÉGOCE Spécial Distribution - Négoce Comment optimiser vos processus achats et factures fournisseurs grâce à la dématérialisation de documents? 96%* des factures émises en Europe

Plus en détail

Editeurs de logiciels: Améliorez vos résultats durablement avec. Version 1.2 MJ Juin 2013 EVOLENA

Editeurs de logiciels: Améliorez vos résultats durablement avec. Version 1.2 MJ Juin 2013 EVOLENA 0 Editeurs de logiciels: Améliorez vos résultats durablement avec Version 1.2 MJ Juin 2013 EVOLENA 1 Pourquoi EVOLENA Nous aidons les Éditeurs de logiciels à améliorer leurs résultats et à se transformer

Plus en détail

Aligner les nouveaux modèles de croissance des ESN

Aligner les nouveaux modèles de croissance des ESN Offre de Conseil DUE DILIGENCE STRATEGIQUE Une tendance de rationalisation chez les donneurs d ordre donnant lieu à une massification des achats, une fermeture des référencements et une contraction des

Plus en détail

http://www.distributique.com/actualites/lire-plus-l-acces-au-financement-est-difficile-plus-la-location-s-impose-10858.html

http://www.distributique.com/actualites/lire-plus-l-acces-au-financement-est-difficile-plus-la-location-s-impose-10858.html Les autres sites d'it News Info : Newsletters RSS RECHERCHEZ sur distributique.com Tapez votre mot-clé AGENDA CHIFFRES-CLES ANNUAIRE IT NOMINATIONS TRIBUNES D'EXPERTS ENTRETIENS ESPACE LIVRES BLANCS Informatique

Plus en détail

A cet égard, ImportExport.fr se positionne comme le facilitateur du commerce international!

A cet égard, ImportExport.fr se positionne comme le facilitateur du commerce international! Offre de lancement : Edition 2015 2015 Réussir à l import ou à l export, c est avant tout une affaire de réseaux et de partenaires capables de répondre rapidement et efficacement aux besoins divers des

Plus en détail

la presse parle de vous

la presse parle de vous la presse parle de vous Expert-Home, le secret de la réussite : Le concept d excellence en formule low-cost www.expert-home.fr 2009 - www.is-webdesign.com crédit photos : fotolia.fr, istockphoto.com Accompagnement

Plus en détail

La carte d'achat dans les organisations françaises

La carte d'achat dans les organisations françaises CHAPITRE 2 La carte d'achat dans les organisations françaises Pour bien appréhender l'usage efficace de la carte d'achat, il est important de toujours la considérer comme un moyen d'exécution de la commande.

Plus en détail

Un marché qui revient de loin

Un marché qui revient de loin Communiqué de presse 124 Bureaux de la Colline 92213 SAINT CLOUD CEDEX Téléphone : 01 55 39 61 00 Fax :01 55 39 61 01 www.idc.com E t u d e I D C : L e M a r c h é F r a n ç a i s d u C R M Bilan 2006

Plus en détail

Les autres types de cartes de commande et de règlement

Les autres types de cartes de commande et de règlement CHAPITRE 1 Les autres types de cartes de commande et de règlement La carte d'achat est un outil nouveau pour les collectivités et établissements publics locaux qui demande des aménagements dans les pratiques

Plus en détail

Présentation. Philippe Bouaziz, Président Stéphane Conrard, Directeur Général Délégué - Finance

Présentation. Philippe Bouaziz, Président Stéphane Conrard, Directeur Général Délégué - Finance Présentation Philippe Bouaziz, Président Stéphane Conrard, Directeur Général Délégué - Finance 1 Prodware en bref Editeur de briques logicielles sectorielles et métiers Intégrateur hébergeur des grands

Plus en détail

Catalogue de conférences v1

Catalogue de conférences v1 Programme de s Catalogue de s v1 1 sur 9 Planning type des deux jours Programme de s Mercredi 23 mars 2011 (salon ouvert de 9h00 à 18h30) 9h30-10h15 : 10h30-11h15 : 11h30-13h00 : 13H30-14h15 : 14H30-15h15

Plus en détail

Fiche de l'awt Cadre juridique des relations interentreprises

Fiche de l'awt Cadre juridique des relations interentreprises Fiche de l'awt Cadre juridique des relations interentreprises Du point de vue juridique, les stratégies e-business inter-entreprises (B2B) s'organisent en un ensemble de contrats tenant lieu de loi entre

Plus en détail

Auditer son environnement Telecom Un des fondements du projet TEM

Auditer son environnement Telecom Un des fondements du projet TEM Auditer son environnement Telecom Un des fondements du projet TEM Sommaire Introduction... 3 Les éléments internes essentiels à auditer... 4 Le dimensionnement de l infrastructure... 4 Les factures...

