Amicalement 12. Bulletin n 21. Année 2013 Juillet/Août Le mot du Président ISSN Guy PERTUSA.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Amicalement 12. Bulletin n 21. Année 2013 Juillet/Août 2013. Le mot du Président ISSN 1779 9112. Guy PERTUSA."

Transcription

1 Année 2013 Juillet/Août 2013 Bulletin n 21 Amicale du 12ème Régiment d Artillerie et des Artilleurs. 15 rue des Abeilles Bischheim. Association inscrite au registre des associations du Tribunal d Instance de Haguenau (Bas-Rhin) - Volume XI-Feuillet Certificat du 27 juin Amicalement 12 Le mot du Président Voilà quelque temps déjà que d aucun demandait «à quand la parution de ce deuxième numéro de l année...», notamment nos Anciens qui ont connu la tutelle du Régiment quand il était présent. A ce moment là, la vie du Régiment se mêlait étroitement à celle de l Amicale. La fréquence de parution trimestrielle du bulletin de liaison alternait en symbiose aux activités des deux entités. La donne a changé avec en premier lieu l évolution de la société avec moins de rapports étroits et une dépendance marquée pour les nouvelles technologies moins collectives et...la disparition du Régiment. La diminution du format de l Armée, hors forces spéciales, le tempo soutenu des activités, comme son engagement opérationnel, ont modifié les rapports. Il y a moins de place pour nous association de la Défense, ce qui rend tout engagement moins aisé. Votre Amicale n est pas différente du monde actuel qui l entoure et souffre d une altération due à son environnement militaire et sociétal. Ce qui implique une diminution de ses activités, ce qui, à mon avis, la rend moins dynamique, dont moins attractive. L équipe dirigeante subi le même phénomène. La bonne volonté d une poignée ne suffit plus à promouvoir nos Valeurs et Traditions, à susciter l adhésion et la cohésion. Cela se résume de plus en plus à la matérialité des actions proposées, que la majorité d entre nous n est pas disposée à suivre, sans compter le contexte générationnel qui compose le monde combattant et les associations patriotiques comme l Amicale. Nécessairement, l Amicale a besoin de vitalité, d initiatives et d un de peu plus de collectif; cela ne peut se concevoir sans nouvelles adhésions et une baisse d activités. Depuis le début de l année, l Amicale a du faire face aux manques de réactivité que ce soit pour la réalisation de sa journée annuelle, l organisation de l assemblée générale annuelle (A.G.a) lors des portes ouvertes de la garnison d Haguenau/Oberhoffen et le soutien à apporter à l organisation annuelle du rassemblement du I/12 R.A-AFN dans l Ouest. La première, avait été proposée sous le thème «déjeuner-spectacles» à Kirrwiller le 1er juin 2013, a été annulée faute d une participation raisonnable de compagnons, le programme proposé avec une soirée «diner sur un bateau croisières» le 21 septembre prochain n a pas été retenu en raison de l écot de chacun et la dernière n a pu avoir lieu faute de volontaire(s) affirmé(s) pour l organiser; toutefois, l Amicale fonde de réels espoirs qu en 2014, les Ier- IVème Groupes/12 R.A-AFN se rassembleront ensemble à Muzillac (56). Les 30 avril et 1er mai, l Amicale du I/12 R.A-1945 a participé à son rassemblement à l Ile d Oléron, l Amicale lui consacre ses colonnes pour appréhender un pan de l Histoire du Régiment dans sa participation aux combats en 1945 de la Rochelle, de la poche de Royan et notamment de l île d Oléron, ici évoqués. Il est à noter que le 32ème R.A est également cité dans ces combats. Le 9 juin, le rassemblement des Anciens du quartier Thurot à Haguenau, berceau du Régiment pendant de nombreuses années, a vu pour la dernière fois le drapeau français hissé au mât des couleurs sur la place d armes. Le quartier appartenant à la ville est converti en éco-quartier. L Amicale a dit au revoir et bon vent aux Chefs de Corps partant et a souhaité la bienvenue aux Chefs de Corps arrivant de la Garnison. Le 24 juin, dans le cadre de la basilique de Marienthal, le Colonel F. Margelidon a transmis le Commandement du 28ème Groupe Géographique au Colonel Y. Carré; le drapeau et une forte délégation menée par le vice-président Lambert étaient présents. Le mot du Président 1 Le mot du Secrétaire Général 2 Nouvelles brèves- Honneur aux disparus 3 Honneur aux Morts pour la France 4 Activités de l Amicale 5 Rassemblement I/12 RA à Ile d Oléron 6 La libération de l île d Oléron page 1 7 La libération de l île d Oléron page 2 8 A l Honneur 9 La Bombarde 10 Relevé pour vous- Vie pratique 11 Histoire 12 Directeur de la publication :. G. PERTUSA. Comité de la rédaction : J-M. DIOT, J-P. GEORGET, A. VERNEYRE, G. PERTUSA Date du dépôt légal : 02/2007 Parution quadrimestrielle. Imprimé pour l Amicale du 12ème Régiment d Artillerie et des Artilleurs par ASTUCEPRINT- 7 place du Geisselbronn Schweighouse sur Moder. L amicale a reçu le 27 mai par la FNA et pour la première fois, l aimable invitation des Artilleurs italiens dans le cadre du congrès annuel de la Fédération nationale italienne tenu du 21 au 23 juin 2013 à Prato (20km de Florence) en Italie. Engagée dans des activités programmées, l Amicale n a pas pu envoyer de délégation, dommage... Guy PERTUSA. ISSN

2 Année n 21 - Le mot du Secrétaire Général (SG)- Nouvelles des Uns et des Autres. 2 Le mot du Secrétaire Général. Nous regrettons tous l absence du rassemblement du I/12 R.A-AFN cette année Pourtant ce n est pas faute d avoir tenté de mobiliser les bonnes volontés et de tenir compte de l envie des uns et des autres de se retrouver, notamment des organisateurs Henri Praud et Hilaire Fortin du rassemblement 2012, prêts à transmettre leur savoir-faire et leurs expériences Fernand Pasqué nous ayant quitté prématurément le 08/10/2012, nous laisse un grand vide difficile à combler. De son côté, Guy Lemessier sollicité par le président de l Amicale pour la «cause», n a pas pu organiser ce rassemblement tant attendu. Néanmoins, il tente de mettre sur pied un Hommage sur la tombe à Erquy (22430) du Colonel de Fleurian, ancien Commandant du I/12 R.A-AFN de 1957/1959 et dont il était le conducteur. Malgré les aléas, nous sommes confiants pour 2014 pourquoi pas un rassemblement avec nos camarades du IV/12 R.A-AFN qui font leur rassemblement tous les deux ans et qui sera organisé le 24 avril 2014 à Muzillac( 56190). Evidemment, nous les Anciens Combattants d AFN, nous prenons de l âge avec son cortège d accidents de santé, voire de disparitions.. C est pourquoi, il nous faut serrer les rangs et ne pas démissionner devant l effort. Le rassemblement, certes, c est du travail, mais en s unissant à plusieurs et le soutien sans faille de l Amicale, il est possible de le faire. Notre compagnon Daniel Duval, vient de disparaître...un mois auparavant, j ai eu une longue conversation avec lui; il me disait bien qu il avait des soucis de santé, mais il se souciait davantage de son épouse, malade elle aussi, que de lui. Pourtant, il est décédé le 17/07/2013 au CHU de Caen (Calvados) d une grave maladie, il avait maigrit de 35kgs!!! Je remercie Guy Lemessier d avoir organisé les obsèques de Daniel à l Abbatiale de St Pierre sur Dives (Calvados) avec Mme Jeanine Duval.Il y avait beaucoup de monde et la présence de dix-sept drapeaux d associations patriotiques, pour l accompagner. La période des vacances est présente Que chacun en profite pour faire le plein de vitamines, de soleil, afin d être prêt pour la reprise de septembre et de tenir le cap devant l hiver...que chacun, aussi, en profite pour s occuper des enfants et petits-enfants Jean-Pierre GEORGET. Nouvelles des Uns, Amicalistes du 12 R.A et des Artilleurs : Elie Alizon, du I/12 R.A-AFN 55/57, va aussi bien que possible. Jacques d Andigné, de la BCS/1-2 Bie/12 R.A-AFN, 58/59, ancien Président de l Amicale des Anciens des 12 et 212 R.A, remercie l Amicale des félicitations transmises le 03/07/13 à l occasion de la promotion dans l ordre de la légion d Honneur de son fils Eric, médecin en chef des armées, en poste au Sénégal depuis l été. Marcel Brangeon, de la BCS/I/12 R.A-AFN 57/59 se bat plutôt bien contre la maladie qui le poursuit. André Charon, de la BCS/12 RAB/Strasbourg et Illkirch 63/70, s est remis des soucis de santé et s est replié plus au sud. Il est toujours délégué d UNÉO. Résidence du parc Appartement 34 Avenue C. de Gaulle 47400Tonneins. André Euvrard, de la BCS/12 R.A/Rastatt (FOA) en 54, II/4 RA-AFN 54/58, de la BCS/12 RAB/Illkirch 67/73, a transmis le témoignage de son passage au 12 RA pour l élaboration de l historique du régiment. Qu il en soit remercié. Jean Grimault, de la BCS/I/12 R.A-AFN 57/59 se remet bien après avoir subi un pontage. L adjudant-chef Christophe Havel du 54 R.T, ex- BCS/12 R.A/Oberhoffen, se remet en famille de son léger AVC. Henri Hernot, de la BCS/I/12 R.A-AFN 53/57 va bien. Guy Ivars, de la 1 Bie/67 RA-AFN 57/62 et de la BCS/12 RAB/Strasbourg/Illkirch/Oberhoffen 62/77 va mieux. Il se préoccupe beaucoup de l état de santé de son épouse et de son fils Bertrand, victime d un accident de la route. Bernard Jehan, de la 11 Bie/IV/12 R.A-AFN 56/58 va bien également. Général (2S) Jacques Kolb, chef de Corps du 12 RA/Oberhoffen 87/90, se remet graduellement de son AVC avec l aide attentionnée de son épouse. Il demande à l Amicale de saluer tous ceux qui l ont connu. Lucien Lambert, de la BCS/12 RAB/Strasbourg-Illkirch-Oberhoffen 62/78 et ancien président des sous-officiers du 32 RA, va mieux grâce aux soins attentifs de son épouse. Il a pu participer à des activités extérieures de l Amicale. Guy Lemessier, de la BCS/I/12 R.A-AFN 57/59 a effectué plusieurs séjours à l hôpital pour des problèmes de toux persistante. Il va mieux et a représenté l Amicale au décès de Daniel Duval. Léopold Macabre, 94 ans en octobre prochain, a subi en peu de temps un AVC puis une importante opération suite à une aggravation de son état de santé. Entouré de sa famille, il va nettement mieux et ne pense qu à l édition de ses mémoires. Il reçoit la visite régulière des Anciens du 12 R.A et de son ami de toujours Yves Fleurival. Il recherche les Anciens des services administratifs du 12 R.A Genestier, Schmidt et Winterhalter. Gilbert Maire, 1 Bie/2 RA-Landau(FFA) 65/66, s est remis d une grave opération fin 2012 avec l aide attentive de son épouse et participe maintenant aux activités de l Amicale. Jean-Marie Malavaux, de la BCS/12 RAB/Illkirch 66/73, a transmis le témoignage de son vécu au régiment dans le cadre de l élaboration de l historique du régiment en cours. Qu il en soit remercié. Pierre Paulian, de la 10 Bie/IV/12 R.A-AFN 57/59, auteur de «800 jours dans l Ouarsenis», a passé le cap des 82 ans, a des soucis de dialyse depuis 4 ans et son épouse a subi un AVC sans séquelles.

