cmaghc 2006 Alger, novembre 2006 Communications orales ( résumés en attente)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "cmaghc 2006 Alger, 23-24-25 novembre 2006 Communications orales ( résumés en attente)"

Transcription

1 cmaghc 2006 Alger, novembre 2006 Communications orales ( résumés en attente) Pourquoi opérer les coronariens? Iradj Gandjbakhch France. Prise en charge de la fibrillation auriculaire paroxystique Jean Claude Daubert France. La médecine fondée sur les preuves : intérêt et limites Nicolas Danchin France. L institut cardiologique de Montréal M. Bourrassa Canada. Dyslipidémies dans le syndrome métabolique et le diabète de type II JP Fruchart France. Situation et perspaectives de la maladie coronaire en Algérie MS Issad Algérie. Enseignements de Field. MT Chentir Algérie. Résultats préliminaires de la fibrillation auriculaire en Algérie MT Chentir Algérie. Les béta-bloquants dans le traitement de l insuffisance cardiaque R.Bougherbal Algérie. L infarctus qui reste hypertendu : que faire? B. Vaisse France. Le post-infarctus chez le diabétique : les recommandations sont-elles applicables? Patrick Henry France. f

2 L infarctus avec insuffisance cardiaque : quels traitements à distance? E.Ghannad France. Réduction de la fréquence cardiaque : une nouvelle approche thérapeutique. Corolan : un nouvel inhibiteur des canaux IF S. Kacet France. Hyperactivité sympathique et syndrome métabolique Etude Physiobs JP Fauvel France. Utilisation optimale des stents actifs en 2006 B.Chevalier France. Les stents actifs dans les situations à risque : IDM aigu tritronculaire tronc commun. E.Teiger France. Place des stents nus en K. Boughalem France. Communications orales ( résumés ) La dysfonction érectile facteur prédictif de la survenue des cardiopathies ischémiques à l'âge de raison. MS Issad, CHU de Béni-Messous Algérie. Des enquêtes épidémiologiques ont montré ces dernières années la prévalence élevée des troubles sexuels dans la population générale et plus particulièrement des dysfonctions érectiles chez les hommes âgés de 40 à 70 ans. Celles ci débordent largement la sphère sexuelle et affectent non seulement la vie quotidienne de l'individu, mais elles ont également un impact sur sa santé. Depuis une vingtaine d'années, la dysfonction érectile s'impose comme un symptôme révélateur d'une maladie cardiovasculaire, son diagnostic permettant une détection précoce de la condition vasculaire du sujet et elle peut être un signal visant à la prévention de l'évolutivité d'une affection cardiovasculaire. Ce concept nouveau, qui fait de la fonction érectile un symptôme sensible aux variations de la santé cardiovasculaire du sujet, permettrait d'identifier des situations à risque comme les troubles vasculaires périphériques, mais aussi, à l'instar d'un marqueur de risque, la pathologie coronaire et hypertensive. S'associant à la dépression qui peut lui être conjointe, la dysfonction g

3 érectile révélatrice ou conséquence de l'infarctus du myocarde, de l'hypertension artérielle et des effets secondaires de leurs médicaments, pourra servir d'outil de mesure de l'évolution favorable et du pronostic de ces affections. C'est aussi un champ de recherche ouvert sur la fonction endothéliale vasculaire, substrat anatomique et fonctionnel commun à toutes ces pathologies, tout en ne méconnaissant pas le rôle privilégié de la parole qui permet d'écouter et d'entendre la souffrance qui tarde à s'exprimer. Dans la formation initiale et post-universitaire, des stratégies de communication sur ce sujet ont été définies et elles peuvent avoir un écho favorable dans la communauté médicale comme l a montré une enquête menée auprès des étudiants de la faculté de médecine d Alger. Prise en charge de la syncope vaso-vagale P. Djiane Marseille, France. La prise en charge de la syncope vasovagale se limite dans la majorité des cas à rassurer, expliquer et conseiller la mise en œuvre de petits moyens facilement applicables préconisés de longue date mais auxquels sont récemment venues s ajouter les contractions isométriques des muscles des membres inférieurs ou supérieurs. Additionnées les unes aux autres ces mesures préventives ont une efficacité certaine à un moindre coût. Dans les formes sévères et invalidantes qui représentent 1 % des cas on peut proposer : - une réadaptation à l orthostatisme dont les résultats sont bons à condition que l observance soit scrupuleuse, mais l assuétude est souvent trop pesante et l abandon fréquent. - la prescription de médicaments dont l utilisation pouvait paraître logique, compte tenu des hypothèses physiopathologiques mais dont la plupart n a pas fait de leur efficacité lorsqu ils ont été évalués contre placebo. Ainsi après des périodes d engouement pour le bêta-bloquants, l étiléfrine, les inhibiteurs de la réabsorption de la sérotonine et d autres encore, seule la midodrine résiste encore un peu à la puissance dévastatrice des études randomisées en double aveugle. - l implantation d un stimulateur cardiaque pour corriger la cardio-inhibition, néanmoins les études réalisées avec une méthodologie permettant d éliminer l effet placebo du stimulateur ( VPS II et SYNPACE ) n ont pas pu démontré la supériorité de la stimulation. Dans cette situation où le choix du traitement s avère difficile en l absence d arguments scientifiques indiscutables, la stratégie thérapeutique ne doit pas empiriquement faire appel aux médicaments et en cas d échec à la stimulation cardiaque comme cela a pu être recommandé mais reposer sur l évaluation de la part respective de la cardio-inhibition et de la vasodilatation. La réponse obtenue au cours d un test d inclinaison positif est mal corrélée avec les perturbations survenant lors d un épisode spontané et ne peut donc pas être prise en compte. Le moniteur ECG implantable pourrait être le moyen le plus sûr pour guider ce choix. L enregistrement percritique d une bradycardie extrême ou d une asystole lors d une récidive syncopale serait un argument sur lequel devrait logiquement reposer l indication d implantation d un stimulateur cardiaque. En absence de cardio-inhibition excessive la prescription de médicaments destinés à lutter contre l hypovolémie efficace (midodrine ou/et fludrocortisone) est conseillée ; ces médicaments pourront être associés à la stimulation pour corriger une hypotension résiduelle responsable de la persistance de symptômes. h

4 Approche épicardique de la resynchronisation cardiaque. P. Mesnildrey, G.Lascault, O.Paziaud, O.Piot, X. Copie, C. Scheublé Centre Cardiologique du Nord. Saint-Denis- France. La resynchronisation cardiaque par stimulation multisite constitue à l heure actuelle l une des armes thérapeutiques permettant la prise en charge des insuffisants cardiaques. La mise en place du dispositif de resynchronisation s effectue dans la grande majorité des cas par voie endo-cavitaire avec mise en place de deux électrodes droites (oreillette et ventricule) et d une électrode ventriculaire gauche introduite par le sinus coronaire. Les problèmes d implantation sont le plus souvent liés à la mise en place de cette électrode ventriculaire gauche avec un taux d échec situé entre 8 et 12%. L approche épicardique permet de contourner ces problèmes par mise en place sous contrôle de la vue (mini thoracotomie gauche) de la sonde ventriculaire gauche uni ou plus souvent bipolaire. Cette technique a été appliquée chez 17 hommes en insuffisance cardiaque (âge moyen : 68 ans) sans mortalité opératoire. Les seuils de stimulation de ces sondes sont de 1,1V en moyenne. La durée de l intervention est de 35 minutes en moyenne. La durée des complexes QRS a été réduite dans tous les cas. L intérêt majeur de cette approche est de réduire à néant le taux d échec d implantation. Certes, cet abord est plus invasif qu une approche intra-cavitaire et ne doit pas être proposée en première intention. Cependant, sa facilité et son absence de risque ne doivent pas constituer un obstacle à l extension de ses indications. Echocardiographie de stress dans l évaluation de la réserve contractile des cardiomyopathies dilatées du péri-partum ( à propos de 20 cas). Eba Ahmed., Aghrabatt MS, Bah A, Bounena A S, Diagana T et Sidi Aly Service de cardiologie, CHU de Nouakchott. Mauritanie. La cardiomyopathie du péri partum est une forme rare de la dysfonction systolique du VG survenant entre le dernier mois de la grossesse et la fin du cinquième mois du post partum. Le but de ce travail est d évaluer la réserve contractile chez les patientes hospitalisées pour cardiomyopathie du péri partum par l écho cardiaque de stress à la Dobutamine. Notre étude a porté sur 20 patientes hospitalisées en 2005 dans le service de cardiologie du Centre Hospitalier National de Nouakchott pour insuffisance cardiaque inaugurale du péri partum en dehors d une étiologie valvulaire ou ischémique. Les critères d inclusion de l étude sont cliniques (insuffisance cardiaque inaugurale du peri-partum sans autres causes valvulaires ni ischémiques) et echocardiographiques (un VG dilaté > 57 mm et une fraction d éjection altérée FE < 40%). Les vingt patientes retenues ont subi une écho cardiaque de stresse à la Dobutamine selon le protocole standard à doses progressives par palier de 5 minutes ( µg/kg /min). Le score de la cinétique segmentaire (svg) est calculé par la somme des scores de chaque segment divisé par le nombre des segments visualisés (Normal =1 ; Hypokinétique =2 Akinétique =3 ; Dyskinétique = 4). La réserve contractile qui représente l amélioration de la contractilité myocardique sous Dobutamine est mesurée par la différence des scores de la cinétique du VG de repos et de stress. ( svg= svg repos- svg steress) L âge moyen est 30 ans ± 7,6. La majorité des patientes (> 75 %) sont illettrées issues d un niveau socio économique bas, 60% admises dans un stade fonctionnel sévère (NYHA = IV). Le diamètre moyen du VG à l admission est de 62 mm ± 3,3. la FE moyenne est 28,5 % ± 7,4. i

5 Les 30% des malades qui n ont pas de réserve contractile satisfaisante à l écho de stress ( svg < 0,4) gardent un VG dilaté après 6 mois de traitement de l insuffisance cardiaque avec une fonction systolique qui reste altérée (p <0.05). Le taux de décès durant les 12 mois de suivi est de 21 % formé principalement du groupe des patientes ayant un stade fonctionnel avancé, à une fraction d éjection effondrée et une réserve contractile diminuée. Ce travail montre l importance de l écho cardiaque de stresse à la Dobutamine dans l évaluation pronostique de la cardiomyopathie dilatée du péri partum et permet de stratifier les malades à risque qui nécessitent une prise en charge particulière. Quality Discrepancies of Streptokinase Pharmaceuticals: Analytical Comparison of Market Products Hermentin P, Cuesta-Linker T, Weisse J, Schmidt K-H, Knorst M, Scheld M, Thimme M Introduction: Streptokinase (SK) remains the worldwide most used thrombolytic agent, However, as the production and testing of SK is not tightly controlled, variation in the quality of SK therapeutics may be anticipated and was recently shown by an investigation of the NIBSC (1). Based on several randomized multicenter clinical trials, current guidelines recommend 1,500,000 IU streptokinase for the treatment of an acute myocardial infarction, and the European Pharmacopoeia requires a fibrinolytic activity of % of the declared content. Materials and methods: We have 22 SK preparations of 13 different manufacturers from 8 different markets (Brazil, India, Kingdom of Jordan, China, Pakistan and Europe) were collected analyzed, and compared with regard to their stated activity, content and purity. Streptase (ZLB Behring) was used as a reference. The activity of the samples was determined in a chromogenic assay and a clot-lysis test. Content and purity of the samples were analyzed by Gel-electrophoresis. Three marketed SK products were sequenced and their first 15 N-terminal amino acids compared with the regular SK sequence of Streptase. Results: The study revealed severe quality deficiencies of these marketed products. Most failed to fulfill the minimal requirements of the Ph.-Eur., exhibiting activities between only % of the label claim. One product failed to show any measurable activity. Both native PAGE and reducing SDS-PAGE demonstrated high variability in the purity of the products. The three sequenced SK products showed differences in their N-terminal amino acid sequences, compared to native SK. Discussion: The investigation, although only a spotlight, is relevant with regard to the clinical use of streptokinases. With the detected deficiencies of the investigated samples of generic streptokinases and the batch to batch variability of samples of single manufacturers, both efficacy and tolerability are barely predictable. Reliable quality was only seen in case of the branded streptokinases Streptase and Kabikinase. Conclusion: The detected deficiencies in quality of generic streptokinases pose serious efficacy/safety questions in thrombolytic therapy of severely ill patients with such agents. Use of generic streptokinase cannot be recommended on the basis of these results, unless reliable quality assurance for such products is implemented by both manufacturers and national drug controllers. (1) Longstaff C, Thelwell C, Whitton C., The poor quality of streptokinase products in use in developing countries. J Thromb Haemost 2005; 3: Particularités échocardiographiques du sujet âgé j