Plus en détail

Résultats semestriels 2008 Stratégie et perspectives. SQLI, conseil et services e-business 29 septembre 2008

Résultats semestriels 2008 Stratégie et perspectives. SQLI, conseil et services e-business 29 septembre 2008 Résultats semestriels 2008 Stratégie et perspectives SQLI, conseil et services e-business 29 septembre 2008 0 Sommaire Présentation du groupe Avancées de notre plan 2005-2008 Résultats du premier semestre

Plus en détail

87% e-commerce+ INTERNET DES ACHETEURS PASSENT COMMANDE E-COMMERCE BTOB : LES ENJEUX SPÉCIFIQUES CHIFFRES CLÉS BTOB ET REGARD D'EXPERT

87% e-commerce+ INTERNET DES ACHETEURS PASSENT COMMANDE E-COMMERCE BTOB : LES ENJEUX SPÉCIFIQUES CHIFFRES CLÉS BTOB ET REGARD D'EXPERT e-commerce+ Magazine d information d Octave n 13 - Février 2015 87% SURB2B DES ACHETEURS PASSENT COMMANDE INTERNET CHIFFRES CLÉS BTOB ET REGARD D'EXPERT E-COMMERCE BTOB : LES ENJEUX SPÉCIFIQUES édito Le

Plus en détail

Une application web optimisée pour Knauf.

Une application web optimisée pour Knauf. Newsmag n 1 - Février 2012 www.maps-system.com................................................................................................................................. m u l t i c h a n n e l m

Plus en détail

L adoption des nouvelles technologies dans les grandes entreprises françaises. Novembre 2007

L adoption des nouvelles technologies dans les grandes entreprises françaises. Novembre 2007 L adoption des nouvelles technologies dans les grandes entreprises françaises Novembre 2007 Sommaire Analyse des taux d adoption des différents outils Présentation des spécificités par outil Les nouvelles

Plus en détail

Search. L'innovation dans la recherche de cadres et d information stratégique. contact@inovasearch.com. www.inovasearch.com. cv@inovasearch.

Search. L'innovation dans la recherche de cadres et d information stratégique. contact@inovasearch.com. www.inovasearch.com. cv@inovasearch. L'innovation dans la recherche de cadres et d information stratégique 01 83 64 88 78 contact@inovasearch.com cv@inovasearch.com INOVA Search 8 rue de berri 78008 PARIS INOVA search INOVA Search innove

Plus en détail

Stratégies gagnantes pour la fabrication industrielle : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants

Stratégies gagnantes pour la fabrication industrielle : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants Stratégies gagnantes pour la fabrication industrielle : Dossier à l attention des dirigeants Centres d évaluation de la technologie inc. Stratégies gagnantes pour l industrie : Synthèse Jusqu ici, les

Plus en détail

informatique internet télécommunications

informatique internet télécommunications informatique internet télécommunications mettre le Droit au DiaPason De l entreprise le cabinet Secteurs d activité informatique industrie Distribution edition, média santé médico-social services À la

Plus en détail

BAROMETRE DES MANAGERS ET DU MANAGEMENT DE TRANSITION. 1 ère édition Juin 2013

BAROMETRE DES MANAGERS ET DU MANAGEMENT DE TRANSITION. 1 ère édition Juin 2013 BAROMETRE DES MANAGERS ET DU MANAGEMENT DE TRANSITION 1 ère édition Juin 2013 «Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit

Plus en détail

Entreprises innovantes : plus qu un mois pour déclarer le Crédit Impôt Recherche 2008!

Entreprises innovantes : plus qu un mois pour déclarer le Crédit Impôt Recherche 2008! Entreprises innovantes : plus qu un mois pour déclarer le Crédit Impôt Recherche 2008! 19 mars 2009 SUBVENTIUM propose un dispositif d urgence incluant hotline et pré-diagnostic gratuit pour aider les

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE 2013

DOSSIER DE PRESSE 2013 APPLICATOUR PRESENTE VIA SYSTEM, LA TECHNOLOGIE AU SERVICE DES PRODUCTEURS DE VOYAGES DOSSIER DE PRESSE 2013 Contact Presse : Tika Media Caroline Melin 80 rue Belgrand 75020 Paris 06 61 14 63 64 01 40