3 Année n 21 - Nouvelles Brèves - Honneur aux disparus. 3 Bernard Poirier, de la BCS/IV/12 R.A-AFN 55/57, a été accidenté en fin 2012 avec fracture de la malléole (cheville) et a subi une opération de la hanche. Il se remet progressivement de ses soucis de santé et ceux de sa famille. Henri Praud, 80 ans, de la 1 Bie/12 R.A-AFN et du commando Cobra 57/59, est très occupé par ses fonctions électives, dont la gestion du patrimoine local. Il souhaiterait un effort collectif du I/12 R.A-AFN pour se rassembler. Robert Prodhomme, de la 1 Bie/I/12 R.A-AFN 57/58, qui a été prénommé «Roger» lors de la transcription de l oraison funèbre de F. Pasqué sur le bulletin n 20 : la rédaction lui présente ses regrets. Robert lutte contre la maladie; ce qui ne l empêche pas d être élu vice-président de l UNC d Ancenis-St Géréon (44150), félicitations. Alain Reynaert, ancien président des sous-officiers du 12 RA/Oberhoffen 85/97, va mieux après son opération. Il conserve bon moral aidé par son épouse et participe activement aux activités de l Amicale.. Paul Schouler, de la BCS/I/12 RA-AFN 57/59, s excuse de ne pas avoir donné de nouvelles, il va aussi bien que possible et participe activement à la vie associative locale. Alain Soudant, de la BCS/12 R.A/Oberhoffen 75/2000, va aussi bien que possible après son opération. Il conserve bon moral aidé par son épouse et participe activement aux activités de l Amicale. Dominique Vilain, de la 1 Bie/12 RA Oberhoffen 86/87, va bien. Il s est intéressé au «Musée de la Grande Guerre» inauguré cette année à Meaux. Il est volontaire pour être porte drapeau d une association patriotique locale. et des Autres : André Brasset, du IV/12 R.A-AFN Ctg 54/1, est porte-drapeau de l amicale CATM d Ille et Vilaine à Fougères. Il recherche son copain Arnaud Bourel de la période 8-55/ rue Lesueur Fougères (Tél ) Dominique Dail, de la BCS/12 R.A/Oberhoffen, se remet progressivement d un grave accident de moto survenu fin Pour avoir de ses nouvelles joindre Jean-Louis DINVAUX au qui transmettra. Bernard Jallier, de la BCS/IV/12 R.A-AFN 57/59, animateur infatigable du rassemblement du IV/12 R.A depuis plus de 20 ans, garde de l intérêt pour les voitures anciennes. Il reste en contact avec son ami d alors Jacques Travers. Raymond Le Cohu, de la BCS/10-12 Bie/IV/12 R.A-AFN 59/61, devait faire don d objets, photos, témoignages personnels de son séjour au poste de «Zaouïa Ouled Siddi Addar» secteur de Trumelet/Tiaret, chef de poste S/Ltn Yves Barre mais s est ravisé...il a du changer d avis, l Amicale n était pas digne de les recevoir ( ). Patrice Larrive, de la BCS/12 R.A/Oberhoffen, serait à Colmar (68). Voir Yvon Fischer Jean-Marie Leveilley et son épouse ont subi un AVC et ne vont pas fort. Voir J-P. Georget Daniel Quesnel, est trop malade maintenant pour pouvoir se déplacer : problème de prostate. Jean Rimoldi, 95 ans et son épouse connaissent des soucis de santé dus à leur grand âge. Véritable mémoire du 12 R.A.D/212 R.A.L.D, puis de l Amicale des «Anciens du 12 RA/212 RA», il continue à transmettre son indéniable savoir et d entretenir des relations avec J. d Andigné et G. Pertusa. Il tient absolument à rejoindre l Amicale après l avoir quitté volontairement en 2006, pour mésentente avec le bureau d alors. Françoise Sergenton, présidente de l Amicale du I/12 R.A-1945 remercie des liens renoués par J-P. Georget avec l Amicale du 12 R.A et des Artilleurs qui a offert à son gendre Joël Todoverto porte-drapeau, le calot du 12 R.A. A 85 ans, elle s occupe bien de Serge Meynadier, 93 ans, victime de plusieurs AVC mais aussi de Mme Sepé. Mme Sepé, s occupe vaillamment du secrétariat du I/12 R.A-1945 malgré l âge et les problèmes (dos, hanche). Jacques Travers, de la BCS/IV/12 R.A-AFN, ancien cuistot à Trumelet (Algérie), a des soucis de santé (séquelles de l AFN) mais se préoccupe beaucoup plus de ceux de son épouse. Il a participé activement pour retrouver les anciens camarades au moyen du minitel (de l'époque) et au rassemblement de Machecoul (44270). ' In memoriam, nous déplorons le décès d amicalistes et proches auxquels notre Amicale s associe à la douleur des familles et leur présente en votre nom, nos condoléances attristées : - Décès le 05/06/2013 à La Loye (Jura), de Marc BEAUX, 89 ans, un ancien du 1 RA/d AFN, il rejoint le 01/11/1962 la BHR/12 RAB/Strasbourg, puis le 12 RAB/Illkirch, enfin le 12 RA/Oberhoffen jusqu en 1979 où il termine sa carrière comme Major après avoir été Président des Sous-Officiers. Médaillé militaire, il était Chevalier de l O.N.M. Ses camarades L. Lambert, vice-président et G. Dernelle, administrateur, étaient présents parmi de nombreuses associations patriotiques et leurs drapeaux. Ecrire (fille) Mme Bulembois 2 rue du Touillon Aumont. Tél Décès le 17/06/2013 à Suzay (Eure), de notre doyen François GARNIER, 96 ans, 6 Bie/12 R.A.D/Haguenau (1938/1940). Lieutenant à la Bataille des Flandres en mai 1940, aux ordres du Colonel André. Démobilisé, il rejoint la 2 DB/Leclercq en août 1944, combat pour la Libération de la France en Alsace et termine la guerre comme Capitaine, commandant un escadron de chars. Officier de la Légion d Honneur, croix de guerre 1939/1945. Ecrire (fils) 31 rue du Général de Gaulle Suzay. - Décès le 13/07/2013 à St-Pierre sur Dives (Calvados), de Daniel DUVAL, 77 ans, des suites d une longue maladie. C est un ancien de la 3 Bie/12 RA-AFN, Croix du Combattant volontaire AFN. Il était un fidèle de l Amicale depuis 25 ans. G. Lemessier, présent, a aidé sa veuve Jeanine Duval à l organisation des obsèques et a lu l oraison funèbre. Plusieurs associations patriotiques et leurs drapeaux étaient présentes. Ecrire Mme Duval 15 rue de l Eau St Pierre sur Dives (Tél ). &In memoriam, nous déplorons le décès d amis, de frères d armes, auxquels notre Amicale s associe à la douleur des familles et leur présente en votre nom, nos condoléances attristées : -Décès le 16/02/2013 de M. Marc GUILLEMOT à Plobsheim (67115), 70 ans, ancien militaire au 12 RAB/Strasbourg de 1964/1966, puis ouvrier d état à l Intendance/Strasbourg puis au CM de Wolfisheim (Bas-Rhin) décédé des suites d une longue maladie. L. Lambert était présent à son enterrement. Adresse de la famille au 2 rue des Jardins 67115Plobsheim.

4 Année n 21 - Honneur aux Morts et aux blessés pour la France. 4 & Honneur aux Morts pour la France, l Amicale se joint à la douleur des familles et leur présente leurs condoléances attristées et l expression de leur respect appuyé : - L adjudant légionnaire Harold VORMEZEELE, du Groupement de commandos parachutistes (GCP) du 2e régiment étranger de parachutistes de Calvi (2B), 33 ans, marié et père de famille, était né en Belgique et avait obtenu la naturalisation française en 2010, est tombé au Champ d Honneur le 19/02/2013, à la poursuite de bandes armées dans le massif de l Adrar des Ifogas, Nord Mali, proche de la frontière algérienne où sont retranchés les groupes djihadistes. - Le caporal-chef Cédric CHARENTON, du 1er Régiment de chasseurs parachutistes de Pamiers (09), 26 ans célibataire, chef d équipe trinôme, est tombé au Champ d Honneur le 02/03/2013, en montant à l assaut avec sa section d'une position découverte d un groupe rebelle lors des combats menés région de Tessalit, massif de l Adrar des Ifogas, nord du Mali. - Le maréchal des logis Wilfried PINGAUD, du 68ème Régiment d Artillerie d Afrique du camp de La Valbonne (01), 37 ans, marié et père de deux enfants, est tombé au Champ d Honneur le 06/03/2013, dans une opération de sécurisation dans l'est du Mali, à 100 km de Gao (Mali), au cours d un accrochage avec des groupes terroristes locaux. Il appartenait au détachement de liaison français inséré auprès des F.A.Ma (1) engagées dans des opérations de sécurisation autour de Gao. -Le caporal-chef Alexandre Van Dooren, du 1 er Régiment d Infanterie de Marine d Angoulême (24), 24ans, célibataire et père d un enfant, est tombé au Champ d Honneur le 16/03/2013, le blindé AMX 10RC qu il pilotait en tête d une reconnaissance offensive afin de détruire les groupes terroristes dans l Adrar des Ifogas, sud de Tessalit, a touché par une explosion. -Le sergent Stéphane DUVAL, du 1er Régiment de Parachutistes d infanterie de Marine de Bayonne (64), 32 ans, marié et père de deux enfants, est tombé au VPS Panhard=120km/h, 800 km autonomie Champ d Honneur le 29/04/2013. Lors d une opération de reconnaissance offensive et de fouille conduite par les F.S.F (2) dans le Nord-Est du Mali, entre Tin Zaouaten et Boughessa, un VPS (3) a été touché par une explosion, provoquant la mort d un soldat français et blessant deux autres soldats sérieusement. VPS Panhard= 4 hommes, 2 mitrailleuses (12,7 et 7,5/5,56) -Le brigadier-chef Marc MARTIN-VALLET, du 515ème Régiment du Train du camp de la Braconne (16), 28 ans, célibataire sans enfant, est mort dans l'accomplissement de sa mission au service de la France le 30/07/2013. A bord de son VTL (4) en convoi logistique, il a été victime d'un accident mortel à une vingtaine de km au N.-E. de Douentza, en direction de Bamako. 4 Respect aux Blessés des Combats au Mali et en d autres lieux, l Amicale leur souhaite un prompt rétablissement, un retour rapide dans leurs familles et une reprise aussi prompte de leurs activités militaires : - Le 27/02/2013, au cours d une opération de sécurisation, un VBL (5) du GTIA 3 a sauté sur une mine, région d'in Taghlit, Nord Mali. Deux soldats français ont été blessés dont un grièvement. Ce dernier a été évacué vers la France. - Le 28/02/2013, au cours d'une mission de reconnaissance de l'eae (6) du 1 RIMa d Angoulême (24), trois soldats français ont été blessés pour une raison indéterminée, région de Tombouctou dont deux grièvement, évacués vers la France. - Le 16/03/2013, en tête d une reconnaissance offensive du GTIA TAP, le blindé AMX 10RC du 1 RIMa a été touché par une explosion. De l équipage du CCH Van Dooren, mort, trois ont été blessés, dont deux sérieusement, évacués vers la France. - Le 31/03/2013, alors que les FAMa (1) étaient au contact avec des rebelles infiltrés dans Tombouctou, une QRF (7) française de l EAE(6) stationné sur l aéroport est venu appuyer leur action, un soldat français a été blessé et transféré à Gao. - Le 23/04/2013, suite à un attentat à la voiture piégée devant l ambassade de France à Tripoli (Lybie), deux gendarmes français chargés de la protection ont été blessés dont un grièvement, évacué vers la France. - Le 29/04/2013, deux soldats des F.S.F (2). ont été blessés par une explosion à bord de leur véhicule VPS (3) dans une opération de reconnaissance offensive des F.S.F(2) entre Tin Zaouaten et Boughessa (N.E. Mali), évacués vers l A.C.A de Tessalit. - Le 14/06/2013, deux soldats des F.S.F (2) ont été blessés dans des opérations de sécurisation contre des groupes djihadistes au Mali. Ce fait a été confirmé par le Ministre de la Défense qui n a pas donné de détail. - Le 30/07/2013, un militaire du 515 R.T du camp de la Braconne (16) a été blessé par accident à bord de son VTL (****) à une vingtaine de km au N.-E. de Douentza, en direction de Bamako. Il a été évacué vers Gao. PS = La rédaction attire votre attention sur le fait que l énumération des blessés n est pas exhaustive et ne comporte que celle établie selon les informations recueillies. (1) FAMa = Forces Armées Maliennes (2) F.S.F = Forces Spéciales Françaises (3) VPS = Véhicule de Patrouille Spéciale (4) VTL = Véhicule de Transport Logistique (5) VBL = Véhicule Blindé Léger (6) EAE = Escadron d Aide à l Engagement (7) QRF = Quick Reaction Force = Elément d Intervention Rapide

