LA DEMATERIALISATION DANS LES MEDIAS, L ART ET LA CREATION

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA DEMATERIALISATION DANS LES MEDIAS, L ART ET LA CREATION"

Transcription

1 LA DEMATERIALISATION DANS LES MEDIAS, L ART ET LA CREATION Alain Busson (Professeur affilié HEC Paris) et Olivier Landau, Sofreco Yves Evrard (Professeur émérite HEC Paris) et Florence Caro, Musée du Louvre Nicole Ferry-Maccario (Professeur HEC Paris. Directrice scientifique de la Majeure/MS MAC) Thomas Paris (Professeur affilié HEC Paris, CNRS) CR ISBN : Groupe HEC, JOUY-EN-JOSAS CEDEX, France, 2011 ISBN :

2 LA DEMATERIALISATION DANS LES MEDIAS, L ART ET LA CREATION Auteurs : Alain Busson (Professeur affilié HEC Paris) et Olivier Landau, Sofreco Yves Evrard (Professeur émérite HEC Paris) et Florence Caro, Musée du Louvre Nicole Ferry-Maccario (Professeur HEC Paris. Directrice scientifique de la Majeure/MS MAC) Thomas Paris (Professeur affilié HEC Paris, CNRS) Mai 2011 Introduction générale Ce cahier de recherche est composé de quatre contributions qui reflètent des recherches actuelles des membres de l équipe pédagogique de la spécialisation Médias, Art et Création d HEC Paris. Tous les secteurs de la création (cinéma, médias, spectacle vivant, édition, musique, marché de l art et patrimoine) sont fortement touchés par la dématérialisation des contenus et de leur diffusion. Les modèles économiques doivent être repensés, le marketing devient participatif, le cadre juridique se contractualise et les structures des organisations évoluent. Les travaux publiés dans ce cahier abordent plusieurs conséquences de la dématérialisation tant au niveau du processus de création et de l existence d un public virtuel, que de son cadre juridique et organisationnel. Le processus créatif a été modifié dans la production audiovisuelle par le passage à un modèle conversationnel. Internet a inséré l utilisateur/spectateur au sein de la création changeant ainsi le modèle d affaire. Dans ce nouveau contexte le contenu culturel perd de sa valeur au profit de la collecte et de l analyse des comportements (texte n 1 «La transformation de la chaine de valeur dans l audiovisuel») La relation aux œuvres exposées dans les musées peut être dématérialisée par une visite virtuelle faite sur les sites internet des musées. Cette dématérialisation des rencontres avec les œuvres induit une double réflexion sur l authenticité des œuvres virtuelles et sur la composition de ce nouveau type de public (texte n 2 «Le rapport réel/virtuel dans le contexte des musées») La dématérialisation des œuvres d art, caractéristique de certains courants d art contemporain comme l art conceptuel, ont amené la jurisprudence à modifier sa définition des œuvres juridiquement protégeables. Les critères d authenticité ont été revus et contractualisés ainsi que les modes de paiement des artistes, le modèle économique de rémunération par le prix de vente n étant plus le seul modèle économique. (texte n 3 «La dématérialisation des œuvres d art contemporain, quelle approche juridique? L exemple français») Enfin la notion d immatériel dans les industries de création renvoie à deux réalités différentes. La première est le processus de dématérialisation qui affecte les chaines de valeurs. La seconde fait écho à la notion de patrimoine immatériel des entreprises. Ce patrimoine inclut, au coté de la notion classique de marque, une dimension moins souvent mise en avant : celle d outil de création qui existe indépendamment de son créateur et permet à l organisation de survivre à sa disparition. (texte n 4 «L outil de création, ou l insoupçonnée valeur immatérielle des entreprises de création») 1

3 LA TRANSFORMATION DE LA CHAINE DE VALEUR DE L AUDIOVISUEL Alain BUSSON, HEC Professeur affilié Olivier LANDAU, Sofrecom, Résumé Cet article analyse les transformations que subit le business model des productions culturelles à travers l exemple de l audiovisuel, sous la poussée des innovations technologiques qui caractérisent le début du 21 siècle (numérisation, dématérialisation et émergence du «tout IP»). Il montre en particulier comment on est passé d une «économie de la représentation» contrôlée par des professionnels et dans laquelle le contenu était la source première de la valeur, à une «économie de la relation» caractérisée par une grande variété de services offerts à l utilisateur dans une logique d interaction permanente, économie dans laquelle la capture de métadonnées comportementales est désormais au centre de la création de valeur. Introduction Ce papier a pour objet de montrer les profondes transformations que subissent les activités de production et de diffusion de produits culturels, à travers l exemple des productions audiovisuelles. Il se propose de montrer comment la culture et ses produits perdent leur autonomie, s insèrent de plus en plus dans l économie ordinaire et participent à un processus de marchandisation généralisée de tous nos comportements. Le raisonnement sera construit au prisme de l analyse de la chaîne de valeur de l audiovisuel et sera effectué en deux temps. Les médias et les industries culturelles ont toujours créé du lien social. Mais, avec l organisation héritée de la révolution industrielle, les activités créatrices ont été exercées par des professionnels et le lien social qu elles engendraient est resté en dehors de leur sphère d intervention directe. La chaîne de valeur, même si elle s est complexifiée et enrichie avec le temps et l apparition de nouveaux vecteurs de diffusion, n a pas changé de nature (section 1). L avènement de l Internet, à la fois média de diffusion et média de mise en relation interpersonnelle, change radicalement la donne. La gestion du lien social et l interaction avec les consommateurs sont désormais partie prenante des activités créatrices, celles-ci noyées au milieu d activités de toute nature qui font notre quotidien. Nous verrons en particulier que dans le modèle qui se met en place, le modèle conversationnel, le contenu culturel perd de sa valeur et n est que le catalyseur de comportements (de conversations) ou d actes d achat qui sont au cœur des nouveaux modèles d affaires (section 2). 2

4 1- Du cinéma à la télévision numérique : évolution de la chaîne de valeur Le cinéma en salles L audiovisuel a commencé à se structurer dans les pays développés avec l apparition des premières salles de cinéma en France en Le basculement du pouvoir de marché au profit d Hollywood et des Etats-Unis dans les années 20, s il a permis à l activité d avoir une dimension quasi-industrielle, n a pas modifié la structure de sa chaîne de valeur organisée autour des fonctions suivantes : Création : écriture du scénario, conception du film Production : Assemblage des ressources nécessaire à la fabrication du film (artistiques financières, techniques, administratives.). Edition : tirage des copies, positionnement marketing et communication. Distribution : mise à disposition des copies auprès des exploitants (dans l industrie cinématographique, le distributeur a assuré historiquement les fonctions d édition). Programmation : organisation et orchestration de la sortie des films en salles. Exploitation : projection du film en salle et recueil des recettes de billetterie. La multiplication des vecteurs de diffusion et de sources de programmes Contrairement aux autres industries culturelles (livre, musique enregistrée), la production cinématographique a su au cours de la seconde moitié du 20 siècle diversifier ses sources de revenu et les circuits de valorisation de ses produits : télévision généraliste dans les années 50, télévision payante dans les années 70 (aux USA), vidéo domestique dans les années 80, vidéo à la demande à la fin du siècle. Au début du 21 siècle, l audiovisuel qui ne se résume plus à la seule diffusion d images cinématographiques, est devenu le premier marché de la communication dans le monde. La multiplication des vecteurs d exploitation de l image animée s est accompagnée de règles (pratiques contractuelles ou réglementation) pour éviter le risque de cannibalisation des marchés 1. La structure de la chaîne de valeur, telle qu elle s est construite à l origine n en a pas été pour autant affectée et est restée construite sur le même principe et la même articulation, avec quelques particularités (voir graphique page suivante) : 1 Tout ce qui tourne autour de la chronologie des médias 3

5 la télévision sous toutes ses formes exige un niveau complémentaire qui est celui de l agrégation (construction d une grille de programmes à partir d éléments achetés aux détenteurs de droits) 2 Le film de cinéma diffusé en salle garde sa spécificité (flux en bas du graphe). Le segment de la vidéo (cassettes et DVD) emprunte une chaîne de valeur qui est celle des industries culturelles telles que le livre ou la musique enregistrée (production édition grossiste commerce de détail). Le business reste malgré tout dans la logique qui est celle des médias du XX siècle, une économie de la représentation contrôlée par des professionnels, dans laquelle : C est l éditeur qui décide de ce qui doit être publié ou non Ce qui est mis sur le marché est protégé par le droit d auteur. Comme tout média, le cinéma crée du lien social (la sortie au cinéma est souvent une sortie de groupe, on discute avec ses proches des films que l on a vus ou que l on a envie de voir ). Mais, et ceci est propre à tous les médias du 20 siècle, le public, s il peut commenter, critiquer dans sa sphère privée ce qui lui est montré, reste dans un rôle de consommateur, sans grande possibilité d interagir avec ce qui est produit. Source : Sofrecom/Orange 2 L apparition de bouquets de chaînes (câble, satellite, ADSL) nécessite un second niveau d agrégation dont l élément de base n est plus le programme mais la chaîne voir graphique ci dessus 4