Plus en détail

VEGEPOLYS pôle de compétitivité à vocation mondiale

VEGEPOLYS pôle de compétitivité à vocation mondiale VEGEPOLYS pôle de compétitivité à vocation mondiale VEGEPOLYS, pour qui? 4000 entreprises en région appartenant à 8 filières et représentant 25 000 emplois 420 Chercheurs et techniciens 250 Adhérents 2500

Plus en détail

Atos consolide son leadership mondial dans les services numériques

Atos consolide son leadership mondial dans les services numériques Atos consolide son leadership mondial dans les services numériques Atos annonce le projet d acquisition de l activité d externalisation informatique de Xerox Atos et Xerox vont établir une coopération

Plus en détail

CHAPITRE 2 Définir le périmètre d'application

CHAPITRE 2 Définir le périmètre d'application CHAPITRE 2 Définir le périmètre d'application Pour que le projet de carte d'achat puisse être mis en œuvre de manière efficace, il importe de déterminer précisément le périmètre d'application. En effet,

Plus en détail

PRESENTATION DE OpenERP/Odoo. Progiciel de Gestion Intégré Open Source

PRESENTATION DE OpenERP/Odoo. Progiciel de Gestion Intégré Open Source PRESENTATION DE OpenERP/Odoo Progiciel de Gestion Intégré Open Source Qui-sommes nous? - Conseil en management - Conseil et intégration de technologies associées au Management (Business Apps & Décisionnel)

Plus en détail

l'ouverture d'un centre logistique totalement dédié à un pure-player du e-commerce, Zooplus.

l'ouverture d'un centre logistique totalement dédié à un pure-player du e-commerce, Zooplus. Rhenus Logistics, prestataire logistique global du e-commerce et du commerce multi-canal En Allemagne, deuxième marché du e-commerce en Europe, Rhenus Logistics a été l'un des pionniers de la logistique

Plus en détail

Simplifier la gestion de l'entreprise

Simplifier la gestion de l'entreprise Présentation de la solution SAP s SAP pour les PME SAP Business One Objectifs Simplifier la gestion de l'entreprise Optimiser la gestion et assurer la croissance de votre PME Optimiser la gestion et assurer

Plus en détail

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Application Services France the way we do it Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Chaque direction informatique

Plus en détail

PGE 2 Fall Semester 2015. Purchasing Track. Course Catalogue. Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2

PGE 2 Fall Semester 2015. Purchasing Track. Course Catalogue. Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2 PGE 2 Fall Semester 2015 Purchasing Track Course Catalogue Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2 Méthodes Outils associés au Processus Opérationnel des Achats p. 3 Gestion d un Projet Achat

Plus en détail

Hôtel Concorde Lafayette, 6 juin 2006. En partenariat avec

Hôtel Concorde Lafayette, 6 juin 2006. En partenariat avec Hôtel Concorde Lafayette, 6 juin 2006 En partenariat avec 1 Plan Syntec Logiciel pour les Éditeurs Jean-Pierre Brulard, Président du Comité Éditeurs Journée «Croissance Éditeurs Syntec informatique», 6

Plus en détail

Le pilotage des RH dans le secteur IT Tendances et thèmes clés. Les transformations du management RH en DSI et prestataires de services

Le pilotage des RH dans le secteur IT Tendances et thèmes clés. Les transformations du management RH en DSI et prestataires de services Le pilotage des RH dans le secteur IT Tendances et thèmes clés Les transformations du management RH en DSI et prestataires de services Executive summary (1) Les transformations des DSI L entreprise et

Plus en détail

N 2. Generix fait figure de pionnier dans le Software as a Service, qui va bouleverser l univers du commerce et de la distribution.

N 2. Generix fait figure de pionnier dans le Software as a Service, qui va bouleverser l univers du commerce et de la distribution. LA LETTRE AUX ACTIONNAIRES ÉTÉ 2009 N 2 MESSAGE DU PRÉSIDENT DU DIRECTOIRE Madame, Monsieur, Cher actionnaire, J ai le plaisir de vous présenter le deuxième numéro de notre lettre aux actionnaires. Dans

Plus en détail

M1805 - Études et développement informatique

M1805 - Études et développement informatique Appellations Analyste cogniticien / cogniticienne informatique Analyste concepteur / conceptrice informatique Concepteur / Conceptrice analyste informatique Concepteur / Conceptrice d'application informatique

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

Forum Web et Innovation Sociale

Forum Web et Innovation Sociale Forum Web et Innovation Sociale L entreprise, Foyer d Innovation Sociale 1 Présentation finale forum web et innovation sociale.pptx Six mutations changent le business La fin des temps modernes Les basculements

Plus en détail

étude de fonctions & rémunérations Distribution & Commerce Distribution & Commerce