6 CH. Klimczak, J.P Vincent, M. Ait amar, A. Azzouz CHU Paris VI. Hôpitaux de l AP-HP : Charles Foix Ivry Sur Seine ; Emile Roux Limeil Brevannes. France L échocardiographie Doppler est devenue l examen d imagerie et d hémodynamique le plus couramment employé lors de l exploration des anomalies cardiovasculaires chez le patient âgé. Cet examen est particulièrement adapté et utile en gérontologie dans les affections cardiaques suivantes : 1- Insuffisance cardiaque diastolique : L échocardiographie Doppler permet de déterminer le profil hémodynamique de la dysfonction diastolique du ventricule gauche et d estimer les pressions de remplissage chez l insuffisant cardiaque âgé. 2- Rétrécissement aortique à bas débit : L échocardiographie de stress sous faibles doses de dobutamine permet de confirmer la présence d une réserve contractile et de définir la conduite thérapeutique chez les porteurs âgés de sténose aortique supposée serrée en bas débit. 3- Cardiopathie hypertensive : L échocardiographie permet la détection et l évaluation de l hypertrophie ventriculaire gauche ainsi que l étude de la géométrie ventriculaire. Chez les hypertendus âgés, l hypertrophie pariétale est souvent de type concentrique. Le bourrelet septal sousaortique est fréquemment observé chez les sujets âgés ; il peut être responsable d une obstruction dynamique intra-ventriculaire gauche. 4- Calcifications annulaires : La découverte à l échocardiographie de calcifications de l anneau mitral est très fréquente chez les sujets âgés. Ces calcifications peuvent être à l origine de certaines complications identifiables en échocardiographie. 5- Insuffisance coronaire chronique : L échocardiographie permet surtout d identifier une altération de la cinétique segmentaire du ventricule gauche et des séquelles de l infarctus du myocarde. L échocardiographie de stress est particulièrement utile dans la stratification du risque cardiovasculaire chez le sujet âgé avant une chirurgie lourde extra cardiaque. 6- Fibrillation auriculaire : L intérêt de l échocardiographie chez le patient âgé réside surtout dans la recherche d une cardiopathie sous-jacente et dans l estimation du risque thromboembolique 7- Embolie pulmonaire : Le diagnostic de certitude d embolie pulmonaire par échocardiographie est une éventualité exceptionnelle. Le plus souvent l échocardiographie permet d apprécier les conséquences hémodynamiques de l embolie : signes du cœur pulmonaire aigu. 8- Cardiopathies emboligènes : La rentabilité de l échocardiographie transthoracique dans le diagnostic étiologique des accidents emboliques est globalement faible. L échocardiographie transoesophagienne s avère beaucoup plus utile dans la recherche d une cause emboligène d origine cardiaque mais son application chez le sujet âgé reste très limitée. 9- Amylose cardiaque sénile : Sa fréquence réelle paraît sous-estimée chez les sujets âgés. l échocardiographie montre une hypertrophie et une hyper-échogénécité myocardique associées à d importants troubles de la fonction diastolique du ventricule gauche. L extraordinaire développement des techniques ultrasonores et de l informatique a multiplié les possibilités d exploration du cœur dit «sénile» et de recherches en physiopathologie cardiovasculaire du sujet âgé. k

7 Physiopathologie du vieillissement cardiovasculaire C.Sebban, CHU Paris VI Pitié-Salpétrière. Hôpitaux de l AP-HP : Charles Foix Ivry Sur Seine France. L insuffisance cardiaque transitoire et l hypertension artérielle sont les deux problèmes cliniques les plus fréquents dans le vieillissement. L approche de STARNING et SARNOFF à partir des courbes de travail cardiaque et de retour veineux permet de comprendre comment les troubles de la compliance ventriculaire, de l élasticité du système respiratoire et de l élasticité artérielle peuvent induire une insuffisance cardiaque transitoire avec une fonction muscle conservée. La prise en compte du caractère pulsé de la circulation artérielle montre comment de petites modifications de la chronologie de la contraction myocardique peuvent entraîner un déséquilibre mécanique entre la pompe cardiaque et le circuit dans lequel se fait l éjection. La diminution de la compliance artérielle et les modifications de la myosine et des protéines du réticulum sarcoplasmique qui en résultent placent le système cardio-vasculaire âgé dans un état d équilibre limite, en dépit du fait que toutes les modifications de myosine et du réticulum sarcoplasmique aient un caractère adaptatif indiscutable à l enraidissement artériel. Ainsi, un sujet âgé fonctionne dans une zone de fréquence cardiaque moyenne, un déplacement vers la bradycardie ou la tachycardie entraînera une augmentation très importante des pressions systoliques et de la charge supportée par le ventricule gauche. A partir de ce modèle le décès d un patient âgé pourrait être compris comme la conséquence d un stress aigu minime demandant une adaptation contradictoire avec celle du stress chronique accompagnant l avance en âge. Acute Myocardial Infarction In Libyan Men Ali Elneihoum, Khadija Alsharef, Anwaar Benower, Department of Cardiology, University hospital, Benghazi, Libya Background: Acute myocardial infarction is rare in young adults. Cigarette smoking is a major cause of CHD. In hospital outcome was good among young patient with AMI. Careful risk factor modification and treatment of the underlying cause should reduce the incidence of recurrent cardiac events. Aim of the study: The aim of this study is to assess: risk factors, presentation, clinical outcome, complication, in-hospital mortality, in-hospital as well as discharge treatment 0f young patients (45 years or less) with AMI. Methods: A retrospective review of all patients had been admitted and treated in a coronary care unit at a teaching hospital (7th October hospital) in Benghazi during the period from 1st of January 2002 to 31st of December 2005 with a confirmed diagnosis of AMI. Risk factors, complication, management, mortality rate, discharge treatment were evaluated. Results: Over the study period, one hundred eight patients were admitted with a confirmed diagnosis of AMI, 101 (94%) were smoker, 34 (31%) had diabetes and 22 (20%) had hypertension. Out of 108, 95 patients (88%) suffered a Q wave MI and 10 patients (9%) had a non-q MI. 67 patients (62%) were thrombolysed. Out of 108, 64 (59%) had no complication whereas 22 patients (20%) developed cardiac failure and 16 patients (15%) had cardiac arrhythmia. Mortality rate in hospital was 8% (9 patients died) and 99 patients discharged from hospital: 98 patients (98%) on aspirin, 99 (100%) on nitrate, 77 (77%) on B-blockers, 44 (44%) on ACE-inhibitor, 18 (18%) on Ca-blockers, 24 (24%) on statin and 14 (14%) on warfarin. Coronary angiography was available in 43 patients which showed high incidence of single vessel disease. l

8 Conclusion: Smoking was the most common and most important modifiable risk factor for MI in young males. Applying evidence based guidelines & recommendations in management & aggressive risk factors modification are recommended to improve overall prognosis. Influence pronostique de la micro albuminurie chez les diabétiques au cours d un infarctus du myocarde. N. Soufi-Taleb Bendiab, Boussayed, S. Arrar-Saker, A. Dali-Youcef,. R. BaliI- Tabet, M. Bouabdellah, Bentouaf, A. Meziane-Tani Service de Cardiologie. C.H.U. Tlemcen. Introduction : La micro albuminurie des patients atteints d un DNID est un facteur de risque significatif de morbimortalité cardio-vasculaire, en l occurrence l infarctus du myocarde dont le pronostic dépend de plusieurs paramètres telle la dysfonction ventriculaire. La question posée, est ce que la micro albuminurie influence t elle aussi le pronostic des patients diabétiques victimes d un IDM. C est sur cette question que cette étude a essayé de répondre, il s agit d une étude prospective, comparative, ayant inclu un nombre total de 100 patients diabétiques ayant fait un IDM, repartis en 2 groupes égaux de patients avec et sans micro albuminurie. Résultats : Ce travail a démontré que la population de diabétiques avec micro albuminurie victime d un IDM est exposée à faire plus d infarctus antérieur et circonférentilel avec un taux de 84 %, alors que le territoire postérieur est souvent atteint chez la population de diabétiques sans micro albuminurie ( 48% ), de même l incidence des complications hémodynamiques est plus importante dans le 1 er groupe avec des taux respectifs de 51 % contre 18 % dans le groupe 2 Discussion et conclusion : La micro albuminurie est non seulement un facteur de risque cardio-vasculaire mais a aussi une influence pronostique chez les diabétiques victimes d un IDM d ou l intérêt d une prise en charge adéquate se basant sur l évaluation d un risque cardiovasculaire global. L importance de l activité physique dans l équilibre du diabète de type 2. *D. Lakhdar, **M. Bedjaoui. * Département des sciences alimentaires, Institut de Biologie, CUMascara ** Service de rééducation fonctionnelle, CHU de Sidi-Belabbes Résumé En 2003, le nombre de diabétiques dans le monde était estimé 189 millions. L évolution prévue est de 221 millions en 2010 et 324 millions en 2025, représentant environ 6.3% de la population mondiale ; dont 10 % en Algérie. Le diabète de type 2, plus de 90% des diabètes, représente l essentiel du problème de santé publique constitué par cette épidémie dont la gravité est liée à ces complications métaboliques et dégénératives (cécité, amputations, insuffisance coronarienne, dialyse ). Cet accroissement du nombre de diabétiques est essentiellement dû aux changements, mode de vie: réduction de l activité physique par perte du mode de vie traditionnelle. La sédentarisation et le déséquilibre alimentaire sont les deux facteurs essentiels sur un terrain génétiquement prédisposé. La présente étude vise à améliorer la prise en charge thérapeutique et le suivi diabétique associé à une activité physique légère à modérée (50% à 60% de la VO 2 Max) diminuer la fréquence et la gravité des complications. m