6 Comme le précise le sociologue Dominique CARDON : «Le découpage [entre espace privé et espace public] est au fondement d une économie de la représentation qui place d un côté l espace des interactions entre les individus de l autre les univers de plus en plus professionnalisés et clos sur euxmêmes de la politique, de l information et des industries culturelles» 3 2- Internet et nomadisme : le changement de business model Cette économie de la représentation est aujourd hui impactée de plein fouet par les révolutions technologiques qui s accélèrent et dont la clef de voûte tient en deux propositions : numérisation et connexion généralisée (le tout IP) Logique de l accès et banalisation de l audiovisuel Plusieurs phénomènes apparus depuis une vingtaine d années organisent autant de fractures dans l organisation et la dynamique générale de l ensemble : La numérisation et la séparation des contenus de leur support (logique d accès au réseau) qui rendent ces contenus «non exclusifs» et «non rivaux», donc surabondants et dont la valeur économique unitaire est fortement dévaluée La logique de l accès a une autre conséquence : elle supprime toutes les contraintes liées à la localisation des consommations et des usages qui vont avec 4 L intrusion de l audiovisuel dans des sphères professionnelles qui lui étaient jusque là étrangères (tout ce qui tourne autour de ce que l on peut appeler l audiovisuel utilitaire : tourisme, immobilier, commerce.) La démocratisation des outils de production audiovisuelle (appareils de photo ou caméras numériques, logiciels de montage ) : autrefois réservés aux professionnels à cause de leur coût et de leur complexité, ces outils sont désormais accessibles au grand public L obsolescence des technologies propriétaires, progressivement remplacées par des logiciels interopérables et des réseaux IP : convergence des univers métiers (mashup), complémentarité des réseaux diffusés/distribués, La perméabilité de plus en plus forte (l abolition?) des frontières entre monde professionnel et sphère privée Une des conséquences importante de ces transformations est le développement de «programmes» audiovisuels autoproduits qui vont côtoyer dans un même espace (ou sur un même terminal) les contenus proposés par les professionnels, que ceux-ci proviennent du monde des médias «classiques» ou d autres sphères professionnelles. 3 D. Cardon la Démocratie Internet La République des Idées, Le Seuil 2010, page 10 4 Historiquement, tous les médias, y compris la télévision, ont adressé une communauté géographiquement limitée. Lorsque les programmes sont accessibles en ligne de n importe quel point du globe et sans contrainte temporelle, celle particularité disparaît 5

7 Télé-achat T-commerce Pub audiovisuelle interactive, etc. Tourisme Petit commerce Agences immobilières, etc. Audiovisuel utilitaire Audiovisuel Medias Vente et location en ligne de contenus («streamés») Sell-through Side loading Chaînes TV, etc. Contenus acquis Contenus familiaux produits Asset management personnel, etc. Transactions autour de l AV utilitaire Partage Live utilitaire, etc. Sphère personnelle Audiovisuel communautaire Partage de contenus Playlistes Émission de Live Visio autour d un contenu UGM, etc. Partage de contenus personnels Utilisation AV dans sa vie sociale AV de communication perso, etc. Source : Sofrecom/orange L autre conséquence est la nécessaire et croissante articulation des activités marchandes (qu elles soient médiatiques ou non) avec l univers des réseaux sociaux, comme en témoigne, dans le domaine qui nous intéresse le développement de la «social TV» (communauté rassemblant sur Facebook les «fans» d une série TV, pour ne prendre qu un exemple). Ces transformations sont en train dans un premier temps d enrichir la chaîne de valeur de l audiovisuel en y incluant une composante «sociale» considérée comme un «plus», demandé par l utilisateur et intégrée dans les logiques d offre ; cependant, la source de valeur et la motivation de la consommation reste le programme lui-même dont le processus productif, même s il est impacté par des formes intrusives (les commentaires, l UGC venant des internautes), garde une chronologie classique et un caractère professionnel très marqué (économie de la représentation voir schéma cidessous). 6

8 Production Edition Aggregation nr 1 Temporal Aggregation Aggregation nr 2 Bouquet UGC Aggregation nr 3 UGM / communication Distribution Terminal Producers (Flow porg.) Distributors VoD editors TV Channel (Web/ Internet) Web Video Hub On Demand Services Share Platform IM, chat rooms, virtual room Internet (+Web) Telco TV PC Tablette Digital picture CadrePhoto frame MPTV Social Network Sites (Facebook ) Technical operator DVB-H Broadcast PMP Smartphone Producers (Stock prog.) Salers TV Channel Bouquet E-commerce Interactivity (clickable videos, betting, gambling, etc) Advertisers 3G CableTV Satellite Gameconsoles SCREEN Consoledejeu Mobilegame portable console TELCO STB CableSTB STB SatelliteSTB DTT DTT STB Analogueterrestrial Advertisers Chaîne de valeur audiovisuel + social TV (source : Sofrecom/Orange) Nomadisme, plates-formes et «open innovation» : le modèle conversationnel La rupture avec ce schéma est cependant en marche : le facteur de basculement réside dans la multiplication des appareils nomades multifonction (smartphones, tablettes ) qui donnent accès à des programmes audiovisuels de toute nature, à côté d innombrables applications, et dont l écosystème est bien différent de celui des médias traditionnels 5. Celui-ci fonctionne sur la logique des marchés à deux versants et prend appui sur des mécanismes «d open innovation» fondés sur l ouverture des API (Application Programming Interface). An application programming interface (API) is an interface implemented by a software program which enables it to interact with other software. It facilitates interaction between different software programs similar to the way the user interface facilitates interaction between humans and computers. Open API is a word used to describe sets of technologies that enable websites to interact with each other by using SOAP, Javascript and other web technologies. While its possibilities aren't limited to web-based applications, it's becoming an increasing trend in so-called Web 2.0 applications. Source Wikipedia 5 Les applications vidéo de toute nature sont à l origine de la croissance exponentielle du trafic prévu dans les prochaines années (voir encadré page 8) 7

9 Dans ce nouvel univers, la surabondance des contenus dont la valeur unitaire tend vers zéro, la généralisation de la logique de l accès, et le caractère hautement dynamique et interactif du processus de consommation (le medium n est plus «le message» mais «la relation» qu il permet de nouer et d auto entretenir) fait des contenus audiovisuels proposés une commodité gratuite (ou payée forfaitairement), augmentant l attractivité d une offre multiforme caractérisée par la coexistence d une très grande variété d applications (modèle conversationnel ou économie de la relation). Dans ce modèle, mon profil, l expression de mes préférences et les traces que je laisse sur le web (les sites que je visite, les achats que j effectue), toutes les métadonnées récupérées par les innombrables cookies qui y foisonnent, ont plus de valeur que les programmes à l origine de ces comportements Telco 2.0 value chain applied to the media Flow prog. Producers Stock prog. Producers Developers Retailers Government Advertisers Utilities Temporal aggregation (TV Channels) Financial services Etc. Editeurs (studios) Bouquets aggregation APIs B2B Platform Services Identity, Authentification & security Advertising, Marketing & biz intelligence E-commerce sales Order Fulfilment Offline Order fulfilment Online (E-content) Billing & Payments Customer Care Etc. Distribution hertzienne Enablers APIs Capabilities Processes Device Hard OS Network Servers Customer & Network Data Personal Devices Identifiers Context Content Interactions Relationships Financial Etc. Core Products (for distribution Platform) Voice & Messaging Data Broadband Access Customers 1 ORContent Distribution Strategic Vision on audiovisual content consumption by 2012/15 ; 31/08/09 confidentiel GroupeFranceTélécom e de valeur telco 2.0 (Source : Sofrecom/Orange) Chaîn Dès lors, l articulation de la chaîne et son centre de gravité changent complètement de nature. Les programmes audiovisuels sont devenus des applications disponibles parmi beaucoup d autres, l essentiel de la valeur se situant dans les relations B2B permises par l ouverture des APIs à des prestataires ou des développeurs externes et dans la maîtrise de l «operating system» qui structure et anime le dispositif d ensemble. Le traçage des comportements et des consommations, la métrique qui l accompagne et tous les outils nécessaires au bon fonctionnement de la place de marché (moteur de recherche, système d identification, système de paiement, outils de CRM au sens large) seront désormais les ressources stratégiques qu il conviendra de maîtriser. 8