étude de fonctions & rémunérations Distribution & Commerce Distribution & Commerce étude de fonctions & rémunérations & Commerce & Commerce SOMMAIRE Introduction Remarques méthodologiques 1. Chef de département p.5 2. Directeur de magasin p.6 3. Directeur régional p.7 4. Directeur de

Plus en détail

LE VOYAGE D AFFAIRES DANS LES AGENCES AFAT VOYAGES et SELECTOUR

LE VOYAGE D AFFAIRES DANS LES AGENCES AFAT VOYAGES et SELECTOUR DOSSIER DE PRESSE LE VOYAGE D AFFAIRES DANS LES AGENCES AFAT VOYAGES et SELECTOUR PROXIMITE, SERVICE, TECHNOLOGIE Contacts Presse : Sophie ORIVEL : 06 32 10 69 71 Julie SORIEUL : 06 32 14 53 37 presse@asvoyages.fr

Plus en détail

La Carte d Achat et la Carte Virtuelle

La Carte d Achat et la Carte Virtuelle La Carte d Achat et la Carte Virtuelle BNP Paribas Découvrez la Carte d Achat BNP Paribas! Pour simplifier et optimiser la gestion de vos achats, découvrez la Carte d Achat de BNP Paribas une solution

Plus en détail

Lettre d'information n 17 - Janvier 2011

Lettre d'information n 17 - Janvier 2011 Lettre d'information n 17 - Janvier 2011 Sommaire 1. Meilleurs voeux 2011 2. Quand la gestion des services et les technologies de virtualisation s'associent pour donner le Cloud Computing (informatique

Plus en détail

Transformation IT de l entreprise LA MOBILITÉ NÉCESSITE UN CHANGEMENT DES SI EN PROFONDEUR

Transformation IT de l entreprise LA MOBILITÉ NÉCESSITE UN CHANGEMENT DES SI EN PROFONDEUR Transformation IT de l entreprise LA MOBILITÉ NÉCESSITE UN CHANGEMENT DES SI EN PROFONDEUR L es technologies mobiles impactent en profondeur le fonctionnement des organisations. Elles sont également à

Plus en détail

EXPERTISE COMPTABLE ACCOMPAGNEMENT COMPTABLE ET FINANCIER AUDIT CONSEIL

EXPERTISE COMPTABLE ACCOMPAGNEMENT COMPTABLE ET FINANCIER AUDIT CONSEIL EXPERTISE ACCOMPAGNEMENT ET FINANCIER CONSEIL présentation Implanté en plein cœur de Paris, le cabinet Exalys Audit & Expertise est un cabinet d expertise-comptable pluridisciplinaire, intervenant auprès

Plus en détail

Forum CXP. Le logiciel dans tous ses états! 14 juin 2012 - Paris

Forum CXP. Le logiciel dans tous ses états! 14 juin 2012 - Paris Forum CXP Le logiciel dans tous ses états! 14 juin 2012 - Paris Pour la 10 ème édition du Forum, le CXP s interroge : Quel sera votre SI dans 10 ans? PILOTER, TRANSFORMER, OPTIMISER : une journée pour

Plus en détail

Dossier de presse. Umalis Group : l innovation au service de l emploi

Dossier de presse. Umalis Group : l innovation au service de l emploi Dossier de presse Umalis Group : l innovation au service de l emploi Sommaire Table des matières Historique 3 Fondateur 3 Notre métier : le portage salarial, pour tous, partout 3 Christian Person, président

Plus en détail

Trois modèles de croissance

Trois modèles de croissance Trois modèles de croissance Par Jean Berg Senior Vice President, Estin & Co Il existe trois modèles de croissance : la croissance organique, la croissance par acquisition organique, la croissance par acquisition

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR D ADMINISTRATION DES ENTREPRISES DE GAFSA Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 6 : PGI : Progiciels de Gestion Intégrés ERP : Enterprise

Plus en détail

GESTION LOGISTIQUE GESTION COMMERCIALE GESTION DE PRODUCTION

GESTION LOGISTIQUE GESTION COMMERCIALE GESTION DE PRODUCTION GESTION LOGISTIQUE GESTION COMMERCIALE GESTION DE PRODUCTION Votre contact : Pierre Larchères 06 30 35 96 46 18, rue de la Semm - 68000 COLMAR p.larcheres@agelis.fr PRESENTATION GENERALE LES PROGICIELS

Plus en détail

Edition 2015. Détails de l offre de services «INDEP SFDC»

Edition 2015. Détails de l offre de services «INDEP SFDC» Offres marketing destinées aux experts et consultants freelances SFDC souhaitant trouver en toute autonomie leurs missions et proposer leurs services et compétences Salesforce.com en France Edition 2015

