P.12. Desutilitaires à - .Une. 5 nouveauxmodèlesen. Ladématérialisationvuecommeun. levierdu développement durable.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "P.12. Desutilitaires à - .Une. 5 nouveauxmodèlesen. Ladématérialisationvuecommeun. levierdu développement durable."

Transcription

1 la Actusbonsplans 11 : Actusnouveauxproduits Actusfiscal 6 sociavjuridique IL ic 5 nouveauxmodèlesen lowcost N et date de parution : 8-01/11/2009 Diffusion : 5000 Page : 3 Périodicité : Bimestriel Taille : 100 % COSTKILL_8_3_301.pdf 232 cm2 Site Web : Sommairefi N?8NOWDEC mir P4 à 6.Une nouvelles imprimantes à étiquettes encouleurs. chezepson Logic-instrument propose unportabletablettetoutterrain.lalettre recommandée électronique.un logiciel pourmieuxgérerlescoûtstélécoms. DOSSIER GOUVERNANCE DOCUMENTAIRE P.12 d «et» l c Lesnombreusesopportunités une gestiondocumentaire saine mesurée pourlimiterl impact sur environnement sachantque consommermoins estaussi dépensermoins. 21 ACHATS Desutilitaires à -!Renault via» «samarque Daciapropose partenariat avec descarrossiers. P22 : SATASlancesanouvellegammede machines à affranchir. P24 : Fourniturespourbureauécolo I : P8.Unesolutionpour lesdéchetsélectroniques.lachasse auximpayésvia le netavecsefairepayer. corn.touteslesinfossurles entreprises russesavecaltares. : : P10 et / l conjonctureselon INSEE.Réunica lanceun guichetuniquepour la. recherchedefinancements 5 milliardspour lespmedansle Grandemprunt.Feu la taxeprofessionnelle GESTION Ladématérialisationvuecommeun levierdu développement durable. : P28 UnimmeublepourmettrelesTPEen réseau. P24 : Un portail deservices. LIBREOPINION d s LaurentLevy fondateur Inop plate formeindustriellesur le marchédes prestationsintellectuellesen informatique. 1 / 1 Copyright (Cost Killing) Reproduction interdite sans autorisation Inops

2 Date: 10/12/2009 Audience : visiteurs / mois Journaliste : Anne-Gaëlle Manac h Web : Actualités / Entreprise-Management Les SSII françaises doivent revoir leur process model Dans une tribune libre du groupe Inop s Laurent Levy spécialiste depuis plus de 20 ans dans le domaine des SSII fait le point sur un marché étouffé par les grandes SSII au détriment du mid-market et des PME qui possèdent pourtant une solide expertise. Laurent Levy explique donc au cours de cette interview que «depuis 10 ans on a remarqué le fort engagement des Grands Comptes vers la massification des prestations et dans la mise en place de structures industrialisées que sont les contrats cadre et les référencements [ ] cette mutation a eue pour conséquence de fermer progressivement le marché des Grands Comptes au mid-market et aux PME qui n ont pas la possibilité de se faire référencer de par leur taille ou la tenue des engagements demandés.» Ces PME SSII se voient donc dans l obligation de se faire porter par les grandes SSII qui perçoivent alors une taxe d au minimum 10%. Elles doivent également intervenir en sous-traitance. Selon Laurent Levy ce phénomène «perdure et s accélère». Il ajoute que «l ensemble des secteurs d activités des Grands Comptes va dans le même sens à savoir établir des référencements de fournisseurs et massifier auprès de ceux-ci pour obtenir les meilleurs prix et les meilleurs engagements». Des solutions d alternative L alternative pour contourner ce dictat des SSI serait «l utilisation des places de marché entre les Grands Comptes et les sociétés [ ] le regroupement d acteurs SSII au sein de GIE [ ] et une plateforme de services industrialisée qui va prendre en compte les engagements contractuels».

3 Date: 10/12/09 Audience: visiteurs Journaliste : NC Web : Etat de lart du marché des prestations intellectuelles informatiques par Laurent Levy président dinops Publié le 10 Décembre 2009 Le marché est en profonde mutation : les grandes SSII françaises doivent remettre en question leur process / business model pour fournir des prestations de services de qualité! A lheure où les spéculations sur la reprise de lactivité des services informatiques pour 2010 fusent Laurent Levy qui a œuvré depuis plus de 20 ans dans les plus grandes SSII (Capgemini Transiciel Steria et Atos Origin) fait le point sur un marché cannibalisé par les grandes SSII au détriment du mid-market et des PME qui ont pourtant une solide expertise. 1/ Pouvez-vous vous présenter et expliquer votre parcours? Jai travaillé plus de 20 ans dans les grandes SSII en qualité de Directeur de BU notamment sur des activités à très forte valeur ajoutée liées à lexpertise technique et technologique ou au conseil en organisation. Au cours de mes différentes expériences jai rapidement pris conscience que les petites et moyennes entreprises rompues aux technologies spécifiques et à forte valeur ajoutée étaient écartées malgré elles au profit des grandes sociétés généralistes. Pendant plusieurs années jai pris le parti de mappuyer pour des actions spécifiques et ponctuelles sur ces PME spécialisées en les intégrant dans les projets de mes clients Grands Comptes ou en sous-traitance avec délégation dexperts. Or force est de constater que ces entreprises expertes démontrent leur pertinence sur les projets des Grands Comptes et sont tout à fait légitime techniquement dans ces contextes projet. 2/ Quelle est votre vision de létat actuel du marché des services informatiques? Il y a environ 18 ans lorsque jintervenais pour une grande SSII il se disait que le marché français de la prestation intellectuelle informatique allait complètement se transformer dans les 4 à 5 ans à venir. Les petites et moyennes SSII étant vouées à être absorbées par les grandes SSII et donc à disparaitre. Finalement cela a mis un peu plus de temps mais le constat est le même. Depuis 10 ans on a remarqué le fort engagement des Grands Comptes vers la massification des prestations et dans la mise en place de structures industrialisées que sont les contrats cadre et les référencements ceci permettant de travailler sur la masse de prestations et le chiffre daffaires plutôt que sur la qualité. Ce schéma qui permet encore aujourdhui de réduire les coûts dachats na pas uniquement été initié par les grands donneurs dordre mais relevait autant de la volonté des grandes SSII daugmenter leur volume de prestations et donc de dynamiser leur croissance. De fait les Grands Comptes se retrouvent plus à acheter des «produits» de masse que des compétences. Cette mutation a eue pour conséquence de fermer progressivement le marché des Grands Comptes au mid-market et aux PME qui nont pas la possibilité de se faire référencer de par leur taille ou la tenue des engagements demandés. Ces sociétés se sont donc retrouvées obligées dintervenir au coût donné par les grandes SSII généralistes en sous-traitance ou en

4 portage. Les collaborateurs qui interviennent dans ces conditions se retrouvent déconnectés de leur structure initiale en termes de suivi opérationnel et administratif et cest lune des raisons pour lesquelles il y a des problèmes récurrents de délit de marchandage et prêt-illicite de main dœuvre dans la profession... Mais ces PME nont pas eu le choix : soit elles acceptent ces conditions qui manquent cruellement de transparence soit elles sorientent vers dautres types de marché. 3/ Quen est-il de la visibilité des sociétés de services de niche qui évoluent sur ce marché? Face au monopole des grandes SSII ces PME SSII voient leur visibilité réduite auprès des Grands Comptes. Si lintervention en gré à gré - la sollicitation par des opérationnels Grands Comptes pour intervention dexperts dans leurs projets - perdure cest uniquement dans certains secteurs dactivités sur des prestations très ponctuelles et de plus en plus rares. Aussi pour continuer dexister elles se retrouvent finalement confrontées à 3 types de possibilités : - lintervention en portage : à la demande des clients opérationnels ces sociétés se font porter par les grandes SSII référencées dans les contrats cadres. En contrepartie lentreprise qui «porte» perçoit une taxe dau minimum de 10% et qui plus généralement atteint les 15% pour effectuer ce portage administratif sans aucune autre valeur ajoutée. - lintervention en sous-traitance qui fait intervenir les équipes de la société initiale pour la société référencée. Cette dernière prélève une marge minimum de 20% et plus généralement de 30-35% au détriment de la société qui fournit les compétences. - il existe une dernière possibilité très ponctuelle consistant à sélectionner une petite SSII parmi des grands acteurs de la prestation intellectuelle informatique qui servira de challenger en termes de compétence de pertinence et de qualité. Pour intervenir sur des projets Grands Comptes les PME SSII nont pas dautre choix que de payer cette véritable taxe. La sous-traitance et le portage ne sont en somme que des leviers financiers et non pas une recherche de compétence alors que le nombre de projets nécessitant des expertises très pointues est en recrudescence. Il ne faut surtout pas oublier que la prestation intellectuelle informatique est basée sur des hautes technologies. Il y a donc une demande du marché pour ces expertises de niche mais pas nécessairement pour les sociétés qui les proposent. En effet celles-ci nont plus leur place dun point de vue contractuel dans les référencements et contrats cadres imposés par les grands donneurs dordre. 4/ Selon vous est-ce conjoncturel (effet de la crise) ou est-ce un phénomène qui perdure? Il sagit dun phénomène qui perdure et qui saccélère. Lensemble des secteurs dactivités des Grands Comptes va dans le même sens à savoir établir des référencements de fournisseurs et massifier auprès de ceux-ci pour obtenir les meilleurs prix et les meilleurs engagements. La gestion multi-fournisseurs pour les Grands Comptes est compliquée et ne va pas dans le sens dune industrialisation. On va vers une escalade de prix les plus bas ceci au détriment de la qualité et de la pertinence des compétences et des opérations chez les Grands Comptes. En revanche ce qui est conjoncturel cest larrêt voire la diminution de la sous-traitance et du portage. Quand le résultat dexploitation de la grande SSII diminue en temps de crise elle supprime tout ce qui le fait baisser pour retrouver un bon ratio chiffre daffaires / mark-up. 5/ Aujourdhui existe t-il une alternative pour contourner le dictat des grandes SSII? Aujourdhui les entreprises du mid-market et les PME SSII ont 3 alternatives pour faire face aux grandes SSII :