5 Année n 21 Activités de l Amicale - Parrainage avec les EVAT du 28 GG en FGI 28/02/ Dans le cadre du parrainage avec le 28 GG, l Amicale a demandé à participer modestement aux activités militaires dispensées dans la région du «pays de Bitche» aux jeunes EVAT en formation de spécialités élémentaires au C.F.I.M. de Bitche. Töt le matin, un gradé m amena en VLTT Defender sur l aire de bivouac à Oberbronn où la section mixte avait passée la nuit après avoir marché toute la journée pendant 40 km. Une fois encore, le «padre» Spriet était présent ainsi que le Cne Loumeaud, Cdt d unité et le Lt Brioit, chef de section F.S.E (1) Nous sommes partis en file indienne sous un temps couvert et humide. La marche de la veille se faisait sentir dans le déplacement et l allure de la colonne. Nous avons marché en respectant la sécurité et les pauses réglementaires. Le gradé nous attendait avec le véhicule de soutien logistique. Il s inquiétait de la forme physique de chacun(e). A l heure du déjeuner, il a préparé, une délicieuse soupe...fumante, sortie des rations, qui nous a réchauffés. Nous en avons profité pour revêtir des effets secs. Aucun incident, ni abandon, n est venu troubler l allure de la troupe au pas de route, mais l arrivée après environ 30 km de marche a vu certains boiter, se hisser presque sur la pointe des pieds, tellement les ampoules les faisaient souffrir. Pour ma part, je remerciais l entrainement physique personnel que j avais suivi avant la marche pour ne pas en subir les effets. Les jeunes engagés avaient respecté la mission et ils pensaient déjà à la cérémonie de la remise des képis le 8 mars en présence de leurs familles. Ils étaient fiers du chemin parcouru et de leur appartenance au 28 Groupe Géographique. G. PERTUSA. Cérémonie commémorative - Site de l ancien camp de Natzwiller les 22 et 23 juin Il y a 70 ans, les départs «Nacht und Nebel» arrivaient au Konzentration Lager (KL)- Natzwiller Cérémonie commémorative marquée par un vent piquant, fort et glacial qui donnait une infime idée de ce que pouvaient subir les déportés en plein hiver, immobiles, peu vêtus durant les longs appels du matin. La cérémonie était présidée par M. le Ministre des Anciens Combattants (A.C) et rehaussée par une soixantaine de drapeaux, en demi-cercle dans le mémorial et de nombreux dépôts de gerbes. Un détachement du 28 GG, avec son chef de corps, rendait les honneurs. Le détachement a été passé en revue par M. le Ministre des A.C et M. le Général Gouverneur de Strasbourg. A. Verneyre, le porte drapeau de l'amicale était " carré et martial". La cérémonie était rendue d'autant plus émouvante par la présence d'anciens déportés survivants dont l'un d'eux avait revêtu la tenue bariolée si tristement célèbre. La flamme du souvenir a été allumée par M. le Ministre des A.C. Puis des prières ont été dites par les représentants des cultes. Le chant «des partisans» et le chant «des marais», ont été interprétés par l'ensemble vocal de l'université de Strasbourg. Puis les allocutions de M. le Président de la commission exécutive, de Mme la secrétaire générale adjointe du Conseil de l'europe, de Monsieur le Ministre des A.C, ont insisté sur l'importance de la liberté, des droits de l'homme et du maintien du souvenir, nous rappelant que rien n'est acquis d'une manière définitive et qu'il faut être vigilant sur ces grands principes. A noter en fin de cérémonie, la signature du programme de coopération entre le ministre de la Défense (représenté par le Ministre des A.C.) et le Conseil de l'europe. En conclusion, une cérémonie qui a pris aux tripes! Enfin, n oublions pas la présence discrète et efficace du Lt-Colonel A. Mercuri, adjoint au DMD 67 Jean-Michel DIOT. Activité F.N.A. - Visite du 61 R.A à Chaumont - les 22 et 23 juin 2013 Sur invitation de la F.N.A(2), une délégation de l Amicale s est rendue le 23 juin au 61 Régiment d Artillerie sur la base de Semoutiers, une ancienne base d aviation américaine à12 km de Chaumont (52000). La veille, une visite organisée par l Amicale du 61 6 et7 RA de Nevers sous l impulsion de T. Baillon, son S.G, débutait par une visite touristique de trois sites régionaux et se terminait après le diner, par le conseil d administration de la F.N.A sous la présidence du Général (2S) Meyer. Accueilli à notre arrivée, par le Lt-Colonel D. Koscielny, Cdt en second, nous avons visité, par groupes, la salle d honneur des «diables noirs» et eu une amphi sur les missions du régiment. A la fin de la matinée, le Colonel G. Randreau est venu saluer le Général Meyer et l ensemble des participants et exposer la continuité du régiment au sein de la brigade de renseignements. Le programme établi avait eu quelques aménagements, car en raison des conditions météo, nous n avons pas pu assister dès le matin à un vol de drone, SDTI (photographie) qui équipe le régiment. L après-midi, après le déjeuner en la présence de camarades d active, nous avons pu voir le déploiement d une section SDTI sur le terrain et voir le haut degré de technicité du matériel et du personnel. Les conditions météo ne s étant pas améliorées (vent fort et par rafales, pluie), nous avons continué par la visite de la 6ème batterie, nouvellement crée, dédiée au traitement et la diffusion des informations renseignements recueillies. En fin d après-midi, nous avons remercié les organisateurs, le régiment, puis nous sommes partis vers nos domiciles respectifs. (1) F.S.E. = Formation de Spécialités Elémentaires (2) F.N.A. = Fédération Nationale de l Artillerie G. PERTUSA.

6 Année n 21 Rassemblement 2013 de l Amicale du I/12 R.A-1945 à l Ile d Oléron (17310) 30/04-01/05/13 6 Nous avons pu nous rendre cette année encore à la commémoration rituelle du 1er mai qui fête la libération de l île en Nous y trouvons avec plaisir la famille Maès. M. Joël Todoverto (gendre de la Présidente) porte-drapeau de l Amicale du I/12 R.A Nous sommes le 30 avril à Saint-Trojan à 18h30 pour aller, par le petit train, vers la pointe de Gatseau marquant le lieu du débarquement des forces françaises et alliées dans la nuit du 30 avril Temps froid, humide, maussade donc peu de monde. Malgré cela 20 drapeaux sont là fidèles pour honorer le lieu et les hommes. Comme d habitude, ce sont l Hommage, les allocutions, les Hymnes. La Marseillaise et le chant des Partisans sont repris en chœur par toute l assistance. A la fin de la cérémonie, nous nous rendons à la salle des fêtes pour un vin d honneur qui regroupe les participants à l abri du froid. Mme Sergenton, Présidente s avance pour parler à M. Massicot, Maire de St Trojan d un incident qui s est produit à la descente du train à Gatseau en raison de la dénivellation qui est beaucoup trop importante. Elle en profite aussi pour dire notre déception, renouvelée à chaque allocution, chaque année : tous les régiments qui ont participé à la libération de l île d Oléron sont cités sauf le I/12 R.A, pourquoi? L édile demande un écrit officiel mentionnant la présence de ce régiment aux combats du 1er mai. Incroyable!! Alors que ce n est pas la première fois que nous faisons la remarque; une lettre à ce sujet a même était envoyée au Maire de cette commune en Nous obéirons. 1er mai A 8h30 dans la pluie froide, nous sommes tous à la Rémigeasse autour de la stèle du soldat Normandin (1) érigée au milieu d une verte pelouse fraîchement tondue et entourée de pins. Le même cérémonial qu à Gatseau la veille : 20 drapeaux, montée des couleurs, sonnerie aux Morts, minute de silence, dépôts de gerbes, allocutions des officiels Mrs Leclerc, Massicot et le Président du Corps franc marin, félicitations des autorités aux porte-drapeaux. Autour de nous, une sono avait été installée et diffusait les Hymnes et les ordres pour le bon déroulement de l Hommage. Une marche militaire a clôturé la cérémonie. Des camions, des jeeps, des motos de l époque avec leurs conducteurs et des infirmières en tenue d'époque étaient présents, venus sans doute d une association ou de collectionneurs passionnés. Boyardville. Au bord d une zone marécageuse, nous voici devant la stèle du Corps Franc Marin. Il ne pleut plus, il fait froid, les gens sont emmitouflés et arrivent peu à peu. La voiture sono est en place, la cérémonie se déroule le même rituel. Les allocutions se terminent sur ce mot de M. Courault : «je rêve d un pays où tout le monde pourrait s aimer et où il n y aurait qu un drapeau». En ancien gendarme, il nous révèle son serment : RESPECTONS-NOUS TOUS!! Un moment après nous sommes de retour en ville devant la plaque du sergent Rubet. Et c est le même Hommage toujours accompagné par les drapeaux. A midi, nous assistons à Saint-Pierre au monument de la Résistance, à une nouvelle cérémonie d Hommage. Au milieu du monde cette fois et avec des représentants de la Gendarmerie. Puis nous partons vers la Cotinière où deux lieux sont honorés : la stèle des Péris en mer et la plaque du Capitaine Leclerc. Nous n avons plus de musique, mais les deux Hommages sont bien réels. Encore une fois au milieu du monde, et au bord du quai où dansent les bateaux. M. Leclerc (2) nous entraine vers l ancienne Criée pour un vin d honneur amical. La fin de ce 68ème anniversaire a lieu à Saint Pierre au château de Bonnémie pour un déjeuner en commun. L an prochain????... Françoise Sergenton. M. P. Massicot, maire de St Trojan. NB : Au départ de la gare de St Trojan les Bains, le «p tit train» conduit sur les dunes qui dominent la baie de Gatseau vers la stèle en pierre du Périgord (en hommage aux maquis de Dordogne) qui commémore le débarquement qui a eu lieu le 30 avril 1945 et le sacrifice de 18 soldats morts pour la France en libérant l Ile d Oléron. (1 Marcel NORMANDIN, 7 Cie/50 RI est mort le 1er mai 1945 à la Rémigeasse C est le dernier soldat français mort pour la France de l opération «Jupiter». (2) Michel LECLERC, Président de l amicale de la Résistance de l Ile d Oléron, fils du Capitaine Lucien Leclerc responsable d un des trois corps francs marins.

7 Année n 21- La Libération de l Ile d Oléron 30 avril et 1er mai page 1 Historique: Fortifiée à partir de 1942, l île d Oléron constitue un bastion avancé du mur de l Atlantique dans le secteur de La Rochelle. Grâce à sa position stratégique, elle permet aux Allemands de surveiller l estuaire de la Gironde. Pour libérer l accès du port de Bordeaux, il ne suffit donc pas de conquérir la poche de Royan et de s emparer de la pointe de Grave, il faut également museler les batteries côtières allemandes de l île. Ainsi, dès l automne 1944, plusieurs projets de débarquement sont étudiés. Cependant, aucun n est retenu car effectuer une opération amphibie sur l île, fortement défendue par 29 blockhaus et 42 positions de combat dans la campagne, nécessite des forces vives disposant de matériel d assaut, ainsi que l établissement d une tête de pont.. Face à cette île en théorie fortement défendue : Sur l île : Courant octobre 1944, dix-sept groupes de résistance sont constitués autour des grands villages de l île d Oléron, parmi lesquels Saint-Trojan, Dolus, Saint- Pierre ou Saint-Denis. Ils regroupent très exactement 216 personnes, hommes ou femmes, armés par le continent, entre mars et avril 1945 mais surtout le 7 avril de revolvers, de fusils et de 63 mitraillettes. Sur le continent : dès le 9 septembre 1944, deux groupes F.F.I. en provenance du Périgord s installent sur la côte et mettent en commun leurs armes et leurs véhicules en priorité pour faire s évader les personnes recherchées sur l île par les Allemand : le groupe «Castelréal», qui se place au Chapus avec à sa tête le Capitaine Lucien Leclerc, et le bataillon Roland, du commandant Roland Clée, qui se répartit dans les sousquartiers Sud de Marennes, centre de Brouage, et Nord de Port-des-Barques. Ce sont des F.F.I, sortis des campagnes du Gers ou de Dordogne, assignés par l armée régulière à tenir front à ces poches de résistance Allemande : La Rochelle, Ré, Oléron, Royan. Le 11 février 1945, après l ordre donné de longs mois auparavant par de Gaulle le 18/09/1944, la 23e Division, qui réunit tous ces F.F.I., est officiellement créée et se compose de troupes régulières. La brigade RAC et le bataillon Roland deviennent le 50e Régiment d Infanterie, la demi-brigade Armagnac et le bataillon Parisot deviennent le 158e Régiment d Infanterie, le groupe résistant Z de Royan devient le 12e Régiment d Artillerie et son escadron de choc Urbain, avec l appui d un groupe d escadrons du groupe Klein (Pointe de Grave) le 18e Régiment de Chasseurs à Cheval. Toutes ces unités sont utilisées tant contre Royan qu Oléron; sur cette première, ce groupe forme en ajoutant un corps franc marin et en retirant le 18e Chasseurs la brigade Oléron. Il s agit de soldats. Quant à la résistance, il avait été admis lors de la réunion de la résistance avec les F.F.I. à La Cotinière le 25 avril 1945 qu un code secret serait diffusé peu avant l attaque. Ce même 25 avril 1945, deux groupes de résistants commandés par le capitaine Leclerc sont infiltrés dans l île avec des moyens radios afin de renseigner sur les positions, les mouvements de l ennemi et coordonner les actions de sabotage (coupure des lignes téléphoniques, destruction des moyens de transport et mise en place de barrages aux carrefours). Le même jour, le 1 er groupe du 12 ème Régiment d Artillerie prend position aux abords de la plage de Marennes. Le nom de l opération était donné : Jupiter. «Jupiter 5 heures 30 solaires» a effectivement été envoyé aux groupes de résistance, depuis le poste de commandement de Saint-Pierre, le 30 avril 1945, à cinq heures du matin, et autorisait le début de ce qu on a appelé le «plan d attaque B» : des coupures téléphoniques, des embuscades et des diversions. Gatseau, plage à l extrême Sud de l île d Oléron, semblait idéale : elle est abritée de La Rochelle, peut être facilement attaquée par les Français depuis Marennes et La Coubre, et sa distance, depuis la Seudre, est raisonnable 4 km. Deux groupements sont constitués : le «groupement Ouest» du lieutenant-colonel Rodolphe Cezard, alias «RAC», qui comprend les 2ème et 3ème bataillons du 50ème RI commandés par les chefs de bataillon «Roland» CLEE et René Tallet dit «Violette» (maquis A.S de Dordogne Nord), le bataillon de fusiliers marins de Rochefort du lieutenant de vaisseau Dupin de Saint Cyr, une compagnie du 151ème Régiment du Génie et de 2 groupes de 75 mm du 32ème Régiment d Artillerie, reçoit la mission «de conquérir une tête de pont à l extrême sud de l île, forcer les champs de mines des Allassins et progresser sur l axe de Dolus, Saint-Pierre, Chéray, Saint-Denis». Le «groupement Est» du lieutenant-colonel Monnet, composé de 3 bataillons du 158ème RI, d une compagnie du 151ème Génie et du 1er groupe de 75 PAK 40 (antichar) du 12ème Régiment d Artillerie (ex réseau de résistance Z de Royan), doit «s emparer des blockhaus de la Pointe de Manson au sud de Saint-Trojan, la pointe d Ors, puis progresser vers le centre bourg de Saint-Trojan en contrôlant les accès vers le Château-d Oléron». Le commando du Corps Franc-Marin aux ordres du Commandant Fournier débarquera sur la côte ouest, au nord du champ de mines des Allassins pour prendre l ennemi à revers et créer l insécurité. /...