9 Notre travail a été réalisé sur un collectif de 50 patients diabétiques de type 2 d un secteur sanitaire de la wilaya de Mascara, soumis à un programme d activité physique de 2x30 mois par semaines sur 1 circuit de 2 Km pendant 7 mois. Les paramètres physiques et les indices de laboratoire quantifiant les facteurs de risque cardiovasculaires sont mesurés avant et après le programme d activité physique (glycémie, HBA 1 C, IMC, tension artérielle, fréquence cardiaque, VO 2 Max, cholestérol total, triglycérides, HDLc, LDLc et indice d athérogénicité: IH) de même que la quantité d efforts physiques effectuées et l évolution du test de marche. Ce collectif est composé de 38.18% d hommes et 61.82% de femmes d âge moyen de 52 ans. Les femmes sont obèses avec un IMC >30, les hommes sont en surcharge pondérale avec un IMC >25. Les 30% du collectif ont en commun plusieurs facteurs de risque cardiovasculaires associés: HTA, dyslipidémies, obésité et antécédents familiaux. Nos résultats montrent une baisse très significative du poids moyen à la fin du programme qui est de 4.28 Kg (p<0.001). Au niveau des effets biologiques, ce programme a permis une diminution significative de la tension artérielle tant systolique que diastolique (p<0.05), des glycémies à jeûn post effort et post prandiale (p<0.001), de l HBA 1 C (p<0.05) du profil lipidique avec baisse significative du LDLc et de l IH (p<0.001) avec augmentation significative du HDLc (p<0.001). L indice d athérogénicité a été positivement corrélé avec le taux de cholestérol et de LDLc (R=0.89, p<0.001) au sein du collectif de diabétiques mais inversement corrélés avec le HDLc chez les femmes (R=-0.76, p<0.001). En conclusion nous avons pu démontrés que la pratique d une activité physique permet une amélioration de la qualité de vie, des tensions artérielles, du profil lipidique et glycémique ainsi qu une tendance à l augmentation des dépenses énergétiques. Mots clés: Diabète de type 2, activité physique, bilan lipidique, VO 2 Max, HBA 1 C. Les endocardites infectieuses : qu en est-il au CHU de Tizi-Ouzou? N. Achour*, M.Touat*, N.Mhetia** and Col. * infectieulogues CHUTO **cardiologue CHUTO Introduction : Les endocardites infectieuses sont la conséquence de la greffe et la prolifération au niveau de l endocarde de micro-organismes véhiculés par le sang. De fréquence non exceptionnelle, leur incidence en augmentation depuis la multiplicité des manœuvres instrumentales. Urgence de diagnostic avec nette amélioration du pronostic par la chirurgie, elles réalisent un problème de santé publique non négligeable : -de part leur gravité : morbidité et mortalité(20 %) -surcoût : hospitalisation prolongée, chirurgie cardiaque à l étranger (dans un certain nombre de cas) et surconsommation d antibiotiques accrus -émergence d un nouveau profil de facteurs favorisant( Toxicomanie intraveineuse, procédures invasives multiples, prothèses valvulaires et cardiopathies congénitales) Matériel et méthodes : Les auteurs rapportent une série de 36 cas d EI colligés en 6ans et demi du 1 er janvier 2000 au 30juin 2006,par l équipe des maladies infectieuses et de cardiologie du centre hospitalo-universitaire de TO. Tous les malades ont bénéficié d un bilan biologique, radiologique complet ainsi qu électrique. Résultats : C est dans la tranche d âge des 10 à 20 ans et 40 à 50ans que nous avons recenses le plus grand nombre de patients :55,5% de notre série. Avec nette prédominance n

10 masculine, un sexe ratio de 1,76. Recrutement annuel progressif depuis le début de la décennie Des critères épidémiologiques particuliers ont été rapporté :condition de vie précaire, vie rurale, bétails et animaux familiers dans l entourage et toxicomanies. De nombreux terrain ont été rapportés valvulopathies antérieures(5), cardiopathies congénitales(4) prothése valvulaire(2),éthylique(6), diabétique5), insuffisance rénale(1) et Immunodépresion (2 :débité, SIDA). De multiples portes d entrés rapportés dans notre série gestes invasifs :dentaires, coloscopie, cathéter veineux (6),non iatrogènes :digestifs,dentaire,urinaire.(11) et toxicomanie.(1). Sur le plan clinique : le souffle retrouvé dans tous les cas,un contexte infectieux dans 2/3 des cas(24).des phénomènes vasculaires :(27,8%), des phénomènes immunologiques multiples (22, 3%)et autres signes accompagnateurs à types :hippocratisme digitale(19,5%),arthralgies (11,2%),purpura(30,55%). Critères microbiologiques :Hémocultures positives dans la majorité des cas :75%,dans 97% des cas mono microbiennes :(Streptocoque (30,5%),Staphylocoque(36,11%),Bactéries intra cellulaire (5,55%), Coxciella Burnetti et Bartonella H). Echocardiographies : Végétations (66,6%), Fuite (8, 33%),Abcès(5,55%),Désinsertion (2,7%). Plan biologique : hyper-leucocytose dans tous les cas, thrombopénie dans (12%),anémie microcytaire (69,5%),bilan inflammatoire positif dans (88,9%) ; L évolution à été favorable dans (80,5%) avec une bi ou triple thérapie. Décès non imputable à l endocardite dans 1cas et imputable à celle ci dans 6 cas. Le recours à la chirurgie cardiaque dans 4cas dont 1cas à l étranger. Examen pré-anesthésique cardiaque : point de vue du cardiologue O. Bouhadjera*, A. Djebbari *, N.Hassam*, K. Kebir*, B. Chouicha *, B. Khemliche** *Département d anesthésie-réanimation B CHUOran ** Service de réanimation pédiatrique CHUOran Introduction : L évaluation du risque cardiaque est un élément indispensable à toute intervention chirurgicale, l avis du cardiologue permettra une meilleure gestion péri opératoire. À l'issue de la consultation cardiologique, une préparation spécifique du patient, ainsi que l'adaptation ou l'institution de traitements cardioprotecteurs doivent être discutées. Objectif : Le but de notre travail est de recueillir le point de vue du cardiologue, ses suggestions, avoir une vision globale des moyens disponibles en fonction de chaque patient et de chaque intervention afin d optimiser, harmoniser et de dégager une approche multidisciplinaire entre cardiologues et anesthésistes réanimateurs. Matériels et méthodes : Un questionnaire comportant les données classiques de l examen preanesthesique a été adressé à un ensemble de cardiologues exerçant au privé et au public.il concernait surtout les connaissances des cardiologues sur l anesthésie (classification ASA, les différentes drogues anesthésiques utilisées, les différentes techniques ), leurs pratiques quotidiennes dans l examen pré anesthésique, leur point de vue global, leurs suggestions Résultats et discussion : Le risque cardiaque est fonction du type de la chirurgie, des symptômes présentés par le patient et de l existence d une cardiopathie et de son évolution. Le choix des examens est guidé par la pathologie en cause, des renseignements recherchés et se o

11 porte vers les moins invasifs.la connaissance des cardiologues en anesthésie reste subjective, et leur réponse à l anesthésiste se limite souvent à une simple correspondance écrite : «ne contre indique pas l anesthésie générale» ou, «intérêt d une anesthésie locorégionale».il ressort de notre travail qu il existe un manque de communication entre les deux praticiens. Conclusion : L avis du cardiologue est primordial pour permettre une meilleure gestion péri opératoire, un grand effort, mais possible, reste à faire, grâce à l information.il est nécessaire d établir une étroite collaboration entre anesthésistes et cardiologues pour évaluer le risque péri opératoire et optimiser le traitement et surmonter la période post opératoire qui une véritable épreuve d effort pourvoyeuse de complications Plastie de la valve aortique bicuspide: résultats à moyen terme R. Bouchikhi, P. Gerometta, V. Cianci, A. Repossini, E. Perlasca, B. Passaretti, V. Arena Service de Chirurgie Cardiaque, Clinique Humanitas-Gavazzeni, Bergame Italie Objectifs: Evaluer la fiabilité et les résultats à moyen terme de la plastie de la valve aortique bicuspide (PVAB) dans le cadre d une insuffisance aortique secondaire à un prolapsus et/ou une rétraction des cuspides valvulaires. Méthodes: Entre 1999 et décembre 2005, 17 PVAB ont été réalisés chez 11 hommes et 06 femmes âgés de 26 à 67 ans (moyenne 42 ± 11 ans). L'aorte ascendante était dilatée chez tous les patients avec un diamètre moyen de 46 mm (41-59mm). Dix patients ont été opérés d'une PVAB associée à l'intervention de David type I et sept patients d'une PVAB avec remplacement de l'aorte ascendante entre la jonction sinotubulaire et l'arc aortique. La PVAB consistait à un "Shaving" isolé du bord libre et du raphe médian chez 03 patients, un raccourcissement isolée du bord libre chez 02 patients, un "shaving" associé à un raccourcissement du bord libre chez 08 patients, et enfin un "shaving" associé non seulement à un raccourcissement du bord libre mais aussi à une plicature des commissures chez 04 patients. Résultats: La mortalité hospitalière est nulle. Le temps moyen de CEC et de clampage étaient de 138±32 min et 115±21 min respectivement. Une conversion vers un Bentall fut nécessaire d'emblée pour I.A résiduelle grade II. Un seul patient a été repris après 15 mois pour I.A significatif. Deux patients ont été repris pour hémostase. Le contrôle de la continence était excellent chez les 15 autres patients. Il n'y a jamais eu d'épisodes de thromboembolies. Conclusion: Les résultats positifs à court terme nous conclure que la PVAB est une alternative valable au traditionnel remplacement valvulaire. Elle nous semble réalisable devant une valve aortique avec une seule cuspide malade (prolapsus et/ou rétraction) sans remaniement important de sa structure. Ces bons résultats restent à confirmer à long terme. Mots clés: Plastie Valve Aortique, Valve Bicuspide, Opération David type I, Insuffisance Aortique. Les marqueurs de risque emboliques (MRE) en échocardiographie sont le témoin de la transition épidémiologique. N.AliTatar, MT Chentir, Service de Cardiologie A1 C.H.U Mustapha Alger Introduction p

12 Le bilan d un accident vasculaire cérébral ischémique (AVCI) était synonyme pendant longtemps de valvulopathie emboligène. Depuis quelques années, l émergence de l athérosclérose et de ses complications trouve sa traduction dans la description des MRE à l échocardiographie et rend l exploration encore plus nécessaire. La fibrillation auriculaire étant thrombogène en toute circonstance, on ne considérera pour illustrer ce fait que les patients en rythme sinusal (RS). Malades et méthodes 144 patients consécutifs en RS ayant bénéficié d une ETO à la recherche d une source cardiaque d embolie au décours d un AVCI ont été répartis en deux groupes:groupe 1 : 105 patients sans cardiopathie rhumatismale et Groupe 2 : 39 patients avec cardiopathie rhumatismale.les marqueurs de risque emboliques recherchés à l ETT et à l ETO sont : Diamètre de l oreillette gauche(og), Contraste spontané (CS) de l OG,Thrombi dans l OG et l auricule gauche(ag), Vitesse de vidange auriculaire gauche, planimétrie de l AG, plaques aortiques d épaisseur supérieure ou égale à 4mm Gr.I = 105 pts Gr.2=39 pts Age 50.6± ±13.6 p<0.001) Femmes (n,%) 48(45.7 %) 24 (61.5 %) NS HTA (n, %) 52 (49.5%) 4(10.2%) P< Diabète (n, %) 20 (19%) 1 (2.5%) P< 0.01 Cholestérol > 2g/l 33 (31%) 4(10%) P< 0.01 FEVG (%) 64.5 ± ± 9.7 NS Diamètre OG (mm) 36.4± ± 9 P< Contraste spontané 7(6%) 15(45%) P< OG(n,%) Thrombus OG/AG (n, %) 6(5.7%) 12(36%) P< Planimétrie AG (cm2) 3.74± ± 1.5 P< Vidange AG (m/sec) 0.45± ± 0.23 P< Plaques (n,%) 45 (42.8%) 2 (5.8%) P< Résultats et discussion :Tableau La comparaison des 2 groupes de malades montre une répartition homogène entre hommes et femmes.la fraction d éjection ventriculaire gauche(fevg) est conservée partout et on élimine toute cause ventriculaire de l AVC. Diabète, HTA et hypercholestérolémie, marqueurs d athérosclérose, sont significativement plus fréquents dans le groupe 1 des malades exempts de valvulopathie rhumatismale.le groupe 2 des malades valvulaires est significativement plus jeune et affiche des taux faibles de marqueurs cliniques d athérosclérose. Les données de l échocardiographie corroborent ce contraste. Le groupe 2 montre une plus grande prévalence de marqueurs thromboemboliques auriculaires gauches comme la dilatation de l OG et de l AG, le CS, les thrombi et la diminution de la vitesse de vidange de l AG.A l opposé,le groupe 1 recèle peu d arguments pour faire de l OG la source de l accident thromboembolique.il est dès lors remarquable d observer que les plaques de l aorte sont retrouvées en quasi-totalité dans ce groupe et se proposent comme source de l accident ischémique. Conclusion : L étude montre qu il existe dans le bilan des malades après AVCI une population jeune de valvulaires et une autre plus agée aux FDR artériels nets. On ne peut mieux documenter la transition sanitaire que vit l Algérie en ce début des années 2000 et insister sur le rôle du bilan echographique qui concourt à mieux définir les mesures à même d éviter les récidives. Place de l épaisseur intima-media dans la prédiction des lésions coronaires angiographiques A. Mekarnia *; M. Haddek*; N. Adjeroud*; S. Benkhedda**; Merad-Boudia** q