10 The proliferation of smartphones, tablets and other devices makes it easy for end-users to wirelessly connect to the social and entertainment applications and business productivity tools A perfect storm is underway in mobile networking. Increased spectrum, new devices, thousands of applications and on-demand video content are all driving explosive growth in mobile data, taxing backhaul networks, packet core gateways, and adding more complexity to the customer experience. (Source : Alactel Lucent) Conclusion Dans son livre L art à l état gazeux, Yves Michaud révélait ce paradoxe : «moins il y a d art, plus l artistique se répand et colore tout, passant pour ainsi dire à l état de gaz ou de vapeur et recouvrant toute chose comme d une buée» 6. Dans le modèle qui se profile pour les médias audiovisuels, l art est nécessaire mais disparaît derrière une mise en marché généralisée non seulement d objets (matériels ou immatériels) mais aussi d expériences et de comportements. La révolution est en marche d où viendra la contre-révolution? 6 Y. Michaud L Art à l état gazeux Hachette littérature, 2003, page 9 9

11 BIBLIOGRAPHIE ANDERSON C. [2006], The Long Tail, Random House, London BOUNIE D., BOURREAU M. [2008], Les marchés à 2 versants dans les médias», dans : GREFFE X. et SONNAC N. [2008], CultureWeb, p BUSSON A. [2010] : Quel paysage média en 2020? Etude réalisée pour l UDECAM Le Figaro Economie BUSSON A. & EVRARD Y. [2009]- Web 2.0 : a new old media or a truly new media? Proceedings of 10th AIMAC Conference Dallas (USA) BUSSON A. & LANDAU O. [2011] Les nouveaux modèles d affaire d exploitation des contenus Symposium THD, Maison des Sciences de l Homme Université Paris Nord CARDON D. [2010]. La démocratie Internet La République des Idées CHANTEPIE P., LE DIBERDER A. [2006], Révolution numérique et industries culturelles, La Découverte, coll. Repères, Paris. CRETON Laurent [2008], Economie du cinéma et de l audiovisuel Armand Colin GERSHON R. [2009] Disruptive Technology and the Challenges of Business Reinvention. In A. Albarran, P. Faustino and R. Santos (Eds.), The Media as a Driver of the Information Society. (pp ). Lisbon, Portugal: Media XXI / Formal press. GREFFE X. [ed] [2006], Création et diversité au miroir des industries culturelles, La Documentation française, Paris. GREFFE X., SONNAC N. (eds.), [2008], CultureWeb, Dalloz, Paris. HAGIU A. [2007] : Merchant or Two-Sided Platform? Review of Network Economics Vol.6, Issue 2 June 2007 HAGIU A. [2007] : Proprietary vs. Open Two-Sided Platforms and Social Efficiency. Harvard Business School Strategy Unit Working Paper No (May 2006) IYENGAR S. & LEPPER M. [2000] : When Choice is Demotivating: Can One Desire Too Much of a Good Thing? - Journal of Personality and Social Psychology JENKINS H. [2006], Convergence Culture, New York University Press MICHAUD Yves [2003], L Art à l état gazeux Hachette littératures MISSIKA J-L [2006], La Fin de la Télévision, Seuil PIOTET D. et PISANI F. 2008], Comment le web change le monde, Pearson Education, RIFKIN Jeremy [2000], L âge de l Accès, La Découverte ROCHET J., TIROLE J. [2005], «Two-sided Markets : A Progress Report», Institut d Economie Industrielle de Toulouse : IDEI Working Paper, 275. VOGEL H. L. [1994], Entertainment Industry Economics, Cambridge University Press, (5e éd.), Cambridge. 10

12 LE RAPPORT REEL/VIRTUEL DANS LE CONTEXTE DES MUSEES Yves Evrard (Professeur Emérite de Marketing, HEC-Paris) Florence Caro (Chef adjointe du Service Etudes et Recherche, Musée du Louvre) Résumé L articulation du territoire «réel» du musée avec son territoire «virtuel», incarné en grande partie par son site Internet, devient une question de première importance pour le développement des musées. Cette communication présente un cadre conceptuel et des résultats extraits d une recherche plus vaste entreprise par le Musée du Louvre et visant à analyser les rapports de complémentarité et/ou de substitution qui peuvent exister entre la visite physique du musée et la visite de son site Internet. Une méthodologie à la fois qualitative et quantitative a été conduite.les résultats présentés ici portent d une part sur les relations entre visites physiques et virtuelles, d autre part sur la construction d une échelle multi-items sur les orientations des visiteurs à l égard des univers réel et virtuel; cette échelle sera ultérieurement mise en relation avec les pratiques et représentations muséales ; on analysera également les déterminants individuels de ses variations. Introduction La mutation technologique induite par la numérisation et le développement d Internet a des conséquences profondes pour l ensemble des secteurs artistiques et culturels. Les nouvelles modalités de reproduction et d accès en bouleversent les fonctionnements et les chaînes de valeur. 11

13 Dans le cas des musées d art, le site Internet propose à ses visiteurs, au-delà des fonctions pratiques (informations sur les horaires, les prix, ) un espace virtuel qui, à la fois, semble exister indépendamment de ses collections originales (offrant une visite qui peut se suffire à elle-même), mais aussi qui reflète celles-ci quasiment en miroir (reproductions d œuvres illustrant les pages du site, bases de données d œuvres, œuvres à la loupe, voire en 3D, parcours de visite à télécharger, visites virtuelles dans les salles, ). Il devient stratégique, pour le musée d art, d explorer la question de l articulation du territoire «réel» du musée, de ses collections, de son lieu, avec son territoire «virtuel», via son site Internet. L objet de cette communication (dont une version étendue sera présentée lors de la 11th Conference on Arts and Cultural Management, AIMAC 2011, qui aura lieu à Anvers du 3 au 6 juillet) est de présenter le cadre conceptuel et méthodologique, ainsi que quelques résultats, d une recherche réalisée par le musée du Louvre dans le contexte plus large de la refonte de son site Internet. L objectif principal de cette recherche est d analyser et de mieux comprendre les rapports de complémentarité et/ou de substitution qui peuvent exister entre la visite physique du musée et sa visite virtuelle (le nombre de visites virtuelles a déjà, dans le cas du musée du Louvre, dépassé celui des visites physiques, ainsi que le montrent les résultats respectifs de fréquentation du musée et du site Internet pour l année 2010 : 10,7 millions de visites pour et 8,5 millions de visites pour le musée du Louvre). Dans cette communication, nous nous intéresserons principalement aux relations réel/virtuel, d une part sous l angle des comportements (visites), d autre part sous celui des représentations (construction d une échelle «réel / virtuel» visant à mesurer les orientations des visiteurs concernant ces deux univers). Après avoir présenté le cadre conceptuel de cette communication, puis la méthodologie de l ensemble du projet, nous exposerons les premiers résultats obtenus sur les deux thèmes traités : le cumul des visites; la construction de l échelle qui sera ultérieurement utilisée comme facteur explicatif des attitudes et comportements à l égard du musée et de ses activités. Cadre conceptuel Le cadre conceptuel abordera successivement la question de l authenticité, puis la relation substitution / complémentarité dans le cas des musées et se conclura par une brève présentation du schéma général de la recherche dont cette communication est issue. 1) La question de l authenticité La notion d authenticité occupe, au moins en Occident, une place centrale dans le rapport à l art. Cette question peut être abordée sous trois angles historiquement successifs : 12

14 - à l âge classique, la naissance de l auteur et des droits associés à sa signature a conduit à l aborder sous l angle de la copie; on sait à cet égard l impact de l authentification sur la valeur économique d une œuvre; - à l âge moderne, la naissance des techniques de reproduction et le développement consécutif des industries culturelles ont conduit à s interroger sur les différences ontologiques entre une œuvre et sa reproduction ; on peut citer en particulier les analyses de Walter Benjamin sur la déperdition de l «aura» de l œuvre d art 7 ; - l époque contemporaine est marquée, comme indiqué précédemment, par le développement vertigineux d Internet et la révolution induite dans les possibilités d accès aux œuvres; il ne s agit pas d une simple extension de la reproduction mais de nouvelles modalités de visite (on peut bouger autour de l œuvre, et sans doute très prochainement la voir en 3D; des liens permettent aussi d accéder simultanément à des informations textuelles ou visuelles sur l œuvre et sa contextualisation) 8. Cette mutation conduit à renouveler la réflexion sur l authenticité. D une part, la perfection technologique de la reproduction (cf. par exemple le Google Art Project) pourrait enrichir la conservation des œuvres. D autre part, certains auteurs (par exemple récemment Jean Clair) estiment que l aura benjaminienne ne fait que refléter «l hystérisation romantique du statut de l artiste», elle ne serait que la «présence de son fantôme» : prenant l exemple des Noces de Cana, il se demande ainsi si une reproduction située dans le contexte de son lieu de création n est pas plus authentique que l original transporté dans un musée. D autres (par exemple Daniel Bougnoux) jugent que la hiérarchie entre l original et la copie est aujourd hui remise en cause; la copie peut, dans un processus d apprentissage, préparer l expérience esthétique et susciter le «désir de l aura». 2) La substitution / complémentarité L analyse de la substitution / complémentarité entre le musée et son site Internet va s appuyer sur une segmentation des publics obtenue par le croisement entre visiteurs du musée («in situ») et visiteurs du site («en ligne»). Ceci conduit à définir, hormis le non-public (exclus de cette recherche), trois catégories de visiteurs (cf. tableau 1) : - les visiteurs "complets" qui effectuent les deux types de visites, pour lesquels il s'agira de mieux comprendre la nature du lien entre visites physiques et visites virtuelles ; par exemple, s'agit-il de préparer une visite, la prolonger, se remémorer une visite antérieure, etc. ; 7 L aura d une œuvre est son autorité naturelle, son caractère sacré, qui s exerce par sa seule présence. Par un certain mystère, l œuvre apparaît à la fois comme spatialement proche et lointaine, unique, renvoyant à d autres choses qu à elle-même. Puisque reproduite, l œuvre d art devient désincarnée, déclinée dans d infinis sous-modèles, elle perd son aura propre et, par là même, son autonomie originelle. 8 L exposition «Révélations : une odyssée numérique dans la peinture», organisée récemment au Petit Palais de Paris, constitue une illustration extrême de ces nouvelles modalités d accès : il s agit en effet d une exposition, dans un lieu physique, de la captation offrant différentes approches exploratoires, d œuvres présentées sur des écrans plats. La visite physique d œuvres virtuelles peut aussi être organisée pour préserver l œuvre «authentique» des dégradations que pourraient lui faire subir les visiteurs (cf. les grottes de Lascaux) 13