5 - lutilisation des places de marché entre les Grands Comptes et les sociétés pas nécessairement référencées. La place de marché permet aux grands donneurs davoir une multitude de fournisseurs auxquels ils peuvent adresser leurs consultations. Néanmoins dans ce cas de figure les grands donneurs dordre ne prennent généralement pas le temps de mieux connaître ces acteurs et surtout les places de marché ne sengagent pas vis-à-vis deux. En général les places de marché sont plutôt utilisées pour effectuer de sourcing entre SSII. - le regroupement dacteurs SSII au sein de GIE (Groupement dintérêt Economique) pour essayer daccéder aux référencements tout en montrant un peu de plus de force vis-à-vis des Grands Comptes. Dans la réalité ces GIE ne sont pas une vraie réponse aux besoins des grands donneurs dordre. Ils ont en fait besoin de sappuyer sur un système de guichet unique permettant une relation multi-fournisseurs industrialisée en termes dengagement de négociation des prix et du suivi des travaux. Les GIE se sont plutôt retrouvés dans une dynamique Régionale il y a quelques années. - une plateforme de services industrialisée qui va prendre en compte les engagements contractuels extrêmement lourds pour ces PME et être garant de la pertinence des compétences proposées et de la qualité des travaux afin doffrir la notion de guichet unique multi-fournisseurs aux Grands Comptes. Tel est le fonctionnement du modèle INOPS qui sinscrit dans le cadre de linitiative gouvernementale - le Pacte PME - ayant pour but daider les PME à accéder au marché des Grands Comptes privés ou publics. 6/ Etre garant des PME auprès des Grands Comptes cest donc la marque de fabrique INOPS? Bien sûr mais pas seulement. Contrairement aux places de marché nous nintervenons pas en «one shot». INOPS intervient sur la durée tant au niveau des Grands Comptes que des PME adhérentes. Une place de marché ne peut pas se targuer de jouer ce rôle de lien industriel dautant plus qu INOPS atteste de lexpertise des fournisseurs adhérents auprès des Grands Comptes. Nous ne sommes plus dans le mode auto-déclaratif propre aux places de marché où personne ne justifie de la qualité dexpert de la société sauf cette dernière. Grâce au modèle de plateforme industrialisée les PME récupèrent entre 10 et 20 % de leur marge tout en pouvant utiliser leur relation directe avec les Grands Comptes le contraire de la sous-traitance ceci avec une meilleure garantie de la qualité des travaux réalisés.

6 Date: 10/12/09 Audience: visiteurs Journaliste : NC Web : Etat de lart du marché des prestations intellectuelles informatiques par Laurent Levy président dinops Publié le 10 Décembre 2009 Le marché est en profonde mutation : les grandes SSII françaises doivent remettre en question leur process / business model pour fournir des prestations de services de qualité! A lheure où les spéculations sur la reprise de lactivité des services informatiques pour 2010 fusent Laurent Levy qui a œuvré depuis plus de 20 ans dans les plus grandes SSII (Capgemini Transiciel Steria et Atos Origin) fait le point sur un marché cannibalisé par les grandes SSII au détriment du mid-market et des PME qui ont pourtant une solide expertise. 1/ Pouvez-vous vous présenter et expliquer votre parcours? Jai travaillé plus de 20 ans dans les grandes SSII en qualité de Directeur de BU notamment sur des activités à très forte valeur ajoutée liées à lexpertise technique et technologique ou au conseil en organisation. Au cours de mes différentes expériences jai rapidement pris conscience que les petites et moyennes entreprises rompues aux technologies spécifiques et à forte valeur ajoutée étaient écartées malgré elles au profit des grandes sociétés généralistes. Pendant plusieurs années jai pris le parti de mappuyer pour des actions spécifiques et ponctuelles sur ces PME spécialisées en les intégrant dans les projets de mes clients Grands Comptes ou en sous-traitance avec délégation dexperts. Or force est de constater que ces entreprises expertes démontrent leur pertinence sur les projets des Grands Comptes et sont tout à fait légitime techniquement dans ces contextes projet. 2/ Quelle est votre vision de létat actuel du marché des services informatiques? Il y a environ 18 ans lorsque jintervenais pour une grande SSII il se disait que le marché français de la prestation intellectuelle informatique allait complètement se transformer dans les 4 à 5 ans à venir. Les petites et moyennes SSII étant vouées à être absorbées par les grandes SSII et donc à disparaitre. Finalement cela a mis un peu plus de temps mais le constat est le même. Depuis 10 ans on a remarqué le fort engagement des Grands Comptes vers la massification des prestations et dans la mise en place de structures industrialisées que sont les contrats cadre et les référencements ceci permettant de travailler sur la masse de prestations et le chiffre daffaires plutôt que sur la qualité. Ce schéma qui permet encore aujourdhui de réduire les coûts dachats na pas uniquement été initié par les grands donneurs dordre mais relevait autant de la volonté des grandes SSII daugmenter leur volume de prestations et donc de dynamiser leur croissance. De fait les Grands Comptes se retrouvent plus à acheter des «produits» de masse que des compétences. Cette mutation a eue pour conséquence de fermer progressivement le marché des Grands Comptes au mid-market et aux PME qui nont pas la possibilité de se faire référencer de par leur taille ou la tenue des engagements demandés. Ces sociétés se sont donc retrouvées obligées dintervenir au coût donné par les grandes SSII généralistes en sous-traitance ou en portage. Les collaborateurs qui interviennent dans ces conditions se retrouvent déconnectés de

7 leur structure initiale en termes de suivi opérationnel et administratif et cest lune des raisons pour lesquelles il y a des problèmes récurrents de délit de marchandage et prêt-illicite de main dœuvre dans la profession... Mais ces PME nont pas eu le choix : soit elles acceptent ces conditions qui manquent cruellement de transparence soit elles sorientent vers dautres types de marché. 3/ Quen est-il de la visibilité des sociétés de services de niche qui évoluent sur ce marché? Face au monopole des grandes SSII ces PME SSII voient leur visibilité réduite auprès des Grands Comptes. Si lintervention en gré à gré - la sollicitation par des opérationnels Grands Comptes pour intervention dexperts dans leurs projets - perdure cest uniquement dans certains secteurs dactivités sur des prestations très ponctuelles et de plus en plus rares. Aussi pour continuer dexister elles se retrouvent finalement confrontées à 3 types de possibilités : - lintervention en portage : à la demande des clients opérationnels ces sociétés se font porter par les grandes SSII référencées dans les contrats cadres. En contrepartie lentreprise qui «porte» perçoit une taxe dau minimum de 10% et qui plus généralement atteint les 15% pour effectuer ce portage administratif sans aucune autre valeur ajoutée. - lintervention en sous-traitance qui fait intervenir les équipes de la société initiale pour la société référencée. Cette dernière prélève une marge minimum de 20% et plus généralement de 30-35% au détriment de la société qui fournit les compétences. - il existe une dernière possibilité très ponctuelle consistant à sélectionner une petite SSII parmi des grands acteurs de la prestation intellectuelle informatique qui servira de challenger en termes de compétence de pertinence et de qualité. Pour intervenir sur des projets Grands Comptes les PME SSII nont pas dautre choix que de payer cette véritable taxe. La sous-traitance et le portage ne sont en somme que des leviers financiers et non pas une recherche de compétence alors que le nombre de projets nécessitant des expertises très pointues est en recrudescence. Il ne faut surtout pas oublier que la prestation intellectuelle informatique est basée sur des hautes technologies. Il y a donc une demande du marché pour ces expertises de niche mais pas nécessairement pour les sociétés qui les proposent. En effet celles-ci nont plus leur place dun point de vue contractuel dans les référencements et contrats cadres imposés par les grands donneurs dordre. 4/ Selon vous est-ce conjoncturel (effet de la crise) ou est-ce un phénomène qui perdure? Il sagit dun phénomène qui perdure et qui saccélère. Lensemble des secteurs dactivités des Grands Comptes va dans le même sens à savoir établir des référencements de fournisseurs et massifier auprès de ceux-ci pour obtenir les meilleurs prix et les meilleurs engagements. La gestion multi-fournisseurs pour les Grands Comptes est compliquée et ne va pas dans le sens dune industrialisation. On va vers une escalade de prix les plus bas ceci au détriment de la qualité et de la pertinence des compétences et des opérations chez les Grands Comptes. En revanche ce qui est conjoncturel cest larrêt voire la diminution de la sous-traitance et du portage. Quand le résultat dexploitation de la grande SSII diminue en temps de crise elle supprime tout ce qui le fait baisser pour retrouver un bon ratio chiffre daffaires / mark-up. 5/ Aujourdhui existe t-il une alternative pour contourner le dictat des grandes SSII? Aujourdhui les entreprises du mid-market et les PME SSII ont 3 alternatives pour faire face aux grandes SSII :

8 - lutilisation des places de marché entre les Grands Comptes et les sociétés pas nécessairement référencées. La place de marché permet aux grands donneurs davoir une multitude de fournisseurs auxquels ils peuvent adresser leurs consultations. Néanmoins dans ce cas de figure les grands donneurs dordre ne prennent généralement pas le temps de mieux connaître ces acteurs et surtout les places de marché ne sengagent pas vis-à-vis deux. En général les places de marché sont plutôt utilisées pour effectuer de sourcing entre SSII. - le regroupement dacteurs SSII au sein de GIE (Groupement dintérêt Economique) pour essayer daccéder aux référencements tout en montrant un peu de plus de force vis-à-vis des Grands Comptes. Dans la réalité ces GIE ne sont pas une vraie réponse aux besoins des grands donneurs dordre. Ils ont en fait besoin de sappuyer sur un système de guichet unique permettant une relation multi-fournisseurs industrialisée en termes dengagement de négociation des prix et du suivi des travaux. Les GIE se sont plutôt retrouvés dans une dynamique Régionale il y a quelques années. - une plateforme de services industrialisée qui va prendre en compte les engagements contractuels extrêmement lourds pour ces PME et être garant de la pertinence des compétences proposées et de la qualité des travaux afin doffrir la notion de guichet unique multi-fournisseurs aux Grands Comptes. Tel est le fonctionnement du modèle INOPS qui sinscrit dans le cadre de linitiative gouvernementale - le Pacte PME - ayant pour but daider les PME à accéder au marché des Grands Comptes privés ou publics. 6/ Etre garant des PME auprès des Grands Comptes cest donc la marque de fabrique INOPS? Bien sûr mais pas seulement. Contrairement aux places de marché nous nintervenons pas en «one shot». INOPS intervient sur la durée tant au niveau des Grands Comptes que des PME adhérentes. Une place de marché ne peut pas se targuer de jouer ce rôle de lien industriel dautant plus qu INOPS atteste de lexpertise des fournisseurs adhérents auprès des Grands Comptes. Nous ne sommes plus dans le mode auto-déclaratif propre aux places de marché où personne ne justifie de la qualité dexpert de la société sauf cette dernière. Grâce au modèle de plateforme industrialisée les PME récupèrent entre 10 et 20 % de leur marge tout en pouvant utiliser leur relation directe avec les Grands Comptes le contraire de la sous-traitance ceci avec une meilleure garantie de la qualité des travaux réalisés.