13 Cardiologie A2 ** Hôpital central de l armée, Algérie * Le diabétique non coronarien a le même risque cardiovasculaire qu un sujet non diabétique coronarien. La fréquence élevée de l ischémie myocardique silencieuse, atteignant pour certains auteurs 40%, explique le nombre d infarctus indolores qui passent inaperçus aboutissant dans la plus part des cas à la cardiomyopathie ischémique. Aussi, afin de contourner cette évolution, parfois dramatique, un dépistage précoce et agressif de la coronaropathie s impose chez les patients diabétiques. Nous rapportons les résultats préliminaires d une étude portant sur 100 sujets diabétiques de type 2. L age moyen est de 61,32 ans avec des extrêmes allant de 43 à 77 ans. L ancienneté du diabète est en moyenne de 10,07 ans. A l inclusion, tous les patients présentent au moins un signe d ischémie myocardique : clinique (angor), troubles de la repolarisation à l électrocardiogramme de repos, troubles de la cinétique segmentaire, épreuve d effort positive, scintigraphie positive. Sont exclus de l étude les patients ayant déjà présenté un infarctus du myocarde. Le doppler des troncs supra aortiques est pratiqué de manière systématique dans tous les cas avec mesure de l épaisseur intima-média. Les résultats de cette dernière seront corrélés aux résultats de la coronarographie. La coronarographie (Gold standard), indiquée sur les critères classiques, est pratiquée chez tous nos patients. Les lésions coronaires sont cotées en plaque, sténose intermédiaire et sténose serrée. Le but principal est de rechercher s il existe une corrélation entre l épaisseur intimamédia et les lésions coronariennes. Résultats : Il semble exister une corrélation entre la valeur de l intima media et les lésions coronaires. Le degré de corrélation sera calculé chez les 100 patients. Un tableau de contingence sera présenté. L hypertension artérielle en Afrique. Etude sur la population de Kamsar (Guinée). Alseny Camara, médecine du travail, Kamsar, Guinée. Introduction «L hypertension artérielle est une maladie caractérisée par une élévation anormale de la pression sanguine dans le réseau artériel systémique (4). Cette élévation de la pression génère deux types de complications : Le premier type est fait d hémorragies cérébrales, d insuffisance rénale par néphro angiosclérose maligne, d insuffisance cardiaque, d anévrisme disséquant de l aorte ; Le deuxième type est fait de coronaropathie.» De nos jours, l hypertension artérielle est responsable de plusieurs décès en Afrique. La ville de kamsar est une zone industrielle très cosmopolite située au nord Ouest de la Guinée, à 300 Km de la capitale Conakry. Essentiellement à vocation industrielle et agropastorale, elle est peuplée de habitants et abrite la plus grande compagnie minière du pays (compagnie des bauxites de Guinée : CBG) (1). Elle a pour mission principale l exploitation de la bauxite des plateaux de sangaredi, c est une entreprise de 2500 travailleurs dont 1697 basés à kamsar. La tranche d âge des travailleurs de l usine oscille entre 25 à 60 ans, la classe ouvrière est la plus dominante, plus de 75% des travailleurs (2). - L activité principale est le travail physique d où l importance du stress, de la sédentarité après le travail et de la négligence du contrôle sanitaire par cette population. Un autre facteur non moins important est l obésité qui touche près de 20% de la classe ouvrière ; à ceux ci s ajoute l usage de la cigarette et assimilées (3). r

14 - L intérêt de ce travail pour nous, est de soulever le problème de l hypertension artérielle qui touche 17% de nos travailleurs à fin de sensibiliser les uns et les autres, d inciter les décideurs en vue d une meilleure prise en charge de cette maladie. Il vise comme objectifs : _montrer la fréquence et les voies et moyens pour inverser la tendance de l évolution en utilisant une large information et éducation pour la santé sur les facteurs de risque de l HTA et le comportement de l hypertendu ; _déceler les complications à temps en vue d une meilleure prise en charge ; _proposer des recommandations nécessaires à tous les niveaux. L HTA constitue de nos jours un véritable problème de santé publique. Elle se rencontre dans tous les pays du monde. Il a été estimé que l hypertension artérielle était à l origine de décès par an à travers le monde (5,8%) de tous les décès (6). Les populations les plus exposées étant les noirs Américains, les Russes et Finlandais (7). En France 10% de la population est porteuse d une HTA, soit 6 Millions de personnes et elle serrait responsable de 40% de décès d origine cardiovasculaire (8,9). En Suisse 9,5% d hommes et 12,5% de femmes suivent un traitement médicamenteux contre L HTA. En Australie, le traitement antihypertenseur évite chaque année 2000 morts et 7000 accidents cardiovasculaires (3). En Afrique plus de 20 Millions de personnes sont touchées, Depuis quelques années, les médecins suivent avec inquiétude la fréquence et la gravité de l HTA en Afrique Sub-Saharienne. On estime qu elle se situe entre 10 à 15% de la population générale (6). En Afrique du sud, l hypertension artérielle représente une prévalence de 21% (5), tandis qu en cote d ivoire, elle est de 47%(10) ; et en Guinée 38.36% avec une mortalité globale liée à cette maladie de 45.71% (10,11). En règle générale, les hommes sont plus exposés à l HTA que les Femmes non ménopausées. Cette différence s inverse à partir du moment où les femmes sont ménopausées (12,13). D après les statistiques citées par Dr James lynch, les maladies cardiovasculaires viennent en tête des causes de décès dans presque toutes les sociétés industrielles. Organisation du Dispensaire. Le Dispensaire de l Usine de Kamsar est l une des branches de la Direction de santé sécurité industrielle renfermant un service de médecine du travail et un service d hygiène industrielle,il comporte une unité des urgences, une unité de vaccination chargée aussi de la surveillance portuaire, une autre unité chargée des différents test d aptitudes pour visites médicales d embauche et systématique, une pharmacie.trois agents administratifs sont chargés de la programmation des consultations et des visites médicales. Ce service renferme un Médecin du travail, un Médecin généraliste, quatre infirmiers chargés des soins et des aptitudes physiques, un hygiéniste et trois agents administratifs.le dispensaire assure la consultation curative primaire, le suivi des pathologies chroniques (HTA, diabètes sucré, HIV et maladies opportunistes, l asthme bronchique) et réfère les cas graves à l hôpital de kamsar. Résultats de l étude. s

15 Nous assurons le suivi de 282 cas d hypertension Artérielle sur 1697 travailleurs. Soit 17% des travailleurs de CBG Kamsar. Les 282 cas sont suivis régulièrement au Dispensaire (13 Femmes et 269 Hommes) avec une fréquence de contrôles de TA par jours et de 3 à 6 consultations par jour. Fréquence de L HTA selon l âge. âge Hommes Femmes Total Total Nous constatons que: contrairement à la plupart des littératures, qui mettent en évidence la prédominance féminine (12,13), les hommes sont plus prédisposés que les Femmes 15.85% de l ensemble des travailleurs ceci s explique par la petite représentation des femmes dans l entreprise et la majorité de ces dernières n est pas exposée à des travaux contraignants.le risque d HTA est élevé chez la femme ménopausée 10 cas. Nous avons dénombré également chez ces dernières 04 cas d association avec le Diabète sucré et 05cas d antécédent d usage de contraceptifs à l age de fécondité. La tranche d age de 51 à 60 ans est la plus touchée dans notre étude, soit 59.92% ce qui explique le vieillissement de la population des travailleurs oū plus de 65% est au seuil de la retraite (1). Les facteurs stress ; les conflits psychosociaux (divorce, polygamie, stérilité) ; l obésité ; la sédentarité et les perturbations endocriniennes à la ménopause sont les plus incriminés dans cette étude comme facteurs étiologiques. Fréquence selon les stades de HTA Stade Hommes Femmes Total Stade pré hyper Stade I Stade II Total Nous remarquons dans ce tableau que les patients ne se présentent qu aux stades I. Ce qui confirme l insuffisance du dépistage précoce au stade pré hypertensif. Le dernier stade correspond à celui des complications neurologique, cardiovasculaire, rénale, oculaire, qui est plutôt pris en charge à l hôpital. Fréquence selon l'activité Professionnelle Manœuvres Ouvriers Bureaucrates Total t

16 Stade pré hyper Stade I Stade II Total La basse classe est la plus touchée par cette maladie (226) Ceci est en rapport avec le nombre élevé de cette classe et la grande fréquentation de celle ci au Dispensaire. D autres facteurs non moins importants sont les contraintes du travail, stress, irrégularité dans le traitement. Fréquence selon le type de traitement. Monothérapie Bithérapie Trithérapie et autres Stade pré hyper Stade I Stade II Total La monothérapie est pratiquée dans le stade pré hypertensif après échec du régime hygieno diététique 48 patients et dans certains cas du stade I 37 patients. Les anti hypertenseurs couramment utilisés ont été, selon les patients et les états cliniques, les diurétiques, les inhibiteurs calciques, les B bloquants. La Bithérapie est plus utilisée dans les stades I 137 patients et dans le stade II 02 patients : B bloquant / inhibiteur calcique ou diététique / inhibiteur de l enzyme de conversion ou encore association selon état du malade. La trithérapie et autres associations sont des recommandations des spécialistes de l hôpital de kamsar ou d ailleurs. Les complications: Neurologie Rénale Cardiovasculaire Oculaire Stade pré hyper Stade I Stade II Nous constatons dans ce tableau que la gravité de cette maladie augmente avec les complications, que plusieurs complications peuvent survenir chez un même patient, que ces complications sont plus rencontrées au dernier stade de l hypertension artérielle. Conclusion : L HTA de par sa fréquence et la gravité de ses complications constitue l un des grands problèmes de santé publique au monde et particulièrement en Afrique. Dans la plupart des cas, elle est d origine essentielle. Elle représente 30 % d hospitalisations des travailleurs à l hôpital et la première pathologie chronique suivie au Dispensaire de l usine. La tranche d age la plus touchée est celle de ans représentant la partie très expérimentée avec des conséquences que cela pourrait susciter tant au niveau de la famille qu au niveau de l entreprise. u

17 L évolution a été favorable pour 273 patients soit 96.80% et défavorable pour 09 patients 3.19%. La bithérapie, diététique / inhibiteur de l enzyme de conversion a été notre moyen de traitement majeur. Recommandations : Pour un dépistage précoce et une meilleure prise en charge, certaines mesures peuvent avoir un impact réel sur la fréquence de l HTA au sein de l entreprise. Aux travailleurs : Consulter un médecin dès la constatation des premiers signes de l HTA ceci favorisera un diagnostique précoce, un suivi correcte, et minimisera des complications graves. Respecter les traitements et les conseils diététiques du médecin. Aux décideurs : De doter l hôpital de kamsar d un centre de dialyse, d un service d imagerie approprié. Aux personnels soignants : d insister sur la prévention et le traitement précoce des facteurs de risque et des étiologies de l HTA ; - de faire l I E C pour le changement de comportement afin de dépister et de prévenir les facteurs de risque et les complications(cardiovasculaires,cérébrales,rénales,oculaires) ; - de proposer la révision des horaires de travail de l entreprise en vue de favoriser un temps pour l activité physique, les divertissements. Nous pensons que ces mesures contribueront à la diminution du stress lié au travail qui constitue un des facteurs importants des risques de l HTA. Bibliographie : 1 Document administratif de la sous préfecture session Cahier de charge CBG janvier Rapport statistique de la médecine du travail premier semestre LETAC.B ; Pathologie cardiovasculaire. HTA, 30pp : ;Edition marketing J.M.KRZESINKI (1) Epidémiologie de l hypertension artérielle Rev med Liège 2002: 3 : H.PARDELL, P.ARMARIO ET R.HERNANDEZ; Pathologie et épidémiologie de l hypertension artérielle. Drugs suppl 2 7 IBRAHIM CHAWKI ; L hypertension artérielle ; la tachycardie ; l infarctus du myocarde ;l attaque cérébrale :Guy tredaniel Editeur FLOMENT.A ; De l hypertension à l hypertendu. Edition Boehringher inghelheim, HERPIN DANIEL Prise en charge initiale de l hypertension artérielle : la revue du praticien (paris) 2004, vol 54 no 6 pp : BERTRAND.E ; ODI ASSAMOI.M ; HTA problème grave de santé publique en Afrique noire. Sem.hop. Paris.1985, 61, pp : BERTRAND.ET COLL. ; HTA et autres facteurs de risque cardiovasculaires en Cote d ivoire. Cardiologie tropicale.1986, pp : BAH.A.T. HTA au service de médecine générale du CHU Donka : fréquence et Complications. Thèse de médecine.conakry SAUYERS WILLIAM ; HTA au service de médecine générale de l hôpital de kamsar (fréquence et aspect clinique janvier 1988 décembre 1993, thèse de mémoire. v