15 - les "exclusifs physiques" ; - les "exclusifs virtuels". Les "non-publics" ne sont pas inclus dans le champ de cette recherche. Visite physique oui non Visite virtuelle oui "complets" "exclusifs virtuels" non "exclusifs physiques" (non-publics) Tableau.1. Catégories de visiteurs Ces 3 catégories seront utilisées comme variable de segmentation pour l analyse de l ensemble des résultats de la recherche. 3) Le schéma général : L exposé de l ensemble des interrogations auxquelles cette recherche cherche à répondre dépasse évidemment le cadre de cette communication. Parmi les multiples pistes ouvertes par le projet, les plus pertinentes pour cet article sont l exploration des relations entre réel et virtuel et en particulier trois thématiques essentielles : - Le croisement des pratiques muséales, réelles et virtuelles, 14

16 - L appréhension des différentes dimensions de l expérience et de la création de valeur sous-tendues par ces pratiques (apprentissages, création de nouvelles pratiques, notamment collaboratives, etc.), - Dans un registre plus symbolique, la compréhension des représentations qu ont les individus des œuvres d art dans les deux types de visites et leurs bénéfices respectifs. A un niveau plus général, la recherche vise à analyser les interrelations entre trois catégories principales de variables : - Les caractéristiques des visiteurs incluant les usuels critères sociodémographiques, mais aussi le rapport à l art ainsi que l orientation réel / virtuel qui sera présentée par la suite, - Les pratiques Internet : fréquence d utilisation, usages généraux et dans le contexte des sorties culturelles, - La relation au Louvre : préparation et motivations de la visite, éléments d image, Méthodologie La recherche, actuellement encore en cours d analyse, a procédé, de façon classique, en deux volets. Une première phase, qualitative, a été réalisée en 2010, avec l objectif d explorer les usages Internet de visiteurs de musées d art, en relation avec leurs pratiques de loisirs et de comprendre comment ces usages affectent le rapport à l œuvre, originale et reproduite. Les liens avec la visite «physique» de musées d art ont aussi été investigués entretiens semi-directifs ont été réalisés, à domicile et sur place au musée, auprès de Franciliens, de régionaux et de visiteurs étrangers ; - Une réunion de groupe a été menée avec 8 Franciliens. La seconde phase, quantitative, a consisté en l administration d un questionnaire selon deux modes de recueil différents : - «in situ», en face-à-face par des enquêteurs, à la sortie des collections du musée du Louvre, auprès de 537 répondants (moitié Français et moitié Etrangers), en trois langues, - «en ligne», auprès de 5495 Internautes de à leur déconnexion du site, dans les mêmes langues. 15

17 Dans la mesure du possible, on a privilégié une formulation identique pour les questions communes aux deux questionnaires, néanmoins chacun conserve une partie spécifique. Une autre direction de recherche porte sur les interactions entre Internet et consommations culturelles; elle ne sera pas abordée ici. Résultats 1) les liens entre visites physiques et virtuelles Une enquête préliminaire a livré de premiers résultats sur la répartition entre ces catégories (cf. tableau 2). Elle a été obtenue à partir d un échantillon représentatif de la population française âgée de 15 ans et plus (1000 individus, méthode des quotas, vague omnibus téléphonique, octobre 2009). Il faut noter qu il ne s agit que d une partie du public du Louvre (composé à 30% de visiteurs français et à 70% de visiteurs étrangers); la recherche principale porte sur l ensemble du public. Visite physique (au cours des 24 derniers mois) oui non Visite virtuelle oui 4,6% 4,9% (au cours des 24 derniers mois) non 9,6% (80,9%) 16

18 Tableau.2. Répartition de la population française dans les catégories proposées Les visiteurs «complets» (ayant visité à la fois le musée et son site Internet) représentent donc environ 1/3 des visiteurs français du musée du Louvre et près de la moitié des visiteurs du site. Cette dissymétrie peut être interprétée comme traduisant une complémentarité plus forte du site par rapport au musée que l inverse; des analyses ultérieures permettront de mieux cerner la temporalité de cette relation. Les résultats de l enquête ont enrichi cette analyse en incluant notamment les différences entre visiteurs français et étrangers (cf tableau 3). Dans ce tableau figurent les pourcentages des catégories de visiteurs dans chacun des 2 échantillons (par construction, il ne peut y avoir d «exclusifs virtuels» dans l enquête in situ, ni d «exclusifs physiques» dans l enquête on line); les chiffres entre parenthèses correspondent respectivement aux répondants français et étrangers. On observe que la moitié des répondants interrogés au musée ont également visité le site, avec des proportions variant relativement faiblement entre français et étrangers. Par contre, la grande majorité des répondants on line ont également effectué une visite physique du musée; le pourcentage étant encore plus élevé pour les français pour des raisons évidentes de proximité physique. Ces résultats proviennent en partie d un effet d auto sélection des répondants (on a une plus grande propension à répondre à un questionnaire sur le Louvre si on l a déjà visité), mais confirme aussi la dissymétrie entre les deux types de visites : on se connecte plus volontiers si on est déjà venu, alors qu il n est pas nécessaire de se connecter avant ou après une visite physique; ces aspects seront approfondis dans la suite de la recherche. Enquête In situ (n = 537) On line (n = 5495) Exclusifs Physiques 49.3 (44.5 / 54.7) _ Complets 50.7 (55.5 / 45.3) 70.8 (85.9 / 59.8) 17

19 Exclusifs 29.2 _ Virtuels (14.1 / 40.2) Tableau 3. Répartition des catégories de visiteurs dans les 2 enquêtes 2) L orientation «Réel / Virtuel» Une section du questionnaire a porté sur le développement d une échelle multi-items sur les relations réel / virtuel. L analyse concerne la structure de cette échelle ainsi que les déterminants individuels de ses variations. Le développement de cette échelle a suivi les procédures usuelles : génération d items, analyse de la dimensionnalité par analyse factorielle, certification de la fiabilité par l alpha de Cronbach. Il faut ce pendant signaler que l étape confirmatoire par équations structurelles n a pas été effectuée, remplacée par une validation croisée entre les deux échantillons. La génération d items a conduit, à partir du corpus recueilli dans la phase qualitative, à sélectionner 14 items (dont la formulation en deux des langues utilisées dans l enquête figure en annexe). Plusieurs analyses factorielles ont été réalisées pour tester la dimensionnalité de l échelle. Ces analyses ont conduit à retenir une structure en 3 dimensions rassemblant 13 des 14 items initiaux (seul l item 8, essentiellement cognitif, ne trouve pas sa place dans la structure). Les regroupements d items constituant les 3 dimensions sont identiques pour les 2 échantillons (in situ et en ligne), ce qui renforce la présomption de robustesse de l échelle. Les alphas peuvent également être considérés comme satisfaisants pour un premier test d une échelle nouvelle (cf. tableau 4). La signification de ces 3 dimensions (à partir de la formulation des items respectifs qui les constituent) peut être exprimée comme suit : - La première, qui comprend 6 items (1, 2, 4, 9, 10, 14), traduit la substituabilité entre les deux univers : «Internet, c est (au moins?) aussi bien», - La deuxième, composée de 4 items (3, 6, 12, 13) correspond au contraire au caractère irremplaçable de l expérience directe, elle traduit l «authenticité», conformément à la vision traditionnelle de l œuvre originale, 18