9 Date: 10/12/09 Audience: visiteurs Journaliste : NC Web : Etat de lart du marché des prestations intellectuelles informatiques par Laurent Levy président dinops Publié le 10 Décembre 2009 Le marché est en profonde mutation : les grandes SSII françaises doivent remettre en question leur process / business model pour fournir des prestations de services de qualité! A lheure où les spéculations sur la reprise de lactivité des services informatiques pour 2010 fusent Laurent Levy qui a œuvré depuis plus de 20 ans dans les plus grandes SSII (Capgemini Transiciel Steria et Atos Origin) fait le point sur un marché cannibalisé par les grandes SSII au détriment du mid-market et des PME qui ont pourtant une solide expertise. 1/ Pouvez-vous vous présenter et expliquer votre parcours? Jai travaillé plus de 20 ans dans les grandes SSII en qualité de Directeur de BU notamment sur des activités à très forte valeur ajoutée liées à lexpertise technique et technologique ou au conseil en organisation. Au cours de mes différentes expériences jai rapidement pris conscience que les petites et moyennes entreprises rompues aux technologies spécifiques et à forte valeur ajoutée étaient écartées malgré elles au profit des grandes sociétés généralistes. Pendant plusieurs années jai pris le parti de mappuyer pour des actions spécifiques et ponctuelles sur ces PME spécialisées en les intégrant dans les projets de mes clients Grands Comptes ou en sous-traitance avec délégation dexperts. Or force est de constater que ces entreprises expertes démontrent leur pertinence sur les projets des Grands Comptes et sont tout à fait légitime techniquement dans ces contextes projet. 2/ Quelle est votre vision de létat actuel du marché des services informatiques? Il y a environ 18 ans lorsque jintervenais pour une grande SSII il se disait que le marché français de la prestation intellectuelle informatique allait complètement se transformer dans les 4 à 5 ans à venir. Les petites et moyennes SSII étant vouées à être absorbées par les grandes SSII et donc à disparaitre. Finalement cela a mis un peu plus de temps mais le constat est le même. Depuis 10 ans on a remarqué le fort engagement des Grands Comptes vers la massification des prestations et dans la mise en place de structures industrialisées que sont les contrats cadre et les référencements ceci permettant de travailler sur la masse de prestations et le chiffre daffaires plutôt que sur la qualité. Ce schéma qui permet encore aujourdhui de réduire les coûts dachats na pas uniquement été initié par les grands donneurs dordre mais relevait autant de la volonté des grandes SSII daugmenter leur volume de prestations et donc de dynamiser leur croissance. De fait les Grands Comptes se retrouvent plus à acheter des «produits» de masse que des compétences. Cette mutation a eue pour conséquence de fermer progressivement le marché des Grands Comptes au mid-market et aux PME qui nont pas la possibilité de se faire référencer de par leur taille ou la tenue des engagements demandés. Ces sociétés se sont donc retrouvées obligées dintervenir au coût donné par les grandes SSII généralistes en sous-traitance ou en

10 portage. Les collaborateurs qui interviennent dans ces conditions se retrouvent déconnectés de leur structure initiale en termes de suivi opérationnel et administratif et cest lune des raisons pour lesquelles il y a des problèmes récurrents de délit de marchandage et prêt-illicite de main dœuvre dans la profession... Mais ces PME nont pas eu le choix : soit elles acceptent ces conditions qui manquent cruellement de transparence soit elles sorientent vers dautres types de marché. 3/ Quen est-il de la visibilité des sociétés de services de niche qui évoluent sur ce marché? Face au monopole des grandes SSII ces PME SSII voient leur visibilité réduite auprès des Grands Comptes. Si lintervention en gré à gré - la sollicitation par des opérationnels Grands Comptes pour intervention dexperts dans leurs projets - perdure cest uniquement dans certains secteurs dactivités sur des prestations très ponctuelles et de plus en plus rares. Aussi pour continuer dexister elles se retrouvent finalement confrontées à 3 types de possibilités : - lintervention en portage : à la demande des clients opérationnels ces sociétés se font porter par les grandes SSII référencées dans les contrats cadres. En contrepartie lentreprise qui «porte» perçoit une taxe dau minimum de 10% et qui plus généralement atteint les 15% pour effectuer ce portage administratif sans aucune autre valeur ajoutée. - lintervention en sous-traitance qui fait intervenir les équipes de la société initiale pour la société référencée. Cette dernière prélève une marge minimum de 20% et plus généralement de 30-35% au détriment de la société qui fournit les compétences. - il existe une dernière possibilité très ponctuelle consistant à sélectionner une petite SSII parmi des grands acteurs de la prestation intellectuelle informatique qui servira de challenger en termes de compétence de pertinence et de qualité. Pour intervenir sur des projets Grands Comptes les PME SSII nont pas dautre choix que de payer cette véritable taxe. La sous-traitance et le portage ne sont en somme que des leviers financiers et non pas une recherche de compétence alors que le nombre de projets nécessitant des expertises très pointues est en recrudescence. Il ne faut surtout pas oublier que la prestation intellectuelle informatique est basée sur des hautes technologies. Il y a donc une demande du marché pour ces expertises de niche mais pas nécessairement pour les sociétés qui les proposent. En effet celles-ci nont plus leur place dun point de vue contractuel dans les référencements et contrats cadres imposés par les grands donneurs dordre. 4/ Selon vous est-ce conjoncturel (effet de la crise) ou est-ce un phénomène qui perdure? Il sagit dun phénomène qui perdure et qui saccélère. Lensemble des secteurs dactivités des Grands Comptes va dans le même sens à savoir établir des référencements de fournisseurs et massifier auprès de ceux-ci pour obtenir les meilleurs prix et les meilleurs engagements. La gestion multi-fournisseurs pour les Grands Comptes est compliquée et ne va pas dans le sens dune industrialisation. On va vers une escalade de prix les plus bas ceci au détriment de la qualité et de la pertinence des compétences et des opérations chez les Grands Comptes. En revanche ce qui est conjoncturel cest larrêt voire la diminution de la sous-traitance et du portage. Quand le résultat dexploitation de la grande SSII diminue en temps de crise elle supprime tout ce qui le fait baisser pour retrouver un bon ratio chiffre daffaires / mark-up. 5/ Aujourdhui existe t-il une alternative pour contourner le dictat des grandes SSII? Aujourdhui les entreprises du mid-market et les PME SSII ont 3 alternatives pour faire face aux grandes SSII :

11 - lutilisation des places de marché entre les Grands Comptes et les sociétés pas nécessairement référencées. La place de marché permet aux grands donneurs davoir une multitude de fournisseurs auxquels ils peuvent adresser leurs consultations. Néanmoins dans ce cas de figure les grands donneurs dordre ne prennent généralement pas le temps de mieux connaître ces acteurs et surtout les places de marché ne sengagent pas vis-à-vis deux. En général les places de marché sont plutôt utilisées pour effectuer de sourcing entre SSII. - le regroupement dacteurs SSII au sein de GIE (Groupement dintérêt Economique) pour essayer daccéder aux référencements tout en montrant un peu de plus de force vis-à-vis des Grands Comptes. Dans la réalité ces GIE ne sont pas une vraie réponse aux besoins des grands donneurs dordre. Ils ont en fait besoin de sappuyer sur un système de guichet unique permettant une relation multi-fournisseurs industrialisée en termes dengagement de négociation des prix et du suivi des travaux. Les GIE se sont plutôt retrouvés dans une dynamique Régionale il y a quelques années. - une plateforme de services industrialisée qui va prendre en compte les engagements contractuels extrêmement lourds pour ces PME et être garant de la pertinence des compétences proposées et de la qualité des travaux afin doffrir la notion de guichet unique multi-fournisseurs aux Grands Comptes. Tel est le fonctionnement du modèle INOPS qui sinscrit dans le cadre de linitiative gouvernementale - le Pacte PME - ayant pour but daider les PME à accéder au marché des Grands Comptes privés ou publics. 6/ Etre garant des PME auprès des Grands Comptes cest donc la marque de fabrique INOPS? Bien sûr mais pas seulement. Contrairement aux places de marché nous nintervenons pas en «one shot». INOPS intervient sur la durée tant au niveau des Grands Comptes que des PME adhérentes. Une place de marché ne peut pas se targuer de jouer ce rôle de lien industriel dautant plus qu INOPS atteste de lexpertise des fournisseurs adhérents auprès des Grands Comptes. Nous ne sommes plus dans le mode auto-déclaratif propre aux places de marché où personne ne justifie de la qualité dexpert de la société sauf cette dernière. Grâce au modèle de plateforme industrialisée les PME récupèrent entre 10 et 20 % de leur marge tout en pouvant utiliser leur relation directe avec les Grands Comptes le contraire de la sous-traitance ceci avec une meilleure garantie de la qualité des travaux réalisés.