18 Risque hémorragique des extractions dentaires chez les patients cardiaques sous anticoagulants : étude randomisée et comparative : acénocoumarol versus héparine calcique. F. Daimellah, CHU Béni-Messous Objectifs : l objectif principal a été de comparer le risque hémorragique des extractions dentaires chez les patients sous acénocoumarol avec un INR de la veille compris entre 2.0 et 4.5, versus le relais par l héparine calcique, en utilisant dans tous les cas des procédés locaux d hémostase (oxycellulose + sutures + gouttière). Les objectifs secondaires ont été l identification des facteurs ayant favorisé le saignement et les effets secondaires de l anesthésie locale avec vasoconstricteur chez ces patients. Méthodologie : c est un essai thérapeutique contrôlé, monocentrique, randomisé, en aveugle, réalisé dans le service de cardiologie du CHU Béni-Messous de la période allant d avril 2002 à mars 2005 ; 268 patients atteints de pathologies cardiovasculaires diverses ont été recrutés et hospitalisés (133 dans le groupe acénocoumarol, 135 dans le groupe héparine) ; 437 séances d extractions ont été réalisées (208 dans le groupe acénocoumarol, 229 dans le groupe héparine). Résultats : la population d étude était relativement jeune (âge moyen = 49.6 ans), avec un sex ratio égal à 1.4. Les pathologies les plus fréquentes ont été les porteurs de prothèses valvulaires cardiaques (42.2 %), les valvulopathies (28.4 %) et les cardiopathies ischémiques (13.1 %). Des facteurs aggravants étaient présents telles que l insuffisance cardiaque (23.5%), la cardiomégalie importante (12.8%), la fibrillation auriculaire (50.4%), la présence de troubles conductifs (37.3%), l altération de la fonction ventriculaire gauche (13.4%), l hypertension artérielle pulmonaire (32.8%), la thrombose cardiaque (13.8%). Il y avait 57 hypertendus, 30 diabétiques, 7 patients aux antécédents hémorragiques aux AVK. Certains malades étaient sous traitement potentialisant les AVK (28 sujets sous amiodarone, 30 sous statines et 4 sous lévothyroxine). Les extractions ont été le plus souvent multiples ( ). Le jour de l extraction, dans le groupe acénocoumarol l INR moyen était égal à , dans le groupe héparine le TCA moyen était égal à donc deçà de la zone thérapeutique. Le retrait de la gouttière et des fils de suture ont été plus tardifs dans le groupe héparine (p respectivement égal à et ). L incidence du saignement a été plus élevée dans le groupe héparine versus le groupe acénocoumarol (15.8%, 6.7%, p = 0.02), avec un risque relatif égal à 2.4. Dans tous les cas, l hémorragie a été traitée uniquement par les mesures locales d hémostase. Les facteurs qui ont favorisé le saignement, avec un effet tendance, ont été l âge avancé (p = 0.01), le nombre de dents extraites (p = 0.002), le nombre de racines des dents extraites ( ) et les extractions ayant touché à la fois les secteurs antérieur et postérieur dans la même séance (p = 0.02). Le degré de l INR et du TCA avant l avulsion n a pas influencé l incidence de l hémorragie. Au décours de l anesthésie avec vasoconstricteur, il y a eu 7 cas de malaises vagaux rapidement régressifs. Conclusion : dans ce travail le rapport bénéfices-risques a été en faveur de la réalisation des avulsions dentaires sous AVK aux doses thérapeutiques en appliquant les mesures locales d hémostase, plutôt que le recours au relais par l héparine calcique. Les facteurs ayant favorisé l hémorragie ont été l âge avancé, le degré du traumatisme et les extractions touchant différents secteurs. L adjonction de w

19 vasoconstricteur dans l anesthésie dentaire chez les patients atteints de pathologies cardiovasculaires diverses n a pas induit la survenue d événements cardiovasculaires graves. Mots-clés Anticoagulants, acenocoumarol, warfarin, heparin, oral surgery, dental extractions, heart diseases, prosthetic heart valves, international normalized ratio, postoperative bleeding, hemostatic agents in oral surgery, anesthésie en chirurgie buccale Obésité et risque cardio-vasculaire (à propos de 650 patients) N.Benaouada, K.Hamidouche, M.Boudache, M.Krim, Service de médecine interne de l EHS de Douéra, Alger. Introduction : L obésité et la surcharge pondérale constituent un facteur de risque majeur surtout des maladies cardiovasculaires (CV).Peu d études des pays en voie de développement ont penché sur cette question contrairement aux pays industrialisés. Objectifs de l étude : Déterminer la fréquence des patients obèses, en surpoids et les maladies CV associées. Evaluer le niveau de risque en fonction des valeurs du BMI et du périmètre abdominal. Evaluer notre prise en charge Méthode et matériel : Etude épidémiologique transversale a visée descriptive intéressant 650 patients de la consultation du service de médecine interne de l EHS Douera Alger sur une période de 3 mois ( au ) Critères d inclusion = Patient ayant au moins un FDR cardiovasculaire avec ou sans obésité. Patients repartis en deux groupes (obèse et non obèse) Paramètres étudiés (P.Anthropométriques, cliniques et para cliniques) recueillis sur une fiche d enquête et traités par logiciel SPSS version 12 Résultats : Sur 1182 consultants seuls 650 sont inclus. L age moyen est de 60,2 ± 7,1. 63 sont des femmes dont 75% sont ménopausées. 40% des malades sont obèses, 25.5% en surpoids. Obésité plus marquée chez les femmes. Hormis l obésité les FDR CV retrouvés sont : L HTA dans 78%des cas, la dyslipidémie et le stress chez 45%, le diabète 29%, micro albuminurie 20%, l HVG 15.5% et le tabagisme est exclusivement masculin chez 11.8%. HTA fréquemment associée aux patients en surpoids et surtout obèses (p<0.01) idem pour le diabète et la dyslipidemie. Les patients obèses regroupent plus de FDR CV par rapport aux groupes en surpoids ou de poids normal (p<0,01) idem pour l atteinte CV. Le niveau de risque cardiovasculaire est plus élevé quand le BMI dépasse la valeur seuil de l obésité (p<0,01 ; RR=2.8).Le syndrome métabolique (SM) est présent chez 68% selon les critères de l NCEP et chez 79% selon l IDF Sa proportion est plus importante dans le groupe obèse (p<.0.01). La prise en charge est globale tenant compte de l ensemble des facteurs de risque. Commentaires : La fréquence de l obésité augmente avec l age est plus élevée chez les femmes. On a noté une association élevée à l HTA. La fréquence du diabète augmente avec le x

20 valeurs du BMI (le lien entre diabète et obésité n est plus a démontrer) idem pour le syndrome métabolique. La fréquence des affections cardiovasculaires est plus élevée dans le groupe obèse. On retrouve une relation entre le niveau du risque calculé et les valeurs du BMI. Conclusion : L obésité est un problème majeur de santé. Son association fréquente aux autres FDR CV,au SM et aux complications CV augmente le risque cardiovasculaire. Sa prise en charge est lourde elle doit être globale tenant compte de l ensemble des FDR CV et du niveau de risque. Elle est d autant plus difficile devant la présence de complications. Un intérêt particulier doit être accordé à la prévention par des conseils nutritionnels, de l activité physique et une adaptation comportementale. Mots clés : Obésité - Risque CV Syndrome Métabolique Prise en charge BIBLIOGRAPHY 1- Haslam DW, James WPT. Obesity. Lancet 2005;366: Kannel WB, D Agostino RB, Cobb JL. Effect of weight on cardiovascular disease. Am J Clin Nutr 1996 ;63 : Kenchaiah S, Evans JC, Levy D, Wilson PWF, Be njamin EJ, Larson MG. Obesity and the risk of heart failure. N Engl J Med 2002 ;347 : Peterson LR, Waggoner AD, Schechtman KB et al. Alterations in left ventricular structure and function in young healthy obese women. Am J Cardiol 2004;43 : Sarti C, Gallagher J. The metabolic syndrome. Prevalence, CHD risk, and treatment. J Diabetes and its Complications 2006 ;20 : Ziegler O, Dedry O. Epidémiologie des obesities de l adulte. Encycl Méd Chir (Elsevier, Paris), Endocrinologie-Nutrition, B-20, 1998,7p 7- Wannamethee SG, Shaper AG, Durrington PN, Perry IJ. Hypertension, serum insulin, obesity and the metabolic syndrome. J Hum Hypertension 1998 ;12 : Vigneri P, Frasca F, Sciacca L, Frittitta L, Vigneri R. Obesity and cancer. Nutrition, Metabolism & Cardiovascular Diseases 2006 ;16 :1-7 Faut- il réaliser systématiquement une coronarographie préopératoire d une valvulopathie chez les hommes de +35 ans et les femmes ménopausées? Y. Bennadji, F. Benour, - N. Bendaoud, N. Oould Lamara, R. Nedjar, A. Sik, Saîdane, Aicheur - S. Benkhedda, D. Ziari, K. Merad Service de cardiologie A2, CHU Mustapha. Selon les recommandations internationales, la coronarographie préopératoire est réalisée en présence d au moins un facteur de risque coronaire, un antécédent coronaire ou systématiquement chez la femme ménopausée et l homme de plus de 35 ans.il ne faut pas perdre de vue qu il s agit d un geste invasif non dénué de risque.dans notre pratique, ces coronarographies systématiques reviennent souvent normales.faut-il se conformer aux recommandations internationales ou songer à définir nos propres recommandations? Méthode : travail rétrospectif sur registre de coronarographie. Matériel : 370 patients, dont 229 hommes et 141 femmes, porteurs de valvulopathies au stade opératoire ayant bénéficié d une coronarographie au niveau du service de cardiologie A2 du CHU Alger-centre. Nous avons analysé séparément les hommes et les femmes. Les hommes sont âgés de 28 à 79 ans (âge moyen 56.7ans). Ils ont bénéficié d une coronarographie pour : % porteurs d au moins un facteur de risque y

ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Cardiopathies valvulaires et congénitales graves chez l adulte

ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Cardiopathies valvulaires et congénitales graves chez l adulte ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE Cardiopathies valvulaires et congénitales graves chez l adulte Actualisation avril 2012 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité

Plus en détail

S o m m a i r e 1. Sémiologie 2. Thérapeutique

S o m m a i r e 1. Sémiologie 2. Thérapeutique Sommaire 1. Sémiologie... 1 Auscultation cardiaque... 1 Foyers d auscultation cardiaque... 1 Bruits du cœur... 1 Souffles fonctionnels... 2 Souffles organiques... 2 Souffle cardiaque chez l enfant... 3

Plus en détail

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose Professeur François SCHIELE Université de FRANCHE COMTE Service de Cardiologie 25000 BESANCON Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose L athérosclérose, les facteurs de risque, la prévention primaire

Plus en détail

Sommaire. Prologue. Préfaces

Sommaire. Prologue. Préfaces Sommaire Prologue Préfaces I. Prendre en charge les urgences cardiovasculaires 1. Principes de gestion de l'urgence cardiologique par le professionnel de santé au travail Rôle du professionnel de santé

Plus en détail

Troubles du Rythme Cardiaque. Cours DCEM II 7 septembre 2012

Troubles du Rythme Cardiaque. Cours DCEM II 7 septembre 2012 Troubles du Rythme Cardiaque Cours DCEM II 7 septembre 2012 L activité électrique cardiaque ECG normal: rythme sinusal Fibrillation atriale Trouble du rythme le plus fréquent Incidence et prévalence en

Plus en détail

FORGENI 17/09/2009. Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK.