20 - Enfin la troisième (3 items : 5, 7, 11) marque la supériorité d Internet liée à la maîtrise, l autonomie et l ubiquité de l utilisateur. In situ On line Dimension Dimension Dimension Tableau 4. Valeurs de l alpha de Cronbach pour les 3 dimensions et pour chaque mode de recueil Conclusion L état actuel d avancement de la recherche ne permet évidemment pas encore d en tirer des conclusions générales et opérationnelles. Il s agit davantage d un «ongoing research report». A ce stade, l apport empirique principal de la communication réside dans la segmentation des visiteurs selon l exclusivité ou le cumul des modalités de visite, ainsi que dans la proposition d une échelle pouvant être répliquée dans des recherches ultérieures. La prochaine phase d analyse (en cours) consiste à examiner les liens entre les 3 dimensions identifiées et les caractéristiques individuelles des visiteurs. 19

Les nouveaux modèles d affaires d exploitation des contenus

Les nouveaux modèles d affaires d exploitation des contenus Les nouveaux modèles d affaires d exploitation des contenus Symposium THD -29 avril 2011 busson@hec.fr olivier.landau@sofrecom.com 15/06/2011 1 Des chiffres impressionnants 2010 a été l année de la démocratisation

Plus en détail

La transformation de la chaine de valeur de l audiovisuel Médias 011 : Y a-t-il une Richesse des Réseaux?

La transformation de la chaine de valeur de l audiovisuel Médias 011 : Y a-t-il une Richesse des Réseaux? La transformation de la chaine de valeur de l audiovisuel Médias 011 : Y a-t-il une Richesse des Réseaux? Alain BUSSON, Professeur affilié HEC Paris busson@hec.fr Olivier LANDAU Directeur Délégué à la

Plus en détail

Enquête sur l innovation. wallonnes

Enquête sur l innovation. wallonnes Enquête sur l innovation chez les TPE/PME wallonnes 7 TPE/PME wallonnes sur 10 innovent Lorsqu elles innovent et qu elles se font aider pour cela, elles enregistrent une croissance de 27,5% de leurs marges

Plus en détail

Economie de l information

Economie de l information Economie de l information Alain BUSSON busson@hec.fr 26/11/2012 CAP DIGITAL - Think Tank Transmedia 1 CONCEPTS CLEFS 26/11/2012 CAP DIGITAL - Think Tank Transmedia 2 Définition et propriétés Tout ce qui

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

Les stratégies de rupture

Les stratégies de rupture DOSSIER Les stratégies de rupture sous la direction de Laurence Lehmann-Ortega Pierre Roy DOSSIER LAURENCE LEHMANN-ORTEGA HEC Paris PIERRE ROY Université Montpellier 1, ISEM Introduction Une nouvelle

Plus en détail

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP)

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) CDCPP (2012) 9 le 20 mars 2012 lère Session Plénière Strasbourg, 14-16 mai 2012 CONVENTION EUROPEENNE DU PAYSAGE 10e Réunion du Conseil

Plus en détail

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique Notions générales INTRODUCTION L assurance fait partie de notre quotidien. Technique de protection contre les aléas de la vie (incendie, vol, dégât des eaux...) elle répond à un besoin viscéral de sécurité.

Plus en détail

Rapport de Post- Campagne 1

Rapport de Post- Campagne 1 Rapport de Post- Campagne 1 Résumé - La campagne Adwords que nous avons mené pour Galerie Photo-Originale a duré 21 jours (5.05-26.05) et nous a coûté $250,18. L objectif principal est en premier de stimuler

Plus en détail

L Ina, avec le Mondial de l Automobile, lance une nouvelle opération Ina Mémoires partagées

L Ina, avec le Mondial de l Automobile, lance une nouvelle opération Ina Mémoires partagées L Ina, avec le Mondial de l Automobile, lance une nouvelle opération Ina Mémoires partagées L Institut national de l audiovisuel (INA) lance l opération Ina Mémoires partagées Automobile. Cet appel à contribution

Plus en détail

EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS

EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS Concours concernés : - Concours externe de recrutement de professeurs des écoles - Concours externe spécial de recrutement de professeurs des écoles -

Plus en détail

Baromètre des Usages Multiécrans. Descriptif et conditions budgétaires

Baromètre des Usages Multiécrans. Descriptif et conditions budgétaires Baromètre des Usages Multiécrans Descriptif et conditions budgétaires Octobre 2014 Contexte A travers ces baromètres semestriels, iligo a l ambition d analyser la perception, les usages mais surtout l

Plus en détail

Les modèles d affaires : cœur des stratégies dans les industries de contenu

Les modèles d affaires : cœur des stratégies dans les industries de contenu LES MODÈLES ÉCONOMIQUES DU LIVRE ET LE NUMÉRIQUE 15 JUIN 2010 Les modèles d affaires : cœur des stratégies dans les industries de contenu P-J. Benghozi (Ecole polytechnique CNRS) Pierre-Jean.Benghozi@polytechnique.edu

Plus en détail

Prise en charge de te le phones mobiles, smartphones, tablettes et autres appareils mobiles par la DIT

Prise en charge de te le phones mobiles, smartphones, tablettes et autres appareils mobiles par la DIT Prise en charge de te le phones mobiles, smartphones, tablettes et autres appareils mobiles par la DIT Directive 053 1 Introduction La direction des services IT de l Université (DIT) a traditionnellement

Plus en détail

LES SOUTIENS À LA PRODUCTION CINÉMATOGRAPHIQUE ET AUDIOVISUELLE Des changements nécessaires

LES SOUTIENS À LA PRODUCTION CINÉMATOGRAPHIQUE ET AUDIOVISUELLE Des changements nécessaires 1 Cour des comptes - Rappel du titre de avril la présentation 1, 2014 LES SOUTIENS À LA PRODUCTION CINÉMATOGRAPHIQUE ET AUDIOVISUELLE Des changements nécessaires Rapport public thématique Avril 2014 Cour

Plus en détail

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir?

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? étude Bird & Bird et Buy.O Group Empower your Business Relationships Edito Globalisation, démocratisation de

Plus en détail

EN TEMPS DE CRISE. Quelle place pour la culture en temps de crise? Lorsqu ils sont confrontés à des difficultés économiques,

EN TEMPS DE CRISE. Quelle place pour la culture en temps de crise? Lorsqu ils sont confrontés à des difficultés économiques, LES EUROPEENS ET LA CULTURE EN TEMPS DE CRISE Quelle place pour la culture en temps de crise? Lorsqu ils sont confrontés à des difficultés économiques, les Européens ont-ils le temps, l argent, voire tout

Plus en détail

EN RÉSUMÉ. Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées

EN RÉSUMÉ. Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées Ottawa, le 7 janvier 2014 MÉMORANDUM D13-3-13 EN RÉSUMÉ Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées Les modifications supplémentaires liées à la

Plus en détail

Multimédia et intermittents du spectacle Etude portant sur les codes NAF des sociétés de l industrie du jeu vidéo et du multimédia

Multimédia et intermittents du spectacle Etude portant sur les codes NAF des sociétés de l industrie du jeu vidéo et du multimédia Etude portant sur les codes NAF des sociétés de l industrie du jeu vidéo et du multimédia 2003 Agence Française pour le Jeu Vidéo afjv.com Reproduction autorisée avec mention «Source : Agence Française

Plus en détail

M W Q O c t o b r e 2 0 1 0

M W Q O c t o b r e 2 0 1 0 Certification ISO 9001 Enquête «entrants» et «sortants» M W Q O c t o b r e 2 0 1 0 MWQ/MESURER/Enquêtes sur la certification/2010/iso 9001 1 1. Introduction Le document «Baromètre Qualité Bilan 2008»

Plus en détail

SAP Learning Hub, édition User Adoption Accès dans le cloud à tout moment à des formations pour utilisateurs finaux

SAP Learning Hub, édition User Adoption Accès dans le cloud à tout moment à des formations pour utilisateurs finaux Foire aux questions SAP Learning Hub, édition User Adoption SAP Learning Hub, édition User Adoption Accès dans le cloud à tout moment à des formations pour utilisateurs finaux SAP Learning Hub est une

Plus en détail

Formation «Valorisation de marque culturelle : diffusion de l image et centre de profit» Paris, 20 & 21 octobre 2015

Formation «Valorisation de marque culturelle : diffusion de l image et centre de profit» Paris, 20 & 21 octobre 2015 Formation «Valorisation de marque culturelle : diffusion de l image et centre de profit» Paris, 20 & 21 octobre 2015 Présentation générale de la formation «Les richesses de l immatériel sont les clés de