12 Date: 23/12/09 Audience: visiteurs Journaliste : Elsa Bellanger Web : PLATEFORMES ET RESEAUX PROFESSIONNELS : LES NOUVEAUX OUTILS DE LA COLLABORATION? Rapprocher les acteurs de l innovation (pôles de compétitivité PME innovantes organismes de recherche et grands groupes) pour favoriser les échanges et encourager les collaborations est l objectif affiché par plusieurs plateformes ou réseaux professionnels lancés dernièrement. Que ce soit en réponse au besoin des entreprises de collaborer entre elles ou avec des organismes de recherche dans le cadre de projets de R&D ou pour favoriser le partage des connaissances et l échange au sein des communautés professionnelles plateformes et autres réseaux professionnels se multiplient et proposent de rapprocher les acteurs. Après l ouverture d un espace sur le site de l ANR (Agence Nationale de le Recherche) dédié à la recherche partenariale entre entreprises et chercheurs publics pour permettre aux entreprises «de proposer des projets de recherche aux laboratoires publics sous forme d appels à projets ouverts» deux sociétés Inop s et Uneek lancent leurs outils collaboratifs. Un «liant industriel» Se positionnant comme un «liant industriel» entre les grands comptes et les PME innovantes du secteur des services informatiques Inop s veut donner de la visibilité aux PME de niche du secteur des services informatiques et leur permettre de «s affranchir du monopole des grandes SSII (société de services en ingénierie informatique) pratiquant la sous-traitance ou le portage à outrance.» S appuyant sur une «plateforme de services industrialisée» Inop s propose aux PME de signer le «Pacte Adhérents» pour obtenir la labellisation Inop s et être référencées auprès des grands comptes «au même titre que les grandes SSII.» Ainsi Inop s centralise les domaines d expertise des PME de niche et les demandes de prestations des grands comptes mais aussi «négocie les grilles tarifaires définit les engagements contractuels effectue la facturation et assure le suivi opérationnel des missions et projets.» Un réseau «collaboratif professionnel Web 2.0» De son côté Uneek a développé Kosmopolead un «réseau collaboratif professionnel Web 2.0» dédié aux communautés (pôles de compétitivité clusters associations etc.) et aux décideurs. Axé sur le «partage des connaissances» «l échange au sein des communautés professionnelles» et «l ouverture entre entreprises» Kosmopolead se veut un outil de «convergence entre réseau professionnel et outils collaboratifs» qui favorise le «benchmark interne et externe.» «Je suis convaincu que le développement de l intelligence collective est un facteur clé dans l émergence de produits et de services toujours plus compétitifs» explique Arnaud Sander fondateur du concept qui souhaite «permettre cette mutualisation de

13 compétences pour le bien de tous.» Comptant déjà plus membres et six communautés (les pôles Génie Civil Ecoconstruction EMC2 Vegepolys l Association Internationale de Management Stratégique l entreprise Viseo et Audencia School of Management) la plateforme met notamment à disposition de ses clients des «supports d organisation agenda bureau virtuel et tableau de bord ainsi que des applications de gestion CRM ou gestion de projet.»

14 Date: 29/12/09 Audience: NC Journaliste : Erick Haehnsen Web : L e-business à l épreuve de la réalité Après les places de marché des années 1990 les plates-formes professionnelles cèdent la place à de rares exceptions près aux éditeurs de logiciels à la demande sur Internet et aux sites de mise en relation entre acheteurs et fournisseurs. En milliards de dollars (1 693 milliards d euros) de marchandises échangées c était le montant mirifique annoncé par le célèbre cabinet d analyse Forrester Research qui devait être généré par les places de marchés électroniques professionnelles (B2B e-marketplaces) à l horizon 2004 dans le monde. Leur promesse : mettre en relation acheteurs et fournisseurs gérer les Illustration : Thierry Cap de Coume appels d offres et les demandes de devis et publier les catalogues de produits. En 2001 presque toutes ces plates-formes ont été ensevelies au cimetière de la bulle Internet. «Le problème c est que leur coût d utilisation était trop élevé. Elles n étaient pas non plus incontournables sur leur secteur et leurs processus se révélaient mal adaptés aux utilisateurs» tranche Gérard Dahan vice-président de Bravo Solution un éditeur de logiciels pour la gestion de la relation fournisseurs. Il n empêche. Quelques acteurs ont réussi à survivre. Leur secret? Un changement radical de modèle économique. D opérateurs d e-marketplaces publiques certains sont devenus éditeurs de logiciels loués à la demande sur Internet (SaaS : Software as a Service) afin d opérer des places de marché électroniques privées. C est-à-dire réservée à l usage d un industriel. Citons ainsi Ariba et Hubwoo ce dernier étant en partie motorisé par son actionnaire de référence SAP le leader mondial du progiciel de gestion d entreprise. «Les deux tiers de nos revenus sont issus du logiciel en mode SaaS. Le reste de nos recettes provient de l activité de notre propre place de marché électronique» reconnaît Rinus Strydom en charge du marketing de Hubwoo. «60 de nos clients dont EADS ou Michelin gèrent ainsi jusqu à fournisseurs.» Cette évolution vers le logiciel en mode SaaS a été l occasion d enrichir les anciennes places de marché électroniques à vocation généralistes avec des fonctionnalités à forte valeur ajoutée : analyse de la dépense facturation dématérialisée gestion de la relation fournisseurs gestion du cycle de vie des contrats gestion des approvisionnements stratégiques gestion du contenu des catalogues de produits et gestion des réseaux de fournisseurs. Quant aux acteurs qui sont restés Pure Players c est-à-dire opérateurs de places de marché publiques ils ont considérablement amélioré le niveau des services offerts aux adhérents : trouver un meilleur fournisseur centraliser les achats sur un poste afin de réaliser de substantielles économies À cet égard certains services vont particulièrement loin : «Nous concevons et centralisons l aménagement des 60 magasins d un distributeur au lieu de le faire localement boutique après boutique» reprend Gérard Dahan pour qui le conseil pèse 50 % des recettes. Pour sa part fort d une nomenclature de produits en 26 langues Kompass attire 2 millions de visites par mois. «Nous vérifions chaque mois à la main les demandes de devis adressées aux fournisseurs. C est le prix à payer pour mettre en relation acheteurs et fournisseurs» résume Laurent Ghesquier le responsable marketing clients et partenariats. De leur côté les places de marché d Inop s et de PactePME aident les PME innovantes à accéder enfin aux très fermés processus d achat des grands comptes. La première propose aux petites SSII (sociétés

15 de services en ingénierie informatique) de se regrouper afin d atteindre la taille critique nécessaire pour soumissionner aux appels d offres de services informatiques des grands comptes. Quant à la seconde elle couvre tous les secteurs d activité liés à l innovation pour rapprocher les petites entreprises des grands donneurs d ordres. Reste à animer les communautés. Sur le marché hautement fragmenté de la sous-traitance industrielle à l échelle mondiale MFG.com y excelle depuis 10 ans auprès de ses membres dans 50 pays. «Nous les fidélisons grâce à l expertise industrielle de nos consultants» précise Mitch Free PDG et fondateur de MFG.com. Morale de l histoire : «Le concept de place de marché reste pertinent» assène Yves Weisselberger PDG de KDS qui opère en mode SaaS sur le créneau des voyages d affaires en réunissant les compagnies aériennes même les low costs et ferroviaires les loueurs de voitures et les groupes hôteliers sans prendre de commission sur les transactions. «Avec 90 à 95 % des fournisseurs en ligne notre système est assez exhaustif. Grâce à nos outils collaboratifs les entreprises réalisent en moyenne 10 % d économie. Mais elles peuvent surtout définir et contrôler une politique de voyage pour maîtriser leurs coûts.» Érick Haehnsen

16 Date: 06/01/10 Audience: NC Journaliste : Caroline Chanlon Web : La place des PME sur le marché des prestations intellectuelles informatiques Laurent LEVY INOP S est une plateforme de services qui transforme le marché des prestations intellectuelles informatiques au profit des PME innovantes A l heure où les spéculations sur la reprise de l activité des services informatiques pour 2010 fusent Laurent Levy qui a oeuvré depuis plus de 20 ans dans les plus grandes SSII (Capgemini Transiciel Steria et Atos Origin) fait le point sur un marché cannibalisé par les grandes SSII au détriment du mid-market et des PME qui ont pourtant une solide expertise. 1/ Pouvez-vous vous présenter et expliquer votre parcours? J ai travaillé plus de 20 ans dans les grandes SSII en qualité de Directeur de BU notamment sur des activités à très forte valeur ajoutée liées à l expertise technique et technologique ou au conseil en organisation. Au cours de mes différentes expériences j ai rapidement pris conscience que les petites et moyennes entreprises rompues aux technologies spécifiques et à forte valeur ajoutée étaient écartées malgré elles au profit des grandes sociétés généralistes. Pendant plusieurs années j ai pris le parti de m appuyer pour des actions spécifiques et ponctuelles sur ces PME spécialisées en les intégrant dans les projets de mes clients Grands Comptes ou en sous-traitance avec délégation d experts. Or force est de constater que ces entreprises expertes démontrent leur pertinence sur les projets des Grands Comptes et sont tout à fait légitime techniquement dans ces contextes projet. 2/ Quelle est votre vision de létat actuel du marché des services informatiques? Il y a environ 18 ans lorsque j intervenais pour une grande SSII il se disait que le marché français de la prestation intellectuelle informatique allait complètement se transformer dans les 4 à 5 ans à venir. Les petites et moyennes SSII étant vouées à être absorbées par les grandes SSII et donc à disparaitre. Finalement cela a mis un peu plus de temps mais le constat est le même. Depuis 10 ans on a remarqué le fort engagement des Grands Comptes vers la massification des prestations et dans la mise en place de structures industrialisées que sont les contrats cadre et les référencements ceci permettant de travailler sur la masse de prestations et le chiffre d affaires plutôt que sur la qualité. Ce schéma qui permet encore aujourd hui de réduire les coûts d achats n a pas uniquement été initié par les grands donneurs d ordre mais relevait autant de la volonté des grandes SSII d augmenter leur volume de prestations et donc de dynamiser leur croissance. De fait les Grands Comptes se retrouvent plus à acheter des «produits» de masse que des compétences.