Plus en détail

Fiche de l'awt L'intermédiation

Fiche de l'awt L'intermédiation Fiche de l'awt L'intermédiation E-Business: présentation de l'intermédiation (activités liées à l'e-business externalisées vers des parties tierces) et de ses différents modèles Créée le 05/02/01 Modifiée

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2008. Avril 2009

RÉSULTATS ANNUELS 2008. Avril 2009 RÉSULTATS ANNUELS 2008 Avril 2009 2. Un marché immense et porteur La formation continue en Europe Une priorité collective La formation sur le lieu et pendant le temps de travail constitue une dimension

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE 3 avril 2014

DOSSIER DE PRESSE 3 avril 2014 DOSSIER DE PRESSE 3 avril 2014 Axione et Saint-Etienne Métropole lancent le premier Cloud Park de France : un concept ultra-innovant de zone d activité «augmentée» Contact Presse : Caroline Nigdelian,

Plus en détail

Conseils pratiques pour la gestion des risques fiscaux de l entreprise. Jean-Luc Wuidard Droit de rencontres 4 mai 2011 Liège Airport

Conseils pratiques pour la gestion des risques fiscaux de l entreprise. Jean-Luc Wuidard Droit de rencontres 4 mai 2011 Liège Airport Conseils pratiques pour la gestion des risques fiscaux de l entreprise Jean-Luc Wuidard Droit de rencontres 4 mai 2011 Liège Airport Le facteur fiscal = Un coût inhérent à l'activité de l'entreprise qu'il

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT VERS LE CLOUD COMPUTING BIENVENUE

ACCOMPAGNEMENT VERS LE CLOUD COMPUTING BIENVENUE ACCOMPAGNEMENT VERS LE CLOUD COMPUTING BIENVENUE 16 mai 2014 ANIMATEURS OPTIM Ressources/OPTANCE management Yves COUGOUILLE Olivier BARBELET BABOLAT Jean-Marc ZIMMERMANN COMAXESS groupe QUADIX Patrick

Plus en détail

DÉPARTEMENT INFORMATIQUE ORIENTÉ SERVICES

DÉPARTEMENT INFORMATIQUE ORIENTÉ SERVICES NOUVELLES COMPÉTENCES POUR LE DÉPARTEMENT INFORMATIQUE ORIENTÉ SERVICES Le quotidien du responsable informatique d une entreprise s apparente à un combat de tous les instants. Le département informatique

Plus en détail

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines?

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Chapitre 1 La gestion des ressources humaines (GRH) peut être définie comme la gestion des hommes au travail dans des organisations (Martory et Crozet,

Plus en détail

CA ARCserve Backup r12

CA ARCserve Backup r12 DOSSIER SOLUTION : CA ARCSERVE BACKUP r12 CA ARCserve Backup r12 CA ARCSERVE BACKUP R12 ASSURE UNE PROTECTION EXCEPTIONNELLE DES DONNÉES POUR LES SERVEURS, LES BASES DE DONNÉES, LES APPLICATIONS ET LES

Plus en détail

Cartes entreprises: Grandes étapes et tendances du marché. Angelo Caci, Directeur délégué, ADN co

Cartes entreprises: Grandes étapes et tendances du marché. Angelo Caci, Directeur délégué, ADN co Cartes entreprises: Grandes étapes et tendances du marché Angelo Caci, Directeur délégué, ADN co QUI SOMMES-NOUS? Société de conseil indépendante spécialisée dans les paiements, le crédit et les services

Plus en détail

Hélène CHEUTIN. Master 2 ISMAG 2005-2006

Hélène CHEUTIN. Master 2 ISMAG 2005-2006 Hélène CHEUTIN Master 2 ISMAG 2005-2006 SRM ((Supplliierr Rellattiionshiip Managementt)) INTRODUCTII ION Les entreprises cherchent sans cesse à améliorer leurs performances et notamment à réaliser des

Plus en détail

Le logiciel de gestion intégré conçu pour les PME du Bâtiment. www.absyscyborg.com

Le logiciel de gestion intégré conçu pour les PME du Bâtiment. www.absyscyborg.com Le logiciel de gestion intégré conçu pour les PME du Bâtiment Beaucoup plus qu un logiciel de suivi de chantier, NaviBat est un véritable outil de pilotage. Navibat n est pas qu un simple logiciel de suivi