Plus en détail

POLITIQUE D ACQUISITION ET

POLITIQUE D ACQUISITION ET POLITIQUE D ACQUISITION ET DE GESTION D OEUVRES D ART VILLE DE LÉVIS RÉSOLUTION CV-2010-13-14 Le préambule Le 9 février 2004, le conseil de la Ville adoptait la nouvelle Politique culturelle de la Ville

Plus en détail

Guide d utilisation du. - RCS Nanterre 602 063 323 - Corbis - Shutterstock. Support entretien professionnel

Guide d utilisation du. - RCS Nanterre 602 063 323 - Corbis - Shutterstock. Support entretien professionnel Guide d utilisation du - RCS Nanterre 602 063 323 - Corbis - Shutterstock Support entretien professionnel L entretien professionnel, une occasion pour l entreprise et le salarié de porter un regard sur

Plus en détail

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle»

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Introduction Suite à l envoi du questionnaire «Clientèle», nous avons reçu un total de 588 réponses. Ce résultat nous semble tout à fait satisfaisant

Plus en détail

Le contrat d édition à l ère du numérique

Le contrat d édition à l ère du numérique Le contrat d édition à l ère du numérique Présentation de l accord-cadre entre le Syndicat national de l édition et le Conseil permanent des écrivains Assises du livre numérique SNE 2013 Liliane de Carvalho

Plus en détail

Les usages et besoins TIC des entreprises d Indre et Loire en 2012

Les usages et besoins TIC des entreprises d Indre et Loire en 2012 Les usages et besoins TIC des entreprises d Indre et Loire en 2012 Laure BERTHELEMY Mars 2013 L enquête : Le développement de l usage des Technologies de l Information et de la Communication (TIC) au sein

Plus en détail

Moyen terme 2014-2018

Moyen terme 2014-2018 Moyen terme 2014-2018 ATTENTES DES UTILISATEURS POUR LA PERIODE 2014-2018 Selon les entretiens réalisés par le Cnis au 2 è semestre 2012 COMMISSION «SYSTEME FINANCIER ET FINANCEMENT DE L ECONOMIE» POUR

Plus en détail

ATOUTS PREVENTION RHONE ALPES

ATOUTS PREVENTION RHONE ALPES POINT 5.1 VERSION 1-04/03/2014 CAHIER DES CHARGES Création du site Internet du Groupement Atouts Prévention Rhône-Alpes Première partie : présentation du projet A- Les éléments de contexte B- Les objectifs

Plus en détail

ETUDE D USAGE D ALPHALIRE

ETUDE D USAGE D ALPHALIRE ETUDE D USAGE D ALPHALIRE Festival du premier roman de Chambéry-Savoie Festival du premier roman de Chambéry, 237 carré Curial, 73 000 Chambéry Directrice : Véronique Bourlon (veroniquebourlon@festivalpremierroman.com)

Plus en détail

Les 21 et 22 novembre 2014

Les 21 et 22 novembre 2014 Présentation du 1 er Salon virtuel des mobilités Contexte du projet Le Collectif Ville Campagne et Evid@nce (Marque Innov 3d) ont choisi d unir leurs compétences et ressources pour réaliser et animer le

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

LA PLATE-FORME 1D-PACA.com

LA PLATE-FORME 1D-PACA.com PHONOPACA (groupement des acteurs de l industrie musicale en région Provence-Alpes-Côte d Azur) fédère à l heure actuelle quarante structures en région représentant les activités de label, producteur phonographique,

Plus en détail

STRATÉGIES E-MARKETING. Mars 2012

STRATÉGIES E-MARKETING. Mars 2012 STRATÉGIES E-MARKETING Mars 2012 7 stratégies e-marketing D après un document réalisé par l ESC Lille 1 Le buzz marketing Le bouche à oreille du web Objectifs Développer sa visibilité Améliorer sa notoriété

Plus en détail

RÉSULTATS DE L ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

RÉSULTATS DE L ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ RÉSULTATS DE L ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ La clé qui ouvre nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À

Plus en détail

Infrastructure technique

Infrastructure technique Infrastructure technique d une chaîne de TV Comment les nouvelles technologies transforment l audiovisuel, de la production à la diffusion Jean-Michel Mariani Groupe Eyrolles, 2003, ISBN 2-212-11353-6

Plus en détail

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines?

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Chapitre 1 La gestion des ressources humaines (GRH) peut être définie comme la gestion des hommes au travail dans des organisations (Martory et Crozet,

Plus en détail

Paris, le 18 novembre 2010 RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE N 1

Paris, le 18 novembre 2010 RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE N 1 COMITE DE CONCERTATION POUR LA DIFFUSION NUMERIQUE EN SALLES Paris, le 18 novembre 2010 RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE N 1 relative à la définition, au regard des usages professionnels, de la date de

Plus en détail

Article 29 Groupe de protection des données

Article 29 Groupe de protection des données Article 29 Groupe de protection des données 10972/03/FR final WP 76 Avis 2/2003 concernant l'application des principes de protection des données aux annuaires «Whois» Adopté le 13 juin 2003 Le groupe de

Plus en détail

Printemps 2015 : Aperçu des 5 grandes tendances

Printemps 2015 : Aperçu des 5 grandes tendances + Printemps 2015 : Aperçu des 5 grandes tendances Sommaire des dernières constatations de l OTM Publication : Le 25 juin 2015 Marque de commerce de CBC/Radio-Canada Pour distribution interne uniquement.

Plus en détail

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile»

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile» Conférence Le Point «Maison connectée et intelligente» Paris, 28 mars 2013 Peter Hustinx Contrôleur européen de la protection des données «Le partage des données à caractère personnel et le respect de

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Recommandations pour une diffusion du livre numérique par les bibliothèques publiques

Recommandations pour une diffusion du livre numérique par les bibliothèques publiques Recommandations pour une diffusion du livre numérique par les bibliothèques publiques Préambule Les pratiques culturelles des Français connaissent depuis plusieurs années déjà de profondes mutations 1.

Plus en détail

Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats

Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats Description de l étude Depuis 10 ans, la CCI de Troyes et de l Aube s est résolument engagée dans une démarche de progrès, concrétisée par une

Plus en détail

Comment organiser efficacement son concours photo

Comment organiser efficacement son concours photo Livre blanc Comment organiser efficacement son concours photo Juillet 2014 www.kontestapp.com Introduction Que vous soyez un Community Manager soucieux de l activité de votre page fan Facebook ou bien

Plus en détail

Référencement dans des bases de données

Référencement dans des bases de données Marketing Site web du guide des ressources pour l édition de revues numériques Coordination : Ghislaine Chartron et Jean-Michel Salaun Doctorant en science de l'information La création numérique, ou la

Plus en détail

Consulting Communication des organisations

Consulting Communication des organisations Nicolas Roux Master 2 Ingénierie des Médias Année 2006 / 2007 Consulting Communication des organisations Stage réalisé du 29 janvier au 30 juin 2007 Tuteur de stage : M. Christophe Queval Enseignante tutrice

Plus en détail

FINANCE CRITÈRES D ÉVALUATION (Les critères d évaluation doivent être pris en compte de pair avec le Cadre de surveillance du BSIF)

FINANCE CRITÈRES D ÉVALUATION (Les critères d évaluation doivent être pris en compte de pair avec le Cadre de surveillance du BSIF) RÔLE DE LA FONCTION Finance est une fonction autonome qui rend compte avec exactitude et en temps utile du rendement des unités opérationnelles (y compris les secteurs d activité) de l institution financière

Plus en détail

Chapitre 3.2 Les outils pédagogiques numériques, de la conception à la réalisation de la formation

Chapitre 3.2 Les outils pédagogiques numériques, de la conception à la réalisation de la formation Chapitre 3.2 Les outils pédagogiques numériques, de la conception à la réalisation de la formation A. Introduction.......................................................... 171 B. La diffusion des modules

Plus en détail

Groupe de travail «TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION» Réunion du 26 janvier 2006. L archivage électronique

Groupe de travail «TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION» Réunion du 26 janvier 2006. L archivage électronique Département Administration et Gestion Communale AP/DB N 11 Paris, le 25 janvier 2006 Groupe de travail «TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION» Réunion du 26 janvier 2006 L archivage électronique

Plus en détail

SONDAGE AUPRÈS DES ÉTUDIANTS CANADIENS

SONDAGE AUPRÈS DES ÉTUDIANTS CANADIENS SONDAGE AUPRÈS DES ÉTUDIANTS CANADIENS Sommaire exécutif Présenté par : TABLE DES MATIÈRES PUBLICITÉ SUR CAMPUS P. 3 COMMUNICATIONS MOBILES P. 8 HABITUDES EN LIGNE P. 18 HABITUDES MÉDIA P. 26 MÉTHODOLOGIE

Plus en détail

CONTRAT D ÉDITION, CE QUI CHANGE

CONTRAT D ÉDITION, CE QUI CHANGE CONTRAT D ÉDITION, CE QUI CHANGE - De nouvelles obligations pour l éditeur - La création de dispositions spécifiques pour les droits numériques - De nouvelles possibilités pour l auteur de résiliation

Plus en détail

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Document G Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Page 1 sur 7 Parmi les objectifs des Instituts de recherche technologique (IRT) figurent

Plus en détail

Observatoire de l e-tourisme. Sommaire

Observatoire de l e-tourisme. Sommaire 2 Sommaire Présentation de Next Content... 9 Nos activités... 9 NC Etudes... 9 NC Event... 10 NC Factory... 11 NC Formation... 12 NC Conseil... 13 Qui sommes-nous?... 13 L Observatoire des décideurs de

Plus en détail

ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010

ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010 ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS DE LA CAMPAGNE «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010 Réalisé par le Service Prévention Santé de

Plus en détail

La stratégie de la relation client

La stratégie de la relation client La stratégie de la relation client Auteur(s) Ingénieur ESIM et MBA, spécialiste du CRM en France et chez Ernst&Young Conseil MBA, spécialiste de l application de nouvelles technologies au marketing. Directeur

Plus en détail

Au cours d une semaine l élève de STG aura 14 h d enseignement technologique et 15 h d enseignement général.