17 Cette mutation a eue pour conséquence de fermer progressivement le marché des Grands Comptes au mid-market et aux PME qui n ont pas la possibilité de se faire référencer de par leur taille ou la tenue des engagements demandés. Ces sociétés se sont donc retrouvées obligées d intervenir au coût donné par les grandes SSII généralistes en sous-traitance ou en portage. Les collaborateurs qui interviennent dans ces conditions se retrouvent déconnectés de leur structure initiale en termes de suivi opérationnel et administratif et c est l une des raisons pour lesquelles il y a des problèmes récurrents de délit de marchandage et prêt-illicite de main d oeuvre dans la profession Mais ces PME n ont pas eu le choix : soit elles acceptent ces conditions qui manquent cruellement de transparence soit elles s orientent vers d autres types de marché. 3/ Quen est-il de la visibilité des sociétés de services de niche qui évoluent sur ce marché? Face au monopole des grandes SSII ces PME SSII voient leur visibilité réduite auprès des Grands Comptes. Si l intervention en gré à gré la sollicitation par des opérationnels Grands Comptes pour intervention d experts dans leurs projets perdure c est uniquement dans certains secteurs d activités sur des prestations très ponctuelles et de plus en plus rares. Aussi pour continuer d exister elles se retrouvent finalement confrontées à 3 types de possibilités : - l intervention en portage : à la demande des clients opérationnels ces sociétés se font porter par les grandes SSII référencées dans les contrats cadres. En contrepartie l entreprise qui «porte» perçoit une taxe d au minimum de 10% et qui plus généralement atteint les 15% pour effectuer ce portage administratif sans aucune autre valeur ajoutée. - l intervention en sous-traitance qui fait intervenir les équipes de la société initiale pour la société référencée. Cette dernière prélève une marge minimum de 20% et plus généralement de 30-35% au détriment de la société qui fournit les compétences. - il existe une dernière possibilité très ponctuelle consistant à sélectionner une petite SSII parmi des grands acteurs de la prestation intellectuelle informatique qui servira de challenger en termes de compétence de pertinence et de qualité. Pour intervenir sur des projets Grands Comptes les PME SSII n ont pas d autre choix que de payer cette véritable taxe. La sous-traitance et le portage ne sont en somme que des leviers financiers et non pas une recherche de compétence alors que le nombre de projets nécessitant des expertises très pointues est en recrudescence. Il ne faut surtout pas oublier que la prestation intellectuelle informatique est basée sur des hautes technologies. Il y a donc une demande du marché pour ces expertises de niche mais pas nécessairement pour les sociétés qui les proposent. En effet celles-ci n ont plus leur place d un point de vue contractuel dans les référencements et contrats cadres imposés par les grands donneurs d ordre. 4/ Selon vous est-ce conjoncturel (effet de la crise) ou est-ce un phénomène qui perdure? Il s agit d un phénomène qui perdure et qui s accélère. L ensemble des secteurs d activités des Grands Comptes va dans le même sens à savoir établir des référencements de fournisseurs et massifier auprès de ceux-ci pour obtenir les meilleurs prix et les meilleurs engagements. La gestion multi-fournisseurs pour les Grands Comptes est compliquée et ne va pas dans le sens d une industrialisation.

18 On va vers une escalade de prix les plus bas ceci au détriment de la qualité et de la pertinence des compétences et des opérations chez les Grands Comptes. En revanche ce qui est conjoncturel c est l arrêt voire la diminution de la sous-traitance et du portage. Quand le résultat d exploitation de la grande SSII diminue en temps de crise elle supprime tout ce qui le fait baisser pour retrouver un bon ratio chiffre d affaires / mark-up. 5/ Aujourdhui existe t-il une alternative pour contourner le dictat des grandes SSII? Aujourd hui les entreprises du mid-market et les PME SSII ont 3 alternatives pour faire face aux grandes SSII : - l utilisation des places de marché entre les Grands Comptes et les sociétés pas nécessairement référencées. La place de marché permet aux grands donneurs d avoir une multitude de fournisseurs auxquels ils peuvent adresser leurs consultations. Néanmoins dans ce cas de figure les grands donneurs d ordre ne prennent généralement pas le temps de mieux connaître ces acteurs et surtout les places de marché ne s engagent pas vis-à-vis d eux. En général les places de marché sont plutôt utilisées pour effectuer de sourcing entre SSII. - le regroupement d acteurs SSII au sein de GIE (Groupement d Intérêt Economique) pour essayer d accéder aux référencements tout en montrant un peu de plus de force vis-à-vis des Grands Comptes. Dans la réalité ces GIE ne sont pas une vraie réponse aux besoins des grands donneurs d ordre. Ils ont en fait besoin de s appuyer sur un système de guichet unique permettant une relation multi fournisseurs industrialisée en termes d engagement de négociation des prix et du suivi des travaux. Les GIE se sont plutôt retrouvés dans une dynamique Régionale il y a quelques années. - une plateforme de services industrialisée qui va prendre en compte les engagements contractuels extrêmement lourds pour ces PME et être garant de la pertinence des compétences proposées et de la qualité des travaux afin d offrir la notion de guichet unique multi-fournisseurs aux Grands Comptes. Tel est le fonctionnement du modèle INOP S qui s inscrit dans le cadre de l initiative gouvernementale le Pacte PME ayant pour but d aider les PME à accéder au marché des Grands Comptes privés ou publics.

19 Date: 12/01/10 Audience: Visiteurs Journaliste : Didier Barathon Web : Informatique 12/01/2010 Nominations Xavier Danière - Inops La plateforme de services Inops (qui veut mettre en contact PME et grands comptes) se renforce avec larrivée de Xavier Danière en tant que directeur commercial. Un poste nouvellement créé. Xavier Danière était directeur des opérations régions et membre du comité de direction desr depuis 2007 une société quil avait intégrée en 2003 en tant que directeur régional grand est. Il avait exercé auparavant des fonctions dingénieur daffaires puis de directeur dagence et de région chez Umanis. A ses débuts en 1990 il avait évolué dans la distribution informatique.

20 Date: 12/01/2009 Audience : visiteurs Journaliste : NC Web : [PROFIL] Ils changent de poste en janvier 2010 TOUS LES MOIS GUIDEINFORMATIQUE SELECTIONNE LA LISTE DES MANAGERS RECEMMENT NOMMES. - Xavier Danière Chez Inop s - Philippe Ribera chez Ribera - Mohamed Mikou chez Infor - Jean-Pierre Brulard chez VMware - Bernard Desprez au cabinet Ineum Consulting - Eric Champ chez Sogeti High Tech - Melissa Plenier chez Alter Way

2/ Quelle est votre vision de l'état actuel du marché des services informatiques?

2/ Quelle est votre vision de l'état actuel du marché des services informatiques? Etat de l'art du marché des prestations intellectuelles informatiques par Laurent Levy, président d'inop's Publié le 10 Décembre 2009 http://www.itrnews.com/articles/98478/etat-art-marche-prestations-intellectuelles-informatiques-brlaurent-levy-president-inop.html

Plus en détail

INOP'S : un modèle prometteur

INOP'S : un modèle prometteur INOP'S : un modèle prometteur Décembre 2012 92 avenue de Wagram 75017 Paris Tel : +33 (0)1 56 56 63 33 info-france@pac-online.com Eric Monnoyer VP Consulting e.monnoyer@pac-online.com Le marché de l expertise

Plus en détail

Naissance de NUMERGY, producteur d énergie numérique au service des entreprises et des institutions

Naissance de NUMERGY, producteur d énergie numérique au service des entreprises et des institutions Communiqué de presse Paris, le 5 septembre 2012 Naissance de NUMERGY, producteur d énergie numérique au service des entreprises et des institutions Numergy, une nouvelle société dirigée par Philippe Tavernier

Plus en détail

E-commerce B2B en France : un secteur méconnu mais au fort potentiel de croissance

E-commerce B2B en France : un secteur méconnu mais au fort potentiel de croissance Bureau de Paris 18, boulevard Montmartre 75009 Paris Tel : (33) 1 42 77 76 17 Internet : www.sia-partners.com Paris Lyon Bruxelles Amsterdam Roma Milano Casablanca Dubaï New-York E-commerce B2B en France

Plus en détail

La Politique Qualité des Agences Selectour

La Politique Qualité des Agences Selectour La Politique Qualité des Agences Selectour Les agences Selectour : Avec près de 550 agences de voyages et 2 000 experts, nous offrons la garantie pour nos clients d être proches d un de nos points de vente

Plus en détail

www.tackwin.fr TackWin Lancement de la 1 ère plateforme web d achat mutualisé de formations professionnelles

www.tackwin.fr TackWin Lancement de la 1 ère plateforme web d achat mutualisé de formations professionnelles TackWin Dossier de Presse septembre 2012 Lancement de la 1 ère plateforme web d achat mutualisé de s professionnelles TackWin est la 1ère plateforme WEB d achat mutualisé de s professionnelles. Grâce à

Plus en détail

RESSOURCES HUMAINES. Yourcegid Ressources Humaines, des solutions pour les entreprises qui s investissent dans leur capital humain.

RESSOURCES HUMAINES. Yourcegid Ressources Humaines, des solutions pour les entreprises qui s investissent dans leur capital humain. Yourcegid Ressources Humaines, des solutions pour les entreprises qui s investissent dans leur capital humain. Solutions de gestion RESSOURCES HUMAINES Parce que votre entreprise est unique, parce que

Plus en détail

Des solutions de croissance pour les PME du logiciel

Des solutions de croissance pour les PME du logiciel Des solutions de croissance pour les PME du logiciel Maillage 3D adapté à l écoulement d air à l arrière d un avion supersonique Vous êtes dirigeant de PME de la filière logicielle et conscient que l innovation

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Les premiers retours positifs d un projet innovant

DOSSIER DE PRESSE. Les premiers retours positifs d un projet innovant Inauguration 28 Novembre 2007 DOSSIER DE PRESSE ADITU, un outil de la compétitivité économique et numérique des territoires Les premiers retours positifs d un projet innovant Inauguration 28 Novembre 2007

Plus en détail

OUTILS ACHATS & FONCTIONNALITES COLLABORATIVES

OUTILS ACHATS & FONCTIONNALITES COLLABORATIVES Sujets d actualité, débats, perspectives, enjeux Tendances Achats vous donne la parole et analyse pour vous le monde des Achats. OUTILS ACHATS & FONCTIONNALITES COLLABORATIVES «La réussite des directions

Plus en détail

PGE 2 Fall Semester 2015. Purchasing Track. Course Catalogue. Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2

PGE 2 Fall Semester 2015. Purchasing Track. Course Catalogue. Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2 PGE 2 Fall Semester 2015 Purchasing Track Course Catalogue Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2 Méthodes Outils associés au Processus Opérationnel des Achats p. 3 Gestion d un Projet Achat

Plus en détail

Des services métier performants et personnalisés, dans le Cloud IBM

Des services métier performants et personnalisés, dans le Cloud IBM Des services métier performants et personnalisés, dans le Cloud IBM IZZILI édite et implémente une suite applicative Cloud IZZILI Business Place Manager dédiée aux managers et à leurs équipes pour le management

Plus en détail

INNOVATIONS & FOURNISSEURS

INNOVATIONS & FOURNISSEURS Sujets d actualité, débats, perspectives, enjeux Tendances Achats vous donne la parole et analyse pour vous le monde des Achats. INNOVATIONS & FOURNISSEURS «La prise en charge de l innovation fournisseur

Plus en détail

Cours Magistral de Comptabilité de gestion ( Analytique) L3 Economie Gestion. Année Universitaire: 2011-2012. L3 Economie et gestion

Cours Magistral de Comptabilité de gestion ( Analytique) L3 Economie Gestion. Année Universitaire: 2011-2012. L3 Economie et gestion Cours Magistral de Comptabilité de gestion ( Analytique) L3 Economie Gestion Année Universitaire: 2011-2012 L3 Economie et gestion 1 SEANCE 1 Introduction : Comptabilité de gestion : historique, définitions

Plus en détail

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie.