Plus en détail

Pégase Envol Contrat de Croissance

Pégase Envol Contrat de Croissance Pégase Envol Contrat de Croissance Le contrat de croissance Pégase Envol Un accompagnement à la croissance et à la résilience des entreprises. Un guichet unique pour le manager de l entreprise Un projet

Plus en détail

Acogepi. de la famille, fiscalité. assurance vie, particulier et entreprise. Données chiffrées si disponible Condition d admission des membres

Acogepi. de la famille, fiscalité. assurance vie, particulier et entreprise. Données chiffrées si disponible Condition d admission des membres Acogepi Date de création 1981 Forme juridique du groupement Association loi 1901 à but non lucratif. Chaque cabinet est indépendant. Nombre de cabinets adhérents à fin juin 12 2012 Rémunération de la structure

Plus en détail

PHOENIX Pharma France affirme sa position de challenger sur le marché français de la distribution pharmaceutique

PHOENIX Pharma France affirme sa position de challenger sur le marché français de la distribution pharmaceutique Communiqué de presse du lundi 12 mars 2012 PHOENIX Pharma France affirme sa position de challenger sur le marché français de la distribution pharmaceutique Créteil, lundi 12 mars 2012 - A l heure des profonds

Plus en détail

Solutions de pilotage. Comment les directions financières et informatiques voient évoluer les solutions du marché dans les années à venir?

Solutions de pilotage. Comment les directions financières et informatiques voient évoluer les solutions du marché dans les années à venir? Solutions de pilotage Comment les directions financières et informatiques voient évoluer les solutions du marché dans les années à venir? Juin 2008 Préface L année 2007 a été particulièrement riche en

Plus en détail

Les apports d un projet PLM (Product Lifecyle Management)

Les apports d un projet PLM (Product Lifecyle Management) Chapitre 1 - COMPRENDRE LE MARCHÉ Les apports d un projet PLM (Product Lifecyle Management) Copyright 2009 CXP. 1 All rights reserved. Reproduction or distribution of this document, in any form, is expressly

Plus en détail

Développer une culture d efficience

Développer une culture d efficience point de vue services financiers Développer une culture d efficience dans les Back Offices Hughes ROY Partner au sein de l'équipe Services Financiers de Sopra Consulting, Hughes Roy est porteur de l offre

Plus en détail

L ERP SaaS qui propulse la croissance des cabinets de conseil et des société de services (SSII, ESN, ingénierie, )

L ERP SaaS qui propulse la croissance des cabinets de conseil et des société de services (SSII, ESN, ingénierie, ) L ERP SaaS qui propulse la croissance des cabinets de conseil et des société de services (SSII, ESN, ingénierie, ) ASSUREZ VOTRE CROISSANCE VSActivity BUSINESS L ERP regroupant toutes les fonctionnalités

Plus en détail

Atos annonce le projet d acquisition de Bull pour créer en Europe un leader mondial du Cloud, de la Cyber sécurité et du Big Data

Atos annonce le projet d acquisition de Bull pour créer en Europe un leader mondial du Cloud, de la Cyber sécurité et du Big Data Atos annonce le projet d acquisition de Bull pour créer en Europe un leader mondial du Cloud, de la Cyber sécurité et du Big Data Avec un chiffre d affaires 2013 de 1,262 million( ), des activités dans

Plus en détail

Sage 100. pour les PME. Faites de votre gestion un levier de performance

Sage 100. pour les PME. Faites de votre gestion un levier de performance Sage 100 pour les PME Faites de votre gestion un levier de performance À propos de Sage Leader des éditeurs de logiciels de gestion sur le marché des PME dans le monde* Plus de 6 millions d entreprises

Plus en détail

Comment enfin gagner de l argent avec son SAV? Laurent Mellah, Cepheus Group Alain Bellange, Keonys

Comment enfin gagner de l argent avec son SAV? Laurent Mellah, Cepheus Group Alain Bellange, Keonys Comment enfin gagner de l argent avec son SAV? Laurent Mellah, Cepheus Group Alain Bellange, Keonys Sommaire Keonys, votre partenaire PLM Le S.A.V avec Cepheus Group Conclusion Q & A 2 Conseil & intégration

Plus en détail

Cloud Computing. 19 Octobre 2010 JC TAGGER

Cloud Computing. 19 Octobre 2010 JC TAGGER Cloud Computing 19 Octobre 2010 JC TAGGER AGENDA 8h30-9h00 Le Cloud Computing De quoi s agit-il? Opportunités pour les entreprises Impact sur la chaine de valeur de l industrie des NTIC s 9h00-9h15 Témoignage

Plus en détail

Les acteurs de la carte d'achat

Les acteurs de la carte d'achat CHAPITRE 3 Les acteurs de la carte d'achat Pour mettre en œuvre une exécution des marchés publics par carte d achat, l acheteur et le gestionnaire public vont devoir s adresser à un fournisseur de services

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION DE TUNIS Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 3 : Progiciels de Gestion Intégrés Sommaire Définition... 2 ERP... 2 Objectifs

Plus en détail

Quels financements publics pour une start-up?