8 Année n 21 La Libération de l Ile d Oléron 30 avril et 1er mai page 2 1 Extraits du mémoire «L île d Oléron face à la 2 guerre mondiale» de L. Vidal et le «Petit train de St-Trojan» Le 18 avril au matin, la poche de Royan tombe. Le général de Larminat, commandant de l'armée de l'atlantique, et son étatmajor, placés dans les cantonnements de Marennes, décident alors de prendre pied sur l île. Or pour tenir Oléron, les allemands disposent de deux mille hommes et de 180 pièces d artillerie dont toutes les pièces mobiles ont été ramenées de la côte ouest vers la côte Est, face au continent. Les secteurs de débarquement possibles sont truffés de quelques mines. C est finalement le secteur de la pointe de Gatseau qui sera choisi en raison de l accès facile de ses plages et de sa proximité avec le continent (4 km). L endroit choisi, le matériel et les hommes sont à pied d œuvre dans la semaine du 22-29/04. Cette opération amphibie ne peut pas être repoussée plus longtemps : une accalmie est prévue du 30/04 au 01/05. Le maintien de l attaque de l île d Oléron au lundi 30 avril 1945 à 6 h. Les premiers embarquements de la première vague d assaut six-cent soixante-quinze hommes - ne sont effectués dans le port de Marennes, dit de La Cayenne, qu à partir de 2 h LCVP (1), 22 DUKW (2) arrivés de Marennes la veille (prêtés par les américains) et 42 bateaux de pêche provenant de Marennes, du Galon d Or, de Port Lambert, d Arcachon et de Saint -Jean de Luz, constituent quatre vagues d assaut, espacées de cinq minutes, s élancent du port de la Cayenne à Marennes guidés par des pécheurs oléronais. La force de débarquement doit attendre ainsi pendant une heure, l heure H fixée à 5 h 50. Mais, 5 h 46 est une heure importante, parce qu avec 4 mn d avance sur l horaire prévu, 168 pièces d artillerie au total, positionnées entre La Tremblade et Marennes, de la 13ème brigade d artillerie U.S, ouvrent violemment le feu sur toute la partie sud de l île d Oléron. Leur objectif : les positions Allemandes de l Atlantikwall (Mur de l Atlantique) ayant portée directe sur La Seudre, le Pertuis de Maumusson et la partie sud des coureaux d Oléron, les routes, les carrefours et couper tout mouvement allemand. Malheureusement, certaines maisons de Saint Trojan, sont touchées par les tirs d artillerie. Certains bâtiments de la flotte française sont associés dans les combats de la libération de l île d Oléron. Du 28 avril au 1er mai 1945, le croiseur Duquesne tire sur les batteries de l'ile d'oléron. L attaque de l île d Oléron fut la dernière bataille en France. Le 30 avril 1945, jour même du suicide d Hitler, l opération Jupiter amorçait la libération des Oléronais. Ce faisant, la Résistance a permis à la bataille de passer rapidement sur le sol de l'île d'oléron, sans y causer des morts e t des dégâts considérables. On dénombre du côté allemand 300 tués, prisonniers et beaucoup de blessés. Du côté français, il y aura 18 soldats tués et 55 blessés. Les huit villages de l'île ont généralement été épargnés. La population civile, quant à elle, n'a pas été touchée. Le port de Boyardville a été sa uvé par la Résistance, les ponts et les ouvrages d'art conservés intacts. L'inondation des marais Doux évitée, la porte-écluse de la Perroche maintenue... Grâce au sacrifice d environ 200 volontaires du pays, la bataille qui aurait pu dévaster l'île d'oléron l'a laissée presque intacte. Les troupes françaises quittent l'île d'oléron le 10 juin L'administration civile reprend ses pleins droits et Oléron retourne à sa vie paisible. (1) LCVP = Landing Craft Vehicle Personnel = Péniche de débarquement de véhicules et de personnel. (2) DUKW = sans terminologie US particulière = véhicule amphibie 6x6 destiné à décharger directement au contact de l opération amphibie, le matériel et le personnel, en l absence de ports.

9 Année n 21 A l Honneur 2 Le Lieutenant Delphine Duhamel, chef de section à la 1 e batterie de Tir du 40 e RA, est le premier officier féminin de l artillerie Sol-sol à recevoir la croix de la Valeur Militaire avec étoile de bronze, pour faits d armes en Afghanistan. Lors de la cérémonie de dissolution de la T.F (*)Lafayette VI à Strasbourg le 31 janvier dernier, le chef d Etat-major de l armée de Terre, le général d armée Bertrand Ract Madoux, a remis la croix de la Valeur Militaire avec étoile de bronze au lieutenant Delphine Duhamel. «Engagé du 19 avril au 26 novembre 2012 comme chef de section de tir Caesar et mortier de 120 mm au sein des éléments organiques de la brigade La Fayette, dans le cadre de l opération PAMIR, a fait preuve de belles qualités militaires. S est particulièrement illustré en effectuant des tirs d obus éclairants au profit d éléments de l armée nationale afghane... A ainsi participé à la mise en fuite des insurgés qui prenaient à partie les soldats alliés et qui préparaient une attaque» Engagée en 2004 à l école nationale des sous-officiers d active (ENSOA). Elle est affectée en juillet 2005 au 12 e RA (Oberhoffen, 67) comme maréchal des logis, spécialiste COBRA (radar de contre batterie). Extrait Armée de Terre 14/03/ L'Amicale du 12ème Régiment d'artillerie et des Artilleurs est fière de vous faire part de la promotion au grade de Chevalier de la Légion d'honneur par décret du 28 juin 2013 : - Du fils de notre Compagnon Jacques d'andigné, Ancien Président de l'amicale des Anciens du 12 /212ème Régiments d'artillerie, administrateur de la Fédération Nationale de l'artillerie et administrateur de l'amicale du 12ème Régiment d'artillerie et des Artilleurs, le Médecin en Chef du Service de santé Eric d'andigné. Depuis cet été, il a été nommé conseiller «santé» du gouvernement sénégalais. - Le Lieutenant-Colonel Thierry Contoux, membre de l'amicale, dernier Officier à avoir "roulé" l'etendard du 12ème Régiment d'artillerie lors de la cérémonie de la dissolution de notre régiment le samedi 20 juin 2009 et remis au Général de Brigade Mathey, dernier commandant la Brigade d'artillerie d'oberhoffen. L'Amicale participe chaque année à la cérémonie de la fête Nationale à Strasbourg et à Haguenau. Cette année, la célébration a eu lieu le 13 juillet après-midi placé sous un chaud soleil, place de la République à Strasbourg, sous l autorité du Général Hautecloque-Raysz, Gouverneur militaire de Strasbourg et Commandant la 2 Brigade blindée, en la présence du Général-major belge Buschsenschmidt, Commandant le Corps européen, du représentant de M. Le Préfet de la région Alsace et Préfet du Bas- Rhin, des édiles de la ville de Strasbourg, de nombreuses associations patriotiques et leurs drapeaux. Nous étions quelques uns avec les familles autour du drapeau et du président à entourer le récipiendaire. Le Lieutenant-Colonel Thierry Contoux,.visiblement ému, a été décoré par le Général Hautecloque- Raysz. Le défilé à pied des unités du Corps européen et en moto de la gendarmerie, de la police Nationale et municipale, est venu clôturer la cérémonie. Une adresse particulière a été faite aux décorés dans les salons de réception de l Hôtel de ville de Strasbourg par le Général Hautecloque-Raysz et le Maire de Strasbourg. Le 14 juillet 2013 à 11h, l Amicale autour du drapeau et du président, a participé à la cérémonie à Haguenau, sous l autorité du Général Hingray, Commandant d Armes de la garnison d Haguenau/Oberhoffen et la brigade de renseignements, du sous-préfet, du Maire de Haguenau et les associations patriotiques avec leurs drapeaux. Une prise d armes impeccable et un défilé à pied comme motorisé d excellente facture ont permis de ressentir une fierté légitime envers notre Armée. Le Général Hingray est venu particulièrement saluer notre Amicale, représentée en nombre. Alain Verneyre, porte-drapeau.

10 Année n 21 Evocation de la Bombarde instrument de musique 10 Le saviez-vous? BA 901/Drachenbronn BOMBARDE, artillerie : Nom donné en général aux premières bouches à feu qui tiraient des boulets de pierre et servaient essentiellement pour l attaque et la défense des villes. Les premières bombardes apparurent en France en 1345 et les anglais utilisèrent trois «bombardiaux» à la bataille de Crécy (1346). Encombrantes et peu sûres au début, elles jouèrent un rôle de plus en plus important au fur et à mesure des progrès techniques, rôle qui devint déterminant dans la guerre de siège à partir de 1415 (Azincourt). A la fin de son règne, le Roi de France Charles VII possédait une artillerie permanente de vingt-quatre bombardes.