FORGENI 17/09/2009. Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK. FORGENI 17/09/2009 Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK. Recommandation HAS avril 2008 P NAMBOTIN, R BOUSSAGEON, J L MAS, J M ORIOL, B SENEZ

Plus en détail

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS Dr Mourot cardiologue Hôpital d Auxerre le 31 mars 2012 PLAN DE LA PRESENTATION ASSOCIATION

Plus en détail

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV)

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Les points importants de la littérature sur les risques liés à l

Plus en détail

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète.

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. A propos d un cas clinique, sont rappelés: - les caractères cliniques et pronostiques de l IMS chez le diabétique, - la démarche de l identification de

Plus en détail

ACTUALITES EN PREVENTION SECONDAIRE. Dr Julien Arzur Praticien Hospitalier DIU de Pathologie Neurovasculaire Unité Neurovasculaire CH Lisieux

ACTUALITES EN PREVENTION SECONDAIRE. Dr Julien Arzur Praticien Hospitalier DIU de Pathologie Neurovasculaire Unité Neurovasculaire CH Lisieux ACTUALITES EN PREVENTION SECONDAIRE Dr Julien Arzur Praticien Hospitalier DIU de Pathologie Neurovasculaire Unité Neurovasculaire CH Lisieux TA cible < 140/90 mmhg (grade A) Prévenir la variabilité tensionnelle

Plus en détail

Réflexions sur les modalités théoriques et pratiques de formation de techniciens en échocardiographie

Réflexions sur les modalités théoriques et pratiques de formation de techniciens en échocardiographie Réflexions sur les modalités théoriques et pratiques de formation de techniciens en échocardiographie David Messika-Zeitoun Service de Cardiologie Hôpital Bichat Rationnel Examen de routine Vieillissement

Plus en détail

Prise en charge des troubles du rythme en phase aiguë d infarctus du myocarde. Z. Zerrouk Service de cardiologie CH-Martigues

Prise en charge des troubles du rythme en phase aiguë d infarctus du myocarde. Z. Zerrouk Service de cardiologie CH-Martigues Prise en charge des troubles du rythme en phase aiguë d infarctus du myocarde Z. Zerrouk Service de cardiologie CH-Martigues Points essentiels phase aiguë d IDM : deux priorités (1) éviter la mort subite

Plus en détail

Les données présentées à l ACC concernant la rosuvastatine

Les données présentées à l ACC concernant la rosuvastatine CONGRES American College of Cardiology Mars 2009 F. DIEVART Clinique Villette, PARIS. Les études avec la rosuvastatine (AURORA et les analyses de JUPITER) et l étude ACTIVE A Les données présentées à l

Plus en détail

La conduite automobile est considérée comme un droit acquis lors de

La conduite automobile est considérée comme un droit acquis lors de D O S S I E R Cœur et accidents de la voie publique M. LERECOUVREUX, F. REVEL Hôpital d Instruction des Armées de Percy, CLAMART. Contre-indications cardiovasculaires temporaires ou définitives à la conduite

Plus en détail

Les différentes maladies du coeur

Les différentes maladies du coeur Auteur : Dr Pascal AMEDRO Les différentes maladies du coeur 1. Le cœur normal L oxygène capté dans l air va dans les poumons, où le sang «bleu» est alors oxygéné et devient «rouge». Il est conduit par

Plus en détail

La prise en charge de votre fibrillation auriculaire

La prise en charge de votre fibrillation auriculaire G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre fibrillation auriculaire Vivre avec une fibrillation auriculaire Octobre 2008 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant

Plus en détail

1. Recommandations de l AFSSAPS

1. Recommandations de l AFSSAPS E08-1 E08 Hypolipémiants Depuis une dizaine d années de nombreux résultats se sont accumulés pour prouver l intérêt de l abaissement du LDL-cholestérol en prévention primaire et secondaire des évènements

Plus en détail

Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale

Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale Recommandation en santé publique Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale Novembre 2012 Préambule Objectifs de la fiche d information médecins Contexte Description

Plus en détail

Fibrillation Auriculaire et principes du traitement

Fibrillation Auriculaire et principes du traitement Fibrillation Auriculaire et principes du traitement Pr Patrick Assayag Service de Cardiologie, CHU Bicêtre Faculté de Médecine Paris-Sud Age et Prévalence de la FA Population adulte < 50 ans 0.4% Population

Plus en détail

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY AUDIT MEDICAL Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY JUSTIFICATIONS ET BASES DE CE TRAVAIL Fréquence de prescription : 3 à 5% de la population française

Plus en détail

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne.

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne. Pathologies chroniques et séjour en altitude : Recommandations pour le médecin généraliste D après la thèse du Dr Gilles de Taffin Les recommandations d usage à rappeler : Éviter l arrivée directe à des

Plus en détail

HYPERTENSION ARTERIELLE ET GROSSESSE MC AUMONT. 1) L HTA représente la première cause de morbidité et de mortalité périnatales.

HYPERTENSION ARTERIELLE ET GROSSESSE MC AUMONT. 1) L HTA représente la première cause de morbidité et de mortalité périnatales. HYPERTENSION ARTERIELLE ET GROSSESSE MC AUMONT POINTS IMPORTANTS. 1) L HTA représente la première cause de morbidité et de mortalité périnatales. 2) Physiologiquement, la pression artérielle baisse au

Plus en détail

L'échographie cardiaque

L'échographie cardiaque L'échographie cardiaque Date de création du document : 2008-2009 PRÉ-REQUIS Sur quel principe physique est basée l'échographie cardiaque? L'utilisation des ultrasons est le principe physique sur lequel

Plus en détail

Bariatric Surgery and Cardiovascular Risk Factors A Scientific Statement From the American Heart Association

Bariatric Surgery and Cardiovascular Risk Factors A Scientific Statement From the American Heart Association Bariatric Surgery and Cardiovascular Risk Factors A Scientific Statement From the American Heart Association Complications de l obésité (1) Diminution de l espérance de vie Diminution de la qualité de

Plus en détail

ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE

ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE PRISE EN CHARGE SYSTÉMATISÉE DES PERSONNES ATTEINTES D HYPERTENSION ARTÉRIELLE SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE 23 ÉVALUATION DE

Plus en détail

CARDIOPATHIES ET VOYAGES AERIENS QUELS RISQUES?

CARDIOPATHIES ET VOYAGES AERIENS QUELS RISQUES? CARDIOPATHIES ET VOYAGES AERIENS QUELS RISQUES? Pr Jean Pierre GOURBAT clinique de Chatillon Mise à jour février 2013 Santé et voyages aériens Certaines affections peuvent se décompenser lors d un vol

Plus en détail

La coronaropathie en 2010 Angor, syndrome coronaire aigu, infarctus du myocarde, stent acier, stent nu, stent actif, stent biorésorbable

La coronaropathie en 2010 Angor, syndrome coronaire aigu, infarctus du myocarde, stent acier, stent nu, stent actif, stent biorésorbable La coronaropathie en 2010 Angor, syndrome coronaire aigu, infarctus du myocarde, stent acier, stent nu, stent actif, stent biorésorbable Pr PAGANELLI, Service de cardiologie CHU NORD 1 I) Angor Angor =

Plus en détail

Item 281 : Rétrécissement aortique (Evaluations)

Item 281 : Rétrécissement aortique (Evaluations) Item 281 : Rétrécissement aortique (Evaluations) Date de création du document 2011-2012 CAS CLINIQUE Scénario : Vous voyez en consultation un patient de 71 ans en bon état général qui se plaint de dyspnée

Plus en détail

Prise en charge de l IDM ; Rôle infirmier

Prise en charge de l IDM ; Rôle infirmier Définition Prise en charge de l IDM ; Rôle infirmier Compétence 4 UE 2.8 Véronique Nédélec-Gimbert octobre 2012 L'infarctus du myocarde (IDM étant une abréviation courante) est une nécrose (mort de cellules)

Plus en détail

Les troubles du rythmes et de la conduc2on au cours du cathétérisme cardiaque. Marie-stella Vanderplancke, hight tech 2013

Les troubles du rythmes et de la conduc2on au cours du cathétérisme cardiaque. Marie-stella Vanderplancke, hight tech 2013 Les troubles du rythmes et de la conduc2on au cours du cathétérisme cardiaque Marie-stella Vanderplancke, hight tech 2013 La conduc)on cardiaque L eléctrocardiogramme en rythme sinusal CHAPITRE 1 Le malaise

Plus en détail

La prise en charge de votre cardiopathie valvulaire

La prise en charge de votre cardiopathie valvulaire G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre cardiopathie valvulaire Vivre avec une cardiopathie valvulaire Décembre 2008 En cas de cardiopathie valvulaire opérée

Plus en détail

Endocardite infectieuse chez un porteur de bioprothèse valvulaire. DELANDE Evariste, MOYON Anais, HANAFIA Omar

Endocardite infectieuse chez un porteur de bioprothèse valvulaire. DELANDE Evariste, MOYON Anais, HANAFIA Omar Endocardite infectieuse chez un porteur de bioprothèse valvulaire DELANDE Evariste, MOYON Anais, HANAFIA Omar Présentation du cas clinique Mr S, 73 ans Hospitalisé en août 2014 pour une récidive d endocardite

Plus en détail

ALD 8 DIABÈTE DE TYPE 1 DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT

ALD 8 DIABÈTE DE TYPE 1 DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT ALD 8 DIABÈTE DE TYPE 1 DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT GUIDE MÉDECIN -1- SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 GUIDE MEDECIN ALD 8 - DIABETE DE TYPE 1 DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT... 4 I. BILAN INITIAL... 4 I.1.

Plus en détail

Voir dossier complet sur les AVK sur le site de l AFSSAPS : http://afssaps.sante.fr/htm/10/avk/indavk.htm

Voir dossier complet sur les AVK sur le site de l AFSSAPS : http://afssaps.sante.fr/htm/10/avk/indavk.htm !"#$ %&'(() RECOMMANDATIONS DE PREAMBULE Janvier 2004 Ces recommandations ont été réalisées et validées par les membres du comité du médicament et des dispositifs médicaux stériles du Centre Hospitalier

Plus en détail

Electrophysiologie cardiaque

Electrophysiologie cardiaque Electrophysiologie cardiaque L électrophysiologie concerne autant les indications d implantation d un pacemaker que les thérapies de resynchronisation cardiaque et les implantations de défibrillateur.

Plus en détail

Grossesse et HTA. J Potin. Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours

Grossesse et HTA. J Potin. Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours Grossesse et HTA J Potin Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours HTA et grossesse Pathologie fréquente : 2 à 5 % des grossesses (2 à 3 % des multipares, 4 à 8 % des primipares)

Plus en détail

L'épreuve d'effort. Date de création du document : - Université Médicale Virtuelle Francophone -

L'épreuve d'effort. Date de création du document : - Université Médicale Virtuelle Francophone - L'épreuve d'effort Date de création du document : 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Modalités de réalisation... 1 2 Indications...2 3 Contre-indications...3 4 Interprétation... 4 PRÉ-REQUIS

Plus en détail

MALAISE, PERTE DE CONNAISSANCE DE L ADULTE MC AUMONT. 3) Interrogatoire minutieux du patient et des témoins.

MALAISE, PERTE DE CONNAISSANCE DE L ADULTE MC AUMONT. 3) Interrogatoire minutieux du patient et des témoins. MALAISE, PERTE DE CONNAISSANCE DE L ADULTE MC AUMONT POINTS IMPORTANTS : 1) Définition d une syncope et d une lipothymie. 2) Différencier une syncope ou une lipothymie d un vertige, d une hypoglycémie,

Plus en détail

QUI PEUT CONTRACTER LA FA?