Au cours d une semaine l élève de STG aura 14 h d enseignement technologique et 15 h d enseignement général. C est une section technologique dans un lycée général. En STG, les élèves découvrent l entreprise, son environnement économique et juridique, s initient au management des organisations, à l information

Plus en détail

Transformation digitale

Transformation digitale La plateforme bancaire internationale. Pour chaque métier. décembre 2015 Transformation digitale Les défis de la distribution bancaire Par Olivier Cruanès, Responsable Marketing SOMMAIRE 1 La révolution

Plus en détail

Prise en charge de téléphones mobiles, smartphones, tablettes et autres appareils mobiles par la DIT

Prise en charge de téléphones mobiles, smartphones, tablettes et autres appareils mobiles par la DIT Prise en charge de téléphones mobiles, smartphones, tablettes et autres appareils mobiles par la DIT Directive DIT-11 Champ d application : Université 1 Buts La présente directive définit les conditions

Plus en détail

DROITS ET RESPONSABILITES. On a tous des droits en ligne. Respect!

DROITS ET RESPONSABILITES. On a tous des droits en ligne. Respect! Fiche atelier DROITS ET RESPONSABILITES On a tous des droits en ligne. Respect! Objectif Que peut-on faire, que doit-on faire, que devrait-on faire en ligne? En quoi suis-je protégé, responsable? Que dit

Plus en détail

Étude de référence sur la satisfaction de la clientèle : consommateurs à domicile

Étude de référence sur la satisfaction de la clientèle : consommateurs à domicile Résumé du rapport Étude de référence sur la satisfaction de la clientèle : consommateurs à domicile Numéro de contrat : 90030-121581/001/CY Contrat attribué le : 2013-01-18 Préparé pour : Office national

Plus en détail

3 ème édition du Baromètre Ciel de l Auto-Entrepreneur Après l engouement du nouveau régime, comment transformer l essai?

3 ème édition du Baromètre Ciel de l Auto-Entrepreneur Après l engouement du nouveau régime, comment transformer l essai? Paris, le 22 novembre 2010 3 ème édition du Baromètre Ciel de l Auto-Entrepreneur Après l engouement du nouveau régime, comment transformer l essai? Ciel, n 1 en France des logiciels de gestion et des

Plus en détail

PARTIE 1 Le dispositif de validation des acquis de l expérience

PARTIE 1 Le dispositif de validation des acquis de l expérience PARTIE 1 Le dispositif de validation des acquis de l expérience 10952_VAE_p001p005.indd 5 22/05/08 11:47:18 FICHE 1 Le principe et les modalités de la VAE Faire reconnaître vos connaissances, aptitudes

Plus en détail

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Pour vous donner une vision la plus complète possible de la démarche, le contenu qui vous est présenté ici a été élaboré pour correspondre à une personne

Plus en détail

Sémiotique des Nouveaux Médias

Sémiotique des Nouveaux Médias Sémiotique des Nouveaux Médias Les Sites Web. Description Conception Spécification d une maquette Peter Stockinger Maison des Sciences de l Homme (MSH) Equipe Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias (ESCoM)

Plus en détail

Compte-rendu Point d étape sur l offre labellisée

Compte-rendu Point d étape sur l offre labellisée Compte-rendu Point d étape sur l offre labellisée PARTICIPANTS PLATEFORMES Allomusic VOD Mania Vaziva Orange Vidéo @ Volonté Beezik Universal Ecompil Fnac Arte VOD Quickpartitions Alter Musique Qobuz Every

Plus en détail

Brevet de Technicien Supérieur COMMUNICATION ANNEXE III GRILLE HORAIRE

Brevet de Technicien Supérieur COMMUNICATION ANNEXE III GRILLE HORAIRE ANNEXE III GRILLE HORAIRE Première année Deuxième année Enseignements Horaire hebdomadaire Volume annuel Horaire hebdomadaire Volume annuel (à titre indicatif) (à titre indicatif) Total cours TD Total

Plus en détail

Le contrat de licence

Le contrat de licence Le contrat de licence Check-list pour la négociation d un contrat de licence AVERTISSEMENT : Nos check-lists ont pour but de vous aider à formuler certaines questions à se poser lorsque vous négociez des

Plus en détail

... ensuite, cliquez sur la section pour Windows http://xserver.csvdc.qc.ca/recit_csvdc_partage/ 2. Vous pouvez aussi télécharger

... ensuite, cliquez sur la section pour Windows http://xserver.csvdc.qc.ca/recit_csvdc_partage/ 2. Vous pouvez aussi télécharger Traitement d images dans un contexte pédagogique avec le logiciel... (gratuit) Sujets : 1. Installer le logiciel 2. Définir celui-ci par défaut pour vos images 3. Différents formats des fichiers d images

Plus en détail

C est un processus. Un ensemble de démarches qui prennent en compte chaque élève comme une personne. Des situations éducatives qui peuvent être

C est un processus. Un ensemble de démarches qui prennent en compte chaque élève comme une personne. Des situations éducatives qui peuvent être C est un processus. Un ensemble de démarches qui prennent en compte chaque élève comme une personne. Des situations éducatives qui peuvent être engagées dans et hors l école. L élève apprend a se construire

Plus en détail

Le Social CRM comme levier de développement pour les entreprises

Le Social CRM comme levier de développement pour les entreprises Le Social CRM comme levier de développement pour les entreprises Cycle Innovation & Connaissance 57 petit déjeuner Jérôme SANZELLE, Allmyski 11 avril 8h30-10h SKEMA Animatrice : Valérie BLANCHOT COURTOIS

Plus en détail

Le numérique. de vos médiathèques. www.mediatheques.puteaux.fr. www.mediatheques.puteaux.fr

Le numérique. de vos médiathèques. www.mediatheques.puteaux.fr. www.mediatheques.puteaux.fr Le numérique de vos médiathèques Quoi de neuf sur le numérique? Les médiathèques de Puteaux vous proposent plusieurs ressources numériques accessibles depuis chez vous : - un service de formations en ligne

Plus en détail

REMUNERATION POUR COPIE PRIVEE

REMUNERATION POUR COPIE PRIVEE SONDAGE SUR LA REMUNERATION POUR COPIE PRIVEE Date: 27 juin 2011 Etude menée par Opinion Way pour les industriels du GITEP TICS Méthodologie Méthodologie Sondage quantitatif mené sur un échantillon de

Plus en détail

Baccalauréat sciences et technologies de l hôtellerie et de la restauration (STHR) Programme de sciences et technologies culinaires (STC)

Baccalauréat sciences et technologies de l hôtellerie et de la restauration (STHR) Programme de sciences et technologies culinaires (STC) Baccalauréat sciences et technologies de l hôtellerie et de la restauration (STHR) Programme de sciences et technologies culinaires (STC) CLASSE DE SECONDE La série technologique hôtellerie-restauration

Plus en détail

TP 1 Outils de collaboration réseau

TP 1 Outils de collaboration réseau Objectifs TP 1 Outils de collaboration réseau 1re partie : Utiliser des outils de collaboration Identifiez la perception actuelle des outils de collaboration. Identifiez les principales raisons d utiliser

Plus en détail

Résultats préliminaires de l enquête sur l émergence des innovations dans le cadre des alliances stratégiques des PME

Résultats préliminaires de l enquête sur l émergence des innovations dans le cadre des alliances stratégiques des PME Résultats préliminaires de l enquête sur l émergence des innovations dans le cadre des alliances stratégiques des PME Novembre 2009 Dans le cadre d une recherche doctorale en Management de l innovation

Plus en détail

Utiliser les outils du. Web 2.0. Dans sa pratique d enseignant et de formateur

Utiliser les outils du. Web 2.0. Dans sa pratique d enseignant et de formateur Utiliser les outils du Web 2.0 Dans sa pratique d enseignant et de formateur Vincent Pereira Formateur Consultant Communautés numériques Blogueur http://www.formateurconsultant.com/ Non Théo, il n y a

Plus en détail

Droit d auteur, utilisation équitable et salle de classe

Droit d auteur, utilisation équitable et salle de classe Droit d auteur, utilisation équitable et salle de classe Ce que le personnel enseignant peut faire et ce qu il ne peut pas faire Janvier 2015 Au sujet de cette présentation Cette présentation : 1. explique

Plus en détail

Pédagogie inversée 35. Pédagogie inversée

Pédagogie inversée 35. Pédagogie inversée Pédagogie inversée 35 Pédagogie inversée 36 Pédagogie inversée «Le numérique nous recentre sur les apprentissages.» Ces derniers temps, on voit (re)fleurir la pédagogie inversée ou Flip Classroom, une

Plus en détail

ÉQUILIBRE HOMMES / FEMMES : LES ENTREPRISES PLUS ATTENDUES EN FRANCE QU EN SUÈDE!