11 Année n 21 RELEVÉ POUR VOUS - VIE PRATIQUE - 11 En vacances in situ A. Verneyre, secrétaire général adjoint a été missionné par l Amicale pour se rendre au musée de l école d Artillerie à Draguignan afin de recenser les objets de tradition des 12ème/32ème régiments d Artillerie en exposition. Le Major R. Maisonnave, du musée de l Artillerie l a reçu avec égard le 14 août Il a pu effectuer une visite assez complète y compris la partie en travaux non ouverte au public (pour raison de sécurité). Dans le prochain numéro, notre Compagnon nous fera part de ses impressions avec quelques documents photographiques de valeur. La rédaction. TIM n 246-Juillet/août 2013 Dossier JORF n 0174 du 30 juillet 2010 page texte n 26 Décret n du 29 juillet 2010 portant attribution du bénéfice de la campagne double aux anciens combattants d Afrique du Nord, stipule : Bénéfice de la campagne double : «article 1 : «les appelés du contingent et les militaires d active qui ont été exposés à des situations de combat en Algérie, au Maroc, en Tunisie, entre le 1er janvier 1952 et le 2 juillet 1962, bénéficient, dans les conditions fixées à l'article 2, du droit à la campagne double, prévu par le code des pensions civiles et militaires de retraite». La Loi du 18 octobre 1999 a substitué l expression «aux opérations effectuées en Afrique du Nord» par l expression «à la guerre d Algérie ou aux combats en Tunisie et au Maroc», qualifiant le conflit en Algérie de «guerre». Elle a ainsi crée une situation juridique nouvelle. Ainsi, le décret n du 29 juillet 2010 accorde ce droit aux appelés et militaires d active pour toute journée durant laquelle ils ont pris part à une action de feu ou de combat ou ont subis le feu et s applique aux fonctionnaires et assimilés dont les pensions de retraite ont été liquidées à compter du 19 octobre 1999, date d entrée en vigueur du décret susvisé, auprès des services de l administration qui a procédé à la liquidation de la pension de retraite. Elles n ouvrent droit à aucun intérêt de retard. Demi-part fiscale supplémentaire des anciens combattants : L article 196 du Code général des impôts prévoit l attribution d une demi-part fiscale pour les titulaires de la Carte du combattant, âgés de plus de 75 ans dans l année fiscale de référence, ainsi qu à leurs veuves, elles-mêmes âgées de 75 ans. Cet avantage est consenti pour le foyer fiscal, c est-à-dire que si les deux conjoints remplissent cette même condition, seule une demi-part est attribuée. Cet avantage est plafonné à 2997 dans la mesure où vos revenus sont supérieurs à (mariés) ou pour un célibataire ancien combattant (article du C.G.I. Chiffres 2010). Rappel important : la veuve peut prétendre à la demi-part fiscale, si son mari bénéficiait déjà de la demi-part, c est-à-dire qu il était âgé de plus de 75 ans au 31 décembre de l année d imposition et qu il était titulaire de la Carte du combattant ou d une pension militaire d invalidité et si elle-même est âgée de plus de 75 ans.

12 Année n 21 Histoire - La tragédie dans le port d Halifax du 6 décembre Pendant les première et Seconde Guerre mondiales, les convois de bateaux se réunissaient dans le bassin de Bedford, dans le port d'halifax (Nouvelle-Ecosse Canada), avant de se diriger à travers l'océan Atlantique.. Le 6 décembre 1917, un matin particulièrement brumeux pendant la première guerre mondiale, la plus grande explosion synthétique avant les armes nucléaires, l'explosion d'halifax, s'est produite au point N O / Un bateau norvégien, entrant dans la rade, l Imo, affrété par la Commission du secours belge arrivant de Rotterdam et en route vers New York afin de récupérer du ravitaillement, vient de lever l ancre, a heurté à la bouche du port un cargo français, le Mont Blanc, de la Compagnie Générale Transatlantique venant de New York et faisant une dernière escale sur le sol canadien avant de traverser l Atlantique vers l Europe en guerre. Ce dernier entre dans le port chargé de benzol, du fulmicoton et d'acide picrique, de TNT, soit plus de tonnes d'explosifs dans les soutes. À la suite d une série d incidents mineurs, l Imo entre en collision avec le Mont-Blanc vers 8 h 45. Une collision qui aurait été banale en ce temps de guerre où le port de Halifax est fort achalandé, n eût été la cargaison, notamment le benzol sur les ponts qui prend feu immédiatement après la collision. Après l impact, l Imo réussit à sortir du port tandis qu une colonne de feu s élève du navire français. Le capitaine donne ordre à son équipage de quitter le navire, ce qu il fit sans attendre, connaissant la dangerosité de la cargaison. Les marins français ont tentés de prévenir les gens rencontrés mais ils s exprimaient en français et ils n ont pas été compris dans cette province anglophone ; par conséquent, aucune mesure de prévention n a été prise. été entendue à 420 kilomètres de distance. Par la suite, le vaisseau en feu frappa la jetée, et le feu se propagea à terre. À 9 heures, 4 minutes et 35 secondes précisément, le contenu du Mont- Blanc explosa. Le navire fut instantanément pulvérisé, la plus grande partie étant vaporisée en une gigantesque boule de feu qui s éleva à plus de 6,1 km dans les airs, formant l un des premiers nuages «champignons» faits par l homme. La puissance de la détonation déclencha un raz-demarée qui s'éleva à plus de 18 mètres au-dessus du niveau des hautes eaux. Le raz-de-marée emporta l Imo jusqu'au rivage. L explosion du Mont-Blanc aplatissant une grande partie de la ville, laissant plus de 2000 morts et 9000 blessés, 6000 sans-abri et rasant 2,5km carrés du quartier nord d Halifax. La déflagration a Ce fut la plus puissante explosion causée par l'activité humaine jusqu'au premier essai atomique en 1945 (peu avant son usage comme arme de guerre encore plus puissante contre le Japon) et elle figure toujours parmi les plus puissantes explosions nonnucléaires artificielles, bien que d'origine accidentelle (et non provoquée volontairement comme le premier essai atomique qui, bien que beaucoup plus puissant, ne causa certainement pas autant de dégâts et de victimes qu'à Halifax). L explosion d'halifax reste dans l'histoire comme une des explosions artificielles ayant fait le plus de dégâts et de victimes et causé un aussi grand traumatisme civil (jusqu'aux deux explosions atomiques de guerre envoyées contre le Japon en 1945), et celle d'origine accidentelle la plus importante en termes de victimes. Près d'un siècle après la catastrophe, on trouve encore au fond du port de la cordite (très peu soluble dans l'eau) et des munitions non-explosées qui polluent le milieu avec les oxydes de cuivre (colorant les douilles en bleu). Les munitions contenaient par ailleurs du mercure (sous forme de fulminate de mercure) et du plomb qui risquent de contaminer l'environnement marin, la faune et la flore du port et des environs. LE BUREAU de l AMICALE A VOTRE ECOUTE (issu de la dernière AG a 2012 à Strasbourg du 25/11/2012) Président honoraire : Pierre MORISOT 40, bis Avenue de Suffren PARIS ( ) Président : Guy PERTUSA 15, rue des abeilles BISCHHEIM ( / ) Vice Présidents : Lucien LAMBERT 14, rue Édouard KREBS BRUMATH ( ) James CAPPOEN 22, rue des Voituriers HAGUENAU ( ) Secrétaire général : Jean-Pierre GEORGET 13, rue des Lys LA BAZOGE ( / ) Secrétaire adjoint : Alain VERNEYRE 3, rue des Carrières HAGUENAU ( ) Trésorier Général : Jean-Patrick BRENET 8, rue de la Forêt WEILER ( ) Trésorier adjoint : Henry FORT 31, rue du Préfet Lezay-Marnésia HAGUENAU ( ) Administrateurs: Jacques D ANDIGNE, Gérard DERNELLE, Alain REYNAERT, Georges SCHAEFER, Alain SOUDANT.

Protocole et organisation des cérémonies commémoratives

Protocole et organisation des cérémonies commémoratives Protocole et organisation des cérémonies commémoratives Organisation et déroulement actualisé en 2014 Les cérémonies publiques sont organisées sur ordre du gouvernement. Le maire est responsable du déroulement

Plus en détail

Bernard Maître, 20 ans, Résistant. Concours départemental de la Résistance et de la Déportation 2014 classe de CM1 de Navenne

Bernard Maître, 20 ans, Résistant. Concours départemental de la Résistance et de la Déportation 2014 classe de CM1 de Navenne Bernard Maître, 20 ans, Résistant Concours départemental de la Résistance et de la Déportation 2014 classe de CM1 de Navenne Les élèves de CM1 de Mme Mailley ont réalisé ce livre racontant l histoire de

Plus en détail

Pertes : Blessé : 1. Pertes : Blessés : 2

Pertes : Blessé : 1. Pertes : Blessés : 2 A 22 h, une vive fusillade allemande éclate en face de notre gauche et en face de la droite anglaise. Le tir de notre artillerie arrête immédiatement cette fusillade. La nuit est calme ; mêmes tirs systématiques

Plus en détail

(Genève, 16 20 septembre 2002) INTERVENTION

(Genève, 16 20 septembre 2002) INTERVENTION MISSION PERMANENTE DE TUNISIE GENEVE QUATRIEME CONFERENCE DES ETATS PARTIES A LA CONVENTION SUR L INTERDICTION DE L EMPLOI, DU STOCKAGE, DE LA PRODUCTION ET DU TRANSFERT DES MINES ANTIPERSONNEL ET SUR

Plus en détail

DU ROLE D UN BUREAU MILITAIRE AU SEIN D UNE MISSION PERMANENTE

DU ROLE D UN BUREAU MILITAIRE AU SEIN D UNE MISSION PERMANENTE DU ROLE D UN BUREAU MILITAIRE AU SEIN D UNE MISSION PERMANENTE Capitaine de vaisseau Ndome Faye, Conseiller Militaire à la Mission Permanente du Sénégal auprès des Nations unies à New York Dans certains

Plus en détail

Document 7. 13. Pourquoi ce discours de 1995 marque-t-il un moment important?

Document 7. 13. Pourquoi ce discours de 1995 marque-t-il un moment important? Pages 77-78. Passage en italique. «Je crois devoir attirer votre attention sur le fait qu en exécution des ordres reçus du commandeur des SS, les arrestations ont été opérées uniquement par la police française

Plus en détail

M. Jean-Yves Le Drian, Ministre de la Défense. Allocution pour la prise d armes de la Croix du combattant

M. Jean-Yves Le Drian, Ministre de la Défense. Allocution pour la prise d armes de la Croix du combattant MINISTÈRE DE LA DÉFENSE M. Jean-Yves Le Drian, Ministre de la Défense Allocution pour la prise d armes de la Croix du combattant Cour d honneur des Invalides, le 1 er octobre 2015 Seul le prononcé fait

Plus en détail

Bien Amicalement. Michel CAROFF. PROGRAMME DU CONGRES DU 21 22 23 Septembre 2012

Bien Amicalement. Michel CAROFF. PROGRAMME DU CONGRES DU 21 22 23 Septembre 2012 LE MOT DU PRESIDENT Bienvenue à Toulon. Les membres du bureau, les adhérents de la section Paca ainsi que moi-même sommes heureux de vous accueillir à l occasion de ce congrès. Nous nous sommes mobilisés

Plus en détail

Le Souvenir français 20h30 Salle des fêtes HDV

Le Souvenir français 20h30 Salle des fêtes HDV Le Souvenir français 20h30 Salle des fêtes HDV Déroulé : 14h30 : Accueil du Ministre de la Défense 15h00 : Allocution de J Y Le Drian morts 15h45 : Dépôt de gerbe au Monument aux 18h30 : concert 20h30

Plus en détail

68 : CIRCUIT AUTOUR DE LA MÉDITERRANÉE OCCIDENTALE

68 : CIRCUIT AUTOUR DE LA MÉDITERRANÉE OCCIDENTALE 68 : CIRCUIT AUTOUR DE LA MÉDITERRANÉE OCCIDENTALE Pêcheurs arabes dans leur petit voilier 378 La France allait être libérée ; je venais de me marier, à la date prévue depuis longtemps, et qui se trouva

Plus en détail

Le Conseil Municipal,

Le Conseil Municipal, MF/MB SEANCE DU 16 NOVEMBRE 2009 2009/1937 - ATTRIBUTION DE SUBVENTIONS AUX ASSOCIATIONS D'ANCIENS COMBATTANTS (DIRECTION DU DÉVELOPPEMENT TERRITORIAL) Le Conseil Municipal, Vu le rapport en date du 21

Plus en détail

EXPOSITION. d art naval. dans les appartements du Président du Sénat. Célébration du 100 e anniversaire de la Marine canadienne

EXPOSITION. d art naval. dans les appartements du Président du Sénat. Célébration du 100 e anniversaire de la Marine canadienne EXPOSITION d art naval dans les appartements du Président du Sénat Célébration du 100 e anniversaire de la Marine canadienne Avant-propos du Président du Sénat L année 2010 marque le 100 e anniversaire

Plus en détail

On a volé La plage de Sainte-Adresse!

On a volé La plage de Sainte-Adresse! On a volé La plage de Sainte-Adresse! par Ana 5e Aza 4e Ahmed 5e Dagman 5e Emilienne 6e Taïmoor 3e Jeudi 5 Mai 2011 08:32 Chapitre 1 Salut! Je m' appelle Séléna, j' ai 16 ans. Les vacances viennent de

Plus en détail

Deuxième Guerre mondiale

Deuxième Guerre mondiale Musée de la Défense aérienne de Bagotville Premier cycle du primaire Nom : Deuxième Guerre mondiale FICHES D HISTOIRE Cher élève, Je m appelle Charles. Je vis au Canada avec ma soeur Charlotte et nos parents.