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie. Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres-Energivie dans la mise en œuvre du service d accompagnement BIM DATA auprès des collectivités et des bailleurs sociaux Cette consultation a pour objectif

Plus en détail

Développez la connaissance de votre infrastructure d impression et optimisez son efficacité

Développez la connaissance de votre infrastructure d impression et optimisez son efficacité Audit d Impression * Développez la connaissance de votre infrastructure d impression et optimisez son efficacité SERVICES D EVALUATION * Bien sûr, vous pouvez Améliorer L impression une tâche omniprésente

Plus en détail

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Application Services France the way we do it Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Chaque direction informatique

Plus en détail

Découvrez le 1 er e-learning du voyage d affaires

Découvrez le 1 er e-learning du voyage d affaires Présente de Découvrez le 1 er e-learning du voyage d affaires Faites confiance à l image pour apporter à vos collaborateurs ou à vous-même la meilleure formation en ligne du voyage d affaires destinée

Plus en détail

Social Partner vous accompagner à développer une communauté les réseaux sociaux

Social Partner vous accompagner à développer une communauté les réseaux sociaux Qui sommes nous? Fort de son expérience depuis plusieurs années sur les réseaux sociaux, Net Social Réputation s associe avec Victoria Communication expert en communication B to B pour fonder Social Partner

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

AFRICA PERFORMANCES SARL PRESENTATION

AFRICA PERFORMANCES SARL PRESENTATION AFRICA PERFORMANCES SARL PRESENTATION NOTRE VISION La gestion, le pilotage et la prise de décision au sein d'une organisation nécessitent d'avoir une information claire, synthétisée et disponible sur cette

Plus en détail

De l assistance technique au forfait, un nouveau «business model»

De l assistance technique au forfait, un nouveau «business model» DESPROGES Consulting Janvier 2009 LE CONSEIL EN TECHNOLOGIE AUJOURD HUI D une manière générale, les activités des entreprises de conseil en technologie recouvrent, en totalité ou en partie, le conseil

Plus en détail

Le PMU a choisi IZZILI ainsi que le Cloud IBM pour son extranet d animation et de pilotage commerciale de son réseau de plus de 12 000 points de vente

Le PMU a choisi IZZILI ainsi que le Cloud IBM pour son extranet d animation et de pilotage commerciale de son réseau de plus de 12 000 points de vente TEMOIGNAGES Le PMU a choisi IZZILI ainsi que le Cloud IBM pour son extranet d animation et de pilotage commerciale de son réseau de plus de 12 000 points de vente CONTEXTE Le PMU est le 1er opérateur de

Plus en détail

Institut des Experts Internationaux

Institut des Experts Internationaux Institut des Experts Internationaux 1 Cycle d enseignement supérieur des experts internationaux Pour devenir un expert international confirmé et un expert international chef de mission 2 Jamais l'échiquier

Plus en détail

Yourcegid Services, optimiser le pilotage de votre activité. De la planification à l analyse de la rentabilité. SERVICES

Yourcegid Services, optimiser le pilotage de votre activité. De la planification à l analyse de la rentabilité. SERVICES Yourcegid Services, optimiser le pilotage de votre activité. De la planification à l analyse de la rentabilité. SERVICES Parce que votre entreprise est unique, parce que vos besoins sont propres à votre

Plus en détail

La Carte d Achat et la Carte Virtuelle

La Carte d Achat et la Carte Virtuelle La Carte d Achat et la Carte Virtuelle BNP Paribas Découvrez la Carte d Achat BNP Paribas! Pour simplifier et optimiser la gestion de vos achats, découvrez la Carte d Achat de BNP Paribas une solution

Plus en détail

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE Comment choisir un CRM qui répondra à toutes les attentes de vos commerciaux www.aptean..fr LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE

Plus en détail

Cahier des Charges / formation «Mieux vendre avec le Plan d'actions Commerciales»

Cahier des Charges / formation «Mieux vendre avec le Plan d'actions Commerciales» Cahier des Charges / formation «Mieux vendre avec le Plan d'actions Commerciales» Entité : CARINNA (Agence pour la Recherche et l Innovation en Champagne- Ardenne) Contact : Franck MOREL Chargé d affaires

Plus en détail

Les objectifs du bilan de compétences.

Les objectifs du bilan de compétences. Les objectifs du bilan de compétences. Qu est ce qu un bilan de compétences? Pourquoi faire un bilan de compétences? Comment se déroule un bilan de compétences? Quelle est la méthodologie utilisée? Le

Plus en détail

RELATION CLIENT - CRM - MARKETING

RELATION CLIENT - CRM - MARKETING INNOVATION TECHNOLOGIES AU SERVICE DES PME PMI ETI SOeMAN RELATION CLIENT - CRM - MARKETING La solution d'aide au pilotage et au management de la performance commerciale Produit et service de la société

Plus en détail

Dossier Spécial BIG DATA, DÉMARRAGE À RISQUES

Dossier Spécial BIG DATA, DÉMARRAGE À RISQUES Dossier Spécial BIG DATA, DÉMARRAGE À RISQUES L es projets Big Data peuvent buter sur des difficultés, manque de compétences sur le marché, financements réduits... HP propose des solutions pour lever tous

Plus en détail

Programme Rhône-Alpes d aide aux PME

Programme Rhône-Alpes d aide aux PME Programme Rhône-Alpes d aide aux PME Amélioration du Processus Participatif d Innovation de Conception 13 mois d accompagnement conseil personnalisé à chaque entreprise des formations inter-entreprises

Plus en détail

Présentation Etude Multi Clients Sponsorisée 2015. Camille Marchand, Account Manager c.marchand@pac-online.com 07 63 23 01 82

Présentation Etude Multi Clients Sponsorisée 2015. Camille Marchand, Account Manager c.marchand@pac-online.com 07 63 23 01 82 La transformation numérique des banques : Un levier d innovation pour les banques traditionnelles et en ligne qui souhaitent répondre aux nouveaux enjeux de leurs clients. Présentation Etude Multi Clients

Plus en détail

LES ENTREPRISES DE L AGGLOMERATION LYONNAISE ONT LEUR CELLULE DE RENSEIGNEMENTS ECONOMIQUES. dossier de presse MARDI 29 MARS 2011

LES ENTREPRISES DE L AGGLOMERATION LYONNAISE ONT LEUR CELLULE DE RENSEIGNEMENTS ECONOMIQUES. dossier de presse MARDI 29 MARS 2011 LES ENTREPRISES DE dossier de presse MARDI 29 MARS 2011 Contact presse CCI de Lyon Aurélie Husson 04 72 40 58 39 husson@lyon.cci.fr SOMMAIRE LES ENTREPRISES DE Intelligence économique : le constat Un levier

Plus en détail

Cahier des Charges / formation «Stratégie de la start-up»

Cahier des Charges / formation «Stratégie de la start-up» Cahier des Charges / formation «Stratégie de la start-up» Entité : CARINNA (Agence pour la Recherche et l Innovation en Champagne- Ardenne) Contact : Catherine MERLET Responsable Incubateur Catherine.merlet@carinna.fr

Plus en détail

Qu attendent les sociétés de conseil et les banques d affaires (M&A) des Experts Comptables? M. Matthieu Cassone

Qu attendent les sociétés de conseil et les banques d affaires (M&A) des Experts Comptables? M. Matthieu Cassone Qu attendent les sociétés de conseil et les banques d affaires M. Matthieu Cassone I. Tour d horizon i. Une Boutique M&A c est quoi? a. Des Experts en quoi? b. Quel est leur modèle économique? II. Méthodologie

Plus en détail

L Agence du revenu du Canada protège l accès au système pour 70 000 utilisateurs

L Agence du revenu du Canada protège l accès au système pour 70 000 utilisateurs TÉMOIGNAGE DE CLIENT L Agence du revenu du Canada protège l accès au système pour 70 000 utilisateurs PROFIL DE CLIENT Industrie : Gouvernement Ministère : Agence du revenu du Canada Employés : 44 000

Plus en détail

Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe

Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe Dossier de presse Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe ALTER PERFORMANCE est une nouvelle société de conseil qui a fait le choix d'accompagner les TPE-PME

Plus en détail

Dossier de presse. Réseau social professionnel. www.amplement.fr

Dossier de presse. Réseau social professionnel. www.amplement.fr Dossier de presse Réseau social professionnel www.amplement.fr Sommaire 1 2 3 4 Le réseau social professionnel Made in France Tout ce qu il faut pour booster son réseau Quelques chiffres et citations pour

Plus en détail

STRATÉGIE ET ORGANISATION / NÉGOCIATIONS / FORMATIONS / RECRUTEMENT ET DÉLÉGATION. La performance achats. Vous & nous pour transformer vos achats

STRATÉGIE ET ORGANISATION / NÉGOCIATIONS / FORMATIONS / RECRUTEMENT ET DÉLÉGATION. La performance achats. Vous & nous pour transformer vos achats STRATÉGIE ET ORGANISATION / NÉGOCIATIONS / FORMATIONS / RECRUTEMENT ET DÉLÉGATION La performance achats Vous & nous pour transformer vos achats Crop and co Créateur de performance achats Depuis 2004, chez

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

Dossier de presse. E-R-Plus 2010 Logiciel de gestion d entreprise et gestion de production pour les métiers du métal.