Quels financements publics pour une start-up? Quels financements publics pour une start-up? Photomontage Journal du Net Outre les investisseurs en capital-risque, il existe d'autres leviers de développement pour les start-up de l'e-business. Collectivités

Plus en détail

BAROMETRE 2014 DU MANAGEMENT ET DES MANAGERS DE TRANSITION. 2 ème édition 29 avril 2013

BAROMETRE 2014 DU MANAGEMENT ET DES MANAGERS DE TRANSITION. 2 ème édition 29 avril 2013 BAROMETRE 2014 DU MANAGEMENT ET DES MANAGERS DE TRANSITION 2 ème édition 29 avril 2013 Introduction Bienvenue à toutes et à tous! Baromètre 2014 des managers et management de transition: résultats Laurent

Plus en détail

Position du CIGREF sur le Cloud computing

Position du CIGREF sur le Cloud computing Position du CIGREF sur le Cloud computing Septembre 2010 Cette position est le fruit d un groupe de réflexion ayant rassemblé les Directeurs des Systèmes d Information de grandes entreprises, au premier

Plus en détail

Marier Internet et Centre d appels. Opportunité du Centre de Relation Client

Marier Internet et Centre d appels. Opportunité du Centre de Relation Client Marier Internet et Centre d appels Opportunité du Centre de Relation Client présentation du 7 mars 2001 page 1 Plan Fabrice MOREAU! Rappel des contextes! Internet et Centre d appels! Solutions technologiques!

Plus en détail

Soyez plus réactifs que vos concurrents, optimisez votre chaîne logistique

Soyez plus réactifs que vos concurrents, optimisez votre chaîne logistique IBM Global Services Soyez plus réactifs que vos concurrents, optimisez votre chaîne logistique Supply Chain Management Services Supply Chain Mananagement Services Votre entreprise peut-elle s adapter au

Plus en détail

EXL GROUP FILIÈRE ERP - QUI SOMMES NOUS?

EXL GROUP FILIÈRE ERP - QUI SOMMES NOUS? EXL GROUP FILIÈRE ERP - QUI SOMMES NOUS? 94 Rue de Provence - 75009 Paris - Tél : +33 (0)1 53 32 21 40 - Fax : +33 (0)1 53 16 35 85 - www.exl Group.com EXL GROUP - Tous droits réservés SOMMAIRE 1. Présentation

Plus en détail

INTERVENANTS ROLAND FITOUSSI DIDIER FAUQUE NICOLAS REBOURS. + Président du Conseil d administration. + Directeur Général. + Directeur Général Délégué

INTERVENANTS ROLAND FITOUSSI DIDIER FAUQUE NICOLAS REBOURS. + Président du Conseil d administration. + Directeur Général. + Directeur Général Délégué INTERVENANTS ROLAND FITOUSSI + Président du Conseil d administration DIDIER FAUQUE + Directeur Général NICOLAS REBOURS + Directeur Général Délégué ORDRE DU JOUR FAITS MARQUANTS ET RÉSULTATS DU 1 ER SEMESTRE

Plus en détail

QUESTIONS/REPONSES SUR LE STATUT D'EXPORTATEUR AGREE DGDDI Bureau E1- septembre 2011 Statut d'exportateur agréé (EA)

QUESTIONS/REPONSES SUR LE STATUT D'EXPORTATEUR AGREE DGDDI Bureau E1- septembre 2011 Statut d'exportateur agréé (EA) Questions Quand un exportateur doit-il prendre le statut d'exportateur agréé? QUESTIONS/REPONSES SUR LE STATUT D'EXPORTATEUR AGREE DGDDI Bureau E1- septembre 2011 Statut d'exportateur agréé (EA) Réponses

Plus en détail

Annexe 4 Service Messagerie DSI CNRS

Annexe 4 Service Messagerie DSI CNRS Annexe 4 Service Messagerie DSI CNRS Contenu I. Introduction... 2 II. Description de l Offre de Service Messagerie unifiée... 2 1. Services proposés... 2 2. Utilisation... 2 3. Types de fournitures...