Plus en détail

l Histoire Transmettre Musée de Lorris édition de la Résistance et de la Déportation www.museelorris.fr www.loiret.fr

l Histoire Transmettre Musée de Lorris édition de la Résistance et de la Déportation www.museelorris.fr www.loiret.fr Musée de Lorris Musée départemental de la Résistance et de la Déportation édition 2015 Transmettre l Histoire de la Résistance et de la Déportation www.museelorris.fr www.loiret.fr Pourquoi un Musée de

Plus en détail

Les combats du 11 novembre 1918 à Vrigne-Meuse. La mort d Augustin Trébuchon!

Les combats du 11 novembre 1918 à Vrigne-Meuse. La mort d Augustin Trébuchon! Les combats du 11 novembre 1918 à Vrigne-Meuse. La mort d Augustin Trébuchon! «Vrigne-Meuse» fut la dernière bataille de la guerre de 14. Une tuerie, une boucherie comme les autres, mais la dernière enfin

Plus en détail

Assemblée générale annuelle du Souvenir Français

Assemblée générale annuelle du Souvenir Français Assemblée générale annuelle du Souvenir Français Déroulé : Vendredi 17 Avril 2015 Accueil à l hôtel de Ville - SDF 14h30 Acceuil Républicain de Monsieur le Ministre de la défense 15h Allocution du MinDef

Plus en détail

DIPLÔME D ÉTUDES EN LANGUE FRANÇAISE

DIPLÔME D ÉTUDES EN LANGUE FRANÇAISE DIPLÔME D ÉTUDES EN LANGUE FRANÇAISE Niveau A2 du Cadre européen commun de référence pour les langues 1 ÉPREUVES COLLECTIVES DURÉE NOTE SUR Compréhension de l oral Réponse à des questionnaires de compréhension

Plus en détail

SURVEILLANT DE PORT DE PLAISANCE: UN NOUVEAU METIER PLEIN D AVENIR

SURVEILLANT DE PORT DE PLAISANCE: UN NOUVEAU METIER PLEIN D AVENIR SURVEILLANT DE PORT DE PLAISANCE: UN NOUVEAU METIER PLEIN D AVENIR 6 ème rencontres nationales Activités portuaires & développement durable - La Baule le 28 mars 2012 Maître Geneviève REBUFAT-FRILET Avocat

Plus en détail

N 3 LES ATTENTATS À PARI S 16. 11. 15. Pourquoi les terroristes ont-ils attaqué? Que s est-il passé le 13 novembre?

N 3 LES ATTENTATS À PARI S 16. 11. 15. Pourquoi les terroristes ont-ils attaqué? Que s est-il passé le 13 novembre? N 3 LES ATTENTATS À PARI S 16. 11. 15 Que s est-il passé le 13 novembre? Pourquoi les terroristes ont-ils attaqué? Qu est-ce que ça change dans le quotidien? Et maintenant, que va-t-il se passer? Pour

Plus en détail

été 1914 dans la guerre 15/02-21/09/2014 exposition au Musée Lorrain livret jeune public 8/12 ans

été 1914 dans la guerre 15/02-21/09/2014 exposition au Musée Lorrain livret jeune public 8/12 ans été 1914 Nancy et la Lorraine dans la guerre exposition 15/02-21/09/2014 au Musée Lorrain livret jeune public 8/12 ans 1 3 2 4 5 6 7 9 8 1870-1914 : une guerre attendue? Août 1914 : partis pour un été

Plus en détail

Le président de l Association des Plus Grands Invalides de Guerre, Monsieur Cazals et nos élèves aux Invalides.

Le président de l Association des Plus Grands Invalides de Guerre, Monsieur Cazals et nos élèves aux Invalides. Les 3 èmes à Paris pour les cérémonies du 14 juillet Cette année riche en émotions et en rencontres s est achevée avec une invitation à participer aux cérémonies du 14 juillet à Paris. C est à l invitation

Plus en détail

PROGRAMME DE RECONNAISSANCE ET DE VALORISATION DES RESSOURCES HUMAINES

PROGRAMME DE RECONNAISSANCE ET DE VALORISATION DES RESSOURCES HUMAINES PROGRAMME DE RECONNAISSANCE ET DE VALORISATION DES RESSOURCES HUMAINES, des communications et secrétariat général Novembre 2004 Révisé le 23 octobre 2006 Adopté au comité de direction du 25 octobre 2006

Plus en détail

Bienvenue au Musée du Débarquement d Utah Beach!

Bienvenue au Musée du Débarquement d Utah Beach! E U Q I G O G A D LIVRET PE Bienvenue au Musée du Débarquement d Utah Beach! Crée à l endroit même où les troupes américaines ont débarqué en Normandie le 6 Juin 1944, le musée rend hommage à tous les

Plus en détail

Motion de synthèse FNAM 2015

Motion de synthèse FNAM 2015 COMMISSION DE DÉFENSE DES DROITS N. Réf. : AC/CK/1660. 23 septembre 2015 Motion de synthèse FNAM 2015 adoptée le 17 septembre 2015 ONAC-VG Mesure 1 La FNAM se réjouit de l adoption du très ambitieux contrat

Plus en détail

BICENTENAIRE DU SIEGE DE ROCROY 1815-2015 ROCROY DANS LA TOURMENTE La fin d'un Empire Week-end du 25 et 26 juillet 2015

BICENTENAIRE DU SIEGE DE ROCROY 1815-2015 ROCROY DANS LA TOURMENTE La fin d'un Empire Week-end du 25 et 26 juillet 2015 BICENTENAIRE DU SIEGE DE ROCROY 1815-2015 ROCROY DANS LA TOURMENTE La fin d'un Empire Week-end du 25 et 26 juillet 2015 Chers amis reconstitueurs, Au soir de la bataille de Waterloo, le Maréchal Blücher

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. - Commémoration - 93 ème anniversaire de l Armistice de 1918. - Vendredi 11 novembre 2011 -

DOSSIER DE PRESSE. - Commémoration - 93 ème anniversaire de l Armistice de 1918. - Vendredi 11 novembre 2011 - DOSSIER DE PRESSE - Commémoration - 93 ème anniversaire de l Armistice de 1918 - Vendredi 11 novembre 2011 - CÉRÉMONIE DU 11 NOVEMBRE La cérémonie de commémoration du 93 ème anniversaire de l Armistice

Plus en détail

Le foyer fiscal (cours)

Le foyer fiscal (cours) Le foyer fiscal (cours) Table des matières Table des matières... 2 Introduction... 3 I La composition du foyer fiscal... 4 Le contribuable... 4 Les personnes à charge... 5 1 - En ce qui concerne les personnes

Plus en détail

CNRD 2012-2013 : Communiquer pour résister C

CNRD 2012-2013 : Communiquer pour résister C CNRD 2012-2013 : Communiquer pour résister C CARLIER Jean AD18 140 J 25 Sa fonction de secrétaire de mairie lui permet de transmettre de précieux renseignements en faveur de la Résistance à l ennemi. Début

Plus en détail

MINISTÈRE DE LA DÉFENSE DEMANDE D ATTRIBUTION DE LOGEMENT. Demande de logement. Demande de relogement

MINISTÈRE DE LA DÉFENSE DEMANDE D ATTRIBUTION DE LOGEMENT. Demande de logement. Demande de relogement MINISTÈRE DE LA DÉFENSE 3 e Régiment étranger d infanterie ETAT-MAJOR Commandant en Second Bureau Garnison DEMANDE D ATTRIBUTION DE LOGEMENT Demande de logement Demande de relogement DANS LE CAS D UN RELOGEMENT

Plus en détail

Assemblée Générale du 26 Avril 2015, à Ste - Menehould ==================================

Assemblée Générale du 26 Avril 2015, à Ste - Menehould ================================== Assemblée Générale du 26 Avril 2015, à Ste - Menehould ========== Voir Ordre du jour : 1) - Le Rapport Moral. 2) - Le Rapport Financier. 3) - Le Renouvellement du Bureau. 4) - Questions Diverses. ====================

Plus en détail

D ALLOCATION PERSONNALISÉE D AUTONOMIE

D ALLOCATION PERSONNALISÉE D AUTONOMIE Cadre réservé à l administration N DOSSIER : NOM : PRÉNOM : DATE DE DÉPOT : DATE DE DOSSIER COMPLET : DEMANDE D ALLOCATION PERSONNALISÉE D AUTONOMIE D UNE PERSONNE ÂGÉE DE SOIXANTE ANS ET PLUS A DOMICILE

Plus en détail

L armée de la Loire à Beaugency (décembre 1870)

L armée de la Loire à Beaugency (décembre 1870) L armée de la Loire à Beaugency (décembre 1870) C est suite à la défaite de Sedan, en septembre 1870, que Gambetta, refugié à Tours décida de créer l armée de la Loire pour continuer le combat. Celle-ci

Plus en détail

CORRIGÉ GUIDE DE FRANÇAIS IV

CORRIGÉ GUIDE DE FRANÇAIS IV CORRIGÉ GUIDE DE FRANÇAIS IV I.COMPRÉHESION ORALE A) Écoutez ce premier dialogue trois fois et répondez aux questions. Répondez V pour Vrais ou F pour Faux. 1. Ils sont arrivés pour le déjeuner. V F 2.

Plus en détail

L Héritage de Jean La prévention des mauvais traitements envers les aînés

L Héritage de Jean La prévention des mauvais traitements envers les aînés L Héritage de Jean La prévention des mauvais traitements envers les aînés produit par L Association yukonnaise d éducation et d information juridiques janvier 2015 L Héritage de Jean Une production de

Plus en détail

Carnet de voyage. Dina Prokic. Université Internationale d Eté de Nice Session Juillet 2011, Niveau B2 Enseignante : Bouchra Bejjaj -Ardouni

Carnet de voyage. Dina Prokic. Université Internationale d Eté de Nice Session Juillet 2011, Niveau B2 Enseignante : Bouchra Bejjaj -Ardouni Carnet de voyage Dina Prokic Université Internationale d Eté de Nice Session Juillet 2011, Niveau B2 Enseignante : Bouchra Bejjaj -Ardouni 3 juillet 2011 C est ma première fois en France. Je suis venue

Plus en détail

Les CHSCT arrivent dans la Fonction Publique Territoriale

Les CHSCT arrivent dans la Fonction Publique Territoriale Les CHSCT arrivent dans la Fonction Publique Territoriale Le 4 décembre 2014, pour la première fois, les agents des trois versants de la Fonction Publique (Etat, Territoriaux et Hospitaliers) seront amenés

Plus en détail

NUMÉRO DOSSIER LA REMISE OFFICIELLE & LE 60 ÈME ANNIVERSAIRE

NUMÉRO DOSSIER LA REMISE OFFICIELLE & LE 60 ÈME ANNIVERSAIRE NUMÉRO 86 AOÛT 2012 DOSSIER LA REMISE OFFICIELLE & LE 60 ÈME ANNIVERSAIRE M le Hommage anonyme des Maîtres de Chiens Guides Même si le chien guide est une aide précieuse et efficace pour nos déplacements,

Plus en détail

La Délégation interministérielle à l intelligence économique (D2IE)

La Délégation interministérielle à l intelligence économique (D2IE) La Délégation interministérielle à l intelligence économique (D2IE) Qu est ce que l intelligence économique (IE)? L intelligence économique (IE) consiste à collecter, analyser, valoriser, diffuser et protéger

Plus en détail

InvestirLoiPinel.fr vous propose des conseils pour votre investissement immobilier en Loi Pinel. Au travers d un réseau de partenaires fiables et

InvestirLoiPinel.fr vous propose des conseils pour votre investissement immobilier en Loi Pinel. Au travers d un réseau de partenaires fiables et 1 InvestirLoiPinel.fr vous propose des conseils pour votre investissement immobilier en Loi Pinel. Au travers d un réseau de partenaires fiables et reconnus, InvestirLoiPinel.fr vous met en relation avec

Plus en détail

Guide. du citoyen. L état-civil ça nous protège et c est bon pour notre pays!

Guide. du citoyen. L état-civil ça nous protège et c est bon pour notre pays! Guide du citoyen L état-civil ça nous protège et c est bon pour notre pays! Sommaire p 4 p 5 p 8 p 12 p 16 p 20 p 24 p 28 Préambule Nos noms dans la République Les grands moments de l existence Acte de

Plus en détail

Séance du conseil d administration du RTL, le 1 er octobre 2015. Le texte lu fait foi.