Dossier de presse. E-R-Plus 2010 Logiciel de gestion d entreprise et gestion de production pour les métiers du métal. Dossier de presse E-R-Plus 2010 Logiciel de gestion d entreprise et gestion de production pour les métiers du métal Septembre 2010 Contacts Presse Emmanuel ROHMER-SADOUN Tél : +33 (0)3 88 68 09 63 emmanuel@excellens.fr

Plus en détail

L initiative PME à l Agence spatiale européenne

L initiative PME à l Agence spatiale européenne l iniative pme L initiative PME à l Agence spatiale européenne F. Doblas & N. Bougharouat Bureau de la Politique industrielle, Section des Relations industrielles, ESA, Paris L initiative PME de l ESA

Plus en détail

EDITEUR DE LOGICIELS POUR LES EXPERTS-COMPTABLES WWW.RCA.FR

EDITEUR DE LOGICIELS POUR LES EXPERTS-COMPTABLES WWW.RCA.FR EDITEUR DE LOGICIELS POUR LES EXPERTS-COMPTABLES WWW.RCA.FR FIDÉLISER SES CLIENTS ET DÉVELOPPER SON CHIFFRE D AFFAIRES Vous venez d acquérir le Full Services RCA, bravo pour votre choix. Vous avez désormais

Plus en détail

Transformation IT de l entreprise OBTENIR ENFIN UNE VUE FIABLE ET UNIFIÉE DE VOS DONNÉES, TOUT EN ALLIANT SÉCURITÉ ET AGILITÉ

Transformation IT de l entreprise OBTENIR ENFIN UNE VUE FIABLE ET UNIFIÉE DE VOS DONNÉES, TOUT EN ALLIANT SÉCURITÉ ET AGILITÉ Transformation IT de l entreprise OBTENIR ENFIN UNE VUE FIABLE ET UNIFIÉE DE VOS DONNÉES, TOUT EN ALLIANT SÉCURITÉ ET AGILITÉ L a multiplication des données représente une grande opportunité, encore faut-il

Plus en détail

Accélérateur de votre RÉUSSITE

Accélérateur de votre RÉUSSITE Accélérateur de votre RÉUSSITE En choisissant SAP Business One, entrez dans un monde sans frontière, ouvert, mobile, agile et social. Achats Finance Avec une seule plateforme, vous répondez à l ensemble

Plus en détail

LES FORMATIONS RCA 2015-2016

LES FORMATIONS RCA 2015-2016 EDITEUR DE LOGICIELS POUR LES EXPERTS-COMPTABLES LES FORMATIONS RCA 2015-2016 WWW.RCA.FR FIDÉLISER SES CLIENTS ET DÉVELOPPER SON CHIFFRE D AFFAIRES Vous venez d acquérir le Full Services RCA, bravo pour

Plus en détail

Lancement de Sage One, l offre SaaS de Sage à destination des TPE

Lancement de Sage One, l offre SaaS de Sage à destination des TPE Point Presse 5 juillet 2013 Lancement de Sage One, l offre SaaS de Sage à destination des TPE Antoine Henry, DG Sage France Agenda Stratégie Online de Sage Guy Berruyer, CEO de Sage Le numérique au service

Plus en détail

Robert Half Technologie : Le partenaire de vos recrutements

Robert Half Technologie : Le partenaire de vos recrutements Robert Half Technologie : Le partenaire de vos recrutements Fondé en 1948, Robert Half International est le leader mondial du recrutement spécialisé. Nous possédons l expérience et les contacts nécessaires

Plus en détail

LE VOYAGE D AFFAIRES DANS LES AGENCES AFAT VOYAGES et SELECTOUR

LE VOYAGE D AFFAIRES DANS LES AGENCES AFAT VOYAGES et SELECTOUR DOSSIER DE PRESSE LE VOYAGE D AFFAIRES DANS LES AGENCES AFAT VOYAGES et SELECTOUR PROXIMITE, SERVICE, TECHNOLOGIE Contacts Presse : Sophie ORIVEL : 06 32 10 69 71 Julie SORIEUL : 06 32 14 53 37 presse@asvoyages.fr

Plus en détail

Linagora, le référent Open Source de l'ugap

Linagora, le référent Open Source de l'ugap Linagora, le référent Open Source de l'ugap Votre contact : Simon TAILLARD Ingénieur Commercial Tel : 06 87 96 18 02 Email : staillard@linagora.com WWW. LINAGORA.COM Présentation de LINAGORA Logiciels

Plus en détail

Prenez le Contrôle BancPay. La facturation en ligne intelligente.

Prenez le Contrôle BancPay. La facturation en ligne intelligente. Prenez le Contrôle BancPay. La facturation en ligne intelligente. Qu est-ce que BancPay BancPay est un service de facturation intelligent, qui automatise le traitement de vos factures et facilite vos opérations

Plus en détail

Donnez un coup d accélérateur à votre activité grâce à la génération de leads BtoB

Donnez un coup d accélérateur à votre activité grâce à la génération de leads BtoB Donnez un coup d accélérateur à votre activité grâce à la génération de leads BtoB Générez des contacts BtoB qualifiés! @ emedia, c est plus de 10 ans d expérience dans la génération de contacts BtoB qualifiés

Plus en détail

Vous êtes porteur d un projet innovant dans la filière de la plasturgie et des composites?

Vous êtes porteur d un projet innovant dans la filière de la plasturgie et des composites? ner g a p Accom ets oj vos pr ialisation n o str i t u a d s i n l i d rcia e m m o et de c s nt a v o n in Juin 2015 Vous êtes porteur d un projet innovant dans la filière de la plasturgie et des composites?

Plus en détail

Stop clicking now! Découvrez les espaces de travail de Sage. Sage BOB 50 Expert. Sage BOB 50

Stop clicking now! Découvrez les espaces de travail de Sage. Sage BOB 50 Expert. Sage BOB 50 Stop clicking now! Découvrez les espaces de travail de Sage Sage BOB 50 Sage BOB 50 Expert Votre espace de travail Au fil des années, les logiciels de gestion traditionnels ont été enrichis de nouvelles

Plus en détail

RENAUD DESAUTELS DRAPEAU FORTIN ca. Compétences. Synergie. Bénéfices.

RENAUD DESAUTELS DRAPEAU FORTIN ca. Compétences. Synergie. Bénéfices. RENAUD DESAUTELS DRAPEAU FORTIN ca Compétences. Synergie. Bénéfices. GROUPE SERVICAS 2 Compétences. Le Groupe Servicas a été fondé en 1992. Depuis sa création, le Groupe a toujours revêtu une importance

Plus en détail

Le réseau d entreprises : s associer et rester indépendant!

Le réseau d entreprises : s associer et rester indépendant! Le réseau d entreprises : s associer et rester indépendant! Regroupés autour d une enseigne commune, les commerçants associés sont des distributeurs grâce à une organisation amont forte et structurée qui

Plus en détail

BUSINESS NEW GENERATION L Avenir Partagé

BUSINESS NEW GENERATION L Avenir Partagé BUSINESS NEW GENERATION L Avenir Partagé Experts BtoB, Canaux direct et indirect Marketing stratégique & opérationnel Commercial & Technique Amélioration continue Thierry Herman 27 rue des Chataigniers

Plus en détail

LA SOLUTION POUR LA GESTION COMMERCIALE DES ENTREPRISES

LA SOLUTION POUR LA GESTION COMMERCIALE DES ENTREPRISES LA SOLUTION POUR LA GESTION COMMERCIALE DES ENTREPRISES FASTMAG LA SOCIÉTÉ Fastmag est un éditeur de logiciels créé en 1989, spécialisé dans la gestion des points de vente, la création de sites e-commerce,

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE INSTITUTIONNEL VOTRE CONSEIL AUTOMOBILE SPECIALISE

DOSSIER DE PRESSE INSTITUTIONNEL VOTRE CONSEIL AUTOMOBILE SPECIALISE DOSSIER DE PRESSE INSTITUTIONNEL VOTRE CONSEIL AUTOMOBILE SPECIALISE Contact Presse : Aurélie CARAYON / Amandine VERDASCA 2 DOSSIER DE PRESSE INSTITUTIONNEL SOMMAIRE 1 Aficar simplifie l automobile d entreprise

Plus en détail

Responsable grands comptes / comptes clés

Responsable grands comptes / comptes clés Responsable grands comptes / comptes clés DEFINITION DE FONCTION ET ETUDE DE REMUNERATIONS Le responsable grands comptes assure le suivi commercial des comptes clients ayant une importance stratégique

Plus en détail

L assurance d un partenaire expert

L assurance d un partenaire expert L assurance d un partenaire expert EDITO Les missions et raisons d'être de notre entreprise : l assurance du risque prévoyance individuel ou collectif et tous les risques liés aux personnes. La démarche

Plus en détail

Edito : Cybersudoe Innov : Un réseau d experts en innovation par le numérique du Sud-Ouest européen

Edito : Cybersudoe Innov : Un réseau d experts en innovation par le numérique du Sud-Ouest européen Edito : Cybersudoe Innov : Un réseau d experts en innovation par le numérique du Sud-Ouest européen Un des objectifs principaux du projet européen Cybersudoe innov est la création d une base de données

Plus en détail

CBRH. Solutions RH pour PME RESSOURCES HUMAINES

CBRH. Solutions RH pour PME RESSOURCES HUMAINES CBRH Solutions RH pour PME RESSOURCES HUMAINES 1 Yourcegid Ressources Humaines CBRH : Paie et administration du personnel Activité GPEC : Compétences et carrière / Entretien / Formation IDR Contrôle de

Plus en détail

Comptabilité par internet isobec

Comptabilité par internet isobec Comptabilité par internet isobec Sobec a investi dans la réalisation d un logiciel de saisie et de mise à disposition de données comptables. Grâce aux codes qui vous sont fournis, vous avez accès à votre

Plus en détail

Teldar Travel, la centrale hôtelière B2B dernière génération, a déjà pris position sur le marché français!

Teldar Travel, la centrale hôtelière B2B dernière génération, a déjà pris position sur le marché français! DOSSIER DE PRESSE septembre 2010 w w w. t e l d a r t r a v e l. c o m 0 8 2 0 2 0 2 2 9 7 C o n t a c t p r e s s e : C a r o l i n e M e l i n T I K A M e d i a Té l. 0 6 6 1 1 4 6 3 6 4 0 1 4 0 3 0

Plus en détail

Trouver des solutions efficaces

Trouver des solutions efficaces Trouver des solutions efficaces & adaptées à vos enjeux VOTRE PARTENAIRE SPÉCIALISTE EN ORGANISATION, GESTION, COMPTABILITÉ ET FINANCE Comment développer votre entreprise? Comment piloter efficacement

Plus en détail

DOSSIER Du Salon africain du Web et de L intelligence économique www.saawie.com

DOSSIER Du Salon africain du Web et de L intelligence économique www.saawie.com DOSSIER Du Salon africain du Web et de L intelligence économique www.saawie.com 1 La 1 ère Edition du Salon du Web et de l Intelligence Economique, c est : Un RDV pour analyser l impact du Web sur l économie

Plus en détail

EDUKLAB. Le crowdfunding pour votre école

EDUKLAB. Le crowdfunding pour votre école EDUKLAB Le crowdfunding pour votre école Le crowdfunding dans l éducation Nos offres pour les écoles Ils nous font confiance Qui nous sommes Nous contacter Le crowdfunding dans l éducation Le crowdfunding

Plus en détail

Travailler ensemble Réussir ensemble

Travailler ensemble Réussir ensemble Travailler ensemble Réussir ensemble Systèmes de simulation et de test Systèmes opérationnels Solutions d entrainement et de formation À la recherche de talents Que vous soyez débutants ou expérimentés,

Plus en détail

Nouvelle Version! FIDUCIAL Vulcain 5.8

Nouvelle Version! FIDUCIAL Vulcain 5.8 Lyon, le 13 mars 2013 Nouvelle Version! FIDUCIAL Vulcain 5.8 L outil informatique doit tirer le meilleur parti des ressources humaines et matérielles, afin de répondre aux attentes des clients et aux objectifs

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

Support Client MyNOVASECUR Module de traitement, d analyse et de rapports automatisés

Support Client MyNOVASECUR Module de traitement, d analyse et de rapports automatisés Support Client MyNOVASECUR Module de traitement, d analyse et de rapports automatisés http://www.mynovasecur.com Mise à jour mai 2010 Table des matières Part 1. Introduction... 3 1.1. Le site MyNovasecur...