Plus en détail

Déroulé explicatif Matinales du 16 juin

Déroulé explicatif Matinales du 16 juin Déroulé explicatif Matinales du 16 juin Thème : Saas et Cloud computing : menace ou opportunité? Date : mercredi 16 juin Lieu : Le Cube, centre de création numérique / www.lecube.com Elles s appellent

Plus en détail

SQLI, N 1 des SSII spécialisées sur l e-business en France

SQLI, N 1 des SSII spécialisées sur l e-business en France SQLI, N 1 des SSII spécialisées sur l e-business en France Résultats annuels 2005 30 mars 2006 Sommaire Présentation du Groupe SQLI Faits marquants et résultats 2005 Stratégie et plan de développement

Plus en détail

1. Le service Commercial

1. Le service Commercial La fonction Commerciale Sommaire 1. Le service Commercial... 1 2. Les enjeux :... 1 3. La technique de vente :... 2 4. La gestion de la force de vente :... 2 5. Les principales fonctions commerciales :...

Plus en détail

INFOGERANCE. 1. Présentation de l infogérance... 2. 1.1. Définition... 2 1.2. Pourquoi l infogérance?... 2

INFOGERANCE. 1. Présentation de l infogérance... 2. 1.1. Définition... 2 1.2. Pourquoi l infogérance?... 2 INFOGERANCE 1. Présentation de l infogérance... 2 1.1. Définition... 2 1.2. Pourquoi l infogérance?... 2 2. Les différentes formes d infogérance. 2.1. Infogérance de fonction... 3 2.2. Infogérance d'exploitation...

Plus en détail

Résultats semestriels 2007 & Perspectives. 31 octobre 2007

Résultats semestriels 2007 & Perspectives. 31 octobre 2007 Résultats semestriels 2007 & Perspectives 31 octobre 2007 Agenda Identité, marchés et philosophie Les modèles économiques du groupe Freelance.com Activité et résultats semestriels 2007 Stratégie et perspectives

Plus en détail

Les ressources numériques

Les ressources numériques Les ressources numériques Les ressources numériques sont diverses et regroupent entre autres, les applications, les bases de données et les infrastructures informatiques. C est un ensemble de ressources

Plus en détail

2 3 4 OCTOBRE 2007 CNIT PARIS LA DEFENSE

2 3 4 OCTOBRE 2007 CNIT PARIS LA DEFENSE Le premier salon Mid-Market des solutions informatiques de la fonction finance 2 3 4 OCTOBRE 2007 CNIT PARIS LA DEFENSE avec En parallèle à Editorial 2 3 4 OCTOBRE 2007 CNIT PARIS LA DEFENSE Les directions

Plus en détail

Cahier Technique Différences Batigest Standard/Evolution. Apibâtiment. Documentation technique

Cahier Technique Différences Batigest Standard/Evolution. Apibâtiment. Documentation technique Cahier Technique Différences Batigest Standard/Evolution Apibâtiment Documentation technique Sommaire Sommaire I. Préambule... 3 II. Différences Batigest Standard/Evolution... 4 1. Eléments... 4 2. Devis

Plus en détail

Réunion Information Investissements d Avenir

Réunion Information Investissements d Avenir Réunion Information Investissements d Avenir Logiciel Embarqué et Objets Connectés Sophia, 16 Juillet 2013 Investissements Avenir : Réorientation Réorientation de 2,2 Mds$ du budget non engagé des IA Soutien

Plus en détail

Stratégies gagnantes pour les prestataires de services : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants

Stratégies gagnantes pour les prestataires de services : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants Dossier à l attention des dirigeants Centres d évaluation de la technologie inc. Le cloud computing : vue d ensemble Les sociétés de services du monde entier travaillent dans un environnement en pleine

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE 3 avril 2014

DOSSIER DE PRESSE 3 avril 2014 Délégataire de Service Public du DOSSIER DE PRESSE 3 avril 2014 Lotim Télécom et Saint-Etienne Métropole lancent le premier Cloud Park de France : un concept ultra-innovant de zone d activité «augmentée»

Plus en détail

Forum panafricain sur le leadership et le management de l action gouvernementale. Forum des secrétaires généraux de gouvernement

Forum panafricain sur le leadership et le management de l action gouvernementale. Forum des secrétaires généraux de gouvernement Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le développement Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) Forum panafricain sur le leadership et le management de

Plus en détail

ITSM - Gestion des Services informatiques

ITSM - Gestion des Services informatiques Chapitre 1 - COMPRENDRE LE MARCHÉ ITSM - Gestion des Services informatiques Copyright 2011 CXP. 1 ITSM - Gestion des Services informatiques L'étude a été réalisée par : Dalila Souiah OBJECTIF DU DOCUMENT.

Plus en détail