Séance du conseil d administration du RTL, le 1 er octobre 2015. Le texte lu fait foi. Séance du conseil d administration du RTL, le 1 er octobre 2015 Le texte lu fait foi. 1 Hier, le conseiller municipal du district de Saint Charles dans l arrondissement du Vieux Longueuil et membre du

Plus en détail

Dossier de presse. Exposition «Les Juifs de Corrèze dans la Shoah»

Dossier de presse. Exposition «Les Juifs de Corrèze dans la Shoah» Exposition «Les Juifs de Corrèze dans la Shoah» Dossier de presse Reprenant et complétant l exposition «Les Juifs de France dans la Shoah», réalisée en 2012 par l ONAC et le Mémorial de la Shoah, cette

Plus en détail

Rapport de fin de séjour. Stage Bournemouth

Rapport de fin de séjour. Stage Bournemouth Charlène Reynaud Licence IUP Université jean Monnet Rapport de fin de séjour Stage Bournemouth A. Vie pratique Mon séjour s est déroulé à Bournemouth, ville de 163900 située à 2h00 de Londres. Bournemouth

Plus en détail

Règlement du 5 ème Raid des Réserves en Normandie

Règlement du 5 ème Raid des Réserves en Normandie Règlement du 5 ème Raid des Réserves en Normandie L Association des Réservistes et Sympathisants de la Gendarmerie (RESGEND), l Association des Officiers de Réserve de Rouen, l Association des Sous-Officiers

Plus en détail

Jeudi 8 mai 2014. Il y a 69 ans, l Allemagne hitlérienne capitulait.

Jeudi 8 mai 2014. Il y a 69 ans, l Allemagne hitlérienne capitulait. Jeudi 8 mai 2014 Cérémonie patriotique / Parvis de l Hôtel de Ville Discours de Karl Olive, Maire de Poissy, Conseiller général des Yvelines Monsieur le Ministre, Monsieur le Préfet, Madame la Conseillère

Plus en détail

Souvenirs et devoir de mémoire

Souvenirs et devoir de mémoire Souvenirs et devoir de mémoire Je suis doublement incité à raconter mes souvenirs, d abord à la demande des parents de certains évadés, et ensuite à la demande d un officier supérieur, à qui j avais montré

Plus en détail

Cérémonie - Lancaster JB 139 Mardi 5 août 2014. Allocution de Philippe Paul, sénateur-maire de Douarnenez

Cérémonie - Lancaster JB 139 Mardi 5 août 2014. Allocution de Philippe Paul, sénateur-maire de Douarnenez Cérémonie - Lancaster JB 139 Mardi 5 août 2014 Allocution de Philippe Paul, sénateur-maire de Douarnenez Mesdames et Messieurs les Elus, Mesdames et Messieurs les Représentants des autorités civiles, militaires

Plus en détail

PLAFONNEMENT DES EFFETS DU QUOTIENT FAMILIAL

PLAFONNEMENT DES EFFETS DU QUOTIENT FAMILIAL 2041 GT N 50883#13 DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013 Ce document n'a qu'une valeur indicative. Il ne se substitue pas à la documentation officielle de l'administration. PLAFONNEMENT

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L'ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'ÉNERGIE Décret n o 2014-1416 du 28 novembre 2014 relatif aux modalités d exercice de l activité privée

Plus en détail

Voici les textes écrits par les cm2 de madame Bégard. pour le devoir de mémoire

Voici les textes écrits par les cm2 de madame Bégard. pour le devoir de mémoire Voici les textes écrits par les cm2 de madame Bégard pour le devoir de mémoire Pour moi un monument aux morts c est se souvenir des personnes qui se sont sacrifiées pour notre vie, et cela dans des conditions

Plus en détail

Titre III : Médecine de prévention.

Titre III : Médecine de prévention. Titre III : Médecine de prévention. Article 10 Modifié par Décret n 2011-774 du 28 juin 2011 - art. 19 Un service de médecine de prévention, dont les modalités d organisation sont fixées à l article 11,

Plus en détail

Guide de préparation des funérailles

Guide de préparation des funérailles Guide de préparation des funérailles à l intention de la famille Les arrangements préalables L arrangement préalable consiste à préparer, à l avance, les dispositions qui seront prises lors de son propre

Plus en détail

Carnet de Guerre de Rob Roy, 1939 à 1944. Dossier de presse

Carnet de Guerre de Rob Roy, 1939 à 1944. Dossier de presse Dossier de presse 1 Présentation Né à Mont-de Marsan dans la Landes, le 3 octobre 1909, Robert de la Rivière (1909-1992) dit Rob Roy fut dès sa jeunesse un amoureux fou de l automobile et du dessin. Il

Plus en détail

Halte d Enfants Multi-lieux. Règlement intérieur 2012-201

Halte d Enfants Multi-lieux. Règlement intérieur 2012-201 Halte d Enfants Multi-lieux Règlement intérieur 2012-201 2013 1 Préambule : L établissement d accueil de jeunes enfants «Petite Pomme», géré par le Centre Intercommunal d Action Social (C.I.A.S), assure

Plus en détail

Avoirs dormants. L assureur réveille le bénéficiaire

Avoirs dormants. L assureur réveille le bénéficiaire Avoirs dormants L assureur réveille le bénéficiaire 2 Avoirs dormants Table des matières Table des matières... 2 1 Introduction... 3 1.1 Avoirs dormants... 3 1.2 Nouvelle législation... 3 2 Procédures

Plus en détail

Contact presse : service communication Tel. : 01 60 91 22 19 / Fax : 01 60 91 23 00 communication@sdis91.fr

Contact presse : service communication Tel. : 01 60 91 22 19 / Fax : 01 60 91 23 00 communication@sdis91.fr OPERATION «POMPIERS JUNIORS» DOSSIER DE PRESSE Contact presse : service communication Tel. : 01 60 91 22 19 / Fax : 01 60 91 23 00 communication@sdis91.fr Service Départemental d Incendie et de Secours

Plus en détail

DEUXIÈME PROTOCOLE RELATIF À LA CONVENTION DE LA HAYE DE 1954 POUR LA PROTECTION DES BIENS CULTURELS EN CAS DE CONFLIT ARMÉ

DEUXIÈME PROTOCOLE RELATIF À LA CONVENTION DE LA HAYE DE 1954 POUR LA PROTECTION DES BIENS CULTURELS EN CAS DE CONFLIT ARMÉ 7 COM CLT-/7.COM/CONF.0/5 Paris, le 7 novembre 0 Original anglais DEUXIÈME PROTOCOLE RELATIF À LA CONVENTION DE LA HAYE DE 954 POUR LA PROTECTION DES BIENS CULTURELS EN CAS DE CONFLIT ARMÉ COMITÉ POUR

Plus en détail

- II - Les anciens combattants et leurs ayants droit DROIT À UNE PENSION MILITAIRE D INVALIDITÉ LES JURISPRUDENCES DU CATRED - 35

- II - Les anciens combattants et leurs ayants droit DROIT À UNE PENSION MILITAIRE D INVALIDITÉ LES JURISPRUDENCES DU CATRED - 35 - II - Les anciens combattants et leurs ayants droit DROIT À UNE PENSION MILITAIRE D INVALIDITÉ - 35 II - Les anciens combattants et leurs ayants droit Droit à une pension militaire d invalidité Dé nition

Plus en détail

Ouvert du lundi au vendredi de 9h à 17h (17h30 pour les retraits) Le samedi matin de 9h à 11h30 (12h pour les retraits)

Ouvert du lundi au vendredi de 9h à 17h (17h30 pour les retraits) Le samedi matin de 9h à 11h30 (12h pour les retraits) Direction de la CITOYeNNETÉ Affaires Générales CARTE NATIONALE D IDENTITÉ SÉCURISÉE Ouvert du lundi au vendredi de 9h à 17h (17h30 pour les retraits) Le samedi matin de 9h à 11h30 (12h pour les retraits)

Plus en détail

PROTOCOLE DE PREVENTION ET DE LUTTE CONTRE LES AGRESSIONS ENTRE LE SERVICE DEPARTEMENTAL D INCENDIE ET DE SECOURS,

PROTOCOLE DE PREVENTION ET DE LUTTE CONTRE LES AGRESSIONS ENTRE LE SERVICE DEPARTEMENTAL D INCENDIE ET DE SECOURS, PROTOCOLE DE PREVENTION ET DE LUTTE CONTRE LES AGRESSIONS ENTRE LE SERVICE DEPARTEMENTAL D INCENDIE ET DE SECOURS, LA DIRECTION DEPARTEMENTALE DE LA SECURITE PUBLIQUE ET LE GROUPEMENT DE GENDARMERIE DEPARTEMENTALE

Plus en détail

DÉCORATIONS OFFICIELLESFRANÇAISES ORDRE D HONNEUR D HONNEUR LES GRAND CROIX CROIX ET PLAQUE ENSEMBLE GRAND OFFICIER SE PORTE AVEC LA CROIX D OFFICIER

DÉCORATIONS OFFICIELLESFRANÇAISES ORDRE D HONNEUR D HONNEUR LES GRAND CROIX CROIX ET PLAQUE ENSEMBLE GRAND OFFICIER SE PORTE AVEC LA CROIX D OFFICIER DÉCORATIONS OFFICIELFRANÇAISES TOUS INSIGNES FABRIQUÉS PAR LA MONNAIE DE PARIS SONT CONFORMES AUX NORMES OFFICIEL ATTENTION AUX FAUX INSIGNES. ORDRE DE LA ORDRE DE DE LA ORDRE DE LA LA GRAND ET PLAQUE

Plus en détail

Bordereau de transmission accident du travail

Bordereau de transmission accident du travail Bordereau de transmission accident du travail A adresser au service des pensions et accidents du travail du CNRS Accompagné des pièces requises Nom. Prénom Matricule Composition du dossier Observations

Plus en détail

La Presse des Tranchées.

La Presse des Tranchées. La Presse des Tranchées. Importance du phénomène Il dut y avoir au moins 500 journaux des tranchées et très certainement plus, car les journaux de «14» étaient de si mauvaise qualité et de si faible tirage

Plus en détail

PROCEDURE DE DEPLACEMENT DES ADMINISTRATEURS

PROCEDURE DE DEPLACEMENT DES ADMINISTRATEURS PROCEDURE DE DEPLACEMENT DES ADMINISTRATEURS 1. Principe de déplacement des administrateurs Il est souhaitable que tout administrateur puisse constater la réalité sur le terrain des missions ACF ainsi

Plus en détail

Bulletin d'informations N 7 bis Janvier 2010

Bulletin d'informations N 7 bis Janvier 2010 Bulletin d'informations N 7 bis Janvier 2010 AMICALE DES ANCIENS C.A.M. 64 Cher Adhérent, Soucieux d aider tous nos adhérents, notre Amicale vous propose un dossier d aide pour accomplir les formalités

Plus en détail

I. Introduction II. Avancer III. Un héritage

I. Introduction II. Avancer III. Un héritage Remarques de S.E. Kaoru Ishikawa Gala / Assemblée générale annuelle de la Croix-Rouge canadienne Loews Le Concorde Hotel, Québec Le 18 juin 2011 19 h Dîner Gala I. Introduction II. Avancer III. Un héritage

Plus en détail

STATUTS DE l ASSOCIATION «CASTELMAUROU CITOYENNE ET DEMOCRATE»

STATUTS DE l ASSOCIATION «CASTELMAUROU CITOYENNE ET DEMOCRATE» 1 STATUTS DE l ASSOCIATION «CASTELMAUROU CITOYENNE ET DEMOCRATE» 2 ARTICLE 1 DESIGNATION Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le

Plus en détail

1ère D.F.L. CONGRÈS DE STRASBOURG. 24 25 mai 2011 ----------------- Synthèse de l exposé de Colonel (H) ROBEDAT ancien du BM 4 ----------------

1ère D.F.L. CONGRÈS DE STRASBOURG. 24 25 mai 2011 ----------------- Synthèse de l exposé de Colonel (H) ROBEDAT ancien du BM 4 ---------------- 1ère D.F.L. CONGRÈS DE STRASBOURG 24 25 mai 2011 ----------------- La 1 ère DIVISION FRANCAISE LIBRE DANS LA DEFENSE DE l ALSACE Synthèse de l exposé de Colonel (H) ROBEDAT ancien du BM 4 Fin d année 1944

Plus en détail

Intervention du Directeur d AFRITAC de l Ouest, M. Jean Le DEM, lors de la présentation par visioconférence du projet de mise en œuvre des

Intervention du Directeur d AFRITAC de l Ouest, M. Jean Le DEM, lors de la présentation par visioconférence du projet de mise en œuvre des Intervention du Directeur d AFRITAC de l Ouest, M. Jean Le DEM, lors de la présentation par visioconférence du projet de mise en œuvre des dispositions de Bale II et Bale III dans l UMOA. Lieu : Salle