Plus en détail

La Cote des Montres au cœur du marché horloger

La Cote des Montres au cœur du marché horloger La Cote des Montres au cœur du marché horloger Premier showroom horloger sur Internet, lacotedesmontres.com est devenu le rendez-vous incontournable des hommes et des femmes sensibles aux modes, des amateurs

Plus en détail

TÉMOIGNAGE CLIENT ELIOR

TÉMOIGNAGE CLIENT ELIOR Afin d améliorer la qualité de son information client, le groupe Elior a doté les forces commerciales de son activité de restauration collective d une solution basée sur Pivotal CRM. Souple et ergonomique,

Plus en détail

Massification des PII : jusqu où aller? Présentation pour l ACA HEC par Frédéric PAGE Responsable Achats Predica 13/09/2010

Massification des PII : jusqu où aller? Présentation pour l ACA HEC par Frédéric PAGE Responsable Achats Predica 13/09/2010 Massification des PII : jusqu où aller? Présentation pour l ACA HEC par Frédéric PAGE Responsable Achats Predica 13/09/2010 1 Le chemin parcouru : retour sur les pratiques des vingt dernières années 13/09/10

Plus en détail

L externalisation de la formation Résultats de l enquête 2011-2012

L externalisation de la formation Résultats de l enquête 2011-2012 L externalisation de la formation Résultats de l enquête 2011-2012 20 juin 2012 Bénédicte Bailleul Directrice de l activité Externalisation 1 Agenda Présentation de Demos Outsourcing Méthodologie d enquête

Plus en détail

Appel d offre «Refonte du CRM du pôle de compétitivité TRIMATEC» Cahier des charges

Appel d offre «Refonte du CRM du pôle de compétitivité TRIMATEC» Cahier des charges Appel d offre «Refonte du CRM du pôle de compétitivité TRIMATEC» Cahier des charges Présentation générale de TRIMATEC... 2 Contexte de la demande... 3 Objectifs... 3 Besoins... 3 Annexes... 5 Annexes à

Plus en détail

étude de cas comment accélérer son développement commercial grâce à la prospection digitale? notoriété, nouveaux marchés

étude de cas comment accélérer son développement commercial grâce à la prospection digitale? notoriété, nouveaux marchés étude de cas comment accélérer son développement commercial grâce à la prospection digitale? notoriété, nouveaux marchés 1 Quelles difficultés rencontrait l entreprise LDP? Le client L entreprise (appelons

Plus en détail

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir?

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? étude Bird & Bird et Buy.O Group Empower your Business Relationships Edito Globalisation, démocratisation de

Plus en détail

Se connecter, analyser et optimiser ses ventes : 3 étapes gagnantes pour les e-commerces

Se connecter, analyser et optimiser ses ventes : 3 étapes gagnantes pour les e-commerces Se connecter, analyser et optimiser ses ventes : 3 étapes gagnantes pour les e-commerces Face aux rapides évolutions de consommation et de distribution en ligne, 3 experts du e-commerce international ont

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. décembre 2014. www.jardening.fr

DOSSIER DE PRESSE. décembre 2014. www.jardening.fr DOSSIER DE PRESSE décembre 2014 Jardening, la première plateforme digitale 100% gratuite de mise en relation entre particuliers et jardiniers www.jardening.fr SOMMAIRE P 3 P 5 P 6 P 7 P 8 P 10 P 11 P 12

Plus en détail

Management des organisations et stratégies Dossier n 10 Veille et intelligence économique

Management des organisations et stratégies Dossier n 10 Veille et intelligence économique Management des organisations et stratégies Dossier n 10 Veille et intelligence économique.i. Les enjeux et domaines de la veille.ii. La mise en place d un processus de veille.iii. Illustration d une démarche

Plus en détail

Conseil opérationnel en transformation des organisations

Conseil opérationnel en transformation des organisations Conseil opérationnel en transformation des organisations STRICTEMENT CONFIDENTIEL Toute reproduction ou utilisation de ces informations sans autorisation préalable de Calliopa est interdite Un cabinet

Plus en détail

Des solutions d affaires, performantes et évolutives

Des solutions d affaires, performantes et évolutives Bureau de Prestation de Services Informatiques Votre partenaire Odoo, en Solutions d Affaires BP: 12719 Niamey Niger Quartier Yantala (entre CSI et Commissariat) E-mail: info@bpsiniger.com Tél: 96 99 18

Plus en détail

Robert Half Juridique & Fiscal : le partenaire de vos recrutements

Robert Half Juridique & Fiscal : le partenaire de vos recrutements Robert Half Juridique & Fiscal : le partenaire de vos recrutements Notre division est spécialisée dans le recrutement de professionnels hautement qualifiés pour tous les postes de Juristes, Fiscalistes

Plus en détail

Edito. Romain BUCHÉ Dirigeant fondateur INWIN

Edito. Romain BUCHÉ Dirigeant fondateur INWIN 1 Edito L enseigne INWIN offre à ses franchisés l opportunité de proposer sur un territoire exclusif, un catalogue exhaustif de solutions digitales. Ils bénéficient en plus de l expérience et du savoir-faire

Plus en détail

Jean Raymond Lévesque Animateur de Code_Aster ProNet

Jean Raymond Lévesque Animateur de Code_Aster ProNet Modèles économiques pour les logiciels Open Source Jean Raymond Lévesque Animateur de Code_Aster ProNet Pour définir un modèle économique il est indispensable d identifier les acteurs leur rôle leurs attentes

Plus en détail

PEGASE. La paie sur mesure pour chacun de vos clients. La suite logicielle de paie spécialement conçue pour les cabinets d expertise comptable.

PEGASE. La paie sur mesure pour chacun de vos clients. La suite logicielle de paie spécialement conçue pour les cabinets d expertise comptable. PEGASE La suite logicielle de paie spécialement conçue pour les cabinets d expertise comptable. La paie sur mesure pour chacun de vos clients Production paie Déclaratif Ressources Humaines Accompagnement

Plus en détail

L OPTIMISATION DU MARKETING GRÂCE À PIVOTAL CRM

L OPTIMISATION DU MARKETING GRÂCE À PIVOTAL CRM LIVRE BLANC L OPTIMISATION DU MARKETING GRÂCE À PIVOTAL CRM Une situation optimale pour la force de vente et pour le marketing LIVRE BLANC OPTIMISATION DU MARKETING 2 A PROPOS Au cours des dernières années,

Plus en détail

Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et de la comptabilité

Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et de la comptabilité distributeur des solutions FICHE TECHNIQUE Module : Gestion des achats Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et

Plus en détail

Questions. Jean DAMIENS / Florent LEBAUPAIN

Questions. Jean DAMIENS / Florent LEBAUPAIN Introduction : L ASLOG et activités Les secteurs d activité de la Communauté Supply Chain Les différents Métiers de l encadrement du Transport et de la Logistique Une proposition d approche Des réflexions

Plus en détail

Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Experience N 52. Mars 2012 Pas à pas vers de bonnes exigences

Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Experience N 52. Mars 2012 Pas à pas vers de bonnes exigences Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies Experience N 52 Mars 2012 OutsourcINg Pas à pas vers de bonnes exigences Outsourcing 10 11 Pas à pas vers de bonnes

Plus en détail

PME : quels sont les leviers d'optimisation des coûts permettant de gagner 15% sur votre résultat net?

PME : quels sont les leviers d'optimisation des coûts permettant de gagner 15% sur votre résultat net? PME : quels sont les leviers d'optimisation des coûts permettant de gagner 15% sur votre résultat net? Petit Déjeuner Syntec_Costalis, le 17 novembre 2009 L optimisation des coûts dans vos PME : Quelles

Plus en détail

Dossier de Candidature

Dossier de Candidature 1 Dossier de Candidature Fiche signalétique d inscription Votre projet Contexte Objectifs du projet Technologies et solutions mises en œuvre Descriptif du projet Résultats obtenus Innovation du projet

Plus en détail

Sopra Group Carte de visite

Sopra Group Carte de visite Sopra Group Carte de visite La mise à jour des chiffres clés se fait après chaque publication Groupe Version à utiliser avec Office 2003 Laurent COUSSONNET Directeur T A L E N T E D T O G E T H E R Unissons

Plus en détail

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Paris, le 05/03/2015 RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Swiss Life France annonce une progression de son résultat opérationnel

Plus en détail

Aligner les nouveaux modèles de croissance des ESN

Aligner les nouveaux modèles de croissance des ESN Offre de Conseil DUE DILIGENCE STRATEGIQUE Une tendance de rationalisation chez les donneurs d ordre donnant lieu à une massification des achats, une fermeture des référencements et une contraction des

Plus en détail

La Gestion d'affaires

La Gestion d'affaires Chapitre 1 - COMPRENDRE LE MARCHÉ La Gestion d'affaires Copyright 2009 CXP. 1 All rights reserved. Reproduction or distribution of this document, in any form, is expressly prohibited without the advance

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE CLIQUEZ, TROUVEZ, L IMMOBILIER EN TOUTE SIMPLICITÉ

DOSSIER DE PRESSE CLIQUEZ, TROUVEZ, L IMMOBILIER EN TOUTE SIMPLICITÉ CLIQUEZ, TROUVEZ, L IMMOBILIER EN TOUTE SIMPLICITÉ DOSSIER DE PRESSE SOAZIG GUILLOUX contact@ouhabiter.com soazig.ouhabiter www.facebook.com/ouhabiter twitter.com/ouhabiter 02 31 06 24 76 www.ouhabiter.com

Plus en détail