ÉQUILIBRE HOMMES / FEMMES : LES ENTREPRISES PLUS ATTENDUES EN FRANCE QU EN SUÈDE! ÉQUILIBRE HOMMES / FEMMES : LES ENTREPRISES PLUS ATTENDUES EN FRANCE QU EN SUÈDE! Le 5 mars 2014 A quelques jours de la Journée Internationale de la Femme, l Observatoire International de l Equilibre Hommes

Plus en détail

La recherche documentaire et la recherche d informations professionnelles. BU Sciences BIU Montpellier PPE 2012

La recherche documentaire et la recherche d informations professionnelles. BU Sciences BIU Montpellier PPE 2012 La recherche documentaire et la recherche d informations professionnelles 1 Introduction : la pratique étudiante Où commencez vous habituellement votre recherche d information? 84% des étudiants de 1er

Plus en détail

PROXIMA MOBILE ENJEUX ET PERSPECTIVES DU PREMIER PORTAIL EUROPEEN I / LE PORTAIL PROXIMA MOBILE DE SERVICES D INTERET GENERAL SUR TERMINAUX MOBILES 1

PROXIMA MOBILE ENJEUX ET PERSPECTIVES DU PREMIER PORTAIL EUROPEEN I / LE PORTAIL PROXIMA MOBILE DE SERVICES D INTERET GENERAL SUR TERMINAUX MOBILES 1 PROXIMA MOBILE ENJEUX ET PERSPECTIVES DU PREMIER PORTAIL EUROPEEN DE SERVICES D INTERET GENERAL SUR TERMINAUX MOBILES 1 La montée en puissance de l Internet mobile s accompagne de la prise en compte des

Plus en détail

1. Présentation générale du volet «Recherche» du projet PASS

1. Présentation générale du volet «Recherche» du projet PASS 1. Présentation générale du volet «Recherche» du projet PASS Parallèlement aux activités d échange et d organisation des rencontres et du séminaire thématique, nous avons réalisé durant les premières phases

Plus en détail

Interaction entre la séance et la recherche de la ressource en ligne

Interaction entre la séance et la recherche de la ressource en ligne Activité support Toutes (exemple ici en acrosport) Niveau de Classe Tous niveaux lycée Description de l'usage Utilisation de la caméra des outils nomades (tablettes et smartphones) pour capturer des images

Plus en détail

stimuler son développement commercial grâce au digital ETUDE DE CAS NORAKER

stimuler son développement commercial grâce au digital ETUDE DE CAS NORAKER stimuler son développement commercial grâce au digital ETUDE DE CAS NORAKER QUELS ENJEUX POUR NORAKER? UNE JEUNE ENTREPRISE DE POINTE EN QUÊTE DE DÉVELOPPEMENT Noraker est une entreprise scientifique :

Plus en détail

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles aria DIRECCTE A Q U I T A I N E Collection «Études» N 09 Juin 2011 DIRECTION RÉGIONALE DES ENTREPRISES, DE LA CONCURRENCE, DE LA CONSOMMATION, DU TRAVAIL ET DE L EMPLOI SERVICE ÉTUDES, STATISTIQUES, ÉVALUATION

Plus en détail

Pôle lettres et arts Secteur musique et sciences de la musique

Pôle lettres et arts Secteur musique et sciences de la musique Pôle lettres et arts Secteur musique et sciences de la musique Master 2 Professionnel «Production et diffusion musicale» Nouvelle formation 2013/2014 Le master 2 production et diffusion musicale est une

Plus en détail

ENSEIGNEMENT DES TRAVEL D OR 2013

ENSEIGNEMENT DES TRAVEL D OR 2013 Paris, mars 2013 page 1 ENSEIGNEMENT DES TRAVEL D OR 2013 Analyse de Guillaume Weill, Directeur Général MetrixLab France 5 CLÉS DE SUCCÈS POUR L E-TOURISME EN 2013 Les enseignements présentés dans ce document

Plus en détail

ENQUÊTE. Quels sont les impacts du personnage de Julie auprès des @mbassadeurs de la Manche?

ENQUÊTE. Quels sont les impacts du personnage de Julie auprès des @mbassadeurs de la Manche? ENQUÊTE Quels sont les impacts du personnage de Julie auprès des @mbassadeurs de la Manche? La stratégie «ambassadeur» de Manche Tourisme La stratégie «ambassadeur»de Manche Tourisme Dans son schéma de

Plus en détail

MOI-questionnaire sur le concept de soi

MOI-questionnaire sur le concept de soi MOI-questionnaire sur le concept de soi Wilfrid LAROCHELLE QUEBEC conseiller d'orientation Atelier de pratique :français / Workshop of practices :French Nom des intervenants & Institutions d appartenance

Plus en détail

Expérimentation de l usage du smartphone dans l enseignement technologique S.T.M.G.

Expérimentation de l usage du smartphone dans l enseignement technologique S.T.M.G. Expérimentation de l usage du smartphone dans l enseignement technologique S.T.M.G. Enseignant : Christine BOLIN, professeur d économie et de gestion lycée Koeberlé Selestat (67) Descriptif : Classes concernées

Plus en détail

Sponsoring et mécénat

Sponsoring et mécénat Sponsoring et mécénat Sponsoring : association à un événement (retomber commercial) Mécénat : aide (mais pas forcement de retomber médiatique, publique restreint ) Introduction : Il existe un démarche

Plus en détail

Qu est-ce qu une problématique?

Qu est-ce qu une problématique? Fiche méthodologique préparée par Cécile Vigour octobre 2006 1 Qu est-ce qu une problématique? Trois étapes : 1. Définition de la problématique 2. Qu est-ce qu une bonne problématique? 3. Comment problématiser?

Plus en détail

Créer une page Google+ Pro www.croissance- internet.com

Créer une page Google+ Pro www.croissance- internet.com Créer une page Google+ Pro Développer concrètement son activité grâce à Internet Créer une page Google + Pro Créer une page «Google pour les pros» vous permettra de vous rendre immédiatement visible pour

Plus en détail

Guide d auto-évaluation

Guide d auto-évaluation REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE ----------- Autorité nationale d Assurance Qualité de l Enseignement supérieur ANAQ-Sup Guide d auto-évaluation

Plus en détail

Observatoire National de la santé des jeunes. Accès aux droits et aux soins

Observatoire National de la santé des jeunes. Accès aux droits et aux soins Observatoire National de la santé des jeunes Accès aux droits et aux soins Données septembre 2012 «Observatoire santé UNHAJ - accès aux droits et aux soins» La santé des jeunes sous observationerreur!

Plus en détail

Devenir rédacteur pour Ecrire-un-roman.com

Devenir rédacteur pour Ecrire-un-roman.com Devenir rédacteur pour Ecrire-un-roman.com À l origine, en 2011, je voulais créer le site sous la forme d une communauté interactive. Plusieurs rédacteurs pour partager des conseils sur l écriture et la

Plus en détail

Chapitre V : Résultats. 5.1 Présentation des résultats obtenus. 5.1.1 Interprétation des corrélations

Chapitre V : Résultats. 5.1 Présentation des résultats obtenus. 5.1.1 Interprétation des corrélations Chapitre V : Résultats Les corrélations présentées par la suite, sont celles qui correspondent aux chiffres choisis (corrélation de 0,13 ou 0,13), et celles que nous avons jugées les plus significatifs

Plus en détail

DESCRIPTION DES PRODUITS ET MÉTRIQUES

DESCRIPTION DES PRODUITS ET MÉTRIQUES DESCRIPTION DES PRODUITS ET MÉTRIQUES DPM Adobe AEM : On-demand (2015v1) Les Produits et Services décrits dans la présente Description de Produits et Métriques («DPM») sont régis par le Bon de Commande

Plus en détail