QUI PEUT CONTRACTER LA FA? MODULE 1 : COMPRENDRE LA FIBRILLATION AURICULAIRE 16 QUI PEUT CONTRACTER LA FA? La FA est plus fréquente chez les personnes âgées. Par contre, la FA dite «isolée» (c.-à-d. sans qu il y ait de maladie du

Plus en détail

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Recommandations en 2007 Yann le baleur DES Introduction 1 million de patients sous aspirine 300.000 patients sous anti-vitamine K (AVK)

Plus en détail

Les accidents vasculaires cérébraux (AVC) et la sclérose en plaques (SEP) : deux affections pourvoyeuses de handicap en Neurologie

Les accidents vasculaires cérébraux (AVC) et la sclérose en plaques (SEP) : deux affections pourvoyeuses de handicap en Neurologie Les accidents vasculaires cérébraux (AVC) et la sclérose en plaques (SEP) : deux affections pourvoyeuses de handicap en Neurologie M. Benabdeljlil, S. Aïdi, M. El Alaoui Faris Service de Neurologie A et

Plus en détail

FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE. Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille

FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE. Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille DU de gériatrie Jeudi 20 novembre 2014 FIBRILLATION ATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE Dr Charlotte Potelle Hôpital Cardiologique CHRU de Lille -Pathologie fréquente 1 à 2% de la population générale

Plus en détail

Fibrillation atriale chez le sujet âgé

Fibrillation atriale chez le sujet âgé Dr Benoit Blanchard LE HAVRE Le 18 MARS 2014 Fibrillation atriale chez le sujet âgé Le plus fréquent des trouble du rythme cardiaque, 750,000 personnes atteintes de FA en France, 100,000 nouveaux cas chaque

Plus en détail

FIBRILLATION AURICULAIRE. Informations destinées aux patients

FIBRILLATION AURICULAIRE. Informations destinées aux patients FIBRILLATION AURICULAIRE Informations destinées aux patients INTRODUCTION Votre médecin a constaté que vous présentez une arythmie cardiaque appelée fibrillation auriculaire. Mais qu est-ce qu une arythmie

Plus en détail

Prise en charge de l embolie pulmonaire

Prise en charge de l embolie pulmonaire Prise en charge de l embolie pulmonaire Dr Serge Motte Liège 06.12.14 - Laack TA et Goyal DG, Emerg Med Clin N Am 2004; 961-983 2 PLAN Diagnostic Prise en charge: Phase aiguë: analyse de gravité Choix

Plus en détail

FIBRILLATIONATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE

FIBRILLATIONATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE DU de gériatrie g Jeudi 13 mars 2014 FIBRILLATIONATRIALE ET ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE Dr Stéphane Boulé Hôpital Cardiologique CHRU de Lille Epidémiologie -Pathologie fréquente 1 à 2% de la population

Plus en détail

Les recommandations 2005 sur la prise en charge des dyslipidémies

Les recommandations 2005 sur la prise en charge des dyslipidémies Endocrino.net Polycopié national Page 1 sur 10 Les recommandations 2005 sur la prise en charge des dyslipidémies Les messages clés 1) Tous les patients qui ont soit une augmentation des triglycérides (>1,50

Plus en détail

Antiagrégants Pour la pratique. Les nouvelles recommandations. C Decoene

Antiagrégants Pour la pratique. Les nouvelles recommandations. C Decoene Antiagrégants Pour la pratique Les nouvelles recommandations C Decoene Avant toute intervention chirurgicale La coagulation doit être normalisée Ischémie Myocardique péri-opératoire Thrombus /plaque Déficit

Plus en détail

La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène

La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène 1 La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène Document rédigé par l équipe pluridisciplinaire du centre de référence pour les maladies cardiaques héréditaires (Paris), en collaboration avec des patients

Plus en détail

Fibrillation Auriculaire Samuel Lévy * et Louis Guize **

Fibrillation Auriculaire Samuel Lévy * et Louis Guize ** Fibrillation auriculaire 1 Fibrillation Auriculaire Samuel Lévy * et Louis Guize ** * Service de Cardiologie, CHU Nord, 13015 Marseille Tél : 0491968682 Fax : 0491962162 E-mail : levy@aix.pacwan.net **

Plus en détail

Recommandations AFU/SFAR/AFCA/ANAP

Recommandations AFU/SFAR/AFCA/ANAP 83983 Volume 23 - Novembre 2013 - hors- série 6 Chirurgie ambulatoire en Urologie Cette recommandation de bonne pratique a reçu le label de la HAS. Ce label signifie que cette recommandation de bonne pratique

Plus en détail

Risque cardiovasculaire sous contrôle

Risque cardiovasculaire sous contrôle beawolf Risque cardiovasculaire sous contrôle Tous concernés! De quoi s'agit-il? Les accidents cardiovasculaires sont dus, le plus souvent, à la formation d un caillot venant boucher une artère du cœur

Plus en détail

Le syndrome coronarien aigu

Le syndrome coronarien aigu C est le nouveau terme qui englobe la notion d angor et d infarctus. Synonymes : Angor, Angine de poitrine, Rhume de poitrine, Infarctus, Attaque, Les artères coronaires : Ce sont les artères nourricières

Plus en détail

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE SOURCES : ligues reins et santé A LA BASE, TOUT PART DES REINS Organes majeurs de l appareil urinaire, les reins permettent d extraire les

Plus en détail

Pour en finir avec l infarctus du myocarde

Pour en finir avec l infarctus du myocarde Abdallah Fayssoil Pour en finir avec l infarctus du myocarde Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook

Plus en détail

La Transition de l hôpital à la maison Prise en charge à Montréal (Le Rôle des Programmes Ambulatoires d IC)

La Transition de l hôpital à la maison Prise en charge à Montréal (Le Rôle des Programmes Ambulatoires d IC) La Transition de l hôpital à la maison Prise en charge à Montréal (Le Rôle des Programmes Ambulatoires d IC) Anique Ducharme MD, MSc, Directrice de la Clinique d Insuffisance Cardiaque Institute de Cardiologie

Plus en détail

Note d Information. Certificat Médical. de non contre-indication à la pratique de l Aïkido. Etablie par la Commission Médicale Nationale de la FFAAA

Note d Information. Certificat Médical. de non contre-indication à la pratique de l Aïkido. Etablie par la Commission Médicale Nationale de la FFAAA Note d Information Certificat Médical de non contre-indication à la pratique de l Aïkido Etablie par la Commission Médicale Nationale de la FFAAA Chère pratiquante, Cher pratiquant, Pour obtenir votre

Plus en détail

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Dr Louis-Philippe Hubert, R1 médecine de famille UMF La Sarre 29 mai 2015 Plan Définition

Plus en détail

REEDUCATION CARDIAQUE APRES POSE DE DAI ASSEMBLEE GENERALE APODEC 2011

REEDUCATION CARDIAQUE APRES POSE DE DAI ASSEMBLEE GENERALE APODEC 2011 REEDUCATION CARDIAQUE APRES POSE DE DAI ASSEMBLEE GENERALE APODEC 2011 cardiaque Ensemble des mesures permettant une approche GLOBALE du patient Processus personnalisé et coordonné Personne intégrée dans

Plus en détail

Hypertension artérielle (item 130)

Hypertension artérielle (item 130) Cardiologie 17 Référence Hypertension artérielle (item 130) Recommandations de la Société Européenne d Hypertension Artérielle et de la Société Européenne de Cardiologie (2007). Contexte La morbi-mortalité

Plus en détail

PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE DU PATIENT DYSLIPIDÉMIQUE

PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE DU PATIENT DYSLIPIDÉMIQUE PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE DU PATIENT DYSLIPIDÉMIQUE RECOMMANDATIONS Ce document est une actualisation des Recommandations de Bonne Pratique "Prise en charge des dyslipidémies" publiées par l'afssaps

Plus en détail

CHR de Huy: Docteur A.CHACHATI : chef de service. Docteur C.RIGHES : endocrinologue. Equipe Paraffine : Docteur B.HANUS.

CHR de Huy: Docteur A.CHACHATI : chef de service. Docteur C.RIGHES : endocrinologue. Equipe Paraffine : Docteur B.HANUS. RESULTATS DEFINITIFS DU PROJET PILOTE SUR LE TRAJET CLINIQUE DE L OBESITE (CENTRE HOSPITALIER REGIONAL DE HUY-SERVICE DE NEPHROLOGIE EN COLLABORATION AVEC L EQUIPE PARAFFINE DU DOCTEUR HANUS). CHR de Huy:

Plus en détail

Prise en charge du risque Cardio-Vasculaire (CV) par le médecin généraliste

Prise en charge du risque Cardio-Vasculaire (CV) par le médecin généraliste Prise en charge du risque Cardio-Vasculaire (CV) par le médecin généraliste SAVEZ-VOUS QUE Les maladies CV restent un fléau? Elles sont la première cause de décès chez les adultes 25% des hommes sont à

Plus en détail

Une forte dynamique des prescriptions de ces nouveaux anti-coagulants oraux

Une forte dynamique des prescriptions de ces nouveaux anti-coagulants oraux 27 novembre 2013 Nouveaux anti-coagulants oraux : une étude de l Assurance Maladie souligne la dynamique forte de ces nouveaux médicaments et la nécessité d une vigilance accrue dans leur utilisation Les

Plus en détail

Colette Franssen Département d Anesthésie Réanimation CHU Sart Tilman LIEGE

Colette Franssen Département d Anesthésie Réanimation CHU Sart Tilman LIEGE Colette Franssen Département d Anesthésie Réanimation CHU Sart Tilman LIEGE La mise au point préopératoire par un anesthésiste permet de mieux planifier l organisation de la salle d opération, d éviter

Plus en détail

INSUFFISANCE CARDIAQUE «AU FIL DES ANNEES»

INSUFFISANCE CARDIAQUE «AU FIL DES ANNEES» INSUFFISANCE CARDIAQUE «AU FIL DES ANNEES» v On ne guérit pas ( en général ) d une insuffisance cardiaque, mais on peut la stabiliser longtemps, très longtemps à condition v Le patient insuffisant cardiaque

Plus en détail

On peut estimer que l étude

On peut estimer que l étude Etude AIM HIGH : faut-il augmenter un HDL bas et diminuer des triglycérides élevés? Résumé : L étude AIM HIGH (Atherothrombosis Intervention in Metabolic Syndrome with Low HDL/High Triglycerides : Impact

Plus en détail

LE RISQUE CARDIO-VASCULAIRE CHEZ LA FEMME Pourquoi sont-elles plus à risque?

LE RISQUE CARDIO-VASCULAIRE CHEZ LA FEMME Pourquoi sont-elles plus à risque? LE RISQUE CARDIO-VASCULAIRE CHEZ LA FEMME Pourquoi sont-elles plus à risque? Jean-Philippe BRETTES Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Mourad DERGUINI Hôpital de Kouba - Alger SAERM, Alger 2015 Le risque

Plus en détail

La Cardiomyopathie Dilatée

La Cardiomyopathie Dilatée 1 La Cardiomyopathie Dilatée Document rédigé par l équipe pluridisciplinaire du centre de référence pour les maladies cardiaques héréditaires (Paris), en collaboration avec des patients atteints de la

Plus en détail

Conduite automobile et maladie cardiaque. Présenté par Jean-François Dorval, M.D.