Plus en détail

TEST D'ACCÈS AU DALF CO. SESSION DE JANVIER 2004. Sécurité routière : les Français amorcent un virage

TEST D'ACCÈS AU DALF CO. SESSION DE JANVIER 2004. Sécurité routière : les Français amorcent un virage TEST D'ACCÈS AU DALF CO. ÉPREUVE ÉCRITE 1 : COMPRÉHENSION ÉCRITE Lisez attentivement le document ci-dessous, puis répondez aux questions : Sécurité routière : les Français amorcent un virage Systématisation

Plus en détail

PLAFONNEMENT DES EFFETS DU QUOTIENT FAMILIAL

PLAFONNEMENT DES EFFETS DU QUOTIENT FAMILIAL 2041 GT N 50883#14 DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2014 Ce document n'a qu'une valeur indicative. Il ne se substitue pas à la documentation officielle de l'administration. PLAFONNEMENT

Plus en détail

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2006

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2006 2041 GT N 50883#06 DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2006 PLAFONNEMENT DES EFFETS DU QUOTIENT FAMILIAL Ce document n'a qu'une valeur indicative. Il ne se substitue pas à la documentation

Plus en détail

Saint Georges d Oleron. Les Jardins de l Archipel. Primavera. Mon rêve, ma maison... une réalité

Saint Georges d Oleron. Les Jardins de l Archipel. Primavera. Mon rêve, ma maison... une réalité Saint Georges d Oleron Les Jardins de l Archipel Primavera Mon rêve, ma maison... une réalité A Oléron, Le Concept L objectif de Primavera est de proposer l accès à la propriété de maisons individuelles

Plus en détail

PROCÈS-VERBAL ÉTAIENT PRÉSENTS : IL Y A QUORUM ÉTAIENT ÉGALEMENT PRÉSENTS : ABSENCE : Conseil de quartier Notre-Dame-des-Laurentides

PROCÈS-VERBAL ÉTAIENT PRÉSENTS : IL Y A QUORUM ÉTAIENT ÉGALEMENT PRÉSENTS : ABSENCE : Conseil de quartier Notre-Dame-des-Laurentides ÉTAIENT PRÉSENTS : PROCÈS-VERBAL Procès-verbal de la deuxième séance du conseil de quartier Notre-Dame-des-Laurentides, mercredi 2 février 2011, au chalet Notre-Dame-des-Laurentides, 55, rue Moïse-Verret.

Plus en détail

38 ème Rassemblement International

38 ème Rassemblement International 38 ème Rassemblement International A LA TESTE DE BUCH 5, 6, 7 et 8 mai 2016 Présentation du GOLDWING CLUB DE FRANCE Le "GoldWing Club de France" (GWCF), Association régie par la loi de 1901, a été créé

Plus en détail

INSTRUCTION DE TRAVAIL ATTRIBUTION DE LOGEMENT Règlement Intérieur Commission d attribution de logements SA HABITAT DU NORD

INSTRUCTION DE TRAVAIL ATTRIBUTION DE LOGEMENT Règlement Intérieur Commission d attribution de logements SA HABITAT DU NORD Page : 1 sur 5 ARTICLE 1 CREATION & COMPETENCE GEOGRAPHIQUE En vertu des dispositions de l article R 441.9 du Code de la Construction et de l Habitation, il a été créé et validé par le Conseil d Administration

Plus en détail

PROTOCOLE DE PARTENARIAT

PROTOCOLE DE PARTENARIAT DISPOSITIF EXPÉRIMENTAL POUR LA PRISE EN CHARGE DES ENFANTS MINEURS LORS D UN FÉMINICIDE OU D UN HOMICIDE AU SEIN DU COUPLE PROTOCOLE DE PARTENARIAT entre le Conseil général, via l Observatoire des violences

Plus en détail

Au cœur des célébrations du centenaire de la Grande Guerre, le Bleuet de France, Fleur Française du Souvenir renaît pour redonner de l espoir!

Au cœur des célébrations du centenaire de la Grande Guerre, le Bleuet de France, Fleur Française du Souvenir renaît pour redonner de l espoir! DOSSIER DE PRESSE Au cœur des célébrations du centenaire de la Grande Guerre, le Bleuet de France, Fleur Française du Souvenir renaît pour redonner de l espoir! 11 novembre 1934 11 novembre 2014 80 ans

Plus en détail

Les producteurs des végétaux d'ornement

Les producteurs des végétaux d'ornement 67 è Congrès de la Fédération Nationale Les producteurs des végétaux d'ornement 23/24 juin 2011 Le VÉGÉT L en CAPIT LE Dossier congressiste en Île de France, à Paris à l'espace du Centenaire Paris C est

Plus en détail

INTERVENTION DE MONSIEUR EMMANUEL RENE MOISE A LA TROISIEME REUNION BIENNALE DU PROGRAMME D ACTION DES NATIONS UNIES SUR LES ARMES LEGERES

INTERVENTION DE MONSIEUR EMMANUEL RENE MOISE A LA TROISIEME REUNION BIENNALE DU PROGRAMME D ACTION DES NATIONS UNIES SUR LES ARMES LEGERES S E N E G A L INTERVENTION DE MONSIEUR EMMANUEL RENE MOISE A LA TROISIEME REUNION BIENNALE DU PROGRAMME D ACTION DES NATIONS UNIES SUR LES ARMES LEGERES New York, le 15 juillet 2008 ***** 2 Monsieur le

Plus en détail

L Université résistante au défilé du 14 juillet

L Université résistante au défilé du 14 juillet L Université résistante au défilé du 14 juillet Le 14 juillet prochain, Alain Beretz, président de l Université de Strasbourg assistera au défilé du 14 juillet dans la tribune Brest proche de la tribune

Plus en détail

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH)

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Paris, 8 novembre 2013 Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Allocution de S.E. M. Abdou Diouf, Secrétaire général

Plus en détail

Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre

Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre Service départemental du Morbihan Cité administrative - 13 avenue Saint-Symphorien - 56020 VANNES CEDEX Tél. 02.97.47.88.88 Fax 02.97.47.84.02

Plus en détail

Ensemble, soutenons le Bleuet de France!

Ensemble, soutenons le Bleuet de France! DOSSIER DE PRESSE Il ne peut y avoir de Solidarité sans Mémoire Depuis 1991, les fonds récoltés par l Œuvre Nationale du Bleuet de France (ONBF) permettent d accompagner la politique mémorielle de l ONACVG.

Plus en détail

Accueil Jeunes 11-17

Accueil Jeunes 11-17 République Française Ville de SaintCloud Pôle Petite enfance, Education, Jeunesse Présentation Accueil Jeunes 1117 Dossier administratif L accueil jeunes 1117 est une structure d accueil, située au 7 bis

Plus en détail

STATUTS de l ASSOCIATION NATIONALE des PROFESSIONNELS DE LA SECURITE DES PISTES A.N.P.S.P

STATUTS de l ASSOCIATION NATIONALE des PROFESSIONNELS DE LA SECURITE DES PISTES A.N.P.S.P STATUTS de l ASSOCIATION NATIONALE des PROFESSIONNELS DE LA SECURITE DES PISTES A.N.P.S.P 1 ARTICLE 1 er Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1 er juillet

Plus en détail

ACCUEIL DE LOISIRS 3-12 ANS «LES P TITS DIABLES»

ACCUEIL DE LOISIRS 3-12 ANS «LES P TITS DIABLES» ALSH Municipal 3-12 ans «Les P tits Diables» GUIDE PRATIQUE 2014-2015 Rue Jules Ferry 35420 Louvigné du Désert ACCUEIL DE LOISIRS 3-12 ANS «LES P TITS DIABLES» MERCREDIS ET VACANCES SCOLAIRES Organisateur

Plus en détail

Bataille de la Somme Ressources: Documents de source primaire

Bataille de la Somme Ressources: Documents de source primaire Tués au combat dans la Somme Liste des 118 soldats tués au combat avec le 38 e bataillon, unité levée à Ottawa, pendant l attaque contre la tranchée Desire et Grandcourt, dans la Somme, le 18 novembre

Plus en détail

Je venais de raccrocher par deux fois mon téléphone et je me tenais au milieu du couloir, face à la porte de la salle de bains, ma pensée errant à l

Je venais de raccrocher par deux fois mon téléphone et je me tenais au milieu du couloir, face à la porte de la salle de bains, ma pensée errant à l Je venais de raccrocher par deux fois mon téléphone et je me tenais au milieu du couloir, face à la porte de la salle de bains, ma pensée errant à l opposé vers celle, coulissante, de la penderie, dans

Plus en détail

Déclaration de S.E.M. Mohamed Loulichki. Ambassadeur Representant du Maroc

Déclaration de S.E.M. Mohamed Loulichki. Ambassadeur Representant du Maroc Débat du Conseil de Sécurité Sur Le Maintien de la paix multidimensionnel Déclaration de S.E.M. Mohamed Loulichki Ambassadeur Representant du Maroc New York, 21 Janvier 2013 Prière de vérifier à l audition

Plus en détail

JOURNAL DES MARCHES ET OPÉRATIONS. Du Bataillon de Marche. Du 112 e R.I.

JOURNAL DES MARCHES ET OPÉRATIONS. Du Bataillon de Marche. Du 112 e R.I. JOURNAL DES MARCHES ET OPÉRATIONS Du Bataillon de Marche Du 112 e R.I. Du 6 février 1915 au 5 mars 1915 PARIS / HENRI CHARLES-LAVAUZELLE Edi teur militaire / 124 Boulevard Saint-Germain M ême maison à

Plus en détail

NOTICE D INFORMATION SUR LA MÉDAILLE D HONNEUR DU TRAVAIL

NOTICE D INFORMATION SUR LA MÉDAILLE D HONNEUR DU TRAVAIL PRÉFÈTE DE SEINE-ET-MARNE Préfecture Direction des Services du Cabinet et de la Sécurité Bureau du cabinet Section des affaires générales Distinctions honorifiques NOTICE D INFORMATION SUR LA MÉDAILLE

Plus en détail

Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer.

Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer. Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer. Mais je me suis repris : En fait, je préférais les recevoir dans

Plus en détail

ENTENTE EN MATIERE DE SÉCURITÉ SOCIALE ENTRE LE QUEBEC ET LE ROYAUME DU MAROC. Demande de prestations du Régime de rentes du Québec.

ENTENTE EN MATIERE DE SÉCURITÉ SOCIALE ENTRE LE QUEBEC ET LE ROYAUME DU MAROC. Demande de prestations du Régime de rentes du Québec. MAR / QUE 3 ENTENTE EN MATIERE DE SÉCURITÉ SOCIALE ENTRE LE QUEBEC ET LE ROYAUME DU MAROC Demande de prestations du Régime de rentes du Québec Rente de retraite Q-114-RET (10-12) IMPORTANT Aucune prestation

Plus en détail

Etes-vous sûr d être assuré contre une mauvaise chute?

Etes-vous sûr d être assuré contre une mauvaise chute? Garantie des Accidents de la Vie Etes-vous sûr d être assuré contre une mauvaise chute? www.allianz.fr Protégez votre famille en cas d accident de la vie privée. Jusqu à 1 million d euros * Allianz vous

Plus en détail

Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier

Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier Préambule Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier Validé par le Conseil d Administration du 28 juin 2013. Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, répondre

Plus en détail

PREVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS

PREVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS PREVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS Ce guide a été réalisé par un groupe de travail composé des Services de Santé au Travail de Loire-Atlantique, de Mayenne et de la Sarthe et de la CRAM des Pays de

Plus en détail

Ne tombez pas de haut! Êtes-vous sûr d être assuré. une mauvaise chute? Pour moins de 1,15 / jour. Garantie des Accidents de la Vie. www.allianz.

Ne tombez pas de haut! Êtes-vous sûr d être assuré. une mauvaise chute? Pour moins de 1,15 / jour. Garantie des Accidents de la Vie. www.allianz. Garantie des Accidents de la Vie Ne tombez pas de haut! Êtes-vous sûr d être assuré contre une mauvaise chute? www.allianz.fr Pour moins de 1,15 / jour Protégez-vous ainsi que votre famille en cas d Accidents

Plus en détail

1914-1918 PREMIERE GUERRE MONDIALE CATALOGUE. Archives Municipales de Menton

1914-1918 PREMIERE GUERRE MONDIALE CATALOGUE. Archives Municipales de Menton 1914-1918 PREMIERE GUERRE MONDIALE CATALOGUE Archives Municipales de Menton 1 Le service des Archives Municipales de Menton vous propose une sélection de documents en relation avec la Première Guerre Mondiale.

Plus en détail