Conduite automobile et maladie cardiaque. Présenté par Jean-François Dorval, M.D. Conduite automobile et maladie cardiaque Présenté par Jean-François Dorval, M.D. Maladie coronarienne Recommandation générales Patients avec maladie coronarienne athérosclérotique Recommandation spécifiques

Plus en détail

Méthodologie des essais cliniques de phase III

Méthodologie des essais cliniques de phase III Méthodologie des essais cliniques de phase III Dr Patrick Rossignol p.rossignol@chu-nancy.fr Centre d Investigation Clinique & consultation multidisciplinaire d HTA du CHU de Nancy & INSERM 961 Phases

Plus en détail

ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE MALADIE CORONARIENNE STABLE

ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE MALADIE CORONARIENNE STABLE ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE MALADIE CORONARIENNE STABLE Juillet 2015 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de Santé 2 avenue du Stade de France - F 93218

Plus en détail

FMC «Val de Creuse» Argenton-sur-Creuse Mercredi 08 Janvier 2014 Dr Yves Moreau 2014

FMC «Val de Creuse» Argenton-sur-Creuse Mercredi 08 Janvier 2014 Dr Yves Moreau 2014 FMC «Val de Creuse» Argenton-sur-Creuse Mercredi 08 Janvier 2014 Dr Yves Moreau 2014 La prévalence de la FA double à chaque décennie après 50 ans et approche 10% chez les sujets de plus de 80 ans (Framingham

Plus en détail

Fibrillation auriculaire*

Fibrillation auriculaire* ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE Fibrillation auriculaire* * Rédaction conforme au décret n 2011-77 du 19 janvier 2011. La fibrillation auriculaire est aujourd hui désignée par le terme «fibrillation

Plus en détail

AVK et insuffisance rénale : une association sans risque?

AVK et insuffisance rénale : une association sans risque? COLLOQUE DE PRATIQUE CLINIQUE AVK et insuffisance rénale : une association sans risque? T.-T. PHAM SMIG HUG 18.01.2012 ANTICOAGULANTS DISPONIBLES (ET LES FUTURS...) AVK (Sintrom, Marcoumar, Warfarin )

Plus en détail

Prévenir... le risque cardiovasculaire

Prévenir... le risque cardiovasculaire Prévenir... le risque cardiovasculaire 10 Les facteurs de risque favorisant les maladies cardiovasculaires Les facteurs que l on ne choisit pas... L âge : le vieillissement contribue à augmenter le risque

Plus en détail

AOMI, IPS et rigidité de l aorte A.SALAHMANSOUR, L.IDIR, K.ABERKANE, M.BENSEDIK, A.HOUCHI, S.OUERDANE

AOMI, IPS et rigidité de l aorte A.SALAHMANSOUR, L.IDIR, K.ABERKANE, M.BENSEDIK, A.HOUCHI, S.OUERDANE AOMI, IPS et rigidité de l aorte A.SALAHMANSOUR, L.IDIR, K.ABERKANE, M.BENSEDIK, A.HOUCHI, S.OUERDANE Congrès SAMEV 2010 L artériopathie oblitérante des membres inférieurs Complication fréquente et redoutable

Plus en détail

RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE

RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE RAPPEL DEFINITIONS Hyperlipidémie g/l mmol/l Triglycérides < 2 < 2.2 Cholestérol Total

Plus en détail

Sténoses de la bifurcation carotidienne (133b) Professeur Jean Luc MAGNE, Docteur Sébastien PENILLON, Docteur Carmine SESSA Mai 2005

Sténoses de la bifurcation carotidienne (133b) Professeur Jean Luc MAGNE, Docteur Sébastien PENILLON, Docteur Carmine SESSA Mai 2005 Sténoses de la bifurcation carotidienne (133b) Professeur Jean Luc MAGNE, Docteur Sébastien PENILLON, Docteur Carmine SESSA Mai 2005 Pré-requis : Athérosclérose, épidemiologie et physiopathologie (item

Plus en détail

QUESTIONS /REPONSES PATIENTS, à propos de l Angioplastie rénale : - Pourquoi m a-t-on proposé une dilatation de l artère rénale?

QUESTIONS /REPONSES PATIENTS, à propos de l Angioplastie rénale : - Pourquoi m a-t-on proposé une dilatation de l artère rénale? QUESTIONS /REPONSES PATIENTS, à propos de l Angioplastie rénale : - Pourquoi m a-t-on proposé une dilatation de l artère rénale? La «sténose» ou diminution du diamètre de l artère ( d au moins 50% ) peut

Plus en détail

Données Entred 2001-2003. Institut de veille sanitaire, Saint Maurice

Données Entred 2001-2003. Institut de veille sanitaire, Saint Maurice ENTRED, Echantillon National Témoin Représentatif des Personnes Diabétiques Basé à l Institut de Veille Sanitaire 12, rue du Val d Osne-94415 Saint-Maurice Cedex Tel : 01.41.79.69.41 Fax : 01.41.79.68.11

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC)

Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC) Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC) Dr Jean-Marie Vailloud Cardiologue libéral/ salarié (CHU/clinique) Pas de lien d'intérêt avec une entreprise pharmaceutique Adhérent à l'association Mieux Prescrire

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Un AVC toutes les 4 minutes 1 130 000 AVC par an en France 1 770 000 personnes ont été victimes

Plus en détail

ACTION NATIONALE DE SENSIBILISATION AU RISQUE CARDIOVASCULAIRE

ACTION NATIONALE DE SENSIBILISATION AU RISQUE CARDIOVASCULAIRE ACTION NATIONALE DE SENSIBILISATION AU RISQUE CARDIOVASCULAIRE LE RISQUE CARDIOVASCULAIRE Commission nationale sport santé Qu est ce qu un accident cardio-vasculaire? Et quelle en est la cause? L athérosclérose

Plus en détail

Proposition de procédure de prise en charge Résumé des interventions de la soirée du 17 Novembre 2002

Proposition de procédure de prise en charge Résumé des interventions de la soirée du 17 Novembre 2002 DIABÈTE GESTATIONNEL Proposition de procédure de prise en charge Résumé des interventions de la soirée du 17 Novembre 2002 Qui dépister? Un dépistage universel doit être optimalement proposé entre 24 et

Plus en détail

Question clinique CAS CLINIQUE. DEFIBRILLATEURS IMPLANTABLES EN INSUFFISANCE CARDIAQUE?!... Quel pronostic?

Question clinique CAS CLINIQUE. DEFIBRILLATEURS IMPLANTABLES EN INSUFFISANCE CARDIAQUE?!... Quel pronostic? DEFIBRILLATEURS IMPLANTABLES EN INSUFFISANCE CARDIAQUE?!... Quel pronostic? Ileana Iliescu 17.09.2008 CAS CLINIQUE M CR 83 ans: : 10 hospitalisations en 12 mois!!!... pour malaise et chocs appropri ropriés

Plus en détail

DVD scientifique à usage pédagogique de 15 minutes.

DVD scientifique à usage pédagogique de 15 minutes. Notice Du diagnostic au traitement des maladies cardio-vasculaires DVD scientifique à usage pédagogique de 15 minutes. L objectif du vidéogramme est de visualiser les manifestations de l activité cardiaque

Plus en détail

Épreuve d effort électrocardiographique

Épreuve d effort électrocardiographique Épreuve d effort électrocardiographique J. Valty Diagnostic des coronaropathies. Pronostic après infarctus du myocarde. Indications particulières. Risques de l épreuve d effort? 1- Épreuve positive : segment

Plus en détail

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients Dr Serge Motte Bruxelles 24.11.12 - PLAN Points forts et points faibles des nouveaux anticoagulants Questions dans la pratique

Plus en détail

Farzin Beygui Institut de Cardiologie CHU Pitié-Salpêtrière Paris, France. Probability of cardiovascular events. Mortalité CV

Farzin Beygui Institut de Cardiologie CHU Pitié-Salpêtrière Paris, France. Probability of cardiovascular events. Mortalité CV Nouveautés dans le diagnostique et le traitement de la maladie coronaire du dialysé Farzin Beygui Institut de Cardiologie CHU Pitié-Salpêtrière Paris, France Probability of cardiovascular events Mortalité

Plus en détail

SYNCOPE PRISE EN CHARGE ACTUELLE QUI HOSPITALISER??

SYNCOPE PRISE EN CHARGE ACTUELLE QUI HOSPITALISER?? SYNCOPE PRISE EN CHARGE ACTUELLE QUI HOSPITALISER?? Dr Mathieu LEMERCIER OCTOBRE 2013 EPIDEMIOLOGIE LA SYNCOPE AFFECTE 3.5% POPULATION GENERALE RECIDIVE DANS 30% CAS 1 A 6% DES ADMISSIONS AUX URGENCES

Plus en détail

Biochimie Cours de Baudry Erlich Le 29/10/2007 à 13h30 Ronéotypeurs : David FIDAHOUSSEN et Marianne LANGLOIS. ED n 4 CONDUITE À TENIR DEVANT

Biochimie Cours de Baudry Erlich Le 29/10/2007 à 13h30 Ronéotypeurs : David FIDAHOUSSEN et Marianne LANGLOIS. ED n 4 CONDUITE À TENIR DEVANT Biochimie Cours de Baudry Erlich Le 29/10/2007 à 13h30 Ronéotypeurs : David FIDAHOUSSEN et Marianne LANGLOIS ED n 4 CONDUITE À TENIR DEVANT UNE DYSLIPIDEMIE 1 Conduite à tenir devant une dyslipidémie PLAN

Plus en détail

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs B06-1 B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs L ischémie aiguë est une interruption brutale du flux artériel au niveau d un membre entraînant une ischémie tissulaire. Elle constitue

Plus en détail

GUIDE D AIDE À LA SÉLECTION DES RISQUES. Assurance individuelle

GUIDE D AIDE À LA SÉLECTION DES RISQUES. Assurance individuelle GUIDE D AIDE À LA SÉLECTION DES RISQUES Assurance individuelle TABLE DES MATIÈRES À propos du guide... 4 Conditions médicales Accident vasculaire cérébral (AVC)...5 Accident ischémique transitoire (AIT)...5

Plus en détail

Fiche mémo. Contraception chez la femme à risque cardiovasculaire. Juillet 2013. Généralités. Critères d éligibilité des méthodes

Fiche mémo. Contraception chez la femme à risque cardiovasculaire. Juillet 2013. Généralités. Critères d éligibilité des méthodes Fiche mémo Contraception chez la femme à risque cardiovasculaire Juillet 2013 Cette fiche mémo fait partie d un ensemble de fiches mémo concernant la et complète plusieurs documents sur ce thème produits

Plus en détail

Rythmologie cardiaque : comment explorer puis traiter? Pierre Mélon Service de Cardiologie CHU de Liège

Rythmologie cardiaque : comment explorer puis traiter? Pierre Mélon Service de Cardiologie CHU de Liège Rythmologie cardiaque : comment explorer puis traiter? Pierre Mélon Service de Cardiologie CHU de Liège Définition Une arythmie est définie comme une anomalie de fréquence, une irrégularité de rythme ou

Plus en détail

Traitement chirurgical dans l hypertension artérielle

Traitement chirurgical dans l hypertension artérielle Traitement chirurgical dans l hypertension artérielle pulmonaire Pr. Abid Abdelfatteh XXIème Journée Nationale de Médecine Interne 30 Octobre 2010- Monastir Introduction L HTAP est caractérisée par anormale

Plus en détail

Cholestérol. Précautions de prélèvement. Valeurs usuelles. Clinique. Cholestérol total. HDL-cholestérol. LDL-cholestérol. Hypocholestérolémies

Cholestérol. Précautions de prélèvement. Valeurs usuelles. Clinique. Cholestérol total. HDL-cholestérol. LDL-cholestérol. Hypocholestérolémies Cholestérol 89 Cholestérol L hypercholestérolémie est un facteur de risque d athérosclérose comme l ont établi de grandes enquêtes épidémiologiques. Dans le sang, le cholestérol est transporté par des

Plus en détail

C BERTRAND CMC PARLY 2 PARIS

C BERTRAND CMC PARLY 2 PARIS C BERTRAND CMC PARLY 2 PARIS Voies d abord veineuses CE QUE L ON NE POURRA PAS CHANGER: L ANATOMIE DU SINUS CORONAIRE l anatomie du sinus coronaire stimulation conventionnelle droite: types de sondes

Plus en détail

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux Epidémiologie Cholestérol et accidents ischémiques cérébraux: plan I Lipides et atteintes des grosses artères cérébrales: 4 Epidémiologie lipides et risque

Plus en détail